Vous êtes sur la page 1sur 25
Yachir provoque les Usmistes 3-1 «Cette victoire nous permet de passer devant eux» Amrouche (pdt

Yachir provoque les Usmistes

3-1 «Cette victoire nous permet de passer devant eux» Amrouche (pdt du CA) «Pour le
3-1
«Cette victoire nous permet
de passer devant eux»
Amrouche
(pdt du CA)
«Pour le centenaire du club,
on jouera la Coupe du
monde des clubs»
DIMANCHE 10 FÉVRIER 2013
: CRB
m’a l’EN Bouali
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 2191 PRIX 20 DA
«Personne
ne
contacté
LesLesLesLesLesLesLesLes révélationsrévélationsrévélationsrévélationsrévélationsrévélationsrévélationsrévélations
pour
prendre
De notre
A’»
envoyé
spécial
en Suisse
dedededede TaferTaferTaferTaferTafer
●●«Ni la FAF ni aucun
sélectionneur ne
m’avaient contacté
auparavant»
«J’ai décidé de jouer
pour l’Algérie par
conviction et j’attends
un signe de Halilhodzic»
●«J’ai envie de
suivre le même
chemin que
Boudebouz,
Feghouli et
Ghoulam»
Belfodil à Vahid
«Je serais
heureux si vous
me convoquiez
face au Bénin»
1-0
Maintenant, Chalali
Maintenant, Chalali
Maintenant, Chalali
Maintenant, Chalali
Maintenant, Chalali
Maintenant, Chalali
veut gagner le derby !
veut gagner le derby !
veut gagner le derby !
veut gagner le derby !
veut gagner le derby !
veut gagner le derby !
«Béjaïa,
c’est ma
région natale,
mais je veux lui
marquer aussi»
USMA
Sandjak : «Il retrouve
son meilleur niveau»
notre envoyé
De
spécial en Jordanie
Boudebouda
CAB 2 - USMH 3
«Al
Buqa’a
ne
connais
pas» ? Je
Trop forts ces
Harrachis !
ESS 1 - JSS 0
90’, Nadji sauve
l’Entente
3 «Al Buqa’a ne connais pas» ? Je Trop forts ces Harrachis ! ESS 1 -
3 «Al Buqa’a ne connais pas» ? Je Trop forts ces Harrachis ! ESS 1 -
De notre 02 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 envoyé spécial en Suisse Youcef Koudri
De notre
02
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
envoyé
spécial
en
Suisse
Youcef
Koudri

Coup d’œil Équipe nationale

Yannis Tafer

«J’ai décidé de jouer pour l’Algérie

C’est un accueil très chaleureux que nous a réservé Yannis Tafer, l’ex-Lyonnais champion d'Europe des
C’est un accueil très
chaleureux que nous a réservé
Yannis Tafer, l’ex-Lyonnais
champion d'Europe des U19 et
4 e à la Coupe du monde des
U20, qui joue aujourd’hui au
FC Lausanne Sport. Notre
visite a été motivée par le
choix du joueur qui a décidé,
comme nous l’avons annoncé
en exclusivité en début de
semaine, de jouer pour
l’Algérie après toute la
polémique qui était née en
2010 lorsqu’il a été question,
à un moment, de lui faire
appel. Tafer revient sur cet
épisode en expliquant
clairement les choses. Il nous
fait part aussi dans cet
entretien des raisons qui l’ont
poussé à remettre cette
question à plus tard,
tout en nous faisant
savoir qu’il n’était
pas facile pour lui
de prendre une
telle décision par
rapport à toute
la sensibilité qui
entoure cette
question.
par conviction et j’attends
un signe de Halilhodzic»
«Je n’ai jamais dit non à la sélection algérienne, j’étais
jeune et il me fallait juste du temps pour bien y réfléchir»
Mais ce qui est sûr, c’est que je
n’ai jamais dit non à l’Algérie ou
refusé de rejoindre la sélection.
Mais aujourd’hui que j’ai atteint
l’âge de faire un choix, je le dis
haut et fort, je suis prêt à rejoin-
dre la sélection nationale, j’ai
fait mon choix et il est définitif.
Merci
d’avoir ac-
cepté de
nous rece-
voir à Lau-
sanne…
Il n’y a pas de
quoi, c’est moi qui
vous remercie de votre
visite.
Comment les choses se
passent avec votre
club ?
Dieu merci, cela se
passe très bien. Je suis
arrivé blessé, ce qui fait
que j’ai raté quelques
matchs au début, mais
aujourd’hui, je com-
mence à retrouver ma
forme et mes repères.
J’avais contracté une
blessure qui m’avait
éloigné des terrains
pendant une longue
durée et ce n’était pas facile
de revenir très vite à la compéti-
tion. Aujourd’hui, j’ai joué dix
matchs et marqué cinq buts,
dont un en championnat. Je
peux effectivement dire que
les choses vont dans le bon
sens pour moi.
Qu’est-ce qui a motivé votre
décision ?
Comme je viens de vous le
dire, j’ai mûri et j’ai atteint l’âge
pour pouvoir faire un
choix et prendre
une décision. J’ai
donc choisi de dé-
fendre les cou-
leurs de l’Algérie,
d’autant qu’il y a
un projet très in-
téressant qui est
en train de se
réaliser avec
l’Equipe nationale.
Il y a une équipe
jeune qui est en
train de se mettre
peu à peu en place,
avec les Boudebouz,
Feghouli et dernière-
ment Ghoulam. Tous
ces joueurs ont déjà joué,
comme moi, pour la
France et aujourd’hui ils
défendent les couleurs de
l’Algérie. C’est ce qui m’a mo-
tivé davantage ; et au-
jourd’hui si la Fédération
algérienne estime que je suis
sélectionnable, ils n’ont qu’à sui-
vre mes performances avec
mon club.
On ressent chez vous une
grande envie de re-
joindre la sélec-
suis prêt à assumer mon choix.
Etes-vous en contact avec la
Fédération algérienne de
football ?
Non, je n’ai aucun contact
avec les responsables de la fédé-
ration. Toute la question est que
j’ai annoncé que je suis disponi-
ble à jouer pour la sélection al-
gérienne au cas où on penserait
à moi, c’est tout.
Vous n’avez jamais été
contacté par la FAF, même
en 2010 par exemple ?
Non, jamais.
Connaissez-vous le sélec-
tionneur actuel de l’Algérie ?
Pas sur le plan personnel,
mais évidemment que je
connais l’entraîneur.
Que savez-vous de lui ?
Je sais que c’est un entraîneur
sérieux, ambitieux et qui aime
son travail.
Avez-vous suivi la sélection
nationale durant cette CAN ?
Oui, j’ai regardé tous les
matchs, les deux premières dé-
faites puis le match nul contre la
Côte d’Ivoire où nous menions
par deux buts à zéro, mais le
match s’est soldé malheureuse-
ment par un score de parité.
L’Algérie a bien joué, elle a mon-
tré beaucoup de bonnes choses,
mais on sait que le plus impor-
tant dans cette compétition, c’est
de gagner des points et de mar-
quer des buts. Il faut oublier
cela maintenant et penser à re-
venir en force.
Dites-nous franche-
ment, lorsque
vous regardiez
tion le plus vite
possible.
C’est cela ?
Oui, c’est
mon objectif
désormais.
Quand je
vois mon ami
Ishak Belfodil
qui a choisi ce
moment pour
«Je ne
regrette pas ce
que je fais
généralement,
mais la décision
d’aller à Toulouse
n’était pas la
bonne»
les matchs de
l’EN à la
CAN,
vous ne
vous di-
siez pas
que vous
auriez pu
transfor-
mer toutes
les occasions
ratées si vous
pu transfor- mer toutes les occasions ratées si vous jouer pour l’Algé- rie, et quand je

jouer pour l’Algé- rie, et quand je vois d’autres jeunes joueurs pleins de talent, comme ceux que je viens de citer ont choisi la sélection algérienne, je ne peux être que motivé pour les suivre. Je veux faire partie de ce projet dès le début en effet.

Ce n’est apparemment pas le cas de votre équipe qui occupe la sixième place au classe- ment… Oui, c’est vrai, mais on essaye de faire avec les moyens du bord, car le club de Lausanne n’a pas de grandes rentrées d’argent ni un grand budget si on le com- pare à d’autres clubs. Ce qui fait que ce que réalise l’équipe jusque-là est acceptable ; mais par rapport à la qualité de notre effectif, on peut faire beaucoup mieux. Mais le FC Lausanne Sport n’est pas n’importe quel club, il a des traditions dans le football et il a même réussi un excellent parcours en Eu- ropa League, non ? En effet, je suis au courant de cela, je sais que Lausanne Sport a pu réaliser de bons résultats en compétition européenne,

mais

il faut

reconnaître qu’ici en Suisse, il y

a des clubs plus forts, comme le

FC Bale et le club de la capitale, Berne. Malgré cela, on fait de notre mieux pour tirer notre épingle du jeu, et comme je viens de vous le dire, ce qu’on a réalisé jusque-là est très correct.

Mais l’important pour vous,

c’est

d’avoir retrouvé la compétition et le chemin des fi- lets, n’est-ce pas ?

J’ai été effectivement très content d’avoir retrouvé les ter- rains après une longue absence et une période difficile. Il me faut maintenant plus de temps de jeu et plus de matchs dans les jambes pour retrouver tous mes moyens.

Parlons maintenant de la question que beaucoup de gens se posent en Algérie, celle de savoir si réellement vous avez choisi de jouer pour l’Algérie Oui, c’est exact, j’ai pris la dé- cision de jouer pour l’Algérie, c’est une décision mûrement ré- fléchie. Il est vrai que cette question a été soulevée bien avant, mais j’étais encore jeune,

je devais m’occuper beaucoup

plus de ma carrière avec mon club, ce

Vous savez sans doute que jouer pour l’Algérie risque de vous créer des problèmes avec votre club. Vous y avez pensé ?

J’y ai pensé, mais je ne crois pas que cela puisse me créer un quelconque problème avec mon club, car il y a les dates FIFA où

«Aucun responsable de la FAF ni aucun sélectionneur ne m’a contacté auparavant»
«Aucun
responsable de
la FAF ni aucun
sélectionneur ne
m’a contacté
auparavant»

n’était pas une urgence pour moi. J’ai d’ail- leurs dis- cuté du sujet il y

a deux

ans avec

Ryad

(Boude-

bouz, ndlr).

tous les internatio- naux doivent être disponibles pour leurs sélections. Mais sachez que lorsque j’ai décidé de jouer pour l’Al- gérie, j’a bien pesé le pour et le contre et je

étiez là-bas ? Je pense que chaque match a ses spécificités et je suis sûr que les attaquants de la sé- lection nationale sont en me- sure de marquer des buts. Je ne peux pas penser de la sorte car c’est le boulot des joueurs qui sont sur le terrain. Moi, tout ce que j’ai à dire, c’est que je suis prêt à répondre présent si on me fait appel. Que pouvez-vous apporter à l’EN ? Je vois que l’Equipe nationale est en phase de reconstruction, cela me convient car je suis sûr que je suis en mesure de faire partie du groupe qui sera mis en place et d'apporter le plus es- compté, notamment en attaque en ma qualité d’attaquant. Même si vous dites que vous n’avez pas été contacté par des responsables de la FAF, vos déclarations de l’époque montrent que vous étiez très

pas été contacté par des responsables de la FAF, vos déclarations de l’époque montrent que vous

N° 2191 Dimanche 10 février 2013

N° 2191 Dimanche 10 février 2013 0 3 «Quand je vois que les Boudebouz, Feghouli ou

03

«Quand je vois que les Boudebouz, Feghouli ou Ghoulam jouer pour l’Algérie, ça ne peut
«Quand
je vois que
les
Boudebouz,
Feghouli ou
Ghoulam jouer pour
l’Algérie, ça ne peut
que me motiver
pour suivre le
même
chemin»
«Je
n'ai
discuté
qu’avec
Boudebouz de
indécis, non ?
Je ne peux pas dire que
j’étais indécis, toute la ques-
tion est que ce sujet n’était ma
la sélection
nationale»
priorité à l’époque. Je n’avais que
18 ans, les choses n’étaient pas encore
claires pour moi et je me devais d’abord
de m’imposer avec mon club. En tout
cas, tout cela c’est du passé, je vais faire
22 ans dans deux semaines et il faut
penser à l’avenir maintenant.
Lorsqu’on a parlé de vous en 2010 et
de l’intention de la FAF de vous
faire appel, le président de l’UEFA,
Michel Platini, avait déclaré que la
direction technique française ne
forme pas pour la Pologne, la Croa-
tie ou l’Algérie. Vous sentiez-vous
concerné par cette déclaration ?
Non, pas spécialement, car il y avait
beaucoup de joueurs dans mon cas. Ce
qu’on doit savoir, c’est qu’en France, c’est
la sélection qui fait ses choix, on peut
vous faire appel à tout moment quand
vous êtes jeune, et il y en a ceux qu’on
sélectionne beaucoup plus tard. Mais il
y a des joueurs qui ont changé de sélec-
tion, comme c’est le cas de Feghouli. Ce
sont des choix qu’on doit faire. La ques-
tion des binationaux est une question
très sensible, c’est une arme à double
tranchant. L’équipe de France peut vous
faire appel avant tout le monde et vous
vous pouvez décider de jouer pour la
France, comme il se peut que le
contraire se produise et que c’est l’Algé-
rie qui vous contacte en premier lieu.
C’est une question de choix et de des-
tin, mais elle reste sensible.
«Benzema
est un ami, il
m’a beaucoup
aidé à Lyon et
j’appréciais le fait
qu’il m’offrait
des souliers»
matchs pour être
plus compétitif.

A un moment, Raouraoua avait fait part de sa volonté de faire appel aux jeunes binatio- naux en ci- tant votre nom ainsi que ceux de Fe- ghouli et Belfodil entre au- tres. A ce mo- ment-là, le sélectionneur français des U20 vous a convoqué pour que vous preniez part au Mondial des moins des U20 en Colombie. Ne pensez-vous pas

Peut-on dire que cette blessure a été le point d’un nouveau départ pour vous ? Peut-être oui, peut-être non, je ne sais pas comment auraient évoluer les choses si je n’avais pas été blessé ou si je n’avais pas participé à ce Mondial de Colombie. Ce qui est sûr, c’est que ces blessures peuvent gâcher la carrière d’un joueur, mais le plus important, c’est de savoir se relever et d'aller de nouveau de l’avant. Je suis là pour ça. La presse avait évoqué à un moment des contacts avec Manchester Uni- ted lorsque vous aviez 17 ans et on avait dit que vous avez préféré rester à Lyon. Ne regrettez-vous pas ce choix aujourd’hui ? Pour être sincère avec vous, je n’ai ja- mais été contacté par Manchester et je n’ai même pas entendu parler de cela. Il est possible, comme vous le dites, que

Coup d’œil Équipe nationale

«Le projet qui est en train de se mettre en place en Equipe nationale est intéressant, j’aimerais bien en faire partie»

fois à Constantine, la ville dont est ori- ginaire mon père. J’aime beaucoup l’Al- gérie mais je n’ai pas eu beaucoup d’occasions pour y aller en raison de mes engagements ici en France. Mais j’ai du sang algérien qui court dans mes veines, ça j’en suis certain. Votre famille a-t-elle été impliquée dans votre choix ? Pas d’une manière directe. Je veux dire qu’on n’a pas exercé une pression sur moi. J’ai discuté avec eux du sujet, ils ont été favorables à l’idée, mon père m’a beaucoup encouragé, mais la déci- sion je l’ai prise tout seul, aucune per- sonne n’a influé mon choix. Je l’ai fait par conviction. On sait que vous êtes ami avec Bel- fodil qui a décidé de jouer pour l’Al- gérie. Avez-vous discuté avec lui ? Non, je ne lui ai pas parlé depuis qu’il est parti à Parme. Je sais qu’il a es- sayé de me joindre il y a six mois, mais ce qui est sûr, c’est qu’on va certaine- ment discuter de ça ensemble. Vous avez joué ensemble à Lyon, mais pas en équipe de France. Vous pourriez vous retrouver de nouveau en équipe d’Algérie, non ? Nous n’avons pas joué ensemble en équipe de France parce qu’on n’a pas le même âge. Ce serait vraiment bien si on se retrouvait de nouveau sous les couleurs de notre pays d’origine. A Lyon, vous avez également côtoyé un certain Karim Benzema, lui aussi d’origine algérienne. Com- ment était votre relation avec lui ? J’ai joué avec lui (il sourit), mais il faut mettre ça entre parenthèses parce qu’on n’était pas du même niveau. Mais vous avez bel et bien joué avec lui, et on disait même de vous que vous êtes le nouveau Benzema. Ça vous dérangeait qu’on vous compa- rât à lui ? C’est un honneur pour moi qu’on me compare à Benzema, car c’est un grand joueur avec de grandes qualités. J’ai ac- cepté qu’on dise cela de moi, car je l’ai pris du bon côté. Ça vous a mis la pression ? Vous savez très bien que cela met la pression que les gens attendent beau- coup de vous, et je pense que ce n’est pas nouveau qu’un jeune soit mis dans une telle position, on lui met la pres- sion trop tôt. Je pense qu’il faut laisser les jeunes joueurs apprendre, mûrir et se faire un nom tous seuls. J’ai mes pro- pres qualités et Benzema en a les siennes et il reste un très grand joueur. Votre entraîneur à Lyon à cette époque avait déclaré que vous mar- quiez plus de buts que Benzema. Un

mier contrat professionnel, il vous a offert ses souliers, vous vous en rap- pelez ? Oui bien sûr, cela s’est bien passé, c’était d’ailleurs lors d’un reportage. Benzema avait effectivement l’habitude de m’offrir des souliers.

C’était peut-être un message de sa part pour vous dire que vous alliez le remplacer, non ? Je ne sais pas, c’est vous qui le dites. Moi, je me régalais quand je le voyais jouer et j’aimais prendre ses souliers car il était le meilleur joueur de Lyon à l’époque. Quelle est la chose que vous avez re- grettée lors de votre parcours jusque-là ? Généralement je ne regrette pas ce que je fais, bien que ma décision d’aller

à Toulouse sous forme de prêt ne soit

pas la bonne. Cela avait freiné un peu ma progression, mais je ne le regrette pas vraiment car j’ai beaucoup appris de cette expérience même si elle n’a pas été bénéfique pour moi sur le plan sportif. J’ai au moins retenu la leçon et je ne referai pas la même erreur à l’ave- nir. Vous n’avez pas regretté d’avoir af- fronté l’Israël en 2008 sachant que les Algériens ont une grande sensi- bilité par rapport à cela ? Franchement, j’étais très jeune et je ne connaissais pas toute cette histoire. Pour moi, c’était un simple match de football, j’ai joué et je suis rentré chez moi. Je n’y suis pas allé pour me faire des amis là-bas ou pour autre chose, c’était dans un cadre sportif, c’est tout. Mais quand je suis arrivé là-bas, je me suis un peu rendu compte que c’était un voyage spécial pour moi, car à l’aé- roport, la police s’est attardée avec moi plus longtemps qu’avec les autres car j’avais des origines arabes. Mais je n’y avais pas prêté beaucoup attention. On sait aussi qu’un de vos points forts, c’est votre condition physique. Tenez-vous cela de votre père qui est un ancien marathonien ? Est-ce lui qui vous entraîne ? (Rires), peut-être que nous avons cela dans les gènes, car je suis issu d’une famille sportive. Mon père est ef- fectivement un marathonien toujours en activité, mon frère Karim joue lui aussi au foot ou encore mon oncle Akim, le célèbre boxeur. Cela a dû m’inciter à donner de l’importance à cet aspect.

Il y a un joueur qui joue en Algérie eu CS Constantine, il a pour nom Aziz Tafer. Est-il de votre famille ? Je sais que j’ai des liens familiaux avec lui, mais je ne le connais pas.

dans un championnat de plus haut ni- veau. Je sais que le championnat suisse n’est pas du niveau de la Ligue 1 en France ou des championnats anglais ou espagnol, mais il faut reconnaître que ce n’est pas mal non plus pour un joueur dans ma situation. Le 25 octobre 2010, le sélec- tionneur algérien de l’époque, Abdelhak Benchikha, s’était déplacé à Sochaux pour vous superviser vous et Boudebouz en même temps. Vous en rappe- lez ? Oui bien sûr, mais je n’avais pas joué en raison d’une blessure à la cuisse. C’était une oc- casion pour avoir une idée de moi, malheureu- sement, cela n’a pas été pos- sible. Mais aujourd’hui il y a un nouveau sélectionneur, et s’il veut me suivre, je serai heureux.

Il était clair à ce moment que la FAF vous suivait, mais en même temps, la Fédération française ne vous lâchait pas. Vous étiez sous pression ? Non, pas du tout, parce qu’on ne m’a pas supervisé lors de cette rencontre et parce que je n’avais reçu aucun contact de la part de la FAF. Cela dit, je ne sais pas comment au- rait été ma réaction si cela avait eu lieu. Mais bon, tout cela, c’est du passé. Boudebouz avait égale- ment déclaré à l’époque que Tafer aime beaucoup l’Algérie et qu’il doit bien ré- fléchir et consulter ses proches. Comment a-t-il pu faire ces déclarations ?

Parce qu’on avait discuté tous les deux du sujet et il fallait prendre une déci- sion que je ne voulais pas prendre à l’époque. Mais aujourd’hui c’est fait, j’ai choisi l’Algérie par conviction. Beaucoup de joueurs

étaient dans votre cas, à l’image de Boudebouz qui avait beaucoup hésité avant de faire le choix du cœur. C’est ce qui s’est passé avec vous ? Les binationaux se retrouvent dans une situation complexe et sensible. La France est le pays où nous sommes nés, où nous avons vécu et où nous avons été formés. C’est notre pays à la base, mais nous avons des origines d’un autre pays et, croyez-moi, il n’est pas fa-

que c’était une contre-attaque pour anéantir le projet du président de la FAF ? Non, je ne pense pas que c’était pour ça, car je faisais déjà partie de cette sé- lection. J’ai d’ailleurs fait toutes les sé- lections en jeunes avec l’équipe de France, et faire partie de U20 n’était qu’une continuité logique de mon par- cours en sélection. Non, cela n’avait pas de rapport avec ce qu’avait déclaré le président de la FAF à l’époque. Cela dit, le Mondial de Colombie reste un mauvais souvenir pour vous, n’est-ce pas ? En effet, après la méchante blessure que j’ai contractée, ça reste un très mauvais souvenir pour moi, car j’avais une grande envie de réussir ce tournoi. J’étais très bien pendant la préparation, j’avais marqué beaucoup de buts, mais

je me suis blessé lors du dernier match

du tournoi et je suis rentré chez moi à Lyon où j’ai dû observer une période de six mois de convalescence. J’étais en fin de contrat avec l’Olympique Lyonnais. Tout est rentré dans l’ordre aujourd’hui, les choses vont beaucoup mieux.

Que s’est-il passé par la suite ? Des gens m’ont soutenu pendant cette période, ma famille surtout et des amis à moi, pour surpasser cela et j’ai décidé de venir à Lausanne pour fuir la pression et préparer tranquillement mon retour. Quel est votre objectif aujourd’hui ? Jouer le plus grand nombre de

la presse ait parlé de ça, peut-être lors

du Mondial des moins de 17 ans, mais à l’époque j’étais heureux à Lyon, je ne manquais de rien.

Il y a eu toutefois deux contacts d’un club italien, Naples, et d’un club anglais, Newcastle, au moment

vous étiez encore convalescent, mais vous avez refusé d’y aller. Pourquoi ? Parce qu’il n’y avait pas de contacts

officiels. Je sais qu’ils me suivaient, mais il n’y avait aucune offre officielle.

A l’époque, je me préparais en été tout

seul et c’est le club de Lausanne qui m’a

fait une offre, c’était la seule. Je me suis dit que c’était une occasion pour moi pour préparer mon retour. J’ai accepté l’offre sans aucune hésitation ni calculs.

Il me fallait revenir à la compétition le

plus vite possible, jouer le plus grand

nombre de matchs, retrouver mes moyens et penser par la suite à aller

cile du tout de faire un choix. Dans mon cas, j’ai dû bien réfléchir et j’ai trouvé que le projet de la sélec- tion algérienne est plus qu’intéressant, d’autant qu’en Algérie, l’engoue-

ment populaire autour de la sélection m’a en- couragé davantage à prendre cette déci- sion. Il est certain que vous avez discuté

commentaire ?

Oui, il a dit cela car j’aime aller vers le but et marquer, mais j’aime aussi construire et parti- ciper à la création

«L’engouement populaire des Algériens a été une motivation de plus pour que je choisisse l’Algérie»
«L’engouement
populaire des
Algériens a été
une motivation de
plus pour que je
choisisse
l’Algérie»

du jeu. En ce moment, j’évo- lue avec Lau- sanne en tant que deuxième attaquant, je joue derrière l’attaquant de pointe, en 9,5 si vous voulez. L’en-

avec des personnes à l’intérieur de la sélec- tion. Avec qui au juste ?

J’ai discuté avec Ryad du sujet, et j’avais discuté aussi avec Sofiane Feghouli quand il était à Gre- noble car je suis de la région. Nous n’avons pas parlé que de ça bien sûr et je n’ai pas discuté avec d’autres joueurs de ce sujet. En 2010 aussi, Nadir Belhadj vous a adressé un message dans lequel il disait : "Tafer, j’espère que tu vas

jouer pour l’Algérie et non pour la France"… Je n’en suis pas au courant, peut-être qu’il l’a fait à travers la presse. Comment est votre relation avec l’Algérie ?

J’ai des liens forts avec l’Algérie même si je ne l’ai pas visitée beaucoup. J’y suis allé deux fois, il y a longtemps. La première fois à Alger et la seconde

traîneur me fait évo- luer à ce poste pour créer plus de possibilités de mar-

quer. Vous ne nous avez pas parlé de votre relation avec Benzema à cette époque… C’était un bon ami pour moi, il m’a beaucoup aidé lors de mes débuts avec Lyon et je l’en remercie beaucoup. Au- jourd’hui, il est avec le Real, ça prouve que c’est un grand joueur. Lui avez-vous parlé récemment ? Non, je ne l’ai pas fait depuis un bon moment. La dernière fois qu’on s’est parlé au téléphone remonte à six mois. Il m’avait appelé pour demander de mes nouvelles d’autant que nous avons le même manager. Lorsque vous avez signé votre pre-

Suivez-vous le championnat d’Algé- rie ? Non. Supportez-vous un club en Algérie ? Non, aucun club, à part la sélection algérienne que je suis depuis cinq ans, mais je n’ai pas regardé tous ses matchs. Avez-vous suivi match d’Oum Dor- mane ? Bien sûr que oui, c’est un match qu’il ne fallait pas rater. Barça ou Real ? (Rires) Le Real bien sûr, mon ami joue là-bas. Avez-vous des idoles parmi les an- ciens joueurs en Algérie ? Non, pas vraiment, j’entends parler de quelques joueurs comme Madjer, et aujourd’hui il y a de bons joueurs aussi,

à l’image de Feghouli qui joue à un

haut niveau. Savez-vous qu’il a gagné le Ballon d’Or ? Oui, je le sais. Pensez-vous que vous pourriez le gagner un jour à votre tour ? Pourquoi pas, tout est possible, peut- être lorsque je rejoindrai la sélection al- gérienne.

Entretien réalisé à Lausanne par Youcef Koudri

04 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Équipe nationale Au cours de son tête-à-tête avec
04
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
Équipe nationale
Au cours de son tête-à-tête avec Halilhodzic

Belfodil prêt pour leBénin

C omme nous l’avions indiqué au lors de notre précédente livrai-

son, Vahid Halilhodzic s’est rendu en Italie, jeudi, pour rencontrer l’attaquant du

FC Parme, Ishak Belfodil, et discuter avec lui en vue de sa convocation pour le match du 22 mars prochain face au Bénin, comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014.

Ainsi, ils se sont rencontrés

à Parme, vendredi soir, au-

tour d’un dîner. Après l’éli- mination des Verts au premier tour de la 29 e édi-

tion de la CAN d’Afrique du Sud, et selon une source bien informée, Halilhodzic

a fait savoir à Belfodil qu’il compte le convoquer pour le match contre le Ecureuils de Bénin, à la fin du mois de mars, pour qu’il apporte

un plus à l’EN, lui qui avait donné son accord à la FAF pour défendre les couleurs de l’Algérie, mais après- CAN. L’on se souvient que

qui avait fait part aux res- ponsables parmesans d’aller durant un mois, à partir du début janvier, en sélection nationale. Vahid Halilhod- zic s’est montré patient avec lui en lui donnant le temps, avant de revenir à la charge, sachant que le joueur a remis, il y a longtemps, son dossier de qualification à la FAF, pour qu’elle l’autorise à défendre les couleurs de l’Algérie. Chose faite, puisque la plus haute ins- tance footballistique du

monde a statué en sa fa- veur, l’autorisant ainsi à dé- fendre les couleurs de son pays d’origine.

«Je serais heureux si vous me

convoquiez face au

Bénin»

Selon une source bien in- formée, Vahid Halilhodzic a été clair avec Ishak Belfo- dil, au cours de la discus- sion de vendredi passé, en lui faisant savoir qu’il comptera sur ses services au prochain match, prévu

présence est indispensable. Selon la même source, le concerné était ravi des pro- pos de Vahid Halilhodzic, en disant : «Je serai vrai- ment heureux si je reçois une convocation pour le match contre le Bénin.» Une réponse diplomatique qui prouve que le joueur sou- haiterait marquer sa pré- sence dans ce match que tous les Algériens attendent avec impatience, et ce, pour un sursaut d’orgueil, après l’élimination amère de la

CAN-2013.

Il a hâte de découvrir l’ambiance des Verts

Selon notre source, la ré- ponse d’Ishak Belfodil a été très rassurante, et l’entraî- neur national était satisfait de cet entretien fructueux avec le joueur. On indique que le joueur, qui a tou- jours montré son attache- ment à l’Algérie, semble avoir hâte de rejoindre les Verts et découvrir l’am- biance qui y règne, notam- ment au CTN de Sidi Moussa. Ainsi, lorsqu’il dé-

fendait les couleurs des U20 français, il avait affiché clairement son souhait de défendre les couleurs de l’Equipe d’Algérie.

Le sélectionneur mise sur lui pour régler le problème offensif

Au cours de leur discus- sion, vendredi soir, Halil- hodzic a expliqué à Belfodil ses objectifs, sa manière de travailler, mais surtout ce qu’il attend de lui. Sur ce dernier point, Halilhodzic a été clair et précis avec lui, en souhaitant le voir buteur de l’EN, après que la ligne d’attaque a montré toutes ses limites durant cette CAN. Même si la manière de jouer de l’EN s’est net- tement améliorée, mais celle-ci manque d’un fi- nisseur pour seconder Islam Slimani. Un mes- sage qui semble avoir été bien saisi par le joueur, qui est conscient de ce qui l’attend pour relever le défi.

Annoncé comme futur entraîneur de l’Equipe nationale A’ Hamza R. le joueur ne pouvait pas
Annoncé comme futur
entraîneur de l’Equipe
nationale A’
Hamza R.
le joueur ne pouvait pas
Bouali
prendre part à ce tournoi,
car son club le menaçait, lui
face au Bénin. Ce message
lui permettra de se préparer
convenablement, car sa
Taïder pour relancer la concurrence
La visite de Vahid
à Granada toujours
maintenue
«Personne ne
m’a contacté»
Saphir Taïder
dans le viseur
de Vahid
Halilhodzic,
cela n’est un
secret pour
personne,
puisque
l’information a
été révélée par
Le Buteur, il y
a quelque
temps, avant
qu’elle ne soit
confirmée lors
de notre
Malgré la tournée d’Italie,
Vahid Halilhodzic main-
tient toujours, selon une
source bien informée, sa vi-
site en Espagne, pour s’en-
tretenir avec les deux
milieux de terrain de Gra-
nada, Yacine Brahimi et
Hassan Yebda. Cette visite
devrait avoir lieu dans les
tout prochains jours.
précédente
Annoncé
comme futur sé-
lectionneur de
l’Equipe natio-
nale A’ pour suc-
céder à
Benchikha, l’en-
traîneur du CRB
affirme qu’il
n’est pas au
courant de cette
éventualité. Le
technicien be-
louizdadi ajoute
qu’il n’a été
contacté par au-
cune personne
de la FAF pour
l’informer. Joint
édition. Ainsi,
les contacts
entre la FAF, et
plus
finale. C’est pour cette
raison que le sélectionneur
national s’est rendu en
Italie pour le rencontrer.
Selon une source proche
du sélectionneur national,
ce dernier pensait
renforcer les rangs de l’EN
par les services de Saphir
Taïder, afin de donner plus
de tonus au milieu du
terrain, en prévision des
prochaines échéances, et
surtout relancer la
concurrence dans ce
secteur, car Hassan Yebda
accuse un manque de
compétition, alors que le
Franco-Bosniaque
comptait à un moment
donné sur son retour.
précisément le
staff technique
de l’EN, et le
milieu de
par nos soins,
Bouali nous dira : «Moi, je ne suis pas au
courant de cela. Comme vous, j’en ai entendu
parler, mais il n’y a rien d’officiel. Cela reste
des propos de la rue, car personne ne m’a
parlé de cette affaire. Actuellement, je suis
entraîneur du CRB, mis à part cela, je ne suis
au courant de rien.»
terrain
Halilhodzic le
suivait depuis
l’entame de la
saison
polyvalent du
Selon notre source, Vahid Halilhodzic
FC Bologne, pensionnaire de la série
suivait les performances du joueur
A italienne, ont eu lieu. En effet, le
joueur est d’accord pour défendre
les couleurs de l’Algérie, pays d’où
sa mère est originaire, mais sans
pour autant donner une réponse
depuis le début de la saison, car à
l’exercice écoulé, le joueur avait
joué un nombre intéressant de
matchs avec Bologne. Depuis le
début de la saison, Halilhodzic
suivait ses prestations, mais il a
préféré garder les choses au secret,
pour tromper les Tunisiens, qui
croyaient avoir gagné la bataille.
La rencontre entre les deux hommes
est tenue au secret. Selon la même
source, la rencontre entre Vahid
Halilhodzic et Saphir Taïder se
tiendra discrètement. En effet, sur
ordre de la fédération, aucune
information ne devrait filtrer sur ce
tête-à-tête, qui devrait avoir lieu
aujourd’hui entre les deux hommes,
sans changement de dernière
minute. Hier, le joueur était en mise
au vert, en prévision du match
d’aujourd’hui face à Sienne.
La présence de Belfodil
et Feghouli l’encourage
La présence d’Ishak Belfodil et
Sofiane Feghouli encourage le
joueur à rallier l’Equipe nationale, au
détriment de la Tunisie, notamment
avec l’instabilité politique dans ce
pays voisin. Saphir Taïder entretient,
en effet, d’excellents rapports avec
Ishak Belfodil, un joueur avec lequel
il a évolué durant la deuxième partie
de la saison passée, à Bologne, alors
qu’il était au même centre de
formation que Sofiane Feghouli, à
Grenoble Foot.
«Je ne peux pas me
prononcer sur une chose
qui n’existe pas»
Hamza R.
Djezzy soutient l'AAEFAB
Interrogé s’il est intéressé par un tel chal-
lenge, au cas où la FAF songerait à le sollici-
ter pour mener les Verts à la prochaine
qualification CHAN, qui aura lieu en Afrique
du Sud en 2014, l’entraîneur du CRB, qui pré-
pare la future rencontre face à Al Ismaïly, se
contentera de dire : «Je ne peux me pronon-
cer sur une chose qui n’existe pas.»
Entreprise citoyenne engagée dans le domaine social, Djezzy a organisé, à son siège de Dar
Entreprise citoyenne engagée dans le domaine social, Djezzy a organisé, à son siège de Dar El Beïda, une
cérémonie conviviale et chaleureuse, en présence du P-DG Vincenzo Nesci et de Youcef Antri Bouzar, président
de l'Association Algérienne Enfance et Familles d'Accueil Bénévole (AAEFAB). A cette occasion, M. Vincenzo
Nesci a remis à M. Antri Bouzar, un chèque et les clefs d'un véhicule.
Dans son allocution, le Président Nesci s'est dit heureux de la contribution, si modeste soit-elle tant les besoins
sont importants, du leader de la téléphonie mobile en Algérie à la cause des enfants orphelins. Pour lui, le geste
de Djezzy, est naturel. «Nous sommes à l'écoute de notre société et à son service. Etre l'opérateur préféré des
Algériens est un honneur, mais aussi une responsabilité qui nous engage, dans la mesure de nos moyens, à
mener toutes les actions possibles et nécessaires pour le bien-être des enfants de notre société.»
Quant à Youcef Antri Bouzar, visiblement ému par le geste, il a remercié, au nom des enfants, Djezzy pour cet
apport qui permettra à son association de répondre encore mieux aux immenses besoins des enfants abandon-
nés et accueillis par son organisation.
Les responsables de l'AAEFAB ont émis le souhait que d'autres entreprises emboîtent le pas à Djezzy pour que
les associations activant dans le domaine de l'humanitaire et du social puissent le faire avec plus de force et de
moyens.
Il est utile de rappeler que Djezzy a soutenu dans le passé des dizaines d'associations qui ont pu, pour certaines,
se doter de sièges, et pour d'autres, soulager les malades, les handicapés et les démunis.
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 05 Équipe nationale
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
05
Équipe nationale
Guedioura retrouve sa place de titulaire avec Nottingham Nottingham Forest ne sait plus ga- gner.
Guedioura
retrouve sa place
de titulaire avec
Nottingham
Nottingham Forest ne sait plus ga-
gner. Défaite la semaine passée, la for-
mation au sein de laquelle évolue le
milieu de terrain de l’Equipe natio-
nale, Adlane Guedioura, a de nouveau
été battue, hier après-midi à Bristol
City, sur le score de deux buts à
zéro. Guedioura, qui a raté la dernière sortie de
son équipe, a retrouvé sa place de titulaire
dans le onze de départ de Nottingham. Il
est resté sur le terrain jusqu’au coup
de sifflet final.

Kadir

«Hâte de vivre le Clasico PSG-OM»

sifflet final. Kadir «Hâte de vivre le Clasico PSG-OM» Medjani «C’est toujours bien de commencer par
Medjani «C’est toujours bien de commencer par une victoire» L e leader de la Ligue
Medjani
«C’est toujours bien
de commencer par
une victoire»
L e leader de la Ligue 2 française, l’AS Monaco, a
réussi à renouer avec le succès au stade Louis-
II, deux mois après son dernier succès réalisé
à la maison. Le néo-défenseur central algérien
de Monaco, Carl Medjani, a commencé la partie
comme titulaire dans l’axe. Arrivé cet hiver en
Principauté, l'ex-Ajaccien a joué son premier match sous
le maillot monégasque. Il a livré ses impressions à chaud
au micro de Monaco TV sur ses débuts avec l’ASM : «Je
crois que nous avons bien su exploiter les occasions qui
se sont présentées. Aujourd’hui (vendredi), l’important
était de renouer avec le succès à la maison, et on l’a
fait avec l’art et la manière. On a souffert, parce qu’on a
joué contre une belle équipe du Havre.»
«C’est de bon augure pour la suite»
Content de sa première sortie avec sa nouvelle équipe, le
joueur formé à Saint-Etienne, Carl Medjani, avance que cette
belle prestation fournie contre une bonne équipe du Havre AC,
qui est présentée comme un sérieux prétendant à l’accession,
augure un avenir radieux pour Monaco, archi-favori pour un
retour rapide en Ligue 1 française : «Je suis très heureux de
mes débuts. L’essentiel est d’avoir gagné, même si en tant
que défenseur, on a un peu quelques regrets d’avoir pris
ce but. C’est toujours bien de commencer par une victoire
sous ses nouvelles couleurs. C’est de bon augure pour la
suite.»
«L’accession se jouera jusqu’à la
dernière journée»
Carl Medjani, en homme d’expérience, appelle ses cama-
rades à rester concentrés jusqu’au bout. Fort de son accession
réalisée avec Ajaccio, il y a deux ans, Medjani affirme que, mal-
gré cette bonne position au classement, l’AS Monaco doit se
battre jusqu’au dernier moment de ce championnat de
Ligue 2 : «On a de bonnes individualités devant. On a des
jeunes, issus du centre de formation, qui sont en train de
tirer le club vers le haut. On doit rester solidaires. Le
groupe est composé de trente, voire trente-cinq joueurs
qui postulent pour un seul objectif, hisser cette équipe
de Monaco en Ligue 1, tout le monde doit se montrer
concerné, et il faudra avoir les nerfs solides, parce que
ça va se jouer jusqu’à la dernière journée.»
Moumen A.

Bellaïd titulaire, Sedan de mal en pis !

Yahia Chérif : «Je serai présent face à Auxerre»

Habib Bellaïd, le défenseur central international al- gérien du CS Sedan, enchaîne les matches avec le club ardennais. Hier, l'ex-joueur de l'Eintracht Frank- furt a joué l'intégralité de la rencontre perdue à Caen. Sedan a été battu par deux buts à zéro par le Stade Malherbe de Caen. Bellaïd, qui n’a pas été très utilisé en début de saison, retrouve un temps de jeu assez appréciable, mais cela se complique pour son équipe, lanterne rouge du championnat de L2 française.

Ça sent le purgatoire pour M’bolhi et le CFGO Ajaccio

Ça sent le purgatoire pour M’bolhi et le CFGO Ajaccio Ça ne s'arrange pas pour le

Ça ne s'arrange pas pour le GFCO Ajaccio, battu avant-hier par deux buts à zéro, à domicile, par une équipe de Dijon, toujours en course pour l’accession. Titularisé d'entrée, le gardien de but de l'Equipe nationale, Raïs Ouaheb M'bolhi, a de nouveau encaissé deux buts pour sa deuxième sortie avec son nouveau club. S’il n’est pas forcément impliqué totalement dans ces buts pris vendredi, il reste que le portier n° 1 de l’EN en encaisse de- puis son retour à la compétition. Pour rappel, Raïs avait pris deux buts contre le RC Lens, vendredi dernier. Après ce nouveau revers, Ajaccio file droit vers le purgatoire. Lez poulains de Cavalli oc- cupent l’avant-dernière place du classe- ment de Ligue 2.

Matmour et Frankfurt calent

Vainqueur à l’extérieur, la semaine d’avant sur le terrain de Hambourg, l’Eintracht Frankfurt n’a pu confir- mer cette belle opération, en se faisant accrocher par Nurem- berg sur le score de zéro à zéro. L’Algérien Karim Matmour, qui a commencé ce match sur le banc de touche, a été incorporé à la 72’. Karim, qui a pris la place de son camarade Takashi Inui, n’a pu changer le cours de cette rencontre. Frankfurt se bat tou- jours pour une place en Ligue des champions, la saison pro- chaine, mais a concédé deux points précieux.

Match complet pour Ghezzal avec Bari

Le retour de Abdelkader Ghezzal, ti-

tulaire en la

circons-

tance, n’a pas suffi, hier à l’AS Bari, battu à do- micile par Varese, un but à zéro. L’international algérien, Ghez- zal, qui revient bien à la compé- tition, a disputé l’intégralité de la rencontre. En dépit de son ren- dement jugé acceptable du fait qu’il n’a pas été remplacé dans ce duel, Bari n’a pu éviter ce revers

qui vient lui compliquer la vie dans la course pour le maintien en Serie B.

la vie dans la course pour le maintien en Serie B. Arrivé cet hiver à l’Olym-

Arrivé cet hiver à l’Olym- pique de Marseille, l’ex-buteur de Valenciennes FC, Foued Kadir, ne cache pas son ambi- tion de voir l’OM terminer champion cette saison. Le natif de Martigues, qui est aussi un fan invétéré du club phocéen, annonce la couleur. Le PSG n’est pas infaillible, malgré toutes ses stars de classe mondiale recrutées par le richissime homme d’affaire qatari : «Je pars du principe suivant : il faut viser toujours haut. On sait que le PSG est actuellement dans une excel- lente dynamique et veut im- poser une cadence infernale, mais à six points d’écart seu- lement, ce n’est pas insur- montable. Il en est de même pour les clubs qui sont classés derrière nous. Nous n’en sommes qu’à la 25e journée ! Cinq points d’avance, c’est très peu, alors mieux vaut viser haut et loin.»

«J’espère être sur le terrain»

Avant même son transfert à Marseille, le milieu de ter- rain international algérien de

l’OM, Foued Kadir, était sou- vent invité par la presse sportive française, à com- menter ce choc classique de la Ligue 1. Cette fois, Foued espère le vivre pleinement, comme ac- teur : «J’ai hâte de jouer ce Clasico. Les OM-Paris SG, j’en ai tellement vu, que ce soit au stade ou à la télé ! Cela va être quelque chose… J’espère avoir la chance d’être sur le terrain. Actuellement, le PSG est en très grande forme. C’est toujours agréable de se me- surer à de tels adversaires. Le Parc des Princes sera plein, il va y avoir une grosse ambiance. Les Pari- siens ont des joueurs de renom et très bons. Mais une fois que le coup de sif- flet de l’arbitre aura retenti, il n’y a plus de star. Il n’y a que deux équipes de onze hommes qui s’affrontent ! Nous ne devons nous focali- ser ni sur le Paris SG ni sur n’importe quel autre adver- saire.»

Moumen A

Feghouli et Valence songent déjà au PSG

Le FC Valence a dû attendre les ultimes mo- ments du match joué hier face au Celta Vigo pour asseoir sa suprématie dans ce match gagné difficile- ment un but à zéro à l’extérieur. Titulaire, Sofiane Feghouli a joué toute la rencontre. Toujours aussi fûté au milieu du terrain, l’Algérien a brillé dans ce match. Ce n’est pas ce carton jaune écopé à la 77’ qui viendra gâcher sa belle prestation. Grâce à cette victoire, Valence remonte à la quatrième place de la Liga et peut préparer comme il se doit le prochain match de la Ligue des champions contre Paris.

Ferradj «Je ne pensais même pas faire carrière dans le foot»

«Je ne pensais même pas faire carrière dans le foot» Natif de Saint-Etienne, le latéral droit

Natif de Saint-Etienne, le latéral droit du Stade Brestois, Brahim Fer- radj, connaît bien le «Chaudron».

Brestois, Brahim Fer- radj, connaît bien le «Chaudron». Le FC Istres Ouest Provence est revenu avec

Le FC Istres Ouest Provence est revenu avec un nul méritoire de son déplacement à Niort. L'attaquant al- gérien d'Istres, Sid-Ali Yahia Chérif, n'a pas été re- tenu pour ce match. Blessé à l'entraînement, Yahia Chérif, qui se plaint d'une contracture, n'a pas voulu prendre de risque. Il sera d'attaque pour le prochain match. «J’ai eu un petit point à la cuisse, je n’ai pas voulu prendre de risques, je suis aux soins et, normale- ment, je serai d’attaque dès le prochain match contre Auxerre», nous dira Yahia Chérif par téléphone. Bu- teur du FC Istres avec sept réalisations, cette saison, l’ex-Kabyle attend un geste du sélectionneur national, Vahid Halilhodzic.

un geste du sélectionneur national, Vahid Halilhodzic. Harek et Bastia n’ont pas pesé face au PSG

Harek et Bastia n’ont pas pesé face au PSG

En s’imposant sur le score de trois buts

pourtant pas marqué dans ce duel, perdu coéquipiers, trois buts à zéro.

Ghoulam sur le banc Le néo-international algérien de l’AS Saint-Etienne, Faouzi Ghoulam, n’a pas pris
Ghoulam
sur le banc
Le néo-international algérien de l’AS
Saint-Etienne, Faouzi Ghoulam, n’a pas
pris part au match joué hier soir par son
équipe contre Montpellier. Après de
fortes chutes de neige, l’arbitre de la
rencontre a décidé d’interrompre ce
match avant de reprendre le jeu,
quinze minutes après. L’ASSE s’est
finalement imposée quatre
buts à un.

Ouali et Dresden corri- gés par Kaiserlautern

à zéro,

Lorsqu’il était jeune, il se rendait sou- vent avec ses proches au stade Geof- froy-Guichard, a-t-il confié au magazine But. Ferradj affirme qu’au départ, il n’avait jamais

songé à effectuer une carrière

Le Sporting de Bastia a essuyé une défaite lo- gique face au Paris Saint-Germain, intraitable dans son jardin du Parc des Princes. Aligné comme défenseur central, l'Algérien de Bastia, Fethi Harek, s'est bien battu face aux vedettes pa- risiennes, mais il n’a pu éviter la défaite à ses ca- marades. Harek, qui était présélectionné par Vahid Halilhodzic pour la dernière CAN, a joué encore une fois tout le match.

le FC Kaiserslautern n’a fait qu’une bouchée de son adversaire du jour, Dynamo Dresden, ven- dredi en championnat de Bundesliga 2. L’atta- quant algérien, Idir Ouali, pressenti pour renforcer le compartiment offensif de l’EN, a

professionnelle : «Très tôt, j’ai tapé dans le ballon mais c’est à l’Olympique Saint-Etienne que j’ai fait mes classes, de la catégorie des poussins jusqu’aux moins de treize ans. Pour nous, l’ASSE était le club rival, on l’a d’ailleurs battu en finale de la Coupe de la Loire. L’équipe première ne tournait pas très bien à cette époque, en plus. Je ne me voyais pas forcément jouer là-bas, je ne pensais même pas faire carrière dans le foot.»

joué toute la rencontre. L’ex-joueur de Dijon n’a

par ses

06 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Équipe nationale Finale de la Coupe d’Afrique des
06
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
Équipe nationale
Finale de la Coupe d’Afrique des nations
nationale Finale de la Coupe d’Afrique des nations Nigeria-Burkina Faso, aujourd’hui à 19h30 Le Nigeria
nationale Finale de la Coupe d’Afrique des nations Nigeria-Burkina Faso, aujourd’hui à 19h30 Le Nigeria
nationale Finale de la Coupe d’Afrique des nations Nigeria-Burkina Faso, aujourd’hui à 19h30 Le Nigeria

Nigeria-Burkina Faso, aujourd’hui à 19h30

Le Nigeria d'attaque, le Burkina au mental

L e Nigeria et le Burkina Faso, qui s'affrontent aujourd’hui à Johan- nesburg en finale de la CAN- 2013 à 19h30 (20h30 locales), présentent des profils très dis- tincts, entre des Super Eagles à

la puissance offensive affirmée et des Eta- lons à grande cohésion et au mental d'acier. Les Super Eagles s'appuient principalement sur la puissance physique et la vélocité de leur trio d'attaquants Moses-Emenike-Ideye Brown. Après un démarrage plutôt poussif, les hommes de Stephen Keshi ont gonflé leurs statistiques lors des rencontres à élimi- nation directe, contre le grand favori ivoirien en quart de finale (2-1) et le Mali, terrassé en demi-finale (4-1). Emenike, meilleur bu- teur du tournoi avec 4 buts à égalité avec le Ghanéen Wakaso, s'est imposé comme la tête d'affiche du secteur offensif, mais il ne faut pas négliger l'apport de Moses, impres- sionnant contre les Maliens et décisif avec un doublé face à l'Ethiopie au 1 er tour (2-0)

alors que la survie de son équipe était en jeu. De quoi conforter les choix audacieux de Keshi, très critiqué au pays pour avoir laissé à la maison les cadres habituels de l'attaque, Odemwingie et Martins. De leur côté, les Etalons se sont hissés en finale pour la première fois de leur histoire envers et contre tout. Les éléments défavorables se sont accumulés et ont permis de souder en- core plus le groupe, libéré de toute pression après sa victoire contre l'Ethiopie (4-0), la première au bout de 18 matches de CAN. Il y eut dans ce match l'exclusion de leur gar- dien Soulama puis contre la Zambie (0-0) la blessure d'Alain Traoré (auteur de trois des

cinq buts burkinabè au premier tour), princi- pale arme offensive de l'équipe, et enfin l'ar- bitrage défavorable en demi-finale contre le Ghana (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.). Cette solidarité se retrouve sur le plan défensif: les Etalons n'ont encaissé que deux buts, au premier

match contre

penalty. La charnière centrale composée de Keba Paul Koulibaly et Bakary Koné a été

souveraine et a eu le dessus sur des stars comme Ade-

le Nigeria, et en demie sur

dessus sur des stars comme Ade- le Nigeria, et en demie sur Comment ils se sont

Comment ils se sont qualifiés

Phase des poules Nigeria 1 – 1 Burkina Faso Burkina Faso 4 – 0 Ethiopie Burkina Faso 0 – 0 Zambie Quart de finale Burkina Faso 1 – 0 Togo (A.P) Demi-finale Burkina Faso 1 – 1 Ghana (Au tab 3-1)

Phase des poules Nigeria 1 – 1 Burkina Faso Zambie 1 – 1 Nigeria Ethiopie 0 – 2 Nigeria Quart de finale Côte d'Ivoire 1 – 2 Nigeria Demi-finale Mali 1 – 4 Nigeria

Traoré assistera à la finale pour encourager le Burkina

bayor et Gyan. Le stade de la finale Le FNB Stadium (Afrikaans : ENB- stadion,
bayor et
Gyan.
Le
stade de la finale
Le FNB Stadium (Afrikaans : ENB-
stadion, anciennement Soccer City ou
Sokkerstad) est un stade situé à Johannes-
burg en Afrique du Sud, dans le quartier de So-
weto. La plupart des grands événements du
football sud-africain sont joués au FNB Stadium.
C'est ainsi que ce fut l'une des principales infrastruc-
tures pour la Coupe du monde de football de 2010 qui
s'est tenue en Afrique du Sud, notamment en y ac-
cueillant le match d’ouverture et la finale. Pour
l'occasion, des travaux de rénovation ayant com-
mencé en janvier 2007 ont permis de porter
la capacité à 94 700 places (disposant de
184 loges) et de construire un toit
circulaire aux tribunes.

L'attaquant burkinabé Alain Traoré, de retour en France après s'être blessé lors de la phase de groupes de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), assistera aujourd’hui à la fi- nale de la compétition pour encourager ses coéquipiers face au Nigeria. Le joueur de Lorient, touché à la cuisse gauche le 29 janvier contre la Zambie, était rentré en Bretagne pour se soigner mais le parcours exceptionnel de sa sélection l'a in- cité à reprendre l'avion dans le sens inverse pour l'Afrique du Sud.

Pitroipa requalifié pour la finale

I l s'agit d'une décision très rare dans le football qui plus est dans un tournoi majeur. L'attaquant du Burkina Faso Jonathan Pitroipa pourra disputer la fi- nale de la CAN-2013, face au Nigeria aujourd’hui à Johannesbourg. Après un deuxième carton jaune

à Johannesbourg. Après un deuxième carton jaune en demi-finale pour ce que l'arbitre avait alors

en demi-finale pour ce que l'arbitre avait alors qualifié de simulation, le joueur rennais a vu sa suspension

automatique annulée vendredi par la com- mission de discipline de

la Confédéra-

tion africaine (CAF). «Le carton est levé», a simplement annoncé le secrétaire général de

la

de la presse française dont l'AFP, à la sortie

CAF Hicham El Amrani à des représentants

du comité exécutif de la Confédération.

Put : «Pour une nouvelle, c’est une bonne nouvelle»

Le sélectionneur du Burkina Faso, Paul Put, s'est dit «très content» après la décision de

la

rouge reçu en demi-finale par Jonathan Pi- troipa, qui pourra donc disputer la finale de

la

nouvelle pour le Burkina, pour l'équipe et surtout pour Jonathan parce que c'est un joueur qui ne mérite pas d'être suspendu,

Confédération africaine d'annuler le carton

CAN contre le Nigeria. «C'est une bonne

ainsi déclaré le technicien belge. C'est quelqu'un qui fait le spectacle sur le ter- rain et les supporteurs viennent voir des joueurs comme ça. Donc nous sommes très contents et très heureux que la CAF ait pris une décision correcte. Cela veut dire que ce sont des gens pro- fessionnels, donc félicita- tions aussi à la CAF.»

a

«Le rêve de tout gamin africain»

Quelle est votre réaction, et comment avez-vous vécu cette journée ?

Je suis content, parce que pour moi, participer à cette finale était l'objectif. En prenant ce carton rouge, j'étais parce que c'était comme un rêve que je n'allais pas pouvoir réaliser. Partici- per à une finale de Coupe d'Afrique, c'est le rêve de tout gamin africain qui aime le football. Je suis très content de pouvoir participer. On m'a dit que l'ar- bitre avait reconnu son erreur, et que normalement ça allait être bon pour moi, mais ce n'était pas officiel. L'en- traîneur adjoint me l'a annoncé. Mais j'étais prêt dans ma tête. Même si je n'étais pas sur le terrain, au stade, j'al- lais être près de mes coéquipiers et prêt à les soutenir jusqu'au bout. Le fait de savoir que je serais sur le ter- rain avec eux, je suis très content, très heureux. J'espère qu'on va garder le même état d'esprit et qu'on va se don- ner à fond pour cette Coupe.

sur le coup, j'étais choqué. Même s'il y avait 1-1, dans ma tête, je pensais qu'on allait se qualifier en finale et que je n'allais pas pouvoir participer. Sur le coup, j'étais vraiment touché, et je n'ai pas pu me retenir. Maintenant, je suis content de rire et de pouvoir réintégrer le groupe pour cette finale.

Quelles ont été les réactions au- tour de vous ?

Ils étaient tous très contents. Je les re- mercie, c'est aussi grâce à eux qu'on arrive à prendre du plaisir. Si on arrive à prendre cette coupe, ce sera vrai- ment une belle histoire. Après l'expul- sion, tout le monde essayait de rentrer en contact avec moi pour savoir la suite, mais moi, je n'étais pas au cou- rant, donc je ne voulais pas discuter de ça. Je remercie tous ceux qui m'ont soutenu, au Burkina et à l'extérieur, mes coéquipiers à Rennes, et même d'anciens coéquipiers, comme Vincent Kompany qui a envoyé un message sur Twitter qui me soutenait. Ça montre qu'il y a beaucoup de gens qui suivent la CAN, c'est intéressant.

Vous êtes passé des larmes au sourire Oui. Après l'expulsion, Emmanuel Emenike: «Objectifs : le
Vous êtes passé des
larmes au sourire
Oui. Après l'expulsion,
Emmanuel Emenike: «Objectifs : le titre
de meilleur buteur et brandir le trophée»
Avant tout, comment allez-
vous avant cette finale
contre le Burkina ?
Bien. J’ai vraiment hâte d’y
être !
Vous avez marqué à quatre
reprises durant cette CAN.
Quel est le but le plus im-
portant pour vous ?
Sans aucun doute celui
contre la Côte d’Ivoire. J’ai
marqué contre une grande
équipe sur un coup de pied
arrêté. Pour moi, c’était de la
folie ! J’étais vraiment très
heureux.
Devenir le meilleur buteur
du tournoi, c'est désormais
un objectif ?
Au début, je n’y pensais pas,
et cela n’a jamais été un ob-
jectif pour moi. J’ai toujours
eu en tête de gagner cette
coupe. C’était mon seul
souci. Aujourd’hui, si j’ai les
deux, je serai heureux.
C'est une surprise pour
vous de voir le Burkina
Faso en finale ?
Non. Tout le monde dit que
le Nigeria va l’emporter faci-
lement, mais durant la phase
de poules, j’avais déjà dit à
mes coéquipiers que cette
équipe devait être prise au
sérieux. Avec au bout un
titre de champion d’Afrique,
le Burkina aura encore plus
d’envie. Comme nous d’ail-
leurs. Ce n’est pas un match
traditionnel, c’est une finale
pour l’histoire.
D’ailleurs, lors de votre
première rencontre contre
le Burkina en phase de
poules, vous avez marqué
mais ils sont revenus au
score à la 94 e minute (but
d’Alain Traoré). Quelles le-
çons tirez-vous de cette
rencontre ?
Toute l’équipe a compris
après ce match que nous de-
vions jouer jusqu’à la der-
nière seconde. Ce n’était pas
une finale, mais maintenant
pour cette deuxième ren-
contre, nous devons être
concentrés et vigilants. Nous
avons retenu la leçon.
Vous êtes en train de briller
en Afrique du sud, là où
vous avez réellement com-
mencé votre carrière.
Quel est votre sen-
timent ?
Ah, cela me rend
vraiment heureux de
briller ici où je me sens
comme à la maison. C’est
peut-être pour cela que je
réussis maintenant. Je
connais bien ce pays, et de-
puis le début de la CAN,
chaque jour j’ai des souve-
nirs qui remontent de cette
époque.
Comment se passe votre
collaboration avec Moses ?
C’est une joie d’être aux
côtés d’un tel joueur. Tout
comme avec Brown Idaye.
On se comprend et c’est ce
qui fait notre force. Notre at-
Le président
nigérian
n'assistera
pas à la finale
taque
s’entend à
merveille.
Vous avez aussi la
chance d’avoir à
vos côtés Jay-Jay
Okocha et Nwankwo
Kanu…
Oui, Kanu est tou-
jours avec moi dans
les vestiaires pour
me donner des
conseils et m’encou-
rager. C’est très mo-
tivant pour moi.
In RFI
Contrairement à
ce qu'avait an-
noncé la presse,
le président nigé-
rian, Goodluck
Jonathan, n'assis-
tera pas à la fi-
nale aujourd’hui,
de la Coupe
d'Afrique des na-
tions (CAN)
entre le Nigeria
et le Burkina
Faso à Johannes-
burg, a annoncé
la présidence ni-
gériane.
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Coup d’œil Ligue 1 JSK 1 - ASO 0
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
Coup d’œil Ligue 1
JSK 1 - ASO 0

07

Fiat installe ses panneaux

publicitaires Comme annoncé précé- demment, la JSK a signé un nouveau contrat de partena- riat avec le concessionnaire d’automobile, Fiat. En effet, des panneaux publicitaires de la société ont été installés pour la première fois, hier, autour du stade.

Belkalem de retour dans le onze

Convoqué en Equipe na- tionale pour participer à la Coupe d’Afrique des nations, qui s’est déroulée en Afrique du Sud, le défenseur central, Essaïd Belkalem, qui a brillé avec la sélection lors des trois matchs disputés respec- tivement contre la Tunisie, le Togo et la Côte d’Ivoire, a re- pris dernièrement les entraî- nements avec la JSK. D’ailleurs, le premier respon- sable à la barre technique, qui attendait son retour avec impatience, n’a pas hésité à le titulariser aux côtés d’Ali Rial, contre l’ASO. D’après Sandjak, ces deux axiaux sont irremplaçables malgré le fait que l’équipe renferme dans ses rangs d’autres dé- fenseurs talentueux, à l’image de Maïza et de Ben- lamri.

Benchérifa préféré à Mekaoui

Ces derniers temps, le tor- chon brûle entre Nasser Sandjak et son arrière gauche Zinedine Mekaoui. Titularisé pendant toute la phase aller du championnat, il s’est retrouvé du jour au lendemain sur le banc des remplaçants. Autrement dit, Mekaoui n’a plus rechaussé ses crampons depuis le match face au WAT (3-1). Constatant qu’il n’affiche plus la même forme, l’ex- coach de Noisy-le-Sec a dé- cidé d’accorder une chance à Walid Benchérifa, qui a sou- vent été utilisé sur l’aile gauche. L’ex-Koubéen, qui a toujours accompli parfaite- ment sa mission, a été, en- core une fois, préféré à Mekaoui, laissé sur le banc des remplaçants.

Stade : 1 er -Novembre (Tizi-Ouzou) Affluence : faible Arbitres : Saïdi, Hadj Saïd, Rezguène
Stade : 1 er -Novembre
(Tizi-Ouzou)
Affluence : faible
Arbitres : Saïdi, Hadj Saïd,
Rezguène
Avertissements : Challali
(50’), Belkalem (61’),
Belakhdar (85’)(JSK) ;
Bentoucha (23’)(ASO).
Buts : Challali (50’)(JSK).
JSK
Asselah, Remache(Belakhdar 63’),
Benlamri, Belkalem, Rial, Maroci,
Camara, Benchérifa, Challali(Ziad
75’), Mokdad,
Messaâdia(Boulaïnceur 86’)
Entraîneur : Sandjak
ASO
Ghalem, Bouhafar(Ali Hadji 65’),
Zazou, Aouamri, Mellouli,
Zaouche, Maâmar,
Bentoucha(Naceri 67’), Messaoud,
Gherbi, Farhi(Eyinga 49’)
Entraîneur : Benchouia.

Stade vide une heure avant le coup d’envoi

C’est devenu une habi- tude ! Les supporters de la JSK ne se déplacent, désor- mais, plus au stade pour

encourager les joueurs. Malgré le fait que les résul- tats sont convaincants de- puis quelques journées, les inconditionnels kabyles ont brillé, encore une fois, par leur absence. Le peu que l’on puisse dire est que le stade affichait vide une heure avant le coup d’envoi.

Il se pourrait que les fans

aient été bloqués dans les montagnes ou les villages

du moment que les routes étaient toutes bloquées à cause de la neige.

Maïza relégué sur le banc des remplaçants

Quelle surprise ! Titu- laire à part entière depuis sa venue à la JSK, le défenseur central, Adel Maïza, a été relégué, pour la première fois, sur le banc des rempla- çants. En effet, le premier responsable à la barre tech- nique, qui voulait peut-être jouer l’offensive contre l’ASO, a préféré débuter la partie avec deux axiaux seulement, à savoir Ali Rial et Essaïd Belkalem. Malgré ses belles prestations et ses deux buts inscrits en quatre matchs, Adel Maïza s’est re- trouvé sur le banc de touche. Une décision qui ne réjouit pas le joueur, qui s’attendait à être reconduit après sa dernière belle pres- tation contre le MCO.

En espoirs JSK 0 – ASO 1

Après leur belle victoire la semaine dernière à Oran, par un but à zéro, les es- poirs de la JSK sont tombés de nouveau dans leurs tra- vers. En effet, les jeunôts Kabyles qui commençaient

à peine à revenir en force

dans le championnat ont été surpris, hier matin, par l’ASO Chlef, par un but à zéro. Alors que la partie se

dirigeait droit vers la fin, les visiteurs, sur une contre-at- taque, ont réussi à ouvrir la marque. Une réalisation qui

a scié les jambes des joueurs de la JSK.

Challali le sauveur !

D eux semaines passées, les joueurs de la JSK ont retrouvé le stade du 1 er - Novembre de Tizi Ouzou. Après la belle

performance enregistrée contre la JS Saoura, les Kabyles, qui avaient réussi à surprendre le MCO, chez lui, ont ac- cueilli hier après-midi, l’ASO Chlef, dans un match qui s’annonçait palpi- tant pour les deux formations, qui n’avaient pas le droit à l’erreur. Avec 24 points, les Jaune et Vert avaient plus

que jamais besoin des trois points de la rencontre, pour se mettre à l’abri avant de défier, le 19 février prochain, la JSM Béjaïa, dans un derby qui se jouera à huis clos. Pour ce match, l’en- traîneur kabyle n’a pas apporté trop de changements dans la composante par rapport au dernier match. Mis à part Belkalem, qui a remplacé Maïza dans l’axe, la JSK a commencé le match avec le même effectif que celui face au MCO. Pour cette première mi-temps, les Canaris voulaient prendre le tau- reau par les cornes dès le début dans le but de trouver le chemin des filets dès le premier quart d’heure. 2’, l’arrière droit, Belkacem Remache effectue un joli centre directement sur la tête du capitaine Ali Rial, qui verra sa reprise

passer à côté. Quelques minutes plus tard, les Canaris qui pressent, ont failli être récompensés suite à un joli tir de Mokdad, qui passe légèrement à côté du cadre (11’). La plus dangereuse oc- casion dans cette première mi-temps a été signée Ahmed Messaâdia, qui, d’une tête rageuse manque lamenta- blement l’ouverture du score (12’). La JSK ne baisse pas les bras et les Chéli- fiens tiennent toujours bon. Après vingt minutes de jeu, le brillant milieu de terrain, Tayeb Maroci, bien placé, adresse un bolide obligeant Ghalem à étaler toute sa classe pour dévier le cuir en corner (22’). Les poulains de Nasser Sandjak insistent pour inscrire le premier but avant la fin de la pre- mière période. Cette fois-ci, la tenta- tive est signée Madani Camara, qui, d’une reprise, manque le cadre. Au- cune dangereuse occasion ne sera si- gnalée jusqu'à la mi-temps.

50’, Challali encore et toujours !

De retour des vestiaires, les Kabyles n’ont pas trop tardé à annoncer la cou- leur. En effet, le brillant Remache cen- tre en direction de Messaâdia, qui frappe directement, mais le ballon a été dévié directement dans les pieds de

Mohamed Challali, qui, d’une belle frappe ouvre le score pour la JSK. Pour rappel, le nouvel attaquant ka- byle inscrit là son deuxième but de- puis son arrivée.

72’, Ali Hadji rate l’égalisation

Piqués au vif, les Chélifiens se ruent à l'attaque et portent le danger dans le camp kabyle. En effet, le nouveau ren- trant, Ali Hadji, à la suite d’un joli cor- ner, saute plus haut que tout le monde et d’une tête bien placée, faillit remet- tre les pendules à l’heure. Heureuse- ment que le portier Asselah était bien placé pour dévier le cuir en corner. Pour le reste de la partie, aucune ac- tion dangereuse ne mérite d’être signa- lée. Les Canaris, qui commencent à revenir en force dans cette deuxième manche de championnat, ont assuré une importante victoire avant de se rendre, la semaine prochaine, dans la ville de Yemma Gouraya pour affron- ter la JSMB. Le match, et comme tout le monde le sait, se déroulera sans la présence des supporters, suite à la sanction infligée au club de la vallée de la Soummam.

L. A.

Sandjak dément toutes les allégations :

«Je n’ai aucun problème avec les dirigeants»

sident, à qui je souhaite au passage un prompt rétablisse- ment, j’ai trouvé à mes côtés tous les dirigeants, qui n’ont pas laissé le club. Donc, tout ce qui a été rapporté dans les médias est purement faux !»

«Je déposerai plainte contre tous ceux qui ont essayé de salir mon nom»

Poursuivant ses déclara- tions, Sandjak ajoutera : «Je déposerai plainte contre ceux qui ont essayé de salir mon nom. J’ai déjà saisi des avo- cats en France contre ces allé- gations, qui n’ont rien de vérité.»

«Nous méritons

la victoire»

Revenons à la belle vic- toire enregistrée contre l’ASO, le premier responsa- ble à la barre technique dira : «Il est vrai que nous avons mal démarré la partie, mais nous avons réussi à nous res- saisir en seconde période. Je

pense que cette victoire est vraiment méritée.»

«Challali a prouvé tout son talent»

A propos de son attaquant Mohamed Challali, Sandjak n’a pas hésité à l’encenser en disant : «Je connais bien les qualités de Challali. Il a vrai- ment progressé et commence à retrouver son meilleur ni- veau. Il a réussi à trouver des solutions devant une défense chélifienne composée de huit joueurs. Je suis content pour lui.»

«Désormais, ce sont Rial et Belkalem qui composeront l’axe central»

Depuis le retour de Rial et de Belkalem, plusieurs ob- servateurs n’arrêtaient pas de dire que Sandjak devrait trancher quant aux défen- seurs qui seront alignés à chaque rencontre. Hier, pour éclaircir les choses, l’entraîneur expliquera :

«Désormais, ce sont Rial et Belkalem qui composeront la charnière défensive à domi- cile. Ce sera pratiquement impossible de jouer avec un schéma tactique de 3-5-2 à domicile. Quant à Maïza, il n’aura qu’à continuer à tra- vailler sérieusement. Il nous apportera sa touche à chaque fois où il sera aligné.»

«Nous préparons le derby à Tizi Ouzou»

Après cette victoire, la JSK entamera, lors de la reprise, la préparation de son pro- chain déplacement à la ville de Yemma Gouraya pour af- fronter la JSMB. D’après Sandjak, la JSK se préparera à Tizi Ouzou : «Nous prépa- rons le derby kabyle à Tizi Ouzou. Je pense que nous avons suffisamment de temps pour bien récupérer et s’en- traîner avant cette rencontre, qui, dommage, se déroulera à huit clos.»

L. A.

qui, dommage, se déroulera à huit clos. » L. A. Après la belle victoire ac- quise

Après la belle victoire ac- quise à domicile contre l’ASO, nous nous sommes entretenus avec le premier responsable à la barre tech- nique de la JSK, Nasser Sandjak, qui a tenu à dé-

mentir toutes les allégations qui ont été dites à son en- contre ces derniers temps.

D’après l’ex-coach de Noisy- le Sec, aucun problème ne se pose entre lui et les diri- geants kabyles, qui s’enten- dent pleinement avec lui :

«Je m’entends parfaitement bien avec les dirigeants de la JSK. Au début, j’ai accepté de venir à la JSK pour sauver le club. Après le malaise du pré-

08

0 8 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 JSK-ASO Coup d’œil Ligue 1 Dix jours pour
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 JSK-ASO
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
JSK-ASO

Coup d’œil Ligue 1

Dix jours pour préparer le derby kabyle

Tout pour récupérer

les blessés

mettra à l’aise dans ses choix, sachant que la mission des Kabyles en cette phase retour consiste à ne plus perdre de points.

Sedkaoui et Bouaïcha ont déjà entamé le travail physique

Concernant les deux milieux de terrain, Kaci Sedkaoui et Djamel Bouaïcha, qui n’ont, jusqu’à la fin de la semaine dernière, pas re- joint le groupe, il est utile de rappeler qu’ils ont déjà entamé le travail physique sur la pe- louse. Selon un membre du staff technique, les deux Canaris se portent de mieux en mieux, et l’on espère les récupérer dans les prochains jours. Quant à Bouchouk, il a été forcé à se reposer une semaine au minimum, et d’ici au match de la JSMB, il lui sera diffi- cile de récupérer toutes ses capacités phy- siques.

Sandjak songe à une préparation particulière

Au cours de notre entretien avant le match de l’ASO, le premier responsable à la barre technique kabyle, Nasser Sandjak, nous a confié qu’il songeait sérieusement à une pré-

L es Canaris, qui ont affronté, hier après- midi, la formation de l’ASO pour le compte de la 20e

paration assez particulière du- rant la dizaine de jours qui pré- cède le derby de la Kabylie. Ainsi, il souhaiterait même pro-

grammer quelques séances d’en- traînement en altitude. Toutefois, en cette période hivernale, les choses risquent de capoter. D’ailleurs, même si la JSK souhaite s’isoler au centre de Tikjda, les routes sont actuellement coupées à la cir- culation, en raison de fortes chutes de neige. Aux dernières nouvelles, la JSK poursuivra la préparation des prochains rendez-vous chez elle, à Tizi.

Le huis clos gâche la fête

La sanction infligée par la LNF à la JSMB d’un match à huis clos tombe au mauvais moment, esti- ment les supporters des deux équipes, car cette rencontre a un ca- chet particulier pour la région. Ainsi, le deuxième derby kabyle de l’année se jouera, malheureusement, sans les supporters, ce qui gâche iné- luctablement la fête. L’entraîneur Sandjak, qui a souhaité retrouver la région de ses parents dans une am- biance festive, a déploré la décision prise par la Ligue.

L. A.

journée du championnat, au- ront une dizaine de jours pour préparer leur prochain déplacement à Béjaïa. La formation béjaouie, engagée en Ligue des champions, devra rentrer en lice, vendredi prochain, face à l’équipe de Niamey, Niger. Ainsi, Sandjak et son adjoint, Amrouche, auront suffisamment de temps pour préparer convenablement ce nouveau derby au cachet particulier, sur le plan physique et technique. Par ailleurs, et pour ce qui est de la dispo- nibilité des joueurs, il y a lieu de citer que l’infirmerie de la JSK n’a pas désempli cette semaine. En plus de Bouaïcha et Sedkaoui qui poursuivaient un programme spécifique sous la conduite de Guillou, le premier souf- frant de douleurs abdominales et le second ayant subi une intervention chirurgicale au coude, un autre blessé vient s’ajouter à la liste, l’attaquant, Bouchouk, touché à la cuisse, la semaine dernière. Selon l’échogra- phie, l’ex-Batnéen nécessite une semaine de repos, au minimum. Ainsi, le staff médical kabyle s’accorde une semaine pour remettre tous les blessés sur pied et permettre à l’en- traîneur d’avoir tous ses joueurs, ce qui le

Bouchouk

«J’espère revenir le plus tôt possible»

Déçu d’avoir raté la sortie d’hier face à l’ASO, l’attaquant, Bouchouk, nous a confié que sa bles- sure vient au moment où il voulait avoir la confiance de son coach, nous promettant de tout

faire pour revenir très vite : «Je voulais vraiment être prêt pour le match de l’ASO, en entamant la préparation avec le souhait de convaincre mon en- traîneur pour qu’il me fasse jouer, malheureuse- ment, j’ai contracté cette blessure qui me prive de ce match. J’espère revenir très vite, avant la JSMB, si mon cas s’améliore rapidement, pour être pré- sent au derby.»

Réunion technique à 11h, à Amraoua

C’est à 11h que l’entraîneur, Nasser Sandjak, s’est réuni avec ses joueurs à la salle de conférences de l’hôtel Amraoua. Le coach et son adjoint ont évoqué en détails le volet tactique. Ainsi, l’entraîneur a pro- fité de l’occasion pour communiquer les noms du onze rentrant pour le match de l’après-midi.

Khellili passera des essais à Angers

La piste d’Angers tient toujours la route pour le défenseur central, So- fiane Khellili. D’après une source proche du joueur, ce joueur devrait ré- cupérer son passeport cette semaine, avant de s’envoler pour la France. D’après la même source, les dirigeants du club de Ligue 2 sont toujours en contact avec lui. Toutefois, ils insistent à le voir à l’œuvre aux entraînements, avant de lui faire une offre. Du côté kabyle, la direction s’est montrée com- préhensive en donnant le feu vert au joueur. Désormais, tout est question de jours. Affaire à suivre.

Désormais, tout est question de jours. Affaire à suivre. Après une belle prestation à la CAN
Après une belle prestation à la CAN Eninga comme remplaçant Le Camerounais, Anisat Eninga, était
Après une belle prestation à la CAN
Eninga comme
remplaçant
Le Camerounais, Anisat
Eninga, était sollicité
pour ce match après
son retour des Emi-
rats au cours de la se-
maine dernière. Le
joueur était de ren-
fort pour l’attaque
chélifienne et a joué
comme remplaçant
car Benchouia avait be-
soin de lui comme joker dans
ce match.
Gharbi dans le milieu
offensif
Le match d’hier a vu l’incorporation à
nouveau de Sabri Gharbi dans le milieu
du terrain offensif. Ce dernier, qui a joué
lors du dernier match comme arrière droit,
est revenu à son poste initial après le retour de
Bouhafer dans son poste en défense. Benchouia
a vu que Gharbi serait plus utile dans l’animation
offensive.
A.C.

Zaoui purge

Le capitaine de l’équipe, Samir Zaoui, vient de purger sa suspension automatique lors du match de la JSK. Il revien- dra face à El Harrach. Zaoui était hier présent pour soute- nir ses camarades et voulait jouer ce match afin de contribuer à un bon résultat mais il s’estime aussi heu- reux de ne pas avoir eu une suspension plus lourde surtout que son équipe traverse une période difficile.

Les managers s’arrachent Belkalem

Sachant qu’il est en fin de contrat avec la JSK, plusieurs managers veulent s’attacher les services de l’international al- gérien, Essaïd Belkalem. Auteur d’une belle prestation en Coupe d’Afrique des nations, le jeune défenseur central ka- byle souhaite décrocher un contrat professionnel, dès l’été prochain. C’est la raison pour laquelle plusieurs agents de joueurs agréés essaient de le convaincre de signer un contrat à leur profit, afin de le placer dans un grand club européen. D’après des sources proches du joueur, de nombreux agents l’ont contacté récemment pour lui faire des offres. De son côté, Belkalem tente de tem- poriser quelque peu, du moment qu’il est déjà en contact permanent avec certains responsables de club en Europe. Pour l’instant, certains managers veulent passer à la vitesse supérieure en lui proposant des contrats juteux dans l’espoir de l’enrôler. En plus du challenge financier, Bel- kalem cherchera sûrement un club qui lui donnera l’opportunité de percer dans sa carrière.

Plusieurs clubs européens s’y mettent

Aux dernières nouvelles, le défenseur ka- byle a déjà reçu plusieurs touches de clubs euro- péens depuis son retour d’Afrique du Sud. Mais à présent, les négociations n’avancent pas, car nous ne sommes qu’à la mi-février. Ceux qui sont intéressés par ses services auront la possibilité de le voir à l’œuvre le 22 mars prochain, face au Bénin, pour le compte des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. D’ici-là, Belkalem se libé- rera de la JSK, avant de trancher quant à sa pro- chaine destination. Mais ce qui est quasiment certain, c’est que le jeune joueur kabyle atterrira en Europe au mois de juin.

Medouar et Sbaïhia présents

Le porte-parole de l’équipe, Me- douar, et le P-DG, Sbaihia, étaient pré- sents hier au stade du 1er-Novembre avec l’équipe afin de soutenir morale- ment les joueurs pour qu’ils puissent ramener un bon résultat. Les deux hommes ont parlé

Farhi revient dans le onze Le jeune Ayoub Farhi est re- venu, hier, dans le
Farhi
revient dans le
onze
Le jeune Ayoub Farhi est re-
venu, hier, dans le onze surtout que
Benchouia n’était pas convaincu par les
prestations de Traoré lors des derniers
matches. Il a alors renouvelé sa confiance
à ce jeune qui promet. Farhi, qui n’a pas
joué comme titulaire depuis trois
matches, a eu une autre chance pour
prouver sa forme actuelle et sur-
300
tout ses moyens.
Une
défense
centrale à trois
Pour renforcer sa défense,
l’entraîneur, Benchouia, a opté, lors
du dernier match, pour une défense
centrale à trois avec le retour de Mâa-
mar à la place de Zaoui et la rentrée
d’Aouamri et Mellouli qui ont joué
comme stoppeurs. Le premier ob-
jectif pour les défenseurs était de
ne pas encaisser de but lors
de ce match.

aux joueurs hier matin à l’hôtel avant de se ren-

dre au stade.

supporters

présents

Les intempéries et les résultats de l’équipe n’ont pas empêché les suppor-

ters de faire le déplace-

ment au stade de Tizi

Ouzou. Ils étaient plus de 300 pour soutenir les camarades de Zaouche dans

ce match, sur- tout après la

réconcilia-

tion avec les joueurs au cours de la semaine.

Ahmed

Feknous

N° 2191 Dimanche 10 février 2013 JSK-ASO Coup d’œil Ligue 1 0 9 Belkalem ovationné
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 JSK-ASO Coup d’œil Ligue 1
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
JSK-ASO
Coup d’œil Ligue 1

09

Belkalem

ovationné

Après sa belle prestation avec l’Equipe nationale, éliminée du premier tour de la Coupe d’Afrique, le défenseur central de la JSK, Essaïd Belkalem, a re- pris, hier soir, le chemin de la compétition en affrontant l’ASO Chlef. Après le sifflet final, l’in- ternational kabyle a été longue- ment ovationné par les quelques supporters présents dans les gra- dins. Un geste qui a plus que ja- mais réconforté le défenseur qui a tenu à leur offrir son maillot.

«Nous appelons nos supporters à revenir en force» «Nous appelons nos supporters à revenir au stade dans les pro- chaines journées. Pour au- jourd’hui, il est vrai que c’était difficile pour eux de rallier Tizi Ouzou vu les conditions clima- tiques défavorables. Seulement, j’aimerais bien les voir nombreux prochainement. La JSK com- mence à revenir en force lors de cette deuxième manche de cham- pionnat. Pourvu que ça dure.»

Saïdi et Zazou retrouvent Tizi Ouzou Deux ex-joueurs de la JSK ont retrouvé, à l’occasion de la 20e journée, le stade du 1er-Novem- bre de Tizi Ouzou. Il s’agit de l’arrière gauche, Samir Zazou, et du milieu de terrain, Ilyès Saïdi. Alors que le premier a été titula- risé, le second a été laissé sur le banc des remplaçants. L. A.

Assas

«Le juge a signalé un penalty imaginaire»

«Le match a été faussé par le juge de touche qui a signalé un penalty imaginaire. On n’a pas pris d’initia- tive en seconde période, en raison des doutes que connaît l’équipe et qui nous empêchent d’évoluer par- fois à notre propre valeur.»

Bounaâs

«Bel Abbès nous connaît, mais l’essentiel ce sont les trois points»

«C’était un match difficile, Bel Abbès était décidé à revenir chez lui avec un bon résultat. Cette équipe nous connaissait, on l’avait rencon- trée trois fois, cette saison. Elle était bien organisée. La première mi- temps ne s’est pas bien déroulée pour nous. On a manqué de réussite, mais les choses se sont mieux pas- sées en seconde période. Le penalty était valable. Cette victoire va nous permettre de rester collés au peloton de tête.»

«Bezzaz nous attendait dans le tunnel, il était content» A la question de savoir si Bezzaz était mécontent de son change- ment et si un malaise s’était installé au sein de l’équipe, Bounaâs nous dira : «Bezzaz était absent depuis près d’un mois. On l’a aligné tenant compte des automatismes avec ses anciens coéquipiers. Il avait perdu des balles en première période. On s’était dit, que si ça n’allait pas, on pouvait procéder à son remplace- ment. C’est ce qu’on a fait. Bezzaz était mécontent. Mais à la fin du match, il nous attendait à l’entrée du tunnel et il était content».

Prise de bec Remache - Camara

A la 28’, on a assisté à un ac-

crochage verbal entre l’arrière droit, Belkacem Remache, et le milieu de terrain, Madani Ca- mara, suite à une balle perdue par Remache, qui a raté son contrôle et remis le cuir dans les pieds d’un Chélifien qui se trouvait près d’Asselah. Un ra- tage qui a provoqué la colère de Camara qui n’a pas hésité à sermonner son coéquipier. Heureusement que tout est rentré dans l’ordre.

La chute gag de Sandjak

!

A l’occasion du match JSK - ASO, nous avons assisté à une action gag dont l’auteur n’est autre que l’entraîneur, Nasser Sandjak. Ce dernier, qui ne voulait pas perdre trop de temps, s’est levé du banc de touche pour chercher un bal- lon sorti en touche. Avant même de ramasser le cuir, l’ex- coach de Noisy-le-Sec a été victime d’une glissade sur le terrain. Une action qui a fait rire tous les présents.

Confiance renouvelée à Messaâdia Titulaire face au MCO, l’at- taquant, Ahmed Messaâdia, auteur de trois réalisations en championnat, a été reconduit, hier, en attaque au côté de Mo- hamed Challali. Malgré le re- tour de Rafik Boulaïnceur, Sandjak ne voulait pas trop chambouler son effectif, préfé- rant garder la même équipe qui a réussi à ramener un bon résultat d’Oran

Challali «Très content

de retrouver mes

A l’issue du match

face à l’ASO, nous nous sommes entretenus avec le

buteur Mohamed Challali qui a offert à

la JSK trois autres

points. Selon lui, le plus important est

de gagner, peu importe le buteur. Toutefois, il n’a pas

manqué de nous dire qu’il attend avec impatience le prochain match face

à la JSMB, pour

retrouver sa ville natale.

sensations de buteur»

pour retrouver sa ville natale. sensations de buteur» core travailler davantage pour re- trouver ma meilleure

core travailler davantage pour re- trouver ma meilleure forme le plus tôt possible. Je tâcherai de me don- ner à fond pendant les entraîne- ments et donner le meilleur de moi-même à chaque rencontre. Un périlleux déplacement vous attend le 19 février prochain, à Béjaïa, votre ville natale. Com- ment s’annonce pour vous cette

rencontre ? Ce sera un match très spécial pour moi, du moment que je vais retrouver ma ville natale. Sincère- ment, j’ai hâte de jouer ce match. Malheureusement, le public en sera privé. Aussi, je dois vous dire qu’un, derby ça se gagne, ça se ne joue pas. Entretien réalisé par L. A.

Tout d’abord, que pouvez- vous nous dire sur cette belle victoire acquise à domicile contre l’ASO ? Je tiens à dire que c’est une victoire très importante pour nous. Ce bon résultat va nous permettre d’améliorer notre position au classement général. Personnellement, je suis très content d’avoir ins- crit mon deuxième but avec la JSK. Je commence petit à petit à retrou- ver mes sensations de buteur. Vous avez été remplacé en deuxième mi-temps. Avez-vous ressenti de la fatigue ? Effectivement, j’ai cédé mon poste en deuxième mi-temps, car je ne suis pas encore au top physique- ment. Je dois en-

car je ne suis pas encore au top physique- ment. Je dois en- CSC 2 -
CSC 2 - USMBA 1
CSC 2 - USMBA 1
encore au top physique- ment. Je dois en- CSC 2 - USMBA 1 l’USMBA portant des

l’USMBA portant des survêtements sont expulsés pour avoir créé une mêlée. On ne verra jamais leurs nu- méros. On se demande comment va faire l’arbitre pour les signaler sur sa feuille de match. A moins qu’il les connaisse. Zouaoui, qui avait signalé le "six mètres" à la suite d’un contact entre Boulemdaïs et Benmoussa, re- vient sur sa décision, son adjoint Bitam lui ayant signalé dans l’oreil- lette un penalty. Après un arrêt de jeu, Zouaoui a des difficultés pour faire sortir tout le monde du péri- mètre de réparation. Les esprits se calment, on va finir par tirer ce pe- nalty. C’est Boucherit qui s'en charge, il prend Benmoussa à contre-pied. Le CSC revient de loin. Bel Abbès rate le partage des points. T. A.

Stade : Hamlaoui (Constantine) Affluence : Moyenne Arbitres : Zouaoui, Bitam, Chenoua, Buts : El
Stade : Hamlaoui (Constantine)
Affluence : Moyenne
Arbitres : Zouaoui, Bitam,
Chenoua,
Buts : El Bahari (12’) USMBA,
Boulemdaïs (71’) Boucherit (87, sp)
(CSC)
Avertissements : Belakhdar (56’)
Djilali (64’) (CSC)
CSC
Nateche, Boulahia, Belakhdar,
Djilali, Griche, Jil, Boucherit,
Bahloul, Bezzaz (Hadiouche 64’),
Tiaiba (Alleg 89’), Boulemdaïs
(Messaoudi 90’+ 4)
Entraîneur : Lemerre
USMBA
Benmoussa, Saïm, Belhadi, Khali,
Maaziz, Benatia, Lebiod, Hammiche
(Ghodbane 66’), El Bahari,
Boukhari (Ziad 80’), Slimane
(Bounoua 90’)
Entraîneur : Assas

1’ , Tiaiba se retrouve seul face aux buts vides du gar- dien, Benmoussa. Il rate lamentablement de la tête.

Le ballon est renvoyé par la trans- versale. Même si le cuir était cadré, il faut noter la nonchalance de l’atta-

quant clubiste qui manquait de concentration. 12’, El Bahari, oublié au milieu de la défense du CSC, marque de la tête au grand dam des supporters du club du Vieux Rocher. Le public peu nombreux, qui s’est abrité dans la tribune couverte, montre sa colère.

Bel Abbès use d’antijeu

A partir de cet instant, Bel Abbès

fait tout pour ne pas encaisser. Elle use pratiquement d’antijeu, on tombe facilement et on ne se relève que sur insistance du directeur de

Les Sanafir reviennent de loin

jeu. On renvoie le ballon à l’em- porte-pièce, pourvu que le ballon ne reste pas dans le camp du portier, Benmoussa.

Bezzaz sort sans un regard vers le banc de touche L’arbitre du match siffle la pause avec un avantage pour l’USMBA. En seconde période, Lemerre procède au changement de Bezzaz, assez ti- mide, faut-il le souligner, en pre- mière mi-temps. L’attaquant du CSC, qui avait l’habitude de se diri- ger vers le banc des remplaçants et de toucher la main à son entraîneur, s’en va directement vers le tunnel qui

mène au vestiaire. On peut se poser la question sur ce qui se passe au sein de cette équipe du CSC. Des éléments comme Alleg chauffent le banc au moment où Jil, qui ne fait

pas l’unanimité, est dans le onze rentrant. Mais cela reste de l’apanage de l’entraîneur qui fait jouer proba- blement les plus en forme. La ren- trée de Hadiouche va être salutaire, sa frappe à la 71’ va mettre en dan- ger Benmoussa qui va repousser le ballon dans les pieds de Boulemdaïs. Le buteur du CSC reprendra le cuir comme il vient et marque le but éga- lisateur pour son équipe.

Zouaoui désigne les 6 m, son adjoint signale un penalty 87’, Bitam, le juge assistant de Zouaoui, est malmené par un groupe de joueurs de Bel Abbès. Le match est arrêté. On palabre du côté des visiteurs. C’est la confusion gé- nérale. Des altercations sont signa- lées entre les joueurs des deux camps. Deux remplaçants de

10
10
10 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Coup d’œil Ligue 1 Zafour conteste farouchement le penalty

N° 2191 Dimanche 10 février 2013

Coup d’œil Ligue 1

Zafour conteste farouchement le penalty

Alors que le penalty sifflé suite à une faute d’Amine Megatli sur Metref, ne souffrait aucune contesta- tion, Brahim Zafour à vi- goureusement contesté la décision du referee, lui qui a connu beaucoup de dé- boires à cause, justement, de ses protestations à répé- titions qui lui ont valu par le passé quelques expul- sions.

Babouche voulait exécuter la sentence

Dès qu’a été désigné le point de penalty, Rédha Babouche s’est saisi du bal- lon avec cette volonté d’exécuter la sentence. Seu- lement, il fallait se rendre à l’évidence que le premier tireur était Mustapha Djal- lit qui est en train de réus- sir un sans-faute dans cet exercice qui était, jadis, la chasse gardée du capitaine mouloudéen qui a été dé- possédé de son statut de- puis son ratage lors de la phase aller contre l’ASO au stade olympique.

Et de onze pour Djallit !

En transformant brillam- ment le penalty que son équipe a obtenu à la 38’, Mustapha Djallit a conforté son statut de meilleur buteur de son équipe avec désormais onze réalisations à son actif. Le natif de Béchar a réussi à transformer, hier, son quatrième penalty en autant de tentatives depuis le début de la saison.

Plus de peur que de mal pour Aït Ferguène

Le joueur de la JSMB, Nabil Aït Ferguène, a eu un choc violent avec Hocine Metref au bout de cinq mi- nutes de jeu. On croyait que l’enfant d’El Annasser allait quitter ses partenaires mais, finalement, il a repris le jeu quelques minutes plus tard après les soins prodigués. Et c’est la tête bandée que l’ex-internatio- nal cadet a repris le jeu.

Coulibaly et

Bangoura dans

les gradins

N’ayant pas été qualifiés, les deux nouvelles recrues de la JSMB, Coulibaly et Bangoura, ont dû suivre la rencontre à partir de la tri- bune officielle.

Sameur non retenu

Finalement, Sameur n’a pas été retenu par Solinas pour le match contre le MCA. Et c’est des gradins que le joueur à dû suivre le dé- roulement des débats.

La pelouse en piteux état

En raison des pluies dilu- viennes qui se sont abat- tues sur la capitale, les vingt-deux acteurs avaient toutes les peines du monde à produire du beau jeu. Et après un quart d’heure de jeu seulement, la pelouse du stade olympique était devenue impraticable com- pliquant ainsi la situation du Mouloudia qui était dans l’obligation de faire le jeu.

Stade : 5-Juillet 1962 Affluence : huis clos Arbitres : Nacib, Boudebouz, Bouta- ghane Avertissements
Stade : 5-Juillet 1962
Affluence : huis clos
Arbitres : Nacib, Boudebouz, Bouta-
ghane
Avertissements : Ghazi (35’), Djegh-
bala (44’), Yachir (78’), Metref
(84’)(MCA)
Niati (45’)(JSMB)
Buts : Djallit (39’ sp), Yachir (63’, 71’)
(MCA)
Zerara (50’ sp) (JSMB)
Expulsion : Djeghbala (50’)(MCA)
MCA :
Chaouchi, Hachoud, Babouche,
Djeghbala, Bachiri, Kacem, Metref,
Ghazi, Yachir, Bouguèche (Ouali 60’),
Yachir (Zeddam 90’+3)
Ent. : Menad
JSMB :
Si Mohamed, Larabi, Zafour, Bouke-
macha, Megatli, Zerara, Mebarakou,
Aït Ferguène (Bousaha 73’), Niati,
Hadji Abou Kacem (Mebarki 65’),
Derrag
Ent.: Solinas.
MCA 3 -JSMB 1
MCA 3 -JSMB 1

A dix et à huis clos, le MCA met fin au signe indien

L e match nul concédé par l’USMA face à Bordj of- frait une opportunité en or au Mouloudia de se saisir seul de la troi-

sième place sur le podium. Cette contre-performance semble avoir donné des ailes aux Mouloudéens qui ont abordé ce rendez-vous, face à la JSMB, avec cette ferme déter- mination de mettre fin au signe in- dien. Après le round d’observation, les hommes de Menad vont prendre le jeu à leur compte en harcelant en permanence la défense béjaouie qui

finira par céder juste avant la pause. En effet, sur un rush rondement mené par Mustapha Djallit à la 39’, celui-ci sert idéalement Hocine Me- tref lequel au moment d’armer son tir se fait déséquilibrer par Megatli. L’arbitre, sans hésiter une seule se- conde, a désigné à juste titre le point de penalty. C’est le buteur providentiel, Mustapha Djallit, qui a exécuté la sentence avec brio. Alors qu’on croyait que le plus dur était fait, les locaux vont retomber dans leurs travers en concédant, contre le cours du jeu, un penalty

suite au fauchage de Djeghbala sur Derrag. Un moment de déconcen- tration qui coûtera cher au MCA à qui sera infligée la double sanction, carton rouge plus penalty trans- formé par Zerara. Paradoxalement, le MCA va se montrer irrésistible en infériorité numérique en dou- blant la mise par Samy Yachir juste après l’heure de jeu. Ce même Ya- chir parviendra à faire le break à la 71’ en crucifiant Si Mohamed d’un tir à bout portant. Désarçonnés, les Béjaouis ont même failli boire la tasse lorsque Yachir était à deux

doigts de réussir un lob astucieux des vingt mètres. Très déterminé, c’est un Mouloudia dominateur qui a pris, hier, la mesure d’une équipe de la JSMB qui n’a fait illusion que durant cinq minutes avant de som- brer complètement face aux hommes de Menad qui ont su se surpasser malgré leur infériorité numérique pour arracher les trois points. Une victoire ô combien pré- cieuse, qui permet au Doyen de subtiliser la troisième place à l’USMA.

K. M.

Bouguèche mécontent de sa sortie

Après l’égalisation sur- prise de la JSMB, Djamel Menad a décidé d’incor- porer Billel Ouali pour donner de l’impulsion à la ligne avant moulou- déenne. Un choix dont fera les frais Hadj Bou- guèche qui n’était pas du tout content de sortir. D’ailleurs, l’enfant d’Ar- zew a rejoint directe- ment les vestiaires.

Zerara inscrit son 8e but

Le penalty qui a été transformé par Toufik Zerara à la 50’ a permis au joueur béjaoui de porter son total à huit unités, rejoignant, ainsi, au classement des bu- teurs Ahmed Gasmi et Mohamed Amine Aou- dia.

Première expul- sion de la saison pour Djeghbala

Averti juste avant la pause, Abdelmalek Djeghbala va connaître une grosse désillusion en se faisant expulser à la 50’ suite à un fauchage sur Derrag qui lui a valu un second avertisse- ment. C’est la première fois de la saison que Djeghbala écope d’un carton rouge.

Solinas : «On a fait preuve de naïveté alors qu’on était en supériorité numérique»

«J e suis un peu déçu, car j’ai le sentiment qu’il y avait aujourd’hui un

bon coup à jouer, même si en face il y avait une équipe déter- minée et plus volontaire que

nous. Nous avons eu le mérite de revenir à la marque, en se- conde mi-temps. Nous étions même en supériorité numé- rique, mais nous avons fait preuve de naïveté et de manque d’expérience, ce qui a permis au Mouloudia de repasser devant. Maintenant, on va se battre pour assurer le maintien, un point c’est tout !»

Zemiti :

«Même à dix, nous aurions pu l’emporter par un score plus large»

«Nous avons fait montre d’une très grande détermina- tion et de combativité pour nous imposer à huis clos tout en étant en infériorité numé- rique. Cela traduit le caractère du Mouloudia qui aurait pu l’emporter par un score plus large, tellement nous étions su- périeurs à notre adversaire à tout point de vue. Il faudra per- sévérer pour défendre notre place sur le podium.»

per- sévérer pour défendre notre place sur le podium.» Yachir : «Cette victoire nous permet de
per- sévérer pour défendre notre place sur le podium.» Yachir : «Cette victoire nous permet de

Yachir : «Cette victoire nous permet de passer devant l’USMA»

nous étions à dix et qu’on jouait sans l’ap- pui de notre public sur une pelouse dé- trempée qui rendait le jeu difficile. En ce qui me concerne, je suis doublement heureux, car j’ai réussi un doublé qui nous a permis de nous emparer seuls de la troisième place, en dépassant l’USMA. Je dédie cette victoire à nos supporters qui étaient les grands ab- sents.»

Il a manqué un lob à la Raul On jouait la 74’ lorsque sur une contre-attaque ron- dement menée par Djallit, Yachir hérite du cuir avant de se présenter seul face au portier de la JSMB. Alors qu’il avait toute latitude pour percer, Yachir a opté pour un astucieux lob à la Raul qui a frôlé la lu- carne de Cédric Si Mohamed, lequel était complètement battu.

K. M.

«On savait que le match allait être très compliqué face à une équipe qui voulait se relancer. Nous avons cru avoir fait le plus dur en ouvrant la marque, mais un moment d’inatten- tion nous a coûté l’égalisation. Malgré l’expulsion de Djegh- bala, nous avons su nous battre avec nos tripes pour repasser devant au tableau d’affichage. Nous avons même dominé les débats, alors que

N° 2191 Dimanche 10 février 2013

N° 2191 Dimanche 10 février 2013 1 1 MCA-JSMB Coup d’œil Ligue 1 Le onze qui

11

MCA-JSMB

Coup d’œil Ligue 1

10 février 2013 1 1 MCA-JSMB Coup d’œil Ligue 1 Le onze qui a battu l’ASO

Le onze qui a battu l’ASO reconduit

Comme on le dit si bien, on ne change pas une équipe qui gagne. Cet adage a été appliqué à la lettre par Djamel Menad qui a reconduit le même onze qui a battu, le week-end der- nier, l’ASO au stade Mohamed- Boumezrag, avec l’ambition de réussir la passe de trois.

Besseghier dans la cabine de presse

Malgré le huis clos et la frus- tration de ne pas avoir été re- tenu pour le match, Abdelkader Besseghier a tenu à être présent aux côtés de ses camarades, question de les soutenir. L’enfant de Mascara a pris place dans l’une des ca- bines de presse, loin des re- gards indiscrets. Cette présence démontre l’état d’esprit de Bes- seghier qui a fait preuve de professionnalisme.

Meklouche écarté du groupe

Ayant retenu dix-neuf joueurs pour la mise au vert, Djamel Menad a dû écarter, au dernier moment, un élément. C’est Mouaouia Meklouche qui a fait les frais probablement de sa dernière sortie médiatique. Le joueur a, en effet, déclaré son envie de partir à la fin de la sai- son à cause de sa situation qui ne lui convenait pas.

Le Mouloudia a choisi la tenue blanche

Probablement par superstition, les joueurs du Mouloudia ont opté, pour ce rendez-vous avec la JSMB, pour la tenue blanche qui lui avait tant réussi face à l’USMA et à l’ASO. Les Bé- jaouis, pour leur part, se sont présentés sur la pelouse du stade olympique avec leurs te- nues classiques aux couleurs vert et rouge.

Derrag et Hadji retrouvent leurs ex

C’était un moment très spécial pour Mohamed Derrag et Abou Kacem Hadji qui ont re- trouvé, hier, leurs ex-cama- rades. Pour Derrag, depuis son départ du club, il n’avait plus affronté le Doyen au stade du 5-Juillet. Hélas, c’est loin de la présence des Chnaoua que l’ex- coqueluche mouloudéenne se produisait dans l’enceinte qui l’a vu remporter le septième sacre avec le Doyen en 2010.

Le huis clos respecté à la lettre

Un fort dispositif sécuritaire a été déployé dans et tout autour du stade, afin de faire respecter le huis clos infligé par la LNF au Mouloudia. Autant dire que la sanction a été appliquée à la lettre par les forces de l’ordre qui se sont attelées a faire res- pecter les directives des ins- tances dirigeantes de notre football.

L’ex-contingent

béjaoui aligné

Pour ces retrouvailles avec la JSMB dans des conditions très particulières, le coach du MCA, Djamel Menad, a fait appel aux services de l’ex- contingent béjaoui. Ainsi, les Kacem, Djallit, et Bachiri étaient tous alignés d’entrée pour contrer leur ancien club. Seul Billel Ouali a débuté le match sur le banc de touche dans la peau d’un joker, lui qui fut par le passé le dépositaire du jeu béjaoui. Les éléments susnommés ont tous salué cha- leureusement leurs ex-coéqui- piers juste avant le coup d’envoi de la rencontre.

«Pour le centenaire

du club, nous devons jouer la Coupe du monde des clubs»

Amrouche

: (pdt du conseil d’administration)

: (pdt du conseil d’administration)
des clubs» Amrouche : (pdt du conseil d’administration) N 'intervenant que très rarement dans la presse

N 'intervenant que très rarement dans la presse écrite, le pré- sident du conseil d’administration du

Mouloudia, Hocine Amrouche, nous a accordé un entretien au cours duquel il revient sur les ob- jectifs qu’il compte atteindre avec les Vert et Rouge. Méconnu du grand public, on a découvert un homme passionné de la balle ronde et fan du Mouloudia, lui qui connaît la maison pour avoir œuvré en 1983 aux côtés de Chaâ- bane Louanès et bien d’autres res- ponsables du club. Le premier objectif auquel tient l’homme fort du Doyen concerne le retour du club au-devant de la scène interna- tionale. «En ma qualité de prési- dent du conseil d’administration, je parle au nom de la Sonatrach qui a le pouvoir de décision dans la me- sure où nous détenons 79,5 % des actions. Notre objectif numéro un

sera de redonner une dimension in- ternationale au club. Et pour cela, on se doit de jouer la Coupe du monde des clubs pour le centenaire du Mouloudia. Nous avons donc jusqu’en 2021 pour atteindre l’ob- jectif qu’on s’est fixé. Il est évident que nous devons avoir une deuxième étoile sur l’écusson du club.»

«Nous avons constaté que les salaires des joueurs répondent à la réalité du marché»

Le nouvel homme fort du MCA, interpellé par les salaires élevés des joueurs du Mouloudia, qu’il vou- drait revoir à la baisse, nous dira à ce sujet : «C’est sûr qu’au début, j’ai été interpellé par les salaires des joueurs qui me semblaient très éle- vés. Mais après avoir jeté un coup d’œil sur les émoluments des autres clubs, on s’est rendu compte que les mensualités répondaient à la réalité du marché.»

«A l’avenir, on ne recrutera pas au prix fort un joueur qui restera sur le banc »

Voulant lancer un signe fort en di- rection des autres responsables du club, M. Hocine Amrouche dira à propos du recrutement : «A l’ave- nir, on ne recrutera pas au prix fort des joueurs qui resteront sur le banc de touche. Si on ramène un joueur, c’est pour apporter un plus à l’équipe. On tâchera de donner leur chance aux jeunes formés au club pour jouer leur rôle de doublure. Sinon, à quoi servira la formation des jeunes talents ?»

«On récupérera la villa de Chéraga si l’acte de propriété confirme qu’elle appartient au SSPA»

L’autre sujet épineux concerne le siège du club qui est devenu au cen- tre de toutes les controverses. Le président du conseil a été clair à ce propos qui ne laisse place à aucune ambiguïté. «Pour l’instant, je ne

peux me prononcer dans la mesure où je n’ai pas encore pris connais- sance de l’acte de propriété de la villa de Chéraga. Mais soyons sûrs que si le fameux sésame confirme que le siège appartient à la SSPA, il ne fera aucun doute qu’on récupérera la villa qui deviendra le siège du Mou- loudia, mais avec un nouveau des- ign. On ne fera aucune concession à ce sujet du moment que nous serons dans nos droits.»

«Désolé de ne pas avoir rendu visite aux joueurs à cause d’une forte grippe»

En conclusion, Amrouche a voulu présenter ses excuses aux joueurs à cause de son incapacité à se rendre à l’hôtel Mercure pour soutenir l’équipe dans ces moments cruciaux. «Je suis conscient de l’importance de ce match face à la JSMB. Je suis dé- solé car je n’ai pu me rendre à l’hôtel Mercure, pour soutenir les joueurs et les encourager comme je l’ai fait pré- cédemment. C’est à cause d’une forte grippe qui m’a cloué au lit.»

T. Che

Les joueurs percevront demain un mois de salaire En raison des procédures adminis- tratives, les

Les joueurs percevront demain un mois de salaire

En raison des procédures adminis- tratives, les joueurs du MCA ne toucheront qu’une seule mensua- lité, demain dimanche. Les res- ponsables de la section football ont rassuré, une fois de plus, les joueurs en leur expliquant que ce dimanche, ils leur verseront une des mensualités qu’ils doivent au club. Par ce geste, ils veulent tout simplement les mettre en confiance et les récompenser, suite aux efforts qu’ils ont déployés pour remonter la pente, après avoir raté le départ de cette phase retour du championnat. Les diri- geants du MCA redoutaient aussi la démobilisation du groupe, du fait que cela faisait longtemps qu’ils ont pris leur mal en pa-

tience, eux qui devaient être régu- larisés dés le retour de l’équipe de son stage de préparation effectué en Espagne. Toutefois, l’échéance a été reportée, du moment que le nouveau conseil d’administration, présidé par M. Amrouche, n’a été mis en place qu’après le retour de l’équipe sur Alger, ce qui explique le retard accusé pour que l’équipe du nouveau président puisse enta- mer sa mission.

Leur situation financière sera régularisée avant la fin du mois de février

Toutefois, et même si les joueurs n’empocheront qu’un seul mois de salaire, ce dimanche, ils perce- vront le reste de leur argent, avant la fin du mois en cours. Les mem-

bres du CA, à leur tête M. Am- rouche, avaient pris la décision que les joueurs toucheront la tota- lité de leurs arriérés, au même titre que les autres employés de la villa, dont les salaires seront aussi per- çus avant la fin du mois de février. Les responsables de Sonatrach veulent que tous les salariés affiliés à la SSPA/MCA soient payés, afin que redémarrer sur de nouvelles bases, à partir du mois de mars prochain

Un nouveau règlement intérieur sera installé

A croire une source digne de foi, on laisse entendre qu’une fois que les joueurs auront perçu leur ar- gent, ils seront appelés à signer un nouveau règlement intérieur que

les responsables de la SSPA/MCA sont en train de préparer. Le règle- ment en question dictera la ligne de conduite du groupe et les sanc- tions infligées, en cas d’infraction. La même source ajoute qu’une commission de discipline sera aussi mise en place pour veiller à ce que le règlement intérieur, qui est le seul garant d’une discipline digne de ce nom, soit appliqué à la lettre. A travers l’établissement de ce nouveau règlement intérieur, les responsables de la firme pétro- lière songent à changer l’image de l’équipe et mettre les joueurs de- vant leurs responsabilités en rem- plissant leur part du contrat.

K. M.

Il s’est réuni une nouvelle fois avec ses troupes au Mercure Connaissant l’importance de ce
Il s’est réuni une nouvelle fois
avec ses troupes au Mercure
Connaissant l’importance de ce match face
à la JSMB, qui intervient à un moment char-
nière de la saison, le coordinateur de sec-
tion, Omar Ghrib, s’est réuni une nouvelle
fois avec ses troupes, la veille du match, à
l’hôtel Mercure. Une réunion qui intervient,
après les deux autres que le président mou-
loudéen a tenues avec ses éléments, à l’an-
nexe du 5-Juillet. Le fait d’affronter une
équipe de la JSMB en proie au doute, mais
qui reste la bête noire du Mouloudia, a in-
cité Ghrib à exercer une grosse pression sur
ses joueurs pour éviter toute mauvaise sur-
prise. Trois réunions en l’espace de qua-
rante-huit heures, ça illustre parfaitement
l’importance de ce rendez-vous et les
craintes nourries par Ghrib lequel n’a sur-
tout pas envie de revivre le scénario face au
Widad de Tlemcen. C’est d’ailleurs à travers
un discours direct et franc que Ghrib s’est
adressé à ses joueurs qui ont été mis de-
Ghrib a mis ses
joueurs devant leurs
responsabilités
vant leurs responsabilités. «J’ai mis tous les
moyens à votre disposition pour que vous
puissiez travailler dans les meilleures condi-
tions. Vous n’avez aucune excuse et je ne
tolérerai aucun faux pas face à la JSMB. Ce
match est déterminant pour la suite de
notre parcours. Le moindre faux pas pour-
rait tout remettre en question. On a tout à
perdre lors de ce match, c’est pour cela il
faut à tout prix qu’on gagne pour occuper
seuls la troisième place. Alors soyez à la
hauteur de l’événement», dira Ghrib qui
avait pris connaissance du match nul dé-
croché par l’USMA face au CABBA qui offre
au Doyen la possibilité de s'installer seul à
la troisième place au classement.
T. Che

d’El Ismaïly. Bouali sattendait quelque peu à cette situation

rendement de l’équipe a baissé en seconde période à cause de

12 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Coup direct CRB Cap sur Al Ismaïly
12
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
Coup direct CRB
Cap sur Al Ismaïly

L a formation du Chabab a réussi l’essentiel, avant-hier, en empo- chant les trois points mis en jeu face au MCO, à l’issue de

sa petite victoire grâce à son atta- quant international, Islam Slimani. Un retour gagnant pour le buteur maison après une participation à la dernière CAN en Afrique du Sud. La dernière victoire des Belouizdadis leur permet de gagner une place provisoirement en attendant le déroulement du reste de la 20e journée hier. Les Rouge et Blanc se rapprochent de plus en plus du peloton de tête du classement et ont une opportunité de gagner encore quelques places lors des prochaines journées. Ils recevront le CSC, samedi

prochain, avant d’affronter le MCA au stade 5-Juillet, et recevoir juste après la JSK. Mais avant cela, les gars de Laâquiba ont la tête au prochain match prévu pour mardi au stade 20- Août contre la formation égyptienne d’Al Ismaïly, pour le compte des quarts de finale de la Coupe arabe. Les joueurs et les membres du staff technique ont été tous unanimes à dire que la victoire contre le MCO est importante sur le plan moral, pour mieux aborder le match de mardi contre El Ismaïly. Le staff technique du Chabab aura trois jours seulement devant lui pour préparer le rendez- vous international et Fouad Bouali se focalisera sur la récupération. «C’est

une victoire importante avant le match d’El Ismaïly qui nous permettra de travailler dans les meilleures condi- tions. Cela dit, la fraîcheur physique nous a manqué et on ne pouvait faire plus qu’on a fait. Maintenant, le groupe a besoin de bien récupérer sur le plan physique pour le prochain match», dira le technicien belouizdadi.

CRB-Al Ismaïly est aussi un match

Algérie-Egypte En plus de l’enjeu de qualification dans le dernier carré de la Coupe arabe, l’opposition entre le CRB et l’Is-

maïly revêt un cachet particulier vu la rivalité sportive qui existe entre les deux pays. En effet, les Belouizdadis auront à cœur de sortir vainqueurs de ce duel qui sera suivi par tous les Al- gériens. Le coach des Rouge et Blanc nous dira à ce sujet : «Si on arrive à battre l’équipe d’Al Ismaïly, ce sera une bonne chose non seulement pour le CRB mais aussi pour toute l’Algérie. Car, nous allons représenter le pays dans cette manifestation. Et nous sa- vons tous la nature de la rivalité spor- tive qui existe entre l’Algérie et l’Egypte. Nous ferons, donc, de notre mieux pour offrir une victoire au peu- ple algérien.»

N. B.

craint Bouali la fatigue Fouad Bouali L’entraîneur a justifié le visage non convaincant de son
craint Bouali
la fatigue
Fouad Bouali
L’entraîneur
a justifié le
visage non convaincant
de son équipe,
vendredi passé face au MCO, par la fatigue de
ses joueurs
qui
ont effectué, pour rappel, une
préparation approximative lors
de la
trêve hivernale.
Le technicien belouzidadi
ne cache
pas son inquiétude
par rapport à la
baisse de forme de
ses joueurs avant
son match face
l’équipe égyptienne
quelques jours de
à
et insiste sur la récupération après
chaque match. «Le
la fatigue. Les joueurs ne pouvaient aller au-delà de ce
puisque la fraîcheur physique nous a fait
qu’ils
ont fait
avons parlé de ce problème suite au
défaut. Nous
manque de préparation
du groupe lors de la trêve.
Mais ce n’était
la faute aux joueurs ni aux
pas
membres du
staff technique. C’était à
cause de la situation difficile que
club», dira-t-il.
traversait le
N. B.

El Menyaoui décrète le huis clos

Arrivés hier en début d’après-midi à Alger, les joueurs d’El Ismaïly ont effec- tué une séance d’entraînement dans l’après-midi sur le terrain de la Protection civile de Dar El

Beïda. L’entraîneur égyptien, Saber El Menyaoui, a décrété le huis clos pour éviter d’être espionné par les Be- louizdadis.

«Je connais bien Ammour»

«Ce sera un match difficile pour les deux équipes. Le CRB possède de bons joueurs ; je sais qu’ils ont gagné leurs derniers matches. Je connais bien Ammour et je sais qu’il a repris la compétition après avoir raté l’avant-dernier match» dira-t-il.

«On a dépassé les événements d’Oum Dourman»

Concernant l’accueil qui leur a été réservé à leur arri- vée à Alger, le responsable à la barre technique du club

dira : «On a été bien accueil- lis et on veut en faire de même lors du match re- tour. Je suis déjà venu

en Algérie, en 1978, à l’occasion des Jeux méditerra- néens et même contre Bordj Bou Arréridj.

J’espère que le fair-play l’em- portera car le peuple égyptien a bien compris ce qui s’est passé à Oum

Dourman. Et le fait de jouer sur un ter- rain synthétique ne

nous dérange pas.»

Slimani

«L’offre de Troyes ne m’a pas perturbé»

«Le Homs CRB est une bonne équipe qui possède attaquant dangereux» un «On est contents
«Le Homs
CRB est une
bonne équipe
qui possède
attaquant dangereux»
un
«On est contents
bien accueillis.
de venir en Algérie
où on a
sommes conscients que
été
Nous
nous aurons affaire
à une
bonne équipe
du cham-
pionnat algérien
et l’on s’attend
à ce que le
match
soit difficile. On espère que ce sera un grand
fera notre possible
match et on
pour réaliser un
bon résultat. Je sais que le
CRB possède un at-
taquant dangereux,
le centre-avant de
l’Equipe nationale
algérienne (Slimani
ndlr) et
des joueurs
comme Am-
mour.»
Ismaïly
reste
sur une
El victoire
Après avoir battu
Talaea El Djeïsh à
domicile lors de la première journée, El Is-
maïly a réussi
toire. En effet,
à revenir avec une autre vic-
les Darawish ont gagné sur
N. B.
le score d’un but à
zéro à Alexandrie face à
de la première
l’Ittihad local. Buteur lors
journée, le milieu, Ahmed
Kheiri,
a frappé
de nouveau.
Séance
de récupération
hier
Le staff
grammé une séance de récupération,
technique du CRB a pro-
hier, pour les joueurs qui
ont joué
le
MCO dans
match face au
le but de se dé-
barrasser de la fatigue en
prévision
de leur
rencontre de mardi face à El Ismaïly. Les
remplaçants et
les joueurs, qui n’ont pas
ont effectué une
séance d’entraî-
joué,
nement
en paral-
lèle.
Gana : de est
Ismaïly
«Al satisfait l’accueil»
Le
président
du
Et affirmé pour n’ont
la leur légation membres faction
égyptienne
je caché les en
sa
a du la satis- re- a été dé-
par
rapport
l’accueil
qui
lui
réservé.
«Nous
la allons
mettre
de
délégation
d’El
Ismaïly
dans
les
meilleures
N. B.
conditions
pendant
séjour
se membres pas Algérie. que
Les
de
délégation
à caché
satisfaction
pour
l’accueil
qui
leur
été
réservé
leur
arrivée.
tiens
mercier
à Malek
a pas les
membres
comité
des
supporters
qui
sont
déplacés
à force n’a
bien
accueillir
les
Egyp-
en Réda, tiens.» leur CRB

L’attaquant international du Chabab, Islam Slimani, a réussi son retour en championnat local, en signant l’unique but de son équipe avant-hier face au MCO, et en lui offrant les trois points mis en jeu. Un but très im- portant pour l’attaquant belouizdadi, très critiqué lors de la dernière CAN en Afrique du Sud, et accusé de penser aux offres qu’il a reçues de clubs européens comme l’Espérance spor- tive Troyes. Le buteur belouizdadi nous

dira à ce sujet : «Ceux qui ont dit que je pensais à l’offre de Troyes, lors de la

CAN, se trompent. J’étais concentré sur les matches de l’Equipe natio- nale, et tout ce qui a été dit à ce sujet n’est simples allégations

«Je n’avais pas besoin de me libérer»

Concernant son retour gagnant au Chabab et le but qu’il a marqué face au MCO, Islam Slimani dira :

«J’étais naturellement content du but que j’ai marqué. Mon rôle est de marquer des buts, ce que j’ai fait. J’ai marqué un but qui a permis à mon équipe de remporter la victoire. C’est tout à fait naturel de partager ma joie avec tout le monde. Le fait de

me prosterner est une chose ordinaire, non pas parce que ce but va me libérer par exemple.»

«Actuellement, je me concentre sur les matches de mon équipe»

Le centre-avant du Chabab affirme, par ailleurs, qu’il ne pense plus mainte- nant à l’Equipe nationale mais se concentre

sur ses matches avec le CRB. «Pour le mo- ment, j’essaye de me concentrer uniquement

sur les matches du Chabab. Il est prématuré de parler du prochain match de l’Equipe nationale. Un mois et demi nous sépare de cette rencontre face au Bénin. Je veux, donc, garder ma concentration sur mon tra- vail avec le CRB», précise Slimani.

«La victoire face au MCO est importante pour nous»

A l’instar de tous ses camarades, Islam Slimani reconnaît que le succès réalisé face au MCO aidera son équipe à mieux se préparer pour les prochaines

échéances, notamment le match d’El Ismaïly. «La victoire face au MCO est une motivation supplémen- taire pour les prochains matches, à commencer par celui face à El Ismaïly. On va essayer de réaliser un

bon résultat qui nous permettra de garder nos chances intactes de nous qualifier au prochain tour avant même

le match retour», dira-t-il.

Les Egyptiens accueillis avec des fleurs

», dira-t-il. Les Egyptiens accueillis avec des fleurs Comme attendu, la délégation d’El Ismaïly, forte de

Comme attendu, la délégation d’El Ismaïly, forte de ses 31 mem- bres, dont le président du club, Ahmed Abou Saoud, est arrivée hier en début d’après-midi à Alger. Les membres de la délégation égyp- tienne sont arrivés épuisés après le marathon effectué. En effet, les joueurs d’El Ismaïly se sont dépla- cés, vendredi, à Alexandrie où ils ont joué un match officiel avant de rejoindre Le Caire où ils ont passé la nuit pour prendre le vol de 8h30 à destination d’Alger. Les Egyptiens ont été accueillis par le président du Chabab lui-même, Azeddine Gana, accompagné de Malek Réda et des représentants de l’ambassade d’Egypte à Alger. Le comité des sup- porters du CRB n’a pas manqué de son côté le rendez-vous et a tenu à réserver un accueil chaleureux à ses hôtes. Le président d’El Ismaïly a eu

droit à un bouquet de fleurs et un fa- nion aux couleurs du Chabab, alors que les joueurs et les

membres du staff technique ont tous reçu une fleur chacun en guise de bienvenue en Algérie. Les Egyptiens se sont dits ravis de l’accueil qui leur a été réservé

avant de rejoindre l’hôtel Mer- cure, leur lieu d’hébergement. «Nous remercions les Belouiz- dadis pour leur accueil et j’es- père que nous allons assister à un grand match entre les deux équipes. On fera en sorte de leur rendre la pareille au re- tour», nous dira le président Abou Saoud.

N° 2191 Dimanche 10 février 2013

N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Coup difficile MCO 1 3 L’hémorragie continue… C eux qui

Coup difficile MCO

13

L’hémorragie continue…

2013 Coup difficile MCO 1 3 L’hémorragie continue… C eux qui ont suivi le match CRB-MCO

C eux qui ont suivi le match CRB-MCO de vendredi dernier ont fait la conclusion sui- vante : ce n’est pas le Chabab qui était fort

mais c’est le Mouloudia qui lui a donné l’occasion de gagner, comme en témoigne d’ailleurs le but inscrit par les locaux sur une grossière erreur de la défense qui a tout d’abord laissé Rebbih centrer à son aise avant que Slimani ne place sa tête, sans coup férir, profitant de la sortie hasardeuse du portier Dahmane. Une action

semblable s'est produite déjà à Bel- Abbès et à Chlef. Des rencontres à la portée des Rouge et Blanc, qui sont en définitive perdues. Avec une moyenne d’un point sur deux matches, les Hamraoua se dirigent droit vers le purgatoire. Ce que l’on digère mal est le fait que le MCO pos- sède une équipe riche en joueurs d’ex- périence, à l’image des Berradja, Aoued, Ouasti, Belabbès ou ceux de talents comme Aouedj, Hichem Ché- rif et Sebbah. En tous les cas, sur le papier, le Mouloudia possède un ef- fectif nettement meilleur que la moi-

tié des pensionnaires de la Ligue 1. D’aucuns estiment que l’interminable guerre intestine qui oppose les diri- geants, beaucoup plus préoccupés par cette question de leadership, est la rai- son principale de cette situation qui devient de plus en plus alarmante. Les dirigeants inconscients Incapables de prendre la moindre décision pour améliorer les résultats de l’équipe, les dirigeants du MCO se contentent de constater les dégâts. A la merci des contre-performances des autres équipes du bas de tableau, les responsables oranais adoptent cette

très dangereuse politique de l’au- truche, s’occupant de tout sauf de l’as- pect technique, déléguant toute la responsabilité à l’entraîneur en chef, Chérif El Ouazzani afin de trouver en lui, si jamais les résultats ne s’amélio- rent pas, le bouc émissaire idéal. Ni réunion pour booster les joueurs, ni sanction envers certains n’auraient été prises par les dirigeants du club qui sont en train d’assister, les bras croi- sés, à cette série de mauvais résultats. Si Larbi Abdelilah se contente d’assis- ter à une ou deux séances d’entraîne- ments sans pour autant s’adresser à

ses éléments, le deuxième homme fort du club, à savoir Ahmed Belhadj, n’a plus donné signe de vie. Abdelilah soutient son coach Le P-DG de la société, Larbi Abde- lilah, convaincu que les joueurs ne se donnent pas à fond sur le terrain, continue à soutenir son coach. Les deux hommes devaient même se ren- contrer hier après-midi pour évoquer le match du CRB et préparer le pro- chain contre le CA Bordj Bou-Arré- ridj prévu samedi prochain. A. L.

Ouasti «Ammour m’a insulté le premier»

C’est avec un moral au plus bas que le libéro des Hamraoua a évoqué la défaite d’avant-hier face au CR Belouizdad. Il n’ar- rive plus à situer le mal.

Cette nouvelle défaite concédée avant- hier face au Chabab de Belouizdad confirme le malaise de votre équipe, n’est-ce pas ? Sincèrement, je n’arrive pas à compren- dre ces contre-performances à répétition. Pourtant, tout a bien commencé pour nous avec cette victoire à Béjaïa. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme on l’avait souhaité. Je dirais qu’il n’y a pas le feu, mais il faut qu’on réagisse le plus tôt possible.

Qu’est-ce qui n’a pas marché avant-hier au 20-Août? Comme chaque fois, on n’arrive pas à faire preuve de réalisme dans notre jeu. On encaisse sur des erreurs stupides et puis on trouve du mal à revenir dans le match. Nous avons pourtant évolué avec quatre atta- quants en seconde période. Moi-même, je n’arrive pas à m'expliquer les raisons de cette défaite. Il faut toutefois reconnaitre qu’il existe un problème car ce n’est pas nor- mal de se laisser surprendre à chaque fois de la même façon.

Votre équipe reste toutefois à la merci des équipes du bas de tableau, qui ne gagnent plus. Ça reste une consolation pour vous ? Ce serait une erreur très grave de comp- ter sur les faux pas des équipes du bas de ta- bleau. Comme je l’ai dit, il n’y a pas le feu, mais si jamais une des équipes se révolte on se retrouvera en position de relégable et on se mettra gratuitement plus de pression sur nos épaules. Il ne faut pas compter avec les contre-performances des mal-classés. Tant que notre sort est entre nos mains, il faut profiter pour s’éloigner du bas de tableau.

Dagoulou menace

«Mes deux salaires et les clés de la voiture, sinon je reste chez moi»

Le bras de fer qui oppose Eudes Dagoulou au P-DG de la société, Larbi Abdelilah, n’est pas près de connaitre son épilogue. L’interna- tional centrafricain, encore vexé par son altercation avec le premier responsable du club, qui lui a re- tiré les clés du véhicule, a décidé de poser ses conditions à la direc- tion du club, faute de quoi, il continuera à sécher les entraîne- ments. «Je ne sais pas pourquoi Abdelilah s’acharne contre moi. Il se fait passer pour la victime alors que c’est lui qui m’a retiré les clés de la voiture sans aucune raison. Il m’a proposé un chauffeur, chose que j’ai bien évidemment refusé car on a signé ensemble le contrat où il est mentionné noir sur blanc que le club doit mettre à ma disposi- tion un véhicule de service», af- firme Dagoulou avant d’enchaîner : «Abdelilah veut me défier. Je ne sais pas pourquoi ! Moi je ne demande que mes droits. Je veux maintenant mes deux mois de salaires et les clés de la voiture, sinon je reste chez moi».

«Je n’ai aucun problème avec le coach» Pour ce qui est de sa relation avec l’entraîneur Chérif El Ouazzani, le milieu de terrain centrafricain af- firme avoir d’excellents rapports avec son coach : «Je n’ai aucun problème avec l’entraîneur. Le courant passe très bien, ce sont les dirigeants qui veulent ternir mon image. Si jamais on règle ma situation, je serai à la disposition de mon entraîneur et aussi au service de l’équipe d’autant plus que je me sens en super forme ces derniers temps».

plus que je me sens en super forme ces derniers temps». «Le CRB était à notre

«Le CRB était à notre portée» Ayant suivi le match CRB-MCO sur le petit écran, Dagoulou regrette la défaite de son équipe contre le Chabab de Belouizdad, estimant qu’il y avait de la place pour revenir avec un résultat probant de la capi- tale. «Sincèrement, le CRB n’était pas plus fort que nous. On aurait pu reve- nir avec un meilleur résultat que la défaite. Mais au lieu de se lamenter, il faut qu’on règle la situation et qu'on mette les joueurs dans les meilleures conditions possibles pour renouer avec la victoire.»

conditions possibles pour renouer avec la victoire.» s’est il passé au juste ? C’est tout à

s’est il passé au juste ? C’est tout à fait normal qu’un pu- blic prenne partie pour son joueur, qui a une altercation avec un adver- saire. Je n’en veux pas donc aux sup- porters du CRB. Mais on doit savoir que c’est lui qui m’a provoqué en dé- gageant le ballon, pour perdre du temps à dix minutes de la fin avant de m’insulter gratuitement. Sous le coup de la colère, j’ai dû lui répondre. Voilà les détails de cette histoire.

Après cette défaite face au CRB, le match contre le CABBA devient très impor- tant… Apparemment, tous nos matches s’annoncent difficiles et importants à la fois, surtout ceux qu’on va aborder chez nous à Oran. Il faut gagner toutes les confrontations prévues à domi- cile. A mon avis, cela suffira pour qu’on se tire d’affaire. Maintenant, c’est clair qu’il faudra commencer par battre le CABBA qui est très proche de nous au classement. Les points de ce match seront pri- mordiaux et je n’imagine pas un autre résultat que la vic- toire.

Le fait de jouer à Boua- keul vous arrangera-t- il ? Je ne pense pas que le problème réside dans le stade ou le terrain. Il faut que nous les joueurs fas- sions preuve de volonté et mettions du cœur pour espérer ramener le MCO à bon port. Per- sonnellement, je ne veux pas que mon nom soit associé à une saison catastrophique avec le club.

A. L. Durant ce match contre le CRB, vous vous êtes accrochés avec Ammour, ce
A. L.
Durant ce match contre le CRB, vous
vous êtes accrochés avec Ammour, ce
qui a provoqué une réaction hostile des
supporters locaux envers vous. Que
Entretien réalisé par
Reprise aujourd’hui à
Keloua
Après un jour de repos, la reprise des entraî-
nements est prévue ce matin au stade Keloua.
C’est l’entraîneur qui aurait confirmé aux
joueurs la date et le lieu de la reprise avant-
hier à l’aéroport, au moment de l’em-
barquement à Oran.
Match amical ce mardi à
Bouakeul
A en croire une source proche
du P-DG de la société, le Mou-
loudia va se préparer cette se-
maine au stade Habib-Bouakeul.
Un match amical est même prévu
sur la nouvelle pelouse afin que les
joueurs s’habituent à cette surface au
cas où le match y serait programmé.
Le MCO aura le choix
face au CABBA
Pour ce qui est du prochain match
contre le CABBA, le Mouloudia d’Oran semble
avoir le choix entre le stade Ahmed-Zabana, qui
n’a pas encore fermé ses portes, et le stade Habib-
Bouakeul, qui devra être, sauf impondérable de taille,
homologué d’ici le match contre le CA Bordj Bou-Ar-
réridj. Selon un responsable de l’OPOW, le dernier
mot reviendra aux dirigeants du Mouloudia d’Oran
concernant le choix du terrain face au CABBA, la
semaine prochaine. Par contre, pour ce qui est
du match de coupe d’Algérie contre l’ASO,
il devrait avoir lieu officiellement au
stade Habib-Bouakeul.
Réouverture de
Bouakeul, décision
aujourd’hui
C’est aujourd’hui qu’une déléga-
tion de la DJS d’Oran se rendra au
stade Habib-Bouakeul pour inspecter
les travaux effectués dans l’enceinte en
question. Si jamais, ces travaux sont
achevés, la DJS fera appel à la commis-
sion d’homologation de la LFP afin de
confirmer la réouverture du stade et
permettre aux deux équipes d’Oran,
à savoir le MCO et l’ASM Oran,
d’accueillir leurs adversaires
sur ce terrain.

14

1 4 N° 2191 Dimanche 10 février 2013 Coup d’œil Ligue 1 CAB 2 - USMH

N° 2191 Dimanche 10 février 2013

Coup d’œil Ligue 1

CAB 2 - USMH 3
CAB 2 - USMH 3
10 février 2013 Coup d’œil Ligue 1 CAB 2 - USMH 3 Stade : 1er-Novembre (Batna)
10 février 2013 Coup d’œil Ligue 1 CAB 2 - USMH 3 Stade : 1er-Novembre (Batna)
Stade : 1er-Novembre (Batna) Affluence : faible Arbitres : Bachiri, Benmansour, Abid Avertissements : Daira
Stade : 1er-Novembre (Batna)
Affluence : faible
Arbitres : Bachiri, Benmansour, Abid
Avertissements : Daira (20’), Ghessiri
(59’) (CAB) ; Tatem (28'), Amada
(73’), Bounedjah (90’+3) (USMH)
Buts : Hadi Adel (25’), Fezzani (42’ sp)
(CAB) ; Bounedjah (35’, 90’+3), Belka-
roui (79’) (USMH)
CAB
Babouche, Daira, Benayada, Hadjidj
(Mbelé 87’), Fezzani, Ghessiri, Boud-
jelida, Bouraba (Merazka 66’), Ben-
diab, Heriat
Entraîneur : Fergani
USMH
Doukha, Boulekhoua, Belkheir,
Belkaroui, Azzi, Amada, Hendou,
Younes (Touahri (75’), Tatem (Bitam
66’), Bounedjah (Abid 90’ +3),
Lamali
Entraîneur : Laoufi
Bounedjah (Abid 90’ +3), Lamali Entraîneur : Laoufi Bounedjah «J'espère que ce doublé en appellera

Bounedjah «J'espère que ce doublé en appellera d'autres »

L'attaquant harrachi, Baghdad Bounedjah, n'a pas caché sa satisfaction, après avoir contribué à la victoire de son équipe à Batna. «Cela faisait très longtemps que je souffrais d’un manque de réussite, et le fait de d’avoir marqué un doublé aujourd’hui, de surcroît à l'extérieur, me réchauffe le cœur. Je suis heureux, j'espère garder cette réussite aussi longtemps que possible», nous dira le jeune attaquant de l’USMH. C’est en fait le premier doublé pour Bounedjah depuis le début de la saison. «Je me sens en super forme, j'espère continuer sur cette lancée et surtout être épargné par les blessures», a-t-il ajouté.

Laoufi : «On a été supérieurs sur tous les plans»

«Je suis très satisfait de cette victoire et du rendement de mon équipe. Les joueurs sont à féliciter. Malgré les conditions difficiles dans lesquelles on a fait le déplacement, mes joueurs ont bien répondu. Bien que menés à deux reprises, on a pu revenir au score, avant d’arracher les trois points avec l’art et la manière. D’ailleurs, on était supé- rieurs sur tous les plans, techniquement, physiquement et tactiquement. Ce succès donnera, je l’espère, une plus grande moti- vation pour la suite du parcours.»

Belkaroui : «Je suis fier de ma réussite avec l’USMH»

«Cela fait toujours plaisir à un joueur de contribuer au succès de son équipe. Je me sens très fier. Mais pour moi, le plus impor- tant est cette victoire qui nous permet de garder intactes nos chances de jouer le titre.»

El Harrach a tout d’un champion

tion de hors-jeu de Bounedjah. 25’, Hadi Adel ouvre le score L’USMH maintient la pression dans le camp adverse mais laisse des espaces derrière, ce dont profitera le CAB pour ou- vrir la marque par l’intermé- diaire de Hadi Adel qui a repris de la tête un centre de Bouraba.

35’, Bounedjah rétablit l’équilibre

Nullement impressionnés, les Jaune et Noir réagissent par des tentatives dangereuses. Sur l’une d’elles, Bounedjah par- vient à remettre les pendules à l’heure. Le jeune attaquant har- rachi, qui est parvenu à trom- per la vigilance Fezani, se retrouve seul face à Babouche et n’eut aucune peine à mettre le ballon au fond des filets.

Fezani redonne l’avantage au CAB

La joie des visiteurs est de courte de durée puisque cinq minutes plus tard, le CAB re- prendra l’avantage grâce à un penalty transformé par Fezani, suite à une faute d’Amada. La mi-temps est sifflée sur le score de 2-1 en faveur de l’équipe lo- cale. Au retour des vestiaires, les poulains de Charef revien- nent avec une plus grande dé- termination.

54’, 57’, 59’, Babouche efface trois buts tout faits

D’emblée, ils vont assiéger le

camp cabiste. Ils se procureront trois occasions : d’abord sur un coup franc de Tatem qui envoie

la balle sur la transversale, puis

deux autres occasions nettes, l’une par Amada dont l’une tir rasera le montant et une autre par Azzi dont la reprise de la tête est miraculeusement sau- vée par Babouche. A l’heure de jeu, la neige a fait son appari- tion. Les camarades de Hendou, toujours menés au score, domi- nent copieusement les débats. A l’heure de jeu, Azzi encore lui, seul devant le but, rate lamenta- blement. Les joueurs du CAB semblent essoufflés et tentent de résister aux assauts répétés de Bounedjah et consorts.

79’, Belkaroui remet les pendules à l’heure

A l’approche du dernier quart

d’heure, une autre occasion se présente pour les Harrachis dans la surface de réparation du

CAB ponctuée par un but de Belkaroui qui a repris du pied droit une balle repoussée par Babouche. A 2-2, les Batnnéens savaient que les dix dernières minutes allaient être très longues pour eux. En effet,

N. R.

M algré un dépla- cement fait dans des condi- tions difficiles, l’USMH s’est

quand même imposé avec l’art et la manière face au CAB qu'’elle a battu sur son terrain sur le score de 2-3, dans un match qu’elle a dominé de bout en bout. Dès le coup d’envoi, Younes et ses camarades se montrent menaçants. La pre- mière alerte a lieu à la 10’, à l’ac- tif de Tatem dont le tir des 20 m passera juste au- dessus de la transversale. Le CAB réplique par le biais Hadi Adel qui adresse un centre à ras de terre, mais Bouraba arrive en retard. Une minute plus tard, Bouned- jah sert Lamali qui intercepte mal la balle.

19’, l’arbitre refuse un but à Bounedjah

Les Jaune et Noir sont plus en- treprenants. Ils multiplient les tentatives, tantôt par Lamali à droite, tantôt par Younes à gauche. El Harrach monopolise le ballon et arrive à trouver la faille, suite à un exploit indivi- duel de Lamali qui s’est débar- rassé de trois défenseurs, avant d’offrir un caviar à Bounedjah qui marque à la 19’, mais l’arbi- tre refuse le but pour une posi-

puisque les camarades de Bou- nedjah, encouragés par cette réalisation, maintiendront leur pression très haut dans le camp adverse.

90’, Lamali rate le KO, Bounedjah

assomme le CAB

A une minute de la fin du temps règlementaire, Lamali met dans le vent trois défen- seurs puis se retrouve seul fac au gardien qui, encore fois, s’in- terpose avec brio en déviant le cuir. On pensait que c’était là la dernière belle occasion pour les Harrachis qui y ont cru jusqu’au bout. C’est ainsi qu’ils arrive- ront à inscrire un troisième but, celui de la victoire, par l’inter- médiaire de Bounedjah qui a concrétisé en but une balle re- poussée une première fois par Babouche.

Les Kawassir étaient là !

Malgré les mauvaises conditions atmosphériques, les Kawassir ont bravé le froid et la neige pour faire un déplacement de 500 km. Leur présence dans la ville et au stade n’est pas passée inaperçue. Ils étaient, en effet, quelque 200 sup- porters harrachis à avoir pris place dans la deuxième tribune du stade du 1er-Novembre de Batna. Tout au long du match, ils n’ont pas cessé de soutenir leur équipe qui ne les a pas déçus.

Fergani n’est pas venu à la conférence de presse

A la fin du match, une conférence de presse devait avoir lieu en pré- sence des deux entraîneurs, mais ni Fergani ni un autre membre du staff technique batnéen n’est venu pour donner ses impressions. Du côté des Harrachis, Charef en a fait de même. Mais l’absence du coach har- rachi était prévisible. C’est Laoufi qui a parlé au nom du staff tech- nique de l’USMH.

Les joueurs du CAB n’ont pas voulu faire de déclarations

Apparemment, la défaite face à l’USMH a fait très mal aux Cabistes. Du moins, on est tenté de le croire, si l’on tient compte du mutisme ob- servé par l’ensemble des joueurs et des membres du staff technique, après la fin du match. En effet, tous les joueurs que nous avons sollicités pour une déclaration ont poliment refusé de le faire.

Sixième victoire en déplacement Cette victoire est la sixième réalisée cette saison par l’équipe harrachie
Sixième
victoire en
déplacement
Cette victoire est la sixième réalisée
cette saison par l’équipe harrachie hors
de ses bases, après celles à El Bordj,
Saoura, Tlemcen, Belouizdad et Tizi
ouzou. Cela prouve la force physique et
mentale des poulains de Charef qui
n’ont pas encore dit leur dernier
mot dans la course au titre.
force physique et mentale des poulains de Charef qui n’ont pas encore dit leur dernier mot
force physique et mentale des poulains de Charef qui n’ont pas encore dit leur dernier mot
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 CAB - USMH Coup d’œil Ligue 1 Retour sur
N° 2191 Dimanche 10 février 2013 CAB - USMH
N° 2191 Dimanche 10 février 2013
CAB - USMH

Coup d’œil Ligue 1

Retour sur les conditions d’un déplacement inoubliable

Le calvaire des joueurs

d’un déplacement inoubliable Le calvaire des joueurs tarmac de l’aéroport Houari-Bou- mediène et prêts à

tarmac de l’aéroport Houari-Bou- mediène et prêts à embarquer, alors que Charef était déjà dans l’avion avec son adjoint Laoufi, quand le premier responsable du club leur a fait savoir que la rencontre allait être reportée par la Ligue et qu'il était inutile de faire le voyage jusqu’à Batna. Charef, connu pour sa pru- dence, a même insisté auprès du pré- sident quant à la véracité de cette information, avant de descendre de l’avion, rassuré par son premier res- ponsable. Quand le soir on lui avait annoncé le maintien du match et que l’équipe devait effectuer le voyage à Batna, il était hors de lui.

Zoubiri : «On a fait confiance au président de la LFP, mais …» Pour connaître la version de la di- rection de l’USMH, nous avons, du- rant toute la journée d’hier, tenté de joindre Mohamed Laïb, mais toutes nos tentatives ont été vaines. Mais

selon Zoubiri, un dirigeant influent dans la hiérarchie du club harrachi, on appris que la Ligue était à l’ori- gine de cette perturbation. «On de- vait effectuer le voyage par avion. D’ailleurs, toute la délégation de l’USMH était prête à embarquer dans l’avion quand le président Laïb a eu la confirmation du premier responsa-

ble de la LFP du report de la rencon- tre. On nous a même rassurés qu’il y

a eu un écrit envoyé par fax. On a at-

tendu jusqu’à 18 heures, mais aucune dépêche ne nous est parvenue. A par- tir de ce moment, on a compris qu'on

a été induits en erreur. Il nous fallait donc se débrouiller pour faire le voyage à Batna.» Les vols d’Air Algérie sur Batna et Constantine tous annulés Contraints de faire le voyage à Batna, après la décision du maintien du match, les responsables du club harrachi devaient impérativement choisir la voie aérienne. Comme un

malheur n’arrive jamais seul, ils ap- prendront que la compagnie Air Al- gérie a annulé ses vols à destination de Batna et Constantine, en raison de la fermeture des deux aéroports. Il fallait donc chercher le meilleur moyen d’arriver à Batna. Le voyage s’est fait par vol spécial Face à toutes ces difficultés, il ne res- tait aux responsables qu'une seule

solution, elle d’opter pour la location d’un avion spécial. Cela a été fait en début de soirée de vendredi. La compagnie privée Air Tassili a

donné son accord pour un affrète- ment d’un avion de type «Bombar- die», un appareil canadien conçu pour transporter 50 passagers. Le vol était programmé pour le lende- main à 10 heures.

Hier à 10 heures, tout le monde était à l’aéroport Hier matin aux environs de 10 heures, tous les joueurs se sont re-

15

L es Harrachis ne sont pas près d’oublier cette date du 7 fé- vrier 2013 et le calvaire qu'ils

ont vécu, avant leur déplacement à Batna effectué dans des conditions particulières. En tout cas, jamais l’équipe harrachie n’avait vécu pa- reille situation, eux qui ont failli per- dre leur match par forfait, par la faute des responsables de l’USMH qui auraient pu largement éviter ce calvaire à leur équipe, s’ils avaient fait preuve de plus de prudence et de méfiance en envoyant l’équipe la veille du match par le vol de 12 heures à destination de Batna. Cela n’a pas été fait et pourtant, tout a été préparé à l’avance pour que le voyage s’effectue par avion. Certains joueurs ont effectué 1000 km avant d’embarquer pour Batna Dès lors que le report a été annoncé, les joueurs ont été libérés pour ren- trer chez eux. Comme la plupart sont originaires de l’ouest du pays, ils ont pris la route. Certains ont dû re- brousser chemin, après avoir par- couru 350 km. D’autres comme Belkaroui et Bounedjah étaient déjà à Oran, quand on les a appelés pour leur dire que le match était main- tenu. «On est arrivés à Oran aux en- virons 19h50 et quelques minutes après, on nous rappelle pour nous nous dire de rentrer à El Harrach. On a dû refaire le chemin inverse et rega- gner Alger où nous sommes arrivés tard dans la nuit. Faire le trajet Alger-Oran en aller retour, c’est l’équi- valent de 1000 km par route qu'’il fal- lait faire en un temps record. En ces temps de neige, c’était vraiment ris- qué», nous dira un des joueurs qui a tenu à garder l’anonymat. Charef était hors de lui Il est vrai que les conditions météo- rologiques sont en partie à l’origine de cette perturbation du voyage, mais toujours est-il que le vol à des- tination de Batna par lequel la délé- gation devait voyager a bel et bien eu lieu la veille de la rencontre, avec une demi-heure de retard. D’ailleurs, les joueurs étaient dans le bus sur le

trouvés, une nouvelle fois, à l’aéro- port Houari-Boumediène. Le prési- dent de l’USMH était là. Messaoud, le secrétaire du club, s’occupe des formalités administratives. A 9h45, on appelle tous les joueurs pour l’embarquement. L’avion est prêt pour le décollage. Après une heure et quinze minutes de vol, l’appareil atterrit sur le tarmac de l’aéroport de Batna. Pour gagner du temps et per- mettre aux joueurs de bien digérer, on a décidé de déjeuner au restau- rant de l’aéroport de Batna. Il est 12h15, il fallait faire encore 40 km pour arriver au stade.

Le forfait évité de justesse

L’arrivée de la délégation de l’USMH, hier, au stade du 1er-No- vembre de Batna, a eu lieu à 13h30. Soit une heure avant le coup d’envoi de la rencontre. Les joueurs ont quand même eu largement le temps de s’habiller et de s’échauffer. Le for- fait a été donc évité de justesse. Kerbadj : «Je n’ai jamais dit à Laïb que le match allait être reporté» Si le président de l’USMH est resté injoignable tout au long des der- nières 48 heures, ce n’est pas le cas du président de la Ligue, Mahfoud Kerbadj. Ce dernier, que nous avons joint, hier, aux environs de midi, nous a donné sa version : «Les Har- rachis sont responsables de tout ce qui s’est passé, parce que je n’ai jamais donné mon accord au président Laïb quant au report du match. La raison est simple, à savoir que seuls les arbi- tres et le délégué du match sont habi- lités à prendre cette décision, surtout quand il s’agit d’intempéries provo- quant l’impraticabilité du terrain. Donc l’USMH devait impérativement effectuer le voyage. Laïb connaît bien la réglementation pour avoir été pré- sident de la FAF.»

N. R.

CABBA

Quand Fellah offre un point à Soustara

L a déception était grande chez les Criquets, après le nul concédé face à l’USMA. Leur adversaire,

qui n’était que l’USMA renfermant le meilleur effectif du championnat, était pourtant à leur portée, mais la bévue monumentale de Fellah, qui avait re- lâché le cuir à deux reprises sur une action pas du tout dangereuse sur corner et que Ferhat ne s’était pas fait prier pour mettre le pied et offrir ainsi un point inespéré à son équipe. Il est utile de souligner que Fellah n’a pas eu trop à faire durant ce match grâce

à l’excellent travail de Benchergui et

les autres défenseurs qui ont veillé au grain. En effet, tout au long des 90’ minutes, le gardien du CABBA a eu à négocier deux situations et il a relâ- ché le ballon à deux reprises. Sur la première, les attaquants algérois ont laissé passer l’aubaine mais la se- conde a été la bonne. C’est dire que Fellah a sanctionné tous les efforts consentis par ses coéquipiers qui ont joué un match plein mais qui se sont vus mal récompensés en fin de compte. On pourra dire que si Bel- kheir avait marqué le penalty, le dis- cours aurait été tout autre, mais il se

fait que ce n’est pas la première «bourde» de Fellah, car déjà contre la JSS à Bordj, il n’a pas été au-dessus de tout soupçon sur le but qui a per- mis aux Bécharis d’empocher les 3 points de la victoire et provoquer le feu en ville. Des doutes sur sa bonne foi Après le cadeau offert gracieusement

à Ferhat, les Criquets ont déversé

toute leur colère sur Fellah et en fin de match, ils l’ont même bombardé de toutes sortes de projectiles. Ils sont allés jusqu’à le culpabiliser d’avoir levé le pied pour permettre aux visiteurs de revenir à la marque, après une première tentative, en pre- mière mi-temps, et qui n’avait pas été exploitée à bon escient par l’attaque algéroise. Les supporters lui ont de- mandé de partir et on imagine qu’il ne sera pas du tout ménagé à la reprise des entraînements.

Il a perdu son statut de n°1

Après son exhibition face à l’USMA, qui prête à équivoque, Fellah a perdu son statut de titulaire, et du coup, c’est Naïli qui se verra propulsé à ce poste. En cette fin de championnat qui s’annonce capitale pour le main- tien, l’équipe aura besoin d’éléments qui se sacrifient pour l’aider et non ceux qui combinent. En tout cas, la réaction de son coach et de ses diri- geants laisse croire que Fellah ne re- jouera pas de sitôt. Il serait même

question de sa libération en fin de sai- son et en attendant la seule sanction serait de ne plus le convoquer et per- mettre aux jeunes Krachni et Bele- krouche, qui sont issus du terroir, comme le fut un certain Kial.

Une aubaine pour Naïli

La prestation de Fellah et, surtout, le doute qui s’en est suivi font que ce gardien a perdu la confiance de son coach qui n’aura d’autre choix que de se rabattre sur le second portier de l’équipe Naïli. Objectivement et d’après le parcours des deux gardiens depuis le début de la saison, l’ex-gar- dien de Médéa a montré de meil- leures dispositions comme en témoigne sa dernière apparition contre El Harrach durant laquelle il fait plusieurs arrêts décisifs. On se de- mande aujourd’hui pourquoi la hiérar- chie n’a pas été bousculée malgré les bonnes prestations de Naïli à qui on a collé le statut de gardien n°2. Le

temps est venu pour que cette hiérar- chie établie selon le nom soit revue.

Courbis pas si étranger que ça !

Pour ceux qui ne le savent pas, Ro- land Courbis, le coach de l’USMA, a un lien de parenté à Bordj Bou Arré- ridj puisque son oncle, un Corse, y était établi au quartier Faubourg des jardins (actuellement Koucha) et qui y resté après l’indépendance. Après son décès au cours des années 70, il a été enterré au cimetière chrétien de la ville.

A. B.

WAT

Kherris : «Ce match pourrait nous sauver de la relégation»

B ras droit de Benyelles, l’entraîneur ad- joint, Kheireddine Kherris, nous a confié qu’il fallait prendre du bon côté,

la décision de reporter le match entre le MCEE et le WAT, comptant pour la 20 e jour- née de l’élite, à cause des chutes de neige, vu que le club phare des Zianides possède désormais un match en moins que ses concurrents pour le maintien. On ignore néanmoins la date exacte qui sera fixée par la Ligue pour rejouer ce match, probable- ment durant le mois de mars…

«Le terrain était vraiment impraticable»

Alors que les Widadis avaient la certitude, avant même de faire le très long voyage à Eulma, que la rencontre serait annulée, le coach Kherris nous a avoué qu’il fallait faire le déplacement en évitant le moindre risque, tout en se rendant à l’heure au stade, avant que l’arbitre ne confirme le re- port du match à une date ultérieure.

«Les autres résultats nous sont favorables, mais…»

Si le WAT n’a pas disputé son match, les autres clubs n’ont pas vécu la même galère des Widadis. Néanmoins, les résultats de la journée sont très favorables à la bande à Benyelles, avec les défaites du MCO, l’ASO,