Vous êtes sur la page 1sur 3

L’Hebdo: « La Belgique, une Suisse qui ne réussit pas »

Par Jacques Neirynck


08/01/2009

Pourquoi un pays multiculturel est-il au bord de l’implosion, et l’autre pas? Alors que le
chrétien-démocrate flamand Herman Van Rompuy vient d’être nommé premier ministre, le
conseiller national Jacques Neirynck, Belge d’origine, compare deux histoires de fédéralisme,
deux destins nationaux.

Depuis que la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie ont explosé sous l’effet de leurs tensions internes, la
Belgique et la Suisse partagent la singularité d’être les seuls pays européens multiculturels. Partout
ailleurs, nonobstant des minorités, chaque pays européen est bâti sur une culture dominante. Dans ces
deux pays, on se trouve juste à l’équilibre sur la frontière linguistique entre le domaine latin et le
domaine germanique. Les différences ne se situent pas seulement dans les langues, mais aussi dans les
cultures vécues, la relation au travail, à la politique, aux loisirs. Cependant, en Belgique, les forces
centrifuges risquent de l’emporter, tandis qu’en Suisse elles sont quasiment inexistantes. Pourquoi?
Quel est la recette des Suisses? Quelle est la faute des Belges?

Envahisseurs successifs. Le secret des uns et la malédiction des autres se décodent d’abord dans la
topographie. Des communautés montagnardes peuvent se défendre contre des armées puissantes. La
Suisse s’est libérée des Habsbourg, a battu Charles le Téméraire, fut respectée par Napoléon et a
intimidé Hitler.

En revanche, la Belgique est un territoire plat, sans frontières naturelles, sans obstacles pour un
envahisseur. Elle fut annexée successivement par les Romains, les Francs, les Habsbourg d’Autriche et
d’Espagne, la France, les Pays-Bas, envahie à deux reprises par l’Allemagne et libérée deux fois par
les armées alliées. Plutôt difficile de dégager un sentiment national dans cette fantasia
d’appartenances. Si la Suisse n’avait pas disposé d’un réduit alpin, elle eût aussi été envahie par Hitler.
Avant même de posséder une vertu singulière, elle a la chance de se trouver dans une position
favorable, qui a suscité un sentiment national profond, conforté par le double miracle d’avoir échappé
à deux guerres mondiales...

La faiblesse militaire de la Belgique en fait une sorte de couloir qui attire les belligérants. Dès lors, sa
neutralité proclamée en 1914 et 1939 n’a pas été respectée. Ce mythe, fondateur de la Confédération
helvétique, n’est pas soutenable dans le Plat Pays. Par ailleurs, les habitants de la Belgique, comme les
Suisses, n’ont pas l’esprit conquérant: ils souhaitent bien vivre et laisser vivre. L’aventure coloniale du
Congo ne fut qu’une initiative personnelle du roi Léopold II en 1885, qui exploita durement une
colonie à son bénéfice propre, mais transmit en 1907 ce cadeau empoisonné à la Belgique. Celle-ci
s’en débarrassa en 1960 par la plus hâtive et maladroite de toutes les décolonisations, qui dévoila pour
la première fois la carence du pouvoir et le manque de cohésion de ce pays.

Un coup de Talleyrand. Car la Belgique dans ses frontières actuelles est une création relativement
récente. Au Congrès de Vienne en 1814, les Alliés vainqueurs de Napoléon créèrent le royaume des
Pays-Bas, sur le territoire actuel du Benelux, dans le but de construire une digue contre la fâcheuse
propension de la France à porter sa frontière sur le Rhin. Cela se fit sans demander l’avis des
populations, selon l’usage du temps. Mais les Hollandais étaient protestants et les Flamands
catholiques, tandis que la bourgeoisie dans toutes les régions parlait le français et penchait vers les
thèses libérales. En août 1830 éclata à Bruxelles une révolution, contre laquelle l’armée hollandaise se
révéla impuissante.

Les grandes puissances se résignèrent au surgissement de cet Etat, né un peu au hasard. Le duc de
Nemours, fils du roi des Français Louis-Philippe, fut élu roi par le Congrès belge, mais les Anglais
objectèrent naturellement. En fin de compte, le Gouvernement belge découvrit Léopold de Saxe-
Cobourg-Gotha, un Allemand naturalisé Anglais, apparenté à la future reine Victoria, qui réunissait de
la sorte toutes les conditions favorables. L’arrangement fut conçu par Talleyrand, increvable ministre
de tous les régimes français, qui terminait sa carrière comme ambassadeur à Londres. Il eut une parole
historique: «Il n’y a pas de Belges, il n’y en aura jamais.» Il savait qu’il était impossible pour la
France de l’époque de récupérer les cinq départements francophones qui constituaient la Wallonie. Il
n’est pas exclu à partir de maintenant que cela puisse se réaliser. Talleyrand avait une vision à long
terme de la politique.

Elle anticipait la déclaration de Charles de Gaulle, à la fois lucide et provocateur, lorsqu’il a énoncé
une vérité première: «La Belgique est une non-nation.» Un politicien francophone a récemment
résumé la situation: «En 1830, nous ne voulions plus être Hollandais, nous ne pouvions pas être
Français, nous nous sommes résignés à être Belges.»

Jacobinisme. Au terme de cette naissance convulsive et hasardeuse, les fondateurs de la Belgique


commirent deux erreurs magistrales. Tout d’abord, ils choisirent le français comme langue unique,
alors qu’on parlait au nord des dialectes flamands et au sud des dialectes wallons. La Constitution ne
fut même pas traduite en flamand, les universités, les tribunaux, le Parlement, l’armée ne tinrent pas
compte de la langue parlée par la majorité de la population. Ensuite, ils fondèrent un Etat unitaire, qui
était divisé certes en neuf provinces, mais sans aucune autonomie. Le schéma jacobin de la France
était à l’époque considéré comme le nec plus ultra.

Lorsque, en 1993, la Belgique tenta de se transformer en Etat fédéral, elle le fit de la façon la plus
malhabile: au lieu de créer un ensemble d’une dizaine de cantons largement autonomes, dépositaires
d’une légitimité authentique, le pays fut divisé en trois régions: Flandre, Wallonie et Bruxelles, en
définissant une frontière linguistique, la capitale étant bilingue en théorie et majoritairement
francophone en réalité. Cette frontière administrative, qui se mue sous nos yeux en frontière politique,
fut décrétée sans être soumise à un vote démocratique des populations concernées. Et la Flandre
majoritaire dans le pays, détentrice de la décision, empiéta sur des communes à majorité francophone.

Solidarité financière. C’est cette construction tardive, artificielle et maladroite d’un pays appelé
Belgique qui est en train de se déliter. Or, si la nation belge n’est née que pour accomplir le dessein des
grandes puissances, la nation flamande existe bel et bien depuis qu’en 1302 les milices populaires
défirent à Courtrai l’armée du roi de France. Le synchronisme avec la Suisse est impressionnant: au
début du XIVe siècle, la féodalité fut ébranlée deux fois. Depuis, la Flandre considère que son
indépendance ne peut être conquise que par la lutte contre la langue française, bannie des écoles, des
entreprises et même des services publics.

Dès 1840, les Flamands protestèrent contre le statut auquel ils étaient condamnés, obligés d’apprendre
une langue étrangère pour exister socialement et économiquement. Les élections au suffrage universel
à partir de 1919 leur donnèrent la majorité parlementaire et le pouvoir absolu correspondant à la
démographie du pays.

La Belgique est maintenant parvenue au bout de l’impasse. La Flandre active et prospère ne veut plus
subsidier, par le biais de la sécurité sociale, la Wallonie ruinée et déprimée. Les Bruxellois sont
souvent obligés de résider dans des communes de la périphérie: or, celles-ci sont réputées territoire
flamand incessible quand bien même la majorité des habitants ne parle que le français. Il est interdit
non seulement de proposer aux citoyens de décider la langue dans laquelle ils veulent être administrés,
mais même de procéder à un recensement linguistique. Il n’y a donc plus ni solidarité financière entre
régions ni respect de la volonté démocratique ou simplement de la réalité démographique.
Le secret de la Suisse est de s’être construite par la libre volonté de ses citoyens, appelés à s’exprimer
démocratiquement sur tous les sujets. La malédiction de la Belgique est d’avoir été créée par la
volonté de l’étranger et d’en avoir pris l’habitude au point d’imposer la volonté de la majorité
flamande à la minorité francophone. Tricher avec la démocratie dans un pays multiculturel mène à la
ruine de l’Etat.