Vous êtes sur la page 1sur 257

COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE COURS DE SENSIBILISATION EN EMC/EMI THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-in-Confidence
COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE COURS DE SENSIBILISATION EN EMC/EMI THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-in-Confidence

COURS DE SENSIBILISATION EN EMC/EMI

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-in-Confidence

COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE COURS DE SENSIBILISATION EN EMC/EMI THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-in-Confidence
Cours de sensibilisation en EMC/EMI 0 - SOMMAIRE 0 – SOMMAIRE
Cours de sensibilisation en EMC/EMI
0 - SOMMAIRE
0 – SOMMAIRE ………………………………………………………………………………………………Page 002
1 – INTRODUCTION ………………………………………………………………………………………
Page
005
1.1 - Généralités et approche de la CEM ………………………………………………
Page
005
1.2 - Définitions et abréviations……………………………………………………………Page 006
1.3 - Scénario et Classification des perturbations……………………………………
Page
008
1.4 - Unités naturelles et pratiques………………………………………………………
Page
011
1.5 - Représentation temps-fréquence …………………………………………………
Page
016
1.6 - Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde…
Page
024
2 - SITUATIONS DE PERTURBATIONS …………………………………………………………………Page 044
2.1 - Situations d’interférences ……………………………………………………………Page 044
2.2 - Notions de marge en CEM ……………………………………………………………Page 045
2.3 - Perturbations Bande Etroite, Bande Large ……………………………………….Page 046
2.4 - Les émetteurs intentionnels …………………………………………………………Page 049
2.5 - Notions de Terre et de Masse ……………………………………………………….Page 052
2.6 - Décharges électrostatiques ………………………………………………………….Page 053
2.7 - Les surtensions de manœuvre ……………………………………………………
Page
057
2.8 - Impulsion Electromagnétique Nucléaire (IEMN) …………………………………Page 059
2.9 - La Foudre ……………………………………………………………………………….Page 064
2.10 - Comparaison des impulsions isolées ……………………………………………Page 071
TUS
0SAS
EL ES//4
2NCE/
BG01
2
2

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

071 TUS 0SAS EL ES//4 2NCE/ BG01 2 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

 

Cours de sensibilisation en EMC/EMI

  Cours de sensibilisation en EMC/EMI
 

0 - SOMMAIRE

   

3 – LES SITUATIONS DE COUPLAGE …………………………………………………………………

Page

076

 

3.1 - Couplage ………………………………………………………………………………

Page

076

3.2 - Modes de transmission en conduction ……………………………………………Page 077

3.3 - Couplage par impédance commune ……………………………………………….Page 078

3.4 - Couplage par diaphonie capacitive ………………………………………………

Page

079

3.5 - Couplage par diaphonie inductive ………………………………………………….Page 080

3.6 - Couplage champ à fil ………………………………………………………………….Page 081

3.7 - Couplage champ à boucle ……………………………………………………………Page 082

3.8 - Remèdes de réductions du CMD ……………………………………………………Page 083

3.9 - Remèdes de réduction du MC ……………………………………………………….Page 084

4 - METHODOLOGIE DE TRAITEMENT CEM …………………………………………………………

Page

085

4.1 Méthodologie de l’approche CEM ……………………………………………………Page 085

4.2 Les différentes techniques de protections …………………………………………Page 086

4.3 Théorie de la faradisation ……………………………………………………………

Page

087

4.4 Concepts de blindage …………………………………………………………………

Page

089

4.5 Les techniques de filtrage ……………………………………………………………

Page

102

4.6 Protection contre les transitoires …………………………………………………….Page 113

4.7 Coffrets, Blindages ……………………………………………………………………

Page

118

4.8 Interconnexions entre coffrets ………………………………………………………

Page

128

4.9 Règles de conception blocs d’alimentations ………………………………………Page 138

3
3

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

………………………………………Page 138 3 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
Cours de sensibilisation en EMC/EMI 0 - SOMMAIRE 4.10 Règles de conception cartes et fonds
Cours de sensibilisation en EMC/EMI
0 - SOMMAIRE
4.10 Règles de conception cartes et fonds de paniers ……………………………….Page 149
5 - TECHNIQUES DE MESURES EN CEM ou EMC /EMI ……………………………………………
Page
155
5.1 Classification des équipements ………………………………………………………Page 155
5.2 Mesures de perturbation ……………………………………………………………….Page 157
5.3 Mesure d’immunité ……………………………………………………………………
Page
181
5.4 Les documents d'essais et de conformité ………………………………………….Page 200
5.5 Organisation CEM d'un développement …………………………………………….Page 205
5.6 Résumé des essais et des mesures …………………………………………………Page 209
6 – EXIGENCES NORMATIVES …………………………………………………………………………
Page
210
6.1 Aspects normatifs dans le domaine civil …………………………………………
Page
210
6.2 Règles de marquage CE ………………………………………………………………
Page
233
6.3 Aspects normatifs domaine militaire ………………………………………………
Page
241
TUS
0SAS
EL ES//4
2NCE/
BG01
4
4

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

Page 241 TUS 0SAS EL ES//4 2NCE/ BG01 4 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1-1 Généralités et approche de la CEM

1 - INTRODUCTION 1-1 Généralités et approche de la CEM POURQUOI S ’INTERESSER A LA CEM

POURQUOI S ’INTERESSER A LA CEM ? Les BRUITS et INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES sont des problèmes:

COMPLEXES

A CROISSANCE EXPONENTIELLE

D ’ACTUALITE

La CEM concerne les systèmes de matériels au sens large:

CEM INTERSYSTEME (Ex: interférences entre un avion et un émetteur au sol),

CEM INTRASYSTEME (interférences entre deux équipements appartenant à un même système),

CEM DE MATERIEL (Interférences à l ’intérieur d ’un même équipement).

CONSEQUENCES EVOLUTION DES NORMES VERS PLUS DE SEVERITE:

RISQUES pour les ESSAIS DE QUALIFICATION

CONCURRENCE ETRANGERE:

RISQUES pour les MATERIELS EXPORT

BARRIERE DES NORMES

OUVERTURE DU MARCHE EUROPEEN

EVOLUTION DES PROTECTIONS

RISQUE DE RETARD TECHNOLOGIQUE

PERTE DE SAVOIR FAIRE

CONCLUSION

SENSIBILISATION DE LA HIERACHIE, DES CONCEPTEURS ET DES CLIENTS

MOYENS MATERIELS ET EXPERTS NECESSAIRES

5
5

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

ET DES CLIENTS MOYENS MATERIELS ET EXPERTS NECESSAIRES 5 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 2 Définitions et abréviations

1 - INTRODUCTION 1- 2 Définitions et abréviations CEM : COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE EMC : ELECTROMAGNETIC

CEM : COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE EMC : ELECTROMAGNETIC COMPATIBILITY

La CEM est la condition qui prévaut lorsque l ’équipement accomplit la fonction qui lui est dévolue dans un environnement électromagnétique commun, sans causer ni subir de dégradation inacceptable due à un brouillage électromagnétique involontaire ou à d’autres appareils du même environnement (GAM T19).

IEM: INTERFERENCE ELECTROMAGNETIQUE EMI: ELECTROMAGNETIC INTERFERENCE

Mesure du niveau de perturbation émis par un matériel ou de sa susceptibilité aux perturbations.

IEMN: IMPULSION ELECTROMAGNETIQUE D ’ORIGINE NUCLEAIRE EMP, NEMP: NUCLEAR ELECTROMAGNETIC PULSE

Phénomène électromagnétique impulsionnel qui apparaît lors d ’explosions nucléaires à haute altitude.

DES: DECHARGES ELECTROSTATIQUES ESD: ELECTROSTATICS DISCHARGES

Phénomène impulsionnel ambiant dû à l ’accumulation de charges électriques.

FOUDRE:

LIGHTNING:

Phénomène naturel atmosphérique de décharge électrique dû à l ’accumulation de charges dans les nuages.

IFR: INTERFERENCES RADIO-ELECTRIQUES RFI: RADIO-FREQUENCY INTERFERENCES

Situations d ’interférences électromagnétiques dues aux émetteurs radio.

6
6

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

d ’interférences électromagnétiques dues aux émetteurs radio. 6 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 2 Définitions et abréviations

1 - INTRODUCTION 1- 2 Définitions et abréviations E 3 = EEE ELECTROMAGNETIC ENVIRONMENTAL EFFECTS

E 3 =

EEE ELECTROMAGNETIC ENVIRONMENTAL EFFECTS EFFETS DE L ’ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE

EMS :

ELECTROMAGNETIC SUCEPTIBILITY SUSCEPTIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

EMV:

ELECTROMAGNETIC VULNERABILITY VULNERABILITE ELECTROMAGNETIQUE

EOS:

ELECTICAL OVERSTRESS SURCHARGES ELECTRIQUES

HERF:

HAZARDS OF ELECTROMAGNETIC RADIATIONS TO FUEL DANGERS DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES POUR LES CARBURANTS

HERO:

HAZARDS OF ELECTROMAGNETIC RADIATIONS TO ORDNANCE DANGERS DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES POUR LE MATERIEL (Mil.)

HERP:

HAZARDS OF ELECTROMAGNETIC RADIATIONS TO PERSONNEL DANGERS DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES POUR LE PERSONNEL

RADHAZ:

RADIATIONS HAZARDS RISQUES LIES AUX RADIATIONS

7
7

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

RADHAZ: RADIATIONS HAZARDS RISQUES LIES AUX RADIATIONS 7 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 3 Scénario et Classification des perturbations

1- 3 Scénario et Classification des perturbations SOURCE COUPLAGE VICTIME E ( ω ) Emission A
SOURCE COUPLAGE
SOURCE
COUPLAGE

VICTIME

SOURCE COUPLAGE VICTIME E ( ω ) Emission A ( ω ) Atténuation N ( ω

E (ω)

Emission

A (ω)

Atténuation

N (ω)

Bruit

- Emetteur hertzien

- Phénomènes naturels

Foudre Electrostatique Rayonnements cosmiques

- EMP, IEMN

- DES

- Oscillateurs locaux

- Ordinateurs

- Relais, contacteurs,

- Lignes d’énergies

- Allumages des véhicules

- Appareils HF industriels

- Appareils médicaux

- Couplage par les câbles

- Coupkage par les cartes

- Carte à châssis

- Impédance commune

- Blindage

- Diaphonie

- Désadaptation d ’impédance

- Propagation

- Ecrêtage

- Filtrage

- Récepteur

- Ordinateurs

- Périphériques

- Capteurs

- Amplis analogiques

- Appareils médicaux

- Munitions

- Carburants

- Êtres vivants (danger biologique)

8
8

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

- Munitions - Carburants - Êtres vivants (danger biologique) 8 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 3 Scénario et Classification des perturbations

1- 3 Scénario et Classification des perturbations TYPES EMISSIONS RECEPT ION PROPAGATION CONSEQUENCES

TYPES

EMISSIONS

RECEPT ION

PROPAGATION

CONSEQUENCES

INTER

SYSTEME

NATURELLES

INTRA SYSTEME

ESSENTIELLES

DANS LA BANDE

PAR MODE CONDUIT PAR MODE RAYONNE

DE MATERIEL

PARASITES

HORS BANDE

DEGRADAT ION DES PERFORMANCES ARRET T EMPORAIRE DE FONCT IONNEMENT DESTRUCTION DE L'EQUIPEMENT DANGEREUSE

CEM INTER SYSTEME : Tient compte du déploiement réel du système et doit garantir que le système et les autres systèmes existants partageant la (les) même(s) sous-bandes de fréquences, seront en mesure de cohabiter, sans causer ni subir de dégradation.

CEM INTRA SYSTEME : Concerne le CEM des systèmes faisant partie d ’installations ou de plates-formes importantes (navires, aéronefs,…) et a pour but de réduire à un niveau acceptable les brouillages entre systèmes co-implantés et par conséquent d ’éviter toute détérioration de leurs performances.

CEM DE MATERIEL : Concerne la CEM des sous-ensembles constituant un matériel

donné (baies, coffrets, cartes, rack, sous-ensemble.

)

et a pour but d ’assurer le bon fonctionnement du

9
9

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

) et a pour but d ’assurer le bon fonctionnement du 9 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 3 Scénario et Classification des perturbations

1- 3 Scénario et Classification des perturbations CE = Conducted Emission (Emission par conduction) CS =
1- 3 Scénario et Classification des perturbations CE = Conducted Emission (Emission par conduction) CS =
CE = Conducted Emission (Emission par conduction) CS = Conducted Susceptibility (Susceptibilité par conduction) RE
CE = Conducted Emission (Emission par conduction)
CS = Conducted Susceptibility (Susceptibilité par conduction)
RE = Radiated Emission (Emission par rayonnement)
RS = Radiated Susceptibility (Susceptibilté par rayonnement)
Optic Eth 100 to Tactical Network
RXU
SPU
INTER
RXU Control
SYSTEM
Optic FC Link
Diaphonie
Audio to Intercom
Audio to NNLBTC box H
Optic FC Link
Conf RS422
CE
Alim
Alim
RU
CS
TSCU
PU
RE
Alim
INTRA
SYSTEM
Alim
RE
RS
RS
THALES UNDERWATER SYSTEMS
Commercial-In-Confidence
10
10

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 4 Unités naturelles et pratiques

1 - INTRODUCTION 1- 4 Unités naturelles et pratiques 1.4.1 - UNITES NATURELLES V A V/m

1.4.1 - UNITES NATURELLES

V A V/m T ou A/m W W/m²

=> Tension (Volt) => Courant (Ampère) => Champ électrique E => Champ magnétique (Tesla ou Ampère par mètre) H => Puissance (Watts) => Densité de puissance (Watts par mètre carré)

1 A/m 1 TESLA

Comme B = μ0 H = 4π 10 -7 H on à:

= Unité de champ magnétique H = 10 4 GAUSS = Unité d ’induction magnétique B

1 TESLA = 10 4 GAUSS = 1/4 π 10 -7 = 80 10 4 A/m

1 GAUSS = 80 A/m

11
11

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

GAUSS = 1/4 π 10 - 7 = 80 10 4 A/m 1 GAUSS = 80

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 4 Unités naturelles et pratiques

1 - INTRODUCTION 1- 4 Unités naturelles et pratiques 1.4.2 - UNITES PRATIQUES EN CEM V

1.4.2 - UNITES PRATIQUES EN CEM

V

=> μV

A

=> μA

V/m

=> μV/m

T

=> pT

A/Hz

=> μA/MHz

V/m/Hz => μV/m/MHz

On utilise la notion de dB au dessus d ’une référence:

Gain en amplitude (dB) = 20 Log V / Vo (Vo ref. de tension)

Gain en puissance (dB) = 10 Log P / Po (Po ref. de puissance)

μV μA

=> X dB μV => X dB μA

=> X dB au dessus du micro Volt => X dB au dessus du micro Ampère

μV/m

=> X dB μV/m

=>

«

pΤ

=> X dB pT

=>

«

μA/MHz

=> X dB μA/MHz

=>

«

μV/m/MHz

=> X dB μV/m/MHz =>

«

12
12

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

« μ V/m/MHz => X dB μ V/m/MHz => « 12 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

13
13
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 4 Unités naturelles et pratiques

1 - INTRODUCTION 1- 4 Unités naturelles et pratiques • On utilise la notion de dBm

On utilise la notion de dBm (X dB au dessus du milliwatt)

1 W = 30 dBm

En puissance on a P = U²/R = UI = ZI² avec Z = 50 Ω et U en μV:

U = (0.001x50) 1/2 = (- 60 dBW + 34 dB) / 2 = - 13 dBV = -13 + 120 = 107 dBμV

OdBm = 107 dBμV = 1mW (107 dBμV donnent 1mW dans 50 Ω)

En tension U = ZI:

1 dB μV = dB μA + 34 dB

L’utilisation des représentations logarithmiques permet d’obtenir une grande dynamique (qq μV à des KV en ordonnées et du Hz au GHz en abscisse).

V 5 V 1 V Freq 10 Hz 50 Hz
V
5 V
1 V
Freq
10 Hz
50 Hz

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Log V 1 V 1 mV Freq 1 μV 1 Hz 1 KHz 1 MHz
Log V
1 V
1 mV
Freq
1 μV
1 Hz
1 KHz
1 MHz
Commercial-In-Confidence
Freq 10 Hz 50 Hz THALES UNDERWATER SYSTEMS Log V 1 V 1 mV Freq 1

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

14
14
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 4 Unités naturelles et pratiques

1 - INTRODUCTION 1- 4 Unités naturelles et pratiques Voltage or     Voltage or  

Voltage or

   

Voltage or

   

curre nt

Pow e r ratio

dB

current

Power ratio

dB

ratio

ratio

1

1

0

1

1

0

1,02

1,04

0,2

0,98

0,96

-0,2

1,04

1,08

0,3

0,96

0,92

-0,4

1,07

1,14

0,6

0,93

0,86

-0,6

1,1

1,21

0,8

0,9

0,81

-0,9

1,15

1,32

1,2

0,87

0,76

-1,2

1,2

1,44

1,6

0,85

0,72

-1,4

1,3

1,69

2,3

0,8

0,64

-1,9

1,4

1,96

2,9

0,75

0,56

-2,5

1,5

2,25

3,5

0,7

0,49

-3,1

1,6

2,56

4,1

0,65

0,42

-3,7

1,7

2,89

4,6

0,6

0,36

-4,4

1,8

3,24

5,1

0,55

0,3

-5,2

1,9

3,61

5,6

0,5

0,25

-6

2

4

6

0,48

0,23

-6,4

2,2

4,84

6,8

0,45

0,2

-6,9

2,4

5,76

7,6

0,43

0,18

-7,3

2,5

6,25

8

0,4

0,16

-8

2,6

6,76

8,3

0,38

0,14

-8,4

2,8

7,84

8,9

0,35

0,12

-9,1

3

9

9,5

0,33

0,11

-9,6

3,25

10,6

10,2

0,3

0,09

-10,5

3,5

12,3

10,9

0,28

0,078

-11,1

3,75

14,1

11,5

0,26

0,068

-11,7

4

16

12

0,24

0,058

-12,4

4,5

20,3

13,1

0,22

0,048

-13,2

5

25

14

0,2

0,04

-14

5,5

30

14,8

0,18

0,032

-14,9

6

36

15,6

0,17

0,029

-15,4

6,5

42,3

16,3

0,15

0,023

-16,5

7

49

16,9

0,14

0,02

-17,1

7,5

56,3

17,5

0,13

0,017

-17,7

8

64

18,1

0,12

0,014

-18,4

9

81

19,1

0,11

0,012

-19,2

10

100

20

0,1

0,01

-20

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

0,11 0,012 -19,2 10 100 20 0,1 0,01 -20 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 4 Unités naturelles et pratiques

1.4.3 - EXERCICES

A - Calculez

200μV en dBμV ? ……………………

1

Volt en dBV ?………………………

1

Volt en dBμV ?……………………….

3

Volt/mètre en dB V/m ?………………

10

Volt/mètre en dBμV/m ?……………

66

dBμV en μV ?……………………….

-20dB V en μV et en V ?………………

90 dBμΑ/m en μΑ/m ?…………………

0 dBV en μV ?…………………………

B – Calculez la puissance référence 1 mW en dBm de 1 μV et 1 μΑ dans 50 Ω

C – Calculez la correspondance entre 100 dBpT et:

L’expression en Gauss de B…………. L’expression en Tesla de B………… L’expression en A/m de B……………

15
15

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

en Tesla de B………… L’expression en A/m de B…………… 15 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
en Tesla de B………… L’expression en A/m de B…………… 15 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

1.5.1 - NATURE DES SIGNAUX

Les signaux rencontrés en CEM sont issus des courants de circulation SUR et DANS les structures de matériels, qui assurent une fonction déterminée, par couplage en mode conduit ou en mode rayonné. Ces signaux peuvent avoir une très grande dynamique en fréquence et en amplitude. Pour garantir le bon fonctionnement des systèmes ces signaux doivent être traités tout en sachant le type d’informations qu’ils contiennent:

Signaux sinusoïdaux entretenus, de bruit, impulsionnels, périodiques,….

1.5.2 - ANALYSE DES SIGNAUX

L’analyse des signaux de CEM est identique aux techniques d’analyses générales des signaux connus. On retrouve l’approche classique de Transformée de Fourrier et de Série de Fourrier:

DOMAINE TEMPOREL

Dt

DOMAINE FREQUENCIEL

Df

SF (Série de Fourrier)

Dt DOMAINE FREQUENCIEL Df SF (Série de Fourrier) TF (Transformée de Fourrier) x(t) . y(t) X(f)

TF (Transformée de Fourrier)

x(t) . y(t)

X(f) * Y(f)

1.5.3 - REPRESENTATION DES SIGNAUX PHYSIQUES

• Représentation temporelle

=> s(t)

• Représentation fréquentielle

=> S(f)

TF

TF -1

S(f)• Représentation temporelle => s(t) • Représentation fréquentielle => S(f) TF TF - 1 s(t)

s(t)• Représentation temporelle => s(t) • Représentation fréquentielle => S(f) TF TF - 1 S(f)

16
16

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

fréquentielle => S(f) TF TF - 1 S(f) s(t) 16 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
fréquentielle => S(f) TF TF - 1 S(f) s(t) 16 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

A – SIGNAUX PERIODIQUES => SERIE DE FOURRIER • Approximation d’une fonction par une fonction
A – SIGNAUX PERIODIQUES => SERIE DE FOURRIER
• Approximation d’une fonction par une fonction ou une série de fonction (pas de rapport avec la notion
de spectre)
• A partir de la TF d’un signal périodique (relation directe avec la notion de spectre):
2πnx
j
• F(x) = CoΦo(x) + …… + CnΦn(x) la méthode consistant à choisir
Φn(x) = e
L
SF sous forme trigonométrique classique
s(t)
= ao
[
)]
+ ∑
ancos 2πnFot
(
)+
bn sin 2πnFot
(
n=1
1
To
+
ao =
To s(t)dt
2
To
2
2
To
+
an =
To s(t)cos 2πnFot dt
(
)
2
To
2
2
To
+
bn =
To s(t) sin 2πnFot dt
(
)
2
To
2
SF sous forme trigonométrique condensée ou sous forme exponentielle complexe
17
17

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

trigonométrique condensée ou sous forme exponentielle complexe 17 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
trigonométrique condensée ou sous forme exponentielle complexe 17 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

18
18
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

B – SIGNAUX APERIODIQUES => TRANSFORMEE DE FOURRIER

Pour les signaux apériodiques et de type impulsionnels on utilise la transformée de Fourrier donnée par la relation suivante:

+∞ − 2πjft TF directe S(f) = ∫ s(t)e dt −∞ +∞ 2πjft TF -1
+∞
− 2πjft
TF directe
S(f)
=
s(t)e
dt
−∞
+∞
2πjft
TF -1 inverse
s(t)
=
S(f)e
df
−∞
f(t)
F(f)
-To
+To
f(t)cos (2 π fot)
f0
f0
f(t)cos (2 π f1t)
f1
f1
f(t)cos (2 π f3t)
f3
f3
f
f
THALES UNDERWATER SYSTEMS
Commercial-In-Confidence
f0 f0 f(t)cos (2 π f1t) f1 f1 f(t)cos (2 π f3t) f3 f3 f f

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

C – SIGNAUX ALEATOIRES OU DE TYPE BRUIT INCOHERENT

Pour ces types de signaux ni la TF ni la SF n’existent et ils ne peuvent êtres traités qu’avec des outils statistiques ainsi qu’avec les notions d’auto-corrélation et de Densité Spectrale de Puissance (DSP). Les critères qui permettent de distinguer quel est le type de signal auquel on a affaire peuvent plus facilement s’exprimer dans l’espace des fréquences.

1.5.4 - APPAREILS UTILISES

Pour l’analyse temporelle des signaux, l’appareil idéal est l’oscilloscope, mais ce dernier est limité en fréquence (1 à 2 GHz) et en sensibilité (1 mV). L’oscilloscope est parfaitement adapté pour la capture et l’analyse des signaux transitoires à faible taux de répartition ou isolés. En fait l’appareil de mesure idéal doit posséder les caractéristiques suivantes:

- SENSIBILITE en Amplitude

- SELECTIVITE en Fréquence

- GRANDE DYNAMIQUE en Amplitude et en Fréquence

L’ANALYSEUR DE SPECTRE répond à toutes ces exigences pour la plupart des signaux rencontrés:

LES ANALYSEURS DE SPECTRE DE TYPE ANALOGIQUE SUPERHETERODYNE (Récepteur radio classique avec effet d’entonnoir (saturation) qui donne une représentation de l’amplitude « moyenne » ou « crête » en fonction de la fréquence LES MESUREURS DE CHAMP => Idem analyseur de spectre analogique sans effet d’entonnoir LES ANALYSEURS DE SPECTRES NUMERIQUES OU FFT => Calcul de vraie TF par FFT LES OSCILLOSCOPES NUMERIQUES => Adaptés aux mesures transitoires à faible temps de montée

19
19

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

=> Adaptés aux mesures transitoires à faible temps de montée 19 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
=> Adaptés aux mesures transitoires à faible temps de montée 19 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

1.5.5 – PRINCIPE DES ANALYSEURS DE SPECTRE A FFT

1 2 3 A D Synchro
1
2
3
A
D
Synchro

4

5

Tw

TwDES ANALYSEURS DE SPECTRE A FFT 1 2 3 A D Synchro 4 5 FFT An,

FFT

An,

P

Cn,

bn

ϕ n

6

1 : Filtre passe-bas anti-repliement (Anti-aliasing)

2 : Echantillonneur bloqueur (Sample and Hold)

3 : Convertisseur analogique / numérique (Analog / Digital Converter)

4 : « Fenêtrage » (Shape of Window « Windowing »)

5 : Processeur de FFT (FFT processor)

6 : Processeur arithmétique (Max hold, moyennage, RMS, etc )

Soit M échantillons Xk pondérés de la fenêtre Tw, pour 0 < n < M/2:

an =

bn =

2

+

M

1

Xk cos n

M

k

=

0

M

2

+

M

1

Xk sin n

M

k

=

0

M

2πk

2πk


cn = an² + bn² ⎛ bn ⎞ φn Arctg ⎜ = ⎟ ⎝ an
cn =
an² + bn²
⎛ bn ⎞
φn Arctg ⎜
=
an
20
20

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

cn = an² + bn² ⎛ bn ⎞ φn Arctg ⎜ = ⎟ ⎝ an ⎠
cn = an² + bn² ⎛ bn ⎞ φn Arctg ⎜ = ⎟ ⎝ an ⎠

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

1.5.6 – RELATION TEMPS-FREQUENCE D’UN SIGNAL IMPULSIONNEL

0.9

0.5

0.1

{D t }

Amplitude V, A, dBμV, dBμA A A τ A A 0 τ = τ f
Amplitude
V, A, dBμV, dBμA
A
A
τ
A
A
0
τ
= τ f
τ
τ r
r
f

2Aτ dB

2Aτ r dB

{D f }

Densité d’Amplitude V/Hz, A/Hz, V²/Hz, A²/Hz dBμV/MHz, dBμA/MHz - 20 dB / décade - 40
Densité d’Amplitude
V/Hz, A/Hz, V²/Hz, A²/Hz
dBμV/MHz, dBμA/MHz
- 20 dB / décade
- 40 dB / décade
0
Log f
f 1
f x
f 2
f y

τ = Dure de l impulsion τ r = Temps de monte τ f = Temps de descente On suppose τ r = τ f f 1 = 1/πτ et f 2 = 1/πτ ρ

A(f 1 )= 2Aτ dB = 20Log (2Aτ) A(f x )= 2Aτ dB = - 20Log (f x /f 1 ) A(f 2 )= 2Aτ dB = - 20Log (f 2 /f 1 ) = 20Log (2Aτ r ) A(f y )= A(f 2 ) - 40Log (f y /f 2 )

Dans :[f 1 f x

f 2 ]

Dans :[f y f 2 ]

SPECTRE CONTINU EN DENSITE D’AMPLITUDE

21
21

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

:[f y ≥ f 2 ] SPECTRE CONTINU EN DENSITE D’AMPLITUDE 21 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
:[f y ≥ f 2 ] SPECTRE CONTINU EN DENSITE D’AMPLITUDE 21 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

1.5.7 – RELATION TEMPS-FREQUENCE D’UN SIGNAL PERIODIQUE

{D t } {D f } Amplitude Densité d’Amplitude V, A, dBμV, dBμA T V/Hz,
{D t }
{D f }
Amplitude
Densité d’Amplitude
V, A, dBμV, dBμA
T
V/Hz, A/Hz, V²/Hz, A²/Hz
dBμV/MHz, dBμA/MHz
A
2Aδ dB
0.9
A
- 20 dB / décade
2Aτ r /T dB
τ
0.5
A
A(fo)
An(fo)
- 40 dB / décade
0.1
A
0
0
t
f
f o …… nfo
f
Log f
τ r
τ f
1
2

f o =1/T = Période fondamentale f 1 =1/πτ f 2 =1/πτ r

A(f o )= 2Aδ dB = 20Log (f 0 /f 1 ) Si f o f 1 alors on admet que A(f 0 )= 2Aδ dB

[f 1 f 0

f 2 ]

δ = τ/T = τ f o = rapport cyclique n = 1, 2, 3,.

A(nf 0 )= 2Aδ dB = - 20Log (nf 0 /f 1 )

[f 1 n f 0

f 2 ]

SPECTRE DISCONTINU DE RAIES EN AMPLITUDE

22
22

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

0 ≤ f 2 ] SPECTRE DISCONTINU DE RAIES EN AMPLITUDE 22 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
0 ≤ f 2 ] SPECTRE DISCONTINU DE RAIES EN AMPLITUDE 22 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 5 Représentation Temps - Fréquence

1.5.8 – POURQUOI LA REPRESENTATION FREQUENTIELLE ?

La représentation fréquentielle des perturbations est indispensable en CEM car elle est utilisée par:

Les normes de CEM civiles et militaires (excepté pour certains essais de transitoire).

Les documentations fournisseurs de tous les produits de protection, écrans, filtres et composants antiparasites.

Elle est associée à la presque totalité des signaux analogiques.

La représentation fréquentielle est pratique car:

Certains phénomènes (absorption, réflexion, pertes, effets de peau…) ne sont calculables « à la main » que dans le domaine fréquentiel, ou le calcul est plus simple.

Les (nombreuses) perturbations à bande étroites se modélisent directement par une sinusoïde.

Une perturbation impulsionnelle soumise à un couplage croissant avec la fréquence (en dV/dt, dI/dt, dE/dt, dB/dt…), peut se modéliser simplement par ce que l’on appelle une sinusoïde équivalente.

23
23

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

simplement par ce que l’on appelle une sinusoïde équivalente. 23 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
simplement par ce que l’on appelle une sinusoïde équivalente. 23 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

24
24
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.1 – Conducteurs, isolants, champ électrique Dans un conducteur, les électrons de conductivité se déplacent, contrairement à ce qui se passe dans un isolant (diélectrique), dans lequel les charges électriques restent localisées là où elles sont produites.

- Si les électrons sont immobiles => Pas de courant électrique => Conducteur en équilibre électrostatique,

- Si les électrons sont mobiles => Il y a apparition d’un courant électrique de conduction

dQ

d’intensité:

dQ

dt

: charge électrique qui traverse le conducteur pendant dt

j

d s

: vecteur densité de courant exprimé en ampères par mère carré (A/m²)

: vecteur élément de section

Le conducteur est alors en déséquilibre électrostatique.

Pour maintenir en permanence un courant électrique constant on utilise un générateur qui

maintient une différence de potentiel constante => déplacement des électrons. Le champ électrique

champ électrique constant qui produit le

dérive donc d’un potentiel:

E

E = − gradV

(volt par mètre V/m)

I =

=

∫∫

j.d s

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

E = − gradV (volt par mètre V/m) I = = ∫∫ j.d s THALES UNDERWATER
E = − gradV (volt par mètre V/m) I = = ∫∫ j.d s THALES UNDERWATER

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.2 – Loi d’Ohm Ohm a établi en 1827 la loi qui détermine la densité de courant correspondante aux déplacements des électrons dans un conducteur, soumis à un champ électrique E :

dans un conducteur, soumis à un champ électrique E : → → 1 → j =

1

j

=

σE

=

E

ρ

σ conductivité du conducteur, exprimée en unité par ohm-mètre (1/Ωm)

:

ρ résistivité du conducteur, en ohms par mètre (Ω/m)

:

Cette loi s ’applique aussi aux cas où le champ électrique est variable. Entre deux points A et B d’un conducteur, la loi d’Ohm s’exprime par:

VA

VB

=

R

×

I

VA, VB sont les potentiels électriques du conducteur en ses points A et B et R la résistance du conducteur exprimée en Ω. Pour un conducteur de longueur L et de section constante S sur cette

longueur on obtient:

L

S

R = ρ

Avec

0 [1

α(T 273)]

ρ =

ρ

+

α est le coefficient de température du métal, exprimé en unité par Kelvin

ρ 0

la résistivité à 0°C, T la température du métal en kelvins (K)

En dessous de sa température critique par contre, tout métal devient supraconducteur (résistivité nulle)

25
25

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

contre, tout méta l devient supraconduc teur (résistivité nulle) 25 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
contre, tout méta l devient supraconduc teur (résistivité nulle) 25 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

Dans le cas où le conducteur est soumis à une ddp alternative de fréquence f il y a alors un effet de peau. Aux fréquences basses, les électrons libres de conduction circulent à travers la totalité de la section du conducteur. Par contre, aux fréquences élevées, les électrons empruntent la périphérie du conducteur, modifiant ainsi sa résistance. Cette région de conduction est appelée épaisseur de peau et s’exprime par:

L’existence de l’effet de peau est un phénomène physique exploitable pour se protéger des ondes électromagnétiques. En effet, une enveloppe métallique conductrice d’électricité, dont l’épaisseur est supérieure à la profondeur de peau, constitue un blindage efficace contre les champs extérieurs: les lignes de courant sont atténuées entre l’extérieur et l’intérieur. Cet effet de blindage est d’ailleurs d’autant plus efficace que la fréquence est élevée, puisque l’épaisseur requise est moindre.

Conducteurs
Conducteurs

Lignes de champ magnétique

que la fréquence est élevée , puisque l’épais seur requise est moindre. Conducteurs Lignes de cham
26
26

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

requise est moindre. Conducteurs Lignes de cham p magnétique 26 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
requise est moindre. Conducteurs Lignes de cham p magnétique 26 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.3 – Ecrans électriques

Région 1

B

C

Région 2

1.6.3 – Ecrans électriques Région 1 B C Région 2 Conducteur creux A Lorsqu’un conducteur creux

Conducteur creux A

Lorsqu’un conducteur creux A est porté à un potentiel VA, alors les régions 1 et 2 sont totalement indépendantes l’une de l’autre du point de vue électrique => Le conducteur A joue le rôle d’un écran

Conséquences:

Les phénomènes électriques qui se produisent à l’intérieur du conducteur A, ne dépendent pas des phénomènes survenus dans la région 2. Inversement, la région 2 n’est pas perturbée par les phénomènes électriques de la région 1. Cette propriété est généraliseable aux conducteurs incomplètement fermés (comportant des ouvertures) comme les cages de Faraday. On considère dans ce cas que l’écran est parfait si l’on se place à une distance de la paroi suffisamment grande par rapport aux dimensions des ouvertures.

27
27

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

suffisamment grande par rapport aux dimensions des ouvertures. 27 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
suffisamment grande par rapport aux dimensions des ouvertures. 27 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.4 – Propriétés du courant électriques, champ magnétique

Un courant électrique constant qui circule dans un conducteur filaire produit dans l’espace un champ magnétique constant représenté par un vecteur B. Ce phénomène, mis en évidence en 1820 par Oersted, a été mis en équation par Biot et Savart, puis par Ampère.

L’orientation des lignes de champ est celle du vecteur B; elle est déterminée par la règle du bonhomme d’Ampère ou la règle du tire-bouchon de Maxwell selon que l’on se situe d’un côté ou de l’autre de la Manche !

Ces lignes de champ magnétique sont des cercles dont l’axe est confondu avec le fil conducteur. Dans tous les cas, ces lignes de champ se referment sur elles-mêmes: on dit alors que le champ magnétique est à flux conservatif. C’est ce que traduit l’équation:

div B = 0

I r B
I
r
B

Conducteur

conservatif. C’est ce que traduit l’équation: → → div B = 0 I r B Conducteur

Ligne de champ magnétique

28
28

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

div B = 0 I r B Conducteur Ligne de champ magnétique 28 THALES UNDERWATER SYSTEMS
div B = 0 I r B Conducteur Ligne de champ magnétique 28 THALES UNDERWATER SYSTEMS

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

A - Calcul du champ magnétique

Loi de Biot et Savart:

Tout élément d’un circuit C filiforme, de longueur dl, parcouru par un courant I, crée en un point M, situé à une distance axiale r, un champ magnétique déterminé par l’équation

B =

→ → μ Idl Λ u 0 ∫ C 2 4π r
μ
Idl Λ u
0
C
2
r

Théorème d’Ampère:

La circulation du vecteur excitation magnétique

courbe fermée C traversée par le courant d’intensité I due aux électrons de conduction vaut

H

le long d’une

∫ C
C

→ →

H dl

= I

Circuit

conducteur

conducteur C → dl → u →
conducteur C → dl → u →

C

conducteur C → dl → u →

dl

u

I

r dB
r dB

M

29
29

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

conducteur C → dl → u → I r dB M 29 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
conducteur C → dl → u → I r dB M 29 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

→ B – Champ magnétique B et excitation magnétique → → → Par analogie avec
B – Champ magnétique B et excitation magnétique
Par analogie avec le champ électrique E et l’excitation électrique D, on désigne par B le champ
magnétique et par H l’excitation magnétique.
Dans un milieu de perméabilité relative μ r et de permittivité relative ε r on définit les excitations
électriques et magnétiques par:
D = εε
E = εE
0
r
B
B
→ =
H
=
μμ
μ
0
r
1
− 12
- Permittivité du vide en farads par mètre (F/m):
ε
= 8,85x10
0 =
2
μ c
- Perméabilité magnétique du milieu:
μ = μμ
0
0
r
- Permittivité du milieu:
ε = εε
0
r
Les lignes du champ magnétique sont modifiées par la présence d’un matériau magnétique
(fer doux)
Transmission à distance par induction d’impulsions électriques produites par de puissantes
étincelles (TSF)
30
30

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

électriques produites par de puissantes étincelles (TSF) 30 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
électriques produites par de puissantes étincelles (TSF) 30 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

31
31
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Conduction électrique, Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.5 – LES LOIS DE L’ELECTROMAGNETISME PROPAGATION Les résultats précédents obtenus en régime stationnaire (indépendant du temps) ont été généralisés au cas des régimes variables par Maxwell en 1861. L’étude de l’électromagnétisme est complexe et revient à résoudre les équations de MAXWELL qui a formulé les relations qui relient entre elles les grandeurs électriques et magnétiques. La résolution de ces équations est effectuée sous forme locale ou globale, en tenant compte des relations constitutives du milieu, en présence des conditions limites et initiales. EQUATIONS DE MAXWELL LOCALES

Variation spatiale de champ électrique = Variation temporelle de champ magnétique E → ∂ B
Variation spatiale de champ électrique =
Variation temporelle de champ magnétique
E
∂ B
H

= Champ électrique V/m

Conservation du flux magnétique

→ →

div B = ∇ .B = 0

Loi d’induction électromagnétique de Faraday

rot E

= ∇

Λ E

= −

= Champ magnétique A/m

t

Théorème de Gauss

D = Déplacement électrique As/m²

→ →

div E = ∇ .E =

ρ

ε

Avec

Conservation du flux magnétique

B = Induction magnétique Vs/m²

J = Densité de courant A/m 3

rot B

⎜ ⎝

t

Densité de courant de conduction

ρ = Densité de charge As/m 3

= ∇

Λ B

= ∇

⎜ ⎛

ΛμH μ J ε

=

+

→ → = ∇ → Λ B → = ∇ ⎜ ⎛ ⎜ → → Λμ
→ → = ∇ → Λ B → = ∇ ⎜ ⎛ ⎜ → → Λμ
→ → = ∇ → Λ B → = ∇ ⎜ ⎛ ⎜ → → Λμ

E

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

→ Λμ H μ J ε = + → ∂ E ⎞ ⎟ ⎟ THALES UNDERWATER
→ Λμ H μ J ε = + → ∂ E ⎞ ⎟ ⎟ THALES UNDERWATER

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Propagation, rayonnement et impédance d’onde

Les expressions locales relient entre elles les variations des champs en un point de l’espace. Pour résoudre les problèmes macroscopiques il faudra les intégrer sur des fils, des surfaces ou des volumes, on obtient alors les formes globales des équations de Maxwell

FORMES GLOBALES DES EQUATIONS DE MAXWELL

 

 

B

 

E

d l

= −

 

n

C

S

t

D

 

H

d l

=

n

C

S

t

 

∫

n

DdS

=

∫∫∫

 

dS

⎟ ⎠

+ J

ρdV = Q

S

v

dS

V

A

v As

LOI D’INDUCTION DE FARADAY

LOI D’AMPERE

LOI DE GAUSS

32
32

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

v As LOI D’INDUCTION DE FARADAY LOI D’AMPERE LOI DE GAUSS 32 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence
v As LOI D’INDUCTION DE FARADAY LOI D’AMPERE LOI DE GAUSS 32 THALES UNDERWATER SYSTEMS Commercial-In-Confidence

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Propagation, rayonnement et impédance d’onde

1.6.6 – VUE SIMPLIFIE DU CHAMP EN FONCTION DE LA SOURCE ET DE LA DISTANCE

En CEM on utilise dans la plupart des cas des relations approchées pour résoudre tous les problèmes qui se posent.

Lorsque le potentiel d’un brin rectiligne (antenne fouet) s’élève:

-

un champ électrique E est émis.

Lorsque qu’une spire est parcourue par un courant (Boucle ou antenne cadre):

- un champ magnétique H est émis.

Fouet au dessus d’un plan de masse

H/2 E I D V H
H/2
E
I
D
V
H

Doublet

magnétique

E
E

H

I

plan de masse H/2 E I D V H Doublet magnétique E H I S D
S D
S D

Si on alimente l’antenne fouet par une tension haute fréquence => on mesure un champ magnétique H non nul

De même si une spire est parcourue par un courant => on mesurera un champ électrique E non nul

33
33

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

par un courant => on mesurera un champ électrique E non nul 33 THALES UNDERWATER SYSTEMS
par un courant => on mesurera un champ électrique E non nul 33 THALES UNDERWATER SYSTEMS

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

0 1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Propagation, rayonnement et impédance d’onde

Exemple du doublet électrique Les champs électriques et magnétiques à une distance R sont donnés par:

3 2 ⎡ Z IDπ sinθ ⎛ λ ⎞ ⎛ λ ⎞ ⎛ ⎤ λ
3
2
Z
IDπ sinθ
λ
λ
⎛ ⎤
λ
Z
0
E
=
cosψ −
sinψ +
cos ψ
θ
2 ⎢
λ
2πR
2πR
⎜ ⎝ 2πR
E
R
θ
3
2
H
2Z IDπ cos θ
λ
⎛ ⎤
λ
ϕ
0
E
=
sinψ
r
2 ⎜
λ
2πR
⎝ ⎜ 2πR
⎟ ⎞ cosψ +
E
R
θ
Y
2
IDπ sinθ
λ
λ
H
=
sinψ +
cosψ
φ
2 ⎜
λ
2πR
2πR
ϕ
X
Zo = Impédance d’onde du vide pour R >> λ/2π on a:
− 7
μ
4π10
o
Zo =
=
=
120π
=
377Ω
ε
1
o
9
36π10

I = courant dans le doublet

D = Longueur du doublet

(ϕ ,θ , R) = Base de coordonnées sphériques λ = Longueur d’onde avec : λ = c/f

R = Distance du point considéré au doublet

Ψ= 2πR/λ − ωt => Avec ω = Pulsation de l’onde électromagnétique = 2πf et t = temps

34
34

THALES UNDERWATER SYSTEMS

Commercial-In-Confidence

= Pulsation de l’onde électromagnétique = 2 π f et t = temps 34 THALES UNDERWATER
= Pulsation de l’onde électromagnétique = 2 π f et t = temps 34 THALES UNDERWATER

BG01

2NCE/

EL ES//4

0SAS

TUS

35
35
1 2 N C E / E L E S / / 4 0 S A

Cours d’EMC/EMI

1 - INTRODUCTION

1- 6 Propagation, rayonnement et impédance d’onde

On remarque que les 3 composantes sont égales pour R = λ/2π qui est la valeur à partir de laquelle on est en régime d’onde plane ou champ lointain:

E

H

φ

On retrouve le fait que le rapport des champ est égal à l’impédance du vide et est indépendant de R. En champ proche:

Exemple de la boucle magntique En champ lointain

E

En champ proche:

2πR

 

E

θ

 

λ

H

φ

E

θ

H

φ

 

⎛ </