Vous êtes sur la page 1sur 187

2

PREFACE
" Sur une colline dont on apercevait la belle ville de Venise en
Italie vivait un vieillard qui était un sage et un génie. La légende voulait qu'il
pouvait répondre à toutes les questions qu'on pouvait lui poser. Deux jeunes
garçons de l'endroit pensèrent tromper le vieillard. Ils attrapèrent un petit
oiseau et se rendirent chez lui. Un des garçonnets, qui tenait l'oiseau dans sa
main, demanda au vieillard si l'oiseau était vivant ou mort. Sans hésiter, le
vieil homme répondit : " Fiston, si je te dis que l'oiseau est mort, tu ouvriras
les doigts et l'oiseau s'envolera. Si je te dis que l'oiseau est vivant, tu
refermeras la main et tu l'étoufferas. Tu vois, jeune homme, tu tiens dans ta
main le pouvoir de la vie et de la mort. "

Cette légende illustre à merveille les propos qui suivront. Vous


tenez dans vos mains un livre " plein de dynamite " devant permettre
avec un minimum d'honnêteté et de respect de soi-même de réussir dans
divers domaines et notamment dans celui de la maîtrise du poids. Selon la
manière dont vous aborderez cette lecture, détendu mais attentif, vous
réussirez ou non votre programme !

Combien ai-je vu de patient venant me demander :


" Docteur je voudrais maigrir ! Pouvez-vous m'aider et comment ? et
combien ? et vite ? et sans efforts ? et pour toujours ? "
Quelles réponses leur faire sinon de leur dire que le corps
médical peut prendre beaucoup de problèmes en charge mais qu'un
minimum est à faire par chacun ! Les connaissances médicales ont certes
évolué depuis quelques années mais nous sommes encore loin de TOUT
SAVOIR SANS ERREUR. Après 17 ans d'installation, " je sais que je ne
sais presque rien " pour plagier J.GABIN. Une chose est sûre : j'en sais plus
que certains en médecine mais restons modeste !

Mon évolution personnelle à travers la médecine des sports, la


nutrition et la médecine esthétique, m'a permis au fil des années d'acquérir
une expérience particulière dans le domaines de la Gestion des Ressources
Humaines et du Bien-être. Mon opportunité à été de pouvoir développer ce
créneau avec mon épouse, enseignante de formation, qui m' a permis de "
trouver le miroir " nécessaire à une progression dans ma recherche
personnelle. Après avoir ingurgité nombres de séminaires et de livres
traitants de ces thèmes, il m'est apparu certaines réalités dans mon
comportement et celui de nos patients. Le fait de pouvoir enseigner à
d'autres ces notions, en entreprise ou à des stagiaires demandeurs d'emplois,
m'a permis de mieux comprendre les motivations de chacun dans ces
domaines où l'être humain est ( ou devrait ) se trouver souvent seul face à
lui-même afin de se poser les bonnes questions quant à sa propre réussite (
et ce quelque soient les domaines ).

Pourquoi tant de gens cherchent-il à maigrir, mettent en place un


régime, maigrissent ... puis ne peuvent se stabiliser ? Qu'y a t'il qui les
pousse consciemment ou non à échouer puis recommencer ... puis ré-
échouer puis recommencer ... ?

2
3

Il existe un tel dédale des régimes que, même nous médecins,


nous nous y perdons et ce malgré ( ou grâce ) un développement
considérable de l'éducation individuelle par les médias. Rares sont
malheureusement les découvertes révolutionnaires dans le domaine de la
maîtrise du poids et pourtant :
* Pourquoi donc les gens écoutent-ils le dernier chanteur à la
mode, le dernier journaliste, le dernier spécialiste du marketing venu ?
Aucun n'est complètement mauvais mais ont-ils la formation
nécessaire ? Que savent-ils des besoins alimentaires de base ? Que savent-ils
du suivi et de la prise en charge de ces individus perdus, qui viennent "
grossir " nos statistiques d'échecs ? Ont-ils déjà eu réellement la
responsabilité d'une vie entre les mains ? Ont-ils seulement écouté ces
patients ?
Et quel rapport entre l'amaigrissement d'un jockey ou celui d'un
sportif et celui de Monsieur ou Madame tout le monde ? Peut-être une
différence dans le mental qui fera que l'un réussira et l'autre échouera;
remarquons que le premier vit de la bonne stabilité de son poids : pourrait-
on parler alors de motivation ?
* Pourquoi donc les gens croient-ils dans des pilules ou régimes
miracles ? L'homme recherche toujours la facilité me répond-on et il la paye
bien ... dans ses échecs.

Le fait qu'aucun régime ne marche vraiment définitivement


n'est-il pas la meilleure preuve que
l'ESSENTIEL EST AILLEURS !

Peut-être sommes nous trop compliqués comme les médecins de


MOLIERE ! Je ne le pense pas. Les phénomènes de modes, de pression
médiatique, de pseudo-découverte impose à chacun de rester dans des
normes, de ressembler à l'autre, bref de ne pas sortir du troupeau sous peine
... d'être montré du doigt, critiqué. Alors l'on fait comme son voisin, sa
voisine, on copie, on s'inspire ( en bien ou mal ), on rêve de la minceur sans
efforts, de la réussite sans payer le prix, vite et bien, dans cette ère du " fast "
!
On nous demande tant à nous médecins !!!
Ah ! si l'on pouvait maigrir à la place des patients !

Et rien n'est complètement gratuit !

Je me suis longuement demandé de l'utilité d'un nouveau livre


dans le domaine de la diététique car tout est en partie déjà très bien écrit par
d'autres ... et ne parlons que des médecins ! Je vous rassure ou vous déçois,
cher lecteur :

IL N'Y A PAS DE PILULE MIRACLE !

IL N'Y A PAS DE REGIME MIRACLE !

IL Y A DES COMPORTEMENTS HUMAINS DIFFERENTS


FACE A L'ENVIE DE REUSSIR !

3
4

Peut-être vais-je exagérer mais nos patients connaissent la


diététique presque aussi bien que nous médecins; ils connaissent les grandes
règles de la nutrition, les grandes erreurs, les calories et parfois j'irai jusqu'à
dire qu'ils m'apprennent des nouveautés dans les régimes (prudence !). Alors
pourquoi n' appliquent-ils pas ces grands principes au lieu de nous laisser
répéter, répéter inlassablement les mêmes données ?
DESINVOLTURE ! EFFORTS !
PERFECTIONNISME ! MENSONGES !
MANQUE DE TENACITE !

Que de maux !

Certes ce que l'on met dans nos assiettes a une grande


importance; je modifierais ces termes en disant plutôt, dans la bouche, car
nous ne mangeons plus uniquement qu'à table. La publicité nous pousse à
grignoter au fil du temps et au fil de nos stress. Il y a des comportements
différents, sans présager d'une hérédité dont nous reparlerons, face aux
problèmes du poids : certains maigrissent, d'autres se stabilisent et enfin
d'autres grossissent AVEC LA MEME QUANTITE D'ALIMENTS. Leurs
comportements face à l'aliment est complètement différents; rien ou peu à
voir avec les calories ! J'irais jusqu'à dire que la manière dont nous nous
comportons se traduit en partie par notre image corporelle.

Ne dit-on pas : Un esprit sain dans un corps sain !


Et pourquoi pas : Un corps sain dans un esprit sain !

L'originalité de ce livre est de lier l'ensemble des problèmes ou


défis à résoudre : Comment maigrir ( ou réussir ) sans un mental préparé à la
réussite, sans vouloir une harmonie physique dans les domaines de
l'esthétique, de la mode, des activités physiques.

SE VOIR REUSSIR !

FERMEZ LES YEUX.

EST-CE QUE VOUS VOUS VOYEZ PROGRESSIVEMENT


ET DEFINITIVEMENT REUSSIR ?

Par encore ... mais cela va venir ! Patience !

Pourquoi cet abord particulier de l'amaigrissement ? Lors des


différents séminaires de formation que j'ai pu animer avec mon épouse, pour
des médecins, des cadres ou dirigeants d'entreprise, j'ai toujours été surpris
par le fait que des choses simples du comportement humain ne soient pas
aussi évidentes au prime abord pour tous. Nous, médecins, devrions être
plus formé non à la psychiatrie mais à la psychologie des individus dans le
cadre des Ressources Humaines. Rarement ces participants ont entendu
parlé ou lu de ces auteurs Américains comme le Docteur M. MALTZ, le
Docteur J. MURPHY, le Docteur M. BANKS, D. CARNEGIE, D.J.
SCHWARTZ, L.T. GIBLIN, N.V. PEALE, D. WAITLEY, Z. ZIGLAR ...
ou les Français D. CHALVIN, D. GLOCHEUX, G. MISSOUM, G.
ROLLAND ...

4
5

Un fond d'idées préconçues, religieuses ou non, nous fait récuser


certaines thèses ... et pourtant ... les bases d'analyse sont les mêmes
notamment quand on s'oriente vers l'analyse transactionnelle.

Perdre du poids nécessite d'ACCEPTER CERTAINS GRANDS


PRINCIPES, dans l'ordre :

1 / Se trouver des motivations et se poser les bonnes


questions quant au plan d'action à mettre en place
2 / S'acharner à se bâtir une saine image de soi
3 / Passer à l'action et maigrir
4 / Apprendre à développer son " look " et mettre en place
des verrous esthétique.
5 / Entretenir son " look "
6 / Gérer ce nouvel équilibre sans jamais accepter de
régresser.

Mais au fait, s'y l'on y mettait une touche sensuelle : rappelez-


vous vos comportements quand vous avez rencontré votre élu(e) !
1 / Se trouver des motivations et se poser les bonnes questions
quant au plan d'action à mettre en place ( pour ce soir et les jours à venir ... )
2 / S'acharner à se bâtir une saine image de soi : " Je suis le plus
beau et elle va me dire OUI "
3 / Passer à l'action, bref " draguer " et tous les moyens sont bons
pour cela !
4 / Apprendre à développer son " look "; combien d'heures
devant nos miroirs à nous pomponner ! Se plaire !
5 / Entretenir son " look " pour plaire aux autres !
6 / Gérer ce nouvel équilibre sans jamais accepter de régresser :
" Je le(a) veux ".

AH ! QUAND ON A UNE IDEE DANS LA TETE !

VOUS VOYEZ QUE CELA MARCHE LA MOTIVATION


surtout quand on sait réellement ce que l'on veut !

Chacun de ces chapitres nécessite bien-sur d'être amplement


développé et je le ferai mais certains points majeurs doivent s'expliquer dès
maintenant afin de poursuivre le développement de vos progrès car ... je
n'ose croire que vous ne voulez pas progresser ... sinon vous n'auriez pas
acheté ce livre; vous cherchez donc quelque chose et je viens de vous dire
que je ne suis pas un magicien; donc !
Nous sommes à une époque où l'image extérieure de chacun
nécessite d'être continuellement travaillée et peaufinée.
Premièrement parce que les choix d'individus pour une activité
professionnelle donnée sont grands, que le marché de l'emploi est rétréci et
que les critères d'embauche ne se font plus uniquement sur un diplôme. Un
ensemble de donnés est évalué et les risques d'entente ou de mésentente avec
un employeur sont calculé car l'erreur coûte trop cher à chacune des parties :
aucune concession n'est faite.

5
6

D'accord - Pas d'accord : le fait est là. L'embauche pour une activité
professionnelle se fait en jugeant :
. les diplômes ( lesquels, quelle université, d'où viennent-
ils, nombres d'années d'études, stages effectués )
. et surtout l'individu dans son ensemble par ses qualités
humaines d'entente et de dévouement, de robustesse, d'ambition, et surtout
d'attitude responsable. Rentre en jeu " le look " dynamique de la femme ou
de l'homme moderne, épanoui dans ses activités.

Les canons de beauté et de réussite sont maintenant ceux-là :


sportif et dynamique, svelte, bien habillé, parfumé, maquillé, éduqué,
responsable, motivé et motivant ... ne regardant pas sa montre en continu
pour vérifier qu'elle ne s'est pas arrêté. Le temps ne compte plus ou peu; seul
l'épanouissement professionnel compte ... l'on verra pour l'épanouissement
familial !

MAIS N'EST-CE PAS LA LE BUT DE LA VIE ? S'EPANOUIR !

Deuxièmement parce que dans cette époque où les libertés sont


grandes, chacun veut s'exprimer selon son humeur tout en restant dans un
cadre social adapté, " coucouné ", sans trop de risques où la prise en charge
sociale est maximum ( bien que les mentalités évoluent maintenant sur le
fait d'une prise en charge de plus en plus individuelle ). Incompatibilité entre
ces deux faits ? certes mais cette dualité fait que, pour n'évoquer que les
problèmes de poids, le sujet en surpoids veut être accepté tel quel ! Ce fait
social qui existe d'une façon amplifiée aux U.S.A ( club d'obèses ), arrive en
Europe. Difficile d'intégrer ces deux données, malgré tout le respect que je
porte à chacun.

Je vois arriver les critiques me disant : " Je suis gros, heureux de


l'être et bien dans ma peau ! ". Soit ! mais 17 ans d'expérience dans le suivi
de ma clientèle ainsi que ma propre expérience de surpoids me font dire :
" FAUX, ne nous leurrons pas ! "
Chaque individu en surpoids souhaite perdre du poids pour
diverses raisons mais surtout :
. le regard des autres puis
. le regard de soi.
Certains y arrivent, d'autres pas et nous tenterons d'analyser
pourquoi. D'autres encore n'échouent pas mais, pour eux, c'est ( presque )
fini : ils abandonnent car rien ni personne n'y peut rien. Il ne reste qu'à les
aider à supporter du mieux possible leur surpoids : nous ne sommes pas
MAGICIEN mais ne les laissons pas perdu dans le dédale des escrocs.

En fait le plus difficile est d'admettre que PAS TOUT LE


MONDE VEUT REUSSIR; bien souvent, l'on se bat et l'on veut plus pour
des individus que eux-mêmes mais :
" L'on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif ! "

6
7

La réussite se travaille et se mérite quelque soient les domaines :


POIDS, FORME, SPORTS, BEAUTE ...
TABAC, ALCOOL, DROGUE ...
MEMOIRE, ACTIVITE PROFESSIONNELLE
VIE FAMILIALE, SOCIALE, MORALE ...

A VOUS DE CHOISIR ...


VOUS AVEZ TOUTES LES CARTES DANS VOS MAINS ...
COMME NOTRE SAGE !

VOUS N'AVEZ PAS ENCORE TOUTES LES CARTES ?


Vous les aurez après avoir travaillé SUR VOUS
au cours de ce livre !

" Ce qui importe lors de la mise au point d'une stratégie gagnante, c'est d'élaborer des
tactiques efficaces et de faire de celles-ci des habitudes "
Napoléon Hill

" Ceux qui réussissent font tout ce que les ratés ont peur de faire "

" Vous pouvez réussir n'importe quoi en ce monde si vous y tenez vraiment et si vous êtes
prêt à en payer le prix "
Og Mandino

" Vous devez d'abord posséder mentalement ce que vous désirez obtenir physiquement "
Dr. Maxwell Maltz

7
8

GESTION
DU
MENTAL

I - TROUVER SES MOTIVATIONS


VOTRE SUBCONSCIENT
VOULOIR ... LE MOT CLEF !
L'AUTOMOTIVATION
FIXEZ-VOUS DES OBJECTIFS
QUELS SONT VOS BUTS ET ENGAGEZ-VOUS
SAVOIR VISER ET S'ADAPTER
APPRENEZ A VISUALISER
FAITES VOTRE PROPRE CINEMA SUGGESTIF
LES IMAGES MENTALES
UTILISEZ POSITIVEMENT VOS IMAGES
FAIRE COMME SI !

INTEGRER LE TEMPS

II - SE BATIR UNE SAINE IMAGE DE SOI


S'ENGAGER HONNETEMENT ENVERS SOI-MEME
DEVERROUILLEZ-VOUS !
COMMENT VOUS PERCEVEZ-VOUS ?
LA MALADIE DE " L'EXCUSITE "
FAIRE LE POINT SUR SES HABITUDES
HABITUDES ET ENVIRONNEMENT
MODIFIER ET/OU CHANGER SES HABITUDES
IMAGE ET CONFIANCE EN SOI
QUE PENSEZ-VOUS DE VOUS ?
POURQUOI SE RABAISSER !
LES CRITERES SOCIAUX DE BONNE IMAGE
CAUSES DE MAUVAISE IMAGE DE SOI
LES DOUTES
LES COMPARAISONS
L'IMAGINATION
SE REBATIR UNE SAINE IMAGE DE SOI
INVENTAIRE DES QUALITES
DEVELOPPER SON ASSURANCE ET SA CONFIANCE EN
SOI
BALAYER SES PEURS
LES PROBLEMES
APPRENDRE A CLOISONNER SA VIE
POSITIVISME
ETRE POSITIF A TEMPS PLEIN
ARRETEZ DE VOUS APITOYER
SOURIEZ !
FUYEZ LE NEGATIF
APPRENDRE A DIRE NON
TRANSFORMER LES ECHECS EN EXPERIENCES
8
9
GESTION DU MENTAL

I - TROUVER SES MOTIVATIONS

" Bien des hommes et des femmes échouent dans la vie, non pas par manque de talent,
d'intelligence, ni même de courage, mais parce qu'ils n'ont pas su mobiliser leurs énergies en fonction d'un
but primordial "
Elmer Wheeler

Vous avez décidé de continuer de lire ce livre alors lisez ce


chapitre et vous ne vous arrêterez plus ! Les clefs de votre réussite sont ici,
quelques soient les domaines ... mais c'est à vous de trouver VOS bonnes
clefs dans le trousseau que je vous offre, noyé dans ces pages !

Connaissez-vous l'expérience insolite d'un grand naturaliste


Français, Jean Henri FABRE. Il avait remarqué que les chenilles
processionnelles suivent aveuglément la chenille qui les précède. FABRE
les disposa donc avec soin en cercle autour du bord d'un pot à fleurs
retourné, de sorte que la chenille de tête touchait la chenille de queue,
bouclant ainsi le cercle. Au centre du pot à fleurs, FABRE plaça des
aiguilles de pin qui sont l'aliment des chenilles processionnelles. Les
chenilles se mirent à tourner autour du pot et tournèrent, tournèrent, heure
après heure autour du pot pendant sept jours et nuits entiers. Enfin elles
moururent d'inanition et d'épuisement. Il y avait abondance de nourriture à
quelques centimètres de distance et elles moururent littéralement de faim,
parce qu'elles confondaient activité et réalisation.

Ne pensez-vous pas que, bien souvent, nous tournons en rond


sans avancer tout simplement parce que nous agissons par habitude et
conformisme.

IMAGINEZ !
Imaginez une match de football sans les poteaux des buts ?
IMPOSSIBLE et sans intérêt.
Imaginez Gérard DABBOVILLE, le premier homme à réussir la
traversée de l'ATLANTIQUE à la rame, expliquant la façon dont il réussit
son exploit : Supposez qu'il dise qu'il ramait, comme ça par hasard, un jour
et finit par se trouver de l'autre côté de la mer et au bon endroit !
Imaginez que vous levez demain et que l'on vous dise que vous
allez travailler pour le plaisir sans être payé ? Vous levez-vous ?
Imaginez que l'on décide de votre vie en lançant une pièce en
l'air ? Impossible.
Imaginez que vous mettiez vos enfants à l'école, pour la forme et
pour faire comme tout le monde, sans qu'ils aient d'objectifs ? NON, c'est
impossible. D'ailleurs VOUS leur fixerez des buts à ces chérubins trop "
bébé et immature " à qui l'on donne le droit de fumer, de discuter et raller en
classe, de se plaindre ... à leurs avocats ... car ils ont des droits ... sans
devoirs. Rien de tel pour faire disparaître toute ambition future que de les "
assister " dans un schéma où d'emblée on leur dit : LES BUTS
N'EXISTENT PLUS !
Imaginez un bateau qui part en mer, au gré des vents, sans cap !

9
10

Peut-être d'ailleurs que le meilleur moyen de ne pas risquer de


couler serait de rester au port ... à rouiller. Parlez-en à TABARLY, je suis
sûr qu'il aimera votre humour. Imaginez que ce soit votre anniversaire de
mariage ? Quelle belle soirée car vous sortirez ce soir avec MADAME, sans
votre belle-mère, charmante au demeurant ( comme la mienne ! ). N'avez-
vous pas une petite idée derrière la tête pour cette soirée ? Je vous le
souhaite et c'est ce qui rend cette future soirée particulièrement sympathique.

Imaginez-vous sur une plage de sable fin, chaud, vers 16 heures;


petits clapotis, petite brise ! Oh que c'est doux de vivre dans ces lieux. Vous
ne voyez ni n'entendez rien ?
FERMEZ LES YEUX !
Cela va mieux. Vous voyez-vous maintenant couché sur ce sable
fin, détendu, écoutant la brise et humant l'air chaud, vous délectant d'un jus
de fruits tropicaux frais avec des glaçons qui tintent dans votre verre.
Écoutez la brise ... écoutez les glaçons ... Épongez-vous !
Vous voyez-vous dans votre petit maillot de bain ?
STOP !
Je sens que vous êtes entrain de rire de cette image qui est la
votre car de nouveau vous voyez vos rondeurs et vous ne croyez pas
possible que vous pourriez porter ce maillot.
VOUS FAITES UNE ERREUR GRANDIOSE !
Et tout est normal ! Rassurez-vous. Vos pensées fonctionnent à
la date de ce jour dans votre corps de ce jour; c'est ce qui explique vos
difficultés à visualiser car il existe une distorsion entre le corps et l'esprit qui
fait que le réel prime sur l'imaginaire. Nous allons remédier à cela
progressivement.

Le SUBCONSCIENT N'A PAS D'HUMOUR car il enregistre


tout, comme un magnétoscope : vision, audition, touché, odeurs, sensations
diverses. Bonnes images ou mauvaises images, la bande de votre cerveau
s'enregistre et soyez sûr que votre subconscient vous ressortira TOUT,
surtout quand vous ne vous y attendrez pas. La preuve, il vient de le faire car
vous avez RI et hésité quand j'ai parlé de votre maillot de bain.
Comment voulez-vous progresser si d'emblée vous riez de vos
buts ? Peut-on accepter que les autres se moquent de nos buts ? NON alors
pourquoi vous moquez-vous de vos buts ? Le drame est que, à force de vous
moquer de vous-même, de vous lancer des images négatives de vous, votre
subconscient prendra l'habitude de ne plus croire en certaines images que
vous voudrez reconstruire ou lui donner ... un peu comme le proverbe : à
force de crier au loup ...!

Imaginez que vous allez partir demain matin en vacances !!! Ah,
comme l'on est excité, dynamique, préparé. Je vois vos valises déjà bouclées
et votre itinéraire PRECIS tracé sur la carte routière; tous vos sens sont en
éveil, et le moindre petit problème est balayé; pas de problèmes, plus de
problèmes ... tout va bien pour ce départ en vacances. Comme le temps est
long dans ces derniers moments d'attente, surtout comparé aux derniers jours
de vacances.

10
11

Imaginez que l'on vous empêche d'imaginer. Interdit de rêver au


port de votre petit blue-jeans serré, interdit le petit tailleur ... vous devrez
porter à vie votre JOGGING, sac conçu pour masquer vos rondeurs,
élégamment certes et avec de belles couleurs, mais si fade dans sa forme !
VOUS DEVEZ RESTER GROS(SE) ! Je sens poindre une réelle révolte de
votre part.

Donnez-moi un obèse sans buts ... et il restera obèse.


Donnez-moi un obèse avec UN but ... et il maigrira !

Quand l'homme veut tirer profit des richesses de l'eau des


fleuves, des rivières, que fait-il ? Il commence à donner de la puissance au
débit de l'eau en construisant un barrage; l'eau s'accumulant s'écoulera avec
une telle force qu'elle engendrera de l'énergie; mais il faut des années pour
construire un barrage. Il en est de même pour toute réussite mais le tout est :
- de vouloir réussir avec acharnement,
- d'être enthousiaste,
- d'avoir des objectifs suffisamment élevés pour être excitants,
objectifs personnels essentiellement.
- d'être capable d'intégrer la notion du temps.

"Il était une fois un vieil homme qui arpentait les rues en
vendant des ballons. Il en lâchait régulièrement un pour attirer les enfants. Il
lâcha un ballon rouge ... un vert ... un bleu ... jusqu'au moment ou un petit
garçon noir vint lui demander si le ballon noir qu'il tenait, pouvait s'envoler
? Et ce brave homme de répondre : C'est ce qui est à l'intérieur qui le fera
monter et non sa couleur !"
C'est ce qui est EN VOUS qui vous fera réussir !

Nous devons maintenant avancer dans votre démarche de succès


et ordonner un travail car travail il y a : se découvrir à soi-même
honnêtement en se regardant dans le miroir de nos capacités et de nos désirs.

POURQUOI LISEZ-VOUS CE LIVRE ?


Définir quelles sont vos motivations à perdre du poids; voilà le
premier domaine à découvrir TRES précisément.

Est-ce pour :

* Vous " sentir plus à l'aise "


* Améliorer votre apparence physique
* Cause d'ennuis de santé
* Améliorer vos capacités physiques
* Rester en bonne santé
* ..... ?

11
12

Je ne vous demande pas de murmurer du bout des lèvres "


j'aimerais perdre du poids " mais dès maintenant, je vous conseille de
changer votre langage :

" JE VEUX MAIGRIR "


Le mot clé est VOULOIR.

La motivation est définie comme une force intérieure qui incite à


l'action : une idée, un besoin, une émotion ou un état qui pousse à agir. C'est
une force qui nous pousse à l'action, sans possibilité de retour en arrière.
Encore faut-il comprendre et assimiler cette notion de besoin émotionnel :
tant que la récompense n'est pas assimilée ni interprétée, la motivation
engendrée reste nulle.

Combien de gens débutent un régime en se disant :


" Ah ! si cela ne marche pas ... c'est pas grave "
Là est l'erreur car CELA NE MARCHERA ALORS PAS. Trop
souvent l'on tente de réaliser des objectifs en gardant son " parachute " de
sécurité ... au cas où l'on échouerait ...
Voilà ce que j'appelle le syndrome du parachute, cause de
nombreux échecs : C'est un peu comme si vous preniez l'avion, vous vous
asseyez et vous voyez le commandant de bord monter avec son parachute
sur le dos. Restez-vous ou quittez-vous l'avion ? Moi, je sors car la
confiance ne sera pas bâtie devant ce pseudo-débutant; je prendrais l'avion
suivant.

Appuyez-vous sur du SOLIDE, VOTRE solide : vos


motivations. Personne ne vous les volera; vous pourrez les partager mais
vous serez toujours seul face à vos responsabilités.

Deux émotions fortes dominent la motivation et font bouger.


Leurs résultats sont souvent égaux mais l'efficacité du levier mental en est
inégale : la peur et le désir.

* LA PEUR est la plus puissante des motivations " négatives ".


La motivation par la peur menace la mauvaise performance ou l'indiscipline
par des représailles ou par une punition que l'on cherche à éviter. Cette
contrainte crée une forte inhibition dans l'action par peur d'échouer, peur qui
nous rappelle d'ailleurs nos échecs passés, nos douleurs, nos déplaisirs, nos
désappointements, toutes choses qui pourraient encore nous arriver.
Si tu ne maigris pas, tu ne pourra plus ...
Si tu ne maigris pas, je ne sors plus avec toi !
Si vous ne maigrissez pas, nous ne pourrons vous garder à votre poste.
Si je ne maigris pas, je ne trouverai pas de mari ( femme ).
Si je ne maigris pas, je ne pourrais plus faire du sport sous peine de ...
Si je ne maigris pas, les gens vont me fuir.
C'est bien souvent avec cette motivation que nous, médecins,
demandons instamment à nos patients de perdre du poids, pour leur bien :
Si vous ne maigrissez pas, votre état s'aggravera ...

12
13

* LE DESIR est une motivation par l'encouragement ou la "


carotte ". Elle récompense la réussite. Le désir nous ramène souvent des
souvenirs de plaisir et de succès, excitant ainsi notre désir de les revivre.
L'inverse des exemples cités ci-dessus peut-être évoqué; cela d'ailleurs de 2
façons :
. " La carotte " proposée par les autres, patrons ou conjoint,
manipulateurs efficaces dans le but de vous aider à progresser pour un
intérêt commun.
Si tu maigris, je t'offre ...
Si tu maigris, nous pourrons ...
Vous avez probablement vu un âne qui tire une charrette. Une
carotte se balance au dessus du nez de cet âne, ce qui le pousse à tirer la
charrette. Encore faut-il de temps en temps lui donner un petit bout de
carotte mais il arrive un moment où les récompenses et encouragements sont
si élevés que le profit disparaît et que l'âne s'arrête ou qu'il trouve la
récompense suffisante pour ne pas allez plus loin. Il ne reste plus qu'à
envisager la meilleure des motivations :
. L'auto motivation : Vous vous fixez VOUS MEME vos
propres récompenses. Personne ne vous impose rien. Le patron, c'est vous et
le responsable, ce sera VOUS !
Certes, un effort sera à fournir mais vous le saviez déjà.
Rappelez-vous l'image de nos pompes à eau anciennes. Pour obtenir de
l'eau, il fallait pomper, pomper et encore pomper sans avoir l'eau. Ce n'est
qu'après un certain effort que l'eau arrivait ... continuait de couler ... même
après l'arrêt de l'effort. Mais qu'elle joie de réussir à obtenir SES propres
récompenses !
Ce sujet est particulièrement important à intégrer notamment
dans les problèmes de poids des enfants; rien n'est plus difficile que
d'imposer un régime sous peine de ... ou pour ... aux enfants; ils n'en voient
pas la finalité et ont du mal à comprendre pourquoi un effort si important est
rendu nécessaire. Trouvez la motivation - l'auto motivation - et vous aurez
mis le pied sur la première marche de la réussite !
ET VOUS ADULTE, est-ce un peu plus facile maintenant !
PAS ENCORE ALORS PATIENCE !

Car la motivation pousse à se surpasser dans divers domaines :


familiaux, sportifs, sociaux, professionnels ...
Nous avons besoin de nourriture, d'un abri, de la sécurité, de
reconnaissance sociale, d'amour, de pouvoir, d'acceptation, de confort
matériel et de divertissements; cette auto motivation découlera ainsi d'une
harmonie trouvée dans ces divers facteurs, harmonie que l'on pourrait
appeler : sa propre valeur intérieure permettant de passer de l'immaturité à
la maturité.

Trouvez ou (re)trouvez vos motivations SANS AVOIR PEUR !


Connaissez-vous l'histoire vraie de Maurice CHEVALIER qui,
durant des années a enchanté son public à travers le monde entier avec son
canotier sur le côté, sa voix souriante et son sourire capricieux. Tôt dans sa
carrière, il fut victime d'une dépression nerveuse avant d'entrer en scène. On
lui ordonna d'aller se reposer dans le midi. " Je suis fini, dit-il au docteur, je
n'ai plus d'avenir ". Son tourment intérieur ne le quitta pas pour longtemps.
Il avait tellement peur, il avait perdu espoir.

13
14

Quand le docteur jugea le moment venu, il lui suggéra de se


présenter au théâtre du village. " Mais j'ai peur, dit-il. Comment puis-je être
sûr de ne pas m'affoler encore une fois, de ne pas rechuter ? "
" Vous n'en savez rien mais vous ne devez pas avoir peur de
l'échec. Vous avez peur de remonter sur scène et vous vous dites alors que
vous êtes fini. Mais la peur n'est jamais une raison pour abandonner; ce n'est
qu'une excuse. Quand un gagnant rencontre la peur, il l'admet et fonce.
N'ayez pas peur d'avoir peur. Allez-y, montrez ce que vous savez faire ! "
Maurice CHEVALIER faillit mourir de peur avant d'entrer en
scène ce soir là devant quelques personnes. La joie l'envahit. " Je savais que
je n'avais pas vaincu la peur pour de bon. Mais je l'ai admise et j'ai foncé. "
Après cette soirée, pendant plus de soixante ans, Maurice
CHEVALIER s'est produit devant les plus grands publics du monde entier. "
A bien des moments, j'ai eu peur. Le docteur avait raison : on ne sait jamais.
Mais plus jamais je n'ai voulu abandonner parce que j'avais peur. " Il ajouta :
" Mon expérience m'a appris ceci : si vous attendez le moment idéal, quand
tout sera garanti, il se peut qu'il ne vienne jamais. La montagne jamais
escaladée, les courses jamais gagnées, le succès jamais atteint !

Je me souviens encore de cette histoire vraie que j'ai vécu à mes


débuts d'installation. J'avais dans ma clientèle un brave vieux monsieur qui
par malchance avait eu un infarctus en province. Ramené chez lui, il se
laissait littéralement mourir au désespoir de sa femme. Chaque visite de ma
part n'était que plainte et défaillance. Nous ne trouvions pas de raison de
vivre ... si ce n'est qu'un jour ... nous parlâmes fort longtemps de ses petits
enfants et de la joie que l'on éprouve à les embrasser, les poser sur ses
genoux, discuter avec eux, partir en vacances avec eux ... FLASH ! et la vie
repris : il guérit et est parti en vacances avec eux, en famille.
Que voulez vous faire de votre vie ?

Resterez-vous avec des peurs qui vous obligeront à bouger ( puis


bien souvent échouer ) ou déciderez-vous à vous prendre en charge en
comptant sur vous-même. L'effort à fournir, croyez moi, est bien souvent
tout aussi important et c'est là que les choses sont surprenantes. Nombreux
sont ceux qui maigrissent, grossissent, maigrissent ... nécessitant un effort
continu très important, bien souvent dévalorisant car imposé par une
conjoncture, un environnement. Dix, quinze, vingt kilos ! bravo puis l'agent
stimulant s'efface, disparaît et hop ! on reprend tout !

Comme il est fatiguant de gonfler des ballons percés ... et


pourtant c'est ce que vous faites !
Pschhhhhh !!!
on repompe ( je suis motivé ) - on est regonflé !
Pschhhhhh !!! je suis faahtigué docteur
on repompe ( je suis motivé ) etc ....

Et pourtant la réussite entre le premier et le deuxième aux Jeux


Olympiques se juge sur des millièmes de secondes ! Si peu entre le premier
et le deuxième. Forme physique mais aussi forme ( force ) mentale
particulièrement préparée qui fera toute la différence. Ce n'est pas forcément
les plus talentueux, les plus intelligents, les plus riches qui réussissent : la
preuve en est que l'échec dans l'amaigrissement existe dans toute les classes
sociales. Peut-être les classes les plus favorisées ont-elles plus conscience
des complications du surpoids aussi s'attaquent elles plus souvent au
problème de l'amaigrissement.

14
15

MOTIVATION voilà l'un des maîtres mots de votre réussite.


Elle dépend exclusivement de votre désir de réussir, de votre concentration
et de votre persévérance.
VOUS N'AVEZ PAS DE TEMPS A PERDRE !

FONCEZ et CROYEZ-Y ... pour vous SEUL !

1 °) FIXEZ VOUS VOS OBJECTIFS !

Se fixer des objectifs est aussi essentiel pour maigrir que l'air
pour respirer et vivre. Personne n'a jamais atteint le succès sans s'être au
préalable fixé un objectif précis ( motivant ). Certes le hasard a pu parfois
aider à bien faire et réussir certaines choses mais TOUJOURS les idées de
recherche, de travail et de progrès, de réussite et de BUTS étaient fixés.
Privés d'objectifs, nous fonctionnons comme des robots programmés
travaillant obligatoirement pour les objectifs d'autres, incapable de faire la
différence entre l'expérience imaginaire et l'expérience vécue : pourquoi se
lever, pourquoi travailler, pourquoi vouloir progresser, pourquoi vouloir
plaire, pourquoi maigrir ?

Personne n'a rendu " le besoin d'un but " plus clair que le docteur
V. FRANKL, membre de l'Université de San Diego. Psychiatre à Vienne au
début de la seconde guerre mondiale, il a passé trois années d'horreur dans
les camps de concentration nazis. Lui et ses camarades étaient privés d'à peu
près tout : famille, profession, possessions, vêtements, santé, dignité.
Echapant de justesse aux brutalités meurtrières, il étudia le comportement de
l'homme captif et des geôliers. Ces dramatiques expériences lui ont permis
de rejeter les théories de Sigmund Freud. Ce dernier disait que les individus
différaient en apparence et en attitude lorsqu'ils étaient en bonne santé, mais
que si on les privait de nourriture, leur comportement finirait par
s'uniformiser en redescendant au niveau des instincts animaux. Selon Frankl,
c'est le contraire qui s'est passé bien souvent. Parmi ceux qui avaient
échappé à la sélection des nazis, ceux qui ont survécu, il nota que l'homme
qui avait un but dans son existence pouvait survivre à la faim et à la torture;
ceux qui n'avaient aucune raison de vivre mourraient vite et facilement. Les
survivants ( un sur vingt ) d'Auschwitz étaient presque sans exception des
gens qui avaient quelque chose de valable qui les attendait, quelque chose
qu'ils voulaient faire, ou un proche qu'ils voulaient revoir.
Ne dit-on pas :
" Quand il y a de la vie, il y a de l'espoir "
" Quand il y a de l'espoir, il y a des rêves "
" Quand il y a des rêves clairs et répétés, ils deviennent des objectifs "
Quels sont vos buts ?
Attendez-vous patiemment la fin de la journée ou bien la retraite
... mais rappelez-vous : plus on se rapproche de la retraite et plus l'on se
rapproche de la position définitive horizontale à six pieds sous terre avec
une fleur dans les mains ! ( je ne suis pas pressé ).

15
16

Combien de fois ai-je été perturbé par cette phrase : " Nous
devenons ce à quoi nous pensons souvent ". N'y aurait-il pas un lien entre
le poids, l'alimentation, l'enfance et l'éducation ?

Définissez vos buts ?

Planifiez votre réussite dans le temps. Nous en reparlerons


plus loin mais sachez d'ores et déjà que l'organisme fonctionne prudemment
et que certaines limites ne peuvent être franchies sans risques. L'intégration
et le suivi diététique se feront sur quelques années et non en quelques jours.

Représentez vous clairement dans quelle direction vous


voulez aller. Permettez-moi de vous donner un exemple : Pas plus tard que
la semaine dernière, une de mes patientes est venu me confier un problème
d'amaigrissement. Intelligente, cadre supérieure, mariée, deux enfants, elle
avait 18 kilos à perdre. Après avoir parlé de ses modes alimentaires, de ses
antécédents et de ses nombreux régimes, je lui ai posé les trois questions
suivantes qui me semblent être la base :
POURQUOI voulez-vous maigrir ?
DE COMBIEN ? POUR QUAND ?
La réponse fut : " Je ne sais pas Docteur, je veux maigrir, c'est tout !
Je lui ai répondu que son ambition était bien naturelle mais que c'était
comme aller au comptoir d'une compagnie aérienne et dire : " Donnez-moi
un billet ". Ils ne peuvent rien faire pour vous si vous ne leur indiquez pas
votre destination.

Qu'elle est votre destination à vous qui lisez ce livre ?


ENGAGEZ-VOUS FACE A VOUS ( et aux autres ) POUR VOUS !

Avant toute chose, appliquez ces trois grands conseils :


* Représentez-vous physiquement dans l'avenir dans ces trois
domaines : professionnel, familial et social. Quels avantages en tirerez-vous
?
* Apportez une réponse claire et précise sans préjugés négatifs
aux questions suivantes :
- Qu'est ce que vous voulez perdre comme poids ?
- En combien de temps voulez-vous perdre ce poids ?
* Ne regardez pas là où vous êtes aujourd'hui ni le chemin à
parcourir, parfois difficile et rempli d'embûches. Seul le BUT FINAL
COMPTE ! Prenez un exemple précis de la vie : quand vous partez en
vacances, vous cherchez le meilleur itinéraire tout en sachant qu'il peut y
avoir des bouchons mais VOUS SAVEZ que vous arriverez dans cet endroit
paradisiaque de bord de mer que vous avez réservé et c'est cette réflexion
qui fait que vous n'abandonnez pas dès la sortie de Paris. Ah ! comme on la
voit bien cette plage ! Certes, le surpoids et les bourrelets d'aujourd'hui sont
bien là mais ne vous préoccupez pas des possibles difficultés car de toute
façon il y en aura; faites le même travail mental que pour vos vacances et les
choses se simplifieront presque d'elles mêmes !

16
17
Rappelez-vous cette pensée de J. WANAMAKER :
" Un homme n'accomplit rien de grand tant qu'une grande cause ne l'inspire
pas. "

Reprenons dans l'ordre le travail à accomplir MAINTENANT;


travail car perdre de poids ou vouloir réussir quelque soit les domaines,
nécessiteront un EFFORT car rien n'est gratuit ( ou je rajouterais encore
que ce qui s'obtient sans effort n'a pas de valeur à nos yeux ) : perdre du
poids ... cela se mérite ardemment avec puissance et rage. Ce désir, une fois
maîtrisé, deviendra un pouvoir majeur vous permettant de franchir tous les
obstacles ... et il y en aura : c'est ce qui fera de vous quelqu'un de
performant, plein de ressources.

Faites la liste écrite de VOS priorités dans les différents


domaines de réalisation. Écrite car le cerveau est plus facilement marqué par
un écrit qu'une pensée; il se rappellera plus facilement les détails et
retrouvera précisément les objectifs que vous vous êtes fixé
MAINTENANT. De plus vous verrez comme il est agréable de pouvoir
barrer un objectif de poids réalisé
moins 5 Kgs ... barré
moins 7 Kgs ... barré
moins 10 kgs... barré et aux suivants !
... quelle réussite et satisfaction personnelle ! Il faudra apprendre alors à se
féliciter et SE récompenser mais ... ne vous jetez pas sur un bon restaurant !
Pas de suite s'il vous plaît !
* Poids mais aussi et surtout
* Vêtements, maquillage, parfums,
* Santé, sports, bien-être, détente,
* Carrière professionnelle, finances,
* Femme ( homme ), drague ...
LE POURQUOI ? VOILA LA BASE

Et surtout, écrivez ces objectifs PARTOUT, sur des petits


bouts de papiers à laisser dans votre sac, votre agenda, sur votre porte de
frigo ... mais assurez-vous que votre regard passera sur ces feuilles ! Si vous
ne voyez pas pourquoi, soyez assuré que votre subconscient saura pourquoi.

Fixez-vous des objectifs suffisamment excitants mais


accessibles car seuls ces objectifs seront le piment ou les bulles de votre vie
et vous feront bouger; sans des buts excitants, vous ne bougerez pas ...
longtemps. C'est un peu comme du COCA-COLA sans bulles : c'est fade !.
Trouvez, cherchez dans vos rêves, excitez-vous sur votre poids de forme (
celui que vous aviez il y a quelques années ). Il est bien connu dans le
monde du sport qu'un athlète donnera une meilleure performance dans une
compétition difficile que dans une compétition facile. Vous devez exiger le "
meilleur " de vous et VOUS EN ETES CAPABLE !

Pour tout objectif, ayez des objectifs à court terme, moyen


terme ET long terme : une semaine, un mois, six mois, dans deux ans. Sans
objectifs à longue portée, vous risquez d'échouer sur d'immédiates
frustrations causées par certaines personnes qui n'apprécieront pas, par
exemple, que VOUS puissiez réussir.

17
18

Pour chaque objectif, apprenez à les décomposer en objectifs


quotidiens, simples; cela vous rapprochera progressivement, sans grandes
enjambées risquées, de vos objectifs lointains. Petite gymnastique matinale,
refusez cette barre de chocolat, ne sautez pas votre repas ... voilà de petits
objectifs quotidiens. Cela vous permettra de vous forger ainsi certaines
habitudes de rigueur, discipline et détermination qui vous serviront dans ce
long voyage vers le succès.

Ayez des objectifs spécifiques, précis et ne restez pas dans le


flou. Ne prenez pas l'habitude de mélanger vos objectifs car le travail mental
se disperse facilement et il n'est pas toujours facile de maigrir, arrêter de
fumer, se lancer dans les sports, changer de carrière etc... Polarisez sur vos
objectifs; vous vous souvenez sûrement de cette expérience que nous avons
tous fait dans notre enfance : Prenez la plus chaude journée avec le plus
beau soleil, une loupe et du papier journal. Malgré la puissance du soleil,
vous n'allumerez jamais votre papier en bougeant continuellement votre
loupe; pour l'enflammer, fixez la loupe et votre papier s'allumera. Il en est de
même de vos objectifs : apprenez à viser et polariser sans lâcher prise
malgré les efforts.

Pour tout objectif, adoptez une méthode progressive et


ordonnée. Imaginez que je vous annonce aujourd'hui que vous devez
manger maintenant près de 3 tonnes de pomme de terre ! Impossible et
écœurant, de quoi se dégoutter des patates. Et pourtant, c'est ce que vous
allez manger durant votre vie mais par petite quantité et avec plaisir. Un
objectif important doit se décomposer en petits objectifs simples à réaliser :
4 kilos par mois est plus simple que de se fixer 12 kilos en un mois ! Cela
est vivable et permet d'intégrer la vie de tous les jours sans stress. Autre
exemple plus visuel celui-ci : combien sont ceux qui montent les marches 4
à 4 et tombent ... mieux vaut tenir que courir dit un vieux proverbe aussi
mieux vaut monter les marches une par une et rester debout. Montez vos
marches marche par marche, avec sécurité car il faudra passer par TOUTES
les marches, dans l'ordre. Ayez donc des objectifs relativement facile à
accomplir car cela vous permettra, là encore, de vous féliciter : rien de tel
qu'une bonne tape personnelle sur son épaule.

Pour tout objectif, rassemblez les informations auprès de


véritables professionnels. Mieux vaut s'entourer de personnes à succès ayant
une expérience que de gens médiocres, critiques et envieux qui " cassent "
continuellement le moral. Ces démoralisateurs démotivateurs, souvent sans
compétences, prenez l'habitude de les FUIR ! Je vous certifie que l'on peut
très bien vivre sans ces personnes qui ne vous aideront jamais à progresser.
Elles ne cherchent en général qu'à vous attirer vers leur niveau
d'incompétence pour ne voir qu'une seule tête. Vous les repérerez
rapidement ces sujets à fuir : c'est en général le célibataire sans enfants qui
vous expliquera comment élever les enfants !

Pour tout objectif, soyez réaliste. Que de patients se présentent


après plusieurs régimes avec l'envie de perdre 15 ... 20 ... 30 kilos alors que
leur poids de forme ( poids où l'on se sent bien, sans fatigue ni troubles ) est
à moins 10 kilos.

18
19
Visez au dessus comme à la chasse. Vous vous êtes fixé une
perte de 7 kilos ... visez 8 ! Avez vous remarqué que lorsque l'on vise une
cible à la chasse, il faut tenir compte de la trajectoire de la balle qui,
inlassablement suit la Loi de Newton et est attirée par le sol; il faut donc
corriger et viser un peu au dessus pour être certain de pénétrer la cible. Il en
est de même dans la vie de tous les jours comme dans les sports d'ailleurs; le
perchiste voit la barre au dessus de l'emplacement où elle se trouve et
s'éjecte au-dessus de la barre et non dans la barre. Prenez cette habitude de
toujours viser PLUS HAUT; n'acceptez pas de passer sous les barres ou de
perdre proche du but, à quelques centimètres, à quelques kilos !

Posez-vous souvent la question suivante : Est-ce que, ce que je


fais, me rapproche de mon objectif ? Si oui, poursuivez; si non,
recommencez à vous poser les questions ci-dessus car l'objectif n'a pas été
suffisamment précisé et n'est donc pas assez MOTIVANT.

Préparez-vous à prendre des détours. Perdre du poids sous-


entend obligatoirement de rencontrer des difficultés, des tentations, des
déstabilisateurs, des détracteurs, des baisses de motivation, des périodes de
ras-le-bol !
SOUFFLEZ !
Dé-stressez-vous. Il n'y a pas urgence vitale j'espère !
Quand une tempête risque d'apparaître, le commandant de bord
d'un avion sait modifier la trajectoire de celui-ci afin de maintenir ses
passagers en vie. Aucune honte alors à arriver avec un peu de retard; c'est
une question de survie parfaitement acceptée par les passagers et la
compagnie. Peut-être vous faudra t’il, vous aussi, modifier votre
comportement alimentaire, vos habitudes. Honnêtement, entre nous, cela fait
des mois que vous attendiez d'agir ! ( on recule souvent devant des efforts à
fournir; c'est ce que l'on appelle " la REMETTOMANIE ", maladie grave
qui touche l'homme inquiet non ou mal motivé mais cela est un autre
chapitre ... ).

Ne confondez pas " avoir un projet " et " avoir un but ".
Trop souvent je rencontre des patients désirant perdre du poids, souhaitant
par hasard, au détours d'une consultation, perdre 20 kgs; certes ils le
souhaitent, rêvent, parlent, parlent d'ailleurs beaucoup et agissent peu. Ah !
ils ont tout tenté, espéré et toujours à cause du médecin, de sa femme, de son
mari, de ses enfants, de sa belle-mère, bref du monde ... ils ont tout arrêté. A
croire qu'on les oblige à grossir ! Un projet est une vague ébauche non
précisable d'un rêve non visualisé personnellement, non précisable dans ses
modalités et dans le temps, souvent d'ailleurs confondu avec les rêves des
autres, pour faire comme les autres. Peut-être deviendra-t-il un but s'il est
travaillé, remodelé mais surtout visualisé et vécu inconsciemment.
Le but est PRECIS dans le temps : MAINTENANT !
J'ai le projet de perdre 5 kgs ?
Je veux perdre 5 kgs !

Sentez-vous la différence ?

19
20

2 °) APPRENEZ A VISUALISER !

VOLTAIRE a comparé la vie a une partie de cartes. Chaque


joueur doit accepter les cartes que lui remet le donneur, la vie. Mais une fois
qu'il les a en main, c'est à lui seul de décider comment les jouer pour gagner
la partie. Les tournois de BRIDGE sont à ce point de vue là très intéressant
car le jeu est identique pour chaque table et l'expérience de chacun fera la
différence. Bien des gens s'imaginent que le destin, la chance, la position des
planètes, la manière dont les dés vont tomber à leur naissance, dirigent toute
leur existence. Certains vont même jusqu'à prendre l'énorme risque de
laisser des " sorciers stupides " mener les mariages, l'embauche dans nos
sociétés, les rapports humains. Quel énorme retour dans le passé où dans des
pays sous-développés où seule la magie peut encore faire lever les hommes.
Quelle grossière erreur car cela reviendrait à croire que les conséquences
hypothétiques de nos actes vont déterminer à coup sûr les actions de notre
vie.

Vous fallait-il une preuve que le MENTAL dirige nos actions : la voilà
clairement exposée dans la prédisposition ou le hasard.
Pensez que vous échouerez dans la maîtrise de votre poids et vous
échouerez !
Pensez ne pas être embauché, vous ne serez pas embauché !
N'avez-vous jamais pensé que cette magnifique fille vous
refusera une danse ... et elle vous la refusée ... par hasard ! Mais non, tout
votre comportement ruisselait d'échec et elle ne pouvait que vous dire "
NON ". Vos actes ne sont que la conséquence de vos pensées car votre
action gauche et sans conviction montre à quel point votre motivation est
faible.

Qui dirigent : les causes ou les conséquences ? Est-ce ce que l'on


met dans l'assiette ou la personne qui met dans l'assiette ou l'assiette peut-
être qui est responsable de la prise de poids ? C'est si simple de dire que c'est
l'autre le responsable.
Dans nos sociétés, les enfants commencent très tôt à contrôler
leur vie ainsi que celle de leurs parents et ce bien avant de savoir former une
phrase. Un code précis de contrôle se fait ainsi jour et s'instaurera pour une
durée indéterminée :
. un gémissement pour de l'attention,
. un peu de mendicité et un sourire pour les cadeaux,
. une bonne crise de nerfs pour faire des dégâts.
Quel est le professeur ? L'enfant ou l'adulte ? Qui est
responsable ?

VOUS !
L'éducation, la société, les parents ont forgé un environnement
qui a du vous permettre de recevoir vos cartes mais vous êtes le seul a
utiliser ces cartes. Une pression supplémentaire vous est demandée : vous
intégrer dans une société avec des règles, des devoirs, des obligations; cette
intégration nous oblige à faire des choses qui nous semblent contraires à nos
choix personnels;

20
21

c'est un fait mais nous devons souvent l'accepter du mieux


possible au risque d'être marginalisé. Vous ne devez pas travailler, payer des
impôts, avoir des enfants, vous lever le matin. Vous devez décider de le
faire parce que ça vous est profitable et non parce que l'on nous
l'impose, parce que c'est le meilleur choix pour atteindre les objectifs de
votre vie. Ceux qui subissent béatement leur choix et doivent faire des
choses sont des irresponsables qui ne contrôlent rien et n'ont pas encore
atteint la maturité. Ils ne sont pas au contrôle de leur vie et c'est " les autres
avec des objectifs " qui la contrôlent !
Qui êtes-vous pour continuer de lire ce livre ?
Un perdant qui subit ... ou un gagnant qui provoque et contrôle !

Prendre le contrôle de nous-mêmes, ça veut dire assumer la


responsabilité d'utiliser au mieux ce que nous avons : notre esprit, nos
talents et capacités, le temps; le choix est nôtre et nous devons nous forger
notre propre horoscope !. Mais de jour en jour, bien confortable dans notre
petit chemin de vie bien établie, nous observons la loi du moindre effort en
limitant nos nouveaux défis car l'alternative et les risques nous bloquent
dans l'envie d'entreprendre.

Peur du devenir ou peur de l'échec ... peur de voir sa réelle image ... peur de
soi !
Vais-je arriver à perdre du poids ?
Pourquoi perdre du poids ?
Que s'est difficile de perdre du poids !
Cela va pas trop mal pour le moment avec mon excès de poids !
Finalement on m'aime bien avec ce poids !

FAITES VOTRE PROPRE CINEMA SUGGESTIF

Faisons donc un retour dans le passé. Nous sommes à l'époque


où vous aviez quelques kilos en moins. Fermez les yeux; respirez
calmement; vous êtes le réalisateur de votre super-film dans vos propres
studios. Ah ! je sens que vous allez me dire que vous n'êtes pas un visuel !
FAUX
Refermez les yeux et revisionnez les images de vos dernières
vacances, de votre enfance, de votre dernière rencontre avec votre ami(e).
Vous êtes visuel si vous êtes " motivé " par ce qu'il y a à voir.

Revoyez-vous l'espace, l'environnement et ses sensations kinesthésiques, le


temps.
Fermez les yeux !
Bougez la caméra !
Tournez au dessus de vous, à côté, travelling ... dessous.
La caméra s'anime, bouge, tournoie autour de vous !
Filmez du dedans vers le dehors et du dehors vers le dedans : explorez
l'espace !
Fermez les yeux ! respirez amplement.

Ca marche !

21
22
PAUSE ! RETOUR ARRIERE ! ZOOM
AGRANDISSEZ L'IMAGE ... ALLEZ-Y !

Faites comme Jonathan Livingston le Goéland !


Voyez ce film ( de H. BARTLETT ) si vous ne l'avez pas vu
sinon revoyez le : vous y trouverez une foule de clé pour réussir dans divers
domaines.
VOLEZ ! SUBLIMEZ-VOUS !

Vous êtes le héros de votre film. Voyez vos habits, votre


maquillage, votre démarche, votre attitude générale; sentez les parfums. Que
d'hommes ( femmes ) vous envient votre " look ".
Fermez les yeux ! SOURIEZ !
Vous n'en êtes pas sûr ? STOP.
Retour arrière et projetez ce film sur votre grand écran blanc
personnel. Revoyez les détails !
Refaites une mise au point ! ZOOM ! Repolarisez !

Vous devez ainsi arriver à vous créer de véritables images


mentales vivantes et émotionnelles de préférence. Le retentissement sur
votre état physique se fera progressivement tout comme le sportif qui
s'entraîne mentalement régulièrement à mettre le ballon dans les buts;
l'expérience mentale se transformera en expérience physique par le simple
processus de l'apprentissage et de mémorisation. Vous n'en serez que plus
aidé lors du démarrage de votre régime car vous serez ainsi PRET
mentalement et physiquement :
- Mentalement car cette visualisation permet de mieux
vous concentrer et donc de réduire votre anxiété et vos doutes sur votre
réussite.
- Physiquement car cette visualisation fera appel à des
processus parallèles de compensation.

Voyez-vous enfin une image claire et précise de vous il y a


quelques années ? Oui alors projetez cette même image de vous dans
l'AVENIR. Vous devez être maintenant capable ( presque ) de bouger cette
vision dans le temps, à votre avantage, car c'est vous qui commandez votre
cerveau. Ayez de l'ambition, anticipez cette image de réussite dans le moyen
et long terme. L'avantage dans son cinéma mental, c'est que l'on est son
propre auteur, son propre metteur en scène, son propre acteur et son propre
producteur; vous pouvez ainsi décider de tout ordonner et de vous bâtir un
scénario IDEAL en utilisant les données du futur pour votre tactique du
présent : temps, espace, mouvements, activités sont ainsi contrôlés à votre
avantage ... car je n'ose imaginer que vous vous voyez échouer.

Fermez les yeux ! respirez amplement.


Utilisez tous vos sens !

Ne vous est-il jamais arrivé de vivre en rêve ( ou en cauchemar )


des scènes réelles de votre vie avec tous ses détails très précis ? Certaines
zones de votre cerveau ont ainsi été marquées dans votre passé par un
événement qui aura laissé sa trace hormonale et/ou électrique et c'est
inconsciemment que vous vous remémorez ces scènes quelques temps après.

22
23

Parfois c'est une image réelle qui entraînera l'apparition mentale


d'images irréelles; la succession de ces images vous permettra de créer ainsi
votre propre scénario; le tout va être de NOTER le script dans l'ordre
chronologique. Dans votre propre film sur le poids, passez-vous
régulièrement des images mentales de votre période " mince " et imprégnez
votre cortex. Tout est bien-sûr à construire si vous n'avez jamais été mince
mais, là au moins, il n'y a pas d'interférences venant perturber votre
construction.

Fermez les yeux ! respirez amplement ! réfléchissez.

Faites donc fonctionner votre subconscient. Il ne dors jamais et


reste continuellement en éveil, enregistrant comme un ordinateur tout ce que
vous avez vu, entendu, senti, goûté, touché ou pensé; il collectera des faits
isolés, étalés sur plusieurs années et les reliera parfaitement, sans efforts. Ne
pressez pas sur vos souvenirs ... laissez uniquement votre esprit vagabonder,
d'une façon orientée certes mais librement consentie, en le stimulant sans
pression aucune.

Fermez les yeux ! respirez amplement ! détendez-vous.

Revisionnez encore plus précisément le film de vos souvenirs,


détaillez TOUT, cherchez des points d'appuis et d'ancrage dans ce passé
merveilleux de l'époque ou vous étiez mince. Reprojetez-vous dans le futur
plus ou moins lointain et décalquez les images précédentes sur cette vision
future. Sentez-vous à l'aise dans vos mouvements, dans vos nouveaux habits
... tout vous réussi ... attendez-vous à réussir !
VOUS DEVEZ REUSSIR car vous n'avez pas le choix !

Ne jugez surtout pas ces images; l'important est de " VOUS


VOIR " et non d'apporter un jugement sur l'aspect positif ou non des
moments vécus : vos actes évoluent tout comme la mode. Pour le moment,
seul l'objectif doit-être polarisé et non son environnement parasite. Vous
mettrez en place l'environnement après vous être bien mis dans votre peau;
protection contre l'environnement ou motivation par l'environnement seront
des actes à manier avec douceur, en conservant le cap de vos objectifs.
Faites " Comme si ... " vous étiez mince en jouant un nouveau
rôle, comme si vous étiez un petit oiseau, un sportif de bon niveau, un cadre
dynamique, comme si tout allait bien ( entre nous d'ailleurs, tout va pour le
mieux ), comme si votre image cinématographique était orientée vers le
progrès, la réussite; trouvez-vous au besoin un modèle autre ... comme si
vous étiez mince comme Madame ... ( qui est Top Modèle ), comme si
l'objectif visé était déjà atteint !
Vous me direz probablement encore : Mais pourquoi donc faire
ce travail visuel, parfois à la limite de la " tricherie " face à soi ? A quoi cela
sert-il ?
1 / Seul vous, êtes conscient de ce subterfuge face à votre
mental. Votre subconscient n'est pas encore capable de faire la différence
entre image réelle et irréelle. Il vous projette dans les meilleures conditions
possible pour réussir vos objectifs.

23
24

2 / Ce travail de visualisation vous permettra de vous "


ressourcer " à chaque période de démotivation, d'échec, de découragement.

Nombreuses sont les causes de démotivation à savoir repérer


afin de s'en prémunir du mieux possible :
. découragement par le doute de soi, par manque de
confiance en soi et par dévalorisation.
. découragement par l'insensibilité, moquerie des autres ou
blâme de soi-même.
. découragement par le silence ou le manque d'intérêt des
autres à ses objectifs.
. découragement par l'intimidation et la crainte.

Nombreux sont ceux qui ont douté à un moment donné de leurs


capacités à réussir un projet; combien de " bons amis " de la famille nous
ont mis en tête des images de NOS échecs, non pour nous faire mal, mais
pour nous aider en mettant en parallèle leurs propres échecs.
Que les doutes sont démotivant !

Voilà pourquoi se recroqueviller par période et provisoirement


dans " son cinéma imaginaire " augmente les chances de votre réussite.
Cela se confirme encore plus quand on sait que l'homme ne pense pas
forcément avec des mots mais avec des images; réfléchissez pendant
quelques instants au repas que vous avez fait hier midi dans cet excellent
restaurant : ce sont des images, des odeurs, des saveurs qui vous arrivent et
non des mots.

Endormez-vous ce soir avec vos objectifs et vos images


visuelles en tête ! votre subconscient travaillera pour vous pendant votre
sommeil en utilisant au mieux ces données, sans les juger.

Les milieux sportifs foisonnent d'histoires de visualisation qui


marchent : Il y a quelques années, des expériences furent misent en place
afin de montrer l'importance de ces techniques. Trois équipes de Basket-ball
aux talents similaires furent divisées en trois groupes. Au groupe I, on
interdit de pratiquer leurs lancers pour un mois; au groupe II, on dit de
pratiquer au gymnase une heure chaque après-midi pendant un mois. Au
troisième groupe, on dit de pratiquer mentalement une heure par jour
pendant un mois.
Le groupe I, sans pratique vit sa moyenne baisser de 39% à 37%; le groupe
II passa de 39% à 41% et le groupe III passa de 39% à 43% de succès.

Fermez les yeux ! respirez amplement ! détendez-vous !


Flottez ! Simulez !

" Créer, c'est donner une force à son destin "


A. Camus

" Tournez les yeux vers l'intérieur; cherchez la fontaine de vérité; elle jaillira sans qu'il
soit nécessaire de creuser "
Un vieil adage

24
25

3 °) INTEGRER LE TEMPS

Intégrer le temps est l'une des difficultés de nos sociétés


modernes; dans cette ère du " fast ", tout doit être réalisé vite ... et bien si
possible. Combien de nos patients viennent quotidiennement en nous
demandant de guérir VITE, d'être opéré vite et sans risques ... presque à
domicile, de maigrir vite, bien, sans souffrir et définitivement, sans crainte
de regrossir.

Ménager la science et le temps est parfois difficilement


compatible; combien d'années a-t-il fallu à l'homme pour progresser,
découvrir, trouver des choses qui nous semblent pourtant si évidentes
aujourd'hui. Et si l'on n'avait pas laissé le temps à nos chercheurs ... où en
serions nous maintenant. Certes certaines urgences vitales nous imposent
d'accélérer au mieux nos techniques mais seul la multiplication des cerveaux
( si l'on s'en donne les moyens honnêtement ) est réalisable car :
NOUS AVONS TOUS, LES MEMES 24 HEURES.

Mais le temps ne s'utilise pas n'importe comment.

Remarquez comme ceux qui ont des objectifs précis en sont


économes de ce temps; tout est chronométré, organisé, planifié. Pas de
rendez-vous inutile, repas organisé ne s'étalant pas sur des heures, nuits
courtes, sports et détente programmés, prévention de la santé et de son
esthétique, famille, femme et enfants ... recherche de la performance,
rentabilité et mental particulier ?
Rassurez-vous, Je ne vous dirais pas que l'idéal est de suivre l'exemple de
ces grands leaders ( il en faut et il y en a peu ).

Remarquez comme ceux qui ont peu d'objectifs ont une vie
terne, du style " métro / boulot / dodo / loto " sans brin de folie avec de
moins en moins de rêves réalisables sauf par les jeux. L'idéal pour eux est de
regarder sans risques, les autres bouger par exemple à la télévision. Et
comme notre télévision foisonne d'émissions alléchantes pour eux : jeux de
hasard, émissions psycho-intello-vulgaires de voyeurisme familial où il est
si facile de critiquer l'autre et de se rassurer dans sa gestion de ses propres
problèmes etc...

Curieuse époque que la notre !


Absence de jardins secrets.
Se rassurer par la médiocrité des autres !
Que fait le voisin ? Pareil ! Ouf.

Il existe heureusement un juste milieu à suivre.

Vous me direz : " Rien ne sert de courir, il faut partir à point "
Le tout est de partir !
Certains ne le souhaitent pas ou plus ! Adieu.
Ceux qui veulent partir : serrez vos ceintures. Il existe quelques
clés qui vous permettront de gérer le temps afin d'obtenir la meilleure
efficacité.

25
26
Nous avons vu l'importance d'avoir des objectifs stimulants,
clairs, précis, écrits. Une des premières grande clé va être de vous fixer un
calendrier rigoureux mais raisonnable. Seule la présence de dates prouve
que vous avez des objectifs; pas de dates ... pas de résultats. Décomposez
vos objectifs en actions simples :

Dans 1 mois ... moins 4 kgs


Finies les petites sucreries de 17 heures !
Dans 3 mois ... moins 10 kgs
Ne pas sauter de repas !
" Tout ce qui n'est pas indispensable est inutile ! "
Dans 6 mois ... reprise douce du sport
Prendre un vrai petit déjeuner !
Dans 9 mois ... cette petite robe cintrée
Appuyer sur les légumes !
Dans 1 an ... poids idéal

Prenez l'habitude de caler sur ces objectifs des petites


récompenses forts motivantes ( nouveaux vêtements, sorties, repos, repas ...
).

Faites souvent le point avec des personnes compétentes :


Quelles sont les faits qui me rapprochent de mon objectif et quels sont les
tâches qui m'en éloignent.

Savoir gérer les imprévus sans se stresser fait aussi parti du


savoir intégrer le temps. Un repas d'affaire impromptu, belle maman qui
arrive pour vous faire plaisir ( n'en doutez pas ) avec un magnifique dessert
... voilà des faits qu'il ne faut pas refuser car source d'équilibre et de bien-
être mental.

L'un des plus grandes causes d'échec est ce que l'on appelle la
procrastination ou " remettomanie ", c'est à dire la tendance à remettre au
lendemain. Combien de fois ai-je entendu des patients me dire :
" Je démarre mon régime dans 8 jours car ... "
ou encore
" Je voudrais débuter MAIS ... "
La clé : J'AGIS MAINTENANT !
Fermez les yeux ! respirez amplement ! détendez-vous !

Apprendre a extrapoler dans le temps : Là encore, une stratégie


de visualisation doit-être mise en place. J'aime à utiliser ce que l'on appelle
la ligne de temps ( en P.N.L ). C'est un support idéal à l'organisation de la
gestion des objectifs et à leur réussite. Identifiez deux souvenirs ( liés à vos
objectifs actuels ) dans le temps et repérez avec précision l'ensemble des
images s'y associant. Flottez mentalement entre ces deux dates souvenirs et
revisionnez les différents événements vécus; vous aurez ainsi une échelle de
valeur comparative qui vous permettra de situer vos objectifs pour le futur.
L'ordre de progression pourra être variable : vision de " maintenant à dans 1
an ( pro-active ) " ou de " dans 1 an à maintenant ( rétro-active ) ". Le
résultat sera pratiquement le même si ce n'est que dans l'évolution rétro-
active, la date est une date butoir d'urgence non modifiable car chaque
objectif intermédiaire en dépend.

26
27

Patience !
L'obsession du résultat immédiat et la vérification continue des
succès à court terme résument le comportement de nombre de nos patients
face à leur sur-poids. Qui oserait se comporter comme le paysan suivant :
Imaginez qu'il plante à la bonne saison des graines, attende que les petites
pousses vertes sortent et tire dessus de ses mains pour en accélérer la pousse
! Stupide car un jour ou l'autre, la future plante non mûre meure et pourtant,
n'est-ce pas ce que l'on fait parfois ?
Tirer plus vite que son ombre ! le rêve !
Maigrir plus vite ... d'un coup de baguette magique !

Investir dans le travail, dans des efforts en travaillant plus, en


écoutant plus, en s'éduquant plus, en mangeant mieux ( et moins ). Tels sont
certains des investissements obligatoires à faire par anticipation car pour
voir les résultats, il faut d'abord miser sur le bon cheval : SOI-MEME ...
comme dans le jeu de pokers ... " Payer pour voir ". De toute façon, il reste
plus simple et moins fatiguant de miser sur un cheval que sur soi aussi les
jeux de courses continueront de faire des heureux ... sans buts !

Et si vous décidiez de miser sur vous ?


MAINTENANT.

Se projeter dans le futur nous plonge dans l'incertain et c'est ce


doute qui nous fait éviter de poser des dates, mettre certaines actions en
place, visualiser les buts à long terme. Le long terme reste pourtant la seule
véritable base de sécurité car il s'associe aux images tant rêvées, diminuées
de l'effort à fournir. LONG TERME et REUSSITE font toujours bon
ménage sous couvert d'un bon scénario et plan d'action mais :
* Perte de poids probable, prévisible, possible, douteuse,
définitive, incertaine ...
* Et si je ne me mettais pas un objectif aussi élevé ?
* Au moins je serais ... peut-être sûr de ... maigrir !

Boucle de la diminution des objectifs à long terme entraînant


une diminution des objectifs à moyen et court terme voir abandon. Ah ! s'il
n'y avait pas ce satané temps qui ne nous appartient pas mais qu'il faut
apprivoiser. Et pourtant, des faits simples peuvent nous faire admettre que la
maîtrise du temps est une activité obligatoire et agréable : vous partez en
vacances, le voyage est long mais le but final précis et excitant; ce temps de
voyage est particulièrement bien utilisé joyeusement, sans stress, avec
efficacité. Regardez comme le retour est moins bien géré, moins bien vécu
... l'objectif final est parfois certes moins motivant ( pour certains ) :
reprendre son travail quotidien métro / boulot / dodo / loto.
Même temps, même durée mais MOTIVATIONS DIFFERENTES !
" Ah ! si seulement j'avais eu le temps ... " dans l'organisation
de mon travail pour régler mon alimentation, dans mes heures de repas ...
j'aurais continué de perdre du poids ! Mais voilà encore l'autre, le temps, le
fautif de nos échecs.

27
28

Manque de temps ou mauvaise utilisation du temps ? Toujours


est-il que bien souvent nous répétons cette phrase : Ah ! si seulement j'avais
... ". Se plonger dans ces regrets devient vite une émotion négative et une
émotion négative se transforme vite en interruption provisoire ou définitive.
Prenez donc l'habitude de remplacer ces mots par :
" La prochaine fois, je serai prêt " à manger correctement, à
trouver un dérivatif, à compenser efficacement etc...

Apprendre à temporiser dans ses décisions; " je débuterai mon


régime quand les feux suivants seront au vert ... ". Saine qualité qui découle
d'une logique d'efficacité, d'organisation et de classement des objectifs pour
soi d'abord puis par rapport aux autres. Attention malgré tout à ne pas
temporiser trop longtemps car sinon les objectifs s'estompent puis
disparaissent; ils rentreront dans le cadre des " belles paroles " sans résultats
: que de beaux parleurs !
Et même que je vais maigrir de ...
Et même que je vais enfin faire ...
Enfin je vais peut-être ...
Nous reparlerons du langage plus loin.

Accepter les contre-temps et les pauses dans la mise en place


de son plan d'action. Que de patients refuse la moindre entorse, le moindre
petit quignon, le moindre bon repas de belle-maman ... Certes un esprit
indécis et instable a peu de chance de pouvoir réaliser ses objectifs mais une
ligne de conduite bien tracée doit permettre des petites récompenses. Ces
contre-temps et pauses ne pourraient-ils pas en faire partie, sans se stresser
ni envoyer tout promener.
Imaginez un commandant de bord rencontrant une tempête
imprévue; il saura dévier son vol pour éviter l'échec. 4 heures de retard mais
toujours vivant et avec le sourire !

PATIENCE et ORGANISATION sont l'une des grandes clés de la


réussite, même en diététique.

" Le temps est la matière dont la vie est faite. "


B. Franklin

28
29
II - SE BATIR UNE SAINE IMAGE DE SOI : VOTRE MIROIR

" Il y a un certain nombre d'années, on découvrit du pétrole sur


la propriété d'un vieil Indien de l'Oklahoma. Toute sa vie, le vieil Indien
avait vécu dans la misère et il découvrit ainsi soudainement la richesse. Une
des premières choses qu'il fit fut de s'acheter une grande décapotable
Cadillac. Il s'acheta de beaux vêtements, un haut de forme, une cravate et
compléta le tout par un long cigare. Chaque jour il se rendait dans la petite
ville agricole voisine, brûlante et poussiéreuse. Il voulait voir tout le monde
et se faire voir de tous dans sa voiture. C'était un homme aimable et,
traversant la ville, il se tournait à droite, à gauche et même en arrière pour
parler aux passants. Il ne renversa pourtant jamais personne. Il ne causa
jamais de dommage matériel à la propriété d'autrui. La raison en est simple :
devant cette belle et grande automobile se trouvaient deux chevaux qui la
tiraient. Les mécaniciens de l'endroit dirent que le moteur de l'auto était en
parfait état de marche mais ... le vieil Indien n'avait jamais appris à insérer la
clé de contact et à déclencher l'allumage. A l'intérieur de l'auto se trouvaient
deux cent chevaux ardents mais le vieil Indien utilisait deux chevaux à
l'extérieur. "

Bien des gens commettent la même erreur : chercher à l'extérieur


d'eux-mêmes quand ils n'auraient qu'à chercher en eux des capacités
inexploitées afin d'accomplir des buts précis; la science prouve que nous
n'utilisons que deux à cinq pour cent de nos capacités intellectuelles ! que de
pertes. Certes, et nous verrons pourquoi, la vie dans nos sociétés n'aboutit
pas toujours à nous montrer le chemin à prendre pour faire fonctionner nos
ressources au mieux possible. Même dans la mise en place d'un
amaigrissement, cela se vérifie : honnêtement la preuve est que vous savez à
peu près complètement comment faire votre régime mais alors, pourquoi ne
l'appliquez-vous pas ?

CROIRE EN SOI !
CROIRE QUE L'ON EST CAPABLE ! PLUS CAPABLE !

QUE L'ON PEUT ALLER PLUS HAUT ! PLUS HAUT !

OUI ! VOUS.
Nous avions jusqu'à maintenant commencé à voir vers quels
objectifs aller et comment les mettre en place, dans le temps et l'espace.
Vous avez ( j'espère ) écris vos objectifs; la différence entre réussite et échec
de vos décisions va se faire MAINTENANT car :
Certains vont se dire : J'y crois et j'en suis capable.
D'autres vont penser, " discutailler ", oublier, se trouver les
excuses etc... etc...
Même si vous n'y croyez pas ... attendez ...
Ne fermez pas ce livre !
Rien n'est perdu pour vous car l'échec n'est JAMAIS définitif tant que l'on
continue d'essayer !
Alors essayez encore !

29
30
Voyez-vous, nous sommes pour le moment égaux dans nos
capacités de choix : rien à voir avec l'intelligence, la chance, le piston,
l'argent; uniquement VOUS.

1 °) S'ENGAGER HONNETEMENT ENVERS SOI-MEME

Faites sérieusement votre examen : Nombreux sont les


patients qui hantent régulièrement les consultations médicales afin de perdre
du poids, patients décidés par rapport à leur environnement, au travail, à la
famille. Nombreux sont ceux, " amenés " par ou pour les objectifs des
autres, qui ont soi-disant pris ( ou subit ) la bonne décision : suivre un
régime efficace. A croire que le régime est prescrit pour faire plaisir à
l'autre. Que d'échecs dans ces cas là car peut-on se priver longtemps de
certaines joies dans la vie, pour d'autres ? La frustration est trop forte à
moyen et long terme et cette notion ne vient que renforcer une incapacité
personnelle à la réussite. Le ressentiment ainsi créé aboutit à divers états
mentaux causes d'isolement et de mauvaise intégration dans le groupe social
... renforçant le cercle vicieux de l'échec et de la frustration ... causes
d'absence de résultats ou de reprise de poids.

Que de différences entre ce qui se dit et ce qui se fait ! C'est


un fait de notre vie sociale quotidienne. Vous avez sûrement rencontré au fil
de votre vie, une foule de gens parfaitement honnêtes, compétents,
intelligents qui vous ont fait part de leurs idées, de leurs objectifs, d'objectifs
communs parfois à mettre en place. Je reste toujours surpris de voir que de
nombreuses belles paroles restent en l'air. Regardez les domaines des
affaires, de la politique, etc... partout paroles, idées mais souvent actions
tombant dans l'oubli de nos mémoires ! Ah ! s'il n'y avait pas la mémoire
visuelle figée écrite ou filmée !
Est-ce à critiquer ? Je n'en suis pas sûr et je crois même qu'il faut
savoir oublier ( cela me rassure aussi pour les paroles que j'ai pu dire ). Ce
besoin d'oubli et besoin de réajustement adapté continu des buts sont
une des soupapes qui permettent à la majorité d'entre nous de pouvoir
poursuivre leurs objectifs sans freins mentaux majeurs à leurs ambitions.
Les plus inventifs et ambitieux auront en plus une qualité forte : la parfaite
maîtrise de leurs capacités ressources, maîtrise non usée par ces oublis à la
différence des autres. Car là est souvent le problème : Ne pas se mentir
nécessite d'avoir une objectivité forte et un regard sur soi particulièrement
auto-analysable, sans critiques destructrices; cela nécessite d'avoir battis les
fondements d'une saine image de soi avec ses plus et ses moins. Que notre
miroir semble infidèle où est-ce nous qui sommes infidèles à notre miroir en
projetant sur les autres nos propres défauts afin de se rassurer ?

Je me doute que certains risquent de se désintéresser des


passages suivants voir aller à d'autres chapitres TECHNIQUES et PRECIS
... mais souvenez-vous que :

Passer de 3000 à 2000 Kcal. permet de maigrir ...


mais ne permet pas de réussir !

30
31

" Le grand HOUDINI était un maître magicien autant qu'un


grand serrurier. Il se vantait de pouvoir s'évader de n'importe quelle cellule
de prison en moins d'une heure, à condition d'y être enfermé dans ses
vêtements de ville. Une petite ville des Iles Britanniques construisit une
prison dont elle était extrêmement fière. Elle adressa un défi à HOUDINI : "
Essayez de vous évader de notre nouvelle prison ! ". HOUDINI qui adorait
la publicité et l'argent accepta donc. Il traversa triomphalement la ville et se
rendit tout droit à la cellule. Il respirait la confiance quand on l'y enferma.
HOUDINI enleva son veston et se mit à l’œuvre. Il avait caché dans sa
ceinture une lame d'acier flexible, dure et solide, dont il se servit pour
attaquer la serrure. Au bout de quelques heures, il avait perdu sa confiance
et s'écroula devant la porte, qui s'ouvrit d'elle même. On ne l'avait jamais
verrouillée, sauf dans son esprit. "

Déverrouillez-vous !

Nous avons vu plus haut qu'une des clés de la réussite de votre


régime étaient d'apprendre à vous fixer des buts et de les visualiser dans le
temps. Je vous dis maintenant que c'est bien mais que cela ne suffit pas car il
vous faudra rajouter une autre composante : voir et analyser votre image de
vous, regarder la réalité en face.

Comment vous percevez-vous ?

Rien n'est réellement le hasard car vous savez que vous êtes à ce
jour, la somme de nombreux événements :
. Rêves et conception,
. Investissement collectif par l'éducation et la culture
. Intégration, morale et groupe
. Activité professionnelle, société et progrès.

A chaque étape, vous avez obligatoirement progressé et selon


vos ambitions, ce progrès s'est amplifié ou non.
Contemplez votre image dans la glace . Étudiez vos gestes, vos
expressions, votre physique !

Êtes-vous satisfait ? Comment vous définir ?

Si vous n'êtes pas encore ce que vous désirez être, si vous n'avez
pas encore atteint vos buts, votre poids, ne blâmez ni les astres ni la société :
regardez-vous car il est encore temps, au volant de votre propre voiture, de
passer la première et d'accélérer. Ce sera à vous d'appuyer sur la pédale et de
changer les vitesses car personne ne le fera à votre place car vous êtes le
SEUL à conduire votre véhicule. C'est VOUS qui dirigez et qui commandez,
dans un environnement qui sera celui que vous choisirez : favorable ou non,
avec des feux rouges passant par période au vert. Ainsi va la vie ! Mais
attention, deux points majeurs sont d'abord à envisager avant d'aller plus
loin :
* Vous devrez vous assurer de ne pas être porteur d'une grave
maladie " l'excusite "
* Vous devrez probablement faire le point sur vos habitudes.

31
32

" La maladie de l'excusite "


S'engager honnêtement envers soi-même nécessite d'éliminer
nos excuses à notre manque d'action ou d'ambition. Excuses fatales créées
par une foule de facteurs liés à notre personnalité et à notre environnement
social; en prendre conscience permet de facilement les détecter et de les
éliminer dans nos actes. C'est un peu comme prendre du poids en mangeant
des sucreries : c'est bon, cela calme mais que le poids augmente ! Cause et
non conséquence. Traiter la cause permet d'éviter les conséquences (
connues ).

Je tiens d'abord à vous rassurer sur un point : il existe une


grande différence entre savoir jouir d'un repos bien mérité et donc ne rien
faire de calculé et se laisser porter par la vague. Je ne fais pas partie de ceux
qui ne peuvent vivre qu'en étant actif mais j'ai décidé de diriger MES
OBJECTIFS pour moi ( et accessoirement mon environnement aimé proche
). Rien d'anormal à cela et surtout rien d'égoïste ! On peut effectivement se
trouver à certains moments de la vie de bonnes excuses pour ne rien faire :
c'est cela profiter de la vie encore faut-il avoir déjà :
* Fait de choses et avoir été dans une action dirigée (
intense ou non )
* Être mentalement bien structuré pour accepter le repos
sans se sentir coupable. Ma lecture récente d'un livre " LE GOLDEN
STRESS " ( Ed. DUNOD ) m'a encore montré que l'on peut être un grand
leader mal équilibré dans sa peau ( à mon avis ).
* Comprendre que ceux qui réussissent plus que les autres
passent souvent outre des excuses que les autres ont trouvé pour ne pas
avancer. Ils font ce que les autres ne font pas par excuses.

Ne cherchons plus d'alibis !

Nous sommes démasqués !

J'ai pu au fil de mon expérience professionnelle de médecin


retrouver des symptômes précis et assez constant qui caractérisent cette
grave maladie de " l'excusite ", signes communs chez tout individu
normalement constitué mais touchant plus fréquemment l'homo sapiens
vulgarus non motivé; sachez que ces symptômes se retrouvent assez peu
chez l'homme " gagneur " qui est lui bien souvent immunisé ( Il me semble
que ce dernier se pose peu de questions sur le pourquoi ne pas tenter quelque
chose : il fonce vers ses objectifs et s'amuse de cette hyper-activité ); quels
sont les signes cliniques et psychologiques de " l'excusite " :
1 / Elle est contagieuse car il n'y a rien de plus désagréable que
de voir d'autres personnes réussir là où l'on échoue ... C'est ce que j'appelle
le Syndrome du noyé. Avez-vous déjà vu une personne entrain de se noyer
? elle appelle de ses bras un sauveteur mais ses mouvements sont tellement
incoordonnées quand ce dernier arrive près d'elle, que le noyé risque
d'entraîner dans la noyade son sauveteur pour survivre : panique de mourir.
Réflexes ou non, le risque pour le sauveteur ( et le noyé ) est le même !

32
33

2 / Elle s'aggrave si elle n'est pas traitée comme il faut.


Exemple : " Je ne réussi pas assez bien donc ... quel alibi pourrais-je donc
trouver pour sauver la face et pour expliquer ma piètre réussite ... "
3 / Elle est pernicieuse, tenace et répétitive; Pernicieuse car
elle évolue par cycle vicieux ( voir aggravation ci-dessus ) et est tenace :
seule bouée de sauvetage, on décide de ne pas démordre de cette excuse
aussi l'amplifit-on afin de se rassurer ( répétition ).
4 / Elle a un fort pouvoir d'autodestruction car elle progresse
en s'amplifiant et en touchant le cerveau au plus profond : le subconscient.
Toute pensée, positive ou négative, devient de plus en plus puissante, si elle
est fertilisée par de constantes répétitions. Souvenez-vous comme nous
arrivons facilement au fil de nos discours à nous convaincre que certains de
nos mensonges étaient devenus réalités. Plus on les répète et plus on se
convainc de leurs réalités.
Le mensonge devient alibi puis réalité !
Fou non ?
5 / On peut en guérir par VACCINATION.

Comme dans les maladies parasitaires ( et s'en est une )


fabriquer le vaccin nécessite de connaître le parasite; à ce jour a été
dénombré quelques grandes familles de parasites :
* " Excuse de la mauvaise santé "; Cette excuse de la
mauvaise santé va de l'affirmation chronique ( Je me sens pas bien ) à
l'affirmation plus spécifique ( J'ai ceci ou cela qui va pas ! Mon physique
présente tel défaut ... ). Combien sont nos concitoyens qui se trouvent
continuellement des " maladies " du style : " Je suis Faaatigué docteur !!!!! "
Il y a des gens fatigués du matin au soir et du soir au matin .... sauf en
vacances curieux non ? Est-ce une réaction au manque de motivation ou à la
peur de l'échec ou est-ce l'inverse ? Je pense qu'en trouvant la motivation, on
détruit ainsi l'excuse et donc la faaatigue.
Regardez autour de vous le nombre de gens qui souffrent réellement de
problèmes médicaux, allez dans les hôpitaux voir de vrais malades et arrêtez
de vous lamenter ! La vie est ainsi faite qu'il y a peu de chance pour que
vous la passiez sans avoir des maladies. Alors vous allez me répondre : "
Pour ne rien attraper, je ne prends pas de risques " ... raisonnement stupide
car le seul endroit où il n'y aura plus de risque ... c'est une caisse de 2 mètres
de long sur 60 de large avec des poignées ! Voyez-vous, même les gens
immobiles prennent des risques, risques d'avoir la peau qui pourrisse ... et
dieu que cela sent mauvais les ESCARRES !
Vous trouverez aisément toutes les bonnes excuses de "
mauvaise santé ", de " fatigue excessive ", de rachitisme, de maladies ...
pour expliquer votre PRISE DE POIDS ou le fait que vous reculez le début
de votre régime ! Alors, soyez aimable de réfléchir aux points suivants :
. Arrêtez de vous lamenter sur votre santé et de vous en plaindre
à qui veut vous entendre ( en général des gens aussi atteints que vous ) !
. Réjouissez-vous que votre santé soit aussi bonne que possible !
Souvenez-vous de ce vieil adage : " Je me suis lamenté d'avoir des souliers
percés jusqu'au jour où j'ai vu un homme qui n'avait pas de pieds. "

33
34

. Dites-vous souvent : " Il vaut mieux s'user que de rouiller "


C'est vous qui en déciderez !

* " Excuse du manque d'intelligence ". Croyez-vous que pour


maigrir il faut être particulièrement doué et intelligent ? Autant nous
rencontrons des gens qui se plaignent à haute voix des autres excuses, autant
cette forme " d'excusite " se vit en silence; rare sont ceux qui viennent vous
dire : " Je ne suis pas assez intelligent ". On souffre et on apprend à souffrir
en silence de cette excuse. Nous commettons, pour la majorité d'entre nous,
deux erreurs fondamentales en ce qui concerne l'intelligence :
. Nous sous-estimons les capacités de notre cerveau et
. Nous surestimons les capacités du cerveau d'autrui.
" Il maigrit parce qu'il a compris le mécanisme profond de la
régulation de l'insuline sur la cellule graisseuse ???? ". La preuve : même les
médecins sont parfois obèses et ne maigrissent pas ! Soyons sérieux, ce qui
importe vraiment, ce n'est pas le degré d'intelligence mais l'usage qui en est
fait. Combien d'exemples de personnes célèbres ayant réussi l'on fait non par
grande intelligence mais surtout par application et acharnement au travail.
Combien sont ceux, autodidactes, qui ont cultivé le talent à s'entourer de
gens intelligents pour faire ce que eux ne savaient pas faire ? L'inverse
existe aussi : combien de gens intelligents au QI très élevé ont échoués dans
leur vie ? Comme quoi le diplôme ou l'étiquette ne fait pas toujours le
succès ( il y contribue toutefois ).
L'on ne naît pas " docteur ", " chef d'entreprise ", " garagiste ", "
professeur " ... tout cela s'apprend en TRAVAILLANT. Aucun hasard dans
cela car je n'ai encore jusqu'à maintenant jamais rencontré de femme ayant
mis au monde un " succès " ou un " échec ".
Recherchez vos talents et cultivez-les !

* " Excuse de l'âge "


" Je suis trop vieux pour maigrir ! Je suis trop jeune pour
maigrir ! "
Au fait, à quel âge doit-on maigrir ? A quel âge est-on trop jeune
? A quel âge est-on trop vieux pour entreprendre ?
Dans le cas où vous auriez la réponse, soyez aimable de me
l'écrire car, les progrès de la science sont tels que la moyenne de vie tourne
maintenant autour de 80 voire 85 ans et en forme !
Retenez qu'un personne active de 30 ans a 80% de sa vie active devant elle.
A 40 ans, il me reste encore 35 ans d'activité ! Ma vison de ma vie va
dépendre en partie du comment je vois ce futur actif : " Super, j'ai encore 35
ans de travail devant moi " ou " Encore 35 ans à tirer !!! ". Combien de fois
entend-on des gens jeunes espérer avidement " la retraite " ! Quel drame ...
car plus on se rapproche de la retraite et plus ... on se rapproche de ... la
caisse ! ( Pardonnez-moi pour ces dures mais mathématiques paroles )
Il n'y a pas d'âge pour réussir, il n'y a bien souvent que des
regrets du style " j'aurais du ... " ou " Ah ! si j'avais su ... ". Alors mettez-
vous y MAINTENANT afin de ne rien regretter plus tard.

34
35

La vie est plus longue qu'on ne le croit !

* " Excusite de la chance ". Et oui, pas de chance dans la vie !


Après maintenant de nombreuses années d'expérience dans les domaines de
l'entreprise à la gestion du poids, je peux vous affirmer : que la chance
n'existe pas. Ce que l'on appelle " chance ", c'est souvent tout une foule
d'actions, associées les unes aux autres qui, par action synergique, vont
amplifier un résultat vers une réussite. C'est bien souvent beaucoup de sueur
et d'activité ( parfois invisible ) qui produisent un résultat constructif. Rien à
voir avec la position des dés, des planètes, des ossements ! Mais vraiment
RIEN !
On arriverai bien à nous faire croire n'importe quoi ! Seule
l'écoute adéquate d'individus ayant une mentalité ouverte vers ces domaines,
souvent en quête de spiritisme voire de solutions simplistes à leurs
problèmes, peut laisser croire à l'influence de ces facteurs sur nos vies.
A force de croire que le ciel va nous tomber sur la tête ... un objet viendra
bien nous blesser un jour ou l'autre !
" Il n'y a bien qu'à moi que cela arrive : je ne mange rien et je
grossis ? ". L'on ne maigrit pas PAR CHANCE ! on ne réussit pas par
CHANCE !
Acceptez la loi de la cause à effet !

* " L'excusite des autres ou excusite de l'environnement "


La plus fréquente, la plus simple, la plus variable des excuses. Et
que de stupidité voyons nous car il est simple de dire que :
. J'ai échoué à cause de ...
. Il ne faut pas gaspiller la nourriture
. Les autres m'énervent donc je me calme en mangeant
. C'est la faute à ... si je mange
. C'est à cause de la publicité !
. C'est la faute au chef de ma cantine !
. Je ne maigris pas à cause des hormones
. C'est la faute au Docteur, à ma femme, mon mari ...
. C'est à cause des enfants si je grossis : Eh ! oui, il faut
leur faire manger un bon quatre heure - une bouchée de chocolat pour papa,
une bouchée pour maman, pour ... !
. Je ne suis pas responsable !
. On m'oblige à manger de bonnes choses !
. Être gros est signe de bonne santé !
. C'est trop cher, trop dur, mal rythmé !
. Perdre du poids vite est malsain !
. Ma famille trouve
. Préexistence de schéma corporel fixé :
Un patron doit être gros (gros obligé)
Je suis bien dans ma peau de gros
Gros isolant (sexualité)
. Maintenant que j'ai échoué, tout est fini

* " L'excusite linguistique " fait partie intégrante de cette


maladie car elle en est une des traductions auditives; elle se retrouve dans
les mots et phrases employés par certaines personnes ( souvent négatives ).

35
36
Nous verrons plus loin que votre langage dénote de votre
attitude face à votre réussite mais l'on retrouve assez constamment des
phrases freins du style :
" Il n'y avait qu'à ... "
" Si j'avais su ... "
" Il faudrait que l'on ... "
" On dit que c'est impossible ... "
" Jamais cela s'est fait ... "
" On ne peut pas ... "
Ces phrases sont faciles à repérer car elles comportent toujours
un mot négatif précédé ou suivi du rituel : les autres.

Je me répète souvent cette phrase :


" Quand on montre du doigt le fautif de ses échecs, il y a
toujours un doigt dirigé vers l'autre et trois doigts vers soi ! "
Cela est ( presque ) toujours vérifié !

" Plus une personne réussit dans la vie, moins elle est portée à se chercher des excuses "
D. SCHWARTZ

Faire le point sur ses habitudes sera le deuxième point important


afin d'envisager une saine construction ou reconstruction de son image.
Avez-vous déjà vu comment l'on construit un câble de
téléphérique : petit fil d'acier par petit fil d'acier qui s'enroule autour du
précédent, aboutissant à un énorme câble d'acier ne pouvant être rompu.
Bonnes ou mauvaises habitudes, l'on vit avec et l'on fait bon ( ou mauvais)
ménage, pratiquement sans s'en rendre compte. Les habitudes se prennent
ainsi lentement, bien souvent agréablement et presque toujours sans
souffrance ( ou très peu car sinon l'on s'en séparerait vite ); l'habitude vous
tient avant que l'on ne s'en rende compte. Rares sont les gens qui ont souffert
quelque inconfort en apprenant à fumer, boire, se droguer ou se doper.
Il en est de même dans l'alimentation et souvent l'évolution du
poids se fera insidieusement, ni vu ni connu, jusqu'au jour où ... l'on est
montré du doigt comme sortant des normes ! Ce qui est bizarre, c'est qu'il
est si facile de prévoir les mauvaises habitudes et de les prévenir; l'on en
connaît le mécanisme progressif ( anti-stress, gustatif, plaisir et jouissance,
... ) : " Se faire plaisir ". En dépit de cela, il y a des millions de gens qui
persistent à acquérir des habitudes qui sont mauvaises, dispendieuses et qui
leur créent des ennuis.
Trop ou mal manger sont des habitudes; le surpoids en
devient la cause ou la conséquence sous couvert de troubles métaboliques
et/ou génétiques ainsi un cercle vicieux se met en place progressivement,
cercle dont les chaînes ne sont pas perçues au début mais deviennent trop
fortes avec le temps pour être rompues ... petite bouchée par petite bouchée !
Ainsi donc, le problème se résolvera une bouchée à la fois.

Esclaves du palais et horreur du mouvement !


Comment rompre ces habitudes ?

36
37

Et l'on n'est pas fautif !


C'est l'autre ! c'est la société ...

Ne jetons pas de pierres car nous sommes tous fait " d'un
ensemble d'habitudes " mais l'analyse honnête de nos comportements doit
nous faire réfléchir sur le bien fondé de certaines d'entre elles : voilà ainsi un
comportement ADULTE qui se forgera.
La vie est une suite de faits et gestes qui deviennent plus ou moins
automatiques : quatre-vingt-dix-huit pour cent de nos actions sont faites par
habitude, spontanément ou non, bonnes ou mauvaises. Certaines de ces
habitudes acquises et apprises à force de répétition, deviennent de véritables
obsessions psychologiques dominant le caractère et donc notre manière
d'agir ou réagir devant toutes les situations et en toutes circonstances. Notre
caractère est ainsi la somme de toutes nos habitudes physiques,
psychologiques, mentales, morales, intellectuelles et émotives. Un rien de
réflexion et d'émotion : voilà l'homme tel qu'il est ( ou devrait être ),
conditionné par ses habitudes !

* Les habitudes ont une limitation majeure : elles entravent


ou figent notre adaptation lorsqu'elles ne peuvent être changées. C'est un
peu comme du béton qui sèche ... plus il devient sec et plus on aura du mal à
l'enlever. Nombreux sont les moments dans la vie où nous devons nous
adapter à des nouvelles circonstances ( l'alimentation en est un exemple ) et
bien souvent notre comportement, séché par le temps et l'habitude, nous
pousse vers une répétitivité d'action inutile ou dangereuse, consciemment ou
non. L'absence de sports ou de mouvements, le " métro - boulot - dodo "
dont nous parlions plus haut en sont des exemples manifestes. Notre
manière de conduire, de travailler, de nous comporter en société ne sont
elles pas des habitudes acquises et forgées par notre environnement ou notre
éducation ?
Notre comportement face à nos achats alimentaires et notre manière
d'acheter s'y plie aussi :
Avez-vous remarqué que vous prenez toujours le même
sens dans votre magasin d'alimentation habituel pour acheter vos produits ?
Que vous achetiez par goût ou habitude certains plats ?
Avez-vous remarqué comme les stimulations publicitaires
ont un impact sur vous ou sur ceux qui vous accompagnent dans vos courses
et ce pour créer ou susciter une image mentale vécue de bien-être ( corps
féminin, aliment maternel, grand-parents ...) ?
Avez-vous remarqué que telle odeur crée chez vous des
envies ( ou du dégoût ) pour certains aliments ?
Avez-vous remarqué que dans telle situation ( Télévision,
stress, angoisse, dépression ... ) vous aviez un comportement alimentaire
sortant de vos normes ou se modifiant ?
Avez-vous remarqué que votre façon de cuisiner est une
habitude résultante d'une pression familiale ( vos parents ) et sociale ( modes
de certains mets ) ?
Avez-vous remarqué votre manière de manger (
mastication lente ou rapide avec salivation), de vous tenir à table (
éducation, mode de vie ) ...

37
38

Avez-vous remarqué votre manque d'activité physique


et/ou la gêne que vous avez lors des mouvements; avez-vous remarqué que
vous preniez plus l'ascenseur que l'escalier, votre voiture que le vélo ... ?
Ainsi si vous voulez progresser, vous devrez prendre conscience
de ces attitudes, ADAPTER ou mieux CHANGER CES HABITUDES ( et
ces STIMULI alimentaire ou comportementaux ) à VOS futurs objectifs,
petit peu par petit peu.

* Regardez les conséquences de vos habitudes autour de


vous. Si vos habitudes vous poussent à manger plus et/ou fumez plus et/ou
boire plus ... regardez autour de vous, ouvrez vos yeux. Nombreux sont les
articles ou livres écrits par des professionnels qui vous permettront de mieux
appréhender l'évolution néfaste de ces habitudes. Rien ne sert de jurer, de
faire peur, de critiquer, de refuser de voir la vérité en face : OUVREZ LES
YEUX HONNETEMENT et vous trouverez toutes les données nécessaires
pour vous habituer ... à ne pas prendre une nouvelle habitude ! Les gens sont
maintenant tous prévenus : l'on connaît grâce aux médias les méfaits de
l'alcool au volant, du tabac, de la drogue etc... et malgré tout, même sur-
informé, ces fléaux persistent. L'on ne peut plus de nos jours arguer de ne
pas être au courant des troubles et des complications engendrées par
certaines habitudes. Regardez autour de vous, sans critiquer, regardez
seulement comment se meuvent certains obèses, comment ils vivent, leurs
habitudes, leurs façon de manger, de somnoler ou de dormir, de travailler, de
marcher, de s'habiller; INTERDIT DE CRITIQUER ... seulement observer
sans jugements :

S'INFORMER, C'EST ETRE ADULTE DANS SES ACTES.

VOUS AVEZ LE CHOIX EN CONNAISSANCE DE CAUSES !

SOYEZ CURIEUX !

* Regardez votre environnement : Parfois certains actes


paraissent moins importants selon l'environnement dans lequel on évolue.
L'exemple manifeste en est l'éducation alimentaire de l'enfant; souvent forcé
par sa mère à s'alimenter plus que nécessaire ( je n'ai pratiquement jamais vu
dans nos pays civilisés d'enfant se laisser mourir de faim ). Comportement
de peur de la mère ou de manque dans son enfance ? Le résultat en est que
l'enfant a ainsi plus de chance ( ou malchance ) d'être obèse plus tard ... et de
poursuivre ce comportement avec ses propres enfants.
La pression sociale va aussi jouer dans ce domaine : regardez
comme une soirée entre amis peut vous " obliger " à manger plus !
Ambiance, cotillons, un verre ... deux verres ... une entrée ... deuxième
entrée ... poissons et viandes ... fromages plus pain ET salades pour bien
digérer ... puis enfin les desserts : IMPOSSIBLE de refuser ! vos amis ne
vous le pardonneront pas et vous prendrez ainsi un petit repas à 3500
calories. Obligé de faire comme les autres !
Imaginez que ce calvaire alimentaire se passe TOUS les jours dans votre
travail (repas d'affaires obligatoires devant montrer que vous savez recevoir
élégamment), voilà encore des habitudes agréables au début qui vont vous
coûter fort cher

38
39

au fil des mois. Vous refuserez sûrement au début mais la pression sera telle
que vous plierez si vous n'apprenez pas à EQUILIBRER voire REGULER.
Un dernier exemple de la puissance de l'environnement sur nos
comportements et nos habitudes : l'accent dans le langage; vous avez
sûrement déjà remarqué comme il est facile de prendre l'accent du Sud
quand on y est quelques jours; vous devenez ainsi partie du groupe au sein
duquel vous vivez. Il en est de même pour votre alimentation selon le pays
ou la région où vous allez ! C'est vous qui pliez, surtout si s'est bon et
l'habitude de bons petits plats se prends vite , très vite, trop vite. L'on
s'habitue à tout, même parfois à une alimentation mauvaise quand il le faut.
Ces exemples montrent bien que si vous vous trouvez assez
longtemps exposé à une situation négative, mauvaise ou destructrice, vous
passerez de l'objection du début ( je n'en mangerais pas ) à la tolérance ( Ah
! je vais juste goutter pour vous faire plaisir ), de la tolérance à l'acceptation
( Allez, servant m'en juste un peu ), porte ouverte sur la participation voire
même au plaisir ( Finalement, elle cuisine bien votre belle-mère ).

Et ainsi l'habitude croîtra !


DOUCEMENT ... INSIDIEUSEMENT !
Sans s'en rendre compte !
Un petit verre puis un petit verre puis ...
Une cigarette puis une cigarette puis ...
Un bon plat puis un bon plat puis ...

PIEGEZ que vous êtes !

Alors CHANGEZ d'ENVIRONNEMENT si celui que vous côtoyez ne


vous satisfait pas !
Ils boivent, s'alimentent n'importe comment ...
CHANGEZ de restaurants, de voisins de table, de magasins, de ...

VOUS ETES LIBRE de VOS CHOIX !

* Regardez les résultats de ceux qui ont su s'en sortir =


recherchez les bonnes compagnies. L'ex obèse vous parle avec fierté de sa
nouvelle vie en société et de la simplicité qu'il a maintenant à régler son
alimentation ( pas toujours mais il est CAPABLE de s'en convaincre ).
Regardez comme Madame est heureuse de porter cette nouvelle robe ( 44 à
38 en taille ! ). Regardez comme .... ceux qui se sont battus pour sortir de
leurs habitudes sont heureux d'en parler et de vous montrer leurs succès.
Que c'est bon d'être complimenté de sa réussite nouvelle ! Que c'est bon
pour son amour propre. C'est un petit clapet ou frein de sécurité qui
viendra vous empêcher de faire demi-tour ou de redescendre, un peu
comme en alpinisme, les taquets de sécurité : si un lâche, les autres sont là et
l'on ne peut descendre trop bas.
Deux notions apparaissent alors :
* Mettre des verrous progressifs, pour ne pas rechuter.
* Se mettre à plusieurs pour combattre l'habitude à
refuser.

39
40

C'est ainsi que fonctionnent certains groupes ou dynamiques


d'individus et ce quels que soit les domaines. Qu'il s'agisse d'alimentation (
WEIGHT WATCHERS ), d'alcoolisme ( Les Alcooliques Anonymes ), de
drogue, du SIDA ( A.I.D.E.S ) ... ou qu'il s'agisse d'entreprises ( Cercle de
qualité, Club d'enjeux, DEFIS, ... ) ou de milieux politiques.
TOUS ont en commun de se lier pour être plus forts et réussir.
L'homme seul n'est RIEN face à ses habitudes. L'objectif est de mettre en
place une substitution auto-décidée positive qui stimule activement
l'élimination des mauvaises habitudes, vous permettant d'en tirer en
souplesse et de façon adaptée des bénéfices pour votre santé. L'ambiance
d'espoir et d'encouragement vient ainsi combler le VIDE " mental et
physique " de l'habitude à changer : on substitue le mal par le bien, une
ancienne habitude médiocre ( critiquée et montrée du doigt ) par une
nouvelle habitude ( être encouragé et félicité ). Ce changement des
habitudes devra se faire sans efforts, en s'ajustant régulièrement et ce afin
d'éviter d'obtenir le contraire désiré : le renforcement d'une habitude car plus
on y pense, plus le symptôme s'amplifie ( effort inverse ou contrarié ).
L'environnement dans lequel vous évoluerez est ainsi fondamental; toujours
présent dans les moments difficiles car la force du groupe, s'est d'être un
groupe; les animaux l'on bien compris car leurs habitudes ( chasse, famille,
habitat ... ) sont presque toujours communautaire. Groupe d'étrangers et/ou
groupe familial, assurez-vous de leur aide sincère; ils ne devront pas vous "
traîner " ( car vous seriez alors sur la voie de l'échec ) mais vous " tirer "
vers le succès de vos objectifs. Vous baignerez ainsi toujours dans un
environnement motivant, vous obligeant à progresser, à donner plus, à vous
dépasser, à changer vos habitudes et ce, sans efforts.

ON NE CHANGE PAS, ON PROGRESSE !

OCCUPEZ DONC VOTRE ESPRIT POSITIVEMENT !

SE RE-CONSTRUIRE ET SE " BETONNER " !

Revoyez consciemment vos objectifs et leur programmation.

RIEN N'EST INTERDIT ... CAR C'EST VOUS QUI PROPOSEZ


VOTRE SUBSTITUTION POSITIVE.

Certes le début est toujours difficile : la dernière cigarette, le


dernier verre, éliminer les excès trop fréquent ( veuillez noter que dans le
cas de l'alimentation, je ne vous demande surtout pas d'éliminer les bons
plats ). Rien n'est interdit car cela suscite la transgression, aggravant le
caractère obsédant des habitudes. Ce qui est difficile c'est d'amorcer le
processus ! rappelez-vous nos vieilles pompes à eau dont je vous parlais
plus haut !

VOUS VOUS LE DEVEZ ! c'est de votre responsabilité.

La courtoisie est une habitude, l'enthousiasme et le sourire sont


des habitudes, être optimiste est une habitude, se voir réussir doit-être votre
habitude

40
41
OUI, les habitudes nous " font " ou nous brisent. Il est parfois si
difficile d'acquérir de bonnes habitudes ( et il est pourtant agréable de vivre
avec ), si facile d'acquérir de mauvaises habitudes !

Tout dépend de NOS choix ... à nous.

* Au travail ! Ne croyez pas que ces conseils sur les habitudes


ne sont propres qu'aux problèmes de poids. Il en est de même dans TOUS
LES DOMAINES où l'on souhaite réussir : milieu des affaires, de
l'entreprise ou milieu sportif, le travail est identique. Le changement
progressif de vos habitudes improductives se fera donc par étape dans l'ordre
suivant :
- Reconnaître les habitudes à transformer ( exemple : je
grignote des sucreries devant la télévision ).
- Accepter les " bonnes " raisons qui vous ont fait prendre
ces mauvaises habitudes : excuse de sa raison d'être et donc phénomène de
déculpabilisation ( suite : je grignote justement parce que le programme est
ennuyeux et stressant )
- Coordonner votre plan d'action en mettant en place une
stratégie de substitution positive mentale passive ET active; bref votre plan
d'action pour progresser éliminant la cause de vos habitudes ( suite : je me
vois mentalement et physiquement entrain de fermer la télévision ou
changer de chaîne ).
- Intégrer la réponse nouvelle et plus appropriée à ce qui
était avant des habitudes incontrôlées ( suite : je prends un bon livre ou
regarde un programme épanouissant et motivant ).
- Effectuer une synthèse finale, c'est à dire prendre
conscience de vos changements et de votre réussite ( suite et finale : je ne
grignote plus ! )

Vous me direz que ce travail est complexe et trop théorique,


difficile à appliquer car les habitudes sont incontrôlables ? Essayez sur de
petits exemples, pour vous, en cachette, et n'en parlez à personne : vous
serez seul devant votre miroir, sans critiques possible des autres. Prenez
ainsi l'habitude de réussir, même sur de petits détails ( quelqu'en soient les
domaines ) et vous réussirez plus souvent que si vous adoptez des habitudes
d'échecs.

ALLEZ-Y et REPETEZ VOS EXEMPLES


PETIT A PETIT VOUS PROGRESSEZ !
BRAVO ! VOUS TENEZ LE BON BOUT !

REGARDEZ COMME VOTRE IMAGE DE VOUS-MEME CHANGE


!

Fermez les yeux ! respirez amplement ! détendez-vous !


Regardez-vous par dessus, dessous, de côté ...
Flottez ! Simulez !

" Quand vous semez une action positive, vous récoltez une habitude positive. Quand vous
semez une habitude positive, vous récoltez du caractère. Et lorsque vous semez du caractère, vous récoltez
une grande destinée. "
Z. ZIGLAR

41
42

2 °) IMAGE ET CONFIANCE EN SOI

" Un homme a répondu a une offre d'emploi et a été choisi du premier coup. Sur son
Curriculum Vitae, à la rubrique " salaire désiré ? ", il avait répondu : " SI POSSIBLE "

On demanda un jour à Bernard BARUCH comment il s'arrangeait, dans ses réceptions,


pour asseoir ses invités sans offenser personne. Selon lui : " Les gens importants ne s'en soucient pas et
ceux qui s'en soucient sont sans importance ".

Honnêtement, que pensez-vous de vous ?

Vous êtes-vous parfois posé les questions suivantes ?


Si j'étais ma femme, aimerais-je avoir le mari que je suis ?
Si j'étais mon mari, aimerais-je avoir la femme que je suis
?
Si j'étais mes enfants, aimerais-je avoir la mère que je suis
?
Si j'étais mon subordonné, aimerais-je avoir le supérieur
que je suis ?
Suis-je bien dans ma peau, physiquement et mentalement ?
Est-ce que je fait un peu, souvent, beaucoup attention à
mon comportement ? A mon "look" ?
Est-ce que je cherche assez fréquemment à progresser ou
est-ce que je me laisse vivre, avec et comme les autres de mon entourage ?
Pensez-vous être quelqu'un d'important ?

Encore un petit exemple : Je prends une photo de vous


avec votre famille. Vous vous apercevez quand je vous la rends développée
que vous êtes flou, bien que le reste de la famille soit très net. Trouvez-vous
la photo bonne et la gardez-vous ?
Vous alliez répondre " OUI " ... et bien voyons qui est la
personne la plus importante : vous ou les autres ? Faites-vous le régime pour
VOUS ou pour les autres ?
Difficile de répondre !

Savoir accepter que chacun est unique et savoir comprendre


le point de vue de l'autre comme si vous étiez à sa place. Voilà l'une des
grandes difficultés de notre époque. Depuis ces soixante dernières années, le
progrès dans le téléphone et la télécopie, la radio et la télévision, les
satellites et les ordinateurs, se sont accélérés au point que nous sommes
bombardés de plus d'informations en une journée que nos grands-parents
n'en recevaient de toute leur vie ... L'alimentation a elle aussi radicalement
évoluée avec ses nouveautés, ses goûts, ses odeurs, sa diversité; les
transports et les divers types de conservation ont permis d'avoir dans nos
pays TOUTES sortes d'aliments quelque soit la saison, de manger des
rations conséquentes et équilibrées ( selon nos moyens ).

42
43

Les choix sont tels que nous vivons maintenant une époque de
troubles devant l'abondance tant dans les domaines de l'approvisionnement
quantitatif ( problème paysan ) que qualitatif ( multiplicité des concurrences
).
Comment se retrouver dans ce flot d'informations et de choix !
A qui s'adresse t-on ?
Difficile alors de faire le bon régime.

Est-ce bien à moi que l'on s'adresse ?


Non ! je n'en vaux pas la peine.

Et pourtant, la personne importante, c'est ... VOUS !

Vous allez prendre la photo ... vrai / faux ! rassurez-vous, ce


geste est souvent discuté dans les séminaires :
. Pour les uns, on doit s'intéresser aux autres car sinon l'on
est égoïste !
. Pour les autres, on ne doit pas penser qu'à soi car sinon
s'est du narcissisme !
. Pour d'autres enfin, penser à soi n'a rien de mal ! et ce
n'est pas incompatible avec l'amour des autres.

Madame, pensez-vous raisonnablement que votre vie ne doit-


être que amour et dévouement à votre famille au détriment de vos envies et
désirs ? Certes, nombreuses sont celles qui maintenant se sont épanouies
dans une activité familiale et professionnelle ... et cela est normal,
parfaitement compatible avec une vie sociale de qualité. Je dirais même que
cet état de fait stimule le conjoint à progresser et à partager ses rêves et ses
objectifs. Rien de tel qu'un compagnon ( ou compagne ) stimulant et
entraînant, actif, dynamique, rêveur mais équilibré ... bref un repos bien
mérité quand on se retrouve ! Et quel exemple pour la famille : dynamisme,
créatif ... le moteur et non la charrue ! Ainsi la gestion de la réussite
professionnelle tout comme la gestion du poids peut se faire à plusieurs,
surtout au sein d'une famille informée, stable et motivée. S'occuper de vous
n'a rien de dépressif pour la famille; cela montre au contraire votre intérêt
pour celle-ci et votre envie de progresser avec elle et non à part, dévouée
comme dans le passé du style :
" Sois belle et tais-toi !"
ou
" Sois moche et tais-toi ! "

Chaque être humain est un individu UNIQUE; il n'y en a pas


deux identiques, pas même les jumeaux. Nos empreintes sont uniques, nous
parlons et pensons à des fréquences différentes ET UNIQUES, notre façon
de manger l'est aussi tout comme que notre façon de métaboliser les
aliments. La preuve : avec le même repas, certains prennent du poids et
d'autres non ! N'en n'avez-vous pas fait l'expérience en disant à votre
entourage : " Je n'ai pas de chance ... tout me profite ! ".

" Vous savez, je m'aime bien. Je m'aime vraiment. Compte


tenu de mon éducation et de mes origines, je suis content d'être moi.
J'aime mieux être moi que n'importe qui d'autre ".

43
44

Seriez-vous capable de répéter cette phrase ? Allez-y ! Je ne


doute pas que vous en soyez capable ... si vous désirez réellement jouer au
jeu de ceux qui réussissent ce qu'ils entreprennent.
VOUS AIMEZ-VOUS ?
Pas encore ... mais cela va venir.

Connaissez-vous l'histoire de Arthur BARRY. C'était un voleur


de bijoux et d'objets d'art durant les années 20 qui détroussait uniquement
les gens les plus prestigieux de la société. Ce gentleman-cambrioleur fut
blessé gravement une nuit par la police lors d'un vol et jura qu'on ne l'y
reprendrait plus tellement il souffrit de ses blessures. Il s'échappa de sa
prison mais fut dénoncé et purgea sa peine de dix-huit ans. A sa sortie, il
s'installa dans une petite ville et mena une vie calme et paisible. Des
journalistes finirent pas le retrouver et un jeune reporter lui posa cette
question : " Monsieur BARRY, vous avez détroussé un grand nombre de
gens fortunés durant votre carrière mais vous souvenez-vous de votre
principale victime ? " Sans hésiter, BARRY lui répondit : " c'est facile, ma
plus importante victime fut Arthur BARRY car j'aurais pu être un grand
homme d'affaires ... mais je choisi d'être un voleur et de passer les deux tiers
de ma vie derrière les barreaux ". Oui, monsieur BARRY était bien le voleur
qui se volait lui-même.

NE SERAIS-CE PAS VOUS ?


Vous qui vous volez ( j'espère inconsciemment ! ) en ne voyant
pas l'ensemble de vos qualités, en ne croyant pas que vous êtes capable
d'obtenir plus de la vie, en vous dévalorisant, en n'ayant pas suffisamment
confiance dans votre réussite.

Pourquoi vous rabaisser ?


Pourquoi quand on vous félicite pour votre réussite répondez-
vous ? " Oh ! Ce n'est rien, j'ai eu de la chance "
NON ! C'est le fruit de votre travail.

Essayons de voir quelles sont les raisons qui peuvent expliquer


que nous ayons des difficultés à croire en nous et à obtenir une meilleure
image de soi donc confiance en soi. Ce chapitre est particulièrement
important car de lui va dépendre en partie votre réussite. Aurez-vous le
courage de vous poser les bonnes questions en vous regardant dans VOTRE
MIROIR ?
Dans notre société, certains critères de bonne image des
individus existent ( ou existaient car les valeurs morales évoluent ) :
. les diplômes et titres honorifiques : pouvoir marquer
sur sa carte de visite " diplômé H.E.C, Docteur en Médecine, en Droit etc ...
" vous donne effectivement une certaine stature quand vous vous présentez
MAIS ce diplôme montre vos capacités de mémorisation, de travail et
d'intelligence mais pas forcément vos qualités humaines. Nombreux sont
nos grands diplômés ayant un emploi ne correspondant pas à leurs diplômes
ou ayant une incapacité à bien s'entendre avec les autres : ne dit-on pas de
certains qu'ils ont " une grosse tête ... mal faite " ?

44
45

Regardez autour de vous dans notre monde politique, dans


le monde médiatique ... ! ce n'est pas toujours les plus diplômés qui
réussissent. Certes, les diplômes participent beaucoup à la réussite mais ce
n'est pas LE critère. Nombreux sont les médecins forts, très forts en
technique médicale mais ... nuls ... en comportement humain ( Les
Ressources Humaines au sens propre du mot est une science non enseignée
en Faculté de Médecine ).
Les diplômes ou les titres ne reflètent donc pas forcément la
qualité humaine des individus. Ce sont des critères ou des leurres rassurants
qui peuvent servir à masquer le fond d'un individu mais l'on ne peut s'y fier
en totalité car il est possible de construire artificiellement cette carapace ...
quoique, avec le temps, on ne peut JAMAIS tromper longtemps les gens !
L'homme diplômé se recrute, se loue mais l'attitude, elle,
s'acquière et se construit différemment.
. le style de vie ( le prix et la taille de votre voiture, de
votre maison ) : Vous êtes devant une magnifique voiture, devant une
magnifique maison. Ne vous vient-il pas à l'esprit certaines questions du
style : toutes ces richesses ont-elles été acquises honnêtement ?
Pensez-vous systématiquement qu'avoir des richesses suffise à cataloguer les
individus en " bons individus ou mauvais individus ". De nombreux
exemples montrent, quelques soient les domaines, que la richesse n'est pas
synonyme de qualité humaine. Vous pouvez posséder la plus belle des
voitures et être un grand escroc comme l'inverse est vrai. Donc le style de
vie ne reflète pas la qualité humaine; là aussi la réussite artificielle ( à crédit
) peut exister.
Combien de fois avez-vous eu des doutes sur l'intégrité des
propriétaires car l'argent et la réussite ne font pas toujours bon ménage,
surtout en France, pays d'éducation catholique où parler " gros sous " dénote
d'une idée de profits SUR et/ou AU DEPENDS des autres. L'image du
patron profiteur est restée longtemps ancrée dans nos luttes de classe, reprise
par certains au pied de la lettre, ce qui explique une certaine désolation
actuelle du monde syndical. Mais comme le monde évolue, l'on découvre
enfin que réussir doit se faire en harmonie AVEC l'argent mais ... pas
qu'avec ! Le bien-être matériel passe maintenant obligatoirement par
une idée de bien-être moral : merveilleuse évolution dans laquelle l'on se
sent bien car il n'y a plus d'incompatibilité.
Quels rapports avec le poids ? PATIENCE !
. le " look " général modélisé et imposé par le système
médiatique : Être en forme de nos jours n'autorise plus d'avoir des kilos en
excès, d'être mal ( par manque de goût ) habillé. Regardez nos jeunes filles
ou nos jeunes gens dans les écoles ! Mode courte ... mode longue ... couleur
sombre ... parfums ... basket/jeans noir ... bref un look souvent identique
mais que ne ferait-on pas pour ressembler à son idole ? Il en est de même en
prenant de l'âge car l'image actuelle de la femme et/ou de l'homme moderne
nécessite d'être continuellement travaillée afin de satisfaire l'entourage tant
familial ( plaire à ses enfants et son mari ) que social ( environnement
professionnel ). Je vous entends dire : " Il se trompe ... ce que pense mon
patron, je m'en f... "
FAUX !

45
46

Notre époque moderne demande voir impose, à certains


moments de sa carrière et de sa vie, de sortir de la masse, d'avoir une image
de " leader " entraînant, de ne pas être confondu avec le voisin, d'être
remarqué positivement.
Spectateur craintif de la vie, perdant envieux et critique, ou
gagnant ? Vous avez en fait le choix. Personne n'est obligé mais si vous
souhaitez performer, garder la tête hors de l'eau ... " dans ce monde de brute
" ... vous n'avez plus le choix : il faudra entrer dans l'arène avec ses
risques ! Bref l'image est imposée volontairement ( ou non ) par
l'environnement, bonne ou mauvaise, et vous devrez avoir une image qui
parfois ne dévoilera pas votre état intérieur mais ... que voulez-vous, l'habit
ferait t'il le moine ou l'inverse ?
"Être dans le vent " dit-on. Croyez-moi, on s'habitue très
facilement à une image de soi en CHANNEL, DIOR ou TORRENTE; ce qui
est surprenant c'est de voir comme nos comportements changent dans ces
cas là : la démarche est plus souple, plus élégante, plus dynamique, l'on a
envie de tout tenter, l'on est imbattable ! Le puissant lobbie médiatique ferait
t'il changer les mentalités ? OUI. Notre aspect physique dénote ainsi de notre
attitude par rapport à nous.
Voilà donc maintenant dans notre miroir ce qui nous est projeté
par les médias, médias tellement influentes qu'elles nous imposent par de
multiples facettes ( auditives, visuelles, écrites ) des " images modèles "
attractives. Conscient que seuls ceux qui s'arrêtent de progresser sont
perdus, vous vous devez ( ou devrez ) d'être collé au plus près de ces
modèles. Ainsi va la vie : vous vous mettez dans la peau des autres pour
faire comme ... et ne pas sortir du chemin socioculturel.
Bien ? Mal ? C'est comme cela.

Pourquoi n'avons nous pas plus souvent une bonne image de


nous ?

. L'éducation parentale et l'environnement humain : Revenir


à des valeurs familiales moins critiques. Combien de fois me suis-je mis à
dire à mes enfants : " Incapable, tu n'y arriveras jamais ! " ou " Tu n'es
vraiment pas manuel ! ". Pourquoi crie t'on quand notre fils casse un
assiette, redouble sa classe ... et ne dit t'on rien quand c'est nous ? Comment
étions nous quand nous étions enfants ? Modèle et toujours premier, nous
les adolescents de 68, ou comme notre merveilleux rejeton d'aujourd'hui, un
peu fainéant et plutôt " je m'en foutiste " ? Au fil des semaines, des mois,
des années, voilà des enfants à qui nous martelons les mêmes mots négatifs
et déstabilisants, n'osant plus tenter quoique ce soit par peur d'être critiqué
ou " engueulé " ... par sa propre famille ! Alors par les autres, pensez-donc !
Peur des autres !
Combien peuvent être catastrophiques les insinuations et les allusions de nos
proches ou amis ... pour notre bien ? ... source de complexe d'infériorité car
à force d'entendre les autres dire : " tu es timide " l'on le devient; on le
devient car je n'ai jamais vu un nourrisson être timide. Critiquez, il en reste
toujours quelque chose dit un dicton populaire ! N'est-ce pas comme cela
qu'évolue les rumeurs ?

46
47

A force d'entendre l'environnement dire : " Oh ! le bon gros bébé


" ou " Qu'elle est forte " ou " Les belles fesses dodues " ou " Tu ne peux
même pas courir, aller à la piscine " ou " Tu ne peux même t'habiller
correctement à la mode " ... etc ... l'on aboutit à une mise en place dans notre
subconscient d'une image construite de gros(se). Rappelez-vous : le
subconscient n'a pas d'humour ! Ne croyez pas que seuls les adultes sont
capables de critiquer aussi méchamment les autres, même proches et
intimes; les enfants entre eux sont les plus médisants et les plus semeurs de
troubles psychologiques.
B. SHAW disait : " Les critiques, c'est comme les eunuques, ils
savent mais ne peuvent pas "

Permettez-moi de vous raconter l'histoire du BOURDON :


d'éminents savants ont étudié il y a quelques années la morphologie et
l'aérodynamisme du bourdon; l'une de leurs conclusions était que : le
bourdon mathématiquement et physiologiquement ne peut pas voler de part
son poids trop important et la petitesse de ses ailes.
Avez-vous remarqué que le bourdon vole à merveille sans se préoccuper des
déductions de nos éminents savants.
Il vole car il ne sait pas qu'il ne peut pas voler !

Avez-vous remarqué que, quand on ne vous dit pas à l'avance


que vous allez échouer, vous êtes dynamique et enthousiaste, vous y croyez,
vous vous voyez réussir ( maigrir ) et vous n'avez PAS DE DOUTES sur
votre succès. Avez-vous remarqué que vos " bons(nes) " amis(es) sont
parfois là pour vous aider, vous conseiller afin de ... vous voir échouer ...
inconsciemment certes ( quoique ? ) avec des mots et des conseils du type : "
Encore un régime ? " " Oh ! que c'est dangereux ! " " J'ai entendu dire
qu'un voisin est malade depuis avec cette méthode ... " " Ma concierge en
est morte ! " " Même mon chien n'en veut pas ! " " Tu n'y arriveras pas,
cela fait dix fois que tu essaies ! "
DEHORS SEMEURS DE DOUTES incompétents !

Il était une fois une femme qui souffrait de douleurs


abdominales régulières qui étaient causées, d'après elle, par une
GRENOUILLE. Elle alla voir son médecin en lui parlant de sa grenouille
dans l'estomac; ce dernier l'examina et ne lui trouva rien après quelques
examens complémentaires; une simple prescription n'y fit pas grand chose et
elle continua de souffrir. Elle retourna voir un autre médecin qui n'y trouva
rien à rajouter et lui conseilla de voir un spécialiste. Madame consulta alors
un gastro-entérologue en lui expliquant qu'elle avait une grenouille dans
l'estomac; ce spécialiste lui refit quelques examens plus poussés sans rien
trouver de plus. Dépitée, elle alla consulter un autre spécialiste qui lui tint le
même langage si ce n'est qu'il lui conseilla de voir un psychiatre. Madame
consulta un psychiatre puis un deuxième psychiatre, toujours pour ces
mêmes douleurs et la même cause " sa grenouille ". Sans résultats, elle alla
voir un bon chirurgien qui refusa de l'opérer en la renvoyant chez le
psychiatre. Enfin, elle trouva le bon chirurgien qui l'écouta attentivement et
lui dit : " Vous avez effectivement une grenouille dans l'estomac aussi je
vous demande de rentrer en clinique ce soir et je vous opère demain matin.
".

47
48

De bon matin, elle se retrouva confiante et heureuse au bloc


opératoire où l'anesthésiste l'endormit. Le chirurgien vint, lui fit une
minuscule cicatrice cutanée et lors de son réveil, lui montra dans un bocal
une petite grenouille.
Plus jamais elle ne souffrit de son ventre; elle montra à qui voulait la voir sa
grenouille stomacale ! Jusqu'au jour où elle montra sa grenouille à sa
meilleure amie qui lui posa la question suivante :
" Est-tu sûr que cette grenouille n'a pas pondu dans ton estomac ? "

Ah ! nos bons amis semeurs de doutes !

. Le système scolaire éducatif : Notre éducation scolaire


Française s'est longtemps basée sur de curieux principes : l'erreur doit être
critiquée et grossie, mise en avant et montrée du doigt, soulignée en rouge
ou couverte d'un chapeau d'âne. Pourquoi ne pas mettre en avant la réussite,
sans omettre de corriger les erreurs qui ne sont que des expériences dans la
démarche que nous avons tous de progresser. Le système actuel est trop basé
sur la sanction qui rend peureux au lieu d'être basé sur la récompense qui
stimule.
Et si l'on se mettait à souligner en vert les bonnes choses ? Et si l'on décidait
de remettre à l'ordre du jour nos cours de morale et nos récompenses de fin
d'années ? Et si l'on montrait comment travaillent les meilleurs ? Et si la
réussite scolaire était mise en avant comme étant le résultat du travail et non
d'une lutte des classes stupide et démagogique ? Et si l'on montrait que
travailler nécessite de perdre de la sueur quelque soit les races, les religions,
le milieu socioculturel ou socio-économique ? Et si l'on disait honnêtement
que nous ne sommes pas égaux face à la réussite scolaire notamment par
rapport à l'intelligence des individus ? Et si l'on remettait en avant la
MOTIVATION ? Image excessive me direz-vous : certes mais c'est surtout
un état d'esprit qui nécessite d'évoluer ( il change ! ) afin d'encourager les
initiatives individuelles sans avoir peur de se faire taper sur les doigts, tout
en étant ( ou en apprenant à être ) responsabilisé.

. Le système social professionnel et médiatique : Qui peux


nier que la société dans laquelle nous vivons est basée depuis quelques
temps sur une diffusion d'images et d'informations particulièrement
négatives qui freinent nos ardeurs à entreprendre. Ces informations nous
angoissent en créant un sentiment pervers de non dit, source fréquente de
rumeurs qui imprime des sensations de peurs ou de doutes sur notre
subconscient. Comment entreprendre quand on ne nous montre que celui qui
échoue en volant son prochain, créant ainsi un sentiment de doute sur votre
propre voisin ...? Comment entreprendre quand l'assimilation se fait entre
patronat & monde politique & Mafia etc ...? Comment entreprendre quand
celui qui crée des emplois par ses idées, son travail et sa prise de risques est
montré comme un profiteur incompétent et irresponsable ? Peur du défi de
toute une génération par peur d'échouer !

48
49

Comment envisager un régime quand l'on nous montre


uniquement ceux qui échouent et reprennent du poids ?
Comment envisager un régime quand l'on nous montre
uniquement les dangers et les inconvénients des régimes sans nous montrer
les avantages majeurs d'une perte de poids, même peu importante ?
Comment valoriser l'apport extraordinaire de la chirurgie
esthétique quand on préfère montrer les cicatrices indélébiles et les
opérations ratées ?
Comment faire confiance à son médecin quand on met
continuellement à la une des journaux ceux qui sont médiocres ou qui
échouent en oubliant ceux qui réussissent ?
La maîtrise de l'information donne beaucoup de droits mais
surtout celui de ne pas omettre la vérité : semer le doute et créer la peur sont
si simple et facile à mettre en place avec nos outils médiatiques actuels. On
nous dit qu'il faut prévenir et éduquer la population : j'applaudis mais
faisons le complètement en expliquant le pour et le contre, les avantages et
les inconvénients, sans jouer le rôle du candide simplet et stupide. Peut-être
est-il plus facile pour des journalistes médiocres de faire parler un mort
qu'un vivant : quel bel audimat aura t’on alors ! car les gens aiment " le
poids des mots et le choc des photos ".
Qu'il est simple de faire peur et de détruire une image ... par
rapport à la difficulté de donner confiance ou de reconstruire une image de
qualité ! Et c'est ainsi qu'au fil des mois et des années, un sentiment de
manque de confiance en soi s'instaure, progressivement par peur d'être
montré, doutes ... jour après jour ... doutes extrêmement puissants mis en
place par les média ou l'environnement, doutes jamais ou rarement précis et
étayés, mais doutes quand même ... semant la petite graine.

. L'injuste comparaison des expériences : Il est curieux de voir


comme nous avons une faculté extrême à amplifier et exagérer les qualités
des autres et diminuer les nôtres. Cela commence par notre environnement
familial ou amical qui nous explique, durant notre enfance, que le fils du
voisin est meilleur à l'école, est meilleur en sport, est mieux habillé, plus
mince ... bref le môme insupportable à qui l'on a envie d'écraser ... la main !
le môme parfait, c'est l'autre. Ces blessures infligées souvent
involontairement par l'environnement laissent des séquelles psychologiques
aussi dévastatrices que si elles étaient réelles car l'enfant raisonne au premier
degrés sans analyser complètement les données, et par rapport à des échelles
de valeur comparées avec celles d'autres adultes et/ou enfants; ses
conclusions sont très souvent carrées : vrais ou faux mais rarement mitigées.
Aussi toute critique est intégrée, mots par mots, phrases par phrases pour
construire sa personnalité future en laissant sa trace définitive : positive ou
non, elle conditionnera le comportement futur face au fait d'entreprendre.
Puis viennent les années amoureuses : c'est toujours l'autre qui " drague " les
plus belles filles car il a plus de qualité, une plus belle mobylette etc...
Viendra ensuite les années de sous-entendu où rien ne se dit ouvertement :
La réussite de l'autre est exceptionnelle et insupportable.

49
50

L'autre est souvent valorisé dans son comportement, son métier,


son style de vie et l'on en oublie ses propres capacités : l'un est médecin,
l'autre est garagiste ... chacun est très compétent dans ses activités; aucun
déshonneur car les expériences sont différentes. De plus et ironiquement,
bien des gens dont nous admirons les capacités et les réussites nous
admirent pour les mêmes raisons. Alors cessons de nous comparer alors qu'il
n'y a rien a comparer car une différence d'expérience n'est pas un signe
d'infériorité par rapport à un autre !
Amusez-vous à comparer les qualités et capacités de votre
femme avec une autre ? Je vous souhaite une bonne fin de journée et vous
conseille de ne jamais recommencer aussi sincèrement ! Amusez-vous à
comparer les qualités de votre belle-mère devant votre femme avec une autre
? Comme vous aimez vivre dangereusement !
Rien à comparer non plus dans la réussite d'un régime ! les
motivations sont différentes, les métabolismes aussi, la nourriture et les
activités aussi : l'autre peut réussir et vous non ... ou je dirai plutôt que vous
pouvez réussir et l'autre non.
SOYEZ JUSTE ENVERS VOUS-MEME ET CHERCHEZ VOS
COMPETENCES !

. Comparer nos pires défauts avec les meilleures qualités des


autres : Peu de commentaires sur cette autre cause de mauvaise image de
soi; tout est dit dans le titre.

. Confondre l'échec d'un projet et l'échec de l'existence :


Vous avez tenté un régime et échoué ? certains ne s'en remettront pas et
auront l'impression que le monde s'écroule, que leur vie est finie parce qu'ils
ont échoué à ce régime. Combien d'élèves ont le même comportement en
ratant un examen et ont l'impression que leur vie est finie, ce d'autant que
l'entourage appui tragiquement sur cet échec. Cette erreur d'interprétation
entraîne souvent la mise en place d'une image dévalorisée avec comme
conséquence une sanction personnelle ( J'ai échoué à mon régime donc ... je
remange ! ) amplifiant la dévalorisation. Cercle vicieux parfois difficile à
rompre : en prendre conscience est en partie GUERIR.

. Établir des standards de perfection qui ne sont pas réalistes


: Le domaine du poids est un des domaines où les standards de perfection
sont les plus montrés et les plus visibles : revue de presse, défilés de mode,
soirées dansantes etc... Que d'endroits où ces standards se dévoilent et que
d'ambitions déçues ! Pour un top-modèle, combien de femmes vont modifier
leur alimentation au point d'en devenir anorexique ?
Le maillot de bain Brésilien, la mode cintrée, les pantalons saillants serrant
la ceinture ( et la circulation veineuse ), les robes mini ne permettant
aucunes erreurs ... mode parfaite à 20 ans, limite à 40 et franchement
ridicule ( ou dangereuse ) à 60 ans. Que de femmes courent derrière leur
taille et poids de 20 ans en refusant d'admettre que leur corps évolue et

50
51
ne réagit plus comme avant, que les métabolismes évoluent
( se ralentissent ), que des modifications hormonales vont influer et que
surtout le psychisme n'est plus semblable. Être en harmonie avec son âge ...
difficile et douloureux ... et pourtant ! Cela n'empêche pas de faire un
régime mais le faire BIEN en étant adapté à l'âge et à l'aspect général.

ETRE BELLE ET PLAISIR DE PLAIRE !


N'est-ce pas une des caractéristiques féminine ( et maintenant masculine )
qui fait tout le charme de la femme, et ce depuis tout temps.
Il est important d'insister sur les dangers de ces régimes non adaptés et non
personnalisés, complètement irréalisables entraînant des dégâts psychiques
et physiques. Vouloir ressembler à ... sans en avoir les capacités et les
possibilités est aussi stupide que de vouloir être chirurgien sans étudier le
corps humain. Rappelez-vous l'histoire de la grenouille
( encore une ) et du bœuf de Jean DE LA FONTAINE !
Ne pas tenter de comparer son alimentation avec celle du
voisin est primordial bien que cela fasse quelque part un peu mal : en effet,
qu'il est rageant de voir les autres ( les minces ) pouvoir manger à toute
heure un pain au chocolat, un croissant ... et ce sans prendre un gramme !
On en salive même à l'image que l'on s'en fait ( vous voyez que vous savez
visualiser quand vous voulez ? ) car bien sûr les boulangers laissent traîner
des odeurs alléchantes dans nos rues. C'est un chose à admettre
DEFINITIVEMENT : vous ne pourrez pas manger toutes les pâtisseries
que vous souhaitez; une est possible mais plusieurs ... bonjours les dégâts !

Nous avons évoqué le poids mais il en est de même dans tout


plein d'autres domaines : un exemple flagrant qui s'intègre à ces données est
le sport. Même standard de perfection stupide que de vouloir jouer au tennis
comme LENDL, FORGET ... sans avoir l'entraînement ni le passé sportif (
20 ans d'expérience journalière ), même erreur que de démarrer une activité
sportive intensément à 60 ans comme si l'on envisageait une sélection aux
futurs Jeux Olympiques.
CALMONS-NOUS ! VIVONS AVEC L'AGE DE NOS ARTERES
... ET DE NOTRE PEAU !
Se fixer des standards de perfection beaucoup trop élevés ou
irréalisables entraînent systématiquement en cas d'échec un sentiment de
dévalorisation intense qui fait que l'on ne se pardonne pas cet échec et qu'en
conséquence on n'est donc " un incapable ", donnée qui vient aggraver la
mauvaise image de soi.

LE CORPS EST A L'IMAGE DU REGIME QUE NOUS LUI


DONNONS ... IL EN EST DE MEME POUR L'ESPRIT !

. Une cause importante de mauvaise image de soi, liée aux


précédentes causes, est le fruit de notre imagination. En effet,
l'environnement qui nous entoure nous abreuve d'informations que l'on
enregistre comme vraies. Plusieurs de nos décisions et actes quotidiens sont
basés sur des informations à notre sujet qui ont été enregistrées comme
vraies, récemment ou non, d'une façon consciente ou non. C'est le domaine
de l'émotionnel que nous enregistrons sans faire la différence entre le réel et
l'imaginaire.

51
52
Prenons l'exemple de votre décision de faire un régime : vous dites à votre "
conscient " que vous voulez faire un régime pour maigrir. Votre cerveau va
rechercher dans votre banque de données subconsciente combien de fois
vous avez déjà fait cette expérience ainsi que la manière dont vous vous êtes
comporté tant positivement que négativement; votre image mentale est celle
d'un " gros " depuis longtemps aussi une décision rationnelle inconsciente de
résistance sera prise quant à votre régime ... à moins que vous soyez
suffisamment fort pour changer votre image mentale de force, en trichant ou
en ayant des désirs plus puissants qu'avant, voire en la remplaçant par une
image différente.
Pour schématiser, le cerveau se comporte un peu comme les
enfants qui jouent à imiter certains personnages de films : à un moment
donné, le cerveau ne peut faire la différence entre " le vrai moi " et " celui
que je prétends être ".
Expérience réelle ou imaginaire ... nul ne sait plus !
Expérience théâtrale ? et pourquoi pas ?
c'est le domaine des substitutions dont nous reparlerons. En général, votre
comportement, votre personnalité et votre potentiel dépendent de votre
image mentale. C'est en partie ainsi que se forge vos possibilités de réussite
dans la vie : à force d'avoir un handicap dans la vie, nombre de personnes le
conserve même si ce handicap disparaît : image d'obèse ... on est obèse ... on
le reste ! Image de perdant ... on est perdant ... on le reste ! Et pourtant un
handicap, certains travaillent pour s'en séparer et/ou pour progresser !
POURQUOI PAS VOUS ? Encore faut-il avoir la MOTIVATION pour le
faire MAINTENANT.
Tout est une question d'acceptation d'image mentale et celle-ci
se retrouve dans tous les domaines de la médecine : de nombreux travaux
tentent à prouver que la vitesse et la qualité de la guérison face à une
maladie est plus rapide et plus complète quand le " mental " est impliqué (
par anticipation ) que quand le malade s'admet vaincu. Il en est de même
dans le domaine des sports : le sportif arrivant sur un stade POUR
GAGNER dans sa tête a plus de réussite que celui qui arrive en espérant
gagner ou celui qui ne se voit pas gagner !!!

Fermez les yeux ! respirez amplement.


Utilisez tous vos sens !
VOUS VOYEZ-VOUS ENFIN REUSSIR ?
Comment modifier et améliorer votre image car vous avez
compris que l'on n'échappe pas à son image mentale; vous la portez
continuellement avec vous comme votre ombre : elle vous caractérise et
catalyse l'ensemble de vos actions et de vos pensées. Vous pouvez tenter de
l'oublier et de ne pas en tenir compte ... vos résultats seront là pour vous la
rappeler et votre environnement vous sortira rapidement un miroir fort utile
!
Que voyez-vous pour demain ?
Qui serez-vous demain ?
Pensez-vous gagner ?

Il est donc temps de continuer de progresser en travaillant son


image, seul moyen associé à un bon équilibre nutritionnel de ne PAS
RECHUTER, de mettre en place des bases solides à l'épreuve de tous
séismes.

52
52

TRAVAILLER SON IMAGE permettra de vous bâtir une


confiance en vous tout à fait inébranlable et vous permettra de passer à
travers une foule d'expériences en ayant toujours en tête un cap précis pour
votre réussite. J'ai bien dit travailler car la confiance en soi n'est pas un don
inné mais elle se cultive et s'acquiert

. Faites l'inventaire de vos qualités et de vos capacités. Nous


avons l'habitude en séminaire de proposer un jeu particulièrement simple
permettant de prendre conscience de cet inventaire. Prenez une feuille de
papier et divisez cette page en deux par une colonne verticale. Isolez-vous
pour être au calme et en une minute, dans la colonne de gauche notez vos
défauts et à droite vos qualités.
Ne rêvez pas la tête en l'air !
Il vous manque des idées ? Rappelez-vous ce que disent ou pensent votre
entourage de vous.
Notez !
Alors ? quels résultats ?
Dans bien des cas, la colonne des défauts est la plus longue.
N'ayez pas de craintes, cela est normal car notre cerveau mémorise plus
facilement les faits négatifs que positifs ce d'autant que, si vous réfléchissez,
l'on a du probablement plus souvent appuyer sur vos défauts que sur vos
qualités. Que fait-on plus facilement remarquer à son entourage : " Tu es
génial MAIS penses à améliorer ... telle ou telle chose ...". Pourquoi toujours
terminer ses compliments par un mot négatif, un " MAIS " car c'est de ces
derniers mots dont vous vous souviendrez.
Mais au fait, vous avez des défauts cher lecteur, MOI-AUSSI !
car personne n'est parfait mais ce n'est pas la banqueroute des qualités; il en
existe une foule ... cherchez bien ! même des petites, des moyennes, des pas
très importantes voir négligeables, des qualités qui ressemblent à celles des
autres et aussi des grandes qualités. Demandez au besoin à votre entourage (
ceux qui vous aiment sincèrement ) de faire le point avec vous mais soyez
CONVAINCU que vous avez des capacités, peut-être pas toutes utilisées,
mais vous avez des capacités et des qualités. Il existe de nombreuses
preuves comme entre autre :
- Outre le bon sens,
- Votre femme ne vous aurait pas épousé si vous n'aviez
quelques qualités
- Vos enfants ne vous estimeraient pas si vous n'aviez
quelques qualités
- Votre patron ne vous paierait pas si vous n'aviez
quelques capacités
- Vous avez déjà réalisé des choses avec succès
- ...
Oui, je sais, vous avez des " défauts " du style être gourmand,
aimer les bons plats et les bons vins, n'être pas un grand adepte des stades.
D'abord, est-ce de grands défauts ? Pas sûr donc relativisons les choses.
Rassurez-vous, nombre de grandes personnalités connues pour avoir plein
de qualités ont aussi ces " défauts " et elles réussissent parfaitement donc ...
avoir certains défauts n'est donc pas synonyme d'échec d'ou l'importance
d'une image travaillée non pour avoir un " ego super-gonflé " mais une saine
acceptation de soi.

52
53

. Soyez convaincu que votre aspect physique dénote de votre


attitude par rapport à vous ainsi que par rapport aux autres. Notre
aspect extérieur en dit beaucoup sur notre aspect intérieur. Combien sont
nombreux les gens ayant peu de respect pour les autres qui ont un aspect
physique médiocre.
Les gens ayant une mauvaise image d'eux-mêmes se cherchent
une foule d'excuses pour ne pas avoir un " look " adéquate.
- l'on nous dit que c'est une question d'argent : FAUX car
tout est permis du simple costume en coton à la soie, de la simple robe pâle
à celle colorée. Toute sorte de prix se retrouve maintenant sur le marché.
Peut-être faut-il choisir ses lieux d'achats et les adapter à ses moyens, sans
honte.
- l'on nous dit que c'est une question d'âge : FAUX car
tous les jours je vois des personnes d'un certain âge venant consulter soi
pour des problèmes de poids soit pour des problèmes d'esthétique. A croire
que l'on se respecte plus quand on vieillit à moins que l'on cherche à plus
masquer les choses : dans les deux cas, l'objectif est particulièrement
louable.
- l'on nous dit que la mode n'est plus d'être " smart " :
FAUX car il n'a jamais été dit qu'être à la mode c'est être sale, habillé sans
goût avec des habits tachés, sans harmonie et mal taillés.
- l'on nous dit que marcher raide, tête haute, vite et
dynamique, fatigue : FAUX, il y a une différence entre avoir l'aspect
SUPER-WONDER MAN et être " le fatigué chronique ", dos plié, traînant
ses chaussures et son cartable sur le sol, le regard vague et le cheveux en
bataille portant toute la misère du monde. Que de gens comme cela ces
dernières années laissant apparaître un certain " je m'en foutisme désabusé "
... à croire qu'ils vont se remettre à marcher à quatre pattes !
Redressez-vous, marchez raide comme avec un porte manteau dans le dos !
Essayez avant de rigoler ... car vous verrez alors que TOUS vos
comportements changeront et s'adapteront à cette nouvelle image.
- l'on nous dit qu'il ne faut pas écraser les doigts de l'autre
quand on lui serre la main : CERTES mais il y a une grande différence entre
écraser les doigts ( autre symptôme d'une mauvaise image de soi ) et tendre
une main gluante, flasque, molle qui accroche et dont on ne peux se séparer.
A vous de trouver le juste milieu !
- Trop se maquiller, se parfumer : CERTES mais " soyez
naturel " comme vous le sentez mais n'oubliez pas qu'il n'y a rien de plus
désagréable que de sentir dès le matin la sueur de la nuit.
RESPECT DE SOI EGAL RESPECT DES AUTRES
Soyez convaincu que vous n'avez pas plusieurs chances de faire
une première bonne impression. Il existe une loi : la loi des 20 premiers
mots, des 20 premières secondes, des 20 premiers centimètres. Nous y voilà
et c'est dans ce cadre que vous devez vous situer impérativement si vous
souhaitez réussir, même dans la gestion du poids. Changez une attitude
extérieure ou une apparence et vous modifiez l'image intérieure et la
capacité à réussir.

53
54

Il est évident qu'un individu perdant du poids et retrouvant une


ligne et une forme adéquate aura un comportement complètement différent
dans TOUS LES DOMAINES DE SA VIE.
Le cliché selon lequel l'habit ne fait pas le moine est une autre de
ces demi-vérités qui créent des problèmes, surtout si vous en adoptez la
mauvaise moitié.

Soyez convaincu que votre apparence affecte votre image et


votre performance.
Je me rappelle nos vieilles bandes de " loulous " de notre
enfance ou mieux les stupides " casseurs-suporters de foot " ( qui ne
touchent pas le ballon ! ) : chacun est habillé avec le même " look " - botte /
pantalon / veste en cuir avec clous etc... à croire que plus l'on est sale, mieux
c'est ... provocation certes mais fait bien réel car leurs comportements sont
identiques quelques soit les lieux à travers le monde : envie de casser pour le
plaisir du défoulement par refus des normes sociales et " vidange " de
l'agressivité. Prenez un de ces individus qui, au fil des années, vieilli, trouve
une épouse et fonde un foyer, s'embourgeoise comme on dit. Même individu
mais " look " complètement changé par un nouvel environnement et un
nouveau statut social.
Comme quoi !
Je m'amuse de temps en temps en regardant à la télévision nos
meneurs de 1968 avec leur langage, leurs gestes, leur image de l'époque de "
moralisateurs gauchisants "; quel merveilleux exemple de travail sur l'image
buriné par le temps et la société qu'ils ont mis en avant : tous rangés
maintenant à des postes plus que confortables. N'y voyez aucunes critiques
ni envies mais cet exemple de ce que peut faire la pression sociale sur les
individus à du bien quelque part.

. Développer une saine image de soi, c'est développer son


assurance.
Développer son assurance dans la vie se base sur l'expérience du
succès, quelque soit le type de succès; votre fils par exemple a décidé
d'apprendre à skier aussi il va lui falloir débuter, avoir des échecs ( tomber ),
accepter de se relever, recommencer, retomber jusqu'au moment ou les
chutes seront moins nombreuses et où, fier de lui, il dévalera une petite piste
rouge sans trop de craintes : regardez comme votre fils arrive fièrement
devant vous; il s'est battit une certaine dose de confiance en lui en oubliant
ses propres échecs et en construisant, grâce à ses expériences, des succès qui
engendreront d'autres succès.
Notre problème à nous adulte est que trop souvent nous
détruisons notre confiance en nous-mêmes en nous souvenant de nos échecs
et en oubliant nos succès; l'émotion liée à l'échec crée une condamnation de
soi qui mène à l'autopunition : l'exemple de la reprise de poids à cause de
??? est l'exemple parfait de cette autopunition que l'on s'inflige. Cette
émotion nous masque ainsi les actions pourtant réalisées avec un certain brio
pour perdre du poids.
Pour développer notre estime personnelle de façon positive et
adaptée, nous devons donc apprendre à baser nos actions et réactions plus
sur la pensée rationnelle que sur nos émotions.

54
55

. Développer son assurance c'est dompter et balayer ses


peurs. Voilà probablement une des grandes causes de mauvaise image de
soi, la peur qui entraîne un manque de décision et donc un manque d'action
et de passage à l'acte. Combien de patients ont peur d'entreprendre leur
régime, d'envisager une activité sportive etc... et cette peur est
PARALYSANTE, modifiant même notre façon de nous comporter : pas de
voix, tremblements, sueurs, énervement, diarrhée, paresse, remettomanie,
infériorisation, hypochondrie, pouvant même faire prendre du poids par le
stress qu'elle occasionne.
Des statistiques sur la peur et les inquiétudes sont intéressantes :
. 40% des choses dont nous nous inquiétons n'arrivent
jamais
. 30% sont du passé et l'on n'y peut plus rien
. 12% concernent les affaires des autres et ne nous
regardent pas
. 10% concernent la maladie réelle ou imaginaire
. 8% valent la peine de s'en occuper.
Les peurs ne sont donc pas uniquement phénomène imaginatif;
Il existe des peurs bien réelles qu'il faut connaître pour pouvoir les repérer et
les éviter :
Peur de l'inconnu : c'est une peur qui est à la base de l'anxiété
devant l'opinion des autres, la critique, les imprévus; l'on ne sait pas
comment l'on va réagir devant telle ou telle situation et cet ensemble de
doutes créés et amplifiés par l'imagination va empêcher toute action de se
mettre en place. Ce sont des peurs qui s'amplifient sans que l'on sache
exactement pourquoi, un peu comme " les miettes de pain dans un lit, plus
on bouge, plus cela gratte ".
" Que va penser ma voisine si je commence tel régime "
" Qu'est-ce qui va m'arriver si je vais à cette soirée de travail ? "
" Ton imagination te joue des tours ! "
Peur de soi-même : une des manifestations précise de cette peur
est la manie de l'anonymat qui fait de vous un vulgaire objet non identifié
sans valeur que l'on a même pas à respecter tellement l'on souhaite passer
incognito, sans vague, toute sa vie; ne vous étonnez pas alors du manque de
respect que l'on vous réserve ! Que de boites aux lettres sans nom, que de
fonctionnaires qui n'osaient même pas dire qui ils étaient ... noyés dans la
masse ... à croire que sur la tombe le nom sera effacé. Peur bien sûr de la
maladie, de la folie, de la vieillesse, de la mort, de tout ce qui nous entoure,
de nos actes mais quel régal de critiquer les autres dans l'anonymat, de lire
les notices nécrologiques ! cadavres ambulants comme dirait un de mes
amis.
Peur des événements et du monde ambiant, peur des autres et
du milieu dans lequel on vit avec ses soucis. Cette peur est très souvent
amplifiée par la fiction que l'on se fait soi-même sans raisons apparentes;
exemple : votre patron vous demande de venir dans son bureau. L'esprit
humain va peut-être amplifier les peurs au point de vous démoraliser alors
que vous êtes convoqué pour une augmentation ! cinéma négatif difficile à
maîtriser ! Surtout que dans notre monde actuel les médias appuient sur tout
ce qui bouge, imprimant ainsi sur notre subconscient des images négatives
venant freiner nos ardeurs créatrices et nous poussant à rester dans
l'attentisme.

55
56

Peur de l'échec : Ah la voilà la grande peur qui bloque nos


actions par peur de perdre l'estime que l'on a de soi et que les autres ont sur
nous. Sachez que les gens médiocres vous fuiront peut-être mais que les
gens de qualité ayant déjà tenté de nombreuses choses dans leur vie,
accepterons sans problème votre échec et même vous encouragerons à
réessayer encore !
Et cette peur de l'échec est encore amplifiée par le fait que l'on prend le
problème à l'envers : on commence à penser négativement en se visualisant
entrain d'échouer donc critiqué; ainsi un sentiment d'infériorité naît
entraînant une nouvelle peur : celle de ne plus être aimé.
La peur crée le manque d'action et donc diminue la confiance en
soi : une expérience passionnante fut faite il y a quelques années aux USA
dans un laboratoire de physiologie.
L'on mis dans un grand aquarium un brochet, poisson vorace, et on lui
ajouta régulièrement des petits poissons dont il était friand; à un moment
donné, l'on sépara ce grand aquarium en deux par une vitre : d'un côté le
brochet et de l'autre les petits poissons; le brochet continua de se jeter sur
ces petits poissons mais ne pus les attraper car à chaque fois il se cognait sur
la vitre; au bout de quelques temps, il cessa donc son action de se jeter sur
eux. On enleva la vitre et le brochet continua de naviguer, au milieu des
petits poissons, sans les dévorer. Il mourut ainsi au milieu d'un aquarium
remplit de son mets favori.
Voilà ce que crée la peur : à force d'échouer, l'on ne tente plus rien ... je vous
laisse penser à quoi mène une vie de végétal !
La peur de l'échec engendre bien souvent des comportements
fort curieux, même dans la gestion du poids, et l'on voit ainsi des individus
ne plus rien tenter afin d'obtenir le poids souhaité : n'oubliez jamais que l'un
des seuls remèdes à la peur de l'échec est l'ACTION. N'attendez pas que tous
les feux soient au vert pour enclencher votre action.
FONCEZ !
Dites vous très fort que VOUS ALLEZ REUSSIR !
. Jamais tous les feux seront au vert pour commencer votre action; en
effet nombreux sont les critiques sur le régime que vous allez faire qui vont
vous être apportées par vos bonnes relations, critiques non fondées mais
colportées de bouche à oreilles, sans preuve, sans nom, sans assise
scientifique; bref, le bon ragot semant le doute ( Cf. La petite Grenouille ) et
bloquant toute envie d'action.
DETRUISEZ LES PENSEES NEGATIVES
vous rappelant vos échecs passés !
. Il n'y a que quand on essaie quelque chose, même au risque
d'échouer, que l'on satisfait son ego; rappelez-vous l'excitation que vous
aviez à " draguer " votre femme ou époux ! tous les risques étaient bons,
vous aviez même oublié vos échecs passés ! Certes la motivation y était
mais de toute façon, rien ne vous aurait empêché de rejoindre votre moitié.
Pas d'indécision du type " Y vais-je ou n'y vais-je pas ? " ni d'hésitation dans
votre façon de frapper à la porte pour sortir dîner avec elle : DON JUAN
avec cela !
. N'oubliez jamais que l'échec est un processus normal dans la vie et
qu'il fait partie de l'apprentissage naturel des choses de la vie; le seul moyen
de ne pas échouer est ... de ne rien faire ou d'arrêter de tenter ... il ne vous
resterait alors qu'à ne plus vous plaindre de votre surpoids !

56
57
. Quand on échoue dans une action précise, réfléchissez et demandez-
vous pourquoi vous avez échoué; vous ne trouvez pas pourquoi, demandez à
de VRAIS professionnels ( et non à votre voisine ). Oubliez vos échecs et
servez vous donc alors des leçons données.
Vous allez me dire que cela va être difficile de suivre ce régime,
de ne pas manger tel ou tel aliment, d'aller courir en forêt ! OUI, peut-être,
mais l'on a rien sans rien dans la vie car les efforts sont toujours
proportionnels aux buts recherchés : petits objectifs, petits efforts et grands
objectifs, grands efforts mais sachez que bien souvent c'est les premiers pas
qui coûtent. Alors quelle joie de réussir :
IMAGINEZ-VOUS AVOIR REUSSI !
FERMEZ LES YEUX ! VOYEZ-VOUS !
Je me souviens de deux images qui m'avaient frappé pendant mes études :
. Le corail dans un lagon est toujours mort car vous devez savoir que
c'est au large qu'il est beau, vivant, qu'il doit se battre contre les courants et
marées.
. Avez-vous remarqué comme les plus beaux arbres sur une montagne
se trouvent en général au flanc de celles-ci car ils doivent se battre pour
survivre.
La nature est ainsi faite et sa sélection se fait naturellement : seuls les
oisillons prenant le risque de s'envoler du nid survivront; pour les autres ...
OSEZ VOUS ENVOLER !
Les statistiques montrent que l'on meurt plus au lit !
BOUGEZ ! et SOYEZ AUX COMMANDES de votre vie.
La différence entre échec et réussite est parfois tellement proche
que de temps en temps, l'on ne sait plus où l'on en est aussi il vous faudra
apprendre à faire calmement le point sur vos objectifs et vos défis. Regardez
la différence de temps entre le premier au Jeux Olympiques et le deuxième :
un millionième de seconde ! l'un a gagné, l'autre a échoué.

Vous allez me dire que vous allez avoir des problèmes ( avec
un grand P ), des difficultés, des bâtons dans les roues pour faire votre
régime : OUI ! Mais bien-sûr que vous aurez des problèmes dans ce long
voyage que vous allez effectuer pour réaliser votre objectif ... vous seriez
bien le premier à qui rien n'arrive durant ce voyage ! Au fait, quand vous
partez en vacances, si les routes directes sont bouchées ( c'est un problème )
vous trouvez bien les solutions et vous ne rebroussez pas chemin en disant :
" on verra pour les vacances prochaines " ? Et oui, que la motivation peut-
être forte dans ce cas là ! Il en est de même dans tous ce que vous
entreprendrez si vous avez réellement la motivation et la joie et le plaisir de
le faire.
LA VIE EST EN SOI UN PROBLEME
. A chaque problème existe TOUJOURS une solution qui pourra vous
être fournie par des gens expérimentés ( et oui, toujours les mêmes ), par vos
propres expériences, par l'expérience de gens étant passés par les mêmes
chemins que vous ( à condition que cela soient des gens positifs ).
. Sachez que chaque problème est TOUJOURS provisoire et qu'il y a
toujours une porte de sortie; il est donc important de comprendre qu'il n'est
pas utile d'attendre obligatoirement d'avoir toutes les solutions pour bouger,
pour faire son régime : anticipez, allez de l'avant ! Mieux vaut prendre une
décision incomplète MAINTENANT que pas de décision.

57
58
. Apprenez à TRIER les problèmes : certains sont de vrais problèmes
urgents à voir, d'autres sont peu importants et peuvent être relégués à plus
tard. Je reste particulièrement surpris de voir le manque d'analyse de la part
de gens ( qui se disent adultes ) face à leur santé : véritablement certains se
noient dans un verre d'eau !
Comment vais-je cuire ma viande à midi ? et mon entrée sans
huile ? Il n'y a pas de four ! Le chef n'a pas de menu diététique etc ...
Cherchez, fouillez dans vos possibilités, soyez inventif ! Je suis CERTAIN
que vous trouverez une ( voire plusieurs ) solution parfaitement adaptée au
problème posé ... mais à une condition : que votre motivation soit réelle.
Rappelez-vous toujours votre jeunesse : ce n'était pas l'interdit qui vous
empêchait de rejoindre votre dulcinée quand vous lui aviez promis une
sortie !
Vous ne trouvez pas de solution : Amplifier mentalement le problème,
agrandissez-le, regardez le objectivement sous toutes les coutures, pesez le
pour et le contre, honnêtement. Allez, essayez même d'en rire de votre
problème et vous verrez que votre subconscient vous aidera à le résoudre. Le
chef est une terreur ... amadouez-le ou changez de chef ( et donc de
restaurant ). Je sens que vous allez me dire : " Il exagère ! ". Ma réponse est
formelle : NON car rien n'est impossible quand la motivation est présente et
ce n'est pas un vulgaire problème qui doit vous empêcher de faire votre
régime à la condition que vous soyez convaincu que, quelque soit les
difficultés, VOUS DEVEZ REUSSIR, vous ne pouvez que réussir car c'est
une question de RESPECT DE SOI; il est impossible de baisser les bras
devant cette ridicule difficulté généralement posée par d'autres, mais bien
souvent n'existant que dans notre mental car c'est NOUS qui nous créons,
seul, le problème. Combien de fois avons nous, nous même, fait dans notre
esprit un cinéma négatif d'événements qui ne sont jamais arrivé : " le chef ne
voudra pas, je n'aurais pas le temps de cuisiner, de rentrer chez moi ...".
C'est absolument incroyable de voir comme la machine cérébrale déforme
spontanément la réalité voire la crée de toute pièce mais
NEGATIVEMENT; en voici un exemple simple, vécu par tous : Votre
patron vous convoque à dix heures dans son bureau; que pensez-vous en
attendant ?
. il me convoque pour m'augmenter
. il me convoque pour me licencier
. il me convoque pour me réprimander ( et votre cerveau
trouvera bien seul une cause de réprimande )
. il me convoque pour me féliciter.
Vous verrez qu'avec le temps et ... de l'aplomb ou du culot ... votre
entourage n'est pas toujours aussi critique et cause de vos problèmes :
NOUS LE SOMMES NOUS-MEME ASSEZ SUR NOUS.
Honnêtement, regardez-vous dans la glace ! vous savez que vous avez la
solution ... mais elle n'est pas simple à mettre en place et vous avez encore
des doutes sur vos capacités !
FRANCHISSEZ CES BARRIERES MENTALES !
OSEZ SANS BARRIERES ET SANS GENE !
. Plus vous allez progresser, plus vous aurez des problèmes; en effet,
perdre 10 kilos va devenir un problème : nouveaux vêtements, nouveau
look, nouveau comportement social et sportif, nouvelles dépenses ... mais je
vous fais confiance, vous trouverez aisément les solutions car la réussite
crée de nouveaux problèmes ( et ainsi de suite ) mais sachez qu'il vaut
mieux être riche, actif et en bonne santé que pauvre, inactif et malade.
L'inertie crée de nouveaux problèmes dont je préfère me passer.

58
59

. Le seul endroit où vous n'aurez plus de problèmes ... c'est une caisse
de 1.80 de long sur 60 de large ! Plus de problèmes ( a priori ) mais
honnêtement, je n'ai jamais rencontré de gens pressés de ne plus du tout
avoir de problèmes.
. Sachez prévoir et anticiper vos problèmes; faites-en une liste et
attachez-vous à la solution et non au problème. Le soir, quand vous allez
vous endormir, pensez fortement à vos solutions ou à la recherche de
solution : le subconscient travaillera pour vous durant la nuit et comme par
enchantement, une solution apparaîtra au matin. Soyez convaincu que vous
n'aurez aucune chance de réussir en vous endormant avec vos problèmes en
tête car ceux-ci vont tournoyer dans votre tête, s'amplifier, se déformer et
vous amener à être de très mauvaise humeur au petit matin, ce qui n'amènera
toujours pas de solution mais aggravera sûrement l'ensemble de vos soucis.
. Je m'aide souvent quand je rencontre des problèmes, en me disant : "
Tel grand patron, dans la même situation que toi, que ferait-il ? "
Grand patron ( Médecin ou non ) que j'aime et admire par dessus tout ( et il
y en de nombreux en France ). METTEZ VOUS dans la peau de ceux que
vous appréciez et ne prenez pas exemple sur les médiocres.
Concentrez-vous très fort sur les solutions
et non sur les problèmes !
Une solution pour vaincre certaines de vos peurs est d'associer à
votre défi ( je veux maigrir ) le mot jeu qui implique une certaine excitation,
un challenge à relever sans risques majeurs à prendre; étant donné qu'il s'agit
d'un jeu, le subconscient sera détendu car :
. Vous n'aurez pas peur d'échouer : il n'y a pas de risques
majeurs vitaux
. Le jeu permet de penser grand et d'envisager toutes les
solutions à un problème donné.
. L'on est libre de tout engagement ... il ne s'agit que d'un
jeu sans responsabilité.
Amusez-vous dans vos régimes, sans trop vous prendre au sérieux, mais en
étant conscient de l'importance de vos actes : un peu de détente, une petite
folie, rare et JAMAIS répétitive !
. Connaître et maîtriser les différents problèmes est une base qui
vous permettra de réussir votre régime à une grande condition : que vous
soyez capable de CANALISER VOTRE ENERGIE sur ce que vous faites en
apprenant à CLOISONNER VOTRE VIE. Cela ne veut pas dire fuir le
monde, ne plus sortir, ne plus participer à une vie sociale, être hermétique à
la vie qui nous entoure.
Cette absence de cloisonnement est la grande cause de RECHUTES
dans les régimes car l'individu n'a pas encore appris à être à la maîtrise de
ses actes et de ses pulsions. Face à un échec, à une parole désagréable, l'on
se sent agressé dans son moi et la vengeance ( parfois involontaire ) sera de
se jeter sur l'alimentation pour calmer sa cause d'agressivité.
Nos bateaux modernes sont tous fabriqués avec des systèmes de
cloisonnement entre chaque compartiment; qu'un trou apparaisse dans un
des compartiments et ce ne sera que ce compartiment qui sera inondé et non
tout le bateau qui, lui, restera à flot. Vous devez faire pareil autant que faire
ce peut, tout en sachant ( mais intelligemment ) que certains recoupements
se font :

59
60
Vie professionnelle avec vie professionnelle
Vie familiale et vie familiale
Argent et argent
Détente et détente
Il y a un temps pour tout !
C'est un peu comme au jeu des sept familles : on ne peut les marier
ensemble mais par famille UNIQUEMENT.
Ce n'est pas parce que vous vous êtes chamaillée avec vos enfants ou
votre mari ou vos collaborateurs que vous devez vous VENGER en
mangeant : Ils s'en " fichent " et celle qui sera progressivement et
insidieusement punie, en fait, c'est vous ! Trouvez un autre dérivatif pour
vous venger ou pour passer vos émotions : mettez de la musique, chantez,
lisez, sortez vous promener, téléphonez à quelqu'un ( de positif surtout ),
allumez la télévision, augmentez le son de votre radio !
Mieux, imaginez-vous au bord d'une plage au soleil, avec cette petite
brise légère et un verre ou tintent deux petits glaçons.
RELAX !
Fermez les yeux ! RESPIREZ AMPLEMENT, CALMEMENT !
TOUT VA BIEN !
Trouver un dérivatif doit-être votre recherche première en cas de
déstabilisation car vous n'avez pas le droit de baisser les bras en vous
vengeant sur les aliments ( entre nous, ceux qui vous calment sont d'ailleurs
ceux qui vous font grossir ). Ce que vous n'acceptez pas des autres, vous ne
pouvez pas l'accepter de vous !
Imaginez que votre enfant vienne à échouer à un premier examen
scolaire et qu'il vous dise : " J'ai échoué donc ... je ne vaux rien ... donc je
vais stopper mes études ... etc... et cela vous apprendra à vous mes parents !
". Qu'elle va être votre réponse ? " Va mon gars, tu as raison " ou allez-vous
essayer de le raisonner ( il est jeune et pas encore adulte comme vous ).
Vous n'avez bien sur pas le droit de le laisser se punir ( inconsciemment )
car il le regrettera, aussi vous allez essayer de calmer le jeu et sa tristesse en
le réorientant sur un chemin positif rempli d'avenir ! N'allez-vous pas le
raisonner en l'amenant à rêver de SA réussite ? Il doit en être de même pour
vous ( qui êtes adulte ) face à des problèmes, des difficultés, des émotions (
faibles ou fortes ).
Combien de fois ai-je entendu des patients me dire : " J'ai craqué car
j'ai eu des ennuis dans mon travail, mon ménage, un deuil ...". Qu'a à voir le
deuil dans votre obésité si ce n'est que votre tristesse vous a poussé à vous
trouver une détente ou un dérivatif permettant d'oublier, dérivatif souvent
automatique ( et sans plaisirs ) dans la prise alimentaire. VOS FREINS sont
anormalement levés car la motivation s'est envolée, passée derrière le deuil
... et voilà deux ans de régime puis de stabilisation mis au rancart !
La réaction de cause à effet est une des conséquences typique de
cette absence de freins. Imaginez l'histoire suivante : Un matin, un médecin
s'accroche avec sa femme car elle a oublié d'acheter du pain pour son petit
déjeuner : stupide, mais cela arrive; il arrive donc au cabinet médical
furieux, furieux contre de plus sa secrétaire qui a oubliée de brancher son
ordinateur ce qui risque de perturber ses premières heures ( pardon,
secondes ) de travail. A coup sûr, elle l'a fait exprès pour l'embêter; pour
comble de malheur son premier rendez-vous arrive avec deux minutes de
retard ( cela n'arrive jamais au médecin ???); lui faire cela à lui ! Qu'elle
honte.

60
61

Mais voilà que ce malheureux patient se plaint en plus d'être malade (


chez un médecin ??? ) et demande un jour de repos ... pour une vulgaire
grippe : " Tenez, un petit traitement en injectable mon vieux, cela vous
apprendra et pas question de repos ! NON MAIS ! "
Soyez convaincu que les patients suivants n'ont qu'a bien se tenir. Et
ce môme que sa mère n'arrive pas à tenir pour que le médecin le vaccine ...
et en plus il a fait dans ses couches !
Il ne me manquait plus que le téléphone passé scandaleusement par la
secrétaire au moment où le médecin allais rentrer chez lui pour déjeuner;
mais elle le fait exprès ... de toute façon, il n'y a pas de pain à la maison et
heureusement que sa femme n'est pas là à midi. Allez, pourquoi ne pas en
profiter en allant manger une grosse PIZZA dégoulinante de fromage suivie
par une bonne BANANA SPLIT-RUN. Cela lui apprendra, à sa femme, elle
qui veut toujours le voir mince dans mes costumes ! Qu'elle journée, à croire
que les dieux lui sont tombés sur la tête. Que des problèmes ! Les gens sont
devenus fous aujourd'hui ! C'est bien les gens et non lui, le médecin ! Ils lui
auront tout fait : retard, cris, pleurs, sueurs, malaises, bousculade, urgence,
re-pleurs, accroc de son aile de voiture, un zéro à son gamin à l'école ... et sa
femme qui a oublié d'acheter du pain ce soir. Une journée d'enfer, rien de
plus banale pour un médecin, mais vécue comme l'enfer à cause d'un pain
qui sera vite oublié sur l'oreiller quand la motivation amoureuse remplacera
la vengeance déplacée de la journée.
Un jour sans pain ... de votre vie !
Une vengeance sans raison !
Une fois, un jour ... et si ce drame bien banal voire même ridicule (
mais analysez vos propres actes avant d'en rire ) se répète trop fréquemment,
il ne faudra pas s'étonner d'une prise de poids qui sera de plus en plus
excessive car devenant HABITUDE ! Nous voilà donc arrivés à une des
très grandes causes d'échec dans les régimes : Perte progressive des
motivations avec dénégation de soi et absence de cloisonnement de sa vie
cause de levée des freins aux habitudes.
" Bref, cela n'a plus aucune importance pour moi ! "
Ce que vous semez, vous le récoltez toujours en plus grand !

. Développer une saine image de soi, c'est surtout apprendre


à se voir positivement et a être enthousiaste.
Connaissez-vous l'histoire de ces deux jumeaux : Lors d'une
soirée de Noël, un père voulu tester les capacités de réaction de ses deux fils
: A l'un de ses fils, il offrit un magnifique vélo; le garçon au prime abord très
heureux commença à raller en se plaignant que ce vélo était trop grand, qu'il
allait tomber, se faire mal : bref, cela n'allait pas. L'autre garçon se retrouva
face à un énorme tas de fumier; et de le voir courir, souriant et heureux dans
tous les sens ! Son père lui posa alors une question :
- " mais que cherches-tu et pourquoi es-tu heureux ?
- S'il y a un tas de fumier c'est que obligatoirement il y a un
poney quelque part pour moi ".
Et vous, cher lecteur, que voyez-vous dans la prescription de votre
régime ?

61
62

- La possibilité d'enfin être en adéquation avec vos rêves ou


- Une nouvelle source d'ennuis et de privation ?
Soyez convaincu que la manière dont vous pensez devant votre régime se
reflétera dans vos résultats.

Être positif n'est pas croire que tout va toujours bien tout le
temps; ce n'est pas devenir irréaliste, inconscient, accepter sans vérifications
que " tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes "; au contraire, être
positif c'est chercher à comprendre et analyser honnêtement les faits,
seulement les faits, en essayant de trouver le bon côté des choses. " J'en
connais qui sortent l'hiver en petite chemise dehors, la goutte gelée pendant
au nez et disant qu'il fait chaud ". Ceci n'est pas être positif, c'est être idiot ...
mais il faut bien que les médecins vivent !.
L'on n'est pas POSITIF d'emblée. Cela se travaille ! Certain
s'imagine que cette chose simple d'être positif quelque soit les circonstances
est innée; certes, si cela est vrai pour certains ( et ils sont rares ), ce n'est pas
chose innée mais plutôt acquise : en effet, la vie est une suite d'expériences
heureuses et malheureuses qui doivent nous imposer d'apprendre des
nouveautés et de savoir s'adapter à chaque expérience nouvelle. Comme rien
ne s'apprend sans efforts et parfois sans échecs, l'homme se doit d'être
capable de supporter la succession de ses échecs, normaux dans la logique
d'une progression vers le haut. C'est dans cette phase de progression scolaire
que se différencieront, en autre, les individus :
* Certains ne supporteront pas l'échec et baisseront les bras,
même si certaines réussites sont présentes : ils ne voient que le verre d'eau à
demi-vide; la répétitivité des échecs amènera le subconscient à envisager de
prime abord le côté négatif des choses : " je ne tente pas car je vais échouer
"; schéma mental aliéné à la défaite et difficile à restructurer mais la
guérison existe sous couvert d'une bonne prise en charge.
* D'autres comprennent que cette succession échecs / réussites
est normale. Ils apprennent de leurs expériences afin de ne pas répéter les
mêmes erreurs; dans le cas d'un régime, il est " amusant " de voir que bien
souvent les rechutes sont liées aux mêmes erreurs alimentaires ( et
psychologique ).
Verre à moitié plein - verre à moitié vide ?
A vous de choisir !
J'aime à faire travailler nos stagiaires en Ressources Humaines sur
l'exemple suivant : montrez un paper-board blanc présentant un minuscule
point noir à un endroit. Que voyez-vous ? Certains ne verront que le point
noir ... et d'autres le papier blanc. Comme quoi dans la vie, certains ne
voient que le mauvais côté des choses et d'autres l'aspect positif.

Être positif nécessite donc de TRAVAILLER ses habitudes et ses


attitudes afin de rester AU CONTROLE DE SOI de façon
PERMANENTE. Notez les mots " façon permanente " et non par période, à
mi-temps : en effet, de nombreuses personnes se disent positives quand tout
va bien et oublie de l'être quand cela va mal. Ce n'est pas quand l'on perd
calmement ses 5 kilos par mois que l'on s'inquiète; c'est quand le poids
devient stable, en plateau, que les individus commencent à être négatifs : car
qui dit être négatif dit penser négativement de son régime et donc ne plus y
croire et donc le modifier dans un sens qui peut-être catastrophique (
dénutrition ).
TOUT VA BIEN, PATIENCE !

62
63
Ayez l'étincelle de l'enthousiasme : L'enthousiasme est un peu
comme la graisse sur l'essieu d'une roue, graisse qui facilite grandement le
cheminement vers nos objectifs. Gardez toujours cette joie que vous aviez
aux débuts de votre amaigrissement, même si cela devient un peu plus
difficile de jour en jour.
Ce n'est pas gravir les premiers mètres qui est difficile en
escalade mais les derniers centimètres. C'est rarement le début du marathon
qui est difficile mais plutôt les dernières secondes, les derniers dixièmes de
secondes qui feront toute la différence entre le premier et le deuxième.
Une force de caractère acharnée fera que vous ne lâcherez pas. Cet
enthousiasme que vous avez vous permettra ainsi de changer les problèmes
en des défis excitants et motivants tout en vous débarrassant de vos
inquiétudes.
" Les inquiétudes sont comme les miettes de pain dans un lit. Plus on bouge et plus cela gratte ! "

Arrêtez de vous apitoyer sur votre sort : Premièrement vous


n'êtes pas le premier à faire un régime. Deuxièmement, s'apitoyer sur votre
sort fera que votre entourage va vous plaindre; s'il se met à vous plaindre, il
ne vous encouragera donc pas à poursuivre ce régime et sans
encouragements extérieurs, vous savez comme moi, que l'échec est proche.
L'entourage ne sera pas le seul à vous démotiver : vous-même,
en vous apitoyant sur votre sort, allez avoir des pensées négatives sur vous,
vos actions, vos objectifs ... source encore de démotivation.
Ne vous apitoyez donc pas sur un repas maigre que vous aurez
fait et n'acceptez pas que l'on vous dise : " Mon vieux, tu n'as pas de chance
avec ce que tu dois manger; allez prend ce plat pour une fois ! Moi à ta place
!!!
Il n'est pas à votre place !
Vous me direz que c'est parfois particulièrement difficile de
suivre un régime quand on est invité chez des amis ou au restaurant. Mais si
! Au lieu de penser que c'est pénible et dur, dites-vous que c'est
extraordinaire ce petit changement dans votre vie, que cela va mettre un
peu de piment à vos repas et au rythme de votre vie. Sachez bien sur trouver
au besoin des excuses pour ne pas reprendre tel ou tel plat ( du style : " j'ai
eu une petite indigestion hier aussi je préfère ne pas me resservir " ) ... et
puis de toute façon, ce que pensent les autres ... n'a AUCUNE
IMPORTANCE car ce régime vous le faites pour vous.
Donnez envie aux autres de vous accompagner par notre bonne
humeur : avez-vous remarqué comme la bonne humeur et l'enthousiasme
sont CONTAGIEUX. Une soirée chez des amis tristes, négatifs ( seul les
problèmes de la vie sont envisagés lors de l'apéritif et du dîner ... autour du
dernier crash d'avion, du dernier meurtre, des derniers ragots politiques etc...
) est particulièrement communicative car vous rentrez chez vous avide de
vous coucher, épuisé. Au contraire, rappelez-vous votre dernière soirée avec
ce couple plein d'entrain racontant perpétuellement des histoires à mourir de
rire : vous rentrez chez vous en n'ayant presque rien mangé tellement vous
avez ri ( à croire que le rire coupe la faim ) mais de plus, quels souvenirs !
Avez-vous remarqué comme la vie est alors plus gaie, comme votre régime
passe sans problèmes et est moins triste.
L'enthousiasme est l'huile de votre moteur mental et en l'absence
d'huile, vous savez que la rouille apparaît, aussi et pour l'éviter :

63
64
Mettez-vous en harmonie avec votre régime : voyez-le " super "
Il sera " super ".
C'est un peu comme du " COCA-COLA " : sans bulles, cela n'a pas de goût.
SOURIRE, RIRE, voilà encore une grande clé; je dirai même,
la deuxième et unique clé avec la motivation Qu'elle tristesse de voir
comment évolue les visages de nos concitoyens au fil des années; du sourire
perpétuel à l'âge de dix ans ( yeux petits et lèvres orientées vers le haut ) en
passant par l'air perdu et désœuvré des vingt ans ( yeux hagards et bouche
horizontale ) l'on aboutit à des adultes de trente ans et plus tristes, le regard
battu du cocker et la bouche attirée vers le bas ! Regardez autour de vous !
Comment être communicatif dans ce dernier cas là ? Comment donner envie
aux autres de persévérer dans une activité donnée, dans un régime ?
Essayez, c'est impossible.
Et pourtant, les choses sont si simples car le sourire est un outil
naturel à l'homme. Physiologiquement, il est plus facile et moins fatiguant
de rire : en effet, pour rire vous allez faire travailler 8 muscles alors que pour
être triste ( faire la gueule ) vous ferez travailler près de 34 muscles. Soyez
donc un peu paresseux et riez !
J'ai lu l'histoire vraie de ce médecin psychiatre qui adorait faire des photos
de visages faisant des grimaces; quand il était un peu dépressif, il aimait à
regarder ce trombinoscope. Un jour qu'il était absent, une infirmière pris par
mégarde ce dossier et, le montrant à ses collègues, elle fût stupéfaite de la
bonne ambiance et de la qualité du travail qui fut effectué ce jour là. En
accord avec son propriétaire, l'on montra ces photos aux malades : les
statistiques de prise médicamenteuse chutèrent et l'état de certains patients
s'améliora ostensiblement. La conclusion simple a été d'admettre que le rire
permet aux individus d'éliminer certaines sources d'inquiétudes et de
tensions.
Apprenez à sourire ! Au début, il faut parfois se forcer, mais
souriez ! Aidez-vous au besoin :
1. Le matin, à votre réveil, faites-vous une grimace dans la
glace.
2. Prenez l'habitude de chanter sous votre douche : si vous
ne croyez pas que cela soit utile, essayez de chanter en colère ... ou de hurler
en souriant. Le sourire élimine ainsi toute envie de négatif.
3. Mettez un grand élastique au travers de la bouche,
accroché d'une oreille à l'autre ... vous ne pourrez que sourire
4. Dites-vous que la journée va être superbe et que vous
allez faire des choses extraordinaires.
5. Imaginez-vous entrain de réussir votre défi, d'être
félicité et applaudi : vous ne pourrez que SOURIRE mais de joie ( sans se
moquer ).
Être positif, c'est aussi une certaine façon de se comporter qui
fera que l'on vous remarquera en BIEN.
. Manière de parler de soi : combien sont nombreux les patients
qui se dévalorisent continuellement en employant des mots particulièrement
négatif du style :
Je ne suis pas capable, je n'y arriverai pas, je ne vaux rien, je suis perdu, j'ai
tout pour échouer, je n'ai aucune qualité, je ne suis pas belle etc... l'ensemble
de ces paroles laisse une trace indélébile sur le subconscient, créant ainsi le
nid de l'échec à coup sûr.

64
65

Être positif va nécessiter de TRAVAILLER à ne plus employer ces paroles,


à éviter les mots : " Si..., peut-être..., un jour..., non..., je ne peux pas..., c'est
pas bon..., ec...".Changer son vocabulaire sur son environnement et sur soi-
même, sur son alimentation : substituer les mots négatifs par des mots
positifs, voilà encore une des clés qu'il vous faudra appliquer.
. Manière d'être, de marcher, de donner une poignée de main :
que de mauvaise impression quand on découvre un individu se négligeant,
laissant pendre ses bras vers le sol par le poids d'une sacoche extra-plate,
portant toute la misère du monde sur ses épaules et son dos voûtés et vous
tendant une main flasque et gluante !
Certains pratiquant un régime ont exactement ce comportement
flasque du perdant qui, un jour ou l'autre, stoppera son régime non pas par
fatigue physique mais par fatigue mentale : le fatigué chronique supportant
toute la misère de la terre et pour qui rien ne va jamais ! Vous les repérerez
facilement : outre leur dégaine physique, ils ont cette qualité (?) d'être
incapable de trouver une harmonie vestimentaire adéquate; mais surtout leur
esprit critique et constamment négatif fait que ce sont de véritables touristes
médicaux pour lesquels l'on a bien des difficultés à obtenir un résultat.
Vous devez donner l'impression de quelqu'un respirant la bonne santé
pendant votre régime, souriant et enthousiaste, cherchant à entraîner et à
encourager les autres par des paroles et des conseils de qualité; rappelez-
vous : vos repas sont bons, vous n'avez pas faim, vous n'êtes pas fatigué ! Ne
vous plaignez pas car personne ne vous oblige à poursuivre ce régime si ce
n'est VOUS !
TOUT VA BIEN !
Cherchez toujours à voir quelque chose de positif quelque part :
connaissez-vous l'histoire de ce vieux chanteur qui vivait dans la misère car
il ne travaillait plus depuis longtemps. Un jour, le directeur de l'Olympia lui
téléphone et lui dit : " Tu remplaces Monsieur X; s'il y a un problème, je te
télégraphierais avant midi ". Et le vieux chanteur d'être heureux, de ne pas
dormir la nuit précédente tant il était heureux de retravailler. De se répéter :
" Pourvu que je ne reçois pas de télégramme ". Onze heures - Onze trente -
Onze heures quarante cinq et voilà midi qui sonne ... tout comme la sonnette
de la porte. Effondré et voyant la fin de ses rêves, le vieux chanteur ouvrit la
porte et pris le télégramme qu'on lui tendit.
Mais le voilà appelant sa femme, heureux, sautillant de joie, le sourire aux
lèvres :
" Chérie, c'est ta mère qui est malade ! ".
N'est-ce pas là la preuve qu'il faut toujours chercher du positif quelque part
!!!
Refusez d'écouter le " négatif " des autres. Les autres
pourront-être votre propre famille, vos ( bons ? ) amis, votre environnement
professionnel et social, mais aussi les médias. Il est incroyable de voir
comme l'être humain est facilement imprégné et crédule par ce qui est dit de
la part des autres ( qui n'en savent pas plus que nous ); ainsi se transmet sans
vérifications, toute mauvaise ou bonne nouvelle, toute critique ou
compliment, merveilleux phénomène permettant de bouche à oreille de créer
LA RUMEUR chuchotée, douteuse, souvent négative et cassante
psychologiquement.

65
66

Imaginez que je vienne chez vous avec mes sacs poubelles de


toute la semaine et que je les vide sur votre magnifique moquette neuve ?
Vous allez certainement me mettre dehors ! Et pourtant, c'est bien ce que
font certains individus en arrivant chez vous avec leur flot de négatif sur
votre voisin, votre femme, vos enfants, votre voiture, votre médecin, votre
régime, votre .... et vous ne dites rien ???
METTEZ LES DEHORS !
Surveillez vos lectures, écoutez des émissions positives vous
apportant quelque chose et non celles ( réality show par exemple )
permettant de vider le sac poubelle sur d'autres ( ce qui est si simple ! ).
Soyez maître de votre écoute : apprenez donc à censurer ce qui vous semble
inutile, banal, sans intérêts et surtout sans réel fondement. Croyez-moi, il en
va de votre santé, non pas tant pour votre régime mais aussi pour tout plein
d'autres domaines comme : la découverte d'un signe clinique soi-disant
inquiétant de votre part, des problèmes persistants de santé, une fatigue
excessive ... voire des difficultés dans votre vie sportive, professionnelle ou
familiale !
EXIT les semeurs de doutes !
Cherchez au besoin un nouvel environnement !

Soyez convaincu que vous reconnaîtrez facilement ces individus


négatifs, aux dents longues, cherchant à vous perdre afin de vous ramener
dans le troupeau, comme eux :
. Ils sont souriant en vous apportant de mauvaises nouvelles ( à
croire que cela leur fait plaisir ! )
. Ils ne vous aideront pas dans votre démarche de progrès
personnel
. Ils sont beaucoup plus critiques que constructifs et ne voit
immédiatement QUE LE COTE NEGATIF des choses.
. Ils refusent de partager votre plaisir à avoir réussi ... votre
régime par exemple
. Ils essaieront de vous attirer vers la TENTATION destructrice
avec des paroles du style :
" Va, un petit verre en plus ..."
" Un petit gâteau n'a jamais fait de mal ..."
" C'est pas tel ou tel plat qui te fera grossir ..."
" Mange, cela te donnera meilleure mine ..."
" Que tu as mauvaise mine avec ce régime ..."
" J'ai lu le contraire de ce que tu fais !!! "
Donnez leur un petit doigt, ils vous prendront le bras entier
ainsi que votre santé ... et votre ligne !
Si vous les rencontrez, fuyez !

De véritables araignées tissant leur toile ... afin de ne pas rester


seul dans la médiocrité, et parfois en toute bonne conscience !

Apprenez donc à leur dire : NON !


NON aux conseils ou doutes injustifiés,
NON aux tentations,
NON à ce repas ou à ce plat,
NON, sans avoir à se justifier, parce que vous l'avez
décidé ainsi et que vous êtes ADULTE !
NON car vous faites confiance à un professionnel plutôt
qu'à un amateur
NON car vous voulez REUSSIR ce défi que vous vous
êtes lancé à la maîtrise de votre poids et de votre bien-être.

66
67
Savoir aussi dire NON aux données publicitaires : Restez
toujours prudent dans votre interprétation des données publicitaires qui sont,
elles aussi, des semeuses de doutes doublées d'une irrésistible stimulation à
la consommation; il est intéressant de noter que, quand on ne fait pas de
régime, on remarque à peine les publicités alimentaires sur nos murs ou nos
écrans; en effet chaque publicité est bien souvent subliminale et est mêlée à
un flot d'autres images ... mais l'impact est là car nos publicistes sont de
remarquables créateurs de rêves !
Dieu que cet impact est considérable quand on est en régime ! chaque
discussion avec des patients montre à quel point cet impact est important car
nombreuses sont les frustrations qu'ils doivent subir, frustrations tant misent
en place par les publicitaires que par eux-mêmes en créant des images
associées parasites, images d'autant plus fortes qu'elles sont construites avec
des sensations kinesthésiques et odorifiques. Il y a ainsi potentialisation de
la stimulation venant perturber la régulation continue de la prise alimentaire.
Même sans faim, l'individu a ainsi un besoin irrésistible de manger pour
combler une envie irrépressible. Le combat est remarquablement identique
pour ceux qui ont arrêté de fumer car l'odeur de la cigarette et le
comportement détendu des fumeurs engendrent une idée de recommencer ...
même une fois ... ce qui serait une profonde erreur.

Voulez-vous connaître le secret de nombreuses publicités que vous


trouverez dans vos journaux réguliers, publicités vous promettant de maigrir
en dormant, sans régimes, sans efforts, sans médicaments ni produits divers;
bref, le rêve à gogos ? Je vais vous l'avouer ce qui doit vous permettre de ne
pas vous faire avoir financièrement : " Quand vous passerez à table et que
l'on vous proposera un bon plat, tournez la tête lentement à droite ... puis à
gauche ... puis de nouveau à droite. Si une personne insiste en vous
conseillant de manger ce BON plat, recommencez ces mouvements en
accélérant le mouvement ! ESSAYEZ !

UTILISER L'ECHEC POUR PROGRESSER


Bien que tous ces conseils de GESTION de SOI soient simples à
dire et comprendre, ils sont, je le concède, plus difficile à appliquer car ils
nécessitent un effort permanent et une maîtrise de soi continue que pas tout
le monde est capable d'appliquer sur du long terme. C'est alors l'échec qu'il
faudra absolument chercher à comprendre :
. Sans se dévaloriser,
. En étant honnête face uniquement à soi : c'est
l'autocritique constructive.
. En étant conscient que ce n'est qu'une marche vers la
prochaine réussite.
En effet, il est un point majeur à bien comprendre dès le début
de ce paragraphe : Il est impossible d'atteindre une grande réussite sans
connaître, au préalable, des difficultés, des résistances, des revers.

Reprenons très succinctement quelques exemples concernant


l'évolution de la vie de l'homme sur terre :
- Échec de l'enfant qui fait ses premiers pas et qui tombe,
retombe, pleure, retombe ... et qui recommence pour enfin réussir à se tenir
debout sans aide.

67
68

- Apprendre à chasser nécessitait de se battre contre des animaux


féroces ... et l'homme a su adapter ses tactiques de chasse aux dangers
rencontrés après avoir laissé un lourd tribu à ces animaux; ceux qui ont
abandonné dans cette lutte sont morts.
- Progresser dans l'art de se déplacer n'a pas été sans incidents
voire accidents ... et pourtant nous voilà à l'ère de la navette spatiale après
avoir modifié maintes et maintes fois des machines non adaptées voire
dangereuses; que de progrès entre nos voitures de maintenant avec ABS et
combien d'échecs ( et de morts ) avant d'y arriver.
- Les médecins tirent parti de leurs échecs pour assurer une
meilleure santé et une plus grande espérance de vie à la population. Certes,
si l'échec est pour l'autre, c'est mieux, mais tout de même, nous en profitons
tous des décès des premiers vaccins, des premières greffes etc... avec le flot
d'échec de l'époque ( pas trop médiatisé ! ) qui permette d'analyser et de
comprendre le pourquoi de tel ou tel incident afin de ne plus le refaire et de
perfectionner ainsi une technique médicale.

J'ai échoué ... vous aussi ... et c'est normal !


Ceux qui n'échouent pas ne tentent rien ! Ils font comme les bateaux qui
restent continuellement au port et rouillent.
VOULEZ-VOUS ROUILLER ou VIVRE ?

L'échec fait donc parti des processus normaux du progrès


et c'est le prix à payer pour apprendre. Ce n'est malgré tout qu'à la condition
suivante que l'échec fait parti de ce processus :
. Comprendre et analyser pourquoi l'on a échoué, sans
s'apitoyer : IL Y A TOUJOURS UN MOYEN et rien n'est jamais perdu;
gardez ainsi toujours confiance en faisant l'examen de vos faiblesses et de
vos défauts pour les corriger !
. Corriger et apprendre en adaptant de nouvelles tactiques,
de nouveaux itinéraires; bref, trouver de nouvelles solutions adaptées :
PRENEZ DU RECUL face au problème rencontré en polarisant sur des
solutions même a priori stupides; sachez que le cerveau inconscient fera lui-
même le tri pendant des périodes de détente.
. Replacez continuellement vos objectifs et vos
motivations.
. Le fautif des échecs est rarement les autres ou la
malchance : c'est soi.
L'objectivité des causes des échecs est extrêmement difficile à
retrouver car un système cohérent d'explication à l'échec se met en place :
- Celui-ci est lié à un dérèglement fonctionnel de l'individu et l'échec est lié
à l'incompétence du médecin.
- L'échec est lié à l'âge, cause du dérèglement alimentaire progressif
- L'échec est lié à l'environnement qui oblige à une alimentation excessive
- L'échec est lié à un déséquilibre psychique conscient ou non; c'est l'une des
raisons les plus fréquemment retrouvée mais bien-sûr pas toujours avouée
ou comprise spontanément.
C'EST CELA SE REMETTRE EN QUESTION !
VOUS EN ETES CAPABLE !

" Vous êtes le seul qui puissiez utiliser vos talents. C'est une terrifiante responsabilité "

68
69

GESTION

DE LA

DIETETIQUE

III - PASSER A L'ACTION - PERDRE DU POIDS

LES ACTEURS EN JEUX

UN PEU D'HISTOIRE

LA(LES) NORMALITE(S)
QUANTIFIER LES DONNEES
GEOGRAPHIE ET NIVEAU SOCIO-ECONOMIQUE
RACE, SEXE ET AGE

CONTROLE DU POIDS

LES SORTIES ET SES FACTEURS DE VARIATION


ENVIRONNEMENT THERMIQUE
LA GENETIQUE
LE TABAC
L'EMOTION ET LE STRESS
ÉTAT HORMONAL FEMININ
L'HOMME
LES MEDICAMENTS
MALADIES ENDOCRINIENNES
LES AGES DE LA VIE
LES SPORTS

LES ENTREES ET SES FACTEURS DE


VARIATION
LES ALIMENTS
REGULATION DE L'ALIMENTATION
LES TROUBLES COMPORTEMENTAUX

LES COMPLICATIONS DU SURPOIDS

LES SOLUTIONS A PROPOSER


RAPPELS DES DIFFERENTS REGIMES
PLACE DES MEDICATIONS
LES TECHNIQUES ADJUVANTES
PLACE DE LA CHIRURGIE

LES RESISTANCES A L'AMAIGRISSEMENT

PRISE EN CHARGE ET SUIVI

69
70
GESTION DE LA DIETETIQUE

Que de recherches scientifiques dans les domaines du poids car


un véritable filon existe pour de très nombreux participants allant du patient
( auto-consommateur écoutant et suivant souvent aveuglement les modes et
les médias ) au médecin en passant par les laboratoires pharmaceutiques ( ou
non ), les dirigeants de centres de Remise en forme ou de chaînes hôtelières,
les couturiers, les lobbies alimentaires, le monde de la cosmétologie, du
sports, etc... ! Tant d'acteurs que l'on ne sait plus qui est qui et qui fait quoi
et pourquoi. La santé se retrouve outrageusement prise en charge par des
non médicaux réclamant même parfois le remboursement de cette même
santé pour le bien-être de tous ? Et pourtant qui mieux que le corps médical
et para-médical peut comprendre et analyser les causes et les conséquences
d'un tel fléau social pour nos sociétés modernes. Laissons donc aux
médicaux et para-médicaux le soin de soigner, conseiller et suivre les
patients et reconnaissons aux autres professions ( s'ils en ont la formation )
le soin d'enrober la pilule avec des adjuvants forts utiles au demeurant ! A
chacun son travail pour une meilleure efficacité qui ne peut qu'améliorer les
résultats à long terme. De cette véritable synergie des actions sortira de
nouvelles découvertes et de nouveaux protocoles.

Plusieurs acteurs sont indispensables dans ces prises en


charge car de nombreuses données sont maintenant à intégrer dans
l'évolution des connaissances sur le surpoids; elles permettent de
comprendre pourquoi l'on s'attaque au surpoids par diverses facettes
particulièrement complexe à " manager " en douceur pour ne pas froisser les
intérêts des uns et des autres :
- Maîtrise de l'apport et de la qualité des aliments : fabricants
d'aliments , lobbies industriels ( pâtisseries, charcuteries, boucheries, etc... ),
publicistes et marketing,
- Maîtrise des sorties : hôtellerie de remise en forme,
thalassothérapie, thermalisme, salles de sports, etc...,
- Maîtrise du comportement : dynamiques de groupe de travail,
psychologues, etc...
- Et pour terminer : maîtrise de l'enveloppe avec les para-
médicaux, le monde de la mode ( couturiers ) et de la beauté ( maquillage,
coiffure ... ) couplés au marketing et à la publicité.
En fait, le seul et unique décideur dans cet éventail de soins, de
thérapies et de prises en charge, c'est VOUS : LE PATIENT
Médecins, ne croyez pas que le patient soit ignare dans la gestion de son
poids ! Certes la régulation seul de son poids est parfois difficile et le
recours à des professionnels est souvent indispensable car le besoin se fait
souvent sentir d'être " remis sur de bons rails "; les patients sont éduqués,
fortement éduqués même, par une presse bien menée ( j'élimine les
publicités stupides de certains journaux TV ) se contredisant parfois mais
dans l'ensemble fort bien conçue. Chaque aliment, chaque soin et chaque
spécialité, chaque centre de soins ont été décryptés, étudiés et mis à nu pour
le bien des patients : impossible donc de leur dire ou de leur faire croire
n'importe quoi car les patients en savent parfois autant que nous médecins ...
et parfois même plus et plus tôt !

70
71

UN PEU D'HISTOIRE ... de VENUS à Claudia SCHIFFER

De tout temps l'on s'est intéressé aux problèmes du poids mais


avec une vision fort différente selon la richesse et la stabilité politique de
l'époque. Période féconde ou période de crise, la vision du poids restait bien
souvent très secondaire et les notions médicales furent longtemps sans
nécessité car seul le " problème de la survie " était pris en compte. Loin de
nos ancêtres les idées de régime si ce n'était pour augmenter les capacités
physiques des valeureux guerriers ou sportifs ( Viande de taureau en excès
pour rendre agressif et rapide, viande de chèvre pour les sauteurs, viande de
porc pour les lutteurs, thermalisme et préparation à l'entraînement physique )
ou la douceur sensuelle de leurs épouses ( lait de brebis, pêches ... rendant la
peau douce et calmant les nerfs ).

Nos ancêtres devaient s'assurer, au prix d'efforts physiques


parfois intenses, d'une alimentation permettant de vivre. Chasser, pêcher,
planter et cueillir, conserver, cuire à même le feu ... étaient des obligations
rarement simples pour continuer de survivre dans un monde difficile ayant
peu de ressources développées proches et ou les moyennes de vie
atteignaient royalement la trentaine. Ce dernier point explique que presque
aucune complication n'avait réellement le temps d'apparaître car les
individus mouraient avant. L'on ne se posait donc à l'époque aucune
question scientifique sur l'obésité et la saignée fût pendant longtemps le seul
traitement à certaines pathologies alimentaires ( intoxications alimentaire,
goutte ). L'évolution des sociétés et des mœurs permettait de remarquer
uniquement que être gros était synonyme de bonne santé et de richesse, être
maigre de pauvreté et de maladie.

Pendant longtemps, surtout dans les périodes fastes sans misère


trop massive ( épidémies ou guerres ), les critères de beauté masculine et
féminine ont tournés autour de l'excès et de l'harmonie généreuse des
formes et nos regards sur les images peintes ou sculptées de ces époques
sont empreints par des rappels mythiques Grecs ou Romains ( RAPHAEL,
TITIEN, RUBENS, DAVID, DELACROIX, RENOIR ...). Un élément
majeur dans les changements de type d'alimentation fut l'apparition
d'échanges entre pays lointains nouvellement découverts ( INDE, CHINE,
AMERIQUE ); ils amenèrent l'épanouissement de la cuisine avec l'arrivée
de nouveaux mets et de nouvelles saveurs ( chocolat, nouveaux fruits,
nouveaux aromates, féculents etc ) ... de nouvelles recettes ... et de nouvelles
formes ... pour le plaisir de tous les sens. Réservées aux classes riches, ces
compositions alimentaires expliquent ainsi l'opulence de certains et
l'euphorie du surpoids qui fut longtemps inaltérée. Tout amaigrissement était
jugé douteux et synonyme de faiblesse suspecte.
Poids, richesse , libertinage faisant bon ménage à ces époques, tout est alors
mis en place pour augmenter la sensualité féminine par le biais de modes
cintrant l'abdomen, développant et faisant éclore de volumineuses poitrines,
élargissant la taille et les hanches, affinant les membres inférieurs.
L'alternance de périodes plus ou moins portées sur la
philosophie et le devenir de l'être humain ( périodes souvent provisoirement
fastes ) amène l'individu à s'analyser dans son intégralité psychique mais
aussi physique.

71
72

Les valeurs sûres redeviennent ainsi la finesse des traits, la douceur des
sentiments, une alimentation équilibrée en quantité et en qualité très
éloignée des banquets médiévaux ou royaux. L'ère du Romantisme (
G.SAND ) commence et se prolonge durant le XIX ème et début du XX ème
siècle pour amener la femme mince, sans formes, raide et peu colorée, non
pomponnée car signant sinon la dépravation sexuelle, évoquant plus par ses
formes l'homme que la femme. Bonne santé devient synonyme de minceur
voire maigreur conjugué à un retour aux sources de l'antiquité (
Thermalisme des années 30 et sensibilisation aux activités sportives ).
Guerres et crises revaloriserons ensuite la grossesse car la
société manque de bras aussi la femme " PIN-UP " des années 50 continuera
t'elle de se développer pour ne plus être " le fil de fer " du début du siècle (
GIACOMETTI, MAILLOL ) mais le symbole sensuel d'un nouveau
féminisme libérée ( de l'homme ) dans son vécu tant professionnel ( femme
cadre dynamique ) que dans son vécu physique ( femme sportive musclée
par l'AEROBIC type Jane FONDA ),

Médias et publicités, médicaux et para-médicaux plus nombreux


et mieux formés à ce nouveau type de médecine du " BIEN-ETRE ",
recherches et découvertes médicales, diminution des coûts financiers et
diversification des produits et des soins, mettent maintenant les règles
alimentaires de bien-être à la portée de tous.

QUID du devenir gros et MODE(s) D'EMPLOI(s)

LA(les) NORMALITE(s)

Une des difficultés maintenant est de savoir qui est gros car
l'alimentation et les modes sont passées par là ! l'on ne sait plus où sont les
normes quand on écoute nos patients :
* Certains individus se trouvent gros avec 3 kilos de trop (
faut-il en rire ? surtout pas ! ) par rapport aux normes ... de la presse ou leur
voisine.
* Certaines femmes confondent surpoids et excès de
graisse mal répartie.
* D'autres se trouvent normaux avec 10 kilos de plus !
* Et quand on sait que la mode vestimentaire y mettra son
grain de sel, alors rien ne va plus : mannequins de 1960 maigres sans formes
et mannequins d'aujourd'hui, généreuses à souhaits ( à mon goût ).

Stricto sensu, l'obésité correspond à une augmentation des


réserves lipidiques ( les graisses ) stockées sous forme de triglycérides ( une
fraction des graisses ) dans le tissu adipeux.

72
73

UNE BALANCE ET UNE TOISE serviront à évaluer


correctement et simplement sa corpulence. Appelé Indice de Masse
Corporelle - IMC ( ou Body Mass Index - BMI ), ces chiffres permettront
de vous situer sur une échelle caractéristique des groupes d'individus et donc
de vous situer correctement pour les besoins de la clinique, de
l'épidémiologie et surtout de votre forme.
Cet indice s'obtient en divisant son poids ( en kilogrammes pesé nu ) par
deux fois sa taille ( en mètres ) soit : POIDS (kg.) / TAILLE*TAILLE
(m). Ainsi, par exemple, une personne mesurant 1m70 et pesant 63 kgs aura
un IMC de 22. Les études statistiques, corrélées aux travaux des compagnies
d'assurance-vie, ont permis de déterminer un poids médian et donc un IMC "
optimal ou idéal " sur le plan de la santé publique. En effet, et nous en
reparlerons, le fait d'être en surpoids augmente nettement les risques
d'apparition de certaines maladies tout en aggravant la fréquence de la
mortalité. Lorsque l'indice IMC se situe entre 18.5 et 25 kg/m2, on
considère que la corpulence est normale. Au dessus de 25, l'on sera trop fort
pour la taille et au dessous de 18.5 l'on sera trop maigre ( ces bornes
augmentent avec l'âge ).
Un autre instrument permet de se (re)trouver une base de calcul
du volume : LE CENTIMETRE EN RUBAN. Outre le fait qu'il permet de
mesurer différents diamètres ( genou, entre-cuisse, bassin, ombilic,
mamelon, creux axillaire ) et de voir l'évolution des formes au fil des
semaines, il ressemble à s'y méprendre à la CEINTURE de votre pantalon ou
robe. Est-ce votre ceinture qui rétrécie ou vous qui prenez du poids ? Vous
le savez et le sentez mieux que sur une bascule, surtout quand vous aurez à
changer votre garde-robe complète si chère payée : voulez-vous conserver
votre magnifique costume de chez CERRUTI ou votre tailleur de chez
DIOR ( et donc reperdre du volume ) ou continuer d'aggraver votre cas pour
le plus grand mépris de vous même, de votre bourse et de votre entourage ?
D'autre part certaines mesures ( rapport tour de taille sur tour de hanche qui
est égal ou inférieur à 0.75 chez la femme et 0.85 chez l'homme ) sont des
données qui sont des éléments prédictifs sur l'importance des complications
de l'obésité et sa résistance au traitement.

AINSI SONT LES DEFINITIONS mais, comme je le notais


dans le domaine de la gestion du mental, d'autres critères sont à prendre
SERIEUSEMENT en compte pour définir l'obésité ou le surpoids car les
choses ne sont pas aussi rigides et mathématiques. Les individus n'entament
pas toujours un régime pour satisfaire à un indice. En effet chaque personne
a sa propre définition du poids qu'elle désire; ces définitions sont parfois
subjectives et souvent créées ou imposées par d'autres ( contexte
socioculturel et lobbies médicaux ) ; certains critères notamment mentaux
rentrent en ligne de compte : une étude récente ( SOFRES 1990 ) montre les
motivations pour perdre du poids des FRANCAIS : globalement 29% des
Français veulent perdre du poids pour améliorer leur apparence physique,
26% pour des raisons de santé et 37% souhaitent " se sentir plus à l'aise ".
Bien sur, le besoin d'esthétique domine chez la femme ( 36% contre 18%
chez l'homme ) alors que l'amélioration des capacités physiques et les
préoccupations médicales dominent chez l'homme ( respectivement 13 et
34% pour l'homme et 1 et 19% chez la femme ).
Au fil des années, un écrêtement de ces chiffres apparaît
montrant plus l'intérêt de rester en bonne santé ( au dessus de 35 ans ),
écrêtement moins net chez la femme qui conserve son envie de rester mince.
QUANTIFIER les données ne semblent pas aussi simple car il
n'existe pas UNE NORME précise dans la gestion du poids mais DES
normes individuelles qui nécessiteront de prendre en compte et d'intégrer de
nombreux facteurs mentaux ( les motivations ) associés à des facteurs
physiques objectifs ( recherche des complications ) et subjectifs ( ethniques,
familiales, culturelles ).
GEOGRAPHIE et NIVEAU SOCIO-ECONOMIQUE
74
Les problèmes du surpoids sont retrouvés maintenant sur
l'ensemble du globe et des zones à risque sont apparues plus précisément
dans nos pays occidentaux à haut niveau de vie. L'évolution des moyens
technologiques de culture, d'élevage, de conservation et de transport, permet
maintenant d'obtenir quelque soit la saison toute sorte d'aliments ( fruits,
légumes, viandes et poissons ) et ce en surabondance. Ainsi est gommée tout
une foule de déséquilibres alimentaires qui existaient dans le temps (
manque de protéines, de vitamines etc... ). Mais, au fil des générations et des
transferts de population, l'on voit apparaître un mode d'alimentation
différent, souvent plus riche que la génération précédente, sur lequel se
greffera une culture gastronomique parfois elle aussi riche car synonyme de
fêtes et de richesse.
Un phénomène intéressant lié au niveau d'instruction est à noter
depuis quelques années : l'obésité qui était l'apanage des populations
instruites classiquement plus riche est devenu l'apanage des populations les
moins instruites et les plus pauvres. En effet, l'éducation a fait que certaines
classes socio-économiques ont été sensibilisées aux risques du surpoids ( par
suralimentation et manque de sports ) et ont donc modifié leur modes
alimentaires et l'intensité de leurs activités physiques. Contrairement, les
autres classes qui avaient d'autres problèmes vitaux à régler, se sont
alimenté plus chichement avec des aliments plus bourratifs ( grignotages
riches en sucre et en graisses ). Ces données n'existent pas encore dans les
pays en voie de développement où là, être obèse est encore un signe
extérieur de richesse mais gageons que l'arrivée des flux touristiques et donc
la civilisation d'abondance risqueront de modifier cet état de fait dans les
années à venir.
Notons encore qu'il y a plus de gens forts à la campagne ou parmi les
personnes qui ont un faible niveau d'instruction que parmi les citadins ou les
diplômés d'études supérieurs.
Des études épidémiologiques Américaine ( 1976 et 1980 ) sont
particulièrement intéressante pour compléter ces données : environ 27% de
la population Américaine est obèse soit trente-quatre millions d'habitants.
Notons que 75% des femmes obèses ont un niveau primaire contre 55% des
femmes non obèses.
RACE, SEXE et AGE
L'obésité touche 30% des femmes contre 13% des hommes. De
nombreuses études sortent maintenant afin de montrer l'évolution du poids
en fonction de l'âge.
Une étude de l'INSEE ( 1991 ) a montrée que chez les Français,
la masse grasse augmente progressivement au cours de la vie adulte ( 5 kgs
chez l'homme, 7.5 kgs chez la femme ).
75
Cette élévation de la corpulence est la plus nette entre la tranche
d'âge 35-44 ans et 45-54 ans. En France, 62% des hommes et 75% des
femmes obèses ont plus de 50 ans. Une étude Européenne a encore montré
qu'il n'y a pas de différence notable entre 20 et 52 ans entre Françaises,
Italiennes, Anglaises et Allemandes. L'obésité est plus fréquente chez la
femme noire et ce d'autant plus que celle-ci est pauvre.

POURQUOI DEVIENT-ON GROS ?


Nous avions entrevu qu'il n'y a pas une façon de devenir gros
mais bien plusieurs phénomènes qui vont s'associer en proportion variable
pour troubler la régulation pondérale.

COMMENT LE POIDS EST-IL CONTROLE ?


Un individu en bonne santé conserve un poids relativement
stable, variant que de quelques pour-cent. Luttant naturellement contre toute
perte de poids ( phénomène de défense qui explique les phases de plateau
dans certains amaigrissements ), l'organisme règle son équilibre en jouant
sur son bilan d'énergie. L'équation
" Énergie stockée = énergie ingérée - énergie dépensée "
reste incontournable malgré ce que pourrait en penser certains (
je ne mange rien, Docteur ! ). Une régulation continue s'effectue donc afin
de corriger les écarts qui sont liés à des modifications des milieux intérieurs
( neuro-hormones, ajustements métaboliques ) et extérieurs ( température,
alimentation, travail musculaire ). Ainsi l'organisme fonctionnerait comme
une balance;

* Sur un fléau, ce qui joue sur les ENTREES


( Déséquilibre quantitatif et/ou déséquilibre qualitatif de l'alimentation ),
facteurs socio-économiques et environnementaux, facteurs génétiques :
réactions de synthèse de molécules et donc prise de poids.

* Sur l'autre fléau, les SORTIES qui sont liées au


dépenses énergétiques : réaction de dégradation de molécules et donc
amaigrissement.
76

Essayons de voir plus en détail le fonctionnement de notre


machine et donc les causes possibles du surpoids. Comme une voiture,
l'organisme a besoin de carburant pour fonctionner et assurer l'ensemble de
ses réactions en maintenant un équilibre correct. Approximativement tous
les six cents kilomètres nous faisons le plein d'essence; 3 à 4 fois par jour
nous faisons de même pour alimenter notre corps en mangeant divers
aliments riches en énergie.
Notre seul réservoir d'essence ou d'énergie est la graisse
corporelle : elle contient 95% de nos réserves énergétiques. Ainsi donc si
nous mangeons plus, nous mettons en place des réserves et si nous bougeons
plus, nous diminuons nos réserves en brûlant les stocks.
SIMPLE non ?
Le plus amusant ( si l'on peut dire ) c'est que c'est presque aussi
simple que cela la régulation du poids hormis que de nombreux facteurs
vont jouer sur ces paramètres expliquant " l'inégalité des individus face à la
nourriture ".

LES SORTIES

Les composantes de la dépense d'énergie sont au nombre de trois


:

* Le métabolisme de base ou de repos est l'énergie


dépensée pour assurer le fonctionnement et le renouvellement de nos
cellules. Il correspond à environ 50 à 70% de la dépense énergétique
quotidienne et est peu variable d'un jour à l'autre. Que cela soit le jour ou la
nuit, notre corps consomme de l'énergie pour fonctionner ( les reins
fonctionnent, le cœur bat, les muscles se contactent, le cerveau est en éveil,
etc... ). Les tissus maigres ( muscles, viscères ) consomment énormément
d'énergie ce qui sera un adjuvant important lors des amaigrissements car
augmenter le tissu musculaire permettra de brûler plus d'énergie ( et donc de
graisse ). A l'inverse, les sujets plus âgés bougeant moins auront moins de
muscles et brûleront donc moins, expliquant la prise de poids par diminution
de masse maigre.

* La thermogenèse correspond à une dépense énergétique


supplémentaire. L'alimentation impose des phénomènes d'absorption et
d'assimilation des aliments par notre organisme. Ces phénomènes vont
consommer de l'énergie et l'on considère qu'ils correspondent à 10% de la
dépense énergétique quotidienne. Ainsi donc quand on mange 1000 calories,
l'organisme en prélève d'emblée 100 pour transformer les aliments en
molécules utilisables. Des auteurs ont émis l'hypothèse qu'il pourrait exister
chez certains individus un trouble de la thermogenèse post-prandiale : on
brûlerait moins bien les excès caloriques par diminution de la thermogenèse
post-prandiale mais cela est à relativiser compte tenu de la faible quantité
d'énergie mis en jeu.
* L'activité physique est un facteur de variation
importante du poids. Chez certains individus les dépenses peuvent varier
selon l'importance de l'activité de 25 à 50%. Plus l'activité est importante et
plus les individus brûlent des calories; le malheur est que le sujet obèse est
peu enclin à la pratique des sports pour des raisons d'esthétique et de
capacité mécanique ( gène aux mouvements, essoufflement, tachycardie ... ).
77

DE TRES NOMBREUX FACTEURS vont jouer en


permanence sur ces sorties et pourront expliquer certains troubles de la
régulation du poids :

- L'environnement thermique jouera sur le métabolisme


de base : toute élévation de la température corporelle augmentera ce
métabolisme de base et toute diminution de la température le diminuera.

- La Génétique : tant de choses restent à découvrir dans le


domaine de l'hérédité du poids; notre ignorance est encore importante mais
quelques notions apparaissent et amènent un nouveau jour sur les conduites
préventives notamment.
Être fort ou mince sont-ils des caractères génétiques transmis par un ( ou des
) gènes précis ( ne dit-on pas de regarder la belle-mère pour voir comment
sera votre femme plus tard ! ) ? Il existe malgré tout très nettement un
contexte transmis socioculturel, un style de vie qui favoriseront la prise de
poids : rôle protecteur de la mère, gavage alimentaire, alimentation familiale
et/ou culturelle trop riche et/ou trop copieuse, préférences gustatives
familiales excessives pour le sucré, famille sportive ou non, etc...
L'environnement culturel vient donc s'ajouter aux facteurs personnels ce qui
permet d'espérer pouvoir modifier des tendances à la prise de poids et ce,
même si l'hérédité est forte, en jouant sur ces facteurs par l'éducation. Le
caractère familial de cette hérédité a été confirmé par des études montrant
que le risque pour un enfant de devenir obèse est de 10% si aucun parent ne
l'est, atteint 40% si un seul des parents est obèse et 80% si les deux le sont.
Le poids semble donc en partie génétiquement héréditaire et
acquis (rôle de l'environnement ); ces données nous réserverons à coup sûr
des bonnes surprises dans les années à venir surtout si l'on arrive à découvrir
les gènes responsables.

- Le Tabac ( et la caféine ) va jouer sur la thermogenèse Il


augmente la dépense énergétique moyenne de 2 à 300 kcalories par jour (
pour 20 cigarettes par jour ) et jouerait sur les centres de la satiété en
diminuant la faim ( on mange 2 à 300 calories de moins que les non-fumeurs
- la nicotine, par le biais des catécholamines, augmente la glycémie qui
coupe la faim et ralentit la lipolyse ). L'arrêt du tabagisme va entraîner un
changement du comportement alimentaire ( moins d'effet coupe-faim et
attirance notée pour les sucres, grignotage en dehors des repas par pulsion )
et un stress plus important ( donnant encore plus faim ). Ces faits expliquent
ainsi pourquoi un sujet stoppant le tabac prendra du poids; la prise est en
moyenne de 4 à 8 kgs dans l'année mais cette prise n'est pas définitive et
peut-être combattue par une surveillance alimentaire adéquate et de
l'exercice physique qui calmera ( plus facile ce d'autant que l'on se sent
mieux ).

- L'émotion et le stress : Il est connu que certains


individus prennent du poids quand ils sont stressés ( boulimie compensatrice
) mais à l'inverse d'autres maigrissent ( effet coupe-faim ). Un fait
intéressant à noter est que le stress fait monter le taux d'aldostérone (
hormone secrétée par la surrénale en cas de stress ) qui élève la tension
artérielle et semblerait stimuler l'appétit
78
pour le salé et les produits gras tout en augmentant la dépense énergétique et
la thermogenèse Sans oublier l'agressivité souvent engendrée qui crée des
troubles du comportement alimentaire parfois non maîtrisés. Il est
actuellement malheureusement impossible de savoir en détail les voies et les
relais qui relient le psychisme et le métabolisme.

- L'état hormonal féminin : Que de choses ont été dites


dans ce domaine; faisons donc le point.
. La puberté : cette période se caractérise par l'apparition
des cycles menstruels associés à une poussée mammaire et une hyper
androgénie ( hormones males ) expliquant la poussée des poils et parfois la
fréquence de l'acné. C'est à cette époque que commence à apparaître la
localisation préférentielle des graisses sur les hanches et les cuisses. Un
mauvais fonctionnement des ovaires ( génétique ? ) serait une cause de
troubles des règles et d'une apparition plus fréquente d'obésité ( 43% contre
13% ). De plus, c'est l'âge ( garçon et fille confondus ) des barres au chocolat
à la sortie du lycée et des menus fast-food bon marché.
. La femme : Chacune a notée que le cycle hormonal
influence la prise alimentaire. Durant la première partie du cycle, les
oestrogènes ( provenant des ovaires ) diminuent l'appétit; dans la deuxième
partie du cycle prédomine la progestérone qui augmente l'appétit tout
comme est diminué le taux de sérotonine ( neuromédiateur qui favoriserait
l'attirance vers les aliments sucrés et expliquerait les troubles de l'humeur ).
Notons que les oestrogènes proviennent aussi de la transformation des
androgènes par des organes comme le tissu adipeux, le foie, la peau; ainsi
donc le tissu adipeux est un important réservoir à stéroïdes sexuels et donc
une véritable glande.
La prise de pilule modifie chez la femme l'équilibre hormonal naturel en
créant des cycles artificiels. Les pilules sont actuellement composées de plus
ou moins d’œstrogènes et/ou de progestérone et la relation entre prise de
pilule et prise de poids ne peut être niée. Ce sera donc au médecin, en écoute
avec la symptomatologie de sa patiente, de régler le dosage à prendre en
fonction de l'état hormonal et du terrain; en effet l'on connaît les risques
circulatoires et métaboliques de la pilule aussi une certaine prudence
s'impose chez la femme forte, ce d'autant que la graisse " fabrique " elle
aussi des oestrogènes ( cf. ci dessus ).
La femme obèse présente en outre souvent une hyper androgénie liée à des
règles plus rares et moins abondantes, source de troubles de la procréation (
diminution de la fertilité ). Notons de plus une fréquence notable de certains
cancers hormonothérapeutes ( cancer du sein et de l'endomètre ) par le fait
de l'excès d’œstrogènes rencontré.
Un point fréquemment retrouvé est le " gonflement " avant les règles lié à
l'hyperaldostéronisme de fin de cycle ( entraînant une rétention d'eau ). Ce
trouble s'atténue toujours et n'entraîne pas de conséquence si ce n'est parfois
une stimulation de l'appétit.
. La grossesse : Que de craintes plus ou moins justifiées
voit-on s'exprimer lors de la grossesse. Et là encore, l'égalité n'existe pas
devant la prise de poids; certaines femmes vont prendre un poids normal
voir excessif mais tout reperdre après l'accouchement;
79

d'autres le conserveront bien longtemps après. En fin de grossesse, la prise


de poids a été en moyenne de 12 kilos répartis de la façon suivante :
4.600 kgs pour le fœtus avec placenta et liquide
amniotique
1.200 kgs pour les seins et l'utérus
4.000 kgs pour la graisse corporelle
2.200 kgs pour le sang et l'eau.
Ainsi donc à l'accouchement il lui restera 6 à 7 kilos à
perdre correspondant aux réserves qui ont été faites durant la grossesse,
réserves siégeant essentiellement dans le tissu graisseux ( ce sont des
réserves disponibles pour l'alimentation du fœtus en cas de carence
alimentaire ). Ces réserves de graisses seront utilisées pour aider à la
fabrication du lait ( l'allaitement ne fait donc pas grossir ) mais parfois les
stocks persistent ... ce d'autant qu'ils ont été pris en excès et surtout en début
de grossesse ( les 3 premiers mois ). Tout excès de poids durant la grossesse
ou avant celle-ci risquera en outre d'amener des complications importantes (
diabète, hypertension, phlébites, accouchement prématuré ).
La prise de poids lors d'une première grossesse est un élément prédictif pour
les grossesses suivantes aussi aura-t-on intérêt à suivre d'une façon plus
serrée ces femmes, sans pour autant les mettre à un régime draconien qui
pourrait être particulièrement néfaste pour le fœtus. Là encore, un équilibre
intelligent est à proposer par le biais d'une saine éducation nutritionnelle
associée à des exercices physiques qui permettront, en outre, d'éviter la
survenue des vergetures.
. La ménopause : A cette époque, la femme forte continue
de fabriquer des oestrogènes grâce à son tissu adipeux. Ainsi est-elle
protégée contre les effets néfastes de l'ostéoporose mais parallèlement, cela
aggrave le risque des cancers hormonodépendants non " tamponnés " par la
présence de progestérone.
Une étude Européenne récente ( CERIS - 1991 ) a permis de montrer que la
ménopause entraîne une prise de poids qui est en moyenne de 6 à 8 kilos par
augmentation de la masse grasse liée à la sédentarité et à la modification de
la ration calorique alimentaire. Les androgènes vont favoriser une répartition
androïde ( abdominale type masculine ) de la graisse associée à une
augmentation de la masse musculaire. Une surveillance accrue de cette
période sera donc conseillée pour en éviter les désagréments.
- Chez l'homme c'est parfois une hérédité mais surtout
l'environnement professionnel ( nombreux repas d'affaire, stress, diminution
des activités sportives ) qui joueront sur la prise de poids. Un homme sur six
est trop gros avant l'âge de trente ans mais, passé la trentaine, un homme sur
trois est en surpoids. Ainsi c'est souvent la motivation médicale ( pour éviter
les complications du surpoids ) qui prédomine chez l'homme afin de
redevenir mince ( et en bonne santé ) tout en améliorant ses capacités
physiques. A croire que le fait d'être " plus mûr " dans la vie anesthésierait
provisoirement les motivations de la jeunesse et les freins régulateurs de la
prise alimentaire. L'homme, quand il le décide, répond fort bien aux régimes
( mieux que la femme ) car les graisses surtout abdominales réagissent bien
à l'amaigrissement.
- Les médicaments : Tous les médicaments du système
nerveux vont jouer sur la stabilité du poids; qu'il s'agisse de lithium mais
surtout de benzodiazépines, d'antidépresseur, de neuroleptiques, ils jouent
presque tous sur la régulation de la faim et/ou de la quantité alimentaire
prise et/ou sur le type d'aliments mangés.
80
D'autres produits comme les béta-bloquants et la cortisone ( cause de
rétention d'eau, fonte musculaire et augmentation des stocks de graisse
facio-tronculaire ) sont souvent incriminés dans les prises de poids; il est
malheureusement difficile de se passer de ces classes thérapeutiques tant
elles sont d'un puissant effet sur certaines pathologies; la mise en place d'une
véritable prévention alimentaire évitera dans bien des cas une prise majeure
de poids.
Nous avons parlé plus haut des oestro-progestatifs et nous n'y reviendront
pas tant leur prescription est affaire d'individu. Notons encore un
médicament qui peut entraîner une prise de poids : le Calcium ( prescrit dans
la tétanie ) qui à hautes doses stimulerait l'appétit
Pour terminer ce chapitre des médicaments, il semble opportun de rappeler
que la prise de certains produits dopants ( cortisone, androgènes, stéroïdes
anabolisants ), surtout donnés chez le sportif soit disant pour équilibrer les
pertes ( non prouvées ) d'hormones lors des activités sportives intenses,
occasionne des prises de poids par augmentation artificielle et provisoire du
volume musculaire ( ce qui est recherché ) tout en modifiant la répartition
des graisses. Quand on sait en plus que le stress ( et il est important dans la
pratique des sports ) modifie la prise alimentaire, l'on entrevoit qu'une
silhouette parfaite à 16 ans sera fortement perturbée plus tard, surtout à la
diminution des activités sportives ... mais ... dans ce domaine il s'agit de
gros sous et l'évolution physique et psychique de l'athlète importe peu à
certains entraîneurs !
Malgré tout, c'est au médecin et lui seul de décider d'une
prescription ou non. Le but thérapeutique recherché doit passer au premier
plan, ce d'autant que l'on ne sait pas toujours quel est l'élément causal de la
prise de poids : la maladie ou le médicament.

- Les maladies endocriniennes sont heureusement


rarement en cause ( 2% ) dans les prises de poids.
La plus fréquente est l'hypothyroïdie caractérisée par un ralentissement
excessif du fonctionnement de la glande thyroïde. Fatigue excessive ou petit
syndrome dépressif, crampes musculaires, frilosité anormale et constipation
sont des signes d'appel qui imposent de voir votre médecin afin qu'il fasse
un bilan complet. Son traitement en est parfaitement bien connu et la
prescription dosée d'hormones thyroïdiennes viendra alors vous remettre sur
le bon poids.
D'autres maladies endocriniennes ( hypophyse, surrénales ... ) sont beaucoup
plus rares et souvent intriquées avec d'autres pathologies expliquant
certaines obésités massives.
La ménopause, dont nous avons déjà parlé, devra faire envisager un
traitement adéquate car, outre le contexte hormonal, se greffe un état
psychique instable ( départ des enfants et isolement familial, inactivité )
source de petit syndrome dépressif ( ennui et grignotage ) à prendre en
charge avec douceur ( plutôt par des moyens non médicaux du type
relaxation, thérapies comportementales, clubs ).

- L'âge : La masse graisseuse va s'accroître


progressivement avec l'âge et inversement la masse maigre et les besoins
énergétiques vont diminuer.
Entre 20 et 65 ans l'homme va perdre progressivement
40% de ses muscles, 20% du volume du foie, des reins, des poumons, des os
etc...
81

C'est ce qui explique en partie une diminution de la performance


énergétique du corps et donc un accroissement des risques d'atteinte
physique et/ou psychique. L'individu gros perdra ainsi, toute proportion
gardée, moins de volume des organes maigres; c'est ce qui expliquerait que
passé la soixantaine, l'individu gros ( raisonnablement ) semble mieux
protégé que le sujet maigre contre les maladies et les complications.
Ainsi donc n'y a t-il pas toujours intérêt à faire maigrir un sujet âgé en excès
de poids; cela se module, bien sûr, si le surpoids est source de complications
médicales importantes ( ostéo-articulaires, respiratoires, cardio-vasculaires
... ).
L'enfant : Au cours de la croissance, la masse corporelle varie
normalement de façon très importante avec des hauts ( petite prise de poids
en excès ) et des bas ( périodes d'amaigrissement ). Des études semblent
montrer qu'un enfant mince à 1 an à 20% de chance d'être gros à 21 ans alors
qu'un enfant gros à 1 an a 41% de chance d'être gros à 21 ans ( si on appeler
cela de la chance ? ); 60% des enfants gros avant la puberté le reste à l'âge
adulte. Intégrée à des abaques précis, une prédiction du poids pourra être
faite en fonction des antécédents génétiques, du comportement familial et de
l'environnement.
Nous venons de voir que l'évolution du poids n'est pas continue et que des
périodes de rebonds du poids vont se faire jour ( dans les 2 sens ). La
surveillance de l'indice de masse corporelle permettra de voir comment
évolue la masse graisseuse : le nombre des adipocytes ( cellules graisseuses
) augmente peu durant les premières années puis il augmente rapidement
après l'âge de 7 ans. Ainsi avant l'âge de 6 ans c'est la taille des adipocytes
qui varie puis le nombre après. Tout rebond anormalement élevé sera alors
de mauvais pronostic avant cet âge par augmentation de la masse grasse et
maigre. Cette élévation concomitante de la masse maigre et surtout de l'
ossature pourrait peut-être expliquer les difficultés que l'on a d'obtenir un
amaigrissement important chez des sujets ayant une forte corpulence avec
gros os, articulations épaisses et muscles développés. Le pronostic de bons
résultats est ainsi difficile mais l'on doit alors admettre que le poids cible ne
sera pas forcément celui noté dans les abaques.
L'empreinte familiale va jouer de toute son importance quand on sait le rôle
majeur de l'éducation du goût au sein de la famille et ce dans un esprit de "
non gavage " en respectant les rythmes alimentaires de l'enfant et non ceux
des parents. Là encore, des études ont montré que le fait de " gaver "
autoritairement un enfant perturbait le développement de ses capacités à
mémoriser les goûts alimentaires et perturbait le niveau de réglage des
centres de la faim. De valeur de refuge et de réconfort, la prise d'aliments
peut alors devenir source de troubles comportementaux et entraîner obésité
ou maigreur.
La conduite thérapeutique de l'amaigrissement se devra d'être
particulièrement prudente chez l'enfant car elle doit respecter un apport
alimentaire diversifié permettant d'assurer une croissance harmonieuse,
agréable, éduquant l'enfant à la richesse des goûts et des saveurs. La
motivation et l'aide du milieu familial auront, là surtout, une importance
majeure en étant directive mais non dirigiste ou permissive à l'excès.
82

La mise en place et l'accroissement progressif des activités physiques seront


d'une aide majeure surtout si le milieu familial se porte comme le " moteur
tracteur " en participant conjointement aux activités : le modèle familial
prend ainsi toute sa valeur.

- Le sport : Il est l'une des grandes clefs de la stratégie à


mettre en place pour augmenter les dépenses énergétiques et donc
l'amaigrissement. Mettons donc en place les données pour mieux
comprendre les avantages à pratiquer des sports pour maigrir.
Il est en effet important de bien comprendre ce rôle car, quelle est la surprise
du jogger enveloppé s'entraînant régulièrement et qui voit que ses efforts ont
une influence minime sur ses formes quand parallèlement sa forme
s'améliore; il a l'impression que le sport ne sert alors à rien. Nécessité de
persévérer malgré tout, surtout si l'on considère qu'à chaque foulée, le talon
percute le sol avec une force équivalente à 4 fois le poids du corps.
Persévérer avec méthode quand on sait que l'espérance de vie des "
Sumotoris " est de 53 ans. Persévérer encore et surtout quand on sait que le
handicap, dans les courses hippiques, c'est justement mettre un surpoids aux
chevaux pour ralentir leurs courses : donc en surpoids nous avons un
handicap. Malheureusement, le sujet en surpoids n'apprécie guère les sports
pour plusieurs raisons :
Il ne se sent pas à l'aise psychologiquement dans sa pratique par
rapport à lui-même et surtout par rapport aux autres.
Il ne se sent pas à l'aise physiquement dans sa pratique par
rapport à lui-même et par rapport aux autres. Il n'a pas toujours les capacités
physiques pour mettre en place une activité continue et régulière.
Rares sont les structures accueillant les sujets en surpoids.
Et comme tout le monde, l'excuse du " Je n'ai pas le temps ".
Peut-être devrions-nous voir ce que nous entendons par
sports et activités physiques ?
L'activité physique entend un mouvement musculaire au dessus
de la normale et pas toujours épuisant ou fatiguant; cela s'accommode avec
de la détente ( dans le sens du délassement et de la relaxation ) physique, si
possible familiale ou amicale, et cela peut sans difficulté se pratiquer seul (
sans être vu des autres ). Ces activités ne font souvent pas maigrir mais elles
ont l'avantage de sensibiliser le sujet, de le détendre dans une saine
ambiance psychologique, de lui faire bouger son corps et de lui donner envie
de passer au stade suivant ( surtout si on ne l'oblige pas ! ) : ainsi
découvrira-t-il un certain "bien-être" nouveau pour lui.
Je distingue ces activités de détente physique, des sports où
l'activité musculaire doit être plus importante, entraînant un effort
musculaire souvent fatiguant et demandant une " lutte " contre soi ou les
autres. Cette recherche sportive augmentera la confiance en soi avec une
idée de challenge ... mais qui doit TOUJOURS rester agréable.
Schématiquement, lors d'un effort sportif le muscle va consommer dans un
premier temps les réserves de sucres ( glucose sanguin, glycogène du foie et
des muscles ). Si l'effort persiste le muscle tirera son énergie de la
combustion des graisses. Cette consommation d'énergie est nécessaire pour
assurer la contraction musculaire de différentes fibres musculaires : celle à
contraction rapide type II ( riche en glycogène sont génétiquement
prédéterminée en nombre )
83
seront plus utilisées pour des exercices brutaux intenses que les fibres à
contraction lente type I qui servent lors des exercices d'endurance.
Parallèlement, si l'utilisation du glucose augmente avec l'intensité de l'effort,
cela stimule le centre de la satiété d'ou baisse de l'appétit. Inversement, si
l'exercice est de faible intensité et de longue durée, on consomme des lipides
qui ne jouent pas sur les centre de la satiété mais stimule les centres de
l'appétit. Ces données seront modifiées si alimentation et hydratation sont
insuffisantes durant l'effort car en fin d'effort, la réhydratation est prioritaire
sur la sensation de faim : la prise alimentaire sera alors retardée.
Il est utile de rappeler que l'obèse brûle moins bien les calories car il
existerait chez lui une diminution du nombre des récepteurs membranaires
au glucose et à l'insuline. Le sport améliorerait cette situation tout en
diminuant la sécrétion d'insuline.
D'autre part, il a été noté que le fait de pratiquer une activité sportive
mobilisait les acides gras libres et augmentait le pouvoir cholestérolytique
du sérum : élévation du HDL Cholestérol et ApoA1 ( cholestérol qui protège
contre la maladie athéromateuse ).
De ces bases physiologiques découlent quelques grandes
règles de mise en place des activités sportives afin d'assurer un
amaigrissement : Ce n'est que dans des activités sportives d'une DUREE
minima de 40 à 60 minutes QUOTIDIENNEMENT ( ou au moins un jour
sur deux ), que l'on brûlera des graisses ( 250 à 750 kilocalories selon les
sports par heure de pratique ). Encore faut-il que l'activité sportive soit
suffisamment INTENSE pour tirer sur les réserves de graisse. On considère
qu'il est souhaitable d'effectuer un effort se situant entre 30 à 50% du
maximum de ses possibilités physiques.
Connaître ses possibilités physiques est donc important : il suffit
approximativement d'effectuer les calculs simples suivants :
Fréquence maximale = 220 - âge ( en années )
puis
Fréquence cardiaque de réserve = FC max - FC de repos
Ainsi nous pouvons déterminer la fréquence correspondant à la fourchette de
mobilisation des graisses car il suffit d'ajouter 50% de la FC de réserve à la
FC de repos.
Exemple : FC Max à 40 ans = 220 - 40 = 180
Sujet ayant un pouls de repos à 80 soit :
FC réserve = 180 - 80 = 100
50% de 100 = 50 soit la fréquence de mobilisation :
50 + FC de repos = 130
En fait rares sont les sujets en surpoids pratiquant des activités sportives
avec une calculatrice pendant l'effort aussi je vous conseillerais de vous
adonner à votre sport sans dépasser malgré tout votre fréquence cardiaque
maxima. L'idéal est, pendant l'effort, de vous assurer de pouvoir maintenir
une conversation avec vos " nouveaux " amis sportifs.
Il sera nécessaire de comprendre qu'un amaigrissement (
sauf stupidité publicitaire ) se mérite et n'arrive pas miraculeusement ni
immédiatement. Un chiffre permet de mieux cerner le problème : pour
brûler 1 kg de graisse, il faudra consommer 7730 Kcal soit 14h45 de footing
à 10km/h, 30h26 de cyclotourisme de détente, 17h20 de natation de détente,
36h27 de golf, 13h39 de tennis ...!
84

Et quand on sait que pendant et après un effort, on se réalimente, l'on


comprend la patience qu'il faudra.
Ainsi donc se justifie la mise en place d'un régime
hypocalorique associé afin de créer un déficit énergétique permettant de
maigrir.
De plus, quand on fait un régime sans faire du sport, l'on perd du poids qui
provient pour 50 à 75% des amas de graisses et 25 à 50% des muscles.
L'arrêt du régime fait que l'organisme stockera la graisse qui viendra
remplacer les muscles : moins de muscles - plus de graisses - donc plus
d'inactivité et donc prise de poids ! qu'elle histoire ? A l'inverse, mettre en
place un régime avec du sport permettra de maintenir voir augmenter le
capital musculaire ( qui travaille )
Encore un détail physiologique qui vous évitera bien des désagréments : ne
croyez pas que plus on transpire, plus on maigrit ! Que de gens le dimanche
matin sont affublés en plein été de vêtements chauds; cela ne sert à rien car
la perte de poids que vous noterez sur la balance ( 1 à 2 kgs ) est liée à la
perte d'eau car vous êtes déshydraté. Alors, réhydratez-vous si vous ne
voulez pas " couler une bielle " comme dans votre voiture car les accidents
vasculaires sont fréquents dans ces périodes. Se réhydrater, certes mais aussi
manger raisonnablement ( fruits secs riches en oligo-éléments ) pendant la
pratique d'un sport si la durée est importante bien-sûr : manger ( et boire des
boissons légèrement sucrés fraîches ) car sinon la compensation se fera au
repas suivant par une sorte de fringale.
Quels sports peut-on conseiller ?
D'abord le simple fait de bouger à votre rythme et en douceur,
marcher, monter par l'escalier plutôt que l'ascenseur, aller chercher son pain
à pied ou à vélo, sortir son chien, sa famille ... bref ... bouger et ne surtout
pas stagner devant sa télévision ou son fauteuil en grignotant " à l'américaine
" une foule d'aliments particulièrement gras et/ou sucrés pour calmer votre
stress et vos angoisses !

BOUGEZ !
Mais bougez sympa !
En effet pratiquer un sport permet de diminuer la tension nerveuse ( moins
de fringale ou d'idées de fringale ), de maintenir ou de se recréer un schéma
corporel adéquate; de plus les sports ont une action euphorisante évitant de
tomber dans l'angoisse et la dépression.
Une des bases, surtout au début, sera d'éviter tous les sports
éprouvants pour les articulations, les ligaments, la colonne vertébrale qui
sont déjà soumis au surpoids; éviter aussi les sports nécessitant une certaine
dextérité et souplesse car l'obèse en manque : éviter donc au début course à
pied, culturisme, sports de combat, jeux de raquette et de ballon.
Sont fortement conseillés les sports portés d'endurance du type
natation, aquagym, aviron, cyclisme; ski de fond, golf, marche. Intéressant
ces sports d'extérieurs car ils nécessitent en plus de combattre les aléas du
temps par le jeu de la déperdition thermique ( et donc calorique ).
Permettez-moi pour clore ce chapitre de vous rappeler que de
débuter une activité sportive nécessite de s'échauffer afin de prendre
conscience de son corps, de découvrir les jeux des articulations et des
muscles, de son dos, de travailler sa respiration.
85

D'habitudes en habitudes, je sens que vous progressez déjà et


que vous rêvez de courir dans la forêt avec toute votre famille : soyez souple
( et c'est le cas de le dire ), n'imposez pas aux autres ce que vous n'aimeriez
pas que l'on vous impose.
PATIENCE ! mais bougez !

LES ENTREES

En ce qui concerne la ration alimentaire, nous sommes,


tout comme les animaux, guidés par l'instinct. Nous sommes avertis, par la
sensation de faim ou de soif, qu'il faut manger ou boire et, par la sensation
de satiété, que notre besoin a été couvert. La ration alimentaire qui nous est
nécessaire varie en fonction de nos dépenses; elle croît lors de gros efforts
physiques et diminue à l'inverse en cas de sédentarité. L'énergie nécessaire
proviendra essentiellement de l'alimentation et, dans certaines conditions,
des réserves énergétiques stockées essentiellement dans le tissu gras.
L'utilisation parcimonieuse de cette énergie permettra ainsi à l'organisme de
maintenir une stabilité de son poids.
Chez un homme moyen en bonne santé ( 1.70 m/68 kgs ) les besoins seront
de 2800 calories; la femme ( 1.62 m/55 kgs ) aura des besoins plus faibles
de 2200 calories. Bien que ses réserves ( 80 à 85% dans les graisses ) soient
importantes ( 125 000 calories soit de quoi survivre 40 jours ), l'être humain
devra assurer un minimum de renouvellement de sa matière vivante aussi
doit-il s'alimenter et s'hydrater régulièrement.

Nos aliments appartiennent à 4 grandes familles :


Les protides ( 1 gr = 4.1 cal )
Les lipides ( 1 gr = 9.3 cal )
Les glucides ( 1 gr = 4.1 cal )
L'alcool ( 1 gr = 7 cal )
et accessoirement, sans intérêt calorique, l'eau, les
vitamines, les minéraux et les fibres.
Les protides : Ce sont les nutriments plastique dits " bâtisseurs et
réparateurs " de l'organisme. Constitués d'oxygène, d'hydrogène, de carbone
et aussi d'azote, c'est sur eux que reposent trois grandes fonctions de la
matière vivante : nutrition, croissance et reproduction. Outre leurs rôles de
structure et de croissance ( mouvements des muscles grâce à l'actine-
myosine, cheveux, ligaments, os avec l'ostéine, processus de cicatrisation,
etc... ) elles ont aussi un rôle fonctionnel dans la constitution des hormones,
des enzymes, des anticorps et de certains transporteurs comme
l'hémoglobine.
L'être humain a besoin en continu de protéines car il en détruit
continuellement ( 300 gr par jour ); une partie est recyclée mais l'autre partie
( 20% ) est perdue dans les urines. Ainsi donc un apport alimentaire
complémentaire est fondamental car il n'existe pas de forme de réserve des
protéines. Cette quasi impossibilité pour les protéines de se transformer en
graisse sera à la base de la correction diététique des troubles du surpoids.
Les protéines sont composées par des chaînes d'acides aminés et sont ainsi la
voie d'expression privilégiée des caractères héréditaires de l'homme.
86

L'organisme a besoin des acides aminés ( une vingtaine ) pour fabriquer ses
propres protéines. Il a les outils pour fabriquer certains acides aminés mais
pas tous : huit manquent à l'appel aussi devra-t-il impérativement les trouver
dans l'alimentation; qu'il manque un acide aminé indispensable et
l'organisme se trouvera incapable de synthétiser des protéines de bonne
qualité. L'équilibre entre acides aminés indispensables détermine ainsi la
valeur nutritionnelle des protéines d'un aliment; une protéine est dite
complète si elle les contient tous ( protéines animales ) sinon elle est dite
incomplète ( protéines végétales ) et des mélanges de protéines devront être
effectués afin que tous les acides aminés se retrouvent en même temps et au
cours du même repas ( protéines de céréales pauvres en lysine a associer
avec des protéines de légumineuses pauvres en méthionine : cela donne une
valeur protéique aussi bonne que la viande ).
Riche en protéines, les aliments d'origine animale apportent en moyenne 20
gr de protéines pour 100 gr de produits; cet apport protéique est souvent lié à
des lipides aussi conseille t'on de diversifier l'origine de nos protéines
alimentaires :
50% d'origine animale ( viande, poisson, laitage, oeufs )
50% d'origine végétale ( céréales, légumes secs ). En
outre, ces dernières sont riches en fibres calmant bien la faim.
Les protéines, en général, calment bien la faim et pour longtemps mais pas
immédiatement ( car ne joue pas sur la sécrétion d'insuline ).
Les lipides : Les corps gras d'origine alimentaire, essentiellement
composés de triglycérides ( 98% ), sont dégradés dans le tube digestif pour
être absorbés sous forme de glycérol et acides gras; ils sont resynthétisés
ensuite sous forme de triglycérides qui, par voie lymphatique, vont gagner la
cellule graisseuse dans laquelle ils pénètrent grâce à une enzyme nommée
lipoprotéine-lipase dépendante des glucides; ne dit-on pas que " les lipides
brûlent au feu des glucides ". Ils sont composés d'un nombre variable
d'atomes de carbone liés entre eux qui vont définir le caractère saturés,
mono-insaturés ou poly-insaturés des acides gras.
Les acides gras saturés ( viandes, charcuteries, laitages entiers, jaune
d’œuf, ...) consommés en excès élèvent le cholestérol.
Les acides gras mono-insaturés ( huile d'olive, de colza et d'arachide )
abaissent le mauvais cholestérol ( LDL ) sans toucher au bon cholestérol (
HDL ). Leur stabilité chimique est grande et ils ont donc moins tendance à
être dégradés par l'air, la chaleur ou la lumière. A noter que notre organisme
peut synthétiser ces acides gras à la différence des suivants.
Les acides gras poly-insaturés ( huile de soja, maïs, pépin de raisin,
tournesol ) consommés en excès présentent deux risques : ils diminuent le
bon cholestérol ( et diminuent aussi le mauvais ) et sont fragiles, facilement
altérés par l'oxygène ou la lumière d'ou l'association nécessaire avec de la
vitamine C et E. Les margarines dérivent des acides gras poly-insaturés (
maïs, tournesol ) qui ont subi une transformation " trans " afin d'être facile à
tartiner. Le risque sur le cholestérol est donc sensiblement identique aux
acides gras poly-insaturés.
L'association d'huile riches en poly et mono-insaturés semble être
intéressante car amenant des avantages nets sur la conservation et la
diminution des risques d'excès de cholestérol.
87

D'intérêt majeur sont les graisses d'origine " huiles de poisson ", poly-
insaturés et riches en acides linoléique "oméga 3", qui protègeraient contre
l'infarctus et l'athérosclérose, même à petite dose.
S'ils constituent une réserve importante d'énergie, ils jouent un rôle majeur
dans la thermorégulation, la palatabilité des aliments ( moelleux, crémeux,
aspect croustillant ... ) et ils augmenteraient la diffusion des arômes. Ils sont
la source unique d'acides gras essentiels ( acide linoléique ).
Les acides gras composent l'ossature des membranes cellulaires ( d'ou leur
importance ) et véhiculent en outre les vitamines liposolubles A, D, E et K
aussi une alimentation pauvre en graisse risque d'entraîner un déficit
vitaminique.
Les acides gras calment la faim et ils rassasient bien tout en amenant
malheureusement beaucoup de calories sous un faible volume.
Les glucides : Composés ternaires contenant du carbone,
de l'oxygène et de l'hydrogène, les glucides sont de 2 types :
. les petites molécules : saccharose, galactose, fructose, glucose,
dont l'absorption par l'organisme est rapide.
. les grosses molécules type amidons ( des légumes secs,
céréales, pommes de terre ) et le glycogène sont absorbées lentement car ces
molécules doivent être scindées pour passer la barrière intestinale.
Ils proviennent pour les sucres complexes des féculents, céréales, légumes et
pour les glucides simples des fruits, du sucre, confitures, miel et sucreries.
Notons toutefois que le glucose peut-être en partie fabriqué à partir de
certains acides aminés.
Le rôle des glucides est de fournir de l'énergie à la cellule vivante. Le
glucose est l'aliment presque exclusif de la cellule nerveuse
L'on parlait jusqu'à maintenant de " sucres à absorption rapide " et de "
sucres lents "; en fait, il semble que l'on s'oriente vers une autre définition
car l'élément qui compte n'est pas la rapidité du passage mais l'importance
de la montée de la glycémie ou index glycémique et donc l'importance de la
stimulation de l'insuline. Jusqu'à maintenant l'on considérait qu'un sucre lent
modifiait lentement la glycémie ( taux de glucose dans le sang ) et donc
stimulait peu l'insuline alors qu'un sucre rapide entraînait une flèche
d'insuline pour faire baisser rapidement la glycémie en faisant rentrer le
glucose dans les cellules ( et donc le transformer en graisse et donc faire
grossir ! ). Le paradoxe est que l'on trouve des sucres rapides ( fructose des
fruits ) qui se comportent comme des sucres lents et vice-versa ( sucre de
table plus lent que le pain ? ).
Selon leurs préparations, les aliments vont avoir un index glycémique qui
variera ainsi plus la farine est moulue, plus l'index glycémique sera élevé;
plus les cuissons sont courtes, plus l'index sera bas.
Les glucides calment vite l'appétit mais pas longtemps ce qui fait que
rapidement l'on a tendance à remanger. L'adjonction de graisses ou de
fibres diminue l'index glycémique d'où l'intérêt de les manger en
association afin de ralentir le passage des sucres; dans ces cas là, il y a tout
intérêt à consommer des sucres à absorption lente ( féculents ).
88

L'alcool : Il ne sert en aucun cas et contrairement à


l'opinion répandue, ni à la lutte contre le froid ni au travail musculaire et
donc pas à l'équilibre nutritionnel. L'énergie fournie par l'alcool va servir à
couvrir jusqu'à la moitié du besoin énergétique basal de l'organisme
permettant ainsi dans un premier temps la mise en réserve et l'épargne
d'autres nutriments ( sous forme de graisse notamment ). Passé un certain
degré d'intoxication alcoolique, on aboutit plutôt à une dénutrition ( voie
péroxydasique ) car l'alcool accélère le catabolisme protéique. Notons au
passage que de nombreux alcools sont riches en sucre et donc très
caloriques; de plus nous les accompagnons souvent d'aliments riches en
calories type biscuits apéritifs, fruits oléagineux etc...
L'eau : Essentiel à la vie car si l'être humain peut jeûner
plusieurs semaines, l'absence d'eau ne peut dépasser 48 heures sans amener
des perturbations hydro-électrolytiques majeures. Le besoin normal d'eau
d'un adulte est en moyenne de 2 litres 500 soit 35 à 40 ml/kg/jour tout en
sachant que la moitié est déjà contenue dans les aliments ( surtout fruits, riz
cuit, pain et fromages ) et l'autre moitié devra être bue. L'eau ainsi ingurgitée
permettra d'assurer une élimination des déchets métaboliques de l'organisme
et évitera la " surchauffe " de l'organisme en cas d'effort. La prise d'eau
devra se faire sans soif, quelque soit l'heure, même en cours de repas ( l'eau
remplit l'estomac et a un effet coupe-faim ).
Les fibres alimentaires : Il ne s'agit que des fibres
végétales qui sont composées de polysaccharides ( cellulose et
hémicellulose, pectine des fruits, gommes et algues ) et de lignines ( tiges et
parties fibreuses des végétaux, enveloppes des légumes secs ). Elles ont chez
l'homme un rôle énergétique négligeable ( aucune valeur calorique ) car elles
ont une médiocre digestibilité; la majeure partie des fibres passe donc dans
le tube digestif sans être transformées : elles ont donc un rôle majeur de
ballast agissant sur le volume et la consistance des selles car elles sont de
plus très hydrophiles ce qui leur permet de fixer deux à huit fois leur volume
d'eau. Cela explique que les fibres ralentissent ou accélèrent le transit
intestinal en ayant un effet bourratif assez rapide, diminuant par effet
mécanique l'envie de remanger ( moins faim ce d'autant qu'il faut mâcher
longuement les fibres ) et diminuant aussi l'assimilation des aliments
associés ( ralentit en outre le passage des glucides donc pic d'hyperglycémie
postprandiale atténué, du cholestérol et des sels biliaires ) ... d'ou le rôle "
d'aide à l'amaigrissement " des fibres. Il est nécessaire malgré tout de
préciser que les fibres peuvent entraîner, sur des sujets sensibles, des
troubles coliques ( évite la constipation par stimulation du transit par l'effet
ballast et les gaz ) aussi devra-t-on en tenir compte dans l'hygiène
alimentaire. Les fibres réduisent l'absorption intestinale des minéraux et de
certaines vitamines ( B ) tout en sachant qu'elles sont elles-même souvent
riches dans ces matières ( légumes secs par exemple ).
Il est donc à conseiller fortement aux candidats à l'amaigrissement de
consommer des aliments riches en fibres comme les légumes du style
asperge, brocoli, épinard et choux, les fruits comme la poire, la prune, pêche
et pomme, les céréales comme le son et les farines, les légumineuses comme
les haricots, les flageolets, petits pois et lentilles.
89

Les vitamines et les minéraux : Dans une alimentation


harmonieuse et bien équilibrée, l'homme tire l'ensemble des vitamines et
sels minéraux dont il a besoin pour assurer son fonctionnement métabolique
et enzymatique. Les rôles en sont variés ( cf. tableaux suivants ). De part
leur caractère souvent hydrosoluble et thermolabile, il est conseillé de ne pas
trop laver certains aliments, d'éviter de les faire cuire ( garder les eaux de
cuisson pour les soupes ) et de les conserver trop longtemps car sinon l'on
perd une fraction de ces vitamines et minéraux. Se méfier des huiles de
Paraffine qui en diminue leur absorption.
90
91
92

FAIM - APPETIT et SATIETE

Pour maintenir un état nutritionnel correct, l'être humain doit


consommer des quantités suffisantes d'aliments afin de répondre à ses
besoins énergétiques et doit sélectionner les aliments de manière à assurer
des apports équilibrés et stables. Comprendre certains troubles alimentaires
nécessite d' analyser comment fonctionne les mécanismes de la régulation de
la prise alimentaire. Il y a en effet importance à bien séparer la faim de la
notion d'appétit :
. La faim correspond au besoin physiologique de manger mais
c'est une notion totalement subjective qui se met en place afin de combler
une sensation ressentie par l'organisme comme un manque d'énergie; cette
recherche alimentaire, " ce besoin ", n'est pas spécifique pour un aliment.
Quels sont les mécanismes qui régissent la faim et donc la prise d'aliments ?
L'on a longtemps pensé que c'était l'impression de vide de l'estomac, ses
contractions, la baisse du taux de glucose dans le sang, des acides aminés,
des lipides ... en fait rien n'est encore très précis et l'on pense qu'il s'agirait
d'un moindre renouvellement des aliments énergétiques qui stimulerait alors
la prise alimentaire.
. L'appétit est un désir, un état psychologique qui incite à
manger souvent un groupe d'aliment précis dont on attend satisfaction et
plaisir, par gourmandise. Il est donc distinct de la faim. Il répond à des
signaux " émotionnels " qui guident la prise alimentaire.
. La satiété ou rassasiement est un état qui traduit la plénitude
gastrique ( volume ) et elle suit l'arrêt de la prise d'aliments. Elle
s'accompagne de disparition du sentiment de faim et s'accompagne parfois
de signes d'assoupissement après un repas appréciable.

D'une façon générale et schématique, on admet que le


comportement alimentaire d'un individu normal dont le poids est stable, sera
caractérisé par :
. Le nombre des repas qui est régi par les informations
métaboliques ( glycémie, ... ).
. L'importance du repas sera sous la dépendance des
informations sensorielles et psychologiques.

Les centres de commande de ce système régulateur de la prise


alimentaire se trouvent dans le cerveau ( Hypothalamus latéral entre autre )
et ils reçoivent de nombreuses informations sensorielles ( des cinq sens )
concernant l'alimentation et surtout leur palatabilité ( qualités
organoleptiques des aliments qui donnent des sensations plus ou moins
agréables aux aliments ). Ces informations ne prennent toute leur efficacité
qu'à la suite d'un véritable apprentissage et donc une comparaison possible
par rapport à la mémoire des odeurs, des goûts, de la consistance et des
aspects, des volumes, des caractéristiques agréables ou non de l'état de
satiété. L'état psychique de l'individu lors de sa prise alimentaire ( stress,
colère, émotion, calme, douceur, joies ) va aussi jouer.
Ainsi un aliment attirant et pris dans un contexte psychologique
favorable ( calme et peu stressant ) sera d'autant plus agréable à manger qu'il
évoque des souvenirs affectifs positifs.
93

Notons au passage que ce serait aussi dans l'hypothalamus (


ventro-médian ) que se fabriquerait la mémoire d'un poids de référence.
Ainsi voyons nous ( et nos expériences personnelles
individuelles le montrent ) que la palatabilité des aliments jouera d'une façon
importante mais qu'il ne faut pas négliger les influences extérieures (
événements irritants ou agréables, stressants, sources de tension mentale ).
Ces influences extérieures joueront toutes sur nos prises
alimentaires probablement par le biais de décharges hormonales qui sont
alors engagées ( décharge de catécholamines, rôle des voies
sérotoninergiques, décharges de dérivés morphiniques opioïdes etc ...),
décharges qui vont stimuler ( ou diminuer ) la prise alimentaire et modifier
le choix des aliments afin de compenser la perte d'énergie créée par ces
stress ( en général aliments gras et/ou sucré selon les individus ) et détendre
( opiacés qui calment ) le sujet. Connaître ses réactions alimentaires aux
stress ( et assimilés ) fera donc partie d'une des composantes à maîtriser afin
de mettre en place une prévention efficace dans son comportement
alimentaire : nous en reparlerons.
D'autres facteurs extérieurs vont jouer sur le conditionnement
alimentaire de l'homme; inné et/ou acquis, ce conditionnement jouera d'une
façon importante sur la prise d'aliments par le biais de l'éducation
nutritionnelle des masse-médias, des modes, des rites et interdits religieux,
de la symboliques de certains repas etc...

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

La régulation de la prise alimentaire est liée, comme nous


l'avons vu, à des influences extérieures et intérieures. Cette régulation
commence à être assez bien connue chez l'homme au poids stable; en
revanche, des difficultés résident malheureusement dans son analyse chez le
sujet en surpoids ou obèse car il existerait chez lui un trouble de
l'autorégulation encore mal défini ( régulation des adipocytes alors
hypertrophiés ? rôle de l'insuline ? rôle du système sérotoninergique qui
règle la sélection alimentaire glucides/protides ? rôle du psychisme ? ), très
variable dans ses contextes et dans ces répercussions.
De l'analyse de cette régulation alimentaire découlera
probablement une thérapeutique adéquate adaptée à chaque individu afin
d'établir une prescription diététique et psycho-comportementale cohérente.
Comment mange-t-il; pourquoi mange-t-il de cette façon; quels sont les
rythmes et pourquoi ? Autant de réponses qu'il nous faudra donner, au fil
des consultations, afin de corriger les déséquilibres de la façon la plus
complète et définitive possible.

Il existe de nombreux phénomènes de " pulsions alimentaires "


comme :
. Les sujets " carbohydrate cravers " : Ce sont des sujets qui
ont des pulsions alimentaires extra prandiales irrésistibles et impérieuses,
surtout pour les sucres qui les " calment " et les " relaxent " selon les
modifications de l'humeur de leur journée ( excès de tension nerveuse );
94

ces aliments peuvent ainsi participer à la diminution d'une certaine tendance


qu'ils ont à être " dépressif ". S'en rapproche les pulsions sucrées lors de la
phase prémenstruelle, lors du stress et de l'arrêt du tabagisme.
. Le grignotage : Réponse moderne, mais perturbée, à nos
rythmes de vie ( stress ) et à l'alimentation qui nous est parfois proposée, le
grignotage correspond à la consommation quasi automatique de petites
quantités d'aliments, sans faim, en dehors des repas qui sont ainsi perturbés
dans leurs rythmes et dans leurs compositions.
Grignotage alimentaire plutôt pour les sucres et les graisses ( et donc riches
en calories ) mais aussi grignotage " liquide " par la prise de sodas et autres
boissons sucrées. Limités à une ou deux fois par mois, ces grignotages sont
sans conséquences mais c'est leur répétition qui fera qu'une prise de poids
apparaîtra car, là encore, le grignotage coupe la faim naturelle du repas
traditionnel au profit de ces aliments hyper caloriques.
Grignotage et compulsions sucrées sont souvent une réponse à l'angoisse,
l'anxiété, la peur et la solitude ( par exemple, femme en période de pré-
ménopause voyant ses enfants quitter le domicile familial ).
. La fringale : c'est une sensation de faim impérieuse qui se
manifeste par un cortège de signes connus du type sueurs, dérobement des
jambes, difficultés à se concentrer, palpitations voire malaises vrais avec
évanouissement. Ces troubles sont liés à une baisse de la glycémie ( si l'on
saute un repas par exemple ); ainsi mange t'on vite un sucre pour compenser
cette hypoglycémie d'ou sécrétion d'insuline ( qui fait rentrer le sucre dans
les cellules donc rebaisser la glycémie ) et de nouveau rapidement fringale;
la répétition de ces fringales peut tout à fait entraîner une prise de poids
importante.
. La boulimie : véritable syndrome, l'accès boulimique se
caractérise par une prise alimentaire incoordonnée, rapide, massive ( tout
type d'aliments souvent très caloriques ), à l'abri des regards, brutale et
impérieuse, irrésistible avec perte du contrôle de soi et ce, qu'elle que soit
l'heure de la journée ou de la nuit. Parfois précédée d'une période de
fébrilité, elle se termine toujours par une sensation de dévalorisation de soi,
de remords, de dégoût. Douleurs abdominales et vomissements provoqués
peuvent s'associer au contexte de malaise final. Ces femmes souvent jeunes
développent habituellement des comportements annexes afin d'assurer un
contrôle strict de leur poids ( par crainte de grossir, elles utilisent des
laxatifs, diurétiques, vomissements ); ces femmes ne sont donc pas fortes
mais la conséquence la plus invalidante est l'isolement social dans lequel
elles plongent ( dépression ) nécessitant une prise en charge souvent en
groupe.
. Se rapproche, à l'inverse, de ce syndrome l'anorexie mentale
car elle peut devenir une complication de la boulimie. L'anorexie correspond
à un refus de s'alimenter pouvant durer des mois et aboutissant, si aucune
prise en charge n'est effectuée, à un risque vital. Entretenu par la
survalorisation de l'image sociale de la minceur, l'anorexique désorganise
ses rythmes sociaux et alimentaires, facteurs auto-aggravants pouvant
entraîner des complications importantes ( troubles des règles, dénutrition
grave, avitaminoses etc... ).
95

Touchant de préférence l'adolescence, ce syndrome nécessite


une prise en charge complète, suivie et permanente en relation avec la
famille.

Boulimie et anorexie se trouvent souvent chez des sujets fragiles, lors de la


période parfois difficile de l'adolescence, période où coexistent une
évolution psychologique et physique pas toujours équilibrée, période où les
rapports avec l'entourage familial, professoral, amical et social sont parfois
difficile à comprendre et subir; c'est la période où l'enfant passant de l'âge
assisté va passer à l'âge du besoin d'autonomie et d'indépendance donc
source de conflits notamment avec la mère
. Les perturbations des rythmes alimentaires que nous
rencontrons dans nos activités professionnelles sont sources de troubles
alimentaires.
L'absence de petit déjeuner, malheureusement trop
fréquente en France, crée sans conteste un climat propice à la prise de poids;
en effet, après le long jeune de la nuit ( où l'activité métabolique est ralentie
) suit l'éveil de la matinée nécessitant une plénitude de nos moyens
énergétiques. L'absence de petit déjeuner entraînera alors des phénomènes
de grignotage durant la matinée ( petits biscuits compensateurs, chocolats ...)
dont les effets coupe-faim ne sont pas négligeables et donc reculant d'autant
le déjeuner; sans oublier les phénomènes connus d'hypoglycémie ( " coup de
pompe " de nos enfants en fin de matinée ).
De nombreuses études montrent qu'une quantité calorique
répartie sur un repas entraînera une prise de poids alors que cette même
quantité calorique répartie sur 3 voire 4 repas n'entraînera que peu de
déséquilibre. Ainsi est-il fortement déconseillé de sauter les repas car
l'organisme cumulera aux repas suivants les manques alimentaires.
L'influence du travail décalé de nuit ( ou autre ) va jouer sur la prise
alimentaire en perturbant le rythme nycthéméral de la régulation de la faim
tout en engendrant souvent des phénomènes de grignotage.
La rapidité de la prise alimentaire et le volume des
aliments jouent aussi; la personne forte nécessite de se " caler " vite et
abondamment car elle demande souvent à sortir de table en étant rassasiée ...
phénomène qu'elle n'arrive pas toujours à mettre en place.
Chez le sujet en surpoids, la prise alimentaire est
influencée de façon beaucoup plus importante que chez le non obèse par les
stimuli externes comme le volume et la palatabilité des aliments ( les forts
préfèrent les aliments gras ). Notons que chez l'obèse, 50 à 55% de ceux-ci
sont normophage ( mangent normalement ), 15 à 20% sont des obèses
hyperphages ( gros mangeur ), 10% sont boulimiques, 15 à 20% sont des
grignoteurs.

. Les perturbations liées au type d' aliments consommés : Le


plus souvent, les sujets en surpoids ne mangent pas trop mais ils mangent
mal ou déséquilibré ( 92% des cas ). Ces déséquilibres sont liés à des stimuli
sensoriels personnels innés mais surtout acquis ( éducation du goût par
exemple ) et à un conditionnement par la symbolique médiatique (
stimulation publicitaire sur l'image maternelle synonyme de bien-être ).
96

Les études de CREFF & HERSCHBERG sont éloquentes et montrent que


sur 100 obèses :
- 8 ont une ration équilibrée
- 26 ont une ration hyperlipidique
- 18 ont une ration hyperglucidique
- 16 ont une ration hyperalcoolique
- 22 ont une ration à la fois hyperlipidique et hyperglucidique
- 10 ont une ration à la fois hyperlipidique, hyperglucidique et
hyperalcoolique.
- Dans plus de 25% des cas, la ration protidique est insuffisante,
montrant l'appétence protéique spontanée peu marquée de l'obèse pour les
protéines.

. Les idées préconçues, source de déséquilibres et


d'erreurs ( surtout en cas de grignotages ) :
* Les laitages : Riches en protéines et en calcium, ils sont d'excellents
coupe-faim mais doivent être consommés plutôt écrémés ou demi-écrémés
car sinon ils sont trop riches en lipides. Les fromages, même s'ils ont des
trous !, ont souvent une quantité de lipides trop importante et il est
nécessaire de veiller à vérifier la teneur en matière grasse; celle ci s'exprime
par le rapport au produit complet pour les laits fermentés mais par rapport à
l'extrait sec pour les fromages ( exemple : un produit étiqueté à 40% de MG
( sur extrait sec ) contient en fait 7 grammes de MG pour cent grammes de
produit.
Quelques exemples :
fromage frais 60 à 75 % d'eau 100 à 200 cal.
fromage à pâte molle 40 à 60 % d'eau 200 à 300 cal.
fromage fondu 40 à 55 % d'eau 280 cal.
fromage de chèvre 30 à 60 % d'eau 280 à 380 cal.
fromage à pâte dure 35 à 45 % d'eau 300 à 400 cal.
fromage à moisissure 40 % d'eau 320 cal.
Quant à la consommation des yaourts : toujours préférer les yaourts natures
qui ont du goût ( même maintenant les allégés ) mais vérifier qu'ils ne sont
pas déjà sucrés et éviter les fruités ( ou les fruiter soi-même ! ) et ceux qui
sont au lait entier ( quoique l'apport calorique n'est pas toujours aussi
différent ). Ce sont des produits extrêmement utiles pour la composition de
crèmes ( à cuire ou non ) et de sauces pour les viandes et poissons mais
aussi les légumes cuits ou crus. Ces sauces peuvent-être agrémentées à
volonté avec les divers épices et condiments ( Cf. pages suivantes ).
Nombreux sont maintenant les fromages et laitage en version allégée; ils
n'ont pas le moelleux de leurs homologues mais ils restent agréables à
consommer.
Préférer donc le lait et les laitages maigres sans sucre ( inférieur ou égal à 20
% MG ) ainsi que les fromages à pâte molle affinée ou allégés.
Réduire la ration des fromages dont la teneur en graisses est supérieure à 20
% MG.
Yaourt ordinaire : 3,5 g
Fromage blanc : 5 à 10 g
Chèvre, Fromages fondus : 15 à 20 g
Brie, Camembert, St. Marcellin : 20 à 25 g
Munster, Pont-l'Eveque, Vacherin : idem + 5g de sucre
Hollande, Port-Salut, Gouda : 25 à 30 g
Gruyère, Roquefort, Bleus : + de 30 g
97

* Les viandes : Riches en protéines, elles apportent malheureusement


10 à 20% de lipides " cachés ". Choisir de préférence les viandes maigres et
enlever le gras visible ( plus elles sont grasses, plus elles sont caloriques ! ) :
Cheval, Foie, Gibier 1 à 5 g de graisse
Lapin, pigeon, poulet 5 à 10 g
Bœuf, mouton, jambon 15 à 20 g
Dinde, filet de porc, veau 10 à 15 g
Porc (autre que le filet) 20 à 25 g
Charcuteries grasses, oie, canard + de 30 g
* Les poissons et crustacés : Bien que les crustacés soient souvent
riches en cholestérol, les poissons et crustacés apportent dans l'ensemble
moins de 10% lipides et ont une teneur aussi intéressante en protéines que la
viande.
Certains poissons sont toutefois légèrement plus gras que les viandes les
plus maigres ... A modérer : saumon, sardine, hareng, maquereau, thon,
haddock, poissons fumés, anguille.
* Beurre, huiles et autres graisses :
Le beurre apporte 84% de lipides et 16 gr. d'eau mais aussi de la vitamine
A. La crème fraîche apporte 30% de lipides et 70% d'eau : à tout prendre,
mieux vaut faire une sauce avec de la crème fraîche qu'avec du beurre ou de
l'huile.
Les margarines ont la même valeur calorique que le beurre ( contiennent
82 à 84% de graisses ) mais l'avantage en est que ses lipides, plus riches en
acides gras insaturés, sont d'origine " végétale ". Il existe maintenant des
beurres allégés ( pâtes à tartiner qui sont des dérivés des produits laitiers (
babeurres ) ou des produits d'éléments végétaux ( tournesol, soja )); ils
contiennent tous 38 à 41 % de matières grasses ( moitié moins que le beurre
ou la margarine ) ce qui est un grand avantage compensant largement
l'inconvénient qui est qu'ils ne se cuisent pas ( pas tous ) et que l'on en paie
cher leur eau.
Quelques soient les huiles utilisées, elles ont TOUTES la même valeur
calorique mais certaines ont un facteur de protection cardio-vasculaire plus
important et élèvent moins le cholestérol ( Cf. - Les lipides ). Ne parlons pas
des fritures à éviter au maximum ( huile cuite riche en acides gras
toxiques difficiles à digérer ).
* Le pain et les féculents : que de choses sont dites cause d'excès et
d'erreurs !
Le pain, riz et pâtes, céréales, semoules etc... ont l'avantage d'être composés
de glucides ayant un faible index glycémique et sont peu caloriques; ils
calment très bien la faim et évite les fringales. Seule leur consommation en
excès risque d'entraîner une prise de poids mais " faire attention ... ne veut
pas dire éliminer de l'alimentation ".
Se méfier de certains a priori du type : " les biscottes sont plus légères "
1/2 baguette pesant 100 gr. apporte 250 calories
1 biscotte de 15 gr. apporte 55 calories
Faites le calcul ! ( 10 biscottes = 550 calories )
Si vous petit-déjeunez avec des céréales, vérifiez que celles-ci ne sont pas
sucrées.
Le pain complet a approximativement la même valeur calorique que la
baguette mais il rassasie mieux en plus petite quantité.
* Les légumes : Peu caloriques, ils sont riches en fibres coupant bien
la faim en ralentissant le bol alimentaire. Penser aux légumes secs riches en
protides ( 20 à 25 % ) et en amidon ( 60% ) mais aussi en fer et là encore ...
sans excès !
98

Préférez :
* les légumes verts cuits à 5 % de glucides : haricots verts, choux, tomates,
poireaux, aubergines, épinards, courgettes, poivrons, céleri-branche, fenouil,
champignons ...
* les légumes verts crus à 5 % de glucides : salades, tomates, concombres,
radis, céleri.
Limitez légèrement :
* les légumes verts à 10% de glucides : carottes, navets, céleri-rave,
betteraves, oignons, salsifis, petits pois, coeurs de palmiers, fonds
d'artichauts ...
* les légumes verts crus à 10 % de glucides : carottes, céleri-râpé ...
Limitez un peu plus : pommes de terre, pois, olives, haricots, fèves, lentilles,
pois chiche ... et donc les légumes secs en général ( mais ne surtout pas les
éliminer car riches en vitamines du groupe B et en protéines ).
* Les fruits et desserts:
Seuls les fruits secs, les fruits confits, les pâtes de fruits ( noix, amandes,
cacahuètes, noisettes, pruneaux, raisins ... ) sont déconseillés tout comme les
dattes, marrons, figues, avocats ainsi que les fruits au sirop.
Dans les fruits frais, choisir de préférence les moins sucrés : abricots,
ananas, cerises, fraises, framboises, mandarines, oranges, pamplemousses,
pêches, melons, pastèques, poires, prunes, pommes ( qui ne font pas plus
maigrir que les autres fruits ! ) ... et composez des mousses de fruits frais (
avec 1 ou 2 jaunes d’œufs ).
Limitez d'une façon importante les pâtisseries, sucreries, entremets,
confitures, marmelades sucrées ...
Pensez à consommer ( avec édulcorant si nécessaire ) :
- des fruits en salade, en compote, en purée sans sucre.
- des fruits au four, en brochettes.
- des yaourts battus au fouet et parfumés au café lyophilisé, au
chocolat de régime ( cacao dégraissé ), aux fruits frais ...
- crèmes ou flans au lait écrémé sans sucre, glaces allégées minceurs,
glaces au yaourt, sorbets ...
* Les sucreries : Pièges à obèses " anxieux " et à tout ceux qui veulent
maigrir car ce sont les produits que l'on recherche souvent par goût dans ce
cas là; catastrophique du point de vue calorique, ce d'autant qu'ils coupent la
faim peu de temps; qu'elles soient solides ou liquides, elles sont toutes
hypercalorique et riche en sucre.
Évitez formellement les sucreries à jeun !
( bonbon, Chewing-gum, barre chocolatée ... )
* Les boissons : Aucun problèmes avec les eaux ( quelques soient les
marques ) mais quelle richesse en sucre pour les sodas et les jus de fruits que
l'on oublie souvent de comptabiliser dans ses apports caloriques journaliers.
Sans omettre les alcools qui sont hypercaloriques ( Cf. ) : l'on peut reprendre
pour règle :
" Un verre c'est bien ! deux verres, bonjour les dégâts ! "
Et attention aux accompagnements de grignotage !
* Qu'en est-il des allégés ?
Les édulcorants ( Polyols, Aspartam, Saccharine ), sans toxicité,
n'apportent aucune calorie et remplace avec bonheur le sucre mais ils ont
l'inconvénient ( ou l'avantage ) de maintenir une accoutumance au goût
sucré : pourquoi pas ! de toute façon c'est toujours une économie de calorie
... si ce n'est que l'organisme va piocher les sucres dont il a besoin d'une
façon plus importante dans les autres aliments pour compenser, un peu, cette
diminution d'apport.
99

Il existe aussi maintenant des sucres édulcorants au fructose ( venant des


fruits ) dont l'arrière goût n'est pas amer et qui " sucre " tout autant.
Les modes de cuisson : La cuisson vapeur, la cuisson en papillotes, la
cuisson en papillotes, la cuisson en papier aluminium, la cuisson en
autocuiseur, la cuisson à l'étouffée, la cuisson au gril ou à la broche, la
cuisson sous vide ou au micro-ondes; ces cuissons n'apportent aucune
calorie et redonnent souvent leur vraie saveur aux aliments ! Elles n'altèrent
que peu la richesse en oligo-éléments et en vitamines et ne nécessitent pas
de graisse pour faire cuire les aliments ce qui est un énorme avantage dans
un régime hypocalorique voire même dans la vie de tous les jours pour celui
qui souhaite manger d'une façon agréable et saine.
Quant aux produits surgelés, aux plats allégés, sous vide et autres, ils
offrent l'avantage d'être extrêmement goûteux en permettant d'avoir un repas
équilibré et varié; ils sont actuellement d'excellente qualité mais nécessitent
de bonnes chaînes de conservation.
Ces produits, rares il y a quelques années, se sont démocratisés et se
retrouvent facilement dans tout bon supermarché à des prix tout à fait
raisonnable pour une consommation régulière. Ainsi donc manger allégé
offrira certains avantages, notamment à l'obèse qui ne fait pas toujours
attention à sa prise alimentaire tant en quantité qu'en qualité; cette
alimentation allégée permettra :
1. De manger " goûteux " et de se faire plaisir.
2. De pouvoir maintenant assez facilement se transporter et se
conserver; cela doit permettre de manger avec plaisir dans toute les
entreprises car nombreuses sont ces dernières ayant maintenant un four à
micro-ondes, même modeste. De plus elles offrent souvent des cantines où
l'on peut consommer sans jus ni sauces voire même des menus allégés variés
à 5 ou 600 calories ( soit moitié moins que la normale ) ... mais il faut le
demander ... et quand on est gourmand, c'est dur !
3. De diminuer l'apport calorique.
4. De souvent diminuer l'apport en graisses.
5. De rééquilibrer le rapport glucides - lipides au profit des protides.
6. De permettre de remplacer certains aliments ou certains repas par de
meilleurs produits ( et non de s'ajouter ).
7. De maintenir une vie sociale agréable.
8. Certes, les différences ne sont pas toujours si franches MAIS, petit
peu par petit peu, 50 calories par-ci, 50 calories par-là, ce sont des habitudes
nouvelles qui apparaissent et un ou deux petits kilos qui s'envolent par mois,
sans stress.
Quelques exemples : Pour 100 Gr.
Beurre allégé 400
Beurre nature 760
Vinaigrette allégée 350
Vinaigrette normale 800
Crème fraîche allégée 175
Crème fraîche 300
Confiture " légère " 270
Confiture 300
100
LES SURPRISES DU GRIGNOTAGE

Calories Ca
(moyennes) (mo

1 Glace 200/250 1 Sorbet


1 Glace avec Chantilly 400/600 1 Tarte aux pommes
1 Gâteau à la crème 300/400 1 Crêpe au sucre
1 Crêpe confiture 120 1 Gaufre au sucre
1 Gaufre chantilly 300/400 2 Biscuits secs Petit beurre
1 Tranche de Cake 80 1 Tranche de Pain d'épices
1 Bouchée au Chocolat 150 4 Carrés de Chocolat
2 Chewing-gum 20 2 Bonbons
10 Châtaignes grillés 150 1 Bière pression
1 Bière bouteille (33 Cl.) 110 1 Bouteille de Cidre (30 Cl.)
1 Limonade 50 1 Verre de Vin blanc sec
1 Verre Vin rouge 11° (20Cl.) 150 1 Verre de Whisky (5 Cl.)
1 Verre de Porto (10 Cl.) 85 1 Coupe de Champagne (15C
125
1 Verre de Punch 200/250 1 Verre de Cognac (4 Cl.)
1 Verre de Liqueur 90 1 Jus d'orange Commerce
1 Orange pressée sans sucre 40 1 Citron pressé sans sucre
1 Coca-cola (12 Cl.) 85 1 Coca-cola light (12 Cl.)
1 Soda (12 Cl.) 80 1 Verre de Perrier
1 Schweppes (12 Cl.) 75 1 Jus de Tomate du Commerc
1 tranche de Pain (25g. baguette) 70 2 Biscottes
1 Croissant au beurre 150 1 Toast ( pain de mie)
1 part de Brioche 300 1 Croque Monsieur
1 Sandwich complet Jambon/beurre 1 Sandwich Rillettes
500-600
1 Sandwich Salade 400/500
( Tomates/oeuf dur/thon/mayonnaise )
1 Pizza ( de 15 cm de diamètre ) 400/500 4 Saucisses à apéritif
1 tranche Jambon sans gras 60 Gr 100 10 Petits Gâteaux salés
1 tranche Jambon avec gras 300 1 Petit Four
1 Petit Carré de Beurre (10 Gr.) 75 2 Apéricubes
1 Oeuf 80 1 Cornet de frites
101

1 Hot dog 450 10 Chips


3 Olives 25 10 Cacahuètes
10 Amandes grillées ou Pistaches 150 Salade verte assaisonnée
1 Salade exotique 300/350 1 Crudité
( Riz/légumes/crevettes/sauce )

100 Gr. Fromage blanc 0 % MG 35 1 Part de Bleu


1 Part Brie/Camembert (50 Gr.) 100 1 Part de Chèvre
1 Part Pâtes pressées cuites 200/250 1 Café sans sucre
1 Yaourt lait entier 80 1 Yaourt au fruits
1 Tisane sans sucre 0 1 Thé nature sans sucre
1 Boisson au Chocolat 160 1 Sucre N° 4
1 Bol de Lait écrémé (250 Cl.) 90 25 Gr. Riz (2 Cuil. soupe)
25 Gr. Pâtes (4 Cuil. soupe) 90 25 Gr. Semoule (2 Cuil. soupe
1 Big Mac 540 1 Hamburger
1 Portion de frites 300 1 Couscous merguez
1 Choucroute complète 620
102
Le Français étant souvent un " père sauce ", je me permets de vous
donner quelques idées pour agrémenter vos plats afin de ne pas " manger
triste " ni vous dégoûter trop rapidement sur des plats fades.
N'hésitez pas et CREEZ !

QUELQUES IDEES DE SAUCES " MINCEUR"

SAUCES FROIDES
Base :
1 jaune d’œuf dur - 1 c. à café de moutarde - 100 g de fromage blanc 0 %
MG
sel, poivre - 1 jus de citron ou vinaigre
Écraser le jaune d'oeuf avec la moutarde pour obtenir une crème onctueuse.
Ajouter le fromage blanc et le jus de citron.
Variantes :
Sauce Aïoli + 1 c. à café d'huile d'olive et purée d'ail cru
Sauce Antiboise + ail, coriandre, cerfeuil, persil ciselé
Sauce Andalouse + purée de tomates et dés de poivron doux
Sauce Tartare + câpres, cornichons, oignons, persil, cerfeuil, estragon
hachés
Sauce Vendangeur + échalotes cuites dans du vin rouge
Sauce Vincent + purée d'oseille, persil, cerfeuil, ciboulette et 1 oeuf dur
haché.
Sauce au persil ( pour 4 personnes )
2 citrons, sel, poivre, persil : 1 bouquet
1 c. à soupe de vinaigre et d'huile - 1 gousse d'ail et oignon
Hacher persil, oignon, ail. Ajouter citrons et sauce.

AUTRES RECETTES
Sauce Mayonnaise : ( avec huile de paraffine ) qui peut servir de base pour
:
- la sauce verte : mayonnaise + herbes fines hachées
- la sauce aïoli : mélanger 2 gousses d'ail écrasées au jaune d'oeuf, moutarde,
sel et poivre avant de verser l'huile.
Sauce Vinaigrette qui servira pour la sauce Gribiche : hacher un oeuf dur;
ajouter des cornichons hachés et mélanger le tout à la vinaigrette.
Sauce tomate : éplucher quelques tomates. Faire cuire avec oignons, ail,
échalote, persil, romarin. Passer au chinois.
Sauce moutarde : (avec yogourt ou fromage blanc à 0 % MG) 3 c. à café de
moutarde forte, vinaigre, sel, poivre. Battre dans 2 c. à soupe de fromage
blanc ou yogourt.
SAUCES CHAUDES
Base :
1 jaune d'oeuf dur - 1 c. à café de moutarde
100 g de fromage blanc 0 % MG - (sel), poivre
Mélanger les ingrédients dans un bol. Mettre le bol au bain-marie jusqu'à
épaississement en fouettant au départ. Selon ce qu'on ajoute comme
aromates, on obtient des sauces différentes :
Type Hollandaise : ajouter 1 jus de citron
Type Maltaise : ajouter 1 jus d'orange + zeste bouilli à l'eau
Type Béarnaise : ajouter échalotes hachées cuites dans du vinaigre de vin et
estragon
Type Choron : Béarnaise à laquelle on ajoute 2 tomates concassées
Type Paloise : Béarnaise où l'on remplace l'estragon par de la menthe
fraîche
103
SAUCE CHAMPIGNONS
100 g de fromage blanc 0 % MG - 100 g de champignons + 1 c. à café de
persil haché + 1/2 citron - 1 dl de vin blanc sec ou bouillon de volaille -
(sel), poivre
Mettre les champignons et le jus de citron dans une casserole couverte.
Laisser cuire puis laisser évaporer tout le jus. Ajouter Maïzena dans le vin
blanc puis le fromage blanc, sel, poivre. Chauffer le tout et ajouter le persil
et servir.

SAUCE PIQUANTE
1 boite de sauce tomate (ou coulis) - 1/2 verre de vin blanc sec
1/2 verre de vinaigre - 4 gros cornichons - 1 échalote - (sel), poivre, paprika
Hacher l'échalote. Laisser cuire un peu dans le vinaigre et le vin blanc.
Ajouter les cornichons en rondelles, poivre et paprika selon goût.

DONNEZ DU GOUT A VOS PLATS !

Utilisez au maximum dans vos plats des


HERBES et AROMATES :

- Persil - Origan
- Cerfeuil - Laurier
- Menthe - Romarin
- Basilic - Genièvre
- Sarriette - Coriandre
- Fenouil - Anis
- Thym - Cumin
et surtout :
- Ail - Oignon
- Échalote - Ciboulette

Sans oublier les EPICES et CONDIMENTS suivants :

- Clou de girofle - Poivre


- Câpres - Curry
- Cannelle - Paprika
- Gingembre - Safran
- Moutardes - Le tabasco (piments)
- Cornichons - Pickles
- Coulis de Tomates - Sauces orientales

Sachez utiliser les vinaigres, jus de citron voire l'alcool ( dans certaines
marinades ou pour flamber une viande ou un poisson car l'alcool s'évapore
en laissant le parfum ).

Utilisez pour vos vinaigrettes une huile de paraffine (0 cal.).

ET POUR LES DESSERTS, pensez à utiliser :


- Le cacao sans sucre - Les bâtons de vanille
- L'extrait de café - Extraits ou coulis de fruits
- L'eau de fleur d'oranger - La cannelle

NAPPEZ les aliments avec des sauces sans matières grasses :


- Coulis de tomates, de champignons, de cresson ...
- Fromage blanc ou yaourt pour les crudités et salades ...
- Béchamel allégée faite avec de la maïzena ou de la fécule et du lait écrémé,
sans beurre, ajouter sel, poivre, muscade ...
- Crème fraîche à 15 % MG ...
- Gelée en poudre : oeuf en gelée, poisson en gelée ... ou gélatine en feuilles.
104
LES COMPLICATIONS DU SURPOIDS

L'on a tous dans nos connaissances des personnes obèses qui ont
vécues centenaires et des personnes maigres qui sont mortes jeunes ! Cela
est PARFOIS vrai mais cela doit-être modulé dans la réalité. En effet les
risques somatiques associés à la surcharge pondérale ne sont pas identiques
pour tous les sujets obèses. Il est vérifié par de nombreuses études très
sérieuses que l'espérance de vie de l'obèse est en général plus courte que
celle d'un sujet de poids normal mais cela doit-être tempéré par un certain
nombre de facteurs :
. Il existe des facteurs héréditaires, mal maîtrisés, qui
prédisposeront ou non aux complications.
. On a noté une relation nette entre mortalité et indice de
masse corporelle; entre 20 à 25 Kg/m², le risque est nul. S'il est supérieur à
25, l'on est gros et les facteurs de risque augmentent pour être importants au
dessus de 27 voire très importants passé 32Kg/m². Par contre, la surmortalité
observée chez les sujets de faible IMC est plutôt liée au cancer. Un point
très important et rassurant est de noter que si l'indice se régularise, les
obèses ayant maigri, voient leurs risques rediminuer nettement.
. Le facteur temps joue sur les complications : en effet,
certaines complications ne se remarqueront qu'après 10 à 20 ans de latence;
à nous médecins de profiter de ce répit pour corriger le surpoids.
. L'âge joue aussi jusqu'à 50-60 ans où la relation obésité-
mortalité reste importante; passé 60 ans, cette relation diminue.
. L'âge d'apparition de l'obésité est un facteur pronostic :
par exemple, pour une IMC de 40, la mortalité est multipliée :
par 12 si l'obésité est présente entre 25 à 35 ans,
par 5 entre 35-45 ans,
par 3 entre 45-55 ans et
par 2 entre 55-65 ans
. La morphologie du sujet et notamment la disposition de
ses graisses. Schématiquement, l'on distingue deux grands types de
répartition :
* la répartition gynoïde féminine ( aspect en poire ); les graisses
sont essentiellement localisées sur l'abdomen au dessous du nombril, les
fesses, les hanches et les cuisses.
* la répartition androïde masculine ( aspect en pomme ); les
graisses sont essentiellement localisées sur la nuque, le cou, les épaules
thorax et l'abdomen au dessus du nombril.
* certes, tous les intermédiaires existent mais il a été montré
malgré tout que plus la disposition est androïde et plus l'on risque d'être
sujet aux complications cardio-vasculaires graves.
Mieux vaut une bonne paire de fesse enrobée
qu'un petit bedon !
Ces faits se confirment par le calcul du rapport taille / hanche; plus ce
rapport est élevé ( inférieur à 0.75 chez la femme et 0.85 chez l'homme ) et
plus le risque d'accidents vasculaires cérébraux et coronariens est important
( directement corrélé au degré d'insulinorésistance ).
Cette graisse en excès sur l'obésité androïde est profondément située,
enserrant les organes mais elle est aussi facilement mobilisable expliquant
les résultats souvent spectaculaires des régimes sur l'homme " androïde ";
105

les graisses féminines sources de complications circulatoires, sont des


graisses " hormonales " de réserve ( Cf. grossesse et allaitement ) plus
difficile à mobiliser et donc à perdre lors des régimes.
Voyons un peu plus en détail les complications
rencontrées chez les sujets en sur-poids.
- Dans les obésités androïdes se remarquent plus souvent :
* Les complications métaboliques et endocriniennes du type :
. État diabétique ( excès de sucre dans le sang ) avec perturbation
nette dans 60% des cas des courbes de sucre dans le sang; par chance, le
régime rétablit des chiffres normaux dans presque tous les cas, ramenant la
glycémie à un taux normal tout en diminuant la résistance induite à l'hyper
insulinémie réactionnelle qui se normalise.
. Troubles lipidiques comme l'hypertriglycéridémie ( venant des
graisses du foie ) et de l'augmentation du L.D.L Cholestérol athérogène. Là
encore le régime agit bien dessus.
. L'hyperuricémie source de crises de goutte et de calculs rénaux
. Hyperandrogénie chez la femme, troubles des règles,
hypogonadisme chez l'homme.
* Les complications cardio-vasculaires : elles sont d'autant plus
fréquentes qu'elles sont liées aux précédentes; l'obésité favorise l'apparition
de l'artériosclérose et d'hypertension artérielle qui se complique
d'insuffisance cardiaque, d'angine de poitrine, de troubles du rythme
cardiaque et d' accidents vasculaires ( le cœur englobé dans les graisses doit
fournir un effort plus important pour fonctionner et éjecter le sang vers
l'organisme ).
- Outre la présence plus faible des complications ci-dessus, l'on retrouve
plus fréquemment dans les obésités gynoïdes :
. Des troubles veineux avec nombreuses varices, oedème des
membres inférieurs ... le tout gênant le retour veineux et entraînant une stase
sanguine pouvant être cause de thrombophlébites tout en étant aussi un
facteur aggravant de la résistance de la cellulite aux traitements.
. Sans compter les difficultés gravidiques ( fréquence du diabète, de
thromboses, d'hypertension gravidique ) et obstétricales ( difficulté
d'accouchement, gros poids de naissance de l'enfant ).
- De toute façon, quelque soit le type d'obésité, l'on retrouve d'une façon
commune certaines complications :
* Des troubles ventilatoires allant de la dyspnée banale (
essoufflement lié au refoulement du diaphragme vers le haut par les graisses
abdominales ) à l'insuffisance respiratoire grave. Notons qu'existe souvent
associée une hypoxémie ( baisse du taux d'oxygène dans le sang ) avec
hypercapnie ( augmentation du gaz carbonique dans le sang ) ayant pour
conséquence une polypnée ( souffle court et rapide ) pouvant au maximum
aboutir au syndrome d'apnée du sommeil ( ronflements fréquents, maux de
têtes matinaux, somnolence facile durant la journée, troubles de la mémoire
) voire à la mort subite.
* Des complications hépatobiliaires et digestives : l'on note la
fréquence des calculs biliaires, de hernie hiatale, de gastrite, de colite et de
ballonnements post-prandiaux.
* Une fréquence plus importante des cancers ( prostate, colorectal,
utérus et seins ).
106

* Une fréquence accrue des troubles rhumatologiques liée à la


surcharge pondérale : en effet être gros sous entend moins bouger ( à cause
de l'essoufflement par exemple ) ou bouger avec difficulté; l'impotence est
liée au fait que le poids nécessite un appui plus traumatisant sur les
articulations source d'arthrose et d'atteinte inflammatoire tendineuse.
* Difficultés opératoires, qu'il s'agisse du côté chirurgical ( paroi
graisseuse et fréquence des hernies par insuffisance musculaire ) mais aussi
anesthésiques.
* Mais peut-être plus important encore car source d'auto aggravation
de l'obésité, les complications psychosociales : Les opinions péjoratives des
masses-média induisent des préjudices et une discrimination anti-gros. De
facteur protégé réservé aux riches, aux puissants, le surpoids est devenu un
facteur de dévalorisation, de gêne à l'embauche, d'absentéisme, de sur-prime
d'assurance-vie, de ségrégation scolaire et sportive, d'humiliation amoureuse
ou vestimentaire ... etc...
Bref : il n'y a pas d'obèses heureux ... ou si peu !

Quand on voit maintenant de qu'elle façon le monde moderne évolue vers


les notions de bien-être, de travail sur l'esthétique corporelle, d'activités
physiques, d'alimentation équilibrée allégée, il ne nous reste plus qu'à nous
interroger sur, non pas sur le rejet des personnes en surpoids si souvent déjà
confrontées à leurs propres difficultés d'insertion, mais comment ne pas
amplifier ce décalage voire créer un problème chez des gens qui n'en n'ont
pas car " l'idéal de minceur collectif " culpabilise les individus et participe
au développement de troubles du comportement alimentaire.

Prévention ne veut pas dire culpabilisation mais recherche des


motivations. On ne guérit pas un alcoolique en lui interdisant de boire, un
drogué en lui interdisant par la prison la drogue ... l'on peut espérer les
guérir en les aidant à se trouver leurs propres motivations; les aider, certes,
mais pas les porter voire remplacer leurs pensées ou leurs actions : le
médecin ne doit donc pas tenir la fourchette ni être le " policier alimentaire "
car cela sous-entend que le patient perds alors les notions de sa propre
responsabilité; le thérapeute et le patient courent ainsi vers un échec certain
à court terme.
Être gros ne veut pas dire rester sur son nuage, béatement, sans prendre
conscience des risques : être adulte c'est se prendre en charge comme un
adulte et non comme un enfant assisté pleurant que la société lui refuse ses
avantages alors qu'il continue à la dénigrer et à faire le contraire de ce qu'il
faudrait faire, en connaissance de causes.
J'aime assez me répéter la phrase de J.F KENNEDY :
" Avant de demander à ton pays ce qu'il peut faire pour toi, demande-toi ce
que tu peux faire pour ton pays ! "
Avant de demander à ton médecin ce qu'il peut faire pour toi, demande-toi
ce que tu peux faire pour toi en étant correctement informé !

ADULTE !
FINI LES " J'Y ARRIVE PAS DOCTEUR " !

LE TOUT C'EST D'ESSAYER, ESSAYER ENCORE, MAINTENANT !


107

LES TACTIQUES A PROPOSER

Une différence importante est à faire entre la personne désirant


perdre du poids rapidement ou lentement. L'on ne change pas les individus
et certaines personnes désirent, là, immédiatement, perdre du poids : vite et
bien fait. Elles viennent vous trouver, vous médecin ( et c'est déjà
extraordinaire qu'elle ne " s'auto-maigrisse " pas sous couvert des bons
conseils d'une amie ).
Je sens les puristes poindrent leur nez, écarquiller leurs yeux,
ouvrir leurs oreilles et dire des phrases du style : " Moi ! non ! je lui
explique qu'il faudra perdre lentement en éduquant son palais et ses goûts
alimentaires, en pesant tout, en évitant les mélanges ... et surtout en mettant
ce régime en place sur du LONG terme, seul garant du succès ... "
TARATATA ... vous ne reverrez pas votre patiente et elle ira grossir les
rangs des déçues qui s'automédiquent ou vont voir le premier médecin venu
en lui demandant : " Un petit cocktail coupe-faim Docteur ... avec mes 2
boites d'ASPIRINE et ma PILULE ! ". Il faut donc admettre qu'il existe trois
catégories de personnes tout aussi respectables que nous DEVONS
PRENDRE EN CHARGE AVEC RESPECT :
. l'une plus patiente, prudente, prévoyante qui voit le long terme,
préfère un régime ou plutôt un rééquilibrage alimentaire calme et
supportable. Souvent d'ailleurs la prise de poids a été importante,
progressive et largement acceptée pour le bien-être du palais mais : " trop
c'est trop ! ". Perdre 2 à 3 kilos par mois n'est pas un handicap compte tenu
du faible effort à fournir car le plaisir de la table persiste. Que de livres
achetés, que de recettes accumulées : en discutant avec votre patiente, vous
verrez qu'elle en connaît presque autant que vous en diététique; rien ne lui
échappe dans la gestion des calories et tous les régimes sont connus ... mais
pas appliqués car il est difficile d'avoir " le beurre et l'argent du beurre ".
Problème de motivation et de confiance en soi vous dis-je depuis le début de
ce livre !
. l'autre plus pressée, vous consultant en Mai, vivant à cent à
l'heure, ayant quelques kilos mal placés, souvent un peu moins de poids que
la précédente mais voulant maigrir vite et prête à presque tout pour pouvoir
porter les maillots de bains achetés avec une copine ( concours du style
regardez comme je maigris plus vite que toi ! ). Un régime rapide doit alors
être mis en place en évitant toute médication dangereuse ou régime mal
équilibré. Le long terme est souvent oublié mais ... avec un bon contact, un
rééquilibrage pourra être envisagé permettant de définitivement maintenir le
poids : tout est une question de motivation mais ici le long terme vient
APRES.
. La dernière a quelques petites rondeurs mal placées et est
convaincu qu'il faut perdre du poids. Elle est prête à tout alors que
pratiquement seul un traitement loco-régional ne sera efficace. C'est avec ces
dernières que le danger existe car pour perdre cette forme soi-disant
excessive, elles jeûnent ou sautent les repas, utilisent des cocktails ( donnés
sous le manteau entre copines ), prennent à la lettre les produits miracles lus
dans les pages des catalogues TV ( quelle honte que ces publicités
mensongères existent à ce point et soient tolérées ? )
108

Produits miracles à base de mélange d'eau et ??? ou d'eau et de


vulgaires plantes sans pouvoir nutritif : un jour, passe encore mais plusieurs
jours ... bonjour les dégâts ... mais il faut bien que les services de
réanimation ou de psychiatrie vivent ! Nous sommes alors à la naissance
d'un futur syndrome du " yo-yo " voire d'anorexie ou de boulimie si l'on n'y
prend pas garde aussi est-il impératif de canaliser dans ces cas là
l'alimentation et l'explication des troubles.

SAVOIR S'ADAPTER A LA DEMANDE sans rester


stupidement calé sur ses dogmes universitaires car la réalité du terrain est
parfois fort différente de ce que l'on lit dans la théorie des livres. C'est lors
de ces premiers contacts que se mettra en place la prévention alimentaire car
si la confiance est sincèrement construite entre le patient et son médecin, les
erreurs seront moins fréquentes sur le long terme.

Comme nous l'avons vu en début de ce chapitre, il n'existe pas


beaucoup de choix pour obtenir un amaigrissement; dans la logique, seule
peut-être proposé la triade suivante :
1. De diminuer les apports énergétiques,
2. D'augmenter les dépenses énergétiques,
3. De corriger un éventuel déséquilibre alimentaire et donc de
réguler les apports.
Tout autre solution, à l'heure actuelle,
ressort de la charlatanerie.

Permettez-moi d'emblée de ne pas vous orienter vers tel ou tel régime


car ... le bon régime ou plutôt la bonne tactique pour vous ... sera celle que
vous mettrez en place avec plaisir, aussi longtemps que cela sera possible, et
cela avec le concours d'un médecin afin d'éviter tout déficit métabolique
grave et dépister certains inconvénients à temps; en tout cas, le bon régime
est VOTRE régime et non celui de la voisine : il faut en être convaincu car si
parfois tel ou tel régime lui réussit bien, il peut vous être néfaste et vice-
versa. Le bon régime sera donc celui qui :
* Vous permettra de perdre efficacement du poids au rythme que
vous vous serez fixé, en accord avec votre médecin.
* Vous permettra de poursuivre vos activités journalières tant
physique que psychique.
* Vous permettra de prendre conscience des corrections et des
ajustements futurs à apporter dans votre alimentation et votre comportement
afin d'obtenir l'équilibre physique ( et psychique) recherché.

N'omettez pas qu'un certain laps de temps est vraisemblablement


nécessaire pour obtenir un résultat visible : la pilule miracle n'existant pas, à
vous de savoir anticiper votre action par rapport à vos motivations ...
Souvenez-vous ainsi de la fable de la Cigale et la Fourmi concernant la
gestion du temps !
Rappelez-vous aussi qu'un être humain en bonne santé lutte, à partir
d'une certaine perte de poids excessive, contre son propre amaigrissement
afin de sauvegarder ses fonctions vitales et maintenir les réglages de son
pondérostat ( même s'ils sont faux ) ... ce qui pourra expliquer certains
phénomènes de plateau.
109

DIMINUER LES APPORTS ALIMENTAIRES


1. Certains régimes sont dangereux comme :
* Le régime Atkins ou protido-lipidique excluant les glucides
Sont bannis tous les féculents, le pain et assimilés, les céréales,
les fruits, les légumes secs, le lait et les laitages ( sauf fromage, crème et
beurre ), l'alcool. Sont autorisés les fromages, les sauces, toutes les matières
grasses, les viandes et les poissons, oeufs et charcuteries de toutes sortes.
Avantages : ce régime est simple, efficace et n'entraîne pas de
sensation de faim car l'on peut manger sans limitation les aliments permis.
Mais la répétition de repas gras risque vite d’écœurer car le
régime Atkins devra être définitivement poursuivi si l'on veut maintenir sa
perte de poids; l'alimentation riche en graisse est source de troubles du
métabolisme lipidique ( élévation importante du cholestérol et ses risques )
et le fait de ne pas manger de fruits et légumes entraîne des carences en
vitamines, en oligo-éléments et en fibres.
* Le régime ZEN ou macrobiotique comprend 70 à 90% de céréales
et 10 à 30% de légumes.
Ainsi l'alimentation est dépourvue de viandes, poissons, d’œufs.
Les notions philosophico-théologiques entraînent de respecter l'équilibre
entre le YIN ( sucres, légumes, salades et fruits ) et le YANG ( céréales, blé,
riz complet, sarrasin, soja, lentille ), et cela en passant par divers échelons
d'apport progressif de céréales. L'avantage est que l'on réduit son apport en
graisses
Difficile à réaliser avec nos rythmes de vie, ce sont des régimes
beaucoup trop pauvres en protéines surtout si les sujets ne sont pas
parfaitement éduqués à ce type d'alimentation.
* Le régime MAYO CLINIC et dérivés ( Victoria Principal ). Ce
régime dure deux semaines selon un protocole précis.
Il n'apporte que 6 à 800 calories par jour, sans écart possible. Le
petit déjeuner est composé d'un pamplemousse et de deux oeufs la première
semaine puis d'une biscotte la deuxième. Déjeuners et dîners sont composés
en alternance de deux oeufs ou de viande avec un ou plusieurs légumes.
Seules l'eau, le thé et le café sont autorisés. La perte de poids est donc très
rapide et motivante.
Sa répétition trop fréquente est dangereuse par l'excès de lipides
( oeufs ), par le faible taux de protéines apporté source de fonte musculaire
et par les carences en calcium et en vitamines rencontrées source de fatigue
imposant le repos durant ce régime !
* Le régime de restriction hydrique stupide et dangereux tout
comme l'est la diète complète.
* L'on doit évoquer le danger de la consommation des produits
liquides hypocaloriques ( du type BIOLIGHT, BIO 2000, REDULIGNE ...),
produits qui sont composés essentiellement par de l'eau et des plantes :
suivre scrupuleusement le mode d'emploi est sans risque mais l'usage abusif
( et l'obèse en abuse ! ) amène de véritables catastrophes car créant un
véritable jeûne. Aux pharmaciens de conseiller intelligemment ceux-ci et de
prendre leurs responsabilités !
* Régimes farfelus citron-pamplemousse-orange ou encore porto-
viande ???
110

2. Les autres régimes s'ils ne font pas de bien, ne font pas ( trop ) de mal s'ils
sont surveillés.
* Le régime SCARSDALE
Programmé sur une quinzaine de jours, sans écart, il comporte
invariablement au petit déjeuner un-demi pamplemousse et une tranche de
pain complet enrichi en protéine, sans beurre ni autre ingrédient, café et thé
sans lait ni sucre. Déjeuners et dîners sont constitués d'une viande maigre ou
poisson associé avec un légume ( peu riche en sucre ) sans huile. Deux fois
par semaine, le repas se compose que de salade de fruits et quatre fois par
semaine que de un demi-pamplemousse
Ce régime répétitif pauvre en graisse apporte globalement 1000
calories par jour et est assez bien équilibré, surtout si l'on alterne toutes les
deux semaines avec un régime stabilisateur.
* Les régimes DISSOCIES ( et assimilés comme celui de
SHELTON, ANTOINE et MONTIGNAC ). Ils reposent tous sur un
principe commun : on peut manger de tout mais pas au même repas.
Chacun des repas est consacré à une famille d'aliments ( selon
SHELTON ) : les protéines, les glucides, les lipides, les fruits acides, les
fruits mi-acides, les légumes verts non farineux et les melons. Il est interdit
de mélanger dans un même repas ces aliments.
Ces régimes complexes demandent une certaine gymnastique
intellectuelle pour rechercher l'équilibre alimentaire adéquate; ils ne
reposent sur AUCUNE bases physiologiques solides. Ils n'entraînent pas de
véritables carences sur du long terme et demandent de la discipline mais ils
sont efficaces et impose d'avoir un suivi correct car l'arrêt du régime amène
une reprise de poids ( comme de nombreux autres régimes d'ailleurs ).
Le régime MONTIGNAC se rapproche des régimes dissociés et
prône d'éviter de mélanger les lipides et les glucides ( là encore AUCUNE
bases physiologiques solides ). On limite l'apport glucidique aux seuls
aliments riches en fibres ( pain intégral, riz ou pâtes complets, légumes secs
) en bannissant la pomme de terre. Les fruits sont autorisés en dehors des
repas ( ? ). Les repas sont essentiellement composés de protéines plus
glucides ou protéines plus lipides ( quand il y a des glucides, il n'y a pas de
lipides et vice-versa ).
Compte tenu de la difficulté à avoir des aliments " purs " sans
sucre et/ou sans graisses, je reste toujours sceptique sur ces séparations
alimentaires ! Là encore, ce régime fonctionne provisoirement ( mais
comment ne pas fonctionner quand on est hypocalorique ? ) et donne des
résultats souvent passagers ( que ne faut-il pas faire pour être " branché à la
mode " ! ) surtout s'il est agrémenté des recettes, au demeurant goûteuses
heureusement hypocaloriques, de ses livres de prestige sans bases
scientifiques rigoureuses qu'il faudra lire précisément tout au long de la mise
en pratique du régime ... jusqu'à une prochaine mode ... voire sûrement un
nouveau livre de recettes : un vrai chef cuisinier notre MONTIGNAC
national doublé surtout d'un manager médiatique. Que l'on est loin de la
médecine !
* Les régimes végétariens autorisent les laitages et les oeufs mais pas
la viande, le poisson, la charcuterie ( aliments qui nécessitent de tuer un
animal ). S'en rapproche le régime crudivoriste ( excluant les aliments cuits
). Ces types de régime monotone permettent de manger moins et réduisent
l'apport en graisses. Là encore, ils nécessitent de bien connaître les grandes
règles d'association alimentaire car sinon l'on aboutit facilement à des
carences en Vitamines ( D et B12 ) en calcium, fer, iode et zinc.
111
3. Les bons régimes.
Soyons certains que, quelque soit le régime pratiqué, la perte de poids
pourra être intéressante à une seule condition : qu'il n'y ait pas de reprise de
poids ... d'ou l'importance d'une véritable éducation alimentaire et
psychologique ( en cours, en soirées ou dans les livres ). C'est ce qu'on
compris les dynamiques WEIGHT-WATCHERS
Il s'agit de thérapie de groupe incluant séances régulières
d'autocritique et de contrôle hebdomadaire du poids avec un régime
hypocalorique ( 1200 à 1500 calories ) avec équivalences nutritionnelles et
apprentissage de la cuisine diététique.
Rien de tel qu'un ancien obèse pour mener la soirée en montrant
l'exemple et en faisant partager ses anciennes expériences.
L'alimentation proposée est parfaitement bien équilibrée et les
résultats au long terme sont très bons chez les sujets ouverts à ce type de
soutien collectif. L'individualisme, le prix des réunions et l'absence de
surveillance médico-psychologique, le côté un peu trop appuyé sur la
critique " négative " et le calcul soigneux des quantités d'aliments sont les
limites à ce type de dynamique difficile à " mener ".
Vous me direz que l'on ne peut pas malgré tout régler toute sa vie son
alimentation avec une balance ou des équivalences ? Je répondrais que de
toute façon, quand on a une tendance à être fort voire obèse, l'on aura à faire
TOUTE SA VIE attention alors autant le faire avec plaisir et
intelligence ! je n'y peux rien ... ainsi en est pour le moment la science dans
ce domaine.
Dernière méthode (?) simple et équilibrée au premier abord : la
méthode SULITZER ... n'apportant rien de neuf pour un médecin
maîtrisant l'alimentation mais pouvant aider un patient à la recherche de son
équilibre pondéral; nous voilà sur le terrain du choc du marketing que
SULITZER ne pouvait laisser indéfiniment à MONTIGNAC ! Business à
suivre ... en souhaitant sincèrement que ces " méthodes " permettent à nos
patients d'équilibrer au long cours ou/et de s'offrir un chef-cuisinier !!!

Purement affaire des médecins et donnant d'excellents résultats, sous


couvert d'une bonne prise en charge en fin de d'amaigrissement, la diète
protéique.
Ce régime est né de l'idée que les protéines ne sont pas des sources
énergétiques importantes ( Cf. Rôles des protéines ) mais elles doivent
impérativement se trouver dans l'alimentation et au complet afin d'assurer
une bon fonctionnement de l'organisme ( enzymes, hormones, transporteurs
) et de maintenir la masse noble ( muscles ). Privé de glucides et de lipides,
l'organisme se doit de fournir de l'énergie pour fonctionner aussi va t’il
transformer ses graisses de réserve en énergie par le biais, en autre, d'une
réaction chimique fabriquant de l'acétone. Cette cétogenèse permet au foie
d'oxyder de grandes quantités d'acides gras devenant alors la principale
source d'énergie.
Il est important que les protéines ingérées ne soient pas mêlées à des
hydrates de carbone; en effet une insulinémie normale ou augmentée
empêche la mobilisation des graisses de stockage des cellules graisseuses et
ainsi la montée d'acétone. Ce régime ( sans glucose ) maintient une glycémie
sensiblement normale avec une insulinémie basse ( 80 % de la normale ).
Un rôle majeur est dévolue à l'acétone car l'acétone est le plus puissant
coupe-faim naturel, tout en ayant un effet euphorisant ( parfois source
d'énervement ). Ainsi ce régime très basse calorie ( 3 à 500 calories par jour
) a t’il des avantages majeurs :
LA FAIM DISPARAIT COMPLETEMENT EN 48 A 72
H ( quoiqu'il n'élimine pas la gourmandise ! )
RAPIDITE DE L'AMAIGRISSEMENT ( 7 à 10 Kilos par
mois ), ce qui renforce la motivation et évite le découragement.
112

Facilité d'exécution, sans risque d'erreurs alimentaire ni de


tentation.
BIEN-ETRE ET EUPHORIE, sans fatigue.
Un suivi clinique et biologique régulier, qui aide d'ailleurs à maintenir
la prise en charge psychologique de l'amaigrissement, sera mis en place afin
de surveiller essentiellement le potassium, l'acide urique, le fonctionnement
cardiaque. La sécurité actuelle de ces diètes protéiques est parfaitement bien
établie dans des mains formées; les accidents des années 1970 ont
maintenant complètement disparus suite à l'utilisation de protéines
d'excellente qualité contenant tous les acides aminés indispensables à
l'organisme ( protéines de lait et de soja ).
La mise en place de ces régimes ( réservée au corps médical
uniquement ) permet souvent d'aboutir à des pertes de poids de 7 à 12 kilos
en 4 semaines, poids perdu essentiellement au dépends des graisses ( 80% )
et très peu des muscles, des viscères et de l'eau. L'amaigrissement sera plus
lent après quatre semaines car l'on note une diminution des dépenses
énergétiques du métabolisme basal ( qui se régularisera plus tard à un
nouveau adapté au nouveau profil physique ).
La durée d'une diète varie selon les écoles; en France l'on se rapproche
de 4 à 6 semaines mais aux USA et au CANADA, la durée peut-être
beaucoup plus longue ( plusieurs mois ). En fait, tout dépendra de la
motivation des individus, de la qualité des protéines ( et non du niveau
calorique ) et de la qualité du suivi médico-psychologique. L'expérience
montre qu'il semble nécessaire de maintenir la diète protéique tant que
l'individu la supporte parfaitement et qu'il est motivé pour poursuivre : c'est
donc plus souvent à lui d'indiquer quand il souhaite stopper ( sauf problème
médical exceptionnel ). Mal vécues sont en effet les interruptions de diète
protéique alors que le régime marchait bien; la remise en place d'une
deuxième diète rencontre dans ce cas plus de difficultés.
A qui proposer ces diètes protéiques ? Probablement pas à ceux qui
désirent perdre 2 à 3 kilos pour mettre le petit string cet été ( quoiqu'il vaut
mieux une alimentation hypocalorique hyperprotidique sur une courte durée
que de mettre en place n'importe quoi à base d'eau ou autres stupidités
publicitaires !!! ); en fait ces régimes s'adressent à tous, surtout si
l'amaigrissement doit-être rapide pour raisons médicales ) mais pas tous
supporterons ce type d'alimentation. Bien-sûr classiques sont les contre-
indications du type grossesse, enfants de moins de 16 ans, maladies aiguës et
comme toujours problèmes psychiatriques.
Comment s'effectue une diète protéique ?
Cela peut se mettre en place avec des aliments riches en
protéines du type viandes ou poissons maigres, blancs d’œufs, laitage 0%
de matière grasse et légumes pauvres en glucides en abondance.
Actuellement existent sur le marché des poudres à
mélanger avec uniquement de l'eau froide ou chaude, permettant de réaliser
facilement des préparations goutteuses et agréables, bien équilibrées en
protéines d'excellente qualité nutritionnelle. Ces préparations permettent de
réaliser des soupes, des crèmes et mousses, des boissons, des gâteaux (
VIVANCE, INSUDIET, PROTICAL, PROTI 30, MUCIPRO, ALBURONE
... ).
113

Café et thé sans sucre sont autorisés à volonté comme


certains légumes évitant ainsi certains troubles digestifs.
Nouvelle est l'arrivée de farines de protéines ( soja et
caséines de lait en autre ) pour confectionner du pain, des pâtes à crêpes ou
pizzas ... qui permettent de varier l'alimentation en se rapprochant au plus
possible de l'alimentation traditionnelle hypocalorique ( il ne faut pas rêver,
vouloir perdre du poids ne se fait pas sans un petit effort ! ).
Ces diètes se réalisent sans soucis à domicile car aucune
hospitalisation n'est nécessaire ( sauf problèmes médicaux particuliers );
l'activité professionnelle est parfaitement poursuivie et ce sans fatigue; à
chacun bien sûr de manager son alimentation au travail ( ce qui n'est pas
toujours facile je le conçois mais ... quand on veut ... on peut ! ). Les
activités sportives sont à diminuer provisoirement car les individus en diète
n'ont plus de réserve de sucres; ils devront donc essentiellement puiser dans
les réserves de graisses plus lentement mobilisables; les efforts intenses et
brutaux sont déconseillés ( risque d'hypoglycémie ) mais les activités
douces, à bas niveau énergétique ( marche, gymnastique douce, natation de
détente ... ) sont autorisées en demandant de stopper les activités en cas de
fatigue excessive.
Les résultats de ces diètes sont surprenants dans leur rapidité et leur
importance. Cette rapidité n'engendre absolument pas plus de rechute que
les autres régimes sous certaines conditions que nous allons voir; l'on peut
même dire selon certaines statistiques Canadiennes et Françaises que les
taux de rechute sont plus bas car la motivation à pratiquer ces régimes est
meilleure, plus soutenue, mieux contrôlée et ce compte tenue que la perte de
poids est importante d'une façon assez régulière ( 7 à 12 kilos par mois ).
Certes, plus l'on se rapproche du poids cible recherché et plus l'organisme
luttera contre la perte de poids; l'amaigrissement sera alors plus lent, avec
moins de phénomènes de plateaux.
L'arrêt d'une diète protéique est TOUJOURS PROGRESSIF PAR
PALIERS de 200 calories; pendant la diète un travail d'éducation
commencera avec travail sur l'image corporelle ( les différences de
mensurations sont toujours très motivantes car les différences sont
réellement fabuleuses d'une quinzaine à l'autre ). Une réalimentation
progressive en introduisant un puis deux repas ( encore enrichis en protéines
avec un fruit ou un laitage ) sera proposée en précisant que la faim pourra
réapparaître ( s'aider simplement dans ces cas avec quelques plantes ) mais
la diminution de la taille de l'estomac obtenue au fil de la diète fera que le
volume du bol alimentaire est réduit. Au bout d'un mois, petit-déjeuner et 17
heures sensiblement normaux ( voire nouveaux pour certains mais l'habitude
de les prendre lors de la diète est souvent alors conservée, diminuant la faim
au déjeuner et dîner ). La réintroduction progressive des féculents et d'une
alimentation sensiblement normale mais toujours malgré tout prudente en
lipides et glucides seront le garant de la réussite au long terme sans oublier
le plus important à mes yeux : PERSISTANCE DU SUIVI et de la PRISE
EN CHARGE psychologique sans lesquelles la diète sera vouée à une
rechute ( pas plus rapide que les autres régimes ).
114

Autre possibilité moderne dans l'amaigrissement est l'utilisation de


substitut équilibré ( CAMBRIDGE-LINE, SUBSTI 500, AIR LIGHT ... );
ils sont en général très pauvres en lipides ( moins de 3% ), équilibrés en
glucides ( notamment lents ce qui évite les hypoglycémie réactionnelles ) et
enrichis en protéines ( plus de 30 % ). L'adjonction fréquente de
polyvitamines, d'oligo-éléments, de fibres et d'épaississants ( lécithine de
soja et gomme xanthane ) permet d'obtenir un mélange parfaitement
équilibré " calant " bien à la place d'un repas. Ces produits ne permettent pas
de faire de diète protéique car le taux de sucre est trop élevé, n'amenant pas
de cétose. Ils autorisent la baisse de l'apport calorique durant la journée (
préparés avec de l'eau ou du lait écrémé, ils apportent de 130 à 250 calories
); en se substituant à un repas ( voire deux ), ils diminuent l'apport
énergétique, réajuste les taux des nutriments dans l'alimentation et
permettent surtout de pouvoir COMPENSER au repas suivant un repas trop
riche excédentaire en calories, sans commettre l'erreur de sauter ce repas.
Dans ce cadre rentre les barres hypocaloriques ( VIVANCE, PROTI 30,
FACTORAL, ) dont les goûts sont intéressants et permettent de se faire un
petit plaisir avec le 16 heures des enfants ( mais cela entretien l'envie de
grignoter ! ) ... de toute meilleur ( du point de vue calorique ) que le pain-
beurre-chocolat !
Dernier produits à ne pas négliger : les plats minceurs tout préparés
moins de 300 calories ( FINDUS, GUERARD, MARIE, PERE-DODU ...).
Succulents, parfaitement bien équilibré, simple à préparer ( à la maison ou
en entreprise ... si l'on a un micro-onde à disposition ), ils laissent réellement
l'impression d'un bon repas ( pas très copieux je le concède mais que voulez-
vous, on ne peut pas tout avoir : le plaisir de manger et la ligne ! ); repas sur
lequel on terminera avec une salade et un fruit au besoin.
Reste le régime simple basé sur l'autocontrôle avec le bon conseil et
soutien de votre diététicienne ou de votre nutritionniste; il est d'une banale
affaire de bon sens mais qui nécessite d'être capable de maîtriser ses envies,
car, honnêtement entre nous, vous savez parfaitement bien ce qui vous fait
prendre du poids ?
Le petit grignotage de 10H car vous n'avez pas petit-déjeuner ?
Le petit quatre heures avec vos enfants ( ou vos ami(e)s ? Oh, rien de
bien méchant mais tous les jours ... depuis tant d'années ?
Le petit apéritif avec votre mari ( ou votre femme ) ou vos amis, bien
sûr avec les petits accompagnements ? Il faut bien vivre, voyons !
Le petit grignotage de 21H en regardant stressé(e) votre feuilleton
favori de la télévision en compagnie de votre tendre mari ( qui lui est mince
à énerver ) ... et de votre petite ( toute mais toute petite ) boite de chocolat (
diététique ). Ah, je sais, vous n'en prenez que UN !
La répétition de bons petits plats en sauce ... et vous saucez avec votre
pain jusqu'à rendre une assiette plus que propre !
Les repas d'affaire où l'on vous force ( je le sais ) à manger des plats
riches que vous n'aimez pas, mais, en affaire comme en amour, il faut savoir
faire plaisir pour remporter une bataille ! Votre patron ne vous le
pardonnerait pas !!!
115

Ne me dites pas non où dites-le en vous regardant dans la glace ! N'y a


t'il pas un petit ouh-ouh qui vous fait rougir de me ( VOUS ) mentir ?

Autre possibilité d'aide à l'amaigrissement : les médicaments.


Rappelons de nouveau que nous n'avons pas encore de produits miracles
faisant maigrir d'un coup de baguette magique; s'il en existait un, nous
serions les premiers à le savoir aussi méfier-vous des pilules aux vertus
amaigrissantes qui foisonnent dans certains de nos journaux.
De grandes catégories de produits existent :
1. Ceux qui augmentent le métabolisme afin de permettre de "
brûler plus ". Il s'agit des dérivés thyroïdiens. A petite dose, il met la
glande thyroïde au repos créant ainsi une hypothyroïdie. A dose plus forte,
ils provoquent un amaigrissement graisseux et surtout musculaire avec
troubles du métabolisme glucidique. Seul le médecin peut donc être amené a
prescrire ces produits quand la glande thyroïde marche réellement au ralenti
( hypothyroïdie ), ce qui n'est pas le cas dans le surpoids. Ces produits
peuvent entraîner une certaine nervosité, des palpitations voire des troubles
cardiaques et digestifs plus graves.
2. Ceux qui permettent d'augmenter l'élimination hydrosaline : Il
s'agit des diurétiques. Merveilleux médicaments dans le cas des troubles
cardiorespiratoires, vasculaires, rénaux ou hépatiques, ils n'offrent aucun
intérêt dans l'obésité car ils ne font pas maigrir mais entraîne une perte
hydrique ( avec perte de sodium, potassium et chlore ) pouvant mener à une
déshydratation voire un hyperaldostéronisme ( qui majore la reprise d'eau à
l'arrêt du traitement ). Notons encore les laxatifs dont l'action vise à
accélérer le transit de façon à ce que les aliments soient peu absorbés. Ils
aboutissent constamment à des troubles hydroélectrolytiques (
déshydratation ) et à une colite (inflammation du colon, source de diarrhée
ou de constipation).
3. Ceux qui coupent la faim : les anorexigènes. L'amphétamine
permet de se maintenir éveillée plus longtemps et diminue la faim tout en
rendant euphorique, hypernerveux, insomniaque avec parfois des
palpitations et des troubles digestifs voire un véritable syndrome dépressif.
Les dérivés amphétaminiques entraînent surtout un phénomène
d'accoutumance qui mène le patient vers une véritable toxicomanie par
dépendance, ce d'autant qu'ils se substituent à une volonté défaillante
empêchant le malade de se prendre en charge et donc facilitant la rechute. Il
faut noter que leurs effets sur le poids est indiscutable.
4. Ceux qui modifient la régulation de la prise alimentaire : le
dexfenfluramine ( ISOMERIDE ). Il réduit la prise alimentaire en
augmentant le pouvoir rassasiant de la nourriture et semble diminuer l'envie
de manger " sucré " dans certaines circonstances de stress notamment. Les
effets secondaires sont peu importants ( fatigue et sécheresse de la bouche ).
5. Ceux qui sont dangereux et sans intérêt : les antidiabétiques (
biguanides ), les dérivés du cortisol.
6. Les médicaments du futur nous apporterons sûrement de
nouvelles possibilités thérapeutiques : inhibiteurs enzymatiques entraînant
une diminution de l'absorption des graisses et/ou des sucres, médicaments
thermogéniques permettant de plus " brûler " etc...
116

7. La phytothérapie est d'un intérêt certain si elle est utilisée à


bon escient et honnêtement. Notons dans ce cadre l'existence du
GLUCOMANNANE ( KONJAX ) qui est une plante qui gonfle en présence
d'eau dans l'estomac et peut donc calmer la faim ... mais pas les envies ! Son
meilleur effet se fait sentir quand elle est prise après la première bouchée
alimentaire ( le pylore se ferme alors bloquant la gélule dans l'estomac ) et
non à jeun ( car la gélule passe l'estomac ). Aucun intérêt avec la
CARNITINE sauf à des doses que la décence m'interdit de vous conseiller !
D'autres produits existent qui, correctement mélangés, donnent
des effets relativement doux, souvent sans danger mais pas toujours vérifiés
et parfois très chers. C'est le cas entre autre des acides aminés qui
bloqueraient l'envie du sucré.

Pour conclure cette partie sur les prescriptions médicamenteuses, je


dirais que comme TOUTE PRESCRIPTION MEDICAMENTEUSE
efficace, il existe des avantages et des inconvénients : prescrire un
bêtabloquant dans l'hypertension artérielle, un antibiotique pour une
infection comporte d'énormes avantages mais aussi des risques que nous,
médecins, devons apprendre à connaître et à respecter. Autant dire que je ne
critique pas la prescription de produits ayant montré des réelles preuves
d'efficacité même s'ils ont des effets secondaires. A chacun de prescrire
intelligemment ces produits, sans mélanges " masqués " ( la Loi TALON de
1980 interdit certains mélanges ) qui trompent le patient en lui masquant les
effets indésirables. Le plus important étant à mener : L'éducation
nutritionnelle et le suivi psychologique.

D'autres techniques existent non pour faire maigrir mais pour


accompagner le patient dans sa démarche d'amaigrissement :
Certaines sont douces comme les soins de thalassothérapie :
balnéothérapie, enveloppements, électrothérapie, douches ... Ces techniques
ne font pas maigrir mais offrent des intérêts majeurs :
1. Elles permettent d'être pris en charge par des
thérapeutes qui parlent et surtout écoutent.
2. Elles permettent de prendre conscience de son corps par
le massage et la reprise d'une activité physique douce.
3. Elles stimulent la circulation veino-lymphatique et donc
aident au drainage des émonctoires.
4. Elles " dé-stressent " fabuleusement ! Qui n'a jamais
essayé ne peut comprendre comme le corps et l'esprit se détendent pendant
ces quelques heures de " coucouning " ! Quand on connaît le rôle du stress
dans la maîtrise du poids, l'on comprend qu'apprendre à gérer son mental
offre un gain certain de meilleure réussite sur le long terme.
D'autres sont plus " médicalisées " : ce sont les cures thermales
tout en sachant que ce n'est a priori pas l'eau qui fait maigrir mais la prise en
charge, l'éducation et les soins associés qui permettent d'aboutir à un résultat
dans une ambiance feutrée de détente et de qualité que la collectivité prend à
sa charge en partie; reste que les résultats au long terme sont bien décevants
!
117
D'autres sont complètement médicalisées dans un hôpital ou une
maison diététique : ce sont des cures d'amaigrissement suivies par une
équipe médicale pluridisciplinaire. Elles sont prescrites dans le cadre d'une
pathologie spécifique et urgente ( cardiorespiratoire par exemple )
nécessitant un amaigrissement sous contrôle médical strict. Hors ces cas
particuliers assez exceptionnels, je ne suis pas favorable à la mise en place
de régimes en centre médicalisé, hors du contexte familial et socio-
professionnel car, hormis l'envie de passer un séjour de repos pris en charge,
le retour au domicile est presque TOUJOURS suivi d'une rechute dans les
mois qui suivent.
Se place dans ce cadre, les soins comme l'acupuncture,
l'hypnose, la relaxation, le yoga ... qui permettent de diminuer la faim en
jouant sur le stress et l'anxiété. Une étude du terrain psychologique est alors
recommandée afin de voir si ces techniques sont réalisables avec intérêt
pour le patient.
Question toujours posée : la mésothérapie et la cellulolipolyse
font-elles maigrir ? La réponse est définitivement non mais ces techniques
participent à la stimulation locale de la circulation veino-lymphatique du
tissu graisseux ainsi qu'à la stimulation médicamenteuse ou électrique du
fonctionnement de la cellule graisseuse; aussi ce sont des techniques
adjuvantes intéressantes pour affiner une silhouette ... je dis bien affiner et
non faire fondre. J'aime à utiliser maintenant l'association en une même
séance de la cellulolipolyse et de la pressothérapie ( LIPOPRESSOLYSE )
qui sont deux techniques complémentaires permettant d'amplifier les
résultats d'affinement de façon très significative.

Qu'en est-il de LA CHIRURGIE ? Elle n'offre strictement


aucun intérêt dans l'amaigrissement car elle ne fait pas maigrir. Quand bien
même le chirurgien enlèvera un peu de tissu graisseux, cela ne fera que 2 à 3
kilos mais rarement plus.
Son rôle actuel est plus dévolu à la prévention d'une prise de poids
dans le cas d'obésité déjà massive : en effet ont été tenté et pratiqué la
gastrectomie ( on enlève une partie de l'estomac ), les courts-circuits
digestifs, le vissage des mâchoires ( diminue le bol alimentaire ) : ces
techniques sont prescrites afin d'assurer le maintien en vie de ces individus.
Est beaucoup plus intéressant la lipectomie ( on enlève du tissu
graisseux en excès ) : cette intervention est pratiquée après un
amaigrissement afin d'éliminer une localisation résiduelle de graisse mal
supportée par la patiente; elle permet aussi de " retendre " une peau détendue
par un amaigrissement important ( sur l'abdomen notamment avec souvent
hernie ou éventration associée ) et donc de redonner une silhouette plus
harmonieuse à une personne dont l'apparence physique est au premier chef
dans son mental. Cette intervention peut-être faite pendant l'amaigrissement
si la motivation s'estompe et seulement dans ce cas là ( un peu comme une
récompense méritée ); elle redonnera ainsi le coup de pouce nécessaire à
maintenir l'envie de poursuivre son amaigrissement.
Dans tous les cas, seule une motivation étudiée et réfléchie doit
orienter vers ce type d'intervention car il s'agit de chirurgie nécessitant une
anesthésie et un coût certain non remboursé par la sécurité sociale ( sauf
accord préalable sur un état réellement pathologique ); cet ensemble de
gestes non anodins peut aggraver le terrain psychologique des patients si ils
ne sont pas effectués dans un but parfaitement défini d'un commun accord
entre le chirurgien et le patient. Nous sommes donc plus dans le cadre d'une
chirurgie esthétique de la silhouette que dans le traitement de
l'amaigrissement.
118

Dernier point à citer mais sur lequel l'on se doit d'insister, même s'il
n'est pas un facteur immédiat d'amaigrissement : ce sont les activités
physiques et/ou sportives.
Le rôle anti-stress, le rôle de massage et de drainage veino-
lymphatique par les muscles des membres, l'élévation des dépenses
énergétiques, le travail mental d'obligation personnelle de " se refaire une
santé ", le travail sur l'harmonie de sa silhouette ( l'on se regarde et l'on se
compare intelligemment aux autres ) ... bref un ensemble de raisons qui
feront que tout concoure à aider à l'amaigrissement d'une façon positive.
Petits pas par petits pas, petits efforts par petits efforts, une heure par
semaine puis deux puis trois dans un environnement humain ( amical )
sympathique, attirant et tracteur, permettront d'aboutir à une hygiène de vie
harmonieuse. A vous de trouver la structure d'accueil qui vous donnera cet
ensemble de joies ... mais cela pourra n'être que le milieu familial, encore
meilleur pour la stimulation, le soutien et le maintien de la motivation.

RESULTATS ET RESISTANCES A L'AMAIGRISSEMENT

Malgré tout le bon vouloir que la médecine propose aux obèses,


nombreux sont encore ceux que nous perdons de nos programmes
diététiques, perdus car dégouttés par nos impossibilités médicales mais aussi
par la difficulté qu'ils rencontrent dans la mise en pratique d'une nouvelle
alimentation. L'image corporelle est souvent insuffisamment (re)construite
durant l'amaigrissement et l'individu s'oriente vers la " facilité " de ne plus
rien faire; c'est son seul moyen de ne pas s'avouer en échec et d'accepter son
" état de gros " définitif. Ne croyez pas que le schéma soit le même pour
tous : il est parfaitement vrais qu'il est pratiquement impossible de faire
maigrir certains obèses, ils le savent et nous fuient pour rester en harmonie
avec eux-mêmes.
Il est tout de même surprenant de voir que de nombreux obèses vont
venir nous consulter et ne reviendront pas commencer leur régime ( 30% ),
d'autres viennent, perdent du poids et reprennent du poids, autant voire plus
( avouons un chiffre qui tourne autour des 50 à 60 % ) ! Certes, nous parlons
des obèses vrais ( IMC supérieur à 30 ) mais ... les chiffres ne sont
malheureusement pas très éloignés pour les moins obèses.
POURQUOI ?
Différents facteurs vont jouer pour expliquer ces mauvais chiffres :
1. La technique d'amaigrissement est mal choisie par le patient
et/ou son médecin et toutes les raisons sont alors valables pour trouver " un
alibi " à stopper le régime entrepris.
2 . L'analyse des motivations : en effet, la présence de
motivations imposées par d'autres est souvent un facteur d'échec alors que
les motivations personnelles, fortes, d'ordre esthétique surtout, sont des
facteurs de réussites. La peur de la maladie curieusement n'est pas en soi une
motivation suffisamment importante pour donner des résultats positifs sur le
long terme.
3. Plus le niveau de poids de départ est élevé et plus l'obésité est
ancienne, plus les échecs sont fréquents.
119

4. Les nombreuses difficultés à maîtriser l'environnement et ses


stimulations :
* Repas familiaux copieux,
* Anxiété et ses réactions alimentaires,
* Isolement social difficile car mis en place à l'excès et
donc obligatoirement mal vécu,
5. L'existence d'un schéma corporel fixé du type :
" gros accepté "
" gros obligé " ou image du P.D.G ou de l'artiste qui se
protège dernière sa stature.
" gros isolant " notamment du point de vue sexualité
6. La répétition de régimes, surtout médicamenteux, sera un
facteur péjoratif dans la réussite d'un amaigrissement.
7. Un nouveau point est la notion de dérèglement du contrôle de
la prise alimentaire; en effet l'on a noté que de nombreux obèses avaient
perdus la faculté de régler leur alimentation en fonction de leur état de
rassasiement : même rassasié, ils continuent de manger sans être gêné;
plaisir ou déplaisir, ils sont incapables d'en faire la différence.

Ne jamais avoir des préjugés sur les résultats escomptés en temps


que thérapeute ! Que de surprises avons-nous en tant que thérapeute ? Avoir
des préjugés sur les résultats que l'on aura laisse " transparaître " auprès du
patient vos appréhensions et vos doutes ... qu'il percevra comme facteur
négatif à son encontre; l'échec est alors plus fréquent ... à moins que ce
patient change de médecin parce qu'il sent votre absence d'accompagnement,
de confiance et de prise en charge. Cela implique de croire nos patients
quand ils nous disent qu'ils ne mangent rien et ce pour deux raisons :
* parce qu'il est prouvé que nombre d'obèses ne mangent presque rien
( moins de 800 calories ).
* parce que certains obèses s'alimentent très mal, de façon
hypoprotidique et/ou sans faire réellement attention à leurs apports
alimentaires.

Les phénomènes de plateau sont analysés comme étant une


résistance naturelle à l'amaigrissement liée au dérèglement du pondérostat.
Comme un thermostat qui règle la température d'une pièce avec un décalage
provisoire par rapport à la température ambiante, le pondérostat (
probablement hypothalamique ) s'adapte progressivement à la perte de poids
avec réticence quand cette perte est trop importante ( phénomène de
protection naturelle de l'organisme qui lutte contre les processus de
dénutrition ). C'est le métabolisme de base qui s'adaptera en diminuant et en
s'adaptant aux nouvelles normes de l'organisme. L'image étant en harmonie
avec le métabolisme, l'amaigrissement se re déclenchera jusqu'au prochain
palier ... donc PATIENCE en cas de paliers !
Un moyen de " casser " le phénomène de plateau est d'augmenter les
dépenses énergétiques en pratiquant une activité physique; certes difficile
quand le métabolisme de base est déjà diminué ( l'on a moins envie de
bouger ) mais les résultats sont particulièrement intéressant.
120

Le défi des gens en surpoids est double :


1. Apprendre à gérer physiquement l'équilibre l'alimentaire
sur du LONG TERME, à vie : équilibre des plats, équilibre dans la qualité
et la quantité. On ne peut accepter de se priver toute une vie des plaisirs que
d'autres vont pouvoir s'offrir, même si l'on sait que l'on est métaboliquement
différent. Il faut savoir " craquer " intelligemment sans avoir des pensées de
fuite devant l'échec, sans se culpabiliser ( " puisque que j'ai craqué, je ne
suis pas capable de continuer mon régime donc j'arrête tout et je remange " )
ou se punir ( " j'ai craqué donc je ne mange plus rien pendant quelques jours
" ), savoir se créer et adapter des récompenses mais ... pas tous les jours.
2. Apprendre à gérer mentalement l'équilibre l'alimentaire
sur du LONG TERME, à vie : Gérer le long terme et donc la prise
d'objectif. Équilibre à vie ? Oui et pourquoi pas ! il n'y a pas de déshonneur
ni de honte, mais en France cet état de fait ( tout comme la prise d'un
traitement médicamenteux à vie ) est souvent mal vécu, comme si cela
montrait un déficit ou un handicap personnel, comme si l'on était anormal.
On peut pourtant sans problèmes être différent des autres et gérer
intelligemment cette différence; certes une maladie nécessitant un traitement
précis ( diabète insulinique, insuffisance thyroïdienne, surrénale etc... ) est
mentalement plus simple à gérer : l'on a pas le choix donc l'on applique des
décisions vitales. Dites-vous alors qu'en tant que gros ... VOUS N'AVEZ
PAS LE CHOIX ! Plus de questions à se poser ( dont on connaît d'ailleurs
la réponse ) ni de souci : faire attention tout le temps ... OUI sauf de temps
en temps ( pour SE faire plaisir ).

Savoir adapter ses réactions aux circonstances de la vie de tous


les jours, sans stress et en harmonie avec ses rythmes biologiques, sans
laisser les impondérables perturber " trop " son alimentation. Un peu comme
quand on part en vacances en voiture un jour de grand départ : il faudra être
patient, savoir prendre quelques détours et agrémenter au mieux son voyage.
Intégrer le temps et les circonstances !
Voilà une des clés d'un amaigrissement réussi.
Vous ne voulez pas accepter cet état de fait alors :
. Soit vous ne partez plus et vous annulez votre départ :
c'est l'abandon ( regrossir )
. Soit vous remettez votre voyage pour obtenir de
meilleures conditions ( et attention à la remettomanie ! )
. Soit vous hurlez durant le voyage, vous pestez contre "
les autres idiots " qui ont pris la route le même jour que vous ... la vie
devient vite un enfer ( Syndrome du YO-YO )

Gérer mentalement le long terme sous-entend :


- Accepter d'avoir pour soi des OBJECTIFS CONTINUS et
PERMANENTS, MOTIVANTS.
- SE PROTEGER des autres ou de l'environnement, sans le
montrer. Être fort dans ses décisions de choix alimentaires, décisions qui
sont définitives, sans retour ni discussion de la part des gens non impliqués.
- DE DECIDER POUR SOI et non par rapport aux autres.
121

- D'ETRE HONNETE AVEC SOI-MEME en acceptant des


échecs partiels mais aussi des récompenses. La vie est ainsi une sinusoïde
d'événements plus ou moins motivants mais intégrés à la vie socio-
culturelle. Alterner les bons et mauvais moments ! la vie quoi ?
- DE RESTER " VIVABLE " pour l'entourage; rien de plus
horripilant qu'un individu invité à une soirée venant avec sa bascule et son
menu " light " : Carotte-jambon au milieu des escargots ... n'aideront pas à
créer une ambiance amicale de détente !

PRISE EN CHARGE ET SUIVI : VOTRE TRAVAIL et notre


participation par l'écoute et la compréhension

Point d'ancrage fondamental si vous souhaitez réussir votre


amaigrissement, plus important que toutes les médications, cette prise en
charge n'est pas un mot que j'apprécie car il sous-entend dans le langage
traditionnel une notion d'assistanat, de soutien, de " faire quelque chose à la
place de l'autre ". Pour moi " prise en charge " veut dire " SE PRENDRE EN
CHARGE ", oui, VOUS qui lisez ce livre ! Soyons adulte ! vous avez décidé
de progresser dans votre image de vous-même et avez commencé un régime
ou plutôt un rééquilibrage alimentaire. Ce n'est pas moi qui vous impose se
régime ni votre famille ou vos amis; même votre médecin au fond n'y est
pour rien.
SEUL VOUS VOUS COMPTEZ car vous êtes égoïste ...
mais c'est bien, ne changez rien !
Vous êtes entrain de travailler votre image personnelle !
A vous de travailler !
Travail sur les objectifs et les motivations : Pourquoi vous faites ce
régime n'est pas complètement mon problème mais VOUS, vous devez
savoir pour quelles raisons vous avez commencé ce voyage vers le poids
idéal que vous souhaitez obtenir.
Seriez-vous capable de prendre un papier et de noter ce
POURQUOI ? Cela restera votre secret, à vous seul, mais notez le ! Ne le
gardez pas en tête seulement car vous l'oublierez et dans les moments
difficiles, il vous manquera précisément pour composer l'image de
l'ensemble des sensations mnésiques que vous devrez mettre en place.
Seriez-vous capable d'être pris(e) aujourd'hui en PHOTO ? Ah,
cela ne vous plaît pas je le sens, et pourtant là encore vous aurez pour plus
tard un point de repère car VOUS ALLEZ OUBLIER comme vous êtes
aujourd'hui avec ces 15 à 20 kilos de trop ! Regardez vos photos familiales
d'il y a quelques années, honnêtement, et ne vous mentez pas.
Seriez-vous capable de ressortir vos VETEMENTS d'il y a
quelques années, oui, ceux dans lesquels vous ne rentrez plus et que vous
avez mis au fond de votre placard voire au grenier pour ne plus les voir ( vos
vieux habits sont maintenant à la mode, ressortez-les ! ), pour ne plus vous
faire mal. Ah, c'est certain, les ceintures ou vos vêtements ont dus rétrécir au
lavage à moins que ce ne soit vous qui ayez grossi !
Prendre ses MENSURATIONS est fondamental ( genou,
entrecuisse, bassin, ombilic, thorax, aisselle ) car vous verrez ( centimètres à
l'appui ) d'ici quelques semaines ( ou mois )
122

ces mensurations complètement changer. Le voir est plus important que dire
: " vous avez maigri ! ". Aujourd'hui vous faites 85 cm de tour de bassin;
mettez le mètre à la dimension d'il y a 3 mois soit 100 cm ! Regardez le vide
entre le mètre et votre taille : voilà une saine récompense et un
encouragement réel à poursuivre si l'on n'est pas encore aux résultats
recherchés.
Rappelez-vous les REFLEXIONS DESAGREABLES que
certaines vendeuses vous ont faites quand vous veniez pour vous habiller ?
Avant que vous ne parliez, peut-être vous ont-elles dit : " Monsieur, nous
n'avons pas votre taille en stock ". Quelle douleur que de rentrer dans un
magasin, de vouloir se prendre un costume et de ne JAMAIS avoir sa taille !
Toujours des retouches et souvent un petit mot gentil à la Fernand
RAYNAUD : " Comme il vous va bien se costume ! " dans lequel vous avez
du mal à respirer. Alors, acceptons de ne pas repartir avec et de revenir après
certaines retouches ... où sinon il reste certains magasins spécialisés dans les
grandes tailles : NON ... tout va bien, continuons de travailler car vous allez
bientôt connaître les joies de pouvoir vous choisir un pantalon, une veste,
une robe et de repartir avec de suite !
Et si vous décidiez de vous essayer aux SPORTS ? Je ne vous
sens pas prêt car physiquement vous n'êtes pas encore en forme avec votre
petit essoufflement et vos douleurs dorso-lombaires, mais aussi
psychiquement il est parfois désagréable de se retrouver sur un stade ou à la
piscine avec toutes ces personnes exhibant leurs muscles et leur minceur !
Racisme anti-gros ! A croire qu'ils le font exprès. J'oubliais, vous n'avez pas
encore le maillot de bain adéquate ! Oui mais vous avez votre sacré beau
jogging de tous les jours, de toutes vos sorties pour vos courses, vos achats,
vos soirées, presque votre travail ... bref le jogging à élastique passe partout,
merveilleux masque des rondeurs graisseuses pour ceux qui ne fréquentent
pas les stades. Il me plaît de remarquer que tant qu'un individu porte son
jogging en permanence, l'on ne le voit pas sur les stades; curieux non ?

JE VOUS ENTENDS ... RALLER ...


CELA VOUS FAIT MAL ? BON !
" IL EXAGERE TOUT DE MEME ! "
NON : J'AI RAISON DE TOUTE FACON
ET LE PLUS DROLE C'EST QUE VOUS LE SAVEZ !

ALLEZ-Y ! PENSEZ A HAUTE VOIX !

Qu'elle IMAGE souhaitez donner de vous et laisser aux autres ?


Comment aimeriez-vous être, sans vouloir copier, mais quel style voulez-
vous avoir : le "look " moderne ou classique, la démarche et l'élégance en
accord ! Mais c'est évident, je le savais. Regardez-vous maintenant,
marchez, bougez, regardez vos vêtements ...
" look " à la Jacquie SARDOU ou " look " à la Cindy CRAWFORD ?
( sans jugements de ma part sur ces deux personnages que j'apprécie
fortement dans leurs domaines respectifs )
Vous avez votre avenir dans vos mains !
Comment vous voyez-vous ? ANALYSEZ-VOUS car cela sera votre travail
personnel à l'échafaudage de votre nouveau " look ".
123

Arrêtez de vous trouver toutes les EXCUSES de la terre pour ne


pas commencer votre régime : Nous partons en vacances, c'est l'époque des
examens, de mes règles, je suis hyper-stressée, je suis fatiguée, c'est trop
cher, trop dur, j'attends que ma copine fasse le même etc... Bref, il y aura
toujours quelque chose qui n'ira pas et à trop attendre et remettre au
lendemain, l'on ne débute jamais et l'on se programme à l'échec car l'on n'est
jamais réellement prêt : il y aura ainsi toujours quelque chose qui vous
sauvera de cet engagement face à vous même. Toutes ces excuses sont
valables me direz-vous et il vaut mieux commencer à une bonne période
votre régime ! Oui, je suis d'accord avec vous mais, entre nous, pourquoi
toujours retarder le moment de sauter ? Ces excuses ne sont en fait que votre
bouée de sauvetage en cas d'échec; elles vous sauverons la face au regard
des autres et c'est d'ailleurs pour cela que vous les utilisez, comme notre
pilote d'avion montant avec son parachute sur le dos ( Cf. Les Ressources
Humaines ) au cas où !
Arrêtez de trouver autour de vous des FAUTIFS de votre prise
de poids ! vos enfants qui doivent manger de tout et à heures régulières,
votre mari qui ne supporte pas les petits légumes frais, votre belle-mère qui
vous invite toujours à manger, votre patron, vos employés ...
Et si pour une fois, vous décidiez de faire un régime pour
VOUS, égoïstement, sans gêne.
Oui, VOUS !

Travail de visualisation positive : Au fait, vous voyez-vous


REUSSIR ?
Ou vous êtes-vous programmé à ECHOUER ?
Faire un régime agréable, bon, parfumé, goûteux, savoureux ...
car votre régime est le bon régime ! C'est vous qui vous l'êtes imposé, en
accord avec votre médecin. Vous devez vous convaincre que vous n'allez
pas souffrir durant cette période et que vous allez réussir ! Vous voyez-vous
mince, dans de nouveaux habits, dans de nouvelles activités, dans une
nouvelle profession ?
Pourriez-vous faire un effort de visualisation, non sur les
difficultés de mise en place de votre amaigrissement ( amusez-vous à faire
une liste de ces excuses ( pardon ! difficultés ) ... je suis certain ( si vous
n'êtes pas encore convaincu de réussir ) que votre liste sera grandiose et
pleine de bonnes idées ( adressez-les moi S.V.P ! ).
Amusez-vous à effectuer un travail d'ASSOCIATION
NEGATIVE ou ANCRAGES NEGATIFS à vos excuses. Exemple :
Vous aimez le sucré - rappelez-vous les douloureux
traitements de vos caries dentaires !
Vous aimez les sauces - voyez un plat gras, très gras,
dégoulinant de gras ... à vomir !
Vous aimez tel mets - trouvez une association où vous
n'avez pas appréciée ce plat ( présence étrangère, soucis, ... ).
Vous pourriez pousser encore l'association en ressentant
physiquement les désagréments : odeur, palpé, impression dans la bouche,
goût, bruits.
Pourriez-vous percevoir les STIMULATIONS qui vous ont fait
acheter tel plat, manger tel mets, boire telle boisson :
124

Pourriez-vous décider de faire vos courses, non au hasard (


décidé par le marketing du magasin afin de vous faire acheter ) de votre
promenade à travers les rayons, mais avec une liste précise. Apprenez à lire
les étiquettes et ne remplissez pas votre caddie n'importe comment : ne
gâchez donc pas la nourriture pour le plaisir d'acheter pour vous ou pour les
autres.
Maîtrisez les odeurs : votre odorat vous amène à vouloir
consommer tel plat ! soyez raisonnable ( Ah qu'elle est bonne l'odeur des
croissants devant une boulangerie ... surtout quand on sait que maintenant
ces odeurs sont artificielles pour " attirer " le client ). Il en est de même pour
les couleurs ( colorants artificiels ) qui attirent l’œil afin de consommer.
Apprenez à ranger les aliments dans votre cuisine, loin de votre
vue et de vos mains : cela vous évitera le grignotage; trouvez-vous aussi une
occupation dès que vous pensez à grignoter
Vous devez gérer les petits à côté de la vie sociale; une
invitation chez des amis se prépare simplement en prenant un encas avant de
partir ( surtout si l'on sait que l'on va manger tard et que l'on se goinfrera des
petits amuses-gueules apéritifs ) : mieux vaut prendre un petit bout de pain
avec une tranche de jambon ou 1 ou 2 yaourts.
Cela passera par un point important dans votre gestion du poids :
APPRENDRE A DIRE " NON ". Difficile dans certains cas par politesse ou
courtoisie mais, un petit mensonge est parfois toléré du style : " je n'ai plus
faim, ce repas fut merveilleux " ou encore " j'ai eu une petite indigestion hier
aussi ... mais croyez que ce repas m'a fait plaisir en votre compagnie " etc ..
je vous fais confiance pour ne pas heurter et trouver, là encore, les bonnes
excuses.
Sachez que la bonne éducation veut que vous mangiez par
petites bouchées, en laissant dans votre plat la sauce, en ne vous resservant
pas abondamment. Comme le disait J CHABAN-DELMAS : le secret de ma
forme : des activités physiques et toujours sortir de table ... EN AYANT
FAIM.
Prenez le temps de PREPARER VOS PLATS : suivre un régime
n'est pas manger sans goût aussi, utilisez au maximum ce que nos
herboristes se décarcassent à mettre dans les rayons pour le bien de nos
papilles gustatives, de notre odorat et de notre vue.

Vous ne vous voyez pas réussir ... VOUS ECHOUEREZ !


Vous vous voyez réussir ... VOUS REUSSIREZ !
Vous voyez-vous vraiment réussir ... où est-ce pour rire ?
Mettez en place des verrous auto-bloquants et buttoirs ! J'ai
pris l'habitude de ne plus regarder ma balance tous les jours; en effet,
désagréable, elle me donnait toujours de variations insupportables de poids
du type prise de 1 kilo après un bon repas, 500 grammes après une glace ...
j'en ai déduit qu'elles étaient toutes déréglées à moins que notre poids
fluctue au fil des rythmes alimentaires en n'économisant que ce qui lui est
nécessaire et en gardant l'excès qu'on lui apporte. Aussi il existe de
nombreux verrous, fidèles à notre image, verrous qu'il faut apprendre à gérer
et utiliser.
125

* La taille de nos vêtements. Si un costume ( cher ) ou


une robe ne vous va plus, ne le mettez pas de côté en décidant d'acheter la
taille supérieure. Ce n'est pas le costume qui rétrécit mais vous qui prenez
du poids; si en plus vous avez des goûts de luxe en achetant de beaux habits,
comptez à combien va vous revenir le kilo de graisse et honnêtement, au
lieu de les mettre au rebus, je préfère perdre un peu de poids.
Certains de vos costumes ou robes doivent devenir
vos étalon-poids ou étalon-taille
Ressortir ses tailles d'avant le surpoids, les regarder, les toucher, s'imaginer
dedans; voilà un travail agréable que VOUS DEVEZ FAIRE, que vous
devez VOULOIR, que vous devez CROIRE possible. Certes, cela fait mal
quelque part à la date d'aujourd'hui mais ce mal est bienfaiteur et vous
permettra de franchir le pas progressivement avec douceur : que de joies de
pouvoir descendre, de taille en taille, pouvoir ré-entrer dans votre joli petit
jeans serré d'il y a quelques années : Ouah, qu'elle jouissance !
* Ne jamais repasser à une taille supérieure est donc une
grande règle; l'autre est de toujours chercher à obtenir un amaigrissement qui
fonctionne par tranche d'une dizaine de kilos ( exemple passer sous la
barre des 70 kilos, des 60 kilos ... ). Il est ainsi mentalement plus simple de
gérer une prise de poids à plus ou moins 1 à 2 kilos sous la dizaine ( rester à
69 kilos et non 71 kilos ). L'esprit visualise beaucoup plus positivement la
tranche des dizaines inférieures que celles des dizaines supérieures : " je
pèse 69 kilos est plus motivant et positif que de dire je pèse 71 kilos ".
N'oubliez pas que le poids n'est pas stable et qu'il fluctue au fil de la
semaine; un ou deux bons repas et la prise peut être de 1 kilos mais la barre
fatidique de la DIZAINE supérieure ne devra de toute façon JAMAIS être
dépassée : c'est un objectif BUTTOIR à ne jamais franchir, objectif qui au
début est un travail de tous les jours mais qui au fil des mois et des années
se fera automatiquement et sans stress car il sera intégré à nos habitudes.
* Positivez votre perte de poids : vous avez perdu 4 kilos
... bravo ! car cela représente 16 plaquettes de beurre. Allez dans un
supermarché et prenez 16 plaquettes de beurre, bien gras ! visualisez ces 16
plaquettes, ces 4 kilos ! Ah ! véritablement cela ne donne pas envie de les
reprendre, je vous comprends.
* Prenez l'habitude de vous séparer des vêtements dont
la taille ne vous va plus. Combien sont nombreuses les personnes ayant des
gardes-robes imposantes contenant toutes les tailles du 36 à 46 au cas où !
Telle l'assurance-poids ( au cas où ) qui permet d'économiser ses finances
tout en ayant bonne conscience; telle de nouveau l'image du pilote montant
dans un avion avec son parachute au cas où ! Donnez vos vieux vêtements à
des communautés qui en feront bon usage; il ne vous restera plus qu'à refaire
votre garde-robe avec des vêtements qui vous vont et non qui plissent, sont
trop amples ... bref dans lesquels vous avez l'air ridicule. N'oubliez pas non
plus d'éliminer vos vêtements à ceinture élastique, habits qui vous
permettront de reprendre du poids sans vous en rendre compte.
* Un autre verrou est le verrou linguistique : n'acceptez
jamais de parler de vous en des termes négatifs ou peu élogieux voire de rire
de vous même ( et à priori que les autres se moquent de vous ); votre
langage négatif sur vous même ( Ah, je suis grosse, moche, je n'y arriverais
pas ...) est mémorisé par votre subconscient comme étant négatif; il sera
votre référence pendant longtemps, même si vous changez légèrement votre
comportement par rapport à vous-même. Certes les mots dépassent souvent
les pensées mais ... les pensées restent et les mots s'envolent.
126

* Trouvez-vous au moins une qualité, qu'elle soit mentale


ou physique et appuyez dessus; vous avez des jambes un peu grosses ...
appuyez sur votre visage qui est superbe ! Ne me dites pas que rien ne va ou
sinon je me fâche : en arriver jusqu'à cette page pour dire des inepties
pareilles ! Vous devriez effectuer un exercice simple : vous dites que vous
êtes grosse ... pensez le contraire positif très fortement ! Je suis timide ... je
suis ouverte et participative ! Je suis emportée ... je suis calme ! Je mange
beaucoup par plaisir ... je mange peu par plaisir ! Je suis forte ... je suis
mince !
* Ne dites jamais que vous n'êtes pas capable ! l'homme
est une merveilleuse machine intelligente qui est capable de progresser en
permanence et d'analyser ses expériences; c'est cette progressivité qui lui
permet d'être différent des animaux. Vous êtes capable de prendre une foule
de décision et de faire des choses extraordinaires; certes, vous échouez de
temps en temps, mais ces échecs sont formateurs et servent d'expériences :
tout dépendra de la façon dont vous en tirerez profit ! si tout est échec
irrécupérable et que vous ne cherchez pas à comprendre pourquoi vous avez
échoué, vous ne progresserez pas; si ces échecs vous servent comme
tremplin pour poursuivre votre démarche, vous êtes sauvé car votre
progression se mettra en place graduellement et vous monterez, marche par
marche, sans risques, vers votre réussite finale.
Moins 1 kilo par moins 1 kilo !
On loupe une marche !
On recommence !
N'abandonnez JAMAIS !
Rappelez-vous vos expériences anciennes positives et réussies plutôt que de
ressasser vos échecs. Appuyez sur les petites réussites, même toutes petites :
elles sont peut-être gigantesques par rapport à votre voisin car c'est une
question d'interprétation personnelle. Vous avez perdu 10 kilos ( peu
important à vos yeux ) sur les 30 à perdre mais cela représente un poids
majeur pour quelqu'un qui n'a que 10 kilos à perdre !
Ces verrous sont un peu comme des cliquets anti-retour; passé le cliquet,
vous ne pouvez plus faire machine arrière ( la sécurité de certains ascenseurs
est ainsi faite : si le câble lâche, il se bloque au cliquet inférieur ce qui évite
de tomber jusqu'au bas de la cage ).
Travail sur les récompenses et les suggestions : vêtements,
repas, petites douceurs. Rien de plus insupportable qu'une vie sans piment et
que des efforts non récompensés : c'est un peu comme du Coca-cola sans
bulles ! Reprenez les bonnes vieilles méthodes que vous appliquez à vos
enfants : de bonnes notes et ils ont une récompense proportionnelle; il doit
en être de même dans votre gestion du poids mais le tout est de ne pas se
récompenser à tout bout de champs mais de le faire à bon escients; quelques
kilos perdus et pourquoi ne pas vous acheter la petite robe dont vous rêviez
dans la vitrine voisine, pourquoi ne pas accepter un bon petit repas le
dimanche ( à base de fruits de mer par exemple ), une petite glace une fois ...
que c'est bon de pouvoir se récompenser, de pouvoir SE TAPER SUR SA
PROPRE EPAULE en se disant " c'est bien, tu l'as mérité " sans s'inquiéter
du qu'en dira t’on ni attendre les félicitations des autres, qui tardent souvent,
car vous verrez que peu sont ceux qui vous feront des éloges sur votre
nouvelle ligne.
127

Apprenez à vous féliciter si personne ne le fait; vous verrez,


c'est difficile au début ( même cela ) car on rigole de soi-même et l'on ne
croit pas que cela est mérité; persévérez en commençant par de petits
objectifs et donc de petites récompenses. Tapez-vous sur l'épaule, allez-y en
vous regardant dans un miroir !
Dites-vous : T'es bon !
Compartimentez votre vie : que de fois voit-on dans nos
consultations des gens arrivant en nous disant : " j'ai regrossi car voilà ce qui
m'est arrivé ...". Stop ! ces excuses sont parfois réelles, je vous le concède, et
il est vrai que le stress et les angoisses peuvent amener un échec provisoire (
un échec mais pas DES échecs tout le temps ).
J'aime à rappeler l'image de la construction des bateaux modernes;
ceux-ci sont construits avec des compartiments étanches qui font que si l'un
se remplit d'eau, les autres ne le font pas permettant ainsi au bateau de rester
hors eau. Faites de même dans votre vie : ce n'est pas parce que votre
voisine a échouée que vous devez vous aussi échouer avec l'air abattu, le
regard du chien triste ( car cela aggrave vos rides avec la bouche et les yeux
vers le bas ) comme si le monde s'effondrait. Ce n'est pas parce que votre
fils échoue à son examen qu'il faut se venger sur les sucreries ! Ce n'est pas
parce que votre patron vous fait une remarque que vous devez démissionner
!
Vous n'avez à punir ou brimer personne !
C'est vous qui vous punissez tout seul !
Aimez-vous que l'on vous frappe ? Et pourtant c'est ce que vous faites ! Ne
soyez pas masochiste.

Ce travail régulier est à effectuer afin d'habituer votre mental à


travailler positivement vers la réussite de votre amaigrissement couplée à un
progrès personnel mental ( et esthétique )sur le long terme. Ce travail vous
évitera d'échouer sur le long terme car progressivement il deviendra une
habitude ou une routine de votre comportement et sera intégré à votre
psychologie. Un peu comme la conduite automobile : au début, il faut penser
pour passer les vitesses en débrayant puis cela devient un réflexe acquis.
Quand vous aurez su acquérir ces automatismes, vous aurez réussi votre
challenge !

Un dernier point est le choix de votre environnement :


* Environnement familial, parfois difficile à manager car les
choix ont déjà été fait : vous avez votre mari, vos enfants et vous ne pouvez
en changer ... donc acceptez-les MAIS acceptez-les ne veut pas dire être le
SOUFFRE-DOULEUR de la famille. Il est impossible que votre propre
famille n'accepte pas que vous puissiez progresser et pourtant parfois !
Apprenez à dire " NON " et gardez à l'esprit que " VOUS ETES LA
PERSONNE LA PLUS IMPORTANTE ", que ce régime est VOTRE
REGIME, pour vous, pour votre plaisir.
* Environnement amical surtout qui doit-être un soutien voire un
moyen de traction dans le sens de votre progression; refusez de côtoyer des
gens médiocres, toujours critiques, qui seront toujours à montrer ce que vous
échouez ou ce qui va mal dans votre régime.
A DEGAGER ces vautours de nos échecs
n'attendant que nos faux-pas !
128

* Environnement professionnel : trouvez-vous un médecin et


une équipe souriante, dirigiste mais assez libérale à l'écoute de vos désirs en
tenant compte d'une certaine éthique de la science médicale et de la
diététique, rigoureuse mais compréhensive, une équipe qui vous " tractera "
vers le haut sans accepter de vous laisser régresser, une équipe qui
comprend, écoute, participe sans supporter car cette équipe, ce médecin NE
POURRA JAMAIS SE SUBSTITUER A VOUS !

Ils vous accompagneront mais

C'est vous qui ferez le chemin !


129

GESTION

DU

" LOOK "

IV - BATIR SON " LOOK " ESTHETIQUE

- LA CELLULITE
SES CAUSES ET SES TRAITEMENTS
- BOURRELETS ET PLIS
- ENTRETIEN DE LA PEAU
. PEAU ET AMAIGRISSEMENT
. LES VERGETURES
. ALIMENTATION ET PEAU
- ATTITUDES, COIFFURE ET MAQUILLAGE
- ADAPTATION VESTIMENTAIRE ET ILLUSION
- ENTRETIEN PERMANENT DES MOTIVATIONS
. LECTURES
. CINEMA MENTAL
130
GESTION DU " LOOK "
" Il n'y a pas de femmes laides, il n'y a que des femmes paresseuses; alors toutes à vos crèmes !

Estée LAUDER

Gérer le " look " est une des obligations qu'il vous faudra mettre
en place; c'est l'un des verrous qui fera que l'individu ayant décidé de
maigrir, réussira ou non. Se plaire et plaire aux autres est un des points les
plus importants quoique l'on en dise; certains disent que non ! Je leur
réponds : arrêtez de vous mentir car les besoins de s'estimer et d'être
reconnu par les autres sont fondamentaux.

Toujours doit ressortir la même question : " Pourquoi vouloir


perdre du poids ? " et la(les) réponse(s) se devra d'être automatique,
réponse(s) qui évolue d'ailleurs avec le temps.
En effet, avant la décision de maigrir ( schéma de gros ),
l’œil et le psychisme ne sont pas assez critique pour trouver des raisons
valables et réelles à cet amaigrissement car au fil des mois ou des années, les
sens s'habituent au schéma corporel de l'individu à tel point qu'il s'accepte
tel qu'il est jusqu'à un certain niveau qui n'est plus acceptable. Franchis ce
niveau et la décision de mise en place de régime prise, l'esprit critique et la
vision que l'on a de soi se mettront en place mais doucement, parfois pas
aussi vite que l'amaigrissement lui même pouvant créer une sensation
d'échec tout à fait injustifiée. C'est durant cette période qu'un bon suivi et
une bonne prise en charge devront se faire sous peine de rechute et ce afin
d'harmoniser l'image mentale et l'image physique.
Gérer le " look " impose de voir ensemble de nombreux
domaines extrêmement variés allant de la cellulite à l'habillement en passant
par l'entretien de la peau.

1 / LA CELLULITE

Cause de très nombreuses consultations et de demandes de


régimes ( bien souvent injustifiés ), elle hante les femmes dès la puberté
jusqu'à la ménopause voir au delà. Certes, tout concourt à sensibiliser la
femme sur cette anomalie physique : Starlettes du cinéma, publicités, et
surtout modes vestimentaires font que de vêtements amples, flous et longs,
la femme revient par période à des vêtements cintrés et courts mettant
heureusement ( ou malheureusement ) en avant les formes les plus
appétissantes : les hanches et l'ensemble des membres inférieurs. Injuste, la
cellulite touche aussi bien les femmes minces que fortes mais ces dernières
le sont avec prédilection.

Comment fonctionne le tissu graisseux ?


Nous avons tous un capital de cellules graisseuses qui constitue
nos réserves énergétiques. En cas de prise alimentaire excessive, ces cellules
graisseuses vont augmenter en taille ( se charger en gouttelettes de graisse )
et en nombre ( existence de cellules mères : les pré adipocytes ). A l'inverse
l'amaigrissement diminuera la taille des cellules graisseuses ( on brûle les
graisses ) mais leur nombre restera au niveau précédent ( mémoire ? )
pendant encore un certain temps ( ce qui peut expliquer les difficultés à
trouver un équilibre stable du poids pendant les premiers mois car
l'organisme tend à se protéger de cette perte de poids ).
131

Certaines graisses sont profondément situées ( dangereuses de


par leurs complications mais rapidement mobilisables par un régime adapté
) et d'autres sont plus superficielles ( difficiles à mobiliser ) comme la
cellulite.
Chez la femme, les graisses siègent essentiellement sur la partie
basse du corps ( obésité gynoïde ) : bas du ventre, fesses, hanches, cuisses et
genoux. Une composante nettement hormonale existe expliquant le rôle des
ces graisses de réserve ( grossesse et allaitement ).
Chez l'homme, les graisses préfèrent la partie haute du corps (
obésité androïde ) : nuque, cou, épaules, thorax et abdomen au dessus du
nombril. Nous avons vu dans le chapitre de diététique l'importance de ces
définitions et des risques encourus dans l'un et l'autre cas; nous n'y
reviendrons pas sauf pour rappeler que l'obésité androïde entraîne plus de
complications graves que l'obésité gynoïde qui, elle, se caractérise par des
complications du type stase vasculaire.
Sachez que tous les intermédiaires existent et se mélangent entre
obésité gynoïde et androïde.

Outre ces points de rappel, il est important de noter que


pratiquement seule la femme verra sa graisse se localiser sur les zones à
cellulite, qu'il y ai surpoids ou non. Ainsi peut-on rencontrer des femmes
minces ayant une importante cellulite qui est, je le rappelle, un caractère
sexuel secondaire ( fort peu apprécié ).

Qu'est-ce que la cellulite ?


Elle est caractérisée par un ensemble d'altérations :
. les cellules graisseuses sont dilatées ( surcharge en
graisse et hyper polymérisation des mucco-polysaccharides ( les sucres de la
cellule se collent entre eux en magma épais )),
. remplies d'eau ( par stase veino-lymphatique ) et
enserrées par
. un tissu conjonctif de plus en plus cloisonné entraînant
une fibrose cicatricielle progressive après être parfois passé par une phase
inflammatoire.
. coexistent systématiquement une stase veineuse et
lymphatique ( source d'exsudat et donc d’œdème ).
Ces anomalies constituent le phénomène bien connu de " la peau
d'orange " ou " capitonnage "
Ces modifications peuvent aboutir à une fibrose cicatricielle
définitive étouffant les cellules et les éléments vasculo-nerveux ( expliquant
les oedèmes ainsi que la douleur au roulé-pincé de la peau ). L'on comprend
donc aisément que plus jeune est la cellulite et plus la lutte préventive sera
efficace; plus la cellulite est ancienne, plus les traitements sont alors
difficiles à mettre en place.

Les facteurs favorisants sont nombreux et c'est de leur prévention


précoce et continue qu'il faudra longuement parler à nos patientes afin
d'éviter au maximum l'apparition de la cellulite.
Les objectifs seront de faire " fondre " et de " vider " les cellules
graisseuses de leurs graisses tout en améliorant les tissus environnants.
L'adipocyte stocke, synthétise, transforme et libère les triglycérides dans la
circulation générale et ces étapes sont sous la dépendance d'un contrôle
hormonal mais aussi enzymatique et nerveux.
132

1. Les facteurs métaboliques : Un régime trop riche en hydrate


de carbone ( sucreries, alcool ), la répétition et l'alternance de régimes, une
alimentation mal équilibrée ( manque de protéines ), une obésité précoce
dans l'enfance et à la puberté seront des facteurs particulièrement péjoratif
dans le traitement curatif de la cellulite. Le rôle du foie est encore mal connu
dans la genèse de la cellulite mais l'on note que la présence d'une
insuffisance hépatique aggrave la cellulite ( d'ou l'amplification des
problèmes en cas d'alcoolisme : sucres en abondance et insuffisance
hépatique ). Les excès d'alimentation grasse sont aussi des facteurs
aggravants tout comme l'est donc le poids excessif.

2. Les facteurs endocriniens dont nous avons déjà vu le rôle.


Rappelons que dès l'âge de 5 ans, les androgènes et les oestrogènes vont
amener la différenciation des adipocytes : partie haute pour l'homme et
partie basse pour la femme.
Il existe une nette accentuation possible des troubles cellulitique lors de la
puberté, du post-partum et lors de la ménopause. Cette aggravation est
d'autant plus importante que coexistent des troubles des cycles menstruels (
cycle douloureux, cycle trop long ...) mais surtout le " gonflement diffus "
fréquent de la phase prémenstruelle du cycle; en effet la rétention d'eau de
cette période crée une espèce d'engorgement entraînant, en plus du trouble
hormonal, une stase veino-lymphatique source de poussée de cellulite qui va
disparaître lors des menstruations ( mais parfois pas complètement et petit à
petit, la cellulite progresse ).
Notons que la pilule, dont le dosage sera correctement adapté à chaque
patiente, n'entraîne pas d'apparition de cellulite ou de prise de poids
importante. L'on se méfiera malgré tout plus particulièrement des pilules à
climat oestrogénique dominant ainsi que des pilules ayant des progestatifs
dérivés de la nor-testostérone ( effet androgénique ). Ainsi, comme toute
thérapeutique correctement prescrite, faudra-t-il parfois tourner sur les
différents produits du marché avant de trouver la pilule adaptée ... d'ou un
peu de patience ou envisager une autre méthode contraceptive !

3. Les facteurs mécaniques et vasculaires sont


particulièrement fréquents.
. L'un des plus importants est la façon dont l'on s'habille; en effet la mode
actuelle des sous-vêtements serrés et des pantalons cintrés modelants vont
empêcher un retour veino-lymphatique correct et donc aggraver la stase dans
les membres inférieurs. La cellulite s'en trouve ainsi favorisée tout comme
l'aggravation des troubles veineux ( varicosités et varices ).
. Notre vie socio-professionnelle a fait ( à tort ou à raison ) que nous avons
de plus en plus une vie sédentaire et donc peu de mouvements physiques (
position assise excessive, manque de sports ) ce qui entraîne une hypotonie
musculaire; le manque de contraction active musculaire fera que les muscles
joueront peu leur rôle de constriction des vaisseaux et des tissus graisseux
afin d'aider à l'élimination des déchets locaux. Ainsi, les " égouts " de
l'organisme vont s'engorger puis s'obstruer, source de stase et d'apparition
d'un cercle vicieux qu'il sera de plus en plus difficile à traiter.
133
Le manque d'activité musculaire mais bien sur aussi les troubles veineux
pourront être mis en cause dans l'apparition de la cellulite : Insuffisance
veineuse source de cellulite qui aggrave les varices par l'effet de fibrose
locale et stase qui aggrave l'insuffisance veineuse ...
. Une cause non négligeable est la constipation : la compression abdominale
ainsi créée comprime les veines et gène le retour veineux, source de stase et
donc d'aggravation de la cellulite.
. Notons pour clore ce paragraphe le rôle des micro-traumatismes répétés.

4. Les facteurs neuro-végétatifs et psychologiques. Nous


avons vu précédemment leurs rôles dans l'apparition du surpoids; les
catécholamines, hormones secrétées lors du stress, ont un rôle dans la
régulation énergétique de l'organisme ( agissent sur la lipolyse ) : chez
certains sujets nerveux, émotifs, anxieux un dysfonctionnement neuro-
végétatif pourrait être en cause, favorisant l'apparition de la cellulite.

5. L'hérédité est incontestable. Il existe des véritables familles


de cellulitiques comme il existe des familles d'obèses, des familles
d'insuffisants veineux, des familles à bassin large. Certaines ethnies sont
aussi plus touchées par la cellulite ( pourtour méditerranéen, race noire ).
Pour le moment nous n'en savons pas plus sur cette hérédité mais savoir
qu'elle existe permet ainsi de prendre en compte plus tôt les individus en
regardant le profil familial de la cellulite : prévention et traitement pourront
ainsi être donnés dès le plus jeune âge.

Les complications de la cellulite : Nous en avons vu déjà certaines à


savoir :
. L'aggravation de troubles veino-lymphatiques.
. Une déformation loco-régionale plus ou moins importante de la
silhouette. Il est impératif d'en tenir compte car c'est tout simplement la
beauté de la femme ( ou de l'homme ) qui s'en trouve ruinée : déformation
fessière, culotte de cheval, gros genoux, petit bedon, double menton ...
Mais à l'évidence les plus importantes sont les complications d'ordre
psychologique. Indirectement liées à la cellulite, elles découlent surtout du
type de comportement individuel face au vécu de la cellulite. Tout se voit
entre la femme désinvolte et vivant bien sa cellulite et la femme
complètement obnubilée et phobique devant un bourrelet mal localisé et une
peau d'orange, tout aspect physique gênant l'habillement et la déambulation
sur les plages 15 jours par an.
Impossible de tenir le discours du type : " Ce n'est rien, vous verrez, c'est
normal, etc... ". Ne rien faire est irréaliste aussi proposer un ensemble de
solutions est raisonnable ... à partir du moment où ces solutions sont sans
danger et douées d'effets. Les propositions doivent être progressives, prenant
en compte l'hérédité, la prévention, les traitements paramédicaux puis
médicaux et enfin chirurgicaux.
Rester raisonnable ... tant pour le médecin ...
que pour la patiente !
Que les choix sont difficile face à ces femmes ayant un profil psychologique
prêt à tout, ayant déjà essayé maintes et maintes techniques ( tout comme les
médecins ... en tout bien tout honneur ), provisoirement comblées puis
déçues, prêtent à tout sacrifice financier pour résoudre définitivement leur
CELLULITE !
134

Savoir refuser un régime en expliquant qu'il serait la pire des choses; peut-
être qu'un petit rééquilibrage alimentaire sera seulement proposé notamment
en éliminant les erreurs du type : sauter des repas, manger peu de protéines
et de légumes, éliminer l'excès de sucreries ( je parle d'éliminer les excès et
non d'éliminer à vie toute sucrerie ), lutter contre la sédentarité ...
Comment envisager de rester correctement habillée et à la mode
? Pour encore et toujours plaire !
Médecins : ne vous moquez pas, ne riez pas, ne dénigrez pas, ne
délaissez pas ces femmes sans soins ! Nous devons absolument chercher à
mieux comprendre chaque individu et prescrire le(s) traitements les mieux
adaptés, en dédramatisant au maximum une situation où parfois seul
l'isolement est la solution choisie par ces femmes ( isolement social
protecteur ).
Les traitements
Ils sont nombreux, souvent décriés voir critiqués pour leur
manque d'efficacité en les traitants de folkloriques. Ils ont malgré tout le
mérite d'exister et de fournir des réelles solutions à un problème médical
complexe et complet. De nombreuses recherches sont encore à faire, aucun
n'est réellement parfait mais l'objectif est de les adapter à chaque
personnalité et à chaque type de cellulite.
* Les activités sportives ne sont pas à proprement parlé
un traitement de la cellulite quoiqu'elles ont deux rôles majeurs :
. préventif par le fait que la pratique des sports
assure un frein mental et physique à la prise du poids tout en permettant de
garder une image svelte du corps. L'ambiance pour sa pratique est
importante afin d'aider à la prise de confiance en soi.
. curatif par le fait que la contraction des masses
musculaires permet d'améliorer la circulation loco-régionale ( fessière,
cuisses ... ) et donc d'obtenir de meilleurs échanges métaboliques des tissus
sous-cutanés. En outre la pratique des sports permettra de modeler et de
tonifier une silhouette un peu déformée par quelques rondeurs ( véritable
sangle naturelle de maintien musculaire ).
* Les traitements paramédicaux
. Les soins de balnéothérapie et de
thalassothérapie
Le principe de ces soins sera d'améliorer la circulation locale tout en
faisant pénétrer des produits réduisant la fibrose conjonctive enserrant la
cellulite; le tout est associé à une détente anti-stress dans un milieu
aquatique de préférence.
Les enveloppements d'algues ou de crèmes sudatives élèvent la
chaleur locale des tissus permettant ainsi d'augmenter la circulation locale et
le métabolisme des tissus, favorisant ainsi l'élimination des déchets locaux (
métabolisme des graisses essentiellement). Permettez-moi malgré tout de
rappeler que transpirer ne fait pas maigrir les graisses mais fait perdre
uniquement de l'eau (déshydratation parfois grave des sujets portant des
vêtements " amincissants " par sudation).
L'ionisation par courants de produits dépolymérisants et
draineurs assure la pénétration douce de produits qui vont aider au
fractionnement des tissus graisseux et stimuler la circulation locale.
Les douches à jet préviennent le relâchement des fibres
musculaires tout en jouant sur la circulation. Les douches à affusion
améliorent la circulation tout en ayant un rôle anti-stress notable.
135

Les bains assurent un massage superficiel des tissus, favorisant


ainsi le drainage local. En outre les mélanges hydriques utilisés ( eau de mer,
algues ) assurent un rééquilibrage des fonctions épidermiques de la peau
avec un certain degré de reminéralisation et de nutrition des tissus cutanés.
. Les techniques de kinésithérapie
Les massages permettent surtout au masseur de perdre du poids
! Notons qu'il y a véritable danger à masser énergiquement ( pétrir ) et
douloureusement les tissus graisseux; en effet ces massages intenses ne font
que " déchirer " les zones de cellulite entraînant des phénomènes de
cicatrisation locale et donc augmentant la fibrose et la stase; le risque est
alors grand d'avoir une cellulite définitivement inaccessible aux futurs
traitements car ces zones traumatisées présenteront une fibrose cicatricielle
définitive. Mesdames, fuyez donc tous les massages douloureux !
Le drainage lymphatique manuel a pour but d'améliorer la
circulation lymphatique ( et donc les échanges métaboliques locaux ) dans
les tissus. Comme nous l'avons vu, les vaisseaux lymphatiques sont les
égouts de l'organisme et peuvent facilement s'engorger car les graisses
peuvent venir les comprimer. Pratiqué lentement, doucement, par
effleurements lents et rythmés, le drainage lymphatique améliore la ( les )
circulation(s) en diminuant la stase ( oedèmes ) et assure une relaxation
particulièrement importante. Notons toutefois qu'un drainage sérieux dure
environ 40 minutes en partant des extrémités des membres pour terminer sur
l'abdomen ( le prix à payer en sera d'autant plus important ).
Dans le cadre du drainage lymphatique, notons les techniques de
pressothérapie mécanique ( bottes gonflables ) et de la vacuothérapie (
vide pulsé par ventouses ) qui ont un effet un peu moins intense sans bien-
sûr la présence humaine, fort importante pour la gestion mentale ( si le
personnel est bien formé à l'écoute et non à la diffusion des " cancans "
négatifs ).
* Les traitements médicaux
. Les lasers : c'est une lumière hypercohérente, convergente,
monochromatique qui va dégager en un point donné une formidable énergie;
cette énergie agit sur la cellule graisseuse en stimulant son activité tout en
modifiant les concentrations ioniques ( Sodium et potassium ). Il agirait
aussi sur la circulation lymphatique. L'action combinée du laser hélium-néon
et du laser à infra-rouge semble donner d'excellents résultats dans les
cellulites hypovascularisées; le laser CO2 défocalisé donnerait de bons
résultats dans les cellulites hypervascularisées et inflammatoires. L'hypo ou
l'hypervascularisation se détecte par échographie; compte tenu de ce bilan et
du nombre relativement important des séances de laser ( 15 à 20 séances ),
le prix des traitements est tel que ces protocoles demandent encore de
nombreuses confirmations tant dans les modes d'action que dans les
indications; de nouveaux appareils amèneront sûrement de nouvelles
solutions mieux adaptées à la cellulite.
. Les médicaments
La phytothérapie apporte une aide précieuse bien acceptée et
sans danger. Elle se présente sous forme d'un traitement per os ( par voie
buccale : gélules, tisanes, digestés huileux de plantes fraîches ). Les
mécanismes d'action sont là encore essentiellement basés sur les effets
draineur et dépolymérisant de ces produits.
136

Les topiques et traitements percutanés. Plus discutée dans ses


résultats est la phytothérapie par voie externe ( gels non gras, bains ) mais
elle offre, comme les produits suivants, l'intérêt de sensibiliser l'individu à
son corps. Il existe maintenant de nombreux produits ( Exogel, Percutacrine
thyroxinique, Percutaféine gel, Thiomucase, Triacana crème, Défiltran ... )
dont les actions se feront sur la stimulation " douce " de la lipolyse locale
tout en désinfiltrant les zones touchées par relance de la circulation locale.
Il n'existe pas de traitement per os de la cellulite : AUCUN
PRODUIT ne fait fondre la cellulite aussi est-il fortement contre-indiqué
d'utiliser des diurétiques, des anorexigènes, des extraits thyroïdiens dans
cette indication. Seul un traitement doux du terrain devra être associé (
amélioration de l'état vasculaire, lutte contre la constipation, stabilisation
nerveuse et lutte contre le stress ). Donc méfiance extrême face aux
publicités souvent mensongères mais lucratives ( pour le fabriquant )
concernant les produits miracles permettant de faire fondre la cellulite !
. L'acupuncture : elle ne participe pas du tout à la fonte de la
cellulite mais cette technique jouera sur le traitement de fond du terrain en
aidant à régler l'alimentation et surtout l'état psychique ( anti-stress ).
. Les injections locales : Le principe est d'injecter localement
des produits qui vont dépolymériser les graisses tout en diminuant la fibrose
et la viscosité du tissu conjonctif, et augmenter la perméabilité locale.
Certains médecins pratiquent ces injections sous forme traçante ( 10 à 15
injections profondes dans le tissu graisseux, injections espacées dans le
temps et localement ). La méthode la plus fréquemment pratiquée est la
mésothérapie qui administre par voie intradermique ces produits en regard
de la zone à traiter.
La mésothérapie est pratiquée exclusivement par les médecins au moyen
d'aiguilles de type LEBEL de 4 mm. de long et 0.4 mm. de diamètre.
L'injecteur peut-être une seringue ou un appareil multi-injecteur manuel ou
électronique. Les mélanges utilisés associent pratiquement toujours des
vaso-dilatateurs ( agissant sur la micro-circulation locale ) et des substances
capables de stimuler le tissu conjonctif. Le rythme des séances est en général
de une séance par semaine pendant 2 mois. Cette technique est peu
douloureuse; elle peut parfois entraîner de petits hématomes sans gravité au
lieu d'injection voire une réaction locale allergique ( imposant le
changement des produits ). Des séances d'entretien sont à proposer
régulièrement tous les 6 mois, toujours associées de toute façon au
traitement du terrain.
. La cellulolipolyse est la dernière technique que le corps
médical propose. Elle est basée sur les effets ionophorétiques et excito-
moteurs des courants galvaniques de basse fréquence que l'on fait passer
dans le tissu graisseux au moyen d'aiguilles implantées par paires
parallèlement entre elles. Ces courants agissent par effet Joules ( élévation
de la température locale ) et par stimulation des échanges métaboliques
locaux ( dépolarisation des membranes cellulaires, veinodilatation ). La
cellulolipolyse assure en 8 à 10 séances espacées d'une semaine une
diminution nette du panicule cellulitique; notons toutefois qu'elle agit peu
sur les cellulites diffuses et les terrains ayant une insuffisance veineuse
majeure. Impressionnant de part la longueur des aiguilles, aucune douleur
n'est malgré tout ressentie;
137

le risque d'infection est nul tout comme en mésothérapie ( matériel à usage


unique ) et seule la possibilité d'hématome bénin disparaissant toujours en
quelques jours peut être gênante. Chaque séance dure une heure et peut être
suivie d'une séance de mésothérapie à visée de drainage. Il ne semble pas
utile d'associer à ces séances une prise de potassium ou de sodium qui est
sans fondement physiologique précis.
* Les traitements chirurgicaux
Ces traitements chirurgicaux sont régis par des règles strictes
d'anesthésie et d'asepsie chirurgicale. Il existe schématiquement deux type
d'intervention concernant la cellulite : la liposuccion et la lipectomie.
La liposuccion : après avoir effectué une anesthésie locale (
pour enlever moins de 500 ml de graisse ) ou générale ( selon la quantité de
graisse à enlever et selon la localisation ) couplée à une infiltration diffuse
abondante localisée de liquide physiologique bicarbonaté froid mêlé à
l'anesthésique ( dilate les adipocytes ), le chirurgien aspirera les graisses au
moyen d'une canule de diamètre variable ( selon la localisation de la graisse
mais souvent de petit diamètre ) montée sur une seringue ( LIPOJET ) ou
relié à un aspirateur chirurgical. La canule sera introduite par de petits
orifices cutanés qui ne laisseront pratiquement aucune cicatrice après
sutures. Un mouvement de va et viens assurera la création de véritables
tunnels dans les graisses, tunnels que l'on croisera entre eux. Une contention
IMPERATIVE sera apposée pour 4 à 8 semaines afin de laisser le temps aux
tissus conjonctifs de se cicatriser et d'assurer ainsi un véritable maillage
superficiel. Ces deux derniers points permettront d'éviter la possibilité
d'apparition d'un aspect en " tôle ondulée " inesthétique. Un traitement
antibiotique de sécurité est en outre donné tout en conseillant d'éviter toute
exposition solaire tant que les ecchymoses persistent. Assez rapidement la
pratique d'une activité sportive douce ( re-tension des tissus ) sera
conseillée.
La toute dernière méthode de liposuccion permet de pratiquer celle-ci après
avoir fait passé des ultrasons dans le tissu graisseux a aspirer; les ultrasons
font fondre la graisse et grâce à une instrumentation adéquate, cela assure la
section des adhérences fibreuses entraînant un effet " lifting " de la peau.
Correctement prescrite et pratiquée, la liposuccion est d'une
grande aide dans la perte du panicule cellulitique. Il est important de préciser
d'emblée trois points :
1. La chirurgie est efficace et sans récidive si l'on a eu la
prudence de préciser à sa patiente qu'une reprise de poids entraînera un
risque de réapparition de la cellulite, toutefois pas plus importante
qu'auparavant ( sauf si l'on grossit beaucoup ). Cette cellulite pourra, entre
autre localisation, se re-situer à l'endroit de l'intervention car les cellules
restantes ( il en reste toujours un peu ) se dilatent.
2. Il est souhaitable de perdre du poids d'ABORD puis
d'effectuer la chirurgie ensuite car la liposuccion NE FAIT PAS MAIGRIR :
le chirurgien ne fait que sculpter avec douceur une silhouette afin d'en
atténuer les excès mal situé; c'est une des raisons pour laquelle l'on préfère
le terme de LIPOSCULPTURE que liposuccion !
Notons toutefois que seul le chirurgien peut être amené à proposer une
liposuccion avant l'obtention du poids proche du poids cible. En effet chez
certaines personnes particulièrement forte, l'intervention renforcera la
motivation et aidera à maintenir une perte de poids. La condition du succès
est donc la reprise du régime après intervention.
138

3. Tout n'est pas réalisable ( ou plutôt à réaliser car les


risques sont parfois trop importants à prendre pour obtenir un résultat positif
intéressant. Là encore l'importance du choix d'un bon chirurgien permettra
d'éviter des accidents pouvant malheureusement laisser des séquelles
esthétiques importantes.
La lipectomie, intervention chirurgicale sous anesthésie
générale, permet d'enlever un paquet de graisse avec surtout l'excès de peau
en regard. Cette intervention est souvent réalisée après un amaigrissement
important afin d'atténuer le plissement cutané très souvent craint par les
personnes ayant beaucoup maigri ( chute des seins, tablier abdominal, face
interne des cuisses, partie inférieure des fesses, région inférieure des bras ).

Dans tous les cas, il est fortement conseillé d'aider au maintient


des résultats voire de les améliorer grâce aux soins pratiqués en institut
notamment par le drainage lymphatique, les soins d'hydrothérapie et la
physiothérapie.

2 / BOURRELETS ET PLIS
* La prise de poids entraîne des bourrelets inesthétiques de
graisse ( poignée d'amour des hanches, petit bedon, poitrine excessive chez
l'homme, double-menton etc...). Le premier point serait d'assurer une
prévention à ces bourrelets : la seule est de ne pas grossir. Malgré tout, ces
bourrelets graisseux " maigrissent " assez vite et facilement, tout au moins
au début, sous couvert d'un régime efficace. La pratique d'une activité
sportive est fortement conseillée car le tissu graisseux sera ainsi " malaxé "
en douceur par les muscles qui assurent un maintien.
* Les plis cutanés apparaissent souvent après un amaigrissement
important. Ils siègent avec prédilection sur l'abdomen et les faces internes
des cuisses. Leur prévention consiste à assurer une bonne gymnastique de la
musculature locale afin de permettre à la peau de se retendre ( gymnastique
active et passive ) tout en l'associant à des techniques paramédicales
d'hydrothérapie et de physiothérapie; une certaine patience est tout de même
à conseiller car la peau est élastique mais il lui faut le temps de se " recoller
" sur les tissus plus profonds. Cette élasticité est moins importante chez
personnes âgées que chez les personnes jeunes.
Si après quelques mois de soins les résultats ont été insuffisants pour
les bourrelets et les plis, seule la chirurgie du type lipectomie et plastie sera
proposée. L'on peut schématiquement proposer les interventions suivantes :
- Graisse répartie de façon harmonieuse avec peau tonique, sans
excédent et bonne musculature : seule la liposuccion est indiquée.
- Excès de graisse et de peau avec relâchement musculaire : il sera
nécessaire de combiner la liposuccion avec un traitement chirurgical global
de la sangle musculaire et de la peau ( plastie ).
La pratique d'activités sportives après l'intervention sera de toute façon
proposée après un délai de cicatrisation normal.
Le schéma est identique lors de la prise de poids de la grossesse
: kinésithérapie, soins d'institut et gymnastique seront à conseiller, seuls
garants d'un résultats sur le long terme.
139

* Notons pour terminer la fréquence des hernies chez les


personnes obèses. Ces hernies ( ombilicales, inguinales ) sont liées à une
mauvaise qualité de paroi cutanée sur un terrain dont la sangle musculaire
est souvent inexistante et dilatée par les organes intra-péritonéaux. La
encore une réparation chirurgicale est à pratiquer ( cure de la hernie et
plastie ).

3 / L'ENTRETIEN DE LA PEAU

Peau et grossesse - les vergetures


Les vergetures sont des stries cutanées hypopigmentées se
localisant sur l'abdomen, les hanches, la face interne des cuisses et les seins.
Ce sont de véritables fractures des fibres élastiques et collagéniques de la
peau. 75 à 95 % des femmes enceintes présentes des vergetures. Ces
vergetures apparaissent entre le 6 ème et 8 ème mois et sont plus fréquentes
chez la femme primipare.
Les vergetures sont d'autant plus importantes que la distension cutanée est
majeure ( grossesse gémellaire, gros enfant, variations et prise de poids
rapide ) et que cette distension est rapide.
La prévention des vergetures passera donc obligatoirement par :
. la prévention d'une prise de poids excessive lors de la
grossesse ( notons que cette vérité persiste en dehors d'un état de grossesse )
. L'accroissement de l'élasticité et de la résistance des
tissus; pour cela, il est fortement conseillé de mettre en place des activités
physiques, d'éviter le soleil et d'assurer des massages doux avec des
pommades augmentant l'élasticité et la résistance des tissus.
Seules ces préventions pourront éviter lors d'une grossesse ( ou à
l'obèse ) d'avoir des vergetures dont le seul traitement actuel semble être la
microdermabrasion en s'armant de patience.

Peau et amaigrissement
Que de fois entendons-nous nos patientes craindrent une certaine
fragilité de leur peau après un amaigrissement important. Ces faits sont tout
à fait réels car la distension cutanée a été telle lors de la période de surpoids,
que la peau s'est en partie fracturée ( c.f les vergetures ) mais elle s'est aussi
desséchée par manque d'hydratation et manque de vitamines et d'oligo-
éléments lors d'un régime pas assez bien équilibré ou mal conduit. Mal
hydratée mais aussi mal vascularisée car le tissu sous-jacent est écrasé par le
tissu graisseux. Ainsi lors de l'amaigrissement obtiendra-t-on des peau
flétries, plissées et non esthétiques.
Reste alors les possibilités suivantes selon la gravité de l'aspect inesthétique
: Toujours hydratation générale ( 1 à 1.500 litres d'eau par jour ), massages
avec des crèmes tonifiantes et hydratantes associés aux soins de
balnéothérapie et de physiothérapie qui sont d'une bonne efficacité pour
l'amélioration de la qualité de la peau; enfin et surtout pratique des activités
sportives afin de " retendre " la peau par traction fibro-musculaire ... avec
beaucoup de patience ... ce d'autant que l'on est face à des prises de poids
répétitives suivies d'amaigrissement ( Syndrome du " YOYO " ) ! Passé un
certain degré, le traitement final sera la chirurgie correctrice ( lipectomie,
lifting, ...) au prix d'une cicatrice.
140

Surpoids - alimentation et qualité de peau


* Éruptions cutanées et troubles métaboliques. Plusieurs
phénomènes peuvent être en cause pour l'apparition de ces " boutons " forts
inesthétiques :
. Le fait qu'il existe très souvent sur ces terrains d'obésité
des troubles de la glycorégulation source d'un excès de sucre dans le sang et
favorisant des petites sur-infections cutanées et des difficultés de
cicatrisation.
. Des troubles du métabolisme des graisses entraînant un
phénomène de peau grasse, source de rétention plus importante de sébum
dans les glandes sébacées; ainsi apparaît une folliculite peri-comédonienne
banalement appelée poussée d'acné.
. Un métabolisme perturbé des androgènes ( excès
d'androgènes ) pouvant aggraver les phénomènes précédents
d'hypersécrétion des glandes sébacées; rappelons que la glande sébacée est
un organe sous la dépendance des androgènes ( testiculaire chez l'homme,
ovarienne et surrénalienne chez la femme ( rôle des progestatifs )).
. Le tout associé parfois par un " délaissement de l'image
personnel " source d'absence de soins d'hygiène de base. Cette diminution de
l'hygiène et des soins préventifs amènera progressivement une multiplication
des infections cutanées ( augmentation du nombre de Propionibactérium
acnés et des enzymes secrétés ), un risque accru d'infections mycosiques.
Les sièges les plus fréquents en sont les plis cutanés où l'aération est
insuffisante et la macération maxima ( odeurs ! ) et les pieds ( intertrigo des
orteils ).
La conduite thérapeutique est simple dans ces troubles cutanés :
- Soins de toilette avec des produits doux ( Savons doux SURGRAS
non irritants et PAINS dermatologiques ) en évitant les savons liquides
détergents qui irritent et dessèchent. Il sera conseillé d'utiliser des produits
de maquillage non comédogène et de toujours se démaquiller avec des laits
démaquillants que l'on enlèvera avec un TONIQUE ou de l'EAU ( ou
compacts démaquillants ).
- Prévention des infections cutanées : sécher la peau dans les plis puis
pulvérisation de produits antibiotiques et/ou antimycosiques. Tous les
traitements traditionnels de l'acné et des infections cutanées sont bien-sûr à
mettre en place avec votre médecin, associés à un traitement du terrain.
- Prévenir le vieillissement prématuré de la peau qui est si fréquent
dans ces surcharges pondérales : Nourrir l'épiderme par voie externe ( crème
HYDRATANTE mais aussi par voie interne ( gélules riches en vitamines A,
E, C et autres antioxydants ( Zinc, Sélénium, Glutanium, Acides aminés
soufrés, méthionine, Cuivre ...). Penser à assurer une prévention solaire
adéquate en cas d'exposition.
- Déodorant non alcoolisé.
VOUS DEVEZ RESTER BELLE !
* Pathologie veineuse : nous l'avons vu, le surpoids est très
souvent associé aux troubles veineux grand pourvoyeur d’œdème des
membres inférieurs par la stase veino-lymphatique engendrée; cette stase
favorise l'apparition d'une mauvaise oxygénation des tissus source d'ulcères
variqueux difficiles à guérir et risquant de s'infecter facilement.
141

Outre les médicaments veinotoniques traditionnels, nous


pouvons conseiller de nouveau une bonne hydratation ainsi que la pratique
des activités physiques associée à une contention des membres inférieurs si
nécessaire.
* Régime mal équilibré et manque de vitamines. De nombreux
régimes existent où le manque d'hydratation et le manque de vitamines et
d'oligo-éléments vont amener les individus à présenter tous les symptômes
des déshydratations et d'avitaminoses. Ces symptômes sont d'autant plus
fréquents et graves que le régime n'est pas suivi par un professionnel et que
les " recettes " se transmettent de " bouche à oreille " par des personnes
incompétentes.
. Troubles des phanères avec cheveux cassants, chute des
cheveux, ongles dédoublés, sécheresse de la peau, infections cutanés à
répétition, pâleur, troubles de la dentition.
. Troubles métaboliques avec hypotension, crise de
spasmophilie, nervosisme.
L'on ne peut que conseiller dans la mise en place des régimes d'assurer
un apport en vitamines et en oligo-éléments correct d'origine alimentaire (
végétaux, fruits ... ) ou à base de pilules.

4 / ATTITUDES, MAQUILLAGE et COIFFURE

Comment peut-on accepter de se présenter dans la vie socio-


professionnelle que nous vivons en n'étant pas apprêtée et présentable ?
Certes tout peu dépendre du lieu et du temps car l'on n'est pas le même lors
de ses congés et lors de son activité professionnelle ... mais ne vous y
trompez pas, le fond reste identique et l'on ne peut TRICHER BIEN
LONGTEMPS !
De tout temps la femme a cherché à améliorer l'aspect de son
visage en utilisant des produits de maquillage de toute couleur, en rajoutant
des marques personnalisées ( mouches ), en utilisant des fonds de teint pour
masquer certains inesthétismes passagers ( boutons ) ou définitifs ( cicatrices
), en modelant et en creusant artificiellement le visage par le biais du
maquillage afin DE SE DONNER BONNE MINE pour
être belle en toutes occasions,
TOUS LES JOURS DE LA SEMAINE
et non de temps en temps !
Votre visage est la partie de votre corps que l'on voit en premier;
il est le reflet de votre beauté mais aussi de l'attachement que vous vous
portez et INDIRECTEMENT du respect que vous portez aux autres. N'avez-
vous jamais ressentie cette impression désagréable, vous madame, face à un
homme mal rasé, non coiffé, les ongles et les mains sales, essoufflé sans
raisons, ruisselant et sentant la sueur de ne pas avoir réellement envie de
poursuivre un entretien, de ne pas avoir envie d'aller plus loin dans le
contact ? Avez-vous remarqué comme les yeux sont porteurs d'un message
de joie et de bonne santé, d'espoir, de respect ?
Soyez aussi convaincu que l'argent ( en tant que monnaie ) n'a
rien à voir dans le domaine du respect de soi et des autres : riche ou pauvre,
cette hygiène de base doit-être imposée et ne peut servir d'excuse à
l'absence de réussite ( l'ensemble de ces soins sont maintenant à la portée de
tous ).
Alors pourquoi accepter de se laisser aller ?
STOP !
L'effort est si simple et agréable; ESSAYEZ !
142

La beauté est l'outil d'une certaine forme de communication qui


vous permettra de capter continuellement l'attention et d'attirer à vous tout
une foule de succès dans différents domaines. Je sens que vous allez me dire
:
" Docteur, je suis forte et tout va bien pour moi ! "
Je suis d'accord avec vous et vous permet de passer ce chapitre à
une condition : que l'ensemble de votre image ( physique et mentale ) soit en
harmonie avec ce que vous me dites.
Ce travail CONTINU sur la recherche de la beauté ( beauté dans le sens "
classe " du terme esthétique et non beauté dans le sens " canon " sensuel du
terme ) fera que vous n'accepterez JAMAIS de vous laisser aller; c'est en fait
un des plus puissants verrous pour votre amaigrissement et dans le maintien
de votre perte de poids. Votre apparence projettera ainsi une image positive
de vous-même impliquant le respect de soi. L'on peut parfaitement être fort,
avec un certain embonpoint mais vous devez veiller à ne JAMAIS régresser
car toute régression fera que vous reprendrez du poids jusqu'à un niveau où
l'image ne sera plus qu'un vague souvenir, un rêve enfoui envié par rapport
aux autres, vous faisant voir négativement votre environnement; dès lors
tout comportement CRITIQUE sur la beauté des autres ne sera que paroles
contre vous-même.
Rappelez-vous toujours cette phrase :
" Quand on montre de la main les autres en les critiquant, il y a
toujours un doigt vers l'autre et trois doigts vers soi ! "

Voyons en détail quels sont les points à travailler pour améliorer votre
" look " et PROGRESSER tout en sachant que :
VOUS DEVREZ CONSACRER 10 MN. MATIN ET SOIR
AUX SOINS DE VOTRE PEAU
. Dès le matin, vous devez apprendre à vous respecter; trouver
dans votre image corporelle AU MOINS UN POINT POSITIF car il y en a
au moins un : cherchez le, vous devez le trouver ( traits reposés, regard vif,
peau brillante, ...).
. Apprenez à vous sourire devant votre miroir. Vous n'y arrivez
pas encore : faites-vous une grimace ( sans que l'on vous regarde ), vous ne
pourrez que rire !
. Prenez une douche ( j'oserais même vous dire de chanter sous
votre douche, même si la voie n'est pas parfaite ) avec des savons doux,
parfumés; séchez-vous correctement surtout dans les zones de plis.
LA JOURNEE S'ANNONCE BONNE !
. Les déodorants existent pour éviter de sentir la sueur durant la
journée; utilisez-les et amenez en avec vous durant votre journée.
. Prenez un bon petit-déjeuner : rappelez-vous qu'il doit
représenter globalement le tiers des entrées caloriques de la journée et que le
petit-déjeuner est un véritable repas à prendre OBLIGATOIREMENT. Son
insuffisance vous expose au grignotage de 11 heures ( un petit encas
fruit/laitage pourra vous aider ).
. Votre mari se rase, vous devez vous maquiller; certes s'il n'y a
jamais de maquillage, je vous pardonne mais malgré tout, pourquoi ne pas
masquer ce petit bouton avec un peu de fond de teint ! Pourquoi ne pas
mettre un petit peu de rouge sur ces lèvres pulpeuses ( que de nombreuses
femmes vous envient, croyez-moi, car elles viennent me voir pour que je
leur ourle celles-ci avec du Collagène afin de les rendre plus pulpeuses ).
Vous avez l'habitude de vous maquiller : parfait mais voyez donc avec votre
esthéticienne comment s'harmonisent les couleurs selon les saisons, selon
votre couleur de peau, selon votre coiffure.
143

Les soins de peau s'organisent après le nettoyage matinal mais aussi le soir
avant de se coucher; ces soins se pratiquent devant un ( ou mieux deux dont
un latéral ) miroir bien éclairé.
- Prélever les crèmes et fonds de teint avec une spatule ou
un bâtonnet réservé à cet usage. Bien refermer les pots et tubes (cela évite
d'infecter les produits qui iront sur votre peau ).
- Respecter le sens des muscles du visage dans
l'application des produits, sans oublier le cou ( permet d'obtenir un effet
tenseur actif sur vos muscles peauciers alors que l'inverse ramolli votre
visage et lui donnera un air fatigué ).
- Hydratez votre visage et votre cou matin et soir ( que
vous vous maquillez ou non, et de toute façon après le démaquillage qui est
obligatoire le soir ).
- Utilisez les cache-cernes ou anti-cernes et pensez à
appliquer des fonds de teint afin de masquer les petites imperfection du
visage; souvenez-vous que dans les produits:
Ce qui est clair accentue et élargit.
Ce qui est foncé estompe et amincit.
- Utilisez des poudres translucides qui unifient l'épiderme
et le maquillage tout en donnant un aspect velouté et soyeux. Elles offrent
l'avantage d'éviter d'avoir un visage luisant quand on a une peau un peu
grasse.
- Vous êtes forte, affinez votre maquillage et n'épaississez
pas vos traits en les renforçant par des couleurs trop vives.
LA JOURNEE S'ANNONCE TOUJOURS BONNE !
- Il n'y a pas que le visage qui doit être l'objet de vos soins
attentifs; pensez à hydrater l'ensemble de votre corps avec des laits
corporels, masser les zones que vous avez prévue de masser. Souvenez-vous
de l'utilité des soins préventifs des ongles et des soins que vous avez décidez
de mettre en place pour votre cellulite.
Prenez le temps et tenez-vous-y !
Levez-vous cinq minutes plus tôt si nécessaire ... il en va de
VOTRE REUSSITE !
. Épilez-vous afin d'éviter que la sueur stagne sur ces zones.
Peut-être que cela améliorera d'ailleurs votre esthétique féminine !
. Vous devez vous trouver un parfum qui se marie bien à votre
peau, parfum qui sera votre trace et signature personnelle.
VOTRE JOURNEE VA ETRE FORMIDABLE !
. Votre coiffure, tout comme votre visage, se devra d'être
l'attention de vos soins car elle est l'un des points d'attrait du regard des
autres. De plus si votre silhouette est forte, je vous conseille d'appuyer sur
l'aspect visuel du haut de votre corps.
Votre visage est rond ou carré avec un double menton, optez pour des
cheveux longs. Votre cou est court et trapu, optez alors pour des coiffures en
dégradé encadrant le visage. N'acceptez de toute façon jamais de sortir de
chez vous sans être coiffée.
. Votre démarche, votre manière de parler, de serrer les mains,
de sourire dénotent de l'implication que vous mettez à vous respecter, à
vouloir progresser dans la vie, à respecter les autres.
VOUS DEVEZ VOUS PLAIRE, VOUS SEDUIRE !
SORTIRERIEZ-VOUS ... AVEC VOUS ?
144

5 / ADAPTATION VESTIMENTAIRE et ILLUSION

Que de fois avez-vous vu des personnes mal habillées parfois


sans goût, et en tout cas en complète discordance avec leur aspect général.
Certes certains ont un goût inné ... mais cela peut s'apprendre et s'acquérir.
Le plus grave est de rencontrer des personnes s'habillant sans comprendre
que leur aspect est parfois risible et en tout cas pas du tout adapté à leur
profil.
Je sens que vous allez me dire que quand on a dix à vingt kilos de trop, ce
n'est plus l'habit qui changera beaucoup de choses !
VOUS AVEZ TOUT FAUX !
Vous pouvez en effet faire dire à vos vêtements tout ce que vous
voulez ! Avez-vous remarqué que déjà dans la petite enfance, l'individu
émet des avis sur les habits à porter selon les circonstances et selon son
humeur. A l'âge des premiers amours, l'habit devient un objet
particulièrement important afin de séduire la personne désirée ( les animaux
ne se parent-ils pas de leurs plus belles couleurs ? ).
Ah ! comme l'on aime à cette époque fouiller les magasins, les revues,
regarder et prendre des idées chez les autres.
Pourquoi ne pas recommencer ? Pourquoi ne pas ressortir de votre armoire
les habits que vous portiez il y a quelques années et que vous aviez acheté
pour vous plaire et plaire aux autres ? Je sais bien qu'ils ne vous vont plus
mais ressortez-les car vous en rêvez de reporter toute cette magnifique
garde-robe dont vous parle votre mari ( avec douceur ), vos enfants ( moins
en douceur car ils regardent et comparent les autres mamans ... plus minces
à l'école ) ! Je le sais que vous en rêvez car sinon vous n'en seriez pas à cette
page de ce livre.
Allez, faites-vous mal ! Ouvrez vos penderies !
Regardez vos joyaux ! Regardez l'argent qui dort et que vous avez jeté par
les fenêtres ! Vous ne rentrerez pas dans ces vêtements ces jours-ci, j'en suis
sûr, mais le premier pas est fait : vous avez DEVANT VOUS une partie de
vos rêves.
GARDEZ CES REVES DEVANT VOUS !
Le fait de perdre du poids progressivement fera que les
vêtements que vous portez aujourd'hui ne vous serviront à rien dans
quelques mois aussi faut-il regarder ce que vous allez (re)porter dans
quelques mois. Vous manquez de vêtements ( ce qui m'étonne au vue du
petit reste de penderie que vous avez laissé à votre mari ) ? Sortez et allez
regarder les vitrines ( sans acheter tout de suite ), entourez-vous de revues de
mode, regardez les autres femmes ( en étant moins critiques et envieuses ).
Pour vous Monsieur, c'est exactement le même schéma par rapport à vos
costumes.
FAITES VOUS UN PEU MAL !
Peut-être allez-vous me dire que de toute façon vous êtes
définitivement trop forte et que le problème de vos vêtements est secondaire
: Certes mais je ne vous crois pas et deuxièmement, faites moi confiance,
essayez de changer de " look " et donc de tenue : juste essayez ! Trouvez
quelque chose de positif dans ces nouveaux vêtements, ces nouvelles
couleurs ! Avec quelques kilos de moins, est-ce que cela n'irait pas mieux ?
Le fait d'essayer montre au fond que vous en avez envie, bravo !
Changer de " look " vous fera avoir envie de changer de poids : c'est le début
du succès !
CONTINUEZ !
145
Qu'allez-vous faire de vos vieux vêtements d'aujourd'hui dans
quelques mois ? Simple, vous devez vous en séparer aussi donnez les à
quelques organismes caritatifs qui en feront le meilleur usage car vous ne
devrez JAMAIS ACCEPTER DE REVENIR A LA TAILLE OU VOUS
ETES AUJOURD'HUI. Ne conservez pas vos vêtements amples
d'aujourd'hui dans vos armoires car sinon vous serez tenté de les reporter si
vous reprenez un peu de poids afin d'être plus à l'aise ... un peu comme un
parachute, au cas où !!
Vous n'avez pas de retour possible; vous ne pouvez pas échouer
car vous n'aurez plus rien pour vous habiller et vous devrez RACHETER
l'ensemble de votre garde-robe si vous reprenez du poids. Vous serez parfois
un peu serré dans vos vêtements ? Ne dites pas que ce sont vos vêtements
qui ont rapetissés; c'est bien vous qui avez repris du poids aussi reperdez-le
vite !
VOUS N'AVEZ PLUS LE CHOIX.
CHANGEZ DE " LOOK " !
Vous me direz que c'est de la manipulation; je vous répond OUI
sans hésiter mais de toute façon c'est vous qui porterez ces vêtements donc
autant choisir des habits qui vous plaisent plutôt que de masquer vos formes
dans un " sac jogging " ou dans des vêtements élastiques sans taille précise
qui vous permettent uniquement de pratiquer du sport ... devant votre
télévision ... et de passer du 38 au 48 sans gêne !
Allez, soyez franc !
Fini les vêtements à élastiques adaptables à votre taille et aux repas que vous
faites !
Et que c'est laid ... sauf sur une femme enceinte !
Fini les pantalons non fermés par le bouton de ceinture mais par la ceinture
elle-même au dernier cran et masquée par le pull-over ample.
" Un régime c'est ce que fait une femme pour ne plus avoir la forme que sa robe lui donne "

Sacha GUITRY

Les modes évoluent aussi prenez l'habitude de vous adapter intelligemment


à la mode, surtout si cette dernière vous avantage ( sinon restez un peu
classique ). Du court l'on passe au long, du cintré l'on passe au ample, des
couleurs gaies l'on passe aux couleurs sombres ... alors, que faire quand on
ne peut pas se permettre tout ?
Le premier grand principe est de rester soi-même !

" L'important dans la vie, ce n'est pas d'avoir un beau jeu mais de bien jouer celui qu'on a "

VOLTAIRE

Mais un autre grand principe sera d'apprendre à jouer sur


l'ILLUSION OPTIQUE PAR LES LIGNES GEOMETRIQUES.
Voici un exemple : Les deux lignes suivantes ont exactement la même
longueur et pourtant la ligne du haut apparaît plus petite.
<------------------------>
>------------------------<

Les lignes horizontales accentuent les largeurs car l'oeil les suit d'un
côté à l'autre plutôt que de haut en bas. Les lignes horizontales
raccourcissent et semblent accentuer les rondeurs. Il en est de même pour les
jupes à panneaux larges. Optez pour le "Y" magique : le panneau central de
votre robe ne doit pas être plus large que la distance entre les pointes des
seins.
146

A l'inverse les lignes verticales vous donne une image plus grande et
élancée. S'il existe plusieurs lignes verticales, il sera nécessaire d'éviter
qu'elles ne soient trop éloignées car plus elles sont éloignées et plus elles
font paraître grosse et petite.
Les lignes diagonales courtes donnent une impression de largeur
tandis qu'une diagonale longue donne un effet moins large car l'oeil est attiré
vers le bas tout comme les lignes incurvées.
Les motifs seront utilisés avec prudence selon votre silhouette : Un
petit motif grossira une femme mince et atténuera les proportions d'une
femme corpulente à qui l'on peut conseiller d'éviter le port d'ensembles à
larges carreaux.
Autre principe d'illusion : Si la silhouette est encadrée de volumes
importants, elle semblera plus petite. Au contraire, si ces items ou
accessoires sont petits, la silhouette paraîtra plus volumineuse.
Vous êtes forte ... mettez donc des bijoux épais, de grosses ceintures, de
gros nœuds mais attention à ne pas captiver le regard des autres uniquement
sur ces items.
La qualité des tissus jouera aussi sur l'aspect général de la silhouette;
des tissus épais et rugueux ( tweed, lainage, velours ) étoffent le corps tout
comme certains tissus rigides. Les tissus luisants ( satin, coton lustré )
réfléchissent la lumière et intensifient les couleurs faisant paraître plus
grosse contrairement aux couleurs mates et sombres. A l'évidence il semble
aussi plus prudent d'éviter de porter des vêtements moulants et transparents
quand on est forte.
N'oubliez pas que votre attitude physique générale jouera pour
beaucoup dans le port de vos vêtements ( à bannir : dos rond, allure
négligée, ventre sorti ... ); tenez-vous droite, répartissez équitablement votre
poids sur vos deux pieds et imaginez qu'un fil vous traverse et vous suspend
au plafond, comme une marionnette, épaules relâchées : faites ces essais
d'attitude devant un miroir tout en vous souriant et penchez vous sur vos
qualités ... et non sur vos défauts.
Prenez conscience de vos proportions ce qui vous permettra de vous
habiller en vous mettant en valeur et en corrigeant certaines données. Il
existe certains principes à respecter afin d'améliorer votre silhouette en
attendant d'obtenir votre poids définitif. Appliquez-les car ce sont de
véritables placements sur votre tête, les meilleurs que vous pourrez faire
mais souvenez-vous que :
LA MODE EST BELLE QUE DANS LA MESURE OU ELLE VOUS
VA BIEN !
( d'après " VOTRE BEAUTE EN COULEUR " - C. JACKSON - Un Monde Différent )

Vous cherchez à paraître plus mince, optez pour :


- Des encolures en V avec des colliers longs
- Manches pleine longueur ou trois-quarts
- Vestes sans revers; vestes longues couvrant les fesses mais pas
trop car sinon vous aurez un buste trop long
- Vêtements de coupe ample sans détails à la taille
- Couleurs douces; imprimés discrets
- Deux lignes verticales très rapprochées, très fines rayures
verticales : plus un vêtement à de coutures verticales et plus vous paraîtrez
mince
- Tuniques et pantalons
- Crêpes et lainages légers; tissus plutôt légers
- Tissus unis ou à fini mat
- Écossais, quadrillés moyens
- Jupes portefeuille et le "Y" magique
- Jupes légèrement évasées ou à godets étroits
147

- Couleurs foncées créant une ligne sans interruption mais


attention au noir qui n'est pas toujours adapté car il dessine lourdement votre
silhouette sur un fond clair
- Escarpins ( hauteur du talon selon la taille ) couleur unie et
foncée.
- Gardez une ligne de vêtement qui vous va bien et variez les
couleurs et les tissus
Madame, évitez :
- Les coiffures bouffantes, cheveux dans le cou
- Foulards noués à l'horizontale
- Corsages sans manches
- Jupes ou shorts courts, robes tentes
- Tweeds épais
- Les revers larges et les épaulettes
- Fourrures à poils longs
- Motifs ou imprimés voyants ont un effet très grossissant
- Tissus rigides, satinés ou lustrés ou moulants
- Vêtements ajustés, avec volants ou en tricot extensible
- Bijoux délicats
- Courroie à la cheville

Madame, vous avez une forte poitrine, optez pour :


- Encolures en V; cols ouverts
- Chemisiers en soie
- Corsage amples ( mais pas trop )
- Vestes à col relevé ou châles
- Blazers avec un seul bouton
- Couleurs foncées pour le haut et pâles pour le bas
- Ligne en diagonale
- Soutiens-gorge amincissants
- Chemisiers à boutonnage central
Évitez :
- Les tissus secs
- Les tissus qui révèlent la ligne du soutien-gorge
- Les tissus légers ou collants
- Les corsages ajustés et moulants
- Les manches chauve-souris
- Poches de poitrine ( chemise ou robe )
- Les manches roulées
Madame, vous avez une taille forte, optez pour :
- Vestes de type Chanel
- Vêtements vagues à la taille, gilets
- Taille pas trop marquée
- Ceintures portées bas sur les hanches
- Tuniques
- Pantalons à plis
- Chemisiers, robes aux lignes allongées
- Ceintures larges
Évitez :
- Les tailles cintrées
- Les jupes plissées ou froncées à la taille
- Blouses bien rentrées dans la jupe
- Tissus épais, collants
148

Madame, vous avez du ventre, optez pour :


- Tuniques tombant mollement sur le ventre
- Pantalons à plis
- Robes-chemisiers ou amples
- Poches de côté
- Jupes à plis plats
Évitez :
- Les jupes droites
- Les tissus collants et tricots extensibles
- Ceintures serrées
- Pantalons très ajustés
- Jupes larges, froncées

Madame, vous avez un postérieur développé, optez pour :


- Vêtements tombant en lignes souples à partir des épaules, tels
caftans, chemises
- Vestes longues
- Jupes paysannes ou à plis souples
Évitez :
- Pantalons ou jupes trop ajustés
- Chemisiers rentrés dans la jupe ou le pantalon
- Tricots moulants

Madame, vous avez des hanches fortes, optez pour :


- Jupes à plis creux ou à godets
- Accessoires et vêtements attirant l'attention sur le haut du corps
- Foulards, bijoux
- Cardigans portés avec pantalons ou jupes
- Jupes portefeuille droites ( accent sur une ligne verticale au 3/4
des hanches )
- Pantalons de coupe ample
- Vestes Chanel
- Cabans
- Jupes, pantalons de teintes foncées; corsage de teinte plus
claires
Évitez :
- Les gros quadrillés
- Larges rayures aux épaules
- Corsages ajustés
- Ceintures larges ou tout ce qui souligne la taille, même si celle-
ci est fine
- Jupes paysannes
- Garnitures sous la ligne de taille
- Jupes droites fendues devant ou à plis; kilts
- Pantalons ajustés ou à plis
- Tissus légers et collants; velours à large côtes
- Bottes type cuissardes
- Pantalons ou jupes de couleurs criardes
- Vestes ajustées, à basques
- Poches plaquées sur pantalons ou jupes

Madame, vous avez des jambes fortes, optez pour :


- Pantalons droits
- jupes paysannes droites, portées en dessous du genou
- Shorts à plis profonds, larges du bas
- Vêtements de couleurs pâles attirant le regard au dessus de la
taille
- Vestes semi-ajustées
- Jupes culottes ( remplace pantalons )
149

- Bas, chaussures, jupes dans les mêmes tons


- Espadrilles simples à semelles compensées
- escarpins fermés
- Talons hauts de 5 à 7 cm mais pas trop fins
Évitez :
- Les jupes courtes
- les pantalons très ajustés
- Bas à motifs
- Bas blancs ou très pâles
- Chaussures, sandales délicates
- Talons aiguilles

Madame, vos épaules sont carrées, optez pour :


- Manches raglan, chauve-souris
- Grands cols
- Coutures de l'épaule rentrées de 2,5 cm
- Encolures en V
- Vestes, blouses kimono
- revers étroits
- Chemisiers et vestes non entoilés de lignes souples aux épaules
- Lignes d'épaules non marquées
Évitez :
- Manches ballon ou bouffantes
- Épaulettes
- Manches cape
- Encolures bateau
- Gros motifs ou larges rayures à l'horizontale
- Robes bustiers
- Encolures en V avec des manches courtes
- Toute garniture ou couleur contrastante sur l'épaule
- Petits cols; cols montants

Madame, vous avez des bras potelés, optez pour :


- Manches raglan, chauve-souris ou kimono
- Emmanchures larges
- Manches longues de ligne simple et sans manchettes
Évitez :
- Manches collantes, ballon ou bouffantes
- Tissus collants
- Vêtements sans manches ou à manches très courtes

Madame, vous avez des doigts courts et potelés, optez pour :


- Des manches longues
- Ongles longs, vernis de couleur neutre
- Pas de manchettes aux manches
Évitez :
- Les manchettes, les bracelets
- Manches trois-quarts
- Bijoux volumineux
- Bagues étroites et fines
150

Monsieur ( comme Madame ), faites attention aux coutures qui sont


tendues, prêtes à éclater. les rayures verticales vous avantagent ainsi que les
tartans aux couleurs estompées et les tissus unis. Les étoffes moelleuses et
minces sont recommandées ( que c'est bon et doux ! ) et non les tweed et
tissus épais. Évitez les revers larges et les épaulettes. Vous pouvez porter un
gilet à condition qu'il ne soit ni trop voyant ni excentrique et qu'il recouvre
la boucle de votre ceinture. Portez une cravate qui recouvre aussi votre
boucle de ceinture. Veillez à la propreté de vos vêtements ( tâches
alimentaires par exemple ).
Pensez de toute façon que l'entretien de sa personne correspond
à ce que j'appelle un programme de valorisation de soi. Comme je l'ai déjà
mentionné, la perception que nous avons de nous-mêmes est revalorisée par
les réactions favorables que notre apparence suscite chez les autres et surtout
ceux que nous estimons.

S'occuper de soi, vouloir améliorer son esthétique, rester propre,


s'habiller avec élégance font parties des choses de la vie qui ne nécessitent
pas d'avoir des moyens financiers importants. Ces actes simples mais parfois
oubliés vous permettront d'assurer votre propre PUBLICITE car en fait,
souvenez-vous, l'objectif de ce
livre est de vous amener à perdre intelligemment du poids tout en
progressant dans les différents domaines de la vie.
JE SUIS UN BON PRODUIT DANS UN BON EMBALLAGE !

6 / ENTRETIEN PERMANENT DES MOTIVATIONS

Régime après régime, plats allégés après plats allégés, vous avez
probablement comme nous tous, un moment de fatigue parfois associé au
découragement si les résultats sont modestes et lents à s'obtenir.
Tout est normal, ne stoppez pas !
VOUS ETES NORMAL, comme tout le monde !
Rien de plus écœurant que de voir autour de soi des gens manger
plus, de ressentir des odeurs alléchantes alors que l'on est au régime.
Certains régimes donnent des résultats lents mais, dans ce cas, ils doivent
avant tout
permettre de manger diversifié et goûteux afin de tenir longtemps à un
niveau faible de calories. Et malgré tout, c'est dur ... surtout quand on est
gourmand !
Vous devrez donc maintenir sur du long terme vos motivations,
vos buts et vos objectifs. Mais au fait, dans la vie, nous nous mettons tous
un certain nombre de motivations d'une façon permanente, automatique,
sans tout le temps se poser des questions; voici quelques exemples mais
vous pourriez en trouver plein d'autres :
- Le matin, vous vous levez parce que vous savez qu'il faut
aller travailler ( si possible avec plaisir ) et ce afin d'avoir une paie pour
vivre, assurer son style de vie, celui de sa famille, partir en vacances ! Vous
ne vous posez pas de question en continu MAIS vous vous mettez vos
propres motivations devant les yeux : obligation régulière devenue habitude
automatique.
- Il en est de même en amour : maintenir une(des)
motivation(s) permanente(s) dans l'équilibre d'une vie de couple. Rassurez-
vous, votre femme trouvera toutes les bonnes idées pour vous donner de
nouvelles motivations si vous en manquez !
151

Le travail du début du type " comprendre et savoir pourquoi l'on


doit perdre du poids " ne se pose plus en ces termes. L'on sait maintenant
définitivement POURQUOI l'on doit maigrir. C'est un peu comme un avion
qui s'envole : le maximum de puissance est à mettre au décollage afin de
voler; ensuite, seule une petite poussée est nécessaire afin de maintenir un
vol régulier. Mais surtout soyez assuré qu'il vous faudra maintenir une petite
poussée continue car sinon c'est la chute qui est rarement définitive sauf si
l'on coupe les moteurs : ne vous amusez pas trop souvent à ce jeu là car vos
moteurs risquent de ne pas se rallumer à temps !

De toute façon, vous n'avez pas ou plus le choix quand :


. On craque dans ses vêtements ...
. On a du mal à s'asseoir dans un fauteuil ou des difficultés
à s'en relever ...
. Pratiquer un sport n'est plus possible car l'on essoufflé,
plein de douleurs, gêné dans ses mouvements ...
. Et j'en oublie !!!

Lectures et cinéma mental


Abonnez-vous ou achetez-vous des revues de modes, de bien-
être, de cuisine afin de découvrir de nouvelles recettes, de sports, de
voyages, de rêves. Lisez les articles et regardez les photos : maintenez une
certaine tension et des envies dans votre regard. Vous voyez-vous dans cette
robe page 35, dans ce costume page 10 ?
METTEZ - VOUS A REVER !
Allez-y, cela ne coûte presque rien pour le moment !

Allez au cinéma et regardez les stars, leur façon de marcher, de


parler, d'être maquillée et habillée ? Copiez mais copiez le bon !

Allez chez votre esthéticienne, demandez lui des conseils sur


votre visage, votre maquillage ... écoutez, essayez !

Rentrez dans les salles de gymnastique et de fitness et


épanouissez-vous en pratiquant des activités physiques à votre rythme, en
prenant du plaisir seul ou en groupe; soyez rassuré, tous les membres de ces
clubs de forme ne sont pas des fous de la musculation intensive !

Rentrez dans les magasins de mode : regardez, touchez,


n'achetez pas forcément mais imaginez-vous dans un de ces modèles !!!!! et
gardez en tête ces images.

CHERCHEZ VOTRE IMAGE DE REVE


Quelle est votre idole ?
Comment se comporterait-elle à votre place dans telle situation ?

Cette pression, difficile à mettre en place au début, deviendra


automatique ensuite et fera partie de votre style de vie, sans efforts mais
soyez patient car il faut parfois du temps pour ré-habituer le subconscient à
fonctionner automatiquement correctement; il faut du temps pour ré-
enregistrer la cassette de vos habitudes.
152

N'attendez pas d'avoir réussi pour vous habiller correctement et


pour être apprêté élégamment; ce n'est pas dans ce sens que ce prennent les
cartes de la réussite. C'est entre autre sur votre apparence que l'on vous
jugera capable ou non, expérimenté ou non, talentueux ou non. Vous devrez
prendre les cartes dans le bon sens : d'abord le " look " puis la réussite,
même si vous n'êtes pas encore complètement sûr de vous ( il n'y a que vous
et moi qui le sachions ).

La façon dont vous vous voyez honnêtement dans le miroir est


souvent la façon dont les autres vous perçoivent : vous avez presque toutes
les cartes dans vos mains et je ne sais ce que vous en ferez ?

Comment vous voyez-vous ?

Fermez les yeux ! respirez amplement ! détendez-vous !


Flottez ! Simulez !

Manger c'est se nourrir mais c'est aussi chercher une satisfaction,


une compensation à une frustration, à un besoin essentiel non satisfait et
refoulé.

TROUVEZ-VOUS DE NOUVELLES SATISFACTIONS !

TOUS LES FEUX SONT AU VERT ET CLIGNOTENT !

C'EST LE BON MOMENT !

Et si votre " look " actuel ne vous satisfait pas, alors n'hésitez
pas ! outre un travail personnel à accomplir vous devez rencontrer une
esthéticienne afin de vous aider à trouver vos couleurs et mettre en
harmonie votre maquillage avec la forme de votre visage, votre coiffure, vos
mains ... harmonie à trouver dans vos vêtements avec un bon conseiller dans
ce domaine.
153

GESTION

DE SES

EQUILIBRES

L'EQUILIBRE GLOBAL

V - GERER SON EQUILIBRE

- DIETETIQUE
. SAVOIR ACHETER
. HABITUDES DE CUISINER
. HABITUDES D'ORGANISATION DES
REPAS
. SAVOIR EQUILIBRER DANS LE TEMPS
. LE REGIME IDEAL
MODULER
ADAPTER
STABILISER
OSCILLER
ET SI VOUS REPRENEZ DU POIDS !
- ENTRETENIR SA BEAUTE
- LES ACTIVITES SPORTIVES
. POURQUOI ... PROGRESSIVEMENT
. LES ACTIVITES CONSEILLEES
. ACTIVITES LUDIQUES ET GROUPE
. COMMENT LES PRATIQUER

VI - RESTER AU CONTROLE DE SOI

- LES DIFFERENTS PROFILS PSYCHOLOGIQUE


- NE PAS ACCEPTER DE REGRESSER
- ORGANISER SA REUSSITE
. PLANIFIER ET ETRE PRET
. ENVIRONNEMENT ET REUSSITE
- GERER SA REUSSITE
- PROFITER DE LA VIE
154
GERER SES EQUILIBRES
Vous concevrez avec moi qu'il est impossible de maintenir une
vie sous pression au plus haut niveau de stress et en continu. La maîtrise de
ses habitudes permet deux niveaux de fonctionnement :
- Un rythme permanent à moyen ou bas niveau assurant le
maintien de toutes les fonctions de la vie de tous les jours.
- Un rythme exceptionnel de haut niveau permettant de
réaliser des performances; celles-ci étant réalisée, elles pourront passer dans
le premier niveau dans le cadre de la routine et des habitudes ... à toujours
surveiller malgré tout.
L'un des objectifs permettant de se fixer de nouveaux défis sera
donc de faire passer vos nouvelles habitudes de nutrition, d'esthétique et de
pensée dans le cadre moins stressant des habitudes.

GERER SON EQUILIBRE DIETETIQUE

DE TOUT, modérément et avec finesse !

SAVOIR ACHETER
- Savoir à l'avance ce que l'on va acheter en ayant préparé
une liste. Que vous ayez des problèmes de poids ou non, il sera nécessaire
de ne pas partir au hasard dans le dédale des allées des super-marchés;
certes, notre petit commerçant de quartier vous évitera ces nombreux choix
mais les prix sont à comparer face aux services rendus et à la qualité
trouvée. Soit vous êtes suffisamment raisonnable pour affronter nos grandes
surfaces en ayant en tête ce que vous souhaitez acheter, soit vous aurez à
mettre en place une liste de ces achats et VOUS Y TENIR notamment lors
des attentes aux caisses, lieux où siègent en général de nombreuses
confiseries, ou surtout quand vous êtes accompagnée par vos charmants
bambins qui se serviront seuls si vous n'y prenez garde.

" Il y a une chose plus difficile encore que de s'astreindre à un régime, c'est de ne pas l'imposer aux autres. "

Marcel PROUST

Nos marchés traditionnels font partie des lieux où l'on trouve


une quantité importante de produits frais et de qualité à des prix plus que
compétitifs.
Faites-vous des plaisirs ponctuels et surtout acceptez de ne pas
mettre toute la famille au régime car elle risque sinon de rapidement tenter
de vous décourager et de vous prendre en grippe
- La variété : Nos magasins regorgent d'une foule de
produits venant maintenant de tous les pays du monde sur toute l'année. Les
progrès de la génétique font apparaître de nombreuses nouvelles qualités de
légumes, de fruits, de viandes et de poisson; renseignez-vous sur leur
composition et essayez ces nouveaux goûts ! Vous le faites bien avec vos
enfants !
- Il sera nécessaire d'apprendre à lire les étiquettes et la
composition des produits si vous souhaitez maîtriser votre apport
alimentaire ( Cf. Chapitre de Diététique ). Ne pas hésiter à utiliser les
produits allégés en se disant que c'est toujours quelques calories
d'économisées ...
155

tout en sachant que ce n'est pas pour cette raison qu'il faudra se venger sur
un plat plus riche.
- Préférer les produits les moins caloriques, sans préjugés
et sans suivre forcément les conseils et les goûts des autres : tous les goûts
existent dans la nature et ils sont tous respectables; aucun n'est discutable,
sauf s'il implique un danger pour autrui. Cela implique aussi de votre part de
respecter les goûts de votre environnement.
Que de rapports envenimés à la maison parce que l'un désire manger allégé
sans sucre, l'autre sans gras et le dernier normalement ! Respecter les autres
MAIS à chacun de se prendre un peu en charge !
- Apprendre au besoin les équivalences de certains
aliments ( Cf. Chapitre de diététique ). Ces équivalences vous permettront
surtout de pouvoir VARIER votre alimentation et d'effectuer des choix plus
qu'intéressants; le gros problème en diététique est que trop rapidement la
personne désirant suivre un régime s'applique à manger banal, sans plaisir.
Je vous rappelle que l'on peut, pardon, l'on DOIT manger selon la règle que
je nomme simplement " la règle des 5 joies " :
Joie pour la vue
Joie pour le goût
Joie pour les odeurs
Joie pour le palais
et joie pour le cerveau
N'est-ce pas du masochisme que de ne pas respecter cette règle, surtout en
France ?
Équilibre des plaisirs surtout quand ces repas sont pris
détendus, calmement, sans arrières pensées et dans un environnement
sympathique et chaleureux. Vous me répondrez que cette règle ne peut-être
suivie en permanence par un individu : je vous dirais SI ou à peu près SI,
cela doit pouvoir se faire, pas toujours à la perfection, pas toujours
complètement mais adaptée en fonction de ses possibilités; ne soyez pas à la
recherche continue de la perfection alimentaire du style : " Si je ne peux pas
suivre tous ces points, je ne fais pas le régime. ". La maladie de la "
perfectionnite aiguë " signe le manque de confiance en soi; rien n'est simple
ni parfait dans la vie; soyez convaincu que la seule personne qui sera privée
de la satisfaction d'avoir maigri ... se sera VOUS !
Ne vous punissez pas !

HABITUDES DE CUISINER : Souvent nos patients nous


disent que c'est dur, cher, compliqué et long de préparer des bons plats;
certes, chaque cuisinier de renom vous confirmera cet état de fait : " La
bonne cuisine doit se faire attendre ".
Mais enfin, soyons raisonnables, je ne vous demande pas de cuisiner comme
BOCUSE, GUERARD ... ( pardon aux autres ). Pourquoi toujours faire
cuire vos aliments dans une poêle avec de l'huile alors que cela est aussi bon
( voire meilleur ) sans.

UTILISEZ DIFFERENTS MODES DE CUISSON


UTILISEZ DES USTENSILES MODERNES
156

Utilisez des ustensiles à revêtement spécial : ils vous permettront de réaliser


des quantités de plats sans le moindre gramme d'huile ou de beurre.

Laissez "attacher" ( un peu ) vos légumes dans les casseroles ... car les
légumes seront ainsi légèrement caramélisés et aussi bons qu'avec du beurre
! Sachez utiliser les jus de cuisson dans vos préparations ainsi que les jus de
viandes. On peut réchauffer n'importe quel légume sans matières grasses
avec quelques gouttes d'eau sur petit feu !
Pensez à parfumer les eaux de cuisson et conserver ces eaux pour vos sauces
car elles sont riches en vitamines et oligo-éléments !
Beaucoup de mets peuvent se faire en brochettes et donc sans beurre ni huile
: viandes, rognons, foie, fruits de mer, poissons ... en alternant légumes et
aromates.
Souvenez-vous qu'un aliment renferme toujours plusieurs " nutriments ",
ceux auxquels on pense et ceux qui se "cachent" : les graisses par exemple;
un truc pour les reconnaître : plus ils sont saturés, plus ils figent vite dans
l'assiette et plus ils sont solides à température ambiante; plus ils sont poly-
insaturés et plus ils sont fluides.

APPRENEZ A ORGANISER VOS REPAS


Ayez l'intelligence de manger ( si possible ) à heures régulières
car tout décalage recule le repas suivant risquant ainsi d'aggraver votre faim
et donc de vous amener à " pignocher " des aliments coupant vite la faim (
sucreries par exemple ) ce qui vous fera grossir. Ce décalage peut aussi vous
amener à sauter un repas ce qui n'est pas souhaitable pour les mêmes
raisons. Essayez donc d'adopter les horaires que l'on vous impose par
exemple dans un hôtel ( 7h à 9h / 12h30 à 14h30 / 17h à 18h / 19h30 à 21h
).

Soyez scrupuleux sur la qualité des gens que vous invitez : "
exit " les semeurs de doutes ou les tentateurs excessifs capables de vous
faire regretter de faire un régime ... et de les avoir invité. Invitez des
personnes de qualité capables de vous aider et vous soutenir, de vous
FELICITER dans votre démarche.
BREF DES GENS POSITIFS !

Organiser ses repas c'est aussi savoir proposer :


Des apéritifs intelligents du style petits légumes crus au
vinaigre, apéritifs sans alcool, boisson light, jus de légumes ou de fruits.
Des entrées sympathiques du style corbeille de légumes
crus que chacun se préparera, fruits de mer, poissons des mers froides ... en
mettant des touches de couleur avec les condiments du commerce : verts
avec les cornichons, rouge avec les piments, jaune avec le citron, marron
avec les petits raisins secs, blanc avec l'oignon ...
Poissons micro-onde que vous trouverez maintenant à des
prix défiants toute concurrence; les sauces pourront se faire avec des
COULIS et l'accompagnement de purée de légumes
Salades au pluriel car il en existe des foules d'espèces avec
des goûts très variés.
Fromages ( pas trop gras ) et
157

Desserts : on trouve maintenant toute l'année des fruits


rouges; voire des sorbets ou une petite tarte aux fruits maison.
Un bon petit vin avec ce repas, modérément bien sûr ... en
étant conscient qu'un digestif n'a jamais aidé à digérer.
Et pour clore vos soirées : S'amuser ... voire DANSER, ce
qui vous permettra de perdre encore quelques calories en vous musclant.

Certes ce n'est pas fêtes tous les jours mais certain des conseils ci-dessus
peuvent s'appliquer à la vie de tous les jours : ESSAYEZ !

SAVOIR EQUILIBRER DANS LE TEMPS

Savoir faire des erreurs et les accepter ( avec plaisir même


sans se punir ) mais surtout pas continuellement : l'erreur ne doit pas être
une habitude. C'est souvent là que le bas blesse quand on discute avec nos
patients : une erreur puis une autre erreur qui en amène une troisième etc ...
puisque j'ai commis tant d'erreurs je ne peux plus rien faire donc je continue
!
Apprenez donc à rapidement maîtriser une succession d'erreurs
qui risque fort de rapidement perturber votre silhouette : au début, cela est
TOUJOURS facile ! Cela devient plus difficile avec le temps car, comme
dans un bateau, la " brèche " va s'agrandir, le bateau se remplir et vous
coulerez !

Une chose importante à apprendre et à maîtriser est de


TOUJOURS COMPENSER aux repas suivants ( 1 ou 2 repas ) quand un
excès à été fait.
C'est dans ces cas que je trouve les substituts de repas intéressants. Produits
modernes ayant " diminué " le nombre des consultations médicales, les
substituts ont permis une auto-médicalisation de l'alimentation; l'on pourrait
leur en vouloir mais au fond, c'est le patient qui décide et non nous médecins
! Notre rôle est de nous assurer de la qualité du produit; s'il est correctement
adapté à nos normes alimentaires, laissons le patient s'y intéresser.
S'il aime, autant NOUS y adapter et faire avec !
En effet, leur composition est souvent riche en protéines, en sucres lents, en
vitamines et oligo-éléments, pauvre en graisse. L'apport calorique est
toujours faible ( 130 à 200 calories ) et l'adjonction de composés du type
gommes, fibres ... permet en outre d'éviter la faim. D'autres produits existent
( produits allégés prêts à l'emploi du type plats minceurs ) et sont
succulents tout en étant parfaitement bien équilibrés.
Compenser ne veut pas dire ne rien manger : au contraire c'est s'alimenter
mais plus modérément
Petit point important dont nous avons déjà longuement parlé :
savoir que le temps doit-être intégré dans chaque régime.
" Rien ne sert de courir, il faut partir à point " comme le disait
notre bon LA FONTAINE
158

LE REGIME IDEAL ou souhaitable

J'oserais dire qu'il n'y en a pas ! Comment peut-on envisager de


donner le même régime à plusieurs individus quand on sait qu'il existe toute
une foule de personnalités différentes ( motivations et attitudes différentes )
avec une foule d'étiologie possible pour le surpoids. Cela impliquera donc
de votre part de bien comprendre que le régime de votre voisine est
sûrement bien ... pour elle ... et peut-être pas du tout adapté à votre physique
et mental. Le régime idéal sera en fait celui qui sera fonction :
. de vos objectifs, raisonnables et raisonnés,
. de votre mentalité et de votre capacité à croire en vous et dans
votre ténacité : à vous de l'évaluer !

LE REGIME IDEAL : Le régime ................


( Notez ici votre nom )

Perdre quelques petits kilos de trop ne nécessite pas une


médicalisation intensive ni une chasse draconienne aux calories : le bon sens
suffira si vous restez fidèle à certains grands principes :
. AYEZ TOUJOURS EN TETE QUE PERDRE DU POIDS
DEMANDE UN PETIT ( moyen ou grand selon la perte désirée ) EFFORT
de votre part ( et non du médecin ) !
. Perdre du poids nécessite :
DE MANGER MOINS ( et non pas du tout )
Ou de manger MIEUX équilibré, sans privation majeure
En brûlant plus de calories donc en bougeant plus !
ET SURTOUT en restant en forme physique et mentale (
aucun arrêt de travail n'est souhaitable et l'activité physique peut-être
maintenue )
D'arrêter de croire AUX faiseurs de MIRACLES and Cie
du type maigrissez en dormant, sans rien faire, sans pilules, sans payer ???
. Dé-stressez ! Ne faites pas n'importe quoi pour perdre 2 à 3
kilos car plus vous ferez d'erreurs majeures et plus votre organisme se "
vengera " dès qu'il en aura la possibilité.
RELAXEZ-VOUS ! Reprenez confiance en vous
( nous avons vu comment dans les pages précédentes )
. Faites un régime à votre rythme en étant prévoyant c'est à dire
de vous y prendre quelques semaines ou mois avant d'avoir à porter votre
string sur les plages.
. Dé-stressez dans votre vie de tous les jours; mangez plus
lentement, mastiquez, parlez, écoutez, posez vos couverts, riez, souriez.
RELAX !
. Éliminez les grandes erreurs alimentaires du style :
Le grignotage ... à remplacer par un bon verre d'eau ou
mieux, un petit verre de lait demi-écrémé
Ne vous énervez pas ( facile à dire, difficile parfois à faire
) car source de " vengeance " sur des aliments sucrés que vous retrouverez
rapidement sur votre bascule ... ce qui augmentera votre énervement ... donc
votre vengeance ... et le cercle vicieux commence ... Ne cherchez pas le
coupable car le coupable, c'est VOUS ( à moins que quelqu'un vous mette
les aliments de force dans la bouche, ce que je ne crois pas ! )
N'ayez pas faim : Ne sautez JAMAIS de repas et rappelez-
vous que les meilleurs coupe-faim sont les protéines : elles agissent
lentement mais sûrement donc poussez sur les laitages, poissons et viandes.
En cas de faim, pensez à vous poser la question suivante :
159

" Réellement, avez-vous faim ou est-ce une petite gâterie


que vous souhaitez ? ". La réponse vous donnera votre action.
Une gâterie peut-être exceptionnellement prise mais TOUS les jours, adieu
régime mais aussi robes, costumes, maillots de bain moulants !
N'ayez pas peur d'avoir faim ( par anticipation ) ou peur de
manquer : rares sont les dénutritions en France.

Sachez utiliser avec plaisir les plats allégés qui sont


d'excellente qualité nutritionnelle et simple, rapide à préparer ce qui est
appréciable quand on est pressé et que l'on a souvent comme excuse pour ne
pas manger ou mal manger : " Je n'ai pas le temps ! "
Vous sortez souvent : adaptez vos repas suivants en
diminuant légèrement les quantités et la qualité nutritive; de nouveau,
appuyez sur les protéines ainsi que sur les légumes. Maintenez TOUJOURS
vos 3 à 4 repas, le quatrième étant le seize-heures durant lequel vous pouvez
prendre un petit encas ( laitage avec un fruit ) qui vous coupera l'envie de
plonger dans le frigidaire à votre retour à la maison.
Vous êtes souvent invité : Arrivez chez vos amis en ayant
déjà pris un petit encas coupe-faim ce qui vous évitera de jeter sur les "
apéri-cochoneries " ( au demeurant succulentes ). Prenez l'habitude de ne pas
vous resservir des plats présentés et prétextez que vous avez réellement
assez mangé : question de politesse parait-il mais aussi question de prudence
face à la prise de poids !
Vous allez souvent au restaurant, préférez les fruits de
mer, les crudités, les poissons grillés, les petites purées de légumes variés,
les fruits frais et rappelez-vous qu'une petite boisson gazeuse en apéritif ne
dérange personne surtout si l'on doit garder les idées claires; sachez vous
modérer et ne pas terminer vos verres d'alcool : quelle classe que de laisser
votre verre à moitié plein ( et non vide ) - Là, je reconnais que vous avez lu
ce livre !
Un verre d'alcool, c'est bien ... deux verres, bonjour les
dégâts ! Honnêtement, un peu d'eau n'a jamais fait de mal à personne sauf
aux alcooliques qui ont peur de rouiller et à ceux qui ne veulent pas rouler
sous la table seul !
Variez votre alimentation en goût, en couleur, en odeur, en
aspect; bref mangez sans stress et sans tristesse, presque de tout mais
MODEREMENT !
N'éliminez jamais des nutriments de votre alimentation
car ils sont TOUS utiles : en éliminer un peut n'avoir pas de répercussion sur
du court terme mais cela peut devenir plus grave sur un laps de temps plus
long; ADAPTEZ les quantités à vos repas car aucun ne vous fera grossir si
vous savez rester raisonnables sur les quantités ! Parfois tout de même,
certains seront PROVISOIREMENT à éviter car l'on sait qu'ils apportent
trop de calories et se mettent en réserve dans vos rondeurs : Restez donc
INTELLIGENT et ADULTE !
Souvenez-vous que dans votre estomac, tous les aliments sont mélangés à
l'acidité ambiante, broyés, scindés puis assimilés : alors, fruit avant, après ?
sucres sans graisses ou graisses sans sucres ? C'est plus une affaire de goût
... et de notoriété et de business. Là n'est pas ( plus ) le problème car vous
avez maintenant compris qu'il se situe plus dans la tête que dans l'assiette
: il fallait le dire !
Sachez dire NON poliment mais FERMEMENT.
160

Au fait, revenez en arrière dans ce livre aux pages des


motivations : POURQUOI VOULEZ-VOUS PERDRE DU POIDS ?

Est-ce un désir ou un objectif ?

Fermez les yeux ! respirez amplement.


Utilisez tous vos sens !
REGARDEZ-VOUS REUSSIR !

Exemple naturel type pour perdre


sans problèmes et sans dangers
quelques petits kilos sans se torturer trop la tête
avec les associations ou les calories !

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

* Petit-déjeuner : RELAX, pas de stress !


- Café ou thé avec édulcorant
- 2 à 3 tranches de pain 20 Gr. ( pain complet ) ou des céréales (
non sucrées )
- une cuillère à café de beurre ( allégé ) ou de margarine
- nappez avec de la compote sans sucre
- Une tranche de Jambon ou
un oeuf coque ou
un Yaourt ou
3 à 4 cuillères à soupe de Fromage Blanc 10 à 20 %
MG
ou 1 petit-suisse
ou une petite tranche de viande ou de blanc de poulet
ou une petite portion de fromage peu gras ( Cf.)
- Un agrume ( petite salade composée citronnée ) ou un fruit
entier ( mélangé à vos laitages par exemple )

Ah ! je parie que c'est autre chose que ce que vous prenez ? Et vous allez me
répondre : " Mais c'est trop, je ne pourrais jamais manger tout cela ?
Mais si, forcez-vous un peu car sinon vous verrez que c'est dans la matinée
que vous grignoterez pour combler ce petit vide de 11 heures ... voire que
vous vous jetterez sur votre repas de midi tellement vous aurez faim ... ce
qui est normal avec un café uniquement dans le ventre.
Au fait, n'êtes-vous pas la première à critiquer vos
enfants quand ils vont à l'école, le ventre vide, et n'êtes-vous pas celle qui
leur explique que s'ils veulent avoir de bons résultats scolaires, il ne faut pas
être fatigué à 11 heures.
Ils feront ce que vous faites :
Pas de discipline ... ils n'auront pas de discipline ...

* Le Déjeuner : RELAX, pas de stress !


- Une entrée :
Légumes crus à volonté avec des sauces allégées au
fromage blanc, yaourt, jus de citrons ou pamplemousses, et beaucoup de
fines herbes, aromates, ( ail, oignons ... )
ou en quantité plus limitée : fruits de mer ( sans le
pain, le beurre et la mayonnaise ), petit portion de poissons fumés.
- Un plat principal :
150 Gr de viande ( presque toutes sans le gras et la
peau ) ou POISSON ( tous ) avec
A volonté des LEGUMES ( tous )
161

En alternance :
Soit une petite portion de féculent ( Riz, pâtes,
pomme de terre, maïs ... ) ou
1 tranche de Pain et Fromage
- Salade verte à volonté si vous le souhaitez ( et supportez ) avec
très peu d'huile ( association d'huile riches en acides poly et mono-insaturés
) voire mieux comme ci-dessus
- Un dessert : 1 fruit frais
Veillez surtout à vos modes de cuisson ainsi qu'aux sauces ( Cf. )

* Un encas à 16-17 heures : RELAX, pas de stress !


- Un Yaourt nature ou 3 cuillères à soupe de fromage blanc 10 à
20% MG ou 1 petit suisse ou 1 grand verre de lait demi-écrémé ( protéines
coupant la faim tardivement ) ou un substitut protéiné du commerce ( barre
ou sachets )
- Coupez un demi-fruit dedans ( le fructose contenu dans les
fruits vous coupera la faim immédiatement ).

* Le Dîner, plus léger : RELAX, pas de stress !


- Une entrée : Soupe de légumes
- Un plat principal :
75 à 100 Gr de viande ou POISSON ou 1 de jambon
ou 1 oeufs
A volonté des LEGUMES
- Un dessert : 1 Laitage

* Après-Dîner ... RELAX sans rien grignoter sauf PARFOIS ( une


fois par semaine ) un petit ( mais tout petit ) carré de chocolat noir ( ne le
répétez pas trop ) !

Pensez donc à varier TOUS LES JOURS vos repas. Boissons ( eau ) à
volonté et découvrez les tisanes aux multiples saveurs.
N'oubliez pas que vous pouvez sans inquiétudes vous faire plaisir le
DIMANCHE ( sans excès tout de même ) ou chez des amis; ce sera votre
récompense pour vos efforts de la semaine ... et cela sans vous dévaloriser,
sans vous critiquer ni punir ni blâmer.

Rappelez-vous le proverbe suivant :


Le matin, mangez comme un empereur
Le midi, comme un Prince
Le soir, comme un mendiant ( ou presque )

Exemple naturel type pour perdre


sans problèmes et sans dangers
plus de kilos sans se torturer trop la tête
avec les associations ou les calories !
* Petit-déjeuner : RELAX, pas de stress !
- Café ou thé avec édulcorant
- 2 tranches de pain 20 Gr.
- une cuillère à café de beurre ( allégé ) ou de margarine.
- nappez avec de la compote sans sucre
- Une tranche de Jambon ou
un oeuf coque ou
un Yaourt ou 1 petit-suisse ou
3 à 4 cuillères à soupe de Fromage Blanc 10 MG
ou 1 tranche de viande froide
ou une petite portion de fromage peu gras ( Cf. )
162

- Un agrume ou un fruit ( mélangé à vos laitages par exemple )

* Le Déjeuner : RELAX, pas de stress !


- Un plat principal :
130 Gr de viande ( toutes sans le gras et la peau ) ou
POISSON ( tous ) avec
A volonté des LEGUMES ( tous )
- Salade verte à volonté
- Un dessert : 1 fruit frais

* Un encas à 16-17 heures : RELAX, pas de stress !


- Un Yaourt nature ou 3 cuillères à soupe de fromage blanc 10 à
20% MG ou 1 petit suisse ou 1 grand verre de lait demi-écrémé ( protéines
coupant la faim tardivement ) ou un substitut protéiné du commerce ( barre
ou sachets )
- Coupez un demi-fruit dedans ( sucre coupant votre faim
immédiatement )

* Le Dîner, plus léger : RELAX, pas de stress !


- Un plat principal :
75 Gr de viande ou POISSON ou 1 tranche de
jambon ou 1 oeuf
A volonté des LEGUMES
- Un dessert : 1 Laitage

* Après-Dîner ... RELAX sans rien grignoter, même pas votre ... !

Et toujours votre ( plus petite ) récompense du DIMANCHE !


car il est difficile de réussir sans
une petite " carotte " personnelle

A vous ce petit jeans !

CE N'EST PAS UNE ERREUR QUI VOUS FERA GROSSIR


( et/ou échouer )
C'EST PLUSIEURS ERREURS REPETEES.

Il faut noter de plus qu'en cas de palier ou de stabilité du poids


durant trop de temps, ce n'est pas forcément qu'il faut diminuer pour autant
les quantités alimentaires : ne faites SURTOUT PAS cela car vous n'y
changeriez rien, sauf à faire fondre vos muscles et être épuisé. La solution
consistera à AUGMENTER VOS DEPENSES, brûler plus de graisse, car
votre métabolisme de base est alors ralenti : seules les activités physiques
vous aideront à passer ce cap !

MAIS SURTOUT NE STRESSEZ PAS


car vous augmenterez le cercle vicieux
qui vous empêchera de maigrir !

LA CLEF DE LA REUSSITE : LA STABILISATION


sans se torturer trop la tête
avec les associations ou les calories !

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?


163

Exemple de régime pour perdre


beaucoup de poids assez rapidement
SOUS CONTROLE MEDICAL
avec les associations ou les calories !

Les choses se compliquent légèrement car ces régimes


s'adressent sincèrement à des sujets ayant plus de 10 à 15 kilos à perdre et
dont LA MOTIVATION EST FORTE. Comme toujours, soyez convaincu
de l'absence de miracles : Vous mangez moins - POINT ! - afin de diminuer
les entrées.

. Soit vous devrez baisser votre apport calorique en étant


équilibré à moins de 1000 Kcal. et vous aurez malheureusement un peu faim
ce qui pourra justifier la prescription de produits aidant à couper ou
diminuer la faim : sachez que ce sont des solutions qui ne doivent-être QUE
PROVISOIRES ... car ces produits ne vous rééduqueront pas à mieux
manger et à corriger les erreurs futures; vous aurez, de toute façon, a
apprendre à maîtriser votre comportement face à l'alimentation ! N'ayez pas
peur, se rééduquer n'est pas forcément synonyme de consultation dans un
asile psychiatrique car nombreux sont les médecins, psychologues et
psychothérapeutes de qualité capables de vous prendre en charge.
Vous ne pourrez y couper ... sauf miracle ( prévenez-moi )
ou supercheries !

. Soit vous devrez baisser votre apport calorique en étant


déséquilibré ( toujours à moins de 1000 Kcal. ). Pour ma part, quand la
motivation est bonne et après avoir évalué avec ma patiente l'opportunité de
cette mise en place, j'opte pour la DIETE PROTEIQUE qui offre l'énorme
avantage d'être le seul régime à ne pas entraîner de faim tout en assurant une
forme mentale et physique de qualité ( même à moins de 500 Kcal. ). Certes,
ce régime nécessite d'être bien expliqué et ne peut-être proposé qu'à des
personnes capables de comprendre le pourquoi d'une alimentation sans
sucres, sans graisses avec apport de potassium, d'oligo-éléments et
vitamines. L'inconvénient sera l'absence de grande variabilité dans le choix
des aliments ( mais les substituts actuels y pallient ).
Ce type de régime assure une perte de poids importante, rapide mais est
voué à l'échec si aucune prise en charge n'est faite; l'alimentation à base
exclusive de protéines ( et légumes Cf. ) ne sera bien sûr que provisoire et la
remontée calorique se fera IMPERATIVEMENT par paliers qui permettent
de restabiliser l'organisme ( l'on re-règle le pondérostat à de nouveaux
niveaux, un peu comme la tare de nos balances qu'il faut remettre au zéro
pour chaque journée ). L'éducation nutritionnelle devra se faire pendant cette
remontée afin d'enseigner les bases d'une alimentation VARIEE et
EQUILIBREE sur le long terme.
Pratiquer ces protocoles de DIETE PROTEIQUE nécessite de bien
comprendre son mécanisme et d'essayer, au mieux possible, de se mettre à la
place des patients : s'alimenter à base de sachets et légumes pendant
plusieurs semaines n'est pas toujours aussi simple ( repas d'affaire ou de
fêtes ) et l'on doit savoir moduler sans risques, non pas de reprendre du
poids ( ce n'est pas un repas qui changera la perte de poids ) mais
d'interrompre provisoirement l'absence de faim ce qui est désagréable.
164

Malgré tout, une certaine rigueur s'impose ... qui sera fortement
récompensée sur plusieurs semaines car le poids peut stagner sur 8 jours,
aussi faut-il juger sur une plus longue durée.
Exemple type de menu de fête ou d'affaires en cas de diète protéique (
impossible de ne pas trouver au restaurant ou chez soi ) :
. Entrée de crevettes ou langoustines / homard
. 130 à 150 Gr. de poissons en papillote avec légumes
... heureusement vous n'avez plus faim ... Un yaourt
Certes, ce n'est pas beaucoup mais à vous de choisir : soit avoir faim 2 jours
soit être raisonnable !

Protocole annexe à la diète protéique conseillé


Consulter IMPERATIVEMENT votre médecin pour l'apport
protéique qui est variable en fonction du poids cible choisi.
BOISSONS :
1 litre d'eau par jour
Eau minérale plate ( Evian, Vittel, Contrex )
Café noir sans sucre ou Thé ( édulcorant permis )
Infusions à volonté : Tilleul, menthe, verveine, camomille,
oranger
ALIMENTS PERMIS A VOLONTE : Salades , Céleri , Concombre, Radis
MODEREMENT : Champignons de Paris, Artichaut, Asperges,
Aubergines, Fenouils, Bettes, Choux, Chou-fleur, Courgette, Tomates,
Brocoli, Navet, Poireaux, Cresson, Endive, Fèves cuites, Épinards, Persil,
Poivron, Pousse de Soja, Haricots verts.
ASSAISONNEMENTS :
Poivre, Vinaigre, Moutarde forte, Jus de citron ou
pamplemousse blanc, toutes les fines herbes et aromates, cornichons, tous
les produits lyophilisés ( poudres d'ail, oignon ... ), Yogourt ou Fromage
Blanc à 0 % MG ou Huile de Paraffine ( ACAL ou RESTRICAL ) : 1 à 2
C.à Soupe
Pensez à saler régulièrement vos salades mais sans excès !

A MON AVIS, il est toujours plus facile de proposer un régime


assez intense en début car les motivations sont alors fortes, motivations qui
sont récompensées par un amaigrissement rapide et donc motivant; le tout
sera de modifier ce régime et de le moduler dès les premiers moments de "
ras le bol ".

Ces régimes très basses calories n'assurent pas toujours des


résultats importants chez les grands obèses mais que leur proposer si ce n'est
de leur éviter de trop grandes erreurs ou tentations ?
Médicaments ?
Ils ont essayé tous les régimes !
Souvent ils ne mangent pas beaucoup !
Psychothérapie individuelle ou de groupe ( je préfère cette
dernière qui rassure et permet de maintenir une certaine pression sociale ).
Malheureusement, et je ne suis pas fautif, il faudra maintenir une
alimentation équilibrée basse en niveau calorique.

Quel que soit le régime pour lequel vous aurez opté, lorsque
vous serez arrivé aux objectifs que vous vous êtes fixé, l'important sera de
ré-augmenter votre alimentation PROGRESSIVEMENT et par paliers.
Un exemple simple et connu : quand on pratique la
plongée sous-marine, chacun sait que passé un certain temps en profondeur,
il est nécessaire d'effectuer des paliers de décompression afin de permettre
aux bulles d'azote de se redissoudre sans dangers pour l'organisme.
165
Remonter sans paliers, s'ils sont nécessaires, équivaut à prendre
le risque d'avoir un accident de décompression qui peut-être gravissime.
Conscience des dangers et prévention, voilà ce qui est enseigné dans nos
écoles de plongée sous marine.
Il en est de même dans la gestion du poids et de
l'amaigrissement. Il est en effet maintenant connu que ce n'est pas
l'amaigrissement rapide qui est dangereux mais l'amaigrissement répétitif (
syndrome du YOYO ) car notre pondérostat se dérègle alors complètement
voire définitivement avec une image de soi particulièrement perturbée et
souvent non reconstructible.
Il sera donc souhaitable de reprendre une alimentation en
augmentation PAR PALIERS. Cette alimentation par paliers progressifs
offre de nombreux avantages :
. Elle vous permet de vous faire plaisir en remangeant de
nouveaux produits avec des quantités légèrement supérieures tout en vous
rassurant et en vous dé-stressant sur le fait que vous ne regrossissez pas :
vous continuerez de maigrir ! Tout se passe un peu comme une voiture qui
est lancée, il lui faut un certain temps pour s'arrêter selon la vitesse avec
laquelle elle est lancée.
. Vous noterez que votre amaigrissement continuera ( plus
lentement ) tant que vous restez sous les besoins nécessaires de votre
organisme. Dès que vous commencerez à ne plus maigrir et que votre poids
sera constant, l'équilibre de votre organisme sera atteint et votre poids se
stabilisera : voilà le bon moment pour appliquer et noter régulièrement
l'hygiène alimentaire que vous aurez à ce moment là.
. Songez toujours qu'il faut un certain temps à l'organisme
pour stabiliser après avoir fourni un effort et, plus l'effort à été important,
plus longue sera la stabilisation par ces paliers qui durent en moyenne 21
jours ( 21 jours pour reprendre de bonnes habitudes ).
. Cette réalimentation doit se faire en introduisant
progressivement les différentes sources d'aliments dont nous avons besoin
c'est à dire :
- les sucres simples dits " rapides " et surtout les
sucres complexes dits " lents " ( légumes secs, riz, pâtes, pain complet )
- les protéines, sans craintes ( poissons surtout )
- peut-être pourrait-on diminuer d'une façon
importante les graisses, surtout quand on à tendance à prendre facilement du
poids, car elles apportent une importante quantité de calories stockables
- et pousser encore plus sur l'apport de légumes
NE DISSOCIEZ PAS VOTRE ALIMENTATION LORS DE LA REPRISE
ALIMENTAIRE
... CAR SINON VOUS LE PAIEREZ GRAVEMENT A LA MOINDRE
ERREUR !
DE TOUT RAISONNABLEMENT !
ET APRES ....

L'organisme n'est pas régulier dans ses modes de fonctionnement


et dans son travail; vous le savez bien puisque nous pensons différemment
selon les moments de nos journées et de nos vies, puisque nous bougeons
différemment selon nos activités de travail, de repos, de vacances ou de
sports. L'organisme n'est pas une machine réglée à la dizaine de calorie près
comme une horloge et il se dérègle facilement selon les stimuli : TOUS LES
JOURS CELA CHANGE !
Ainsi donc votre poids va OSCILLER NATURELLEMENT
selon l'équilibre nerveux, psychique, physique, alimentaire; ces oscillations
se font toujours de plus à moins 1 à 2 kilos par semaine; ainsi un jour
pouvez-vous être à votre poids rêvé, monter d'un kilo, redescendre, remonter
... mais au total :

LE POIDS RESTE STABLE, PAS D'INQUIETUDE


et ne changez pas vos réglages trop vite !
166

Comme une voiture, il faut une petite période de rodage afin que
le moteur puisse donner sa pleine puissance, sans griller; comme dans le
mariage, il faut une période naturelle d'ajustement et d'équilibrage dans le
couple !
167

Parfois cela nécessite de mettre à la porte certains amis indésirables pour


leur comportement, avec regrets je le sais, mais vous n'aurez pas le choix
pour préserver votre couple. Il en sera de même avec votre poids car vous
devrez ainsi vous passer des bonnes choses, des aliments que vous aimez,
provisoirement !
Vous reprenez un peu de poids : Pas de panique ni de stress
CALMEZ-VOUS !
Ne faites pas n'importe quoi et surtout ne croyez pas aux recettes
miraculeuses qui vous porteront préjudice plus tard, je l'ai déjà dit.
Analysez peut-être pourquoi vous avez repris du poids et
réajustez vous avant qu'il ne soit réellement trop tard; n'attendez pas que le
désastre soit complet : ANTICIPEZ
. Probablement êtes-vous sous tension ?
. Peut-être un problème familial ?
. Presque toujours en tout cas la cause en est une prise
alimentaire excessive, soyez honnête : repas d'affaires, aliments anti-stress (
? ) en excès ...
Heureusement la bascule n'est pas encore passée au dessus
des chiffres de la dizaine que vous vous étiez définitivement fixé ! Vous
ressentez une gêne dans vos vêtements, votre ceinture vous serre, vos
chemises baillent, votre fermeture éclair est sous tension : bref, vous avez
tous les signes physiques d'une reprise de poids. Sans parler de votre léger
essoufflement lors de votre jogging ou de vos rapports sexuels qui sont
lourdauds et fatigants. Reprenez-vous vite en revenant à votre régime du
début ET ce pour quelques jours seulement : Ne changez surtout pas de
taille de vêtements pour être plus à l'aise car vous perdrez vos repères
vestimentaires ... et votre schéma mental corporel que vous avez bâti
pendant si longtemps et avec lequel vous vivez maintenant agréablement en
harmonie. Vous verrez que très vite vous allez en fait " dégonfler " et vous
ressentir à l'aise dans vos vêtements.

ENTRETENIR SA BEAUTE

Je vous conseille de retourner au besoin au chapitre d'esthétique


de ce livre. Ce travail au début ... puis ce passe-temps devra vous permettre
de caler un look correspondant à l'image que vous souhaitez.
Pourquoi ?
Je suis souvent appelé comme médecin-consultant dans un grand
centre de Remise en Forme et de Balnéothérapie de la région Nord de Paris.
Un jour, un groupe de dames d'âge mur prit rendez-vous pour venir
pratiquer des soins d'esthétique et de remise en forme.
Certaines étaient appuyées sur leurs cannes et je les voyais
passer devant moi, rayonnantes. Je posais un matin une question à l'une de
ces dames :
" Pourquoi cet entrain à effectuer des soins parfois fatigants ? "
Elle me répondit :
" Cela est d'un tel effet sur ma vie; vous savez que vous avez
quelque chose à faire le matin ... vous avez un but. Ma peau en a
grandement profité. Croiriez-vous que j'ai 75 ans ? Ce qui fut surprenant
pour moi fut d'apprendre qu'elle se maquillait tous les matins avec soin
avant de quitter sa chambre ... alors qu'elle était aveugle !
168

Monsieur, n'avez-vous pas remarqué comme votre épouse est


plus heureuse , plus ouverte quand elle rentre de chez le coiffeur ou qu'elle
arbore un nouvel ensemble ?
Monsieur, n'avez-vous pas remarqué comme votre épouse
apprécie votre nouveau costume et ce parfum que vous mettez quand vous
sortez ! Oh, que la soirée s'annonce bien !!!
Madame ( ou Monsieur ), ne jouez-vous pas sur vos atouts
physiques dans la discussion d'un contrat avec d'autres personnes ? Ne me
faites surtout pas dire que vous jouez uniquement de vos charmes, NON !
mais ne pensez-vous pas que vos résultats professionnels pourraient s'en
trouver particulièrement valorisés ? ESSAYEZ !
Prenez-vous les fruits pourris à l'étale d'un magasin ou
choisissez-vous les plus beaux ? Signez-vous plus facilement un contrat si la
personne en face est agréable à regarder ( pas forcément belle au sens beauté
sensuelle mais belle dans le sens élégance ) ou n'y faites vous pas attention :
vous connaissez honnêtement la réponse d'avance et je suis stupéfait de voir
que nombre de nos concitoyens déambulent dans leur vie professionnelle
sans classe ! Ils sont même surpris quand la hiérarchie leur fait une
remarque.
Êtes-vous là pour profiter et vivre au crochet de l'entreprise
ou
Pour participer à son progrès, source de profits pour chacun.

CHANGEZ VOTRE ATTITUDE EXTERIEURE OU VOTRE


APPARENCE ET VOUS MODIFIEREZ L'IMAGE INTERIEURE ET VOS
CAPACITES

NE VOUS LAISSEZ PAS ALLER ! VOUS Y GAGNEREZ.

LES ACTIVITES SPORTIVES

POURQUOI ... pratiquer progressivement un sport ? Rassurez-


vous, je ne vais pas vous dire de vous précipiter sur les stades ou dans les
piscines dès aujourd'hui ! De toute façon, les personnes en surpoids qui
décident de faire un régime n'ont sûrement pas envie de se montrer dans
leurs plus simples tenues avec les formes du début. Il en va d'une façon
différente des obèses ne cherchant plus à maigrir et " content " ou plutôt
acceptant d'être obèse. Le sport est à prendre sous diverses facettes car il
permet très sérieusement :
. De brûler plus de graisse et donc de maigrir là où il faut
. D'écraser ces graisses et ainsi de modeler la silhouette
. De tonifier les tissus sous cutanés et d'éviter la ptose des
tissus
. D'améliorer le drainage en " pompant " les veines et
vaisseaux lymphatiques.
. De maintenir un bon capital musculaire
. De garder un bon mental et
.De se détendre et se dé-stresser
. De découvrir son corps
. De maintenir le poids acquis voire de passer le cap du
plateau ou votre poids stagne.
Nous avons largement vu dans le chapitre traitant des dépenses énergétiques
comment cela fonctionne.
169

Ici mon objectif est de vous amener progressivement à changer des


habitudes d'inertie qui font que le sport n'est pas toujours d'emblée une
activité vers laquelle nous nous hâtons ( et j'en fais partie ! ).
Je ne vous demande pas en fait de faire du sport mais de faire
des activités physiques douces et progressives : Au début vous serez
souvent seul pour les pratiquer mais trouvez-vous rapidement d'autres
personnes avec qui vous pourrez vous entraîner car elles vous stimulerons
lors de ces activités; de plus, l'on s'amuse toujours mieux à plusieurs; ne dit-
on pas :
" Plus il y a de fous, plus on rit "
et bien croyez-moi, sur un stade, dans une salle de sport ou dans une piscine,
c'est toujours plus amusant à plusieurs que dans un cloître tout seul. Ah !
vous serez sûrement un peu essoufflé au début mais il n'y a rien de grave (
sauf avis contraire de votre médecin surtout si cela fait longtemps que vous
êtes obèse ) si vous prenez le temps de récupérer calmement.
Parfois, se sera chez vous qu'il faudra commencer vos activités
physiques; par quoi ?
N'IMPORTE QUOI pourvu que l'on remue
au moins 15 minutes par jour.
. Tout d'abord, soyez gentil de ne pas vous précipiter chez votre
marchand d'articles de sport afin de vous acheter toute la panoplie d'appareil
qui devrait vous permettre d'avoir la même salle de sport que RAMBO. Un
tapis au début devra suffire; votre ténacité vous amènera alors peut-être à
acheter des appareils ( plutôt à usages multiples ) permettant de pratiquer
dans votre appartement le vélo, l'aviron, la musculation.
Du calme, depuis quand n'avez-vous pas fait de sport ?
. Peut-être qu'une petite visite chez votre médecin préféré serait
judicieuse avant d'entamer tout travail physique. Pourquoi d'ailleurs ne pas
vous aider des conseils d'un professeur de gymnastique ou de votre
kinésithérapeute ( cours non remboursé S.S, soyez honnête ! ). Visitez les
salles de sport, vous serez surpris car il n'y a pas que des
SCHWARZENEGGER ou des STALLONE qui y passe de bons moments :
il y a Monsieur et Madame tout le monde, simple ET souriant.
. Prenez l'habitude de toujours vous échauffer ( 5 mn ) afin
d'éviter tout accident musculo-tendineux ou articulaires. Le travail sera à
visée articulaire plus que musculaire puis à visée cardio-vasculaire.
. Puis travail des groupes musculaires suivants, groupes qui
souffrent particulièrement de votre surpoids :
Travail des muscles abdominaux
Travail des extenseurs du rachis
Travail des membres inférieurs
. Enfin travail cardio-respiratoire en endurance ( Cf. ). Je vous
rappelle qu'un travail en endurance est un travail pendant lequel vous
pourrez continuer de parler sans être trop essoufflé ... ce qui sympathique
quand on est en groupe.

Quelles activités pratiquer ?


L'aquagym est une des activités majeures car elle s'effectue dans
un milieu particulièrement facile à maîtriser ( encore faut-il savoir nager et
ne pas avoir peur de l'eau ! ).
170

En fait l'activité la plus sympathique sera celle que vous aimez :


à vous le choix et je n'ai rien à vous conseiller si ce n'est d'être toujours
PROGRESSIF dans votre démarche.
Et pour terminer ce chapitre, n'oubliez pas d'amener à boire quand vous
pratiquerez des sports; notez que les boissons gazeuses alcalines (
PERRIER, VITELLOISE, VICHY ... ) permettent d'assurer une meilleure
récupération après vos activités car elles viennent tamponner l'acide lactique
que vous fabriquez pendant les contractions musculaires ( source de crampes
et de fatigue ). La prudence impose aussi d'emporter un peu de sucre ( en
cas de petit malaise hypoglycémique ou de fatigue excessive ) et de manger
avant vos activités ( n'arrivez jamais a jeun sous peine de perte de
connaissance ).
171
QUELQUES IDEES DE DEPENSE ENERGETIQUE

ACTIVITE Calories dépensées


Temps pour
par heure
brûler 1 kilo

de graisses

Une heure assis à rien faire 80


Une heure d'écriture 140
Une heure de danse ( slow ) 200
Une heure de danse ( Rock'nroll ) 360
Une heure de danse de ballet 320
Une heure d'ébats amoureux 360
Une heure de jardinage 400
Un heure de terrassement 520
Une heure de nettoyage de sol 270
Une heure de repassage 240
Une heure de marche à pied rapide 300
Une heure de gymnastique douce 150
Une heure de tir à l'arc 180
Une heure de musculation abdominale 180
Une heure de conduite automobile 190
Une heure de Yoga 200
Une heure de plaisance 250
Une heure de planche à voile 260
Une heure de ski nautique 280
Une heure de gymnastique 300
Une heure de stretching 400
Une heure d'aviron énergique 420
Une heure d'aviron de compétition 670
Une heure de bicyclette à 15 km/h 500
Une heure de bicyclette à 20 km/h 660
Une heure de jogging en trottinant à 9 km/h 350
Une heure de jogging soutenu à 12 km/h 430
Une heure de cross-country 630
Une heure d'escalade 720
Une heure de ski de fond 750
Une heure de ski alpin 450
Une heure de ski nordique intensif 1110
Une heure de ping-pong 200
Une heure de tennis en double 350
Une heure de football américain 530
Une heure de natation brasse 660
Une heure de patinage rapide 690
Une heure de judo 850
Un marathon 2700
Une heure de basket-ball ou d'escrime 600
Une heure de Hand-ball 500
Une heure de Football 400
Une heure de rugby 500
et

Une heure de marche à pied lente 150


241h30
Une heure de marche à pied à 5 km/h 180
96h30
Une heure de marche à 5 km/h avec charge 10kg 200
74h20
172
Une heure de golf 300
47h
Une heure de bicyclette à 9 km/h 300
38h40
Une heure de jogging soutenu à 16 km/h 550
18h
Une heure de badminton 330
33h40
Une heure de tennis en simple 800
16h40
Une heure de squash 960
10h10
Une heure de natation de détente 460
21h20
Une heure de natation crawl 840
8h50

D'après KESTERER et RUIPPING and col. ( 1988 )


173
CLASSIFICATION DES EFFORTS

EFFORT LEGER - 100 à 200 Kcal/h


. TRAVAIL PROFESSIONNEL DE BUREAU
. TRAVAIL MENAGER SOUTENU
. CYCLISME VITESSE MODEREE

EFFORT MODERE - 200 à 300 Kcal/h


. TRAVAIL EN CUISINE
. MARCHE RAPIDE
. DANSE, PATINAGE, PING PONG
. EQUITATION TROT
. TENNIS, AEROBIC

EFFORT DUR - 300 à 500 Kcal/h


. COURSE A PIED
. CYCLISME
. ESCRIME
. EQUITATION GALOP
. TRAVAIL DUR SUR CHANTIER

EFFORT TRES DUR - Supérieur à 500 Kcal/h


. SPRINT, BOXE, AVIRON
. MONTER UN ESCALIER
. DEMENAGEURS, MINIERS

CONSEILS SPORTIFS

FAVORABLES A PRIVILEGIER MOINS EFFICACES SANS EFFETS


ET MOMENTANEMENT
DECONSEILLES
SPORTS D'ENDURANCE En raison des
portés CHOCS plantaires

- NATATION - BASKET-BALL -
GYMNASTIQUE

D'ENTRETIEN
- AVIRON - JOGGING -
PETANQUE
- CYCLISME - HAND-BALL - MINI-
GOLF
- SKI DE FOND - DANSE -
BOOMERANG
-
EQUITATION
-
TIR A L'ARC

NON portés MAIS


PEU TRAUMATISANTS
- GOLF
- MARCHE
- RANDONNEE PEDESTRE
- TREKKING

d'après J.P MONDENARD


174
RESTER AU CONTROLE DE SOI

LES DIFFERENTS PROFILS PSYCHOLOGIQUES

Il existe autant de profils psychologiques que d'individus aussi


est-il difficile d'avance de savoir comment une personne va réagir face à ses
motivations et son envie de maigrir et la mise en pratique de son régime.
Combien de fois me suis-je trompé en me disant :
Celle là, c'est perdu d'avance !
Telle autre c'est sûr, elle maigrira bien !
Pourquoi ? parce que je ne suis pas dans leurs têtes et que les
motivations sont parfois tellement puissantes, non avouées, que ces
personnes pourraient " déplacer des montagnes ".
Une chose est certaine : l'être humain est capable de
progresser, de comprendre et de changer. Nous en avons vu de nombreux
mécanismes dans ce livre et si vous êtes arrivé à cette page :
Vous avez progressé !

L'homme est un peu comme un ICEBERG avec différents niveaux


d'attitude et de comportement :
. Niveau superficiel visible, observable qui représente les
comportements extérieurs. Ces comportements sont intégrés à notre vie
sociale et la pression de l'éducation et de la société permettra ( ou devrait
permettre ) d'ajuster en permanence nos gestes et nos paroles à nos pensées
et nos actes : contrôle des autres sur soi.
. Niveau moins visible, peu conscient qui représente l'état
d'esprit, l'attitude. C'est dans ce cadre que se mêle nos attitudes face à
l'alimentaire, entre autre. L'ajustement de nos attitudes ne peut se faire
pratiquement que par une " remise en question " fréquente de soi par rapport
aux autres : contrôle de soi sur soi.
. Niveau profond non conscient qui ne change pas
( ou peu ) et qui est la personnalité profonde sur laquelle seules des
interventions psycho-thérapeutiques lourdes et longues auront d'accès.

Il est ainsi utile de se situer dans une catégorie d'individu, de prendre


conscience de son niveau d'attitude par rapport à soi, pour soi dans
l'intimité et non face aux autres; c'est encore le fameux MIROIR qui
permettra de progresser.
Nous avons tous des attitudes qui sont à la fois
" adulte et enfant " mais dans des proportions différentes selon notre
niveau de " bâtissage " profond. Ainsi, face à l'alimentation, on rencontre
des individus ayant des profils variable TOUJOURS capables de s'améliorer
sauf cas relevant d'un suivi psychothérapeutique.

ADULTE : tu ne mangeras pas tel aliment

ENFANT : manges, c'est bon !


Manges, tu ne sortiras de table qu'après avoir fini !
Manges ta soupe sinon tu n'auras pas de dessert !
Manges, cela te feras grandir !
Manges, tu n'as pas le droit de laisser dans ton assiette !
175

L'obligation de manger pour être " beau et fort " reste ainsi attachée (
avec ses accessoires comme les odeurs, les goûts ... ) à la jeunesse des
individus créant un impact
( presque ) définitif sur le psychisme de l'enfant et donc du futur adulte.
C'est ainsi que s'explique certains comportements complexes face à
l'aliment.

Cela me rappelle les images de dessins animés présentant un


petit diable qui crée la tentation face à un petit génie qui protège :
ambivalence du permis et de l'interdit. N'avez-vous jamais vu ces images
se créer dans votre conscient ? Regardez les exemples du poids mais aussi
du tabac ( ou tout autre drogue ) :
" Allez, vas-y, un petit carré de chocolat en plus !!!"
" ... Stop ! Pense à autre chose qu'au chocolat car tu vas vite
reprendre du poids ! "
" Allez, vas-y, une seule petite cigarette, il n'y a pas de danger
!!!"
" ... Stop ! Une cigarette et tu replongeras dans le tabagisme ! "
Mais n'est-ce pas parfois cela qui se passe dans certaines de nos pensées et
de nos comportements ? Ne devrions nous pas considérer que le cerveau
devrait rester idéalement au contrôle des gestes et pourtant, combien de fois
ai-je entendu cette éternelle phrase :
" C'est pas ma faute ! "
Car c'est pas moi qui penses ... on m'a obligé avec un revolver sur la tempe à
manger, à reprendre du poids !

La vie est un spectacle éternellement en activité dans lequel l'homme


est présent de deux façons; on peut ainsi classer les individus en 2 grands
groupes sociaux inégaux en nombre :
- LES SPECTATEURS
- LES ACTEURS
Dans chaque catégorie coexistent des individus
différents dont nous faisons partie :
- " LE SPECTATEUR SUIVEUR PASSIF "
- " LE SPECTATEUR CONTROLEUR ACTIF "
- " L'ACTEUR DE SECOND ROLE "
- " L'ACTEUR DE PREMIER ROLE "

Avant toute chose, il est fondamental de comprendre que, quelque soit


la catégorie dans laquelle l'on se trouve, l'on peut décider de changer pour
passer dans une autre catégorie : on peut décider mais on doit aussi agir
POUR CHANGER, ce qui est tout à fait réaliste mais nécessite un effort,
un prix à payer.

Vous retrouverez dans les domaines de la maîtrise du poids les mêmes


profils que ceux de la vie professionnelle aussi pourquoi ne pas essayer de
vous jauger ( et non pas de vous juger qui évoque un sentiment critique de
culpabilité ) car cela pourra grandement vous aider à choisir tel ou tel
régime. Ces profils ne sont bien sûr pas exhaustifs mais ce sont les grands
traits que j'ai le plus souvent retrouvé lors de mes consultations.
176

" Le spectateur suiveur " est un individu souvent inquiet et


variable dans son humeur, manquant de maturité ( et donc enfant ) et de
confiance en soi.
Ses objectifs sont mouvants, dépendants fréquemment de ceux des autres,
sans réels fondements personnalisés ... ce qui leur permet de passer inaperçu
parmi les autres individus. La peur et l'indécision régissent souvent leurs
actes ce qui leur assure d'avoir toujours un alibi pour ne pas tenter.
Contrairement aux méfiants qui n'essaient pas un régime, le suiveur " essaie
" mais s'arrête toujours lorsque le changement se présente. Parfois
perfectionniste, il sait d'avance que cela ne sert à rien de bouger car les
objectifs sont, à son avis, inatteignables ... et donc à éviter. Tout est souvent
sujet à critique : le régime, le prescripteur, l'inventeur, les laboratoires, le
milieu politique, les médias ... bref le monde lui en veut et " l'empêche " de
réussir. Mais rien ne l'empêche d'être un jour positif, un jour négatif selon
l'humeur et l'ambiance collective.
Le régime adéquate sera dans ce cas à long terme, varié voire dissocié
mais les résultats sont plus que modestes car sous la dépendance de
nombreux facteurs environnementaux surtout.

" Le spectateur contrôleur " est un individu " adulte " méfiant
et souvent pessimiste qui ne croit que ce qu'il voit et n'évolue que
difficilement avec son temps. Il sait ce qu'il a et ne prend pas le risque
d'envisager des régimes douteux et non scientifiques qui pourraient altérer sa
santé. C'est typiquement un individu qui vérifie tout, qui est conscient de ses
responsabilités et qui est un spécialiste du détail et de la précision ( à la
calorie près ); il est craintif de son environnement et sa rigidité de
comportement lui fait adopter des positions entières : blanc ou noir, vrai ou
faux, maigre ou gros. Il ne laisse ainsi pas de place à la créativité, la
découverte
Un régime équilibré, hygiénique, planifié, calculé et pesé, détaillé et
expliqué devrait être prescrit et amener un bon résultat si la confiance entre
le praticien et le patient s'instaure.

" L'acteur de second rôle " est l'exemple type du produit " fini
" connaissant parfaitement ses qualités et ses défauts : Il est plein de "
savoir-faire ". S'il débute un régime, il attend mathématiquement un résultat
qui ne peut être que carré, droit, sans failles et sans échecs possibles.
Tant qu'il n'y a pas de risques ni de stress ou d'agression, l'amaigrissement se
déroule bien; qu'il survienne un écueil, ce sujet aura du mal à s'y adapter et
trouver la solution. Pour lui, une ligne est toujours droite et l'on ne peut
avoir de courbe, ce qui le gène pour s'adapter aux phases obligatoires de
paliers que l'on rencontre dans les amaigrissements.
Le régime est encore ici sur du long terme, expliqué et longtemps pris
en charge ( travail et soutien de groupe ). Les régimes peuvent être variés
dans le temps ( médicaments, homéopathie, acupuncture ... ). L'une des
qualités de ce sujet est qu'il fait confiance mais cela le mène parfois à
écouter n'importe qui : parfait " touriste médical " errant de régime en
régime !
177

" L'acteur de premier rôle " est l'exemple même de l'individu


ouvert, dynamique, enthousiaste et expansif, précurseur, entraînant même
ses proches à ses côtés dans un régime qu'il sent intelligent surtout si la
confiance est bâtie avec le thérapeute. Il écoute d'abord, analyse rapidement
et décide de commencer MAINTENANT son régime. Il est plein de "
savoir-faire " mais aussi de " faire-savoir ". Il sait à l'avance qu'il réussira
son régime car ses objectifs sont précis ( vie professionnelle et sociale
importante ). Véritable " bulldozer ", il ne laisse aucune place aux
inquiétudes : il décide vite ... et bien.
Le régime se devra d'être précis, rapide mais efficace ( régimes
dissociés, diète protéique ), rempli de recettes précises, de grilles ... mais si
possible pas trop compliqué dans sa réalisation.

Mais il nous faut admettre que classifier ainsi les individus est
particulièrement difficile car il y a autant de régime que de personnalité; une
grande prudence s'impose donc toujours dans ces schématisations : elles
aident à orienter vers tel ou tel catégorie de régime mais ce sera toujours
finalement à votre médecin de trouver dans sa boite à PANDORE le régime
adapté à votre demande, votre psychologie et à votre comportement tout en
se basant sur de véritables données physiologiques prouvées et non
hypothétiques; là est son rôle de véritable thérapeute !

NE PAS ACCEPTER DE REGRESSER

Je me pose souvent deux grandes questions :


Pourquoi voit-on des individus ayant perdu du poids le reprendre
entièrement voire plus ?
Pourquoi voit-on des individus être proche de leur poids cible et
s'effondrer, à quelques kilogrammes près ?
Ne serait-ce pas une certaine peur du succès qui entraînerait cette fuite : fuite
de ses responsabilités, fuite devant une image INSUFFISAMMENT
CONSTRUITE au fil des semaines ou des mois. Comment mettre dans un
corps ayant minci le mental d'un obèse : impossible tant par ses pensées que
par ses gestes et ses comportements.

1. Une première explication vient à mon avis du fait qu'il faut admettre
que l'on ne guérit jamais d'une obésité importante : on doit apprendre à
la contrôler et si ce contrôle par l'éducation n'a pas été fait, rien
n'empêchera le sujet de reprendre son poids. C'est un peu comme la
rééducation que l'on fait chez le kinésithérapeute après une fracture : on
décide de rééduquer un membre fracturé pour lui redonner force, vigueur et
souplesse afin d'éviter qu'une récidive de fracture apparaisse sur la même
zone; encore faut-il savoir que la zone fracturaire reste fragile longtemps,
tout comme l'est l'obèse face aux stimuli alimentaires et psychiques. Ainsi
s'impose une rééducation et un suivi de longue durée afin d'obtenir la mise
en place d'un nouveau schéma à la fois alimentaire ( médecin, diététicienne
), physique ( ostéopathie, gymnastique, sports ) et psychique ( dynamique de
groupe, psychothérapeute ). Ce ne sera qu'à ces conditions que l'on peut
espérer un succès sur du long terme car l'on met en place de véritables
verrous.
178

Évident pour les obésités importantes, cette méthode de travail peut se


justifier dans des surpoids limites et surtout dans le cadre des syndromes du
" yoyo ". J'ai remarqué que plus le poids oscille ( ou a oscillé ) et plus
difficile sera le succès si ces techniques ne se mettent pas en place à un
moment donné. Puis-je vous donner comme conseil de mettre rapidement en
place cette prise en charge GLOBALE, sans craintes ni suspicions ! De cette
éducation découlera une certaine AUTODISCIPLINE qui sera pour vous,
au fil des mois, une nouvelle manière de vivre ... bien meilleure qu'avant,
croyez-moi.
L'autodiscipline est la capacité de s'entraîner mentalement à réussir;
penser à la réussite engendre l'habitude des gestes et des raisonnements
adaptés assurant ainsi une meilleure technique et une meilleure maîtrise au
fil des mois de son alimentation entre autre exemple. Encore faut-il mettre
en place le schéma suivant de travail :
. Désir et donc forte motivation
. Information et connaissance de la nutrition ( c'est le but
de ce livre )
. Assimilation, apprentissage et maîtrise des données
alimentaires de base
. Répétition et mise en place d'habitudes nouvelles,
astreignantes au début, routinière ( positivement ) ensuite.
. Rajoutez une touche d'émotion dans vos pensées ... et
hop ! vous aurez moins de risques de rechuter !

2. La peur du succès peut malheureusement se mettre en place quand


on commence à prendre conscience des implications que la réussite va
imposer :
. Nouveaux rythmes alimentaires
. Dépenses vestimentaires supplémentaires
. Modification d'emploi du temps avec inclusion d'un
temps sportif ou de détente
. Surtout nouveaux regards de l'autre sur soi source de
conflits émotionnels ( sexualité )
Vous me direz : " Mais c'est pourtant exactement ce que je recherche
en voulant perdre du poids ! "
Et de vous répondre : " En êtes-vous si sûre et avez-vous réellement
envisagé toutes les facettes de votre réussite ?
Je vous conseille malgré tout, sans vouloir mettre en doute vos motivations,
de refaire le point sur celles-ci et de vous assurer d'un POURQUOI un
amaigrissement aussi désiré ! Vous avez le choix entre :
Santé, beauté, forme physique et/ou mentale ?
tout en comprenant que l'ensemble des motivations tourne pratiquement
toujours autour des trois pôles suivants :
- Besoin de sécurité et donc de santé
- Besoin de valorisation personnelle
- Besoin d'amour des autres
Cette peur du succès n'est bien souvent que la conséquence d'une fuite
de ses responsabilités : en fait, c'est la découverte que les objectifs que l'on
s'est imposé sont trop grands et que nos possibilités et capacités sont
insuffisantes : peur d'être dépassé par les conséquences de l'événement que
l'on recherche pourtant avec tant d'envies ! Peur de n'être pas capable d'aller
jusqu'au bout face à soi !
N'est-ce pas se qui se passe dans les jeux ( LOTO ) où les sujets qui
touchent le gros lot se retrouvent ( d'après les statistiques ) plus pauvres
après un certain laps de temps car ils n'ont jamais appris à gérer de telles
sommes ni appris mentalement à les utiliser.
179

Un dicton populaire dit que l'on doit apprendre à devenir riche ! Il en est de
même pour le poids. Ne pas croire que l'on est capable de réussir n'est-ce pas
en fait un manque de confiance en soi ? Voilà encore une autre raison
imposant de construire son image et ses habitudes par un travail éducatif.
Peur de n'être pas capable d'aller jusqu'au bout face à soi mais aussi face
aux autres : et pourquoi ne pas aller de l'avant en vous lançant ce défi,
devant les autres comme témoin :
" Vous allez voir, j'ai décidé de réellement maigrir et définitivement ! "
... plus possible dans ce cas là de faire machine arrière ... car l'on risque de
se dévaloriser par rapport aux autres dans son échec personnel, ce que
l'homme ne peut idéalement concevoir dans son ego. Et vous ? je suis
maintenant sûr que non !

3. La spirale de l'échec : L'on ne peut que s'y engager surtout quand


on n'a pas suffisamment de caractère et d'attitude pour se remettre en
question, se poser, réfléchir et reprendre de nouvelles décisions, même et
surtout si l'on est encore entrain de chuter. Cette spirale est celle dans
laquelle nombre de personnes en échec par rapport à leur poids s'engouffrent
puis s'effondrent sans avoir réellement compris ce qui leur arrivait :
aggravation de l'échec par mauvaise attitude face à soi mais aussi face aux
autres qui ne peuvent que vous fuir afin de se protéger.
4. Savoir se (re)caler : Il est tellement plus simple de ne pas glisser
d'une corde quand on lui a fait des nœuds qu'en fait c'est un peu ce schéma
qu'il serait souhaitable de mettre en place et de comprendre afin de ne pas
reprendre du poids. L'effort pour faire les nœuds est franchement nul, vous
le concédez, alors que c'est réellement difficile de rester sur une corde quand
il n'y a pas de nœuds : on glisse ! Il est incroyable de voir que parfois les
gens vont faire des d'efforts plus importants pour échouer que pour réussir.
Cette spirale de l'échec existe et ne peut que s'amplifier
A croire qu'ils cherchent à se suicider ...
Il m'est même inconcevable d'avoir l'idée de pouvoir glisser quand on
arrive en haut de la corde, inconcevable de régresser et de perdre les
objectifs si âprement recherchés. Regardez-vous dans le miroir !
- Inconcevable d'accepter de jeter mes nouveaux vêtements
si saillants qui m'allaient enfin bien !
- Inconcevable de retomber dans une notion de risque
médical accru !
- Inconcevable d'avoir l'être cher qui me repousse !
- Inconcevable qu'on ai dit tant de bien de moi et que l'on
pense maintenant le contraire, en souriant !
- Inconcevable de ne plus être fier de soi, avec ce que cela
comporte !
Vous me direz que quand on échoue, on ne se pose pas ces questions;
certes, cela est vrai car l'on ne peux vivre avec une ombre négative en
permanence en face de soi nous montrant le reflet de notre échec. Mais au
fond, il doit y avoir de toute façon un tout petit quelque chose qui vous
interpellera, un peu comme le réflexe du noyé qui au dernier moment sortira
la tête de l'eau pour refuser de couler. Je revoyais récemment le film
J.CAMERON " TERMINATOR 2 " et l'on voit vers la fin le Terminator qui
se meurt en ayant un sursaut d'énergie et qui remet en fonction quelques
contacts électroniques de secours ce qui lui permet de tuer le méchant
androïde invincible; l'analyse pourrait-être que sa réussite n'a tenu qu'au fait
que ses motivations sont restées inchangées : tuer l'androïde pour sauver le
monde. Image enfantine peut-être ?
Conserver ses motivations : voilà la clef
Soyez convaincu que tant que vous aurez en tête vos motivations d'une
façon précise, visuelle et émotive, vous êtes sûr de ne pas échouer et de
TOUJOURS avoir ce petit déclic qui vous empêchera de rechuter.
Lancez-vous ce défi de réussir et ce, devant les autres !
180

Une cause d'échec est la SURCONFIANCE. Elle est liée à plusieurs


causes qu'il faut dépister afin de ne pas en être abusé.
. " Les conseils sont pour les autres, je n'en ai pas besoin ";
pêché de vantardise car l'on a toujours à apprendre des autres; le tout c'est de
demander des conseils à des gens compétents, de lire et d'écouter des
professionnels.
. " Je suis le spécialiste de tout " : c'est ainsi que l'on voit
des gens hommes-orchestre capables de donner des conseils sur la façon de
manger, de boire, de lire, de parler, de conduire, de faire du sport, de grossir,
de maigrir, d'élever les enfants !!! A fuir dans vos relations car ils ne vous
entraîneront que vers l'échec dans des tortueuses phrases vides de sens et
inutilisables.
. Après plusieurs semaines de régimes et d'explications,
l'on a tous tendance à croire que l'on maîtrise avec confiance ce sujet; en
effet, on pourrait croire que l'on contrôle bien sa diététique et donc que l'on
ne regrossira pas ! n'y pensez pas car :
- La science évolue tout le temps avec ses nouvelles
théories et ses nouveaux produits
- L'on est longtemps à la merci de l'accumulation de petites
erreurs qui, petit à petit, nous font perdre tout sens de notre équilibre.
S'ADAPTER en permanence avec souplesse est donc
une autre clef !

ORGANISER SA REUSSITE

PLANIFIER ET ETRE PRET - Comme un plan de bataille,


décidez du bon moment psychologique pour commencer votre régime et
mettez-vos pièces en place : suivez un régime qui vous est adapté, à vous et
non à votre voisine car dites vous bien que votre voisine, qui est sûrement
charmante, se fiche royalement de votre régime si ce n'est pour pouvoir
comparer ses robes plus tard avec vous.

Commencez avec plaisir et arrêtez de discutailler sans raison : "


peut-être, si, ya-ka, faudrait que, quand tout sera au vert etc ..." mots
employés par les médiocres et les perdants; oubliez et employez un
vocabulaire positif, entraînant et qui mentalement vous oblige à réussir : " Je
peux le faire, je sais ce qu'il faut faire, je vais y arriver, pas de problèmes,
tout va bien etc...". Soyez passionné et enthousiasmé par ce que vous allez
commencer et n'oubliez pas que c'est souvent l'attente et la réalisation d'un
voyage qui sont plus excitants que le point d'arrivée.

Apprenez à fonctionner avec des dates buttoirs et des buts précis.


Faites vous une liste de cinq choses nécessaires mais désagréables que vous
remettez toujours ( faire les courses, ranger votre frigidaire, faire un maigre
petit repas, ...) : mettez sur chacune une date limite. Commencez et finissez-
les car une action immédiate sur des projets désagréables réduit le stress et
la tension et vous risquez d'en avoir pendant votre régime. Faites-vous une
liste de cinq choses agréables et apprenez à vous récompenser selon la
qualité de vos résultats.
181

Ayez de grands objectifs motivants, excitants qui émousseront en


permanence vos sens afin de rester toujours aux aguets, éveillés, prudents
afin de ne pas se faire piéger par un environnement à l'affût de votre
moindre écart et erreur, prêt à vous critiquer, vous enfoncer. Oubliez-les :
ce régime est le votre et vous devez rester accrocher à vos rêves, seuls
moteurs pour réaliser vos buts.

Formulez vos objectifs en paroles mais aussi et surtout en images


précises, colorées, odorantes, palpables, goûteuses ... et à titre quotidien,
répétez l'accomplissement de chaque objectif quotidien, encore et toujours.
Mettez vous des objectifs MOTIVANTS, excitants et imaginez-vous avoir
réussi
VOUS AVEZ REUSSI ... VOYEZ-LE !
SIMULEZ VOTRE REUSSITE !
Vous voyez-vous svelte ( sans rire ni sourire ) ?

Ne lâchez jamais vos objectifs tant qu'ils ne sont pas réalisés car il n'y
a rien de plus dévalorisant qu'un échec par abandon sans raisons, souvent à
quelques grammes du but. Revoyez mentalement le chemin parcouru et
faites au besoin une pause ( un petit palier ) dans votre régime ( tout en
maintenant vos objectifs ); pourquoi ne pas vous récompenser et vous
féliciter des succès récemment réalisés car vous avez eu des succès : soyez
honnête et ne vous dévalorisez pas.

J'écoutais récemment le Professeur Daniel COHEN, généticien; à une


question posée sur les doutes qu'il pouvait avoir sur ses recherches et le
bienfait que l'humanité pouvait en tirer, il répondit : " Appuyez sur le
positif et pariez sur le meilleur ". Il y a toujours quelque chose de positif
et de négatif dans un régime; le résultat que vous obtiendrez sera fonction de
la manière dont vous allez " vivre " votre régime :
. Si tout est affreux, pesant, mauvais ... je suis prêt à parier
sur votre échec !
. Si, malgré ces quelques désagréments, vous persistez à
trouver des avantages à poursuivre ... vous réussirez !

GERER L'ENVIRONNEMENT - Balayez les semeurs de


doutes !
DEHORS !
Obligez-les à laisser leurs poubelles ... dehors !

Ne vous laissez pas envahir par des parasites qui viendront perturber
la qualité de vos images mentales petits grains par petits grains, petit apéritif
par petit apéritif, petite cigarette par petite cigarette, petit repas par petit
repas ... et vous voilà sur la pente descendante, pente particulièrement
glissante si vous ne vous assurez pas avec de solides crampons ( objectifs et
motivations ) et une bonne corde de rappel ( rêves ).
Cherchez toujours à vous entourer de gens compétents, même et
surtout s'ils sont plus forts que vous; vous voulez progresser dans la vie
quelque soit le domaine ? Prenez les meilleurs spécialistes et écoutez-les.
Écouter avant de parler : Nous avons deux oreilles et une bouche; s'il y a
deux oreilles, c'est probablement que l'écoute est plus importante sinon
nous aurions deux bouches !
182

N'ayez jamais peur d'avoir autour de vous des gens de qualité;


c'est en partie grâce à ceux là que l'on saura ce que vous valez car les
personnalités ayant une forte confiance en soi, une bonne image d'eux
mêmes sont conscientes de leur qualités et ne cherchent pas à se comparer ni
se protéger des autres : seuls le doute sur ses propres capacités amène à
l'isolement et le protectionnisme, de peur de n'être plus reconnu. Vous
verrez très rapidement que plus les sujets sont compétents et moins ils
chercheront à vous noyer dans un jargon compliqué ou à vous enfoncer dans
l'échec. Au contraire, plus vous souhaiterez être aidé et plus ils vous
tendront la main car progresser, c'est aussi aider l'autre à s'élever ( n'est-ce
pas le but de certaines dynamiques comme WEIGHT WATCHERS ? ); un
peu comme dans les arts martiaux : progresser en utilisant la force de l'autre
sans le détruire. C'est souvent ainsi que l'on se réalise dans la vie et cette
réalisation ( en aidant l'autre ) permet d'élever son image de soi et
d'augmenter sa dose de confiance en soi.

Vous me direz que nous sommes entrain de nous éloigner des


régimes alimentaires ? Non, réfléchissez ! Je ne le pense pas car en fait, c'est
tout un comportement et une attitude qui fera votre force face à
l'adversité que vous devrez mettre en place en phase de stabilisation :
. Maîtrise des connaissances de l'alimentation
. Gestion de cette alimentation au sein d'un environnement
humain variable
. Gestion de l'environnement matériel
. Analyse, utilisation et protection face aux stress de la vie
sociale
. Management de vos protections ( vos rêves ) et de vos
leviers ( vos motivations )

Qu'elle force de caractère vous faudra-t-il pour mener de front cette


stabilisation ... mais c'est le prix à payer pour réussir.

GERER SA REUSSITE

L'une des dernières grandes clés pour réussir dans la vie et ce,
quelque soient les motivations, les objectifs, les défis que l'on peut se lancer,
représente à mon avis le summum des qualités que vous devrez obtenir et
travailler : La capacité que l'on a à se remettre en question associée à la
connaissance de soi-même.
. Se remettre en question par rapport à soi en fonction de sa
propre façon de penser :
Ai-je compris ? Suis-je sur le bon chemin du progrès ?
Suis-je honnête face à mes objectifs ? Suis-je honnête dans mes actions ?
Comment je réagis dans tel ou tel événement ?
TOUJOURS LE MIROIR !
De la qualité et de la sincérité de vos réponses découleront votre réussite
ou votre échec.
. Se remettre en question par rapport à la société :
Suis-je intégré ? Suis-je ouvert sur les autres ? Suis-je à
l'écoute de mon environnement avec fermeté et cela tout en souplesse ?
Suis-je capable de dire : NON ! Suis-je capable d'accepter les différences ?
183

Qu'il est difficile de s'avouer être sur un mauvais chemin et de


reconnaître ses propres erreurs : regardez comme, même face à des êtres
chers ( sa femme, ses enfants ), l'on a du mal à accepter de reconnaître ses
propres erreurs; imaginez face aux autres ! Imaginez le nombre de conflits
qui sont nés de ces incompréhensions et de ces impossibilités de faire
machine en arrière avant que tout explose, impossibilité par peur du ridicule,
refus de se remettre en question tous signes de manque de confiance en soi.
Que de fois ai-je vu des patients ( plutôt les hommes ) prendre à l'évidence
du poids ( syndrome des habits qui craquent ) et le refuser malgré l'évidence
avec parfois même vigueur dans leurs discussions :
" Mais tu as repris du poids ?"
" Non ! c'est mon costume, ma chemise, ..., toujours désagréable
chérie ! " etc...
L'art et la manière de faire retomber l'erreur ou la cause d'un échec sur
l'autre; notons d'ailleurs que cet état de fait ne fait qu'amplifier l'échec car
l'individu attaqué ( soi-disant ) se retranche alors dans un mutisme et une
agressivité qui ne font qu'empirer et donc accroître le poids par désinvolture
ou vengeance :
" Plus les autres m'agressent, plus je grossis " ce qui est MON excuse
inavouée me permettant de maintenir artificiellement une image de moi
stable et sans failles puisque je ne suis pas le fautif.
Apprenez donc à gérer votre poids en adulte et non en enfant
critique, geignard, inconscient. Faites-donc preuve de responsabilité et non
de désinvolture dans vos pensées et vos actes.
Il en est parfois ainsi dans les régimes que nous mettons en place :
incompréhensible certes mais c'est comme cela ... 6 mois de mise en place et
hop ! un dépit, un stress ! et l'on reprend tout ce qui a été perdu !

Dernière cause d'échec dont on doit se prémunir : le syndrome de la


recherche de la performance. Ce sont des personnes ayant des objectifs
toujours plus élevés ( moins 10 kilos puis moins 15 puis moins 20 etc...
alors que le bon poids serait de moins 10 kilos ). Comme nous en avons déjà
parlé, passé un certain poids d'équilibre, l'organisme en bonne santé lutte
fortement contre tout amaigrissement excessif ou en dehors de ses normes :
ainsi l'amaigrissement devient alors difficile voir impossible. Forcer ce
dernier ne peut amener qu'un état de faiblesse majeure couplé à des troubles
psychologiques parfois graves ( dépression, anorexie ) avec lesquels
coexiste une perturbation de l'image de soi qui n'est plus en harmonie avec
l'idéal désiré et recherché. L'on aboutit alors à un échec que l'on ne se
pardonne pas aggravant ainsi le cercle vicieux de la reprise de poids ... d'ou
l'importance de se pardonner ses échecs. Ce syndrome explique bien
souvent certaine reprise de poids et peut s'assimiler au perfectionnisme dont
nous avons déjà parlé.
184

PROFITEZ DE LA VIE ... INTELLIGEMMENT !

Une diseuse de bonne aventure parle à une femme :


" Vous serez pauvre et malheureuse jusqu'à l'âge de quarante ans. "
" Et qu'arrivera-t-il après ? "
" Après, vous vous y serez habituée."

Et vous, voulez-vous vous habituer à être forte ou bien voulez-vous


apprendre à maîtriser définitivement votre poids ? Sachez que cela passera
OBLIGATOIREMENT ( et sans vous décourager ) par une meilleure
connaissance de soi et une acquisition de connaissances plus approfondies
dans les domaines recherchés ( diététique - esthétique - sports dans ce cas ).

Profiter de la vie n'est pas quelque chose de technique et ne


cherchez pas à le rendre technique : vous échoueriez à coup sûr car l'on ne
peut artificiellement ou avec de la technique être heureux, même en se
forçant. Cela ne s'apprend pas non plus et cela n'est jamais acquis; profiter
de la vie c'est déjà prendre conscience de soi et de ses capacités, d'être au
moins conscient que vous possédez des possibilités merveilleuses dans votre
tête et qu'il suffit de les utiliser. Profiter de la vie n'est jamais acquis car l'on
est toujours dans un travail continuel de recherche afin d'améliorer sa
condition tout en étant conscient de ce que l'on a et en sachant en profiter.
VOUS EN ETES CAPABLE !

Que de gens aimeraient que tout soit technique, précis, avec une
recette miracle !!!
OUBLIEZ car c'est à vous de créer votre PROPRE CHEMIN vers le
succès et la réussite de votre régime. Certes, il existe de grande(s) voie(s)
diététique(s) connue(s), évoluant au fil des découvertes mais ...

VOTRE REUSSITE SERA DANS


VOTRE ATTITUDE ET VOTRE COMPORTEMENT
VOUS DEVREZ EN ETRE CONVAINCU !

Eh oui, tout est dans la tête !


et peu dans l'assiette.
ni non plus dans l'attitude de votre entourage, de votre médecin, de vos
lectures etc...
VOUS (presque) SEUL !

Impossible donc de mener un régime sans cette envie forte, cette


hargne à vouloir rester jeune, en forme, avec des objectifs précis et un futur
positivé et ce d'une façon définitive.

Impossible de mener un régime en se privant à vie d'une bonne et


agréable cuisine, en étant triste à mourir, mal ou peu intégré à la société dans
laquelle nous vivons.

Impossible de mener un régime sans rire ... mais tout en restant sérieux
dans son action.
185

Bref, impossible de mener un régime sans vouloir profiter de la


vie : si tel n'est pas le cas dans votre tête ... attendez le bon moment mais pas
trop longtemps car le temps passe vite dans l'inactivité, encore plus vite
quand on n'a pas d'objectifs précis.

Les Japonais ont l'art de cultiver certains arbres en en faisant un


Bonsaï, arbre nain. Il est beau et parfaitement formé bien qu'on mesure leur
hauteur en centimètres. En Californie, on voit une foret d'arbres géants
appelés des séquoias. Ils atteignent 83 mètres de haut et mesurent 24 mètres
de circonférence. A une certaine époque, le Bonsaï et le Séquoia étaient de
la même taille. Quand ils étaient encore que des graines, ils pesaient chacun
moins de 1 milligramme. Leur différence à la maturité est considérable et
l'histoire de cette différence est une leçon de vie : Quand la pousse d'un
arbre voué à devenir un Bonsaï perce la surface de la terre, les Japonais le
tirent du sol et lient sa racine arrêtant ainsi sa croissance; le résultat en est
une miniature, belle mais miniature. La graine du Séquoia tomba sur le sol
et fertile de Californie et fut nourrie de minéraux, de pluie et de soleil;
résultat, un arbre géant. Ni le Bonsaï ni le Séquoia eurent le choix de leur
destin. Vous l'avez. Vous pouvez être aussi grand ou aussi petit que vous le
voudrez, aussi gros ou mince. Vous pouvez être un Bonsaï ou un Séquoia. Il
en dépendra de votre image de vous-même.

Vous vous demandez quel rapport entre le bonsaï, le Séquoia et le


poids ? Permettez-moi de conclure avec ces quelques lignes tirées d'un livre
d'horticulture : " Diriger un Bonsaï vers sa forme voulue, cela demande de la
volonté, de longs efforts et plusieurs années de patience. Il faut donc savoir
puiser cette force en soi. Apprendre à se contrôler pour diriger à bon escient
sa volonté. Tout le temps de la création, il faut se surpasser pour progresser
et permettre ainsi de continuer jusqu'au bout l’œuvre commencée. Lorsque
la fatigue vous prend et que tout va mal, le découragement vous guette, vous
entraînant peu à peu, malgré vous, vers le renoncement. Il faut réagir,
rompre avec l'inertie. Si vous voulez donner à votre oeuvre le meilleur de
vous-même, recommencez, recommencez chaque fois si, à vos yeux, l'idéal
recherché ne semble pas atteint. Si vous ne pouvez, par exemple, remanier
une branche le jour même, contentez-vous d'y penser dans la journée,
d'exprimer en vous le désir : demain ou après demain, vous y parviendrez
facilement. Ainsi l'évolution de l'arbre, aussi bien que celle de votre esprit,
ne peuvent se faire que par étapes, si vous exprimez le désir de mieux faire,
de mieux être. Il faut vaincre les adversités, calmement, méthodiquement.
Alors rien ne résistera à votre détermination, pas même le destin. Pourtant
beaucoup de personnes pleines de bonne volonté, d'enthousiasme, renoncent
aux épreuves dès les premiers échecs. Elles ne savent pas que les échecs
fortifient l'esprit, forgent l'humilité nécessaire à la réussite. La raison de
leurs échecs ne provient certainement pas de facultés manquantes ni d'un
manque de courage mais d'une mauvaise préparation mentale qui unit la
volonté à l'effort.....
186

Peu à peu, l'impossible du présent devient le possible de demain.


Votre rêve est arrêté par votre habileté qui n'est pas encore acquise.
Qu'importe ! Persévérez !
Vos branches courbées paraissent trop raides à vos yeux : exercez-
vous à plier des bouts de branches coupées, enroulez le fil de cuivre, vous
parviendrez ainsi à vous faire la main. Avant de travailler sur votre Bonsaï,
pensez que rien ne doit vous arrêter. La malchance ne doit pas vous
décourager, mais vous stimuler à renouveler l'opération. Vous voici à
présent bien armé pour réussir. Alors rêvez ! "

Que de bonnes et extraordinaires paroles pour un horticulteur parlant


de sa vision de la culture des Bonsaï; et vous par rapport à votre poids, qu'en
pensez-vous maintenant ?

A vous le choix ... MAINTENANT


Ne freinez plus !
REVEZ et FONCEZ !

Vous ne pourrez que réussir car vous avez TOUTES les clés !

Que cela soit pour maigrir, réussir votre vie professionnelle, maîtriser
un sport, etc...

VOIR SIMPLEMENT REUSSIR VOTRE VIE !