Vous êtes sur la page 1sur 60
NOTIONS D ’H YDRAULIQUE GENERALE Cours d’Hydraulique Générale Janvier 2013© Noureddine Gaaloul Docteur en Sciences
NOTIONS D ’H YDRAULIQUE GENERALE Cours d’Hydraulique Générale Janvier 2013© Noureddine Gaaloul Docteur en Sciences
NOTIONS D ’H YDRAULIQUE GENERALE Cours d’Hydraulique Générale Janvier 2013© Noureddine Gaaloul Docteur en Sciences

NOTIONS

D’HYDRAULIQUE

GENERALE

Cours d’Hydraulique Générale

Janvier 2013©

Noureddine Gaaloul Docteur en Sciences et Techniques de l'Eau Ecole Nationale de Génie de l’Eau et de l’Environnement -Strasbourg Maître de Conférences

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Sommaire Chapitre 1 : Introduction et

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Sommaire

Chapitre 1 : Introduction et hypothèses

Chapitre 2 : Ecoulement uniforme

Introduction et hypothèses Chapitre 2 : Ecoulement uniforme 1 1 Notions de base 2 2 Calcul

11

Notions de base

22

Calcul du régime uniforme

33

Distribution des vitesses et formes générales des canaux et rivières

44

Forme optimale d'un canal

Chapitre 3 : Ecoulement graduellement varié

11

Hypothèses et notions de base

22

Energie spécifique

33

Régime critique et pente critique

44

Evolution de l'énergie spécifique

55

Les axes hydrauliques

66

Calcul des axes hydrauliques dans un canal prismatique

Chapitre 4 : Ecoulement brusquement varié

11

Le ressaut hydraulique stationnaire

22

Impulsion totale et profondeur conjuguée

33

Le ressaut noyé

Chapitre 5 : Ecoulements en canaux rectilignes

11

Axes d'amont, axes d'aval

22

Ecoulement entre une vanne de fond et un réservoir à niveau constant

33

Changement de la pente de fond

44

Ecoulement au droit d'une pile de pont

55

Rétrécissement et élargissement progressif

66

Canal Venturi - Seuil de fond - Déversoir à seuil épais

Afin de rencontrer l'objectif de ce cours qui est la détermination de la surface libre de l'eau dans différentes situations, il nous faut délimiter notre domaine de travail. Nous devons donc nous fixer quelques hypothèses et un système d'axes de référence.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 1 : Introduction et hypothèses

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 1 : Introduction et hypothèses Hypothèses sur

Chapitre 1 :

Introduction et hypothèses

Hypothèses sur l'écoulement

L'écoulement est considéré :

1. permanent : indépendance par rapport au temps

2. continu : débit identique dans toute la section de la rivière ou canal

3. bidimensionnel : écoulement considéré comme plan

Systèmes d'axes de référence utilisés :

1. Système classique Oxyz :

Ox : horizontale transversale Oy : horizontale longitudinale Oz : verticale

2. Système associé au fond de la rivière Osyh :

s

: abscisse courante de la rivière

h

: distance au fond prise perpendiculairement

h : distance au fond prise perpendiculairement Régimes d'écoulement à surface libre Trois

Régimes d'écoulement à surface libre

Régimes d'écoulement à surface libre Trois hypothèses sont faites pour représenter de manière

Trois hypothèses sont faites pour représenter de manière unique la charge en une section et la perte de charge entre deux sections :

: pour supposer les

profondeurs h comme verticales

2. écoulement parallèle : afin que le niveau

1. pente de fond faible

pièzomètrique

soit

le

même

en

tout

point

d'une

section

3. vitesse uniforme en une section donnée

la charge : la perte de charge : Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de

la charge :

la perte de charge :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

H = z + (p /ρ) + (V 2 / 2g)

J 12 = H 1 - H 2

= z + (p / ρ ) + (V 2 / 2g) J 1 2 =

Suivant la viscosité, représentée par le nombre de Reynolds (Re), l'écoulement peut être :

o laminaire ,

Le nombre de Reynolds : un nombre sans dimension appelé nombre de Reynolds et donné par :

turbulent et de transition

vR Re  
vR
Re 

V : la vitesse moyenne du fluide

R : le rayon hydraulique

nu : la viscosité cinématique (eau : +/- 10 -6 m 2 /sec)

Le type d'écoulement peut être déterminé grâce à des diagrammes expérimentaux comme ceux de Nikuradse ou de Moody.

Un autre paramètre important est le nombre de Froude (Fr) qui représente l'effet des forces de gravité

:

(Fr) qui représente l'effet des forces de gravité : où h m : profondeur hydraulique =

où h m : profondeur hydraulique = quotient de l'aire de la section mouillée par la largeur L.

de l'aire de la section mouillée par la largeur L.  Fr < 1 : écoulement

Fr < 1 : écoulement subcritique

Fr = 1 : écoulement critique

Fr > 1 : écoulement supercritique

Une autre façon de distinguer les types d'écoulements est de considérer l'évolution de la profondeur h ainsi que la variation correspondante des vitesses moyennes :

écoulement uniforme :

la profondeur ne varie pas le long du canal

vitesses parallèles mais non constantes dans une section donnée

même champ de vitesses d'une section à l'autre

écoulement graduellement varié : la profondeur et les vitesses évoluent progressivement d'une section à l'autre,

écoulement brusquement varié : changement de profondeur important et localisé .

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 2 : Le régime uniforme

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 2 : Le régime uniforme 1- Notions de

Chapitre 2 :

Le régime uniforme

1- Notions de base

Hypothèses

Dans un canal de pente constante et de section transversale invariable, l'écoulement est uniforme si :

la profondeur, la section mouillée, la vitesse moyenne restent constantes en toute section

la ligne de charge, la surface libre et le fond du canal sont parallèles.

L'écoulement uniforme au sens stricte est très rare, mais certains écoulements dans des canaux artificiels peuvent être considérés comme tels.

Formules usuelles

Formule de Chézy

Deux hypothèses pour l'obtention de cette formule :

1. la force résistant à l'écoulement dans un canal par unité de surface de la paroi, est proportionnelle au carré de la vitesse moyenne de l'écoulement :

F R = k . V 2 . P . Ds

2. la force résistante est équilibrée par la composante longitudinale de la force de gravité :

F M =

composante longitudinale de la force de gravité : F M = . A . Ds .

. A . Ds . I

de la force de gravité : F M = . A . Ds . I La

La deuxième hypothèse nous donne : F R = F M

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) k . V 2 . P

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

k . V 2 . P . Ds =

- Université Libre de Tunis (ULT) k . V 2 . P . Ds = .

. A . Ds . i

Libre de Tunis (ULT) k . V 2 . P . Ds = . A .

en définissant le rayon hydraulique de la section comme : R = A / P, c'est à dire le rapport de l'aire mouillée au périmètre mouillé, on obtient :

V 2 = (

mouillée au périmètre mouillé, on obtient : V 2 = ( / k) . R .

/ k) . R . i

V = C . (R . i) 1/2

où C est le coefficient de Chézy qui dépend de :

la rugosité des parois

R : le rayon hydraulique

i : la pente de fond

j : pente de la ligne de charge

C varie entre 20 m 1/2 sec -1 (rivières très irrégulières) à 80 m 1/2 sec -1 (canaux aux parois lisses). Ce coefficient peut être estimé par différentes formules :

formule de Bazin :

estimé par différentes formules :  formule de Bazin : m dépend de la nature de

m dépend de la nature de la paroi :

Numéro des catégories

Nature des parois

m[m 1/2 ]

1

Parois très unies (ciment, bois raboté)

0,06

2

Parois unies (plaches, riques, pierres de taille)

0,16

3

Parois en maçonnerie de moellons

0,46

4

Parois de nature mixte (section en trre très réguière)

0,85

5

Canaux en terre (conditions ordinaires)

1,30

6

Canaux en terre, avec fond de galets, parois herbées

1,75

formule de Manning :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) C = (1/n) . R 1

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

C = (1/n) . R 1/6

- Université Libre de Tunis (ULT) C = (1/n) . R 1 / 6 Cette formule

Cette formule est souvent plus simple à utiliser et d'autre part les tables donnant les valeurs de n sont très complètes.

Il existe encore d'autres formules

Valeurs du coefficient n de Manning

 

Etats des parois

 

Nature des surfaces

Parfais

Bon

Assez bon

Mauvais

A)

Canaux artificiels

Ciment lissé

0,010

0,011

0,012

0,013

Mortier de ciment

0,011

0,012

0,013

0,015

Aqueducs en bois raboté

0,010

0,012

0,013

0,014

Aqueducs en bois non raboté

0,011

0,013

0,014

0,015

Canaux revêtus de béton

0,012

0,014

0,016

0,018

Moëllons bruts

0,017

0,020

0,025

0,030

Pierres sèches

0,025

0,030

0.033

0.035

Moëllons dressés

0.013

0.014

0.015

0.017

Aqueducs métalliques à section demi-circulaire lisses

0.011

0.012

0.013

0.015

Aqueducs métalliques à section demi-circulaire plissée

0.0225

0.025

0.0275

0.030

Canaux en terre droits et uniformes

0.017

0.020

0.0225

0.025

Canaux avec pierres, lisses et uniformes

0.025

0.030

0.033

0.035

Canaux avec pierres, rugueux et irréguliers

0.035

0.040

0.045

-

Canaux en terre à larges méandres

0.0225

0.025

0.0275

0.030

Canaux en terre dragués

0.025

0.0275

0.030

0.033

Canaux à fond en terre, côtés avec pierres

0.028

0.030

0.033

0.035

B)

Cours d'eau naturels

1) propres, rives en ligne droite

0.025

0.0275

0.030

0.033

2) idem 1 avec quelques herbes et pierres

0.030

0.033

0.035

0.040

3) avec méandres, avec quelques étangs et endroits peu profonds, propres

0.035

0.040

0.045

0.050

4) idem 3, l'eau à l'étiage, pente et sections plus faibles

0.040

0.045

0.050

0.055

5) idem 3, avec quelques herbes et pierres

0.033

0.035

0.040

0.045

6) idem 4, avec pierres

0.045

0.050

0.055

0.060

7) Zones à eau coulant lentement avec herbes ou fosses très profondes

0.050

0.060

0.070

0.080

8) Zones avec beaucoup de mauvaises herbes 0.075 0.100 0.125 0.150
8) Zones avec beaucoup de mauvaises herbes
0.075
0.100
0.125
0.150
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 2 - Calcul du régime uniforme

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 2 - Calcul du régime uniforme Les différents paramètres

2 - Calcul du régime uniforme

Les différents paramètres du régime uniforme s'obtiennent grâce à la formule suivante : Q = A . C . (R . i) 1/2 Le calcul du débit Q, de la pente de fond ou du coefficient de rugosité sont très simples quand on connaît les autres paramètres. Un calcul plus important est celui de la hauteur uniforme qui devra s'opérer de façon graphique ou itérative. Cette complication vient du fait que la formule de Chézy devient irrationnelle.

Calcul de h u Sections ouvertes

Les sections ouvertes vers le haut présentent, en général, une croissance plus rapide de leur aire A que de leur périmètre mouillé P quand le tirant d'eau h augmente. R est donc une fonction monotone croissante de h et donc aussi Q qui est donné par la formule de Chézy. Pour un débit Q et un canal donnés ; il n'existe qu'une seule hauteur uniforme h u .

Si la section est définie analytiquement, la résolution pourra se faire de façon itérative sinon, il faudra recourir à

une méthode graphique.

Méthode de calcul :

1. détermination des équations donnant A et P,

2. remplacement dans la formule de Chézy des termes A et P par les équations trouvées au point 1,

3. transformation de l'équation obtenue au point 2, pour en obtenir une du type h = f(h)

4. résolution itérative en s'imposant un premier h.

Normalement la convergence est assez rapide.

Dans le lien qui suit vous trouverez une application interactive de calcul de la hauteur uniforme dans une section trapézoïdale variable. (Attention, il vous faut un navigateur supportant le Java) Calcul de h u

Sections fermées

La hauteur uniforme n'est plus une fonction univoque de Q. Dans les environs du débit maximum, deux hauteurs uniformes sont possibles pour le même débit. Dans le cas de l'aqueduc circulaire, le débit est maximum pour h u = 0,95 . d et vaut 1,07 fois le débit en charge.

A côté de cette première considération, la méthode de calcul de h u reste identique.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 3 - Distribution des vitesses et

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 3 - Distribution des vitesses et formes des canaux

3 - Distribution des vitesses et formes des canaux et rivières

Distribution des vitesses

Même si la vitesse reste constante entre les sections (hypothèse de l'écoulement uniforme fort proche de la réalité), elle varie au sein d'une même section. Les figures suivantes donnent la distribution des vitesses sur une verticale (distribution logarithmique avec un maximum près de la surface) et sur une horizontale :

un maximum près de la surface) et sur une horizontale : Quelques définitions de vitesses :
un maximum près de la surface) et sur une horizontale : Quelques définitions de vitesses :

Quelques définitions de vitesses :

V : vitesse moyenne donnée par Q / A

V S : vitesse à la surface libre

V max : vitesse maximale près de la surface

Etant donné cette non-uniformité de la vitesse, il est parfois nécessaire de tenir compte d'un coefficient correctif dans le terme de l'énergie spécifique :

où le coefficient

le terme de l'énergie spécifique : où le coefficient est donné par : . V 2

est donné par :

spécifique : où le coefficient est donné par : . V 2 / 2 . g

. V 2 / 2 . g

 

Valeurs de α

Minimum

Moyenne

Maximum

Canaux réguliers, chenaux déversants

1,10

1,15

1,20

Rivières naturelles, torrents

1,15

1,30

1,50

Rivières recouvertes par les glaces

1,20

1,50

2,00

Rivières de vallée en crue

1,50

1,75

2,00

Canaux à profil ouvert

Profils simples Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les différents types de

Profils simples

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Les différents types de sections de canaux artificiels :

Les différents types de sections de canaux artificiels : o trapézoïdale : cas le plus fréquent

o

trapézoïdale : cas le plus fréquent

o

rectangulaire : quais d'amarrage ou canaux en zone urbaine

o

semi-circulaire : canaux d'irrigation

o

parabolique : canaux d'irrigation en terre présentant une même résistance à l'érosion sur toute la paroi.

une même résistance à l'érosion sur toute la paroi. Pour un profil trapézoïdal, on distingue :

Pour un profil trapézoïdal, on distingue :

EF : gueule du canal

BC : le plafond du canal

EB et FC : talus dont la pente s'exprime comme suit :

tg delta = 1 / p

Quelques valeurs de p

Nature de la paroi

Valeur de p

Rocher compact, maçonnerie, béton

0

1/4

Rocher fissuré, maçonnerie en pierres sèches

 

2/4

Argile dure

 

3/4

Alluvions compactes

 

4/4

Gros graviers

 

6/4

Terre ordinaire, sable grossier

 

8/4

Terre remuée, sable moyen

8/4

10/4

Lorsque le canal est en remblai, il y a lieu de multiplier les valeurs de p par 1,5.

Sections composées

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Cette situation est rencontrée lors d'un

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Cette situation est rencontrée lors d'un débordement

Cette situation est rencontrée lors d'un débordement ou de l'inondation du lit majeur d'un cours d'eau

de l'inondation du lit majeur d'un cours d'eau Pour obtenir le débit dans une telle section,

Pour obtenir le débit dans une telle section, on la divise en sous-sections en prolongeant les talus

naturels (voir figure). On suppose que chacune d'elles est animée de sa vitesse propre calculable par la

formule de Chézy :

Q = A 1 V 1 + A 2 V 2 + A 3 V 3

Les rayons hydrauliques R 1 , R 2 , R 3 sont calculés comme suit : R 1 = A 1 / P 1 = (aire ABCD) / (AB + BD) Cette méthode est purement empirique, elle n'est utilisée que dans le cas où les différentes sections sont bien marquées.

Sections hétérogènes

sections sont bien marquées. Sections hétérogènes Si P i sont les périmètres mouillés correspondant aux

Si P i sont les périmètres mouillés correspondant aux rugosités C i , alors le périmètre mouillé total :

P = P 1 + P 2 +

+ P n

Soient A i les sous-sections fictives correspondant aux zones d'influence des différentes rugosités, l'aire

totale est donnée par : A = A 1 + A 2 +

+ A n

On suppose que la vitesse est la même dans chaque sous-section et est égale à la vitesse moyenne

générale : V = V 1 = V 2 =

= V n

C 1 R 1 1/2 i 1/2 = C 2 R 2 1/2 i 1/2 =

= C n R n 1/2 i 1/2 = C R 1/2 i 1/2

Aqueducs à section fermée

Dans ce cas-ci, la hauteur h n'est pas une fonction univoque du débit Q car Q est une fonction de (A / P) et P croît beaucoup plus rapidement que A au voisinage de l'écoulement plein.

canalisations circulaires

Q max = 1,07 Q plein, non en charge pour h = 0,95d

4 - Forme optimale d'un canal

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En reprenant la formule de Chézy

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En reprenant la formule de Chézy pour le débit

En reprenant la formule de Chézy pour le débit : Q = A . V = A . C . R 1/2 . i 1/2

On constate que, pour une pente i, une rugosité C, et une aire A données, le débit sera maximal pour le rayon hydraulique R maximal, c'est -à-dire pour un périmètre mouillé minimal. (voir définition du rayon hydraulique) Cette situation correspond à :

l'optimum hydraulique : débit Q maximum,

l'optimum économique : périmètre minimum, et donc surface du revêtement minimum.

Section semi-circulaire

donc surface du revêtement minimum. Section semi-circulaire De par ses propriétés géomètriques, le cercle est la

De par ses propriétés géomètriques, le cercle est la forme offrant la plus grande surface pour le plus petit périmètre. Travaillant dans les écoulements à section ouverte, nous nous intéresserons au cas du demi-cercle.

R = A / P = r / 2 = h / 2

Cette forme n'est cependant pas facile à mettre en oeuvre pour les canaux à grande section. Ces canaux seront plutôt de formes trapézoïdales ou rectangulaires.

Section trapézoïdale

trapézoïdales ou rectangulaires. Section trapézoïdale centre sur l'axe de la suface libre. Elle est définie

centre sur l'axe de la suface libre.

Elle est définie par trois éléments :

o

la largeur au plafond l ;

o

la hauteur h ;

o la pente du talus 1 / p ; mais ce paramètre dépend de la nature du sol ou du revêtement et n'est donc pas un élément de choix économique.

En maximisant le rayon hydraulique pour une aire donnée, le calcul nous montre que le profil trapézoïdal optimal et circonscrit à la demi circonférence de rayon égal à la profondeur h et de

Détail du calcul de la section trapézoïdale optimale

Calculons l'aire A et le périmètre mouillé P:

A = h (l +p . h)

P = l + 2 . h (1 + p 2 ) 1/2

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Comme nous voulons maximiser R =

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Comme nous voulons maximiser R = A / P

Comme nous voulons maximiser R = A / P pour une aire donnée, cela revient à poser:

dA = 0, puisque A est une constante,

dP= 0, puisque nous voulons minimiser P.

Ce qui se traduit par :

dA = h . dl + (l + 2 . p . h) dh = 0

En éliminant dl puis dh :

dP = dl + 2 . (1 + p 2 ) 1/2 dh

-2 . h . (1 + p 2 ) 1/2 + (l + 2 . p . h) = 0

Nous obtenons alors la condition sur l:

l = 2 . h [ (1 + p 2 ) 1/2 - p ]

En faisant le parallèle avec la figure et en remplaçant les termes par leurs correspondants :

OF = CD FD

OF + FD = OD = CD

Le triangle ODC est donc isocèle et ses hauteurs sont égales:

OK = FC = h

Le profil trapézoïdal optimal est donc circonscrit à la demi circonférence de rayon égal à la profondeur h et dont le centre est sur l'axe de la surface libre.

Section rectangulaire

Cette section n'est qu'un cas particulier de la section trapézoïdale avec une pente de talus p = 0. Dans la pratique, le problème n'est pas aussi simple. Etant donné une hauteur d'eau assez élevée, les sections obtenues ont les désavantages suivants :

terrassements en profondeur fort coûteux

charge d'eau importante sur le fond : risque d'infiltration d'eau

stabilité des parois plus difficile

Ces considérations conduisent à choisir, dans la pratique, des profondeurs plus faibles. Lorsque le dimensionnement du canal est fini, il est aussi intéressant de vérifier la vitesse moyenne. Si elle est

trop faible, il y a un risque de formation d'algues,

; si elle est trop grande, risque d'érosion des parois du canal.

Chapitre 3 :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) L’écoulement graduellement varié 1 - Hypothèses

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) L’écoulement graduellement varié 1 - Hypothèses et

L’écoulement graduellement varié

1 - Hypothèses et notions de base

Un écoulement à surface libre est dit "graduellement varié" si :

les hypothèses du mouvement uniforme ne sont pas vérifiées:

o

le tirant d'eau, la vitesse, la section mouillée varient d'une section à l'autre

o

la ligne de charge, la surface de l'eau et le fond du canal ne sont plus parallèles

les hauteurs et les vitesses présentent une évolution progressive, afin de pouvoir considérer les vitesses comme parallèles.

Si les variations sont brusques, alors nous aurons à faire à un écoulement brusquement varié.

Dans les deux cas, nous considérerons qu'en chaque point les différents paramètres sont constants mais qu'ils peuvent varier en fonction de l'emplacement.

L'hypothèse de parallélisme des vitesses impose que:

la ligne d'eau et l'axe hydraulique restent relativement parallèles au fond

les changements de section soient très progressifs

 les changements de section soient très progressifs Cet hypothèse permet aussi de supposer une distribution

Cet hypothèse permet aussi de supposer une distribution hydrostatique des pressions dans une section donnée.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les situations données aux deux figures

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les situations données aux deux figures suivantes sont donc

Les situations données aux deux figures suivantes sont donc à exclure car la distribution des vitesses n'y est pas hydrostatique.

la distribution des vitesses n'y est pas hydrostatique. Théorème de Bernoulli Partons de l'équation de

Théorème de Bernoulli

Partons de l'équation de Bernoulli entre deux points :

z 1 + (p 1 /

de Bernoulli entre deux points : z 1 + (p 1 / ) + (V 1

) + (V 1 2 / 2g) = z 2 + (p 2 /

+ (p 1 / ) + (V 1 2 / 2g) = z 2 + (p

) + (V 2 2 / 2g) + J 12

où J 12 est la perte de charge entre les deux points (>0 dans le sens du débit)

charge entre les deux points (>0 dans le sens du débit) On peut étendre cette équation

On peut étendre cette équation à l'écoulement entre deux sections entières :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) que l'on peut aussi écrire :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) que l'on peut aussi écrire : où : Z
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) que l'on peut aussi écrire : où : Z

que l'on peut aussi écrire :

où :

Z 1 +

(ULT) que l'on peut aussi écrire : où : Z 1 + 1 . (V 1

1 . (V 1 2 / 2g) = Z 2 +

: où : Z 1 + 1 . (V 1 2 / 2g) = Z 2

H 1 = H 2 + J 12

2 . (V 2 2 / 2g) + J 12

Z i : cotes de la surface libre dans les sections respectives par rapport à un plan de référence. On suppose donc que p 1 = p 2 = p atm .

V i : vitesses moyennes dans les sections respectives

i : coefficients de distribution de vitesses

J 12 : perte de charge entre les sections 1 et 2

 J 1 2 : perte de charge entre les sections 1 et 2 C'est la

C'est la forme différentielle de cette équation qui nous permettra de dériver l'équation fondamentale des axes hydrauliques :

dz + d(

l'équation fondamentale des axes hydrauliques : dz + d( . (V 2 /2g)) + j ds

. (V 2 /2g)) + j ds = 0

où j est la perte de charge par unité de longueur ou pente hydraulique

Pente hydraulique et pente de fond

En mouvement varié, nous avons trois types de pentes :

la pente de fond :

i = -(dZ 0 ) / ds = (Z 01 - Z 02 ) / (s 2 - s 1 )

la pente de la ligne d'eau :

-(dZ) / ds = (Z 1 - Z 2 ) / (s 2 - s 1 )

la pente hydraulique : (perte de charge unitaire)

j = -(dH) / ds = (H 1 - H 2 ) / (s 2 - s 1 )

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En mouvement uniforme, nous savions que

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En mouvement uniforme, nous savions que i = j,

En mouvement uniforme, nous savions que i = j, ce qui n'est plus vérifié en mouvement varié. Mais nous ferons l'hypothèse que la pente hydraulique en une section donnée est égale à celle d'un mouvement uniforme de même débit et de même vitesse.

Si nous avons un canal de pente de fond i et de débit Q, on peut calculer :

1. par la formule de Manning, la hauteur uniforme h u qui correspondrait à un mouvement uniforme de débit Q :

Q = (1 / n) . A u . R u 2/3 . i 1/2

où A u , R u sont l'aire et le périmétre mouillés pour une section d'une hauteur d'eau h u ;

2. la pente hydraulique j par lhypothèse faite au paragraphe précédent c'est-à-dire en utilisant la formule de Manning avec le même débit Q mais avec une hauteur d'eau h :

Q = (1 / n) . A . R 2/3 . i 1/2

Le rapport des deux formules précédentes nous donne :

j / i = (A u / A) 2 . (R u / R) 4/3

 

Analyse de cette équation

Si

h > h u

h < h u

alors

A > A u et R > R u

A < a u et R < r u

on a donc

j < i

j > i

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences & Technique de
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences & Technique de
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences & Technique de
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 2 - L'énergie spécifique Définition

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

2 - L'énergie spécifique

Définition

de Tunis (ULT) 2 - L'énergie spécifique Définition L'énergie spécifique (charge spécifique) dans une

L'énergie spécifique (charge spécifique) dans une section transversale d'un canal ou d'une rivière est :

la valeur moyenne de l'énergie des molécules du liquide de cette section, par unité de poids de ce liquide, par rapport à l'horizontale passant par le point le plus bas de cette section ;

la charge moyenne de la section par rapport à un plan de référence privilégié ;

section par rapport à un plan de référence privilégié ;  la distance entre la ligne

la distance entre la ligne de charge et le fond dans une section donnée.

E = h . (1 - i 2 ) 1/2 + (a . Q 2 ) / (2 . g . A 2 ) qui peut aussi s'écrire : f (E, Q, h) = 0

puisque :

i est fixé pour un canal donné

a est supposé constant (souvent = 1)

A est une fonction de h pour une section donnée

Courbe (h - Q) à E constant

De l'équation de l'énergie spécifique, on peut extraire le débit : Q 2 = f (E, h)

Propriétés de cette équation du second degré :

Les racines :

1. h = 0

2. h = E / (1 - i 2 ) 1/2

Un maximum : la hauteur h correspondant à ce débit maximum pour une énergie donnée s'appelle la profondeur critique h c et la condition de ce débit est :

(
(

. Q 2 . L) / (g . A 3 ) = (1- i 2 ) 1/2

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Sur la courbe, on constate que

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Sur la courbe, on constate que dans une section
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Sur la courbe, on constate que dans une section

Sur la courbe, on constate que dans une section donnée pour un débit Q et une énergie spécifique E, deux situations sont possibles correspondant à deux hauteurs. (points a et b)

Courbe (E - h) à Q constant

Au lieu de dessiner la courbe : E = f(Q, h) on dessinera plutôt : E / (1 - i 2 ) 1/2 = f(Q, h)

Cette courbe présente deux asymptotes :

1. une droite d'équation : E = h . (1 - i 2 ) 1/2 qui est, dans le système d'axe choisi, une droite à 45°

2. l'axe E

Cette courbe présente aussi un minimum qui correspond également au régime critique car elle a la même condition mathématique.

critique car elle a la même condition mathématique. Comme sur la courbe précédente, nous avons deux

Comme sur la courbe précédente, nous avons deux situations possibles correspondant à deux profondeurs possibles.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 3 - Célérité d'une intumescence

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 3 - Célérité d'une intumescence infinitésimale

3 - Célérité d'une intumescence infinitésimale

Après avoir considéré un canal de pente négligeable, de section rectangulaire et de profondeur h dans lequel l'écoulement est uniforme et caractérisé par une vitesse moyenne V, nous avons appliqué au volume de contrôle ci-dessous l'équation d'Euler sur la conservation de la quantité de mouvement :

sur la conservation de la quantité de mouvement : F où est la résultante des forces

F où est la résultante des forces externes appliquées au volume de contrôle, m la masse et V la vitesse.

Nous avons projeté cette équation sur un axe horizontal (parallèle au fond vu que la pente est négligeable) et nous en avons en déterminé les différents membres.

et nous en avons en déterminé les différents membres. Après avoir fait deux hypothèses très importante

Après avoir fait deux hypothèses très importante :

L'hypothèse de continuité : Q=A/V

L'hypothèse que l'intumescence est infinitésimale : (h1+h2)/2=h2

Nous avons obtenu le résultat suivant :

: (h1+h2)/2=h2 Nous avons obtenu le résultat suivant : Et si nous généralisons l'expression au cas

Et si nous généralisons l'expression au cas du canal non rectangulaire de section A et de largeur L au niveau de la surface libre, on obtient :

et de largeur L au niveau de la surface libre, on obtient : où hm est

où hm est la profondeur moyenne (=A/L).

Nous avons ensuite mis en parallèle de ces résultats, le nombre de Froude défini par:

de ces résultats, le nombre de Froude défini par: Il nous permet de caractériser l'écoulement par

Il nous permet de caractériser l'écoulement par sa valeur.

Nous avons ensuite montré qu'un nombre de Froude égal à 1 correspond à l'écoulement en régime critique, ce qui nous a permis de différencier deux types d'écoulements : supercritique et subcritique:

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 4 - Evolution de l'énergie spécifique

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 4 - Evolution de l'énergie spécifique Analyse des
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 4 - Evolution de l'énergie spécifique Analyse des

4 - Evolution de l'énergie spécifique

Analyse des différents types d'écoulements variés

Nous avons défini deux profondeurs caractéristiques qui nous permettent de distinguer différents types d'écoulements :

1. la profondeur uniforme h u :

a. h > h u : dans ce cas j < i

b. h = h u : dans ce cas j = i (mouvement uniforme)

c. h < h u : dans ce cas j > i

2. la profondeur critique h c :

a. h > h c et V < V c : écoulement subcritique

b. h = h c et V = V c : écoulement critique

c. h < h c et V > V c : écoulement supercritique

De la position relative de ces deux hauteurs caractéristiques dépend le type de pente de fond :

Types de pente

i

h

u

h

c

h u et h c

Contre-pente

i < 0

inexistant

valeur finie

 

canal horizontal

i = 0

infini

valeur finie

 

canal à faible pente

0 < i < i c

valeur finie

valeur finie

h

> h c

pente critique

i = i c

valeur finie

valeur finie

h

= h c

canal à forte pente

i > i c

valeur finie

valeur finie

h

< h c

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Evolution de l'énergie spécifique La figure

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Evolution de l'énergie spécifique

Libre de Tunis (ULT) Evolution de l'énergie spécifique La figure nous montre que : i .
Libre de Tunis (ULT) Evolution de l'énergie spécifique La figure nous montre que : i .

La figure nous montre que : i . Ds + E 1 = E 2 + j . Ds à la limite :

Cas de la contre-pente

dE / ds = i - j

j . Ds à la limite : Cas de la contre-pente dE / ds = i

Comme i est négatif, dE / ds ne peut être que négatif

si h < h c : la profondeur va croître pour tendre vers h c (point A)

si h > h c : la profondeur va diminuer pour tendre vers h c (point B)

Cas du canal horizontal Comme j > i = 0, nous nous retrouvons dans la même situation que la précédente.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Cas du canal à faible pente

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Cas du canal à faible pente de fond Comme h u existe, nous avons quatre possibilités :

Comme h u existe, nous avons quatre possibilités : Cas du canal à pente critique Cas
Comme h u existe, nous avons quatre possibilités : Cas du canal à pente critique Cas

Cas du canal à pente critique

avons quatre possibilités : Cas du canal à pente critique Cas du canal à forte pente

Cas du canal à forte pente de fond

1. h < h c : (point A) comme h < h u , j > i et dE / ds

< 0 : l'écoulement se dirige vers le régime critique par

augmentation de la profondeur : axe limité vers l'aval ;

2. h c < h < h u : (point B) cette fois encore dE / ds

< 0 : l'écoulement se dirige vers le régime critique par

diminution de la profondeur : axe limité vers l'aval ;

3. h = h u : (point D) comme h = h u , i = j et dE / ds

<

0 : l'écoulement reste stable, c'est le régime uniforme

;

4. h > h u : (point E) i > j et dE / ds > 0 : la hauteur

augmente indéfiniment ;

Les profondeurs h c et h u sont égales. Trois possibilités existent :

:

l'écoulement se dirige vers le régime critique par

augmentation de la profondeur : axe limité vers l'aval ;

2. h = h c = h u : (point C) j = i, dE / ds = 0 : régime

uniforme stable ;

3. h > h c = h u : (point B) j < i, dE / ds > 0 : la

hauteur augmente indéfiniment ;

1. h

<

h c

=

h u

:

(point

A)

j

>

i,

dE /

ds

<

0

h < h c = h u : (point A) j > i, dE / ds

Comme h et h ne sont plus égales, nous avons de nouveau quatre possibilités :

1. h

<

h u

:

(point a) j

>

i

et

profondeur augmente vers l'aval

régime uniforme ;

dE

/

ds

<

0

:

la

pour

atteindre

le

2. h = h u : (point B) j = i et dE / ds = 0 : régime

uniforme ;

3. h u < h < h c : (point D) j < i et de / ds > 0 : la

profondeur diminue vers l'aval pour atteindre le régime

uniforme ;

la

profondeur augmente vers l'aval pour s'éloigner du

point C ;

4. h

>

h c

:

(point

E)

j

<

i

et

de

/

ds

>

0

:

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 5 - Les axes hydrauliques Equation

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 5 - Les axes hydrauliques Equation différentielle du

5 - Les axes hydrauliques

Equation différentielle du mouvement graduellement varié En partant de l'équation de Bernoulli, voir démonstration en bas, on obtient l'équation différentielle qui nous permettra de déterminer les axes hydrauliques:

qui nous permettra de déterminer les axes hydrauliques: Equation différentielle du mouvement graduellement varié

Equation différentielle du mouvement graduellement varié

Repartons de l'équation de Bernoulli sous forme différentielle dans le cas d'un mouvement permanent où les filets fluides peuvent être considérés comme parallèles :

fluides peuvent être considérés comme parallèles : où  z : altitude de la surface libre

z : altitude de la surface libre par rapport à un plan de référence

V : la vitesse moyenne dans une section

j : la perte de charge par unité de longueur

ds : distance entre deux sections infiniment proches.

 ds : distance entre deux sections infiniment proches. Prenons un plan de référence passant par

Prenons un plan de référence passant par le pied de la section 2. Du schéma suivant,

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) on déduit : Le second terme

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) on déduit : Le second terme peut s'écrire en
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) on déduit : Le second terme peut s'écrire en

on déduit :

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) on déduit : Le second terme peut s'écrire en

Le second terme peut s'écrire en remplaçant V par Q/A et en supposant

peut s'écrire en remplaçant V par Q/A et en supposant constant: En mettant ensemble tous les

constant:

en remplaçant V par Q/A et en supposant constant: En mettant ensemble tous les termes précédents,

En mettant ensemble tous les termes précédents, on obtient :

mettant ensemble tous les termes précédents, on obtient : Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences &
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Etude qualitative des axes hydrauliques en

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Etude qualitative des axes hydrauliques en canaux

Etude qualitative des axes hydrauliques en canaux prismatiques

dh / ds = N / D où N et D sont respectivement le numérateur et le dénominateur, tous deux fonctions de h. Analyse de N :

i = j : c'est-à-dire h = h u (régime uniforme) donc h est constant : N = O et dh / ds = 0

i < j : c'est-à-dire h < h u donc N < o ;

i > j : c'est-à-dire h > h u donc N > O. Analyse de D :

h = h c : (régime critique) D = 0, dh / ds tend vers +/- l'infini ;

h < h c : D < 0 ;

h > h c : D > 0 ; Nous sommes maintenant en mesure de définir les différents axes hydrauliques.

Canaux à faible pente de fond (axes M) La discussion de l'équation différentielle peut se résumer sous forme d'un tableau :

Valeur de h

N

D

dh / ds

Axe

h

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal

h u < h < infini

> 0

> 0

 

>

0

Axe M 1

 

h = h u

0

> 0

 

0

Parallèle au fond : axe M u

h c < h < h u

< 0

> 0

 

< 0

Axe M 2

 

h

= h c

< 0

0

+/- infini

Perpendiculaire au fond (théorique)

 

0 < h < h c

< 0

< 0

 

>

0

Axe M 3

 

h

= 0

- infini

- infini

(g . P) / (a . C 2 . L)

Pente positive finie (théorique)

h

=

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal (théorique)

i / (1 - i 2 ) 1 / 2 Horizontal (théorique) Gaaloul Noureddine : Docteur
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Canaux à forte pente de fond

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Canaux à forte pente de fond (axes S)

Libre de Tunis (ULT) Canaux à forte pente de fond (axes S) Valeur de h N

Valeur de h

N

D

dh / ds

 

Axe

h

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal

h c < h < infini

>

0

> 0

 

>

0

Axe S 1

 

h

     

Perpendiculaire

au

fond

 

= h c

>

0

0

+/- infini

(théorique)

h u < h < h c

>

0

< 0

 

< 0

Axe S 2

 

h = h u

0

< 0

 

0

Parallèle au fond : axe S u

 

0 < h < h u

< 0

< 0

 

>

0

Axe S 3

 

- infini

- infini

(g . P) / (a . C 2 . L)

Pente positive finie (théorique)

 

h

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal (théorique)

 
- i 2 ) 1 / 2 Horizontal (théorique)   Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Canaux à pente critique (axes C)

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Canaux à pente critique (axes C) Ce type d'axes

Canaux à pente critique (axes C) Ce type d'axes est beaucoup plus rare. Nous le traiterons comme le cas limite des axes M et S où h u et h c tendent l'un vers l'autre pour s'égaler à la limite et faire disparaître la région des axes M 2 et S 2 . L'axe C 1 découle de l'axe M 1 et S 1 qui tendent à la limite vers une horizontale. Cet axe sera donc rectiligne et horizontal. L'axe C 3 , tout comme le précédent, est rectiligne et horizontale.

, tout comme le précédent, est rectiligne et horizontale. Canaux horizontaux (axes H) Valeur de h

Canaux horizontaux (axes H)

Valeur de h

N

D

dh / ds

Axe

h

= + infini

0

1

0

Horizontal

h c < h < infini

< 0

> 0

< 0

Axe H 2

 

h

= h c

< 0

0

+/- infini

Perpendiculaire au fond (théorique)

 

0 < h < h c

< 0

< 0

> 0

Axe H 3

 

h

= 0

- infini

- infini

(g . P) / (a . C 2 . L)

Pente positive finie (théorique)

h

= - infini

0

1

0

Horizontal (théorique)

h = - infini 0 1 0 Horizontal (théorique) Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences &
Canaux à contre-pente (axes A) Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Valeur

Canaux à contre-pente (axes A)

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Valeur de h N D   dh / ds

Valeur de h

N

D

 

dh / ds

Axe

h

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal

h c < h < infini

<

0

> 0

 

< 0

Axe A 2

 

h

= h c

<

0

0

 

+/- infini

Perpendiculaire au fond (théorique)

0 < h < h c

<

0

< 0

 

> 0

Axe A 3

 

h

= 0

- infini

- infini

(g . P) / (a . C 2 . L)

Pente positive finie (théorique)

h

=

i

(1 - i 2 ) 1/2

i

/ (1 - i 2 ) 1/2

Horizontal (théorique)

i / (1 - i 2 ) 1 / 2 Horizontal (théorique) Propriétés communes aux axes

Propriétés communes aux axes hydrauliques

Dans tous les axes vus précédemment, on retrouve un certain nombre de propriétés :

a. Dans les zones 1 et 3, l'axe est toujours en exhaussement et la vitesse en décélération. Dans les zones 2, il y a abaissement et accélération. b . Aucun axe ne coupe le niveau uniforme, le raccord étant toujours asymptotique.

c . Pour les faibles pentes, c'est le régime uniforme qui règne loin à l'amont d'une singularité, tandis que pour les fortes pentes, c'est à l'aval qu'on le retrouve.

d. Les axes coupent le niveau critique h théoriquement à angle droit (sauf pour les axes C). Dans la réalité,

ce passage est instable (p. ex.: ondulations,

).

e . Si h > h u , i > j et dE / ds > 0 : la ligne de charge s'élève par rapport au fond. f . La ligne d'eau d'un écoulement à surface libre est une succession d'axes de types distincts.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 6 - Calcul des axes hydrauliques

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) 6 - Calcul des axes hydrauliques Nous avons à

6 - Calcul des axes hydrauliques

Nous avons à notre disposition trois méthodes de calcul des axes hydrauliques :

1. la méthode de Bresse,

2. l'intégration numérique,

3. l'intégration par différences finies.

Méthode de Bresse

La méthode de Bresse est une intégration analytique de l'équation différentielle des axes hydrauliques. Hypothèses :

L >>> h : comme ça le rayon hydraulique R peut être confondu avec le tirant d'eau h

distribution uniforme des vitesses : a = 1

(1 - i 2 ) 1/2 = 1 Ce qui nous donne comme équation :

2 ) 1 / 2 = 1 Ce qui nous donne comme équation : Après calcul,

Après calcul, nous obtenons la formule de Bresse :

dh / ds = i . (h 3 - h u 3 ) / (h 3 - h c 3 ) En posant x = h / h u et en intégrant entre deux sections d'abscisse s 0 et s 1 , on obtient une formule du type :

Méthode de calcul de l'axe :

i (s 1 - s 0 ) = f(h u , h c , x)

1. calcul de h c et h u ,

2. on choisit une section s 0 , dont on connaît h 0 et donc x 0 = h / h 0 ,

3. on choisit une hauteur h 1 (donc x 1 )peu différente de h 0 et par la dernière formule, on obtient l'abscisse de

s 1 ,

4. on réitère, en prenant s 1 comme nouvelle section de départ.

Cette méthode est exacte et rapide si on reste dans le cadre des hypothèses. En général, on lui préfèrera une méthode numérique plus générale.

Intégration numérique

Repartons de l'équation différentielle des axes hydrauliques qui peut se mettre, si on connait le débit et le profil du canal, sous la forme:

soit en séparant les variables :

dh / ds = N / D = f(h)

ds = ( D / N ) dh = dh / f(h)

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Nous obtenons une équation différentielle du

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Nous obtenons une équation différentielle du premier ordre

Nous obtenons une équation différentielle du premier ordre intégrable moyennant une constante d'intégration, connue, par exemple, grâce à une condition aux limites.

connue, par exemple, grâce à une condition aux limites. Méthode de calcul de l'axe : 

Méthode de calcul de l'axe :

on choisit une section où l'on connaît s et h, et un intervalle de profondeur dh,

on calcule ds en utilisant h + dh/2 comme valeur pour f(h) de façon à trouver la pente moyenne de l'intervalle,

On voit directement sur le graphe, que le calcul avec f(h +dh/2) (point B) donne une bien meilleure solution que f(h) (point C).

on réitère avec la nouvelle section.

Intégration par différences finies

la nouvelle section. Intégration par différences finies On peut déduire de la figure : ou encore

On peut déduire de la figure :

ou encore :

Méthode de calcul :

E 1 + i . Ds = E 2 + j . Ds

Ds = DE / (i - j)

1. Choix d'une section 1 (s 1 , h 1 ) et d'un h 2 ,

2. calcul de Ds avec la formule :

s 2 - s 1 = (E 2 - E 1 ) / ( i - (j(h 1 ) + j(h 2 ))/2)

3. nouvelle itération avec la section obtenue.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 4 : L’écoulement brusquement varié

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 4 : L’écoulement brusquement varié 1- Le

Chapitre 4 :

L’écoulement brusquement varié

1- Le ressaut hydraulique stationnaire

Définition et description du ressaut

Le ressaut hydraulique stationnaire est une brusque surélévation d'un courant permanent. Celle-ci passe d'une profondeur h 1 < h c (supercritique ou axe d'amont) à une profondeur h 2 > h c (subcritique ou axe d'aval). Si le ressaut présente un exhaussement de la ligne d'eau suffisamment important, un ou plusieurs rouleaux se produisent avec déferlement et turbulence, si bien qu'une perte de charge non-négligeable se produit au droit du ressaut.

de charge non-négligeable se produit au droit du ressaut. Soient A 1 et A 2 les

Soient A 1 et A 2 les sections à l'amont et à l'aval où les filets fluides sont supposés pratiquement parallèles, on distinguera :

les profondeurs conjuguées h 1 et h 2

la hauteur du ressaut = h 2 - h 1

la longueur du ressaut

du ressaut = h 2 - h 1  la longueur du ressaut : paramètre purement

: paramètre purement expérimental qui, en général, est évalué par :

= 6 (h 2 - h 1 ) 2 - h 1 )

= 6 h 2 , encore plus proche de la réalité. 2 , encore plus proche de la réalité.

la perte de charge J : abaissement de la ligne de charge.

Types de ressauts

Le ressaut sépare un axe supercritique ou d'amont (nombre de Froude Fr > 1) d'un axe subcritique ou d'aval (Fr < 1).

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Suivant que le nombre de Froude

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Suivant que le nombre de Froude soit plus ou
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Suivant que le nombre de Froude soit plus ou

Suivant que le nombre de Froude soit plus ou moins proche de 1, le ressaut changera de configuration :

Fr 1 = 1 : régime critique sans ressaut

1 < Fr 1 < 1,7 : ressaut ondulé : surface présente des ondulations, les hauteurs conjuguées sont trop proches de la hauteur critique qui est instable.

1,7 < Fr 1 < 2,5 : ressaut faible : petits rouleaux, mais la surface de l'axe reste lisse à l'aval.

2,5 < Fr 1 < 4,5 : ressaut oscillant : jet oscillant tantôt vers le fond, tantôt vers la surface du canal. A chaque oscillation naît une onde partant vers l'aval qui peut provoquer des dégats considérables.

4,5 < Fr 1 < 9 : ressaut stable : ressaut bien équilibré qui dissipe 45 à 70 % de son énergie spécifique dans les meilleurs conditions.

Fr 1 > 9 : ressaut raide : le jet rapide est perturbé par la retombée des rouleaux, et induit des ondes importantes vers l'aval.

Equation du ressaut stationnaire

Schématisons le phénomène par la figure suivante :

Schématisons le phénomène par la figure suivante : Les hypothèses :  fond du canal est

Les hypothèses :

fond du canal est horizontal : on néglige la composante du poids propre parallèle au fond

frottement le long des parois est négligeable : ces pertes de charge sont faibles par rapport à celles dues à la turbulence

filets fluides parallèles dans les sections A 1 et A 2 : dépend du choix du volume de contrôle

vitesses uniformes dans les sections A 1 et A 2 : si bien que les coefficients de distribution d'énergie cinétique et de distribution de quantité de mouvement sont = 1.

Pour écrire l'équation du ressaut, on repart de l'équation d'Euler appliquée au volume ABDC qui devient après un laps de temps le volume A'B'D'C'.

après un laps de temps le volume A'B'D'C'. Etant donné les hypothèses, les seules forces horizontales

Etant donné les hypothèses, les seules forces horizontales sont les pressions hydrostatiques le long de AB et de CD:

F P(AB) =

pressions hydrostatiques le long de AB et de CD: F P(AB) = . g . Z

. g . Z G1 . A 1

Où Z G : profondeur verticale du centre de gravité de la section A.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Z G = h G (

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Z G = h G ( 1 - i 2 ) 1/2

de Tunis (ULT) Z G = h G ( 1 - i 2 ) 1 /

En développant la quantité de mouvement et en intégrant toutes ces données dans l'équation d'Euler, on obtient

l'équation du ressaut stationnaire :

(Q 2 / g A 1 ) + A 1 . Z G1 = (Q 2 / g A 2 ) + A 2 . Z G2

2-Impulsion totale et profondeur conjuguée

Impulsion totale

L'impulsion totale F en une section est égale à:

F = (Q 2 / g . A) + A . Z G = (Q 2 / g . A) + A . h G . (1-i 2 ) 1/2

= (Q 2 / g . A) + A . h G . (1-i 2 )

Etudions la variation de F / (1-i 2 ) 1/2 :

/ 2 Etudions la variation de F / (1-i 2 ) 1 / 2 : 

si h tend vers 0, alors A et h G tendent vers 0, si bien que F tend vers l'infini : asymptotique à l'axe des ordonnées

si h tend vers l'infini, A et h G tendent aussi vers l'infini si bien que la fonction tend vers l'infini :

asymptotique à une courbe paraboliquedu type A . h G .

La fonction présente donc un minimum (dérivée par rapport à h = 0) :

présente donc un minimum (dérivée par rapport à h = 0) : Comme nous le constatons

Comme nous le constatons sur la figure, dA / dh = L.

A . h G est le moment statique de la section mouillée par rapport à la surface libre. Nous pouvons écrire

l'accroissement de ce moment statique :

pouvons écrire l'accroissement de ce moment statique : Gaaloul Noureddine : Docteur en Sciences & Technique
Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En faisant tendre dh vers 0

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En faisant tendre dh vers 0 : En remettant
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) En faisant tendre dh vers 0 : En remettant

En faisant tendre dh vers 0 :

Libre de Tunis (ULT) En faisant tendre dh vers 0 : En remettant toutes ces considérations

En remettant toutes ces considérations ensemble, nous constatons que la hauteur correspondant à l'impulsion minimale est la hauteur critique.

La profondeur conjuguée

Ayant introduit la notion d'impulsion totale, l'équation fondamentale du ressaut peut s'écrire comme:

F 1 = F 2 On en déduit que deux hauteurs h 1 et h 2 correspondent à une même valeur de l'impulsion totale, ces deux hauteurs sont appelées hauteurs conjuguées se situent de part et d'autre de la hauteur critique h c .

Calcul de la profondeur conjuguée Le calcul peut se faire itérativement en partant de la formule fondamentale du ressaut et en supposant que la pente soit suffisament faible pour que cette équation reste valable. La convergence d'un tel calcul est difficile à assurer. Une autre possibilité est de tracer la courbe de F et de rechercher graphiquement la hauteur conjuguée.

Position du ressaut

graphiquement la hauteur conjuguée. Position du ressaut Prenons le cas d'une faible pente de fond, si

Prenons le cas d'une faible pente de fond, si un axe M 3 commence au pied d'une vanne, sa longueur ne peut qu'être limitée. La seule possibilité est un raccordement à un axe M 1 , M 2 ou M u . Ce passage d'un axe supercritique à un axe subcritique se fera par un ressaut.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Méthode pour déterminer l'emplacement du

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Méthode pour déterminer l'emplacement du ressaut 1. on
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Méthode pour déterminer l'emplacement du ressaut 1. on

Méthode pour déterminer l'emplacement du ressaut

1. on trace les axes M 3 et M 2

2. calcul de l'axe conjugué (par exemple à M 3 ) : M 3 '

3. si on veut une grande précision, on translate l'axe conjugué de

4. l'intersection entre M 3 '' et M 2 nous donne la tête du ressaut

5. sur M 3 , décalé de

nous donne la tête du ressaut 5. sur M 3 , décalé de , on trouve

, on trouve le pied du ressaut.

3- Le ressaut noyé

Description

trouve le pied du ressaut. 3- Le ressaut noyé Description : M 3 '' On constate

: M 3 ''

3- Le ressaut noyé Description : M 3 '' On constate sur la figure que, si

On constate sur la figure que, si l'axe s'élevait, le ressaut se déplacerait vers l'amont . A la limite, lorsqu'il atteint la vanne, il est refoulé contre elle; le ressaut est dit noyé ou dénaturé.

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Le ressaut noyé est composé de

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Le ressaut noyé est composé de deux parties :

Tunis (ULT) Le ressaut noyé est composé de deux parties : 1. un jet rapide sous

1. un jet rapide sous la vanne, analogue à un ressaut ordinaire,

2. un matelas d'eau relativement instable, ayant des vitesses nettement inférieures à celles du jet, dont la hauteur déterminera le débit.

Equation Quelques variables :

h v : la hauteur d'ouverture de la vanne,

h m : la profondeur au droit du matelas d'eau,

h 2 : la profondeur à l'aval du ressaut noyé.

 h 2 : la profondeur à l'aval du ressaut noyé. Les hypothèses sont les suivantes

Les hypothèses sont les suivantes :

1. fond du canal supposé horizontal : on néglige la composante du poids propre paralléle au fond

2. forces de frottement le long des parois négligées

3. filets fluides parallèles dans les sections A v et A 2

4. vitesses uniformes en A v et A 2

5. vitesses faibles dans le matelas d'eau : on le considère comme une masse de fluide au repos.

Comme pour l'équation du ressaut, nous partons de l'équation d'Euler, projetée parallèlement au fond du canal et appliquée au volume ABCDE, qui devient A'B'BCDD'E':

au volume ABCDE, qui devient A'B'BCDD'E': Suite aux hypothèses, les seules forces non-nulles

Suite aux hypothèses, les seules forces non-nulles restantes sont les pressions hydrostatiques en ABC et DE.

F P(ABC) =

F P(DE) = -

en ABC et DE. F P(ABC) = F P ( D E ) = - .

. g . Z Gm . A m

. g . Z G2 . A 2

On obtient l'équation du ressaut noyé :

G 2 . A 2 On obtient l'équation du ressaut noyé : Ou, en utilisant l'expression

Ou, en utilisant l'expression de l'impulsion totale :

F v + [ A m . Z Gm - A v . Z Gv ] = F 2

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) La quantité entre crochets est essentiellement

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) La quantité entre crochets est essentiellement positive

La quantité entre crochets est essentiellement positive (par comparaison des moments statiques sur la figure qui suit).

comparaison des moments statiques sur la figure qui suit). L'impulsion totale est donc plus grande dans
comparaison des moments statiques sur la figure qui suit). L'impulsion totale est donc plus grande dans

L'impulsion totale est donc plus grande dans la

section 2 qu'au droit de la vanne. Comme h 2 > h v ,

h 2 est obligatoirement supérieure à h c . L'axe qui

débute en aval d'un ressaut noyé est donc toujours un axe subcritique ou d'aval; par contre, h v peut être indifféremment inférieur ou supérieur à h c .

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 5 : É coulement en

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Chapitre 5 : É coulement en canaux rectilignes 1-

Chapitre 5 :

É coulement en canaux rectilignes

1- Axes d'amont, axes d'aval

La célérité relative peut s'écrire :

axes d'aval La célérité relative peut s'écrire : Si la vitesse moyenne de l'eau dans le

Si la vitesse moyenne de l'eau dans le canal est égale à cette célérité c, nous sommes dans un cas d'écoulement critique. Pour démontrer cette affirmation, il suffit d'élever au carré la formule précédente et de combiner les termes pour avoir la condition des écoulements critiques( où V = Q / A) :

Axes d'amont

Q 2 . L / (g . A 3 ) = (1 - i 2 ) 1/2

Aussi appelés axes supercritiques : M 3 , S 2 , S u , S 3 , C 3 , H 3 , A 3 , dont l'écoulement est caractérisé par :

, A 3 , dont l'écoulement est caractérisé par :  h < h c 

h < h c

V > V c = c : comme la célérité relative d'une perturbation est toujours plus petite que la vitesse moyenne, la vitesse absolue de cette perturbation sera toujours dirigée vers l'aval

En un point donné, seules les perturbations situées à l'amont de ce point peuvent influencer celui-ci. (corollaire du point précédent)

Un axe de ce type sera déterminé par deux conditions d'amont:

1. le débit (toujours une condition d'amont);

2. la profondeur initiale de l'axe à l'amont.

Axes d'aval

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Aussi appelés axes subcritiques : M

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Aussi appelés axes subcritiques : M 1 , M

Aussi appelés axes subcritiques : M 1 , M u , M 2 , S 1 , C 1 , H 2 , A 2 , dont l'écoulement est caractérisé par :

, A 2 , dont l'écoulement est caractérisé par :  h > h c 

h > h c

V < V c = c : comme la célérité relative d'une perturbation est toujours plus grande que la vitesse moyenne, la vitesse absolue de cette perturbation sera dirigée aussi bien vers l'amont que vers l'aval

En un point donné, les perturbations situées aussi bien à l'amont qu'à l'aval de ce point peuvent influencer celui-ci. (corollaire du point précédent)

Un axe de ce type sera déterminé par une condition d'amont et une d'aval :

1. le débit (toujours une condition d'amont);

2. la profondeur initiale de l'axe à l'aval.

Passage de l'un à l'autre

Axe d'amont à un axe d'aval Le seul moyen pour qu'un écoulement passe d'un axe d'amont à un axe d'aval est le passage par un ressaut.

Axe d'aval à un axe d'amont

Comme nous l'avions observé lors de l'analyse des ressauts, le passage d'un axe d'aval à un axe d'amont ne peut se faire par l'intermédiaire d'un ressaut; il se fera toujours de façon continue par la hauteur critique.

Or nous n'avons aucun axe qui traverse le niveau critique, mais nous disposons de :

3 axes d'aval qui se terminent en h c : M 2 (pente faible), H 2 (pente nulle) et A 2 (pente négative),

1 axe d'amont qui commence en h c : S 2 (pente forte).

Vu les pentes des différents axes, le seul endroit justifiant la transition d'un axe d'aval à un axe d'amont présentera toujours un changement de la géométrie du canal(changement de pente, changement de largeur,

obstacle, déversement,

).

Ces passages donnent lieu à ce que l'on appelle une section de contrôle.

C'est à partir d'une telle section de contrôle qu'il est le plus aisé de commencer le calcul des axes hydrauliques.

Théorème de la pente superficielle

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Enoncé : Dans un canal à

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Enoncé : Dans un canal à faible pente de

Enoncé : Dans un canal à faible pente de fond, pour deux axes d'amont ou deux axes d'aval, pour une profondeur donnée h, au plus grand débit Q, correspond la plus forte pente superficielle de l'axe par rapport au fond [-dh / ds].

Démonstration : La démonstration se fait en réécrivant l'équation fondamentale des axes hydrauliques suivi d'une discussion sur base d'un graphique.

On part de l'équation fondamentale des axes hydrauliques :

qui peut se réécrire sous la forme :

axes hydrauliques : qui peut se réécrire sous la forme : Cette nouvelle équation exprime l'égalité
axes hydrauliques : qui peut se réécrire sous la forme : Cette nouvelle équation exprime l'égalité

Cette nouvelle équation exprime l'égalité de deux fonctions de dh / ds :

exprime l'égalité de deux fonctions de dh / ds : Les abscisses à l'origine : Gaaloul
exprime l'égalité de deux fonctions de dh / ds : Les abscisses à l'origine : Gaaloul

Les abscisses à l'origine :

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les deux abscisses sont égales dans

Cours d’Hydraulique Générale - Université Libre de Tunis (ULT)

Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les deux abscisses sont égales dans le cas de
Générale - Université Libre de Tunis (ULT) Les deux abscisses sont égales dans le cas de

Les deux abscisses sont égales dans le cas de la pente critique (B et D confondus). Or le théorème n'est valable que pour les faibles pentes de fond, nous serons donc toujours dans le cas où B est à gauche de D.

Si le débit Q varie, des quatre points A, B, C et D, seul C varie et fait varier le point E qui représente le point de fonctionnement du système.

 

Discussion en fonction de Q

 
 

débit Q

position du point C

dh / ds

type d'axe

 

Q = 0

confondu avec O

i / (1 - i 2 ) 1/2

axe horizontal

Q

augmente

varie de O vers A

> 0 et diminue

 

Q tel que h=h