Vous êtes sur la page 1sur 265

LE GRAND PARI

DE GRANDPARIS

PARI(S)
PLUS
(CAPA-CITY)
PETIT

L’INTENSIFICATION

SYNTHÈSE
MVRDV
AVEC ACS ET AAF 
4 LE GRAND PARI DE GRANDPARIS 88 SOCIété
4 QUELLE DISTANCE ? 90 QUALITÉ DE VIE
4 Les DEMANDEs sur la recherche 92 CONNECTIONS EXTERIEURES
21 grandeur de Paris 94 SOLIDARITÉ
22 INTELLIGENCE 96 QUALITÉ URBAINES
34 SCEPTISISME 98 LOGEMENT
36 Grandparis est-il réellement ‘Grand’? 100 EQUIPEMENTS culturelles
36 MER 100 MONUMENTS
38 ILE 102 ÉVALUATION
40 NOUVEAU elan COLLECTIF 106 LE Programme de Grandparis
41 POUVOIR parisien 120 LES ConceptS DE Grandparis
42 Grandeur de la ville de l’après kyoto 122 Si nous continuIons de la meme manière ?
44 GRAND 130 Si nous utilisIons tout le programme pour ‘UPDATER’ les zones
46 EXEMPLAIRE défavorisées de Grandparis?
47 ESPACE 136 ET Si NOUS continuIONS AVEC le modèle haussmannien ?
48 CONTREVERSE . ET Si Grandparis devenait la ville la plus compacte AU monde?
48 COMPETITION (LES ZONES LES PLUS PAUVRES DE GRANDPARIS)
49 INTERDEPENDANCE
50 PLUS! 154 LA Capacité dE Grandparis
51 AU-DELA DE L’ÉCOLOGIE 154 Il y a de l’espace !
52 OBJECTIFS 168 L’espace verrouillé
53 PLUS 178 L’espace déverrouillé
54 The city calculator© 190 Une goutte D’EAU DANS LA MER
55 L’OUTIL 198 Les projets dE Grandparis
56 INTERACTIve 200 PROJECTS
57 objectifs 200 PAYSAGES
57 ce qu’il peut faire? 202 GP FOREST
58 3d matrix 208 ENERGIE
58 buts 210 GP WIND PARK
58 FONCTIONs 214 GP SOLAR PARK
59 performances 218 HYDRO SEINE

60 performance de Grandparis 224 INFRASTRUCTURE
61 Paris dans le monde 226 CDG2
62 ÉCONOMIE 230 LA GRANDE GARE DE L’EUROPE
64 TOURISME 236 GP2
66 GOUVERNANCE 242 LES GRANDES TRAVERSES, GP MAIN STREET ET CITÉ
68 SANTÉ SOUSTERRAINE
70 RECHERCHE ET DEVELOPEMENT 246 LES NOUVEAUX GRANDS AXES
72 EMPLOIS 250 LE ‘METRO PROGRAM’
74 INDUSTRIE DE LA CRÉATION 224 PROGRAMME BATI
74 PROSPERITÉ 262 HAUSSMANN SOLIDAIRE
268 LES ÉCOLES SUSPENDUES
76 ÉCOLOGIE 274 LES NOUVEAUX GRANDS ENSEMBLES
78 ÉCOLOGIE 280 THE SATURATED SPRAWL
80 POLLUTION 286 SUPER SORBONNE
82 TRANSPORT PUBLIC 294 THE FRAMED PARKS
84 TRANSPORT PRIVÉ 300 SUPERSEINE
84 DENSITÉ
86 ACCESSIBILITÉ AUX ESPACES VERTS 306 QUeL EST LE score?

308 PARISPLUSPETIT
 
Paris. Capitale nationale ! Capitale européenne ? La consultation du
Grand Pari de l’agglomération parisienne, nous demande d’envisager
cette mise en perspective. Quel est le rôle futur du Grand Paris au-delà
de ces limites propre limites? Quelles sont ces ambitions ? Quelles sont
ces besoins ? Quels sont ses programmes nécessaires, voir urgents
pour y répondre ? Quelles en sont alors ces dimensions physiques ?
Quels peuvent être enfin la spatialisation pour ces projets à venir ?

Le Grand Pari de GrandParis


LES DEMANDES SUR LA RECHERCHE
Le Grandparis a besoin d’une vision. Une direction claire et solide
fondée sur une argumentation manifeste. Une vision qui doit convoquer
l’ensemble des personnes concernées. Les projets émaneraient de
cet excercice. Leur financements évoqués pour l’immédiat répondant
aux urgences et ceux nécessaires sur le plus long terme également
nécessaires
Que pouvons-nous tirer de tout ca ? Pouvons-nous créer une nouvelle
vision qui pourrait combiner la pensée des grandes échelles à
QUELLE DISTANCE?
précision? Qui pourrait combiner la responsabilité et l’ambition ?
La mission pour le Grandparis est à la recherche d’une vision. C’est
l’occasion de spéculer sur les changements radicaux d’une société.
Les changements technologiques par exemple, que deviendrait le
Grandparis si tout était automatisé et robotisé? Ou que deviendrait
Grandparis s’il n’y avait plus que des voitures volantes «skycars »? Les
changements économiques, imaginez Grandparis en plein emploi…
Cette mission, telle qu’elle a été formulée doit être réalisable, et ceci
implique que la recherche à comme objectif d’ouvrir des directions sur
le futur du Grandparis, basées sur la situation actuelle.

 
La Grandeur de Paris
Les Champs Elysees

 
Les Grands Bouldevards Haussmanniens

 
La Tour Eiffel,

10 11
Grands Ensembles

12 13
Villes Nouvelles

14 15
les RER, et le TGV,

16 17
La Défense,

18 19
Les Grand Projets de François Mitterand

20 21
INTELLIGENCE
Paris a su inspirer les pensées urbaines visionnaires du XX siècle. Paul
Virilio, Jean Baudrillard…

22 23
Avec Yona Freidmann, Paris Spatial

24 25
26 27
Paul Maymont, Paris sous la Seine

28 29
La tour sans Fin de Jean Nouvel

30 31
Le Corbusier, Plan Voisin
Paris a eu et continue d’avoir une influence importante sur la pensée
de la métropole.
Comment à l’avenir le Grandparis peut-il décider de ces orientations.
Quelle vision peut-il être proposée et développée ?

32 33
Scepticisme
Les conditions de réalisation souvent expérimentales de certaines
innovations ont eu des conséquences désastreuses. Si les Boulevards
par leur qualité d’achèvement sont devenus emblématiques, à
l’inverse, les villes nouvelles et la plupart des grands ensembles ont
initié une vague de scepticisme envers les développements de grande
échelle. La grandeur serait-il devenu un mot tabou?

34 35
Grandparis est-il réellement ‘Grand’?
MER
Si Paris est ‘Grand’, qu’en est-il du Grandparis ? Le développement
urbain de ces dernières décennies a consommé une quantité d’espaces
jamais atteinte, le plus souvent monofonctionnels, une ‘mer’ de
médiocrité.

Le Grand Paris est balkanisé ! L’agglomération parisienne est structurée en entités administratives enchevêtrées. Les
municipalités ont un pouvoir exorbitant, dans un intérêt strictement local. Il manque évidemment une structure
de gouvernance légitime, porteuse d’une politique durable, d’outils de coordination et de moyens d’intervention à
moyen et long terme. Andréï Feraru
36 37
ILE
Cet océan est le fait de développements locaux plus ou moins
indépendants. Iles. Déconnectés, difficile d’accès… elles sont
entretenues par la situation administrative actuelle, qui peut être
qualifiée de balkanesque. Une série de municipalité qui se comporte
comme des individualités, en compétition les unes par rapport aux
autres, enfin confortant l’intérêt de leur électorats respectifs, parfois
en opposition et renforçant les clivages sociaux. Cet état bloque de
toute évidence une approche collective du phénomène métropolitain
parisien. Bloque-t-on toute possibilité de grandeur de ce point de vue
là?

38 39
POUVOIR PARISIEN
Comment devenir plus compétitif pour mieux solliciter les qualités
cosmopolitaines du Grand Paris. De quoi avons-nous besoin pour initier
autour d’un projet un élan collectif qui aide à la construction d’une
perspective ? Au niveau international, national et local. Par des projets
identifiables. Sur des échéances plus ou moins longues de temps
approprié aux situations rencontrées.

NOUVEL ELAN COLLECTIF


La consultation par sa formulation même demande d’interroger cette
notion comme celle de la force et du désir réunit dans un triumvirat
formulé par le Gouvernement Français, l’Ile de France et la Ville de
Paris. On pourrait ouvrir ici, sur un niveau européen institutionnel voir
une forme d’ambition globale.

40 41
APRES LA CRISE
La consultation coïncide exactement au moment de la reconsidération
en profondeur du système financier globalisé, la crise des crédits.
Si dans l’immédiat, elle réduit le nombre d’investissements, d’une
manière ou d’une autre, elle redéfinira une direction à économie
mondiale dont il faut suivre les immenses conséquences spatiales.
De quel type de société avons-nous besoin après une crise ? Quelles
responsabilités collectives doivent être assumées ? Plus de résilience
et plus de durabilité ? Doit-on renforcer le rôle de l’Etat ? Ce dernier
doit-il alors se faire mission d’investir autant que possible dans
ses territoires. L’efficacité de son action dans l’infrastructure, ses
ressources énergétiques, ses logements dépendent de la précision
d’intervention.
Si l’on veut sauver l’économie, nous ne pouvons pas capituler par
l’inaction. Nous ne pouvons pas demander moins. Peut-être devons
nous demander PLUS !

42 43
Grandeur de la Ville Post-Kyoto

GRAND
A quoi juge-t-on la grandeur d’une ville aujourd’hui?
Pas seulement par la taille, Certaines grandes villes sont en réalités
dramatiques par le trafic, la pollution, la monotonie et la pauvreté
qu’elles génèrent. La grandeur serait donc définit par le rapport
qualitatif qu’il pourrait exister avec sa taille. Certaines qualités comme
la prospérité, la variété, la liberté, l’accessibilité, la spécialité, la
propreté, peuvent être réunies sous la responsabilité. En même temps,
d’autres complémentaires définiraient son ambition comme sa capacité
à être unique, son attractive, jouissive, spectaculaire, exemplaire,
fixant les grandes directions. En terme sociaux, politiques, écologiques,
urbanistiques et architecturaux. Une nouvelle collection de prodiges.

44 45
ESPACE
Il est toujours possible de continuer à accommoder ces désirs selon les
conditions spatiales, économiques, politiques et techniques actuelles.
Quand, où, et comment devons-nous innover? Il est possible de
dépasser l’écart entre les demandes et les ressources ? Et comment un
tel écart pourrait être franchi ?
Il est possible que le rôle majeur des villes futures soit de générer
de l’espace pour cet écart, ce manque qui se profile. Alors le monde
peut continuer de grandir, d’assurer ces réserves comme une réelle
réponse à sa responsabilité. L’espace économisé permet de redéfinir
une condition d’existence pour le paysage. La densité permet une
augmentation de nos capacités. En conséquence, la densité d’une
ville selon la mixité de ses composants fait écho à sa possible mise
en synergie de ces derniers à la fois en termes environnemental,
économique, sociologique, culturel et architectural.

2008

604 km/h

world mobility index


14 billion people
high scenario
6C

international tourism arrivals 652 temperature rise


meat, fish, and high projection
1230 Gb seafood consumption
n
oil reserve
8.2

eco footprint
2.15 earths 21,477 Mtoe
980 Gb
living planet index 3.82 billion ha total energy consumption
forest species need
ne of pasture land

EXEMPLAIRE
3.68 billion ha
9.55 billion people
oil reserves s medium scenario
th
ow
gr

Quel rôle permettrait à une ville d’être exemplaire ? En ce début de


n
t io
la
pu
Po
cereals consumption forest ressources

millénaire, le monde n’a jamais été aussi dense ? Ces habitants sont de 6.4 billion people 47%
1.2 earths 2.36 billion ha
Topsoil loss desert as % of total land 1.36 billion global ha
built-up land footprint

plus en plus nombreux et consomment de plus en plus. Qui veut vivre


1 earth 5.5 billion people
forest products coal ceonsumption llow scenario
i
730ppm
consumption sea level
marine species

plus confortablement, qui peut se le permettre, et qui peut exiger plus.


atmospheric concentration of CO2
0.7 earth 3.5 7,100 Mtoe
120.8 km 1.4 C
6500 Gt
temperature rise

Un tel monde demande de l’espace, Presque désespérément, pour ses


low projection
Dec
re a
freshwater species need reso s i n g a
urce mo u
of arable s aland
nd a nt o f s Gas consumption

besoins productifs, en eau, en énergie, en oxygène, en compensation


ra b p
0.32 billion global ha le la e c i e s ,
nd
Oil consumption

écologiques diverses, aussi pour sa sécurité, en réponse aux risques 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030 2040 2050 2060 2070 2080 2090 2100

Ecart!, Berlage Institute; KM3, MVRDV, 2005.


toujours plus importants et à la diminution du seuil de tolérance. Tout
le monde veut de l’espace.

« Le rythme d’artificialisation des sols de la région serait de 15 km2 par an, l’équivalent de deux fois la surface du
bois de Boulogne et majoritairement au dépend de l’espace agricole. Ceci veut dire qu’avec un pourcentage annuel
de 0,12% d’artificialisation des sols, l’agriculture aura cessé d’exister dans deux siècles en Ile-de-France.»
Sabri Bendimérad, Diagnostic des densités du Grand Paris / Un espace de production agricole qui se raréfie
46 47
CONTROVERSE
Une telle transformation est essentiellement basée sur le Traité de
Kyoto qui redéfinit des paradigmes spatiaux les plus efficaces. Mais
reste encore nombre de facteurs limitant cet agenda. La maison et son
jardin, la protection de nos ville qui limite l’ambleur des interventions
et leur moyens de réponse. Pouvons nous trouver une modalité de
développement ad hoc. Pouvons-nous, combiner les intentions susdites
à ces demandes ?

INTERDEPENDANCE
Cette aspiration ne demande pas obligatoirement de résoudre
l’intégralité de l’agenda sur son territoire. En effet, l’agenda écologique
ne doit pas être confondu avec l’autarcie. Il est en effet, plus effectif
de développer certaines spécialités propre à chaque ville. Par là,
on génère des conditions d’échanges, plus de coexistence, plus
d’interdépendance, plus d’équilibre politique.
COMPETITION
Dans ce contexte Post-Kyoto, il apparaît évident d’agir de manière
responsable pour participer à la stabilité du climat et de notre
environnement. Mais dans un temps de compétition globale, la réponse
doit être autrement ambitieuse, si l’on veut devenir ou rester le
leader selon nos possibles. Une comparaison internationale des villes
compétitives sur une base de critères permet de comprendre le profil
d’une ville en particulier et d’en dégager un premier agenda global
pour le projet. « Fabriquer de la ville durable, ce n’est pas tant travailler sur un modèle théorique de ville parfaite, héliotrope,
bioclimatique, corrélés (liés) à des lieux de connectivité, de mixité d’intensité, de mutabilité, des lieux de poésie et
des lieux de plaisir bioclimatique, perméable, à énergie grise nulle, à consommations éradiquées, que de définir des
désirs de transformations. Franck Boutté, Territorialiser l’utopie, utopiser le territoire
48 49
PLUS !
Demander plus répond à la notion selon laquelle la durabilité requiert
une réduction des champs productifs associés à la pollution. Contexte
de réduction des ressources énergétiques, réduction des émissions en
CO2…Tout ceci nous conduit donc impassiblement à une réduction des
fenêtres, réduction des trajets, etcetera
La réduction est omniprésente. Elle intimide sinon réduit les dernières
aspirations pour être compétitif. Ne devons nous pas embrasser
toujours PLUS le monde et ce le PLUS possible. Etre PLUS attractif,
plus diverse, plus ouvert, plus libre, plus collaboratif, plus unique, plus
synergique, plus vert, plus dense, plus spacieux, plus égalitaire.

AU DELA DE L’ECOLOGIE
La ville Post-Kyoto dépasse l’agenda environnemental technique. Il
met en jeu l’économie, l’écologie, la société. Il est pour ces raisons,
responsable (par les comportements qu’il suggère) et ambitieux (dans
la maximalisation de ces performances).

50 51
PLUS structurée
OBJECTIFS PLUS régulée
Nous proposons les objectifs suivant pour le développement du projet
PLUS sécurisée
en réponse à ces multiples agendas esquissés. PLUS stable
ETRE PLUS STABLE PLUS resiliente
PLUS saine
L’urbanisme est lent et demande du temps. La stabilité est l’assurance
PLUS prospère PLUS dynamique
d’une réalisation des agendas urbains PLUS flexible
PLUS performante
C’est pourquoi la sécurité, la structure, l’intégrité, la santé, la
prospérité, construisent la résilience nécessaire. PLUS efficace
PLUS innovante

ETRE PLUS EFFICACE PLUS proche


PLUS propre
L’Efficacité d’une ville est requise pour ses transports, la proximité
qu’elle génère par la mixité fonctionnelle lui permet la synergie.
Enfin, si les villes sont immensément consommatrices d’énergie il
faut réfléchir sur sa capacité de mesurer les dépenses par secteur de
manière aussi efficace.

ETRE PLUS OUVERT


PLUS responsable
Les villes se pensent par leur qualité d’échanges, de l’intérieur comme
de l’extérieur. L’ouverture d’une ville se mesure également en terme
d’innovation, d’une culture d’autocritique. Pour toutes ces raisons une ETRE PLUS COHESIVE
ville se doit d’être ouverte. Les villes se définissent par la qualité de cohésion qu’elle forme au
travers de leur corps social. Pour être une masse critique suffisante
PLUS connectée pour répondre à des questions d’un ordre supérieur. Pour considérer
PLUS accessible PLUS ambitieuse toujours des perspectives élargies. Sa qualité cosmopolitaine renforce
PLUS ouverte son statut de ville globale. Elle absorbe et investi dans cette énergie de
PLUS équitable mixité perpétuelle.

ETRE PLUS ATTRACTIVE


Les villes ont besoin de rester attractives. Pour survivre pour rester
PLUS mixte competitive. Il ne faut pas oublier d’être jouissive, surprenante,
PLUS cosmopolite accueillante, belle, …
PLUS cohésive
PLUS
PLUS solidaire PLUS attirante
Cette combinaison de responsabilité et d’ambition permet d’éviter le
PLUS cultivée PLUS accueillante
PLUS de bien-être « Réductionisme » menaçant.
Elle n’est pas orienter pour faire moins. Elle synthétise une approche
PLUS attractive
énergique, pour plus d’enthousiasme. Alors la ville devient une ville-
PLUS jouissante
PLUS belle
plus et l’agglomération parisienne Paris-Plus.

52 53
City Calculator©
L’OUTIL
OBJECTIF
PERFORMANCES
FONCTIONS
LA MATRICE 3D  L’OUTIL
Pour mesurer la responsabilité et les ambitions d’une ville on peut
mesurer selon une liste de critère ouverte, son profil à un moment
donné (une photo) et une tendance (dans le temps). On peut parler
dans de comportements que l’on peut alors comparer à celui d’autres
villes comparables. C’est donc un outil comparatif doit être développé.
Un logiciel qui compare les actions et les performances de la région
par rapport aux ambitions et aux responsabilités fixés au préalable.
Un City Calculator. Il pourrait même être développé comme Green City
Calculator pour répondre aux objectifs de l’Apres Kyoto. Le Grandparis
devrait prendre l’initiative de developer plus loin un tel outil. Un institut
métropolitain pourrait être le cadre de son développement de telle
sorte qu’il puisse guider l’agenda de l’agglomération ainsi qu’actualiser
son classement dans le monde.

54 55
 OBJECTIF
Cet outil peut être considéré comme un outil de communication à
l’échelle de la ville. Il peut guider, qualifier et mesurer les efforts
d’une ville ainsi que les comparer à d’autres échelles : entre d’autres
villes, sur leurs empreintes, et sur leurs performances. Enfin, dernière
finalité de ce média serait de communiqué qualitativement (autour de
5 items, la liste est ouverte) ce qui définie la complexité d’une situation
métropolitaine difficile à saisir.

INTERACTIVE
Son interactivité permet à chacun de manipuler des données filtrées
et d’agir sur des enjeux qui nous dépassent. Chacun devient l’instant
d’une session un expert, un urbaniste, un politique… L’interactivité
développe le volet heuristique de l’outil. Il peut être sur internet,
accessible par tous. Il peut réagir directement. Il peut analyser et
proposer. Ceci permet une toute autre forme d’urbanisme, qui n’aurait
plus lieu que dans les mairies, mais sur tous les ordinateurs. Tout le
monde peut participer. On pourrait parler d’une nouvelle entreprise
collective.

CE QU’IL PEUT FAIRE


The City Calculator© a trois objectifs. Il compare, il organise les
données d’un diagnostic selon une liste de critère dont on choisi
l’importance en vue de chaque situation contextuelle, et de la
temporalité du projet.
56 57
Il teste. Puis il compare encore. Enfin il optimise les situations.
 
3D MATRIX
The City Calculator© est structuré comme une matrix tridimensionnel
en trois axes.

BUTS
Un des axes décrit les objectifs de la ville. PERFORMANCES
Le deuxième axe décrit les performances de la ville: en termes
d’économie, d’écologie, de sociologie et de technologie.

FONCTIONS
Le troisième axe décrit le niveau des éléments d’’usage qui peuvent
être trouvé sur l’écran. Espaces Verts, Eau, Energie, Infrastructure,
Programme construit. Ces derniers peuvent chacun être subdivisés.

58 59
Performances de Grandparis

GRANDPARIS DANS LE MONDE


Grandparis affiche-t-il de bonnes performances ? Sont-elles facilement
améliorables ?
Comment Grandparis se positionne-t-il dans le monde? Ou sont ses
domaines d’excellence ? Où sont ces faiblesses ? Comment sont
territorialisées ses qualités ? Comment comparer des performances
quantitatives globales avec leur territorialisation locale ?
Qu’observons-nous alors? Quelles sont les tendances du Grandparis
qui vont conditionner son futur ?

« Tous s’accordent à dire qu’il n y a pas d’avenir pour les villes européennes, sauf à devenir des musées à ciel ouvert.
(…) « Sur les 33 mégapoles annoncées pour 2015, 27 appartiendront aux pays les moins développés. Dans un tel
contexte, le modèle de la ville européenne, conçue comme une agglomération qui rassemble et intègre, est en voie
de fragilisation et de marginalisa­tion». »
Jean Léonard et Martine Weissmann, Métropole coeur d’agglomération / Paris n’est pas encore mort
60 61
ÉCONOMIE

62 63
LE CE
AB CA
ST FI
EF

ATTIR
ANTE

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
TOURISME
« Paris » est la première destination mondiale. Derrière cette marque
les principaux sites sont le centre, Eurodisney, et Versailles.

TOURISME
Nombre de touristes par ville par an
INSEE; http://www.euromonitor.com/Top_150_City_Destinations_London_Leads_the_Way

TOURISME
TURKU AVERAGE LONDRES

GRAND PARIS 29,000,000


AMSTERDAM (Randstad) 3,901,000
SINGAPOUR 9,502,000
FRANCFORT

MADRID 3,921,000
NEW-YORK 6,219,000
LONDRES 15,640,000
BERLIN 2,309,000
TOKYO 1,467,000

SHANGHAI 4,315,000

SYDNEY 1,852,000

JOHANNESBURG

DUBAI 6,120,000

BUENOS-AIRES 395,000

5,000,000 10,000,000 15,000,000 20,000,000 25,000,000 30,000,000 touristes

87,000 5,445,083 15,640,000

64 65
E

CE

TU
LE
CA

UC
AB
FI

R
ST
ST
EF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
EFFICACITÉ DU GOUVERNEMENT
Mesure la qualité des services publics, la qualité des services civils et le degré
de leur indépendance par rapport au pouvoir politique, la qualité de la formula-
tion politique et l’exécution et la crédibilité du gouvernement et son engage-
ment.
EFFICACITÉ DU GOUVERNEMENT
CUBA

FRANCE 88.6
SINGAPORE 100
ALLEMAGNE 92.4
ESPAGNE 80.6
USA 91.5
ROYAUME UNI 93.8
PAYS BAS 94.8
JAPON 89.1
CHINE 61.1
AUSTRALIE 97.2
AFRIQUE DU SUD 74.9
EMIRATS ARABES UNIS 79.1
ARGENTINE 51.7

50 100

10%

GOUVERNANCE
Le rôle de Paris sur la scène internationale est important. En quoi le
Grandparis en profite-t-il ? A l’échelle la situation est balkanesque par
ses divisions et ses compétences mal définies.

66 67
SAINE
LE CE
AB CA
ST FI
EF

SANTÉ
AT
TR OU
AC VE
TIV RT
Dans cette catégorie sont pris en compte la consommation de calories comme E E
pourcentage des quantités quotidiennes, le nombre de médecins par personne,

COHÉSIVE
le nombre de lits d’hôpitaux pour
1 000 personnes, le pourcentage de la population ayant accès à l’eau traitée, le
taux de mortalité infantile, l’espérance de vie, et les dépenses pour la santé
SANTE
publique comme pourcentage du PIB du pays.
http://www.finfacts.ie/qualityoflife2007.htm
BAKU CALGARY

PARIS 112.6

BERLIN 117.1

AMSTERDAM (Randstad) 122.4

SINGAPOUR 114

FRANCFORT 120.9

MADRID 113.2

NEW-YORK 100

LONDRES 111.2

TOKYO 113.5

SHANGHAI 73.8

SYDNEY 111.3

JOHANNESBURG 83.3

DUBAI 112.9

BUENOS-AIRES 99.9

50 100

27.6 131.7

SANTE
Paris possède un bon système de santé, équitable. La France est
réputée dans le monde pour sa recherche médicale.

68 69
LE C E
AB CA
ST FI
EF

INNOVANTE

PART DU PIB DANS LA RECHERCHE AT


OU
ET LE DÉVELOPPEMENT
TR
AC VE
TIV RT
E E

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
Pourcentage du PIB, 2006 ou l’année la plus récente disponible.
OECD, The Factbook, 2008

COHÉSIVE
SLOVAQUIE SUEDE

FRANCE 2.12%
SINGAPOUR

ALLEMAGNE 2.51%
ESPAGNE 1.12%
USA 2.62%
ROYAUME UNI 1.78%
PAYS BAS 1.73%
JAPON 3.33%
CHINE 1.43%
AUSTRALIE 1.78%
AFRIQUE DU SUD 0.92%
EMIRATS ARABES UNIS

ARGENTINE

1 2 3 4 en %

0.49% 3.82%

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
Grandparis est globalement fort dans l’industrie de recherché et
développement. Sa polarisation est marquée au Sud Ouest.

70 71
NTE
RÉSILIE
LE CE
AB CA
ST FI
EF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
EMPLOIS
Le taux d’emploi de Grandparis légèrement plus fort que dans les
autres métropoles compétitives.

DENSITÉ EMPLOIS
DENSITY OF EMPLOYMENT
Densité moyenne de l’emploi dans l’aire métropolitaine et le centre d’affaires,
en nombre d’emplois par Km2.
Metropolitan World Atlas, OIO Publishers, Rotterdam 2007

ATLANTA SEOUL

PARIS 15,700
GRAND PARIS 1,878
AMSTERDAM (Randstad) 988
SINGAPOUR 4,818
FRANCFORT 984
MADRID

NEW-YORK 872
LONDRES 5,059
BERLIN

TOKYO 4,393
SHANGHAI

SYDNEY 725
JOHANNESBURG

DUBAI

BUENOS-AIRES

1,000 5,000 10,000 emplois au km2

289 5,980

« L’Ile de France, comme la plupart des métropoles occidentales, sont des écosystèmes qui ne peuvent fonctionner
qu’en utilisant des ressources externes et sont en quelque sorte des trous noirs énergétiques.» « L’empreinte
écologique francilienne se retrouve dans tous les compartiments de la demande puisque logements et transports en
forment que 20% de la surface nécessaire.» Jean Louis Ducreux, La dictature écologique
L’emploi métropolitain, traditionnellement concentré à Paris, poursuit son « desserement territorial» qui a débuté
72 73
SECURISÉE
LE CE
AB CA
ST FI
EF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
CHÔMAGE
Pourcentage de la population ayant l’age pour travailler qui est sans emplois en
1996, 2000 ou 2002. CHOMAGE
Metropolitan World Atlas, OIO Publishers, Rotterdam 2007,
Sydney (2007): Department of state and regional development / NSW employment improves http://businessnsw.e-newsletter.com.au/;
Johannesburg: http://www.sagoodnews.co.za/employment/unemployment_rate_declines.html
AVERAGE

PARIS 7.5%

GRAND PARIS 8.1%

AMSTERDAM (Randstad) 4%
SINGAPOUR 3.3%
FRANCFORT 5.5%
MADRID 7.2%
NEW-YORK 5.3%
LONDRES 6.7%
BERLIN 15.7%
TOKYO 4.6%
SHANGHAI 4.6%
SYDNEY 3.9%
JOHANNESBURG 23%
DUBAI 2.4%
BUENOS-AIRES 10%

5 10 15 20 en %

7.45

INDUSTRIE DE LA CREATION
Paris a marqué l’histoire par une intense créativité. Aujourd’hui que
cette vague est passée, Paris garde un puissant héritage. A l’heure du
Grand Paris, la création marque certaines villes comme Montreuil, Ivry.
Comment développer cet aspect important pour Paris et Grand Paris.

PROSPERITE
Si Paris est riche globalement, Grandparis présente une hétérogénité

74 75
ÉCOLOGIE

76 77
LE C E
AB CA
ST FI
EF

ANTE
ORM
PERF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
ÉCOLOGIQUE
Bien que Paris soit la première ville au monde à investir dans les
voitures électriques, sa situation environnementale est encore faible.
L’empreinte écologique est très importante, elle est même supérieur
à la moyenne internationnale et n’agit pas en conséquence de manière
plus responsable.
ECOFOOTPRINT + BIOCAPACITÉ
L’empreinte écologique mesure la demande de l’humanité vis-à-vis de la
biosphère. Elle se mesure en surfaces biologiquement productives de terre et TAUX D’INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE
de mer, nécessaires pour fournir les ressources que nous utilisons et les Le taux d'indépendance énergétique est le rapport entre la production nationale
déchets que nous produisons par personnes. d'énergies primaires (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire, hydraulique,
La bio capacité (ou capacité biologique) est la capacité de production biologique énergies renouvelables) et les disponibilités totales en énergies primaires, une
utilisable totale d’une surface biologiquement productive, par exemple dans les année donnée. Ce taux peut se calculer pour chacun des grands types
limites d’un pays, pour une année donnée. Elle peut être exprimée en hectares d'énergies ou globalement toutes énergies confondues. Un taux supérieur à
EMPREINTE ÉCOLOGIQUE
globaux par personne. TAUX D’INDEPENDENCE ÉNERGÉTIQUE
100% (cas de l'électricité) traduit un excédent de la production nationale par
WWF Living Planet Report 2006 rapport à la demande intérieure et donc un solde exportateur.
INSEE, www.IEA.org International Energetic Agency
WORLD BIOCAPACITY
EMIRATS ARABES UNIS
SOMALIA WORLD AVERAGE ECOFOOTPRINT

PARIS 6.0
0.2
GRAND PARIS 5.8
0.5 FRANCE 50.3%
FRANCE 5.6
3 ALLEMAGNE
ALLEMAGNE 4,5
1,7
ESPAGNE 21.7%
ESPAGNE 5.4
1.7
ETATS-UNIS 71.3%
ETATS-UNIS 9.6
4.7
ROYAUME UNI 80.7%
ROYAUME UNI 5.6
1.6
PAYS BAS 75.9%
PAYS BAS 4.4
0.8
4,5 JAPON 19.2%
JAPON 0.7
1.6 CHINE
CHINE 0.8

AUSTRALIE
6.6 AUSTRALIE 218.7%
12.4
AFRIQUE DU SUD
2.3 AFRIQUE DU SUD
2
EMIRATS ARABES UNIS
11.9 EMIRATS ARABES UNIS
0.8

ARGENTINE 2.3 ARGENTINE


5.9

5 10 gHa/pers/an 50 100 150 200 en %

0.4 1.9 2.2 11.9

78 79
LE C E
AB CA
ST FI
EF

PROP
RE
AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
POLLUTION
POLLUTION TOTALE
Pollution Totale (NOX, CO et COV) en tonnes dans l’aire métropolitaine en 1990.
Metropolitan World Atlas, OIO Publishers, Rotterdam 2007
HOUSTON MANILA

GRAND PARIS 456.8


AMSTERDAM (Randstad) 257.5
SINGAPOUR

FRANCFORT 468.3
MADRID

NEW-YORK 439.8
LONDRES 552.1
BERLIN

TOKYO 216.2
SHANGHAI

SYDNEY 425.5
JOHANNESBURG

DUBAI

BUENOS-AIRES

POLLUTION 500 1000 1500 en tonnes

Paris est une ville pollée autrement (chacun le sait) que Grandparis qui
77.6 1741.7

est historiquement pollué par l’intense activité industriel qu’il y a eut


au XX Siècle.

« Le nombre de sites pollués en Ile de France serait proche de 100 000 dans 50 000 dans Paris intra muros » .
Jean Louis Ducreux, Les sites pollués dans le territoire du Grand Paris / Synthèse
80 81
LE CE
AB CA
ST FI
EF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

AC
CE
SS
IBL
COHÉSIVE

E
RÉPARTITION DES TRANSPORTS PUBLIC
Part du transport public/privé en pourcentage sur l’ensemble du trafic et du
TRANSPORT PUBLIC
transport dans l’aire métropolitaine pour l’année 1991.
Metropolitan World Atlas, OIO Publishers, Rotterdam 2007

AVERAGE
PUBLIC

GRAND PARIS 27%

HONG KONG 61%

AMSTERDAM (Randstad) 49%

SINGAPOUR 31.2%

FRANCFORT 35%

MADRID 56.2%

NEW-YORK 9.8%

LONDRES 26.3%

BERLIN 46%

TOKYO 49%

SHANGHAI

TRANSPORT PUBLIC
SYDNEY 16.3%

JOHANNESBURG

Bien que le réseau métropolitain assure une accessibilité record


DUBAI

BUENOS-AIRES

d’efficacité, la Grandparis n’a pas encore trouvé sa modalité de 10 20 30 40 50 60 en %

transport ad hoc. Pour preuve il est très faiblement utilisé en


périphérie avec un usage de 1/4, seulement 33% du ratio à Hong Kong.

82 83
LE CE
AB CA
ST FI
EF

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

ACC
ESSI
COHÉSIVE

BLE
TRANSPORT PRIVE
Si les Grand Parisiens préfèrent utiliser leurs voitures, la durée de
transport domicile travail est plus longue que dans les autres villes.

RÉPARTITION DES TRANSPORTS PRIVE


Part du transport public/privé en pourcentage sur l’ensemble du trafic et du
TRANSPORT PRIVE
transport dans l’aire métropolitaine pour l’année 1991.
Metropolitan World Atlas, OIO Publishers, Rotterdam 2007

AVERAGE
PRIVATE

GRAND PARIS 73%

AMSTERDAM (Randstad) 51%

SINGAPOUR 68.8%

FRANCFORT 65%

MADRID 42.8%

NEW-YORK 90.2%

LONDRES 73.7%

BERLIN 54%

TOKYO 51%

SHANGHAI

SYDNEY 86.4%

JOHANNESBURG

DUBAI

BUENOS-AIRES

10 20 30 40 50 60 70 80 90 en %

84 85
LE CE
AB CA
ST FI
EF

ACCEUILLANTE

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
ACCESSIBILITE AUX ESPACES VERTS
L’accessibilité aux espaces vert est dans la moyenne des autres
métropoles comparées.

ESPACE VERT
ESPACE VERT
m² d’espace vert par personne

NEW YORK

PARIS 14.5

AMSTERDAM (Randstad) 3.9


SINGAPOUR 10
FRANCFORT 18
MADRID 7
NEW-YORK 29.1
LONDRES 26.2
BERLIN 27
TOKYO 5.2
SHANGHAI 7
SYDNEY 27.5
JOHANNESBURG 21
DUBAI

BUENOS-AIRES 2.5

10 20 30 40 50 m²/personne

29.1

86 87
SOCIÉTÉ

88 89
PIB EN US $
QUALITE DE VIE
PIB par ville en US $ bln
http://www.citymayors.com/statisitcs/
DAR ES SALAM TOKYO

PARIS 144
GRAND PARIS 460
AMSTERDAM (Randstad) 42
SINGAPOUR 129
FRANCFORT

MADRID 188
NEW-YORK 1133
LONDRES 452
BERLIN 75
TOKYO 1191
SHANGHAI 139
SYDNEY 172
JOHANNESBURG 79
DUBAI 198
BUENOS-AIRES 245

1000 en US$

5 1191

2008 Rank 2007 Rank City Country Points


1 1 Zurich Switzerland 108,0
2 3 Vienna Austria 107,9
2 2 Geneva Switzerland 107,9
4 4 Vancouver Canada 107,6
5 5 Auckland New Zealand 107,3
6 5 Düsseldorf Germany 107,2
7 8 Munich Germany 107,0
7 7 Frankfurt Germany 107,0
9 9 Bern Switzerland 106,5
19 9 Sydney Australia 106,3
11 11 Copenhagen Denmark 106,2
12 12 Wellington New Zealand 105,8
13 13 Amsterdam Netherlands 105,7
14 14 Brussels Belgium 105,4
15 15 Toronto Canada 105,3
16 16 Berlin Germany 105,0
17 17 Melbourne Australia 104,8
17 18 Luxembourg Luxembourg 104,8
19 18 Ottawa Canada 104,7
20 20 Stockholm Sweden 104,5
21 21 Perth Australia 104,3
22 22 Montreal Canada 104,2
23 23 Nürnberg Germany 104,1
24 26 Oslo Norway 103,7
25 27 Dublin Ireland 103,5 QUALITÉ DE VIE
25 24 Calgary Canada 103,5 La qualité de vie est élevée dans Paris, très inégale dans le Grand Paris.
27 24 Hamburg Germany 103,4
28 27 Honolulu USA 103,1
29 29 San Francisco USA 103,0
29 30 Helsinki Finland 103,0
29 30 Adelaide Australia 103,0
32 34 Singapore Singapore 102,9
32 33 Paris France 102,9

90 91
LE CE
AB CA
ST FI
EF

AT
TR OU
AC CO VE
TIV NN RT
E EC

E
E

COHÉSIVE
CONNECTION AVEC L’EXTERIEUR
Grandparis est un HUB européen, juste un eu plus et GP peut rivaliser
avec London, New York et Tokyo

TRAFIC AÉRIEN
Somme des passagers par jour par ville dans les airs. Un passager est décrit comme arrivant,
TRAFFIC AÉRIEN
partant ou en transit pour un aéroport donné et un jour donné.
http://www.euromonitor.com; http://www.aa2000.com.ar; http://www.sasits.com;
http://www.airports.org; Civil Aviation Administration of China

AVERAGE

PARIS 233,833
BERLIN 16,600

AMSTERDAM (Randstad) 126,205

SINGAPOUR 100,552

FRANCFORT 144,684

MADRID 124,660

NEW-YORK 291,742.5

LONDRES 349,991

TOKYO 276,123

SHANGHAI 141,242

SYDNEY 87,397.3

JOHANNESBURG 53,260

DUBAI 94,794

BUENOS-AIRES 36,040

100,000 200,000 300,000 Nombre de passagers

133,000

92 93
LE CE
AB CA
ST FI
EF

SOLIDARITE
AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E

SO
E

LID
AIR
La France est globalement solidaire, mais Grandparis par ses

COHÉSIVE
concentrations de logements sociaux sur certains territoires créé
des poches subventionnées, l’échelle de mixité doit être considérer à
plusieurs niveaux.

DEPENSES PUBLIQUES POUR LE SOCIAL


DEPENSES PUBLIQUES POUR LE SOCIAL
Pourcentage du PIB, 2003 ou l’année la plus récente disponible
OECD, The Factbook 2008. www.oecd.org
CORÉE SUÈDE

FRANCE 28.7%
SINGAPOUR

ALLEMAGNE 27.3%
ESPAGNE 20.3%
USA 16.2%
ROYAUME UNI 20.6%
PAYS BAS 20.7%
JAPON 17.7%
CHINE

AUSTRALIE

AFRIQUE DU SUD

EMIRATS ARABES UNIS

ARGENTINE

15 30 en %

5.7% 31.3%

«La réalité du tissu bâti de l’agglomération parisienne est faite de lotissements aux organisations pauvres et
répétitives, le plus souvent dans des quartiers dépourvus d’urbanité, où l’on se loge plutôt qu’on habite et qui créent
des paysages indifférenciées de maisons beiges rosées qui tiennent fort peu compte du site qui les entoure. »
Monique Eleb, le tissu bâti banal de l’Ile de France
94 95
LE CE
AB CA
ST FI
EF

E
BIEN-ÊTR

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
PRIX DU LOGEMENT AU m2
PRIX AU METRE CARRE
Prix en Euro au mètre carré
global property guide .com

NEW YORK

PARIS 6 667
AMSTERDAM (Randstad) 6 667
SINGAPOUR 8 320
FRANCFORT 2 917
MADRID 4 000
NEW-YORK 11 520
LONDRES 3 970
BERLIN 3 167
TOKYO 3 028
SHANGHAI 1 073
SYDNEY 6 440
JOHANNESBURG

DUBAI 3 900
emplois dans le sectuer R&D
BUENOS-AIRES 2 340
150-500
1000 4000 6000 8000 10 000 500-1000
euro
1000-2000
2000-6000
11 520
0 25 km
Cartes: MVRDV|ACS|AAF - Source: IAURIF 2007

QUALITES URBAINES
Paris possède des qualités urbaines avec peu d’égal. (Dense, Mixte,
environnement et service de qualité, bonne accessibilité). La majorité
du Grandparis est dominé par une faible densité, un manque de
qualification de son environnement ou le plus souvent une ignorance de
ces qualités existantes, l’hétérogénéité de son accessibilité modélise
un Grandparis moins équitable sur ce plan que Paris.

DENSITE
Alors que Paris est une des villes les plus denses au monde sur son
territoire, Grandparis ne l’est pas.

96 97
LE CE
AB CA
ST FI
EF

ACCEUILLANTE

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
LOGEMENT
L’offre en logement du Grandparis est insuffisante. Il faut en plus
de repenser l’offre en terme quantative, répondre à la diversité
demandé. Un pas vers la mixité typologique des logements est
également un pas vers la mixité sociale. La hausse des prix dans les
zones raisonnablement équipées est une honte, quant on sait le sous
équipement des zones au prix du m2 faible.

DENSITÉ DENSITE
DE LA POPULATION
Nombre d’habitants au km2
http://www.citymayors.com/statistics

AVIGNON MUMBAI

PARIS 3,550

AMSTERDAM (Randstad) 4,651


SINGAPOUR 8,350
FRANCFORT 2,300
MADRID 5,200
NEW-YORK 2,050
LONDRES 5,100
BERLIN 3,154
TOKYO 4,750
SHANGHAI 13,400
SYDNEY 2,100
JOHANNESBURG 2,500 population density
DUBAI 2,650 100 - 270
30 - 100
BUENOS-AIRES 4,950
7 - 30
2000 10000 20000 habitants
0 -7
0 25 km
500 29,650 Cartes: MVRDV|ACS|AAF - Source: IAURIF 2007

98 99
LE CE
AB CA
ST FI
EF
E
SSIV
JOUI

AT
TR OU
AC VE
TIV RT
E E

COHÉSIVE
EQUIPEMENTS CULTURELS
Paris possède un nombre d’équipements culturels très au-dessus des
autres métropoles du monde. Paris est-il gâté ? En considérant Paris
dans l’évaluation Grandparis est dans la moyenne…tout devient une
question de territorialisation donc.
DÉPENSES GOUVERNEMENTALES
MONUMENTS POUR LA CULTURE ET LES LOISIRS
(% DU PIB, 2005)
Paris est riche en monuments, Grandparis pas. OECD Factbook 2008: Economic, Environmental and Social Statistic 2008
DEPENSES PUBLIQUES POUR LA CULTURE ET LES LOISIRS

FRANCE 1.5
SINGAPOUR

ALLEMAGNE 0.6
ESPAGNE 1.4
ETATS-UNIS 0.3
ROYAUME UNI 0.9
PAYS BAS 1.4
JAPON 0.2
CHINE

AUSTRALIE

AFRIQUE DU SUD

EMIRATS ARABES UNIS


centre culturel, musée
ARGENTINE

0.5 1 % PIB

0 25 km
Cartes: MVRDV|ACS|AAF - Source: IAURIF 2007

« Paris est la ville la plus visitée d’Europe. On peut à Paris en quelques pas parcourir plusieurs siècles ».
Jean Léonard et Martine Weissmann, Métropole coeur d’agglomération / Paris n’est pas encore mort Paris n’est pas Rome.
Patchworks urbains.
100 101
102
VE
VE
VE
VE

ACTI
ACTI
ACTI
ACTI

TRE
TRE
TRE
TRE

ATTIRANTE
ATTIRANTE
ATTIRANTE
ATTIRANTE

ACCEUILLANTE
ACCEUILLANTE
ACCEUILLANTE
ACCEUILLANTE

ATTR
ATTR
ATTR
ATTR
29 mln

BIEN-Ê
BIEN-Ê
BIEN-Ê
BIEN-Ê

IVE
IVE
IVE
IVE

50
50
50
50

IVÉE
IVÉE
IVÉE
IVÉE

UISS
UISS
UISS
UISS

LT
LT
LT
LT

JO
JO
JO
JO

CU
CU
CU
CU

25
25
25
25

80
80
80
80

TE
TE
TE
TE

AU
AU
AU
AU

2%
2%
2%
2%
E E E E

BE
BE
BE
BE

40
40
40
40
AIR AIR AIR AIR

70
70
70
70
LID LID LID LID
SO SO SO SO

20
20
20
20
32 32 32 32
LE LE LE LE

60
60
60
60
30 AB 30 AB 30 AB 30 AB
ST ST ST ST

30
30
30
30
ITE ITE ITE ITE
OL OL OL OL
ÉE ÉE ÉE ÉE

50
50
50
50
25 25 25 25
OP OP OP OP

15
15
15
15
SM SM SM SM
CO CTUR CO CTUR CO CTUR CO CTUR
100%
100% STRU 100%
100% STRU 100%
100% STRU 100%
100% STRU
90

40
90

40
90

40
90

40
20 90 20 90 20 90 20 90

1%
1%
1%
1%

20
20
20
20
80 80 80 80
80 80 80 80
E

10
10
10
10
LÉ LÉE LÉE LÉE
70 70 70 700
70 70 70 70
100% REGU 100% REGU 100% REGU 100% REGU

30
30
30
30
15 15 15 15
90 90 90 90
60 60 60 60 60 60 60 60
MIXTE 80 MIXTE 80 MIXTE 80 MIXTE 80
50 50 70
50 50 70
50 50 70
50 50 70

20
20
20
20
60 60 60 60
10 10 10 10

10
10
10
10

40 40 40 40 40 40 40 400

5
5
5
6000 6000 6000 5 6000
50 RÉSILIENTE 50 RÉSILIENTE 50 RÉSILIENTE 50 RÉSILIENTE
30 5000 30 5000 30 5000 30 5000
30 40 30 40 30 40 30 40
4000 4000 4000 4000

10
100
100
100

30 30 30 30
20 20 20 200
5 5 5 5
20 3000 20 3000 20 3000 20 3000
20 2000 20 2000 20 2000 20 2000

100 1000 10
10 1000 10
10 1000 100 1000

20 15 10 5 0% 20 15 10 5 0% 2
20 15 10 5 0% 2
20 15 10 5 0%
SECURISÉE SECURISÉE SECURISÉE SECURISÉE
COHÉSIVE COHÉSIVE COHÉSIVE COHÉSIVE
5 10 50 5 100 50 5 100 50 5 100 50

1
1
1
1

10
10
10
10

10 100 100 100


4 4 4 4
100 100 100 100
20 20 20 20

70
70
70
70

2
2
2
2

3 20 3 200 3 200 3 200


30 300 300 30

2 SAINE 2 SAINE 2 SAINE 2 SAINE


40 40 40 40
10,000 10,000 10,000 10,000

3
3
3
3

30 30

1000
1000
1000
1000

300 300
1 1 1 1

00
0 00
00
0 00

1
1
1
1

60
60
60
60

50 50 50 50

1500
1500
1500
1500

0€ 0€ 0€ 0€

Berlin
40 40 40 40
ÉQUITAB ÉQUITAB ÉQUITAB ÉQUITAB

4
4
4
4

LE LE LE LE
60 60 60 60
10,00 10,00 10,00 10,00
0 0 0 0
70 50
PROS 70 50
PROS 70 50
PROS 70 50
PROS

5
5
5
5

PÈRE PÈRE PÈRE PÈRE

50
50
50
50

Shanghai
80 80 80 80

Frankfurt
60 60 60 60

2000
2000
2000
2000

6
6
6
6

00
00
00
00

90 90 90 90

5
5
5
5

2
2
2
2

70 FL 70 FL 70 FL 70 FL

Grand Paris
100% 100% 100% 100%
EX EX EX EX

40
40
40
40

1000
1000
1000
1000

7
7
7
7

AC AC AC AC
CE IBLE CE IBLE CE IBLE CE IBLE
SS SS SS SS
IBLE 80 IBLE 80 IBLE 80 IBLE 80

8
8
8
8

30

90 90 90 90

3000
3000
3000
3000

EF EF EF EF

00
00
00
00

9
9
9
9

FIC FIC F FIC


100 100 100 100
% % %
ICA %

3
3
3
3

AC AC AC AC AC AC AC

10%
10%
10%
10%

E E CE E

20
20
20
20

500
5000
500
5000

CE ES C CE CE
SS SS S
IB SIB IB SIB

DYN
DYN
DYN
DYN

LE LE LE LE

AM
AM
AM
AM

4000
4000
4000
4000

0
0
0
0

IQ
IQ
IQ
IQ

00
00
00
00

10
10
10
10

UE
UE
UE
UE

CO
CO
CO
CO

PE
PE
PE
PE

NN
NN
NN
NN

4%
4%
4%
4%

RF
RF
RF
RF

EC
EC
EC
EC

0
0
0
0

OR
OR
OR
OR




0
0
0
0

E
E
E
E
INN

MAN
MAN
MAN
MAN

INNOV
INNOV
INNOV

TE
TE
TE
TE

OUVE
OUVE
OUVE
OUVE
OVAN

ANTE
ANTE
ANTE
TE

PROPRE
PROPRE
PROPRE
PROPRE

PROXIMITÉ
PROXIMITÉ
PROXIMITÉ
PROXIMITÉ

RTE
RTE
RTE
RTE

VE
VE

VE
VE
ACTI
ACTI

TRE
TRE

ATTIRANTE
ATTIRANTE

ACCEUILLANTE
ACCEUILLANTE

ACTI
ACTI
ATTR
ATTR

BIEN-Ê
BIEN-Ê

TRE
TRE
IVE
IVE

50
50

ATTIRANTE
ATTIRANTE

ACCEUILLANTE
ACCEUILLANTE
IVÉE
IVÉE

UISS
UISS

LT
LT

ATTR
ATTR
JO
JO

BIEN-Ê
BIEN-Ê

IVE
IVE
CU
CU

50
50
25
25

IVÉE
IVÉE

UISS
UISS
80
80

TE
TE

LT
LT

JO
JO
AU
AU

CU
CU
2%
2%

E E
BE
BE

25