Vous êtes sur la page 1sur 6

1.

VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE
LES BIENS

Il existe deux catégories principales de biens : • les biens meubles • les biens immeubles L’intérêt de cette distinction réside dans les différentes règles juridiques applicables aux biens meubles et aux biens immeubles, ainsi : - en matière de meuble : après avoir été en possession d’un meuble pendant une certaine période, on en devient légalement propriétaire - en matière d’immeuble : la qualité de propriétaire obéit à des règles de preuve, notamment en terme de publicité foncière Les biens meubles Un bien meuble se caractérise par sa mobilité, par opposition à l’immeuble, attaché au sol. Cette catégorie ne se limite donc pas aux « meubles » tel qu’on l’entend dans le langage courant. On distingue : • • les biens meubles corporels : biens matériels (palpables) les biens meubles incorporels : biens immatériels, comme par exemple la clientèle, les marques, le bail commercial…

Les biens immeubles Les immeubles sont des biens dont la situation est fixe, de sorte qu’ils ne peuvent être transportés d’un lieu à un autre sans être altérés, ainsi : les constructions fixées au sol, les fonds de terre…. Les immeubles sont soumis aux règles de la publicité foncière. Ainsi l’acquisition, la vente, les garanties prises sur un bien immobilier font l’objet d’une publication, tous les renseignements sont disponibles à la conservation des hypothèques du lieu de l’immeuble.

Prérogatives exercées sur les biens. En droit, a la qualité de propriétaire celui qui exerce sur le bien : - un droit d’usage : le droit de se servir du bien - un droit de jouissance : le droit d’exploiter le bien et de profiter des revenus qu’il génère - un droit de disposition : le droit de vendre, de détruire, de transformer le bien.

__________________________________________________________________________
LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 2 1/06/2004

charges Il en résulte que recueillir un patrimoine implique que l’on devient propriétaire des biens qui le composent.passifs : dettes. et en principe d’un seul patrimoine. Chaque personne. dispose d’un patrimoine.actifs : l’ensemble des biens et droits . mais également des dettes qui le grèvent. Le patrimoine est composé d’actifs et de passifs : . le patrimoine étant un ensemble fluctuant quant à son contenu au gré des évènements familiaux… Composition du patrimoine. __________________________________________________________________________ LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 3 1/06/2004 . qu’elle soit physique ou morale. physique ou morale.VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE LE PATRIMOINE Généralités Le patrimoine correspond à l’ensemble des biens et droits appartenant à une personne.

les mauvaises affaires d’un époux peuvent mettre en péril le patrimoine commun __________________________________________________________________________ LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 4 1/06/2004 .signatures conjointes requises pour les actes importants Inconvénients : .les actes relatifs au logement familial nécessitent le consentement des deux époux . en se mariant. Cela étant.les biens reçus en héritage restent propres . - Avantages : . n’établissent aucun contrat.les biens appartenant à chaque époux avant le mariage et ceux dont ils deviendront propriétaires par succession ou donation.les deux époux doivent concourir à l’éducation des enfants .les revenus d’un époux profitent à l’autre . la signature d’un seul des époux engage tous les biens de la communauté sauf exceptions. certaines règles sont applicables quel que soit le régime matrimonial adopté par les époux. hypothéquer donner ces biens. ainsi : .fiscalité lourde si un des époux est salarié de l’autre . acquisitions faites avec les revenus…Les deux époux gèrent ces biens concurremment et leur deux consentements sont nécessaires pour vendre. tous les autres biens sont communs : revenus. demeureront des « biens propres » : seul l’époux propriétaire peut en disposer.les deux époux sont tenus des dettes du ménage. En ce qui concerne les dettes. Il existe plusieurs types de régimes matrimoniaux dont les caractéristiques influent sur le patrimoine. Les principales caractéristiques de ce régime sont : . • le régime de la communauté dit régime légal C’est le régime applicable lorsque les époux.difficultés de partage lors du divorce .VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE LE PATRIMOINE Incidence des régimes matrimoniaux sur le patrimoine.

il n’y a pas de passif commun. Les caractéristiques de la séparation de biens sont : . toutes les dettes sont des dettes communes. l’ensemble des biens sera partagé par moitié. A l’issue du mariage. Avantages : . Avantages : . • la communauté universelle Le principe est que tous les biens. à moins que les époux n’en aient convenu autrement. . les époux doivent établir un contrat de mariage pour adopter ce régime. • la séparation de biens Lors du mariage. dès lors il convient.il n’y a pas de biens communs : les biens acquis ensemble par les époux sont régis par les règles de l’indivision. de prévoir une clause selon laquelle les biens professionnels ne sont pas pris en compte.pendant le mariage : chacun gère ses biens Inconvénients : .indépendance patrimoniale totale . même ceux dont les époux étaient propriétaires avant le mariage. pour ne pas mettre en péril l’outil de travail à l’issue du mariage. L’enrichissement sera partagé entre les deux époux.protège chaque époux contre les poursuites des créanciers de son conjoint . les biens achetés au nom d’un époux pendant le mariage sont des biens propres. chaque époux est tenu des dettes qu’il contracte. par comparaison de la valeur du patrimoine de chacun au moment du mariage et au moment de la séparation. deviennent des biens communs et corrélativement.difficulté d’évaluation des patrimoines d’origine .VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE LE PATRIMOINE Influence des régimes matrimoniaux sur le patrimoine.simplicité relative lors du divorce • la participation aux acquêts La principale caractéristique de ce régime est que pendant le mariage il fonctionne comme une séparation de bien.les biens professionnels sont compris dans l’évaluation des patrimoines. on liquide les droits des époux en mesurant l’enrichissement de chacun. exceptions faites des dettes fiscales et des dépenses relatives au ménage et aux enfants. A la dissolution du mariage. .les biens acquis avant le mariage. __________________________________________________________________________ LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 5 1/06/2004 .

il peut demander la résolution du contrat en Justice. mais doivent tenir compte de ce contrat qui leur est opposable.entre les signataires : les termes du contrat ont la même force que la Loi et les parties doivent les respecter. ils ne peuvent devenir débiteurs ou créanciers d’une obligation résultant du contrat. Sanctions : Lorsqu’une de ces conditions n’est pas respectée. La nullité du contrat emporte son anéantissement rétroactif : pour les parties. Le consentement doit être éclairé : les signataires doivent avoir connaissance des éléments du contrat et des obligations mises à leur charge. Le signataire d’un contrat dont le co-contractant n’accomplit pas les obligations pesant sur lui aux termes du contrat dispose de plusieurs solutions : .VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE LE CONTRAT Définition. • la capacité : pour pouvoir conclure valablement un contrat. . il faut être majeur et sain d’esprit. Effets du contrat. . • but du contrat : le but du contrat est la raison pour laquelle les signataires ont décidé de se lier juridiquement. • objet du contrat : l’objet du contrat consiste en la prestation qui en résultera et plus généralement dans les obligations que les co-contractants devront respecter. Sanction du non accomplissement des obligations contractuelles. Conditions de validité du contrat • le consentement : chaque partie doit avoir la volonté de se lier envers l’autre en vertu du contrat Le consentement doit être libre : les signataires ne doivent pas avoir été contraint de signer sous la menace. pour être valide doit remplir certaines conditions. Le contrat est une convention faisant naître une ou plusieurs obligations ou bien créant ou transférant un droit réel. __________________________________________________________________________ LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 6 1/06/2004 .a l’égard des tiers : les tiers ne s’étant pas engagés. tout se passe comme si aucun contrat n’avait été conclu.il peut demander l’exécution forcée de l’obligation qui lui est due. . le contrat est nul. L’objet du contrat ne doit pas être contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs. Tout contrat.il peut demander à ce que lui soient versés des dommages et intérêts pour compenser le préjudice qu’il a subi du fait du défaut d’exécution par son co-contractant .

l’écrit : les actes notariés.VOCABULAIRE JURIDIQUE DE BASE LA PREUVE. Le droit français prévoit plusieurs modes de preuve dont les principaux sont : . cette condamnation ne pourra intervenir que si l’on prouve que la personne que l’on poursuit doit ce que l’on lui demande. Les modes de preuve.les attestations Particularité en matière commerciale. en matière commerciale. La charge de la preuve.les témoignages . Entre commerçants. __________________________________________________________________________ LE VOLET DE LA SECONDE CHANCE JURIDIQUE Page 7 1/06/2004 . La preuve est un mécanisme fondamental du système juridique et judiciaire. si la personne poursuivie prétend avoir rempli ses obligations (contractuelles par exemple) elle doit également en rapporter la preuve. les contrats . Lorsque l’on demande au Tribunal de condamner quelqu’un qui doit quelque chose. la preuve est dite « libre » : cela veut dire que bien que le droit français attache une grande force à la preuve par écrit. la preuve d’un fait peut être rapportée par tous moyens. A l’inverse.