Vous êtes sur la page 1sur 39

i.'! c",*:!.

( i 0 M S l E S'í'iU"O\ 0'111 \ LJi K'l' l i ' b 3 " ;

1,'ilc (11: hl:idi;ie, siiiiiJc critrii I;: ,I(i"J!l';l(i" c t l c l i t ' l i i ' : I S


oiicsi, i l c I;i.ccn\\-iuli r t c n l r e le :I??":li'iS c1 li: 3-l"?!l"f.4V ili:
latiiutlc noi'il, s'éiend de I'csl ;i I ' o u c > l s i r i iiiii: I « r i g i i c u i d ~ ,
&JI,il«iiii~l.i'i:s, Sa p l i ~~IXII(IC i 1;1ig;iir 11111 1 0 1 ~ d a i ~ s i ~CSI (I-~~t
( ~ l : ~ ~ ~ ~ i ~ í j;r'i% l ~ lI ~~ i !l o~i ii ~~~ ~ ~ t.lrL;>iir,7,87
c s~ ~ l ~lkiIoii~i!tr~,s
~
c;irr<,:11;; s i ~ ~ ~ t ! r I i i ~e1i i !11ric
, [ ~ o [ ) : ~ l ; i ~ idco i ~,l:i$.OOO ;LII;:S (cri
I S I ; - ? ~ , s o i i I i i ti:ii~itants
j p a i 1rilí~ini:lri:~~nrriI~di:iisitiJ~Jni~rii?;:
sc i';ippi:!ani, c ~ i i ' i ln'y :I ~~II'IIII s i x i i ; ~ ~ ~í i;c!: I a S I I I ~ I ~i;iiI-
GC
iivilc; soit a i.;irisc <luirianc[!ic d'cau, soit pai' i1éf:lui ílc ici'i'e
;r~,nhIr.

1lndi:i.i: i'iii. iIi';i~oi~\crl.i!,li: .I', ,iiiil!~:l 1 'rI!l 1);'" I c s l ' o ~ ~ t i i ~ : ~ i ~


..
~ ~ t c i i s i i i i.oloiiizi:~:
lc [);iri:iix. 1111: ric I.:iril;r [ ~ i s: i , i o i i i i i i ' i i r ~ i :
;i,:rriiI~; l~rosptJril~!,mais, r:i\-;i;i!o :i [I~IIS~~;III~S rc/>i,iscs[!;ir

ilcs coi.c;iii.cs c l ;rtlnchte :Il:iI'osiiini: ílilclin;inlc do l:r rni:rc


llatriii, ellc I'ut soirvi:iit ret;irdét: dans son ~ I í ~ i c l o ~ ~ p c ~ i i c i i i .
nutui'el.
I o i i i k ,SIlongii~;i~i. IL'iIi! :I I , I I I ~ dislarici; dc ,lilii 1iciic.q
rii:ii.incs iiii coriiinciii. al'ricnin ci. {i ,172 liciics de I'l71iropc. Cc,i
iv~li:n~i:nl au milieu dei'ocOan lui doiinc u n climnt iiiiiinem-
iricnl ni:irin, :~vccrlcs cliarigemerils de lempéi~atiireinzigni-
linrils, iiiic IiuiiiiditC iiiotiCréi:, iles I i i ~ e i scliauds ct de. &i.(:s
icrn111Ji~i:s.Les rrioni:i:iies, s'blc~ant ,jusiju';i 1600 rnktrcs,
:il)iiti:nt toiitc i a còic ni~riilioriaiect surtotitl:~c;iliil:iIc, Fiin-
c1i:iI. i:i:iir villi: catlii.csquc I'iiniqire i'bsidcnce dcs mnl;idci..
Kllc Iciir 01'Src 11:s ineillciii~escondilions cIiiricrtEi.iqucs, Ic
i,onlor! iiidispcnsnble ei lcs distinctions uri pcu modcslcs
il'unc l>ciilcvillc. lille corilptc :ivcc Ics fnuhourgs 35000 1i;i-
l~iiants,s;iris cux 17 500; ellc esl Ic sihgc dii go~ivernemcnt
civil i:t rriilit;rirc et de I'Cv&ché.L'aspect de Funchal -si ccliii
tlc I~cniicoup tl';rutrcs ~ i l l c sdu midi de I'Euiopc : riics
i 1 i r e s miirs i:lilouissnnts de I)l:incliciir, maisons
eiii.oniCi:s d e ,jardins, dc rignes ou de cliamps de carine (i
siici'c. Les iui:s toiiics pavCes tlc peiits cailloux sont velati-
\cimeni ti'ès propics, si>i:liantviti: ;iprEs Ics pliiics et oliinnt
..
11~ul"nniinalion, csceptk aii ~oisinngi:ilu qiiai et d e I:r plagi:
oir si: conc::ritrc luiit Ic i~noii\~eirienl dcs alEiii'es e1 dii ciiiii-
iiii:i.ci!. I,';lii,i\i:i: iios ~ i a i ~ u e l ~vieiit
o i , ~ deu\ oii trois iòis p;ir
5cm:iiiic excitei. iin iniért:t passagei' pai'mi lec linbilaills c111
píiys i:1 I;r icolonic i:tiaii:i:i.e, ci., ;i i:niise des ~ ~ o i ~ \ e I l i !
;il!.i,niliies,dcvii:ni. Ic grand CvCnc~ncni.~. Ccttc colonie Ctinn-
p6i.c si: rornl)oso di: qiiclques S;rmillcs :inginiscs i,isidant :I
tI:i<ii:re polir leurs níT:~ircsct de rnalailcs d e toiites Ics n:rtions.
:iu ni~iribii: d'cnviron 500. L:I 11lus giuridc p:trtic íic (:c:
iii:iIad(~.;viciit encoi'e ii'Anglctcrri:

La pop~lalioriin~ligincvit à 1)ui.t c1 tiès ictiice, mais >o


i . Li; i i u i i i l i i i i I , , i i i ; i v i i ç s iic toiliç* ii;itioiialii<'s rqiii inril Ciil r i c n l c i
?laiicio oii 188.2 a ,:li iIc J;í, i i u i i l i;, pliis ~ i n n d epnrlie i i c s i a p c u r i .
irionlrc! l.t,&s:icsrieilla~ilepoiirles 6l.ran:ei.s. 'l'oiil lc iiioniik
11aslc I'i,aii[ais et cntoiirc dc vives syrnpailiir:~les 1;inni::lis
i~iiivicnrient p:rssitr I'iiiver à Firncli:il. Un llospicc ft~ndFp a r
i ' i ~ ~ i p r i Ii c s i a c - i i i esl. i i tlcs
sir:iirs I'r:incnises de Snirrt-J'inccnt de I1;iul. Ellcs s'ciToi.ceii1,
p n i liiiir ilévoui:inent, iIc 1';rii.c oii1ilii:r ?I leiiis i:oii~~inlriolics
I':rI~st~iic.etle In pnl.rie ct Ia cniisc ile Iciii. mil. T.':ini.ii,ir i:i~iisiil
ile I.'i.:inrc, 11. Ulnisc, e l son gendre, hl. ~I'Olivcir:~,:rgciii
~.iiiisnl;iirc:iclucl, riictlerit avec u n :iini:il>le ci~iprcsriiieiii
ieui. coi~naiss;inccd u yays ari servicc de leiirs i~omp:ii.rioLcs.
.\insi, ma1;i.b I;r 1)rbpondbrancc tlcs .liigl:ris et des rriimui,
:iiigl:iises, Ics I:rni~)aisflc se scnteiil pus t,roIi dcl~nysés:i
Alnilirc. Snns doiile, nu lien de. h r r r y n t s plnisii,~ de.:
:r:intlcs ~ i l l e s ,ils ne I.rouvcnt gukrc ciiie Ia vic de Ia c:iiii-
p:ir)ric; iriais Ia jouissnncc d'iine nntirre inajcstticiise, 11:s
doticeur:: tl'uii cliiiinl admir:il>le ct invnri:ililc, c1 1:i pi.i>si[i~t:
ccrtitiiiie du ioola~cnicnl.,sinon ilc. 1;i ~ii<li.isoii.tloiv~i-11
pnt~aili,iiiinc coiii1~1~ns:ition suflis;iiiii~.

Li: malaili: lc plils scnsihle :rii.; i n l c i i i p i ~ r i ~ pciii.


s si,, 111,o-
iiienci. pendnnt toiii. l'liivci. à clicvnl oii cn iiamnc. I.cs cnvi-
vons de Fiinclial o f i e n l Ics promcnntlcs Ics plirs n;i'Lables ci.
iesplris ~asiCes.Ilc loutcs pnri.s, des cheiiiins eiitoirri:s rl'iinr
Iiellevéçé~:rtionqiie pwent toulcs lesconlciiis dcs Lropii~iii~~.
,r ~.'r l l cc s l coupér par Lrois ravins (i,il~cir.as),cjtri, ;iii ti.in11s
111:spluics, devieiinerit d e vi.rilnblcs torrcnis. 1)es deus c6léi.
de ces torrents on n ionçti'iiit tlcs roitirs nsscz raidcs. qiii
inhncnt nux rrionlaynes. nans Ia ville iiiènie. :lu lbord 111: I:I
inei, dciix belles piomc~i:itlesofTrcnt :iux mal;rdcs iin ;\ir piii.,
iin s11w.tnclc:tdniirnlile c1 <Ic I'i,:iis onil,in$i,s. I)o 1:iiiiclinl :'i
c e l e i n Cnti:~r:i i .alo, I I I ~ ; I I I loiil
lt! IPIIIII.< I:( i i i ~ i iiiic
) I ~ ~ I nI oI t~ i v~ i ~ l I i : ~ r>laIilit>
~ f ~ ~ ~ ri~irs~iliii~.
l
l o i i g i i t ~ , i i idc: (i iiil!~iiii:l.iirs. i i i i e pi~oinoii;iiIo llri!s
s i t i . tirii!

: ~ I: 1i1 1 i i . s . c li clii'ils vii:nricnl Ic l i l i i s


s!iuvciri si: livi,i:i : I iin esi:ri:ii:i: rnoilbi.6 Lc: ror1iIi;inl. OII
!!n~r~i)li:nc,Iicvi:r :i l~ri!! tiOl;~i1111 r[itai entre l:i li>lc di! i,clLl:
rciiilc (:i, l ' c n l i i l i ~ (11: I;\ villi:, i:[. o n \ii:iil. d ' o i i v i i r nii fiiil~lii
i111 ;r;~nil ,jariliii :t 11i:ti d e ilis1;1111~1: tlc I;I pl:igc. (!L :issi'z Iiit,ii
:iIiriti. 1111 ll16iLic <:si. c n voie i l c~ oiisi~~iictioi~.

1,r:s Ii;il~it,:itioi~s
i l c l ~ i ~ r i c I i :<'i!li\cnt
il (:TI : i ~ ~ ~ p l ~ i I , l ~3i1k1i il r c
1,:. n:iiir,s i l e ln iiiont:igne,iii.;(iii':.i u n o li:iiii.eiir de I 5 0 irii:l,i.i:~.
I'llcs s o n l diiX&i~i!iiiiiicnlnppi,<:iii!cs u i v a i ~ Ll e u r Ii:i~il~iir el
li:iii, sitilnlion p l i i s o i i inoiris nlirilóc. Celics i ~ i isont i s u i Ics
lioi,d.; i l c i i.:i\ins s o n l s o i i a c n i ivxli«sCes h clcs çoiiiniils il'ciii.
í'ioitl; I'esposiiion i l'ouesl c1 ;iii rniili ]~ri;scnlc les 11Iii.:
s i r i r i i x nvnniagcs. I1 f n i i t ;iussi t c n i r grnrid coiiilii.c iles plnii-
iniiciris ipi cntouri:nl i'li:ibii.ritiori c i distin;uci cr1ti.c 1;i
vi;nci eI. I a cannc :Is u i i ~ ~ .

I l n d i r c pocsi:de iini, : ~ h o n i l a n c rincrvcillciisc i1':irhrcs ct.


iIc flrui..;. 1,cs plantes dcs I l i ~ o p i i ~ i i c's y I I I I I I ~ I ~ I I !IIC
irikiile rluc cclles ilcs z(1nt.s Lciiipi\riici. L:! I:iiinc csi. ti,i!s
i c s i r c i n t c ; 13 CII:ISSI'
CSI. I)i,csiliic n i l l l c ( l i ~ l i i n s c t b<?cassi:s
~i:~ilciiii:nl.).[,:i inci. est 1i.i:~ riulir: nn jroiszons. li n'y :I )I:I"
il':iriiinniix venirni.ii.;, l i a i i-iiCiriii 111: rrioiisliijiii~s.
-- S -

indiquenl Ia rnarche de 13 ternpbrat11i.e marquent des diffi-


rences peu importantes et conservent presque toujoiirs l e i l i
parall6lisme.

m .

----
,Srnvit,r ..... 18.98 13.17 Z.51 ilj.22 19.6 7.9 11.7 95.4877 96-1871
F4vkkr.. . . 18.41 1%.91 S.,?> l5.flG 2l.J 9.0 15.9 ip-i877 98-1861
1 . .. . 18.49 13.08 5.31 lj.75 %$.4 0.0 15.4 6.1868 '1-48GF
Aviil .. .... 18.41 l1.23 5.01 16.8% 9li.li 10.9 16.1 99-1868 [!-18i8
xai ........ 80.0 1u.w 4.51 18.3 97.7 o.5 18.5 io-1878 ?-isso
.luin .. .. ... 23.33 37.b0 5.96 20.37 2!1.4 18.7 15.i 11-1860 i-18il
Ju!llot ...... 23.01. 1ll.OR 4.86 91.59 39.4 15.1. 17.0 96-1865 3-18111
.\o01 ..... . . 55.15 20.01 5.11 12.58 i9.1 47.0 l5.i %-i880 93.1879
Scl~1iriilii.c.. 1h.83 19.57 5.26 93.90 JB.9 15.0 10.4 8-1876 30-1871
Oclol>r,~ .... Ta.33 17.83 5.5 20.38 30.9i3.1 li.l 6.1875 SI-1871
Yover~#!iie.. 21.i8 l5.85 5.24 18.:i7 95.8 12.0 13.5 20-1875 98-1879
niii.i,iiil,re.. I$.?? I?.OY 5.18 10.63 9.8 Y.I; 13.9 8-4868 11.1867
- - - - - --
20aolit 25 iaiirirr
n . . . 9 . 1 10.3 5 . 1 . 8 4 7.9 96.5 1865 1871
-- - - -- --
B oelolirs 13 irnrirr
I!ivero. ... . 19.0: 11.7 5.95 li."? 30.9 7.Q 92.3 1875 1871.
$0 aoiit 7 juin
&ia. ,...... q i . 8 ~10.01 5.31 ~ 1 . 6 7 a-.& 13.7 18.7 1x65 1x71
I I

'I. Iloyeiirie drs mauirna et des miniriia.


5. L'hiver cies mulndes eornprcnd loç hiiit rniiis, d'uetohre à iriai.
3. L'gtG dca rndades rompvcnd les quatre rnois, dc juin à seplemiire.
Après Ics prernières pluies qui lombeiit dans la seconde
moitié de septembre et l'abaissement de 1 ou 2 degrés qui
sai1 les clialeurs de l'été, le thermomètre reste invariable
,jusqu'h Ia mi-novcmbrc. Alors de nouvelles averses, accom-
pngnées de venls de N. 0. produisont un autre abais-
scinent plus sensible jusqu'au milieii de décembre, et h
pnrtir de cetle ipoque, le thermomètre reste d e nouvcau
stlilionnaire jusqu'à ia íin de janvier. Dans cette pEriode de
lemps, il tombe rnrement de Ia pluie. Lu neige, quand i1 y
en a sirr les montagnes les plus &levées, ne reste que
qrielques jours et rie modific pas Ia tempérnture de Ia ville.
Fbvrier apporte Ia température Ia plus basse, qui persiste
jusqu'aucommencement du mois de mars et ntteintun autre
miniinurn avec les pluies kquinoxiales Les ininima moyens
sc trouvent tou,journ en février et les mínima absolus quel-
quciois en mars.

La temp6ratrjre moycnne de l'a3nie est de 18, 8" C., celle


dc l'liiver, (octohre â inai) de 17,3" ct celle dc I'été (juirl á
septcrnbre) de 2'1,7". Lesoscillalions journalikres du mercure
. sont lrès insigniííantes ; Ia diffkrence moyenne enlic les
maxima e1 les minima est u n pea au-dessus de V,et est
presque Ia même l'été e1 I'hiver. Entre le mois le plus cliaud
ct le plus froid, il y a â peine 7 â 8 degris de différence. Les
lempératures A neufheures dumatiii et àneuf lieures dn soir
sont presquc les mftmes; iiiais celles du lever et du couchei.
du soleildifirent en moyeune d e 3 â 4 deyEs. Les maximn et
les miniina absolus ii'une longue pkriode de dis-scpt ans
n'accusent qiic I'hcart, rclativement petil, de 160,5.

hfalsi.6 I'absencc d e changemonls hrusques, le prin-


ternps amEne clcs C~octi~ntionsqiii
ne laisccnt pns d'avoir leiir
inliuence siiv les innlndies. Aiissitbt np1.è~l'équinoxe com-
iilcirce Ia tempéralurc shclie e1 cliaude ct qui est Ia indmc
ioull'6té. Cettc tempéralurc est absoluinent invariable poui
lu cote mi.ridionalc et plus i.Egu1ièi.c quc la tcrnpértit~ire
íl'liivci~.Demai à septembre Ia pluie tombe itivement. Lcs
,jourii6es sonl alors gbnéralcment chaudes; Ia lernpCratiire
s'L:lèi.e un pcii vers Ic milieir d'aoùl ct alleint son rriaxiinum
i1uand soume Ic vcnt E. S. E. le lesle, qui est Ic Sirocco dc
IIadèrc. Pendùnt' les premières 1ieili.c~d ~ jour, i en Eté, lc
ciclest clair et sans nuages, i1 sc couvre lenternent <I partir
de onze Iieures et s'éclaircit de nouvcau aprèsle conclier du
soleil. La continuité d'une tempbraturc pas trop élevbe,
raf~iichiepcndaiil Ia journée par les venis aliaEs et vcrs le
soii par les vents de Ia terre, Ia sécheresse relative de l'al-
inosplièrc et sa purelé nbsolue caractérisenl l'btb de Madère
pour les altitudes qui ne s'élèvent pau au-dcssus de 300
irièlres. La possibilité qii'on a de chanser de climat pendant
l'tté, cu ehoisicsant une dcrneureplus Clevbe surlamonlagnc,
donne à Rle comme station d'kté une imporlance Cgalc i
celle qu'clle possèdc conime station d'liircr. On ne saiirnil
trop i.ccornmander iiux inaladcs qiii viennent i iVIadère, d'y
pio1on:er leur séjour pendant dix-liuit mois quand les
iCsultats de l'hicer onl ameni! une amélioratiun. (l'on ne
craisne pns, par un séjoui. ainsi l~rolorigi., d'aE~ihIir Ia
constiiution, comuie cela arrivc trop sourent dans les pays
chaiids, e!. d'êlre ensuite incapable dc suppovier le climnl
íic 1'Europe. Jamais je ri'ai vu uti cffet semblable d:cils Ic
c:is de guérisoii coiriplkle et mêmc ù'amélioralion sensible.
li csi cepcndant des cns oii iinc ini.eri.uplion de 1:i ciirc à
.\l;iíli>i.cpeiii liroduii~etl'cxci:lIcriis r6siilints.
Tnhls hggrométri~~rie
(18Bii-188s).

z
NOIIL4IIE DE l0UP.S.
---.

.
'
a -
<

.lanvic?r....... 0Y.Oi I ~.1(85.031@?..0iB.51.750.5 (I.!! 1.3


lióri~ior . . . . 06.30 131.3 9.666.9 65.5 8 . 1 1 . 1 0.B10.5 l.i
N a n .......... 60.7 1hl.O 9.185.0 ui.7 8.6 1.1 0.1 U.!I 1.3
Avril .......... GG.l 168.0 10.8 4.9 17.9 i;.81.0 0.4 0.0; 11.9
JIA .... . . ... 65.6 179.3 10.m 4.7 99.89 5.0 0.0 0.03 o.? i o.;
liiiii.......... 08.3 177.0 19.584.Y 16.h 9.íO.h - - -~
Iiiillol .... . . .. 68.1 198.8 11.3 4.93
AoOt ......... 08.6 903.7 il.9h6.9
Seplemùre . . . 06.4 196.3 li.355.1
Octobre ...... 00.4 167.5 13.995.4
Aaromhrr.. . . . 69.1 138.8 11.84 1.8
116ce,nbri:. . . . . 68.3 198.88 10.hi 6.1

Annóo.. . .
Hiver ...
. ...
......
67.3 180.28 ll.76 5.03 679.90 70.8 8.8 3.4 6.65
67.06 1180.98 10.61 5.01 638.59 i l . a 8.33 3.1 0.1.5
0.85
0.86
Etó ........... 68.05 17b.3 1d.536.0U 4i.31 8.30.85 - 0.9 -
I

1. bloyeiine des absorvotious <leneuf Iieures du maliti i lrois Iieures (li,


i'aprbs-rnidi.
9 . Moyennc dcs obserualioiis de neuf Iieurcs e t do lrois licures.
3. La quantilé de nuaçes est indiquéo par l o i cliifies O h 10. Ls ZÇFO re-
présentc un eicl tout ti fait clair ot 10 u n eiel entibremcnt eauvert. Los
iuoyennes ant 6th tirées de quatrc oliservations : ircul iieiires, niiili, tinir
Iieures et neuf hevires.
a. En deisoiis ii'un iluart cio mil1imi.ti.e.
Un autre 6ltrnenl ~uractéristiclue.du uiiinat dc Aladkrc
csl I'hurnidiié atrnosphérique. Considerhe dans ses osçiilu-
tions journalières, on trouve qu'clle ilirniuiie avec iine ré-
çularith rernarcluablc jusqu'i deux heures de l'apr8s-midi;
à cette heure elle siibit un temps d'arrêt pour s'élever de
nouvcau, lenlement d'abord, plus tard assez rapidement,
Jusquevers le couclier du solcil. Celte auçn~cnt,ationvcrs
le soir a beaocoup d'impoilance, car elle fait toujours sur
1'6iat dil malade une impression al~príiciablc.C'cst I'liuiiii-
ditC atmosphérique qui causc souvent, mime c h e ~des per-
nonnes pas trop sensibles, Ia sensalion dc Sroid, malgii
une température assez &levéc. Aussi le maladc doit porter
6té et hiver des sous-vilcmcnts de laine et peiidant l'hivcr
ne pas b'exposer i l'air immédialemcnt nvanl e1 après le
couclier du soleil. L'hurriiditC atmosphCriquc s'accroit <i
mesure qu'on s'approclie de Ia irier.

Je n'ai vu qu'une seule fois :in hrouillard &pais i:nvelop-


per Funclial et ses environs; mais piesyile toujoiirs, tous
Ics soire en hiver, on voit un voile de légYies mpeurs hlari-
châtres descendre der inontagnes ct pénétrer dans Ia ville
par Ics vallées.

.Lc vent rie S . 4 . ainVne ia saturai.ion, le vent dc S.-E. ct


S.-E. le minimuin d'liumidilé. La plus foi.le s&chcressi
i è p e pendant le lesle; on voit alors enlre les deux &chellcsd i ~
psychromètre une différence qui atteint dix deçr&spcndant
l'htC et sept pendant l'liiver. En somme, l'atmosphère de
lfadére est toujours chargée d'une humidité bienlàisante
et tiède; elle diminue eri Eté ct en ailtornne et augmcnie
en hiver. C'cst donc une crreur de qualifiei ce climat
comrne ét,nnt toujours très humide; en tout cas ce n'esl.
-- .I :
J-

pas u n clima1 pl~vieuu.I1 n'g a quc ccux qui p;issenl 1'616


dans Ics endroits AlevCs qui se trouvenl toute I'unnée dans
une atrnosphkre i peu près égalerilenl chargi d'humi-
'dité.

La chaine de rrionlagncs occupxnt le ucnlre de file in-


tercepte les vents les plus fréquents e1 surtout ceux chargks
devapeurs; on comprcnd doiic hcilerrrenl que les sommets
~ o i e n presque
t toujours envelopphs de nurrges et que le ciel
de Funclial n'appaiaisse que très raremeiil d'un hleu pur.

La rosée, assez alriondhirtc a u bord de la irtci, est assez


Iéçère sur les hxuteurs. Abec Ic leste il ri'v ;i jamais de
i osCe.

Le chifl'rc des ,journécs de pluie varie consid&rablemerit:


clurirante dans ccrtuins I~ivors,qurilre-vingt-dix dans d'au-
Ires. Lc pluviornètre accuse dcs quanlilés qui raricril entre
300 et 1100 niillimètres. I,a plus giande quanliti: d'cau que
j'ai obseruke pendant vinçt-quatre beures éiuit de 95 niilli-
inCtrCs.

La rieigc ne se voit quesui' les ciiries Ien plus Blevées, clle


ne desccnd jamais à iiioins de 700 mèlres au-dessils de la
mcr,elie ne reste que trkspeu de tcmps e1 n'inllucncc presquc
jamais le climat dc L%inctial. Du rcstc il se passc génirale-
mcnt pliisicurs annies sans qu'il y ai1 de Ia neige sur Ia
rriovtagne.

Les orages sont exuessivci~ieiilfiircs; et plus fri.hr~ucnisen


liiver qu'en Até; en mogennc il y eu a cinq ou six par an.
1
MAYI&IA WIVINA
B S O L U S ? ABDOLUS'
,I 1
niFF'B'cK8'
DATE DATE
DU DI,LXIxUx DU XINIXUI

aaiiuier..
Péi.rior
..
.....
.
Marr .... .. ..
A ~ l i l .. ... .
..
h l ~ i . .. .. ...
$"i". . .... .
Iiiillet.. ... .
A"Ut .......
Soptenibi'e..
Ociohrr.. ...
xoicmhvo.. -
U~combrc...

hn~ifo ....,.
IIIYc~.... <..
Et* ... . .. . ..

1. Le haroinètrc (systbmc Fortiti) se lruuic 97eni au-<iessus ùu sol iie


I'obserratoire. Los obsorvalions sont rarneii8cs à O,OoC.
2. DEduites dos oliservations journalihres à neuf Iieurcs Ùu matin et trais
iieuies rle i'aprbs-midi.
3. Dbilirits dos observatiaiis ji~urnaliòresi neuf licures du iiiatiii, lrois e1
iioul Iieures du sair.
- -

B 3
A--------

..
. i ~ , ~ v i c..r í5i.$1.1 ijo.!ii ~ j i . i . ? íói.:,a 7iji.s 11i.8 ai 10
L'irrii::. ... 7 ~ 9 . 7 s761.i0 i i i . 2 . 1 ~789.31
~ 760.9 -?UO
i i 0 . i 10.8 5 91
Xi;irr.. .... ?IR 85 75S.Hii 7 i 9 . 8 ' 759.54 768.!1 751.0 i:.!> 8 a0
A\ril . . ... . 760.90 ií9.5Ii 760.1' 760.19 770.9 747.1 Wd.5 95 4,
a.!i... . .... ili%.8k i@> hl 769.00 iii9.79 7Ri.7 755.0 19.5 1%
Juin ... .. . . i04.18 76l.!I:I i 6 l . l i 764.10 768.1 iS!l.$l 8.9 12 91
Juillei.. . . .. 764.35 i1il.Ol iOi.3 i 6 I . D í6fJ.h 7SB.8 0.0 5 18
Aoiit.. . . . . . 1u2.l h 101.60 iF2 i') 761 00 765.9 758.4 6,s 9% L8
s t
Ocli,iiri:.
: iua.iz í u ? . í i i / y a : i ' i 6 9 ' 0 I
. . . 763.00 769.10~iói.<J? i m . 7 1
766.6
761.h
í59.8
758.6
7.6 93.9aot
1il.H 6
-+ 1
31
N o i e n i l i i i . . i t i í i ! ) 704.0i'iti4.U- í0'i.il 770.0 755.0 15.0 '31 i
iI6crriibra.. i67.38 763.87/iuj ti i 6 6 . m 773.0 i50 3 17.i i 31
I - -
ii~ii'i....... 7 3 . i i i 761.9)!iIl.iii 769.43 7i3.D 74,7.4 90.5 7d6i;i;iiii>i.o d aurii
769.04, 7i:i.S ih7.4 dii.5 ídireinbro 4 avrii
76'3.30 769.4 758.8 ii.O 5 juillcr Daoiil

La résularilé est aussi constante dans 1esphénoiriCncs iri-


diquks par le harombtre que dans ceux que marcluc le ther-
momèlre. Les charisen~ei~ts brusques sout iares; en été les
icnts alizés produisenl une pression plus forte quc celle
qui :r iicu en hiver. Les varialions les plus consid~rables
s'observent au muis de rnars, mais je n'ai pas remar@
qu'c1lcs uicnt heaucoup d'influence sur l'état génbral des
poilrinaires e1 sur 1a fréi~iiencede ccrlains accidents, cnlrc
autres sur les liéii~optysies.LGS?ariaiions journalièrcs in-
diquent le matin 1a plus haute picssion, une diminution
graduelle jusrju'i I'aprks-midi, un éiat stationnaire pendant
quelqucs heurcs et une nouvelle augmentation apiès le
coucher d ~ soleil.
i Lu piession moyeunc est de 762.98 n,liii.
pour l'année, de 762.@2 mm. pour l'hiver ct de 762.3 pOiJi
l'btk. Pendnnt les ciis-sept ails i1 n'y a eu qu'uilc diverçcnce.
2
de 37.38 inm. enlre Ic niaximum absolii et Ic minimuirr ab-
solu cn hivci et de '18.14 mm. en bté. Les moyerines dcs
iuois pour Ia inêmc pkriode ne vurient que dc 2.68 mm.
entre ellcs; pendant l'aunke1881 clles ont variéde0.10 mm.
-- 20 --
l'our se foimer une idhe exai:le d u cliiiial d t lladère il
faut bien étudier la marclie habiluclle du venl, dont l;i
violence ou les retours frbquents einp&cheraien~cerlains
inalades derestcr dehors et d'atteindrele but du volrase.

La direction génèrale du vent i Madère a peu d'impor-


lance pour Funchal. Les montaçncs, les ravins profonds, Ia
différence de température enlre Ia terrc e1 ia mer modi-
fient cssentiellement Ia marche dcs couranls aériens. Lu ville
esl converte par un demi-ccrcle de Iiautes montagnes qui Ia
prothgeul du vent du nord. du vent de l'ouest et un peu d u
còle de l'est. Les vents froids e1 violents du nord sont déviés
par les montagnes et rejelé$, i quelques lieues de Funchal,
dans Ia mer, de sorte qu'ori Ia voit écuiner ali loin landis
que Ia ville el le port jouissent du calme ou d'une Iéghre
hrise d'ouest. Disons cependant que les jo~irnéesahsolu-
ment sans venl sont trhs s-ares, mais, comme nous l'arons
fait ohserver, i1 y a peu de journécs oii lc vent soit assez
b r t pour emyêchcr les promenades au deliors. Da lever du
eoleil jusqu'à dis heures, le ciel cst clair et I'air calmc;
c'est le mcillaur moinent pour ceux de nos maladcs qui doi-
vent profiter des promenades et surtout des ascensions
comme moyens d'excicice respiratoire. A parlir de dis
heures le vent de Ia mer vient à augmenter, et ne se calmc
qu'entie trais c1 cl~iatreheures. Alors s'élèvc jusqu'au soir
le vent plus ou moins Sort mais toujours refroidi de Iir
tei're.

Le vent qui domine eu é t i est le ;\i.-E. et le S.-O.; pcn-


dant les pluies équinoxiales de l'aiitomne le S.-O.; pendant
les pluies hivernales I'O. et le N.-O., et au piinteinps le
- 31 .

S.-O. et Ie N.-O. Le lesle vicnt des déserts du Sah:irn', ?oulnc


dans Ia direction E.-S.-E. et ne dure, que quelques heiires
ou trois jours en hiver ct de trois à six jours peudant l'étb.
11 estpresque loujours suivi dc pluies nhondantes en hiver.

S.-O 17.1 1.0 K 0.0


O 12.0 3.7 N . 4 O.,!
O S3.i 4.11 N.-O 0.0
S.-010.8 1.90.-S.OO.0
C $3.7 3.8 Larta 0.U
S.-O z'iu 3.0 S.-E 0.0
S.0 0.0 3.08.-S-.E0.0
S.-O 1.1 P 0 S 0.0
1.0 L I i:5 c 0.0
.-N.-O 4.5 :I.U E 0.0
S.-O 49.7 1.0 S.-E 0.0
3 . - O 0.0 *.O E O.i!

L'atmosphère conlienl benucoup d'ozone prEs de la mer,

4. Unc fino pausaikre empnrtée par lo lesle se eompose, selo" I'examcn


microscopique e t chimique, d c matikros orgnniques, de quarts, parliçiiles
nrgileuses, eslcite, aug.ital mies, totirmaiine, frr maçn6tique et de Ùiatomkes.
dinsi son orisino terrcstro d mFmo suhnriennc parait démantrée.
9. Le pupim osonam6lri~uereste erposé pendant clouze lieiii'es; les de-
srés sont réduits i i'échelle rléeiniale; O ast hlnric, i 0 blou-noir.
5. Les moyonnos sont déduites des deur obserrntions on ringt-qi:alre
IIOUI~CS.
4. Aii degr0 aeonométriq~ie sont jaintes lu direclian prépondérniite dv
vcnt et Ia q,inntité dn pl~iiependa01 les mt.mes virigl-quatrr Iioures.
sirrtoul pendaul les forles aberses accompagn6es de ucnt dc
S.-O. Ou n'en trouçc presque pas pendanl le leste. Les
maximu o~onoinétriquesse rencontrent presque toujours
avec les quantités inaximal~s de pluie en vin~t-cluatrc
hcurcs et les rninima avec les jours secq.

La qualiié Ia plus rernarquable de l'air de hIadhre cst $a


pureté absolue et l'absence cornplèle de poussière. L'humi-
Uité almosph!rique, Ic pavage de presque loutes les routes
de I'ilc, l'absence dc voitures à rouesi, Ia culture qui se
fait toute iIa main, cf enfio I'entrainement de tous Ics
détritus à ia m e r p a r les pluies sont ia cause d c cc curieus
ct salutaire ph6nomènc. MCme en vilic I'air reste toujours
très p u i h cause des vastes Jardins ct terrains criltiv6s qui
entonrcnl les inaisons; de plus i1 n'y a pas de fuméc, Ia
pcipulalion-itant pauvrc ct sobre etlesappartements n'htanl
pas chauffés, VLI la douccur du dimat. Ce n'est qu'au teinps
de Ia rkcolte des cannes sucre, de Ia seconde moitié de
févricr jusqu'au comrnencen~entdemai, < p e l e s trois seules
usincs qui existcnt h Funclial rkpandent dãns leur voisinagc
des bmanations, du reste sans grandc influenec sur I ' h t
ç.611c!ral de I'air.

Les différenceslocales, quant à Ia telnpérature et les autrcs


contlitions cliniatériques, entre Funchal et lcs localit6s envi-
ionnantcs sont Iropnornhreurcs pour êlre toutes indiquies
ici. Par 50 mètrcs d'ilhvation, Ic Ihermombtre baisse d'un
degré; l'ouesl de Fuiichal est plus frnis que ie ecntre de
Ia \ille.

'i.On na se scrt dans I'ile q ~ i c<Ic traiiiorius qui plissont sur les pnygs.
11s sont iour stlclés do bccufs.
Lc climat des diverses stations qu'on peutchoisir pendant
i'eté sur les flancs de la montagne varie suivant la hauteur
et l'exposition plus ou moins abrilée. J'indique icilcs obser-
vations faites pendant l'été 1872, dans les trois çroupes
principaux de stations d'été sur Ia cate méridion:ilc.

QclNTA BOA NOVA PALIIIIIRO. CAWACHA

---
8h.
950 i i d ~ n a 8 .

%li. ?li.
450 r t r n a s .

71%. %h. 711.


520 i i B r n ~ s .

811. 911. 811.


---
duillci ... ... . ... 16.0 18.35 16.8 $5.9 10.9 11.56 45.49 16.9 i&.%?
Aokl ............. 18 90.1 18.95 .iíi.9 I7.n 15.56 17.78 19.1 li:O
.......
Se~>teinlirc iG.! 1R.i 17.4 I5.19 1G.Oli 13.07 fi.0 13 O 9.73

Des stalions plus élevEes que 800 rnètres sont inhabilabies


à cause de I'ariditE cles hauteurs, du manque absolu d'cau
e1 de communieat:ons et surtout icause des nuases qui
enveloppent Ia plupart riu temps Ia chaine centi'ale.

La petite ville de Santa cru^, située i l'est de Fiinelial e1


plus ouverte aux vents dc l'est et du N.-E., est une très
honne station de printemps e1 d'a~itumne;pendant 1'1516 le
sAlou1. de Santa Anna, au nord de Pile, klevéc d'd peu près
250 rnèlrcs ari-dessus de Ia mer, pcut se recornmander à
quelques malades.

L'ktat sanitaire de la population de Iladère est très satis-


faisanl.

Le lladérien est viçourcux, de taille moyenne, d'un teint


très forieé, indiqnânt un pen lc sang africain. L'ile rontenait
~riille.i\lalgrhtoui.escesuairscs rbunies Ia mortparlaphthisie
ne dhpassc pas, i Funchal, un silr doiize dhcès, resultat satis-
hisant quand on considere les statistiqucs des divers pays
de l'Eiirope moins favorises par le climat. Avec l'augmenia-
tion de Ia popnlation Ia phthisie s'accroil hors de propor-
iions, siirtout dans les quarliers populeux e1 pauvl-cs; elle se
inontre moins frequente dans les paroisscs rilrales. En
1 S S l i1 y a eu dans les quatre paroissesde Ia ville, silr nne
popnlation de 17500 habitants, 92 décès de phthisiques el,
dani: le lauhourg, sur une popiilation i peu p r i s &ale,
scitlement 32. Parmi lesdeseendants desrbsidants étrangers,
qui sont venus se fixer i Madèrc pour raison de sante,
apporiant avee eus o11 une plilhisie bien développée ou le
serme h6réditaii.e de cette inaladie,jen'ai connu qu'un scul
cns de mort. par Ia phthisie pendant les dix-huit ans de mon
sejour.

Les maladics épid6rniqiies sonl infiuirnent rares, surtout


pendant i'bi\er. Je n'ai assisté qu'i une Bpidémie de petile
\tirole introdnitc par u n navire porlugais et faeilemcnt
répandue dans une populalion qui s'oppose par n6gliscnce
rt par prEjirgé h Ia ~accinc.La scnrlatine ct Ia diphthéric
sont rares, 1,i roi~geoleet Ia coqueluche se monlrciit ides
intervalles trtis Eloignea e t se terrnineni presqiie toujours
sans consbquences fatalei:.

Cetíe ahscnci? de maladies jiraves de I'enfance et I'in-


fluence salu!ni~~c du climat sor Ia croiss;inccelledlveloppe-
mcnt vigotireux du corps, font de notre Ele une station exccl-
lente jrisqu'i I'âge de quatorzc ou quinze ans; plus taid uu
climat froid est souvent indiqué pour arrêler cettc pousskc
qi" dcviendrait h Ia íin trop dkbili!:rnie polir la constitrilion.
Les cnfants a'acclimatenl d'ailleurs avec une facilité surpre-
nante.

Au printemps ct cn été on voit des cas de fiEvres gastrique


et typhoidc, surtout parrni la populalion pauvre qui négliçe
toutc priicaiition d'hy~iine,qui sc nourrit mal e1 boi1 l'eau
des levadas (canaux d'irrigation) chargécs de dElritus végé-
taux.

De maladies endémiques i1 n'y a que la lèpre. Elle fut


inlroduite dans E l e par les colons et se mainlient par héré-
dité. Le noinbre des maladcs qiii sont ripandiis partout
inais plus friqueinment dans les paroisses dc l'0ucsl el
dont quelqucs-uns seulemcnt viennent se faire soigner à Ia
léproserie dc Fnnchal, cst évalué i quatre ou cinq cents. Le
microhe pathognomique, le bncillus leprz se trouve dans
les tuiiieurs léprcuses.

Une maladie endhrnique des intcstins, le soi-disant innl


dc bladère, n'existe pas.

Le nouvel arrivant a à craindie les diarrhées, s'il fait des


fiuits un usage iinmodéré, ct s'il boi1 pure l'eau du pays
qui ne conlicnt pas assez dc 4 s rniniraus. Les diarrhhcs
sont, coinine j'ai dit, o11 dcs cata~rhesintestinaux occn-
sionnés par une nourriturc prijudiciable, aihsi qu'il arrilc
en automne dans les autres pays, ou la conséqiience d'ulcb-
rations tuherculeuses. L'acclimatation, rnême quand on
nrrive de Lrès honnc heurc en hiver et mEme en été, se fait
facilement, pourvu qu'on prenne de léçères prbcnutions.

Un autrc repioche qo'on fait :L


notre climat, c'cst de pro-
- 27 -
duire tine relaxation générale et d'amener un 6lnl bilicux;
ce reproche csl jaste quand on se livre à n u régime trop
stiaiulant ou qu'on m i n e une existerice trop sédciltaire.

Pour loutes les formes chroniqucs de la plii.kiisie pulmo-


naire, lc cliinat de Madiirc sc rccommandc en preiiiihrc
lignc. Même dans lcs cas avancés, on réussit A arriter Ia
mavchc d e ln ixaladic pendanl longtcmps, et souveilt on
amCne la giiérison par une cicatrisation complète. Rien
nornbrcux sont 1es nialades qui, après avoir parcouiu loutes
les stations d'hiver, ne rbnssissent i trouvci. ia gubrison
y~\'h Madhrc! On ne saiirail ccpendant trop combattre l'idke
clne 3ladère n'est ulile que dans des cas extr6mes. Ceux qui
vienncnt dès le début, au lieu de peidre leiir tcmps c1 liop
souvcnt,liéias, leur santc, dans des cxpériences insiiffisnntes,
s'assurent uil succ6s rapide et délinitif.

Je n'excius que les cas accoiiipaçnés dc f i è ~ r eLrop Sorte


ou conlinuelle, Ics ramollissemcnts aigiis, les blcnnorihécs
broncliiales, les asthmes ilerveux ct les derniers degrés
d'cmpligsi.me. Pour ccs dernières cat6aories de inaladies,
]'ai i u quelqucfois d'asscz bons rhs~iltaliproduits pai. lc
climat d'bté, d'avril jusqu'à oclobrc.

La largnpite tuberculeuse, tout incurabls qu'ellc esl,


subit pzriois un tempi: d'arrêt; Ia bimple larjngile ct 1:~
bronchite guérisscnl facilement. L':rbsorption dcs dépôls
pleurétiques est remarquablemenl Saci1iti.e par Ic climat.
Tous les convalescents, après les dirbrentes malndies aigucs,
ictrou\ent hied vile les Sorccs pcrducs.

Le diabète se traite avec succès à àladère, surtoilt parce


- 28 -

qii'on y évile Ics complication.: pnlmonaires. La maladie


s'observe assez rarement dans I'ilc et n'est presque jamais
accompagnbe de phthisie.

Aladèrc est Ia staliori par cxcellence pour le traitcment


des maladics cndbmiques eL CpidBmiques coniractbes sur l:r
còic d'Alrique. Toiites Ics fièvres paludFennes, Ics digé-
nbrescences du fòie ou de Ia rate, les formes aigtlCs et
clironiqiies de Ia dyssenterietrop iralc sous l'influencc d:
(:hangemciil d e climat aidé d'un traitcment judicieiix y
qnirissent promptcment'.

La syphilis est assez répandue Madère oii les autorii6e


rt'exercent pas de snr,veillance sérieuse; cependant Ia ma-
ladie n'a que rarcment des conséquc~~ccs graves. 1,cs c;is
inènie invétérés suhissent I'infliience bicnfaisante du climat
chaiid et liumide et 1e traitcment spbcifique dcvicni ici trks
cffieace.

La chloi.ose g çurrif facilement; les mala<lies rénalw


d,ins Icur premier de@ siibisscnt une améliorntion seu-
bihle.

1,cs maladies rhumstismales, les maladies chroniqucs dc


Ia inoellc 6piniCrc contre-indiquent le climat de Madère.

En toiit cas Ic malndr: doit sc disposer, dès son départ, i

1 L'ile da NadAre est eansidiróo par lc gouverncrnent des eolonies anglaises


ile Ia cote rYAfriqiie eomrne station sânitnire, et il y emoie tous lor officiers
et toiis leç employús atteintç de maladies trapicalcs; de'même I'Assoeiation
internatianale africuinc d ~ Conço
i g dirige ses officiers invalides. I1 est i?t«n-
natit que Ia colunio <lu Sinhgal iic prafitc que très rarement rlc notrn stalion
nvec In<ji$ellcrlie est an communicalion divcctc c1 ri'.iilii.re.
rcster duns l'ilc autant de tnmps que su sarité l'exigera. La
possibililé de continuer Ia cure perikdnt tout le tcmps n6-
ccssairc n'est pas ce qui contribue le irioins au succès d e
notrc stution. Le nialadc t'ouveici tout cc qui peiit aider Ic
çliiuat : les bains de mcr, les ascensions habituellcs, Ics
cures de lait et de raisin, lcs promenades cn irier ou à chcv:il
et en bamac, la vie réplbc et calme.

hlalgréces avantages, il est i disirer qu'on nc laissc pas


uenir les nialades sculs, surtoul les jeunes geus. L'éloigric-
inent de Ia famille et des amis, Ia monotonie de Ia vic, l'iiii-
patience du malade, qui retrouve sa force et son hicn-ilro
e t a bate d'en jouir, causcrit trop souveiit dcs impi.udciices
qui détr~iisentvite les nieilleurs résultats.

Le voyase à Rladère ofSre d'autant plus d'avantagcl nu


malade qu'il sc fait pqr la voie Ia plus directe. Qu'on rie sc
décidepas trop tard et quand Ia saison est trop avancéc. 011
doit se meti.re en route vers le milieu ou 1afin de septembre,
époque ob il n'y a pas à redouler rii les teiupêtes cn m e l iri
les chaleurs à Funch:il. Le mal dc rrier e1 l'influence clu'ori
lui snyposc sur I'état du poii.rinairc ne. doivent pas l';rrrèLcr.
.Ic n'ai jamais ohscrvé de eonséquence fatale en mei, mCiric
ctiez les maladcs les plus disposis aux Iiémorrlia~ieset
rri6nic cluand i1 leur arrivait à bord des acciderits d'liéino-
ptysie. Trks sauvent, peu de temps après son inst~llution
bord, le irialadc voit la toux se calrner, i'cxpcctor:itiou di-
m i n u e ~et Ia íièvre baisser'. 11 fuul, autanl que possible,
se prociirer une cabine spacieuse situbc au milien du bateau
et éguleinenl iloignée de l'liélice et de Ia inachine. Une
1. Uiie nrn6liorption eoriiinene6i: pendant le voyage est de hori augure paur
le sEjaur à Fuiielial, vu son cliinat marin.
- 30 -

posilion tranquille, au lit ou sue le pont pendant la jour-


née, garantissent Ic mieux contre le mal de iner. En aucun
cas i1 nc doit se dispenser de prendre une noni-rilure
lkgère et fortifiante. Vers le soir lc rnalade quittera le pont.

Les routes lcs plus suivies sont celles par l'bii~leterre.


Trais foispar mois, levendredi, nnsteamerpart de Plyrnoulh
ou de Dartmouth pour Ic Cap, faisant escale à iiladère.
Les paquebots2 sont envoybs alternativement par deux
grandes compagnies anglaises : le Union Stenm Ship Com-
panyJ partant de Southampton et Plymouth, et le Doftuld
C u ~ r i ealzd Co's Colonia1 Mazl Slearn-Ship-Company",
partaut de Londres et de Darmouth. Les steamers de ces
deux compagnies offrenl lout le luxe et tout le confort dési-
rables; la dur8e du trajct est de trois jours e1 demi
quatre jours et demi. Prix enpremikrc cabine : 5 20 (500fr.),
en seconde: 5 1313sh.(340 fr.);pour le retourenpremière:
5 12 12 sh. (315fr.), seconde : £ 8 8 sli. (210 fr.).

I. Que 1.e ri~aladese proclire. iin bon fauteoil pour s'iiirtallsr confort~tble-
ment sur le pont.
2. On trouvc lesnoms des bàtiments en partancs dans les principaux jour-
naur de Londres.
X S'iidrosser ou Oriental Place, Southampton, ou Leadenhall Street, 11,
Loiidres.
Agences :à Paris : G. Dunlap e t CE 38, avenur de I'opdra, e1 26, ruo
d'llaulevillc; à Bordeaux :V. Depas, 9, placc Richeliou; a% Haure : Langs-
tnff, Ehrcnherç et Pollak; li Boulogne :A. H c n r j ~et C'*; Charentc :Vve lie-
nault et C''; U Jfarseille : A. Fabrc et fils; à Amsle~dam: de Vrie o t C";
6 Bâle : Selrne.ebeli e t C"; Christiania :R. Leenderts; Copenhague :Chr.
Sehmidton; Génes :Gondrand, f r b c s ; Tiieste : G i m . Baseri; Vigo : A . Rar-
ccnu. : Now-York : Henderson, Br., 7, Bowling Greeii.
4. S'adresser 3 e t 4, Fenehurch Slreet, Londres. A~encesà Paris et au
Havro : M. Jolin M. Currie; à Rordeaur, M. Currie S. C< à Anvers, M. F.
, .
Huçer; ihmsterdam, RIM. Colgaardt e t Rruinier.
11 y a deux nutres lignes ançlaises qui partent de Liver-
pool :1'African Steccm Ship Company' et le Brilish and
AJrican Sleam-Ship-Company Nous recommandons
peu ces vapeurs qui mettelit sept jours de Liverpool i Ma-
dire et qui n'offrent qu'une installation médiocre aux ma-
lades. De plus, le port de Li~erpoolles expose trop par son
climat froid et humide. Prix de la trliverske : £ 'i2 (300 fi..),
aller et retour 5 20 (500 fr.).

Une fois par mois, aucommencement ou i lafin du mois,


Ia lignc allemande de Wocrmann expkdie ses vapeurs de
IIambourgi Madhre; ils sont sfirs et parfaitement bien ins-
fallés; duréc moyenne de la traverskc : huit jours. Au re-
tour ils font escale au IIavrc. Prix 315 francs de Ilambourg,
322 francs pour le Havre.

La compagnie Lamport et €Iolt. cnvoie iinc ou deux fois


par mois ses bateaux d'Anvers et quelqucs fois, mais rare-
mcnt, du Havrc i Madère; bateaux très surs et avec bonne
installation. Prix en prcmière : 300 francs".

La compagnie fran~aisetransallantiquc (5, rue Halévy,


Paris) fait quelques fois escalc à Rladère quand i1 y a un

1. S'adroiser à DI. Blesaiider Sinelair, 31, James Street, Liverpool, ou Airi-


can-Steam-Ship Campaiiy, 21, Great S. Helens, Londres. Açencc au Havre :
M M . Burns et DIac Iver, 21, quai d'orléaiis.
9. S'adrcsser à ~ b f .Elder, Dempster B C", 48, Çastle Street, Livcrpoal ou
àIM. J . A . Maleolm a ç", (i, Crasliy Sguare. Londres. Açence eu Ilavre :
I M . Burns ct Mac Lver, 21, quai d'Orl6ar.s.
3. S'adroisor'i H. Carl ~ c c r m s n n ,liambaur:.
4. S'adresscr iMM. Lamport e l Ilolt, $1, Waterstreet Liuerpool. ilgonces,
au Havro : h1. Johii &I. Currie; à Anvers : hIiY1. Iienedy et Hunter.
5. Avec Ia plupart dcccs ei~rnpagniesles faiiiilles on peu nomhreuses ob-
ticnnont facilernent unc r8diiction du prir.
nombre sufíisant de pmagers; de nièmc Ia compagnic a i ~ -
glaisc du Pacifique, TIbe Pucific Steain-Navigation-Com-
pccny partant de Bordcaux.

11 n'y a pas de con~rnunicationdirecte entre les ports de


Ia Méditcrranée et Madère.

DeBordeauxBLisbonne, deux foispar rnois, service régu-


lier par les Messa~eries;du Havrc ti Lisbonne, trois foisp:,r
n~ois,par la ligne péniusulaire.

Le voyage par terre i Lishonne est long et faliguaiil, le


malade ne pouvant s'arrêter qu'i Madrid. De Paris i Ma-
drid i1 y ades wagons-lits, de Madrid iLisbonne (22 heures)
des lits-toilettes. Comrne on promct d'établir prochninement
un train éclair entre Paiis et Lisbonne, par une nou\~ellc
ligne moinslongue, le malade pourrait accomplir le voyage
dans de meilleures conditions et en nioins de teinps.

De Lisbonne i Madère, dcux dépai'ts réguliers par mois :


le 6, par Ia Compagnie portugaise de la còle d'Afriquc7,
et le 20 par le paquebot portugais le Furzçhal, apparlcnani
á la compagnie insulaire3. Durée de la traverbée :quaianlc-
six ir cinquante quatre heures; prix de Ia première cabiiic :
150 francs.

hussitôt que le paquebot a jeté l'ancre dans Ia baic de


i . S'adressoi au Paeific Company, 31, James Street, Liverpool ou alilhl. N.
Griffiths,Tatc & C', 5 et 7, Fencliurch Síreet, Londres. Ageriees : Bl. G.Wii-
tem, boulevard des I t a B ~ n s 80,
, Paris; NINI. Burns et Nae Ivcr, 31. quai i1'0i.-
léans, le Ilavre; 11. Auçust Schinits Q C', Aiivers; 81. Iiuys & C', Rul-
terdam.
2. S'adresser i M. E. Georgo, rua do Ferrcgial de Cima, 4, Lisbonnc.
3. Sadresser à M. Geriiiaiia Serrao hinaud, cacs do Sodre, Lislionne.
Functialet que Ia libre pratique est donnhe, les chefs des
hôtels ou leurs employEs vienrient à hoid se mcttre h Ia dis-
position dcs voyageurs. 1,es formalilks de Ia douane sont
très sommaires. I1 n'y ri de difficulté que p o u r les cigares
et le tabac. MCme en les déclarant on ne peut en garder
plus d'un demi-liilo; mais i1 u'y a pas de difficalté pour en
h i r e venir par Ia voie dc Lisbonne.

Les passeporls ue sont pas exigés, mais sont loujours


rrtiles.

Tous les hôtels et pensions sout tenus p ; ~ rd a ~Anglais;


on y Lroiive le conbrt, mais aussi Ia cuisine anglaise. II y a
deux hôtels à l'ouest de Ia ville, près de Ia nouvelle rontc
(voir p. C) : les h6tels Fallcner et Jones, entourés p a i des jar-
dins ot bien situés; les autres sont tcrius par %1!11. Rcid, pèrc
el fils. Ce sont : l'hùtcl Cairuo, dans Ia ville avcc beau jarilin,
l'liôtel Sanla Clara assez cxposé sur une collinc, l'liôtel
Édimbourç près de Ia mer et I'hòtel tIortas nus confiiis de
Ia ville, vers l'est, avec bonne table el service soignb. Cet
hôtel est fréqueilté par les Alleinaiids. 1,cs aiitres liôiels de
Funclial sont inférieurs tous 6:urds. Les prix sont poui
unc chambre, nourriture et service conipris, 330 francs
pour quatrc semaines. Ce prix varie suivuiit les apparte-
ments. Le noilvel arrivant fera bieu dc ne Grer son uhoix
qu'avec l'approbation de son médecin.

I 11 y a s u r Ia montagne deux bonnes peusioiis qui se re-


commandent à tous ceux qui rcclierchent Ia vie de faniille.
Ellcs sont tcnues par Mme Scott et Illme IVilkinson. LPS
prix sonl u n peu inférieurs i ueux des hôtels. I1 n'y a pas
d'apparlements nioublés ni de i,estnuranis.
3
- 34-
Pour passer l'été, on trouvc u n joli hôtel bien tenu et
bien situe àSanta Cruz, i quclques heures de Funchal, u n
autre A Santa Anna, au nord de I'ile, A 250 mètres a u dessus
dela mer. Quand il y a u n nombre d'liôtes suffisant, les hô-
teliers louent volonliers une maison à Ia campagne, od 11s
transportent leur hôtel pcndant i'kté.

Villas (en portusais, q lcintas) meublées, d e toutes les Sran-


deurs et de tous les p1.i~ (de 1500 i 1 0 000 friincs pour Ia
saison d'hiver), aux ençirons de Funchal et dans Ia ville. I1
n'y a i apporter que I'arçenterie et le linge.

Les domestiques (cuisiniers, fcmmes de cliambre, etc.)


soii! boiis, sobres et horiiiêle~,parlant tous un peu l'ançlais.
Comme on ne connait que la cuisine anglaise ou portuçaise,
i1 y aurait grand avantage à amener un cuisinier fran~ais
pour ne rien chan;er aux habitudes du malade.

Laviande de bouchcrie est excellente, Ia volaille est bonne,


le poisson abonde, le lait ct les ceufs sont d'unr qualilé su-
périeure, Ics IEgurnes toute I'année frais, ~iiaispeu variés.

Le vin de Madère est lrop fortpour beaucoup de malades,


maison irouve à acheter dubon vin deBordeaux. D'ailleurs,
on peut apporter qnclques caisses de vin sans difficuitks de
douane.

Le pays esi parfaiteinent tranquille e1 sUr; jamais d'atten-


tais contre Ia vie ct la propriéte. On peut dire sans exagéra-
lion que les Aladéricns sont le peuple le plris doux ct le plus
inoffcnsif hu monde.
- 35 --
Comme lieiiu de réunion on trouve I'Association commer-
ctale avec jolie terrasse donnant sur Ia mer; le Club anglais
avec belle bibliothèque et grand choir de livres, et le Cercle
portugais. Le visiteur peut se faire inscrire comme niembre
sans grande diffieulté sur simple présentation ou par l'en-
tremise d'un membre fondateur.

Le câble de la Compagnie des télégraphes du Brhsil met


l'ile en communication directe avec toutes les parties du
monde. Prix par mol, pour Ia France, 460 reis (2 fr. 50) par
l'Anglelerre et 340 (2 fr.) par 1'Espagne; Belgique 430 et
355 reis; Pays-Bas 445 et 370, Suisse 475 et 355; Italie
480 et 385; Russie 550 et 460 reis. La voie anglaise est
plus sure et plus r ~ p i d e .

La poste est bien organisée. On doit diriger toutes ses


correspondances et journaux par voie anglaise. MadBre fait
partie de l'union postale. En France, les lettres doivent être
mises i Ia poste le mardi ou au plus tard le mercredi soir
pour le conrrier du Cap.

Comme i1 n'y a pas de librairies i MadÉre, on fera bien


d'apporter des livres et de s'arranger en France avec son
libraire pour des envois réguliers.

Quant $I l'enseignement,il s'y tro~replusieursprofesseurs


distingues, surtout pour la musique et les langues. Les
principanx pays de l'Europe ont leurs représentants consu-
laires.

On peut envoyer par Ia poste toute espèce depaquets d'un


poids inférieur i 3 kilos. Pour l'envoi de caisses i1 Caut
- 36 -
s'adresser à hlM. Elder, Dempster et C'", à Liverpool, agents
de la British and AErican Company (voir page 31). Les
bateaus de marcliandises dc IlM. Forwood Brothers et
C'", Queen Insurance Buildinçs, 60, Gracechurch-Street
partcnt de Londres à dates variables e1 sonl peu 3. recom-
mandcr. Les paquebots du Cap n'acceptent aucun envoi
pour hladère. La voie de Lisbonne exige plus de temps que
celle de Liverpool. Les magasins de Fiinchal sont mbdiocre.
menl garnis; les ouvriers sonl assez l~abileset intelligents.
Les vêternents de demi-saison suffisent pour nolre clima1
d'hiver ,on fera bien cependant d'en prendre quelques uns
d'liiver pour levoyage.

L'or ançlais et lamonnaie portugaise servent pour toutes


les transactions, une livre sterling valant 4500 reis et le
frane 180 reis. L'or français n'a pas de cours. La meilleure
manière de se faire envoyer de l'argent consiste dans des
traites sur Londres ou des lettres de crédit en valeurs
anglaises. Les banknotes anglaises sont nkgociahles. Les
principaux banquicrs sont : Mhl. Blandy Brothers I3 C";
MN. lirolin Brothers & Co.
T A B L E DES M A T I È R E S

Remarques %énérales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3-6


Ctimatologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7-23
Influente dii elimat sur ta populatian et les m l s d i e s . . . . . . . . . . . . . . . 23-20
Voyase e t renseignements ..................................... 39-36