Vous êtes sur la page 1sur 4

hadopi – ampleur de la contestation

hadopi

ampleur de la
contestation en ligne

analyse des conversations


du web social

linkconnected #090309
1/4
hadopi – ampleur de la contestation

précision méthodologique

La présente analyse sommaire a été réalisée parmi plus de 120 communautés du web social
français, composées de plus de 8.000 sites (blogs, médias, forums) actifs et visibles au sein de cet
espace.

une contestation en forte croissance

taux de pénétration quotidien, en pourcentage de l’ensemble des articles publiés, des thématiques
« HADOPI » et « Contestation HADOPI » au sein du web social français / parts de voix respectives des deux
thématiques sur la période du 1er janvier au 9 mars 2009

Le débat en ligne s’anime à la veille de la reprise des débats parlementaires autour du projet
de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet, plus connu sous le nom
« Création et Internet » ou encore projet de loi HADOPI, du nom de la haute autorité pour la
diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, autorité administrative indépendante
que le projet de loi entend instituer.

Alors que le traitement du projet de loi HADOPI est resté très majoritairement factuel jusqu’à mi-
février environ, les opinions contestataires représentant moins de 10% des articles publiés sur le
web social entre le 1er janvier et la mi-février, le mouvement de contestation a pris une ampleur
jamais atteinte auparavant à la faveur de l’initiative de la Quadrature du Net appelant à un black
out du web, atteignant ainsi près de 25% des opinions exprimées sur le projet de loi HADOPI
au cours des 15 derniers jours, les autres restant plutôt factuelles ou moins engagées.

Cette action a en effet permis de cristalliser et de rassembler des individus qui s’inscrivaient déjà,
avec des arguments divers, en opposition face au projet de loi. Ainsi, la condamnation du
principe de coupure de l’accès à Internet, du lobbying pratiqué par une industrie musicale
refusant de « faire évoluer son modèle économique », du manque de respect de certains
principes juridiques fondamentaux tel le respect des droits de la défense ou encore du coût
« exorbitant » induit par la loi au détriment des opérateurs de communication électroniques et des
deniers publics ont pu venir se rassembler sous un acte tangible de mobilisation, le black out.

En dépit de cet accroissement sensible du mouvement de contestation, certains se sont


récemment interrogés sur l’efficacité de cette fronde à la lumière du faible degré de
diffusion de la contestation au-delà des frontières « du net ».

une contestation qui reste cantonnée aux communautés politiques et technologiques

linkconnected #090309
2/4
hadopi – ampleur de la contestation

zones de pénétration du mouvement de contestation HADOPI au sein du web social français du 23 février
au 9 mars 2009

Parmi les 3 continents d’opinion du web social français, il apparaît nettement que seul le
continent société, comprenant les communautés traitant de manière récurrente des sujets
économiques, politiques, sociaux ou technologiques s’est mobilisé à l’encontre du projet de loi
HADOPI. C’est plus particulièrement le territoire des technologues ou les communautés
politiques de commentateurs, de gauche et du centre qui sont les seuls à avoir réellement
incarné cette opposition au cours des 15 derniers jours.

En d’autres termes, avant même de parler de difficile communication de cette dynamique


contestataire du « net » aux autres véhicules d’expression de l’opinion (médias traditionnels,
pétitions, défilés, etc.), on peut faire le constat d’une absence de mobilisation de
communautés « apolitiques » - au sens où leur critère premier d’existence sociale ne renvoie
pas à des questions politiques – sur le web telles les communautés culturelles, dont
musicales, qui devraient pourtant être parmi les premières concernées par ce débat.

Aussi, cette incapacité des communautés technologiques et de certaines communautés


politiques à enrôler dans leur opposition des communautés plus éloignées par habitude du
débat public, mais pourtant essentielles à un mouvement concernant des questions culturelles,
peut-elle expliquer en partie la faible portée de leurs arguments auprès de représentants
politiques qui n’ont pas nécessairement perçu de manière évidente l’ampleur d’une mobilisation
cantonnée à certaines catégories de la population.

linkconnected #090309
3/4
hadopi – ampleur de la contestation

annexes
méthodologie
La présente analyse a été réalisée à partir de communautés sélectionnées au sein du web social
français. Ce dernier est composé de trois grands continents : individualité, loisirs et société.

Au sein de chaque continent, différents territoires coexistent, regroupant des sites, plateformes ou
blogs traitant de thématiques proches (apparence, maison, cuisine ou encore technologies …).

Chaque territoire est constitué de plusieurs communautés, ayant à la fois une proximité
thématique et topologique. Ces communautés, composées de centaines de sites, constituent des
terrains privilégiés à la diffusion de l’information.

Les sites les plus influents de chaque communauté ont été identifiés grâce à une méthodologie de
recueil reposant sur l’analyse des réseaux sociaux et la théorie des graphes, et à l’aide de robots
d’exploration du web (crawlers). L’influence d’un site est traduite par son score de linkfluence
(note de 0 à 100), élaboré en fonction du nombre de liens entrants : liens provenant des sites du
même territoire (2/3 de la note) et d’autres territoires du web social (1/3 de la note).

Les taux de pénétration des thèmes reflètent leur présence sur les sites du web social ou de ses
communautés, révélant ainsi la sensibilité et la réactivité d’une communauté ou d’un site sur ces
thèmes. Chaque thème est constitué d’un ensemble de mots et expressions élaboré à partir de
techniques de raffinement sémantique.

à propos de linkfluence
contact@linkfluence.net
Tél. 01 42 43 64 13

linkfluence est un institut d’études spécialisé dans l’analyse des tendances et opinions du web
social.

Les études et solutions linkfluence permettent de cartographier, d’écouter et d’analyser


l’ensemble du web social, ses médias (blogs, sites de presse), ses discussions (forums, nano-
publications, ...), ses lieux d’interaction et de mobilisation (réseaux)

Notre analyse des liens et des contenus générés par les acteurs du web social permet de dessiner
les contours des communautés de conversation autour d’enjeux, de marques et produits et de
connaître leur véritable impact sur l’image et la réputation des entreprises ou institutions.

linkconnected #090309
4/4