Vous êtes sur la page 1sur 2

Sandrine C ARUSO

Thorme de Cauchy-Lipschitz
Rfrence : J.P Demailly, Analyse numrique et quations diffrentielles On sintresse au problme de Cauchy X = f (t, X) X(t0 ) = x0 o f : U Rn , avec U ouvert de R Rn , et (t0 , x0 ) U . Thorme (Cauchy-Lipschitz). Si f est continue sur U , et localement lipschitzienne en X (ie pour tout (t1 , x1 ) U , il existe V V(x1 ) et W V(t1 ), et il existe k > 0, tels pour tous x, y V et tout t W , f (t, x) f (t, y) k x y ), alors (1) admet une unique solution maximale. Remarquons que, comme f est continue, X est solution de (1) sur I si et seulement si pour tout t I,
t

(1)

X(t) = x0 +
t0

f (u, X(u))du.

(2)

Soient V V(x0 ), W V(t0 ) et k > 0 comme dans lnonc du thorme. Notons M = supW V f . Plaons-nous sur un cylindre de scurit : soit r > 0 tel que r , et [t0 T, t0 + T ] W . Soit F lensemble B(x0 , r) V , et soit T > 0 tel que T M des fonctions continues de [t0 T, t0 + T ] dans B(x0 , r). Alors F, muni de la norme uniforme, est un espace complet. Soit loprateur sur F dni par
t

(Y )(t) = x0 +
t0

f (u, Y (u))du.

r Le fait davoir choisi T < M assure que si Y F, (Y ) est encore dans F. Lquation intgrale (2) afrme en outre quune fonction X de classe C 1 est solution de (1) si et seulement si elle est point xe de . Cherchons donc appliquer un thorme de point xe.

Soient Y, Z F. Montrons par rcurrence que, pour tout p N, t [t0 T, t0 + T ], p (Y )(t) p (Z)(t) Cette galit est vrie pour p = 0, par dnition de 1 k p |t t0 |p Y Z p!
.

Soit p N. Pour tout t [t0 T, t0 + T ],


t

p+1 (Y )(t) p+1 (Z)(t)


t0 t

f (u, p (Y )(u)) f (u, p (Z)(u)) du k p (Y )(u) p (Z)(u) du (f loc. lip.) k p |t t0 |p Y Z dt (par hyp. de rcurrence) p! t0 k p+1 |t t0 |p+1 Y Z , = (p + 1)! k
t0 t

ce qui conclut la rcurrence. En particulier, pour tout p N et tous Y, Z F, p (Y ) p (Z)


p p

kpT p Y Z p!

.
p p

T T Or, k p! tend vers 0 lorsque p tend vers linni, donc il existe p N tel que k p! < 1. Daprs le thorme du point xe de Picard, admet un point xe X sur F. t En outre, comme X et f sont continues, t x0 + t0 f (u, X(u))du est de classe C 1 , et donc le point xe X est de classe C 1 . Finalement, X est lunique solution de (1) sur [t0 T, t0 + T ]. Elle se prolonge en au moins une solution maximale. Supposons quil existe deux tels prolongements X1 et X2 sur deux intervalles I1 et I2 . Lintervalle I1 I2 est non vide, puisquil contient [t0 T, t0 + T ]. Soit J le plus grand intervalle inclus dans I1 I2 , contenant [t0 T, t0 + T ], tel que X1 X2 soit nulle sur J. Cet intervalle est ncessairement ferm puisque X1 X2 est continue. Sil nest pas gal I1 I2 tout entier, en lune de ses bornes, on peut appliquer lunicit locale prcdemment dmontre1 , et contredire la maximalit de J. Donc J = I1 I2 , ainsi X1 et X2 sont gales sur I1 I2 , et par dnition de solution maximale, I1 = I2 = I1 I2 . Finalement, X se prolonge en une unique solution maximale, ce qui conclut.

Avec la condition initiale adquate...