Vous êtes sur la page 1sur 3

ENJEUX

MICROFINANCE
La classe d’actifs
anti-pauvreté!
Genève accueillera les 1er et 2 octobre prochains, un important symposium international
dédié à la microfinance. Intitulée «Building Fair Financial Markets for All», cette rencontre
regroupera quelques-uns des acteurs les plus en vue du secteur avec, en vedette,
Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix pour ses activités de pionnier en matière de micro-
finance. Banque & Finance a rencontré les organisateurs de ce symposium, Jean Zwahlen et
Melchior de Muralt, respectivement président et trésorier du World Microfinance Forum
Geneva. Interview.

Propos recueillis par


dans la finance inclusive aboutissent à un «La question n’est donc pas
résultat tant financier que social. Parmi les
Olivier VACHERAND
membres et partenaires du WMFG se trou- tant de savoir si la microfi-
vent Genève Place Financière, la Swiss nance est néolibérale ou
Microfinance Platform (réunissant plus de
40 organisations commerciales et non com- pas. La question est de
Banque & Finance: Jean Zwahlen, vous merciales actives dans le domaine de la savoir comment on peut
êtes président du World Microfinance microfinance), la DDC, le Sustainability
Forum Geneva qui organise le symposium, Forum Zurich, ainsi qu’un certain nombre faire travailler ensemble les
présentez-nous cette organisation. d’entreprises privées et de fondations agis- acteurs publics et privés
JEAN ZWAHLEN: Il s’agit d’une institution qui sant pour la promotion du développement
s’est donnée pour mission de faciliter le dia- durable et de la microfinance. pour donner un accès,
logue entre les investisseurs et les fournis- MELCHIOR DE MURALT: Pour faciliter le dialogue notamment aux finance-
seurs de services financiers avec, pour entre les différents acteurs, le WMFG s’est
objectif, d’assurer que les investissements donné pour mission d’organiser un vaste ments, à tous ceux qui en
symposium biennal (le premier aura donc ont besoin.»
lieu en octobre prochain à Genève) ainsi que
Le Forum pratique des workshops dans les pays concernés. MELCHIOR DE MURALT
World Microfinance Forum Geneva
Dates: 1er et 2 octobre B&F: Genève semble être candidate à un
Lieu: BIT Genève certain leadership en matière de microfi- B&F: Justement, vous connaissez la thèse
Près d’une cinquantaine d’orateurs confir- nance, comment l’expliquer? développée notamment par le Professeur
més. Parmi eux:
J.Z.: Genève bénéficie de beaucoup d’atouts Jean-Michel Servet, qui considère que la
• Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix
pour être moteur dans le développement de microfinance véhicule une vision néolibérale
• Axel Miller, CEO Dexia
• Robert Annibale Global Director of la microfinance. Outre la neutralité du pays, du développement et que le système a des
Microfinance, Citigroup la ville bénéficie d’une longue tradition dans effets pervers avec des microcrédits utili-
• Ivan Pictet, Associé Senior, Pictet & Cie l’humanitaire, avec de nombreuses organi- sés, non pas pour créer une activité locale
• Patrick Odier, Associé gérant, LODH sations œuvrant dans ce domaine, et d’une pérenne mais pour faire face aux dépenses
• Juan Somavia, Directeur , BIT place financière d’envergure internationale. de fonctionnement des familles. Qu’en
• Robson Rocha, PDG, Banco Popular Brasil De plus, un certain nombre d’associations, pensez-vous?
Pays invité: Chine d’institutions et de sociétés genevoises sont M.D.M: Le forum ne veut pas forcément
Contact: Katia Kershwell présentes depuis plusieurs années déjà sur prendre position. Notre objectif est plus
Email: info@microfinanceforum.org le secteur. Genève a donc un rôle «naturel» à d’ouvrir le débat. Nous allons communiquer
Tél. +41 22 770 00 87
jouer dans cette activité qui, outre la dimen- sur les résultats et sur l’impact social de la
Programme complet et inscriptions:
sion financière, a une vraie dimension microfinance. Vous savez, comme toujours,
www.microfinanceforum.org
sociale et de développement. la vérité se situe sans doute entre ces deux

66 B&F SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008


MICROFINANCE

thèses. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas Prix Nobel 2006 a été accordé à Muhammad
manquer d’observer la demande mondiale. Yunus, fondateur de la Grameen Bank, pro-
Il y a environ 1,5 milliard de personnes qui moteur et théoricien de la microfinance.
ont des besoins de capitaux pour lancer Nous aurons d’ailleurs le privilège de l’ac-
leur micro-activité. Sur ces 1,5 milliard, cueillir à Genève en octobre prochain lors
environ 150 millions seulement sont servis de notre symposium. Il s’exprimera notam-
par la microfinance, soit 10% du marché. Il ment sur le futur de la microfinance.
ne faut pas se leurrer, il n’y aura jamais M.D.M.: Le développement de la microfi-
assez de fonds publics et d’organisations nance a un autre intérêt. Elle touche une
caritatives pour servir cette demande. La population qui n’a pas toujours une exis-
question n’est donc pas tant de savoir si la tence administrative très élaborée. La
microfinance est néolibérale ou pas. La microfinance parvient à pénétrer ce monde
question est de savoir comment on peut informel et elle peut faire office de canaux
faire travailler ensemble les acteurs publics de distribution pour d’autres produits:
et privés pour donner un accès, notamment santé, éducation, etc.
aux financements, à tous ceux qui en ont
besoin. La Banque Mondiale est tout à fait B&F: On reproche à la microfinance des
«Evitons les querelles de
dans cette ligne. Les fonds publics peuvent taux d’intérêts pas toujours très éthiques. chapelles entre la microfi-
être destinés à prendre en charge une partie Quel est leur niveau moyen?
du risque pour permettre aux fonds de M.D.M.: Impossible de le dire tant les taux
nance à vocation charitable
pension, aux fonds de placement ou fonds varient en fonction des pays et des régions. et une microfinance plus
souverains de s’engager avec un risque Ils sont effectivement plus élevés que ceux
moindre. Cette question sur la façon de tra- pratiqués dans les pays développés mais
financière. L’objectif de
vailler ensemble est un des axes du forum. sans commune mesure avec ceux pratiqués chacun, avec des moyens
J.Z.: Il ne faut pas faire de querelles de cha- par les usuriers locaux. J’ai entendu parler
pelles entre la microfinance traditionnelle, de taux pouvant aller jusqu’à 1000% chez
différents, est d’arriver à
plutôt locale et à vocation charitable et une eux. Dans les institutions commerciales, il une réduction de la
microfinance plus financière. Au final, l’ob- faut bien comprendre que les taux prati-
jectif de chacun, avec des moyens diffé- qués sont fonction des coûts. Plus une insti-
pauvreté»
rents, est d’arriver à une réduction de la tution descend dans les zones rurales, plus JEAN ZWAHLEN
pauvreté. les coûts, donc les taux, vont être élevés. Le
fait que les institutions de microfinance
B&F: Et ça marche? soient peu nombreuses ne favorise pas la
J.Z.: Les retours d’expérience montrent que baisse des taux. Avec le développement des ne faut pas oublier qu’initialement les frais
ce sont les femmes qui sont les principales nouvelles technologies et la concurrence, de fonctionnement de ces institutions sont
bénéficiaires des prêts accordés par les ins- les taux vont baisser. C’est déjà le cas dans élevés.
titutions de microfinance. Tous les profes- des Pays comme l’Inde ou la Bolivie.
sionnels peuvent vous raconter les success J.Z.: Il faut aussi préciser que les taux B&F: La crise financière actuelle est née
stories locales nées de l’obtention d’un peuvent baisser en fonction de l’emprun- suite à des prêts octroyés à des personnes
microcrédit. N’oublions pas enfin que le teur à l’occasion d’un deuxième prêt mais il peu solvables, y a-t-il un risque type sub-
primes avec le microcrédit?
M.D.M.: C’est déjà arrivé. La Bolivie a connu
Jean Zwahlen, l’expérience une crise de surendettement à la fin des
années 90, notamment suite à l’arrivée de
Après une première partie de carrière diplomatique bien
remplie couronnée par une nomination au poste d’Ambas- sociétés de leasing qui ont repris des
sadeur de Suisse auprès de l’OCDE à Paris, Jean Zwahlen fichiers de microfinance.
intègre le directoire de la Banque nationale suisse en 1987 J.Z.: C’est la raison pour laquelle, il va
pour y conduire la politique monétaire, les devises et le trafic falloir envisager de mettre en place des
des paiements. A l’heure où l’on prend sa retraite, Jean organes de supervision. Le type de supervi-
Zwahlen entame une nouvelle carrière en intégrant l’Union sion n’est pas encore défini mais les idées
Bancaire Privée en tant que vice-président, un poste qu’il a commencent à émerger. Peut-être peut-on
assuré jusqu’à son 75e anniversaire en 2006. Toujours en activité dans la banque genevoise, il s’inspirer des 25 principes du Comité de
est aujourd’hui encore Senior Advisor pour l’Asie. Au cours de sa carrière, il a été également Bâle mais dans une version très allégée car
vice-président de BNP Paribas (Suisse) SA, membre du Conseil d’administration de la Lavoro
ce serait trop cher et trop lourd à gérer
Bank AG (Zurich) ou encore président de la Fondation Louis-Jeantet de Médecine. Il a récem-
administrativement. Il faut un type de sur-
ment accepté de mettre sa grande expérience bancaire et diplomatique au service du World
Microfinance Forum Geneva dont il a été nommé président. ■ veillance adapté aux métiers de la microfi-
nance, peut-être gradué en fonction du

SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 B&F 67


ENJEUX MICROFINANCE

B&F: Vous parlez pourtant de pénurie M.D.M.: De mon point de vue d’investisseur,
d’offre en microfinance à l’échelle mondiale, je suis convaincu que le phénomène de la
comment y faire face? microfinance, qui connaît des taux de crois-
M.D.M.: Il est nécessaire d’attirer des capi- sance importants actuellement, marque les
taux supplémentaires dans cette activité. prémices d’énormes réseaux de retail
Les grands fonds de pensions européens banking dans les pays concernés. Nous
notamment commencent à s’intéresser à la assistons à la naissance d’institutions un
microfinance. D’ailleurs, quelques-uns des peu à l’image des Raiffeisen en Suisse ou du
plus importants d’entre eux seront présents Crédit Agricole en France. Il va y avoir des
à notre symposium. A terme, je rêve de voir entrées en Bourse. Il y en a déjà eu et elles
arriver les fonds souverains sur le marché. vont se multiplier. Il faut suivre cela avec
Techniquement, il y a un certain nombre de des yeux d’investisseur.
solutions et d’outils qui peuvent permettre
de répondre à cette demande mondiale B&F: Vos yeux d’investisseurs portent quel
comme, par exemple, la finance structurée regard sur les fonds de microfinance?
avec différentes classes de risque avec les M.D.M.: La microfinance reste un petit
plus gros risques pris par les banques de marché avec une cinquantaine de fonds
«Il est nécessaire d’attirer développement. Il y a plusieurs expériences environ dans le monde. La plupart font de la
de ce type qui ont été initiées en Suisse avec dette à court terme en dollar. C’est une fron-
des capitaux supplémen- BlueOrchard et Symbiotics où les tranches tière que l’industrie devra franchir, beau-
taires dans la microfinance à risques sont prises par les banques de coup s’y emploient. Sinon, les rendements
développement; ce qui est un très judicieux sont de l’ordre de Libor + 150 à 250 en
pour répondre aux besoins emploi de l’argent du contribuable. moyenne. Il existe aussi la possibilité d’in-
des populations qui en J.Z.: Ce qui est très intéressant avec tout vestir dans de la dette subordonnée qui a
cela, c’est que le métier se développe. Le des rendements plus importants. Certains
ont besoin» nombre de produits proposés aux popula- fonds de private equity viennent de se
MELCHIOR DE MURALT tions demandeuses s’accroît. Certaines ins- monter. Le grand enjeu, c’est la monnaie
titutions locales mènent des activités de locale. Blue Orchard a, par exemple, l’ambi-
dépôt et deviennent quasiment des tion de s’installer sur des marchés locaux
banques. Ces activités de dépôts débou- pour toucher de l’épargne locale. C’est, à
risque encouru. On n’y échappera pas. Si les chent logiquement sur l’assurance. Le mon sens, l’un des principaux enjeux. Ce
métiers se développent dans les perspec- champ de la microfinance est en train de forum est un luxe pour les fonds de pension
tives que nous évoquions tout à l’heure, il s’élargir considérablement. Il faut saisir qui pourront, sur deux jours, se faire une
est évident que l’on doit mettre à l’abri les cette opportunité d’une manière non-idéo- idée précise de l’offre en matière de microfi-
épargnants et les emprunteurs. Car en cas logique. C’est ce que nous essayerons de nance et d’opportunités d’investissement
de problème, les populations n’ont pas de faire à l’occasion du forum. dans ce domaine. ■
moyens de se retourner et leur situation O.V.
deviendrait encore bien pire. Nous devons B&F: Nous assistons donc à l’émergence
avancer rapidement dans la régulation de la d’un nouveau pôle important de l’industrie
microfinance pour éviter une crise type sub- financière…
primes.

B&F: Vous rejoignez en cela, les tenants


d’une vision plus sociale de la microfi- Melchior de Muralt, le spécialiste
nance… Melchior de Muralt est associé de Pury Pictet Turrettini & Cie
J.Z.: Oui, je les rejoins car je ne crois pas SA et trésorier du World Microfinance Forum Geneva. Il est au
qu’il y ait dichotomie entre leurs vues et bénéfice d’une déjà longue expérience des produits et des
celles des financiers. Ces derniers ont natu- mécanismes financiers à dimension sociale. Il est notamment
rellement aussi à cœur d’éviter les risques, vice-président et membre du Comité exécutif de BlueOrchard
Finance SA, société spécialisée dans la microfinance et prési-
tant par égard pour les investisseurs que
dent de Cadmos Fund Management et du Guilé European
pour les emprunteurs. Ce faisant, ils servent
Engagement Fund, des pionniers en matière d’investissement socialement responsable.
aussi les intérêts de leur clientèle toujours Melchior de Muralt est également membre des comités d’investissement d’Oasis fund, un
plus nombreuse qui entend placer une véhicule d’investissment focalisé sur les entreprises à dimension sociale et de Zurmont
partie de son argent en microfinance. C’est Madison Management AG, une société de private equity basée à Zurich. Enfin, il a été l’un
d’ailleurs pour répondre à ces demandes des promoteurs de la Fondation Ethos alors qu’il était Portfolio Manager au département
que des fonds de microfinance ont été créés Institutionnel de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. ■
dans un nombre croissant d’établissements.

68 B&F SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008