Vous êtes sur la page 1sur 19
CLÔTURE DES TRAVAUX DE LA 17 e SESSION DE LA HAUTE COMMISSION MIXTE DE COOPÉRATION

CLÔTURE DES TRAVAUX DE LA 17 e SESSION DE LA HAUTE COMMISSION MIXTE DE COOPÉRATION ALGÉRO-MAURITANIENNE

Cinq accords signés

Il s’agit de deux mémorandums d’entente dans les domaines de la pêche et des ressources en eau, d’un protocole complémentaire dans le secteur de la santé animale et de deux programmes exécutifs relatifs à la jeunesse et au sport, ainsi qu’au domaine de la lutte contre l’analphabétisme.

M. Sellal : « Asseoir des relations de coopération privilégiées entre les deux pays »

P. 3

10-11 Djoumada El Aouel 1434 - Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013 - N°14775 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0 287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

APN

Sixministresrépondent

à13questions

M. DAHO OULD KABLIA : “Le gouvernement envisage la révision du code pénal face aux
M.
DAHO OULD KABLIA :
“Le gouvernement
envisage la révision
du code pénal face
aux enlèvements d'enfants”
M.
YOUCEF YOUSFI :
“Un été sans délestage”
L’Assemblée populaire nationale a repris jeudi
dernier ses travaux, en séances plénières, présidés
par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, consacrés aux
réponses à 13 questions orales adressées par des
députés à six ministres. Les travaux se sont
déroulés en présence des membres des secteurs
concernés et du ministre chargé des Relations
avec le Parlement, M. Mahmoud Khedri.
PP. 4-5
M.
MOHAMED CHERIF ABBAS :
“Parachèvement
des procédures
réglementaires relatives
à la création du musée
du Moudjahid de Tiaret”
AMAR GHOUL :
“L’autoroute des Hauts
Plateaux sera lancée
avant fin juin 2013”
M me SOUAD BENDJABALLAH, :
“Plus de 11.000 sans-abris
recensés en 2012”
M ME KHALIDA TOUMI :
“Prise en charge des sites
de Ksar El-Boukhari
et de Témacine”
Les souscripteurs de 2002 seront
convoqués à partir du mois d’avril P. 9
Ph. Nacéra I.

ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS

ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS 49 morts dont l’exégète Ramadhan Al-Bouti P. 17 L’Algérie condamne

49 morts dont l’exégète Ramadhan Al-Bouti

P. 17

L’Algérie condamne avec “la plus grande force” l’attentat

L’Algérie condamne avec “la plus grande force” l’attentat qui a visé jeudi dernier la mosquée Al-Imane à Damas, a indiqué hier le porte-parole du minis- tère des Affaires étrangères, Amar Be- lani. “L’Algérie condamne avec la plus grande force l’attentat qui a visé la mos- quée Al-Imane à Damas et qui a fait de nombreuses victimes parmi les fidèles, dont l’éminent théologien et prédica- teur, cheikh Mohamed Saïd al-Bouti”, a souligné M. Belani dans une déclaration à l’APS. “Il s’agit d’un acte criminel consternant et intolérable qui suscite notre plus vive condamnation”, a-t-il af- firmé.

BANQUE D’ALGÉRIE Appel à une plus large utilisation du chèque et de la carte bancaire
BANQUE D’ALGÉRIE
Appel à une plus
large utilisation
du chèque et de
la carte bancaire
P. 11

RESSOURCES EN EAU

De grands projets

P. 7

BÂTIMENT

Des opérateurs américains en quête d’opportunités de partenariat dans la région ouest

 

P.

11

AIR ALGÉRIE

Réduction des tarifs de 50% vers les destinations du Sud

 

P.

10

USINE RENAULT D’OUED TLÉLAT

Début des travaux en septembre

P. 10

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55 e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

2 EL MOUDJAHID Météo NUAGEUX Sur les régions Nord, ennuagement progressif la journée daujourd’hui sur les

EL MOUDJAHID

Météo NUAGEUX Sur les régions Nord, ennuagement progressif la journée daujourd’hui sur les régions de
Météo
NUAGEUX
Sur les régions Nord, ennuagement progressif la
journée daujourd’hui sur les régions de l’ouest
accompagné de quelques pluies gagnant en
cours d’après –midi et en soirée sur
les régions du Centre et de l’Est
Temps devenant frais et variable à partir du di-
manche avec localement averses de pluie la
journée du dimanche ,notamment sur régions du
Centre et de l’Est.
Les températures maximales varieront de
16°c/22°c en général avec tendance à la baisse
notamment à partir du dimanche.
Les vents seront faibles à modérés.
Sur les régions sud du pays, le temps sera géné-
ralement partiellement voilé.
Les températures maximales varieront générale-
ment de 22°c/30°c avec des pics de 36°c vers
l’Extrême Sud.
Les vents seront faibles à modérés avec
quelques soulèvements de sable vers le Sud-
Ouest et le Sahara cent
Températures (maximales-minimales) prévues
aujourd’hui :
Alger (19°- 11°), Annaba (21°- 11°), Béchar
(26° - 9°), Biskra (27° - 15°), Constantine (23°-
8°), Djanet (22° - 17°), Djelfa (25° - 10°),
Ghardaïa (28° - 15°), Oran (17° - 10°), Sétif
(20°- 7°), Tamanrasset (31°- 16°), Tlemcen
(18°- 9°).

DEMAIN À 8H A L’OFFICE RIADH EL-FETH

Caravane de sensibilisation au fléau de la drogue

La Direction générale de la Sûreté natio- nale donnera le coup d’envoi d’une caravane nationale de sensibilisation sur le fléau de la drogue, en coordination avec l’Associa-

tion des an- ciens Scouts musulmans algériens, demain à 8h depuis l’Office Riadh El-Feth.

avec l’Associa- tion des an- ciens Scouts musulmans algériens, demain à 8h depuis l’Office Riadh El-Feth.
CE MATIN À 10H Opération de plantation d’arbres À l’occasion de la jour- née mondiale
CE MATIN À
10H
Opération de
plantation
d’arbres
À l’occasion de la jour-
née mondiale de l’Ar-
bre, le ministère de
l’Aménagement du ter-
ritoire, de l’Environne-
ment et de la Ville
organise une opération
de plantation d’arbres
au niveau
de l’exten-
tion du parc des Grands Vents.
Cette opération qui se déroulera ce matin à 10h, avec
la participation du personnel du ministère et des enfants
de SOS village de Draria, sera rehaussée par la pré-
sence de M. Amara Benyounes, ministre de l’Aména-
gement du
Territoire, de l’Environnement et de la Ville.
DEMAIN
À 9H30
Le rôle
des
mourchidate
Le ministre des Affaires
religieuses et du Wakf,
M. Bouabdallah Ghla-
mallah, présidera, de-
main à 9h30 à Dar
El-Imam, la cérémonie
d’ouverture d’un sémi-
naire national sur «Le
rôle de l’orientation re-
ligieuse féministe dans
le développement».
DEMAIN À 8H30
Bilan
du tourisme
2012
Le ministre du Tourisme
et de l’Artisanat, M. Mo-
hamed Benmeradi, prési-
dera les travaux de la
réunion-bilan des activi-
tés du secteur durant
l’année 2012 et de la
mise en œuvre du pro-
gramme d’action pour
2013, demain à partir de
8h30, à l’hôtel Safir Ma-
zafran.

Appel au don de sang

À l’occasion de la célébration de la journée maghrébine du Don de sang le 30 mars, la Fédération algérienne des don- neurs de sang, en collaboration avec le ministère des Af-

faires religieuses et

du Wakf,

et

l’Agence nationale du sang lancent un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé, de répondre en masse à l’appel du cœur et aller offrir un peu de son sang.

âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé, de répondre en masse à l’appel

LES 25, 26 ET 27 MARS À L’HÔTEL SHERATON

Conférence du HCI

Le Haut conseil islamique organise, les 25, 26 et 27 mars, un colloque international sur le thème des communautés algériennes à l’étran- ger et de leurs problèmes religieux et sociocul- turels. L’ouverture des travaux aura lieu le 25 mars à 9h à l’hôtel Sheraton.

CE MATIN À 10H30, AU FORUM DE LA MÉMOIRE La participation des avocats à la
CE MATIN À 10H30, AU FORUM DE LA MÉMOIRE
La participation des avocats
à la Révolution-Hommage
au chahid Ali Boumedjel
Le Forum de la mémoire, initié en coor-
dination avec l’association Machaâl
Echahid, organise, avec le barreau d’Al-
ger, une conférence en hommage au cha-
hid Ali Boumendjel, sur la participation
des avocats à la Révolution.
La conférence sera animée par des uni-
versitaires et sera suivie de témoignages
de compagnons du chahid.
DEMAIN À 10H
Mohamed Tahmi, invité du
Forum sport d’El Moudjahid
M. Mohamed Tahmi, ministre de la Jeu-
nesse et des Sports, sera demain à 10
heures, l’invité du Forum sport d’El
Moudjahid.
La conférence-débat portera sur l’actua-
lité du monde sportif et les questions
liées au secteur de la jeunesse.
sportif et les questions liées au secteur de la jeunesse. DEMAIN À 8H30 À L’IANOR «
sportif et les questions liées au secteur de la jeunesse. DEMAIN À 8H30 À L’IANOR «

DEMAIN À 8H30 À L’IANOR

« Les normes arabe unifiées »

L’institut algérien de normalisation IANOR célèbre demain à 8h30, à l’occasion de la jour- née arabe de la Normalisation, un point de presse sur le thème : «Les normes arbre uni- fiées : la promotion du commerce interarabe» qui sera animée par la directrice générale de l’institut.

sera animée par la directrice générale de l’institut. LES 24 ET 25 MARS Conférences au CRASC
LES 24 ET 25 MARS Conférences au CRASC Le CRASC abritera, à son siège, deux
LES 24 ET 25 MARS
Conférences au CRASC
Le CRASC abritera, à son siège,
deux conférences, la première aura
lieu demain à 14h sur le thème «Le
discours islamiste entre histoire et
théologie», animée par Soheib Ben-
chikh, et la deuxième, le 25 mars à
14h, sera présentée par Niek Pas, historien, université d’Amstedam, in-
titulée «Les Pays-Bas et la guerre d’indépendance de l’Algérie ».
MARDI 26 MARS À L’HÔTEL EL-AURASSI La création d’emploi au Maghreb Ader Méditerranée et ses

MARDI 26 MARS À L’HÔTEL EL-AURASSI

La création d’emploi au Maghreb

Ader Méditerranée et ses partenaires organisent le lancement du projet eu- romaghrébin «DiaMed» qui vise à soutenir la création d’activité et l’em- ploi au Maghreb, la migration au ser- vice du développement local, mardi 26 mars, à l’hôtel El-Aurassi.

local, mardi 26 mars, à l’hôtel El-Aurassi. AGENDA CULTUREL DU 24 AU 30 MARS AU PALAIS

AGENDA CULTUREL

DU 24 AU 30 MARS AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

« À la rencontre de nos héros »

Dans le cadre de la célébration du 50 e anni- versaire de l’indépendance, le palais de la culture Moufdi-Zakaria organise du 24 au 30 mars à partir de 11 h des portes ouvertes sur les ateliers de la bibliothèque «Kan ya ma kan» sous le thème : « a la rencontre de nos héros».

ma kan» sous le thème : « a la rencontre de nos héros». CET APRÈS-MIDI À

CET APRÈS-MIDI À 14H30 À LA LIBRAIRIE KALIMAT

Vente- dédicace d’Akli Tadjer

Akli Tadjer dédicacera son roman sa- medi prochain à 14h30, à la librairie Kalimat, sise 27, Bd Victor-Hugo.

COMMUNAUTÉ ALGÉRIENNE À L'ÉTRANGER

Un portail électronique sera lancé la semaine prochaine

Un portail électronique sera lancé la semaine prochaine "Un portail électronique consacré aux affaires et aux

"Un portail électronique consacré aux affaires et aux préoccupations des membres de la commu- nauté algérienne à l'étranger et à son rôle dans le développement national sera lancé la se- maine prochaine", a dé- claré M. Sahli , secretaire d’État chargé de la communauté natio- nal à l’étranger

DEMAIN À 10H AU CNASPS

Point de presse

Dans le cadre de la vi- site d’une délégation des territoires occupés, une conférence de presse sera organisée demain à 10h au siège du CNASPS animée par la délégation sah- raouie des territoires occupés en présence de M. Brahim Ghali, am- bassadeur de la RASD à Alger, et M. Moha- med Mahreze Lamari, président du CNASPS.

en présence de M. Brahim Ghali, am- bassadeur de la RASD à Alger, et M. Moha-

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Nation

3

EL MOUDJAHID

N ation 3 EL MOUDJAHID CLOTURE DES TRAVAUX DE LA 17 E SESSION DE LA HAUTE
N ation 3 EL MOUDJAHID CLOTURE DES TRAVAUX DE LA 17 E SESSION DE LA HAUTE
N ation 3 EL MOUDJAHID CLOTURE DES TRAVAUX DE LA 17 E SESSION DE LA HAUTE

CLOTURE DES TRAVAUX DE LA 17 E SESSION DE LA HAUTE COMMISSION MIXTE DE COOPÉRATION ALGÉRO-MAURITANIENNE

Cinq accords signés

Il s’agit de deux mémorandums d’entente dans les domaines de la pêche et des ressources hydrauliques, d’un protocole complémentaire dans le secteur de la santé animale et de deux programmes exécutifs relatifs à la jeunesse et au sport ainsi qu’au domaine de la lutte contre l’analphabétisme.

L Premier ministre, M. Ab-

delmalek Sellal, a salué jeudi, à Nouakchott, les ré-

sultats «positifs» de la 17 e session de la Haute commission mixte de coopération algéro-mauritanienne sanctionnée par la signature de cinq accords de coopération bilaté- rale dans divers domaines. M. Sel- lal a indiqué à la fin des travaux de la session, que ces résultats «contribueront sans nul doute à donner une nouvelle impulsion à notre coopération bilatérale», sou- lignant la «volonté forte» qui anime les deux parties afin de his- ser leurs relations au niveau des

«relations privilégiées qui lient les deux peuples et leurs dirigeants». Il a salué, à ce propos, le climat de «sérieux et d’objectivité» qui a régné lors de cette session ainsi que

e

«l’entente qui a marqué la concer- tation autour des questions posées aux plans maghrébin, arabe et afri- cain», relevant la «convergence» de vues susceptible, selon lui, d’an- crer «la tradition de concertation et de coordination entre les deux pays et à tous les niveaux». Cette session, a encore dit M. Sellal, a permis aux parties algé- rienne et mauritanienne de procé- der à «une évaluation globale et objective» des différents dossiers de coopération bilatérale et au «diagnostic des difficultés qui se dressent devant cette coopération». Il a précisé, d’autre part, que plusieurs décisions ont été prises dans les domaines économique et social à même de conférer à la coo- pération «davantage d’efficacité», se disant confiant que celles-ci

d’efficacité», se disant confiant que celles-ci donneront «un nouveau souffle» aux relations bilatérales.

donneront «un nouveau souffle» aux relations bilatérales. «Nous restons convaincus que nous réali- serons les objectifs tracés par les dirigeants des deux pays, le Prési- dent Abdelaziz Bouteflika et son frère le président Mohamed Ould Abdelaziz, et de donner un nou-

veau départ prometteur aux rela- tions algéro-mauritaniennes dans les différents domaines», a affirmé M. Sellal avant d’ajouter que cela contribuera «à la réalisation des as- pirations de nos deux peuples au progrès et à la prospérité et au ren- forcement de l’édifice de notre

Union maghrébine arabe escomp- tée». Le Premier ministre, M. Ab- delmalek Sellal, a été reçu jeudi à Nouakchott par le président mauri- tanien, M. Mohamed Ould Abdela- ziz.

APS

M. Sellal : “Asseoir des relations de coopération privilégiées entre les deux pays”

L Premier ministre, M. Abdelmalek

Sellal, a appelé mercredi à Nouak- chott, à asseoir des relations de coo-

pération «privilégiées» entre l’Algérie et la Mauritanie à travers l’exploitation optimale des potentialités des deux pays. «Nous aspi- rons à bâtir une nouvelle étape d’action com-

mune et des relations bilatérales privilégiées

à travers l’exploitation optimale des poten- tialités matérielles et humaines des deux

pays», a déclaré M. Sellal à l’ouverture des travaux de la grande commission mixte de coopération algéro-mauritanienne. La tenue de la grande commission mixte «traduit la volonté politique et les intentions sincères des dirigeants des deux pays ainsi que leur souci permanent d’élargir les relations de coopération entre l’Algérie et la Mauritanie

à de nouveaux horizons de manière à réaliser

les aspirations des deux peuples frères», a-t- il souligné. Le Premier ministre s’est dit sa- tisfait des résultats «positifs» réalisés par le comité de suivi et des «pas importants» fran- chis dans certains secteurs, notamment en matière de coopération économique et sécu- ritaire, ainsi que dans les domaines de l’agri- culture, de l’enseignement et de la formation». M. Sellal a en outre souligné la nécessité d’accorder l’intérêt requis à d’au- tres projets vitaux comme celui de la route reliant Tindouf en Algérie à Choum en Mau- ritanie sur un linéaire de plus de 1.000 km

e

Choum en Mau- ritanie sur un linéaire de plus de 1.000 km e qui, a-t-il dit

qui, a-t-il dit doit être achevé dans tous ses tronçons. Il a appelé à la révision du cadre légal de l’accord commercial signé entre les deux pays en 1996. D’autre part, M. Sellal a insisté sur l’importance de la coopération et de la coordination sécuritaire entre les deux pays pour faire face aux défis induits par la crise au Mali, à l’origine de l’exode de mil- liers de réfugiés vers l’Algérie et la Mauri-

tanie. De ce fait, l’Algérie réaffirme son appel au respect de la souveraineté de l’Etat malien et son intégrité territoriale, «en évi- tant tout ce qui est susceptible d’attiser les tensions tribales et d’aggraver la crise», a af- firmé le Premier ministre. Par ailleurs, M. Sellal a relevé une convergence de vues entre les deux pays concernant la situation en Syrie et la question palestinienne, formant

le vœu de voir le prochain sommet arabe de Doha contribuer à assainir le climat et à ren- forcer la solidarité interarabe. Le Premier ministre mauritanien, M. Moulay Ould Mo- hamed Laghdef a, pour sa part, réaffirmé la volonté des deux pays de réaliser un parte- nariat stratégique, appelant les hommes d’af- faires algériens et mauritaniens à redoubler d’efforts, à multiplier leurs rencontres com- munes et à saisir les opportunités offertes pour le renforcement de la coopération et la complémentarité économique entre les deux pays. Il a ajouté que son pays offrait «toutes les garanties nécessaires» aux hommes d’af- faires algériens pour réaliser des projets d’in- vestissement en Mauritanie.

M. Sellal s’entretient son homologue mauritanien Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, s’est entretenu avec son homologue mauri- tanien, M. Moulay Ould Mohamed Laghdef. L’entretien a eu lieu en marge des travaux de la 17 e session de la haute commission mixte de coopération algéro-mauritanienne, en pré- sence du ministre délégué chargé des Af- faires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, et du ministre mauri- tanien des Affaires étrangères et de la coo- pération, M. Hamadi Ould Baba Ould Hamadi.

APS

ALGÉRIE-UA

Une cinquantaine d’observateurs électoraux de l’UA formés à Alger

L’Union africaine (UA) a organisé du lundi au jeudi à Alger une formation au profit d’une cinquantaine d’observateurs électoraux des pays d’Afrique du Nord. La formation, deuxième du genre après celle tenue à Tunis en 2011 (égale- ment dédiée aux pays nord africains), vise à initier les obser- vateurs, nouvellement sélectionnés, aux textes de loi relatifs au suivi et au contrôle des processus électoraux dans les pays membres de l’UA, a-t-on appris auprès des formateurs. Les participants, dont une dizaine d’Algériens, ont été choisis en collaboration avec les mouvements associatifs (associations et organisations non gouvernementales) et les instances chargées de l’organisation et de la gestion des processus électoraux dans les pays d’Afrique du Nord. Durant les quatre jours de la for- mation, les encadreurs ont expliqué à l’assistance les procé- dures régissant les élections en Afrique, contenues dans la Déclaration de Durban de juillet 2002, et les directives de l’UA sur l’observation des élections. La formation avait, en outre, porté sur «l’étude de la Charte africaine pour la démocratie, la gouvernance et les élections», sur «l’histoire de l’observation électorale en Afrique», ainsi que sur «le rôle de la femme afri- caine et son implication dans les processus électoraux».

MUSTAPHA CHÉRIF, LAURÉAT DU PRIX POUR LA PAIX 2013

“L’Algérie à l’avant-garde du combat pour la culture de la paix”

L’Algérie, terre d’hospitalité, carrefour des civilisations, est à l’avant-garde du combat pour la culture de la paix, a sou- ligné mercredi à Rome, le professeur Mustapha Chérif, à l’issue de la remise du prix pour la paix 2013 attribué par la Fondation italienne Ducci. «Je vous re- mercie pour m’avoir distingué et ho- noré, par ce prestigieux prix de la Paix,

et à travers ma modeste personne, mon pays l’Algérie, terre d’hospitalité, car- refour des civilisations, à l’avant-garde du combat pour la culture de la paix», a déclaré le P r Chérif à l’adresse du pré- sident de la Fondation, Paolo Ducci. Rappelant que «Paix et Islam sont syno- nymes de la même racine», il a souligné que «la Paix est un des noms de Dieu».

Le professeur Mustapha Chérif reçu par le pape François

Le P r Mustapha Chérif, qui se trouvait à Rome pour recevoir le prix de la culture de la paix, a été reçu au Vatican en audience par le nouveau souverain pontife, François, dans le cadre du dialogue inter-religieux, a appris jeudi l’APS. Le P r Mustapha Chérif était parmi les personnalités représentatives des autres grandes religions et cultures du monde, qui ont rencontré le pape. L’universitaire et penseur algérien, qui avait rencontré le précédent pape, a es- timé que l’entrevue avec le pape François, était «un privilège» qui lui avait permis de «présenter le vrai visage de l’islam et ses vœux pour le renforcement du dialogue interculturel et inter- religieux». A cette occasion, il a expliqué au souverain pontife que «l’Algérie terre d’hos- pitalité et carrefour des civilisations à toujours été à l’avant garde de la défense de la dignité humaine et de l’amitié entre les peuples».

garde de la défense de la dignité humaine et de l’amitié entre les peuples». Vendredi 22

Nation

4

EL MOUDJAHID

N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire
N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire
N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire
N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire
N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire
N ation 4 EL MOUDJAHID REPRISE DES SÉANCES Six ministres répondent à 13 députés L’Assemblée populaire

REPRISE DES SÉANCES

Six ministres répondent à 13 députés

L’Assemblée populaire nationale a repris jeudi dernier ses travaux, en séances plénières, présidés par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, consacrés aux réponses à 13 questions orales adressées par des députés à six ministres du gouvernement. Les travaux se sont déroulés en présence des membres des secteurs concernés et du ministre chargé des Relations avec le parlement, M. Mahmoud Khedri.

Photos : Nacéra I.
Photos : Nacéra I.

M. DAHO OULD KABLIA, MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ET DES COLLECTIVITÉS LOCALES

“Le gouvernement envisage la révision du code pénal face à l'enlèvement d'enfants”

L e ministre, a indiqué que le gouvernement envisage la révision du code pénal dans sa partie relative aux peines appliquées aux

auteurs d'enlèvements d'enfants. La révision de ce code interviendra sur la base d'un rapport qui sera présenté, la semaine prochaine, par le mi- nistère de la Justice a ajouté le ministre affirmant qu'un travail est en cours jusqu'à l'éradication de ce phénomène étranger à la société algérienne. M. Daho Ould Kablia, qui a répondu à la ques- tion de la députée de l’AAV, M me Samira Bra- himi, a affirmé qu’au sujet de ce phénomène (enlèvement des enfants, ndlr) et la lutte contre ce crime, que le gouvernement a mobilisé l’en- semble des moyens pour y faire face, évoquant les dispositions prises dernièrement au niveau du conseil interministériel Devant ce fléau qui touche ce qui a de plus précieux au sein de la société, nos enfants, le mi- nistre a rappelé les décisions prises au dernier Conseil interministériel avec l’adoption de nou- velles mesures évoquant, la sensibilisation, la prévention et le traitement judiciaire ferme et ra- pide contre les auteurs de ces crimes. Il a expli- qué que le groupe de travail, installé et regroupant des représentants des secteurs de la santé, la justice, l'éducation, la famille, les sports, la gendarmerie et la police est chargé d’examiner les mobiles sociopsychologiques à l'origine de ce phénomène, de formuler des so- lutions avec des propositions pour garantir la prévention et de prendre les procédures pénales fermes. L’importance sera mise sur le travail de proximité en direction des enfants, des parents et de la société civile et de multiplier les pa- trouilles pédestres dans les ensembles locatifs, les aires de jeu, les places publiques et autour des établissements scolaires. Citant l’intérêt de la coordination des numéros verts pour dénoncer les suspects, le ministre a mis en évidence l’ur- gence de la mobilisation des parties aux côtés des services de sécurité pour élaborer et mettre en œuvre des plans efficaces afin de protéger les enfants et réprimer ce crime odieux. Au sujet des statistiques, le ministre a cité que les services de sûreté nationale ont enregis- tré pour 2012, que le nombre de cas d’enlève- ment d’enfants ou de détournement de mineurs est de 204 cas recensés, dont 170 filles, contre 221 cas, parmi eux 169 filles en 2011. Quant au premier semestre de 2013, les services de la po- lice ont recensé près de 30 cas d'enlèvement, dont 4 ont été tués. Les motifs dans la majorité des cas, se rap- portent à des agressions sexuelles commises par des homosexuels, des repris de justice, et dans de rares cas, ils sont motivés par un litige fami- lial, la vengeance, un règlement de compte ou une demande de rançon. Et grâce à la vigilance des parents et la célérité des services de sécurité 90% de cas d'enlèvement ont été résolus en des temps record. Sur un autre plan, le ministre a rappelé que la DGSN dispose d'une cinquantaine d'équipes chargées spécialement de la protection de l'en-

fance et la lutte contre la délinquance juvénile réparties sur l'ensemble des wilayas du pays dans le but de faire face aux durs traitements in- fligés aux enfants, sur l'ensemble des wilayas du pays. Il a mis en garde contre ce crime, avec le développement et la généralisation des chaînes satellitaires et l'usage de l'Internet ajoutant que les services de sécurité consacrent des moyens colossaux dans leur lutte contre ce genre de crime qui touche l’innocence et la pureté des en- fants et des mineurs.

l’innocence et la pureté des en- fants et des mineurs. Face à la menace terroriste :

Face à la menace terroriste : vigilance et renforcement des moyens de sécurité aux frontières

Concernant les dispositions de lutte contre le terrorisme, la seconde question orale posée par le député du parti Al Karama, M. Mohamed Daoui, le ministre a affirmé que l’Algérie qui est consciente de la menace terroriste a mobilisé tous les moyens nécessaires pour la défense de sa souveraineté et de son unité territoriale, sou- lignant l’importance d'une vigilance soutenue pour faire face à la menace sécuritaire. Aussi les frontières ont été fermées dès le début des com- bats dans le Nord du Mali pour empêcher toute infiltration des groupes terroristes extrémistes armés dans notre pays en plus de l’intensifica-

tion des mesures sécuritaires au niveau des in- frastructures publiques de souveraineté et des sites stratégiques sensibles dont les ports et aé- roports. De même que la sécurité a été renforcée au niveau des sites abritant les ressortissants étrangers particulièrement les sociétés et bases vie pour les prémunir de tout acte de sabotage a indiqué le ministre ajoutant que la protection sé- curitaire des représentations diplomatiques, consulats et institutions étrangères a été égale- ment renforcée avec la multiplication du nombre des éléments de la police et l'intensification des patrouilles mobiles. Evoquant les postes fron- tières, le ministre a affirmé que la situation sé- curitaire est maîtrisée malgré la situation que vivent les pays voisins en raison de la mise en place des dispositions sécuritaires nécessaires. Il a, à ce titre, évoqué le renforcement des corps de sécurité au niveau de ces postes, la sécurisa- tion des points sensibles, l'intensification de la fouille des voyageurs et le contrôle des passe- ports, des véhicules et bagages outre la collabo- ration permanente entre les partenaires au niveau de ces points de contrôle et la coordina- tion sécuritaire avec les services sécuritaires spé- cialisés des pays voisins, notamment la Tunisie et la Libye. En termes de renforcement des moyens de lutte, le ministre de l'Intérieur a parlé de la création d’unités de protection et d'inter- vention rapide relevant de la gendarmerie natio- nale, ajoutant que leur nombre est passé depuis

leur création en 2006, à 126 unités opération- nelles à travers les directions régionales à Oran, Blida, Bechar, Ouargla et Constantine.

Mise en place d’une délégation de prévention des risques et des catastrophes

Au sujet de la création d’un Conseil supé- rieur de la protection civile face à la prévention des risques, une troisième question adressée au ministre par le membre parlementaire, M. Ab- delkader Belarbi, du RND, M. Daho Ould Ka- blia a affirmé que les prérogatives à confier à ce dernier ont été préalablement prises en compte par son département ministériel à travers la mise en place d'une délégation nationale aux risques majeurs chargée de mettre au point la stratégie nationale dans ce domaine. La mission de cette délégation concerne la collecte d'informations liées à la prévention des risques majeurs, l'éva- luation et la coordination des actions directes dans le cadre du système national de prévention des risques majeurs et la formulation de propo- sitions pour l'amélioration de son efficacité. Des programmes pour chaque wilaya ont été élabo- rés avec des sessions de formation dont 34.707 éléments viennent d’être formés dans le cadre de la politique d'ancrage de la culture de préven- tion des risques et des techniques de premiers secours en cas de catastrophes. Houria A.

M. MOHAMED CHERIF ABBAS, MINISTRE DES MOUDJAHINE

Parachèvement des procédures réglementaires relatives à la création du musée du Moudjahid de Tiaret

L ministre des Moudjahidine, M. Moha-

med Cherif Abbas, en réponse à une question posée par le député FLN, Az-

zedine Boutaleb, concernant l'ouverture du musée du Moudjahid de Tiaret dont les travaux ont pris fin, a précisé que son secteur a consa- cré, au titre de son budget 2013, l'enveloppe budgétaire nécessaire à la gestion de ce musée avec les postes budgétaires nécessaires à son encadrement. Il a rappelé, à ce sujet, que le projet du musée qui s'inscrit dans le cadre du programme de développement du Président de la Répu-

e

blique, M. Abdelaziz Bouteflika, constitue une opération décentralisée du plan quinquennal complémentaire 2005-2009 avec la mobilisa- tion des fonds nécessaires à son équipement. Le retard de la réception du projet revient à des actes de vandalisme ayant touché certaines parties du projet, ainsi qu'aux dégâts causés par les intempéries, a déploré le ministre, avant d’ajouter que la mise en place des équipements a été reportée pour effectuer l'évaluation des dé- gâts et la réhabilitation du site, en collaboration avec les autorités locales.

du site, en collaboration avec les autorités locales. M. YOUCEF YOUSFI, MINISTRE DE L’ENERGIE ET DES

M. YOUCEF YOUSFI, MINISTRE DE L’ENERGIE ET DES MINES

Un été sans délestage

L ministre de l’Energie et des Mines, M.

Youcef Yousfi, a promis un été sans dé- lestage d’électricité à la faveur de la mise

en production de 2.800 MW supplémentaires qui devraient couvrir la demande grandissante en énergie. Les délestages auxquels a recouru en 2012 le groupe Sonelgaz, notamment dans le sud-est du pays et qui étaient à l’origine d’une vague de protestations dans cette région, ne se reproduiront pas cet été grâce à ces nouvelles capacités qui représentent une évolution de 20% en termes de production par rapport à l’année précédente. M. Youcef Yousfi, en réponse au député, Ab- denasser Oum Hani, a affirmé que les coupures successives d’électricité que le pays a connu du- rant l’été 2012, notamment dans le Sud sont le résultat d’une demande qui a progressé de 18%

e

sont le résultat d’une demande qui a progressé de 18% e par rapport à 2011. Et

par rapport à 2011. Et en dépit de la mise en ser- vice de 2.000 MW entre 2009 et 2011, le dés- équilibre entre l’offre et la demande de l’électricité n’a pas été atténué. Aussi le secteur a tracé un pro-

gramme ambitieux pour satisfaire aux besoins et répondre à la demande avec à la faveur de la mise en production de 2.800 MW supplémen- taires qui devraient couvrir la demande grandis- sante en cette énergie. Le retard enregistré en 2012 dans la mise en service de deux lignes né- vralgiques de très haute tension M’sila-Barika et Ain Djasser-Barika a rendu difficile l’appro- visionnement de toute cette région contraignant l’opérateur système à mettre en œuvre un déles- tage volontaire tournant et maîtrisé pour éviter un black-out de toute la région sud-est du pays, notamment à Biskra, El Oued et Touggourt. C’est dans ce sens qu’il a annoncé un pro- gramme de réalisation de 12.000 MW d’ici à 2017, dont les travaux démarreront cette année avançant le coût d’un milliard de dollars

●●●

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Nation

5

EL MOUDJAHID

N ation 5 EL MOUDJAHID PLÉNIÈRES À L’APN AMAR GHOUL, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS L’autoroute des
N ation 5 EL MOUDJAHID PLÉNIÈRES À L’APN AMAR GHOUL, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS L’autoroute des
N ation 5 EL MOUDJAHID PLÉNIÈRES À L’APN AMAR GHOUL, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS L’autoroute des

PLÉNIÈRES À L’APN

AMAR GHOUL, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS

L’autoroute des Hauts Plateaux sera lancée avant fin juin 2013

L es travaux

de l’auto-

du projet

avant fin juin 2013 L es travaux de l’auto- du projet route des Hauts Plateaux, une

route des Hauts Plateaux, une in- frastructure au- toroutière qui s’étendra de Té- bessa à Naâma sur 1.300 km, seront lancés avant la fin de juin prochain, a indiqué le minis- tre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, en réponse à la question de la députée Mohamed Bouazza. Les études techniques détaillées du projet ont été ache- vées et les cahiers des charges sont en préparation pour le début des travaux, au cours de ce premier semestre. La priorité sera ac- cordée aux entreprises nationales et le recours aux entreprises étrangères ne se fera que dans les cas de projets complexes requé- rant l’utilisation de techniques que ne maîtrisent pas encore les entreprises nationales. C’est pourquoi, dans ce type de projets, des entreprises nationales sont associées aux sociétés étrangères. Le ministre a par ailleurs précisé que ce nouveau projet, qui s’ins- crit dans le cadre du schéma directeur routier et autoroutier à l’ho- rizon 2030, vise à prendre en charge le réseau routier national en prenant en considération le développement économique des dif- férentes régions du pays et les populations. Une fois terminée, l’autoroute des Hauts Plateaux constituera un trait d’union et un renforcement du développement socioéconomique entre le nord et le sud, et entre l’est et l’ouest du pays, comme l’a relevé M. Ghoul. Le projet qui traverse 12 wilayas sera relié à l’autoroute Est-Ouest, ainsi qu’à plusieurs axes routiers importants, à travers de nombreuses pénétrantes. Il devra desservir plusieurs centres urbains, comme Sidi Bel-Abbès, Saïda, Tiaret, Djelfa, Aïn Ous- sara, Bou Saada, Msila, Biskra, Batna, Oum El-Bouagui, Khen- chela et Tébessa.

Projet de la double voie de la RN1 reliant El-Goléa à Tamanrasset

Au sujet des préoccupations soulevées par la députée, M me Souad Bouchenafa, à propos du tronçon El-Goléa-Tamanrasset, le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, a précisé que les travaux permettront de transformer cette route en une voie rapide, expliquant que le secteur accorde la priorité aux entreprises na- tionales pour la réalisation de ces projets. Le projet est confié à une entreprise chinoise et à deux autres entreprises nationales, pour encourager les entreprises nationales à participer à la réali- sation des routes et des ouvrages d'art, notamment les ponts et les trémies. La démarche s’inscrit dans un contexte marqué par une hausse nette du nombre des entreprises de travaux publics au ni- veau national, passant de 1.000 entreprises publiques et privées en 2.000, à 7.000 actuellement, de même pour les bureaux d'études techniques et de suivi estimés à 650 bureaux, contre 50 seulement en 2004. Pour rappel, l'Algérie a achevé, en 2009, le tronçon situé sur son territoire, de la route transsaharienne, qui couvre 6 pays qui sont l’Algérie, la Tunisie, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad, en livrant le tronçon reliant In Guezzam à Ta- manrasset long de 425 km. Pour la qualité des travaux, le ministre a affirmé que le secteur veille à améliorer la qualité des travaux des routes nationales avec le concours du nombre considérable d'entreprises de réalisation publiques et privées engagées dans la réalisation. Il a averti cependant que des sanctions sévères seront prises à l'encontre des entreprises qui ne respectent pas les normes de réalisation, notamment en matière de délais et de la qualité, en les privant de souscrire aux prochains appels d'offres. H. A

SOUAD BENDJABALLAH, MINISTRE DE LA SOLIDARITÉ NATIONALE ET DE LA FAMILLE

M

me

Plus de 11.000 sans-abris recensés en 2012

R épondant à une ques- tion orale sur le phéno- mène de la mendicité,

posée par le député du FLN, M. Nourreddine Belmedah, la ministre de la Solidarité na- tionale et de la Famille, M me Souad Bendjaballah, a indi- qué que les patrouilles noc- turnes effectuées par les brigades mobiles relevant de

l’action sociale de wilaya ont recensé 11.269 sans-abris en 2012, dont 26 enfants. Durant l'hiver 2013, le mi- nistère a enregistré près de

4.000 sans-abris, dont 150 enfants, dont la prise en charge est assurée par les

centres spécialisés relevant du secteur, a ajouté M me Bendjaballah, faisant re- marquer que le ministère procède actuellement à l'examen de la situation so- ciale, sanitaire et psychologique de ces personnes pour prendre toutes les mesures nécessaires en termes d'accompagnement, de formation ou d’emploi, tenant compte des capacités et compétences des concernés. Reconnaissant, enfin, que les facteurs de la mendicité sont multiples, la mi- nistre a noté que ce phénomène, qui constitue également un moyen de gain fa- cile pour certains, qu’en 2012, le ministère a assuré la prise en charge de 2.032 enfants en danger moral au niveau de ces centres spécialisés.

en danger moral au niveau de ces centres spécialisés. M m e KHALIDA TOUMI, MINISTRE DE

M me KHALIDA TOUMI, MINISTRE DE LA CULTURE

Prise en charge des sites de Ksar El-Boukhari et Témacine

L a ministre de la Cul- ture a apporté les élé- ments de réponses

aux préoccupations soulevées par les députés, Tahar Mis- soum et Lotfi Kheireddine, au sujet de la restauration de deux sites archéologiques, l’un à Ksar El-Boukhari qui menace d’effondrement et

l’autre à Ouargla. Au sujet du site à Ksar El-Boukhari, constituant des restes d’un site romain, et sur lequel

3.000 habitants vivent dans la précarité, la ministre de la Culture a rappelé que

«la découverte du patrimoine archéologique et que les services du ministère ont recensé est en phase de classement depuis juin passé au niveau de la wilaya de Médéa, ajoutant que des logements ont été attribués aux habitants en ques- tion pour évacuer le site afin de permettre aux services de la culture de faire leur travail ; malheureusement ils refusent de quitter les lieux». «Le site qui n’est pas encore reclassé a bénéficié d’une inspection de ce village habité, et une commission de wilaya a été instituée pour faire le nécessaire alors et le rapport est actuellement devant le gouvernement pour une suite à donner», a indiqué la ministre, tout en se montrant disposée à faire le travail de reclasse- ment du site en tant que patrimoine collectif en vue de sa restauration selon les avis des experts et les lois en vigueur. Concernant les mesures prises en matière de restauration du site de Téma- cine situé à Ouargla, reclassé dernièrement, la ministre de la Culture, Khalida Toumi, a réaffirmé que la préservation des nombreux sites culturels et archéo- logiques est au centre desz préoccupations du ministère, avec la mise en valeur des espaces et sites recensés et découverts. Elle parle de restauration du site pour sa sauvegarde et sa protection. D’autres constructions à caractère culturel figurent au programme entrant dans l’épanouissement de la culture et des dif- férentes structures culturelles afin d’encourager les activités et de multiplier les espaces régionaux, comme la lecture, avec les bibliothèques et les mani- festations des festivals.

H. A.

bibliothèques et les mani- festations des festivals. H. A. ●●● d’investissement pour chaque tranche de 1.000

●●●

d’investissement pour chaque tranche de 1.000 MW. Le ministre parle de problèmes qui risquent de freiner les programmes de distribution et de transport de l’électricité, citant l’opposition par les particuliers au passage des lignes électriques sur leurs terrains et les difficultés d’accès aux as- siettes foncières, même petites, pour l’installa- tion des postes transformateurs. A signaler que le programme arrêté par le secteur de l’énergie prévoit l’installation de 6.000 postes transformateurs.

Des infrastructures énergétiques pour la wilaya d’Illizi

Devant les préoccupations soulevées par le député Mustapha Hamia, concernant le manque de carburants et de mauvaise gestion des stocks au niveau de la wilaya d’Illizi, le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a af- firmé que la wilaya bénéficiera de plusieurs pro- jets et infrastructures énergétiques pour

l'amélioration des conditions de vie des popula- tions, notamment dans les agglomérations éloi- gnées. Il cite la réalisation d'une raffinerie de pétrole d'une capacité de raffinage de 2 millions de tonnes par an dans la région d'Essath, et l'exten- sion du gazoduc reliant Illizi à Djanet sur une distance de 420 km. Dans ce programme figure également l’im- plantation d'une centrale électrique fonctionnant à l'énergie solaire dont l'entrée en service est pré- vue en 2014 dans le cadre d'un programme de réalisation de plusieurs projets d'énergie solaire et éolienne d'une capacité de 500 mégawatts in- téressant les wilayas d'Adrar, Ghardaïa, Bechar, Tindouf, Tamanrasset, El-Oued et Illizi. Devant l’insistance des doléances du député le ministre a affirmé que la concrétisation du projet permettra d’améliorer la qualité du service public et de couvrir la wilaya en énergie tout en assurant à la région un développement écono- mique et social, notamment en termes de créa- tion de postes d'emploi. M. Youcef Yousfi a

rappelé que 10 agglomérations de la wilaya ont bénéficié de l'électricité solaire dans le cadre d'un projet global visant à généraliser l'utilisation des énergies nouvelles, notamment dans les ré- gions isolées. La wilaya a également bénéficié de plusieurs programmes dans le cadre de l'amélioration de l'approvisionnement en gaz naturel à travers le raccordement de quelque 8.800 logements si- tuées dans les communes d'Illizi, In-Amenas et Djanet, a souligné le ministre, qui a précisé que le taux de raccordement de gaz a dépassé 50%, alors que la moyenne nationale a atteint 47%. Il a, à ce titre, rappelé que le programme quinquennal 2010-2014 spécial à Illizi prévoit le raccordement au réseau de gaz de ville avant fin 2013 de 3.000 logements situés dans les trois communes restantes, à savoir Dab-Dab, Bordj Omar Idriss et Bordj El-Houas. Quant à l’appro- visionnement de la wilaya en carburants, M. Yousfi a annoncé que 4 stations-service seront réalisées durant cette année. H. A.

seront réalisées durant cette année. H. A. ENLÈVEMENTS D’ENFANTS Lutte sans merci ● Le

ENLÈVEMENTS

D’ENFANTS

Lutte sans merci

Le gouvernement est, de toute évidence, déterminé à mener une lutte implacable contre le

phénomène des enlèvements d’enfants. Les mesures qui viennent d’être prises au lendemain du crime abject dont ont été victimes les petits

Brahim et Haroun à Constantine sont significatives de cette volonté de l’État de mobiliser tous les moyens et d’agir

à plusieurs niveaux pour parvenir à

l’objectif d’élimination de ce fléau étranger à notre société. Les précisions données à ce sujet, jeudi dernier à

l’APN, par le ministre de l’Intérieur, M. Daho Ould Kablia, renseignent sur le fait que le gouvernement a pris la mesure de la gravité de la situation avec la multiplication constatée ces derniers temps du phénomène du kidnapping d’enfants et la grande frayeur qui s’est emparée des familles encore sous le choc de l’horreur dont

ont été victimes deux innocents enfants

à Constantine, et qui exigent que

l’État, garant de la sécurité des citoyens, prenne en toute urgence les mesures qui s’imposent pour mettre fin à ce genre de crimes abominables.

Il convient de relever la réaction de toutes les composantes de la société qui ont tenu, partout sur le territoire national, à dénoncer publiquement le crime monstrueux commis à Constantine, tout en demandant que des sanctions exemplaires soient prises

à l’encontre des coupables.

Le drame n’a pas manqué de susciter des initiatives au sein des forces vives de la société (partis, associations) préconisant un large débat où les spécialistes (juristes, sociologues, psychologues, éducateurs, hommes de religion… ) doivent apporter leur contribution pour trouver les solutions idoines. Dans ce contexte survolté où la société cherche par tous les moyens à se protéger du danger qui la menace, la question de l’opportunité de lever le moratoire sur la peine de mort (une décision politique prise par l’Algérie) est revenue dans les discussions ; et à ce sujet, un certain nombre d’avis contradictoires émanant de juristes et militants des droits de l’homme se sont exprimés à cette occasion. Toujours est-il que l’État est déterminé à agir avec célérité et efficacité, d’abord par une présence accrue sur le terrain en renforçant les contrôles et la sécurité pour dissuader les criminels d’accomplir leurs méfaits. Dans ce sens, le ministre de l’Intérieur a fait état d’actions en vue de relancer le travail de proximité envers les enfants, les parents et la société civile, multiplier les patrouilles pédestres dans les ensembles locatifs, les aires de jeux, les places publiques et autour des établissements scolaires, de même qu’il a souligné l’importance de la collaboration des citoyens dans la lutte contre les rapts d’enfants en n’hésitant pas à signaler aux services de sécurité d’éventuels suspects. D’autres mesures non moins importantes, décidées dans le sillage du Conseil interministériel qui a examiné dimanche dernier le dossier des enlèvements d’enfants dans, notamment, l’éventualité d’une révision du code pénal dans le sens d’introduire des sanctions dissuasives, traduisent clairement la volonté de l’ensemble du corps social de se prémunir contre un danger qu’on veut éliminer définitivement de notre univers social.

M. Brahim

un danger qu’on veut éliminer définitivement de notre univers social. M. Brahim Vendredi 22 - Samedi

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Nation

6

EL MOUDJAHID

PRISE EN CHARGE DES PRÉOCCUPATIONS DES JEUNES

Le PT appelle à des actions urgentes

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a appelé, hier à Alger, à des actions rapides et urgentes pour la prise en charge des préoccupations des citoyens, en particulier les jeunes.

des préoccupations des citoyens, en particulier les jeunes. L ors d'une réunion de la commission nationale

L ors d'une réunion de la commission nationale des élus du PT, M me Hanoune

a évoqué la situation des jeunes en général et ceux du sud du pays en particulier, soulignant que les re- vendications des ces derniers, que ce soit au nord ou au sud, sont les mêmes. Elle a estimé que les me-

sures prises par l'État en faveur du développement socioéconomique "sont importantes, mais insuffi- santes", d'où la nécessité d'adop- ter une politique de réformes plus efficace pour répondre aux at- tentes des citoyens, selon elle.

M me Hanoune a, à cet effet, plaidé

pour un système de "péréquation" pour le développement des ré-

gions du Sud, ainsi que les autres régions déshéritées du pays, et s'est exprimée en faveur d'une "discrimi- nation positive" afin de créer un équi- libre entre les différentes régions du pays. Revenant sur les récentes pro- testations des jeunes, notamment au Sud, la secrétaire générale du PT a qualifié leurs revendications de "légi- times", tout en mettant en garde contre leur détournement à des fins politiques par certaines parties. Dans le même contexte, et s'agissant du

ser en premier lieu par le secteur public capable de constituer une "solution définitive" au problème du chômage. Elle a indiqué, à cet

égard, qu'un million d'emplois peu- vent être créés dans le secteur pu- blic avec la réouverture, entre autres, des "quelque 1.500 entre- prises publiques fermées lors des réformes économiques des années

1990". M me Hanoune a invité, en

outre, l'État à prendre des mesures efficaces pour rattraper le retard et le déficit engendrés par les anciens programmes et les importantes pertes provoquées par le terrorisme destructeur durant la tragédie natio- nale. Elle a appelé, par la même oc- casion, à des mesures strictes dans la lutte contre la corruption. Par ail- leurs, évoquant le phénomène d'enlè- vements d'enfants, notamment après l'assassinat de deux enfants à Constantine récemment, M me Ha- noune a indiqué que ce fléau inter- pelle tout le monde, et des mesures sont nécessaires pour y faire face, es- timant, à cet égard, que "la peine ca- pitale à l'encontre des auteurs de ces crimes ne peut pas être la solution pour éradiquer ce fléau".

chômage qui touche particulièrement les jeunes, elle a indiqué que ce pro- blème "ne peut être résorbé à travers seulement le système de microcré- dits", relevant, à ce propos, que nom- bre de jeunes ayant bénéficié de ce programme n'ont pas abouti dans leurs projets et se trouvent face à un autre problème, à savoir celui du remboursement de leurs crédits. Pour la responsable du PT, sortir le marché de l'emploi de sa précarité devra pas-

TAJ

Amar Ghoul : “Mobilisation de toutes les forces vives au service de l'intérêt général”

qu'elle intervient à l'occasion de la fête de la Victoire (19 mars) et la Journée mondiale de l'arbre, a précisé M. Ghoul. À cette occasion, le prési- dent de TAJ a appelé à la conjugaison et à l'intensification des efforts pour régler les problèmes du pays, quali- fiant la "forte" participation de la so- ciété civile et du mouvement associatif sportif et culturel de "très

positive". Le président de TAJ a éga- lement effectué une visite de proxi- mité au centre ville de Tipasa où il a rencontré des citoyens et des mili- tants qui lui ont exprimé les préoccu- pations de la population concernant le développement local. Par la même

L e président du parti Tadja- moue Amel Al-Djazaïr (TAJ), M. Amar Ghoul, a appelé

jeudi à Tipasa, où il a présidé une campagne de reboisement au niveau du barrage de Boukerdene, à la mo- bilisation de toutes les forces vives du pays au service de l'intérêt général. "La mobilisation de tous est essen-

tielle pour les projets d'intérêt général

et pour construire l'avenir", a indiqué

M. Ghoul dans une déclaration à la presse. Cette initiative à laquelle ont pris part les cadets des Scouts algé- riens et la Fédération nationale de protection de l'environnement revêt un caractère symbolique du fait

l'environnement revêt un caractère symbolique du fait occasion, il a appelé à la nécessité d'associer la

occasion, il a appelé à la nécessité d'associer la société civile à toutes les questions.

BELKACEM SAHLI SG DU L’ANR :

“La lutte contre la corruption nécessite du courage politique”

L e secrétaire géné- ral de l'Alliance nationale répu-

blicaine, Belkacem Sahli, a estimé, hier, que la lutte contre la corrup- tion dans le pays requiert du "courage politique". Lors d'une conférence de presse tenue au siège du parti après le premier sé- minaire régional tenu avec les élus locaux, le responsable dit que «la lutte contre la corruption nécessite du courage po- litique de la part des plus hautes autorités du pays et les responsables de la perte des deniers publics devront être sanctionnés quelles que soient leurs responsabilités et leurs positions». Le chef de file de l’ANR a salué, à ce titre, la position du Président de la République, M. Abdelaziz Boute- flika, qui a souligné, dans son mes- sage à l'occasion du de la journée de la Victoire, le 19 Mars, que «la loi s'appliquera dans toute sa rigueur, car l'État n'hésitera pas à demander des comptes à toute personne cou- pable aux yeux de la loi, tout en veillant à recouvrer les droits spo- liés». Le secrétaire général de l’ANR a tenu par ailleurs à dénoncer le phénomène des enlèvements d’enfants, appelant à ce titre à la ré- vision du code pénal pour qu’il soit plus rigoureux et dissuasif dans ses dispositions contre ce genre de crimes. Quant à l’application de la peine capitale, M. Sahli a proposé l’ouverture d’un dialogue national à ce sujet, tout en estimant qu’elle ne devrait pas être appliquée seulement dans les cas d’enlèvement d’enfants. Sur un autre registre, et concernant l’achèvement du processus des ré- formes politiques, M. Sahli a rap- pelé les propositions de son parti relatives à l’amendement de la Constitution, soulignant le soutien de sa formation politique de l’éta-

soulignant le soutien de sa formation politique de l’éta- blissement d’un régime semi-prési- dentiel et le

blissement d’un régime semi-prési- dentiel et le renforcement du rôle du Conseil de la nation et de la société civile. L’ANR soutient "le régime semi-présidentiel sur la base d’une étude sociologique de la société al- gérienne". Il a souligné, à ce propos, la nécessité d’inclure, dans le pro- chain amendement constitutionnel, "le renforcement du rôle du Conseil de la nation par l’attribution de pré- rogatives lui permettant de légiférer, notamment en ce qui a trait aux questions locales et à la gestion des collectivités locales". Il a estimé né- cessaire, «la consécration d’un arti- cle dans la Constitution qui renforce le rôle de la société civile, comme ce fut le cas pour le rôle de la femme». Il convient de préciser que lors de la conférence régionale organisée par le parti, M. Sahli a mis l’accent sur l'importance de la formation poli- tique de l'élu et le renforcement de ses capacités de gestion des litiges avec les citoyens et les autorités lo- cales. Il était question également de poursuivre la restructuration du parti au niveau local et régional pour éva- luer la performance du parti, et adopter des idées prospectives sen- sibles aux préoccupations des ci-

toyens. Salima Ettouahria

DES ÉLUS DE L’APW SUR LES CHANTIERS D’ALGER

Plusieurs projets inspectés

U ne délégation composée d’élus de l’As- semblée populaire de la wilaya d’Alger, conduite par son président M. Karim

Bennour, a effectué, jeudi, une visite d’inspec- tion de divers projets en cours de réalisation ou de réhabilitation au niveau de la circonscription. Une sortie qui devait permettre aux élus de s’ar- rêter sur l’état d’avancement des différents chantiers, et, par la même occasion, cerner les contraintes et difficultés qui retardent certains projets. Djamaâ El-Kébir (la Grande mosquée) d’Alger,

première étape de cette visite, a laissé apparaître les problèmes d’ordre technique à l’origine des lenteurs qui caractérisent les travaux de réhabi- litation de ce joyau cultuel, dont le financement est totalement pris en charge par l’Assemblée pour un montant de 50 millions de DA. En sus du différend avec Sonelgaz, une autre préoccu- pation sérieuse liée au fait que les fondations de

la mosquée reposent sur des voûtes, le risque

sismique étant évoqué, a poussé l’entreprise de

réalisation à interrompre les travaux par crainte d’endosser la responsabilité en cas d’imprévus. Selon les explications fournies sur place, une étude a été engagée pour trancher la question. Engagés en 2011, les travaux de restauration de

la mosquée Ali-Betchine, au menu de cette vi-

site, construite en 1622, devront mobiliser une enveloppe de 118 millions de DA, alors que celle de Ketchaoua est au centre d’un conflit entre le département de la Culture et celui des Affaires religieuses quant au statut à conférer à

cette dernière. Les deux parties sont tiraillées entre l’option du monument, défendue par le ministère de la Culture, et celle du département des Affaires religieuses de conserver la vocation purement religieuse de la mosquée. Dans cet

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

engrenage, les travaux sont restés à l’arrêt de- puis 2007. La délégation s’est ensuite rendue au marché Ali-Mellah, dans le localité de Sidi M’Hamed, pour s’enquérir du projet de réalisa- tion de marchés couverts de proximité dans le cadre de la lutte contre le commerce informel. Dix-sept marchés sont en cours de réalisation dans ce contexte et devront être livrés avant le Ramadhan. Le programme retenu pour la wi- laya d’Alger prévoit la réalisation de 64 mar- chés, dont 30 de proximité destinés à absorber

les activités informelles. Aussi, sur 173 sites in- formels recensés début 2011, 34 restent à éra- diquer, soit 2.409 vendeurs recensés. Le projet de la Grande mosquée d’Alger, étape suivante, est étalé sur une durée de 36 mois et comprend 13 infrastructures socioculturelles et cultuelles (bibliothèque, mihrab, esplanade, salle de prière, minbar, coupole, centre culturel, jardins, musée, etc.). Selon les détails recueillis sur place, «les travaux se déroulent conformément à l’échéancier fixé». Toutefois, le taux d’avan-

cement des travaux ne sera pas précisé. Le pro- jet dont les travaux ont été entamés en 2012 s’étend sur une superficie de 20 hectares, dont 445 000m² de bâti. Les élus ont pu également s’enquérir de l’état d’avancement de l’aménagement d’Oued El Harrach dont les travaux s’étaleront sur 42 mois. Il s’agira d’ériger un pôle d’attraction constitué essentiellement d’un stade, des piscines, des es- paces de détente et des aires de jeux, aux côtés d’autres infrastructures pour un montant initial de 38 Mds de DA. Intégrée dans le cadre d’un plan stratégique d’aménagement de la capitale (2010-2029), l’aménagement des Sablettes, sur une longueur de 4,5 km, soit 39 hectares allant de l’embouchure d’Oued El-Harrach à la station de dessalement de l’eau de mer des Anassers, a également figuré dans l’agenda de cette visite. La Promenade de la baie d’Alger sera livrée en juin ou, au plus tard, en juillet 2013. Ce lieu de détente s’accompagnera d’autres infrastructures et équipements adaptés. Cette esplanade qui longe la côte maritime et l’avenue de l’ALN contribuera à réhabiliter le front de mer. Engagé en juin 2012, le projet en question prévoit la création d’une promenade d’une soixantaine de mètres de large à partir du trait de côte dans le but d’élargir l’esplanade. Le projet dans sa to- talité sera livré en 2016, pour un montant global de 20 milliards de dinars. D’autres chantiers ont été concernés par la visite des élus de l’APW, entre autres la faculté de droit à Saïd-Hamdine, la faculté de médecine à Ben Aknoun, le projet du stade de Baraki et le nouveau site du marché de Boumaâti à El-Harrach. D. Akila

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Nation

7

EL MOUDJAHID

LES RESSOURCES EN EAU CÉLÈBRENT UN DEMI-SIÈCLE DE RÉALISATIONS

De grands projets

de cette ressource et plus que né- cessaire. Le ministre qui a fait état d'un taux de remplissage historique atteignant les 80% des capacités des 70 barrages en exploitation en Algérie a souli- gné que « les progrès réalisés durant ces dernières années ont permis à l'Algérie d'atteindre, avant 2015, les Objectifs du Mil- lénaire pour le Développement (OMD) de l'ONU en matière de raccordement au réseau d'ali- mentation en eau potable et d'as- sainissement.» Il a en outre annoncé qu’ « un appel d'offres international sera lancé prochainement pour relancer la gestion déléguée du réseau d'AEP et d'assainissement des villes d'Annaba et de Tarf, après la résiliation du contrat de l'allemand Gelssen-Was- ser signé en 2007.» conclu en 2007, le contrat de gestion déléguée des ser- vices de l'eau de ces villes a été résilié en avril 2011 après trois mises en garde

M. OULD KHELIFA REÇOIT L'AMBASSADRICE DE SUÈDE

Promouvoir les relations bilatérales

La coopération parlementaire entre l'Algérie et la Suède a été au centre d'un entretien mercredi der- nier à Alger entre le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, et l'ambassadrice du Royaume de Suède à Alger, M me Eva Emnéus, a indiqué jeudi un communiqué de l'instance législa- tive. Les deux parties ont évoqué "les moyens de promouvoir et de diver- sifier les relations bilatérales et de renforcer la coopération parlemen- taire, notamment à travers l'échange de délégations et de groupes d'amitié, outre le rôle des parlementaires des deux pays dans le développement de la coopération bilatérale", ajoute la même source.

«M algré les milliers de projets qui ont été réa- lisés de l’indépendance

à aujourd’hui, la bataille de l'eau est loin d'être gagnée ». C’est ce qu’a dé- claré jeudi dernier à Alger, le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, au Palais des expositions en marge de l'inauguration de l'exposition du secteur des Ressources en eau inti- tulée «Exp'Eau» dans le cadre de la cé- lébration du cinquantenaire de l'indépendance. M. Necib a expliqué que « beau- coup restent à faire, vu que l’Algérie est un pays semi-aride où le liquide bleu devient de plus en plus rare et iné- galement réparti.» Et d’ajouter : «nous avons réussi à relever le défi de la mo- bilisation, mais la véritable bataille de- meure la préservation de cette ressource, sa gestion rationnelle et la performance du service public de l'eau et d'assainissement.» Selon lui, la mise en place d’un sys- tème de préservation et de protection

en place d’un sys- tème de préservation et de protection adressées par l'Algérienne des eaux (ADE)

adressées par l'Algérienne des eaux (ADE) à l'opérateur allemand Gelssen- Wasser. La capitale, Alger, a été la pre- mière ville à avoir délégué la gestion de ses services liés à l'eau suite à l'ac- cord conclu en novembre 2005 entre l'Algérienne des eaux (ADE) et l'Office national d'assainissement (ONA) d'une part et la compagnie française Suez En-

vironnement. Le réseau d'Oran a été confié en gestion déléguée à l'espagnol Agbar Agua qui a signé un contrat de cinq ans en 2009 avec la partie algérienne (ADE et ONA). Le réseau de la ville de Constantine a été attribué lui, à la Société des eaux de Marseille (SEM) qui a décroché en juin 2008 le marché relatif à la gestion déléguée des eaux de cette ville. Ces contrats permettront à l'Algé- rie d’améliorer les capacités ma- nagériales des entreprises nationales. Il y a lieu de noter que cette manifestation qui a vu la par- ticipation des membres du gou- vernement, d'anciens ministres et responsables du secteur ainsi que des représentants du corps diplomatique accrédité à Alger, a également été l’oc- casion d’honorer de nombreux minis- tres et responsables qui se sont succédé à la tête du secteur. Wassila Benhamed

se sont succédé à la tête du secteur. Wassila Benhamed En 1962, 13 barrages étaient en

En 1962, 13 barrages étaient en exploitation to- talisant une capacité de stockage de 454 millions de m 3 soit la moitié de la capacité de l’actuel bar- rage de Beni Haroun. Actuellement, il y en a 70 en exploitation, dont 39 barrages ont été réalisés entre 1999 à ce jour. Les capacités de stockage des bar- rages qui dépassent actuellement les 7 milliards m 3 devraient atteindre 8,3 milliards m 3 en 2015 avec un total de 83 barrages. Pour contrer le spectre de la sècheresse, l'Algérie a opté pour les eaux non conventionnelles comme le dessalement de l'eau de mer avec un programme de 13 stations de dessale- ment dont 7 sont en exploitation et qui contribuent à hauteur de 33% à l'alimentation en eau potable. Les OMD en matière d'AEP seront atteints avant

Un bilan élogieux

2015. La réutilisation des eaux usées épurées pour l'irrigation fait partie aussi d'un vaste programme visant à produire un milliard de m 3 d'ici à 2014. Outre 170 nappes d'eau situées au Nord et dans les Hauts-plateaux, l'Algérie repose sur deux systèmes aquifères au Sud. Il s'agit du complexe terminal et de l'albien qui est partagé avec la Tunisie et la Libye. En matière d’assainissement, le taux de rac- cordement aux réseaux publics est passé de 20% en 1962, à 72% en 1999 et à 87% en 2011. Le taux de raccordement au réseau d'AEP est passé de 35% en 1962 à 94% en 2011. S’agissant des stations d’épu- ration, elles étaient de quasis inexistants en 1962 pour atteindre 28 en 1999 pour une capacité de 90 millions de m 3 /an et 138 en 2011 pour une capacité

de 700 millions de m 3 /an d’eaux usées traitées dis- ponibles pour leur réutilisation dans l’irrigation. En 1962, l'Algérie comptait 7 grands périmètres d'irri- gation d'une superficie de 105.500 hectares contre 28 périmètres en 2011 d'une surface globale équi- pée de 230.000 ha et devrait passer à 270.000 ha en 2014. La superficie agricole irriguée a atteint quant à elle 1,1 million d'ha contre 120.000 ha en 1962. Des grands systèmes de transfert d'eau ont été réalisés dont celui liant In Salah et Tamanrasset, celui de Beni Haroun qui alimente plusieurs régions de l'est du pays ainsi que le système MAO (Mos- taganem-Arzew-Oran) à l'Ouest. W. B.

LE SECRÉTAIRE D’ETAT CHARGÉ DU TOURISME À CHLEF

Capitaliser le potentiel touristique de la région

De nos envoyés spéciaux Mohamed Bouraib et Louiza M.

L e secrétaire d’Etat auprès du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, chargé du Tourisme,

M. Mohamed-Amine Hadj Saïd, n’a pas manqué d’exprimer une satisfaction légitime à l’encontre des efforts méritoires qui sont déployés par tous les secteurs concernés en vue de la valorisation des atouts considérables dont dispose la wilaya de Chlef en matière d’offres touristiques diversifiées, de repos et de loisirs. C’ est l’observation majeure qu’il a faite, à l’issue d’une visite effectuée dans cette wilaya, jeudi passé. « La région est importante du point de vue touristique, grâce à son emplace-

ment géographique qui fait d’elle un point de convergence entre la zone nord et la zone ouest du pays. Elle bénéficie d’une immense étendue, d’infrastruc- tures de base (aéroport, port, autoroute est-ouest, ligne de chemin de fer…). La wilaya regorge de richesses touristiques aptes à la hisser dans un futur immédiat, au rang de pôle touristique d’excellence, avec un cachet particulier qui lui garantit des capacités d’attraction indéniables pour attirer de très nombreux touristes. Son littoral s’étend sur plus de 120 km, avec sa nature luxuriante, son ciel d’un bleu inaltérable. Cette bande côtière abrite 10 zones d’extension touristique, 26 plages autorisées à la baignade, en plus de ses vestiges historiques, répartis à travers les communes. Tout ce patri- moine est un facteur non négligeable de captation des touristes, des estivants na- tionaux et étrangers. » De surcroît, il y a lieu de promouvoir le tourisme culturel avec son legs immatériel. Allusion faite aux légendes du terroir comme celle de « Mama Binette ». Partant de toutes ces données, M. Hadj Saïd a, toutefois, relevé des insuf- fisances qu’il va falloir combler. Il cite le cas de la qualité de service, incontour- nable dans toute activité touristique digne de ce nom. On ne peut se targuer de faire du tourisme sans veiller à la qua- lité de la prestation à fournir aux

Ph : Louiza. M
Ph : Louiza. M

clients. La destination Algérie souffre encore de cette carence, a-t-il lancé aux opérateurs locaux qu’il a incités à tra- vailler avec constance pour redorer l’image de la wilaya. Cet aspect lié à la question de la promotion des ressources est un leitmotiv qu’il ne cessa pas de marteler, à chaque étape de sa visite. Il a constamment répété que l’image de la wilaya demeure brouillée, altérée. Elle ne sert pas actuellement la vocation tou- ristique de la région. L’image est essen- tielle dans la promotion d’une destination touristique De plus, ajoute-t- il, le tourisme ce n’est pas une affaire d’hôtellerie qui est un moyen mais pas une fin en soi. C’est pour cela qu’il faut saisir la saison estivale, qui verra affluer dans la wilaya plus de deux millions d’estivants, pour s’atteler à faire un tra- vail de sensibilisation, de promotion, de réhabilitation de cette image. M. Hadj Saïd a particulièrement in- sisté sur le volet de la formation, de la nécessité de faire des études de marché fiables, considérant qu’il ne saurait être question de tourisme sans le concours indispensable de professionnels qui ont la vocation, qui maîtrisent convenable- ment le métier. Il a encouragé les promoteurs à veil- ler à garantir dans les projets hôteliers, les infrastructures d’accompagnement, favoriser des services conçus pour ré- pondre efficacement à la demande de la

clientèle qui est par essence, très diver- sifiée. Le secrétaire d’Etat a pris connais- sance du plan d’aménagement des zones d’extension touristique (ZET) de Mai- nis, Tigheza et Ain Hamadi dans les communes de Ténès, d’El Marsa, de Béni Haoua. Se saisissant de l’opportunité qui lui est offerte, il a vivement recommandé aux investisseurs privés de réduire, au-

tant que faire se peut, l’usage du béton dans les établissements hôteliers, no- tamment les bungalows, leur conseillant d’opter pour des matériaux dits réversi- bles (bois et dérivés), car la tendance universelle est au tourisme écologique. C’est aussi le meilleur moyen de ne pas dilapider le foncier touristique. « Ce pa- trimoine nous a été prêté par nos enfants, il ne nous appartient pas », clame-t-il. La saison estivale arrive à grands pas, M. Hadj Saïd a préconisé à l’adresse des concessionnaires des plages, l’obligation de tenir compte de la nécessité de privi- légier les voies et moyens susceptibles de prodiguer aux estivants les meilleurs services et autres conditions d’accueil, sachant que plus de deux millions d’es- tivants se rendent chaque saison, sur l’exubérant littoral de Chlef. Le secrétaire d’Etat chargé du tou- risme a inspecté trois projets d’hôtels en construction au chef-lieu de wilaya clas- sés « 3 et 4 étoiles », en plus de la mise en exploitation d’un hôtel « 3 étoiles » en plein cœur de la ville de Chlef. Tout compte fait, les perspectives en matière de développement du tourisme s’annoncent sous de bons auspices. C’était son ultime constat M. B.

L e ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, participe aux travaux de la 24 e session du Conseil économique et social arabe préparatoire au som-

met sur le développement économique et social, ouverts jeudi à Doha, a indiqué un communiqué du ministère. Les travaux du Conseil qui dureront jusqu’au 27 mars courant porteront, selon la même source, sur le suivi de l’exécu- tion des décisions du 23 e sommet arabe ordinaire et les difficultés qui entravent le parachèvement des exigences du programme exécutif relatif à la zone arabe de libre- échange. Le Conseil s’attellera également à l’examen du programme de développement du rôle des PMI dans le développement économique et social des pays arabes et la mise en place d’un mécanisme de financement arabe du développement agricole et de la sécurité alimentaire ainsi que d’un plan de travail sur la lutte contre l’analpha- bétisme chez les femmes dans la région arabe.

HARAOUBIA S’ENTRETIENTAVEC SON HOMOLOGUE TUNISIEN

Accroissement

desbourses

d’étude

La coopération algéro-tuni- sienne dans le domaine universi- taire a été abordée, jeudi dernier à Alger, par le ministre de l'Ensei- gnement supérieur et de la Re- cherche scientifique, M. Rachid Haraoubia, et son homologue tuni- sien, M. Moncef Bensalem, in- dique un communiqué du ministère. L'entretien a porté essentielle- ment sur les voies et moyens sus- ceptibles de renforcer davantage les liens d'amitié et de coopération qui unissent les deux pays en ma- tière d'enseignement universitaire et de recherche scientifique où les deux pays sont liés par de multiples accords et conventions, précise le ministère. Les deux parties ont eu égale- ment l'occasion d'aborder d'autres questions relatives à l'accroisse- ment du nombre des bourses et des étudiants dans les universités des deux pays. MM. Haraoubia et Bensalem ont évoqué, par la même occasion, le projet de création d'un institut supérieur de technologie mixte des- tiné à la formation des futurs cadres et experts des deux pays et ce, dans le cadre du développement des zones frontalières, indique la même source.

CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ARABE

M. Benbada à Doha

indique la même source. CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ARABE M. Benbada à Doha Vendredi 22- Samedi

Nation

9

EL MOUDJAHID

AADL

Les souscripteurs de 2002 seront convoqués à partir du mois d'avril

L'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL) entamera la réception des souscripteurs de l'année 2002 à partir d'avril prochain pour l'actualisation de leurs demandes, a indiqué le directeur de l’agence, M. Elias Benidir.

L e nombre des souscripteurs de 2001 reçus par l'AADL pour l’actualisation de leurs demandes de logement n’a

pas dépassé les 70% de demandeurs par jour, ce qui permet d’accélérer l’opération et re- cevoir les souscripteurs de l'année 2002 à partir d'avril prochain, a déclaré M. Benidir à l'APS. Sur les 20.000 souscripteurs convo- qués jusqu’à présent par l’AADL, seuls 13.000 souscripteurs se sont présentés à leur rendez-vous, a expliqué M. Benidir. Ainsi, le taux d’affluence moyen des souscripteurs reçus est de 60 à 70% par jour. "Ce taux nous laisse croire qu’aux moins 30% des premiers souscripteurs du pro- gramme AADL ont pu régler leurs pro- blèmes de logement, par l'aide de l'Etat ou par d'autres moyens, durant les douze der- nières années", a estimé le directeur. "Même si nous avons enregistré plus de 300 désis- tements, le reste des souscripteurs absents ne se sont pas manifestés, probablement, parce qu’ils ne trouvent aucun intérêt à se présen- ter à l'agence", a-t-il ajouté. Le nombre "im- portant" des absents a poussé l’agence à augmenter ses capacités d'accueil, passant de 400 à 600 souscripteurs par jour, selon le DG

de l'agence qui compte encore augmenter les capacités d'accueil pour atteindre 800 sous- cripteurs/jour. Quelque 32.000 souscripteurs inscrits pour le programme de 2002 Pour ce faire, l’AADL a loué de l’APC de Bir Mou- rad Rais une salle près du siège central de l'agence qui s’ajoutera aux chapiteaux déjà installés pour accueillir les souscripteurs convoqués. Selon le directeur de l'AADL, le nombre des souscripteurs de 2002 concernés par cette opération avoisine les 32.000 per- sonnes, alors qu’il dépassait les 60.000 en

2001. M. Benidir s'est félicité de la "bonne" organisation de l'opération, en dépit de quelques difficultés relatives à la réception des convocations. "L'opération se déroule

bien (

blèmes, à l'exception de celui du change- ment d'adresses pour lequel une équipe a été chargée pour le prendre en charge de ma- nière efficace", a-t-il déclaré. Toutefois, le premier responsable de l’AADL a souligné

nous n'avons enregistré pas de pro-

)

a souligné nous n'avons enregistré pas de pro- ) qu'un dernier avis sera publié par voie

qu'un dernier avis sera publié par voie de presse avant la clôture de l'opération d'actua- lisation des dossiers, pour inviter les sous- cripteurs n’ayant pas reçu de convocation à se présenter à l'agence. Selon lui, cette opé- ration sera achevée au plus tard en juillet prochain, mais les souscripteurs ne seront convoqués pour payer la première tranche du prix du logement qu'une fois le traitement de leur dossier achevé. A cet égard, M. Be- nidir a précisé que la moitié de dossiers reçus jusqu'à présent par l'AADL sont passés par le fichier national. Ce fichier permet d'identifier les deman- deurs de logements à l'échelle nationale et contient également les banques de données qui renferment les listes des bénéficiaires de la Caisse nationale de logements (CNL), les Offices de promotion et de gestion immobi- lière (OPGI), la Caisse nationale d'épargne

et de prévoyance (CNEP), les entreprises de promotion du logement familial (EPLF) et autres. Cependant, le prix du logement ne sera fixé qu'après le démarrage des chantiers de construction, qui seront lancés prochai- nement, probablement au cours du mois d'avril prochain, a-t-il dit. Concernant les nouveaux dossiers, le directeur a précisé que la date de début de réception des nouvelles demandes de logements n'a pas encore été fixé, vu que "cela ne dépendra pas seulement de l'achèvement de l'opération de l'actuali- sation des anciens dossiers, mais de plu- sieurs autres facteurs organisationnels", a-t-il

dit. Concernant les entreprises de réalisation, l'AADL a préféré attribuer de gré à gré le marché de construction des premiers sites aux entreprises chinoises déjà présentes en Algérie. "Nous sommes tenus de lancer les

premiers chantiers dans les plus brefs délais. Les entreprises mixtes récemment créées ne seront pas prêtes, ce qui nous a poussés à re- courir aux entreprises chinoises qui ont déjà acquis une expérience appréciable en Algé- rie", a-t-il expliqué. Il est à rappeler que 11 sociétés mixtes ont été créées durant les der- niers mois avec des partenaires portugais, italiens et espagnoles pour contribuer à la réalisation des différents programmes de lo- gements publics, notamment le programme AADL qui vise à construire près de 230.000 logements de type location-vente. Les nou- velles constructions AADL seront réalisées suivant les normes fixées par un nouveau ca- hier des charges paru dans le Journal officiel de janvier dernier. "Même s’il n’a pas modifié les surfaces de logements de type location-vente, ce ca- hier des charges a introduit de nouvelles prescriptions techniques pour améliorer la qualité architecturale et urbanistique", a-t-il indiqué. Concernant les logements qui n'ont pas encore été distribués, M. Benidir a indi- qué que ce retard était dû à plusieurs obsta- cles à caractère techniques, notamment dans certains sites dont les travaux devraient prendre fin durant les premiers mois de l'an- née en cours. Selon le même responsable, l'Agence a procédé à la distribution des lo- gements au niveau du site de Bachdjarrah alors que celui d'Ouled Fayet connaît un re- tard dans les travaux "en raison notamment des conditions climatiques ayant marqué l'hiver". Le premier programme AADL porte sur la réalisation de 55.000 unités dont 27.400 unités à Alger. Cependant, 3.000 uni- tés n'ont pas encore été distribuées, notam- ment à Belle-Vue (Ain Benian), Ouled Fayet, Draria et Herraoua (Alger). L'Agence compte réceptionner le reste des logements avant le fin de l'année dès la fin des travaux d'aménagement des routes, d'assainissement, d'eau et d'électricité.

Création prochaine d'une société de maintenance des ascenseurs des bâtiments "AADL" (DG)

Le directeur général de l'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL), M. Elias Benidir, a an- noncé qu'un appel d'offres national sera lancé prochainement pour la création d'une société chargée de la maintenance des ascenseurs des bâtiments des cités relevant de cette Agence au niveau du ter- ritoire national. La réhabilitation et la maintenance des ascenseurs des cités AADL au niveau national sera confiée à des "profession- nels" dans le domaine à la faveur d'un appel d'offres national qui sera lancé dans "deux semaines", a précisé M. Benidir dans une déclaration à l'APS. Selon le cahier de charges de cet appel d'offres,

la société devrait prendre en charge tous les aspects relatifs aux as- censeurs en veillant à leur fonctionnement permanent en réparant les pannes dans des délais ne dépassant pas les 72 heures. Le cahier de charges redéfinira également, selon le même responsable, la fonction des concierges et des gardiens de ces cités pour améliorer les conditions de vie des habitants. Il a souligné à cet effet la né- cessité de mettre un terme au phénomène des gardiens "parasi- taires" qui obligent les habitants à payer une somme mensuelle alors que ces charges relèvent des gestionnaires de ces cités.

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Economie

10

EL MOUDJAHID

AIR ALGÉRIE

Réduction de 50% des tarifs vers le Sud

L a compagnie aérienne natio- nale Air Algérie vient d’an- noncer le lancement d'une

promotion de 50% de réduction sur ses vols au départ des principales villes du Grand Sud algérien vers les

villes du Nord. Air Algérie fait savoir que les villes de départ concernées sont Tamanrasset, Illizi, Djanet, Timi- moune, Adrar, Tindouf, Béchar, Ouargla, Ghardaïa et In Salah à des- tination d'Alger, Constantine et Oran. Aussi, cette même source précise que cette promotion est valable du 24 mars au 15 avril prochains, pour des voyages allant jusqu'au 26 octobre

2013.

Ainsi donc, toute personne habi- tant au sud du pays et souhaitant se déplacer vers le nord, d’ici à fin oc- tobre prochain, aura toute la latitude de régler, très à l’aise, ses affaires et profitera — pourquoi pas — par là- même d’un petit break touristique au niveau la capitale du pays, ainsi qu’au niveau des capitales de l’Est et de l’Ouest, Constantine et Oran. La compagnie aérienne nationale Air Al- gérie s’est distinguée dernièrement, faut-il le rappeler, par une autre pro- position commerciale qui consiste à faire part et à réaffirmer sa disponibi- lité à offrir des prix concurrentiels pour les touristes désirant visiter l’Al- gérie, dans la perspective de relancer le tourisme dans notre pays. Plusieurs conventions de coopération ont été signées, le 28 février dernier à Alger, par le PDG d'Air Algérie, M. Moha- med Boultif, et les directeurs géné- raux de l'ONAT, M. Mohamed Cherif Selatnia, et de Sélectour, M. Patrick Abisset, en présence du secrétaire d'État, chargé du Tourisme, M. Mo- hamed Amine Hadj Saïd. Ces conventions entre l'Office national al- gérien du tourisme (ONAT), le tour- opérateur français Sélectour et Air Algérie avaient tous un seul et même

Sélectour et Air Algérie avaient tous un seul et même objectif : la relance de la

objectif : la relance de la destination Algérie. Dans une déclaration à l'is- sue de la signature de ces conven- tions, le secrétaire d'État, chargé du Tourisme, avait souligné la nécessité de faire la promotion de la destination Algérie à travers la mise à jour de ses parcours mettant en avant les atouts touristiques de l'Algérie. La signature de ces conventions «est le fruit des efforts consentis dans le cadre de la participation algérienne aux Salons internationaux, notam- ment en Europe, dans le cadre de la promotion de la destination Algérie», a-t-il signalé, tout en appelant à «ac- corder la priorité à la qualité des pres- tations touristiques, notamment au volet transport». «La collaboration avec le secteur du Tourisme et Air Al- gérie qui se chargera d'offrir les meil- leurs prix aux touristes est à même de relancer le tourisme dans notre pays», a encore ajouté le secrétaire d'État. Pour sa part, le DG de l'ONAT avait indiqué que ces conventions vi- sent la promotion du tourisme en Al- gérie, pour «drainer davantage de

touristes», mettant en relief l'impor- tante relance du «tourisme thermal qui suscite de plus en plus l'intérêt des touristes étrangers». Le DG de l’ONAT avait également mis en avant l'important soutien de la coopération avec Air Algérie, rappelant la tournée exploratrice organisée récemment dans plusieurs villes algériennes, dont Constantine, Sétif, Oran et Mas- cara, au profit des représentants de Sélectour, pour leur permettre de prendre connaissance de la diversité des sites touristiques en Algérie. De son côté, le DG de Sélectour avait exprimé la disponibilité de son agence à soutenir la coopération avec l'Algérie pour drainer plus de tou- ristes français et algériens résidant à l'étranger. Le PDG d'Air Algérie avait, quant à lui, réaffirmé «la disposition de son entreprise à contribuer à l'améliora- tion du transport aérien et appliquer des prix concurrentiels aux touristes dans la perspective de relancer le tou- risme dans notre pays». Soraya G.

ALGÉRIE - ALLEMAGNE

Un projet de partenariat dans le secteur de l'électronique

L'état de développement du partenariat algéro-alle- mand dans le secteur de l'électronique a été au menu des entretiens, jeudi à Alger, du ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, M. Abdelmalek Guenaï- zia, avec une délégation allemande, indique un commu- niqué du ministère de la Défense nationale (MDN). La délégation allemande est dirigée par M. Christian Scherer, directeur exécutif pour les opérations internationales de Eads/Deutschland, accompagné de son vice-directeur et du directeur général de la société algéro-allemande (Scafse.Spa), pour la production de systèmes électro- niques, précise le communiqué. La société commune al- géro-allemande pour la fabrication de systèmes

électroniques est issue du partenariat entre l'Etablissement de la plate-forme de systèmes électroniques (EPIC-PSE) relevant du MDN et l'EPE/Alfatron relevant du ministère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investis- sement, d'une part, et du consortium allemand composé des sociétés Rohde&Schwarz, Carl Zeiss et Eads/Deutschland (chef de file), d'autre part, conformé- ment aux dispositions de la loi de finances complémen- taire (LFC) 2009, ajoute la même source. Un point de situation a été établi en matière d'investissement de la so- ciété mixte et des orientations ont été données pour le res- pect des délais de mise en œuvre de la production en fin d'année 2013, précise-t-on.

USINE RENAULT D’OUED TLELAT

Début des travaux en septembre

L es premiers coups de pelle pour la réalisation de l’usine Renault-Algérie seront don-

nés en septembre prochain, a an- noncé, mercredi à Oran, M. Jean-Christophe Kugler, leader du Comité de management de la région Euromed au sein de cette entreprise de construction automobile. La pre- mière voiture, quant à elle, sortira de la chaîne en novembre 2014. «Le ter- rain de 15 hectares est parfaitement adapté au projet», a-t-il indiqué, ce mercredi, lors d’une conférence de presse donnée au siège de la wilaya d’Oran. «350 postes de travail seront immédiatement ouverts», a-t-il indi- qué, en précisant que pour les besoins en main-d’œuvre adaptée au profil de l’industrie, Renault fournira au centre de formation professionnelle d’Oued Tlélat, des modules de formations théoriques et pratiques pour permet- tre a la main-d’œuvre locale de s’in- sérer rapidement dans les chaînes de fabrication. La voiture produite sur site sera la nouvelle Symbol, une sorte de concurrente à la Peugeot 301 et C-Elysée. Ce modèle est fabriqué, semble-t-il, dans l'usine de Bursa (Turquie). Sa version antérieure est produite à Cordoba (Argentine). Ces deux usines sont certifiées ISO 14001. Selon certains sites spéciali- sés, cinq adultes peuvent voyager confortablement grâce à une habita- bilité aux places arrière en progres- sion.

La nouvelle Renault Symbol est dotée, selon les versions, de nou- veaux équipements : système de na- vigation et multimédia. L’usine d’Oued Tlélat disposera, au début, d’une capacité de production de 25.000 véhicules/an. L’accord pour la réalisation de cette usine a été finalisé en décembre de l’année dernière à Alger, à l’occasion de la visite du pré- sident français, M. François Hol- lande. Il lie l’Algérie — via la Société nationale des véhicules in- dustriels (SNVI) et le Fonds national d’investissement — (à hauteur de 51% du capital de cette société) et le groupe français (49%). Plusieurs fournisseurs pour cette future usine ont été identifiés. La SNVI est actuellement en train d’examiner les dossiers de ses futurs fournisseurs. Il y a quelques jours, le le président-directeur général de la Société des industries mécaniques et accessoires (ORSIM), basée à Oued Rhiou, a indiqué que son entreprise a été retenue pour l’approvisionnement de "Renault Algérie" en boulonnerie et visserie dans le cadre de la sous- traitance. Une autre usine est, selon certaines sources, bien placée pour décrocher un contrat fournisseur avec cette future usine, pour la grande joie de la main-d’œuvre locale d’Aïn El- Bya. Il s’agit de Toclaly, un métallur- giste turc installé dans cette com- mune

M. K.

FOIRE INTERNATIONALE DU CAIRE

L'Algérie participe avec 9 entreprises

L'Algérie participe à la 46 e Foire internationale du Caire, ouverte mercredi avec 9 entreprises pu- bliques et privées spécialisées dans les industries agro-alimentaires, pharmaceutiques et du tabac. Le responsable du stand algérien, M. Mustapha Kartous, a déclaré, à ce propos, que le transport et l'exposi- tion des produits de ces entreprises ont été pris en charge par le minis- tère du Commerce qui s'occupe également de la promotion des pro- duits et des contacts avec les opé- rateurs étrangers participant à l'exposition et les patrons d'entre- prises, à travers un guichet unique de l'information commerciale rele- vant de la Société algérienne des foires et exportations (SAFEX), et supervisé par des fonctionnaires de la société et des représentants du ministère du Commerce. Il a indi- qué par ailleurs que la SAFEX avait adressé à plusieurs entreprises des demandes pour la représenter à

la 46 e Foire du Caire, ajoutant que neufs (9) entreprises seulement avaient répondu à la demande, dont la société Nouvelle conserverie d'Algérie (NCA Rouiba), l'entre- prise publique de fabrication de produits parapharmaceutiques et d'hygiène corporelle (SOCO- THYD), la Société nationale des ta- bacs et allumettes (SNTA) et six entreprises spécialisées dans la fa- brications de pâtes, fromages et huiles alimentaires. M. Kartous a précisé que les produis ayant le plus attiré les visiteurs du stand Al- gérie, au premier jour de l'exposi- tion, sont les huiles alimentaires, les jus et les pâtes. S'agissant des résultats de la dernière Foire du Caire, le même responsable a indi- qué que la SAFEX n'avait pas d'in- formations précises concernant les contacts qu'auraient signés les so- ciétés qui avaient représenté l'Algé- rie avec les opérateurs étrangers après la fin de l'exposition.

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Economie

11

EL MOUDJAHID

BANQUE D’ALGÉRIE

Appel à une plus large utilisation du chèque et de la carte bancaire

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohamed Laksaci, a plaidé jeudi à Alger pour une plus large utilisation du chèque et de la carte bancaire, notamment dans les transactions commerciales et immobilières.

"L’ amélioration de la cir- culation fiduciaire en 2012 et au premier

trimestre de 2013 ne doit pas occulter l’opportunité et la nécessité de déve- lopper davantage les instruments de paiement scripturaux comme le chèque et la carte bancaire", a-t-il dit lors de sa réunion annuelle avec les directeurs de succursales et agences de la BA. A cet effet, "l’accent devrait être mis sur les transactions commer- ciales de gros et de demi-gros et sur les transactions immobilières", a-t-il précisé. Le système de paiement ap- proprié ou de télé-compensation, mis en place en 2006, reste utilisé à seu- lement 10% de ses capacités, a-t-il argué en insistant sur le fait qu’un tel système "devrait normalement susci- ter l’utilisation préférentielle de la monnaie scripturale". L’utilisation des systèmes de paiement modernes, assure non seulement une plus grande sécurisation financière mais joue éga- lement un rôle important dans ce qui

est appelée "l’inclusion financière" notamment au profit des ménages, selon lui. Cette inclusion a été impul- sée par les dernières mesures de faci- litations de l’ouverture des comptes bancaires au profit des ménages et des entreprises, a-t-il rappelé. Dans sa communication intitulée "Améliora- tion de la circulation de la monnaie fiduciaire en 2012 et 2013", M. Lak- saci a, par ailleurs, fait savoir que la Banque d’Algérie et Algérie Poste disposaient actuellement d’impor- tantes encaisses de monnaies fidu- ciaires (billets et pièces de monnaies). C’est ainsi qu’Algérie Poste détenait, selon lui, des en- caisses (disponibilités) appréciables estimées à 50 milliards de dinars pour les mois de janvier et février derniers. Ces encaisses, adossées aux livrai- sons quotidiennes de monnaie fidu- ciaire par la BA "permettent à la Poste de répondre à toute demande de retrait de sa clientèle notamment les ménages", a assuré M. Laksaci. Les

sorties de monnaie fiduciaire en forte hausse ces dernières années Quant aux encaisses de monnaie fiduciaires au niveau des succursales et agences de la BA, elles s’élèvent à 196,9 mil- liards DA au 19 mars en cours, ce qui permet de couvrir en moyenne l’équi- valent de 36 jours ouvrables de de- mande au niveau national, a-t-il informé. Ces disponibilités, "large- ment disséminées" à travers le terri- toire national, s’ajoutent aux encaisses dont dispose la Caisse gé- nérale de la BA qui s’élèvent, à elles seules, à 60 milliards DA, selon le gouverneur. En outre, les sorties an- nuelles brutes de monnaies fidu- ciaires s’affichent en forte hausse depuis 2006, avec un pic en 2012, a- t-il encore fait remarquer.

2006, avec un pic en 2012, a- t-il encore fait remarquer. Laksaci : “La coupure de

Laksaci : “La coupure de 2 000 DA représente plus d’un quart du montant des billets en circulation”

La coupure de 2000 DA, émise par la Banque d’Al- gérie en 2011, représente plus d’un quart du montant glo- bal des billets en circulation, alors que celle de 1.000 DA représente plus des deux tiers, a indiqué jeudi dernier à Alger le gouverneur de la Banque d'Algérie, M. Moha- med Laksaci. Le billet de 2.000 DA, émis en avril 2011, représente 26,86% du montant global des billets en cir- culation à fin 2012, a souligné M. Laksaci lors de la réu- nion annuelle avec les directeurs de succursales et agences de la BA, à laquelle la presse à été pour la pre-

mière fois conviée. La production de ce billet, créé pour répondre à une demande haussière sur la monnaie fidu- ciaire, s’est accélérée en 2012, selon lui. La part de la coupure de 1000 DA a, quant à elle, atteint 68,11% du montant des billets en circulation, alors que la coupure de 500 DA n’en représente que 3%, a-t-il ajouté. Le billet de 500 DA est appelé à prendre une part accrue dans la circulation fiduciaire, un agrégat monétaire qui devrait croître de 10% en 2013.

CROISSANCE NATIONALE

Le FCE pour un nouveau modèle basé sur l’investissement privé

L e président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), M. Réda Ha- miani, a plaidé jeudi dernier à

Constantine pour "un nouveau modèle de croissance nationale" basé sur l’investisse- ment privé et sur "un esprit d’entreprendre ambitieux et compétitif". S’exprimant lors d’une rencontre régionale organisée par le FCE, M. Hamiani a estimé que les efforts des pouvoirs publics, qui ont "soutenu la croissance nationale à travers la réalisation d’infrastructures de base", restent "insuffi- sants", en témoigne, selon lui, le taux de croissance "qui n’a pas dépassé les 3 % en 2012". Considérant que la qualité du déve- loppement dans un pays "est constamment liée à la qualité des intervenants dans le secteur de l’économie", le président du FCE a indiqué que la politique de partici- pation et de dialogue mise en œuvre par les pouvoirs publics envers les opérateurs éco- nomiques nationaux, ainsi que les débats autour de la meilleure façon de rendre une PME productive et compétitive sont "au- tant d’indices à même d’inciter les inves- tisseurs à être l’autre support de la croissance et les garants du développement durable". Evoquant la nécessité de réorga- niser le paysage économique du pays, M. Hamiani a estimé que la "grande maladie économique" demeure "l’emprise du com- merce sur l’investissement". Il a précisé, à ce propos, que l’activité de l’investisse- ment qui ne représente que 20% de l’éco- nomie nationale, doit être "remise à sa place", avant de souligner que l’importa- tion "ne doit pas constituer le seul moyen de répondre aux besoins de la population". Le président du FCE a, d’autre part, appelé les participants à cette rencontre (chefs

part, appelé les participants à cette rencontre (chefs d’entreprises et opérateurs économiques) à "voir

d’entreprises et opérateurs économiques) à "voir grand" et à se projeter dans l’avenir avec des partenariats et des consortiums ca-

pables de "solidifier" les petites et moyennes entreprises. Avançant des chif- fres, M. Hamiani a indiqué que 95% des entreprises opérationnelles sont "compo- sées de moins de 10 employés" et "ont un chiffre d’affaires ne dépassant pas les 100 millions de dinars". Des entreprises, a-t-il estimé, qui demeurent "trop petites" pour "relever le défi de la bataille de la création de la richesse". La rencontre régionale, or- ganisée par le FCE à Constantine, s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres dans la région est du pays, à travers la- quelle le FCE, selon une déclaration de M. Hamiani à l’APS, ambitionne de diffu- ser "l’esprit d’entreprise" et l’apport de "l’investissement privé" dans le dévelop- pement durable.

À PROPOS DE LA RÉVISION DE LA "LISTE NÉGATIVE"

Réda Hamiani : "Le FCE n'a pas été consulté"

M. Hamiani a affirmé que l'association qu'il préside "n'a pas été consultée lors de la révision de la liste négative des marchandises exclues par l’Algérie de la franchise de droit de douanes à l’importation des produits originaires de la Grande zone arabe de libre- échange (GZALE). Pour l'ancien ministre délégué chargé de la Petite et moyenne entre- prise, "l'autorisation d'importation accordée par le ministère du Commerce à 550 produits figurant dans la liste de 2.010 constitue une menace pour l'économie nationale dans la mesure où les producteurs locaux ne sont pas encore prêts à faire face à cette concur- rence". Revenant sur l'adhésion de l'Algérie à la GZALE, M. Hamiani a estimé que celle- ci a été "plus nocive que bénéfique" dans la mesure où l'entrée en vigueur de l'accord a suivi quasi immédiatement sa signature intervenue en 2009 "ce qui n'a pas permis aux entrepreneurs locaux de s'adapter au nouvel environnement". De son côté, le secrétaire général de la wilaya a exhorté les opérateurs locaux à établir des passerelles entre les mondes universitaire et économique en soulignant qu'"avec quatre universités et 100.000 étudiants, dont 15.000 arrivant chaque année sur le marché du travail, Constantine offrait un capital humain qualifié des plus intéressants." I. B.

BÂTIMENT

Des opérateurs américains en quête de partenariats dans la région ouest

Des opérateurs économiques américains ont fait part, mercredi dernier à Oran, de leur désir de trouver des op- portunités de partenariat et d’investissement dans le do- maine du bâtiment dans la région ouest du pays. Ces opérateurs ont proposé, lors d’une rencontre organisée par le Conseil des affaires algéro-américain, des moyens adéquats pour concrétiser ce partenariat par un transfert de technologie et du savoir-faire américain en matière du bâtiment et de la construction en générale. Les hommes d’affaires américains sont en quête d’opportunités de par- tenariat bilatéral dans le domaine du développement du marché du bâtiment préfabriqué en Algérie, indique-t-

on. "Le partenariat préconisé porte sur la mise en place de projets mixtes en Algérie basés sur l’industrialisation des matières premières, la formation et l’emploi de la main d’œuvre locale pour répondre aux exigences du dé- veloppement", a souligné la directrice du Conseil d’af- faires algéro-américain, M me Elizabeth Stewart. Pour sa part, le président de la chambre du commerce et l’indus- trie de l’Oranie, M. Rachid Falla, a fait part de la dispo- sition de son instance à accompagner les opérateurs américains dans la réalisation d’un véritable partenariat en soulignant le développement du tissu des petites et moyennes entreprises activant en bâtiment et fabrication de matériaux de construction. Le président de l’APW, M. Abdelhak Kazi Tani, a abordé pour sa part, les opportu- nités d’investissement à Oran, notamment les pro- grammes colossaux d’habitat prévus dans cette wilaya. Cette rencontre, la deuxième du genre après celle orga- nisée à Alger, a traité de plusieurs axes dont les techno- logies du bâtiment préfabriqué, les techniques de montage des logements préfabriqués et semi-préfabri- qués, les bâtiments intelligents basés sur les énergies re- nouvelables. La délégation américaine a pris part au Salon international du bâtiment Batimac ouvert mer- credi, à Oran.

PROGRAMME P3A

Bientôt quatre projets de jumelage institutionnel avec l’UE

Q uatre nouveaux projets de jumelage ins- titutionnel touchant différents secteurs seront incessamment concrétisés dans le

cadre de la deuxième phase du Programme d'ap- pui à la mise en œuvre de l'accord d'association entre l'Algérie et l'Union européenne (P3A), a af- firmé jeudi dernier un responsable de ce pro- gramme. Ces projets de coopération institutionnelle, dont la validation est prévue dans quelques semaines, touchent les secteurs du commerce, de l'agriculture et du développement rural, des transports ainsi que celui de la poste et des technologies de l'information et de la com- munication (TIC), a indiqué le directeur national du P3A, M. Abdelaziz Guend, lors d'une rencon-

tre avec des représentants de la presse nationale. Le projet de jumelage destiné au secteur du com- merce, porte sur le renforcement du système d'aide à la décision en matière de commerce ex- térieur au sein de l'Agence nationale de promo- tion du commerce extérieur (Algex). Celui relatif à l'agriculture porte sur un appui institutionnel à la Direction des services vétérinaires en vue d'améliorer la visibilité et la fiabilité de la garan- tie officielle de salubrité des produits vétérinaires exportés, explique un document distribué lors de la rencontre. Le troisième projet, touchant le sec- teur des transports, sera mis en œuvre au profit du Centre national de prévention et de sécurité routière. D'autres institutions algériennes seront

également impliquées dans ce futur jumelage à l'image de la Direction générale de la sûreté na- tionale (DGSN), la gendarmerie nationale et le ministère des Travaux publics, pour le volet si- gnalisation, a-t-on, en outre, précisé. Le dernier projet de jumelage concerne le renforcement du cadre organisationnel et légal du secteur ainsi que la promotion de l'innovation et de la re- cherche dans les domaine de la poste et des TIC. Le financement de ces projets est estimé entre 1 et 1,5 million d'euros pour chaque jumelage, selon M. Guend. D'autre part, quatre équipes composées d'experts européens et algériens spé- cialisées dans chacun des domaines ciblés par ces opérations sont mobilisées par l'unité de ges-

tion du P3A pour la rédaction des fiches de ces projets de jumelages. Ces fiches de projets seront "soumises incessamment aux institutions béné- ficiaires pour validation", selon un responsable de l'unité de gestion du P3A. Une fois ces fiches validées, il sera procédé au lancement des appels à propositions pour la sélection des institutions européennes partenaires, a-t-il ajouté. Depuis le début de la deuxième phase du programme P3A, deux jumelages au profit des secteurs de l'agri- culture et de la pêche sont en cours de réalisation, alors que deux autres projets destinés aux sec- teurs de la justice et des transports sont en phase de signature des contrats, a-t-on rappelé de même source.

Société

12

EL MOUDJAHID

JARDIN D’ESSAI DU HAMMA

Des centaines d’enfants fêtent le printemps

Le jardin d’Essai du Hamma célèbre, du 21 jusqu’au 23 mars, les journées de l’Arbre, de l’Eau et la Météorologie. En effet, le poumon d’Alger s’est mis, depuis jeudi, aux couleurs de l’environnement dans sa diversité.

ORAN

Décès de 5 personnes dans un cortège nuptial

L es services de la sécurité routière de la Gen- darmerie nationale d’Oran ont constaté le décès de 5 personnes d’une même famille

dans un cortège nuptial, lors d’un accident drama- tique survenu au niveau de la commune de Bout- lelis, wilaya d’Oran, a indiqué une source de ce corps de sécurité. La collision entre deux véhicules légers a occasionné des blessures graves à deux au- tres personnes du même cortège. Selon notre source, le cortège composé de plusieurs véhicules se dirigait vers le domicile parental de la mariée. Les corps sans vie ont été transférés sur-le-champ par des agents de la Protection civile vers l’hôpital d’Oran. Par ailleurs, deux autres accidents enre- gistrés à Djelfa (Birine) et Jijel (Taher) ont provo- qué la mort de deux personnes et des blessures à quatre autres. Durant la journée de jeudi dernier, quinze acci- dents de la circulation routière, dont trois mortels, ont été constatés par les unités de la Gendarmerie nationale à travers onze wilayas du pays. Ils ont en- gendré le décès de sept personnes, des blessures à 23 autres et des dégâts matériels importants à vingt moyens de locomotion impliqués, ajoute notre source.

M. Mendaci

C’ est la grande fête de la na- ture, en ce premier jour de printemps, marqué par pas

moins de 400 visiteurs, notamment des écoliers venus des wilayas limitrophes, pour inaugurer ce rendez-vous exclusi- vement écologique. Les bambins seront servis dans cet espace convivial qui re- gorge d’oxygène. L’occasion est ainsi donnée aux chérubins de profiter des doux rayons du soleil qui inondent la ville de lumière. Tous les moyens sont mis en place pour permettre aux en- fants, en vacances de printemps, de pas- ser de bons moments, mais aussi découvrir la nature dans toute sa splen- deur. L’eau et les changements clima- tiques seront deux thèmes présents dans cette manifestation environnementale. Des ateliers de jardinage, d’aquaculture, d’ornithologie, d’apiculture, des expo- sés sur le rôle des forêts, la protection des es- pèces faunistiques et floristiques, de la magie et des clowns sont également au programme de cette activité qui permet à l’enfant de compléter ses connaissances théoriques sur la flore, la faune et autres segments de l’environnement. Ces journées portes ouvertes, organisées par le jardin d’Essai du Hamma, de concert avec le ministère de l’Environnement, se veulent, selon la responsable de l’Ecole de l’environnement du Jardin d’Essai, M me Madoui Kawthar, un espace d’information et de sensibilisation des enfants sur l’importance de préserver les ressources na- turelles pour éviter une catastrophe écologique ou raréfication de certaines ressources — cas de l’eau — dont la vie dépend sur terre. Il s’agit de créer une ambiance qui contribue au renforce- ment de la culture générale de l’enfant sur l’en- vironnement, dans un environnement ludique, avec des mots simples, des démonstrations et des cours pratiques. «C’est une opportunité pour l’enfant de s’approcher des animaux, de toucher des plantes, jusque-là traités dans le cadre des programmes scolaires.» Pour M me Dafi Karima, directrice de la sensibilisation au ministère de l’Environnement, «à travers cette manifestation, les initiateurs aspirent à inculquer à l’enfant la

les initiateurs aspirent à inculquer à l’enfant la préservation de l’environnement, mais surtout lui

préservation de l’environnement, mais surtout lui expliquer ce qui a été fait dans ce domaine». «Nous tenons ainsi à attirer l’attention sur l’im- portance du travail en amont qui reste le moyen le mieux indiqué pour vivre dans un environne- ment sain», dit-elle. Elle ajoute qu’il est question aujourd’hui de laisser l’enfant s’exprimer, pour

D ans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’Arbre, la société nationale des hydrocarbures Sonatrach a procédé,

jeudi dernier, au lancement d’une vaste opération de reboisement de plants, dans la forêt de Maktaâ Kheira, relevant de la commune de Mahelma (Ti- pasa). Près d’une centaine d’employés de Sona- trach ont participé à cette louable initiative, dont le coup d’envoi à été donnée par le président-direc- teur général de l’entreprise, M. Meziane Mohamed. S’inscrivant dans le programme de développement de l’environnement et de la reconstitution des es- paces forestiers détruits par des facteurs exogènes, initié en 2006 par Sonatrach, en collaboration avec la direction de la Conservation des forêts de la wi-

cerner ce qu’il ne va pas. M me Dafi ne manquera pas de relever qu’un projet est en cours pour l’intégra- tion des clubs verts dans les centres de rééducation. Pour M. Kebbal Abdellah, sous-directeur des activités cultu- relles au ministère de l’Éducation nationale, les journées internatio- nales de l’Arbre, de l’Eau et de la Météorologie ne pouvaient passer inaperçues pour la tutelle qui a signé une convention, il y a deux ans, avec le ministère de l’Environ- nement, pour l’intégration de cours sur l’environnement dans les pro- grammes pédagogiques, rappelant qu’en sus du partenariat avec le jar- din d’Essai du Hamma, l’Éduca- tion nationale a un programme pour la plantation de 8 millions d’arbres avec la direction des forêts, soit un arbre par en- fant, depuis 2009, et ce jusqu’à 2014. Il rappelle enfin que le secteur compte, aujourd’hui, près de 10.000 clubs verts, à travers le territoire natio- nal.

Samia D.

REBOISEMENT

Sonatrach s’implique

laya d’Alger, cette stratégie, dit M me Boulemeur Naïma, responsable de la cellule hygiène, sécurité et environnement à Sonatrach, destinée à préserver les ressources naturelles, a été décidée par notre di- rection à l’occasion du 50 e anniversaire de la créa- tion de cette entreprise, qui se veut fidèle à ses traditions citoyennes. Dans cet optique, il a été dé- cidé de planter 50.000 arbres dans différentes ré- gions du pays, à savoir Alger, Hassi R’mel, Hassi Messaoud, Skikda et Arzew. Concernant l’opéra- tion qui a touché la forêt de Maktaâ Kheira, 1000 arbustes seront mis en terre sur une superficie de 9 hectares dans le programme de traitement des bas- sins versants, a indiqué M. Mohamed Amrani, chef de service au niveau de la direction de la Conser-

vation des forêts de la wilaya d’Alger. Pour ce qui est du choix des arbres à planter, M. Amrani a tenu à préciser que les espèces prédominantes dans cette région forestière sont le pin d’Alep, le cyprès et le chêne-liège. Il y a lier de noter que d'importants moyens humains et matériels ont été mobilisés pour matérialiser cette opération qui donnera un peu plus de fraîcheur à Alger. Rappelons que cette opération à été étendue en extrême dans le cadre de la contribution à l’effort national de reboisement avec comme objectif de couvrir les bassins versants de cinq barrages hydrauliques situés au centre et à l’est du pays, couvrant une superficie de 516 hec- tares.

Kamélia H.

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Culture

15

EL MOUDJAHID

RENCONTRE AVEC SAMIRA BEN DRISS-OULABSIR AUTOUR DE SON LIVRE FIÈRE ALGÉRIE

“Cette Algérie que nous avons au cœur…”

C’est dans un appartement qui fait figure de petite bibliothèque de jeunesse situé à la rue Didouche- Mourad, une des nombreuses annexes de l’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, que nous ont convié les animateurs des «Mercredis du verbe» dans le cadre du programme littéraire qu’ils ini- tient chaque semaine en donnant la parole à des auteurs à l’occasion de la sortie d’un ouvrage avec le choix d’un thème particulier.

P our cette fois, il était ques- tion de revenir sur la com- mémoration du

cinquantenaire de l’indépendance

et sur la célébration ces jours-ci de

«la fête de la Victoire» en mettant

à l’honneur un livre sorti il y a une

année aux éditions Dalimen en présence de l’auteure. Cette nou- velle rencontre a donné lieu à une discussion animée par M me Fouzia Laradji et Samira Ben Driss Ou- labsir qui était l’invitée, sur le contenu de cet ouvrage collectif qui rassemble une quinzaine de contributions inédites écrites par des auteurs algériens et étrangers natifs d’Algérie ou ayant fait un long séjour dans le pays et rési- dant actuellement en France ou ici même. L’idée de faire converger les points de vue entre sentiments d’appartenance affective avec l’Algérie ou de ressentiments quelque peu amers face à sa situa- tion présente avait germé dans l’esprit de cette ancienne collabo- ratrice de presse dans les ru- briques culturelles de certains journaux, qui a fait un long che- min dans l’édition depuis les an- nées 1990 pour devenir aujourd’hui responsable de sa pro- pre maison d’édition et a surtout participé à de nombreux salons du livre : «Cette invitation me récon- forte dans le fait que ce livre n’est pas complètement passé inaperçu. L’idée de publier un ouvrage col- lectif ne vient pas spécialement de moi car il y a beaucoup d’ou- vrages de ce type qui se basent sur une thématique précise qui ras- semble dans un seul ouvrage plu- sieurs écrits d’auteurs différents» dira-telle en guise de préambule avant de poursuivre «Pour moi,

l’idée était de faire parler tous ces auteurs de l’Algérie. Il y a des écrivains algériens et français, certains vivent ici et d’autres en France. On a voulu quelque part fêter ce cinquantième anniversaire de l’indépendance en donnant à chacun la possibilité d’exprimer une opinion personnelle en faisant

le bilan de ce qui s’est passé pen-

dant ces cinquante dernières an- nées dans le pays». Cette éditrice

chevronnée, licenciée en Lettres a pour seule passion le livre, elle en

a fait son cheval de bataille pour

Ph : Billel
Ph : Billel

faire sortir la littérature algérienne des ornières dans lesquelles elle était autrefois confinée et l’ame- ner par le biais de publications singulières aux lecteurs. Elle a ra- conté au cours de cette rencontre comment à partir d’une idée toute simple elle pu réaliser ce rêve au cours de chacune de ses entrevues ici et ailleurs avec les auteurs, elle leur a parlé de ce projet d’écriture sur le base de textes tout spéciale- ment écrits autour d’un thème principal à savoir exprimer dans leur style le regard qu’ils avaient sur l’Algérie qu’ils avaient tous au cœur avec un lien qu’ils entrete- naient pour certains au-delà de la Méditerranée, la question était de savoir comment ils pouvaient ra- conter leur lien avec à travers la description de leur pays. Chacun de ses auteurs étant libres d’expri-

mer ses espoirs, ses attentes avec un certain recul sur ces cinquante années d’indépendance et de faire le constat optimiste ou pessimiste de ce qui a été réalisé ou non en

faisant une pause sur cette longue

trajectoire : «Pour revenir au titre,

je ne l’ai pas choisi mais il figure

dans l’une des contributions d’un natif de Tlemcen qui s’appelle Louis Abady qui a longtemps sé- journé dans cette ville et qui vit actuellement à Montpellier. J’ai donc puisé ce titre dans l’un des premiers textes inédits de cet ou- vrage parce que j’ai trouvé en li-

sant l’ensemble des articles que ce titre exprimait le point commun de tout le monde. Chacun bien sûr

a abordé le thème sous l’angle

qu’il privilégiait mais tous avaient relevé cette notion de fierté car quelque part l’Algérie qu’on le veuille ou pas, a su garder la tête haute malgré toutes les difficulté qu’elle a traversé» affirme notre intervenante en expliquant que s’agissant du sous-titre «Aux maux du cœurs les mots de la rai- son», c’était un choix personnel qui signifiait que les auteurs ont évoqué dans leurs contributions ce qui les rongeaient de l’intérieur comme le chagrin de voire cette Algérie vaciller ou encore leur

rêve de voir dans une vision constructive leur Algérie , celle qu’ils voudraient prospère, riche et meilleure : «Il ya après en pa- rallèle des écrits plus subjectifs ou moins raisonnables qui retentis- sent comme des cris pathétiques et d’autres articles qui parlent d’une

Algérie encore jeune qui vient à peine de sortir de 130 ans de co- lonisation. C’est vrai que tout n’a pas été fait mais l’effort de construire ensemble petit à petit une Algérie est pour nous tous une manière de mettre une pierre à l’édifice, cette façon de voir les choses doit nous laisser optimiste s’agissant de l’avenir». prévient l’éditrice qui nous montre son nouveau livre récemment sorti

dans sa maison d’édition El Idriss intitulé L’enfant des deux mondes, un roman autobiographique écrit par Karima Berger, native d’Alger qui est partie en France en 1975 et où elle raconte son enfance passée à Médéa dans une école française : «C’est vraiment le regard d’une enfant qui ne comprenait pas ce qui se passait entre deux univers différents de cultures et de langues en perpétuel conflit», fait-elle re-

marquer. Lynda Graba

CONFÉRENCE

Redéfinition de la structure sociopolitique touarègue

L' anthropologue et universitaire Dida Badi a plaidé mercredi pour une redéfinition de la

structure sociopolitique des Touaregs, à travers la rectification, entre autres, du concept de nomadisme, considérant que ce peuple a aussi été de tout temps sé- dentaire. Intervenant lors d'une conférence in- titulée «Les Touaregs du Tassili n'Ajjer. Pour une lecture renouvelée de la struc- ture sociopolitique touarègue», animée au Centre diocésain des Glycines, Dida Badi estime que les études menées par le chercheur danois Nicolaisen Johannes n'ont pas tenu du contexte qui a contri- bué à l'origine de ce système «différent des autres sociétés berbères». «Les Toua- regs ont de tout temps été sédentaires même s'ils n'ont pas été sédentarisés à la faveur du politique. Il est erroné de croire qu'il n'y a que des nomades parmi eux comme en témoignent la lignée des Touaregs du Tassili, de Libye, etc.», ex- plique le chercheur et auteur de plusieurs ouvrages et études sur la culture Toua- règue et saharienne. Pour le conférencier, lui-même Tar- gui, il est grand temps de cesser de croire que les Touaregs sont des nomades «fau- teurs de troubles» s'agissant des fron- tières mais qu'au contraire, il en existe des populations d'entre eux qui «ont des territoires et connaissent bien leurs li- mites et celles des autres». Le mot «Thasserit» désigne d'ailleurs les fron- tières en targui, souligne-t-il à ce propos, avant de noter que les Touaregs séden- taires ont un «savoir-faire agricole et des traditions de travail». Sur le système matrimonial qui caractérise la société touarègue, Dida Badi a apporté égale- ment quelques éclaircissements, dont la légende qui entoure la «Reine des Toua- regs». Pour lui, aucune certitude n'existe au sujet du règne de Tinhinane et de l'exercice du pouvoir politique qu'on lui attribue : «Ce nom signifie la voyageuse en targui et le nom de celle qui l'accom- pagnait Takamat qui veut dire ‘la cueil- leuse’ et qui renvoie sans doute à une population spécialisée en la cueillette de graminées", explique-t-il. «En réalité, ce n'est pas la femme qui exerce le pouvoir politique mais elle le délègue çà son frère ou à un autre proche», souligne-t-il avant de noter que c'est la propriété fon- cière qui détermine le pouvoir politique. La particularité du matriarcat dans cette société, rappelle-t-il, réside précisément dans le fait que c'est la fille et non le fils qui hérite de la maison et/ou du terrain. La fille la lègue à son tour à ses filles une fois mariées, mais c'est l'homme qui ex- ploite la propriété. «Au sujet de l'héri- tage, certains avancent l'argument religieux qu'il est illicite qu'il bénéficie à la femme et non pas à l'homme. Pour les Touaregs, la tradition et l'autochtonie sont prioritaires à la Chariâa», relève-t- il.

Monde

16

EL MOUDJAHID

SAHARA OCCIDENTAL

Christopher Ross : « La situation sécuritaire au Sahel rend urgent le règlement de la question du Sahara occidental »

L’envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, qui se trouve depuis mercredi au Maroc, dans le cadre d’une tournée régionale, a souligné jeudi à Rabat l'«urgence» du règlement de la question sahraouie, au regard de la situation prévalant au Sahel.

«L a situation dans la région du sahel et de son voisi- nage rend une solution

plus urgente que jamais» de la ques- tion du Sahara occidental, a déclaré M. Ross à la presse à l’issue d’un en- tretien avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopéra- tion, Saad Dine El Otmani. Il a indi- qué que sa nouvelle tournée, qui doit s'achever le 3 avril prochain, est «consacrée à la recherche d’une so- lution à la question du Sahara occi- dental conformément aux résolutions successives du Conseil de sécurité», ajoutant qu’il a eu, à cet égard, des entretiens «approfondis» avec les responsables politiques ma-

rocains sur «les meilleurs moyens de faire avancer le processus de négo-

ciations». Il a annoncé, à cette occa- sion, qu’il présentera «les conclusions de cette tournée au Conseil de sécurité le 22 avril prochain». Après Rabat, M. Ross est arrivé hier, et pour la deuxième fois depuis sa nomi- nation en 2009, au Sahara occidental, notam- ment dans les villes d'El Ayoun et de Dakhla, selon des sources médiatiques. Son séjour au

et de Dakhla, selon des sources médiatiques. Son séjour au Sahara occidental devrait durer cinq jours,

Sahara occidental devrait durer cinq jours, ajoute-on de mêmes sources. Mardi, l’émis- saire onusien était à Madrid où il avait eu un entretien avec le secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères, Gonzalo de Benito, a-t-on indiqué de sources officielles espa- gnoles. Cette nouvelle visite de M. Ross dans

la région intervient après celle effectuée

en octobre dernier, à la suite de laquelle

il avait présenté un rapport devant le

Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies. L’envoyé personnel de Ban Ki-moon avait alors exprimé sa «forte préoccupation» du statu quo en

prévenant que s’il perdurait, «ce conflit pourrait nourrir une frustration crois- sante et déclencherait de nouvelles vio- lences et hostilités qui seraient tragiques pour les peuples de la ré- gion». Par ailleurs, M. Ahmed Bou- khari, membre du secrétariat national et représentant du front Polisario à l'Onu,

a donné mercredi une conférence à la

faculté des Lettres de l'Université de Murcie (Espagne) sur l'état des négo- ciations et les entraves marocaines aux efforts de paix déployés par l'ONU et

l'UA, a rapporté jeudi l'Agence de presse sahraouie (SPS). La conférence intitu- lée La question du Sahara Occidental et les perspectives de règlement pacifique, réalité et enjeux a été animée dans le cadre de la se-

maine de solidarité avec le peuple sahraoui, selon SPS.

Le chef de la diplomatie ougandais dénonce les violations continues des droits de l'hommel

Le ministre ougandais des Affaires étrangères, M. Sam Kutesa, a dé- noncé la poursuite des violations des droits de l'Homme par les au- torités marocaines dans les territoires occupés du Sahara occidental, a rapporté jeudi l'Agence de presse sahraouie (SPS). Lors d'une ren- contre avec l'ambassadeur sahraoui en Ougnda, M. Habib Mahfoudh Boukhris, le ministre a souligné l'«importance de soulever la ques- tion des droits de l'homme au niveau des organisations des droits de

l'homme pour la libération des détenus sahraouis du groupe de Gdeim Izik, dénonçant par la même occasion leur jugement par un tribunal militaire. M. Kutesa a réitéré la position «inaliénable» de son pays en faveur de la question sahraouie jusqu'à l'autodétermina- tion et l'indépendance. Le ministre ougandais a, par ailleurs, appelé l'ONU à élargir le mandat de la MINURSO au contrôle des droits de l'homme.

Un sénateur australien exhorte à voter à l'Onu en faveur du règlement de la question sahraouie

Le sénataur australien John Joseph Madigan, du parti travailliste dé- mocrate, a exhorté à Canberra son Etat à voter à l'Onu en faveur du règlement de la question sahraouie, a rapporté jeudi l'agence de presse sahraouie (SPS). Intervenant mercredi devant le sénat, M. Ma- digan a affirmé que «l'Australie devrait utiliser sa voix à l'Onu en faveur du règlement de la question sahraouie». «Il est temps que l'Australie suive l'exemple des autres pays dans l'application des

sanctions nécessaires pour contribuer au changement de cette situa- tion», a-t-il souligné. Il a ajouté que le Sahara occidental est toujours une région instable, et le peuple sahraoui est privé de son droit à l'au- todétermination, du fait de l'occupation marocaine, soulignant que les Sahraouis sont victimes de graves violations de leurs droits à la vie et à la liberté et sont confrontés aux menaces permanentes de tor- tures et d'emprisonnement.

menaces permanentes de tor- tures et d'emprisonnement. Le préalable à la paix ● La question sahraouie

Le préalable à la paix

La question sahraouie relève de l’urgence a déclaré L’en- voyé personnel du secrétaire

général de l’Onu pour le Sahara oc- cidental, M. Christopher Ross à par- tir de Rabat. Une appréciation de la situation qui devrait inciter les deux parties en conflits à trouver rapide- ment des voies pour arriver à des so- lutions durables, voire définitives. Au cours d’une mission similaire précédente ce représentant de Ban Ki-moon avait exprimé sa «forte préoccupation» en prévenant que s’il perdurait, «ce conflit pourrait nourrir une frustration croissante et déclen- cherait de nouvelles violences et hos- tilités qui seraient tragiques pour les peuples de la région». En effet, la question du Sahel avec son lot d’in- certitudes et de mouvements incon- trôlés de groupes terroristes et d’afflux massif d’armes pourraient offrir un nouveau territoire de repli et de reconstitution des groupes que la guerre au Mali est entrain de re- composer. Le Maroc risque de se trouver alors aux premières loges du changement d’axe de cette violence d’autant plus que ce royaume a déjà servi de théâ- tre a des actions terroristes. Le Sahara occidental est le plus vieil otage du continent africain. Sa situa- tion est un éternel déni des résolu- tions du Conseil de sécurité. Figé dans une situation obsolète, puisque la colonisation pour ce continent re- lève du siècle passé, le Sahara Occi- dental subi pourtant les contre coups d’un état de fait qui a réduit ce terri- toire, son peuple a un statut sans dé- finition juridique. Riche en phosphate, une façade atlantique de 1.200 km a pourtant été «aban- donné» par l’Espagne après presque un siècle d’occupation en 1975 contraint de libérer les lieux, poussé hors de ses frontières par une révolte des populations autochtones. L’ac- cord de Madrid n’a, à aucun moment, parlé d’un transfert de souveraineté d’un pays sur ce territoire. «La nuit coloniale» aurait pu s’arrêter au soir de ce 14 novembre 1975 si le Maroc et la Mauritanie (ce dernier va rapi- dement se retirer) n’ont pas vu une occasion «historique» de s’agrandir en s’offrant ce territoire dont les eaux et le sous sol regorgent de richesses considérables. La Mauritanie recon- nait la RASD, mais le Maroc s’entête et s’enlise dans cette guerre des sa- bles aux arguments aussi fallacieux que désuets dans ce troisième millé- naire qui a définitivement clos la page peu glorieuse des colonies des siècles précédents. M. Koursi

clos la page peu glorieuse des colonies des siècles précédents. M. Koursi Vendredi 22 - Samedi

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Monde

17

EL MOUDJAHID

M onde 1 7 EL MOUDJAHID ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS 49 morts dont le
M onde 1 7 EL MOUDJAHID ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS 49 morts dont le
M onde 1 7 EL MOUDJAHID ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS 49 morts dont le

ATTENTAT DANS UNE MOSQUÉE À DAMAS

49 morts dont le savant Ramadhan Al-Bouti

Un kamikaze a actionné jeudi sa ceinture d'explosifs dans une mosquée de Damas tuant 49 personnes dont le grand savant syrien, Mohammad Saïd Ramadhan al-Bouti.

L e grand savant, le D r Mo- hammad Saïd al-Bouti, est tombé en martyr dans

un attentat suicide terroriste com- mis à l'intérieur de la mosquée al- Imane, dans le quartier Mazraa à Damas, près de l'ambassade de Russie, a précisé la télévision, ajoutant que l'attaque a égale- ment fait de nombreux blessés. Dans l'attentat le plus sanglant à Damas depuis février, un kami- kaze a détoné ses explosifs lors d'un cours religieux à la mosquée Al-Imane dans le quartier de Mazraa (nord), tuant 49 fidèles dont cheikh Mohammad Saïd al- Bouti et son petit-fils, a précisé le ministère en accusant des «terro- ristes». L'attentat n'a pas été re- vendiqué mais son mode opératoire rappelle celui du ré- seau extrémiste Al-Qaïda. La chaîne d'information syrienne en continu a montré des corps gi- sants sur le sol, des membres dis- persés sur des tapis maculés de sang à la mosquée. Membre d'une grande tribu kurde à cheval entre la Syrie, la Turquie et l'Irak, M. Bouti, né en 1929, était titu- laire d'un doctorat de sciences is- lamiques de l'université Al-Azhar du Caire. Cet homme frêle était

célèbre en Syrie car c'est lui qui, chaque vendredi, délivrait un prêche à la télévision officielle. Dans le même temps, dans le sud du pays, les rebelles ont pro- gressé dans la partie du plateau du Golan non occupée par Israël et dans la région de Deraa. «Ils ont lancé des attaques coordon- nées dans plusieurs secteurs du Golan, prenant le contrôle de lo- calités dans la province de Qou- neitra», a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Dans la province de Deraa, sou- mise à des raids de l'aviation du régime, des accrochages violents se déroulent dans plusieurs ré- gions et les rebelles «se sont em- parés du bâtiment du club des officiers», a précisé l'OSDH. Selon une source des services de sécurité syriens, près de 2.500 re- belles, entraînés et lourdement équipés, ont pénétré dans Deraa ces dernières semaines. Début mars, l'hebdomadaire allemand Spiegel a affirmé que les Améri- cains entraînaient des rebelles en Jordanie et le quotidien britan- nique Guardian a précisé que des instructeurs français et britan- niques participaient à ces entraî- nements.

BACHAR AL-ASSAD CONDAMNE L’ASSASSINAT D’AL BOUTI « Je jure au peuple syrien que ton sang,
BACHAR AL-ASSAD CONDAMNE L’ASSASSINAT D’AL BOUTI
« Je jure au peuple syrien que ton sang, n'aura pas
coulé gratuitement »
Le président syrien Bachar al-Assad a condamné l'attentat à l'explosif qui a tué jeudi le célèbre dignitaire
religieux Mohammad Saïd Ramadhan al-Bouti, et 48 autres personnes dans le centre de Damas. «Je présente
mes condoléances au peuple syrien pour le martyr de cheikh Mohammad Saïd al-Bouti, ce grand personnage
de la Syrie et du monde islamique», a dit M. al-Assad dans un message publié dans la nuit de jeudi à ven-
dredi. «Ils t'ont tué croyant faire taire la voix de l'islam et la foi dans le pays (
),
ils t'ont tué pour avoir
élevé la voix face à leurs idées obscurantistes visant à détruire les principes de notre religion clémente»,
poursuit le message. «Je jure au peuple syrien que ton sang, celui de ton petits-fils et de tous les martyrs de
la patrie n'aura pas coulé gratuitement, car nous serons fidèles à tes idées en anéantissant leur obscurantisme
et leur incroyance jusqu'à ce que nous en nettoyons le pays», a poursuivi M. al-Assad.

VIOLENCES À TOMBOUCTOU

Un soldat malien et une dizaine d'islamistes tués

U ne dizaine d'islamistes et un soldat malien ont été tués dans la nuit de mer-

credi à jeudi à Tombouctou à l'oc- casion du premier attentat dans la mythique cité du nord-ouest du Mali, ont annoncé les armées

française et malienne. Une tenta- tive d'incursion d'islamistes à l'aé- roport a commencé par l'explosion d'une voiture piégée, première attaque de ce genre dans

cette ville historique

riste en voiture «a actionné sa ceinture ‘d'explosifs’ vers l'aéro- port de Tombouctou», tuant un militaire malien, a affirmé une source militaire malienne, faisant aussi état d'au moins deux autres blessés dans les rangs de l'armée malienne. Puis «une dizaine» de combat- tants d'un commando islamiste ont été tués par «les forces fran- çaises et maliennes» lors de la tentative d'intrusion, a affirmé l'état-major de l'armée française. En outre, plusieurs soldats ma- liens ont été blessés dans les com- bats par un tir ami de l'armée

Un terro-

Ansar Dine sur la liste antiterroriste américaine

Les Etats-Unis ont ajouté jeudi, à leur liste antiterro- riste le mouvement Ansar Dine, dont le chef rebelle Iyad Ag Ghali avait déjà été inscrit sur cette liste noire fin février pour ses liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). «Le dé- partement d'Etat a désigné Ansar Dine comme une or- ganisation terroriste étran- gère», a annoncé la diplomatie américaine dans un communiqué.

a annoncé la diplomatie américaine dans un communiqué. française. «Trois à quatre soldats maliens» ont été

française. «Trois à quatre soldats maliens» ont été «blessés, dont deux très légèrement, manifeste- ment lors d'une frappe aérienne française», a indiqué l'état-major

D'après la

de l'armée française

source malienne, ce sont au total «cinq soldats maliens» qui ont été

touchés «lorsque les Français ont

tiré sur un véhicule de l'armée malienne qu'ils ont pris pour un véhicule des terroristes». Des coups de feu ont été en- tendus durant presque toute la nuit dans le secteur de l'aéroport. Les combats ont pris fin dans le secteur «depuis 7 heures du matin», selon l'armée française.

JOURNÉE MONDIALE DE L'EAU

L'Onu appelle à réduire le gaspillage

Le Secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a appelé à réduire le gaspillage des ressources en eau et à renforcer la coopération en matière de gestion de l'eau afin de promouvoir le développe- ment durable. «L'eau est la clé du développement durable. Elle est indispensable à notre santé, à notre sécurité alimentaire et à notre progrès économique», a dé- claré M. Ban dans un message diffusé à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, célébrée le 22 mars. Dans son message, le SG

de l'Onu lance une mise en garde : «Une personne sur trois vit déjà dans un pays connaissant un stress hydrique modéré ou grave, et d'ici à 2030 près de la moi- tié de la population mondiale pourrait souffrir de pénuries d'eau».

mondiale pourrait souffrir de pénuries d'eau». PALESTINE Abbas salue le discours d'Obama en faveur de

PALESTINE

Abbas salue le discours d'Obama en faveur de la paix

L e président de l'Etat de Palestine, Mahmoud Abbas a salué le dis-

cours de Barack Obama jeudi à El Qods occupée dans lequel le président américain a affirmé que la paix était «la seule voie vers la vraie sécurité», selon le principal négociateur palesti- nien Saëb Erakat. «Le président Abbas a accueilli favorablement le discours du président Obama affirmant que la réalisation de la paix et l'option de deux Etats sur les frontières de 1967 étaient la voie pour parvenir à la sécurité pour les peuples palestinien et israélien», a déclaré M. Erakat. M. Barack Obama a reconnu aussi que «le peu- ple palestinien méritait la fin de l'oc-

cupation et des humiliations

méritait la fin de l'oc- cupation et des humiliations quotidiennes qui en découlent». «Les Palestiniens

quotidiennes qui en découlent». «Les Palestiniens méritent leur pro- pre Etat», a-t-il insisté. Barack Obama est arrivé dans la matinée à Ramallah dans le cadre d'une tour- née au Proche-Orient qui le conduira également en Jordanie. Il s'était déjà rendu en Israël lors de son périple.

La police israélienne limite l'accès des Palestiniens à l'esplanade des Mosquées

La police israélienne a décidé hier de limiter l'accès des Palestiniens à l'es- planade des Mosquées à El Qods-Est occupée, au troisième et dernier jour de la tournée du Président américain Barack Obama dans la région du Proche-Orient. Seuls les hommes âgés de plus de 50 ans et disposant d'une carte d'identité délivrée par les autorités israéliennes pourront se rendre sur ce site sacré, a-t-on indiqué. L'accès restera libre pour les femmes. Cette mesure a été prise au dernier jour de la visite du président des Etats-Unis en Israël et dans les territoires palestiniens occupés.

TURQUIE

Le PKK s'engage à respecter l'appel d'Ocalan à déposer les armes

L e Parti de travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) s'est engagé à respecter l'ap-

pel à déposer les armes, lancé jeudi par son chef emprisonné Abdullah Ocalan, a affirmé son commandant militaire, Murat Karayilan, cité par l'agence de presse pro-kurde Firat News. «Tout le monde doit savoir que le PKK est aussi bien prêt à la paix qu'à la guerre. Nous allons, dans ce contexte, inscrire avec déter- mination dans les faits le processus

lancé par Ocalan», a indiqué M. Ka- rayilan depuis le nord de l'Irak, où se trouve le commandement militaire du PKK. «L'année 2013 sera celle d'une solution, par la guerre ou par la paix», a-t-il ajouté, «le PKK ne veut pas la guerre dans n'importe quelle circonstance». Le PKK, classé comme un mouvement terro- riste par nombre de pays, dispose de bases arrières dans le nord de l'Irak, frontalier de la Turquie.

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Télévision

24

SSéélleeccttiioonn

EL MOUDJAHID

17h00
17h00

Santé Mag

Présenté par

Mohamed Réda

Khiar

Réalisée par

Mohamed

Amine

Mehroug.

Mohamed Réda Khiar Réalisée par Mohamed Amine Mehroug. Une émission qui traite les dossiers de la

Une émission qui traite les dossiers de la santé et de l’hygiène de vie, des maladies les plus courantes en Algérie et leur prise en charge. Ce magazine va traiter des préoccupations des Algériens pour éclairer le public sur ce qui a trait à sa santé et à son hygiène de vie au quotidien.

a trait à sa santé et à son hygiène de vie au quotidien. Aujourd’hui Canal Algérie
a trait à sa santé et à son hygiène de vie au quotidien. Aujourd’hui Canal Algérie

Aujourd’hui

Canal Algérie

• 10h30 : El Mouqawil (03) (rediff) Feuilleton algérien

• 11h00 : Le temps des tortues (rediff) Reportage

• 12h00 : Journal en français+météo

• 12h25 : Oua yabqa el hob (12) Feuilleton doublé

• 13h40 : Nahoua el cherq (02) Documentaire

• 14h25 : Chahrazed (03)

Feuilleton arabe

• 15h15 : Fête monter le son (rediff)

Musique

• 16h05 : Il était mille fois n°11 (rediff) Série enfantine

• 16h30 : Takder Tarbah n°114 Emission de jeux

• 17h00 : Santé Mag

Magazine de santé

• 18h00 : Journal en tamazight

• 18h30 : El Mouqawil (04) Feuilleton algérien

• 19h00 : Journal en français+météo

• 19h30 : Relais Emission

• 20h00 : Journal en arabe

• 20h45 : C'est son show Emission

• 22h45 : Les larmes des mères Film algérien

• 00h00 : Journal en arabe

12h25
12h25

OUA YABQA EL HOB

• 00h00 : Journal en arabe 12h25 OUA YABQA EL HOB Feuilleton turc L'histoire est celle

Feuilleton turc L'histoire est celle de Schéhérazade, architecte de talent qui travaille dans une entreprise de construction. Elle est la mère d'un petit garçon de cinq ans qui souffre d'une leucémie et a besoin d'une intervention chirurgicale urgente. Schéhérazade tente désespérément de trouver des moyens d'emprunter l'argent dont elle a besoin pour la chirurgie très coûteuse de son fils, une transplantation de moelle osseuse…

23h00

C’est son show

Soirée musicale Toufik Aoun est un chanteur connu et reconnu pour sa belle et douce voix. Quand il chante, on sent une voix douce et à la fois vibrante qui nous fait déguster l'art de la musique. Il est et reste un symbole de la musique orientale, arabe et même mondiale, qu'elle soit d'hier ou d'aujourd'hui.

Détente

25

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Mots CROISÉS

Mots CROISÉS

Mots CROISÉS Nº 3938

Nº 3938

Mots CROISÉS Nº 3938
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Formé de lobules-Identifie un couturier.II-Utilisèrent- Démonstration. III-Pas ailleurs-Argent-Sans couleur. IV-Parfume l’iris-Pas religieux. V-Énoncent-Éthnie d’Afrique. VI-Direction- Regarder méchamment. VII-Dénude un œuf-En soirée. VIII-Étaient modèles. IX-En absence- Trace profonde. X-Verrue des bovins- Écimée.

VERTICALEMENT

1- A tout sa raison-Police des frontières. 2- Divinité- Ceinture de kimono.3-En berne-Tentées. 4-Oxyde d’uranium. 5-Mythique. 6-Dans-Qualité innée.7-Comparaison-Rejette. 8- Chef maffieux-Pot de labo. 9-Vieux secrétaires-Note.10- Écoulement organique.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
L
O
B
U
L
E
Y
S
L
2
U
S
E
R
E
C
E
N
T
3
C
I
A
C
E
C
R
U
4
I
R
O
N
E
L
A
I
C
5
D
I
S
E
N
T
I
B
O
6
E
E
D
A
R
D
E
S
R
7
E
C
A
L
E
S
R
P
O
S
A
I
E
N
T
H
8
A
B
O
R
N
R
E
I
E
9
F
I
C
E
T
E
T
E
E
10

SOLUTION

DES MOTS FLÉCHÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

L

O

Y

A

L

E

M
M

E

N

T

2

E
E
R
R

E

 

A

G

O

N

I

E
E

3

 

L

O

S

 

A

D

 

A

B
B

4

C H
C
H

E

M

I

P

L

E

G

I

E

5

E

 

A

C

I

E

R

 

S

S
S

6

F

A

N

6 F A N C   N T   S

C

 

N

T

 

S

7

R

N

 

R

O

S

I

R

 

A

8

I

   

A

L

I

S

E

R

 

9

T

 
D E I S N T
D
E
I
S
N
T

S

E

 

E

M

E

T

10

E

 

A

R

T
T

R

A

G

E

Mots FLÉCHÉS Nº 3 938 FIDÈLEMENT ————————————— PÉRIODE
Mots FLÉCHÉS
Nº 3 938
FIDÈLEMENT
—————————————
PÉRIODE
—————————————
MORT PROCHAI NE
NOTE DU CHEF
——————————
FERMÉ
——————————
EN RADE
À L’INTÉRIEUR
——————————
EN RABE
——————————
PARALYSIE
BORDE
————————————
SOLDAT DE LA REINE
D’ANGLETERRRRE
——————————————
RECEPTIONNE LE GRAS
MÉTAL
———————————
FASCHISTE
———————————
METTRE
AU GOUT DU JOUR
TEXTUELLEMENT
CRÉDULE
——————————
SE MET AU MEME-
PLAN
—————————
BOIREAVECEXCES
———————————,,,
CONDITIONNE
—————————
ADMIRATEUR
EN NOTE
——————————
—————————
TAILLA
DEUX POINTS
D’UN PLATEAU
PRENDRE
AMERICAIN
—————————
DESCOULEURS
EN ROND
————————
——————————
L’ORIENT
DÉSERT
VILLE D’ALGÉRIE
———————————
PORTE AUX NUES
———————————
PERSONNEL
DIFFUSE
———————————
TRAME
———————————
ENCRASSAGE
Nº 3 938 Mot CACHÉ Grille 3. Tortueuse 33. Regreffer 15 . Gisement T M
Nº 3 938
Mot CACHÉ
Grille
3.
Tortueuse
33.
Regreffer
15
. Gisement
T
M
E
G
A
L
I
T
H
E
C
O
L
O
R
I
A
G
E
O
6.
Fredonner
34.
Sangloter
20
. Humanisme
T
G
L
O
U
T
E
R
O
N
R
O
G
N
O
N
N
E
R
F
11.
Stratagème
35.
Demi-heure
O
I
N
S
I
N
U
E
R
N
A
C
A
R
D
R
22
. Destituer
U
R
A
E
12
. Malfaiteur
36
. Finasseur
R
M
E
L
A
N
E
S
I
E
M
I
T
R
A
I
L
L
E
E
23
. Bouilleur
13.
Poireauter
37.
Ministère
T
S
M
P
H
B
G
I
S
E
M
E
N
T
I
I
F
E
M
D
24
. Grenadine
U
T
A
O
E
H
U
M
A
N
I
S
M
E
V
N
A
C
A
O
14.
Hétérodoxe
38
. Impasses
E
R
L
I
T
D
E
S
T
I
T
U
E
R
O
T
R
A
N
N
25
. Jointoyer
16.
Interféron
39.
Arabique
U
A
F
R
E
B
O
U
I
L
L
E
U
R
I
E
A
R
O
N
17.
Faramineux
40. Piroguier
27
. Incendier
S
T
A
E
R
G
R
E
N
A
D
I
N
E
L
R
M
T
E
E
18
. Ecartement
41. Sobrement
29
. Ossements
E
A
I
A
O
J
O
I
N
T
O
Y
E
R
E
F
I
E
U
R
19.
Manoeuvrer
42
. Demi-quart
R
G
T
U
D
I
N
C
E
N
D
I
E
R
R
E
N
M
V
B
30
. Tapissier
21.
Voilerie
43.
Pendilller
E
E
E
T
O
O
S
S
E
M
E
N
T
S
I
R
E
E
R
A
1.
Mégalithe
C
M
U
26.
Recruteur
7.
Insinuer
E
X
T
A
P
I
S
S
I
E
R
E
O
U
N
E
S
2 . Coloriage
R
E
R
R
E
L
A
R
P
E
N
T
E
R
L
N
X
T
R
S
28.
Basse-cour
8. Anacarde
U
R
I
O
D
R
O
C
C
A
R
E
F
F
E
R
G
E
R
E
4.
Glouteron
31.
Arpenter
9.
Mélanésie
T
R
E
T
O
L
G
N
A
S
E
R
U
E
H
I
M
E
D
C
32
. Accordoir
10. Mitraille
5. Rognoner
E
R
U
E
S
S
A
N
I
F
E
R
E
T
S
I
N
I
M
O
U
S
E
S
S
A
P
M
I
O
N
E
U
Q
I
B
A
R
A
U
Etre animé d’un mouvement circulaire
R
R
E
I
U
G
O
R
I
P
T
N
E
M
E
R
B
O
S
R
N
T
R
A
U
Q
I
M
E
D
R
E
L
L
I
D
N
E
SOLUTIONPRÉCÉDENTE : TOXOPLASMOSE
P
E

Vendredi 22 - Samedi 23 Mars 2013

Sports

30

EL MOUDJAHID

P our autant, le sélectionneur national n'a pas mis beaucoup de temps pour le remplacer et parer au plus pressé.

Après avoir fait appel à Khoutir Ziti de l'ESS, il a rappelé Benmoussa qui était sur la liste des réservistes. Comme le gardien béjaoui, Mohamed Cédric, s'était blessé lors du match de la Ligue1 (24ème jour- née) face au CABBA au stade du 20-Août de Bordj Bou-Arréridj, Zemmamouche, un autre réserviste vient d'être rappelé, même s'il n'a pas encore rejoint le stage, qui a déjà commencé à Sidi-Moussa, puisqu'il a été autorisé à jouer le match en retard de la 24ème journée contre le WAT, joué hier, au stade Akid-Lotfi de Tlemcen. Malgré ces aléas, Halilhodzic ne veut pas perdre le nord. Il reste persuadé que son groupe va se transcender pour se requin- quer le moral après, notamment l'élimina- tion de la CAN 2013, dès le premier tour. Les nouveaux capés comme Yacine Bra- himi, Saphir Taïder, Ghoulam et les reve- nants comme Djebbour ou Djabou sont décidés à se distinguer lors de cette joute assez importante au demeurant contre cette équipe du Bénin. Cette dernière qui arrivera aujourd'hui à Alger en provenance de Marseille, ne veut nullement faire le dos rond. Bien au contraire, elle cherchera à faire un bon résultat contre nous et consolider sa première place du groupe 8 de ces éliminatoires du Mondial 2014. Les poulains de Manuel Amoros ne seront pas une quantité négligeable surtout après avoir réussi à battre le Mali, troisième à la

LIGUE 2
LIGUE 2

A ujourd’hui, la ligue 2 amorce la der- nière ligne droite, qu’il s’agisse de l’accession ou de la relégation. Pour

ce qui est du groupe de tête, composé du CRBAF, du RCA et du MOB, on peut avan- cer que les trois équipes en question devront franchir un pas important dans la perspective de la montée à l’occasion de cette journée, du moment qu’ils évolueront à domicile pour les deux premiers et face à la lanterne rouge pour le troisième. Cela même s’il faut avouer qu’en accueillant respectivement l’USMB qui joue ses dernières cartes pour l’accession et l’ASMO qui marche bien en ce moment, Aïn-Fakroun comme l’Arba n’auront pas pour autant la partie facile et devront batailler dur sur le terrain s’ils veulent arracher les trois points de la victoire. Pour sa part, le Mouloudia de Béjaïà a les moyens de revenir avec le gain du match de son déplacement à Aïn Témouchent pour y donner la réplique à la lanterne rouge du championnat qui fait jouer depuis un bon moment déjà les joueurs de l’équipe juniors. A priori, CRBAF, RCA et MOB devront se rapprocher d’avantage de leur principal objectif, l’accession. Pour ce

JUDO
JUDO

ENTRETIEN RACHID LARAS (PRÉSIDENT DE LA LIGUE ALGÉROISE DE JUDO)

« On travaillera en étroite collaboration »

Cet ancien athlète d'élite dans la catégorie des moins de 60kg est à son deuxième mandat lui qui a été élu en 2008. Sa réélection à la tête de la Ligue algéroise de Judo prouve qu'il a bénéficié d'une grande confiance de la part de la famille du judo. Il aura donc une olympiade devant lui pour appliquer son programme de travail.

Que pensez-vous de votre réélection à la tête de la Ligue algéroise de Judo? "Vraiment, je suis très content par cette reconnais- sance de la part de la famille du Judo algérien. Cette confiance de la part des hommes et des femmes du judo. Je suis comblé, c'est le moins que l'on puisse dire." Qu'est-ce qui a été fait jusqu'ici dans votre Ligue? "On peut dire qu'on avait travaillé dans une certaine osmose avec nos collaborateurs, mais aussi les hommes du Judo algérien. Sur le plan des clubs participants on est en train de connaître un bond assez important, puisqu'on dénombre actuellement quelque 84 clubs. C'est un nombre assez appréciable. On ne compte pas s'arrêter là. Pendant les quatre années à la tête de cette Ligue, on a pu ajouter 40 nouveaux clubs." C'est un peu le fruit d'un travail collectif. N'est- ce pas? " C'est certain ! Je le dis et le répète qu'on avait tra- vaillé en étroite collaboration pour mener à bien notre programme de travail. La confiance mutuelle a été profitable à tous. D'où le travail de qualité que nous avions effectué." Peut-on dire qu'aujourd'hui le judo algérien a

Peut-on dire qu'aujourd'hui le judo algérien a connu une certaine régression "C'est vrai que le

connu une certaine régression

"C'est vrai que le Judo a connu un certain recul. Cette situation est liée un peu aux mentalités actuelles qui prévalent dans la discipline. On peut dire que la for- mation a été quelque peu oubliée ou négligée. Il y a eu une cassure dans le milieu du judo. Car, on avait, à l'époque pris la mauvaise habitude de ne penser qu'à l'équipe nationale A au détriment des autres catégories, mais aussi à la formation à la base. Pourtant, on possède des judokas très talentueux à tous les niveaux. On a péché par manque de stratégie d'ensemble dans l'ap- proche du travail. De plus, lorsqu'on dispose d'un cham- pion, on misera tout sur lui et on ne s'intéresse pas aux autres. C'est une démarche assez fausse dès le départ. Ce qui nous avait pénalisés." On pensait donc à des intérêts étroits au détri- ment de l'intérêt général. Que faut-il faire? Qu'at- tendez-vous de la nouvelle équipe fédérale qui vient d'être élue? "J'espère qu'on va faire de très bonnes choses avec la nouvelle équipe. On est disposé à travailler avec la nouvelle équipe. On l'aidera de notre mieux sur tous les plans. On espère que Mati Messaoud, le nouveau président de la FAJ fera du bon travail en étant à

l’écoute de tous. On l'aidera de toutes nos forces. Il est plus que primordial de travailler sérieusement en étant le plus possible sur le terrain. Il faudra chercher l'intérêt général afin de redorer le blason du Judo algérien." Entretien réalisé par HAMID G.

Votre avis?

ELIMINATOIRES MONDIAL 2014

Les Verts déjà dans le vif du sujet

Les joueurs convoqués par le coach national, Vahid Halilhodzic, ont répondu tous présent en se déplaçant comme prévu au lieu du stage des "Verts", à Sidi-Moussa, en vue de préparer le match officiel de ce mardi, au stade Mustapha- Tcha- ker, rentrant dans le cadre de la 3ème journée des éliminatoires du Mondial 2014 prévu au pays de la Samba. Il ne manque à l'appel que Cadamuro, blessé (peut-être !).

manque à l'appel que Cadamuro, blessé (peut-être !). dernière CAN qui a eu lieu en Afrique

dernière CAN qui a eu lieu en Afrique du Sud. Ceci dit, les joueurs de l'équipe nationale ont fait preuve de méfiance en refusant de parler à la presse sauf pour un ou d'eux d'entre eux. Il faut dire que l'on ne veut pas, peut-être, s'embarrasser de déclarations qui peuvent être considérées après comme prétentieuses. A vrai dire, on veut cacher son jeu à l'adversaire qui est à l'écoute de tout ce qui touche la sélection nationale d'Algérie. Il faut dire qu'au- jourd'hui, Halilhodzic, qui n'a pas été prolixe ces derniers temps, répondra aux questionnements des journalistes à l'occa- sion de la conférence de presse qu'il orga- nisera aujourd'hui au stade du 5-Juillet. Il

qui est des formations qui pataugent dans le bas du classement et qui gardent espoir de sauver encore leur peau, nous avons le SAM qui effectuera un périlleux déplacement au stade du 20-Août 1955 où l’attendra de pied ferme le Nasria, qui veut se racheter de sa dernière déconvenue à domicile contre l’ASK. Une défaite des Samistes les précipi- tera vers la Division nationale amateurs. Un autre match qui se jouera à n’en pas douter à couteaux tirés. Il s’agit de MCS-MOC, du moment que les deux équipes n’ont pas en- core assuré leur maintien en Ligue 2. Le MCS part avec un avantage certain en évo- luant chez lui devant son public. Le MOC pour sa part, qui a joué de malchance cette saison, est plus que jamais menacé de des- cente aux enfers. Un revers à Saïda ne pourra que lui coûter cher au décompte final. L’ESM toujours en course pour tenter de rejoindre l’élite du football national effectuera un dif- ficile déplacement à Annaba pour y affronter les Tuniques rouges. Les Espérantistes, très motivés et qui ne veulent rien lâcher, ont les moyens de rentrer à la maison avec les trois points de la victoire. A défaut de quoi, ils

y aura certainement un parterre bien garni

d'hommes de la presse. Ils lui demande- ront, on n’en doute pas, les raisons de la non venue de Cadamuro, mais aussi pour-

quoi il n'avait pas renouvelé sa confiance

à Boudebouz et Hameur Bouazza. Tout le

monde sait que cette sortie des "Verts" at- home sera suivie, à l'instar du match entre le Mali et le Rwanda, avec une attention

particulière aussi bien par les supporters algériens que par les observateurs étran- gers et notamment ceux dont les équipes se trouvent dans le groupe 8 de ces élimi- natoires du Mondial 2014 qui aura lieu au Brésil.

HAMID GHARBI

pourront dire bye-bye à l’accession, d’autant plus qu’ils accusent quatre points de retard sur le MOB classé 3e. D’autre part, l’oppo- sition OM-ABM risque d’être serrée du fait que les deux équipes comptent assurer leur maintien dès à présent. Chose qui n’est pas encore faite. Enfin, ASK-MSPB sans enjeu, sera une simple formalité pour les deux antagonistes.

M.-A. A.

Programme : aujourd’hui (15h00)

A Médéa: O Médéa - AB Merouana

A Annaba: USM Annaba - ES Mostaganem

Au Khroub: AS Khroub - MSP Batna

A Saïda: MC Saïda - MO Constantine

A Alger Bologhine: RC Arbaâ - ASM Oran

A Alger (20-Août 1955): NA Husseïn-Dey

- SA Mohammadia

A Aïn M'lila:CRB Aïn Fekroun - USM

Blida

A Aïn Témouchent :CR Témouchent -

25 E JOURNÉE

Les équipes de tête en pole position

Sports

31

EL MOUDJAHID

LIGUE I
LIGUE I

MCA

Une fin de saison avantageuse, mais

Le MCA version Djamel Menad est en train de réussir une saison pour le moins prometteuse. L'équipe qui a été reprise par la première entreprise, la Sonatrach, ne rencontre plus de problèmes relatifs à l'argent.

ne rencontre plus de problèmes relatifs à l'argent. L es joueurs sont désormais payés rubis sur

L es joueurs sont désormais payés rubis sur l’ongle. Par conséquent, l'équipe du MCA

ne pense désormais qu'au travail et à l'amélioration des résultats tech- niques. Sur ce plan, les choses sem- blent aller dans le bon sens, même si certains font tout pour les déstabiliser en distillant de fausses informations sur les joueurs. Ayant saisi le strata- gème de certaines parties qui ne veu- lent pas voir le MCA réussir, le staff technique du MC Alger avait de- mandé à ses joueurs et à ses collabo- rateurs de ne pas faire de déclarations. Meklouche et Sayah ont failli payer très cher certaines de leurs déclarations qui se sont avérées par la suite fausses, puisque les deux joueurs en question ont juré à leurs dirigeants qu'ils n'avaient parlé avec personne. Mieux encore, contraire- ment à ce qui a été dit sur leur compte, ils s'estiment être bien au MCA même s'ils ne jouent pas actuel- lement comme titulaires. Le feuille- ton Zeddam avait fait couler

beaucoup d'encre avant qu'il ne se règle par le dialogue. Tout le monde est d'accord pour dire que le coordo- nateur du MCA, Omar Ghrib, avait fait durant la saison écoulée, et même au cours de la présente saison, un tra- vail remarquable que reconnaissent même ses adversaires. C'est lui qui avait empêché l'équipe d’aller à vau- l'eau. Aujourd'hui, avec l'arrivée des responsables de Sonatrach comme ce fut le cas avec Kamel Amrouche et les autres, le MC Alger ne peut qu'al- ler de l'avant et réaliser ses objectifs aussi bien sur le plan national qu'afri- cain. Car le rêve des dirigeants du MCA est de mettre la main durant les années à venir sur la Ligue des cham- pions d'Afrique. Il est certain qu'avec la gestion assez saine de cette entre- prise, le MCA pourra devenir un grand d'Afrique. Entre-temps, au- jourd'hui, les poulains de Menad sont très bien placés pour obtenir quelque chose de probant durant la présente saison. En championnat national de Ligue I, ils n'ont pas perdu depuis la

JSK

Hannachi-Sandjak, les raisons d’un clash

18 e journée. Ce qui constitue une très bonne chose pour eux et leurs sup- porters. La troisième place qu'ils oc- cupent actuellement avec 43 pts, à trois points seulement de la 2 e place des Harrachis, peut leur permettre d'être lus ambitieux même si l'ESS, avec 52 pts, a vraiment pris le large à six journées du terminus. Outre le championnat national, le MCA est encore en course concernant la Coupe d'Algérie, puisqu'il rencontre le 29 mars courant, au stade du 5- Juillet, en quart de finale le CSC, une solide équipe. Toujours est-il, les Mouloudéens ont les moyens avec l'appui de leur fidèle public pour for- cer le destin, eux qui viseront leur septième trophée. Les fans du MCA sont confiants, surtout qu'en cham- pionnat national, il possède une fin de saison des plus profitables. En effet, il n'évoluera qu'à deux reprises hors de ses bases face au CABBA et le MCE Eulma. Etre sur le podium en fin du présent exercice est tout à fait jouable. Hamid Gharbi

E ntre Moh-Chérif Hannachi et Nasser Sandjak, c’est l’amour vache. Les deux hommes ne se

parlent plus depuis quelque temps. Pis, en privé, le président de la JSK ne se gêne plus de critiquer vertement son entraîneur pour sa gestion du groupe. Si publiquement, Hannachi s’est abstenu jusqu’ici de faire la moindre déclaration qui confirmerait son malaise avec Sandjak, il n’en de- meure pas moins que le courant ne passe plus entre les deux hommes de- puis la trêve hivernale. Ça a com- mencé par le recrutement d’au moins trois joueurs sans avoir pensé à consulter l’avis de l’entraîneur, ou du moins l’en aviser. Sandjak a été mis devant le fait accompli dans le recru- tement de Maïza et Bouchouk. Affai- bli d’abord par ces deux affaires, l’entraîneur s’est contenté de dire jusqu’ici qu’il était un employé de la JSK et, de ce fait, il était obligé de se soumettre aux décisions que la direc- tion est amenée à prendre. Une réac- tion étrangère au personnage, connu pour ses prises de position plus fermes dans le passé. Maintenu par la force des bons résultats enregistrés jusqu’ici, Nasser Sandjak sait néan- moins qu’il ne fera pas long feu. Il n’y a plus de doute que son contrat ne sera pas reconduit la saison pro- chaine. Les premiers signes avant- coureurs ont été perçus à la fin du dernier JSK-CSC (1-1). Une levée de boucliers a été décrétée autour de l’entraîneur, rendu directement res- ponsable de ce semi-échec, bien que la JSK eût connu des jours pires dans

bien que la JSK eût connu des jours pires dans un passé récent. Certains membres du

un passé récent. Certains membres du conseil d’administration en ont fait un drame, dressant à Hannachi, qui ne vient plus au stade depuis qu’il est fâché avec son entraîneur, un tableau noir du coach. «L’équipe était mé- connaissable. En deuxième mi- temps, les joueurs pouvaient à peine marcher sur le terrain», disait-on de vive voix. Comme la deuxième mi- temps appartient à l’entraîneur, dit- on, on va vite faire de faire le parallèle avec Sandjak, de plus en plus décrié de l’intérieur. La gestion plutôt soft des cas Belakhdar et Maïza, à qui on a infligé, officielle- ment, de gentilles sanctions finan- cières, en est une autre preuve du parti pris de la direction avec les joueurs plutôt qu’avec l’entraîneur, pourtant habilité à demander des sanctions autrement plus sévères, compte tenu du comportement adopté par les deux joueurs. Indirec- tement, Moh-Chérif Hannachi a voulu donner raison aux joueurs, sans pour autant aller jusqu’à enfoncer le clou définitivement, sachant que ça sauterait aux yeux d’un borne que

sachant que ça sauterait aux yeux d’un borne que cette affaire est dénuée de toute équité.

cette affaire est dénuée de toute équité. Pourquoi ce soudain malaise ? Voilà une question qui mériterait d’être posée. Dans les coulisses, Han- nachi reprocherait à Sandjak son sa- laire trop élevé. Le président de la JSK s’est retourné contre son entraî- neur, car il s’était senti pris à la gorge, cet hiver, lorsqu’il a été em- mené à négocier avec Nasser Sand- jak. Celui-ci s’étant senti désiré a mis la barre très haut, n’ayant accepté au- cune concession, allant même jusqu’à exiger un contrat Fifa, alors qu’un «contrat moral », comme on aime à le dire chez nous en signe de bonne foi, aurait suffi à Hannachi. De plus, Nasser Sandjak est logé dans un duplex que le club loue au prix fort. «Un luxe» que Moh-Chérif Hannachi ne veut plus garantir à son entraîneur, d’où sa décision de mettre fin à sa mission dès le mois de juin. Qu’on se prépare donc à ce qu’un nouvel en- traîneur débarque cet été ! Dans la continuité des va-et-vient auxquels nous a habitués Hannachi. Amar Benrabah

MOHAMED MAOUCHE

« L’équipe du FLN a beaucoup servi la cause nationale »

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

Sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, à travers son secrétariat d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, s’est tenue hier à la Safex, dans l’espace Mémoire et Réalisations, une conférence sur le sport au service de la cause nationale, avec l’équipe de football du FLN. Invité à animer cette conférence, Ra- chid Mekhloufi s’est en fin de compte excusé au dernier moment de ne pouvoir le faire. C’est Mohamed Maouche, qu’on ne présente plus en tant qu’ancien joueur de l’illustre équipe de football du FLN, qui a été sollicité pour apporter son témoignage sur l’apport

de celle-ci à la cause nationale et son rôle dans la médiatisation de la Révolution algérienne. Maouche a rappelé les faits historiques ayant conduit à sa création. Cette idée géniale émane de Boumezrag Mohamed El-Mokrani. Elle lui est venue à l’esprit après avoir par- ticipé en 1957 au festival de Moscou avec l’équipe estudiantine de l’UDMA, composée de plusieurs joueurs amateurs. Etaient présents avec lui dans la capitale russe, à ce moment-là, Khemisti, Ferdjioui

et Taleb Chaïb. Elle consistait à former une équipe nationale en fai-

sant appel à l’ensemble des joueurs professionnels algériens évo- luant en France. A ce propos, Maouche dira : «Boumezrag m’avait fait part de cette idée et m’a demandé ce que j’en pensais. J’avais dit que c’était une idée extraordinaire à laquelle j’adhérais pleine- ment. On a commencé a réfléchir là-dessus Boumezrag, Laribi, Bentifour et moi-même. Avec les deux premiers, on a tenu une réu- nion le 13 avril 1958 afin de parler du projet en question et de voir comment le mettre en pratique. Tout a été gardé secret pour qu’il

n’y ait aucune fuite qui viendrait empêcher cette importante action en faveur de la Révolution algérienne de voir le jour.» Il a ensuite

rappelé les faits, tels qu’ils se sont déroulés concernant les contacts entrepris pour mobiliser et faire en sorte que les joueurs profession- nels algériens évoluant en France désertent leurs clubs pour rejoin- dre l’équipe du FLN et participent ainsi activement en tant que sportifs et footballeurs à la guerre de Libération nationale. Le but était l’effet médiatique que cela allait engendrer du fait que les joueurs algériens en question — que nous étions — évoluaient dans les plus grands clubs de France.» Il a aussi évoqué la façon dont il

a été arrêté à la frontière franco-suisse et emprisonné alors qu’il

tentait de rejoindre les autres joueurs impliqués dans cette action, qui se sont tous donné rendez-vous à Tunis où ils devaient retrouver Boumezrag. «On m’a mis en prison pour une courte durée en pre- mier lieu et je devais être traduit devant un tribunal militaire. Heu- reusement que le général Lot, un Français qui accomplissait sa mission dans la ville de Reims, ville du club très connu du Stade de Reims où j’évoluais, et qui en plus aimait l’Algérie et savait ce qui s’y passait avec la guerre, a tout fait pour me sortir de prison pour m’éviter une peine plus lourde. Auquel cas, je n’aurais pas pu rejoindre par la suite l’équipe du FLN, alors que cela me tenait à cœur. Ce général détestait les assassins Bigeard et Massu. C’est lui qui m’a fait sortir de prison», a-t-il affirmé en substance. Il a parlé aussi des différentes virées de l’équipe du FLN à travers de nom- breux pays d’Afrique, d’Asie et de l’Europe de l’Est. «Lors de tous les matches que nous avons joués, nous exigions que le drapeau national soit hissé accompagné de l’hymne national. A défaut de quoi, on a refusé carrément de jouer. Nous étions de vrais nationa- listes conscients de l’appel de la patrie», a-t-il rappelé avec une cer- taine émotion en se remémorant de tels souvenirs forts qui, dit-il, resteront gravés à jamais dans sa mémoire. Il n’a pas omis d’illus- trer l’effet bénéfique apporté à la Révolution algérienne par l’équipe du FLN, à travers une phrase dite à l’époque par le regretté patriote Ferhat Abbas, qui avait affirmé au sujet de cette glorieuse équipe ceci : «L’équipe du FLN a fait avancer la Révolution algé- rienne de 10 ans.» Un très bel hommage qui témoigne du rôle im- portant joué par la digne héritière de l’équipe de l’ALN (Armée de libération nationale). Il a tenu aussi à rendre hommage au D r Mou- lay qui était partie prenante pour la mise en place de l’équipe de football du FLN. Il a terminé son allocution en affirmant : « Dieu merci, l’Algérie a de tout temps compté des hommes et dirigeants dignes de ce nom qui veillent sur elle, avec une armée nationale qui a toujours été à la hauteur pour défendre son peuple.» Pour notre part, nous ne pouvons que nous incliner en hommage à ces braves hommes et femmes, qu’ils soient encore de ce monde ou qu’ils aient rejoint l’Eternel, pour leur combat qu’ils ont ardemment mené pour rendre la liberté et la dignité au peuple algérien. Mohamed-Amine Azzouz

Monnaie Pétrole L'euro à Le Brent 1,300 à 110,64 dollar
Monnaie
Pétrole
L'euro à
Le Brent
1,300
à 110,64
dollar
W W e e k l y N e w s

WW

e

e

k

l

y

N

e

w

s

W W e e k l y N e w s

Outlook

Whenrainfalls

getthrough

The end of oil dependency looms

ahead to leave room for

a

farming policy due to

meet a new economic scheme based upon rational use of non hydrocarbons goods. Bouncing back to its natural vocation the country is doomed to take up world challenge by relying on its agricultural potential and get moving. As the government concern focuses on an all out

land reforms in the light of the economic shifts, agriculture turned to be

a

corner stone, opening

up to a versatile exploitation of arable lands. The mushrooming of young farmers is on the way to complete a far-reaching process. In terms of self dependency; 51.3 mln

quintals of wheat have been produced this year. Such good score brings hopes in the air, the ploughing and harvesting season forecast all smile showing up tracks of a well being consumption which takes over meager days. In matter of food security increasing output is expected so to match up with world

market. As the rest of the Maghreb countries, Algeria which abide by an investment program plans to make headway. the Minister of Agriculture and rural

development

Mr. Benaissa pointed out that Algeria out to keep up with long lasting growth so to secure local needs. Ways and means to be provided in this sense sound optimistic. Farmers herald good season , rainfalls which have been of a very good help keep on attracting young investors. A provisional assessment is yielding an increasing number of newcomers in Southern provinces . Young farmers who just switched to agriculture do their best to foster mother nature some say despite hardships “we still have another go it’s like gambling” Others say sometimes you win sometimes you fall unlucky. Hardships underwent by these “green hands” seems

fading away leaving room to good initiatives. In the wake of “success story” new wave of farmers succeeded in land business by turning sand sea ereas into wealthy green lands. In Illizi, the once desert region witness a huge agricultural operation dominated by young female and male teams. Farming locations, endowed with irrigation network are blossoming amid joyful expectations. Mohamed Bentaleb

ALGERIA-MAURITANIA

PM Sellal Hails Positive Move

Algerian Mauritanian cooperation is on the way to meet full fledged part- nership. In Nouakchot Prime Minis- ter Abdelmalek Sellal wound up a

intensive working visit ; in the wake of 17th session of the High Joint Commission of cooperation Prime Minister said The positive move achieved by both countries in terms of rising the level of present coope- ration happen to boost a long awai- ting cooperation by the signature of five multi sectorial agreement in this regard. Abdelmalek Sellal vowed at the end of the signing ceremony in Nouakchott, the "positive" outcomes of the 17th session of the Algerian- Mauritanian High Joint Commission of cooperation, during which various issues dealing with bilateral coopera- tion have been cleared In the wake of

the proceedings of the commission, Sellal said that these outcomes "will undoubtedly contribute to give fresh impetus to our bilateral cooperation," highlighting the "great willingness" of both sides to upgrade their rela- tions up to "the privileged relations which link the two peoples and their

privileged relations which link the two peoples and their countries at all the levels."As for Mauritanian

countries at all the levels."As for Mauritanian counterpart Premier Moulay Ould Mohamed Laghdef said that the agreements signed du- ring this session, reflect a "quality leap as benchmark of fruitful and constructive cooperation" between Algeria and Mauritania. M. B.

sage, read on his behalf by President of the Republic’s adviser Mohamed Ali Boughazi."Algeria endeavours to mobilize all necessary means, protect its resources and diversify its sources of revenue. To that end, Algeria needs the contribution and involvement of all its children," President Bouteflika said.

leaders."In this regard, he hailed the climate of "seriousness and objecti- vity" which marked the session as well as the "harmony of the consulta- tions about several Maghreb, Arab and African issues."He emphasized the "convergence" of views that will deepen "the tradition of consultation and coordination between the two

JUSTICE

Head Of State Advocates Accountability on embezzling

on the "Evolution of the National Li- beration Army during Revolution," organized on the occasion of the ce- lebration of the 51st anniversary of Victory Day, 19 March 1962.State must be "strong" and fully exercise its power within the framework of the law to protect persons and proper- ties," the Head of State said in a mes-

President of the Republic Abdela- ziz Bouteflika underlined State’s de- termination to hold accountable any person found guilty of embezzling public funds."Law will be applied strictly" on all those who seek to grow rich illegally on public funds," Presi- dent Bouteflika said in a message to the participants at a national seminar

Management Act to cover all sectors

The decriminalization of the management act, which text is being finalized by Justice Ministry in collaboration with Finance Ministry must cover all the sectors, indica- ted Tuesday in Algiers Finance Minister Karim Djoudi.The working group driven by Justice Ministry "works to fine-tune the rules in terms of decriminalization of the act of management, and tries to find the equili- brium of granting the manager the necessary flexibility in management while preventing against fraud risks," he told the National Radio.This action will concern "the act of management regardless of the manager," he said while recalling that the last amendments of the procurement law have already been welcomed by the public companies managers.Mentioning, moreover, the fight against cor- ruption in Algeria, he ensured that it will concern every person involved in these economic crimes without excep- tion."Things are extremely clear: the problem is not a

tion."Things are extremely clear: the problem is not a problem of people, but of fraud and

problem of people, but of fraud and corruption, and every person involved in corruption will be sued and punished," the minister declared.The Central Anti-Corruption Office (OCRC), coming under the Finance Ministry has been recently inaugurated in Algiers.

HOUSING

High energy made projects on tracks

Seven projects of high energy perfor- mance houses, among the eleven ones included in ECO-BAT programs are currently under construction, said Tuesday in Algiers, Director of the Agency for promotion and rationali- zation of energy use (APRUE) Tew- fik Touzene."Among the eleven sites spotted for the construction of 600 energetically efficient houses as part of the program ECO-BAT launched

by APRUE, seven sites record a very appreciable rate of work progress," Touzéne explained during the 9th In- ternational Seminar on Concrete Technologies. ECO-BAT program fo- cuses on the construction of houses incorporating the principles of ther- mal comfort and energy savings in the design to better control energy consumption in the residential sector, which accounts for nearly 35% of na-

tional consumption.According to the same source, it aims particularly at saving 40% of energy consumption for heating and cooling. The realiza- tion of ECO-BAT housings is based on the techniques of thermal insula- tion, the development of solar water heaters, installation of energy-saving lamps and reducing the use of artifi- cial light.

Agency

Home Sweet Home At Doorstep

More than 10 companies versed in ready -made hou- sing are to compete for building contracts in the Quack stricken area of Boumerdes Zemmour East of Algiers. This business isn’t especially linked to this calamity. Prior to this tragedy; foreign companies implanted all over far reached Areas have so far dealt with this type of construction. Indeed the last havoc has sparked huge interest amid housing market to take into ac- count ready-made dwells as new mean to solve long lasting problem. Local constructors such as the PHD company; the CSMA (Saharan trailers set ready to meet nationwide housing needs . These three local companies compete with foreign ones in chalets ma-

king projects . Being at the vanguard of construction projects at Chlef, PHD company M. Kellou says it’s our best business card while emphasizing the good achievement made in the named area during 23 yrs of experience. In terms of ready made housing the com- pany still show lot of potentials matching with modern wooden made housing technology. Presently says he; we are able to deal with mounting and assembly pro-

cess according to any wanted design by the client. Fur- thermore; the company makes proposals to build up a double storey flat said Kellou.Fore the time being, the construction project is to be achieved a month time ac-

cording to the company program.

B. M.

ANNIVERSARY

On Path of Maverick-Born Diplomacy

ANNIVERSARY On Path of Maverick-Born Diplomacy After pugnacious combat for indepen- dence, the once “battle dressed

After pugnacious combat for indepen- dence, the once “battle dressed diplo- mats”show up amid tremendous curiousity of young generation to ex- press the long run of an unbeatable cause marking an unshakeable vision of maverick born diplomacy. The great achievements of the Algerian and the major events that marked its history since the National Liberation War are being highlighted at Algiers Exhibition Centre. Entitled "50 years of diplo- macy : memories and achievements," the exhibition was opened Monday by Foreign Minister Mourad Medelci, in the presence of members of the go- vernment and representatives of the di- plomatic corps accredited to Algiers.Photographs, videos and ar- chives relating to the history of the Al- gerian diplomacy since the National Liberation War, as well as its presence around the world are being displayed on the occasion of this exhibition, which will run until 23 March.Alge- ria’s role in the settlement of some conflicts and disputes around the world, the principles on which the Al- gerian diplomacy is based, particularly the support to the just causes and the right of peoples to self-determination, non-interference in internal affairs of other states, and its struggle for more equitable international relations are being highlighted at the exhibition, held as part of the festivities marking the fiftieth anniversary of Indepen- dence.Documentaries on the history of Algerian diplomacy and its achieve- ments will be screened on this occa- sion.In his opening address, Medelci underlined that 18 March has no been chosen fortuitously, as it marks the si- gning of Evian accords in 1962, he ex- plained."Through this exhibition, we aim mainly at presenting to the general public, especially young people the major achievements of Algeria’s diplo- macy," Medelci said. Agency

CUSTOMS

Incomes reach

DZD780bn

Algeria’s Customs revenues amounted to DZD 780 billion in 2012, against DZD570 bn a year earlier, said Director General of Customs Mohamed Abdou Bouderbala. If the upward trend, recor- ded since 2006, is due mainly to the in- crease in exports, the year 2012 was marked by the control of the tax base, the source said. The increase in Customs re- venue in 2012 was accompanied by a drop in imports, which totalled US$46.8 bn against US$47.2 bn in 2011. Bouderbala, who presented the 2006- 2011 upgrading programme for tax admi- nistration, underlined the efforts for the modernization of the institution as part of 2011-2015 action plan. Improving of bu- siness climate for investors and importers and setting up new information system Sigad2 are among the main objectives of the new programme. Through the Autho- rized Economic Operator status, "we aim at moving from bureaucratic tax adminis- tration to a partnership relation with our customers," he added.