Vous êtes sur la page 1sur 24

FOOTBALL

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO

21°

ALGER

31°

TAMANRASSET

p. 2

Mardi 16 Avril 2013 - 6 Jumada Al-Thani 1434 - N° 249 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

news

news LA VISITE DE TRAVAIL DU PRÉSIDENT SUDAFRICAIN EN ALGÉRIE

LA VISITE DE TRAVAIL DU PRÉSIDENT SUDAFRICAIN EN ALGÉRIE

Tête-à-tête Bouteflika-Zuma

Les

M. ZUMA : LES QUESTIONS

DE SÉCURITÉ EN AFRIQUE

ENTRETIENS Des relations de qualité

Page 5

AU CENTRE DES

CONFÉRENCE, HIER, À L’ENSSP SUR LA RECONSTRUCTION DE LA DÉMOCRATIE AU MALI

«ICI ET MAINTENANT»

«La solution politique» à la crise au Mali est «incontournable» pour en finir avec la
«La solution politique» à la crise au Mali est «incontournable» pour en finir avec la
période de transition qui perdure depuis des mois et rebâtir un Etat doté d'institutions
légitimes élues par le peuple malien, a souligné hier à Alger, un politologue malien.
Photo : Madjid Naït-Kaci

Saïd Abjaoui

Ici, c’est à Alger. Pourquoi Alger ? Parce que l’Algérie est incontournable pour la sécurité régionale, et parce que l’Algérie est pour la solution politique qui assurera le processus de démocratisation. Pourquoi mainte-

nant ? Le retard est déjà important, et le temps presse pour entreprendre une lutte qui devrait imposer l’itiné- raire pour la reconstruction de la démocratie au Mali. Le Mali est l’épine dorsale de toute la région du Sahel, comme il le dit et le répète. Pourquoi maintenant ? Le Mali actuellement subit un effondrement de l’Etat, de

l’armée, de la politique, et il est plus que temps d’en arrêter la chute pour inverser le sens de l’évolution. Pourquoi maintenant? Pour écourter la durée de la gestion par la junte qui est au pouvoir depuis le 22 mars de l’année passée. Page 3

YOUCEF YOUSFI EN GRANDE-BRETAGNE

Impulsion au partenariat

Page 4

APN : CONFÉRENCE DE LA COMMISSION «DÉFENSE NATIONALE»

LA SÉCURITÉ DES PERSONNES DES BIENS ET DE LA CIRCULATION EN DÉBAT

O.Larbi

La journée d’études organisée par la Commission « Défense nationale » de l’APN a eu lieu au Cercle de l’ANP. Le droit au progrès et au développe- ment est lié à la sécurité de tous.

Beaucoup de députés, dont de très nombreuses femmes, composent cette commission. Des policiers et des gendarmes de haut rang ont pris place devant les députés et les invités parmi

lesquels des industriels et des person-

nalités de la société civile.

Page 4

40 E SESSION DE LA CONFÉRENCE ARABE DU TRAVAIL

600 participants

de 20 pays arabes

à

Alger

Page 6

SCIENCE et VIE DENTS : Toutes les questions qu'onn'osepas poser dentiste au Pages 12-13 C
SCIENCE et VIE
DENTS :
Toutes les questions
qu'onn'osepas
poser
dentiste
au
Pages 12-13
C U LT U R E

Après six ans de fermeture

le MUSÉE DU

Bardo

ouvre ses

portes jeudi

Page 11

SANTÉ
SANTÉ

Les corps communs reconduisent leur mouvement de protestation à Alger

Page 4

Les corps communs reconduisent leur mouvement de protestation à Alger Page 4
LIGUE 1 (MISE À JOUR) L'envolée de l’Aigle noir ? le CAB en danger à
LIGUE 1 (MISE À JOUR)
L'envolée
de l’Aigle noir ?
le CAB en danger
à Béjaïa !
Page 22

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 16 Avril 2013 D’ EIL MÉTÉO CE MATIN À 10H

2 DK NEWS

Mardi 16 Avril 2013

D’

EIL

MÉTÉO CE MATIN À 10H 21° à Alger Le professeur Rachid Bougherbal invité du Forum
MÉTÉO
CE MATIN À 10H
21° à Alger
Le professeur Rachid Bougherbal
invité du Forum de DK News
REGIONS NORD
Temps brumeux la matinée et voilé dans la journée, notamment vers les
régions Ouest et Centre. Cependant des formations de cellules orageuses
isolées seront observées vers les Aurès. Les vents seront d'Est à Nord-Est,
20/30 km/h. La mer sera peu agitée.
Conférence-débat sur le thème
31° à Tamanrasset
«Cardiologie : maladies
nouvelles et émergentes»
REGIONS SUD
De l'extrême sud vers le Hoggar/Tassili, le Sahara Oriental et les
Oasis, le temps sera souvent voilé à nuageux avec des foyers orageux vers
le Hoggar/Tassili. Ailleurs temps généralement dégagé.
Les vents seront modérés, 20/30 km/h, avec soulèvements de sable.
Alger
max
21°
min
14°
Le professeur Rachid Bougherbal, chef du service
cardiologie à l’EHS D r Maouche Mohand Amokrane
(ex-CNMS-Clairval, Alger), animera ce matin à 10h,
une conférence-débat au centre de presse de DK
News, sur le thème «Cardiologie : maladies
nouvelles et émergentes».
Oran
max
24°
min
13°
BENI OURTILANE
Conférence
sur le penseur
Fodil
El Ourtilani
Annaba
max
22°
min
11°
Béjaïa
max
24°
min
12°
La rencontre se tiendra au siège de
notre publication (3, rue du
Djurdjura, face au lycée El-
Mokrani, Ben Aknoun).
CE MATIN
Tamanrasset
max
31°
min
19°
À 9H30
No comment
Une
conférence
dédiée
au
penseur algérien Fodil El Ourtilani
a
été ouverte
hier à Beni
Ourtilane
(90
km
au nord de
Sétif ),
ville de
naissance de cet illustre militant an-
ticolonialiste. Organisée par l’asso-
ciation
nationale
de
consultation
juridique et de l’information, avec le
concours de
la commune de
Beni
Point de
presse du
directeur
de la distribution
de Sonelgaz
de Gué de
Constantine
Ourtilane, à l’occasion du 64
e
anni-
versaire de la mort de Fodil El Our-
tilani (le 12 mars 1959 en Turquie), et
de Youm El Ilm (16 avril), cette ren-
contre de trois jours donnera lieu à
plusieurs conférences animées par
des historiens et des universitaires.
La séance d’ouverture de cette ren-
contre, à laquelle a assisté le secré-
taire général
de l’Organisation
nationale des enfants de chouhada,
a
été marquée par une intervention
de M. Belkacem Bentalbi, directeur
du musée du
Moudjahid de
Bordj
Bou-Arréridj, consacrée
au
par-
cours
de Fodil
El Ourtilani
et
à

Pour faire face à la forte de- mande en énergie électrique et remédier au problème de la qua- lité et de la continuité du service, la direction de distribution de Gué de Constantine a réalisé plus de 60% des postes électriques prévus dans le cadre du plan d’ur- gence lancé en prévision de la sai- son estivale. A cet effet, M. Lakehal Loucif, directeur de dis- tribution de Gué de Constantine animera un point de presse ce matin à 9h30 à la direction de distribution de Gué de Constantine (RN N 38, Site Sonelgaz, Gué de Constantine. Alger), pour faire le point

sur l’avance- ment de cette opération.

celui des

Ourtilane. La

clôture

savants issus

de Beni

cérémonie de

TAMAZIGHT

Quel bilan ?

Le

secrétaire

général

de cette manifesta-

EMPLOI DANS LE SUD

ATHLETISME Remise de l'Insigne du CIO à Taoufik Makhloufi ce matin à Alger

tion historique

et

cultu-

relle

donnera

lieu,

demain, à plusieurs

recommanda-

tions, a-t-on in- diqué.

Pratiquement tous les secteurs sont

du

Haut-

chargés d'appliquer l'instruction du Premier ministre

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité so- ciale, M. Tayeb Louh a indiqué hier à Alger que pratiquement tous les secteurs étaient char- gés du suivi de la mise en œuvre de l'instruction du Pre- mier ministre relative à la gestion du dossier de l'emploi dans les wilayas du Sud. Dans une déclaration à la

commissariat à l’amazighité (HCA), M. Youcef Merahi, a estimé, hier à Tizi-Ouzou, qu’il est temps de faire le bilan de l’enseignement de tamazight à l'échelle nationale. «C’est le moment pour le HCA et le ministère de l’Education nationale de se mettre à table pour procéder à l’évaluation de l’apprentissage de la langue amazighe, pour mettre un terme au caractère + expérimental+ qui lui a été attribué depuis son introduction en

qui lui a été attribué depuis son introduction en Le champion olympique algérien du 1500 m
qui lui a été attribué depuis son introduction en Le champion olympique algérien du 1500 m
qui lui a été attribué depuis son introduction en Le champion olympique algérien du 1500 m

Le champion olympique algérien du 1500 m aux Jeux Olympiques de Londres 2012, Taoufik Makhloufi, sera décoré de

presse en marge de la 40 e session de l'Organisation arabe du travail (OAT), le mi- nistre a mis l'accent sur le rôle du secteur du com- merce dans le contrôle du respect des conditions du registre du commerce par les entreprises de sous-traitance en application de l'instruc- tion du Premier ministre relative à l'emploi. M. Louh a en outre estimé que le suivi de la mise en œuvre de cette instruction au niveau local était du ressort des walis ajoutant qu’«une feuille de route» a été élaborée au pro- fit de tous les secteurs concernés. Par ailleurs, le minis- tre a précisé que de «grands programmes de développement au profit des wilayas du Sud sont en cours d'élaboration avec la participation de tous les sec- teurs» ajoutant que le secteur du travail contribue par les programmes inscrits dans les stratégies d'emploi pour la création de micro-entreprises. Dans le cadre du soutien du développement dans les wilayas du Sud dans différents domaines, M. Louh a cité un projet vi- sant à encourager l'investissement par les entrepre- neurs dans la région.

l'Insigne du Comité olympique internatio- nal (CIO), aujourd’hui à la résidence Dje- nane El Mithak (Alger), à l'occasion d'une cérémonie organisée par le Comité olym- pique algérien (COA). En marge de cette cérémonie, qui sera re- haussée par la présence de ministres et de hauts responsables, il sera procédé à la signa- ture d'une convention de partenariat, entre la compagnie nationale Air Algérie et le COA, qui permettra au mouvement olympique et sportif algérien de «bénéficier de conditions de trans- port préférentielles», précise le COA. Au cours de cet événement qui sera marqué no- tamment, par les interventions du ministre de la

Jeunesse et des Sports Mohamed Tahmi, du prési- dent du COA Mustapha Berraf et du président di- recteur général d'Air Algérie Mohamed Salah

1995 dans le système éducatif», a insisté M. Merahi, au cours d’une table ronde organisée par la direction de wilaya de la culture, en marge des festivités commémoratives du 33 e anniversaire du «Printemps amazigh». «En réitérant cette demande que nous avons déjà formulée en 2006 au ministère de l’Education

nationale, nous voulons signifier qu’il faut dépasser le stade expérimental pour consolider la pratique de la langue amazighe, 17 ans après son introduction dans le système éducatif, car, chaque expérience a un début et doit avoir une

fin

essentiellement, d’enseignants et d’inspecteurs de tamazight, de représentants du mouvement associatif, d’artistes et d’hommes de culture. Evaluant, par ailleurs, l’enseignement de la langue amazighe à l’échelle nationale, le premier responsable du HCA l’a qualifiée de «positive», au vu des statistiques que le nombre d’apprenants est passé de 37 000 en 1995 à plus de 240 000 actuellement. «Mais cette satisfaction demeure toute relative, quand on sait que 91% de ces apprenants sont concentrés dans les wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira», a fait observer M. Merahi.

a-t-il expliqué devant un auditoire composé,

(

)»,

Boultif, la compagnie aérienne algérienne sera dési-

du mouvement olym-

gnée : «transporteur officiel

pique et sportif algérien», conclut la même source.

Mardi 16 Avril 2013

NATION

DK NEWS

3

CONFÉRENCE, HIER, À L’ENSSP SUR LA RECONSTRUCTION DE LA DÉMOCRATIE AU MALI

«ICI ET MAINTENANT»

Ici, C’est à Alger. Pourquoi Alger ? Parce que l’Algérie est incontournable pour la sécurité régionale, et parce que l’Algérie est pour la solution politique qui assurera le processus de démocratisation. Pourquoi maintenant ? Le retard est déjà important, et le temps presse pour entreprendre une lutte qui devrait imposer l’itinéraire pour la reconstruction de la démocratie au Mali. Le Mali est l’épine dorsale de toute la région du Sahel, comme il le dit et le répète. Pourquoi maintenant?

contournable pour la sécurité ré- gionale, et parce que l’Algérie est pour la solution politique qui as- surera le processus de démocra- tisation. Pourquoi maintenant ? Le retard est déjà important, et le temps presse pour entreprendre

une lutte qui devrait imposer l’iti- néraire pour la reconstruction de la démo- cratie au

Le

est

l’épine dor- sale de toute la région du Sahel, comme il le dit et le répète. Pourquoi maintenant ? Le Mali actuelle- ment subit un effondrement de

l’Etat, de l’armée, de la politique, et il est plus que temps d’en arrê- ter la chute pour inverser le sens de l’évolu-

tion.

quoi

mainte-

nant? Pour

écourter la durée de la gestion par la junte qui est au pouvoir depuis le 22 mars de l’année passée. La décennie 2000 a été celle de la pénétration des terroristes dans le Sahel. Le conférencier préfère le terme de terroristes et de criminels et pas de djihadistes. Ils ont profité du dysfonctionne- ment de l’Etat pour en faire le

Saïd Abjaoui

Invité par l’Ecole nationale su- périeure des sciences politiques, une conférence sur la reconstruc- tion de la démocratie au Mali a été donnée par son excellence Cheick Oumar Diarrah, ancien ambassadeur du Mali.

Il parle de la situation dans

son pays avec passion, mais avec une grande lucidité. Pour lui, l’heure est grave. Le leader- ship pour ne pas dire les autorités et la junte militaire, sont incapa- bles de comprendre tous les en- jeux. La situation au Mali s’est inscrite dans un processus de dé- gradation continue et avec les in- terventions extérieures, les Maliens n’ont plus leur destin en mains. L’ambassadeur nous invite à voir la situation de l’intérieur du pays avec les perceptions ma- liennes car la solution ne pourra être que malienne. Quand com- mencer le combat ? Il a eu re- cours à une belle formule qui rappelle la campagne électorale française. Le changement, c’est ici et c’est maintenant. Ici, C’est à Alger. Pourquoi Alger ? Parce que l’Algérie est in-

lieu d’échanges des otages et de transit de la drogue par les cartels sud-américains. De l’héroïne, plutôt. Pratiquement bien du monde en a profité, à savoir les politiques, les communautés, les douaniers, les militaires. Les ins- titutions, les milices…Fatalement l’Etat était appelé à s’effondrer. Il l’a été totalement avec la saisie du pouvoir par la junte et avec la conquête du nord du Mali par les mouvements terroristes. Depuis cet effondrement total, le destin du Mali a échappé aux Maliens. Le destin du Mali est soumis aux oukases de la Cédéao, les institutions sont sous tutelle de la Cédéao. Ensuite, il y eut un imbroglio institutionnel. Le président inté- rimaire a créé davantage une si- tuation de

confusion, avec un Premier mi- nistre doté pra- tiquement de

tous les pou- voirs. Il y a lieu de souligner que la junte militaire a favorisé la si- gnature d’un accord-cadre avec la Cédéao, avec une aggravation

de la situation au Mali. Le Pre- mier ministre doté de pleins pou- voirs ne reconnaît plus l’autorité du président. Le Gouvernement militaire fonctionne sous la junte militaire et ne possède aucune lé-

Sortir le Mali de la tutelle de la cédéao

Mali.

Mali

Pour-

Le leadership ne

comprend pas les enjeux

Mali. Mali Pour- Le leadership ne comprend pas les enjeux gitimité. La crise s’aggrave de plus

gitimité. La crise s’aggrave de plus en plus avec une incohé- rence visible au sein de la Cédéao.

Il y a des chefs d’Etat de la Cédéao qui n’ont même pas eu accès à la lecture de l’accord- cadre. Durant 10

mois, d’avril à décembre de l’année 2012, le Premier mi-

nistre a été destitué par la junte militaire pour mettre fin à la détérioration de la souveraineté nationale. Les terroristes, en occupant Gao qui se trouve à quelques encablures de la caserne militaire ont provo- qué la riposte de la France ap- puyée par des forces maliennes, ce qui permis la libération des grandes villes du Nord qui étaient occupées par les terroristes inté- gristes, qui malmenaient les po- pulations et qui avaient détruit les mausolées des saints, patrimoine historique. Les grandes villes ont

été libérées mais la sécurité n’est pas totale. Alors, il faut mener le combat pour la démocratie qui doit com- mencer en juillet prochain, avec la tenue de l’élection présiden- tielle. Sans la

reconstruc-

tion des ins- titutions, il n’y aura pas

de stabilité de la sous-région. Juillet pro- chain, ça sera l’élection présiden- tielle. Tout est à reconstruire, l’école, l’armée, les institutions, les institutions internationales, dans un contexte où la classe po- litique est totalement discréditée. Trois résolutions ont été votées par le Conseil de sécurité de l’ONU: 2051 en juillet, 2051 en oc- tobre, 2085 le 22 décembre. Ces trois résolutions ont organisé la mise du Mali sous la tutelle de la Cédéao, et ainsi, les Maliens ont perdu le destin de leur pays.

Sortir du processus de dégradation permanente

La solution politique à la crise malienne est «incontournable»

«La solution politique» à la crise au Mali est «incontourna- ble» pour en finir avec la période de transition qui perdure de- puis des mois et rebâtir un Etat doté d'institutions légitimes élues par le peuple malien, a souligné hier à Alger, un polito- logue malien. «La solution politique à la crise malienne est in- contournable» dans un pays qui a connu «un effondrement politique et institutionnel» du fait du coup d'Etat militaire contre le président Amadou Toumani Touré en mars 2012 et des évènements qui se sont succédé depuis, a déclaré Cheick Omar Diarra lors d'une conférence organisée par l'Ecole su- périeure des sciences politiques d'Alger. Evoquant la situation dans son pays, M. Diarra a estimé que «le Mali se trouve à un tournant capital de son histoire» et connaît une période difficile à la suite du «désastre» de l'année dernière provoquant «une aggravation de la situation écono- mique et sécuritaire». S'en sont suivis, a-t-il dit, «le dysfonctionnement politique et institutionnel» du pays et les attaques lancées par les groupes terroristes qui avaient occupé plusieurs villes du nord du pays avant que les forces françaises et africaines n'inter- viennent pour les combattre. Ces ingrédients, estime M. Diarra, ont conduit à «la mise du Mali sous tutelle de la Com- munauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cé- déao) qui a imposé l'accord-cadre du 6 avril 2012». Ceci, poursuit le conférencier, a créé «un imbroglio politico-juri- dique» avec une transition conduite par «un président et un Parlement illégitimes». Cheick Omar Diarra a insisté sur la né- cessité de la tenue de l'élection présidentielle, prévue pour juillet prochain, pour désigner «des dirigeants et des institu- tions légitimes» avec pour objectif la reconstruction du pays, notamment dans les régions du Nord. Pour lui, la solution militaire ne résoudra pas le problème. «Il faut rebâtir un Etat et ses institutions avec un nouveau contrat social» sur la base «d'un dialogue entre le Nord et le Sud pour une nouvelle décentralisation», a-t-il expliqué. In- terrogé sur le rôle des pays voisins dans la résolution de la crise malienne, le politologue a indiqué que les pays de la région «ont leur mort à dire». L'Algérie et le Mali doivent «construire des relations stratégiques fortes pour stabiliser la situation dans la région», a-t-il encore dit.

GUINÉE

Saïd Djinnit, désigné facilitateur international pour le dialogue

Le représentant de l'ONU en Afrique de l'Ouest, M. Saïd Djinnit, a été désigné facilitateur interna- tional pour le cadre de dialogue mis en place en Guinée, a annoncé hier un haut responsable gui- néen. «La désignation d'un facilitateur internatio- nal avait été posée comme préalable par l'opposition pour participer à ce cadre de dia- logue», a déclaré le ministre secrétaire général de la présidence guinéenne, Naby Youssouf Kiridi Bangoura sur les antennes d'une radio guinéenne.

Selon les médias, le général Lamine Cissé qui avait été pressenti pour jouer ce rôle a été récusé par l'opposition guinéenne. Une requête a été adressée par le gouvernement guinéen aux Nations unies pour la désignation d'un nouveau facilitateur in- ternational. Samedi, le président guinéen Alpha Condé a convoqué par décret, le corps électoral guinéen pour la tenue effective des élections législatives pour le 30 juin prochain.

M. Benhamadi insiste sur le développement d'un contenu numérique algérien

Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (MPTIC) a insisté hier à Alger sur le déve- loppement d'un contenu propre à l'Algérie dans le cadre du pro- gramme national e-Algérie. Le ministre a recommandé, à l'occasion d'une rencontre dé- diée au web au niveau du Cyber- parc de Sidi Abdallah, un développement du contenu nu- mérique algérien conformé- ment au programme national e-Algérie. «Si l'Algérie a engagé de grands efforts matériels et hu- mains pour donner une assise aux TIC, notamment en moder- nisant les infrastructures des té- lécommunications, il nous reste encore beaucoup à faire pour dé- velopper un contenu algérien et fournir des services effectifs tournés vers les besoins du ci- toyen», a déclaré le ministre lors

les besoins du ci- toyen», a déclaré le ministre lors de cette rencontre. Pour ce faire,

de cette rencontre. Pour ce faire, d'«importants dispositifs» ont été mis en place par le gouverne- ment pour encourager les créa- teurs du web, a relevé le ministre, citant notamment les dispositions de la loi des Fi- nances complémentaire 2010 portant suppression de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) sur le service internet, la production de logiciels et l'hébergement des sites internet sur le domaine».dz».

«Ces dispositions sont à même d'encourager les jeunes promoteurs à investir dans les data center et la production de contenus et de logiciels» a-t-il fait savoir. Par ailleurs, et dans le cadre de la généralisation de l'usage des TIC dans la gestion des admi- nistrations, M. Benhamadi a mis l'accent sur l'objectif de renfor- cer la présence des institutions sur le net en encourageant la création de sites et de portails web.Il a souligné, à ce propos, l'action engagée par son départe- ment visant à réaliser le portail de dix ministères, dans une pre- mière étape, et à développer, pour le compte de ces mêmes ministères, des services en ligne envers les citoyens. Cette opéra- tion en cours de finalisation, sera aussitôt généralisée pour le reste des ministères.

APS

4 DK NEWS

NATION

Mardi 16 Avril 2013

SANTÉ

Les corps communs de la santé reconduisent leur mouvement de protestation à Alger

Les travailleurs des corps communs de la santé des hôpitaux d'Alger ont reconduit hier, pour une durée de trois jours, leur mouvement de protestation, après celui entamé la semaine der- nière, pour demander l'amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles. Dans le grand hôpital d'Alger Centre, le CHU Mustapha Pacha, un sit-in, ponctué par une marche de protestation, a été observé dans la matinée dans l'enceinte de cet établissement par les travailleurs du corps commun, scandant des slogans accusant la tutelle d'être restée «insensible» et d'«avoir gardé la sourde oreille» par rapport à leurs revendications «légitimes». «Nous sommes déterminés à arracher nos droits, les corps communs sont des travailleurs, pas des mendiants», ont scandé les travailleurs tout au long de leur marche dans l'enceinte de l'hôpital. Les corps communs de la santé, regrou- pant les agents de sécurité, les chauffeurs, le corps administratif, les femmes de ménage, sont en grève de trois jours et revendiquent notamment, une augmentation de salaire, l'élargissement de la prime de contagion aux corps communs, la régularisation des contractuels et des vacataires pour leur permettre d'exercer «convenablement» leur métier et de vivre «dignement». Pour le secrétaire général de la section syndicale du corps commun du CHU Mustapha Pacha, Ah- med Terrak, le silence de la tutelle face à la détresse des corps communs de la santé «n'est rien d'autre que du mépris» à leur égard. «Nous avons envoyé des correspondances à la tutelle où nous avions formulé toutes nos revendications. Mais aucune réponse, même négative, ne nous est parvenue. C'est le black-out total», s'est-il in- digné, soulignant que les travailleurs étaient dé- terminés à lutter «sans répit» pour arracher leurs droits. «J'ai plus de 20 ans de service et je perçois un salaire d'à peine 15 000 DA. J'ai 5 garçons à ma charge, parmi eux un diabétique. Pourquoi reste-t-on insensible à notre situation?», s'est in- terrogé un chauffeur. Un service minimum est assuré. Toutefois, l'activité a été perturbée par ce débrayage, a-t-on constaté sur les lieux, surtout que la plupart des malades viennent de l'intérieur du pays. De même, au CHU Mohamed Lamine Débaghine (ex-Maillot), les travailleurs ont éga- lement organisé une marche de protestation, dans l'enceinte de cet établissement. Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a été contacté pour avoir sa réaction mais en vain.

GB - ALGÉRIE

M. Youcef Yousfi à Londres pour faire avancer les nombreux projets de partenariat entre les deux pays

Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a indi- qué hier que sa visite à Londres à la tête d'une importante délé- gation vise à faire avancer les nombreux projets de partena- riat entre les deux pays.

«La délégation algérienne comprend des représentants de différents minis- tères dont ceux de l’Energie, l’Education nationale, la Santé et l’Industrie. Dans ces secteurs, il y a des projets concrets, notre objectif est de faire avancer ces projets pour leur aboutissement», a dé- claré à l’APS le ministre de l’Energie. M. Yousfi a fait part d’un projet «am- bitieux» pour la formation de 3 000 en- seignants. Il a également évoqué la création d’un centre de management en Algérie en collaboration avec une université britannique. «Dans le domaine de la santé, il y a des accords de partenariat pour la pro- duction de médicaments et également un projet de mise à niveau du centre hospitalo-universitaire de Beni Mes- sous», a encore ajouté M. Yousfi souli- gnant que «depuis un certain nombre d’années, nous assistons à un renfor- cement des relations entre l’Algérie et le Royaume Uni, les deux gouverne- ments ont pris conscience de l’impor- tance des relations politiques et éco- nomiques et ont pris un certain nombre de mesures pour étudier toutes les voies

un certain nombre de mesures pour étudier toutes les voies et moyens de renforcer cette coopéra-

et moyens de renforcer cette coopéra- tion». Le ministre de l’Energie a souligné l’importance des visites effectuées en Algérie par des responsables britan- niques, notamment celle du Premier ministre David Cameron en janvier dernier. «L’Algérie se distingue par sa stabilité politique dans une région qui connaît des troubles, elle a des capacités économiques et de développement qui sont reconnues, ce qui fait que même avec l’affaire de Tigentourine - que l’Al- gérie a maîtrisée rapidement- il est in- déniable que la situation sécuritaire s’est très nettement améliorée et n’a rien à voir avec ce qui se passe dans certains pays de la région», a précisé M. Yousfi, affirmant que le gouverne-

ment et les hommes d’affaires britan- niques ont pris conscience du «potentiel de développement de l’Algérie et de sa volonté d’aller de l’avant et d’accélérer le processus de développement écono- mique et social». M. Yousfi a confirmé par ailleurs qu’il faut s’attendre à ce que les échanges soient beaucoup plus impor- tants dans un proche avenir et il n’y aura aucune comparaison avec leur ni- veau actuel. Au cours de son séjour à Londres, M. Yousfi rencontrera son ho- mologue britannique ainsi que Lord Marland, représentant du Premier mi- nistre pour le commerce et l'investis- sement, et M. Tim Yeo, président du comité Energie au Parlement britannique.

ALGÉRIE - ARABIE SAOUDITE

M. Harraoubia en visite de travail aujourd’hui en Arabie Saoudite

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Re- cherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, effectuera, à partir d’aujourd’hui, une visite de travail en Arabie Saou- dite, à l'invitation de son homologue saoudien, Khaled Ben Mohamed El Ankari, a indiqué hier le ministère dans un communiqué. Entrant dans le cadre de la coopération bila-

térale, cette visite constitue pour les deux pays une occasion en vue de «renforcer leurs relations en matière d'enseigne- ment supérieur et de recherche scientifique». Durant son séjour, M. Harraoubia aura l'occasion de vi- siter un certain nombre d'institutions et centres de re- cherches universitaires saoudiens.

APN

Sécurité des personnes, des biens et de la circulation

O.Larbi

La journée d’étude organisée par la Commission « Défense nationale » de l’APN a eu lieu au Cercle de l’ANP. Le droit au progrès et au développement est lié à la sécurité de tous. Beaucoup de députés, dont de très nombreuses femmes, com- posent cette commission. Des policiers et des gendarmes de haut rang ont pris place devant les députés et les invités parmi les- quels des industriels et des personnalités de la société civile. « La sécurité du citoyen au regard de la DGSN et du Darak El Watani » telle » est l’intitulé de la journée d’étude qui a été introduite par le président de la commis- sion. Bounefla, et développée par le pro- fesseur de droit, Mohamed Faden, membre du RND. : « La sécurité des per- sonnes et des biens est inscrite dans la Constitution algérienne. C’est un droit fondamental. L’Etat algérien veille à la protection du citoyen en développant les services de sécurité et les administrations centrales qui le concrétisent. » Si la Gendarmerie nationale et la DGSN sont intervenues pour exposer la manière dont elles appliquent la loi avec des hommes et des femmes de plus en plus formés et avec des moyens de plus en plus perfectionnés, l’action a été mis sur la sé- curité au sens large qui couvre aussi la sé- curité des installations industrielles, des

sites sensibles, la protection des institu- tions, à tous les niveaux de l’Etat. Bien des institutions participent à cette action qui garantit la sécurité sur tout le territoire national, protège la santé et l’économie, intervient pour appliquer la loi, traquer la criminalité sous toutes ses formes en étroite collaboration avec les institutions dont le ministère de la Justice et autres institutions de souveraineté. La sécurité, une idée neuve ; un bien précieux. Il s’en- suit que si l’Etat joue son rôle en faisant voter des lois, en dotant la nation de moyens suffisants pour faire face aux me- naces intérieures et extérieures à l’ordre public, il prend en compte les change- ments économiques et sociétaux, la dé- mocratisation de la vie politique, l’implication de la société civile dans le mouvement associatif pour adapter son intervention aux conditions nouvelles dans lesquelles les lois s’appliquent. C’est pourquoi les conférenciers de la Gendarmerie nationale et de la DGSN ont mis fortement l’accent sur la prévention et l’éducation du citoyen dès le plus jeune âge de socialisation : informations et im- plications des parents, des enfants (éco- liers, collégiens, lycéens, etc.), le mouvement associatif étant acteur et par- tie prenante des mesures de prévention, d’anticipation du risque. Les intervenants ont répété que la sé- curité est un bien précieux, une condition d’épanouissement de la personne, une

base irremplaçable de développement et de progrès. Les députés et les personnali- tés présentes ont apprécié que les repré- sentants de la force publique n’aient à aucun moment privilégié la violence légi- time au détriment de leur stricte applica- tion de la loi qui leur est signifiée par des réquisitions des autorités judiciaires. Afin que nul n’ignore que toute intervention est judiciairement motivée. L’Etat de droit l’exige, les services de sécurité l’appli- quent.

La sécurité est l’affaire de tous

Les communications ont brossé un large spectre de la sécurité du citoyen qui se confond avec celles de la société et de la Nation. Les services de gendarmerie et de police ont mis en avant leur mesure des risques qui menacent la paix civile, des at- teintes à l’économie nationale, des dan- gers qui menacent la santé de la jeunesse (notamment le trafic de drogue et de substances interdites à la consommation). C’est pourquoi la surveillance des fron- tières- 6500 km de frontières terrestres) est assurée aussi bien par la Gendarmerie nationale, la DGSN que les services des douanes. Cette même activité permettant d’empêcher les trafics sur les produits subventionnés… La lutte contre le crime organisé, les trafics internationaux ont conduit les ser- vices de sécurité à développer la maîtrise

des TIC, à se doter en laboratoires d’études et d’analyses sophistiqués, de moyens d’investigations modernes. Dans ces domaines, la formation des hommes est la condition sine qua non de la prise en charge des problèmes nouveaux, com- plexes sachant que les criminels sont in- génieux et créatifs. Certains ont pensé avant le début de la journée d’étude qu’elle avait pour but de servir de plaidoyer à la Gendarmerie na- tionale et à la DGSN. Au contraire, l’assis- tance a apprécié la démarche républicaine qui consiste à apporter à la représentation nationale tous les élé- ments d’information qui permettent de saisir l’importance du sujet pour la sécu- rité nationale, c’est-à-dire du citoyen. En allant jusque dans le détail, les ins- titutions citées ont transmis à l’opinion publique qu’elles sont au service de la paix civile, de la sécurité des personnes et des biens, de l’économie et de la souverai- neté nationale. Si le citoyen vit et se déplace dans un milieu sûr, si le fonctionnaire peut servir dans des conditions respectueuses du droit, si le travailleur et l’entrepreneur peuvent vivre du fruit de leur travail, si les enfants, les femmes et les personnes âgées sont protégées dans un pays, une nation qui respecte les droits de l’homme, le civisme et le respect des lois doivent de- venir la règle.

Mardi 16 Avril 2013

NATION

DK NEWS

5

DÉVELOPPEMENT LOCAL

Une nouvelle approche dans la prise en charge des préoccupations des citoyens

Walid B.

Le gouvernement sem- ble décidé à passer à l'acte en ce qui concerne la prise en charge des préoccupations sociales exprimées par les citoyens dans les diffé- rentes régions du pays. Cela dénote une réelle volonté de la part du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui ne cesse, chaque fois que l'occasion se présente, d'insister sur la nécessité, pour les responsables de l'admi- nistration, d'être à l'écoute des doléances de la population et de se pencher sérieusement sur ses problèmes.

C'est dans cet esprit plus précisé- ment que les ministres et les walis ont été instruits par M. Sellal de recevoir les citoyens, de les d'écouter et même, le cas échéant, les associer à tout ce

qui a trait au développement local et à l'amélioration de leur cadre de vie.

Il faut dire que cette politique a été

d'emblée affichée par M. Sellal dès son installation dans ses fonctions de Premier ministre.

A ce propos, il avait exhorté les

walis d'être constamment à l’écoute des citoyens, affirmant avoir été chargé par le président de la Répu- blique de rénover le service public. "Nous devons essayer de sortir des chemins battus pour une réelle prise en charge des préoccupations des citoyens", avait-t-il insisté lors d'une réunion avec les walis, tout en souli- gnant que l’administration est au service du citoyen. M. Sellal avait alors appelé les walis à faire le maximum pour réhabiliter le service public, estimant que cela est

pour réhabiliter le service public, estimant que cela est fondamental si on veut gagner la confiance

fondamental si on veut gagner la confiance des citoyens. Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, avait, lui aussi, ins- truit les walis à privilégier la voie de la communication avec les citoyens, en vue de trouver les solutions appro- priées à leurs problèmes, à l'occasion de la cérémonie d'installation des walis désignés lors du dernier mouve- ment intervenu dans ce corps. "Il s'agit de discuter avec la société civile, en particulier dans le Sud du pays où les notables et les sages sont écoutés et respectés", avait-il martelé à l'adresse des walis. Selon le ministre de l'Intérieur, les walis, en procédant de la sorte, "don- nent du poids à leur crédibilité et confortent, ainsi, leur rôle d'intermé- diaire entre les pouvoirs publics et les citoyens". En ce sens, le ministre avait appelé les walis à être constamment à

l'écoute de la société civile, considé- rant ce procédé comme la "meilleure manière" de résoudre leurs pro- blèmes.

Le ministre avait, en outre, reconnu que l'emploi est le "problème majeur" qui se pose dans le Sud du pays, tout en préconisant une forma- tion "assez complète et rapide" au profit des jeunes demandeurs d'em- ploi et n'ayant pas de qualification. Ces instructiuons s'inscrivent en droite ligne avec les orientations qui ont été déjà données par le président de la République, lequel n'avait pas manqué d'insister sur la prise en charge des préoccupations et des attentes des citoyens. Ainsi, et à chaque fois, il a été question des

mesures à prendre en vue de la réha- bilitation et de la mobilisation de tous les services publics pour répondre aux attentes et préoccupations des citoyens. Le projet d’action du gouverne- ment s’articule particulièrement autour de la poursuite de l’améliora- tion de la gouvernance pour renforcer l’Etat de droit, réhabiliter, d’une manière radicale, le service public et promouvoir la cohésion sociale. Il en est de même pour le dévelop- pement des infrastructures socio-économiques, dont notamment la concrétisation des programmes de logements prévus, en mobilisant tous les moyens nécessaires et la densifica- tion des réseaux d’infrastructures. Pour répondre à toutes ces exigences, le gouvernement s’est engagé à pro- mouvoir le développement humain, à travers la poursuite de la mise en œuvre de la réforme du secteur de l’enseignement et de la formation, la lutte contre le chômage, le développe- ment de l’action sociale de l’Etat en direction des catégories défavorisées et une meilleure prise en charge des besoins de la jeunesse. D’autre part, la poursuite et la dynamisation de la moralisation de la vie publique constituent des axes essentiels du plan d’action gouverne- mental. C'est dans ce sens que le président de la République avait instruit le gou- vernement à inscrire son action dans le sens d’une écoute permanente des attentes et préoccupations des citoyens, afin de leur apporter les réponses appropriées quant à l’accès à un service public de qualité.

Des défis, des impatiences et des ambitions

Saïd Abjaoui

Un nouveau style de gouvernement. Evaluation de proximité des besoins. Concertation locale. Prise de décision locale. Une nouvelle culture de gouver- nement. Il n’y a plus de dis- tance entre une région et la capitale. C’est la capitale qui va à la région.

Le gouvernement Sellal

agit en acteur qui entre dans le cœur de l’action. C’est là où on évalue au plus près, au plus exact, sans in- termédiaire. Le message emprunte la voie la courte. Sans altération. Les diffi-

cultés sont prises en charge et c’est à ce niveau que s’évaluent les moyens à mettre en œuvre. Les défis sont im- menses, les impatiences grandes, les ambitions éga- lement, et la prise en charge s’avère des plus grandes. Il faut relancer l’agricul- ture, car elle a un impact considérable sur la sécurité alimentaire, sur la souve-

considérable sur l’emploi. Seule l’économie per- met de produire les ri- chesses qu’il faudrait ensuite redistribuer. Il est vrai qu’on ne peut redistri- buer que ce qu’on a pro- duit. C’est une vérité incontournable dans toute économie. C’est bien l’éco- nomie qui relance l’emploi. C’est également la mobili- sation de toutes les forces disponibles qui est à la base

raineté nationale même. Les défis sont immenses et les compréhensions de- vraient l’être davantage. Rien ne se fait en instan- tané. Il faut relancer l’écono- mie car elle a un impact

de la relance de l’économie dans toutes ses compo- santes. C’est la prise en compte exacte de tous les problèmes qui permet de mobiliser et d’évaluer les moyens à mettre en œuvre ainsi que d’apporter des

correctifs aux insuffisances constatées. Bien sûr que toutes les revendications socioécono- miques sont justes et légi- times. Bien sûr qu’il est normal qu’elles soient ex- primées. Bien sûr qu’être portées à l’attention du gouvernement. Bien sûr qu’il est de la mission du gouvernement de prêter une oreille atten- tive à ces revendications. Bien sûr qu’il est du rôle des élus de les porter au gouvernement. La chaîne doit fonctionner sans rup- ture, et sans pause. S'il y a le moindre chaînon qui faillit à sa mission, c’est toute la chaîne qui rompt.

EMPLOI

Louh insiste sur la nécessité d'accorder les prérogatives aux succursales bancaires à travers les wilayas

aux succursales bancaires à travers les wilayas Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, M. Tayeb Louh a mis en exergue hier à Alger la nécessité d'habiliter les succursales des banques à travers les wi- layas à prendre des décisions concernant le financement des projets pour les jeunes. Dans une déclaration à la presse en marge de

la 40 e session de la Conférence arabe du tra- vail, le ministre a insisté sur la nécessité de conférer aux succursales bancaires à travers les wilayas des prérogatives leur permettant

de prendre des décisions en matière de finan-

cement des projets pour les jeunes promo- teurs dans la perspective de «gagner du temps». Il a souligné la nécessité de décentra- liser la prise de décision en matière de finan- cement des projets destinés aux jeunes pour la création de micro-entreprises. Cette me- sure, a dit M. Louh, devra soutenir les facilités accordées par les pouvoirs publics en matière d'emploi notamment dans les wilayas du Sud.

GHARDAÏA

Le colloque «L'entente entre adeptes des rites Malékite et Ibadite» prévu reporté

Le colloque international intitulé «L'en-

tente entre les adaptes des rites Malékite et Ibadite, au service de l’Islam et du pays», ini- tialement prévu du 21 au 23 avril à Ghardaïa,

a été reporté à une date ultérieure, a-t-on

appris auprès du directeur des Affaires reli- gieuses et du Wakf de la wilaya. Le comité d’organisation a estimé op- portune une telle déprogrammation. Cette manifestation a été reportée «pour se don- ner le temps nécessaire que requiert l’orga- nisation d’une telle manifestation aux multiples dimensions, et son déroulement dans des conditions idéales», a précisé M. Mohamed Amir Abdelkader. Initié par le ministère des Affaires religieuses et du Wakf, en collaboration avec la wilaya de Ghardaïa, cet événement devait réunir de nombreux intellectuels, religieux et ensei- gnants-chercheurs spécialisés dans les deux rites ibadite et malékite, a indiqué M. Amir. De nombreux érudits, oulémas et des figures religieuses du monde musulman,

devaient animer des conférences durant ce colloque qui vise à «favoriser l'esprit du dia- logue, de la paix et de l'entente pour servir

la religion islamique et l'Algérie», a-t-il dit. Cet événement culturel et religieux a

pour but aussi «d’engager une réflexion ap- profondie pour renforcer et asseoir la cul- ture de la tolérance, en assurant la transmission de la tradition du prophète Mohammad (QSSSL) aux nouvelles généra- tions». Lieu de coexistence et de cohabita- tion des deux rites, Ibadite et Malékite, depuis plus de mille ans, la région du M’zab constitue un exemple de la consécration des valeurs de tolérance et de promotion de la paix entre la population.

APS

6

DK NEWS

NATION

Mardi 16 Avril 2013

LES TRAVAUX DE LA 40 E SESSION DE LA CONFÉRENCE ARABE DU TRAVAIL

600 participants

de 20 pays arabes à

Alger

Les travaux de la 40 e session de la Conférence arabe du travail se sont ouverts hier à Alger avec la participation de délégations de 20 pays arabes représentant les trois parties de la production (gouverne- ment-syndicat-patronat).

Le ministre du Travail, de l'em- ploi et de la sécurité sociale M. Tayeb Louh, le directeur général de l'Organisation arabe du travail (OAT) M. Ahmed Mohamed Lok- mane, et le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), M. Abdelmadjid Sidi Saïd, participent à ces travaux. Le Premier ministre, M. Ab- delmalek Sellal, a assisté à la séance d'ouverture aux côtés de membres du gouvernement. Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a indiqué dans un message adressé aux participants à cette session, lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République, M. Mohamed Ali Boughazi, que cet événement était «un maillon im- portant dans le processus de l'ac- tion arabe commune et une étape exceptionnelle sur la voie du dia- logue et de la concertation» dès lors qu'elle regroupe toutes les parties à la production dans le

regroupe toutes les parties à la production dans le monde arabe. «L'actuelle session se veut une

monde arabe. «L'actuelle session se veut une opportunité pour la coordination des positions arabes à l'égard des développements en- registrés au plan socio-écono- mique mondial», a affirmé le président de la République, tout particulièrement, a-t-il ajouté, «à l'égard de l'impact qu'a généré

et continue de générer la crise économique mondiale sur les indicateurs économiques et so- ciaux dans tous les pays du monde». Cette rencontre arabe qui se poursuivra jusqu'au 22 avril se déroule en présence de quelque 600 participants dont les minis-

tres arabes de l'Emploi et des Af- faires sociales et les représentants d'unions et d'organisations arabes et internationales activant dans le domaine de l'emploi et du mar- ché du travail. Les participants s'attelleront lors de cette session à l'enrichis- sement des sujets en relation

avec les dossiers socioécono- miques en rapport avec l'emploi. Un intérêt particulier sera accordé à l'assurance chômage et à l'avenir de l'emploi à la lumière des chan- gements en cours dans le monde arabe. Des rapports sur le dévelop- pement équitable et les aspira- tions des jeunes à un emploi dé- cent sera présenté à l'effet de sou- ligner l'importance de l'équilibre entre le développement social et économique, outre l'enrichisse- ment du dossier traitant de l'ave- nir de l'emploi à la lumière des derniers développements sur- venus dans la région arabe. L'or- dre du jour de cette rencontre comprend une table ronde sur «L'emploi et les aspirations du monde du travail», animée par quatre experts d'Algérie, de Tu- nisie et d'Egypte et des représen- tants de l'Organisation interna- tionale du travail (OIT) qui pré- senteront leurs points de vues sur l'emploi, assurent les orga- nisateurs. Un hommage sera rendu à une vingtaine de personnalités parmi les pionniers dans le domaine du travail dans le monde arabe dont 8 représentants de gouver- nements, 4 du patronat, 5 des travailleurs et 3 de l'OAT.

LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA DANS UN MESSAGE ADRESSÉ AUX PARTICIPANTS AUX TRAVAUX DE LA 40 E SESSION DE LA CONFÉRENCE ARABE DU TRAVAIL

«Coordonner les positions arabes face à l'impact de la crise économique mondiale»

Resserrement des rangs pour faire face aux retombées de la crise économique mondiale

Le président de la République, M. Abde- laziz Bouteflika, a souligné hier que la 40 e session de la Conférence de l'Organisation arabe du travail (OAT) qui se tient à Alger, est «une opportunité pour la coordination des positions arabes» à l'égard de l'impact généré par la crise économique mondiale. Cette session «est un maillon important dans le processus de l'action arabe com- mune et une étape exceptionnelle sur la voie du dialogue et de la concertation dès lors qu'elle regroupe toutes les parties à la production dans le monde arabe. Elle per- met également de procéder à un échange d'expériences et de vues autour des ques- tions économiques et sociales actuellement posées sur la scène arabe», a précisé le pré- sident Bouteflika dans un message (lire l'intégral sur www.aps.dz) adressé aux par- ticipants aux travaux de la session, lu en son nom par M. Mohamed Ali Boughazi, conseiller à la présidence de la République. «L'actuelle session se veut une opportunité pour la coordination des positions arabes à l'égard des développements enregistrés au plan socio-économique mondial et, tout particulièrement, à l'égard de l'impact qu'a généré et, continue de générer la crise éco- nomique mondiale sur les indicateurs éco- nomiques et sociaux dans tous les pays du monde», a indiqué le chef de l'Etat. Cette rencontre, a poursuivi le président Bouteflika, est «un espace pour rechercher les meilleurs moyens à même de promouvoir le développement socio-économique dans nos pays respectifs partant de la réalité de notre Nation et de nos potentialités propres et ressources humaines et naturelles qu'ils recèlent à la seule fin de développer la connaissance, la recherche et la maîtrise

de la technologie et d'atteindre l'objectif escompté en l'occurrence l'édification d'une économie arabe compétitive et génératrice de richesses et d'emplois, et tout à fait en mesure d'affronter la crise économique mondiale». D'autre part, le chef de l'Etat a rappelé que cette conférence se tenait dans un contexte marqué par une crise écono- mique mondiale qui dure et «qui ne cesse de prendre de l'ampleur jusqu'à prendre la proportion d'une réelle menace pour les économies des Etats devenus incapables de gérer les complications générées au double plan économique et financier». Cette situation «impose plus que jamais, un resserrement des rangs» non pas au re- gard des liens et dénominateurs communs mais, parce que cela est désormais une «nécessité impérieuse» en partant du prin- cipe que le regroupement reste l'un des moyens susceptibles d'alléger les retombées et l'impact de cette situation sur nos pays et de renforcer nos capacités», a insisté le président Bouteflika. Il a souligné égale- ment que les «grands» défis auxquels fait face la communauté internationale en rai- son de la problématique liée à l'énergie, à l'environnement, aux changements clima- tiques et à l'autosuffisance alimentaire en sus du fléau du terrorisme international, du trafic de stupéfiants et du crime trans- national «exigent une démarche globale et, d'autres à caractère régional et international, pour les affronter et réaliser la stabilité so- ciale, la paix et la sécurité internationales». Et d'ajouter que «le monde arabe possède les moyens d'assumer un rôle plus influent en matière de relations internationales tant au plan économique que politique». Le président a souligné la mission «importante»

dont est investie la conférence dans le pro- cessus de construction de l'édifice arabe, en ce sens que cette dernière dispose d'un large espace de débat autour des questions majeures inhérentes au développement so- cio-économique dans le Monde arabe. La conférence «constitue également le cadre idéal pour approfondir la réflexion sur l'instauration d'un climat favorable à une complémentarité économique à même de permettre aux pays arabes de se montrer plus solidaires et unis face aux grands défis du développement dont ceux liés à l'éradi- cation de la pauvreté et la résorption du chômage», a poursuivi le président de la République. Concernant la promotion de l'emploi des jeunes, le Chef de l'Etat a affirmé que «l'Al- gérie a toujours accordé un intérêt parti- culier à la promotion de l'emploi des jeunes à travers la réforme des systèmes d'Ensei- gnement et de Formation afin de les adapter aux exigences du marché du travail». «Tout en encourageant les jeunes à investir le monde de l'entrepreneuriat, notre pays a favorisé l'Investissement générateur d'em- plois et de richesses dans les secteurs de l'Industrie, de l'Agriculture et des Services dans le cadre d'un plan d'action global de relance économique, de promotion de l'em- ploi et de lutte contre le chômage.», a-t-il ajouté. L'occasion était pour le président Bouteflika de rappeler les programmes de développement d'envergure, mis en oeuvre depuis le début du troisième millénaire, qui ont permis d'opérer une «avancée éco- nomique durable», laquelle a consacré le recul du taux de chômage comme le prou- vent les indicateurs des organisations in- ternationales concernées. «L'Algérie a, éga-

lement, inscrit la protection sociale au titre de ses priorités car la considérant comme un des axes du travail décent tel que préco- nisé par l'Organisation internationale du travail», a-t-il poursuivi précisant que «la modernisation et la promotion du système national de sécurité sociale, notamment à travers la réforme de son mode de finance- ment, a permis d'englober tous les aspects de la protection sociale prévus par les conventions internationales». Pour le président de la République, «la question de l'emploi dans le concept d'un travail décent permettant d'assurer un re- venu et de bénéficier d'une protection so- ciale, ne saurait être appréhendée indé- pendamment de la problématique de lutte contre la pauvreté». «Il s'agit d'éléments du développement humain dans son sens le plus large auxquels la communauté in- ternationale, représentée par l'ONU, a ac- cordé un intérêt particulier au titre des Objectifs du Millénaire pour le Développe- ment (OMD) qui tendent, entre autres, à réduire de moitié le taux de pauvreté à l'ho- rizon 2015», a soutenu le Chef de l'Etat. «L'Organisation arabe du Travail est concer- née par cette réflexion. En sa qualité de force de proposition arabe, elle est en mesure d'apporter sa propre contribution en se basant sur la réalité du monde arabe. «Il s'agira pour l'organisation d'identifier les besoins des générations présentes et futures et de définir les priorités en en faisant des objectifs de développement durable qu'elle défendra pour qu'ils soient inscrits au titre des Objectifs du Millénaire pour le déve- loppement post-2015 à propos desquels les négociations débuteront prochainement», a conclu le président Bouteflika.

Mardi 16 Avril 2013

NATION

DK NEWS

7

EMPRUNT OBLIGATAIRE DE LA SOCIETÉ DE LEASING MLA

L'opération «momentanément ajournée»

L'emprunt obligataire devant permettre à la société de leasing Maghreb Leasing Algérie (MLA) d'entamer le processus conduisant à son introduction à la Bourse d'Alger est «momentanément ajourné», a-t-on appris hier auprès de la Société de gestion de la bourse des valeurs (SGBV).

«MLA devait lancer un em- prunt obligataire destiné au grand public. L'opération est momentanément ajournée du fait que la société n'a pas réuni toutes les exigences en termes de sûretés, imposées par l'auto- rité du marché. Une fois ces sû- retés déployées, elle pourra lancer son emprunt obligataire»,

a indiqué à l'APS le directeur gé-

néral de la Bourse d'Alger, Mus- tapha Ferfera. La spécificité de cet emprunt est que pour la première fois, une telle opération financière devait être adossée à ''une garan- tie financière inconditionnelle, irrévocable et à première de- mande», avait précisé la Com- mission d'organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob) lorsqu'elle avait attribué son visa pour la notice d'information présentée par MLA pour l'émission de cet em- prunt obligataire. Cette garantie financière de- vait être accordée par la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, à hauteur de 50%, et des deux banques BNP Paribas El Djazaïr et HSBC à 25% chacune. ''Cette garantie financière présente des avantages par rap- port aux sûretés réelles (hypo- thèques) utilisées jusque-là pour les emprunts obligataires, no- tamment sur le plan de leurs procédures de constitution et de réalisation en cas d'incident de remboursement'', avait expliqué la Cosob, ajoutant que cela de-

Mustapha Ferfera directeur général de la Bourse d'Alger
Mustapha Ferfera
directeur général de la Bourse d'Alger

vrait permettre de ''rehausser la qualité des émissions obliga- taires en Algérie''. Cette garantie devait permettre la mise en oeu- vre des nouvelles dispositions de la LFC 2009, relatives à l'obliga- tion de financement des entre- prises privées de droit algérien au niveau local, a souligné M. Ferfera.

Ouverture du capital :

nécessité de lever les contraintes réglementaires

Cependant, en dépit de l'ajournement de l'emprunt obli- gataire, MLA a réaffirmé son en- gagement à ouvrir son capital, sous réserve de lever les contraintes relatives à la régle- mentation bancaire. «La société a réaffirmé son en- gagement à le faire, toutefois, il faudrait réaménager la régle- mentation bancaire, particuliè- rement l'article 94 de

l'ordonnance 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit», a affirmé Ferfera. Selon le premier responsable de la Bourse d'Alger, cette disposition, exige que tout échange d'actions concernant le capital d'une banque ou d'un établissement financier, doit passer impérati- vement par un accord du Conseil de la monnaie et du crédit, tandis que la cotation sur le marché est une opération libre et à n'im- porte quel moment il peut y avoir des transactions. Cette condition, a-t-il pour- suivi, «entrave la dynamique du

marché», soulignant la nécessité d'opérer «une révision qui s'adapterait à la fois aux orienta- tions de l'autorité monétaire, mais aussi aux besoins des éta- blissements financiers et ban- caires à l'effet de mobiliser leurs capitaux sociaux et en même temps permettre une meilleure transparence et une meilleure gouvernance de ces établisse- ments». Dans le cadre du plan de réforme du marché financier na- tional, des recommandations ont été formulées en ce sens par les experts internationaux et les acteurs nationaux du marché associés. «Les responsables de la Banque centrale qui étaient membres de plusieurs groupes de travail et comités techniques, sont conscients de la nécessité de revoir, éventuellement, certaines dispositions de cette réglemen- tation dans le respect du système financier bancaire et de renfor- cer les pratiques de bonne gou- vernance et de transparence au sein des banques», a-t-il relevé. Concernant la constitution, par appel public à l'épargne, d'une filiale de la compagnie Sa- lama Assurances destinée à assu- rer les activités d'assurances de personnes (vie), «la société mère est en train de finaliser l'évalua- tion du projet». «C'est une opra- tion inédite dans l'histoire du marché financier algérien», a fait remarquer M. Ferfera, ajou- tant que la société «tente de faire une évaluation assez objective et assez exhaustive du projet à l'ef- fet de proposer les actions à un prix raisonnable et rationnel». Le

DG de la bourse d'Alger a af- firmé, par ailleurs, que la possi- bilité d'autoriser des étrangers non résidents à racheter des ac- tions émises par des entreprises algériennes en bourse «n'est pas à l'ordre du jour». «Pour l'ins- tant les étrangers non résidents ne sont pas en mesure d'interve- nir sur le marché. Il faudrait que la réglementation régissant le contrôle de change soit revue pour permettre à ces investis- seurs d'intervenir», a-t-il fait re- marquer. Il a estimé que l'économie al- gérienne recèle des potentialités «très importantes» en termes de liquidités d'épargne et pourrait dans un premier temps se contenter des ressources finan- cières existantes pour animer le marché et financer les besoins de l'économie. Cependant, la présence d'in- vestisseurs étrangers «serait très souhaitable à moyen et long terme à l'effet d'apporter un sou- tien à la liquidité du marché», a- t-il soutenu. S'agissant de la cession au grand public du droit de préem- ption revenant à l'Etat dans le cas de cession en bourse des par- ticipations des actionnaires étrangers, M. Ferfera a affirmé que «l'Etat algérien préserve tou- jours ce droit». «Le gouvernement à travers le ministère de l'Industrie peut re- noncer à ce droit au profit d'in- vestisseurs nationaux et dans le cadre des opérations boursières transparentes. Pour le moment, c'est de l'appréciation au cas par

L'or enregistre une baisse soudaine qui fait se replier les acheteurs

Le prix de l'or, qui a enregistré une baisse iné- dite depuis un an pour passer à moins de 1500 dollars l'once, suscite les craintes des milieux spécialisés et fait se replier les acheteurs en quête de valeurs refuge. Le métal jaune n'avait pas

connu un tel décrochage depuis plus d'un an, es- timent les analystes. Vendredi, en une demi- heure, l'once a perdu près de 50 dollars, entraînant le métal sous le seuil psychologique majeur des 1.500 dollars à 1.491,40 dollars.

Identification de nouvelles mesures pour réformer le marché financier en Algérie

De nouvelles actions et mesures ont été identifiées dans le cadre de la première phase du plan de réforme du marché financier, réservée à l'évaluation et la concep- tion d'un schéma directeur d'organisation et de fonction- nement du compartiment des marchés des capitaux en

Algérie, a-t-on appris hier auprès de la Société de gestion des valeurs mobilières (SGBV). Selon le directeur général de la Bourse d'Alger, Mus- tapha Ferfera, de nouvelles recommandations et propo- sitions ont été formulées par des experts internationaux en vue d'atteindre l'objectif d'un niveau de la capitalisa- tion de la Bourse d'Alger, au terme des cinq années à venir, de 10 mds de dollars, soit 5% du Produit intérieur brut (PIB). Mettant l'accent sur la nécessité d'inciter et d'encou- rager les sociétés à recourir au marché financier, le pre- mier responsable de la Bourse d'Alger a estimé que l'encouragement des sociétés à s'introduire en bourse doit s'illustrer par le déploiement d'avantages fiscaux ad- ditionnels accordés aux émetteurs tels que l'exonération ou l'abattement du taux de l'Impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) pour une durée délimitée, 5 à 10 ans, et de façon proportionnelle au capital diffusé. «Nous espérons que des avantages fiscaux soient attri- bués à cette frange de sociétés dans le cadre de la LFC 2013 ou bien la création carrément d'un fonds de soutien aux PME pour la prise en charge partielle des coûts in- duits par l'introduction en bourse et les honoraires exi- gés par les IOB (intermédiaires en bourse)», a-t-il déclaré

à l'APS. Les experts internationaux, a-t-il poursuivi, ont

préconisé également l'autorisation des banques et éta- blissements financiers à entrer en bourse. «Cette recom-

mandation requiert la révision des stipulations de l'arti- cle 94 de l'ordonnance n°03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit dont la teneur devrait évoluer à l'effet de permettre l'admission des banques et établis- sements financiers en bourse sous certaines conditions interpellant l'accord du Conseil de la monnaie et du cré- dit», a-t-il relevé. L'autre recommandation formulée par les experts internationaux porte sur la promulgation d'un texte réglementaire rendant obligatoire l'inscrip- tion en compte des proportions résiduelles des titres de capital matérialisés et listés en bourse et ce avant même l'avènement d'Algérie Clearing. «Ce cas précis concerne, essentiellement, les actions émises par le groupe Saidal et l'entreprise de gestion hô- telière chaîne El-Aurassi», a-t-il précisé.

Vers la création de nouveaux organismes de placement

Les experts ont suggéré, en outre, la création de nou- veaux organismes de placement collectifs en valeurs mo- bilières (OPCVM) types Fonds communs de placement (FCP) et société d'investissement à capital variable (SICAV), et le raccourcissement des délais de réalisation des opérations d'appel public à l'épargne et d'admission des titres financiers à la négociation en bourse. Concernant la professionnalisation des activités des prestataires de services d'investissement sur le marché, M. Ferfera a indiqué que dix métiers ont été identifiés. Il

s'agit des métiers de conseillers en placement de pro- duits financiers, courtier en produits financier, négocia- teur en produits financiers, Middle office spécialiste des

risques, Middle office spécialiste de la compliance (res- pect des procédures), conservateur des titres, analyste financier, analyste technique, gestionnaire de porte- feuille, ingénierie financière ou banquier d'affaires. Pour une meilleure gestion des risques engendrés par les activités des prestataires de services d'investissement, il a été suggéré l'institution de deux catégories de socié- tés prestataires de services d'investissement. La première catégorie concerne «les sociétés d'inves- tissement qui sont autorisées à collecter et exécuter les ordres des investisseurs, l'accompagnement des sociétés émettrices, la prise ferme des titres émis, le conseil aux entreprises, l'établissement des notes de recherches sur les valeurs cotées et l'analyse financière de marché», a- t-il expliqué. La seconde catégorie, dénommée société de gestion de portefeuille, a pour vocation la gestion en vertu d'un mandat des portefeuilles titres de la clientèle et la gestion collective de l'épargne placée sous formes de produits fi- nanciers cotés et ce à travers la gestion des OPCVM constitués principalement de SICAV et de FCP. Concernant la révision du cadre réglementaire régis- sant le marché financier, un canevas reprenant les prin- cipaux axes sur lesquels devraient se pencher les législateurs a été établi. Selon le premier responsable de la Bourse d'Alger, ce canevas prévoit le recentrage des pouvoirs de l'autorité du marché sur la régulation, le contrôle et la supervision du marché ainsi que l'évolu- tion de sa dénomination de la Commission d'organisa- tion et de surveillance des opérations de bourse (COSOB) à la Commission du marché financier (CMF).

APS

8

DK NEWS

COOPÉRATION

Mardi 16 Avril 2013

ALGÉRIE-OIT M. Sellal reçoit le directeur général de l'OIT Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal,

ALGÉRIE-OIT

M. Sellal

reçoit le directeur général de l'OIT

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu dimanche à Alger, le direc- teur général de l'Organisation interna- tionale du travail, M. Guy Ryder, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. Durant cette rencontre, M. Ryder

a salué «les efforts déployés par le gou-

vernement algérien et les avancées consta- tées dans le domaine du travail et de l'em- ploi», a précisé la même source. L'au- dience qui s'est déroulée en présence du ministre du Travail, de l'Emploi et de la

Sécurité sociale, M. Tayeb Louh, a, par ailleurs, permis de «faire un tour d'hori- zon sur les questions de formation et de

la sécurité sociale ainsi que sur les pers-

pectives de coopération entre l'Algérie et l'Organisation internationale du travail»,

a ajouté la même source. M. Ryder effectue

une visite de travail en Algérie pour pren-

dre part aux travaux de la 40ème session de la conférence arabe du travail qui se déroulera du 15 au 22 avril.

ALGÉRIE - BIT M. Medelci reçoit le directeur général de l’OIT

Le ministre des Affaires étrangères,

M. Mourad Medelci, a reçu dimanche à

Alger, M. Guy Ryder, le directeur général du Bureau international du travail. L'audience s'est déroulée au siège du ministère des Affaires étrangères. M. Ry- der a indiqué, dans une déclaration à la presse à l'issue de cette audience, avoir assuré le ministre de l'engagement du BIT pour faire en sorte que le bureau d'Alger (du BIT) «soit plus utile» pour l'Algérie. Il a ajouté également avoir évo- qué les relations entre l'Algérie et le BIT

avec les autorités algériennes, les syndicats

et le patronat.

Et le SG exécutif du Service européen pour l’action extérieure

Par ailleurs, M. Mourad Medelci a reçu dimanche à Alger le secrétaire général

exécutif du Service européen pour l’action extérieure (Seae), M. Pierre Vimont. Au- paravant, M. Vimont a été reçu en au- dience par le ministre délégué, chargé des Affaires maghrébines et africaines,

M. Abdelkader Messahel. Le Seae est un

corps diplomatique de l’Union euro- péenne qui assiste le responsable des Af-

faires étrangères de l’UE à mener la po- litique étrangère et de sécurité de l’Union et dispose de délégations à travers le

monde.

ALGÉRIE - RUSSIE

Il faut équilibrer les échanges commerciaux

entre l’Algérie et la Russie

Le président du Conseil d’affaires algéro-russe, M. Abdelkader Taïeb Ezzraïmi, a souhaité, dimanche à Blida, arriver à un «équilibre» en matière d’échanges commerciaux entre l’Algérie et la Russie, en relevant le volume des exportation algériennes vers la Russie.

«Le Conseil d’affaires algéro- russe, créé en 2004, par décision présidentielle, œuvre à la création de cet équilibre com- mercial», a souligné M Ezzraïmi lors d’une visite de l’ambassadeur de Russie en Algérie, M Alexandre Zolotov, à l’unité Mitidja de Ain Romana de pâtes alimen- taires, relevant du groupe «Sim», relevant une «hausse des importations algé- riennes de la Russie comparativement aux exportations» de l’Algérie vers ce pays. Ce Conseil d’affaires, présidé côté russe par M. Oleg Sienko, compte parti- ciper davantage à faire la promotion du produit algérien, grâce notamment à la visite prévue le 28 courant en Russie.

Une visite durant laquelle la délégation algérienne plaidera, selon M. Ezzraïmi pour «la nécessité d’élargir les échanges commerciaux de sorte à créer un parte- nariat fort et à renforcer les relations bilatérales entre les deux pays». Soulignant que les «échanges com- merciaux entre les deux pays étaient ré- duits au secteur des hydrocarbures», l’ambassadeur de Russie en Algérie n’a pas manqué, pour sa part, d’exprimer «la volonté de son pays d’élargir cet échange à d’autres secteurs, dont no- tamment celui de la PME», en observant que le produit algérien «peut concur- rencer d’autres marques internatio- nales». La valeur des échanges commer-

Le président du Conseil d’affaires algéro-russe, M. Abdelkader Taïeb Ezzraïmi
Le président du Conseil
d’affaires algéro-russe,
M. Abdelkader Taïeb Ezzraïmi

ciaux entre l’Algérie et la Russie est es- timée à 3 milliards de dollars, selon M. Zolotov.

ALGÉRIE - UE

L’Algérie, un pays «essentiel» en Afrique et dans la région du Sahel

L’Algérie est un pays «essentiel» en Afrique et dans la région du Sahel concernant le traitement et le règlement des

crises que connaît la région, a indiqué dimanche à Alger, le

secrétaire général exécutif du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), M. Pierre Vimont.

«L’Algérie est un pays essentiel dans la région et il est im-

portant pour nous de venir régulièrement rencontrer les au- torités algériennes», a indiqué M. Vimont dans une déclaration à la presse au sortir de l’audience que lui a accordée le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel. «Il est très utile pour nous et pour l’Union européenne (UE) de venir à Alger et d’avoir cet échange

(de vues) très utile», a ajouté le SG exécutif du SEAE, soulignant qu’il a «déjà travaillé avec les autorités algériennes et M. Mes- sahel, sur les problèmes du Sahel, notamment le Mali». «Notre analyse à tous deux (Vimont et Messahel, ndlr) était la même, avec la nécessité de travailler sur les principaux do- maines et aspects de cette question (Mali), que ce soit le volet politique, le développement économique ou la lutte contre le terrorisme», a encore souligné M. Vimont. Le SEAE est un corps diplomatique de l’Union européenne qui assiste le responsable des Affaires étrangères de l’UE à mener la politique étrangère et de sécurité de l’Union et dispose de délégations à travers le monde.

ALGÉRIE - ARABIE SAOUDITE

Signature d'une convention sur l'extradition des accusés et des condamnés

L'Algérie et l'Arabie Saoudite ont signé une convention bila- térale sur l'extradition des accusés et des condamnés, a indiqué dimanche un communiqué du ministère de la Justice. La convention signée, à l'occasion de la visite du ministre de la Justice, garde des sceaux, M. Mohamed Charfi en Arabie Saoudite, entamée le 12 avril dernier, s'inscrit dans le cadre de «la coopération bilatérale entre les deux pays et le renforcement des relations fraternelles, conformément aux orientations des

dirigeants des deux pays, M. Abdelaziz Bouteflika et le Souverain saoudien Abdallah Ben Abdelaziz Al Saoud». Les deux parties ont convenu, selon la même source, de tracer un programme d'action pour la mise en place des mécanismes de mise en œuvre des décisions au mieux des intérêts des deux pays et peuples frères». Par ailleurs, le ministre de la Justice a visité lors de son séjour en Arabie saoudite certaines structures judi- ciaires et autres relevant du ministère de la Justice de ce pays.

FORUM D'AFFAIRES ALGÉRO-ESPAGNOL

Signature de cinq protocoles d'accords de partenariats

Cinq protocoles d'accords de parte- nariats industriels notamment dans les secteurs du BTPH, de la chimie, de la mécanique et de l'ingénierie ont été si- gnés lundi entre des entreprises algé- riennes et espagnoles, lors d'un forum d'affaires algéro-espagnol tenu à Alger. La cérémonie de signature de ces ac- cords a été présidée par le ministre de l'Industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement, M.Cherif Rahmani, et le ministre espagnol de l'Industrie, de l'énergie et du tourisme, M. José Ma- nuel Soria Lopez. Le premier protocole d'accord, signé par la filiale de la SGP-

Gephac (Chimie-pharmacie) «Africaver» et l'entreprise espagnole «Sunco clean energy solution» porte sur la production et la transformation du verre plat à usage solaire photovoltaïque. Le deuxième accord, signé par la SGP- Cabelec (câbleries et équipements élec- triques) et l'entreprise espagnole «Tra-

casa», est relatif à l'ingénierie d'espace rural et cadastral, aux systèmes d'infor- mation et au domaine informatique. Le pacte d'actionnaires déterminant l'or- ganisation et la gestion de la future société mixte algéro-espagnole, qui sera créée entre l'Entreprise nationale des travaux publics (ENTP) et Europactor a été également signé. Cette société sera spécialisée dans la fabrication de com- pacteurs (engins de travaux routiers) de 5 à 25 tonnes au niveau de l'usine de Ain Smara de Constantine avec une cadence de production annuelle de 200 à 300 en- gins. Un autre protocole de coopération a été signé par le Forum des chefs d'en- treprises (FCE) et la Confédération es- pagnole des organisations patronales, (CEOE). Dans le secteur du BTPH, un protocole d'accord a été signé par l'As- sociation générale des entrepreneurs algériens (AGEA) et la Confédération as- turienne de la construction (Asprocon-

Cac) pour la formation de la main d'œu- vre algérienne dans ce secteur. «L'Algérie n'est pas uniquement un marché ou un espace de distribution de marchandises, mais doit être une économie productive», a indiqué M. Rahmani, lors d'une confé- rence de presse tenue en marge du fo- rum. La nouvelle ambition industrielle vise le développement d'une industrie de production notamment dans les fi- lières de la métallurgie, la sidérurgie, les matériaux de construction, la ma- nufacture et l'agro-alimentaire, a-t-il ajouté. Le partenariat algéro-espagnol est basé sur le transfert du savoir-faire, pour que l'Algérie s'approprie la tech- nologie nécessaire pour la fabrication des équipements industriels comme les engins de travaux routiers notamment avec le lancement de grands chantiers comme les autoroutes, le rail, les bar- rages, a souligné le ministre.

APS

Mardi 16 Avril 2013

NATION

DK NEWS

9

PARLEMENT Reprise des travaux de l'APN

L'Assemblée populaire nationale (APN) reprendra ses travaux le 23 avril en séance plénière, consacrée au débat du projet de loi amendant et complétant la loi n° 04-08, relatif aux conditions d'exercice des activités commerciales.

le 23 avril

d'exercice des activités commerciales. le 23 avril La clôture de cette séance sera mar- quée par

La clôture de cette séance sera mar- quée par la réponse du ministre du Com- merce aux interrogations des députés, alors que la séance plénière du mercredi sera consacrée au débat du projet de loi fixant les règles applicables aux activités de la poste, des télécommunications et à celles liées aux technologies de l'informa- tion et de la communication (TIC), a indi- qué dimanche un communiqué de l'APN. Le débat de ce projet de loi se poursui- vra lors de la séance de la matinée du 25

avril, alors que celle de l'après-midi sera consacrée à la réponse du ministre de la Poste et des technologies de l'information et de la communication aux interventions des députés. Lors d'une réunion présidée par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, prési- dent de l'Assemblée, le bureau de l'APN a soumis à la commission des Affaires juri- diques, la décision du Conseil constitu- tionnel relative au remplacement du député de la circonscription électorale de

la wilaya d'Illizi, M. Ali Madhoui (qui a dé- missionné) par M. Kouzou Intimat. Le bureau a, en outre, soumis au gou- vernement les questions déposées à son niveau, au nombre de 45, dont 20 orales et 25 écrites, car remplissant les conditions juridiques. Le bureau a également exa- miné lors de sa réunion trois propositions de lois. Il s'agit de la proposition de loi amendant et complétant la loi n° 11-10 re- lative à la commune, celle amendant et complétant la loi organique n° 12-01 por-

tant régime électoral et celle amendant la loi organique n° 99-02 régissant le fonc- tionnement de l'APN et du Conseil de la nation ainsi que les relations fonction- nelles entre eux et avec le gouvernement. Enfin, le bureau a validé la demande de la commission des transports et des télé- communications relative à l'organisation de deux journées parlementaires autour des thèmes «Le développement des TIC en Algérie» et «Les réformes politiques en Algérie : processus et objectifs».

RND:

la session extraordinaire du Conseil national se tiendra le 20 juin prochain

Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocra- tique (RND), M. Abdelkader Bensalah,

tionnelle exceptionnelle que traverse le RND, le comité technique national estime que la prise de mesures excep-

catif (annoncé auparavant) qui ren- ferme les modalités de restitution du statut de militant et de réhabilitation

a

annoncé, dimanche à Alger, que la

tionnelles en cas de nécessité est sus-

tional, décidée lors de la 7 e session or-

des cadres et militants exclus, outre les

session extraordinaire du Conseil na- tional du parti se tiendra le 20 juin pro- chain. «Partant de la volonté de l'instance technique nationale à dépas- ser cette phase et de l'engagement des militants du parti, le secrétaire général par intérim annonce la tenue de la ses- sion extraordinaire du conseil national

ceptible de garantir la cohésion et l'unité des rangs au sein du RND», a ajouté la même source. Le comité technique national «s'est penché lors de cette réunion sur l'exa- men du projet de convocation de la session extraordinaire du conseil na-

mécanismes de réception et de traite- ment des recours, dont le comité na- tional», a-t-on ajouté. A cet effet, le comité technique national a affirmé, selon le communiqué, qu'«à l'heure actuelle, la priorité doit être accordée au rétablissement de la cohésion et de l'unité des rangs autour des principes

le

de wilayas à «poursuivre leur travail en

20 juin 2013» et appelle les bureaux

dinaire consacrée aux retombées de la démission de l'ex-secrétaire général

nationaux fondateurs du RND». L'ins- tance a appelé, en outre, tous les mili-

prévision de ce rendez-vous», a indi-

M.

Ahmed Ouyahia et qui a plébiscité

tants et militantes du parti, à tous les

qué dimanche un communiqué sanc-

M.

Bensalah secrétaire général par in-

niveaux, à «renforcer la place d'avant-

tionnant les travaux du comité technique national du RND. «Eu égard aux exigences de la situation organisa-

térim», selon le communiqué. Les secrétaires des bureaux de wi- layas recevront le mémorandum expli-

garde du parti sur la scène politique afin qu'il puisse s'acquitter pleinement de sa mission».

ECOLE D’APPLICATION DE TRANSPORT MILITAIRE ET CIRCULATION DE TLEMCEN:

Pari sur le développement du système de formation

L'Ecole d’application du transport militaire et circulation de Tlemcen parie sur le développement de son système de formation, notamment par la modernisation des moyens pédagogiques, a affirmé dimanche à Oran son comman- dant, le colonel Mohamed Naâlamane. Plusieurs acquis ont été réalisés au niveau de cet établis- sement de formation militaire avec la numérisation des contenus pédagogiques et la modernisation des moyens de formation, a souligné le même responsable lors de l’ouver- ture, au Centre d’information territoriale de l’ANP, des jour- nées d’information sur cette école présidée par le chef

d’état-major de la II e Région militaire, le général Yacine Aï- doud. Cette école s’est dotée de matériels lui permettant de disposer d’un champ de tir automatique nécessaire à l'en- traînement et à la préparation de ses élèves pour les combats

et la maîtrise de la précision du tir au pistolet et au fusil

semi-automatique sur une cible mobile que sur des pan-

neaux fixes. Il a été procédé à partir de la présente saison de formation dans cette école à la généralisation de l’opération d’enseignement assisté d'outil informatique dans le cadre de l’intégration des technologies dans le domaine pédago- gique. Cet établissement dispose également d’un labora- toire de langues, des salles de tactique, un circuit de conduite, des simulateurs de poids léger et lourd, selon les explications fournies par le responsable de l’école. Cette école se charge, selon la même source, de la forma- tion des cadres de l’ANP dans la spécialité du transport mi- litaire, élément stratégique dans la logistique, le ravitaillement et le soutien opérationnel. Créée en 1982 à Béni Messous (Alger) sous le nom d’Ecole des cadres du transport, cet établissement a été ensuite transféré à Tlemcen en 1983 où plusieurs promotions sont sorties. A noter que cette manifestation d’information se poursuivra jusqu’au 20 avril courant.

PARTIS

Le MSP appelle au report de la révision de la Constitution

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a appelé dimanche au report, après l'élection présidentielle, du débat autour de la Constitution et de son amen- dement en vue de «réaliser un consensus politique à travers le dialogue et le débat». Dans un communiqué rendu public à l'issue des travaux de la session extraor- dinaire du Majless Echoura (conseil consultatif ) national, le MSP a estimé «important» d'informer les partenaires politiques des résultats de la concerta- tion (autour de l'amendement constitu- tionnel) pour «parvenir à un consensus politique à travers le dialogue et le débat». Concernant la situation du front social, le mouvement a appelé les pou- voirs publics à traiter les tensions so- ciales avec «pondération et vigilance» et à «ne pas négliger» les revendications lé- gitimes des jeunes dans certaines wi- layas, notamment dans le grand Sud. D'autre part, le MSP a insisté sur la lutte contre la corruption en «mettant à nu» les personnes impliquées «quels que soient les postes qu'elles occupent tout en laissant la justice suivre son cours loin de toute forme de pressions». Le mouve- ment a, enfin, appelé à lutter contre les fléaux sociaux à l'origine, selon lui, de la dislocation familiale et la dépravation so- ciale, notamment le rapt et le viol d'en- fants et la propagation des stupéfiants et du crime organisé.

APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 16 Avril 2013

ORAN Suspension de l’alimentation en eau potable dans certains quartiers

L’alimentation en eau potable sera sus- pendue, durant 48 heures, à partir d’aujour- dhui dans certains quartiers des villes d’Oran et de Mers El Kébir, a-t-on appris dimanche de la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (Seor). Cette coupure a été décidée pour entreprendre des travaux de mainte- nance du réseau public reliant le réservoir principal (50 000 m 3 ) au réservoir Montréal, selon un communiqué de la SEOR. Les quartiers concernés par cette pertur- bation sont «Derb», «Sidi El Houari», «Sanaw- bar (ex Les Planteurs), «Bab El Hamra», «Ras El Aïn», «Ellouz» (ex-Les Amandiers) «El Badr», «Mahieddine» (ex-Eckmühl), «Pépi- nières», «El Moudjahid» (ex-Miramar), ainsi que le port d'Oran, les services de la wilaya, «Douar Bouakeul» pour la ville d’Oran, a pré- cisé le communiqué de la SEOR. La com- mune de Mers el kébir est également touchée par cette coupure d’eau potable, a-t-on ajouté.

AÏN DEFLA

De nouveaux projets pour la santé

De nombreux projets pour la réalisation de structures de santé seront lancés prochaine-

ment dans la wilaya de Aïn Defla, a-t-on appris auprès du chargé d’information du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière (Msprh). Ces projets concernent

la réalisation et l’équipement d’un hôpital de

240 lits à Aïn Defla pour un montant de 3,4 mil- lions de dinars, a indiqué la même source, ajoutant que l’attribution définitive du projet

est subordonnée à une réévaluation de 632

millions DA. Ces projets concernent également l’étude de réalisation d’une maternité de 60 lits à Hammam Righa inscrite en 2013 pour un montant de 60 millions DA, selon la même source. La réalisation d’une polyclinique à El Abadia pour un montant de 140 millions de di- nars, figure parmi les structures à réaliser, a précisé la même source, faisant remarquer que les études relatives au projet sont achevées et la procédure pour le choix de l’entreprise lancée. L’étude, le suivi et la reconstruction d’une polyclinique à Rouina inscrite en 2012 pour un montant global de 120 millions DA sont également parmi les projets à concrétiser,

a noté la même source, relevant que l’évalua-

tion des offres est en cours pour le choix du bu- reau d’étude. Il en est de même pour l’étude et

la réalisation d’une polyclinique à Aïn Soltane

inscrite en 2013 pour un montant de 110 mil- lions DA, a souligné la même source. La réalisation et l’équipement de 4 sièges d’entreprises publiques de santé de proximité (EPSP) à Djelida, Boumedfaâ, Aïn Lechiakh et El Abadia pour un montant total de 200 mil- lions DA, sont également programmés, a ajouté la même source, précisant que le cahier des charges pour le choix de l’entreprise de réalisation est en cours. S’agissant des struc-

tures de formation, la même source fait état de

la réalisation et de l’équipement de 2 blocs pé-

dagogiques avec internat inscrits en 2012 pour un montant de 80 millions DA. La réalisation d’un centre inter entreprise de santé de travail (CIST) à Khémis Miliana inscrit en 2006 pour un montant de 48 mil- lions DA est en voie d’achèvement, a en outre signalé la même source. Quatre (4) opérations de réhabilitation des structures de santé sont par ailleurs inscrites au bénéfice de la wilaya, a indiqué la même source, soulignant que le montant de ces opé-

rations s’élève à 306, 9 millions DA. Une de ces opérations est réservée à l’EPH Bouabida pour un montant de 20 millions DA exécuté à 70 % environ, une autre réservée à l’école de forma- tion paramédicale pour un montant de 36 mil- lions DA en cours d’exécution, a encore précisé

la même source.

APS

LA GRÈVE DU CNAPEST LARGEMENT SUIVIE À BORDJ BOU ARRÉRIDJ

Plus de 90 % de grévistes

Mouad B.

La grève générale de deux jours, 15 et 16 avril lancée hier par le Conseil national autonome des professeurs du secondaire et du technique (Cnapest), a été largement suivie dans la totalité des lycées de Bordj Bou Arréridj.

Plusieurs élèves ont regagné leurs maisons faute d'enseignants dans les établissements scolaires. Plus de 90% d’enseignants ont pré- féré répondre à l'appel du Cnapest qui réclame pour eux, de meilleures conditions salariales. Les revendica-

eux, de meilleures conditions salariales. Les revendica- tions du syndicat sont liées à la revalo- risation

tions du syndicat sont liées à la revalo- risation des primes de zone pour les enseignants du Sud, au dossier de la médecine du travail notamment les postes aménagés, le problème des lo- gements en général et à un certain nombre de points relatifs à la promo- tion et aux grades, notamment pour ce

qui est de la promotion des Pest, des chefs d’atelier et de travaux ainsi que les enseignants du primaire et du moyen. «Cette action ne sera qu’un avertis- sement qui pourrait évoluer vers le durcissement des actions», précise un syndicaliste.

GRÈVE DES TRANSPORTEURS

Trafic perturbé sur Tizi-Ouzou

Ferrah Menad

Les chauffeurs de bus assurant la liaison Alger-Tizi- Ouzou ont déclenché une grève depuis le 14 avril, après le changement du mode de paiement des billets, a-t-on constaté à la gare routière du Caroubier, à Alger. Désormais, les voyageurs payeront leurs places au ni- veau des guichets, au lieu dans les bus, comme c’était le cas auparavant. C'est à un véritable calvaire que font face les voyageurs de la wilaya qui se trouvent ainsi pénalisés. Une

situation qui risque de perdurer compte tenu de la com- plexité du problème. La majorité de ces derniers ont laissé tomber leurs affaires. D'autres ne savent plus à quel saint se vouer, avec des clandestins qui proposent des prix fara- mineux : un déplacement vers Tizi coûte 700 dinars la place au lieu de 180 DA. Des voyageurs ont déboursé 400 DA par place pour se rendre de Tizi-Ouzou vers la ville des Issers. Par ailleurs Quelques chauffeurs de bus d’autres wilayas ont accepté d’assurer le retour des voyageurs à destination de Tizi- Ouzou, car la grève n’a pas été annoncée.

ANNABA

L’éducation thérapeutique du diabétique, objet d’une formation

La problématique de la prise en charge des malades atteints du diabète

a été l’objet d’une rencontre de forma-

tion dimanche à Annaba ayant ciblé une quinzaine de médecins diabéto- logues et de professionnels de la santé. Cette formation qui s’est déroulée

à Seraïdi, consiste à «concevoir un projet d’éducation thérapeutique des- tiné au diabétique», a expliqué le D r

Meriem Daoudi-Ferrah, présidente de l’association pour l’éducation théra-

peutique et l’accompagnement du diabétique (Eadiap). Elle a mis l’accent sur «l’impor-

tance qu’il convient d’accorder à la sensibilisation et à l’orientation des

sujets diabétiques quant au compor- tement et aux gestes à suivre pour mieux gérer leur pathologie». Cette démarche permet un accom- pagnement adéquat du malade diabé-

tique, une meilleure connaissance de ses besoins, ainsi qu’une bonne pré- vention contre les risques de compli- cations susceptibles d’être générées par cette maladie, a-t-elle soutenu. Animée par une experte en éduca- tion thérapeutique, en l’occurrence M me Djamila Boumediene, cette for-

mation est basée sur les techniques de conception d’un projet destiné à la prise en charge des diabétiques. Créée en mai 2011, l’association pour l’édu- cation thérapeutique et l’accompa- gnement du diabétique a, à son actif, plusieurs actions de sensibilisation de proximité au profit des malades dia- bétiques des communes d’Annaba, d’El Bouni et Aïn Berda. Pas moins de 27 800 personnes sont atteintes du diabète à l’échelle de la wilaya d’Annaba, selon un dé- compte de la Caisse nationale d’assu- rances sociales (Cnas).

BISKRA

Un inspecteur de l’enseignement secondaire en détention préventive pour corruption

Un inspecteur de l’enseignement secondaire a été mis en détention préventive dimanche à Biskra pour une af- faire de corruption, a-t-on indiqué auprès des services de la Sûreté de wilaya. Dénoncé par la victime, un enseignant du cycle secon-

daire à qui le mis en cause avait exigé une somme d’argent

pour un service professionnel, les agents du cinquième ar- rondissement de la Sûreté de Biskra ont arrêté en flagrant délit de corruption cet inspecteur âgé de 56 ans. Selon les premiers éléments d’information, le mis en cause aurait exigé à sa victime de lui verser une somme de 10.000 DA pour le confirmer dans son poste.

SÉTIF

4 trafiquants de stupéfiants arrêtés après 24h de cavale

Une bande de 4 malfaiteurs qui s’adonnaient au trafic de stupéfiants

a été mise hors état de nuire 24h seu-

lement après l’identification de ses membres par les éléments de la brigade d’investigation et de recherche de la

police judiciaire de la wilaya de Sétif. Selon le communiqué de la cellule de communication, l’affaire remonte

à la semaine dernière, lors d’une pa-

trouille de prévention effectuée par les éléments de la Sûreté nationale au

niveau des quartiers sensibles de la wilaya de Sétif.

Arrivé à la cité «El Hidab», un véhi- cule suspect à bord duquel se trou- vaient quatre individus a attiré l’at- tention des policiers qui ont décidé de le contrôler. Pris de panique, le conduc- teur a, dans sa tentative désespérée pour prendre la fuite, percuté deux

voitures en stationnement provoquant l’immobilisation du véhicule. Les quatre individus ont alors pris

la fuite en abandonnant derrière eux leur voiture, deux téléphones et 400 comprimés psychotropes sur le siège passager. L’enquête diligentée par les élé- ments de la police judiciaire a permis l’identification et l’interpellation des 4 individus 24h seulement après leur cavale. Présentés devant le procureur de la République, les 4 mis en causes ont écopé d’une mise détention provisoire.

Mardi 16 Avril 2013

CULTURE

DK NEWS

11

Après six ans de fermeture

le muséedu Bardo ouvre ses portes jeudi

ans de fermeture le muséedu Bardo ouvre ses portes jeudi Le musée public national du Bardo,

Le musée public national du Bardo, fermé pendant six ans pour restaura- tion, sera rouvert au public à partir de jeudi en tant que monument et abri- tera sa première exposition sur la res- tauration, a indiqué la directrice.

La restauration du Bardo dont le coût s'élève à 190 millions de dinars, entre dans le cadre de «la politique du ministère de la Culture pour la prise en charge des monu- ments historiques et la réhabilitation des musées», a précisé M me Fatima Azzoug dans une conférence de presse dimanche. Selon la directrice du musée, le «manque

d'espace adéquat de stockage de la collec- tion du musée, et de spécialistes dans la restauration» ont été parmi les princi- pales difficultés dans les opérations de restauration. De son côté, le responsable du bureau d'études chargé de la supervision du pro- jet a affirmé que «95% des entreprises en- gagées dans cette opération sont algériennes», l'appel à la coopération étrangère étant limité aux «domaines qui accusent un manque de compétences», a- t-il dit. Des entreprises belges, espagnoles et françaises spécialisées dans le traitement

de l'humidité, de la restauration des pierres et de la climatisation, ont été en- gagées pour des opérations sous forme de «chantier école» pour assurer également une formation là où le besoin se fait res- sentir, a souligné Hameg Abdelhakim. La restauration du musée a, ainsi, per- mis la «mise à niveau technique des bâti- ments avec l'installation de systèmes de télé surveillance, anti-intrusion, anti-in- cendie et d'éclairage architectural», selon cet architecte. Datant du XVIII e siècle, le musée du Bardo était à l'origine un «Dar Fahs»- ré- sidence secondaire à Alger appartenant à

de riches commerçants ou de haut fonc- tionnaires de l'administration sous la ré- gence ottomane- comprenant aussi des jardins luxuriants du domaine de Musta- pha Pacha. Depuis cette date, chaque propriétaire

a apporté sa touche personnelle à l'édifice,

à l'exemple de Ali Bey Agha de Biskra qui

a importé des faïences de Hollande, de

Tunisie, de Turquie et d'Iran. En 1930 la villa a été transformée en musée d'ethno- graphie et de préhistoire, et de nouvelles bâtisses y ont été ajoutées avant le classe- ment du site comme monument histo- rique en 1985.

JIJEL

Des journées culturelles pour égayer la commune de Taher

La ville de Taher ( Jijel), située à une vingtaine de ki- lomètres du chef-lieu de wilaya, vit au rythme de la fête, des loisirs et de la détente du 11 au 18 avril, à la faveur des journées culturelles organisées par l’APC de cette loca- lité. «La culture, axe central du développement» est le thème retenu pour cette manifestation, a indiqué le pré- sident de l’APC, Hafidh Boumahroug, précisant que celle-ci «s’inscrit dans le cadre de la célébration de la

Journée nationale de Youm El Ilm ( journée du Savoir), en hommage à l’illustre cheikh Abdelhamid Ben Badis». Dans une déclaration à la presse, le premier respon- sable de cette commune a souligné l’importance du volet culturel dans la dynamique de développement des col- lectivités. De nombreuses manifestations sportives et cul- turelles se dérouleront dans les différents sites, selon le programme établi. Expositions d’artisanat, de tableaux de peinture, numismatique, philatélie, calligraphie, li-

vres, concours culturels et littéraires, rencontres inter- lycées, représentations théâtrales, à constituent les prin- cipales étapes de ce riche programme auquel est convié le public, ont indiqué les organisateurs de la manifesta- tion culturelle. Concernant le volet sportif, il a été prévu des tournois de football et de basket-ball qui auront lieu respective- ment au stade communal et à la maison de jeunes Zaâ- mouche, a-t-on indiqué.

Le photographe Mohamed Bourouissa expose en Turquie, en Hollande et en Irlande

Les œuvres de l'artiste photo- graphe, Mohamed Bourouissa, sont actuellement exposées en Turquie, en Hollande et en Ir- lande parmi des travaux sélec- tionnés dans la liste courte des participants à la 4 e édition du «Prix Pictet» 2012 de la photo- graphie, apprend-on sur les sites spécialisés. Regroupées sous l'intitulé «Périphérique», une dizaine de photos de l'ar- tiste restituent la vie d'émigrés maghrébins et sub-sahariens dans les cités de banlieue des villes françaises. L'exposition, placée par les organisateurs sous le thème de «Power», réu- nit, aux côtés de Mohamed Bou- rouissa, 11 autres artistes photographes représentant

Bou- rouissa, 11 autres artistes photographes représentant l'Afrique du Sud, la Hollande, le Vietnam,

l'Afrique du Sud, la Hollande, le Vietnam, l'Azerbaïdjan, la Bel- gique, le Royaume-Uni, la France, l'Espagne et les USA. Les travaux exposés se pour- suivront à «Istanbul museum of moderns arts» (Turquie) et à

«Galery of photography» (Ir- lande) jusqu'au 28 avril pro- chain, alors qu'au «Huis Marseille museum of photogra- phy» d'Amsterdam (Hollande), ils se prolongeront jusqu'au 26 juin 2013, précisent les organi-

sateurs. Représentant l'Azer- baïdjan, la photographe Rena Effendi tente de montrer à tra- vers une série de photos réunies sous le thème «Still life in the zone» l'existence d'une vie dans la région de Tchernobyl (Ukraine), après l'accident nu- cléaire survenu en 1986. L'Américain Robert Adams propose un retour en arrière à travers «Turning back» dénon- çant les manquements à la na- ture, commis à travers l'abattage des arbres et la déforestation dans le nord-ouest des Etats Unis d'Amérique. D'un autre côté, le Belge Carl De Keyzer rappelle dans «Moments before the flood» la menace que repré- sente la montée des eaux causée

par les changements clima- tiques. Fondé en 2008 par la banque suisse «Pictet & Cie», le «Prix Pictet» doté de cent mille francs suisses vise à «sensibili- ser autour des questions liées aux mutations sociales et écolo- giques dans le monde d'au- jourd'hui, en invitant à œuvrer pour le développement dura- ble», indiquent les organisa- teurs. Né à Blida en 1978, Mohamed Bourouissa, plasti- cien diplômé de la Sorbonne en 2004, a participé à de nom- breuses expositions internatio- nales de photographies et a été, notamment distingué, par le «Prix voix off» (Arles, 2007) et le «Prix Fondation Blachère» (Apt, 2010), en France.

au

12 DK NEWS

SCIENCE

Mardi 16

Dents :

Toutes les questions qu'on n'ose pas poser

dentiste

Dentifrice efficace, brosse performante, implant dernier cri… On vou- drait le meilleur pour nos dents, mais on a parfois du mal à s’y retrouver. Et si on faisait le point ? 1. Si une carie reprend sous un amalgame, c’est que j’ai un mau- vais dentiste ? Pas forcément… En fait, la zone de jonction entre l’amalgame («plom- bage») et la dent est très propice aux infiltrations bactériennes. Il faut donc la nettoyer soigneusement. Même sur une dent dévitalisée (on a enlevé le «nerf», c’est-à-dire la pulpe), des caries peuvent se former.

2. Peut-on utiliser une brossette interdentaire à n’importe quel

âge ? Cet accessoire sert à nettoyer les espaces interdentaires, qui s’élargis- sent avec le temps sous l’effet des affections parodontales (gingivites…). Chez un enfant, ces espaces sont étroits : il ne faut donc pas utiliser de brossettes, car on risquerait d’endommager la gencive. Seule méthode possible : passer du fil dentaire. Quant au cure-dents, quel que soit l’âge, il faut l’éviter. 3. Peut-on poser une dent à pivot sans extraction? Une dent à pivot remplace celle dont la partie apparente est très abî- mée. Elle est fixée grâce à un pivot (ou tenon) ancré dans le canal de la racine. Le dentiste n’extrait donc pas la dent, puisqu’il a besoin de sa ra- cine. Il existe deux techniques : on peut fixer soit un pivot solidaire de la couronne (Richmond) ; soit un tenon sur lequel on scelle ensuite la cou- ronne (inlaycore, plus courant). Si la racine est inexistante ou en mau- vais état, l’implant est la seule solution. C’est une racine artificielle en titane, directement intégrée dans l’os. 4. Pourquoi les bridges tiennent-ils moins bien avec le temps ? Une fois en bouche, un bridge n’est pas censé bouger. Sauf si l’une des dents servant de support présente une carie ou devient elle-même mobile. En revanche, les appareils amovibles (ou «dentiers») peuvent, au fil du temps, être moins bien adaptés, car une fonte osseuse se produit au niveau des mâchoires. 5. On dit que le traitement orthodontique tache les dents… C’est vrai ? Non, puisque les colles qui maintiennent les bagues sont enrichies en fluor et protègent la dent. Mais de nombreux ados ont une hygiène insuffisante. Résultat, les aliments se bloquent autour des bagues et at- taquent l’émail, ce qui entraîne des taches de déminéralisation. Point important : ce n’est pas parce qu’on s’est fait poser un appareil qu’on est dispensé d’une visite par an chez le dentiste. Certes, l’orthodontiste peut déceler des caries, mais leur traitement n’est pas de son ressort.

des caries, mais leur traitement n’est pas de son ressort. Peut-on empêcher les dents de sagesse

Peut-on empêcher

les dents de sagesse de pousser

?

Une étude montre que, chez les enfants ayant reçu une injection d’anesthésique lors de soins dentaires, les dents de sagesse ne poussent pas. Révolus les petits soucis de dents de sa- gesse ? C’est en tout cas ce que l’on pourrait croire en lisant la dernière étude publiée dans le Journal de l’association dentaire améri- caine, qui suggère que l’on pourrait délibéré- ment empêcher les dents de sagesse de pousser ! Des chercheurs de l’Université den- taire de Tufts, aux Etats-Unis, viennent, en effet, de découvrir que chez les jeunes enfants de 2 à 6 ans qui avaient reçu une injection

d’anesthésique lors de soins dentaires, les dents de sagesse ne poussaient pas lorsqu’ils devenaient de jeunes adultes. «Imaginer qu’un geste de soins aussi simple et routinier peut stopper la croissance des dents de sa- gesse, qui sont souvent sources de problèmes, nous a vraiment intrigués» explique le D r An- thony Silvestri, qui a dirigé cette étude. Pour la grande majorité d’entre nous, les dents de sa- gesse sont synonymes de troubles dentaires ou de douleurs. Il n’est pas rare, en effet, qu’elles poussent tardivement ou de façon anarchique (sans suivre la ligne de l’arcade) et qu’il faille les faire enlever. «Toutes les dents définitives

commencent déjà à se former avant la nais- sance. Mais ce n’est pas le cas pour les dents de sagesse. Pour celles-ci, un embryon de cel- lules commence seulement à se former vers l’âge de 4 ans. Nous pensons donc que c’est lorsque l’aiguille contenant l’anesthésique type lidocaïne a touché par inadvertance cet embryon de dent de sagesse que cela a stoppé son développement» explique le D r Silvestri. «Pour l’instant, nous n’avons étudié qu’une centaine de cas parmi la population soignée à Tufts. Il faudrait, donc, élargir cette étude à d’autres groupes d’enfants pour être sûr des résultats» ajoute-t-il.

d’enfants pour être sûr des résultats» ajoute-t-il. Jus de sont les en Donner trop de jus

Jus de

sont les en

Donner trop de jus de fruits peut se révéler plus dangereux Ce n’est pas parce que les den en prendre soin : c’est ce que vi britannique en soulignant que l fants de moins de 3 ans subisse la principale raison n’est pas un bons mais une surconsommati croyant bien faire pour respecte légumes par jour, les mamans f de smoothies. Mais, selon les d base de fruits pressés sont de p pressés les acides des fruit sont que lorsqu’on mange ces même

Découverte de

cellule souches

qui interviennent

en urgence

les acides des fruit sont que lorsqu’on mange ces même Découverte de cellule souches qui interviennent

ET VIE

Avril 2013

DK NEWS 13

fruit et smoothies

nemis des dents de lait

pressés ou des smoothies à un enfant

« Il n’est pas question de dire aux mamans ‘‘Ne donnez pas de jus

qu'il n'y paraît pour ses dents de lait. ts de lait vont tomber qu’il ne faut pas ent de rappeler l’association dentaire ’émail encore fragile des dents des en-

de fruits à vos jeunes enfants !’’. Mais il faut leur conseiller de donner ces jus de fruit au milieu du repas et, si l’enfant a soif entre les repas, il ne doit boire que de l’eau» insistent les dentistes en ajoutant que les smoothies sont sans doute ce qui se fait de pire pour les dents car ils

nt

beaucoup trop d’attaques acides. Et

sont souvent consommés entre les repas et sont composés de jus très

e

trop grande consommation de bon-

concentrés qui collent aux dents.

on de jus de fruits et de smoothies. En

Selon les chiffres du ministère de la Santé, en France, entre 10 et 15%

r

la recommandation de cinq fruits et

des enfants de moins de 3 ans souffrent de caries dentaires précoces.

ont de plus en plus de fruits pressés et entistes britanniques : «Les recettes à lus en plus populaires. Mais, une fois beaucoup plus agressifs pour les dents

Le principal facteur de risque vient des micro-organismes qui s’accu- mulent sur la plaque dentaire. Chez l’enfant, il est recommandé de pratiquer 2 brossages par jour avec une faible quantité de dentifrice dont la concentration est adaptée à l’âge (1000 ppm) pour éviter les

s fruits.»

risques d’ingestion et l’apparition éventuelle d’une fluorose.

Erosion

dentaire

:

Que faire

 

pour

garder

de belles dents

 
Que faire   pour garder de belles dents   L'érosion dentaire touche 1 femme sur 3.

L'érosion dentaire touche 1 femme sur 3. Alors, quelles sont

les mesures à prendre pour gar- der de belles dents ? Le point avec Pierre Colon, professeur en odontologie à Garancière. 1. Erosion dentaire: attention aux médicaments Même si votre hygiène buc- cale vous semble irréprochable, vous pouvez être touchée par l'érosion dentaire et voir l'émail de vos dents se ternir peu à peu.

la production de salive, protec- trice naturelle des dents contre les attaques acides.

Certaines pathologies en-

traînant des vomissements et des reflux gastro-œsophagiens. 2. Erosion dentaire: 8 gestes pour l'éviter

L'érosion dentaire est irré- versible mais heureusement, elle peut être évitée. Pour cela, pensez à suivre au quotidien ces quelques règles essentielles :

-

Contrairement aux caries, ce

-

Brossez-vous les dents avec

une brosse à poils souples.

 

problème n'a, en effet, aucun lien avec la présence de bacté-

ries dans la bouche. Différents

Utilisez un dentifrice au PH neutre et un bain de bouche

-

spécifique, enrichi en fluor.

 

facteurs peuvent ainsi déclen- cher une érosion dentaire :

-

Evitez de vous brosser les

Des facteurs d'origine méca- nique :

dents immédiatement après la

consommation d'aliments

-

L'utilisation d'une brosse à

poils trop durs ou un brossage trop vigoureux qui peuvent en- traîner un phénomène d'usure de l'émail.

acides ou de boissons acides pour laisser le temps à la salive de jouer son rôle protecteur.

Rendez-vous chaque année

chez le dentiste pour une visite

-

-

Un brossage des dents réa-

de contrôle.

lisé immédiatement après avoir consommé des aliments acides.

Consommez régulièrement

des aliments à haute teneur en

-

calcium (fromage, lait )

 

Des facteurs d'origine chi- mique, liés à la présence d'élé- ments acides dans la bouche :

Limitez les boissons acides

en dehors des repas et consom-

-

-

La consommation excessive

d'aliments ou de boissons acides tels que les sodas, l'al-

mez les de préférence avec une paille.

Buvez régulièrement des

-

boissons sans sucre et peu

cool, les agrumes ou les sauces à base de vinaigre.

acides (eau, lait

)

pour stopper

-

Les médicaments comme la

l'acidité et récréer la neutralité.

vitamine C ou l'aspirine dont l'acidité attaque les dents. Mais

aussi certains antidépresseurs qui entraînent une réduction de

- Stimulez régulièrement votre production de salive en mâchant des chewing-gums.

Ces cellules sanguines remplissent en quelque sorte la fonction d’ambulance. Elles sont capables de produire en urgence des globules blancs. Les cellules souches hématopoïétiques (CSH) sont des cellules qui, en se divisant, assurent le renouvellement des cellules sanguines matures comme les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes. Des chercheurs de Marseille ont découvert que les CSH pouvaient aussi produire en ur- gence des leucocytes (globules blancs) pour

répondre à une inflammation ou une infec- tion.

Un signal d’alerte

Les cellules souches sanguines savent qu’il faut intervenir dans les situations d’urgence en se fiant à certains signaux d’alerte, comme l’a expliqué à l’AFP le D r Sandrine Sarrazin de l’Inserm, coauteur de ce travail. «Nous avons découvert qu'une molécule biologique (un facteur de crois-

sance le «M-CSF») produite en grande quantité par l'organisme lors d'une infec- tion ou d'une inflammation indique le che- min à prendre aux cellules souches». Selon la chercheuse, le M-CSF agit comme un signal qui active certains glo- bules blancs en passant par l’intermédiaire d’un gène de la cellule souche. Ainsi, les nouvelles cellules vont pouvoir lutter contre le danger détecté dans l’organisme. Dans le cas d’une infection par exemple, des macrophages, des globules blancs qui

absorbent et détruisent les éléments étran- gers, vont être produits pour combattre l'in- fection. Cette découverte pourrait être utilisée «pour accélérer artificiellement la fabrica- tion [des] cellules souches chez les malades confrontés à un risque aigu d’infections», souligne le D r Michael Sieweke. Cela pour- rait bénéficier à terme à des milliers de pa- tients atteints de leucémies ayant bénéficié d'une greffe de moelle osseuse et qui pré- sentent un risque d’infection.

14

DK NEWS

RÉGIONS

Mardi 16 Avril 2013

BÉCHAR

Colloque international d’anthropologie et de musique du 16 au 21 avril à Béni-Abbès

Des chercheurs et universitaires, nationaux et étrangers, animeront les travaux du Colloque international d’anthropologie et de musique prévu du 16 au 21 avril à Béni-Abbès (Béchar), ont indiqué dimanche les organisateurs de cette 4 e édition. Initiée par le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) à l’occasion du mois du patrimoine (18 avril-18 mai) et du 10 e anniversaire de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, cette rencontre a pour but de faire une «approche de l’enseignement de base de la discipline», a précisé D r Maya Saïdani. Placée sous le thème : «Patrimoine de la Saoura : histoire et développement, +de l’enquête de terrain à l’analyse des données+», le colloque sera une occasion, pour les participants, de débattre de thèmes liés à l’enseignement et à la recherche en ethnomusicologie appliquée au patrimoine de la Saoura, afin de donner une approche de ces derniers, a indiqué la chercheuse du CNPRPAH. «Les musiques et l’oralité entre développement et préservation», «L’ethnomusicologie, musicologie et perspectives de recherches», «Musique et contexte dans les sociétés traditionnelles» et «L’organologie : du questionnaire à l’archivage des instruments de musiques», sont certains des intitulés d’ateliers-débats et de tables rondes programmés. Des séances de projection de documentaires sur le patrimoine immatériel sont également prévus en marge de cette manifestation. Des expositions sur le même sujet, ainsi que des représentations de troupes de folklore et d’expressions chorégraphiques et musicales locales, seront aussi mises sur pied en marge de ce colloque international, organisé avec la contribution de la Direction locale de la culture.

Tlemcen s’invite à Bordj Bou-Arréridj

Mouad B.

La semaine culturelle de la wilaya de Tlemecen a été ouverte, dimanche après- midi, au complexe culturel Aïcha-Haddad de Bordj Bou-Arréridj. Un riche programme figure au menu pour montrer la diversité culturelle de la capitale des Zianides dans toute sa composante. Les robes du cru finement décorées, les tableaux de peinture, les sculptures, les manuscrits anciens présentés sous verre et les tenues de mariée ont émerveillé les visiteurs, notamment les visiteuses qui se sont extasiées devant son patrimoine traditionnel d'une richesse inestimable. On cite, entre autres, les habits traditionnels, les bijoux, la poterie, la céramique, le tissage, la sellerie, les babouches, la vannerie, la sparterie, la maroquinerie et l'art culinaire. Malgré tout ce que les visiteurs ont eu à voir et à contempler durant toute une semaine d’activité, les hôtes de la capitale des Bibans, ont gardé le meilleur pour la soirée de clôture. Un riche programme a été réservé au public bordjien. La délégation tlemcénienne aura droit à une virée dans plusieurs sites et villes de la wilaya afin de découvrir elle aussi la richesse de la région.

Larbâa Nath Irathen, la ville des Lions

Ferrah Menad

Larbaâ Nath Irathen, à quelque trente kilomètres de Tizi-Ouzou. Cette ville, dont on dit que tous les accès qui y mènent sont forcément des montées, est connue pour être un farouche résistant à travers les âges.

L'armée française a eu tout le mal du monde à franchir les quelques ki- lomètres qui la séparait de la ville ; il lui aura fallu dix ans pour venir à bout de la résistance farouche de Fadhma N'Soumer et ses vaillants guerriers. Le France y bâtit alors un fort, d'où son nom Fort National. Durant les années du terrorisme sanglant, Larbaâ Nath Irathen fut parmi les premières régions à s'armer pour se défendre contre les hordes sauvages. Les premiers groupes d'au- todéfense y furent constitués et toute la région fut épargnée. Larbaâ Nath Irathen signifie littéralement "Le mer- credi des lions", le marché hebdoma- daire s'y tenant tous les mercredis. Cette ville a donné de grands hommes à la Révolution de Novembre, à l'instar du très renommé Abane Ramdane, Fernane Hanafi, Mohamdi Saïd et au- tres. Connue pour ses hivers rudes, Lar- baâ Nath Irathen, une fois blottie sous la banquise, ressemble à s'y mépren- dre aux Alpes suisses. D'ailleurs, expli- quent certains sociologues, c'est cette ressemblance qui a donné lieu à une grande vague d'émigration vers la France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, où les gens de Lar- baâ ont réussi à s'intégrer assez facile- ment. Larbâa Nath Irathen est une com- mune de Kabylie, d’une superficie de 39 km² pour 39 000 habitants. Le plus grand village de Kabylie « Taourirt Mokrane », y est inclus. Culminant à une altitude de 927m, la ville de LNI est située à 27 km au sud de la ville de Tizi-Ouzou. Deux versions s'opposent quant à l'origine de l'appellation « Lar- bâa Nath Irathen ». Larbâa venant du chiffre 4 en arabe, la première revien- drait au marché hebdomadaire du mercredi (4 e jour de la semaine). Quant à la seconde, elle est en rapport avec les 4 tribus qui composaient la région : At Akerma, les At Irjen, les At Ousammer et les At Oumalou (Rebâa Nath Iraten). Le mot Irathen signifie lions en berbère, en référence au passé guerrier de la population. A la conquête française de l'Algérie, cette région fut la dernière à se sou- mettre. L’accès y était très laborieux, et la résistance des indigènes très te- nace. Mais en mai 1857, le maréchal Randon vint prendre le commande- ment des troupes à Tizi-Ouzou. Les combats furent alors acharnés et la ré- sistance des autochtones, menés par le cheikh Seddik Arab, des plus fa- rouche. Ce qui a fait dire à Randon, que le cheikh était « la tête et le bras des Beni-Raten». Les Beni-Iraten moins armés finirent par plier. Le ma- réchal décida alors d'élever un fort en plein massif de Kabylie, à la fois domi- nant et stratégique. Le lieu idéal étant celui où était implanté le village Iche- rîwen, il le fit raser pour construire, ce qui allait devenir Fort Napoléon. Il fal- lait aussi construire une route, pour mettre en relation le fort et la ville de Tizi-Ouzou. Ce qui fut aussitôt entamé par le génie militaire. Des colons fu- rent ramenés, et une petite ville na- quit alors à proximité du fort. A partir

petite ville na- quit alors à proximité du fort. A partir du 11 septembre 1871, Fort

du 11 septembre 1871, Fort Napoléon devint Fort National. Depuis l'indé- pendance, la ville est communément appelée Larbâa Nath Irathen (LNI), même si la précédente appellation subsiste toujours. Les choses ont bien changé au- jourd'hui, à Larbâa Nath Irathen. Le fort est réduit à néant et les anciennes maisons ont laissé place à de nou- velles constructions gigantesques. Rien d'étonnant, quand on sait que la région est caractérisée par une forte émigration. La capitale des chemins qui mon- tent, a su conserver quelques tradi- tions. On citera la fête des cerises, célébrée chaque année au début de l'été. Malheureusement les cerisiers sont en train de dépérir sans être re- nouvelées. Thasewiqth ( jour précé- dant l'Aïd), une tradition qui a disparu ailleurs, est encore d'actualité à Lar- bâa Nath Irathen. Les enfants sont ac- compagnés de leur père ou de leur grand- père pour aller au souk (mar- ché). Taâchourth (L'Achoura) est aussi dignement fêtée, elle draine chaque année la grande foule. Idheb- balen (troupes folkloriques) sont tou- jours conviés à l'occasion, notamment aux mausolées de Sidi h'nd Awanou et Sidi Youcef. Il y a aussi la chasse, qui représente l'activité préférée des hommes de la région. A l'occasion, les chasseurs se réunissent et s'organi- sent de manière rigoureuse pour tra- quer le gibier. A cet effet, les chiens sont choisis puis dressés par une main professionnelle. Il faut préciser que la chasse dans cette région obéit à des rè- gles d’éthique des plus strictes. Le sanglier, le lièvre et la perdrix rouge, sont chassés de la mi-septembre à la fin-décembre. Les femmes de la région ont de leur côté préservé un art ancestral, Azetta (tissage de tapis). La transmission se fait de manière orale et informelle, de génération en génération. Une coopé- rative de broderie et de confection, crée par Feda (Femmes et développe- ment en Algérie) existe, les adhé- rentes ambitionnent même, de créer tout un réseau, pour l'apprentissage

de la broderie berbère traditionnelle. En parlant de femmes, beaucoup d'entre elles, notamment celles des villages environnants, préfèrent ac- coucher à domicile. Elles continuent à faire confiance à ces vieilles femmes chevronnées de l'ancienne généra- tion. Cependant, cette magnifique ville de Kabylie et les villages qui l'entou- rent souffrent d'un taux élevé de chô- mage. Les villages de la commune se vident, et cet exode commence à in- quiéter. Les projets de développement se font au ralenti. Plusieurs d'entre

eux ont été mis au placard, souvent faute de foncier. Les fléaux qui en dé- coulent sont nombreux : drogue,

vols

Plusieurs familles de Larbaâ Nath Ira- then, auraient régulièrement recours aux aides des associations caritatives. Un seul projet a enthousiasmé la po- pulation, il s’agit du jumelage de la ville avec la municipalité de Saint- Denis, en 1998. Les échanges furent interrompus lors des événements de 2001, avant de reprendre en 2006. Même l'infrastructure culturelle est en deça des souhaits des jeunes. La salle de cinéma de la ville, qui servait aussi pour les spectacles (théâtre, galas), est à l'abandon et dans un état de délabrement avancé. Notons aussi qu'il existe une com- munauté chrétienne assez impor- tante. Seulement, les conditions dans lesquelles elle accomplit son culte, sont des plus déplorables. Les prières et les fêtes se tiennent dans un hangar loué, faute de place dans l'église de la mission méthodiste. Larbaâ nath Irathen est connu sur- tout pour avoir donné de grands hommes. Il y a Si Muhend U M’hend, le grand poète kabyle dont les Isefras (poèmes) ont été transmis oralement de génération en génération. Il y a aussi Abane Ramdane, la tête pen- sante du FLN, l'artisan du congrès de la Soummam. Nous n'omettrons pas de citer le bédéiste Haroun Ahmed, le créateur du célèbre personnage M'Ki- deche.

La pauvreté gagne du terrain.

Mardi 16 Avril 2013

MONDE

DK NEWS

15

MAURITANIE - MALI

Manifestation de réfugiés maliens dans le camp de Mbéra en Mauritanie

Des centaines de réfu- giés maliens du camp de Mbéra en Mauritanie, ont manifesté samedi contre tout retour non négocié dans le nord du Mali d'où ils ont été chassés par le conflit, a affirmé dimanche l'un de leurs représentants à Nouakchott.

«Il y a eu un mouvement de popula- tions dans le camp pour exiger une so- lution négociée avant d'envisager leur retour», a précisé cette source citée par l'AFP. La manifestation était organisée à l'appel du Mouvement national de libé-

organisée à l'appel du Mouvement national de libé- ration (Mnla), dont le drapeau a été hissé

ration (Mnla), dont le drapeau a été hissé dans le camp, selon la même source. Quelque 75 000 Maliens, dont de nombreux Touareg, sont réfugiés

dans le camp de Mbéra (sud-est de la Mauritanie), où «l'aide humanitaire déployée est insuffisante», selon Méde- cins sans frontières (MSF).

BANGUI (CENTRAFRIQUE)

Djotodia accuse les partisans de l'ancien président Bozizé des heurts du week-end

Le nouveau président centrafricain Michel Djoto-

quent par le fait que nos hommes sont allés dans ce

dia, élu samedi par le

quartier (

)

mais des nostal-

Conseil national de transi- tion a accusé dimanche les

giques de l'ère Bozizé, à qui des armes et des tenues ont

partisans de l'ancien prési-

été distribuées (

)

ont as-

dent d'être à l'origine des heurts qui ont fait une ving- taine de morts samedi et di- manche dans la capitale. S'exprimant en sango à la radio nationale, M. Djotodia

sassiné nos hommes et sont allés jeter les corps à Nga- ragba (quartier sud 7 e arron- dissement) pour mettre les habitants de Ngaragba dans le coup», a expliqué M. Djo-

a

également assuré que le

Séléka n'était pas «venu ex- terminer le peuple centra- fricain». «Les évènements survenus ces 48 heures à Boy-Rabe (4 e arrondisse- ment quartier nord) s'expli-

todia. «C'est un groupe d'in- dividus, les quelques rares

qui tiraient profit de cette période, qui sont acquis à Bozizé, qui veulent pousser les Centrafricains à la guerre civile pour qu'ils

les Centrafricains à la guerre civile pour qu'ils s'entretuent. Mais les Cen- trafricains n'en veulent

s'entretuent. Mais les Cen- trafricains n'en veulent plus et ils ne sont pas prêts à s'en- tredéchirer», a-t-il ajouté. «Nous ne sommes pas venus

pour exterminer le peuple centrafricain. Parce que le peuple centrafricain a trop souffert sous Bozizé et c'est pour toutes ces raisons que la coalition Séléka est entrée à Bangui pour prendre le pouvoir. La Séléka a pris fait et cause pour le peuple, elle n'a aucune intention d'op- primer le peuple centrafri- cain». Une vingtaine de personnes ont été tuées sa- medi et dimanche à Bangui lors d'affrontements entre des habitants et des élé- ments de l'ancienne rébel- lion au pouvoir.

SOUDAN

Khartoum «prêt» à discuter avec les rebelles du Kordofan-Sud

Le Soudan s'est dit «prêt» à des né- gociations avec les rebelles du Kordo- fan-Sud, malgré le bombardement meurtrier mené vendredi par ces in- surgés contre la capitale de cet Etat se- couée par des combats depuis juin 2011. «Nous sommes prêts à parler» aux rebelles de la branche Nord du Mou- vement populaire de libération du Sou- dan (Splm-N), a indiqué Ibrahim Ghan- dour, à la tête de l'équipe de négociation du gouvernement soudanais, selon des propos rapportés par l'agence de presse

Suna. «Nous attendons le moment de la négociation», a-t-il ajouté. Les rebelles de la Splm-N ont indiqué dimanche avoir mené un bombardement sur Ka- dougli après avoir été «provoqués» par le gouvernement. L'attaque s'est produite alors que le président soudanais Omar al-Bachir était au Soudan du Sud pour une visite de quelques heures, en signe d'apaise- ment entre les deux pays. Trois civils ont été tués dans le bom- bardement de vendredi, selon le gou-

vernement. Le 1 er avril, le président al- Bachir avait déjà annoncé que son ad- ministration était prête au dialogue, «y compris avec ceux qui sont armés». Il avait aussi annoncé une amnistie pour tous les prisonniers, même si seu- lement 11 ont depuis été libérés, aucun n'appartenant au Splm-N. Les rebelles ont dit être prêts à dis- cuter sur la base d'une résolution de l'ONU votée l'an passé, mais le gouver- nement souhaite utiliser un autre cadre.

BAHREÏN

Affrontements entre policiers et opposants chiites à Manama

Une voiture a été incendiée di- manche soir dans le centre de Manama

et des heurts ont opposé dans la nuit

près de la capitale des policiers et des

opposants chiites manifestant contre

la tenue du Grand prix de Formule 1 de

Bahreïn. «Des groupes terroristes ont mis le feu tard dimanche à une voiture à l'aide d'une bonbonne de gaz, provo- quant une explosion qui n'a pas fait de dégâts», a annoncé la police de Bahreïn dans un communiqué. Un responsable

la police de Bahreïn dans un communiqué. Un responsable gouvernemental, cité par l'agence offi- cielle Bna,

gouvernemental, cité par l'agence offi- cielle Bna, a affirmé que l'incident était destiné à «attirer l'attention des mé- dias» avant l'épreuve de Formule 1, qui se tient du 19 au 21 sur le circuit de Sa- khir, au sud de Manama. Le Collectif du 14 février, regrou- pant des jeunes militants chiites, a re- vendiqué l'incident sur son compte Twitter, expliquant avoir cherché à «perturber l'activité dans le centre fi- nancier de Manama pour proclamer son refus de la tenue de la course».

SOMALIE

Attaques de Mogadiscio:

34 civils tués

Le bilan des attaques survenues dimanche

à Mogadiscio s'est alourdi à 34 civils tués dont

29 dans l'attentat commis par un commando suicide contre le principal tribunal de la capi- tale somalienne, a rapporté un responsable de la sécurité. «La force de l'Union africaine, l'armée na- tionale somalienne et la police locale ont dé- blayé le bâtiment (du tribunal). Les derniers chiffres indiquent que 29 civils ont été tués, que neuf insurgés shebab sont morts et que 58 personnes ont été blessées», a dit le responsa- ble. Cinq autres civils ont été tués par l'explo- sion d'une voiture piégée dans un autre endroit de la capitale somalienne, d'après la police. Un précédent bilan de ces deux at- taques a fait état de 19 morts. Le 18 mars der- nier, un attentat suicide dans le centre de Mogadiscio avait fait au moins dix tués. L'at- tentat, le plus meurtrier mené depuis septem- bre dans la capitale, avait été revendiqué par les insurgés shebab qui ont multiplié les atten- tats, notamment à Mogadiscio, depuis qu'ils ont été chassés en août 2011 de la capitale par l'Amisom, la force de l'Union africaine.

IRAK

6 morts et plus de 70 blessés dans une série d'attentats

Six personnes ont été tuées et 74 blessées lundi dans cinq attentats à la voiture piégée en Irak, ont indiqué des sources médicales et de sécurité. Touz Khourmatou, à 175 km au nord de Baghdad, est la ville la plus touchée. Trois attentats à la voiture piégée ont tué six personnes et en ont blessé 60. Deux at- taques ont également frappé Nassiriya (sud), où 14 personnes ont été blessées, selon ces sources citées par l'AFP.

USA - CORÉE NORD - CORÉE SUD

Washington ouvert à des négociations avec la Corée du Nord

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry

a assuré lundi que son pays restait ouvert à des

négociations avec la Corée du Nord, appelant Pyongyang à faire un pas vers des pourparlers. «Les Etats-Unis restent ouverts à des négocia- tions honnêtes et crédibles sur la dénucléari- sation, mais la balle est dans le camp de Pyongyang», a déclaré M. Kerry lors d'un dis- cours à l'Institut de Technologie de Tokyo. Le chef de la diplomatie américaine boucle lundi à Tokyo la troisième et dernière étape de sa tournée en Asie, après Séoul - où il a réaf- firmé le plein soutien de Washington à son allié sud-coréen - et Pékin. «Lors des derniers jours, j'ai eu des échanges approfondis avec les dirigeants de la Corée du Sud et de la Chine, avec votre ministre des Affaires étrangères et

je vais parler aujourd'hui avec le Premier mi-

nistre ( japonais) Abe», a-t-il résumé devant un parterre de responsables nippons et améri- cains. «Une chose est certaine : nous sommes unis. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Le dange- reux programme de missile nucléaire de la Corée du Nord ne menace pas uniquement les voisins de la Corée du Nord, mais aussi son propre peuple», a souligné le chef de la diplo- matie américaine. Réitérant son offre de dia- logue à Pyongyang, il a toutefois prévenu que la Corée du Nord devait «faire des pas impor- tants pour montrer qu'elle honorera ses enga- gements et respectera les lois et normes internationales».

16

DK NEWS

MONDE

Mardi 16 Avril 2013

CROATIE

Les Croates ont choisi leurs députés européens

Les électeurs Croates ont voté dimanche pour leur premier scrutin européen, prélude

à leur adhésion le 1 er juillet à l'Union euro- péenne. Selon les résultats officiels quasi dé- finitifs portant sur 99% de voix dépouillées, une coalition formée autour des conservateurs de la Communauté démocratique croate (HDZ, opposition) a obtenu six sièges, une autre coalition formée autour du Parti so- cial-démocrate (SDP, au pouvoir) en a obtenu cinq, alors qu'un siège a été remporté par une petite formation d'opposition. Les dirigeants de cette ex-République you-

goslave, indépendante depuis 1991, ont affirmé que l'élection des 12 députés croates qui s'ajou- teront aux 754 que compte le Parlement eu- ropéen, représente un moment «historique» et exhorté la population à venir voter en nom- bre. Le taux de participation enregistré à la fin du vote a été de seulement 20,79%, large- ment inférieur à la moyenne de 43% enre- gistrée dans les 27 pays membres de l'UE lors du scrutin européen de 2009. Après la Slovénie qui a intégré l'UE en 2004, la Croatie est la deuxième des six ex-Républiques yougoslaves

à intégrer le bloc européen.

PALESTINE - TURQUIE

Le Premier ministre turc Erdogan attendu fin mai à Ghaza

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est attendu fin mai dans la bande de Ghaza, ont annoncé dimanche des sources turque et palestinienne. «Nous serons à Ghaza à la fin mai», a déclaré M. Erdogan au cours d'une liaison vidéo avec un centre d'aide au développement turc dans le terri- toire palestinien, selon les médias turcs. A Ghaza, le vice-Premier ministre du gouver- nement limogé du Hamas a annoncé égale- ment dimanche une visite de M. Erdogan dans l'enclave palestinienne le mois prochain. «Concernant la visite du Premier ministre turc Erdogan, je peux confirmer qu'elle aura lieu le mois prochain», a déclaré à des jour- nalistes l'adjoint du chef du gouvernement Ismaïl Haniyeh, Ziyad al-Zaza. M. al-Zaza a dit espérer que cette visite ouvrirait «de nou- velles possibilités pour mettre fin au siège» du territoire palestinien par Israël.

IRAN - BÉNIN

Le président Ahmadinejad entame une visite au Bénin

Le président iranien Mahmoud Ahmadi- nejad a entamé dimanche une visite de deux jours au Bénin. «Nous sommes décidés à dé- bloquer les relations dans tous les domaines. Le Bénin a beaucoup de potentiels en res- sources humaines et minières», a déclaré le dirigeant iranien à son arrivée. «Le président (Thomas Boni) Yayi et moi

) (

dans les domaines de l'énergie du commerce

de l'industrie et dans l'ingénierie», a-t-il dit ajouté. «Le renforcement de la coopération économique, culturelle et politique font partie des principaux buts de ce voyage», a expliqué le président qui achève son mandat en juin, et dont la dernière tournée en Afrique remonte

à 2010. Le ministère béninois des Affaires

étrangères a souligné dimanche que l'étape de Cotonou était liée à la position de président du Mouvement des non-alignés, assurée par le dirigeant iranien. Le chef de la diplomatie Nassdirou Arifari Bako a ajouté que, dans le domaine bilatéral, Téhéran avait financé la construction d'un amphithéâtre universitaire dans ce pays de neuf millions d'habitants.

allons désormais développer nos relations

VENEZUELA

Nicolas Maduro élu

président du Venezuela

Nicolas Maduroa été of- ficiellement élu di- manche président du Venezuela avec 50,66% des voix recueillies, a an- noncé la présidente du Conseil national électo- ral, Tibisay Lucena.

M. Maduro, 50 ans, président par in- térim du Venezuela, a remporté le scru- tin face au candidat de l'opposition Henrique Capriles, 40 ans, qui a ob- tenu, 49,07% des suffrages, a déclaré Tibisay Lucena, en affirmant que la ten- dance était «irréversible». «Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons eu une victoire électo-

rale juste», a lancé M. Maduro, devant une foule de partisans réunis au palais présidentiel de Miraflores à Caracas. D'après les résultats dévoilés par le CNE, Nicolas Maduro a réuni 7 505 338 suffrages, contre 7 270 403 à son oppo-

a réuni 7 505 338 suffrages, contre 7 270 403 à son oppo- sant, alors que

sant, alors que 78,71% des 19 millions d'électeurs vénézuéliens se sont rendus aux urnes. «Ce sont les résultats irréversibles décidés par le peuple dans ce processus électoral», a ajouté M me Lucena, qui a

demandé aux Vénézuéliens» de rentrer tranquillement dans leurs foyers». M. Maduro succède ainsi au pouvoir à Hugo Chavez, décédé le 5 mars des suites d'un cancer après 14 ans à la tête du pays.

Capriles refuse de reconnaître la victoire de Maduro

Le candidat de l'opposition au Venezuela, Henrique Ca- priles, a refusé dimanche de reconnaître la victoire de Nico- las Maduro à la présidentielle, avant un nouveau décompte de tous les suffrages de l'élection organisée après la mort de Hugo Chavez. «Nous n'allons pas reconnaître un résultat avant que chaque bulletin des Vénézuéliens ne soit recompté, un par un», a déclaré M. Capriles lors d'une conférence de presse organisée après que son adversaire eut été officiellement dé-

claré vainqueur avec seulement 50,66% des voix. Selon le Conseil national électoral (CNE), après dépouillement de plus de 99% des voix, M. Maduro a totalisé 50,66% des suf- frages, contre 49,07% pour M. Capriles, une différence de 235.000 voix sur 19 millions d'électeurs inscrits. «Le perdant aujourd'hui c'est vous, et je vous le dis ferme- ment», a lancé le candidat de l'opposition au vainqueur dé- claré, brandissant un document recensant 3 200 incidents relevés dimanche «au cours du processus électoral».

CANADA - PALESTINE

L'Autorité palestinienne, mécontente, convoque la représentante du Canada

L'Autorité palestinienne a convoqué dimanche la re- présentante du Canada au- près de l'Etat de Palestine, Katherine Verrier-Fréchette, pour lui faire part de son «vif mécontentement» après la visite controversée du chef de la diplomatie canadienne John Baird à El Qods-Est oc- cupée et annexée par Israël. «Le ministère des Affaires étrangères a convoqué di-

manche la représentante du Canada auprès de l'Etat de Palestine pour lui faire part de son vif mécontentement à la suite de la rencontre entre le ministre canadien des Af- faires étrangères John Baird et la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni à El- Qods-Est», selon un com- muniqué. La communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion de d'ElQod-

sEst, qu'elle considère comme un territoire occupé et où les Palestiniens veulent établir la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Les diri- geants palestiniens avaient déjà fustigé vendredi «une violation flagrante du droit international», parlant de «provocation» et de «gifle à la face du peuple palestinien». «Votre récente rencontre avec des responsables israé-

liens à ElQods-Est a pour conséquence de tenter de lé- gitimer la situation illégale sur le terrain et pourrait re- venir à aider et encourager une politique israélienne il- licite», avait déploré le négo- ciateur Saëb Erakat, membre de la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dans une lettre au ministre cana- dien.

GRANDE-BRETAGNE

Londres regrette le départ du Premier ministre

palestinien

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a exprimé dimanche son regret suite à la démis- sion du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, demandant la reprise «instamment» des négociations israélo- palestiniennes pour une solution à

deux Etats. «J'ai le regret d'apprendre que M. Sa- lam Fayyad a démissionné en tant que Premier ministre palestinien. M. Fayyad a fait une contribution ‘‘exceptionnelle’’ à la construction d'un Etat palestinien, en tant que ministre des Finances, puis comme Premier mi- nistre» et «a été un partenaire proche

des gouvernements britanniques suc- cessifs», a déclaré M. Hague cité par le Foreign Office. Le Chef de la diplomatie britannique

a remercié M. Fayyad pour «son dé- vouement et son énergie», soulignant que l'Autorité palestinienne «a fait de grands pas en avant dans la construc- tion des institutions nécessaires à un Etat palestinien et que les Institutions palestiniennes sont désormais plus fortes et plus transparentes». «En dépit de graves difficultés éco- nomiques, la Banque mondiale, le FMI

et l'ONU ont tous affirmé l'année der-

nière que l'Autorité palestinienne a la

capacité d'être un Etat fonctionnel dans

des secteurs importants», a-t-il ajouté. «Ce développement est un rappel de l'urgence de revenir à des négocia-

tions sur une solution à deux Etats. Nous avons besoin de voir une voie ‘‘claire’’ menant à un Etat palestinien viable et indépendant, fondé sur les frontières de 1967 avec des échanges de territoires convenus, vivant en paix

et en sécurité avec Israël le travail vital

de construction de l'Etat palestinien doit se poursuivre. 2013 est une année cruciale pour la paix au Moyen-Orient»,

a conclu M. Hague.

APS

Mardi 16 Avril 2013

TÉLÉ

DK NEWS

17

Programme du mardi 16 Avril 2013

Programme du mardi 16 Avril 2013

Programme du mardi 16 Avril 2013
2013 TÉLÉ DK NEWS 17 Programme du mardi 16 Avril 2013 09h30 : Khalti lalahoum rediff

09h30 : Khalti lalahoum rediff - Feuil- leton alg 10h00 : Mehen khatira - Documentaire 10h30 : Farachat el foussoul - Dessin animé 11h00 : Questions d'actu «rediff» - In- formation 12h00 : Journal en français+météo - In- formation 12h25 : Oua yabqa el hob - Feuilleton doublé 13h40 : Bi'atouna e'sahira - Documen- taire 14h35 : Chahrazed - Feuilleton arabe 15h25 : 52' chrono «rediff» - Emission sportive 16h25 : Sebaq el madjarate - Dessin animé 17h00 : Sahla mahla - Série enfantine 17h20 : Takder tarbah - Emission de jeux 18h00 : Football «CRB/ESS» direct - Sport 18h45 : Journal en français+météo - In- formation 19h45 : Martyrs de la guillotine - Série 20h00 : Journal en arabe - Information 20h45 : Parlons-en - Emission de so-

ciété

- Information 20h45 : Parlons-en - Emission de so- ciété 22h00 : Gala artistique - Gala

22h00 : Gala artistique - Gala 23h00 : Expression livre - Emission culturelle 00h00 : Journal en arabe – Informa- tion

culturelle 00h00 : Journal en arabe – Informa- tion 12h00 Journal 12h40 Petits plats en équilibre

12h00 Journal 12h40 Petits plats en équilibre - Maga- zine de la gastronomie 12h50 Météo 12h55 Les feux de l'amour - Feuilleton sentimental 13h55 Le courage d'une mère - Téléfilm de suspense 15h35 Quatre mariages pour une lune de miel - Téléréalité 16h25 Bienvenue chez nous - Jeu 17h20 Une famille en or - Jeu 18h05 Money Drop - Jeu 18h50 Nos chers voisins - Série humo- ristique 18h55 Météo 19h00 Journal 19h30 Mon assiette santé - Magazine de services 19h35 Météo 19h40 Après le 20h, c'est Canteloup - Divertissement-humour 20h35 Les experts - Série policière 21h25 Les experts - Série policière 22h15 Confessions intimes - Magazine de société

22h15 Confessions intimes - Magazine de société 12h00 Journal 12h50 Météo 2 12h52 Consomag - Magazine

12h00 Journal 12h50 Météo 2 12h52 Consomag - Magazine du consommateur 12h55 Expression directe - Magazine politique 12h56 En route pour la finale - Maga- zine sportif 13h00 Toute une histoire- Magazine de société 14h10 Comment ça va bien ! - Magazine de services 15h10 Le tourbillon de l'amour - Série sentimentale 15h55 Côté Match - Multisports 16h00 Le jour où tout a basculé - Maga- zine de société 16h25 Par amour - Magazine de société 16h50 CD'aujourd'hui - Variétés

16h55 On n'demande qu'à en rire - Di- vertissement-humour 17h45 Mot de passe - Jeu 18h28 Météo 2 18h30 N'oubliez pas les paroles - Jeu 19h00 Journal 19h40 Histoire d'un rêve - Magazine de services 19h44 Météo 2 21h50 4,9 g de cyanure, l'affaire de la Josacine - Justice 22h45 La juge et l'affaire des dioxines - Justice

22h45 La juge et l'affaire des dioxines - Justice 11h55 Météo à la carte - Magazine

11h55 Météo à la carte - Magazine de dé- couvertes 12h50 Si près de chez vous - Magazine de société 13h45 Keno - Loterie 13h55 Questions au gouvernement - Débat 15h10 Des chiffres et des lettres - Jeu 15h50 Harry - Jeu 16h20 Un livre, un jour - Magazine lit- téraire 16h30 Slam - Jeu 17h10 Questions pour un champion - Jeu

17h55 Objectif indépendance - Maga-

zine de services 18h00 19/20 : Journal régional 18h18 19/20 : Edition locale 18h30 19/20 : Journal national 18h58 Météo 19h00 Tout le sport - Multisports 19h10 Et si on changeait le monde - Ma- gazine de services 19h15 Plus belle la vie - Feuilleton réa- liste 21h15 Météo 21h18 Parlons passion - Magazine de services 21h20 Grand Soir 3 22h20 Maigret - Téléfilm policier

21h20 Grand Soir 3 22h20 Maigret - Téléfilm policier 11h45 La nouvelle édition - Magazine d'actualité

11h45 La nouvelle édition - Magazine d'actualité 13h00 Scandal - Série judiciaire 13h40 Scandal - Série judiciaire 14h25 Nurse Jackie - Série hospitalière 14h50 Nurse Jackie - Série hospitalière 15h20 Pentecôte - Court métrage 15h30 Morning Glory - Comédie 17h20 Les Simpson - Série d'animation 17h45 Le JT 18h05 Le grand journal - Talk show 19h05 Le petit journal - Divertissement 19h30 Le grand journal, la suite - Talk show 21h55 Martha Marcy May Marlene - Drame

la suite - Talk show 21h55 Martha Marcy May Marlene - Drame 12h05 Scènes de ménages

12h05 Scènes de ménages - Série hu- moristique 12h35 Météo 12h37 Astuces de chef - Magazine culi- naire 12h40 Un prince pas très charmant - Téléfilm sentimental 14h30 Au cœur de la forêt - Téléfilm dramatique 16h35 Un dîner presque parfait - Jeu 17h45 100 % mag - Magazine d'infor- mation 18h40 Météo 18h45 Le 19.45 19h05 Scènes de ménages - Série hu- moristique 21h05 Recherche appartement ou mai- son - Téléréalité 22h20 Recherche appartement ou mai- son - Téléréalité

La sélection

19h50 Les experts - Série policière Baptême de l'air - Episode 5/22 - Saison 12
19h50
Les experts - Série policière
Baptême de l'air - Episode 5/22 - Saison 12 - Durée :
45mn
Morgan, Russell et Greg arrivent sur le mont Stirling
pour une affaire d'homicide, mais la victime est reve-
nue à la vie entretemps. Morgan part avec lui en héli-
coptère pour rejoindre Nick, qui enquête sur un double meurtre. Mais en cours
de vol, le blessé, qui a compris qu'elle fait partie de la police, lui subtilise son
arme et oblige le pilote à mettre le cap sur le Mexique. Les experts s'inquiètent
pour la vie de Morgan et se mettent à collecter un maximum de pièces, d'indices
et de preuves sur le terrain pour tenter de comprendre quelles sont ses motiva-
tions. Le temps presse pour sauver Morgan
19h45 Goldeneye - Film d'action Avec : Pierce Brosnan, Famke Janssen, Gottfried John, Izabella Scorupco,
19h45
Goldeneye -
Film d'action
Avec : Pierce Brosnan, Famke Janssen, Gottfried John,
Izabella Scorupco, Joe Don Baker, Tchéky Karyo,
Sean Bean, Desmond Llewelyn, Robbie Coltrane, Alan
Cumming, Judi Dench, Samantha Bond - Durée : 2h05mn
La guerre froide est finie, mais James Bond, malgré le luxe et les femmes, a du
mal à oublier Trevelyan, son meilleur ami, qu'il a dû «sacrifier» lors d'une mis-
sion en Sibérie. A Monte-Carlo, il rencontre Xenia, une espionne russe aussi ra-
vissante que dangereuse. Avec la complicité d'Ourumov, celle-ci parvient à voler
le Tiger, un super hélicoptère de l'OTAN, au nez et à la barbe de Bond. Xenia et
Ourumov travaillent pour le compte de Janus, une organisation criminelle inter-
nationale. Ensemble, ils vont dérober Goldeneye, une arme secrète qui permet
de brouiller tout système de détection électronique dans un rayon de cent kilo-
mètres. James Bond part pour la Russie. Sa mission : récupérer Goldeneye et dé-
barrasser la planète de Janus
19h45 Je vous présente ma femme - Téléfilm humoristique Avec : Catherine Jacob, Fabio Zenoni,
19h45
Je vous présente
ma femme - Téléfilm
humoristique
Avec : Catherine Jacob, Fabio Zenoni, Aylin Prandi,
Michel Robin, Christian Pereira, Noémie de Lattre,
Serge Requet-Barville - Durée : 1h30mn
La famille Martin occupe trois maisons dans la même rue d'un village endormi.
Cette situation permet à Viviane de garder l'oeil sur son père, son mari et ses deux
fils, Michel et Eric. Ce dernier est sa fierté. S'il est encore célibataire à près de 40
ans, Eric est le plus brillant de la famille. Un jour, son entreprise, où il travaille
comme chercheur, l'envoie en mission à Cuba. Pour Eric, qui déteste les voyages,
c'est une épreuve. Six mois plus tard, il rentre transformé. Surtout, il revient ac-
compagné de sa femme, Revolución. La spontanéité et l'enthousiasme de la jeune
femme conquièrent peu à peu toute la famille Martin, à l'exception de Viviane,
qui pense que Revolución n'en veut qu'à l'argent de son fils
19h55 Comment savoir - Comédie dramatique Avec : Reese Witherspoon, Paul Rudd, Owen Wilson, Jack
19h55
Comment savoir -
Comédie dramatique
Avec : Reese Witherspoon, Paul Rudd,
Owen Wilson, Jack Nicholson, Kathryn
Hahn, Mark Linn-Baker, Lenny Venito,
Molly Price, Ron McLarty, Shelley Conn,
Domenick Lombardozzi, John Tormey - Durée : 2h00mn
Lisa voit sa vie s'écrouler le jour où elle est exclue de l'équipe nationale de softball.
C'est à ce moment qu'elle fait la connaissance de Matty, un joueur de base-ball
professionnel. Matty est égocentrique et peu fiable, mais Lisa se laisse pourtant
séduire. Bientôt, elle compte même sur lui pour lui faire oublier le désastre qu'est
son existence. George Madison, un homme d'affaires, s'écroule lorsque son père
lui annonce que le ministère de la Justice vient de déposer une plainte contre lui
pour fraudes financières. C'est alors que Lisa et George se rencontrent
19h50 Recherche apparte- ment ou maison - Télé- réalité André et Marie / Simon et
19h50
Recherche apparte-
ment ou maison - Télé-
réalité
André et Marie / Simon et Sonia / Sydney,
Péguy et Warren - Durée : 1h15mn
André et Marie sont des quinquagé-
naires, parents de 4 enfants. Ils vivent à
Lille avec leur petite dernière, Éloïse, 9
ans. André, ingénieur, vient d'être muté à Paris mais, faute d'y avoir trouvé un lo-
gement, il fait l'aller-retour tous les jours pour rentrer dormir dans le Nord.
À Toulouse, Simon et Sonia ont tous les deux la trentaine et s'apprêtent à se ma-
rier. Ils vivent dans l'appartement de Sonia et veulent maintenant investir à deux.
À Asnières-sur-Seine, Sydney, Péguy et Warren n'ont qu'une envie : vivre dans le
Sud du côté de Toulon et devenir propriétaires pour la première fois.

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mardi 16 Avril 2013

Mots fléchés n°248

DK NEWS DÉTENTE Mardi 16 Avril 2013 Mots fléchés n°248 Proverbes Un peuple sans culture, c’est

Proverbes

Un peuple sans culture, c’est un homme sans parole.

Proverbe algérien

Il veut la traire, elle n'a pas vêlé. Proverbe berbère

L'argent dépensé en amour ne retourne pas à la bourse.

Proverbe arabe

L’habit ne fait pas le moine

Proverbe français

C’est arrivé un 16 avril

1917 : Première Guerre mondiale : à 6 heures

du matin, début de la bataille du Chemin des

Dames dans l'Aisne.

1917 : Lénine rentre à Saint-Pétersbourg de son

exil en Finlande.

1922 : traité de Rapallo, par lequel l'Allemagne

reconnaît l'URSS et rétablit des relations di-

plomatiques avec Moscou.

1943 : le chimiste suisse Albert Hofmann dé-

couvre les propriétés pharmacologiques du

LSD (acide lysergique diéthylamine) après une ingestion accidentelle.

1945

: début de la bataille de Berlin.

1945

: naufrage du Goya dans la Mer Baltique

coulé par le sous-marin soviétique S 13, envi-

ron 6 500 morts.

2001 : bataille navale de Mullaitivu-Chalai au

Sri Lanka. 2003 : le traité d'Athènes consacre le cin- quième élargissement de l'Union européenne, avec l'entrée de dix nouveaux membres.

Célébrations :

- Journée mondiale de la voix.

- Algérie : Youm El Ilm, Journée de la science, commémorant la mort de l'imam Albelhamid Ben Badis.

- Danemark : Fête nationale commémorant la

naissance de la reine du Danemark. États-Unis : Washington, D.C. : Emancipation Day (en), Journée de l'émancipation commé- morant le décret que signa le président Abra- ham Lincoln en 1862 libérant les esclaves du District de Columbia.

Samuraï-sudoku n°248

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chif- fres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°248 Horizontalement : Verticalement

Mots croisés n°248

peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°248 Horizontalement : Verticalement : 1.Ch.- 1.

Horizontalement :

Verticalement :

1.Ch.- 1. de c. du Cher

10.Contrôleur

1.Permis

2.Impuissance - Imitation des pre- miers sons émis par un bébé 3.Qui tiennent de la bête - Américium 4.Indium - Fou 5.Se dit d'une foule qui manifeste une joie débordante - Souffles 6.FI. de Russie, en Sibérie orientale - Tel quel 7.Tour - Prénom féminin 8.Ch.-1. de c. de la Haute-Garonne - Approbation- Préposition 9.Atomes - Arme

2.Arbres des régions équatoriales - Conjonction 3. Adjectif possessif - Adverbe de lieu - Urine 4.Glucoside extrait de nombreux végétaux- Lente 5.Rivière de l'Asie - Police nazie - Tes biens 6.Agence centrale de renseignem ents - Orient - Oui 7.Juge et grand prêtre des Hébreux - Qui n'éprouve aucune gêne 8.Tourmentée par l'envie 9.Gros bout d'une queue de billard - Du verbe rire - Canton suisse

11. Petit de l'oie - Revenu minimum

d'insertion

12.

Basques

10.Conjonction - Baie - Fortifié

Eliminer - Préfixe Gonflem ent d'un organe

12.

11.

Mardi 16 Avril 2013

SPORTS

DK NEWS

19

VOLLEY-BALL/CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DES CLUBS CHAMPIONS :

Le NR Bordj Bou Arréridj vise le titre

La conquête du titre conti- nental est l’objectif que se fixe le NR Bordj Bou Arré- ridj avant sa participation, du 19 au 28 avril à Tripoli (Libye), au championnat d’Afrique des clubs cham- pions de volley-ball, af- firme le coach du club des Bibans, Riad Hedili.

«Notre équipe qui a ob- tenu une quatrième et une troisième places lors des deux dernières éditions de ce championnat continental est cette fois décidée, lors de cette 32 e édition, à améliorer cette performance en décro- chant le titre, confie Hedili à l’APS. Pour cet entraîneur tu-

le titre, confie Hedili à l’APS. Pour cet entraîneur tu- nisien, ancien joueur de NRBBA, la

nisien, ancien joueur de NRBBA, la préparation de ce rendez-vous sportif, axée sur les plans physique et tech- nico-tactique, s’effectue de-

puis deux mois dans d’excel- lentes conditions, notam- ment après le recrutement de deux joueurs de Tunisie et du Brésil. Les derniers

matches de championnat face au GS Pétroliers et au MB Béjaïa ont été «de haut ni- veau», ce qui a permis au NRBBA d’élever sensible- ment sa compétitivité, selon le même technicien qui concède toutefois que la compétition sera «rude» du- rant cette joute qui verra la participation de 23 équipes dont deux de Tunisie et deux d’Egypte. Le niveau de la dis- cipline a «considérablement évolué en Afrique ces der- nières années», selon le coach qui révèle que son team effectuera un ultime stage de deux jours à Blida avant de se rendre en Libye, le 18 avril.

22 équipes attendues à Tripoli

Vingt-deux clubs issus de 17 pays africains devraient prendre part à la 32 e édition du championnat d'Afrique des clubs champions de volley- ball, prévue du 17 au 28 avril à Tripoli (Libye), ont annoncé les organisateurs. Le volley-ball algérien sera représenté à cette compétition par le NRB Bou Arréridj (vainqueur de la Coupe d'Algérie), qui ambitionne de remporter le titre africain, selon ses dirigeants. Les 22 équipes attendues à la 32 e édition sont issues de la Libye (pays hôte), l'Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Soudan, le Congo, le Gabon, le Cameroun, le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie, le Mozambique, le Sénégal, le Kenya et le Burundi. Quant aux trois clubs égyptiens, le Zamalek (tenant du titre), Al-Ahly et El Geich, ils n'ont pas encore confirmé leur participation. La presse égyptienne avait indiqué la semaine dernière que ces trois représentants se sont désistés pour des «raisons de sécurité». Quant au vice-champion d'Afrique de la 31 e édition, la formation tunisienne de l'ES Sahel, il n'ira pas à Tripoli en raison des blessures de certains joueurs du club comme Chaker Ghzal, Hamza Nagua et Marouène Chetioui et qui nécessitent du temps pour qu'ils soient complètement rétablis, d'après le journal la Presse. La réunion technique aura lieu jeudi 18 avril et procédera à l'établissement du calendrier général et la répartition des équipes sur quatre poules. Le champion d'Afrique 2013 participera au championnat du Monde des clubs prévu en octobre prochain au Brésil.

ATHLÉTISME Gebreselassie remporte le semi-marathon de Vienne

Le champion éthiopien Haile Gebrese- lassie a remporté dimanche, le semi-mara- thon de Vienne, pour la troisième fois consécutive, en 1 heure 01 minute 14 se- condes. Gebreselassie, double champion olympique du 10 000 m, quadruple cham- pion du monde et détenteur de 27 records du monde officiels ou officieux, a fait la course seul en tête à partir du 10 e km. Pour sa troisième participation au semi-mara- thon de Vienne, l'Ethiopien n'a pas réussi à améliorer ses performances de 2011 (1 heure 0 minute 18 secondes) et 2012 (1 heure 0 minute 52 secondes). Son meilleur temps sur le semi-marathon - 58 minutes 55 secondes - remonte à 2006 à Phoenix (Arizona, Etats-Unis). Haile Gebreselassie, qui fêtera son 40 e anniversaire le 18 avril, a entamé sa reconversion en acquérant en Ethiopie une importante plantation de café.

EQUIPE D'ESPAGNE DE HANDBALL

Le sélectionneur Valero Rivero jette l'éponge

Le sélectionneur de l'équipe espa- gnole de handball (messieurs), Valero Rivero a annoncé, hier lundi, sa démis- sion après quatre années de service, pour prendre probablement les rênes de l'équipe nationale du Qatar. «J'ai décidé de mettre fin à mes fonc- tions de sélectionneur national, après quatre années couronnées par l'obten- tion du titre de champion du monde 2013», écrit Valero Rivero dans une let- tre ouverte. «Mettre un point final à ce cycle de sélectionneur de l'équipe d'Es- pagne s'explique par le fait qu'une autre

d'Es- pagne s'explique par le fait qu'une autre Fédération nationale a tout fait pour me convaincre,»

Fédération nationale a tout fait pour me convaincre,» poursuit-il, sans préciser sa prochaine destination. Certains mé- dias espagnols avaient affirmé il y a une semaine que Rivero, 60 ans, aurait dé- cidé de partir entraîner l'équipe du Qatar. Le journal ABC affirmait que le Qatar, qui organisera le Championnat du monde 2015 de handball, lui aurait offert un salaire annuel de 800.000 euros. Valero Rivero avait conduit la «Roja» à remporter le dernier cham- pionnat du monde 2013, disputé en Es- pagne.

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE DE NATIONAL UNE DE HANDBALL MESSIEURS :

Le point après les 2 premières journées

Le point des groupes A et B du cham- pionnat d'Algérie de handball de Na- tional Une (messieurs) après le déroulement des deux premières jour- nées, ce week-end, respectivement à Sétif et Batna:

GROUPE A :

1 re journée :

JS Kabylie - HC Souk Ahras, forfait JSK

NRB Touggourt - ES Arzew Exempt : R. El-Arrouch

2 e journée :

HC Souk Ahras - NRB Tougourt

R. El Arrouch - JS Kabylie, forfait JSK

Exempt : ES Arzew

25-25

25-26

Classement :

Pts

J

1.

NRB Touggourt

3

2

2.

R. El Arrouch

2

1

--.

HC Souk Ahras

2

2

4. ES Arzew

1

1

5. JS Kabylie

0

2

2 forfaits

GROUPE B :

1 re journée :

CRBEE Alger-Centre - O. Maghnia, for- fait des deux équipes

O.

M’Sila - HC Béjaïa Forfait de M’Sila

C.

Chelghoum Laid - IC Ouargla 35 - 24

2 e journée :

Forfait de

Maghnia

C. Chelghoum Laid - IC Ouargla Forfait

O. Maghnia - O. M’Sila

d’Alger-Centre HC Béjaïa - IC Ouargla

23-22

 

Classement :

Pts

J

1.C. Chelghoum Laïd

4

2

-.

HB Béjaïa

4

2

3.

O. M’Sila

2

2 1 forfait

4 IC Ouargla

0

2

-.

O. Maghnia

0

2

2

for-

faits -. CRBEE Alger-Centre

0

2 2 forfaits

(DAMES)

Les résultats de la 20 e journée

JS Awzelaguen - HBC El-Biar

HBCF Arzew - GS Pétroliers 21 - 27 -

FS

(non joué) ASFAK Constantine - HBC Gdyel29 - 27 Hawa Saïda - CSMM Tizi-Ouzou 33 - 21

Touggourt

11 - 21

Constantine

ESFOR

RIJ Alger - NRF Constantine

25 - 27

PROGRAMME DE LA MISE À JOUR

AUJOURD’HUI :

A Awzelaguen (14h00): JS Awzelaguen - RIJ Alger A Constantine (15h00): ASFAK Constantine - NR Constantine A Arzew (15h00) : HBCF Arzew - ESFOR Touggourt A Constantine (15h00): FS Constantine û HBC Gdyel.

A Constantine (15h00): FS Constantine û HBC Gdyel. Solution Samurai-soduku N°247 EMANCIPATION CASERNE AL U

Solution Samurai-soduku N°247

FS Constantine û HBC Gdyel. Solution Samurai-soduku N°247 EMANCIPATION CASERNE AL U REPU ORNIERE ARRET SALSES
EMANCIPATION CASERNE AL U REPU ORNIERE ARRET SALSES BLENEAU L F O SGANARELLE US AM
EMANCIPATION
CASERNE AL U
REPU
ORNIERE
ARRET SALSES
BLENEAU L F
O
SGANARELLE
US AM DUC ES
IMAM FE ROCS
L
EMMERDANTE
LIRE T AY E
EVE RANCŒUR
RESTAS ENTRE
N°246CroisésMotsSolution N°150CroisésMotsSolution
PUTREFACTION REVERIE ASIE ALAVA RARES TE EIDERS EU I ALLONGERAS CRUEL TES UN INGRES N
PUTREFACTION
REVERIE ASIE
ALAVA RARES
TE EIDERS EU
I
ALLONGERAS
CRUEL TES
UN
INGRES N O E
E
M RENTABLE
NIEE PI ISO
NONCHALANCES
ENTRER YEUSE
S
EUPEN ERSE
MotsSolution MotsSolution
N°246Fléchés N°150Fléchés

20 DK NEWS

SPORTS

Mardi 16 Avril 2013

VOLLEYBALL

Un tournoi «Sahara Volley» en mai à Tamanrasset

Un tournoi de volley-ball dénommé « Sahara Volley-2013», sera organisé du 1 er au 5 mai à Tamanrasset, par la Fédération algérienne de volley-ball (Favb) dans l'optique de la promotion de cette discipline dans la région, indique lundi un communiqué de l'instance fédérale. Le coup d'envoi du tournoi auquel prendront part six paires féminines et six masculines issues des Ligues et Associations, sera donné

le 2 mai. Parmi les participants, la fédération a

tenu à faire engager la paire féminine de Hassi Messaoud qui a acquis un certain niveau de pratique et qui est la seule équipe activant dans la région. Chez les hommes, il y aura deux paires de la ville de Tamanrasset (une civile et une autre militaire), en plus d'autres retenues selon les engagements. Le tournoi «Sahara Volley» sera suivi le 3 mai, par une journée d'initiation à la pratique du volley-ball pour les élèves des établissements scolaires (palier primaire). L'encadrement des enfants pendant la journée sera assuré par des joueurs et joueuses et des techniciens. Quelque 1 000 enfants scolarisés en primaire sont attendus pour prendre part à cet évènement sportif. Ils seront répartis en quatre groupes de 250 élèves chacun et chaque groupe bénéficiera d'une à deux heures d'initiation en mini-volley. «Cette initiative sera une opération-pilote avant les chaleurs de l'été, en vue d'une meilleure maîtrise des actions à mener à la fin de l'année en cours et en 2014», a expliqué le président de la Fédération algérienne de

volley-ball (Favb, Okba Gougam.

A cette occasion, l'instance fédérale mettra à la

disposition de la wilaya de Tamanrasset, ville hôte de l'évènement, 20 kit complet pour l'installation de 20 terrains (poteaux-filets) et

250 à 300 ballons d'initiation. «A travers cet

évènement sportif, nous envisageons de promouvoir la région de Tamanrasset, dont le patrimoine n'est plus à démontrer, et parvenir

à inscrire, à long terme, cette manifestation comme une étape incontournable dans le circuit mondial de la Fédération

internationale de volley-ball», a-t-il dit. Le premier responsable de l'instance fédérale, qui revient à la tête de la Favb, explique que l'opération «Sahara volley» a plusieurs objectifs dont ceux de «renouer avec l'activité du volley au Sud et la promouvoir davantage, instaurer une communication durable et

perfectible. (

commercial à long terme». Dans le plan d'action de la Favb, il sera élaboré

un programme de formation des éducateurs en volley à Tamanrasset afin de réunir les conditions idéales pour la prise en charge des élèves chez qui auraient des prédispositions et aptitudes à pratiquer le volley. «Selon les informations dont on dispose, une vingtaine d'éducateurs activent dans la wilaya de Tamanrasset, mais ne sont pas spécialisés en volley. On essayera, à la demande des autorités locales, d'élaborer pour eux un programme de formation adéquat dans la spécialité de volley-ball, afin de leur permettre de pouvoir prendre en charge les élèves sélectionnés parmi les 1 000 concernés

par la journée d'initiation, pour la pratique de cette discipline», a conclu M. Gougam.

Il est à rappeler que la première opération de

«Sahara Volley» avait été initiée à Tamanrasset, lors de la saison 1992-93 et une

seconde en 2003 à Djanet.

)

elle a aussi un caractère

BLIDA

Coup d’envoi du 3 e tour du championnat national militaire de handball

Le coup d’envoi du 3è tour du championnat natio- nal militaire de handball a été donné, lundi, à la salle omnisports du complexe sportif régional militaire de Blida. Sept équipes relevant du Commandement de la Gendarmerie nationale et des six régions militaires du pays, prennent part à ce championnat national, dont le programme s’éta- lant sur deux jours, englobe 6 matchs, à raison de 3

matchs par jour. La finale de ce championnat est prévue pour

par jour. La finale de ce championnat est prévue pour demain mardi. Présidant la céré- monie

demain mardi. Présidant la céré- monie de cette manifestation spor-

tive, le commandant de la Façade maritime Centre de la première Région mi- litaire, le général Guel- mami Mohamed, a invité les athlètes participant à «privilégier le fair-play et à donner la meilleure image possible de leurs équipes et du sport militaire». La cérémonie d’ouverture de cette compétition a été marquée par la présence du président de la Fédéra- tion algérienne de hand- ball (Fahb) M. Mohamed Aziz Derouaz.

JUDO

Championnat d'Algérie par équipes juniors (garçons et filles) samedi à Blida

Le championnat d'Algérie de judo par équipes, réservé aux juniors (garçons et filles), aura lieu samedi dans la wilaya de Blida, a-t-on appris lundi auprès de la direction technique nationale de la Fédération algérienne (FAJ). Les clubs engagés prendront part à la compétition avec des athlètes nés en 1993, 1994 et 1995 et ce, dans les caté- gories de poids -66 kg, -73 kg, -81 kg, -90 kg et +90 kg (garçons) et -52 kg, -57 kg, -63 kg, -70 kg et +70 kg (filles). Chaque équipe participera avec 5 titulaires et 5 rempla- çants chez les garçons et aussi chez les filles, selon la di- rection technique nationale, alors que l'arbitrage appliquera conjointement le règlement de la Fédération internationale et de la Fédération algérienne.

internationale et de la Fédération algérienne. 12 E AG ORDINAIRE DE L’UAG Poursuite des travaux en

12 E AG ORDINAIRE DE L’UAG

Poursuite des travaux en ateliers des comités techniques

Les travaux de la 12 e assemblée

générale (AG) ordinaire de l’Union africaine de gymnastique (UAG) se sont poursuivis dimanche en ate- liers des comités techniques spécia- lisés, au lendemain de l’élection de l’Algérien Ali Zaâter à la tête de l’instance africaine en remplace- ment de son compatriote Mohamed

Yamani. L’atelier le plus important

a eu trait à la programmation des

différentes compétitions et a ras- semblé les présidents des comités d’aérobic, l’Algérienne Khadidja Zeroc, de la gymnastique artistique

masculine, le Marocain Abdelilah

Razik, de la gymnastique artistique féminine, la Sud-Africaine Paddy Chadwick, de la gymnastique ryth- mique, l’Egyptienne Yasmine Samir

et de trampoline, la Sud-Africaine

Helen van der Walt. «Si nous n’arrivons pas à dégager un plan global sur les quatre années

à venir, nous ne pourrons pas pro-

céder à l’attribution de l’organisa- tion des différentes compétitions africaines», a mis en garde M. Zaâter qui a tenu à assister à cet atelier en tant que nouveau patron de l’UAG. Les différentes conclusions des co- mités techniques seront lues di- manche en fin de journée aux membres de l’assemblée générale ordinaire de l’instance africaine lors de leur réunion plénière pour adop- tion ou rejet. M. Zaâter avait été élu samedi à la présidence de l’UAG en récoltant 13 voix des délégués offi- ciels de fédérations membres contre deux pour son concurrent tunisien,

Fayçel Ben Ali Zemni, patron de la Fédération tunisienne de gymnas- tique, alors qu’un bulletin a été dé- claré nul. Le troisième candidat, Jerry Masia, président de la Fédéra-

tion sud-africaine de la discipline, s’est retiré de la course. Le désor- mais ex-secrétaire général de l’UAG travaillera avec un Comité exécutif composé du Sud-Africain Jerry Masia (1 er vice-président), de l’Egyp- tien Ehab Amin (2e vice-président), de la Sénégalaise Albertine Gon- zalves (3e vice-présidente), du Tuni- sien Mohamed Rached Gharbi

(membre), du Libyen abdulnasser Ben Osman (membre), de la Nami- bienne Valeries Geldenhuys (mem- bre) et du Marocain Abdessadek Bitari (membre). Par ailleurs, six

techniciens algériens ont réussi à faire leur entrée dans les différents comités techniques, à savoir Kha- didja Zeroc, Mohamed Smaïl Hadji, Aïssa Mansouri et la paire Sofiane Zahi-Mékachi Rabah qui ont été élus respectivement aux comités «aérobic», «gymnastique artistique masculine», «trampoline» et «tram- poline-tumbling». Vu son impor- tance dans la pratique de la discipline, la commission médicale a été relancée et confiée au Docteur algérien Mohamed Amine Lou- ghraieb.

L'Afrique du Sud organisera en 2014 les championnats d'Afrique

de gymnastique artistique masculine et féminine

L'Afrique du Sud a obtenu l'organisation des championnats d'Afrique 2014 de gymnastique artistique masculine et fémi- nine à l'issue de la 12e assemblée générale ordinaire de l'Union africaine de gymnastique (UAG), clôturée dimanche

soir à Alger, a-t-on appris lundi auprès de l'instance africaine. Quant aux championnats d'Afrique de gymnastique ryth- mique, ils devraient être délocalisés d'Afrique du Sud en Egypte, les Sud-Africains ayant déjà organisé la précédente édition, a expliqué à l'APS le nouveau président de l'UAG, l'Al- gérien Ali Zaâter. Ces trois compétitions sont qualificatives aux jeux Olympiques de la jeunesse d'été qui auront lieu du 16 au 28 août 2014 dans la ville chinoise de Nankin. Concernant l'attribution de l'organisation des championnats d'Afrique de gymnastique des autres disciplines (aérobic et trampoline no-

M. Zaâter a indiqué que rien n'avait encore été dé-

tamment),

cidé puisqu'il y a un «grand débat sur le projet de programme d'organisation de ces compétitions». «Nous allons approfon- dir les discussions avec les membres du Comité exécutif de l'UAG et des Comités techniques spécialisés pour arriver à une entente à ce sujet le plus tôt possible», a-t-il dit.

Mardi 16 Avril 2013

SPORTS - HOMMAGE

DK NEWS

21

Bensalah : «Le sport algérien perd en la personne de Kermali l'une de ses grandes figures»

en la personne de Kermali l'une de ses grandes figures» Le président du Conseil de la

Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, a adressé un message de condoléances à la famille de Abdelhamid Kermali,décédé samedi après-midi, dans lequel il a affirmé que le sport algérien perd en sa per- sonne «l'une de ses grandes fi- gures». «C'est avec une profonde affliction que j'ai appris la dis- parition de Abdelhamid Ker- mali, l'un des illustres

enfants de l'Algérie qui se sont distingués par leur patriotisme», a écrit le prési- dent du Conseil de la nation dans son message. «Le dé- funt a toujours mis ses talents au service de son pays, à travers son adhésion aux clubs sportifs avant l'Indépen- dance nationale. Un effort qu'il poursuivra dans le déve- loppement du football en entraînant plusieurs grandes équipes», a souligné le président du Conseil de la nation, précisant que «lorsqu'il était à la barre technique des Verts, le défunt a offert au pays de nombreuses victoires».

Hayatou : «L'Algérie a perdu un monument»

nauté du football algérien, mais aussi à la famille d'Abdel- hamid Kermali, décédé sa- medi après-midi, dans lequel il a affirmé que l'Algérie a perdu un «monument de foot- ball». «La CAF et son prési- dent, Issa Hayatou, ont appris avec beaucoup d’émotion et de tristesse le décès le 13 avril d'un monument du football algérien, Abdelhamid Ker- mali, à l’âge de 81 ans à Sétif», écrit le patron de l'instance dirigeante du football africain dans son message publié sur le site de la CAF. «L'ancien joueur de l'équipe de foot- ball du FLN (1958) et ancien coach de l'équipe nationale avait offert la Coupe d’Afrique des nations 1990 aux Fen-

Le président de la Confédé- ration africaine de football

(CAF), Issa Hayatou a adressé lundi, ses sincères condo- léances à la FAF, à toute la

commu-
commu-
ses sincères condo- léances à la FAF, à toute la commu- necs», poursuit Issa Hayatou. Ayant

necs», poursuit Issa Hayatou. Ayant débuté son parcours de footballeur à l'USM Sétif, il avait poursuivi sa carrière professionnelle en France, en 1955, au FC Mulhouse, à l'AS Cannes et à l'Olympique Lyonnais, jouant au total 136 matches. «Il retournera en- suite en Algérie pour faire en- tendre la voix de l’Algérie avec l’équipe du FLN, puis il aura été l’entraîneur de plusieurs clubs dont l’ES Sétif, le MC Alger ou encore l’AS Marsa en Tunisie», souligne la CAF.

Rachid Mekhloufi : «Il faisait partie du noyau dur de l'équipe du FLN»

L'ancien meneur de jeu de la glorieuse équipe du Front de Li- bération nationale (FLN), Rachid Mekhloufi, a rendu dimanche un vibrant hommage à son ancien coéquipier, Abdelhamid Ker- mali, décédé samedi après-midi en son domicile à Sétif, à l’âge de 82 ans, des suites d’une longue maladie. «Kermali faisait partie du noyau dur de l'équipe du FLN. Il constituait avec les Bentifour, Zitouni, et autres Rouai, l'ossa- ture de cette équipe qui avait porté la voix de l'Algérie à l'étran-

ger en pleine période de libéra- tion nationale», a affirmé Mekh- loufi à l'APS, après l'enterrement de l'ancien sélectionneur natio- nal qui a eu lieu durant l'après- midi à Sétif. Ex-sélectionneur de l’équipe algérienne de football, «Cheikh» Kermali reste, au jour d’aujourd’hui, le seul entraî- neur, sur la cinquantaine de coaches qui se sont succédé de- puis l’Indépendance à la barre technique des Verts, à avoir rem- porté un titre majeur avec l’équipe nationale, en l’occur-

un titre majeur avec l’équipe nationale, en l’occur- rence la coupe d’Afrique des na- tions, en

rence la coupe d’Afrique des na- tions, en 1990. «La mort de Ker- mali est vraiment une perte pour

le football national. Il avait beau-

coup donné pour le pays, d'abord en tant que joueur, ensuite en tant qu'entraîneur avec cette fa- meuse Coupe d'Afrique de 1990»,

a ajouté Mekhloufi tout ému. L'ancien joueur de l'AS Saint- Etienne (France) a ajouté que la date de la mort de Kermali a coïncidé, jour pour jour, avec le 55 e anniversaire de la création de l'équipe du FLN, ce qui reste tout

«un symbole». «Pour moi, il s'agit d'un message divin à tous ceux qui veulent mettre les anciens

joueurs de l'équipe aux calendes grecques. La mort de Kermali, que Dieu ait son âme, doit être retenue comme leçon», a-t-il souligné avec émotion. Les

membres de l'ancienne équipe du FLN ont célébré samedi à Saïda, peu avant la mort de Ker- mali, l'anniversaire de sa créa- tion, avant de prendre la route dimanche à l'aube pour Sétif, pour assister à l'enterrement.

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA DE CHLEF DIRECTION DES TRAVAUX PUBLICS INTITULÉ DE L'OPÉRATION : DRAGAGE DE L'ABRI DE PÊCHE DE BENI-HAOUA NIF DU SERVICE CONTRACTANT : 408015000002066

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL RESTREINT N° : 11/2013

La Direction des Travaux Publics de la wilaya de Chlef, lance un avis d'appel d'offres national restreint pour les travaux accessoires à l'abri répartie en deux lots :

Les offres seront accompagnées des pièces suivantes exigées par la réglementation en vigueur. 1-1-1- L'OFFRE TECHNIQUE CONTIENDRA :

rejetée, retournée au soumissionnaire. L'ensemble des deux enveloppes sera mis dans une grande enveloppe cachetée dite «enveloppe extérieure»,

Lot N°03 : Travaux d'éclairage public de pêche de Beni- Haoua Lot N°04 : Travaux de revêtement des terre-pleins de l'abri de pêche de Beni-Haoua

- Déclaration à souscrire

celle-ci portera Appel d'offres national restreint * Lot N°03 : Travaux d'éclairage public de l’abri de pêche de Beni-Haoua * Lot N°04 : Travaux de revêtement des terre-pleins de l'abri de pêche de Beni-Haoua A ne pas ouvrir.

- Les références professionnelles pour les travaux de

même nature durant les cinq dernières années justifiés

par les attestations de bonne exécution délivrées par les maîtres de l’ouvrage

CONDITION D'ÉLIGIBILITÉ Ne peuvent soumissionner que les entreprises ayant :

-

Extrait de rôle apuré ou avec échéancier datant de

moins de 03 mois.

LOT N° 03 :

- Copie légalisée du registre de commerce.

Le certificat de qualification et classification (02) ou plus activité principale en travaux publics ou bâtiment comportant respectivement