Vous êtes sur la page 1sur 4

PRÉSENTATION DU CMMI

1. Bonne pratique :
Le terme « bonnes pratiques » désigne, dans un milieu professionnel donné, un ensemble
de comportements qui font consensus et qui sont considérés comme indispensables, qu'on
peut trouver sous forme de guides de bonnes pratiques (GBP). Ces guides sont conçus par les
filières ou par les autorités. Ils peuvent se limiter aux obligations légales, ou les dépasser.
Comme les chartes, ils ne sont généralement pas opposables. Ils ne sont pas toujours publics,
ni toujours gratuits ou accessibles en ligne pour le consommateur. Ils sont souvent établis
dans le cadre d'une démarche qualité par les filières.

2. CMMI :
Le CMMI, pour Capability Maturity Model Integration (Modèle intégré du niveau de
maturité), est une extension de la spécification CMM première, créée pour le ministère de la
Défense américain en 1989 afin de déterminer si un projet interne ou tiers serait terminé dans
les temps, selon le budget et les spécifications. CMMI est donc avant tout un référentiel
d'évaluation de la capacité à gérer et terminer un projet correctement, proposant nombre de
bonnes pratiques liées à la gestion, au développement et à la maintenance d'applications et de
systèmes..CMMI étend CMM en y intégrant les avancées d'autres spécifications proches, et
établies entre-temps pour pallier les manques de CMM. Le CMMI établit les aspects à
surveiller au sein d'une organisation et d'un projet pour en assurer la bonne complétion.

3. APPORTS CMMI :
Le modèle CMMI est basé sur la solide expérience acquise avec l’application du CMM, et
apparaît comme un modèle de bonnes pratiques reconnu dans le monde. Le bénéfice que les
organisations peuvent retirer n’est plus à démontrer. Des études ont prouvé que des processus
matures permettent : d'accroître la compétitivité, de diminuer les risques, de diminuer les
coûts, et apporte une plus grande capacité à respecter les budgets et les délais. Aujourd’hui, il
est possible qu’une certification CMMI soit incontournable pour une entreprise pour diverses
raisons : demande d’un client, critère de réponse à un appel d’offres, effet marketing
souhaité. Que ce soit suite à une contrainte externe, ou pour limiter les risques et les coûts à
plus long terme, en déployant une démarche d’amélioration des processus IT, le modèle
CMMI permet de défendre et déployer une démarche qualité IT d’amélioration continue.

1
4. Modèle CMMI :
Au sein du CMMI, la structure initiale du CMMI est conservée avec cinq niveaux de
maturité (1-Initial, 2-Reproductible, 3-Défini, 4-Géré Contrôlé, 5-Optimisé )

le CMMI propose deux types de représentation. L’une d’elle déroule une approche étagée :
une unité organisationnelle améliore globalement ses pratiques par palier. Des domaines de
processus sont regroupés en quatre étages (niveaux de maturité 2 à 5) reposant sur le niveau
1 correspondant à des pratiques non structurées ni gérées. La deuxième représentation
déroule une approche continue permettant à une organisation de sélectionner les processus
sur lesquels elle souhaite progresser en priorité, en ligne avec ses objectifs stratégiques.
L’approche continue couvre un ensemble de 25 domaines de processus. Chacun d’eux
comprend un ensemble d’objectifs à atteindre en fonction d’exigences propres et chaque
objectif est soutenu par un ensemble de bonnes pratiques. Tableau ci-dessus specifie les
niveaux et leurs caracteristiques.

2
5. Conclusion
Il existe d’autres référentiels de bonnes pratiques comme PMBOOK ou ITIL ,qui visent à fournir
aux entreprises des moyens pour promouvoir leurs développements et un label de qualité
pour assurer les clients. La certification CMMI permet de développer les activités d'Offshoring
des opérateurs du secteur et de renforcer leur positionnement à l'international et offre, de ce
fait, d'importantes opportunités sur le marché européen.

6. Annexe :
 SQLI certifiée CMMI niveau 3.

 Thalés certifié niveau 4

 Outsourcing :L'externalisation, désigne le transfert de tout ou partie d'une


fonction d'une organisation (entreprise ou administration) vers un partenaire
externe. Elle consiste très souvent en la sous-traitance des activités jugées non-
essentielles et non stratégiques : pour une entreprise, il s'agit de celles qui sont
les moins productrices de revenus. Il s'agit d'un outil de gestion stratégique qui
se traduit par la restructuration d’une entreprise au sein de sa sphère
d’activités : ses compétences de base et son cœur de métier (core business en
anglais).

 Source :

www.Journaledunet.com

www.sei.cmu.edu/cmmi/.

CMMI ET LES ENTREPRISES MAROCAINES

3
Les SSII marocaines s’intéressent de plus en plus à la norme CMMI.Mounir Abou el Fattah,
ingénieur qualité chez une société de service marocaine, fait le point sur les défis du référentiel
CMMI pour les PME-PMI compte tenu du fait que c’est une norme d’amélioration de processus
logiciels adoptée plutôt par les grands éditeurs internationaux.

En raison de la mondialisation et de l'ouverture des marchés, une forte concurrence apparaît et


met particulièrement au défi les petites et moyennes entreprises de développement de logiciels.
En effet, ces petites organisations ont souvent le réflexe de sous-estimer l'utilité des outils de
gestion et d'analyse de qualité de leurs propres produits.

Elles auraient intérêt à les exploiter au niveau de leurs processus d'affaires dans l'objectif
d'évaluer leur position par rapport à une situation optimale. La mise en place de cette discipline
améliorerait leurs chances de se tailler une place de choix dans un marché hautement
compétitif, ou tout simplement afin d'assurer leur position dans leur domaine d'expertise.

Or de nos jours, quand on parle d'amélioration de processus logiciels, on pense au référentiel


CMMI, or ce dernier a été développé spécifiquement pour les grandes entreprises et son taux
d'implantation dans les petites entreprises reste très faible. Cela est expliqué par le fait que ces
petites entreprises ne connaissent pas beaucoup ces modèles et même pour celles qui le
connaissent, elles trouvent beaucoup de difficulté à l'adapter car leurs ressources financières et
humaines sont limitées.

En effet, elles ont peu d'employés qui occupent plusieurs rôles dans l'organisation et n'ont pas
assez de temps pour lancer des initiatives en matière de qualité.

Souvent ces entreprises sont très jeunes, ont des infrastructures changeantes et ont un manque
d'expérience, ce qui compromet toutes tentatives d'amélioration de processus basées sur CMMI.

Un autre point reste à soulever et qu'il n'est pas du moindre: le fait qu'en essayant de mettre les
ressources nécessaires, ces petites entreprises se retrouvent avec des coûts supplémentaires
qu'elles sont incapables d'absorber sans nuire à leur compétitivité. Elles se trouvent
désavantagées par rapport à leurs concurrents qui n'investissent ni argent ni temps pour
implanter le modèle.

D'autre part, la problématique de ces petites entreprises est que souvent c'est une seule
ressource qui s'occupe en même temps de plusieurs aspects du projet, du coup, les rôles des
différents intervenants ne pouvant être clairement définis provoquent ainsi un conflit entre la
structure du modèle CMMI.
Donc avant d'engager des initiatives qualité basées sur CMMI, pensez-y doublement!
Source - Maroc-It.Com

Vous aimerez peut-être aussi