Vous êtes sur la page 1sur 3
Khalid Chraibi - Economia Chroniques d'économie marocaine Le Groupe CDG Economia n° 4 Entreprise du mois Une institution financière publique dédiée au développement Khalid Chraibi La Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) est une institution financière publique chargée de recevoir, de conserver et de gérer des ressources d’épargne qui, de par leur nature ou leur origine, requièrent une protection spéciale (dépôts, consignations, fonds de retraite…). Elle gère des actifs totalisant près de 100 milliards dhs, détenus en grande partie sous forme de valeurs du Trésor et de participations dans des sociétés cotées en Bourse. A côté de ses missions financières de base, le groupe CDG a été chargé dès ses débuts d’un rôle de levier de développement dans de nombreux secteurs économiques tels que la promotion immobilière, le tourisme, l’aménagement de zones (touristiques, urbaines et industrielles), les infrastructures, les services aux collectivités locales… De telles opérations constituent, aujourd’hui encore plus qu’hier, un vecteur majeur d’activités du groupe. Lors de sa création en 1959, la CDG avait eu pour mission de centraliser certains types d’épargne requérant une protection spéciale (dépôts, consignations…), et de canaliser leur emploi dans des investissements productifs dans des domaines où ils jouissaient d’une sécurité adéquate, tels que les assurances, l’immobilier ou même le tourisme, désigné comme secteur prioritaire à l’époque. La Compagnie Générale Immobilière (CGI) et la Société Centrale de Réassurance (SCR) furent créées en 1960, suivies de Maroc Tourist en 1961. Par la suite, la CDG développa très fortement aussi bien ses ressources que ses emplois, dans les secteurs de la gestion de fonds institutionnels, la prévoyance, la finance et les assurances. Elle créa ou prit le contrôle d’institutions spécialisées leaders dans leur domaine d’activité telles que CIH, Sofac- Crédit, SNI, Maroc-Leasing, Caisse Nationale de Retraites et d’Assurances (CNRA), Régime Collectif d’Allocation de Retraite (RCAR), Caisse Marocaine des Marchés (CMM)… Pendant 45 ans, la CDG accompagna les transformations de l’économie nationale en s’adaptant pour répondre aux besoins de chaque époque ou pour saisir les opportunités qui s’offraient à elle. Elle développa ainsi une expertise et un savoir-faire propre dans de nombreux métiers, réalisant par exemple de grands projets d’urbanisme tels que Hay Ryad à Rabat, tout en devenant un acteur principal dans le marché financier. Aujourd’hui, le Groupe CDG est un acteur de référence dans ses principaux métiers : Gestion des fonds institutionnels et prévoyance, Banque finance et assurance, Développement territorial. Il ambitionne aussi de devenir un catalyseur d’investissements dans le long terme, grâce à l’expertise et au savoir-faire qu’il a développés dans la réalisation de grands projets territoriaux ainsi que dans l’animation des marchés financiers. Les ressources du Groupe à fin 2005 ont atteint 96,86 milliards dhs (+ 5 % par rapport à 2004). Son bilan totalise 50 milliards dhs (+ 9 %), et les dépôts collectés près de 42 milliards dhs (+ 10 %). Le portefeuille obligataire atteint 31,75 milliards dhs et le portefeuille « actions, placements et participations » 9,18 milliards dhs. Le résultat net s’est élevé à 1,66 milliards dhs contre 1,17 milliards dhs en 2004 (+ 41 %). Le produit net bancaire de la seule CDG s’élève à 1,32 milliards dhs, comparé à 1,36 milliards dhs au cours de l’année antérieure. Le Groupe emploie près de 5000 personnes dans une trentaine de filiales métiers. Parmi les faits marquants des activités du Groupe au titre de l’exercice 2005, on peut relever les développements suivants par métier : Au titre de la gestion des fonds institutionnels et prévoyance : la CDG a conclu deux accords avec l’OCP et l’ONE pour le transfert global de leurs caisses de retraite respectives au RCAR, portant sur plus de 36 000 salariés et 31 000 pensionnés. Un accord d’absorption a également été conclu avec la JLEC (Jorf Lasfar Energy company) pour que les droits à pension du personnel de cet organisme soient transférés au RCAR. La CNRA prendra en charge la pension différentielle en complément de celle garantie par le RCAR en faveur du personnel de l’OCP, l’ONE et la JLEC. La CDG est désignée comme établissement dépositaire et gestionnaire des fonds issus de l’Assurance Maladie Obligatoire. Au volet Banque Finances et Assurances : Le plan de redéploiement de la BNDE est parachevé. La CDG procède à la demande de retrait de son agrément, en même temps qu’elle crée la banque d’investissement du groupe CDG, dénommée CDG Capital. La CDG prend le contrôle du CIH et confirme la volonté de développement de la banque. La Société Centrale de Réassurance porte son capital à 1 milliard dhs. La CDG développe un partenariat stratégique avec le Groupe Holmarcom visant à construire un pôle d’assurance important centré sur les compagnies Atlanta et Sanad. Au titre de la réalisation des grands projets territoriaux structurants : CDG Développement met en place sa nouvelle organisation et porte son capital à 1,73 milliards dhs. Elle prend en charge ou participe à la réalisation de projets importants et diversifiés dont on peut citer à titre d’illustration : PDR de la ville de Fès, aménagement de la zone touristique Ghandouri , projet Casashore (première zone d’offshoring du Maroc située à Casablanca), projet Technopolis (la future cité de la technologie de Rabat-Salé), chantier de la Marina de Casablanca, et projet d’AMWAJ (dans le cadre du projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg). Le groupe CDG a procédé par étapes, depuis le début des années 2000, à la redéfinition de ses structures, à l’adaptation de son organisation, à la définition d’orientations stratégiques claires et à l’adoption d’une déclaration de politique d’investissement visant à mieux gérer les risques afférents aux activités du Groupe, dans le but : - de rester garant de la sécurité des fonds des déposants, tout en gardant à l’esprit les notions de performance et de rentabilité ; et - de contribuer de manière significative à la réalisation des objectifs de développement économique et social du Maroc, dans le cadre des missions qui lui sont confiées, et en tirant le meilleur parti du savoir-faire de ses filiales.