Vous êtes sur la page 1sur 8
DANS 8 ALLO, Mr le maire ... 8 La neige à Villiers ... attendons le dégel
DANS
8
ALLO, Mr le maire ...
8
La neige à Villiers ...
attendons le dégel !
8
Majorité municipale sortante,
dénigrer à défaut de proposer
.
CE NUMERO
propagande au bout du fil
LES
EGALITE
Le vote à l’Assemblée
mariage
LABOS
pour tous
promesse tenue
des idées
EMPLOI
vous aussi
Crédit d’impôt pour
la compétitivité et l’emploi
participez
ensemble, pour gagner
la bataille de l’emploi
ou restez
page 7
informé
Le labo des idées “Famille
et enfance” : des femmes et
des hommes de notre ville
unissant leurs efforts pour
analyser les besoins des
familles et doter Villiers sur
Marne d’une politique fa-
miliale adaptée aux enjeux
de demain. Ce dossier vous
présente une partie des
thèmes à aborder
pratique !
retrouvez
votre
bulletin
d’inscription
page 8
pages 4 et 5

AU QUOTIDIEN A VILLIERS

OUVERTURE LE DIMANCHE : LE MAIRE FACE A D’IMPRUDENTES PROMESSES

Notre maire, une fois de plus se re- trouve face à une réalité : il existe

une loi qui interdit l’ouverture

les

dimanches !

page 3

CONSEILS GENERAL&MUNICIPAL

LES CONSEILS MUNICIPAUX

LES VILLIERAINS DOIVENT-ILS FAIRE LES FRAIS DE LA CRISE?

L’actu des élu.e.s du parti socialiste au conseil général et au conseil mu- nicipal.

page 6

LE CHANGEMENT EN MARCHE

L’ INTERVENTION AU MALI :

UNE GUERRE LEGITIME

L’esprit de solidarité avec un peuple ami, tragiquement pris en otage, l’a emporté. Notre gouvernement a su répondre au devoir d’unir ...

page 7

L’AGENDA DU CHANGEMENT

A VOUS DE PARTICIPER AUX LABOS POUR VILLIERS 2014

Après leur lancement en janvier dernier par notre Conseillère géné- rale et notre secrétaire de section, participez aux labos.

page 8

EDITO Frédéric Massot Président du groupe d’opposition au conseil municipal secrétaire de section L Les élections
EDITO
Frédéric Massot
Président du groupe d’opposition
au conseil municipal
secrétaire de section
L Les élections municipales se
rapprochent, et pour l’équipe
municipale sortante, la cam-
pagne a déjà commencé.
A grand renfort des moyens offerts
par la gestion de la ville, le maire sor-
tant amplifie son culte de la person-
nalité et essaye de justifier sa ges-
tion erratique.
Il participe ainsi au concours « ma
trombine partout » sur le journal mu-
nicipal. Avec 16 apparitions en 22
pages, il réinvente un célèbre jeu qui
devient « où n’est pas Bénisti ? ».
Le maire sortant lance un numéro
de téléphone où il répond aux Villié-
rains, il est temps, au bout de 18 ans
de gestion municipale, d’écouter ses
administrés.
Le maire sortant a aussi choisi
l’attaque personnelle et l’insinuation
douteuse comme arme de cam-
pagne. Nous en avons l’habitude, et
nous ne dévierons pas de notre voie,
celle du changement, de la vérité et
de la justice.
Le maire sortant publie même un bi-
lan de ses 20 ans de pouvoir sur la
ville. Manifestement ce bilan ne se
justifie pas de lui-même, les élect-
eurs jugeront.
Villiers
doit se tourner
vers son avenir
Alors que le maire sortant a
choisi l’attaque personnelle
et l’insinuation douteuse.
C’est dommage car notre ville mérite un vrai ave-
nir, un futur inséré dans l’Est Parisien, un futur de
développement local durable et de construction
des outils adaptés à la vie quotidienne actuelle des
Villiérains.
Nous avons établi pour cela un programme de tra-
vail construit autour des labos des idées. Ces labos,
c’est vous !!! Nous venons à votre rencontre, vous
les Villiérains, pour partager vos idées et constru-
ire ensemble un programme qui vous ressemble.
Nous pensons que la société où les idées viennent
d’en haut est révolue. Nous préférons la construc-
tion collective et le partage. Nous préférons le col-
lectif au culte de la personnalité. Nous préférons
donner un avenir à Villiers plutôt que de ressasser
un bilan passé et dépassé.
Mais la municipalité ne propose rien
pour l’avenir, l’innovation qui pourrait
changer la vie quotidienne des Villié-
rains est absente de la communica-
tion. Et pour cause elle est absente
dans l’esprit même de la municipal-
ité.
Ces labos des idées reprennent les compétenc-
es de la ville, de la sécurité à l’enseignement, de
l’action sociale à la vie culturelle. Nous commen-
çons, dans ce numéro, à vous présenter notre ré-
flexion sur l’enfance et la famille. N’hésitez pas à
nous interpeller, à venir nous voir et à déposer vos
remarques. Demain se construit dès aujourd’hui,
avec vous, au sein des labos des idées.
Elle préfère y substituer le recyclage
d’actions dépassées, avec une vi-
sion de la ville datant d’il y a 20 ans.
Bonne lecture !
Frédéric Massot
INSTANTS de VILLIERS 19Janvier Lancement des LABOS Ce samedi 19 janvier 2013 alors que les rues
INSTANTS de VILLIERS
19Janvier
Lancement des LABOS
Ce samedi 19 janvier 2013 alors que les rues sont
sous 10 cm de neige, des dizaines d’habitant-e-s
de notre ville sont venu-e-s Salle Vanneau pour
écouter les voeux de Simonne Abraham-Thisse no-
tre conseillère générale et de Frédéric Massot notre
secrétaire de section. Un premier moment fort de
ce début d’année qui sera riche en rendez-vous. Au
coeur de cet évènement : le lancement officiel des
labos’ des idées pour changer Villiers ! Présentation
du processus, des équipes et du calendrier…
les habitant-e-s
présent-e-s ont dé-
couvert concrète-
ment l’organisation
des labos (par
thèmes) et rencon-
tré les différents
porteurs de ces
labos.

.

BREF A VILLIERS

la majorité municipale sortante solde aussi la délinquance

EDITO Frédéric Massot Président du groupe d’opposition au conseil municipal secrétaire de section L Les élections

Dans le dernier Villiers-infos, la majorité sortante à Villiers solde la délinquance. Elle nous annonce 31 % de baisse dans notre ville en 6 ans. Mais de quelle délinquance s’agit-il? Atteinte aux personnes? aux biens? On aimerait, comme la majorité sortante, se moquer de le savoir et se bercer d’illusions. Hélas la réalité a sa propre logique. Dès le lendemain “Le Parisien” (daté du 18 février 2013) annonçait que des policiers municipaux étaient tombés dans une embuscade. Appelée pour un feu de poubelles, la police municipale, une fois sur les lieux, était prise pour cible par une quinzaine de personnes qui lançaient des pierres et des cocktails molotov (fort heureusement défaillants). Appelée en

renfort, une équipe de la Police Nationale a fini par mettre un terme à cette triste manifestation

de délinquance à Vil-

... liers ! Comme quoi, il ne suffit pas de solder à - 31% pour que le sentiment d’insécurité disparaisse dans nos quartiers

les plus difficiles. Ce nouvel incident montre une nouvelle fois l’urgence d’une toute autre politique de sécurité à Villiers

sur Marne, avec différents volets, dans laquelle police municipale (en plus grand nombre et mieux formée) et Nationale assumeraient chacune leur part.

Notre ville pourrait profiter des compétences nouvellement transférées par le gouvernement aux communes (avec le

soutien de notre ministre de l’Intérieur). Chacun dans son rôle contribuerait ainsi à la lutte contre la délinquance

...

sans

tronquer les chiffres, ni solder la réalité de notre quotidien d’habitants soucieux du mieux vivre ensemble.

.

NOTRE VILLE AU QUOTIDIEN

La neige à Villiers - Allo, Mr le maire?

L’ouverture des magasins le dimanche

SOUS LA NEIGE

LE MANQUE DE MOYENS Les derniers mois ont été riches en épi- sodes neigeux. L’un d’entre
LE MANQUE
DE MOYENS
Les derniers mois ont été riches en épi-
sodes neigeux. L’un d’entre eux a même
duré une semaine.
Durant toute cette semaine on a guetté
le camion de salage ou les employés

municipaux venus déblayer les routes. Peine perdue ! Les Villiérains ont dû se débrouiller tout seuls pour éviter les ac-

cidents, et supporter les files de voitures

qui glissaient sur la neige et formaient des bouchons. Sans doute monsieur le maire n’a pas été gêné par la météo, ou habite-t-il un quartier où il y a un microcli- mat ? Ou peut-être les caisses de la ville sont-elles vides et sans même de quoi renouveler le stock de sel ou de sable ?

Ou peut-être les caisses de la ville sont-elles vides et sans même de quoi renouveler le stock de sel ou de sable de la ville?

Bref nous avons pataugé allégrement dans la neige. Mais au fait, quelqu’un a-t-il eu la bonne idée d’appeler « Allô monsieur le maire » pour lui signaler ce désa- grément ? Pour sûr, lors de la prochaine averse de neige il faut lui téléphoner, le maire doit être averti de ce qui se passe dans sa commune !

PUB l’équipe sortante s’offre sa propagande aux frais des contribuables

PROMOBILAN

Dans nos boîtes aux lettres de quoi nous réchauffer : le “gentil bilan” des 6 an- nées de mandat de l’équipe municipale sortante. A l’intérieur de ce beau cata- logue qui brille de l’auto-satisfaction des “engagements tenus” : métamorpho- ses, belle politique, ode à la jeunesse,

nouveau souffle sur l’environnement,

re.dy.na.mi.sa.tion, voitures qui roulent, sueur et festival culturel. Sans oublier la

fameuse ritournelle sur l’héritage finan-

cier trouvé en 1995

Et là, au détour de

... la page 8 le choc ! la révélation : l’équipe

sortante est en place depuis non pas 6

mais

bientôt 18 interminables années

... ! Trois fois 6 ans.Trois bilans et toujours

les mêmes ficelles (la faute au passé,

à l’Etat ou encore à la crise de 2008) et l’auto-satisfaction qui aveugle souvent

les équipes en fin de route. Incapable

de faire réaliser un audit crédible sur la

situation de notre ville (par un organ- isme indépendant) la majorité sortante

s’offre “son bilan” sur papier glacé à nos frais !

...

et

Mister le maire, comme il s’intitule dans sa publicité (Mr est une abréviation anglaise…) vient de mettre en place un nouveau service : la possibil- ité de le joindre au téléphone deux heures par semaine.

L’idée d’avoir un numéro de téléphone pour répondre en direct aux questions des cit- oyens semble plutôt bonne à première vue, et existe depuis longtemps dans les communes environnantes. Par contre, il ne s’agit pas forcément de join- dre le maire lui-même, mais une personne de la mairie qui a toute compétence à répon- dre. Cela ne correspondrait pas toutefois au souhait de M. Bénisti de préparer sa propa- gande électorale. Il commence donc à se pavaner sur tous les panneaux de la ville pour tenter de faire croire à une proximité avec les habitants qu’il n’a plus depuis bien des années. On espère d’ailleurs qu’il ne s’agit pas là du seul contact qu’il en- tretient avec ses administrés !

Mister le maire com- mence donc à se pavaner sur tous les panneaux de la ville

Mister le maire com- mence donc à se pavaner sur tous les panneaux de la ville pour tenter de faire croire à une proximité avec les habitants qu’il n’a plus depuis bien des années.

Deux heures par semaine à écouter les citoyens ne suffi- ront sans doute pas à lui faire entendre leur ras-le-bol de sa politique et du culte de la per- sonnalité qu’il entretient.

A LLO Mr le maire

ECONOMIE notre maire a une fois de plus fait une promesse qu’il ne

OUVERTURE LE DIMANCHE

peut pas tenir !

Le dimanche, les portes des enseignes de la zone Nord de Villiers (Bri- corama, Les Armoiries) restent closes. Qu’on l’approuve ou pas, c’est

un fait ! Mais ce n’est surtout que l’application du Code du Travail qui

soumet le travail dominical à l’autorisation de l’Inspection du Travail, et

de la loi sur les commerces qui définit les dérogations possibles.

Notre maire, toujours prompt à s’offusquer, a pris depuis longtemps la tête des croisés du combat pour l’ouverture. Au prétexte que cela fournirait des emplois à des Villiérains, il réclame depuis des années le classement de la zone des Armoiries soit en zone touristique, soit en Périmètre d’Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE), ce qui donnerait la possibilité d’ouvrir les commerces le dimanche. Villiers Zone touristique ! L’image pourrait faire sourire. Quant aux PUCE, ils sont réservés aux « périmètres qui se caractérisent par des habitudes de consommation dominicale, l’importance de la clientèle et/ou l’étendue de la zone de chalandise. » Aucun de ces critères ne s’applique à notre zone commerciale.

Le maire en est même venu à démis- sionner, non pas de son fauteuil de pre- mier magistrat de la ville hélas, mais de la présidence de la Maison de l’Emploi des Bords de Marne, un des nombreux postes qu’il cumule. Diantre ! S’il est si remonté, c’est bien qu’il doit y avoir une bonne raison ! L’intérêt des Villiérains peut-être ? Hé-

las non, ce serait trop beau ! Plus sim-

plement, notre maire a une fois de plus fait une promesse qu’il ne peut pas tenir! Il avait promis aux commerçants qu’il obtiendrait facilement les déroga- tions d’ouverture. Qu’ils s’installent et ne s’inquiètent de rien ! Il avait juste oublié un petit détail : la loi ! Celle qui s’applique

ECONOMIE notre maire a une fois de plus fait une promesse qu’il ne OUVERTURE LE DIMANCHE

à tous de la même manière et que chacun doit respecter! Cette même loi qui va per- mettre au préfet d’accorder une dérogation d’ouverture d’un an à certains magasins.

. LE DOSSIER sommaire du dossier PAGE 4 Introduction : “Un modèle familial en mutation” PAGE
.
LE DOSSIER
sommaire du dossier
PAGE 4 Introduction : “Un modèle
familial en mutation”
PAGE 4 Les principes d’une vérita-
ble politique de la famille
PAGE 4 Une méthode, des idées
PAGE 5 Quelle vision pour
l’accueil des tout petits ?
PAGE 5 Une restauration
“Bio’concernée” pour demain?
PAGE 5 Nos aînés au coeur de
notre ville
Les étapes du labo
FAMILLE ET ENFANCE
Sensibilisation aux processus et clarifi-
cation des mandats de chacun des ac-
teurs concernés
Étude des données statistiques disponi-
bles sur la population
Élaboration d’une définition de la famille
d’aujourd’hui sur notre ville
Élaboration des actions actuellement
offertes aux familles et évaluation de
celles-ci en fonction de “critères qualité-
famille” pour réfléchir aux modifications
et créations nécessaires
Préparation et réalisation de rencontres
auprès de différentes familles de notre
ville
Etude des résultats de ces rencontres &
échanges pour en ressortir des constats
sur les besoins à combler
Travail de concertation des responsa-
bles des questions familiales pour met-
tre en commun les expériences
Détermination d’orientations prioritaires
quant à la satisfaction des besoins des
familles
Identification d’objectifs, d’actions,
d’échéancier, de responsables et parte-
naires et de budgets nécessaires pour la
réalisation des actions
Réalisation de séances publiques
de présentation des projets de plans
d’action

labo des idées

. LE DOSSIER sommaire du dossier PAGE 4 Introduction : “Un modèle familial en mutation” PAGE

ET

. LE DOSSIER sommaire du dossier PAGE 4 Introduction : “Un modèle familial en mutation” PAGE

FAMILLE

ENFANCE

La famille villiéraine est en mutation. Le modèle familial traditionnel a écla-

té en une multitude de formes et de réalités différentes. Dans un grand nombre de familles, les deux parents travaillent à l’extérieur, accélérant le

rythme de vie et les responsabilités. Les parents essoufflés doivent structurer

leur organisation familiale autour des contraintes imposées par le monde du travail de plus en plus exigeant. Pourtant fonder une famille fait toujours par- tie du projet de vie de la très grande majorité d’habitant-e-s de notre ville. Du coup, une évidence s’impose : il faut prendre soin de nos familles. Les par- ents ont besoin du soutien de leur municipalité pour obtenir des conditions de vie qui facilitent l’épanouissement de tous. Il faut placer les familles au coeur des pensées et décisions de nos élus. Les responsables, à tous les niveaux doivent s’engager, dans leur domaine de compétence, à tenir compte de ces exigences et de ces réalités.

Le labo des idées autour du thème “Famille et enfance” est constitué de femmes et d’hommes de notre ville décidés à unir leurs efforts pour entreprendre un processus d’analyse des besoins des familles et doter Villiers sur Marne d’une politique familiale capable de répondre aux enjeux de demain. Ce dossier vous présente une (petite) partie des thèmes à aborder.

Les principes

d’une véritable

politique de la famille

Accessibilité : favoriser l’accès à des services variés et adaptés aux contraintes et besoins de toutes les familles. Les horaires, la tarification, la diversité d’options, l’information ... Assurer l’inclusion de tous les membres des familles et de tous les types de famille.

Reconnaissance des acquis du milieu : reconnaître et miser sur les forces ( engagement des personnes, la quantité et la qualité des initiatives et actions déjà réalisées ou à venir ).

Engagement civique : permettre aux familles d’être écoutées et de participer aux déci- sions qui les touchent. Permettre aux citoyens de participer activement. Favoriser une

démocratie locale par la participation des familles à l’évolution de la collectivité. Favoriser

l’entraide et l’assistance entre les citoyens.

Concertation et partenariat : le soutien à apporter aux familles et à leurs membres est l’affaire de tous : gouvernement, région, municipalité, organismes sociaux, établisse- ments d’éducation, de santé et, bien sûr, les familles elles-mêmes. Par sa politique famil- iale, la future majorité municipale entend convier l’ensemble des acteurs à participer à sa réalisation.

Efficience : étre axés sur la planification et la réalisation d’actions concrètes en faveur des familles et l’atteinte de résultats tangibles.

. Une méthode

des idées

...

Pour parvenir à des conclusions en mesure de nourrir prochainement le projet que nous porterons collectivement devant les habitantes et habitants de Villiers, les dif- férents labos des idées utiliseront tous la même méthode de travail :

-

Partir d’un constat (vécu personnel, situations réelles ou témoignages)

-

Se fixer des objectifs à atteindre pour y répondre

-

Refléchir aux actions à mettre en place afin de réaliser ces objectifs (avec échéances)

?

QUELLE VISION

DE L’ACCUEIL

DES TOUT-PETITS

C’est tout l’enjeu d’une véritable profes- sionnalisation des accueillants qui se joue aujourd’hui : disposer de connaissances ap- profondies en puériculture, psychologie et pédagogie, bénéficier d’une formation perma- nente et s’inscrire dans un travail pluridisci- plinaire.

Depuis cinquante ans, les bonnes fées de la psychologie, de la sociologie et de la pédagogie ont rejoint le médical pour se pencher sur le berceau des tout-petits, fondant un nouveau champ de connais- sances sur les enjeux de qualité pour la garde des enfants. Du côté des parents, lorsque le mode d’accueil de leur enfant correspond à leur sensibilité et assure à l’enfant qu’il y trouvera de quoi bien être et bien grandir,

cela favorise la confiance et contribue

à « se sentir bien au travail ». Les études internationales convergent sur les critères de qualité d’un mode d’accueil : niveaux de qualifications pro- fessionnelles, taux d’encadrement, taille restreinte des groupes d’enfants, temps et disponibilité accordés à l’enfant et à

sa famille, temps de réflexion sur les

pratiques qui favorisent des relations in- dividualisées.

? QUELLE VISION DE L’ACCUEIL DES TOUT-PETITS C’est tout l’enjeu d’une véritable profes- sionnalisation des accueillants

Mais encore faudrait-il que la politique familiale de notre commune accorde à ces critères de qualité toute l’attention qu’ils méritent. Les professionnels de la petite enfance sont gagnés par la colère parce que ces fondements ne sont plus partagés par l’équipe sortante. Toute une série de décisions illustrent une politique à marche forcée vers moins de qualité. Et que dire du « surbooking » de nos crèches municipales? Une municipalité qui considère ses bébés, citoyens du futur, ne peut leur réserver, en guise de bienvenue, des modes d’accueil lowcost pour débuter dans l’existence. Une remise à plat de tous les projets d’accueil des jeunes enfants sera l’une de nos priorités dès 2014. Elle devra aboutir à une véritable « politique de la famille » tournée vers l’avenir de notre ville : ses enfants !

faire…

faire…

 

. restaurer la qualité environnementale . relocaliser les systèmes alimentaires

&

. former au goût, à la qualité, à la santé

faire… . restaurer la qualité environnementale . relocaliser les systèmes alimentaires . former au goût, à
 

Une restauration

“BIO’concernée”

pour demain à Villiers?

Qu’il s’agisse de santé ou d’environnement, les bonnes habitudes se prennent tôt… ou pas : les deux-tiers des produits consommés par les enfants le seront encore à l’âge adulte. Malgré cela, nos enfants ne sont pas formés aujourd’hui à la consommation, et encore moins à la consommation responsable. L’alimentation, source de consommation quotidienne et facilement accessible, serait l’occasion idéale de faire cette pédagogie de la consommation, mais ce que les enfants man- gent traditionnellement dans les cantines ne permet pas nécessairement de le

.

CHIFFRES

clés à connaître pour demain dans nos cantines

  • - Le Grenelle de l’Environ-

nement a fixé un objectif

de 20 % de repas bio dans l’ensemble de la restauration collective publique dont les cantines scolaires.

  • - D’après le baromètre an-

nuel de l’Agence Bio, un en-

fant sur trois s’est vu servir

un repas bio à la cantine en

2009

  • - 75 % des parents dont les

enfants n’ont pas eu de re-

pas bio souhaitent que leurs

enfants puissent avoir des produits bio à la cantine, ils se déclarent prêts à payer un supplément de 6 %

  • - 8 % des communes em- ploient aujourd’hui des pro- duits biologiques dans les menus des restaurants sco- laires.

Le choix de restauration qui sera fait pour les prochaines années à Vil- liers devra être en cohérence avec un véritable projet environnemen- tal, social, économique et culturel porté par une équipe consciente des enjeux fondamentaux que ce choix implique. Que ce soit à l’école, en entreprise, en maison de retraite ou à l’hôpital, chaque jour, plus de 8 millions de personnes prennent un repas en collectivité. La restauration collective responsable est donc un levier fort pour :

. réinstaller les débouchés pour les agriculteurs locaux

Le futur projet de restauration « bio’concerné » à Villiers devra donc :

analyser les besoins ( ils sont grands dans notre ville étouffée par un système absurde de « pré inscription »), mutualiser au maximum au sein d’espaces collectifs d’échanges, organiser un fonctionnement col- lectif ( établir par exemple des instances de décisions différentes des

instances de concertation et clarifier, établir les rôles et missions de chacun…). Pour, finalement, s’engager en signant une charte et aboutir

à un plan d’action opérationnel (choix du type de restauration, type de

repas, budget…). Ce projet s’organisera, sera animé dans le souci d’une participation et d’une information de tous, producteurs, animateurs, cuisiniers, con-

vives (consommateurs). Il faudra donc réfléchir à la mise en oeuvre de

formations et des temps d’échanges tout au long du projet.

En bref, innover et se former pour réussir la restauration de demain à Villiers sur Marne

nos aînés au coeur de notre ville

Les seniors rencontrent des besoins spécifiques qu’il nous faut prendre en compte dans les poli- tiques communales. Aussi, nous devons redynamiser la consultation des seniors de notre com-

mune afin de mieux prendre en compte ces besoins. Il conviendra de prendre particulièrement

en considération les attentes de nos aîné-e-s par exemple dans la programmation culturelle ou

dans l’utilisation des salles municipales. Nous souhaitons diversifier les animations et les divertis-

semements dédiés aux seniors ( accompagne- ment dans l’utilisation des nouvelles techonolo-

gies, rencontres intergénérationnelles

) Nous

... soutiendrons et sécuriserons les services de proximité : prêt de livres à domicile, transport social, jardinage, livraison de repas, aides aux formalités ... Pour les seniors qui souffrent de problèmes de santé ou de dépendance, nous devrons veiller à leur faciliter l’accès aux soins à domicile. Un

audit des différentes résidences ouvertes aux personnes âgées sera réalisé courant 2014 afin d’identifier les manques/dysfonctionne- ment et y apporter de véritables solutions.

l’actu des labos : VILLIERSAVENIR.FR

.

LE CONSEIL GENERAL

. LE CONSEIL GENERAL Simonne Abraham-Thisse VOTRE CONSEILLERE GENERALE canton Villiers / Le Plessis Les Villiérains

Simonne

Abraham-Thisse

VOTRE CONSEILLERE GENERALE

canton Villiers / Le Plessis

Les Villiérains doivent-ils faire les frais

de la crise?

On le dit tous les jours, c’est la faute à la crise : pas d’emploi, pas de salaires dignes de ce nom, pas de logement, baisse des re- traites, des indemnisations, des droits so- ciaux, c’est la faute à la crise. Or chaque année, les dépenses de la vie quotidienne augmentent, et dans tous les domaines : du transport à l’éducation en passant par la formation, les loyers, la santé et l’on n’ose même pas parler des loisirs… Comme la majorité de mes collègues, j’estime que l’argent public doit aussi reve- nir au public et j’œuvre au Conseil général (bientôt dénommé Conseil départemental) pour que soient maintenues ses diverses prestations aux populations car justement c’est en période de crise qu’elles doivent être versées, sinon renforcées.

Oui, pour ceux qui traversent des difficultés,

le Conseil général propose des aides au

logement par exemple, au travers du FSH, que ce soit pour vous aider à payer vos fac- tures d’énergie, d’eau ou vos impayés de loyer ; en 2011, c’est ainsi plus de 62 000 euros qui ont été versés à des Villiérains. C’est aussi le département qui assume le RSA, charge que lui a transféré l’Etat, sans pour autant lui en donner les moyens.

.

le Conseil général et moi-même, malgré la crise, apportons

toute notre aide aux Villiérains,

quoiqu’en dise notre Maire qui n’a de cesse de nous critiquer.

Carte imagin’R pour les étudiants, carte améthyste et carte rubis pour les aînés, facilitent les déplace- ments de nombre de Villiérains, jeunes et moins jeunes. Pour l’entretien et le fonctionnement de nos deux collèges, le Conseil général a depuis 2009 alloué, tant en investissement qu’en fonctionnement, 7 300 000 pour les Prunais et 1 330 000 euros pour Pierre et Marie Curie, sans compter les aides ponc- tuelles ni les ordinateurs remis à chaque collégien

de 6ème à la rentrée 2012 ! La crèche Louise Michel a été rénovée pour 595 000 euros. Le Conseil général met plus de 4 millions d’euros dans la rénova- tion des Hautes Noues, va réhabiliter le foyer de l’enfance de la rue des Courts Sillons et contribuer à l’amélioration de la maison de retraite du Vieux Colom- bier et de la voirie départementale. Il

a également financé la remise en état

des logements des Sablons, du Boule- vard de Friedberg, du Puits Mottet, de la résidence Marie-Louise et des Nangues, et tout cela sans parler du soutien qu’il apporte aux associations villiéraines : alors oui, le Conseil gé- néral et moi- même, malgré la crise, apportons toute notre aide aux Villié- rains, quoiqu’en dise notre Maire qui n’a de cesse de nous critiquer. Il est scandaleux qu’au nom d’un sectarisme idéologique, il aille à l’encontre des in- térêts de Villiérains, mettant en cause le rôle actif d’une collectivité auprès de ses administrés et refusant autant qu’il le peut, à la Conseillère générale que je suis, toute représentation et expres- sion démocratiques.

. LE CONSEIL GENERAL Simonne Abraham-Thisse VOTRE CONSEILLERE GENERALE canton Villiers / Le Plessis Les Villiérains

.

LE CONSEIL MUNICIPAL

l’actu du conseil

municipal

. LE CONSEIL GENERAL Simonne Abraham-Thisse VOTRE CONSEILLERE GENERALE canton Villiers / Le Plessis Les Villiérains

FREDERIC MASSOT,

Président du groupe

d’opposition au conseil municipal de Villiers Sur Marne

Depuis notre dernier numéro de Villiers Avenir, le conseil municipal s’est réuni à deux reprises.

La première, pour examiner plus- ieurs décisions techniques, concer- nant le fonctionnement quotidien de

notre ville. Au fil des délibérations, il

reste deux mesures importantes sur lesquelles il convient ici d’apporter quelques réflexions complémen- taires :

D’abord, le renouvellement de la dé- marche de « délégation de service public » concernant la concession du marché de Villiers. Cette démarche,

qui consiste à concéder l’activité à

une entreprise en échange d’une redevance, n’est pas illégitime en soi, et nous pouvons la soutenir. Mais nous avons eu le désagréable sentiment que le projet et le choix du prestataire étaient déjà bouclés. Dommage car l’intérêt d’une déléga- tion de ce type est de faire jouer la concurrence pour obtenir le meilleur service au meilleur prix.

Deuxième délibération, l’adaptation des rythmes scolaires. Le gou-

vernement a décidé de modifier les rythmes scolaires afin de les rapprocher

au mieux de la biologie des enfants. La

municipalité reconnaît qu’il s’agit d’une

bonne réforme qui va dans l’intérêt de l’enfant. Pour autant, pour des ques-

tions d’organisation et de finances, elle

repousse sa mise en œuvre en 2014, ce

que nous regrettons mais comprenons.

Le second conseil fut important car

il marque deux étapes importantes

dans la vie d’une commune.

La première est la fin des travaux concernant l’adoption du Plan Local d’Urbanisme. Il s’agit d’un document central dans la vie d’une commune car il régit tout le développement de notre ville. Nous attendions ce docu- ment pour connaître les orientations municipales en la matière. Nous ne nous attendions pas à une révolution, mais nous n’imaginions pas qu’un aussi long travail pouvait aboutir à si peu de choses. En un mot comme en cent : rien ne change ! Pas de solution aux prob- lèmes de circulation, toujours autant de constructions et de destructions, pas d’obligations de construire des park- ings. Bref, l’absence de vision d’avenir

est patente à la lecture de ce document. La seconde étape est le débat d’orientation budgétaire. Ce débat est une obligation annuelle, il devrait per-

mettre de faire le point sur les financ- es de la ville et de dégager les élé- ments prospectifs quant à l’avenir de la commune. Malheureusement, nous avons assisté à une démonstration d’impuissance municipale : D’après la mairie, si les Villiérains quittent notre commune, ce n’est pas sa faute, c’est

l’INSEE qui compte mal, si les finances

vont mal, ce n’est pas sa faute, ce sont

les dotations qui diminuent… Le maire a bien tenté de nous faire croire qu’il di- minuait l’endettement de la ville, mais il est juste prévu de ne pas emprunter plus que ce que nous remboursons

déjà… de là à désendetter la ville, il y a un fossé que le maire franchit bien rapi- dement. Il promet aussi plusieurs nou- veaux investissements, en réalité déjà

prévus et financés de longue date.

Ce conseil fut plutôt celui du constat de

l’immobilisme de la ville face à une situ-

ation financière et urbaine se dégradant

rapidement.

.

LE TEMPS DU CHANGEMENT

le sérieux en action

L’INTERVENTION

AU MALI

L’esprit de solidarité avec un peuple ami, tragique-

ment pris en otage, l’a emporté. François Hollande, chef de l’État et chef des armées, a fait le choix cou- rageux de porter secours aux populations maliennes

L’armada terroriste ne se trouvait plus qu’à deux ou trois heures à vol d’oiseau de Bamako. Le dernier verrou, la ville de Diabali, ouvrant la voie à la capitale du Mali, était sur le point de céder le 11 janvier 2013. Les forces militaires maliennes totalement désorganisées après un récent coup d’Etat s’avéraient dans l’incapacité de faire face à la menace. Seule la France, si elle le décidait, pouvait éviter l’inéluctable désastre. Intervenir militairement en période de cri- se économique, alors que le pays se débat avec le chômage, les fermetures d’usines et les plans sociaux, pas facile ! La raison d’État, qui n’est ni de gauche ni de droite, pouvait con- duire à regarder ailleurs, tant les risques d’une intervention mili- taire étaient évidents : accroissement des menaces d’attentats à l’intérieur du pays, enlisement possible à l’extérieur. L’esprit de solidarité avec un peuple ami, tragiquement pris en otage, l’a emporté. François Hollande, chef de l’État et chef des armées, a fait le choix courageux de porter secours aux populations ma- liennes, et ce geste a été salué par une large majorité des Fran- çais et par toute la classe politique. Le gouvernement a su, à cette occasion, répondre à l’impérieux devoir d’unir le pays, en temps de crise.

Alain T. HAZOUMÉ

Le Président de la République, le 2 février dernier en visite au Mali

Le Président de la République, le 2 février dernier en visite au Mali

.

Vote de la loi sur le mariage gay

Le 27 Janvier 2013, les militants socialistes villiérains étaient présents à la manifestation de soutien au mariage pour tous.

Depuis, l’Assemblée nationale a voté la loi permettant aux couples homosexuels de s’unir par les liens du mariage, et ainsi d’accéder à l’égalité entre les couples quelle que soit leur orientation sexuelle.

UNE LOI

POUR TOUS

Cependant, le débat a été bien long et a fait couler beaucoup d’encre, tant l’opposition s’obstinait inlassablement et avec beaucoup de mau- vaise foi à débattre sur la procréation médicalement assistée (PMA) ou la gestation pour autrui (GPA), qui ne faisaient pourtant pas partie du projet. Lors de ces débats, Monsieur Bénisti s’est particulièrement fait remar- quer en taxant les enfants conçus par PMA « d’enfants Playmobil », les comparant ainsi à des jouets, conçus à la chaîne. Quel mépris, y com- pris envers toutes ces familles hétérosexuelles qui ont aussi eu besoin du recours à la PMA pour avoir des enfants !

. LE TEMPS DU CHANGEMENT le sérieux en action L’INTERVENTION AU MALI L’esprit de solidarité avec

Faisant dans le Parisien un amalgame plus que douteux entre la PMA, la GPA inter- dite en France et l’eugénisme, le député-

maire a une fois de plus démontré son goût pour l’outrance et les raccourcis fumeux, comme en 2004, lorsqu’il présentait le bi- linguisme des enfants d’immigrés comme un facteur de risque de délinquance, ou en 2011, lorsqu’il estimait qu’autoriser le mariage gay pourrait conduire à légaliser le viol. Malgré cela, la loi sur le mariage pour tous va être présentée début avril au Sénat. C’est une grande avancée pour la France qui va ainsi s’inscrire parmi les pays ou- verts à l’union légale entre deux personnes

de même sexe. Soyons en fiers.

Faisant dans le Parisien un amalgame plus

que douteux entre la PMA, la GPA interdite

en France et l’eugénisme, le député-maire a une fois de plus démontré son goût pour

l’outrance et les raccourcis fumeux.

BATAILLE DE L’EMPLOI

Crédit d’impôt

pour la compétitivité

et L’EMPLOI

Dans une conjoncture économique française et européenne difficile, le gou- vernement a déposé en no- vembre dernier un amen-

dement au projet de loi de

finances rectificative pour

2012 portant création du crédit d’impôt pour la compé-

titivité et l’emploi (CICE). Le CICE vise à donner aux entreprises les moyens de redresser la compétitivité de la production française et à soutenir l’emploi. Il est ouvert à toutes les entreprises im-

posées d’après leur bénéfice

réel et soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu et sera égal à 6 % de la masse salariale cor- respondant aux salaires de moins de 2,5 SMIC. Sa mon- tée en charge sera progres-

sive, avec un taux de 4 % en

2013.

Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi re- posera sur le principe du « donnant-donnant ». Son uti- lisation sera évaluée au sein des entreprises et au niveau macroéconomique par un comité de suivi chargé de dresser un constat partagé sur le fonctionnement du dispositif. Au-delà de ces dispositifs de suivi, le gou- vernement exigera des en- treprises des contreparties, qui feront l’objet de disposi- tions législatives début 2013, sur la gouvernance des en- treprises, l’exemplarité en matière de rémunération des

dirigeants et le civisme fiscal.

La baisse du chômage con- stitue une priorité absolue dans la politique du gou- vernement. La mise en place du CICE, la montée en puis- sance progressive sur 2013 des emplois d’avenir et du contrat de génération partici- pent de cette volonté.

BATAILLE DE L’EMPLOI Crédit d’impôt pour la compétitivité et L’EMPLOI Dans une conjoncture économique française et

.

DU TAC AU TAC

 

HUMOUR QUAND UN TIC DE LANGAGE EN DIT PLUS LONG QU’UN

Décryptage : un tic de langage signifi-

LONG DISCOURS

Décryptage : un tic de langage signifi - LONG DISCOURS mépris des contradicteurs avec

mépris des contradicteurs avec

HUMOUR POUR UNE FOIS, L’EQUIPE SORTANTE NOUS FAIT RIRE

catif… « Tout le monde le sait ! » Avez- vous remarqué combien M. Bénisti, ou du

UN GRAND MERCI, M. LE MAIRE !

moins sa plume, affectionne cette expres- sion dans ses écrits ? Il faut dire qu’elle

Une fois n’est pas coutume, il nous faut ici remercier l’équipe municipale sortante ! En effet, pour ceux qui ne le lisent pas, signalons qu’elle a com- mis un billet dans le dernier Villiers-infos qui nous est totalement consacré

présente bien des intérêts : Nul besoin d’expliquer ce que « tout le monde sait », ce qui est bien pratique quand on n’a

(on est trop flattés !).

pas trop envie de rentrer dans des détails

Donc :

gênants ou qu’on n’a pas vraiment d’autre

  • - Merci de parler de nous ! Même si évidemment, le ton en est fielleux

 

argument qu’une arrogance sans faille

et enfile les lieux communs, il est bon de voir que notre action indispose

pour appuyer ses dires ! Cette expression

une absence de réflexion abys-

ceux qui préfèreraient nous voir nous soumettre et nous taire plutôt que

lui va à merveille, tant elle allie un parfait

sale.

de mettre le doigt là où ça fait mal…

LES LABOS C VOUS

  • - Merci de ce moment de franche hilarité à la lecture de la première phrase:

« … être dans l’opposition à Villiers reste ardu tant le dynamisme de la

ville et la cohérence des projets sont difficilement critiquables » Tant de

candeur dans l’auto-satisfaction, c’en est presque touchant…

A partir des labos, de grandes idées seront proposées aux

à ces chantiers

...

ou suivez simplement leur actualité. Pour

  • - Merci de susciter d’intéressantes questions : taxer de « parachuté du PS

habitant-e-s de notre ville pour changer vraiment leur quoti-

parisien » notre secrétaire de section, qui vit à Villiers depuis dix ans et est élu au conseil municipal depuis 2008, nous interroge : Y aurait-il un délai pour être un Villiérain à part entière ? Pour avoir le droit de s’impliquer dans la vie de sa commune ? Y aurait-il une différence entre les nouveaux arrivants, eux aussi bien souvent venus de Paris, et les plus anciens, ou ceux qui auraient eu le privilège d’être nés à Villiers ? Voilà une très étonnante manière de

dien. L’approche thématique permettra une réflexion en pro- fondeur sur chacun de ces thèmes. Vous aussi, participez

cela, détachez et faites-nous parvenir le bulletin ci-dessous par courrier ou déposez-le au : 95 avenue du Général de

hiérarchiser ses administrés, que les plus récents d’entre eux apprécieront !

Gaulle - 94350 Villiers Sur Marne

-

PARTICIPER = RESTER INFORME

-

(Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)

je souhaite participer aux labos des idées 2014

je souhaite participer aux labos des idées 2014

(merci de choisir le ou les labos)

 
  • Famille-enfance-enseignement

  • sécurité

  • économie, finances et développement

  • intervention sociale

  • logement, aménagement et transports

  • culture

  • sport et jeunesse

je souhaite suivre régulièrement l’actu des labos

je souhaite suivre régulièrement l’actu des labos

   

entrez ici votre adresse MAIL pour recevoir la NEWSLETTER des LABOS

Nota : l’ensemble des informations resteront strictement

confidentielles, ne serviront que dans le cadre de la cam- pagne “Labo 2014” et seront détruites en fin de période.

inscrivez-vous aussi sur

2014cestvous.fr

Nom, prénom

- PARTICIPER = RESTER INFORME - (Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)

votre adresse (si vous le souhaitez)

- PARTICIPER = RESTER INFORME - (Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)

(et/ou) votre numéro de téléphone

- PARTICIPER = RESTER INFORME - (Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)

(et/ou ) votre adresse mail

- PARTICIPER = RESTER INFORME - (Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)

(et/ou) compte FACEBOOK (votre login)

- PARTICIPER = RESTER INFORME - (Merci de cocher les cases correspondantes et d’indiquer vos coordonnées)
. DU TAC AU TAC HUMOUR QUAND UN TIC DE LANGAGE EN DIT PLUS LONG QU’UN

CONTACT

Villiersavenir Mag Local : 95 rue du Général de Gaulle Directeur de la publication Frédéric Massot
Villiersavenir Mag
Local : 95 rue du Général de Gaulle
Directeur de la publication
Frédéric Massot
94350 Villiers sur Marne
Conception et maquette
José Neto
Photos
Tel : 06.51.28.74.01
JNB
Impression
Web : villiersavenir.fr
Parti Socialiste - Villiers sur Marne
Dépôt légal
mars 2013
facebook : partisocialiste.villierssurmarne
mail : villiersavenir@gmail.com
CREDITS
(c) reproduction interdite - ne pas jeter sur la voie publique