Vous êtes sur la page 1sur 4

Réductions de Déficits:Chômage et Récession ou Inflation quelle priorité?

et Récession ou Inflation quelle priorité? Rumeurs de défaut de paiements de la dette publique

“A l’heure où la France pointe 0% de croissance, la perspective d’une valeur ajoutée a la richesse nationale devient de plus en plus incertaine. La crise de l’Euro et les mesures d’austérité qui l’accompagnent auront à tout le moins conforté Bercy dans sa logique de réduction des dépenses publiques pour respecter la règle d’or.”

Rumeurs de défaut de paiements de la dette publique Française

Les rumeurs de défaut de paiements de la dette publique Française (80% du PIB), facilitent presque les calculs au budget. On est tenté de se demander si le déficit budgétaire et Croissance economique font forcement bon ménage. En d’autres termes entre l’indésirable récession et l’inflation, quelle plaie devrait-on guérir en priorité ? En effet, la réduction des dépenses publiques d’un côté et la chasse aux niches fiscales de l’autre, sont sensées tenir le niveau du déficit sous contrôle autour des 3% requis tout en assurant une progression de la richesse de la nation. Contrairement à ce que souhaiterait le citoyen lambda, la priorité ne tiendrait pas compte de la croissance malgré les prévisions.

Lutte contre l’inflation et services de la dette

Ces deux semblent prendre le dessus, mesures de la Zone Euro oblige. Ceci revient a poser la question fondamentale de la création de monnaie et donc de l’importance de la liquidité dans l’économie.Tout comme les dépenses de l’Etat, les revenus des exportations sont sources de liquidité. En 2009 selon l’Insee, les exportations ont comptées pour 20% environ du PIB. Ce qui importe ici c’est bien l’importation d’euros qui en découle. Cette manne vient, au même

titre que le déficit enrichit la France. Sur cette base cela aurait été une exception d’éviter un recule de la croissance quand on enregistre un déficit commercial avec en prime une réduction des dépenses. Notons que ces deux phénomènes réduisent l’offre de monnaie dont a besoin une économie qui de surcroit est en deçà de sa capacité de production. C’est une situation permanente bien connu en zone franc CFA ou les ponctions sur les réserves en devises étrangères handicapent profondément les états membres. L’Insee en 2009 rapportait (voir graphique ci-dessous) que la France comptait vingt deux milliards (22) d’euros de perte dans ses échanges avec la Chine, Seize (16) milliards avec l’Allemagne contre seulement six (6) milliards de surplus avec le Royaume-Uni. La crise de la dette principalement crise de l’Euro aura certainement permis a La France de de réduire son déficit commercial avec la Chine et accru son excédent avec le Royaume-Uni vu la correction au niveau des taux de change mais son déficit avec l’Allemagne son principal partenaire a l’exportation devrait s’accroitre.

Excédents et déficits des partenaires de la France en

2009

Cela dit, deux points de réflexion alimentent notre curiosiée à savoir comment renverser cette situation

Cela dit, deux points de réflexion alimentent notre curiosiée à savoir comment renverser cette situation de déficit dans les échanges avec une Chine qui se bat pour maintenir le Yuan faible et une Allemagne qui constitue un vivier pour la France avec 18% (en 2009) de ses importations venant de chez A. Merkel. Difficile de trouver une issue. On est exactement comme en zone Franc CFA où malgré l’énorme potentiel économique, la croissance équivaut presque’à plus de pression fiscale et plus de dette. Cela se justifierait par le manque de possibilité d’une politique d’encadrement des taux de change, un exercice très bien pratiqué en Chine et dans une moindre mesure aux Etats-Unis a travers le « quantitative easing ». En

conclusion, notons que l’argent manque à l’ économie Française comme il fait défaut depuis 50 ans en Afrique francophone. Cela dit la priorité aujourd’hui reste la faiblesse de l’économie et le chômage. Le meilleur moyen de réduire ce manque restent les dépenses publiques. Ceci est vrai dans le sens qu’aucune niche fiscale d’une part n’est assez suffisante pour relancer le plein emploi et d’autre part parler de souveraineté monétaire à Paris comme à Abidjan est une injure.

Débats et commentaires

Nous vous invitons à débattre de ce sujet en postant vos commentaires ci-dessous afin de recueillir vos avis et opinions sur: Réductions de Déficits:Chômage et Récession ou Inflation quelle priorité?

© 2011 Zone Franc CFA et Croissance Économique. Tous droits réservés. Plaidoyer pour une politique monétaire souveraine en Zone Franc CFA