Vous êtes sur la page 1sur 243

Université Paris Descartes

Faculté de Sciences Humaines et Sociales – Sorbonne

Mémoire de Master 2
Sociologie des sociétés contemporaines

Les végétariens, leurs raisons, leurs pratiques


Etude sociologique des végétariens en France

Présenté par :
Yann Plancqueel

Dirigé par :
Bernard Valade
Yves-Charles Zarka

No Étudiant : 20308076

Paris, septembre 2008


Table des matières

1 Introduction 9
1.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.2 Qu’est-ce que le végétarisme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3 Les sciences humaines et sociales et le végétarisme . . . . . . . . . . . . . . 11
1.3.1 L’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.3.2 L’ethnologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3.3 La sociologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3.4 La philosophie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.4 Les variables utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.5 Les étapes de l’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

2 Grandes tendances démographiques 24


2.1 Distribution géographique et habitat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.2 Une population de végétariens d’adoption . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.3 Différents degrés de végétarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.4 L’age d’adoption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5 Age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.6 Sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.7 Engagement associatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

3 Pouvoir explicatif des raisons 40


3.1 Présentation des raisons des végétariens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.2 Idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

2
3.2.1 Prescriptivité et supériorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.2 Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.3 L’empathie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.3.1 Notion de victime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.3.2 Mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.3.3 Pessimisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.3.4 Positionnement précis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
3.3.5 Complément : l’élevage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.3.6 Empathie et idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
3.3.7 Un régime stricte mais difficile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
3.4 L’écologisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
3.4.1 Mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
3.4.2 Ecologisme et idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3.4.3 Optimisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.4.4 Un régime pas particulièrement rigoureux . . . . . . . . . . . . . . 82
3.5 La forme physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.5.1 Mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.5.2 Forme physique et idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3.5.3 Un régime avec des écarts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.6 Le dégout pour la viande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
3.6.1 Mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
3.6.2 Explication du dégout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
3.6.3 Dégout et idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
3.6.4 Le dégout social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
3.6.5 Un régime rigoureux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

4 Dimension temporelle 103


4.1 La stabilité des raisons dans le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
4.2 Légère progression de l’idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.3 L’évolution des pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

3
5 Mise en relation des raisons 115
5.1 Etude des raisons annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
5.1.1 Ne pas manger de viande permet de lutter contre la faim dans le
monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
5.1.2 L’homme n’est pas fait pour manger de la viande . . . . . . . . . . 119
5.1.3 La violence infligée aux animaux produit par miroir de la violence
entre les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
5.1.4 Qu’est-ce qu’une raison ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
5.2 Ecologie et forme physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
5.2.1 Un retour à la nature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
5.2.2 Une opposition à la société de consommation . . . . . . . . . . . . . 128
5.3 Lien entre empathie et retour à la nature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
5.4 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

6 Apports des déterminants sociaux classiques 135


6.1 Caractéristiques sociologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
6.1.1 Catégories socioprofessionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
6.1.2 Origine social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
6.1.3 Diplome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.1.4 Opinion politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
6.1.5 Religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
6.2 L’influence des déterminants sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
6.2.1 Raisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
6.2.2 Idéologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
6.2.3 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
6.3 Trois idéal-types . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

7 Conclusion 167
7.1 Bilan des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
7.2 Limites et ouvertures possibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

4
Bibliographie 170

A Annexes : La méthode et le contexte d’enquête 183


A.1 L’articulation quali/quanti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
A.2 Mise en place de la méthode quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
A.3 Recherche de végétariens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
A.4 Craintes des végétariens à propos de cette étude . . . . . . . . . . . . . . . 197
A.4.1 La question traitant des 500 chiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
A.4.2 La question de la sensibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

B Annexes : La perspective historique eliasienne 200


B.1 L’évolution sociale du contrôle de soi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
B.2 La notion de civilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
B.3 Civilisation et végétarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205

C Annexes : La philosophie de la condition animale 209


C.1 Les absolutistes et le point de départ de la remise en question . . . . . . . 210
C.2 La recherche de critères légitimes impliquant des égards particuliers . . . . 212
C.3 Les droits des animaux : contrat social et droits naturels . . . . . . . . . . 213
C.4 L’utilitarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
C.5 Synthèse des approches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

D Annexes : Tris à plat des variables d’idéologies 223

E Annexes : Contrôles Dégout et Durée de végétarisme par autres raisons226

F Annexes : Documents extérieurs 231


F.1 Réponses des candidats aux élections présidentielles de 2007 sur la condition
animale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
F.2 Une bande dessinée végétarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

5
Mots-clés : végétarisme, végétarien, viande, alimentation, raison, rationalité, morale,
éthique, émotion, sentiment, dégout, animalité, empathie, victime, écologie, santé, retour
à la nature, élevage, condition animale, Norbert Elias.

6
Remerciements

La réalisation de cette étude a bénéficié du concours de plusieurs personnes à qui nous


souhaitons exprimer toute notre gratitude.
Nos remerciements vont en premier lieu au professeur Bernard Valade, directeur du
GEPECS, qui a dirigé ce mémoire ainsi qu’au professeur Yves-Charles Zarka directeur en
second. Nous les remercions chaleureusement pour leur soutien et leurs conseils précieux
tout au long de ce travail.
Nous tenons à remercier ensuite tous nos informateurs pour avoir apporté leur témoi-
gnage et pour avoir répondu à l’enquête par questionnaire avec patience et sympathie.
Les associations de végétariens et les associations de défense des animaux contactées à
l’occasion de la diffusion de l’enquête sur Internet qui ont permis de par leur soutien la
réalisation de cette étude. Nous remercions tout particulièrement Caroline Lanty, Prési-
dente de la Société Protectrice des Animaux, troOn du site vegnord.fr, Jérôme, Manu et
tous les autres pour leur aide précieuse durant la phase de diffusion du questionnaire.
Nous remercions d’avance ceux d’entre eux qui nous lirons pour leur indulgence.
Nous adressons une attention toute particulière à nos camarades de Sciences Sociales
et plus particulièrement à notre groupe de travail avec qui les échanges aussi studieux
qu’amicaux ont toujours été d’un grand secours, tout spécialement la contribution d’Al-
bana Kastrati qui a été d’une grande importance pour sa justesse.
Enfin, nous adressons nos plus sincères remerciements à tous nos proches et amis qui
nous ont soutenu du début à la fin.

7
Résumé

Ce travail de recherche en sociologie traite de la population végétarienne en France


en 2008. Les matériaux d’enquête sont constitués d’une phase préliminaire qualitative sur
la base de 12 entretiens avec des végétariens et d’une seconde partie quantitative sur la
base de 827 questionnaires. Le présent travail met l’accent sur les résultats obtenus par
analyse quantitative.
Nous nous sommes attachés à expliquer le végétarisme au travers de trois niveaux
d’analyse : les déterminants sociaux, les raisons des individus et les pratiques végéta-
riennes. Est également étudiée la dimension temporelle du végétarisme.
Les résultats nous permettent de comprendre et d’expliquer le végétarisme selon dif-
férents facteurs sociaux. Nous nous sommes attachés à étudier dans le détail les relations
existants entre les principales raisons des végétariens que sont l’égalité homme/animal, la
sauvegarde de l’environnement, l’amélioration de la forme physique, leur idéologie plus au
moins prescriptive et militante, leur l’opinion politique et religieuse et enfin leur milieu
social.

8
Chapitre 1

Introduction

1.1 Présentation

Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un master de sociologie réalisé au laboratoire
du GEPECS à l’Université Paris Descartes entre les années 2006 et 2008. Celle-ci est
constituée d’une étude préliminaire qualitative menée sur la base de 12 entretiens avec des
végétariens et d’une seconde partie quantitative menée sur la base de 827 questionnaires.
Le présent travail mettra l’accent sur les résultats obtenus par analyse quantitative. Les
méthodes utilisées sont principalement de type sociologique mais nous avons toutefois
intégré les apports essentiels de la philosophie et de l’histoire sur ce thème comme nous
le verrons par la suite.

1.2 Qu’est-ce que le végétarisme ?

Le végétarisme ne désigne pas une pratique à proprement parler mais plutôt une famille
de pratiques. Cet ensemble est centré autour du refus d’ingérer de la viande ou tous les
autres produits issus d’un animal. Autour de cet interdit de la viande gravitent plusieurs
variantes avec des définitions qui tentent de s’imposer de manière plus ou moins officielle.
On trouve la définition anglaise de l’association Vegetarian Society :

« One who eats no fish, flesh or fowl, and avoids all by-products of slaugh-
ter. »

9
Notons que cette définition autorise la consommation d’œufs et de lait d’animaux. Nous
pouvons distinguer cette première définition de la définition du « végétalisme » qui part
sur les mêmes bases que le végétarisme mais lui ajoute des restrictions supplémentaires :
l’œuf et le lait, et parfois d’autres aliments tels que le miel ou des produits issus de la
fermentation.
Le président de l’association française des végétariens de France André Méry développe
une définition beaucoup plus précise qui ne porte pas uniquement sur le régime alimentaire
avec l’idée que « être végétarien est différent de manger végétarien », voici la définition
complète qui est esquissé :

« Nous appellerons végétarien toute personne qui, de sa propre volonté li-


brement réfléchie, sans que ce comportement soit une contrainte, et sans que
ce soit pour un motif de bénéfice égoı̈ste, s’abstient, lorsque cela est humaine-
ment évitable dans les conditions où elle se trouve, de supprimer directement
ou indirectement la vie des animaux pour quelque raison que ce soit, et, si cela
arrive néanmoins, d’en tirer un quelconque profit. » [Méry(1998)]

Ici on voit qu’à la différence de la définition de la Vegetarian Society que l’acte de


manger à été remplacé par « tirer un quelconque profit » de la mort d’un animal, ce qui
vaut bien sûr pour le fait d’acheter de la viande qui constituerait une forme de participation
indirecte à la mort. Mais nous voyons que cette définition va plus loin en impliquant des
conséquences morales sans rapport avec la seule alimentation, comme le fait d’impliquer
la volonté profonde de l’individu.
Comme nous verrons par la suite, cette définition est effectivement plus proche de la
conception qu’ont beaucoup de végétariens sur leur pratique que celle n’impliquant que
l’alimentation.

10
1.3 Les sciences humaines et sociales et le végéta-

risme

Les contributions des différentes disciplines des sciences humaines et sociales au sujet
du végétarisme sont inégales. Peu de travaux existent en histoire, en ethnologie et en
sociologie alors que le sujet est relativement plus abordé en philosophie par le biais de la
réflexion sur l’animalité et le propre de l’homme. Nous verrons également dans l’exposé qui
suit que la philosophie est la seule discipline à s’intéresser au point de vue de l’individu.
Enfin notons que par soucis de légèreté les développements touchant à l’histoire et à la
philosophie ont été placés en Annexes B et C, nous y renvoyons le lecteur curieux.

1.3.1 L’histoire

Nous nous appuierons dans cette partie sur le travail de Norbert Elias. Dans la pers-
pective d’Elias le végétarisme est une pratique hautement civilisée qui s’inscrit dans l’évo-
lution « naturelle » des sociétés à Etat centralisé. Ainsi il constituerait l’une des pratiques
les plus abouties du processus de civilisation et bien qu’encore marginal il aurait vocation
à se diffuser largement dans les décennies et les siècles à venir.

« [...] beaucoup se sentiraient de nos jours mal à l’aise s’ils devaient décou-
per ou si d’autres découpaient sur la table des moitiés de veaux et de porcs ou
des faisans ornés de leurs plumes.
Il existe même des « gens si délicats » [...] que l’étalage d’un boucher et
de corps d’animaux morts leur est pénible ; il en est d’autres qui refusent
pour des raisons de sensibilité rationalisée de consommer de la viande. Mais
il s’agit là d’un déplacement du seuil de la sensibilité dépassant nettement les
normes de la « société civilisée » du XXe siècle, qu’on considère pour cette
raison comme « anormal ». On ne saurait oublier pourtant que ce sont des
déplacements de ce genre qui ont abouti, dans le passé, à la modification des
normes en vigueur, s’ils allaient dans le sens de l’évolution sociale générale et
que la réaction affective que nous venons de relever s’inscrit parfaitement dans

11
l’évolution passée.
L’orientation de cette évolution ne saurait faire le moindre doute : alors
que la norme du départ considérait la vue d’une bête tuée et son dépeçage
sur la table comme agréables ou du moins comme nullement déplaisantes,
l’évolution s’oriente vers une autre norme qui postule qu’on oublie autant que
possible qu’un plat de viande a quelque rapport avec un animal mort. Une
bonne partie de nos plats de viande sont préparés et coupés de telle manière
qu’en les dégustant on se rend à peine compte de leur provenance.
Nous verrons par la suite que les hommes s’appliquent, pendant le « proces-
sus de civilisation », à refouler tout ce qu’ils ressentent en eux-mêmes comme
relevant de leur « nature animale » ; de la même manière, ils le refoulent dans
leurs aliments. » [Elias(2002 (1939))] p.256-257

Elias est sur ce point très proche de la théorie freudienne de la psychologie à laquelle
il fait souvent référence avec le principe de tension entre le ça, le moi et le surmoi.
Elias explique la disparition progressive de la présence d’animaux entiers par le pro-
cessus de civilisation rendant toujours plus pénible la présence d’élément rappelant la
provenance de la viande mais aussi par la diminution de la taille des ménages ainsi que la
division des tâches en production et transformation qui passeraient aux mains de spécia-
listes.
Il n’y aurait qu’une différence de degrés entre des stades d’une évolution de la sensibilité
entre la présence d’animaux entiers, puis d’animaux prédécoupés éloignés de la vue des
convives, puis d’animaux étant découpés en cuisine uniquement, puis d’animaux n’existant
plus jamais sous leur forme entière même dans les cuisines des ménages, puis la disparition
progressive des animaux en tant qu’aliment.
L’expression d’Elias au sujet du végétarisme est très intéressante : « il en est d’autres
qui refusent pour des raisons de sensibilité rationalisée de consommer de la viande ». Cette
expression n’est pas commentée mais on peut comprendre si l’on se réfère à la théorie
d’Elias que le déplacement du seuil de la sensibilité est la cause première du végétarisme,
avant les idées et la réflexion que peuvent en avoir les individus. La rationalité est présentée

12
comme artificielle et postérieur au déplacement du seuil de la sensibilité. La rationalité
serait une justification de l’individu pour lui-même, qui ne possèderait pas de rôle causal
dans l’adoption du végétarisme ni dans son maintien dans le temps. Pascal l’exprime par
la formule suivante, en parlant de la voie de l’affect : « cette voie est basse, indigne et
étrangère : aussi tout le monde la désavoue ».
Cette théorie se positionne à l’échelle historique du temps long et reste ainsi super-
ficielle en ce qui concerne l’explication de la variété des pratiques et des motivations
constatées au présent sur lesquelles s’appuierait cet éventuel phénomène historique. La
notion de civilisation est floue, il n’est en effet pas toujours simple d’évaluer le degré de
civilisation d’une pratique. Cependant nous ne nous prononcerons pas ici sur la véracité
du processus de civilisation car ce travail n’y suffirait pas. Le point de départ de notre
réflexion est de proposer une approche différente et complémentaire de celle développée
par Elias pour l’étude du végétarisme.

1.3.2 L’ethnologie

Les théories reprises par Fischler mettent principalement en avant des causes d’ordre
ethno-psychologique, proche du mouvement structuraliste. Cette approche ethnologique
est compréhensible car l’acte de manger est un universel et donc se prête bien à la com-
paraison inter-culturelle. Que cela soit le parallèle entre alimentation et sexualité ou l’ap-
plication miroir de l’interdit de l’inceste à la nourriture :

« Il faut observer d’autre part que, entre l’homme et l’animal, le mangeur


et le mangé, il faut, semble-t-il, une distance optimale pour que l’acte phagique
puisse s’accomplir. Une proximité trop grande rend impossible la consomma-
tion.[...] Inversement, certains auteurs (Tambiah, 1969) font remarquer que les
animaux trop éloignés de l’homme sont également souvent immangeables [...]
En somme, de même que les partenaires sexuels acceptables ne peuvent être
ni trop proches (parents) ni trop éloignés (inconnus, étrangers), les espèces
comestibles se trouveraient « à distance intermédiaire » (at intermediate dis-
tances from the self) (Tambiah, 1969) » [Fischler(1990)]

13
On trouve également des théories de la relation d’intimité liée à l’absorption d’aliment
qui serait un échange dans lequel on peut voir une relation avec le don / contre-don
qui serait refusé avec l’animal ou encore des théories d’une contamination symbolique
de la viande. Dans tous les cas la cause du végétarisme est présentée comme avant tout
extérieure à la conscience individuelle.

1.3.3 La sociologie

Les théories identitaires

L’approche développée par Ossipow se fonde quant à elle sur la sociologie boudieu-
sienne des gouts. Les résultats développés dans le corps de l’ouvrage laisse le point de vue
de l’individu de côté :

« Le végétarisme et la macrobiotique sont loin de n’être que de simples ré-


gimes alimentaires. De même leur adoption et leur pratique ne se rapportent-
elles pas à une décision unique, fruit de motivations que les informateurs
pourraient énumérer sous la forme d’une liste d’arguments convaincants. »
[Ossipow(1997)]

On trouve pourtant bien des végétariens exprimant bien un raisonnement dans les
extraits d’entretiens menés dans cette étude :

« Je ne voulais plus tuer (ou faire tuer pour moi) alors que j’avais le choix
de manger autre chose. » [Ossipow(1997)]

Nous pensons que la différence de traitement du végétarisme dans les différentes dis-
ciplines et sous disciplines se trouve dans les a priori des paradigmes d’enquête. Ossipow
fonde sa recherche sur trois hypothèses :

1. « Je propose donc de considérer que le végétarisme et la macrobiotique constituent


des formes de pratiques et de représentations qui peuvent, du fait de leurs interre-
lations, être assimilées à des styles de vie »

2. « l’adoption du végétarisme ou de la macrobiotique s’inscrit dans le cadre d’un


projet de vie »

14
3. « pour comprendre comment le style de vie d’origine se transforme, il faut émettre
une troisième hypothèse et supposer que des changements interviennent dans les
schèmes de perception, d’action et de représentation. »

Les paradigmes sociologiques apportent avec eux des présupposés et peuvent avoir
tendance à imposer un point de vue donné même s’il n’est pas le plus adapté pour com-
prendre un phénomène. On voit bien que l’angle d’approche sociologique apporte avec
lui des prénotions, ici un corps de pratique gravitant autour d’un habitus bourdieusien.
Mais les conclusions d’Ossipow sur l’application du concept d’habitus au végétarisme nous
confirme dans la voie que le paradigme compréhensif est le plus pertinent pour l’étude du
végétarisme :

« Mais comment expliquer alors que les pratiques, les perceptions et globa-
lement le style de vie des végétariens et des sympathisants de la macrobiotique
se modifient largement ainsi que j’ai essayé de le montrer ? » [Ossipow(1997)]

Là est la question, mais la réponse qui y est apportée remet justement en cause le
paradigme utilisé :

« Pour répondre à cette question, il faut concevoir que les informateurs


changent leur relation à l’habitus. Tout se passe un peu comme si leurs ré-
flexions sur leurs pratiques alimentaires omnivores associées ou non à une crise
existentielle, puis leur changement de régime, les conduisaient progressivement
à prendre une forme de distance par rapport à leur habitus. Il se produirait
une sorte de suspension partielle de l’habitus. » [Ossipow(1997)]

Le concept d’habitus est réarrangé pour les besoins de l’enquête bien qu’il s’applique
mal au cas présent. Si le concept d’habitus peut être utile dans certains cas, il est tout
simplement peu pertinent dans le cas du végétarisme et l’on peut lui substituer avec succès
une méthode plus compréhensive des motivations des individus.

Les théories socio-déterministes

Des études intéressantes de Ouédraogo mettent en avant la détermination du végéta-


risme notamment par les catégories socio-professionnelles. Donnons par exemple l’inter-

15
prétation concernant les végétariens de classes populaires en rapport avec la profession
exercée :

« [...] professions qui, ne comportant pas ou peu de stabilité dans l’emploi,


de garanties statutaires, excluent un déroulement ordonné, la formation de
perspectives de carrière régulières, bref l’établissement de principes d’ordre qui
contribueraient à régler l’existence et les projets. Tout se passe comme si, pour
ceux dont l’identité statutaire et sociale est menacée, le végétarisme constituait
une issue, une idéologie qui permettait de retrouver du sens, des repères, en
favorisant l’immersion et l’affiliation à un groupe social. » [Ouédraogo(2005)].

Le végétarisme est en effet une pratique inégalement répartie dans la population fran-
çaise et qui ainsi se prête bien à ce type d’approche. Ces études ont fait ressortir le fait
que certains facteurs sociaux influençaient la pratique végétarienne : un niveau d’étude
élevé, une origine sociale élevé, des revenus moyens par opposition aux revenus élevés et
aux revenus bas, être protestant par opposition à catholique, avoir un habitat citadin,
être une femme, sont des facteurs favorisant l’adoption de la pratique végétarienne. Nous
viendrons apporter des éléments complémentaires à ceux-ci dans la fin de notre étude.
Ces études nous donnent des renseignements très importants sur la population végé-
tarienne mais le point de vue de l’individu, les valeurs des végétariens sont peu prises en
compte :

« le végétarisme ne saurait être réduit à un choix moral : c’est un fait social


important qui entretient d’étroites relations avec les conditions de vie, les as-
pirations sociales et les modes de socialisation des goûts. » [Ouédraogo(2005)].

Pour une approche compréhensive en sociologie

Si l’on souhaite expliquer le végétarisme, alors la question de savoir s’il est réducteur
de ne faire du végétarisme qu’un choix moral [Ouédraogo(2005)], ou s’il est réducteur de
n’en faire qu’une détermination sociale doit être dépassée. Ces approches sont au contraire
complémentaires, et l’on pourrait même dire qu’elles ne se jouent pas au même niveau.
En effet les explications de type déterministe semblent toucher de plus « loin » aux

16
pratiques. Il existe un vide, un espace de compréhension qui n’est pas étudié. Le lien entre
le processus inconscient intériorisé et l’adoption de la pratique est loin d’être évident. Il
est délicat d’expliquer le végétarisme par le joug d’une force civilisationnelle qui dépasse
les individus ou par la dynamique des classes sociales ou encore par une tension sym-
bolique entre la violence et le religieux. Il semble en tout cas manquer un chainon dans
ces explications et nous pensons que l’étude simultanée des pratiques, des raisons et des
déterminants sociaux est essentielle pour comprendre ce qui se joue.

1.3.4 La philosophie

La conception de la condition animale joue un rôle important dans le végétarisme. Cet


aspect a été identifié lors de l’étude préliminaire. Les raisons invoquées par les végétariens
en entretiens en sont l’expression la plus sure. Elles sont souvent présentées comme une
source de motivation et servent aussi à convaincre. Elles sont bien plus souvent citées que
les émotions car elles ont habituellement une plus grande force de persuasion.
Dans cette partie nous allons nous appuyer sur notre analyse détaillée présente en
Annexes C. Les philosophes traitent de la question de la philosophie animale de manière
normative. La question principale est de déterminer quel est le bon comportement que
l’homme doit adopter envers les animaux. La plupart des philosophes de la condition
animale sont anglosaxons et sont pour la plupart partisans, militants avec les biais que
cela introduit. Parmi les philosophes du continent quelques travaux plus sérieux existent,
on peut notamment citer le travail d’Elisabeth de Fontenay [de Fontenay(1998)].
Le travail des philosophes contemporains a consisté à remettre en question l’arbitraire
de la séparation effectuée de fait entre l’homme et l’animal et de poser le problème du
propre de l’homme. Il s’en suit logiquement une recherche de critères pouvant servir d’in-
dices sur la bonne position morale et la bonne attitude à adopter. On peut distinguer
deux voies différentes parmi les philosophes engagés dans cette recherche : Les partisans
des droits et les utilitaristes.
Premièrement les partisans des droits sont pour l’établissement de droits pour les
animaux, droits au sens philosophique et juridique. Ils s’appuient sur l’idée de droits

17
naturels et du principe de reciprocité. Tom Regan est l’un des défenseurs de l’approche
des droits des animaux. Il prend en compte les différences caractérisant les espèces pour
leur attribuer des droits différents. Les ”sujets-de-vie” possèderaient des droits :

”Des individus sont sujets d’une vie s’ils ont croyance et désirs ; perception,
mémoire et sens du futur, comprenant leur propre futur ; une vie émotionnelle
en même temps que des sentiments de plaisir et de douleur ; la capacité d’initier
une action orientée vers la satisfaction de leurs désirs ou vers la réalisation
de leurs buts ; une identité psychophysique à travers le temps ; et un bien-
être individuel, en ce sens que la vie dont ils ont l’expérience leur réussit ou
non, ceci étant logiquement indépendant de leur utilité pour les autres, ou de
l’intérêt que les autres peuvent prendre à leur égard” [Regan(1983)]

Ce concept de droit étendu ou appliqué aux animaux est souvent mis en avant par les
végétariens. Certaines associations ont d’ailleurs déjà rédigé des droits des animaux. Rap-
pelons que les animaux sont aujourd’hui considérés par la loi française avant tout comme
des biens. Mais la législation tend à changer progressivement dans ce domaine, signe d’un
changement dans les mentalités de nos contemporains, voir les élections présidentielles de
2007 et plus particulièrement la réponse de Ségolène Royal à la fondation française des
droits de l’animal disponible en Annexes F.1.
Secondement, Peter Singer est le représentant le plus emblématique du courant utilita-
riste contemporain pour la ”défense animale” et du végétarisme. Sa philosophie est fondée
directement sur l’utilitarisme, il y a quantification du bonheur totale :

”la valeur de la vie des animaux dépends des jouissances que cette vie
peut leur apporter et que nous ne pouvons légitimement les élever qu’à condi-
tion que l’équilibre entre jouissances et souffrances dans leur vie soit positif”
[Singer(2004a)].

Singer est proche de la vision de l’utilitarisme de Jeremy Bentham : ”Que chacun


compte pour un et aucun pour plus qu’un” :

”si une expérience fait souffrir un cochon autant qu’un humain, et que l’on
peut utiliser l’un ou l’autre indifféremment sans que cela ait des conséquences

18
sur l’expérience, on aurait tort de dire qu’il faut utiliser un cochon parce que
la souffrance d’un cochon a moins d’importance que celle d’un être humain.
La différence des espèces n’est pas un critère moral distinctif acceptable ; la
seule limite admissible à l’égalité de prise en compte des différents intérêts est
la seuil de sensibilité en deçà duquel parler d’intérêts n’a plus aucun sens.”
[Singer(2004a)].

Le lien entre raison et émotion

La plupart des philosophes anglo-saxons de la condition animale recherchent les critères


objectifs, les raisons, fondant la condition animale. Cette recherche est globalement peu
féconde en ce qu’elle a tendance à s’embourber dans des développements à n’en plus finir
et qu’elle produit des aberrations typiques de l’utilitarisme mettant les animaux et les
humains sur le même plan.
Il existe cependant une seconde voie que celles recherchant les critères objectifs :
l’écoute des émotions. C’est la situation bien résumée par Elisabeth de Fontenay :

”Une double inclinaison me semble devoir ordonner le parcours choisi pour


retracer la pensée et la passion de l’animal. Deux directions plutôt divergentes
qui tendraient cependant à se rapprocher, non pour des motifs secrets ou par
plaisir des doubles dits, mais pour des raisons objectives [...]. Cette navigation
sur un vaisseau presque fantôme dans la mer à peu près fermée qu’est la
métaphysique s’effectue donc sous le double pavillon d’un miserere et d’une
déconstruction. On pourra reprocher à un tel propos son manque de fermeté :
ne fallait-il pas choisir entre la pitié et la recherche d’un trop-pensé (qui est
un non-pensé) des philosophes ? Je reconnais que je n’ai pas pu me décider
entre ces deux voies, car il m’a semblé qu’en cette affaire la pitié avait grand
pouvoir de déconstruire.”

Bien que peu représentée parmi les anglosaxons cette voie est celle empruntée par
certains penseurs comme Sprigge :

”Il existe simplement une certaine valeur attachée à certaines choses, telle

19
qu’elle peut se révéler à une observation sensible, mais qu’elle ne peut pas être
détectée sur la base d’une formule.” [Sprigge(1987)]

Cette dualité est le lot commun de tous les sujets relevant de l’éthique ou de la morale
mais celle-ci est particulièrement prégnante dans le cas de la condition animale. Nous
la retrouvons chez les végétariens en entretien avec des individus se positionnant plutôt
dans l’un ou l’autre, chez les militants avec Mery ”Les végétariens, Raisons et sentiments”
[Méry(1998)].
Nous rejoignons Fontenay sur la dernière phrase de la citation exprimant l’idée que
souvent ce sont les émotions qui sont à l’origine d’une remise en question conceptuelle.
Cette idée est très présente chez Elias où la sensibilité l’emporterait sur la raison négli-
geable au plan historique. Pierre Livet quant à lui théorise cette position dans son ouvrage
”Emotions et rationalité morale” avec l’idée de rôle révisionnel des émotions sur la raison
[Livet(2002)].
Nous voyons un consensus se former au croisement de l’histoire, de la philosophie
et la sociologie autour de l’idée selon laquelle l’émotion précède souvent la raison. Nous
allons illustrer cette notion expérimentalement en montrant qu’émotion et raison sont
indissociables et que les émotions possèdent un poids explicatif très important sur les
idées et les pratiques, au moins dans le cas de la perception de la condition animale.

1.4 Les variables utilisées

Le questionnaire utilisé dans cette étude comprend environ 100 questions. Chaque
question correspond à une variable comportant plusieurs modalités. La plupart du temps
nous avons opté pour des questions à choix fermés afin de contrôler les modalités ainsi que
leur traitement. Des informations plus détaillées sur la méthode et le contexte d’enquête
sont disponibles en Annexes A.
Les différentes variables ont été classées selon des catégories conceptuelles permettant
de mieux les traiter. Ce regroupement est présenté sur la figure 1.1. Sont présentées dans
ces catégories quasiment toutes les variables qui seront utilisées dans le reste de l’étude.

20
Certaines d’entres elles sont un agrégat de plusieurs autres variables. La manière dont
sont construits ces agrégats sera expliqué lors de leur première utilisation. Les frontières
entre ces différentes catégories sont bien sûr perméables et nous utiliserons parfois une
variable dans plusieurs groupes.

Fig. 1.1 – Variables par catégories

Les variables sont ici notées sous une forme abrégée mais explicite, nous avons dans
la catégorie ”Déterminant” : le sexe, l’age, la catégorie socio-professionnelle des parents,
l’opinion politique des parents, le lieu d’habitation, le type de logement, la catégorie socio-
professionnelle de l’individu lui-même.
Dans la catégorie ”Pratiques diverses” sont regroupées différentes pratiques permettant
d’appréhender des domaines variés de la vie sociale : posséder des animaux domestiques,
le type de loisir, le degré de militantisme, de nombre de sorties par semaine, le nombre

21
d’amis végétariens.
Dans la catégorie ”Opinions diverses”sont regroupées différentes opinions de l’individu :
vouloir vivre à la campagne, l’opinion politique, l’opinion religieuse, penser que l’argent
fait le bonheur, avoir confiance dans la science, penser que la viande vendue en grande
surface est saine.
Dans la catégorie ”Pratiques végétariennes” sont regroupées les pratiques touchant
directement au végétarisme : le fait d’être presque végétarien, d’être végétarien ou d’être
végétalien, le fait d’être stricte dans son régime, la durée du végétarisme, l’age d’adoption
du végétarisme, l’année d’adoption du végétarisme, le type d’arrêt de la viande, l’écart
de temps entre la période végétarienne et l’éventuelle période végétalienne, le fait d’aimer
la viande avant de devenir végétarien, le fait qu’une tierce personne ait joué un rôle dans
l’adoption du régime, les connaissances des interdits du végétarisme.
Dans la catégorie ”Idées végétariennes” sont regroupées les idées circulant autour du
végétarisme : le fait d’être prescriptif sur le végétarisme, de penser que le végétarisme
est supérieur sur beaucoup de plans, que son régime soit une démarche personnelle avant
tout, penser que le végétarisme prendra de l’importance à l’avenir, avoir de la culpabilité
quant à la période où l’on mangeait de la viande, motiver son régime par la souffrance
des animaux, motiver son régime par l’écologie, motiver son régime par la santé.
Dans la catégorie ”Raisons morales” sont regroupées les variables pouvant être associées
à des raisons morales justifiant le végétarisme : avoir de l’intérêt pour sa santé, avoir de
l’intérêt pour l’écologie, être dégouté par la viande, avoir de l’empathie pour les animaux,
penser que l’abattage des animaux produits par miroir des comportements violents entre
les hommes, penser que le végétarisme peut diminuer la faim dans le monde, penser que
l’homme n’est pas fait pour manger de la viande.
Enfin dans la catégorie ”Explicitations raisons morales” sont regroupées le détail des
raisons morales demandant des explications plus précises : pourquoi il est mal de tuer les
animaux et pourquoi être contre l’élevage intensif.

22
1.5 Les étapes de l’analyse

A partir des catégories de variables utilisées au dessus nous pouvons dégager trois
niveaux différents :

1. Déterminants sociaux, opinion politique et religieuse

2. Raisons morales

3. Pratiques et idées

On retrouve dans ces niveaux les catégories de variables dégagées dans la partie pré-
cédente. Nous posons que ces niveaux se superposent dans l’ordre dans lequel ils sont
numérotés, indiquant le sens de l’influence mutuelle. Ainsi nous partirons du principe que
les déterminants sociaux ainsi que les opinions politiques et religieuse influencent poten-
tiellement les raisons morales des individus, qui influencent potentiellement à leur tour les
pratiques et les idées qu’elles soient végétariennes ou non.
C’est selon ce modèle que nous avons structuré l’analyse, par couches de corrélation.
Bien entendu comme nous le verrons les choses ne sont pas aussi simple dans la réalité, mais
ces niveaux vont nous servir de guide. Ainsi après avoir présentées les grandes tendances
démographiques de notre échantillon nous étudierons l’influence des raisons morales sur
les idées et les pratiques végétariennes, l’influence de la dimension temporelle, et enfin
l’influence des déterminants sociaux sur les raisons et les pratiques.

23
Chapitre 2

Grandes tendances démographiques

Dans ce chapitre nous allons étudier les principales caractéristiques de la population


ayant répondue au questionnaire. Nous nous attarderons également sur les premières va-
riables touchant au végétarisme en lui-même. Ces éléments descriptifs vont nous permettre
de mieux cerner la population d’enquête afin d’amorcer les points d’analyse qui seront dé-
veloppés par la suite.

2.1 Distribution géographique et habitat

Le questionnaire a été diffusé à l’échelle nationale par le biais d’Internet. L’une des
questions portait sur le département du logement principal. La figure 2.1 présente la
répartition géographique de la population par département. Les zones sont foncées pro-
portionnellement au nombre d’individus, les départements avec un effectif de 0 ayant été
laissés blancs.
Le département le plus représenté dans l’échantillon est Paris et dans une moindre
mesure les départements de la petite couronne. Cependant le questionnaire a couvert la
France dans son ensemble avec des répondants présents dans presque tous les départe-
ments. La figure 2.2 nous permet de mesurer le poids respectif de la province et de Paris
dans les effectifs. L’Ile-de-France représente 304 individus contre 523 pour la province sur
le total des 827 interrogés.
Il n’y a pas de logique géographique particulière dans la répartition des répondants

24
Fig. 2.1 – Distribution géographique

Fig. 2.2 – Distribution géographique

25
si ce n’est que les régions les plus peuplées ont concentrées plus de réponses. Certains
départements font exception à cette règle comme le département du Puy-de-Dôme. Ces
différences s’expliquent par le mode de diffusion du questionnaire par Internet et les as-
sociations. Le passage par des associations locales a eu pour effet de faire apparaitre des
niches localisées dans l’espace. C’est le cas notamment pour une association végétarienne
du Puy-de-Dôme qui a dû relayer le questionnaire efficacement au niveau local.
Sur le thème de l’habitat une question portait sur le degré d’urbanisation du lieu de
vie principal. Ces résultats sont présentés figure 2.3, ils confirment la répartition qui était
déjà visible sur la carte des départements avec des végétariens habitants aussi bien ville
qu’à la campagne.

Fig. 2.3 – Habitat

2.2 Une population de végétariens d’adoption

On peut d’une manière générale distinguer trois grands types de végétariens selon le
contexte dans lequel le végétarisme a été adopté :

1. Les végétariens d’adoption.

2. Les végétariens de naissance, souvent ceux dont les parents étaient végétariens eux-
mêmes.

26
3. Les végétariens par conviction religieuse.

L’immense majorité des végétariens ayant répondus au questionnaire sont des végéta-
riens d’adoption, c’est-à-dire des individus n’ayant pas été élevés en tant que végétariens
depuis leur enfance. La figure 2.4 présente la proportion de végétariens de naissance, les
critères étant de s’être déclaré au moins comme ne mangeant ”Pas de viande, mais parfois
du poisson” et avoir commencé à limiter sa consommation de viande rouge et de volaille
avant l’age de 10 ans compris. Leur proportion dans l’échantillon n’est que de 5,2%.

Fig. 2.4 – Végétarien de naissance

Pour ce qui est des végétariens par conviction religieuse, ils sont très peu nombreux
dans notre échantillon, seulement 10%. La figure 2.5 présente le résultat à la question ”Le
végétarisme est-il conseillé par votre religion ?”. Les pourcentages en colonne de la colonne
”Oui” nous donnent le contingent de personnes dont la religion conseille le végétarisme.
Nous pouvons voir que ce sont les végétariens s’associant à une ”Spiritualité sans lien avec
une religion particulière” qui sont en effectif les plus nombreux parmi ceux que la religion
incline au végétarisme (45,45%).
Nous pouvons ensuite comparer l’influence mutuelle des différentes religions à incliner
au végétarisme en utilisant les pourcentages en ligne. Ainsi si l’on ignore les religions
ayant reçu trop peu de répondant on peut voir que c’est le bouddhisme qui incline le
plus au végétarisme (83,33%) parmi les religions représentées. Le végétarisme est en effet
conseillé par le bouddhisme en lien avec la croyance des réincarnations. Cette religion est
à notre connaissance la seule à conseiller officiellement le végétarisme, les autres religions
ne s’exprimant quasiment pas sur le sujet. Ainsi les végétariens ayant répondus ”Oui”
interprètent leur religion plus qu’ils ne suivent de réelles directives de celle-ci.

27
Fig. 2.5 – Végétarisme conseillé par religion

28
2.3 Différents degrés de végétarisme

On peut également distinguer plusieurs types de végétariens en fonction de leur ali-


mentation, l’une des questions demandaient aux individus de se situer parmi les quatre
catégories suivantes :

1. Je mange peu de viande

2. Je ne mange pas de viande mais je mange parfois du poisson

3. Je suis végétarien

4. Je suis végétalien ou vegan

Le questionnaire était ouvert également aux individus non strictement végétariens


qui limitent simplement leur consommation de viande sans la bannir complètement de
leur régime alimentaire, mais le mode de diffusion via les sites internet d’associations de
végétarien a eu pour effet qu’une grande partie des répondants étaient végétariens au sens
stricte, ces résultats sont présentés sur la figure 2.6

Fig. 2.6 – Type de végétarien

Notons que dans la suite de l’étude nous regrouperons les personnes ayant déclarés
manger ”Peu de viande”et ceux ayant déclarés ”Pas de viande mais parfois du poisson”sous
la dénomination ”Presque végétariens”. Nous utiliserons ces différents types de végétariens

29
dans les analyses qui suivront. Ces différences permettent d’étudier l’influence de certains
facteurs sur le type de végétarisme et vice-versa.

2.4 L’age d’adoption

La figure 2.7 présentent l’age de commencement de la limitation de la consommation


de viande rouge. Nous avons pris pour critère du végétarisme l’age de limitation de la
consommation de viandes rouges. Nous pouvons affirmer qu’il existe une nette tendance
à l’adoption du végétarisme dans la jeunesse de l’individu, plutôt autour de 20 ans. On
peut tenter d’expliquer ce résultat par le fait que le choix d’un mode de vie engageant
s’effectue autour de cette période et que ces habitudes sont plus difficiles à changer au fur
et à mesure que l’age avance.

Fig. 2.7 – Age de la limitation de la viande rouge

On remarque que s’agissant de leur age les individus ont eu tendance à arrondir à 5
ans près, et cela est d’autant plus vrai que les individus étaient plus âgés.

2.5 Age

Les effectifs de la population d’enquête par age sont présentés sur la figure 2.8.

30
Fig. 2.8 – Age de la population

L’age de la population s’étale de 13 à 80 ans, avec une prédominance des 20-30 ans.
Dans la suite de l’étude nous travaillerons avec un regroupement par classe d’age pour
faciliter la lecture des résultats. Cette répartition par classe d’age est présentée sur la figure
2.9 et dans le détail des effectifs sur la figure 2.10. Nous avons opté pour des tranches d’age
d’intervalle 10 ans. Les moins de 20 ans étant trop peu nombreux ont été placés dans la
classe des moins de 25 ans, de même pour les plus de 55 ans qui ne forment qu’une seule
classe d’age. L’un des facteurs ayant pu avoir de l’influence sur l’age de la population est
le mode de diffusion du questionnaire qui était diffusé uniquement via Internet.

2.6 Sexe

Une des particularités de la population végétarienne est son déséquilibre homme/femme,


les femmes étant beaucoup plus nombreuses que les hommes. Cette proportion a déjà été
illustrée dans de nombreuses études [Ouédraogo(2005)] [TGI Annual Survey] [Food Stan-
dards Agency National Diet and Nutrition Survey 2000]. La figure 2.11 met en évidence
cette forte disproportion homme/femme.
Le rapport homme/femme parmi les répondants est de 0,37 (voir figure 2.11) en fa-
veur des femmes, nous sommes très proche du ratio qui avait été obtenu par entretiens

31
Fig. 2.9 – Classe d’age de la population

Fig. 2.10 – Classe d’age de la population

32
Fig. 2.11 – Sexe

qualitatifs lors de l’étude préliminaire (3/9=0,33), allant dans le sens d’une tendance de
fond de la population végétarienne.
Si l’on projette les sexes sur nos tableaux précédents des ages nous obtenons les figures
2.12 et 2.13. Nous pouvons remarquer que les femmes sont toujours plus présentes que les
hommes à toutes les classes d’age.

Fig. 2.12 – Sexe par Age

Sur la ligne des pourcentages par ligne du tableau 2.14 on peut voir que la plus grande
proportion d’hommes est atteinte entre 25 et 45ans. Les femmes sont plus présentes chez

33
Fig. 2.13 – Sexe par Age

Fig. 2.14 – Sexe par Age

34
les moins de 25 ans. De tels résultats ont déjà été rapportés dans une étude anglaise
réalisées chez les 15-18ans où 10% des filles se déclarent végétariennes pour seulement
1% des garçons, alors que cette proportion d’homme augmente plus tard [Food Standards
Agency National Diet and Nutrition Survey 2000].
On peut donner une première explications de cette influence inégale de l’age par le
fait que les individus des deux sexes n’ont pas les mêmes intérêts dans le végétarisme
d’après leur culture de genre qui diffère. Les femmes y trouvent plus tôt un intérêt alors
qu’elles sont encore adolescentes. Le fait de protéger les animaux, de manger des légumes,
de faire attention à son alimentation, de protéger l’environnement sont des motifs tout à
fait acceptés socialement pour des jeunes filles alors que pour les jeunes hommes tendre
vers ces valeurs féminines à l’adolescence doit être moins simple à gérer sur le plan de
l’intégration sociale. Devenir végétarien devient plus facile pour l’homme à partir de 25
ans en tant qu’engagement distinctif permettant à l’individu de s’affirmer lui-même et de
marquer son indépendance. Nous irons plus loin dans l’explication de la différence entre
les sexes dans la partie 3.3.3.

2.7 Engagement associatif

La thématique de l’engagement était abordée par des questions portant sur l’appar-
tenance à différentes associations. Ces résultats sont présentés sur les figures 2.15, 2.16,
2.17, 2.18.

Fig. 2.15 – Adhésion à un parti ou une association politique

35
Fig. 2.16 – Adhésion à une association végétarienne

Fig. 2.17 – Adhésion à une association de défense des animaux

Fig. 2.18 – Adhésion à une association écologiste

36
Le plus frappant est la proportion d’individu faisant parti d’une association de dé-
fense des animaux, près de 50% de la population d’enquête. Cette catégorie de répondant
viennent de tous les départements et tout particulièrement de Paris, voir figure 2.19. Une
explication plausible pour expliquer ce résultat serait le soutien particulièrement efficace
d’une ou plusieurs associations de défense des animaux telles que la SPA ou Animal
Amnesty qui avait été contacté à l’occasion de cette enquête, cependant nous pouvons
faire que des suppositions à cet endroit car nous ne connaissons pas la provenance des
répondants.
Les figures 2.20, 2.21, 2.22 nous permettent de mieux cerner cette population des
membres d’association de défense des animaux. Celle-ci est plus féminine, plus agées, plus
provinciale, plus souvent employée de bureau que le reste des végétariens. Ces différences
ne sont pas visibles pour les autres types d’associations étudiées ce qui en fait un trait
particulier d’une partie de l’échantillon. Par ailleurs les individus membres d’une associa-
tion de défense des animaux sont aussi plus nombreux à faire parti d’une association de
végétarien, figure 2.23.

Fig. 2.19 – Localité par Adhésion à une association de défense des animaux

37
Fig. 2.20 – Sexe par Adhésion à une association de défense des animaux

Fig. 2.21 – Age par Adhésion à une association de défense des animaux

38
Fig. 2.22 – PCS par Adhésion à une association de défense des animaux

Fig. 2.23 – Adhésion à une association de défense des animaux par Adhésion à une
association végétarienne

39
Chapitre 3

Pouvoir explicatif des raisons

3.1 Présentation des raisons des végétariens

Comme nous l’avons exposé en introduction nous avons choisi d’étudier l’influence
des raisons des végétariens sur leur pratiques. Nous entendons par ”raisons” les justifica-
tions que les végétariens donnent spontanément lorsqu’on leur pose la question ”Pourquoi
êtes-vous végétariens ?” ou indirectement ”Comment êtes-vous devenus végétariens ?”. Ces
questions ont été posé en entretiens durant l’étude préliminaire, donnant lieu à la typologie
suivante :
– L’égalité Homme/Animal
– La sauvegarde de l’environnement
– L’amélioration de sa forme physique
– Le dégout pour la viande
Ainsi que les raisons annexes suivantes :
– L’homme n’est pas fait pour manger de la viande
– La violence infligée aux animaux produit par miroir de la violence entre les hommes
– Ne pas manger de viande permet de lutter contre la faim dans le monde
Ces raisons sont donc des raisons ”conscientes”, elles sont présentées par les individus
comme la justification de leur choix de devenir végétarien. Le terme de ”choix” que nous
employons est souvent utilisé par les individus en entretien. Ils l’appliquent dans le sens où,
comme nous l’avons vu, l’immense majorité des végétariens le sont devenus à un moment

40
de leur vie alors qu’ils n’avaient pas été élevés dans ce régime étant enfant, ils ont dû faire
le ”choix” de ce régime et de ce mode de vie à un moment de leur vie.
On peut bien sûr interpréter différemment cette décision de devenir végétarien en po-
sant l’hypothèse que les individus n’avaient pas d’autres choix que de devenir végétariens
de part la situation dans laquelle ils se trouvaient au moment de leur choix. Mais même
dans ce cas de figure les raisons données par les végétariens gardent toujours leur sens.
Le poids du déterminisme social sera étudier dans le détail dans la partie 6. Quant
aux raisons psychologiques et symboliques nous ne les aborderons que peu dans ce travail,
renvoyant le lecteur à l’ouvrage de Fischler [Fischler(1990)].
Les raisons traitées sont des ”raisons morales”, ce qui signifie qu’elles possèdent un
caractère moral, éthique. Ainsi une raison est une bonne raison parce qu’elle satisfait à
une morale particulière. Les végétariens pensent dans cette optique que le végétarisme est
”efficace”, qu’il permet d’atteindre l’objectif moral qu’ils se sont fixés.
Voyons maintenant comment fonctionnent ces raisons :
L’égalité Homme-Animal est sans doute la raison la plus complexe à comprendre, c’est
aussi la principale raison des végétariens. Elle est quasiment toujours présente chez les
végétariens et les autres raisons sont souvent là en complément. La fin morale visée est
de maximiser le bonheur des animaux et de ne pas enfreindre les droits des animaux en
les tuant ou en disposant de leur personne, voir à ce sujet l’Annexe C. Ce statut moral
est selon les végétariens dû aux animaux d’après les capacités neuro-cognitives qu’ils
possèdent, c’est-à-dire leur capacité à souffrir et à penser.
Egalité Homme/Animal :

a) Il est mal de faire souffrir ou de tuer des animaux de par les capacités neuro-
cognitives qu’ils possèdent

b) Manger de la viande implique de faire souffrir ou de faire tuer des animaux

c) Donc manger de la viande est mal

La sauvegarde de l’environnement repose sur l’idée que la production de viande possède


une plus faible rentabilité et pollue plus que la production de végétaux. La production est
étudiée comme un procès de transformation de matière vers des nutriments assimilables

41
par l’homme. Ainsi la faible rentabilité du mode de production de viande s’exprime par le
nombre de protéines ou de calories produites par hectares de terre utilisés, par quantité
d’eau utilisée, etc. La pollution repose sur le même type d’évaluation en calculant le
nombre de protéines produites par quantité de CO2 produit par exemple. On trouve ainsi
dans la littérature végétarienne les chiffres suivants :

1. Il faut en moyenne 7 calories d’origine végétale pour produire 1 calorie sous la forme
de viande.

2. Superficie de terre nécessaire pour nourrir une personne : Avec une alimentation
végétale 1, avec une alimentation carnée 11,5.

3. Calories alimentaires produites contre calories d’énergie fossile consommées : Avoine


2.5 contre 1, élevage extensif des bovins : 1 contre 3, élevage des bovins en parc
d’engraissage : 1 contre 33.

4. Quantité d’eau nécessaire pour produire une même quantité : de soja 1L, de bœuf
27L.

Source [Méry(1998)]

Ainsi on a :

a) L’environnement doit être sauvé

b) L’environnement est mis en péril par le manque de rentabilité de la production


carnée

c) Donc ne pas manger de viande permet de sauver l’environnement

Les raisons touchant à l’amélioration de la santé et au dégout pour la viande sont plus
simples à comprendre :
La santé :

a) Il est souhaitable d’améliorer sa santé

b) Manger de la viande nuit à la santé

c) Donc ne pas manger de viande est souhaitable

Le dégout pour la viande :

42
a) Il est désagréable d’être dégouté

b) Manger de la viande me dégoute

c) Donc ne pas manger de viande évite cette sensation désagréable

Quant aux raisons annexes, de même on a :


L’homme n’est pas fait pour manger de la viande :

a) Il est souhaitable d’être en accord avec sa nature

b) L’homme n’est naturellement pas fait pour manger de la viande

c) Donc ne pas manger de viande permet d’être en accord avec sa nature

La violence infligée aux animaux produit par miroir de la violence entre les hommes :

a) Il est bien de limiter la violence entre les hommes

b) La violence infligée aux animaux produit par miroir de la violence entre les hommes

c) Donc ne pas manger de viande permet de limiter la violence entre les hommes

Ne pas manger de viande permet de lutter contre la faim dans le monde :

a) Il est bien de lutter contre la faim dans le monde

b) Les conséquences environnementales de la production carnée mettent en péril les


moyens de l’homme à se nourrir

c) Donc ne pas manger de viande permet de sauver les moyens de l’homme à se nourrir

On peut déjà commenter ces différentes raisons en ce qu’elles ne fonctionnement pas


toutes de la même manière. En effet elles n’entrainent pas toutes le même impératif à
ne pas manger de viande. Sans aucun doute la première raison, celle portant sur l’égalité
Homme/Animal est celle qui impose avec le plus de force l’abstention totale de viande car
c’est elle qui touche du plus près au mal. Cette raison est la plus forte car elle touche à
l’homme. C’est en effet par analogie aux rapports humains marqués par l’empathie – le
refus du meurtre et de la cruauté – que cette proposition se charge de bien et de mal. C’est
parce que les animaux possèdent un peu de ce qui donne à l’homme de sa composante
morale qu’ils héritent de cette même composante morale.
Le fondement de la morale est de ne pas accepter pour autrui ce que l’on accepterait pas
pour soi-même. Tout dépend ici de ce que l’on place dans ”autrui”. Les hommes placent

43
en général leurs semblables dans cette catégorie. Si les animaux sont placés dans cette
catégorie des semblables c’est qu’il y a identification à ces animaux. L’empathie, pouvoir
faire sienne la souffrance d’autrui, et l’identification qui la sous-tend sont cruciaux pour
comprendre cette raison des végétariens.
Les autres raisons sont moins impératives, elles imposent plus une limitation qu’une
abstention de la consommation de viande. A la différence de la raison de l’Egalité Homme/Animal
pour laquelle la question se pose surtout sur sa proposition majeure (proposition a)), pour
ces autres raisons la question se pose surtout sur la proposition mineure (proposition b))
du raisonnement. Ce qui signifie que dans le cas de l’Egalité Homme/Animal c’est la mo-
rale en elle-même qui pose problème dans l’acceptation du raisonnement alors que dans
les autres raisons la morale sous-jacente ne pose pas de problème et c’est plutôt la véracité
de la proposition mineure portant sur des faits concrets qui pose problème à l’acceptation.
Reste à signaler le dénie qui entoure le thème du gout pour la viande chez les végéta-
riens. Le gout pour la viande généralement constaté dans la société française se transforme
en dégout chez les végétariens, plaçant cette raison parmi les autres. Nous pensons qu’il
faut aller plus loin pour comprendre le fonctionnement de cette raison pas comme les
autres.
Le quasi silence tenu sur ce gout est à l’opposé de l’importance qu’il possède dans
la population française. C’est aujourd’hui en effet principalement à cause du gout pour
la viande que la population française consomme de la viande. Ce gout est gustatif mais
aussi surtout lié à une tradition de consommation de viande. Le dégout affiché pour la
viande par les végétariens est par conséquent aussi un dégout envers des traditions, c’est
un dégout social. Ce double sens du dégout – dégout social et dégout gustatif – s’illustre
très bien dans la petite bande dessinée présentée en Annexes F.2.
Ainsi ce dégout des végétariens est aussi un positionnement social qui s’oppose à
une classe sociale abstraite. D’après les données que nous avons recueillies et les raisons
exposées au dessus nous pouvons dresser un tableau approximatif de la classe sociale à
laquelle les végétariens s’opposent :
– Inconscient

44
– Qui ne réfléchit pas
– Qui ne prend pas de recul
– A la merci de ses passions
– Egoı̈ste
– Indifférent
– Ignorant
– Faible
Par opposition on peut découvrir ce que les végétariens mettent en avant pour leur
personne :
– Conscient
– Qui réfléchit
– Qui prend du recul
– Maitrise ses passions
– Altruiste
– Sensible
– Savant
– Droit
Nous montrerons par la suite que le dégout des végétariens pour la viande se trouve à
la croisée de toutes les autres raisons du végétarisme. Le dégout, bien que pouvant avoir
une vraie cause gustative dans certains cas, est avant tout l’expression d’un rejet social
ou idéologique en rapport avec les autres raisons identifiées.

3.2 Idéologie

3.2.1 Prescriptivité et supériorité

Le questionnaire mesurait de nombreuses idées en rapport avec le végétarisme. Pour


faciliter l’analyse, ces différentes idées ont été regroupées en deux groupes. En effet nous
avons remarqué que ces différentes variables variaient souvent de la même manière lors-
qu’elles étaient croisées avec les autres variables du questionnaire. Le premier groupe

45
concerne les variables indiquant l’opinion selon laquelle le végétarisme est supérieur au
régime carné. Cet indice a été créé à partir des variables suivantes :
– Les végétariens sont plus intelligent que le reste de la population
– Le régime végétarien est plus civilisé que le régime contenant de la viande
– Manger de la viande est primitif
Ainsi plus un individu pensera que les végétariens sont plus intelligent que le reste de
la population, que le régime végétarien est plus civilisé le régime contenant de la viande,
que manger de la viande est primitif, plus son score à la variable d’opinion de la supériorité
du végétarisme sera élevé.
Le second groupe comprend les variables indiquant une opinion ”prescriptive” envers
le végétarisme, c’est-à-dire que le végétarisme possède une grande importance pour soi et
qu’il faut agir pour le végétarisme. Cet indice a été créé à partir des variables suivantes :
– Se déclarer anti-spéciste
– Refuser de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie d’un seul homme
– Ne pas être tolérant avec les non-végétariens
– Donner de l’importance au fait que plus de gens deviennent végétariens
– Donner de l’importance au fait que ses amis partagent les valeurs végétariennes
Ces deux variables sont fortement corrélées l’une avec l’autre comme le montre la figure
3.1. Cette analyse nous permet de mettre en évidence le fait qu’il existe principalement
un axe unique sur lequel se positionne de manière bipolaire les idées selon qu’elles sont
plus ou moins végétariennes. Plus les individus ont une haute opinion du végétarisme plus
ils sont prescriptifs à l’égard de celui-ci.
L’idéologie végétarienne représentée par ces deux indices est également fortement cor-
rélées avec les pratiques végétariennes. Ainsi plus les individus partagent l’idéologie végé-
tarienne plus ils sont assidus dans leur régime comme le montre les figures 3.2, 3.3, 3.4,
3.5.
Les végétaliens sont plus enclins à être prescriptif sur le végétarisme que les végétariens,
qui le sont eux-mêmes plus que les presque végétariens. Les végétaliens sont plus enclins
à considérer le végétarisme comme supérieur que les végétariens, qui le sont eux-mêmes

46
Fig. 3.1 – Végétarisme supérieur par Prescriptif

plus que les presque végétariens. Les individus ayant un régime stricte – un régime stricte
a été défini comme le fait de déclarer ne jamais faire de pauses dans son régime végétarien
et avoir arrêté la viande rouge, la volaille et le poisson du jour au lendemain, et ne pas être
devenu moins stricte avec le temps – sont plus enclins à être prescriptif sur le végétarisme
que les individus ayant un régime non stricte. Les individus ayant un régime stricte sont
plus enclins à considérer le végétarisme comme supérieur que les individus ayant un régime
non stricte mais signalons que cette dernière corrélation est assez faible.
Les tris à plat de chacune des variables utilisées sont présents en annexes D.

Fig. 3.2 – Type de végétarien par Prescriptif

47
Fig. 3.3 – Type de végétariens par Végétarisme supérieur

Fig. 3.4 – Régime stricte par Prescriptif

3.2.2 Militantisme

Nous avons également opté pour une mesure du militantisme de l’individu par le biais
de plusieurs variables. Les variables entrant en jeu dans le score de militantisme sont les
suivantes :
– Aller sur Internet dans le but de participer à la diffusion du végétarisme
– Vouloir que plus de gens deviennent végétariens

48
Fig. 3.5 – Régime stricte par Végétarisme supérieur

– Essayer de convaincre des gens de devenir végétarien


– Faire parti d’une association de défense des animaux
– Faire parti d’une association végétarienne
– Faire parti d’une association écologiste
Comme on peut s’y attendre cet indicateur est fortement corrélé aux indicateurs créés
plus haut. Sur la figure 3.6 nous pouvons voir la très forte corrélation positive entre ces
deux indices car ils partagent même une variable dans leurs constructions.
De même une forte corrélation positive est à noter sur la figure 3.7 entre le fait d’être
militant pour le végétarisme et le fait penser que le végétarisme est supérieur à un mode
d’alimentation comprenant de la viande.

3.3 L’empathie

Les raisons et l’idéologie que nous venons d’exposer vont nous servir à expliquer cer-
taines des différences de pratiques et d’opinions constatées au sein de la population végéta-
rienne. L’analyse de ces corrélations vont également nous permettre de mieux comprendre
encore la nature des raisons des végétariens.

49
Fig. 3.6 – Prescriptif par Militantisme

Fig. 3.7 – Végétarisme supérieur par Militantisme

50
3.3.1 Notion de victime

La raison de l’Egalité Homme/Animal décrite plus haut est difficile à approcher dans
le sens où elle est partagée par l’immense majorité des végétariens. Cependant nous avons
besoin d’un indicateur nous permettant de mesurer l’intensité de cette raison. Nous avons
vu que cette raison était gouvernée par la notion d’empathie permise par l’identification
avec l’animal. On peut ainsi poser que ce sont les individus qui sont les plus à même de
s’identifier aux animaux et à leur souffrance qui seraient les plus à même d’éprouver de
l’empathie envers les animaux.
Pour appuyer notre propos citons l’extrait de l’ouvrage d’Elisabeth de Fontenay [de Fontenay(1998)]
défendant le fait que les hommes peuvent parler pour l’animal, adopter sa cause, pour la
raison qu’ils peuvent souffrir comme lui. Dans cet extrait Fontenay fait à la fin référence,
entre autres, à l’extermination des juifs. L’extrait s’ouvre par une citation de Jean-François
Lyotard [Lyotard(1983)] :
”« Quelqu’un éprouve plus de douleur à l’occasion d’un dommage fait à l’animal qu’à
un humain. C’est que l’animal est privé de la possibilité de témoigner selon les règles
humaines d’établissement du dommage, et qu’en conséquence tout dommage est comme
un tort qui fait de lui une victime ipso facto. Mais s’il n’a pas du tout les moyens de
témoigner, il n’y a même pas de dommage, du moins vous ne pouvez pas l’établir [...]. C’est
pourquoi l’animal est un paradigme de la victime. » Ce caractère aporétique du scandale de
la souffrance animale ne mène-t-il pas à un inévitable échec celui qui parlerait en leur nom
parce qu’il souffre avec eux ? Mais il y a eut aussi, dans l’histoire, des hommes victimes d’un
différend, du différend, et dont le sort ressemble à celui des bêtes.” [de Fontenay(1998)]
Ce passage introduit la thématique de la victime pour appréhender le dommage fait à
l’animal. C’est la notion que nous allons utiliser pour mesurer l’empathie avec l’animal.
Il est en effet aisé de comprendre que celui se considérant comme une victime ait plus de
facilité à éprouver de l’empathie face à une autre victime. C’est ce que nous allons essayer
de montrer et que nous utiliserons dans la suite de notre analyse.
Pour aborder cette notion de victime nous avons construit un indice de victimisation à
partir de plusieurs variables pouvant être rattachées à cette problématique. Cet indice nous

51
servira à mesurer spécifiquement la capacité d’empathie de l’individu envers les animaux.
Cet indice a été construit à partir des variables suivantes :
– Déclarer avoir vécu un évènement particulièrement fort ou traumatisant dans son
enfance
– Déclarer se sentir plutôt mal à l’aise dans son corps
– Déclarer ressentir de la culpabilité en repensant à l’époque où l’on consommait de
la viande
– Avoir eu honte d’être un humain dans sa vie
Ces variables sont toutes fortement corrélées entre elles, la figure 3.8 montre la manière
dont ces variables sont corrélées les unes aux autres. Nous voyons que les modalités sont
nettement séparées de part et d’autre de l’axe horizontal.

3.3.2 Mesure

Cet indice de victimisation est très efficace pour rendre compte de l’empathie des indi-
vidus envers les animaux. Les figures 3.9, 3.10, 3.11, 3.12 montrent de fortes corrélations
allant dans ce sens.
La figure 3.9 montre que les individus ayant le plus haut score de victimisation sont
aussi les plus nombreux à penser que les animaux et les humains sont à mettre sur le
même plan, et inversement les individus ayant le plus bas score de victimisation sont les
moins nombreux à penser que les animaux et les humains sont à mettre sur le même
plan. Cette question porte directement sur le rapprochement que l’on peut opérer entre
les animaux et les humains en les mettant sur le même plan. Il est normal que plus les
individus rapprochent les animaux des humains plus ils ressentent d’empathie envers eux.
La figure 3.10 va dans le même sens en nous montrant que plus les individus ont un
score de victimisation important plus ils ont tendance à faire parti d’une association de
défense des animaux. On peut en effet comprendre que plus l’on ait de l’empathie envers
les animaux plus l’on s’engage dans des structures permettant de les défendre.
La figure 3.11 pose la question de peser la vie animale relativement à la vie de l’humain
”Accepteriez-vous de sacrifier la vie 500 chiens pour sauver la vie d’un seul homme ?”. On

52
Fig. 3.8 – Variables de l’indice de victimisation

53
Fig. 3.9 – Victimisation par Mettre les animaux et les humains sur le même plan

Fig. 3.10 – Victimisation par Faire parti d’une association de défense des animaux

54
voit très clairement un lien entre l’indice de victimisation et l’empathie pour l’animal qui
s’exprime par le refus de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie d’un seul homme. On peut
encore une fois comprendre que plus la tendance à l’empathie pour l’animal soit forte
moins l’individu soit enclin à sacrifier de nombreuses vies animales facilement.
Cette variable ”Accepter de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie d’un homme” nous
servira, parallèlement à la notion de victimisation, à mesurer l’empathie des individus
pour l’animal.

Fig. 3.11 – Victimisation par Sacrifier 500 chiens

Naturellement plus l’empathie ressentie envers les animaux est forte plus il est difficile
d’accepter le comportement des personnes qui tue des animaux pour les manger, c’est ce
que nous montre la figure 3.12.
Une fois ces faits établis nous utiliserons l’appellation ”Indice d’empathie” plutôt que
”Indice de victimisation” car c’est cette notion d’empathie qui nous importe pour illustrer
la raison de l’Egalité Homme/Animal. Pour illustrer cette notion d’empathie, témoignant
d’un amour pour les animaux, signalons la forte proportion d’individus possédant des
animaux domestiques chez les végétariens et la corrélation avec l’empathie visible sur la
figure 3.13.

55
Fig. 3.12 – Victimisation par Tolerence envers les non-végétariens

Fig. 3.13 – Empathie animale par Animaux domestiques

56
3.3.3 Pessimisme

Cet indicateur est de part sa nature est également le marqueur d’un certain pessimisme
et d’une déprime comme le montre les figures 3.14, 3.15, 3.16, 3.17. Nous pouvons voir
que les individus ayant les plus haut score de victimisation sont également ceux déclarant
le moins souvent que le végétarisme prendra de l’importance à l’avenir, que le végétarisme
aide à lutter contre la faim dans le monde, qu’ils ont confiance dans la science, qu’ils ont
du succès à convaincre les non-végétariens, faire des sorties le soir ou le week-end.

Fig. 3.14 – Empathie animale par Avenir du végétarisme

Ce pessimisme est inégalement réparti entre les sexes. Les femmes sont plus à même
de se considérer comme des victimes et ainsi d’avoir de l’empathie et de la compassion
pour d’autres victimes que sont les animaux. Ces résultats sont présentés sur la figure
3.18. On peut l’expliquer par le fait que les femmes sont victimes de discrimination plus
importantes que les hommes dans la société française et que la culture féminine est plus
axée sur la sensibilité et l’empathie que la culture masculine.
Un résultat supplémentaire a attiré notre attention bien que ne touchant pas direc-
tement à notre objet : les inégalités de victimisation des hommes et des femmes selon

57
Fig. 3.15 – Empathie animale par Confiance dans la science

Fig. 3.16 – Empathie animale par Avoir du succès à convaincre les non-végétariens

58
Fig. 3.17 – Empathie animale par Nombre de sortie le soir ou le week-end

Fig. 3.18 – Sexe par Empathie animale

59
leur situation matrimoniale. Les tableaux qui suivent rappellent ceux de Durkheim sur
le suicide [Durkheim(2002 (1930))]. Rappelons que la théorie de Durkheim sur le suicide
comprend un volet présentant l’effet de la situation matrimoniale de l’homme et de la
femme sur le taux de suicide. Ainsi le mariage aurait tendance à favoriser le suicide de la
femme, et au contraire protègerait l’homme contre celui-ci. Cela étant d’autant plus vrai
que le mariage se rompt difficilement dans la société considérée.
Certes, notre indicateur d’empathie fondé sur la victimisation ne mesure pas le suicide
et nous ne disposons pas de l’information sur la situation matrimoniale des individus
mais uniquement sur leur type de logement – seul ou en couple – mais les similitudes sont
étonnantes, voir les figures 3.19 et 3.20.

Fig. 3.19 – Femme : Victimisation par Type de logement

L’explication donnée par Durkheim – les femmes seraient des êtres plus simples que
les hommes et n’auraient pas besoin de se lier à une autre personne pour réguler leurs as-
pirations par nature limitées – n’est bien sûr pas satisfaisante à notre époque. Notre étude
ne portant pas sur ce sujet nous ne pourrons pas apporter d’éléments supplémentaires si
ce n’est que cette règle semble toujours s’appliquer plus de cent ans après avec cependant
une certaine prudence car les tableaux ont des effectifs faibles.

60
Fig. 3.20 – Homme : Victimisation par Type de logement

3.3.4 Positionnement précis

Si l’on croise cet indicateur d’empathie avec la question portant directement sur le
degré de mal associé au fait de tuer un animal nous voyons aussi un lien apparaitre mais
comme nous l’avons annoncé cette opinion est partagée par l’immense majorité de la
population végétarienne (89%), voir figure 3.21.
L’une des sections du questionnaire proposait aux végétariens ayant répondus ”Oui” à
la question ”Est-il mal de tuer un animal ?” d’expliquer leur choix en sélectionnant dans
une liste plusieurs attributs des animaux impliquant qu’il soit mal de les tuer. Ces notions
étaient issues des entretiens réalisés durant l’étude préliminaire. La liste contenait les
explications suivantes, nous avons ajouté le nombre de réponses associées à chacune :
– les animaux sont intelligents : 107
– les animaux sont des êtres vivants : 529
– les animaux sont gentils : 7
– les animaux ont une conscience : 284
– les animaux sont utiles : 32
– les animaux sont sensibles à la douleur : 619
– les animaux ont des sentiments : 170

61
Fig. 3.21 – Empathie animale par Mal de tuer un animal

– les animaux sont beaux : 4


– les animaux sont innocents : 166
– l’abattage des animaux produits de l’agressivité chez l’homme : 143
– autre : 60
Les réponses ”Beau” et ”Gentil” n’ont reçu respectivement que 4 et 7 réponses sur 827
personnes, nous les exclurons donc du reste de l’analyse. La modalité ”autre” a également
été retirée car difficile à interpréter.
Les autres raisons explicitées ont été placées en analyse factorielle afin de déterminer
la manière dont elles étaient corrélées les unes aux autres. Ces résultats sont présentés
sur la figure 3.22. On peut remarquer que les raisons se répartissent le long d’un axe
principalement vertical entouré sur la figure. Nous n’interprèterons pas l’axe horizontal
c’est pourquoi les raisons de l’agressivité chez l’homme et des animaux intelligents ont été
reportées artificiellement sur l’axe vertical par projection pour une lecture plus aisée.
Cette figure présente les raisons par affinités respectives les unes avec les autres. L’axe
principal possède à l’une de ses extrémités le fait que les animaux soient intelligents et
à l’autre le fait que les animaux soient utiles. Les autres raisons se répartissent entre ces
deux raisons opposées. On voit apparaitre le sens conceptuel de cet axe, sont d’abord

62
présentées les raisons touchant aux capacités cognitives de l’animal : être intelligent, avoir
des sentiments, avoir une conscience, suivit des raisons touchant au domaine du sensible :
ressentir de la douleur, être vivant, suivit des raisons se détachant de l’animal : être inno-
cent, provoquer de l’agressivité chez l’homme, être utile, cette dernière étant nettement
excentrée par rapport aux autres.
On peut regarder si l’empathie possèdent des affinités avec ces raisons justifiant qu’il
soit mal de tuer un animal. Les figures 3.23 et 3.24 nous montrent que l’empathie est
corrélée avec les raisons ”les animaux sont sensibles à la douleur” et ”les animaux sont des
êtres vivants”. Ce résultat n’est pas surprenant car l’empathie est justement le fait d’être
sensible à la douleur d’autrui.
Si l’on reprend les chiffres exposés plus haut on peut se rendre compte que ce sont
nettement les raisons touchant au sensible qui ont remportées le plus de succès : ”les
animaux sont sensibles à la douleur : 619”, ”les animaux sont des êtres vivants : 529”.
Ainsi les raisons du sensible sont à la fois celles étant les plus proches de l’empathie
donnée pour cause de la raison Egalité Homme/Animal ainsi que les plus représentées
chez les végétariens. Elles représentent vraiment le fondement du végétarisme. C’est la
sensibilité qui gouverne cette raison de l’Egalité Homme/Animal.

3.3.5 Complément : l’élevage

Nous avons vu au travers de la question de l’abattage des animaux que la considé-


ration morale visant à ressentir de l’empathie envers les animaux était guidée par les
sentiments ressentis par les individus, mais il nous reste à étudier un autre aspect de
l’Egalité Homme/Animal : l’élevage en tant que tel.
Tout comme pour le fait de tuer un animal, la réprobation de l’élevage intensif est
très forte chez les végétariens (98%), aussi nous utiliserons principalement l’explicitation
des raisons pour étudier les différences d’opinions concernant l’élevage. Ces deux ques-
tions sont liées, la première portant sur la mise à mort de l’animal et la seconde sur les
souffrances potentielles subies durant l’élevage.
Une section du questionnaire proposait aux végétariens ayant répondus ”Oui” à la

63
Fig. 3.22 – Analyse factorielle des explications de Mal de tuer un animal

64
Fig. 3.23 – Empathie par Explicitations animaux sensibles à la douleur

Fig. 3.24 – Empathie par Explicitations animaux êtres vivants

65
question ”Etes-vous contre l’élevage intensif ?” d’expliquer leur choix en sélectionnant dans
une liste plusieurs attributs de l’élevage impliquant qu’il ne soit pas acceptable. Ces notions
étaient issues des entretiens réalisés durant l’étude préliminaire. La liste contenait les
explications suivantes avec le nombre de réponses associées à chacune :
– l’élevage intensif traite les animaux comme des objets : 458
– l’élevage intensif privent les animaux de leur droit à la liberté : 276
– l’élevage intensif rend les animaux malheureux : 137
– l’élevage intensif fait subir des mauvais traitements aux animaux : 309
– l’élevage intensif est contre nature : 194
– l’élevage intensif pollue : 176
– l’élevage intensif produit de la viande de mauvaise qualité : 30
– autre : 10
La modalité ”autre” a été retirée car trop faible et trop difficile à interpréter.
La figure 3.25 présente la manière dont les différentes modalités sont corrélées les
unes aux autres. Les deux axes présentés sont interprétables car les modalités suivent une
logique particulière de répartition dans l’espace. On remarque en effet que l’axe vertical
réparti les modalités selon qu’elles sont plus ou moins abstraites, les plus abstraites et
conceptuelles apparaissent en bas de l’espace alors que les modalités les plus concrètes
et matérialistes apparaissent en haut de l’axe. Quand à l’axe horizontal il réparti les
modalités selon qu’elles sont plus ou moins intérieur à l’animal. En effet les modalités les
plus ”intérieures” à l’animal sont placées sur la droite de l’axe alors que les modalités les
plus ”extérieures” à l’animal sont placées sur la gauche de l’axe.
Les valeurs négatives sur l’axe du concret représentent les modalités les moins concrètes
donc les plus abstraites, et les valeurs négatives sur l’axe de l’intérieur animal représentent
les modalités les plus extérieures à l’animal. Ainsi nous avons parmi les idées les plus exté-
rieures à l’animal et les plus concrètes : Pollu, ViandeMauvaise, ContreNat correspondant
aux modalités listées plus haut ; parmi les idées plus intérieures à l’animal et les plus
concrètes : Malheureux, MauvaisTrait ; parmi les idées moins concrètes et indéterminées
sur le plan de l’intérieur ou de l’extérieur à l’animal : DroitLiberté, AnimauxObjet. Il est

66
Fig. 3.25 – Analyse factorielle des explications d’être Contre l’élevage intensif

67
intéressant de voir que la manière dont les modalités se repoussent et s’attirent les unes
les autres nous permette d’obtenir une classification conceptuelle de celles-ci.
Si l’on se réfère aux chiffres données plus haut les trois modalités les plus représentées
sont dans l’ordre : ”l’élevage intensif traite les animaux comme des objets : 458”, ”l’élevage
intensif fait subir des mauvais traitements aux animaux : 309”, ”l’élevage intensif privent
les animaux de leur droit à la liberté : 276”. La première modalité correspond au refus de
priver les animaux de leur statut d’être vivant et rejoint ainsi l’explication selon laquelle
il est mal de tuer : ”les animaux sont des êtres vivants”. La seconde modalité correspond
à la souffrance ressentie par les animaux du fait de mauvais traitements et rejoint ainsi
l’explication selon laquelle il est mal de tuer : ”les animaux sont sensibles à la douleur”. La
troisième modalité représente une nouvelle notion propre à l’élevage touchant à la liberté
des animaux.
Comme plus haut nous allons tester la corrélation de l’empathie avec ces raisons d’être
Contre l’élevage intensif. Les figures 3.26 et 3.27 nous montrent que l’empathie est corrélée
avec les raisons ”l’élevage intensif privent les animaux de leur droit à la liberté” et ”l’élevage
intensif traite les animaux comme des objets”. Ce résultat nous montre que ce sont les
raisons les plus abstraites qui ont le plus d’affinités avec l’empathie.

Fig. 3.26 – Empathie par Explicitations animaux droit liberté

68
Fig. 3.27 – Empathie par Explicitations animaux traités comme objet

La raison des mauvais traitements n’est étrangement pas corrélée à l’empathie. Ce sont
cependant deux des trois raisons les plus avancées par les végétariens qui sont également
les plus corrélées à notre indicateur d’empathie. L’empathie possède par ailleurs une cor-
rélation inverse aux raisons extérieures à l’animal : Pollu, ViandeMauvaise. Ce résultat est
compréhensible dans le sens où l’empathie touche à l’animal et non aux raisons extérieures
telles que la pollution générée ou la viande de mauvaise qualité.

3.3.6 Empathie et idéologie

L’empathie et l’idéologie végétarienne entretiennent des liens étroits comme le montre


les figures 3.28 et 3.29. Rappelons que ces indicateurs mesures respectivement l’opinion
selon laquelle le végétarisme est supérieur à un régime contenant de la viande et l’opinion
qui souhaite imposer le végétarisme.
Ainsi l’empathie pour les animaux s’accompagne d’une plus grande adhésion à l’idéo-
logie végétarienne. Les végétariens possédant le plus d’empathie sont ainsi plus investi du
végétarisme, ils ont le plus assimilé son aspect prescriptif. On peut comprendre en effet
que plus l’individu ressent la souffrance des animaux plus il souhaite que s’étendent les
pratiques qu’il considère comme participant à la réduction de cette souffrance et plus il

69
Fig. 3.28 – Empathie par Végétarisme supérieur

Fig. 3.29 – Empathie par Prescriptif

70
pense que les membres de cette communauté de pratiques sont supérieurs au reste de la
population.
De même les végétariens ayant le plus d’empathie envers les animaux sont également
ceux étant les plus militants envers le végétarisme comme le montre la figure 3.30.

Fig. 3.30 – Empathie par Militantisme

3.3.7 Un régime stricte mais difficile

Nous avons vu que notre indicateur de victimisation permet de rendre compte effi-
cacement de l’empathie envers l’animal qui est au fondement de la raison principale des
végétariens : l’Egalité Homme/Animal. Nous allons maintenant voir quel rapport cette
raison entretient avec les pratiques végétariennes que sont le type de végétarisme et le
régime plus ou moins stricte.
Ces pratiques sont peu influencées par l’indice d’empathie envers l’animal. Les figures
3.31 et 3.32 témoigne de cette influence relativement faible. On aurait pu s’attendre à l’in-
verse que les pratiques soient fortement influencées par l’empathie car comme nous l’avons
vu plus haut l’empathie influence les idées végétariennes qui elles-mêmes influencent à leur
tour les pratiques végétariennes.

71
Fig. 3.31 – Empathie par Type de végétarien

Fig. 3.32 – Empathie par Régime stricte

72
Or l’influence de l’empathie ne se fait que peu sentir sur les pratiques végétariennes
citées plus haut. On peut peut-être expliquer cette absence de corrélation par le fait que
les individus étant les plus victimisés aient d’autres difficultés dans leur vie jouant sur leur
régime comme le montre la figure 3.32 qui semble montrer un léger manque d’assiduité
au régime végétarien. La figure 3.33 nous confirme cette tendace en nous montrant que
les individus victimisés ont plus de difficultés à appliquer leur régime alimentaire que les
individus moins victimisés.

Fig. 3.33 – Empathie par Difficulté à appliquer son régime

la victimisation possède le contre coup d’apporter à l’individu des difficultés à appliquer


son régime végétarien. La victimisation, marqueur de difficultés et de souffrance dans
la vie de l’individu, implique également le fait d’avoir des difficultés à appliquer son
régime végétarien malgré la forte affinité avec les raisons et les idées végétariennes. Nous
pouvons alors utiliser notre autre indicateur d’empathie, plus direct celui-ci, fondé sur le
fait d’accepter plus ou moins facilement de sacrifier des animaux.
Cet indicateur montre une corrélation positive plus forte sur le type de végétarisme que
la victimisation et à l’inverse cette fois des pratiques plus strictes, voir les figures 3.34 et
3.35. L’empathie influe donc fortement les pratiques des végétariens, plus l’individu a de

73
l’empathie plus il ira loin dans son régime en étant plus végétarien que presque végétarien
et plutôt végétalien que végétarien.

Fig. 3.34 – Accepter de sacrifier 500 chiens par Type de végétarien

Fig. 3.35 – Accepter de sacrifier 500 chiens par Régime stricte

3.4 L’écologisme

3.4.1 Mesure

Une autre raison invoquées par les végétariens pour justifier leur pratique est la sau-
vegarde de l’environnement. Comment nous l’avons vu plus haut cette raison s’appui sur
l’idée que le mode de production de la viande est moins rentable et plus polluant que le

74
mode de production de végétaux et que cet état de fait met en péril l’environnement et
la subsistance de l’homme.

Fig. 3.36 – Se sentir concerné par l’écologie

La figure 3.36 montre que l’échantillon est globalement très concerné par l’écologie
(78%). Il nous faut trouver une autre manière mesurer cet intérêt pour l’écologie que par
cette seule question. Nous avons choisi de mesurer ces idées par l’engagement écologiste
de l’individu. Ainsi nous considérons que plus un individu sera engagé dans des actions et
des idées écologistes plus son régime végétarien sera orienté vers la raison correspondante.
L’indicateur d’écologisme a été construit à partir des variables suivantes :
– Faire parti d’une association écologiste
– Se déclarer très concerné par l’écologie
– Avoir déjà calculé son empreinte écologique
– Avoir l’écologie comme opinion politique
Plus l’individu aura répondu par l’affirmative à ces questions plus il sera considéré
comme étant écologiste. Les résultats de l’indice d’intérêt pour l’écologie sont présentés
sur la figure 3.37.

Fig. 3.37 – Indice intérêt écologie

75
Si l’on croise cette variable ainsi créée et l’affirmation directe selon laquelle ”l’écologie
motive le régime végétarien” nous voyons que cet indicateur rend efficacement compte de
cette raison avec une corrélation positive très forte, figure 3.38.

Fig. 3.38 – Indice intérêt écologie par Motivation du régime par l’écologie

Cet indicateur d’intérêt pour l’écologie possède une influence sur les justifications que
l’individu donne pour expliquer ses choix. Ainsi l’opinion d’être contre l’élevage intensif
se justifie plus souvent par la pollution qu’il produit que chez les individus portant le plus
d’intérêt à l’écologie 3.39.
Les individus les plus écologistes savent plus souvent que les autres que le soja contient
plus de protéines que le bœuf. Cette connaissance est à associer directement au fondement
de la raison de la sauvegarde de l’environnement qui calcule le rendement protéı̈nique des
différents aliments, figure 3.40. Les individus les plus portés sur l’écologie sont également
ceux contrôlant le plus souvent la provenance des produits qu’ils achètent, et cela pour la
même raison liée à l’environnement afin de ne pas produire de CO2 durant leur transport,
figure 3.41.

3.4.2 Ecologisme et idéologie

L’intérêt pour l’écologie est accompagné d’une légère prescriptivité sur le végétarisme
mais pas d’une opinion de supériorité du végétarisme voir les figures 3.42 3.43. On aurait

76
Fig. 3.39 – Indice intérêt écologie par Elevage pollue

Fig. 3.40 – Indice intérêt écologie par Connaissance du rendement

77
Fig. 3.41 – Indice intérêt écologie par Contrôle de la provenance des produits

pu s’attendre à ce que les individus présentant un fort intérêt pour l’écologie soit égale-
ment prescriptif sur le végétarisme dans le but que plus de gens protège l’environnement.
La faible prescriptivité peut être expliquée si l’on étudie les variables ayant servit à la
construction de cet indice.

Fig. 3.42 – Indice intérêt écologie par Végétarisme supérieur

Ces résultats faiblement significatif sont facilement compréhensible car l’indice de pres-
criptivité construit s’appui en partie sur des variables touchant à l’intérêt pour la vie
animale : anti-spéciste, sacrifier 500 chiens. Si l’on regarde uniquement la variable ”Im-
portance que plus de gens deviennent végétariens” on voit apparaitre une corrélation

78
Fig. 3.43 – Indice intérêt écologie par Prescriptif

beaucoup plus forte comme le montre les figures 3.44.

Fig. 3.44 – Indice intérêt écologie par Importance plus de végétariens

Pour ce qui est du militantisme la relation est très forte avec l’écologisme, figure 3.45.
Le résultat est compréhensible car la motivation écologiste ne prend de sens qu’à l’échelle
globale de la société et de la planète. L’écologie ne peut logiquement n’avoir un impact
que si une large part de la population participe et cela se traduit dans les pratiques des
plus écologistes qui sont également les plus militants pour le végétarisme.

79
Fig. 3.45 – Indice intérêt écologie par Militantisme

L’écologisme est donc bien prescriptif et un résultat important nait de ces analyses :
l’intérêt pour écologie est décorrélé de l’empathie pour l’animal. Ce résultat est assez
intéressant car il nous montre que ces deux raisons du végétarisme sont très différentes
l’une de l’autre sur le plan de la motivation. Les figures 3.46 et 3.47 nous confirme cette
analyse comme quoi l’intérêt pour l’écologie n’entraine pas d’avoir plus d’empathie envers
l’animal. Nous ferons une synthèse des rapports qu’entretiennent les différentes raisons
entre elles dans la partie 5.

3.4.3 Optimisme

La raison de la sauvegarde l’environnement comporte naturellement une part d’op-


timisme. En effet agir pour sauvegarder l’environnement implique la société dans son
ensemble, c’est penser qu’il est possible de faire changer les comportements sans quoi
toute action serait vaine. En cela cette motivation se distingue de l’empathie qui comme
nous l’avions vu comportait une part de pessimisme.
Ainsi les individus portant le plus d’intérêt à l’écologie sont également ceux pensant
le plus que le végétarisme prendra de l’importance dans l’avenir, figure 3.48. Ils sont
également les plus nombreux à penser que l’argent ne fait pas le bonheur, figure 3.49.

80
Fig. 3.46 – Indice intérêt écologie par Empathie

Fig. 3.47 – Indice intérêt écologie par Accepter de sacrifier 500 chiens

81
Ils sont également les plus nombreux à déclarer avoir du succès à convaincre les non-
végétariens, figure 3.50.

Fig. 3.48 – Indice intérêt écologie par Avenir du végétarisme

3.4.4 Un régime pas particulièrement rigoureux

Comme nous l’avions indiqué plus haut en introduction de ce chapitre, toutes les
raisons du végétarisme n’impose pas la même assiduité dans l’abstention de viande. La
raison de l’écologie se fonde sur une vision globale du monde où c’est l’effet de masse
qui compte, alors que pour l’empathie chaque acte compte, chaque acte de tuerie est
abominable en soi. Il en ressort que les végétariens fortement intéressé par l’écologie ont
plus tendance à faire des pauses dans leur régime alimentaire et le fait d’avoir des pratiques
strictes n’est pas corrélé avec l’intérêt pour l’écologie. C’est ce que nous montre les figures
3.51 et 3.52.
Enfin l’intérêt pour l’écologie est un peu plus présent chez les végétariens et les vé-
gétaliens que chez les presque végétariens, figure 3.53, avec 16,67% des plus écologistes
étant presque végétarien contre 28,30% chez les moins écoligistes.

82
Fig. 3.49 – Indice intérêt écologie par Penser que l’argent fait bonheur

Fig. 3.50 – Indice intérêt écologie par Avoir du succès à convaincre les non-végétariens

83
Fig. 3.51 – Indice intérêt écologie par Faire des pauses dans son régime

Fig. 3.52 – Indice intérêt écologie par Régime stricte

84
Fig. 3.53 – Indice intérêt écologie par Type de végétarien

3.5 La forme physique

3.5.1 Mesure

Nous allons approcher la motivation de la santé par un certain nombre de question


portant sur la forme physique. En effet plus que la simple santé, c’est la forme physique
qui est visée par certains végétariens. La forme physique va en effet plus loin que la santé
car si l’on peut définir la santé comme étant l’absence de maladie, la forme physique
elle est plus large et comprend également un certain dynamisme, une performance et est
quasiment une recherche sans fin. Nous verrons que la forme physique possède certains
points communs avec l’écologisme étudié plus haut.
Commençons par construire notre indicateur d’intérêt pour la forme physique. Cet
indicateur est construit à partir des variables suivantes :
– Déclarer se préoccuper de sa santé
– Pratiquer une activité physique régulière
– Avoir appris à éviter les carences alimentaires dans le cadre d’un régime végétarien
– Faire attention à ne pas trop manger
Nous avons préalablement vérifié que toutes ces variables étaient corrélées positivement
entre elles. L’indice obtenu permet de rendre compte d’un certain nombre de pratique en
rapport avec le corps, telle que la croyance sur la toxicité de la viande, la croyance de

85
l’amélioration de la forme physique par le régime végétarien, le fait d’être à l’aise dans
son corps, etc.
Ainsi la figure 3.54 nous montre que plus les végétariens se préoccupent de leur forme
physique plus ils ont tendance à penser que l’animal libère des substances toxiques dans
sa viande au moment de sa mort. La figure 3.55 nous montre que plus les végétariens se
préoccupent de leur forme physique plus ils ont tendance à penser que le régime végé-
tarien a amélioré leur forme physique. La figure 3.56 montre que plus les végétariens se
préoccupent de leur forme physique plus ils sont à l’aise dans leur corps.

Fig. 3.54 – Intérêt forme physique par Croyance substances toxiques

Cet indicateur nous montre aussi qu’attacher de l’importance à sa forme physique se


traduit également par le fait que le régime végétarien soit motivé en partie par cela, voir
figure 3.57. Les individus donnant de l’importance à leur forme physique sont aussi les
plus nombreux à pouvoir conseiller un régime végétarien à leurs amis pour la santé, figure
3.58.

86
Fig. 3.55 – Intérêt forme physique par Croyance régime améliore la forme physique

Fig. 3.56 – Intérêt forme physique par Etre à l’aise dans son corps

87
Fig. 3.57 – Intérêt forme physique par Indiquer que la santé est une motivation du régime
végétarien

Fig. 3.58 – Intérêt forme physique par Conseiller un régime végétarien pour la santé

88
3.5.2 Forme physique et idéologie

L’intérêt pour la santé ne s’accompagne pas d’une idée de supériorité du végétarisme,


ni d’une prescriptivité du végétarisme. C’est ce que nous montre les figures 3.59 et 3.60.
En effet il n’y a pas de raison de penser que le végétarisme possède une plus grande valeur
qu’un autre régime, ni que le végétarisme devrait s’étendre d’avantage si l’on accorde une
grande importance à sa forme physique. La figure 3.61 nous le confirme.

Fig. 3.59 – Intérêt forme physique par Végétarisme supérieur

Fig. 3.60 – Intérêt forme physique par Prescriptif

89
Fig. 3.61 – Intérêt forme physique par Important que plus de gens deviennent végétariens

De même l’intérêt pour la forme physique ne s’accompagne pas du tout d’un militan-
tisme de la part des végétariens, figure 3.62. La raison de la santé est ainsi encore moins
engagée pour le végétarisme que la raison de la sauvegarde de l’environnement. La forme
physique concerne donc avant tout l’individu pour lui-même, et s’il pourrait conseiller à
ses amis d’adopter ce régime pour des raisons de santé cette motivation reste bien faible.
Et les végétariens possédant cet intérêt pour la forme physique peinent plus que les autres
à convaincre les gens de devenir végétarien, figure 3.63.

3.5.3 Un régime avec des écarts

La figure 3.64 nous montre que plus les végétariens accordent de l’importance à leur
forme physique plus ils sont à même de faire des écarts au régime végétariens. La raison en
est qu’une certaine partie des végétariens accordant de l’importance à leur forme physique
n’ont pas d’autres motivations pour leur régime. Ainsi ils ne réalisent leur régime que pour
eux-mêmes, avec des conséquences sur la santé avant tout au long terme qui n’imposent
pas un régime stricte.
Cette raison de la santé est d’ailleurs souvent pointée du doigt par les végétariens empa-
thiques comme n’étant pas une ”bonne” raison d’être végétarien si elle a trop d’importance
par rapport à l’empathie. Rappelons-nous par exemple la définition du végétarisme don-

90
Fig. 3.62 – Intérêt forme physique par Militantisme

Fig. 3.63 – Intérêt forme physique par Succès à convaincre des gens de devenir végétarien

91
Fig. 3.64 – Intérêt forme physique par Pratiques strictes

Fig. 3.65 – Intérêt forme physique par Type de végétariens

92
née par Méry en introduction qui indique que le régime végétarien ne doit pas satisfaire
des fins égoı̈stes.
On peut en effet comprendre que cette raison ait tendance à être désavouée par les
végétariens car non seulement c’est la raison impliquant le moins une abstention totale
de viande mais qu’en plus c’est la raison la plus faible car elle perd son sens à partir du
moment où l’on obtient l’assurance que la viande est saine pour l’organisme.

3.6 Le dégout pour la viande

3.6.1 Mesure

La raison du dégout désigne une sensation physique et viscérale empêchant littérale-


ment l’absorption de viande. Ainsi cette raison du végétarisme n’est pas tout à fait comme
les autres, elle ne concerne pas une raison s’appuyant sur une morale mais plutôt sur une
sensation. En ce sens le dégout se rapproche de l’empathie qui puisent ses racines dans la
sensibilité. Nous verrons aussi que ce dégout prend la forme d’une opposition sociale pour
gagner en force de conviction.
Il existe bien sûr plusieurs degrés de dégout pour la viande, nous allons construire un
indicateur nous permettant de le mesurer. Les variables utilisées sont les suivantes :
– Etre dégouté par la vision d’une entrecôte saignante
– Déclarer ne pas du tout aimer la viande
– Ne pas pouvoir remanger de la viande même en se forçant
– Ne pas pouvoir manger des légumes ayant cuits avec de la viande
– Trouver que la viande a un gout de cadavre
Ainsi la figure 3.66 nous montre que plus les individus ont un dégout pour la viande,
moins ils sont à même de pouvoir manger un animal sain et mort de cause naturelle.

3.6.2 Explication du dégout

La particularité de la raison du dégout est d’être corrélée positivement à toutes les


raisons que nous vu précédemment. Ces résultats sont présents sur les figures 3.67 3.68

93
Fig. 3.66 – Dégout pour la viande par Pouvoir manger un animal sain mort de causes
naturelles

3.69. Ainsi les végétariens ayant le plus de dégout pour la viande ont aussi plus d’empathie
envers l’animal, les végétariens ayant le plus de dégout pour la viande ont aussi plus
d’intérêt pour l’écologie, les végétariens ayant le plus de dégout pour la viande ont aussi
plus d’intérêt pour leur forme physique.

Fig. 3.67 – Dégout pour la viande par Empathie pour l’animal

Le dégout varie positivement avec toutes les raisons. Deux cas de figure sont envisa-
geables, soit le dégout pour la viande est à l’origine de toutes les autres raisons, soit le

94
Fig. 3.68 – Dégout pour la viande par Intérêt pour l’écologie

Fig. 3.69 – Dégout pour la viande par Intérêt forme physique

95
dégout pour la viande est la conséquence des autres raisons. Entre ces deux cas de figure
opposés existent bien entendu une infinité de degrés intermédiaires.
Pour vérifier laquelle de ces deux hypothèses est la plus juste nous allons étudier la
variation du dégout pour la viande en fonction de la durée de végétarisme. La durée de
végétarisme mesure depuis combien de temps chaque individu a commencé à limiter sa
consommation de viande rouge. Ce résultat est présenté sur la figure 3.70.

Fig. 3.70 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande

Nous pouvons voir très clairement que le dégout pour la viande augmente progres-
sivement au fur et à mesure qu’augmente la durée de végétarisme. A moins d’1 an de
végétarisme 41% des individus ont peu de dégout pour la viande alors qu’au bout de 20
ans de végétarisme il ne sont plus que 17,65%. A moins d’1 an de végétarisme seulement
25,4% des individus sont très dégoutés par la viande alors qu’ils sont 48,74% après 20 ans
de végétarisme. Ces résultats nous permettent de pencher très largement en faveur de la
seconde hypothèse : le dégout pour la viande est plutôt la conséquence du végétarisme et
non sa cause.
Mais le dégout résulte-t-il des autres raisons ou bien est-il juste une conséquence de
la non-consommation de viande ? On peut en effet envisager que plus un individu passe

96
de temps sans manger de viande, plus il aura tendance à perdre le gout pour la viande.
Seulement n’avons pas à faire ici à un simple manque d’appétence pour la viande mais
bien à un dégout profond. D’après les liens qui semblent exister entre le dégout et les
autres raisons on peut émettre l’hypothèse que le dégout vient progressivement s’installer
comme une manifestation du rejet d’une morale et d’un groupe social.
Pour vérifier notre hypothèse nous pouvons étudier la variation du dégout pour la
viande selon la durée de végétarisme à différents niveaux d’intensité des autres raisons.
Ainsi dans le cas où les raisons de l’empathie, de l’écologisme, de la forme physique sont
intenses nous devrions voir que le dégout est plus fort à une durée de végétarisme donnée.
Ces tests se répartissant en 12 tableaux ils ont été placés en Annexes E par soucis de
lisiblité (test avec 4 variables : empathie, 500 chiens, écologisme, forme physique, multiplié
par chaque valeur de l’indice, soit 4 fois 3 tableaux). Notons que ces tableaux ont été
réalisés avec moins de modalités de durée de végétarisme pour conserver des effectifs
corrects.
Ces tableaux avec pour variables de contrôle les autres raisons du végétarisme valident
notre hypothèse. On voit nettement sur ces tableaux que chacune des trois raisons précitées
influencent positivement le dégout de l’individu, mais l’on voit également que le dégout
progresse toujours un peu avec le temps même lorsque les raisons sont les plus faibles.
Ainsi les deux facteurs identifiés que sont la perte de l’habitude de manger de la viande et
l’influence des autres raisons influencent tout deux le dégout pour la viande ressenti par
l’individu mais les raisons semblent avoir un poids plus important encore que le temps
qui passe.

3.6.3 Dégout et idéologie

Le dégout pour la viande est influencé par toutes les raisons des individus comme nous
l’avons vu plus haut. Il s’en suit que le dégout est d’autant plus prononcé que l’individu
possèdent des raisons plus intenses et d’autant plus prononcé qu’il partage l’idéologie du
végétarisme.
Les figures 3.71, 3.72, 3.73 présente bien cette tendance forte. Plus le dégout pour

97
la viande est fort plus l’individu est également prescriptif, pense que le végétarisme est
supérieur et est plus militant pour la cause végétarienne.

Fig. 3.71 – Dégout pour la viande par Prescriptif

Fig. 3.72 – Dégout pour la viande par Végétarisme supérieur

3.6.4 Le dégout social

Le dégout possède une certaine plasticité, il se transforme en fonction des idées de


l’individu, il vient se charger des différentes conceptions de l’individu et marquer son
rejet. Cette caractéristique du dégout introduit notre analyse sur le dégout social. De la

98
Fig. 3.73 – Dégout pour la viande par Militantisme

même manière que le dégout pour la viande reflète tout l’être de l’individu, le gout pour la
viande renvoie également à une tradition de consommation de viande, d’un certain mode
de vie.
Ainsi le dégout pour la viande se mêle d’un dégout social s’opposant comme nous
l’avons vu en introduction de cette partie à un groupe social abstrait perçu comme :
– Inconscient
– Qui ne réfléchit pas
– Qui ne prend pas de recul
– A la merci de ses passions
– Egoı̈ste
– Indifférent
– Ignorant
– Faible
La bande dessinée présentée en Annexes F.2 nous fournit une bonne illustration de ce
rejet social.
Si ce dégout pour la viande n’est qu’une cause mineure de l’adoption du végétarisme,
il n’en demeure pas moins une raison de continuer d’être végétarien qui structure les

99
rapports du végétarien à son environnement. Pour bien comprendre ce qui se joue ici il
faut revenir aux entretiens qui avaient été réalisés en phase préliminaire. Les végétariens
vont subir ce dégout pour la viande et l’exposer au regard social. Voici quelques citations
illustrant concrètement ce dont il s’agit :

« Là dans le quartier y’a une boucherie [...] c’était très propre, c’était le
meilleur [...] mais après l’initiation, le lendemain ou surlendemain j’ai écoeuré ! »

« Maintenant sincèrement j’ouvre un frigo où y’a de la bouffe, de la viande,


mais ça pue quoi, ça me retourne l’estomac tout simplement »

Ce dégout exposé socialement est donc également exposé à la critique. Des pratiques
différentes sont naturellement l’objet de questions et de critiques en société. Certains
peuvent ainsi reprocher aux végétariens leur dégout comme étant anormal et n’étant pas
une ”bonne” raison de ne pas manger de viande puisque le dégout relèverait d’une émotion
que certains pourraient appeler des caprices ou des enfantillages.
Or, plus l’individu est végétarien depuis longtemps, plus le végétarisme fera parti de
son identité, de la manière dont il se défini par rapport aux autres. Ainsi la critique de ce
dégout vient toucher profondément à l’identité de la personne qui se voit dans l’obligation
de se défendre, de défendre cette raison même si elle n’en est pas vraiment une. C’est dans
la configuration de la réaction à une critique que se comprend la formulation de la phrase
ci-dessus : ”Maintenant sincèrement j’ouvre un frigo où y’a de la bouffe, de la viande, mais
ça pue quoi, ça me retourne l’estomac tout simplement”.
On voit dans cette citation apparaitre plusieurs éléments tentant de justifier le dégout
pour la viande en le présentant comme une norme sociale légitime. Tout d’abord l’individu
prononce le mot ”bouffe” plutôt que viande avant de se reprendre, cherchant ainsi à placer
la viande du côté du vulgaire. Ensuite c’est la tentative d’imposition de cette norme :
”sincèrement” et ”tout simplement” avancent l’idée que ce dégout est légitime et qu’il
devrait naturellement être ressenti pas toute personne digne de ce nom. Enfin, le ”ça pue
quoi” montre bien le détachement du végétarien qui cherche à minimiser l’aspect subjectif
de ce dégout pour le placer du côté de l’universel : c’est ”ça” qui pue et pas ”moi qui
n’aime pas l’odeur”.

100
Ainsi avec le temps le végétarisme peut s’inscrire dans une stratégie de distinction
sociale en cherchant à imposer le dégout comme une norme légitime et par conséquent à
dévaloriser ceux n’intégrant pas cette norme, transformant le dégout pour la viande en un
dégout social.

3.6.5 Un régime rigoureux

Comme l’on peut s’y attendre le dégout pour la viande facilite le suivit d’un régime
stricte comme le montre les figures 3.74 et 3.75.

Fig. 3.74 – Dégout pour la viande par Difficulté à appliquer son régime

Plus les individus ont un dégout important pour la viande moins ils ont de difficultés
à appliquer leur régime, et plus les individus ont un dégout important pour la viande plus
ils ont un régime stricte.

101
Fig. 3.75 – Dégout pour la viande par Régime stricte

102
Chapitre 4

Dimension temporelle

Nous avons déjà vu dans la partie précédente que le dégout pour la viande était lié
en partie à l’allongement de la durée de végétarisme, mais qu’en est-il des autres raisons
identifiées que sont l’empathie, la sauvegarde de l’environnement et l’intérêt pour la santé ?
C’est ce que nous allons voir dans cette partie.

4.1 La stabilité des raisons dans le temps

Les figures 4.1 et 4.2 montre que l’empathie n’évolue pas avec la durée de végétarisme,
l’empathie mesurée par la victimisation et par la valeur accordée à la vie animale reste
plutôt stable avec le temps. La figure 4.3 nous montre que l’intérêt pour l’écologie n’évolue
pas beaucoup avec la durée de végétarisme, elle augmente surtout après la première année
de végétarisme. De même la figure 4.4 nous montre que l’intérêt pour la santé évolue peu
avec la durée de végétarisme. Ces tableaux ont été réalisés en retirant les individus n’ayant
pas limités leur consommation de viande rouge.
On peut donc conclure que les 3 raisons identifiées ont principalement été acquises
préalablement au moment où l’individu est devenu végétarien et que ces raisons se sont
maintenues dans le temps. Nos indicateurs d’intérêt pour l’écologie et d’intérêt pour la
santé ne nous montrent pas de changement dans le temps mais est-ce que les végétariens
ne seraient pas plus nombreux avec le temps à indiquer que ces raisons motivent leur
régime végétarien.

103
Fig. 4.1 – Durée de végétarisme par Empathie pour l’animal

Fig. 4.2 – Durée de végétarisme par Accepter de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie
d’un seul homme

104
Fig. 4.3 – Durée de végétarisme par Intérêt écologie

Fig. 4.4 – Durée de végétarisme par Intérêt forme physique

105
Les figures 4.5 et 4.6 nous permettent d’effectuer cette vérification. Ainsi la motivation
du régime végétarien liée à la santé augmente pas avec le temps et la motivation du
régime végétarien liée à l’écologie n’augmente pas non plus avec le temps mis à part une
légère augmentation apparaissant après de nombreuses années de végétarisme. Nous ne
reproduirons pas les différents croisements pour toutes les raisons explicitées concernant
l’empathie (pourquoi il est mal de tuer un animal et pourquoi être contre l’élevage intensif)
mais celles-ci n’évoluent pas non plus avec la durée de végétarisme.

Fig. 4.5 – Durée de végétarisme par Motivation écologie

Cette relative stabilité des raisons dans le temps nous permet de clarifier ce que nous
annoncions plus tôt concernant la raison du dégout. En effet le dégout augmentait forte-
ment avec le temps, cette augmentation s’expliquait principalement par la présence des
trois autres raisons, or ces raisons n’évoluent pas dans le temps, ce qui signifie que les
conditions précises d’apparition du dégout sont d’avoir de fortes motivations initiales qui
n’ont pas besoin d’évoluer dans le temps mais qui vont produire avec les années l’appari-
tion d’un dégout.

106
Fig. 4.6 – Durée de végétarisme par Motivation santé

4.2 Légère progression de l’idéologie

L’idéologie se renforce légèrement dans le temps un peu à la manière des raisons du


végétarisme qui elles aussi évoluent peu. Nous utiliserons pour illustrer ce fait les variables
que nous avons déjà utilisées précédemment, le militantisme, la prescriptivité, l’idée d’une
supériorité du végétarisme. Ces résultats sont présentés sur les figures 4.7, 4.8 et 4.9.
De même que les raisons des végétariens évoluent peu dans le temps, leur idéologie
évolue également peu dans le temps. La prescriptivité et l’idée de supériorité du végéta-
risme augmentent qu’un peu avec le temps, seul le militantisme semble augmenter avec la
durée de végétarisme. On peut préciser cette relation en étudiant l’utilisation d’Internet,
des livres, des revues qui sont faites par les végétariens au court du temps.
On peut voir sur la figure 4.10 que les végétariens récents consultent des matériaux en
rapport avec le végétarisme à 69,49% dans le but d’apprendre et seulement 18,64% dans
le but de participer à la diffusion du végétarisme, alors que le ratio passe à 46,43% contre
40,48% pour les végétariens les plus anciens. Ainsi plus le temps passe plus l’individu
semble s’attacher à essayer de diffuser sa pratique par le biais du militantisme.

107
Fig. 4.7 – Durée de végétarisme par Militantisme

Fig. 4.8 – Durée de végétarisme par Prescriptif

108
Fig. 4.9 – Durée de végétarisme par Végétarisme supérieur

Fig. 4.10 – Durée de végétarisme par But de l’utilisation des media

109
4.3 L’évolution des pratiques

Les végétariens vont avec le temps vers plus de rigueur, en faisant plus attention à
éviter les dérivés de viande que l’on nomme aussi parfois les ”viandes cachées” (gélatine
d’origine animale, etc.), vers une meilleure connaissance du régime végétarien. Notre indi-
cateur de régime stricte utilisé plus tôt ne convient pas ici car il prend surtout en compte
le fait d’avoir arrêter du jour au lendemain la viande et de devenir plus stricte dans le
temps.
Par ailleurs il est aussi de plus en plus facile pour les végétariens d’appliquer leur
régime avec le temps ce qui est parfaitement compréhensible. Ces résultats sont présentés
sur les figures 4.11, 4.12 et 4.13.

Fig. 4.11 – Durée de végétarisme par Faire attention à ne pas consommer de dérivés de
viande

Le temps joue un rôle important en ce qui concerne le type de végétarisme : presque


végétarien, végétarien ou végétalien. La figure 4.14 montre que durant la première an-
née de végétarisme les individus sont plus nombreux à se déclarer ”Presque végétarien”
(regroupant les modalités ”Manger peu de viande” et ”Manger parfois du poisson”) que

110
Fig. 4.12 – Durée de végétarisme par Faire attention à ne pas consommer de dérivés de
viande

Fig. 4.13 – Durée de végétarisme par Avoir des difficultés à appliquer son régime

111
durant les années qui suivent, 20,63% la première année contre 12,58% entre 2 et 4 ans
de végétarisme. Cela signifie qu’une proportion non négligeable de végétariens commence
progressivement par limiter leur consommation de viande, le poisson restant souvent la
dernière viande consommée, ensuite ils deviennent complètement végétarien. On peut
aussi voir sur cette figure que le nombre de végétaliens augmentent avec la durée de vé-
gétarisme, passant de 19,05% la première année à un maximum de 34,15% entre 8 et 14
ans de végétarisme.

Fig. 4.14 – Durée de végétarisme par Type de végétariens

On peut préciser ce résultat en étudiant la date de la dernière consommation d’oeuf


et de lait sur la durée de végétarisme, c’est ce que présentent les figures 4.15 et 4.16.
On voit dans la colonne ”Plus d’1 an” pour la dernière consommation de lait et d’oeuf
que le contingent d’individu ne consommant plus ces aliments augmente avec la durée de
végétarisme, passant pour les oeufs de 6,35% à 31,09% points et pour le lait de 6,35%
à un maximum de 42,27%. Les végétariens progressent ainsi dans leur pratique avec le
temps, retirant de nouveaux aliments de leur régime alimentaire.
L’influence de l’age pourrait être un facteur expliquant ces différences, malheureuse-
ment nous n’avons pas assez d’effectif pour étudier les différences liées à l’age en lui-même
des individus indépendamment de leur durée de végétarisme, de plus une telle comparai-

112
Fig. 4.15 – Durée de végétarisme par Date de dernière consommation d’oeuf

Fig. 4.16 – Durée de végétarisme par Date de dernière consommation de lait

113
son serait biaisée puisque être végétarien de très longue durée implique d’avoir un certain
age. Mais devant l’efficacité très forte de la durée de végétarisme on peut dire que l’age
doit être un paramètre moins important que la durée de végétarisme.
En conclusion devenir végétarien provoque un peu de modifications dans l’idéologie
et les raisons mais beaucoup dans le mode de vie. Les raisons variant peu dans le temps
nous laisse penser que l’on devient végétarien plutôt lorsque l’on partage déjà un certain
nombre d’idées engageant au végétarisme. Nous allons préciser dans le prochain chapitre
ce monde intellectuel en mettant en relation les différentes raisons que nous avons étudiées
ainsi que les trois raisons annexes évoquées en présentation.

114
Chapitre 5

Mise en relation des raisons

Après avoir étudié dans le détail les différentes raisons des végétariens et la manière
dont celles-ci évoluaient dans le temps nous allons maintenant faire une synthèse des liens
et des interactions qui existent entre elles.

5.1 Etude des raisons annexes

5.1.1 Ne pas manger de viande permet de lutter contre la faim

dans le monde

On peut rapprocher la raison ”Le régime végétarien permet de lutter contre la faim
dans le monde” de la raison de la sauvegarde de l’environnement. En effet ces raisons
partagent l’idée que le mode de production de viande pose un problème en terme de
rentabilité, dans le premier cas la faible rentabilité dégrade l’environnement et dans le
second elle entraine une pénurie de nourriture. Elles se rejoignent également sur l’idée de
la mise en danger de l’homme, dans le premier cas l’environnement en danger met l’espèce
humaine en danger, dans le second cas c’est la pénurie de nourriture qui met en danger. La
figure 5.1 montre qu’il existe bien une forte corrélation entre l’intérêt pour l’écologie et la
raison de la faim dans le monde. Et que de même que l’intérêt pour l’écologie s’accompagne
d’un intérêt pour la forme physique, la raison dans la faim dans le monde est également
corrélée positivement à l’intérêt pour la forme physique, voir figure 5.2.

115
Fig. 5.1 – Indice intérêt écologie par Raison de la faim dans le monde

Fig. 5.2 – Intérêt pour la forme physique par Raison de la faim dans le monde

116
Cette raison est également à rapprocher de celle de l’Egalité Homme/Animal gouvernée
par l’empathie. On voit effectivement que la raison de la faim dans le monde implique une
certaine empathie pour être efficace. Nos deux indices d’empathie fonctionne positivement
à cette raison comme le montre les figures 5.3 et 5.4.

Fig. 5.3 – Indice d’empathie par Raison de la faim dans le monde

Plus l’individu se considèrera comme une victime plus il aura tendance à avoir de
l’empathie envers d’autres victimes que sont les populations souffrant de la faim. On peut
faire appel à nos entretiens préliminaires pour illustrer cette préoccupation fondée sur
l’empathie et touchant de multiples cibles animales comme humaines :

« ça m’est arrivé d’avoir des graves périodes de déprime parce que y’a des gens
qui crèvent la dalle et que moi machin, ça me préoccupe terriblement »

Cette raison évolue beaucoup avec le temps, elle gagne du terrain avec la duree de
végétarisme comme le montre la figure 5.5 allant dans le sens d’un statut annexe, ce qui
avait déjà été constaté en entretien par le faible nombre de végétarien citant cette raison.

117
Fig. 5.4 – Accepter de sacrifier 500 chiens par Raison de la faim dans le monde

Fig. 5.5 – Durée de végétarisme par Raison de la faim dans le monde

118
5.1.2 L’homme n’est pas fait pour manger de la viande

La raison que l’homme ne serait pas fait pour manger de la viande s’appui sur un
raisonnement naturaliste. L’homme en tant qu’être vivant ne serait pas fait pour manger
de la viande, sa nature serait plutôt de manger des végétaux. Les végétariens avançant
cet argument font référence à une sorte d’age d’or passé où l’humain ne mangeait pas de
viande. La citation d’un entretien illustre ce point de vue :

« une nourriture sans viande, sans tuer la vie, c’est pour nous rappeler que nous
devions retrouver notre... notre origine, [...] quelqu’un a dit : « la nourriture
à base des animaux c’est un résidu des primitifs » alors c’est-à-dire que les
anciens êtres humains, seulement quand leurs céréales, les plantes ne suffisaient
plus pour euh... les nourrir à ce moment là ils mangent de la viande, c’est pas
spontanément comme ça (rire) ça c’est une habitude, peut-être on s’habitue
à ce gout et puis ensuite les êtres humains utilisent leur intelligence pour
camoufler le gout de sang, le gout néfaste »

La vulgarisation scientifique sur l’origine des maladies cardiovasculaires qui mettent en


garde contre une consommation excessive de viande sont interprétées comme une preuve
scientifique de l’homme ne serait pas fait, dans le sens de pas adapté, à la consommation
de viande.
Cette raison serait peut-être à approcher de l’intérêt pour la forme physique pourtant
la figure 5.6 nous montre plutôt un lien inverse et la raison de l’homme pas fait pour
manger de la viande est corrélée positivement avec la raison de l’empathie comme le
montre les figures 5.7 et 5.8.
Le lien avec la raison de l’empathie et l’opposition à l’intérêt pour la forme physique
laisse à penser que cette raison est plus proche de l’empathie. Pourtant le lien avec l’em-
pathie sur le plan logique n’est pas évident. Ces éléments nous mènent à conclure que
l’idée ”l’homme n’est pas fait pour manger de la viande” ne permet pas d’expliquer qu’un
individu devienne végétarien. Il semblerait que cette idée ne fasse qu’appuyer l’argumen-
tation des végétariens ayant le plus d’empathie sans que cette croyance ne produise de
conséquence sur les pratiques ou les idées.

119
Fig. 5.6 – Intérêt pour la forme physique par Penser que l’homme est fait pour manger
de la viande

Fig. 5.7 – Empathie par Penser que l’homme est fait pour manger de la viande

120
Fig. 5.8 – Accepter de sacrifier la vie de 500 chiens par Penser que l’homme est fait pour
manger de la viande

5.1.3 La violence infligée aux animaux produit par miroir de la

violence entre les hommes

Cette raison très peu citée dans les entretiens mais présente dans la littérature végé-
tarienne semble suivre le même schéma que la raison de l’homme pas fait pour manger de
la viande. Elle ne semble pas motiver réellement le régime végétarien, elle augmente avec
le temps comme une résultante des autres raisons, plutôt une justification supplémentaire
du régime sans en être réellement une grande motivation.

5.1.4 Qu’est-ce qu’une raison ?

Il convient de préciser notre vocabulaire et ce que l’on entend par le terme ”raison”. Il
faut en effet distinguer deux sens différents.
Premièrement le terme de raison s’applique à une catégorie d’idée qui ont pour ca-
ractéristique commune de faire référence à un raisonnement tels que ceux exposés en
introduction des raisons. Ces raisonnements ont pour conclusion logique de mener au vé-
gétarisme. Mais ce statut de raison est ici ontologique, uniquement sur le plan du sens
et de la logique, au niveau de la signification. Ces raisons peuvent n’être des arguments
employés par les végétariens sur le plan théorique et uniquement favoriser la continuation
de la pratique végétarienne en rajoutant des justifications.

121
Fig. 5.9 – Durée de végétarisme par L’abattage des animaux produits de la violence entre
les hommes

122
Le deuxième sens du terme ”raison” est différent car il fait référence à la notion de
causalité. Ces raisons sont non seulement des raisons sur le plan du sens, mais aussi des
raisons causales du végétarisme dans le sens où ceux qui les possèdent ont plus de chance
de devenir végétarien que ceux ne les possédant pas.
Il s’en suit qu’une raison identifiée sur le plan logique doit être testée afin de voir si
elle est une cause du végétarisme et préciser son mode d’action. Pour cela nous pouvons
tester si la raison était présente au moment de l’adoption de la pratique ou si elle s’est
installée au fur et à mesure après le commencement de la pratique. On peut aussi vérifier
les corrélations existant entre cette raison et d’autres éléments qui devraient selon toute
vraisemblance être covariant.
La frontière est bien sûr floue et ce ne sont toujours que des tendances que nous pou-
vons faire apparaitre. C’est ainsi que l’on a pu déterminer que le dégout ainsi que les
raisons classées comme ”annexes” avait moins de rôle causal que l’égalité Homme/Animal,
la sauvegarde de l’environnement et l’amélioration de la forme physique. Par ailleurs la
plupart des raisons principales exprimées spontanément par les végétariens ont effective-
ment un rôle causal.

5.2 Ecologie et forme physique

5.2.1 Un retour à la nature

L’intérêt pour la forme physique possèdent des points communs importants avec l’in-
térêt pour l’écologie. Tout d’abord ces deux indicateurs sont corrélés positivement c’est
à dire que plus les végétariens sont écologistes plus ils accordent de l’importance à leur
forme physique, c’est ce que montre la figure 5.10.
Ensuite ces deux notions se retrouvent aussi sur certaines pratiques telles que le fait de
préférer les produits issus de l’agriculture biologique : les individus ayant le plus d’intérêt
pour l’écologie sont aussi ceux étant les plus portés sur les produits bios, de même que les
individus ayant le plus d’intérêt pour leur forme physique sont aussi ceux étant les plus
portés sur les produits bios, voir les figures 5.11 et 5.12.

123
Fig. 5.10 – Indice intérêt écologie par Intérêt forme physique

Fig. 5.11 – Indice intérêt écologie par Acheter des produits bios

124
Fig. 5.12 – Intérêt forme physique par Acheter des produits bios

Ils se retrouvent également sur l’attention portée à la provenance des produits où
les individus ayant le plus d’intérêt pour l’écologie sont aussi ceux contrôlant le plus la
provenance des produits qu’ils achètent, de même que les individus ayant le plus d’intérêt
pour leur forme physique sont aussi ceux contrôlant le plus la provenance des produits
qu’ils achètent, voir figures 5.13 et 5.14.

Fig. 5.13 – Indice intérêt écologie par Contrôler la provenance des produits

Le point commun entre l’écologisme et l’amélioration de la forme physique est qu’ils


s’inscrivent dans la tendance du retour à la nature. Cette tendance est bien présente dans

125
Fig. 5.14 – Intérêt forme physique par Contrôler la provenance des produits

la société française contemporaine avec les préoccupations environnementales, la volonté


de retourner à des produits traditionnels et bons pour la santé. C’est en cela que ces deux
raisons possèdent des affinités.
Cette tendance au retour à la nature est visible dans la comparaison entre l’habitat
actuel des individus par rapport à celui souhaité dans l’idéal 5.15. La ligne diagonale
traversant le tableau nous donne le pourcentage de personnes satisfaites de leur type
d’habitat. Ce sont d’abord les ruraux qui sont satisfaits de leur habitat avec 86.08%,
suivis des habitants de villes de plus de 100.000 habitant avec 49.52%. Par opposition ce
sont les villes de moins de 20.000 habitants à plus de 100.000 habitant qui souhaiteraient
le plus changer d’habitat. Surtout on remarque une attirance forte pour les petites villes
et la ruralité dans tous les habitats, et cette tendance est de plus en plus forte au fur et
à mesure que l’on descend vers les habitats ruraux.
L’un des informateurs avec qui nous avions réalisé un entretien illustre très bien cette
position liant l’intérêt pour l’écologie à l’intérêt pour la forme physique :

« j’ai vu que c’était une pratique qui était à la fois saine pour moi, globalement
plus respectueuse, à la fois de mon corps et de l’environnement »

Ce même informateur nous disait également :

« celui qui finalement mange que de l’animal mais en même temps qui respecte

126
Fig. 5.15 – Comparaison habitat actuel et habitat souhaité

l’esprit du bison, l’indien des plaines qui tire tout de son bison et qui respecte,
qui vénère et qui remercie le dieu bison de lui offrir ses enfants, ça me touche
beaucoup »

« il faudrait en gros 15 kilos de soja pour faire 1 kilo de bœuf, le soja c’est
plus riche en protéine que le bœuf, on a tout faux quand même »

La clé pour comprendre qu’un même individu arrive à concilier l’esprit du bison avec
la comparaison du rendement protéinique du bœuf et du soja est le mouvement du retour
à la nature. Ce retour à la nature n’est pas un retour à la vie sauvage pour autant.
Comme nous le voyons, avec la connaissance supposée du rendement de chaque mode de
production et que les valeurs des végétariens identifiées plus haut qui sont caractérisées
par un aspect savant, ce n’est pas un état de nature brutal et sauvage qui est visé mais
une éthique de retour éclairé à la nature qui en réalité ne correspond pas à un age d’or
passé mais bien à une nouvelle étape de l’histoire des idées.
Nuançons l’intérêt pour la forme physique qui reste moins militant et moins influant
que l’intérêt pour l’écologie. L’explication en est que l’intérêt pour la forme physique
comprend deux types de population : une population étant pleinement dans ce retour à
la nature avec une volonté de manger des aliments respectueux du corps et de l’environ-
nement et une autre population constituée d’individus étant peu végétariens, faisant plus
d’écarts et étant végétariens pour des raisons égoı̈stes avant tout, sans considération pour
l’environnement ni pour les animaux.

127
5.2.2 Une opposition à la société de consommation

Partant de cette idéologie du retour à la nature ainsi que des valeurs défendue par
les végétariens on peut entrevoir que les végétariens s’oppose également à la société de
consommation et à l’éthique capitaliste. Cette idée se retrouve chez de nombreux infor-
mateurs en entretien, toujours de manière latente dans le discours :

« moi ce qui me dérange aussi beaucoup c’est les gens qui vont directement au
magasin acheter quelque chose d’emballé et qui vont pas se rendre compte de
ce que c’est que de tuer un animal, et qui ne seraient pas capable de le faire
eux-mêmes, à partir de là moi ça me dérange profondément, parce que là t’es
pas dans une logique, tu considères pas la viande, t’as même pas la réalité dans
la tête l’idée que c’est un animal à la base, t’es juste dans un, t’achètes un
produit, genre tu pourrais acheter des chaussures ça serait la même chose... »

On pourrait définir ainsi l’éthique incriminée : « Faire le maximum de profit ». Qu’on


peut décomposer en deux parties :
Une éthique de production capitaliste qui se définie comme : « Favoriser seulement la
rentabilité », donc possiblement au détriment de l’authenticité et des qualités sanitaires,
nutritives, gustatives, mais aussi au détriment du respect des droits des animaux et de la
bonne gestion de l’environnement.
Une éthique de commercialisation capitaliste que l’on pourrait résumer comme suit :
« Favoriser seulement l’écoulement du stock au meilleur prix » donc possiblement au
détriment d’une information juste sur les conditions de production capitaliste et sur le
produit lui-même, ainsi qu’au détriment d’un prix juste.
Cette éthique capitaliste s’oppose à la pensée ”altermondialiste” et nous verrons dans le
chapitre suivant qu’en effet le végétarisme s’accorde mal dans les faits des idées de droite.
La droite représente à leur yeux cette société de consommation et cette éthique capitaliste.
Ainsi les végétariens se répartissent plutôt sur l’écologie, la gauche ou l’apolitisme.
De même les scandales sanitaires de ces dernières décennies désignent souvent le capi-
talisme comme responsable des problèmes par le fait de diverses négligences : vache folle,
grippe du poulet, dioxines, etc. Les problèmes médiatisés sont attribués aux fondements

128
de la logique industrielle capitaliste.
On trouve également un lien avec l’empathie animale dans l’idée que la chosification
des animaux est inacceptable. Nous avons en effet vu que cette opinion dans l’extrait cité
au dessus. Or cette chosification dérive bien de l’éthique de production capitaliste qui vise
la rentabilité. La chosification de l’animal s’oppose à l’égalité Homme-animal. D’autant
plus que cette chosification permet par la même occasion d’augmenter, ou au moins de
faciliter la consommation de viande par les non-végétariens. C’est ce cercle vicieux qui
produit des réactions aussi virulente chez certains végétariens.

5.3 Lien entre empathie et retour à la nature

Nous avons vu que l’empathie n’était pas corrélée à l’intérêt pour l’écologie et que
l’empathie n’était pas corrélée non plus à l’intérêt pour la forme physique. Ces raisons
n’entretiennent pas de liens logiques particuliers mais comme nous l’avons dit au dessus
elles se rejoignent sur le fait que l’éthique capitaliste bafoue à la fois les égards dû aux
animaux et l’écologie ainsi que la santé. C’est donc sur la culture de l’opposition que se
rejoignent ces idées même si elles gardent leur spécificité. Il existe malgré tout une certaine
concordance de ces idées.
La différence entre ces deux grandes familles de raisons sont que l’empathie a pour
origine la sensibilité alors que l’écologisme et l’amélioration de la forme physique relève
plutôt d’un corpus d’idée tournant autour du retour à la nature. On voit s’illustrer cette
différence en étudiant la manière dont les végétariens ont commencé leur régime végétarien
sur les figures 5.16, 5.17, 5.18.
On voit que les végétariens ayant le plus d’empathie ont nettement plus que les autres
commencés leur régime sous l’impulsion d’un évènement marquant, probablement une
révélation à la vision d’un film présentant l’abattage des animaux comme cela nous a
souvent été expliqué en entretien. Cette relation ne se retrouve pas pour l’intérêt pour
l’écologie. Cette relation ne se retrouve que légèrement pour ceux ayant de l’intérêt pour la
forme physique, bien que cet élément soit difficile à interpréter on peut émettre l’hypothèse
que ces végétariens étant les moins à même de devenir végétariens ont eu besoin d’un

129
Fig. 5.16 – Empathie par Evènement marquant à l’origine du végétarisme

Fig. 5.17 – Intérêt écologie par Evènement marquant à l’origine du végétarisme

130
Fig. 5.18 – Intérêt forme physique par Evènement marquant à l’origine du végétarisme

évènement marquant pour commencer leur régime.

5.4 Synthèse

Afin de réaliser la synthèse de ce qui a été exposé nous allons représenter sur un plan
les différentes raisons grâce à une analyse factorielle. Cette méthode place les variables
selon les corrélations qu’elles entretiennent les unes avec les autres. Nous avons donc tout
d’abord placé les 3 raisons identifiées comme principales pour structurer le champs selon
deux axes. Nous allons ensuite placer dans ce champs des raisons les motivations et les
raisons annexes. La figure 5.19 présente ce champs, nous avons en bas les raisons identifiant
l’empathie, et plus haut les raisons de l’écologie et de la santé. Le dégout a déjà été placé
à titre indicatif mais il n’a pas été en compte dans le calcul des axes.
Cette première analyse nous permet de visualiser les éléments exposés tout au long de
l’étude, à savoir que l’empathie s’approche par l’indice de victimisation qui est corrélé avec
la valeur donnée à la vie animale (question des 500 chiens), que l’écologie et la santé font
partie d’une autre famille de raison présentée au dessus de l’axe horizontal, que l’écologie
est plus proche de l’empathie que la santé qui est une raison plus périphérique, et que
le dégout se trouve à la croisée de ces différentes raisons mais qu’il est plus attiré par
l’empathie envers l’animal.

131
Fig. 5.19 – Analyse factorielle champs des raisons

132
Nous allons maintenant disposer d’autres éléments dans ce champs afin de voir la
manière dont ils se positionnent dans le champs des raisons. Notons que le fait d’utiliser
deux indicateurs d’empathie simultanément permet de rétablir un équilibre puisque de
l’autre côté de l’axe se trouve également une double raison : le retour à la nature.
Si l’on ajoute dans un premier temps les motivations de santé et les motivations éco-
logiques exprimées de manière brute par les végétariens, ainsi que les trois indicateurs
d’idéologie que sont le militantisme, l’opinion prescriptive et l’opinion de supériorité, nous
obtenons la figure 5.20.

Fig. 5.20 – Analyse factorielle champs des raisons et idéologie

133
Cette figure synthétise les éléments que nous avons déjà montrés et donne une vision
d’ensemble : la motivation du régime pour l’écologie est associé à un intérêt pour l’écologie,
la motivation du régime pour la santé est associé à un intérêt pour la santé, l’opinion
prescriptive est plutôt associée à l’empathie qu’aux autres raisons, l’opinion de supériorité
du végétarisme est plutôt centrale bien que plus attirée par l’empathie, le militantisme
est à la fois associé à l’empathie et à l’intérêt pour l’écologie puisque l’écologie implique
par nature la volonté forte d’étendre ses principes à toute la population pour avoir une
efficacité, la santé est une raison plus marginale du végétarisme n’impliquant pas une
idéologie forte puisqu’elle peut être taxée d’égoı̈sme et qu’elle pousse des individus non
engagés idéologiquement dans le végétarisme bien qu’elle fasse partie de la même catégorie
que l’écologisme, l’empathie attire à elle l’idéologie la plus forte car que cette raison qui
impose avec plus de force le régime végétarien car elle repose sur un impératif moral fort
qui est qu’il est mal de faire souffrir ou de tuer les animaux.

134
Chapitre 6

Apports des déterminants sociaux


classiques

6.1 Caractéristiques sociologiques

Nous allons étudier dans la partie qui suit les caractéristiques sociologiques des indivi-
dus ayant répondu aux questionnaires. Nous étudierons les variables suivantes : profession
et catégorie socioprofessionnelle, origine social, diplome, opinion politique et religieuse.

6.1.1 Catégories socioprofessionnelles

Une question portait sur la catégorie socioprofessionnelle de l’individu par choix dans
une liste préétablie. La figure 6.1 présente ces résultats. Nous pouvons voir que l’échantillon
est marqué par un niveau social relativement élevé. On note beaucoup d’étudiants, de
professeurs, chercheurs, profession arts et du spectacle, de cadres et d’employés de bureau
et de sans emploi. Notons qu’une proportion relativement importante, 8,5%, ne s’est
reconnue dans aucune des catégories présentées.
Nous regrouperons dans la suite de nos analyses les catégories de ”cadre moyen” et de
”cadre supérieur, ingénieur” car ces catégories sont proches l’une de l’autre sociologique-
ment et que l’une n’est pas sur-représentée par rapport à l’autre.
Nous n’allons utiliser pour nos comparaisons que deux types de variable pour les caté-

135
Fig. 6.1 – Catégories socioprofessionnelles

gories socioprofessionnelles : soit les 5 catégories plus représentées dans notre population,
voir la figure 6.2, qui permettent de rendre compte de 66% des répondants ; soit un re-
groupement en pôle ”pcs- -” (Agriculteur, Contremaitre, Ouvrier non qualifié, Ouvrier
qualifié, Employé de bureau, Employé de commerce, Personnel de service, Sans emploi,
Policier, militaire, Petit commerçant, artisan, petit chef d’entreprise, Infirmier, kinésithé-
rapeute, animateur, éducateur..., Technicien) et pcs++ (Etudiant, Chef d’entreprise (+
10 salariés), Cadre moyen, Cadre supérieur, ingénieur, Profession libérale (médecin, avo-
cat, pharmacien...), Professeur, chercheur, profession des arts et du spectacle, Instituteur),
voir figure 6.3. A noter que ces PCS sont inégalement réparties selon les sexes 6.4, où les
hommes sont plus souvent cadres que les femmes alors que les femmes sont plus souvent
étudiantes ou employées de bureau que les hommes.

6.1.2 Origine social

La même question a également été posée au sujet des parents des répondants. Sur la
figure 6.5 nous voyons apparaitre une forte proportion de cadre moyen et cadre supérieur
avec près de 26% des effectifs, mais également des ouvriers qualifiés 13,02%, et des petits

136
Fig. 6.2 – Catégories socioprofessionnelles Principales

Fig. 6.3 – Catégories socioprofessionnelles (2 modalités)

Fig. 6.4 – PCS par Sexe

137
commerçants, artisan ou petit chef d’entreprise 12,52%, viennent ensuite les professions
libérales avec 6,26%, puis les professeurs, chercheurs, arts et spectacle 5,38%, puis les
employés de bureau 5,13%. A noter que nous n’avons pas représenté la modalité ”Je
ne sais pas” pour ne pas alourdir d’avantage les tableaux. Selon le même regroupement
qu’exprimé au dessus on obtient 6.6.

Fig. 6.5 – PCS du père

Fig. 6.6 – PCS du père (2 modalités)

Sur la figure 6.7 nous voyons qu’une grande proportion des mères sont sans emploi
20.49%, avec également beaucoup de ”Autre” 8.52% que l’on peut tout deux interpréter
comme ”mère au foyer” qui ne faisait pas parti des choix proposés. Il y a aussi beau-
coup d’employés de bureau 15.93%, de professeurs, chercheurs, arts et spectacle 8.27%,
d’infirmières, kinésithérapeutes, animateurs, éducateurs 7.28%.
Les végétariens interrogés ont donc des origines sociales variées avec une prédominance
des catégories sociales supérieures par rapport au reste de la population française selon

138
Fig. 6.7 – PCS de la mère

les dernières données de l’INSEE.

6.1.3 Diplome

Le niveau scolaire des répondants a été testé avec une question portant sur les diplômes
obtenus 6.8. Comment nous pouvions nous y attendre à la vue des PCS de l’échantillon,
le niveau scolaire est relativement élevé. Cela est d’autant plus visible lorsque l’on sépare
les différentes classe d’age, voir les figures 6.9 et 6.10.

Fig. 6.8 – Diplome

139
Fig. 6.9 – Diplome des 24-35 ans

Fig. 6.10 – Diplome des plus de 35 ans

140
Chez les 24-35 ans comme chez les plus de 35 ans la population présente un niveau
scolaire relativement élevé. Une grande partie des répondants ont effectué des études
supérieures.

6.1.4 Opinion politique

Les orientations politiques des personnes interrogées ainsi que celles de leurs parents
sont présentées sur les figures 6.11, 6.12, 6.13.

Fig. 6.11 – Opinion politique

L’écologie est le parti récoltant le meilleur score dans notre échantillon. Ce résultat
s’ajoute à une tendance que l’on avait pu apercevoir sur 5.15 avec une forte volonté
d’habiter dans une commune rurale ce qui s’accorde bien avec la raison du retour à la
nature.
Les quatre grandes orientations politiques représentées dans l’échantillon sont l’écolo-
gie très largement, suivi de la gauche, de l’extrême gauche et d’apolitique. Ce résultat est
nettement plus porté à l’écologie ou à la gauche que la moyenne nationale. Vraisemblable-
ment le végétarisme possède une forte affinité avec les idées de gauche ou tout du moins
une certaine incompatibilité avec les idées de droite comme nous l’avions fait remarquer
plus avant.
Les opinions politiques du père et de la mère sont quasiment identiques entre elles.

141
La gauche et la droite dominent les autres partis et la gauche l’emporte sur la droite.
Toutefois notons le taux très important de ”Je ne sais pas” concernant les parents qui est
quasiment aussi nombreux que les ”droites” ou ”gauches” affirmés.

Fig. 6.12 – Opinion politique du père

Fig. 6.13 – Opinion politique de la mère

L’étude des opinions politiques en fonction des classes d’age, figure 6.14, montre qu’il
règne une certaine uniformité politique chez les végétariens quelque soit leur age. On peut
donc affirmer que le végétarisme possède un lien avec la politique indépendamment de
l’age des individus.

142
Fig. 6.14 – Opinion politique par classe d’age

L’étude des opinions par sexe nous donne des renseignements intéressants. Les hommes
sont très plus à l’extrême gauche que les femmes qui elles sont plus à gauche et écologiste
que les hommes 6.15. On peut expliquer ces résultats par la culture des hommes plus portée
sur la confrontation et la violence, valeurs associées à l’extrême gauche révolutionnaire.
Mise à part cette préférence des hommes pour l’extrême gauche on constate toujours
une certaine uniformité politique des végétariens autour de l’écologie, de la gauche, de
l’extrême gauche et de l’apolitisme. On peut en conclure à une corrélation entre l’opinion
politique et le végétarisme.

Fig. 6.15 – Opinion politique par sexe

L’influence des parents

On peut mesurer l’influence de l’opinion politique des parents sur les enfants à partir
de 6.16 et 6.17. Une nette influence apparait dans ces tableaux, des parents de gauche

143
vont avoir tendance à produire des enfants portés sur la gauche ou l’extrême gauche alors
que des parents de droite vont avoir tendance à produire des enfants apolitiques ou portés
sur l’écologie.

Fig. 6.16 – Opinion politique par Opinion politique du père

Fig. 6.17 – Opinion politique par Opinion politique de la mère

Par ailleurs les végétariens ayant des parents dont ils ne connaissent pas l’orientation
politique, ou ne souhaitent pas la révéler, sont encore plus influencés à devenir apolitique
ou écologiste que ceux ayant des parents de droite. On peut soit envisager que la réponse
”Je ne sais pas” traduit le fait d’un milieu familial peu politisé conduisant lui aussi de
manière privilégié à l’apolitisme ou l’écologisme. On peut aussi envisager qu’une partie de
ces réponses soit une sous-déclaration de parents de droite ou d’extrême droite.
On peut émettre deux hypothèses pour expliquer ces différences. Premièrement les
végétariens ayant eu des parents de droite seraient tiraillés entre leur éducation plutôt à
droite d’un côté et l’adéquation à leurs valeurs végétariennes plutôt de gauche de l’autre.
Dans ce contexte l’écologisme ou l’apolitisme seraient des valeurs refuges, ménageant à la
fois les valeurs acquises dans le milieu familiale et les valeurs du végétarisme.

144
Secondement, les parents de gauche auraient plus inculqués de valeurs politiques à
leurs enfants que les parents de droite, cela aurait eu pour conséquence de plus politiser
les végétariens de gauche que les végétariens de droite qui seraient plus souvent devenus
apolitiques ou écologistes.
Par ailleurs l’opinion politique de la mère semble avoir une influence plus grande que
celle du père. On peut expliquer cette différence par le fait que l’échantillon est très
largement féminin et que la mère doit plus influencer l’opinion politique de sa fille que
celle de son fils.

6.1.5 Religion

De fortes disparités existent entre les différentes religions déclarées par les végéta-
riens. Sur la figure 6.18 nous pouvons voir que près de 60% de la population se déclare
”Sans religion”, suivi de la ”Spiritualité sans lien avec une religion particulière”, suivi de
”Catholique”, les autres religions étant beaucoup plus marginales.
La modalité ”Spiritualité” avait été placée dans le questionnaire à la suite des ensei-
gnements tirés de notre étude préliminaire dans laquelle les informateurs avaient insisté
sur la présence d’une spiritualité qui était quelque chose de différent du fait de ne pas
avoir de religion.

Fig. 6.18 – Religion

145
Nous nous focaliserons sur les 3 principales religions ”Pas de religion”, ”Spiritualité”,
”Catholique”, les autres ayant recueillies trop peu de réponses pour être étudiées dans de
bonnes conditions. Ces 3 modalités de religion permettent de rendre compte de 91% de
l’échantillon.
Ensuite nous pouvons voir sur la figure 6.19 que les hommes sont légèrement plus
souvent sans religion que les femmes.

Fig. 6.19 – Religion par Sexe

Quelques différences sont visibles sur le plan de la religion en fonction des catégories
socio-professionnelles. La figure 6.20 montre que les cadres et les professeurs, chercheurs,
arts et spectacles déclarent plus une spiritualité ou une religion catholique que les étudiants
ou les sans emploi qui eux sont plutôt sans religion.

Fig. 6.20 – Religion par PCS

La figure 6.21 illustre la corrélation entre la religion et l’opinion politique. Les ca-
tholiques sont 26% à se déclarer apolitique contre seulement 16% et 17% pour les sans
religions et la spiritualité. Les individus déclarant une spiritualité sont 50% à être pour
l’écologie contre seulement 43% pour les catholiques et 35% pour les sans religions. Chez

146
les sans religions l’extrême gauche représente 25% des individus contre seulement 11%
pour les spiritualités et très peu de catholiques. A gauche les écarts sont moins marqués
avec des proportions autour de 23% pour chacunes des religions étudiées.

Fig. 6.21 – Religion par Orientation politique

Ces résultats liant politique et religion permettent d’identifier une nouvelle répartition
des idées chez les végétariens. Pour rendre compte de ces résultats nous avons utilisé la
technique de l’analyse factorielle. Le résultat de cette analyse est présenté sur la figure
6.22 et la figure 6.23 qui y ajoute l’opinion politique des parents. On voit se dégager 3
groupes, entourés sur les graphiques, avec les parents de gauche ayant plutôt produits
des enfants de gauche ou d’extrême gauche, des parents apolitiques ayant plutôt produits
des enfants apolitique et catholique et enfin les parents de droite ayant plutôt produits
des enfants écologistes et attachés à une spiritualité. Nous utiliserons ce résultat dans la
partie suivante.

6.2 L’influence des déterminants sociaux

Nous venons de voir que la population végétarienne était caractérisée par des catégories
socioprofessionnelles, des diplômes et une origine sociale relativement élevées. Cette partie

147
Fig. 6.22 – Politique et religion

148
Fig. 6.23 – Politique et religion et milieu familial

149
s’attachera à exposer en quelle mesure ces déterminants sociaux permettent de rendre
compte des raisons, de l’idéologie et des pratiques végétariennes.

6.2.1 Raisons

L’empathie

Un premier élément de réponse a été apporté plus haut concernant l’empathie, on


peut en effet mesurer l’empathie à la victimisation des individus. Ainsi les femmes plus
souvent victimes de discrimination que les hommes possèdent en moyenne un score de
victimisation plus élevé et par voie de conséquence une empathie plus élevée. Les femmes
sont aussi conditionnées dès l’enfance pour être plus sensibles que les hommes.
Croisons maintenant la catégorie socioprofessionnelle avec l’indice d’empathie. Les
figures 6.24 et 6.25 nous montre que les catégories socioprofessionnelles les plus basses
sont aussi celles ayant le plus d’empathie envers les animaux, et inversement les catégories
sociales les plus élevées sont celles ayant le moins d’empathie.

Fig. 6.24 – Catégories socioprofessionnelles par Empathie animal

Si l’on part de l’indice de victimisation on peut aisément comprendre que les classes
sociales les plus basses soient les plus à même de se sentir des victimes et à avoir de l’em-
pathie envers les animaux. Les classes supérieures ont plutôt tendance à moins s’apitoyer

150
Fig. 6.25 – Catégories socioprofessionnelles par Accepter de sacrifier 500 chiens

sur le sort des animaux, signe d’un plus grand détachement par rapport aux conditions
de vie.

Intérêt pour l’écologie

Parmi les déterminants sociaux étudiés, seule l’opinion politique influe sur l’intérêt
pour l’écologie comme le montre la figure 6.26 que l’on peut également approcher par
la variable ”Se sentir concerné par l’écologie” figure 6.27. Cette relation est assez com-
préhensible puisque qu’il existe une partie du domaine politique traitant directement de
l’écologie.

Intérêt pour la forme physique

L’intérêt pour la santé est influencé à la fois par la politique et par la religion comme
le montre les figures 6.28 et 6.29, mais pas par les autres déterminants étudiés.
La population d’extrême gauche possède moins d’intérêt pour la forme physique que les
autres types d’opinion politique. Les catholiques font plus attention à leur forme physique
que les spiritualistes, qui eux-mêmes font plus attention à leur forme physique que les

151
Fig. 6.26 – Opinion politique par Intérêt pour l’écologie

Fig. 6.27 – Opinion politique par Se sentir concerné par l’écologie

152
Fig. 6.28 – Opinion politique par Intérêt pour la forme physique

Fig. 6.29 – Religion par Intérêt pour la forme physique

153
sans religion. Ce résultat est contre intuitif, en effet on pourrait en effet s’attendre à ce
que les catholiques fassent moins attention à leur forme physique que les autres religions
du fait de la morale judéo-chrétienne qui a tendance à refouler la jouissance du corps.
Ce résultat s’explique par le fait que les catholiques de l’échantillon sont plus souvent
cadres que les autres et occupent d’une manière générale des positions sociales plus élevées
qui impliquent également un rapport au corps marqué par un meilleur maintient et une
meilleure présentation.

6.2.2 Idéologie

L’opinion de la supériorité du végétarisme sur le régime carné est influencé par la


catégorie socio-professionnelle ainsi que par les diplômes. Ce sont en effet les catégories
sociales les plus basses qui ont une plus grande idée de supériorité du végétarisme, et
inversement les catégories socioprofessionnelles les plus élevées ont moins souvent l’idée
que le végétarisme soit supérieur. On retrouve la même corrélation pour le niveau de
diplôme où les individus ayant les diplômes les plus bas sont ceux qui croit le plus en
l’idée de la supériorité du végétarisme, voir les figures 6.30 et 6.31.

Fig. 6.30 – PCS par Supériorité végétarisme

De la même manière que pour l’idée de la supériorité du végétarisme, ce sont les

154
Fig. 6.31 – Diplome par Supériorité végétarisme

155
individus de niveau social plus bas qui possèdent la plus grande prescriptivité sur le
végétarisme par rapport aux niveaux sociaux plus élevés, voir figures 6.32 et 6.33.

Fig. 6.32 – PCS par Prescriptif

Sur le plan du militantisme on trouve également des différences liées à la catégorie


socioprofessionnelle, voir figure 6.34. Les individus de catégorie sociale supérieure sont
moins militants pour le végétarisme que les individus issus de classes plus populaires.

6.2.3 Synthèse

Nous pouvons voir que le végétarisme d’une manière générale est déterminé par une
PCS élevée, un niveau de diplôme élevé et une origine sociale élevée car ce sont les ca-
ractéristiques générales de notre population. Cependant en étudiant l’influence de ces
déterminants sociaux sur les raisons et sur l’idéologie végétarienne nous nous sommes
rendu compte que, parmi les végétariens, ce sont les individus des plus basses classes so-
ciales et ayant les diplômes les plus bas qui sont les plus engagés sur le militantisme, sur
la prescriptivité et sur l’opinion de supériorité du végétarisme.
Pour expliquer ce paradoxe entre la déterminante principale du végétarisme qui est le
milieu social élevé et sa tendance inverse à un extrémisme de ses catégories sociales les plus
basses nous pouvons imaginer que cette différence est avant tout liée à l’empathie qui est

156
Fig. 6.33 – Diplome par Prescriptif

Fig. 6.34 – PCS par Militantisme

157
plus élevée dans les milieux populaires, et également que le végétarisme est perçu à juste
titre comme une pratique de classes supérieures par les classes inférieures qui, souhaitant
se rapprocher de ces classes dans une stratégie d’ascension sociale, investiraient encore
plus sur le végétarisme en militant plus et en étant encore plus prescriptif que ne le sont
les classes supérieures. Les classes inférieures seraient en quelque sorte plus royalistes que
le roi.
On peut comprendre que le végétarisme soit plutôt associé aux classes sociales supé-
rieures car cette pratique consiste en une distanciation de l’acte de se nourrir, distanciation
des traditions, adoption de mœurs moins violentes, plus délicates, plus difficiles à pratiquer
également.

Fig. 6.35 – PCS par Type de végétariens

Pourtant le milieu social ne nous permet pas de rendre compte du type de végétarisme
pratiqué par les individus c’est ce que nous montre la figure 6.35. Les différences de
type de végétarisme entre presque végétarien, végétarien ou végétalien s’expliquent peu
par le milieu social de l’individu, les facteurs explicatifs retenus jusqu’à présent sont en
premier lieu l’empathie pour l’animal et que la durée de végétarisme. Ainsi plus individu
ressentira de l’empathie pour l’animal et plus il aura commencé à limiter sa consommation
de viande depuis longtemps, plus il aura de chance de devenir végétarien plutôt que
presque végétarien, et plus il aura de chance de devenir végétalien plutôt que végétarien.

158
Nous verrons dans la partie qui suit qu’un troisième facteur, politico-religieux celui-ci,
vient influencer les pratiques des végétariens.

6.3 Trois idéal-types

Nous avons vu dans la partie précédente que le végétarisme était plutôt une pratique
associée aux classes supérieures. Nous avons également vu que la classe sociale et le di-
plôme influençaient la raison de l’empathie et l’idéologie des végétariens. Cependant ces
déterminants sociologiques ne possédaient pas une grande force explicative notamment en
ce qui concerne la pratique du régime végétarien. Afin d’aller plus loin dans l’explication
du végétarisme nous allons utiliser la relation entre la politique et la religion.
Nous avions en effet découvert que trois branches se distinguaient lors de l’analyse des
croyances religieuses et des opinions politiques des végétariens. En partant de ce résultat
nous allons tenter de comprendre ce que ces trois directions idéologiques recouvrent. Tout
d’abord nous allons isoler les extrémités de nos branches qui étaient formées, rappelons
le, des écologistes spiritualistes d’un côté, des extrême gauches et sans religion d’un autre
côté, des catholiques apolitiques du troisième côté. Nous allons ainsi isoler ces trois sous-
groupes pour étudier le comportement de ces populations situés aux extrémités de nos
branches.
La figure 6.36 présente les effectifs des différents groupes. Dans le cas de notre groupe
catholiques et apolitiques nous avons choisi d’ignorer l’aspect apolitique pour deux rai-
sons : la modalité catholique est très excentrée sur notre graphique, ainsi c’est elle qui
possède le plus d’importance et les effectifs de catholiques sont faibles dans notre po-
pulation et retrancher encore dans cette population aurait rendu les analyses trop peu
fiables.
Lorsque nous croisons ces groupes avec le type de végétarisme nous obtenons la fi-
gure 6.37. Nous voyons qu’un lien existe entre ces groupes et les pratiques végétariennes.
Chaque groupe possède une affinité particulière avec l’un des trois types de végétarisme de
l’enquête. Les catholiques sont plutôt presque végétarien, les extrême gauche sans religion
sont plutôt végétaliens, alors que les écologistes spiritualistes sont plutôt végétariens. Ce

159
Fig. 6.36 – Groupes politique et religion

facteur politico-religieux est le troisième facteurs identifiés pour rendre compte du type
de régime choisi par les végétariens.

Fig. 6.37 – Groupes politique et religion par Type de végétarisme

Si l’on croise ces groupes avec les PCS on obtient la figure 6.38. Nous pouvons remar-
quer que les catholiques sont plus souvent cadres que les autres groupes et que les extrême
gauche sans religion sont plus souvent étudiant. Ce qui nous est précisé par la figure 6.39
sur laquelle on peut voir que les extrêmes gauches sans religion ont plutôt moins de 35 ans
et que les écologistes spiritualistes sont fortement représentés dans la classe d’age 45-55
ans.
A la suite de ces résultats on peut identifier trois idéal-types de végétariens, qui repré-
sentent trois tendances de fond de la population végétarienne, qui possèdent des croyances
et des pratiques différentes les unes des autres. Nous avons premièrement des cadres catho-
liques peu rigoureux dans leur végétarisme, deuxièmement des séniors écologistes portés
sur la spiritualité, et troisièmement des jeunes étudiants d’extrême gauche végétaliens.

160
Fig. 6.38 – PCS par Groupes politique et religion

Fig. 6.39 – Age par Groupes politique et religion

161
Ouédraogo énonce à partir d’une étude quantitative sur les végétariens que les membres
des classes supérieures sont plus enclin à adapter le régime végétarien à leur convenance
et à faire des écarts [Ouédraogo(2005)]. Cette constatation va dans le même sens que les
idéal-types énoncés ici.
Nous précisons qu’il s’agit bien ici d’idéal-types qui viennent illustrer des positions ex-
trêmes des végétariens. Les trois groupes formés possèdent des effectifs plutôt faibles dans
notre échantillon, 255 individus sur 827, ainsi ces résultats ont une valeur plus conceptuelle
que statistique, ils nous permettent de saisir trois directions différentes dans la manière de
vivre le végétarisme, la majeure partie de la population végétarienne se situant quelque
part à la croisée de ces trois directions.
On peut aller plus loin en regardant comment réagissent ces groupes en fonction des
raisons et d’autres opinions sur le végétarisme. Ces résultats sont présentés dans les figures
6.40, 6.41, 6.42, 6.43, 6.44, 6.45.
La figure 6.40 nous montre que pour les catholiques et pour les spiritualistes le végéta-
risme est plus personnel que pour les extrêmes gauche. On comprend aisément ce résultat
pour les extrêmes gauche plus végétaliens, donnant plus volontiers une portée politique et
sociale à leur végétarisme qui est moins une démarche personnelle, intime. On le comprend
également pour les catholiques, moins végétariens, étant plutôt végétariens pour des rai-
sons de santé, moins impliqués mentalement par leur régime. En revanche le fort résultat
des spiritualistes écologistes sur la variable Végétarisme personnel peut être trompeur.
En effet l’écologisme pousse plutôt à accorder de l’intérêt à la somme des comportements
individuels dans la société. Ainsi comment expliquer qu’ils déclarent aussi plus souvent
que leur végétarisme est personnel ?
On ne peut répondre à cette question sans regarder la figure 6.41. Ce tableau présente
le résultat de nos groupes sur la variable ”Important qu’il y ait plus de végétariens”.
On voit que sur cette question portant plus directement sur l’importance que la société
compte plus de végétariens, les spiritualistes écologistes sont au même niveau que les
extrêmes gauche, alors que les catholiques sont eux nettement plus bas. L’explication que
l’on peut maintenant avancer est que la variable Végétarisme personnel regroupe deux

162
Fig. 6.40 – Groupes politique et religion par Végétarisme personnel, intime

Fig. 6.41 – Groupes politique et religion par Important qu’il y ait plus de végétariens

163
types de réponses différents, voir opposés, avec d’un côté un végétarisme égoı̈ste et de
l’autre un végétarisme touchant profondément à l’être, ”intime”, ”spirituel”. Ainsi notre
groupe spiritualiste écologiste possède à la fois la caractéristique d’un végétarisme intime
et spirituel pour soi et une forte volonté de l’étendre à l’ensemble de la société.
On retrouvera le même type de mécanisme sur la variable Intérêt pour la santé où les
catholiques et les spiritualistes écologistes accordent tout deux de l’intérêt à leur santé
bien que relevant d’une démarche différente.

Fig. 6.42 – Groupes politique et religion par Intérêt pour la santé

La figure 6.43 de l’intérêt pour l’écologie montre naturellement que l’intérêt pour
l’écologie le plus fort revient au groupe écologiste spiritualiste. Et ceux ayant le moins
d’intérêt pour l’écologie étant les catholiques.
La figure 6.44 montre que ce sont les catholiques et les écologistes spiritualistes qui
ont le plus d’empathie envers les animaux au travers de l’indice de victimisation. Ils sont
plus sensibles à la souffrance animale que les extrêmes gauche.
La figure 6.45 montre que ce sont les écologistes spiritualistes qui ont le plus de dégout
pour la viande. Cependant le dégout est présent chez chacun des groupes. Ce résultat va
dans le sens de ce que nous présentions plus tôt comme les multiples formes du dégout,
le dégout s’installant en fonction des pratiques et des croyances diverses.

164
Fig. 6.43 – Groupes politique et religion par Intérêt pour l’écologie

Fig. 6.44 – Groupes politique et religion par Victimisation (Empathie animal)

165
Fig. 6.45 – Groupes politique et religion par Degout pour la viande

166
Chapitre 7

Conclusion

7.1 Bilan des résultats

Utilisant les résultats obtenus durant l’étude préliminaire par entretiens semi-directifs
qui illustraient les différentes raisons données par les végétariens pour expliquer leur pra-
tique, nous avons mis en place une étude quantitative ayant pour objectif de préciser
le rôle de ces raisons ainsi que d’étudier le poids des déterminants sociaux classiques.
Les questions portaient sur trois niveaux explicatif différents : les déterminants sociaux,
les raisons des individus, les pratiques alimentaires végétariennes. Le nombre de répon-
dants s’élevant à 827 et venant de la France entière nous permet de viser une certaine
représentativité de la population végétarienne française.
Cette étude nous a tout d’abord confirmé les tendances démographiques qui avaient
été avancées durant la phase préliminaire, à savoir que les végétariens sont plutôt une
population jeune entre 25 et 35 ans et constituée aux deux tiers de femme. Cette popu-
lation est également engagée sur la défense des animaux et de l’environnement, éléments
cruciaux de la compréhension du phénomène végétarien.
Les justifications données par les végétariens pour expliquer le bien fondé de leur pra-
tique ont été étudiées sous la forme de raisonnements formels qui nous ont permis de
construire des indicateurs approchant le fondement de ces raisons de façon satisfaisante.
Parmi les quatre raisons ressortant le plus souvent en entretien : l’égalité homme/animal,
le dégout pour la viande, la sauvegarde de l’environnement et l’amélioration de la forme

167
physique, nous avons pu montrer que le dégout possédait un rôle causal très faible, dé-
bouchant sur la démonstration expérimentale de la plasticité du dégout se construisant
à partir des raisons des individus et venant renforcer une opposition sociale et politique
latente.
L’étude des corrélations des raisons nous a montré que la sauvegarde de l’environne-
ment et l’amélioration de la forme physique possédaient de nombreux points communs si
bien qu’on pouvait les rassembler sous l’idée du ”retour à la nature” qui prenait également
une dimension politique avec l’opposition aux idées de droite. Ainsi l’idéologie de droite
est dans les faits très largement rejetée par les végétariens, ceux ayant grandis dans un
milieu familial de droite trouvant un refuge dans l’écologie ou l’apolitisme.
La raison de l’égalité homme/animal s’explique quant à elle par l’empathie qu’éprouve
les végétariens pour les animaux de rente et donc avant tout par une sensibilité. Sensibilité
ayant tendance à se rationaliser, selon la formule de Norbert Elias, pour gagner en force
de conviction comme le montre les travaux de philosophie de l’animalité, le plus souvent
guidés par un militantisme pour la cause animale aussi bien en France qu’aux Etats-Unis.
L’étude détaillée de cette raison par le biais de la justification du mal associé au fait
de tuer et d’élever des animaux, confirme le statut dominant de l’empathie comme cause
du végétarisme. Nous avons aussi démontré expérimentalement la notion philosophique
selon laquelle l’empathie peut être approché par le paradigme de la victime, les individus
plus victimisés ressentant plus d’empathie envers les animaux, nous fournissant ainsi une
explication fondée sur le vécu individuel et donc moins culturaliste que celle qui prévaut
habituellement pour expliquer la prédominance des femmes chez les végétariens qui se
limite en général au fait que les femmes sont conditionnées dès l’enfance pour être plus
sensibles que les hommes.
La mise en relation des raisons sur le plan du sens, en faisant appel à nos entretiens,
nous indique qu’il existe une concordance entre l’égalité homme/animal et le retour à la
nature ce qui explique que, bien que n’étant pas corrélées entre elles dans les faits, elles
se retrouvent présentes chez les mêmes individus et conduisent à un renforcement de la
pratique végétarienne.

168
L’étude des catégories socioprofessionnelles et des diplômes obtenus a illustré le prin-
cipe selon lequel le végétarisme est une pratique des classes sociales supérieures sur le plan
quantitatif, car relevant d’une distanciation à l’alimentation et d’une distanciation face
aux normes, mais que les classes plus populaires végétariennes étaient qualitativement
plus engagées et plus extrêmes dans le végétarisme, car s’inscrivant dans une stratégie de
distinction sociale.
Enfin l’étude approfondie des relations entre opinion politique, religion, age, sexe et
classe sociale nous a permis de mettre à jour trois idéal-types sociologiques des végéta-
riens : la senior écologiste et portée sur la spiritualité, le cadre catholique motivé avant
tout par la santé, l’étudiant d’extrême gauche stricte dans ses pratiques. Ces trois idéal-
types nous fournissant notre troisième facteur explicatif des différents régimes végétariens
entre les presque végétariens, les végétariens et les végétaliens, les deux autres étant l’em-
pathie pour l’animal et la durée de végétarisme qui pousse progressivement les individus
à retirer d’autres aliments de leur alimentation pour devenir végétaliens.

7.2 Limites et ouvertures possibles

La première limite de ce travail se trouve dans le nombre de points traités avec l’en-
trecroisement de trois niveaux de causalité : les déterminants sociaux, les raisons des
individus, les pratiques alimentaires végétariennes. Ainsi chacun des résultats exposés
plus haut pourraient faire l’objet d’une étude spécifique visant à exposer avec plus de
détails les mécanismes mis en avant. Il serait également intéressant de tester l’application
de ces résultats dans un autre cadre que celui du végétarisme pour ceux s’y prêtant tels
que la mesure de l’empathie et la culture de genre.
Ensuite les comparaisons internationales seraient également une piste intéressante de
poursuite de ce travail. En effet le végétarisme est beaucoup plus développé dans les pays
anglo-saxons et il serait intéressant d’en connaitre la cause et de montrer leurs différences
culturelles. Cette comparaison mettrait probablement en valeur les fondements même des
raisons identifiées plus haut.
Une telle étude ouvrirait ainsi également la voie à une comparaison historique des

169
valeurs et des idées, expliquant l’apparition et la disparition de ces pratiques alimentaires.
Enfin l’étude du tissu associatif végétarien en lui-même fournirait des informations
intéressantes sur les valeurs défendue et les stratégies d’imposition d’une nouvelle norme
sociale alimentaire. La réalisation de la présente étude nous avait en effet montré que
les associations de végétariens prenaient grand soin de leur image publique, de ce qui
était montrable, de ce qui devait être dit et non dit. Tant sur le plan de la stratégie de
communication que des valeurs sous-jacentes, une telle étude aurait un intérêt certain.

170
Bibliographie

[Arluke et Sanders(2003)] A. Arluke et C. R. Sanders : Le travail sur la frontière entre


les humains et les animaux dans l’allemagne nazie. Politix, 16(64):pp. 17–49, 2003.

[Benkheira(1999)] M. H. Benkheira : Lier et séparer. les fonctions rituelles de la viande


dans le monde islamisé. L’Homme, 39(152):pp. 89–114, 1999.

[Bondolfi(1995)] A. Bondolfi : L’homme et l’animal. Editions Universitaires Fribourg


Suisse, Fribourg, 1995.

[Boudon(1990)] R. Boudon : L’art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou


fausses. Fayard, Paris, essais édn, 1990.

[Boudon(2003)] R. Boudon : Raison, bonnes raisons. PUF, Paris, philosopher en sciences


sociales édn, 2003.

[Burgat(1997)] F. Burgat : Animal mon prochain. Editions Odile Jacob, Paris, 1997.

[Burgat(2006)] F. Burgat : Liberté et inquiétude de la vie animale. Editions Kimé,


Paris, 2006.

[Burgat et Dantzer(2001)] F. Burgat et R. Dantzer : Les animaux d’élevage ont-ils


droit au bien-être ? INRA éditions, Paris, un point sur ... édn, 2001.

[Cavalieri(2001)] P. Cavalieri : The animal question : Why non-human animals deserve


human rights. Oxford University Press, Oxford, 2001.

[Chanteur(1993)] J. Chanteur : Du droit des bêtes à disposer d’elles-mêmes. Seuil,


Paris, la couleur des idées édn, 1993.

[de Fontenay(1998)] E. de Fontenay : Le silence des bêtes. Fayard, France, 1998.

[Dombrowski(1984)] D. A. Dombrowski : The philosophy of vegetarianism. The Uni-


versity of Massachussets Press Amherst, Amherst, 1984.

171
[Duerr(1998 (1988))] H. P. Duerr : Nudité et Pudeur : Le mythe du processus de civili-
sation. Editions de la maison des sciences de l’homme Paris, Paris, 1998 (1988).

[Durkheim(1992 (1934))] E. Durkheim : L’éducation morale. PUF, quadrige édn, 1992


(1934).

[Durkheim(2002 (1930))] E. Durkheim : Le suicide. PUF, quadrige édn, 2002 (1930).

[Durkheim(2004 (1893))] E. Durkheim : Détermination du fait moral. PUF, Paris, 2004


(1893).

[Elias(2002 (1939))] N. Elias : La civilisation des moeurs. Agora, Paris, pocket édn,
2002 (1939).

[Elias(2006 (1939))] N. Elias : La dynamique de l’occident. Agora, Paris, pocket édn,


2006 (1939).

[Engel(2001)] P. Engel : La psychologie cognitive peut-elle se réclamer de la psychologie


ordinaire ? Hermès, (3 : Psychologie ordinaire et sciences cognitives):pp. 10–22, 2001.

[Faucher(1998)] F. Faucher : Manger vert. Revue française de science politique, 48


(3-4):pp. 437–457, 1998.

[Fischler(1990)] C. Fischler : L’Homnivore. Editions Odile Jacob, Paris, 1990.

[Frey(1980)] R. G. Frey : Interests and rights : The case against animals. Oxford
University Press, Oxford, 1980.

[Goffi(1994)] J.-Y. Goffi : Le philosophe et ses animaux. Editions Jacqueline Chambon,


Nı̂mes, rayon philo édn, 1994.

[Hubert(2003)] A. Hubert : Entre plaisir et santé. Educagri, Dijon, 2003.

[Hume(1973)] D. Hume : Traité de la nature humaine, vol. 2. Aubier, Paris, 1973.

[Livet(2002)] P. Livet : Emotions et rationalité morale. PUF, Paris, 2002.

[Lyotard(1983)] J.-F. Lyotard : Le différend. Editions de minuit, Paris, collection


critique édn, 1983.

[Midgley(1984)] M. Midgley : Animals and why they matter. The University of Georgia
Press, Athens, 1984.

172
[Méry(1998)] A. Méry : Les végétariens, Raisons et sentiments. La plage éditeur, Paris,
1998.

[Orlans et al.(1998)Orlans, Beauchamps, Dresser, Morton, et Gluck] F. B. Orlans,


T. L. Beauchamps, R. Dresser, D. B. Morton et J. P. Gluck : The human use
of animals, case studies in ethical choice. Oxford University Press, Oxford, 1998.

[Ossipow(1997)] L. Ossipow : La cuisine du corps et de l’âme. Université de Neuchâtel


- Faculté des lettres, Institut d’ethnologie, Paris, editions de l’institut d’ethnologie,
editions de la maison des sciences de l’homme édn, 1997.

[Ouédraogo(2000a)] A. P. Ouédraogo : De la secte à l’utopie philanthropique. genèse


sociale du végétarisme occidental. Annales HSS, (4):pp. 825–843, Décembre 2000a.

[Ouédraogo(2000b)] A. P. Ouédraogo : La viande ou le salut : génèse social du vé-


gétarisme occidentale. Document de travail INRA, (9402):pp. 825–843, Décembre
2000b.

[Ouédraogo(2003)] A. P. Ouédraogo : Les usages sociaux des animaux d’élevage. Po-


litix, 16(64):pp. 127–150, 2003.

[Ouédraogo(2005)] A. P. Ouédraogo : Crise sociale, crise du goût : Le végétarisme


comme issue. une étude de cas dans la région parisienne. INRA Sciences sociales,
(3-4), Décembre 2005.

[Pelosse(2002)] V. Pelosse : Entre recherche agronomique et questionnement éthique,


l’animal de rente. l’Homme, (163):pp. 217–228, 2002.

[Pharo(2006)] P. Pharo : Raison et civilisation. cerf, Paris, passages édn, 2006.

[Regan(1983)] T. Regan : The case for animal rights. University Of California Press,
Berkeley - Los Angeles, 1983.

[Schumacher(2006)] E. G. Schumacher : Éthique et morale en français, en allemand et


en anglais. MAUSS : Penser la crise de l’école, 2(28), 2006.

[Singer(1997)] P. Singer : Questions d’éthique pratique. Bayard Editions, Paris, philo-


sophie édn, 1997.

173
[Singer(2004a)] P. Singer : Comment vivre avec les animaux ? Les empêcheurs de penser
en rond/Le Seuil, Paris, vu d’amérique édn, 2004a.

[Singer(2004b)] P. Singer : Comment vivre avec les animaux ? Les empêcheurs de penser
en rond/Le Seuil, Paris, 2004b.

[Smith(2003)] A. Smith : Théorie des sentiments moraux. Quadrige / PUF, Paris, grands
textes édn, 2003.

[Sprigge(1987)] T. L. S. Sprigge : Are there Intrinsic Values in Nature ?, vol. 4. Black-


well, Oxford, 1987.

174
Table des figures

1.1 Variables par catégories . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

2.1 Distribution géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25


2.2 Distribution géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3 Habitat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4 Végétarien de naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.5 Végétarisme conseillé par religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6 Type de végétarien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.7 Age de la limitation de la viande rouge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.8 Age de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.9 Classe d’age de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.10 Classe d’age de la population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.11 Sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.12 Sexe par Age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.13 Sexe par Age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.14 Sexe par Age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.15 Adhésion à un parti ou une association politique . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.16 Adhésion à une association végétarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.17 Adhésion à une association de défense des animaux . . . . . . . . . . . . . 36
2.18 Adhésion à une association écologiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.19 Localité par Adhésion à une association de défense des animaux . . . . . . 37
2.20 Sexe par Adhésion à une association de défense des animaux . . . . . . . . 38
2.21 Age par Adhésion à une association de défense des animaux . . . . . . . . 38

175
2.22 PCS par Adhésion à une association de défense des animaux . . . . . . . . 39
2.23 Adhésion à une association de défense des animaux par Adhésion à une
association végétarienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

3.1 Végétarisme supérieur par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47


3.2 Type de végétarien par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.3 Type de végétariens par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.4 Régime stricte par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5 Régime stricte par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.6 Prescriptif par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.7 Végétarisme supérieur par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.8 Variables de l’indice de victimisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.9 Victimisation par Mettre les animaux et les humains sur le même plan . . 54
3.10 Victimisation par Faire parti d’une association de défense des animaux . . 54
3.11 Victimisation par Sacrifier 500 chiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.12 Victimisation par Tolerence envers les non-végétariens . . . . . . . . . . . . 56
3.13 Empathie animale par Animaux domestiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.14 Empathie animale par Avenir du végétarisme . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.15 Empathie animale par Confiance dans la science . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.16 Empathie animale par Avoir du succès à convaincre les non-végétariens . . 58
3.17 Empathie animale par Nombre de sortie le soir ou le week-end . . . . . . . 59
3.18 Sexe par Empathie animale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.19 Femme : Victimisation par Type de logement . . . . . . . . . . . . . . . . 60
3.20 Homme : Victimisation par Type de logement . . . . . . . . . . . . . . . . 61
3.21 Empathie animale par Mal de tuer un animal . . . . . . . . . . . . . . . . 62
3.22 Analyse factorielle des explications de Mal de tuer un animal . . . . . . . . 64
3.23 Empathie par Explicitations animaux sensibles à la douleur . . . . . . . . . 65
3.24 Empathie par Explicitations animaux êtres vivants . . . . . . . . . . . . . 65
3.25 Analyse factorielle des explications d’être Contre l’élevage intensif . . . . . 67
3.26 Empathie par Explicitations animaux droit liberté . . . . . . . . . . . . . . 68

176
3.27 Empathie par Explicitations animaux traités comme objet . . . . . . . . . 69
3.28 Empathie par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
3.29 Empathie par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
3.30 Empathie par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
3.31 Empathie par Type de végétarien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
3.32 Empathie par Régime stricte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
3.33 Empathie par Difficulté à appliquer son régime . . . . . . . . . . . . . . . . 73
3.34 Accepter de sacrifier 500 chiens par Type de végétarien . . . . . . . . . . . 74
3.35 Accepter de sacrifier 500 chiens par Régime stricte . . . . . . . . . . . . . . 74
3.36 Se sentir concerné par l’écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.37 Indice intérêt écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.38 Indice intérêt écologie par Motivation du régime par l’écologie . . . . . . . 76
3.39 Indice intérêt écologie par Elevage pollue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
3.40 Indice intérêt écologie par Connaissance du rendement . . . . . . . . . . . 77
3.41 Indice intérêt écologie par Contrôle de la provenance des produits . . . . . 78
3.42 Indice intérêt écologie par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.43 Indice intérêt écologie par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
3.44 Indice intérêt écologie par Importance plus de végétariens . . . . . . . . . . 79
3.45 Indice intérêt écologie par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.46 Indice intérêt écologie par Empathie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3.47 Indice intérêt écologie par Accepter de sacrifier 500 chiens . . . . . . . . . 81
3.48 Indice intérêt écologie par Avenir du végétarisme . . . . . . . . . . . . . . 82
3.49 Indice intérêt écologie par Penser que l’argent fait bonheur . . . . . . . . . 83
3.50 Indice intérêt écologie par Avoir du succès à convaincre les non-végétariens 83
3.51 Indice intérêt écologie par Faire des pauses dans son régime . . . . . . . . . 84
3.52 Indice intérêt écologie par Régime stricte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
3.53 Indice intérêt écologie par Type de végétarien . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.54 Intérêt forme physique par Croyance substances toxiques . . . . . . . . . . 86
3.55 Intérêt forme physique par Croyance régime améliore la forme physique . . 87

177
3.56 Intérêt forme physique par Etre à l’aise dans son corps . . . . . . . . . . . 87
3.57 Intérêt forme physique par Indiquer que la santé est une motivation du
régime végétarien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.58 Intérêt forme physique par Conseiller un régime végétarien pour la santé . 88
3.59 Intérêt forme physique par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . 89
3.60 Intérêt forme physique par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3.61 Intérêt forme physique par Important que plus de gens deviennent végétariens 90
3.62 Intérêt forme physique par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.63 Intérêt forme physique par Succès à convaincre des gens de devenir végétarien 91
3.64 Intérêt forme physique par Pratiques strictes . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3.65 Intérêt forme physique par Type de végétariens . . . . . . . . . . . . . . . 92
3.66 Dégout pour la viande par Pouvoir manger un animal sain mort de causes
naturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
3.67 Dégout pour la viande par Empathie pour l’animal . . . . . . . . . . . . . 94
3.68 Dégout pour la viande par Intérêt pour l’écologie . . . . . . . . . . . . . . 95
3.69 Dégout pour la viande par Intérêt forme physique . . . . . . . . . . . . . . 95
3.70 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande . . . . . . . . . . . . . . . 96
3.71 Dégout pour la viande par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
3.72 Dégout pour la viande par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . 98
3.73 Dégout pour la viande par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
3.74 Dégout pour la viande par Difficulté à appliquer son régime . . . . . . . . 101
3.75 Dégout pour la viande par Régime stricte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

4.1 Durée de végétarisme par Empathie pour l’animal . . . . . . . . . . . . . . 104


4.2 Durée de végétarisme par Accepter de sacrifier 500 chiens pour sauver la
vie d’un seul homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
4.3 Durée de végétarisme par Intérêt écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
4.4 Durée de végétarisme par Intérêt forme physique . . . . . . . . . . . . . . . 105
4.5 Durée de végétarisme par Motivation écologie . . . . . . . . . . . . . . . . 106
4.6 Durée de végétarisme par Motivation santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

178
4.7 Durée de végétarisme par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
4.8 Durée de végétarisme par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
4.9 Durée de végétarisme par Végétarisme supérieur . . . . . . . . . . . . . . . 109
4.10 Durée de végétarisme par But de l’utilisation des media . . . . . . . . . . . 109
4.11 Durée de végétarisme par Faire attention à ne pas consommer de dérivés
de viande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
4.12 Durée de végétarisme par Faire attention à ne pas consommer de dérivés
de viande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
4.13 Durée de végétarisme par Avoir des difficultés à appliquer son régime . . . 111
4.14 Durée de végétarisme par Type de végétariens . . . . . . . . . . . . . . . . 112
4.15 Durée de végétarisme par Date de dernière consommation d’oeuf . . . . . . 113
4.16 Durée de végétarisme par Date de dernière consommation de lait . . . . . . 113

5.1 Indice intérêt écologie par Raison de la faim dans le monde . . . . . . . . . 116
5.2 Intérêt pour la forme physique par Raison de la faim dans le monde . . . . 116
5.3 Indice d’empathie par Raison de la faim dans le monde . . . . . . . . . . . 117
5.4 Accepter de sacrifier 500 chiens par Raison de la faim dans le monde . . . 118
5.5 Durée de végétarisme par Raison de la faim dans le monde . . . . . . . . . 118
5.6 Intérêt pour la forme physique par Penser que l’homme est fait pour manger
de la viande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
5.7 Empathie par Penser que l’homme est fait pour manger de la viande . . . . 120
5.8 Accepter de sacrifier la vie de 500 chiens par Penser que l’homme est fait
pour manger de la viande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
5.9 Durée de végétarisme par L’abattage des animaux produits de la violence
entre les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
5.10 Indice intérêt écologie par Intérêt forme physique . . . . . . . . . . . . . . 124
5.11 Indice intérêt écologie par Acheter des produits bios . . . . . . . . . . . . . 124
5.12 Intérêt forme physique par Acheter des produits bios . . . . . . . . . . . . 125
5.13 Indice intérêt écologie par Contrôler la provenance des produits . . . . . . 125
5.14 Intérêt forme physique par Contrôler la provenance des produits . . . . . . 126

179
5.15 Comparaison habitat actuel et habitat souhaité . . . . . . . . . . . . . . . 127
5.16 Empathie par Evènement marquant à l’origine du végétarisme . . . . . . . 130
5.17 Intérêt écologie par Evènement marquant à l’origine du végétarisme . . . . 130
5.18 Intérêt forme physique par Evènement marquant à l’origine du végétarisme 131
5.19 Analyse factorielle champs des raisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
5.20 Analyse factorielle champs des raisons et idéologie . . . . . . . . . . . . . . 133

6.1 Catégories socioprofessionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136


6.2 Catégories socioprofessionnelles Principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
6.3 Catégories socioprofessionnelles (2 modalités) . . . . . . . . . . . . . . . . 137
6.4 PCS par Sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
6.5 PCS du père . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.6 PCS du père (2 modalités) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
6.7 PCS de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.8 Diplome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
6.9 Diplome des 24-35 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
6.10 Diplome des plus de 35 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
6.11 Opinion politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
6.12 Opinion politique du père . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
6.13 Opinion politique de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
6.14 Opinion politique par classe d’age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.15 Opinion politique par sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.16 Opinion politique par Opinion politique du père . . . . . . . . . . . . . . . 144
6.17 Opinion politique par Opinion politique de la mère . . . . . . . . . . . . . 144
6.18 Religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
6.19 Religion par Sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
6.20 Religion par PCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
6.21 Religion par Orientation politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
6.22 Politique et religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
6.23 Politique et religion et milieu familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

180
6.24 Catégories socioprofessionnelles par Empathie animal . . . . . . . . . . . . 150
6.25 Catégories socioprofessionnelles par Accepter de sacrifier 500 chiens . . . . 151
6.26 Opinion politique par Intérêt pour l’écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
6.27 Opinion politique par Se sentir concerné par l’écologie . . . . . . . . . . . . 152
6.28 Opinion politique par Intérêt pour la forme physique . . . . . . . . . . . . 153
6.29 Religion par Intérêt pour la forme physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
6.30 PCS par Supériorité végétarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
6.31 Diplome par Supériorité végétarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
6.32 PCS par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
6.33 Diplome par Prescriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
6.34 PCS par Militantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
6.35 PCS par Type de végétariens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
6.36 Groupes politique et religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
6.37 Groupes politique et religion par Type de végétarisme . . . . . . . . . . . . 160
6.38 PCS par Groupes politique et religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
6.39 Age par Groupes politique et religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
6.40 Groupes politique et religion par Végétarisme personnel, intime . . . . . . 163
6.41 Groupes politique et religion par Important qu’il y ait plus de végétariens . 163
6.42 Groupes politique et religion par Intérêt pour la santé . . . . . . . . . . . . 164
6.43 Groupes politique et religion par Intérêt pour l’écologie . . . . . . . . . . . 165
6.44 Groupes politique et religion par Victimisation (Empathie animal) . . . . . 165
6.45 Groupes politique et religion par Degout pour la viande . . . . . . . . . . . 166

C.1 Abstraction du fonctionnement des théories de la condition animale . . . . 221

D.1 Opinion les végétariens sont plus intelligent . . . . . . . . . . . . . . . . . 223


D.2 Opinion le régime végétarien est civilisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
D.3 Opinion manger de la viande est primitif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
D.4 Se déclarer anti-spéciste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
D.5 Accepter de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie d’un seul homme . . . . 224

181
D.6 Se déclarer tolérent avec les non-végétariens . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
D.7 Accorder de l’importance au fait que plus de gens deviennent végétariens . 225
D.8 Accorder de l’importance au fait que ses amis partagent les valeurs végé-
tariennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

E.1 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=1 . . . . 226
E.2 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=2 . . . . 227
E.3 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=3 . . . . 227
E.4 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=1 . . . . 227
E.5 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=2 . . . . 228
E.6 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=3 . . . . 228
E.7 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=1 . . . . . . . 228
E.8 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=2 . . . . . . . 229
E.9 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=3 . . . . . . . 229
E.10 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=1 . . . . . . . 230
E.11 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=2 . . . . . . . 230
E.12 Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=3 . . . . . . . 230

F.1 Bande dessinée végétarienne, source : Association végétarienne de France . 243

182
Annexe A

Annexes : La méthode et le contexte


d’enquête

183
Les végétariens, leurs raisons, leurs pratiques
Cette étude est menée dans le cadre d'un travail de recherche au laboratoire Groupe d'Etudes pour une Europe de la Culture et de la Solidarité à l'Université Paris
Descartes.

Introduction

* Q1: Etes-vous un homme ou une femme ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Homme
Femme

* Q2: En quelle année êtes-vous né ?


ex: 1969 Écrivez votre réponse ici :

* Q3: Lequel de ces énoncés caractérise le mieux votre alimentation aujourd'hui ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Je mange peu de viande
Je ne mange pas de viande mais je mange parfois du poisson
Je suis végétarien
Je suis végétalien ou vegan

* Q4: Faites-vous parti d'une association de végétariens ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q5: Faites-vous parti d'une association écologiste ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q6: Etes-vous engagé dans un parti ou une association politique ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q7: Y a-t-il un évènement marquant à l'origine de votre passage au régime végétarien ou presque végétarien ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q8: Est-ce qu'une tierce personne a joué un rôle dans votre changement de régime alimentaire ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui' à la question 'Q8 ']
Q9: Cette tierce personne est-elle végétarienne elle-même ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q10: Connaissez-vous précisément les interdits alimentaires du régime végétarien ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait sûr
Oui, plutôt sûr
Non, pas vraiment sûr
Non, pas sûr du tout

Pratiques alimentaires
* Q11: A quel âge avez-vous limité votre consommation des aliments suivants :
Indiquez 99 si vous n'avez jamais limité
votre consommation pour l'aliment
concerné.
Indiquez 0 si vous n'avez jamais
consommé l'aliment concerné.

* Q12:

Avez-vous limité votre consommation "progressivement" ou "du jour au lendemain" concernant les aliments suivants:
Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
Viandes rouges Volailles Poissons Oeufs Lait
Progressivement

Du jour au lendemain

Pas de limitations

* Q13:

Votre régime alimentaire est-il devenu plus stricte avec le temps concernant les aliments suivants:
Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
Viandes rouges Volailles Poissons Oeufs Lait
Plus stricte

Stable

Moins stricte

Pas de limitations

* Q14: Quand avez-vous mangé les aliments suivants pour la dernière fois:
Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
Viandes rouges Volailles Poissons Oeufs Lait
Moins d'1 semaine

Entre 1 et 4 semaines

Entre 6 mois et 1 an

Plus d'1 an

* Q15: Aimiez-vous manger de la viande avant de changer de régime alimentaire ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, plutôt
Non, pas vraiment
Non, pas du tout
Je ne sais pas

* Q16: Aujourd'hui aimez-vous le gout de la viande ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, plutôt
Non, pas vraiment
Non, pas du tout
Je ne sais pas

* Q17: Avez-vous un sentiment de culpabilité lorsque vous repensez à l'époque où vous mangiez davantage de viande ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, plutôt
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

Diététique
* Q18: Avez-vous déjà eu des carences alimentaires depuis que vous êtes végétarien ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q19: Avez-vous appris à éviter les carences alimentaires dans le cadre d'un régime végétarien ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui au contact de végétariens
Oui au contact de non végétariens
Oui avec des livres, internet ou autres
Non

* Q20: Prenez-vous des compléments alimentaires (vitamines, fer, etc.) ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, souvent
Oui, rarement
Non

* Q21: Avez-vous des difficultés à appliquer votre régime végétarien au quotidien ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, surtout des difficultés de disponibilité des produits
Oui, surtout des contraintes sociales
Oui, surtout des difficultés monétaires
Oui, surtout des problèmes de santé
Non, pas vraiment de difficultés

* Q22: Vous est-il arrivé de faire des "pauses" dans votre régime végétarien ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, de quelques mois
Oui, de quelques jours
Oui, à certains repas
Non, jamais

* Q23: Savez-vous le nombre de Calories que vous devriez prendre par jour ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, mais seulement une vague idée
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui, tout à fait' à la question 'Q23 ']
* Q24: Cherchez-vous à respecter ce nombre de Calories ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tous les jours
Oui, mais pas tous les jours
Non, j'en prends davantage le plus souvent
Non, j'en prends moins le plus souvent

* Q25: Faites-vous attention à ne pas manger en trop grande quantité ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tous les jours
Oui, mais pas tous les jours
Non, rarement
Non, jamais

* Q26: Le mois dernier, avez-vous lu au moins un article ou consulté un site internet en rapport avec le végétarisme ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui' à la question 'Q26 ']
Q27: Dans quel but ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Apprendre
Me distraire
Participer à la diffusion du végétarisme

* Q28: Les 2 dernières semaines, combien de fois êtes-vous sorti le soir ou le week-end ?
Indiquez 0 si vous n'êtes pas sorti. Écrivez votre réponse ici :

La viande
* Q29: La vision d'une entrecôte saignante vous dégoute-t-elle ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, complètement dégouté
Oui, un peu dégouté
Non, cela ne me gène pas

[Répondez seulement à cette question si vous N'avez PAS répondu 'Non, cela ne me gène pas' à la question 'Q29 ']
Q30: A quel âge avez-vous commencé à être dégouté par la viande ?
Écrivez votre réponse ici :

* Q31: Lorsque vous voyez un morceau de viande pensez-vous facilement à l'animal ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q32: Pourriez-vous remanger de la viande ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Non, impossible
Non, très difficile
Oui, en se forçant un peu
Oui, pas de problème

* Q33: Considérez-vous que la viande ait un gout de cadavre ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout
Je ne sais pas

* Q34: Pourriez-vous manger des légumes qui auraient cuits avec des morceaux de viande ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q35: Faites-vous attention à ne pas consommer des produits dérivés de viande tels que gélatines, colorants, etc ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, très attention
Oui, un peu attention
Non, pas vraiment attention
Non, pas du tout

* Q36: Avez-vous déjà assisté au découpage d'une bête entière ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, de gros animaux
Oui, de volailles ou de poissons
Non

[Répondez seulement à cette question si vous N'avez PAS répondu 'Non' à la question 'Q36 ']
Q37: Régulièrement ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, souvent
Oui, à quelques occasions
Oui, rarement

* Q38: Selon vous l'homme est-il fait pour manger de la viande ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, modéremment
Non, très peu
Non, pas du tout

* Q39: Selon vous, manger de la viande est-il un acte primitif ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

Les animaux
* Q40: Trouvez-vous illogique ou révoltant que certains animaux soient tués pour être mangés et que d'autres soient considérés comme des membres de la famille ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q41: Selon vous, les animaux sont-ils à mettre sur le même plan que les humains ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q42: Etes-vous anti-spéciste (contre les inégalités entre les espèces animales) ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q43: Selon vous, est-il mal de tuer un animal ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui' à la question 'Q43 ']
* Q44: Cochez entre 1 et 3 réponses dans la liste suivante pour expliquer votre choix:
Veuillez choisir AU PLUS3 réponses :
Les animaux sont intelligents
Les animaux sont des êtres vivants
Les animaux sont gentils
Les animaux ont une conscience
Les animaux sont utiles
Les animaux sont sensibles à la douleur
Les animaux ont des sentiments
Les animaux sont beaux
Les animaux sont innocents
L'abattage des animaux produit de l'aggressivité chez l'homme
Autre

* Q45: Faites-vous parti d'une association de défense des animaux ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q46: Avez-vous déjà eu des animaux domestiques ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un ou deux
Non

* Q47: Pourriez-vous, dans le principe, consommer de la viande à condition que l’animal soit sain et mort de cause naturelle ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q47b: Seriez-vous prêt à sacrifier la vie de 500 chiens pour sauver celle d'un seul homme ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, mais la décision est difficile à prendre
Non, mais la décision est difficile à prendre
Non, hors de question

L'élevage intensif
* Q48: Etes-vous contre l'élevage intensif des animaux ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui' à la question 'Q48 ']
Q49: Cochez entre 1 ou 2 réponses dans la liste suivante pour expliquer votre choix:
Veuillez choisir AU PLUS2 réponses :
Les animaux ne sont pas des objets
Les animaux ont droit à la liberté
Les animaux sont malheureux en élevage
Les animaux subissent des mauvais traitements en élevage
Les élevages intensifs sont contre nature
Les élevages intensifs polluent
Les élevages intensifs produisent de la viande de mauvaise qualité
Autre

* Q51: Pensez-vous que l'abattage des animaux facilite l'apparition de comportements violents entre les hommes ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

* Q52: Etes-vous d'accord avec l'affirmation suivante: "Dotre société favorise la rentabilité au détriment de la qualité" ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait d'accord
Oui, un peu d'accord
Non, pas vraiment d'accord
Non, pas d'accord du tout
Je ne sais pas

* Q50: Pensez-vous que l'élevage intensif traite les animaux comme des objets ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

* Q53: Etes-vous d'accord avec l'affirmation suivante: "Un régime végétarien est plus civilisé qu'un régime comportant de la viande" ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait d'accord
Oui, un peu d'accord
Non, pas vraiment d'accord
Non, pas d'accord du tout
Je ne sais pas

* Q54: Votre régime alimentaire est-il une démarche personnelle avant tout, de l'ordre de l'intime ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

Avec les autres


* Q55: Avez-vous des amis végétariens ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, plus de deux
Oui, un ou deux
Non

* Q56: Est-il important que vos amis s'intéressent aux valeurs végétariennes ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, très important
Oui, assez important
Non, peu important
Non, sans importance

* Q57: Le mois dernier, avez-vous parlé de votre régime alimentaire avec d'autres végétariens ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q58: Le mois dernier, avez-vous parlé de votre régime alimentaire avec des non-végétariens ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q59: Est-il important pour vous que plus de gens deviennent végétariens ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, très important
Oui, assez important
Non, peu important
Non, sans importance

* Q60: Avez-vous déjà essayé de convaincre quelqu'un de devenir végétarien ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui' à la question 'Q60 ']
* Q61: Avec succès ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, plutôt en général
Non, pas vraiment en général

* Q62: Pensez-vous que le courant végétarien prendra plus d'importance dans les décennies ou les siècles à venir ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q63: Selon vous, les végétariens sont-ils plus intelligents ou plus éveillés que le reste de la population ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q83: Etes-vous tolérant avec les non-végétariens ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

Ecologie
* Q64: Vous sentez-vous concerné par l'écologie ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

[Répondez seulement à cette question si vous avez répondu 'Oui, beaucoup' à la question 'Q64 ']
Q65: A quel âge avez-vous commencé à vous intéresser à l'écologie ?
Écrivez votre réponse ici :

* Q66: L'écologie motive-t-elle votre régime alimentaire ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

* Q67: Achetez-vous des produits issus de l'agriculture biologique ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, rarement
Non, jamais

* Q68: Selon vous, un régime végétarien contribue-t-il indirectement à réduire la faim dans le monde ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui beaucoup
Oui un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout
Je ne sais pas

* Q69: Avez-vous déjà calculé votre "empreinte écologique" ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q70: Essayez-vous de contrôler la provenance des produits que vous achetez ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, souvent
Oui, parfois
Non, rarement
Non, jamais

* Q71: Savez-vous si le boeuf est plus riche en protéine que le soja ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Je ne sais pas
Le boeuf est plus riche en protéine que le soja
Le soja est plus riche en protéine que le boeuf

Santé
* Q72: Vous préoccupez vous de votre santé d'une manière générale ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

* Q73: La santé motive-t-elle votre régime alimentaire ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, pas du tout

* Q74: Etes-vous d'accord avec l'affirmation suivante: "Pour être en bonne santé, il faut manger de la viande" ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait d'accord
Oui, un peu d'accord
Non, pas vraiment d'accord
Non, pas d'accord du tout
Je ne sais pas

* Q75: Selon vous la viande vendue en supermarché est-elle saine ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q76: Trouvez que votre régime de type végétarien ait amélioré votre forme physique ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, beaucoup
Oui, un peu
Non, pas vraiment
Non, au contraire

* Q77: Pratiquez-vous une activité sportive de manière régulière ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q78: Comment vous sentez-vous dans votre corps ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Très à l'aise
Moyennement à l'aise
Plutôt mal à l'aise
Très mal à l'aise

* Q79: Conseilleriez-vous un régime végétarien à vos proches pour être en meilleure santé ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait
Oui, peut-être
Non, pas vraiment
Non, surtout pas

* Q80: Etes-vous d'accord avec l'affirmation suivante: "L'animal libère des substances toxiques dans sa viande au moment où il est abattu" ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, tout à fait d'accord
Oui, un peu d'accord
Non, pas vraiment d'accord
Non, pas d'accord du tout
Je ne sais pas

Renseignements divers
* Q81: Avez-vous déjà eu honte d'être un humain en voyant les dégats de l'homme sur les animaux et la nature ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q82: Avez-vous confiance dans le progrès scientifique pour l'avenir de l'humanité ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q84: Estimez-vous avoir été marqué par un évènement particulièrement fort ou traumatisant dans votre enfance ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non
Je ne sais pas

* Q91: Si vous aviez plus de temps libre, vous utiliseriez votre temps pour (2 réponses max):
Veuillez choisir AU PLUS2 réponses :
vous reposer, ne rien faire de précis
suivre des cours, chercher à améliorer votre situation professionnelle
découvrir ou pratiquer davantage des activités physiques ou sportives
découvrir ou pratiquer davantage des activités artistiques (musique, peinture...)
vous cultiver, développer vos connaissances générales
vous occuper davantage de vos enfants ou de votre famille
vous occuper de votre domicile (bricolage, jardinage...)
Autre

* Q85: Pensez-vous que l'argent soi important pour atteindre le bonheur ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui, très important
Oui, assez important
Non, peu important
Non, sans importance

* Q86: Où vivez-vous en ce moment le plus souvent ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Chez mes parents
Dans un logement indépendant seul
Dans un logement indépendant en couple
Dans un logement indépendant en colocation
Autre

* Q87: Quel est le numéro de département de ce logement principal ?


Écrivez votre réponse ici :

* Q88: Votre lieu d'habitation:


Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
Vous vivez actuellement dans: Idéalement vous voudriez vivre dans:
Une commune rurale

Une ville de moins 20.000 habitants

Une ville entre 20.000 et 100.000 habitants

Une ville de plus de 100.000 habitants

* Q89: Avez-vous une religion ?


Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Bouddhiste
Catholique
Juive
Musulmane
Orthodoxe
Protestante
Autre religion
Spiritualité sans lien avec une religion particulière
Pas de religion

[Répondez seulement à cette question si vous N'avez PAS répondu 'Pas de religion' à la question 'Q89 ']
Q90: Le végétarisme est-il conseillé par votre religion ?
Veuillez sélectionner SEULEMENT UNE réponse
Oui
Non

* Q92: Quel est le diplôme le plus élevé que vous ayez obtenu ? Ainsi que vos parents
Répondez approximativement si vous Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
n'êtes pas sûr.
Vous:Votre père:Votre mère:
Aucun diplôme

Diplôme inférieur au bac (CEP, BEPC, CAP, BEP, ...)

Baccalauréat général (philo, sciences, A, B, C, D, E, ...)

Baccalauréat technologique ou professionnel (F, G, H, etc.), brevet professionnel ou de technicien, autre brevet (BEA, BEC, BEI, etc.), capacité en droit

Diplôme universitaire de 1er cycle, BTS, DUT, diplôme des professions sociales ou de santé

Diplôme universitaire de 2ème cycle (licence ou maitrise)

Diplôme de 3ème cycle (y compris médecine, pharmacie, dentaire), diplôme d'ingénieur, d'une grande école

Je ne sais pas

* Q93: Parmi les catégories socioprofessionnelles suivantes, indiquez celle qui vous paraît le plus proche de la votre et de vos parents:
Remplissez approximativement si vous Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
n'êtes pas sûr.
Si vos parents sont retraités ou Vous:Votre père: Votre mère:
décedés, indiquez la dernière profession
Sans emploi
exercée.
Agriculteur

Petit commerçant, artisan, petit chef d'entreprise

Chef d'entreprise (+ 10 salariés)

Profession libérale (médecin, avocat, pharmacien...)


Cadre supérieur, ingénieur

Professeur, chercheur, profession des arts et du spectacle

Instituteur

Infirmier, kinésithérapeute, animateur, éducateur...

Cadre moyen

Technicien

Contremaitre

Employé de bureau

Policier, militaire

Employé de commerce

Personnel de service

Ouvrier qualifié

Ouvrier non qualifié

Etudiant

Autre

Je ne

* Q94: Vos opinions politiques et celles de vos parents se situent-elles plutôt... ?


Remplissez approximativement si vous Choisissez la réponse appropriée pour chaque élément :
n'êtes pas sûr.
Vous:Votre père:Votre mère:
Extrême gauche

Gauche

Centre gauche

Centre droit

Droite

Extrême droite

Ecologie

Apolitique

Je ne sais pas

Envoyer votre questionnaire.


Merci d'avoir complété ce questionnaire..
A.1 L’articulation quali/quanti

L’étude préliminaire avait pour thème l’étude les justifications des végétariens concer-
nant leurs pratiques, cela sous deux aspects principaux : raison et émotion. Une série
d’entretiens semi-directifs ont eu lieu avec 12 végétariens en région parisienne. N’étant
pas végétarien moi-même et ne connaissant pas de végétarien avant de début de l’étude,
le recrutement des informateurs s’est effectué par le biais de mon réseau de connaissance
personnelle, cette voie ayant assurée la plus grande partie des recrutements. L’autre partie
des recrutements ont eu lieu par le biais du site Internet de l’association des végétariens
de France.
Ce recueil de données avait abouti à une typologie des raisons des végétariens :

1. Le dégout pour la viande

2. L’égalité homme/animal

3. L’écologie

4. La santé

Ces croyances ont été réinscrites dans le cadre plus large d’un mode de raisonnement
individuel cohérent. A partir de ce niveau d’abstraction ont pu être détaillées les rela-
tions entre ces différentes croyances : la proximité entre chacune, le passage de l’une à
l’autre, les croyances sous-jacentes partagées telles que l’opposition à l’éthique capitaliste,
l’utilitarisme, la civilisation, etc. Les différences entre les principes abstrait et application
concrète ont également été détaillées.
L’enquête quantitative réalisée s’inscrit dans la continuité de l’enquête préliminaire.
Elle s’appuie directement sur ses résultats mais elle emploie des moyens différents. L’étude
préliminaire a joué un rôle exploratoire permettant de connaitre le terrain afin de pré-
parer le contenu du questionnaire et la manière dont celui-ci allait être analysé. L’étude
quantitative se présente comme l’achèvement et se positionne plutôt dans la vérification,
la pondération, la corrélation des idées entre elles et la corrélation entre les idées et les
pratiques.

193
A.2 Mise en place de la méthode quantitative

Le nom choisi pour le questionnaire était : ”Les végétariens, leurs raisons, leurs pra-
tiques”. Ce titre a fait l’objet de test en conditions réelles sur le terrain d’une manifestation
pour la cause animale. Celui-ci a été gardé car les retours des personnes interrogée étaient
très bon, il mettait en confiance et était bien compris. Sa formulation neutre, sans verbes
ni adjectifs, à l’avantage de ne pas induire un point de vue particulier quant à son contenu
tout en restant proche des thèmes effectivement abordés.
La méthode quantitative choisie est un questionnaire à choix fermés diffusé sur Inter-
net. Plusieurs raisons ont orienté ce choix :
– Un questionnaire permet de recueillir dans un cadre stricte les réponses des infor-
mateurs, ce qui permet ensuite leur traitement systématique.
– Un questionnaire à choix fermés permet de confirmer l’aspect stricte du cadre de
réponse et un tel questionnaire est aussi plus rapide à remplir pour les intéressés.
– La diffusion par Internet permet de gagner du temps par rapport à une diffusion
papier, il n’y a pas d’étape de saisie, l’étape de recodage est beaucoup rapide. La
diffusion par Internet permet aussi surtout de toucher plus de personne qu’il n’aurait
été possible de toucher par une diffusion physique, cela est particulièrement vrai dans
le cas de notre population qui est très dispersées.
Pour diffuser et recueillir les réponses sur Internet il a fallu trouver une solution
technique de publication. Nos recherches nous ont mené vers le logiciel ”Lime Survey”
(http ://www.limesurvey.org/). Ce logiciel est distribué gratuitement et en ”open source”
sur Internet, son fonctionnement est simple et répond bien aux besoins de la présente
enquête.
Un hébergement Internet a donc dut être contracté pour installer ce logiciel. Voici son
adresse : http ://vegesurvey.ovh.org/
Le questionnaire avec ses questions et ses choix de réponses est conçu via une inter-
face web puis le questionnaire est publié sur Internet et directement accessible par les
internautes. Plusieurs garanties sont disponibles afin de vérifier qu’une personne ne peut
remplir un questionnaire qu’une seule fois.

194
Les questionnaires directement remplies sous forme électronique sont ensuite importés
dans le logiciel de traitement statistique. Le choix du système de traitement statistique
à fait l’objet de recherche. Notre choix s’est arrêté sur SAS car ce logiciel est très pro-
fessionnel, utilisé dans de nombreuses entreprises, il est capable de s’adapter à de très
nombreux types d’enquêtes et est même souvent utilisé comme outil d’aide à la décision.
Fondé sur des commandes proches d’un langage de programmation, son utilisation est plus
complexe et demande un temps d’apprentissage plus élevé que d’autres logiciels passant
par une interface traditionnelle mais il est plus flexible.
Nous avons principalement utilisé les techniques statistiques suivantes pour mettre
en évidence les corrélations entre variables : les tableaux croisés, les variables tests, les
analyses factorielles, les analyses par régression.
Nous avions choisi de ne pas dépasser les 100 questions afin de ne pas dissuader les
informateurs de répondre. Ce chiffre a été suffisant pour rendre compte des hypothèses
dégagées durant l’étude préliminaire.
Nous avons fait le choix choisi d’élargir la population d’enquête à toutes les personnes
tentant de manger peu de viande ou se sentant proche du courant végétarien, ainsi qu’aux
végétaliens. Ces critères plus larges ont permi de toucher une population plus grande,
facilitant ainsi l’enquête. Ce choix a également produit un spectre plus large de pratiques
ce qui a permi la comparaison des différents ”stade” du végétarisme. Ainsi nous avons pu
mesurer les différences de point de vue entre un végétarien expérimenté et une personne
pas tout à fait végétarienne. C’est en étudiant des cas limites que l’on peut comprendre
un phénomène, ses conditions d’apparition, son fonctionnement.

A.3 Recherche de végétariens

Le recherche de personne en mesure de répondre au questionnaire s’est déroulée par


l’intermédiaire d’associations végétariennes ou d’association de défense des animaux. Les
végétariens approchés durant la phase préliminaire ont également transmis le question-
naire dans leur entourage. L’objectif initial était de toucher environ 500 personnes pour
avoir une base de travail utilisable. Avec 827 questionnaires l’objectif est largement dé-

195
passé et il s’avère que ce chiffre est un minimum pour avoir une certaine liberté dans la
réalisation de tableaux ayant une valeur statistique.
Les contacts avec les représentants des associations ont été principalement prit par
Internet pour des raisons de faisabilité. Nous comptions sur la forte demande d’expres-
sion des associations militantes pour la diffusion du questionnaire. Voici une liste des
institutions ayant été contactées pour transmettre le questionnaire :
– L’association des végétariens de France (alliance végétarienne)
– La société protectrice des animaux (SPA)
– L’association Animal Amnistie
– L’association Green Peace
– L’association WWF
– Les informateurs qui avaient participé à l’étude préliminaire
– Le réseau Cahiers Anti-Spécistes
– Les sites de restaurants végétariens
– L’associations suisse pour le végétarisme
– L’association Auvergne Végétarienne
– Les sites ”euroveg.eu” et ”veggiepride.org”
– Les étudiants de plusieurs facultés parisiennes
– Des connaissances dans notre entourage
De plus des prospectus ont été posés dans des restaurants végétariens et des universités.
Il est a noter que le choix de passer par le réseau d’associations militantes n’est pas sans
conséquences sur l’enquête. La population touchée est largement militante pour la cause
animale et la population végétarienne non-inscrite dans ces réseaux sera sous-représentée.
Il est ainsi possible que la population soit plus ”extrême” que le serait la population
végétarienne prise dans son ensemble. Cependant le nombre important de questionnaire
rempli nous permette de prétendre à une représentativité correcte pour beaucoup de points
traités dans l’étude.

196
A.4 Craintes des végétariens à propos de cette étude

Nous pouvons globalement faire état d’une certaine méfiance des végétariens envers les
études menées à leur sujet, paradoxalement mêlée à une forte volonté de faire connaitre le
végétarisme et de participer à ce type d’initiative. En effet la diffusion du questionnaire
s’est accompagnée de nombreuses demandes dans le but d’obtenir des précisions sur nos
objectifs, des plaintes sur certaines questions, de nombreux messages sur les forums pour
commenter le contenu du questionnaire.
La conséquence malheureuse fût le refus de l’Associations des végétariens de France
de diffuser le questionnaire jugé ”non satisfaisant”. Concrètement le questionnaire n’a pas
été diffusé sur la liste de membre de l’association, seul l’accès aux petites annonces du
site nous a été autorisé, ce qui était tout même mieux que rien.
En effet certaines questions du questionnaire ne convenaient pas à la direction de l’as-
sociation, les raisons en étaient relativement floues mais on peut citer le fait que certaines
questions étaient selon eux ineptes ou insensées, notamment celle demandant de choisir
entre la vie d’un seul homme et la vie de cinq cent chiens ou celle portant sur le fait d’avoir
vécu un évènement marquant dans son enfance. Ils semblaient avoir peur que l’étude ne
soit détournée de son objectif initial pour servir les intérêts d’industriels ou de syndicats
d’éleveurs. Ces réticences nous laissent interrogatifs et nous ne pouvons que nous associer
à leur souhait car tel n’est pas le but de cette étude.
Le choix a été fait de ne pas modifier le contenu du questionnaire à la suite de ces
remarques et d’en assumer les conséquences. Cela tout d’abord par soucis d’indépendance
mais aussi surtout parce que ces questions sont comme nous l’avons vu d’une importance
cruciale pour comprendre le végétarisme.

A.4.1 La question traitant des 500 chiens

Prenons le cas de cette question proposant de peser la vie humaine par rapport à la vie
animale. La crainte était semble-t-il que l’on pense que les végétariens donnaient moins
d’importance à la vie humaine que le reste de la population.
On peut employer la métaphore de la balance pour bien comprendre cette question.

197
Une balance fonctionne de manière relative, elle ne fait que comparer deux valeurs, elle
ne nous renseigne pas sur la valeur absolue des objets. Le risque de cette question est de
penser que les végétariens accordent moins d’importance ”absolue” à la vie humaine que
les non-végétariens. Le résultat statistique est que plus les personnes donnent du poids à
la vie animale, moins elles mangent de viande.
Ce résultat est encourageant car il montre que les personnes donnant le poids le plus
important à la vie animale modifient leurs actes en conséquence. S’il n’en avait pas été
ainsi, c’est à dire si les personnes donnant le plus de poids à la vie animale ne modifiait
pas leurs pratiques pour autant, alors on aurait pu penser que la valeur absolue donnée à
la vie animale n’était pas plus élevée que dans la population non-végétarienne, mais qu’à
l’inverse c’était la vie humaine qui avait une importance moindre à leurs yeux. Hors, il
n’en est rien.
La conséquence sur le plan logique de cette question n’est pas de prouver que les végé-
tariens n’accordent pas moins d’importance à la vie humaine que le reste de la population,
mais elle ne prouve pas le contraire. En allant plus loin elle montre même de manière dif-
ficilement contestable que si les végétariens accordent du poids à la vie animale, ils n’en
accordent pour autant pas moins à la vie humaine.

A.4.2 La question de la sensibilité

Nous avons vu que la sensibilité et les émotions étaient indissociables des raisons
”intellectuelles” du végétarisme. Cette notion était également une source de craintes avec
la caricature de la ”sensiblerie” des végétariens.
Un point important de notre étude était en effet de montrer que la sensibilité possède
un rôle moteur dans la remise en question précédant l’adoption du végétarisme. Les émo-
tions engagent la révision des valeurs et des modèles de pensée. Mais il ne s’en suit pas
qu’il faille tomber dans la caricature.
Car nous avons également montré que raisons et émotions sont inextricablement liés,
elles avancent l’une avec l’autre et mettre l’accent sur le rôle moteur de l’une ne revient
pas à diminuer l’importance de l’autre. Nous avons en effet vu que des bases éthiques et

198
philosophiques sérieuses existaient pour supporter le végétarisme. De plus la population
végétarienne est une population plus diplômée et de catégorie sociale plus élevée que le
reste de la population. Enfin, signalons tout simplement que la sensibilité est ce qui nous
sauve de la barbarie et de l’indifférence.

199
Annexe B

Annexes : La perspective historique


eliasienne

B.1 L’évolution sociale du contrôle de soi

Le thème développé par Norbert Elias dans Über den prozess der Zivilisation a été
d’une grande inspiration dans cette étude. Dans cet ouvrage classique Elias défend la
thèse selon laquelle les sociétés occidentales sont soumises depuis la fin du moyen âge à
un processus de civilisation de leurs manières. Ce processus consiste en une relégation
derrière les décors de la vie sociale des « manifestations pulsionnelles » des individus.
S’appuyant sur des traités de savoir vivre de la fin du moyen-âge, Elias réfute la thèse
souvent défendu par le sens commun selon laquelle l’évolution des pratiques serait liées
à l’hygiène. L’explication avancée par Elias pour expliquer ce changement progressif de
mœurs serait que les sociétés occidentales auraient été sujettes à « une différenciation de
plus en plus poussée des fonctions sociales sous la pression accrue de la compétition »
[Elias(2006 (1939))].
La compétition entre les hommes auraient entrainée, à des fins d’efficacité, une plus
grande spécialisation des tâches sociales accomplies par les différents individus. Chacun
étant spécialisé dans une tâche sociale relativement restreinte, les individus auraient été
progressivement mis en situation de dépendance les uns envers les autres pour la réalisation

200
de leur existence. Et ainsi toujours plus dépendant les uns des autres, les hommes auraient
été amenés à régler avec plus de fermeté leurs comportements sociaux pour maintenir cette
structure complexe. Deux conséquences majeures seraient issues de ce phénomène :
Premièrement, une régulation plus fortes des pulsions des individus, dont l’une des
conséquences directe est l’augmentation du seuil de la sensibilité de ce qui toléré et de ce
qui ne l’est pas en société. Certains comportements violents ou impulsifs, que cela soit
dans la joie comme dans la peine, ne sont plus acceptés en société.
Secondement, un développement accru de la rationalité des individus. Elias entend ici
le terme rationalité dans le sens d’actions conscientes orientées vers une fin. Les individus
seraient poussés par leur nouvelles dépendances à anticiper d’avantage les conséquences
de leurs actes.
Elias prend l’exemple de la société de cour qui, étant dirigés par un souverain ayant tous
les pouvoirs, aurait mis les courtisans dans une situation de dépendance sociale accrue. Les
courtisans auraient été contraints par la force des choses à adopter des manières courtoises
et policées dans le but de le séduire et d’en obtenir les bonnes grâces. Pour étayer son
argumentation Elias s’appui en grande partie sur l’étude des manières de table en vigueur
à la cour du roi en France et en Allemagne.
Parmi ces nouvelles « mœurs civilisées », le végétarisme aurait une place de choix.
Elias présente le processus de civilisation sous la forme d’une loi universelle qui, malgré
des irrégularités et des contradictions parfois, relèverait d’une grande tendance historique
entrainant les sociétés occidentales vers des pratiques toujours plus civilisées. Cette théo-
rie met en scène un mouvement qui domine les individus de l’extérieur. L’expression de
certains comportements liés aux fonctions naturelles étant de plus en plus réprimés socia-
lement, celles-ci passeraient progressivement de la sphère public vers la sphère privée.
Ainsi l’éducation donnée aux jeunes enfants jouerait un rôle crucial :

« L’enfant est « conditionné » dès sa prime jeunesse en vue de cette réserve


et de cette habitude de prévoir dont il aura besoin pour exercer un jour les
fonctions d’adulte. Cette réserve, cette régulation de son comportement et de
son économie pulsionnelle lui sont inculquées de telle manière qu’elle donne

201
naissance, dans son psychisme , à une sorte de « relais » des normes sociales,
à une autosurveillance spontanée des pulsions, selon les normes et modèles
sociaux en vigueur, à une raison, à un sur-moi plus différencié et plus per-
manent, et que le refoulement de ses pulsions et penchants n’accède que très
partiellement à sa conscience. » [Elias(2006 (1939))]

Les parents et tout l’entourage de l’enfant lui transmettent très tôt de manière plus
ou moins explicite des règles de vie en société. Ces règles sont intériorisées par l’enfant
qui les reproduira à son tour à l’âge adulte. Les pratiques sont ici associées à une culture
de groupe intériorisée par l’individu lors d’une phase de socialisation. Ce mécanisme de
transmission joue un rôle évident dans la reproduction des mœurs qu’il ne s’agit pas de
remettre en cause ici. Mais cette vision du social s’imposant de l’extérieur à l’individu et
le guidant à son insu fournit une vision macroscopique et uniforme d’un processus plus
complexe.
S’en tenir à ces explications laissent bien des points en suspend. Il ne faut pas ignorer
que l’individu est capable d’un regard critique sur son éducation, que certaines pratiques
apprises sont conservées et d’autres abandonnées, que des changements de mode de vie
interviennent plus tard et font intervenir d’autres mécanismes que l’éducation. Regarder
de plus près, si l’on peut dire, les mécanismes sociaux nous donne des renseignements
complémentaires qu’il ne serait pas possible de discerner à une échelle plus large.
Elias met en avant les mécanismes d’agrégation des comportements, le mouvement de
l’histoire des mœurs décrit n’est pas directement causé par la « nature » de l’homme au
sens biologique, ni par la rationalité des hommes, mais par l’agrégation de faits à l’échelle
de la société entière.

« Cette interprétation fondamentale des plans et des actes humains peut


susciter des transformations et des structures qu’aucun individu n’a projetées
ou créées. L’interdépendance entre les hommes donne naissance à un ordre
spécifique, ordre plus impérieux et plus contraignant que la volonté et la raison
des individus qui y président. » [Elias(2006 (1939))]

On trouve un exemple de pont entre la nature humaine bas niveau et l’effet émergeant.

202
Elias explique la civilisation par la spécialisation et la rationalisation constante, rendu
possible grâce à la création d’Etat de monopole, lui même dût à la concurrence entre les
seigneurs et donc entre les hommes d’une manière générale, et donc lié aux vanités et au
besoin de pouvoir des hommes, ce dernier étant présenté comme « naturel ».
Cette théorie possède un pouvoir de conviction assez important car celle-ci est cohé-
rente. Chaque élément amène logiquement le suivant selon un ordre qui est compréhensible
et vraisemblable. Lorsque ces étapes sont abordées on peut aisément imaginer un modèle
dans lequel les seigneurs s’affronterait gagnant les terres des uns et des autres, gagnant
toujours plus de monopole jusqu’à la création d’un Etat central qui permettrait l’élabo-
ration de chaines de dépendance plus longue et plus complexe, impliquant une régulation
plus forte des pulsions dans cet espace pacifié.
D’après Elias la rationalité individuelle est tout à fait secondaire. Il n’existe effective-
ment pas de plan général de l’histoire qui aurait été pensé par un ou plusieurs individus
dans un but précis. Mais pourtant l’étude des raisons des individus et des représentations
individuelles ou collectives nous renseigne sur ces processus d’évolution sociale. Celle-ci
nous semble sous-estimée chez Elias :

« C’est là un des traits caractéristiques de la modification de l’appareil psy-


chique par la civilisation que la régulation plus différenciée et plus prévisible
du comportement de l’individu lui est inculquée dès sa plus tendre enfance et
qu’elle devient une sorte d’automatisme, d’« autocontrainte », dont il ne peut
se défaire même s’il en formule dans sa conscience le vœu. » [Elias(2006 (1939))]

B.2 La notion de civilisation

Ce terme dérive du mot « civilisé » en opposition aux adjectifs « sauvage » ou « bar-


bare ». Elias y ajoute avec ce suffixe l’idée d’un processus, une action qui se poursuit dans
le temps. Il insiste par là sur le fait que l’état « civilisé » de certaines mœurs n’est pas
quelque chose de statique. Celles-ci se « civilisent » de plus en plus, elles évoluent vers un
état toujours plus « civilisé ».

203
Cette notion est au cœur de la thèse défendue par Elias.

« La notion de « civilisation » se rapporte à des données variées : au degré


de l’évolution technique, aux règles du savoir-vivre, au développement de la
connaissance scientifique, aux idées et usages religieux. Elle peut s’appliquer
à l’habitat et à la cohabitation de l’homme et de la femme, aux méthodes de
répression judiciaire, à la préparation de la nourriture, et – à y regarder de
près – à tout ce qui peut s’accomplir d’une manière « civilisée » ou « non-
civilisée »[...]
Le terme résume l’avance que la société occidentale des deux ou trois der-
niers siècles croit avoir prise sur les siècles précédents et sur les sociétés contem-
poraines « primitives ». C’est par ce même terme que la société occidentale
tente de caractériser ce qui la singularise, ce dont elle est fière : le développe-
ment de sa technique, ses règles de savoir-vivre, l’évolution de sa connaissance
scientifique et de sa vision du monde, et beaucoup d’autres choses de ce genre »
[Elias(2002 (1939))]

Dans cette première définition le terme est placé dans son contexte culturel et em-
ployée en tant que tel. Elias y insiste sur les variations du sens du mot selon les pays
et les langues européennes. Secondement cette notion peut référer aux pratiques visant à
ce qu’Elias désigne sous l’expression « régulation des pulsions ». Il faut entendre par là
les manifestations de la nature biologique, corporelle de l’homme. Le terme prend ici une
valeur objective avec l’idée qu’il existerait vraiment une échelle des pratiques fondée sur
la proximité plus ou moins grandes avec un état « naturel » ou « originel » des compor-
tements humains, même s’il insiste sur le fait qu’une étape originelle n’a jamais vraiment
existé. La civilisation serait le processus d’éloignement de plus en plus fort de nos mœurs
par rapport à un état supposé naturel.
Ces deux sens qui se juxtaposent rendent parfois la lecture de l’ouvrage ambigüe. En
effet le second sens plaçant les sociétés occidentales en position d’être plus civilisée que les
autres repose sur un socle idéologique discutable et des auteurs tels que Daniel Gordon
et Hans-Peter Duerr en ont déjà largement critiqué les fondements ethnocentristes. Pour

204
Duerr, Elias aurait mal choisi et pas assez contextualisé son corpus de documents histo-
riques. La civilisation est prise par Duerr au sens des interdits réglant la vie en société. La
société occidentale ne serait pas plus civilisée qu’une autre, elle serait civilisée différem-
ment. La pensée ethnocentriste critiquée serait une idée reçue qui découlerait du courant
intellectuel faisant état du désenchantement du monde notamment par Nietzsche, Freud,
Simmel et Weber [Duerr(1998 (1988))]. Cette vision désenchantée du monde s’exprime
chez Elias dans ces mots :

« [l’homme civilisé] Sa vie est, dans un certain sens, moins périlleuse, mais
aussi moins passionnée et moins plaisante, du moins en ce qui concerne la
satisfaction immédiate des appétits. Pour suppléer aux frustrations de la vie
quotidienne, on se réfugie dans le rêve, dans les livres, dans l’image : c’est
ainsi que la noblesse en voie de curialisation (Verhöflichung) se met à lire
des romans de chevalerie, que le bourgeois va admirer la violence et la pas-
sion de l’amour au cinéma. [...] Souvent, elle s’accompagne de troubles plus
ou moins importants, de révoltes d’une partie de l’homme contre une autre,
d’atrophies permanentes qui entravent ou empêchent l’exercice de ses fonctions
sociales. Les « oscillations verticales » – si on peut se servir de cette image –,
les brusques alternances de peur et de plaisir, de jouissance et de pénitence,
se font plus rares. La « fêlure horizontale » qui traverse l’être dans toute sa
largeur, la tension entre le Surmoi et l’« inconscient » ou le « subconscient »
s’aggravent. » [Elias(2006 (1939))]p.198

B.3 Civilisation et végétarisme

Dans la perspective d’Elias le végétarisme est une pratique hautement civilisée qui
s’inscrit dans l’évolution « naturelle » des sociétés à Etat centralisé. Ainsi il constituerait
l’une des pratiques les plus abouties du processus de civilisation et bien qu’encore marginal
il aurait vocation à se diffuser largement dans les décennies et les siècles à venir.

« [...] beaucoup se sentiraient de nos jours mal à l’aise s’ils devaient décou-

205
per ou si d’autres découpaient sur la table des moitiés de veaux et de porcs ou
des faisans ornés de leurs plumes.
Il existe même des « gens si délicats » [...] que l’étalage d’un boucher et
de corps d’animaux morts leur est pénible ; il en est d’autres qui refusent
pour des raisons de sensibilité rationalisée de consommer de la viande. Mais
il s’agit là d’un déplacement du seuil de la sensibilité dépassant nettement les
normes de la « société civilisée » du XXe siècle, qu’on considère pour cette
raison comme « anormal ». On ne saurait oublier pourtant que ce sont des
déplacements de ce genre qui ont abouti, dans le passé, à la modification des
normes en vigueur, s’ils allaient dans le sens de l’évolution sociale générale et
que la réaction affective que nous venons de relever s’inscrit parfaitement dans
l’évolution passée.
L’orientation de cette évolution ne saurait faire le moindre doute : alors
que la norme du départ considérait la vue d’une bête tuée et son dépeçage
sur la table comme agréables ou du moins comme nullement déplaisantes,
l’évolution s’oriente vers une autre norme qui postule qu’on oublie autant que
possible qu’un plat de viande a quelque rapport avec un animal mort. Une
bonne partie de nos plats de viande sont préparés et coupés de telle manière
qu’en les dégustant on se rend à peine compte de leur provenance.
Nous verrons par la suite que les hommes s’appliquent, pendant le « proces-
sus de civilisation », à refouler tout ce qu’ils ressentent en eux-mêmes comme
relevant de leur « nature animale » ; de la même manière, ils le refoulent dans
leurs aliments. » [Elias(2002 (1939))] p.256-257

Les sociétés s’éloigneraient toujours plus d’un état d’animalité antérieur. Mais la vision
d’Elias n’est pas tout à fait téléologique, la société ne va pas vers un point donné, elle
évolue sans fin, la société n’est pas « intelligente », elle évolue d’après des caractéristiques
structurelles, qui la programment pour aller dans un certain sens mais de manière parfois
chaotique.

206
Cet état d’animalité se manifesterait ici dans l’alimentation par la consommation de
viande à partir d’animaux entier. L’animal entier est vu sous une forme « brute » par
opposition à la forme « sophistiquée » découpée. Nous reviendrons préciser ce point en
conclusion de l’étude.
L’idée que la consommation de viande depuis l’animal entier soit moins civilisés que
la consommation de viande depuis des morceaux est assez discutable car cela dépend de
la grille de lecture du monde dont dispose les individus pour appréhender la réalité. On
pourrait en effet objecter que la viande découpée en morceaux pourrait être vu comme
une scène plus « barbare » que la vue de l’animal entier. Ce type de jugement semble
bien dépendant des représentations en vigueur dans la société et semble aller dans le sens
d’une civilisation plus relative, moins universelle.
Cette séparation entre ce qui est sauvage et ce qui est civilisé reprend le sens objectif
décrit plus haut. Ce n’est plus l’avis de l’occidental sur ses pratiques, c’est le classement
objectif des pratiques selon un axe civilisé/non civilisée en fonction de la force d’auto-
contrôle des pulsions s’appliquant. Elias est sur ce point très proche de la théorie freudienne
de la psychologie à laquelle il fait souvent référence avec le principe de tension entre le ça,
le moi et le surmoi.
Elias explique la disparition progressive de la présence d’animaux entiers par le pro-
cessus de civilisation rendant toujours plus pénible la présence d’élément rappelant la
provenance de la viande mais aussi par la diminution de la taille des ménages ainsi que la
division des tâches en production et transformation qui passeraient aux mains de spécia-
listes.
Il n’y aurait qu’une différence de degrés entre des stades d’une évolution de la sensibilité
entre la présence d’animaux entiers, puis d’animaux prédécoupés éloignés de la vue des
convives, puis d’animaux étant découpés en cuisine uniquement, puis d’animaux n’existant
plus jamais sous leur forme entière même dans les cuisines des ménages, puis la disparition
progressive des animaux en tant qu’aliment.
L’expression d’Elias au sujet du végétarisme : « il en est d’autres qui refusent pour
des raisons de sensibilité rationalisée de consommer de la viande », est très intéressante.

207
Cette expression n’est pas commentée mais on peut comprendre si l’on se réfère à la théorie
d’Elias que le déplacement du seuil de la sensibilité est la cause première du végétarisme,
avant les idées et la réflexion que peuvent en avoir les individus. La rationalité est présentée
comme artificielle et postérieur au déplacement du seuil de la sensibilité. La rationalité
serait une justification de l’individu pour lui-même, qui ne possèderait pas de rôle causal
dans l’adoption du végétarisme ni dans son maintien dans le temps. Pascal l’exprime par
la formule suivante, en parlant de la voie de l’affect : « cette voie est basse, indigne et
étrangère : aussi tout le monde la désavoue ».

208
Annexe C

Annexes : La philosophie de la
condition animale

Pour réaliser cet exposé nous nous sommes appuyés sur le travail de différents auteurs
philosophes ayant traités de la condition animale, et aussi sur leurs commentateurs. Nous
en présenterons les principales tendances et les commenteront.
Beaucoup des philosophes écrivant aujourd’hui sur la condition animale sont anglo-
phones et cette tradition remonte à Jeremy Bentham. Ces auteurs contemporains sont
pour la plupart des philosophes militants de la ”cause animale” et défendent très majo-
ritairement des thèses allant dans le sens de la condamnation de l’attitude présente de
l’homme envers l’animal. Nous n’avons donc pas à faire à un débat neutre, les thèses défen-
dues sont très orientées et possèdent des implications concrètes très fortes, nous sommes
dans le domaine de l’éthique appliquée.
La condition animale pose un vrai problème d’évaluation dans le sens où elle introduit
de la discontinuité là où il y avait égalité et uniformité. La multitude d’espèce plus ou
moins conscientes, plus ou moins sensibles augmente la discrétisation des faits à classer.
Là où l’homme induit une solution simple à partir du moment où l’on a reconnu l’unité de
la race, les animaux introduisent une multitude de graduations dont il est même difficile
de dire si elles se trouvent sur le même axe.

209
C.1 Les absolutistes et le point de départ de la remise

en question

Nous commencerons par présenter le courant le plus minoritaire et quasiment inexis-


tant dans le débat intellectuel contemporain sur la condition animale. Il est intéressant
de commencer par présenter ce courant car il sert souvent de fondement sur lequel se
construisent par opposition les autres théories philosophiques. Le terme d’”absolutiste”
n’apparait pas en tant que tel dans les débats portant sur la question animale mais nous
l’utiliserons néanmoins pour désigner la famille de théories fondées sur l’idée que l’homme
peut légitimement disposer des animaux et plus largement de ce que l’on nomme ”la na-
ture” et cela par un ”ordre des choses” qui dépasse l’homme. Ce courant est en réalité plus
une construction contemporaine servant de point de départ à des théories contestataires
qu’une réelle théorie uniforme.
On trouve des traces de cette théorie chez les philosophes grecs classiques, dans la
doctrine religieuse judéo-chrétienne et dans d’autres religions. Elle est aussi souvent asso-
ciée au ”sens commun” contemporain. Ce fameux ”ordre des choses” peut varier selon les
cas, cela peut être la volonté d’un dieu, un ordre immuable de la nature, une supériorité
évidente de l’homme sur l’animal, une interprétation de la théorie de l’évolution plaçant
les espèces en compétition, etc.
On peut citer à titre d’illustration historique Thomas d’Aquin qui met en avant le
fait qu’il est dans l’ordre divin que les végétaux servent les animaux, et que les animaux
servent à leur tour les hommes. S’appuyant sur des arguments religieux pour définir cet
ordre immuable, il met aussi l’accent sur l’importance que l’homme asservisse l’animal
avant tout pour sa propre survie.
Nombreux sont les auteurs contemporains qui partent de ces théories absolutistes,
pour en pointer du doigt le côté arbitraire avant de proposer une théorie présentée comme
meilleure, plus juste, plus vraie, car s’appuyant sur une explicitation. On peut citer Flo-
rence Burgat ([Burgat(1997)], [Burgat et Dantzer(2001)]) pour les francophones ou encore
Peter Singer ([Singer(1997)], [Singer(2004a)]) pour les anglophones.

210
L’arbitraire de ces théories est souvent utilisé de manière caricaturale pour discréditer
l’attitude actuelle de l’homme envers l’animal. Ces auteurs mettent en avant la stupidité
qui serait associée à l’application de ces règles arbitraires. C’est le manque de justifica-
tion pour expliquer un comportement qui est pointé du doigt : Quelle légitimité possède
l’homme pour agir sur la vie des animaux ? Ces philosophes interrogent le système actuel
occidental sur son bien-fondé à manipuler la vie animale. Un parallèle est effectué entre
l’absolutisme, souvent désigné sous le terme ”spécisme”, et le ”racisme” ou le ”sexisme”.
Une des accusations classiques est que ce système trouve sa légitimité dans sa propre
existence. C’est-à-dire que la seule justification que le système puisse donner pour se
maintenir est que ”les choses fonctionnent comme cela”, ”on a toujours fait comme ça”, ce
qui revient à une tautologie. Bien que ces accusations soient quelque peu exagérées, il faut
reconnaitre le manque d’explicitation des idéologies défendant une relative domination de
l’homme sur l’animal. Un élément d’explication pourrait être que ce système très bien
implanté et peu remis en cause par une critique restant marginale, se justifie sans grand
effort de la manière la plus simple.
Un point intéressant qu’il faut relever est que les théories absolutistes sont souvent
attribuées au passé, comme une sorte de tradition qui viendrait à l’homme du fond des
âges et dont seuls les descendants obscurantistes en seraient toujours les héritiers. Or au
cours de l’histoire, la condition animale a toujours fait l’objet de question. Ainsi l’on trouve
dès la Grèce antique des courants de pensée qui accréditaient ou au contraire refusaient
l’utilisation de l’animal par l’homme. De nombreux textes de toutes époques font ressortir
ces questions relatives à la traite des animaux. Attribuer une idée au passé est dans le
contexte actuel un moyen de la discréditer. Quant à l’utilisation de l’animal, celle-ci est en
constante évolution et ce sont avant tout les techniques d’élevages intensifs, relativement
récents et en déclin, qui sont pointées du doigt.

211
C.2 La recherche de critères légitimes impliquant des

égards particuliers

En réaction à l’arbitraire relié uniquement à l’espèce, plusieurs auteurs ont cherché à


déterminer les critères légitimes impliquant des égards particuliers aux entités composants
le monde. La célèbre formule de Bentham :

”la question n’est pas : peuvent-ils [les animaux] raisonner ? ni : peuvent-ils


parler ? mais : peuvent-ils souffrir ?”

résume bien les principaux critères envisagés pour accorder des égards. Nous parlons
d’”égards” pour désigner un traitement particulier valorisé, c’est-à-dire un système pondéré
attribuant à certaines actions une valeur positive et à d’autres une valeur négative.
Les critères de raison et de parole sont en général traités simultanément de part l’analo-
gie qu’ils présentent. L’idée est que cette caractéristique de raison impliquerait des égards
par rapport de réciprocité et de dépendance entre des êtres. On retrouve l’idée du contrat
social de Rousseau qui lierait les êtres doués de raison. Ce critère entraine le fait que les
actions valorisées positivement seront celles qui vont dans le sens de l’intérêt de l’être, on
peut parler de liberté, une liberté bornée car la liberté d’un être s’arrête là où commence
celle des autres. On prend en compte les buts de l’entité, les objectifs de sa vie. Ce modèle
introduit des droits et des devoirs à tous les individus entrant dans le champs du contrat
social.
Le critère de sensibilité à la douleur est une orientation différente. Dans ce cas c’est
la présence d’un système nerveux central traitant les signaux nerveux de douleur qui est
le critère déterminant. Les actions valorisées positivement seront celles qui limiteront au
maximum les souffrances et qui provoqueront le plus grand bonheur.
Ces deux grandes familles de critères d’évaluation séparent les penseurs en deux
grandes catégories que nous présenterons dans les parties qui suivent. Mais on peut d’ores
et déjà nuancer la séparation entre ces deux conceptions car les tenants des droits et des
devoirs introduisent naturellement certains droits comme le fait de ne pas souffrir, et réci-
proquement les tenants du critère douleur nuancent en général leur propos en introduisant

212
d’autres critères tels que la liberté, le libre choix, la vérité, qui entrent en ligne de compte
pour désigner le ”bonheur”.

C.3 Les droits des animaux : contrat social et droits

naturels

Nous avons vu que selon le type de critère retenu, raison ou capacité à souffrir, le
traitement des égards à donner aux entités prenait une tournure différente. Nous allons
maintenant détailler la notion de droits et de devoir selon différents auteurs. Nous allons
voir en fonction des auteurs que l’approche par les droits et devoirs produit plusieurs
réponses différentes.
Tom Regan est l’un des défenseurs de l’approche des droits des animaux. Il prend en
compte les différences caractérisant les espèces pour leur attribuer des droits différents.
Les ”sujets-de-vie” c’est-à-dire :

”Des individus sont sujets d’une vie s’ils ont croyance et désirs ; perception,
mémoire et sens du futur, comprenant leur propre futur ; une vie émotionnelle
en même temps que des sentiments de plaisir et de douleur ; la capacité d’initier
une action orientée vers la satisfaction de leurs désirs ou vers la réalisation
de leurs buts ; une identité psychophysique à travers le temps ; et un bien-
être individuel, en ce sens que la vie dont ils ont l’expérience leur réussit ou
non, ceci étant logiquement indépendant de leur utilité pour les autres, ou de
l’intérêt que les autres peuvent prendre à leur égard” [Regan(1983)]

sont les entités qui selon lui possède des droits. Cette définition englobe l’ensemble des
mammifères et d’autres espèces, ceci implique une étude des capacités de chaque espèce
pour déterminer ses droits. Un être répondant à sa définition se trouve doté d’une valeur
intrinsèque qui lui donne des droits dont rien ne justifie le non respect. Cette approche
considère les droits de chaque individu et cherche à les respecter tous autant qu’ils sont
sans que l’on puisse choisir entre deux individus ayant chacun la même valeur intrinsèque.
Regan décrit des cas de figures concrets comme un bateau de sauvetage trop chargé

213
qui contiendrait quatre êtres humains et un chien, dans ce type de cas, c’est le chien qui
devrait être sacrifié pour la survie des hommes. On touche ici à un point faible de cette
approche philosophique qui est la concurrence entre les droits d’individus égaux.
Regan est formellement opposé à l’utilitarisme, qui lui n’hésiterait pas, et qui même
devrait bafouer la vie et les attentes d’innocents si cela améliore le bien-être général ou
la réussite des attentes générales. Cela va contre l’intuition, ce n’est pas acceptable se-
lon Regan. Regan prend une position intermédiaire plus intuitive en dissociant la valeur
inhérente de la valeur intrinsèque. Ainsi chaque individu se voit affublé d’une valeur ir-
réductible et égale aux autres (valeur inhérente), tout en prenant en compte la valeur
des expériences de l’individu (valeur intrinsèque). La valeur inhérente l’emporte toujours
sur la valeur intrinsèque. Cette position est finalement une modération importante, elle
s’appuie sur une combinaison de plusieurs facteurs pour prendre une décision.
Un autre auteur défendant l’approche des droits des animaux est Mary Midgley. Elle
soutient l’idée que l’on peut et que l’on doit effectuer des différences entre les animaux,
différences de droit et différences de traitement. Selon elle toute tentative de comprendre le
comportement des animaux est vouée à l’échec car l’homme projette ses propres attitudes
sur l’animal. Selon la même idée les espèces dépourvues de langage ne peuvent avoir ni
désirs, ni pensées. Cette idée présente bien entendue des dangers, mais Midgley nuance
cette pensée avec une vision définitivement appliquée et mesurée des droits animaux. Elle
est ainsi plus souple dans sa philosophie que Regan.
Janine Chanteur présente une variante de la notion de droits qui exclue les animaux
de la sphère des droits. Les sentiments sont mis à l’écart : ”si les sentiments se passent de
justifications, notre conduite en exige et qui soient claires”. Le sentiment n’est pas une jus-
tification acceptable. Partant de là Chanteur juge que les animaux ne sont définitivement
pas dans la même sphère morale que l’homme car leur nature est profondément différente.
La raison en est que les animaux ne peuvent donner de consentement, ne disposant pas
de raison ils ne peuvent être inclus dans une relation de réciprocité et n’ont donc pas
de droits. Seul l’homme possède des devoirs envers les animaux mais ces devoirs passent
toujours après les intérêts humains. Ainsi Chanteur justifie les animaux de rentes ainsi

214
que l’expérimentation animale car ils servent les intérêts de l’homme.
Peter Carruthers indique que si l’homme n’a que peu de considération pour l’animal,
cela à tort ou à raison, c’est parce que l’animal ne peut pas faire de mal à un homme et
ne peut ainsi pas rentrer dans la définition du contrat social tel que défini par Rousseau
qui garantit des droits et de devoirs.
Chez les philosophes francophones Florence Burgat défend la thèse de droits pour les
animaux. Elle qualifie l’absolutisme pour l’homme d’”éclat métaphysique pour l’Homme”.
Dans cette expression, ”éclat métaphysique” est là pour signifier l’arbitraire de l’impor-
tance donnée à l’homme. Burgat s’inscrit elle aussi dans la recherche des critères objectifs
légitimant les égards :

”Mon projet n’est pas de reformuler les définitions de l’humanité et de l’anima-


lité, mais de mettre en question la validité et la prétention de certains concepts
(la raison, le langage, la figure...) à fonctionner comme différence, d’une part
spécifique, d’une autre part discriminante.” [Burgat(1997)].

Elle interroge le principe de différence entre l’homme et l’animal dans les sociétés in-
dustrielles développées. Partant de l’observation que l’usage de l’animal dans nos sociétés
est très variable, de l’être individualisé et chéri au plus haut point jusqu’au simple ob-
jet, elle choisie d’appréhender les différences associées à chacun comme une construction
sociale. La construction sociale étant là aussi associée à l’arbitraire.
Burgat dénonce deux attitudes courantes pour concevoir les différences homme-animal.
Premièrement celle mettant l’animal dans une catégorie à part sans comparaison à l’homme,
ne faisant que constater des différences plaçant l’un et l’autre dans deux mondes distincts,
c’est quelque part la position de Chanteur. Secondement une attitude mettant l’animal
toujours en comparaison à l’homme, en regardant ce qu’il manque aux animaux. Elle
critique ainsi la manière dont les scientifiques appréhendent les capacités des animaux :
conditions artificielles, anthropomorphie, ne considérant pas l’animal comme un tout.
Burgat défend une idée de droit des animaux différente de la conception du contrat
social de Rousseau. On voit émerger l’idée de droit naturel résidant dans l’homme non-
social, c’est une optique naturaliste et biologique des droits naturels de l’homme et des

215
animaux. Dans son optique le droit naturel se distingue de l’arbitraire et de l’absolutisme
car il repose sur une base naturelle, matérielle.
Sa conception des droits des animaux est plus souple car celle-ci se fonde à la fois sur
les capacités de raisonnement et sur la capacité à souffrir qui ouvre le droit de ne pas
souffrir. Le principe de ”ne pas faire à autrui ce que l’on aimerait pas que l’on nous fasse”
inclue les animaux en tenant compte de leurs spécificités et de leurs besoins naturels.
Sa conception des droits des animaux est différente car ne s’appuie pas sur la notion de
réciprocité.
Les droits naturels sont l’astuces de Burgat pour réintroduire l’animal dans la sphère
morale, lui qui en était sorti de par son manque de capacités intellectuelles. Premièrement
elle met en avant le fait que cette définition intellectuelle exclut certains humains (les
handicapés mentaux), ensuite elle donne pour argument que le droit naturel fondé sur la
pitié prend en compte les animaux.
La pitié est ainsi mise au premier plan, comme un signe qui ne trompe pas du droit
naturel, un sentiment supposé partagé par tous à condition de le laisser s’exprimer. Cet
argument reste un peu flou, sans doute faut-il le comprendre comme une manière de
percevoir la souffrance d’autrui, ce qui sonne l’alerte du non-respect des droits naturels.
En plus de l’aspect naturaliste on trouve chez Burgat un argument de type utilitariste :
le fait d’étendre certains droits aux animaux prémuni avec plus de force l’humanité contre
le fait de placer certains humains hors de la catégorie des droits humains.
Burgat recuse l’idée que la volonté naturelle des animaux à vivre serait imaginée
par l’homme par anthropomorphisme. Elle reconnait que sa philosophie est avant tout
fondée sur l’attention portée à l’émotivité devant la souffrance d’un animal. Elle renvoie
les critiques de cette vision des choses à ”un sentiment phobique” suscité par l’atteinte
de la substance même de l’homme plutôt qu’à un manque de sensibilité. Selon Burgat la
raison en serait que les hommes useraient de mauvais traitement envers les animaux pour
inconsciemment mieux se détacher de leur propre animalité latente. Cette animalité ferait
peur à l’homme, il aurait peur de retomber dedans.
Cette vision sociétale et conséquentialiste de l’extension des droits de l’homme aux

216
animaux présente donc deux conséquences antagonistes : d’un côté le fait de prémunir
l’homme contre les mauvais traitements sur l’homme, et de l’autre l’idée qu’un tel rappro-
chement ferait basculer l’homme dans l’animalité et donc dans la sauvagerie et la bassesse.
Ces conséquences envisagées ne sont pas étudiées en tant que telles, elles relèvent plus d’un
sentiment diffus qui partage les philosophes, les historiens et les sociologues sur la question.

C.4 L’utilitarisme

Peter Singer est le représentant le plus emblématique du courant utilitariste contem-


porain pour la ”défense animale” et du végétarisme. Sa philosophie est fondée directement
sur l’utilitarisme, il y a quantification du bonheur totale :

”la valeur de la vie des animaux dépends des jouissances que cette vie peut
leur apporter et que nous ne pouvons légitimement les élever qu’à condi-
tion que l’équilibre entre jouissances et souffrances dans leur vie soit positif”
[Singer(2004a)].

Singer est proche de la vision de l’utilitarisme de Jeremy Bentham : ”Que chacun


compte pour un et aucun pour plus qu’un” avec des citations comme :

”si une expérience fait souffrir un cochon autant qu’un humain, et que l’on
peut utiliser l’un ou l’autre indifféremment sans que cela ait des conséquences
sur l’expérience, on aurait tort de dire qu’il faut utiliser un cochon parce que
la souffrance d’un cochon a moins d’importance que celle d’un être humain.
La différence des espèces n’est pas un critère moral distinctif acceptable ; la
seule limite admissible à l’égalité de prise en compte des différents intérêts est
la seuil de sensibilité en deçà duquel parler d’intérêts n’a plus aucun sens.”
[Singer(2004a)].

Singer prône la ”libération animale”, et l’inscrit dans l’histoire des luttes humaines
contre les discriminations : races, sexe, religion, etc. Il emploie l’expression de ”spécisme”
[Singer(2004a)]. Ces luttes successives serait dû à un élargissement progressif de notre
horizon moral. La portée de la morale est toujours plus forte.

217
Pourtant Singer souligne bien que ces luttes ne peuvent être mise sur le même plan,
l’égalité entre l’homme et la femme ou entre la blanc et le noir étant manifestement plus
forte (sur le plan de l’intelligence, des capacités, en aptitude à commander, à raisonner)
qu’entre les hommes et les animaux. Singer dit que malgré les quelques différences géné-
tiques remarquées entre l’homme et la femme ou entre le blanc et le noir, nous appliquons
une égalité de principe, qu’il appelle ”égalité morale” qu’il distingue de ”l’égalité de fait”.
Un point surprenant est que Singer indique par là qu’il existerait des différences si-
gnificatives sur le plan morale entre l’homme et la femme, le blanc et le noir, même si
celles-ci sont moins importantes qu’entre l’homme et l’animal. Ainsi le cercle de la morale
se serait ”élargi” pour atteindre des personnes moins sujettes à l’application de la morale ?
Singer semble ne faire qu’une différence de degré entre les luttes contre la discrimination
contre certains types d’un humain et les luttes pour la libération animale.
Dans la continuité de Bentham, Singer place tous les êtres sensibles sur un pied d’éga-
lité :

”Si le fait pour un humain de posséder un degré d’intelligence plus élevé qu’un
autre ne justifie pas qu’il se serve de cet autre comme moyen pour ses fins, com-
ment cela pourrait-il justifier qu’un humain exploite des êtres non humains ?”
[Singer(2004a)].

Singer s’exprime sur différents aspects qui devraient selon lui être interdit : la vivi-
section et la nourriture animale. Il est d’ailleurs végétarien stricte. En tant que discours
proche du militantisme on trouve beaucoup de formules destinées à convaincre :

”mon opposition personnelle au spécisme se fonde non pas sur le droit, mais
sur l’idée qu’il n’est pas moralement défendable de s’appuyer sur la différence
entre les espèces pour accorder aux intérêts d’un être sensible une attention
moindre que celle que nous accordons aux intérêts similaires d’un membre de
notre espèce.” [Singer(2004a)].

Singer insiste sur la difficulté pour les philosophes de trancher sur l’importance morale
de l’appartenance à une espèce. Singer argumente le fait que si personne ne trouve de
théorie satisfaisante cela signifie que l’appartenance à une espèce n’a pas d’importance,

218
démontrant que le spécisme est infondé. On peut lui objecter que les philosophes n’arrivent
pas non plus à trancher ce qui concerne la condition animale.
Pour ce qui est du positionnement utilitariste de Singer, celui-ci défend plutôt un
utilitarisme de préférence, par rapport à un utilitarisme hédoniste. Dans cette perspective
ce sont les intérêts qu’une personne témoigne pour des objectifs, ou les intérêts qu’une
personne reçoit de l’extérieur, qui déterminent la valeur de la vie. Ainsi une personne
n’ayant aucun intérêt à sa propre sauvegarde et n’ayant aucune autre personne attachée
à celle-ci, n’a par définition aucun intérêt. Il rejette le caractère sacré de la vie. Et ainsi
les jeunes enfants n’ayant pas d’intérêt propre ne survivent que grâce à l’intérêt que leurs
portent leurs parents.
Cette conception de l’utilitarisme est en quoi Singer se distingue de Bentham. Sa
position est plus souple, et finalement n’est pas si éloignée de celle défendant des droits
pour les animaux. On peut dire de l’utilitarisme de Singer, par rapport à l’approche par
les droits des animaux, que celui-ci est plus adaptatif, moins intransigeant, il va plutôt
évaluer les choses de manière concrète en prenant en compte les conséquences des actes.
L’utilitarisme est fondé sur la capacité à souffrir, à souffrir de douleur ou à souffrir
de non respect de ses intérêts, et donc repose soit sur une étude approfondi des espèces
animales et leur compréhension autant que cela est possible, soit sur un sentiment de pitié
et de compassion.

C.5 Synthèse des approches

On remarque, que cela soit du côté des droits ou du côté de l’utilitarisme, que des
compromis sont faits par les théories qui sont donc plutôt souples. Elles se rejoignent
presque à la suite de ces adoucissements et l’on remarque le rôle essentiel que joue les
sentiments de compassion dans les deux cas. Burgat avec les droits naturels et Singer avec
l’utilitarisme fonde tous les deux leurs approches sur la seule idée qu’il est possible de
comprendre les intérêts des animaux au sens large ainsi que leur vécu. On peut établir un
tableau comparatif de ces différentes théories :
On peut lire le tableau de haut en bas de la manière suivante : Les droits du contrat

219
Droits contrat social Droits naturels Utilitarisme de préférence Utilitarisme hédoniste
Raisonnement Fondement biologique Intérêts individuels Souffrances individuelles
Non mesurable Aggrégatif (1bonheur - 1souffrance = 0)
Edition de règles Actions de maximisation conséquentialiste

Tab. C.1 – Comparaison synthétique des différentes approches théoriques

social se fondent sur le critère du raisonnement, ils ne sont pas mesurable et ils donnent
lieu à l’édition de règles à suivre. On voit apparaitre deux pôles de théories avec de multiple
variantes dispersées entre les deux.
Le point commun de ces théories est l’idée qu’un peu de ce qui produit la légitimité
des égards de l’homme se trouve également chez les animaux. Rappelons que ce que nous
appelons ”les égards” est le traitement donné à une entité. Nous sommes donc en présence
de système de pensée dont les différences s’expliquent en grande partie par l’élément
qui détermine les égards dont peut s’attendre à jouir une entité. Appelons cet élément
déterminant un caractère, qui peut se retrouver en plus ou moins grande quantité ou
qualité dans les hommes, les animaux, les objets, dans les interactions entre les entités du
monde. Ces caractères peuvent être multiples au sein d’une théorie comme nous l’avons
vu.
Ces caractères s’expriment à leur façon, ainsi le caractère de pouvoir ressentir de la
douleur s’exprime par le fait de ressentir de la douleur, le caractère de recherche de la
liberté s’exprime par le fait de vivre libre, le caractère devoir se dépenser physiquement
s’exprime par le fait de produire des efforts physiques.
Ces théories définissent des règles de combinatoires et d’interaction pour ces expres-
sions de caractères, formant ainsi une systémique des expressions de caractères. Par
exemple les règles seront très agrégatives dans le cas de l’utilitarisme, beaucoup moins
dans le cas des droits des l’homme et des espèces animales.
Il découle de la définition de la mécanique systémique une mesure de l’expression des
caractères. Par exemple l’utilitarisme mesure le bien-être, combine les bien-être d’une
certaine manière, puis prescrit des actions pour maximiser le bien-être. Le droit mesure
la possibilité pour les hommes de vivre ensemble, combine le vivre ensemble d’une cer-
taine manière, puis prescrit des actions pour maximiser le vivre ensemble. Ces théories

220
procèdent à la prescription d’actions dont l’objectif est de maximiser l’expression mesu-
rée des caractères. On peut établir un schéma pour rendre compte du fonctionnement
commun de ces théories de la condition animal.

Fig. C.1 – Abstraction du fonctionnement des théories de la condition animale

Chaque système est cohérent et l’on peut imaginer une infinité de systèmes différents
avec des variantes à chaque étape. Les caractères sont ce qui oriente la démarche et ces
caractères reposent sur des bases morales souvent fondée sur les sentiments que les hommes
peuvent ressentir intuitivement. Cela nous ramène aux recherches sur les fondements de la
morale que les chercheurs associent aujourd’hui souvent au biologique ou au sociétal avec
l’idée d’avantage évolutif. Mais l’on pourrait tout à fait imaginer des alternatives variées
à cette vision des choses.
La plupart du temps un seul caractère est retenu dans les théories, nous avons vu avec
l’exemple de la valeur inhérente et de la valeur intrinsèque que la combinaison de deux
caractères différents produisaient de meilleurs résultats, plus proche de l’intuition, mais
restait insuffisante. Si l’on se fonde sur l’intuition on peut penser que de très nombreux
caractères et de nombreuses règles sont à prendre en compte pour reproduire un résultat
”sentimental naturel” optimal de manière rationnelle.
Cette multiplication des caractères, associée à la difficulté de mesure et de validation
entraine que les théories philosophiques traitant du sujet sont insuffisantes, mais l’on peut

221
argumenter en faveur du fait quelles proposent cependant des éléments de réponse.
Pour certains auteurs les émotions restent encore la chose la plus fiable pour qui en
est doté. C’est ce que défend l’intuitionniste Sprigge :

”Il existe simplement une certaine valeur attachée à certaines choses, telle
qu’elle peut se révéler à une observation sensible, mais qu’elle ne peut pas être
détectée sur la base d’une formule.” [Sprigge(1987)]

222
Annexe D

Annexes : Tris à plat des variables


d’idéologies

Fig. D.1 – Opinion les végétariens sont plus intelligent

Fig. D.2 – Opinion le régime végétarien est civilisé

223
Fig. D.3 – Opinion manger de la viande est primitif

Fig. D.4 – Se déclarer anti-spéciste

Fig. D.5 – Accepter de sacrifier 500 chiens pour sauver la vie d’un seul homme

Fig. D.6 – Se déclarer tolérent avec les non-végétariens

224
Fig. D.7 – Accorder de l’importance au fait que plus de gens deviennent végétariens

Fig. D.8 – Accorder de l’importance au fait que ses amis partagent les valeurs végéta-
riennes

225
Annexe E

Annexes : Contrôles Dégout et


Durée de végétarisme par autres
raisons

Fig. E.1 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=1

226
Fig. E.2 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=2

Fig. E.3 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Empathie=3

Fig. E.4 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=1

227
Fig. E.5 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=2

Fig. E.6 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Chiens500=3

Fig. E.7 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=1

228
Fig. E.8 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=2

Fig. E.9 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Ecolo=3

229
Fig. E.10 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=1

Fig. E.11 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=2

Fig. E.12 – Durée de végétarisme par Dégout pour la viande pour Sante=3

230
Annexe F

Annexes : Documents extérieurs

F.1 Réponses des candidats aux élections présiden-

tielles de 2007 sur la condition animale

Voir document à partir de la page suivante.

231
Quelles réponses apportées par les candidates et
candidats à l’élection présidentielle aux 3
questions fondamentales posées par la LFDA au
sujet de la condition animale ?
Voici l’intégralité des réponses dans l’ordre où elles ont été reçues à ce jour.

1. Réponse de Madame Dominique Voynet transmise à la Fondation par courrier électronique le 23/03/2007
>>> page 2

2. Réponse de Madame Ségolène Royal transmise à la Fondation par courrier le 27/03/2007


>>> page 3

3. Réponse pour Monsieur Jean-Marie Le Pen de Madame Lydia Schenardi, transmise à la Fondation
par fax émis le 05/04/2007
>>> page 7

4. Réponse de Monsieur José Bové, transmise à la Fondation par courrier le 10/04/2007


>>> page 8

5.

6.

7.

8.

9.

10.

11.

12.

Liste mise à jour le : 13/04/2007

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

Réponse de Madame Dominique Voynet transmise à la Fondation par courrier électronique le 23/03/2007

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie pour le courrier que vous m'avez envoyé de manière collective.

J'ai déjà reçu des questionnaires de certaines associations ou fondations qui


composent le collectif.

Comme vous le savez, en tant que verte, je suis très sensible au bien-être animal.
C'est une question de dignité et d'humanité que de traiter le vivant avec respect.

C'est pourquoi, j'approuve l'ensemble des vos propositions générales reconnaissant


un statut particulier d'être sensible pour les animaux.
Je suis également d'accord avec vous pour créer une instance publique transversale
chargée de veiller au bien-être animal dans tous les secteurs d'activités impliquant
des animaux. Enfin, vous insistez sur le volet "éducation-formation". J'y attache moi
aussi une haute importance. J'ai inscrit dans mon programme que l'éducation à
l'environnement devait être à l'école, mais aussi tout au long de la vie. Le bien-être
animal en fait partie.

Je vous prie de trouver en pièce attachée le programme de protection animale de


mon parti que je porte dans cette campagne présidentielle.

Bien cordialement... et amicalement.

Dominique Voynet

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

Réponse de Madame Ségolène Royal transmise à la Fondation par courrier le 27/03/2007

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

Réponse pour Monsieur Jean-Marie Le Pen de Madame Lydia Schenardi,


transmise à la Fondation par fax émis le 05/04/2007

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

Réponse de Monsieur José Bové, transmise à la Fondation par courrier le 10/04/2007

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
LFDA Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal

©2007 Fondation Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard 75005 Paris
Tél.: 33 (0)1 47 07 98 99 - Fax: 33 (0)1 47 07 99 98 - www.fondation-droits-animal.org
Courriel: contact@fondation-droits-animal.org
F.2 Une bande dessinée végétarienne

241
242
Fig. F.1 – Bande dessinée végétarienne, source : Association végétarienne de France

243