Vous êtes sur la page 1sur 2

10 MAISON EN FEU À VALLÉE PITOT

e mercredi 08 février à 11h45, un habitant de Vallée Pitot, âgé de 54 ans a rapporté à


No 106 11 FÉVRIER 2012
L la police que vers 10h45 un feu a éclaté dans sa maison de quatre pièces. Tous les

Dossier
appareils domestiques et deux portes en bois d’une valeur de Rs 100 000 ont été en-
dommagés. L’origine de l’incendie est inconnue.

Maurice et lʼinsécurité...
alimentaire

Le risque de l’insécurité alimentaire, c’est-à-dire de ne plus pouvoir se nourrir convenablement, se profile à l’horizon.
Face à la crise alimentaire mondiale et à l’insuffisance des cultures locales, il devient urgent d’encourager les foyers
mauriciens à cultiver leur propre jardin.
■ C. B.

L
’insécurité, à Maurice, ce nourriture. Ils se rabattent sur des agroalimentaire. « Comme
n’est plus seulement le produits pas chers, mais qui sont consommateurs nous avons tous
risque de se faire agresser pleins de cholestérol et pas été formatés à consommer ainsi.
ou cambrioler. Une autre équilibrés. Ca va rejaillir sur leur On nous a greffé ce système de
menace, bien plus sournoise, se santé, et ça va affecter leur supermarchés à Maurice »,
profile : il s’agit de l’insécurité productivité et par effet domino, déplore Eric Mangar : « Avec les
alimentaire, c’est-à-dire le risque celle de l’entreprise…» produits que nous achetons dans
de ne plus pouvoir accéder à Eric Mangar souligne les les supermarchés, nous ne sommes
une nourriture saine et efforts faits au niveau plus en contact avec le producteur.
suffisante. La sonnette d’alarme gouvernemental pour On ne connaît pas la source du
est tirée … encourager la production produit.» Il devient donc
En effet, le Dr Gias agricole locale, avec la mise en difficile de s’assurer de sa qualité
Lallmahomed, ancien Chief place en 2008 du Food Security et de ses effets sur la santé…
Agricultural Officer, est de ceux Fund. Et heureusement, « les « Au MAM, nous voulons que
qui tirent la sonnette d’alarme. organismes comme Chantecler ou les Mauriciens prennent en charge
Dans le bulletin de l’Académie Chantefrais, ont contribué à leur propre sécurité alimentaire».
mauricienne des sciences de améliorer la sécurité alimentaire Le MAM encourage ainsi le
janvier 2012, il constate que, du pays », constate Eric Mangar, développement de micro-
même si « la sécurité alimentaire « car sans ces corporate bodies et projets tels que l’élevage de
est devenue l’un des enjeux les plus leur production de poulets, quelle poules pondeuses pour la
difficiles et les plus pressants», on serait notre source de protéine ? » production d’œufs. « Nous
ne lui accorde pas la priorité Malgré tous les efforts, le fournissons les poules pondeuses et
qu’elle mérite. problème reste entier, parce que les cages et les familles peuvent
Le premier facteur de Famille de La Laura avec ses poules pondeuses fournies par le MAM. l’externalisation affecte aussi les produire jusqu’à une trentaine
vulnérabilité alimentaire pour plus pauvres qui trinquent. Car cette viande est importée. comportements. « The food d’œufs par semaine. » L’idée, c’est
Maurice, c’est la dépendance : le riz est, avec la farine, la Face à cette dépendance, le habits of Mauritian consumers « d’encourager au maximum la
nous importons 75 % de notre principale source calorique pour meilleur moyen pour un pays have shifted towards processed self-reliance », et ça
alimentation. Avec la food crisis le Mauricien. « Notre base d’assurer sa sécurité alimentaire and convenience foods», concerne déjà 11 000 familles
mondiale de 2008, Maurice a calorique est donc totalement reste sa politique financière – reconnaît le ministère de l’Agro- mauriciennes. La prochaine sera
commencé à ressentir importée », déplore Eric Mangar, pas seulement agricole, observe industrie dans son rapport peut-être la vôtre ?
cruellement les effets de cette fondateur du Mouvement pour Eric Mangar : « Il importe que les stratégique sur la diversification
dépendance, quand les prix des l’Autosuffisance Alimentaire gens aient un revenu correct pour
produits de base ont pris (MAM). pouvoir acheter leur nourriture. La fin des terres agricoles
l’ascenseur, et le riz aussi par On a bien développé la Le chômage et les salaires La réduction des terres agricoles est une cause majeure de notre insécurité ali-
effet domino. La facture des pomme de terre pour assurer cet insuffisants sont une source mentaire. Le rapport du groupe de travail du Mauritius Research Council, Land
importations de nourriture fit apport calorique. Mais un autre importante d’insécurité and Land Use (2001), soulignait déjà que « le développement économique et
un bond de 19% en un an. problème se pose alors : celui de alimentaire ». Denis de Spéville, l’expansion de l’industrie de la construction ont mis une pression énorme sur la
« Cette forte augmentation du la dépendance sur l’importation président de l’APEA ressource en terres déjà limitée du pays. » L’agriculture vivrière n’occupe plus que
prix des denrées alimentaires a eu des semences (voir p 11). Sans (Association pour la Protection 4,7% des surfaces de l’île, soit 8 674 hectares. Deux autres activités humaines
des incidences dramatiques sur le compter que la consommation desEmprunteurs Abusés), fait la compressent : la canne à sucre qui occupe encore 38,6% des surfaces, et les
pouvoir d’achat des alimentaire augmente. Ainsi, le état des dégâts causés par le constructions avec 24,9 %. Faizal Jeeroburkhan, ancien Senior Lecturer en Ed-
ucation agricole, s’élève contre ce bétonnage intensif des terres agricoles : « Se
consommateurs mauriciens», Mauricien mange aujourd’hui surendettement : « La première
servir de ces bonnes terres pour des projets non-agricoles équivaut à enlever la
reconnaissait le Food Strategic 10 kg de viande de plus par an chose que les ménages surendettés nourriture de la bouche des enfants mauriciens », s’insurge-t-il.
Plan 2008-2011. Et ce sont les qu’en 2003, alors que 96 % de font, c’est de couper sur la
ACCIDENT MORTEL À PETIT RAFFRAY
ubissoon Bissessur âgé de 38 ans est décédé le jeudi 09 février à 00h15 à
11
S l’hôpital du Nord. Il a été victime d’un accident le samedi 28 janvier sur la
No 106 11 FÉVRIER 2012

Dossier
route Royale à Petit Raffray. En fait, il fut heurté par une moto en sortant de chez
lui à bicyclette. Un accusation provisoire a été logée contre le motocycliste.

Roland Tsang Kwai Kew et son « kitchengarden »


JOURNALISTE RETRAITÉ, Roland Tsang
Kwai Kew a développé un projet de kitchen
garden chez lui. Ayant atteint son autosuffisance
alimentaire, il s’attache maintenant à essaimer ce
projet chez d’autres Mauriciens et en particulier
chez les retraités :
« Malgré mon âge j'ai une vie très active. J’ai
trouvé la joie de vivre parmi mes légumes. Il n'y a
pas de meilleure recette pour bien vieillir que de
cultiver son jardin, disait Voltaire.
Je suis désormais autosuffisant en légumes frais. Dr Gias Lallmahomed : « La sécurité
Avec mon potager sur terrasse, j'ai mes légumes frais alimentaire passe par les semences »
à portée de main chaque jour. Grâce à mes laitues, SELON LE DR GIAS LALLMAHOMED,
haricots verts, voehms, courgettes, épinards, lalos, ancien Chief Agricultural Officer, « la sécurité
queue d'ail et d'oignon, brèdes et patates douces, je alimentaire des Mauriciens passe par la mise à
suis arrivé à contrôler mon taux de diabète et de disposition d’une fourniture suffisante de semences».
cholestérol ! Il affirme que « cette nécessité n’est pas remplie de
Les papayers de mon jardin en terrasse m’ont façon adéquate. » Dans le dernier bulletin de la
donné 1,200 papayes, soit environ 3 par jour. Pour Mauritius Academy of Science and Technology de
cette année j'espère récolter un millier de grenadines. janvier 2012, il constate que Maurice importe la
Une grenadine se vend au marché à Rs 5… En ce majeure partie des semences utilisées pour son
moment j’ai sur ma terrasse des mandarines, agriculture, et ce malgré les efforts du ministère
kumquat et fruits de cithère nains en train de fleurir. de l’Agro-Industrie pour encourager la
Et d’ici deux semaines mes mangues Baissac production locale de semences. 3 372 tonnes de
commenceront à mûrir. semences ont été produites dans les stations
Depuis cette découverte, je partage mes autre variante : je ne donne pas de légumes à une gouvernementales et vendues aux agriculteurs en
connaissances acquises sur le tas en jardinage avec personne qui me dira merci, mais je lui enseigne l'art 2010. Mais on importe encore 1 452 tonnes de
les gens qui veulent me suivre dans cette voie du de cultiver son jardin potager, et je lui donne des semences par an, y compris les semences de
salut. J’applique le précepte du sage Confucius, qui semences et des plants afin qu'il puisse avoir des pomme de terre. Le Dr Gias Lallmahomed
disait qu’en apprenant quelqu’un à pêcher, il aura légumes frais à chaque repas. » déplore également l’importation croissante
toujours du poisson frais dans son assiette. Sous une d’OGM parmi les semences et observe que le
Genetically Modified Organisms Act de 2004 n’a
toujours pas été promulgué.
Faizal Jeeroburkhan (MIE) : « Il faut former les
meilleurs élèves en agriculture »
Fruits et légumes :
CET ANCIEN SENIOR agricole du pays», insiste Faizal une fragile autosuffisance
LECTURER en Education Agricole Jeeroburkhan. «On ne peut plus
au Mauritius Institute of Education laisser l’agriculture entre les mains des SELON LE Blue Print qui définit la stratégie
est formel : la sécurité alimentaire recalés du CPE comme c’est le cas agroalimentaire pour Maurice, un « niveau
passe par une formation agricole jusqu’à maintenant ». raisonnable d’autosuffisance » a été atteint sur les
efficace dans les écoles. Déjà, parce Aujourd’hui, l’agriculture n’est fruits et légumes, de l’ordre pratiquement de
que « c’est l’une des seules disciplines enseignée comme sujet que dans 100 %. Pour les oignons, le pays est
qui amène les élèves à devenir des une trentaine d’écoles secondaires autosuffisant à seulement un tiers, avec une
professionnels indépendants et auto- privées, et ce, jusqu’au School production de 5 000 tonnes par an. La
suffisants, au lieu de devenir des Certificate seulement, et n’est même production de fruits concerne principalement
consommateurs passifs. » pas au programme dans les collèges tertiaire, il y a quelque chose qui la banane, l’ananas et les fruits de saison comme
D’autre part, l’agriculture et d’Etat, ni dans la filière pré- cloche. » Dans d’autres pays au les letchis et les mangues et couvre une
l’agroalimentaire deviennent de plus vocationnelle. « Il y a, contraire, comme la Suisse, les superficie de 725 hectares environ. Alors que
en plus techniques, avec l’arrivée des malheureusement, à Maurice, une meilleurs cerveaux sont canalisés cette production fruitière locale couvre
biotechnologies. « C’est pourquoi il attitude anti-agriculture. Le travail de vers le secteur agricole. Ils doivent seulement 46 % de nos besoins annuels en
est particulièrement important de la terre est considéré comme obtenir un diplôme d'une Ecole fruits, il faut noter que 200 tonnes de letchis
former des Mauriciens à accéder aux dégradant. Les parents veulent un d'Agriculture qui leur permet sont exportées annuellement.
dernières technologies et aux meilleures travail à col-blanc pour leurs enfants.» ensuite de recevoir les subsides du Pour la pomme de terre, la production locale
pratiques de management en matière On aboutit ainsi à une aberration : gouvernement pour opérer leur est en nette croissance (21 700 tonnes produites
d’agriculture. Il faut ’assurer une « Alors que l’agriculture est vitale pour propre exploitation. en 2010 contre 14 522 en 2006) et
formation de spécialistes qui seront en le pays, les meilleurs cerveaux du pays l’autosuffisance atteint 60 %. Mais
mesure de prendre en main l’avenir sont canalisés vers le secondaire et le comparativement, on ne produit que 800
tonnes de patate douce, seulement 449 tonnes
de manioc, qui sont pourtant des équivalents
locaux de la pomme de terre…
Les chiffres noirs de l’agriculture (2010) Un tiers de la production agricole
● Besoins du pays en produits alimentaires : 690 000 tonnes par an mauricienne (33% exactement) est encore
● Production vivrière : 114 844 tonnes (en légère hausse) consacré aux cultures pour l’exportation, à
● Taux de croissance de l’agriculture : - 1.3 (en baisse) savoir la canne, le tabac et le thé. Ce qui signifie
● Terres agricoles cultivées : 7,570 hectares (soit seulement 4,7% des surfaces) qu’en plus d’être dépendante de ses
● part des cultures pour l’exportation (canne, tabac, thé) dans la production agricole : 33 % importations, Maurice a une agriculture encore
● Nombre de personnes employées dans l’agriculture vivrière : 23 800 personnes largement tournée vers l’exportation au lieu de
● Part de l’agriculture dans l’emploi total : 8,1% (en baisse) favoriser la production pour les besoins
● nombre de planteurs indépendants : 13 000 petits planteurs, 30 grands planteurs, 216 agro-producteurs locaux…
de légumes hydroponiques (cultivés sans terre).