Vous êtes sur la page 1sur 18

Une CGT CORREZE en adéquation

avec le salariat d’aujourd’hui, au


service de l’activité revendicative

UNION DEPARTEMENTALE CGT CORREZE

RAPPORT
D’ACTIVITE ET
PROJET
D’ORIENTATION
34ème CONGRES 9 & 10 avril 2009
SOMMAIRE :
Un 34ème Congrès structurant une Vie Syndicale CGT au service de l’activité revendicative

Bilan d’activité

Implantation du salariat Corrézien

Rappel des élections prud’homales 2002 et 2008

Forces organisées

Un engagement pour une Vie Syndicale améliorée

 1er axe de travail : Un fonctionnement au service des salariés (actifs, retraités, chômeurs)

 2ème axe de travail : Connaissance des syndiqués

 Les Responsables à la Vie Syndicale

 CoGiTiel

 3ème axe de travail : Le déploiement de la CGT

 Les Unions Locales

 Les Aides à Domicile

 Le Commerce

 Les Métaux

- Mécanic vallée

- Les zones où sont concentrés les salariés de la métallurgie

- L’USTM CORREZE

 Les Transports

 4ème axe de travail : Les Délégués Syndicaux

 5ème axe de travail : Les Cotisations et CoGéTise

 6ème axe de travail : La Communication

 Le mensuel « Ensemble »

 Le courrier bulletin de liaison de l’union départementale CGT de la Corrèze

 Un Site Internet « UD CGT CORREZE »

 7ème axe de travail : La Formation syndicale

La Direction de l’UD

 La Commission Exécutive de l’UD

 Le Bureau de l’UD
1
2 UN 34ème CONGRES STRUCTURANT UNE VIE SYNDICALE CGT AU
3 SERVICE DE L’ACTIVITE REVENDICATIVE
4
5 Dans un contexte où le salariat est en profonde mutation, ce Congrès de l’Union Départementale CGT
6 de la CORREZE aura comme perspective d’amplifier la capacité de toute la CGT CORREZE à porter
7 l’activité revendicative au plus haut et sur tout le territoire départemental.
8
9 Cette activité revendicative est attendue par les salariés, les privés d’emploi et les retraités du
10 département.
11
12 Pas un seul salarié, chômeur, retraité n’est épargné par la crise vécue par le pays.
13
14 Après des années d’austérité salariale, de précarisation de l’emploi, de sous-investissements et de
15 dégradation des conditions de travail, cette crise est vécue comme une double peine pour les salariés.
16
17 Dans les entreprises, beaucoup de directions se cachent derrière la crise pour essayer de justifier leurs
18 politiques financières conduisant à des suppressions d’emplois, des fermetures de sites, au gel des
19 salaires, à la dégradation des conditions de travail...
20
21 Depuis des années, les résultats financiers des grands groupes ne cessent de s’accroître.
22
23 Chaque année, les bénéfices réalisés par les entreprises et les dividendes versés aux actionnaires
24 battent des records et chaque année, la part de la population active ou retraitée s’enfonce de plus en
25 plus dans le marasme.
26
27 Nous sommes donc bien face à une crise du système, la finance n’étant pas séparable du reste de
28 l’économie.
29
30 De plus, l’analyse des différents tableaux ci-dessous confirme la modification importante de la
31 démographie sur notre département.
32
33 La part des retraités dans la population est en constante progression, les emplois par secteurs
34 d’activités sont de plus en plus importants dans les activités de services alors que les emplois
35 industriels stagnent voir régressent.
36
37 Pour être au service de l’activité revendicative, qu’elle soit pour les actifs comme pour les retraités, la
38 CGT doit s’adapter à ces nouvelles situations.
39
40 C’est à partir de ces constats, que l’UD CGT Corrèze doit façonner son organisation afin d’aider les
41 salariés (actifs, retraités et sans emploi) à construire un rapport de force puissant consacré à l’action
42 revendicative.
43
44 Toute la démarche proposée dans ce document est orientée vers la structuration d’un syndicalisme
45 porteur de solidarité, de projets revendicatifs, dans l’entreprise, dans les zones industrielles et/ou
46 commerciales, sur les lieux de travail et les lieux de vie.
47
48 Le Congrès de l’USR CGT CORREZE (Union des Syndiqués Retraités) aura lieu les 19 et 20
49 novembre 2009.
50
51 Ce sera un moment important où sera mis en débat l’activité spécifique « Retraités », activité où les
52 actifs ont toute leur place (ne sont-ils pas de futurs retraités) et, après le Congrès de l’UD, la réflexion
53 pour la mise en œuvre d’activités revendicatives sur les lieux de vie devra être poursuivie lors de ce
54 Congrès de l’USR.
55
56
57
58 BILAN D’ACTIVITE
59
60 Sans vouloir effectuer une liste exhaustive de l’activité de la CGT sur notre département depuis le
61 33ème congrès, les exemples suivants n’en sont que les principaux :
62
63
Congrès de l’UD CGT 19 (2 & 3 février)
CPE et le CNE
Fusion SUEZ- GDF
2006 Remise en cause du système de protection sociale
Congrès Confédéral (24 au 28 avril)
Comité Général de l’UD (24 octobre)
Congrès de l’USR (10 novembre)
64
65
66
Défense de la Sécu et de l’Hôpital
Défense du Ferroviaire (12 avril)
EDF - Ouverture du marché (1er juillet)
2007
Conférence régionale des UL (14 juin)
Conférence régionale sur l’aéronautique (19 juin)
Conférence nationale des UL (13 & 14 décembre)
67
68
69

Campagne des prud’hommes


Accord national sur le contrat de travail (pas de signature CGT)
Argent de l’IUMM et la Campagne contre la CGT
Mise en place d’un plan de travail sur la Vie Syndicale au niveau du
département (CE UD du 31 mars)
2008 RGPP
Livre blanc du Ministère de la Défense
Fichier EDWIGE
Accord sur la démocratie sociale (signature de la CGT)
Tour de France des UD par la Confédération
Elections prud’homales et progression de la CGT
70
71
72

Action du 29 janvier
Action du 19 mars
2009
Congrès de l’UD CGT 19 (9 & 10 avril)
73
74
75 IMPLANTATION DU SALARIAT CORREZIEN
76

Population (données 2005)


0 à 19ans 20 à 39 ans 40 à 59ans 60 à 74 ans + de 75ans Total
46802 52918 67942 39566 30043 237271
77
78
Emplois par secteur d’activité (données 2006)
Autres
Agriculture Construction Industries Commerce Total
services
Nbre Salariés 1496 5966 15220 11255 50566 84503
% Salariés 1,77% 7,06% 18,01% 13,31% 59,83%
Non salariés 4711 1517 815 1852 3589 12484
Total 6207 7483 16035 13107 54155 96987
79
80
Répartition des emplois par Union Locale
(Réalisé à partir des données ASSEDIC 2007) {Sans la Fonction Publique}
Etablissements Salarié (H) Salariées (F) Total salariés

DEPARTEMENT 6401 30132 55,03% 24627 44,97% 54759

UL BRIVE - Cantons de BRIVE 2004 10820 19,76% 9793 17,88% 20613 37,64%
UL BRIVE - Canton de DONZENAC 205 815 1,49% 452 0,83% 1267 2,31%
UL BRIVE - Canton de LARCHE 190 1007 1,84% 320 0,58% 1327 2,42%
UL BRIVE - Canton de MALEMORT 467 3494 6,38% 2058 3,76% 5552 10,14%
TOTAL UL BRIVE 2866 16136 29,47% 12623 23,05% 28759 52,52%
81
82
Répartition des emplois par Union Locale
(Réalisé à partir des données ASSEDIC 2007) {Sans la Fonction Publique}
Etablissements Salarié (H) Salariées (F) Total salariés

UL TULLE - Canton de CORREZE 85 408 0,75% 623 1,14% 1031 1,88%


UL TULLE - Canton de SEILHAC 115 294 0,54% 220 0,40% 514 0,94%
UL TULLE - Canton de TREIGNAC 113 324 0,59% 419 0,77% 743 1,36%
UL TULLE - Cantons de TULLE camp. Nord 106 505 0,92% 495 0,90% 1000 1,83%
UL TULLE - Cantons de TULLE camp. Sud 117 406 0,74% 372 0,68% 778 1,42%
UL TULLE - Cantons de TULLE urbain N&S 735 2643 4,83% 2663 4,86% 5306 9,69%
TOTAL UL TULLE 1271 4580 8,36% 4792 8,75% 9372 17,11%

UL USSEL - Canton de BORT 161 644 1,17% 633 1,15% 1277 2,33%
UL USSEL - Canton d'EYGURANDE 36 240 0,44% 334 0,61% 574 1,05%
UL USSEL - Canton de MEYMAC 93 346 0,63% 264 0,48% 610 1,11%
UL USSEL - Canton de SORNAC 48 194 0,35% 353 0,64% 547 1,00%
UL USSEL - Cantons d'USSEL 425 2139 3,91% 1504 2,75% 3643 6,65%
UL USSEL - Canton d'EGLETONS 192 1253 2,28% 690 1,26% 1943 3,54%
TOTAL UL USSEL 955 4816 8,79% 3778 6,90% 8594 15,69%

Mutualisation UL - Arrondissement de BRIVE


723 2598 4,74% 2021 3,69% 4619 8,44%
(75 communes)
Mutualisation UL - Arrondissement de
474 1792 3,27% 1260 2,30% 3052 5,57%
TULLE (58 communes)
Mutualisation UL - Arrondissement d’USSEL
112 210 0,38% 153 0,28% 363 0,66%
(31 communes)

Total Mutualisation UL 1309 4600 8,40% 3434 6,27% 8034 14,67%

83
84
85
86
Répartition des emplois par tranches
(sans la Fonction Publique)
Nombre total de
Etablissements Nombre de Salariés (H) Nombre de Salariées (F)
Salariés
1 à 5 salariés 2137 33,39% 2404 7,98% 2072 8,41% 4476 8,17%
6 à 19 salariés 1490 23,28% 4951 16,43% 3368 13,68% 8319 15,19%
20 à 49 salariés 945 14,76% 5757 19,11% 3670 14,90% 9427 17,22%
50 à 99 salariés 725 11,33% 4306 14,29% 3657 14,85% 7963 14,54%
100 à 250 salariés 791 12,36% 6416 21,29% 5279 21,44% 11695 21,36%
Plus de 250 salariés 313 4,89% 6298 20,90% 6581 26,72% 12879 23,52%

Total 6401 30132 55,03% 24627 44,97% 54759

15 entreprises de Travail Intérimaire emploient sur le département 2481 salariés


(1472 hommes et 1009 femmes)
87
88
89
Demandeurs d'emplois (31/12/2007)
Nombre de
Au 31/12/2007 Nombre d'établissements Nombre de salariés demandeur d'emplois
(catégorie 1)
Arrondissement de BRIVE 3589 33378 60,95% 2986 60,93%
Arrondissement de TULLE 1947 14399 26,30% 1115 22,75%
Arrondissement d’USSEL 865 6982 12,75% 800 16,32%
Total 6401 54759 4901

32ème Congrès (données de juillet 2005) 5493


90
91
92
93 RAPPEL DES ELECTIONS PRUD’HOMALES (2002 & 2008)
94
95
Bulletins
Inscrits Votants Exprimés % CGT
CGT

2002 57330 24925 43,48% 23804 95,50% 10000 42,01%

2008
61830 21068 34,07% 16662 79,09% 5771 34,64%
(sans bulletins CGT invalidés)
2008
(avec les 3531 bulletins CGT 61830 21068 34,07% 20193 95,85% 9302 46,07%
invalidés)
96
97
98 FORCES ORGANISEES
99
100 Estimation du nombre de syndiqués sur le département : 3500 (difficultés pour connaître le chiffres réel)
101
102 Nombre de FNI 2007 réglés à CoGéTise : 2016 (actifs) – 32 (chômeurs) – 1042 (retraités)
103
104
105
106
Timbres mensuels Timbres mensuels Timbres mensuels Timbres mensuels
Année (actifs) (chômeurs) (retraités) (Total)
réglés à l’UD réglés à l’UD réglés à l’UD réglés à l’UD

2003 20275 22 10659 30956

2004 21750 60 10142 31952

2005 22005 189 10175 32369

2006 21237 249 9625 31111


Timbres mensuels payés à CoGéTise par les Syndicats

2007 19549 108 10485 30142


107
108
BASES & RESPONSABLES – Données extraites de CoGiTiel (31-12-2008)
Nombre de BASES rentrées
Nombre de Responsables dans
dans CoGiTiel comportant au
la Tranche
moins 1 Responsable
1 à 5 Responsables 151 72,60% 270 10,51%
6 à 10 Responsables 21 10,10% 151 5,88%
11 à 20 Responsables 11 5,29% 158 6,15%
21 à 100 Responsables 19 9,13% 705 27,43%
Plus de 100 Responsables 6 2,88% 1286 50,04%

Total 208 2570


Actifs : 1687 (65,64%) Chômeurs : 3 (0,12%) Retraités : 880 (34,24%)
2570 Responsables répartis sur 25 Fédérations
317 ICTAM (18,68% des Actifs) {Ingénieurs, Cadres, Techniciens et Agent de Maîtrise}
1380 OE (81,32% des Actifs) {Ouvriers et Employés}

La dénomination de RESPONSABLE dans CoGiTiel correspond au SYNDIQUE

109
110
111 UN ENGAGEMENT POUR UNE VIE SYNDICALE AMELIOREE
112
113 Un débat entre nous, franc, sincère, sans tabou est nécessaire sur ce qui concerne la Vie de la CGT sur
114 notre Département.
115
116 Si nous voulons avoir une CGT digne de son passé et toujours apte à construire l’histoire des salariés
117 et retraités de notre pays, il est temps de se remettre en ordre de marche pour aller vers plus de
118 conquêtes.
119
120 Pour cela, la CGT départementale doit s’organiser pour être plus au service des syndiqués et des
121 salariés (actifs, chômeurs et retraités).
122
123 La pression idéologique patronale et gouvernementale par l’intermédiaire notamment de la télévision a
124 modifié considérablement le comportement humain.
125
126 Nous venons de subir plus de trente années de casse industrielle et de modification du monde salarial.
127
128 Du fait de cette transformation de la société, la quasi-totalité de notre travail syndical relevait plus
129 d’une opposition aux plans dits sociaux.
130
131 Ceci ne nous conduisait-il pas à ne débattre que des revendications patronales alors que notre mission
132 première est de travailler à l’élaboration des revendications des salariés, des chômeurs et des retraités.
133
134 Le taux de syndicalisation est trop faible dans notre pays.
135
136 Nous n’arrivons pas à progresser en nombre de syndiqués malgré la progression constante du nombre
137 d’adhésions.
138
139 Le bilan positif des adhésions est contrebalancé par le nombre trop important de perte de syndiqués.
140
141 Lors des départs en retraite, la continuité syndicale est-elle bien prise en compte dans nos Syndicats ?
142
143 Cette difficulté rencontrée avec les retraités, nous la constatons également avec les syndiqués qui pour
144 des raisons diverses sont appelés, soit à changer d’employeur, soit à se retrouver au chômage.
145
146 Nous créons de nouvelles bases or le constat est que quelques mois après la création, l’existence de ces
147 bases est remise en question car nous ne sommes pas organisés pour effectuer le suivi et l’aide de ces
148 nouveaux syndiqués.
149
150 La CGT existe, elle a des capacités organisationnelles importantes, mais c’est à nous de les faire
151 émerger et les mettre en place.
152
153 Alors, quelles sont les pistes sur lesquelles nous pourrions travailler ?
154
155  1er axe de travail : Un fonctionnement au service des salariés (actifs, retraités, chômeurs)
156
157 La mission première pour la CGT doit être l’activité revendicative.
158
159 Celle-ci ne se décrète pas, elle doit être le fruit de multiples rencontres et débats avec les salariés et les
160 syndiqués, sur le lieu de travail et le lieu de vie.
161
162 Utilisons-nous suffisamment les heures d’informations avec les salariés, là où cela est possible ?
163
164 Pour nos syndiqués, l’Assemblée Générale n’est-elle pas trop souvent oubliée ?
165
166 Réunir les syndiqués de son établissement au minimum une fois par an ne serait-ce pas le meilleur
167 moyen d’être à leur écoute, tant sur leurs revendications professionnelles que sur leur vision du
168 fonctionnement du Syndicat ?
169
170 Peu de Syndicats se réunissent en Congrès, moment privilégié où l’on doit et peut débattre sur les
171 structures de son Syndicat, sur les axes revendicatifs à porter devant les salariés, sur le statut (et sa
172 mise à jour) de son Syndicat ou Section Syndicale.
173
174 L’UD ne devrait-elle pas travailler avec les Syndicats le souhaitant à la réussite de tels moments
175 d’expressions démocratiques?
176
177 Pour une vie démocratique plus intense dans sa structure syndicale, ne devons-nous pas permettre
178 l’émanation des diverses catégories de salariés : les hommes, les femmes, les jeunes et les moins
179 jeunes, les salariés relevant des ICTAM, les travailleurs immigrés…
180
181 Les membres de la future Commission Exécutive de l’Union Départementale n’auront-ils pas à
182 prendre plus en compte le problème de la continuité syndicale ?
183
184 Que ce soit celle du syndiqué actif accédant à la retraite, du syndiqué actif qui se retrouve sans emploi
185 ou celle du syndiqué qui change d’employeur.
186
187 Ne faut-il donc pas que la Commission Exécutive mette en place un groupe de travail chargé de
188 réfléchir à la mise en place de méthodes, d’outils pour aider les Syndicats dans le sens d’améliorer
189 cette continuité syndicale ?
190
191  2ème axe de travail : Connaissance des syndiqués
192
193 Se connaître et se compter pour mieux agir au service des revendications.
194
195 Se connaître : la connaissance de syndiqués dans notre proche entourage ne pourrait-elle pas permettre
196 d’avoir d’autres liens entre nous ?
197
198 Se compter : savoir que nous ne sommes pas isolés dans un secteur géographique pour porter une
199 revendication ne peut être que rassurant et mobilisateur.
200
201 Pour cela, l’organisation de la CGT doit se renforcer autour de deux dispositifs indispensables :
202
203 1°) La mise en place de responsables à la Vie Syndicale.
204
205 2°) L’utilisation de CoGiTiel.
206
207  Les Responsables à la Vie Syndicale
208
209 Très peu de structures (UL, USD, Syndicats, Sections syndicales) nomment un militant à cette
210 responsabilité.
211
212 Par exemple, la « comptabilisation » et le suivi des Syndiqués sont souvent effectués par le Trésorier.
213
214 La syndicalisation n’est pas prise comme un acte essentiel dans la vie du Syndicat, c’est trop souvent
215 une activité aléatoire, non programmée (exemple : lors de manifestations, combien de camarades ont
216 pour mission de proposer l’adhésion sur le parcours ?).
217
218 La transmission des résultats des élections professionnelles aux UL et à l’UD se fait que trop rarement.
219
220 La gestion de la formation syndicale des syndiqués, des élus n’est pas ou peu suivie dans les Syndicats,
221 souvent le travail de recensement des syndiqués et des élus à former est aléatoire.
222
223 En fait, souvent, tout ce travail d’organisation est laissé au seul Secrétaire du Syndicat.
224
225 Pendant la période de préparation du Congrès et lors du Congrès, n’aurions-nous pas à réfléchir chacun
226 dans son Syndicat, dans sa Section Syndicale à la mise en place de cette activité dans sa structure.
227
228 L’UD pouvant s’engager à former les militants qui prendraient cette responsabilité.
229
230  CoGiTiel
231
232 Trop peu de militants responsables de Syndicats ou Sections Syndicales ne l’utilisent pas ou pas
233 suffisamment.
234
235 C’est un des outils de travail du responsable à la Vie Syndicale.
236
237 La connaissance des syndiqués, de leurs mandats, de leurs responsabilités, des formations syndicales
238 suivies, passe par leur inscription et le suivi de ces syndiqués dans CoGiTiel.
239
240 Malheureusement, de nombreux Syndicats et Bases sont dépourvus de l’outil informatique Internet,
241 donc n’ont pas d’accès à CoGiTiel ou CoGéTise.
242
243 Pour remédier à ce problème, la mise à disposition d’un matériel informatique ne devrait-elle pas être
244 envisagée dans les locaux de l’UD ou des UL ? Les Syndicats pouvant alors venir à l’UD ou à l’UL
245 pour apprendre à rentrer leurs données et se servir de ces outils.
246
247 La formation à cet outil de travail ne doit-elle pas être envisagée très sérieusement d’autant que la
248 Confédération est en train de recenser les formateurs sur CoGiTiel.
249
250  3ème axe de travail : Le déploiement de la CGT
251
252 72% de nos bases ont un nombre de syndiqués inférieur à 5 et, dans ce contexte, quelle activité
253 syndicale peut être développée avec si peu de syndiqués ?
254
255 Souvent se côtoient dans une même zone géographique, plusieurs entreprises de tailles diverses,
256 d’activités identiques ou différentes.
257
258 Les bassins d’emplois traditionnels sont en restructuration voir, appelés à disparaître.
259
260 Des situations nouvelles nous obligent à réfléchir et à agir différemment :
261
262 • La mise en place notamment par les communautés de communes de zones industrielles.
263
264 • Les concentrations d’activités liées à la construction des autoroutes A20 et A89.
265
266 • La politique de gestion de l’emploi, des aides financières, de répartition d’activité prônée par le
267 patronat (exemple : le cas de la Mécanic vallée) doit remettre en cause notre fonctionnement.
268
269 Même si ces regroupements sont le fait de choix stratégiques patronaux ou politiques, il n’en demeure
270 pas moins que de fait, une multitude de salariés y sont regroupés et, souvent la présence de la CGT y
271 est faible voir inexistante.
272
273 Les questions qui nous sont posées aujourd’hui ne sont-elles pas :
274
275 • N’avons-nous pas à opérer des regroupements de syndiqués pour faire ressortir des
276 convergences d’intérêts ?
277
278 • Comment et avec qui la CGT doit-elle créer les conditions optimums pour s’implanter sur ces
279 regroupements d’activités ?
280
281 • Quelles mesures sont à prendre pour être à l’écoute de ces salariés, les informer et les aider à
282 construire leurs revendications ?
283
284 • Comment allons-nous mener des campagnes de syndicalisation sur de telles zones ? Zones où
285 les salariés votent CGT, par exemple aux Elections Prud’homales, mais où nous n’avons
286 souvent aucun syndiqué.
287
288 Sur cette réflexion stratégique, n’avons-nous pas à mettre beaucoup plus la notion de solidarité en jeu.
289
290 Ne devons-nous pas, à coté du « militantisme d’entreprise », nous tourner vers un « militantisme sur le
291 lieu de vie » où actifs, retraités et sans emplois peuvent se retrouver plus facilement pour organiser
292 l’action CGT ?
293
294
295 Une action CGT construite sur les lieux de vie, dans un territoire donné, ne répondrait-elle pas à un
296 enjeu syndical fort en matière de réponses aux problèmes d’aménagement du territoire (transports,
297 crèches, écoles, vie des retraités, aide aux personnes âgées…), aux problèmes de protection sociale,
298 aux problèmes de défense du pouvoir d’achat ?
299
300 Ce congrès doit permettre de dégager des pistes de travail concernant le déploiement CGT sur les UL
301 et certaines professions.
302
303 Trois années séparent les Congrès de l’UD, trois années ou la Direction de l’UD pourrait avoir le
304 temps nécessaire à la réalisation des cinq objectifs de déploiement de la CGT sur :
305
306 Les UNIONS LOCALES, l’AIDE A DOMICILE, le COMMERCE, les METAUX et les
307 TRANSPORTS.
308
309  Les Unions Locales
310
311 Un travail important (activité revendicative, création, structuration, suivi des syndicats…) doit être
312 réalisé autour des activités professionnelles et interprofessionnelles, sur les activités plus spécifiques
313 telles que celles des Retraités, celles des Ingénieurs, Cadres et Techniciens, celles des jeunes, celles
314 des sans emplois, celles du juridique…
315
316 La solidarité doit être le maître mot dans nos Unions Locales.
317
318 L’Union Départementale doit aider les Unions Locales, à partir des décisions des Congrès de ces UL :
319
320 • en travaillant à la mise en œuvre de la résolution du 48ème congrès recommandant la création de
321 syndicats professionnels ou multi-professionnels afin de ne plus avoir de syndiqués
322 « isolés » syndiqués dans les UL,
323
324 • en identifiant les zones susceptibles d’accueillir une antenne de l’Union locale, ceci pour
325 favoriser l’implantation de syndicats de site et l’aide aux salariés de ces secteurs
326 géographiques,
327
328 • en impulsant et aidant les Syndicats d’un bassin d’emploi ou d’une zone d’activité à mener une
329 activité revendicative en correspondance avec des problématiques spécifiques (transport,
330 crèche, zone sécurisée, restauration, statut unique pour un site, etc.).
331
332 Toutes les forces de la CGT composant l’entité UL se doivent de participer à son activité, que ce soit
333 bien évidemment les actifs mais également les retraités.
334
335  Les aides à domicile
336
337 Un travail important est déjà réalisé par les responsables syndicaux de cette activité.
338
339 Des actions syndicales menées auprès des élus politiques régionaux, départementaux ont eu lieu.
340
341 Une journée d’étude s’est tenue à MONTREUIL le 6 février.
342
343 Dans le prolongement de cette activité, menée par la CGT ADAPAC et ADMR avec la Région CGT et
344 les UD 19-23-87, la nouvelle Commission Exécutive ne devrait-elle pas avoir comme mandat (avec la
345 coopération des syndiqués de ce secteur, leur Fédération, l’USD Santé, l’Union des Syndiqués
346 Retraités), l’élaboration d’un cahier revendicatif afin d’aider les personnels de ce secteur mais
347 également les bénéficiaires de ces aides dans le but de développer un véritable service public d’aide à
348 domicile ?
349
350
351 Avec les militants CGT présents sur les lieux de vie, ne faudrait-il pas aller à la rencontre des salariés
352 des autres associations qui oeuvrent dans l’aide à domicile ?
353
AIDES à DOMICILE (données 2007)

Ville de BRIVE 9 entreprises 554 salariés


Moins de 20
Ville de TULLE 4 entreprises 203 salariés
Syndiqués
Département 42 entreprises 953 salariés
L’année 2008 aura été marquée par une augmentation des effectifs de ce secteur d’activité,
notamment à l’ADAPAC et l’ADMR.
354
355  Le Commerce
356
357 La présence de la CGT dans le commerce, Superettes, Supermarchés ou Hypermarchés est très faible.
358
359 C’est une des activités où la présence de la CGT doit être visible et rapidement.
360
361 L’emploi précaire, les temps partiels, les bas salaires sont des méthodes de management courant dans
362 ce secteur.
363
364 L’élaboration et la mise en place d’un plan de travail sur cette activité sont impératives.
365
366 L’UD, les UL, la Fédération du Commerce se doivent de mettre tout en œuvre pour réussir un
367 déploiement CGT important dans ce secteur.
368
369 La mise en place de Syndicats de site ou de zones et la création de Syndicats multi-professionnels
370 doivent être des outils pour réussir ce déploiement.
371
Le COMMERCE {Superettes, Supermarchés, Hypermarchés} (données 2007)
ARGENTAT 2 établissements 70 salariés
BORT 3 établissements 67 salariés
BRIVE 17 établissements 676 salariés
EGLETONS 2 établissements 82 salariés
LAGUENNE 1 établissement 109 salariés
MALEMORT 3 établissements 287salariés Moins de 20
OBJAT 4 établissements 87 salariés Syndiqués
TULLE 6 établissements 256 salariés
USSEL 6 établissements 266 salariés
UZERCHE 3 établissements 76 salariés
Total villes sélectionnées 48 établissements 1388 salariés
Département 79 établissements 1587 salariés
372
373  Les Métaux
374
375 En ce qui concerne ce secteur d’activité (plus de 5000 salariés), la prochaine Direction de l’UD aura à
376 œuvrer sur 3 domaines :
377
378  Mécanic vallée
379  Les zones où sont concentrés les salariés de la métallurgie
380  Le redémarrage de l’USTM CORREZE
381
382
383 Mécanic Vallée
384
385 Dans l’activité de la métallurgie (usinage pour l’activité aéronautique et automobile), une organisation
386 est en train de se construire dans le cadre de Mécanic vallée (Aveyron, Lot, Corrèze).
387
388 En partenariat avec la Fédération des Métaux, l’UD du LOT et de la CORREZE, l’UL de BRIVE et
389 celle de SOUILHAC, un collectif des entreprises de la métallurgie de la CORREZE et du nord du LOT
390 est en phase de démarrage.
391
392 Ce collectif doit nous conduire à la mise en place d’un réseau CGT ayant comme perspectives (avec
393 l’aide des UL), non seulement le déploiement CGT sur les métaux mais également, d’aider à la
394 syndicalisation sur d’autres secteurs d’activités (services aux entreprises, commerce…), ceci dans le
395 cadre d’un déploiement généralisé de la CGT.
396
397 La réflexion qui découle de cette expérience engendre de fait une nouvelle vision du fonctionnement
398 de la CGT autre que celle habituellement exercée.
399
400 L’activité syndicale CGT ne doit-elle pas désormais s’affranchir des limites géographiques des
401 territoires administratifs ? Pour exemple, l’activité de Mécanic vallée s’effectue sur plusieurs
402 départements (12-46-19) et en même temps sur deux régions administratives {Midi Pyrénées et
403 Limousin).
404
405 Les zones où sont concentrés les salariés de la Métallurgie
406
407 Une attention particulière devrait être portée également sur les secteurs géographiques où la CGT est
408 très peu implantée dans le secteur de la métallurgie : ARNAC POMPADOUR, EGLETONS,
409 UZERCHE…
410
Les Métaux (Etablissements supérieurs à 20 salariés} {Hors réparation automobile & agricole)
(données 2007)
ARNAC POMPADOUR 2 établissements 519 salariés 2 Syndiqués
BRIVE 27 établissements 2411 salariés Entre 100 et 120
MALEMORT 7 établissements 307 salariés Syndiqués
EGLETONS 1 établissement 76 salariés
LUBERSSAC 2 établissements 69 salariés
TREIGNAC 1 établissement 38 salariés
TULLE 4 établissements 364 salariés (dont BW) Moins de 25 Syndiqués
USSAC 1 établissement 28 salariés
USSEL 1 établissement 273 salariés Moins de 25 Syndiqués
UZERCHE 2 établissements 91 salariés 2 Syndiqués
Total villes sélectionnées 48 établissements 4176 salariés
Département 221 établissements 5691 salariés Moins de 170 Syndiqués
411
412 L’USTM CORREZE
413
414 Les cinq données suivantes :
415
416 • la répartition des salariés de la métallurgie sur le département,
417
418 • leur nombre,
419
420 • la mise en place du collectif Mécanic vallée,
421
422 • la volonté de déployer la CGT sur les zones industrielles,
423
424 • la responsabilité de la CGT dans le cadre des négociations de la convention collective de la
425 métallurgie corrézienne,
426
427 n’imposent-elles pas une autre activité syndicale sur les métaux ?
428
429 Avec l’aide de la Fédération des métaux, l’USTM limousine et les Syndicats concernés, la nouvelle
430 Commission Exécutive de l’UD n’aura-t-elle pas à assurer la réactivation de l’Union des Syndicats des
431 Travailleurs de la Métallurgie Corrézienne ?
432
433  Les Transports
434
435 Avec l’aide de la Fédération des transports, l’Union des Syndicats des Transports de la Corrèze, l’UD
436 ne devrait-elle pas travailler à l’élaboration d’un plan de travail pour un redéploiement CGT sur les
437 Transports routiers ?
438
Les Transport (Etablissements supérieurs à 25 salariés) (Transports routiers marchandises et voyageurs)
(données 2007)
ARGENTAT 1 établissement 27 salariés
BORT 1 établissement 27 salariés
BRIVE 16 établissements 466 salariés
CORREZE 1 établissement 51 salariés
DONZENAC 1 établissement 118 salariés
EGLETONS 2 établissements 174 salariés
GIMEL 1 établissement 49 salariés
JUILLAC 1 établissement 27 salariés
MALEMORT 2 établissements 42 salariés
Moins de 110 Syndiqués
OBJAT 1 établissement 99 salariés
St MARTIAL DE GIMEL 1 établissement 39 salariés
St SORNIN LAVOLPS 1 établissement 39 salariés
TULLE 1 établissement 59 salariés
USSAC 9 établissements 725 salariés
USSEL 1 établissement 25 salariés
UZERCHE 1 établissement 76 salariés
Total villes sélectionnées 41 établissements 2056 salariés
Département 127 établissements 2813 salariés
439
440 Dans le cadre des transports sanitaires, ne faudrait-il pas s’organiser autour de l’Union des Syndicats
441 des Transports de la Corrèze, de l’USD Santé, de l’UD et des UL.
442
Les Transports (Ambulances) (données 2007)
24 communes 31 établissements 314 salariés
443
444
445  4ème axe de travail : les Délégués Syndicaux
446
447 Dans de nombreuses entreprises et établissements, la seule présence de la CGT n’est visible qu’au
448 travers de l’activité d’un Délégué Syndicale CGT sur qui repose bien des responsabilités.
449 Trop souvent, ces mêmes Délégués se retrouvent isolés et, de fait, après un découragement certain,
450 c’est l’abandon de cette mission de Délégué qui en résulte.
451 La relation entre l’UD et le Délégué Syndical CGT doit être revalorisé.
452 A l’heure ou des modifications importantes sont apportées, notamment dans le code du travail, un
453 travail d’écoute, d’information, de formation doit être entrepris sans tarder.
454
455 L’Union Départementale, en relation avec les Unions Locales ne devrait-elle pas initier une rencontre
456 au minimum annuelle, avec l’ensemble des Délégués Syndicaux ?
457 Ne faudrait-il pas, dans le cadre de la formation syndicale, envisager des journées d’études sur les
458 domaines suivant :
459 • la représentativité syndicale ;
460 • la désignation des Délégués Syndicaux et des Représentants Syndicaux ;
461 • négociations annuelles ;
462 • négociations sur la GPEC ;
463 • la représentativité syndicale ;
464 • les accords préélectoraux ;
465 • etc.
466 Les membres de la future Commission Exécutive n’ont-ils pas un rôle à jouer dans ces relations avec
467 les Délégués Syndicaux ?
468 Dans ce cadre là, ne pourrait-on pas envisager que chaque membre de la Commission Exécutive ait
469 pour mission de parrainer des Délégués Syndicaux ?
470
471  5ème axe de travail : Les Cotisations et CoGéTise
472
473 Avec le 47ème et 48ème Congrès confédéral, une page sur le système des cotisations CGT s’est tournée.
474
475 Désormais, le reversement des cotisations syndicales aux différentes structures de la CGT sont
476 effectuées par l’intermédiaire de CoGéTise.
477
478 La quasi-totalité des structures de la CGT utilise ce nouvel outil.
479
480 Il n’en reste pas moins qu’un effort important doit être réalisé sur la connaissance et l’utilisation de
481 CoGéTise.
482
483 Des formations devront être dispensées aux cours de l’année 2009 dans ce but.
484
485 Conformément à l’engagement pris lors du Comité Général d’octobre 2006, un point sera réalisé sur
486 l’utilisation de CoGéTise et un bilan sera présenté quant aux sommes reversées aux structures.
487
488 Un débat s’en suivra.
489
490  6ème axe de travail : La communication
491
492  Le mensuel « ENSEMBLE »
493
494 La décision du dernier Congrès Confédéral, d’envoyer à chaque syndiqué un mensuel de la CGT, est
495 effective.
496
497 Recevoir « ENSEMBLE » à domicile implique que chaque syndiqué soit correctement inscrit sur
498 CoGiTiel.
499
500 Comme indiqué ci dessus, seulement 2570 Syndiqués sont sur CoGéTise.
501
502 1087 syndiqués sont inscrits sur CoGiTiel à la rubrique envoi du Mensuel « ENSEMBLE ». Ce sont
503 donc 1087 syndiqués qui normalement devraient recevoir ce mensuel.
504
505
506 99 Bases le sont également pour 3337 n° expédiés dans ces bases (combien de ces exemplaires sont
507 réellement distribués aux syndiqués ?).
508
509 Un travail sera nécessaire pour que tous nos syndiqués reçoivent « ENSEMBLE ».
510
511 Cette tâche en incombe en premier lieu aux militants qui ont, dans leur propre Syndicat, la charge de
512 suivre la mise à jour de CoGiTiel, l’UD pouvant apporter de l’aide à ceux qui en font la demande.
513
514 En parallèle au mensuel « ENSEMBLE », la diffusion des autres parutions de la CGT, la NVO, le
515 PEUPLE et Vie Nouvelle, doit être davantage prise en compte dans nos organisations. En ce qui
516 concerne la NVO, au vu du peu d’abonnement, l’existence même de cette parution est en jeu.
517
518  Le courrier bulletin de liaison de l’Union Départementale CGT de la
519 CORREZE
520
521 Après un laborieux travail de mise à jour du journal trimestriel de l’UD auprès de la Commission
522 Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) et des services de la Poste, l’UD pourrait
523 envisager de faire parvenir ce journal à tous les syndiqués du Département.
524
525 En lien avec ENSEMBLE et les parutions fédérales, le syndiqué corrézien aurait ainsi, à son domicile,
526 une information CGT couvrant les dimensions nationales interprofessionnelles, professionnelles et les
527 informations interprofessionnelles départementales.
528
529 Cette ambition est réalisable :
530
531 • matériellement, l’UD étant dotée du matériel nécessaire pour le tirage,
532
533 • financièrement, une parution plus importante en nombre donnerait à l’UD la possibilité de
534 récupérer la TVA, ce qui permettrait d’amoindrir les frais de ces envois,
535
536 • politiquement, dans tous les cas, une meilleure information des syndiqués ne peut être qu’un
537 plus par rapport à celle fournie par les médias,
538
539 Cette tâche nouvelle pour l’UD ne pourra se faire sans l’engagement de quelques militants devant se
540 consacrer à la réalisation périodique de ce journal.
541
542 Cette nouvelle forme de parution pourrait donner la possibilité à des Syndicats, aux UL ou à l’USR de
543 s’exprimer directement auprès de l’ensemble des syndiqués de la Corrèze.
544
545 Comme pour les axes de travail précédents, il va de fait que là aussi, pour que tous les syndiqués
546 reçoivent le trimestriel de l’UD, l’inscription de tous dans CoGiTiel est nécessaire.
547
548  Un site Internet « UD CGT CORREZE »
549
550 Le 34ème Congrès pourrait, si les délégués le souhaitent, donner comme mandat à la future Commission
551 Exécutive la mission de réaliser un travail de réflexion, conduisant à la mise en ligne d’un site Internet
552 propre à l’Union Départementale.
553
554 Ce serait l’occasion de mettre en place un outil donnant des possibilités nouvelles en matière
555 d’informations syndicales, bien évidemment pour l’UD mais également pour relayer les informations
556 de l’USR, des UL, des Syndicats, de la Région CGT Limousin.
557
558
559
560
561
562  7ème axe de travail : La formation syndicale
563
564 Depuis plusieurs Congrès, l’occasion nous est donnée de faire un bilan de la formation syndicale or,
565 chaque fois, ce bilan fait apparaître de grosses difficultés.
566
567 Le Congrès de l’UD devra avoir un débat sur la formation syndicale, sur la relance d’une Commission
568 Education Syndicale Départementale.
569
570 Afin d’avoir ce débat sur la formation syndicale, une partie des travaux du Congrès sera consacrée
571 uniquement à ce thème.
572
573 Une introduction au débat sera présentée intégrant :
574 1) un bilan détaillé,
575 2) les difficultés rencontrées pour assurer le fonctionnement de la Commission Education
576 Syndicale Départementale,
577 3) des propositions de formations syndicales pour les années à venir.
578
579 LA DIRECTION DE L’UD 19
580
581  La Commission Exécutive de l’UD
582
583 Elle est l’organe dirigeant de l’Union Départementale entre deux Congrès, élue à chaque Congrès,
584 composée de camarades ayant été présentés par leur syndicat.
585 La Commission Exécutive se réunie une fois tous les deux mois, parfois plus si l’actualité l’exige.
586 La régularité de participation de chaque membre est indispensable.
587 Pour assurer la responsabilité de membre dirigeant, le (la) camarade élu(e) doit pouvoir se libérer
588 régulièrement et considérer comme priorité absolue les réunions de Commission Exécutive.
589 Son rôle est de veiller à l’application des orientations des Congrès.
590 Sa mission est de décider et de faire vivre l’activité revendicative départementale, d’impulser les
591 convergences revendicatives, à partir du salariat d’aujourd’hui.
592 Au travers des échanges et débats, la Commission Exécutive collecte les informations.
593 Elle prend des décisions qu’elle retransmet aux syndicats et aux Unions Locales.
594 Elle impulse ensuite ses décisions.
595 Elle veille au respect des statuts, à l’utilisation des moyens financiers en conformité avec ses objectifs
596 politiques.
597 La Commission exécutive, une fois élue par le Congrès, élie en son sein une ou un Secrétaire
598 Général(e).

599  Le Bureau de l’UD


600
601 Le Bureau de l'Union Départementale des Syndicats CGT est composé de membres qui se répartissent
602 les tâches relevant de l'activité de l'Union Départementale.

603 Le nombre de ses membres est fixé par la Commission Exécutive et ceux-ci sont pris parmi les
604 membres de la Commission Exécutive de l’Union Départementale.

605 Ils sont élus par la Commission Exécutive.


606 Il se réunira une fois tous les 15 jours.
607
608
609 La nouvelle Commission Exécutive aura donc à élire :
610  une ou un Secrétaire Général(e), chargé de l’animation et de l’impulsion de l’activité de
611 l’Union Départementale, à partir des décisions de la Commission Exécutive à qui il rend
612 compte ;
613  les membres du Bureau dont :
614 - Une ou un responsable à la Vie Syndicale ;
615 - Une ou un Responsable à la Politique Financière.
616 La direction de l’Union Départementale (Commission Exécutive) doit corresponde à la réalité du
617 salariat et doit couvrir l’ensemble du département.
618 En ce sens, nous avons la responsabilité de construire une Commission Exécutive devant répondre à
619 cet objectif, sans que le nombre de membres de la CE soit démesuré.
620 Un équilibre entre public et privé, grandes et petites entreprises doit être trouvé tout en donnant une
621 place légitime aux jeunes, aux femmes, aux ICTAM, sans oublier la place des retraités.
622 Le Bureau a tout pouvoir pour mettre en place des commissions travaillant sur différents sujets (Vie
623 Syndicales, Jeunes, Formation syndicale, ICTAM…) après accord de la Commission Exécutive.

624 Ces commissions travaillent sous la responsabilité de la Commission Exécutive.


625
626
627 Ce document a pour objectif de préparer et structurer les débats nécessaires à la préparation du
628 Congrès et bien évidemment à ceux qui auront lieu pendant le Congrès.
629 La Commission Exécutive sortante vous invite fortement à analyser ce projet, à préparer les débats
630 entre les syndiqués de votre entreprise afin qu’à l’issue du 34ème congrès, la nouvelle Direction de
631 l’UD applique des décisions prises le plus partagées possibles.
632
633
634