Vous êtes sur la page 1sur 6

DÉCLARATION DES DROITS

DE L'HOMME ET DU CITOYEN
26 août 1789 1
(Extrait)

Article 1 :
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

Article 4 :
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels
de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance
de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5 :
Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce
qu'elle n'ordonne pas.

Article 6 :
La loi est l'expression de la volonté générale. Elle doit être la même pour tous. Tous les citoyens étant
égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur
capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 7 :
Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la loi, et selon les
formes qu'elle a prescrites.

Article 8 :
La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni
qu’en vertu d’un loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée.

Article 9 :
Tout homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable.

Article 11 :
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme :
tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement.

Article 17 :
La propriété étant un droit inviolable et sacré.

1
Histoire de la civilisation occidentale / Une perspective mondiale Simard & Laville p.243
La Révolution française / Activité autour du son et de l’image.

Le son :

Ecoute avec attention le court extrait suivant. Celui-ci a un lien avec une activité que nous
avons faites en histoire il y a quelques semaines.

A quelle activité se rapporte ce court extrait ?

…………………………………………………………………………………………………...

En t’aidant uniquement des deux extraits, trouve quels sont les articles de la Déclaration des
droits de l’homme qui sont transgressés. Justifie tes réponses.

Dans l’extrait No 1 : …………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

Dans l’extrait No 2 : …………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...
L’image : ( Extrait 1)

En te concentrant uniquement sur l’image, réponds aux questions suivantes :

Décris les lieux :

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

Peux-tu identifier des personnages ?

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

Arrives-tu à dater cet évènement ? Justifie ta réponse. A-t-il encore un lien avec la
Révolution ?

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...
Travail autour du réalisateur – Lien avec l’image

Lis les biographies de Danton qui relatent son procès et compare-les avec le Danton du film.

1) Comment Danton est-il considéré dans les extraits du film ?

………………………………………………………………………………………………

2) Y-a-t-il dans les différentes biographies de Danton des précisions sur son rôle pendant son
jugement.

………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………..

3) Comment expliques-tu les quatre différentes façons d’aborder le jugement de Danton ?

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

4) D’après toi, quelle est la version qui se rapproche du « vrai » Danton ? Justifie ta réponse.

………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………...

5) Le choix du réalisateur de confier le rôle à Gérard Depardieu est-il volontaire ? Justifie ta


réponse.

…………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………...
Diverses biographies de Georges Danton :

Biographie I2

Rival de Robespierre, il exerça dans l’assemblée un ascendant qui fut très grand d’abord, mais
qui s’affaiblit au moment où il se retira dans son pays pour y prendre du repos. A son retour il
trouva sa popularité abaissée. Danton avait fait répandre le sang par système et non par
cruauté ; aussitôt qu’il pensa que la modération serait plus utile que la terreur , il conseilla de
l’employer. Ces sentiments le perdirent ; il fut arrêter dans la nuit du 29 mars 1794 par le
tribunal révolutionnaire sur l’ordre de Robespierre dont la jalousie éclatait au grand jour.

Il fut condamné sans pouvoir achever sa défense.


Danton monta avec courage sur l’échafaud, en compagnie de Camille Demoulins le 5 avril
1794. Il se serait alors adressé au bourreau dans ces termes « Tu monteras ma tête au peuple.
Elle en vaut la peine »

Biographie II3

Après un séjour de quelque mois à Arcis-sur-Aube, avec la jeune femme qu’il avait épousée
en secondes noces, Danton, de retour dans les premiers jours du mois de mars 1794, trouva
son crédit auprès de l'Assemblée comme auprès du peuple singulièrement diminué.
Devenu bientôt tout à fait suspect à Robespierre et aux siens, il fut, dans la nuit du 31 mars,
arrêté avec son ami Lacroix, et conduit dans les prisons du Luxembourg, Legendre ne put
obtenir qu'il fût entendu par la Convention avant le rapporteur du Comité de salut public. Ce
rapporteur était Saint-Just. Sur ses conclusions, Danton fut décrété d'accusation à l'unanimité,
ainsi que Camille Desmoulins, Hérault-Séchelles, Philippeaux et Lacroix, comme « prévenus
de complicité avec d'Orléans et Dumouriez, avec les ennemis de la République », etc. Danton
et Lacroix furent transférés à la Conciergerie, mis au secret, et placés dans deux chambres
séparées, dont le voisinage leur permit néanmoins de converser ensemble. Après quatre jours
de détention, ils furent traduits au tribunal révolutionnaire. Danton y parut avec son audace
ordinaire, et répondit au président qui l’interrogeait sur ses noms et qualités : « Je suis
Danton, assez connu dans la révolution ; ma demeure sera bientôt le néant, mais mon nom
vivra dans le Panthéon de l’histoire. » A la lecture de l'acte d'accusation, il entra en fureur,
éclata en invectives violentes contre la Convention, apostropha le président du tribunal et
l'accusateur public, et chercha même à les tourner en dérision. L'accusateur public rendit
compte de ces faits au Comité de salut public ; la Convention décida alors que « tout prévenu
de conspiration qui insulterait la justice nationale serait mis hors des débats sur le champ ». A
la troisième audience les jurés se déclarèrent suffisamment éclairés ; la lecture du jugement
qui le condamnait à mort provoqua encore chez Danton de nouveaux accès de colère ; il ne se
calma que lorsqu'il fut rentré à la Conciergerie. Le lendemain, 5 avril 1794, les dantonistes,
furent conduits au supplice. Danton mourut avec courage et, de l’échafaud, promena son
regard sur le peuple. Son dernier mot aurait été celui-ci : « Tu montreras ma tête au peuple,
dit-il à l'exécuteur, elle en vaut bien la peine ! »

2
http://www.dr-belair.com/dic/Politics/Biographies/Danton.htm
3
http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/Esclavage/Danton-abolition-biographie.asp
Biographie III4

Revenant le 20 novembre, il perd sa place dominante au club des Cordeliers, où son ancien
ami Hébert répand des idées socialistes auxquelles Danton, bourgeois et propriétaire, n’adhère
pas. Il créé le mouvement des Indulgents, il blâme les violences antireligieuses en s’élevant
contre la déchristianisation et déconseille l’exécution de Marie-Antoinette.
La rupture des « dantonistes » avec les Jacobins est consommée à la fin de l’année 1793,
période durant laquelle Robespierre tente de maintenir l’équilibre politique de son
gouvernement en en écartant les plus radicaux et les modérés. A cause des mesures prises par
Robespierre Danton se retrouve presque sans amis. De plus, il est compromis par l’association
de son nom à celui du député Fabre d’Églantine dans l’affaire de la liquidation de la
Compagnie des Indes.
Le 30 mars 1794, quinze jours après l’exécution des hébertistes, Danton est arrêté avec
Desmoulins et Fabre d’Églantine, sous le prétexte d’être un ennemi de la République. Il est
jugé par le tribunal révolutionnaire à partir d’un acte d’accusation préparé par Saint-Just. Il se
défend avec des éclats de voix si éloquents qu’il faut extorquer à la Convention un décret,
assez immonde, pour clore les débats hors de sa présence. Il est condamné à mort et guillotiné
le 5 avril 1794 en compagnie de Camille Desmoulins.
Ses derniers mots lancés au bourreau sont restés célèbres : « N’oublie pas surtout, n’oublie
pas de montrer ma tête au peuple : elle en vaut la peine. »

4
http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article=164