Les roches sédimentaires

• 75% de la surface terrestre • 5% du volume de la croûte • roches exogènes : formées en surface

Qu’est-ce qu’une roche sédimentaire ?
Roche résultant de l’accumulation d’éléments (fragments minéraux, débris coquilliers..) et/ou de précipitations à partir de solutions
(Dictionnaire de géologie)

Caractères d’une roche sédimentaire
• Cristaux non jointifs (en général) • Fossiles (souvent) • Faible densité • Roche litée mais cristaux pas orientés dans le plan du litage

Problématiques
• Sur quels critères peut-on se baser pour classer les roches sédimentaires ? • Quelles sont les conditions de formation des roches sédimentaires ?

Classification générale des roches sédimentaires .I.

Classification générale des roches sédimentaires A.I. Classification génétique .

Cycle d’évolution d’une roche (Dercourt et Paquet) .

Diagenèse : 4 étapes principales (Caron et coll.) .

Formation en 2 étapes 1. Dépôt de particules ou de coquilles / précipitation d’ions dissous => sédiment meuble 2. Transformation du sédiment meuble en roche sédimentaire consolidée = diagenèse (ou lithification) .

Subdivisions de base : 3 classes génétiques (Brahic et coll.) .

Classification générale des roches sédimentaires A. Classification minéralogique ou chimique .I. Classification génétique B.

Observations : Couleur d’ensemble. dureté.. comportement vis-à-vis de l’eau.Tests : HCl.Critères d’identification • Macroscopiques : . structures… . porosité. . liant. cohérence. goût… • Microscopiques : Eléments figurés. texture. aspect de la cassure. fractures..

goût salé => sel gemme • Test au HCl effervescence => carbonate CO32CaCO3 + 2 HCl → CO2 + H2O + CaCl2 .happe la langue => argile .Quelques tests • Lécher la roche .

• Dureté résistance d’un minéral à la destruction mécanique de sa structure => un minéral est plus dur qu’un autre s’il le raye Ongle Verre Acier très tendre tendre dur très dur Classement selon l’échelle de Mohs .

bonne cohésion.aucune cohésion => meuble .s’effrite. éléments peu soudés => friable . ne s’effrite pas => cohérente .• Cohérence frotter la roche : .

Comportement vis-à-vis de l’eau • Porosité ensemble des volumes de petite taille pouvant être occupés par des fluides dans une roche • Perméabilité aptitude d’un milieu à se laisser traverser par un fluide • Solubilité aptitude d’un composé à être dissout dans un solvant .

Clé de détermination des roches sédimentaires .

Grandes catégories .

Classifications particulières à chaque catégorie de roche .I. Classification générale des roches sédimentaires II.

Classification générale des roches sédimentaires II. Roches détritiques . Classifications particulières à chaque catégorie de roche A.I.

roches volcanoclastiques (pyroclastiques) . dont les roches siliciclastiques .• Roches détritiques : Roches sédimentaires composées d’au moins 50% de débris • Plusieurs catégories : .roches biodétritiques => roches carbonatées .roches détritiques terrigènes (80 à 90 % des roches sédimentaires).

1. Roches terrigènes (Dercourt et Paquet) .

a. Caractérisation • Taille des éléments (granulométrie) et leur classement (granularité) • Nature de ces éléments • Nature et importance du ciment reliant les grains (roche consolidée) • Nature et importance de la diagenèse • Structures sédimentaires .

Etat d’agrégation • Roches meubles : grains indépendants • Roches plastiques : nombreux minéraux argileux => déformation possible • Roches cohérentes : constituants intimement soudés .

2/3 argiles et silts.Dimension des éléments . 1/3 sables et graviers (Brahic et coll.) .3 grandes classes .

b. Roches meubles • Sédiment bien classé => dimension des grains • Sédiment mal classé => diagrammes ternaires Diagrammes (A) de Flint et al. (1960) et (B) de Folk (1954) (Univ.) . Liège) (Brahic et coll.

Analyses granulométriques Distribution granulométrique d’un gravier : A: histogramme B: courbe cumulative C: courbe cumulative à ordonnée de probabilité (Univ. Liège) .

Australie). Australie). également quartzeux. Liège) . (Univ. B: sable marin. dont les grains ont un aspect "émoussé-luisant" (Kalbarri.Analyses morphoscopiques A: sable quartzeux éolien dont les grains ont un aspect "rond-mat" (Cervantès.

Analyses exoscopiques • Etude au MEB • Traces de frottements. de chocs => actions mécaniques • Traces de dissolution => actions chimiques .

Roches cohérentes (Brahic et coll.c.) .

Conglomérats • Éléments de dimension > 2mm • 2 grands types de conglomérat : .à éléments anguleux => brèche .à éléments arrondis => poudingue .

diversité. provenance des éléments . nature du liant Classification des brèches et conglomérats (Univ.• Classification de Prothero et Schwab (1996) : dimension. Liège) .

feldspath.Grès • Eléments de dimensions de 62 µm à 2 mm (= sable consolidé) • Composition : grains + phase de liaison • Grains : quartz.matrice : boue terrigène ou carbonatée. déposée en même temps que les grains . carbonaté ou ferrugineux. qui précipite au cours de la diagenèse . débris lithiques • Phase de liaison (liant) : .ciment : siliceux.

Liège) .composition des grains .• Classification selon Dott (1964) .% de matrice (Univ.

Sédiments argileux et silteux • Éléments de dimensions < 62 µm • Composition moyenne d’un shale : 50 % de minéraux argileux 30 % de quartz 10 % de feldspaths 10 % de carbonates et oxydes de fer .

proportion de silt .lamination .• Classification de Lundegard et Samuels (1980) : .

roche immature : présence de minéraux vulnérables .d.roche mature : seulement des minéraux résistants => lié à la longueur du transport subi . Notion de maturité • Maturité minéralogique Basée sur la résistance des minéraux à l’altération : quartz > muscovite > feldspaths alcalins > plagioclases > biotite > pyroxène > olivine .

la proportion en matériel fin .• Maturité texturale Basée sur : .la sphéricité des grains Abondance en grains / argile (Univ.le classement des grains . Liège) .

grains arrondis et bien classés => lié à l’importance du transport subi .roche mature : peu ou pas d’argile.la sphéricité des grains Exercices .le classement des grains .roche supermature : pas d’argile.• Maturité texturale Basée sur : .roche immature : plus de 5 % d’argile. grains anguleux et bien triés . grains anguleux et mal classés .la proportion en matériel fin .

Roches pyroclastiques • Téphra (= éjectas) : matériaux éjectés par une éruption volcanique • Roche pyroclastique : roche issue de la lithification des téphra Taille des constituants anguleux > 64 mm arrondis 2 à 64 mm < 2 mm Tephra blocs bombes lapilli cendre Roche pyroclastique brèche volcanique agglomérat tuf à lapilli tuf .2.

Classification générale des roches sédimentaires II. Roches chimiques et biochimiques . Classifications particulières à chaque catégorie de roche A. Roches détritiques B.I.

.

.

CaCO3 : calcite ou aragonite .1.CaMg(CO3)2 : dolomite • Formation proche voire sur le site d’accumulation du sédiment • Processus principalement biologiques . Roches carbonatées • Au moins 50 % de carbonate .

teneur en CO2 atmosphérique => + de dissolution si la teneur en CO2 augmente .⇌ CaCO3 + CO2 + H2O • Facteurs influençant la réaction : .organismes photosynthétiques => + de précipitation en cas de photosynthèse .température => + de précipitation si la température augmente .Précipitation des carbonates • Formule chimique : Ca2+ + 2 HCO3.

allochèmes : grains carbonatés .a. Classification de Folk (1959) • Constituants majeurs des calcaires : .matrice : formée de calcite en cristaux de taille < 4 µm (= micrite) => aspect mat .ciment : formé de calcite en cristaux de taille > 10 µm (= sparite) => aspect brillant .orthochèmes : phase de liaison • 2 types de phase de liaison : .

bioclastes : microfossiles et fragments de fossiles . Liège) .ooïdes : particules ovoïdes à structure concentrique de taille < 2µm.intraclastes : fragments de sédiments carbonatés consolidés puis fragmentés (Univ.peloïdes : particules microcristallines sans structure interne.• 4 catégories d’allochèmes : . dont les oolithes . dont les pellets .

Liège) .3 familles de roches : • Allochimiques (> 10% d’allochèmes) => nom en fonction des allochèmes et du liant • Orthochimiques => micrites • Récifales autochtones => biolithites (= calcaires construits) (Univ.

Liège) .le type de liaison entre les grains (Univ.b. Classification de Dunham (1962) et Embry & Klovan (1972) • Basée sur : .la texture de la roche .

• Intérêt : informations sur l’hydrodynamisme dans le milieu de dépôt mudstone → wackestone → packstone → grainstone Milieu de basse énergie (profond ou protégé) Milieu de haute énergie (action des vagues) .

Lien avec le milieu de dépôt Répartition des faciès carbonatés le long de profils de dépôts côtiers A: Rampe carbonatée B: Plate-forme carbonatée barrée par un récif LVBT : Limite d’action des vagues de beau temps (5 à 25 m) LVT : Limite d’action des vagues de tempête (50 à 100 m) (Pomerol et coll.c.) .

2.litées : radiolarite.l.) . diatomite => origine primaire Radiolaires nacellaire (à gauche) et spumellaire (à droite) (Cojan et Renard) . meulière => origine secondaire (diagenèse) .noduleuses : silex. Roches siliceuses • Silicites (chert s.

Evaporites • Roches chimiques précipitation d’ions d’une eau très concentrée • Domaine de précipitation : – % d’évaporation – température (Pomerol et coll.3.) .

Roches carbonées • Matière organique ayant subi une carbonification : .enrichissement en carbone (> 70 %) .4.appauvrissement en matière volatile (Brahic et coll.) .

non exclusives • Critères de classifications variés • Lien avec les conditions de formation : reconstitution de paléoenvironnements .Bilan • Diversité importante des roches sédimentaires • 3 catégories génétiques.

RENARD. Ed. PAQUET. Dunod . CARON et coll.J. Géologie : Objets et méthodes. Ed. Sédimentologie.M. Sciences de la Terre et de l'Univers. Dunod .ulg. Ed.A.http://www2.Bibliographie • Géologie générale .C. FOUCAULT et J. Comprendre et enseigner la planète Terre.-F.htm (Université de Liège) . Dunod • Sédimentologie . DECONINCK. Vuibert . Ophrys . Y. Ed.J..A. COJAN et M. BRAHIC et coll. Dunod . M. LAGABRIELLE..H. Éléments de géologie.-F.be/geolsed/sedim/sedimentologie. Bases de sédimentologie. Dunod .I.ac. Ed. CHAMLEY et J. RENARD. POMEROL. Dictionnaire de géologie. Ed. DERCOURT et J. Ed. RAOULT.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful