Vous êtes sur la page 1sur 43

Agir ensemble à travers les

nouveaux environnements
numériques sociaux
Claude Springer, université de Provence

ΤΜΗΜΑ ΓΑΛΛΙΚΗΣ ΓΛΩΣΣΑΣ & ΦΙΛΟΛΟΓΙΑΣ -


ΤΟΜΕΑΣ ΓΛΩΣΣΟΛΟΓΙΑΣ ΚΑΙ ΔΙΔΑΚΤΙΚΗΣ

ΔΙΕΘΝΕΣ ΣΥΝΕΔΡΙΟ "2008, Ευρωπαϊκό Έτος


Διαπολιτισμικού Διαλόγου: συνομιλώντας με τις
γλώσσες-πολιτισμούς"
10.12.2009 C.Springer - Agir
1 ensemble
  
Dialogue des cultures

10.12.2009 C.Springer - Agir ensemble


2
Nuages de mots clés
Interconnexions
Communautés
Action
Médiation Agir
communicationnel
Dialogue Agir numérique
Interculturel
Projet
Tâche sociale Apprentissages
collaboratifs
Intelligence solidaires
collective

10.12.2008 C.Springer - Agir ensemble 3


L’Effet Papillon
l  » « Com
u re muna
ult u tés »
n t erc Tout bat de l’aile!!
« I

Photos Flickr CC http://www.flickr.com/


« 
Dia
log l  »
ue  rtu e
» «   V i

10.12.2009 C.Springer - Agir ensemble 4


  µ
Fil d’arguments
Évolution des manuels : de « Civilisation »
à « (Inter)Cultures »

Optique actionnelle/projet = vers l’interculturel

TIC et Communauté d’apprenants

Blogue éducatif
Vers un dialogue interculturel

10.12.2008 5
1. Tour rapide!
Manuels et interculturel !

6
•  « Tempo 2 »

•  1997
•  Méthode de français

•  Unités A2, A3 et A4

•  du DELF

•  Public visé :

–  Grands adolescents

– Adultes

10.12.2009 C.Springer - Agir ensemble 7 7



8

9

A. Communicative : absence de visée
culturelle intégrée
S’il est relativement aisé de définir dan un
programme d’enseignement les contenus prioritaires
de communication (en termes d’actes de parole ou de
notions) et les contenus linguistiques qui en découlent,
il n’en va pas de même pour les contenus socio-
culturels.

Pour évoluer en langue étrangère, l’apprenant a


besoin d’un savoir minimum sur la culture et sur le
fonctionnement social du groupe dont il apprend la
langue. Ce type de connaissances est souvent rejeté
dans la dernière partie… (Bérard, 1991 : 61)

10.12.2009 C.Springer - Agir ensemble


10
Manuels A.C.
 Lʼélève apprend des savoirs typés dans des
situations elles aussi typées.
 Présentation dʼune culture homogène
(CIVILISATION), parisienne, stéréotypée (les
Grands personnages, la Haute couture, les bonnes
manières, etc.).
 Il y a bien sûr des exceptions, mais le schéma de
cours va dans le sens des actes de parole, unités
linguistiques et lexicales.

11
Manuels post CECR
  Des titres significatifs:
connexions, alter ego, alors?,
rond point, sac à dos,
latitudes, scénario

  Présence du français des


régions et de la Francophonie

  Contact des langues et des


cultures: les apprenants sont
présents avec leurs langues et
cultures

  Tâches sociales et mini


projets: un nouveau schéma
de cours (scénario)
12
•  2007
•  Approche par
compétences
•  Niveau A2 du CECR
(Unité A2 du DELF)
•  Public visé :
–  Grands adolescents
–  Adultes

12/12/2008 C. Springer 13
14
15
16
17
18
Manuels CECR : vers une prise de
conscience (inter)culturelle
 Une meilleure intégration du culturel/interculturel
 Représentations dʼun espace francophone pluriel
 Présentation des gens ordinaires, une culture du
quotidien pas une culture de lʼélite
 Approche réflexive, comparaisons/contacts langues
cultures (Et vous ?) > prise de conscience culturelle
 Introduction de tâches sociales ou mini projets pour
vivre ensemble une expérience> actionnel
 Des savoirs culturels (quotidien et patrimoine
francophone) aux Savoir-faire interculturels
19
Exemple Sac à dos
  pédagogie par tâches (Sac à
dos / Rond point 2)
  pédagogie du projet
  apprentissage collaboratif
  tâches liées
  savoir travailler ensemble
  s’impliquer dans un projet
  respecter un contrat, un
calendrier
  écouter les autres, chercher un
consensus

10.12.2009 C.Springer - Agir ensemble 20


Perspective actionnelle : vers une
construction interculturelle
 Développement dʼune approche par les tâches
sociales / projets (mais lʼinstitution minore cet aspect)
 Prise en compte des compétences personnelles, des
compétences transversales et plus uniquement
linguistiques
 Développement dʼinteractions authentiques
nécessaires au déroulement du projet
 >>> Une culture en acte, un dialogue facilitant une
construction commune de lʼinterculturel
 “Cʼest du concret, ça a du sens”
21
Un peu de théorie ?? ...!

Bon, 4 points tout de même


pour situer mon cadre!
… oui, je sais… je vous entends penser

mais on apprend bien ce qu’on sait déjà,


n’est-ce pas !
Fondements théoriques :

Théorie de la complexité (1)
  Prendre en compte la complexité des actions humaines
(Morin, 2005) : ne pas tout réduire à une “pensée
(pédagogique) simplifiante”

  Obstacle : notre souci pédagogique de tout réduire en


séquences simples pour mettre en œuvre des procédures
préformatées et contrôler lʼapprentissage.

  Or lʼaction = interactions multiples, chaque élément réagit


avec dʼautres éléments et avec le tout.

  Et « lʼaction est stratégie » : un peu de pré-formatté


beaucoup de hasard, dʼaléatoire, dʼinattendu, dʼoriginal
Fondements théoriques :

LʼAgir communicationnel (2)
  Habermas (1995): l'agir communicationnel consiste à chercher
une entente, un consensus social, pour interpréter ensemble une
situation et sʼaccorder mutuellement sur la conduite à tenir.

  Obstacle : idée que communication = simple échange linguistique


  C'est lors dʼun échange avec lʼautre étranger que tout cesse
d'être des évidences culturelles partagées, que la nécessité d'une
activité communicationnelle apparaît pour recréer du consensus.

  Interculturel minimum : être à lʼécoute, accepter la sincérité de


lʼautre, prendre lʼautre au sérieux, sʼengager pour sʼaccorder.
Fondements théoriques :

Théorie de lʼactivité (3)
  Approche socioculturelle = Nos actions sont toujours insérées dans une
"matrice sociale" composée d'individus et dʼoutils cognitifs. (Vygotski)

  Obstacle : modèle de lʼindividu solitaire « désocialisé » ; insatisfaisant dʼoù


la notion dʼacteur social - les actions sont situées socialement.

  Leontiev (1981) distingue trois niveaux d'activité: les activités proprement


dites, les actions et les opérations. Lʼactivité est orientée par un but
conscient et peut nécessiter de nombreuses actions.

  Engeström (1987) définit la communauté comme lʼensemble des individus


qui partagent un même but.

  Créer un environnement dʼapprentissage = permettre aux apprenants


de faire partie dʼune communauté pour partager des connaissances,
des valeurs, échanger, être ensemble, résoudre ensemble un
problème.
Fondements théoriques: lʼinterculturel (4)
  Voir : Byram, Pretceille et tous les autres à ce colloque
  Kramsch (2008) distingue 3 couches qui interagissent constamment
•  Histoire, patrimoine
•  Social, contexte socioculturel, interactions quotidiennes
•  Imaginaire, rêves sociétaux et individuels
Importance à accorder au discours de la communauté = ce qui distingue
une communauté dʼune autre (ex les jeunes, communauté internet,…)
Comment la communauté dʼapprenants sʼinscrit dans son patrimoine,
quels signes distinctifs, comment ils interagissent, quels imaginaires

  Lussier (2008) propose des profils de compétences


Savoir-faire interculturels (niveaux intermédiaire et élevé)
•  Niveau dʼinteraction : participer librement à des situations culturelles diversifiées
•  Niveau de négociation : montre de la flexibilité pour agir comme médiateur
Savoir être (niveaux intermédiaire et élevé)
•  Niveau dʼacceptation : sympathie et ouverture, réactions positives
•  Niveau dʼintégration et dʼinternalisation : empathie, transfert entre cultures ; respect
des autres cultures; valorisation de lʼautre ; être médiateur culturel
Alors la perspective actionnelle ?
  Un changement profond pas un simple prolongement de
lʼapproche communicative ! Communication ≠ Action
  Limiter lʼagir à la « tâche » scolaire » (opérations de base) cʼest
nier lʼimportance de lʼactivité (but et sens) dʼoù la nécessité de
changer le schéma et définir un « scénario dʼapprentissage »

  Le niveau de la « tâche sociale » ou du


« projet » (niveau de lʼactivité) est le seul à permettre une
perspective actionnelle et interculturelle

  Redéfinition des compétences = générales, personnelles +


langagières. La compétence linguistique ne devrait plus être
lʼunique référence en didactique des langues.
TIC et communautés
d’apprenants!

un exemple autour du blogue


éducatif communautaire!
Des interconnexions au réseautage
La cyberculture (Levy, 2008)
  L’interconnexion : communication internet, ordinateurs
connectés, espace interconnecté, tissu social sans totalité,
échanges / interactions
  Les communautés virtuelles : leur développement
sʼappuie sur le potentiel dʼinterconnexions ; constructions par
affinités dʼintérêts, partages dʼinformations, partages de
connaissances, réalisations de projets > processus de
coopération et dʼéchanges > véritable agir communicationnel,
constructions de liens sociaux
  Intelligence collective : finalité ultime, mettre en
synergie les imaginations, intelligences > apprentissage
collaboratif, transculturel

30
Les réseaux sociaux
Échanges et partages

Artefacts sociaux, nouveaux outils


cognitfs, nouvelles attitudes,
nouvelles approches culturelles

31
le blogue éducatif : aspects
technologiques
  Plateforme sociale = mettre en relation des classes éloignées
  Utilisation facile mais nécessité de personnaliser
  Possibilité de définition de rôles (administrateur, auteur,
rédacteur, commentateur, etc)
  Artefact numérique familier des élèves,
  Potentiel dʼinteractions, de créations multimédia, dʼéchanges, de
partages
  Intégration aisée dans le cadre dʼun scénario dʼapprentissage
social
  Outil dʼapprentissage collaboratif, pédagogie du projet
32
Exemple : Projet Postcultures
Recherche doctorat : A. Koenig-Wisniewska

Concevoir un projet TIC pour les échanges


avec 4 à 6 classes éloignées
Projet sur 4 mois
Un scénario dʼéchanges
Des interactions à lʼécrit: mieux se
connaitre, présenter sa classe son pays,
présenter son chanteur préféré, faire des
choix ensemble, vivre une expérience

33
Communauté et identités (1)

34
Communauté et identités (2)

Pas dʼacceptation
pour lʼinstant, on
reste chez soi
On se présente, pas
dʼinteraction, moule
« se présenter » mais
touches identitaires
35
Echanges interculturels non sollicités
Engagement
d’un topic

Marques
de discours
internet

Clarification
Culturelle
Médiation
culturelle

36
On échange,
on
s’explique,
on veut
connaître et
se faire
connaitre,
une
communauté
se forme

37
Une autre vision des compétences
Lʼaction sociale
est première

Les stratégies
sont inhérentes à
la tâche

Les compétences
générales sont
essentielles

CECR : Savoir faire interculturels


- Établir une relation Schéma de Goullier
- Utiliser des stratégies variées
- Jouer le rôle dʼintermédiaire culturel
- Aller au-delà des relations stéréotypées
38
Pour conclure
o  Les manuels permettent de former aux savoirs
culturels (bonne évolution) et parfois aux savoir-faire
interculturels.
o  Les TIC permettent à moindre frais dʼaller vers une
formation plus poussée aux savoir-faire interculturels
et savoir-être (voir Lussier, 2007 et Candelier, 2007)
o  Nous pouvons aujourdʼhui gagner sur les deux
tableaux (acquisition de la compétence de
communication et expérience interculturelle)
o  Nous ne sommes plus prisonniers des murs de lʼécole
(entre les murs) nous pouvons facilement aller « hors
les murs » vers les  échanges intercultures

39
o  Les jeunes apprennent du coup à être des
écrivants et écrivains publiés et lus !!!
o  Ils font des fôtes ? Oui et alors, moizaussi !
o  À devenir des netcitoyens (pronetariat de de
Rosnay)
o  À sʼexprimer sous le contrôle des autres

o  Bien sûr cela suppose une formation des


enseignants aux TIC et à lʼinterculturel et nous
savons que former des « techniciens » dʼune
langue nʼest déjà pas si simple (et encore
moins de les payer convenablement !!!)

40
Les profs sʼy mettent aussi…

OUI jʼaime bien les papillons, pas vous ?


41
Crédits photos vidéo

  Photos Alsace : C. Springer


  Photos Grèce : Flickr (vanou, Marc Chartier)
  Photos papillons : Flickr (koukrâpock, melolou,
Lionoche, e³°°°)

 

Claude.springer@univ-provence.fr 43