Vous êtes sur la page 1sur 32

Séquence 1

Séquence 1

Comment vit-on dans un milieu proche de l’école et ailleurs ?

vit-on dans un milieu proche de l’école et ailleurs ? S1 Dans ce chapitre, nous aborderons

S1

vit-on dans un milieu proche de l’école et ailleurs ? S1 Dans ce chapitre, nous aborderons

Dans ce chapitre, nous aborderons différents savoirs et savoir-faire tels que :

Savoirs

- Connaître les repères spatiaux en Belgique (les fleuves, les pays limitrophes, les Régions, Communautés et provinces)

- Expliquer la fonction résidentielle

- Distinguer un paysage rural et urbain

- Caractériser les différents types d’habitats

- Caractériser les traces du passé laissées sur l’habitat actuel

- Caractériser les différentes formes d’habitats du passé

Savoir-faire

- Utiliser un atlas

- Utiliser/lire un plan

- Lire un graphique

- Utiliser une échelle

- Utiliser une ligne du temps

- Lire un texte écrit et y trouver des informations

- Identifier un document

- Caractériser les formes d’habitat

9 9

Séquence 1

Apprenons à mieux nous connaître

Je me présente. Complète ta carte d’identité.

Varie en fonction des élèves.

BELGIQUE BELGIË BELGIËN BELGIUM CARTE D’IDENTITE IDENTITEITSKAART PERSONAL AUßWEISS IDENTITY CARD Nom / Name
BELGIQUE
BELGIË
BELGIËN
BELGIUM
CARTE D’IDENTITE
IDENTITEITSKAART
PERSONAL AUßWEISS
IDENTITY CARD
Nom / Name
Prénoms / Given names
Lieu et date de naissance / place and date of birth
Sexe / Sex
Nationnalité
Nationality
N° carte / Card N°
Valide du– au / Valid from - until
Signature du titulaire / Holder’s signature
from - until Signature du titulaire / Holder’s signature - Quelle est la composition de ta

- Quelle est la composition de ta famille ?

- Tu habites en Belgique, mais connais-tu le nom de :

Ta commune ?

Ta province ?

Ta Région ?

Ta Communauté ?

- Habites-tu à proximité de l’école ?

- Comment te rends-tu à l’école ?

- Combien de temps mets-tu pour te rendre à l’école ?

- Selon toi, habites-tu plutôt à la ville ou à la campagne ?

- Décris ton domicile (maison ou appartement, nombre de façades, nombre d’étages, etc.) :

On se rend compte qu’on ne vit pas tous au même endroit, ni dans le même type d’habitat. Nous allons éclaircir toutes ces informations.

1. Le milieu proche de l’école

1. Le milieu proche de l’école

Séquence 1

1. LOCALISATION DE LA COMMUNE DE TON ÉCOLE

Trouve une carte de la commune de ton école et colle-la ci-dessous ou sur une feuille à part.

école et colle-la ci-dessous ou sur une feuille à part. Utiliser une carte ou un plan

Utiliser une carte ou un plan

ou sur une feuille à part. Utiliser une carte ou un plan S’orienter Sur cette carte

S’orienter

Sur cette carte :

Fais apparaître les limites de la commune.

Note le nom des communes limitrophes.

Repère ton école et délimite le quartier de l’école.

Repère les bâtiments publics proches de ton école (maison communale, poste, police…).

Habites-tu dans les limites de cette carte ?

Situe, dans la mesure du possible, ton domicile.

Le professeur peut fournir une carte aux élèves

- Maintenant que tu as analysé la carte à l’aide de la fiche de travail, peux-tu dire que tu habites dans

le quartier de l’école ?

« La commune est la plus petite division administrative de la Belgique. C’est la plus proche du citoyen. Une com- mune correspond généralement à une ville avec des villages environnants ou à un village et ses hameaux. On dénombre actuellement 589 communes en Belgique. »as analysé la carte à l’aide de la fiche de travail, peux-tu dire que tu habites

11

2. LES DIVISIONS ADMINISTRATIVES DE LA BELGIQUE Utiliser un atlas géographique 2.1 Les Provinces En

2. LES DIVISIONS ADMINISTRATIVES DE LA BELGIQUE

Utiliser un atlas géographique2. LES DIVISIONS ADMINISTRATIVES DE LA BELGIQUE 2.1 Les Provinces En Belgique, il existe également une

2.1 Les Provinces En Belgique, il existe également une division administrative : les provinces. Localise-les,
2.1 Les Provinces
En Belgique, il existe également une division administrative : les provinces.
Localise-les, attribue une couleur à chacune d’elles et précise leur chef-lieu.
Échelle 1/2 500 000
Séquence 1

Légende

Province

Chef-lieu

Flandre occidentale

Bruges

Flandre orientale

Gand

Anvers

Anvers

Limbourg

Hasselt

Brabant flamand

Louvain

Brabant wallon

Wavre

Hainaut

Mons

Namur

Namur

Liège

Liège

Luxembourg

Arlon

Remarque : La Région de Bruxelles-Capitale n’appartient pas à une province ; il s’agit d’une Région qui possède tous les attributs, toutes les fonctions et toutes les compétences d’une province.

12

« Un arrondissement est une division territoriale comprenant plusieurs communes. Il peut être judiciaire, électoral ou administratif ; dans ce cas, il englobe la commune et dépend de la province. »d’une Région qui possède tous les attributs, toutes les fonctions et toutes les compétences d’une province.

2.2

Les Communautés

Séquence 1

Les Communautés résultent d’une division linguistique de la Belgique. Elles s’occupent de l’enseignement, de la santé, de l’audiovisuel…

Échelle 1/2 500 000
Échelle 1/2 500 000

Associe une couleur

à chacune d’elles

et colorie-les sur la carte.

Communauté flamande

Communauté française

Communauté

germanophone

 Communauté française  Communauté germanophone Remarque : Bruxelles-Capitale est bilingue, elle appartient

Remarque : Bruxelles-Capitale est bilingue, elle appartient ainsi à la Communauté française et à la Communauté flamande.

2.3 Les Régions

La délimitation des Régions est basée sur des critères géographiques et économiques. Elles s’occupent de l’aménagement du territoire, de l’environnement, du logement…

Échelle 1/2 500 000
Échelle 1/2 500 000

Associe une couleur

à chacune d’elles

et colorie-les sur la carte.

Région flamande

Région wallonne

Région de Bruxelles- Capitale

13

2.4 La Belgique

Sur la carte suivante :

Localise les pays limitrophes en inscrivant leur nom.

Localise la mer du Nord.

 Repasse en bleu sur les trois fleuves de Belgique (Yser, Meuse et Escaut). 
 Repasse en bleu sur les trois fleuves de Belgique (Yser, Meuse et Escaut).
 Repère également et nomme les cours d’eau qui coulent dans ta province.
PAYS-BAS
Mer du Nord
A
Escaut
ALLEMAGNE
Yser
FRANCE
Meuse
GRAND DUCHÉ DE
LUXEMBOURG
0
km
50
B
Utiliser une échelle
Séquence 1
LUXEMBOURG 0 km 50 B Utiliser une échelle Séquence 1 Afin d’avoir une idée approximative de

Afin d’avoir une idée approximative de la longueur de la Belgique, calcule la distance réelle en km entre les points A et B.

Distance sur la carte 14 cm

14 : 2,5 = 5,6 x 50 = ± 280 km

Échelle : 2,5 cm > 50 km

14

Synthèse Précise en quelques phrases la localisation du quartier de ton école dans les différentes
Synthèse
Précise en quelques phrases la localisation du quartier de ton école dans les différentes divisions
administratives de la Belgique.
Varie en fonction des élèves

Séquence 1

3. HABITER DANS UN MILIEU ACTUEL

3.1 Définition

Dans notre langage courant, on utilise plusieurs mots qui peuvent désigner le lieu où l’on vit. Retrouve ces termes à l’aide des verbes suivants :

Habiter

Loger

Résider

Habitation

Logement

Résidence

 Loger  Résider  Habitation Logement Résidence Colle une photo ou réalise le dessin d’une

Colle une photo ou réalise le dessin d’une habitation. Ce peut être la tienne ou bien une autre de ton choix.

Ce peut être la tienne ou bien une autre de ton choix. 3.2 Les différents types

3.2 Les différents types d’habitats

Voici plusieurs types d’habitats. Donnes-en les caractéristiques et retrouve dans quel type d’habitat tu vis.

caractéristiques et retrouve dans quel type d’habitat tu vis. Observer un habitat Observer une photographie Habiter
caractéristiques et retrouve dans quel type d’habitat tu vis. Observer un habitat Observer une photographie Habiter
caractéristiques et retrouve dans quel type d’habitat tu vis. Observer un habitat Observer une photographie Habiter

Observer

un habitat

Observer une photographie

Habiter

caractéristiques et retrouve dans quel type d’habitat tu vis. Observer un habitat Observer une photographie Habiter

Séquence 1

16

Immeuble Caractéristiques : Immeuble à appartements. Construction en hauteur pour une diminution de la surface
Immeuble
Caractéristiques :
Immeuble à appartements.
Construction en hauteur pour
une diminution de la surface au
sol.
Matériaux : béton, verre, acier.
Villa
Caractéristiques :
Maison de type unifamiliale.
Quatre façades.
Toit plat ou en pente. Garage.
Jardin privé.
Matériaux : briques, tuiles selon
l’architecture.
© romman - Fotolia.com
Cité jardin Caractéristiques : Maison de type unifamiliale. Présence d’un petit jardin. Trois façades, la
Cité jardin
Caractéristiques :
Maison de type unifamiliale.
Présence d’un petit jardin.
Trois façades, la quatrième est
commune.
Matériaux : briques, tuiles.
Cité sociale Caractéristiques : Petites maisons individuelles. Pas de jardin ou petit jardin. Architecture commune.
Cité sociale
Caractéristiques :
Petites maisons individuelles.
Pas de jardin ou petit jardin.
Architecture commune.
Matériaux : briques, tuiles,
béton.

Séquence 1

Maison Caractéristiques : Maison dite de « rangée », alignée à front de rue. Respect
Maison
Caractéristiques :
Maison dite de « rangée »,
alignée à front de rue.
Respect d’une certaine unité.
Matériaux : briques, tuiles.
Ferme rénovée
Caractéristiques :
Grand ensemble de bâtiments.
La fonction agricole s’est muée en vocation
d’habitat.
Cour intérieure et entrée cochère.
Matériaux : pierres, ardoises, tuiles.
© Loïc - Fotolia.com

Habiter différemment

Caractéristiques : Habitat en matériaux moins durables ou permettant les déplacements. Habitats consacrés à une
Caractéristiques :
Habitat en matériaux moins
durables ou permettant les
déplacements.
Habitats consacrés à une
portion spécifique de la
population, tels que les maisons
de repos pour personnes âgées.
© zoccasions.com

17

Habiter ailleurs Caractéristiques : Architectures liées aux contraintes climatiques et économiques. Emploi de
Habiter ailleurs
Caractéristiques :
Architectures liées aux
contraintes climatiques et
économiques.
Emploi de matériaux locaux.
Hutte.
Bidonville.
Chalet de montagne.
Tours asiatiques.
Séquence 1
©
fgeoffroy - Fotolia.com
© Sanste - Fotolia.com
©
chillipadi-sxc
© Chandler74 - Fotolia.com

- Quelles sont les photos qui ont moins leur place dans ce tableau ? Pourquoi ?

Les photos « habiter ailleurs » car nous n’avons pas ce type d’habitats chez nous et dans une moindre

mesure les photos du camping-car et de la caravane qui sont le plus souvent un lieu de vacances.

En effet, ce sont des lieux d’habitation qui ne sont pas proches de chez nous mais qui nous montrent que l’habitat n’est pas le même partout.

Synthèse Observe la photo ou le dessin de ton habitation et précise de quel type
Synthèse
Observe la photo ou le dessin de ton habitation et précise de quel type d’habitation il s’agit ?
Justifie cette réponse par trois exemples :
Nous n’allons pas aborder les habitats de façon systématique, même s’il est important de connaître
quelques critères architecturaux. Le but de l’EDM est plutôt de comprendre comment et pourquoi
nous habitons dans un tel endroit aujourd’hui, et quels sont les éléments qui influencent notre choix.

3.3 Les critères de choix

Tes parents et toi vivez dans une habitation qui répond à quelques critères subjectifs (beau,
Tes parents et toi vivez dans une habitation qui répond à quelques critères subjectifs (beau, chouette,
pratique…). Cependant, certains autres critères ont pu également déterminer votre choix, comme les
prix de l’immobilier, l’environnement, les voies et les moyens de communication…
Le type d’habitation et le lieu d’habitation sont souvent liés : en effet, on trouvera plus difficilement
une villa quatre façades en plein centre urbain.
a) Le prix de l’immobilier
Analyse ce graphique et réponds aux questions
Analyser un graphique
Prix de l’immobilier en Belgique
Axe de gauche : prix
moyen par unité vendue
Axe de droite : prix moyen
en ¤ par m 2
Séquence 1

Source : SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique (2008)

- Que peux-tu observer à propos de l’évolution des prix :

des maisons d’habitation :

La hausse des prix est constante et se rapproche du prix

des appartements. Hypothèse : les jardins sont de plus en plus prisés.

des villas :

Les prix moyens sont les plus élevés, même s’ils ont connu une chute en 2005.

Hypothèse : les prix sont plus élevés car la superficie du terrain est importante.

des appartements :

La hausse des prix est constante.

Hypothèse : le prix des villas étant élevé, les gens recherchent plutôt des appartements, surtout en ville.

des terrains à bâtir :

Le prix au m 2 a doublé entre 2000 et 2008.

Hypothèse : étant donné que la superficie habitable diminue, le prix des terrains augmente.

habitable diminue, le prix des terrains augmente. 19 Source : SPF Économie - Direction générale Statistique
habitable diminue, le prix des terrains augmente. 19 Source : SPF Économie - Direction générale Statistique

19

Source : SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique (2008)

Séquence 1

L’immobilier continue à grimper à Bruxelles

Publié le mardi 19 février 2008 dans Le Soir en Ligne Auteurs : n.c.

La hausse des prix de l’immobilier s’est poursuivie à Bruxelles en 2007 et a fait baisser le nombre de transactions dans la capitale. Toutes communes bruxelloises et tout type de logement confondus, le prix de vente moyen d’un bien immobilier a enregistré une hausse de 10 %, selon le bilan 2007 des notaires de Bruxelles […]

« Il devient de plus en plus difficile de se loger à Bruxelles. Un jeune couple disposant de 3.000 euros nets par mois – un revenu correct – ne pourra pas trouver de maison. Tout au plus, un appartement une chambre dans les communes les plus aisées, voire deux dans les “moins bonnes” communes ».

La demande toujours forte, les taux hypothécaires relativement bas et les investissements étrangers sont les éléments principaux qui maintiennent et encouragent la hausse de l’immobilier dans la capitale.

Se loger dans la capitale devient un véritable chemin de croix pour les candidats acquéreurs. Les notaires leur conseillent de viser des zones peu ou pas encore prisées et de négocier le prix de vente en proposant une contre-offre ou de réaliser une expertise. Aux vendeurs, les notaires leur conseillent de rester raisonnables sur leur prix de vente et d’éviter ainsi que leur bien reste trop longtemps invendu. « Le Bruxellois rêve toujours d’une maison unifamiliale avec un jardin. Cela deviendra de plus en plus difficile et il faut désormais se résoudre à opter pour d’autres types de logements ou d’autres endroits. Il est difficile de croire que Bruxelles sera épargnée par les flambées de prix telles qu’on les connaît à Paris, Londres ou encore Madrid », a conclu Robert Langhendries. (Belga)

ou encore Madrid », a conclu Robert Langhendries. (Belga) - Quels conseils donne-t-on aux candidats acquéreurs

- Quels conseils donne-t-on aux candidats acquéreurs ?

Viser des zones peu ou pas prisées, négocier les prix, réaliser une expertise.

- Quel conseil donne-t-on aux vendeurs ? Rester raisonnable sur leur prix de vente.

- Quels sont les éléments principaux qui expliquent le fait que l’immobilier continue à grimper

à Bruxelles ?

La demande toujours forte

Les taux hypothécaires bas

Les investissements étrangers

- À ton avis, pourquoi les gens ont-ils plus de difficultés à se loger de nos jours à Bruxelles ?

Hypothèse : Le logement à Bruxelles est de plus en plus recherché et donc les prix deviennent moins

accessibles à tous.

À l’exception de quelques sites, le prix de l’immobilier en ville est souvent plus élevé que celui des 20 maisons similaires situées en périphérie ou même à la campagne. La qualité de la vie dans un milieu aéré est cependant parfois contrecarrée par un manque de mobilité ou de perspective de travail.

Séquence 1

b) Autres critères

Souligne, parmi ces petites annonces, les critères qui sont mis en évidence pour valoriser l’achat d’un bien.

(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, p. 15)
(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, p. 15)
(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, cover)
(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, cover)
(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, p. 62)
(Logic Immo, n°328, 1/11 au 14/11/08, p. 62)

4. HABITER DANS UN MILIEU RURAL OU URBAIN

Sur la photo aérienne ci-dessous, trace la limite entre la ville et la campagne :

CAMPAGNE VILLE
CAMPAGNE
VILLE
RURAL OU URBAIN Sur la photo aérienne ci-dessous, trace la limite entre la ville et la

21

Séquence 1

22

Maintenant que tu as observé la différence, donne ta définition du mot : Le terme
Maintenant que tu as observé la différence, donne ta définition du mot :
Le terme désigne tout ce qui concerne la campagne.
Rural :
Le terme désigne tout ce qui concerne la ville.
Urbain :
Parmi les photos suivantes, détermine s’il s’agit d’un milieu rural ou urbain et donne
un élément qui prouve ton affirmation.
Rural
Urbain
Milieu :
Milieu :
Beaucoup d’espaces verts
Beaucoup de voies de communication
Élément :
Élément :
Urbain
Rural
Milieu :
Milieu :
Forte densité d’habitat
Présence de champs
Élément :
Élément :
- Quels sont les éléments observables ?
Milieu rural
Milieu urbain
terry sonveaux - Fotolia.com Source F.S.©
© Mars - Fotolia.com©
cop. arenysam - Fotolia.com

Présence d’espaces verts/agriculture

Faible densité de population

Faible densité du bâti

Peu de voies de communication

Peu d’espaces verts

Forte densité de population

Forte densité du bâti

Beaucoup de voies de communication

densité du bâti  Beaucoup de voies de communication « Le terme “village” dérive du latin

« Le terme “village” dérive du latin “villa”, domaine rural. Un village est un groupe d’habitations dans un milieu rural, assez important pour constituer un centre administratif. »

Séquence 1

Immeuble

Villa

des habitations sociales

données en location par un organisme (la commune).

un camping-car.

une caravane, une péniche,

homes

est tout ce qui concerne la campagne.

est tout ce qui concerne la ville.

Le prix de l’immobilier

La proximité des moyens de communication

La présence de facilités et/ou d’espaces verts

Des critères personnels

proximité des moyens de communication La présence de facilités et/ou d’espaces verts Des critères personnels 23
proximité des moyens de communication La présence de facilités et/ou d’espaces verts Des critères personnels 23

Séquence 1

5. EXERCICES

Famille
Famille

Ménage 1 Couple avec deux enfants, les deux parents travaillent (situation plutôt aisée). Ils désirent vivre dans un endroit calme, n’aiment pas trop les contacts avec le voisinage. Les parents possèdent tous les deux une voiture.

Demande à tes parents les raisons pour lesquelles ils ont décidé de vivre à cet endroit :

Voici six ménages qui sont à la recherche d’un logement. Tu es agent immobilier et tu consultes ton catalogue pour voir les logements que tu as à ta disposition. Choisis l’habitation qui correspond le mieux aux exigences et aux situations des familles. Argumente ton choix.

Type d’habitat

Argumentation

Argumente ton choix. Type d’habitat Argumentation Villa à Ternat - Le quartier est calme - Double

Villa à Ternat

- Le quartier est calme

- Double garage

- Villa quatre façades, donc

moins de contact avec les

voisins

Ménage 2 Homme veuf de 65 ans, a des difficultés pour se déplacer, ne roule plus en voiture. Désire être à proximité des commerces.

Appartement à Braine-l’Alleud

- Rez-de-chaussée pour

faciliter le déplacement

- Proche du centre et des

magasins

Ménage 3 Jeune couple sans enfants mais possédant deux gros chiens. Seul le mari possède une voiture, la femme préfère les transports en commun. Les deux travaillent. Aime les contacts avec les gens.

Maison unifamiliale à

Ottignies

- Proximité de la gare

- Un garage pour la voiture

- Un jardin clôturé pour les

chiens

Ménage 4 Femme seule, travail avec horaire difficile, vivant avec ses trois enfants à charge. Pas de voiture. Elle désire que les enfants se rendent seuls à l’école.

Appartement social à

Ganshoren

- Social

- Trois chambres à partager

- Proximité du métro pour elle

et les enfants

24

Maison à Charleroi - Trois chambres pour Ménage 5 Couple avec 3 enfants. Le mari
Maison à Charleroi
- Trois chambres pour
Ménage 5
Couple avec 3 enfants. Le mari
est au chômage et la femme
travaille en dehors de Charleroi,
elle s’y rend en voiture. Ils
désirent avoir une maison avec
une chambre par enfant et, si
possible, un jardin.
les enfants et grenier
aménageable
- Un garage pour la voiture
- Un jardin
Ménage 6
Jeune étudiant à l’université
de Bruxelles, dont les parents
habitent à 25 km, qui aime
s’amuser mais désire ne pas faire
les trajets chaque matin.
Studio meublé à Bruxelles
- Meublé
- Proximité du métro
- Proche du cœur historique
Séquence 1
Charleroi, 1 ét. hors ville Liv prox. 35 mag. Liège de Superbe 300 m², Ottignies
Charleroi,
1 ét. hors
ville Liv
prox.
35 mag.
Liège
de Superbe
300
m²,
Ottignies Mais. unifam. Prox
mais.
façades
3 ch.
Pos.
contemporain.
finition.
gare
2
cuis. super éqp. liv. 42 m
aménager
2 grenier.
m
2
Poss.
vivre en loft poss. Belle communauté. de
2 ch. Sdb dress.
sép. jar.
1
Aménagement
pour pro-
jard clôturé.
Nv
Gar. 1 voit. Gd
qrt résid.
gar. cuis. éqp. sdb et toil.
fession libérale.
et
Hulpe Ravissant
Bxl centre
e ét.
Ternat villa qrt calme 1 ét. Cuis.
sa
La maison
de gardien château
édifiés en
studio meublé 2
40 m
2
cuis. éqp.
2
métro proche
USA éqp.
de murs
3 accès.
ds cœur hist.
Pas asc.
1 sdb 1 sdd
3 ch. 1 bur. liv. 52 m
cave buand. Dbl gar.
1870 dans un parc clos
d’1 ha 50 a comprenant
Gd jard.
+ grenier +
700 m² habitables
caves.
Piscine chauffée, tennis,
Lasne
bel appt
2
e ét. ht standg,
jacuzzi. À l’entrée, escalier en
145 m
2 prox. et
vue bois
parqt
Braine-L’Alleud app tr. bon. état
marbre, chaque
pièce
donne
terr. av & ar 3 ch. cuis
rdch 1
2
sdb sdd
ch 67 m
prox centre et
sur une
terrasse en
pierre bleue.
mag. qrt
comm.
1 er
2
calme charges
e étage :
étage : 5 chambres.
super cave. éqp + gar (box fermé) +
55 ¤/mois pt
jardin
au SE.
salle
de billard,
fitness, cinéma.
Conciergerie :
400
m²,
grenier,
caves. Alarme.
Ganshoren appt
Bastogne studio nf 52 m
2
e
soc. B. état ds
4 ét.
imm.
12 ét. 3 ch (1 gd
& 2 pt)
qrt calme
Ss toit, sdd cuis. USA
cuis. USA
sdb liv.
28
m
2 prox
belle vue
asc. poss. box voiture
empl. voit.
prox. commerces.
métro et parc poss.
2. Le milieu de vie dans nos régions, marqué par le passé 1. INTRODUCTION L’habitat
2. Le milieu de vie dans nos régions, marqué par le passé
1. INTRODUCTION
L’habitat actuel est le fruit d’une évolution parfois lente, parfois rapide mais toujours irréversible et
inévitable.
Comparons ces anciennes vues aux vues actuelles.
- Quelles modifications observes-tu ?
- À ton avis, pour quelles raisons a-t-on fait ces modifications ?
Séquence 1

St-Idesbald (1960)

St-Idesbald (2009)

Augmentation du nombre de logements pour le développement du tourisme.

du nombre de logements pour le développement du tourisme. Ganshoren (1900) Ganshoren (2009) Agrandissement de la

Ganshoren (1900)

pour le développement du tourisme. Ganshoren (1900) Ganshoren (2009) Agrandissement de la voirie pour permettre

Ganshoren (2009)

Agrandissement de la voirie pour permettre une plus grande mobilité.

de la voirie pour permettre une plus grande mobilité. Bruxelles (entre 1780 et 1914) Bruxelles (2009)

Bruxelles (entre 1780 et 1914)

une plus grande mobilité. Bruxelles (entre 1780 et 1914) Bruxelles (2009) (Bruxelles, construire et reconstruire,

Bruxelles (2009)

(Bruxelles, construire et reconstruire, architecture et aménagement urbain 1780-1914, crédit communal, 1979)

Disparition du cours d’eau pour améliorer l’hygiène.
26

Archéosite© d’Aubechies

2. OBSERVATIONS

Te voici en présence d’une série d’habitations. Replace chaque photo sur la ligne du temps
Te voici en présence d’une série d’habitations. Replace chaque photo sur la ligne du temps (note le
numéro de la photo dans le cercle). Pour ce faire, utilise les documents de la page suivante.
Pour chaque emplacement, donne ta justification et précise le ou les documents que tu as
utilisé(s).
Photo 1
Photo 2
(reconstitution)
Photo 3
Photo 4
© Photo : Robert Willame - Coll. : Écomusée du Bois-du-Luc
Archéosite© d’Aubechies
Séquence 1
du Bois-du-Luc Archéosite© d’Aubechies Séquence 1 Construire une ligne du temps (reconstitution) 
du Bois-du-Luc Archéosite© d’Aubechies Séquence 1 Construire une ligne du temps (reconstitution) 

Construire une ligne du temps

d’Aubechies Séquence 1 Construire une ligne du temps (reconstitution)  Antiquité (-3 500 - 476 ap.
d’Aubechies Séquence 1 Construire une ligne du temps (reconstitution)  Antiquité (-3 500 - 476 ap.

(reconstitution)

Antiquité (-3 500 - 476 ap. J.-C.) Moyen Âge (476 ap. J.-C. - 1492 ap. J.-C.) Temps modernes (1492 ap. J.C. - 1789 ap. J.-C.) Époque contemporaine (1789 ap. J.-C. - Aujourd’hui)

•••

1cm : 250 ans

(1789 ap. J.-C. - Aujourd’hui) ••• 1cm : 250 ans -1000 -500 NJC 500 1000 1500

-1000

-500

NJC

500

1000

1500

2000

4
4
2
2
3
3
1
1

Doc.

       

utilisé(s)

2 - 6

 

3 - 5

 

1

4

 

- Charpente en bois

 

-

Maison en briques

- Maison avec pignon sur rue

- Maison alignée

- Un étage

- Toit en chaume

-

Toit en tuile

- Titre

- S’ouvre sur la rue

Justification

- Murs en torchis

-

Décor intérieur

« Miniature du

- Décor intérieur

-

Date (1 er siècle ap J.C.)

Moyen Âge »

- Date de la source

27

Séquence 1

28

Identifier un document

Doc 1 Miniature de l’artisanat et du commerce dans une ville du Moyen Âge
Doc 1
Miniature de
l’artisanat et
du commerce
dans une ville du
Moyen Âge
l’artisanat et du commerce dans une ville du Moyen Âge Doc 2 Les Celtes sont d’habiles

Doc 2 Les Celtes sont d’habiles charpentiers et leurs constructions témoignent d’un grand savoir-faire. Les maisons sont bâties en bois. Dans nos régions où celui-ci est rare, il arrive que l’on utilise la pierre. La plupart du temps, les murs sont construits à l’aide de poteaux espacés, plantés profondément dans le sol et reliés par un treillis de branches souples. Cette armature, appelée clayonnage, est recouverte de torchis, un matériau très isolant. Parfois les murs sont élevés au moyen de rondins de bois placés horizontalement, les uns sur les autres, ou verticalement, côte à côte. Le toit est couvert de chaume ou de roseaux, quelquefois de plaquettes de bois.

Source : « Le monde des Celtes », ouvrage pédagogique, Musées royaux d’Arts et d’Histoire, Bruxelles, 2001, p. 39.

Doc 3 En 1904, on mit au jour à Basse-Wavre, de très importants vestiges d’une
Doc 3
En 1904, on mit au jour à Basse-Wavre, de très
importants vestiges d’une vaste et riche villa gal-
lo-romaine construite au I er siècle après J.-C. et
détruite à la fin du III e siècle ou au début du IV e
siècle, lors des invasions franques. Maquette de la villa de Basse-Wavre
© C.H.A.W.
Doc 4
Doc 4
Maquette de la villa de Basse-Wavre © C.H.A.W. Doc 4 Doc 5 Reconstitution de l’intérieur d’une
Doc 5 Reconstitution de l’intérieur d’une villa gallo-romaine. Archéosite© d’Aubechies
Doc 5
Reconstitution de l’intérieur d’une villa gallo-romaine.
Archéosite© d’Aubechies
Doc 6 Reconstitution de l’intérieur d’un habitat celte Archéosite© d’Aubechies
Doc 6
Reconstitution de l’intérieur d’un habitat celte
Archéosite© d’Aubechies

Séquence 1

Archéosite © d’Aubechies

Archéosite © d’Aubechies

3. ÉVOLUTION DE L’HABITAT

© d’Aubechies 3. ÉVOLUTION DE L’HABITAT 3.1 L’habitat chez les Celtes Les Celtes sont des peuples

3.1 L’habitat chez les Celtes

3. ÉVOLUTION DE L’HABITAT 3.1 L’habitat chez les Celtes Les Celtes sont des peuples qui ont

Les Celtes sont des peuples qui ont vécu du I er millénaire au I er siècle av. J.-C. dans nos régions et en Europe centrale.

Les Celtes n’étaient pas un peuple uni ; la Gaule (la Belgique celtique) était divisée en tribus rivales dont le seul point commun était la langue celtique.

Les tribus se regroupaient dans des oppida : villes-forteresses avec des monuments publics, un réseau de voirie, des boutiques… entourées de remparts et pouvant atteindre 100 ha. L’habitat y était re- groupé, mais il existait également des fermes isolées.

L’habitat celte était principalement constitué de bois appuyés sur des charpentes. Les murs étaient en torchis (mélange de boue et paille) et le toit en chaume. La résidence était divisée en deux parties :

l’étable et l’habitat. À l’extérieur se trouvaient le grenier, la grange, la basse-cour, etc.

se trouvaient le grenier, la grange, la basse-cour, etc. Reconstitution d’un habitat néolithique Reconstitution

Reconstitution d’un habitat néolithique

basse-cour, etc. Reconstitution d’un habitat néolithique Reconstitution d’une ferme gauloise - Pourquoi s’agit-il

Reconstitution d’une ferme gauloise

- Pourquoi s’agit-il de reconstitution ?

Il s’agit d’une reconstitution car l’habitat de cette époque était composé de matériaux périssables

……………………………………………………………………………

…………………………………………

(bois, torchis, chaume) qui ont disparu au cours du temps.

……………………………………………………………………………

…………………………………………

………………………………………………………………………………

………………………………………

Et aujourd’hui ?

- Quels

sont

les

éléments

exploités actuellement ?

architecturaux

(style, matériaux, techniques…)

qui

restent

encore

(style, matériaux, techniques…) qui restent encore - Le torchis est encore observable dans certains bâtiments

- Le torchis est encore observable dans certains bâtiments agricoles.

- Les toits en chaume demeurent sur certaines villas quatre façades mais le plus souvent en guise de

décoration.

Séquence 1

3.2 L’habitat chez les Gallo-Romains

3.2 L’habitat chez les Gallo-Romains

Les Romains vont apporter de nouvelles techniques aux Gaulois, tout en maintenant les inventions celtes : une nouvelle civilisation va naître : les Gallo-Romains.

Cette époque fut une époque très prospère pour nos régions et l’habitat se développa un peu partout dans les régions fertiles.

Dans l’Antiquité, les domaines étaient très vastes, avec des surfaces pouvant aller jusqu’à 1.500 ha.

Chaque domaine possédait son propre four et son moulin.

La villa était un vrai petit village qui pouvait vivre en autarcie (présence de champs, de forêts, de prairies).

Elle était divisée en deux grandes parties :

- La villa rustica : partie réservée aux serviteurs dont le nombre pouvait atteindre 500. On y trouvait également les écuries, les hangars, les ateliers…

- La villa urbana : c’était l’habitation des riches propriétaires terriens. Ces maisons étaient caractéri- sées par leur luxe (nombreuses mosaïques et poteries, ainsi que chauffage par hypocauste : équipe- ment de chauffage par le sol).

par hypocauste : équipe- ment de chauffage par le sol). Explique à l’aide du schéma le

Explique à l’aide du schéma le fonctionnement du chauffage par hypocauste :

Le chauffage est alimenté par un feu extérieur dont les fumées chaudes circulent dans l’épaisseur

des murs et les sols, avant de s’échapper par des cheminées.

murs et les sols, avant de s’échapper par des cheminées. «Au cours des II e et

«Au cours des II e et I er siècles av. J.-C., les Romains envahirent le bassin méditerranéen ; leur puissance était énor- me. C’est Jules César, un général romain, qui s’empara de la Gaule après de sanglants combats (58-51 av. J.-C.) et la défaite d’un jeune chef gaulois : Vercingétorix (52 av. J.-C.). L’Empire romain s’étendit dès lors jusqu’au Rhin et entra dans une longue période de sérénité : la Pax Romana. »

30

Le propriétaire habitait le bâtiment principal ; derrière ce bâtiment se trouvaient ceux du personnel,
Le propriétaire habitait le bâtiment principal ; derrière ce bâtiment se trouvaient ceux du personnel,
les étables, les greniers à foin et les ateliers. Les réserves d’eau proches de la villa servaient à donner à
boire au bétail, à laver la laine et à travailler le cuir.
Colorie sur le dessin la villa urbana en rouge et la villa rustica en vert.
1. Réserves d’eau
5.
Réserve
2. Entrée principale à colonnes
6.
Cave en croix
3. Salle de réception
7.
Salle à manger
4. Jardin entouré de galeries
8.
Cuisine
4
8
4
5
4
3
7
4
2
1
1
6
4
8
5
4
7
4
3
1
4
2
6
1
Séquence 1

Reconstitution d’une villa romaine à Haccourt, III e siècle

Et aujourd’hui ?

- Quels

sont

les

éléments

exploités actuellement ?

architecturaux

(style, matériaux, techniques…)

qui

restent

encore

On utilise encore la tuile pour les toits et la brique pour les murs.

Les espaces de vie sont délimités (cuisine, salle à manger) et les caves sont encore présentes.

Séquence 1

Séquence 1 32 3.3 L’habitat au Moyen Âge a) Le développement des villes Sur le plan

32

3.3 L’habitat au Moyen Âge

a) Le développement des villes

Sur le plan de Louvain :

Le plan d’une ville médiévale

À partir du X e siècle, de nombreuses villes se développent. Plusieurs causes expliquent l’essor de ces vil- les au Moyen Âge : dès la fin des invasions, on vit une amélioration des voies de communication et des moyens de transport, ce qui permit la reprise du grand commerce sur terre et sur mer ; de plus, la ville attire des paysans qui, en surnombre, se transforment en artisans et d’autres personnes qui espèrent y trouver une nouvelle source de richesse.

La ville médiévale était entourée d’un rempart pour se protéger.

- Surligne en rouge les remparts.

- Colorie les zones non bâties à l’intérieur de l’enceinte.

les zones non bâties à l’intérieur de l’enceinte. Louvain Au Moyen Âge, on privilégie, pour l’implantation

Louvain

Au Moyen Âge, on privilégie, pour l’implantation d’une ville, un site présentant à la fois des moyens naturels de défense (cours d’eau, colline…) et une circulation et des échanges aisés (routes, cours d’eau navigables…).

b) La rue typique du paysage médiéval

L’habitat dans les villes médiévales est très caractéristique. Les rues médiévales sont formées de deux plans inclinés qui servent à l’évacuation des eaux et des saletés vers un caniveau central : un véritable égout à ciel ouvert. Lors de fortes pluies, les rares routes pavées deviennent glissantes et dangereuses tandis que les rou- tes de terre se transforment en chaussées boueuses et sales qui retardent le passage des chariots, des animaux et des hommes.

le passage des chariots, des animaux et des hommes. « Les grandes invasions débutèrent au troisième

« Les grandes invasions débutèrent au troisième siècle de notre ère quand des peuples venant du Nord et de l’Est (Les Francs, Les Huns, les Germains, etc.) envahirent et pillèrent l’Empire romain. »

Les maisons du Moyen Âge étaient caractérisées par :

1 2 un pignon sur rue : la forme triangulaire du toit donnant sur la
1
2
un pignon sur rue : la forme triangulaire du toit donnant sur la rue ;
un encorbellement : la construction en saillie d’une habitation pour éviter que les eaux de pluie ne
coulent le long de la façade ;
3
le colombage : technique de construction où la charpente en bois était apparente et les vides com-
blés par du torchis.
Retrouve les caractéristiques des maisons médiévales sur le schéma suivant et places-y les
numéros correspondants.
1
3
2
Séquence 1

Eghiseim (Alsace)

L’état des rues était tel que les villes durent prendre des mesures de salubrité publique :

«Chacun gardera à l’intérieur de sa maison les ordures en provenance de celle-ci et les fera enlever à ses propres frais. Chacun balaiera la boue qui vient d’elle-même hors de la rigole jusqu’à quatre pieds sur la rue devant sa façade ; la ville la fera ensuite enlever. Celui qui jette dans la Senne des plantes potagères, des débris ou des ordures, sera condamné à 20 escalins s’il le fait de jour, à 40 s’il le fait de nuit. »

Extrait de l’ordonnance de la ville de Bruxelles, 1341

- Quelles sont les trois mesures prises par la ville pour réduire l’insalubrité ?

Obligation de garder ses ordures chez soi.

Obligation de balayer la boue devant sa maison.

Interdiction de jeter des ordures dans la Senne.

- Selon toi, pourquoi l’amende est-elle plus élevée pour un délit commis la nuit ?

Car, la nuit, on tente de se cacher, la fraude est plus grande.

33

Artis Historia

Wikimedia

©

©

Distinguons les deux types d’habitat présents dans les villes au Moyen Âge. • Les maisons
Distinguons les deux types d’habitat présents dans les villes au Moyen Âge.
Les maisons populaires
Les maisons populaires étaient construites en matériaux périssables : bois et torchis avec un toit de
paille présentant un risque d’incendie important. Elles ne comptaient bien souvent qu’une ou deux
pièces et un petit grenier. Certaines possédaient un atelier au rez-de-chaussée. Elles étaient souvent
cantonnées à la périphérie des villes, dans les arrière-cours ou au fond des impasses. Leurs occupants
n’avaient pas les moyens de bien les entretenir.
Séquence 1
© Musée Mayer van den Bergh. Antwerpen
© Musée Mayer van den Bergh. Antwerpen

• Les maisons bourgeoises

Elles étaient appelées ainsi car la majorité des citadins (les habitants du bourg) habitaient de telles maisons. Les maisons bourgeoises du XII e et XIV e siècle sont dites polyvalentes et répondent à deux fonctions dominantes : résidentielle et commerciale. Le rez-de-chaussée accueille les locaux professionnels et s’ouvre largement sur la rue : le magasin. Les niveaux supérieurs sont exclusivement réservés au logement. Un escalier directement accessible depuis la rue ou la cour assure l’autonomie du logement.

depuis la rue ou la cour assure l’autonomie du logement. 34 Alsace (Colmar) Rue Haute (Bruxelles)

34 Alsace (Colmar)

la rue ou la cour assure l’autonomie du logement. 34 Alsace (Colmar) Rue Haute (Bruxelles) Boutique

Rue Haute (Bruxelles)

la rue ou la cour assure l’autonomie du logement. 34 Alsace (Colmar) Rue Haute (Bruxelles) Boutique

Boutique au XV e siecle

Complète le tableau comparatif des maisons populaires et bourgeoises. Les maisons populaires Les maisons bourgeoises
Complète le tableau comparatif des maisons populaires et bourgeoises.
Les maisons populaires
Les maisons bourgeoises
 Commerçants
 Artisans
 Matériaux périssables
 Matériaux durables
 Grande taille
 Taille modeste
Les ateliers
Le magasin
 Rez-de-chaussée :
 Rez-de-chaussée :
 Fumées évacuées par la fenêtre
 Fumées évacuées par la cheminée
Peu élevé
Élevé
 Niveau social :
 Niveau social :
Et aujourd’hui ?
- Quels
sont
les
éléments
architecturaux
(style, matériaux, techniques…)
qui
restent
encore
exploités actuellement ?
On peut toujours observer des maisons avec pignon sur rue et avec étages.
Séquence 1

Le colombage est toujours utilisé dans certaines régions (par exemple : en Alsace).

3.4 L’habitat lors de la Révolution industrielle

L’habitat ouvrier

La façade étroite présente deux travées et deux niveaux. La brique omniprésente laisse rarement place à des matériaux plus onéreux. Ces habitations étaient toutes construites selon un plan standard (5 mètres sur 8), ce qui permettait de faire baisser les coûts de production. Serrées les unes contre les autres, elles ne disposaient que de peu d’espace et ne jouissaient pas, la plupart du temps, de la moindre installation sanitaire. La répétition de cette façade a donné naissance aux corons.

répétition de cette façade a donné naissance aux corons. Source : GRIMMEAU J.-P. et ISTAZ D.,
répétition de cette façade a donné naissance aux corons. Source : GRIMMEAU J.-P. et ISTAZ D.,

Source : GRIMMEAU J.-P. et ISTAZ D., Itinéraires du pa- trimoine résidentiel bruxellois, Bruxelles, Hommes et paysages, Société Royale Belge de Géographie, 1991, p 13, dans CEFOGEO, L’urbanisation industrielle.

35

- Ce type d’habitation correspond-il encore aux besoins actuels ? Justifie ta réponse. Non, car
-
Ce type d’habitation correspond-il encore aux besoins actuels ? Justifie ta réponse.
Non, car il y a trop peu de pièces pour accueillir une famille et il manque des installations sanitaires.
La plupart de ces habitations, construites au début du siècle, sont encore habitées actuellement par
des gens de condition modeste. Elles sont souvent mal adaptées aux besoins du confort moderne (iso-
lation, sanitaires…).
La construction de ces maisons date pour la plupart du XIX e siècle.
Mais pour quelle raison a-t-on construit ce type d’habitations ?
Séquence 1

Les patrons avaient la mainmise sur toute l’économie à cette époque. Au XIX e siècle, chaque nouvel établissement industriel commandait l’apparition d’un quartier d’habitations ouvrières. Les longues journées de travail et les déplacements à pied rendaient nécessaire l’imbrication du logement ouvrier et des usines. La forte demande en logements, provoquée par cet accrois- sement de population, fut résolue de deux manières : à côté des quelques maisons bâties par les ouvriers prirent place la spéculation du logement locatif et l’édification de corons, souvent réalisée par les sociétés de charbonnages au profit des patrons.

- Après lecture du texte, donne une définition du terme « corons ».

Ce sont des maisons, louées par des ouvriers. Elles se situent à proximité du lieu de travail.

- Pourquoi ont-ils été construits ?

Car il y avait une forte demande et ces habitations permettaient de diminuer les déplacements

entre le logement et le lieu de travail.

- Pourquoi ces logements rapportaient-il aux patrons ?

Car ces logements étaient la propriété des patrons, qui percevaient l’argent de la location que leur

donnaient les ouvriers.

36

de la location que leur donnaient les ouvriers. 36 « La Révolution industrielle s’est développée dans

« La Révolution industrielle s’est développée dans le courant du XIX e siècle. Elle se caractérise par le passage d’une société agraire à une société industrielle : invention des machines, naissance des grandes industries, utilisation de nouvelles énergies. »

Retrouve et colorie, sur les images suivantes,

 L’habitat du patron en vert  Les corons en rouge  Les industries en
 L’habitat du patron en vert
 Les corons en rouge
 Les industries en bleu
Tu peux t’aider du plan.
Séquence 1

Charbonnages de la Société de Bois-du-Luc, lithographies de Canelle publiées dans La Belgique industrielle, t. I et II, Bruxelles,1854, pl. 64 et 134.

industrielle, t. I et II, Bruxelles,1854, pl. 64 et 134. Source : Découvrir une région :

Source : Découvrir une région : le Centre, Écomusée régional du Centre, 1996, p. 22.

Et aujourd’hui ?

- Quels

sont

les

éléments

exploités actuellement ?

architecturaux

(style, matériaux, techniques…)

qui

restent

encore

Actuellement, ces maisons sont encore habitées, mais elles ont subi des améliorations (entre autres

sanitaires) et des agrandissements.

37

Séquence 1

Séquence 1 38 le grenier ou la grange des oppida torchis, bois, chaume l’habitat autarcie hypocauste

38

le grenier ou la grange

des oppida

torchis, bois, chaume

l’habitat

autarcie

hypocauste

urbana. C’est l’habitation des riches propriétaires.

rustica. C’est la partie réservée aux serviteurs et aux bâtiments agricoles.

Le pignon sur rue

L’encorbellement

Le colombage

bourgeoises

villes

XIX e

rapprocher les ouvriers de leur lieu de travail.

L’encorbellement Le colombage bourgeoises villes XIX e rapprocher les ouvriers de leur lieu de travail.

Séquence 1

3. Et si

on habitait différemment

Séquence 1 3. Et si on habitait différemment Nous venons de travailler un chapitre où l’on

Nous venons de travailler un chapitre où l’on a développé la notion d’habitat.

L’habitat est soit rural soit urbain, les maisons sont actuelles ou marquées par le passé, elles sont

unifamiliales ou communes devrions tenir compte ?

Mais n’existe-t-il pas d’autres possibilités, d’autres éléments dont nous

Voici une petite interview de Monsieur J. Vansteen, architecte. Repères : Monsieur Vansteen vous êtes
Voici une petite interview de Monsieur J. Vansteen, architecte.
Repères : Monsieur Vansteen vous êtes
architecte depuis vingt ans. Quelles sont les
grandes avancées techniques que vous avez
vécues ?
Vansteen : Les matériaux employés dans
la construction sont devenus de plus en
plus respectueux de l’environnement. Un
soin particulier a été porté au niveau de
l’isolation et les structures en bois sont
devenues « monnaie courante ».
R : Quels sont les progrès que vous attendez ou espérez voir pour les vingt ans à venir ?
V : La maison devra être la plus autonome possible au niveau énergétique. Pour ce faire, les ma-
tériaux existants devront diminuer de prix et être intégrables entre eux.
R : Vous pensez à quoi ?
V : Les panneaux photovoltaïques devront être intégrés au triple vitrage et le chauffage des habi-
tations devra passer par des énergies durables et douces comme la géothermie par exemple.
La simple implantation intelligente de la maison permet de diminuer sensiblement les coûts (baie
vitrée et soleil sont de bons amis). La toiture végétale est un excellent régulateur thermique.
Le recyclage des eaux usées et la chaleur de la biomasse sont des opportunités.
Comme vous le voyez, il y a encore du boulot mais les solutions existent, à nous de les privilégier.
© MDW Architecture
existent, à nous de les privilégier. © MDW Architecture D’autres architectes ont des visions beaucoup plus

D’autres architectes ont des visions beaucoup plus grandioses et parfois beaucoup plus utopistes.

© Vincent Callebaut Architectures - www.vincent.callebaut.org
© Vincent Callebaut Architectures - www.vincent.callebaut.org
© Vincent Callebaut Architectures - www.vincent.callebaut.org
© Vincent Callebaut Architectures - www.vincent.callebaut.org

Pour faire face à la montée des eaux, l’architecte belge Vincent Callebaut a imaginé ce concept de ville flottante baptisée Lilypad. Cette ville en forme de nénuphar est censée pouvoir accueillir 500.000 habitants ; de plus, elle ne devrait produire aucune pollution et s’auto-alimenter en énergie grâce aux panneaux solaires, aux éoliennes et aux marées.

39

akdn

akdn

©

©

Palm Island (Dubaï) – Cette île artificielle en forme de palmier géant prévoit d’abriter près
Palm Island (Dubaï) – Cette île artificielle en forme de palmier géant prévoit d’abriter près de 500
appartements, 2.000 villas, 25 hôtels et 200 boutiques de luxe. Cent vingt-cinq kilomètres de côtes
supplémentaires seront ainsi créés : un projet où mégalomanie, mépris de l’environnement et spécu-
lation se côtoient.
Séquence 1
Image © 2004 Orient Planet

L’architecture de demain ?

1 Image © 2004 Orient Planet L’architecture de demain ? Article basé sur : Architecture :
1 Image © 2004 Orient Planet L’architecture de demain ? Article basé sur : Architecture :

Article basé sur : Architecture : Retour aux sources tiré du Point datant du 17 mai 2005.

Nader Khalili est un architecte d’origine iranienne, diplômé de Californie et devenu citoyen américain. Jusque dans les années 70, il faisait des gratte-ciel, travaillant essentiellement aux USA, jusqu’au jour où il eut une « révélation » sur la nature. À partir de ce moment-là, il développa une technique pour construire une maison, faite de sable ou de terre, puisée directement et seulement sur les lieux.

Ces maisons ne coûtent presque rien, 90.000 dollars en tout, le plus cher étant les fenêtres et les équipements ménagers. Elles ne brûlent pas, résistent aux ouragans et aux tremblements de terre.

La technique de construction consiste à prélever la terre sur place. Les murs se composent de sacs de terre empilés les uns sur les autres et attachés avec du fil barbelé, en formant des arcs. Ils sont recou- verts d’une nouvelle couche de terre et, pour finir, le tout est brûlé de l’intérieur.

En plus d’être des maisons totalement propres – l’énergie est fournie par des panneaux solaires et des éoliennes –, elles sont esthétiques.

Ces maisons intéressent le P.N.U.D. (Programme des Nations Unies pour le Développement), pour aider des réfugiés victimes de catastrophes naturelles, ainsi que la NASA.

40

http://www.calearth.org/cvillage/cvillage.htm