Vous êtes sur la page 1sur 19

27 Djoumada El Aouel 1434 - Lundi 8 Avril 2013 - N°14789 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTI ON PAR LE PEUPLE ET POUR

LA REVOLUTI ON PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

Le Président Bouteflika met en place la commission chargée d’élaborer l’avant-projet de loi

la commission chargée d’élaborer l’avant-projet de loi Le Président de la République,Abdelaziz Bou- teflika, a

Le Président de la République,Abdelaziz Bou- teflika, a mis en place, hier, la commission d’experts chargée d’élaborer un avant-projet de loi sur la révision constitutionnelle, en la char- geant de remettre les résultats de ses travaux “dans les plus brefs délais”, a indiqué hier un communiqué de la présidence de la Répu- blique. La commission est composée de profes- seurs d’université, “tous connus pour leur

compétence et leurs qualités morales”, a-t-on ajouté de même source. Il s’agit d’Azzouz Ker- doun, en sa qualité de président, de Faouzia Benbadis, Bouzid Lazhari, Ghaouti Mekamcha etAbderrazak Zaouina, en leur qualité de mem- bres. L’avant-projet de loi sur la révision de la Constitution “devra s’appuyer, à la fois, sur les propositions retenues des acteurs politiques et sociaux et sur les orientations du président de

la République, et ce, en vue de leur traduction en dispositions constitutionnelles”, a précisé le communiqué. Le Président de la République a chargé le Premier ministre,Abdelmalek Sellal, de procéder à l’installation de cette commis- sion. La commission remettra les résultats de ses travaux “dans les plus brefs délais”, a indi- qué le communiqué de la présidence de la Ré- publique.

P. 3

La commission installée aujourd’hui par le Premier ministre

P. 3

BENSALAH À LA CONFÉRENCE ANNUELLE DU FORUM DE BO'AO

3 BENSALAH À LA CONFÉRENCE ANNUELLE DU FORUM DE BO'AO L’Afrique et l'Asie peuvent aspirer ensemble

L’Afrique et l'Asie peuvent aspirer ensemble à un monde plus stable

L’ENGAGEMENT DE TEBBOUNE

P. 7

à un monde plus stable L’ENGAGEMENT DE TEBBOUNE P. 7 “2013 sera l’année de la relance

“2013 sera l’année de la relance des projets de logement”

P. 6

COMMISSION DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION ET DU TOURISME À L’APN

DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION ET DU TOURISME À L’APN Benmeradi annonce la tenue d’assises

Benmeradi annonce la tenue d’assises nationales

P. 6

LE PROFESSEURABDELOUAHAB BENGOUNIAAU FORUM D’ElMoudjahid

Ph. T. Rouabah
Ph. T. Rouabah

“Il faut légiférer dans l’intérêt de la santé publique”

P. 5

APRÈS SA QUALIFICATION DEVANT ASANTE KOTOKO (GHA.) EN LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE

La JSM Bejaia affrontera l’ES Tunis en 1/8 e de finale

P. 32

Bejaia affrontera l’ES Tunis en 1/8 e de finale P. 32 Quotidien national d’information — 20,

2

2 EL MOUDJAHID Mé t é o ENSOLEILLÉ Sur les régions Nord, prédominance d’un temps généralement

EL MOUDJAHID

Mé t é o ENSOLEILLÉ Sur les régions Nord, prédominance d’un temps généralement ensoleillé la
Mé t é o
ENSOLEILLÉ
Sur les régions Nord, prédominance d’un
temps généralement ensoleillé la journée après
dissipation de la brume matinale près des côtes.
Les vents seront modérés d’ouest à nord-
ouest.
La mer sera peu agitée.
Sur les régions sud du pays, temps générale-
ment voilé à nuageux, notamment vers le Sud-
Ouest avec une tendance orageuse.
Les vents seront modérés d’est à sud-est
avec quelques soulèvements de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (20°- 11°), Annaba (21°- 9°), Béchar
(28° - 13°), Biskra (26° - 16°), Constantine
(19°- 6°), Djanet (31° - 16°), Djelfa (26° - 11°),
Ghardaïa (28° - 14°), Oran (22° - 11°), Sétif
(17°- 6°), Tamanrasset (31°- 14°), Tlemcen
(22°- 8°).

CE MATIN A 10H AU SIEGE DE L’ENSSP

La cybersécurité :

quelle stratégie pour l’Algérie ?

La cybersécurité : quelle stratégie pour l’Algérie ? L’Ecole nationale supérieure de sciences poli- tiques

L’Ecole nationale supérieure de sciences poli- tiques organise une conférence culturelle sur le thème « la cyber sécurité : quelle stratégie pour l’Algérie ? » animée par M. Abdelaziz Derdouri ce matin à 10h.

CE MATIN A 10H00 CE MATIN A 9H30 A DAR EL IMAM Mustapha Berraf invité
CE MATIN A 10H00
CE MATIN A 9H30
A DAR EL IMAM
Mustapha Berraf
invité du Forum sport
La gestion des wakfs
et de la zakat
Le Forum sport d’El Moud-
jahid reçoit ce matin à 10
heures Mustapha Berraf, prési-
dent du Comité olympique al-
gérien. La conférence-débat
portera sur le programme de
gestion de l’instance olym-
pique algérienne ainsi que
d’autres questions liées au
monde du sport.
Le ministre des Affaires reli-
gieuses et du Wakf, M. Bouabdallah
Ghlamallah préside ce matin à 9h30
à Dar El Imam, El Mohammadia, la cérémonie d’ou-
verture de
la journée d’évaluation de la gestion des
biens wakfs et de la zakat au niveau de 12 wilayas.
************************
Necib à El Oued
et Ouargla
MERCREDI 10 AVRIL A 13 HEURES 30
AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI ZAKARIA
Le ministre des Ressources en
eau, Hocine Necib, effectue au-
jourd’hui et demain une visite de
travail et d’inspection dans les wi-
layas d’El Oued et Ouargla.
Hommage au défunt Président Ahmed Ben Bella
************************
L’Association Machaal Echahid, en
coordination avec le Palais de la Cul-
ture Moufdi Zakaria, organise mer-
credi 10 avril à 13 h 30, un hommage
au défunt Président Ahmed Ben Bella.
Cet hommage qui s’inscrit dans le
cadre de la commémoration du premier
anniversaire de la disparition du pre-
mier Chef d’Etat de l’Algérie indépen-
dante sera marqué par la projection
d’un documentaire de la télévision al-
gérienne ainsi que des témoignages des
compagnons du défunt moudjahid dans
le mouvement national.
Ghoul sur les chantiers
d’Alger
Le mini
M. Amar
jourd’hui
stre des Travaux publics,
Ghoul, effectue au-
une visite de travail et
d’inspection dans la wilaya d’Alger
pour s’enquérir de l’état d’avance-
ment des travaux des projets rele-
vant du secteur.
************************
Dalila
Boudjemaa
à Annaba
MOBILIS
De nouveaux points de vente
Mobilis annonce la mise en place d’un nouveau
canal de distribution sur le réseau indirect, par l’ac-
créditation de nouveaux points de présence qui vien-
dront renforcer son réseau commercial considéré
comme le plus grand du marché de la téléphonie mo-
bile en Algérie avec plus de 136 agences commer-
ciales.
La secrétaire d’Etat chargée de
l’Environnement, M. Dalila Boud-
jemaa, effectue aujourd’hui une vi-
site de travail dans la wilaya de
Annaba.
DEMAIN A CONSTANTINE 4 e session de formation de la CNCPPDH CE MATIN A 11H
DEMAIN A CONSTANTINE
4 e session de formation de la CNCPPDH
CE MATIN A 11H A L’HÔTEL EL-AURASSI
Point de presse
sur la gastronomie
espagnole
L’ambassade d’Espagne en Algérie et
l’institut Cervantès d’Alger, en collabora-
tion avec plusieurs entreprises espagnoles
et algériennes, organisent un point de
presse ce matin à 11h à l’hôtel El-Aurassi
pour présenter la semaine culturelle espa-
gnole intitulée « une rencontre avec la
gastronomie et la danse espagnole ».
AGENDA CULTUREL
La quatrième session de formation de la Commission na-
tionale consultative de promotion et de protection des droits
de l’homme se tiendra sur le thème « Le rôle du Comité in-
ternational pour les droits de l’enfant » les 8, 9, 10 et 11
avril à l’hôtel Novotel de Constantine à 14 heures.
DEMAIN A 10H A L’HÔTEL SOFITEL

Conférence autour de l’œuvre de Tarik Benouaraka

Une conférence de presse autour de l’œuvre de Tarik Benouaraka, EL NAFAS, premier opéra en langue arabe se tiendra demain à 10h à l’hôtel Sofitel.

************************

DEMAIN A 15H A TIPASA

Exposition de Mohamed Djoua

Al’occasion de la jour- née du Savoir, l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) or- ganise une exposition de l’artiste plasticien Moha- med Djoua, intitulée « la peinture, moyen d’ex- pression et de soin » s’ou- vre demain à 15h au complexe Abdelouaheb Salim, Chenoua.

vre demain à 15h au complexe Abdelouaheb Salim, Chenoua. ************************ CET APRES-MIDI A 15H A LA

************************

CET APRES-MIDI A 15H A LA GALERIE D’ARTS AICHA HADDAD

Vernissage de l’exposition Sihem Aouti

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise cet après- midi à 15h à la galerie d’Arts Aicha Haddad, un vernissage de l’exposition de l’artiste peintre Sihem Aouti.

Activités des partis

CE MATIN A 10H AU SIEGE DU PARTI

Session ordinaire du PT

Le bureau politique du Parti des travailleurs se réunit en ses- sion ordinaire ce matin à 10h au siège national du parti, le rap- port d’ouverture sera présenté par la secrétaire générale du Parti des travailleurs, M me Louisa Hanoune.

************************

M m e Louisa Hanoune. ************************ SAMEDI 13 AVRIL A 10H A EL BAYADH Conférence régionale
M m e Louisa Hanoune. ************************ SAMEDI 13 AVRIL A 10H A EL BAYADH Conférence régionale

SAMEDI 13 AVRIL A 10H A EL BAYADH

Conférence régionale de L’ANR

L’Alliance Nationale Républi- caine organise le samedi 13 avril à partir de 10 h à la salle de la culture Mohamed Belkheir d’El Bayadh, une conférence régio- nale des élus du parti des wilayas du Sud.

DEMAIN A 11H AU SIEGE DU COA

Tirage au sort du tournoi de football des journalistes

L’Organisation nationale des journalistes spor- tifs algériens (ONJSA) organise, du 11 avril au 3 mai, un tournoi de football à l’occasion de la jour- née internationale de la Liberté de la presse. Dans cette perspective, elle invite les organes de presse intéressés à assister au tirage au sort prévu demain à 11h00 au siège du Comité olympique algérien.

MERCREDI 10 AVRIL A 9H A BOU-ISMAIL

Atelier sur les nanotechnologies

L’Agence nationale de valorisation des résul- tats de la recherche et du développement techno- logique (ANVREDET) organise le 10 avril à 9h au niveau de l’unité de développement des équi- pements solaires Bou-Ismail un atelier de valori- sation autour du thème « les nanotechnologies algériennes : nouvelles techniques, nouveaux pro- duits ».

N

ation

3

EL MOUDJAHID

RÉVISION DE LA CONSTITUTION

Le Président Bouteflika met en place la commission chargée d'élaborer l'avant-projet de loi

L Président de la Répu-

blique, Abdelaziz Boute- flika, a mis en place,

hier, la commission d'experts chargée d'élaborer un avant-pro- jet de loi sur la révision consti- tutionnelle, en la chargeant de

remettre les résultats de ses tra- vaux "dans les plus brefs délais",

a indiqué, hier, un communiqué

de la présidence de la Répu- blique. La commission est com- posée de professeurs d'universités, "tous connus pour leur compétence et leurs qualités morales", a-t-on ajouté de même source. Il s'agit d'Azzouz Ker- doun, en sa qualité de président, de Faouzia Benbadis, Bouzid Lazhari, Ghaouti Mekamcha et

e

Abderrazak Zaouina, en leur qualité de membres. L'avant-

projet de loi sur la révision de la Constitution "devra s'appuyer, à

la fois, sur les propositions rete-

nues des acteurs politiques et so-

ciaux et sur les orientations du président de la République, et ce, en vue de leur traduction en

dispositions constitutionnelles",

a précisé le communiqué. Le

président de la République a chargé le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, de procéder à l'installation de cette commis- sion. La commission remettra

les résultats de ses travaux "dans les plus brefs délais", a indiqué

le communiqué de la présidence

de la République.

indiqué le communiqué de la présidence de la République. Texte intégral du communiqué de la présidence

Texte intégral du communiqué de la présidence de la République

L présidence de la République a rendu public hier un

communiqué relatif à la mise en place de la Commis- sion chargée de l'élaboration de l'avant-projet de loi

portant révision constitutionnelle, dont voici le texte inté- gral :

"Les réformes politiques initiées par le Président de la République en vue de consolider la démocratie représenta- tive dans notre pays, de conforter les fondements de l'Etat de droit et de renforcer les droits et libertés du citoyen, ont été le résultat tangible d'une large consultation politique, tant en ce qui concerne leur volet législatif que leur volet consti- tutionnel. Les propositions formulées par les différents ac- teurs politiques et sociaux qui ont participé aux deux consultations sur ces réformes, menées successivement par le président du Conseil de la nation et le Premier ministre, ont fait l'objet, dans leur volet constitutionnel, d'une exploi- tation intégrale et d'un travail de synthèse, par un groupe de travail qualifié institué à cet effet. Ce travail, récemment, achevé, a donné lieu à un document préliminaire qui a été

a

soumis à la haute appréciation du Président de la Répu- blique. A l'examen de ce document, le Chef de l'Etat a décidé de mettre en place la commission d'experts chargée d'éla- borer un avant-projet de loi portant révision constitution- nelle. Cet avant-projet devra s'appuyer, à la fois, sur les pro- positions retenues des acteurs politiques et sociaux, et sur les orientations du Président de la République, et ce, en vue de leur traduction en dispositions constitutionnelles. "Le Président de la République a chargé le Premier ministre de procéder à l'installation de cette commission. Cette com- mission se compose de professeurs d'universités, tous connus pour leurs compétences et leurs qualités morales. Il s'agit en l'occurrence de : Monsieur Azzouz Kerdoun, pré- sident, Madame Faouzia Benbadis. Messieurs Bouzid Laz- hari, Ghaouti Mekamcha et Abderrazak Zouina, membres. La Commission remettra les résultats de ses travaux dans les plus brefs délais".

La commission installée aujourd’hui par le Premier ministre

L commission d’experts, char-

gée d’élaborer « dans les plus brefs délais » un avant-projet

de loi portant révision constitution- nelle», décidée par le Président Bou- teflika, sera installée aujourd’hui par

le Premier ministre, Abdelmalek Sel- lal, a-t-on appris hier auprès des ser- vices du chef de gouvernement. Cette commission, composée exclusivement

d’experts, devra remettre les résultats de ses travaux dans « les plus brefs dé- lais », avait annoncé un communiqué de la présidence de la République. Un

« groupe de travail qualifié », rappelle-

t-on de même source, a « exploité in- tégralement » et « synthétisé » les propositions formulées par les diffé- rents acteurs politiques et sociaux qui ont participé aux deux consultations sur les réformes politiques, menées successivement par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Ben-

a

salah, et le Premier ministre. La com- mission est composée de cinq émi- nents universitaires « tous connus pour leur compétence et leurs qualités morales », dont une femme, M me Faou- zia Benbadis. Il s’agit d’Azzouz Ker- doun, en sa qualité de président, de Faouzia Benbadis, Bouzid Lazhari, Ghaouti Mekamcha et Abderrazak Zaouina, en leur qualité de membres. Le Chef de l’Etat avait annoncé le pro- jet de révision constitutionnelle lors de son discours à la nation le 15 avril 2011 et l’installation d’une commis-

sion ad hoc chargée de lui faire des propositions « dont (le Président) s’as- surerait de la conformité avec les va- leurs fondamentales de notre société, avant de les soumettre à l’approbation du Parlement ou à vos suffrages par la voie référendaire », avait-il expliqué dans son discours. Les consultations sur les réformes politiques, menées par

le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, en juin et juillet 2011, a permis aux différents partis po- litiques et personnalités nationales et représentants de la société civile d’in- sister sur la nécessité de réviser la loi fondamentale du pays. Les différents avis et propositions formulés, à ce sujet, ont été inclus dans le rapport remis au Chef de l’Etat à l’issue de ces consultations. Le Premier ministre avait récemment affirmé que « si les amendements de la loi fondamentale touchait aux équilibres du pouvoir un référendum s’imposera ». Il avait eu également des réunions de concerta- tion avec les principaux acteurs poli- tiques nationaux, autour de cette question qui vient couronner le pro- cessus des réformes politiques initié par le Président Bouteflika. APS

SOMMET DES PARLEMENTS DE L'UPM

M. Ould Khelifa rencontre ses homologues

L e président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, a ren- contré, en marge du 1er sommet des présidents des

parlements de l'Union pour la Méditerranée (UpM), plu- sieurs de ses homologues présents au sommet, a indiqué hier un communiqué de l'APN. M. Ould Khelifa a rencontré M. Martin Schulz, prési- dent de l’Assemblée parlementaire de l’UpM, M. André Flahaut, président de la Chambre des représentants du Royaume de Belgique et Mme Laura Boldrini, présidente de la Chambre des députés italienne. Il a évoqué lors de ces entretiens, les questions relatives à "la relance du par- tenariat euro méditerranéen" soumises au débat lors de ce sommet afin que la coopération parlementaire puisse aller

de pair avec les efforts gouvernementaux déployés dans le cadre du développement du partenariat entre les deux rives de la Méditerranée ainsi que les moyens de coordi- nation pour faire face aux défis politiques et socio-écono- miques dans la région. Il est également revenu sur les moyens de promouvoir la coopération entre les institutions parlementaires à travers l'intensification des rencontres et le renforcement des échanges, ajoute le communiqué. Le président de l'APN avait rencontré avant l'ouverture des travaux du sommet, des représentants des jeunes dans la région méditerranéenne. L'entretien a porté notamment sur les préoccupations des jeunes. APS

a porté notamment sur les préoccupations des jeunes. APS Le couronnement d’un processus de réformes politiques

Le couronnement d’un processus de réformes politiques

l Le projet de révision de la Constitution se dessine à grands traits par la mise en place par le Président de la

République, M. Abdelaziz Bouteflika, de la commission d'experts chargée d'élaborer un avant-projet de loi sur la révision constitutionnelle. Cette révision de la loi fondamentale va constituer le dernier palier d’un processus de réformes politiques initiées par le Président Bouteflika depuis son important discours du 11 avril 2011. « Nous vivons une mondialisation globale, porteuse de changement radical qui impose une prise de conscience collective de l'importance des défis à relever et de la sensibilité du contexte et exige la mobilisation de toutes les énergies nationales afin de parachever les programmes de réformes et de construction inscrits, et faire aboutir les prochaines échéances politiques que nous considérons comme une phase cruciale et un pari décisif qu'il nous incombe de gagner, car nous n'avons d'autre choix que de réussir » avait-il déclaré à cette occasion. Dans le sillage de ce discours de nombreuses lois ont été promulguées par le Président de la République, comme celles relatives au régime électoral, aux cas d’incompatibilité avec le mandat parlementaire, à l’élargissement de la représentation de la femme dans les assemblées élues, à l’information, aux partis, ainsi que la loi relative aux associations. L'ensemble de ces lois ont été votées par les deux chambres du Parlement après de larges débats qui avaient permis leur enrichissement et l'amendement de certaines de leurs dispositions. Pour rappel, la loi organique relative au régime électoral a été la première à être adoptée. Elle comprend 238 articles et vise à approfondir l'exercice démocratique à travers "la consécration de la transparence, des règles d'un choix intègre et libre du peuple. La deuxième loi organique concerne les cas d'incompatibilité avec le mandat parlementaire, à savoir le cumul du mandat parlementaire avec d'autres mandats électifs ou avec les missions, fonctions ou activités qu'elle fixe. S'agissant de la loi organique définissant les modalités d'élargissement de la représentation de la femme au sein des assemblées élues, elle établit un processus graduel dans les taux de candidature féminine aux assemblées élues variant de 20 à 50%. Concernant les élections des assemblées populaires de wilaya (APW), un taux de 30% a été retenu pour un nombre de 35, 39, 43 et 47 sièges à pourvoir. Pour 51 à 55 sièges, le taux est de 35%. Quant à la loi organique relative aux partis politiques, comprenant 87 articles, elle réorganise la relation administration-partis dans un cadre équilibré, transparent basé sur le respect de la loi par les deux parties lors de l'exercice de leurs missions. La loi organique relative à l'information, qui compte 132 articles, "assure une meilleure protection du journaliste au plan socioprofessionnel" et "supprime les peines d'emprisonnement pour les délits de presse". Elle prévoit la création de deux instances de régulation, la première dédiée à la presse écrite (en remplacement du Conseil supérieur de l'information, introduit par la loi 90-07), alors que la deuxième sera consacrée à la régulation du champ médiatique audiovisuel, un secteur appelé à s'ouvrir dans un futur proche. La loi relative aux associations, vise à "relancer et à dynamiser l'action associative en mettant en exergue ses potentialités intrinsèques, notamment dans les domaines du savoir, des technologies de pointe et de la solidarité nationale afin de permettre aux associations de jouer le rôle de partenaires efficients dans la réalisation des objectifs du développement global". Abdelaziz Bouteflika a souligné que la bataille du développement sera désormais confortée par les réformes politiques que l’Algérie a souverainement décidées, et qui seront concrétisées, comme il en a renouvelé solennellement l’engagement. L’attachement présidentiel au respect de ces échéances politiques aura marqué toutes les étapes des réformes politiques initiées, y compris le projet de révision de la Constitution. Cette mise en œuvre d’un chantier déterminant est engagée dans la perspective d’un ancrage de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays. La portée de ces réformes traduit une volonté manifeste des Algériennes et des Algériens à faire progresser davantage le système politique national dont les efforts orientés en vue de sa consolidation, se veulent un gage supplémentaire de la sincérité des intentions du Président de la République. Effectivement, la batterie de nouvelles lois sur les partis politiques, les associations, l’information, le régime électoral et le code communal et de wilaya, se trouve couronnée par la révision de la Constitution. C’est le couronnement du processus de réformes politiques en Algérie, qui inaugure d’une nouvelle ère souhaitée par toutes les forces vives de la nation.

M. Bouraib
M. Bouraib

N

4

a t io n

EL MOUDJAHID

N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme
N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme
N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme
N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme
N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme
N 4 a t io n EL MOUDJAHID commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme

commISSIon de laculture, de lacommunIcatIon et du tourISme à l’apn

M. Benmeradi annonce la tenue d’assises nationales

Des assises nationales du secteur du tourisme et de l’industrie de l’artisanat se tiendront du 14 au 17 du mois courant à la Safex. Un atelier de révision de la législation du secteur sera bientôt installé alors que deux décrets exécutifs seront révisés afin d’intégrer les autorités locales dans la promotion des activités artisanales et touristiques avec pour but de faciliter l’acte d’investissement.

D e nouvelles mesures sont proposées pour la mise en œuvre d’un projet de programme de développement de

l’industrie artisanale sur dix ans. tels sont quelques-uns des éléments de l’exposé d’évaluation du secteur qui ont été présentés hier devant les membres de la commission de la culture, de la communication et du tou- risme, par le ministre du tourisme et de l’ar- tisanat, m. mohamed Benmeradi. les travaux — présidés par m. mohamed Guidji, président de la commission — se sont déroulés en présence du ministre des rela- tions avec le parlement, m. mahmoud Khe-

dri. a la veille de la saison estivale, le minis- tre du tourisme et de l’artisanat, m. moha- med Benmeradi, a présenté hier devant les membres de la commission de la culture, de la communication et du tourisme un état des lieux de la situation du secteur du tourisme et des activités artisanales relevant de son secteur. dans un monde où le tourisme occupe 10% du pIB et 8% de l’emploi à l’échelle in- ternationale, l’algérie, qui ne tire profit que de moins de 1% dans un secteur que la crise n’arrive pas à effleurer, planche sur une po- litique nationale en vue de redresser la situa- tion et d’exploiter les énormes capacités touristiques et artisanales avec la volonté de promouvoir la destination algérie en termes d’infrastructures d’accueil, d’hébergement,

en termes d’infrastructures d’accueil, d’hébergement, de qualité de services et de prestations. en procédant à

de qualité de services et de prestations. en procédant à l’évaluation des activités de son secteur, le ministre projette la vision de son programme dans la politique nationale de di- versification des ressources de l’économie nationale dans son cadre global hors hydro- carbures, s’appuyant sur les capacités et les potentialités nationales dont dispose le pays et qui demeurent inexploitées ou pas suffi- samment mise en valeur. la mondialisation des économies et la concurrence des produits obligent le pays à faire des choix stratégiques dans les secteurs porteurs de valeurs ajoutées et de richesse en termes d’emploi et de cré- neaux d’investissements productifs.

Un plan décennal et des axes de travail

aussi, le nouveau gouvernement compte prendre le taureau par les cornes et s’adapter à cette mondialisation et aux possibilités que lui offrent les atouts et les nouvelles infra- structures issues des investissements touris- tiques nationaux et étrangers opérés ces dernières années. une première logique se

met en place avec les dernières mesures prises par le premier ministre en direction de la lutte contre la bureaucratie dans le sens de faciliter l’acte d’investissements et de réunir les conditions de promotion de l’économie et de la diversification des sources de son finan- cement. l’exemple de l’implication des banques et des établissements financiers dans l’investissement, les formules de microcré- dits et d’octroi de crédits aux opérateurs éco- nomiques en sont des manifestations qui devront porter des résultats sur le terrain en accompagnant les efforts engagés. c’est dans ce cadre que le ministre du tourisme a décliné hier la politique du gou- vernement depuis 2001 affichant les grands axes du tourisme et ceux des activités arti- sanales. etablie sur la réhabilitation de la destina- tion algérie et la prise en charge des besoins des citoyens en termes de services et de pres- tations touristiques locales et nationales, la politique nationale repose sur quatre axes ar- ticulés autour de l’aménagement et la promo- tion des Zet au nombre actuel de 205 occupant une superficie de 35.000 hectares et un volume d’emploi faible dans la mesure où le secteur du tourisme compte 430.000 emplois et l’industrie artisanale 480.000 postes de travail disponibles. le second axe concerne le soutien aux projets d’investisse- ments nationaux et étrangers répertoriés en 813 projets pour 270 milliards de da en cours de réalisation dont 25% étrangers. le plan qualité des prestations se charge quant à lui d’agir sur la formation et les recyclages des personnels et enfin l’encouragement des algériens à visiter leur pays par des mé- thodes à innover. le programme se complète par un plan de travail avec le suivi des projets en question avec l’objectif d’atteindre 5% du pIB en 2015 et une plus grande participation du sec- teur dans la croissance économique natio- nale. d’autres mesures viendront s’ajouter à celles en cours à la faveur des ateliers de ré- flexions et des conclusions des assises natio- nales qui s’ouvriront la semaine prochaine sous le haut parrainage du président de la ré- publique au palais des pins maritimes. Houria Akram

5 e Salon InternatIonal de l’equIpement HoSpItalIer et médIcal

La technologie au service de la santé

a célébration de

la journée mon- diale de la Santé

a été marquée par l’ou- verture de la cinquième édition du Salon inter- national de l’équipe- ment hospitalier et médical et du médica- ment qui a eu lieu, hier, au palais des exposi- tions. un Salon qui se

tient jusqu’à jeudi pro- chain. placé sous le pa- tronage de ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospi- talière, cet événement majeur pour le secteur occupe une superficie de 4.000 mètres carrés d’espace commerciali- sés répartis entre trois bâtiments et un patio pour les espaces exté- rieurs et qui regroupe une large nomenclature de produits (matériels) admis à cette exposition répartie en six familles comprenant 252 activi- tés relevant de la tech- nologie médicale, de laboratoire, de physio- thérapie, de consomma- ble, de nouvelle technologie et de divers services. ces journées connaîtront par ailleurs la participation de spé- cialistes algériens mais aussi étrangers, venus de France, du maroc et du niger, pour faire par- tager leur expérience et savoir-faire dans le ma- nagement hospitalier des deux continents, eu- ropéen et africain.

L

un nombre impor-

tant de visiteurs profes- sionnels est attendu à cette grande manifesta- tion scientifique. Il s’agit de médecins et de spécialistes dans diffé- rentes disciplines médi- cales, d’opérateurs en matière de distribution d’équipement médical, d’acheteurs, ainsi que les étudiants en méde- cine, pharmacie, chirur- gie-dentaire qui seront au rendez-vous lors de ces cinq journées dont le coup d’envoi a été donné par des représen- tants du ministère de la Santé. ces derniers se disant satisfaits de l’ini- tiative, ont longuement insisté sur le dynamisme des jeunes exposants, ce qui démontre, selon eux, des connaissances et de la formation quali- tative dont ils ont béné- ficié. le SIeHm répond en quelque sorte aux ob- jectifs visés par le sec- teur qui entreprend un vaste chantier de remise à niveau et de moderni- sation de ses structures. Il s’agit notamment de la réalisation de nou- velles infrastructures vi- sant une meilleure prise en charge des patients et la réduction substan- tielle des écarts en ma- tière de prise en charge sanitaire entre les diffé- rentes régions du pays. S. Sofi

moHammed-Saïd Benmerad, dG de l’aménaGement et de l’attractIVIté du terrItoIre au mInIStère de l’enVItonnement

“Nos villes ont besoin d’un Master Plan”

« on ne peut pas construire que des logements, des infrastructures et des cités sans vie.» c’est le constat dressé par mohammed Saïd Benmerad, directeur général de l’aménagement et de l’attractivité du territoire au ministère de l’environnement, lors de son passage, hier, sur les ondes de la radio chaîne III. de prime abord, il préconise un « master plan » qui permettra de réaliser « de véritables villes où la verdure et les espaces de loisirs trouveront toute leur place ». ce schéma, précise m. Benmerad, « sera mis en place par des équipes pluridisciplinaires dont la préoccupation majeure est de parvenir à un nouveau cadre de vie des algériens, lequel leur permettra, notamment d’éviter les agressions et toutes formes de violences.» pour y parvenir, l’invité de la radio met en relief la « nécessité de travailler dans la durée et de tirer les meilleurs enseignements des années précédentes durant lesquelles on construisait dans l’urgence. » dans ce contexte il rappellera le fait qu’il y a quelques semaines de cela, abdelmalek Sellal a décrété la fin de cités dortoirs et a donné des instructions pour que s’arrête cette anarchie urbanistique. la solution préconisée par le chef de l’exécutif tient dans la création d’établissements publics à caractère industriel et commercial (epic). Selon m. Benmerad, cette décision s’«impose» et, aujourd’hui, l’urgence consiste à « trouver ensemble les paramètres à éviter, pour ne pas rééditer les erreurs des villes nouvelles d’ali mendjeli ou encore de ain el melha ». pour la première cité, « un plan de rattrapage, quoique coûteux, a été déjà entamé. mais, il faut examiner d’abord d’une manière plus sereine la question », a-t-il affirmé.

Schéma directeur d’aménagement des aires métropolitaines

Si son programme table sur le bannissement des villes-dortoirs, le département de l’environnement consacre également « un schéma directeur d’aménagement des aires métropolitaines, validé il y a une dizaine de jours », ajoute m. Benmerad. a alger, oran, annaba, constantine, il spécifie que « les citoyens ne doivent pas vivre par défaut ». la capitale, relève-t-il, « doit changer de visage, retrouver le blanc dont elle s’est toujours drapée depuis des millénaires et demeurer un modèle de propreté dont s’étaient inspirés un grand nombre de pays. » encore une fois, le dG de l’aménagement et de l’attractivité du territoire appelle tous les acteurs concernés par l’environnement à « prendre le temps nécessaire et réfléchir à des solutions durables ». le

département qu’il représente trouve, d’autre part, « possible de s’entendre avec des autres secteurs sur les paramètres qui exigent la

réalisation des nouvelles cités ». quelles soient anciennes ou récentes,

« notre souci est de préserver le cachet particulier de chacune de nos villes.» répondant à certaines assertions relatives à l’«implantation

risquée» de la nouvelle ville de Sidi abdallah, l’invité de la chaîne

III rassure que « même des études de micro zonage ont été

effectuées.» et d’ajouter : « Je ne pense pas qu’on n’ait pas pris le risque sismique en considération.»

Neuf espaces de programmation territoriale existent

quant à la tâche confiée au ministère de l’environnement, l’hôte de la radio précise qu’elle ne concerne pas la construction. « notre

mission est transversale, elle est enrichissante et difficile. on travaille avec une multitude d’acteurs dont les préoccupations ne sont pas toujours prioritaires, mais avec qui nous sommes censés jouer sur les mêmes partitions.» l’objectif de tous les intervenants est d’accorder les violons et de travailler dans le qualitatif pour que « nos villes puissent regrouper

les meilleures commodités, car une ville sans activité, n’a pas de

sens », diagnostique m. Benmerad. activant sur plusieurs fronts, le

département de l’environnement compte gagner la bataille contre le

« phénomène d’auto-intoxication qui nous renvoie une réalité plus

dangereuse qu’elle ne l’est en réalité.» a propos des décharges publiques, m. Benmerad rappelle qu’elles se ferment « graduellement ». le centre d’enfouissement technique d’ouled Fayet qui intègre le parc des Grands Vents, « sera dans quelques années un endroit agréable pour les promenades.» dans un autre contexte, le responsable du département de l’environnement passe en revue le plan de l’aménagement et de

l’attractivité du territoire, adopté il y a une semaine et qui se décline

au niveau local, régional et de wilaya. « neuf espaces de

programmation territoriale existent », indique-t-il. désormais, il sera

temps pour les « wilayas ayant des caractéristiques similaires ou complémentaires de mutualiser les efforts.» pour m. Benmerad, « il ne faut pas que chaque wilaya s’enferme dans une frontière administrative et fonctionne comme une petite entité. on veut construire un développement qui puisse mettre en branle des moyens, outre ceux de la wilaya.» Fouad Irnatene

La qualité et la sécurité des soins au premier plan

« la qualité et la sécurité des soins » font l’objet de journées d’étude organisées en marge de la 5 e édition du SIeHm. ce thème choisi à travers cette manifesta- tion regroupe, selon les organisateurs, l’ensem- ble des démarches et des actions qui permettent d’assurer un niveau de qualité des soins optimal grâce aux bonnes pratiques, reconnues au ni- veau national et international, ajouté à cela, une bonne gestion des risques pour éviter les consé- quences indésirables au cours de la prise en charge du patient. cette dernière nécessite une approche managériale des risques et de la qua- lité, pour atteindre une certaine performance dans le domaine de la santé. les principaux ob- jectifs de cette gestion des risques, est ceux d’assurer la sécurité des soins et de la prise en charge du patient, de réduire la iatrogénie liée aux produits de santé, au risque infectieux et enfin, permettre la continuité des soins en cas de crise ou de risques exceptionnels tout en as- surant la sûreté de fonctionnement des organi- sations et institutions. les thèmes abordés toucheront à la matério-vigilance et le système de veille biomédicale pour la sécurité du pa- tient. ce thème sera abordé par le professeur abdelkader Hellali, directeur du centre natio- nal de pharmacovigilance et de matériovigi- lance « cnpm » et médecin spécialiste en pharmacovigilance clinique à l’université de médecine lausanne, Genève en Suisse. autre thème évoqué à cette occasion ; « l’interopérabilité des systèmes d’information de santé » qui sera présenté par m. Gérard domas, président d’Interop Santé de France. Il s’étalera sur les définitions et principes métho- dologiques, l’approche processus à travers des exemples, la maturité des standards et rédaction d’un cahier des charges. toutes ces présenta- tions ainsi que d’autres seront suivies par un débat.

S. S.

lundi 8 avril 2013

N

ation

5

EL MOUDJAHID

LE PROFESSEUR ABDELOUAHAB BENGOUNIA AU FORUM D’EL MOUDJAHID

“Il faut légiférer dans l’intérêt de la santé publique”

Le professeur Abdelouahab Bengounia, spécialiste en épidémiologie et médecine préventive au CHU Mustapha-Bacha a,
Le professeur Abdelouahab Bengounia, spécialiste en
épidémiologie et médecine préventive au CHU
Mustapha-Bacha a, à l’occasion de la journée mondiale
de la Santé, animé une conférence au Centre de presse
d’El Moudjahid, au cours de laquelle il a interpellé les
pouvoirs publics sur l’importance d’une politique
sanitaire préventive, car elle permet de préserver la
santé et, surtout, elle est moins onéreuse que la politique
curative.
T ous les spécialistes s’accordent
à dire que la santé n’a pas de
prix, mais a un coût. Dans
du quart des hommes continuent de
fumer. Et en l’absence de veille
sanitaire et de prévention primaire,
notre pays, selon le professeur
Bengounia, près de 50 milliards de
dollars ont été, en l’espace de dix ans,
investis dans le secteur de la santé
sans pour autant atteindre les
objectifs escomptés. Pour le
spécialiste de la médecine préventive,
tous les efforts doivent être orientés
vers la prévention, rappelant, dans ce
contexte, que la politique préventive
menée au lendemain de
l’indépendance avait fait ses preuves
d’efficacité sur le terrain. Pour lui,
actuellement, il y a un relâchement
des activités de prévention,
notamment avec les pénuries
cycliques des vaccins. Prévenir vaut
mieux que guérir n’est pas
simplement un slogan creux, mais il
est impératif d’opter pour la
sensibilisation ; cependant, les
campagnes doivent avoir lieu toute
l’année si, dira-t-il, on veut préserver
la santé des citoyens. Le professeur
dira que le monde lutte contre le
tabagisme, alors que chez nous, plus
l’Algérie est passée de zone de transit
à un pays consommateur de drogues.
L’hépatite C, signalée dans seulement
28 wilayas de l’Est et du Centre en
2001, s’est rapidement étendue
depuis 2007 à tout le pays. Le
professeur estime que la politique
curative entamée en 1986, avec la
création des 13 CHU implantés, a été
plus budgétivore. En plus,
l’organisation et le fonctionnement
des CHU ont exclu les soins de
santé primaire. Le professeur n’y va
pas avec le dos de la cuillère pour
mettre en exergue la défaillance qui
caractérise nos hôpitaux : mauvaises
conditions de la pratique médicale ;
prise en charge défaillante des
pathologies lourdes (cancer,
insuffisance rénale,
polytraumatisés…). Pour lui, le
secteur public a connu une régression
à partir de 1988 avec la libéralisation
de la santé. Et c’est là où l’on a
assisté à un «exode» vers le secteur
privé, dont tout le monde connaît les
conséquences aujourd’hui. Le
professeur Bengounia est convaincu
qu’aucun pays ne dispose d’un
système de santé parfait, mais il
estime que toute loi ou toute réforme
doit être faite par ceux qui sont sur le
terrain et que c’est loin d’être un
schéma ou un organigramme que l’on
trace sans pour autant faire des bilans
pour remédier aux carences. Il faut,
dira-t-il, légiférer dans l’intérêt de la
santé publique. Nora Chergui
Ph : T. Rouabah

Des acquis et des défis

L’ Algérie a réalisé de précieux acquis en matière de santé publique. On peut citer, notamment l’éradication du pa-

ludisme et de la poliomyélite, le contrôle des maladies du PEV (le programme élargi de vac- cination), des MTH (maladies à transmission hydrique), du RAA (rhumatisme articulaire aigu) et des pathologies liées à la malnutrition, etc. Cela étant, affirme le P r. Abdelouahab Bengounia, nous sommes aujourd’hui à l’ère de la médecine préventive et prédictive. «Dans les pays riches, les politiques de santé ne sont plus au curatif. La satisfaction des besoins de santé des populations (habitat, eau potable, nu- trition, éducation, espaces verts, sports et loi- sirs, routes, électricité, etc.) et l’éviction des facteurs de risque sont plus efficaces pour l’amélioration de leur état de santé que la ré- ponse ponctuelle à leur demande de soins», soutient l’orateur. Poursuivant ses propos, il

notera que parmi les 57 millions de décès en- registrés dans le monde en 2008, 36 millions — soit 63% — sont dus aux maladies non transmissibles (MNT) et 21 millions (37%) aux maladies transmissibles (MT). Viennent en tête des causes de décès par MTN les maladies cardiovasculaires avec 17 millions de morts, soit 47%. Elles sont suivies des cancers avec 7,2 millions (21%) et des maladies respira- toires chroniques (12%). Les diabètes sont di- rectement responsables de 3,5% des décès par MNT. Le conférencier a souligné qu’«en termes de décès attribuables, les principaux facteurs de risque comportementaux et physio- logiques à l’échelle mondiale sont l’hyperten- sion artérielle (HTA), à laquelle 13% des décès dans le monde sont attribués, suivie par le ta- bagisme (9%), l’élévation de la glycémie (6%), l’inactivité physique (6%) et le surpoids ou l’obésité (5%). S’exprimant, d’autre part, sur

les pathologies tumorales, il indiquera que plus des deux tiers des décès par cancer intervien- nent dans les pays à revenu faible ou intermé- diaire et résultent en majorité d’atteintes de poumon, du sein, du côlon ou du rectum, de l’estomac ou du foie. Les facteurs de risque du cancer incluent les quatre principaux facteurs de risque des MNT, en l’occurrence le taba- gisme, l’inactivité physique, la mauvaise ali- mentation et l’usage nocif de l’alcool. Toutefois, des maladies infectieuses comme les hépatites B et C (toutes deux associées au can- cer du foie), le papillomavirus humain (associé au cancer du col de l’utérus) et la bactérie he- licobacter pylori (associé au cancer de l’esto- mac), sont également à l’origine des décès par cancer dans les pays à revenu faible ou inter- médiaire et seulement de 9% des décès de cette nature dans les pays à revenu élevé. Par ail- leurs, de l’avis du conférencier, les Algériens

n’ont pas une bonne hygiène de vie. «Nom- breuses et nombreux sont les femmes et les hommes qui fument, et c’est trop, sachant que le tabac nuit énormément à la santé. Le tabac tue et il est impératif d’intensifier les cam- pagnes d’information et de sensibilisation y af- férentes.» Le P r. Abdelouahab Bengounia mettra en relief également «l’importance d’in- troduire, dans notre pays, des préventions spé- cifiques». Il rappellera, dans ce contexte, qu’il existe outre-mer nombre de vaccins ayant prouvé leur efficacité pour la prévention des cancers associés, à l’image du vaccin contre le papillomavirus humain (2006). Enfin, le confé- rencier plaidera pour le bilan de santé systéma- tique. Selon lui, «l’avant-projet de loi y afférent existe depuis 2002. Mais à ce jour, la loi n’a pas été examinée au niveau de l’APN». Soraya G.

TIZI-OUZOU

Qualité des soins et sécurité des patients en débat au CHU Nedir-Mohamed

séminaire-atelier sur la qualité des

soins et la sécurité des patients

s’est ouvert, hier, au bloc pédagogique du centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed de Tizi-Ouzou. Ce séminaire-atelier, que devaient animer d’éminents professeurs venus des différentes universités et centres hospitalo-universitaires nationaux et étrangers, notamment de France et Côte d’Ivoire, est organisé dans l’objectif de «définir les indicateurs d’évaluation de la qualité des soins à adopter dans le contexte local et régional», «de réfléchir à une stratégie en vue d’une amélioration» et «de proposer une démarche méthodologique dans le cadre d’accréditation des établissements de santé algériens», a indiqué le professeur et directeur général du CHU Nedir-Mohamed, M. Abbès Ziri, lors de son allocution d’ouverture des travaux de cette rencontre scientifique qui durera deux jours. Pour le professeur Ziri, «la sécurité des patients et la lutte contre les événements indésirables liés aux soins

U

n

international

constituent une préoccupation croissante dans le domaine de la santé mondiale. Ainsi, des indicateurs de sécurité des patients (ISP) ont été définis et validés par des organisations internationales afin de pouvoir mesurer et comparer la qualité de soins chez les différents prestataires de soins.» Le DG du CHU de Tizi-Ouzou a également souligné que l’impact des actions entreprises en Algérie dans le cadre des réformes des établissements de soins, en accordant une priorité à l’amélioration de la qualité de soins de façon à obtenir un meilleur rendement des moyens investis, a été ressenti par les patients et le personnel soignant de façon subjective et différente d’un établissement à un autre, car aucune analyse rationnelle n’aurait été faite à nos jours et aucun travail de recherche sur les outils d’évaluation n’existe à l’échelle nationale. «Une étude de longue durée permettrait d’établir un bilan de connaissances et des outils indispensables pour déterminer les besoins spécifiques des patients

hospitalisés dans nos établissements de soins, et ce, dans la perspective de développer une stratégie pour les années à venir , a-t-il, par ailleurs, préconisé, précisant que le CHU qu’il gère est le premier établissement hospitalier au niveau national à avoir lancé «un travail sur la qualité des soins pour connaître l’appréciation des patients sur la qualité des soins prodigués au niveau de notre structure de santé». Plusieurs communications traitant de la qualité des soins et de la sécurité du patient dans les établissements de santé et de l’expérience acquise en la matière des pays participants à ce séminaire-atelier seront données et débattues durant les deux journées de cette rencontre, qui constitue également une occasion d’échange d’expertises et de savoir- faire des experts internationaux présents. Des recommandations seront élaborées à l’issue de cette rencontre scientifique internationale, a annoncé le professeur Abbès Ziri.

Bel. Adrar

LUTTE CONTRE LE TRACHOME

M. Ziari lance depuis Adrar une campagne de prévention

Le ministre de la Santé, de la Popula- tion et de la Ré- forme hospitalière, M. Abdelaziz Ziari, a lancé, hier depuis la wilaya d’Adrar, une campagne na- tionale intensive de lutte contre le tra- chome dans le Sud. «Cette campagne constitue un défi de grande importance qu’il appartient de relever avec le concours des spécia-

listes et des diffé- rents partenaires dans les régions du Sud», a souligné le ministre. Un plan national a été élaboré avec la collaboration de spécialistes et des différents partenaires des secteurs de l’éducation et des col- lectivités locales, et avec la mobilisation des moyens du secteur. Ces derniers sont représentés par 40 ophtalmologues de différents CHU du pays, de 300 praticiens de la santé scolaire, de 100 médecins des unités de soins de base et de 400 paramédicaux. Cette ressource humaine a été répartie en 40 équipes chargées de consulter 580.000 élèves environ au niveau de 2.341 écoles primaires, dans 12 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux.

APS

environ au niveau de 2.341 écoles primaires, dans 12 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux. APS

N

6

ation

EL MOUDJAHID

L’engagemenT De TeBBoune

“2013 sera l’année de la relance des projets de logement”

Qualifiant les réalisations du secteur de l’habitat d’« assez moyenne », le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune a indiqué, hier, que « le taux d’avancement du programme quinquennal 2010-2014 est de 63%, avant d’ajouter que nous espérons qu’à la fin 2013 on puisse atteindre les 80%. »

A nnonçant le lancement de pro- jets de plus de 650.000 unités en 2013, le ministre de l’Ha-

bitat a réitéré son engagement de « faire de l’année 2013 celle de la re- lance des projets de logement ». « nous nous engageons à lancer 650.000 logements durant l’année 2013 », a-t-il affirmé. evaluant le secteur, m. Tebboune a noté « une évolution » tout en relevant un écart entre les différentes wilayas. Cer- taines, a-t-il dit, ont enregistré « des résultats positifs à encourager, alors que d’autres accusent un retard qu’il faut rattraper le plus rapidement pos- sible ». « Ce n’est pas ce que nous voulions, c’est un peut en deçà de ce qui a été arrêté », a déclaré le ministre de l’Habitat. Intervenant, hier, lors d’une réunion d'évaluation des réali- sations du secteur de l'habitat du 1 er trimestre 2013, le premier responsa- ble du ministère a argumenté que les explications sont nombreuses, « le

premier trimestre financier a démarré en retard et puis nous avions les bi- lans 2012 à faire », dit-il, « c’est pour cette raison que je ne leur en veux pas beaucoup ». « Pour le 2 e trimestre, il n’y aura aucune excuse pour ne pas atteindre nos objectifs tels que nous les avons tracés », a-t-il insisté. « Ce sont ces objectifs-là qui donneront le tempo pour la fin de l’année afin de rattraper le retard. » Programmée sur deux jours au siège de la mutuelle générale des matériaux de construc- tion de Zéralda, les travaux de cette réunion d’évaluation du premier tri- mestre 2013, présidée par le ministre de la tutelle, a regroupé les directeurs de wilayas du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, notamment les direc- teurs des offices de promotion et de gestions immobilières (oPgI) et ceux du logement et des équipements publics (DLeP). Par ailleurs, le mi- nistre a indiqué qu’« une décision a été prise, par le Premier ministre, m.

Ph : Wafa
Ph : Wafa

abdelmalek Sellal, pour lancer im- médiatement un minimum de 10.000 logements à Sidi abdellah ». « Le reste suivra après », a-t-il précisé. en ce qui concerne la ville de Bouinan, située dans la wilaya de Blida, le ministre a affirmé que « dès demain on peut lancer plus de 9.800 logements, l’entreprise est déjà choi- sie, dans les 20 jours qui arrivent, le Premier ministre déposera la pre-

mière pierre qui donnera le feu vert du démarrage de l’opération aaDL/LPP pour la wilaya d’alger. » Le ministre a annoncé que « les inscriptions au programme du loge- ment public promotionnel (LPP) dé- buteront avant fin avril ». « on se penche actuellement sur les dernières retouches pour l'ouverture des ins- criptions au programme LPP avant fin avril. annoncée fin 2012, cette

nouvelle formule, purement commer- ciale, est destinée à la classe moyenne dont le revenu mensuel os- cille entre 108.000 et 216.000 dinars et qui ne sont donc pas éligibles à l’aide de l’etat pour accéder au loge- ment. « Le financement des LPP se fera par le Crédit populaire d’algérie (CPa) », a-t-il souligné. en ce qui concerne les citoyens qui ne sont pas initiés aux textes de loi d’extraction de terres agricoles et autres, le minis- tre a ouvert une parenthèse pour af- firmer que « les terres qui font objet d’extraction du domaine agricole sont des terres à très faible potentia- lité ». Soulignant que ces terres sont généralement céréalières, le ministre de l’Habitat a précisé que « le Prési- dent de la République ainsi que le Premier ministre interdisent de tou- cher aux terres agricoles à rendement élevé ou moyen. » Évoquant la loi 08/15 relative à la conformité et la fi- nalisation des constructions, le minis- tre a insisté avec une "obligation" pour « les oPgI et l’emPI ainsi que l’aaDL d’accélérer l’opération im- médiatement ». « J’avais donné comme objectif décembre, pour régu- lariser la situation des citoyens vis-à- vis du permis de construire et la possession des terres », a-t-il affirmé. Sihem Oubraham

LuTTe ConTRe L’HÉRÉSIe eT Le PRoSÉLyTISme

L’éducation et la culture, un rôle majeur

L e ministre des affaires reli- gieuses et du Wakf, m. Bouab- dallah ghlamallah, a estimé,

dimanche à Constantine, que c’est "par la culture et l’éducation que l’on vainc le prosélytisme et l’hérésie qui dénature l’islam authentique et non par la répression." Le ministre a indiqué, au cours d’un point de presse improvisé à l’is- sue d’une visite de travail dans cette wilaya, que "la protection de la popu- lation, notamment les jeunes, contre cette forme de propagande doit né- cessairement impliquer l’université, l’école et les médias qui devront transmettre les risques de telles intru-

sions dans la société algérienne". Le vide culturel constitue le "dévelop- peur principal de ces maladies" que des étrangers ont tenté de répandre dans plusieurs régions du pays, a ajouté m. ghlamallah, soulignant que ces prosélytes qui ont été chassés des mosquées ont tenté de trouver refuge dans des maisons d’algériens. Répondant à une question au sujet de la "menace" que constitue le cou-

rant salafiste, le ministre a considéré que "nous sommes des salafistes au- thentiques (ceux qui suivent la tradi- tion des prédécesseurs, ndlr), mais il

y aurait problème si nous emprun-

tions une autre voie se substituant à

BaRBaCHa

cette noble tradition". S’agissant des travaux de réalisation de la grande mosquée d’alger, le ministre a af- firmé que la cadence est respectée et que les travaux avancent conformé- ment au calendrier arrêté. a son arri- vée à Constantine, le ministre avait ouvert les travaux de la cinquième édition du séminaire international sur la Sunna, puis inspecté les chantiers de construction d’une mosquée et d’une école coranique à ain Smara, avant de poser la première pierre d’une mosquée à la nouvelle ville ali mendjeli.

APS

Les affaires de la commune seront gérées par le secrétaire général

L a situation de blocage du fonc- tionnement de l’assemblée populaire communale (aPC)

de Barbacha semble trouver une issue après que le wali de Bejaia eut signé la semaine dernière une note qui transfère la gestion de la com- mune au secrétaire général, en l’oc- currence adnane Toufik, en l’absence de l’assemblée communale élue et du président de l’aPC, source

du conflit qui perdure depuis les ré- sultats des élections du 29 novembre dernier. La désignation de adnane pour gérer les affaires de la commune

a été favorablement accueillie par la

population de la commune et les élus

du PST qui ont procédé dans le passé

à la paralysie de la commune depuis

quatre mois. en effet, plus de 400 travailleurs de la commune n’ont pas perçu de salaires depuis trois mois et

les services de l’état civil tournent au ralenti. en attendant du nouveau sur le sort de l’assemblée communale, le secrétaire général de la commune dé-

bloquera les salaires des travailleurs et remédiera au fonctionnement des différents services. avec cette note du

wali, la commune ne sera pas privée de budget et les chantiers en cours se- ront ainsi lancés de nouveau. M. Laouer

ILLIZI

Des entreprises pétrolières nationales s'engagent à former des jeunes

P lusieurs entreprises nationales pétrolières activant dans la wilaya d’Illizi ont assuré former les jeunes de cette wilaya à travers l’apprentissage dans les spécialités liées au domaine des hydrocarbures, lors d’une rencontre de

concertation, présidée samedi soir par le wali d’Illizi, m. ali madoui, et consacrée à l’examen des perspectives de l’emploi dans cette wilaya et à l’application de l’instruction du Premier ministre relative au dossier de l’emploi dans le Sud du pays. m. madoui a présenté, dans ce cadre, le bilan des offres d’emplois dispo- nibles et les observations soulevées par l’agence locale de l’emploi durant le pre- mier trimestre de l’année en cours, en plus du bilan d’apprentissage au niveau des différentes entreprises pétrolières activant dans cette wilaya. Il a indiqué, dans ce contexte, que toutes les sociétés de sous-traitance opérant au niveau de la wilaya d’Illizi ont été recensées. Les responsables de l’entreprise nationale de forage (enaFoR) ont assuré, lors de cette rencontre de concertation, que leur entreprise s’engage à aider les jeunes de la région dans les domaines de l’emploi et de l’ap- prentissage, à travers l’ouverture de 56 postes d’apprentissage au niveau de sept de ses ateliers, avec possibilité d'insertion de ces jeunes au terme de la durée de leur apprentissage. Les responsables de l’entreprise nationale des travaux aux puits (enTP) ont indiqué, pour leur part, que cette entreprise dispose de 54 ateliers au niveau de six wilayas, dont celle d’Illizi, soulignant, dans ce cadre, "la néces- sité de former ces jeunes afin de pouvoir les embaucher au niveau de l’entreprise". Ils ont fait part aussi de l’engagement de l’entreprise à assurer une qualification pour des diplômés d’universités et d’instituts nationaux, ainsi que les jeunes dé- sireux de bénéficier d’une formation par apprentissage dans le secteur. Les responsables de l’entreprise nationale des services des puits (enSP) ont indiqué que l’entreprise dispose de six sites à travers la wilaya d’Illizi, suscepti- bles de permettre d’embaucher un nombre considérable de jeunes de cette wilaya, en coordination avec l’agence locale de l’emploi.

DRogue eT ToxIComanIe

L’approche sanitaire en pole position

“Les stratégies pénales et sanitaires dans le traitement de la toxicomanie”, tel est le thème d’un séminaire régional de deux jours, qui s’est ouvert hier à l’hôtel Safir- mazafran de Zeralda (alger), sous la présidence du secrétaire général du ministère de la Justice, en présence de nombreux cadres et spécialistes du domaine, venus de plusieurs wilayas du pays et de France. organisé par l’office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (onLCDT), avec la collaboration de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (France), ce séminaire régional Centre (deux autres sont prévus à l’est et à l’ouest du pays) a pour but de “sensibiliser et de mettre en exergue l’intérêt accru du traitement sanitaire des toxicomanes et le choix judicieux fait par les pouvoirs publics pour cette option,

conformément à la loi du 25 décembre 2004 qui considère la personne qui prend de la drogue comme une victime, un malade, a déclaré m. mohamed Zougar, directeur de l’onLCDT. L’ampleur du phénomène et la complexité des cas des toxicomanes, dont bon nombre d’entre eux finissent comme délinquants, sont certainement derrière cette approche sanitaire de la problématique (en lieu et place du traitement pénal de la toxicomanie) qui se veut aussi, et surtout, un choix volontaire des personnes concernées qui entre dans le cadre du processus judiciaire de lutte contre la drogue et la toxicomanie, à défaut d’être poursuivies par voie pénale, uniquement, a ajouté le même responsable, en faisant miroiter les nombreux avantages de cette option, notamment l’abandon des poursuites judiciaires, justement.

Il faut se rendre à l’évidence, cependant, le trafic de la drogue a pris ces deux dernières années une ampleur démesurée au regard des quantités saisies par les services de lutte (gn, DgSn et Douanes),

lesquels font état de 157.382 kg de kif, de 182.856 g de cocaïne, 6.073 g d’héroïne ainsi que 937.660 comprimés de psychotropes saisis en

2012.

Le bilan des deux premiers mois de l’année 2013 montre une réduction importante des saisies de stupéfiants par rapport aux deux derniers mois de 2012, certes, mais le danger persiste toujours pour l’algérie, pays de transit de la drogue et pour les jeunes qui s’exposent à ce fléau. Les conférenciers qui se sont succédé à la tribune ont abordé plusieurs points en relation avec l’approche judiciaire de la lutte contre la drogue et la toxicomanie, s’agissant

d’abord de l’enquête et de la procédure judiciaire, des outils juridiques et pratiques des procureurs et des juges d’instruction en algérie et en France, avant d’arriver à l’approche sanitaire de la toxicomanie dans le processus judiciaire. La détention et la toxicomanie en milieu carcéral, l’expérience de l’injonction

thérapeutique en algérie et en France, ainsi que le rôle préventif de la police dans ce domaine constituent les autres aspects de la question qui seront débattus le deuxième jour avant la présentation des recommandations du séminaire. Mourad A.

53 CIST et 15 centres de désintoxication prévus

Dans le cadre de l’effort fourni par les pouvoirs publics en matière de prise en charge médicale des toxicomanes, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a initié, en 2007, un programme pluriannuel de réalisation de 53 Centres intermédiaires de soins pour les toxicomanes (CIST) et 15 Centres de désintoxication (CD) à travers le pays. 23 CIST sont déjà opérationnels, et 2 CD, achevés et équipés, ouvriront très prochainement à Béchar et Tamanrasset.

N

EL MOUDJAHID

a t io n

7

Bensalah à la conférence annuelle du forum de Bo'ao

L'Afrique et l'Asie peuvent aspirer ensemble à un monde plus stable

L'Afrique et l'Asie peuvent apporter «beaucoup» à la croissance de l'économie mondiale et aspirer à «un monde plus stable», a affirmé hier, à Bo'ao (Chine), le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah.

nsemble, l'afrique et l'asie peuvent ap- porter beaucoup à la

croissance de l'économie mon- diale, à l'éradication de la pau- vreté, à la préservation de l'environnement, à un monde plus stable, plus sur et plus solidaire», a indiqué m. Bensalah dans son in- tervention lors d'une table ronde, organisée dans le cadre de la conférence annuelle du forum de Bo'ao, sous le thème «l'afrique :

renaissance du vieux continent». Pour m. Bensalah, qui représente le président de la république à ce forum, la jeunesse de la population africaine, son dynamisme, l'élar- gissement constant de ses classes moyennes, lui ouvrent des pers- pectives «réelles à un essor continu» de ses marchés. «cette nouvelle frontière de l'économie mondiale offre une opportunité plus bénéfique pour l'expansion des relations avec l'asie sur la base du principe gagnant-gagnant et de l'intérêt mutuel», a-t-il soutenu. m. Bensalah a précisé qu'un demi siè- cle après les indépendances, l'afrique apparaît comme un «continent émergent», qui dispose d'atouts «considérables» en res- sources minérales notamment et en ressources humaines qui préfigu- rent «un rôle de plus en plus im- portant dans l'économie mondiale». Il a souligné, dans ce sens, que l'afrique pouvait bénéficier de la

« E

ce sens, que l'afrique pouvait bénéficier de la « E riche expérience de l'asie qui a

riche expérience de l'asie qui a fait du développement humain «la clé de voûte de la croissance dans une économie mondiale fondée de plus en plus sur le savoir». Il a indiqué, également, que 10 ans après le lan- cement de l'union africaine (ua) et du nouveau partenariat pour le développement de l'afrique (nePad), les efforts menés indi- viduellement et collectivement par les pays africains «avaient permis de franchir d'importantes étapes dans la dynamique de renaissance du continent». «le progrès dans la mise en place de l'architecture de pays de l'ua augurent d'une appropriation encore plus effective par l'afrique de la problématique de la paix et la

sécurité sur le continent», a-t-il en- core soutenu. Pour lui, l'ua et le nePad, en intégrant «pleine- ment» la dimension du genre dans les programmes, reflètent «un en- gagement clair» à promouvoir le développement «équilibré» et «la cohésion de nos sociétés à travers la participation effective de la femme à la vie politique, écono- mique et sociale». «dans le domaine économique, des avancées notables sont enre- gistrées, qu'il s'agisse d'adaptation des institutions économiques, de stabilisation du cadre macro-éco- nomique, d'accroissement de la mobilisation des ressources in- ternes, d'attraction des investisse- ments nationaux et internationaux,

ou d'augmentation des allocations de ressources au développement humain», a-t-il noté. le président du conseil de la nation a estimé, à ce propos, que la conjugaison de facteurs avait per- mis la réalisation d'un taux de croissance «appréciable» de 6 % entre 2000 et 2008, et une capacité de résilience face à la crise écono- mique et financière internationale, précisant que le potentiel de crois- sance de l'afrique à moyen terme est estimé à plus de 10 % par an. «Il n'est, dès lors, pas surprenant qu'aujourd'hui, l'afrique se voit reconnaître comme un nouveau pôle de croissance susceptible de contribuer significativement à l'impulsion de la relance de l'éco- nomie mondiale», a dit m. Bensa- lah. «Il reste que des contraintes structurelles persistent sur le che- min de la valorisation optimale du vaste potentiel que recèle le conti- nent», a-t-il cependant relevé. «Pour lui, ces contraintes sont à quatre niveaux, à savoir, a-t-il ex- pliqué, un déficit quantitatif et qualitatif en infrastructures de transport, d'énergie, d'hydraulique et d'information et communica- tion, une structure économique in- suffisamment diversifiée, l'étroitesse des marchés nationaux ainsi que la faiblesse des capacités entrepreneuriales et d'innovation. Il a estimé, dans ce cadre, que le programme de développement des infrastructures en afrique né-

cessitait une concentration des ef-

forts des africains et de leurs par- tenaires, en particulier asiatiques qui disposent d'une expérience et d'un savoir faire «avérés». evoquant les progrès réalisés par les pays africains ces dernières années, m. Bensalah a affirmé que «l'amélioration de la gouvernance s'est traduite par la consolidation du processus démocratique et de l'etat de droit dans la grande ma- jorité des pays» africains. «les élections libres et transparentes et l'alternance pacifique au pouvoir sont devenues la norme sur le continent. le rejet de l'accession au pou- voir par des voies non constitu- tionnelle est aujourd'hui une règle fermement établie», a-t-il ajouté. m. Bensalah a également précisé que le nombre de conflit armés avait «sensiblement baissé» et que «l'ua s'implique activement dans la résolution des crises qui persis- tent ainsi que dans la reconstruc- tion post-conflit». «le recouvrement des indépen- dances, souvent au prix de lourds sacrifices a réhabilité l'afrique comme terre de rayonnement civi- lisationnel et ouvert la voie à une dynamique de renaissance afri- caine», a-t-il dit, rappelant que le continent avait durant des siècles subi «les affres de l'esclavage, du colonialisme et de l'apartheid».

A PS

Le président du Conseil de la nation reçu par le président chinois

président du conseil de

nation,abdelkader Ben-

salah, a été reçu hier, à

Bo'ao (chine) par le président chi- nois, Xi Jinping, en marge de la conférence annuelle du forum asiatique de Bo'ao, dont les tra- vaux ont débuté samedi. m. Bensalah a remis au président chinois un message du président de la république, abdelaziz Bou-

L e

la

teflika. l'audience s'est déroulée

en présence du ministre des af- faires étrangères, mourad me- delci, et de son homologue chinois, Wang Yi. le président Bouteflika avait désigné le prési- dent du conseil de la nation pour le représenter au forum asiatique de Bo'ao du 6 au 8 avril à heinan (chine).

M. Medelci prend part au panel « Afrique »

L e ministre desaffaires étran- gères, m. mourad medelci, a pris part hier, au panel dédié

à l'afrique et intitulé «afrique, re- naissance d'un vieux continent», or- ganisé dans le cadre de la conférence annuelle du forum asia- tique de Bo'ao, dont les travaux ont débuté samedi. m. medelci a re- levé, à cette occasion, que l'afrique est un continent «ouvert» à la coo- pération avec l'asie. Il a également mis en avant les efforts déployés dans le cadre du mécanisme africain d'évaluation par les pairs (maeP) qu'il a qualifié

d'instrument «efficace, de transpa- rence et de bonne gouvernance». l'algérie était parmi les premiers pays qui se sont soumis à ce méca- nisme d'évaluation. le président du conseil de la nation, m.abdelkader Bensalah, représente le président de la république, m. abdelaziz Bou- teflika, aux travaux de ce forum qui se veut une plate-forme d'échanges entre tous les pays d'asie et entre l'asie et le reste du monde en ma- tière économique. créé officielle- ment le 27 février 2001, le forum a tenu sa première conférence en avril 2002.

le forum a tenu sa première conférence en avril 2002. contestatIon dans le monde araBe Des

contestatIon dans le monde araBe

Des experts dénoncent l’instrumentalisation des mouvements

des experts ont mis à l’index, samedi soir à marseille, l’instrumentalisation par certains pays occidentaux des mouvements de contestation populaires dans des pays d'afrique du nord et du Proche-orient, en «fabriquant» des «révolutions pilotées», destinées à déstabiliser les régimes en place, et à préserver leurs intérêts dans ces régions. le sahel comme nouveau foyer de déstabilisation régionale et internationale, en raison de la dissémination de divers ar- mements consécutive au conflit en libye et des menaces qui pèsent sur la sécurité des pays de la région, a aussi été évoquée par ces experts, réunis lors d’un colloque organisé à l’initiative de l’union des universitaires algériens et franco-algériens (ufac) sous le thème «Printemps arabes et guerre au sahel, acteurs et enjeux véritables». la tenue de cette rencontre est précisément dictée par «la menace avérée qui vise l’intégrité, la souveraineté et les ressources vitale des pays de ces régions», a souligné le pré- sident et fondateur de l’ufac, abdelkader haddouche. Intervenant à son tour, m me saida Benhabyles, ancienne ministre et Prix des nations unies pour la paix civile, a rap-

pelé l'intervention militaire de la france et de l'otan en libye. «Pour éviter tout quiproquo», elle a indiqué que sa prise de position concernant les «printemps arabes» est loin d’être une «défense des dictatures qui dirigeaient ces pays, encore loin une remise en cause des préoccupations et as- pirations légitimes des populations, telles que la liberté, la dignité, la justice sociale et la démocratie». Pour m me Benhabyles, le mal sociétal est «réel» mais le problème, a-t-elle ajouté, réside dans le fait qu’il a été «ins- trumentalisé» à des fins géostratégiques, économiques, «servant les intérêts de certains pays et non pas de ceux qui se sont soulevés dans ces régions». mezri haddad, ancien ambassadeur de tunisie à l’unesco, a considéré que la chaîne de télévision al Jazeera a joué un «rôle primordial», dans la manipulation de l’opi- nion internationale sur le mouvement de contestation popu- laire en tunisie. hasni abidi, directeur du centre d’étude et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Ge- nève) insisté dans son intervention sur l’intégration maghré- bine, estimant que les événements que vit aujourd’hui, le

monde arabe nécessitent une «réflexion sur cet espace ma- ghrébin tant rêvé». evoquant le sahel, Yves Bonnet, écri- vain, ancien député et directeur de la direction de la sécurité du territoire, considère que la situation qui prévaut dans cette région est «largement l’héritage du colonialisme eu- ropéen». «ce qui s’est passé en libye est le résultat d’une conspi- ration internationale. Je l’ai déjà dit et les événements m’ont donné raison car on a ouvert la cage aux oiseaux», a-t-il af- firmé. «en l’occurrence, ces oiseaux ce sont à la fois des terroristes d’al Qaïda et des armes qui se sont répandus dans le sahel, où se sont repliés les groupes armés du GIa et du GsPc, et contre lesquels l’armée et les services sécu- rité algériens ont remporté des succès très importants», a constaté cet ancien responsable du renseignement français. «après le chaos provoqué par les méfaits et les horreurs du terrorisme, l’algérie manifeste aujourd’hui, une grande stabilité», a observé par ailleurs,Yves Bonnet . A PS

Economie

8

EL MOUDJAHID

giSEMEnT MiniEr dE gArA djEBiLET

Un fort potentiel à capitaliser

Pour couvrir les besoins nationaux en fer et en acier, évalués à 5 millions de tonnes/an, le gouverne- ment examine actuellement la possibilité d’exploiter l’important gisement mi- nier de Gara Djebilet (130 km au sud-est de Tindouf), a annoncé samedi le minis- tre de l’Energie et des mines, Youcef Yousfi au cours d’une visite d’ins- pection à ce site, considéré comme le plus important au monde.

S elon le ministre, «ce projet est important et nécessite des in- vestissements de l’ordre de

10 à 20 mds de dollars» Le gise- ment de gara djebilet a été doté de plusieurs infrastructures dont une piste menant au chef lieu de wi- laya, et reliée à Béchar par une route sur 987 km. découvert en

1952, ce site minier renferme des réserves de fer estimées à 1,7 mil- liard de tonnes à 57% de fer. Le gi- sement est situé dans l’ouest du Sahara algérien, à 130 km au sud- est de la ville de Tindouf, près de la frontière algéro-mauritanienne,

à 380 km à vol d’oiseau de l’océan

Atlantique et à 1.600 km de la côte algérienne. En fait, si le dévelop- pement minier de tout pays dépend de trois principaux facteurs : la géologie, la réglementation, la pro- motion minière, l’Algérie rassem- ble, aujourd’hui, ces trois conditions pour permettre au sec- teur minier de renaître de ses cen- dres. une nouvelle lueur est venue

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

raviver la flamme du secteur mi- nier avec l’exploitation future de l’important gisement de gara dje- billet et des réserves encore emma- gasinées. Ainsi, la relance à grande échelle de cette activité fera, sans doute, le bonheur de la région et de tout le pays en favorisant la créa- tion de milliers postes d'emploi. Pour le gouvernement il s’agit non seulement d’essayer de redorer le blason de l'activité minière dans toute la zone ouest du Sahara algé- rien, mais aussi favoriser la créa- tion de postes d'emploi directs, une aubaine où chaque poste créé compte, tant le chômage y est élevé. Les responsables du secteur

n'y vont pas par quatre chemins, il est nécessaire de faire renaître le secteur minier afin de lui permettre de participer à la dynamisation de l'activité socioéconomique et au renflouement des avoirs de l'Etat en devises dans la mesure où une bonne partie de la production pour- rait être destinée à l'exportation. L'exploitation de ce gisement est perçu comme un meilleur choix

opéré dans le secteur minier dans la mesure où l'infrastructure de base est en place et que l'on peut facilement faire revivre cette ré- gion du pays. Selon de nombreux

experts, le secteur minier a encore de beaux jours devant lui, notam- ment avec l'avènement attendu de l'exploitation du gisement ghara djebillet qui se révèle un des plus grands gisements au monde. L’Al- gérie se lance dans la prospection et l’exploitation de son potentiel minier, également pour dynamiser le secteur industriel, augmenter l’exportation et améliorer la crois- sance économique nationale et le secteur minier constitue l’un des domaines sur lesquels le pays mise beaucoup pour atteindre ses objec- tifs de développement. L’exploita- tion de ces richesses vise à doter toutes les régions du pays d’instal- lations industrielles, facteurs de dé- veloppement local et génératrices d’emplois. Sur le marché mondial, les prix des métaux ne cessent d’augmenter, allant souvent au-

delà des records d’où le recours et l’intérêt particuliers pour la pro- duction et la transformation de ces matières. Cela dit, les spécialistes estiment que l’Algérie est un pays à géologie favorable. Sa position géographico-géolo- gique et son histoire en font un pays à fort potentiel où tous les ter- rains sont présents, tant du point de vue nature pétrographique que du point de vue âge ainsi que du point de vue évolution géodynamique, qui font que l’Algérie a connu une histoire très riche. il convient de savoir que ces ressources minières non renouvelables, pourraient re- présenter une bonne part des ex- portations et jouer un rôle crucial dans le développement par leur gestion raisonnée. Farid B.

le développement par leur gestion raisonnée. Farid B. EnErgiE Equilibre entre l'offre et la demande sur

EnErgiE

Equilibre entre l'offre et la demande sur le marché mondial du pétrole

Le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a indiqué samedi à Tindouf que le marché mon- dial du pétrole enregistrait un «équilibre» entre l'offre et la demande conduisant à la «stabilité» des cours du pétrole. répondant à une question d'un journaliste au terme d'une visite à Tindouf, M. Yousfi a réfuté l'infor- mation selon laquelle l'Organisation des pays exporta- teurs de pétrole (Opep) serait incapable de répondre à le demande mondiale, soulignant que le recul de la de- mande de brut par les grands pays industriels avait été contrebalancé par la hausse de la consommation des pays émergents, notamment la Chine, l'inde et le Brésil. Le marché mondial du pétrole est bien approvisionné et ne souffre d'aucun déséquilibre entre l'offre et la de- mande, a assuré le ministre, précisant que l'équilibre en- registré aujourd'hui en l'absence de spéculation conduisait à la stabilité des cours du pétrole. M. Yousfi a, par ailleurs, fait savoir que le ministère de l'Energie,

le groupe Sonatrach et l'Agence nationale de valorisa- tion des ressources en hydrocarbures (Alnaft) menaient actuellement une campagne pour expliquer aux com- pagnies étrangères la teneur de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, entrée en vigueur récemment, et les avantages d'un partenariat avec Sonatrach. il a, dans ce contexte, précisé que des compagnies étrangères avaient effectué récemment une série d'entretiens avec l'Agence Alnaft au cours desquels elles ont fait part de leur inten- tion d'investir dans le secteur des hydrocarbures en Al- gérie. M. Yousfi a rappelé que dans le cadre de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, les activités de pros- pection d'hydrocarbures avaient été intensifiées dans les différentes régions du pays, dont Tindouf où le groupe pétrolier poursuit ses efforts de prospection en dépit de difficultés techniques liées à la qualité du sol et la dis- tance de la couche géologique contenant les hydrocar- bures.

SECuriTE ALiMEnTAirE

Un enjeu stratégique

L e Forum des Chefs d’Entreprise organise, aujourd’hui, sous le haut patronage du Président de la république, un colloque

à l’hôtel Sheraton consacré à un sujet sensible, celui de la sécurité alimentaire avec comme problématique et questionnements de mettre en lumière les programmes qui réduiraient la dépendance en la matière et notamment dans deux filières stratégiques, à savoir celle des céréales et celle du lait.

Le programme de la journée a été riche, puis à l’issue d’une allocution de bienvenue du président du FCE M. réda Hamiani, d’une intervention introductive du président d’honneur du FCE, M. Omar ramdane et d’une intervention inaugurale du ministre de l’Agriculture et du développement rural, M. rachid Benaissa, il est prévu trois panels de spécialistes, le premier consacré au thème de «la production et des besoins nationaux» avec comme modérateur M. Salah Eddine Abdessemed, le second portant sur «les ex- périences des autres pays», modérateur Sid Ahmed Tibaoui et enfin un troisième panel sur «Que faut-il faire ? propositions d’élé-

panel sur «Que faut-il faire ? propositions d’élé- ments de politiques » fait par M. Brahim

ments de politiques » fait par M. Brahim Be- nabdeslem. Quelles sont les données de base de notre sécurité alimentaire en ce qui concerne les céréales ? la note de présentation du colloque fait état des éléments chiffrés suivants : «la

facture globale des importations de produits alimentaires a plus que triplé entre 2002 et 2012 passant de 2,7 milliards de dollars à 8,9 milliards de dollars et représente annuelle- ment une proportion de l’ordre de 15 à 20 % du montant total des importations de l’Algé- rie. Le montant des importations de céréales, l’un des produits qui constituent une part im- portante dans le modèle de consommation algérien, a enregistré entre 2002 et 2012 une hausse de plus de 150 % «avec un pic de 4 milliards de dollars enregistré en 2008» En ce qui concerne la consommation et son évolution, l’équation se présente ainsi «si la consommation évolue au rythme démographique, la production, fluctue quant à elle, au gré des aléas climatiques, les be- soins restent dans tous les cas couverts à 35/40 % par le recours à l’importation. En 2012, le volume d’importation s’est situé à 5,5 tonnes de blé dur et tendre pour compen- ser la faiblesse de la production qui n’a pas dépassé les 4,5 millions de tonnes» précise la note de présentation du colloque

Pour ce qui de la filière lait, en dix ans, 2002-2012, la facture des importations a connu un bond de 156 % en passant de 492 millions de dollars à 1,2 milliard de dollars avec un doublement de la consommation de lait par habitant entre 1969 (54 l /hab) et 2011(120 l/hab). Telles sont les grands agrégats qui doi- vent désormais pousser tous les acteurs éco- nomiques et institutions en responsabilité à réfléchir et concevoir des programmes en mesure de réduire cette vulnérabilité et d’al- ler vers de nouvelles formes d’investisse- ments, de production et d’organisation. un large débat est nécessaire pour identifier les contraintes et les solutions à mettre en œuvre de façon concertée afin de fixer les respon- sabilités et les périmètres d’intervention de chacun des acteurs concernés par la diversi- fication de notre agriculture et le renforce- ment de notre sécurité alimentaire à moyen et long terme.

Yacine Ould Moussa

LE SALOn inTErnATiOnAL dE L'AgrOALiMEnTAirE (djAzAgrO), S’OuvrE dEMAin

450 exposants attendus

L e Salon international de l'agroalimen- taire (djazagro), ouvre demain ses portes aux professionnels du secteur

et s’étalera jusqu’au 12 avril. Plus de 450 ex- posants venant de 30 pays vont prendre part

à ce rendez-vous. Cet événement sera une

opportunité pour les entreprises algériennes de nouer et promouvoir des partenariats avec leurs homologues étrangers et en particulier les européens. il constitue aussi un espace approprié pour le transfert des innovations techniques liées au secteur. il sera également une occasion pour les entreprises de rencon- trer leurs clients et partenaires, et les faire connaître sur un marché actuellement à forte

demande en terme agroalimentaire et agri- cole. Selon les organisateurs de ce salon l’Algérie représentant aujourd’hui le marché agroalimentaire le plus important d’Afrique du nord. Le directeur de cette manifestation économique a fait savoir dans ce contexte que djazagro vise, entre autre à «apporter un plus aux efforts de mécanisation en te- nant compte des besoins et des attentes de l’agriculture locale, pour lui assurer l’ac- compagnement qu’elle attend et conforter son développement». En ce qui concerne l’envergure de ce salon, ses organisateurs ont souligné que celui-ci a une dimension ren- forcée pour devenir «le carrefour des filières

agricole et agroalimentaire». Ainsi la créa- tion d’un secteur consacré aux ingredients djazagri, secteur du machinisme agricole et des agroéquipements, poursuivra son élan pour devenir une véritable vitrine représen- tative de l’offre. Par ailleurs, et en marge de ce salon plu- sieurs conférences seront organisés. il faut savoir entre autres qu’une conférence sera donnée, elle concernera les procédés de cul- ture des fruits et légumes, la préparation des sols, les semences, la cueillette, le tout basé sur les plus récentes découvertes scienti- fiques. il est à rappeler que le directeur de ce Salon a estimé que «durant cette édition de

2013, le nombre de visiteur atteindra les 15.000». Cet objectif se fonde selon lui sur le fait que «le nombre de visiteurs est en hausse constante, passant de 9.000 en 2008, à 14.000 en 2012». il est à rappeler dans ce contexte que selon le président de la Fédération de l'agroa- limentaire lors de son passage à la radio al- gérienne chaine iii a relevé que «le secteur de l'agroalimentaire en Algérie a connu une croissance de plus de 8 % en 2012», tandis que cette même augmentation confirme «le développement important que connaît ce

secteur». Makhlouf Ait Ziane

Economie

9

EL MOUDJAHID

APRèS LA SORTIE D’USINE DU PREMIER BULLDOzER MADE IN ALgERIA à CONSTANTINE

Cherif Rahmani : “Le partenariat industriel est incontournable”

L ors d’une conférence de presse donnée hier, au siège de la société Somatel à Aïn

Smara (Constantine), M. Cherif Rahmani, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, a affirmé que «seule une industrie en partenariat était à même de répondre aux be- soins de l’Algérie en matière de production et d’emploi». S’expri- mant en marge de la sortie du pre- mier engin de travaux publics sous le label Liebherr, M. Rah- mani a souligné que le partenariat avec le géant européen était une avancée appréciable en ce sens qu’il permet de positionner le pays sur le plan international et ainsi contribuer à relancer l’industrie nationale et notamment la filière mécanique .«Liebherr, eu égard aux liens historiques qu’il entre- tient avec notre pays et à un sa- voir-faire mondialement reconnu, s’est imposé à nous comme le meilleur choix». Le ministre n’a d’ailleurs pas écarté l’élargisse- ment de ce partenariat à d’autres domaines comme l’électroména- ger, l’hôtellerie et même l’aéro- nautique. De son côté, le président du groupe, M.Willi Liebherr, s’est déclaré satisfait de cette première

sortie et n’a pas caché son ambi- tion, une fois les besoins du mar- ché local satisfaits, d’exporter la production nationale vers les pays environnants. Pour rappel, Soma- tel est une société commune (51%-49%) issue d’un partenariat entre l’Entreprise nationale des matériels des travaux publics (ENMTP) et l’Allemand Liebherr laquelle fabriquera une nouvelle gamme d’engins destinés essen- tiellement aux secteurs des tra- vaux publics, des travaux pétroliers, et du bâtiment. I. B.

Ph : Nacera
Ph : Nacera
Des textiles de fabrication algérienne, une réalité palpable d’ici à une année Le ministre de

Des textiles de fabrication algérienne, une réalité palpable d’ici à une année

Le ministre de l’Industrie, des PME et de la pro- motion de l’investissement, M. Cherif Rahmani, a affirmé hier, à Constantine que les premiers projets relatifs à la production de textiles et à la confection seront une «réalité palpable» d’ici à une année en Algérie. M. Rahmani a évoqué, à ce propos, la pro- duction de costumes pour hommes dans l’est du pays et de bonneterie pour femmes dans l’ouest al- gérien. Ce secteur, qui a failli «disparaître complè- tement avec l’ouverture violente du marché et le démantèlement tarifaire, sera redynamisé et donnera ses preuves sur le terrain d’ici à une année», a indi-

qué le ministre à l’APS, en marge d’une visite de travail à Constantine. Les partenariats lancés avec des industriels en textile turcs permettront à l’Algé- rie de prendre progressivement des segments dans les marchés du textile et de la confection, restés pen- dant plusieurs années «littéralement envahis» par des produits en provenance de certains pays étran- gers, a souligné le ministre. Les projets liés au secteur des textiles et de la confection seront financés par l’Etat, en partenariat avec des entreprises turques des secteurs public et privé, a précisé M. Rahmani.

BOURSE D’ALgER

NCA-Rouiba sera admise officiellement en mai

L’admission officielle de la société NCA- Rouiba au niveau du marché principal de la bourse d’Alger se fera «probablement» avant la fin du mois de mai, a appris l’APS hier, auprès de la société de gestion de la bourse des valeurs (SgBV). «Une fois les résultats de l’offre publique de vente des actions NCA-Rouiba validés et l’opé- ration déclarée fructueuse par le comité de suivi, la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob) autorisera par décision l’admission officielle de cette société à la cotation au niveau de la bourse d’Alger et ce

probablement avant la fin du mois de mai 2013», a précisé à l’APS le directeur général de la SgBV, Mustapha Ferfera. Selon le premier res- ponsable de la Bourse d’Alger, l’offre publique de vente des actions NCA-Rouiba qui s’étalera du 7 au 25 avril sera déclarée fructueuse si «au moins 20 des actions constituant le capital so- cial, soit 1.698.391 actions, seraient vendues et diffusées auprès d’un nombre minimal de 150 actionnaires». La NCA-Rouiba a reçu le 6 février dernier le visa de la Cosob l’autorisant à ouvrir son capital social auprès du grand public d’investisseurs à

hauteur de 25 % par offre publique de vente. La vente des actions est réservée aux nationaux ré- sidents répartis en deux catégories d’investis- seurs. Le premier segment concerne les salariés de la société avec un quota maximum de 85.000 actions, alors que l’autre segment est réservé aux personnes physiques et personnes morales avec un quota de 2.037.988 actions. «Sur les deux segments, les investisseurs ac- quéreurs ne pourront pas réserver des quantités inférieures à 75 actions ou supérieures à 85.000 actions», a précisé M. Ferfera.

VALORISATION DES PRODUITS AgRICOLES

L’inter-professionnalisation, un facteur de performance

Les assises de l’agriculture devraient avoir lieu avant la fin de l’année.

L’autosuffisance alimentaire et la valorisation du produit agricole local sont deux objectifs soulignés dans la politique du renouveau rural et agricole. Cette nouvelle vision du développement de l’activité agricole s’est accompagnée de moyens conséquents destinés à mettre en avant le critère de la qualité, mais aussi à œuvrer à la sécurité alimentaire du pays. Un objectif de souveraineté nationale qui requiert la mobilisation et l’intégration de l’ensemble des acteurs et décideurs, à tous les niveaux, dans la dynamique du secteur. Il s’agit également de convaincre l’agriculteur et l’éleveur de la nécessité de s’adapter aux mutations du secteur. Les experts des questions agricoles estiment, que l’amélioration des performances, aux plans qualitatif et quantitatif, ne peut être possible sans la mécanisation de l’acte agricole, l’élargissement de la surface agricole utile par la mise en valeur et la généralisation de l’irrigation d’appoint notamment. M. Hadj Henni, l’expert au sein de la fondation Filaha-Innove qui intervenait, hier, lors d’une conférence de presse organisée, à Algex, avec les professionnels de l’agriculture et de l’agro- industrie sur le thème de la valorisation des produits agricoles algériens a affirmé que, l’objectif de l’autosuffisance alimentaire «exige une modernisation des techniques de

travail» d’autant plus qu’il faudra penser « à exporter pour faire face à l’érosion de nos ressources hydrocarbures». Selon l’intervenant, le potentiel disponible suffit pour nourrir 100 millions de personnes. Pour le D r Nacer Idres qui parlera de la filière avicole, le système de régulation exige que la professionnalisation des métiers se fasse par segments d’activité. Concernant la filière en question, il indiquera que pratiquement tous les composants de la filière sont importés et que cette dernière est exercée dans des conditions précaires. Cette non maîtrise du processus n’est pas sans conséquences sur la santé du consommateur, a-t-il affirmé. Le président de la fondation Filaha Innove qui annoncera des assises pour le secteur de l’agriculture avant la fin de l’année a mis l’accent sur la nécessaire jonction entre les professionnels de l’agriculture et de l’agro-industrie dans un souci de complémentarité. Le D r Amine Bensemmane dira que cette dynamique est enclenchée d’autant plus que «avons les potentialités agricoles et une industrie naissante» rappelant, pour la circonstance que 90 % des concentrés entrant dans l’industrie des boissons sont importés. Le salon Sipsa- Agrofood qui entame sa 13 e année s’inscrit justement dans cet objectif qui consiste à optimiser le niveau d’intégration du produit algérien dans l’industrie de la transformation,

a-t-il souligné. Le Salon qui a été associé cette année à Agroexpo, la grande exposition de l’agriculture, a réussi à consolider sa dimension internationale. En fait, plus de 100 sociétés étrangères ont investi en Algérie, a rappelé le D r Bensemmane qui citera le partenariat scellé en février 2011 avec Bretagne International dans la filière du lait. Les organisateurs de cette manifestation agro-économique prévoient la participation de 550 exposants nationaux et plus de 350 étrangers de 220 pays ainsi que plus de 20.000 visiteurs professionnels. La valorisation du produit algérien suppose une protection du label local mais aussi un suivi de son cheminement notamment à l’export. A ce propos, le président de Filaha Innove é déploré le fait que les viandes algériennes issues de la race des Ouled Djellal fortement prisées à l’étranger soient revendus dans l’UE par les tunisiens comme étant un produit du terroir du fait de l’absence, en Algérie, d’abattoirs agrées aux normes européennes, contrairement à la Tunisie qui exploite cette défaillance à son profit. Par conséquent, le Salon Sipsa Agrofood, prévu du 15 au 18 mai prochain, devra permettre de poser un autre jalon dans la dynamique de valorisation du produit agricole algérien et à son essor, conclura le conférencier. D. Akila

PREMIèRE EN AFRIqUE

Une unité de maintenance de téléviseurs à Birtouta

Dans cette nouvelle unité, les écrans plats (LCD, LED, DLED, OLED et PLASMA) seront réparés. Les écrans dé- fectueux vendus sous garantie seront ré- parés et renvoyés aux clients dans des délais imbattables. Le personnel de cette unité qui a suivi une longue formation dans le domaine de la réparation des écrans LCD, jouit d’une haute technicité, permettant ainsi, à cette entreprise d’honorer son engagement, à garantir tous ses produits pour une durée de 5 années, et d’offrir un service après- vente unique au niveau national et conti- nental. Ali Boumediene, responsable de la société a déclaré que «50 % de la matière première est importé et on travaille à ré- duire ces importations en s'approvision- nant localement.» Et d’ajouter : «nos ingénieurs sont 100 % algériens. Nos pro- duits respectent les normes européennes et on exporte même en Europe.» L'unité de maintenance est la pre- mière en Algérie, en Afrique, au Moyen Orient. Et même au Sud de l'Europe. La capacité de réparation sera de 600 écrans par mois. L’entreprise ambitionne de développer sa capacité de production ainsi que sa maitrise de la technologie électronique en collaboration avec ses partenaires américains, coréens et euro- péens, ses produits atteignent plus de 40 % d’intégration et sont soumis à des exi- gences de qualité dans chaque étape de leur fabrication. L’entreprise emploie à ce jour dans ses différents sites plus de 200 personnes en emplois directs et jusqu’à 800 per- sonnes en emplois indirects. Wassila Benhamed

UN DOSSIER SPéCIAL DU MENSUEL AFRIQUE ASIE

“Algérie ; les grands défis”

D ans son édition du mois d’avril, Le mensuel Afrique Asie consacre un dos- sier spécial à l’Algérie. Sous le titre

«Algérie les grands défis», les analystes de cette revue abordent les grands dossiers qui forment l’assise du pays : la diplomatie, l’éco- nomie, l’aménagement du territoire au sud du pays et les progrès réalisés en faveur de l’émancipation de la femme. Dans son édito- rial réservé à l’Algérie, le directeur de la ré- daction du mensuel, Majed Nehmé, écrit sous le titre Lignes rouges que «les menaces qui s’accumulent aux frontières de l’Algérie, aussi bien vers le Mali et la Libye que le Maroc et la Tunisie, appellent à plus de vigilance de la

part des Algériens et à un sens solide de l’unité nationale». «Les Algériens savent plus que d’autres ce qu’un bouleversement soudain, ir- réfléchi, sans préparation minutieuse, leur a coûté durant la décennie noire : des milliers de morts, des dégâts matériels incommensurables et une perte de confiance, heureusement pro- visoire, dans leur avenir» écrit-il encore. «Le printemps arabe» a donné naissance à plus de déception que d’espoirs à tel point que certains n’hésitent plus à parler d’hiver et non plus de printemps. L’enchaînement de ces révolutions populaires qui «sautent» d’un pays à un autre, plongeant méthodiquement les sociétés arabes l’une après l’autre dans une tragédie qui les offre pieds et poings liés à des forces exogènes semble répondre à une partition préparée. L’impatience, les frustrations locales ne sont utilisées que comme carburant pour renvoyer à l’âge de pierre la société arabe sur le point de prendre son envol vers la modernité au mo- ment où l’occident patauge dans une crise qui remet en cause sa cohésion interne. Les ré- seaux Otpor et Canvas qui actionnent la colère de la rue en la tirant vers des chemins de la destruction sont maintenant de plus en plus dé- noncés. Pour avoir vécu en 1988 sa révolution populaire et payé le prix fort, par la suite, en permettant aux apprentis sorciers de s’associer dans certains segments de la vie politique a la gestion de la destinée du pays, l’Algérie mûre,

a opté pour une approche graduelle, «avançant

à son rythme» pour construire sa démocratie,

bâtir son économie et assurer la pérennité de ses institutions. Le Maghreb est une région asymétrique. Ceci n’a pas échappé aux réseaux de déstabi- lisation en cours. La question du Sahara occi- dental est ainsi otage de certains pays passés champions dans le double langage cultivant sournoisement au gré d’intérêts mercantilistes l’ambigüité, prônant ici le respect de la légalité internationale et ailleurs la négation d’indépen- dance d’un peuple. La Libye, (au sein du Ma- ghreb arabe que l’on ne voudrait jamais voir se former) et le Sahel (à ses frontières pour maintenir cette pression et cette menace per- manentes) sont ce cheval de Troie qui ne trompe plus, même pas le citoyen de base. «La diplomatie face aux menaces», article dans ce dossier, rappelle qu’il y a un an, le pré- sident Abdelaziz Bouteflika mettait les Algé- riens en garde «contre l’accumulation des menaces et la montée des périls à leurs fron- tières». «L’intervention militaire française au Mali, déclenchée depuis, est venue confirmer que ses craintes, puisées dans sa longue expé- rience des relations internationales et de la di- plomatie, étaient fondées». Les groupes terroristes dont on sait maintenant comment ils sont d’une façon machiavélique intégré (malgré eux ?) dans une stratégie régionale de mise au pas des sociétés locales et de main mise sur leurs richesses n’ont jamais «trompé» la vision du pouvoir algérien, rappelle le men- suel Afrique Asie qui cite que l’Algérie a été l’un des premiers pays au monde a militer pour une criminalisation du paiement des rançons. «Les bonnes notes du FMI» souligne com- ment l’Algérie a su gérer sa rente pétrolière au point où elle a été sollicitée pour ses bonnes performances macroéconomiques et ses confortables réserves par le FMI pour un prêt de 5 milliards de dollars sous forme de titres libellés en droits de tirage spéciaux (DTS).Un autre article « Cap sur le sud » revient longue- ment sur les infrastructures dans le sud du pays, les dispositions prises pour l’insertion des jeunes dans l’emploi, les crédits bancaires attribués aux jeunes promoteurs et les priorités accordées tandis que sous le titre «Sur les che- mins escarpés de l’émancipation» le dossier re- vient sur les mesures phares prises en faveur de la représentation de la femme dans les struc- tures élues.

M. Koursi

Régions

BEJAIA
BEJAIA

11

EL MOUDJAHID

BRÈVES DE AIN-DEFLA

Tiberkanine :

Un lycée très attendu

Au niveau de la commune rurale de Tiberkanine située à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest du chef- lieu de la wilaya d’Ain-Defla, le plus évident en matière de développement local reste le lycée, le tout premier et tant attendu par la population scolaire laquelle, le deuxième palier franchi se devait de monter sur l’un des lycées d’El-Attaf, à plus de 9 kilomètres plus au nord, une distance encore plus grande pour les élèves des ag- glomérations éloignées du centre. Les travaux, nous in-

forme M. Kerchouche Mohamed, le président de l’APC, connaissent un rythme appréciable. Par ailleurs, le douar Chekhakra, disposera très prochainement d’un réseau d’assainissement, les travaux ayant dépassé les 50% re- lève le P/APC. Pour l’alimentation en eau potable, ce sont les agglomérations d’Ouled-Azza et Nouaoua qui seront, une fois les travaux terminés, reliés au réseau communal. Tiberkanine autrefois fortement enclavée se trouve désormais desservie par une bretelle sur l’auto- route Est-Ouest et sur ce linéaire jusqu’à la commune d’El-Attaf sur une distance de 14 kilomètres un réseau d’éclairage public est en cours de réalisation. Le réseau routier communal n’est pas en reste avec le chemin com- munal entre les douars d’Ouled Bensaid et Hay-Dek- kiche en voie de bitumage et le chemin de wilaya entre Bocca et Bâatouche sur une distance de 2 kilomètres qui sera, une fois le beau temps revenu, revêtu d’un tapis d’enrobé. Autre projet concernant les routes, souligne

M. Kerchouche, la voie menant d’El-Attaf à Djouahra

en passant par Tiberkanine dont les travaux vont inces-

samment être lancés, l’entreprise de réalisation étant dé-

signée.

Tarik-Ibn-Ziad :

le poids de l’exode

Quatre projets retenus dans le cadre du programme com-

munal de développement sont en cours de réalisation au niveau de la commune de Tarik-Ibn-Ziad nous apprend

M. Zeblan, le président de l’APC. Deux projets concer-

nent l’assainissement pour relier des sites d’habitation au réseau communal. Au niveau du centre-ville, c’est la route sur un linéaire de 2,8 kilomètres qui sera ainsi ré- habilitée. Le dernier projet concerne la réhabilitation d’une école primaire. Dans le même secteur, en l’occur- rence l’éducation, une annexe pour le CEM sera livrée dès la prochaine rentrée scolaire. Située à plus de 80 ki- lomètres au sud-est du chef-lieu de la wilaya d’Ain- Defla, Tarik-Ibn-Ziad, commune nichée au pied des monts de l’Ouarsenis continue de supporter le poids de l’exode massif des populations durant la période de la décennie du drame national. Ce sont plus de 120 fa- milles habitant dans des conditions difficiles dans le tissu urbain qui se refusent à retourner sur leurs terres malgré le retour de la sécurité. Ces familles ne peuvent pas bénéficier, comme elles le demandent, d’une aide pour l’habitat rural et dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire la commune n’a bénéficié que de 90 unités, note le P/APC.

Zeddine : le gaz naturel arrive

La bonne nouvelle pour les habitants de la commune de Zeddine c’est que le gaz naturel arrive. Ce sont plus de 7.000 personnes qui vont ainsi en bénéficier, relève M. Mehdi Belhadj-Djillali, le P/APC de Zeddine. Le projet ayant atteint sa phase finale, l’entreprise de réalisation désignée, les travaux vont bientôt être lancés. Dans le cadre du programme communal de développement, la commune a bénéficié de 6 opérations. La toute dernière école primaire sera de ce fait dotée d’un chauffage cen- tral, note avec satisfaction le P/APC. Concernant l’ali- mentation en eau potable, c’est le réseau de Zeddine-centre qui sera entièrement rénové. L’autre grande attente des habitants de Zeddine reste évidem- ment le dossier du relogement des habitants de l’ancien chef-lieu menacés par le barrage d’Ouled-Mellouk. Plus de 600 habitations, un collège, une école primaire, une salle de soins et une mosquée à construire. Pour le P/APC, le dossier reste toujours en haut-lieu au niveau d’une commission interministérielle. A. M. A.

PLAN D’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE DE LA WILAYA

Valoriser les potentialités existantes

La wilaya de Bejaia vient de bénéficier de l’étude d’un plan d’aménagement du territoire de la wilaya (PATW), un outil précieux devant guider toutes les actions concernant le schéma d’organisation intercommunal d’aménagement et de développement, la hiérarchie générale et le seuil d’urbanisation des agglomérations urbaines et rurales ainsi que l’occupation du sol et de l’environnement.

C e plan d’aménagement précise et valorise les besoins de la wilaya en

conformité avec les lignes di- rectrices du schéma national d’aménagement de territoire (SNAT) et le schéma de l’es- pace de programmation territo- rial (SEPT). De même le PATW devra défi- nir une organisation rationnelle et harmonieuse pour le terri- toire de la wilaya et tracer une vision globale cohérente entre les actions déjà engagées ou en cours et celles qui seront proje- tées à court, moyen et long termes. L’étude identifiera d’emblée les grandes questions auxquelles le PATW devra for- muler des propositions de solu- tions pour ce qui est de l’armature urbaine et rurale, l’organisation spatiale et les aires de croissance et d’exten- sion des villes, les infrastruc- tures de base avec les routes, port, rails, aéroports, énergies, télécommunications et nou-

rails, aéroports, énergies, télécommunications et nou- velles technologies de l’infor- mation. Comme il retracera

velles technologies de l’infor- mation. Comme il retracera les besoins en ressources en eau, l’agriculture et le développe- ment agricole, la protection et la valorisation du patrimoine naturel, culturel et touristique, la valorisation d’un potentiel économique, la parade aux risques naturels et industriels et l’organisation des services lo- caux d’utilité publique. Démarrée au mois de mai 2012, l’étude portant plan d’aménagement de la wilaya (PAW) de Bejaia comprend dans sa partie évaluation terri- toriale et diagnostic sept points devant rendre compte du niveau de développement ac- tuel de la wilaya, des contraintes et obstacles freinant son processus de développe- ment mais aussi de ses res- sources et opportunités de développement futur. Pour éta- blir ce diagnostic, il a été mis en place cinq étapes qui consistent en différentes ap- proches telles que : territo- riales, de mise à niveau,

prospective, stratégique et par- ticipative. Les contraintes liées au relief avec un manque de terres planes sont quelque peu jugulées par la bonne pluvio- métrie de la wilaya qui varie entre 800 et 1.400 millimè- tres/an sur le versant nord des Babors et de 400 à 600 milli- mètres dans la partie ouest de la wilaya. Grâce à ces précipi-

tations, la wilaya de Bejaia ren-

réseau

hydrographique important que régule un système de trois bar- rages, Ighil Emada, Ighezer Ouftis et Tichi Haff ainsi qu’un couvert forestier abon- dant. Pour ce qui est des res- sources, elles renferment un potentiel productif agricole situé en deux zones agricoles, la zone de montagne la plus étendue et la zone de plaine in- térieure et littorale. La wilaya compte également des res- sources minières importantes localisées à travers plusieurs localités. Le gisement d’ar- gile de R’mila avec une capa- cité de production annuelle de

ferme

un

16 millions de tonnes. Le gypse à Boudjellil avec 29.800 tonnes, la célestine (destinée à la fabrication du verre catho- dique) à Beni Mansour avec 6,1 millions de tonnes, les po- lymétaux dans le massif vul- cano-sédimentaire d’Amizour et les grés siliceux à Taourirt Ighil. De même la wilaya ren- ferme un patrimoine et des po- tentialités touristiques très importantes avec divers éco- systèmes, richesses faunis- tiques, sites pittoresques, des parcs naturels, de nombreuses plages et sources thermales. Le potentiel de développement du tourisme à travers la wilaya de Bejaia se mesure aussi à travers les nombreux sites et monu- ments historiques, témoins des civilisations récentes et an- tiques. Mais le tourisme dans cette wilaya est confronté à l’absence ou l’insuffisance quantitative et qualitative des structures d’accueil dont les hôtels, restaurants et campings. Pour pallier à cette situation il est prévu l’aménagement de trois nouvelles zones d’expan- sion touristique (ZET) de 510 ha qui viendront renforcer les 11 existantes de 745 ha en plus de l’infrastructure hôtelière en voie de construction. Mais beaucoup de contraintes frei- nent le développement de cette wilaya à l’exemple du réseau routier totalement saturé. Le plan d’aménagement de la wi- laya devra permettre d’établir un diagnostic fiable à même de booster son développement en exploitant tous les atouts dont elle dispose. M. Laouer

LAGHOUAT
LAGHOUAT

ROUTES

Dédoublement du tronçon Ghardaïa-Laghouat

Les travaux de dédoublement de la route nationale Une (RN-1), dans son tronçon reliant les wilayas de Laghouat et Ghardaïa, seront lancés au mois de mai prochain, a-t-on appris auprès des services de la wilaya de Laghouat. Toutes les procédures technico-ad- ministratives précédant le lancement de ce projet, d’un linéaire de 103 km sur le territoire de la wilaya de Laghouat, et pour lequel est allouée une enve- loppe de plus de 9 milliards de DA, ont été finalisées, a-t-on précisé. Le projet, retenu dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 et li- vrable en 24 mois, prévoit la réalisation de sept échangeurs à diffé- rents points, depuis Laghouat jusqu'aux limites territoriales avec la wilaya de Ghardaïa, plus au sud, selon les services de la wilaya. Il permettra, une fois terminé, de faciliter la circulation routière entre les wilayas de Ghardaïa et de Laghouat, et contribuera à réduire le

de Ghardaïa et de Laghouat, et contribuera à réduire le nombre d’accidents sur ce tronçon qui

nombre d’accidents sur ce tronçon qui a connu une "hausse considérable" du- rant ces dernières années. Le projet entre dans le cade du programme na- tional visant à relier les wilayas du Nord et du Sud avec des routes dédou- blées, et viendra s’ajouter à la route dédoublée entre la wilaya de Laghouat et celle plus au nord de Djelfa sur un linéaire de 40 km, dotée d’une enve- loppe de plus de 1,7 milliard de DA et comptant plusieurs ouvrages d’art. La wilaya de Laghouat dispose, par ail- leurs, de neuf maisons cantonnières dans plusieurs de ses com- munes, et à bénéficié, au titre du programme complémentaire 2011, d’une enveloppe de 180 millions de DA, destinée à l’équipement de ces structures devant faciliter l’intervention en cas d’urgence et de préserver l’état des routes, ont indiqué les responsables des tra- vaux public de la wilaya.

P ublicité

El Moudjahid/Pub

Lundi 8 Avril 2013

Mo nd e

15

EL MOUDJAHID

CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

Obama veut relancer le plan de paix arabe de 2002

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, se rendra du 7 au 9 avril à El Qods et à Ramallah où il s’entretiendra avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, et le premier ministre israélien, Benyamine Netanyahou, dans une tentative de relancer les négociations de paix qui sont au point mort.

L e chef de la diplomatie améri- caine a été chargé par le prési- dent Barack Obama de tenter

de relancer le plan de paix arabe de 2002 qui avait été approuvé lors du 14ème Sommet de la Ligue Arabe à Beyrouth. Ce plan proposait à Israël une paix globale en échange de son retrait de tous les territoires occupés en 1967 (Cisjordanie, Ghaza, et Golan syrien), la création d'un Etat palestinien avec El Qods-Est comme capitale, et une solution négociée au problème des réfugiés palestiniens. Lors de sa visite à Ramallah en mars dernier, le Président Obama a discuté de ce plan avec M. Mahmoud Abbas pendant leur réunion au siège de l'Au- torité palestinienne à laquelle avait assisté M. Kerry. Durant cette rencon- tre, le chef de la Maison-Blanche au- rait affirmé au dirigeant palestinien que cette initiative de paix arabe se-

rait l'épine dorsale des efforts de son gouvernement pour relancer les pour- parlers de paix dans la région, selon un responsable palestinien cité sa- medi par la presse américaine. Suite

à sa récente visite dans la région, M.

Obama a demandé à M. Kerry de continuer d’examiner avec les Israé- liens et les Palestiniens ''comment les

A u moins 15 personnes, dont neuf enfants, ont péri samedi dans un bombardement de

l'armée de l'air sur le quartier kurde

de cheikh Maqsoud dans la ville d'Alep (nord), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Un avion militaire a bom- bardé l'ouest de cheikh Maqsoud, tuant au moins 15 civils, dont neuf enfants et trois femmes", a annoncé l'OSDH, précisant que le secteur visé était sous le contrôle du Parti de l'union démocratique (PYD), l'aile sy- rienne du Parti des travailleurs du

Kurdistan (PKK, turc kurde). Plu- sieurs heures après le raid, les milices du PYD ont attaqué un barrage de l'armée à l'entrée sud de Cheikh Maq- soud, tuant cinq soldats, a ajouté l'OSDH, qui s'appuie sur un vaste ré- seau de militants et de sources médi- cales civiles et militaires. "Il s'agit d'un acte de vengeance après le raid",

a commenté Rami Abdel Rahmane,

directeur de l'OSDH. Le raid aérien est intervenu après plusieurs jours

Le raid aérien est intervenu après plusieurs jours Etats-Unis pourraient soutenir leurs efforts visant à

Etats-Unis pourraient soutenir leurs efforts visant à reprendre les négocia- tions et à avoir un dialogue véritable conduisant à la paix'', avait souligné récemment la porte-parole du dépar- tement d'Etat, Victoria Nuland, lors de son briefing quotidien. Selon elle, la prochaine visite de M. Kerry dans la région sera ''l’occasion d’écouter

encore ce que les deux dirigeants pa- lestinien et israélien pensent être pos- sible pour l'avenir.'' M. Kerry ''indiquera clairement à ses interlocu-

SYRIE

Au moins 15 morts

teurs palestinien et israélien qu’ils doivent revenir à la table de négocia- tion, que c'est un choix qu'ils doivent faire, et qu'ils doivent aussi admettre que des compromis et des sacrifices devront être faits'', avait-elle encore avancé. Mme Nuland a aussi fait sa- voir que lors de sa visite, le président Obama avait soutenu que les deux parties devraient créer un environne- ment propice à la paix, mais que la re- prise du processus devrait être ''sans conditions préalables''.

être ''sans conditions préalables''. d'intenses combats dans cette zone entre rebelles et

d'intenses combats dans cette zone entre rebelles et soldats, auxquels ont participé des combattants kurdes du PYD qui disent défendre leur secteur. La Russie a qualifié samedi d"inac- ceptable" la position de l'Onu sur l'en- quête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. "Le secrétariat des Nations unies adopte une ap-

proche inacceptable et non construc- tive sur l'ouverture d'une enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en

Syrie", a estimé le ministère russe des Affaires étrangères dans un commu- niqué. En réponse à la demande du gouvernement syrien sur l'ouverture d'une enquête sur l'utilisation de subs- tances toxiques le 19 mars à Alep, le secrétariat de l'Onu a exigé" un accès illimité à toutes les installations en Syrie et à toutes les personnes néces- saires pour mener l'enquête", note le communiqué.

CORÉES

Report d'une réunion militaire entre Washington et Séoul

L a Corée du Sud et les Etats-Unis ont reporté une "impor- tante" réunion militaire qui devait se tenir mi-avril à Wash- ington, à la demande de Séoul, en raison du contexte "très

tendu" sur la péninsule coréenne, a indiqué dimanche un respon- sable sud-coréen. Le général Martin Dempsey, chef de l'état- major interarmées américain, et son homologue sud-coréen, le général Jung Seung-Jo, devaient débattre de leur politique conjointe face à la Corée du Nord et d'autres sujets lors de leurs

entretiens annuels le 16 avril. "La décision de reporter la réunion

a été prise (

défense nationale", a expliqué un porte-parole de l'état-major in- terarmées sud-coréen. La péninsule coréenne connaît un regain de tensions depuis le lancement réussi d'une fusée en décembre dernier, considéré comme un tir d'essai de missile balistique, puis un troisième essai nucléaire en février.

à cause de la situation particulière actuelle de notre

)

à cause de la situation particulière actuelle de notre ) SAHARA OCCIDENTAL Le détenu politique sahraoui

SAHARA OCCIDENTAL

Le détenu politique sahraoui Mahdjoub Ould Cheikh privé de visites familiales

L 'administration de la prison noire marocaine "carcel negra" dans la ville d'El Ayoune occupée, a interdit le détenu po- litique sahraoui Mahdjoub Ouled Cheikh de "visites fami-

liales" pour une raison non connue. L'administration de la prison noire a annoncé l'interdiction du détenu politique sahraoui de vi- sites familiales pour une durée de 45 jours sans raison connue, a indiqué samedi l'agence de presse sahraouie (SPS). Le détenu po- litique sahraoui a été arrêté en septembre dernier, lors des évène- ments de la ville de Dakhla occupée, et condamné par un tribunal

marocain de première instance à trois ans de prison ferme. Une condamnation confirmée par une cour d'appel. Mahdjoub Ouled

Cheikh, vice-président de l'organisation de lutte contre la torture au Sahara occidental dans la ville de Dakhla, avait fait l'objet d'enlèvement et subi des tortures et mauvais traitements par les éléments des renseignements marocains outre sa privation du droit de voyage en 2003, en raison d'une tentative de participer, aux côtés d'une délégation des droits humains, aux travaux du conseil des droits de l'Homme relevant des Nations unies à Ge- nève. Le Sahara occidental considéré par les Nations unies depuis 1964 comme un territoire non autonome, est la dernière colonie en Afrique que le Maroc, soutenu par la France, occupe depuis

1975.

En bref En bref En bref En bref

VENEZUELA

Le président par intérim dénonce un complot américain

Le président par intérim du Venezuela Nicolas Maduro a accusé samedi deux anciens ambassadeurs améri-

cains de fomenter un complot pour l'assassiner avant l'élec- tion présidentielle du 14 avril. Au cours d'un discours diffusé par la télévision publique VTV, M. Maduro a égale- ment mis en cause la "droite salvadorienne" qui aurait déjà envoyé au Venezuela des tueurs à gages pour accomplir cette mission. "Leur but est de me tuer, ils veulent me tuer parce qu'ils savent qu'ils ne peuvent pas gagner une élec- tion libre et honnête. Derrière cela, il y a Roger Noriega et Otto Reich et il y a la droite salvadorienne qui a envoyé des sicaires payés par eux pour m'assassiner", a-t-il affirmé.

PRÉSIDENTIELLE AU MONTÉNÉGRO

Filip Vujanovic favori

Le chef de l'État sortant Filip Vujanovic était favori hier à la présidentielle au Monténégro, une victoire qui

confirmerait l'emprise depuis plus de vingt ans de son parti

qui promet de redresser la situation économique par une adhésion rapide à l'Union européenne. Selon les sondages, M. Vujanovic - qui brigue son troisième mandat consécutif à la tête de cette ex-république yougoslave - est crédité de 55% des voix face à Miodrag Lekic, ancien ministre des Affaires étrangères et unique candidat de l'opposition. Quelque 511.000 électeurs étaient appelés aux urnes lors de ce scrutin qui s'est ouvert à 05H00 GMT.

HEURTS ENTRE MANIFESTANTS ET FORCES DE L'ORDRE EN EGYPTE

18 blessés

Dix-huit personnes ont été blessées dans des affronte- ments qui ont éclaté samedi soir dans plusieurs villes

d'Egypte entre manifestants et forces de l'ordre, selon le mi- nistère égyptien de la Santé. Seize manifestants ont été blessés devant la haute cour au centre du Caire et les deux autres à Fayoum et Gharbiya. Des heurts ont éclaté entre

policiers et manifestants dans plusieurs villes d'Egypte après des rassemblements à l'occasion du 5e anniversaire du Mouvement du 6 avril, lancé après la répression meur- trière menée par la police contre des grévistes le 6 avril 2008 à Mahalla.

Lundi 8 Avril 2013

16 EL MOUDJAHID

Cultur

PRÉSENTATION AU TNA DE LA DERNIÈRE MÉLODIE

La grande solitude de l’artiste

La coopérative culturelle El Massil de Constantine a présenté, dans le cadre du programme culturel du théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi, devant un public peu nombreux en fin d’après-midi du samedi, la pièce théâtrale El lahn el akhir (la dernière mélodie) de Salah Eddine Torki et Djamel Mezouari, adaptée du chef-d’œuvre d’Anton Tchékhov Le Chant du cygne, par Salah-Eddine Turki.

mière représentée par le grand artiste, qui se trouve jeté aux oubliettes, au point de le croire mort, alors qu’il végète dans un minuscule réduit, loin des feux de la rampe, Lahouaoui ronge son frein, vit de souvenirs et se désole dans l’indifférence coupable. Pis encore, il souffre des op- portunistes qui tirent profit de sa situa- tion à l’image de Nassim, un peintre farfelu, sans talent qui parle de l’artiste sans le connaître, vend son portrait et disparaît sans crier gare. La seconde gé- nération est représentée par Saïd, un jeune homme mordu d’art et ambitieux qui tente de sortir Lahouaoui de sa tor- peur imposée. Il lui fait rappeler sa jeu- nesse, ses ambitions et son envie de devenir un grand musicien. Il essaye de sortir Lahouaoui de sa coquille pour que

les jeunes puissent profiter de son savoir. Mais la fin de la pièce est tragique. La- houaoui décide de se suicider car ne pou- vant plus souffrir un calvaire moral, artistique, matériel. C’est le lot pathé- tique de ceux qui croient en leur art, ses vertus. C’est une pièce assez sombre, pessimiste jouée par les deux artistes avec un sens poussé de l’humour noir. Lahouaoui et son alter ego évoluent dans un espace théâtral et dans un décor réduit

à sa plus simple expression. C’est un

signe de l’extrême dénuement de l’ar- tiste qui n’est jamais prophète en son propre pays. C’est peut-être un enseigne- ment amer qui sonne comme un coup du

sort. Faut-il s’y résigner ? se demande le spectateur. C’est à voir. Toujours est-il, cette production mérite le détour d’abord

à cause de la sincérité des acteurs, puis

aussi au fait que pour les artistes, il sem-

ble que rien ne change sous le ciel de l’art.

Kafia Aït Allouache

C ette courte composition tragi- comique, jouée par deux per- sonnages - Salah-Eddine Turki

et Djamel Mezouari - évoque les pro- blèmes de l’artiste et toute la dimension dramaturgique qui en découle. Deux hommes qui se retrouvent malgré eux l’un en face de l’autre, et qui n’ont pas d’autre choix que de se donner la ré- plique pour parler du théâtre et de ses moments de gloire. La mise en scène est dépouillée, mais efficace. Les lumières habiles et les ef- fets de scène font apparaître et disparaî- tre des fantômes brumeux dont les mots du passé résonnent en écho avec le pré- sent. Le texte de Tchekhov, adapté par Salah-Eddine, est magnifique et bien qu’écrit, il s’adapte à la vie et à l’état de l’artiste dans notre pays, comme le sou- ligne le comédien principal de la pièce Djamel Mezouari, dans le rôle du grand artiste musicien Lahouaoui. En effet, la pièce rend hommage aux artistes. Elle jette une lumière crue sur la situation des artistes, ceux qui font la culture, mais qui sont malheureusement délaissés, margi- nalisés et oubliés. Est-ce qu’il faut vieillir, être malade ou même mourir pour pouvoir recueillir un mérite ? C’est la question principale que pose le metteur en scène dans cette pièce. Il montre bien que l’art a besoin d’une prise de conscience de la part des dirigeants en premier lieu, ainsi que du public, parce que l’artiste est le cœur bat- tant de la culture ; il participe à l’évolu- tion de l’art dans toute sa variante. L’artiste incarne cet art même qui n’ar- rive pas à se frayer une place au soleil en dépit de son utilité avérée. Le metteur en scène a choisi de confronter deux générations : la pre-

Ph : Billal
Ph : Billal

ENTRETIEN AVEC LE ROMANCIER DJAMEL-EDDINE SELHAB

«C’est une femme qui participe à la préfiguration de la soci

une femme qui participe à la préfiguration de la soci L a littérature n’est pas l’apanage

L a littérature n’est pas l’apanage exclusif des artistes qui se laissent taquiner par la muse. Il faut croire que bon nombre

d’écrivains de formation scientifique, un do- maine disciplinaire rigoureux qui ne badine pas avec la fantaisie ou encore le doute métaphy- sique, se tournent vers l’écriture comme une partie oubliée d’eux-mêmes à laquelle ils don- nent libre cours dans leur moment de loisir ou de détente. C’est le cas du romancier Djamel-Eddine Selhab, qui dédicaçait son deuxième livre sa- medi dernier à la Librairie générale d’El-Biar. Né le 26 mai 1953 aux alentours d’Alger, l’au- teur était chirurgien dentiste pendant une quin- zaine d’années, un métier qu’il a vite fait d’abandonner pour une carrière dans la promo- tion pharmaceutique des médicaments. Ce grand amoureux de la lecture a décidé de consa- crer deux volumes aux personnes qui l’ont le plus marqué dans sa vie, à savoir le portrait élo- gieux de ses deux grand-mères, dont la person- nalité exceptionnelle aura retenu son attention. Nous lui avons posé quelques questions sur son roman El Fernia, qui vient tout juste de paraître aux éditions Galaxie.

Comment êtes-vous venu à l’écriture ? De tout temps, j’ai toujours eu envie d’ex- primer mes sentiments à travers l’écriture ; par ailleurs, je suis quelqu’un qui lit beaucoup. Il se trouve que je n’ai pas eu le temps d’écrire auparavant, mais maintenant, j’estime que j’ai

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

assez de recul pour pouvoir relater certains faits de ma vie et celle de personnages dans ma fa- mille qui m’ont marqué, à l’image de mes deux grand-mères. Mon premier livre Aïcha, sorti en 2010, était consacré à l’histoire et aux liens af- fectueux que j’entretenais avec ma grand-mère

maternelle, et ce dernier est le portrait roma- nesque de ma grand-mère paternelle Halima. C’était une femme qui n’est jamais sortie de son village dans les Aurès, et qui a eu beaucoup d’aléas dans la vie puisqu’elle a perdu son mari très tôt et qu’elle dut toute seule subvenir aux

besoins de ses nombreux enfants. Il a bien fallu qu’elle lutte dans une société machiste où les femmes n’ont pas droit de cité. Donc, il a fallu qu’elle déploie toute la force de son caractère pour s’imposer, et elle a d’ailleurs fini par le faire au point où à la fin de sa vie, les villageois l’ont surnommée affectueusement «nana» parce qu’elle était, en plus de gérer sa famille, une guérisseuse. En outre, elle a participé à la Ré- volution et deux de ses fils sont morts au ma- quis. Donc, elle a vécu des coups du sort très durs qu’elle a su surmonter en luttant, et je pense qu’elle a terminé sa vie de façon honora- ble. A quoi fait référence ce titre que vous donnez au roman ? Le titre du roman est une référence explicite au nom de deux tribus berbères qui habitaient la région de n’Gaous, et que l’on appelait les Béni Ifren. L’histoire raconte qu’autrefois, ces tribus vivaient dans des grottes ; en fait, ils étaient des troglodytes.

Pourquoi cette idée de consacrer des li- vres en hommage à des femmes de votre fa- mille ? Ce sont des biographies, des textes un peu romancés où j’ai quelque peu exagéré dans l’écriture des faits qu’elles ont vécus, tout en m’attachant à faire connaître au lecteur leurs ca- ractères. 90% de la teneur de ce roman est dédié à la vie de cette femme qui est aussi un symbole des valeurs de cette tribu ; le reste s’appuie sur

tout ce qu’elle a vécu a guerre d’indépendance

Qu’est-ce qui, au dans la vie de cette fe digne descendant ? C’était une femme monde s’accorde à le d exceptionnelle. Elle a épreuve, elle a eu à sou lonialisme, mais à cha lever pour continuer sa

Quels souvenirs g Quand elle est mor faisais des voyages fré elle était encore en vi cette époque où je pas avait au village une vé Cette grand-mère nous l’éloignement des val d’ailleurs trois filles, e ressemblent à leurs a veux qu’elles soient de femmes d’honneur, ga ditions, mais en mêm hommes parce que co question est un grand ciété. Pourtant, les soc l’origine matriarcales, mettre encore parce qu extérieur de l’homme alors que quand on obs

Lundi 8 Avril 201

Ph : Billal

Culture

EL MOUDJAHID

17

CINÉMA
CINÉMA
Ph : Billal C ulture EL MOUDJAHID 17 CINÉMA Deux œuvres algériennes au festival «Vues d'Afrique»
Deux œuvres algériennes au festival «Vues d'Afrique» au Canada D eux œuvres cinématographiques algériennes

Deux œuvres algériennes au festival «Vues d'Afrique» au Canada

algériennes au festival «Vues d'Afrique» au Canada D eux œuvres cinématographiques algériennes seront en
algériennes au festival «Vues d'Afrique» au Canada D eux œuvres cinématographiques algériennes seront en

D eux œuvres cinématographiques algériennes seront en compétition au 29 e festival international de cinéma «Vues d'Afrique», prévu du 26 avril au 5 mai dans dif-

férentes villes canadiennes, a-t-on appris auprès du producteur. Dans la catégorie long métrage de fiction, Fatma-Zohra Za- moum présentera son film Kedach ethabni (2011), alors que Le Hublot (2012) de Anis Djaaad, qui a déjà participé à plusieurs festivals internationaux, sera en compétition du court métrage, selon Bachir Derrais. Les deux œuvres algériennes seront pré- sentées dans une programmation diversifiée qui représente le ci- néma africain, dont Les Souliers de l'Aïd du Tunisien Anis Lassoued, Bousculades de ses compatriotes Sawssen Saya et Tarak Khalladi et Les Mécréants du Marocain Mohcine Besri. Dans ce cadre, la réalisatrice française Régine Abadia présen- tera son film documentaire Yasmina et Mohamed, une copro- duction algéro-française sous forme de road movie entre l'Algérie et la France basée sur la personnalité et l'œuvre de Yas- mina Khadra. Ce festival, dédié à la promotion du cinéma afri- cain et créole, est devenu un rendez-vous incontournable pour les cinéastes africains autant qu'une tribune sur l'Afrique à tra- vers l'image. Les organisateurs prévoient, ainsi, parallèlement aux projections de films, une série de rencontres et de confé- rences sur la situation au Mali, les grands leaders politiques africains ainsi qu'un focus sur les évènements dans le monde arabe présenté par des cinéastes maghrébins et égyptiens, entre autres. En 2011, le réalisateur algérien Abdelkrim Bahloul avait reçu le prix Radio Canada au festival «Vues d’Afrique» à Mont- réal pour son long métrage Le Voyage à Alger, sorti en 2009.

ACTUELLES

à Constantine par l’association Kan

l’histoire d’une amitié chez les ani-

public avec son histoire de «Sabot

de grand-mère où le conte interpelle

ses deux grand mères, de véritables

du Maghreb, l’origine de la qacida

ce gala-hommage, auquel a été invité

Algérie que dans son exil en France

étapes les plus importantes du par-

aussi projeté à l’occasion. Auteur-

l’honneur, de la fierté, de la virilité chez l’homme, de la droiture et de la loyauté, toutes ces valeurs chères aux Al- gériens. L’auteur de l’indétrônable Ya Rayah est né le 7 juil- let 1925 dans une modeste famille de onze membres à El Biar (Alger). Mais il grandit à El Harrach (d’où son nom de scène), où il fréquenta l’école coranique et l’école primaire. Il y travailla, entre autres, comme receveur de bus et cor- donnier. Il décéda le 31 août 1980 dans un accident de la circulation à Alger.

l BATNA

Cinq nouvelles bibliothèques communales prévues en 2013

secteur de la culture de la wilaya de Batna sera

renforcé par la réalisation de cinq nouvelles biblio- thèques communales, qui seront implantées dans

des régions enclavées, a indiqué le directeur de la culture. Ces nouvelles infrastructures culturelles seront réalisées dans les communes de Ras Layoun, de Boumegueur, de Se- fiane, de Hidoussa et de Larbaâ, a précisé M. Noureddine Bouguendoura, faisant état de la mobilisation d’une enve- loppe de deux millions de dinars pour l’étude et le suivi des travaux de réalisation de ces projets. La wilaya de Batna, qui comptabilise 61 communes, dispose, selon le même res- ponsable, de 60 bibliothèques dont 42 réalisées dans le cadre du Fonds commun des collectivités locales (FCCL) et de 18 autres financées par les programmes sectoriels. L’ensemble des bibliothèques réalisées dans le cadre des programmes sectoriels sont connectées au réseau Internet haut débit, a précisé M. Bouguendoura, soulignant que l’accès à la Toile est «gratuitement ouvert à toutes les catégories». Le même responsable a indiqué que ces bibliothèques, dotées d’ou- vrages édités à l’occasion des différentes manifestations cul- turelles organisées en Algérie ces dernières années, nécessitent néanmoins d’être renforcées par des livres à ca- ractère scientifique et éducatif. Les communes d’El Madher, de Chemora et de n’Gaous ont réservé des «budgets spé- ciaux» pour l’achat de ce type de livres fortement demandés par les élèves des établissements scolaires et les étudiants, a encore précisé le directeur de la culture.

l BECHAR

L e

2 e Salon national des arts picturaux de la Saoura du 28 au 30 avril

deuxième Salon national des arts picturaux de la

Saoura se tiendra du 28 au 30 avril à la maison de

Culture de Béchar, a-t-on appris auprès de la di-

rection de cette structure culturelle. Une quarantaine d’ar- tistes peintres de plusieurs régions du pays est attendue à cette manifestation artistique, dont l’organisation vise es- sentiellement la promotion et le développement des arts pic- turaux, a-t-on indiqué. Les activités de ce salon prévoient, en plus de l’exposition des œuvres des artistes participants, des tables rondes sur la situation des arts picturaux dans le pays et les perspectives de mise en place de galeries locales dédiées à ces arts dans le but d’encourager les artistes pein- tres, a-t-on précisé. Pour cette deuxième édition, les organi- sateurs ont prévu une exposition consacrée uniquement aux travaux des jeunes artistes peintres des ateliers relevant des secteurs de la jeunesse et de la culture, et ce, pour permettre au public de faire la découverte des œuvres des jeunes ar- tistes de la wilaya de Béchar.

L e

la

l MONTPELLIER

L’Algérie invitée d’honneur de «la Comédie du livre» du 7 au 9 juin

L’ Algérie sera l’invitée d’honneur de «la Comédie du livre», une manifestation culturelle prévue du 7 au 9 juin prochain à Montpellier, a-t-on appris

auprès des organisateurs. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse animée par les organisateurs, la ville de Montpellier et l’association Cœur de livres, en présence de la maire de Montpellier, Hélène Mandroux, et du consul d’Algérie dans cette ville, Benani Mouaki. Le consul d’Al- gérie à Montpellier s’est, de son côté, réjoui de voir cette ville mettre en avant cette année la littérature d’un pays avec lequel, a-t-il dit, depuis quatre ans, les liens n’ont cessé de se nouer et de se renforcer. «D’abord, à travers l’accord de coopération qui lie la cité de Montpellier avec la ville algé- rienne de Tlemcen et les nombreux contacts qui n’ont cessé depuis de se consolider», a-t-il rappelé. Plus de deux cents écrivains venus d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, d’Espagne et de France y sont attendus. Après les littératures de langue allemande en 2011 et les littératures du Royaume-Uni en 2012, la Comédie du livre propose de venir cette année à la rencontre des littératures contemporaines du Maghreb.

l CONSTANTINE

te

Quatrième édition du Festival international du conte et du récit

L e

quatrième Festival international du conte et du

récit, organisé

ya ma kan (il était une fois), s’est ouvert samedi soir

au Théâtre régional (TRC) devant un public venu en nom- bre, en dépit des conditions météorologiques défavorables.

Quatre conteuses se sont relayées sur les planches du TRC pour raconter une histoire, relater une sagesse, animer une passion et ressusciter une culture populaire orale. Du Yémen, Soha El Masri a narré devant un auditoire captivé,

illustrations à l’appui,

maux, donnant une belle leçon de résilience où, par mo-

ments, la fiction et la réalité dans les événements de l’histoire s’entremêlent et se côtoient. L’Egyptienne Cherine

Al Ansarai a séduit le

rouge» qui délivre un message bien connu : l’avare perd tout en voulant tout gagner. Quant à la Marocaine Halima Ham-

dane, elle a choisi de relater l’histoire d’Aïcha, son intelli- gence et sa ruse, dans un langage captivant et une présence imposante sur scène. L’Algérienne Sihem Kennouche a clô- turé la soirée en racontant une histoire soufie, celle de Sidi Bahloul Chergui, un courageux joaillier qui décide d’assu- mer, en bravant la colère du roi. De cette histoire, une belle qacida est née, chantée au Maghreb, Ana fiyache, racontant

la

l’aise sur scène, M me Kennouche, avec sa diction, ses émo-

croyance et la bravoure de Sidi Bahloul Chergui. Très à

tions, ses gestes, a fait retomber le public dans l’enfance, du

temps de ces histoires

et

culièrement maghrébin, M me Kennouche a indiqué à l’APS

devoir cette passion à

incite à réfléchir. Passionnée du conte et du récit, parti-

conteuses qui ont bercé son enfance et auprès desquelles elle

a

M

ondes de la radio, a souligné qu’elle œuvre à collecter les

appris «l’art d’écouter une histoire pour bien la raconter».

me Kennouche, également journaliste-conteuse sur les

histoires orales des différentes régions du pays. Actuelle-

ment, elle travaille sur les qacidate. La conteuse affirme que

souvent, dans les pays

est une histoire réelle ou fictive transmise au fil des généra- tions.

l TIZI-OUZOU

Gala en hommage à Dahmane El Harrachi

tions. l TIZI-OUZOU Gala en hommage à Dahmane El Harrachi L a la société algérienne» tout

L a

l TIZI-OUZOU Gala en hommage à Dahmane El Harrachi L a la société algérienne» tout ce

la société algérienne»

à Dahmane El Harrachi L a la société algérienne» tout ce qu’elle a vécu avant, pendant

tout ce qu’elle a vécu avant, pendant et après la guerre d’indépendance.

Qu’est-ce qui, au juste, vous a marqué dans la vie de cette femme dont vous êtes le digne descendant ? C’était une femme – et je pense que tout le monde s’accorde à le dire au village – vraiment exceptionnelle. Elle avait un courage à toute épreuve, elle a eu à souffrir des exactions du co- lonialisme, mais à chaque fois, elle a pu se re- lever pour continuer sa mission jusqu’à sa mort.

Quels souvenirs gardez-vous d’elle ? Quand elle est morte, j’avais trente ans. Je faisais des voyages fréquents à n’Gaous quand elle était encore en vie, et je me rappelle de cette époque où je passais mes vacances, il y avait au village une véritable ambiance de fête. Cette grand-mère nous a transmis à tous malgré l’éloignement des valeurs impérissables. J’ai d’ailleurs trois filles, et je fais en sorte qu’elles ressemblent à leurs arrières grand-mères. Je veux qu’elles soient des femmes à poigne, des femmes d’honneur, gardiennes, certes, des tra- ditions, mais en même temps les égales des hommes parce que comme vous savez, cette question est un grand problème dans notre so- ciété. Pourtant, les sociétés berbères étaient à l’origine matriarcales, mais on ne veut pas l’ad- mettre encore parce qu’il y a toujours cet aspect extérieur de l’homme arrogant et dominateur, alors que quand on observe bien les choses, on

se rend compte que ce sont les femmes qui gè- rent les foyers. Pour moi, c’est la femme qui participe à la préfiguration de la société algé- rienne. Maintenant, avec tous les changements qui ont cours aujourd’hui, elle a délaissé un peu ce rôle au profit de son travail. Je trouve qu’il y

a actuellement une grande mutation sociale et

que certaines valeurs familiales sont dévoyées.

Votre livre est donc une parole, une sorte de legs aux générations futures… Je le crois mais, quelque part, j’ai aussi voulu immortaliser par l’écrit le personnage de cette femme hors du commun. Cela me tenait à cœur car l’histoire de mes deux grand-mères m’a toujours impressionné. Vous savez, la vie s’organisait autrefois autour d’une tribu avec un

patriarche, ses fils et petits-fils ; or le parcours de ces femmes est atypique puisqu’elles ont su se construire une place à l’intérieur de cette or- ganisation sociale compacte en renversant un peu les rôles. Je voudrais aujourd’hui que cer- taines valeurs transmises par ces femmes res- tent dans la famille pour assurer la pérennité de

la société algérienne, pour que cette dernière se

démarque des autres sociétés même si ces der- nières années on constate une nette évolution. Mais enfin, je pense qu’on est obligé de faire avec.

Entretien réalisé par Lynda Graba

maison de la Culture de Tizi-Ouzou a abrité, sa-

medi dernier, un grand gala artistique en hommage au défunt artiste chaabi Abderhamane Amrani, plus

connu sous le nom de Dahmane El Harrachi. Un public des

grands jours a assisté à

le

teurs chaabi et kabyle. La grande salle de spectacles de la maison de la Culture, archicomble à l’occasion, a vibré aux sons forts des meilleurs morceaux du grand Dahmane El Harrachi, repris par Akli Yahiatene, Reda Doumaz, Rachid Mesbahi, qui ont réussi à replonger les mélomanes, le temps

fils du défunt, Kamel, en compagnie de nombreux chan-

d’un gala, dans cette époque dorée de leur chanteur préféré. L’opportunité a donné lieu à la présentation de témoignages vivants sur l’artiste par des amis et compagnons qui l’ont

côtoyé de près, tant en

à

gérienne, retraçant les

partir de 1949. Un film documentaire de la Télévision al-

cours de cet artiste hors du commun, à la voix chaude et au

verbe percutant, a été

compositeur de la majorité de ses chansons, Dahmane El Harrachi était surtout apprécié pour la justesse et la perti- nence de ses paroles, inspirées de son propre vécu et du vécu du peuple algérien, tant a l’époque coloniale qu’après l’in- dépendance. Cet artiste louait particulièrement les vertus de

Lundi 8 Avril 2013

T

T 24 S S é é l l e e c c t t i i

24

SSéélleeccttiioonn

élévision

EL MOUDJAHID

17h00

52’ CHRONO

Présentée par : Mokhtar Hammani Réalisée par : Amal Benbatouche Une émission sportive hebdomadaire qui traite de toute l'actualité sportive de la semaine, à l'exception du football. Reportages, portraits, ainsi que des ré- sultats et commentaires sont au menu de « 52’ Chrono ».

22h00

Zahoua
Zahoua

Divertissement réalisé par Rostom Bennacer Un nouveau numéro de l’émission de divertissement « Zahoua » présentée par Mohcen Bouzetit.

Publicité

« Zahoua » présentée par Mohcen Bouzetit. P ublicité Aujourd’hui Canal Algérie 09h30 : Khalti lalahoum

Aujourd’hui

Canal Algérie

09h30 : Khalti lalahoum (04) 10h00 : Mehen khatira (04) 10h30 : Farachat el foussoul

(06)

11h00 : Canal foot ''rediff'' 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Oua yabqa el hob (23) 13h45 : Bi'atouna e'sahira (04) 14h30 : Chahrazed (14) 15h15 : C'est son show ''rediff'' 17h00 : 52' Chrono 18h00 : Journal en amazigh 18h20 : Khalti lalahoum (05) 18h45 : Martyrs de la guillotine 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Sir el mihna 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Questions d'actu (di- rect) 22h00 : Zahoua 23h00 : La femme de Beni Snous 00h00 : Journal en arabe

23h00

La femme de Beni Snous

Snous 00h00 : Journal en arabe 23h00 La femme de Beni Snous La région de Beni

La région de Beni Snous est une région montagneuse d'Algérie, située à 35 km à l'ouest de Tlemcen, s'étendant sur 40 km, jusqu'à la frontière marocaine. Ce district est composé de douze villages (Beni Achir, Beni Bahdel, Beni Hadiel, Beni Snous (Khémis), Beni Zidas, Mazzer, Mghanine (Tleta), Ouled Moussa, Sid el Arbi, Sidi Yahya el Kef, Tafessera et Zahra). A Tafessera, on trouve des maisons troglodytes (datant de nombreux siècles). Au niveau culturel, les Beni Snoussi ont des traditions authentiques, la fête de Yennayer (nouvel an berbère) y est toujours célébrée. Les habitants de cette vallée ont une culture berbère qui leur est spécifique. Aussi, cette contrée à fourni de nombreux savants et rois berbères à Tlemcen sous la dynastie des Zyanides. Le plus connu est l'un des plus grands savants théologiens, à savoir Essnoussi.

El Moudjahid/ Pub

Lundi 8 Avril 2013
Lundi 8 Avril 2013

D

étente

25

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3947 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3947
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
 

D

é f i n i t i o n s

 

HORIZONTALEMENT

 

I-Anomalie de la vision des couleurs. II-Unie par le

mariage.Forme

d’avoir.

III-Pièce D’amarrage - Vagabonde. IV -La prudence est sa mère. V- Lac du Soudan - Rémunération. VI-Sans effets - Deux à Rome

- Refus. VII-Végétaux - Direction. VIII-Hameau en martinique

- Transformée en vache. IX-Pénétrons. X-Quart chaud - Plein

et intact. VERTICALEMENT 1- Trop bon. 2- Pomme - Repli au bord d’une étoffe. 3-Parts issues d’un partage - Bois précieux. 4-Costumes de rat

-

Heures réservées aux loisirs. 5-Lieu planté d’osiers - Note. 6- Parmi nous - Suppression de la voyelle finale. 7- Lettre greque - Possèdent. 8- Calme et apaisée - Condition. 9-Symbole de solidarité ou d’entêtement - Pas tout à fait rouge. 10-Eciment - Valeur du silence.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
D
A
L
T
O
N
I
S
M
E
2
E
P
O
U
S
E
U
T
E
3
B
I
T
T
E
E
R
R
E
4
O
S
U
R
E
T
E
T
5
N
O
S
A
L
A
I
R
E
6
N
N
U
E
I
I
O
N
7
A
R
B
R
E
S
E
S
T
I
L
E
T
I
O
E
8
R
E
T
R
O
N
N
S
O
9
E
T
E
E
N
T
I
E
R
10

SOLUTION

DES MOTS FLÉCHÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

D

E

R

M

A

T

I
I

T

E

S

2

E
E
T
T

A

U

 

O

R

D

R

E
E

3

C

A

S

S

E

U

R

 

S

N
N

4

A
A

T

T

E

R

R

E

R

 

T

5

L

I

A

 

E

N

S

I

L

E
E

6

I

S

 
E
E
6 I S   E E P E E S

E

P

E

E

S

7

T

E

N

T

E

R

E

N

T

 

8

R

8 R A A R   C   T U

A

A

R

 

C

 

T

U

9

E

M

I

G

R

A

T

I

O

N

10

S

 
F
F

E

E

 
S
S

O

N

E

Mots FLÉCHÉS Nº 3 947 INFLAMMATIONS —————————— PRESSE —————————— UN RANG
Mots FLÉCHÉS
Nº 3 947
INFLAMMATIONS
——————————
PRESSE
——————————
UN RANG
ETUDES SUIVIES
——————————
CRÉÉ DES
DOMMAGES
——————————
EN SCÈNE
LENTILLE
——————————
EFFRAYER
——————————
DE LA BALTIQUE
AMIE DU POÈTE
————————
NOUA
————————
EMMAGASINE
GENRE MUSICAL
——————————
DANS LE LIS
——————————
PALIER
PÉRIODE
——————————
ARMES BLANCHES
——————————
VAGABONDE
CHEMINS
———————————
EURENT LE
COURAGE
———————————
LUE EN PREMIER
NATIONALISÉ
VIRER
—————————
BONNE CARTE
RIVIÈRE DE
ZERO
——————————
CACHÉ
—————————
AMOUR DE ZEUS
SUISSE
DÉPART DE
POPULATION
——————————
CREDULE
——————————
MANQUE D’EGARD
——————————
UN ANGLAIS
—————————
DAMES DE POUVOIR
CAPACITÉS
Nº 3 947 Mot CACHÉ Grille 3. Déodorant 33. Faisander 15. Blizzard T R E
Nº 3 947
Mot CACHÉ
Grille
3.
Déodorant
33. Faisander
15.
Blizzard
T
R
E
N
F
R
O
G
N
E
E
D
I
O
H
P
M
Y
L
O
6.
Surcouper
34. Féminisme
20.
Fragilité
T
R
E
L
P
U
T
P
E
S
M
A
N
I
P
U
L
E
R
R
11.
Diaphragme
35. Coassocié
N
A
M
A
R
A
N
T
E
R
R
T
A
R
T
I
N
E
22. Surmenage
R
E
12
. Cref-volant
36. Strabisme
A
E
N
C
E
N
S
O
I
R
B
A
L
A
Y
E
T
T
E
P
23. Refouloir
13.
Remmailler
R
D
C
C
E
I
37. Dictature
R
B
L
Z
Z
A
R
D
F
B
R
H
R
U
24. Accolader
O
I
E
E
O
F
R
A
G
I
L
I
T
E
G
A
I
A
E
O
14.
Congestion
38. Refléter
D
A
R
M
N
S
U
R
M
E
N
A
G
E
A
T
S
U
P
C
39. 25. Epongeage
16.
Batifolage
Blatérer
O
P
F
M
G
R
E
F
O
U
L
O
I
R
L
I
T
T
O
R
17.
Ristourner
40. Avion-taxi
27.
Moutonner
E
H
V
A
E
A
C
C
O
L
A
D
E
R
L
F
O
B
U
U
18.
Hautboïste
41.
Rigoriste
29. Passereau
D
R
O
I
S
E
P
O
N
G
E
A
G
E
I
O
U
O
S
S
19.
Repoussage
42 . Postillon
T
A
L
L
T
M
O
U
T
O
N
N
E
R
C
L
R
I
S
R
30. Statuette
21.
Gallican
43.
Acceptant
N
G
A
L
I
P
A
S
S
E
R
E
A
U
A
A
N
S
A
E
1.
Renfrogne
E
M
N
E
O
S
T
A
7. Amarante
T
U
E
T
T
E
N
G
E
T
S
26.
Condiment
G
8. 2. Lymphoïde
M
E
T
R
N
A
C
A
L
V
A
I
R
E
C
E
R
E
E
S
28.
Décrasser
Tartiner
I
S
O
U
I
L
L
U
R
E
F
A
I
S
A
N
D
E
R
A
4. Septupler
31.
Calvaire
9. Encensoir
D
F
E
M
I
N
I
S
M
E
C
O
A
S
S
O
C
I
E
R
32
. Souillure
10. Balayette
5. Manipuler
N
S
T
R
A
B
I
S
M
E
D
I
C
T
A
T
U
R
E
C
O
R
E
F
L
E
T
E
R
T
I
B
L
A
T
E
R
E
R
E
Griller le café au feu
C
A
V
I
O
N
T
A
X
I
R
I
G
O
R
I
S
T
E
D
O
N
O
L
L
I
T
S
O
P
T
N
A
T
P
E
C
C
A
N
SOLUTIONPRÉCÉDENTE : THAILANDAISE

Publicité

El Moudjahid /Pub

Lundi 8 Avril 2013

Vie pratique

EL MOUDJAHID

29

PENSÉE

Il y a des dates que nul ne peut effacer. Le 08 avril 2010, notre

Il y a des dates que nul ne peut effacer. Le 08 avril 2010, notre très cher papa GHARBl Mohamed a été rappelé auprès de Dieu. Fier tu as vécu, fier tu es parti. Notre plaie est toujours vive et le vide que tu as laissé ne pourra jamais être comblé. Ton image, tes paroles et ta jovialité planent dans chaque coin de la maison et resteront gravées dans nos mémoires. Tu nous as quittés pour un monde meilleur, mais tu es toujours présent dans nos cœurs et nos pensées. La maison vit toujours à ton rythme pour combler le vide implacable que tu as laissé et réchauffer nos cœurs meurtris. En ce douloureux souvenir, ton épouse, tes filles, tes gendres et tes petits-enfants demandent à tous ceux qui t'ont connu, apprécié et aimé pour ta bonté et tes qualités humaines d'avoir une tendre et pieuse pensée à ta mémoire. Repose en paix papa, nous t'aimons pour l'éternité. Que Dieu le Tout-Puissant t'accorde Sa Sainte Miséricorde et t'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub du 08/04/2013

El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub

Demandes d’emploi

JH. 23 ans, habite à Alger, licencié en sciences de gestion, spécialité finances, 6 mois d’expérience à Hydro-Aménagement de Rouiba, cherche emploi dans le domaine (étatique ou privé). Tél. : 0550 17.31.71

——0o0——

JH. 19 ans, sérieux, travailleur, cherche emploi comme aide-cuisinier dans une société privée ou cantine, diplôme dans restauration, expérience 06

mois. Tél. : 0558 22.79.67

——0o0——

JH., 28 ans, licencié en anglais + attestation en restauration, 03 ans d’expérience dans le catering, cherche emploi dans le domaine ou autres. Tél. : 0554 73.62.77

——0o0——

Licencié en anglais ayant expérience comme interprète (général) cherche emploi dans une société nationale ou multinationale. Tél. : 0659 41.15.29

El Moudjahid/Pub du 08/04/2013

El Moudjahid /Pub

El Moudjahid /Pub ANEP301548 du 08/04/2013 El Moudjahid /Pub ANEP 515745 du 08/04/2013
El Moudjahid /Pub
ANEP301548 du 08/04/2013
El Moudjahid /Pub
ANEP 515745 du 08/04/2013
Vie religieuse Horaire des prières de la journée du lundi 27 Djoumada El Aoula 1434
Vie religieuse
Horaire des prières de la journée du lundi 27 Djoumada El Aoula 1434
correspondant au 8 avril 2013 :
- Dohr … 12h50
- Asr 16h28
- Maghreb
19h19
- Icha……
……
20h41
mardi 28 Djoumada El Aoula 1434
correspondant au 8 avril 2013 :
- Fedjr 04h52
- Chourouk
06h22

Divers

Entreprise de peinture industrielle & bâtiment et décoration prend tous travaux de peinture et revêtement étanchéité : Bloc administratif, villa Devis gratuit. Contactez le : 0554 62.66.42 0773 67.80.76

El Moudjahid/Pub du 0 8/04/2013

S.O.S.

Jeune garçon âgé de 16 ans, atteint d’une maladie grave, nécessite une intervention chirurgicale, lance un appel à toutes les âmes humaines et charitables pour l’aider financièrement et Dieu vous récompensera.

Tél. : 0557 45.94.94

El Moudjahid/Pub du 08/04/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
BP 68 - Béjaia 06000
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3,
1 er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

Lundi 8 Avril 2013

Sports

30

EL MOUDJAHID

COUPE DE LA CAF (1/8 èmes DE FINALE)

L’USMA sera opposée aux Nigérians de Heartland

Le représentant algérien, l’USM Alger, qui s’est qualifié brillamment à ce stade de la compétition en disposant des Camerounais Les Panthères de Ndé, à Douala, (3-2) et (1-0) à Bologhine, sera opposé aux Nigérians de Heartland. L’aller de cette confrontation de la coupe de la CAF aura lieu à Alger (Bologhine) entre le 19 et le 21 avril courant, alors que la manche retour aura lieu entre le 03 et le 05 mai prochain.

I l faut admettre que les observateurs ont remar- qué une nette amélioration dans les perfor- mances de l’USMA en cette fin de saison.

L’équipe s’est qualifiée à la finale de la coupe arabe des clubs qui est fixée au 24 avril face à Al- Arabi du Koweit. De plus, elle vient de se distin- guer en allant battre cette équipe camerounaise avec une équipe remaniée avec le coach adjoint de l’équipe Billal Dziri. Celui-ci a fait jouer une équipe totalement remaniée qui lui a donné fina- lement entièrement satisfaction. Notons, à ce ni- veau, que l’entraîneur en chef, pour des raisons personnelles, n’a pas fait le déplacement du Cameroun. Ce qui avait permis à Dziri de faire montre de ses grandes capacités à gérer le groupe, surtout qu’il jouit d’une très grande estime auprès de tous les joueurs. Il est certain que la situation risque d’être moins facile pour les Usmistes qui sont sur la brèche en étant sur plusieurs fronts à la fois. A vouloir courir plusieurs lièvres à la fois, on risque de ne rien cueillir au bout de l’effort. Toujours est- il, il y a lieu de mettre en exergue le réveil de cette formation des « Rouge et Noir » en ce moment. Ce qui pourrait être une très bonne chose en vue de la saison prochaine. Il est certain que pour le titre de champion d’Algérie, les Séti- fiens ont pris leur envol pour ne plus être rattrapés. Il reste cette deuxième ou troisième place qu’il

Il reste cette deuxième ou troisième place qu’il faudra rechercher. Néanmoins, le duo composé du MCA

faudra rechercher. Néanmoins, le duo composé du MCA et de l’USMA a déjà pris ses devants et ne veut pas se laisser amadouer à quelques

encablures du baisser de rideau du championnat national de Ligue pour la saison 2012/2013. Hamid GHARBI

COUPE D'ALGÉRIE 2013 (JEUNES)

Les finalistes connus

L es finalistes de la Coupe d’Algérie de jeunes catégo-

ries sont désormais connus à l’issue des demi-finales dispu- tées ce samedi. Chez les U20, la finale de la Coupe d’Algérie mettra aux prises l’USM Blida, tombeur de l’USM Alger (1-0), à l’ASM Oran qui a étrillé le WM Tébessa sur le score de 6 à 1. La finale des U-17 nous pro- pose une affiche alléchante entre l JS Kabylie, difficile vainqueur de l’ES Guelma aux tirs au but, contre l’ES Sétif qui a sorti l’US Biskra (1-0). Quant à la finale des U-15, elle nous proposera une confrontation entre Paradou AC, victorieux de l’USM Blida (2-0) à l’ASO Chlef qui a éliminé l’ES Sétif 2-1.

a

Résultats complets :

U-20

• WM Tébessa - ASM Oran 1-6

• USM Blida - USM Alger 1-0

U-17

• JS Kabylie- ES Guelma 1-1 JSK

qualifié aux TAB

• US Biskra - ES Sétif 0-1

U-15

• PAC Hydra- USM Blida 1-0

• ES Sétif - ASO Chlef 1-2

U-13

• MC Saida - JSM Bejaïa 0-1

• ASW Jijel - MSP Batna non joué.

LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE (1/8 ÈMES DE FINALE)

Le président de l'ES Sétif se méfie de Kano Pillars (Nigeria)

L e président du département football à l'ES Sétif, Has- sen Hamar, a affiché

dimanche sa prudence avant d'af- fronter les Nigérians de Kano Pillars, en huitième de finale de la Ligue des champions d'Afrique de football. "Il est clair que notre mis- sion ne sera guère facile face à Kano Pillars, un adversaire qui a impressionné lors du tour précé- dent en se qualifiant face aux Congolais de l'AC Leopards (4-1, 0-0), les finalistes de la précédente édition de la coupe de la Confédé- ration africaine (CAF)", a déclaré à l'APS le responsable sétifien. "C'est une équipe qui recèle d'énormes qualités, comme l'at- teste son arrivée en finale de la coupe de la CAF. Et puis, le niveau du football au Nigeria n'est plus à présenter", a-t-il ajouté. Autant donc de paramètres qui obligent le champion d'Algérie en titre à prendre très au sérieux son pro- chain adversaire s'il voudra réali- ser son principal objectif dans cette épreuve, à savoir la qualifica- tion à la phase des poules. "On vise la phase des poules, et pour ce faire, il faudra respecter notre ad- versaire et éviter de reproduire les mêmes erreurs que lors du précé- dent match contre l'ASFA Yen- nenga (Burkina Faso)", a averti Hamar. Exempte du tour

nenga (Burkina Faso)", a averti Hamar. Exempte du tour préliminaire, l'ESS avait entamé la compétition par

préliminaire, l'ESS avait entamé la compétition par une défaite à Ouagadougou (2-1), avant de l'em- porter au match retour vendredi passé à Sétif (4-2), non sans jouer avec le feu, puisqu'après avoir mené 4-0, ''l'Aigle Noir'' est tombé dans la facilité permettant à l'ad- versaire de réduire la marque à deux reprises en fin de rencontre, faillant même en rajouter un troi- sième, synonyme d'une élimina- tion prématurée des Sétifiens. Cette attitude a soulevé le cour- roux de Hamar et les membres de son staff technique, à leur tête l'entraîneur français, Hubert Velud,

critiquant sévèrement leurs pou- lains à l'issue de la partie. A propos du prochain tour, dont le match aller aura lieu le 20 ou le 21 avril en cours en déplacement, la direc- tion de l'Entente a déjà pris ses dispositions pour effectuer le voyage dans de bonnes conditions, a assuré Hamar. "On compte se dé- placer au Nigeria 48 heures avant le match, on attend juste la confir- mation de la date de la rencontre. Le voyage se fera via le Caire (Egypte)", a-t-il fait savoir. Le match retour qui aura lieu au stade du 8-Mai 1945 à Sétif, se jouera entre le 3 et le 5 mai prochain.

7 e TOURNOI DE POLICE DES U-13

L'Athlétique Club de Bordj-Ménaïel victorieux

L 'Athlétique Club de Bordj-Ménaïel (ACBM) a décroché samedi le titre du 7e Tournoi de foot- ball dans la catégorie des moins de 13 ans

(U-13), aux dépens de l'USM Alger aux tirs au but (4-

1) après que le match se soit terminé sur un score nul

(0-0), en finale disputée sur le terrain de la direction de l'administration générale de la sûreté nationale.

L'équipe de l'Ecole de Formation des Jeunes Sportifs de la sûreté nationale (EFJS) ''A'' s'est classée troi- sième, après avoir vaincu l'équipe ''B'' de la même

école par (3-1) en match de classement. L'entraîneur

de l'ACBM, Mourad Sahraoui, a estimé dans une dé- claration à l'APS, que "ce titre est le fruit des sacri- fices des staffs technique et administratif et des

joueurs. En finale, notre équipe a fait une belle partie

en dépit de la valeur reconnue de l'équipe

adverse''.''La différence a été notable, l'USMA évolue en Nationale Une, alors que nous faisons partie du

championnat de wilaya. Cela n'a pas empêché nos jeunes d'accrocher cette équipe et la battre dans l'épreuve des tirs au but", a t-il ajouté. De son côté, le président de l'Athlétique, Nabil Abbas, a souligné que ''le sacre a été réalisé grâce aux efforts de toutes les parties. Je tiens à remercier nos joueurs pour cette consécration''. De son côté, l'entraîneur de l'USM Alger, Abderrahmane Derouaz, a estimé que son équipe ''ne mérite pas la défaite, vu son excellent par- cours réalisé, avant d'atteindre la finale. Je pense que nous avons joué de malchance lors de la séance des tirs au but". Ce tournoi, organisé par l'UFJS, a connu la participation de huit équipes : USM Alger, Athlé- tique Club de Bordj-Ménaïel, WR Saoula, WR Mef- tah, CM Belouizdad, les écoles de Formation des Jeunes Sportifs de la sûreté nationale (EFJS) A et B, et l'Académie du Front National de Libération.

EQUITATION-

GRAND PRIX DE RELIZANE

Laïd Réda (Ecole de police de Soumaa) remporte le grand prix

Réda (Ecole de police de Soumaa) remporte le grand prix L e cavalier Laïd Réda, du

L e cavalier Laïd Réda, du club de l’Ecole de police de Soumaâ

(Blida) a remporté le grand prix du concours national d’équitation qui a pris fin samedi à Relizane. La se- conde place de cette compétition de saut en obstacles, disputée au deuxième jour du concours, est reve- nue au cavalier Benthabet Hassen, affilié au club "El Moughit" d’Oran, alors que son collègue Aitil Ounis Brahim, du club de Zéralda (Tipasa) s’est classé à la troisième place. La cérémonie de clôture s’est déroulée au centre équestre "Ahmed Ben- Bella" de Relizane, en présence du wali, du président de la Fédération algérienne d’équitation et d’un pu- blic nombreux. Elle a été marquée par la distribution de trophées, mé- dailles et autres cadeaux aux lau- réats. Ce concours national dont le coup d’envoi a été donné, vendredi, par le secrétaire d’Etat chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, a comporté huit épreuves dans les ca- tégories des seniors, juniors et ca- dets. Les premières places ont été remportées par des cavaliers issus de clubs de Mostaganem, Tiaret, Oran, Tipasa et Relizane. 100 cavaliers venus des clubs d’Alger, Oran, Mos- taganem, Tiaret, Relizane, Skikda, Blida et Tipasa ont pris part à ce grand prix, organisé par la Direction de la jeunesse et des sports de Reli- zane en collaboration avec la Fédé- ration algérienne d’équitation, rappelle-t-on.

OPEN NATIONAL DE BODYBUILDING

65 athlètes à l'Open de Mila

65 athlètes de 27 équipes ont pris part, ce week end, à la maison

de la Culture Moubarek El-Mili de Mila, à l’Open national de bodybuil- ding, qualificatif pour la phase fi- nale du championnat national. Le président de la Fédération algérienne de Body-Building et Powerlifting (FABP), M. Moussa Messaour, pré- sent à cette compétition, a indiqué à l’APS que dix catégories de poids étaient concernées par cette compé- tition dont les trois premiers de chaque catégorie devant se qualifier pour le championnat national prévu les 8 et 9 mai prochains à Bejaïa. Après la traditionnelle pesée des athlètes qui s’est tenue la veille de la compétition, un public très nom- breux s’est déplacé à la maison de la culture pour suivre les évolutions des athlètes, dès les tours prélimi- naires, a-t-on constaté.

Résultats :

60 kg :

01/ Sbahi Ibrahim (Constantine)

02/Mourad Abdelkrim (Constantine) 03/ Kerkouk Abdelhakim (Bejaïa)

65 kg :

01/ Lemouchi Chaouki (Bejaïa) 02/Fouhal Mohamed-Lakhdar (Bordj Bou- Arréridj) 03/Ferhani Hakim (Bejaïa)

70 kg :

01/ Boutamina Abdennacer (Tipasa)

02/ Fetmini Khaled (Constantine)

03/ Boudchicha Bouzid (Bordj Bou-Arréridj)

75 kg :

01/ Boudiaf Moutassem (Bordj Bou-Arréridj) 02/ Chitour Salah (Bordj Bou-Arréridj)

03/ Dahmani Nasser (Mohammadia)’

80 kg :

01/ Chegrari Benzerga (Sidi Bel-Abbes) 02/ Bouziane Ilyes (Alger) 03/ Dahmani Nasser (Tizi-Ouzou).

Sports

31

EL MOUDJAHID

LIGUE 1 (25 e JOURNÉE)

Le Doyen à la 2 e place

Cette 23 e journée, une fois n'est pas coutume, ne s'est pas jouée en intégralité puisque les matches CRB-ESS, ASO-USMA et JSMB-CAB ont été décalés au mardi 16 avril en raison de la participation de l'USMA, l'ESS et la JSMB aux compétitions africaines.

L' intérêt, par conséquent, de cette journée a été dominé par le choc entre le MCA et

la JSK au stade du 5-Juillet. Certes, le public n’était pas au rendez-vous

à cause peut-être du froid et de la

pluie qui avait caractérisé cette jour- née footballistique, mais le spectacle avait été omniprésent à la grande joie des fans des deux équipes présents. Ce sont les Mouloudéens, plus prompts, qui ouvriront le score sur un penalty justifié par Djallit (33'), Belkalem ayant touché la balle avec sa main dans son périmètre. De re- tour des vestiaires, sur une action menée par Bougèche, Yachir, excel- lent, corsera joliment la note (47'). A deux buts à zéro, la sentence deve- nait assez sévère. Néanmoins, une erreur d'appréciation de l'arbitre, Necib, qui a été trompé par Belamri en simulant une chute, vient réduire donc le score sur penalty signé Rial (57’). Puis, Yachir, l'un des atta- quants en forme du MCA, corsera l'addition. Le MCA ratera même un penalty par Chaouchi. Asselah était assez vigilant. Belkalem, qui avait provoqué la faute qui avait ramené le penalty sera expulsé (cumul de car- tons). Puis, Yachir, l'un des atta- quants en forme du moment du MC Alger corsera la note d'une reprise en pleine surface de vérité. A 3 à 1, le match était scellé. Le MCA remporte une victoire méritée qui lui permet de prendre en solo la deuxième place avec 46pts comme l'USMH, mais avec un meilleur goal average. Les Harrachis n'ont pu prendre la mesure d'une équipe oranaise qui lutte dés- espérément pour s'extirper de la «zone rouge». Dagoulo a été l'unique buteur de ce match MCO-USMH. Il permet ainsi aux Mouloudéens

Ph. T. Rouabah
Ph. T. Rouabah

d'Oran de gagner et surtout de n'être plus dans la «peau» d'un relégable, puisque même le CABBA a perdu à Constantine devant le CSC qui re- monte ainsi à la 4 e place, puisque l'USMA n'a pas joué. Dans le bas du tableau, l'USMBA et le WAT ont fait du surplace, puisqu'ils ont été battus respectivement par le MCEE (0-1) et la JS Saoura (2-0) sur des buts de Ba- kayoko et Hamzaoui. Du coup, les Abassis et les Tlemcéniens ont com- pliqué leur situation quant à leur

Résultats

USM Bel Abbès- MC El Eulma JS Saoura - WA Tlemcen MC Oran- USM El Harrach MC Alger - JS Kabylie CS Constantine - CABB Arréridj

0-1

2-0

1-0

3-1

1-0

Mardi 16 avril (18h00):

Alger : CR Belouizdad- ES Sétif Bejaia : JSM Béjaïa- CA Batna Chlef : ASO Chlef- USM Alger

maintien en Ligue 1 à cinq journées du baisser de rideau. Il est certain que l'USMBA, le WAT et le CAB (il n'a pas joué face à la JSMB) sont dans une position peu enviable. Chaque point perdu aura son impor- tance dans le décompte final. Hamid Gharbi

Classement 1- ES Sétif 2- MCA Pts J 52 24 46 25 - USMH 46
Classement
1- ES Sétif
2- MCA
Pts
J
52
24
46
25
- USMH
46
25
4- USM Alger
41
24
- CS Constantine
41
25
6- CR Belouizdad
35
24
7- JS Kabylie
33
25
- JS. Saoura
33
25
9- JSM Béjaïa
10- MC El-Eulma
32
24
31
25
11- ASO Chlef
28
24
12- CABB Arréridj
26
25
- MC Oran
26
25
14- CA Batna
-WA. Tlemcen
-USM Bel-Abbès
21
24
21
25
21
25

JSK

Sandjak a-t-il sous-estimé le MCA ?

Le coach de la JSK, Nacer Sandjak, qui n’est pas en odeur de sainteté avec les dirigeants de la JSK, notamment Mohand Chérif Hannachi, président du club, s’est-il compliqué sa situation après cette lourde défaite concédée contre le MCA (3-1) ? On peut dire que cette contre-performance est un peu la goutte qui a fait déborder le vase, puisque certainement, on lui demandera des comptes sur ces choix et aussi l’ambiance quelque peu morose qui règne actuellement au sein des Canaris. Des joueurs sont mécontents comme Remache, qui n’avait pas apprécié d’être remplacé, ou Belakhdar qui ne s’entraîne même pas avec l’équipe. Bouchouk, qui avait fait partie de l’EN, ne rentre plus dans les plans de Sandjak. Pourtant, ce joueur peut apporter beaucoup à l’attaque de la JSK qui ne marque pratiquement plus. H. G.

NACER SENDJAK

«Mon avenir à la JS Kabylie sera tranché en fin de saison»

L'entraîneur de la JS Kabylie Nacer Sendjak, dont l'équipe a été

sévèrement battue sur le terrain du

MC Alger (3-1) samedi soir pour le

compte de la 25 e journée du championnat de Ligue 1 algérienne

de football, a indiqué qu'il n'avait

pas l'intention de démissionner en

cours de chemin et que son avenir avec les Canaris sera tranché en fin de saison. «Je suis toujours en poste. Je compte aller au bout de mon contrat qui expirera en juin prochain ; après quoi, je déciderai de mon avenir», a déclaré l'ancien

sélectionneur national aux

journalistes à l'issue du clasico qui

s’est déroulé au stade du 5-juillet

(Alger). En concédant la défaite face

au MCA, les gars du Djurdjura sont

entrés prématurément en «vacances», en sortant de nouveau bredouilles

d'une saison très difficile, sur laquelle le président du club, Mohand Cherif

Hannachi, misait pourtant énormément pour renouer avec la joie des

titres. Du coup, l'avenir de l'ex-coach de Noisy-le Sec (championnat

amateur, France) à la JSK est déjà remis en cause, selon l'entourage du

club, évoquant «la détérioration de ses rapports avec le président Hannachi

ainsi qu'avec beaucoup de ses joueurs». Revenant sur la défaite face

au MCA (2 e au classement), Sendjak a estimé qu'elle était «logique»,

ajoutant que l'enjeu du rendez-vous, notamment pour l'adversaire,

obligeait ce dernier à exploiter la moindre occasion se présentant devant

lui, «ce que le Mouloudia a fait avec succès», a-t-il dit.

à exploiter la moindre occasion se présentant devant lui, «ce que le Mouloudia a fait avec

APRÈS AVOIR BATTU LE CSC (3-0) PUIS LA JSK (3-1)

Le MCA dicte sa loi au 5-Juillet

S’ il y a bien une équipe qui marche à merveille en ce moment, c’est bien le Mou-

loudia Club d’Alger. Tout sourit aux Algérois, avec une succession de ré- sultats positifs qui en disent long sur les progrès réalisés par les cama- rades de l’exemplaire Karim Ghazi cette saison. Il faut dire que la venue de Djamel Menad et la qualité de son staff technique n’y sont guère étran- gers. En effet, l’ex-baroudeur de l’EN a petit à petit instauré une vraie discipline et un état d’esprit profes- sionnel au sein du groupe. Connu pour sa rigueur, son amour du travail bien fait et son intransigeance quant au respect et au sens du profession- nalisme dont doivent être animés ses joueurs, Djamel Menad est en train de réussir de fort belle manière sa mission. Le MCA est redevenu cette machine à gagner qui a toujours fait de ce grand club, le plus populaire du pays, une équipe qui ne laisse per-

sonne indifférent. Par ailleurs, les di- rigeants mouloudéens ont bien fait de domicilier l’équipe au stade du 5- Juillet qui permet aux joueurs de mieux s’exprimer et à l’équipe de bien progresser sur le plan du jeu. Ainsi, le Doyen parvient à dicter sa loi sur son terrain. En verve, les Ya- chir, Bouguèche, Metref et tous les autres ont beaucoup gagné en confiance. Même cette histoire de joueurs mécontents de se retrouver remplaçants ou non convoqués s’est dissipée d’elle-même, du moment que les résultats donnent raison aux choix de Djamel Menad. Même ceux qui jouent ne prennent pas la grosse tête et gardent les pieds sur terre. Rester humbles leur permet de de- meurer concentrés et de se remettre

à chaque fois en question, pour ne

pas dormir sur leurs lauriers. C’est l’une des qualités majeures du Mou-

Ph. T. Rouabah
Ph. T. Rouabah

loudia de cette saison. Samedi face à la JSK, le MCA a encore une fois frappé, en infligeant une véritable correction à la JSK, qu’il a battu sur le score de 3 à 1 , sur un but de Djal- lit (33’ sp) suivi d’un doublé du to- nitruant attaquant Yachir (46’ et 81’) qui prend des galons à chaque ren- dez-vous de son équipe. La JSK ayant réduit la marque par l’entre- mise de Rial (58’ sp). L’équipe algé- roise joue bien, est bien organisée tactiquement et ses joueurs affichent à chacune de leur sortie cette «grinta» qui fait d’eux un redoutable adversaire dont tout le monde se méfie désormais. Certes, des lacunes persistent encore, comme reconnu par Djamel Menad lui-même, no- tamment au niveau du milieu de ter- rain, où le Mouloudia doit se débarrasser de certains déchets dans son jeu. Mais, ce qui est réjouissant pour le peuple mouloudéen, c’est

cette faculté acquise par le MCA d’être régulier dans ses perfor- mances, avec les résultats positifs

enregistrés jusque-là. Le match de vendredi prochain face à l’ESS pour le compte des demi-finales de la Coupe d’Algérie au stade du 5-Juil- let s’annonce passionnant et explo- sif, au vu de la valeur des deux équipes. Bachiri, Besseghier, Attafen and Co veulent prouver que rien ne peut arrêter la déferlante moulou- déene enclenchée depuis la prise en main de l’équipe par Djamel Menad. Ce dernier a tenu à exprimer ses re- merciements à Omar Ghrib et l’équipe dirigeante pour le travail co- lossal qu’ils accomplissent dans l’in- térêt de l’équipe, et a aussi insisté pour louer les mérites de la Sona- trach, qui a mis les moyens néces- saires pour permettre la bonne marche du Mouloudia. Tout le monde perçoit régulièrement ses re- venus, ce qui permet à tout un cha- cun de se concentrer uniquement sur son travail. Le MCA est sur la bonne voie, personne ne peut dire le contraire ! Mohamed-Amine Azzouz

Entretien
Entretien

REMACHE (DÉFENSEUR DE LA JSK) :

«C'est la faute à personne »

Belkacem Remache était doublement déçu à la fin de MCA - JSK (3-1). D'abord, déçu par l'ampleur du score, puis par son remplacement en deuxième mi-temps. L'arrière-droit de la JSK, que Nasser Sandjak a fait monter d'un cran pour jouer dans l'entre-jeu et laisser la place derrière à Benlamri, pensait avoir encore des choses à donner. Une explication avec son coach est attendue.

Vous avez quitté le terrain mé- content après votre remplacement en seconde période, pourquoi ?

(Il réfléchit) Je n'ai pas apprécié mon remplacement, voilà tout. Je pen- sais très sincèrement que j'avais en- core les ressources. Belkalem est sorti, Benlamri est entré dans l'axe, lo- giquement, c'est moi qui devais recu- ler d'un cran. J'avais encore l'énergie et la motivation pour me battre. D'où ma frustration.

Votre entraîneur n'a pas dû ap- précier votre réaction ? (Hésitant) Je ne sais pas. On n’en a pas parlé. On va sans doute parler de ça tranquillement plus tard. A tête re- posée de préférence. Car à chaud, on risque de dire des choses qu'on regret- tera plus tard.

Vous avez frôlé la correction au- jourd'hui (3-1). La note est quand même salée

Oui, malheureusement. Il y a eu des événements qui ont influé direc- tement sur l'évolution du match. L'ar- bitre siffle deux penaltys, expulse Belkalem, on prend un but deux, trois minutes après la reprise, c'était trop à la fois.

Belkalem était coupable de deux erreurs monumentales dans la sur- face de réparation, vous lui en vou- lez ?

dans la sur- face de réparation, vous lui en vou- lez ? Non, même pas. Sincèrement,

Non, même pas. Sincèrement, c'est la faute à personne ! Il ne sert à rien d'accabler quiconque. Ce qui est fait est fait. Je pense qu'il va falloir vite oublier ça et se remettre au tra- vail. Il nous reste encore des matches à jouer.

Où peut-on trouver les res- sources nécessaires pour se motiver lorsqu'on n'a plus d'objectif à at- teindre ?

Mais on a un objectif à atteindre ! Je pense qu'on a encore la chance de terminer à la cinquième place. C'est encore jouable. Il est vrai que les choses n'ont pas été faciles cette sai- son, mais il reste encore quelque chose à sauver. Une qualification à une coupe de la CAF serait formida- ble.

Entretien réalisé par Amar Benrabah

Pétrole Monnaie Le Brent L'euro à à 1,292 104.33 dollar
Pétrole
Monnaie
Le Brent
L'euro à
à
1,292
104.33
dollar
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S

DéCLArAtIOn FInALe Des PArLeMents De L’UPM

Promotion de la paix au Sahel et règlement du conflit au Proche-Orient

Les présidents des Parlements de l’Union pour la Méditerranée (UPM) ont adopté, samedi dernier, une déclaration finale où la promotion de la paix au Sahel, le règlement du conflit au Proche-Orient et la facilitation de la circula- tion des personnes entre les deux rives de la Méditerranée figurent parmi les points essentiels du document.

R éunis à Marseille, les présidents des Parlements de l’Union ont ainsi appelé les etats membres de

l’Union et les institutions partenaires à «œuvrer à la promotion de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans la région sahélo-saharienne». Dans cette déclara- tion adoptée au terme de leur premier sommet, les 29 présidents des Parlements de l’Union, dont M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’Assemblée populaire nationale (APn), ont égale-

ment plaidé en faveur de la mise en œuvre de programmes de codéveloppe- ment et de mise à niveau économique et sociale des pays de cette région. «nous estimons qu’une coopération effective et

une approche collective au moyen d’ins- truments légaux et de codéveloppement sont né- cessaires pour éradiquer le terrorisme et ses connexions avec le crime organisé transnational», note la déclaration finale dans ce point proposé par l’Algérie et adopté à l’unanimité par les présidents des Parlements de l’UPM. Dans un autre point également soumis par l’Algérie, les présidents des Parlements de l’Union estiment que les conflits

des Parlements de l’Union estiment que les conflits non résolus dans la région du bassin méditerranéen

non résolus dans la région du bassin méditerranéen «ne doivent, en aucun cas, continuer à servir de prétexte pour retarder les progrès tangibles des projets de l’UPM, qu’attendent les citoyens». en parallèle, ajoutent-ils, toutes les parties prenantes, dont l’Union européenne et la Ligue arabe, sont appelées à «prendre leurs responsabilités pour im- pulser une reprise des négociations au Proche- Orient», considérant qu’un règlement «juste et

définitif» de ce conflit sur la base des ré- solutions pertinentes des nations unies «permettra l’instauration d’une paix et d’une stabilité durables dans la région». Les présidents des Parlements de l’UPM considèrent aussi, dans cette déclaration finale — et c’est l’autre point proposé par l’Algérie — que la «dignité humaine, le respect des droits fondamentaux et l’éga- lité homme-femme doivent guider la coo- pération entre les deux rives dans l’intérêt du rapprochement de leurs peuples et de la promotion des dialogues culturels et ci- vilisationnels, notamment comme fac- teurs-clés de la lutte contre toutes les formes d’exclusion». Les travaux de ce sommet, qui s’est déroulé à huis clos, ont

été essentiellement articulés autour de l’intérêt de redynamiser le partenariat méditerra- néen. sa tenue coïncide avec l’organisation du deuxième Forum de la société civile, initié par la Fondation Anna-Lindh pour le dialogue intercul- turel, consacré à la relance du dialogue entre les deux rives de la Méditerranée avec la participation de plus de 1.000 personnes entre intellectuels, écri- vains et représentants d’OnG.

AIr ALGérIe

sALOn InternAtIOnAL DU LIvre D’AbOU DHAbI

Des romanciers algériens à la 23 ème édition

Ahlem Mosteghanemi, rachid boudjedra, samir Kacimi et Amara Lakhous participent au 23ème salon du livre d’Abou Dhabi, prévue du 24 au 29 avril prochain, annoncent les organi- sateurs. Les romanciers algériens prennent part à ce salon aux côtés d’une cinquantaine de par- ticipants, entre écrivains, romanciers, poètes, nouvellistes et artistes, représentant une cin- quantaine de pays. Le salon international du livre d’Abou Dhabi a été Institué par l’Orga- nisme d’Abou Dhabi pour le tourisme et la cul- ture et la Fondation «Kitab».

U n incendie s’est déclaré ce sa- medi vers 18 heures au niveau du rez-de-chaussée de la cour

d’Oran. Le feu a pris dans une salle où étaient entreposés des docu- ments de diverses natures. Grâce à un système d’alerte installé au niveau de la bâtisse, la Protection civile s’est immédiatement dépêchée sur les lieux et a pu le maîtriser sans que le bâtiment ne subisse aucun dommage. Une enquête a été, immédiate- ment, ouverte par les services de po- lice pour déterminer les causes de ce sinistre. Hier, dans une déclaration

Nouvelle ligne Oran-Madrid en été

dans une déclaration Nouvelle ligne Oran-Madrid en été voyages (sIAHA). Cette nou- velle liaison, qui sera

voyages (sIAHA). Cette nou- velle liaison, qui sera assurée à raison de deux vols hebdoma- daires, est la troisième à être programmée à partir de l’aéro- port Ahmed-ben- bella d’Oran,

incendie, les documents sont entrepo- sés depuis des années, les dossiers «lourds» et surtout d’actualité sont entreposés au niveau du pôle pénal dont le siège indépendant est à deux cents mètres environ de la cour. Cette alerte, heureusement sans gravité selon le procureur général, va accélérer la réalisation d’une salle d’archives (en cours) mieux adap- tée en plus, bien évidemment, de l’opération numérisation des ar- chives, toujours d’actualité, et qui a touché jusqu’à l’heure actuelle presque 19.000 dossiers.

U ne nouvelle ligne aé- rienne sera lancée au début de la saison

estivale prochaine pour re- lier Oran à Madrid (es- pagne), a appris hier l’APs auprès de la direction régio- nale de la compagnie Air Algérie. Cette nouvelle ligne vise à développer l’ac- tivité du transport aérien et à répondre à la demande pour cette destination, a expli- qué à l’APs le directeur régional du transporteur aérien, en marge de sa participation au 4 e salon international du tourisme et des

après celles déjà en ser- vice vers les villes ibé- riques d’Alicante et de barcelone. Le même res- ponsable a précisé que d’autres lignes internatio- nales desservies à partir de l’aéroport d’Oran se- ront renforcées en prévi- sion de la saison estivale prochaine. Il s’agit no- tamment du trafic vers la France (9 lignes) et d’autres villes européennes (bruxelles et Francfort). Par ailleurs, une nou- velle agence d’Air Algérie a été dernièrement ouverte au centre- ville d’Oran. elle est réservée aux voyages du hadj, omra et ac- cueille également les partenaires de la compagnie, et ce, pour al- léger la pression sur les autres agences d’Oran et offrir un ser- vice de qualité aux usagers, selon le directeur régional d’Air Algérie d’Oran.

APrès L’InCenDIe à LAsALLe Des ArCHIves De LACOUr D’OrAn

Alerte sans gravité rassure le procureur général

aux médias, le procureur général près la cour d’Oran a indiqué que cet in- cendie relève d’un pur «accident for- tuit». «Un plafonnier à plusieurs néons s’est détaché pour se briser sur un fauteuil fait dans une matière in- flammable.» Une vingtaine de boîtes ont été détruites, de nombreux dos- siers fort heureusement sans impor- tance ont brûlé. Des dossiers d’affaires traitées, jugées et classées, les «minutes» des procès étant entre- posées dans une autre salle. Il faut préciser, en effet, que même si dans les salles d’archives menacées par cet

L e comité de suivi de l’initiative de paix arabe tiendra, au-

jourd’hui, une réunion à Doha, capitale du qatar, en présence du président pales- tinien Mahmoud Abbas, a déclaré hier le porte-parole officiel de la Ligue, M. nacif Hatta. La réunion doit débattre de l’application des décisions issues du 24 e sommet arabe tenu à Doha

InItIAtIve De PAIx ArAbe

Le comité de suivi se réunit aujourd’hui à Doha

et relatives au processus de paix, dont la date de la visite que doit effectuer à Wash- ington une délégation mi- nistérielle pour l’ouverture d’un dialogue avec l’Admi- nistration américaine sur le processus de paix, a précisé le porte-parole. L’objectif de la visite de la délégation arabe aux etats-Unis sera de trouver les moyens susceptibles de

réactiver les résolutions re- latives au processus de paix au Proche-Orient, démarche que les UsA ont accueillie favorablement, de concert avec la partie arabe. Le sommet arabe de Doha avait, rappelle-t-on, décidé de dépécher une délégation ministérielle conduite par le qatar, pour entreprendre des consultations avec le Conseil de sécurité de

l’OnU, les UsA, l’Union européenne, la russie et la Chine, pour relancer le pro- cessus de paix avec Israël. Le comité de suivi est composé de l’Algérie, la tu- nisie, le Maroc, l’egypte, le soudan, le Yémen, l’Arabie saoudite, le bahreïn, la Jor- danie, la Palestine, le Liban, le qatar et le secrétaire gé- néral de la Ligue arabe.

COnseIL exéCUtIF extrAOrDInAIre De L’UA

M. Messahel préside la délégation algérienne

De L’UA M. Messahel préside la délégation algérienne Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, prési- dera la délégation algérienne aux travaux de la session extraordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA), prévue au- jourd’hui à Addis Abeba (ethio- pie), a indiqué hier une déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Amar be- lani. Cette session sera consacrée à l’examen du plan stratégique 2014- 2017 de la Commission de l’UA et aux préparatifs de la célébration du 50 e anniversaire de l’OUA-UA, qui aura lieu le 25 mai prochain à Addis-Abeba, précise la même source.

12 e sessIOn

DU COMIte exéCUtIF De L’UIPA

Une délégation du Parlement à Koweit

Le président de la commission des affaires étrangères, de la coo- pération internationale et de la communauté nationale à l’étranger au Conseil de la nation, M. brahim boulahia, également membre du comité exécutif de l’Union inter- parlementaire arabe (UIPA), pren- dra part, aujourd’hui à Koweït, à la 12 e session du comité exécutif de l’Union. Cette session se tiendra la veille de la 19 e conférence de l’UIPA prévue les 9 et 10 avril à Koweït, précise un communiqué du Conseil de la nation.

APrès sA qUALIFICAtIOn DevAnt AsAnte KOtOKO (GHA.) en LIGUe Des CHAMPIOns D’AFrIqUe

La JSM Béjaïa affrontera l’ES Tunis en 8 e de finale

L e club algérien la JsM béjaïa s’est qualifié pour le prochain tour de la

Ligue des champions africains de football en décrochant le nul devant son homologue du Ghana, Asante Kotoko (1-0), mi-

temps : (0-1) en match retour

des 16 es de finale de la compéti- tion jouée hier à Kumasi. Menés

à la mi-temps par un but inscrit

par Akofo (45+1), les camarades du gardien international Cedric ont nivelé la marque grâce à Mo- hamed Derrag (73’). La JsMb,

qui avait fait match nul (0-0) lors du match aller disputé le 22 mars

à béjaïa, s’est qualifiée par le bé- néfice du but inscrit en déplace- ment. Le représentant algérien

affrontera l’espérance de tunis en 8 e de finale de cette compéti- tion continentale des clubs. Le match aller aura lieu à béjaïa le 20 ou le 21 avril, alors que la manche retour est prévue à tunis entre le 3 et le 5 mai. Les bé- jaouis ont arraché leur billet pour les 8 es de finale à la faveur du match nul face au club ghanéen

d’Asante Kotoko (1-1) dimanche dernier à Kumasi. Au match aller disputé au stade de l’Unité ma- ghrébine, la JsM béjaïa et l’As- hante Kotoko ont fait match nul (0-0). La délégation béjaouie re- gagnera Alger mercredi après

des escales à Accra et Casa- blanca (Maroc).