Vous êtes sur la page 1sur 36

Politis

politis.fr
Politis
Agriculture
Les damnés
de la terre
I Semaine du 19 au 25 février 2009 I n°1040 I

GUADELOUPE, MARTINIQUE, RÉUNION

NOU PA DAKÒ !
3:HIKNOG=VUXUUZ:?b@a@o@k@a;
M 03461 - 1040 - F: 3,00 E

02_COUVL
U V E L E
SURTIT SOCIAL ISRAËL IDÉES
NO
02_Couv Titre Bas
L E Sarkozy À quoi sert le Parti Les trois vies de
FO R M
xxxxxxxxxU xxx ne lâche rien travailliste ? Madeleine Rebérioux
SOMMAIRE
LILIAN THURAM CULTURE
L’ÉVÉNEMENT CINÉMA. « Z32 »,
GUADELOUPE d’Avi Mograbi. Page 22
« Un processus LITTÉRATURE. « Prenez
pré- l’avion », de Denis Lachaud.
insurrectionnel.» Page 23
TACK/AFP

Pages 4 et 5 BANDE DESSINÉE.


« Alpha… directions »,
POLITIQUE de Jens Harder. Page 24
ANALYSE.La crise prend
de l’ampleur. Pages 6 et 7 MÉDIAS
TÉLÉVISION.« Les Enfants
SOCIAL de M’Bour », de Daniel
SOMMET SOCIAL. Sarkozy Grandclément. Page 25
discute, mais ne lâche rien.
Pages 8 et 9
À CONTRE-COURANT.
IDÉES/DÉBATS
« Une autre “relance” est ESSAI.
possible », par Jean Gadrey. « Vive la République ! »,
Page 9 de Madeleine Rebérioux.
Pages 26 et 27
SOCIÉTÉ DE BONNE HUMEUR.
SANTÉ. Le dossier médical La chronique de Sébastien
en réanimation. Pages 12 et 13 Fontenelle. Page 29

ÉCOLOGIE RÉSISTANCES
SYLVICULTURE. Le requiem ENVIRONNEMENT. Flins ne roule
de forêts. Page 14 pas pour la F1. Page 30

MONDE LE POINT DE VUE


ISRAËL. Entretien avec Zeev DES LECTEURS
Sternhell : « À quoi sert Pages 32 à 34
le Parti travailliste ? » Page 16
Les exemplaires de ce numéro adressé à nos abonnés
Une : Julien Tack/AFP incluent un encart des éditions Yves Michel.

DOSSIER AGRICULTURE
Les nouveaux damnés
de la terre.
Entretien
avec Patrick Herman.
« Un modèle aberrant »,
MULLER/AFP

par José Bové.


Pages 18 à 21

NUMÉRO SPÉCIAL
Crise sociale, financière et écologique *

2003-2008 six années d’analyses économiques


Dès aujourd’hui
4,90 euros chez votre marchand de journaux
et sur www.politis.fr
Pour connaître le point de vente le plus proche de chez vous
0142 46 02 20 (du lundi au vendredi de 10h à 17h).
Également sur commande auprès de Brigitte au
0155 25 86 86 (du lundi au vendredi de 9h à 17h).
* Hors abonnement.

2I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9


ÉDITORIAL
PAR DENIS SIEFFERT

La hantise de la contagion
L
es conflits sociaux ne sont pas manqueront pas au cours des jours à mêmes caractéristiques, à la fois
seulement affaire venir. D’autant que le malaise se répand dérisoires par les budgets annoncés, et
d’arithmétique. Il y entre une en Martinique, en Guyane et à destinées à ne servir qu’une fois. Voyons
bonne part de psychologie. Sans la Réunion. Ce n’est pas la géographie qui la mesure la plus spectaculaire.
la décision d’un recteur de faire réunit ces peuples de la mer des Caraïbes À supposer qu’il supprime cette année la
donner les CRS dans la Sorbonne, un et de l’océan Indien, mais bien l’histoire. fameuse « première tranche » de l’impôt
certain 3 mai 1968, le cours de l’histoire Une commune histoire coloniale qui tient sur le revenu, le gouvernement ferait
eût peut-être été changé. La Guadeloupe a en ces quelques chiffres : la Réunion a grâce de 334 euros à une catégorie de
Voilà bien failli, lundi, connaître cet événement connu en 2007 le taux de chômage record population en grave difficulté
contingent qui décuple d’un coup la de 25,2 % ; suivie de près par la économique. Ce qui n’est certes jamais
la braise colère des peuples. Cette bourde politique Guadeloupe, 25 %, la Martinique, négligeable. Mais il le ferait une fois. Et,
qui embrase un pays. Alors que neuf 22,1 %, et la Guyane, 21 %. Premières au passage, il oublierait les catégories
incandescente barrages dressés par les grévistes étaient victimes de cette monstrueuse « infraction inférieures ; celles qui ne sont pas même
démantelés par les policiers, une au droit » – le droit au travail –, les imposables. Or, le mouvement social qui
sur laquelle quarantaine de manifestants ont été jeunes. Ils sont plus de 55 % à être sans se développe aujourd’hui ne demande pas
encerclés et, bientôt, interpellés. Cela emploi en Martinique. Que va dire l’aumône. Il est né de la crise économique.
agit un pour « entrave à la circulation ». Un délit, Nicolas Sarkozy aux élus des DOM- C’est-à-dire dans un grand moment de
assurément ! Mais nous ne sommes pas TOM qu’il doit recevoir jeudi ? Le vérité qui met à nu tous les déséquilibres
gouvernement en temps normal. Au reste, si nous gouvernement s’est enfoncé lui-même en de nos sociétés. Ce mouvement a donc
l’étions, personne ne songerait à dresser effectuant un dangereux pas de clerc. une forte composante politique parce
qui n’a plus des barricades. Dans une situation quasi Après avoir laissé entendre qu’il agirait qu’il voit que des masses colossales
guère insurrectionnelle, comme celle que directement en faveur des deux cents d’argent existent.
connaît ces jours-ci la Guadeloupe, le euros d’augmentation pour les bas
de marge curseur du droit et celui de la justice se salaires demandés par les Guadeloupéens, Nous avons tous pris la mesure des
déplacent rapidement. Les manifestants il s’est rétracté pour les renvoyer à une transferts qui se font depuis trente ans
de manœuvre. aussi parlent de droits bafoués. Ils parlent impossible négociation entre le Collectif aux dépens des salaires. Oui, la crise est
de pillage économique, d’injustice, anti-exploitation (LKP) et le patronat systémique. Et, à sa façon, ce mouvement
d’exploitation ou de « pwofitasyon », local. social porte en lui la critique du système.
comme il est dit dans cette langue C’est une autre répartition des richesses
savoureuse qui touche au cœur. Les Et puis, il y a la hantise d’une contagion qu’il faut. Cela ne passe pas par la
infractions dont ils se sentent victimes, et en métropole, où la situation est certes transformation du salarié en tout petit
depuis des décennies, sont d’une autre moins explosive, mais où tout pourrait actionnaire, comme le suggère Nicolas
gravité et d’une autre profondeur que aussi basculer rapidement. Là encore, il Sarkozy. Cela passe par les salaires, ou
celles qu’on leur reproche aujourd’hui, faudrait une bourde. Elle n’est jamais à plus généralement par du pouvoir
sur la voie publique. exclure. Et il n’y a pas que les CRS ou leur d’achat. Cela pourrait passer par de la
ministre de l’Intérieur qui soient préposés réduction du temps de travail si la gauche
Il faut croire qu’à Paris quelque autorité à cet office. Un mot politique malheureux n’avait pas si honteusement capitulé sur le
éclairée a tout de même flairé la faute, pourrait tout aussi bien faire l’affaire. On sujet. Une autre politique ne peut donc
puisque le soir même les quarante observera donc avec une particulière être l’œuvre que d’une vraie gauche,
manifestants interpellés étaient relâchés. attention ce qui va sortir du rendez-vous sociale et écologiste. Il suffit d’énoncer
Mais voilà bien la braise incandescente avec les syndicats (ceux en tout cas qui cette évidence pour mesurer le risque
sur laquelle agit un gouvernement qui n’a ont été « sélectionnés »), mercredi. Mais d’impasse. À moins que le mouvement ne
plus guère de marge de manœuvre et qui, sans illusion. Car il faudrait, pour précipite les échéances.
à tout instant, peut connaître la tentation répondre aux attentes sociales, que
de la canonnière. Plus vite et plus Nicolas Sarkozy désavoue sa propre
brutalement sans doute dans ces politique, qu’il renie les groupes sociaux
lointaines contrées que dans nos villes dont il porte les intérêts. Bref, qu’il essuie
dites métropolitaines… Faute de réponse une défaite majeure. Nous n’en sommes
économique et politique, les mauvaises pas encore là ! Pour l’heure, les mesures
occasions de commettre l’irréparable ne proposées par le président de la
République ne répondent pas à l’attente
sociale. Elles ont d’ailleurs toutes les

1 9 févr ier 2 00 9 I POLITIS I 3


• La Guadeloupe
• Le gouvernement laisse
• Une tactique
L’ÉVÉNEMENT ANTILLES

Un « processus pré-insurrec niqué rendu public après une


audience, le conseil de l’ordre des avo-
cats du chef-lieu de la Martinique a
constaté que « la situation écono-
mique et sociale est dramatique,
entraînant un processus pré-insur-
rectionnel face à des revendications
légitimes non satisfaites ». Tirant les
conclusions de ce constat, le conseil
de l’ordre a invité les avocats du bar-
reau à se mettre en « grève illimi-
tée ». Dans le même texte, les avocats
martiniquais estiment nécessaire
« l’arrêt immédiat des audiences car
l’acte de juger doit se dérouler dans
une atmosphère sereine empreinte
d’équité », et ils demandent « ins-
tamment au président de la Répu-
blique et au gouvernement de pren-
dre toutes dispositions pour mettre
fin à une discrimination sociale évi-
dente en mettant un terme aux abus
inconsidérés de groupements dont
le profit est l’unique valeur ».
Voilà au moins qui rend parfaitement
compte d’un sentiment largement par-
tagé par la population, aussi bien en
Martinique qu’en Guadeloupe. Tout
Les premières arrestations lundi 16 février. TACK/AFP est dit de l’imbrication du rapport
entre les revendications sociales et le
sentiment d’injustice à l’égard de ces
« groupements » patronaux qui incar-
uelle que soit l’issue du nent toujours le colonialisme. Et c’est

Q conflit social en Guade-


loupe, en Martinique, et
maintenant à la Réunion,
nous savons déjà les images
que nos archivistes retiendront. On
y verra une dizaine de barrages en feu
dans les rues de Pointe-à-Pitre. On y
Après un mois de grève
générale, l’impasse politique
est totale. Le mouvement gagne
bien en raison de cette empreinte colo-
niale que la tactique du gouvernement
qui consiste, depuis une semaine, à se
retirer pour laisser face à face la popu-
lation et le patronat local est parti-
culièrement périlleuse et irresponsa-
ble. Le secrétaire d’État à l’Outre-Mer,
verra un magasin de fournitures de Yves Jégo, s’applique quant à lui à
bateaux également incendié dans le
quartier populaire du Carénage. On
la Martinique et la Réunion. contourner les mots qui pourraient
désigner la réalité coloniale. Dans une
y verra quelques voitures retournées, tribune publiée mardi dans le Figaro,
et un véhicule dévoré par les flammes il s’efforce d’attribuer le conflit actuel
devant un hôtel de Gosier, la ville la à la crise économique « qui frappe
plus touristique de l’île, située à 5 kilo- Évidemment, non. Car si cela fait de mouvement social sera maintenu dans toute la planète ». Ce qui s’appelle
mètres de Pointe-à-Pitre. On y verra bonnes images, ces escarmouches res- l’impasse par la fuite politique du gou- noyer le poisson. Et lorsqu’il évoque
un petit groupe de jeunes, dont cer- tent très marginales. Sur place, les poli- vernement, et plus les risques d’af- les spécificités locales, c’est pour par-
tains le visage masqué, en découdre ciers eux-mêmes mettaient l’accent frontements seront grands. D’autant ler de « crise existentielle ». Les Antil-
avec un escadron de gendarmes sur « des incivilités urbaines », plu- qu’il y a à droite de chauds partisans lais auraient du vague à l’âme. Il s’en
mobiles. S’il fallait figer la situation tôt que sur une évolution du mou- de la confrontation. Le procureur de prend aussi violemment au patronat
– une situation pourtant bien mou- vement. Mais il n’y a guère « d’inci- Pointe-à-Pitre en a appelé lundi soir local lorsqu’il dénonce « les dérives
vante –, ce sont ces quelques instan- vilités urbaines » quand le climat social à un renforcement des « moyens face ultimes mais encore observables de
tanés qui resteraient du conflit, au soir est apaisé, et quand la population n’a aux manifestants ». l’héritage d’une économie de comp-
du 16 février. Rendent-ils compte de pas le sentiment de l’injustice. Il n’est La juste évaluation de l’état du conflit toir ». Ce qui n’est certes pas faux,
la réalité d’une épreuve de force entre donc pas facile de faire la distinction. est peut-être venue, ce même lundi, mais qui ne peut aboutir à un désen-
la population et le gouvernement ? La vérité est plus complexe. Plus le de Fort-de-France. Dans un commu- gagement du gouvernement, comme
4I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9
vit sa quatrième semaine de grève générale.
face à face la population et le patronat local.
particulièrement périlleuse et irresponsable.
HUGUETTE BELLO
députée de la Réunion

tionnel » « Les jeunes n’ont


aucune perspective »
L’aide proposée par le président du conseil de Région (PS) et par le conseil général Politis I Comment expliquer cette
était en réalité déjà affectée aux plus démunis. mobilisation populaire sans précédent dans
la plupart des départements d’Outre-Mer ?
La fausse bonne idée des socialistes Huguette Bello I Ce qui frappe dans ces
mouvements, c’est l’unanimité qu’ils
suscitent dans la population. Il ne s’agit
ictorin Lurel, président socialiste de la DÉCRYPTAGE n’étaient en fait qu’une partie des sommes déjà pas d’une poussée corporatiste. Presque

V Région, et son homologue du conseil


général, Jacques Gillot (apparenté PS), ont eu une
bonne idée. Il s’agissait, pour essayer de trouver une
porte de sortie au conflit en cours, de faire des
propositions au LKP. Les deux exécutifs ont raclé les fonds
affectées à l’aide aux plus démunis…
Interrogé au cours de la manifestation du 14 février du
Moule, sur l’opportunité de cette aide, le porte-parole du
LKP, Élie Domota, a balayé d’un revers de main la
proposition des deux assemblées, parlant « d’argent
tout le monde se retrouve devant le
triptyque du pouvoir d’achat, du chômage
et du manque de logements. La cherté de
la vie est évidemment le déclencheur.
Dans nos pays, c’est là un problème
de tiroirs de leurs assemblées respectives, et proposé une recyclé ». ancien et récurrent que, cette fois, la
« aide » de 100 euros. « Puisque tout est en panne, a On est donc encore loin d’une sortie de crise. Mais, fait crise mondiale exacerbe. Ce qui est
annoncé Victorin Lurel, eh bien, nous acceptons d’octroyer nouveau, les deux exécutifs ont, pour la première fois, contesté, c’est le poids des monopoles
une prime salariale de 50 euros chacun : 50 pour le conseil débordé du cadre social de la crise, pour toucher au économiques et l’aggravation des
régional et 50 pour le conseil général, soit au total politique. Après quatre semaines de grève, le volet inégalités sociales, cela dans un climat
100 euros. Une forte contribution pour atteindre les politique semble s’entrouvrir. Alors que Victorin Lurel, en d’interrogations identitaires. Pour la
200 euros, à tous les salariés qui touchent un salaire dépit de la profondeur de la crise, refusait jusqu’ici d’ouvrir première fois sans doute depuis 1946,
inférieur à 1,4 Smic. Calcul fait, cela concerne à peu près son agenda politique, il semble que Jacques Gillot et ses année de la départementalisation, ces
40 000 salariés. » Hélas, Jacques Gillot a apporté la conseillers aient réussi à l’obliger à revoir ses précisions. quatre régions expriment ensemble un
précision de trop : « Nous proposons tout d’abord de Le cœur n’y était pas. La manière le traduit bien : malaise dont les origines sont multiples,
réaffecter une partie des primes exceptionnelles de « Compte tenu de ce qui monte du fond et des tréfonds de mais que la politique du gouvernement
150 euros mises en œuvre par la Région et le département, la société guadeloupéenne, j’appellerai avec Jacques Gillot actuel a ravivé. Depuis de longues
afin d’assurer la prise en charge durant trois mois d’une à ce que l’on organise des états généraux ou les assises années, ce malaise a été nié, occulté par
augmentation d’au moins 100 euros des 40 000 salaires les de la société guadeloupéenne, pour définir qu’elle sera la les abstractions chiffrées.
plus bas. » Au travers des propos du président du conseil Guadeloupe de demain, celle que nous voulons. »
général, on a très bien compris que les 100 euros promis Danik Ibraheeem Zandwonis En tant que députée de la Réunion, pensez-
vous que ce département va rejoindre le
mouvement ?
c’est évidemment le but de son pro- du collectif Liyanna Kont Pwofita- LKP. Mais, là non plus, rien n’a avancé Il faut savoir qu’en novembre nous avons
pos. Et comme c’est l’évidence depuis syon (LKP). Mais jusqu’ici le LKP s’est malgré « l’appel à l’apaisement » lancé déjà connu, à la Réunion, des
que le secrétaire d’État a été « reca- volontairement cantonné dans un dis- le 13 février par le président de la mouvements de protestation contre le
dré » par le Premier ministre. Façon cours social et revendicatif. À plu- Région Martinique, Alfred Marie- prix des carburants, l’un des plus chers
de dire aux Guadeloupéens et aux sieurs reprises, son principal porte- Jeanne (indépendantiste), et la mobi- du monde. Il faut noter aussi que
Martiniquais, ces deux cents euros parole, Élie Domota, a affirmé qu’il lisation se poursuit. l’augmentation des prix y a été trois fois
d’augmentation qui, aujourd’hui, refusait « d’entrer dans un débat sur Enfin, pendant ce week-end, le LKP supérieure à celle de l’Hexagone, que le
concentrent toute la crise, trouvez- les articles 73 ou 74 de la Constitu- a reçu la visite d’une délégation de chômage, le plus important des Régions
les vous-mêmes ! Ce qui conduit à tion française. » Pour l’heure, la ques- socialistes français, conduite par l’ex- européennes, a encore fait un bond de
de vraies fausses solutions, comme tion principale reste celle d’une issue ministre Christian Paul. Ils ont été 17% en 2008, et que plus de 30000
celles préconisées par le président à la crise. La Guadeloupe vit sa qua- sagement écoutés par le LKP, qui a familles attendent un logement social.
socialiste de la région (voir page sui- trième semaine de grève générale. juste réaffirmé son intention de Toutes les raisons de mécontentement
vante). À deux heures de là, en Martinique, « continuer la mobilisation ». La sont donc réunies. Plus encore que dans
Certes, la question de l’avenir insti- un « Collectif du 5 février » s’est députée Guyanaise, Christiane Tau- les autres DOM, la jeunesse est l’élément
tutionnel de la Guadeloupe est posée constitué. Ses revendications et ses bira, arrivée en Guadeloupe vendredi, central de la situation. Elle représente une
en filigrane par les revendications méthodes sont proches de celles du s’est jointe au « déboulé » (manifes- part très importante de la population et se
tation) qu’organisait le LKP dans la trouve frappée de plein fouet. Le diplôme
ville du Moule, à 30 kilomètres à l’est n’est plus une garantie contre le chômage.
de Pointe-à-Pitre. Là, plus de À 20 ans, trop de jeunes n’ont aucune
LA GUADELOU P E EN QU ELQU E S CHIFFRE S 30 000 personnes ont commémoré perspective, d’autant que les
1,6 millard, 35 751, 22,7 %, les incidents du 14 février 1952. Ce déplacements hors de l’île ont un coût
jour-là, les militaires français avaient exorbitant. Cette jeunesse pressent,
c’est le chiffre d’affaires, c’est le nombre de RMIstes c’est le pourcentage de
réprimé dans le sang une grève mieux encore que le reste de la
le groupe Bernard Hayot, fin 2007, soit 17,8 % de la Guadeloupéens chômeurs, ouvrière. population, à quel point la société
une grande famille béké. population (contre 3,1 % fin 2007 (contre 8,1 % en réunionnaise a besoin d’un nouvel élan.
en métropole). métropole). _Alain Lormon (avec Danik Ibraheem
Zandwonis, en Guadeloupe) _Propos recueillis par Olivier Doubre

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 5


POLITIQUE

ANALYSE Un président de moins en moins crédible qui décroche dans les sondages, une opposition qui ne
parvient pas à se faire entendre… La crise sociale prend une tournure politique.

La crise prend de l’ampleur


e rendez-vous était crucial. Il interprofessionnelle du 29 janvier, qui tudes et des mécontentements face administration et des synthèses des

L ne sera certainement pas déci-


sif. Avant la rencontre orga-
nisée à l’Élysée, mercredi
18 février, entre les partenaires sociaux
et Nicolas Sarkozy, tous les indica-
a mis plus de deux millions de per-
sonnes dans les rues, Nicolas Sarkozy
pensait sans doute qu’une émission
spéciale à la télévision calmerait l’in-
quiétude sociale. Qu’une bonne
aux réformes envisagées par le gou-
vernement et le président de la Répu-
blique.
L’émission devait valoriser un Nicolas
Sarkozy à l’écoute des Français. Du
enquêtes d’opinion que lui rédigent
ses conseillers, n’est pas nouvelle. Tous
les présidents de la République qui
l’ont précédé, sous la Ve République,
l’ont connue.
teurs politiques s’étaient colorés de séance de pédagogie de la crise suffi- décor du plateau, installé sous les lam- L’image était d’autant plus forte qu’à
rouge. Qu’on le mesure au nombre rait à faire taire les revendications. bris dorés de l’Élysée, se dégageait une vouloir reprendre l’initiative face aux
des mouvements sociaux ou dans les Mais la recette est éculée, et l’expli- tout autre impression. Sur le petit manifestations en donnant un volet
enquêtes d’opinion, le constat est le cation présidentielle, loin de calmer écran, le président est apparu décon- social à son plan anticrise, dans un
même : les Français sont de plus en la grogne, semble bien l’avoir ampli- necté du peuple. De larges bandes d’un climat très tendu, Nicolas Sarkozy ne
plus mécontents de l’action de l’exé- fiée. Avant le 29 janvier, 69 % des blanc virginal dessinaient au sol, tout pouvait pas dire grand-chose de neuf.
cutif. Alors que la crise économique Français soutenaient ou avaient de autour de la table d’entretien, une Sauf à avouer son impuissance ou tra-
s’aggrave, cette défiance n’épargne la sympathie pour la mobilisation syn- sorte de fossé symbolique que les jour- hir un certain affolement, le chef de
aucun des responsables du gouver- dicale, selon un sondage CSA pour nalistes devaient franchir pour venir l’État ne pouvait corriger son plan de
nement, et surtout pas le chef de l’État, le Parisien. l’interviewer. Cette image d’un pré- relance de 26 milliards, à peine entré
dont la crédibilité est grandement Dans une étude du même institut, réa- sident coupé du peuple, déconnecté en vigueur. Son silence sur la crise des
entamée, signe d’une indéniable crise lisée le 11 février, ils étaient désormais des préoccupations des Français, dont Antilles, sujet sur lequel il est resté
politique. 75 % à comprendre que l’on puisse il ne perçoit l’écho qu’à travers le depuis étrangement discret, renforce
Après le succès de la journée d’action manifester, et exprimer des inquié- miroir déformant des rapports de son encore le sentiment de déconnexion

Les manifestants du 29 janvier ont exprimé un fort rejet de la politique du chef de l’État. MEDINA/AFP

6I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9


POLITIQUE

du pouvoir face à la montée du chô- Convergence sur la défense du pou- ENTRETIEN L’historien Christophe Prochasson* compare
mage et à la récession économique. voir d’achat et de l’emploi. Mais aussi
En regard de la suppression annon- pour dénoncer les prétendues lois
la situation de crise sociale au mouvement de Mai 68.
cée de la taxe professionnelle en 2009 naturelles du marché et mettre en
– une mesure qui bénéficiera unique- cause une vision sécuritaire des rap-
ment aux entreprises et risque d’ag- ports sociaux.
graver les difficultés financières des Ce vent de fronde se traduit dans les
Une critique du pouvoir
collectivités locales avec des réper- sondages par une forte baisse des
cussions inévitables sur leurs inves- cotes de Nicolas Sarkozy, au plus bas
tissements et services publics –, Nico- depuis son arrivée à l’Élysée, et de Politis I En tant qu’historien obser-
las Sarkozy n’avait, ce 5 février, qu’un François Fillon. Le président se voit vant la situation actuelle de crise
rendez-vous à proposer aux parte- reprocher de ne pas agir en profon- sociale profonde et de revendi-
naires sociaux, les cinq confédérations deur et préférer la parole à l’action. cations multiples face au pouvoir
de salariés « représentatives » (CGT, Le sens même de ses réformes est en place, à quelle situation his-
CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC) et les remis en cause. Selon un sondage torique du passé pourriez-vous
deux organisations patronales (Medef Sofres-Logica publié dans le Nou- la comparer ?
et CGPME). En ouvrant ces discus- vel Observateur, la semaine dernière, Christophe Prochasson I Pour un
sions, le chef de l’État voulait gagner 57 % des personnes interrogées esti- historien, rien n’est analogue et, en
du temps. En programmant une nou- ment que les réformes engagées ne même temps, tout est comparable.
velle journée interprofessionnelle de vont pas dans la bonne direction. Si Mais la référence la plus évidente
grève pour le 19 mars, les syndicats le le divorce entre le pouvoir et les Fran- – et souvent la plus revendiquée –
lui ont accordé. Il est toutefois peu çais n’est pas encore consommé, la est certainement celle de Mai 68, dans
probable que ce délai calme la contes- rupture est déjà patente. la mesure où se dessine d’abord un
tation. Après vingt mois, le quinquennat de mouvement au sein des universités,
Car les cinq mesures « sociales » qui Nicolas Sarkozy est à un tournant. adossé à une crise sociale qui toute-
figuraient au menu de la rencontre de Face à la crise qui agit comme un révé- fois n’a pas encore pris de formes très
mercredi ne sont pas de nature à révo- lateur, le roi est nu. Et sa seule conso- dures, sauf aux Antilles.
lutionner la politique du gouverne- lation ne réside plus que dans sa cer- Trois éléments renvoient à la révolte
DR
ment. Ni la baisse d’impôt en faveur titude qu’il n’existe aucune alternative étudiante de 1968. Le type de voca-
du « bas de la classe politique crédible. « Je reçois bulaire politique employé et les réfé-
moyenne », qui pourrait les critiques de tous ceux qui rences invoquées aujourd’hui sem- jeunes universitaires que j’évoquais
prendre la forme d’une sup-
pression du 2e tiers provi- 75 % ont essayé » d’entrer à l’Ély-
sée, a-t-il déclaré récem-
blent puiser dans une vulgate, certes
un peu affadie quarante ans après,
à l’instant s’adosse à un certain indi-
vidualisme. Ce mouvement univer-
sionnel dès cette année, ni des personnes ment, « s’ils avaient la bonne qui pourrait être qualifiée de foucaldo- sitaire est d’un certain point de vue
l’aide aux chômeurs de interrogées méthode, ça se saurait ! » bourdieusienne, c’est-à-dire une cri- fondamentalement corporatiste, d’où
moins de 25 ans et aux sala- comprennent Fort de cette conviction, le tique sociale qui est aussi une critique une unité de façade entre la part la
riés en fin de CDD, ni le que l’on puisse chef de l’État n’entend pas du pouvoir, de son caractère autori- plus conservatrice, voire réaction-
« coup de pouce » aux allo- manifester et changer de politique. De taire et de son incompréhension face naire, de l’université (à l’instar de
cations familiales des exprimer de méthode, oui. Mais certai- à la jeunesse. Le second élément com- Paris-IV-Sorbonne) et ses compo-
familles les plus modestes, l’inquiétude nement pas changer de mun est l’existence d’une crise sociale santes plus à gauche. Cette alliance
ni les chèques emploi-ser- (sondage CSA ligne. Pas question pour lui au sein du monde universitaire. Les est rendue possible par l’absence de
vice en faveur des personnes du 11 février). de procéder à une relance de jeunes diplômés ont un sentiment de perspectives politiques au-delà de
âgées et des mères céliba- la consommation. Encore déclassement : ou ils ne trouvent pas la résistance face à un décret totale-
taires, ni le nouveau partage moins à des augmentations d’emploi, ou ils trouvent des emplois ment intolérable. Dans notre monde
des profits des entreprises en trois tiers de salaire, même si cette revendica- déclassés qui ne correspondent pas post-communiste, les perspectives
égaux (investissement, actionnaires, tion figure en tête des préoccupations à ce qu’ils espéraient en suivant de révolutionnaires se sont effacées. Il
salariés) ne sont de nature à satis- des Français. Oubliée, la promesse longues études. D’où une désespé- n’y a donc pas pour l’instant de jonc-
faire les revendications immédiates d’une revalorisation du travail. La rance sociale qui peut conduire à des tion entre les mouvements universi-
des mouvements sociaux qui se mul- priorité reste l’investissement, seul actes de violence – que souhaite à mon taire et social aux Antilles, et je reste
tiplient. capable aux yeux du gouvernement avis le pouvoir actuel. Enfin, le pou- perplexe quant à l’évolution du mou-
Cette multiplication des conflits de préserver l’emploi. voir gaulliste en 1968 et celui de Sar- vement et à son éventuelle traduction
ébranle le gouvernement en remet- À les écouter, les socialistes ne sont kozy aujourd’hui sont perçus comme politique. En outre, contrairement
tant en cause à chaque fois un aspect pas loin de partager le même point de autoritaires et multipliant les mala- à 1968, les étudiants, eux, bougent
de sa politique. Peu de secteurs y vue. Certes, ils réclament aujourd’hui dresses et les provocations, à cause peu. L’autre élément porte sur l’union
échappent. Que ce soit à La Poste, une relance de la consommation, mais d’une incompréhension manifeste à sacrée entre les profs et les maîtres de
dans le monde judiciaire, parmi les il y a quelques mois encore les trois l’égard de la société. Toutefois, conférences : la mini-lutte des classes
professions de la santé, chez les tra- principales motions socialistes au contrairement à ceux de Mai 68, les entre eux en 1968 n’existe plus. Enfin,
vailleurs sociaux, dans l’université, congrès de Reims assuraient qu’il est jeunes d’aujourd’hui ne se sentent pas ce mouvement assez triste se déroule
la culture ou dans l’industrie, la nécessaire de produire avant de redis- les héritiers d’une tradition révolu- au moment d’une crise économique,
contestation vise autant les réformes tribuer. Renvoyant ainsi à des lende- tionnaire ou d’un mouvement social. alors que la société des années 1960
du gouvernement que les effets de mains improbables la redistribution Ils veulent d’abord changer un pré- était portée par un élan économique
sa politique. Et dépasse aujourd’hui des fruits de la croissance. sent qu’ils jugent intolérable. rendant l’avenir plus riant.
largement le simple mouvement d’hu- L’urgence de l’heure est pourtant au Propos recueillis par Olivier Doubre
meur. Car si ces mouvements sem- partage des richesses, bien réelles, elles. Quels seraient alors les éléments (Retranscription Pauline Baron)
blent dispersés, la mobilisation du Faute d’être entendu, ce besoin éco- qui distinguent les deux mouve-
29 janvier ou, à sa façon, « l’Appel nomique ne peut qu’aggraver la crise ments, à quarante ans d’inter- *Directeurd’étudesàl’Écoledeshautesétudesensciences
des appels » témoignent d’une conver- politique. valle ? sociales.Dernierouvrage:l’Empiredesémotions.Leshis-
gence de toutes ces luttes éparses. _Michel Soudais Tout d’abord, le présentisme des toriens dans la mêlée, Demopolis, 2008.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 7


ÉCONOMIE

SOMMET SOCIAL Encadrée par l’Élysée, la rencontre du 18 février montre les limites de la politique présidentielle
pour répondre à l’urgence. Et laisse de côté les principales mesures proposées par les syndicats.

Sarkozy discute mais ne lâche rien


es organisations syndicales s’y exigences portées par la mobilisation Secrétaire général de FO, Jean-Claude moyennes ». Sur ce point, l’Élysée

L attendaient, et l’Élysée avait du 29 janvier » et de la déclaration


tout fait ces dernières semaines intersyndicale du 5 janvier, affirment
pour délimiter les contours du les syndicats. Ceux-ci insistent sur
sommet social de mercredi : il n’est la multiplication des plans sociaux
pas question d’un virage qui passerait et les prévisions de l’assurance chô-
Mailly se dit plutôt favorable à « un
retour provisoire au système des pré-
retraites ».
Pour Solidaires, défendre l’emploi des
salariés passe par l’arrêt des licen-
penche pour une hausse des alloca-
tions familiales sous condition de
revenus et un « chèque emploi-ser-
vice payé par l’État » pour les per-
sonnes âgées ou les familles mono-
par un reniement des engagements mage, qui pronostique au moins ciements et l’indemnisation à 100 % parentales. On est très loin du
présidentiels. La crise économique 400 000 chômeurs supplémentaires du chômage partiel. « Ce n’est pas à compte, ont noté les syndicats, qui
n’obligera pas Nicolas Sarkozy à en 2009 et 2010. La CGT souhaite eux de payer les conséquences d’une ont fait de la défense du pouvoir
revoir les principaux « donner au comité d’en- crise dont ils ne sont pas responsa- d’achat une des principales reven-
dogmes de sa politique, qui
veut qu’entre l’emploi et les
salaires le choix consiste à
2,5 treprise un pouvoir suspen-
sif sur les plans sociaux afin
de dégager du temps pour
bles », affirme l’union syndicale. Autre
piste : la réunion par le gouvernement
« de commissions mixtes paritaires
dications de leur déclaration com-
mune, qui est aussi celle des mou-
vements sociaux dans les
miser sur les exonérations millions faire des propositions alter- auxquelles les organisations syndi- départements d’Outre-Mer.
de cotisations patronales et de personnes natives ». FO exige un cales et patronales ont l’obligation La CGT réclame « une revalorisation
à justifier un abaissement ont défilé en « moratoire sur les licen- d’assister », selon FO. « Ensuite, l’État importante du Smic » et FO « un coup
du coût du travail. France le ciements ». Et la réformiste peut soumettre les aides sociales aux de pouce », alors que 17 % des sala-
Le changement de cap sou- 29 janvier, CFDT s’accroche à son idée négociations salariales et à la fin des riés perçoivent 1 037 euros de salaire
haité par les syndicats après selon la CGT. de « fonds d’investissement délocalisations et des licenciements. » net par mois. « La hausse du Smic
la mobilisation réussie du social » de 5 à 10 milliards La CGT prend l’exemple de PSA Peu- serait un signal fort qui permettrait
29 janvier, notamment une d’euros permettant aux per- geot-Citroën, qui a reçu 3 milliards de réévaluer toute la grille salariale
relance par les salaires, est sonnes privées d’emploi de d’euros d’aides de la part de l’État et à la hausse », juge Jean-Claude Mailly.
pour l’instant exclu. Sans surprise, les se former en échange d’un revenu. Il ne remettra pas en cause le plan de « La première chose à faire », selon
huit organisations syndicales signa- serait financé par la « suspension » de 3 550 départs volontaires annoncé fin Jean-Michel Nathanson, porte-parole
taires d’une plateforme de revendi- la loi Tepa, exonérant totalement de 2008, ce que l’organisation syndicale de Solidaires, consisterait à augmen-
cations avaient déjà tiré les conclu- prélèvements sociaux et fiscaux les considère comme des licenciements ter « les salaires de 300 euros, les pen-
sions du « sommet social » après heures supplémentaires, et du bou- économiques de fait. sions, le RMI et les minima sociaux
l’intervention télévisée de Nicolas Sar- clier fiscal. Si cette « proposition est Parmi les « mesures de solidarité » à 1 500 euros ». Cette aide à la
kozy, en regrettant le maintien, « pour jugée très intéressante » par la minis- destinées à ne fâcher personne, déjà consommation peut aussi se traduire
l’essentiel », des orientations prési- tre de l’Économie, Christine Lagarde, acquises avant le 18, figure l’effort par « une baisse de la TVA sur les pro-
dentielles. Et, à quelques exceptions le Medef n’y voit pas un « enjeu prio- consenti en faveur des jeunes et des duits de première nécessité » pour Soli-
près, les revendications syndicales pré- ritaire » et renvoie au fonds d’urgence fins de CDD qui ne pourront pré- daires, ou par « plus de proportion-
sentées lors des réunions préparatoires créé dans l’accord interprofession- tendre à une indemnisation du chô- nalité du taux d’imposition et une
au sommet ont été écartées des déci- nel sur la formation professionnelle. mage, ainsi qu’au « bas des classes meilleure répartition des richesses »
sions mais aussi des « processus de pour FO. « Les gens en ont marre
négociation » lancés après le 18. qu’on distribue de l’argent aux
Il y avait peu de terrain d’entente. Le banques alors que certains n’arrivent
fossé entre l’Élysée et les cinq confé-
Pas de crise pour les profits pas à boucler leur fin de mois »,
dérations invitées à la conférence La Confédération européenne des n’est pas la primauté donnée au affirme Solidaires.
sociale s’est creusé autour des diver- syndicats, qui réclame un «new deal spéculateur.» On voit concrètement qu’il Le ministre du Budget et de la Fonc-
gences sur le financement de la poli- social», se devait de le constater: «Les n’en est rien. Dans le secteur bancaire, le tion publique, Éric Woerth, a appelé
tique sociale du plan de relance. Limi- objectifs de rendement des sociétés n’ont gouverneur de la Banque de France, loin « solennellement » les syndicats à
tée à 1,4 milliard d’euros, fruit de pas changé avec la crise, et la variable d’être un gauchiste, avait mis en doute, « comprendre les contraintes » fran-
l’hypothétique rendement d’un prêt d’ajustement reste l’emploi.» Ainsi, le en janvier, le bien-fondé du versement çaises et a réaffirmé l’objectif de non-
de 25 milliards d’euros aux banques, profit historique de Total dégagé en 2008, d’aides supplémentaires(1,5milliard remplacement d’un fonctionnaire
la politique sociale du chef de l’État en hausse de 14% sur un an à d’euros) aux grandes banques françaises. sur deux partant en retraite. L’aban-
fait pâle figure comparée aux 365 mil- 13,9milliards d’euros, ne doit pas masquer Christian Noyer avait déclaré que ces don des suppressions de postes dans
liards d’euros qui ont été rassemblés la manne versée aux actionnaires des établissements restent «globalement la Fonction publique est resté non
pour les banques, sans compter les entreprises du CAC40. Selon le quotidien rentables» et qu’ils n’ont «pas vraiment» négociable. La déclaration commune
deux rallonges récentes de 10 milliards lesÉchos (du 13février), ces dividendes besoin «d’un tel renforcement de leur des syndicats exige pourtant que,
chacune, et les 26 milliards injectés n’ont enregistré qu’un très léger recul, solvabilité et de leur capital». Àcôté, « dès 2009, le gouvernement renonce
dans l’économie. totalisant 54,2milliards d’euros contre René Ricol, médiateur national du crédit, aux 30 000 suppressions de postes ».
Une grosse part du financement pro- 57,2milliards en 2007, alors que Nicolas qui a estimé que les actionnaires devaient « L’État, employeur public, doit don-
mis est destinée à la prévention du Sarkozy déclarait, dans son discours de faire preuve de «solidarité» en acceptant ner l’exemple aux entreprises », pré-
chômage, avec une meilleure indem- Toulon en septembre2008: «L’économie de ne pas percevoir de dividendes conise FO, qui souhaite la fin des
nisation du chômage partiel, et à la de marché […], ce n’est pas des profits «pendant un an ou deux», semble d’une suppressions de postes dans le sec-
formation des salariés victimes de la exorbitants pour quelques-uns et des grande naïveté. teur public. Les syndicats enseignants
crise. Ces choix d’accompagnement sacrifices pour tous les autres […]. Ce _T. B. rappellent que 13 500 suppressions
social sont « loin des attentes et des dans l’Éducation nationale ont été
8I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9
ÉCONOMIE À C O N T R E - C O U R A N T
JEAN GADREY
Professeur émérite à l’université Lille-I.

Une autre « relance »


est possible !
Un débat essentiel existe à gauche entre ceux qui pensent qu’il faut très vite
relancer la croissance (qu’ils qualifient de «verte», crise écologique oblige) et ceux
qui estiment qu’il faut «profiter de la crise» pour en finir avec le culte de la
croissance et proposer une autre vision du progrès. Les premiers ont un
argument: la croissance est favorable à l’emploi, et elle dégage des surplus
économiques pour améliorer les conditions de vie et la protection sociale. Cette
«loi» a été plus ou moins vérifiée dans le passé. On en déduit qu’elle doit
s’appliquer à l’avenir. C’est faire preuve de peu d’imagination face à une crise
systémique. Il est pourtant possible (voir Politis n°969 et mon blog), sans
croissance économique, de «relancer» l’emploi en jouant la carte de l’amélioration
de la qualité et de la durabilité de la production (que les calculs de la croissance
ignorent), sous réserve d’une forte réduction des inégalités, condition d’accès
universel à des modes de vie soutenables. Des scénarios existent pour une
agriculture, une industrie, des bâtiments, des transports et des énergies durables
(négaWatt, étude récente de WWF…). Ils combinent les apports des technologies
et ceux d’une sobriété réfléchie et différenciée (personne ne demande aux plus
démunis d’être sobres). Ils exigent tous plus d’emplois que dans les organisations
actuelles, qui sont à la fois productivistes, gaspilleuses et polluantes.

Cette autre relance passe non pas par la croissance mais par la solidarité (du
local au global) et le partage. Partage du pouvoir économique et politique, partage
des ressources économiques et naturelles, partage du travail, solidarité avec les
générations futures. Aucune de ces formes de partage ne progressera sans des
mobilisations puissantes contre les privilèges des possédants et des actionnaires.
Mais aussi contre la religion du «toujours plus» créée par le capitalisme et dont il
ne peut se passer.
Pour améliorer les conditions de vie de la majorité des Français en réduisant
fortement leur empreinte écologique, pour éradiquer la pauvreté dans un monde
durable, les ressources existent, sans exigence de croissance. Il faut «juste» les
Pour ne pas apparaître comme les perdants, les syndicats devront défendre distribuer autrement. Les 0,15% les plus riches du monde détiennent à eux seuls un
leurs revendications lors de la manifestation du 19 mars. KOVARIK/AFP patrimoine de 40000milliards de dollars, hors résidences principales. Un ISF
mondial modeste au taux français rapporterait 600milliards par an. C’est plus qu’il
n’en faut pour atteindre à la fois les objectifs du millénaire adoptés aux Nations
programmées dans le budget 2009, de prôner le dialogue et de camper unies et l’objectif de division par deux des émissions
900 pour les enseignants chercheurs. sur ses positions. S’ils ne veulent pas D’énormes mondiales de gaz à effet de serre d’ici à2050.
Pour Gérard Aschieri, de la FSU, il apparaître comme les perdants du
faut « abandonner les suppressions sommet, les syndicats devront de nou-
ressources En France, les réductions d’impôts directs décidées
de postes dans la Fonction publique. veau défendre leurs revendications publiques sont depuis 2000 en faveur des plus riches représentent un
C’est un geste que l’État, en tant sur les salaires, manque à gagner de 30milliards d’euros par an pour les
qu’employeur, peut faire immédia- l’emploi et les ser- disponibles finances publiques, bien au-delà du seul «paquet cadeau»
tement ». Un appel solennel de tous « La première vices publics lors pour la fiscal de Sarkozy en 2007. Si l’on y ajoute les réductions de
les syndicats de la Fonction publique chose à de la journée de cotisations sociales patronales décidées depuis 1992, dont
a été adressé à Nicolas Sarkozy en faire consisterait manifestation « relance » au moins la moitié sont inefficaces en termes d’emploi, cela
ce sens. Solidaires exige « des moyens à augmenter les prévue le 19 mars, d’un progrès fait plus de 50milliards par an! D’énormes ressources
supplémentaires dans les services salaires de dont les modalités publiques sont ainsi disponibles, sans croissance autre que
publics afin qu’ils soient accessi- 300 euros, les doivent être fixées social. qualitative, pour la «relance» d’un progrès social respectant
bles à toute la population ». pensions, le RMI et le 23 février, par les équilibres écologiques: éducation, santé et autres
La grande question du partage des les minima sociaux les huit organisa- services publics, gardes d’enfants, personnes âgées, logement, mais aussi minima
richesses dans l’entreprise, maintes à 1 500 euros », tions syndicales. sociaux, contrôle public des banques, emplois jeunes de qualité, emplois durables
fois évoquée par Nicolas Sarkozy selon Solidaires. D’ici là, le front dans de nouvelles activités d’utilité écologique et sociale, accompagnement de la
lui-même, est renvoyée à des dis- syndical, qui sou- reconversion des activités insoutenables. Elles permettraient d’investir massivement
cussions entre partenaires sociaux, haite préserver l’unité dans la durée, dans la «grande bifurcation» d’un système en faillite sur tous les plans.
mais il faudra compter sur le patro- devra maintenir la pression dans les Les «croissancistes» font penser à des pédiatres qui confondraient le
nat pour jouer la montre et ne rien secteurs en crise, des Antilles aux uni- développement d’un enfant avec sa prise de poids. Ils nous incitent à l’obésité
lâcher. Les demandes de suppression versités, et là où l’emploi est sinis- économique, une pathologie qui peut être fatale. 2% de croissance par an d’ici
du bouclier fiscal et d’abandon des tré, comme le souhaite la CGT, alors à2100 signifie six fois plus de biens et de services produits. Indépendamment
mesures sur les heures supplémen- que l’Élysée et le gouvernement font même de l’aggravation dramatique de la crise écologique que cette accumulation
taires ont reçu une fin de non-rece- le pari que la fièvre de la rue sera insensée provoquerait, franchement, six fois plus de quoi? Quand arrête-t-on cette
voir de Brice Hortefeux, ministre du retombée. course folle? Trop tard ou tout de suite? La croissance fait désormais partie non
Travail. Nicolas Sarkozy continuera Pauline Baron et Thierry Brun pas des solutions, mais des problèmes.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 9


SOCIAL

COOPÉRATIVES Les initiatives se multiplient après la liquidation de la Camif Particuliers. Une association
d’ex-salariés, une centrale d’achat de l’économie sociale et un groupe privé sont sur les rangs.

Camif : un catalogue de propositions


ncore fumantes, les ruines de à la commercialisation de produits.

E la Camif sont très convoitées.


Après la liquidation de Camif
Particuliers en octobre 2008
(800 salariés) et la mise en redresse-
ment judiciaire de Camif SA, la mai-
Il veut rassembler des structures éco-
nomiques indépendantes autour
d’une société coopérative d’intérêt
collectif. Il a été validé par l’asso-
ciation et présenté au préfet, à la mai-
son mère, les projets avancent à pas rie, à la communauté d’aggloméra-
discrets, annonce un des acteurs du tions et à la région ».
dossier. La disparition de la célèbre De son côté, Patrice Sifflet espère
coopérative de consommateurs créée « reconstituer » une coopérative dès
en 1947 pour le monde enseignant, cette année. « Nous disposons d’un
l’un des fleurons de l’économie sociale, catalogue de vente à distance et nous
n’a pas laissé indifférente la Centrale regroupons 75 comités d’entreprise.
d’achats de l’économie sociale Notre action res-
(Cades), un groupement de 25 socié- tera modeste. On
tés coopératives issues notamment de « On veut n’a pas la possi-
comités d’entreprise, dont ceux de démontrer que le bilité de recréer
la Banque de France, de France Télé- système coopératif une Camif et
com et de La Poste. est toujours valable d ’ e m b a u c h e r
Son président, Patrice Sifflet, est venu et que c’était une 1 000 personnes.
présenter les intentions de la Cades erreur de confier Mais on veut
à Niort, le 16 février, devant les ex- la Camif à un fonds démontrer que le
salariés de la Camif qui ont créé l’Élan de pension. » système coopéra-
coopératif niortais, une association tif est toujours
regroupant 250 adhérents et soute- valable et que
nue par les élus locaux et la cham- c’était une erreur de confier la Camif
bre régionale de l’économie sociale de à un fonds de pension capitaliste. »
Poitou-Charentes. Installée dans un Créée il y a trois ans, la Cades four-
local prêté par la mairie, l’association nit meubles, vêtements, linge de mai-
a dans ses cartons une douzaine de son et appareils électroménagers aux
projets : « Celui d’un ancien chef de salariés des comités d’entreprises.
produit de la Camif, Jean-Luc Joly, Hors catalogue, elle réalise dans ses
est actuellement poussé par l’asso- magasins environ 50 millions d’eu-
ciation, explique Isabelle Heurtebise, ros de chiffre d’affaires par an, six fois
sa présidente. Jean-Pierre Martin, qui moins que Camif Particuliers.
préside la chambre régionale, ajoute Les salariés de ce fleuron de l’économie sociale mis en liquidation La Cades a été approchée par le gou-
qu’il s’agit d’un « site Internet destiné manifestaient en octobre devant le ministère de l’Économie. HORVAT/AFP vernement avant la liquidation de
Camif Particuliers pour racheter la
société en difficulté, pour 100 millions

Ces populations privées de santé d’euros, ce qu’elle a refusé : « C’était


trop », dit Patrice Sifflet. Pour Jean-
Pierre Martin, le sort de la Camif
En pleine « affaire Kouchner », l’ONG Oxfam International publie un rapport édifiant sur les systèmes réserve d’autres surprises : de mys-
de santé privés dans les pays pauvres. térieux entrepreneurs sont également
intéressés. Matelsom, « leader de la
a France et de nombreux pays dona- inefficaces et mettent en péril la vie des pointe des «priorités sectorielles et géo- vente en ligne de literie », serait sur
Lteurs font la promotion dans les pays populations pauvres ». graphiques de l’aide française [qui] ne les rangs. Optimiste, Patrice Sifflet
pauvres de programmes de santé privés. Autre constat : « Les services de santé sont pas claires. Aujourd’hui, le gouver- table déjà sur la création d’une coo-
Notamment par le biais d’audits sur le publique dans les pays pauvres sont dé- nement français se contente de souscrire pérative dès juin et l’envoi en octobre
fonctionnement de systèmes de santé, labrés. En Afrique subsaharienne, l’es- à la stratégie que promeut la Banque d’un premier catalogue aux ensei-
comme celui demandé par le Gabon en pérance de vie des adultes ou le nombre mondiale en matière de santé ». Il de- gnants, commun aux autres coopé-
2004 à Bernard Kouchner, alors consul- d’accouchements assistés par du per- mande à Bernard Kouchner, ministre des ratives de la Cades.
tant, au cœur d’une polémique mise au sonnel qualifié ont reculé au cours des Affaires étrangères, « de rompre avec Sur le papier, les idées ne manquent
jour dans le dernier livre de Pierre Péan, dix dernières années », déplore Sébas- cette position ». pas. Reste à les concrétiser. Isabelle
le Monde selon K (Fayard). tien Fourmy, d’Oxfam France-Agir ici. _T. B. Heurtebise est convaincue qu’il y a
Un récent rapport d’Oxfam International Le rapport réclame le renforcement des
(1) «Optimisme aveugle: une remise en question des
une forte volonté de créer une
vient opportunément jeter un éclairage soins publics et gratuits, «seul moyen ef- mythes concernant les soins de santé privés dans les coopérative « de salariés, dirigée par
édifiant sur ces systèmes de santé pri- ficace pour sauver des millions de vies pays», février2009. Téléchargeable sur des salariés ». Mais ce n’est pas gagné.
vés (1) et affirme qu’ils « sont souvent dans le monde ». Et Sébastien Fourmy www.oxfamfrance.org _Thierry Brun

10 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


19 février 2009 I POLITIS I 11
SOCIÉTÉ

SANTÉ Quelle politique de confidentialité autour des données relatives aux soins ? C’est la question que pose
la relance du dossier médical personnalisé, projet non sécurisé et dispendieux qui s’est déjà soldé par un fiasco.

Le dossier médical en réanimation


’est à se demander à quoi loi de 2004 sur l’assurance-maladie, relatifs au masquage d’informations territoire. En janvier 2009, le rap-

C servent les rapports d’experts.


En 2007, le Comité consul-
tatif national d’éthique
(CCNE) a publié un avis condamnant
la mise en place de la tarification à
le DMP a été pensé comme un ins-
trument accessible par Internet et qui
doit, via l’informatisation des don-
nées médicales de chaque patient,
faciliter « la coordination et les
et il mettait en danger la relation
patient-médecin. Non seulement le
DMP pouvait engendrer des dérives
sans laisser espérer une quelconque
efficacité, mais il allait en outre accroî-
port annuel de la Cour des comptes
a dénoncé le ratage du DMP en épin-
glant les dysfonctionnements de la
structure chargée par l’État de gérer
le projet. Créé en 2005, le Groupe
l’activité à l’hôpital parce qu’elle était échanges d’infor- tre le déficit de la Sécurité sociale. d’intérêt public du DMP (GIP-DMP)
inadaptée, entre autres, à la prise en mation entre les Pourquoi ne pas laisser tomber ? Le a connu des problèmes financiers,
charge « des maladies chroniques, des Le DMP risque de professionnels de projet a été expérimenté entre 2005 n’était pas de taille, manquait d’ex-
soins de suite, des soins palliatifs, des mettre en danger santé ». et 2007 dans 17 sites pilotes répar- périence… Cette fois encore, au lieu
personnes âgées ou des enfants la relation Le 12 juin 2008, tis dans 13 régions et 100 établis- d’abandonner le projet, le minis-
malades… ». Or, la loi « Hôpital, patient-médecin. le CCNE a publié sements de santé, sans que l’infor- tère en a retiré la conduite à la pre-
patients, santé et territoires » (HPST), un avis rejetant ce matisation du système de santé ait mière entité au profit d’une nouvelle :
actuellement en discussion à l’As- DMP. Motifs : il « atteint le niveau quantitatif et qua- l’Agence des systèmes d’information
semblée, prévoit d’étendre la tarifi- ne pouvait pas, en l’état, rendre ser- litatif nécessaire », d’après le CCNE. de santé partagés (Asip).
cation à l’activité à l’ensemble de la vice à la personne, il risquait d’ag- Le 18 juin 2008, la ministre a fait Dopé par la loi HPST, le DMP va être
gestion hospitalière. graver les coûts de santé publique en mine de prendre en compte l’avis relancé d’ici au mois de juin alors
La même logique semble présider à temps de pénurie, il ne garantissait des sages en retirant le caractère même que le fond du débat – quelle
la relance du dossier médical per- pas la sécurité des données enregis- obligatoire du DMP, tout en annon- politique de confidentialité autour
sonnalisé (DMP). Composante de la trées, il posait des problèmes éthiques çant son extension à l’ensemble du des données de santé ? – n’a pas

En juin 2008, Roselyne Bachelot a retiré le caractère obligatoire du DMP… tout en annonçant son extension à l’ensemble du territoire. FOLLIOT/AFP

12 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9


SOCIÉTÉ

progressé d’un iota. Pour preuve, le décret sur la confi-


« C’est toujours le même fantasme dentialité des données devait faire
de mainmise sur une population, la l’objet d’un arrêté dans les trois ans.
même dérive de quantification à Il n’a toujours pas vu le jour. « Le
outrance, soupire Pierre Le Coz, phi- fond du problème, selon Pierre Les-
losophe et rapporteur de l’avis du teven, c’est la confiance que les gens
CCNE. Il faudrait enquêter sur ce peuvent avoir en un nouveau sys-
qui se passe en Angleterre, où le prin- tème. Actuellement, chacun fait
cipe d’un DMP s’étend dans une ver- confiance à son petit système – son
sion hard : on ne demande même pas médecin de ville, son hôpital –, qui
leur avis aux patients ! » Selon lui, le informatise quelques données le
ministère français n’a cessé de « souf- concernant. » L’enjeu serait donc :
fler le chaud et le froid », renonçant faut-il passer à un système général,
à une application « totalitaire » mais et comment ? Selon le représentant
sans renoncer totalement. Au point de la FHF, il existe un vrai besoin
que plus personne ne sait exactement d’échange d’informations entre petits
ce qu’il en est. établissements mais aussi entre hôpi-
Le 23 juin 2008, forte des conclu- taux et médecins de ville : « On a
sions du rapport Gagneux construit notre système
pour la relance du projet, sur des échanges de patient
Roselyne Bachelot a 38 200 à soignant, et de collègue Manifestation fin 2008 contre le projet de loi Boutin. HORVAT/AFP
déclaré « indispensable dossiers à collègue. Sauf qu’il y a
d’inscrire le DMP dans une médicaux encore dix ans on pouvait
stratégie nationale des sys- personnalisés être suivi par le même soi- LOGEMENT Les députés adoptent le projet de loi
tèmes d’information de (DMP) ont été gnant pour un problème
santé ». Ce pourquoi elle a ouverts entre de santé. Aujourd’hui, une Boutin, qui contredit les propositions des associations.
fait fusionner le GIP-DMP, 2005 et 2007. majorité de patients sont
le GIP-CPS (Carte profes-
sionnel santé) et le GMSIH
(Groupement pour la
atteints de maladies com-
plexes réclamant une prise
en charge sur plusieurs
Droits dans le mur
modernisation du système années et l’intervention de
d’information hospitalier) en une plusieurs spécialistes et praticiens. es députés ne pourront pas solution de relogement. » Ce qui
agence unique, l’Asip. Ses deux Nous devons changer de système,
pilotes, Michel Gagneux (inspec- et les technologies doivent nous y
teur général des affaires sociales) et aider. »
Jean-Yves Robin (médecin, ex-direc- Mais, quel pilotage, quelle sécu-
teur de Santeos, fournisseur de solu- rité et quelle disponibilité pour ce
L dire qu’ils n’étaient pas pré-
venus. Voilà des mois que le
Collectif des associations
unies s’insurge contre le projet de
loi « de mobilisation pour le loge-
contredit le Dalo. « Le projet de loi
préfère jouer la carte répressive plu-
tôt que de renforcer le volet préventif
de la lutte contre les expulsions »,
dénonce le Collectif, qui demande la
tions informatiques de santé), n’an- nouveau système ? Le pilotage serait ment et la lutte contre l’exclusion », suppression de l’article 19. « La loi
nonceront leur feuille de route qu’en en phase d’amélioration avec la défendu par la ministre du Loge- qui vient est dramatique », s’indigne
mars. L’heure est donc aux ques- création de l’Asip, dont les diri- ment et de la Ville, Christine Bou- aussi le DAL, qui fustige le fait que
tionnements. geants semblent avoir compris qu’ils tin. Cet automne, il leur avait envoyé le texte vienne « amputer » le Dalo,
Tout d’abord, que sont devenues les devaient en passer par la concer- une liste de quatorze amendements écarter les associations de défense
données collectées entre 2005 tation avec les professionnels déclinés en trois axes : réintroduire des exclus, retirer leur droit au loge-
et 2007 ? Personne ne sait vraiment. concernés. À propos de la sécurité dans le projet de loi les propositions ment aux demandeurs d’emploi qui
Les hébergeurs ont été dissous quand et de la disponibilité, l’outil indus- du député Étienne Pinte, auteur d’un refusent une solution de logement
la phase expérimentale s’est arrêtée. triel d’interopérabilité adapté épais rapport sur l’hébergement dans un autre département que le
Les informations contenues dans n’existe pas encore, à en croire Pierre d’urgence ; renforcer le rôle de l’État leur et, surtout, limiter la condam-
les dossiers ouverts ont-elles bien été Lesteven. S’il n’a jamais été témoin pour atteindre l’objectif 2012 de nation de l’État (article 24 bis).
détruites ? À la Cnil, qui n’a toujours de dérives relatives à des échanges la loi sur le Droit au logement oppo- La loi prévoit de lancer le dispositif
pas de pôle spécifique santé, Jeanne de fichiers, il a pu observer les sable (Dalo) ; et assurer la cohérence controversé de « Maison à 15 euros »
Bossi, directrice adjointe chargée de risques engendrés par une panne entre la prévention, l’hébergement et de soutenir la construction en per-
la relation avec les usagers, s’in- informatique bloquant les résultats et le logement. mettant à l’État de mobiliser les res-
quiète : « Nous attendons les lignes d’un examen pour déclencher un Rien n’y a fait : le 10 février, les dépu- sources des organismes HLM et du
directrices des pouvoirs publics. Des acte médical, par exemple. tés ont adopté le projet de loi pre- 1 % logement au moyen de
dossiers médicaux partagés, il y en Il y a néanmoins peu de chances, à mière mouture par 312 voix contre « conventions d’utilité sociale ». Elle
a des centaines, mais nous ignorons l’avenir, que le projet DMP persiste 225. « Si, fort heureusement, les par- propose d’abaisser de 10 % les pla-
ce qui est estampillé DMP. » En effet, sous ce nom tant celui-ci est syno- lementaires ont refusé de modifier fonds de ressources pour l’accès au
des quantités d’informations médi- nyme de fiasco. Médecin et respon- l’article 55 de la loi SRU, s’ils ont logement social et d’accroître la
cales informatisées circulent déjà sable de l’Observatoire des techno- bien pris en compte quelques pro- mobilité dans le parc. Enfin, elle ins-
entre hôpitaux, hébergeurs, cabinets logies et des systèmes d’information positions du rapport du député UMP taure une définition d’« habitat
de ville… Et ce, sans cadre réel. Il y de santé, Jean-Jacques Fraslin le Étienne Pinte, admet le Collectif, indigne », et projette de créer des
a bien un cadre juridique, la loi de considère comme « le plus grand d’autres mesures régressives ont été « logements de transition » dans le
2004 sur la protection des rensei- échec de la réforme de l’assurance- maintenues, notamment en matière parc social. Des mesures cosmétiques
gnements sur la santé, mais, pour maladie de 2004 ». d’expulsions locatives : l’article 19 face à la crise ? L’adoption définitive
Pierre Lesteven, représentant de la _Ingrid Merckx de la loi prévoit en effet la réduction du projet de loi après son passage
Fédération hospitalière de France (avec Christine Tréguier) de 3 à 1 an du délai d’expulsion qui devant la commission mixte pari-
(FHF), « elle pose des principes sans peut être accordé par le juge aux taire est prévue le 19 février.
les moyens de son application ». Pour en savoir plus: www.pour-politis.org ménages en grande difficulté et sans _I. M.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 13


ÉCOLOGIE

SYLVICULTURE La tempête dans le Sud-Ouest a entraîné la disparition de millions d’arbres et la ruine de


milliers de propriétaires. Une catastrophe écologique et sociale peu prise en compte par les pouvoirs publics.

Le requiem de forêts
entement mais sûrement, l’opi- XIXe siècle pour assainir des zones de

L nion publique oublie que le


sud-ouest de la France a subi
une catastrophe climatique,
économique et sociale avec la dispa-
rition, notamment dans les Landes,
marais, est désormais condamnée à
disparaître.
Des industriels tentent de profiter de
la situation : l’un d’eux a proposé à
Louchas, dont les 60 hectares de forêt
de millions d’arbres qui vont pour- communale ont été ravagés, de lui
rir par terre au point d’être inutilisa- acheter 5 000 mètres cubes : « Il nous
bles pour quoi que ce soit dans fallait débiter les troncs et les trans-
quelques mois. Parce que l’État se porter à l’usine, explique le maire,
désintéresse des zones et des popu- pour un prix qui couvrait tout juste
lations sinistrées à partir du moment la dépense. On a renoncé, alors que
où le téléphone et l’électricité fonc- la commune a besoin d’argent. »
tionnent de nouveau. Sans doute parce Ces charognards,
que le secteur industriel n’est pas direc- parfois venus de
tement touché et que les propriétaires Comme les loin, démarchent
ruinés par la chute des pins des Landes, plantations vont communes et pro-
une trentaine de milliers, ne consti- s’arrêter, des priétaires, présen-
tuent pas une « force politique » suf- milliers d’emplois tant leurs offres
fisante pour émouvoir longtemps les vont disparaître dérisoires comme
autorités et le président de la Répu- dans les Landes. un service rendu.
blique. Le maire de Louchas, com- Alors que huit
mune de 730 habitants au sud de Bor- La forêt des Landes, créée à la fin du XIXe siècle, est désormais années de pro-
deaux, analyse ainsi le discours de condamnée à disparaître. BERNARD/AFP duction sont à
ce dernier : « Il est facile de com- terre, que les parasites vont rapide-
prendre, en écoutant ses déclarations de revenus. La situation n’est guère ceux plantés il y a dix ans ou de ceux ment ronger le bois, que les risques
lors de son rapide voyage dans la plus enviable pour les 15 000 autres, qui ont entre 15 et 20 ans. Même les d’incendie sont accrus puisque, au
région, qu’il a privilégié les effets d’an- sauf pour la Caisse des dépôts, le plus acacias n’ont pas résisté. Donc la filière mieux, 20 à 30 % de ce bois pourront
nonce et qu’il n’a rien compris à ce qui gros propriétaire de la région. « Car, bois est par terre. Il ne faut pas oublier être ramassés, sauf à organiser une
s’est passé, qu’il n’a aucune notion de expose Philippe Carreyre, conseiller qu’une production de bois fonctionne opération d’urgence en mobilisant
ce que peut être une forêt. » général de la Gironde, la plupart d’en- sur un cycle minimum de quarante rapidement des milliers de salariés
Entre chablis (arbres déracinés) et volis tre eux n’auront ni l’envie ni, surtout, ans. Je pense que même les quelques bien équipés. Mais personne n’a songé
(arbres brisés), les 15 000 proprié- les moyens de replanter. D’autant plus grands propriétaires vont préférer des à inclure une telle opération dans le
taires landais qui possèdent moins de que, contrairement à ce qui s’était investissements à plus court terme. » « plan de relance », les industries pape-
10 hectares ont irrémédiablement passé en 1999, les jeunes arbres ont Ce qui signifie clairement que cette tières et la filière du bois industriel
perdu un complément de retraite ou beaucoup souffert, qu’il s’agisse de forêt des Landes, créée à la fin du ayant fait savoir qu’elles préféreraient
s’approvisionner à l’étranger. En Rus-

Pour une gestion durable sie, par exemple. Quant aux usines de
pâte à papier du Sud-Ouest, elles sont
incapables ou peu désireuses d’ab-
Le morcellement de la forêt française privée interdit une exploitation cohérente de cette ressource. sorber plus de bois.
Des regroupements permettraient une meilleure production et la création d’emplois dans cette filière. La situation, conséquence du mor-
cellement forestier français et d’une
u milieu du XIX e siècle, lorsque le immédiate, ce qui entraîna une réduction des propriétaires et les chances d’une gestion erratique de l’Office natio-
A Corps des forestiers, créé en 1827,
annonça la disparition de la forêt fran-
de la biodiversité, celle-ci étant bien
moins riche sous des sapins et des pins
production durable.
D’ailleurs, seuls 21 % de la forêt privée
nal des forêts, est dramatique pour
les retraités qui compensaient des
çaise, celle-ci ne couvrait plus guère que que sous des chênes ou des hêtres. bénéficient d’une certification de gestion retraites trop modestes grâce aux
7 à 8 millions d’hectares, décimés par la Mais le drame de la forêt française privée durable contre 79 % (sur les 4,5 millions coupes régulières. Personne ne les
construction navale et l’industrie nais- (11,6millions d’hectares contre 4,1 pour les certifiés) pour les forêts publiques. Alors aidera, parce qu’ils sont peu, mal ou
sante. Aujourd’hui, en constante pro- forêts domaniales, communales ou régio- que la forêt privée est bien plus vaste et pas assurés. Conséquence : comme
gression, elle couvre 15,7 millions d’hec- nales) est qu’elle compte actuellement qu’elle produit 22 millions de m3 de bois les plantations vont s’arrêter, des mil-
tares : le résultat des plantations de la plus de 3,5millions de propriétaires, dont de chauffage autoconsommé, le même liers d’emplois vont disparaître dans
seconde moitié du XIX e siècle et des 3millions possèdent moins de 4hectares chiffre que pour le bois d’œuvre. Une ges- les Landes, comptant 627 000 hec-
exodes ruraux laissant place à un véri- et 450000 entre 4 et 10 hectares. Ce mor- tion moins calamiteuse de la forêt fran- tares de forêt, qui en faisaient le
table phénomène de «forêt vierge», no- cellement interdit une gestion cohérente. çaise pourrait augmenter le nombre d’em- département le plus boisé de France.
tamment dans le sud du Massif Central. Malgré plusieurs textes de loi, les gou- plois de cette filière, s’élevant à 390000 Sans oublier le bouleversement iné-
Il faut ajouter les erreurs anciennes des vernements n’ont jamais imposé les actuellement. vitable de la biodiversité dans la
forestiers privilégiant les conifères aux regroupements facilitant une exploitation région.
feuillus, sous prétexte d’une rentabilité rationnelle, préservant à la fois l’intérêt _C.-M. V. _Claude-Marie Vadrot

14 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9


ÉCOLOGIE EAU précisément: «Aucun élément nouveau
Veolia battue par le Braden ! ne remet en cause la sécurité» du Mon810
On se pince dans le quartier du Braden, à dans le rapport d’Yvon LeMaho,
Quimper: aprèsenviron cinq ans de lutte, la datant de juin2008. En bon scientifique,
tenace association des habitants vient de celui-ci constatait qu’on ne pouvait
l’emporter face à Veolia, numéro un conclure à l’absence de nocivité sanitaire
mondial des services de l’eau. Pendant des et environnementale (ni le contraire
mois, les canalisations éclataient par d’ailleurs), recommandant de s’en tenir
dizaines sous l’effet d’une surpression au principe de précaution.
décidée par l’opérateur, qui renvoyait avec Pas étonnant: les études d’impact sont
mépris les habitants à leur prétendue très majoritairement produites par les
inconséquence(1). Veolia a même déclaré firmes semencières elles-mêmes,
ne pas vouloir faire appel, etque les et ne sont pas rendues publiques.
sinistrés seraient remboursés! Ce qui ne gêne nullement l’Afssa.
(1)Voir Politis n°939. Alors que l’expertise officielle se
décrédibilise périodiquement, le
C L I M AT gouvernement, qui tarde à y remédier,
L’Australie sous le feu a pour une fois vivement réagi face au
Balayé, abasourdi, meurtri: le Sud-Est de lobby semencier, qui s’empresse de
l’Australie vient de vivre les incendies les réclamer la levée du moratoire: c’est
plus meurtriers de son histoire, d’une comme si on se basait sur l’avis d’un
exceptionnelle violence. En début de dentiste pour soigner une fracture,
2 500 km de projets autoroutiers refont surface. MULLER/AFP semaine, on comptait près de 200 morts, résume Chantal Jouanno, nouvelle
2000 maisons en cendre, 500000 secrétaire d’État à l’Écologie.
hectares brûlés, 500millions de dollars En effet, c’est en raison des sérieux risques
GRENELLE 1 Le Sénat vient de voter en première partis en fumée –tous chiffres provisoires. de contamination de l’environnement
Les flammes ont annihilé plusieurs que la culture du Mon810 a été suspendue,
lecture une loi dépouillée de ses ambitions. et pas pour des raisons sanitaires.
L’Afssa n’est pas plus troublée par la

Un lent naufrage manœuvre qui a entouré la divulgation de


son avis: il a «fuité» dans la presse
(leFigaro du 11février), juste avant le vote
des experts de l’Union, lundi dernier, sur la
ûrement, le Grenelle de l’en- de serre et des consommations d’éner-

S
proposition de la Commission européenne
vironnement s’étiole. Un an et gie fossile en France. de casser le moratoire français (mais aussi
demi après les ronflantes pro- Voilà que les quelque 2 500 kilomè- grec). Cette pression a finalement échoué
messes du président de la tres de projets autoroutiers en cours, WEST/AFP dans ses fins, mais le répit ne sera que
République, le Sénat vient seulement que Jean-Louis Borloo avait présen- bourgades (ici, Marysville, à 100km au de courte durée: à moins que les ministres
de voter en première lecture le texte tés comme « gelés » par le Grenelle, nord-est de Melbourne). En Australie, la de l’Environnement de l’Union ne se
dit « Grenelle I », c’est-à-dire la loi- refont résolument surface. Une déro- conjonction sans précédent de conditions mettent d’accord (c’est peu probable)
programme qui fixe le cadre d’une gation avait déjà été concédée en cas climatiques extrêmes –chaleur de près de d’ici à juin prochain, le dernier mot
prétendue révolution écologique à la d’impératifs de décongestion, de sécu- 47°C à Melbourne, sécheresse historique, reviendra à la Commission: sous peine
française. Il devra revenir devant les rité ou « d’intérêt local », vite mise à vents violents– s’impose: c’est la signature de sanction, la France sera alors sommée
deux chambres, à une date indéter- profit par le Premier ministre pour du dérèglement climatique, que les de lever son moratoire.
minée. Le ministre de l’Écologie, Jean- remettre en selle les portions A63, autorités ont longtemps traité par le
Louis Borloo, avait initialement A150 et A355. Les sénateurs ont pai- mépris. D’autant que le nord du pays était PRESSE ÉCOLO
annoncé une loi pour… décem- siblement ajouté que « les grands iti- simultanément inondé par des pluies Déchets nucléaires
bre 2007. Il n’est pas certain que tout néraires autoroutiers » devront être cycloniques diluviennes. D’ici à2050, Alors que l’Agence nationale Andra
sera bouclé en juin prochain. Entre- menés « à bonne fin dans les meilleurs le nombre de jours durant lesquels les cherche désespérément des sites
temps, aura probablement commencé délais » ! Brandissant ces échappa- incendies présenteront un danger extrême pour entreposer des centaines
l’examen de la loi « Grenelle II », toires, l’Agence de financement des pourrait doubler. de tonnes de déchets radioactifs,
contenant les mesures d’application infrastructures de transport de France le Réseau Sortir du nucléaire publie une
de Grenelle I. Chevauchements et vient de justifier près de 500 millions OGM brochure (Peut-on recycler les déchets
confusions en prévision. d’euros d’engagement pour de nou- L’Afssa sans gêne nucléaires?) qui fait le tour d’un problème
La machine à dissoudre ses ambitions veaux projets routiers en 2009. La bataille pour lequel l’industrie ne propose
poursuit consciencieusement son « Un retour en grâce inacceptable de anti-OGM que d’hypothétiques solutions.
œuvre, animée par les intérêts des élus, la route », s’élèvent plusieurs asso- va www.sortirdunucleaire.org,
des administrations et des groupes ciations dans un communiqué com- reprendre 0478282922.
d’intérêt économiques. « Plan de mun (1). Qui confesse aussi une de plus
relance anticrise, milliards accordés « énorme désillusion » concernant belle en Guide des isolants
au secteur automobile, loi de finances, la rénovation thermique des bâtiments France, à la Dans une enquête exclusive,
contrats de projets État-Région…, anciens, chantier considérable et prio- suite du laMaison écologique compare
chaque nouvelle mesure vient contre- ritaire. Alors que les sénateurs espèrent rapport 100 isolants thermiques
dire ou raboter les décisions initiales une réduction des consommations rendu la pour la construction.
du Grenelle, déplore Olivier Lou- d’énergie de près de 40 % d’ici à 2020, semaine www.la-maison-ecologique.com,
chard, coordonnateur du Réseau le seuil de performance adopté pour dernière 0299370696.
action climat (RAC). Les lobbies rega- la rénovation des logements sociaux par
gnent systématiquement du terrain, est deux fois trop élevé, selon les asso- MULLER/AFP l’Agence Villes sobres
nous sommes très préoccupés. » ciations ; et il n’est même pas défini française de sécurité sanitaire des Un dossier de Silence (presque sauvé!)
Les déceptions les plus importantes pour les autres logements… aliments (Afssa): il conclut que le maïs sur ces villes britanniques qui cheminent
concernent les secteurs clés du trans- Patrick Piro OGM Mon810 de Monsanto, dont la culture vers l’écologie pour tous.
port et des bâtiments, premiers res- (1) Réseau Action Climat, Amis de la Terre, Cler, est sous moratoire en France depuis un an, www.revuesilence.net,
ponsables des émissions de gaz à effet Fnaut, Greenpeace et WWF. est sans danger pour la santé. Et 0478395533.

1 9 févr ier 2 00 9 I POLITIS I 15


MONDE

ISRAËL Historien de renommée internationale, spécialiste des nationalismes et homme de gauche authentique,
Zeev Sternhell analyse ici les causes du déclin du Parti travailliste.

« À quoi sert le Parti travailliste ? »


Politis I Le Parti travailliste
israélien, qui fut le parti des la grande défaite de la gauche
fondateurs du pays, vient en 1977. Jusqu’à présent, il n’a pas
d’enregistrer, avec 13 sièges, le été capable de se remettre debout. Le
plus mauvais score de son principal responsable est d’abord
histoire. Comment expliquez- Shimon Pérès, qui a lui-même glissé
vous ce qui est plus qu’une vers le centre droit. Non seulement
défaite, une déchéance ? la reconstruction
Zeev Sternhell I Ce phénomène s’ex- du parti n’a
plique par différents éléments. Le « Le Parti jamais eu lieu,
Parti travailliste connaît un proces- travailliste mais elle n’a
sus de glissement électoral vers le bas n’a rien fait pour même jamais
depuis de nombreuses années. En dix la paix, même commencé. Ce
ans, il a perdu environ la moitié de s’il en parle qui fait qu’au-
son électorat. Mais ce processus est beaucoup. » jourd’hui on
encore plus profond. Ce parti a perdu cueille les fruits
sa spécificité. Ne possédant aucune d’un processus
réponse véritable face aux problèmes d’autodestruction qui dure depuis
qui se posent dans la société israé- pratiquement trente ans.
lienne, il ne parvient plus à convain-
cre les électeurs du centre gauche. Est-ce qu’il y a à l’intérieur
Il n’a ni la capacité de proposer des du Parti travailliste une force
réponses qui puissent constituer une Ehud Barak, leader du Parti travailliste et ministre de la Défense. ou un personnage qui vous
solution de rechange face à la droite, Tout un programme… GUEZ/AFP semblent pouvoir incarner un
ni celle d’être à la hauteur des solu- redressement ?
tions qu’il préconise. Il n’y a pas de véritable différence aucune politique spécifique sur le plan L’espoir d’un redressement, suscité
Tout d’abord, le Parti travailliste n’a entre la politique menée par un tra- économique comme sur celui de la par l’arrivée d’Amir Peretz, a été
rien fait pour la paix, même s’il en vailliste et une politique menée par le paix, on peut se demander à quoi il balayé par la guerre du Liban de
parle beaucoup. Il a apporté la preuve centre droit ou la droite. sert encore. 2006. En outre, l’élite dirigeante du
qu’il était incapable de se mesurer au Le second élément concerne la poli- Le Parti travailliste fait face à un pro- parti lui était opposée et n’a donc
problème essentiel : celui des colo- tique économique et sociale. Le Parti cessus très comparable à celui connu pas collaboré avec lui. Parce qu’il
nies. La colonisation des territoires travailliste ne présente aucune solu- par la SFIO en France à la fin des était précisément un outsider qui
palestiniens s’est poursuivie, même tion de rechange face au néolibéra- années 1950 et dans les années 1960. arrivait à la tête du parti, beaucoup
sous Ehud Barak, lorsque celui-ci était lisme sauvage tel qu’on le pratique Mais, il n’y a pas de François Mit- ont espéré qu’il remettrait le Parti
Premier ministre, en 1999 et 2000, dans notre pays. Israël est devenu terrand en vue. Son problème cor- travailliste dans le droit chemin. Cela
puis ministre de la Défense. Et cela l’une des sociétés les plus inégalitaires respond à l’absence de leadership, ne s’est pas produit. C’est aussi le
de la même manière qu’auparavant. du monde occidental. Ce parti n’ayant depuis une trentaine d’années, et à signe d’une sorte de désespoir. Le
parti aurait dû jouer le rôle d’une

Les nouvelles conditions d’Israël force d’opposition au Likoud. La


grande masse de ses électeurs poten-
tiels n’y croyait pas ; elle a donc voté
Avant de conclure un éventuel cessez-le-feu, Israël hausse sans cesse le niveau de ses exigences. pour Kadima, le parti centriste.
Et demande maintenant la libération du soldat Gilad Shalit. N’oublions pas que le pourcentage
de votes est tombé de 80 % au début
elon une méthode déjà éprouvée, Is- Ehud Olmert, deuxièmement, l’arrêt de la de l’actuel gouvernement, le leader du des années 2000 à 65 %. Ces voix
S raël n’en finit pas de hausser le niveau
de ses exigences avant de conclure un
contrebande [d’armes] de l’Égypte vers
la bande de Gaza, troisièmement, un ces-
Likoud, Benyamin Netanyahou, proba-
ble futur Premier ministre, qui pratique
perdues viennent de la gauche et du
centre gauche. La droite, elle, conti-
éventuel cessez-le-feu avec le Hamas. sez-le-feu total. » Du côté du Hamas, la lui-même la surenchère. Mais, en condi- nue de voter. Si les électeurs de
Quelques jours auparavant, Israël exi- principale condition, outre l’arrêt des tionnant la conclusion d’une nouvelle trêve gauche n’ont pas voté, c’est parce
geait la fin des tirs de roquettes sur les raids aériens dans la bande de Gaza, à la libération de Gilad Shalit, Israël risque qu’ils ne pensaient pas que la droite
villes voisines de Sderot et Ashkelon, et reste l’ouverture de points de passage aussi de devoir en payer le prix en libérant aurait une influence sur le rapport
« des progrès » dans les tractations en qui permettent de desserrer le blocus qui des centaines de prisonniers palestiniens, de force. En fait, ils ne croient pas
vue d’un échange de prisonniers. Di- asphyxie ce territoire peuplé d’un million dont le chef du Fatah en Cisjordanie, Mar- à la capacité de la politique de chan-
manche soir, le Premier ministre, Ehud et demi de Palestiniens. wan Barghouti, condamné en juin 2004 ger la réalité.
Olmert, a indiqué que la libération du sol- à la prison à vie. Ironie du sort: si cette libé- _Propos recueillis par Denis Sieffert
dat franco-israélien Gilad Shalit, capturé Cette surenchère israélienne résulte aussi ration intervenait, ce serait le Hamas qui et Pauline Baron
par le Hamas en juin 2006, prime dés- de la confusion politique qui règne une obtiendrait la libération du principal diri-
ormais sur tous les autres objectifs que semaine après les élections législatives. geant du Fatah, l’homme que l’on dit capa- Zeev Sternhell est notamment l’auteur d’Aux origines
s’était fixés l’État hébreu : « En premier Avant sa déclaration publique, Ehud ble de refaire l’unité palestinienne. d’Israël: entre socialisme et nationalisme (Fayard,
lieu, la libération de Gilad Shalit, a déclaré Olmert a en effet dû consulter, en plus _D. S. 1996) et desAnti-Lumières (Fayard, 2006).

16 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


LES ÉCHOS
En Italie, la Ligue du Nord exige que
les médecins dénoncent leurs patients
immigrés sans papiers. Pour transformer
ici les blouses blanches en chemises noires ?

La franchise de LO
Lutte ouvrière présentera ses propres listes aux
en 2 mots D’OLIVIER BRISSON
élections européennes dans les sept circonscriptions
métropolitaines. Sans illusion aucune. «Même si on
avait 50élus au Parlement européen on ne pourrait pas
peser», a expliqué Nathalie Arthaud, sur Radio Orient,
ENTENDU
Christine Lagarde s’est
49000euros en moyenne;
ils auront 3000. La
ministre ne va quand même
spécialisés dans les délits
environnementaux
estiment que plusieurs
le 13février. «Notre but, c’est de défendre avant tout nos félicitée sur RTL, le pas les plaindre… dirigeants de l’entreprise
idées», reconnaît la nouvelle porte-parole de LO, en 13février, du bénéfice pétrolière se seraient
MERLE/AFP

confiant que «l’enjeu est avant tout propagandiste». record enregistré en 2008 livrés à «des activités
Voilà qui a le mérite de la franchise. par Total. «Je me réjouis
qu’il y ait des entreprises en
France qui réussissent, qui
LU
Manifestement insensible
ayant pour but de fausser
la concurrence» et
«visant à réaliser des
Entre ici, Estrosi ! fassent des profits», a à la joie de Christine profits énormes» par ces
Le 13février, rapporte le site letuyo.info, Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, déclaré la ministre de Lagarde, la justice moyens déloyaux. Utiles
lance au socialiste Patrick Allemand, en plein conseil municipal: «Vous êtes l’Économie. Interrogée sur italienne, quant à elle, précisions, toujours
quelqu’un de très dangereux, vous mentez à l’aide des méthodes de falsification la répartition de ces «suspend pour un an la d’après les carabiniers:
utilisées, durant l’Histoire, par ceux qui ont conduit aux plus grands drames de la 13,9milliards d’euros de concession d’exploitation «Il est manifeste que ces
planète.» Et de préciser, pour le cas où des simples d’esprit n’auraient pas bénéfice, dont 38% iront de Total Italie dans le sud délits ont été commis dans
complètement compris le message: «Je pense notamment à certains hommes qui aux actionnaires et 2% du pays» (nouvelobs.com, l’intérêt et à l’avantage de
officiaient en 39.» En clair: Patrick Allemand serait un peu nazi sur les bords. Et seulement aux salariés, la 16février). C’est pas tous la société», et «l’énorme
Christian Estrosi est bien sûr un héros de la Résistance. ministre de l’Économie a les jours facile d’être étendue des intérêts en
botté en touche: «Je n’ai bénéficiaire de près de jeu conduit à penser qu’ils
pas à porter de jugement 14milliards d’euros, quand impliquent également la
Un mensonge avoué sur la répartition telle on a le monde entier contre maison-mère.» Ces
Devant quelques journalistes, Jean-François Copé a estimé, le 11février, que l’«on ne qu’elle est décidée par les soi. Les carabinieri Italiens salissent tout…
fera pas de défense européenne si on ne remplit pas la case Otan». Le chef de file des actionnaires dans un
députés UMP, favorable à un débat parlementaire (sans vote!) sur un retour de la groupe privé.» Comme le
France dans les structures intégrées de l’Alliance atlantique, assure qu’«il y a de
vraies raisons d’y aller». S’il ne peut y avoir de défense européenne sans réintégration
de la France dans le commandement militaire de l’Otan, pourquoi l’avoir nié quand les
journaliste lui rappelait la
promesse de Sarkozy de
répartir les profits en trois
VU
opposants au TCE soutenaient que ce traité et son jumeau, le traité de Lisbonne, nous tiers égaux
plaçaient sous la coupe de l’Otan? Encore un mensonge qui tombe aujourd’hui. (investissements,
actionnaires, salariés),
MmeLagarde a admis ne

là-bas pas pouvoir faire valoir


«d’exigences» auprès
d’une société si bien
portante. Avant de

DR
conclure, agacée: «Je ne
pense pas que les salariés Venu faire le 13février, sur France2, la promotion de son
du groupe Total soient dans nouveau (et burlesque) livre, Jacques Séguéla énonce,
une situation de doctement, que: «Si à 50ans on n’a pas de Rolex, on a raté sa
paupérisation ou de vie.» Le mépris de classe, dans toute son obscénité, met
misérabilisme…» Sarko parfois un peu de temps à s’imposer pour ce qu’il est:
leur promettait d’autres fois, il crève l’écran…

le chiffre
71 000 euro s
MENDOZA/AFP

Désinformation à vie ?
Le 15février, Libération lançait un véritable cri d’alarme à destination de l’Amérique C’est le nouveau bonus de Jean-Pierre Jouyet, président de
latine (qui s’en moquait): «Chavez se verrait bien président à vie.» Même son de
cloche au Monde, où la détestation du président vénézuélien est une espèce de l’Autorité des marchés financiers, ex-secrétaire d’État aux
religion. Dimanche, totalement sourds au déchaînement propagandaire des quotidiens
français, 54,6% des votants ont voté «oui» au référendum qui permet à Hugo Chavez Affaires européennes de Sarkozy et homme de gauche. Son
de briguer un nouveau mandat en 2012 –approuvant ce que leMonde appelle sa
«possible réélection illimitée». Comprendre: l’instauration, au Venezuela, du système indemnité annuelle vient en effet de passer de 149 000 à
qui a prévalu en France jusqu’à l’an dernier, sans que jamais Libération ou leMonde ne
hurlent que François Mitterrand ou Jacques Chirac se voyaient en présidents à vie. 220 000 euros brut, un joli pactole en temps de crise…
1 9 févr ier 2 00 9 I POLITIS I 17
• Le Salon
• Près de 40 % des agriculteurs
• Ils sont des
DOSSIER AGRICULTURE

LES NOUVEAUX DAMNÉS


DE LA TERRE
e Salon de l’agriculture ouvre ses portes à Paris le Il sera moins directement question de la crise qui affecte une

L 21 février. Avec ce slogan qui fait la fierté de son


président, Jean-Luc Poulain : « Génération
agriculture : produire aujourd’hui, nourrir demain,
respecter toujours ». Cela ne veut pas dire grand-
chose, mais le message sonne bien, et le visiteur peut s’y laisser
prendre. Cela établit surtout que l’agriculture dominante mise
sur la communication plutôt que sur l’information pour redorer
bonne part des agriculteurs. Réduits, de plus en plus souvent, au
Smic, au RMI, à d’autres minima sociaux plus dérisoires encore,
certains, acculés à la faillite, abandonnent leur exploitation ou
leur maison. Pour rejoindre la cohorte des chômeurs chichement
indemnisés. La situation n’est pas nouvelle. Mais, d’année en
année, elle s’aggrave. Il y a cinq ans, déjà, une étude du Credoc
constatait que dans 40 % des exploitations agricoles le revenu
l’image d’une industrie agroalimentaire dont les Français se ne permettait pas de dégager une rémunération supérieure au
méfient de plus en plus. Une fois de plus, le public sera donc Smic pour le chef d’exploitation ni pour ses aides familiaux non
abreuvé d’images rassurantes du fameux Concours général, salariés. Si beaucoup s’acharnent à maintenir leur activité, c’est
couronnant de plus de 1 500 médailles d’or des taureaux qu’elle leur procure deux avantages de survie :
énormes, quelques vaches plantureuses (fournissant un lait dont l’autoconsommation, pratiquée par plus de 80 % d’entre eux, et
les prix ne cessent de baisser), des brebis dodues (dont l’élevage la jouissance d’un logement dont beaucoup sont propriétaires.
ruine des paysans qui tentent de lutter contre les conséquences Chiffres et témoignages, accablants, démontrent qu’en France,
du dumping en provenance de Nouvelle-Zélande). trop de paysans sont les nouveaux damnés de la terre.

La grande misère du monde paysan


On parlera peu de la pauvreté des travailleurs de la terre pendant Pasquier, secrétaire national de la Confé-
dération paysanne. Le syndicat est le seul
le Salon de l’agriculture. Pourtant, des milliers de paysans vivent à publier régulièrement des estimations, ce
avec le RMI ou des revenus en dessous du Smic. que le ministère de l’Agriculture évite. Les
statistiques sur l’appauvrissement d’une par-
tie du monde agricole sont rares, les der-
nières remontent à plus de dix ans.
ireille Vallet, paysanne à Lailly-en- association nationale de défense des agri- Dans les permanences de Solidarité pay-

M Val, à quelques encablures de


Beaugency (Loiret), vient de pas-
ser trois années au RMI pour ten-
ter de sauver son élevage de vaches laitières :
« Moralement, ce genre de situation n’est
culteurs en difficulté. Rien que dans les Pays
de la Loire, 292 agriculteurs ont été pris
en charge en 2006 par le dispositif « Agri-
culteurs en difficulté », qui les oriente vers
la reconversion professionnelle, le redres-
sans, José Morand, son responsable, sait
aussi que tous les paysans en difficulté
n’osent pas demander d’aide : « Ils ont la
honte ! » De fait, nombre d’agriculteurs
avouent difficilement des situations sou-
pas facile à assumer. Mais les exploitations sement de leur exploitation ou la préretraite. vent considérées comme infamantes. José
plus importantes que la mienne ne sont pas Les bénévoles s’activent de plus en plus pour ajoute : « Les désastres, notamment les sui-
non plus à l’abri des catastrophes financières. tenter d’aider leurs collègues menacés par cides, se produisent plus fréquemment
Pas loin de chez moi, un agriculteur de 40 ans des faillites ou des liquidations judiciaires. encore pour les grandes exploitations très
qui gérait une grosse structure s’est sui- Des milliers de dossiers sont ainsi déposés productivistes, dans lesquelles les gens ont
cidé. Le système nous maintient tout juste chaque année dans les 50 départements où perdu tout rapport avec la terre ou les ani-
la tête hors de l’eau, alors que le moindre l’association, qui existe depuis 1992, est pré- maux. Quand les difficultés surviennent,
équipement coûte une fortune. » sente. À cette situation, il faut ajouter que plus rien ne les retient à l’existence parce
De tels témoignages sont nombreux dans « près de 40 % des paysans vivent avec un qu’il n’existe plus aucun attachement à leur
les permanences de Solidarité paysans (1), revenu inférieur au Smic », ajoute Jacques outil de travail. »
18 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09
de l’agriculture, vitrine chatoyante, masque une réalité accablante.
vivent avec un revenu inférieur au Smic.
dizaines de milliers à tenter de survivre, péniblement.

Jean, agriculteur divorcé, 45 ans, raconte possible de faire des comptes précis, raconte modernisation de l’agriculture, qui met bon
le calvaire qu’il a vécu quand il a dû renon- Francis Thomas, responsable d’une antenne nombre d’agriculteurs en difficulté. »
cer à ses 6 hectares de maraîchage près de de Solidarité paysans dans le Sud-Est. Sim- Emportés par la spirale infernale de la pau-
Beauvais. Comme beaucoup de ses col- plement, entre 1994 et 2007, alors que le vreté (2), les agriculteurs ruinés, chassés de
lègues, il répugne à se confier. « J’ai vécu nombre des agriculteurs a chuté dans notre leurs terres, ont beaucoup de mal à se recon- Emportés
les cinq dernières années avec un revenu de région, le flux de ceux qui viennent deman- vertir, notamment parce qu’ils n’ont aucun par la spirale
500 à 700 euros par mois en moyenne. der une aide est resté constant. C’est une droit au chômage. Le syndicat dominant, la infernale de la
Ma femme et mes deux gosses en ont eu indication. » FNSEA, gouverné et financé par les céréa- pauvreté, les
marre, surtout elle. J’ai tout fait pour sor- « La fluctuation des prix est dramatique, liers et les exploitants agro-industriels, a tou- agriculteurs
tir du trou, mais j’ai fini par accepter de se plaint Jacques Pasquier. Depuis quelque jours refusé que les paysans soient affiliés ruinés,
vendre à un voisin. Ce qui a juste payé les temps, ils sont très faibles. En 2008, les éle- à l’assurance-chômage. Avec pour consé- chassés de
dettes à banque. J’ai dû me battre pour sau- veurs de brebis ont eu un revenu proche de quence qu’un agriculteur cessant son acti- leurs terres,
ver ma maison, j’ai failli devenir SDF. Pour zéro ! » En cause aussi, la politique agri- vité n’entre pas dans les statistiques natio- n’ont aucun
toucher le RMI, ça n’a pas été plus simple cole commune (PAC), « qui représente entre nales. Il devient un chômeur « clandestin ». droit au
car les conseils généraux ont le droit de 10 et 15 % du chiffre d’affaires de l’agri- Et n’a ensuite droit qu’à une indemnité de chômage.
prendre leur décision au vu du revenu fis- culture. Elle n’est pas utilisée pour pren- 1 550 euros, complétée par un second ver- MULLER/AFP

cal et non pas sur ce qui reste. À première dre en compte les situations de revenus. Ce sement de 1 550 euros s’il suit une forma-
vue, on me disait que je gagnais bien ma qui fait que les maraîchers et les viticulteurs tion, pendant laquelle il touchera 75 % du
vie. Sauf que 90 % de mes gains servaient n’ont, par exemple, aucun soutien direct. Smic. Avec, en prime, pour une aussi fai-
à rembourser mes deux banques. J’ai eu On construit un modèle très capitalistique, ble allocation, l’interdiction de redevenir
l’impression de mendier, mais je n’avais pas c’est-à-dire qu’on pousse les agriculteurs exploitant agricole. Malgré tout, José
d’autres solutions. Depuis, je vis sur mon à investir beaucoup, toujours plus, sur des Morand ne baisse pas les bras : « Je ne suis
jardin, avec l’impression que je ne retrou- durées très longues. Et dans de nombreux pas optimiste, mais la situation donne envie
verai jamais un emploi. » systèmes de production, les investissements de se battre. »
Ils sont des dizaines de milliers, comme Jean, sont colossaux. C’est le cas pour les pro- _Claude-Marie Vadrot
à survivre. Péniblement. Puis certains cou- ductions hors sol de porcs, pour la pro- (1)www.solidaritepaysans.org
lent. Sombrent dans un désespoir qui peut duction laitière. C’est l’une des consé- (2)En passant du RMI au RSA, les agriculteurs perdront le
mener jusqu’au suicide. « Nulle part il n’est quences de ce que certains appellent la droit à la CMU.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 19


DOSSIER AGRICULTURE

« On a réinventé le servage »
Paysan-journaliste, Patrick Herman* a enquêté pendant plusieurs conventions collectives du secteur.
années dans le secteur des productions fruitière et légumière Les travailleurs saisonniers ont-ils
pour y rencontrer une main-d’œuvre immigrée surexploitée. un statut ?
Certains, oui. Le contrat de l’Office des
migrations internationales (OMI) (2) n’est
régi ni par le droit du travail ni par le droit
des étrangers, mais par une convention bila-
térale de main-d’œuvre signée avec le Maroc
en 1963 et une circulaire de 1976, censée
encadrer l’embauche de « travailleurs sai-
sonniers originaires des pays lointains ».
Le contrat OMI est un sous-CDD : les tra-
vailleurs n’ont pas droit à la prime de pré-
carité, à la priorité de réembauche. Ils coti-
sent à l’assurance
La main- chômage mais n’ont pas
d’œuvre Les salariés droit aux allocations car,
permanente a cotisent à au bout de huit mois, ils
été remplacée l’assurance- doivent rentrer dans leur
par des chômage mais pays. Sans la certitude
précaires n’ont pas droit aux d’être réembauchés. Un
et des allocations. trafic de main-d’œuvre
« clandes- est organisé, et les
tins » pour contrats se négocient
assurer une jusqu’à 10 000 euros. En Espagne, l’équi-
flexibilité valent des contrats OMI s’appelle le « contrat
maximum. d’origine ». Des dizaines de milliers de jeunes
POUJOULAT/AFP femmes d’Europe de l’Est et du Maghreb
POLITIS I Qu’avez-vous constaté en Dans le cas de la France, vous dites viennent ramasser les fraises chaque année
France, en Espagne et au Maroc ? que nous sommes dans un pays de près de Huelva. Elles sont recrutées direc-
Patrick Herman I L’agriculture intensive non-effectivité du droit… tement dans leur pays d’origine par les pro-
des fruits et légumes a été un laboratoire Dans ce système de production intensive, ducteurs à la recherche d’une main-d’œu-
de la régression sociale, où le droit du tra- la main-d’œuvre permanente a été rem- vre corvéable à merci. Les saisonniers sans
vail ne s’applique pas. On y a réinventé le placée par des précaires, des « clandestins » papiers assurent l’hyperflexibilité de la main-
servage, qui s’est étendu à d’autres secteurs et des salariés d’entreprises prestataires de d’œuvre pendant les pointes de travail.
de l’économie. Le système a été décrit en service, cela pour assurer une flexibilité
2001 dans un rapport tenu secret (1). En maximum. L’empilement des statuts per- Dans quelles conditions travaillent
fait, l’État a perdu le contrôle de la situation, met la mise en concurrence des salariés les saisonniers immigrés ?
et la profession applique ses propres lois. les uns avec les autres et fragilise l’ensem- Prenons le cas d’Aït Baloua, Marocain sous
Il en va de même en Andalousie. ble de la pyramide salariale au mépris des contrat OMI. Il a été pendant vingt-trois ans
payé comme un manœuvre débutant alors
qu’il était chef de culture. Ses heures sup-
Le camouflet de la Halde plémentaires, plus de 6 300, n’étaient pas
Travailleurs sans droits, mars 2007 par le Collectif de exploitation agricole, sous rétribuées. Logé dans une caravane déla-
absence de contrôle de défense des travailleurs couvert de contrats dit brée, il faisait en huit mois l’équivalent d’un
l’administration, connivence de étrangers dans «OMI»(Office des migrations temps de travail annuel, souvent sans jour
la préfecture, de la direction l’agriculture(Codetras), et sa internationales), une pratique de repos hebdomadaire. Résultat : une spo-
départementale du travail et de délibération a infligé un cinglant des employeurs qui «empêche liation d’environ 100 000 euros. Les sai-
la FDSEA, puissant syndicat camouflet à l’État et aux l’application des dispositions sonniers marocains ont été le plan Marshall
agricole… Cette lourde charge a exploitants agricoles du relatives à l’emploi et à la des agricultures provençale et andalouse.
été rendue publique le département. Pas moins de protection sociale». La _Propos recueillis par Thierry Brun
15décembre 2008 par la Haute 4000forçats de l’agriculture délibération de la Halde a
(1)Rapport n°2001-118 rédigé par Guy Clary, inspecteur
Autorité de lutte contre les intensive, venant notamment du récemment fait bouger la général des affaires sociales, et Yves Van Haecke, inspecteur
discriminations et pour Maroc et de Tunisie, sont préfecture, qui a délivré une au ministère de l’Agriculture. Il est analysé dans le premier
l’égalité(Halde), qui employés dans ce département, centaine de cartes de séjour. chapitre du livre de Patrick Herman (voir ci-dessous).
recommande la estime le Codetras. Et ce chiffre Le Codetras indique aussi (2)Devenu l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des
«requalification» en CDI des s’élève à près de 15000 si l’on qu’un certain nombre migrations(Anaem).
contrats des travailleurs ajoute le Gard et l’Hérault. La d’exploitants agricoles *Il a publié lesNouveaux Esclaves du capitalisme aux éditions
agricoles étrangers employés Halde relève que ces travailleurs fournissent désormais des Au diable Vauvert(2008). Il est aussi l’auteur des textes de
dans les Bouches-du-Rhône. La ont trimé pendant dix et parfois promesses d’embauche en CDI. laRoue ou la noria des saisonniers agricoles, un livre de
Halde a en effet été saisie en trente ans, souvent sur la même _T. B. photographies de Yohanne Lamoulère, édité par l’association
Khiasma(2007).

20 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


JOSÉ BOVÉ
Cofondateur de la Confédération paysanne.

L’amour n’est pas Un modèle


toujours dans le pré aberrant
La désertification des campagnes et la baisse du niveau de vie La politique agricole commune (PAC) mise en place en 1958 par
le traité de Rome avait trois objectifs: l’autosuffisance alimentaire
des agriculteurs rendent les unions difficiles. Une émission de européenne ; la recherche d’une alimentation au coût le moins
téléréalité et plusieurs films récents témoignent du phénomène. élevé possible pour les consommateurs, notamment par une
organisation des marchés qui éviterait les trop grandes fluctuations
des prix (le panier de la ménagère devait être préservé en
permettant une alimentation satisfaisante du point de vue de la

« ’amour est dans le pré. » Que cette

L
quantité et de la qualité) ; et l’harmonisation durable des revenus
expression soit le titre d’une émis- des paysans par rapport aux autres catégories sociales. Ce dernier
sion à succès ne doit rien au hasard. point n’a jamais été atteint.
Après « Tournez manège » ou « Les mariés
de l’A2 », jeux matrimoniaux périmés, le La situation empire car les politiques sont prêts à sacrifier des
petit écran organise le bal des célibataires à agriculteurs et leurs revenus pour obtenir une baisse du prix des
la sauce paysanne. « Découvrez 11 nouveaux produits dans les grandes surfaces. Une politique aberrante
agriculteurs célibataires, avec pour la pre- puisque presque tout le monde sait que cela
mière fois, cette année, 2 agricultrices ! Issus Les politiques ne réussit jamais, sauf pour faire disparaître
de toutes les régions de France et de tous sont prêts à des exploitations ou pour agrandir leur taille,
les corps de métiers agricoles, ils sont tra- et pour réduire les revenus des paysans en
vailleurs, passionnés, proches de la nature… sacrifier des augmentant ceux de l’agrobusiness. Ce qui
mais seuls ! », annonce l’émission. agriculteurs pour n’évite d’ailleurs plus les faillites, voire les
De vieux garçons et de vieilles filles endur- suicides, dans ce secteur. Pour tenter de
cis, il y en a toujours eu. Mais, en ces temps obtenir une peser sur le pouvoir d’achat, le système met
de désertification des campagnes, de recul baisse des prix des paysans au chômage, ce qui se voit moins
du niveau de vie agricole et de difficile trans- qu’un plan social ou la fermeture d’une usine.
mission des petites exploitations, le problème dans les grandes Les départs, les dépressions nerveuses, les
prend des proportions inquiétantes. Foin de surfaces. dérives personnelles des paysans ne font
mondialisation, la misère affective et sexuelle jamais la une des journaux alors qu’il y a
dans nos campagnes est devenue un phé- 20000nouveaux chômeurs paysans tous les
nomène. C’était le sujet du film Je vous trouve ans. Il faut savoir que 30% des agriculteurs vivent au-dessous du
très beau (Isabelle Mergault, 2006), où En route vers Depardon (Profils paysans) seuil de pauvreté, et qu’il y en a de plus en plus qui continuent
Michel Blanc, fermier veuf, partait à la un avenir… et Raphaël Mathié (Der- vaille que vaille à cultiver en étant au RMI. Ce système porte
(con)quête d’une jeune Roumaine prête à difficile. nière Saison). « Le Chasseur préjudice aux paysans, au milieu naturel et aux consommateurs.
tout. C’est l’une des questions abordées DANIAU/AFP français est plein d’offres de
par les récents documentaires de Raymond rencontres », confiait le L’agriculture vit sous un modèle libéral dirigé par l’agro-
jeune documentariste lors industrie, qui écrase les plus faibles en les décourageant pour qu’ils
de la sortie de son film, le renoncent à leurs terres et à l’espoir. La politique agricole qui
Se faire remplacer, 21 janvier. Jusque sur son s’affiche au Salon est conçue et s’exécute en faveur de quelques
site Internet, le magazine multinationales qui ne se préoccupent ni de la qualité de
un luxe ? propose un onglet « Ren- l’alimentation, ni de la santé des consommateurs, ni du pouvoir
Que faire en cas de vacances, d’accident, de contres soft » : Saint-Flour d’achat ou du destin des paysans. Il est facile de le constater,
maladie? Il existe depuis trente ans un service (Cantal), « Femme, l’exemple est récent, sur la question du lait: des prix revus sans
départemental pour les agriculteurs qui met un 50 ans… », Gattières (Alpes-Maritimes), cesse à la baisse sans le moindre égard pour les éleveurs, qui n’ont
«agent de remplacement» à disposition de ses « Jeune octogénaire », Perros-Guirec (Côtes- plus leur mot à dire face à des coopératives qui deviennent des
adhérents. La cotisation coûte de 15 à 80euros d’Armor), « Homme, 40 ans »… entreprises à la recherche de profits. Une guerre économique
suivant le département, et le service de 16 à L’une des annonces provient d’une Came- contre les paysans et contre leurs revenus puisque, à chaque
130euros par jour suivant le motif. Si l’agriculteur a rounaise. Justement, la nationalité de la réforme ou inflexion de la PAC, nous constatons une hémorragie
souscrit à l’assurance partenaire (200euros) ou à femme que Jean Barrès, l’éleveur de Der- supplémentaire du nombre des exploitations: nous ne sommes plus
une assurance extérieure, 70% du montant lui sera nière Saison, avait accueillie dans sa ferme que 400000, et des milliers de paysans quittent leurs terres
reversé. Sinon, tout est à sa charge. Or, certains à la lisière du Cantal et de la Lozère pour chaque année.
congés peuvent être longs, en cas de cancer ou de en faire son épouse et héritière. Le courant Ne s’en sortent, sans que leurs revenus deviennent extraordinaires,
dépression par exemple, maladies les plus citées. n’est pas passé et l’éleveur s’est retrouvé que les paysans qui réussissent à établir un contact direct avec les
«Les agriculteurs assurent bien leur matériel et seul. Sans traiter le sujet, le film suggé- consommateurs, par exemple avec les Amap.
leur cheptel mais négligent leur personne», rait l’existence de réseaux matrimoniaux Le modèle est aberrantet considère que plus un pays est moderne
regrette Franck Laur, président de la Fédération franco-africains, cantalo-camerounais… moins il doit garder de paysans: 3% de la population active en
nationale des services de remplacements, qui « Et vous, la vôtre, vous l’avez rencon- France, moins de 1% en Grande-Bretagne. Voilà la modernité
compte 70000adhérents. Faible taux, rapporté trée “par les copines” ? » Offre terre d’ac- suggérée: un seuil minimal de paysans. Nous imitons le modèle des
aux 400000agriculteurs en exercice, mais correct cueil pour compagne fuyant misère éco- États-Unis ou de la Grande-Bretagne. En pesant sur le revenu des
rapporté aux 100000éleveurs laitiers, qui nomique… Derrière les courriers du cœur, paysans pour qu’ils se désespèrent, pour qu’ils partent
connaissent le plus d’astreintes. un marché louche ? Pour le meilleur ou «volontairement».
_I. M. pour le pire.
_Ingrid Merckx

1 9 f évr ier 2 0 0 9 I POLITIS I 21


CULTURE CINÉMA

Regarder l’ennemi
32 est le numéro de dossier

Z militaire d’un jeune Israélien


qui, deux ans plus tôt, mem-
bre d’une unité d’élite de l’ar-
mée de son pays, a participé
à une mission de représailles, digne de
la loi du talion, au lendemain de la
mort de six soldats israéliens. Résul-
tat : plusieurs policiers palestiniens
abattus arbitrairement, un crime de
guerre que le jeune homme, sujet du
film d’Avi Mograbi, dénommé Ronny,
a commis avec des compagnons
d’arme, tuant lui-même au moins un
des Palestiniens.
Le cinéma d’Avi Mograbi continue à
développer sa relation déjà ancienne
– Comment j’ai appris à surmonter
ma peur et à aimer Arik Sharon date
de 1996 – avec l’« ennemi ». Ques-
tion centrale pour le documentaire
(comme pour la fiction, mais les
modes d’approche diffèrent), aux
implications dangereuses soulevant
des problèmes délicats : comment faire
avec l’humanisation de l’« ennemi »,
inhérente au filmage dans la durée ?
DR
Comment échapper à une certaine Dans « Z32 », Avi Mograbi
séduction ? Ultraconscient de ces ques- Ronny n’est pas immédiatement dési- identités : celles du Français pendant
tions, Avi Mograbi a décidé de les pla- montre un ex-soldat gné comme un assassin, un serial kil- la guerre d’Algérie, de l’Américain
cer au cœur de ses films, d’en faire ler, ce qu’auraient eu pour effet un pendant les guerres du Vietnam ou
en soi une matière cinématogra- israélien qui a participé à masque ou une cagoule. d’Irak, du Russe en Tchétchénie…
phique, qui donne à son œuvre un En considérant Ronny pour ce qu’il Il est partout où se déroule une
caractère réflexif unique.
une mission meurtrière, et est, un être humain et non un monstre, guerre coloniale.
Dans Z32, celles-ci se posent plus que donne autant à réfléchir en le filmant dans une relation de Avi Mograbi n’occulte pas pour
jamais. Car, a priori, Ronny est (ou, confiance, dans un cadre intime (chez autant la responsabilité individuelle
plus exactement, a été) un de ces sur cet acte que sur le fait le jeune homme ou dans l’apparte- du jeune homme. Sa petite amie est là
tueurs sans scrupule, ayant donné ment du cinéaste) ou sur les lieux du pour la lui rappeler, dans des
la mort non pas froidement mais de filmer un criminel de meurtre pour une reconstitution sub- séquences denses en émotion, tour-
« avec plaisir », selon ses propres jective, Avi Mograbi ne se détourne nées sans le cinéaste, captées par et
termes. Mograbi a ainsi tenu à met- guerre. pas de ses engagements de cinéaste chez le jeune couple. Face à Ronny,
tre à distance le témoignage de celui- et de citoyen. Il documente une réa- en quête d’un début de pardon de la
ci. Ce sont des séquences musicales lité qui pourrait n’être qu’aveuglante part de sa petite amie, celle-ci reste
où le cinéaste, dans son appartement, si elle n’était perçue que dans sa seule désarmée par le récit de ses exactions,
chante, accompagné du pianiste qui dimension d’horreur. Quand il filme par son absurdité. Elle ne conçoit pas
a composé la musique, Noam Enbar, Ronny expliquant la manière dont les comment il a pu commettre cela.
ou entouré d’un orchestre de cham- jeunes soldats sont encadrés et entraî- Mais, parce qu’elle continue à l’aimer,
bre. À la manière des chœurs antiques nés, mis sous pression pendant des elle ne le juge pas.
de la tragédie grecque, il commente mois avec au bout la nécessité de se Le film non plus. Ce qui pourrait res-
le témoignage de Ronny, donne son Ronny. La condition posée par celui- défouler et de tirer sur tout ce qui peut sembler à de la complaisance si Z32
point de vue sur la personnalité de ci pour témoigner – rester anonyme, représenter une menace (comme les n’affirmait aucun point de vue. C’est
celui-ci, et va jusqu’à interroger le parce qu’aujourd’hui encore il a peur enfants de plus de 5 ans…), le cinéaste parce qu’Avi Mograbi y affirme un
bien-fondé de son film. Au détour d’un acte de vengeance – exigeait que fait entendre que son interlocuteur est point de vue de cinéaste, que celui-
d’un couplet d’une de ses chansons, son visage ne soit pas reconnaissable. loin d’être un cas singulier, et que ci peut donner à voir la complexité
il confie même que sa femme trouve Avi Mograbi a ainsi imaginé un son geste est finalement le produit des choses sans les rendre confuses.
que « ce n’est pas un sujet pour un masque virtuel, réalisé en 3D, posé d’un conditionnement malheureu- Autant dire, mais on l’aura compris,
film ». Mais il est bien possible qu’elle a posteriori sur le visage de Ronny, sement banal. que Z32 est le contraire même du
se trompe… et sur celui de sa petite amie, quand Derrière son masque, Ronny est un tout-venant télévisuel. Un film au
L’autre question fondamentale tous deux sont devant la caméra. S’il soldat sans visage. Ou, plus exacte- regard assumé.
concerne la manière dont il a filmé est effectivement non reconnaissable, ment, un soldat aux trop nombreuses _Christophe Kantcheff

22 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


LITTÉRATURE L I T T É R AT U R E

La fragilité
des liens La vie en l’air
urvivre à une catastrophe Denis Lachaud brode
Dans «35 Rhums»,
Claire Denis filme
des vies intérieures.
S aérienne immunise-t-il contre la
peur de l’avion ? Ou, comme
l’explique ce mathématicien aux deux
une rencontre amoureuse
sur le motif du crash
personnages du dernier roman de aérien en combinant les
Denis Lachaud, la probabilité d’être
n RER glisse dans la banlieue pa- victime une première fois d’un crash, modes d’expression. Matricule 100
U risienne. La caméra est dans la ca-
bine du conducteur, elle « avale » les
même si elle est infime, n’annule pas
la possibilité d’en être victime une
Le Matricule des anges fête son centième
numéro. Créé en 1992 par deux anciens
rails et le décor alentour. Le mouve- deuxième. Ou une troisième. Prenez élèves de l’école de journalisme de
ment est lent, plein, étonnamment se- l’avion n’est pas une démonstration Strasbourg, Thierry Guichard et Philippe
rein. Quelques instants plus tard, la sur les lois de la probabilité ou une Savary (respectivement directeur de la
nuit est tombée. Un homme observe application thérapeutique sur les publication et rédacteur en chef),
les mouvements de la circulation des crashs. Mais plutôt une construction, le Matricule des anges est un mensuel
rames et des lumières dans le paysage comme seule la fiction en autorise sans souvenir de la catastrophe. C’est littéraire à part. Indépendant, consacrant
urbain. Après son travail, il fait une peut-être, à partir du motif de l’avion Lindsay, le comédien gallois qui, une large place à la critique (qui ne cesse
pause avant de rentrer chez lui. Il qui s’écrase, métaphore de la peur tombé amoureux de son sauveur, lié de diminuer ailleurs au profit des
prend son temps. Comme le film. de mourir et d’une réflexion sur le sens à lui à jamais par leur étreinte « à la interviews, portraits, rencontres, qui
On découvrira progressivement que à donner à sa vie. vie à la mort », devra inventer les mots contribuent au mouvement de
cet homme, Lionel (Alex Descas), Lindsay et Emmanuel sont les deux pour dire ce qu’il a vu. Écrire l’his- «pipolisation» dans le champ
est le père d’une survivants quadragénaires d’un crash toire. Leur histoire. artistique…), leMatricule est resté fidèle à
jeune femme qui a fait 349 morts dans une forêt Il n’y a pas de hasard dans ce roman : sa ligne originelle : faire connaître le «fait
(Mati Diop) qui tropicale. Ils ne s’étaient jamais vus. Emmanuel, menuisier, aérodromo- littéraire», en mesurer la teneur, explorer
habite encore Ne se sont pas parlé. Le roman phobe comme 10 % de la popula- les œuvres qui en portent témoignage.
avec lui. Que sa démarre juste après l’impact. C’est tion, venait de s’offrir un « stage Lire le Matricule, c’est avant tout
femme est Lindsay qui raconte : le mollet déchiré, de déconditionnement psychologique découvrir toute une part de la littérature
morte depuis l’accoudoir en travers du ventre, et pour les phobiques du vol aérien ». en train de se faire qui ne bénéficie guère
longtemps. Que l’arrivée de ce « Cary Grant jeune » Dans la foulée, il a embarqué sur le des feux de la rampe médiatique, le plus
la voisine qui l’emporte loin de la carlingue pen- premier vol en direction d’une île. souvent parce qu’elle s’incarne dans des
(Nicole Dogué) dant que la chair saigne ou cuit autour. Lindsay, lui, oubliait en vacances un formes anormales, risquées, singulières.
est secrètement Ils marchent des heures « sur trois rôle dans une pièce portant sur un
amoureuse de Lionel. Que le jeune jambes » avant de s’effondrer. Emma- crash, d’un auteur mort peu après Le Matricule des anges n’exclut aucun
ami de la famille (Grégoire Colin), qui nuel, Français au prénom d’ange, dans un crash. genre littéraire : le roman est évidemment
habite le même immeuble, est lui aussi sombre dans le coma et se réveillera Ils étaient faits pour se rencontrer. présent, mais aussi la poésie, le théâtre et
devenu un adulte. Tomber ensemble. Se sauver les revues, publiés par des éditeurs de
35 Rhums est fait de climats. Délesté Denis Lachaud abolit le hasard. DR ensemble. Mais Denis toutes tailles, y compris les plus petits.
des rythmes impératifs de la narra- Lachaud va au-delà de cette Pour l’occasion, le mensuel paraît
tion, il avance à son rythme, non- arabesque pas banale sur une exceptionnellement avec deux unes recto
chalant. Mais il réussit là où le pré- rencontre amoureuse en verso. La première, habituelle, est
cédent film de Claire Denis, l’Intrus, coup de dés : passant d’une consacrée à Chloé Delaume, qui vient
échouait : le film prend corps. Sans intériorité à l’autre, du dia- après Rodrigo Fresan, Mathieu Riboulet
doute en raison de la justesse des rela- logue au monologue, du blog ou Emmanuelle Pagano. La seconde
tions qui se jouent entre les person- d’Emmanuel à la pièce de annonce l’enquête effectuée auprès d’une
nages, qui s’expriment moins par la Lindsay, il combine les modes quarantaine d’écrivains, à qui fut posée
parole que par des gestes, des rires, d’expression pour échafau- cette simple mais si difficile question:
des regards. Un plaisir d’être ensem- der une série de questionne- «Quelle critique littéraire attendez-
ble que l’on sent perpétuellement en ments du type : « Peut-on vous?» L’ensemble est passionnant, où
danger, comme si cette petite com- vivre sans baigner dans l’in- l’on voit des écrivains qui pensent la
munauté pouvait soudain se sépa- souciance ? » Comment se critique et d’autres qui ne la pensent pas
rer, comme si la fille allait bientôt quit- lève-t-on chaque matin sous (ou plus), qui la considèrent
ter le domicile familial… le poids de la mort ? Com- exclusivement en fonction de leur œuvre
Mais 35 Rhums n’est certainement ment dépasser ses phobies, ou aussi en tant que lecteur, qui en
pas une chronique naturaliste de la névroses, angoisses ? Où discernent les contraintes et en posent les
vie en banlieue de travailleurs ou d’une « prendre l’avion » pourrait exigences.
étudiante noirs. Plus qu’une descrip- accéder au sens de « prendre LeMatricule des anges franchit avec
tion de la violence sociale, on y per- le train en marche », « pren- succès cette étape du 100e numéro.
çoit la vie intérieure d’individus guet- dre conscience », et « pren- Souhaitons-lui longue vie!
tés par la solitude mais désireux de dre la vie à bras-le-corps ». _C. K.
liberté. L’atmosphère tout en délica- Et « survivre » à celui de Le Matricule des anges, n°100,
tesse de 35 Rhums n’exclut pas le « sur-vivre »… février2009, 6 euros.
désarroi. Claire Denis est parvenue _Ingrid Merckx En kiosque et en librairie.
à filmer la fragilité de ce qui réunit. Prenez l’avion, Denis Lachaud, Actes Tél.0467 92 29 33.
_C. K. Sud, 218p., 18euros. www.lmda.net.

1 9 f évr ier 2 00 9 I POLITIS I 23


CULTURE
BANDE DESSINÉE THÉÂTRE

Bible scientifique Farouchement


manouche
Une pièce d’Hugo Paviot
sur un amour entre une
Tzigane et un gadjo.

as facile d’entrer dans la commu-


P nauté gitane. Mais peut-être
moins difficile que d’être un gitan
toujours repoussé à la marge des
villes. Un jeune auteur, Hugo Pa-
viot, a écrit Manouche pas touche !
après avoir rencontré longuement
un groupe de gens du voyage dans
la région de Dax. Il a imaginé l’his-
toire d’un homme, un garagiste, un
gadjo (c’est-à-dire un étranger à la
communauté), qui tombe amoureux
d’une Tzigane. Ils se marient, dans
la mesure où l’on se marie dans ce
groupe : on décide plutôt de s’aimer
et de faire corps contre toute ad-
Comment et pourquoi sont-ils arrivés là ? Une aventure palpitante qui tient du thriller. J. RIBES/RÉA versité. L’homme s’intègre si bien
qu’il devient plus manouche que les
manouches. Comme le temps passe
ui ne connaît le big-bang ? L’im- Jens Harder met mineur se juxtapose ainsi à l’appa- (la pièce parcourt gaillardement le

Q portance de l’eau dans l’appa-


rition de la vie ou encore les
théories de Darwin, toujours contes-
en images la création
du monde et de la vie.
rition de la houille. D’autres revien-
nent sur la préoccupation humaine
constante, celle de nos origines. Des
temps), il ne tolère pas que sa fille
s’intéresse à un gadjo ! Autour de
lui vivent d’autres personnalités ten-
tées alors qu’on célèbre le bicentenaire représentations religieuses, des cos- dres et farouches : la femme qui ren-
de sa naissance ? Mais ces notions
Stupéfiant. mogonies de tout temps, de tout lieu, voie ses amants à cinq heures cin-
ne sont pour beaucoup d’entre nous intriguent par une certaine perspi- quante-neuf du matin, le policier
que de simples souvenirs scolaires, cacité, d’autres amusent par leur naï- sourcilleux…
presque des coquilles creuses, tant veté. Toutes soulignent que le miracle La pièce d’Hugo Paviot a la drôlerie
elles brassent de savoirs scientifiques, de la vie est moins question de brute et tendre d’une population qui
tant elles se dérobent à la visualisa- croyance que de possibilités innom- adore autant les mots que le silence.
tion. Pour remédier à cette ignorance, brables, sans jamais trancher sur Voilà une pièce qui sait crier, se taire
battre froid le créationnisme, il faut comprend ce qui préside à ces débuts l’existence d’un Dieu. et chanter. Xavier Czapla l’a mise en
lire Alpha… directions. grâce à un texte discret et concis, mais Si l’ambition est énorme, Jens Har- scène sans superflu, dans l’éclat des
Bible scientifique, bande dessinée surtout on voit les phénomènes, der reste modeste. Il apporte des pré- vérités humaines. Louis-Marie Audu-
volumineuse, l’ouvrage de Jens Har- jusqu’alors aussi obscurs que peuvent cisions sur le contenu du livre, mou- bert, Ève Rouvière et François Puyalto
der restitue l’incroyable épopée de l’être les termes « explosions cam- vant comme l’est la recherche (également auteur de la musique)
la Terre depuis l’apparition de l’uni- briennes » ou « édiacarien ». scientifique, et obéissant à ses lois jouent tous les personnages, bour-
vers jusqu’à celle de l’hominidé. En fait, Alpha… directions pourrait propres de bandes dessinées. « Les rus de talent – si l’on veut bien nous
« Représenter plus de 14 milliards être un thriller, un thriller scientifique, théories et les connaissances les plus passer l’expression.
d’années en à peine 350 pages relève existentiel. Le suspense lancinant diverses ont présidé à l’élaboration _Gilles Costaz
de la plaisanterie, note-t-il. Avec à peu repose sur un constat pourtant sim- de ces pages, explique Jens Harder, Manouche pas touche! Centre culturel
près 2 000 dessins, cela nous fait en ple : comment chaque étape, à la pro- et elles ne correspondent pas tou- Alban-Mainville, Toulouse, 20février.
moyenne une image tous les sept mil- babilité déjà réduite, débouche sur jours aux derniers résultats de la Théâtre du Grand-Rond, 24-28février, Toulouse.
lions d’années. » la suivante, tout aussi folle. Cette ten- recherche ; je les ai choisies, de mon Texte aux éditions de l’Amandier.
Attention, Alpha… directions n’a rien sion est renforcée par des « coups du point de vue subjectif, pour leur pro-
de rébarbatif. Au contraire. On y sort », des événements imprévus. Plu- babilité et leur fort potentiel visuel. »
plonge, happé par le premier « mira- sieurs fois, la vie a quasi disparu de Aussi espère-t-il que d’autres auteurs
cle ». Un point minuscule se déploie la terre – et pas seulement les dino- compléteront son entreprise : repré-
sur la double page, explose, irradie : saures. Plusieurs fois, elle s’est accro- senter un monde qui ne s’est pas créé
ça y est, la matière existe. Les autres chée, améliorée, adaptée, livrant un en six jours mais en 14 milliards
sidèrent tout autant. Création de la bestiaire hallucinant. d’années.
terre, arrivée de la première pluie, Pour échapper à toute aridité, Jens _Marion Dumand
du premier continent, de la première Harder mêle à ses projections d’au- Alpha…directions, Jens Harder, traduit de l’allemand
bactérie s’enchaînent selon un ordre tres images. Certaines rendent concrets par Stéphanie Lux, 357p., Actes Sud-l’An2,
chronologique. Non seulement on un mécanisme ou sa conséquence : un 39,50euros. Une drôlerie brute et tendre. C. M. PONTOIR

24 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


MÉDIAS
À VOS POSTES

La vie à la cravache
connut donc gamin une première guerre,
RSAMEDI
A D 21I OFÉVRIER une deuxième à l’âge mûr et une troisième
au soir de sa vie. Ça fait beaucoup pour un
Terre à terre pacifiste, qui tire le rideau précisément en
France Culture, de 7h05 à 8h 1940. En complément du film pédagogique
inq heures du matin. Dans une Daniel Grandclément filme
C
Avec Ruth Stégassy, Gilles-Éric Séralini, de Mehdi Lallaoui, auquel Bernard
« daara », une école coranique, chercheur et auteur de Nous pouvons Langlois prête sa voix, Arte diffuse une
âgés de 4 à 15 ans, les « talibés » au Sénégal, dans les nous dépolluer. série documentaire (du lundi 23février au
font leur toilette. Une petite ablu- écoles coraniques, jeudi 5mars, à 18h15) faisant justement la
tion au fond d’un seau. Pas d’élec- DU LUNDI 23 AU JEUDI 26 FÉVRIER part belle à la plus importante collection
tricité ni d’eau courante sur place. En
l’enfer des enfants Délinquance des mineurs au monde des premières photographies en
cercle, les élèves entament la jour- les plus pauvres. France Culture, de 16h à 17h couleur.
née par une prière et la lecture de ver- Selon les chiffres de l’Observatoire
sets du Coran, à mémoriser. national de l’enfance en danger, plus de DIMANCHE 22 FÉVRIER
À 6 heures, ils partent mendier. C’est 250000mineurs en France bénéficient Tchala, l’argent des rêves
bon pour l’humilité, qu’on leur dit. d’au moins une mesure en protection de France5, 21h30
Un marabout disperse les enfants qui l’enfance (chiffres 2005). Les jeunes à Dans l’un des pays les plus pauvres du
décanillent munis d’une gamelle pour protéger vivent des destins divers. Les uns monde, Haïti. Des milliers de personnes
la piécette ou pour glaner quelque mouflets dont le nombre augmente restent auprès de leurs proches, soutenus rêvent de décrocher le gros lot en jouant à
nourriture dans le centre de M’Bour, chaque année. 50 000 à 100 000 par des mesures ponctuelles. D’autres (la la «borlette», fameux jeu de hasard
cité portuaire à quatre-vingts kilo- selon l’Unicef, trois fois plus selon moitié d’entre eux) sont placés en foyer ou représentant une véritable économie
mètres de Dakar. Ils se répartissent d’autres sources. en famille d’accueil par l’Aide sociale à parallèle.
dans la ville. Seuls et abandonnés. Beaucoup proviennent d’États voi- l’enfance ou par l’autorité judiciaire. Avec
Dépenaillés, au turbin, en charge de sins, arrivent en groupes, sans plus les témoignages d’enfants, d’éducateurs, MERCREDI 25 FÉVRIER
basses besognes, pour décharger les jamais revoir leur famille, dans un de psychologues et de juges pour enfants. La Trahison
embarcations, nettoyer les coques, Sénégal en proie à la crise écono- Arte, 23h20
mendier toujours au coin des rues. mique. Auparavant, chaque village Avec Sabine (1993) ou encore Samia
Avec le devoir de rapporter au moins abritait son école coranique. En TSAMEDI
É L É21VFÉVRIER
ISION (2001) Philippe Faucon avait déjà signé
250 francs CFA. Faute de quoi, c’est contrepartie, le maître prodiguait un des études de mœurs plus ou moins
la sanction : les coups de cravache. enseignement. La sécheresse, la Le voyage d’Albert Kahn délicates. En adaptant laTrahison de
Tel est leur quotidien. Huit heures misère et l’exode rural ont boule- Arte, 14h45 Claude Sales, en 2006, il a ajouté une
de mendicité, neuf heures de Coran. versé ces pratiques. Les enfants, les C’est un destin cornaqué au souvenir, à la marche dans l’échelle de la gravité. La
Abrutis de fatigue. Ils n’apprennent plus pauvres, forcément, sont mémoire. Albert Kahn a grandi dans une guerre d’Algérie, aux premiers mois de
rien d’autre que des versets dont le contraints à l’errance, subissent les famille juive pauvre, en Alsace. Il a 10ans, l’année 1960, vue à travers un officier
sens leur échappe. coups, impitoyablement. en 1870, quand éclate la guerre. Sa famille français, sa troupe et ses soldats
Grand reporter, Daniel Grandclément Rares sont ceux qui échappent à ces décide de rester française, gagne Paris. algériens. Un quotidien fait de routine et
s’est déjà fait remarquer par ses écoles brutales, parviennent à fuir À16ans, il est apprenti tailleur. Àl’orée du de violence, gagné par la suspicion et le
images sur la traversée du Golfe avant d’être recueillis par le Samu XXe siècle, il a bâti sa fortune en spéculant doute des uns et des autres, plongés
d’Aden par les candidats à l’exil, social de Dakar, ou de se retrou- sur les mines d’or et de diamants en dans l’impasse de la colonisation. En
Somaliens et Éthiopiens naviguant ver dans les bidonvilles. Un autre Afrique du Sud. C’est aussi un attentif du question, la trahison possible au sein de
dans des conditions épouvantables. calvaire pour des enfants qui cinématographe, l’un des 33spectateurs la section, ou plutôt qui trahit qui? Les
Il a aussi signé un excellent repor- demeurent la première cible de la de la toute première séance des frères harkis, qui se savent déjà abandonnés,
tage sur les enfants esclaves au pauvreté. Lumière, quand, en décembre1905, est ou la France, qui n’aura aucune
Ghana, vendus aux pêcheurs. _Jean-Claude Renard projeté dans un salon parisien le film reconnaissance? Un film d’une sobriété
Cette fois-ci, Daniel Grandclément Thalassa: les enfants de M’Bour, vendredi 20février, Arrivée d’un train en gare de LaCiotat. Il y exemplaire, éclairé par une lumière
dénonce les conditions de vie de ces vers 20h40, France3 (46’). perçoit la capacité de l’image à faire crépusculaire, une succession de scènes
évoluer les mentalités, et finance très et de plans tournés sans artifice.
rapidement «les bourses autour du
monde». Son but: donner une VENDREDI 27 FÉVRIER
connaissance exacte du monde. Les Saint-Nazaire
voyages sont formateurs, allons donc France 3, 20h35
dare-dare fixer les réalités. Et les C’est là un littoral marqué par l’histoire, de
opérateurs de parcourir alors les Vannes à Saint-Nazaire, par un port
continents, chargés de châssis, de industriel, fleuron de la construction
plaques, avant d’archiver méthodiquement navale et tête de pont des activités
selon le sujet: l’environnement et l’habitat, pétrochimiques. Pas vraiment l’antre de la
les paysages et les monuments, les scènes nature.
de la vie quotidienne, le monde du travail.
Kahn est un encyclopédiste, du parti de la DU LUNDI 23 AU JEUDI
vie, avec en point de mire une meilleure 26 FÉVRIER
connaissance de l’autre, un dialogue entre Alain Bashung
les peuples. Point de vue bouleversé par France Inter, de 21h à 22h
l’horreur des tranchées. Dans l’entre- Un an après son album Bleu pétrole, retour
deux-guerres, le quotidien d’une sur un parcours musical, émaillé
quarantaine de pays est filmé, livrant d’archives puisées dans l’INA, d’entretiens,
notamment des images de l’occupation de de témoignages. Àsuivre, le jeudi 26février
la Rhur ou de l’affaire Sacco et Vanzetti. La à 1h du matin, par un concert en direct de
Des enfants forcés à la mendicité. DANIEL GRANDCLÉMENT/DGP PRODUCTION. crise de 1929 sera fatale au mécène, qui Jacques Higelin.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 25


DÉBATS & IDÉES

Trois vies pour une femme


Les historiens Gilles Candar et
Vincent Duclert ont rassemblé
une douzaine d’articles de
Madeleine Rebérioux, qui mettent
en lumière les engagements
de cette spécialiste de Jaurès.

En septembre 2002, lors de la conférence


de presse organisée par la Ligue des droits
de l’homme pour protester contre
l’ignoble « livraison » expresse aux
autorités italiennes en seulement quelques
heures du réfugié politique des années de
plomb Paolo Persichetti (la France reniant
là pour la première fois la parole donnée
au nom de la République par François
Mitterrand dix-sept ans plus tôt),
l’ancienne présidente (de 1991 à 1995) de
cette institution centenaire, Madeleine
Rebérioux, prit la parole pour répondre à
la question insidieuse d’un journaliste sur
la position de la Ligue sur la « question du
terrorisme ». Au lieu de se lancer dans une
défense de l’extradé ou un exposé du
contexte politique de ces événements qui
ensanglantèrent l’Italie pendant plus de
quinze ans, l’historienne, alors âgée de
82 ans, s’empara de la formulation du
journaliste et s’engagea dans un véritable
cours d’histoire contemporaine sur les Madeleine Rebérioux avait la passion de l’enseignement. ROBINE/AFP

différents usages du mot « terroriste »


selon les périodes, depuis la seconde
moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours. d’intervention de Madeleine Rebérioux d’ouvrages, « elle préféra les articles aux
Passant rapidement sur 1848 puis la dans la vie publique : son engagement livres » car, comme le rappellent les
Commune de Paris, elle précisa que politique se nourrissait de ses recherches concepteurs du volume, « en bonne
l’usage de ce mot se répandit largement au d’historienne chevronnée et très respectée historienne du temps des Annales, elle
moment des attentats anarchistes en dans le monde universitaire, et bénéficiait préférait de toute façon l’histoire-dossier,
France vers 1894, puis en Russie jusqu’à de son inlassable volonté d’enseigner et de prendre un problème et chercher à le
la Première Guerre mondiale. transmettre ses connaissances, pour mieux résoudre » et « se méfiait des synthèses
Surtout, elle insista sur la complexité appuyer ses combats politiques et faire trop hâtives »…
d’un tel sujet en histoire et montra partager ses convictions. Pour les deux historiens, l’œuvre de
combien l’usage de ce terme dépendait des C’est aussi ce qu’ont retenu les historiens Madeleine Rebérioux, traitant
contextes et des enjeux politiques. Elle Gilles Candar et Vincent Duclert de celle principalement de la IIIe République et du
rappela ainsi qu’il fut d’abord largement qui fut (entre autres) la grande spécialiste socialisme de cette période, se situe
utilisé par les nazis et le régime de Vichy à de Jaurès, dans leur préface au recueil justement au centre de ses « trois vies » : la
l’égard des Résistants avant 1944, avant d’articles de Madeleine Rebérioux qu’ils recherche, l’engagement et l’enseignement.
d’être retourné par les vainqueurs contre ont eu la bonne idée de composer trois ans Sa vocation d’historienne s’exprimait en
les ultimes méfaits commis par la Milice après sa disparition. Ces textes se quelque sorte selon ces trois dimensions.
(collaborationniste) ou les divisions SS se trouvaient en effet éparpillés dans nombre Ainsi, celle qui allait contribuer à fonder
repliant vers l’Allemagne en pillant et de revues et donc difficilement accessibles en 1959 la Société d’études jaurésiennes,
massacrant des villages entiers. Cette prise en dehors des bibliothèques universitaires. puis la diriger à partir de 1982 (et dont le
de parole était typique du mode Bien qu’ayant publié une bonne quinzaine successeur n’est autre aujourd’hui que
26 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09
Gilles Candar), prit la décision de qui s’y oppose farouchement, avec en son égal avec les plus grands spécialistes du
travailler sur Jaurès avec, selon les auteurs sein Rosa Luxembourg ou Karl mouvement ouvrier, tels Jean Maitron ou
de la préface, « l’impérieuse nécessité de Liebknecht – prend finalement position Georges Haupt, avec qui elle cofondera
comprendre comment les socialistes se officiellement contre la politique coloniale le Mouvement social, revue qu’elle va
fourvoyaient au même moment dans la du Reich en 1906. Il perdra l’année diriger de 1971 à 1982.
guerre d’Algérie tandis que soixante ans suivante la moitié de ses sièges ! Et, lors Toujours mue par un engagement à
plus tôt ils avaient fini par se porter vers la des élections de 1912, la social- gauche, comme pendant la guerre
défense du capitaine Dreyfus : entre ces démocratie allemande « mènera sur les d’Algérie, où elle participe aux Comités
deux engagements radicalement opposés, problèmes coloniaux une campagne Audin ou Vérité-Liberté aux côtés
entre l’honneur et le déshonneur, il y avait “dépourvue d’emphase” et… gagnera un notamment de Pierre Vidal-Naquet, la
le courage de Jaurès et l’aveuglement de million de voix ! » « priorité » de sa vie est cependant
Guy Mollet ». On voit ainsi, dans ce Texte après texte, Madeleine Rebérioux d’abord d’enseigner, et de faire de
volume, un exemple de cette partie retrace les grands problèmes qui se sont l’enseignement de l’histoire
importante de ses recherches, avec un posés à la fois à la jeune IIIe République et contemporaine « le principe d’une
article (coécrit avec Georges Haupt) paru au mouvement socialiste. Ainsi, la éducation intellectuelle ». Et, de fait,
dans le Mouvement social en 1963 et question de la citoyenneté dans la poursuivent Candar et Duclert, « la forme
intitulé « L’Internationale et le problème République, intrinsèquement liée à celle de son écriture s’en ressentait, une écriture
colonial ». Ses auteurs y analysent année des droits des femmes, exclues jusqu’en soucieuse de la démonstration, de
après année les débats entre les différentes 1945 du suffrage « universel », est un sujet l’argumentation ».
délégations de partis socialistes nationaux qui n’allait pas soi pour de nombreux La diversité des sujets abordés par
avant 1914 sur cette question épineuse socialistes, y compris Jaurès. Ayant l’historienne se retrouve pour une bonne
puisque, « lorsque naît en 1889, à Paris, la travaillé avec elle sur cette question, part dans ce volume, qui réalise une œuvre
Seconde Internationale, la colonisation notamment après 1968 à la faculté de salutaire, notamment pour les jeunes
contemporaine est en plein essor ». Vincennes, Michelle Perrot, dans son générations, de présentation de cette
L’article montre en particulier combien le affectueuse postface, souligne combien inlassable chercheuse. Mais cet éclectisme
fait colonial est appréhendé de façon Madeleine Rebérioux y était attachée. prolifique ne s’éloigne jamais vraiment de
distincte selon que les partis sont D’autres articles reviennent sur l’histoire ce qu’elle nommait elle-même « le
originaires de pays eux-mêmes du droit de pétition, celui d’association, continent Jaurès ». Bien qu’elle n’ait
impérialistes ou au contraire sans ou plus largement des droits de l’homme jamais écrit la biographie monumentale
colonies. Et de pointer le problème au sein de la République, dont elle du leader socialiste que beaucoup
important posé par ce sujet aux socialistes examine notamment la confrontation attendaient d’elle, mais d’innombrables
des pays ayant un empire colonial, qui de dialectique avec la question des droits textes plus courts sur lui, peut-être parce
fait constitue un objet de fierté au sein de sociaux. Formée par le grand historien du qu’on ne peut prétendre à l’exhaustivité
leurs propres opinions publiques socialisme et pilier de la revue des Annales lorsqu’on s’approche d’un « continent »,
nationales : lorsqu’ils se déclarent Ernest Labrousse, qui dirigea sa thèse sur Jaurès demeure toujours présent, tel un
publiquement contraires à l’expansion, ils Proudhon (publiée en 1945), elle délaisse guide, tel le « centre de toutes ses vies ».
subissent souvent de sévères revers peu à peu le milieu du XIXe siècle et Ce recueil permet aujourd’hui de
électoraux. Ainsi, le parti allemand – lui- l’étude du courant anarchiste pour se (re)découvrir celles-ci. Espérons qu’il
même très divisé sur cette question, avec concentrer sur Jaurès et le mouvement incite à se nourrir de leur exemple et de
d’un côté une aile droite favorable à la socialiste. Membre du PCF de 1946 à leur exigence intellectuelle.
colonisation, porteuse selon elle de 1969, elle sera toujours une « marxiste _Olivier Doubre
progrès et de civilisation pour les peuples inquiète », comme la qualifient Candar et Vive la République! Histoire, droits et combats de 1789 à la
indigènes, et, de l’autre, une aile gauche Duclert, et dialoguera rapidement d’égal à guerre d’Algérie, Demopolis, 286p., 21euros.

PARUTIONS
Histoire d’Afrique augmentée d’un remarquable imaginaires nationaux et les l’imaginaire anticolonial, bien Demopolis ont rassemblé une
Professeur d’histoire africaine à chapitre conclusif «au temps du origines intellectuelles des davantage que le marxisme, dont dizaine d’articles ou de
l’université de Cambridge, John sida». Une somme nationalismes européens, a voulu les défenseurs ont, eux, souvent conférences –inédits en français–
Iliffe s’est engagé dans une impressionnante. cette fois s’interroger sur les hésité face à la question coloniale. du grand historien britannique
recherche à la taille du continent Les Africains. Histoire d’un influences politiques et littéraires Un ouvrage étonnant entre la Eric Hobsbawm, où il analyse sous
qu’il étudie: l’histoire générale des continent, John Iliffe, traduit des militants anticolonialistes. biographie et l’histoire des idées. différents angles le rapport (et
Africains, de la préhistoire de l’anglais par Jean-Paul Pour ce faire, il a décidé de suivre Les Bannières de la révolte. l’apport) de Karl Marx à l’histoire.
jusqu’au début du XXIe siècle! Mourlon, Flammarion, José Rizal, l’un des pères de Anarchisme, littérature et L’historien montre avec force
Contrairement à bien des « Champs histoire », 704p., l’indépendance des Philippines imaginaire anticolonial. La combien le matérialisme de Marx
ouvrages, l’auteur ne s’est pas 12euros. (qui, avant la Première Guerre naissance d’une autre s’est imposé au cœur de la
limité à un pays, une région ou une mondiale, a voyagé aux quatre mondialisation, Benedict démarche des historiens et pour
période précise, et aborde L’anarchisme, coins du monde), pour montrer Anderson, traduit de l’anglais quelles raisons l’auteur du Capital
également le rôle des religions, la source majeure de combien les mouvements anti- par Émilie L’Hôte, est toujours une source féconde
traite négrière, les invasions l’anticolonialisme impérialistes ont puisé dans les LaDécouverte, 264p., d’inspiration et de compréhension
coloniales successives, le temps Les idées circulent, et cela a idées véhiculées par les cercles 26euros. de l’histoire. Une réflexion sur
des indépendances ou les grands parfois des conséquences littéraires parisiens, les milieux l’histoire par un grand historien.
problèmes contemporains. déterminantes. Benedict révolutionnaires allemands ou les Le marxisme Marx et l’histoire, Eric
Cette seconde édition sur les Anderson, professeur à premiers syndicalistes espagnols. et l’historien Hobsbawm, traduit de l’anglais
«pionniers de l’humanité» que l’université Cornell, aux États- On découvre notamment le rôle Comme elles l’ont fait pour ceux de par Christophe Magny,
sont les Africains a notamment été Unis, qui avait travaillé sur les majeur de l’anarchisme dans Madeleine Rebérioux, les éditions Demopolis, 208p., 21euros.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 27


DÉBATS & IDÉES

ESSAI

Gaza, vu du Hamas
oici deux semaines, nous avions évo- partir de cette époque, consécutifs à l’échec

V
L’homme qui raconte ici son
qué ici le « Gaza » d’un journaliste du nasserisme, de la gauche palestinienne
palestinien, Hassan Balawi. Celui- histoire, celle de sa famille, et et de l’OLP : « Il y a bien eu, en 1974, le
ci se définissait lui-même comme qui décrit la vie à Gaza, discours d’Arafat à la tribune de l’ONU à
« enfant de l’OLP ». Pour autant, son New York […], mais rien, toujours rien de
témoignage de laïque n’épargnait pas le est le frère d’un dirigeant tangible pour les Palestiniens », note, dés-
« système Fatah » ; un système aux spéci- du mouvement islamiste tué enchanté, Mohamed. C’est après cela, au
ficités franchement mafieuses dans l’étroit cours d’un deuxième séjour au Caire, où il
territoire de Gaza. C’est dans la continuité par Israël. achève une spécialité de pédiatrie, qu’Ab-
du précédent que nous avons lu le livre dont delaziz « croise le chemin de la mosquée ».
nous vous parlons aujourd’hui. Il s’agit Et celui des Frères. Parallèlement, l’histoire
moins cette fois d’une histoire de Gaza que se fait. Et toujours aux dépens des Palesti-
d’un récit subjectif, celui d’un médecin niens : « En novembre 1977, se souvient
de Gaza, chirurgien orthopédiste, qui nous Mohamed al-Rantissi, le voyage à Jérusalem
parle de sa propre évolution et de celle de du président égyptien Anouar el-Sadate vient
sa famille, originaire de Ramallah. ajouter un clou au cercueil de notre cause :
Mohamed al-Rantissi n’est pas membre du il n’exige aucune contrepartie en échange
Hamas. Il en est proche. Et sa proximité L’auteur décrit une résistance palestinienne d’un traité de paix avec Israël. »
n’est pas seulement politique ou religieuse. « teintée de marxisme » ou de « nationalisme Intransigeance israélienne, trahison arabe,
Il est le frère d’Abdelaziz al-Rantissi, laïque » à la façon du parti Baas syrien ; échec du mouvement nationaliste : c’est sur
l’homme qui avait succédé à Cheikh Yas- une résistance à la limite de l’antireligieux. cette toile de fond que la conversion d’Ab-
sine à la tête du mouvement islamiste avant La famille est pieuse, mais sans plus. De retour delaziz s’opère. On ne saurait mieux dire
d’être lui-même assassiné par Israël en d’Égypte, en 1971, où il a fait ses études de l’imbrication du politique et du religieux.
2004. Quiconque aime comprendre se pas- médecine, Abdelaziz n’a pas été converti par Certes, le Hamas ne voit le jour qu’en décem-
sionnera pour ce livre écrit avec simpli- les Frères musulmans, que, visiblement, il n’a bre 1987. Mais son éclosion, comme son irré-
cité. Mohamed y raconte son propre par- pas côtoyés. C’est un militant social. Sa sistible montée en puissance, semble suivre
cours et celui de son frère, notamment à femme ne porte pas le voile. Son évolution une courbe régulière qui se dessine au verso
partir de l’occupation de Gaza par Israël, est donc typique des changements profonds des rebuffades israéliennes et des échecs de
en 1967. qui ont travaillé la société palestinienne à l’OLP. La suite est l’histoire d’un homme tra-
qué qui ne quitte les prisons israéliennes que
pour entrer dans celles de l’Autorité pales-
tinienne. Au printemps 2004, Cheikh Yas-
sine, le fondateur du Hamas, est abattu par
un missile israélien, quelques jours après
avoir fait une offre de trêve à Israël… Abde-
laziz al-Rantissi lui succède. Brièvement. Car,
le 3 juillet, il est à son tour victime d’un mis-
sile israélien. Nous sommes alors presque
dans notre actualité. Celle qui va du retrait
des colonies juives de Gaza, en août 2005,
jusqu’à la récente et sanglante offensive israé-
lienne. La vision qui nous est proposée du
conflit interpalestinien, de la prise de contrôle
de Gaza par le Hamas, de la vie quotidienne
sous le blocus nous éloigne sensiblement du
récit imprégné de propagande israélienne qui
domine dans les médias français. Mais la rela-
tion des faits, à propos de cette dernière
période qui va de 2005 à aujourd’hui, ne
diffère pas de celle d’Hassan Balawi. Ce qui
tendrait à démontrer que la vérité n’est pas
maltraitée dans ce livre. On aurait cependant
préféré que les attentats à « la ceinture explo-
sive » donnent lieu à une vraie réflexion. Mais
il est vrai que dans le flot monstrueux de
violence qui s’abat en permanence sur ce
peuple, tout devient relatif. Et c’est peut-
être cela le comble de l’horreur.
Denis Sieffert
Abdelaziz al-Rantissi et Cheikh Ahmed Yassine. Tous les deux ont été tués par Israël en 2004. Survivre à Gaza, Mohamed Al-Rantissi (avec Christophe Oberlin
NURELDINE/AFP et Jacques-Marie Bourget), Koutoubia, 200p., 18,90euros.

28 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


DE BONNE HUMEUR
MOTS CROISÉS PAR JEAN-FRANÇOIS DEMAY SÉBASTIEN FONTENELLE

GRILLE N° 5

1
I II III IV V VI VII VIII IX X
HORIZONTAL:
1. Vue de l’esprit. 2. Concerné
par les accords de Matignon.
Incorrigibles
2
3
Devant les lettres. 3. À l’est
d’Éden. Journaliste
sédentaire. Destin. 4. Merci
Martine. Poème lyrique.
Palestiniens !
Roman de Stephen King. Incorrigibles Palestiniens! La dernière fois déjà, en janvier2006,
4 5. Mitron. Préjudice. 6. Timide. rappelle-toi: ils ont voté pour le Hamas. Librement, certes. Mais pour
5 7. Aperçu. Parti gaulliste.
Action divine. 8. Ils furent le Hamas. Incroyable comme ces gens-là sont mal élevés(1). C’est à
6 décimés pendant la Conquête désespérer d’en faire un jour des citoyens à part entière –nonobstant
de l’Ouest. 9. Razzia. Genre l’effort généreux que l’État israélien consent régulièrement. (C’est pas
7 littéraire médiéval. chez nous qu’on verrait ça, hein? C’est pas chez nous que
8 10. Fondamentaux.
des candidats un peu rugueux arriveraient au deuxième tour
VERTICAL:
9 I. Technologie qui désoblige le
d’une élection –pas vrai?)
Bon, ils votent mal, et nous, qu’est-ce qu’on fait –bien obligés? On les
10 décroissant. II. Linéaire.
punit, évidemment. (Faudrait pas non plus qu’ils pensent pouvoir nous
Crack. III. Caché. Pour accéder
Solution de la grille n° 4 : à de nouveaux programmes, défier impunément, à grands coups d’élections démocratiques.) On
1. Coloniales. I. Compagnons. guère meilleurs. Brun gris. leur coupe les vivres, pour leur apprendre la politesse. Tu la vois, ta
2. Origan. Âne. II. Oreiller. IV. Son siège est à Genève.
3. Me. Vos. III. Li. Loupera. Prêtre celte. V. Laïussons. subvention européenne, Abdel Aziz? Ben tiens, regarde c’que j’en fais.
4. Pilerez. St. IV. Ogresse. Ex. VI. Largeur de tissu. Seront Question: est-ce que ces tristes sires retiennent la (sévère mais juste)
5. Aloses. Bai. V. Na. Ré. Risi. débiteurs. VII. Le haut du leçon? Absolument pas. (Obtus un jour, obtus toujours. Proverbe
6. Glus. T.V.A. VI. Investisse. panier. VIII. Capitale de la Saxe. palestinien.) Deux ans plus tard, les voilà qui remettent ça, et qui cette
7. Népérienne. VII. Oz. Vé. Un. IX. Traite d’êtres humains,
8. Öre. I.S. Ion. VIII. Las. Banian. tolérée par tout le monde. fois-ci votent pour un fondu intégral –pour un psychopathe grave qui
9. Ressuait. IX. En. S.A. Noie. Au bout du fil. X. Rades de lance carrément des appels au meurtre de masse, genre attendez un
10. Sfaxiennes. X. Sentiments. mineurs. peu de voir comment je vais bouter la
Si le prochain
racaille à la mer, attendez un peu de voir
gouvernement comment je vais vous nucléariser tout ça,
israélien intègre ainsi que les Yankees ont fait naguère avec
les Japonais. (Ça, tu reconnaîtras: même le
ce forcené, je
Hamas n’avait pas osé.)
suppose que Le mec s’appelle Avigdor Lieberman, et bien
l’Europe va le sûr je ne m’étonne que peu que les
Palestiniens lui aient massivement donné
sanctionner,
leurs voix: ce n’est pas comme si on
exactement découvrait qu’ils ont la sauvagerie chevillée
comme elle a sévi au keffieh.
Nous, il va de soi? Nous allons devoir
en 2006 contre les
sanctionner ce nouveau manquement
Gazaouis. au vivre-ensemble: j’espère que tu aimes
te serrer la ceinture, Abdel Aziz, parce que
là, c’est pas demain la veille qu’on te rétablira tes subv…
Attends! M**de alors! Suis-je sot: j’avais mal lu! (Ça m’arrive
tout le temps!)
Au temps pour moi, je me suis (lourdement) trompé: ce sont des
Israéliens, et non les Palestiniens, qui ont vivement voté pour une
brute ultraraciste, qui préconise notamment (mais pas que), pour en
finir avec Gaza, de «combattre le Hamas comme les États-Unis ont
combattu les Japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale»
–s’épargnant par Hiroshima une coûteuse «conquête du Japon».
Et en même temps, sur le fond, je suppose que ça ne change rien, et
que si le prochain gouvernement israélien intègre ce forcené, l’Europe
va le sanctionner, exactement comme elle a sévi en 2006 contre les
Gazaouis: ça serait quand même dommage de donner au monde
l’impression que les mêmes causes électorales ne produisent pas
forcément les mêmes effets, suivant qu’on est Palestinien –ou pas.
Non?

(1)Pires que les Irlandais –qui ont du moins la décence d’accepter de nouvelles
élections, quand par erreur ils disent «non» à l’Europe concurrentielle.

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 29


RÉSISTANCES
ENVIRONNEMENT L’implantation d’un circuit de Formule 1 au cœur des Yvelines suscite une vive polémique.
À l’heure des crises financière et climatique, riverains et associations s’élèvent contre cette aberration.

Flins ne roule pas pour la F1


a Formule 1 nuit-elle grave- comme le collectif, que « l’entreprise

L ment à l’environnement ?
Oui, répond l’Alliance pour
la planète, qui a dressé la liste
des projets « grenello-incom-
patibles ». Parmi les mauvais élèves
figure en bonne place le projet d’im-
plantation d’un circuit de F1 au cœur
n’a pas besoin d’un circuit sale pour
faire des voitures propres ».
Entre crise économique et crise cli-
matique, le conseil général a choisi :
« Sauver des emplois est plus impor-
tant. » « De nombreuses entreprises
doivent s’installer à proximité du cir-
des Yvelines. Dans les starting-blocks cuit », argumente encore Adélaïde
depuis septembre 2008, le conseil Gérard. L’objectif reste bien de péren-
général a pris le départ d’une course niser la grande vallée yvelinoise de
qui s’avère plus agitée que prévue. l’automobile, grâce à la création d’em-
Visant à accueillir le Grand Prix de plois et au maintien de ceux existant.
France dès 2011, le site yvelinois a Renault et Peugeot se seraient ainsi
recueilli le soutien des plus hautes ins- engagés auprès des instances dépar-
tances politiques et d’anciens cham- tementales à conserver sur place leurs
pions français de F1. Mais de nom- activités, en cas de création du circuit.
breux riverains et associations ne sont Les promoteurs du projet tablent sur
guère enthousiastes à l’idée de voir 5 000 nouveaux emplois et des retom-
s’implanter ce circuit automobile, avec bées économiques conséquentes d’en-
son lot de pollutions et de nuisances. viron « 63 millions d’euros en deux
Ils ont déjà déposé plusieurs recours. jours de course ». « Cela créera des
« Nous avons reçu beaucoup de sou- emplois dans le BTP, mais il n’y aura
tien de la part de la population, et ce pas grand-chose par la suite, réplique
au-delà des clivages habituels, indique Hélène Danel. Ce circuit ne servira
Hélène Danel, coordinatrice du col- pas de piste d’essai pour les voitures
lectif Flins sans F1. Cela prouve l’aber- Un projet de haute qualité environnementale, selon le conseil général. VERDY/AFP de M. Tout-le-monde. Renault a déjà
ration économique et écologique de ses infrastructures à Guyancourt. »
ce projet. » Un tel projet demeure pour ses oppo-
Le site devait être implanté près de poursuit Hélène Danel. Des caracté- Pierre Bédier négocie avec le céréalier sants « une aberration économique »,
Versailles, mais « le candidat UMP ristiques qui interdisent toute pour lui trouver un terrain à proxi- alors que le sport automobile ren-
qui soutenait le projet n’a pas été élu », construction. Le service presse du pro- mité ». Un leurre, pour Hélène Danel, contre des difficultés financières :
explique Hélène Danel, qui y voit le jet assure néanmoins que « la piste ne qui se demande comment ces agri- Honda arrête la compétition, Renault
refus des riverains d’accueillir un tel sera pas installée sur la partie inon- culteurs installés à côté d’une piste et Williams viennent de perdre leurs
circuit. « Le conseil général s’est donc dable du terrain ». Autre sujet d’in- automobile pourront obtenir un label sponsors, et certains grands prix sont
reporté sur le village d’en face. » En quiétude pour les membres du col- de qualité. Si le circuit de F1 sort de en faillite.
catimini, le président du département, lectif : la présence sur les lieux d’une terre, le projet bio tombe à l’eau. Ni le collectif ni le conseil général
Pierre Bédier, décide de soumettre cet nappe phréatique alimentant l’un des La piste est perçue comme « un pro- des Yvelines ne comptent abandon-
autre projet de circuit à la Fédéra- plus grands captages d’eau potable jet de haute qualité environnemen- ner la partie. Dernier rebondissement
tion française de Formule 1. Il ne pré- d’Île-de-France. « Nous craignons une tale » par le conseil général, « une aber- en date, l’amendement déposé par
vient les conseillers généraux que la pollution de celle-ci », avertit Flins ration écologique » par Flins sans F1. quatre sénateurs UMP pour permet-
veille du dépôt de candidature. Le pro- sans F1. Enfin, les terrains préemptés Pollution atmosphérique, pollution tre « l’autorisation expresse d’un cir-
jet yvelinois, « qui mêle industrie, par le conseil général pour le circuit sonore et atteinte à la qualité de vie cuit de F1 en région parisienne » vient
recherche, formation, tourisme et loi- devaient à l’origine accueillir un pro- menacent : « On va ajouter de la d’être retoqué par les parlementaires.
sir », prévoit de construire une piste jet d’agriculture biologique regrou- congestion à celle de l’A13, avec un « Il s’agissait juste d’un amendement
de F1 sur les communes de Flins-sur- pant trois exploitants, une ferme péda- parking de 15 000 places prévu », pré- technique pour le choix de l’exploi-
Seine et des Mureaux. Entre 122 et gogique, des jardins familiaux… « La cise Hélène Danel. « Tous les flashes tant et d’un gain de temps par rapport
150 millions d’euros seraient préle- présence d’une ancienne décharge, de seront braqués sur nous, nous n’al- aux démarches administratives. Cela
vés sur l’argent des contribuables pour terres sablonneuses, nécessitant plus lons pas nous tirer une balle dans le ne bloquera pas le processus », mini-
le circuit seul, auxquels il faut ajou- d’arrosage, et la proximité avec pied en polluant, rétorque Adélaïde mise Adélaïde Gérard.
ter divers aménagements pour l’ac- l’A13 » prouvent, selon le conseil Gerard. Si on suit les arguments de Selon Flins sans F1, des investisse-
cueil du public. « Cette installation ne général, que ce lieu se révèle peu Flins sans F1, il faudrait aussi fer- ments couplant emplois pérennes et
rendra même pas service à la popu- adapté pour un tel espace bio. mer l’A13, souvent bouchée, et l’usine respect de l’environnement peuvent
lation locale », s’insurge le collectif Oui, mais, curieusement, la chargée Renault située sur la nappe phréa- être réalisés, y compris dans l’auto-
Flins sans F1. de presse du projet de circuit, Adé- tique. » Le circuit aurait incité Renault mobile. Pour le collectif, écologie et
« Le terrain n’est pas du tout propice laïde Gérard, précise que cette ini- à créer dans son usine de Flins un futur économie sont compatibles. Mais sans
à cette construction, puisque le circuit tiative de développement durable « ne centre de recherche et développement Formule 1.
se situera en zone inondable, où il sera pas abandonnée. Les deux maraî- sur les véhicules électriques. Pourtant, _Pauline Baron
est interdit de réaliser des remblais », chers resteront à côté du circuit, et les syndicats de Renault considèrent, www.collectif-flinssansf1.org

30 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


OGM
SUR LE TERRAIN

POLITIS
Politis, 2, impasse Delaunay

32 faucheurs condamnés SANTÉ


Sauver le Planning
75011 Paris
Tél. : 01 55 25 86 86
Fax : 01 43 48 04 00
En août 2006, trente-deux faucheurs volontaires www.politis.fr
neutralisent une parcelle de maïs transgénique redaction@politis.fr
Fondateur : Bernard Langlois.
Monsanto dans le Loiret. Après deux jugements
Politis est édité par Politis, société par actions
défavorables, leur pourvoi en cassation a été rejeté simplifiée au capital de 941 000 euros.
fin 2008. « Nous sommes définitivement condamnés Actionnaires :
Association Pour Politis, Christophe
[…] pour destruction du bien d’autrui commise en Kantcheff, Denis Sieffert, Pascal Boniface,

JULIEN/AFP
réunion », regrettent les militants. Et de rappeler Laurent Chemla, Jean-Louis Gueydon de
Dives, Valentin Lacambre.
qu’« au moment où notre pourvoi était rejeté, le Président, directeur de la publication :
Pour soutenir le Planning familial et Denis Sieffert.
conseil d’État a déclaré illégales les autorisations «défendre le droit à l’information, à
d’essais OGM accordées en 2006 ». Cette l’éducation, à la sexualité, pour tous», Directeur de la rédaction :
l’association du Mouvement français pour le Denis Sieffert.
condamnation permet en outre à Monsanto de planning familial met en ligne une pétition Comité de rédaction :
réclamer des dommages et intérêts. Le 12 février, déjà paraphée par près de 100000 Thierry Brun (87),
personnes. «En diminuant de 42% pour Christophe Kantcheff (85),
l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments 2009 le montant affecté au conseil conjugal Michel Soudais (89)
estimait que le maïs OGM ne présente pas de danger (rédacteurs en chef adjoints) ;
et familial, l’État programme la suppression
Sébastien Fontenelle (74)
des associations intervenant sur l’accueil,
pour la santé. Un avis fondé sur les recherches déjà l’information et l’orientation pour la
(secrétaire général de la rédaction),
Olivier Doubre (91), Xavier Frison (88),
existantes, dont les plus favorables au maïs contraception, la fécondité, la sexualité», Ingrid Merckx (70) (chefs de rubrique) ;
transgénique sont financées par… Monsanto. _X. F. rappelle l’association, qui craint la Patrick Piro (75),
disparition d’un tiers de ces structures. Jean-Claude Renard (73),
www.planning-familial.org/petition- Gilles Costaz, Marion Dumand,
defense-loi-neuwirth/?petition=6 Denis-Constant Martin, Christine Tréguier,
Claude-Marie Vadrot, Jacques Vincent.
CITOYENNETÉ
Semaine anticoloniale Responsable éditorial web :
Jusqu’au 24février, la «semaine Xavier Frison (88).
JUSTICE De modestes vendeurs d’objets récupérés anticoloniale» veut protester contre «les Architecture technique web :
discriminations qui touchent les Grégory Fabre (Terra Economica)
sont sévèrement réprimés par la police. et Yanic Gornet.
descendants des peuples colonisés et
Conception graphique

La chasse aux biffins l’occultation de la mémoire de l’histoire de


la colonisation française». Parmi les
nombreuses initiatives prévues, on
retiendra un colloque contre le francCFA le
Sophie Guéroult_Sikora (01 43 71 21 46).
Premier rédacteur graphiste papier et web :
Michel Ribay (82).
Rédactrice graphiste :
20février, une manifestation à Paris le Claire Le Scanff-Stora (84).
ommercer pour quelques euros s’installent sous le pont du périphé-

C
21février ou encore, le 24, l’élection du prix
hors des sentiers battus peut coû- rique, à la porte Montmartre et à du «colonialiste de l’année». Correction et secrétariat de rédaction :
ter cher, même aux plus Saint-Ouen (93), à l’orée du marché Programme complet: Marie-Édith Alouf (73), Pascale Bonnardel.
modestes. Le militant du PCF Lounis aux puces, pour tenter d’y vendre ces www.anticolonial.net
Ibadioune était convoqué au tribunal objets. D’autres exercent la même acti- Administration-comptabilité :
ce 18 février après avoir refusé de vité, « absolument nécessaire à leur Isabelle Péresse (76).
payer l’amende reçue en février 2007 survie », à Montreuil et ailleurs. Seu- I M M I G R AT I O N
pour « vente de marchandise dans un lement voilà, en sus de leurs difficul- Contre l’expulsion Secrétariat :
Brigitte Hautin (86).
lieu public sans autorisation ». Le tés de logement, ils sont de plus en Schengxiang Xia et Le Gao, un couple
crime de cet homme était de vendre… plus victimes de l’« acharnement » de chinois en situation irrégulière (voir Politis
Publicité-promotion :
l’Huma dimanche au marché Dejean, la police, qui n’hésite pas à confisquer n°1027), ne sont pas encore tirés d’affaire. Marion Biti (90).
dans le XVIIIe arrondissement de et à détruire les biens saisis. Sans Après appel du jugement de Rennes rendu publicite@politis.fr
Paris. En outre, « des militants asso- oublier d’infliger une amende de en 2008, une annulation des deux arrêtés
ciatifs ont été, depuis, importunés à 172 euros par contrevenant. de reconduite à la frontière avait été Impression :
diverses reprises, de Château-Rouge Même tarif, même motif que pour prononcée. Aujourd’hui, la famille est dans Rivet Presse Édition BP 1977, 87022
à Barbès. Quel que soit le prétexte Lounis Ibadioune. Un objet recueilli l’attente d’un examen approfondi de son Limoges Cedex 9
invoqué, il s’agit d’atteintes de fait à dans une poubelle et proposé à dossier. Elle dispose d’une autorisation
la liberté d’expression », estiment l’as- quelques euros ou centimes d’euros provisoire de séjour de deux mois, sans DIP, Service abonnement Politis
sociation Sauve qui peut et le Comité « est-il vraiment une marchandise autorisation de travail. En parallèle de la 18-24, quai de la Marne,
de soutien aux biffins de la porte comme les autres, pouvant justifier pétition mise en ligne, le Réseau éducation 75164 Paris Cedex 19
Montmartre, confrontés au même une telle sanction ? », s’interrogent sans frontières 56 transmettra un courrier à Tél. : 01 44 84 80 59.
type de répression aveugle. l’association et le comité, qui appel- la préfecture de Vannes pour demander Fax : 01 42 00 56 92.
abopolitis@dipinfo.fr
Les biffins, ce sont des hommes et des lent à faire « cesser la répression contre l’abandon de l’appel. Les deux filles aînées
Abon. 1 an France : 147 euros
femmes à très faibles ressources, par- les classes populaires ». de Xia sont scolarisées dans un collège du
fois sans toit, qui n’ont pour seul _Xavier Frison IXe arrondissement de Paris; le couple paie Diffusion. NMPP.
moyen de survie que la vente d’objets Comité de soutien à Lounis Ibadioune:
des impôts, ses factures et le loyer de son Inspection des ventes et réassort : K.D.
récupérés la nuit dans les rues et les www.humanite.fr appartement parisien. Éric Namont : 01 42 46 02 20
poubelles, ou tirés de leur maigre patri- http://biffins.canalblog.com, les-biffins-de-la-porte- www.educationsansfrontieres.org Numéro de commission paritaire :
moine. Chaque week-end, les biffins montmartre@hotmail.fr («pétitions individuelles») 0112C88695, ISSN : 1290-5550

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 31


LE POINT DE VUE DES LECTEURS

Lors de votre prochain bain de


foule, M. Obama, ayez une pensée
pour Nicolas Sarkozy, qui ne un prélèvement d’ADN.
DIFFUSION EN KIOSQUE
Le 2 février, au même tribunal de
peut plus approcher le peuple à Saint-Nazaire, 4 hommes âgés de Pour connaître le point de vente le
28 à 47 ans ont été arrêtés dans la plus proche de votre domicile, de
moins de 500 mètres sans être manifestation du 29 janvier, avec votre lieu de travail ou même de
brutalité, pour jets de cailloux. votre lieu de vacances ;
sifflé et hué… Deux d’entre eux ont été si vous souhaitez que votre marchand
condamnés à 4 mois de prison de journaux soit approvisionné sous
William Peterson ferme, immédiate, et les deux huitaine ;
autres à 3 mois ferme, sans appelez le
détention immédiate. 01 42 46 02 20
La manifestation du 29 janvier (de lundi au vendredi de 10 h à 17 h)
réunissait 18 000 personnes et se ou envoyez un courrier
terminait comme à l’accoutumée électronique à
par un dépôt de texte à la sous- c ontact@kdpresse.c om
Urgence pour nos libertés ministre de l’Immigration en préfecture. Mais, contrairement à Un site des NMPP indique
publiques, collectives et 2008… l’habitude, le sous-préfet a refusé la également où trouver Politis :
individuelles Grâce au réseau L’atteinte aux libertés publiques a rencontre intersyndicale, et un w w w.t rouverlapresse.c om
RESF et aux divers collectifs de commencé par les immigrés, elle se cordon de CRS était ostensiblement
soutien aux personnes sans poursuit envers les jeunes et les déployé ! Rapidement, les forces de
papiers, nous sommes alertés militants. À Saint-Nazaire, nous l’ordre jetèrent des grenades
depuis de nombreuses années sur le avons connu, coup sur coup, deux lacrymogènes vers la tête de volontaires, les étrangers, voici
non-respect de droits élémentaires exemples significatifs. manifestation, où étaient présents venu pour le pouvoir en place le
et les dérives sécuritaires. Le 3 février, Mickaël, un lycéen, a des enfants ! Ce fut considéré temps de s’attaquer aux jeunes,
Il s’agit des conditions indignes subi une condamnation de 2 mois comme une provocation par tous. aux militants et militantes.
dans les centres de rétention (CRA) avec sursis, 150 heures de TIG L’ensemble a ensuite dégénéré, et Nos libertés à tous et à toutes sont
[…] et des conditions d’arrestation, [travail d’intérêt général] et fut qualifié d’« émeutes urbaines » menacées.
transfert avec menottes au 300 euros d’amende, dans la presse, ce qui est un peu Demain, j’hésiterai à prendre une
tribunal, encadrement policier condamnation allant au-delà de la exagéré ! Le procureur n’a pas photo dans une manifestation,
soutenu. réquisition du procureur (1 mois hésité à parler de « guerre civile », l’un d’entre nous a en effet été
Et ces atteintes ont dérivé vers la avec sursis, 60 heures de TIG et de « barricade », etc. L’utilisation molesté parce qu’il
criminalisation des soutiens aux 300 euros d’amende). Participant des mots est aussi à photographiait. […]
sans-papiers. Ainsi, le collectif de en décembre aux manifestations remarquer ! […] À Saint-Nazaire, nous appelons à
soutien aux sans-papiers de Rennes lycéennes, inculpé pour début de Après Tarnac, le journaliste de la constitution d’un Collectif pour
a été attaqué en justice par le feu d’une poubelle, il avait refusé Libération arrêté, les faucheurs les libertés publiques.

Nous avons reçu cette lettre grave, une crise d’un nouveau déstabiliser et de renvoyer on penser que je ne suis pas le
de Louis Skorecki, qui a été genre, qui l’agite. brutalement du journal où elle mieux placé pour la défendre.
longtemps journaliste à L’ambiance. Il me reste deux ou travaille depuis plus de vingt ans, Doit-on se taire pour autant quand
Libération, en soutien à Florence trois amis, pas plus, à Libé. Les avec deux mois de salaire pour tout un ami souffre, quand il souffre
Cousin, secrétaire de rédaction autres sont morts (Serge Daney, dédommagement, sous prétexte injustement ? Doit-on se taire
dans ce quotidien, qui a entamé Michel Cressole) ou partis (Jean- qu’elle serait « incompétente ». On quand ces souffrances, on les
une grève de la faim le 10 février Luc Allouche, Emmanuel aurait pu s’en rendre compte avant. partage, on les comprend un peu,
à la suite de son licenciement. Poncet…). Je ne veux pas dire par Florence Cousin est actuellement on les a un peu soi-même vécues
là que rester à Libé, c’est se mettre secrétaire de rédaction à (j’ai été viré manu militari de Libé,
Mourir à Libération ?Je ne suis pas sur une position idéologique avec Libération, elle y a occupé sept ou un mois avant ma date officielle de
le mieux placé pour parler de laquelle je serais forcément en huit postes différents par le passé. départ volontaire, avec une
Libération ni de la crise qui l’agite. désaccord, c’est juste un titre de Elle sort d’une longue et grave violence et un sadisme rares) ?
En même temps, vu mon passé presse déboussolé, sans énergie, maladie. Elle a entamé mardi C’est pourquoi j’ai décidé, même
(vingt-cinq ans de fidélité exclusive fatigué tout autant par la mollesse 10 février, dans le hall du journal, si je ne suis pas la personne la
à Libé, dont je suis parti de sa direction que par le manque une grève de la faim. mieux placée pour parler du peu
volontairement, mais à bout de d’enthousiasme de ses journalistes. Faut-il mourir pour son journal ? de cas qui est fait de la vie de
force, à bout de nerfs, voici bientôt Disons que c’est la lâcheté Faut-il mourir pour Libération ? Florence Cousin, de parler quand
deux ans), j’en connais assez sur le ambiante qui m’a fait partir, pas Florence cousin fait partie du petit même. Avec des mots peut-être
fonctionnement de la maison l’absence d’amis dans la maison. peuple de Libé, les obscurs, les excessifs, excusez-moi, ce sont les
Libération, celle de July autant que Si je raconte tout ça (qui n’intéresse faibles, ceux qu’on ne remarque miens, je n’en ai pas tant que ça.
celle de Joffrin, pour pouvoir peut-être pas grand monde) c’est guère. C’est l’une de ces deux ou Écrire pendant quarante ans aux
émettre deux ou trois hypothèses, pour témoigner à la première trois personnes dont je disais en Cahiers du cinéma ou à Libé vous
ne serait-ce que des hypothèses personne du peu de cas qui est fait ouverture de ce texte que ce sont donne un peu de vocabulaire,
purement météorologiques, des de la vie d’une de ses employées, encore pour moi « des amis ». Sans mais pas ce vocabulaire-là. Que
hypothèses d’ambiance, sur la crise Florence Cousin, qu’on tente de doute pour cette raison aussi peut- Libération se mette ou non en
32 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 0 9
POLITIS courrier des lecteurs, 2, impasse Delaunay, 75011 Paris.
01 43 48 04 00 (fax) pagecourrier@politis.fr (e-mail)

Dans une déclaration commune du


23 janvier, Mouloud Aounit,
Pensez-y !
Olivier Besancenot, Patrick Abonnement web
Braouzec et Noël Mamère à partir de 8 € par mois*
s’élevaient contre de telles atteintes www. poli t i s. fr
aux libertés et appelaient à créer Paiement sécurisé* voir conditions
des mouvements de résistance pour
les libertés.
En effet, voici venu pour nous le Fourest, de Charlie Hebdo, invitée
temps de confluence de tous nos du JT : il faut instaurer une petite
combats. La lutte pour les taxe sur leurs salaires. Voilà une
personnes sans papiers était proposition des plus « radicales »
prémonitoire. C’était, c’est notre qui a bien sa place dans nos grands
combat à toutes et à tous. médias adorant les exploits
Puissions-nous le poursuivre sportifs. Aucune chance, en
ensemble dans des Collectifs de revanche, d’y voir évoquer l’idée
lutte pour les libertés publiques et d’un plafonnement des salaires
contre les dérives sécuritaires. et d’un revenu maximum
À quand des manifestations de acceptable (RMA). Les Thierry
deux millions de personnes pour la Henry et autres Cissé peuvent
liberté de circuler et de s’installer dormir tranquilles…
dans le monde ? Michel Kubler
Marie-Élisabeth Allaire,
Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) L’esprit de Vichy est là… Éric
Besson a signé le jeudi 5 février une
Les propositions radicales de circulaire […] adressée aux préfets
Charlie Hebdo Dimanche qui ouvre la possibilité à tout
1er février, à 13 heures sur France 2, « immigré clandestin victime de
le journal nous informe. Un proxénétisme ou d'exploitation »
nouveau sondage (vive l’info !) d'obtenir un titre de séjour
montre que les Français pensent temporaire en échange d'une
majoritairement que les salaires des « coopération » avec la police pour
footballeurs sont excessifs. Il fallait l'aider à démanteler une filière
au moins un sondage pour faire ce clandestine. Le ministre de
constat ! Proposition de Caroline l'Immigration a expliqué à la
préfecture de police de Paris que le
sans-papiers, une fois entendu par
les services de l'État, disposerait
grève – pour protester du peu d’« un délai de réflexion de
de cas qui est fait du sort de 30 jours pour lui permettre de se
l’une de ses employées, mais soustraire à l'influence de ses
aussi et surtout pour s’indigner exploiteurs et prendre sa décision
légitimement de certaines de porter plainte ». Ce n'est qu'une
nouvelles inégalités salariales, fois cette décision prise que « la
insupportables en temps de victime pourra recevoir une carte
crise – ne me regarde pas. Je de séjour temporaire » de 6 mois
prie juste pour la vie de minimum, « renouvelable jusqu'à
Florence. Elle entame ce jeudi l'achèvement définitif de la
sa dixième journée de grève de procédure judiciaire ».
la faim. Elle est courageuse, et « Si une condamnation effective est
très digne dans l’épreuve, mais prononcée, a ajouté Éric Besson, la
les signes de lassitude, de victime pourra obtenir une carte de
faiblesse, de découragement résident de 10 ans. » Et si la
face à l’indifférence de la condamnation n’est pas
plupart de ses « collègues » du obtenue ? […]
journal se font déjà sentir. Un Dans la catégorie des
peu de décence, un peu de « exploiteurs », faut-il intégrer les
justice, un peu de compassion, employeurs du textile, les « négriers
un peu de pitié, messieurs de des zones portuaires », les patrons
Libé, serait tout à votre voyous qui sous-payent les salariés,
honneur. J’ai la faiblesse de les mêmes patrons ou leurs
n’attendre rien d’autre de vous. congénères qui obligent à faire des
Louis Skorecki heures supplémentaires et qui ne les

1 9 f évr ier 2 00 9 I POLITIS I 33


LE POINT DE VUE DES LECTEURS AGENDA
Paris VIIe : 21 février,
de 14h à 17h, Natureparif organise une
rencontre intitulée «Pollinisateurs
sauvages». Tour d’horizon du monde des
abeilles sauvages, leur rôle de
pollinisateur, leur biologie et l’écologie.
84,rue de Grenelle.
www.natureparif.fr

payent pas ? l’Identité nationale devrait santé est un bien collectif dont Mortagne-sur-Sèvre (85) : le
Interrogations : peut-être le envisager de changer l’appellation l’usage doit légitimement être 21 février,
transfuge n’a-t-il pas osé penser de son officine : en 1945, les soumis à quelques règles : le à partir de 20h, le comité de soutien de
aux suites sinistres que feront collaborateurs de Vichy furent parcours de soin qui consiste à Vendéeaux faucheurs volontaires d’OGM
encourir les chefs des réseaux de taxés de la pitoyable formule choisir un médecin traitant, et à le organise un concert solidaire.
« passeurs » aux sans-papiers (vite « d’indignité nationale ». Pourquoi consulter en premier en cas de Salle polyvalente. Entrée: 12euros.
identifiés) et à leur famille ? Peut- ne pas, après ce déshonneur problème de santé, est l’une de ces 0626237266.
être le « ministre-progressiste-qui- national, transformer l’intitulé des règles essentielles. C’est la
se-sent-bien-dans-la majorité » a-t- attributions de ce ministre en responsabilité du médecin traitant Bruxelles : 21 février,
il omis de faire recruter par ses amis « ministère de l’Indignité (de soin primaire) d’évaluer la de 9h30 à 18h30, l’Association
de l’Intérieur les centaines de nationale » ? […] gravité du problème et de le d’objecteurs de croissance, Attac ULB et
fonctionnaires de police Gérard Molines, Espeluche (Drôme) prendre en charge ou de diriger le les Amis de la Terre organisent une
supplémentaires dont c’est la patient vers les autres niveaux du journée de réflexion intitulée «Choisir la
mission républicaine de rechercher Le parcours de soin L’article système de soin (niveau secondaire, décroissance». Avec Marie-Dominique
les clandestins ? intitulé « Économies dangereuses » les spécialistes ; ou tertiaire, Perrot, Serge Latouche, Riccardo
Évidences : cette fois, le félon vient paru dans le n° 1038 de Politis l’hôpital). Que les patients qui ne Petrella, Michaël Singleton, Christian
d’exprimer tout son jus pour plaire stigmatise la baisse du respectent pas cette organisation Arnsperger, Paul Lannoye et bien
et se faire aimer de la droite dure et remboursement des consultations des soins rationnelle et économe d’autres.
franchouillarde. Probablement hors « parcours de soin ». soient pénalisés n’est pas Université libre de Belgique, campus
aussi de l’extrême droite. […] Ce Cette position unanime des choquant : ils s’exposent au risque du Solbosch, auditoire UD2.120
sont les résidents des banlieues qui confédérations syndicales […] ne de surconsommation de soins et (bâtimentU porteD). Entrée 8euros.
vont apprécier ce grand jet d’huile les différencie pas de ceux qui contribuent à l’engorgement du www.objecteursdecroissance.be
sur le feu, ce triste retour à l’ordre prêchent la liberté pour chacun de système. La crainte des
moral. consommer des soins à sa guise organisations syndicales est sans Saintes (17) : 24 février
Ce titulaire du ministère de mais remboursés. Le système de doute que les plus démunis soient au 1er mars,
pénalisés par manque de la IIe Biennale d’éducation populaire sera
connaissance des règles du jeu. Ces consacrée au thème «Dire le monde.
populations ont pourtant Accueillir l’autre». Théâtre forum,
Gagnez* le DVD du documentaire massivement choisi un médecin
généraliste (le Pas-de-Calais
caf’conf’, cinéma militant, débats,
concerts, spectacles, fête populaire.

« LBO Les insoumis » rassemble à la fois un fort taux de


populations en difficulté et le plus
fort taux de choix d’un médecin
Infos/rés. : 0546919879,
www.direlemonde.org

d’Olivier Minh traitant) ; et les habitudes de Villefranche-de-Rouergue (12) :


recours direct au spécialiste sont 26 février,
« La nouvelle technique financière qui précarise l’emploi plutôt le fait des catégories les plus à 20h30, Attac 12 et la Confédération
à la vitesse de la lumière ! » aisées et parisiennes. La paysanne organisent une projection-
pénalisation pour les plus démunis débat sur le thème «Agriculture
Le rachat-vente de sociétés (LBO) est d’autant moins à craindre que industrielle et régression sociale».
est une technique très en vogue l’on peut à tout moment changer de Projection du documentaire El Ejido, la loi
aujourd’hui chez les fonds médecin traitant et que cette du profit, de Jawad Khalib, suivie d’un
d’investissement qui disposent
de moyens considérables. mesure n’est pas applicable en cas débat.
d’urgence, de changement de Salle de Bernussou.
L’obligation de rentabilité extrême domicile ou de remplacement du josette.bergonnier@wanadoo.fr.
qui est imposée à ces sociétés médecin traitant. Les inégalités de http://attac.aveyron.free.fr/
rachetées rend les conditions
de travail insoutenables pour santé ne commencent pas dès le
leurs salariés. stade des soins primaires, mais en Val-d’Oise : jusqu’au 1er mars,
amont, avec les conditions de vie et l’association des salles de cinéma du Val-
Face à l’immense puissance de revenus. Et l’incitation à d’Oise organise le 9e festival Image par
de la finance internationale,
le combat des salariés victimes instaurer une relation de confiance image. Un mois de projections et de
de LBO semble perdu d’avance. avec un médecin généraliste, rencontres exceptionnelles, avec ateliers
accessible (presque) partout et et expositionsconsacrés au cinéma
Pourtant certains d’entre eux disponible, est un outil de lutte d’animation.
résistent et la mobilisation
semble gagner du terrain. contre les inégalités de santé. Ne Rés.: imageparimage@valdoise.fr,
nous trompons pas de combat et 0134253714. www.valdoise.fr
exigeons au contraire une incitation
plus forte au bon usage des soins,
Contactez Brigitte par téléphone au 01 55 25 86 86 grâce au tiers payant, à www. p o lit is. fr
(du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 17h) l’interdiction des dépassements
ou par courriel : pagecourrier@politis.fr d’honoraires et à la suppression des Consulter l’agenda militant
franchises dans le parcours de soin. mis à jour régulièrement
* Dans la limite des stocks disponibles. J.-P. Canévet, médecin généraliste
à Nantes

34 I POLITIS I 1 9 f évr ier 2 0 09


POUR POLITIS

Un nouveau président à la tête de « Pour Politis »


L’association des lecteurs
et du personnel de Politis
a tenu samedi son
assemblée générale
annuelle, et profondément
renouvelé son conseil
d’administration.

L’assemblée générale annuelle


– la troisième du genre – de l’asso-
ciation « Pour Politis » s’est tenue
samedi 14 février dans un lieu dés-
ormais traditionnel, le Caveau de la
République, à Paris, où nous accueille (financier et d’activité) ont été adop- L’association
aimablement Hugues Leforestier. Les tés à l’unanimité. Pour Politis est
dessins de presse de Faujour, Tignous La seconde partie de la journée a l’actionnaire
et quelques autres, évoquant « un été consacrée à un dialogue sur l’en- principal de
autre monde (qui, bien sûr, est) pos- treprise Politis SAS et sur le journal. notre journal.
sible », et les travers de la mondiali- Rappelons que « Pour Politis », créée Elle comptait
sation, exposés sur les murs, sem- pour recueillir les fonds versés par les au 14 février
blaient avoir été affichés à notre lecteurs au moment de la session- 348 adhérents.
intention. « En ces temps difficiles, reprise de Politis en octobre-novem-
on a aussi besoin de rire », a noté bre 2006, est l’actionnaire majoritaire
Patrick Piro, président sortant de l’as- de Politis SAS, à hauteur de 65 %.
sociation, en guise d’accueil des Toutes les précisions ont donc été
quelque soixante lecteurs qui avaient apportées aux « lecteurs-action-
fait le déplacement. Après un compte naires » présents sur les chiffres (les
rendu d’activité, présenté conjointe- deux dernières années ont été large-
ment par Patrick Piro, Bruno Oliviers ment bénéficiaires), l’évolution du PHOTOS MICHEL SOUDAIS

(Tours), Gérard Vincent (Nice), Paule journal, la nouvelle maquette, la qua-


Devillaine (Paris), Didier Delinotte lité du papier, le nouveau site (qui membres du collège adhérents (les lec- milite à la Ligue des droits de l’homme
(Lille), Raphaël Sardou (Avignon) et ouvrira le 10 mars), les campagnes teurs) et huit membres du collège des et à l’association France Palestine soli-
Françoise Borel (Paris), d’où il ressort d’abonnements que nous envisageons fondateurs (les salariés de Politis). darité. Abonné à Politis depuis le pre-
que l’association a pulvérisé son en partenariat avec des associations, Qui est Jean-Paul Hébert ? Laissons- mier numéro, j’ai apporté ma contri-
record de présence dans des salons du les suites de l’Appel de Politis lancé le le se présenter lui-même : « Je suis éco- bution à la souscription, mais aussi
livre, manifestations écologistes ou 14 mai dernier, mais aussi sur la poli- nomiste spécialisé sur les questions en en faisant la publicité. Dans la
solidaires, et meetings (70 rendez- tique salariale, avec un alignement d’économie de la défense et des trans- période de recomposition actuelle,
vous), assurant une large promotion progressif sur la grille du Syndicat pro- ferts d’armement. Avec Alain Joxe, j’essaie comme bien d’autres d’œu-
de notre journal. Parmi d’autres acti- fessionnel de la presse magazine et j’anime à l’École des hautes études en vrer à une unification des forces de
vités, Raphaël Sardou a évoqué le pre- d’opinion (SPPMO). Tour à tour, sciences sociales le Centre interdis- gauche alternative. Par ailleurs, un
mier « prix Politis » pour des élèves Denis Sieffert, Isabelle Péresse et ciplinaire de recherches sur la paix développement de l’audience de Poli-
de BTS, avec l’espoir que cette ini- Christophe Kantcheff ont répondu et d’études stratégiques, qui publie tis dans les milieux universitaires de
tiative s’étendra en 2009. aux questions posées. L’accent a été le bulletin le Débat stratégique. Je la recherche me paraît être un objec-
Patrick Piro a rappelé que « Pour Poli- mis sur la nécessité de gagner des lec- tif à viser, et je suis prêt à participer
tis » comptait au 14 février 348 adhé- teurs jeunes. D’où la nécessité d’amé- à une réflexion et à une initiative dans
rents, soit une vingtaine de plus que liorer la forme du journal, d’investir Nouveau conseil ce domaine. »
l’année précédente à la même époque. davantage sur le site et d’être plus Une première réunion du nouveau
Il a informé l’AG que l’association pédagogues, sans rien céder sur le fond d’administration CA se tiendra le 17 avril.
avait embauché à tiers-temps Pauline de nos engagements. Collège dit «desadhérents»
Bureau, pour assurer le secrétariat (1). Au terme d’un échange très riche Alain Chadefaux (trésorier), Fabienne (1)Pauline Bureau assure une permanence chaque
Après un rapide échange sur les ini- et dynamique, Patrick Piro a proposé Delabouglise, Didier Delinotte, Paule mardi : 10h-18h, 0155258675 (ou 86 86),
pourpolitis2@yahoo.fr
tiatives que l’association pourrait d’importantes modifications au sein Devillaine, Raphaël Sardou, Gérard (2) L’élection du conseil d’administration a été
prendre cette année, les rapports du conseil d’administration (2). Après Vincent, Jean-Paul Hébert (président). acquise à l’unanimité moins une abstention.
deux années de mandat, il a souhaité Collège dit «des fondateurs» Une modification statutaire concernant la validation
que la présidence soit assurée par un Marion Biti, Pascale Bonnardel, Thierry des décisions du CA a été adoptée à l’unanimité
Adh é re z e n li g n e : membre du collège des adhérents Brun, Olivier Doubre, Christophe Kantcheff moins un contre.

a ssoci at i on . pou r - poli t i s. org (c’est-à-dire par un lecteur). C’est Jean- (secrétaire), Isabelle Péresse, Patrick N.B. Un compte rendu de l’AG plus détaillé sera
Paul Hébert, de Rouen, qui a été élu Piro, Denis Sieffert. disponible dans quelques jours sur le site de
par le nouveau CA, qui comprend sept http://association.pour-politis.org

1 9 f évr ier 2 0 09 I POLITIS I 35