direction de l’enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale service social Lausanne

L’Hébergement d’Urgence à Lausanne
Etat des lieux et recommandations

Rapport
soumis par le Groupe de Travail Hébergement d’urgence mandaté par le Service Social Lausanne

Août 2012

Graffiti, Rue de Genève, Lausanne

1

Table des matières :

1. Introduction 2. Contexte et problématique 2.1 La demande en hébergement d’urgence 2.2 L’offre d’hébergement d’urgence 2.3 La rencontre entre l’offre et la demande 3. Cadre et objectifs 3.1 Cadre légal 3.2 Objectifs 4. Propositions 4.1 Organisation de la demande d’hébergement 4.1.1 Expérience pilote : cartes de réservation à l’Abri PC 4.1.2 Un système généralisé de centralisation des demandes 4.2 Augmentation et diversification de l’offre 4.2.1 Principes de base 4.2.2 Adaptation de l’offre 4.2.2.1 La Question Rom 4.2.2.2 Territorialité et subsidiarité 4.2.2.3 Options proposées 4.2.2.4 Recommandations 4.3 Prestations 5. Arrangements institutionnels Bibliographie Annexe 1 : Prise de positions des institutions parties au Groupe de travail Annexe 2 : Guide d’entretien de l’Enquête hébergement d’urgence Lausanne Annexe 3 : Résultats de l’Enquête

2

1. Introduction C’est au cours de l’hiver 1992 que la ville de Lausanne a ouvert pour la première fois une structure d’accueil de nuit d’urgence, afin de faire face à l’augmentation constante du nombre de sans-abri. Depuis, la demande en hébergement d’urgence n’a cessé de croître. La situation économique, les flux migratoires, mais aussi la précarité croissante des marchés de l’emploi et du logement, ainsi que l’augmentation des situations de troubles psychiatriques associés à des dépendances, ont contribué à l’accroissement du nombre de personnes vulnérables, marginalisées et sans logement. Dans ce contexte, un groupe de travail a été mandaté par le Service Social de la Ville de Lausanne (SSL) pour proposer un dispositif cohérent, transparent et adapté d’hébergement d’urgence. Le groupe a donc eu la tâche d’analyser la situation en matière d’hébergement d’urgence en ville de Lausanne et de proposer un certain nombre de pistes afin d’augmenter l’offre en la matière, de mieux organiser la demande, et d’ajuster les modalités et prestations liées à l’hébergement d’urgence. Le groupe de travail est constitué de représentants de La Marmotte, du Sleep-In, et de responsables de l’Abri PC de la Ville de Lausanne, sous la coordination de la Responsable de l’Aide Sociale d’Urgence du Service Social de la ville1. Le groupe s’est réuni à quinze reprises entre octobre 2011 et juillet 2012. Afin d’étayer son analyse et de travailler sur des propositions reflétant les réels besoins de la population des sans- domicile2, un questionnaire a été élaboré, comportant une série de questions sur le profil des personnes sans domicile et sur l’offre en hébergements d’urgence (existante et idéale). Ce questionnaire a été posé à 61 personnes en ville de Lausanne, se trouvant dans les lieux d’hébergement d’urgence de la ville ou dans d’autres lieux fréquentés par la population des sans-abri (Point d’Eau, Fondation ABS, la Soupe Populaire, place de la Riponne, parking de Bellerive) en décembre 2011, janvier et mars 2012. Le présent concept résume les conclusions auxquelles est arrivé le groupe en termes d’analyse de la situation, ainsi qu’une série de propositions d’amélioration de l’offre et de l’organisation de la demande d’hébergement d’urgence. Dans une moindre mesure le concept adresse la problématique des logements dits ‘’de transition’’, du moment qu’ils constituent une solution de ’’sortie par le haut’’ pour les personnes sans domicile. Le concept ne se penche par contre pas sur la situation du logement en général à Lausanne (marché libre ou logement subventionné), qui n’entre pas dans le cadre de ce papier.

Les personnes suivantes ont participé au groupe de travail, soit de manière régulière soit sporadique : Mme Hefhaf Martins Dias , M. Bourqui, Mme Blanc, M. Ferri (Marmotte) ; M. Locatelli, M. Streit, Mme Parvex, Mme Plomb, M. Messi, Mme Freléchox, Mme Teuscher, Mme Vuilleumier (Sleep-In) ; M. Simecek, M. Miranda, M. Martinez (Abri PC). Direction du groupe : Mme Belser (SSL). Protocoles : Mme Yolal (SSL) 2 La définition choisie est celle proposée par l’INED (Institut national d’études démographiques, France) : La notion de sans-domicile regroupe des personnes qui, pendant la période d’observation, recourent aux dispositifs d’hébergement d’urgence ou dorment dans l’espace public ou encore dans des lieux non prévus pour l’habitation. La notion de sans-abri, même si elle n’est pas entièrement superposable à celle des sansdomicile, est souvent utilisée comme synonyme de celle-ci. Dans ce papier nous les considérerons comme synonymes et les utiliserons indistinctement.

1

3

2. Contexte et problématique Le nombre de personnes sans domicile, vivant chez des amis, à l’hôtel, ou alors dans la rue, n’a cessé de croître durant ces dernières décennies. Les conditions économiques difficiles et des perspectives d’emploi limitées en Suisse, en Europe et ailleurs ont poussé bon nombre de personnes dans la précarité. La situation très tendue du marché du logement en Suisse n’a fait qu’accentuer le problème pour les personnes disposant de revenus modestes, au chômage, en situation de fragilité sociale ou psychique, ou au bénéfice de rentes AI/AVS. Chaque année, environ 200 locataires lausannois sont menacés d’expulsion de leur logement, et risquent de se retrouver à la rue. Cette précarité économique et sociale, assortie parfois à des conditions politiques difficiles, a aussi contribué à augmenter les flux migratoires, amenant dans les villes suisses des personnes parfois sans ressources, sans travail, sans logement et sans réseau social. 2.1 La demande en hébergement d’urgence Il n’existe pas d’estimation officielle du nombre de personnes sans abri en ville de Lausanne, et le phénomène est très difficile à quantifier. Ces personnes sont en effet souvent ‘’dans le mouvement’’, en recherche de solutions, passant d’une structure d’hébergement à la rue, puis chez des amis, avant de se retrouver à nouveau à la rue. Une partie de ces personnes sont aussi des voyageurs, Rom ou autres, qui ne passent à Lausanne que quelques mois de l’année. Nous pouvons néanmoins nous risquer à mentionner le chiffre d’environ 150 à 170 personnes chaque soir qui se trouvent sans domicile à Lausanne, vivant soit dans la rue, soit dans les structures d’hébergement existantes, ou en dépannage pour quelques jours chez un membre de la famille3. Ce chiffre est une estimation très grossière et est à prendre avec prudence ; il représente une indication de l’ampleur du phénomène en ville de Lausanne. Il faut ajouter à ce chiffre les ressortissants de la population Rom, qui séjournent tant que possible en famille et en groupe, dans leurs voitures ou dans des lieux aménagés temporairement (tels les baraquements des Prés-de-Vidy). En décembre 2011 on comptait entre 100 et 120 personnes de la communauté Rom en séjour à Lausanne, dont une petite partie (environ 20) séjournant régulièrement dans l’une des structures d’hébergement d’urgence. De plus environ 100 personnes sont suivies par le Centre Social Cantonal du SPAS; ces personnes, définies par Da Cunha et Schmid comme des ‘’sans domicile fixe administratifs’’, n’ont pas de logement, n’ont pas la possibilité de s’inscrire au Contrôle des Habitants, et vivent donc en majorité chez des amis ou à l’hôtel. Quelques caractéristiques des usagers des hébergements d’urgence (résumé des résultats de notre enquête - détails voir Annexe 3): D’une manière générale la fréquentation des structures d’hébergement par les femmes est basse. L’échantillon de population de notre enquête est composé à 16% de femmes (10 femmes sur 61 personnes interrogées), ce qui correspond aux chiffres que l’on trouve dans d’autres études abordant cette problématique. Nous pouvons esquisser quelques pistes
En hiver les structures existantes accueillent environ 105 personnes par soir ; elles en refusent en moyenne entre 30 et 35 chaque soir au total. Ce dernier chiffre additionne les refus décrétés aux entrées des trois structures d’hébergement d’urgence. Dans la mesure où certaines personnes se présentent à l’entrée de deux des trois structures, elles sont comptabilisées à double. Ce chiffre est donc un nombre des refus et non des personnes refusées (qui sera un peu plus bas que 30). A ce chiffre s’ajoutent les personnes qui dorment dans la rue, dans des parkings, des allées d’immeuble ou en abris de fortune (estimé à une vingtaine environ, selon l’EMUS et Police Secours), ainsi que les personnes qui ont trouvé une solution temporaire pour un soir.
3

4

d’explication pour cette faible représentation féminine : d’une manière générale, moins de femmes se trouvent à la rue que d’hommes, en partie parce qu’elles ont souvent un réseau social plus développé que les hommes et qu’elles ont trouvé une solution auprès de leur famille ou auprès d’une institution qui les accueille, ce d’autant plus si elles ont un enfant. Pour les autres, la co-habitation avec des hommes dans ces structures ainsi que le peu d’intimité sont souvent problématiques, et peuvent constituer un élément de refus de fréquenter de tels lieux d’accueil. Pour d’autres encore les horaires d’ouverture de ces structures (de 20h30 à 8h30) peuvent poser problème si elles travaillent de nuit et auraient besoin d‘un lieu de repos ouvert la journée. Dans notre population interrogée, environ 60% des personnes ont entre 31 et 50 ans. Les moins de 20 ans représentent moins de 7% des personnes interrogées. La moitié des interrogés n’ont pas d’enfants (51%) ; parmi les personnes ayant des enfants, la majorité (60%) n’ont pas leurs enfants avec eux à Lausanne. Une partie significative de la population des sans domicile, difficile à quantifier ici vu que la question n’a pas été posée dans le questionnaire, souffre de problèmes de santé psychique, de troubles de comportement, de problèmes de santé physique, ou d’abus de consommation d’alcool ou de substances addictives. Cette tendance semble s’être amplifiée ces dernières années selon les témoignages des structures d’hébergement d’urgence et des autres partenaires du DSB. De manière intéressante, près de la moitié des interviewés (49%) sont domiciliés à Lausanne depuis plus de 1 an, alors que 20% sont ‘’de passage’’ (parmi eux une grande partie de Roms). Néanmoins, 66% des personnes interrogées n’ont pas de passeport suisse ou de permis de séjour valable. 9 personnes (15%) sont suivies par les services sociaux. Seules 33% des personnes interrogées ont un emploi, dont seulement 5% avec un contrat de travail fixe. La majorité (43%) est en recherche d’emploi. En matière de logement, où plusieurs réponses pouvaient être données, 92% ont répondu fréquenter les lieux d’hébergement d’urgence et 64% dormir fréquemment dehors (rue, voiture). 66% avaient dormi au moins une fois à la Marmotte ou au Sleep-In pendant les 6 derniers mois, et 61% au moins une fois à l’Abri PC. 43% avaient séjourné (ou cherché à séjourner) plus de 16 nuits par mois dans ces structures. A la question de la durée de séjour souhaitée, 84% ont répondu plus de 1 mois (et 66% plus de 3 mois). Nous avons cherché à savoir au travers de ce questionnaire quels étaient les besoins en logement de ces personnes sans domicile. Plusieurs réponses étaient possibles. Les réponses ont été très diverses. Ainsi, 64% ont dit souhaiter un logement normal, suivi de 39% un lieu comme le Sleep-In, 36% un lieu comme la Marmotte, 30% un hôtel très bon marché, 28% un appartement communautaire, et 15% un lieu spécifique pour les Roms. 75% ont insisté sur la nécessité d’un lieu d’hébergement ouvert jour et nuit et 77% sur la nécessité d’un lieu avec des horaires plus généreux le week-end. 69% ont émis un avis positif sur la possibilité de réserver sa chambre. Plus de 80% des interrogés ont mis en évidence l’importance de lieux mixtes pour hommes et femmes. Plus de 60% ont souhaité un lieu d’hébergement d’urgence acceptant des mineurs accompagnés, ainsi qu’un lieu offrant des chambres pour couples.

5

Concernant les prestations souhaitées au sein des lieux d’hébergement, plus de deux-tiers des interrogés ont souhaité que les lieux d’hébergement offrent des activités occupationnelles, ludiques, un suivi social ou des soins médicaux. (La prestation la plus sollicitée est le suivi social avec 70% de votes positifs suivi des soins médicaux avec 69%). Seuls 11% des interrogés n’ont souhaité aucune prestation particulière. Concernant les repas, où plusieurs réponses pouvaient être données, 66% ont estimé important qu’un repas du soir soit servi dans le lieu d’accueil, alors que 61% ont préféré qu’une cuisine soit à disposition des usagers. Finalement, en ce qui concerne les services demandés par les interrogés : 93% ont demandé une consigne à bagages ; 85% que le lieu d’hébergement permette la réception du courrier, 84% que des lessives puissent être faites,72% que le lieu fasse office d’adresse légale, et 38% que le lieu accueille les animaux. 2.2 L’offre d’hébergement d’urgence Depuis le début des années 90 l’offre en hébergement d’urgence n’a cessé de s’étoffer. Ainsi il existe aujourd’hui en ville de Lausanne trois structures permettant d’accueillir des personnes en grande précarité et sans logement : La Marmotte, gérée par L’Armée du Salut, avec une capacité de 31 lits, en chambres de deux à quatre ; Le Sleep In, avec 24 lits, en chambres de trois à six et une chambre pour couples ; et une structure saisonnière : l’Abri PC de la Vallée de la jeunesse (ouvert de début novembre à fin mars), offrant 45 places (plus cinq en urgence) réparties en trois dortoirs. Les structures sont ouvertes tous les jours de 20h30 à la Marmotte (21h pour le Sleep-In et 21h30 pour l’Abri PC) à 8h30 le matin. Le Sleep-In et l’Abri PC accueillent les enfants accompagnés. Dans chacune de ces structures une charge de Fr. 5.- est perçue ; en plus d’un lit les usagers peuvent prendre une douche et bénéficier d’une collation le soir et d’un petit déjeuner. A la Marmotte et à l’Abri PC une collation est servie le soir, alors qu’au Sleep-In une cuisine est mise à disposition des usagers. Aucune des trois structures n’offre la possibilité de faire la lessive, ni de faire office de boîte aux lettres (sauf au Sleep-In sur demande) ou d’adresse légale. Les veilleurs des structures sont à disposition des usagers pour toute information et orientation dans le réseau. A la Marmotte, un suivi social de transition est offert dans la mesure du possible aux personnes le demandant, ainsi que des arrangements pour des séjours allant au-delà des 15 nuits prévues afin de favoriser la sortie de certains usagers ‘par le haut’ et de permettre à certains usagers très désorientés de s’établir quelque temps en un endroit. Mais aucune des trois structures n’est en mesure d’offrir un véritable suivi social sur le long terme, vu le nombre d’usagers se succédant, et ne restant parfois que quelques jours, et les ressources à disposition des structures. Le dispositif d’hébergement d’urgence de la ville est donc composé de 105 places en hiver, et de 55 places en été. En comparaison, Genève, avec une population de 190’000 habitants (contre 135’000 à Lausanne) dispose de 246 places pour les sans-abris pendant la période hivernale. A cette offre lausannoise s’ajoutent 18 places d’accueil de nuit d’urgence à Yverdon (La Lucarne) et 18 places à Vevey (Le Hublot). Canton et Ville de Lausanne se partagent la facture des hébergements lausannois (50-50%), alors que le canton de Vaud couvre la totalité des coûts des structures à Yverdon et à Vevey4.

4

Pro memoria : En 2011 le coût total d’une nuitée s’est monté à Fr. 40.- à l’Abri PC ; à Fr. 79.- à la Marmotte et à Fr. 87.- au Sleep In.

6

Ces structures d’accueil sont des lieux d’urgence, appelés à accueillir toute personne précaire se retrouvant sans logement et ne bénéficiant pas des moyens suffisants pour se loger à l’hôtel ou dans un appartement en location. Ainsi l’accès à ces structures n’est assorti d’aucune condition, si ce n’est celles de s’acquitter d’un montant de Fr. 5 pour la nuit et de respecter les règles de vie en vigueur dans l’établissement. En plus de ces structures d’urgence, il existe un éventail de lieux à Lausanne offrant un accueil de nuit à certains groupes de population, en fonction de leurs besoins et pour des durées plus ou moins longues. Parmi ceux-ci, pour l’accueil d’urgence : le foyer Malley Prairie accueille pour la nuit jusqu’à 20 femmes, avec ou sans enfants, victimes de violence ; les Sœurs Missionnaires de la charité ont 8 lits pour des femmes, avec ou sans enfant, en foyer d’urgence gratuit. Pour l’accueil résidentiel : les structures EVAM hébergent les requérants d’asile, NEM et requérants déboutés ; le Parachute dispose de 8 chambres pour des mineurs en rupture ; les fondations du Levant, Bartimée, et les Oliviers reçoivent des personnes toxico-dépendantes ou consommatrices d’alcool ; Le Rôtillon accueille 21 adultes souffrant de maladie psychique chronique ; le Foyer Relais accueille 15 adultes avec un projet d’insertion sociale ou professionnelle pendant une durée pouvant aller jusqu’à un an. Finalement, le Service Social de la Ville de Lausanne (SSL) dispose d’un parc de 410 logements sociaux, loués temporairement ou définitivement à des personnes ou familles privées de logement, suite à une expulsion ou une situation de logement précaire. Pour les familles, 4 ‘’chambres familles’’ sont à disposition au Relais de Vidy. En addition, 18 chambres disposées dans 4 appartements communautaires ont été ouvertes récemment pour des personnes aptes à vivre en communauté, mais nécessitant un certain accompagnement social. Les usagers doivent être prêts à accepter la cohabitation et ne doivent pas souffrir de troubles de comportement manifestes. Les personnes toxicodépendantes en cure et suivies sont passibles d’être accueillies, mais ce n’est pas le cas des personnes toxicodépendantes en consommation active ni des personnes avec des troubles psychologiques majeurs. Pour ces derniers, la piste d’une Pension Sociale est en cours d’analyse et d’élaboration. Le manque de disponibilités sur le marché du logement d’un lieu pouvant accueillir une telle structure ralentit sa réalisation. La plupart des 432 logements sociaux du SSL ont été conçus à l’origine comme des logements de transition, mis à disposition pour une période de temps limitée dans l’attente de trouver un appartement sur le marché. Mais plus du tiers de ces logements sont occupés pendant plus de 4 ans, car le manque de logements sur le marché rend une telle transition impossible. Ainsi, la situation actuelle de pénurie de logements contribue non seulement à augmenter le nombre de personnes dans les logements d’urgence et de transition, mais aussi à freiner les ‘’sorties par le haut’’, à savoir les passages des logements d’urgence vers les logements de transition, et des logements de transition vers le marché libre. Il convient néanmoins de relativiser les possibilités de sorties par le haut des logements d’urgence vers des logements de transition ou logements fixes. Il s’avère en effet que parmi la population fréquentant les logements d’urgence seule une petite proportion qualifie véritablement pour un passage vers un logement de transition, voire fixe. Le profil de ces usagers (souvent non inscrits au contrôle des habitants, ou avec des problèmes de comportement, de troubles psychologiques, de dépendance, ou simplement de passage sur sol lausannois) explique ce fait.

7

Typologie des logements

Logements d'urgence • Lieux d'hébergement d'urgence • Hôtels • Squats; logements de fortune • Réseau social primaire

Logements transitoires • Logements sociaux du service social (SSL) • Appartements communautaires • Pension sociale • Appartements protégés • Foyers, institutions • Hôtels

Logements fixes • Logements subventionnés (SLG) • Logements sur le marché libre

2.3 La rencontre entre l’offre et la demande offre En observant la réalité le soir à l’entrée des structures d’accueil, et en consultant les chiffres de fréquentation, nous sommes amenés à faire le constat suivant : les structures d’hébergement d’urgence existantes en ville de Lausanne sont saturées et ne suffisent plus pour répondre à la demande crois croissante d’hébergement nocturne. Ceci malgré le fait que les structures n’ont cessé d’augmenter leur capacité d’accueil et d’accueillir de plus en plus d’usagers au fil des années (La Marmotte a ainsi passé de 5’000 nuitées en 19 à 11'300 1995 en 2011 ; le Sleep-In de 5’500 nuitées en 1997 à 8'500 en 2011). Cette demande en n augmentation entraine des difficultés pour les structures et leur personnel, qui est amené chaque soir à sélectionner de plus en plus strictement les bénéficiaires qui recevront un lit, générant des pressions psychologiques pour le employés, ainsi que des problèmes les , sécuritaires à l’entrée des structures. Les usagers sont aussi mis à rude épreuve dans de telles situations, ne sachant pas avant 20 (Marmotte) ou 21h (Sleep In) si ils disposeront uations, 20h d’une chambre pour la nuit, et pour combien de temps. Ils peuvent être amenés à se it, Ils déplacer dans une autre structure le soir, dans l’espoir d’une place, mais il n’est pas rare que les trois structures soient pleines et que la personne se retrouve sans toit pour la nuit. Chaque soir, les trois structures d’hébergement d’urgence de la Ville (la Marmotte, le Sleep SleepIn et l’Abri PC en hiver) refusent en moyenne au total environ 30 personnes, qui n’ont pas d’autre choix que de dormir dehors ou dans un abri de fortune. Sur les deux derniers mois de 2011 et janvier 2012, le Sleep Sleep-In et la Marmotte ensemble ont comptabilisé zéro nuit pas complètes en novembre, trois en décembre et une en janvier. La situation de l’Abri PC, . ouvert début novembre, était différente dans la mesure où les 50 places disponibles n’ont pas été totalement occupées avant la fin novembre. Ceci peut s’expliquer en partie par les températures clémentes du mois de novembre, et entre autre par le fait que la population le Rom a préféré, dans ces conditions climatiques, rester en famille, dans les voitures et dans les cabanons des Prés-de –Vidy. Mais dès le 1er décembre l’Abri PC a été complet tous les Vidy. soirs en décembre et janvier, à l’exception d’un nuit durant le mois de décembre et d’une , d’une nuit durant le mois de janvier. Lors des grands froids de février 2012, un Plan Grand Froid a été mis sur pied pendant 20 jours, consistant en l’augmentation de la capacité des lieux d’accueil d’urgence, de 10 pla d’urgence, places au Sleep-In (passant d’une capacité de 24 à 34 places), de 10 places à la Marmotte (passant n 8

de 31 à 41 places), et de 25 places à l’Abri PC (passant de 50 à 75 places). Le total des lits à disposition des sans-abri lausannois pendant cette période s’est ainsi monté à 150. Il est intéressant de constater que malgré les froids polaires, les 150 places n’ont jamais été toutes utilisées. La fréquentation a oscillé entre 120 et 140 usagers par soir. En temps normal, n’arrivant jamais à accueillir toutes les personnes le soir à l’entrée, les structures appliquent un certain nombre de critères, qui leur permettent de donner priorité à certains usagers. Un critère universel entre les trois structures est la priorité accordée aux résidents Lausannois (bien que ce terme soit appréhendé différemment d’une structure à l’autre ; ainsi la Marmotte considère comme résident une personne en possession d’un permis de séjour valable ou d’un passeport suisse, alors que la Sleep-In et l’Abri PC ont choisi d’appeler résident toute personne, en possession ou non de papiers valables, qui est installée sur territoire lausannois depuis plus d’une année et qui a l’intention d’y rester dans les années à venir). Viennent ensuite les femmes, les enfants, les personnes vulnérables, malades ou handicapées. Le Sleep-In combine ces critères avec le critère du nombre de nuits déjà passées dans leur établissement, avec une priorité donnée aux personnes n’ayant pas dormi dans la structure les deux nuits précédentes et ayant le moins de nuits dans l’établissement à leur actif. La Marmotte et le Sleep-In ont fixé un nombre de nuits maximum offert par mois aux usagers, de 15 et 18 nuitées respectivement. Ce nombre de nuits peut être ajusté en fonction de la situation de l’usager, mais il n’est assuré que dans un nombre limité de cas au vu de l’afflux de personnes demandant à être hébergées. Finalement, le Sleep-In et la Marmotte appliquent une forme de quota par groupe de population, afin d’éviter que la structure soit occupée majoritairement par un groupe spécifique. Le tableau ci-dessous résume les statistiques de 2011 en matière d’hébergement d’urgence. 26'224 nuitées ont été offertes pendant l’année et 8’767 refus ont été décrétés à l’entrée des structures. La durée moyenne des séjours par année, entre 10 nuits au Sleep-In et 12 à la Marmotte, illustre la difficulté des structures à garantir un nombre de nuits satisfaisant à leurs usagers. Le grand nombre de personnes différentes accueillies dans les structures chaque année (plus de 800 à la Marmotte et plus de 900 au Sleep-In, pour un total de 1'200 personnes différentes estimé, comme une partie des usagers fréquentent les deux structures) explique l’incapacité des structures à être plus généreux en termes de nuitées. Ces chiffres illustrent aussi le fait que la population des usagers des structures est composée de deux groupes distincts : d’un côté une relativement petite proportion de personnes locales marginalisées (‘’résidents lausannois’’ au sens strict), à qui les structures arrivent généralement à assurer le nombre maximum de nuits par mois (ceci concerne environ 10 personnes chaque mois qui reçoivent 15 nuits à la Marmotte et 5 personnes environ par mois qui reçoivent 18 nuits au Sleep-In) ; de l’autre une large proportion de personnes vulnérables en mouvement, ne recevant que quelques nuits par année. Tableau état des nuitées en hébergement d’urgence à Lausanne 2011 Etat des nuitées en hébergements d’urgence 2011 Abri PC La Marmotte Le Sleep-In (5 mois) Nombre total nuitées hommes 4’836 9’978 6’885 Nombre total nuitées femmes 1’501 1’291 1’687

Total 21'699 (83%) 4'479 (17%) 9

Nombre nuitées total Nombre total de refus Nombre de personnes différentes durant l’année Part des résidents lausannois par rapport aux non-résidents par nuitée (estimation) - Résidents (sens étroit) - Résidents au sens large (à Lausanne depuis plus d’un an) Durée moyenne des séjours (nombre de nuits/personne/an)

6’337 1’432 -

11’269 2’668 807

8’572 4’667 906

26'178 8’767 Est. 1’200

5% 20-30%

20%

10-15%

-

12 nuits

10 nuits

-

Le graphique ci-dessous illustre l’évolution des refus à l’entrée des trois structures d’hébergement d’urgence sur les quatre dernières années. La tendance reflétée est celle d’une augmentation lente mais constante des refus, avec des pics de refus en hiver 2008-09, 2010-11 (plus de 1’200 refus en mars 2011) et 2011-12 (plus de 1’000 refus en décembre et janvier 2012). Le mois de février 2012 n’a comptabilisé que 420 refus au total suite à l’instauration du Plan Grand Froid entre le 1er et le 20 février, où la capacité totale en hébergement est passée de 105 à 150 lits. Depuis septembre 2010 le nombre de refus total par mois n’est plus jamais passé en dessous de la barre des 400 (à l’exception de 398 en juin 2011), alors que des refus mensuels de 200 à 300 étaient encore fréquents en 2008 et 2009. Alors que les refus cumulés entre les structures se montent en moyenne entre 25 et 35 par soir durant les mois d’hiver (septembre à mars), ils avaient tendance à se stabiliser à 10-20 en moyenne par soir pendant la période estivale (mai à août). Mais ceci ne semble plus se confirmer cette année, où les refus ne sont pas descendus en dessous de la barre des 25 par soir en mai et juin et avoisinent les 20 par soir en juillet. Evolution des refus à l’entrée des trois structures 2008-2012

Refus
1400 1200 1000 800 600 400 200 0 oct..08 oct..09 oct..10 janv..08 janv..09 janv..10 janv..11 oct..11 janv..12 juil..08 juil..09 juil..10 juil..11 avr..08 avr..09 avr..10 avr..11 avr..12 juil..12
Plan Grand Froid

10

Dans le contexte économique actuel, où l’écart entre les quintiles les plus aisés et les plus pauvres a tendance à se creuser, où les perspectives d’emploi se raréfient, où la précarité ne cesse d’augmenter même en Suisse et en Europe, cette situation n’est pas en passe de s’améliorer. Au contraire, nous devons nous attendre à devoir accueillir toujours plus de groupes différents de populations vulnérables, de personnes en précarité de logement, en recherche d’emploi, résidentes ou migrantes, ceci d’autant plus que la situation du logement est aujourd’hui très tendue dans le bassin lémanique et l’accès au logement y est particulièrement difficile. Le taux d’occupation des foyers d’hébergements collectifs de l’EVAM, qui accueille les requérants d’asile sur territoire vaudois, atteint les 120% actuellement. L’EVAM peut accueillir 4’000-4’500 requérants alors qu’il y a 5’000 personnes à héberger. Les structures sont débordées et l’EVAM est constamment à la recherche de nouvelles solutions et de nouveaux lieux à occuper. Ce chiffre illustre l’augmentation des personnes venant demander asile dans la Canton de Vaud. En ce qui concerne les hébergements d’urgence de la ville de Lausanne ce chiffre est préoccupant car il laisse à penser que les structures d’urgence seront de plus en plus sollicitées par des requérants d’asile qui ne trouvent pas à se loger dans les structures de l’EVAM, faute de place.

3. Cadre et objectifs 3.1 Cadre légal : Il n’est pas inutile de rappeler qu’à la fois la Constitution suisse et la Constitution vaudoise ont inscrit le droit à un toit (et plus spécifiquement à ‘’un logement approprié’’) dans leurs articles. Ainsi la Constitution suisse stipule dans son article 41 que : La Confédération et les cantons s’engagent, en complément de la responsabilité individuelle et de l’initiative privée, à ce que: toute personne en quête d’un logement puisse trouver, pour elle-même et sa famille, un logement approprié à des conditions supportables. La Constitution vaudoise affirme quant à elle dans son article 33 que : Toute personne dans le besoin a droit à un logement d’urgence approprié et aux moyens indispensables pour mener une existence conforme à la dignité humaine. L’Article 67 dit encore ceci : L’Etat et les communes, en complément des démarches relevant de la responsabilité individuelle et de l’initiative privée, veillent à ce que toute personne puisse disposer d’un logement approprié à des conditions supportables. 3.2 Objectifs : La FEANTSA (Fédération Européenne des Associations Nationales travaillant avec les Sans-abri) a énoncé cinq objectifs, qui représentent certes un idéal difficile à atteindre, mais que nous considérons comme valides et pertinents pour la ville de Lausanne : • • • Personne ne devrait dormir dans la rue Personne ne devrait rester dans un hébergement d’urgence lorsque la période d’urgence est passée Personne ne devrait rester dans un hébergement de transition plus longtemps que nécessaire 11

• •

Personne ne devrait sortir d’une institution sans options de logement Aucun jeune ne devrait finir sans-abri à cause de la transition vers la vie indépendante.

Le logement représente un élément clé dans la vie d’une personne, et la sécurité du logement en est un aspect essentiel. Le logement est un lieu qui permet le développement d’un sentiment d’appartenance et d’intégration sociale; c’est un espace de vie et de prolongement d’une personne. Il est une condition nécessaire pour vivre dans la dignité et pour la construction d’une identité individuelle et collective. Il est établi que l’absence de logement fixe et un séjour de plusieurs mois dans des établissements d’urgence ou à la rue sont des facteurs importants de précarisation, de désinsertion, et de dégradation de l’état de santé physique et psychique. L’objectif ultime derrière un tel dispositif d’hébergement d’urgence est d’arriver à une situation où ce dispositif devient redondant et inutile, par le fait que le sort des personnes sans logement a pu être réglé (par exemple par le passage à un autre type de logement plus adapté et moins précaire). Une telle situation, où le nombre de personnes sans logement diminue voire tend vers zéro, est utopique dans les faits, mais elle doit nous guider dans les réflexions faites et dans les solutions envisagées. Ce n’est en effet qu’en proposant des solutions adaptées aux différents groupes de population et à leurs réalités que le nombre de personnes en précarité de logement diminuera. La Ville de Lausanne doit pouvoir assurer une politique d’accueil équitable et équilibrée pour les personnes en grande précarité et sans logement. Pour ceci elle doit disposer d’un dispositif d’hébergement d’urgence cohérent, organisé et transparent, qui permette d’assurer un lit pour tous ses résidents et pour une grande proportion des personnes vulnérables sans abri (non résidentes). De plus, en étoffant l’offre d’hébergement d’urgence, et en permettant à un certain nombre d’usagers, de séjourner pour une durée plus longue qu’aujourd’hui (de 1 à 3 mois), les hébergements devraient pouvoir les accompagner, les orienter et par là jouer un rôle de tremplin social, allant au-delà de la fonction purement humanitaire qui est celle que remplissent les structures actuellement.

4. Propositions 4.1 Organisation de la demande d’hébergement Avec l’augmentation continue de la demande en hébergement d’urgence pendant ces dernières années, les structures se sont vues confrontées de plus en plus fréquemment à des situations tendues, où le nombre de personnes à refuser chaque soir égalait le nombre de personnes accueillies. Ces situations affectaient non seulement le travail des veilleurs mais aussi la sécurité des lieux et des usagers. Elles étaient aussi particulièrement difficiles pour les usagers, qui se retrouvaient parfois tard le soir sans lit pour la nuit. De ces constats est née l’idée de mieux ‘’organiser la demande’’, afin que soient diminués les débordements aux entrées le soir, et que les usagers en recherche d’un lit soient fixés plus tôt dans la journée sur leur sort.

12

4.1.1 Expérience pilote : Cartes de réservation à l’Abri PC Un système de cartes d’accès nominatives a ainsi été mis sur pied au début de l’hiver 2011 dans le cadre de l’Abri PC géré par la ville. Des cartes bleues à l’attention des résidents lausannois ont été émises pour toute la durée d’ouverture de l’Abri (de novembre à début avril), ainsi que des cartes jaunes de courte durée à l’attention des non résidents. Environ 70 cartes bleues et 270 cartes jaunes ont été distribuées pendant la durée d’ouverture de l’Abri. Les cartes bleues ont été distribuées par les veilleurs de l’Abri, mais aussi par certains partenaires du réseau, tels la Marmotte, la Soupe Populaire, la Fondation ABS et Caritas. Les cartes jaunes ont été distribuées uniquement par les veilleurs de l’Abri. Les cartes ont été distribuées en partie à l’avance (cartes bleues) et en partie le soir, avant l’ouverture officielle de l’Abri (entre 21h30 et 22h). Les cartes bleues, pour résidents, donnaient droit à un accès quotidien jusqu’à la fermeture de l’Abri le 1er avril. Les cartes jaunes ont été distribuées en priorité aux femmes et aux enfants, pour la durée souhaitée (parfois jusqu’à 1 ou 2 mois), puis aux hommes seuls pour 7 nuits. L’avantage du système consiste dans le fait que des cartes jaunes pouvaient être distribuées pour une période ultérieure si l’Abri était plein le soir-même. Ainsi des personnes qui ne pouvaient pas être accueillies le soir-même recevaient l’assurance d’un lit pendant 7 nuits pour la semaine d’après. Quelques leçons tirées de l’expérience pilote: • Alors que l’inverse avait été imaginé à l’origine, le système s’est montré plus convaincant pour les cartes jaunes que pour les cartes bleues. Alors qu’environ 70 cartes bleues ont été distribuées, nous pouvons estimer à un noyau d’environ 10 à 15 le nombre de résidents ayant fréquenté régulièrement l’Abri. Les autres ont, pour des raisons diverses, peu ou pas fréquenté la structure. Beaucoup de résidents ayant reçu une carte bleue ont quand même cherché chaque soir à recevoir un lit à la Marmotte ou au Sleep-In. D’autres ont peut-être trouvé des solutions alternatives (amis, famille), ou ne sont pas arrivés jusqu’à l’Abri à l’heure exigée. Nous pouvons faire l’observation suivante à cet égard : La population ‘’résidente’’, qualifiant pour des cartes bleues, est composée d’une grande partie de personnes toxicodépendantes, consommatrices d’alcool, ou avec des troubles psychologiques, qui s’accommodent mieux d’une structure plus conviviale comme la Marmotte ou le Sleep-In que des dortoirs de l’Abri. Ceci peut expliquer pourquoi bon nombre de personnes disposant d’une carte bleue n’ont finalement pas ou peu séjourné à l’Abri. Le problème de cet état de fait a été que l’Abri s’est trouvé avec un grand nombre de lits ‘’réservés’’ pour des personnes avec carte bleue, alors que ces personnes ne venaient pas dormir. Ceci a été difficile à gérer pour les veilleurs, qui se sont retrouvés vers 22h-22h30 à faire entrer des personnes pour une nuit, afin d’occuper les lits laissés vacants par les détenteurs de cartes bleues. L’application du système de sanction, où un usager perdait sa carte bleue s’il ne venait pas pendant 3 nuits sans en informer les veilleurs, a été plus difficile que prévu à mettre en place, par le fait que l’usager n’était justement plus là pour qu’on l’informe de la sanction attribuée (et qu’il était difficile de lui interdire l’accès si il revenait plusieurs nuits plus tard). Le système des cartes jaunes a relativement bien fonctionné. Les femmes et les enfants ont reçu de telles cartes pour la durée de leur séjour. Certaines femmes Rom ont ainsi séjourné toute la durée d’ouverture de l’Abri. Pour les autres (hommes seuls non résidents), des cartes à durée limitée ont été distribuées. La possibilité de pourvoir distribuer des cartes pour une période ultérieure a facilité la tâche des 13

veilleurs, qui pouvaient ainsi offrir quelque chose aux personnes ne recevant pas de lit pour la nuit même. L’autre aspect positif du système était que chaque soir les entrées se faisaient plus facilement, dans la mesure où sur les 45 usagers accueillis, une trentaine peut-être disposaient déjà d’une carte. L’entrée pour ces personnes là, qui entraient en priorité, se faisaient donc rapidement. Il restait ensuite à sélectionner une dizaine ou une quinzaine de personnes, à qui une carte jaune était distribuée. Aux personnes refusées, une carte pour une période ultérieure était proposée. La plupart des cartes (bleues et jaunes) ont donc été distribuées le soir juste avant l’ouverture par les veilleurs de l’Abri. L’avantage de ce système réside dans le fait que les veilleurs avaient une certaine marge de manœuvre pour choisir les usagers et pour pouvoir offrir pour la semaine d’après une carte d’accès. Le désavantage étant que les veilleurs se retrouvaient mis à rude contribution chaque soir, dans la mesure où il fallait faire entrer les personnes en possession d’une carte ; choisir parmi les nouveau arrivants les personnes passibles de recevoir une carte tout de suite ; l’établir ; puis annoncer aux personnes non accueillies le refus pour le soirmême tout en proposant une carte pour une période ultérieure. Ces multiples tâches devaient être réalisées dans un laps de temps très court (en moins d’une heure). Finalement, le bon fonctionnement du système repose sur un système informatique et une base de données pratique, visuelle et efficace. Au début de l’ouverture de l’Abri, le système informatique a bien fonctionné, mais au fil des mois la base de données est devenue de plus en plus difficile à gérer, jusqu’à ne plus être ni pratique ni opérationnelle. Une base de données et un programme informatique efficients sont la clé de la réussite d’un tel système d’enregistrement. 4.1.2 Un système généralisé de centralisation des demandes

A l’image de Genève pour les usagers des deux abris PC et des grandes villes françaises, un système de réservation pendant la journée est proposé pour la ville de Lausanne. Ce système sera installé au sein du nouvel Espace d’accueil de jour, géré par le SSL, qui verra le jour en automne 2012. Les réservations seront effectuées par une équipe en charge des réservations, composée d’intervenants socio-éducatifs engagés par le SSL pour l’Espace et les réservations, ainsi que par des veilleurs des différentes structures d’hébergement (Marmotte, Sleep-In et Abri PC, en alternance). Missions et objectifs: La réservation d’un lit en hébergement d’urgence pendant la journée permet de renforcer la prévisibilité et donc la sécurité pour les usagers, qui sauront dès le matin s’ils ont une place pour la nuit, pour combien de jours, et dans quel établissement. Grâce à la présence dans l’équipe responsable des réservations de veilleurs des structures d’hébergement d’urgence, un lien et un suivi sont assurés entre la nuit et le jour. L’endroit où la réservation est effectuée se trouve au sein de l’Espace d’accueil de jour, lieu passerelle souhaité entre populations marginalisées et orientation/prestations. Les usagers ont ainsi un lieu à disposition où diverses prestations sont proposées, allant de l’accueil, écoute, orientation, réservation d’un lit, à un aiguillage vers des prestations proposées par le réseau (par exemple sanitaires, au Point d’Eau). 14

-

-

-

Le système doit permettre de réduire le monde chaque soir à l’entrée des structures, ainsi que de faciliter le travail des veilleurs, qui auront un travail de sélection moins important à fournir grâce à ce système.

Principes du système de réservation: Non discrimination : Le principe de non discrimination est respecté. La langue, la religion, la provenance, la possession de papiers d’identités ou non, le mode de vie réel ou supposé ne constituent pas des critères de refus d’une personne cherchant un lit pour la nuit. Toute personne ne disposant pas d’un abri pour la nuit et dans le besoin est donc accueillie par l’équipe en charge des réservations à l’Espace d’accueil de jour. Les personnes disposant d’un lit dans le cadre de l’EVAM sont considérées comme ayant un abri quelque part et ne font donc pas partie des populations-cible des structures d’hébergement d’urgence. Confidentialité : Les données récoltées dans le cadre de l’enregistrement des usagers sont utilisées uniquement pour le fonctionnement du système de réservation et à aucune autre fin. La protection des données est garantie selon la Loi fédérale sur la protection des données. Elles sont donc confidentielles et ne sont pas diffusées à l’extérieur du réseau de prise des réservations (à savoir structures d’hébergement et équipe en charge de la réservation à l’Espace d’accueil), de sorte à ce que l’anonymat des usagers et la confidentialité sont assurés par rapport à la police et à toute entité ou service qui demanderait à consulter les noms des usagers. Le système implique néanmoins l’absence d’anonymat, dans la mesure où un identifiant est demandé lors de l’entretien d’accueil à chaque usager ainsi qu’une date de naissance et une indication si la personne est résidente lausannoise (et qualifie donc pour l’aide sociale/RI et un suivi du SSL) ou non. Une photo de l’usager, qui entrerait dans la base de données et figurerait sur la carte de réservation distribuée à chaque usager, est une option à étudier dans la mesure où elle se suffit à elle-même et nécessite peu d’indications supplémentaires de la part de l’usager (à part un identifiant). Les résidents lausannois qualifiant pour l’assistance publique, pour qui une place est assurée dans les structures, doivent néanmoins être en mesure de prouver leur lien avec la ville (attestation du contrôle des habitants ; permis de séjour ; attestation de prise en charge par les services sociaux ; attestation de l’employeur…).Les papiers d’identité par contre ne sont pas demandés aux usagers et leur présentation ou non ne constitue pas un facteur discriminant. Accessibilité : Le lieu où la réservation s’effectue, au sein de l’Espace d’accueil, est un lieu facilement accessible, central, accueillant, et ouvert le plus fréquemment possible afin de favoriser l’accessibilité à la réservation. Les personnes en charge des réservations dans l’Espace d’accueil sont familières avec les spécificités des structures d’hébergement et surtout avec les populations marginalisées et fragilisées, et sont capables de les accueillir et de les orienter humainement et professionnellement lors de la discussion initiale qu’ils auront avec chaque personne en recherche d’un toit. Flexibilité : Les réservations sont effectuées la journée par une équipe au sein de l’Espace d’accueil de jour. L’équipe, après discussion avec l’usager de sa situation et des meilleures solutions possibles pour lui, lui réserve un lit dans l’une des structures, pour un certain nombre de nuits. Des critères clairs seront définis quant au nombre de nuits que différentes catégories d’usagers peuvent attendre (ex. les femmes, les 15

-

-

-

-

résidents vulnérables, etc…). Néanmoins, le système permet un certain nombre d’arrangements et une certaine flexibilité. Ainsi : Chaque structure dispose d’un taux de lits non alloués pendant la journée qu’elle peut attribuer chaque soir à des personnes se présentant sans carte ou en urgence. (La personne sans carte sera accueillie pour une nuit et devrait se présenter le lendemain à l’Espace d’accueil de jour pour recevoir une carte d’accès à l’une des structures.) De plus chaque structure dispose de la liberté de proposer des arrangements particuliers à ses usagers, en fonction des situations particulières des bénéficiaires (par ex. séjour de moyenne durée). Finalement, les structures gardent la liberté de refuser certaines personnes (par exemple pour des raisons de sanctions prononcées suite à des comportements violents). Participation des structures d’hébergement d’urgence : Le système fonctionne grâce à une étroite collaboration et une bonne information entre les structures d’hébergement d’urgence et l’Espace d’accueil de jour. Afin d’assurer une cohérence optimale et une collaboration étroite entre les deux, et de faire au mieux le lien entre le jour et la nuit, il est souhaité que les structures d’hébergement soient inclues dans le fonctionnement du système de réservation et d’accueil de jour en mettant à disposition de l’équipe en charge des réservations un certain pourcentage de temps de travail de veilleurs. Ceci permet un vrai travail de suivi entre le jour et la nuit, et règlerait une partie des problèmes de gestion et de confidentialité des données et de transmission d’informations entre le jour et la nuit.

Remarques: • Les personnes souffrant de troubles psychologiques, consommatrices de substances ou d’alcool, qui n’ont pas les capacités de se projeter plus loin que quelques heures dans la journée, et qui refusent parfois toute forme d’organisation ou de planification de leur temps, constituent une population qui mérite une attention particulière et pour laquelle des solutions pragmatiques doivent être trouvées. Ainsi, la collaboration des institutions côtoyant ces usagers au quotidien (ex. Fondation ABS) sera déterminante. Ces institutions seront sollicitées pour prendre contact directement avec l’Espace d’accueil pendant la journée, afin de trouver une solution satisfaisante pour l’usager en question. Les structures d’hébergement d’urgence chercheront aussi des solutions directement avec l’équipe de réservation à l’Espace d’accueil pour les cas précis des usagers ayant des appréhensions ou des difficultés à se rendre à l’Espace d’accueil pendant les heures d’ouverture (éventuellement enregistrement et distribution de cartes directement par la structure d’hébergement à ces usagers). En outre, un certain nombre de places, dites d’urgence, seront gérées par les accueils de nuits eux-mêmes, afin de garantir l’accueil de personnes n’ayant pu se rendre à la centrale de réservations. Il est important de noter qu’entre 50 et 100 personnes sont passibles de transiter chaque jour, en hiver en tout cas, par l’Espace d’accueil de jour à la recherche d’un lit pour la nuit. L’Espace d’accueil devra être organisé pour accueillir un tel afflux de monde, et avant tout des ressources humaines suffisantes seront indispensables pour effectuer ces enregistrements de manière professionnelle, efficace et accueillante.

16

Le système devra être testé pendant les 6 premiers mois, afin d‘évaluer sa faisabilité et son utilité. Les leçons seront tirées de ces mois-pilote et le système adapté en fonction. Les éléments mentionnés dans ce chapitre sont des points relativement généraux sur le système d’enregistrement à la journée. Le Groupe de travail va poursuivre sa réflexion dans les mois à venir afin de mettre sur pied pour l’automne un système de réservations de jour avec des modalités concrètes et précises.

Les propositions contenues dans cette section 4.1.2 ne font pas l’unanimité auprès des structures composant le groupe de travail. Ainsi l’Annexe 1 contient les prises de position décrivant les points de divergence du Sleep-In et de la Marmotte. 4.2 Augmentation et diversification de l’offre La situation critique en matière d’hébergement d’urgence à Lausanne nécessite non seulement une réorganisation de la demande, mais aussi une augmentation et une diversification de l’offre existante. Ce chapitre propose un certain nombre de principes de base qui chapeautent le dispositif d’hébergement d’urgence ainsi que plusieurs pistes relatives à un accroissement de l’offre et aux prestations proposées. 4.2.1 Principes de base : 1. Accueil bas seuil : Offrir un lit pour la nuit à toute personne démunie qui ne dispose pas d’un lieu pour dormir, en respectant les principes de non discrimination, absence de jugement des différentes situations, respect des usagers, et ceci à un prix très bas et avec peu d’exigences (si ce n’est de s’acquitter des Fr. 5.- pour la nuit et de respecter les règles de vie en vigueur dans l’établissement), afin d’assurer l’accessibilité des prestations au plus grand nombre. Dans la mesure où chaque usager indique un nom à l’entrée (véritable identité ou nom fictif), l’anonymat total n’est pas une caractéristique du dispositif. 2. Critères de priorisation : Les structures d’hébergement d’urgence, financées à 50% par la Ville de Lausanne et à 50% par le Canton, accueillent en priorité les résidents lausannois, qui sont des personnes résidant en ville et ayant droit à une assistance publique. Pour ces personnes- là, une place est assurée dans les structures. Les structures accueillent ensuite les personnes selon une série de critères dont : degré de vulnérabilité ; maladie et handicap ; femmes et enfants ; nombre de nuitées passées dans une structures dans le mois et durant les derniers jours ; résident ‘’de fait’’ (personnes installées à Lausanne depuis plus d’une année). Plus la demande en hébergements d’urgence est haute et l’offre limitée, plus la nécessité de fixer des critères précis et restrictifs est grande. Le critère des ‘’résidents Lausannois qualifiant pour l’assistance publique’’ est le noyau dur, le plus petit dénominateur commun des personnes pour qui un lit doit être assuré. En étoffant l’offre, et en augmentant le nombre de lits à disposition des personnes sans domicile, nous voulons pouvoir élargir ce cercle des usagers pour qui un lit est assuré, en englobant idéalement les résidents lausannois ‘au sens large’ (à savoir établis depuis plus d’une année sur territoire lausannois, avec l’intention d’y rester). Les requérants d’asile ainsi que les requérants déboutés (non-entrée en matière - NEM) hébergés dans l’une des structures de l’EVAM (Etablissement Vaudois d’Accueil des 17

Migrants) ne devraient pas être accueillis dans les structures d’hébergement d’urgence. Ces personnes ont en effet un lit réservé dans une structure du Canton et ne sont donc pas considérées comme des sans abri de la région lausannoise. 3. Spécificités et complémentarité des structures : Les structures offrent des prestations spécifiques et différenciées, dans une certaine mesure aussi à un public différencié (ex. enfants accueillis à certains endroits seulement). La complémentarité entre les structures est un atout qui doit être préservé. La diversité et la complémentarité des structures permettent qu’une grande partie des problématiques des usagers soient adressées, et que des populations différentes se reconnaissent dans l’une ou l’autre des structures. 4. Une offre combinant hébergement d’urgence de courte durée et séjours de moyenne durée : L’offre de lits en hébergements d’urgence est composée d’une part de séjours de courte durée, afin de répondre à l’urgence au jour le jour, d’autre part de séjours de plus longue durée (pouvant aller jusqu’à 3 mois) mais s’inscrivant toujours dans une perspective d’urgence et ne remplaçant pas les logements de transition. Ces séjours de moyenne durée permettent le suivi de la personne et son accompagnement dans diverses démarches, dans une optique de réinsertion et d’une éventuelle ‘’sortie par le haut’’. Les personnes qualifiant pour un séjour de moyenne durée sont les personnes en grande précarité (y compris les femmes avec ou sans enfants), les personnes avec un projet précis de recherche d’emploi ou de recherche d’appartement par exemple, les personnes dont le recours aux structures d’urgence relève de la chronicité, ou les personnes très désinsérées socialement et qui ont besoin d’un accueil de moyenne durée avec une orientation et un encadrement pendant une période de temps. 5. Hébergement d’urgence et consommation de stupéfiants : La consommation d’alcool et de tabac n’est pas tolérée dans les structures d’hébergement. La consommation de stupéfiants y est interdite (obligation légale). Les structures appliqueront les sanctions prévues à cet effet en cas de non respect des règles. Néanmoins, dans une optique réaliste et pragmatique et afin d’éviter le dépôt ‘’sauvage’’ de seringues usagées dans les chambres ou dans les toilettes des établissements, une boîte à seringues est installée dans chaque structure d’hébergement d’urgence. 4.2.2 Adaptation de l’offre : L’Hiver La mise sur pied du plan Grand Froid, ainsi que le décompte des refus aux entrées en dehors du plan Grand Froid, permettent d’estimer qu’environ 140 personnes étaient chaque soir en demande d’un lit dans une structure d’hébergement d’urgence en ville de Lausanne pendant l’hiver 2011-2012. Il est important de noter que la population Rom n’est que marginalement représentée dans ces 140 personnes. Elle a en effet peu fait appel aux structures d’hébergements d’urgence et a préféré rester en famille, dans les cabanons des Prés-de-Vidy, ainsi que dans des voitures stationnées dans divers parkings. Un dispositif d’hébergement d’urgence bien pensé et équitable devrait permettre de garantir un toit à un minimum de 140 personnes en ville de Lausanne en hiver, ceci sans compter la population Rom, qui se monte à environ 50-120 personnes en fonction des saisons, et les familles d’Amérique latine qui se sont installées dans les cabanons des Prés-de-Vidy cet hiver. Actuellement, le dispositif existant permet d’accueillir 105 usagers. 18

Ceci laisse à penser qu’il y a un déficit d’une quarantaine de places en hiver, sans compter la population Rom et les familles latinos qui ont séjourné aux Prés-de-Vidy, et sans augmenter le faible taux moyen d’occupation annuel existant (à savoir environ 12 nuits par personne par année à la Marmotte et 10 au Sleep-In). L’Eté Entre avril et octobre, les 2 structures ouvertes (Marmotte et Sleep-In) accueillent 55 personnes au total. La moyenne des refus par soir pendant ces mois-ci se monte à 10 à 20 en été (mai à août), et atteint près de 30 en septembre et octobre. Ainsi, pendant la période estivale et automnale (mai à octobre), la demande en hébergement se monte à 70-85 lits par soir. Ceci permet d’estimer qu’il y a un déficit d’une trentaine de places en été/automne dans la configuration actuelle où seules deux des trois structures existantes sont ouvertes (l’Abri PC ayant ouvert en 2011 de début novembre à fin mars), et ceci sans augmenter le bas taux moyen de fréquentation actuel. 4.2.2.1 La Question Rom La prospérité des villes suisses, la sécurité et la tolérance qui y règnent font qu’elles rencontrent du succès auprès des populations vulnérables voyageuses, telle la communauté Rom. Il est fort probable que l’attrait de Lausanne pour les Roms ne diminuera pas si l’initiative contre la mendicité de métier venait à être acceptée. L’exemple de Genève confirme le peu d’impact d’une interdiction de la mendicité sur la présence des Roms en ville. Leur présence à Lausanne est donc une réalité, qui ne va pas s’évanouir dans les prochains temps, et à laquelle il importe, pour des raisons de solidarité, d’éthique mais aussi d’ordre publique, de trouver une solution adéquate. L’absence de lieu permettant d’accueillir à Lausanne les familles et les personnes Rom posent les problèmes suivants : Les Roms occupent pendant des semaines, voire des mois, des parkings de la ville avec leurs voitures, s’installent dans des espaces publics non prévus à cet effet, ou occupent des structures peu adéquates et temporaires (tels les cabanons des Pré-de-Vidy) faute de mieux. Une petite partie (notamment les femmes avec enfants) séjourne dans les structures d’hébergement d’urgence (notamment l’Abri PC), avec le problème que les pères de famille Rom sont rarement acceptés, faute de place, ce qui posent problème aux familles et crée parfois des tensions. L’option qui permettrait de résoudre bon nombre de ces problèmes est celle qui consiste à aménager un terrain pour que la population Rom puisse s’installer (voir option 3 ci-dessous), libérant ainsi des places dans les structures et permettant de répondre par là aux problèmes d’ordre publique, dans la mesure où leur accueil serait centralisé en un lieu de la ville et organisé (par exemple à l’aide d’un contrat de confiance entre la ville et la communauté). 4.2.2.2 Territorialité et subsidiarité Les structures d’hébergement en Ville de Lausanne accueillent une grande partie d’usagers qui ne sont pas résidents de la ville, mais qui sont soit de passage soit résidents ‘’de fait’’ (à savoir installés à Lausanne depuis plus d’une année, mais sans être inscrits au Contrôle des Habitants). De plus, le Canton de Vaud ne dispose actuellement que de 5 structures d’hébergement d’urgence, dont 3 sont situées sur sol lausannois, une à Yverdon et une à Vevey. Ainsi sur les 141 places disponibles en hiver dans le canton, 105 (75%) se trouvent en ville de Lausanne, alors que la population de la commune de Lausanne ne représente 19

que 20% de l’ensemble de la population vaudoise. Même si il est normal que Lausanne attire davantage de personnes en grande précarité que d’autres villes du Canton, et donc qu’elle finance et gère davantage de structures d’accueil que d’autres villes vaudoises, la question d’une augmentation du nombre de lits d’urgence à l’extérieur de Lausanne doit être soulevée. Ainsi, parallèlement aux efforts supplémentaires de la ville de Lausanne en matière d’accueil de nuit d’urgence, à travers le financement d’une ou de deux structures additionnelles, des efforts d’autres communes vaudoises seraient bienvenus, afin d’étoffer l’offre de l’ensemble du Canton. Une approche coordonnée Ville-Canton est donc nécessaire, afin de traiter de la question du logement de manière globale et d’éviter que l’offre en hébergements d’urgence (et la demande) ne se concentre presque exclusivement en ville de Lausanne. Le SPAS et le SSL seront ainsi appelés à collaborer étroitement, afin de réfléchir ensemble aux meilleures propositions à formuler en matière d’augmentation de l’offre en hébergement d’urgence. 4.2.2.3 Options proposées : 1) Ouverture à l’année d’un nouveau lieu de type Marmotte (35-40 places) :

+
Augmente la capacité totale de lits à l’année de 3540 places Nouveau lieu à créer, qui peut être organisé en offrant des prestations intéressantes pour usagers : - chambres de petite taille (2-3 lits) - étage pour famille/couples - étage femmes - lieu ouvert aussi le jour, y compris le week end - buanderie ouverte - bagagerie disponible - séjours à durée modulable (de qqes jours à 3 mois) -présence permanente de veilleurs et d’un AS/éduc permettant un certain suivi - passage hebdomadaire d’une infirmière Correspond aux besoins et aux demandes de la population précarisée et sans-abri de la Ville

Option impliquant des coûts relativement élevés (achat ou reprise d’un immeuble ; aménagement ; mandat de prestation à association gérant les lieux) Quid de la population Rom ?

2) Ouverture à l’année d’un ensemble de roulottes/caravanes, éventuellement de containers, sur un terrain (par exemple Bourdonnette utilisé pendant la tenue du G8 en 2003) (35-40 places) :

+
Augmente la capacité totale de lits à l’année de 3540 places

Option impliquant certains coûts d’investissement (achat des roulottes/mobile home, isolation, raccordement) ainsi que des coûts d’entretien et de fonctionnement élevés (chauffage, entretien des roulottes exposées au froid, pluie, vent…). Nécessite la mise à disposition d’un terrain (ex. de celui

20

Nouveau lieu à créer, qui peut être organisé en offrant des prestations intéressantes pour les usagers : - roulottes famille ou couples - roulotes pour personnes seules (à 3 ou 4) - roulottes femmes - lieu ouvert aussi le jour, y compris le week end -1 ou 2 roulottes sanitaire (+ buanderie ?) -1 ou 2 roulottes cuisine -séjours à durée modulable (de qqes jours à 3 mois) -présence permanente de veilleurs et d’un AS/éduc permettant un certain suivi - passage hebdomadaire d’une infirmière

de la Bourdonnette, sur sol de la commune de Chavannes près Renens ?) Cette option intéressera la population Roms, car elle remplit plusieurs critères qui leur tiennent à cœur (accueil famille, lieu ouvert de jour, cuisine à disposition, relative indépendance), ce qui est positif en soi. MAIS il sera important de gérer la mixité des populations en un tel lieu.

A l’inverse, l’option des roulottes ne sera pas favorite auprès de bon nombre d’autres usagers qui préféreront une structure en dur (maison), considérée comme moins sommaire et moins précaire que des roulottes

3) Mise à disposition d’un terrain pour les populations et familles itinérantes (Roms, latinos..) :

+
Offre une solution pour l’ensemble de la population Rom et d’autres familles itinérantes (telles les familles latinos qui occupaient les Préde-Vidy), qui libérera ainsi des lits dans les structures existantes (estimés à environ une vingtaine). Offre une solution permettant de régler les problèmes d’ordre publique à travers un emplacement centralisé et organisé des populations itinérantes

Option délicate politiquement parlant et probablement vue comme peu attrayante par les politiques et la population lausannoise.

Ne crée pas de places pour les autres populations ; donc cette solution ne suffit pas pour étoffer le dispositif ; doit être combinée avec une autre option, créant des places pour les autres populations vulnérables (personnes seules, vulnérables, résidents etc…).

Permettrait de régler de manière humaine et relativement bon marché la situation en hébergement pour la population Rom. Modalités : Terrain pouvant accueillir un nombre défini de personnes (ex. 40), avec sanitaires et structures légères de type bungalows + possibilité de poser caravanes. Lieu en grande partie autogéré mais avec contrat de confiance pour une gestion adéquate des lieux. Eventuellement passages hebdomadaires d’une infirmière ou d’un AS. (Inspiré du modèle de l’Espace 16 - Espace temporaire pour Roms à Strasbourg) OPTION INTERESSANTE MAIS A COMBINER AVEC L’OUVERTURE D’UNE AUTRE STRUCTURE. PROBABLEMENT POLITIQUEMENT DIFFICILE A VENDRE.

4) Ouverture de l’Abri PC à l’année :

+
Augmente la capacité totale de lits en été de 50 places

N’augmente pas l’offre de lits en hiver

21

Option ne demandant pas d’investissement supplémentaire ni de création d’un nouveau lieu ; donc relativement intéressant financièrement parlant

L’Abri PC est une structure basique assurant peu de confort et d’intimité aux usagers. Ne convient pas à plusieurs groupes de populations (femmes, familles, y compris Rom, personnes très vulnérable ou avec troubles psy…) Structure acceptable pour une période de l’année, pendant les mois d’hiver, comme solution de dépannage, mais peu satisfaisante comme solution pérenne vu les problèmes de sécurité (feu..), de santé publique (épidémie), de conditions de travail difficiles pour les veilleurs, et les risques de violence liés au confinement . Solution peu chère mais offre additionnelle nulle en hiver et basique. EVENTUELLEMENT SOLUTION TEMPORAIRE PENDANT QU’UNE ALTERNATIVE SE MET EN PLACE (CF. OPTIONS 1 OU 2 CI-DESSUS) Si cette solution devait être choisie en combinaison avec l’option 1, au détriment des options 2 et 3, une solution pour l’accueil des familles (notamment ROM) devrait être prévue, en transformant l’Abri éventuellement en ‘Abri famille’.

5) Augmentation pérenne de la capacité des 3 structures existantes :

+
Augmentation possible de la capacité de l’Abri PC à 60, augmentant de 10 places la disponibilité par rapport à la disponibilité actuelle

-

Une augmentation pérenne de la capacité de la Marmotte et du Sleep-In n’est pas possible dans les lieux qu’ils occupent actuellement, pour les raisons suivantes : - Sanitaires et cuisine non adaptés à une augmentation de capacité - Impliquerait d’augmenter le nombre de lits par chambre, ce qui n’est pas faisable de manière durable (possible pour dépannage seulement) - Les normes de sécurité ne seraient plus respectées - Prétériterait les personnes vulnérables, qui se trouveraient davantage ostracisées et isolées Une augmentation de la capacité de l’Abri PC au-delà de 60 impliquerait des risques, des coûts et des désagréments : - Veilleur supplémentaire nécessaire - Entreprise de sécurité nécessaire - Difficultés à gérer une telle masse de population de manière continue dans un lieu si confiné et risques sécuritaires CONCLUSION : SEULE AUGMENTATION POSSIBLE ET DURABLE : CAPACITE DE L’ABRI PC A 60 PLACES

6) Ouverture d’un Hôtel social/très bon marché pour travailleurs (10 à 20.- la nuit):

+
Permet d’offrir un lit aux personnes ayant un contrat de travail (avec papiers ou avec un visa en cours de préparation) et aux étudiants, et aptes à payer environ 20.- par nuit pour une chambre

Concerne relativement peu d’usagers fréquentant les structures d’hébergement et risque de toucher in fine majoritairement une population non SDF et non précarisée, mais attirée par les prix bas de l’établissement (plus bas que les 40.- demandés par le Jeunotel et le Guesthouse de Lausanne)

22

Trop cher pour les personnes vraiment précarisées et SDF.

4.2.2.4 Recommandations : Après analyse des différentes options présentées ci-dessus, le groupe de travail préconise la recommandation suivante : 1. L’ouverture à l’année d’un nouveau lieu de type Marmotte, combiné avec la mise à disposition d’un terrain pour les populations et familles itinérantes (Roms, familles Latino-Américaines.) (Combinaison des options 1) et 3) ci-dessus). Cette solution permettrait d’assurer une quarantaine de places supplémentaires en hébergement d’urgence ainsi qu’une quarantaine de places pour les familles itinérantes sur un terrain mis à leur disposition, pour un total de 80 places supplémentaires. Cette combinaison permettrait un bon accueil des familles, des femmes et des personnes vulnérables, et constituerait la meilleure solution pour accueillir de manière adéquate la population Rom. Si cette recommandation n’était pas retenue, nous proposons en deuxième ressort le scénario suivant : 2. L’ouverture à l’année d’un nouveau lieu de type Marmotte, combiné avec l’ouverture de roulottes, caravanes ou containers sur un terrain. (Combinaison des options 1) et 2) ci-dessus). Cette option se caractérise par des avantages semblables à la première recommandation, mais implique davantage d’investissements, de gestion, et de coûts. En troisième lieu, si aucune de ces recommandations ne venaient à être acceptées, nous proposons la combinaison suivante : 3. L’ouverture à l’année d’un nouveau lieu de type Marmotte, combiné avec l’ouverture à l’année de l’Abri PC, avec une capacité augmentée à 60 places en hiver. (Combinaison des options 1) et 4) ci-dessus). L’ouverture de l’Abri PC à l’année permettrait éventuellement d’en faire un ‘Abri familles’, disponible toute l’année ; mais ceci nécessiterait des aménagements, voire l’acquisition d’un Abri PC plus approprié en terme de chambres et de disposition des lits. Cette option assurerait 40 places supplémentaires en hébergement (nouvelle Marmotte) + 50 places supplémentaires à l’Abri en été et 10 supplémentaires en hiver, pour un total de 90 (40+50) places supplémentaires en été et 50 (40+10) en hiver. Cette option, qui implique des coûts moindres que les précédentes, crée peu de places additionnelles en hiver ; elle table sur l’ouverture à l’année de l’Abri PC qui constitue un lieu acceptable d’accueil pour une période de temps limitée (hiver) mais pas de manière pérenne. En dernier recours, et si aucune des options précédentes ne venaient à être acceptées, nous préconisons l’option suivante : 4. L’ouverture à l’année d’un nouveau lieu de type Marmotte uniquement. Cette option assurerait uniquement 40 places supplémentaires ; elle ne suffirait donc pas pour absorber toute la demande en hébergement d’urgence et n’offrirait aucune 23

solution pour les populations et familles Roms et Latino-américaines, avec le risque que celles-ci cherchent à occuper bon nombre de places dans les hébergements d’urgence, diminuant encore l’offre pour les personnes vulnérables et résidentes. 4.3 Prestations Prestations Description de la prestation La prestation est disponible à : Sleep-In La Abri PC Marmotte

Plan Grand Froid

Ouverture de jour ET de nuit

Accueil des mineurs Accueil des familles Accueil des femmes Accueil des couples Séjours de courte ET moyenne durée Suivi social et orientation

En période de grand froid (vague de froid de plusieurs jours, forte neige, bise glaciale…), un Plan Grand Froid est mis sur pied de manière concertée sous coordination du SSL, en incluant tous les acteurs concernés (y compris EMUS) : Chaque structure augmente sa capacité d’accueil de 10 places (25 pour l’Abri PC). La PC fournit les matelas, couvertures et coussins supplémentaires nécessaires. Les frais liés à cette augmentation sont pris en charge par la Ville. La responsable de l’aide sociale d’urgence du SSL recueille chaque matin les statistiques des nuitées et des refus des structures et en informe sa direction. Le point de la situation est fait tous les 3 jours. La structure offre une possibilité d’ouverture de jour pour certaines populations vulnérables avec besoins spécifiques (ex. familles avec enfants, personnes travaillant la nuit et devant dormir la journée). Ces usagers ont la possibilité de rester à l’intérieur de la structure pendant la journée. La structure accueille des mineurs accompagnés La structure dispose de chambres spécifiques pour les familles La structure dispose d’un étage spécial réservé pour les femmes (chambres et sanitaires) La structure offre des chambres pour couples Combinaison au sein de la structure d’une offre de séjours de courte durée (quelques jours) et de séjours de moyenne durée (jusqu’à 3 mois) L’equipe sociale de la structure permet d’assurer une présence sociale hebdomadaire, avec la possibilité de suivi pendant la journée, afin de faire le relai dans le réseau et avec le SSL. (Objectifs : orientation dans le réseau ; accompagnement aux rendez-vous; création

X

X

X

Nouvelle structure (de type Marmotte) X

X

X

X

X X

½ étage X X

X X X

X

X

X

24

Prestations

Description de la prestation

La prestation est disponible à : Sleep-In La Abri PC Marmotte

Nouvelle structure (de type Marmotte) (X)

Suivi sanitaire

Lessives

Bagagerie

Réception de courrier et adresse légale

Animaux

d’un réseau ; conseils ; soutien..) Des visites hebdomadaires d’infirmières sont instituées dans la structure. Un accord est passé avec le PEL ou la PMU (Unité des populations vulnérables) pour permettre l‘organisation de ces visites médicales. Cette prestation est aussi envisagée dans l’Espace d’accueil de jour. Machines à laver et séchoirs disponibles pour les usagers de la structure d’hébergement d’urgence Consigne à bagages disponible au sein de la structure. Cette prestation est aussi envisagée dans l’Espace d’accueil de jour. a) Les usagers peuvent recevoir du courrier lorsqu’il/elle fréquente la structure. b) La structure peut faire office d’adresse légale pour les usagers qui ont besoin d’indiquer une adresse officielle sur un document ou lors de la recherche d’emploi. Cette prestation est aussi envisagée dans l’Espace d’accueil de jour. Les animaux de compagnie des usagers sont acceptés dans la mesure où l’animal n’est pas dangereux.

X X X

X

X

X

X

X

5. Arrangements institutionnels Coordination interne au dispositif: Le dispositif d’hébergement d’urgence fonctionne grâce à une étroite coordination et collaboration entre les structures, et avec l’équipe responsable des réservations la journée à l’Espace d’accueil de jour. Ainsi les structures sont en contact quotidien entre elles et avec l’équipe réservations afin de la renseigner sur les nuitées et sur les arrangements particuliers ainsi que les éventuelles sanctions octroyés. Cette coordination est possible grâce à la mise sur pied d’un système informatique hébergeant une base de données des usagers (identifiant ; année de naissance ; statut de résident ou non ; éventuellement photo). La base de données permet la gestion des enregistrements, la production de listings des nuitées partagés avec les structures, et la production de statistiques mensuelles. Une plateforme ‘hébergement d’urgence’ lausannoise est mise sur pied sous la houlette de la responsable de l’aide d’urgence du SSL, permettant aux structures d’hébergement d’urgence, à l’équipe réservations de jour et au SSL de se rencontrer une fois par mois pour permettre mise à niveau et échanges de vues et d’informations. Des intervenants externes concernés par la problématique peuvent être invités aux réunions de cette plateforme. 25

Coordination externe : Les structures continuent de participer aux différentes plateformes existantes en lien avec le DSB et l’hébergement, y compris celle mise sur pied par le SPAS concernant l’hébergement (collaboration intercommunale). Statistiques : Des statistiques sont produites chaque mois par le responsable de l’équipe des réservations à partir de la base de données à l’attention des structures et du SSL, avec les données suivantes par structure: Nuitées femmes ; nuitées enfants ; nuitées hommes ; nombre de refus ; nombre de résidents lausannois refusés. Conventions : Des conventions annuelles sont établies entre chaque structure d’hébergement d’urgence et le SSL, décrivant les objectifs et les modalités de coopération ainsi que les implications financières des partenariats. Collaboration avec l’EMUS : Un protocole de collaboration est mis en place entre l’EMUS, les structures et le SSL, clarifiant les situations d’urgence lors desquelles l’EMUS amène des usagers dans les structures, les cas où les structures peuvent refuser un tel usager, les questions de confidentialité, ainsi que les modalités de collaboration entre les structures et l’EMUS. Collaboration avec Police : La collaboration entre les structures d’hébergement d’urgence et la Police de Lausanne est réglée de la manière suivante : Les veilleurs et responsables des structures peuvent faire appel à Police Secours en cas de forte agitation à l’extérieur ou pour résoudre des problèmes de troubles ou de sécurité dépassant leurs compétences. Aucune information concernant les usagers n’est transmise à la Police sans mandat d’un juge ou situation de péril en la demeure. La Loi fédérale sur la protection des données est garantie et appliquée. La consultation d’éventuelles images vidéo, de l’ordinateur, du cahier de bord ou des fiches d’inscription des usagers, dans les structures d’hébergement d’urgence et dans le lieu d’accueil de jour, ne peut se faire que sur présentation d’un mandat délivré par un juge ou sur autorisation de la Direction de l’établissement concerné. Dans le cadre normal des patrouilles le soir, des passages sporadiques aux alentours des structures sont effectués par Police Secours. Aucun contrôle d’identification n’est effectué à proximité immédiate des structures. Lors des passages, les patrouilles prennent contact avec les veilleurs afin de les informer de leur présence. Les veilleurs sont contactés préalablement par téléphone lorsque Police Secours conduit dans une structure un usager démuni pour y passer la nuit. La Police n’est pas autorisée à pénétrer dans l’établissement sans mandat d’un juge ou accord préalable de la Direction de l’établissement, sauf en cas de crime, délit, flagrant délit ou en cas d’état de nécessité (péril en la demeure). Dans ce cas le personnel est à disposition de la Police.

-

-

-

26

Bibliographie Da Cunha, A. et Schmid, O. (2007). Sans domicile fixe. Figures, trajectoires et politiques. Rapport de Recherche. Lausanne : Université de Lausanne ; Observatoire de la ville et du développement durable ; Institut de Géographie Da Cunha, A. et Schmid, O. (2008). Logement et autonomie en milieu ouvert. Analyse des prestations en matière d’accompagnement social. Lausanne : Université de Lausanne ; Observatoire universitaire de la Ville et du Développement durable Dössegger, B. et Manueli, Y. (2006). La Santé des personnes SDF de Lausanne. Mémoire de Diplôme HES. Lausanne : La Source Evaluanda (2008), Enquête auprès des usagers des Clubs Sociaux de la Ville de Genève. Genève Fédération Européenne des Associations Nationales travaillant avec les Sans-abris (FEANTSA) (2010). Mettre un terme au sans-abrisme : Un Manuel pour les décideurs politiques. Bruxelles Knüsel, R. (2007). L’Hébergement de nuit à Fribourg ; un travail avec la marge de la marge. Revue : Les Politiques Sociales ; Recherche et Intervention Sociale. No 3 & 4 Krafft M. (2011). Evaluation des hébergements d’urgence collectifs de nuit de la Ville de Lausanne. Rapport à l’intention du Service Social de Lausanne. Lausanne. Labhart, F., Notari, L. et Gmel, G. (2010). Consommation d’alcool dans l’espace public : Etude de terrain auprès des personnes marginalisées de Lausanne et d’Yverdon-les-Bains. Rapport de recherche no 47. Lausanne : Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) Marpsat, M. (2008). L’Enquête de l’Insee sur les sans-domicile : quelques éléments historiques. Courrier des Statistiques No 123, Janvier-Avril Paroz, S. et al (2011). Développement d’un Espace d’accueil de jour pour personnes marginalisées à Lausanne. Rapport de Projet. Mandaté par La Direction de l’Enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale. Lausanne Prats, V. et Baechler, D. (2011). Femmes en Marge : un genre à part ? Lausanne : Ecole d’Etudes Sociales et pédagogiques – EESP, Lausanne Région, Re’lier Tabin, J-P., Knüsel, R. et al (Mai 2012), Rapport sur la Mendicité ‘’Rrom’’ avec ou sans enfants(s), EESP et SSP, Lausanne La Tuile (2011). Concept Institutionnel. Fribourg Ville de Lausanne (1993). Financement de deux structures d’accueil pour sans-abri. Réponse à la motion du conseiller communal Henri Benzo. Rapport Préavis No 1993/273 Ville de Lausanne (2003). Nouvelle Politique Communale du logement et réponses à trois motions sur le logement. Rapport Préavis No 2003/43

27

Ville de Morges (2011). Politique de l’Hébergement d’Urgence et de Logement de Transition. Rapport Préavis de la Municipalité au Conseil Communal No 23/5.11

28

Annexe 1 Prise de positions des institutions parties au Groupe de Travail Hébergement

LA MARMOTTE, 4 juin 2012 1. L’anonymat La question de l’anonymat revient régulièrement au centre des discussions entre les structures d’accueil de nuit et le SSL. En ce qui concerne la Marmotte, nous pensons que cette question est un faux problème et que l’on mélange souvent « anonymat » avec « protection des données ». Jusqu’à présent, nous sommes tous d’accord sur le fait que tous les usagers accueillis dans les accueils de nuits (Sleep in, Abri PC et Marmotte) donnent leur véritable identité ou un identifiant et sont donc « identifiables » par les professionnels de la structure. Donc, pour les collaborateurs des structures ces personnes ne sont pas considérées comme anonymes puisqu’identifiables. L’anonymat, au sens strict du terme, impliquerait que l’on ne demande aucune identité ou identifiant (réel ou fictif) à l’usager que l’on accueille. Demander un identifiant (même fictif) à chaque usager, revient à identifier la personne et à lui donner un statut. En ce sens, nous pensons que l’anonymat, au sens le plus strict du terme, n’est pas totalement garanti dans nos structures. Toutefois, il nous semble que le terme d’anonymat est souvent utilisé à mauvais escient, pour exprimer la volonté de garantir la confidentialité et la protection des données des usagers. Par protection des données, nous nous référons à la loi sur la protection des données selon laquelle, en tant que professionnels, nous nous engageons, de façon indiscutable, à garantir la confidentialité des données de tous les usagers, qu’ils aient donné une vraie ou fausse identité, qu’ils aient un statut légal ou non. Cette confidentialité garantie agit comme un contrat de confiance qui lie les usagers aux structures d’accueil de nuit les hébergeant, ainsi qu’éventuellement à d’autres partenaires médico-sociaux, si les usagers en expriment le désir. La protection des données garantie, nous ne trouvons pas que l’anonymat doive être maintenu surtout comme nous le faisons actuellement. Pour nous, la présentation d’une pièce d’identité et l’inscription de l’usager sous son véritable nom sauf pour de rares exceptions, ne portent pas préjudice aux usagers dans la mesure où la protection des données est garantie. C’est pourquoi, il nous semble inutile de polémiquer davantage sur la question de l’anonymat, et plus pertinent de recentrer le débat sur la question de la protection des données des usagers, et leur éventuelle diffusion entre les différents partenaires du réseau.

2. Priorité Il y a 2 ou 3 ans, la Marmotte fonctionnait comme l’Abri PC ou le sleep in et considérait toute personne, en possession ou non de papiers valables, mais qui était installée sur territoire lausannois depuis plus d’une année et qui avait l’intention d’y rester dans les années à venir comme usager Lausannois prioritaire.

1

Très vite nous avons été submergés par ces critères extrêmement larges qui offraient une priorité à une trop nombreuse population d’usagers. Ce dont il faut être en effet conscient c’est que beaucoup de personnes sans papiers, au-delà d’une année, restent généralement à Lausanne pour plusieurs années. Si nous les considérons tous comme prioritaires (ce qui serait dans l’idéal notre souhait….) avec le nombre de places actuelles dans les structures et des critères de priorité trop larges, nous sommes rapidement saturés et devons…encore faire un « choix » parmi les usagers considérés comme prioritaires. Confrontés à cette nouvelle difficulté, nous avons décidé de réduire nos critères de priorité pour accorder cette dernière aux usagers disposant d’un titre de séjour valable ou d’un passeport suisse et donc susceptibles d’accéder à l’aide sociale ou au RI comme le demandait la ville. Si une nouvelle structure venait à s’ouvrir nous pourrions naturellement revoir nos critères et accorder également la priorité aux personnes sans papiers établies depuis une année ou plus à Lausanne. En page 14 du concept, nous lisons : « Les papiers d’identité par contre ne sont pas demandés aux usagers et leur présentation ou non ne constitue pas un refus d’accéder à la structure » Et en page 16 : « Les structures d’hébergement d’urgence, financées à 50% par la Ville de Lausanne et à 50% par le Canton, accueillent en priorité les résidents lausannois, qui sont des personnes résidant dans la ville et ayant droit à une assistance publique. Pour ces personnes- là, une place est assurée dans les structures. Les structures accueillent ensuite les personnes selon une série de critères dont : degré de vulnérabilité ; maladie et handicap ; femmes et enfants ; nombre de nuitées passées dans une structures dans le mois et durant les derniers jours ; résident ‘’de fait’’ (personnes installées à Lausanne depuis plus d’une année) ». Ces deux allégations nous semblent contradictoires car d’un côté il est reconnu qu’un usager pouvant bénéficier du RI et de l’aide sociale est prioritaire, et de l’autre il est dit qu’il n’y a pas lieu de demander des papiers d’identité aux usagers. Nous sommes d’avis que si la priorité doit être garantie aux usagers pouvant bénéficier du RI ou de l’aide sociale, nous devons avoir la possibilité de demander un titre de séjours ou des papiers d’identité aux usagers afin de les identifier. Si nous ne le faisons pas nous ne saurons pas qui peut ou non bénéficier de cette priorité. A la Marmotte, nous donnons, depuis 3 ans déjà, la priorité aux usagers lausannois disposant d’un titre de séjour valable ou d’un passeport suisse pour les raisons suivantes : - Afin de respecter la demande du SSL d’accueillir en priorité les usagers de la région Lausannoise. Pour répondre à cette exigence nous devons identifier « qui » rentre dans ce cadrelà. Il nous est apparu que la seule manière de répondre à cette requête est de proposer aux usagers qui souhaitent bénéficier de cette priorité de nous présenter spontanément des documents d’identité et/ou un titre de séjour. Notons, qu’il s’agit d’une opportunité offerte et non d’une contrainte ou d’une condition d’accueil. Relevons encore que même les usagers non éligibles pour une priorité nous présentent souvent spontanément leurs documents d’identité pour remplir la fiche d’inscription. A l’instar de l’Abri PC et du Sleep-in, nous considérions, avant, tous les usagers séjournant depuis plus d’une année dans la région lausannoise comme prioritaires,

2

mais nous avons finalement dû, par manque de place, nous résoudre à n’accueillir, en priorité, que les usagers remplissant les conditions nécessaires pour accéder au RI ou aide sociale comme expliqué plus haut. En résumé, tant qu’il n’y a pas plus de place pour répondre à une demande qui explose, nous ne pourrons pas étendre la priorité aux usagers sans papiers et séjournant depuis plus d’une année à Lausanne sans risquer de devoir refuser des usagers éligibles pour le RI ou l’aide sociale. 3. Présentation des papiers d’identité

Ce thème fait également partie des sujets extrêmement sensibles débattus lors de nos rencontres entre accueils de nuit et SSL. Avant d’émettre notre point de vue sur ce sujet difficile, nous aimerions poser une question que nous devrions tous nous poser avant d’aller plus loin : A qui la demande des papiers d’identité pose-t-elle le plus de problèmes ? Aux usagers ou aux professionnels ? Nous nous sommes penchés à plusieurs reprises sur cette épineuse question. Nous estimons que priorité d’entrée et présentation des papiers d’identité sont étroitement liées. Dans le paragraphe retraçant la question de la priorité, il a été mis en évidence que dans le concept proposé apparaissait plus ou moins clairement… la volonté de garantir la priorité d’accès aux structures d’hébergement aux « résidents lausannois, qui sont des personnes résidant dans la ville et ayant droit à une assistance publique ». En ce qui concerne cette exigence, la Marmotte applique déjà cette règle et garantit l’accès de sa structure à toute personne remplissant les conditions susmentionnées. Déterminer qui était de la région et répondait à ces critères n’a pas été une mince affaire puisqu’il n’existe pas de « carte de légitimation » annonçant qu’une personne est Lausannoise et peut prétendre à l’aide sociale ou au RI. Finalement, la manière qui nous paraissait la plus adéquate pour identifier des personnes sensées être prioritaires selon ces critères était la présentation d’un document d’identité suisse ou d’un titre de séjour valable. Puisqu’il n’existe pas de document à proprement parlé « lausannois », ces différents documents nous semblaient remplir au mieux la volonté d’accorder la priorité aux « locaux » ayant un statut légal. Finalement, nous avons mis en place le système préalablement cité donnant la priorité aux personnes en possession des documents précités. Cette manière de faire a suscité pas mal de réactions au niveau du DSB. Certains collègues craignaient que si des usagers nous transmettaient leur identité, la police puisse les contrôler….. Ils ont relativement vite été rassurés puisque nous appliquons la protection des données et que rien ne peut être communiqué à autrui sans l’accord de l’usager lui-même. Mais en fin de compte la peur la plus souvent exprimée était plutôt liée à un autre facteur : Plusieurs professionnels pensaient qu’un « toxicomane » n’était pas capable de conserver une pièce d’identité et serait donc prétérité. Sensibles à ce point de vue, nous avons pu constater que les usagers ont tous, ou presque, un document d’identité ; même les personnes les plus précarisées et sous influence de stupéfiants ou d’alcool en possèdent ; ces personnes apprécient même le fait de devoir présenter une pièce d’identité car ils se sentent considérés et reconnus comme des citoyens à part entière, ayant des droits, et pas seulement connus sous leur nom de rue « Berbert1 le tox de la Riponne ».
1

Fred : nom fictif 3

Notons qu’aucun usager de la région Lausannoise n’a été refusé à la Marmotte parce qu’il n’avait pas de pièce d’identité. Les rares personnes n’ayant aucun document d’identité ont néanmoins réussi à prouver leur appartenance à la région lausannoise et au SSL et ont été considérées comme prioritaires. Il est souvent évoqué que la demande des papiers d’identité s’apparente à une volonté de contrôle de la part des autorités. Cela serait vrai si nous devions transmettre l’identité des usagers à la commune ou à la police du commerce comme c’est le cas dans certains cantons. Or, n’étant pas assimilé à un régime hôtelier, la loi sur la protection des données nous met à l’abri de telles pratiques, et les différentes données concernant nos usagers restent strictement au sein de l’institution. D’ores et déjà un grand nombre d’usagers présentent spontanément leurs papiers afin de formaliser leur inscription. En reprenant le concept, il apparaît à plusieurs reprises la ferme volonté de donner la priorité aux « résidents lausannois, qui sont des personnes résidant dans la ville et ayant droit à une assistance publique. ». La Marmotte est donc d’avis d’officialiser la présentation de documents d’identités et de légitimer la demande de papiers ou titres de séjour. Du moment où la loi sur la protection des données est respectée et garantie, cette pratique devrait faciliter l’inscription des usagers et leur orientation. C’est également pour nous une manière de reconnaître les autres usagers dans ce qu’ils sont: des individus à part entière. Nous ne pourrons pas sortir les usagers sans titre de séjour de la clandestinité, mais nous pouvons les reconnaître comme des personnes ayant une identité. Ce système doit tout même rester souple : nous nous donnons naturellement la possibilité d’accueillir aussi les rares usagers qui n’auraient réellement aucun papier d’identité. 4. Centrale de réservation Quand l’idée d’une centrale de réservation a commencé à germer au sein du SSL, nous n’étions pas très enthousiastes. Nous avions beaucoup d’inquiétudes face à un tel système surtout par rapport aux populations les plus fragilisées. Finalement, après plusieurs discussions avec le SSL et en questionnant notre pratique, il nous est apparu que la centrale de réservation pouvait être assimilée, en gros, à un fonctionnement que nous connaissons déjà à la Marmotte : les arrangements avec réservations. En effet, soucieux d‘ offrir des prestations diversifiées et adaptées aux différentes problématiques des usagers, nous offrons depuis plusieurs années la possibilité d’effectuer des réservations et pour certains usagers extrêmement précarisés la possibilité de rester dans la structure au-delà des 15 nuits réglementaires. Bien qu’à notre avis un système de réservation aurait très bien pu se faire dans chacune des structures d’accueil de nuit comme cela s’est fait cet hiver à l’Abri PC, nous ne nous opposons pas à réfléchir au projet d’une centrale de réservation dans la mesure où certaines conditions sont respectées. En effet nous trouvons que le principe sera favorable à une tranche de la population accueillie mais nous restons très inquiets pour le devenir des usagers les plus fragilisés du réseau, ceux qui n’arriveraient pas à aller s’inscrire dans un système de réservation externalisé. Il nous semble donc important de rester extrêmement attentifs au fait que nos structures sont dévolues avant tout à l’urgence et ne doivent pas devenir des « hôtels » avec un système basé uniquement sur un principe de réservation. Avec un tel système, le risque, si nous ne mettons pas de garde-fou, serait que nous offrions des prestations à des usagers plus ou moins bien physiquement et

4

psychiquement, dont l’urgence se borne à une absence de logement, et que nous prétéritions des usagers extrêmement vulnérables et à risques pour qui… se projeter et dire où il seront le soir même est impossible ! C’est cette frange de la population qui risque de décéder dans la rue, qui doit pouvoir accéder en tout temps à nos structures, sans forcément passer par la centrale. Nous devons absolument conserver cette souplesse dans l’urgence. Nous sommes également inquiets quant à la gestion des places dans les structures. En effet, nous n’imaginons pas que du personnel qui ne travaille pas sur le terrain, dans les accueils de nuit, puisse s’occuper de la gestion des places. Pour nous, il était primordial qu’une interconnexion entre l’accueil de nuit et la centrale soit assurée et nous prétendons qu’il est essentiel que les réservations à la centrale durant la journée doivent être faites par le personnel des accueils de nuit. Pour des questions de sécurité, de cohérence et de connaissance des problématiques des usagers fréquentant les accueils de nuit, les veilleurs doivent pouvoir mettre leur connaissance du terrain au service de la gestion des places à la centrale. N’oublions pas que le soir venu ce sont les veilleurs qui auront à faire avec les usagers et que cette gestion de réservation assimilable à un système hôtelier est nettement plus complexe que ce dernier, compte tenu des problématiques et pathologies des usagers. Nous nous rallions donc à l’idée d’une centrale de réservation qui puisse permettre à des usagers de s’organiser, du moment que : des places d’urgence soient conservées dans les structures d’accueil de nuit pour les personnes les plus vulnérables et pour celles n’étant pas en mesure de se rendre à la centrale de réservation. la gestion de la centrale et l’attribution des places soient effectuées par le personnel des accueils de nuit, en étroite collaboration avec l’accueil de jour pour le suivi au SSL des usagers pouvant bénéficier des prestations de ce dernier.

-

Un élément nous paraît également important à l’organisation et la gestion des places de la centrale : les usagers qui passent par la centrale de réservation devraient être en possession d’une carte de légitimation avec nom, prénom, date de naissance et photo d’identité. La question de la photo d’identité a également été un point de litige lors des rencontres entre accueils de nuit et SSL. Là-encore, nous sommes étonnés que ce point engendre tant de polémiques, car, dans la mesure où nous sommes tenus de respecter la protection des données que nous impose la loi, une photo ne devrait pas porter préjudice aux usagers. Nous sommes favorables à une carte de légitimation avec photo d’identité, car le personnel de nuit doit pouvoir identifier les personnes inscrites pour la nuit, afin d’éviter des échanges et/ou ventes de places dans les structures. Finalement, notre souhait en tant que professionnels n’est-il pas d’aider l’usager à se réinsérer dans la société ? En considérant systématiquement les usagers comme incapables d’assumer leur identité ou de donner une photo, comme pour un abonnement de bus, ne finissons-nous pas par traiter les usagers comme des êtres incapables d’une forme de normalité ? Sous les aspects d’un comportement très paternaliste, nous infantilisons des usagers qui essaient de sortir du bas seuil.

5

La photo est, pour nous, un élément nécessaire et important au bon fonctionnement de la centrale et de la gestion des nuitées. Il va de soi que, dans les rares cas où un usager refuserait catégoriquement d’avoir sa photo sur sa carte de légitimation (par exemple un usager avec des troubles psychiatriques) nous devrions nous montrer souples et prêts à délivrer une carte sans photo. Dans ces cas-là, un simple descriptif physique précis de la personne pourrait suffire. En conclusion, au fil des ans nous avons identifié différents besoins en ce qui concerne les usagers de notre structure et avons pu agir au sein de la Marmotte sur 3 axes que nous qualifions de politique des trois piliers : 1. Urgence 2. Réservation 3. Transition L’urgence représente pour la Marmotte notre mission première ainsi que la porte d’entrée principale des usagers que nous accueillons. Notre objectif essentiel est l’accueil des personnes les plus fragilisées et vulnérables, au jour le jour, sans planification. Les réservations sont là pour répondre aux besoins de personnes pour qui… savoir quand et combien de temps elles peuvent dormir dans notre structure leur permet de mieux s’organiser et de rapidement trouver d’autres solutions de logement. Une réservation leur offre une solution sécuritaire en attendant une sortie plus ou moins rapide vers d’autres structures ou logements. La transition devrait permettre à des usagers fragilisés et extrêmement vulnérables de se poser durant une durée déterminée pouvant aller au-delà des 15 nuitées mensuelles habituelles. Ce temps devrait leur permettre et nous permettre de travailler ensemble sur un projet avec le réseau pour essayer de les sortir du bas seuil de façon durable.

-

-

Nous pensons qu’en travaillant sur ces trois piliers, nous devrions toucher et répondre à des demandes spécifiques émanant de tous les usagers fréquentant nos structures. C’est avec l’expérience et l’analyse du terrain que nous avons pu mettre en évidence les trois catégories d’intervention que nous proposons et qui répondent aux différentes portes d’entrées de l’urgence. La centrale de réservation fait écho, pour nous, à ce système des trois piliers en répondant au pilier dit de la Réservation. Didier Bourqui Directeur E. Blanc Adj. de direction S.Hefhaf Martins Dias Resp. équipe Marmotte

6

SLEEP IN, 25 juin 2012 Par ce document, le Sleep-in prend position à l'encontre de la création d'une centrale d'enregistrement, projet présenté dans le cadre du nouveau concept d'hébergement d'urgence communal. Pour les veilleurs et les veilleuses de l'association, non seulement la centralisation des demandes ne constitue pas une réponse adéquate aux problèmes liés à la précarité du logement et aux difficultés que rencontrent les structures d'accueil de nuit, mais elle porte atteinte aux principes fondamentaux du seuil bas. S'il est à saluer que les autorités communales souhaitent intervenir pour améliorer le quotidien des populations sans abri, encore faut il bien saisir le cœur du problème. L'interrogatif central pour les usagers et les usagères n'est pas tant de savoir où tenter leur chance (au Sleep-in ou à la Marmotte), mais d'avoir à tenter leur chance dans un réseau largement saturé, où la demande double régulièrement l'offre de lits disponibles. Aussi longtemps que cette pénurie de places perdurera, toute tentative d'harmonisation ne pourra se solder que par un échec. La centrale d'enregistrement pose ensuite d'autres questions de fond, ayant trait aux principes mêmes de l'accueil « à bas seuil », notion originalement liée aux politiques de lutte à la toxicomanie et qui désigne un ensemble de prestations caractérisées par leur faible niveau d’exigence, afin d’être accessibles au plus grand nombre. Cette accessibilité est garantie notamment par le respect de l’anonymat de l’usager et par un accueil non discriminatoire. Or, telle que présentée dans le nouveau concept de l’hébergement d’urgence, la centrale d’enregistrement sonne le glas de ces deux principes. D’une part, parce que la directive de non-acceptation des migrant-e-s de l’EVAM crée bel et bien une discrimination ; de l’autre, et surtout, parce qu’exclure une catégorie d’usagères et d’usagers signifie implicitement pouvoir les identifier. Concrètement, cela signifie soit généraliser les contrôles d’identité aux entrées, pratique qui se révélerait dissuasive pour nombre de personnes qui ne fréquenteraient alors plus le centre, soit effectuer des contrôles partiels, en institutionnalisant donc le délit de faciès. Deux pratiques qu’aucun·e travailleur·euse social·e pour qui l’éthique est plus qu’un simple exercice discursif ne saurait cautionner. À ces considérations viennent s’en ajouter d’autres, tout aussi problématiques. L’assignation de l’usager ou de l’usagère à une structure d’accueil par le biais d’un « guichet unique » limiterait fortement la liberté de choix de la personne sans abri. La possibilité de choisir si fréquenter ou moins une institution est un droit de l’usager ou de l’usagère qui constitue un outil de prévention essentiel, permettant d’éviter que d’éventuelles tensions entres usagers ou usagères ne soient reportées à l’intérieur des structures. Et toujours en termes de prévention, l’institution d’une centrale d’enregistrement viendrait affaiblir le principal antidote à la violence dont disposent les veilleurs et les veilleuses, à savoir la qualité du lien qu’ils et elles entretiennent avec les personnes accueillies. Découpler la gestion du quotidien des veilles et la responsabilité de l’attribution des lits comporte une déshumanisation du choix, certes extrêmement délicat et pénible à effectuer, qui s’effectue chaque nuit lors des entrées. Ce n’est que grâce à un dialogue sans cesse renouvelé et à un fonctionnement souple, prêt à s’adapter rapidement à des circonstances changeantes, que le risque de débordements peut être réduit. Dès lors, l’autonomie des structures apparaît comme une ressource indispensable à leur bonne gestion.

7

Ce ne sont enfin malheureusement pas les marges de manœuvre prévues dans le concept qui vont permettre d’améliorer la situation : • Le quota de lits d’urgence que les centres pourraient encore attribuer lors de l’ouverture ne va pas réduire le nombre de personnes présentent devant leurs portes. Quand une nuit à la rue est la seule alternative qui se présente à l’usager ou à l’usagère qui n’a pas trouvé grâce auprès de la centrale, il ou elle viendra sûrement en quête d’une place aux centres et jouer ses chances, aussi minces soient-elles. • La possibilité de continuer à exclure une personne qui a enfreint les règles de la structure oblige, de fait, les veilleurs et les veilleuses à communiquer la sanction à la centrale, violant ainsi le principe de confidentialité et contribuant à la stigmatisation de l’usager ou de l’usagère (dont le comportement est souvent différent dans les différentes structures). Loin d’être une réforme « purement technique » du réseau, comme souvent répété lors de la rédaction du concept, la création d’une centrale d’enregistrement entrainerait des profonds changements dans les centres d’accueil de nuit, marquant un virage sécuritaire qui desservirait ses propres fins : en réduisant l’accessibilité des prestations existantes, une partie des personnes qui ont recours aux structures risqueraient d’opter pour des solutions alternatives, bien plus problématiques d’un point de vue de l’ordre public. Au nom des valeurs fondamentales de l’accueil à bas seuil, qui orientent nos pratiques depuis bientôt vingt ans, et confronté-e-s à la perspective d’une augmentation des tensions, induites par des décisions prises par d’autres personnes que celles qui devront ensuite les mettre en pratique, l’association Sleep-in demande donc à la Ville de Lausanne de renoncer à son projet de centralisation.

8

Annexe 2

ENQUETE HEBERGEMENT D’URGENCE LAUSANNE
La présente enquête a été menée auprès de 61 personnes sans domicile fixe en ville de Lausanne, pendant les mois de décembre 2011, janvier et mars 2012. Les personnes ont été interrogées dans les lieux suivants : Sleep In, La Marmotte, Abri PC, Soupe Populaire, Fondation ABS, Le Point d’Eau, Place de la Riponne, et parking de Bellerive (communauté Rom). L’objectif fixé était d’avoir au sein de l’échantillon de population interrogée un minimum de 1/4 de femmes, et 1/3 de résidents. Le quota de femmes n’a pas été atteint. Seules 16% des personnes interrogées sont des femmes. Ceci s’explique par le fait que les personnes menant les entretiens n’ont pas trouvé davantage de femmes à interroger, laissant supposer que la population des sans domicile fixe comptent moins de 25% de femmes à Lausanne.

Guide d’entretien
1. Conditions d’interview : 1.1 Date de l’interview :………………………………………….. 1.2 Lieu de l’interview :……………………………………………. 1.3 Durée de l’interview :……………………………………….. 2. Profil de l’interrogé/e : 2.1 Genre a) Masculin………………………………………………………………………………………………………… b) Féminin…………………………………………………………………………………………………………… 2.2 Age (Année de naissance) : ………………………………… 2.3 Avez-vous des enfants ? a) Oui…………………………………………………………………………………………………………………… b) Non…………………………………………………………………………………………………………………. c) Si oui, combien ?........................................................... d) Sont-ils avec vous à Lausanne/dans le canton de Vaud ? Oui Non 2.4 Lieu de domicile : a) Etes-vous établi à Lausanne/dans le canton de Vaud ? Oui Non a1) Si oui depuis combien de temps : Moins de trois mois Entre 3 mois et 1 an Plus de 1 an Plus de 5 ans b) Voulez-vous vous établir à Lausanne/dans le canton de Vaud ? Oui Non c) Etes-vous de passage à Lausanne/dans le canton de Vaud ? Oui Non c1) Si oui, pour combien de temps : Quelques jours Moins d’un mois Entre un et trois mois 2.5 Avez-vous un permis de séjour ou un passeport suisse ? Oui Non

Annexe 2 2.6 Etes-vous (avez-vous été) inscrit/e à l’un ou plusieurs de ces services du canton de Vaud ou de Lausanne ? (plusieurs réponses possibles) a) Contrôle des habitants : b) Chômage ou autre assurance sociale : c) Services Sociaux : d) Office du Tuteur Général ou sous tutelle : e) Centres médico-sociaux : f) EVAM : g) Je ne sais pas/pas de réponse : 2.7 Emploi a) Travaillez-vous (ou avez-vous travaillé dans les 6 derniers mois) dans le canton de Vaud ou à Lausanne ? Oui Non a1) Si oui, êtes-vous au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée Oui Non b) Etes-vous inscrit dans une agence de travail temporaire ? Oui Non c) Cherchez-vous du travail dans le canton de Vaud ou à Lausanne ? Oui Non 2.8 Où logez-vous en général ? (plusieurs réponses possibles) a) Chez des amis ? ……………………………………………. b) Dans des lieux d’accueil ?.................................. c) Dans un hôtel/pension/auberge de jeunesse ?.. d) Dans un foyer/institution ? …………………………… d) Chez la famille ? …………………………………………… e) Dans la rue/dans les WC publics ? …………………. f) A l’EVAM……………………………………………………….. 3. Fréquentation des structures d’hébergement d’urgence : 3.1 Avez-vous déjà dormi dans une ou plusieurs des structures suivantes durant les 6 derniers mois ? a) Sleep-In (Renens): ………………………………………………….……………… Oui b) Abri PC Lausanne: …………………………………………………………………….Oui c) La Marmotte : ………………………………………………………………………….. Oui d) La Lucarne (Yverdon) : …………………………………………………………… . Oui e) Le Hublot (Vevey): ………………………………………………………………. … Oui f) Lieux d’accueil de nuit de Genève (Abris PC, Armée du salut,….).. Oui g) Fondation chez Paou (Valais) : …………………………………………………. Oui h) La Tuile (Fribourg) : …………………………………………………………………..Oui i) Sleep-in de Bienne : …………………………………………………………………..Oui 3.2 Fréquentation 3.2.1 En moyenne combien de nuits par mois en tout avez-vous eu recours (à savoir : avezvous cherché à y dormir ou y avez vous dormi) à l’une ou plusieurs de ces structures? Non Non Non Non Non Non Non Non Non Oui Oui Oui Oui Oui Oui Non Non Non Non Non Non

Annexe 2 Zéro Une Entre deux et cinq Entre 6 et 10 Entre 11 et 15 Plus de 16

3.2.2 Combien de nuits par mois dormiriez-vous dans ces structures si vous en aviez la possibilité ? Zéro Une Entre deux et cinq Entre 6 et 10 Entre 11 et 15 Plus de 16 3.3 De quels types d'hébergement ou de logement auriez-vous vous-même besoin ? (plusieurs réponses possibles) a) Lieu ouvert (ex : terrain ou hangar)………………………… b) Abri PC…………………………………………………………………… c) La Marmotte………………………………………………………….. d) Sleep-in…………………………………………………………………... e) Hôtel très bon marché…………………………………………… f) Foyer/institution……………………………………………………… g) Pension sociale (avec accompagnement social)………. h) Appartement communautaire………………………………… i) Logement normal…………………………………………………….. j) Squat ………………………………………………………………………. k) Autre : …………………………………………………………………….. Décrire : …………………… l) Rien de tout cela/je ne sais pas………………………………….. 3.4 Quelles seraient vos attentes par rapport à un tel lieu ? Parmi les éléments suivants, lesquels sont particulièrement importants pour vous ? 3.4.1 Accueil Jour/Nuit : a) Lieu de nuit………………………………………………………………………………………… b) Ou un lieu ouvert jour et nuit……………………………………………………………. 3.4.2 Horaires : 3.4.2.1 Ouverture le soir : Avant 20h30 Dès 20h30 3.4.2.2 Fermeture le matin : A 8h30 Après 8h30 3.4.2.3 Horaires spécifiques pour le week-end (fermeture plus tardive le matin) : Oui Non, pas nécessaire 3.4.3 Réservation : Faut-il un lieu (hébergement/logement) avec réservation possible de sa chambre ? Oui Non 3.4.4 Durée des séjours : Faut-il un lieu (hébergement/logement) offrant des séjours : a) de courte durée (de 0 à 30 jours) … b) de moyenne durée (de 1 à 3 mois).. c) de longue durée (plus de 3 mois) ?.. 3.4.5 Public accueilli : Faut-il un lieu (hébergement/logement) : 3.4.5.1 Mixte (hommes et femmes) Que pour les hommes Que pour les femmes 3.4.5.2 Réservé pour les familles ou couples : …………………………………………… Oui Non 3.4.5.3 Qui dispose de quelques chambres pour les couples : …………………….Oui Non

Annexe 2 3.4.5.4 Qui accepte les mineurs accompagnés : ………………………………………….Oui 3.4.5.5 Qui accepte les mineurs non accompagnés :……………………………………Oui 3.4.6 Prestations proposées : Faut-il un lieu (hébergement/logement) qui: 3.4.6.1 Propose des activités occupationnelles durant la journée :……………..Oui 3.4.6.2 Propose des activités ludiques pendant la journée :………………………..Oui 3.4.6.3 Offre un suivi (psycho-)social…………………………………………………………..Oui 3.4.6.4 Offre des soins médicaux…………………………………………………………………Oui 3.4.7 Repas : Faut-il un lieu (hébergement/logement) qui: 3.4.7.1 Propose des repas ………………………………………………………………………….Oui 3.4.7.2 Offre une cuisine en libre accès………………………………………………………Oui 3.4.8 Services Faut-il un lieu (hébergement/logement) : 3.4.8.1 Où je peux aussi laisser mes bagages………………………………………….....Oui 3.4.8.2 Qui accepte les animaux…………………………………………………………………Oui 3.4.8.3 Où l’on peut aussi faire sa lessive ou sécher des habits……….………….Oui 3.4.8.4 Où je peux aussi recevoir mon courrier…………………………………………..Oui 3.4.8.5 Qui fait office d’adresse légale………………………………………………………..Oui 3.4.8.6 Autre : Décrire…………………………………………………………………………… MERCI de votre temps et de disponibilité ! Non Non

Non Non Non Non

Non Non

Non Non Non Non Non

Annexe 3: Tableaux-résultat de l'Enquête Hébergement d'urgence (déc. 11-mars 12)
2.1 Genre Masculin Féminin Total Genre 51 10 61

N = 61

Genre
70 60 50 40 30 20 10 0 Masculin Féminin Total

2.2 Age <= 20 ans 21 à 30 ans 31 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 60 ans > 60 ans

Age 4 10 24 14 8 1

Age
30 25 20 15 10 5 0 <= 20 ans 21 à 30 ans 31 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 60 ans > 60 ans

2.3 Enfants Un Deux Trois > trois Aucun

Enfants 11 11 2 6 31

Enfants
35 30 25 20 15 10 5 0 Un Deux Trois > trois Aucun

2.3 d) Enfants à Lausanne Oui Non

Enfants à Lausanne 12 18
20 18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Oui Non

Enfants à Lausanne

2.4 Lieu de domicile Etabli à Lausanne < 3 mois Etabli entre 3 mois et 1 an Etabli > 1 an Etabli > 5 ans Désire s'établir De passage qqes jours De passage < 1 mois De passage entre 1 et 3 mois

Domicile 1 8 4 26 10 1 11

Domicile
30 25 20 15 10 5 0 Etabli à Etabli entre Etabli > 1 an Etabli > 5 Lausanne < 3 mois et 1 ans 3 mois an Désire s'établir De passage De passage De passage qqes jours < 1 mois entre 1 et 3 mois

2.5 Permis de séjour Oui Non

Permis de séjour 21 40
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Oui

Permis de séjour

Non

2.6 Services Contrôle Habitants Chômage ou autre Ass. Soc. Services sociaux OTG Centres médico-sociaux EVAM Aucun (plusieurs réponses possibles)

Services fréquentés 21 12 9 10 10 1 39

Services fréquentés
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

2.7 Emploi En emploi avec contrat indéterminé En emploi sans contrat indéterminé En recherche d'emploi (inscrit ou non dans agence temporaire) Ne travaille pas et ne cherche pas d'emploi

Emploi

Emploi
3 17 26 15
30 25 20 15 10 5 0 En emploi avec contrat En emploi sans contrat En recherche d'emploi indéterminé (inscrit ou non dans indéterminé agence temporaire) Ne travaille pas et ne cherche pas d'emploi

Logement
2.8 Logement Chez amis Lieux d'accueil Hotel/pension Foyer/institution Famille Rue/WC/cave/voiture EVAM (plusieurs réponses possibles)
0

Logement 25 56 16 3 8 39 0

60 50 40 30 20 10

3.1 Fréquentation Lieux d'accueil Sleep IN Abri PC Marmotte Lucarne (Yverdon) Hublot (Vevey) Genève Chez Paou (Valais) La Tuile (Fribourg) Sleep In (Bienne) (plusieurs réponses possibles)

Fréquentation lieux d'accueil (6 derniers mois) 40 37 40 6 10 6 3 5 2

Fréquentation lieux d'accueil (6 derniers mois)
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

3.2.1 Durée de fréquentation 0-1 2-5 6 - 10 11 - 15 > 16

Durée de fréquentation (Nombre de nuits par mois) 6 8 13 8 26

Durée de fréquentation (Nombre de nuits par mois)
30 25 20 15 10 5 0 0-1 2-5 6 - 10 11 - 15 > 16

3.2.2 Durée fréquentation souhaitée 0-1 2-5 6 - 10 11 - 15 > 16

Durée fréquentation souhaitée (Nombre de nuits par mois) 7 2 1 3 46

Durée fréquentation souhaitée (Nombre de nuits par mois)
50 40 30 20 10 0 0-1 2-5 6 - 10 11 - 15 > 16

Besoin en logement
3.3 Besoin en logement Lieu ouvert Abri PC Marmotte Sleep In Hotel très bon marché Pension Sociale Appart. communautaire Appart. protégé Logement normal Squat Maison communautaire ROM Cabanon, caravane (plusieurs réponses possibles) Besoin en logement 14 8 22 24 18 10 17 1 39 12 8 1
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

3.4.1 Accueil jour/nuit Lieu de nuit Lieu ouvert jour et nuit

Accueil jour/nuit 15 46

Accueil jour/nuit
50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Lieu de nuit Lieu ouvert jour et nuit

3.4.2 Horaires Ouverture avant 20h30 Ouverture dès 20h30 Fermeture à 8h30 Fermeture après 8h30

Horaires 46 15 13 47
50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Ouverture avant 20h30

Horaires

Ouverture dès 20h30

Fermeture à 8h30

Fermeture après 8h30

3.4.2.3 Horaires spécifiques week end Oui Non

Horaires spécifiques week end 47 14
50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Horaires spécifiques week end

Oui

Non

3.4.3 Réservation Oui Non

Réservation possible 42 19
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Réservation possible

Oui

Non

3.4.4 Durée des séjours souhaitée Courte durée (0 - 30 jours) Durée moyenne (1 - 3 mois) Longue durée (> 3 mois)

Durée séjour souhaitée 8 11 40
45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Durée séjour souhaitée

Courte durée (0 - 30 jours)

Durée moyenne (1 - 3 mois)

Longue durée (> 3 mois)

3.4.5 Public accueilli Lieu mixte Lieu hommes seuls Lieu femmes seules Lieu familles Lieu avec chambres couples Lieu acceptant mineurs accompagnés Lieu acceptant mineurs non accompagnés (plusieurs réponses possibles)

Type de public accueilli 60 50 9 50 8 32 40 38 37 30 11
20 10 0
Lieu mixte

Type de public accueilli

Lieu hommes seuls

Lieu femmes seules

Lieu familles

Lieu avec chambres couples

Lieu acceptant Lieu acceptant mineurs mineurs non accompagnés accompagnés

Prestations souhaitées
3.4.6 Prestations souhaitées Activités occupationnelles Activités ludiques Suivi social Soins médicaux Aucune souhaitée (plusieurs réponses possibles) Prestations souhaitées 50 38 45 36 40 43 35 42 30 7 25
20 15 10 5 0 Activités Activités ludiques occupationnelles Suivi social Soins médicaux Aucune souhaitée

3.4.7 Repas Repas offerts Cuisine à disposition Total interrogés (plusieurs réponses possibles)

Repas 40 37 61
70 60 50 40 30 20 10 0 Repas offerts

Repas

Cuisine à disposition

Total interrogés

3.4.8 Services Consigne à bagages Animaux Lessive Reception du courrier Lieu comme adresse légale Aucun souhaité (plusieurs réponses possibles)

Services demandés 57 60 23 51 50 52 44 40 1
30 20 10 0 Consigne à bagages Animaux

Services demandés

Lessive

Reception du courrier

Lieu comme Aucun souhaité adresse légale

Question Ouverte: Autres services souhaités: 1) Davantage d'accès pour les personnes âgées 2) Annonces pour offres d'emploi 3) Accès internet (2x) 4) Créer des foyers ''jeunes travailleurs'' (modèle français) 5) Accès à téléphone 6) Accès à télévision 7) Vêtements 8) Offre de formations professionnelles

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful