Vous êtes sur la page 1sur 1

Dans l’actu (Briefing)

Itradec, trop jeune pour mourir ?


Itradec est la dernière-née des intercommunales wallonnes. EXPORTATIONS
Sa mission ? Digérer plus de 200.000 tonnes de déchets ménagers
issus de la région de Mons-Borinage et du Centre.Elle pourrait > Les Belges défavorisés
On a failli supprimer la taxe sur
bientôt fermer ses portes,victime d’une lutte de pouvoir l’assurance-crédit en 2004, mais le
au niveau régional. ❙ Johan Debière projet de loi concocté à l’époque est
tombé aux oubliettes. Courtier
spécialisé en la matière, la société Crion
rappelle le problème à l’attention des

E
n 1999, les choses DIDIER DONFUT, autorités. La Belgique impose une taxe
avaient plutôt bien EX-PRÉSIDENT de 9,25 % sur l’assurance-crédit.
commencé pour D’ITRADEC Or,non seulement cette taxe est plus
Son successeur à la tête
Didier Donfut et Olivier de l’intercommunale, faible dans nombre de pays européens,
Picron, un jeune PS «qui le bourgmestre PS mais elle est souvent ramenée à zéro à
en veut». En tant que de Morlanwelz Jacques l’exportation.C’est le cas en France,aux
président d’Itradec, le Fauconnier, n’a pas Pays-Bas et en Grande-Bretagne.Les
son mordant, dit-on.
premier avait proposé au exportateurs belges semblent dès lors
second le poste de direc- défavorisés face à leurs concurrents.
teur d’une usine qui Reste la solution de la mise Du moins à certains d’entre eux.De fait,
devait montrer la voie en en décharge, mais là les 12 et 12,5% du Danemark et de l’Italie
matière de gestion des encore, le législateur wal- valent aussi à l’export.Et que dire de
déchets ménagers. Un lon a décidé de proscrire l’Allemagne,où la taxe est uniforme et
pari osé mais technique- cette solution d’ici à 2010, vient de passer de 16 à 19% ? Cela
ment réalisable, consis- se basant sur une directive n’empêche pourtant pas les exportateurs
BELGA

tant à récupérer la frac- de la Commission euro- teutons de se porter comme un charme !


tion biométhanisable des péenne interdisant la mise
déchets ménagers de la zone de Mons-Bori- en décharge de résidus valorisables.
nage et du Centre et à la transformer en
méthane et compost. Qui décide vraiment
A l’époque, le projet avait bénéficié du soutien de l’avenir d’Itradec ?
inconditionnel de Guy Lutgen, ministre de Face à ces lenteurs, il serait du rôle du
l’Environnement. Comble de l’ironie : c’est président de l’intercommunale de frapper
aujourd’hui son fils Benoît que l’on retrouve du poing sur la table. De source proche du
au poste de ministre de l’Environnement... dossier, cependant, Jacques Fauconnier,

PHOTO NEWS
Or, depuis, rien ne va plus chez Itradec. Les bourgmestre PS de Morlanwelz, n’a pas le
investissements qui lui permettraient de mordant de son prédécesseur Didier Don-
dépasser les difficultés techniques qu’elle fut, dont Itradec était le bébé. JEAN-LOUIS COPPERS,
ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ DE CRION
rencontre lui sont refusés. En fin de compte, c’est surtout sur le soutien
La taxe de 9,25 % sur l’assurance-
indéfectible d’Ecolo qu’Itradec peut comp- crédit porte préjudice à la Belgique.
Investissement refusé, ter. Au cabinet de Benoît Lutgen, le poids
collectes inopérantes d’un certain Gonzague Delbar semble au Les récriminations belges n’en perdent-
Plus que le manque d’argent, c’est l’incon- contraire peser de manière déterminante elles pas en crédibilité ? «Il y a une
séquence des décideurs wallons à divers dans la balance. «Le véritable décideur dans différence de taille,souligne Jean-Louis
niveaux qui est pointée du doigt. Itradec n’a ce dossier, c’est lui et pas Lutgen», confirme Coppers,administrateur délégué de
jamais pu disposer des outils pour fonction- un observateur bien informé. Crion.L’Allemagne est un pays de grosses
ner correctement. Les collectes sélectives, En plus du poste qu’il occupe au sein du cabi- entreprises,alors que la Belgique est le
notamment, se sont avérées inopérantes. net Lutgen en qualité d’expert ès déchets, champion des PME.Ces dernières sont
De plus, elle s’est vu refuser un investisse- l’homme est le directeur général d’Ipalle. Or, moins averties et plus frileuses sur ce
ment dans une installation d’incinération du depuis quelques années, cette dernière terrain.» Une enquête menée par Crion et
résidu du processus de biométhanisation. bataille ferme avec d’autres intercommuna- présentée à la FEB révèle que la peur de
Trop humide et trop chargé en chlore, ce les pour que l’incinération bénéficie du méca- n’être pas payé est le 2e frein aux velléités
«fluff» n’est pas accepté par les cimentiers, nisme des certificats verts, ce qui lui a été d’exportation de ces PME.La taxe sur
qui affirment craindre des dérapages dans systématiquement refusé jusqu’ici. Au l’assurance-crédit à l’exportation ne
les émissions de polluants. La solution de contraire d’Itradec, qui en bénéficie... représente pourtant que 7 millions
l’incinération est possible chez Ipalle, une Cela vaut à la dernière-née des intercommu- d’euros environ.Plus encore qu’un
intercommunale du Hainaut occidental, mais nales wallonnes d’être impliquée dans un jeu soutien financier,sa suppression
cette option est proposée à un coût trop élevé de donnant-donnant entre incinérateurs représenterait au moins un
aux yeux d’Itradec : environ 80 euros la tonne publics et cimentiers. Quid des problèmes encouragement psychologique...
incinérée. Soit beaucoup plus que les 30 d’Itradec ? On verra plus tard... si la biomé- G. L. ■
euros qu’elle accepte de payer. thanisation d’Havré survit à ce micmac. ■

Tr e n d s - Te n d a n c e s 2 5 o c t o b r e 2 0 0 7 B r i e f i n g 19