Vous êtes sur la page 1sur 39

REVUE DE PRESSE – SEMAINE DU 2 AU 9 MARS 2009

LA VIE DU MODEM ............................................................................................................................................................................. 3


TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU .......................................................................................................................................... 3
Nord Eclair – 10 Mars 2009 - MoDem : en campagne ? ................................................................................................................................. 3
Journal Bordeaux – 6 mars 2009 - François Bayrou en pré-campagne à Bordeaux ?....................................................................................... 3
AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 5
François Bayrou ............................................................................................................................................................................ 5
10 mars 2009 - François Bayrou invité sur France 3 ce mardi soir à 23h......................................................................................................... 5
Jean-François Kahn ...................................................................................................................................................................... 5
Jean-François Kahn le 10 mars à Reims........................................................................................................................................................... 5
REACTIONS ET INTERVENTIONS ......................................................................................................................................................... 5
François Bayrou ............................................................................................................................................................................ 5
François Bayrou : la crise, un "révélateur" du besoin d'Europe........................................................................................................................ 5
Aqui ! 5 mars 2009 - François Bayrou suggère au gouvernement de revoir sa copie sur la réforme du statut des enseignants chercheurs ..... 6
5 mars 2009 - Soudan: François Bayrou redoute des "massacres" après le départ des ONG ........................................................................... 6
Corinne Lepage.............................................................................................................................................................................. 7
Site Cap21 - 5 mars 2009 - Transfert de Mox au Japon : Corinne LEPAGE réclame un Grenelle du nucléaire .............................................. 7
Blognote - 4 mars 2009 - Réponse de Corinne Lepage aux experts de l'AFSSA ............................................................................................ 7
Blognote Corinne Lepage - 2 mars 2009 - La relance "verte"....................................................................................................................... 10
Site CAP21 - 2 mars 2009 - OGM : Cap21 satisfait de la décision ............................................................................................................... 11
Nathalie Griesbeck ...................................................................................................................................................................... 11
4 mars 2009 - Nathalie Griesbeck appelle la Commission européenne à user de son pouvoir d'initiative pour un emprunt européen........... 11
Fadila Mehal ................................................................................................................................................................................ 12
6 mars 2009 - "Les femmes toujours à la fête !" ............................................................................................................................................ 12

LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 12


PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 12
Nord Eclair................................................................................................................................................................................... 12
9 mars 2009 - « Pour nous, l'Europe, c'est une identité » ............................................................................................................................... 12
Le Figaro ...................................................................................................................................................................................... 14
5 mars 2009 - Soudan: Bayrou redoute des "massacres"................................................................................................................................ 14
Le Point ........................................................................................................................................................................................ 14
5 mars 2009 - Présidentielle - Bayrou exulte ................................................................................................................................................. 14
Le Monde ..................................................................................................................................................................................... 14
4 mars 2009 - Jean-François Kahn (MoDem) craint un "retour au sol, au sang, aux tribus, aux intégrismes" ............................................... 14
Rue89 ............................................................................................................................................................................................ 15
Blog Luc Mandret – 7 mars 2009 - 07 mars 2009 - Communication politique : le MoDem se perd sur le net .............................................. 15
Numérama.................................................................................................................................................................................... 16
5 mars 2009 - Riposte graduée : pourquoi la contestation s'arrête aux frontières du net ? ............................................................................. 16
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 18
Clip Expression directe ............................................................................................................................................................... 18
François Bayrou .......................................................................................................................................................................... 18
8 mars 2009 - France 5 « La Traversée du Miroir » ...................................................................................................................................... 18
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 18
Débat immigration et Europe ......................................................................................................................................................................... 18
Corinne Lepage............................................................................................................................................................................ 18
6 mars 2009 - BFM radio ............................................................................................................................................................................... 18
Débat entre Peyrelevade et Piketty ............................................................................................................................................ 19
L’Etat peut-il nous sauver ? ........................................................................................................................................................................... 19

LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 19


NORD.................................................................................................................................................................................................. 19
Section MoDem du Havre – Inviattaion café-citoyen le 12 mars................................................................................................................... 19
Nord Eclair – 5 Mars 2009 - Tourcoing : Encombrants : trop de mécontents ................................................................................................ 19
La Voix du Nord - 4 mars 2009 - JMV au coeur de la démagogie à propos de la venue du FN au Casino.................................................... 20
la Voix du Nord – 3 mars 2009 – Soit dit en passant : Un sénateur et son train............................................................................................. 20
Nord-Eclair - 4 mars 2009 - Quatre voix, une Europe.................................................................................................................................... 21

FJ - 1
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 21
Ouest France - 5 mars 2009 – Européennes : Corinne Lepage à Lisieux et Cabourg samedi........................................................................ 21
ILE DE FRANCE .................................................................................................................................................................................. 21
Metro - 5 mars 2009 - Pascal Cherki à la tête du XIVe.................................................................................................................................. 21
Le Parisien - 4 mars 2009 - Courbevoie Les taxes locales vont augmenter de 9% (version papier................................................................ 22
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 22
Sud-Ouest - 5 mars 2009 - Artigues : patience toujours................................................................................................................................. 22
Sud-Ouest - 5 mars 2009 - Le Modem s'organise .......................................................................................................................................... 23
Sud-Ouest - 4 mars 2009 - Offre de soins : le député Jean Lassalle relocalise le débat ................................................................................. 23
Sud-Ouest - 3 mars 2009 - Les européennes pour se faire connaître.............................................................................................................. 24
La Dépêche – 3 mars 2009 - Villemur. Rémy Daillet : après la grève du froid, une proposition de loi ......................................................... 25

ACTUALITE - DIVERS ...................................................................................................................................................................... 25


REFORMES PARLEMENTAIRE ET TERRITORIALE ............................................................................................................................. 25
Le Point - 6 mars 2009 - Regardez - Le mode de scrutin territorial proposé par le comité Balladur.............................................................. 25
Le Monde - 2 mars 2009 - Le gouvernement confronté aux nouvelles règles de fonctionnement du Parlement .......................................... 26
NICOLAS SARKOZY............................................................................................................................................................................ 27
Le Point - 5 mars 2009 - Sarkozy est-il dépassé ?......................................................................................................................................... 27
EUROPE ET ELECTIONS EUROPEENNES ............................................................................................................................................ 30
Euractiv - 3 mars 2009 - Tableau de bord des têtes de listes.......................................................................................................................... 30
NouvelObs - 6 mars 2009 - Seul un Français sur deux s'intéresse aux européennes ..................................................................................... 30
Libération - 3 mars 2009 - Les Français reprennent goût à l’Europe ............................................................................................................. 31
Le Monde - 2 mars 2009 - Nicolas Sarkozy ne soutient plus explicitement José Manuel Barroso ................................................................ 32
Le Progrès de Lyon - 2 mars 2009 - Européennes : Fabienne Faure (MoDem) peut espérer ......................................................................... 33
Sud-Ouest - 25 février 2009 - La députée évoque la qualité des eaux............................................................................................................ 33
AFFAIRE PEROL................................................................................................................................................................................. 34
Journal du Dimanche - 6 mars 2009 - Pérol: L'Assemblée étudie la déontologie........................................................................................... 34
Les Echos- 2 mars 2009 - Banque Populaire - Caisse d'Epargne : retour sur une polémique......................................................................... 34
VINCENT LINDON – « WELCOME » ET FRANÇOIS BAYROU .............................................................................................................. 35
Le Parisien - Vincent Lindon : « Je suis un homme en colère »..................................................................................................................... 35
POUR SE DETENDRE ........................................................................................................................................................................... 37
découvrez quelles personnalités se joindront à PPDA pour les 20 ans des Guignols ..................................................................................... 37
Marianne - Président2012.com: ils y pensent encore plus qu'hier !................................................................................................................ 37

FJ - 2
LA VIE DU MODEM

TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU

NORD ECLAIR – 10 MARS 2009 - MODEM : EN CAMPAGNE ?


CHRISTELLE JEUDY > christelle.jeudy@nordeclair.fr

Après une visite du centre hospitalier d'Arras, François Bayrou a introduit à Lesquin la réunion avec Corinne
Lepage et Olivier Henno.
Initié dans le cadre des élections européennes de juin, le « Tour de France des régions » de François Bayrou a
fait étape, hier, à l'hôpital d'Arras, avant de se terminer le soir à Lesquin devant des militants.
Une visite au centre hospitalier d'Arras, une conférence de presse avec Corinne Lepage, tête de liste du MoDem
aux élections européennes pour le Nord-Ouest, et Olivier Henno (le maire de Saint-André), deuxième de la
liste... Et le soir venu, un discours salle des fêtes de Lesquin pour lancer une réunion entre militants du MoDem.
À première vue, un vrai programme de campagne pour le président du Mouvement démocrate, François
Bayrou. Eh bien, pas du tout. « Je ne suis pas en campagne ! À trois mois du scrutin, les Français n'ont pas
encore ces élections en tête. Alors, on multiplie les rendez-vous comme celui-ci, à la rencontre des gens dans
leur vraie vie », débute-t-il.

Deux enjeux
Et François Bayrou, toujours pas en campagne, de rappeler les deux enjeux du scrutin européen. « Le premier
est national puisque par leur vote, les Français diront quelque chose sur la manière dont ils sont gouvernés, avec
tous les pouvoirs concentrés entre de mêmes mains et pour quels résultats ? », note le président du MoDem.
Le second enjeu voit François Bayrou replacer la crise économique, sociale et financière dans un contexte
européen. « J'ai proposé un grand emprunt européen pour lutter contre la crise, il y a plusieurs mois. Une idée
que l'on prend aujourd'hui en considération », poursuit François Bayrou pour qui, « seule une démarche
coopérative des pays européens peut apporter une solution. » Le président du MoDem a ensuite laissé Corinne
Lepage et Olivier Henno, « les meilleures parties de moi-même », a-t-il lancé, assurer le débat avec les
militants.
Des adhérents comme Anthony Christiaens, étudiant en droit, pour qui cette rencontre avec François Bayrou
était « enfin l'occasion de lancer la campagne des européennes. Il faut maintenant rentrer concrètement et en
profondeur dans ces élections. » Et visiblement, les militants sont impatients.

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-nord-eclair-europe-identite-090309.html

JOURNAL BORDEAUX – 6 MARS 2009 - FRANÇOIS BAYROU EN PRE-CAMPAGNE A BORDEAUX ?


par Stéphan Foltier

Aux côtés de Robert Rochefort. Après avoir passé la journée avec une vingtaine d’enseignants-chercheurs à
Talence pour parler sciences et réforme de l’éducation nationale, et avoir rencontré les dirigeants et employés
de l’entreprise SPIE qui " se porte remarquablement bien " dans un " climat de confiance ", le président du
Modem François Bayrou a dénoncé, selon lui, ce qui est " la crise de confiance " des français dans la politique
menée par le gouvernement, sur fond de réforme des enseignants d’université inadéquate et décriée.

FJ - 3
Pour le leader national du Mouvement démocrate, deux grands aspects donnent " un sentiment d’offense à la
communauté universitaire et aux chercheurs : Nicolas Sarkozy n’est pas à la hauteur de la mission et il s’agit là
de l’étincelle qui engendre l’explosion, mais surtout un climat de méfiance ".
Un " sentiment d’énorme incompréhension et d’être mal traité ". S’appuyant sur les grands sujets, les concours

et les recrutements et donc la crainte de voir les niveaux de compétences des disciplines chuter, et ces mêmes
causes qui préfigurent une situation de précarité des postes. " Je l’ai déjà dit à l’Assemblée nationale : il ne faut
pas concentrer tous les pouvoirs dans une seule main. Sinon, on en arrive à une énorme incompréhension et un
sentiment d’être mal traité. On ne peut pas régler à la va-vite des choses aussi lourdes ! " En cause : la durée des
études, alors qu’il refuse, à juste titre, de croire qu’une agrégation remet en cause les capacités et connaissances
scientifiques acquises... En cause aussi le nombre de places dans les concours et la création d’un master
d’enseignement. Et pose la problématique d’un master validé mais d’un échec au diplôme universitaire. Et pose
un autre problème crucial : " Que deviennent alors les IUFM ? Ils disparaissent ? Il faut donc tout remettre à
plat, et demandons-nous ce que nous voulons obtenir et quels moyens devons-nous alors mettre en oeuvre et
comment faire pour arriver ! ".
Charges administratives et mauvaise répartition des responsabilités. Et arrivant tout naturellement au sujet des
universités, prônant la confiance avec l’autonomie de gestion, et même un conseil au gouvernement comme "
geste de bonne volonté : rétablir les postes annoncés supprimés ". Et François Bayrou s’attaque au problème de
fond, souhaitant " ouvrir le chantier en profondeur : les chercheurs sont sous-évalués, et il faut les aider pour
leur temps d’évaluation et les charges administratives. il faut aussi poser les questions par secteur de recherche,
les maîtres de recherche ayant parfois 800 doctorants sous leur responsabilité ! On a cherché à imposer des
choses déraisonnables ".
" Une décroissance d’environ -1,7 % va nous amener à un pouvoir d’achat d’environ - 2 % ! " sur le " discours
officiel du gouvernement ", le plan de relance, le président centriste oppose 3 réalités du quotidien des français,
soufflés par le candidat du Modem aux européennes pour le Sud-Ouest Robert Rochefort, directeur du
CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) avec la publication hier
d’une étude complète : " les fins de mois difficiles car le pouvoir d’achat doit être analysé foyer par foyer. 1 %
de croissance correspond en fait à 0 % de croissance du pouvoir d’achat par foyer ". Et François Bayrou réagit
du coup à l’annonce cet après-midi même de la BCE (Banque centrale européenne) : " Et une décroissance
d’environ -1,7 % va nous amener à un pouvoir d’achat d’environ - 2 % ! ". Tout en rajoutant l’augmentation du
nombre de chômeurs et l’injustice de la population dans son ensemble avec des classes moyennes qui ne
peuvent pas forcément profiter de mesures comme des baisses d’impôts. Robert Rochefort renforce cette
analyse par la constatation issue
de cette étude du CREDOC qu’il règne actuellement en France un sentiment de nécessité d’économiser sur tout,
y compris les loisirs, et aussi un sentiment d’anxiété sur son propre emploi et sur le devenir de ses enfants.
Candidat ou pas candidat ? A propos du rapport Balladur, François Bayrou parle d’ " imbroglio des collectivités
" et de " trop d’élus ", s’appuyant sur son expérience d’élu départemental et régional, et propose de " simplifier
tout cela par une sorte de ’ coopérative ’ ou des élus délibéreraient pour une région et des départements, en
proposant un scrutin plus juste, avec pour moitié uni-nominal et pour l’autre moitié à la proportionnelle, avec
une moitié de représentants de territoires et l’autre moitié représentants d’idées, qu’il justifie par la même
mission, finalement : l’aménagement du territoire ", et concluant avec totale certitude de la vérité détenue : "
Une position absolument juste ! ". Mais il reste très perplexe sur la nécessité de diminuer le nombre de régions :
" Cela pose des problèmes d’identités, dont on fait bon marché ". Et nous laisse dans le flou sur sa candidature,
assurant qu’il ne veut pas rentrer dans le débat de sa candidature, et que " beaucoup d’eau aura coulé sous les
ponts d’ici là ", sans même donner de date pour l’annonce des listes.

http://www.bordeauxactu.com/article_ba.php3?id_article=4968

FJ - 4
AGENDA

FRANÇOIS BAYROU

10 MARS 2009 - FRANÇOIS BAYROU INVITE SUR FRANCE 3 CE MARDI SOIR A 23H

Le Président du Mouvement Démocrate sera l'invité de Frédéric Taddeï dans l'émission "ce soir ou jamais",
mardi 10 mars à 23h sur France 3.

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/bayrou-info-medias-cesoiroujamis-europe1-100309.html

JEAN-FRANÇOIS KAHN

JEAN-FRANÇOIS KAHN LE 10 MARS A REIMS

Jean-François Kahn, tête de liste MoDem dans la région Grand Est aux élections européennes, tiendra une
réunion publique le mardi 10 mars à Reims.
Il sera accompagné de Nathalie Griesbeck, eurodéputée du Grand Est et de Jacques Douadi, conseiller régional,
maire de Sillery et président du MoDem de la Marne.
La réunion aura lieu à 18 h 15 au centre de conférences et d'animations de Taissy.

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/kahn-reunion-publique-reims-050308.html

REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

FRANÇOIS BAYROU : LA CRISE, UN "REVELATEUR" DU BESOIN D'EUROPE

En déplacement à Lille avec Corinne Lepage, tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest aux élections
européenne, François Bayrou a estimé que "la crise a servi brutalement de révélateur sur l'Europe. Les Français
découvrent deux choses : si l'Europe est dispersée, son action est stérile et les réponses coordonnées qu'ils
attendent pour l'instant sont insuffisantes". Il a également plaidé pour un changement à la tête de la Commission
européenne.
"On le voit avec la monnaie. Si l'euro n'avait pas existé, nos monnaies nationales auraient été emportées comme
un fétu de paille, surtout en France avec les déficits et la dette qui sont les nôtres. Les gens ont compris que,
face à la crise, un pays tout seul ne pouvait rien. L'attente européenne est montée face à la crise". Il a souligné
par ailleurs que cette crise ne devrait pas favoriser les partis eurosceptiques aux élections européennes.
"Nous nous prononçons clairement pour changer l'exécutif européen et nous chercherons à imposer d'autres
solutions", a-t-il affirmé. "Pour l'instant, les responsables européens, et la Commission en particulier (...), n'ont
pas fait ce qu'il fallait pour que l'Europe soit présente", a-t-il déclaré.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-crise-revelateur-besoin-europe-100309.html

FJ - 5
AQUI ! 5 MARS 2009 - FRANÇOIS BAYROU SUGGERE AU GOUVERNEMENT DE REVOIR SA COPIE SUR LA REFORME DU
STATUT DES ENSEIGNANTS CHERCHEURS

Plusieurs milliers d'enseignants-chercheurs et étudiants ont à nouveau manifesté ce 5 mars à Paris et en


province contre plusieurs réformes lancées à l'université. Le gouvernement a pourtant tenté au cours des
derniers jours de désamorcer la contestation en gelant des suppressions de postes et en acceptant de réécrire le
décret litigieux sur le statut des enseignants-chercheurs. Mais, "la crise est profonde", a déclaré François
Bayrou, le patron du MoDem, ancien ministre de l'éducation, lors de son passage aujourd'hui à Bordeaux.
"Il y a aujourd'hui une grande incompréhension et une grande défiance entre les enseignants-chercheurs et le
pouvoir politique en place", analyse François Bayrou. L'ancien ministre de l'Education nationale a ainsi rappelé
les propos "malheureux de Nicolas Sarkozy, qui, dans son discours du 22 janvier, laissaient penser que les
enseignants chercheurs n'étaient pas à la hauteur". Selon lui, le principal danger de son projet de réforme
concerne la réforme du concours de recrutement. "Si un master d'enseignement est créé, que fera-t-on des gens
qui réussissent le master et échouent au concours ?", s'interroge-t-il.
L'Etat voudrait-il favoriser les contrats précaires dans l'Education ?
"Un tel projet signifie que l'on veut favoriser des contrats locaux précaires (contractuels) aux dépens de
titulaires nationaux", explique l'ancien candidat aux présidentielles. Pour lui, il n'est pas question non plus que
le président de l'Université concentre tous les pouvoirs et évalue les recherches. François Bayrou a donc
demandé au gouvernement de "tout reprendre à zéro sur le sujet, de tout remettre à plat".
Un sentiment d'injustice du côté des classes moyennes
Le patron du MoDem a également donné son sentiment sur le climat social, relevant qu'il y a "une très grande
distance entre le discours officiel et la réalité", que de "plus en plus de gens ont des fins de mois difficiles." "Il
y a aujourd'hui un sentiment d'incompréhension du côté de la fonction publique et d'injustice du côté des
classes moyennes".
Quant aux élections régionales, il n'a pas souhaité faire de déclarations sur une éventuelle candidature estimant
que "d'ici 2010, il coulera encore beaucoup d'eau sous les ponts. Je ne suis pas du tout dans ce sujet là. J'aurai
d'autres choses à faire", a-t-il indiqué, en évoquant les européennes.

http://www.aqui.fr/politiques/francois-bayrou-suggere-au-gouvernement-de-revoir-sa-copie-sur-la-reforme-du-
statut-des-enseignants-chercheurs,1807.html

5 MARS 2009 - SOUDAN: FRANÇOIS BAYROU REDOUTE DES "MASSACRES" APRES LE DEPART DES ONG

La décision du Soudan d'expulser une dizaine d'organisations humanitaires du Darfour inquiète François
Bayrou. "Il peut se produire, par exemple, de grandes vagues de déplacements de gens voulant reprendre leur
terres avec les massacres qui iront avec, et des déstabilisations politiques de grande ampleur", a-t-il déclaré lors
d'une conférence de presse à Bordeaux organisée dans le cadre de son tour des régions à la rencontre des
Français.
"C'est une situation dont je crains que l'Occident ne prenne pas réellement la mesure du risque", a-t-il regretté.
"J'espère que l'Union européenne en particulier, mais aussi par exemple la Chine qui a joué un rôle important
dans tout cela, vont pouvoir prendre leurs responsabilités, pour que le pire n'arrive pas".
http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-soudan-massacre-depart-ong-050309.html

FJ - 6
CORINNE LEPAGE

SITE CAP21 - 5 MARS 2009 - TRANSFERT DE MOX AU JAPON : CORINNE LEPAGE RECLAME UN GRENELLE DU
NUCLEAIRE

Le transfert par AREVA de 1,8 tonnes de MOX de la Hague à Cherbourg pour rejoindre ensuite le Japon par
voie maritime met en lumière une nouvelle fois l’opacité de la filière nucléaire, probablement inéluctable en
raison de l’hyperdangerosité de tels transports mais au mépris du droit à l’information des citoyens. Corinne
LEPAGE , présidente de CAP21 et vice-présidente du Mouvement Démocrate soutient à cet effet la démarche
de Greenpeace auprès de l’AEIA pour poser la question de transports aussi risqués (équivalent de 220 bombes
atomiques) alors que le terrorisme, la mainmise de réseaux mafieux sur les déchets et matériaux nucléaires, la
piraterie font courir à l’Humanité toute entière un véritable danger. D’une manière plus globale, la question de
l’énergie nucléaire doit être abordée de manière systémique en évaluant de manière objective les avantages et
les risques sur l’ensemble du cycle et en intégrant l’ensemble des coûts en particulier ceux liés au
démantèlement des centrales et traitement/stockage des déchets. A l’heure où la relance du nucléaire en France
devient un handicap majeur pour les investissements en direction de l’efficacité énergétique et des énergies
renouvelables, CAP21 réclame un Grenelle du nucléaire entre l’Etat, les acteurs économiques et la société
civile pour poser sans tabous et de manière transparente le débat sur la stratégie nucléaire française.

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1431

BLOGNOTE - 4 MARS 2009 - REPONSE DE CORINNE LEPAGE AUX EXPERTS DE L'AFSSA

Une lueur d’espoir semble enfin apparaître dans le dossier OGM. En effet, la bataille menée par le lobby pro-
OGM pour éviter le progrès des connaissances quant à l’impact sanitaire des OGM semble quelque peu
s’essouffler.
De quoi s’agit-il ? D’éviter que des études sérieuses, indépendantes et rendues publiques sur les effets des
OGM sur la santé humaine ne puissent être menées à bien, a fortiori ouvertes à la controverse scientifique et au
débat public. La tâche pouvait paraitre ardue dans la mesure où la directive communautaire de 2001 exigeait
avant toute mise sur le marché des études sur l’impact à moyen et long terme des OGM notamment sur la santé
et interdisait que ces études puissent être dissimulées au public sous le prétexte du secret industriel.
Le combat a donc été engagé pour ne pas appliquer ce texte grâce au soutien sans faille de la Commission et à
l’ambigüité pour ne pas dire le double discours d’un certain nombre d’Etats, dont malheureusement le nôtre.
Comment ?
- tout d’abord, en faisant adopter en 2003 un règlement sur l’alimentation, beaucoup plus laxiste que la
directive de 2001, qui ne prévoit pas la publicité des études ni du reste leur caractère obligatoire et que les
industriels peuvent choisir plutôt que le régime de la directive de 2001 pour solliciter les autorisations.
- ensuite , en se battant pour ne pas réaliser les études sur les rats durant 90 jours, ce qui est le strict minimum ,
lorsque l’on sait que les OGM sont pesticides et que tout pesticide mis sur le marché doit comporter des études
réalisées sur deux mammifères dont l’une durant deux ans. Mais aussi, en tentant d’obtenir qu’aucun Etat ne
réalise ces études afin d’éviter tout débat public ;
- en fin, en dissimulant les rares études faites par les firmes en brandissant le secret industriel, inopposable au
terme de la directive de 2001. C’est ce que vient de faire M. Barnier , au nom du gouvernement français en
refusant de rendre publique l’étude sur le MON 810.
Or, cette triple stratégie commence à se fissurer.
Tout d’abord, parce que la contestation sur l’absence d’études sérieuses monte et vient en particulier des Etats-
Unis. Vingt-six scientifiques américains viennent de rendre publique une déclaration dans laquelle ils affirment
qu'« aucune recherche réellement indépendante ne peut être légalement menée sur de nombreuses questions de
FJ - 7
première importance ». Loin d'être anti-OGM, certains de ces chercheurs affirment même y être favorables.
Dans le cadre de la mise en place de réunions consultatives sur les cultures OGM. Spécialistes des insectes du
maïs, ces chercheurs ont dus ‘avouer incapables de fournir à l’Etat des informations dans la mesure où la
recherche scientifique sur les OGM formellement interdite.
En effet, les vendeurs de semences génétiquement modifiées interdisent par contrat aux acheteurs de mener des
recherches sur leurs produits et interdisent la publication d’études extérieures si ils ne les ont aps au préalable
validées. « Si une compagnie peut contrôler les recherches (...) elle peut réduire les aspects négatifs potentiels
qui peuvent survenir dans toute étude » affirme Ken Ostlie, entomologiste à l'Université du Minnesota. Pour
Elson J. Shields, professeur d'entomologie à l'Université de Cornell, les firmes « peuvent potentiellement
pratiquer le blanchissage des données et des informations soumises au Ministère de la Protection de
l'Environnement (EPA) ». Mark A. Boetel, de l'université d'état du Dakota, raconte pour sa part qu'il a maintes
fois essayé d'obtenir les autorisations nécessaires pour étudier la réponse biologique des semences
transgéniques à un traitement insecticide. En vain. Ce sujet ayant été rendu public aux Etats-Unis, il est plus
que probable que des évolution surviennent d’autant plus que la Californie débat d’un projet de loi mettant à la
charge des firmes agrosemencières une responsabilité en cas de pollution.
En second lieu, la contre-expertise menée par le CRII-GEN sur le MON 863 qui a fait l’objet d’un vaste débat
européen, même si fidèle à sa tradition , l’EFSA a refusé de revoir sa position, a mis en lumière les anomalies
déjà relevées par Monsanto qui devaient être dissimulées et quelques autres sur le foie, les reins le poids et la
formule sanguine des animaux ayant consommé du maïs MON 863 durant 90 jours. Depuis lors, se sont
ajoutées de nouvelles études concordantes, y compris les premières études publiques. Tout d’abord, une étude
publique autrichienne, la plus poussée au monde, qui porte sur plusieurs générations de rats met en lumière des
différences significatives pour les rats qui ont consommé un mélange de MON 810 et de NK 603, sur des
paramètres qui sont les mêmes que ceux relevées pour le MON 863, ce qui confirme la possibilité d’effets
secondaires. L’étude déjà menée par le Professeur BUIATTI, de Florence en 2008 sur le MON 810 met en
lumière des caractéristiques génétiques inattendues.
De plus, après 10 ans d’atermoiements, l’INRA a fini par mener à bien une étude qui avait été bloquée et qui
met en lumière le passage des génes modifiés dans le sang des animaux. Ces études toutes concordantes pour
montrer la possibilité d’effets secondaires sur la santé humaine interviennent alors qu’june association de
consommateurs belge qui vient de révéler que de plus en plus de produits alimentaires contenaient des traces
OGM, y compris des produits bio. Dans son numéro de février, Test-Achats a publié les résultats d'une étude
portant sur 113 produits contenant du maïs et/ou du soja, dont 35 produits bio. Un test semblable, effectué il y a
6 ans avait montré qu'aucun de ces produits ne contenait d'OGM. De plus, publiée dans le 21 janvier 2009 sur le
site NewScientist, une étude mexicaine démontre que des gènes de maïs génétiquement modifié ont contaminé
des variétés sauvages. "Maintenant, c'est officiel", affirme en introduction cette étude, résumant les
atermoiements des pro-OGM à reconnaître une réalité et la preuve que le risque de contamination est plus
sévère que ce qui avait été envisagé.
Enfin, le secret parait devoir être immanquablement levé. Dans un arrêt rendu fin février, la Cour de Justice des
Communautés européennes vient de rappeler que le secret industriel n’est pas opposable aux informations
d’ordre parcellaire relatives à l’implantation des cultures OGM .Mais, la rédaction de l’arrêt est très générale et
vise l’article 25 de la directive qui concerne précisément aussi les études sur la santé. Ainsi se rapproche
inéluctablement l’épreuve de vérité, le moment où les agrosemenciers set ceux qui les soutiennent ne pourront
plus éviter de mettre sur la place publique le débat sur les effets des OGM sur la santé humaine. C’est sans
doute la raison pour laquelle la violence est aujourd’hui considérable et les pressions n’ont jamais été aussi
fortes pour contraindre les européens récalcitrants à accepter les OGM. La course contre la montre est
effectivement engagée mais le temps risque de manquer à ceux qui ont projeté de rendre la situation irréversible
avant que l’étendue des dégâts ne puisse être connue. Et, leur acharnement pèsera certainement lourd lorsque
sera venue l’heure de la recherche des responsabilités des uns et des autres.
FJ - 8
Corinne Lepage, ancien ministre, présidente du Crii-Gen
Pour info communiqué des experts de l'AFSSA
« Les experts en ont assez ! »
« Les comités en charge de l'évaluation des risques potentiels liés aux OGM, sont constitués de scientifiques
issus de la recherche publique choisis pour leurs compétences reconnues et attestées par leurs publications dans
des revues internationales.
Ils sont impérativement indépendants de toute appartenance à un groupe d'intérêts en relation avec leur mission
et ils s’engagent à n'agir qu'en fonction de leurs connaissances scientifiques.
Les avis collectifs qu'ils émettent découlent de la complémentarité de leurs domaines de compétence.
Chaque avis est basé au cas par cas sur l'analyse critique de toutes les données disponibles, des plus anciennes
aux plus récentes et d’une analyse approfondie de l'ensemble des informations que contiennent les dossiers à
évaluer.
Les experts s'efforcent toujours de faire la différence entre conclusions fondées sur des connaissances
sérieusement établies et interprétations abusives, voire erronées, issues de publications et/ou rapports hâtifs qui
font souvent plus de bruit qu'ils ne le mériteraient.
Les avis émis par les comités d'experts scientifiques ne sont d’ailleurs pas systématiquement favorables à tous
les OGM et curieusement, les avis négatifs ne sont jamais objets de récriminations.
Les experts signataires rappellent publiquement leur engagement d’indépendance.
Ils considèrent que les conclusions de leurs expertises ne doivent pas servir de prétextes à des prises de
positions basées, en réalité, sur des arguments économiques, sociologiques ou politiques de quelque bord qu'ils
soient.
Les experts doivent pouvoir travailler dans la sérénité, ils en ont assez du dénigrement, voire de la diffamation
dont ils sont l'objet de manière répétée. »
Liste des signataires (par ordre alphabétique) :
Eric Antignac, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Louis-Aimé Aumaître, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Francine Casse, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Yves Chupeau, Expert ex-CGB
Yvette Dattée, Membre de l’Académie d’Agriculture, Membre du CES Biotechnologie
de l’AFSSA et de l'ex-CGB
Alain Deschamps, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Jacques Dietrich, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Françoise Ergan, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Marc Fellous, Président de l’ex-CGB
Joël Guillemain, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA, expert à l’AFSSAPS,
membre de l'Académie nationale de Pharmacie
Florian Guillou, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Thomas Haertlé, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA et l’AESA
Louis-Marie Houdebine, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA et l’AESA
Philippe Joudrier, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Martine Kammerer, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Thierry Legavre, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Patrice Mannoni, Expert à l’ex-CGB
Didier Montet, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Georges Pelletier, Membre de l’Académie des sciences, Expert à l’ex-CGB
Georges Sicard, Expert à l’ex-CGB
Pascal Simonet, Expert au CES Biotechnologie de l’AFSSA
FJ - 9
Henri-Eric Spinnler, Membre du CES Biotechnologie de l’AFSSA
Maria Urdaci, Expert au CES Biotechnologie de l’AFSSA
Sigles :
AESA : Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire,
AFSSA : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments,
AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,
CES : Comité d’Experts Spécialisé,
CGB : Commission du Génie Biomoléculaire.
http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2009/03/04/reponse-de-corinne-lepage-repond-aux-experts-de-l-
afssa.html

BLOGNOTE CORINNE LEPAGE - 2 MARS 2009 - LA RELANCE "VERTE"

Tout se passe comme si nous étions entrés dans une spirale négative, dans un cercle vicieux qui non seulement
multiplie de manière exponentielle, les effets cumulés de la crise mais encore se révèle incapable d'offrir une
perspective de sortie de crise. Pour y parvenir, il faudrait effectivement s’attaquer aux causes et non pas aux
effets, c’est-à-dire accepter de remettre en cause le modèle de développement qui a échoué pour s’inscrire dans
une autre logique.
Al Gore et Ban Ki Moon l’ont parfaitement résumé : « Les plans de relance annoncés par 34 nations s’élèvent à
environ 2 250 milliards de dollars. Complétés par de nouvelles initiatives d’autres pays, ils doivent nous aider à
catapulter l’économie mondiale dans le XXIe siècle, au lieu de maintenir en vie des industries mourantes et de
perpétuer les mauvaises habitudes d’hier. Continuer à injecter des milliers de milliards de dollars en
investissements dans des infrastructures qui reposent sur le carbone et en subventions pour les industries qui
reposent sur les combustibles fossiles reviendrait à commettre la même erreur qu’avec les subprimes. La
suppression des 300 milliards de dollars de subventions accordés annuellement en faveur de secteurs qui
reposent sur les combustibles fossiles permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 6 % et
contribuerait à la croissance du produit intérieur brut mondial. »
Or, bien peu de plan de relance dans le monde se sont donnés pour objectif de changer de trajectoire. Certes, de
nombreux plans de relance comportent des mesures ponctuelles en faveur des économies d'énergie ou de
voitures plus propres, bien que les mesures soient bien davantage destinées à aider l'industrie automobile qu'à
améliorer le bilan énergétique global.
Mais quatre plans de relance seulement semblent prudemment envisager un possible changement d’orientation :
. Le plan Obama qui s'inspire du programme " Repower America " élaboré par Al Gore et prévoit de mettre en
place en dix ans un modèle énergétique rendant les Etats-Unis indépendants du pétrole . Le mot power
(pouvoir et énergie) prend ici tout son sens. Le plan prévoit une large contribution à l’efficacité énergétique.
Plusieurs milliards de dollars pour économiser l’énergie des bâtiments fédéraux dans un souci d’économies
d’énergie à moyen et long termes. 11 milliards de dollars seront reversés aux technologies permettant de
distribuer l’électricité du producteur aux consommateurs en utilisant la technologie digitale. Plus de 2 milliards
seront dédiées à la recherche sur les batteries pour voitures électriques .Plusieurs dizaines de milliards de
dollars permettront aux travailleurs de se former et de créer des « emplois vert » à travers le pays..
·Le plan de relance chinois pourrait marquer un vrai tournant : « Il n'y aura pas un centime de dépensé sur les
projets qui favorisent la production de masse, ou les secteurs hautement polluants et gourmands en ressources »,
a prévenu Zhang Ping, le chef de l'agence de planification chinoise, en annonçant l'affectation de 35 milliards
d'euros, soit 8 % du total, à la protection de l'environnement. S’y ajoutent des dépenses consacrées à
l'amélioration des infrastructures urbaines et rurales, ou à la promotion des énergies renouvelables. Déjà, 1,2
milliard d'euros d'investissements en faveur de l'environnement ont été approuvés dans le cadre du premier train
de 10 milliards d'euros d'investissements annoncés au premier trimestre 2009. De son côté, le ministère de la
FJ - 10
protection environnementale annonçait, fin janvier, avoir rejeté 11 projets polluants sur 164, principalement des
centrales thermiques ou des usines chimiques.
·Le Japon a également adopté un ambitieux programme pour développer les énergies renouvelables
·Enfin, le plan de relance de Corée du sud est le plus avance : 0,5% du PNB est consacré à la construction verte
et 1,2% du PNB à la décarbonatation, ce qui devrait créer 500 000 emplois. La Corée du Sud va consacrer 38
milliards de dollars (près de 30 milliards d'euros) à un "New Deal vert" qui permettra la création d'un réseau de
transport écologique, la dépollution des quatre principaux fleuves du pays, des économies d'énergie dans
l'habitat....
Mais ces plans ne sont qu’une ébauche de ce qu’il faudrait faire pour redonner confiance et changer de
perspective.
Dans un rapport qui vient d'être publié sous le titre « a global green New Deal « , le programme des Nations
unies pour l'environnement propose d’utiliser la relance keynésienne avec un triple objectif : la relance et
l’emploi, la sortie du pétrole et la conservation des ressources, les objectifs du millénaire de lutte contre la
pauvreté. Le rapport propose que 1% du PNB de chaque État soit précisément consacrer à l'économie verte. « Il
ne s’agit pas seulement de mettre en place une économie plus verte » explique le PNUE. L’objectif du New
Deal écologique est aussi de « répondre à des menaces imminentes contre le changement climatique,
l’insécurité énergétique, la pénurie croissante d’eau douce, la détérioration des écosystèmes, et par-dessus tout,
la pauvreté qui empire ».
Investir dans une économie verte n’est pas une option mais un investissement intelligent pour un avenir plus
équitable et plus prospère. C’est donc l’ensemble du système économique et financier qui doit être repensé dans
cette perspective.
Espérons que dans la préparation du deuxième plan de relance, la France qui n’a consacré que 8% de son
premier plan de relance à l’économie verte, aura à l’esprit que pour répondre à la proposition du PNUE, elle
devrait consacrer 24Mds par an à investir dans l’économie verte pour envisager un changement de cap.

http://corinnelepage.hautetfort.com/archive/2009/03/02/corinne-lepage-la-relance-verte.html

SITE CAP21 - 2 MARS 2009 - OGM : CAP21 SATISFAIT DE LA DECISION

Cap 21 se félicite du maintien de l'interdiction du MON 810 en Hongrie et en Autriche. Alors que 26
scientifiques américains viennent de lancer un appel se plaignant de ce qu'aucune recherche ne puisse être
menée sur les OGM et qu'une étude autrichienne récente démontre les effets du MON 810 sur les rats.
Il faut se féliciter que la majorité des Etats aient résisté aux pressions.
Le passage en force tenté par M.Barroso a échoué, ce qui est très important à un moment clé où commencent à
s'accumuler, quoiqu'en dise l'AFSSA des études montrant la possibilité des effets secondaires sur la santé de la
consommation des OGM., il est heureux que les ministres aient privilégié une approche de précaution qui vient
s'ajouter à la nécessaire lutte contre la dissémination inévitable des OGM dans l'environnement.

http://www.cap21.net/dynamic/compress.php?cp=1427

NATHALIE GRIESBECK

4 MARS 2009 - NATHALIE GRIESBECK APPELLE LA COMMISSION EUROPEENNE A USER DE SON POUVOIR
D'INITIATIVE POUR UN EMPRUNT EUROPEEN

Nathalie Griesbeck, Députée européenne Grand Est et membre de la Commission des budgets au Parlement
européen, réagit aux déclarations du Commissaire européen en charge des Affaires économiques, Joaquin

FJ - 11
Almunia, qui s'est déclaré hier favorable à l'idée d'un emprunt européen tout en indiquant que le projet serait
peu réaliste en raison de l'opposition de certains Etats membres.
Nathalie Griesbeck qui a très tôt soutenu, avec François Bayrou, l'idée de mettre en oeuvre un emprunt
européen pour assurer la solidarité du peuple européen face à la crise, demande à la Commission européenne
d'user avec panache de son pouvoir d'initiative législative plutôt que de s'aligner sans réelle détermination
politique derrière la position du Conseil des Chefs d'Etat et de gouvernement. "La crise actuelle démontre
combien l'Union européenne constitue une chance pour nos concitoyens", explique Nathalie Griesbeck,
précisant qu' "en plus de l'Euro, qui constitue déjà un rempart de l'Union européenne contre l'écroulement du
pouvoir d'achat des Européens, il convient désormais d'élargir cette solidarité en instaurant un système de
gestion commun de la dette publique". Nathalie Griesbeck conclut en expliquant que "là où il y a une volonté
politique, il y a la possibilité d'agir en adaptant très rapidement les procédures européennes".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/griesbeck-communique-emprunt-europeen-040309.html

FADILA MEHAL

6 MARS 2009 - "LES FEMMES TOUJOURS A LA FETE !"

Dans une tribune publiée dans le quotidien gratuit Metro, Fadila Mehal, Présidente-fondatrice des Marianne de
la diversité et troisième de la liste MoDem aux européennes en Ile-de-France, s'interroge sur la pertinence d'une
"journée internationale de la femme", alors que la lutte contre les violences faites aux femmes n'est toujours pas
déclarée "cause nationale".
"À 4 jours de la journée internationale de la femme, que faut-il attendre de cette célébration ? Pour beaucoup,
nul besoin du 8 mars car « la femme, c’est tous les jours sa fête. ». Propos confondant d’un machisme d’un
autre âge ou paroles désabusées de femmes fatiguées par 364 jours d’invisibilité, de silence et d’humiliation ?
Les deux sans doute. Alors quel bilan faut-il dresser de l’année écoulée ? Quelles avancées pour les droits
personnels et sociaux des femmes ? (...)"

http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/mehal-journee-internationale-femme-metro-060309.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

NORD ECLAIR

9 MARS 2009 - « POUR NOUS, L'EUROPE, C'EST UNE IDENTITE »


PROPOS RECUEILLIS PAR ERWAN GUÉHO ET JOSÉ REI > france.monde@nordeclair.fr

François Bayrou est à Arras aujourd'hui pour visiter le centre hospitalier avant de rencontrer les militants du
MoDem à Lesquin. Il revient pour nous sur les enjeux des élections européennes de juin prochain.

Lors de la création du MoDem, vous disiez que les élections qui suivraient la présidentielle seraient
l'occasion pour votre parti de s'affirmer.
Quels sont les objectifs que vous vous fixez pour les européennes ?
>> Nos objectifs : faire élire de bons députés européens, parler de l'Europe de manière compréhensible et
chaleureuse, montrer qu'il existe en France un choix politique qui n'accepte pas les dérives du pouvoir actuel et
qui n'oblige pas pour autant à en revenir au PS d'antan. Les querelles à propos des listes PS montrent combien
FJ - 12
est grand le besoin de ce courant politique démocrate. Je veux que dans cette campagne nous parlions des gens,
de leur famille, de leur vie, de leur avenir, pas de nous-mêmes.

En quoi le MoDem est-il différent du PS ou de l'UMP sur l'Europe ? Y a-t-il des différences
fondamentales ?
>> Nous sommes différents en ceci : pour nous, l'Europe, ce n'est pas une occasion de faire campagne, c'est le
seul moyen de résoudre des questions devant lesquelles nos États nationaux sont impuissants. Et ce que je vous
dis là, nous le disons depuis l'origine de notre famille politique, celle de Robert Schuman, fondateur de
l'Europe. C'est une seule chaîne de militants qui ne s'est jamais interrompue et qui maille toute l'Europe. Nous
ne sommes pas les seuls militants européens, bien sûr, mais nous n'avons jamais cessé de l'être, contre vents et
marées. Pour nous, ce n'est pas une opinion, c'est une identité.

Pensez-vous que le non au Traité constitutionnel en 2005 soit enfin digéré ? Et la ratification du Traité de
Lisbonne par voie parlementaire n'a-t-elle pas été une nouvelle occasion manquée entre l'Europe et les
citoyens ?
>> Bien sûr, cela a été une occasion manquée. Doublement. D'abord, on avait annoncé « un traité simplifié » et
on a écrit le texte le plus illisible possible, des centaines de pages qui modifient des centaines d'articles de
traités antérieurs. Ce texte n'est pas fait pour être lu par des honnêtes gens, il est fait pour qu'on ne puisse pas le
lire. Et ensuite, mettre les citoyens de côté, pour moi c'était une erreur. Mon engagement était pour un texte
court, simple, compréhensible par tout le monde et soumis aux citoyens. C'était le meilleur moyen de lever les
ambiguïtés. Cela dit, la crise oblige tout le monde à ouvrir les yeux sur l'urgence européenne.

Comment pensez-vous pouvoir donner envie aux citoyens de se mobiliser sur les questions européennes ?
>> En parlant français et non pas langue de bois. En leur disant quels sont les enjeux. Et en défendant cette idée
simple : l'avenir de l'Europe, c'est que les Européens soient informés, associés aux décisions prises en leur nom.
Nos listes, elles ne veulent pas seulement gérer l'Europe comme elle existe : elles veulent l'obliger à changer.
Nous aimons cette grande aventure de nations qui s'unissent, mais nous ne considérons pas que l'aventure est
achevée.
Nous sommes bâtisseurs, en même temps qu'amis de l'Europe.

Est-ce que le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan peut nuire, selon vous, à la
construction d'une Europe de la défense ?

>> C'est exactement le contraire. Pour moi, une Europe de la défense, c'est une Europe indépendante, libre de
construire ses forces comme elle l'entend. Nicolas Sarkozy nous oblige au contraire à accepter les décisions
prises par l'Otan, depuis des décennies. Nous étions alliés, et alliés fidèles et responsables. Nous devenons
alignés. Or l'indépendance de la France, c'était une garantie pour l'indépendance de l'Europe. C'est comme un
alpiniste qui trouve un bon piton, bien solide, planté dans la paroi qu'il escalade. Une fois qu'il a accroché sa
corde à ce piton, il peut faire quelques acrobaties, il est sûr de ne pas tomber. L'indépendance de la France,
c'était ce piton, une garantie pour toute l'Europe. Y renoncer, c'est une double perte : perte pour nous, Français,
qui abandonnons le symbole même de notre originalité parmi les nations d'Occident, et perte pour les
Européens qui savent désormais que l'Europe n'est qu'une partie de l'ensemble dont les États-Unis sont le
leader. J'ajoute une question : qui nous le demandait ? Tout le monde avait fini par accepter la liberté de parole
et de penser de la France. Aujourd'hui, on nous conduit vers le renoncement à tout ce qui avait fait notre fierté
et notre reconnaissance dans le monde par exemple au moment de la guerre en Irak. Et que ce soient les
prétendus héritiers du gaullisme qui fassent prendre cette décision à notre pays, pour moi, historiquement, c'est
une pitié.

Lors du débat sur l'Otan le 17 mars, voterez-vous la confiance au gouvernement Fillon ?


>> Sûrement pas. Je réprouve cette décision, aussi bien que la manière dont elle est prise, et je le manifesterai
en votant contre.

http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2009/03/09/pour-nous-l-europe-c-est-une-identite.shtml

FJ - 13
LE FIGARO

5 MARS 2009 - SOUDAN: BAYROU REDOUTE DES "MASSACRES"


François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem), s'est inquiété aujourd'hui des risques de
"massacres" et de "déstabilisation politique de grande ampleur" engendrés par la décision du Soudan d'expulser
une dizaine d'organisations humanitaires du Darfour. "Il peut se produire, par exemple, de grandes vagues de
déplacements de gens voulant reprendre leur terres avec les massacres qui iront avec, et des déstabilisations
politiques de grande ampleur", s'est inquiété M. Bayrou lors d'une conférence de presse à Bordeaux organisée
dans le cadre de son tour des régions à la rencontre des Français. "C'est une situation dont je crains que
l'Occident ne prenne pas réellement la mesure du risque", a-t-il regretté.
"J'espère que l'Union européenne en particulier, mais aussi par exemple la Chine qui a joué un rôle important
dans tout cela, vont pouvoir prendre leurs responsabilités, pour que le pire n'arrive pas", a poursuivi le président
du MoDem. Le président soudanais Omar el-Béchir a répliqué jeudi au mandat d'arrêt de la Cour pénale
internationale (CPI) en expulsant des ONG internationales du Darfour, une région de l'ouest du Soudan en proie
depuis 2003 à une guerre civile, qui a fait 300.000 morts selon l'ONU et déplacé 2,7 millions de personnes très
dépendantes de l'aide humanitaire. La Commission européenne a exhorté jeudi le Soudan à laisser revenir les
ONG internationales expulsées du Darfour, sous peine de voir les vies de centaines de milliers de personnes
mises en danger dans la région.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/03/05/01011-20090305FILWWW00618-soudan-bayrou-redoute-des-
massacres.php

LE POINT

5 MARS 2009 - PRESIDENTIELLE - BAYROU EXULTE

« François Bayrou se déplacera au moment où la campagne présidentielle... euh !, où la campagne européenne


sera lancée », nous informe-t-on au MoDem. Avec un patron obnubilé par l'échéance de 2012, pas étonnant que
le service de presse se mélange les pinceaux... Depuis le week-end dernier, Bayrou exulte. Plébiscité par les
Français dans un sondage OpinionWay ( Le Figaro , 28 février 2009), avec 44 % d'opinions favorables, il
devance Martine Aubry et Nicolas Sarkozy. « C'est jamais désagréable ! » reconnaît-il.
Avec un discours très « anti-Sarko » et un livre-toujours en préparation-, qu'on promet de la même veine que «
Le coup d'Etat permanent » de Mitterrand, le centriste se pose en candidat alternatif pour 2012. Séduisant 54 %
des électeurs de Royal, celui que le patron de l'UMP juge « populiste » chasse aussi sur les terres de
Besancenot, en poursuivant son tour de France des PME et des usines. Quant aux européennes, les thèmes de la
campagne ne sont toujours pas connus. « Trop tôt », répond le président de la R... euh !, du MoDem.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/bayrou-exulte/917/0/322949

LE MONDE

4 MARS 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN (MODEM) CRAINT UN "RETOUR AU SOL, AU SANG, AUX TRIBUS, AUX
INTEGRISMES"

Sur le campus de l'Edhec, l'école de commerce de Lille, mardi 3 mars, les quatre bretteurs réunis pour l'un des
premiers "Euro-débat" organisé en vue des élections de juin, ont parlé de la crise. Devant 500 personnes,
Fabienne Keller (UMP), Jean-François Kahn (MoDem), Pierre Moscovici (PS) et Daniel Cohn-Bendit (Verts)
n'ont pas caché leurs inquiétudes. L'ancienne maire de Strasbourg et sénatrice a souligné "sa crainte de voir les
FJ - 14
électeurs se replier sur leurs problèmes nationaux". M. Kahn a rappelé la montée des extrémismes en Europe
après la crise de 1929. "Si on ne remplace pas d'urgence l'injustice économique par l'humanisme, cela sera un
retour au sol, au sang, à la race, aux tribus et aux intégrismes religieux. Y compris en Scandinavie où je
m'attends à une poussée de l'extrême droite." M. Moscovici a quitté le débat avant la fin, pressé de rejoindre
Paris et l'Assemblée nationale pour un autre débat - sur l'hôpital. Il a eu juste le temps d'évoquer son refus de
laisser l'Europe de l'Est payer cash la crise, et de charger le président de la Commission européenne José
Manuel Barroso. "Que l'on vire Barroso de la présidence de la Commission européenne, pour sa lourde
responsabilité sur les blocages", a embrayé M. Cohn-Bendit.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/03/04/jean-francois-kahn-modem-craint-un-retour-au-sol-au-
sang-aux-tribus-aux-integrismes_1163123_823448.html#xtor=RSS-823353

RUE89

BLOG LUC MANDRET – 7 MARS 2009 - 07 MARS 2009 - COMMUNICATION POLITIQUE : LE MODEM SE PERD SUR LE
NET

Si les partis politiques français dans leur ensemble (ou presque) ont compris que la communication politique
passait également par le web, il s'avère que la logique se trouve mise parfois à rude épreuve. Quitte à critiquer
ce qui se fait en la matière, autant commencer par son propre parti, en l'occurrence celui dans lequel je suis
(encore) encarté : le Mouvement Démocrate.

Le MoDem, quand il n'était encore que l'UDF au moment de la campagne des élections présidentielles de 2007,
a surement été l'un des partis les plus technophiles durant cette période. Avec les Désirs d'Avenir de Ségolène
Royal, les équipes de François Bayrou se faisait remarquer par leurs excellentes présences sur le web.

Depuis, diverses stratégies de communication ont été mises en place au Mouvement Démocrate. Diverses et
variées, mais très certainement trop nombreuses. Et pas forcément réfléchies les unes avec les autres.
Inventaire.

- www.mouvementdemocrate.fr, le site officiel du parti de François Bayrou. Un classique, le premier lien des
internautes, militants ou non, avec un parti politique. On y trouve des informations, mais malheureusement
quasiment que des copier-coller de déclarations de presse des dirigeants du MoDem. Il est le premier point de
contact pour les nouveaux militants et les curieux, pour les adversaires aussi. On regrettera certainement de pas
y trouver assez de fond directement accessible. On s'amusera également de l'omniprésence de François Bayrou
en home page. On appréciera l'accessibilité et la richesse des informations (une fois qu'on a pris l'effort de faire
des recherches).

- www.lesdemocrates.fr, le média social du Mouvement Démocrate. Un très bel outil, développé par le très
professionnel et humble Nicolas Voisin. Un excellent boulot, vraiment. Certes il reste quelques fonctionnalités
techniques à développer et à améliorer, mais l'outil s'avère très performant. On regrettera pour le moment
l'absence de véritables contenus et on pourra s'interroger sur le "qu'en fera-t-on" de toute cette intelligence
collective qui risque d'en sortir. Les reproches que l'on peut faire à Ségolène Royal pourraient s'applique à ce
média : à force de demander aux internautes leur avis sur tous les sujets, et que tous ces internautes vont penser
avoir leur mot à dire, cette pratique risque de faire sombrer la politique dans la politique du sondage, ou
politique quantitative, les dirigeants politiques approuvant et soutenant les idées majoritaires des Français.

- www.e-democrates.fr et www.forumdemocrate.fr deux sites que je n'ai pas testés. Le premier se veut être
FJ - 15
une "plateforme dédiée aux internautes souhaitant participer au développement du Mouvement Démocrate",
quant au second, je n'ai toujours pas véritablement compris son intérêt ultime, d'ailleurs la page à propos ne
m'aide guère, étant celle par défaut de Wordpress. D'après Christophe Ginisty, le grand manitou de ce second
projet, il s'agit "d'une plateforme conçue par des militants pour des militants, un outil d'une très grande
simplicité et en même temps d'une très grande puissance afin de permettre aux gens de se rencontrer, de
travailler ensemble et d'échanger dans un cadre très ergonomique". Soit. La différence entre les deux outils ?
Pourquoi les avoir dissociés ?

- www.leseuropeens.fr, les blogs thématiques du MoDem en vue des élections européennes. Du fond, du fond
et du fond. Des projets, des idées, un vrai programme. Là oui, de la réflexion en ébullition. Chapeau bas à
toutes ces têtes bien remplies qui ont permis cette richesse. En revanche, pas sexy du tout cet outil centriste. Je
crains que cela n'attire pas grand monde, à part les intellos de la bande comme dirait l'autre.

Je pourrais encore parler du compte Twitter du Mouvement Démocrate, qui se résume à un fil RSS du site du
MoDem, qui rencontre un échec cuisant avec seulement 58 followers ... Je pourrais aussi écrire sur le site des
commissions démocrates, l'outil pour faire plaisir à Corinne Lepage. Ou encore de la page Mouvement
Démocrate sur Facebook, qui compte moins de 1000 fans alors que Facebook compte quelques 8 millions de
Français inscrits. Existent aussi les redondants profils sur DailyMotion et sur YouTube. Je terminerai par le
compte Flickr pour ne pas donner l'impression d'un catalogue des 3 Suisses.

Un catalogue La Redoute. Les technophiles du MoDem sont écoutés par le tandem de décision du parti,
François Bayrou et Marielle de Sarnez. Ils ont intégré qu'internet serait l'un des principaux outils efficaces pour
remporter des élections, pour diffuser des idées, pour connecter des militants et des citoyens, pour réduire les
coûts de propagande.

Mais quelle est la stratégie ? Quelle est la logique ? Oui les points de contact sont multiples, le Mouvement
Démocrate s'éparpille sur le web, mais attention à ne pas vouloir être exhaustif, cela serait impossible en terme
de communication internet, quasiment un nouvel outil s'ouvrant chaque jour. Désormais l'enjeu principal du
Mouvement Démocrate consistera à trouver un véritable grand gourou du web, une personne respectable et
respecter, qui saura faire le ménage. Regrouper des outils, en supprimer certains, fusionner des plateformes
totalement redondantes. Oui à une communication interne et une communication externe. Mais ne devrait-on
justement pas songer à regrouper tout cela sur un même lieu, afin de mélanger tout ce petit monde. Les
militants du MoDem n'auront pas de temps à perdre, à naviguer entre différents sites, à se répéter pour
convaincre en interne, puis à faire passer leur message vers le grand public. La communication politique ne
s'improvise pas, elle est devenue professionnelle, François Bayrou devra confier les clés à une seule et même
personne, au risque d'en fruster plusieurs autres.

http://777socrate.blogspot.com/2009/03/communication-politique-le-modem-se.html

NUMERAMA

5 MARS 2009 - RIPOSTE GRADUEE : POURQUOI LA CONTESTATION S'ARRETE AUX FRONTIERES DU NET ?
Guillaume Champeau

A moins d'une semaine de l'examen du projet de loi Création et Internet, le débat sur la riposte graduée et ses
implications sur la société tout entière n'a pas émergé. Pas en dehors du net, où les voix, pourtant extrêmement
nombreuses et majoritaires, ne se font pas entendre. Pourquoi ?

FJ - 16
Le débat sur la loi Création et Internet et la riposte graduée doit débuter mardi à l'Assemblée Nationale. Et
Madame Michu l'ignore.
Elle ignore que le texte présenté par le gouvernement prévoit de l'obliger à sécuriser sa connexion à Internet, et
qu'elle n'aura ni les moyens juridiques ni les moyens matériels de se défendre si, par malheur, elle était accusée
par l'Hadopi d'avoir téléchargé le dernier single de P. Diddy. Laurence Ferrari ne l'a pas prévenue.
Elle ignore, aussi, que le texte pose la première pierre d'une obligation générale de filtrage qui, sans qu'un juge
n'ait son mot à dire, aboutira à limiter la liberté d'expression de ses concitoyens, au bon vouloir du
gouvernement. David Pujadas n'en a rien dit.
Elle ignore enfin, que le paysage dévasté par le piratage que décrit Nicolas Sarkozy a été dessiné par les lobbys
qui ont intérêt à voir la loi s'appliquer, alors qu'il est en fait riche de mille fleurs et n'a jamais été aussi
prolifique. Le Président l'a dit dans sa dernière interview : "on m'a fait beaucoup de reproches dans ma vie
politique, pas de mentir". Comment Madame Michu pourrait-elle en douter ?
Comment Madame Michu pourrait-elle savoir que le projet de loi anti-piratage qu'on lui présente comme un
texte de pédagogie et de méthode douce favorable aux artistes vise en réalité à contourner la justice au bénéfice
de quelques intérêts privés et à imposer à tous les internautes des outils de filtrage qui pourront être employés, à
des fins politiques, pour censurer tel ou tel site Internet gênant. Ou, de manière plus subtile et en apparence plus
démocratique, pour favoriser les sites d'information sponsorisés par l'Etat qui recevront un label de qualité pris
en compte par les filtres imposés par l'Hadopi ?
La loi Création et Internet n'est pas une loi sur le piratage, c'est une loi sur la liberté d'expression, qui concerne
tout le monde.
L'opposition, sur Internet, existe. Elle est même très vive. Il est difficile, voire impossible, de trouver des
communautés favorables à la loi, y compris dans les rangs de l'UMP. Mais comme au moment de la loi
DADVSI, le débat reste figé dans les frontières d'Internet. Les actions, qu'elles soient symboliques ou plus
musclées, restent cloîtrées dans les mailles de fibres optiques, sans jamais atteindre le tube cathodique (ou la
dalle LCD) de Madame Michu.
Même François Bayrou, qui a fait de la défense des valeurs républicaines et d'Internet son cheval de bataille
lors la dernière élection présidentielle, se désintéresse totalement de la loi Création et Internet alors qu'elle
pourrait apporter au MoDem une vitrine précieuse à quelques mois des élections européennes.
Les quelques députés du Parti Socialiste qui s'apprêtent à défendre avec force les internautes à l'hémicycle, le
feront sans le soutien public de leur première secrétaire Martine Aubry, qui se garde bien de se mettre les
artistes les plus populaires à dos, et surtout sans la force médiatique que peut offrir l'appareil lorsqu'il se met en
marche pour attaquer le fichier Edvige ou le CPE.
Comme il y a trois ans avec la loi DADVSI, le débat sur la loi Création et Internet restera un débat de
spécialistes, concentré sur les questions techniques et sur les dommages causés par le piratage, sans que les
questions sociétales ne soient soulevées.
La faute aux médias ? Non, la faute aux internautes, incapables de porter leur opposition au delà des frontières
du numérique.
Nicolas Vanbremeersch, plus connu sous le pseudonyme de Versac, tente une explication intéressante sur le site
Slate.fr : "Les internautes sont incapables de s'organiser pour faire pression avec efficacité (...) Il existe un
camp, en France, prêt à rassembler plusieurs centaines de milliers de signataires sur une pétition, plusieurs
dizaines de milliers de relais actifs, mais incapable de transformer cette action dans la vraie vie (...) Le web
manque d’acteurs qui ont un réel intérêt dans cette affaire. Pas de génération spontanée d’acteur fédérateur,
militant, actif."
"Cette absence de mobilisation est symptomatique, non de la déshérence des internautes, mais de l’atonie des
corps constitués, des intermédiaires de représentation, des syndicats et associations, qui, pour la plupart, ne sont
pas à la recherche de soutiens populaires, d’appels à mobilisations. C’est également symptomatique d’un corps
politique également assez protégé de l’opinion, et attendant plus de son leader politique que des citoyens
FJ - 17
mobilisés. A force de blocages, de manque d’ouvertures, d’autisme, les corps constitués anéantissent l’espoir
des citoyens que leurs mobilisations puissent parvenir à quelque chose. La lassitude est forte."
"A travers le débat sur Hadopi, c’est en fait l’effritement d’un système médiatique et politique, ses failles, ses
lambeaux de peinture, qui sont mis sous nos yeux, et la nécessité d’une forme de renouveau, qui peut venir du
web, qui est, en creux, mise en exergue", estime Nicolas Vanbremeersch.
Le net, qui réinvente des modèles économiques parfois proches d'une forme de néo-communisme, porte peut-
être en lui le germe d'une nouvelle démocratie qui ne voit pas l'utilité d'aller se faire entendre dans le champ
traditionnel de la démocratie déclinante. On commence à voir apparaître, en Suède, toute une nouvelle
génération d'électeurs prête à porter aux urnes une nouvelle forme de démocratie. Si les lois ne s'adaptent pas à
Internet, les internautes les ignoreront, comme ils l'ont fait depuis 10 ans des lois anti-piratage. Chaque nouvelle
législation qui tente de ramener Internet vers les lois historiques de la démocratie traditionnelle en ignorant les
spécificités et la culture sociétales portées par Internet accentuent une tension entre deux mondes qui, un jour,
explosera, sous une forme ou sous une autre.
Et vous, qu'en pensez-vous ? Pourquoi sommes nous incapables de lancer des chaussures contre le ministère de
la culture, d'entourer le cercueil de la justice dans une longue procession funèbre de la place Vendôme jusqu'à
la Bastille, ou de bloquer les trains gare du Nord ?

http://www.numerama.com/magazine/12209-Riposte-graduee-pourquoi-la-contestation-s-arrete-aux-frontieres-
du-net.html

AUDIOVISUEL

CLIP EXPRESSION DIRECTE

http://www.dailymotion.com/video/k2kksSuR203KugYhoM

FRANÇOIS BAYROU

8 MARS 2009 - FRANCE 5 « LA TRAVERSEE DU MIROIR »

Le Président du Mouvement Démocrate était l'invité de l'émission : "la traversée du miroir" présentée par
PPDA, dimanche 8 mars à 19h sur France 5.
http://www.france5.fr/traversee-du-
miroir/index.php?page=article&numsite=2498&id_article=6398&id_rubrique=2501

MARIELLE DE SARNEZ

DEBAT IMMIGRATION ET EUROPE


http://www.dailymotion.com/video/x8kc5a_intervention-marielle-de-sarnez-deb_news?from=rss

CORINNE LEPAGE

6 MARS 2009 - BFM RADIO

Corinne LEPAGE, vice présidente du Mouvement Démocrate, sera invitée sur BFM Radio dans l'émission
d'Edwige Chevrillon le 12-15.
Ecouter : http://www.radiobfm.com/podcast/podcast.php?id=6
FJ - 18
DEBAT ENTRE PEYRELEVADE ET PIKETTY
L’ETAT PEUT-IL NOUS SAUVER ?
http://fanal-safran.over-blog.com/article-28529337.html

LE MODEM EN REGIONS

NORD

SECTION MODEM DU HAVRE – INVIATTAION CAFE-CITOYEN LE 12 MARS

Le MoDem de l'Agglomération du Havre vous invite à un café-citoyen sur le thème :


Le divorce de l'opinion publique Française
avec la Construction Européenne.
Par
Thomas FERENCZI,
correspondant du journal le Monde à Bruxelles jusqu'en 2008.
à la Brasserie "Relais d'Alsace"
39 place de l'hôtel de ville Le Havre
Prendre une consommation au bar avant de s'installer au café-citoyen
le Jeudi 12 mars à 18h30'

Né le 6 août 1944 à Alger, Thomas FERENCZI est ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure et agrégé de
lettres classiques.
Entré au Monde en 1971, Thomas FERENCZI fut pendant toute sa carrière un journaliste brillant et un
observateur avisé de la politique française, européenne et internationale.
Il fit une carrière remarquée au journal Le Monde occupant tour à tour les postes de chef du service politique,
correspondant à Moscou, directeur de la rédaction, médiateur, puis correspondant à Bruxelles de 2003 à 2008.
Il a quitté Le Monde au début de l'année et collabore à un site Internet, spécialisé dans les questions
internationales : www.boulevard-exterieur.com
Cette conférence promet d'être passionnante et l'équipe du MoDem du Havre sera ravie de vous accueillir.
Bien amicalement,
Marc MIGRAINE
Adjoint au Maire du Havre

NORD ECLAIR – 5 MARS 2009 - TOURCOING : ENCOMBRANTS : TROP DE MECONTENTS


« Intolérable ! » Michel-François Delannoy ne cache pas sa colère au sujet du ramassage des encombrants.

En effet, il entend « trop souvent » (et encore mardi soir à la Malcense, lire en page précédente ) des
témoignages d'habitants mécontents d'Esterra. Il n'est pas rare que les services de la Ville soient contraints de
passer derrière l'entreprise pour que les encombrants disparaissent des rues tourquennoises... « Nous payons par
nos impôts pour un service qui doit être de qualité », insiste le maire qui compte d'abord interpeller les
dirigeants d'Esterra. Les témoignages étant « trop nombreux et trop systématiques » dans toute la métropole, il
assure qu'à LMCU, « au moment de renouveler le marché, il y a des choses dont on se souviendra »...
Le Modem au Brun Pain, vendredi 6 mars > « On n'a pas fait voeu de silence », nous expliquait Frédéric
Lefebvre, responsable du Modem tourquennois, le 20 février dernier. Objectif : organiser un débat de fond par
FJ - 19
trimestre et une visite de quartier par mois. Après un premier débat sur la crise, auquel 120 Tourquennois ont
participé, nous dit Frédéric Lefebvre, les élus et les adhérents centristes iront à la rencontre des habitants du
Brun Pain, vendredi. Du porte-à-porte, « pour échanger avec tous de l'actualité municipale et nationale. » Vaste
programme.
http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2009/03/05/clic-clac.shtml

LA VOIX DU NORD - 4 MARS 2009 - JMV AU COEUR DE LA DEMAGOGIE A PROPOS DE LA VENUE DU FN AU CASINO

Après des tags sur les murs des permanences de L'UMP, rue Ronville et du MODEM, boulevard Carnot, voilà
que sont apparus des petits adhésifs, collés un peu partout en centre-ville, pour dénoncer la tenue d'une
convention européenne du Front national, à Arras, les 14 et 15 mars. Cette attaque, plus directe et personnelle,
met le maire d'Arras, Jean-Marie Vanlerenberghe, en parallèle avec Jean-Marie Le Pen. Pas très gentil et plutôt
démagogique, quand on connaît les positions d'ouverture du maire. Cet adhésif, ce n'est que la plus voyante des
attaques adressées à l'encontre du maire d'Arras. Dès l'annonce du choix de la ville pour la tenue de la
convention, pour les élections européennes, du Front national, les critiques ont fusé sur le net, notamment
venant de blogs militants dont certains n'hésitent pas à faire de la phrase de Voltaire, « je ne suis pas d'accord
avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire », un slogan plutôt
contradictoire. Jean-Marie Vanlerenberghe a tenu à réagir à ces attaques qui feraient de lui le complice de la
venue de Jean-Marie Le Pen à Arras. « Je n'irais pas jusqu'à citer Voltaire, souligne le sénateur-maire, contacté
hier soir, au palais du Luxembourg, mais sa venue n'était ni attendue ni désirée ». Jean-Marie Vanlerenberghe a
d'ailleurs tenu à clouer le bec à ceux qui lui accorderaient quelque sympathie avec le Front national en nous
envoyant un communiqué.
Une mise au point
« Le Front national a loué une salle de la ville (le Casino) comme tout parti politique peut le faire à Arras. Il est
clair que la municipalité ne cautionne en aucun cas cette manifestation du parti de Jean-Marie Le Pen. « Quant
à mon attitude personnelle, elle est sans ambiguïté : tout mon parcours et mon engagement politique en
attestent, je suis un humaniste et un démocrate. Et je combats les idées extrêmes, d'où qu'elles viennent. »
Simple et direct, le sénateur-maire a rappelé par ailleurs que la gestion de la location de la salle s'est faite de
façon « administrative ». Il n'y aurait pas eu plus de contrôle qu'à l'habitude. « Je n'ai appris sa réelle destination
qu'il y a une quinzaine de jours » souligne-t-il. « Nous n'avions pas les moyens de refuser. Pour l'interdire, il
faut qu'il y ait des troubles graves à l'ordre public », conclut le sénateur-maire. Des maires de la région ont reçu
des courriers dénonçant la venue du FN dans une salle publique, à Arras, « sans concertation avec les élus
municipaux ». Des lettres dans lesquelles on évoque l'antifascisme des résistants assassinés dans les fossés de la
citadelle. Ce qui est certain, c'est que, les 14 et 15 mars, des manifs seront organisées à Arras. Jean-Marc
Maurice, conseiller municipal FN, aura réussi un sacré coup médiatique... Et il aura certainement fait parler
d'Arras, d'une façon dont on se serait bien passé, à la mairie, comme ailleurs. • N. A.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2009/03/04/article_jmv-au-coeur-de-la-
demagogie-a-propos-de.shtml

LA VOIX DU NORD – 3 MARS 2009 – SOIT DIT EN PASSANT : UN SENATEUR ET SON TRAIN

Sous les feux de l'actualité la semaine dernière grâce à une enquête de L'Express sur « Le phénomène
Vanlerenberghe », le sénateur-maire d'Arras sera en tournée à Béthune le jeudi 12 mars. C'est en parlementaire
que le chef de file départemental du MoDem viendra écouter les maires de l'arrondissement dans une ville où sa
formation politique détient le poste de premier adjoint. La rencontre est prévue à 12 h 30 dans la salle du Golf.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Bethune/actualite/Secteur_Bethune/2009/03/03/article_soit-dit-en-
passant.shtml

FJ - 20
PS : Je n’ai pas retrouvé l’enquête de l’Express citée dans l’article

NORD-ECLAIR - 4 MARS 2009 - QUATRE VOIX, UNE EUROPE

Pierre Moscovici (PS), Daniel Cohn-Bendit (Verts), Jean-François Kahn (MoDem) et Fabienne Keller (UMP)
étaient hier soir les invités de l'école de commerce lilloise autour des questions européennes d'actualité.
Une bonne mise en bouche avant la campagne...
Ah qu'il est difficile d'extirper les enjeux européens des postures nationales... À défaut d'être iconoclaste, de
faire émerger des points de convergence « euro-enthousiastes », le débat d'hier soir a confirmé que les élections
de juin prochain allaient se jouer à couteaux tirés entre une Europe vue de droite et une Europe vue de gauche.
Il faut dire aussi que la première partie du débat - bilan de la présidence européenne de Nicolas Sarkozy - avait
titillé les intervenants sur ce terrain. « Il a été le président permanent de l'Union sans avoir jamais fait avancer
l'idée européenne », décoche l'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici qui regrette que la présidence
française ait fait souffler « un vent mauvais sur les institutions européennes. Je ne me satisfais pas d'une
Commission soumise et d'un Parlement théâtre ». Le député du Doubs est bientôt rejoint par Jean-François
Kahn (candidat MoDem en juin prochain) qui ne retient que « frime et apparence », et par Daniel Cohn-Bendit,
qui relève que si les institutions européennes sont atones, c'est aussi la « faute à Barroso », le néolibéral : « tant
qu'il sera président de la Commission, il n'y aura pas de vent nouveau ». À trois contre un, Fabienne Keller
assure un difficile service après-vente : « Si on n'est pas dans une situation de guerre en Géorgie, c'est quand
même à mettre au crédit de l'Europe et de Nicolas Sarkozy », fait remarquer l'ex-maire de Strasbourg.
Dans la deuxième partie, toutefois, chacun fait un semblant de cause commune en vue du scrutin à venir. « Il
serait terrible de désigner des eurosceptiques sur des enjeux de court terme », insiste Jean-François Kahn qui
partage l'inquiétude de Fabienne Keller quand elle note que ces élections « auront lieu au coeur de la crise et
risquent de porter sur des enjeux économiques et nationaux ». Tous (sauf Pierre Moscovici, parti plus tôt) ont
enfin insisté sur la vision d'une Union tournée vers l'avenir et sur la nécessité de faire entrer en vigueur le traité
de Lisbonne pour organiser l'Europe à 27. « Parce que l'unanimité est en fait un droit de veto antidémocratique
qui empêche d'avancer », lance même « Dany » Cohn-Bendit, pour qui le « monde ne change que si on a des
idées révolutionnaires ». Rendez-vous en juin pour savoir si le monde - et l'Europe - sont amenés à changer

http://www.nordeclair.fr/Actualite/2009/03/04/quatre-voix-une-europe.shtml

OUEST

OUEST FRANCE - 5 MARS 2009 – EUROPEENNES : CORINNE LEPAGE A LISIEUX ET CABOURG SAMEDI

L’ex-ministre Corinne Lepage, présidente de Cap 21 et tête de liste MoDem pour le Nord-Ouest pour les
élections européennes, fera son premier déplacement de campagne à Lisieux, samedi. Elle sera sur le marché
vers 11h 45, puis participera à un débat intitulé «L’Europe et la protection des consommateurs», à 15h. Cabourg
l’accueillera à 18 h 30 pour un second débat: « Construisons l’Europe ensemble».

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Europeennes%E2%80%89-Corinne-Lepage-a-Lisieux-et-Cabourg-
samedi_-848617--BKN_actu.Htm

ILE DE FRANCE

METRO - 5 MARS 2009 - PASCAL CHERKI A LA TETE DU XIVE

FJ - 21
L’adjoint au maire de Paris devrait succéder à Pierre Castagnou
"Ce qui me tient à cœur ? Que l’on préserve la mixité sociale de l’arrondissement." Pascal Cherki
Après la disparition de Pierre Castagnou, dans la nuit du 23 au 24 février, des suites d’un cancer, le conseil
d’arrondissement du XIVe se réunira ce samedi en séance exceptionnelle pour procéder à l’élection du nouveau
maire et de ses adjoints. Sans surprise, c’est Pascal Cherki, actuellement adjoint (PS) au maire de Paris chargé
de la vie scolaire, qui devrait lui succéder.
“Un enfant du XIVe”
Si l’UMP et le Modem présenteront eux aussi des candidats (Marie-Claire Carrere- Gee et Marielle de Sarnez),
le Parti socialiste ne peut sortir perdant dans un arrondissement ancré à gauche depuis plus de sept ans. En
2008, Pierre Castagnou l’emportait haut la main avec 57,37% des suffrages, contre 14,54% pour le Modem et
28,09% pour l’UMP. En 2001, il devançait de 10% la droite… S’il n’est pas né dans l’arrondissement, Pascal
Cherki confie être un “enfant du XIVe. J’y ai été scolarisé, j’y vis… Après Montparnasse, je viens d’immigrer à
Alésia. Je suis un élu de l’arrondissement depuis 1995, ce sont mes racines.”
Pas de cumul des mandats
Dès samedi soir, Pascal Cherki devrait s’installer dans son nouveau bureau, 2, place Ferdinand-Brunot.
Actuellement adjoint à Bertrand Delanoë chargé de la vie scolaire, il devra laisser sa place. “Dès 2001, le maire
de Paris s’est opposé au cumul des mandats. Je l’approuve à 100%. Maire d’arrondissement est un travail à
plein temps. Ça n’est pas cumulable avec un autre mandat de l’exécutif, surtout pour la délégation dans laquelle
j’ai été”. Lundi prochain, à l’occasion du Conseil de Paris, Bertrand Delanoë devrait rendre un hommage à
Pierre Castagnou et féliciter le nouveau maire. Il annoncera probablement aussi le successeur de Pascal Cherki
à la petite enfance. Un jeu de chaises musicales pourrait avoir lieu au sein des adjoints.

http://www.metrofrance.com/x/metro/2009/03/05/46deRRRt8k58M/index.xml

LE PARISIEN - 4 MARS 2009 - COURBEVOIE LES TAXES LOCALES VONT AUGMENTER DE 9% (VERSION PAPIER)

Ce soir seront présentées les grandes orientations budgétaires pour l’année 2009. Le maire, Jacques Kossowski,
annoncera l’option privilégiée par la municipalité : faire évoluer le taux de la taxe d’habitation de 5.93% à
6.46% et celui de la taxe foncière de 4.24% à 4.62%. Dans un contexte financier et économique difficile, cette
« hausse permettra à la ville de renforcer la qualité des services offerts à la population», justifie le maire. Dans
l’opposition, le groupe MoDem dénonce « l’absence totale de stratégie financière » et réclame un « plan
pluriannuel d’investissement, que nous avons déjà réclamé l’an passé et qui nous éclairerait davantage sur la
stratégie de financement à mettre en œuvre et, peut-être, à trouver davantage justifiées ces augmentations ».

SUD

SUD-OUEST - 5 MARS 2009 - ARTIGUES : PATIENCE TOUJOURS

Un an après la municipale, la victoire de la socialiste Françoise Cartron et donc la défaite d'Anne-Lise Jacquet,
cette dernière se dit « sereine et très contente de ce que nous avons mis en place : une opposition qui sait être
constructive. » Outre le travail en conseil et en commissions, une association a été mise en place : L'Avenir
d'Artigues. « Là aussi, nous allons doucement, nous ne courons pas chaque manifestation mais nous intégrons
doucement », dit l'élue Modem. « Nous nous voulons une association de proximité. Côté politique, on se
fabrique une expérience, on apprend. J'aimerais que Mme Cartron soit aussi agréable en conseil artiguais qu'elle
l'est à la CUB (1) où elle est vice-présidente... » À la tête de ses six conseillers d'opposition, elle se dit confiante

FJ - 22
pour le prochain scrutin municipal : « Il n'y a eu que 300 voix de différence », rappelle-t-elle encore. « On
gagnera en 2014. »
(1) Anne-Lise Jacquet est chargée de mission auprès des élus Communauté d'avenir à la CUB.
(2)
http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-droite/article/520327/mil/4244451.html

SUD-OUEST - 5 MARS 2009 - LE MODEM S'ORGANISE

POLITIQUE, CENTRISTES. Avec Anne-Lise Jacquet en leader sur la quatrième circonscription, les militants
démocrates travaillent aux européennes mais pensent déjà aux municipales
Juin 2007. Une candidate Modem se présente sur la quatrième circonscription, venant d'une rive gauche qu'on
regarde volontiers avec circonspection dans le landerneau politique de la rive droite. Même si la socialiste
Conchita Lacuey n'a pas vraiment eu de souci, Anne-Lise Jacquet avec 7,70 % (le score national de son parti),
s'installait sur la rive droite. Aux côtés d'un UMP depuis longtemps résigné à voir la gauche plurielle régner, le
Modem semble avoir réussi à faire sa place et trouver son électorat. Encore modeste mais ambitieux.
Et désormais organisé. En janvier, Anne-Lise Jacquet a été élue responsable du Comité de circonscription par la
centaine de militants locaux Modem. En fin de semaine dernière, le Comité de circonscription et ses neuf
membres (1) ont jeté les bases de leur action. Quatre délégués de canton ont été désignés : Philippe Verbois
(Floirac), Adrien Debever (Lormont), Éric Baretz (canton de Carbon-Blanc) et Michel Lambaudie (Cenon).
« Communauté d'avenir »
« L'objectif est de travailler le terrain, de bien et mieux connaître encore les dossiers locaux, et de détecter les
talents », explique Anne-Lise Jacquet. « Nous visons clairement les municipales. Cinq ans, c'est long mais cela
va aussi arriver très vite. » Pour l'élue artiguaise, « les citadelles socialistes ne sont pas imprenables. Philippe
Madrelle (2) a une forte présence et le terrain est très "maillé" mais nous ne sommes pas pressés du tout. »
Quoi qu'il en soit et malgré quelques rapprochements ponctuels avec les majorités socialistes sur des sujets tout
aussi ponctuels au sein de certains conseils municipaux... le Modem de l'agglomération, à l'image de ses
représentants de la rive droite, ne fait pas de mystère sur l'allié en 2014 : Alain Juppé, l'UMP et les listes
Communauté d'avenir.
L'échéance la plus proche, ce sont les élections européennes, où le Modem girondin aimerait voir Philippe
Meynard de Barsac décrocher la troisième place sur la liste du Grand Sud-Ouest. Sur la rive droite, on fera
campagne sur le terrain européen, mais en pensant donc sérieusement au scrutin municipal.
1) Anne-Lise Jacquet (Artigues, responsable) ; Éric Baretz (Ambarès) ; Adrien Debéver (Lormont),
Emiliano Campaio (Ambès), Marie-Laurence Feurtet (Floirac), Michel Lambaudie (Artigues), Francis Mathie-
Claverie (Saint-Sulpice-et-Cameyrac) et Mohammed Zahi (Lormont). (2) Président du Conseil général, élu du
canton de Carbon-Blanc.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-droite/article/520507/mil/4244453.html

SUD-OUEST - 4 MARS 2009 - OFFRE DE SOINS : LE DEPUTE JEAN LASSALLE RELOCALISE LE DEBAT

SANTÉ. Jean Lassalle rouvre le dossier sur la réforme hospitalière. Avec un comité de suivi à la clé
Quel avenir pour l'hôpital et la clinique dans le cadre de la réforme en cours ? Alors que la loi Bachelot est
discutée à l'Assemblée nationale, le député Jean Lassalle (Modem) relocalise le débat sur son territoire, aux
côtés du maire Bernard Uthurry (PS).
La réunion publique, lundi soir, a fait le plein à l'auditorium Bourdeu. On y croisait des élus de tous bords, des
représentants du privé et du public ainsi que des citoyens anonymes.

FJ - 23
Au-delà des aspects techniques d'un enjeu complexe, la salle a exprimé, sans surprise, son profond attachement
à la qualité de l'offre de soins de proximité. Un mouvement de résistance semble être enclenché. Il dénonce à la
fois la dégradation de la situation ces dernières années et les risques de détérioration de la prise en charge des
patients.
Économies
« Cette loi répond à un impératif d'économies. Ils veulent mutualiser les coûts. En donnant davantage de
moyens aux grandes villes, cela provoque l'affaiblissement des plus petites. Je pense qu'un hôpital de la taille du
nôtre sera grandement menacé si nous ne nous préparons pas à le défendre. On peut faire face si nous sommes
organisés. Mais, si nous nous bouffons le nez, il ne restera pas grand-chose à Oloron », a expliqué le député en
relançant son idée de comité de suivi local.
L'adjoint au maire Robert Bareille (PCF), pour sa part, craint « une volonté de faire glisser la santé vers le
marché ». Il constate, par ailleurs, que « rien n'est proposé pour corriger le déficit de démographie médicale ».
Pour sa première prise de parole publique, la nouvelle directrice de la clinique, Chantal Manescau, a voulu
balayer les querelles d'autrefois en proposant « une parfaite cohabitation » avec l'hôpital : « Les grands hôpitaux
donnent l'illusion de tendre la main aux plus petites structures pour mieux les contrôler ». Elle propose « la
restauration d'un dialogue constructif, le partage de l'offre de soins et un plateau technique unique avec des
coopérations ».
« Renforcer le territoire »
« J'attendais que quelqu'un vienne au secours de Roselyne Bachelot. Ce n'est pas le cas. Pourtant, cette loi va
passer », a ajouté Bernard Uthurry. « Ici, les barrières ne doivent pas être idéologiques. Il faut simplement
renforcer le territoire. »
Médecin généraliste et conseiller général, Michel Maumus a choisi, lui, de remuer le couteau dans la plaie : «
Nous avons traversé 25 ans de réformes sans résultat. La santé n'est plus une priorité pour des raisons
comptables. La région d'Oloron compte 230 nouveaux cas de démence par an et c'est la pénurie »

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/oloronnais/article/519566/mil/4237938.html

SUD-OUEST - 3 MARS 2009 - LES EUROPEENNES POUR SE FAIRE CONNAITRE

MODEM. Un nouveau bureau des jeunes a été constitué pour préparer les échéances électorales
À écouter Ayrmeric Bersihand, nouveau président des jeunes du MoDem, Adrien Debever, son secrétaire
général et Cécile Migliore, déléguée à l'IEP, on se dit que la relève du parti de François Bayrou évoque moins
le centrisme que le PS d'après Épinay, quand une nuée de futurs cadres prenaient leur carte d'adhérent aux
étudiants socialistes. Même désir de plaire, de casser une vieille image, « de montrer qu'on est plutôt des mecs
sympas qui ne mettent pas le couteau sous la gorge pour prendre une carte », dixit Aymeric Bersihand.
Libéralisme ringard
Les oripeaux de la démocratie chrétienne ont été depuis longtemps jetés aux orties. Quant au libéralisme, qui a
quand même servi de socle au centrisme depuis toujours, il est devenu franchement ringard : « Le capitalisme
est un bon système pour créer des richesses mais il faut qu'il soit encadré par un système politique fort pour en
limiter les excès », dit Adrien Debever, jeune chef d'entreprise de 30 ans. « Nous voulons un autre modèle de
société dans lequel l'argent ne serait pas le but unique », poursuit Aymeric Bersihand.
Les jeunes du Modem vont évidemment profiter des élections européennes pour se faire connaître auprès des
étudiants du campus, leur cible privilégiée : « On avait un peu laissé tomber à cause de nos élections internes
mais maintenant, tout le monde est en ordre de marche et les proches de Véronique Fayet nous ont rejoints »,
précise Aymeric Bersihand, qui se situe dans la mouvance de Joan Taris, Fabien Robert et le précédent
président des jeunes Pierre Braun, dont il loue le travail : « Il a permis à plusieurs d'entre nous d'être élus et

FJ - 24
mon objectif pour les futures régionales sera aussi d'obtenir des places éligibles à l'occasion des primaires ».
Renouvelé à 80 %, le bureau des jeunes du Modem est prêt à l'action.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/article/518432/mil/4236088.html?L=0%3D90b2b28d84%3D6a3e9f
2507&cHash=88124ed0fc

LA DEPECHE – 3 MARS 2009 - VILLEMUR. REMY DAILLET : APRES LA GREVE DU FROID, UNE PROPOSITION DE LOI

Le MoDem 31 contre les délocalisations spéculatives.


En chemisette par un thermomètre qui avoisinait 2, 3 degrés au-dessus de zéro. Avec sa voiture transformée en
lit de fortune et sans chauffage. Rémy Daillet, 42 ans, le président du Mouvement démocrate 31 (MoDem) se
remet de la grève du froid qu'il a menée devant l'usine de Molex à Villemeur-sur-Tarn du 19 janvier au 13
février. Son action, qui s'est interrompue brutalement après un malaise lié à une hypothermie, était destinée
explique-t-il « à manifester les souffrances physiques qui ne se voient pas forcément », dues aux menaces de
licenciement des salariés de Molex avec les retombées économiques inhérentes.
Le Soutien de bayrou
« On est tous impliqués par ces questions de délocalisation spéculative ». Raison de plus pour que Rémy Daillet
ne désarme pas. Il a reçu le soutien de François Bayrou, président national du Modem et des adhérents du
Modem 31, pour poursuivre son action « avec une proposition de loi à l'étude censée mettre un terme à ces abus
». Le texte sera présenté aux salariés de Molex et à la presse courant mai prochain ainsi que devant le Parlement
», Le président du modem 31 entouré ajoute-t-il.
« Ma préoccupation aujourd'hui est de faire passer un message aux électeurs à la veille des Européennes sur ces
questions de délocalisation, avec un choix à faire pour un vrai changement entre les politiques qui sont sur le
terrain, proches des réalités et des gens et ceux qui font de la politique politicienne. »
Rémy Daillet, 42 ans, est également le père de sept enfants dont le plus jeune est né le 24 janvier, le jour de la
tempête qui a sévi en Haute-Garonne.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/03/567313-Villemur-Remy-Daillet-apres-la-greve-du-froid-une-
proposition-de-loi.html

ACTUALITE - DIVERS

REFORMES PARLEMENTAIRE ET TERRITORIALE

LE POINT - 6 MARS 2009 - REGARDEZ - LE MODE DE SCRUTIN TERRITORIAL PROPOSE PAR LE COMITE BALLADUR

Avec la question du Grand Paris et celle de la réduction du nombre de régions, la fusion des scrutins
départementaux et régionaux est l'autre sujet délicat de la réforme des collectivités locales lancée jeudi par
Nicolas Sarkozy à la remise du rapport du comité Balladur. Le Président a d'ailleurs cité "le processus
d'élection" de conseillers communs aux départements et aux régions et le "calendrier" d'une telle mise en place -
2014 - comme l'un des points à éclaircir. Lepoint.fr vous propose de découvrir les évolutions proposées pour
ces scrutins par le comité présidé par l'ancien Premier ministre (1993-1995).

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/regardez-le-mode-de-scrutin-territorial-propose-par-le-
comite/917/0/323372

FJ - 25
LE MONDE - 2 MARS 2009 - LE GOUVERNEMENT CONFRONTE AUX NOUVELLES REGLES DE FONCTIONNEMENT DU
PARLEMENT

Dix articles de la révision constitutionnelle sur les institutions adoptée le 21 juillet 2008 à Versailles sont entrés
en vigueur depuis le 1er mars. Ces nouvelles règles, qui concernent le travail parlementaire, vont devoir
s'appliquer de manière empirique, faute d'adoption, entretemps, de la loi organique et des règlements des
assemblées nécessaires à leur fonctionnement.
Gouvernement et Parlement vont tenter de se mettre à l'heure de ce que M. Copé appelle la "Ve République
bis". A commencer par l'"ordre du jour partagé". Le gouvernement conserve la maîtrise de 50 % de l'ordre du
jour. Ainsi, les deux premières semaines de mars seront consacrées aux textes qu'il a inscrits en priorité. La
troisième semaine est en principe réservée au "contrôle du gouvernement" et à l'"évaluation des politiques
publiques". Les modalités n'en ont, pour l'heure, pas été précisées. Le gouvernement - qui dispose également de
cette troisième semaine lors de l'examen des projets de lois de finances et de financement de la Sécurité sociale
- pourra éventuellement récupérer les séances non utilisées.
La quatrième semaine est à l'initiative de chacune des assemblées. Les groupes minoritaires disposent d'une
journée par mois pour présenter leurs propositions. Le reste est déterminé, dans les faits, par la majorité, qui
pourra inscrire les propositions dont elle est à l'initiative - ou dont le gouvernement a préféré lui laisser
l'initiative. A défaut, le gouvernement pourra également récupérer l'usage de ces séances.
INCERTITUDE
Une autre évolution majeure concerne l'examen en séance du texte amendé en commission et non plus du projet
du gouvernement, ce qui obligera ce dernier, s'il tient à faire rétablir la version initiale, à déposer et à défendre
dans l'Hémicycle ses amendements. Là aussi, faute de textes réglementaires, la mise en oeuvre se fait dans
l'incertitude : comment va s'effectuer le travail en commission ? En présence ou non des ministres et/ou de leurs
conseillers ? Le gouvernement n'est pas pressé de voir cette disposition s'appliquer. Le Sénat a choisi de la
mettre en oeuvre dès l'examen du projet de loi pénitentiaire, à partir du 3 mars. Une manière de signifier au
gouvernement qu'il n'aura pas la partie facile.
L'exécutif va devoir tenir compte, dorénavant, du délai de six semaines entre le dépôt d'un texte et son examen
en séance. Sauf s'il demande la procédure accélérée - qui se substitue à la procédure d'urgence -, à laquelle les
deux assemblées peuvent faire opposition, à condition de le faire conjointement. Il ne pourra faire usage du "49-
3" (engagement de responsabilité) que sur un texte par session.
Le retard pris dans l'élaboration des textes permettant la mise en oeuvre de ces changements ne va guère
faciliter les travaux parlementaires dans les semaines à venir. Le président de l'Assemblée nationale, Bernard
Accoyer, en convient : "J'avais plaidé pour que la loi organique soit très vite mise en oeuvre", assure-t-il.
Quand la garde des sceaux, Rachida Dati, et le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Roger
Karoutchi, avaient été auditionnés en commission sur le projet de révision constitutionnelle, les parlementaires
avaient demandé que le contenu des lois organiques conditionnant sa mise en oeuvre soit connu lors de
l'examen. "Pas à la virgule près, avait précisé le président du groupe UMP, Jean-François Copé, mais cela paraît
indispensable à la cohérence de nos travaux."
Cette sage recommandation n'a été suivie d'aucun effet. Le gouvernement n'a présenté qu'en décembre 2008 le
projet de loi organique portant sur la procédure législative. Pourquoi ? Gérard Charasse, porte-parole des
députés PRG, expliquait récemment que, s'il avait eu connaissance au moment de la révision constitutionnelle
du projet de loi organique limitant le droit d'amendement, il ne l'aurait pas votée, ni ses collègues. Or l'adoption
de la révision s'est jouée à deux voix près.
Patrick Roger

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/03/02/le-gouvernement-confronte-aux-nouvelles-regles-de-
fonctionnement-du-parlement_1162110_823448.html

FJ - 26
NICOLAS SARKOZY

LE POINT - 5 MARS 2009 - SARKOZY EST-IL DEPASSE ?

Dans la tourmente, le capitaine maîtrise-t-il la situation ou est-il dépassé par les événements ? Nicolas Sarkozy,
par moments, semble déstabilisé, voire décrédibilisé. Certes, on lui concède toujours toutes sortes de qualités :
énergie, courage, audace, réflexe, intuition... Ses réactions lors de la crise financière ou pendant la présidence
française de l'Europe ont été saluées par tous. Aujourd'hui encore, il se bat dos au mur avec son punch habituel.
Et pourtant, quelque chose ne tourne plus rond, comme si le chef de l'Etat avait perdu la main, comme si la
belle machine sarkozyenne était détraquée. Le wonder boy de la politique, qui, après une campagne menée à
tombeau ouvert, était entré à l'Elysée au premier essai, suscitant un état de grâce magistral, avant de plonger
puis de resurgir, fait désormais pâle figure. C'est entendu : la crise est passée par là, qui plombe son image et
son action. Mais les conditions économiques n'expliquent pas tout. Les choix du président, sa méthode, son
style suscitent le doute, quand ce n'est pas de l'irritation, jusque dans les rangs de la majorité. Ces derniers mois
ont en effet jeté une lumière crue-et parfois cruelle-sur l'hôte de l'Elysée, mettant en évidence ses faiblesses
spécifiques.
La casse des ministres
Avec la crise et l'impopularité, les réformes deviennent plus ardues à faire passer. Or, au lieu de conforter ses
ministres en difficulté, il les déstabilise en les désavouant de manière plus ou moins explicite. Cela a commencé
par Xavier Darcos et les lycées. Deux suppléants-Richard Descoings et Martin Hirsch-lui ont été adjoints pour
régler-ou enterrer ?-le problème. Exit le chouchou Darcos comme pilier du gouvernement. Idem pour Valérie
Pécresse, quasi dessaisie de son dossier, pour Fadela Amara, à qui on adjoint Yazid Sabeg, pour Yves Jégo, qui
n'est plus que l'ombre de lui-même. Christine Albanel a appris en même temps que la presse la suppression de
la publicité à la télévision, Eric Woerth les dernières mesures fiscales, Rachida Dati la suppression du juge
d'instruction. Les colères présidentielles contre les ministres, « tous des nuls » , minent leur autorité. Des
membres de gouvernement si affaiblis ne peuvent constituer un bouclier efficace pour le président. Du coup, il
prend de plein fouet l'impopularité de l'exécutif. A cela il rétorque : « Ne vous en faites pas. On fait le boulot.
L'impopularité, on n'y succombe pas. On verra où on en est dans trois ans. » Un pari.
L'exercice solitaire du pouvoir
« Si je ne fais pas tout moi-même, ça mer... » Ainsi Nicolas Sarkozy résume-t-il son attitude vis-à-vis de tous
ceux qui pourraient faire le travail à sa place. Il a un goût immodéré pour la mise en scène personnelle,
s'exposant sur tous les sujets, du plus modeste au plus noble. Il décide de tout, réduisant Matignon à une
antichambre humiliante, salle d'attente précédant les arbitrages de l'Elysée. Les nominations, les déplacements,
les annonces se succèdent à un rythme effréné. « Il en est devenu anxiogène au lieu de rassurer » , dit un de ses
amis. Sous la Ve République, tous les présidents ont en réalité détenu l'essentiel du pouvoir. Mais ils étaient
moins « agités », comme aurait dit Giscard. Cet activisme de Sarkozy l'avait servi comme candidat. Il le dessert
sans doute comme président. Lui le nie : « Les Français veulent me voir à la barre . » Quitte à tanguer
dangereusement.
Trop de réformes tuent la réforme
A vouloir tout entreprendre en même temps-une stratégie mûrement réfléchie-, on prend le risque de tout faire
plus ou moins échouer. Les nerfs des catégories concernées sont à cran, tout autant que ceux des parlementaires
pressés par l'Elysée d'en finir au plus vite, pour pouvoir passer à autre chose. Au départ, l'opinion a vaguement
le tournis, mais contemple le spectacle plutôt épatée. Après les premières rebuffades et des compromis peu
glorieux, le jugement se retourne. N'en fait-il pas trop, trop vite ? D'autres ont su laisser du temps au temps.
Bilan de cette précipitation : Sarkozy est contraint de laisser un espace de discussion plus long que prévu, que
ce soit pour les lycées, l'université ou les DOM-TOM. Le président, pourtant, n'en démord pas : « Donner du

FJ - 27
temps au temps, c'est l'argument de ceux qui ont renoncé à tout. Il faut agir. Tout se construit sur la fulgurance.
» Avec ses retours de bâton...
Le vrai-faux calmant de la dépense
La paix sociale se paie. L'addition commence à se faire lourde. Certains hommes d'affaires parmi ses proches
estiment qu'il a déjà trop dépensé : « Vu les mois épouvantables qui sont devant nous, Nicolas aurait dû
attendre avant de lâcher. Il a cédé trop vite aux revendications sociales. » Résultat, il ne contente vraiment
personne : les plus démunis pour qui l'on n'en fait jamais assez, et les décideurs économiques qui sont affolés
par le dérapage des déficits et de la dette (voir graphiques) . Lui pense qu'il a tenu les cordons de la bourse
relativement serrés : « On ne distribue pas le pognon qu'on n'a pas. » Question de point de vue. Certains, dans
les rangs de la droite, lui reprochent un début de laxisme, voire une « chiraquisation ». François Bayrou fait de
la question de la dette un point clé de ses futures campagnes. Tout dépend du moment où la reprise s'annoncera
enfin. A temps pour éponger les déficits les plus criants ?
Le contre-pied idéologique
Nicolas Sarkozy s'est fait élire sur des postulats positifs : la croissance permettrait de travailler plus pour gagner
plus, sur fond de libération des énergies, de récompense du mérite et de modernisation libérale du système.
Patatras ! La crise l'induit à se faire le héraut d'une société d'assistanat et de dépenses publiques à tout-va
prodiguées par un Etat soudain réhabilité. Il a du mal à convaincre, tant sa conversion apparente a été brutale. Il
peut même irriter au plus haut point ses meilleurs soutiens : « Son histoire des trois tiers [partage des
dividendes entre salariés, actionnaires et investissement] a rendu les responsables d'entreprises furieux,
explique un député UMP. Ils ont l'impression d'un changement de régime. » Une « trahison » qui trouble les
siens, mais qui n'est qu'apparente. Signe qu'il n'est pas vraiment « converti » à des idées sociali- santes, il plaide
en privé pour une nouvelle forme de titrisation : « Les subprimes ont été une catastrophe. Il ne faut pas
recommencer cette expérience. Mais la titrisation est essentielle pour l'économie. Elle est au coeur du dispositif.
Sans elle l'économie mondiale ne peut pas marcher. La surface de prêt des banques doit être décuplée. C'est
pourquoi il faut réinventer une titrisation vertueuse. » Pour l'instant, il n'a pas trouvé la formule, et le système
bancaire semble gelé. « Magic Sarko » n'a pas pu opérer.
Le coût du mépris
Sarkozy ne peut s'empêcher de montrer son peu de considération pour de nombreuses catégories sociales : les
banquiers (qu'il a traités de tous les noms depuis la crise), les militaires, les enseignants, les théâtreux, les
fonctionnaires, les écrivains, les journalistes, qu'il a assaisonnés au gré des événements, répandant le
ressentiment. Sa hargne n'épargne pas son propre entourage, qui subit ses colères quotidiennes contre le «
boulot mal fait » . Même Claude Guéant en prend sa part. Si les conseillers se sont habitués à être rabroués par
le chef, certains lui en veulent secrètement. Ce ne sont pas les meilleurs avocats du président.
L'usure de la com'
Jusqu'il y a peu, Nicolas Sarkozy pouvait compter sur la magie de son verbe. Il parlait et tout s'arrangeait.
Aujourd'hui, s'il suscite toujours assez d'intérêt pour réunir des audiences flatteuses (respectivement 15 et 17
millions de téléspectateurs lors de ses deux dernières émissions de télévision), il ne parvient pas à retourner
l'opinion. Les sondages défavorables succèdent régulièrement aux prestations médiatiques. « Le risque, estime
le député villepiniste Hervé Mariton, c'est qu'il finisse par provoquer l'indifférence. » D'autant que les formules
choisies pour faire passer des messages au pays sont contestables et contestées : interviewers trop mous,
prompteurs mal déchiffrés, absence de conférence de presse ou de toute confrontation directe-et risquée-avec la
presse. D'où un certain ennui et une perte d'impact... Le président, lui, persiste et signe, pensant toujours qu'il
est le meilleur avocat de sa propre cause. Au royaume des aveugles...
La culture de la provocation
On ne sait s'il le fait exprès ou non, si ce sont des gaffes ou des flèches, mais avec Sarkozy les mots fusent. Et
font parfois beaucoup de mal, mettant en péril ses objectifs. La saillie la plus spectaculaire de ces dernières
semaines a visé les enseignants-chercheurs. « A budget comparable, un chercheur français publie de 30 à 50 %
FJ - 28
de moins qu'un chercheur britannique dans certains secteurs. Evidemment, si l'on ne veut pas voir cela, je vous
remercie d'être venus, il y a de la lumière, c'est chauffé... » Ces propos, tenus le 22 janvier à l'Elysée, ont ulcéré
le milieu universitaire, qui s'est senti humilié. Cette provocation a coûté cher au chef de l'Etat : la réforme du
statut des enseignants-chercheurs a soudain été rejetée en bloc, même par les présidents d'université à qui elle
donnait le pouvoir. Mais le chef de l'Etat ne résiste pas à dire le fond de sa pensée. Comme si cela le soulageait
de ne rien dissimuler. Ainsi a-t-il lancé des phrases imprudentes comme : « Désormais, quand il y a une grève,
personne ne s'en aperçoit » (il a admis l'avoir regrettée) ou « J'écoute ce qu'on me dit mais je n'en tiens pas
compte » (il a dû se contredire ensuite), ou encore « On dit omniprésident. Je préfère qu'on dise ça plutôt que
roi fainéant : on a connu... » (mettant en fureur tous les chiraquiens et consternant ses propres amis par son
indélicatesse). A un secrétaire national de l'UMP qui faisait remarquer à un proche collaborateur du président
qu' « un changement de méthode est indispensable, sinon il sera obligé d'en rabattre sur le fond », il a été
répondu : « Les aspérités font partie d'un ensemble qui va avec le volontarisme de Nicolas Sarkozy. » Il ne
changera donc pas. A ses risques et périls.
Le mépris des codes
C'est aussi une marque de fabrique du chef de l'Etat. Il pense utile de bousculer les usages selon lui désuets,
quitte à être à la limite de la correction. Là aussi, dernier exemple en date, sa déclaration sur la saisine de la
Commission de déontologie au sujet de la nomination du secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol,
à la tête du nouvel ensemble formé par la réunion des Caisses d'épargne et des Banques populaires. A Rome,
lors du sommet franco-italien du 24 février, Nicolas Sarkozy déclare devant la presse : « La Commission de
déontologie a donné son point de vue. Il sera rendu public et vous verrez qu'une fois de plus, c'est la différence
entre une polémique et un problème. De problème, il n'y en a pas. » Le hic, c'est que la commission,
formellement, n'a pas été réunie. Seul son président a donné un avis personnel. D'où une polémique, pour le
coup, dont se sont emparés tous les adversaires du chef de l'Etat, PS et MoDem en tête, portant préjudice à
François Pérol, dont la nomination est entachée d'un soupçon d'illégalité. Cette désinvolture de Sarkozy à
l'égard de règles selon lui par trop contraignantes le fait apparaître comme un dirigeant non respectueux des lois
de la démocratie. Lorsqu'il critique une décision du Conseil constitutionnel sur les récidivistes, lorsqu'il met en
cause l'impartialité du CSA en dénonçant l'hypocrisie de ses décisions passées, lorsqu'il fait la leçon aux
parlementaires chaque fois qu'il les reçoit, il secoue le cocotier institutionnel, se créant nombre d'ennemis au
passage. Sa désinvolture ne se limite pas à ce genre de mise en cause. Il « oublie » de faire prévenir des députés
de sa venue chez eux, il lance l'idée de supprimer la taxe professionnelle sans avoir étudié sérieusement son
remplacement, il annonce la suppression de la pub à la télé sur un coup de dés un jour de voeux... Vogue la
galère, et tant pis si les grincheux râlent.
Une ouverture à double tranchant
L'arrivée de personnalités de gauche au gouvernement a été mal ressentie par beaucoup de sarkozystes
historiques, créant un malaise. La persistance de cet objectif, à l'heure de la crise, est encore plus mal vécue.
D'autant que les postes disponibles ne sont pas légion et les postulants à un portefeuille avant la fin du
quinquennat de plus en plus nombreux. Les déçus sont tentés de se rapprocher de Jean-François Copé, qui se
fait fort d'accueillir les orphelins du sarkozysme, évidemment pas pour leur vanter les mérites du régime. Autre
forme d'« ouverture » risquée, celle aux minorités visibles. Rachida Dati a explosé en vol, Rama Yade est en
disgrâce, Fadela Amara est à la peine... Encore des places « volées » à des mâles blancs et de moins en moins
dans la ligne....
L'arrogance vis-à-vis de l'étranger
Le couple franco-allemand est en froid, les Britanniques vexés par les propos de Sarkozy sur l'inutilité de la
baisse de la TVA et l'anéantissement de l'industrie au Royaume-Uni, les Tchèques furieux que le président
fustige les délocalisations chez eux... Le chef de l'Etat a marqué des points pendant la présidence française,
mais en a reperdu depuis par sa manière cavalière de parler de ses voisins. Ceux-ci sont exaspérés par les

FJ - 29
prétentions de l'hôte de l'Elysée à régenter le destin européen à sa façon. Ce n'est pas toujours la meilleure
méthode pour obtenir des compromis favorables à la France.
Malgré tout, Nicolas Sarkozy garde le moral. Au point de préparer sa réélection, quoi qu'il en dise. Lors de son
émission de télévision du 5 février, il a parlé de son « premier mandat » ... Et il analyse ses 37 % d'opinions
favorables dans notre dernier baromètre Ipsos comme étant moins un désaveu qu'un excellent score de premier
tour au scrutin suprême. Il rencontre des obstacles, commet des maladresses, change d'idée sous prétexte de
pragmatisme, plie mais ne rompt pas. La rupture ? C'était hier. Vivement demain ! Comme disait Talleyrand, «
en politique, il n'y a pas de convictions, il n'y a que des circonstances » . Sarkozy le bonapartiste ne le renierait
pas.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/sarkozy-est-il-depasse/917/0/322941

EUROPE ET ELECTIONS EUROPEENNES

EURACTIV - 3 MARS 2009 - TABLEAU DE BORD DES TETES DE LISTES

Attention, le tableau comporte des erreurs. Il vous sera renvoyé s’il est remis à jour

http://www.euractiv.fr/fileadmin/Documents/Listes-Europeennes05_03.pdf

NOUVELOBS - 6 MARS 2009 - SEUL UN FRANÇAIS SUR DEUX S'INTERESSE AUX EUROPEENNES

A trois mois du scrutin, 52% des sondés affirment qu'ils voteront en fonction des enjeux nationaux. Et 36% des
sondés pensent que le scrutin ne changera pas la situation de la France.
Un sondage réalisé à trois mois des élections européennes et publié vendredi 6 mars montre que seulement la
moitié des Français (53%) se déclare pour le moment intéressé par le scrutin. C'est un peu mieux qu'en mars
2008 (46%). En revanche, 47% des Français disent qu'ils ne sont pas encore intéressés, au lieu de 51% il y a un
an (-4). A titre de comparaison, le niveau d'intérêt moyen à trois mois de l'échéance était de 70% pour les
dernières municipales et présidentielle, et de 65% pour les régionales et les législatives, rappelle LH2.
Enjeux nationaux

L'institut de sondage souligne pourtant que les élections européennes sont les premières depuis le "non" au
référendum sur le Traité constitutionnel européen, en mai 2005. Il intervient à l'issue de six mois de présidence
française de l'UE, et c'est la première échéance en France depuis le début de la crise économique. Plus de deux
électeurs sur trois (69%) considèrent que ces élections ne changeront pas la situation de la France, contre 29%
d'un avis inverse. 2% ne se prononcent pas. Plus de la moitié des électeurs (52%) affirment qu'ils voteront en
fonction des enjeux nationaux et de la situation politique de la France, contre 40% en fonction des enjeux de
l'Europe.
Priorité à l'économie

Quand on leur demande de citer trois enjeux prioritaires, 46% des personnes interrogées répondent le
développement d'une politique économique commune, 45% le développement d'une politique commune en
matière d'environnement, et 43% le développement d'une politique sociale commune. En revanche ils ne sont
que 9% à proposer l'élargisssement de l'UE à d'autres pays et 17% le renforcement de l'Europe politique.Selon
le sondage, qui ne porte pas sur les intentions de vote, la protection de l'environnement est le problème qui a le
plus de chance d'être résolu au niveau européen (82%), suivi par l'immigration (74%). Au contraire, ceux du
logement (90%) et des retraites doivent être réglés au niveau français.
FJ - 30
- Sondage LH2 réalisé les 27 et 28 février par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 997
personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090306.OBS7589/seul_un_francais_sur_deux_sinteresse
_aux_europeennes.html

LIBERATION - 3 MARS 2009 - LES FRANÇAIS REPRENNENT GOUT A L’EUROPE

Une majorité de Français estime que l’Europe peut et doit impulser des réponses coordonnées, voire
communes, face à la crise économique. A moins de quatre mois des élections européennes, ils expriment en
outre des attentes très précises sur ce que doivent être les engagements des députés de Strasbourg et le rôle du
prochain président de la Commission. Tels sont les principaux enseignements de l’enquête menée par l’institut
CSA pour l’association Europanova et touteleurope que Libération publie en avant-première. «La présidence
française avait impulsé une action européenne face à la crise qui a maintenant besoin de suivi et les citoyens
attendent un accord ouvrant vers des politiques communes», souligne Guillaume Klossa, président du conseil
scientifique de cette ONG qui depuis des années s’attache à promouvoir le débat européen et à mobiliser une
nouvelle génération de décideurs.
«Précarité». Pour 39 % des 962 personnes interrogées entre le 25 et le 26 février dans le cadre de cette enquête,
un renforcement de la coordination entre les politiques économiques et financières est souhaitable, et 20 %
espèrent l’impulsion de politiques européennes communes. A peine 33 % des personnes interrogées préfèrent
des «solutions à l’échelle nationale». «Il y a une conscience forte qu’une politique nationale ne peut apporter de
réponse, mais ce degré de conscience dépend du degré de précarité sociale», remarque Guillaume Klossa, qui
fut le conseiller de l’ex-secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet. Et de souligner les
évidentes convergences avec la sociologie du non lors du référendum de 2005. Les catégories parmi lesquelles
on retrouve le plus fort pourcentage de sondés favorables à des solutions hexagonales sont les femmes (37 %),
les ouvriers (40 %), les sans-diplômes (37 %) mais aussi les sympathisants des Verts (43 %) ou du Modem (41
%). A l’opposé, les plus favorables aux solutions européennes communes sont les sympathisants socialistes (24
%), talonnés par ceux de l’UMP (21 %). Ils sont aussi les plus nombreux parmi les cadres ou professions
libérales (27 %) et parmi les plus diplômés (32 %).
Les Français sont partagés sur le travail de leurs élus au Parlement européen : 50 % d’entre eux estiment qu’ils
accomplissent bien leur mission, mais 43 % pensent le contraire. Les ouvriers sont les plus négatifs (58 %) à ce
sujet.
Interrogés sur leurs attentes concernant leurs élus, les sondés mettent en avant «le contact sur le terrain avec les
citoyens européens» (53 %), suivi par l’assiduité au Parlement européen (44 %). Ce sont notamment les jeunes
de moins de 30 ans (60 %) qui soulignent la nécessité de ce contact avec le terrain.
Crise aiguë. C’est sans illusion qu’une majorité des sondés juge la fonction du président de la Commission
européenne, poste actuellement occupé par José Manuel Barroso, et dont le successeur sera désigné à la
majorité qualifiée par le Conseil européen des chefs d’Etats et de gouvernement en tenant compte du résultat
des élections européennes. Pour eux, le président de la Commission incarne l’Europe plus qu’il ne la dirige.
Ainsi, quelque 43 % des personnes interrogées privilégient sa capacité à défendre les intérêts de l’Europe dans
le monde et 39 % sa capacité à défendre l’intérêt commun européen. Or, en un moment de crise aiguë, la
question du gouvernement réel de l’Europe se pose avec plus d’acuité. «S’il y a un leadership européen fort, les
Français sont prêts à aller de l’avant, souligne Guillaume Klossa. Dans le cas contraire, le repli sur le national
se renforce.»

http://www.liberation.fr/monde/0101466309-les-francais-reprennent-gout-a-l-europe

FJ - 31
LE MONDE - 2 MARS 2009 - NICOLAS SARKOZY NE SOUTIENT PLUS EXPLICITEMENT JOSE MANUEL BARROSO

Jusqu'à présent, il ne manquait pas de le soutenir. Et là, il s'est contenté d'une phrase aimable qui sonnait
comme un lâchage. "J'aime beaucoup M. Barroso. J'ai beaucoup aimé travailler avec lui, je lui fais confiance."
Interrogé dimanche 1er mars à Bruxelles, Nicolas Sarkozy a refusé de soutenir explicitement la candidature
pour un second mandat du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Le président français
a invoqué les égards à avoir pour les Irlandais, invités d'ici à la fin de l'année à se prononcer une seconde fois
par référendum sur le traité de Lisbonne. "Si on veut être un peu habile, il vaut mieux attendre que les Irlandais
votent avant de décider."
INCERTITUDES POLITIQUES
Cet argument a surpris. Traité de Lisbonne ou pas, la procédure ne change pas : le nom du futur président de la
Commission doit être proposé par les chefs d'Etat et de gouvernement européens puis soumis au vote du
Parlement. En décembre 2008, les Vingt-Sept sont convenus de le désigner en juin 2009, après les élections
européennes, tandis que le vote à Strasbourg est prévu pour juillet. Le référendum irlandais, lui, ne devrait pas
intervenir avant septembre ou octobre. "Il ne serait pas très cohérent de remettre en cause le calendrier agréé
sous présidence française", fait-on valoir dans l'entourage de M. Barroso, dont le mandat arrive à échéance le
1er novembre : "Concentrons-nous sur la substance, en cette période de crise."
En réalité, M. Sarkozy, qui avait publiquement soutenu un second mandat de M. Barroso au deuxième semestre
2008, veut éviter de s'afficher avec lui pour des raisons européennes et intérieures.
D'abord, les incertitudes politiques sont telles qu'il n'est pas certain que la droite, réunie au sein du Parti
populaire européen (PPE), remportera les élections européennes et sera en mesure d'imposer son champion.
Ensuite, M. Sarkozy aura à affronter un scrutin difficile. La gauche et le Modem de François Bayrou comptent
faire campagne en disant que voter à droite, c'est choisir M. Barroso défenseur de l'Europe libérale qui a
conduit à la faillite du système et organisateur, lorsqu'il était premier ministre portugais, du sommet des Açores
avec George Bush, José Maria Aznar et Tony Blair avant la guerre d'Irak. "Nous allons changer la ligne,
essayer de la rééquilibrer au sein des institutions", se défend Michel Barnier, chef de file de l'UMP en Ile-de-
France, qui veut redevenir commissaire européen. Pour l'heure, la Commission reste sur une ligne jugée
beaucoup trop libérale au goût de Paris, qui s'est affronté à elle sur les aides aux banques, à l'automobile et sur
le pacte de stabilité budgétaire. L'Elysée estime qu'elle continue de défendre le monde d'hier et manque
d'initiative.
Dimanche, M. Sarkozy lui a reproché de toujours commencer par "rappeler la pensée unique". Au plus fort de
la crise automobile, qui a opposé Paris à Bruxelles, M. Barroso avait appelé les dirigeants européens à refuser
toute tentation "populiste".
Les relations de M. Barroso avec la chancelière allemande Angela Merkel se sont aussi dégradées, en
particulier sur les questions énergétiques. Les petits pays se sont agacés de voir l'ancien premier ministre
portugais donner des gages aux grands pays, à l'heure où les règles d'or européennes sont mises à l'épreuve par
la crise. En théorie, le choix du président de la Commission se fait à la majorité qualifiée, mais les dirigeants
européens ont toujours fait les grandes nominations par consensus. Le problème est de trouver un second
candidat. L'Elysée n'en a pas pour l'instant. L'hypothèse démentie d'une candidature du premier ministre
néerlandais Jan Peter Balkenende circule.
Arnaud Leparmentier et Philippe Ricard

http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/03/02/nicolas-sarkozy-ne-soutient-plus-explicitement-jose-manuel-
barroso_1162105_3214.html

FJ - 32
LE PROGRES DE LYON - 2 MARS 2009 - EUROPEENNES : FABIENNE FAURE (MODEM) PEUT ESPERER

La conseillère régionale, présidente du groupe Modem à Charbonnières, sera numéro deux sur la liste emmenée
par Jean-Luc Benhamias dans le Grand Sud-Est (Rhône-Alpes, Paca et Corse).
Après le radical de gauche Dominique Saint-Pierre, député européen de 1994 à 1999, le département de l’Ain
pourrait bientôt compter l’un des siens, en juin prochain, sur les bancs du parlement de Strasbourg. Fabienne
Faure, conseillère régionale, élue de Ferney-Voltaire et présidente départementale du Modem, sera en effet
numéro deux sur la liste emmenée par le Marseillais Jean-Luc Benhamias, député européen sortant.
Comment en êtes-vous arrivée là et comment abordez-vous cette élection dans une circonscription qui va de
Bourg à Bonifacio (Rhône-Alpes, Paca et Corse)?
Je l’aborde avec humilité. C’est une campagne en équipe pour une élection de liste. Je suis enthousiaste et
raisonnablement optimiste. Pour avoir deux élus, peut-être trois, il nous faudra faire 12 % et arriver troisième.
Avec Jean-Luc Benhamias, nous nous sommes partagé le territoire. Moi au nord, lui au sud. Je ressens la
légitimité du militant qui a réalisé un long parcours. J’ai commencé au CDS, puis à l’UDF et au Modem où
j’étais, avant ma désignation, l’un des neuf membres du comité de conciliation et de contrôle, un peu le conseil
constitutionnel du parti. Je suis proche de François Bayrou et de Marielle de Sarnez.
Quelle campagne électorale ferez-vous?
Elle sera en prise avec les préoccupations des électeurs autour d’une question, « L’Europe peut-elle aider à
surmonter la crise? » Elle débutera avec les militants. Puis la campagne nationale nous emmènera dans les 22
régions avec François Bayrou. Des conventions thématiques seront organisées dans les sept circonscriptions
ainsi que des réunions publiques dans nos seize départements, dont l’Ain. L’enjeu est important. C’est le
premier test réel pour le Modem avec une élection à la proportionnelle, donc pas soumise au vote utile.
Pour vous, la différence entre votre liste et les autres se fera sur quoi?
Sur deux points : D’abord, notre famille politique est la seule qui n’a pas à prouver son attachement à l’Europe.
Ensuite, l’humanisme. Pendant des années, ce mot a fait sourire. La crise que nous subissons est venue tout
chambouler. Ce mot a retrouvé sa place dans le coeur des gens. Il est l’un des piliers de notre projet.
Maintenant, à nous de mobiliser les électeurs pour qu’ils aillent voter.
Propos recueillis par Jean-Marc Perrat

http://www.leprogres.fr/infosdujour/ain/1073179.html

SUD-OUEST - 25 FEVRIER 2009 - LA DEPUTEE EVOQUE LA QUALITE DES EAUX

Anne Laperrouze est députée européenne du MoDem. La vice-présidente de la commission de l'Industrie et de


l'Énergie au Parlement européen est aussi n° 2 de la liste que présentera le MoDem sur la circonscription Sud-
Ouest aux prochaines élections européennes. L'élue était hier à Biarritz à l'invitation de l'association Surfrider
Foundation Europe. Spécialiste des questions environnementales, notamment des dossiers énergies, eaux et
produits chimiques, Anne Laperrouze a découvert en détail le travail de Surfrider : « Je connaissais bien sûr
l'association, son sérieux, son côté militant, en plus elle s'étend sur toute l'Europe. Nous avons surtout évoqué la
question de la qualité des eaux. La politique européenne vise justement à protéger les eaux du continent. »
Livre bleu
« Pour le moment, au plan européen, la loi-cadre sur l'eau ne concerne que les eaux des rivières et souterraines,
continue Anne Laperrouze, et il n'y a aucun cadre légal pour protéger les eaux marines. C'est en cours
d'élaboration, la commission européenne a commandé une étude sur la qualité des eaux, un livre bleu a été
publié, le dossier avance... » La protection des eaux de baignade ne peut laisser insensible l'Europe. « Surtout
dans cette région, où l'océan Atlantique est malheureusement pollué, poursuit l'élue originaire du Tarn. Les
courants du golfe de Gascogne font remonter les déchets venus d'Espagne, dans un couloir qui va jusqu'à la

FJ - 33
Bretagne. Nous sommes devant un chantier gigantesque. » La rencontre fut un échange réciproque. Les
militants de Surfrider ont appris comment l'eurodéputée travaillait à Strasbourg, siège du parlement, où elle
reste trois jours par semaine. « L'Europe doit rester proche des citoyens, ces contacts sur le terrain sont
importants et je les multiplie même si la région couverte (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc) est grande. »
Hier, en fin de journée, l'eurodéputée a rencontré des militants du parti de François Bayrou, à Biarritz.

http://www.sudouest.com/pays-
basque/actualite/article/512930/mil/4214965.html?L=0%3Db3c1e77e88&cHash=a73f199a5d

AFFAIRE PEROL

JOURNAL DU DIMANCHE - 6 MARS 2009 - PEROL: L'ASSEMBLEE ETUDIE LA DEONTOLOGIE

Suite à la nomination controversée du conseiller de l'Elysée François Pérol à la tête des Banques populaires-
Caisses d'Epargne -la future deuxième banque française- les députés de la commission des Lois vont
auditionner, jeudi, Olivier Fouquet, le président de la commission de déontologie.
http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200910/perol-l-assemblee-etudie-la-
deontologie_192503.html?popup

LES ECHOS- 2 MARS 2009 - BANQUE POPULAIRE - CAISSE D'EPARGNE : RETOUR SUR UNE POLEMIQUE

L'incohérence et la virulence des tirs lancés contre François Pérol au moment où il prend la tête du nouveau
groupe Banque Populaire-Caisse d'Epargne révèlent à elles seules le manque de fondement de cette tentative
d'assassinat public. Dans ce type de circonstances, il convient d'en appeler à la raison, à la rigueur et au respect
fondamental des individus mis trop rapidement en cause.
Sur le plan des normes, beaucoup de bruit a été fait... pour rien. On a d'abord contesté la supposée nomination
du manager d'un groupe privé par le président de la République. Mais qui a, juridiquement, nommé M. Pérol si
ce ne sont les organes qualifiés des deux entités en marche vers la fusion ? Quelle insulte pour les membres de
ces conseils, qui ont porté l'ancien conseiller de l'Elysée à la tête du nouveau groupe à l'unanimité.
Sur les règles déontologiques à respecter lors du départ d'un agent public vers le privé, on sait que si, pendant
les trois années précédant son arrivée dans une entreprise privée, un fonctionnaire a « été chargé, dans le cadre
de ses fonctions, d'assurer le contrôle ou la surveillance de cette entreprise, de conclure des contrats avec celle-
ci », il ne peut la rejoindre. Mais il s'agit d'un contrôle précis et direct de la part d'un fonctionnaire affecté
spécifiquement à cette mission, ce qui n'a rien à voir avec la participation à la réflexion stratégique autour du
rapprochement devenu incontournable entre les deux groupes en souffrance. La sécurité juridique implique le
respect scrupuleux des textes, et non leur interprétation extensive motivée par des intentions politiciennes.
On nous parle ensuite de conflit d'intérêts. Mais qui est seulement capable de définir ces intérêts supposés
contradictoires ? Car non seulement le conflit d'intérêts a posteriori n'existe pas, mais surtout avoir contribué,
avec tant d'autres, à confectionner un groupe à partir de deux banques au bord de la faillite et en prendre ensuite
la tête est une suite si ce n'est naturelle du moins absolument légitime. Du moins dès lors que l'on adhère à
l'idée que les banques devaient être « sauvées » par l'Etat. Ce qui est le cas de François Bayrou et autres
personnalités de gauche montées au créneau pour tuer non pas François Pérol mais Nicolas Sarkozy. On
imagine d'ailleurs, en pareilles circonstances, combien ces leaders de l'opposition auraient différemment agi
s'ils avaient eu leur bureau à l'Elysée... Seuls ceux qui s'opposent aux plans de relance et de sauvetage des
banques, parce qu'ils ont une vision très critique du retour des réflexes keynésiens et dénoncent l'aléa moral
entretenu par ces politiques, sont en réalité légitimes à s'étonner, en cohérence, de la participation de l'Etat dans
FJ - 34
l'ensemble de cette opération. Tel n'est cependant pas le cas de tous ceux que l'on entend et qui, il y a encore
quelques jours, reprochaient au président de « donner de l'argent aux banquiers sans exiger ni contrôle, ni
contreparties »...
Quant aux liens directs contestables entre l'Elysée et le nouveau patron, quel dirigeant de banque n'a pas
régulièrement en ligne le président de la République et ses plus proches conseillers ? Rappelons également que
la montée au capital de l'Etat fait de lui un actionnaire qui peut, à ce titre, légitimement revendiquer des postes
d'administrateur et voir l'un des nouveaux nommés prétendre à la présidence de l'ensemble.
Sur le parcours et les qualités de manager du nouvel homme fort de la banque mutualiste, dont le groupe sera la
deuxième banque française après le Crédit Agricole - dont il pourra légitimement s'inspirer sur de nombreux
points - personne n'est aujourd'hui légitime pour pouvoir démontrer une quelconque incapacité. Bien au
contraire, il semble doué de qualités appréciables que seul le temps permettra de juger réellement et
objectivement. D'aucuns s'inquiètent d'ailleurs, non pas de son retour dans le privé, mais de son départ de
l'Elysée où son libéralisme - modéré mais réel - tempérait les tentations hyper-interventionnistes d'Henri
Guaino.
L'emportement contre M. Pérol révèle, plus largement, la médiocrité du débat public et l'incohérence viscérale
des oppositions systématiques proférées par certains dirigeants politiques jaloux d'un pouvoir qu'ils rêvent
d'acquérir. Il rappelle les théories du bouc émissaire de René Girard et la tentation naturelle, surtout en période
de crise, de provoquer des rites sacrificiels pour focaliser des instincts de violence sociale et asseoir son autorité
sur la foule. Personne n'a, cependant, à gagner de ce type de chasse à l'homme et l'on ne peut que souhaiter,
désormais, que François Pérol puisse trouver dans les valeurs mutualistes, particulièrement précieuses en ces
temps de crise, les forces nécessaires pour remonter un groupe qui en a bien besoin.
Mathieu Laine est avocat et maître de conférences à Sciences po

http://www.lesechos.fr/info/analyses/4836513-banque-populaire-caisse-d-epargne-retour-sur-une-
polemique.htm

VINCENT LINDON – « WELCOME » ET FRANÇOIS BAYROU

LE PARISIEN - VINCENT LINDON : « JE SUIS UN HOMME EN COLERE »

Arrivé au siège du « Parisien » et « Aujourd’hui en France » accompagné de son attaché de presse, c’est un
Vincent Lindon décontracté qui a répondu à nos questions. « J’ai tout le temps qu’il faudra à vous consacrer »,
a prévenu l’acteur, pourtant engagé dans une promotion marathon pour le film «Welcome », qui sort mercredi.
A 49 ans, Vincent Lindon y incarne un maître nageur habitant Calais qui va aider un jeune clandestin kurde à
traverser la Manche à la nage. Un rôle qui l’a conduit à s’engager contre les lois anti-immigration. Entretien

Vous êtes-vous identifié à ce maître nageur qui prend des risques pour aider un clandestin ?
Vincent Lindon. Au départ, j’ai accepté le rôle pour des raisons cinématographiques. Il y avait dans le scénario
une dramaturgie formidable et un terrain propice à un grand film romanesque. Au début de l’histoire, Simon
aide ce jeune Kurde pour récupérer la femme qu’il aime. Puis, progressivement, il obéit à des motivations plus
inconscientes. C’est un homme qui se regardait le nombril et qui lève enfin les yeux. Il est happé par un sens
civique et va devenir un hors-la-loi.

En quoi ce rôle vous a-t-il particulièrement marqué ?


Simon, ce qu’il me renvoie, c’est l’obligation de me tenir droit dans mes bottes. J’imagine des gens me croiser
après avoir vu le film et se dire : Mais alors, en fait, tout ça, c’est n’importe quoi ! Il aide un clandestin dans le
film et puis, ensuite, il fréquente les restaurants de luxe… Donc, je ne peux plus me présenter dans ces endroits-
là. Il y a des trucs que je n’ai plus envie de faire.
FJ - 35
Qu’avez-vous découvert
Une ville en état de siège. Le long du port, j’ai vu les barbelés de 5 m de hauteur avec des pics que personne ne
peut franchir. Des CRS en camionnettes blindées qui fond des rondes toutes les cinq minutes. Et tous ces
migrants prêts à essayer de se glisser entre deux essieux, prêts à tout pour passer de l’autre côté. C’est ce qui
m’a le plus marqué en onze semaines de tournage.

Qu’avez-vous appris sur les clandestins ?


Que ces gens sont inarrêtables. Qu’ils fuient un pays en guerre, qu’ils aillent rejoindre leur famille exilée ou
qu’ils cherchent un Eden à l’ouest, ils n’ont plus rien à perdre. Ce qui est incroyable, c’est qu’on les voit
toujours comme des gens qui ne savent ni lire ni écrire, alors qu’il y a parmi eux des professeurs, des médecins,
des étudiants. Ils sont souvent super-courtois, très éduqués. Avec Philippe Lioret, le réalisateur, on en a pris
trois en stop sur le chemin de la gare. C’étaient des gens très érudits, qui parlaient anglais. Et pacifiques : à
Calais, il n’y a ni vol, ni pillage, ni viol.

Quelle est votre opinion sur le problème des clandestins ?


Je n’ai pas la prétention de réguler le flux migratoire en France ! Mais, comme beaucoup de Français, j’estime
qu’il faut qu’on respecte les êtres humains. Les gens à Calais sont parfois traités plus mal que des chiens. Et ça,
ça ne me va pas. Je ne comprends pas qu’il existe un article du Code de l’entrée, du séjour ou du droit d’asile
aux étrangers qui dit : Toute personne qui vient en aide à une personne en situation irrégulière est passible de
cinq ans de prison.

Vous vous êtes sérieusement opposé au ministre Eric Besson sur cet article de loi…
Je sais que le ministre a une tâche difficile. Je suis conscient qu’il n’est pas possible de laisser toutes les portes
ouvertes. Mais, pour moi, il fait semblant de nier l’existence de cette loi. Or il y a bien eu des gens placés en
garde à vue, comme cette femme qui voulait aider les migrants à recharger leur téléphone. Le mieux pour
qu’une loi ne puisse pas être appliquée, c’est qu’elle n’existe pas ! Ce qui me choque, c’est qu’on puisse
menacer de prison des gens qui ont de la compassion pour autrui.

Espérez-vous provoquer une prise de conscience ?


Si ce film pouvait contribuer à changer cette loi, ce serait positif. On l’a vu avec « Indigènes » pour les pensions
des anciens combattants. « Welcome » est une fiction. Et c’est plus efficace qu’un documentaire, car ça
s’adresse au coeur des gens. C’est pour ça que les films de Ken Loach frappent le public. On a vu des centaines
de documentaires sur l’école, mais c’est Entre les murs qui a sensibilisé tout le monde. Parce que c’est un vrai
film.

Comment percevez-vous la France en crise ?


J’ai l’impression que les gens sont empêtrés dans de tels problèmes d’endettement qu’ils ne peuvent plus se
projeter sur le long terme. Quand on nous dit que l’écart entre les pauvres et les riches s’accentue de plus en
plus, c’est vrai ! Je n’ai pas la solution. En revanche, je suis un citoyen, donc un électeur. Je ne veux pas être
perçu comme un donneur de leçons, mais comme un homme en colère.

Vous aviez soutenu François Bayrou pendant la campagne présidentielle. Où en êtes-vous aujourd’hui ?
En matière de politique, je fonctionne à l’instinct. Bayrou, des trois candidats, c’était le seul qui avait un terroir.
Et ça m’a rassuré. Je n’ai pas senti ça chez l’actuel président de la République, que j’ai surtout vu dans des
hôtels. Bayrou disait qu’il aimerait prendre les meilleurs de chaque camp et on le lui a assez reproché.
Aujourd’hui, beaucoup d’hommes de gauche se retrouvent dans le gouvernement… Je ne sais pas si je me
FJ - 36
réinvestirai dans trois ans. Peut-être que si.

Que vous inspire le succès phénoménal de « Bienvenue chez les Ch’tis » ?


Je suis super-content parce que 21 millions d’entrées, ça a contribué à ce que le cinéma aille encore mieux cette
année. C’est bien que le cinéma commercial draine du monde, car ça incite les professionnels à réinvestir dans
d’autres films. Mais c’est important aussi que des films comme « Welcome », « Entre les murs » ou « Indigènes
»marchent. Ça rassure les financiers qui se disent : On ne va pas enterrer tout de suite ce genre de cinéma-là.

http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/vincent-lindon-je-suis-un-homme-en-colere-07-03-2009-
434070.php

POUR SE DETENDRE

DECOUVREZ QUELLES PERSONNALITES SE JOINDRONT A PPDA POUR LES 20 ANS DES GUIGNOLS

Le 16 mars prochain, les Guignols de l'info fêteront leurs 20 ans sur Canal +. Comme nous vous
l'annoncions, PPDA a été le premier à accepter de prendre la place de sa marionnette pour cet anniversaire.
Mais il n'est pas le seul, voici les autres personnalités qui se joindront à lui.
PurePeople révèle les noms de plusieurs personnalités politiques, mais aussi télévisuelles et sportives, qui
joueront le jeu lors de l'édition spéciale des Guignols de l'info.

Un casting alléchant pour les inconditionnels du journal humoristique. Malheureusement, Nicolas Sarkozy ne
sera pas là, pas plus que son épouse Carla Bruni...

Mais nous aurons le plaisir de retrouver François Hollande pourtant terriblement bêtifié par les auteurs des
Guignols.

Bertrand Delanoë, Jean-Louis Debré et l'inimitable François Bayrou dont la marionnette n'est pas plus maligne
que celle de François Hollande, nous feront aussi le plaisir de se prêter au jeu, preuve qu'en politique aussi, on
sait faire preuve d'autodérision.

Du côté des personnalités sportives, c'est de Guy Roux, Aimé Jacquet et Thierry Roland dont nous pourrons
gentiment nous moquer !

Enfin, Marc Olivier Fogiel et sa hyène Zaza, dont sa marionnette est indissociable, rejoindront eux-aussi le
plateau des Guignols à l'occasion de ce grand événement.

Pas de doute, Laurence Ferrari et David Pujadas peineront à rassembler les téléspectateurs le 16 mars !

http://www.news-de-stars.com/ppda/ppda-decouvrez-quelles-personnalites-se-joindront-a-lui-pour-les-20-ans-
des-guignols_art14602.html

MARIANNE - PRESIDENT2012.COM: ILS Y PENSENT ENCORE PLUS QU'HIER !

La bataille pour la prise de l’Élysée a commencé. Du moins sur le web. Qui la remportera? Copé2012?
Bertrand2043? Fillon3054?

FJ - 37
Nicolas Sarkozy : Il y a quelques jours, le chef de l’Etat expliquait « que [son] métier [était] très difficile » et
par conséquent, « oh que oui », il avait des doutes sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle…
Mais il en est un, Christian Perbet, le patron d’une « agence de stratégie, communication et multimédias » de
Haute-Loire, qui lui n"en a jamais douté. En septembre 2004, il a déposé les noms de domaines Sarkozy2012.fr,
Sarkozy2012.com et Sarkozy2012.net ! Geste militant ou acte d’un professionnel qui a senti le bon coup
financier ? Impossible à savoir : le communiquant refuse de communiquer !
Mais il existe plus visionnaire que Christian Perbet. Un habitant d’Angoulême a déposé Sarkozy2017.fr en
mars 2007 ! À cette date, la limitation à deux mandats successifs pour le Président de la République n’avait pas
encore été adoptée. Mais ce nom de domaine n’est pas perdu : Prince Jean pourra toujours le reprendre à son
compte...

Jean-François Copé : En voilà un qui n’y pense pas seulement en se rasant. Et quand il n’y songe pas, d’autres
s’en chargent pour lui. Cope2012.fr a été déposé par David Dousset, un « ancien militant du PS ». Lui qui
pourtant explique « être toujours un homme de gauche », est aujourd’hui « adhérent de Génération France, le
groupe de réflexion de Jean-François Copé ». Il trouve d’ailleurs au maire de Meaux toutes les qualités : « [Il]
fait un travail remarquable au niveau de la ville et j’apprécie beaucoup l’homme et ses idées. J’espère
sincèrement que Jean-François Copé sera candidat en 2012, il a l’étoffe d’un grand Président. » Il est donc hors
de question pour lui de faire une plus-value en revendant le site à l’actuel patron des députés UMP : « S’il est
candidat en 2012 (…), le domaine que j’ai acheté sera simplement un site de soutien. Il s'agit d une initiative
personnelle qui vise à partager ma vision du personnage et d’apporter mon éclairage sur la qualité de son travail
et des perspectives qu’il pourrait offrir à la France… »

Xavier Bertrand : Chef de l’UMP, c’est un joli marchepied pour l’Elysée. Même si dans les faits, c’est Nicolas
Sarkozy qui tire encore et toujours les ficelles du parti. En début d’année passée, Thierry Lambert a pourtant
déposé Bertrand2012 avec les extensions « .com », « .fr » et « .net ». S’il a acheté ces noms, c’est, dit -il, à la
fois dans un but militant et commercial. Membre de l'UMP, il explique sans sourciller que « l’homme politique
est un produit comme un autre » ! Et il n’en est pas à son coup d’essai : il a déjà « revendu un certain nombre de
noms de domaines par le passé ». Lesquels ? Pour quels montants ? L’homme n’est vraiment pas bavard :
« C’est assez variable… »

Jacques Chirac : Ces derniers temps (allez savoir pourquoi ?), beaucoup de Français semblent regretter l’ancien
Président. Qu’ils se rassurent, il sera bientôt de retour dans la course à l’Elysée. En tout cas sur Internet !
Chirac2012 en version « .com », « .fr » et « .net » sont des noms de domaines qui ont trouvé preneur. Pas sûr
qu’ils aient fait là un juteux investissement.

Dominique de Villepin : L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac a lui aussi son nom de domaine réservé
pour la prochaine élection présidentielle. Villepin2012.fr est d’ailleurs à vendre. Le propriétaire de ce site ne
devrait pas réaliser un gros bénéfice. Il faut dire qu’il n’a pas vraiment eu le nez creux. Villepin2012.fr a en
effet été déposé en septembre 2007. À cette date, l’homme a certes prononcé son flamboyant discours à l’ONU,
mais il s’est aussi déjà pris les pieds dans le tapis du CPE et est inquiété depuis plusieurs mois dans l’affaire
Clearstream…

François Fillon : Malgré la « malédiction de Matignon », certains verraient bien l’actuel « chef » du
gouvernement prendre du galon : Fillon2012.fr et Fillon2012.com, ces deux noms de domaines ont été
enregistrés…
FJ - 38
François Bayrou : Le bien nommé MoDem maîtrise Internet sur le bout des doigts. Le lancement récent de deux
nouveaux outils, Les Démocrates et Le Forum démocrate, est censé en être la preuve. Mais sa stratégie en la
matière connaît encore des failles : Quentin Decourtilloles a déposé les noms de domaines Bayrou2012.com et
Bayrou2012.fr quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle de 2007. L’idée n’est
certainement pas d’en faire cadeau au MoDem. Au contraire, le jeune homme de 33 ans avoue vouloir « gagner
de l’argent » : « Je ne fais pas ça pour les emmerder. Aujourd’hui, je connais une période un peu difficile : je
suis sans emploi, sans revenus et j’ai un enfant à charge… »

Le Pen : Lepen2012.fr a été déposé en juillet dernier. Il est impossible de savoir qui se cache derrière cet
enregistrement, comme il est tout aussi impossible de savoir s’il a été fait dans l’optique d’une candidature du
patron du Front national ou de sa fille Marine…

Olivier Besancenot : Le leader du NPA a lui aussi son nom de domaine déjà enregistré pour la prochaine
élection : Besancenot2012.fr l’a été de façon anonyme en 2008. La version « .com », elle, a été déposée dès
2007 par... un habitant de Guinée Conakry.

Cécile Duflot : La présidente des Verts serait-elle d’ores et déjà dans les starting-blocks pour la course à
l’Elysée de 2012 ? En tout cas, quelqu’un veut y croire : le même jour (le 20 novembre 2008), les sites
Duflot2012.fr, Duflot2012.net et Duflot2012.com ont été enregistrés. Le dernier l’a été par un certain Alexis
Braud. Membre du comité exécutif et chargé de la communication interne chez Les Verts, il est aujourd’hui
responsable à Europe-Ecologie (rassemblement mêlant Verts et associatifs pour les élections européennes, ndlr)
de l’événementiel et de la coordination des régions. Les Verts devraient être rassurés : eux, au moins, ils
n'auront pas à se tracasser pour trouver leur candidat en 2012. Ils l'ont déjà depuis 2008 !
Ils n’y sont pas (encore ?) : Arlette Laguiller, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon, Hervé Morin, José Bové,
Nicolas Dupont-Aignan, Marie-George Buffet, Pierre Laurent, Philippe de Villiers, Corinne Lepage, Jean-
Pierre Chevènement, Christiane Taubira, Dominique Voynet, Frédéric Nihous, Gérard Schivardi, etc.

http://www.marianne2.fr/President2012-com-ils-y-pensent-encore-plus-qu-hier!-2-2-_a175756.html

FJ - 39