OBSERVATOIRE CONGOLAIS DES PRISONS

CONGOLESE OBSERVATORY FOR THE PRISONS

OCP/RDC asbl

COP/DRC Inc

RD Congo:

RAPPORT ANNUEL DE MONITORING DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA (PCG)
« De Mars à Décembre 2012 »

Edition: OCP/RDC Janvier 2013 Page 1
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

1. Qu’est-ce que l’Observatoire Congolais des Prisons ?
L’Observatoire Congolais des Prisons (OCP/RDC) est un Réseau d’ONG des droits de l’homme travaillant en faveur des droits des personnes privées de leur liberté. Il a été créé dans la ville de Goma, Province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo en date du 26 juillet 2003. Les Associations membres ont initié un cadre d’échange et de concertation dans un objectif de mener des actions communes et harmonieuses de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. L’OCP/RDC pour atteindre cet objectif, procède aux visites régulières des lieux de détention, contrôle les conditions générales de détention, fait le plaidoyer en faveur des personnes en détention, assure une assistance juridique et judiciaire des personnes détenues et enfin contribuer à la formation et information des acteurs impliqués dans la gestion des lieux de détention sans oublié le volet réinsertion sociale des détenus ou prisonniers qui viennent de retrouver leur liberté. A vocation non partisane, impartiale, volontaire et indépendante vis-à-vis du pouvoir public, des tendances ou courants politiques, sociaux et/ou économiques ainsi que vis-à-vis d’autres organisations non gouvernementales, l’OCP/RDC travaille depuis sa création en RD Congo sur uniquement les questions qui concernent la prison.

Page 2
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

2. SIGLES ET ABREVIATIONS
ABA : Association du Barreau Américain

AFMED : Association des femmes Médecins CENI CICR EGEE : Commission Electorale National Indépendante : Comité International de la Croix Rouge : Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat

MONUSCO : Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation. MSF OCP PCG PJRDI : Médecin sans Frontière : Observatoire Congolais des Prisons : Prison Centrale de Goma : Programme de la Justice Réparatrice et des Initiatives de Développement Intégral : République Démocratique du Congo : Tribunal de Grande Instance : Tribunal Militaire de Garnison

RDC TGI TMG

Page 3
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

3. Table des Matières
1. Qu’est-ce que l’Observatoire Congolais des Prisons ? .......................................................... 2 2. SIGLES ET ABBREVIATIONS .......................................................................................... 3 3. Table des Matières ................................................................................................................. 4 4. INTRODUCTION .................................................................................................................. 7 5. MONITORING DE LA PCG ................................................................................................. 8 A. Nombre de descentes effectuées : 354 ............................................................................. 8 B. Nombre de personnes en détention (Total) : 1435 ........................................................... 8 C. PRINCIPAUX PROBLEMES RENCONTRES .............................................................. 8 D. CONDITIONS GENERALES DE DETENTION ............................................................ 9 I. DETENTION IRREGULIERE ....................................................................................... 9 II. SITUATION DES NOURRISONS A LA PCG ............................................................ 9 III. RESTAURATION A LA PCG .................................................................................. 11 SURPOPULATION ET LOGEMENT A LA PRISON CENTRALE DE GOMA .............. 11 la surpopulation : .......................................................................................................... 11 Logement ...................................................................................................................... 12 INSTALLATIONS HYGIENIQUES ............................................................................. 13 MAINTIEN A JOUR DES REGISTRES ET DOSSIERS DES DETENUS ................... 13 VII. LES MALADIES TRANSMISSIBLES ................................................................... 14 VIII. CONDITIONS VESTIMENTAIRES DES DETENUS .......................................... 15 Pavillon pour hommes .................................................................................................. 15 Pavillon Femme............................................................................................................ 16 Etablissement de Garde et d’Education du l’Etat « EGEE » ....................................... 16 IX. LA SEPARATION DES CATEGORIES DES DETENUS ...................................... 17 X. LES RELATIONS AVEC LE MONDE EXTERIEUR .............................................. 20 Détenus proches de la ville de Goma ........................................................................... 20 Détenus des Territoires voisins de la ville de Goma .................................................... 20 c) Détenus étrangers à la PCG..................................................................................... 20 XI. LE TRAVAIL DES DETENUS ................................................................................ 21 Projet de Savonnerie..................................................................................................... 21 Projet du Jardin potager ................................................................................................ 21 Autres travaux. ............................................................................................................. 21 XII. LE PERSONNEL PENITENTIAIRE ....................................................................... 21 Particularité de l’EGEE ................................................................................................ 22 XIII. L’ISOLEMENT DISCIPLINAIRE ......................................................................... 22 Page 4
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

XIV. TORTURE ET MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGES AUX DETENUS ........ 23 XV. SOINS SPECIFIQUES DES FEMMES ET ENFANTS .......................................... 24 LOISIR ET ACTIVITES CULTURELLES .................................................................... 25 XVII. TENUE DES REGISTRES A LA PCG ................................................................ 27 XVIII. LA SURVEILLANCE DE L’ELETRIFICATION DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA ....................................................................................................................... 28 XIX. LES CONDITIONS MATERIELS ET AUTRES BIENS MIS A LA DISPOSITION DES DETENUS ..................................................................................... 28 XX. EDUCATION DES DETENUS ET PRISONNIERS A LA PRISON CENTRALE DE GOMA ....................................................................................................................... 29 XXI. INSPECTION DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA PAR LES STRUCTURES ETATIQUES RECONNUES PAR L’ORDONNANCE 344 PORTANT REGIME PENITENTIAIRE EN RDC ............................................................................ 31 Contrôle judiciaire ........................................................................................................ 31 Contrôle administratif .................................................................................................. 31 C. L’inspection médicale .............................................................................................. 32 XXII. LE RANCONNNEMENT DES DETENUS AU SEIN DE LA PCG ................... 32 a) La jouissance de certains droits reconnus aux détenus ........................................... 32 1) Accès aux chambres d’hébergement ........................................................................ 32 2) L’accès aux soins de santé ....................................................................................... 32 3) L’accès à des visites. ............................................................................................... 32 XXIII. DE LA SEXUALITE A L’INTERIEUR DE LA PCG ........................................ 33 XXIV. DES EVASIONS DES DETENUS A LA PCG. ................................................. 33 L’Administration pénitentiaire ..................................................................................... 33 CALENDRIER DES EVASIONS DE JANVIER A SEPTEMBRE 2012 .................. 33 XXV. DU TRAFIC DE STUPEFIANT A LA PCG. ...................................................... 35 Entretien avec certains détenus de la cour centrale ...................................................... 35 LES ACTEURS NON ETATIQUES INTERVENANT A LA PRISON CENTRALE DE GOMA .............................................................................................................................. 35 L’ACCES ET L’UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES PAR LES DETENUS A LA PCG ..................................................................................................... 36 XXVIII. LA JOUISSANCE DES DROITS DE VOTE DES DETENUS ET CONDAMNES DANS LA PRISON CENTRALE DE GOMA ...................................... 36 XXIX. LA LIBERTE D’EXPRESSION ET D’OPINION .............................................. 37 La reconnaissance de la liberté d’expression à la PCG. ............................................... 37 La radio et la récolte des informations par les journalistes .......................................... 37 Les écrits .................................................................................................................. 38 Page 5
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

De la Restriction à la liberté d’expression ............................................................... 38 XXX. ASSISTANCE JUDICIAIRE DES PREVENUS DEVANT LES JURIDICTIONS MILITAIRES. .................................................................................................................. 38 L’assistance judiciaire des prévenus au niveau de TMG ............................................. 39 B) De l’assistance judiciaire aux prévenus devant la cour militaire. .......................... 39 Assistance judiciaire de détenus à l’audience foraine du tribunal de grande instance 40 Constat ...................................................................................................................... 40 Conséquence............................................................................................................. 40 XXXI. REPARTITION DES DETENUS DANS LES DIFFERENTES CELLULES DE LA PRISON AINSI QUE LA TENUE DE REGISTRE APRES L’OUVETURE. ......... 40 De la répartition de détenus .......................................................................................... 40 De la tenue de registre .................................................................................................. 40 RAPPORT DE LA REUNION TENUE EN DATE DU 06 DECEMBRE AU BUREAU DE L’ABA ....................................................................................................................... 41 VISITE DE LA PCG PAR LES AUTORITES GOUVERNEMENTALES EN DATE DU 19 DECEMBRE 2012 ............................................................................................... 42 XXXIV. LES ACTIVITES DE LA REOUVERTURE DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA .............................................................................................................................. 42 Activités du comite permanent du système pénitentiaire ............................................. 43 Réhabilitation des deux pavillons (femmes et enfants) par l’ABA .............................. 43 XXXV. MONITORING DE PROCES EFFECTUE AU TRIBUNAL MILITAIRE DE GARNISON. .................................................................................................................... 43 XXXVI. TABLEAU SYNTHETIQUE DU RESULTAT DU PROJET ......................... 47 SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS .............................................................. 48 Au Gouvernement Congolais et autres structures étatiques ......................................... 48 Aux Magistrats et Agents pénitentiaires. ..................................................................... 48 Aux ONG nationales et internationales ........................................................................ 49 CONCLUSION ........................................................................................................................ 50

Page 6
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

4. INTRODUCTION
L’Observatoire Congolais des Prisons « OCP /RDC» est un réseau des ONG des Droits de l’homme qui milite pour la défense, la protection et la promotion des droits des personnes en détention ou personnes privées de leur liberté. L’OCP a réalisé les activités qui ont permis tant soit peu de réduire les cas de détention illégales et de veiller à l’amélioration des conditions carcérales au cours de la période allant de Mars 2012 à Décembre qui ont abouti à la rédaction du présent rapport. Le monitoring visé a été particulièrement axé sur la surveillance des conditions de détention et le respect des droits des détenus et prisonniers. Ayant pour objectif principal des limiter les violations des droits dont sont victimes les détenus et prisonniers. Ainsi les activités suivantes ont été menées :  La surveillance de la prison centrale de Goma par des descentes suivie des plaidoyers auprès de responsables d’application de la loi pénale ;  Elaborer la liste des détenus en détention illégale ou prolongée ;  Instaurer les mécanismes des plaintes avec le concours des autorités pénitentiaires ;  le contrôle de la régularité des détentions, le maintien à jour des registres et dossiers et la séparation entre les différentes catégories des détenus ;  faire des observations générales sur la population carcérale et les conditions de vie dans la prison. Ce rapport fait également état d’autres activités réalisées par l’OCP notamment le monitoring de procès des personnes en détention et l’assistance juridique et judiciaire des détenus.

Page 7
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

5. MONITORING DE LA PCG A. Nombre de descentes effectuées : 354 B. Nombre de personnes en détention (Total) : 1435
Personnes en détention préventive ou Personnes condamnées ou en en mesure provisoire de garde définitive de garde Civils Militaires Enfants Total Civils Militaires Enfants To t H F H F G F H F H F G F SITUATION GENERALE Nbre SITUATION PARTICULIERE Hospitalisés Evadés Décédés Tot. Gén. XX X X X X X X X XX X X X X X mesure Tot Gén

1435

3 1266

C. PRINCIPAUX PROBLEMES RENCONTRES
a. Conditions légales de détention N° Détenus rencontrés Date d’arrestation Pièce de détenti on
Ordonnan ce de prorogati on de détention
Ordonnan ce de prorogati on de détention Ordonnan ce de détention MAP

Motif de Durée de Office/ détention détention Juridictio n
Meurtre 2ans et 9mois Auditorat militaire de garnison
Auditorat militaire de garnison Parquet grande instance Parquet grande instance de de

Observ ation

1

MUHINDO KALUME

29/9/2009

Prévenu

2

HAGUMWANA BAKAKONGIRA

14/4/2006

Meurtre

6ans

Prévenu

3 4

WASSO MUGOGO Adolphe BAMONGO

27/06/2009 6/6/2010

Viol Viol

2ans 2ans

Prévenu Prévenu

Page 8
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

D. CONDITIONS GENERALES DE DETENTION
I. DETENTION IRREGULIERE
En date du 01 mars 2012 Les moniteurs ont visité la cellule « FEMMES » de la prison et s’entretenir avec Madame BANDU NSII, âgée de 22 ans, Fille de SEBISENGO et de VUMI, mariée au 1èr sergent Germain MAYUHANO, 2ème bataillon basé au musée à Goma, originaire de la collectivité d’Osso/Banyungu, Territoire de Masisi, Province du Nord Kivu. Elle était arrêtée à la première quinzaine de mois de janvier 2012 par la police. En date du 02 mars 2012 1. Monsieur DEMBA KASHIRI, âgé de 35 ans, Fils de HANGI, originaire de Bulengo, Territoire de Kalehe, Province du Sud Kivu. La personne serait arrêtée à cause des bagarres de suite d’un conflit parcellaire qui l’oppose à son frère cadet. Tous deux étaient arrêtés mais son frère Cadet était libéré par la PNC après avoir payé une somme de 120$. Au stade actuel, il déclare que le conflit est déjà réglé à l’amiable. 2. Monsieur KAYAKURE Samuel, âgé de 41ans, Fils de KAYAKURE et SAVERINE, père de 6 enfants, marié à madame Mapendo, et Monsieur JUGU SARATI, âgé de 25 ans, Fils de SARATI et de VENANCIA, Célibataire de son état et BINTU KABEBA, âgé de 40 ans, Fils de KABEBA et de Madeleine, marié à madame UWIMANA et père d’un enfant, tous originaire du village de Rwanguba, groupement Jomba, chefferie de Bwisha, Territoire de Rutshuru, Province du Nord Kivu. Ils seraient arrêtés le 15 mars 2007 par les FARDC lorsqu’ils étaient pris en otage par les éléments du CNDP les faisant transporter leurs bagages.

II. SITUATION DES NOURRISONS A LA PCG
Le pavillon Femmes de la prison centrale de Goma abrite les femmes détenues dont certaines sont accompagnées de leurs enfants. La situation de ces enfants à côté de leurs mères détenues était notre cible afin de s’imprégner de la condition dans laquelle vivent ces derniers, si cela augure ou assure une bonne condition de vie ainsi qu’une bonne alimentation à ces enfants innocents. Il s’agit des enfants suivant : 1. L’enfant Jemima, âgé de 6 ans, fille de Salumumbale et d’Abiba. La mère de l’enfant mineur avait été arrêtée en date du 25 Novembre 2010, à ces jours, l’enfant mineur est à côté de sa mère emprisonnée. Il est à noter que l’enfant est en âge d’être scolarisé. Cette jeune fille ne peut jouir de son droit à l’éducation. Suite à l’absence de son père dans la ville de Goma, la précarité alimentaire expose cet enfant mineur à un risque de maladie. Page 9
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

2. L’enfant mineur Dieu Merci, âgé de 1,5 an, fils de Germain Mayuano et de Bandu, originaire de Territoire de Masisi, Province du Nord- Kivu, sa mère était arrêtée en août 2011. Son état de santé est médiocre, et l’administration pénitentiaire ne dispose d’aucun médicament approprié pour soigner cet enfant mineur mal nourri. 3. L’enfant mineur Kitumaini Tumusifu, âgé de 2,5 ans, fils de Bahati Mihigo et de Kavira, Ivette, originaire du Territoire de Mosso, Province du Sud Kivu. Sa Mère était arrêtée le 20 Avril 2011. 4. L’enfant mineur Manace Chibenjuka, âgé de 5 mois, fils de Chibanjuka Janvier et de Joséphine, originaire du Territoire de Mwenga, Province du Sud-Kivu. Sa Mère était arrêtée en date du 12 août 2011 suite à la fuite de son mari, le père de l’enfant qui était recherché par la Police. 5. L’enfant mineur Munguiko Kaito, âgé de 2 ans, fils de Ntabanga Christine et Orphelin du père, originaire de Munigi, Territoire de Nyiragongo, Province du Nord- Kivu. La Mère de l’enfant mineur a été condamnée à la peine capitale par le Tribunal militaire de garnison de Goma. L’état actuel de santé de cet enfant mineur est purement médiocre. 6. L’enfant mineur Jadon Katsuva, âgé de 1 année et 8 mois, fils d’Asumani Chirimwami et de Kalama Kachuva, originaire du Territoire de Lubero, Province du Nord- Kivu. Les deux parents de cet enfant mineur sont tous dans la prison centrale de Goma, d’où la gravité des situations alimentaires et autres besoins vitaux que l’enfant pourrait bénéficier si l’un des parents était en liberté. 7. L’enfant mineur Papy Baofite, âgé de 8 mois, fils de Bariyanga et de Mireille Kobwa Riziki, divorcée, originaire du Territoire de Rutshuru, Province du Nord Kivu. 8. L’enfant mineur Amadi Kasole, âgé d’une année, fils de Kasole et de Noella, riginaire de la localité de Sake, Chefferie des Bahunde, Territoire de Masisi, N-K. OBSERVATIONS Les enfants se nourrissent à côté de leurs mères qui reçoivent un petit gobelet de 0,25grs où l’on met des haricots mélangés aux maïs pendant toute la journée. Il n’existe pas un repas spécifique pour les enfants dépendants de leurs mères détenues. Certaines mères accompagnées de leurs nourrissons à la Prison Centrale de Goma ont déclaré que dans la plupart de cas les enfants mineurs ne reçoivent pas les visites de leurs pères pour renforcer les liens familiaux. Les enfants dépendants de leurs mères en détention à l’âge de scolarisation sont abandonnés à leur propre sort. Leur droit à l’éducation est violé. Et ces nourrissons passent la nuit à côté de leurs mères. En ce qui concerne l’eau, le pavillon femme contient de l’eau et l’enfant peut se laver n’importe quand. Néanmoins, ils n’ont pas des savons pour la douche des enfants ni les parfums. Page 10
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

III. RESTAURATION A LA PCG
Le constant des moniteurs est que le gouvernement provinciale du Nord-Kivu fournie une ration alimentaire pour la durée d’une semaine aux détenus de cette maison carcérale estimée à:  7 sacs d’haricots ;  7 Sacs de maïs ;  80 litres d’huiles de palme ;  4 Stères des bois de Chauffages ;  3 Cartons de savons de lessive ;  80 saches de sel de cuisine. Pour la cuisson de ces aliments la population carcérale utilisent 4 fûts et 2 Casseroles. Apres avoir cuit ces aliments, on donne à chaque détenu un petit gobelet contenant d’haricots mélangés aux maïs qui constitue 0, 25 gr. Nous constatons que par rapport aux nombres de la population carcérale prise en charge par l’Etat sur le plan alimentaire de cet établissement pénitentiaire est anodin. Il est à noter qu’il y a absence des assiettes pouvant servir à la répartition de cette ration alimentaire modique. Certains utilisent les sachets ramassés sur le sol suite à cette absence des assiettes.

Nourriture des prisonniers livrés par l’ABA Par ailleurs, l’organisation internationale CICR intervient rarement en distribuant des biscuits aux détenus mal nourris. Et les membres des confessions religieuses distribuent de la nourriture aux détenus surtout le samedi et dimanche de chaque semaine sans oublié des hommes de bonne volonté et autres ONG qui interviennent d’une manière ponctuelle. Dans l’Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat « EGEE » en sigle, la situation alimentaire ne répond pas toujours aux normes malgré les deux repas que ces enfants prennent chaque jour à 12 h°° et à 20 h°°. IV. SURPOPULATION ET LOGEMENT A LA PRISON CENTRALE DE GOMA Le contexte de la surpopulation et logement était au centre des activités de surveillance de la prison pour s’acquérir de la composition de la literie des détenus en tant qu’être humain qui a droit au logement convenable.  La surpopulation Au moment de la descente effectuée en date du 22 mars 2012, l’on a inventorié un nombre de 1095 détenus à la Prison Centrale de Goma alors qu’elle a été érigée pour recueillir 150 Page 11
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

détenus. Selon les détenus, la surpopulation de cet établissement pénitentiaire serait liée à la complaisance dans l’instruction des dossiers par des magistrats Civils et Militaires. Ces mêmes détenus ont expliqué que pour les infractions de moindre gravité de peines telles que les coups et blessures simples, l’occupation illégale de terre, la destruction méchante d’Arbres, la pêche illicite, la violation de consigne…, les Magistrats instructeurs saisis de ces faits n’hésitent pas à placer la personne inculpée sous mandat d’arrêt provisoire en violation du principe de la présomption d’innocence prôné par les instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux. Monsieur KAZAROHO HANGI Prince, secrétaire dans la prison centrale de Goma, se trouvant à l’intérieur, chargé d’enregistrement de personnes arrêtées par les parquets enrichit en disant que la surpopulation de cet établissement pénitentiaire est la conséquence de l’attitude des magistrats qui conditionnent la liberté provisoire au payement d’une caution colossale qui ne tient pas compte de la situation financière du prévenu. Il faut noter que la capacité d’accueil dans les différentes cellules de ladite Prison ne correspond pas au nombre des personnes détenues répertoriées. Le droit d’être jugé dans un délai raisonnable est extrêmement violé (voir article 7 al 1 de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples) Il est à remarquer que certains détenus qui comparaissent devant les juridictions peuvent être acquittés et pourtant qu’ils auraient dépassé les peines par les infractions pour lesquelles ils sont poursuivis.  Logement 1. Quartier sécurité B Dans ce quartier, nous avons trouvé 44 détenus qui passent la nuit sur 12 petits matelas et 12 couvertures usées selon le chef de ce quartier. Ces matelas étaient distribués en 2008 quand ils étaient au nombre de 24 personnes en raison de deux détenus par matelas. Actuellement, ils sont au nombre de 44 personnes pour ces mêmes matelas d’une épaisseur de 90 cm avec 12 couvertures. Donc, chaque matelas peut contenir au moins 4 à 6 personnes.

2. Cellule N°2 Les personnes détenues dans cette cellule sont au nombre de 169. Il est à constater qu’il y a absence des matériels pour la literie tels que le matelas, des lits et des couvertures. Selon le Page 12
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

chef de cette cellule, lorsqu’il fait nuit les uns passent toute la nuit en état débout, les autres dorment sur le ciment ou pavement et les autres restent toute la nuit au mur de l’extérieur.  Pavillon femme Dans ce pavillon, il y a 22 personnes détenues. L’on y enregistre 22 matelas et 26 lits qui sont superposés ou en étage et plus au moins 22 couvertures.  Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat « EGEE »

Ainsi dans la cellule N°15 appelée abusivement cellule spéciale, on y trouve 16 lits pour 18 enfants sans le régime de garde et d’éducation mais nous signalons que le matelas. Chez les filles la situation est un peu bonne car les différentes cellules sont aérées, le nombre des lits dépasse le nombre de Filles sous le régime de garde et d’éducation.

V. INSTALLATIONS HYGIENIQUES
Les activités de monitoring ont porté sur les installations sanitaires de cet établissement pénitentiaire.  Les Toilettes et les douches La prison centrale de Goma compte 8 toilettes utilisées par tous les détenus de différentes cellules. Lors de ce monitoring, la cellule N°3 était la cible la plus préoccupante. Les moniteurs étaient guidés par Monsieur MANIRIHO Albert, détenu et âgé de 31 ans, célibataire de son état et originaire de Territoire de Masisi, Province du Nord Kivu. Les toilettes et les douches sont mal entretenues, car les tuyaux de canalisation sont souvent bouchés. Ainsi, les excréments commencent à couler dans la cellule où logent certains détenus. Nous avons constaté que ces excréments occupent déjà une espace dans la cellule qui devrait être utilisée pour le logement. Les détenus nous ont déclaré qu’ils trouvent difficilement de récipient pouvant être servir pour puiser l’eau pour se baigner. Dans l’établissement femmes, par ailleurs, elles nous ont déclaré que leurs douches sont un peu bien entretenu sauf qu’il y a trois jours d’absence de l’eau des robinets. Il en est de même chez l’EGEE.

VI. MAINTIEN A JOUR DES REGISTRES ET DOSSIERS DES DETENUS
Les renseignements que devraient contenir les registres pénitentiaires sur les conditions de la détention ne sont régulièrement pas mis en jour faute de communication entre l’administration pénitentiaire et l’office ou juridiction de la détention sur les pièces pouvant indiquer l’état légale de la détention de la personne concernée. Page 13
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

En outre, la non-participation des agents pénitentiaires aux audiences organisées en chambre foraine à la prison centrale de Goma est parmi le défaut d’actualisation de ces registres pénitentiaires.

VII. LES MALADIES TRANSMISSIBLES
L’attention des moniteurs était sur la surveillance des différentes maladies transmissibles rencontrées au sein de la prison centrale de Goma. C’est ainsi que nous avons jugé utile de nous rendre au dispensaire pénitentiaire pour s’imprégner de la situation générale de ces maladies transmissibles. A cette fin nous nous sommes entretenus avec l’infirmier responsable de la prison qui nous a élucidés sur toutes les maladies transmissibles actuellement rencontrées dans cette maison carcérale. Il s’agit de : 1 - La tuberculose ; 2 - IST (blennorragie, gonococcie) ; 3 - VIH (SIDA) et à cela on peut ajouter la diarrhée. Apres cette déclaration l’infirmier nous a facilité le travail de monitoring faisant appeler à certains malades pour que nous puissions nous même les interrogés sur leur état sanitaire et surtout la question sur le traitement médical.

Les Puces ramassés par un détenu de la cellule « Kanisa » pendant une nuit

1. Monsieur MAENDE VITAL, Agés de 50 ans, marié à Irimanja et père de 5 enfants, profession commandant de la police nationale congolaise basé à Katuva, Territoire de Masisi, Province du Nord Kivu. Il souffre de la Tuberculose. Il était atteint par cette maladie avant même son arrestation. Il suivait le traitement pour ne pas transmettre cette maladie à d’autres personnes. Néanmoins, depuis son entrée dans la prison en date du 17 août 2011, il bénéficie rarement d’un traitement médical approprié qu’exige la maladie. 2. Monsieur BAHATI HAKIZIMANA, Agé de 23 ans, célibataire de son état, il est originaire de Burungu en Territoire de Masisi, Province du Nord Kivu. Il est également comme son prédécesseur soufrant de la Tuberculose. Selon lui, il serait contaminé de cette maladie au sein de ce milieu pénitentiaire.

Page 14
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

3. Monsieur BAZIMENYERA SIKATWE, âgé de 45 ans,. Ce dernier souffrait tout d’abord de la Tuberculose et il se faisait soigner dans un centre de santé qui était proche de son domicile. 4. Monsieur NDAISABA SEZEMANI, Agé de 32 ans, marié et actuellement sans enfant. Ce dernier souffre du VIH/ SIDA. Il nous déclare qu’il était emprisonné avec cette maladie. Il nous témoigne que sa femme qui là l’aurait transmise. Il poursuit le traitement médical au sein du dispensaire de la prison centrale de Goma.

OBSERVATIONS L’Observatoire congolais des prisons (OCP/RDC) sur les maladies transmissibles et leurs traitements a constaté que la quantité ou la qualité des médicaments qu’on donne aux patients du dispensaire de la prison est très insignifiante et ne correspond pas aux cas des maladies trouvés dans ce milieu pénitentiaire. Quant à l’inspection des détenus entrant ou sortant, il nous a dit que le service médical de cet établissement pénitentiaire ne s’occupe pas de la situation personnelle sanitaire de chaque détenu.

VIII. CONDITIONS VESTIMENTAIRES DES DETENUS
La question est tellement préoccupante pour tout humanitaire soucieux de contribuer à l’amélioration de condition matérielle de détention au sein de cet établissement pénitentiaire. Ainsi, pour mieux connaitre cette situation, il nous a été impérieux d’interroger certaines personnes en détention afin de nous parler sur la problématique de l’habillement. a) Pavillon pour hommes Dans ce pavillon certaines cellules étaient la cible des moniteurs à titre d’échantillon pouvant donner l’aspect général sur la problématique vestimentaire. En premier lieu, nous nous sommes rendus dans la cellule N°6 de la prison où nous nous sommes entretenus avec deux personnes détenues : 1. Monsieur NDALE KAKURU, chef de cette cellule, nous a déclaré que les vêtements que portent les détenus de cette cellule sont donnés par des personnes de bonnes volontés et surtout quand les chrétiens leurs manifestent la charité, qui de ce fait, distribuent des habits tenant compte des doléances vestimentaires extrêmement préoccupant les personnes en détentions. 2. Monsieur KIBANDJA KAMALA, personne en détention, nous a déclaré aussi qu’il y a des détenus qui peuvent avoir des habits mais par manque des bois des chauffages entrainent l’utilisation de ces vêtements comme bois de chauffage. Car au moment de la lessive, les détenus restent toute la journée sans vêtement ou du moins nu. Par ailleurs, les détenus entendus nous disent que les personnes qui ne trouvent pas des visites ou dont les membres de famille sont dans les localités éloignées trouvent un habit alambique difficilement.

Page 15
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

b) Pavillon Femme Les moniteurs se sont entretenus avec madame FURAHA, dans ce pavillon, originaire du territoire de Masisi. Elle nous a relatés que les vêtements qu’elle porte à la prison viennent d’une aide que les chrétiens donnent et autres viennent de gens de bonne volonté. Elle nous a dit que la plupart d’entre elles n’ont pas de famille à Goma, les unes sont venues de Masisi, Walikale et les autres sont originaires en dehors de la province du Nord-Kivu. Ainsi, le capita de ce pavillon qui est originaire d’UVIRA nous a témoigné que les habits qu’elle porte est une aide que les chrétiens de l‘Eglise catholique lui avaient donné. Sur ce, elle demande aux gens de bonne volonté de leur venir en aide et aux ONG locales et internationales. c) Etablissement de Garde et d’Education du l’Etat « EGEE » Dans cet établissement de garde et d’Education de l’Etat qui héberge les enfants en conflit avec la loi, les moniteurs se sont entretenus avec certains enfants au fin de s’imprégner de l’état vestimentaires de ces derniers. 1. Monsieur MAISHA SENZOGA, fils de SENZOGA et de CHIZANYA, âgé de 16 ans, originaire de village Jomba, Territoire de Rutshuru, Province du Nord Kivu. Il nous a déclaré que depuis son arrivé dans cet établissement de garde, il n’a jamais reçu un habit en provenance des hommes de bonne volonté. Mais, c’est en date du 11/04/2012 qu’il vient d’être doté des habits par une organisation locale dénommée justice réparatrice et des initiatives des développements intégrale « PJRIDI » en sigle en collaboration avec une ONG canadienne et le Directeur de l’EGEE, Monsieur SUPIRA MISONYA nous a déclaré que la dotation de ces enfants en habits constituait un besoin urgent. 2. Monsieur MUSUBAHO FATAKI, fils de MACHOZI et de KAVUO, âgé de 17 ans, originaire de village de KIWANDJA, Territoire de Rutshuru, province du Nord Kivu. Ce dernier nous témoigne de même sur son mode d’habillement qu’il porte les habits dont il est venu avec dans cet établissement de garde. Il remercie l’ONG précitée et que c’est grâce à cet humanitaire qu’il est vêtu en habits neufs. 3. Monsieur SHABANI HAMULI, fils de HAMULI et de MAPENDO, âgé de 17 ans, originaire de la province du Sud-Kivu. Cet enfant ne reconnait ni son village et son territoire d’origine ; il est nous déclare que les enfants qui n’ont pas de famille proche dans la ville de Goma trouve des habits alambique à l’intérieur. 4. Mademoiselle Arline KALENGA, âgée de 17 ans, quant à elle, nous témoigne aussi que les habits qu’elles portent toutes les 4 filles proviennent d’aide de l’Eglise catholique qui a

Page 16
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

l’habitude de leur amener les vêtements ainsi que de la part de certaine personne de bonne volonté. 5. Monsieur KAMBALE MANZEKELE, personne arrêtée en date du 28 octobre 2011 par le parquet de grande instance sous le RMP 57. 402 pour vol simple et qu’après comparution et examen de la cause par le tribunal de céans, celui-ci avait été condamné à 4 mois de servitude pénale principale assortie de 12 jours de peines subsidiaires à l’amende. A cet effet, il avait adressé sa requête ou doléance à Monsieur le Procureur de la République près la T.G.I Goma en date du 13 avril 2012 et a recouvré sa liberté en date du 19 avril 2012 à 13 h°°. Néanmoins, l’OCP/RDC déplore l’attitude de l’administration pénitentiaire quant à l’exigence de payement de 10$ avant que la personne sorte de la prison. 6. Monsieur TSONGO Désiré, personne condamnée à 50 mois sous le RMP 1734/BMG/2009 pour vol simple. D’après le calcul de temps passé dans la prison, sa peine a déjà expiré. La personne s’est confiée à la procédure de plainte instaurée en s’adressant à l’auditeur militaire de garnison en date du 13 avril 2012. Malheureusement, le chargé de l’exécution de la peine, ministère public militaire n’a pas encore répondu à cette correspondance officiellement adressée par la personne en détention. Cette lenteur est souvent décriée au niveau des institutions judiciaires militaires. 7. Monsieur KABONGO Ilunga, personne condamnée par le tribunal militaire de garnison en date du 16 juillet 2009, à la même date il interjeta appel. Il déplore son état actuel de détention que jusqu’à présent il n’a jamais été entendu en appel. Il se confie au mécanisme de plainte en s’adressant au président du tribunal militaire de garnison en date du 13 avril 2012 qui n’a pas encore répondu. 8. Monsieur AGUMA BANGARONGIRA, Personne condamnée à 4 ans de SPP depuis le 14 Avril 2006 sous le RMP 2526/MGM/06 par le tribunal militaire de garnison. Selon le calcul de temps à passer dans la prison par rapport à sa condamnation, l’on constate une détention irrégulière, c’est pourquoi il a adressé sa requête à Monsieur l’auditeur militaire de garnison, ministère public chargé de l’exécution de la peine pour recouvre sa liberté par une correspondance reçue en date du 14 Avril 2012.

IX. LA SEPARATION DES CATEGORIES DES DETENUS
En principe, tenant compte de l’admission des détenus dans la prison et les maisons d’arrêt, l’administration pénitentiaire doit veiller à la répartition des détenus dans les maisons d’arrêt conformément à l’ensemble des règles minima pour le traitement des détenus adoptés pour le premier congrès de nations unies pour la prévention du crime et les traitements des délinquants, tenu à Genève en 1955 et approuvé par le conseil économique et social dans ses résolutions 663(XXIV) du 31 juillet 1977 et 2076 (LXII) du 13 mai 1977 et de l’ordonnance 344 du 17 septembre 1965 portant régime pénitentiaire en RD – Congo.

Page 17
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Les mineurs âgés de moins de 18 ans ne seront incarcérés dans les prisons que s’il n’existe pas dans le ressort du Tribunal de Première Instance d’Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat. A de faut d’existence d’un pareil établissement, ils seront détenus dans un quartier spécial. 1. Cellule N°1. Le chef de cette cellule nous a déclaré que sa cellule contient 177 détenus dont 52 militaires et 125 civils. Le condamnés civils sont au nombre de 70 et 25 militaires condamnés. Ils sont condamnés aux peines de mort, à perpétuité, 20 ans, 10 ans et 5 ans etc. Etant dans une répartition pétaudière, cette cellule contient toute catégorie des détenus emprisonnés pour toutes les infractions, Pêche illicite, abus de confiance, Viol, Assassinant, etc. 2. Cellule N° 7. Le chef de cette cellule nous a déclaré qu’elle a un effectif de 62 détenus dont 38 civils. 16 civils condamnés pour viol. Les militaires sont au nombre de 24 dont 6 condamnés, la majorité est condamnée pour meurtre à mort et plus de 20 ans de SPP. 1. Quartier sécurité C Le chef de ce quartier nous a expliqué que son quartier contient 41 détenus dont, 23 militaires et 18 civils. Les détenus condamnés sont au nombre de 8 civils et 10 militaires. Les peines qui ont été prononcés à leur encontre varient à la peine de mort, à perpétuité, 20 ans et 10 ans etc. Les personnes mises en Etat de détention préventive y sont pour diverses infractions, soit meurtre, assassinat, escroquerie, pillage, Viol, Vol à mains armés, abus de confiance etc. 2. Quartier spécial B. Nous nous sommes entretenus avec le policier détenu qui nous a renseigné que cette cellule contient un effectif de 27 dont 25 civils et 2 policiers, les condamnés sont au nombre de 4 détenus. Ils sont condamnés aux peines allant à la peine de mort à 4 ans de SPP. 3. Quartier sécurité B. Dans cette cellule nous avons trouvé 44 détenus dont 34 civils et 10 militaires. Pour les civils, il y a 14 condamnés la plus part au motif de Viol de plus de 5 ans de SPP. Pour les militaires nous avons 4 condamnés. Le chef de cette cellule aurait dit que si dans cet établissement pénitentiaire il y a des bagarres, c’est à cause de non séparation des détenus civils et militaires, il poursuit en disant que les militaires veulent toujours dominer les détenus civils, et qu’une séparation de catégorie des détenus au sein de cet établissement pénitentiaire serait une bonne initiative dans la PCG.

Page 18
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

4. Quartier sécurité A. Le chef de ce quartier nous a déclaré que dans son quartier il y a un effectif de 39 détenus don 28 civils et 11 militaires. Parmi les civils, il y a 17 condamnés la plus part y sont condamnés pour meurtre et escroquerie. Les militaires condamnés sont au nombre de 5 ; condamnés au motif de meurtre et participation à un mouvement insurrectionnel. Quant aux détenus atteints de maladies transmissibles dans son quartier sont mélangés aux autres en bonne santé. 5. Quartier spécial A. Le chef de ce quartier nous a déclaré avoir un effectif de 41 détenus dont 19 civils et 22 militaires. Dans les 19 civils, il y a 8 condamnés pour viol, et pour les 22 militaires il y a 6 condamnés dont 2 à la peine capitale.  Pavillon femmes

Il est important de signaler qu’à la PCG les femmes sont séparées des hommes car elles ont leur propre bâtiment. Néanmoins, la cheftaine de ce pavillon nous a renseigné que ce pavillon à l’effectif de 25 femmes dont 9 condamnées pour meurtre, escroquerie et abus de confiance. Elle nous a déclaré que dans ce pavillon il y a absence de spécialité de répartition des catégories des détenus femmes soit condamnées ou en mesure préventive de détention.

Pavillon femmes de la PCG  Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat (EGEE)

Les enfants sont séparés des adultes à la PCG. Ils ont aussi comme chez les femmes leur établissement. Et à l’intérieur, les garçons sont séparés des filles mineures. OBSERVATIONS Selon les explications recueillies, pour accéder au logement dans les quartiers spéciaux A et B il faut payer une somme de 50$. Par ailleurs, dans les quartiers sécurités A, B et C, le Capita Général perçoit la somme de 25 $. Les démunis prévenus ou condamnés sont dans les différentes cellules de 1 à 7. Page 19
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Il est à remarquer que la séparation des détenus existe selon le sexe et l’âge et inexistante par rapport aux condamnés et prévenus, des civils et militaires et sans oublié aussi la peine au sein de la PCG.

X. LES RELATIONS AVEC LE MONDE EXTERIEUR
La question consiste à savoir les mécanismes par lesquels les relations sociales des détenus sont entretenues avec leurs familles, amis, organisation sociale extérieure, institution politique et son conseil judiciaire, etc. La question de communication avec le monde extérieur dans la prison centrale de Goma doit être aperçue à trois dimensions selon qu’on est proche de la communauté, soit éloigné de la communauté et soit d’origine étrangère. Ceci s’approche parce que certains nous ont témoigné être ressortissant de la ville de Goma, d’autres originaires de territoire voisin de la ville de Goma et d’autres de pays voisin de la République Démocratique du Congo. a) Détenus proches de la ville de Goma Les détenus qui ont des familles dans la ville de Goma reçoivent la visite de leur famille d’origine. Mais la tracasserie policière de garde de la prison ne permet pas une visite régulière car pour chaque visite cette police exige le payement de 500 FC et à défaut de payement, le visiteur n’aura pas le passage facile. Nous avons remarqué que certain dispose des téléphones cellulaires qui le permettent de communiquer en clandestinité avec le monde extérieur. b) Détenus des Territoires voisins de la ville de Goma Ces détenus sont originaires de Walikale, Masisi, Lubero, Beni, Rutshuru et province voisine à la province du Nord Kivu. Ils nous déclarent d’être en difficulté d’entrer en contact avec les membres de leur famille car la plupart de leur milieu d’origine est inaccessible au réseau de téléphone cellulaire. Pour cela, Monsieur Maniriho, détenu de son état âgé de 30 ans et père de 3 enfants, cellule n° 3, nous a déclaré qu’il reçoive la visite de sa femme qu’une fois par semaine et celle-ci n’arrive que pour des relations sexuelles. Monsieur Kanaume Ngubire, condamné pour 5 ans de SPP, il ne reçoit pas de visites familiales, il nous déclare qu’il vit grâce aux églises qui donnent la nourriture et organismes humanitaires comme le CICR et AFEMED, etc. c) Détenus étrangers à la PCG Dans cette catégorie de détenus, nous avons répertoriés des sujets rwandais et ougandais dont :   Monsieur Bonife Kabeba, de la nationalité ougandaise, il nous déclare que depuis son arrivé dans la prison, il n’a jamais été visité par sa famille et ses amis. Monsieur Bahati Daniel ,sujet rwandais qui s’est réfugié en République Démocratique du Congo en 1994, condamné par le tribunal militaire de garnison de Goma à la peine capitale et ayant interjeté appel. Page 20
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Monsieur Buzizi, sujet de nationalité rwandaise qui s’est réfugié en RDC depuis 1994 et arrêté en 2008.

XI. LE TRAVAIL DES DETENUS
Au regard de ces considérations classiques du traitement de délinquant en milieu pénitentiaire, il a été impérieux d’observer la réalité de traitement des détenus à l’éducation professionnelle par l’administration pénitentiaire de la prison centrale de Goma. a) Projet de Savonnerie Dans ce pavillon, il y a 277 condamnés qui devraient être initiés à une profession quelconque. Le directeur adjoint de l’établissement pénitentiaire, nous a déclaré que jadis les prisonniers s’occupaient du travail de fabrication des savons. Cette activité financée par la MONUSCO était exécutée par l’AFEMED pour approvisionner ces prisonniers en savons, malheureusement pendant le travail deux prisonniers s’étaient évadés car cette activité de savonnerie se passait à l’extérieur de la prison. Aussitôt informé, le procureur de la république a procédé à l’enquête. A l’issu de l’enquête, le directeur adjoint, présumé complice de cette évasion fût arrêté. Depuis ce jour, on a jugé bon de faire appel à la main d’œuvre de la cité pour faire tourner l’usine de la savonnerie. b) Projet du Jardin potager La deuxième activité concerne l’entretien du jardin potager pour l’approvisionnement des prisonniers en légume. Cette dernière était également suspendue suite à l’occupation du terrain par les travaux de construction de nouveau pavillon qui abriterait les militaires. c) Autres travaux. Le directeur adjoint de l’administration pénitentiaire a déclaré qu’au vu de l’occupation actuelle de la concession de la prison par les travaux de construction, il est difficile d’organiser le travail pénitentiaire. Par ailleurs, il nous témoigne que le travail pénitentiaire est d’importance capital pour la rééducation des délinquants, il suggère la création de ferme pénitentiaire et l’instauration de mécanisme pour lutter contre l’évasion. Les types de travail exécutés par certains les détenus à la PCG sont : o o o o o la lessive des habits d’autres détenus du Quartier Spécial ; préparation de la nourriture pour les détenus ; S’occupent d’appeler les autres détenus au moment des visites ou d’inspection ; l’enregistrent les autres détenus dans les cellules et quartiers et au moment d’entrée ; le petit commerce à l’intérieur de la PCG et de la réparation des appareils électroniques, etc.

XII. LE PERSONNEL PENITENTIAIRE
A ce point, la surveillance était axée sur le personnel pénitentiaire de la Prison Centrale de Goma (PCG) et de l’Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat (EGEE). Page 21
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Au regard de la mission qui leur est connue dans le cadre de service de l’administration pénitentiaire, la question mérite d’être scruté au fin de s’imprégner de la réalité actuelle du milieu pénitentiaire. L’un des directeurs adjoints de la PCG nous a parlé des principaux problèmes auxquels ils sont butés notamment l’insuffisance des matériels du bureau, la formation inadéquate du personnel pénitentiaire, insuffisance des surveillants, le non payement de certains agents de l’administration pénitentiaire. o o o o o o Manque d’une surveillance permanente à l’intérieur de la prison ; Velléité pour la libération des détenus ayant expiré leur peine ; Insuffisance alimentaire ; Absence des animateurs psycho- sociaux ; Absence d’une bibliothèque ; Manque d’une collaboration permanente entre l’administration pénitentiaire et les détenus, etc.

a) Particularité de l’EGEE La même réticence s’est affichée aux agents de ce pavillon pour nous faire accéder à leur mode de fonctionnement. Contactant le directeur adjoint, il nous a parlé de l’organigramme de ce service qui comprend 9 agents (directeur, Secrétaire, 2 Directeurs adjoints, 2 Encadreurs, Animateur et les Surveillants. A ce point, certains enfants se sont exprimés en disant que le service de l’établissement de garde et d’éducation de l’Etat est insignifiant, ne parvient pas à répondre aux missions spécifique de cet établissement.

XIII. L’ISOLEMENT DISCIPLINAIRE
Il nous faut signaler que les personnes en mesure définitive de garde ou en mesure provisoire en milieu pénitentiaire restent toujours sujets de droit. Ainsi l’ordre et la discipline doivent être maintenus avec fermeté, mais sans apporter plus des restrictions qu’il est nécessaire pour le maintien de la sécurité et d’une vie communautaire, bien organisée un milieu pénitentiaire. Pour ce faire, il nous a été impérieux sur cette question d’isolement disciplinaire de vérifier l’application de ces principes inhérents à l’administration pénitentiaire à la réalité interne de l’établissement pénitentiaire de Goma. Pour mieux cerner la question, nous avons visité les pavillons Homme, Femme et Enfant.  Pavillon homme Selon l’OPJ KABONGO détenu , les codétenus qui commettent de coups et blessures volontaires, Vol simple, Vente de chanvres et boissons alcooliques en catimini, une fois attrapé par le détenu chargé de renseignement des activités de codétenus le dénonce devant le capita général. Ce dernier attribue pour l’audition du détenu auteur de l’infraction à un officier de police judiciaire codétenu. Cet OPJ entend le codétenu sur procès-verbal et il propose au Capita Général la sanction à infliger au détenu auteur de l’infraction. L’OPJ détenu explique que la sanction varie de 1 jour à 15 jours.

Page 22
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Dans ce pavillon homme nous n’avons trouvé que 2 petites cellules qui servent pour l’isolement disciplinaire. Ces lieux jadis étaient utilisés comme des douches mesurant 1m/2m et lors de notre monitoring, il y avait 4 personnes en isolement disciplinaire dont : a) Monsieur SUNGURA, de la cellule N° 3 qui a été arrêté au motif de trafic de chanvre ; b) Monsieur Félix, placé au cachot en date du 24 avril 2012 pour coup et blessure volontaire et injure publique ; c) Monsieur BAHATI, placé au cachot pour 15 jours au motif de vol simple ; d) Monsieur BOBO, Placé en isolement disciplinaire au motif de vol simple.  Pavillon femme

La dame détenue, ABITA IBRAHIM nous a relatés que dans ce pavillon, les femmes auteurs de faits infractionnels sont placées dans une cellule d’isolement disciplinaire en cas d’injure publique, Vol simple, Tapage nocturne, etc.  Pavillon EGEE. Le directeur de ce pavillon nous a déclaré que le cas d’isolement disciplinaire n’existe pas dans l’Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat. OBSERVATION. Il a été constaté qu’à la prison centrale de Goma il n’existe pas des cellules appropriées pour l’isolement disciplinaire. Nous avons deux petites cellules qui mesurent 1m/2m pour l’isolement disciplinaire et qui servaient jadis comme des Toilette et douche, certes, il est à noter que l’isolement disciplinaire est abandonné par l’administration pénitentiaire. Ce sont les codétenus seuls qui s’en occupent en infligeant aux autres des sanctions.

XIV. TORTURE ET MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGES AUX DETENUS
Remarquons d’emblée que les mauvais traitements dont sont victimes les personnes sont l’œuvre d’une part des détenus puissants ou riches et d’autre part l’œuvre de l’administration pénitentiaire par le fait de leur explication négative, de leur abstention et même de leur action. Définie comme étant tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aigües, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne, la torture est infligée aux nouveaux détenus par les détenus se trouvant à l’entrée principale du pavillon. Il est à noter que la torture enregistrée à la prison centrale de Goma est une torture morale qui consiste pour les détenus qui n’ont pas payé les frais d’admission dans une cellule à évacuer les matières fécales avec ses propres mains sans aucune mesure de protection càd sans gants, ni désinfectants. Cette pratique est exercée sur les nouveaux détenus par leurs codétenus qui exercent le pouvoir de l’administration pénitentiaire au vu et au su de celle-ci. Donc, l’administration pénitentiaire est responsable de cet acte de torture qui est devenu une infraction en droit congolais. Le constat des moniteurs est que cette pratique est légalisée par les autorités pénitentiaires au lieu d’être réprimée.

Page 23
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Il ressort des déclarations de certains détenus que les nouveaux détenus sont obligés de payer un montant de 10$ pour avoir accès à un logement dans une cellule, faute de quoi, le chargé de l’enregistrement ne va pas procéder à l’affectation qu’après qu’il ait constaté l’impossibilité de payer. Cependant, l’on remarque l’absence des surveillants dans la prison MUNZENZE. Les militaires et les policiers sont postés à l’extérieur de la prison. Etant donné que l’administration pénitentiaire ne parvient pas à pourvoir à la surveillance des détenus, les détenus sont mal traités par le pouvoir de fait constitué par le capita général, le Gouverneur, les chefs des cellules, etc. Certains détenus passent, la nuit au pavement parce qu’ils n’ont pas payé les droits des anciens de la cellule.

XV. SOINS SPECIFIQUES DES FEMMES ET ENFANTS
Il a été question de faire la surveillance sur les soins spécifiques des femmes et des enfants au sein du pavillon femme et de l’établissement de garde et d’éducation de l’Etat. Dans les établissements pour femmes, il doit y avoir les installations spéciales nécessaires pour les traitements des femmes enceintes relevant des couches et convalescentes. Dans toute la mesure du possible, des dispositions doivent être prises pour que l’accouchement ait lieu dans l’hôpital civil si l’enfant est né en prison, il importe que l’acte de naissance n’en fasse pas mention. Quant aux enfants en conflit avec la loi, l’article 40 de la loi 09/001 portant protection de l’Enfant du 10 janvier 2009 dispose que l’Enfant placé dans une institution de garde ou de rééducation a droit à la protection sanitaire physique, morale, psychique et psychologique. Il a été remarqué au cours de cette semaine de monitoring dans le pavillon femme et dans l’établissement de garde des enfants une pénurie d’eau et cela a été à la base de soulèvement des prisonniers dans cette journée de vendredi à la prison centrale de Goma. Au fin de mieux analyser la question de soins spécifiques pour les femmes (et les bébés) dans le cadre de discrimination positive tel que prévu par les instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux, il nous a été impérieux de scruter les indicateurs de l’application de ces règles à l’égard de femmes (et bébé) et dans l’établissement de garde et d’éducation de l’Etat. Au cours de monitoring sur ce point, il a été constaté l’inobservance de certains droits des femmes placées en détention. Pour le cas de femmes enceintes dans ce pavillon femme, l’administration pénitentiaire préfère transférer la femme à l’hôpital C.E.B.C.A mais ce cas de transfert tarde souvent à cause de manque d’un personnel pénitentiaire pouvant assurer la garde. Elle affirme qu’à l’entrée dans ce pavillon et à la sortie aucune femme n’est soumise à un examen médical qui renseignerait sur son état de santé. Certaines femmes consultées sur ce point nous déclarent qu’elles souhaiteraient que les examens médicaux se déroulent en toute confidentialité sans que les membres de l’administration pénitentiaire non concernés n’en Page 24
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

sachent et qu’ils appartiendraient au médecin en charge de pouvoir faire rapport à l’administration si telle maladie est enregistrée lors de l’admission dans la prison. En plus, aucun dépistage facultatif ou obligatoire du VIH n’est pas organisé faute de matériel dans l’installation sanitaire. Il a été constaté que dans le cas échéant dans l’établissement pénitentiaire qu’aucune information transmise sur les cas des maladies transmissibles et les méthodes de prévention lors qu’elles sont admises en prison. Ces informations devraient porter sur les cas de maladies vénériennes (syphilis, blennorragie, VIH/SIDA, et tuberculose, etc. Cette information devrait être par écrit et chaque détenu doit recevoir par écrit les règles pénitentiaires concernant les soins médicaux. A l’EGEE Certains enfants nous ont affirmé avoir fait une semaine sans eau. L’encadreur des enfants nous déclare qu’avant d’admettre une fille en conflit avec la loi à l’EGEE, elle doit passer à un examen médical au centre CARIATAS. A la période de menstruation, ces filles reçoivent de COTEX ou soit le bain de crème. Mais, les autres maladies qui peuvent surgir à l’enfant c’est difficile qu’elle soit prise en charge ou trouvé de soins approprié. Quant aux garçons transférés pour la garde dans cet établissement leur soin médical est assuré par le dispensaire qu’on trouve à l’intérieur du pavillon homme. Ces enfants nous témoignent l’absence de soins appropriés pour le cas de maladies qui surgissent à leur encontre.

XVI. LOISIR ET ACTIVITES CULTURELLES
Pour mieux monitorer la question et la scruter, il nous a été nécessaire de pouvoir interroger les détenus et prisonniers des pavillons femme, homme mais aussi savoir les loisirs et les activités culturelles des enfants placés sous le régime de garde et d’éducation de l’Etat.  Pavillon Femme Dans ce pavillon, nous avons interrogé les femmes privées de leur liberté sur les loisirs et activités culturelles au sein de ce pavillon. La femme Uwiumuhosa Bibiane, nous a déclaré qu’elles sont complètement inoccupées, aucune activité culturelle ou loisir n’est organisé au sein de ce pavillon par l’administration pénitentiaire. Toutes fois, elle reconnait dans le temps l’initiative du centre LOKOLE qui avait présenté le film joué à pinga, Territoire de Masisi qui portait sur les violences sexuelles. Ce film démontrait le pardon et la réconciliation entre l’auteur du viol et la victime. Cette femme considère le milieu pénitentiaire congolais comme étant abandonné par les autorités pénitentiaires sur les traitements de délinquant (détenus et prisonniers). Car les femmes par les faits de manquer les loisirs et activités culturelles est à la base de plusieurs conflits entre elles surgissant dans cette promiscuité. L’administration pénitentiaire justifie l’absence de loisir comme les promenades des détenus et prisonniers par l’insuffisance de personnels pénitentiaires mais aussi le défaut des politiques d’encadrement adéquat y afférant pour lutter contre les évasions. Page 25
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Sur ce, les femmes déplorent ce genre de traitement qui ne les permet pas de soulager les pressions psychologiques. Dans ce pavillon, il n’y a pas de groupe théâtral qui sensibiliserait les détenus sur la vie en général des prisonniers et un groupe des chanteurs qui pouvait présenter des morceaux musicaux sensibilisant soit les femmes détenues sur leur avenir après la libération en prison soit le rôle de la prison et d’autres chansons culturelles pouvant avoir un effet positif sur la psychologie de la femme en détention.  Pavillon homme Dans ce pavillon, nous nous sommes entretenus avec les chefs de différentes cellules pour nous parler des loisirs et d’activités culturelles au sein de ce pavillon. Le chef de cette cellule nous a déclaré aussi qu’il y a le jeu de carate dans cet établissement mais qui présente beaucoup de conséquences pour les autres qui ne connaissent pas ce jeu par ce qu’il arrive de fois que les détenus et prisonniers qui jouent ce jeu se placent en maitre et attaquent les autres. Pour certaines activités de loisirs et activités culturelles que les détenus et prisonniers faisaient dans le temps, cette population carcérale n’était pas dotée en équipements sportifs mis à leur disposition, aucun encadrement impliquant l’administration pénitentiaire n’a été signalé dans le temps et jusqu’ aujourd’hui. Sur ce point d’activités culturelles et loisirs les détenus et prisonniers déplorent l’absence de cet encadrement lequel devrait les épargner de toute frustration et les moraliser de la vie pénitentiaire en général. Pour cette absence de prise en charge, certains détenus et prisonniers se prennent à chanter la musique. Par ailleurs, nous nous sommes rendus dans la cellule N° 5 communément appelé « KANISA » est là nous nous sommes entretenus avec le pasteur qui se trouve dans cette cellule. Il nous a dit que dans cette cellule « KANISA », il y a deux églises dont l’église catholique et l’église protestantes appelée « SARDI » dont cette église regroupe toutes les églises sans distinction. Et là nous avons une chorale catholique et 5 chorales protestantes. Toutes ces chorales font leur répétition dans les avant midi et les autres dans les après-midi. Et l’administration pénitentiaire n’est pas impliquée dans cet encadrement religieux de population carcérale du pavillon homme. Les détenus déplorent l’absence d’initiative, d’organisation de pièce théâtrale, la musique et d’autres pièces culturelles qui seraient nécessaires pour la vie générale carcérale.  Pavillon EGEE Dans ce pavillon de garde et d’éducation de l’Etat, nous nous sommes entretenus avec le directeur de cet établissement sur la question liée aux loisirs et activités culturelles. Le Page 26
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

directeur nous a rapporté qu’au sein de cet établissement il n’y a pas d’activités des loisirs et activités culturelles organisés. Mais le directeur cherche à son niveau à occuper ces enfants en jeux de cartes, les jeux de dame et une petite poste radio est mise à la disposition de ces enfants pour suivre les informations ainsi que la musique. A cela une poste téléviseur est mis aussi à leur disposition pour suivre les films soit éducatif. Mais l’installation de cette poste téléviseur connait de problème lié à la fourniture du courant dans cet établissement car ce pavillon est approvisionné en courant qu’une seule fois par semaine. Le directeur dans cet entretien nous a donné quelques projets effectués par lui-même afin d’améliorer l’occupation des enfants il s’agit de l’apprentissage en langue française et swahili, l’achat d’un ballon malgré la place pour jouer qui n’existe pas, la recherche d’un enseignant pour le cours d’éducation à la citoyenneté ainsi qu’une bibliothèque pour la lecture.

XVII. TENUE DES REGISTRES A LA PCG
Faisons égard de l’article 7 de l’ERM, il est stipule que dans tout endroit où des personnes sont détenues, il faut tenir à jour, un registre relié et coté indiquant pour chaque détenu : son identité, le motif de sa détention et l’autorité compétente qui l’a décidée, le jour et l’heure de l’admission et de la sortie. Aucune personne ne peut être admise dans un établissement sans un titre de détention valable, dont les détails auront été consignés auparavant dans le registre. Ce principe universellement reconnu présente un caractère pertinent dans l’optique du respect des droits de la personne humaine à toute éventuelle arrestation arbitraire. Il est d’obligation pour l’administration pénitentiaire que lors qu’il y a admission, chaque détenu doit recevoir des informations écrites au sujet du régime des détenus de sa catégorie, des règles disciplinaires de l’établissement des moyens autorisés pour obtenir des renseignements et formuler des plaintes et des tous autres points qui peuvent être nécessaires pour lui permettre de connaitre ses droits et ses obligations et de s’adapter à la vie de l’établissement. Cette pratique devrait se réaliser par la mise en place de règlements énumérant le comportement digne que devra adopter les détenus dans sa vie carcérale et les actions qui constituent une infraction passible d’une sanction disciplinaire ainsi que les peines correspondantes. L’administration de l’établissement de détention pourra tenir informer le plus proche parent, ami ainsi que le représentant juridique du prisonnier au moment de l’admission à la prison au fin de permettre au détenu d’entrer en contact avec le monde extérieur. Apres cette étape le registre note les résultats d’examens médicaux qui pourront orienter le classement du détenu, détermine le régime du travail, son régime alimentaire, les programmes aux quels le prisonnier peut prétendre à une libération conditionnelle. Ces différentes considérations dans la tenue des registres constituent une garantie pour le prisonnier d’être pris en charge effectivement par l’administration pénitentiaire.

Page 27
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

XVIII. LA SURVEILLANCE DE L’ELETRIFICATION DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA
 Pavillon homme Ce pavillon compte 12 cellules et parmi lesquelles aucune n’est électrifiée. Dans le quartier spécial nous y avons trouvé une organisation des détenus qui ont acheté un générateur pouvant leur permettre d’allumer les ampoules la nuit, de charger de téléphone et suivre le téléviseur. Par contre dans d’autres cellules, il est difficile de distinguer le jour ou la nuit dans certaines cellules notamment la cellule n° 6. Les détenus nous ont déclaré que la nuit, ils recourent à la bougie faute d’installation électrique. • Pavillon femme Les femmes nous ont déclaré ce pavillon n’a jamais eu l’électricité alors que le bâtiment est installé. Pendant la nuit, elles se servent selon leur organisation interne de lampe tempête et que pour trouver la kérosène, il faut une contribution spéciale de chaque détenue femme. • Etablissement de garde et d’éducation de l’Etat Dans cet établissement de garde et d’éducation de l’Etat, les encadreurs nous ont dit, que, dès l’inauguration de cet établissement le courant est arrivé que trois fois. Pendant la nuit, quelque fois les encadreurs utilisent les lampes à tempête pour éclairer les enfants pendant le soupé. ils nous ont déclarés les problèmes de la kérosène pour les lampes, qu’il arrive quelque fois où l’absence de moyen financier pose problème pour trouver la kérosène. Pour résoudre ce problème nos interlocuteur ont ému les vœux de voir la prison alimente en électricité permanente.

XIX. LES CONDITIONS MATERIELS ET AUTRES BIENS MIS A LA DISPOSITION DES DETENUS
L’infrastructure pénitentiaire de la PCG sur les conditions matérielles en général est préoccupante. Il est à dénoter que les conditions matérielles renvoient à tous les outils, matériels et autres biens mis à la disposition des détenus pour leur usage collectif et parfois même industriel.  Pavillon homme

Les détenus de ce pavillon nous ont fait état de quelques matériels à leur disposition dont voici la teneur :  Ustensiles des cuisines et autres matériels :  4 fus ; Page 28
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

    

2 Casseroles ; 3 cantines ; 4 Balaies ; 4 Gans ; 2 Torchons.

La Cuisine de la PCG Pour nous imprégner de conditions matérielles dans les cellules, les détenus nous ont fait état de la carence de matelas (mousse) et des couvertures, d’assiettes, de gobelets, de cantines, de balaies, torchons, etc.  Pavillon femme Un nombre total de 29 femmes en détention dans ce pavillon ont à leur disposition les matériels, équipements et installations communes à savoir4 douches et 12 lits à étage garnis de matelas à l’excepté deux lits, ustensiles de cuisine assiettes et gobelets en nombre insuffisant ?  Pavillon EGEE

Apres avoir visité toutes les cellules de ce pavillon, le premier constat est satisfaisant puisque tous les enfants en détention dorment sur des lits de bonne qualité, garni des matelas (mousse) ainsi que de couvertures. Les cellules sont propres quand bien même une odeur dégagée par les toilettes atteint la cellule proche. Ils déplorent le manque de certains jeux ou autres matériels de loisir. Ils se réjouissent du poste récepteur dont ils indisposent pour suivre les informations et la musique.

XX. EDUCATION DES DETENUS ET PRISONNIERS A LA PRISON CENTRALE DE GOMA
La mission classique du milieu pénitentiaire ne peut se réaliser qu’à la prise en charge des détenus et prisonniers par divers programmes préparant la population carcérale à réintégrer la société après l’expiration de la peine. Pour cette recherche, nous avons parcouru les différents pavillons de détenus pour s’imprégner du niveau d’éducation dans ce milieu pénitentiaire.

Page 29
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Pavillon homme

Nous avons consacré notre temps à l’observation de différentes séances, cultes et jeux mais également, à l’entretien avec les présumés sages parmi les détenus. En parcourant la cour principale du pavillon, nous avons d’abord remarqué que les détenus passent la plupart des temps aux jeux de dame, carte et autres activités distrayantes. Cependant, vers 15h°°, les détenus se sont regroupés en forme d’un cercle et célébrer le culte dédié à Dieu, de louange et adoration, chant de la chorale et la prédication étaient de moment fort de ce culte qui n’a pas laissé indifférent notre intention. Un détenu aurait déclaré que Munzenze est une prison plus criminogène que resocialisatrice. Il faut signaler que les adeptes de l’église témoins de Jehova passent quelque fois en prison pour distribuer des revues. Cette absence de politique d’éducation dans ce milieu pénitentiaire ne permet pas aux prisonniers de bénéficier d’une libération ponctuelle à des fins d’étude pendant la journée de la part de l’administration pénitentiaire et à notre monitoring, tous les prisonniers étaient unanimes pour ce genre de programmes d’éducation. Selon le détenu SUMAILI, les détenus ont plus besoins de la nourriture que de l’éducation et ajoute en disant qu’un ventre affamé n’a point d’oreille. Toutes fois, reconnait que les détenus préfèrent l’éducation physique et sportive.  Pavillon femme.

Dans ce pavillon, nous nous sommes entretenus avec la femme Bibiane, condamnée pour abus de confiance à 1 an de servitude pénale principale. Cette femme nous explique que ce pavillon avait reçu des tableaux, boites de craies, carte alphabétique et numéraire, cahier et crayon de la part des institutrices de l’organisation non gouvernementale PJIRD, souhaitait assurer la formation en alphabétisation. Ce programme devrait être accompagné par l’aumônier spirituel de la PCG Pour la réalisation de ce programme, l’organisation PJIRD et l’aumônier spirituel souhaitait associer la Division provinciale de la justice dans ce programme d’éducation. La division provinciale de la justice avait refusé disant que ce programme ne peut pas se réaliser à l’intérieur de la prison sans l’aval du ministre national de la justice et pourtant la prison compte un nombre élevé des femmes analphabètes et 8 nourrissons dont certains peuvent suivre un enseignement à l’école primaire et maternelle.

Page 30
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Pavillon EGEE

Pour cette structure, nous nous sommes entretenus avec les assistants sociaux de ce pavillon qui nous ont expliqués que dans le temps il y avait un programme d’éducation à la vie, le cours de morale, la religion et l’accompagnement psycho social des enfants en conflit avec la loi, assuré par les assistant sociaux et l’organisation non gouvernementale PJIRD. Le programme d’alphabétisation et l’apprentissage des métiers, comme la coupe couture etc. mais ce programme s’était buté au problème financier car les assistants sociaux déplorent le manque de matériels nécessaires pour faire continuer ce programme d’éducation.

XXI. INSPECTION DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA PAR LES STRUCTURES ETATIQUES RECONNUES PAR L’ORDONNANCE 344 PORTANT REGIME PENITENTIAIRE EN RDC
L’inspection permanente devrait permettre à résoudre les problèmes que traverse la population carcérale. Car la prison étant un service public, l’autorité doit veiller au bon fonctionnement de ce service et assurer un encadrement efficient pour le rendre noble à sa mission. Pour cette question, l’ordonnance 344 portant régime pénitentiaire consacre trois sortes des visites des prisons par les autorités respectives dont : L’inspection judiciaire, l’inspection médicale et l’inspection administrative. a) Contrôle judiciaire L’officier du ministère public (Civil ou militaire) est habilité à effectuer des visites régulières des prisons et à inspecter les conditions de détention. Ainsi à la prison centrale de Goma, l’administration nous a renseigné que le procureur de la République ou son représentant ne passe qu’une fois le mois à la prison. Mais en ce que concerne la régularité de cas de détention préventive, l’administration de la prison nous a signalé que la chambre de conseil du Tribunal de grande instance siège chaque lundi, mercredi, jeudi et vendredi au fin de régulariser les pièces de détention. Néanmoins en ce qui concerne les juridictions militaires, certaines irrégularités sont décriées car certains détenus militaires leur dossier à la P.C.G marquent des pièces justifiant leur détention. b) Contrôle administratif Selon notre enquête de cette semaine à la prison centrale de Goma, les agents de l’administration pénitentiaire nous ont déclaré que l’autorité administrative habilitée pour faire l’inspection administrative ne s’est jamais présentée à la prison pour une quelconque inspection et cela serait à la base de plusieurs tumultes à la prison. Il nous déclare que si l’autorité administrative prenait en considération l’inspection de la prison, les détenus seraient bien encadrer.

Page 31
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

C. L’inspection médicale Pour ce qui concerne la prison centrale de Goma, l’inspection provinciale de la santé, de par nos enquêtes parait insouciante de la population carcérale. L’infirmier et les agents de la prison nous ont témoigné que l’inspecteur provincial de la santé n’est jamais entré dans les enceintes de la prison de Goma.

XXII. LE RANCONNNEMENT DES DETENUS AU SEIN DE LA PCG
a) La jouissance de certains droits reconnus aux détenus Il est de principe que tous les détenus sont égaux et bénéficient d’un traitement égal de la part des autorités pénitentiaires. Ainsi donc toute discrimination doit trouver sa source dans la loi. Il incombe à l’administration pénitentiaire de faire respecter l’égalité entre détenu, l’ordre et la discipline dans la Prison. 1) Accès aux chambres d’hébergement Le quartier spécial A réservé aux détenus riches ou puissants, Quartier spécial B, propre aux détenus modeste, la Cour centrale subdivisée en cellules avec des particularités différentes. A en croire au propos de détenus, l’accès au Quartier spécial A est conditionné au payement d’une somme de 50$, au Quartier spécial B ce payement revient à 25$ et enfin dans d’autres cellules de la cour centrale à 10$ Signalons que les détenus communément appelés « KUYAKUYA »qui n’ont pas de moyen pour payer cet argent sont soumis aux travaux de nettoyage quotidien des latrines chaque matin dès l’aurore. Notons que dans le pavillon Femme, il n’existe pas de mesure contra legem ayant trait aux conditions d’hébergement. 2) L’accès aux soins de santé Nous avons pu remarquer qu’au niveau interne de la Prison, tous les détenus bénéficient d’un traitement médical minimum. Le problème se pose lorsque l’état de santé des détenus nécessite un transfèrement vers un centre hospitalier spécialisé ou approprié à la maladie diagnostiqué. C’est à ce stade que les processus est bloqué car l’administration pénitentiaire exige le payement d’une somme de 100$ qu’il justifie comme motivation de l’escorte policière devant assurer le garde du détenu malade pendant la durée de l’hospitalisation. En cas de non payement c’est le refus total de transférer. Donnons l’exemple du défunt le détenu Sadock MAYELE. 3) L’accès à des visites. Au niveau externe, il est placé trois degré de contrôle à la Prison. A chacun de ces stades, on exige aux visiteurs un montant minimum de 200fc par visiteur. Pour ceux-là qui apportent de la nourriture ils peuvent laisser une partie de la nourriture aux policiers de garde situés au deuxième niveau de contrôle. Et, à l’intérieur, les détenus chargés Page 32
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

de la sécurité appelés soutirent également de l’argent aux visiteurs pour qu’ils aillent appeler le détenu visité.

XXIII. DE LA SEXUALITE A L’INTERIEUR DE LA PCG
Il est de principe que les détenus femmes doivent être placés dans des pavillons séparés de ceux réservés aux hommes. Ce principe connait bien évidemment son application à la PCG. . Il est à noter que les détenus de la PCG exercent du droit de visite sans distinction de sexe. Au regard des pratiques constatées à l’intérieur de la Prison, la question mérite d’être scrutin au fin de prendre des dispositions qui pourraient épargner ce milieu pénitentiaire de propagation des différentes maladies vénériennes. Pour ce thème, notre attention a porté sur le pavillon homme.  Pavillon homme

Selon certains détenus, les chefs de cellules donnent sa chambrette à ceux qui désirent passer à l’acte sexuel moyennant le payement d’une somme ne dépassant pas 1000Fc (frais de lavage de draps). Ils nous précisent que certaines femmes libres viennent passer la journée de dimanche à la prison à cette fin et plus souvent les relations sont faites sans préservatif.

XXIV. DES EVASIONS DES DETENUS A LA PCG.
La question des évasions des détenus de la Prison Centrale de Goma devenue récurrente n’a pas laissé indifférent l’activité de la surveillance de la PCG. a) L’Administration pénitentiaire Il ressort visiblement de notre entretien avec le Gardien de la PCG un refus tacite de nous livrer les données statistiques des évasions orchestrées durant la période de Janvier à Août 2012. Toutefois, nous nous sommes contentés du dernier rapport faisant état des évasions de Juillet, Août, et Septembre 2O12. Ce rapport renseigne sur l’évasion de NYANDUI Anicet, KAMBERE Valery, ISETU Christopher, SADIKI NTAWIGENGA et KAKULE KIZITO. Notons que les évasions susmentionnées ont été facilitées par la passivité ou l’implication directe des certains agents pénitentiaires. D’autres ont été organisées par les détenus malades transférés à l’hôpital, à savoir CEBCA et l’hôpital Général de Référence de Goma. b) CALENDRIER DES EVASIONS DE JANVIER A SEPTEMBRE 2012 13 Février 2012, KULIMUSHI MUSHABISA 20 Février 2012, IRANGI MAPENDANO 25 Au 26 Juin 2012 ; TOUSSAIT KARUNGU, meurtre, condamné à 10 ans de servitude pénale principale. Page 33
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

21 juillet 2012, Anicet NYANDWI, poursuivi pour assassinat et condamné à perpétuité. Selon les informations que nous disposons, cette évasion aurait été organisée avec la complicité de l’ancien gardien adjoint de la Prison. Il sera interpellé par l’auditorat Militaire de garnison puis relâché quelques jours après. 04 Août 2012, monsieur NTAWIGENGA SADIKI Innocent (RMP 59582) PR/MAJ, prévenu poursuivi pour viol devant le TGI de Goma. Il s’est évadé à l’hôpital provincial de Goma où il a été transféré pour raison des soins appropriés. 17 Août 2012, Monsieur KAKULE KIZITO, poursuivi pour vol à mains armé et associations de malfaiteurs ; il aurait été évadé de la prison en se faisant passé pour papy Mukenga au nom de qui l’auditeur avait signé des documents réguliers de sa libération. 03 septembre 2012 ; (1) KAMBERE Valery (RMP 54403/PR/FAL), condamné pour viol à 36 mois de SPP, s’est évadé à l’hôpital CEBCA où il était transféré pour subir des soins médicaux. (2) ISETU INYOLE Christopher (RMP 57425/PR/ML) ; poursuivi pour viol devant le TGI de Goma, s’est évadé à l’hôpital CEBCA où il a été transféré pour subir des soins médicaux. A cette date à la PCG il y a eu deux évasions en présence de toute l’équipe de l’administration pénitentiaire. Ces évades sont: - KASEKA BALIKWABO EZEKIEL poursuivi pour viol par le PGI et dont son dossier était en fixation devant le TGI. - KAMBALE KIBWANA AFRON condamné à mort par la cour opérationnelle. Après ces évasions, l’administration pénitentiaire s’est mis à la recherche de ces deux évadés et ils ont été retrouvés dans le quartier KATOYI et retournés en Prison en présence des moniteurs de l’OCP.

La PCG après l’évasion massive du 19 au 20 novembre 2012

Page 34
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

XXV. DU TRAFIC DE STUPEFIANT A LA PCG.
a) Entretien avec certains détenus de la cour centrale A la prison centrale de Goma, il est facile de reconnaitre certains visages de personnes qui s’adonnent aux stupéfiants. Et, même nos moniteurs ont eu à surprendre plusieurs fois, certains détenus entrain de consommer les chanvres au vue et au su de tout le monde. La question principale était non pas de savoir le mobile de ce dopage mais plutôt comment les détenus ont accès aux stupéfiants, (le chanvre, le valium, les boissons fortement alcooliques, connu au nom générique de SAPILO). Les détenus nous ont avoué qu’ils achètent auprès des autres détenus. Tout en nous indiquant l’endroit où se trouvent ces produits en vente. La question subsidiaire était de savoir comment ces trafiquants s’approvisionnent en stupéfiant alors qu’il existe un système de contrôle à la porte de la prison. Encore une fois, ils nous ont déclaré qu’il existe un circuit bien organisé qui opère dans ce trafic. Ce sont les visiteurs qui usent des stratagèmes pour échapper à la fouille des surveillants soit qui offrent de l’argent en guise de corruption pour faire entrer leurs marchandises. Ils ont de même déclaré que certaines femmes mettent le chanvre ou le Valium dans leurs sous-vêtements pour échapper au contrôle. Les détenus qui se livrent à ces pratiques sont généralement eux même trafiquants et consommateurs de la drogue. Tenez, liqueur Furaha qui se vend à plus ou moins 800Fc dans la cité, est vendue à 2500FC à l’intérieur de la prison. De même de valium ou une mesure de chanvre est vendu à un prix double que celui appliqué dans la cité. Pour finir, le Pasteur reconnait lui aussi que les surveillants et le comité de l’administration de fait sont complices dans ce trafic.

XXVI. LES ACTEURS NON ETATIQUES INTERVENANT A LA PRISON CENTRALE DE GOMA
1. ABA : Intervient dans le cadre de la régularisation et les traitements des dossiers judicaires des détenus. Elle intervient également sur le plan alimentaire en octroyant aux détenus malnutris la bouillie et autres. 2. AFMED : Offre d’expertise médicale au dispensaire de la PCG 3. CICR : Intervient en fournissant au dispensaire de la PCG les intrants et matériels médicaux pour les premiers traitements de maladies. Ici, les détenus ont précisé que le CICR intervient plus souvent au problème de maladies diarrhéiques.

Page 35
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

4. MSF : Leurs missions sont ponctuelles et concernent plus souvent la prévention des maladies à la PCG et le traitement ou le suivi des certaines maladies spécifiques. 5. MONUSCO:/Unité pénitentiaire, appui l’administration pénitentiaire dans l’amélioration de leur système de gestion de la Prison surtout en ce qui concerne les conditions légales de détention. 6. OCP : Intervient dans le cadre du plaidoyer auprès de certains partenaires non étatique et même auprès des autorités judiciaires et administratives pour la promotion des droits reconnus aux détenus. 7. PJRD : Offre une assistance psycho social aux détenus traumatisés 8. Les confessions religieuses interviennent dans le cadre de l’alimentation des détenus de la Prison centrale de Goma et soutien moral et spirituel des détenus. Toutefois, il reconnait que le CICR pose des actions régulières à la PCG dans le domaine médical. Les actions du CICR consistent, a-t-il renchéri dans l’approvisionnement de dispensaire en intrants médicaux et la distribution des biscuits aux détenus souffrant de la malnutrition. Quant à l’action de l’ABA et son partenaire OCP il a reconnu l’importance de leur intervention qui permet la célérité dans le traitement des dossiers des prévenus et la régularisation de dossiers à tout le niveau de l’instance. Quant aux confessions religieuses, il a loué leur intervention le jour de Dimanche qui consiste à la distribution de la nourriture aux détenus ; bien entendu, la bourse destinée à la ration alimentaire des détenus ne couvre pas le dimanche.

XXVII. L’ACCES ET L’UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES PAR LES DETENUS A LA PCG
Nous avons remarqué que presque tous les détenus du quartier spécial A ont chacun un téléphone portable à sa disposition. Quant aux détenus du quartier spécial B, le trois quart disposent chacun d’un portable et même certains en ont deux. Devant cette nécessité de communiquer, les détenus sont rançonner par l’Administration pénitentiaire au lieu de rendre disponible cet outil de communication, elle Exige payement d’un montant qui s’élève à 1000 FC pour accéder à ces téléphones.

XXVIII. LA JOUISSANCE DES DROITS DE VOTE DES DETENUS ET CONDAMNES DANS LA PRISON CENTRALE DE GOMA
Les détenus nous ont déclarés qu’en 2011 les agents de la CENI étaient arrivés dans la prison pour procéder à l’enrôlement de détenus prévenus et condamnés. Dans cette opération d’enrôlement tous les détenus prévenus et condamnés étaient enrôlés pour l’obtention de la Page 36
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

carte d’électeurs. Cette opération d’enrôlement se passait en présence des agents de l’administration pénitentiaire qui, après l’enrôlement des candidats, recevaient les cartes d’électeur pour les garder dans le bureau de l’administration pénitentiaire. Il est à signaler qu’aux élections du 28 Novembre 2012 aucun bureau de vote n’étaient installé à l’intérieur de la Prison pour permettre aux détenus prévenus de pouvoir exprimer leurs droits civils et politiques. Le prévenu NIYONZIMA en détention depuis le 15 mars 2011 et condamné à 2 ans de servitude pénale pour abus de confiance, fustige le fait que les détenus n’ont pas exercé le droit de vote aux cours des élections passées en RD Congo. Il reconnait que la CENI avait procédé à l’enrôlement des détenus prévenus civils en les promettant qu’ils vont eux aussi voter. Mais ils étaient surpris que lors des élections, la CENI n’a pas dépêché une équipe pour qu’ils puissent voter. Les noms détenus s’étaient retrouvés dans les bureaux de voter de la ville et aucun mécanisme d’extraction pour voter n’était pas prévu. a) L’administration pénitentiaire L’équipe actuelle de l’administration pénitentiaire déclare n’avoir pas participé à cette opération de révision des fichiers électoraux dans la prison. Toutefois, elle nous affirme que cette opération de révision avait eu lieu dans l’établissement pénitentiaire mais lors des élections du 28 Novembre 2011 aucun mécanisme n’était pas établi par la chaine de l’administration pénitentiaire pour faire participer les détenus prévenus au vote.

XXIX. LA LIBERTE D’EXPRESSION ET D’OPINION
a) La reconnaissance de la liberté d’expression à la PCG. Selon les détenus, ils jouissent de la liberté de communiquer entre eux dans la langue de leurs choix. Pour renchérir, les détenus sont une couche de population condamnée à vivre ensemble, ils ne peuvent donc pas se passer de communiquer entre eux. De plus, les détenus sont libres d’exprimer leurs idées ou penser à leur visiteur et aux autorités judiciaires dans certaines limites. De plus, ils peuvent utiliser le téléphone cellulaire comme moyen de communication leur permettant d’entrer en contact avec leur famille, de saisir une autorité judiciaire sur certaine question ou de dénoncer un acte de violence ou de mauvais traitement. Il est également permis aux détenus de la PCG d’écouter la radio et cela leur permet de s’informer sur les réalités ou l’actualité qui se passent et de former ainsi leur opinion par rapport à une question. b) La radio et la récolte des informations par les journalistes Il n’est pas permis aux journalistes de recueillir les informations auprès des détenus. Toutefois, le journaliste peut recueillir l’autorisation auprès du gardien en premier lieu et au second lieu du capita Général pour interroger les détenus.

Page 37
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Toutefois l’objet de l’entretien doit d’abord être communiqué à ces deux autorités pour que les informations sensibles ne sortent pas de la Prison. Il est interdit aux détenus d’appeler aux informations radiodiffusées à téléphone ouvert ou de livrer certaines informations aux journalistes visiteurs. 1. Les écrits Il est permis aux détenus de rédiger les correspondances aux autorités ou à leur famille. Vu que la plupart de détenus sont des analphabètes, les défenseurs de droit de l’homme les aident à rédiger leurs correspondances et ils en assurent la transmission au destinataire  Le messager

Les détenus font également recourir à des visiteurs qui les facilitent dans la transmission d’un message capital à leur famille ou à une autorité judiciaire.  Le téléphone

L’utilisation de téléphone est reprise à la prison sous certaines conditions de payement de l’argent. 2. De la Restriction à la liberté d’expression Selon l’OPJ KABONGO détenu chargé de renseignement à la PCG, il n’est pas permis de former un groupe restreint et permanant d’échange et d’expression secrète puis qu’il a été remarqué que de tels groupes complotent d’autres forfaits et parfois l’évasion.  AMANI MUHIGIRWA, évadé vers le mois d’Août 2012, condamné à 7 ans par le Tribunal de Grande instance pour Viol. Selon les informations recueillies auprès de certains agents de l’administration pénitentiaire, cette évasion était dissimulée par le gardien de la Prison ; C’est en date du 15 octobre 2012 qu’un agent de la prison nous a livré cette information.  MAPENDANO BARUNGU Jean marie, condamné à 3 ans pour vol simple et faux en écriture par le Tribunal de Grande Instance de Goma, évadé en date du 14 octobre 2012. Selon les sources d’information recueillies, cette évasion a été planifiée entre l’administration de fait et le gardien de la Prison et son équipe avec un port de vin de 250$.

XXX. ASSISTANCE JUDICIAIRE DES PREVENUS DEVANT LES JURIDICTIONS MILITAIRES.
La question de l’assistance judiciaire des prévenus devant les juridictions militaires est le thème retenu au cours de cette semaine. Il est de principe constitutionnel que toute personne ait le droit de se faire assister devant les instances judiciaires par un avocat de son choix. Cependant, il se pose un problème de moyen financier dans la personne du prévenu pouvant supporter les honoraires de l’avocat.

Page 38
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Pour ce faire nous allons analyser la fréquence de l’assistance judiciaire au niveau du Tribunal militaire de garnison(TMG) et ensuite la difficulté de la continuité du procès au niveau de la cour militaire. a) L’assistance judiciaire des prévenus au niveau de TMG Lors de notre descente à l’audience du TMG en date du 12 Novembre 2012, trois dossiers étaient inscrits à l’extrait de rôle. 1) RP 554/012, RMP 4173/MTK/012 ; MP c/o Mr WABENGA KILOSHO YVES poursuivi pour meurtre, détention illégale d’armes et de minutions de guerre. A l’appel de la cause, le prévenu n’était pas assisté alors le président du Tribunal avait pourvu à son assistance en commettant d’office un conseil pour assurer sa défense. 2) RP 567/012, Prévenu BAGAMBE KABUBA Patient, poursuivi pour meurtre. Ce dernier n’était pas assisté, à l’appel de la cause la décision de renvoi renseigne que le prévenu est poursuivi pour une infraction sanctionnée d’une peine capitale, le juge a également commis d’office un avocat pour assurer sa défense afin que les moyens à développer par les parties soient équilibrés. Nous avons également interrogé un échantillon de dix détenus militaires parmi lesquels trois sous-officiers nous ont déclarés avoir constitué eux -même leur conseil pour assurer leur défense, un détenu qui se dit bénéficiaire de l’assistance gratuite d’un conseil de l’ABA, deux détenus pour qui les juges ont commis d’office des conseils et 4 détenus sont sans assistance et leurs dossiers se trouvent bloqués. Parmi les quatre détenus nous avons : a) Monsieur MAYOMBE MOSEMI Honoré, RMP /90/MNL/2012, arrêté par l’auditorat supérieur, en détention depuis le 21 décembre 2011 (sans assistance judiciaire) ; b) Monsieur KAVAKURE SAMUEL, prévenu sans assistance judiciaire d’un conseil, en détention depuis 2007. (Tous sont hébergés dans la cellule 6 numéro). B) De l’assistance judiciaire aux prévenus devant la cour militaire. En guise de réponse à nos préoccupations, ces derniers nous ont déclaré que l’exigence de constituer un avocat pour interjeter appel constitue une sorte de blocage. Certains parmi eux se dit avoir plaidé au premier degré sans être assisté d’un défenseur judiciaire près le Tribunal. Ce dernier ne peut pas, en vertu des règles de compétence, comparaitre devant la cour.

Page 39
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

c) Assistance judiciaire de détenus à l’audience foraine du tribunal de grande instance Selon nos observations tirées à l’audience foraine de lundi, mercredi et l’audience en chambre de conseil de vendredi, Il est à noter que la plupart des détenus qui comparaissent devant le juge du tribunal ne sont pas assistés par des avocats. 1. Constat A l’audience foraine du 7 Novembre 2012, l’extrait de rôle prévoyait 34 dossiers au total, dont 13 pour la chambre 3 et 21 pour la chambre 4 du TGI. Après l’appel de rôle de ce jour nous avons répertorié une vingtaine des dossiers dans lesquels les détenus n’étaient pas assistés. 2. Conséquence Au regard du nombre de dossiers prévus à ce jour, les juges renvoient plus souvent les dossiers dont les prévenus ne sont pas assistés d’un conseil à deux ou trois semaines voire même une remise au mois pour l’accomplissement d’un devoir ou d’une mesure d’instruction. Il a été constaté plusieurs irrégularités tirées dans l’instruction desdites causes.

XXXI. REPARTITION DES DETENUS DANS LES DIFFERENTES CELLULES DE LA PRISON AINSI QUE LA TENUE DE REGISTRE APRES L’OUVETURE.
L’assaut de la ville par les mutins de M23 avait occasionné l’évasion collective des condamnés et détenus de la PCG. Les différents acteurs intervenants dans la prison ont réfléchi pour aboutir à l‘amélioration de conditions légales et matérielles de la détention avant l’ouverture de cette Prison. L’OCP/RDC a effectué des descentes à la prison pour s’enquérir de la répartition des détenus dans les différentes cellules de la prison ainsi que la tenue de registre après l’ouverture. a) De la répartition de détenus Les agents de l’administration pénitentiaire nous ont parlé qu’au regard de l’exiguïté de l’espace, il est impossible de repartir les détenus selon leur état de détention. Ils nous ont précisés qu’au stade actuel la répartition des détenus tient à grouper les hommes dans un pavillon séparé de celui femmes et les enfants dans un quartier spécial. L’administration pénitentiaire informe que parmi la population carcérale 56 détenus dont 3 femmes et 53 hommes. Ces prévenus ont été placés sous MAP ou par ordonnance de confirmation de détention préventive. b) De la tenue de registre Selon, les greffiers de la prison tous les registres pénitentiaires ne sont pas effectivement complétés car certains cas ne sont encore présentés au niveau de la prison. Les registres complétés sont notamment ceux d’évadés repris, registre d’écrou et registre d’inspection, les autres sont encore conservés. Page 40
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Il est à savoir que l’inauguration de la prison présente certaines innovations par rapport à la gestion antérieure de la prison. Dans l’identification de chaque détenu, il est annexé à son mandat d’arrêt provisoire une fiche d’identité sur laquelle apparait la photo passeport du détenu. Il est à reconnaitre les actions de l’ABA/Roli dans le cadre de l’amélioration des conditions légale et matérielle de détenu car un appareil photo est déjà opérationnel à la prison pour la prise de Photo. L’OCP/RDC salue ce mécanisme de prise de photos de chaque de détenu car il permet de mieux identifier chaque détenu. Cette identification permettra à l’avenir d’éviter des évasions.

XXXII. RAPPORT DE LA REUNION TENUE EN DATE DU 06 DECEMBRE AU BUREAU DE L’ABA
La réunion tenue en date du 06 décembre au bureau de ABA qui réunissait le Ministre provincial en charge de l’administration de la justice, les magistrats de l’appareil judicaire, la Monusco/ appui à la justice, les organisations de la société civile et le barreau de Goma avait pour mission d’évaluer la situation actuelle de la prison centrale de Goma et l’identification des pistes de solutions pour que la prison commence à recevoir les criminels arrêtés par les instances judicaires. A cet effet, les participants avaient souhaité la création des espaces provisoires de détention avant la réhabilitation de l’ancien pavillon et l’inauguration du nouveau bâtiment construit par l’UNOPS. Le monitoring à la prison centrale de Goma était axé sur la réhabilitation de la prison dès l’ouverture par le gouverneur de la province du Nord Kivu. Pour l’OCP/RDC, il a fallu observer les conditions matérielles actuelles de détention dont : la literie, l’alimentation, l’hygiène et la santé, l’eau et l’électricité. L’examen de la situation de détenu de la PCG après son ouverture nous a permis d’échanger avec les détenus qui y sont enfin de s’imprégner de la question. A. situation alimentaire améliorée par rapport à la période de la surpopulation d’avant l’évasion. B. la literie Selon le capita général de l’administration de fait, le pavillon homme compte 16 lits, 22 mousses et 24 couvertures pour un nombre de 53 détenus C. la santé La situation de détenus sur le plan sanitaire est abandonnée par l’administration pénitentiaire car deux détenus blessés à la tête lors de vengeance par la population ici à Goma n’ont pas

Page 41
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

encore subi de soins médicaux. il a été constaté que l’infirmerie pénitentiaire ne fonctionne pas à ces jours. D. l’électricité Il y a absence de l’énergie électrique à la PCG.

XXXIII. VISITE DE LA PCG PAR LES AUTORITES GOUVERNEMENTALES EN DATE DU 19 DECEMBRE 2012
Les événements du 19 au 20 Novembre 2012 occasionné par le M23 ont facilité l’évasion des détenus, la destructions des matériels et construction de la prison ainsi que les pillages des biens de valeurs. Rappelons que la Prison centrale de Goma regorgeait 1175 détenus et prisonniers les jours avant l’incursion des mutins de M23. Depuis la reprise de la gestion de la ville par le gouvernement et le rétablissement de l’autorité de l’Etat, le Procureur général a fait appel aux prisonniers évadés pour se rendre dans la Prison (Pavillon annexe réhabilité par le gouvernement provincial avec l’appui de l’ABA). La délégation a ensuite procédé à l’inspection des conditions matérielles envisagée après les événements malheureux. Le constat est positif par rapport aux conditions matérielles de détention. S’agissant de l’inspection de l’ancien bâtiment de la Prison, la délégation a constaté la destruction des portes sur les cellules, le délabrement des certaines installations, l’incendie de la salle d’audience, le mur troué, etc.

XXXIV. LES ACTIVITES DE LA REOUVERTURE DE LA PRISON CENTRALE DE GOMA
Après l’évasion massive de tous les détenus ou prisonniers de la prison centrale de Goma (PCG) suivi des pillages de celle-ci par la population environnante, l’heure est à la réhabilitation des deux pavillons (Femmes et Enfants) pour la rendre opérationnelle dans le but de lutter contre la justice populaire, l’impunité, les assassinats et meurtres qui font rage dans la ville Goma. C’est dans ce cadre qu’il y a eu convocation d’urgence d’une réunion extraordinaire du Comité Permanent du Système Pénitentiaire (CPSP) par le Ministre Provincial de la Justice, droits humains et réinsertion communautaire sous l’impulsion de l’ABA pour solliciter l’implication de tous les acteurs partenaires du Gouvernement Congolais dans les actions qui peuvent permettre la réouverture dans un bref délai de la prison centrale de Goma.

Page 42
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

a) Activités du Comité permanent du système pénitentiaire Avec l’ accompagnement de l’ABA, en date du 06 décembre 2012, s’est tenue une réunion d’urgence du Comité pour évaluer la situation de la prison centrale de Goma (PCG) et les pistes de solutions. En ce qui concerne l’évaluation, le Directeur de Cabinet du Ministre Provincial de la Justice, Droits humains et réinsertion communautaire avait demandé aux participants de commencer par la visite (descente) à la prison et l’auditorat militaire dans le camp Katindo pour se rendre compte de l’état de dégradation de ces 2 institutions après les événements du 19 au 20 novembre 2012. Après la descente, le Ministre Provincial de la Justice avait commencé par s’excuser auprès des participants de son absence à la séance de visite car il était en conseil des Ministres au Gouvernement Provincial. En ce qui concerne le nouveau bâtiment construit par l’UNOPS, les participants ont été informés que les travaux de finissage peuvent durer un mois c’est-à-dire qu’il peut être remis fin décembre 2012. Il était impérieux de rechercher une solution provisoire, c’est ainsi que tout le monde avait été unanime de procéder à une réhabilitation progressive en commençant par les deux pavillons. C’est dans ce cadre que le Chef de Mission de l’ABA en RDC a exprimé son engagement à financer ces travaux, compte tenu de l’urgence qui s’impose. b) Réhabilitation des deux pavillons (femmes et enfants) par l’ABA Cette réhabilitation a onsisté au :  Recrutement rapide de plus d’une dizaine de personnes pour balayer et nettoyer l’intérieur de la prison (la partie réhabilitée) et débarrasser la partie extérieure des ordures et paperasses la jonchant ;  Installation des portes d’accès à la Cour Principale, aux toillettes et cellules ;  Réparation des installations éléctriques et sanitaire (WC et douches) ;  Raccordement de l’eau et réparation de la canalisation de l’approvisionnement en eau potable à la PCG ;  Achat des casseroles pour le personnel de surveillance ;  Achat d’une imprimante pour photos-passeports ;  Achat d’un kit complet d’appareil photo numérique. La réouverture de la Prison Centrale de Goma a eu lieu le 12 Décembre 2012 à 14 h°° heure de Goma où la cérémonie a été réhaussée par la présence du Gouverneur de Province du Nord-Kivu accompagné du Ministre Provincial de la Justice, droits humains et réinsertion communautaire et autres autorités locales et surtout des partenaires de la prison tels que la Monusco, l’OCP/RDC, l’AFEMED, ACAT/N-K.

XXXV. MONITORING DE PROCES EFFECTUE AU TRIBUNAL MILITAIRE DE GARNISON.

Page 43
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Il s’agit de présenter succinctement dans les lignes qui suivent quelques rapports de monitoring de procès. Pour plus de détail, veuillez lire nos différents rapports périodiques à ce sujet. A) AUDIENCE DU 30 MARS 2012 L’audience avait commencé à 12h 30 et pris fin à 17 h 30. Le siège était composé de : - Serge BINENA MULAJI, président ; - MBONZALE Juge ; - KIBUNDILA, juge assesseur ; - Thiery KASEREKA, juge assesseur ; - OTONGILA, juge assesseur ; Bernard MUNDUMBU, Ministère public Martin MADOLI, greffier de siège Le Ministère Public audiencier avait présenté cinq dossiers pour lesquels il demandait la condamnation au tribunal de prévenus déférés par lui devant la juridiction de jugement. 1) R.P. 546/012 - R.M.P 3015/KNGB/3/11 Le tribunal renvoya la cause au 31 octobre 2013 pour prononcer le jugement. A cette date le prévenu était acquitté dans le jugement prononcé à 14h°° par la composition du tribunal. 2) RP. 183 / 07- RMP 1257 / NUM/07. Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, ministère public au prévenu NDALE KAKURU poursuivi de meurtre. Celui-ci avait causé l’homicide à une personne dans la localité de KIBUMBA. Le jugement prononcé par la composition du Tribunal avait condamné le prévenu à sept ans de SPP. Le prévenu n’étant pas satisfait de la décision du Tribunal avait interjeté appel contre ce jugement. 3) RP 563 / 012 Cette cause opposait le ministère public contre le prévenu KASEREKA BAHATI. La partie civile n’était pas citée mais la partie prévenue comparaissait assisté de Me FIKIRI. Cette cause était remise à la date du 14 Novembre 2012 pour citer la partie victime. Les événements de la guerre survenus n’ont pas permis la poursuite de l’instruction de la cause et le prévenu s’en est évadé à la date du 20 Novembre 2012 lors de la prise de la ville de Goma par les rebelles du M23. 4) R.P. 548 /012 - RMP N° : 4000 / IGL /12. Cette cause oppose l’auditeur militaire de garnison au prévenu ZAKATUMBA MALASI Jean. A l’appel de la cause le prévenu comparaissait en personne assisté de son conseil Me FIKIRI. Le jugement intervenu à la huitaine a condamné le prévenu à cinq de S.P.P avec de dommage intérêt de 1000$ en Frans Congolais. Page 44
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

B) AUDIENCE DU 25 AVRIL 2012 a) R.P 535 /012 - RMP 2929/KNG-B /011 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, ministère public au prévenu MIZINGE RUGIRAGAMBA. et le jugement intervenu avait acquitté le prévenu faute de moyen de preuve présenté par l’organe de l’accusation. b) RP 566/012 - RMP 4001/BBL /012. Cette cause oppose le prévenu MUTANGO KASANZA Elie contre l’auditeur militaire. Cette cause était renvoyée à l’audience du 14 décembre 2012 pour la comparution personnelle de la partie victime et poursuite de l’instruction. Au suivi d’assistance judiciaire, cette audience n’avait pas eu lieu faute de moyen de transport pour extraire le détenu. La cause était renvoyée à l’audience du 21 décembre 2012. Les événements de la prise de la ville par les rebelles du M23 n’ont pas permis la tenue de cette audience et le prévenu s’en est évade en date du 20 décembre 2012 à la prison. c) RP 530/012 - RMP 030/EAM/011. Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, ministère public au prévenu BAHATI ABDOU. Le jugement intervenu avait condamné le prévenu à 5 ans de SPP. d) RP 330 /08 - RMP 19 24/IGL/08 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, ministère public au prévenu NKUNZU MUANI ERICK. Le jugement intervenu avait condamné le prévenu à 15 ans de SPP. e) RP 474/010- RMP 2530/KNG-B/010 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, MP au prévenu Lt LUNZENZE NYARUBWA. Le jugement intervenu avait condamné le prévenu à 5 ans de SPP et son acquittement à l’infraction de vol à main armée. f) RP 535 /012 - RMP 2929 /KNG-B/011 Cette cause opposait l’auditeur militaire MP au prévenu MIZINGE RUGIRANGABA. Le jugement intervenu avait blanchi le prévenu des faits mis à sa charge. g) RP 470 /010 - RMP 019/BPD/010 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, MP aux prévenus HABARUGIRA Faustin et Patrick KASIGWA. Page 45
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Le jugement intervenu avait condamné les prévenus à 10 ans de SPP. Le jour du prononce du jugement les prévenus ont interjeté appel sur le banc contre ce jugement. C) AUDIENCE DU 30 JANVIER 2012 Cette audience avait commencé à 13h30 et pris fin à 17h30 Le siège était composé de : - Jean Rêne ZINGIKULANDA (Président) - MUSSA ABIBA juge assesseur - Thiery KASEREKA, juge assesseur - KIBULULANDA, juge assesseur - Augustin OKITO, juge assesseur - Bernard KANGELA, ministère public - Joseph KULIMUSHI, greffier a) RP 522/012 - RMP : 2940/IGL/012 Cette cause opposait l‘auditeur militaire de garnison, ministère public aux prévenus BAHATI HANGI PILIPILI, BASEME Lazard et MAULIZO BANYENE. Le jugement intervenu avait placé les prévenus de fin de toute poursuite pénale. b) RP 523/011- RMP 2940/IGL/011 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, Ministère public aux prévenus KAKULE TONTON et SAKANATE ADJIBA. Le jugement intervenu avait condamné le premier prévenu à trois ans de SPP et le deuxième prévenu à 5 ans de SPP. c) RP 400/09 - RMP 2298/IGL/09 Cette cause opposait l’auditeur militaire de garnison, ministère public au prévenu RWAMBA Jacques. A l’appel de la cause le prévenu comparaissait en personne assisté de Me FIKIRI MUHIMA conjointement avec Me Julien BAENI SHEMITIMA et la partie civile par Me Patrick KOKO. Interrogé sur le fait mis à sa charge, le prévenu rejette en bloc tous les faits mis à sa charge. Après instruction de la cause, le président du tribunal s’estima suffisamment éclairer et invitant le MP de requérir et la défense à pouvoir plaide. Après la prise en délibéré de la cause, le jugement intervenu avait condamné le prévenu à la peine de mort et de cet effet le prévenu interjettera appel contre le jugement.

Page 46
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

XXXVI. TABLEAU SYNTHETIQUE DU RESULTAT DU PROJET
N° 1 ACTIVITES RESULTATS ATTENDUS Monitoring régulier de le -Amélioration des conditions PCG matérielles et légales de détention à la PCG. REALITIONS/INDICATEURS 43 rapports hebdomadaires de monitoring produits sur la Prison Centrale de Goma 10 rapports mensuels de - Respect des droits des monitoring produits ; détenus 3 rapports trimestriels de monitoring produits ; l’OCP dispose d’une liste de 759 détenus, d’autres ne voulaient pas se faire enregistrer. Tous les détenus enregistrés et non enregistrés se sont évades lors de l’incursion à Goma du M23 en Novembre . Sur un total de 122 plaintes rédigées, plus ou moins 30 détenus ont obtenu du gardien la libération immédiate ; , 81 plaintes visées par le Gardien de la PCG ont été transmise aux autorités judiciaires des différentes juridictions. -40 dossiers régularisés par la fixation devant le Tribunal compétent pour les cas de la détention préventive prolongée ; - 20 personnes libérées par les autorités judiciaires ; - 10 Communiqués de presse ont été rendu public ; - 5 ont été répondu favorablement par les autorités administratives et judiciaires

2

Obtention des détails au Respect des conditions sujet de chaque détenu et générales de détention de l’infraction qu’il est soupçonné avoir commise

3

Instauration des Respect de la liberté de mécanismes de plaintes pensé, d’expression ; le droit à l’information et la dénonciation de détenus Institution des mécanismes de plaintes par lesquelles les détenus s’adressent à l’autorité judiciaire compétente ;

4

Communiqué de presse

5

Les communiqués de presse par lesquelles nous nous sommes adressées aux autorités administratives et judiciaires afin de dénoncer les différentes violations des droits détenus Descente à la Prison Production et publication des 222 rapports journaliers internes Centrale de Goma rapports journaliers ; constituent la banque de données Constitution d’une banque de de la situation carcérale de 2012 ; données

Page 47
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

XXXVII. SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS
Au Gouvernement Congolais et autres structures étatiques  Réhabiliter l’ancien pavillon détruit lors de l’incursion de la milice M23 dans la ville de Goma ;  De construire une nouvelle prison d’une capacité de cinq cent (500) pensionnaires et clôturé la concession de la prison centrale de Goma pour lutter dans l’avenir contre un pillage systématique et la spoliation de la concession par la population ;  De construire les cachots de poste de police avec les installations sanitaires connexes et tenir compte de la séparation des cellules entre hommes et femmes ;  De construire des prisons spécifiques aux militaires, de maison d’arrêt pouvant recevoir les prévenus dans un endroit séparé de celui réservé aux condamnés.  D’équiper les différents bureaux de l’administration pénitentiaire (Chaises, tables bureaux, armoires, etc.) ;  D’équiper les différentes prisons et cachots de matériels modernes permettant aux détenus de vivre dans des conditions plus ou moins humaines ;  Rendre disponible la nourriture de bonne qualité et en quantité suffisante pour préserver la santé physique des détenus dans des prisons et maisons d’arrêt ;  Doter les prisons, maisons d’arrêt et cachot des lits garnis des mousses et des couvertures, des ustensiles de cuisine, assiettes et gobelet, et autres récipients.  Former le personnel pénitentiaire pour leur permettre d’assurer la sécurité et sûreté de la PCG et aussi la protection des droits de prisonniers ;  Que l’Etat Congolais dote les institutions judiciaires du Nord-Kivu de moyen de transport pour permettre aux le transfert d’un détenu malade vers un centre hospitalier approprié ;  Si le médecin estime qu’en raison de la gravité ou de la nature de la maladie, il est impossible de soigner le détenu dans la prison, les camps de détention ou la maison d’arrêt, celui-ci est conduit à la formation médicale ou hospitalière la plus proche. Aux Magistrats et Agents pénitentiaires.  De respecter les règles de procédure, les délais de détention et les conditions d’octroi de liberté provisoire puis qu’il faut rendre le jugement dans un délai raisonnable ;  d’assurer la gestion saine de biens dont ils disposent au profit des détenus ;  Que la surveillance immédiate des détenus soit exercée par les surveillants (art 21 de ladite Ordonnance) ;  Que l’administration pénitentiaire gère cet établissement à l’abri de trafic des produits stupéfiants pour l’émergence de la mission classique de la prison ;

Page 48
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

 Que l’Administration pénitentiaire procède par un PV de constat à soumettre au Procureur de la République toutes les fois qu’il y a eu évasion.  Que l’on renforce la Prison Centrale de Goma en nombre des policiers de garde de nuit ;  De ne pas faire payer les détenus les billets de sortie et autre documents que l’administration pénitentiaire taxe illégalement et de cesser de rançonner les codétenus car tous les détenus sont égaux et bénéficient du même statut.  Mettre fin aux tracasseries policières et militaires déjà institutionnalisés à la prison centrale de Goma même au sein de certains surveillants et responsables de l’administration pénitentiaire ;  procéder au contrôle de la prison centrale de Goma par les autorités pour lutter contre tout tumulte à la prison et faire la régularité des pièces de détention des détenus tant civils que militaires ; Aux ONG nationales et internationales  D’accroitre l’assistance technique et financière destinée à l’assistance juridique et judiciaire des victimes des violations des droits de l’homme dans les milieux carcéraux ;  De soutenir financièrement la clinique d’assistance judiciaire en faveur des détenus pour faire respecter les droits à un procès équitable, surtout qu’actuellement les violences sexuelles sont devenues des fonds de commerce ;  Accroître l’aide ou assistance technique et financière destinée au monitoring des lieux de détention et des procès ;  Que les prévenus soient assistés à tout le niveau de la procédure pénale pour le respect du principe ‘’ d’un procès équitable’’ ;  Que les ONG de monitoring de procès soient soutenues dans leurs activités de routine pour le respect des droits de l’homme devant les instances judiciaires.  De commencer les activités de monitoring et d’assistance judiciaire dès la phase préjuridictionnelle jusqu’à la phase juridictionnelle.

Page 49
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

CONCLUSION
Les différentes activités ont été réalisées grâce non seulement à tous ceux qui soutiennent financièrement nos actions, mais également grâce aux partenaires avec qui nous partageons la volonté de faire respecter la dignité humaine et surtout les droits de la personne arrêtée (les membres des associations du réseau OCP/RDC, les partenaires, structures étatiques et les ONG partenaires). Nous avons l’honneur de présenter nos sincères remerciements au personnel pénitentiaire pour leur collaboration et aux détenus pour leur ouverture dans le cadre du programme de monitoring de la Prison Centrale de Goma. Il faudrait en fin reconnaitre que ce présent rapport est avant tout le fruit de la volonté des moniteurs/ observateurs qui ont voulu à tout prix améliorer les conditions carcérales dans cette maison de détention.

Fait à Goma le 28 février 2013

Pour l’OCP/RDCongo

Me Julien BAENI SHEMITIMA Directeur des Programmes

Me FIKIRI MUHIMA LUTAICHIRWA Directeur Exécutif

Pour tout renseignement complémentaire concernant le présent rapport, veuillez contacter : Le Secrétariat National de l’OCP/RDC à Goma sur avenue Mutakato( ex KIBARABARA Néo Apostolique), Quartier MABANGA SUD, Commune de KARISIMBI, ville de Goma, Province du Nord KIVU, R D Congo. E-mail : ocp_goma@yahoo.fr , ocp_kinshasa@yahoo.fr, ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, julbashems@yahoo.fr et fimulu_lutai@yahoo.fr Téléphone : (243) 99 41 36 976 et (243) 99 53 99 484

Page 50
Réseau d’Organisations affiliées de promotion, de protection et de défense des droits des détenus. 1, rue Mutakato (ex-Kibarabara Néo-Apostolique), Quartier Mabanga-Sud, Commune de Karisimbi, Ville de Goma, Province Nord Kivu, R D Congo, E-Mail : ocp_goma@yahoo.fr,ocp_bukavu@yahoo.fr, ocp_kindu@yahoo.fr, ocp_kinshasa@yahoo.fr, - Téléphone : +243(0) 99 41 36 976, 081 89 94 357 et 99 53 99 484

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful