Vous êtes sur la page 1sur 115

Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Plan Campus
du plateau de Saclay
Tome II
Février 2009

DIFFUSION RESTREINTE
DIFFUSION RESTREINTE
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

INTRODUCTION .................................................................................................................................................... 2
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS ......................................................................................... 4
SCIENCES PHYSIQUES ............................................................................................................................................................................................. 5
CHIMIE ............................................................................................................................................................................................................................. 9
MATHÉMATIQUES ....................................................................................................................................................................................................12
BIOLOGIE-SANTÉ.......................................................................................................................................................................................................15
CLIMAT ET ENVIRONNEMENT ...........................................................................................................................................................................19
ÉNERGIE A BAS CARBONE ...................................................................................................................................................................................22
SCIENCES ET INGÉNIERIE DU VIVANT POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION ET L’ENVIRONNEMENT .............26
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES ...............................................................................................................................................................30
ÉCONOMIE-FINANCE-GESTION ........................................................................................................................................................................33
SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (STIC) ...................................................36
NANOSCIENCES & NANO-INNOV .....................................................................................................................................................................39
SCIENCES DE L’INGÉNIERIE ...............................................................................................................................................................................43
LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS ................................................................................................................ 48
CNRS ................................................................................................................................................................................................................................49
CEA-SACLAY .................................................................................................................................................................................................................53
ÉCOLE CENTRALE PARIS .......................................................................................................................................................................................56
HEC PARIS .....................................................................................................................................................................................................................59
ENSAE PARISTECH ...................................................................................................................................................................................................62
MINES PARISTECH ...................................................................................................................................................................................................64
ENSTA PARISTECH ....................................................................................................................................................................................................67
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ............................................................................................................................................69
ÉCOLE POLYTECHNIQUE......................................................................................................................................................................................72
SUPÉLEC........................................................................................................................................................................................................................74
IHÉS..................................................................................................................................................................................................................................77
INRA .................................................................................................................................................................................................................................79
INRIA................................................................................................................................................................................................................................82
INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL ................................................................................................................................................85
AGROPARISTECH ......................................................................................................................................................................................................88
INSTITUT TELECOM .................................................................................................................................................................................................91
ONERA ............................................................................................................................................................................................................................94
UNIVERSITÉ PARIS-SUD 11 ..................................................................................................................................................................................96
UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES ..........................................................................................................99
DIGITEO ...................................................................................................................................................................................................................... 102
NANOSCIENCES & NANO-INNOV .................................................................................................................................................................. 104
LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY ........................................................................... 106
I - PARISTECH ........................................................................................................................................................................................................... 107
II - UNIVERSUD PARIS.......................................................................................................................................................................................... 109
1
III - PREMIÈRES PROPOSITIONS POUR UNE COORDINATION FONCTIONNELLE DES DEUX PRES .......................... 111
DIFFUSION RESTREINTE

LES DOMAINES
SCIENTIFIQUES
ET LES OBJECTIFS
DES ACTEURS

Après le tout, les parties… Le second tome du Plan Campus du plateau


de Saclay apporte une vision plus analytique du projet.
On y trouvera d’abord la description complète des domaines
d’enseignement et de recherche, avec leur répartition spatiale.
On y trouvera ensuite le point de vue de chacun des acteurs, avec
leurs projets et les bénéfices qu’ils attendent de leur regroupement
sur le plateau. Au-delà, tous ceux qui s’expriment dans ces pages
manifestent leur volonté d’ouverture et leur désir de nouer des
partenariats à l’échelle de l’Ile-de-France, aux niveaux national
et européen, et à l’international.
2
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

La représentation de l’activité des chercheurs et enseignants-


chercheurs selon douze domaines thématiques a le mérite de
présenter l’activité du Campus de manière lisible. Elle permet
de mettre en avant la manière dont ces acteurs percevaient les
atouts qu’allait valoriser le Plan Campus, et la plus value qu’ils
attendaient de ce projet. Toutefois, cette présentation en douze
«blocs» n’est pas parfaitement linéaire et parfois les acteurs
se recouvrent partiellement, compte tenu de l’organisation
matricielle de la recherche. Celle-ci est à trois dimensions :
1. les disciplines de base (mathématiques, physique, chimie,
biologie, sciences humaines et sociales…)
2. les disciplines transverses (sciences de l’ingénierie dans les
systèmes complexes de l’électronique, du logiciel, du vivant, de
la mécatronique…)
3. les recherches de connaissance pour répondre à de grands
enjeux de société (énergie, alimentation, santé, compétitivité
économique, climat et environnement).

Ensuite, c’est la stratégie des établissements qui est présentée.


Par établissements, il faut entendre les entités impliquées
dans des opérations immobilières. Il s’agit le plus souvent
d’établissements, souvent implantés sur plusieurs sites au monde,
niveau national, et qui ont leur stratégie propre. Ont été • l’ambition. Il s’agit de devenir des acteurs de premier plan,
également ajoutées deux fiches pour Digiteo et Nano-Innov d’être attractif à l’international pour des chercheurs, des
dans la mesure où ces deux opérations sont fortement associées étudiants, des industriels…
à des projets immobiliers. Il s’agissait de montrer comment
ces stratégies convergent pour permettre l’émergence de ce • le caractère pluriculturel de ce Campus et les atouts
Campus de visibilité mondiale. considérables que cela lui confère en termes d’approches
globales des grands problèmes, de fertilisations croisées
Enfin, ce sont les deux Pôles de recherche et d’enseignement • la plus value apportée par des mutualisations de toutes
supérieur, les PRES ParisTech et Universud Paris, qui sont sortes entre acteurs. Bien au-delà des économies en matière
présentés. d’investissement, il s’agit de profiter de ces mutualisations pour
rapprocher des acteurs aussi bien dans le cadre professionnel
Ce qui frappe dans cet ensemble de documents c’est la que dans celui des loisirs, pour offrir un meilleur service à coût
convergence de vue sur : identique.
• le nombre considérable de chercheurs et d’enseignants-
chercheurs (l’unité de compte est souvent le millier) présents Autant de sujets qu’il conviendra de valoriser en commun, en
sur le campus, nombre équivalent à ce qui existe dans les autres s’organisant avant même que des bâtiments ne sortent de
3
grands lieux de recherche et d’enseignement ailleurs dans le terre.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

LES DOUZE
DOMAINES
SCIENTIFIQUES
DU CAMPUS

4
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES toires, liés à pratiquement tous les établissements présents sur le plateau
de Saclay. Les enjeux pour le Plan Campus de Saclay sont d’amplifier

PHYSIQUES les synergies entre acteurs, en concentrant progressivement l’activité


autour d’un certain nombre de pôles d’activité. Cela est en particulier
rendu possible par le projet de déménagement de l’Université Paris-Sud
11 (40% des physiciens sur le site) sur le plateau. Il s’agit de valoriser un
certain nombre d’atouts :
• La volonté des acteurs de se regrouper. Il existe en particulier
deux instances fédératrices, le réseau thématique de recherche avan-
cée 1 (RTRA) Triangle de la Physique qui coordonne les recherches
en physique de la matière diluée et condensée et le GIS Physique
des deux infinis qui coordonne les acteurs dans le domaine de la
physique des particules et de l’astrophysique.
• L’existence d’une concentration inégalée en infrastructures dé-
diées à la physique : Une mention spéciale doit être faite pour les
sources de rayonnement comme Soleil (rayonnement synchrotron),
Orphée (neutrons), divers grands lasers, des microscopes électroni-
ques, avec une concentration unique au monde. Elles constituent un
atout exceptionnel pour explorer la matière, avec des applications
dans les domaines aussi variés que la biologie, le climat, l’énergie,
l’environnement, la santé, les matériaux du futur.
• En ce qui concerne la physique des deux infinis2, la présence d’un
des plus forts potentiels internationaux de recherche et dévelop-
pement de construction et de tests d’accélérateurs et d’instru-
ments spatiaux (par exemple aimants, détecteurs). Ces grandes
plateformes technologiques, qui sont souvent opérées en lien direct
LES ENJEUX avec l’industrie, et les compétences des équipes techniques associées
donnent une visibilité mondiale au pôle Orsay-Saclay et le rendent

SCIENCES PHYSIQUES
La physique est une discipline essentielle tant sur le front de la connais- pratiquement incontournable dans la construction des très grandes
sance que sur celui de la technologie. Ce domaine possède une solide installations du futur (ESS, IFMIF, S-LHC, ILC…)3.
tradition en matière de réalisation et d’utilisation de grandes instal-
lations et de plateformes fédératrices, et se situe souvent au cœur de
recherches pluridisciplinaires. LES PROJETS

Historiquement, le plateau de Saclay a été l’un des lieux du développe- On vise à réaliser un ensemble d’opérations destinées à concentrer pro-
ment de la physique française et actuellement plus de 2000 chercheurs gressivement la majorité des acteurs autour de trois axes thématiques
permanents, autant d’ingénieurs et de techniciens et un millier de doc- (physique des deux infinis, de l’atome à la matière condensée, lumière
torants et de post-doctorants y travaillent, soit plus de 20 % de l’effectif et interactions rayonnement-matière), reposant sur des fondements
5
national. Les équipes sont réparties dans un grand nombre de labora- communs (théorie et simulation, instruments, plateformes).
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

LA PHYSIQUE DES DEUX INFINIS ET LA RECHERCHE SPATIALE LAC, FAST, SPEC, IPhT10). Ce pôle serait en synergie forte avec
la chimie, l’ingénierie et la biologie, localisées à proximité,
Ces thématiques englobent l’ensemble des recherches sur les lois • la seconde à Palaiseau contient les laboratoires des nombreuses
fondamentales de la physique, les composants élémentaires et les écoles d’ingénieurs et hébergera le Centre des nanosciences et des
structures de l’Univers actuellement menées autour de deux pôles de nanotechnologies du projet Nano-Innov.
tailles comparables à Orsay et Saclay. Le déménagement de l’Univer- Trois opérations sont identifiées qui toutes peuvent démarrer immédia-
sité Paris-Sud 11 sur le plateau est une opportunité unique pour : tement afin de faire émerger très rapidement un quartier de la physique
• regrouper toutes les grandes infrastructures et plateformes de la matière :
technologiques dédiée à la R&D en un lieu unique, • La création d’un Institut de Physique de la matière, dans une dé-
• rapprocher les laboratoires pour former un grand pôle marche de rapprochement entre Université Paris-Sud 11, le CNRS
autour de ces infrastructures pour la physique subatomique, la et le CEA. Celui-ci englobera la rénovation et l’agrandissement des
cosmologie et la recherche spatiale. laboratoires existants (LPS, FAST, LAC), le déménagement des
théoriciens du LPTMS11, la mise en place de structures communes
Ces opérations seront à moyen-long terme, mais une partie est déjà pour l’accueil de physiciens visiteurs (une demande de création d’un
d’actualité, dans des nouveaux locaux ou dans des locaux existants Institut Kavli12 est en cours) et la mutualisation de plateformes tech-
mais dont l’infrastructure est à consolider : le centre de traitement nologiques. Il intégrera aussi les enseignements de niveau master.
de données spatiales et d’opérations (IAS/SAP4, la maison des deux • La création de l’ISMO13 (en interface entre la physique de la ma-
infinis), un moyen de test sur une ligne Soleil (IAS/SAP), les dé- tière et la chimie)
veloppements SUPRATECH (plateforme R&D accélérateurs), le • Un bâtiment situé à Polytechnique où s’implanterait le labora-
support à ALTO5 (IPN6), les développements autour des interactions toire de physique des plasmas CNRS, Paris-Sud 11, Polytechnique,
accélérateurs-laser (LAL7), des salles blanches pour le développe- résultant de la fusion d’un laboratoire de l’École Polytechnique et
ment de cavités accélératrices (Synergium-IRFU8). Elles permettent d’équipes actuellement à Vélizy.
de préparer et d’anticiper le déménagement de l’Université Paris-Sud
11 prévu en phase 2.
LES INTERACTIONS RAYONNEMENT-MATIÈRE

DE L’ATOME À LA MATIÈRE CONDENSÉE Il existe une forte activité dans ce domaine, qui sera répartie sur deux
pôles : CEA (physico-chimie, recherches sur l’énergie) et Palaiseau (la-
SCIENCES PHYSIQUES

Il s’agit de l’étude des lois régissant le comportement de la matière, qu’el- sers de puissance, optique, impulsions ultra-brèves). La structuration de
le soit diluée (atomes, molécules, plasmas), condensée (solide, liquide, la communauté lasers sur le plateau de Saclay et le développement de
molle) ou intermédiaire (nano-objets). Il existe plus de vingt labora- nouveaux outils plus performants à vocation internationale se déclinent
toires impliqués dans ces champs thématiques, dont une bonne moitié à travers deux projets qui sont concentrés sur le site École Polytechni-
à l’Université Paris-Sud 11. Le déménagement de cette université est que-ENSTA14-ONERA15 :
une opportunité sans précédent pour opérer des regroupements entre • La communauté laser du plateau Palaiseau-Saclay (LULI, LOA,
ces laboratoires. Ceux-ci seraient distribués en deux zones : SLIC, LIXAM) s’est associée pour développer le laser le plus puis-
• la première englobe le CEA/Orme des Merisiers et la zone sant au monde, Apollon 10. Un nouveau laboratoire, l’Institut de
du Petit plateau9. Elle associe des grandes infrastructures de la lumière extrême (ILE), inscrit comme très grand équipement
recherche (Soleil, Orphée-LLB), et une forte concentration de (TGE) sur la feuille de route du ministère de la Recherche et de
6
laboratoires issus de divers établissements déjà présents (LPS, l’Enseignement supérieur, a été créé pour coordonner, construire
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

CEA Saclay

Zone Paris-Sud 11
Zone Palaiseau

Onera

Zone Moulon
Orme des Merisiers Petit Plateau
et Soleil

SCIENCES PHYSIQUES
Les localisations du domaine
sciences physiques
sur le campus
7
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
et mettre en exploitation ce nouvel instrument. Ce projet est
hébergé dans un bâtiment, situé sur le site de l’ENSTA et financé
sur le contrat de plan État-Région. Cette réalisation met le pla-
teau Palaiseau-Saclay en position pour être candidat à un possi-
ble accueil de l’infrastructure européenne ELI.
• A long terme, se pose la question des activités laser de l’Uni-
versité Paris-Sud 11, notamment les projets de développement
d’accélération de faisceau par laser porté par deux laboratoires de 1 Réseau thématique de recherche avancée qui associe huit membres
cette université16. Il serait cohérent d’intégrer à terme ces projets fondateurs (CNRS, Université Paris-Sud 11, CEA, École Polytechnique, Institut
au sein de l’institut ILE. d’optique Graduate School, Supélec, École Nationale Supérieure
de Techniques avancées, Office National d’Etudes et Recherches
Aérospatiales) et quatre membres associés (Thalès R&T, Optics Valley, École
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE Normale Supérieure de Cachan, École centrale de Paris). 2 Recherches
DU PLAN CAMPUS en physique des particules et sur la cosmologie. 3 Acronymes anglais
pour des projets de grandes installations internationales. Source neutrons
On attend de ces opérations les retombées suivantes : à spallation européenne, plate forme de test d’irradiation de matériaux
• La rationalisation des enseignements (lisibilité, mutualisation pour la fusion, super grand collisionneur à hadrons, collisionneur linéaire
des travaux pratiques, brassage des étudiants, communication à international. 4 Institut d’Astrophysique Spatiale (CNRS et Université
l’international). Un exemple phare est un projet de master nanoscien- Paris-Sud 11) et Service d’Astrophysique du CEA. 5 Accélérateur d’électrons
ces commun à sept établissements (Université Paris-Sud 11, École pour le Tandem d’Orsay. 6 Institut de Physique Nucléaire d’Orsay (CNRS,
Polytechnique, École Centrale de Paris, École Nationale Supérieure Université Paris-Sud 11). 7 Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire (CNRS,
de Cachan, Institut d’Optique Graduate School, Supélec, Université Université Paris-Sud 11). 8 Institut de Recherche sur les lois Fondamentales
de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Plus généralement, on de l’Univers (CEA). 9 Partie du plateau, hébergeant déjà des laboratoires
vise notamment des masters M1 et M2 internationaux de physique de l’université. 10 Laboratoire de Physique du Solide (CNRS, Université
en anglais. Paris-Sud 11), Laboratoire Aimé Cotton (CNRS), Fluides, Automatique et
• Un regroupement des activités réparties en fonction de leurs thé- Systèmes Thermiques (CNRS, Université Pierre et Marie Curie, Université
matiques sur deux zones. Cela va accroître la mutualisation des infras- Paris-Sud 11), Service de Physique de l’État Condensé (CEA, CNRS), Institut
tructures et entraîner l’émergence d’un pôle technologique de visi- de Physique Théorique (CEA, CNRS). 11 Laboratoire de Physique Théorique
SCIENCES PHYSIQUES

bilité mondiale (notamment dans le pôle physique des deux infinis), et Modèles Statistiques. 12 Réseau d’instituts financés par la fondation
conduire à la création de plusieurs laboratoires ou instituts (Institut Kavli (http://www.kavlifoundation.org/institutes/). 13 Regroupant trois
des Sciences Moléculaires d’Orsay, laboratoire de physique des plas- unités de l’Université Paris-Sud 11 : L’Institut de Chimie Moléculaire et des
mas et Institut de la Physique) issus de la fusion d’acteurs présents. Matériaux d’Orsay (ICMO), le laboratoire de Chimie Physique (LCP), l’ Institut
• La présence de plus grosses entités, mais aussi l’émergence d’une des Sciences Moléculaires d’Orsay (ISMO) récemment crée par regroupement
vie de campus mieux structurée va inévitablement accélérer du laboratoire de Photophysique moléculaire (PPM), du laboratoire de
la valorisation d’innovations issues de la physique (optique collisions atomiques et moléculaires (LCAM) et du laboratoire d’interaction
et lasers, instrumentation liées aux accélérateurs et aux détecteurs, du rayonnement X avec la matière (LIXAM). 14 École Nationale Supérieure
nanotechnologies…) des Techniques avancées. 15 Office national d’études et de recherches
• Avec l’Institut de la lumière extrême, l’apparition d’un pôle laser à aérospatiales. 16 Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire et Laboratoire de
8
visibilité mondiale hébergeant le laser le plus puissant du monde. Physique des Gaz et des Plasmas (CNRS, Université Paris-Sud 11).
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

CHIMIE • Un bon positionnement thématiques des chercheurs qui,


tout en pratiquant une recherche de haut niveau, sont déjà
bien impliqués dans le secteur de l’énergie, de l’environnement
du médical.

• Une forte tradition de valorisation. L’ensemble des labora-


toires de Chimie entretient déjà des partenariats étroits avec
de nombreux industriels (Alstom, Alyxan, Andra, Areva,
Bayer, BioMérieux, EDF, Endotis Pharma, GenOptics, IFP,
Institut Pasteur, Renault, Sanofi-AvEntis, Servier, Snecma,
Total à titre d’exemple). Outre les financements, par ces in-
dustriels, de projets de recherche réalisés dans les laboratoires
(matériels, personnels), il est prévu qu’ils accueillent, dans
leurs laboratoires pendant une période déterminée, des cher-
cheurs de ces entreprises, à l’exemple de ce qui est prévu avec
Total ou l’IFP, pour mener à bien un projet.

• L’ensemble des moyens expérimentaux très performants.


On peut citer SOLEIl et le LLB, une microsonde nucléaire,
ELYSE-CLIO, et un parc unique d’instruments destinés à son-
der la matière (lasers, RMN17, XPS18, etc).

LES PROJETS
LES ENJEUX
A l’issue de l’opération, les chimistes seront répartis sur trois si-
La chimie est une discipline omniprésente dont la maitrise est in- tes : l’École Polytechnique, la zone CEA Saclay/Moulon/Paris-
dispensable pour innover dans le domaine de l’énergie (catalyse, Sud 11. On peut mentionner également l’institut Lavoisier de
matériaux, couches minces), de la santé (synthèse de molécules l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines qui, bien
à propriété thérapeutiques), des nanotechnologies (fonction- que non situé sur le plateau de Saclay est en forte interaction. La
nalisation, élaboration de nano-objets). Si cette discipline a sa plus grosse opération prévue dans le cadre du Plan Campus est le
démarche propre de recherche fondamentale, elle contribue à déménagement sur le plateau de trois laboratoires19 dans un nou-
apporter des réponses aux grands enjeux sociétaux actuels et vel ensemble, en synergie avec la venue de l’UFR de pharmacie
futurs. Elle est bien implantée sur le plateau avec environ 1450 et de ses laboratoires de chimie et de physicochimie, qui seront
chercheurs et enseignants chercheurs, soit au total prés de 1800 localisés dans la même zone. Les équipes de l’École Normale Su-

CHIMIE
personnes issues de 11 laboratoires ou instituts. L’enjeu pour périeure de Cachan devraient également se rapprocher géogra-
les chimistes est double : mieux se structurer en profitant du phiquement, ce qui, à terme représentera prés de 800 personnes.
déménagement de l’Université Paris-Sud 11, développer des L’ensemble constituera un pôle, qui serait situé au Moulon, avec
synergies fortes à l’échelle de l’ensemble du Campus. On peut l’avantage d’une forte proximité entre chimie et pharmacie, et la
9
noter en particulier : proximité du synchrotron Soleil.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

D’un point de vue scientifique, les chimistes contribueront for- questions dans leur globalité. Cette concentration d’expertises
tement aux quatre thèmes suivant : conduira certainement à une participation plus importante de
• L’environnement, notamment à travers la valorisation de ces industriels à la création de ce campus. L’innovation théra-
molécules naturelles, la chimie verte, les capteurs, les procé- peutique mais également l’innovation dans les domaines de
dés de dépollution organique l’automobile et des transports ainsi que de parfumerie-cosmé-
• La santé avec notamment l’élaboration de sondes molé- tique seront favorisées par les liens forts avec les acteurs des
culaires nécessaires à la compréhension des mécanismes pôles de compétitivités Medicen, Mov’eo et Cosmetic Valley.
biologiques, la conception et synthèse de molécules à visée • Une rationalisation des enseignements (qui a déjà com-
thérapeutique, mais aussi formulation et vectorisation de mé- mencé). L’offre comporte des cursus portés par les grandes
dicaments écoles et des masters de chimie à visée professionnelle et de
• Les technologies de l’information avec par exemple l’éla- recherche. Un premier niveau de structuration des masters
boration de matériaux spécifiques, des développements en de chimie, mené dans le cadre du PRES21 Universud Paris, a
électronique moléculaire d’ores et déjà été réalisé entre l’Université Paris-Sud 11, l’Uni-
• L’énergie au travers de thématiques telles que les matériaux versité de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l’ENS de
pour le stockage de l’énergie, hydrogène, carburants solaires20 Cachan. Elle a permis d’accroître la cohérence de l’offre de
l’interaction matière-rayonnement. formation. Le Plan Campus devrait permettre de passer à la
vitesse supérieure notamment par les points suivants :
> généralisation des cursus internationaux communs à
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE plusieurs disciplines comme (radiochimie, applications
DU PLAN CAMPUS industrielles et médicales des radiations, chimie molécu-
laire, chimie macromoléculaire et colloïdale, nano-pho-
Le Plan Campus doit permettre un certain nombre de dévelop- tonique»)
pements : > renforcement des liens entre les écoles doctorales exis-
• Le regroupement géographique d’au moins trois grands tantes ce qui pourrait, à terme, aboutir à une école docto-
laboratoires dans une première phase, puis de l’École Nor- rale commune de chimie du plateau de Saclay. Tout ceci
male Supérieure de Cachan conduira non seulement à faciliter nécessitera d’associer à ce projet un (des) bâtiments entiè-
les échanges entre équipes mais également à une mutuali- rement dédiés aux enseignements (master de chimie, école
sation de moyens techniques (appareillages, bibliothèque, doctorale de chimie; travaux pratiques, salles de cours,
personnels) et une gestion globale de la sûreté indispensable amphithéâtres, salles de conférences…)
à ce type de laboratoires. > une implantation des activités permettant des liens en-
• Une accélération des interactions entre la chimie et les seignements – recherche étroits.
domaines applicatifs présents sur le plateau. Les domaines de
l’environnement, de la santé, de l’information et de l’énergie
se présentent ainsi comme des secteurs propices au dévelop-
CHIMIE

pement de liens privilégiés et synergiques créés par le regrou- 17 Résonance magnétique nucléaire. 18 Acronyme anglais pour spectro-
pement géographique et l’organisation scientifique des forces métrie de photoélectrons X. 19 L’Institut de Chimie Moléculaire et des
en chimie sur le plateau de Saclay. matériaux d’Orsay, le laboratoire de Chimie Physique, le futur Institut
• La constitution de masses critiques en termes d’effectifs, des Sciences Moléculaires d’Orsay. 20 Obtenu par photoréduction du
10
mais aussi de disciplines couvertes, permettra d’aborder les gaz carbonique. 21 Pôle de recherche et d’enseignement supérieur.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines


INRA Versailles

CEA Saclay
INR A
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau
Zone
Paris-Sud 11

CNRS
(Gif sur Yvette)

Zone Moulon
Soleil

Les localisations du domaine

CHIMIE
CNRS
chimie sur le campus
(Gif-sur-Yvette
11
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

MATHÉMATIQUES Les enjeux pour le plateau de Saclay sont de mieux structu-


rer cette importante communauté et d’accroître encore sa
visibilité internationale. Mieux les actions des mathémati-
ciens seront structurées, plus décisives seront les contributions
qu’ils pourront apporter dans le progrès de la science et de la
technologie.

LES PROJETS

Complémentaire du réseau thématique Ile-de-France Sud pro-


posé au ministère, résolument tourné vers l’international, sou-
tenu par une fondation, regroupant déjà une partie des acteurs,
le Plan Campus du plateau de Saclay serait une opportunité ex-
ceptionnelle pour porter à un nouveau niveau les synergies en-
tre ces partenaires en s’appuyant sur deux bâtiments phares.

Le premier – très avancé, mais pas encore totalement financé


– est la construction d’un Institut de Mathématiques sous la
forme d’un bâtiment de 11000 m 2 dans la vallée de l’Yvette sur
le campus d’Orsay de l’Université Paris-Sud 11. Ce nouveau
bâtiment est considéré comme vital. Remplaçant une structure
LES ENJEUX obsolète et dispersée, il est destiné à la fois à augmenter les
capacités et la qualité d’accueil pour les visiteurs, mais aussi à
Répondre aux enjeux sociétaux, scientifiques et industriels intégrer de façon efficace et propice aux interactions les jeunes
nécessite de concevoir ou de modéliser des systèmes de plus en étudiants au contact de la recherche.
plus complexes, qu’ils soient naturels, artificiels, vivants. Cela
réclame un effort toujours plus grand de conceptualisation, de Le second, essentiel pour les mathématiciens du campus de
modélisation et de simulation. Palaiseau, est la construction d’un bâtiment structurant,
autour d’un certain nombre de moyens communs permettant
MATHÉMATIQUES

Avec plus de 700 mathématiciens, issus de 13 établissements 22, la rencontre des mathématiciens du campus et les échanges
le plateau de Saclay constituera un pôle majeur de la recher- interdisciplinaires. Il accueillera en particulier les laboratoires
che mathématique mondiale. Leurs enseignants-chercheurs de l’École Polytechnique et permettra l’hébergement de projets
forment des étudiants au niveau master ou thèse parmi les finalisés en coopération avec des partenaires académiques ou
meilleurs. Ces unités forment un ensemble comparable en industriels.
nombre et en qualité à ce que l’on trouve dans la région de Pour une bonne liaison entre enseignement et recherche, il est
Boston ou dans la baie de San Francisco, il s’agit là d’un atout primordial que les étudiants soient au contact immédiat des
considérable. D’autre part, quatre médailles Fields font de ce laboratoires. La double localisation proposée permet d’attein-
12
pôle un lieu de renommée mondiale. dre cet objectif tout en maintenant un lien fort entre mathé-
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

INRA
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau

Zone Moulon

Paris Sud 11

MATHÉMATIQUES
Les localisations
du domaine mathématiques
IHES
sur le campus
13
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

maticiens purs et mathématiciens appliqués. Ces deux projets • Des actions de mutualisation. Des actions communes
sont complémentaires : ils permettent de couvrir l’intégralité de fortes ont d’ores et déjà été mises en place entre ces diffé-
l’éventail des sciences mathématiques, des plus fondamentales rents centres comme le projet de documentation SESAME
aux plus appliquées, en activant de nouvelles passerelles. Institut des Hautes Études Scientifiques–Université Paris-
Sud 11-École Polytechnique soutenu par la Région. Dans
le cadre de ce projet, il y aura création d’une bibliothèque
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE dont le fonds initial sera constitué par les bibliothèques de
DU PLAN CAMPUS deux laboratoires 23 . Elle sera le moyen de rationaliser les
politiques d’abonnements aux versions électroniques de
On peut espérer beaucoup de cette structuration. journaux. Il est question d’élargir cette mutualisation, une
réf lexion plus générale sur les bibliothèques du plateau de
• L’amélioration de la visibilité internationale des mathé- Saclay a d’ailleurs été lancée.
matiques du plateau de Saclay. La région a déjà un excellent
potentiel et a acquis une incontestable reconnaissance inter- • Des conditions favorables pour un enseignement de vi-
nationale. L’un des apports du Plan Campus de Saclay sera de sibilité internationale. On vise un véritable programme
permettre d’accueillir des post-doctorants et des professeurs international de master et de doctorat d’excellence qui, as-
invités dans des conditions financières et matérielles com- socié à l’amélioration de la structuration et de la visibilité
pétitives, étape essentielle du rayonnement international du internationale des mathématiques du plateau de Saclay, en-
campus de Saclay. Les améliorations proposées engendreront gendrera un très fort pouvoir d’attraction sur les étudiants
un très fort pouvoir d’attraction sur les chercheurs étran- étrangers.
gers. C’est une occasion unique d’attirer et de former dans
les meilleures conditions des jeunes scientifiques venus du
monde entier et de stabiliser les meilleurs éléments.
• Une plus forte osmose entre mathématiques et utilisa-
teurs des mathématiques. A l’occasion de cette opération,
plusieurs écoles de ParisTech ont manifesté leur intention
de déménager sur le campus de Palaiseau. Elles abritent des
équipes de mathématiciens ou de spécialistes des sciences de
l’ingénieur à forte compétence mathématique. Elles bénéfi-
cieront du second bâtiment qui vise à héberger des actions de 22 Université Paris-Sud 11, l’École Polytechnique, l’École Normale
MATHÉMATIQUES

coopérations entre mathématiciens et « utilisateurs des ma- Supérieure de Cachan, l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques
thématiques » notamment des industriels. De telles coopéra- et le CNRS rejoints par les mathématiciens de l’AgroParisTech, l’École
tions, existent déjà en grand nombre (par exemple, plus de 30 Centrale de Paris, l’École Nationale de la Statistique et de l’Adminis-
brevets ont été déposés par le seul laboratoire mathématiques tration Economique, l’École Nationale Supérieure des Techniques
appliquées aux systèmes de l’École Centrale de Paris), avec la Avancées, l’école des Hautes Etudes Commerciales, Mines ParisTech,
biologie, l’économie, les sciences de l’ingénieur et les scien- Supélec, l’Institut Télécom, l’Université de Versailles Saint-Quentin-
ces et technologies de l’information et de la communication. en-Yvelines, l’Institut national de la recherche en Informatique
Elles y trouveront un cadre renouvelé et de nature à leur faire et en Automatique. 23 Centre de Mathématiques Laurent Schwartz
14
franchir une étape décisive. et Centre de mathématiques appliquées.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

BIOLOGIE • La recherche exercée dans les composantes du pôle biologie-


santé est reconnue comme l’une des plus performantes au ni-

SANTÉ veau national et de nombreux chercheurs y sont mondialement


reconnus comme leaders dans leur domaine. Plusieurs études
ont identifié cet ensemble comme l’un des sites les plus visibles
dans ce domaine (Les Echos, 23/7/2007, l’Express, 12/6/2008).
• Un positionnement sur des sujets à forte utilité sociétale :
De nombreuses équipes de recherche fondamentale abordent
des domaines à fort potentiel d’application comme les maladies
neurodégénératives, l’infectiologie, l’oncologie, l’immunothéra-
pie, les biotechnologies et la lutte contre l’érosion de la biodiver-
sité par l’entremise de l’homme et de sa technologie.
• Des liens avec l’industrie. Une grande expérience de valo-
risation existe (Taxotère, dépistage du prion, ciblage des mé-
dicaments) et les redevances induisent des ressources d’une
centaine de millions d’euros par an. D’autre part, une partie
des étudiants sont formés pour aller directement travailler dans
l’industrie. Ainsi, à travers la faculté de pharmacie de Chatenay-
Malabry, forte de plus de 2600 étudiants, l’Université Paris-Sud
11 diplôme 300 pharmaciens chaque année soit 30% des phar-
maciens destinés à l’industrie.
En se s’appuyant sur le capital existant, le Plan Campus permettra
de structurer un domaine qui présente une forte cohérence. L’émer-
gence du pôle, rendue possible par la volonté commune et résolue
des partenaires, et aussi le déménagement de l’Université Paris-Sud
11, confèrera une visibilité accrue à la communauté et dynamisera
LES ENJEUX son potentiel. Par ailleurs, l’Institut Curie a manifesté son intérêt
pour ce projet, dans la cohérence du rapprochement des unités de
L’activité biologie-santé peut se décrire comme l’association d’ap- recherche de l’Institut Curie/Orsay avec l’Université Paris-Sud 11
proches fondamentales et appliquées dont le spectre s’étend de la dans le cadre d’unités mixtes de recherche, mais ne pourra se dé-

BIOLOGIE - SANTÉ
compréhension du vivant à la médecine. Ce domaine concerne terminer qu’au vu des conditions de financement.
principalement huit établissements24 qui font du plateau de Saclay
un acteur fort dans ce domaine. On peut souligner en particulier :
• Une masse de chercheurs de visibilité mondiale, avec une gran- LES PROJETS
de diversité de talents Sont concernés près de 2400 chercheurs,
enseignants-chercheurs et ingénieurs permanents. D’autre part, Les huit établissements concernés souhaitent œuvrer pour dévelop-
l’Université Paris-Sud 11 à travers le département de biologie per ensemble un vrai pôle biologie-santé. Celui-ci ne constituera pas
de la faculté des sciences d’Orsay et la faculté de pharmacie de l’addition de centres, d’instituts ou d’unités existants mais conduira
15
Chatenay-Malabry regroupe prés de 5000 étudiants. à l’émergence de nouveaux ensembles d’instituts ou de fédérations
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
de recherche. les synergies entre Sciences de la Vie et « sciences dures » dans le
Objectifs à court terme contexte particulièrement favorable du Centre de recherche pluri-
Il s’agit de regrouper des activités de ce secteur sur un même quar- disciplinaire de l’École Polytechnique.
tier, autour d’un axe nord-sud à l’ouest du plateau de Saclay. L’ensem-
ble des recherches, seraient structurées autour de trois thèmes : 1) Développement futurs pour une haute valeur ajoutée
Systèmes biologiques, de l’information à la structuration du vivant et l’innovation.
dans le cadre des collaborations entre l’Université Paris-Sud 11, le Toute recherche de pointe dans le secteur de la santé doit s’envisager
CNRS et l’Institut Curie, 2) Neurosciences, opération de grande en proximité avec les malades et la recherche clinique. Il sera néces-
envergure permettant de développer des synergies entre l’Université saire de renforcer les relations existantes avec le réseau d’hôpitaux
Paris-Sud 11, le CNRS/Gif et le CEA (neurospin), 3) Médicament, de l’Université Paris-Sud et de la région ainsi qu’avec les unités de re-
ciblage et innovation thérapeutique. Les liens du secteur pharmacie cherche associées à ces structures. Des unités de recherche de l’UFR27
de l’Université Paris-Sud 11 sont évidents avec d’autres partenaires : de médecine de l’Université Paris-Sud 11 ont déjà émis le souhait
ICSN25 et plus généralement le futur campus chimie pour la décou- d’intégrer ce pôle tout en gardant un lien physique avec les activités
verte de nouvelles molécules actives, Nano-Innov pour la concep- cliniques. Ces relations devront être ensuite étendues aux hôpitaux
tion des nanotechnologies pour le médicament, les équipes d’Orsay rattachés à la faculté de médecine de l’Université de Versailles Saint-
et plus généralement le futur pôle Biologie-Santé et Soleil pour la Quentin-en-Yvelines. A terme devrait être envisagée l’implantation
pharmacie structurale sur le campus d’une structure hospitalière de recherche spécialisée
dans des domaines capitalisant sur l’excellence scientifique des équi-
C’est une opération de grande envergure impliquant l’accueil de 5000 pes du campus (neurosciences, oncologie et métabolomique) et la
étudiants (L+M+D) sur le plateau et le regroupement des chercheurs présence d’infrastructures de pointe (radiochimie, Neurospin, centre
de deux des quatre campus26. Les différentes composantes en sont : de protonthérapie, Doseo, plateformes de métabolomique…).
• la mise en zone ouverte de la biologie du CEA-Saclay
• la construction d’une route d’accès direct permettant de mieux
connecter la biologie du CNRS de Gif au plateau LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE
• la création de nouvelles surfaces. Ce sont près de 100 000 m2 DU PLAN CAMPUS
de surfaces de recherche qu’il faut bâtir (dans le secteur au plus
près de Soleil et en bordure Sud du site CEA-Saclay) et/ou ré- • Le regroupement des acteurs. Il s’agit de créer de toutes piè-
nover (campus de Gif) dont 75% pour accueillir les espaces de ces, autour du synchrotron Soleil un quartier biologie-santé qui
recherche induits par le déplacement nécessaire des sites d’Orsay permettra aux étudiants et chercheurs du quartier de circuler
et de Châtenay, de l’École Centrale de Paris et de l’École Normale librement et d’identifier naturellement le site comme un péri-
Supérieure de Cachan. Une telle opération ne peut se faire qu’en mètre continu. Seront regroupées sur un rayon d’environ 1 km
BIOLOGIE - SANTÉ

synchronisation avec le reste du Plan Campus de Saclay notam- autour de Soleil les forces de quatre zones (Châtenay, Gif, Orsay
ment du point de vue des transports et des logements et Saclay,) actuellement éclatées d’un point de vue géographique
• le déplacement et la reconstitution d’environ 90 hectares liés et morcelées d’un point de vue scientifique et organisationnel.
à la station végétale de l’Université Paris-Sud 11 située sur le Outre une circulation accrue des idées et des personnes, ce re-
Moulon. groupement fournira l’occasion d’une mise en commun optimale
des plateformes technologiques d’un redéploiement d’équipes
Une autre opération est la construction sur le site de Palaiseau d’un déjà présentes dans le périmètre et du recrutement concerté de
bâtiment Biologie et Interfaces de 2000 m2, antenne sur ce site du nouvelles équipes attirées par le potentiel scientifique du nou-
16
pôle « biologie et santé » de Saclay, destiné à dynamiser et valoriser veau campus.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines


INRA Versailles

INRA
INR A (Jouy-en-Josas)
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau

CNRS
(Gif sur Yvette)

Zone Moulon

Les localisations
du domaine

BIOLOGIE - SANTÉ
biologie-santé
CNRS
sur le campus
(Gif-sur-Yvette
17
Evry
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
• Le développement de liens privilégiés entre biologie-santé,
et d’autres acteurs du campus. Des synergies seront développées
en particulier :
> avec les thèmes sciences et ingénierie du vivant pour l’agri-
culture, l’alimentation et l’environnement et climat-environ-
nement par exemple par le biais de la biologie végétale et de
la modélisation.
> avec la chimie par le biais de la galénique et par exemple
l’exploration de nouvelles sources d’énergie bio-inspirées.
> avec les nanotechnologies par le biais de la nanomédecine.
> avec les sciences dures (comme la physique, la chimie, les
mathématiques appliquées) et l’analyse des systèmes com-
plexes. Ces interfaces bénéficieront du partage de grands
équipements dont certains sont uniques en France et déjà
présents sur le site (Synchrotron Soleil, Neurospin, Imagif,
Centre de calcul intensif Jacques Louis Lions) et permettront
des développements technologiques innovants.

• Le développement de liens privilégiés avec l’industrie sous


plusieurs aspects : l’installation de sociétés émergentes associées
à la recherche du pôle, l’installation de centres de recherche de
l’industrie pharmaceutique intéressés par la qualité scientifique
et l’accès aux plateformes technologiques du quartier28 et à de
grands instruments. L’implantation du pôle d’innovation sera
favorisée par les liens forts existants des acteurs avec le pôle de
compétitivité mondial Medicen.

24 Université Paris-Sud 11 (UFR de Pharmacie de Médecine et de Sciences)


et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UFR de Médecine
BIOLOGIE - SANTÉ

et des Sciences), CNRS, CEA -Saclay, École Polytechnique, AgroParisTech , École


Centrale de Paris et École Normale Supérieure de Cachan. 25 Institut de Chimie
des Substances Naturelles (CNRS). 26 Les UFR d’Orsay et de Châtenay Malabry
de l’Université Paris-Sud 11 soit 900 permanents les deux autres zones étant
le CEA-Saclay et le CNRS/Gif sur Yvette tous deux situés à proximité. 27 Unité
de Formation et de Recherche. 28 Facilité depuis février 2008 par l’ouverture
du « guichet unique » de la plateforme intégrée Imagif www.imagif.cnrs.fr
et le regroupement des plates-formes ouvertes des divers instituts fédératifs
18
de recherches locaux.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

CLIMAT & Il s’agit de tirer parti de la force de recherche présente sur le site et
d’organiser un pôle interdisciplinaire, de visibilité mondiale pour

ENVIRONNEMENT contribuer à satisfaire les besoins suivants :


• recherche et expertise pour l’aide à la définition de politiques
publiques et l’aide à l’analyse stratégique pour les industriels, les
assurances, les collectivités et l’État
• formation interdisciplinaire intégrée sur le climat et l’environ-
nement, lisible pour les industriels et les étudiants
• services environnementaux adossés à des systèmes d’observa-
tion, de surveillance et de prévision du climat et de l’environne-
LES ENJEUX ment, dans l’esprit du programme européen GMES
• développement de nouvelles technologies et de procédés.
La communauté du climat et de l’environnement s’emploie à com-
prendre et prévoir la réponse des systèmes naturels et socio-écono-
miques aux changements globaux, liés notamment aux stratégies LES PROJETS
énergétiques, et à apporter une aide à la décision publique, ainsi que
des solutions de remédiation. Aborder ces questions, nécessite une L’ambition de tous les acteurs est de construire un pôle scientifique et
approche interdisciplinaire intégrée combinant la connaissance des technologique d’envergure européenne et mondiale dédié au climat, à
milieux naturels et de leur évolution sous la pression de l’homme l’environnement et à l’énergie (PCEE). Il s’agit de rassembler une partie
pour contribuer à gérer les impacts des activités anthropiques et des significative des forces puisque, à terme, environ 900 chercheurs se-
politiques de développement et être en mesure de proposer des solu- ront regroupés sur la partie Triangle Sud, ce qui fait plus que doubler
tions novatrices. l’effectif actuel. Le regroupement de ces équipes renforcera l’existant et
créera un potentiel de recherche unique, selon cinq grands axes: 1) le
Le Campus du plateau de Saclay offre une opportunité unique de climat, 2) l’environnement physique et les ressources, 3) les écosystè-
coordonner et regrouper les compétences du sud francilien en scien- mes et les impacts, 4) la société, 5) la technologie et les procédés. De
ces des milieux naturels (physique, chimie, biologie et sciences de la plus, on développera un certain nombre de projets interdisciplinaires
Terre), en sciences des systèmes (scientifiques, technologiques, écono- transversaux, de nature fondamentale ou plus finalisée. Ce seront par

CLIMAT & ENVIRONEMENT


miques, juridiques et écologiques) et en sciences de l’homme (sociolo- exemple, l’étude intégrée du système terre et de sa réponse à la pertur-
gie, géographie, santé), pour permettre à la France d’occuper une place bation anthropique (cadre international du GIEC30), l’étude des liens
reconnue internationalement. Un grand nombre d’établissements29 entre utilisation des sols, environnement, climat, biodiversité, et végé-
sont concernés. tation, les agro-carburants, la gestion du cycle du carbone, la gestion
Ils agissent déjà de concert au travers de structures communes comme du cycle de l’eau, le développement de technologies de dépollution, de
le GIS Climat-Environnement-Société, l’Institut Pierre-Simon Laplace traitement, de séquestration ou de stockage des déchets.
ou de PRES (UniverSud Paris et ParisTech ) par le biais d’actions com-
munes dans le cadre de projets européens. Les effectifs concernés sont Le projet bénéficiera de la création d’un ensemble immobilier emblé-
1200 personnels permanents. En ce qui concerne l’enseignement, on matique qui sera construit sur le site CEA de l’Orme des Merisiers. Il
compte, 500 étudiants de master deuxième année, près de 300 élèves devrait regrouper les équipes du Laboratoire des Sciences du climat
ingénieurs et plus de 130 doctorants dont 70% pourraient être formés et de l’environnement (UMR CNRS, CEA, L’Université de Versailles
19
sur le territoire du triangle sud. Saint-Quentin-en-Yvelines, 330 personnes à prévoir dont plus de 150
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
permanents), aujourd’hui réparties sur deux sites et dans plusieurs bone, de l’azote et de l’eau, des impacts et rétroactions entre climat
bâtiments, et d’autres équipes du climat, de l’environnement, de l’énergie et fonctionnement et la gestion des écosystèmes anthropisés,
et de l’éco-innovation, pour un effectif total de l’ordre de 430 personnes
(permanents et non permanents).» • Un ensemble interdisciplinaire de formation supérieure sur le
climat et l’environnement autour des deux masters, des écoles d’in-
génieurs qui sera unique en France et parmi les plus importants en
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE Europe. Pour le court terme, on peut citer en particulier le projet de
DU PLAN CAMPUS master environnement et développement durable du PRES Univer-
Sud Paris, qui intègrera les masters actuels de l’Université de Ver-
On attend du Plan Campus des retombées importantes : sailles Saint-Quentin-en-Yvelines (11 spécialités) et de l’Université
• Le regroupement des équipes de recherche dans un périmètre res- Paris-Sud 11(7 spécialités) avec la participation de Centrale Paris au
treint permettra le développement et l’utilisation d’infrastructures sein d’une mention unique.
scientifiques mutualisées (mesures, une plate-forme analytique,
une plate-forme expérimentale. Les modélisateurs bénéficieront de • Un pôle de partenariats, d’expertise, de services et d’innovation.
la proximité de la Maison de la simulation qui apportera un pôle Les échanges indispensables et encore insuffisants entre recherche, in-
de compétences numériques pour utiliser les nouveaux moyens de dustrie et société sur les thèmes climat-environnement bénéficieront
calcul offerts dans le cadre de l’infrastructure européenne PRACE31. de la synergie créée par le regroupement géographique et l’organisa-
Plus généralement, on attend une meilleure coordination des acteurs tion scientifique des forces sur le plateau de Saclay, en interaction avec
au sein des infrastructures en réseau comme ICOS32, NDACC33. l’Observatoire des sciences de l’univers de l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines. Ils permettront le développement de
• Une synergie stratégique : l’intégration du climat et de l’environ- collaborations partenariales, de l’expertise scientifique auprès des
nement avec les recherches dans le domaine de l’énergie au sein acteurs du monde économique et institutionnel (par exemple dans
d’une entité unique (PCEE, soit le pôle climat, l’environnement - le cadre de l’IPCC34 ou de l’UNECE35), le développement de services
énergie) permettra le traitement de questions majeures : quels sont environnementaux (surveillance, observations, prévisions), avec des
les impacts du changement climatique sur les ressources et systèmes innovations technologiques (outils d’analyse et capteurs pour l’envi-
énergétiques, et inversement, quels sont les impacts des options éner- ronnement, outils logiciels de prévision, procédés de dépollution).
gétiques et des mutations industrielles sur les évolutions climatiques
CLIMAT & ENVIRONEMENT

et environnementales à toutes les échelles ? 29 AgroParisTech, CEA, CNRS, École Centrale Paris, École Nationale Supé-
rieure des Techniques Avancées ParisTech, École Polytechnique, Institut
• La capacité de traiter des questions dans leur globalité. Ainsi, National de la Recherche Agronomique, Mines ParisTech, Supélec, Université
cette opération favorisera les interactions avec d’autres équipes de Paris-Sud 11, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. 30 Groupe
recherche, notamment celles des thématiques : d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat. 31 Partenariat pour
> biologie-santé, par les travaux communs déjà engagés sur les le calcul haute performance en Europe (Partnership for Advanced Compu-
impacts du changement climatique sur les écosystèmes et la ting in Europe). 32 Integrated Carbon Observation System (suivi des gaz à
santé effet de serre). 33 Network for the Detection of Atmospheric Composition
> economie-finances-gestion, par l’étude des impacts économi- Change(suivi de l’ozone stratosphérique). 34 Panel intergouvernemental sur
ques et sociétaux des choix énergétiques, le changement climatique (Intergovernemental panel on climate change).
> sciences et ingénierie du vivant pour l’agriculture, l’alimentation 35 Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (United Nation
20
et l’environnement», sur les thèmes de la gestion du cycle du car- Economic Commission for Europe).
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Zone Palaiseau

Orme des Merisiers


Zone Moulon

CLIMAT & ENVIRONEMENT


Les localisations du domaine
climat et environnement
sur le campus
21
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

ÉNERGIE L’enjeu est de fédérer tous ces acteurs autour de la thématique « éner-
gie à bas carbone », en concertation avec les industriels de l’énergie

À BAS CARBONE et avec le renfort des formations dans le domaine de l’énergie. Cet
ensemble serait lui même fortement lié au domaine « climat-envi-
ronnement » au sein d’une entité unique (PCEE, soit le pôle climat,
l’environnement - énergie). En ce qui concerne l’énergie, les cinq
grands axes thématiques sont les suivants :
• L’énergie nucléaire : maîtrise des risques inhérents au nu-
cléaire, extension de la durée de vie et optimisation du fonc-
tionnement des réacteurs existants et création des conditions
de mise en œuvre du nucléaire durable),
• Les systèmes et réseaux d’énergie : production, distribution,
stockage de l’énergie (plus généralement réseaux du futur),
transport via la motorisation, la gestion de l’énergie embar-
quée…;
• L’énergie solaire photovoltaïque utilisant des couches minces,
jusqu’aux options scientifiques et technologiques innovantes
dites de troisième génération ;
• La décarbonisation des combustibles, s’agissant notamment
de la fi lière «hydrogène», de la valorisation énergétique de la
biomasse, de la photocatalyse, de la réduction (au sens de la
chimie) du gaz carbonique;
• L’efficacité énergétique des procédés et systèmes dans l’in-
dustrie et le bâtiment.

LES ENJEUX LES PROJETS


ÉNERGIE À BAS CARBONE

La vision «cluster énergie bas carbone» a pour but de tirer le Il s’agit avant tout de structurer la recherche de ces nombreux ac-
meilleur parti de l’exceptionnel potentiel de recherche fondamen- teurs. Le positionnement géographique de ces trois pôles de com-
tale des partenaires du plateau, qu’il s’agit d’animer pour constituer pétences sur le plateau facilitera les coopérations entre les équipes
un socle d’innovations de ruptures scientifiques et technologiques. scientifiques.
On vise aussi à valoriser une Recherche et Développement en ingé- • Le CEA Saclay qui concentre une partie significative des forces
nierie, sans équivalent en Europe, après l’arrivée sur le plateau des dans le domaine du nucléaire (1000 personnes) et des infras-
écoles d’ingénieur et des industriels qui ont indiqué leur volonté de tructures de classe mondiale Soleil, LLB-Orphée, plate-forme
s’y implanter. Ce cluster implique plus de trente laboratoires issus sismique.
de douze établissements36. L’ensemble regroupe prés de 2000 per- • Un «Pôle international de Mécanique, Matériaux et Procédés
sonnes dont 50% liées au nucléaire et environ 18% des publications pour l’énergie» sera formé par le regroupement, sur le site de
22
au niveau national. Palaiseau, de prés de 500 personnes37. Il apportera ainsi une
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

contribution majeure aux deux axes «solaire photovoltaïque» et développés dans ce cadre se prêtent bien à une valorisation par le
«efficacité énergétique» et contribuera de manière significative biais de start-up ou de PME. Le cluster énergie sera en lien avec
à l’axe « décarbonisation des combustibles ». de nombreux pôles de compétitivité et en particulier Tenerrdis,
• Le «Collège des Sciences de l’Ingénierie et des systèmes»38 sera et Capenergies et SYSTEM@TICS. Il s’inscrira pleinement dans
l’acteur central sur l’axe «Systèmes et réseaux d’énergie». Il ap- la nouvelle démarche nationale de concertation entre les pôles de
portera une contribution majeure à l’axe « décarbonisation des compétitivité concernés par les écotechnologies (Plan «Ecotech
combustibles », notamment sous l’impulsion de l’école centrale 2012»), en particulier en Ile-de-France (coopération avec le pôle
de Paris. Advancity).
L’ensemble tirera aussi profit de l’arrivée des équipes d’EDF R&D • La mutualisation des compétences scientifiques. L’ambition
sur le plateau. du cluster est d’organiser et de valoriser le potentiel scientifique
Cette structuration va largement bénéficier des opérations men- du plateau sur l’énergie, ainsi renforcé, pour atteindre une taille
tionnées dans d’autres fiches comme le rassemblement des sciences critique mobilisable sur un programme collaboratif ambitieux,
de l’ingénieur et l’implantation du nouvel institut de chimie sur le comparable aux meilleurs programme mondiaux, comme par
plateau de Saclay). On peut toutefois mentionner deux opérations exemple le «Global Climate & Energy Project» de l’université de
spécifiques liées à l’énergie solaire : Stanford entièrement financé par l’industrie.
• Le regroupement à Palaiseau de l’équipe de recherche commune • La formation supérieure. Le cluster fédérera des cursus de
«NanoPV»39, qui travaille sur le silicium en couches minces, et formation supérieure remodelés qui s’approprieront cette nou-
de l’Institut de R&D sur l’Energie Photovoltaïque actuellement velle approche de l’énergie. Certaines spécialités de masters se
localisé à Chatou40, en collaboration avec une équipe du Labo- développent déjà dans ce sens :
ratoire de Génie Electrique de Paris41, soit prés de 80 personnes > le développement de la formation supérieure internatio-
à l’horizon 2010-2011. nale en Energie Nucléaire et, par la suite, en ingénierie des
• La construction d’un Centre de Recherche sur l’Energie Solaire nouvelles technologies de l’énergie, fortement soutenu par les
soutenu par Total, sur le thème «Carburants solaires par photo- grands industriels du secteur (Areva, EDF, GDF Suez), dans
réduction de CO2». Il regroupera 25 personnes d’ici 2013, issues le cadre de la création de l’Institut International de l’Energie
de l’Université Paris-Sud 11 (ICMMO42) , et collaborera avec le de Paris.
CEA Saclay et Total sur le nouveau site de l’institut de chimie > un projet de master international «Nuclear Energy» (opé-
sur le plateau. rationnel en 2009) porté par l’INSTN et ses établissements

ÉNERGIE À BAS CARBONE


partenaires du plateau (Écoles de ParisTech, École Centrale
Paris, Supélec, université Paris-Sud 11,CNRS), avec le soutien
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE des industriels.
DU PLAN CAMPUS > Le PRES /UniverSud Paris/ a créé une chaire internationale
et un M2 «Generating eco-innovation» pour le compte de ses
Pour le thème énergie, le Plan Campus de Saclay apporte un certain 5 établissements impliqués dans le projet Campus, à laquelle
nombre d’avantages : sont associés 5 industriels, SNCF, Suez-GDF, Alstom, Saur
et Italcementi.
• L’intérêt des industriels. Jusqu’a présent, quatre grands grou-
pes43 ont manifesté leur intérêt à des titres divers pour des la- • Des synergies nouvelles
boratoires communs, des formations voire leur implantation > Des liens renforcés entre les thématiques du climat et de
23
et d’autres pourraient suivre. D’autre part une partie des sujets l’énergie
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
INRA Versailles

Zone Palaiseau

Orme des Merisiers Zone Moulon


ÉNERGIE À BAS CARBONE

Les localisations du domaine


énergie à bas carbone
sur le campus
24
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

> Des fertilisations croisées avec d’autres domaines tels


que «Economie-Finances-Gestion» et «Sciences de l’Hom-
me et de la Société» (impacts économiques et sociétaux des
choix énergétiques), « Sciences et ingénierie du vivant pour
l’agriculture, l’alimentation et l’environnement » (valorisation
énergétique de la biomasse), «Sciences de l’Ingénieur et des
Systèmes» (développement des écotechnologies énergéti-
ques).
> Un meilleur couplage avec la recherche amont. Les
grands défis à relever portent sur la maîtrise de la matière
jusqu’au niveau quantique, à l’aide des nanosciences et des
nanotechnologies, le développement de procédés bio-inspi-
rés ou photo-assistés et la compréhension des systèmes hors
équilibre thermodynamique ou de nature complexe.

ÉNERGIE À BAS CARBONE


36 CEA-Saclay, Université Paris-Sud 11, Supélec, l’École Normale Supérieure
de Cachan, École Centrale de Paris, Université de Versailles Saint-Quentin-en-
Yvelines, Mines ParisTech, École Polytechnique, École Nationale Supérieure
des Techniques Avancées ParisTech, AgroParisTech, CNRS, Institut National de
la Recherche Agronomique. 37 Issues de Mines ParisTech, de l’École Nationale
Supérieure des Techniques Avancées ParisTech, de l’École Polytechnique, ainsi
que les départements des matériaux et de mécanique de l’Office National
d’Etudes et de Recherches Aérospatiales.38 École Centrale Paris, Supélec,
l’École Normale Supérieure de Cachan et l’Université Paris-Sud 11. 39 École Po-
lytechnique, CNRS, Total. 40 IRDEP qui est commun à trois entités : EDF, CNRS,
École de Chimie ParisTech. 41 CNRS, UPS 11, Supélec. 42 Institut de Chimie
25
Moléculaire et des Matériaux d’Orsay. 43 AREVA, TOTAL, EDF, et GDF-SUEZ.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
SCIENCES & INGÉNIERIE DU VIVANT POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION & L’ENVIRONNEMENT

SCIENCES taire. Il existe aussi un grand nombre de très petites entreprises


impliquées dans l’agroalimentaire et les écotechnologies.

& INGÉNIERIE AgroParisTech et l’INRA44- réunis, avec d’autres partenaires45, au

DU VIVANT POUR sein d’un GIS en Sciences et technologies du vivant et de l’environne-


ment (pôle STVE) - ont pour objectif de structurer la dynamique de

L’AGRICULTURE, construction de cet axe. Au terme de l’opération de concentration


et de reconfiguration de leur dispositif, ils représenteront ensemble

L’ALIMENTATION & une communauté de 1200 chercheurs dont 350 doctorants sur le
territoire du futur Etablissement public, aux trois-quarts présente

L’ENVIRONNEMENT sur le Campus du plateau de Saclay, dont les effectifs connaîtront


de ce fait un accroissement net d’environ 480 chercheurs et ensei-
gnants - chercheurs et 2200 étudiants.

La variété des champs disciplinaires pris en charge et la production


académique des acteurs rendent crédible l’ambition, partagée par
AgroParisTech et l’Institut National de la Recherche Agronomi-
que, de créer un campus thématique en Sciences et ingénierie du
vivant pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement de tout
premier rang international au sein du futur Campus généraliste
en Sciences et Ingénierie du plateau de Saclay. Une insertion de ce
type se rencontre dans quelques très grandes universités américai-
nes (California Davis, Cornell, Georgia, …) qui se situent aux tous
premiers rangs des acteurs mondiaux du domaine, notamment en
termes de production scientifique. En Europe, ce projet est le seul
LES ENJEUX qui allie à la fois une masse critique sur le sujet et l’insertion dans
un Campus généraliste (les campus tels qu’ETH46 Zürich ou la Wa-
L’axe thématique Sciences et ingénierie du vivant pour l’Agriculture, geningen University and Research, aux Pays-Bas n’ont que l’une de
l’Alimentation et l’Environnement fonde sa légitimité sur la néces- ces caractéristiques).
sité de répondre au meilleur niveau, par une recherche finalisée, à
un ensemble d’enjeux majeurs de société, en particulier socio-éco-
nomiques tels que l’exploitation raisonnée des ressources agricoles, LES PROJETS
la gestion durable des écosystèmes et des territoires, la réponse aux
besoins alimentaires des populations humaines. Il existe également Les deux acteurs visent une restructuration de leur activité sur le
une forte attente de divers grands groupes industriels (Bongrain, plateau dans le but d’amplifier significativement les synergies entre
Danone, Nestlé, Véolia,Suez Environnement…) En particulier, la recherche et enseignement supérieur :
présence du Centre Daniel Carasso, principal centre de recherche • AgroParisTech regroupera ses quatre sites franciliens sur le
du Groupe Danone, sur le territoire du Campus de Saclay en fera territoire du Campus sur le site de Palaiseau,
26
un haut lieu de la recherche française dans le domaine agroalimen- • l’INRA concentrera son activité en Ile-de-France sur trois sites :
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES & INGÉNIERIE DU VIVANT POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION & L’ENVIRONNEMENT


celui de Versailles, situé dans le périmètre concerné par le futur et transdisciplinaires facilitées par l’amplification des synergies
établissement public, et, sur le territoire du Campus du plateau avec de nombreux acteurs du futur Campus. Une partie existe
de Saclay (à Jouy-en-Josas et sur le site de Palaiseau). déjà et se développera comme dans le cas de la biologie végétale,
de la microbiologie et des sciences de l’ingénieur. Le campus
Les équipes peuvent faire valoir des compétences au meilleur niveau permettra d’en construire d’autres avec l’économie, les mathé-
international, dans des disciplines d’intérêt majeur en regard des matiques appliquées ou les sciences de la terre et des milieux
enjeux concernés. et aussi les sciences et ingénieries écologiques, la biologie sys-
• Dans le champ de l’alimentation, il s’agit de science et procédés témique et synthétique, les partenaires du Pôle Climat Energie
des aliments, de microbiologie et de microbiologie appliquée, de Environnement.
nutrition et comportement alimentaire. Ceci permet de jouer un • L’accès à l’instrumentation et les infrastructures de recher-
rôle moteur dans l’ensemble de la chaîne alimentaire – y compris che fournissent un potentiel de considérable, qu’il s’agisse de
dans sa composante socio-économique - depuis la conception/ très grands instruments ou de la mise en réseau de plateaux
transformation des aliments jusqu’à leur assimilation par l’hom- techniques. Le pôle STVE47 apportera au Campus du Plateau de
me et les répercussions sur son métabolisme et sa santé. Saclay des outils et des infrastructures de recherche originaux et
• Dans le champ de la production agricole et de la gestion dura- souvent uniques en Ile-de-France par exemple des instruments
ble des ressources, des territoires et des milieux, il s’agit d’agro- scientifiques (microdissection laser, séquençage d’ADN à très
nomie, de sciences de l’animal, de sciences du sol, de l’eau et haut débit, …), soit d’infrastructures lourdes (halles technologi-
de l’environnement. Ces compétences lui confèrent des atouts ques, champs pour cultures expérimentales, …).
majeurs pour mettre en œuvre des dispositifs agronomiques • Une formation au plus près des résultats de la recherche.
innovants et de nouveaux modèles de gestion et d’aménagement Le pôle STVE contribue à l’offre de formation à travers un cur-
des territoires intégrant les grands enjeux alimentaires, énergé- sus d’Ingénieur, un cursus Master complet (STVE : M1/M2)
tiques et environnementaux structuré en quatre mentions et une École doctorale. Dans la
• Dans le champ de la biologie, le pôle apporte des compétences perspective d’un regroupement à Saclay, le pôle STVE a récem-
dans les domaines animal (génétique, physiologie et infectiologie ment engagé une extension de son partenariat avec plusieurs
animales), microbiologique (génomique, biologie systémique) et établissements du futur campus, ce qui apparait en particulier
végétal (biologie cellulaire et moléculaire, génomique). La qualité à l’occasion du renouvellement quadriennal du Master STVE (9
des équipes de biologistes, de mathématiciens appliqués et de spécialités de M2 en co-habilitation avec l’Université Paris-Sud
bioinformaticiens, et la variété des modèles maîtrisés (animaux, 11, l’École Polytechnique, l’école Centrale de Paris, l’Université
microorganismes, plantes), permettent de contribuer significa- de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Au-delà, l’insertion
tivement au développement pionnier de la biologie synthétique effective du pôle au sein du campus devrait permettre de contri-
et prédictive. buer à un enseignement de tout premier plan en « génie des
procédés », notamment à travers ses applications aux sciences du
vivant (biotechnologies, ingénierie cellulaire, etc.), en « chimie »
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE (chimie analytique et ses applications en toxicologie alimentaire
DU PLAN CAMPUS et en éco-toxicologie) mais aussi en « génie écologique » au ser-
vice de la gestion des agro-hydro-éco-systèmes et de l’aménage-
• Une approche systémique et transdisciplinaire facilitée. Afin ment des territoires. Cette dynamique devrait être déterminante
d’aborder ces enjeux sociétaux dans toute leur complexité, le dans la reconnaissance du campus comme un des principaux
27
pôle STVE développe des approches systémiques, intégratrices pôles internationaux de Sciences et ingénierie du vivant pour
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement. Sur ce terrain,
SCIENCES & INGÉNIERIE DU VIVANT POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION & L’ENVIRONNEMENT

les synergies entre établissements des deux PRES ParisTech et /


UniverSud Paris, déjà en partie exploitées, pourront l’être plus
efficacement.

• Une boucle de l’innovation maîtrisée. Le rassemblement


d’agronomes, d’écologues et de gestionnaires au sein d’un dispo-
sitif de formation d’ingénieurs devrait stimuler les partenariats
novateurs et originaux avec toutes les entreprises aujourd’hui
confrontées aux questions environnementales (rareté et préserva-
tion des ressources naturelles, multifonctionnalité de l’agriculture,
compensation écologique, gestion et traitement des déchets…) et
d’aménagement des territoires. On note de plus que :
> Le rassemblement des principaux acteurs franciliens au
sein du pôle STVE permettra de l’identifier comme le point
unique de contact entre l’industrie agroalimentaire et le sys-
tème d’enseignement supérieur et de recherche.
> L’implantation d’outils tels qu’une halle technologique pi-
lote permettra d’évaluer en vraie grandeur tant les amélio-
rations de la chaîne du froid que le rendement énergétique
d’une installation agricole.

44 Institut National de la Recherche Agronomique. 45 Agence Française de


Sécurité Sanitaire des Aliments, Institut de recherche pour l’ingénierie de
l’agriculture et de l’environnement, École nationale Supérieure du Paysage,
École nationale vétérinaire d’Alfort - Université Paris-Sud 11. 46 Acronyme
Allemand pour École Polytechnique Fédérale. 47 Sciences et technologies
28
du vivant et de l’environnement.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES & INGÉNIERIE DU VIVANT POUR L’AGRICULTURE, L’ALIMENTATION & L’ENVIRONNEMENT


INRA Versailles

INRA
INR A (Jouy-en-Josas)
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau

Les localisations du domaine


sciences et ingénierie du vivant
pour l’agriculture, l’alimentation
et l’environnement sur le campus
29
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES thèmes, au travers, d’une part, de la faculté Jean Monnet


(UFR49 de droit economie gestion, et d’autre part du Centre

HUMAINES d’Alembert (réflexion sur les idées et les pratiques scienti-


fiques)

& SOCIALES • L’École Normale Supérieure de Cachan dotée d’un départe-


ment de référence en sociologie, histoire, sciences politiques et
économie/gestion et de deux UMR 50 d’excellence, implantées à
ce jour sur plusieurs sites
• Des équipes de recherche issues d’organismes comme l’Insti-
LES ENJEUX tut National de la Recherche Agronomique dans lesquelles les
thèmes de recherche en sciences sociales sont déterminés par
Au sein du Plan Campus du plateau de Saclay, les disciplines des les priorités de recherche de l’établissement dont elles relèvent,
sciences humaines et sociales dans leur diversité (anthropologie, et le CEA.
économie, ergonomie, histoire, littérature, linguistique et langages,
psychologie, sciences de l’information et de la communication, Le regroupement d’écoles et de centres de recherche scientifique
sciences juridiques, sciences du management, sciences politiques, sur le plateau de Saclay permettra l’émergence d’une dynamique
relations internationales, histoire de droit, sociologie) entendent de recherche dans les différentes sciences de la nature, de la matière
contribuer à une démarche qui associe réflexion épistémologique, ou de l’ingénieur, sans oublier l’innovation technologique. Une
exigence intellectuelle et prise en compte des enjeux sociaux de telle concentration thématique ou disciplinaire doit s’accompagner
l’activité scientifique. d’un pôle en sciences humaines et sociales ambitieux et pluridisci-
plinaire qui regrouperait à la fois des recherches fondamentales de
On peut estimer la population concernée à environ 710 enseignants, premier plan et des recherches issues d’un dialogue avec les insti-
chercheurs (sur les établissements contactés durant ce premier tour tutions regroupées au sein du Plan Campus ou avec les opérateurs
de table), 780 doctorants et plus de 1500 étudiants de master mais économiques. Les sciences humaines et sociales ont, comme toute
SCIENCES HUMAINES & SOCIALES

répartis souvent entre plusieurs établissements. Quatre ensembles discipline, leur dynamique de recherche propre, mais peuvent ap-
de natures différentes sont susceptibles de se réunir sur le plateau porter beaucoup aux autres sciences plus « dures » qu’il s’agisse de
de Saclay : réflexions sur la société et les usages de la technologie, de réflexions
• Des formations en sciences humaines et sociales qui concou- sur le droit, de mise en perspective historique. D’autre part, ces
rent au cycle ingénieur des écoles d’ingénieur et à la formation disciplines sont notables par l’ouverture qu’elles apportent. C’est
en école de commerce 48. Certaines de ces formations sont en ainsi que l’existence de longue date en France et en Europe, au sein
voie de « mastérisation » et disposent d’équipes de recherche des écoles d’ingénieurs, des écoles de gestion, des universités, ou
associées. des écoles normales supérieures d’une tradition intellectuelle et
• Deux universités : humaniste contribue à la réputation de nos ingénieurs et de nos
> l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines dotée chercheurs. Cette spécificité est reconnue et enviée à l’étranger.
d’une UFR proprement SSH et d’une UFR droit et sciences
politiques et d’équipes de recherche, et de deux Instituts Il est bon de souligner que, dans quelques-unes des plus gran-
en création pour 2010 (Institut des patrimoines durables et des institutions universitaires étrangères, comme le MIT51, une
création, et Institut des langues et études internationales). combinaison fructueuse existe entre poursuite de l’excellence
30
> L’Université Paris-Sud 11 intervient fortement dans ces scientifique
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

SCIENCES HUMAINES & SOCIALES


Les localisations du domaine
sciences humaines et sociales
sur le campus
31
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
• y compris dans les disciplines des sciences humaines et sociales > Analyse des rapports entre sciences et expertise
• et recherche d’une ouverture intellectuelle des étudiants. > Analyse des technologies en société et de la technologie
en action
> Analyse des mécanismes de régulation
LES PROJETS > Analyse et gestion des risques
> Enjeux multidisciplinaires des problèmes d’environnement
Une action prévue est la relocalisation simultanée à Palaiseau de > Modes de vies, mode de production et modes de consom-
plusieurs départements de SHS des écoles de ParisTech présentes où mation
destinées à s’implanter sur le plateau, dont l’École Polytechnique. > Sociologie, anthropologie et histoire des élites et des ré-
seaux économiques scientifiques ou managériaux en France
Les membres du groupe proposent un projet de création d’une et dans le monde).
Maison des sciences de l’homme (Ile-de-France-Sud/Paris-Sud) ou
d’une structure équivalente qui pourrait servir à la fois sa qualité, sa • Des synergies sur les thématiques propres des équipes exis-
cohérence et sa visibilité institutionnelle. Ce projet reste à affiner par tantes. A titre d’exemple en sociologie politique et du droit, en
exemple sa ou ses localisations. management multiculturel, en sociologie économique et du tra-
Quoiqu’il en soit, une telle structure pourrait : vail ou dans des recherches sur la formation en sciences et tech-
• d’une part prendre la forme d’un plateau technique au service niques etc. De ce point de vue la Maison des sciences de l’homme
de la recherche en sciences sociales : centre documentaire, centre serait un atout important.
de traitement de données, logistique éditoriale, formation en
langues, etc. • Des synergies dans le domaine de l’enseignement, notamment
• d’autre part devenir un lieu d’animation et de mise en cohé- entre les masters habilités (en sociologie, histoire, droit, écono-
rence de la vie scientifique du plateau, en développant une série mie, sciences politiques, gestion, éthique etc.) et les formations
d’opérations de recherche et de thématiques transversales aux SHS existantes dans les écoles d’ingénieurs ou de commerce.
différents partenaires.
SCIENCES HUMAINES & SOCIALES

LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE


DU PLAN CAMPUS

On attend du plateau de Saclay, un ensemble de plus values :

• Le développement de liens renforcés avec les sciences dures


et l’innovation. La Maison des sciences de l’homme sera un
élément important, en lien avec l’activité gestion, qui comme
mentionné dans la fiche correspondante s’appuie sur un socle de
sciences humaines et sociales. En suivant l’exemple de la Sloan
School du MIT, il s’agit d’établir des liens accrus avec les sciences 48 École Polytechnique, École des Hautes Etudes Commerciales,
dures qui pourraient s’articuler autour de contributions concer- École Centrale de Paris, les trois écoles de l’institut TELECOM, AgroParisTech,
nant une large thématique « Hommes, technologies, société » Supélec. 49 Unité de formation et de recherche. 50 Unité mixte de recherche.
32
> Enjeux sociaux de l’activité scientifique 51 Massachussets Institute of Technology.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

ÉCONOMIE été définies et que des rationalisations, des regroupements ou des


alliances fortes auront été mis en œuvre. On estime qu’en 2015, cette

FINANCE activité concernerait plus de 6500 étudiants et près de 600 chercheurs


ou enseignants chercheurs.

GESTION La seconde ambition du campus est de mettre les institutions qui


développent les sciences de gestion au service d’une politique d’in-
novation et de valorisation visant à la création d’activités nouvelles
en proposant des processus intégrés depuis l’incubation jusqu’à la
création et au développement d’entreprises. L’atteinte de cet objectif
supposera un fort développement des interactions entre les sciences
de gestion et d’autres disciplines comme la théorie des organisations,
l’histoire ou la sociologie, mais, surtout, une exploration systémati-
que des synergies et des fécondations croisées qu’on peut envisager
entre les grandes thématiques scientifiques et technologiques et l’éco-
nomie et la gestion, suivant en cela l’exemple donné par de grandes
LES ENJEUX universités américaines comme le MIT52.

La première ambition du campus du plateau de Saclay dans les do-


maines de l’économie, de la finance et de la gestion est d’être réfé- LES PROJETS
rencé à terme comme le campus européen d’excellence en matière
d’enseignement et de recherche sur l’ensemble du spectre des discipli- Les travaux relatifs à ce pôle et la grande majorité des équipes de-
nes du management et de l’économie avec une expertise particulière vraient se concentrer sur deux sites : La zone HEC à Jouy-en-Josas
dans les disciplines et les approches quantitatives et dans le manage- (École des Hautes Etudes Commerciales) et la zone Palaiseau avec
ment de l’innovation. notamment l’arrivée de l’École Nationale de la Statistique et de
Avec une école de gestion (École des Hautes Études Commerciales) l’Administration Economique, celle de l’École Centrale de Paris

ÉCONOMIE - FINANCE - GESTION


couvrant l’ensemble des disciplines de gestion tant en enseignement au Moulon, et des équipes d’économistes et de gestionnaires de
qu’en recherche, des écoles scientifiques et des centres de recherche l’Université Paris-Sud 11. Les projets inscrits dans ce dossier visent
qui ont développé des compétences reconnues dans plusieurs domai- à mutualiser des ressources. Il s’agit de :
nes et en particulier l’économie quantitative et les mathématiques • Offrir une bibliothèque ouverte aux étudiants du plateau et
financières (l’École Polytechnique, l’École Nationale de la Statisti- dédiée aux sciences économiques et de gestion (la base est la bi-
que et de l’Administration Economique ParisTech, l’École Centrale bliothèque d’HEC qui serait agrandie de 1 000 m2). L’économie
Paris, le CNRS, le CEA), et des universités, écoles et instituts qui réalisée en termes de ressources par la concentration sur deux
ont une activité de recherche significative dans des domaines va- pôles permettra un allongement des durées d’ouverture. L’exis-
riés à l’intérieur de ce champ (AgroParisTech, l’Institut National de tence de telles infrastructures, aménagées de façon concertée,
la Recherche Agronomique, l’Université Paris-Sud 11, l’Université est en particulier nécessaire pour que le futur campus puisse se
de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, École Normale Supérieu- comparer aux meilleures universités mondiales.
re de Cachan, l’Institut TELECOM, Supélec), le plateau de Saclay • Créer dans ces deux pôles des bâtiments ayant pour vocation à
offre un potentiel scientifique très diversifié qui doit conquérir une accueillir des équipes issues d’établissements variés.
33
visibilité internationale dès lors que des stratégies partagées auront > Le premier serait la création d’un bâtiment « économie »
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

dans les locaux de l’École Nationale de la Statistique et de importants et de proposer des parcours entièrement enseignés
l’Administration Economique qui abriterait le département en anglais
d’économie de l’École Polytechnique mais aussi des labora- > l’imbrication croissante des activités de recherche devant
toires ou des chercheurs issus d’autres institutions. On note mener à la construction de programmes de M2 plus spécialisés
aussi que cette école abritera une bibliothèque spécialisée en et de doctorat communs, d’envergure internationale.
économie quantitative et un centre d’accès sécurisé aux don-
nées de l’INSEE53, qui mettra à disposition des chercheurs des • Développement de synergies de recherche entre institutions,
données d’enquête. au sein d’une même discipline ou d’un programme de recherche,
> La même logique d’attraction pourrait s’appliquer au manage- ou par le croisement d’approches qualitatives et quantitatives. La
ment et à la gestion autour de l’École des Hautes Etudes Com- concentration de chercheurs sur un même site induit un gain col-
merciales qui se propose d’accueillir des équipes de gestion et lectif découlant d’un effet de masse critique. On peut noter qu’il
de génie industriel issues d’autres établissements. De plus, cette existe déjà un GIS Sciences de la décision qui implique une bonne
école propose de mutualiser une extension de 1 500 m2 de son partie des partenaires présents54 et pourra évoluer même vers un
centre de l’entrepreneuriat pour l’ouvrir à tous les acteurs du RTRA. Parallèlement, l’interface avec les sciences humaines et
plateau de Saclay. sociales sera développée. En effet, la gestion de l’innovation, au
carrefour de la technologie, du management et des sciences hu-
S’agissant de la mutualisation de cours et du développement des flux maines et sociales, se distingue, et présente pour avantage d’être un
d’étudiants entre institutions, l’existence d’un système performant lien naturel avec les sciences de l’ingénieur et les entreprises.
de transport en commun et la proximité géographique sont des pré-
requis. • Une synergie renforcée entre les sciences de la gestion et les
sciences de l’ingénieur. On pense en particulier aux deux moda-
lités suivantes :
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE > la formation continue pour cadres et dirigeants dans l’en-
DU PLAN CAMPUS semble des disciplines du management. Dans le contexte d’une
économie de la connaissance, celle-ci contribue à renforcer
ÉCONOMIE - FINANCE - GESTION

L’interaction entre les institutions du plateau prendra ainsi plusieurs un facteur de compétitivité primordial : la valeur du capital
formes : humain de l’entreprise
• Mutualisation, ouverture réciproque de cours, semestres > la création d’une dynamique d’entrepreneuriat. Un véri-
d’échange, programmes de double diplôme tels que ceux déjà table savoir-faire doit être disponible sur le campus intégrant
engagés par l’École Nationale de la Statistique et de l’Adminis- toutes les phases du développement d’une innovation et bé-
tration Economique, l’École des Hautes Etudes Commerciales, néficiant d’investissements significatifs pour la recherche en
AgroParisTech, l’École Normale Supérieure de Cachan, l’Uni- entrepreneuriat, la formation des étudiants, les incubateurs,
versité Paris-Sud 11, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en les pépinières et les fonds d’investissement pour la phase de
Yvelines et l’École Polytechnique. La simple énumération des lancement des entreprises naissantes.
masters existants en Ile-de-France suffit à convaincre de la néces-
sité d’une rationalisation. Le regroupement d’une partie significa- 52 Massachussets Institute of Technology. 53 Institut national de la statistique
tive des acteurs donnerait une impulsion forte à ce mouvement. et des études économiques. 54 CNRS, École Nationale de la Statistique
Il reposerait sur : et de l’Administration Economique, école des Hautes Etudes Commerciales,
34
> la mutualisation du M1 permettant d’atteindre des effectifs École Polytechnique.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

HEC
HEC (Jouy-en-Josas)
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau

ÉCONOMIE - FINANCE - GESTION


Les localisations du domaine
économie, finance, gestion
sur le campus
35
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES TELECOM et de laboratoires des Mines ParisTech fera que, sur


le site, l’effectif des scientifiques devrait passer de 1300 (2008)

& TECHNOLOGIES à 2000 (2015) soit, en termes de chercheurs du secteur public,


de l’ordre de 15% des effectifs nationaux. De même le nombre

DE L’INFORMATION d’étudiants devrait passer de 1500 à 2500, les nouveaux arri-


vants étant apportés en bonne partie par l’installation de l’Ins-

& DE LA
SCIENCES & TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION & DE LA COMMUNICATION (STIC)

titut TELECOM.
• Une dynamique déjà engagée par les établissements 56 pré-

COMMUNICATION sents aujourd’hui sur le plateau de Saclay qui ont été rejoints
par d’autres 57 en « bordure » du plateau et qui le seront par

(STIC) d’autres encore appelés à le rejoindre. Ces acteurs ont engagé


une dynamique remarquable en regroupant leurs forces dans
le RTRA Digiteo (labellisé par l’État en 2007 et soutenu par les
Collectivités territoriales) autour d’une stratégie commune, sur
le plan scientifique et sur le plan du transfert de connaissances
LES ENJEUX et de technologies.
• Une activité de valorisation déjà forte. Les STIC ont une
Les STIC sont à l’origine de profonds changements dans notre vie dynamique scientifique propre mais sont aussi « tirées » par
quotidienne et sont le moteur d’une forte dynamique économique les applications comme le montrent, par exemple, les Instituts
pour l’ensemble des secteurs de l’industrie et des services. Au-delà Carnot formés par Centrale-Supélec, Mines ParisTech, CEA/
des produits directs des industries et services liés aux STIC, tous LIST, Institut TELECOM ou la participation des laboratoires
les domaines de la recherche sont conditionnés par notre maîtrise de Digiteo aux projets de SYSTEM@TIC Paris Région (80 % des
des STIC et par notre capacité à les faire diff user dans les autres projets) et de Mov’eo. En 2007, ces laboratoires ont déposé 53
champs de la vie scientifique. Les STIC sont par excellence l’outil brevets et leurs contrats de recherche ont représenté 33 M€.
de la pluridisciplinarité et seront à ce titre le vecteur d’innovations
profondes dans les prochaines décennies.
LES PROJETS
L’enjeu pour le plateau de Saclay est de devenir un haut lieu scien-
tifique et technologique en STIC, attractif pour les étudiants et Plusieurs projets immobiliers sont liés aux STIC. Leur localisation
chercheurs étrangers, et d’être un creuset de l’innovation, à fort résulte d’un compromis visant à rassembler les équipes concernées
impact économique. Le plateau de Saclay apparait bien placé pour mais aussi de permettre une certaine proximité notamment avec
les raisons suivantes. le reste des sciences de l’ingénieur. Dans certains cas, il faut tenir
• Ce sera l’un des plus importants «clusters» scientifiques compte de l’histoire, certains projets ayant été initiés avant le Plan
mondiaux du domaine. Il existe déjà un certain nombre d’ac- Campus de Saclay.
teurs significatifs (Université Paris-Sud 11, CEA, CNRS, SU- • Trois ensembles de bâtiments : PCRI58 et DIGITEO (près du
PÉLEC, Institut National de la Recherche en Informatique et collège des sciences de l’ingénierie et des systèmes), un autre
en Automatique, École Polytechnique) sur place, fédérés dans dans la zone « Palaiseau » et un sur le site du CEA Saclay, visant à
le RTRA 55 DIGITEO. L’arrivée prochaine de l’École Nationale héberger des équipes issues d’organismes différents afin de créer
36
Supérieure des Techniques Avancées ParisTech, de l’Institut des synergies fortes.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

• Un ensemble de quatre projets liés au déménagement d’éta- défis scientifiques sont nombreux :
blissements : Institut TELECOM, Laboratoires Math et systèmes • inventer de nouveaux modes d’interaction entre utilisateurs et
de Mines Paris Tech, l’Institut du risque et de l’incertain et le machines/systèmes modéliser et simuler les systèmes industriels
European Embedded Control Institute. complexes.
• On note aussi la construction de l’institut des technologies • concevoir les logiciels et le matériel pour ces systèmes en garan-
Multilingues et Multimédias de l’information (IMMI), financé tissant robustesse, fiabilité, disponibilité et sécurité…

SCIENCES & TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION & DE LA COMMUNICATION (STIC)


indépendamment du plan Campus et localisé à proximité du • gérer les « très grandes » masses de données (y compris multi-
collège des sciences et de l’ingénierie. médias, multilingues).
• calculer intensivement : exploiter le Teraflops et au-delà.

LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE L’installation sur le plateau des nouveaux acteurs donnera au projet
DU PLAN CAMPUS Digiteo une dimension nouvelle sur les thématiques des réseaux de
communication, de l’internet du futur et de la mobilité et le renfor-
On attend une forte plus-value de cet ensemble de projets : cera dans le domaine des développements logiciels et de l’intégration
des systèmes. De par sa taille (2000 chercheurs, 2500 étudiants), le
De la recherche fondamentale à l’innovation technologique. cluster STIC du plateau de Saclay est naturellement un acteur sur la
Aucun organisme de recherche ne pourrait obtenir seul un tel scène Européenne. Il est impliqué dans des programmes stratégiques
regroupement de laboratoires, qui couvre au meilleur niveau, un en association avec des entreprises. On peut citer la plate-forme
continuum de recherches, des sciences fondamentales aux aspects ARTEMIS sur les systèmes embarqués ou le projet QUAERO, dé-
technologiques, avec des masses critiques suffisantes. De même, l’ex- dié au traitement des documents multilingues et multimédias, qui
ploitation des synergies est d’ores et déjà engagée dans de nombreux s’accompagne de la création d’un Institut Franco-Allemand sur ce
projets de recherche impliquant plusieurs établissements et dans la thème (IMMI). D’ores et déjà, Digiteo a vocation à participer à une
constitution de plateformes communes. Elle sera considérablement proposition de « communauté de connaissance et d’innovation en
amplifiée par l’installation des équipes dans de nouveaux locaux. STIC » dans le cadre du projet européen EIT.

La diffusion de ces technologies dans d’autres domaines. Ce re- Une dynamique de valorisation accrue. Le partenariat privilé-
groupement facilitera aussi les recherches aux interfaces notam- gié entre Digiteo et SYSTEM@TIC PARIS REGION permettra la
ment avec la biologie et la santé, les sciences de l’environnement, les création d’un cluster intégrant beaucoup plus fortement formation,
neurosciences (Neurospin) et les nanosciences. De même, Digiteo recherche et innovation en favorisant des coopérations à moyen
a ainsi vocation à être, aux côtés de SYSTEM@TIC, un acteur de et long terme. Le cluster STIC développe également des liens avec
Nano-Innov dans le domaine de l’intégration des nanotechnologies d’autres pôles de compétitivité liés au STIC comme Cap Digital
dans les grands systèmes. (multimédia), ou consommateurs de telles technologies comme
Medicen (technologies pour la santé), Mov’eo (automobiles et trans-
La création d’un cluster d’ambition mondiale. Le projet scientifi- port), AStech (aérospatial).
que initial de Digiteo était focalisé sur la conception et le dévelop-
pement des systèmes complexes à forte composante logicielle, du 55 Réseau thématique de Recherche Avancée. 56 CEA, CNRS, INRIA, École
système sur puce aux grandes infrastructures logicielles et s’étend Polytechnique, Supélec, Université Paris-Sud 11. 57 École Centrale de Paris,
aux interactions avec l’électronique (en particulier pour les systèmes École Normale Supérieure de Cachan et Université de Versailles Saint-Quentin-
37
embarqués) et les biotechnologies (à travers la bioinformatique). Les en-Yvelines. 58 Pôle Commun de Recherche en Informatique.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

CEA Saclay
SCIENCES & TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION & DE LA COMMUNICATION (STIC)

Zone Palaiseau

Zone Moulon

Les localisations du domaine


sciences et technologies de l’information
et de la communication (STIC) sur le campus
38
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

NANOSCIENCES celle des axes thématiques des PRES UniverSudParis et ParisTech,


et celle des RTRA60 Triangle de la Physique et Digiteo.

& NANO-INNOV En ce qui concerne le plateau de Saclay, ce domaine concerne qua-


siment tous les acteurs au travers d’un grand nombre de laboratoi-
res d’excellence: laboratoires du CNRS, des universités (Université
Paris-Sud 11, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines),
des Grandes Écoles (Polytechnique, Institut d’Optique Graduate
School, École Normale Supérieure de Cachan, École Centrale de
Paris, Supélec, Institut TELECOM…), du CEA et de l’Office Natio-
nal d’Etudes et de Recherches Aérospatiales. On évalue à 1200 le
nombre de chercheurs et d’ingénieurs concernés soit environ 20%
des effectifs engagés au niveau national. L’enjeu est de concentrer
l’activité et de se doter d’une structure permettant de mener une
recherche de haut niveau, et d’opérer des transferts de technolo-
gie de grande envergure. Nanosciences – Nano-Innov résulte de
la convergence de deux initiatives.
• La constitution d’un centre d’Intégration Nano-Innov
concourant à l’innovation et au développement industriel dans
différents champs d’application des nanosciences et nanotech-
nologies. Par lettre de mission en date du 12 décembre 2007,
le Président de la République a demandé que soient dessinés
LES ENJEUX les contours d’une ambition nationale, regroupant l’essentiel
des moyens et des compétences en nanotechnologies, au ni-
Les nanosciences et les nanotechnologies recouvrent un ensem- veau national. L’ambition de Nano-Innov qui répond à cette

NANOSCIENCES & NANO-INNOV


ble d’activités qui visent la compréhension, la manipulation de la demande est clairement de replacer la France dans la compéti-
matière à des échelles qui se mesurent en nanomètres. Elles ont un tion mondiale en coordonnant au sein d’une alliance nationale
potentiel d’application exceptionnel, qu’il faut appréhender dans le « Alliance Nano-Innov», les trois territoires innovants : Paris
cadre d’une vision large impliquant leur convergence avec d’autres Région, Grenoble et Toulouse.
technologies (logiciel, technologies pour la santé, microtechnolo- • Le regroupement des forces et des équipements rassemblés
gies). dans deux des six grandes centrales de technologie du réseau
RENATECH61. Elles sont implantées actuellement au LPN62 et
L’Ile-de-France, avec les deux pôles que sont Paris intra muros et le à l’IEF63.
plateau de Saclay représente environ 40 % des publications scienti-
fiques française dans le domaine des nanosciences et des nanotech-
nologies. Cette région constitue d’ailleurs le premier « territoire » LES PROJETS
européen et le douzième cluster mondial en termes de publications
scientifiques 59. Elle bénéficie d’une forte implication des acteurs Réussir une action d’envergure dans le domaine des nanotechno-
39
franciliens comme l’atteste la dynamique du C’Nano Ile-de-France, logies nécessite de réunir : une recherche de haut niveau dans des
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

disciplines très variées, un équipement performant, une forte com- LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE
posante de « nanoingénierie ». Le projet nanoscience-Nano-Innov DU PLAN CAMPUS
a été conçu pour satisfaire ces contraintes. Il s’agit de réunir dans un
même bâtiment les trois composantes suivantes : L’ambition partagée par tous les acteurs est de faire de «Nano-In-
nov Paris Région» un haut lieu de la recherche et de l’innovation,
Un centre de Nanosciences et Nanotechnologies porté par le réunissant dans une démarche interdisciplinaire les plus grands ta-
CNRS, l’université de Paris-Sud 11, et d’autres partenaires, constitué lents pour concevoir et développer les nanotechnologies du futur
par le regroupement d’équipes actuellement dispersées sur plusieurs et anticiper leurs applications potentielles ainsi que leur diffusion à
sites64 pour un total final qui pourra dépasser 500 personnes. Il aura l’ensemble des secteurs économiques. On attend en particulier :
un triple rôle : • Des gains importants en termes de synergie et de mutua-
• plate-forme technologique ouverte à la communauté scientifi- lisation. Le rassemblement de près d’un millier d’acteurs ac-
que. Celle-ci constituera l’unique centrale de l’Ile-de-France du tuellement dispersés dans un centre commun va faire de Saclay
réseau RENATECH. (et plus généralement de l’Ile-de-France) un acteur de visibilité
• laboratoire de recherche avec ses projets propres. Il s’agit d’as- européenne et va permettre une forte mutualisation des équipe-
socier en un lieu unique, tous les équipements et tous les savoir- ments (notamment pour éviter les duplications d’équipements
faire (physique, chimie, fluidique, ingénierie…) nécessaires pour coûteux), favoriser le dialogue entre disciplines et entre ingé-
être un interlocuteur crédible. nieurs et chercheurs.
• plate-forme de formation et d’enseignement pour les nanotech- • Un hub technologique. Sont à l’ordre du jour, les thématiques
nologies ouverte à l’ensemble des établissements d’enseignement intéressant directement le monde industriel telles que concep-
supérieur et de recherche d’Ile-de-France. tion, fiabilisation, architecture. L’ambition de ce projet est de
jouer le rôle de hub technologique entre d’une part les indus-
Un centre de conception et d’intégration porté par le CEA qui, triels des pôles de compétitivité qu’il va irriguer (SYSTEM@TIC,
fort de sa capacité à concevoir, prototyper et tester rapidement les Mov’eo, AStech, Medicen…) et d’autre part les laboratoires de
dispositifs et technologies frontières, vise à jouer un rôle clé dans la recherche amont de l’ensemble de la région capitale. On vise éga-
recherche partenariale pour l’industrie. Ce centre devrait lui aussi lement l’accroissement du nombre d’entreprises intéressées par
NANOSCIENCES & NANO-INNOV

héberger 500 personnes avec l’objectif de proposer de nouveaux l’intégration de micro ou nanosystèmes dans leurs produits. Pour
outils de conception adaptés à la maîtrise des nanotechnologies et résumer, le but est de doter l’Ile-de-France premier cluster euro-
de leur intégration dans les systèmes. Il s’agit d’intégrer des compé- péen en termes de production de connaissances d’une structure
tences critiques de différents partenaires en technologies logicielles de valorisation à sa mesure.
et microélectroniques et de rassembler des forces interdisciplinaires • Une forte interaction entre acteurs du plateau de Saclay.
(physique, biologie…) et accéder à des plates-formes technologi- Les innovations attendues dans le cadre de ce projet sont en
ques de pointe pour maîtriser la conception de ces systèmes com- particulier des nanodispositifs, des architectures informatiques
plexes… « en rupture », des matériaux nouveaux autant de sujets qui prê-
tent à des fertilisations croisées avec tous les autres domaines
Un ensemble de quatre plates-formes technologiques dotées de recherche du plateau de Saclay (médecine, environnement,
d’équipements spécifiques : 1) matériaux pour les milieux extrêmes, énergie, écosystèmes…)
2) surfaces, interfaces et couches minces, 3) nanoélectronique-pho- • Une offre d’enseignement en nanotechnologie au meilleur
tonique et nanobio , 4) nanocaractérisation. niveau. Une première étape extrêmement structurante et fédé-
40
rative a été franchie avec la création de la spécialité de master
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

CEA Saclay

INR A
(Jouy-en-Josas)

Zone Palaiseau
Zone Paris-Sud 11

CNRS
(Gif sur Yvette)

NANOSCIENCES & NANO-INNOV


Zone Moulon

Les localisations du domaine


nanosciences et Nano-Innov
CNRS
sur le campus
(Gif-sur-Yvette
41
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
« Nanosciences » à l’initiative du PRES UniverSud Paris (en cours
d’expertise par le ministère). Elle est cohabilitée par sept établis-
sements65 impliqués dans Nano-Innov. On peut prévoir à terme
une augmentation importante de ses effectifs de 60 étudiants en
M2 à près de 100) grâce à la dynamique de la formation struc-
turante (spécialité de master « Nanosciences ») et à l’attractivité
des moyens qui seront mis en place dans le contexte du projet.
Il faut noter que les salles blanches du centre comprendront une
surface entièrement dédiée à la formation, ce qui donnera aux
étudiants un accès à des équipements de pointe.
NANOSCIENCES & NANO-INNOV

59 Voir http://www.nanotrendchart.com. 60 Réseau Thématique de Recherche


avancée. 61 Réseau des grandes centrales de nanotechnologies géré par le
CNRS (voir http://www.rtb.cnrs.fr/) auquel il convient d’ajouter le LETI géré par
le CEA. 62 Laboratoire Photonique et Nanostructures Unité du CNRS implantée
à Marcoussis. 63 Institut d’Electronique Fondamentale Unité Mixte de
Recherche CNRS, l’Université Paris-Sud 11. 64 Entre 350 et 400 personnes issues
du CNRS et de l’Université Paris-Sud 11 (IEF et LPN) auxquelles s’ajouteront
des personnels de l’école Polytechnique , de Paris-Sud 11, de l’École Normale
Supérieure de Cachan, de l’École Centrale de Paris et de l’Institut TELECOM.
65 Université Paris-Sud 11, Institut d’Optique Graduate School, École Centrale
Paris, École Polytechnique, École Supérieure d’Electricité, École Normale
42
Supérieure de Cachan et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

SCIENCES nationaux, complété de la maison de la simulation et d’autre part


des moyens d’essais tels une plate-forme sismique six axes.

DE L’INGÉNIERIE Les enjeux sont de mettre sur pied une organisation permettant de
tirer parti au mieux de cette évolution.
• Devenir une vitrine mondiale en matière d’enseignement.
Ainsi, le campus qui rassemblera onze écoles d’ingénieurs sera
une référence mondiale en ce qui concerne les formations d’in-
génieurs. De la même manière, les formations des deux univer-
sités dans le domaine des sciences de l’ingénieur vont gagner
en visibilité. L’ensemble proposera une offre de diplômes large,
profonde et évolutive, le développement de passerelles entre
les fi lières. Il sera à même de générer des formations originales
LES ENJEUX selon une nouvelle approche transversale qu’on peut nommer
« sciences de l’ingénieur et des systèmes », pour des diplômés
Les sciences de l’ingénierie concernent les composantes les plus ap- aptes à résoudre les nouveaux défis.
plicatives des sciences fondamentales. Les frontières entre différen- • Développer l’innovation : Les sciences de l’ingénieur, par leur
tes disciplines scientifiques s’estompant progressivement, de plus en dimension intégrative, font souvent le lien entre la demande
plus les sciences de l’ingénierie se présentent comme un ensemble industrielle et les sciences cognitives. On peut ainsi s’attendre à
transverse visant à développer des modèles d’intégration avec une ce que les chercheurs de ce domaine fassent le lien entre la phy-
dimension « système », ce qui explique la dénomination « sciences sique, la chimie, les mathématiques et le monde de l’industrie.
de l’ingénierie et des systèmes » du domaine. Il s’agit d’intégrer et On note d’ailleurs une forte présence d’entités ayant obtenu le
optimiser plusieurs jeux de contraintes (fonctionnelles, coûts, com- label Carnot : Institut d’Optique Graduate School, Systèmes et
posants à échelles multiples, technologies variées) pour concevoir, technologies de l’information, de la communication, de l’éner-
réaliser et produire des objets et des systèmes. gie et des procédés (C3S-Supélec-École Centrale de Paris), Aéro-
dynamique, énergétique, mécanique des structures, acoustique,
Le Plan Campus de Saclay va induire une très forte croissance des matériaux, systèmes dynamiques (ONERA66), Méthodes Inno-

SCIENCES DE L’INGÉNIERIE
effectifs dans ce domaine. On estime ainsi que dans le futur pla- vantes pour l’Entreprise et la Société (Mines Paris Tech), Institut
teau de Saclay, il y aura près de 6000 diplômés par an. Il en est de TELECOM - EURECOM. De même, les sciences de l’ingénieur
même en matière de recherche. Une analyse des publications 2005 correspondent à des compétences décisives lorsqu’il s’agit d’in-
montre que le plateau de Saclay et l’Université Paris-Sud 11 repré- novation ou de développer des solutions à des questions issues
sentent déjà environ 10% des publications nationales. L’opération d’autres thématiques présentes sur le plateau (environnement,
devrait mener à un doublement, compte tenu de l’arrivée de nou- santé, énergie).
veaux établissements qui va porter les effectifs à plusieurs milliers
de chercheurs, c’est-à-dire un ensemble à visibilité mondiale. On
note aussi la présence d’infrastructures uniques sur le plateau de LES PROJETS
Saclay : d’une part des instruments tels que le synchrotron Soleil
et Orphée-LLB (études de matériaux), le centre national Jacques Les projets en sciences de l’ingénieur consistent à implanter sept
43
Louis Lions qui serait un hub d’entrée vers les grands calculateurs établissements supplémentaires sur le campus en visant avant tout à
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

regrouper ces activités autour de deux pôles de manière à assurer permettent d’analyser, de concevoir et de modéliser des systè-
des interactions fortes entre eux : mes multi-technologiques, multi-physiques, multi-échelles…
• Le Collège des sciences de l’ingénierie et des systèmes, au s’appuyant sur un socle technologique composé des domaines
sein du PRES UniverSud : Centrale Paris, Supelec École Nor- de l’information, de l’énergie, des procédés, de la mécanique et
male Supérieure de Cachan, ENS Cachan, Université Paris-Sud des matériaux…
11, l’Université de Versailles ST Quentin en Yvelines. • Ingénierie du vivant : agriculture alimentation, environne-
• Le pôle ParisTech Sud : École Polytechnique, Agro ParisTech, ment. Cet axe de recherche correspond à une évolution de la
L’École Nationale de la statistique et de l’Administration Econo- recherche pour fournir un appui aux autres domaines présents
mique ParisTech, l’École Nationale Supérieure des Techniques sur le Campus tels que : environnement et énergie, agroalimen-
Avancées, Institut d’Optique Graduate School, Mines Paris- taire, biologie, STIC et nanotechnologie.
Tech, Institut TELECOM (TELECOM ParisTech, TELECOM
SudParis). Le développement de synergies. Tout d’abord entre chercheurs
au sein de ces deux pôles (mutualisations, recherches communes,
Ces deux pôles qui partagent une tradition de collaboration an- mise en commun de moyens notamment de moyens d’essais tech-
cienne, notamment en Mécanique, verront leurs liens renforcés nologiques). D’autre part, les sciences de l’ingénieur sont omni-
par cette structuration. Le projet de Campus regroupera ainsi présentes dans les domaines présentés dans ce document. Un pôle
2/3 des Laboratoires de la Fédération Francilienne de Mécani- « ingénierie » de classe mondiale sera un atout important pour
que et permettra de construire sur cette base un RTRA, à visibilité catalyser l’émergence d’innovations issues d’autres domaines ap-
internationale, en Mécanique, Matériaux Energétiques au niveau plicatifs comme les STIC, l’énergie, le climat-environnement, la
Ile-de-France, en synergie avec la thématique « Energie ». biologie-santé, l’alimentation et l’agroalimentaire. Pour ne citer que
quelques exemples de sujets d’intérêt :
• Carbone et production d’énergie : captation et stockage de
LA PLUS VALUE ATTENDUE DANS LE CADRE CO2, intégration des énergies renouvelables dans des réseaux
DU PLAN CAMPUS de distribution.
• Bio-ingénierie : biocarburants, biomécanique et prothèses,
Les gains attendus de l’opération sont les suivants. biologie des systèmes et intégration de données hétérogènes.
SCIENCES DE L’INGÉNIERIE

L’émergence d’un cluster de taille comparable aux clusters mon- Proposer à l’industrie une offre globale : La spécificité des scien-
diaux en ingénierie qui serait positionné sur trois axes : ces de l’ingénierie est de proposer une offre globale et intégrée pour
• Matériaux, systèmes mécaniques et énergétiques. Ces thè- concevoir et développer les systèmes et produits que demande
mes imposent de recourir aux outils de simulation et d’expé- l’industrie. La masse critique réunie sur le campus dans le domaine
rimentation les plus avancés, pour répondre aux défis posés des sciences de l’ingénierie, les synergies qui vont résulter de la
par la prévision et l’optimisation, en particulier dans un cadre concentration des activités vont permettre l’émergence de projets
non-déterministe ou incertain. Ils concernent des réalisations de grande ampleur. Les pôles de compétitivités tels que SYSTEM@
de haute technologie mais aussi des productions de masse, et TIC (STIC), AStech (aérospatial) et Mov’eo (transport) sont des
répondent aux demandes pressantes industrielles et sociétales lieux naturels pour de tels projets. Des domaines de prédilection
vers le plus efficace, plus sûr, plus économe, plus propre et plus sont les transports (automobile – aéronautique) : propulsion, sé-
durable. curité, aide à la conduite, électronique embarquée, analyse envi-
44
• Sciences des systèmes. C’est l’ensemble des disciplines qui ronnementale d’un avion, de sa conception à son démantèlement,
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Zone Palaiseau

Zone Moulon

SCIENCES DE L’INGÉNIERIE
Les localisations du domaine
sciences de l’ingénierie
sur le campus
45
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS | LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
sécurité, fiabilité des matériaux et des systèmes mécatroniques
notamment pour l’industrie automobile.

Une vitrine en termes de formation qui s’appuie à la fois sur un


regroupement des meilleures écoles d’ingénieurs généralistes d’une
part, et sur des universités et une école normale d’autre part. On
estime ainsi à près de 6000, le nombre de diplômés à terme dans le
domaine des sciences de l’ingénierie et des systèmes sur l’ensemble
des établissements du futur plateau. Les atouts de cet ensemble
sont :
• Un enseignement mettant en exergue la compréhension
transverse des problématiques par l’approche systémique et la
modélisation. Les voies de coopération et d’interactions entre
Universités, École Normale, Écoles de Management et Écoles
d’Ingénieurs du plateau devront faire l’objet d’une attention
particulière.
• Un couplage avec des formations scientifiques de très haut ni-
veau. L’agrégation des ces deux types de formation attirera une
proportion croissante d’élèves ingénieurs et d’étudiants vers la
recherche contribuant ainsi à accroitre le nombre de docteurs.
• Le continuum d’enseignement que présente cet ensemble de
formations allant de la licence, des IUT au diplôme d’ingé-
nieurs, master, mastères spécialisés ou doctorat. Des passerel-
les en particulier entre les formations universitaires et les écoles
d’ingénieur, pour permettre aux étudiants et élèves ingénieurs
de tirer bénéfice de la très large palette des formations offertes
en un même lieu.
SCIENCES DE L’INGÉNIERIE

46
66 Office national d’études et de recherches aérospatiales.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

SCIENCES DE L’INGÉNIERIE
47
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE

LA STRATÉGIE
DES
ÉTABLISSEMENTS

48
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

tue pour sa tutelle le seul outil actif dans l’ensemble des domaines de
la recherche et sur l’ensemble du territoire national.

Le CNRS possède un portefeuille de 3 600 brevets principaux et


1 200 licences actives, avec une accélération du taux de licences (plus
de 40 % des brevets sont exploités par un industriel au jour de leur
publication). Les revenus des licences et autres droits d’exploitation
sont à environ 57 M € en 2007. Enfin, 450 laboratoires CNRS sont
actifs dans 62 pôles de compétitivité.

Par ailleurs, le CNRS initie, pilote et gère, des grandes installations


pour le bénéfice de l’ensemble de la communauté scientifique. En
effet, la création, la mise à niveau et l’accessibilité de ces plateaux
techniques à dimension nationale ou internationale, à la pointe de
la technologie, conditionnent les progrès de nombreux champs dis-

CNRS ciplinaires.

CENTRE Le CNRS compte, 25 500 agents titulaires, dont 45 % de chercheurs


et 40 % d’ingénieurs et techniciens en laboratoire. En 2008, 22 %

NATIONAL des chercheurs recrutés étaient étrangers.

DE LA RECHERCHE Concernant le Plan Campus du plateau de Saclay, les effectifs dans


les 117 laboratoires CNRS s’élèvent à : 1 630 chercheurs CNRS, 2 120

SCIENTIFIQUE enseignants-chercheurs et chercheurs autres organismes, 2 000 ITA,


720 IATOS, 3 100 doctorants et post-doctorants. Cet ensemble re-
présente 15 % des forces du CNRS. Celles-ci sont réparties pour
> Voir aussi fiche AgroParisTech, partenaire du même projet une large partie sur le site CNRS de Gif-sur-Yvette (principalement
Sciences de la Vie et Chimie) et dans les laboratoires associés aux
L’ÉTABLISSEMENT établissements déjà sur site (Université Paris Sud, École Polytechni-
que, CEA, IOGS, Supélec…), ainsi que dans ceux amenés à rejoin-
Organisme de recherche à vocation multidisciplinaire, le CNRS a dre le site (École Normale Supérieure de Cachan, École Centrale,
pour première mission « d’évaluer, d’effectuer ou de faire effectuer Mines ParisTech, Institut TELECOM, AgroParisTech…).
toutes recherches présentant un intérêt pour l’avancement de la
science, ainsi que pour le progrès économique, social et culturel LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
du pays ». ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

CNRS
Les publications des unités liées au CNRS représentent 62 % des Ce projet de mutualisation des équipements et des équipes sur un
publications de la recherche française et 9,7 % des publications de même site, met en œuvre le pilotage d’une recherche par essence
l’espace européen de la recherche. Plus de la moitié de ces publica- pluridisciplinaire, portée par l’engagement de grands acteurs insti-
49
tions sont cosignées avec un laboratoire étranger. À ce titre, il consti- tutionnels du monde de l’Enseignement Supérieur, de la recherche
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
et des entreprises innovantes, comptant près de 10 % des effectifs de implantations prévues pour l’École Normale Supérieure de Cachan et
la recherche française et couvrant les domaines de recherche princi- l’École Centrale permettra une mise en cohérence complète de l’en-
paux répondant aux grands enjeux socio-économiques. semble des laboratoires de recherche de la discipline. Les interactions
Par nature, le CNRS est présent dans tous les domaines thématiques avec les TGI (synchrotron SOLEIL, LLB) et les disciplines conne-
recensés. La plupart des opérations seront menées en partenariat xes (biologie-santé, physique) pourront ainsi être renforcées. CLIO
étroit avec ses partenaires, établissements d’enseignement supérieur rejoindra l’ensemble « physique des deux infinis » en phase 2.
et opérateurs nationaux. Le CNRS possède un site propre à Gif-sur-
Yvette où des opérations de rénovation significatives sont à prévoir. Mathématiques
Les éléments saillants de la position du CNRS par rapport aux opé- Les laboratoires de mathématiques du plateau de Saclay font partie
rations projetées dans chaque thématique sont résumés brièvement des laboratoires phares de la communauté française. Une mise en
ci-dessous. synergie des laboratoires déjà implantés (sur le campus actuel de Pa-
ris-Sud 11 avec construction d’un nouveau bâtiment prévu au CPER
Sciences Physiques et le site Polytechnique) avec ceux des nouveaux établissements sera
Le CNRS est pleinement impliqué dans les trois ensembles claire- systématiquement recherchée. L’IHÈS à Bures-sur-Yvette et le site
ment identifiés (physique des deux infinis, « de l’atome au solide » Polytechnique constituent les deux points attracteurs autour desquels
(physique de la matière), interactions rayonnement-matière), avec les forces en présence et les nouveaux acteurs vont se fédérer.
trois implantations géographiques préexistantes (Orme des Meri-
siers, « petit plateau », site Polytechnique) à renforcer et une qua- Biologie santé
trième à créer (pour la physique des deux infinis). Un quartier cen- Avec 40 % des personnels relevant de ses effectifs, le CNRS joue natu-
tral de la physique sera créé autour des laboratoires de la physique rellement un rôle fédérateur dans le secteur biologie-santé. Ainsi, des
de la matière. personnels sont déployés sur l’ensemble des sous-sites du pôle. Trois
Phase 1 : Physique de la matière : Implantation de l’ISMO (regrou- sites majeurs regroupent une majorité des 831 personnels de l’établis-
pement de 3 laboratoires : LPPM, LCAM, LIXAM) en interface sement, Gif (403), Orsay (264) et le CEA-Saclay (53). Compte tenu
entre le quartier Chimie et la physique de la matière. Transfert du de sa forte implication dans ce domaine, le CNRS participera pleine-
LPTMS et rénovation/agrandissement du LPS et LAC pour créer ment à l’effort de structuration de l’ensemble autour d’axes fédérateurs
le cœur d’un institut de la physique de la matière. transversaux et largement pluridisciplinaires. Ainsi, le site CNRS
Phase 2 : Transfert de l’ensemble des laboratoires de la physique propre de Gif est le plus grand du domaine et l’un des sites français
des deux infinis (LAL/IPN/CSNSM) et de la recherche spatiale les plus visibles en sciences du vivant. Il sera l’un des éléments clés
(IAS) dans une implantation « centrale ». du nouvel ensemble qui sera formé sur la partie ouest du plateau,
En parallèle, les opérations liées aux interactions rayonnement- avec les laboratoires du CEA-Saclay et d’Orsay qui s’y implanteront
matière (SOLEIL, LLB, ILE – ELI) poursuivent un développe- et avec lesquels le CNRS est très étroitement associé. Les accès sur
ment rapide et spectaculaire, mais ne nécessitent pas d’opérations le haut du site de Gif seront ouverts afin de faciliter les échanges et
immobilières spécifiques dans le plan campus. Le projet ELI, de permettre à la fois une mutualisation des plateformes et une re-
porté par le LOA (UMR CNRS, ENSTA, X) donnerait une enver- distribution des forces. Une fraction importante du site de Gif devra
gure internationale au site si sa candidature devait être retenue. être rénovée autour du nouveau bâtiment abritant les plateformes
ouvertes Imagif. Deux opérations peuvent être mises en avant, l’une
CNRS

Chimie portant sur la création d’un institut centré sur la biologie structurale,
La relocalisation (en phase 1) des laboratoires de l’Université Pa- l’interface biophysique-optique et la biologie systémique, qui pour-
ris-Sud 11 et du CNRS dans la partie ouest du plateau, à proximité rait voir le jour sur le site de Soleil, et l’autre sur le renforcement des
50
immédiate du centre d’études du CEA, du site de Gif (ICSN) et des neurosciences sur le site de Gif.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Environnement et développement durable - Climat environ- de créer une nouvelle MSH, eu égard au quadrillage opéré par les
nement et énergie MSH existantes sur l’ensemble du territoire national.
Le CNRS joue un rôle majeur dans la structuration francilienne de
la recherche dans le domaine des changements environnementaux, Économie finance gestion
tant climatique que bio géochimique et biologique. Cette problé- Le CNRS sera présent sur Saclay avec des UMR connues sur le plan
matique bénéficie d’une forte structuration francilienne avec le international (et reliées au RTRA École d’Économie de Paris) et qui
GIS « Climat, Environnement, Société » et l’Institut Pierre-Simon donneront un rayonnement fort dans ces domaines, en y offrant la
Laplace, incluant notamment l’Observatoire de Versailles Saint- pluridisciplinarité, l’excellence scientifique et la capacité d’intégration
Quentin-en-Yvelines, et les laboratoires associés, comme le Labora- avec les acteurs sociaux majeurs du monde économique.
toire de Météorologie Dynamique (LMD - CNRS, ENS Paris, École Sciences et Technologies de l’information et de la Communication
Polytechnique, Paris 6), le Laboratoire des Sciences du Climat et de Sciences de l’ingénieur et des systèmes
l’Environnement (LSCE - CNRS, CEA, L’Université de Versailles Le domaine des STIC est très bien structuré par le RTRA DIGITEO,
Saint-Quentin-en-Yvelines), le LATMOS (CNRS, L’Université de vitrine nationale des STIC, dont le CNRS est partie prenante, et pour
Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), et les laboratoires de Scien- lequel plusieurs projets immobiliers sont déjà lancés, sans oublier l’ins-
ces de la Santé de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yve- titut franco-allemand sur les technologies multilingues et multimédias
lines (UFR PIFO de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en- (dans le cadre du programme QUAERO) et l’institut pour les systèmes
Yvelines…). Avec le LATMOS, l’IPSL amène une force importante embarqués, inscrits au CPER.
dans le domaine de la réalisation et de l’exploitation d’instrumen-
tation spatiale pour l’Observation de la Terre, avec le Pôle spatial Concernant les sciences de l’ingénieur, le CNRS est fortement impli-
instrumental implanté sur le campus universitaire de Versailles qué dans la mise en place de la structure transverse de coordination
Saint-Quentin-en-Yvelines. Une opération de réorganisation du des activités en « Matériaux, systèmes mécaniques et énergétiques »,
LSCE doit voir le jour dans le contexte du plan campus, avec l’ins- ainsi qu’en « ingénierie du vivant », profitant de l’arrivée de nombreux
tallation d’une partie des locaux du LSCE, aujourd’hui implanté chercheurs, en particulier CNRS, de ces domaines sur le plateau de
sur le site CNRS de Gif, sur le plateau, à proximité de l’Orme des Saclay. Cette arrivée se concrétise par l’existence d’un potentiel de 600
Merisiers. Cette opération de regroupement pourrait être éventuel- chercheurs dans le domaine des sciences mécaniques qui représente
lement étendue à d’autres parties, en provenance des laboratoires une proportion importante de la communauté française du domai-
contribuant déjà à la dynamique « Climat-Environnement », afin ne.
d’atteindre une masse critique à très forte visibilité internationale. De façon globale, l’arrivée des nouvelles équipes double les effectifs
de recherche autour des Sciences et Technologies de l’Information et
Sciences humaines et sociales de l’Ingénierie (passant de 1 700 personnes, dont 500 CNRS, à 3 400
Le CNRS peut jouer un rôle important dans le développement de personnes, dont 750 CNRS).
l’interface SHS/Sciences dures, en particulier pour ce qui concerne
l’épistémologie et les enjeux sociaux des sciences, ou le droit des Nanosciences & Nano-Innov
nouvelles technologies en s’appuyant sur les UMR présentes dans L’opération de regroupement du LPN et de l’IEF en un centre de na-
les établissements concernés par le campus Saclay ou qui pourraient nosciences et nanotechnologies C2N reliée à l’initiative Nano-Innov
y être associées. est une des opérations phares et hautement prioritaires du CNRS. Son

CNRS
implantation se fera à proximité immédiate du site Polytechnique-
Si un regroupement de ces équipes de recherche dans des locaux IOGS-Thalès avec lesquels les interactions sont les plus fortes et de
communs est en mesure d’assurer l’émergence d’une dynamique de nombreux échanges doivent pouvoir être favorisés. Ce regroupement
51
recherche pluridisciplinaire, il apparaît en revanche peu opportun de deux des six grosses centrales de nanosciences et nanotechnologies
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
dans le C2N, en association avec un des trois piliers de l’opération environ 20 M € de construction et 10 M € de rénovation) pour-
nationale Nano-Innov, constituera un ensemble unique en France et raient aussi s’inscrire dans cette première phase (CNRS/Université
d’ambition mondiale dans lequel le couplage avec l’innovation sera Paris-Sud 11).
une des priorités.
Pour la phase 2, il restera au CNRS à s’impliquer dans deux types
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS d’opérations :
• La restructuration de la physique des deux infinis qui est à
Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay étudier conjointement avec les établissements concernés
Le CNRS apportera aux établissements du plateau de Saclay les effets • La mise à niveau du site de Gif pour un montant estimé à
structurants que lui donne sa vision nationale. Dans les thématiques 40 M € supplémentaires
dont la restructuration sera importante, le CNRS pourra ainsi piloter
une réflexion de fond sur la mutualisation des moyens et la mise en
synergie des forces en présence, notamment en s’appuyant sur ses
Instituts Nationaux, comme l’INSU dont le rôle est majeur dans la
structuration francilienne via ses OSU et sa FR IPSL.

Pour l’établissement lui-même


La mise en cohérence des laboratoires de recherche et leur structura-
tion seront accentuées dans cette région qui est déjà la principale im-
plantation du CNRS. Le CNRS pourra ainsi mettre de la cohérence
dans les thématiques de recherche des laboratoires déjà présents
sur site ainsi que de ceux amenés à rejoindre le site. Tout comme ses
autres partenaires, le CNRS bénéficiera de la visibilité accrue – de
niveau mondial – du plateau de Saclay.

LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

Pour la phase 1, le CNRS est impliqué dans la plupart des opérations


du plan Campus dans la mesure où ses personnels sont présents
dans de nombreux laboratoires concernés. En particulier, la réorga-
nisation de la biologie et de la chimie impactera les laboratoires du
campus de Gif. Les premières opérations concerneront par exemple
l’amélioration de la plate-forme imaGif (financée par le CPER et
sur fonds propres du CNRS) et le développement de l’INAF (coût
18 M€). D’autre part, il est directement un acteur moteur de l’opéra-
tion Nanosciences-Nano-Innov dans la mesure où une unité propre
CNRS

du CNRS (le LPN) et une unité mixte (l’IEF) seront fusionnées et


constitueront le cœur du Centre de Nanosciences et Nanotechno-
logies (96 m € demandés). Enfin, les opérations de restructuration
52
de la physique de la matière (ISMO, LAC, LPTMS, LPS, FAST…,
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

ment d’enseignement supérieur qui accueille chaque année 600 étu-


diants et 7 500 stagiaires en formation continue.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

Par ses missions et sa position géographique, le Centre CEA de


Saclay se trouve naturellement impliqué dans le Plan Campus.
Au-delà de cela, le CEA considère cette opération comme une op-
portunité exceptionnelle de développement et de valorisation pour
lui-même et pour l’ensemble de ses partenaires du plateau de Saclay,
ce qui le conduit à participer très activement à l’élaboration de ce
grand projet.
La plupart des thématiques retenues sont au cœur des missions du
CEA de Saclay, ce qui lui permet de présenter, ou de participer à
la proposition de, plusieurs projets mutualisés qui dynamiseront
ses activités (voir tableau joint) : le Pôle Climat Environnement

CEA Énergie, Digiteo, Nano-Innov, DOSEO, BioDelta, la plateforme


de R&D et la Maison des deux infinis, la Maison de la simulation,

COMMISSARIAT l’Institut international de génie parasismique, l’Institut internatio-


nal de l’énergie.

À L’ÉNERGIE Le Centre CEA de Saclay s’appuiera sur le socle de recherche amont,


qui constitue un de ses principaux atouts, pour mettre ses compé-

ATOMIQUE tences, en collaboration avec ses partenaires académiques, à la dis-


position des acteurs de l’innovation et de la valorisation. Le CEA
est déterminé à ouvrir au maximum son site vers l’extérieur, et à y
L’ÉTABLISSEMENT accueillir des équipes extérieures afin de s’intégrer au mieux dans
l’esprit du cluster en cours de construction.
Le CEA intervient dans trois grands domaines : l’énergie, les tech- Du point de vue foncier, le Centre CEA de Saclay comprend deux si-
nologies pour l’information et la santé, la défense et la sécurité, en tes : le site principal d’une superficie d’environ 130 ha constructibles,
s’appuyant sur un socle de recherche fondamentale. Les 15 000 cher- et le site de l’Orme des Merisiers d’une superficie d’environ 20 ha
cheurs et collaborateurs du CEA sont répartis entre 9 centres situés constructibles. Une partie du patrimoine foncier est louée (Soleil,
en Région Parisienne et en province. Technicatome) ou non constructible.
Le Centre CEA de Saclay, qui compte 7 000 personnes dont 4 200 Le site principal présente une capacité d’accueil de nouvelles
CEA, est implanté principalement sur deux sites d’une surface to- constructions, qui sera majorée par la destruction de bâtiments ob-
tale d’environ 200 hectares. Ses domaines de recherche couvrent la solètes. Le site va accueillir prochainement un des trois bâtiments

CEA
physique, l’énergie, le climat, les technologies de l’information, les Digiteo phase I (déjà financé), et le bâtiment du projet DOSEO. Ce
biotechnologies. dernier sera implanté à proximité immédiate de Neurospin, dans
Le Centre héberge la direction générale du CEA, ainsi que l’Institut une zone de 6 ha au sud du Centre destinée à héberger des activités
53
national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), établisse- liées aux sciences de la vie et de la santé, notamment le projet Bio-
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Delta. Cette zone sera ouverte vers l’extérieur dans la continuité de de 3 à 400 places. Le CEA se joint également à la demande col-
la zone INSTN-Neurospin. lective d’un centre de congrès pouvant accueillir au moins 1 000
Le site de l’Orme des Merisiers comporte des bâtiments en grande personnes.
partie obsolètes. Il est prévu dans une première phase d’y implanter
un bâtiment mutualisant destiné à accueillir les équipes du Labo- LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
ratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, la Maison
de la simulation et la Maison des deux infinis. Dans une deuxième Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay
phase une grande partie des bâtiments actuels peut être démolie Le CEA de Saclay pourra faire bénéficier les partenaires du plateau
pour être remplacée par des bâtiments modernes pouvant accueillir de son potentiel foncier, dans un contexte où la pression immobilière
des équipes du CEA ou extérieures. Le COS actuel de 0,5 permet la risque d’être forte. Deux zones ouvertes se prêteront particulière-
construction globale de 95 000 m2 sur ce site. ment bien à cette fonction accueil : l’Orme des Merisiers et la zone
En dehors de ses deux sites, le CEA de Saclay est fortement impli- Sud du site principal.
qué dans le projet Nano-Innov et dans la phase 2 de Digiteo, où les
besoins du CEA s’élèvent à 8 500 m2 pour compléter l’infrastructure Le partage des grandes installations scientifiques mutualisées, exis-
de la phase 1. tantes ou futures, sera renforcé dans le cadre de collaborations et
de programmes plus faciles à mettre en place au sein d’un cluster
L’aménagement du plateau de Saclay associé au Plan Campus doit performant et visible. Par ailleurs la proximité géographique de nos
répondre à une forte attente des salariés en matière d’infrastructures. partenaires facilitera l’accueil de certaines de leurs équipes dans des
En effet, le Centre CEA de Saclay, peu desservi par les transports en laboratoires du CEA Saclay et vice versa.
commun, est fortement demandeur du développement des struc-
tures de transport : transport en commun, réseau routier, liaisons Les équipes en charge de la valorisation au CEA Saclay seront à la
pour les piétons et les cyclistes. Le Centre a entamé la mise en place disposition des entreprises implantées sur le plateau pour dévelop-
d’un plan de déplacement d’entreprise (PDE) qui doit s’appuyer sur per des collaborations.
les futures structures. Notamment, le réseau privé de bus du CEA
doit être optimisé et complété par le réseau public car la majeure Pour l’établissement lui-même
partie du personnel accède malgré tout au Centre au moyen d’un Le CEA de Saclay bénéficiera par réciprocité des retombées citées
véhicule personnel, dans des conditions de circulation difficiles. précédemment. Le brassage des équipes et la mutualisation des
Le Centre souhaite également faire évoluer ses accès vers les zones moyens renforceront l’efficacité et la visibilité des laboratoires. De
de développement du cluster, le long de la RD306, et améliorer les nouvelles installations scientifiques d’envergure peuvent être envi-
liaisons entre le site principal et l’Orme des Merisiers. sagées, et le financement de programmes sera facilité, notamment
En matière d’hébergement, les attentes du CEA rejoignent celles de au plan européen. La création de cluster sur des thématiques por-
l’ensemble des partenaires du plateau de Saclay : il faut développer teuses permettra également d’obtenir des financements de la part
un hébergement de proximité à des tarifs accessibles pour toutes les des industriels. L’attractivité du plateau de Saclay sera renforcée sur
populations (stagiaires, étudiants, chercheurs, techniciens, person- le plan scientifique, mais aussi en matière d’infrastructures d’accueil
nel de support, étrangers…). Le CEA est par ailleurs demandeur et d’animation, ce qui permettra d’attirer les meilleurs chercheurs
d’une offre de restauration collective dans le secteur de l’Orme des français et étrangers.
CEA

Merisiers. Le CEA de Saclay a par ailleurs demandé la mise en place d’un bud-
get de 150 M€ pour la remise à niveau indispensable de son patri-
En ce qui concerne l’animation scientifique, le CEA propose d’ac- moine immobilier, dont la majeure partie est aujourd’hui âgée de
54
cueillir sur le site de l’Orme des Merisiers une salle de conférence plus de 50 ans.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

En ce qui concerne la phase 1, le CEA est fortement impliqué dans


un certain nombre d’opérations qui sont toutes des opérations de
mutualisations de locaux en vue de rapprocher des équipes de divers
établissements :
• PCEE (cluster Climat-Environnent). Bâtiment à l’Orme des Me-
risiers – 50 M€
• Maison de la simulation à l’Orme des Merisiers - 3 M€
• Maison des deux infinis (physique) à l’Orme des Merisiers - 3 M€
• DOSEO – en zone sud CEA-Saclay – 17 M€
• Création de zones ouvertes
• Digiteo. Il s’agit d’un ensemble de bâtiments localisés sur plusieurs
sites. Une partie serait dans le centre de CEA-Saclay (coût 20 M€),
mais les équipes du CEA occuperaient également une partie d’un
bâtiment situé à Palaiseau et au Moulon
• Nano-Innov – qui serait dans la zone Palaiseau (nanotechnologies)

En Phase 2, deux projets sont envisagés :


• BioDelta – bâtiment en zone sud CEA-Saclay (24 M€)
• Plateforme technologique pour la physique

En ce qui concerne les opérations prévues sur son site,


le CEA Saclay a un schéma directeur global

Schéma Directeur
du Centre CEA de Saclay

CEA
55
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
internationale, 3) la densité exceptionnelle de ses relations avec les
entreprises sous des formes multiples.

Le tableau ci-dessous décrit la taille et l’intensité


de ses activités et de ses réseaux, à l’heure actuelle
et à l’horizon 2015.

Formation 2008 Objectif 2015


Élèves ingénieurs 1 290 1 950
Étudiants Masters 180 400
Étudiants Mastères spécialisés 120 250
Doctorants 230 400
Total étudiants 1 820 3 000
dont internationaux 30 % 50 %

Recherche 2008 2015


Enseignants-Chercheurs 230 350
ECP (faculty)

ÉCOLE Laboratoires 7 9

CENTRALE PARIS LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT


ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

L’évolution favorable du contexte, notamment en France, conduit


L’ÉTABLISSEMENT l’École à amplifier encore sa stratégie de développement par crois-
sance et alliances. C’est pourquoi elle a décidé de s’engager résolu-
L’École Centrale Paris est un EPSCP à statut de Grand Établissement ment dans une politique de site en Ile-de-France Sud, notamment
ÉCOLE CENTRALE PARIS

sous la tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Re- avec les institutions du plateau et les nouveaux entrants.
cherche. Ses missions sont celles d’une grande école d’ingénieurs et • Le projet fondamental est le renforcement de l’alliance stra-
d’un EPSCP notamment formation d’ingénieurs, formation initiale tégique avec Supélec. Les synergies avec Supélec sont évidentes
et continue, formation à et par la recherche ; recherche et valorisa- dans les domaines de l’Énergie, de l’Information et des Com-
tion ; insertion professionnelle et partenariats économiques ; coopé- munications, et plus généralement de la Science des Systèmes.
ration internationale ; diffusion scientifique et technique. L’attribution fin 2006 du label « Carnot » au GIS « C3S Science
des Systèmes » Centrale-Supélec-CNRS en est la manifestation
L’École Centrale Paris doit sa réputation, en France et à l’interna- la plus évidente. Le rapprochement va se poursuivre et s’am-
tional, aux trois principes qui guident son développement depuis plifier autour de la science des systèmes, mais également par la
sa fondation en 1829 : 1) le cursus généraliste, bien adapté à la de- mise en place d’un Institut des Sciences du Risque et de l’Incer-
56
mande sociale et aux enjeux des entreprises, 2) la très forte ouverture tain, regroupant les équipes de recherche et s’appuyant sur leur
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

participation au RTRA Digiteo et au Pôle System@tic, dans la domaines clés, la mécanique, l’énergétique, les matériaux, et
dynamique du plateau. le génie des procédés, avec des moyens et plateformes expéri-
mentales originales. L’École Centrale donnera corps au CSIS, en
• Le deuxième projet très important est le développement du particulier en accroissant les synergies par rapprochement de
partenariat avec l’École Normale Supérieure de Cachan et laboratoires et d’équipes de recherche complémentaires, prépa-
l’inscription dans le PRES UniverSud Paris, où Centrale et rant ainsi des regroupements.
Supélec ont rejoint l’ENS en tant que membres fondateurs en
octobre 2007. Les collaborations seront accrues dans les domai- • La participation des enseignants de l’école à des cursus d’en-
nes de la mécanique des structures et des matériaux, de la physi- seignement. L’École donnera aux étudiants du plateau l’accès
que, des nano-sciences et de la biologie, ouvrant les possibilités à ses enseignements et poursuivra avec les établissements du
d’équipes communes et de recrutements coordonnés, mettant en plateau le développement d’enseignements communs.
œuvre les compétences multidisciplinaires des établissements
concernés. • Des liens avec le monde de l’entreprise y compris à l’interna-
tional. Par ailleurs, l’école apportera sur le plateau son dynamis-
• Le troisième projet essentiel est le développement avec Supé- me et ses compétences en matière d’insertion professionnelle,
lec, l’ENS et les unités de Paris 11 actives dans le domaine des y compris à l’international, de relations avec les entreprises,
Sciences de l’Ingénierie du Collège des sciences de l’ingénie- d’ouverture internationale, de formation à l’entrepreneuriat et
rie et des systèmes (CSIS). Le CSIS a vocation à promouvoir d’incubation de start-up (une dizaine en permanence) portées
les sciences des systèmes, les sciences et technologies de l’in- par ses élèves ou ses jeunes diplômés, de formation profession-
formation dans le cadre du RTRA Digiteo et les sciences pour nalisante au sein de l’école doctorale.
l’ingénieur en lien étroit avec le RTRA Triangle de la Physique,
le tout en appui des pôles de compétitivité System@tic, ASTech Pour Centrale Paris
et Mov’eo. Cette démarche collective a pour ambition de hisser • Des synergies multiples en matière de recherche : La lo-
le collège et ses établissements au plus haut niveau d’excellence calisation de l’École sur le plateau permettra à ses laboratoi-
internationale en enseignement et en recherche. res de bénéficier pleinement des compétences présentes ou à
venir dans les disciplines de base, en termes de renforcement
• Le quatrième projet est d’intensifier les relations avec les or- et de complémentarité, principalement en mathématiques, en
ganismes (CNRS, CEA, INRIA et SOLEIL) et les entreprises sciences physiques et en chimie. Seront également facilitées les
présentes (Thalès, par exemple) ou à venir. interactions avec les grands équipements (Soleil, LLB…) et Na-

ÉCOLE CENTRALE PARIS


no-Innov et de manière plus générale, l’accès optimisé à des
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS moyens expérimentaux et les moyens de calcul mi-lourds. Les
domaines d’application bénéficieront en outre de coopération
Pour le plateau en dehors du CSIS, avec, par exemple, AgroParisTech en génie
• L’apport de compétences généralistes : L’École Centrale des procédés appliqués à l’alimentaire et à la biomasse, la Faculté
Paris a centré sa recherche sur le développement des modèles et de Pharmacie en biologie, l’INRIA ou le Pôle Climat-Environ-
simulations numériques de systèmes complexes en s’appuyant nement-Energie.
sur un nombre limité d’expériences originales. Au-delà de l’ap-
proche transversale et pluridisciplinaire qu’elle partage avec ses • L’accès pour les étudiants de l’École à une offre d’enseigne-
partenaires stratégiques et qui se trouvera ainsi renforcée sur ment large. Enfin, les différentes interactions entre établisse-
57
le plateau, elle apporte des compétences spécifiques dans des ments permettront d’élargir l’offre de formation aux étudiants
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
de l’École Centrale Paris, tant pour le cursus ingénieur que pour
les masters et la formation doctorale.

• Un nouveau site adapté à la stratégie. Le site actuel, construit


il y a 40 ans, est désormais totalement enclavé, isolé, de taille
insuffisante et s’avère obsolète par rapport aux bonnes pratiques
pédagogiques et de recherche moderne. Ses coûts de rénovation
et d’entretien continuent de croître pour devenir rapidement
prohibitifs.

LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

C’est pourquoi l’École confirme sa volonté de déménager complète-


ment sur le plateau de Saclay dans 60 000 m2, sur un terrain limitro-
phe de Supélec à l’horizon 2015. Ce déménagement est un facteur
clé de succès et d’accélération de la mise en œuvre de la stratégie.
Il a été approuvé à l’unanimité par le conseil d’Administration le
30 janvier 2009.

Ce déménagement est conditionné au bouclage du financement. Le


coût de construction est estimé à 247 M€. Les ressources associées
sont
• vente du terrain actuel : estimation 100 M€
• CPER : 7 M€
• un financement sur ressources propres : 94 M€
• demande au Plan Campus : 46 M€, hors logements étudiants,
restauration, médiathèque, espaces sportifs non couverts et
grand amphithéâtre.
ÉCOLE CENTRALE PARIS

58
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

Le corps professoral permanent est composé de 105 enseignants-


chercheurs (135 en 2015) et 20 professeurs affiliés (32 en 2015).
HEC est la première école de management française à avoir obtenu
en 2000 les trois accréditations internationales reconnues dans le
domaine (EQUIS, AACSB et AMBA).
Dans un contexte international de plus en plus concurrentiel, HEC a
pour ambition de s’affirmer comme l’une des dix meilleures business
schools au plan international en consolidant son leadership euro-
péen. En 2008, HEC a été classée par le Financial Times 1re business
school européenne, pour la troisième année consécutive.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

HEC a arrêté en 2006 un plan de développement au service de sa

HEC PARIS stratégie internationale et appuyé sur 200 M€ d’investissements sur


la période 2007-2015.

ÉCOLE DES HAUTES Les objectifs de ce plan sont le renforcement de la Faculté, le déve-
loppement de la recherche et l’accroissement des publications de

ÉTUDES rang alpha, l’augmentation des effectifs étudiants, en particulier


d’étudiants étrangers, le développement des activités internationales

COMMERCIALES et la rénovation et l’extension des locaux pédagogiques et d’héber-


gement.

DE PARIS Le projet immobilier prévoit la construction d’un nouveau bâtiment


pour les MBAs, la construction d’un Centre de l’Entrepreneuriat, un
nouveau bâtiment pour faire face au développement de l’activité de
L’ÉTABLISSEMENT formation continue, une nouvelle bibliothèque et un centre de vie
étudiante. À ces constructions, s’ajoute une rénovation complète des
Créé en 1881, par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, locaux pédagogiques existants, des résidences et des réseaux.
HEC forme des managers de haut niveau et à fort potentiel pour Compte tenu de son positionnement, HEC propose de mutualiser
appréhender les grands enjeux managériaux, économiques et so- deux des équipements projetés qui sont les plus propres à mettre ses
ciaux de demain. compétences en management au service des institutions du campus
HEC offre une gamme complète de formations supérieures au mana- de Saclay : Le Centre de l’Entrepreneuriat et la bibliothèque en scien-
gement, de niveau Graduate : la Grande École, les Masters of Science, ces du management.
les Mastères spécialisés, les MBA (à temps plein et à temps partiel) et
le Doctorat. Ce sont 2 618 étudiants (dont 30 % d’étrangers) qui sont • Le Centre de l’Entrepreneuriat est actuellement dimensionné

HEC
aujourd’hui inscrits dans ces programmes diplômants (ils seront à 1 500 m2 pour répondre aux besoins propres d’HEC à l’horizon
3 150 en 2015). L’Executive Education propose une grande variété 2015. HEC propose de mutualiser une extension de 1 500 m2 de
de programmes post-expérience, dont des programmes diplômants, ce centre pour l’ouvrir à tous les acteurs du plateau de Saclay.
59
et représente plus du tiers du budget global d’HEC. Le Centre serait à la fois ouvert aux étudiants et professeurs des
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
institutions du plateau et en réseau avec les structures de valorisa- recèle, tant en recherche qu’en enseignement, l’interface Manage-
tion et d’incubation du plateau (IPHE, structures de valorisation ment/Sciences & Technologie.
situées près des laboratoires de recherche). Les acteurs associés HEC souhaite concrétiser rapidement un apport qui peut représen-
à ce projet sont potentiellement toutes les écoles universités et ter une forte valeur ajoutée collective (le projet de Saclay vise aussi
centres de recherche : IOGS, Polytechnique, Institut TELECOM, le développement économique) et pour chacun des partenaires :
Agro ParisTech, CEA, Paris XI, Incuballiance, etc.) diffuser l’esprit de création d’entreprise auprès de tous les étudiants
Surface : 3 000 m2 au total dont 1 500 m2 mutualisés du plateau et mettre son Centre de l’Entrepreneuriat au service des
projets de valorisation des innovations.
• La Bibliothèque en sciences de gestion : HEC propose de Les objectifs de ce Centre élargi sont les suivants :
mutualiser sa bibliothèque et ses services de documentation en • Amplifier les programmes existants de formation à l’entrepre-
appui à des formations de gestion données au étudiants scienti- neuriat de jeunes étudiants (cycle HEC Entrepreneurs), de cher-
fiques du plateau et pour permettre des échanges entre étudiants cheurs (par exemple en relation avec les pôles de compétitivité
et entre professeurs à l’interface des sciences, des technologies et ou les centres de recherche) ou de cadres confirmés (exemple : «
du management. Challenge + » ou « Family Business »), et les ouvrir encore plus
Les acteurs associés à ce projet sont le réseau des bibliothèques aux partenaires académiques du plateau.
du plateau, les établissements d’enseignement et de recherche, • Sensibiliser les étudiants de l’ensemble des institutions du pla-
les partenaires de programmes joints avec HEC (Polytechnique, teau à l’entrepreneuriat et à la création d’entreprise.
IOGS, ENSAE, Institut TELECOM, etc.) • Développer des activités de recherche à visibilité internationale
Surface : Accroissement nécessaire de surface de 1 000 m2 sur l’innovation, l’entrepreneuriat, le financement des start-up et
Coût : 3 M€ de la croissance des « jeunes pousses », etc.
• Favoriser les rencontres entre étudiants, porteurs de projets,
repreneurs, fonds d’investissements, business angels et experts
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS de la création pour consolider les réseaux et stimuler les projets
de création.
Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay • Accueillir dans son incubateur les projets non technologiques
qu’ils proviennent de la communauté HEC ou d’autres écoles et
La présence d’HEC sur le campus permet tout d’abord d’offrir aux institutions.
partenaires du cluster de Saclay une gamme variée de programmes • Animer les activités de veille et d’analyse économique et mé-
d’enseignement à la gestion destinée à compléter la formation des thodologique autour de l’écosystème du plateau de Saclay, en y
étudiants scientifiques. En appui à cela, HEC propose d’ouvrir large- impliquant toutes les structures actives dans l’incubation et la
ment sa bibliothèque en sciences de gestion. HEC se propose d’être valorisation scientifique ainsi que la communauté des entrepre-
l’un des lieux du Campus ou s’opère le brassage le plus large de tous neurs.
les étudiants scientifiques et gestionnaires autour de formations ou • Être une instance de liaison et de coordination pour le réseau
de projets communs. des incubateurs du plateau (IPHE, cellules de valorisation pro-
Les partenariats internationaux solides qu’HEC a créés depuis vingt ches de laboratoires de recherche)
ans constituent un réseau qui peut être mis à profit pour le dévelop-
HEC

pement international de l’ensemble du plateau de Saclay. Pour l’établissement lui-même


HEC a un positionnement orthogonal à toutes les grandes thémati- HEC est devenu membre fondateur du PRES ParisTech en 2008.
ques scientifiques du plateau et envisage de croiser ses apports avec Cette décision illustre le renforcement de la politique d’alliance me-
60
chacune d’entre elles avec la volonté de développer le potentiel que née depuis plus de 20 ans.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

La priorité a longtemps été donnée par HEC à des alliances interna-


tionales fortes avec des business schools internationales de premier
plan (Stern School NYU, Tsinghua, MIT, etc.).
L’adhésion à ParisTech procède de la volonté d’ouvrir un nouvel es-
pace de développement au-delà de la sphère du management, avec
des institutions scientifiques et en particulier, dans le cas de Paris-
Tech, avec des écoles d’ingénieurs.
HEC considère que le croisement des disciplines du management
avec les sciences de l’ingénieur recèle un fort potentiel d’innovation
et de développement encore trop peu exploité. D’autre part, l’exi-
gence de visibilité internationale accrue tout comme les budgets
de plus en plus importants qu’il faut mobiliser pour figurer parmi
les meilleures institutions d’enseignement et de recherche dans le
monde poussent à rechercher une mutualisation des moyens, des
synergies au plan des équipes de recherche et des fécondations croi-
sées entre disciplines différentes.
De ce point de vue, la volonté d’intégration d’HEC dans la dyna-
mique du plateau de Saclay est, au-delà de la logique géographique
évidente, un prolongement et un élargissement de la politique qui a
conduit à rejoindre ParisTech.
Variété accrue des disciplines, scientifiques et non scientifiques,
présentes sur le plateau, partenariats écoles-universités, logique de
proximité de populations étudiantes qui ont tout à gagner à travailler
ensemble sont des éléments d’attractivité forts qui dépassent de loin
le périmètre du plateau et seront perceptibles par des professeurs et
des étudiants étrangers.
HEC entend approfondir son intégration académique dans Paris-
Tech en s’associant à des politiques de recherche et de développe-
ment de programmes joints, y compris au niveau doctoral, et voit
dans le Plan Campus du plateau de Saclay la gestation d’un cluster
plus large et enrichi de la présence des entreprises et des réseaux qui
vont se constituer avec elles.

LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

Dans une première phase, le centre de l’entreprenariat sera construit.

HEC
Le coût total est de 8 M€. Le financement prévu est le suivant :
• 3 M€ apportés par les collectivités,
• 1 M€ inclus dans le plan de développement d’HEC
61
• 4 M€ du Plan Campus en tant qu’opération mutualisée
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
L’installation sur le site Palaiseau permettra une augmentation raison-
nable des effectifs vers 500 étudiants aux niveaux L3 et M, 60 en docto-
rat, et environ 120 enseignants chercheurs permanents, sans renoncer
à de nombreuses interventions de vacataires et professionnels.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

Malgré leur réussite, cette école et ce centre sont des unités de faibles
tailles à l’image des organismes d’enseignement supérieur en France,
dont la notoriété ne peut rivaliser avec les grandes universités étrangè-
res. De plus la dispersion dans des locaux différents de l’INSEE éloigne
élèves et chercheurs. Dans ce contexte, l’INSEE a décidé dès 2006 de
localiser l’ENSAE-CREST sur le campus de Saclay dès que possible

ENSAE (rentrée 2012 envisagée). Il s’agit de renforcer les liens entre l’École
Polytechnique et HEC, qui sont très complémentaires en termes d’étu-

L’ÉCOLE NATIONALE diants comme de thèmes de recherche. La statistique, l’économie et


leurs prolongements en finance de marché, finance d’entreprise et

DE LA STATISTIQUE assurance existent au sein de l’École Polytechnique et d’HEC, mais


avec des effectifs d’enseignants et de chercheurs qui gagneraient à être

ET DE complétés. Plus précisément :


• Les directions de l’ENSAE et de l’École Polytechnique se sont

L’ADMINISTRATION accordées pour que l’ENSAE et le CREST soient le support de


leurs spécialités pour l’ensemble du campus. C’est ainsi qu’il ap-

ÉCONOMIQUE paraît qu’une fois l’implantation réalisée, le nouveau bâtiment de


l’ENSAE-CREST sera le bâtiment focal pour le domaine « écono-
mie-statistique-finance-assurance » du plateau.
L’ÉTABLISSEMENT • Le CREST, par sa mission de recherche pour l’INSEE, appor-
tera aussi ses propres domaines de recherche comme les travaux
L’École Nationale de la statistique et de l’Administration Économi- d’évaluation scientifique des politiques publiques. Ces travaux très
que (ENSAE ParisTech) et le centre de recherche associé (CREST, nouveaux en France, sont déjà mis en œuvre dans de nombreux
centre de recherche en économie et statistique) ont acquis une forte pays européens comme la Suède, les Pays-Bas, le Royaume-Uni…
reconnaissance dans le monde des grandes écoles et de la recherche. Le CREST a une compétence reconnue aussi bien par les autorités
Leurs domaines d’enseignement et de recherche concernent la stati- administratives (Cour des Comptes, ministères…) que par les
que, l’économie, la finance, la sociologie dans leurs aspects théoriques, chercheurs français comme étrangers.
ENSAE

appliqués et quantitatifs. Ils intéressent les secteurs des services de • Dans le cadre des réflexions conduites entre l’Insee, le CNRS et le
manière générale, celui de l’assurance et de la finance en particulier, ministère de la recherche pour l’accès des chercheurs aux données
l’audit, le conseil, mais encore les entreprises industrielles pour leurs statistiques confidentielles, le nouveau bâtiment pourrait accueillir
services économiques et de traitement et d’analyse de l’information un centre d’accès sécurisé aux données. Ce centre contribuerait au
62
en particulier. développement des recherches quantitatives en sciences économi-
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

ques et sociales de manière générale et tout particulièrement en cheurs et la visibilité à l’international de l’économie, de la finance et des
évaluation des politiques publiques. sciences sociales quantitatives à Palaiseau et sur le plateau de Saclay.

LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS Pour l’établissement lui-même


• Une infrastructure d’accueil pour les étudiants : Le programme
Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay financé est uniquement destiné à l’enseignement et la recherche ;
Le plan campus a changé le périmètre des institutions qui seront pré- il ne porte absolument pas sur l’environnement indispensable à
sentes sur le campus de Saclay, puisque maintenant AgroParisTech, la vie quotidienne et sociale : les logements des étudiants et des
l’École Normale Supérieure de Cachan et d’autres annoncent leur ar- chercheurs, la restauration, les équipements sportifs et les trans-
rivée. Les liens et projets qui ont été tissés avec l’X et HEC à Palaiseau ports… Le projet implicitement financé aujourd’hui doit impé-
ont naturellement vocation à s’étendre aux autres institutions concer- rativement être complété par des services mutualisés adaptés à
nées par les spécialités propres à l’ENSAE et au CREST. L’idée de pour- ces besoins complémentaires. Le « campus du plateau de Saclay »
suivre et d’étendre le projet initial en offrant un lieu commun où les ancre l’apport du ministère de tutelle de l’Insee dans la configu-
économistes, statisticiens des sciences humaines et sociales et socio- ration spatiale du développement du Sud parisien ; ce cadre plus
logues quantitativistes seraient réunis a été lancée depuis juillet 2008. vaste conçu pour tous les acteurs offre une occasion unique d’une
Les avantages pour les établissements du plateau sont : organisation d’urbanisme d’ensemble permettant les mélanges et
• L’existence d’un lieu où économistes, sociologues, statisticiens mixités entre élèves, enseignants et chercheurs d’autres institutions
et économètres atteignent en nombre et en niveau les masses et bien entendu les diverses populations du plateau.
critiques nécessaires à la vitalité et la visibilité internationale de • Les liens du CREST, du département de mathématiques appli-
la recherche dans ces domaines. C’est ainsi que le projet prévoit quées de l’École Polytechnique et du département de statistique
que le bâtiment de l’ENSAE/CREST puisse regrouper les sciences d’HEC seront affermis par ce rapprochement géographique. Là
économiques et sociales quantitatives du futur Campus. Conçu encore, ce sont les méthodes statistiques des sciences économi-
à l’origine pour les économistes de l’X, de l’ENSAE et du CREST, ques et sociales qui compléteront et dynamiseront les domaines
moyennant une extension, il pourrait accueillir des chercheurs d’application de la statistique à l’X et à HEC. Le développement du
issus d’autres organismes. C’est l’objet de la demande au plan GIS Sciences de la décision bénéficiera beaucoup de ces nouvelles
Campus. collaborations.
• Une grande infrastructure. Le bâtiment ENSAE/CREST inclut
un « centre d’accès sécurisé » aux données individuelles de per- LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
sonnes, de ménages et d’entreprises. Dans le cadre de la mission
« Défi : infrastructures de recherche et plateforme » ce CAS pour- Le projet de programme immobilier a reçu un accord implicite sur ses
rait être un « grand instrument » pour les sciences sociales en per- objectifs et son volume sous la forme de l’inscription de 45 M€ d’auto-
mettant l’accès de tous les chercheurs à des données confidentielles risations d’engagement au budget 2009, mais sans moyen de crédit de
ouvertes aujourd’hui uniquement aux statisticiens officiels. paiement. L’Insee espère apporter pour 2009 une contribution d’avan-
ce de crédit pour maintenir possible une ouverture du bâtiment en
En résumé, comme dans les grands campus universitaires d’Amérique 2012. Pour que le projet initial de bâtiment soit agrandi et qu’il puisse

ENSAE
du Nord, ces rapprochements de proximité organiseront les passerelles devenir un pôle attracteur pour des élèves et chercheurs d’autres ins-
nécessaires au développement de l’innovation et des connaissances titutions que l’École Polytechnique, un financement supplémentaire
par des synergies transdisciplinaires. Les écoles bénéficieront d’une de 10 M€ est sollicité auprès du Plan Campus du plateau de Saclay. Cet
association mutuellement avantageuse pour la mise en commun d’en- agrandissement des infrastructures éviterait de constater dans 10 ans
63
seignements, les parcours de double diplôme, les synergies entre cher- que le bâtiment ne peut pas accueillir de nouvelles équipes.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
recherche amont et le développement économique. Elle apporte
un savoir-faire reconnu en matière de valorisation de la recherche,
des logiciels et des brevets, et en matière de création d’entreprises.
Mines ParisTech entend ainsi contribuer à la demande formulée
par Valérie Pécresse dans sa lettre du 31/7/08 au directeur de l’école
concernant le renforcement des relations avec le secteur économi-
que sur le plateau de Saclay.

Mines ParisTech compte implanter sur le plateau de Saclay 430


permanents dont 250 chercheurs, 400 non permanents (doctorants,
post doc) et 550 autres étudiants. Cela représente 70 % de ses effec-
tifs recherche au niveau national et 50 % de ses étudiants.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

L’objectif à terme est de faire de Palaiseau le centre de gravité de


l’école, en rassemblant en un lieu unique nos laboratoires franciliens
dans le cadre de ParisTech, ce qui répond aux souhaits de regroupe-
ment des institutions que formulait Valérie Pécresse dans sa lettre
du 31/7/08. L’École contribue ainsi à une première étape du projet
scientifique de ParisTech.

Il est ainsi prévu, à terme, d’apporter sur le plateau de Saclay trois


laboratoires suivants, actuellement répartis sur 4 sites de l’Ile-de-
France.

Matériaux pour l’énergie et les procédés (389 personnes : per-


manents, doctorants et post-docs), lié au pôle énergie. Le plateau
de Saclay comportera, demain, un potentiel exceptionnel dans ce

MINES domaine, avec le CEA, Mines ParisTech, ONERA, Supélec, Poly-


technique, ENSTA, Paris 11. Le manque de place et l’inadaptation
des locaux posent des problèmes cruciaux de sécurité. À cette fin,
L’ÉTABLISSEMENT et sans attendre la mise en œuvre du Plan Campus du plateau de
Saclay, un local est loué dans la zone industrielle de Palaiseau, pour
MINES

Mines ParisTech, première école d’ingénieurs française pour sa re- abriter temporairement des équipes concernées avant leur instal-
cherche contractuelle, reconnue pour ses liens avec les entreprises, lation sur le campus. Deux professeurs de l’école sont co-lauréats
veut participer pleinement au succès du Plan Campus « plateau de du prix Nobel de la paix pour leur participation aux travaux du
Saclay » en apportant, au dispositif scientifique en place, les disci- GIEC.
64
plines de l’ingénieur qui sont essentielles pour faire le lien entre la Mathématiques et systèmes (183 personnes). Dans le domaine
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

des STIC, Mines ParisTech souhaite s’inscrire pleinement dans la avec des acteurs du plateau.
dynamique mise en œuvre autour du RTRA Digiteo, et du pôle de • Animation du Campus : Environ la moitié des étudiants (550)
compétitivité System@tic, dont l’école fait partie. Les collaborations de l’École travailleront en permanence à Palaiseau et contribue-
sont particulièrement importantes avec les acteurs de Saclay : École ront à la vie du campus. La plupart des autres feront des séjours
Polytechnique, Paris 11, TELECOM ParisTech, ENSTA, INRIA, fréquents sur le plateau, à l’occasion des activités pédagogiques
Thalès. L’École apporte des compétences reconnues en automatique qui se déroulent dans les centres (option, acte d’entreprendre,
(les « systèmes plats » ont été inventés à Mines ParisTech), en mor- modules d’initiation aux métiers de l’ingénieur, projets), et qui
phologie mathématique (une des grandes méthodes de traitement seront favorisées par la liaison RER B. Le rayonnement interna-
d’images qui a été inventée à Mines ParisTech), et en robotique tional de l’École contribuera à la notoriété du plateau de Saclay :
(la plus haute distinction en robotique, le Prix Engelberger, a été un étudiant sur trois est étranger, plus de 50 nationalités seront
décerné à un professeur de l’X). représentées, et 20 % de l’activité contractuelle se fait avec un
partenaire étranger.
Géosciences (258 personnes). Dans le domaine climat-environ-
nement, le Centre de Géosciences de l’École est également un des • l’École a été labellisée Institut Carnot, pour son engagement
acteurs majeurs dans le domaine de l’énergie et du développement dans la recherche partenariale. Mines ParisTech, grâce au dé-
durable, et des impacts environnementaux. Cette activité sera donc veloppement d’un modèle de recherche partenariale unique et
centrale dans le cadre de projets structurants de grande ampleur. efficace, apportera également un savoir-faire reconnu en matière
En termes d’analyse de données, des relations ont été établies avec de valorisation de la recherche, des logiciels et des brevets, ainsi
l’X (Laboratoire de Météorologie Dynamique et l’activité Géomé- qu’en matière de création d’entreprises. Cette même organisation
canique du Laboratoire de mécanique des solides de l’X). Les géos- pourrait bénéficier à d’autres acteurs du plateau. D’après l’enquête
ciences font appel à des moyens d’essais et de caractérisation, dont d’Industrie et Technologie d’octobre 2007, Mines ParisTech re-
certains sont localisés au sein des équipes matériaux (par exemple présentera 40 % de la recherche contractuelle des Grandes Écoles
le Laboratoire de Mécanique des Solides à l’X). La géostatistique, sur le plateau de Saclay.
méthode utilisée par pratiquement toutes les compagnies minières
et pétrolières, a été inventée à Mines ParisTech il y a une quaran- Pour l’établissement lui-même :
taine d’années. La venue de Mines ParisTech sur le plateau offre pour l’établissement
de nombreux avantages :
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS • en termes de recherche, on attend de fortes synergies avec les
équipes des autres établissements sur les thèmes systèmes mé-
Pour les établissements partenaires du Plan Campus : caniques et énergétiques, matériaux, STIC, ingénierie, environ-
• Recherche : les laboratoires de Mines ParisTech vont constituer nement et plus généralement la possibilité d’interactions avec
un apport significatif aux trois pôles climat-environnement- un large éventail de disciplines (médecine, nanotechnologie…).
énergie, ingénierie, STIC. La mutualisation de nombreux équipements voire de services
auxquels l’École participera apportera aux chercheurs l’accès à
• Enseignement : Le Campus du plateau de Saclay veut s’affirmer de nombreux moyens d’essais et de mesures. Ce déménagement

MINES
comme un des grands centres de l’enseignement scientifique représente également une opportunité pour les laboratoires de
international, avec une offre de formation fondée sur la pluri- bénéficier de locaux neuf et une sûreté accrue.
disciplinarité, à la convergence des sciences. Cette pluridiscipli- • en termes de valorisation, la venue sur le plateau ouvre d’im-
narité est d’ores et déjà une caractéristique des enseignements de portantes perspectives par exemple en termes de montages de
65
l’École ; plus de la moitié des formations sont déjà en partenariat recherche partenariale,
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
• Le campus va offrir de nombreux avantages aux étudiants coût est de 75,5 M€ en comptant le projet porté par EDF.
(infrastructures d’un grand campus, rayonnement international, Les conditions de financement pour la phase 1 sont les suivantes :
offre d’enseignement). De plus, on espère que la marque associée • cessions d’actifs, selon expertise pour 4 M€,
au campus aura un effet d’attractivité au niveau national et inter- • apport de l’École pour 8 M€,
national pour attirer des étudiants de qualité. • financement EDF pour 7 M€,
• Ce projet réduira la multipolarité de l’École, qui est actuelle- Le financement résiduel sur le plan Campus est de 56,5 M€, com-
ment sur 4 sites en Ile-de-France : Paris, Evry, Fontainebleau et prenant 1 M€, mutualisable (restauration).
Palaiseau-ville, en ramenant ce nombre à deux sites : Paris et
Palaiseau. Cette opération est urgente, en raison de la nécessité, pour l’École,
• Les besoins en formation et en recherche de la part des entre- de se développer rapidement dans des domaines où les besoins de
prises sont considérables dans les domaines énergie, mécanique/ formation et de recherche explosent (énergie/matériaux/procédés).
matériaux. Le campus donne des opportunités de développe- Ce domaine est très engagé sur ressources propres via Armines (50 %
ment coopératif avec les acteurs économiques et académiques du budget, soit 8 M€/an). L’impact économique du déménagement
du plateau. conduira à une perte d’exploitation qu’il conviendra de prendre en
compte.
LE POINT SUR LES OPÉRATIONS ET PERSPECTIVES
Deuxième étape : Elle concernera les autres centres de recherche
Pour regrouper l’ensemble des laboratoires décrits ci-dessus, les be- de l’École (géosciences, mathématiques appliquées), et nécessite la
soins de l’École sont de 35 500 m2 SHON, pour un coût de construc- construction de 17 800 m2 SHON, supplémentaires pour un coût de
tion évalué à 105 M€, et un coût de l’opération globale de 137 M€. construction estimé de 52,5 M€, et un coût de l’opération de 68,5 M€.
L’opération devrait se dérouler en deux étapes correspondant à des Le financement prévisionnel sera couvert en partie par la vente des
surfaces construites du même ordre de grandeur. bâtiments de Fontainebleau (15 M€)
Cette opération pourra se faire dès que des financements complé-
Première étape : Les besoins les plus criants pour l’École sont dans le mentaires, en particulier de l’État, pourront être mobilisés à hauteur
domaine Matériaux pour l’énergie et les procédés, où les partenariats de 53, 5 M€.
avec les acteurs du plateau sont les plus riches et les plus prometteurs
(voir §2). Cette première étape est indispensable dès maintenant
pour amorcer l’intégration des centres de l’École sur le plateau de
Saclay. Conformément aux vœux du comité d’évaluation du plan
Campus transmis par V Pécresse le 31/7/08, cette venue conduit à
un regroupement de laboratoires de l’École, actuellement à Evry,
Palaiseau Ville, Fontainebleau et à Paris, et non à la multiplication
des localisations, puisque cela permet de fermer les sites d’Evry et
de Palaiseau Ville. D’autre part, EdF a signifié à Mines ParisTech
son intérêt pour cette opération (lettre du 16/6/08), pour accueillir
MINES

le Master Nucléaire International, en préparation au sein de Paris-


Tech avec plusieurs signataires du plan Campus du plateau deSaclay
(Paris 11, Supélec, Centrale Paris, INSTN). Pour cette première
étape, les besoins de l’École sont de 17 700 m2 SHON, soit un coût
66
de construction de 52,5 M€, et un coût de l’opération de 68,5 M€. Ce
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

ANNÉE
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
EFFECTIF
Étudiants 737 762 792 821 834 845 848 848

Associés 112 118 124 130 136 140 142 142

Personnels 160 160 160 160 160 160 160 160

TOTAL 1 009 1 040 1 075 1 110 1 130 1 145 1 150 1 150

L’ENSTA ParisTech forme des ingénieurs capables d’assurer la concep-


tion, la réalisation et la direction de projets complexes dans l’envi-
ronnement économique international et à ce titre développe l’ensei-
gnement des mastères spécialisés et augmente les effectifs étudiants
(doctorants et élèves ingénieurs).

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT

L’ENSTA est membre fondateur de ParisTech qui constitue son pre-


mier cercle de solidarité. L’évolution stratégique de l’ENSTA prévoit
un renforcement de l’identité autour du métier de l’ingénierie système
appliqué préférentiellement aux domaines de l’énergie et des trans-
ports. Cette concentration s’accompagne d’une rationalisation des do-

ENSTA PARISTECH maines de formation et de recherche. Pour ce faire, l’ENSTA renforce


ses coopérations avec l’Institut TELECOM, Polytechnique et Mines

L’ÉCOLE NATIONALE ParisTech, le principe étant de concentrer la recherche par thème. Par
exemple, l’ENSTA transférera sa recherche en télécommunication à

SUPÉRIEURE l’Institut TELECOM et développera en contre partie son équipe robo-


tique. Dans le domaine des systèmes mécaniques et énergétiques, un

DES TECHNIQUES rapprochement avec les laboratoires des Mines est recherché.
Par ailleurs l’ENSTA entretient des relations fortes avec Paris 11 (on

AVANCÉES peut noter que l’ENSTA a proposé à Paris-Sud 11 de participer à la


tutelle de deux de ses laboratoires) et avec Paris 6 (projet de co-habi-
litation sur des masters).
L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

ENSTA
L’École Nationale Supérieure des Techniques Avancées, ENSTA Pa-
risTech, est à la fois une grande école formant des ingénieurs sys- L’ENSTA ParisTech est déjà présente à l’Est du site de Palaiseau (batte-
tèmes et un établissement de recherche scientifique et technique (6 rie de l’Yvette). La construction de nouvelles infrastructures sur cette
laboratoires avec des personnels ENSTA et des personnels d’autres partie du campus permettra de regrouper toutes ses implantations.
67
organismes dont le CNRS et l’INRIA). Les ouvrages à construire sont : un ensemble école, un ensemble de
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
430 logements élèves, un gymnase mutualisable et deux logements Pour l’établissement ENSTA ParisTech lui-même
de service. Le transfert sur le site de Palaiseau donne à l’ENSTA de nombreuses
Les principaux jalons prévisionnels de la construction des nouvelles perspectives :
infrastructures sont : • Regroupement sur le site de Palaiseau de toutes ses entités re-
cherche et enseignement
• Juillet 2009 : signature d’un partenariat public privé (AOT- • Bénéficier de la dynamique de développement du plateau de
LOA) Saclay
• Avril 2012 : livraison des bâtiments • Profiter de la concentration des partenaires industriels, uni-
• Septembre 2012 : rentrée des étudiants dans les nouvelles versitaires et des projets d’envergure mondiale présents sur le
infrastructures de Palaiseau plateau de Saclay pour atteindre une meilleure efficacité au bé-
néfice de la collectivité nationale et enseignement, recherche et
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS innovation

L’ENSTA ParisTech attend en premier lieu de l’opération plateau de LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
Saclay une amélioration de l’attractivité du plateau (en particulier
transport et possibilités de coopérations en enseignement et recher- Le transfert de l’ENSTA ParisTech vise une opération en partenariat
che). Par ailleurs, l’ENSTA espère que ce projet sera l’occasion de public privé (PPP) réalisée sous maîtrise d’ouvrage du ministère de
consolider la candidature française pour le grand instrument euro- la Défense.
péen laser ultra intense Extreme Light Infrastructure (L’ENSTA est
tutelle principale des laboratoires qui pilotent le projet, le CNRS est Libellé Surface Utile
porteur de projet). Un ensemble école 18 875 m2
Un ensemble de 430 logements élèves 8 693 m2
Plus immédiatement l’ENSTA attend une aide financière limitée
pour des questions d’infrastructure collective (voirie, gestion des Un gymnase 1 685 m2
eaux) et un appui financier au projet de plateforme mutualisée ( Deux logements de services 330 m2
3 000 m2) sur les systèmes mécaniques et énergétiques. Cette pla- Globale opération 29 583 m2
te-forme s’inscrit dans la logique de mutualisation avec Mines Pa-
ris Tech et Polytechnique et permettrait d’accueillir des opérations Le financement de cette réalisation est prévu par le ministère de la
d’incubation nécessitant la réalisation de démonstrateur de grande Défense.
taille d’implanter des travaux pratiques pour l’ensemble des écoles
ou de formations universitaires sur des grosses expériences mécani-
ques ou énergétiques et d’accueillir des formations mutualisées (par
exemple une partie de la formation sur le master commun électro-
nucléaire).
ENSTA

L’ENSTA propose des mutualisations : une partie des surfaces d’en-


seignement, installations sportives, bibliothèque, organisation des
surfaces de laboratoire et peut étudier les possibilités de mutualisa-
tion sur les logements étudiants.
68
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

un effectif global de 1 728 étudiants. Autour de 80 % des norma-


liens obtiennent une agrégation, d’où un flux annuel de plus de 300
agrégés. Plus de 70 % des étudiants et des normaliens s’engagent
dans une thèse, dont la moitié en région Ile-de-France. L’ENS em-
ploie à Cachan 192 enseignants permanents (dont 130 enseignants-
chercheurs). De plus, 60 chercheurs et 65 enseignants-chercheurs
d’autres établissements mènent leurs recherches à Cachan. Les IA-
TOS de l’ENS sont au nombre de 221 auxquels il faut ajouter 40 ITA
des organismes de recherche. Hors étudiants, le nombre total des
personnels travaillant sur le site de Cachan de l’ENS est de 578.

NOTRE INSERTION DANS LE PROJET SACLAY

ENS CACHAN Notre souhait est d’implanter le site de Cachan, dans sa totalité, sur
le plateau de Saclay, à proximité de Supélec, de l’implantation envisa-

L’ÉCOLE NORMALE gée pour l’école Centrale, d’un des bâtiments Digiteo, et de certaines
des disciplines de l’Université Paris-Sud 11.

SUPÉRIEURE Cette implantation nous permettra d’approfondir les relations que


nous avons déjà en formation et recherche avec les institutions

DE CACHAN du site (Université Paris-Sud 11, Supélec, X, CNRS, INRIA, CEA)


mais aussi et d’en développer de nouvelles, notamment avec l’école
Centrale, l’ENSAE, l’ENSTA, les laboratoires de Mines Paristech
L’ÉTABLISSEMENT et l’Institut TELECOM. Ce qui renforcera nos actuels partenariats
institutionnels, en particulier au sein du PRES UniversSud ou dans
L’École Normale Supérieure de Cachan a son site principal à Cachan les deux RTRA (Digiteo et Triangle de la Physique) de la Fondation
et une antenne à Ker Lann, près de Rennes, qui n’est pas directement de Coopération Scientifique.
concernée par le Plan Campus du plateau de Saclay. Les données qui Nous tenons à être présents dans un quartier qui nous permet de
suivent ne portent que sur le site de Cachan. favoriser et d’incarner ces synergies. C’est pourquoi nous avons tra-
L’École Normale Supérieure de Cachan a comme mission principale vaillé avec Supélec, l’École Centrale et l’Université Paris-Sud 11 à la
de donner une formation culturelle et scientifique de haut niveau à constitution du collège des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes
des élèves qui se destinent à la recherche scientifique, publique ou et que nous proposons une implantation géographique cohérente
privée, ou à l’enseignement post-bac. Elle exerce cette mission, via avec ce projet. Mais l’ENS ne se résume pas à ces disciplines et nous
des départements d’enseignement et des laboratoires de recherche, souhaitons être proche de certaines des disciplines de l’Université
en sciences de l’ingénieur (mécanique, génie civil, électronique, élec- Paris-Sud 11, notamment de la chimie, biologie, pharmacie, physi-
trotechnique et automatique), sciences (mathématique, informati- que et informatique.

ENS
que, physique, chimie et biologie) et sciences sociales (économie et Ce projet doit aussi nous permettre de continuer à offrir à nos la-
gestion, sociologie, histoire, science politique, langues, design). boratoires, voire à d’autres, des incitations pour travailler sur des
L’École Normale Supérieure de Cachan accueille 1 058 normaliens, projets pluridisciplinaires. Les Instituts que nous avons déjà créés :
69
386 étudiants de masters (non normaliens) et 284 doctorants ; soit d’Alembert (interfaces entre chimie, biologie et physique) et Farman
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
(modélisation, simulation et tests virtuels des grands systèmes com- • c’est l’un des établissements dans le sud de l’Ile-de-France qui a
plexes) seront au cœur de cette stratégie, dans des partenariats qui une pratique confirmée des liens entre grandes écoles et univer-
pourront s’élargir. C’est aussi pourquoi nous proposons la création sités et qui les considère comme naturels et indispensables ;
d’une Maison des Sciences de l’Homme à concevoir avec les éta- • c’est l’un des rares établissements dans le sud de l’Ile-de-France
blissements présents sur le plateau et avec l’Université de Versailles ayant déjà des compétences en recherche et en formation dans de
Saint-Quentin-en-Yvelines, participant au projet d’IAE de Paris et nombreuses disciplines de sciences humaines et sociales : écono-
de l’Ile-de-France. mie, gestion, histoire, sociologie, science politique, sciences de
l’éducation, arts appliqués et design ;
Retombées pour nos partenaires • c’est l’un des établissements d’enseignement supérieur dans le
Le point clef pour le plateau de Saclay n’est pas dans le simple ren- sud de l’Ile-de-France qui a développé en sciences de l’ingénierie
forcement de la qualité et l’attractivité actuelles, parfois déjà excep- des compétences importantes tant en formation qu’en recherche
tionnelles. L’essentiel passe par une mise en réseau des forces du pla- aux niveaux master et doctorat.
teau afin que ces nouvelles collaborations permettent de concevoir
et de construire des outils (programmes de recherche, programmes Points clefs pour l’ENS
de formations, plateaux techniques) à la hauteur d’enjeux scienti- L’implantation à Saclay nous permet de développer nos synergies
fiques nouveaux, inabordables par les outils existants. Ce sont ces dans les domaines des sciences (dans toutes les disciplines et la plu-
nouvelles synergies qui peuvent permettre à tous, établissements, part des établissements du site et du voisinage) et de la technologie
laboratoires, réseaux déjà constitués dans lesquels l’ENS est déjà (notamment via le collège des sciences de l’ingénierie et des systèmes
très impliquée -en particulier le PRES UniverSud- et entreprises avec Centrale, Supélec et l’Université Paris-Sud 11) tant en formation
de se placer au bon niveau d’exigence en recherche, en formation qu’en recherche et en valorisation. L’un des points importants pour
et en innovation. nous, mais aussi pour le plateau, porte sur les sciences humaines
La qualité du projet scientifique ne dépend donc pas que du rap- et sociales. Un projet volontariste est indispensable, centré autour
prochement physique des acteurs. Elle dépendra de ce qui, dès la d’une Maison des Sciences de l’Homme évoquée ci-dessus.
conception initiale, permettra de nouer des relations nouvelles en- Cette implantation nous permet aussi d’envisager une augmentation
tre acteurs et intriquer leurs compétences sur des projets mobili- de nos capacités de formation et de recherche (+ 15 % dans un délai
sateurs précis. de 10 à 15 ans).

l’École Normale Supérieure de Cachan, qui est le plus grand centre LES PRINCIPALES OPÉRATIONS
national de formation d’enseignants de haut niveau, apporte des
compétences, souvent uniques, provenant de ses missions et de ses En partenariat avec la Caisse des Dépôts, nous avons missionné la
objectifs : SCET pour une analyse des besoins immobiliers de l’ENS. Le ré-
• c’est le seul établissement dans le sud de l’Ile-de-France qui a sultat est une surface nécessaire (SHON) en propre de l’ordre de
comme mission de préparer à des masters, dans un cycle com- 65 500 m2.
parable aux « graduate studies » dans l’objectif d’une thèse. Notre Cette surface se décompose en 24 600 m2 pour l’enseignement,
objectif est de porter la poursuite en thèse de 70 % à 80 % des 23 200 m2 pour la recherche, 8 700 m2 pour l’administration et la lo-
élèves sortant de l’ENS ; gistique et 9 000 m2 pour les activités transversales de grande proxi-
ENS

• c’est l’un des rares établissements qui a construit depuis plus mité : bibliothèque et salles de travail, petite cafétéria, vie étudiante,
de 15 ans une grande partie de son développement scientifique transfert de technologie. Une partie de ces surfaces sera mutualisée
par des programmes de recherche et de formation interdisci- avec Supélec et l’école voire avec l’Université Paris-Sud 11.
70
plinaires ; Les coûts estimés, sur la base 2008 et sans tenir compte des frais de
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

VRD, sont de 73 M€ pour la partie enseignement, de 70 M€ pour la


recherche, 15 M€ pour la part administration et logistique et 21 M€
pour les fonctions transversales. Soit un coût total de 180 M€. Si l’on
tient compte des coûts probables de VRD (12 %), de l’actualisation
des coûts de construction durant les phases études avant travaux
(durée de 5 ans) et chantier (durée de 30 mois), l’estimation globale
réaliste pour une livraison vers 2015 est de 245 M€. Compte tenu de
l’importance de ce budget, une opération en deux phases peut être
envisagée. Cependant, ces deux phases doivent être proches : une
double implantation à Cachan et à Saclay ne peut durer trop long-
temps, sauf à mettre en danger un établissement comme le nôtre.

Il faut financer par ailleurs les constructions pour la restauration,


le logement, le sport et d’autres fonctions à mutualiser (dont des
espaces de colloque et conférence, de très grands amphis).
Il faut ajouter l’hébergement (étudiants, actuellement logés par le
Crous, et chercheurs) sur la base d’une hypothèse de 60 % des étu-
diants à loger (le pourcentage est de 40 % à Cachan) et la restaura-
tion. Pour le sport, les besoins de l’ENS conduisent à un gymnase de
3 600 m2, qui pourrait à plusieurs moments de la journée être acces-
sible à d’autres utilisateurs. Ces derniers chiffres (logements et sport)
quantifient les besoins pour l’ENS et nous souhaitons qu’ils soient
couverts dans des équipements communs à plusieurs établissements.
Ce pourrait être aussi le cas pour une partie des fonctionnalités bi-
bliothèques et restauration. Sous cette réserve, qui fera baisser les
surfaces demandées d’un facteur plus ou moins important suivant
les choix d’urbanisme, nous arrivons à une surface (logements, res-
tauration et sports compris) de 105 000 m2.

ENS
71
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
• l’ouverture internationale (700 étudiants internationaux sur
le campus, 60 nationalités, 20 % d’élèves internationaux dans son
cycle ingénieur, 12 % d’enseignants internationaux, 5 masters joints
internationaux,…)
• l’intensification de la valorisation et des partenariats avec l’en-
treprise (roulement de 7 à 10 start-ups issus des laboratoires, 18
chaires d’entreprises,…).

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

S’appuyant sur ces capacités et une visibilité appréciables sur le


plan national et international (34° mondial au classement du Ti-
mes Higher Education), l’École Polytechnique vise, en parte-
nariat avec d’autres établissements, la constitution autour de
son campus d’un collège scientifique et technologique de tout
premier rang, intégré dans le campus de Saclay et participant
au développement économique de son cluster mondial de haute
technologie.

ÉCOLE Ce collège s’organisera en pôles de recherche et d’enseignement

POLYTECHNIQUE regroupant les forces des différents établissements. Participant


aux thématiques du plateau, ils couvriront, des sciences fonda-
mentales à leurs applications, les domaines notamment des ma-
thématiques et de la modélisation, des sciences physiques avec une
L’ÉTABLISSEMENT forte concentration en optique-lasers-plasmas, des nanosciences et
nanotechnologies, des sciences et technologies de l’information et
L’École Polytechnique a pour vocation de former de futurs respon- de la communication, des sciences de l’ingénieur et des systèmes,
sables de haut niveau, à forte culture scientifique et humaine, des- des sciences et ingénierie du vivant pour l’agriculture, l’alimenta-
ÉCOLE POLYTECHNIQUE

tinés à jouer un rôle moteur dans le progrès de la société, par leurs tion et l’environnement, ainsi que de l’économie-finance-gestion.
fonctions dans les entreprises, les services de l’État et la recherche. Ils fourniront une contribution conséquente aux thématiques de
Aujourd’hui, cette mission s’exerce dans un monde globalisé. Pour l’énergie à bas carbone, du climat et de l’environnement.
s’adapter, l’École Polytechnique a entreprit une très profonde trans- Le Collège inclura une graduate school commune aux établis-
formation qui se caractérise par : sements d’enseignement, collaborant avec les autres acteurs du
• le développement de son centre de recherche, qui comprend plateau, outil d’attractivité internationale, avec un enseignement
aujourd’hui 21 laboratoires, 1 600 personnes dont 640 chercheurs, très intégré à la recherche, incitant les étudiants, dont notamment
et de ses partenariats scientifiques, notamment locaux (RTRA Di- les ingénieurs au doctorat.
giteo, triangle de la physique,…) Il disposera d’un outil commun de valorisation, d’innovation
• l’élargissement de ses cycles de formation (1 900 ingénieurs et de transfert de la recherche, à proximité immédiate des labo-
72
dont 1 000 sur le campus, 200 masters, 500 doctorants) ratoires de recherche, partagé par les établissements de Palaiseau
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
et partie prenante du système général développé dans le cadre du LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
plateau de Saclay.
Il s’appuiera une infrastructure commune de vie et de travail, éga- Pour les établissements partenaires
lement partagée par les établissements de Palaiseau, pour optimiser L’accueil par l’École sur son campus de centres d’enseignement et de
les synergies et la mutualisation au niveau local au-delà de ce qui recherche contribuera, à la mesure de son renforcement, au cluster
sera fait sur le plateau de Saclay. scientifique et technologique de Saclay.
Les capacités d’enseignement et de recherche sur Palaiseau de-
vraient avoir plus que doublé entre 2005 et 2015. Se sont déjà Pour l’établissement lui-même
installés les centres de recherche de Danone, de Thalès (2005), et Le Plan Campus améliorera la visibilité et le rayonnement interna-
l’Institut d’optique Graduate School (2006). Les implantations de tional de l’École, de ses partenaires de Palaiseau et de Saclay, par l’ac-
Digiteo, de l’ENSTA, et de l’ENSAE, ainsi que la construction de croissement des capacités de recherche et d’enseignement, leur mise
nouveaux laboratoires de l’École sont programmées d’ici 2012. Ce en synergie, l’amélioration du cadre de travail et de vie, notamment
développement devrait se poursuivre avec les arrivées d’ici 2015 de l’offre de transports et de logements, et la mise en place d’un envi-
de Nano-Innov, de l’Institut TELECOM, de l’INRIA, d’AgroParis- ronnement complet de valorisation et de transfert technologique.
Tech, des laboratoires de Mines ParisTech, des centres de recherche Comme tous ses autres partenaires, l’École sera ainsi capable
d’Horiba (instrumentation d’optique laser) et d’EDF (modélisation d’accroître sa compétitivité internationale pour le recrutement d’en-
mathématique et simulation numérique). seignants chercheurs, d’améliorer encore son offre de formation
internationale de haut-niveau, et d’augmenter sa production de
L’École Polytechnique y contribue en tant qu’établissement, en por- recherche et d’innovation.
tant directement des projets de développement de sa recherche.
• Elle a décidé en 2006 d’accroître son potentiel de recherche LE POINT SUR LES OPÉRATIONS PROPRES DE L’ÉCOLE
par la construction de laboratoires de biologie, de physique
et de mécanique, ces derniers en remplacement de bâtiments La planification du projet immobilier initial de l’École Polytechnique
préfabriqués hors d’état. Ce projet est majoritairement autofi- (6000m2) est organisée autour de lancement d’appel d’offres en 2009,
nancé avec le lancement du concours d’architecte en 2009, une réalisation
• Elle accueille des équipes du CETP (800m2) venant de Saint- de mi-2010 à mi-2012 et une ouverture en juin 2012. Le projet est
Quentin-en-Yvelines pour former avec les universités Paris-Sud majoritairement autofinancé (dotation et levée de fonds 18 M€).
11, Paris VI et le CNRS le laboratoire de physique des plasmas Le redéploiement sur 1000 m2 des laboratoires précédemment ins-
(LPP), par fusion avec le laboratoire de physique et de techno- tallés sur la Montagne Sainte-Geneviève et l’installation du LPP sur

ÉCOLE POLYTECHNIQUE
logie des plasmas de l’École 800 m2 y ont été ajoutées en tranches conditionnelles, dont l’exécu-
• Elle doit accueillir à Palaiseau les laboratoires de sciences tion est soumise à l’existence de financement.
humaines et sociales (CREA et CRG 1000 m2), dont les locaux Le coût total de ces opérations s’élèvent à 27,3 M€, un complément
à l’ancienne École sur la montagne Sainte Geneviève sont repris de 9,3 M€ étant demandé au Plan Campus.
par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Ces laboratoires devraient constituer l’embryon d’un pôle de
recherche sur le thème « Hommes, technologies, société et
entreprises », ouvert au-delà de la discipline gestion, à des cher-
cheurs d’autres disciplines et des responsables d’entreprises.
Ces deux derniers projets, qui s’inscrivent pleinement dans le cadre
73
du Plan Campus, ne sont actuellement pas financés.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Supélec a pour mission de donner un enseignement de haut niveau
dans les domaines de l’électricité, de l’électronique, des télécommuni-
cations, de l’automatique, de l’informatique à des élèves ingénieurs et
à des doctorants, d’aider au perfectionnement des ingénieurs avec son
activité de formation continue, de contribuer dans les domaines cités
ci-dessus ou connexes, au développement de la recherche scientifique
et de l’innovation.

Supélec, sous contrat avec l’État depuis 1998, est placée sous la double
tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et
du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi qui subven-
tionnent ses missions à hauteur de 50 % ; les autres 50 % du budget
de fonctionnement sont constitués de ressources propres (recherche,
taxe d’apprentissage, droits d’inscription, formation continue, etc.).

Déployée sur 3 campus (Gif-sur-Yvette, Rennes et Metz) Supélec


emploie 304 Collaborateurs permanents (dont 206 sur le plateau de
Saclay), en majorité des enseignants-chercheurs, et 650 vacataires.
Avec 14 laboratoires et unités de recherche, Supélec emploie et/ou
accueille 447 personnels de recherche (dont plus des deux tiers sur le
plateau de Saclay). L’École compte 1900 étudiants (ingénieurs, mas-
ters et doctorants) dont 70 % sont localisés sur le plateau de Saclay.

SUPÉLEC LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT

L’ÉCOLE ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

SUPÉRIEURE L’Alliance ECP et Supélec, déjà engagée et concrétisée notamment


avec le concours commun, C3S pour le Label Carnot ou encore un

D’ELECTRICITÉ G.I.E. pour les activités de recherche des deux établissements, sera
accrue avec la construction d’un bâtiment « CSO21 – Observatoire
du XXIème siècle » abritant, à horizon 2010-2011, deux Laboratoires
L’ÉTABLISSEMENT (E.E.C.I. en développement et I.S.R.I. en création) ainsi que C3S.
SUPÉLEC

Supélec (ou l’École Supérieure d’Electricité) est un établissement Ce bâtiment fera l’objet d’extensions successives pour accueillir :
d’enseignement supérieur et de recherche de statut privé (association • à horizon 2012-2013 : des options et cours des deux écoles
loi 1901), exerçant une mission d’intérêt général. Supélec a été créée ainsi que des espaces mutualisés pour des conférences et évé-
en 1894 par la Société Internationale des Electriciens, à l’initiative nements
conjointe d’universitaires et d’industriels, pour répondre aux besoins • à horizon 2015 : l’infrastructure du Collège des Sciences de
74
croissants des applications de l’électricité. l’Ingénierie et des Systèmes
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
Paris6) et le bâtiment de Supélec existent de petits immeubles pour
Au sein du PRES UniverSud Paris, la création d’un « Collège des loger les collaborateurs des deux centres nationaux de formation de
Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes » sur le plateau de Saclay la police, centres eux-mêmes situés en face du bâtiment principal.
est un instrument essentiel pour l’émergence de formations nouvelles Ces deux centres de formation pourraient prochainement être dé-
d’ingénieurs et de mastériens aux sciences, technologies, modélisa- localisés.
tions et procédés développés dans le cadre des pôles de compétitivité Au regard de l’implantation desdits logements, Supélec souhaiterait
(SYSTEM@TIC, Mov’eo, ASTECH) et du RTRA DIGITEO. « préempter » ces bâtiments. Avec une rénovation complète (rava-
lement de façades et aménagement intérieur), les établissements
Ce Collège des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes regroupera partenaires pourraient disposer de structures d’hébergement de bon
des établissements déjà présents sur le plateau : Paris-Sud 11 et Supé- standing et ce, pour favoriser et promouvoir l’accueil d’enseignants
lec et des établissements qui vont déménager d’ici 2015 : École Nor- et/ou chercheurs de nationalité étrangère. Le chiffrage de ce projet
male Supérieure de Cachan. La constitution de ce Collège couplée reste prématuré. Une date doit d’abord être confirmée quant au dé-
à l’implantation de l’École Centrale de Paris et de l’École Normale ménagement des deux centres de formation. Mais, à ce stade, une
Supérieure de Cachan ainsi qu’aux nouveaux sites de Paris-Sud 11 enveloppe de l’ordre de 5 M€ paraît raisonnable.
permettra de mutualiser : Guichet unique (inscriptions, titres de A l’instar des logements rendus vacants par le départ du CNEF et
séjour, bourses, sécurité sociale, logement, etc.), Restauration uni- du DRRF, les bureaux situés de l’autre côté de la rue pourraient être
versitaire, Amphithéâtres et salles de cours banalisées, Bibliothèque convertis en village, c’est-à-dire en lieux de vie mutualisés avec les
et cyber services, Equipements sportifs, Logements d’étudiants, Hé- partenaires du Collège des Sciences de l’Ingénierie et des systèmes.
bergement de visiting professors, Village.
CSO 21, puis le Collège des Sciences de l’Ingénierie et des Sys-
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS tèmes

Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay Supélec entreprend la construction d’un bâtiment pour les scien-
Développement d’une vie de campus : restauration universitaire ces, en face de l’École de Gif-sur-Yvette. Les crédits obtenus dans le
le soir et le week-end CPER 2007-2013 permettent de financer 50 % du premier bâtiment
Supélec héberge depuis 1999 un restaurant du CROUS (Académie (1 000m2 utiles) et une certification HQE tertiaire sera recherchée
de Versailles). Ce dernier assure, en moyenne, entre 700 et 900 re- pour la construction.
pas le midi pendant 5 jours, stand pizzeria inclus. Les locaux du
CROUS sont fréquentés par les élèves-ingénieurs, les doctorants, le Sur le terrain identifié, cette extension est possible. L’octroi de crédits
personnel de Supélec, les étudiants de l’IUT d’Orsay, des étudiants de 8 M € permettrait, d’une part, de créer de nouveaux locaux d’en-
de Paris-Sud 11 localisés sur le plateau, les sessionnaires de la for- seignement qui pourraient être mutualisés avec les partenaires du
mation continue et divers visiteurs. Cette structure et les lieux de vie Collège des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes et, d’autre part,
inhérents sont totalement fermés à partir de 16 h 45. Une restaura- de créer des espaces de réunions qui font, dès aujourd’hui, défaut au
tion universitaire doit rapidement pouvoir être assurée le soir et le regard de la densification du plateau. Une seconde extension, pour

SUPÉLEC
week-end, même avec des prestations réduites. 12,5 M€, permettrait d’accueillir pleinement la structure du Collège
des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes.
Des logements pour visiting professors ainsi que des lieux de vie
sur le plateau Pour Supélec
Sur le plateau du Moulon, entre le Laboratoire du Génie Electrique La rénovation de l’existant pour 13,5 M€ : Le site de Gif-sur-Yvette,
75
de Paris (laboratoire Supélec établissement principal/CNRS/Paris11/ situé au cœur du plateau de Saclay (plateau du Moulon), recouvre,
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
sur un terrain de 18 hectares, des constructions de 40 264 m2 SHON. LE POINT SUR LES OPÉRATIONS ET PERSPECTIVES
Le bâtiment principal, à l’instar des grandes constructions de la fin
des années soixante, début des années soixante-dix, offre de très Supélec doit réaliser la rénovation de ses bâtiments existant (18,5 M€
grandes surfaces vitrées. Une rénovation lourde (isolation et vitrage) dont 13,5 M€ à trouver).
s’impose. La situation est d’autant plus préoccupante que l’établisse-
ment ne peut supporter seul le coût de cette rénovation, lequel est En outre, pour la rentrée 2011, Supélec a besoin d’une nouvelle rési-
estimé à 10 M€. dence de 200 lits (12 M€ dont 2 M€ restent à trouver).
De surcroît, la dégradation du confort thermique induit une mauvai-
se efficacité énergétique, laquelle se traduit, d’une part, par le poids Sur le même terrain, au titre de la création du Collège des sciences de
de la facture énergétique dans le compte d’exploitation et, d’autre l’ingénierie et des systèmes du quartier de Moulon, Supélec prévoit
part, par une émission accrue de CO2. Pour financer cet investisse- la construction du bâtiment CSO21 dont la première tranche de
ment lourd, l’effet de levier de l’État est indispensable. Il sera couplé 4 M€ est financée à 50 % par le CPER 2007-2013 et dont l’extension
à un contrat de performance énergétique garantie (PEG) et adossé à en mutualisation avec Centrale Paris et l’ENS de Cachan avant 2015
un établissement bancaire. Les loyers de l’État permettront de rem- nécessite un financement complémentaire de 10 M€.
bourser une partie de l’emprunt ; l’autre partie sera remboursée avec
les économies garanties par un opérateur privé.
Les toitures (terrasses) sont également d’origine (à une exception
près) et les problèmes d’étanchéité sont à régler dans les toutes pro-
chaines années. Afin de réduire très sensiblement le coût de ces
travaux, une solution novatrice est à l’étude. Elle consisterait en la
réfection des toitures par un film photovoltaïque produisant de l’élec-
tricité. Un opérateur privé et un opérateur public prendraient en
charge l’essentiel des travaux d’étanchéité et garantiraient le rachat
de l’électricité produite. En outre, ces installations pourraient faire
l’objet d’une interface scientifique de mesure de rendement en lien
avec les départements et laboratoires de Supélec impliqués dans les
domaines de l’énergie et des mesures. Mais le coût restant à suppor-
ter est de l’ordre de 3,5 M€.

L’accroissement de l’offre de logements pour 2 M€ : Les prévisions


à 2010-2012 font état d’un manque estimé à 120 logements pour
les seuls besoins de Supélec de Gif-sur-Yvette. Pour la construction
d’une quatrième résidence de 200 lits sur le plateau de Saclay, le
calendrier prévisionnel pourrait débuter mi-2009 avec l’élaboration
SUPÉLEC

d’un avant projet sommaire pour une mise en service à la rentrée


de septembre 2011.
85 % des coûts (estimés au total à un montant de 12 M€) seraient
supportés par l’opérateur, maître d’ouvrage. Le solde à financer os-
cille entre 1,8 et 2 M€.
76
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

chercheurs venus du monde entier autour d’un noyau d’une dizaine


de chercheurs permanents. Sur le plan institutionnel, l’IHÉS bénéfi-
cie du statut de fondation reconnue d’utilité publique depuis 1981.

L’IHÉS est une petite structure, dont la capacité maximum est de


60 chercheurs. Il compte aujourd’hui cinq professeurs permanents
(trois mathématiciens, deux physiciens théoriciens). L’Institut béné-
ficie aussi de la présence du titulaire de la Chaire Léon Motchane et
de cinq chercheurs CNRS en visite de longue durée, soit en tout une
dizaine de chercheurs. Le personnel administratif et technique de
l’IHÉS compte une trentaine d’employés, aux profils très variés.

Dans le cadre de son programme de visites, l’Institut accueille tous


les ans près de 250 chercheurs venant du monde entier qui sont
sélectionnés par le Conseil Scientifique de l’IHÉS, dont une dizaine
de post-doctorants. Ces séjours de recherche représentent plus de
500 mois de visite pour une durée de séjour moyenne de 2,5 mois.
Chaque année, plus de 30 nationalités sont représentées. Les visi-
teurs ont accès à l’ensemble des services de l’Institut (bureau privatif,
ordinateur, bibliothèque, centre de conférences, cafétéria, logement à
la résidence de l’Ormaille, assistance administrative et technique).

IHÉS L’Institut offre à tous les scientifiques qui y travaillent une totale
liberté dans le choix des thèmes et des méthodes de travail. L’Institut

L’INSTITUT s’attache à défendre certaines valeurs dont la liberté de recherche, la


quête de l’excellence et l’interactivité mais aussi la diversité humaine

DES HAUTES et scientifique.

ÉTUDES LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT


ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

SCIENTIFIQUES Dans le cadre de sa coopération avec des partenaires du plan Cam-


pus, l’IHÉS mène les actions décrites ci-dessous.
L’ÉTABLISSEMENT
Une école d’été franco-asiatique sur le thème des singularités des
Fondé en 1958, l’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS) équations aux dérivées partielles est programmée pour 2010 en coo-

IHÉS
est un centre international de recherche fondamentale en mathé- pération avec l’Université Paris-sud, l’École Polytechnique et l’Uni-
matiques, physique théorique et de toute discipline théorique qui versité de Cergy-Pointoise. Elle fait partie d’un cycle d’écoles d’été que
entretient des liens avec elles. Institution atypique dans le paysage l’IHÉS peut financer tous les deux ans par le biais de la dotation à ses
77
de la recherche française, l’Institut accueille à Bures-sur-Yvette des fonds propres faite dans ce but par la Société Générale en 2007.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Dans le cadre de l’accompagnement du projet de construction Pour l’établissement lui-même
d’un institut de mathématiques sur le campus d’Orsay de l’Uni- L’IHÉS est, de loin, le plus petit des partenaires du Plan Campus
versité Paris-sud, l’IHÉS a entamé la construction de 11 loge- autour du plateau de Saclay. Il avait déjà des collaborations avec un
ments de 3 et 4 pièces dans sa résidence de l’Ormaille, située grand nombre des partenaires de cette opération mais il va de soi
au centre de Bures-sur-Yvette. L’IHÉS, qui possède et gère cette que les efforts de coordination en cours autour du plateau de Saclay
résidence offrant actuellement 50 logements meublés, va étendre va permettre de les porter à un nouveau niveau.
sa capacité d’accueil en aménageant les combles de certains de
ses pavillons. LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

Ces nouveaux logements sont destinés à héberger des chercheurs Dès le lancement du Plan Campus de Saclay, l’IHÉS a annoncé qu’il
invités par l’Université de Paris-sud pour 6 d’entre eux et par ne ferait aucune demande de financement spécifique pour son site
l’IHÉS pour 5 autres. Cette opération s’inscrit naturellement dans scientifique de Bois-Marie, dont la rénovation vient d’être achevée.
l’effort entrepris pour améliorer le potentiel d’hébergement de
chercheurs français et étrangers en visite de courtes et moyennes Suivant la ventilation des crédits mis à disposition du Plan Campus
durées dans les communes limitrophes du plateau de Saclay. de Saclay, et plus largement de l’OIN, une contribution à l’aménage-
ment intérieur des nouveaux logements construits pour partie pour
La réalisation de ce projet est de nature à renforcer la coopé- le département de mathématiques de l’Université Paris-sud et pour
ration avec le département de mathématiques de l’Université partie pour l’IHÉS sera demandée.
Paris-sud. Cette synergie sera d’autant plus forte que le nouveau
bâtiment programmé pour héberger l’institut de mathématiques
sera construit dans la vallée sur un site proche de l’IHÉS et de la
résidence de l’Ormaille.

Cette opération est financée à hauteur de 2 M€ par le Conseil


général de l’Essonne. Le calendrier est le suivant : début des tra-
vaux au cours du premier trimestre 2009 ; fin des travaux à l’été
2010. Il reste cependant à trouver le financement de l’aménage-
ment intérieur estimé à 1M€.

LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS

Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay


Les établissements partenaires dans le cadre du Plan Campus de
Saclay ont développé de ce fait même un niveau de coopération
et de coordination de leurs actions qu’ils n’avaient jamais atteint
auparavant. On peut imaginer qu’à terme ce niveau de coopération
IHÉS

va prendre des formes structurelles plus stables, permettant de


faire émerger des synergies radicalement nouvelles et une attrac-
tivité significativement plus grande, débouchant à terme sur une
78
nouvelle gouvernance.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

Dans le cadre d’un projet commun avec l’Institut des sciences et in-
dustries du vivant et de l’environnement (AgroParisTech), l’INRA
partage avec celui-ci l’ambition d’insérer un campus thématique en
sciences et technologies du vivant et de l’environnement, composante
structurante majeure de l’axe thématique Sciences et ingénierie du
vivant pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, au sein du
Campus du plateau de Saclay. Une insertion de ce type se rencontre

INRA dans quelques très grandes universités américaines (California Da-


vis, Cornell, Georgia,…) qui se situent aux tout premiers rangs des

INSTITUT NATIONAL acteurs mondiaux du domaine, notamment en termes de production


scientifique.

DE LA RECHERCHE Il s’agit pour AgroParisTech de regrouper ses quatre sites franciliens

AGRONOMIQUE sur le territoire du Campus, apportant dans l’immédiat 2000 étudiants


(3000 à l’horizon 2020), dont 450 doctorants, et 250 enseignants-cher-
cheurs. Il s’agit pour l’INRA de simplifier très significativement son
Voir aussi fiche AgroParisTech, partenaire du même projet dispositif francilien en le concentrant sur trois sites : celui de Versailles,
situé dans le périmètre concerné par le futur établissement public, et,
L’ÉTABLISSEMENT sur le territoire du Campus du plateau de Saclay, celui de Jouy-en-Josas
et, sur la frange sud du plateau, celui commun avec AgroParisTech où
Premier institut de recherche agronomique en Europe, deuxième il rassemblerait non seulement toutes ses unités, propres ou mixtes,
dans le monde, l’Institut national de la recherche agronomique implantées sur les quatre sites actuels d’AgroParisTech, mais aussi des
(INRA) mène des recherches finalisées pour une alimentation unités isolées, en provenance d’Ivry-sur-Seine par exemple.
adaptée, pour un environnement préservé et pour une agriculture
compétitive et durable. Il concentre en Ile-de-France environ 20 % Pour les deux partenaires ensemble, le dispositif d’enseignement su-
de son potentiel de recherche et est à l’origine, seul ou en collabora- périeur et de recherche en sciences et technologies du vivant et de
tion avec ses partenaires du pôle Paris Ile-de-France en Sciences et l’environnement pourrait ainsi grandement améliorer sa cohérence
Technologies du Vivant et de l’Environnement (pôle STVE), d’une géographique et partant sa lisibilité puisque les activités d’enseigne-
part des publications franciliennes variant entre 50 et 80 % dans les ment seraient concentrées en un seul site, et celles de recherche et
disciplines de son cœur de métier : agronomie, horticulture, mé- de formation à et par la recherche seraient réparties sur trois sites
decine vétérinaire, sciences des productions animales, sciences et thématiquement bien identifiés, les travaux relatifs à la dimension
technologies alimentaires. Biologie, génétique et biotechnologies végétales étant conduits sur
le site de Versailles, alors que ceux relatifs au trois autres dimensions

INRA
Les effectifs concernés sont de 1 400 permanents dont 530 cher- (Ingénierie agro-alimentaire, microbiologie, nutrition ; Ressources,
cheurs auxquels il faut ajouter 400 doctorants ou post doctorants. Environnement ; Sciences animales) se déploieraient sur le périmètre
Cette opération concerne environ 16 % des effectifs de l’établisse- du Campus, entre le quartier Sud-Est (Palaiseau) et le quartier de
79
ment. Jouy-en-Josas.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Pour l’INRA comme pour AgroParisTech, il est nécessaire d’assurer ses, comme c’est le cas pour les exploitations agricoles ou les
à proximité immédiate de la future implantation d’AgroParisTech TPE de l’agroalimentaire ;
le maintien à long terme de surfaces agricoles suffisantes pour les > dans le champ de la prospective et de l’expertise scientifique
besoins expérimentaux et pédagogiques. Cent hectares, soit trente collective, deux types d’activité ayant vocation à être mis au
de plus que ceux actuellement exploités au Moulon, sont nécessai- service de la réflexion stratégique du Campus.
res pour les travaux d’expérimentation végétale en plein champ. En • Il favorisera la mutualisation en termes d’instrumentation,
outre, dans le cadre du projet Pôle de recherche et d’expérimentation de méthodes et d’infrastructures partagées. Cela apportera au
pour les mammifères domestiques porté par l’INRA et inscrit au dispositif Campus de Saclay des outils et des dispositifs ex-
CPER 2007-2013, il est indispensable de garantir dans la durée la périmentaux originaux et souvent uniques en Ile-de-France :
possibilité d’exploitation des terrains nécessaires à l’expérimentation, ressources expérimentales vivantes, végétales ou animales ; ins-
situés sur l’emprise de la Base aérienne 217 de Brétigny-sur-Orge truments scientifiques ; infrastructures lourdes (halles techno-
(hors territoire du futur Etablissement public). Dans les deux cas, logiques, terrains pour cultures expérimentales,…).
ces dispositifs expérimentaux permettront l’entretien du territoire
et seront des sites de démonstration de réponses apportées par la Pour l’INRA
recherche aux nouveaux enjeux de gestion des territoires et de pra- • En rapprochant sur un territoire géographique limité et, pour
tiques agricoles dans une perspective de développement durable, une partie très significative du dispositif, sur un même site
notamment en zone périurbaine. AgroParisTech et INRA, le projet permettra de rendre leur
association et leur synergie plus visible et plus efficace. In-
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS sérée dans la richesse des ressources du plateau de Saclay, elle
leur permettra de poursuivre conjointement le développement
Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay de partenariats académiques ou socio-économiques, régionaux,
La réalisation de ce projet partagé aura plusieurs nationaux ou européens, existants ou nouveaux. La dynamique
conséquences majeures. commune mise en place par les deux partenaires au sein du pôle
• Il insérera au cœur du Campus de Saclay un axe thématique STVE en termes de projets européens s’en trouvera amplifiée.
motivé par des enjeux sociétaux essentiels, relatif à l’agrono-
mie, l’alimentation, la santé animale, la sécurité sanitaire et l’en- • Pour l’INRA, la réalisation du projet correspondrait donc à
vironnement, et contribuera en particulier dans ce domaine au la fois
rapprochement de l’enseignement supérieur et de la recher- > à une simplification de ses implantations et à un renforce-
che. Il permettra notamment d’accélérer le rythme de transfor- ment de la cohérence scientifique
mation des connaissances en savoirs diffusables dans le cadre > à une possibilité renforcée d’accès à de très grandes infras-
de la formation. tructures présentes sur le Campus de Saclay (Soleil, Neuros-
• Il favorisera les démarches systémiques et collaboratives pin,…)
indispensables à la production de connaissances en sciences et > à la possibilité de synergies nouvelles avec les acteurs de la
technologies du vivant et de l’environnement et à l’émergence plupart des autres axes thématiques, en particulier Biologie -
d’innovations appropriées par les diverses composantes de la Santé et Climat - Environnement
Société.
INRA

• Il mettra au service de l’ensemble des partenaires un savoir LE POINT SUR LES OPÉRATIONS ET PERSPECTIVES
faire avéré
> dans la conduite de partenariats avec des acteurs économi- Les caractéristiques de l’implantation
80
ques caractérisés par la petite taille et le nombre des entrepri- Avec l’implantation de l’INRA et d’AgroParisTech dans le secteur
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

de Palaiseau et la proximité immédiate du centre de recherche de vestissement « ordinaires » (soit moins que le coût de la seule mise
Danone, c’est un quartier orienté vers l’agronomie et l’alimentation aux normes du dispositif actuel) pour une communauté de 3500
qui se crée, que rejoindront plus ou moins rapidement des instituts personnes. Un partenariat public – public (avec la CDC) est sollicité
techniques (le Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux pour ce projet, qui couvrira également la maintenance et l’entretien
Métropolitains s’est déjà déclaré en ce sens) ou d’autres établisse- du bâtiment pendant 30 ans. Le « bouclage financier » devra faire
ments ou PME du secteur agro-alimentaire. l’objet d’une décision interministérielle pour déterminer les parts
respectives du « plan campus » et d’autres financements publics, dont
Le projet, qui a bénéficié de l’expertise de la SCET et de la validation celui du ministère de l’agriculture qui soutient fortement le projet.
du cabinet Polyprogramme, consiste à créer une superficie de près de
80.000 m2. Il permet une meilleure allocation de l’espace par rapport Les sites Inra de Jouy-en-Josas et de Versailles
à la situation actuelle : Des coûts de restructuration et d’extensions immobilières sur le site
• les surfaces consacrées à l’enseignement passeront à 18 000 m2 de Jouy-en-Josas figurent dans le document Réponse des établisse-
(-16 %), malgré une augmentation prévue de près de 40 % du ments du plateau de Saclay à la consultation « OPERATION CAM-
nombre d’étudiants ; PUS » datant de fin juin. Le coût du projet est évalué à 45,7 M€, dont
• les surfaces consacrées à la recherche augmenteront de plus 19 M€ sollicités au titre du plan Campus. L’INRA a décidé de ne pas
de 40 % (35 000 m2) en intégrant une halle technologique de maintenir cette partie de la demande afin de la concentrer sur le seul
4.000 m2 ; projet AgroParisTech-INRA situé sur la partie Sud-est du plateau.
• les surfaces pour l’administration (16 000 m2) diminueront de En revanche, il recherchera des financements pour lui permettre de
près d’un quart. disposer, à Jouy-en-Josas et à Versailles, des infrastructures immobi-
Une mutualisation d’une partie de ces surfaces a été proposée lières et expérimentales lui permettant de faire face aux enjeux scien-
avec l’appui de Polyprogramme. tifiques et technologiques auxquels la dynamique d’aménagement en
cours sur le territoire donneront une nouvelle impulsion.
Le financement
L’étude approfondie conduite avec l’appui de la Caisse des dépôts et
consignation et confortée par Polyprogramme a permis de confirmer
le coût global de 272 M€ estimé en juin dernier (dépôt de la lettre
d’intention), avant mutualisation.

Les conditions de financement se sont nettement améliorées depuis


juin dernier et sont désormais les suivantes :
• cessions d’actifs évaluées fin 2008, selon deux expertises com-
plémentaires, à 180 M€ ;
• apports de 20 M€ par l’INRA et réallocation de 10 M€ prévus
au CPER, sous réserve de l’accord du Conseil régional d’Ile-de-
France.
Les conditions de financement sont maintenant bien précisées. Le

INRA
taux de financement de la construction est de plus de 75 %, voire
de 90 % si certains investissements sont mutualisés67. Le besoin ad- 67 Hypothèse de prise en charge par le « Plan Campus » de : halle
ditionnel de financement est donc de 38 M€ sur le plan Campus technologique, restauration, sports, salles de cours, bibliothèque sur le pôle
81
pour les équipements mutualisés et de 24 M€ sur les budgets d’in- Palaiseau
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
150 équipes-projets de recherche communes. L’INRIA a pour vo-
cation d’entreprendre des recherches fondamentales et appliquées
dans les domaines STIC, et assure également un fort transfert de
technologie en accordant une grande attention à la formation par la
recherche, à la diffusion de l’information scientifique et technique,
au développement, à l’expertise et à la participation à des program-
mes internationaux.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

L’INRIA a conduit au cours des six dernières années une politique


volontariste d’installation d’un nouveau centre de recherche sur le

INRIA plateau de Saclay, contribuant ainsi au développement d’une zone


de R&D publique et privée prioritaire au plan national. Les effectifs

INSTITUT NATIONAL du centre de recherche INRIA Saclay - Ile-de-France (officiellement


créé au 1er janvier 2008 mais préfiguré par un incubateur de centre,

DE RECHERCHE nommé Futurs, créé en 2002), atteignent aujourd’hui environ 450


personnes, dont plus de la moitié sur financement INRIA ; 25 équi-

EN INFORMATIQUE pes de recherche y sont opérationnelles, toutes en partenariat avec


des établissements déjà présents sur le site ; tous les services de sup-

ET EN port sont créés avec des moyens conséquents en personnel. Jamais,


au cours de son histoire, l’institut n’est allé aussi vite dans la création

AUTOMATIQUE et le développement d’un centre de recherche. Les axes principaux


de recherche scientifique et technologique du centre de recherche
INRIA Saclay - Ile-de-France concernent la sécurité et la fiabilité des
Voir aussi fiche AgroParisTech, partenaire du même projet logiciels, le calcul haute performance et les connaissances distribuées
sur le Web, la modélisation, la simulation et l’optimisation de systè-
L’ÉTABLISSEMENT mes dynamiques complexes. Les développements à venir seront for-
tement couplés avec l’activité du pôle de compétitivité System@tic, et
L’INRIA, institut national de recherche en informatique et en auto- s’inscriront dans le cadre des coopérations du RTRA Digiteo fondé
matique, placé sous la double tutelle des ministères de la recherche par le CEA, le CNRS,l’INRIA, l’École Polytechnique, l’Université
et de l’industrie, est un acteur majeur dans le développement des Paris Sud et l’École Supérieure d’Électricité, auxquels viennent de se
STIC en France. Il accueille 3 800 personnes (dont 2 100 rémunérées joindre l’École normale supérieure de Cachan, l’École Centrale Paris,
par l’INRIA), réparties dans ses 8 centres de recherche situés à Roc- et l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Par ailleurs,
INRIA

quencourt, Rennes, Sophia Antipolis, Grenoble, Nancy, Bordeaux, le centre de recherche INRIA Saclay - Ile-de-France développera
Lille et Saclay. 2 800 d’entre elles sont des scientifiques, dont 1300 des relations fortes avec le CEA et ses partenaires dans le cadre du
chercheurs et enseignants-chercheurs de l’INRIA et d’organismes projet NeuroSpin d’imagerie du cerveau qui s’inscrit dans le contexte
partenaires (CNRS, universités, grandes écoles), 1000 doctorants du pôle de compétitivité Medicen. Des relations prometteuses avec
82
et 500 post doctorants et contractuels, qui travaillent dans plus de Soleil ont été nouées récemment.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

Avec le CEA et le CNRS, l’INRIA va s’impliquer dans la maison de LE POINT SUR LES OPÉRATIONS ET PERSPECTIVES
la simulation en cours de définition. Enfin le centre de recherche
INRIA Saclay - Ile-de-France héberge le laboratoire de recherche Les caractéristiques de l’implantation
commun INRIA – Microsoft Research.
Un Centre de Recherche INRIA est calibré sur un modèle qui lui Pour loger son Centre de Recherche de Saclay, dont des équipes
permet d’atteindre 600 personnes, avec une trentaine d’équipes de communes avec ses partenaires, l’INRIA compte impérativement
recherche (500 personnes), des services d’appui à la recherche (100 sur la réalisation de 3 programmes immobiliers : PCRI (au Moulon),
personnes), la direction du centre, des surfaces pour les salles de DIGITEO 1 (3 bâtiments à Palaiseau, au Moulon et sur le site du
séminaires et de réunions ainsi que pour l’hébergement de plates- CEA) et DIGITEO 2 (2 bâtiments à Palaiseau et sur le site du CEA).
formes technologiques (comme par exemple des grilles de calcul, des La réalisation de ces 3 programmes immobiliers permet de satisfaire
murs d’image,…), soit 12 000 m2. Très rapidement, ils atteignent 15 à quelques centaines de m2 près les spécifications notées ci-dessus.
000 m2 quand ils hébergent en outre des laboratoires communs avec Par contre, les modalités de partage des surfaces sont d’une extrême
des industriels (par exemple, le laboratoire INRIA Microsoft Re- complexité. En effet, chaque maître d’ouvrage est propriétaire du
search à Saclay), des espaces pour des start-up, voire des organismes bâtiment dont il supervise la construction mais n’est affectataire que
internationaux. Dans une configuration très fortement partenariale d’une partie des surfaces de ce bâtiment en fonction d’une clef de
comme celle du centre INRIA Saclay –Ile-de-France, où la quasi- répartition fixée contractuellement. Il faut ainsi distinguer la « nue-
totalité des équipes de recherche sont communes avec d’autres ins- propriété » d’un bâtiment de « l’usufruit » de surfaces dont l’INRIA
titutions présentes sur le plateau (ou son environnement proche), le est affectataire, dans un bâtiment dont il est propriétaire ou pas.
besoin initial de 12000 m2 se décline schématiquement en 8000 m2 Ainsi :
de locaux « INRIA » (pour sa direction, ses services d’appui et des • Dans le bâtiment PCRI (livraison prévue en 2010), dont le maî-
plates-formes, ses équipes propres et une moitié des équipes com- tre d’ouvrage et futur propriétaire est l’Université Paris Sud, d’une
munes avec des partenaires) et 4000 m2 de locaux appartenant aux surface68 de 6100 m2, l’INRIA disposera d’environ 1600 m2,
partenaires où sont hébergés l’autre moitié des équipes de recherche • Dans les bâtiments Digiteo 1 et Digiteo 2 de Palaiseau, dont
communes avec ces partenaires. le maître d’ouvrage et futur propriétaire est l’INRIA, de surfaces
respectives 6600 et 8400 m2, l’INRIA disposera de 3350 + 2500
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS = 5800 m2 au total,
• Dans le bâtiment Digiteo 1 du Moulon, dont le maître d’ouvrage
L’installation depuis 2002 de l’INRIA sur le plateau de Saclay a for- et futur propriétaire est le CNRS, l’INRIA disposera de 880 m2
tement contribué au développement d’une zone de R&D publique et sur une surface totale de 8300 m2,
privée prioritaire au plan national. Les effectifs du centre de recher- • Dans les bâtiments Digiteo 1 et Digiteo 2 du site CEA à Sa-
che INRIA Saclay - Ile-de-France atteignent aujourd’hui 450 per- clay, dont le maître d’ouvrage et futur propriétaire est le CEA,
sonnes, dont plus de la moitié sur financement INRIA ; 25 équipes de surfaces respectives 9250 et 1400 m2, l’INRIA disposera de
de recherche y sont opérationnelles, toutes en partenariat avec des 300 m2.
établissements déjà présents sur le site ; tous les services de support
sont créés avec des moyens conséquents en personnel. En résumé, sur l’ensemble de ces projets cumulant environ 40 000

INRIA
L’INRIA espère que le plan Campus permettra l’accélération des pro- m2, l’INRIA sera « nu-propriétaire » de 15 000 m2 mais aura la dis-
grammes immobiliers PCRI et Digiteo, programmes qui lui permet- position « usufruit » de 8 600 m2. Par ailleurs, il est vraisemblable
tront de poursuivre son développement, d’avoir une enseigne pour qu’une moitié des équipes communes avec ses partenaires trouvent
son centre et de loger ses équipes communes avec ses partenaires dans la partie restante de ces constructions les m2 nécessaires pour
83
actuels (ceux de Digiteo) et futurs (comme l’Institut TELECOM). atteindre le total de 12 000 m2. L’INRIA attire cependant l’attention
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
sur l’extrême complexité du montage en cours.
Par ailleurs, l’institut aura vraisemblablement, à terme, un besoin
supplémentaire de 3 000 m2 (inscrits dans la demande du projet
Campus et inclus dans le projet Digiteo phase 269) au-delà des 12
000 m2 dont il pense pouvoir disposer avec les constructions PCRI
et Digiteo. Il est demandé à ce que ces 3000 m2 soient financés dans
le cadre du Plan Campus. Dans la fiche décrivant le projet Digiteo,
ces 3000 m2 ont été inclus dans « la phase 2 de Digiteo ».
INRIA

68 Toutes les surfaces mentionnées dans la suite de cette note sont des
surfaces SHON 2 Pour un investissement en fonds propres de près de 13 M€ H.T
84
69 Voir fiche « Digiteo »
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

DIFFUSION RESTREINTE Pour sa mission de recherche, l’Institut d’Optique Graduate School


s’appuie sur un partenariat fort avec le CNRS et l’Université Pa-
ris-Sud 11 concrétisé par une unité mixte de recherche, le LCFIO,
par ailleurs membre du RTRA Triangle de la Physique. Le LCFIO
accueille environ 150 personnes. Il est structuré en 6 groupes de
recherche de visibilité internationale dont les thèmes de recherche
sont au centre de la recherche actuelle en optique, que ce soit par leur
importance pour le progrès des connaissances ou par leurs ouver-
tures vers le développement socio-économique (optique atomique,
optique quantique, nanophotonique et électromagnétisme, maté-
riaux non linéaires et applications, lasers et biophotonique, systèmes
et composants optiques).

La direction des relations industrielles constitue le point d’en-


trée pour répondre aux besoins exprimés par le milieu industriel
en s’appuyant sur la plate-forme de transfert technologie IOTech

INSTITUT Ingénierie, sur le service de formation permanente, qui propose


des stages de formation sur catalogue ou spécifiquement adaptés

D’OPTIQUE à la demande d’une entreprise partenaire. L’IOGS est depuis 2006


« Institut Carnot », label qui distingue les établissements menant une

GRADUATE SCHOOL forte proportion de recherche en association avec l’industrie.

INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL


Au total, l’établissement accueille 522 personnes dont 58 enseignants-
L’ÉTABLISSEMENT chercheurs et chercheurs permanents, 80 ingénieurs/techniciens/
administratifs, 311 étudiants dans le cycle ingénieur et/ou master, 67
L’Institut d’Optique est un établissement privé d’enseignement su- doctorants et une dizaine de post-doctorants et visiteurs.
périeur et de recherche, créé et doté par la loi de 1920 d’une mis-
sion d’utilité publique de développement de l’industrie française de
l’Optique fondée sur la recherche, la valorisation et la formation. LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
L’IOGS est aujourd’hui le premier centre occidental de formation ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES
en optique au niveau ingénieur et master recherche par le nombre
de diplômés (une centaine par an). L’offre de formation au niveau Création d’activités économiques fondées sur l’innovation tech-
« Graduate » inclut : nologique par un renforcement du continuum enseignement-
• trois filières dans le cursus Grande école d’ingénieur : classique, recherche-valorisation
innovation-entrepreneur, et par apprentissage Le renforcement du couplage entre recherche et industrie favorisant
• un cycle master recherche et un master européen erasmus le transfert technologique est une priorité de l’lOGS. Au delà des
mundus mécanismes partenariaux habituels, l’IOGS a ouvert en 2006 une
• les études doctorales dans le cadre de son centre de recherche, nouvelle filière de formation. Cette filière innovation-entrepreneurs
le Laboratoire Charles Fabry de l’Institut d’Optique(LCFIO) (FIE) a pour but de former de jeunes diplômés à la création d’activi-
85
• le CFA-SupOptique, centre de formation par apprentissage tés de hautes technologies. Les élèves du cycle ingénieur choisissant
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
cette filière travaillent sur des idées à fort potentiel issues de labo- des projets relevant de la FIE
ratoires ou d’entreprises. Ils examinent, à partir du concept initial • 30 % de la surface dédiée à la formation FIE incluant une plate-
toutes les conditions nécessaires à une création d’activité, c’est à dire forme technologique dédiée aux projets FIE
l’existence d’un marché, l’existence et la viabilité d’un business model • 40 % de la surface dédiée aux entreprises intégrées à l’Ecosys-
et la faisabilité technique d’un produit servant ce marché. Ce concept tème FIE.
de formation se développant sur le terreau fertile des idées issues de A échéance fin 2009, les surfaces seront occupées à 70 % par ces
différents laboratoires constitue un moteur efficace de valorisation différentes activités.
par transfert technologique. La rénovation devra s’effectuer par tranche de 30% de la surface
Le récent déménagement de l’établissement sur le site de Palaiseau totale afin de réserver une surface « tampon » pendant les travaux
a concerné l’ensemble des activités de formation et une majorité des de rénovation pour assurer une continuité dans l’activité de l’Ecosys-
groupes de recherche. Seuls deux groupes de recherche sont restés tème. Afin de maintenir la très forte dynamique de cet Ecosystème
sur le site d’Orsay (Bâtiment 503, plateau du Moulon), laissant ainsi (flux de création de 3-4 entreprises/an à partir de 2008, 12 entrepri-
disponible une surface importante de locaux certes vieillissants mais ses hébergées), il apparaît souhaitable d’initier une première phase
fonctionnels et parfaitement adaptés à des activités scientifiques et de rénovation dès 2009-2010.
techniques. Ce bâtiment, situé au cœur du campus du plateau de
Saclay, réunit, en termes de surfaces, d’espaces aménageables, de
situation et d’environnement, des conditions très favorables pour y LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
développer « l’Ecosystème FIE ».
L’Ecosystème FIE, est matérialisé par un bâtiment entièrement Il est essentiel pour le dynamisme de notre économie de diffuser
dédié à l’innovation technologique en optique et photonique où un esprit d’innovation et d’entrepreneuriat auprès des étudiants.
travaille l’ensemble des acteurs impliqués dans le continuum de va- L’enseignement supérieur a un rôle important à jouer dans ce do-
lorisation. Depuis environ un an, ce bâtiment abrite des activités de maine pour que la création d’entreprises technologiques et innovan-
INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL

recherche, de jeunes entreprises dans le domaine des hautes techno- tes s’appuie à la fois sur le goût de la performance technique et sur la
logies et des groupes d’élèves travaillant sur la création d’entreprise. compétence au service de véritables projets industriels. La Filière In-
La proximité géographique de ces acteurs rend possible des inte- novation-Entrepreneur, dispositif de formation et de pré-incubation
ractions quotidiennes encore renforcées par un certain nombre de technologique dans un « écosystème de l’entrepreneuriat », répond
processus imposés par l’établissement : 1) les entreprises hébergées à cette exigence. Cet Ecosystème a vocation à s’interconnecter au
ont obligation de participer à la formation des élèves de l’école et en réseau de l’innovation du campus (IPHE, Plateformes technologi-
particulier à ceux qui ont choisi la filière innovation-entrepreneurs, ques, incubateurs…) dont la coordination pourrait être assurée par
2) les élèves de cette filière ont leurs bureaux et leur laboratoire de la Maison de l’innovation. En favorisant le transfert technologique et
prototypage dédiés, 3) les chercheurs jouent un rôle de coaching l’innovation, il doit être un élément clé du renforcement du couplage
scientifique sur les projets de création. entre recherche et industrie, une priorité commune à l’ensemble des
Ce bâtiment construit il y a 40 ans doit bénéficier d’une rénovation partenaires du campus Saclay.
intégrant une démarche d’environnement durable.
La rénovation permettra d’optimiser les surfaces utiles (environ LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
8000 m2) avec une répartition optimale entre les différentes activités L’enjeu du projet est la réhabilitation lourde d’un bâtiment existant
de l’Ecosystème FIE, soit : situé au sein du centre scientifique d’Orsay.
• 30 % de la surface dédiée aux activités recherche, de valorisa- Ce bâtiment dit « 503 » a hébergé l’institut d’optique jusqu’en 2007.
tion (y compris la Centrale de technologie -caractérisation et L’opération permettra de livrer 10500 m2 de surfaces entièrement
86
salle blanche-) et de transfert incluant la phase pré-incubation rénovées, intégrant une démarche environnementale compatible
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
avec les enjeux de développement local de la région et permettant de
réduire les coûts de consommation et de fonctionnement du futur
bâtiment.
La construction existante, outre sa localisation favorable, présente
des avantages et atouts qui correspondent aux objectifs du program-
me :
• bonne flexibilité de la trame structurelle
• excellente stabilité notamment au regard de contraintes vibra-
toires, compatible avec l’installation de laboratoires de recherche
de pointe
• bâtiment béton armé présentant une bonne inertie thermique
• présence d’un niveau enterré aveugle favorable à l’installation
de laboratoires à environnement contrôlé.
Le réemploi de la construction, plutôt que sa démolition et recons-
truction, permet de :
> maintenir les activités déjà présentes dans le bâtiment
> réduire les délais de réalisation
> réduire les coûts de constructions
> s’inscrire dans une démarche environnementale en « recy-
clant » l’ensemble de la structure.

Echéancier détaillé des coûts globaux

INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL


Année 2009 2010 2011 2012 2013
Coût de préparation/MOE/ 507 14 028 5 852 4 508 96 114
CT/Ass RC, …(15%) 1,6 M€ 0,9 M€
Coût travaux rénovation 11 M€ 5,8 M€
Financement Plan Campus 9 M€
(euros courants)

87
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
torale ABIES72, de 450 doctorants, le cursus d’ingénieur du GREF.
Elle dispose de 4 sites en région Ile-de-France (2 dans Paris, Massy
et Grignon) et 4 sites provinciaux (Nancy, Montpellier, Clermont-
Ferrand, Kourou). AgroParisTech inscrit son développement au
cœur de deux alliances complémentaires : le Pôle Sciences et Tech-
nologies du Vivant et de l’Environnement (et singulièrement le GIS
STVE Ile-de-France73) et le PRES ParisTech.
Conjointement avec les effectifs de l’INRA, partenaire de ce projet, la
communauté de travail regroupée sur le Campus de Saclay comptera
1200 chercheurs et enseignants-chercheurs (dont 300 sur le site de
l’Inra à Jouy-en-Josas) et 800 personnels Aitos (dont 450 sur le site

AGROPARISTECH de Jouy).C’est donc au total près de 3.500 personnes qui seront, dès
2015, sur le site de Palaiseau et 4.200 personnes sur l’ensemble du
campus de Saclay.
Voir aussi fiche INRA, partenaire du même projet
LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
L’ÉTABLISSEMENT ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

AgroParisTech, établissement créé en 2007 par la fusion de trois AgroParisTech souhaite regrouper dans les meilleurs délais (2015)
grandes écoles complémentaires70 compte aujourd’hui 1800 étu- sur le Campus de Saclay, son siège et l’ensemble de ses activités fran-
diants dont 450 doctorants - effectif qu’il souhaite porter à 2500 en ciliennes, aujourd’hui réparties sur 4 sites, en les associant, dans un
2015 - et 250 enseignants-chercheurs. C’est un des tout premiers71 projet conjoint, aux deux tiers des forces franciliennes de l’INRA
ensembles d’enseignement supérieur de type « graduate school » au dont l’implantation serait par là même fortement rationalisée.
monde, couvrant une largeur de domaines allant des productions Ce regroupement radical, impliquant les deux acteurs français et
primaires (agriculture, forêt) en passant par les transformations à européens majeurs en ces domaines, donnera à l’ensemble une co-
finalités alimentaires ou non, la nutrition et la santé, l’eau, l’environ- hérence et une visibilité exceptionnelles, avec une activité d’ensei-
nement, les territoires. La formation y est multidisciplinaire, déve- gnement en un seul lieu (Saclay) et des forces de recherche associées
loppant les approches systémiques, avec un fort apport de mathéma- proches et réparties sur deux sites (Saclay -dont Jouy- et Versailles)
tiques appliquées et de sciences économiques et sociales. L’École fait où l’on peut clairement identifier quatre thématiques : Production
partie des toutes premières grandes écoles d’ingénieurs françaises et agricole et développement durable des ressources, des milieux et
les étudiants ont des débouchés très larges et aisés, dont un tiers dans des territoires, Alimentation (ingénierie agro-alimentaire, micro-
biologie5, nutrition), Biologie animale74 (physiologie, génétique)
AGROPARISTECH

des secteurs d’emploi en dehors des domaines « naturels » de l’École :


l’originalité de la formation, fondée sur la complexité des systèmes sur le Campus de Saclay et Biologie végétale (génétique, physiologie,
vivants, y est très appréciée. biotechnologies) à Versailles.
L’École porte aujourd’hui 3 cursus d’ingénieur Bac+5 (issus des
écoles d’origine mais qui s’effaceront au profit d’un seul cursus à la LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
rentrée 2010), un master en Sciences et technologies du Vivant et de
l’Environnement (STVE) structuré en 4 mentions et 22 spécialités Pour le campus globalement
généralement cohabilitées avec d’autres Etablissements d’enseigne- Ce projet conjoint AgroParisTech/INRA apporte au campus une
88
ment supérieur (dont 9 avec des partenaires du campus), l’école doc- dimension nouvelle et de niveau international dans les domaines
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
des « Sciences et Ingénierie du vivant appliquées à l’agriculture et Pour l’établissement lui-même
l’alimentation durables et l’environnement ». Ce regroupement per- Pour AgroParisTech, ce regroupement en un seul lieu de ses 4 sites
met de faire jouer pleinement une boucle de l’innovation « recherche franciliens est décisif tant en termes de dynamique interne à ce nou-
- enseignement supérieur - valorisation économique et sociétale » vel établissement que pour mettre un terme à des coûts de fonction-
sur des enjeux majeurs ; son niveau académique, l’ampleur des do- nement humainement, économiquement et environnementalement
maines couverts, la transversalité scientifique mobilisable associant peu soutenables ; ce sera l’occasion également de doter cette école de
sciences et technologies du vivant aux sciences de l’ingénieur et aux locaux dignes de l’ambition internationale de premier plan qui est à
sciences économiques et sociales, donnent à ce pôle une vocation l’origine de sa création.
de premier plan mondial comparable aux meilleures universités en Son regroupement avec les laboratoires de l’INRA permettra de
ces domaines comme California Davis, Cornell,Georgia ou Urbana poursuivre l’objectif de dispenser une formation fortement adossée à
Champaign aux USA ou Wageningen en Europe. la recherche, de mettre en place un cursus d’ingénieur unique au lieu
Assurant en soi un rapprochement décisif entre les moyens et acti- des 3 cursus actuels issus des écoles d’origine75, de développer des
vités d’enseignement et de recherche des deux partenaires, il permet spécialités de master dans ses domaines originaux de compétences
d’envisager des développements majeurs et porteurs d’innovations adossées aux meilleures équipes de recherche, d’intensifier encore
originales avec les autres forces du campus : avec en particulier les sa politique doctorale tournée vers le monde économique et l’action
mathématiques appliquées et les sciences économiques et socia- publique, de développer une formation continue et un appui à la
les fortement présentes sur le pôle de Palaiseau mais aussi avec les création d’entreprise dans un environnement très favorable.
autres partenaires (Paris-Sud 11 en particulier) dans les champs plus
disciplinaires comme avec d’autres thématiques du campus : biolo-
gie/santé, climat-environnement, énergie et chimie, notamment. LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
C’est ainsi que pourront poursuivre leur développement au meilleur
niveau les synergies inter établissements au sein de ParisTech Sud Les caractéristiques de l’implantation
et avec les autres partenaires du plateau, tout particulièrement Pa- L’implantation d’AgroParisTech sur le Pôle Palaiseau est conforme
ris-Sud 11 avec les synergies entre l’école doctorale ABIES et l’école à son identité de Sciences et Technologies, laquelle caractérise for-
doctorale « Sciences du Végétal », le Master STVE précités. tement ce Pôle ; adossé à Danone, c’est un « quartier » agricole et
En matière de valorisation, la halle technologique « inter-universi- alimentaire qui se crée, sans doute rejoint plus ou moins rapidement
taire » offrira au secteur agroalimentaire, et notamment à ses PME, par des instituts techniques (le CETIOM76 s’est déjà déclaré en ce
une capacité d’innovation adossée aux meilleures équipes ; de même, sens) ou d’autres établissements ou PME du secteur agro-alimentaire
les nouveaux défis d’une production agricole durable trouveront de notamment.
manière générale mais aussi au travers de l’accompagnement concret La conception du projet permet une bonne rationalisation par rap-
de la valorisation du territoire agricole local, les moyens de réponses port à la situation actuelle. Les exigences au regard des standards

AGROPARISTECH
appropriés. architecturaux, environnementaux et internationaux ont été prises
Enfin, ce pôle AgroParisTech/INRA apportera ses dispositifs ex- en compte.
périmentaux originaux, tout en tirant lui-même partie des grandes Le projet qui a bénéficié de l’expertise de la SCET et de la validation
plateformes de recherche présentes ou à venir sur le site. Il apportera de Polyprogramme -programmiste de l’OIN - consiste à créer une
enfin son expertise spécifique aux réflexions prospectives plus larges superficie de près de 80 000 m277. Ainsi, par rapport à la situation
et ouvertes qui se développeront sur le plateau entre les partenaires actuelle :
des mondes économique, social et académique afin d’adapter en • les surfaces consacrées à l’enseignement passeront à 18 000 m2
permanence les orientations stratégiques de chacun et de générer (-16 %), malgré une augmentation prévue de près de 40 % d’ici
89
les synergies nécessaires entre ces partenaires. à 2015 du nombre d’étudiants ;
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
• les surfaces consacrées à la recherche augmenteront de plus campus » et d’autres financements publics, dont celui du ministère
de 40 % (35 000 m2) en intégrant une halle technologique de de l’agriculture qui soutient fortement le projet.
4 000 m2, à la hauteur de l’ambition internationale précitée ;
• les surfaces pour l’administration diminueront de près d’un
quart à 16 000 m2.
Une mutualisation d’une partie de ces surfaces a été proposée avec
l’appui de Polyprogramme.
Aux fins d’expérimentations, le Pôle souhaite bénéficier de l’apport
complémentaire de 30 ha de terres agricoles s’ajoutant aux 70 ha
actuellement exploités.

Le financement
L’étude approfondie conduite avec l’appui de la Caisse des Dépôts
et Consignations (CDC) a permis de confirmer le coût global de
272M€ estimé en juin dernier (dépôt de la lettre d’intention), sans
préjudice des mutualisations proposées (Cf. ci-dessous).

Les conditions de financement se sont améliorées depuis juin dernier


et sont désormais les suivantes :
• Cessions d’actifs : évaluées, fin 2008 selon deux expertises complé-
mentaires, à 180 M€ au lieu de 60 M € en juin (et sur la base d’un
taux de retour disponible de ces produits de cession de 100 %) ;
• Apports de l’INRA : 20M€
• CPER : 10M€ (sous réserve accord de la Région) 70 Institut national agronomique Paris-Grignon, École nationale du génie
• Mutualisation de certains investissements : impact de 38M€ sur rural,des eaux et des forêts, École nationale supérieure des industries
le projet AgroParisTech78 agricoles et alimentaires. 71 Seule l’Université agronomique de Wageningen,
aux Pays-Bas, aurait une taille supérieure, même en excluant les niveaux
Les conditions de financement sont maintenant bien définies : s’agis- bachelor afin de donner du sens à la comparaison. 72 Agriculture,
sant de la seule construction, le taux de financement est de plus de Alimentation, BIologie, Environnement, Santé. 73 GIS de recherche
75 % (avant mutualisation) et de 90 % (si mutualisation), ce qui est et formations associées regroupant AgroParisTech, École nationale
exceptionnel dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la vétérinaire d’Alfort, École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles,
AGROPARISTECH

recherche, soit un besoin de financement résiduel respectivement Institut National de la Recherche Agronomique, CEMAGREF, Agence Française
de 38 M€ sur le plan Campus pour les équipements mutualisés et de Sécurité Sanitaire des Aliments. 74 Essentiellement sur le site de Jouy.
de 24 M€ sur les budgets d’investissement « ordinaires » (soit moins 75 Celui-ci devrait être mis en place dès la rentrée 2010, malgré les conditions
que le coût de la seule mise aux normes énergétique et d’accès han- de dispersion géographique actuelles auxquelles il est donc urgent
dicapés) pour une communauté de 3500 personnes. Un partenariat de mettre un terme. 76 Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux
public–public (avec la CDC) est sollicité pour ce projet, qui cou- Métropolitains. 77 Sans préjudice des possibilités de mutualisation évoquées
vrira également la maintenance et l’entretien du bâtiment pendant sous § Financement. 78 Hypothèse de prise en charge par le « Plan campus »
30 ans. Le « bouclage financier » devra faire l’objet d’une décision en particulier de : halle technologique, restauration, sports, salles de cours,
90
interministérielle pour déterminer les parts respectives du « plan bibliothèque sur le pôle Palaiseau.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

des écoles (trois d’ingénieurs et une de management) : TELECOM


ParisTech (Paris), TELECOM SudParis (Evry), TELECOM Bretagne
(Brest/Rennes/Toulouse), TELECOM École de Management (Evry).
S’y ajoutent deux écoles d’ingénieur filiales en GIE, deux écoles d’in-
génieur associées et une fondation dédiée (Fondation TELECOM).
Il est membre des PRES UniverSud Paris (pour TELECOM SudParis
et TELECOM École de Management), ParisTech (pour TELECOM
ParisTech) et UEB (pour TELECOM Bretagne).

L’effectif permanent de l’établissement public administratif Institut


TELECOM est de 1070 personnes au niveau national en 2008, dont
les deux tiers en Ile-de-France. Ces effectifs, sont à peu près dou-
blés par ceux des personnels non permanents ou relevant d’autres
établissements (CNRS, INRIA, INSERM, etc.) mais localisés dans
les locaux de l’Institut TELECOM au sein d’équipes mixtes, portant
l’effectif global à plus de 2000 personnes.

5500 personnes sont en formation à l’Institut TELECOM (hors éco-


les associées) dans les formations d’ingénieurs (environ la moitié des
étudiants), de managers, de masters of sciences, de diplôme national
de master, de mastères spécialisés ou en doctorats. Parmi eux, 3500
appartiennent aux écoles franciliennes. Ces chiffres sont en crois-
sance (+5 % /an).

Effectifs transférables à Palaiseau

INSTITUT TELECOM (provenant tous des écoles franciliennes) :

L’ÉTABLISSEMENT Catégories Effectif Effectif


transférables transférable transférable
actuel (2008) projeté (2014)

INSTITUT TELECOM
L’Institut TELECOM est un établissement d’enseignement supérieur,
de recherche et d’innovation en Sciences et techniques de l’infor- Elèves 571 701
mation et de la communication (STIC). Il conduit une recherche Masters 135 245
reconnue dans des domaines clefs tels que les réseaux du futur, les Doctorants 363 393
contenus et services, les usages et la culture numérique.
Enseignants / 316 358
chercheurs
L’Institut TELECOM dispose également d’une compétence originale
dans l’innovation et le transfert reposant notamment sur une filiale Personnels Adm/ 179 199
de valorisation et trois incubateurs actifs. tech dont soutien labo
91
Labellisé Institut Carnot, l’Institut TELECOM comporte quatre gran- Total 1 564 1 896
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT • accueil au sein des locaux de l’Institut TELECOM de forces de
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES recherche de l’ENSTA spécialisées en STIC.

En s’implantant sur le plateau de Saclay en 2014, l’Institut TELE-


COM souhaite contribuer à la création d’un cluster scientifique et LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
technologique dans un environnement favorisant la diversité et la
richesse des parcours de formation, stimulant la recherche et l’inno- Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay
vation, porteur de sens au niveau international, et cohérent avec les Fort de 2000 personnes, le campus Institut TELECOM à Palaiseau
thématiques scientifiques prioritaires de l’établissement. contribuera à la masse critique du projet global du plateau dans le
domaine des STIC. Il le complétera en apportant des compétences de
Cette nouvelle localisation permettra la croissance de TELECOM pointe uniques et reconnues dans le domaine des « télécommunica-
ParisTech, de TELECOM SudParis et de TELECOM École de Ma- tions » (de la physique des communications aux services et réseaux
nagement au-delà des campus actuels saturés. de télécommunications, de la conception matérielle et logicielle de
Cet ensemble vise l’accueil d’activités phares de TELECOM Paris- systèmes complexes à l’étude des usages, de la recherche fondamen-
Tech (tronc commun et enseignements d’options, laboratoires, in- tale à la recherche appliquée).
cubation/valorisation, direction) et de TELECOM SudParis et TE-
LECOM École de Management (enseignements d’options, masters Sa présence viendra consolider les collaborations déjà existantes et
of science, laboratoires, valorisation). permettra l’exploitation d’un potentiel considérable dans le cadre de
logiques convergentes (environnement scientifique cohérent avec
Cette implantation est déterminante pour le développement de l’Ins- la consolidation des partenariats, contexte pédagogique renforçant
titut TELECOM. Elle se conçoit à terme comme l’implantation prin- les alliances actuelles, contribution au volet économique du projet
cipale de l’Institut TELECOM en Ile-de-France, que complèteront global).
les campus de Paris et d’Evry. L’Institut conservera une implantation L’Institut TELECOM apportera un savoir-faire distinctif en termes
sur Paris intra muros pour ses écoles, et tout particulièrement TE- de soutien à l’innovation et au développement économique et une
LECOM ParisTech et TELECOM École de Management, pour y réelle culture de l’entrepreneuriat.
exercer des activités en cohérence avec ses partenariats parisiens Enfin, l’Institut TELECOM est prêt à apporter sa contribution à la
(formation initiale et continue, « executive education », recherche, mutualisation de compétences et de ressources, et prêt à s’impliquer
incubation dans les services web, coordination internationale). Ce dans la gouvernance.
campus parisien pourra accueillir des manifestations et activités des
partenaires du Campus de Saclay. Pour l’établissement lui-même
INSTITUT TELECOM

L’Institut TELECOM, au travers d’une implantation charnière à Pa-


En dehors des opérations liées à la reconfiguration des activités in- laiseau au cœur du « quartier des STIC », bénéficiera des conditions
ternes à ses écoles, l’Institut TELECOM prévoit de contribuer à trois lui permettant des collaborations dynamisées qui seront le vecteur
opérations partenariales principales : de la croissance ambitionnée.
L’envergure internationale du cluster contribuera à la consolidation
• contribution au déploiement de Digiteo (surfaces additionnel- de sa visibilité.
les pour des équipes dédiées) dans le cadre de son élargissement Des conditions d’accueil améliorées pour les élèves et personnels
potentiel constitueront un facteur d’attractivité eu égard aux limites des locaux
• contribution à Nano-Innov (surfaces additionnelles pour des actuels.
92
équipes dédiées)
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
Positionné en connexion étroite avec Digiteo, Nano-Innov, L’opération est envisagée dans le cadre d’un partenariat public privé
l’INRIA, l’École Polytechnique et l’ENSTA, l’Institut TELECOM sur 30 ans.
vise des coopérations facilitées et des partenariats consolidés ainsi
que les retombées des interactions avec l’ensemble des acteurs du Sur la base d’un coût de construction estimé à 78,5 M€ (hors ter-
plateau de Saclay. rain), de frais de maintenance/exploitation de 38 M€ pour la période
des 30 ans, et d’une contribution aux équipements mutualisés de
Enfin, le site de Palaiseau concourra à la structuration thématique de restauration de 6 M€, l’opération pourrait être financée par :
l’Institut TELECOM en Ile-de-France au travers d’une spécialisation • un versement initial de 32,9 M€
thématique de ses campus en fonction des partenariats structurants • le versement d’un loyer annuel de 4,6 M€ pendant 30 ans
noués sur chacun d’entre eux : L’Institut TELECOM serait en capacité d’assurer le financement de
• Palaiseau : réseaux et systèmes de communication (en lien avec la moitié de ce loyer, le reste (2,3 M€ par an sur 30 ans, correspon-
Digiteo, System@TIC) dant à un investissement de 25,8 M€ auxquels s’ajoutent le coût de
• Paris : contenus, usages, services multimédias (en lien avec Cap la maintenance et les frais financiers) étant donc demandé au Plan
Digital, Paris VI…) Campus.
• Evry : entreprise numérique (facilité par la colocalisation d’une
école d’ingénieurs et d’une école de management). Ces estimations n’intègrent pas le coût des surfaces mutualisées avec
des partenaires externes et pour lesquelles l’Institut TELECOM ne
LE POINT SUR LES OPÉRATIONS dispose d’aucun financement (notamment logements étudiants).
Elles n’incorporent pas l’opération mutualisée Institut TELECOM/
Les surfaces Digiteo concernant 3000 m2 de surface utile. Le financement de cette
Le bâtiment propre à l’Institut TELECOM sur le site de Palaiseau, opération de 12,8 M€ est demandé dans le cadre du Plan Campus.
d’une surface utile de 20 600 m2, doit permettre de répondre aux
objectifs de « respiration » (ajustement aux normes constatées pour
des usages comparables) ; de croissance envisagée sur le moyen
terme (2015) ; de cohérence en termes de transfert d’activités et de
types de population.
Cette surface incorpore des locaux mutualisés à usage commun aux
trois écoles de l’Institut TELECOM présentes sur le site (TELECOM
ParisTech, TELECOM SudParis et TELECOM École de Manage-
ment). Ne sont pas comprises en revanche les surfaces relevant d’un

INSTITUT TELECOM
usage commun avec d’autres partenaires (mutualisations Institut
TELECOM/Digiteo, Nano-Innov, ENSTA, mutualisations pédago-
giques et incubation, mutualisations support).

Les coûts / le financement


Les ressources dont disposera l’Institut TELECOM pour contribuer
au financement résulteront de :
• La vente de logements étudiants « Maisels » à Paris
• La fin de locations existantes ou programmées à court terme
93
• La mise en location de surfaces libérées
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Ses effectifs sont de 2047 personnes dont 1667 personnels scienti-
fique et technique, 230 doctorants et post-doctorants. Plus de 1300
personnels se trouvent en Ile-de-France dont 335 à Palaiseau, site où
l’ONERA est présent depuis 1947.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

Opération d’ores et déjà programmée


L’ONERA est actuellement présent sur trois sites en Ile-de-France :
Châtillon, Palaiseau et Meudon. Depuis 2004 l’ONERA transfère
progressivement ses départements scientifiques et ses laboratoires
de Châtillon vers Meudon et Palaiseau. A terme il est envisagé de
ne conserver que deux sites en Ile-de-France : Palaiseau et Meudon.

ONERA Cependant une telle opération ne figure pas au Plan Quinquennal


d’Investissement (PQI) adopté en décembre 2008.

L’ÉTABLISSEMENT Au titre des programmes d’investissement 2007 – 2008 a été engagé


la construction d’un nouveau bâtiment au Centre ONERA de Pa-
laiseau. A la fin de l’année 2010 ce bâtiment accueillera environ 300
Créé en 1946, premier acteur en France de la recherche aérospatiale, chercheurs et doctorants et sa mise en service s’accompagnera d’une
l’ONERA est un établissement public à caractère industriel et com- modification de la « géographie du site » avec notamment l’ouver-
mercial, placé sous la tutelle du ministère de la Défense. ture d’une nouvelle entrée et la construction d’un poste d’accueil à
Pont entre la recherche amont et l’application technologique, il dé- l’opposé de l’actuel accès. Les domaines scientifiques et techniques
veloppe et oriente ses recherches pour l’industrie aérospatiale et de concernés sont notamment le traitement de l’information et les étu-
défense européenne. L’ONERA regroupe tout le spectre de compé- des de synthèse.
tences nécessaires au domaine aérospatial : énergétique, aérodyna-
mique, matériaux et structures, physique des écoulements, électro- La construction de ce nouveau bâtiment d’une superficie SHON de
magnétisme, optique, physique de l’environnement atmosphérique 9400 m2 est financée par l’ONERA.
et spatial traitement de l’information et systèmes complexes, pros-
pective et synthèse. Opérations nouvelles
L’ONERA prévoit d’ici 2012 la concentration de certaines de ses acti-
Sa mission est de « Développer et orienter les recherches dans le vités à Palaiseau pour y développer ses synergies internes et accroître
domaine aérospatial » et en particulier : celles externes vers les autres laboratoires du Triangle de la Physique.
• effectuer ou faire effectuer les études et recherches intéressant A ce titre deux opérations sont envisagées :
ONERA

l’industrie aérospatiale ; • le déménagement du Laboratoire d’Etude des Microstructures


• réaliser les moyens d’essais et de calcul au profit de la recherche qui constitue l’unité mixte entre l’ONERA et le CNRS, pour le
et de l’industrie aérospatiale et les mettre en œuvre ; rapprocher des laboratoires universitaires du Campus et du dé-
• assister en tant qu’expert les organismes et services officiels ; partement de physique de l’école Polytechnique (surface 2 325 m2
94
• contribuer à la formation à la recherche et par la recherche. sur un terrain à définir pour un coût de réalisation de 7 M€) ;
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
• le regroupement des activités de la branche scientifique « physi- • les perspectives offertes par le projet de transfert sur le Cam-
que » : optique haute résolution et mesures physiques (7 900 m2 pus du laboratoire des matériaux de Mines ParisTech, dans un
pour un coût de réalisation de 17,9 M€). nouveau bâtiment ;
• les possibilités d’une coopération accrue avec l’ENSTA ;
• bénéficier enfin de moyens de transport permettant la déserte
Ces deux opérations ont un caractère mutualisant : effective du plateau de Palaiseau.
• elles augmenteront le potentiel du RTRA « Triangle de la phy-
sique » ; Ce dernier point étant fondamental pour le succès du Plan Campus
• elles augmenteront le potentiel de coopération avec l’Institut de Saclay.
d’Optique (convention Précision) ;
• elles permettent de réaliser une synergie autour du LEM dans le
domaine matériaux / physique des microstructures ; LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
• elles contribuent au potentiel « est du plateau » en liaison avec
l’ENSTA et l’École des Mines de Paris. L’ONERA termine un nouveau bâtiment de 9400 m2 financé sur
fonds propre qui devrait accueillir de nouvelles équipes dés 2010.
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
L’ONERA souhaiterait d’ici 2012 installer sur le Campus le Labo-
L’ONERA s’est investi fortement dans le développement ratoire d’Etude des Microstructures79 (2325 m2 pour un 7 M€) et
scientifique sur le plateau : des activités de la branche scientifique « physique » : optique haute
• une relation forte existe entre l’ONERA et certains laboratoires résolution et mesures physiques (7 900 m2 pour un coût de réalisa-
de l’École Polytechnique ; tion de 17,9 M€).
• depuis 2004 l’existence du laboratoire SONDRA qui est un labo-
ratoire commun entre Supélec, l’ONERA, la Defence Science and A plus long terme il serait envisageable de regrouper une grande
Technology Agency (DSTA, Singapour) et la National University partie des activités présentes sur le site de Châtillon à Palaiseau.
of Singapore (NUS). Il a pour mission de conduire des recherches Une telle opération nécessiterait la construction de 31000 m2 avec
de base, non classifiées, dans les domaines de l’électromagnétisme un financement restant à trouver de 35 M€.
et du traitement du signal appliqués au radar ;
• l’ONERA est également membre du pôle de compétitivité « Sys-
tém@tic » depuis 2005 ;
• l’ONERA est membre fondateur du Réseau Thématique de Re-
cherche Avancée « Triangle de la physique » depuis 2006;
• il est également membre du pôle de compétitivité « Systém@
tic » depuis 2005 ;
• l’ONERA a obtenu le label « Carnot » en 2007 et travaille en
partenariat avec d’autres instituts Carnot présent sur le plateau :

ONERA
Institut d’Optique Graduate School avec lequel une convention de
recherche existe, C3S-Supélec-École Centrale de Paris, Méthodes
Innovantes pour l’Entreprise et la Société (Mines Paris Tech) et
le CEA LIST.
95
Les retombées pour l’établissement lui-même 79 Unité mixte entre l’ONERA et le CNRS.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
Les effectifs totaux de l’université :
• 2 885 enseignants-chercheurs, chercheurs et enseignants
• 2 900 personnels administratifs et techniques
• -26 878 étudiants en formation initiale
• 4 383 stagiaires au titre de la FC et VAE
Total : 37 046 personnes.

Les effectifs concernés par le Plan Campus du plateau de Saclay sont


6100 enseignants-chercheurs, chercheurs, enseignants, administra-
tifs et techniques, 11 700 étudiants.
Total : 17 800 personnes.

L’UNIVERSITÉ LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT

PARIS SUD 11 ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

L’Université est déjà implantée sur le plateau avec l’Institut univer-


L’ÉTABLISSEMENT sitaire technologique et l’IFSIPS80, des laboratoires de recherche en
physique et physique / STIC (LPS, LAC, LIMSI) ainsi que par le pôle
L’Université Paris-Sud 11 est constituée de cinq UFR (Sciences, végétal (Institut de Biotechnologies des Plantes et station génétique
médecine, pharmacie, droit-économie-gestion, STAPS), trois IUT du Moulon).
(Orsay, Sceaux, Cachan), une école d’ingénieurs interne (IFIPS). Les
missions essentielles de l’université sont : Dans le cadre du Contrat de Projet État-Région la création d’un Pôle
• la formation initiale et continue STIC sur le plateau du Moulon est déjà programmée. Cela permet-
• l’orientation et l’insertion professionnelle des étudiants tra par les opérations PCRI et Digiteo de rassembler l’ensemble des
• la recherche scientifique et technologique et la valorisation des forces en informatique de l’université en étroite collaboration avec
résultats le CNRS et l’INRIA.
• la diffusion de la culture et de l’information scientifique
• la coopération internationale. La reconstruction d’une partie des bâtiments de l’université sur le
UNIVERSITÉ PARIS-SUD 11

plateau de Saclay est l’occasion de mener à bien des restructurations


En couvrant par ses 9 composantes tout le cône sud-francilien, sur de thématiques scientifiques en renforçant les dynamiques de coo-
3 départements et 14 communes, avec près de 27 000 étudiants, 21 pérations interdisciplinaires qui existent déjà et en développant,
écoles doctorales dont 15 en sceau propre et près de 120 laboratoi- grâce à la proximité ainsi créée, des collaborations avec les autres
res de recherche reconnus, Paris-Sud 11 joue aujourd’hui un rôle partenaires scientifiques. Nous proposons une nouvelle structura-
structurant majeur sur ce territoire, amené à se confirmer. Les rai- tion, essentiellement disciplinaire mais ouverte aux transversalités
sons en sont l’importance de ses relations avec tous les plus grands du projet global, en :
organismes de recherche (CNRS, INSERM, CEA, INRIA, INRA),
son engagement comme membre fondateur du PRES Universud et • un pôle biologie-santé (biologie,pharmacie,médecine)
le développement de ses collaborations avec les nombreuses grandes • un pôle de nanoscience et de nanotechnologie
écoles présentes dans son environnement (Polytechnique, Supélec, • un pôle chimie
96
Centrale Paris, ENS Cachan, Institut d’Optique, ENSTA, HEC….). • un pôle physique
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
• un pôle informatique, ries…), de la documentation et de bâtiments tels que, par exemple
• un pôle sciences de la terre, un centre de congrès ou une animalerie transgénique, sera un élé-
• un pôle mathématiques, ment de cohésion pour l’ensemble du plateau.
• un pôle technologie
• un pôle droit-économie-gestion, Un projet également important pour l’université est le développe-
• un pôle des sciences et techniques des activités des activités ment avec Supélec, l’ENS et l’École Centrale du Collège des Sciences
physiques et sportives, de l’Ingénierie et des Systèmes (CSIS). Le Collège CSIS a vocation
• un pôle d’enseignements mutualisés 1er cycle et documenta- à promouvoir les sciences des systèmes, les sciences et technologies
tion, de l’information dans le cadre du RTRA Digiteo et les sciences pour
• un centre de vie : logements, restauration, vie culturelle etc. l’ingénieur en lien étroit avec le RTRA Triangle de la Physique.

L’opération qui s’étalera sur plusieurs années nécessitera un La valorisation de la recherche sera favorisée par la proximité avec
phasage. les partenaires industriels. Cette proximité permettra également
Les premières opérations devront concerner : une meilleure adaptation de l’enseignement à tout niveau LMD, fa-
• le pôle biologie- santé (100 000 m2 environ de constructions vorisant ainsi l’entrée des étudiants dans la vie active au service des
nouvelles) partenaires industriels.
• le pôle chimie (26 000m2 de nouveaux bâtiments)
• une partie des locaux d’enseignement (autres que ceux de 1er Pour l’établissement lui-même
cycle) Le regroupement sur un seul site d’une partie de l’université renfor-
• le pôle de nanoscience et de nanotechnologie (24 388 m2) cera les dynamiques de coopération inter et transdisciplinaire. La
• la reconstitution des 90 ha de terrain agricole d’un seul tenant recherche fondamentale et la recherche appliquée ainsi rapprochées
nécessaires à la station végétale (ferme du Moulon) seront plus productives.

Seront ensuite concernés par le Plan Campus de Saclay : En proposant des conditions de travail dans des locaux répondant
• le pôle physique, le pôle Droit–Economie–Gestion, le pôle aux standards internationaux, l’Université Paris-Sud 11 renforcera
sciences de la terre son attractivité tant pour les chercheurs étrangers ou venant du
• les autres pôles, avec la partie des enseignements de 1er cycle, privé, que pour les étudiants français et étrangers.
la documentation et l’ensemble administratif et technique seront

UNIVERSITÉ PARIS-SUD 11
relocalisés dans une dernière phase. La création du pôle biologie- santé proche des pôles « chimie » et
« physique » donnera à l’Université Paris-Sud 11 une force scienti-
fique unique en France avec des applications dans le domaine de la
LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS biologie, de la santé et du médicament. La création de ce pôle est
un exemple des restructurations des activités scientifiques que nous
Pour les établissements partenaires envisageons à l’occasion du plan campus.
Le rapprochement d’un certains nombre de partenaires académiques
sur un même lieu renforcera les collaborations existantes et en per- Dans ce contexte, l’UPS tient à conserver son identité et sa visibilité.
mettra, sans aucun doute, la création de nouvelles. Il faut que sur ce site l’implantation de ses bâtiments constitue un
continuum, dont l’extension et la flexibilité favorisent les interfaces
La mutualisation d’équipements scientifiques, de plates formes expé- avec les partenaires, sans dispersion. La mutualisation de locaux,
97
rimentales (grands instruments, serveurs lasers, imageries, animale- équipements ou services permettra à l’université une économie d’en-
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

semble dont bénéficiera la communauté scientifique.

LE POINT SUR LES OPÉRATIONS

Cette première phase du Plan Campus va permettre d’initier le re-


groupement de l’université sur le plateau de Saclay en créant un
quartier biologie – santé et chimie. Elle permettrait aussi l’implan-
tation des nanosciences sur le plateau avec le déménagement de
l’Institut d’électronique fondamentale.
Cette opération représente un montant de 440 M€ qui serait financé
de la manière suivante :
• Plan Campus 375 M€
• Contrat de Plan État Région 16 M€
• Vente du site de Chatenay-Malabry. Le campus de Châtenay-
Malabry (9 hectares) a vocation à être valorisé après le départ de
la faculté de pharmacie. L’université n’a pas encore eu connais-
sance de l’évaluation des domaines.

Il serait nécessaire que cette opération d’envergure soit à court ter-


me, complétée par la suite des opérations, notamment en ce qui
concerne :
• la physique (le déménagement de Paris97–Sud 11 impactera
fortement le paysage en rapprochant les équipes impliquées en
physique des particules ou en astrophysique
• les bâtiments enseignement, faute de quoi l’objectif des rappro-
chements décrits dans le domaine de l’enseignement ne seront
pas totalement acquis,
UNIVERSITÉ PARIS-SUD 11

• le reste de la recherche pour que soit pleinement réalisée les


objectifs de fertilisations croisée décrits dans le dossier.

98
80 Institut de Formation d’Ingénieurs de la faculté Paris Sud.
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

ses deux instituts fédératifs de recherche et de son Observatoire des


sciences de l’univers81 (OSU) L’Université de Versailles Saint-Quen-
tin-en-Yvelines, qui contribuent à la formation à et par la recherche
de 680 doctorants. Cette recherche est structurée autour de 6 grands
pôles thématiques : Chimie-Physique-Matériaux- Énergies renouve-
lables ; Environnement, Climat et Développement Durable ; Mathé-
matiques-Informatique-Sciences pour l’Ingénieur ; Biologie-Santé ;
Cultures-Humanités-Sciences des Sociétés ; et Institutions-Organi-
sations. Cette pluridisciplinarité permet à l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines d’assurer une offre de formation riche
et innovante (LMD, médecine, IUT, école d’ingénieurs) adaptée à
l’évolution des métiers.
l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines accueille près de
16 000 étudiants, 1 360 enseignants-chercheurs et chercheurs, 621
BIATOS sur une superficie de 115 319 m2 répartis sur 9 sites. Tout
en ayant des interactions fortes avec les départements limitrophes

UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES


des Hauts-de-Seine et de l’Essonne, elle a un ancrage dominant sur
le territoire des Yvelines (Versailles, Vélizy, Saint-Quentin-en-Yve-
lines, Mantes, Rambouillet, Le Chesnay), qui fait d’elle le seul éta-
blissement universitaire d’enseignement supérieur et de recherche
du département.

UVSQ Ce déploiement sur plusieurs sites permet une véritable intégration


de l’université dans son environnement et des partenariats forts à

L’UNIVERSITÉ différentes échelles du territoire avec les collectivités locales et les


nombreux réseaux de ressources et compétences académiques (GIS,

DE VERSAILLES RTRA, GDR, DIM franciliens …) ou industriels, notamment au


travers de cinq pôles de compétitivité – Advancity, Cosmetic Val-

SAINT-QUENTIN- ley, Medicen Paris région, Mov’eo, System@tics Paris Région - dont
trois sont à vocation mondiale et de deux fondations partenariales

EN-YVELINES Fondaterra et Moveotronics, créées en 2009.

LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
L’ÉTABLISSEMENT ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

Créée en 1991, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines En-dehors du Laboratoire des sciences du climat et de l’environ-
(L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) se caractérise nement (LSCE, UMR CNRS-CEA-L’Université de Versailles Saint-
par une forte pluridisciplinarité, qui se manifeste notamment par Quentin-en-Yvelines) situé au cœur du plateau de Saclay à Gif, l’Uni-
la diversité de ses 31 laboratoires de recherche (dont une majorité versité de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines est implantée pour
99
d’UMRs associées avec le CNRS, l’IRD, le CEA et l’INSERM), de l’essentiel dans le département des Yvelines et n’est pas concernée
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
par les opérations immobilières du Campus dans leur phase actuelle. configuré. Elle sera aussi encouragée par la participation accrue de
Néanmoins par sa configuration géographique, l’Université de Ver- l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines dans les réseaux
sailles Saint-Quentin-en-Yvelines tient sans conteste un rôle majeur ou groupements de recherche (GIS Climat Environnement Société,
dans l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, RTRA Digiteo, …) et dans le PRES UniverSud Paris. Seront égale-
car elle est garante de l’équilibre du développement du périmètre ment mobilisés les leviers des deux nouvelles fondations partenaria-
de l’Opération d’intérêt national (OIN) Massy – Palaiseau – Saclay les (Fondation Moveotronics, Fondaterra).
– Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines, pour sa partie Ouest, qui
bénéficiera notamment du désenclavement de sites comme Vélizy L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines sera un acteur
(avec la mise en place du tramway Chatillon-Viroflay) ou le déve- essentiel du cluster « Climat-Environnement » du campus Saclay,
loppement de Versailles-Satory dans les années à venir. en promouvant l’interdisciplinarité entre les équipes situées dans
L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entend donc les Yvelines et les équipes essonniennes du LSCE, notamment via
jouer pleinement son rôle structurant sur la partie yvelinoise par l’OVSQ et ses services d’observations et de données interdisciplinai-
des partenariats très forts avec l’ensemble des acteurs de l’enseigne- res (économie, santé, composition atmosphérique).
ment ou de la recherche qui y sont situés. C’est dans cette perspec-
tive qu’elle propose des thématiques bien identifiées sur plusieurs Le regroupement des équipes du LSCE au sein d’un bâtiment unique
secteurs d’implantation. Certaines d’entre elles concernent directe- situé sur le site de l’Orme des Merisiers (bâtiment «climat»,voir la
UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

ment le cluster technologique et scientifique autour du plateau de fiche CEA pour les détails) permettra d’unifier la composante esson-
Saclay : Versailles Satory/Vélizy d’une part, où ses projets ambitieux nienne de l’OVSQ. Il rendra pleinement opérationnel son service
avec le cluster MoveoTec et le redéploiement de l’IUT de Vélizy (qui d’observation des gaz à effet de serre (ICOS), particulièrement stra-
sera rejoint en 2010 par de nouvelles filières de l’ISTY, l’école d’ingé- tégique pour les liens interdisciplinaires avec l’économie environ-
nieur de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses nementale.
thématiques lui font jouer aussi un rôle stratégique dans un pôle
scientifique et technologique complémentaire à celui du plateau de LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
Saclay en Essonne à Saint-Quentin-en-Yvelines avec le renforce-
ment de sa recherche biomédicale et la construction de sa faculté Pour les établissements partenaires du plateau de Saclay
de médecine, et l’installation de son Observatoire des sciences de Face à la prise de conscience des enjeux liés au positionnement des
l’univers. Ces nouveaux développements lui donneront, avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche français
laboratoires et les formations déjà existants, une compétence uni- dans le paysage international, l’Université de Versailles Saint-Quentin-
que en matière de sciences de l’environnement et de développement en-Yvelines s’est vigoureusement mobilisée dans la mise en place du
durable. L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines mè- Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) UniverSud
nera cette structuration territoriale dans un esprit d’appartenance Paris, dont elle a été dès l’origine un des acteurs fondateurs avec ses
au PRES UniverSud Paris, de complémentarité, de volonté et de partenaires sud-franciliens. Au niveau de chacune de ses missions
mutualisation croissante. (recherche, formations, valorisation), l’Université de Versailles Saint-
Quentin-en-Yvelines a privilégié dans sa logique de développement
La priorité aux projets pluridisciplinaires, au cœur de la politique de la complémentarité avec les établissements ou organismes d’ensei-
l’établissement, bénéficiera des structures légères et transversales : gnement supérieur et de recherche, les objectifs de mutualisation/
Institut patrimoines durables et créations, Institut de physique et coordination, l’ouverture constante à la pluridisciplinarité (en ter-
chimie de la défaillance électronique et mécatronique, Équipe de mes de formation mais également de publics) qui sont des éléments
recherche technologique et d’éducation avec la Bergerie nationale, structurants de la proposition pédagogique du Campus de Saclay.
100
Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (OVSQ) re- L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines dispose de spé-
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE
cificités disciplinaires et de compétences uniques sur l’OIN Mas- nication. Le campus lui permettra de s’inscrire davantage encore
sy–Palaiseau–Saclay–Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (lettres, dans le développement de réseaux de recherche et de formation,
sociologie, histoire, droit, médecine) et garantie aux établissements et de réseaux d’industriels. La présence d’une faculté de pharmacie
partenaires du Campus de Saclay une véritable transdisciplinari- au sein des partenaires du campus permettra à la faculté médicale
té tant en recherche qu’en pédagogie. Les projets développés par de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines de s’insérer
l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (chaire sur les plus naturellement dans la mise en œuvre de la réforme des études
éco innovations, fondations partenariales Fondaterra et Moveo- médicales, et stimulera le développement de ses recherches bio-
tronics, Institut des langues et études internationales, Institut des médicales. La visibilité accrue du site, la facilitation des réseaux de
patrimoines durables et création…) sont des axes garantissant les transport qui résulteront du plan Campus, devraient permettre à
partenariats industriels et l’innovation. Les liens avec les collectivités l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines de développer
et les industries sont très forts pour l’Université de Versailles Saint- des collaborations au sein et au-delà du campus du plateau de Sa-
Quentin-en-Yvelines au travers de sa politique de formation conti- clay, et de bénéficier encore davantage de l’effet attracteur de ce site
nue, d’apprentissage (CFA d’Alembert). L’Université de Versailles exceptionnel.
Saint-Quentin-en-Yvelines participera pour la partie yvelinoise à
cette logique d’entreprenariat et de valorisation. Le développement
du plateau de Saclay s’accompagne de la nécessité de privilégier une

UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES


vie de campus autour d’espaces de convivialité rassemblant acteurs
et partenaires, tout en préservant l’attractivité de l’établissement et
sa cohésion (stratégie offensive sur la question du logement, politi-
que documentaire renforcée avec les bibliothèques universitaires de
Versailles et de Saint-Quentin-en-Yvelines et MDE). Il convient éga-
lement de poursuivre les initiatives culturelles et sportives largement
tournées vers les collectivités territoriales dont les liens particuliè-
rement serrés avec l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yve-
lines (partenariat DAC étendu sur Saint-Quentin-en-Yvelines mais
également au territoire des Yvelines) reflète toute la dynamique de
l’établissement dans cette dimension.

Pour l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines


L’impulsion supplémentaire donnée par la mise en place du Campus
du plateau de Saclay devrait faire de ce territoire un pôle d’attraction
international de grande envergure, probablement le plus important
de France. La mise en place du campus renforcera les synergies dis-
ciplinaires et transdisciplinaires de l’Université de Versailles Saint-
Quentin-en-Yvelines avec ses partenaires historiques et les nouveaux
établissements : l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
bénéficiera ainsi d’un accès aux infrastructures exceptionnelles du
plateau de Saclay : plateformes technologiques d’envergure, loge-
ments dédiés à l’accueil des étudiants et des chercheurs français et
101
étrangers… et de dispositifs mutualisés notamment en commu- 81 Observatoire des Sciences de l’Univers.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE

Digiteo est ainsi accompagné par un programme immobilier destiné


à rapprocher les équipes de recherche en privilégiant les sites où sont
les étudiants : Moulon, où est déjà présente Supélec et où Paris-Sud
11 a regroupé ses enseignements d’informatique, et Palaiseau où
plusieurs établissements s’établissent à côté de l’École Polytechnique.
Dans sa définition actuelle, ce programme porte sur une partie des
effectifs du RTRA : les équipes qui sont logées de façon provisoire sur
le plateau et les nouvelles équipes des fondateurs. Les nouveaux arri-
vants ont leur propre programme immobilier et des mutualisations
croisées sont à l’étude. L’Institut TELECOM a d’ores et déjà prévu
de consacrer 3000 m2 à la mutualisation d’activités scientifiques. La
présente fiche est restreinte au programme en cours et les effectifs
concernés figurent dans le tableau ci-dessous. La première phase de

DIGITÉO ce programme, financée hors plan campus, (PCRI et Digiteo 1) est


en cours de réalisation et doit être suivie dès la fin des travaux de Di-
giteo 1 par une deuxième phase désignée ci-dessous par Digiteo 2.
L’ÉTABLISSEMENT
Contenu de la première phase : PCRI et Digiteo 1
Le RTRA Digiteo, labellisé fin 2006 par le ministère de l’Ensei- • PCRI82 comprend83 6000 m2 à Moulon, sous maîtrise d’ouvrage
gnement Supérieur et de la Recherche, a été fondé par le CEA, Paris-Sud 11, destinés au LRI (Paris-Sud 11 -CNRS) et à l’INRIA.
le CNRS, l’INRIA, l’École Polytechnique, Supélec et l’Université
Paris-Sud 11, auquel sont maintenant associées l’École Centrale, • Digiteo 1 comprend 24000 m2 en trois bâtiments : site CEA Saclay,
l’École Normale Supérieure de Cachan et l’Université de Versailles maîtrise d’ouvrage CEA ; Moulon, maîtrise d’ouvrage CNRS, à côté
Saint-Quentin-en-Yvelines. DIGITEO sera rejoint par les nou- du bâtiment PCRI ; site Polytechnique, maîtrise d’ouvrage INRIA.
veaux arrivants sur le plateau ENSTA, Institut TELECOM et Mines L’ensemble est confié à un maître d’œuvre unique (groupement de
ParisTech. Avec prés de 1300 ingénieurs, chercheurs et enseignants commande entre les trois maîtres d’ouvrage). Le coût total est de
chercheurs sur le plateau en 2008 et 2500 prévus en 2015, cet en- 64 M€ TDC. 60 % du financement est apporté par les collectivités
semble formera l’un des plus importants « clusters » mondiaux ans et 40 % par les établissements CEA, CNRS, INRIA, Paris-Sud 11 et
le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la Polytechnique.
Communication.
Contenu de la deuxième phase : Digiteo 2
LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT Dès la mise en place des financements de Digiteo 1, en 2006, il était
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES prévu qu’une deuxième phase serait nécessaire pour couvrir les be-
DIDITÉO

soins liés à la croissance des équipes liée principalement à une crois-


Cette opération, initiée avant le plan Campus, est liée à la volonté sance des effectifs du CEA et de l’INRIA.
de mutualiser les recherches en Sciences et technologies de l’In-
formation et de la communication menées par neuf, et à terme par La surface de Digiteo2 est de 16900 m2 (15200 m2 de bureaux cor-
douze établissements. Il s’agit d’une intégration forte, qui implique respondant aux effectifs cités ci-dessous et 1700 m2 de laboratoire).
102
des bâtiments communs. 1500 m2 sont prévus à Moulon et 15400 m2 à Palaiseau. Cette der-
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

C
nière surface comprend notamment la couverture de l’ensemble des
Bâtiments BATIMENT BATIMENT BATIMENT BATIMENT TOTAL
besoins du centre INRIA Saclay (au-delà de Digiteo 1) indiqués dans
Digiteo Phase 1 MOULON PCRI SACLAY PALAISEAU
la fiche établissement INRIA.
Effectifs
Digiteo + PCRI
À Palaiseau, les extensions doivent être construites à proximité im-
CEA 145 250 395 médiate du bâtiment Digiteo 1 et de Nano-Innov.
INRIA 40 80 15 165 300
Paris-Sud 11 - CNRS 125 160 285 LES RETOMBÉES ATTENDUES DU PLAN CAMPUS
Voir fiche thématique Sciences et technologies de l’information et de
POLYTECHNIQUE 75 75 la communication
- CNRS
TOTAL 310 240 265 240 1055 LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
Situation de la première phase : PCRI et Digiteo 1
B Pour cette première phase les financements ont été bouclés, dans le
Bâtiments BATIMENT BATIMENT BATIMENT BATIMENT TOTAL CPER 200-2006 pour PCRI et dans des conventions signées en 2006
Digiteo Phase 1 MOULON PCRI SACLAY PALAISEAU entre les fondateurs de Digiteo et les collectivités territoriales. Pour
PCRI, la passation des marchés avec les entreprises est en cours.
Effectifs Pour Digiteo 1 on en est à l’approbation des documents techniques
Digiteo + PCRI de réalisation pour la consultation des entreprises.
CEA 340 340
Situation de la deuxième phase : Digiteo 2
INRIA 275 275
Cette deuxième phase est à l’étape de la pré-programmation et le
Paris-Sud 11 - CNRS 75 75 financement est partiellement acquis. L’optimisation des coûts et des
POLYTECHNIQUE 70 70 délais plaide évidemment pour réaliser Digiteo 2 dans la continuité
- CNRS des travaux de Digiteo 1, c’est-à-dire de commencer la construction
début 2011 immédiatement après la livraison de Digiteo 1, ce qui est
TOTAL 75 0 0 685 760
techniquement réalisable.
C
Dans le cadre du CPER 2006-2013, 14 M€ sont prévus pour les ex-
Bâtiments BATIMENT BATIMENT BATIMENT BATIMENT TOTAL
tensions de Digiteo (hors équipements), auxquels s’ajoutent 4 M€
Digiteo Phase 1 MOULON PCRI SACLAY PALAISEAU
du CG91, 5,5 M€ du CEA et 0,5 M€ de Polytechnique soit 24 M€,
Effectifs
correspondant au financement de 8400 m2. Le coût total de 16900
Digiteo + PCRI
m2 est estimé à 48 M€ TDC aux conditions économiques 2008. Le
CEA 145 0 250 340 735 besoin de financement demandé au Plan Campus se monte donc
INRIA 40 80 15 440 575 à 24 M€.

DIDITÉO
Paris-Sud 11 - CNRS 200 160 0 0 360
POLYTECHNIQUE 0 0 0 145 145
- CNRS
82 Pôle Commun de Recherche en Informatique.
TOTAL 385 240 265 925 1815 103
83 Pour simplifier, toutes les surfaces considérées ici sont SHON.
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY
DIFFUSION RESTREINTE
LA POLITIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT
ET LES OPÉRATIONS PRÉVUES

NANOSCIENCES Sur le plateau de Saclay, ce projet fédératif s’inscrit au cœur d’un dis-
positif à très haut potentiel dans les trois dimensions du triangle de

& NANO-INNOV la connaissance : la formation avec les universités et les écoles d’ingé-
nieurs, la recherche de haut niveau en STIC et nanosciences et enfin
le secteur industriel avec les pôles de compétitivité.
L’ÉTABLISSEMENT
L’ambition partagée par tous les acteurs est donc de faire de « Nano-
Par lettre de mission en date du 12 décembre 2007, le Président de la Innov Paris Région » un haut lieu de la recherche et de l’innovation,
République a demandé que soient dessinés les contours d’une ambi- réunissant dans une démarche interdisciplinaire les plus grands
tion nationale, regroupant l’essentiel des moyens et des compétences talents pour concevoir et développer les nanotechnologies du futur
en nanotechnologie, au niveau national. D’autre part, il existe en et anticiper leurs applications potentielles ainsi que leur diffusion à
Ile-de-France, deux plates-formes en nanotechnologies84 d’envergure l’ensemble des secteurs économiques. C’est dans ce contexte que les
nationale qui avaient entamé une démarche de rapprochement. acteurs de la recherche, que sont le CNRS et l’université Paris 11, ont
proposé dans le Plan Campus la création d’un Centre de Nanosciences
C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet Nano-Innov. Son ambi- et Nanotechnologies, regroupé autour des équipes de deux labora-
tion est clairement de replacer la France dans la compétition mon- toires fondateurs, ouvert à la communauté scientifique ainsi qu’au
diale en coordonnant au sein d’une alliance nationale « Alliance partenariat industriel, et donc articulé avec le dispositif Nano-Innov
Nano-Innov », les trois territoires innovants : Paris Région, Grenoble dont le pivot est le « Centre de Conception et d’Intégration » porté par
et Toulouse. le CEA et constitué de ressources technologiques et de design (moyens
d’intégration, de prototypage, de test, de conception,…) destinés à la
Les nanotechnologies, nouvelle ingénierie de contrôle de la matière à recherche partenariale pour l’industrie. Il s’agit de regrouper dans un
l’échelle nanométrique, sont ici comprises dans le cadre d’une vision même lieu, trois entités :
large connue sous le terme de « convergence des technologies ». Au
NANOSCIENCES & NANO-INNOV

croisement de plusieurs disciplines, elles permettent de maîtriser Un Centre de Nanosciences et Nanotechnologies


la complexité croissante des systèmes et d’imaginer les produits de Il aura une triple mission :
demain. • celle d’une plate-forme technologique de type « Très Grand
Equipement » ouverte à la communauté scientifique et ouverte
L’ensemble accueillera des équipes de recherche résidentes dé- aux entreprises sur la base du partenariat Nano-Innov.
veloppant les compétences spécifiques aux domaines couverts • celle d’un laboratoire de recherche, constitué à la base des
s’appuyant sur quatre plates-formes technologiques dotées d’équi- équipes mêmes de l’IEF et du LPN, avec ses projets propres
pement spécifiques : 1) matériaux pour les milieux extrêmes, 2) sur- • celle, enfin, d’une plate-forme de formation et d’enseignement
faces, interfaces et couches minces, 3) nanoélectronique-photonique ouvertes à l’ensemble des établissements concernés d’Ile-de-
et nanobio, 4) nanocaractérisation. Cela représente environ 1200 France.
personnes, 500 dans le centre de nanosciences et nanotechnologie,
500 dans le centre de conception et d’intégration et 230 affectés aux L’ensemble comprendra ~2900 m2 de salles blanches utiles équipée à
plateformes. partir des moyens existants de l’IEF et du LPN (plus de 30 M€ d’équi-
104
pements) et complétées autant que de besoin. Ces salles blanches
DIFFUSION RESTREINTE Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

abriteront également une zone (~300 m2), ouverte à l’implantation Quatre plates-formes technologiques
d’équipements spécifiques par des entreprises, et une zone de ~200 m2 Cet ensemble sera complété par quatre plates-formes technologiques
sera plus spécifiquement dédiée à l’enseignement et à la formation. liées à des équipements spécifiques :
• Matériaux pour les milieux extrêmes (NanoXTREM)
Centre de Conception et d’Intégration : NanoDESIGN • Surfaces, interfaces et couches minces (NanoSURFACE)
Le centre de conception et d’intégration pluridisciplinaire porté par • Nanocaractérisation (NanoCARAC)
le CEA va jouer un rôle clé dans la recherche partenariale pour l’in- • Plate-forme « nanoélectronique-photonique et nanobio »
dustrie. L’objectif est de proposer de nouveaux outils de conception (NanoELEC-PHOT-BIO).
adaptés à la maîtrise des nanotechnologies et de leur intégration dans Cette dernière plateforme est hébergée dans le Centre de Nanoscien-
les systèmes, concevoir, prototyper et tester rapidement les dispositifs ces et Nanotechnologies et s’identifie à sa centrale de technologie rat-
et technologies frontières permettant de développer les systèmes du tachée au réseau RENATECH/RTB (voir 4.A).
futur et enfin intégrer l’interdisciplinarité et la convergence des tech-
nologies dans la démarche. LE POINT SUR LES OPÉRATIONS
Les priorités sont :
• Méthodes et outils de conception, Architectures aux frontières Le projet Nano-Innov Paris Région doit permettre d’implanter dans
Matériel/Logiciel,… une infrastructure nouvelle et évolutive (pour tenir compte de la mon-
• Conception, intégration et développement technologique de tée en puissance), une masse critique d’acteurs fédérés (continuum
Nano-dispositfs en s’appuyant sur les différentes plateformes tech- Recherche-Innovation) pour couvrir les priorités identifiées et ainsi
nologiques de Nano-Innov et III-V Lab (Alcatel-Thales) déboucher rapidement à des transferts de technologies et l’implanta-
• Le développement d’applications en nanomédecine. Plusieurs tion d’industriels sur les plateformes existantes ou spécifiques à travers
laboratoires des sciences de la vie du futur campus s’appuieront sur des pilotes industriels dédiés. Il est important de prévoir des réserves
les plateformes de Nano-Innov pour y concrétiser technologique- foncières pour l’implantation des pilotes industriels (plusieurs pros-
ment ces modalités inédites d’interaction avec le vivant. pects sont identifiés).

Nano-Innov Paris Région


Synthèse Effectif Surf. Bur. Surf. Labo Surfaces SHON SB Coût infrastr.

NANOSCIENCES & NANO-INNOV


et Service Techn. (m² SHON) SHON (k€)
(m² SHON)
Centre de Nanosciences et Nanotechnologies 507 14 028 5 852 4 508 96 114
y compris NanoELEC-PHOT-BIO)
Centre de Conception et d'Intégration NanoDESIGN 492 8 266 4 550 46 386
NanoCARAC 30 504 540 3 931
NanoSURFACE 176 2 957 3 700 25 297
NanoXTREM 35 588 1 500 8 240
Total 1 240 26 342 16 142 4 508 179 970

84 IEF (Institut d’Electronique Fondamentale qui a deux tutelles CNRS et Université


105
Paris Sud 11) et le LPN (laboratoire Photonique Nanostructures, unité CNRS).
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS | LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE

LES PRES
DANS
LE PLAN
CAMPUS
DU PLATEAU
DE SACLAY

Deux pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES)


sont concernés par le Plan Campus du plateau de Saclay :
ParisTech et UniverSud Paris. Chacun assure d’ores et déjà une
fonction de coordination d’activités entre établissements, qu’il faut
d’abord appréhender pour identifier les pistes qui permettraient une
coordination plus approfondie à l’échelle du Campus de Saclay.
106
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

I - PARISTECH et s’appuyant sur les domaines d’excellence des écoles. S’appuyant sur
une démarche qualité pour chaque diplôme, elle permet notamment
une mobilité des étudiants, en particulier au niveau des spéciali-
tés d’approfondissement, et un développement à l’international, en
quantité comme en qualité. Au niveau doctoral, l’ « institut doctoral
Ce PRES, issu du regroupement d’une dizaine de grandes écoles d’in- ParisTech » a vocation à porter des formations du type « docteurs
génieurs de Paris, a pris la forme et les statuts d’un établissement de pour l’entreprise », et des actions communes de sélection, de suivi et
coopération scientifique (EPCS) créé par décret en mars 2007, l’« ins- de placements des doctorants.
titut de sciences et technologies de Paris », dénommé ParisTech.
Répartis sur trois campus proches en région parisienne (Paris intra- Dans le domaine de la recherche, il s’agit de promouvoir, sous le
muros, campus de Marne-la Vallée, site de Palaiseau), ses membres85 label ParisTech (thèses, publications) une recherche interdiscipli-
partagent une histoire et une « affectio societatis », et une identité naire87, articulée avec l’activité d’enseignement, en lien étroit avec le
organisée autour de leurs valeurs communes (sélectivité, pluridis- monde économique, fédérant laboratoires et partenariats existants,
ciplinarité, professionnalisation). Leur regroupement institutionnel avec un développement de la vie scientifique sur les trois campus et
a pour projet de constituer à terme une référence internationale en s’appuyant sur les pôles de compétitivité.
matière d’enseignement supérieur et de recherche, en les fédérant
au sein d’une structure préfigurant une future université sélective A l’international, les priorités vont à une mutualisation croissante
en sciences, technologies et management. des actions (recrutement, accords de partenariat,…) et quelques gros
projets collectifs portés en commun.
1 La stratégie de ParisTech86 se décline en cinq axes :
• mettre en place une gouvernance forte, optimiser l’organisa- Enfin, au plan financier, ParisTech est engagé dans la création d’une
tion, développer une image commune autour de la marque Pa- fondation, et dans le développement de chaires partenariales d’en-
risTech, seignement et de recherche.
• développer une offre de formation lisible, cohérente et diver-
sifiée, ParisTech et le plan campus :
• renforcer une recherche partenariale visible et de notoriété ParisTech voit dans le projet de campus de Saclay une formidable
mondiale dans plusieurs domaines, opportunité pour accélérer la réorganisation et la concentration de
• poursuivre le développement de l’action internationale, ses implantations (avec le développement des installations sur Saclay
• augmenter et diversifier le financement. Palaiseau88 et la réorganisation des implantations sur Paris intra-mu-
ros89), le rapprochement avec les EPST partenaires, le renforcement
La gouvernance de ParisTech s’appuie sur un Conseil d’Orientation des partenariats avec les universités de proximité, et l’amélioration
Stratégique, un Conseil d’administration, un Conseil Scientifique, de l’hébergement des étudiants.
et une structure centrale qui met en œuvre les actions décidées en

PARISTECH
conseil d’administration. L’utilisation de la marque, de l’ombrelle et Symétriquement, ParisTech peut contribuer à la dynamique du pla-
du portail ParisTech se généralise progressivement (nom des écoles, teau à plusieurs échelles :
diplômes, site internet, portail de publications,…) • à l’échelle du site, en permettant aux établissements de gérer
leurs actions communes et de développer les coopérations et
En matière d’enseignement, il s’agit de développer une offre de for- mutualisations, en articulation avec les partenaires immédiats,
mation lisible au plan international, élargie, cohérente et complé- • à l’échelle du plateau, en facilitant une participation collective
107
mentaire, comprenant formations d’ingénieur, masters et doctorat, de ses membres aux différentes instances,
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS | LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

DIFFUSION RESTREINTE
• à l’échelle francilienne, en maintenant et en développant des
liens étroits avec d’autres partenaires, notamment universitaires,
et en particulier sur Paris, contribuant ainsi aux liens entre Saclay
et Paris intra-muros, et à la complémentarité Paris/banlieue,
• à l’échelle nationale, en facilitant les liens avec le monde écono-
mique, et le secteur industriel,
• à l’échelle mondiale, en contribuant à la promotion du campus
de Saclay, en particulier à travers ses alliances européennes et ses
partenariats internationaux.

85 AgroParisTech, Arts et Métiers ParisTech, Chimie Paris ParisTech, École des


Ponts ParisTech, École Polytechnique, ENSAE ParisTech, ENSTA ParisTech, ESPCI
ParisTech, HEC Paris, Institut d’optique Graduate School, Mines ParisTech,
TELECOM ParisTech.
86 Stratégie 2015-Plan d’actions à 5ans « ParisTech : une référence internatio-
nale en matière d’enseignement et de recherche ».
87 Sept domaines de développement interdisciplinaires prioritaires ont été
identifiés : énergie, matières premières, aménagement et environnement ;
transport (terrestre, maritime et aérien) ; technologies de l’information et de la
communication ; matériaux avancés ; optique de puissance et optique physi-
PARISTECH

que ; sciences et technologies du vivant, sécurité alimentaire ; socio-économie,


management de l’innovation et du risque.
88 Trois écoles de ParisTech sont déjà sur le site (Polyteechnique, HEC Paris,
IOGS), cinq envisagent de les rejoindre (ENSTA ParisTech, ENSAE ParisTech,
AgroParisTech, TELECOM ParisTech, Mines ParisTech)
89 Des projets immobiliers dans Paris sont envisagés aux Arts et Métiers Paris-
108
Tech d’une part, et sur la montagne Sainte Geneviève d’autre part.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

II - UNIVERSUD PARIS scientifiques deux fois par an.


En 2007, pour 6 pôles alors actifs, 20 projets ont été soutenus pour
un montant total de 300.000 €. En 2008, pour 12 pôles, 60 projets
ont reçu le label UniverSud Paris, 46 étant financés pour un montant
total de 1,5 million d’€. Les projets doivent réunir des équipes d’au
Ce PRES a pour objectif la restructuration académique avec rappro- moins deux établissements d’UniverSud Paris ; transmis au PRES par
chement des universités et des écoles, en rationalisant et renforçant les responsables des pôles qui en garantissent la qualité scientifique,
la coopération et la visibilité des établissements en termes de recher- ils sont ensuite examinés par le Conseil scientifique et pédagogique
che, de formation, de valorisation et d’actions à l’international. Mais qui en sélectionne certains96. En 2009, 2 millions d’€ sont prévus.
avant tout le but est de rechercher une valeur ajoutée à ce rapproche- Cette stratégie permet au PRES d’afficher des champs d’excellence.
ment. Cinq90 de ses six établissements fondateurs91 sont impliqués C’est ainsi qu’il s’est vu confier par la région Ile-de-France la gestion
dans l’opération « Campus du plateau de Saclay » ainsi que six92 de du domaine d’intérêt majeur (DIM) « Santé, environnement, toxi-
ses quatorze établissements associés93. cologie ».
La stratégique est fondée, au niveau du territoire sud francilien,
sur l’analyse des forces existantes, en recherche et en formation, de FORMATION. Le PRES intervient au niveau Master et Doctorat.
leurs complémentarités, de leur capacité de développement et de Dans les thématiques de ses pôles, il assure la coordination pédago-
reconversion, dans une démarche résolument transdisciplinaire et gique entre ses établissements à plusieurs niveaux :
éthique, en dialogue avec l’ensemble des autres partenaires présents • masters : mentions habilitées UniverSud Paris97, habilitation
dans le territoire. Les communautés scientifiques se sont structurées de spécialités98, développement de parcours/options communs,
en pôles thématiques (une quinzaine à ce jour). De ceux-ci émanent création de quatre masters du Collège des sciences de l’ingénie-
des projets de recherche et des propositions de structuration des for- rie99, avec chacun un parcours international, identification des
mations - master, doctorat et formation continue. UniverSud Paris compétences et métiers spécifiques pour les divers parcours,
assure la coordination, l’animation et le suivi de l’ensemble. plate-forme « portail master »100, internationalisation de mas-
Le projet d’établissement d’UniverSud Paris94 identifie six domaines ters, construction commune d’une offre destinée aux étudiants
prioritaires, transversaux à plusieurs pôles thématiques : étrangers101(en lien avec les collectivités territoriales), construc-
• des nanomatériaux et de la nano-fabrication aux nano-systèmes tion d’un dispositif d’aide au montage de cours scénarisés pour
et nano-médicaments95 ; l’enseignement à distance ;
• sciences de l’ingénierie, regroupant les sciences et technologies • écoles doctorales : habilitation UniverSud Paris102, coordina-
de l’information et les sciences pour l’ingénieur ; tion du dispositif « doctorant conseil » avec construction d’un
• environnement et développement durable : chimie et physico- portail d’accès, mutualisation des unités d’enseignement hors
chimie, des matériaux à la biologie, le thème de convergence spécialité, Doctoriales communes, démarche qualité, construc-

UNIVERSUD PARIS
étant celui de la chimie verte ; tion d’un guichet unique pour accueillir les étudiants étrangers
• microbes et plantes, des organismes au service de l’homme, (master et doctorat) ;
touchant aussi à la chimie verte ; • formation continue : portail donnant une visibilité globale
• santé publique et environnement ; de l’offre des établissements fondateurs, mastère spécialisé des
• innovations en médecine moléculaire et cellulaire. grandes écoles commun « Executive Ingénierie et management
RECHERCHE. UniverSud Paris, qui n’intervient pas dans les projets » (dans le cadre du Collège des sciences de l’ingénierie)
de développement des laboratoires des établissements, est en revan- • validation des acquis de l’expérience (VAE): mise en place
che légitime pour promouvoir et animer une coopération scienti- d’un dispositif à distance (plate-forme développée en 2008-2009
109
fique renforcée entre eux. Il procède pour cela par appel à projets avec le soutien du Conseil régional), habilitation d’un diplôme
LES DOUZE DOMAINES SCIENTIFIQUES DU CAMPUS | LA STRATÉGIE DES ÉTABLISSEMENTS LES PRES DANS LE PLAN CAMPUS DU PLATEAU DE SACLAY

d’ingénieur UniverSud Paris/Collège des sciences de l’ingénie- DIFFUSION RESTREINTE


rie ;
• compétences et débouchés : un travail systématique est engagé
sur les compétences acquises au cours du master et du doctorat,
mais aussi par l’acquisition de diplômes de formation continue 90 Universités Paris-Sud 11 et Versailles Saint-Quentin en Yvelines,
ou de compétences au sein des laboratoires ; École Normale Supérieure de Cachan, École centrale Paris et Supélec.
• environnement numérique de travail (ENT) pour tous les 91 Le sixième établissement est l’Université d’Evry Val d’Essonne.
personnels et étudiants : mutualisation des outils collaboratifs 92 École Polytechnique, Institut d’optique Graduate school, Institut TELECOM
développés dans les établissements autour des meilleures pra- (pour TELECOM & Management SudParis), HEC, AgroParisTech, INRA.
tiques. 93 Les autres établissements sont : École nationale vétérinaire d’Alfort, École
nationale du paysage de Versailles, Cemagref, AFSSA, Genopole® d’Evry,
VALORISATION, POLITIQUE D’INNOVATION. La stratégie synchrotron SOLEIL, Institut de recherche pour le développement et École
de valorisation d’UniverSud Paris est d’identifier où et comment nationale supérieure d’architecture de Versailles. 94 Remis au ministère de
son intervention et ses investissements peuvent apporter le plus l’Enseignement supérieur et de la Recherche en octobre 2008. 95 En lien avec
de valeur ajoutée, dans ses établissements mais aussi dans son envi- System@tic Paris Région et NanoInnov. 96 Les critères d’évaluation sont :
ronnement socio-économique, dans trois champs d’intervention : (1) la valeur ajoutée issue du rapprochement des partenaires dans le PRES ;
la création d’entreprises innovantes, (2) le transfert de technologie l’interdisciplinarité du projet ; l’opportunité stratégique du projet en lien avec
et (3) le champ polymorphe de la formation. UniverSud Paris créera l’environnement institutionnel économique et territorial des partenaires
des chaires internationales ; un prototype existe : la chaire « Gene- ; la crédibilité de la gouvernance du projet, reposant notamment sur la
rating Eco-innovation » qui a pour ambition de former des acteurs description de l’exploitation du potentiel du projet ; le positionnement par
capables de détecter et d’apporter sur le marché des solutions éco- rapport à la concurrence régionale, nationale, européenne et mondiale.
innovantes et de créer des entreprises éco-innovantes103. 97 Un premier prototype en 2010 « Environnement et développement durable
» et un second dans le domaine du calcul intensif. 98 Chimie, Sciences du
végétal, Nanosciences, SPI, Handicap et technologies d’assistance, Biologie
systémique et synthétique, etc. 99 Energies (dont énergie électrique), Systèmes
informatiques complexes, Modélisation avancée pour la mécanique et les
matériaux, Ingénierie des systèmes de production. 100 Permet d’identifier
une formation en fonction des besoins des étudiants, des entreprises ou des
collectivités. 101 Formation au français langue étrangère, culture (richesse
du territoire) et communication interculturelle. 102 Les premiers prototypes
pourraient concerner les mathématiques entre Paris-Sud 11, Versailles Saint-
UNIVERSUD PARIS

Quentin-en-Yvelines et École Normale Supérieure de Cachan, l’environnement


entre Paris-Sud 11, Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, la génomique
entre Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et Evry, les sciences du végétal
entre Paris-Sud 11, Evry et AgroParisTech, en 2012. 103 La chaire utilise les
compétences des membres fondateurs, mobilise plusieurs pôles thématiques
d’UniverSud Paris, et facilite les échanges avec PME, groupes industriels
et collectivités territoriales, au service de la formation et la recherche. Ce
prototype sera étendu à d’autres champs thématiques forts
110
des établissements, à valoriser via le PRES.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009
DIFFUSION RESTREINTE

III – PREMIÈRES rant les concurrences et en développant les complémentarités


de ces formations, et en développant des formations conjointes

PROPOSITIONS (à l’instar du master international en ingénierie nucléaire, ou


de celui en sciences et technologies du vivant et de l’environne-

POUR UNE ment),

PREMIÈRES PROPOSITIONS POUR UNE COORDINATION FONCTIONNELLE DES DEUX PRES


• les échanges croisés masters/diplômes d’ingénieur ;

COORDINATION • l’animation partagée de projets de recherche, et la réponse coor-


donnée à des appels d’offres dépassant le périmètre du plateau

FONCTIONNELLE de Saclay ;
• des écoles doctorales partagées, adossées aux pôles d’excellence

DES DEUX PRES communs développés sur le plateau, et des formations doctorales
mutualisées ;
• la valorisation, dans le cadre d’une ambitieuse politique d’in-
novation-transfert à l’échelle de tout le campus du plateau de
Saclay ;
Au plan institutionnel, les deux PRES ont déjà mis en place une • l’ouverture des activités du campus du plateau de Saclay sur
coordination de leurs instances de gouvernance : le président de les territoires connexes (Paris intra-muros et Ile-de-France est
chaque EPCS siège au conseil d’orientation stratégique de l’autre, et pour ParisTech ; du nord-ouest au sud-est du sud francilien pour
certains membres fondateurs de l’un siègent au conseil de l’autre104. UniverSud Paris, en particulier les liaisons avec les CHU, l’AP-
Cette coordination ne pourra que se développer avec le rapproche- HP et le site d’Evry) ;
ment géographique de nombreux membres de ces deux structures • les relations internationales au niveau universitaire, avec la pro-
dans un même périmètre rapproché, et leur adhésion à un même motion du campus à l’international, et les partenariats avec les
projet de développement du campus du plateau de Saclay. Cette universités européennes et l’insertion dans les réseaux européens
coordination fonctionnelle pourrait en particulier s’exprimer au et internationaux.
sein des instances du plateau, où les PRES pensent avoir vocation à
représenter leurs mandants.
Le passage d’une coordination renforcée, peu problématique compte
tenu des bonnes relations entre établissements à tous les niveaux des
deux PRES, à une gouvernance partagée entre eux constitue une
ambition d’une toute autre dimension, compte tenu en particulier
de la nature volontaire et non contrainte de ce type de construction
collective. Adresser cette question institutionnelle et très politique
nécessitera beaucoup d’attention et d’arbitrages à plusieurs niveaux :
celui des instances des divers établissements (autonomes) impli-
qués d’une part ; mais aussi celui des tutelles étatiques puisque cela
concerne un ensemble d’établissements publics.
En revanche, au plan fonctionnel et opérationnel, la valeur ajoutée
que peuvent apporter de façon coordonnée les deux PRES à ce projet 104 Polytechnique et INRA pour le compte du GIS STVE, au CA d’UniverSud
est facilement mobilisable, et pourrait concerner : comme membres associés, et le directeur de l’ENS Cachan comme
111
• l’articulation de leurs deux « cartographies de master », en gé- personnalité qualifiée au CA de ParisTech.
Plan Campus du plateau de Saclay | Tome II | Février 2009

DIFFUSION RESTREINTE

Remerciements
Les 21 signataires du Plan Campus et les deux chefs de projet tiennent à remercier :

• Vincent Charlet, de l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT), Louis Laurent, de la Fondation Digiteo-Triangle de la physique
et Patrick Wolf, de l’agence Patrick Wolf Consultants (PW2C) pour la rédaction du tome 1 et le secrétariat de rédaction du tome 2
• Jean-Louis Pierrey, de la Fondation Digiteo-Triangle de la physique pour son aide constante et ses conseils lors de ce travail
• Sophie Abenia et Martin Wolf (PW2C) pour la conception graphique et la mise en page des deux documents.

Les éléments concernant l’urbanisme, les projets d’implantations et les transports ont été apportés par :

• Bernard Reichen, de l’agence d’architecture et d’urbanisme Reichen et Robert associés ainsi que ses collaborateurs
et notamment Pierre-Marie Auffret et Antoine Musard
• Vincent Sainte-Marie-Gauthier, du cabinet Polyprogramme, et Emilie Pascal
• Alain Chonavey et Nathalie Blanot du cabinet Xélis (RATP) pour leur étude sur les transports
Plan Campus du plateau de Saclay Tome II