Vous êtes sur la page 1sur 4

Stimuler une action collective à l’échelle mondiale

Association canadienne pour les Nations Unies – Montréal


Bulletin de liaison

MONTRÉAL | JUIN 2003 | VOLUME 2 | NUMÉRO 1

Partenaires
L’ACNU-Montréal remercie ses partenaires qui, par
L’ONU et vous
leurs contributions et appuis, rendront possible la
tenue de son concours L’ONU et vous :
Concours ACNU-Montréal 2003/04
- Association des professeurs d’histoire des L’ACNU-Montréal prépare le lancement de son concours visant à faire connaître
collèges du Québec et comprendre l’Organisation des Nations Unies (ONU) et destiné aux élèves des
- Association des retraitées et retraités de niveaux secondaire et collégial du Québec. Des prix et bourses d’une valeur de
l’enseignement du Québec plus de 6 000 $ sont offerts par l’ACNU et ses partenaires.
- Association provinciale des enseignants du
Québec / Quebec Provincial Association of « Vivre en sécurité dans un monde en paix » est le thème retenu pour cette expéri-
Teachers ence pilote qui sera proposée aux élèves dans 741 établissements d’enseigne-
- Commission canadienne pour l’Unesco ment francophones et anglophones à travers le Québec, au mois de septembre
- Centrale des syndicats du Québec prochain.
- Éditions Hurtubise HMH
- Fédération des syndicats de l’enseignement Depuis les derniers mois, l’ONU est au cœur de grands enjeux et de débats dont
- La Presse les conclusions seront cruciales pour ce siècle qui débute. L’ACNU entend sus-
- Société des professeurs d’histoire du Québec citer et encourager la réflexion des jeunes – ces citoyens en devenir – sur la seule
- Michel Barcelo, professeur, faculté de organisation internationale qui regroupe 191 états, nonobstant leur régime poli-
l’Aménagement, Université de Montréal tique, leur culture et leur degré de développement. Bien qu’il cible les jeunes, le
- Fédération des enseignantes et enseignants concours ACNU/ONU atteindra un public infiniment plus large, soit le personnel
de cégep des établissements d’enseignement, les parents et amis des concurrents, de
même que le grand public grâce aux médias.
Le concours sur le Web !
L’ACNU-Montréal possède désormais une page Ce projet, qui se déroulera du mois de septembre 2003 au mois de juin 2004,
Web sur le site de l’ACNU. S’y trouveront dès juillet reçoit un accueil enthousiaste de la part de nombreux acteurs des milieux de
2003 toutes les informations sur le concours et son l’éducation (voir encadré à gauche).
règlement.
Pour en savoir plus : www.unac.org/montreal Michel Brûlé, responsable du concours

ACNU-Montréal
Nouvelle adresse de l’ACNU-Montréal Université du Québec à Montréal
Adresse postale
Depuis le 1 juin 2003, l’ACNU-Montréal a emménagé Pavillon Judith-Jasmin ACNU-Montréal
dans son nouveau siège social à l’Université du Université du Québec à Montréal
405, rue Sainte-Catherine Est, bureau J-4350
Québec à Montréal et partage les locaux d’Orbicom, Montréal (QC) H2L 2C4 Bureau J-4350
le Réseau international des Chaires Unesco en com- Tél. : (514) 987 8743 poste 7621 C.P. 8888, succursale Centre-ville
munication. Montréal (QC) H3C 3P8
Fax : (514) 987 0249
Courriel : acnu@uqam.ca www.unac.org/montreal
The UN is only as good as its member states
The US-led war on Iraq brought, inevitably, renewed
debate about the relevance of the United Nations. Both In essence, the UN provides a framework through
proponents and opponents of the war have made cases which countries can jointly address pressing interna-
for UN irrelevancy based on its failure to act – either to tional concerns. This framework has led not only to the
sanction or prevent the war. The most common response establishment of many important norms and standards,
to these accusations is to argue that the UN is only as but also to the creation of many highly successful spe-
strong as its members allow it to be – that it is not the UN cialized agencies: UNICEF, which protects the health
which has failed, but its members which have. and rights of children; the WHO which works to pre-
vent, mitigate and eliminate disease; the World Food
Both of these arguments are built on the flawed premise Programme, which works to ensure food security where
that the significance and importance of the UN should be it is needed most, to name but a few.
judged solely on its ability to enforce its resolutions. In
fact, this ability is strictly limited under the UN's founding This framework has proved quite effective at enabling a
document, the Charter. This is because the United much deeper understanding of key international prob-
Nations is not a world government but an inter-govern- lems and determining more concerted, practical and
mental body composed of independent countries. These creative approaches to dealing with them. Since a
countries have agreed on a Charter, which sets the insti- majority of the world's countries must vote in favour of
tution's goals of maintaining peace and improving the liv- a General Assembly resolution for it to be adopted, the
ing conditions of people everywhere. They have also moral pressure brought to bear on those countries
agreed on the machinery through which these goals can which act contrary to the majority is significant – not
be realized. But the UN's 191 member countries have only are they susceptible to the condemnation of other
kept the final say on the implementation of these goals countries, they are also open targets for the vast num-
for themselves. ber of civil society groups who follow UN proceedings
carefully and work to ensure the implementation of res-
Whenever the United Nations passes a resolution on an olutions and treaties.
issue of global concern, it is the UN's member countries
which must act to implement this resolution domestically The relevance of the UN, then, lies most prominently in
– and they cannot be forced into doing so except under its ability to deepen our understanding of global prob-
very specific circumstances. The reason is that when lems, delineate viable solutions and create rules, mech-
countries join the UN, they maintain their right to control anisms and dialogue which guide countries towards
their own domestic affairs. No country would have ever peace and people towards greater prosperity. Its rele-
agreed to join an institution if it meant sacrificing its inde- vance also rests in the moral weight and suasion with
pendence. which it imbues its decisions and the ability of its spe-
cialized agencies and programmes to make significant
The only two cases in which the UN can authorize force inroads in addressing human rights abuses, disease,
to back up its resolutions are when it is responding to food and water scarcity, lack of education and environ-
threats to international peace and security and acts of mental degradation, among others.
aggression from one country towards another, and this
can only be done through the Security Council and as a Ideally, the world community should also be able to
last resort. In examining the situation in Iraq since the take action on rogue regimes which disregard the rights
first Gulf War, the Security Council agreed that there of their citizens and, indeed, there are international
have been serious concerns and passed a plethora of norms developing on the global 'responsibility to pro-
resolutions urging Iraq to comply with accepted norms of tect.' But these are slow in coming because the UN is,
international behaviour. after all, a creation of intensely independent countries.
But Iraq, like all other member countries, is independent. It may be disheartening to realize that some of these,
The Security Council determined that, egregious as some of time, will be immune to the opinions and argu-
Sadam Hussein's regime may be, it did not constitute a ments of their fellow states, but it should be encourag-
threat to international peace and security and no ing to recognize that most countries play by the rules
enforcement action could be taken. much of the time. In the context of the bloody history of
In recent months, several countries, led by the US, pres- nation states, this is indeed an accomplishment.
sured the Security Council to think otherwise. Arguments
and evidence were presented and refuted and it became Steve Mason
clear during the winter that the Council would not sanc-
tion a war. The US and Britain then opted out of the
process. The Security Council played its intended role, Steve Mason is the Executive Director of the United
but some of its members refused to play along. Nations Association in Canada
MONTRÉAL INTERNATIONAL :
la fenêtre de Montréal sur le monde Association canadienne pour
les Nations Unies – Montréal
Une entrevue avec le vice-président, Organisations
internationales, M. Gilles Duguay, diplomate de car- (ACNU-Montréal)
rière et ambassadeur du Canada dans de nombreux Depuis 1946, l’ACNU-Montréal
pays soutient et prolonge l’action de
Montréal International est une société sans but lucratif l’ACNU nationale en cherchant
qui a pour mission de contribuer au développement à faire mieux connaître
économique du Grand Montréal et d’accroître son ray- l’Organisation des Nations
onnement international. Le siège de Montréal Monsieur Gilles Duguay Unies auprès de la population
International est au Centre de commerce mondial de le monde, sont le choix de Montréal par l’Institut de la du Grand Montréal.
Montréal, au cœur du Quartier international de statistique de l’Unesco et l’Agence mondiale anti- L’ACNU-Montréal favorise la
Montréal où on retrouve également le Palais des con- dopage.
grès de Montréal, le nouveau Bureau de Montréal de participation des Montréalais à
la Caisse de dépôt et placement du Québec, la Avec un effectif d’une cinquantaine de personnes, l’action de l’ONU et vise à
Place Victoria, et la Tour de la Bourse, et le siège de Montréal International œuvre également au développer leur intérêt pour
l’Organisation de l’aviations civile internationale (OACI), développement de grappes stratégiques dans des les grands défis interna-
première organisation internationale gouvernementale secteurs porteurs tels : l’aérospatial, les sciences de tionaux qui sont ceux de
implantée à Montréal en 1945. L’inauguration du la vie, les télécommunications et les technologies de l’Organisation.
Quartier international en septembre prochain sera l’oc- l’information.
L’ACNU-Montréal s’intéresse
casion d’admirer les nouveaux espaces publics de cali-
Selon Monsieur Duguay, plusieurs éléments con- d’une manière plus spéci-
bre mondial.
courent à rendre Montréal de plus en plus attrayante fique aux jeunes. Elle
À l’origine de Montréal International, une idée aux yeux des investisseurs et des organisations inter- cherche à susciter en eux le
maîtresse qui, dans la foulée de l’Expo 67, des Jeux nationales, alors qu’elle a longtemps été délaissée au désir d’être des citoyens act-
Olympiques de 1976 et d’autres événements d’enver- profit de l’Europe et des Etats-Unis d’Amérique. Dans ifs au sein de la société
gure tenus à Montréal, s’exprime par la recommanda- un contexte planétaire mouvementé, la liberté, la civile pour qu’ils apportent
tion principale du rapport sur le développement démocratie, le climat pacifique, la stabilité et la bonne
plus tard leur contribution
économique de Montréal, paru en 1987 et connu sous croissance économique de la métropole représentent
le titre de « Rapport Picard »: faire de la métropole un autant d’atouts majeurs, tout comme son excellente au traitement des enjeux
centre international majeur. C’est ainsi que la Société qualité de vie, ses coûts d’exploitation exceptionnelle- auxquels l’ONU fait face et
du centre de conférences internationales de Montréal ment faibles (les plus faibles au monde pour une ville qui sont aussi les nôtres.
(SCCIM), créée par les gouvernements du Canada et de cette envergure selon une étude de la firme Les états et les gouverne-
du Québec et la Ville de Montréal, s’est mise au travail KPMG), divers incitatifs économiques et fiscaux, le ments ont certes des
dès 1989 pour remplir cette mission au double mandat : bilinguisme de facto, la proximité des marchés inter-
nationaux et la diversité des communautés culturelles. responsabilités à l’égard
faire de Montréal un site privilégié d’accueil des
organisations internationales, et réaliser une étude de Carrefour universitaire et technologique, capitale mon- du maintien de la paix, de
faisabilité d’un grand centre de conférences interna- diale de l’aviation civile et capitale canadienne de la la sécurité internationale
tionales, projet qui n’a pas été poursuivi compte tenu recherche biomédicale, Montréal bénéficie également ou du développement
de la situation économique de l’époque. de la réputation enviable du Canada sur la scène social et économique et
internationale. des droits de la personne,
En 1996, la SCCIM s’est transformée en Montréal mais les citoyennes et les
International, dont le mandat a pris un nouvel essor : Trente-cinq ans après l’Expo 67, qui marquait les
débuts véritables de l’ouverture des Montréalais sur le citoyens que nous
celui d’attirer les investissements étrangers tout en
sommes avons aussi les
continuant à inciter les organisations internationales à monde, « l’histoire nous a happés », constate
s’implanter dans la grande région montréalaise. Forte Monsieur Duguay, et la renommée internationale de nôtres en ces matières.
de partenariats avec le secteur public et le secteur Montréal ne peut que se développer. À l’ère du village Les bénévoles de l’ACNU-
privé (plus de 120 entreprises en sont membres), global, de l’économie du savoir et de la synergie, les Montréal estiment impor-
Montréal International couvre le territoire des 63 divers paliers de gouvernements ont pris le virage du tant de contribuer à mieux
municipalités du Grand Montréal, avec une population XXIe siècle, orientés qu’ils sont désormais vers faire connaître et com-
de 3,5 millions d’habitants. l’avenir, la scène internationale, les incitatifs aux
entreprises, l’encouragement des exportations et le prendre dans leurs milieux
La réputation de Montréal International est bien développement accru des réseaux de recherche et de l’incomparable et indis-
établie, avec plusieurs succès à son actif. En 2002, communication. pensable rôle de l’ONU.
elle a directement contribué à attirer plus de 964 M$CA Joignez-vous à eux.
en investissements étrangers dans la métropole Dans un tel contexte, le rôle de premier plan que joue Adhérez à l’Association
et 70 entreprises ont ainsi créé 4665 emplois. Montréal International est amené à se renforcer et ce, canadienne pour les
Montréal International dispose aussi d’un programme dans l’intérêt de toute la grande région de Montréal
Nations Unies et soutenez-
unique d’aide à l’implantation et au développement des qui bénéficie directement de l’accroissement du ray- la financièrement..
organisations internationales. Grâce à ce programme onnement international de la métropole.
financé par ses partenaires publics, on compte présen- Voir www.montrealinternational.com
tement 64 organisations internationales à Montréal.
Les deux plus récents succès dans ce domaine, rem- Laura Atar
portés à l’encontre d’autres villes internationales dans avec la collaboration Michèle Bertrand
CONSEIL D’ADMINISTRATION
L'ACNU-Montréal à élu le nouveau conseil
d'administration lors de son assemblée
Incontournable ONU
générale annuelle le 20 janvier 2003.
Les crises se suivent mais ne se ressem- qui constituait la principale ressource ali-
Voici sa composition : blent pas. En moins de cinq ans, nous mentaire de 16 millions d'Irakiens. La sec-
Michel Agnaieff, président avons vu les Américains s'investir militaire- onde est l'absence d'un « tissu » d'ONG
ment avec toutes leurs forces au Kosovo, internationales impartiales disposant d'une
Michèle Bertrand, O.A.Q, en Afghanistan et aujourd'hui en Irak. Dans capacité organisationnelle et de réponse
vice-présidente et secrétaire chacune de ces crises, l'humanitaire a été rapide, comme ce fut le cas en
Michel Brûlé, vice-président exécutif un élément clé du discours des présidents Afghanistan ou au Kosovo. Le troisième
Clinton comme Bush. Le Kosovo était une élément est l'impossibilité pour les forces
Amélie Hamilton, trésorière « guerre humanitaire », la lutte contre le américaines de pouvoir imposer dans des
Francine Detière, secrétaire adjointe terrorisme en Afghanistan allait « soulager délais rapides un réseau et une force
les souffrances des populations » et logistique capables de pallier aux
Paul Gagner, conseiller spécial
George Bush nous a promis d'apporter « le carences humanitaires à venir. Ce ne sont
Robert Letendre, conseiller spécial pain, l'eau et la santé » aux populations pas les 60 « experts » envoyés par US
irakiennes pour soulager les souffrances AID qui feront la différence à ce niveau. Le
Louis Dussault, président sortant
encourues sous un régime de sanctions de quatrième est évidemment le désordre
Laura Atar douze années dont les États-Unis ont été institutionnel, politique et administratif qui
Renato Cudicio le principal artisan et défendeur. suivra l'opération de force américaine. Et
David Kho le cinquième est l'absence de proximité
D'une crise à l'autre, il y a deux facteurs opérationnelle des principaux gouverne-
Patrick Lynes
qui ne varient pas: la totale imprévisibilité, ments traditionnellement « intervention-
Jean-Claude Richard
pour le meilleur ou pour le pire, de la nistes » sur le front de l'humanitaire,
Madeleine Sultan
nature de la crise humanitaire anticipée et, comme l'avaient démontré les Européens
en parallèle, la totale hypocrisie de l'action au Kosovo en 1999-2000 ou les
« humanitaire » des forces américaines, Australiens au Timor Oriental.
habitées du double objectif (et des
caméras...) de se rallier à la fois la sympa- Pour tous les facteurs énumérés plus
thie des populations locales comme celles haut, seules les Nations Unies ont une
des opinions publiques américaine et occi- parfait compréhension des rouages admin-
est publié quatre fois l’an par dentale. La royale indifférence américaine istratifs et organisationnels (une chaîne de
l’ACNU-Montréal dans la gestion des processus de recon- 43 000 personnes!) qui ont permis depuis
Abonnement gratuit : struction de l’Afghanistan et le non respect des années de maintenir sous perfusion
acnu@uqam.ca des engagements financiers annoncés qui alimentaire des millions d'Irakiens. Seules
s'en sont suivis, risques majeurs à la survie les Nations Unies, et aussi le Comité inter-
Coordination : du régime du président Karzaï, témoignent national de la Croix Rouge, après des
Renato Cudicio du fait que la poursuite des objectifs années d'intervention, ont une connais-
Rédaction : humanitaires essentiels (assurer la subsis- sance intime des questions de santé, sani-
Laura Atar tance et aider à la réintégration de 5 mil- taires, d'épidémiologie et de capacités des
Michel Brûlé lions de déplacés et autant de rapatriés), structures de santé irakiennes. Seules les
Amélie Hamilton dans un pays dévasté par 20 ans de conflit, Nations Unies, après leur refus de caution-
est sortie du radar des préoccupations ner l'illégalité et l'illégitimité de cette
Collaboration spéciale : stratégiques de Washington. guerre, ont l'impartialité et l'autorité morale
Yvan Conoir nécessaires pour coordonner les
Steve Mason Aujourd'hui, la conclusion qui s'impose en immenses efforts d'assistance humanitaire
Conception graphique et infographie Irak est quelque peu paradoxale: après à venir avec les différents acteurs sur le
commanditées par avoir subi un échec sur le front diploma- théâtre irakien.
tique, ce sont ces mêmes Nations Unies
www.multiple-media.com
qui seront logiquement demain l'acteur Yvan Conoir
L’ACNU remercie Montréal International déterminant sur le front de l'action humani-
pour sa contribution à la publication. taire en Irak. Ceci pour plusieurs raisons. L'auteur est directeur des programmes
www.montrealinternational.com régionaux au Centre Pearson pour le
La première est le fait que les Nations maintien de la paix à Montréal. Il vient de
L’ACNU remercie l’UQAM Unies contrôlaient depuis 1995 la gestion publier aux PUL « L'Action humanitaire du
pour son hospitalité du programme « Pétrole contre nourriture » Canada (2002) ».
www.uqam.ca