Vous êtes sur la page 1sur 2

12

No 116 21 AVRIL 2012 Société


immédiat du candidat au

Les jeunes et suicide. Il faut savoir décoder ces


signes », explique Nicolas
Soopramanien.
Mala Bonomally rapporte

le suicide
ainsi le cas d’un adolescent qui
s’est suicidé : « Ce jeune homme
adorait sa musique et ses CD.
Mais un jour, il a commencé à
les distribuer à ses copains.
Personne n’a compris que c’était
un signe. Ils étaient tous trop
« QUAND UN jeune en Depuis début 2012, quatre cas de suicide impliquant foulard, Vijay Ramanjooloo contents de recevoir des CD en
arrive au suicide, c’est qu’il estime que « ce ne sont pas des cadeau ».
n’arrive plus à gérer », observe des mineurs ont été enregistrés. L’adolescence serait- phénomènes nouveaux, ce sont La présidente de Befrienders
Mala Bonomally, présidente de seulement les formes qui ont souligne que l’idée de se suicider
Befrienders. « En se suicidant, il elle devenue un cap aussi difficile à passer ? Deux je- changé ». ne vient pas du jour au
ne veut pas se tuer, il veut tuer unes filles témoignent de leur vie tumultueuse L’adolescence est déjà en soi, lendemain.
son problème ». une période de « crise », rappelle Le rapport du MIH souligne
Avec un quatrième suicide, pendant leur adolescence et leur entrée dans le Corinne Faustin, ce terme étant également, qu’un
cette semaine depuis le début de monde adulte. Le suicide a souvent été au centre de à comprendre comme « un environnement social marqué
l’année— celui d’un mineur— processus qui s’étend sur une par la violence et la délinquance
on est en droit de se demander si leurs préoccupations, même, si elles n’ont pas été période plus ou moins longue et est un facteur décisif de la hausse
le recul de l’âge du suicide est un qui comporte des changements des cas de suicide. Ce rapport
phénomène nouveau, si la jusqu’au bout. Des psychologues nous en parlent … parfois très difficiles à vivre par identifiait déjà, en 2003, le
souffrance frappe à ce point la l’adolescent : celui-ci est face à suicide comme « un problème de
■ V.B./ C.B.
jeunesse mauricienne ou s’il l’inconnu, l’imprévu. Il a du mal santé publique ». Il est donc
s’agit d’un effet de mode, voire à bouger de sa place d’enfant essentiel de mettre en place des
une turpitude. pour rejoindre l’univers des mécanismes de prévention au
Les spécialistes s’accordent à adultes ». niveau des familles et de la
dire que les récents cas de suicide C’est une période de remise société. « Tout le monde devrait
chez les jeunes « interpellent ». en question, notamment de être formé. Dans les
Nicolas Soopramanien, l'identité sexuelle, de l'image établissements scolaires, ce type
psychologue clinicien, estime corporelle, etc., ajoute Nicolas de formation devrait être
que c’est « un signal d'alerte Soopramanien, qui souligne que dispensé à tout le personnel,
inquiétant pour la société au sens certains auront beaucoup de mal enseignant et non-enseignant »,
large». Corinne Faustin, psycho- à surmonter cette période et ces martèle Nicolas Soupramanien.
criminologue, rappelle toutefois interrogations, surtout s’ils Il souligne notamment
que le suicide chez les jeunes subissent la pression des parents l’importance d’avoir « un
n’est pas un phénomène récent, ou des pairs. « Cela peut être une protocole pour rassurer les
mais qu’il est resté longtemps grande souffrance d'être traité parents quand une situation de
tabou. « Le suicide chez d'obèse ou homosexuel par ses dépression est repérée ». Il estime
l’adolescent provoque amis », souligne le psychologue. aussi qu’il faut « revoir les valeurs
généralement des réactions de Quant aux parents qui familiales et créer de l’espace
refus et d’incrédulité chez poussent leur enfant à toujours au dialogue et à la bonne
l’adulte, pour qui il peut paraître être meilleur que les autres, entente, car il est primordial
impensable qu’un jeune - celui Nicolas Soopramanien est d’avis d’être à l’écoute et de faire sentir
qui symbolise l’espoir, l’avenir - que cela « ne véhicule pas à la personne qu’elle retient
puisse faire le choix conscient de forcément les bonnes valeurs. l’attention, est aimée et
mettre fin à ses jours. » C'est dégradant pour un jeune acceptée ».
Le neuropsychiatre français de lui dire qu'il n'est pas comme Pas si facile, car comme
Boris Cyrulnik, dans un rapport les autres ou qu'il ne réussit pas l’explique Vijay Ramanjooloo,
officiel en date du 29 septembre comme les autres. » même si les parents pensent être
2003 (Quand un enfant se D’autant que les pressions ne à l’écoute des jeunes,
donne la mort », observait que le sont pas vécues de la même « l’implication affective agit
recul de l’âge du suicide est façon chez les jeunes que chez les comme une barrière. C’est-à-
étroitement lié à la maturation adultes : « Les adolescents vivent dire qu’on n’écoute pas vraiment
de plus en plus précoce des des pressions ou des conflits le problème de l’enfant, on est
enfants. dont on ne soupçonne pas plutôt pressé de le saturer de nos
Le jeune a un rapport mort par des moyens qu'ils des personnages comme Marylin l'impact dans leur vie conseils. Les parents ont
spécifique avec la mort, souligne considèrent héroïques. » Manson: « Les jeunes ont quotidienne», explique le tendance à écouter avec la
Corinne Faustin, « un rapport C’est justement pour cela que tendance à penser qu’ils sont psychologue clinicien. bouche et pas avec les oreilles, ce
qui sera différent de celui de Mala Bonomally, présidente de immortels. Mais vu qu’ils sont Nicolas Soopramanien est qui est tout à fait normal
l’adulte ou de l’enfant ». Elle Befrienders, attire l’attention sur dans une phase de vulnérabilité formel à ce sujet : « Quand on se d’ailleurs. C’est pourquoi il est
souligne d’ailleurs l’importance les dangers d’une trop grande ils sont très influençables », met à l'épreuve, c'est déjà une utile de demander une aide
des suicides d’adolescents, de la médiatisation : « Quand la presse explique Vijay Ramanjooloo, tentative de suicide. Faire les externe ».
« contagion du passage à l’acte ». est en train de publier ces cas de psychologue clinicien, « s’ils ont choses à l'extrême c'est un D’où l’importance de mettre
« Le suicide chez certains jeunes suicides, avec force détails, il y a un sentiment de mal-être et s’ils suicide caché. » en place des structures au niveau
est un moyen de faire part de des jeunes qui suivent cela et qui vivent dans un environnement Tous les spécialistes insistent des différentes instances qui
leur souffrance, d’attirer ont tendance à s’identifier à ces malsain, ils auront tendance à donc sur l’importance d’être traitent avec les jeunes. Un point
l'attention sur leur manque cas. Cela leur donne des idées s’identifier à des thèmes attentif aux signes avant- déjà souligné par le rapport du
d'affection », explique Nicolas sur la façon de procéder, surtout morbides qui parlent de coureurs du suicide. « Un acte MIH en… 2003. Et nos
Soopramanien, « Certains vont que les jeunes ont souvent les souffrance ou d’agressivité et à suicidaire est généralement différents intervenants
même utiliser les médias pour mêmes types de problèmes ». vouloir repousser les limites ». précédé d’un changement s’accordent à dire qu’il y a
faire parler d'eux afin de mourir D’où également la fascination Quant aux pratiques comme d'attitude ou de comportement désormais urgence…
dans la dignité. Ils se donnent la pour des thèmes gothiques ou l’automutilation ou le jeu du qui devrait alerter l’entourage
13

Société No 116 21 AVRIL 2012

Elles ont pensé au suicide...


La vie de Meena et celle de Priscilla ne sont pas loin de celle de beaucoup de jeunes de leur époque qui se sentent ballottés par les évène-
ments. Certains s’en sortent alors que d’autres au beau milieu croient pouvoir mettre une fin à l’imbroglio soit en pensant activement au
suicide, pour ensuite le tenter … et peut-être y réussir.

EN VOICI DES TÉMOIGNAGES ...


Suicide dʼadolescents :
4 cas à ce jour
Meena : « Je me sentais incomprise et maltraitée »
« L’IDÉE de me suicider m’a paru la maison pour ensuite frapper ma Quatre cas de suicides d’adolescents
solution idéale à un certain moment mère. Mon frère et moi vivions très ont été enregistrés pour les quatre
de ma vie. Je me sentais incomprise mal cette situation et je pensais mois de 2012
et maltraitée par tout le monde. Le souvent au suicide. Je me cognais la
comble, c’est qu’il n’y avait personne tête contre le mur de plus en plus ● 24 Janvier : Un écolier de 11 ans
à qui faire confiance et parler. Je me fort pour faire cesser tout ce bruit. renonce à la vie en se pendant à un
méfiais de tous ceux qui me « Alors que tout me semblait sans arbre dans sa cour à Plaine-des-
côtoyaient. Je me sentais prisonnière issue j’ai rencontré quelqu’un qui a
Roches. Les raisons divergent. On
d’une chambre très noire et sans su me protéger et me soutenir.
issue. Et n’était-ce la méditation qui Sinon, j’aurais sûrement fini comme parle de sa volonté non exaucée par sa
a changé ma vie, je l’aurai sans mon frère c’est-à-dire drogué et mère pour qu’il cesse les cours, tandis
doute déjà fait … pour ensuite finir à l’asile ou morte. que d’autres disent que le petit n’a
« D’une part, j’avais des parents très Qui sait ! Mais toute bonne chose a jamais pu surmonter le décès de son
sévères. A l’école, la situation n’était une fin et nous avons fini par père.
guère mieux avec des coups bas et rompre.
trahison d’amies en qui j’avais placé « Mes années d’études en Angleterre ● 27 février: Une fille de 16 ans,
ma confiance. Bref, ma vie à l’école ont été affectées par notre rupture et perturbée depuis la disparition de sa
fut un enfer. Après mes examens de mes notes ont chuté. Ensuite, j’ai fait camarade de classe s’est également
chantages continuaient à me moi, impuissante et mon estime
la SC, j’ai changé d’institution la connaissance d’un garçon de donnée la mort par pendaison.
poursuivre et à me rendre folle. Je était au plus bas. Je me suis
scolaire pensant que les choses nature mesquine et qui buvait
me négligeais et le suicide me rappelée qu’il me restait que Pourtant, elle venait tout juste de
s’amélioreraient. C’est à ce moment beaucoup. Il lui arrivait de devenir
paraissait une bonne solution, j’y quelque mois avant la fin des décrocher 11 unités à l’examen de la
que j’ai découvert que plus rien ne très agressif et paranoïaque. Jai
pensais très souvent. Je me sentais études. Alors je me suis concentrée School Certificate.
fonctionnait entre mes parents. Mon trouvé la force de le quitter. Il a
faible, je n’avais plus confiance en sur mes études et la méditation. »
père revenait souvent ivre à la réagi en faisant du chantage. Les
● Le jeudi 5 avril, une adolescente
Priscilla : « J’ai compris que je finirai par passer à l’acte » de 14 ans qui fréquentait le collège
Gaëtan Raynal, Quatre-Bornes, s’est
donnée la mort en se jetant du
« A DEUX reprises je n’ai pu passer repousser mais c’était trop tard. Il se mais les images de cette nuit-là me troisième étage de son immeuble, à
le cap de ma première année trouvait déjà sur moi. Une fois parti, hantaient. Je voulais me suicider. Stanley, Rose-Hill. Les policiers ont
d’études en Angleterre. Je pensais j’ai demandée à mes amis qui était Mais j’ai compris ce qui ce passait et
à tout ce que mes parents avaient ce garçon. Mais personne ne le je savais que si je me laissais aller je
par la suite découvert une lettre dans
dépensé pour mes études, je me connaissait. Je compris qu’il était un finirais par passer à l’acte. Je pris la laquelle l’adolescente expliquait les
sentais coupable. D’autres intrus. Mais j’avais tellement honte décision de chercher de l’aide auprès raisons de son acte.
évènements se sont accumulés et que je ne pouvais dire un mot sur ce de BefriendersMauritius. Ils ont su
m’ont donné l’envie de vivre. Ma qui s’était passé dans ma chambre. trouver les mots pour que je parle à ● Le 17 avril une adolescente de
colocataire a organisé une fête. Un Je me disais que c’était mon mes parents en leur présence. A la 16 ans, habitant Goodlands, s’est
garçon très bizarre était présent et il appartement et ma chambre. La fin de la séance mes parents m’ont suicidée à son domicile. Elle s’est
m’a suivie dans ma chambre. J’étais plupart des jeunes étaient sous demandé si je voulais rester à pendue à l’aide d’une corde attachée à
choquée et ne savais pas trop l’influence de l’alcool alors personne Maurice et d’y poursuivre mes un antivol. L’enquête pour élucider se
comment réagir. Très vite j’ai n’allait croire à mon histoire. Cela études. drame se poursuit.
compris qu’il m’avait suivi pour une me rongeait de l’intérieur. Je suis
raison précise. J’essayais de le rentrée à Maurice pour les vacances,

HARSHA RAMCHURN (PSYCHOLOGUE) :

« Lʼadolescent se sent souvent isolé, aliéné et incompris »


« L’ADOLESCENCE est une l’impulsivité et l’agressivité, ou souvent envahi par un sentiment camarades de classe qui voient
période où le jeune demeure très est issu d’un environnement d’impuissance et d’échec. Il est cette pratique comme une façon
susceptible aux effets d’imitation chaotique ou d’une famille constamment en quête d’exprimer leur colère ou
et de contagion. Le suicide d’un brisée et perturbée (conflits d’assurance vu qu’il souffre d’un tristesse.
parent, d’un ou d’une ami/e, conjugaux, alcoolisme d’un/des manque de confiance. Il éprouve Les parents doivent être
d’un camarade de classe ou parents, manque de soutien, des des difficultés à résoudre et gérer aimants, consistants et attentifs
d’une idole— chanteur, acteur parents despotiques etc.). Ou ses problèmes personnels. Il se aux besoins du jeune pendant
etc., peut influencer le jeune qui encore, le décès d’un parent ou sent souvent isolé, aliéné et cette période d‘intenses
est déjà prédisposé au suicide. d’un ami, et même une rupture incompris changements affectifs, corporels
Les risques de suicide sont amoureuse peuvent provoquer Il est important de porter une et sexuels. Le taux de suicide a
principalement présents chez un des pensées suicidaires chez le attention à ce qu’énonce augmenté considérablement; les
adolescent qui souffre d’un jeune. l’adolescent. La taillade des mesures existantes ne cherchent
trouble psychologique, telle une Des traits très distincts sont veines est souvent le résultat pas à traiter ce problème à sa
dépression ou présente des traits présents chez l’adolescent aux d’imitation ou de contagion. Le source. »
de personnalité donnant dans tendances suicidaires; celui-ci est jeune subit l’influence de ses

Vous aimerez peut-être aussi