ACTIVISME PROFESSIONNEL : MASOCHISME, COMPULSIVITÉ OU ALIÉNATION ?

Christophe Dejours Martin Média | Travailler
2004/1 - n° 11 pages 25 à 40

ISSN 1620-5340

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-travailler-2004-1-page-25.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Dejours Christophe, « Activisme professionnel : masochisme, compulsivité ou aliénation ? », Travailler, 2004/1 n° 11, p. 25-40. DOI : 10.3917/trav.011.0025

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Martin Média. © Martin Média. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université d'Evry - - 194.199.90.54 - 06/12/2012 13h41. © Martin Média

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université d'Evry - - 194.199.90.54 - 06/12/2012 13h41. © Martin Média

« L’hyperactivité professionnelle » est une notion strictement descriptive et ne préjuge pas de ses causes.194.cairn. elle est surtout prétexte à des jugements normatifs. p. L’étiologie de ce « comportement » ne va pas de soi et implique une discussion qui fait l’objet de cet article.info .Université d'Evry . Summary.Activisme professionnel : masochisme.06/12/2012 13h41. compulsivité ou aliénation ? Christophe DEJOURS Résumé : L’activisme professionnel est une notion mal définie. 40. D ans l’analyse étiologique des troubles psychopathologiques liés au travail. Resumen.54 .. Dans ce cas.90.199. ce qui procède de l’idiosyncrasie du sujet et ce qui vient des conflits de l’espace privé.06/12/2012 13h41. Tantôt descriptive. En cas d’hyperactivité professionnelle.Université d'Evry . il est difficile de faire la part entre ce qui ressortit en propre aux contraintes de travail. Quelle contribution la référence à la théorie en psychodynamique du travail peut-elle apporter à l’investigation étiologique de l’hyperactivité professionnelle ? Quelques précisions sur l’usage du terme doivent d’abord être envisagées. On peut admettre qu’il y a hyperactivité professionnelle sur la base d’une observation extérieure.. © Martin Média . © Martin Média Document téléchargé depuis www. p. tantôt comparative. on se heurte aux mêmes difficultés d’analyse.54 . en particulier dans les cas de suicide. L’analyse clinique rigoureuse de l’activisme professionnel conduit à un point de vue nettement plus nuancé.199.194.cairn. Ces derniers sont souvent condescendants ou ironiques et sous-entendent la sottise ou l’aliénation d’un sujet supposé incapable de résister aux pressions sociales qui s’exercent sur lui. 39. par simple comparaison avec le temps consacré au travail par les membres d’une communauté de référence. le 25 Document téléchargé depuis www.info .90.

dans le monde objectif. La conception étiologique sous-jacente fait plus ou moins rigoureusement référence à la théorie de l’addiction (McDougall. Mais on peut aussi admettre qu’il y a hyperactivité lorsque c’est le sujet lui-même qui prétend ne pas parvenir à diminuer une charge de travail qu’il juge pourtant excessive.cairn.06/12/2012 13h41. L’activité désigne essentiellement des gestes. La surcharge de travail met en péril les conditions nécessaires au jeu du fantasme. Mais le fait est qu’à partir d’un certain niveau d’intensité (de cadence par exemple) ou d’extensivité (la durée de la journée de travail par exemple).Christophe Dejours jugement d’hyperactivité ne porte que sur la quantité de travail ou la durée du travail et ne concerne pas la qualité du travail dont on sait qu’elle n’est pas évaluable par l’observation directe (Dejours. qui. En d’autres termes. engage d’abord la subjectivité du travailleur parce qu’il n’y a pas d’activité ni d’habileté professionnelle sans subjectivation de la matière.90. en revanche.info . L’hyperactivité. Dans ce cas. Ce qu’on appelle « workaholism ». l’action suppose la référence explicite à la rationalité axiologique et aux incidences morales et politiques du « travailler ».194..199. les critères d’évaluation de l’activité ou de l’hyperactivité. de l’outil ou de l’objet technique (Subjektivierendes Handeln. © Martin Média .194. 1978). exclusivement. mais de l’allégation du sujet selon lequel l’excès de travail lui est imposé ou s’impose à lui.info .06/12/2012 13h41. L’expérience la plus éloquente des effets délétères de l’hyperactivité sur la 26 Document téléchargé depuis www. comme l’intelligence rusée. © Martin Média Document téléchargé depuis www. comme pour le gestionnaire ou le manager (l’agir stratégique relève encore de la stricte rationalité cognitive instrumentale). de l’imagination et de l’affectivité.54 . des postures. Le diagnostic d’hyperactivité ne contient aucune référence à la dimension de l’action dans le travail. est un diagnostic qui désigne à la fois une conduite et une cause précise : la compulsion. C’est la référence à la rationalité cognitive-instrumentale qui fournit ici. comme l’activité. Les critères d’appréciation se situent alors non seulement dans le registre de l’efficacité. le diagnostic ne relève pas de l’observation par un tiers. des processus cognitifs et un engagement de l’affectivité et du corps dans l’intelligence pratique. quant à elle. Le terme d’hyperactivité professionnelle renvoie à la notion d’activité qu’il convient ici de distinguer de celle d’action.90. l’activité entre en concurrence avec la subjectivité. 2001)..Université d'Evry . 1991). Böhle et Milkau.Université d'Evry .199.cairn. mais dans le registre moral. malgré qu’il en ait.54 . sont vectorisés vers l’efficacité du faire. la dépendance psychique à l’égard de l’activité et l’incapacité de s’octroyer et de jouir de temps de repos. La notion d’action implique. la réflexion du sujet sur les conséquences que son activité peut avoir sur autrui.

info .90. 1998)..Université d'Evry . Les interprétations étiologiques de l’hyperactivité professionnelle De l’hyperactivité.199. la « culture d’entreprise » et la « communication d’entreprise » proposeraient sous des formes attrayantes des promesses de réussite et d’accomplissement. 27 Document téléchargé depuis www.info . Du côté du sujet seraient spécifiquement sollicitées les instances idéales.06/12/2012 13h41. le sujet engagerait sa vie entière avec le risque que s’abolissent en lui toute critique et toute capacité de résister à l’augmentation des performances que l’on attend de lui. proposée par les auteurs œuvrant dans le champ de la psychosomatique (Szwec. il existe actuellement trois conceptions étiologiques : Document téléchargé depuis www. Mais il y a d’innombrables illustrations de cette situation. © Martin Média Elle a été développée par V. 1980) qu’en psychopathologie du travail (Bégoin. de puissance et de richesse. Pour atteindre les objectifs fixés par les managers et bénéficier des promesses qu’ils contiennent.cairn. Du côté de l’entreprise. En particulier ceux qui. aussi bien dans les études sur le stress (Stora. Les procédés autocalmants Dans cette conception. 2004. 1941). qui favoriseraient des identifications héroïques et des objectifs d’action prestigieux ou glorieux.54 .Travailler. 1997 .54 . 11 : 25-40 subjectivité a été donnée par « la double tâche » étudiée en particulier par Kalsbeeck (1985). © Martin Média La capture « managinaire » .Université d'Evry .06/12/2012 13h41.90.194.199.cairn. Dolan et Arsenault. 1957) ou en philosophie (Simone Weil. du dévouement à l’entreprise et de l’adhésion aux valeurs que cette dernière promeut. 1991) et repose sur l’hypothèse d’une mise en continuité ou en résonance du fonctionnement psychique individuel avec la culture d’entreprise. seuls certains sujets prédisposés courraient le risque de l’hyperactivité. La capture des fantasmes portés par les instances idéales reposerait sur le maniement habile de l’imaginaire par les entreprises. en échange du travail. en particulier l’idéal du moi.. de Gaulejac (Aubert et de Gaulejac. Une fois pris dans cette identification aux idéaux managériaux. il deviendrait très difficile au sujet de se dégager de la manipulation dont il a été l’objet.194.

Université d'Evry . c’est au contraire le défaut d’imagination qui fait du sujet un hyperactif compulsif.info . Dans la première conception.06/12/2012 13h41.54 .90.. comme l’alcoolique dépend de l’alcool ou le toxicomane d’une drogue.194. il parvient à occuper. l’appareil psychique dans sa totalité et à neutraliser toute pensée qui ne serait pas strictement vectorisée par la production. Les cadences infernales imposées par le travail répétitif sous contrainte de temps. ce sont les contraintes de travail qui sont premières. aussi bien chez les ouvriers que chez les techniciens ou les cadres (contrat d’objectifs). auraient un fonctionnement psychique se caractérisant par la pauvreté de l’imagination. mais aussi l’intensification du travail sous l’effet des nouvelles formes d’évaluation individualisée des performances.06/12/2012 13h41. Grâce à cette stratégie. en particulier chez « les rameurs volontaires » (Szwec). Le fonctionnement psychique et. Dans la seconde conception.54 . le travailleur s’autoaccélère ou intensifie son effort.Christophe Dejours souffrant précisément d’un déficit de mentalisation. dans certaines conditions. entrent en concurrence avec le fonctionnement psychique et affectif.199. c’est-à-dire de l’aptitude à produire des fantasmes et des rêves. L’activité physique ou intellectuelle offrirait un exutoire privilégié à l’angoisse. De ce fait. De belles illustrations en ont été données. il leur manquerait des instruments essentiels pour métaboliser l’angoisse inévitablement liée aux conflits intrapsychiques. pour maintenir son Document téléchargé depuis www. Ces particularités du fonctionnement psychique témoigneraient de ce qu’en amont. La surcharge de travail est d’origine sociale. © Martin Média Document téléchargé depuis www. avoir un pouvoir calmant : l’hyperactivité fonctionne alors comme un « procédé autocalmant ».194. plus largement.199. les défenses psychiques.90. par l’activité elle-même. l’hyperactivité résulte d’une manipulation sociale de l’imaginaire individuel. Une défense contre la souffrance venant du travail Dans cette approche. © Martin Média 28 . la « répression pulsionnelle » obtenue par l’autoaccélération suppose une part de consentement du sujet à rétrécir l’espace nécessaire au jeu de la subjectivité. Pour minimiser le parasitage de l’activité par les affects de souffrance. la pensée mobilisée par les affects deviennent un obstacle à la concentration qu’exige la performance productive.cairn.Université d'Evry .cairn. aussi bien que par la rêverie et la distraction. en particulier le refoulement.info . d’angoisse ou de colère. dépendant de l’activisme pour calmer son angoisse (workaholism). autant qu’aux conflits interpersonnels. seraient peu ou pas opérantes.. dans la mesure où ce dernier peut. mais exposerait en contrepartie au risque de l’activisme. Bien que l’origine du processus soit dans les contraintes de travail.

Université d'Evry .06/12/2012 13h41.90.194. 11 : 25-40 équilibre psychique. Les pathologies de surcharge qui croissent le plus.199. dans les pays occidentaux.54 . sont entravés. Les spécificités de l’activité sont là aussi contingentes. On y reviendra plus loin. Les risques pour la santé sont thématisés comme « stress organisationnel » par les tenants de l’étiologie managinaire. Dans la thèse des procédés autocalmants. l’imaginaire de l’entreprise entre directement en relation avec les instances psychiques et la nature de l’activité est contingente. etc. en tant qu’elle est déterminée par une organisation du travail.54 .199. Dans la troisième thèse. l’hyperactivité implique toujours un risque pour la santé. © Martin Média Critique des conceptions étiologiques La thèse « managinaire » rend compte de certaines conjonctures cliniques. les « intérêts du moi » constitués par vicariance de l’autoconservation). les travailleurs sociaux qui souffrent de burn-out. la structure de la tâche est une médiation déterminante de l’hyperactivité. dans la mesure où les processus intrasubjectifs. seul l’activisme compte. de la continuité qu’elle suppose ou affirme entre une instance psychique singulière (l’idéal du moi) et une évolution générale des principes de direction des entreprises. Dans la troisième conception.cairn.. La capture managinaire est ici peu vraisemblable. comme « pathologie de surcharge » par les tenants de l’étiologie de l’autoaccélération défensive. le rôle du travail dans l’étiologie de l’hyperactivité n’est pas du tout équivalent. le travail domestique de l’autre. Quelle que soit l’interprétation étiologique retenue. c’est la structure de l’activité. Le second argument vient du travail : les pathologies de surcharge surgissent aussi chez les travailleurs dont on ne peut pas supposer qu’ils aient été manipulés par des promesses de statut et de position sociale prestigieux ou héroïques : les travailleurs à la chaîne dans les abattoirs de volailles. qui est à l’origine d’un processus pouvant conduire à l’aliénation. d’autre part.cairn.. © Martin Média Entre les trois interprétations.194.Université d'Evry . mais on peut lui opposer plusieurs arguments. en particulier ceux qui sont impliqués dans la protection de soi (cf.info . sont les troubles musculo-squelettiques.06/12/2012 13h41. Document téléchargé depuis www. Elles touchent surtout les travailleurs situés en bas de l’échelle socioprofessionnelle qui ont peu de raisons de croire à une destinée princière offerte par l’entreprise. toutefois.Travailler. les femmes écartelées entre le travail flexible en vacations d’un côté. Le premier vient de la conception que se font les auteurs des instances idéales et de leur fonctionnement d’une part.info . 2004. comme « somatisation » par les tenants des procédés autocalmants. 29 .90. Dans la thèse du système managinaire. Document téléchargé depuis www. par exemple.

194. Quelques précisions sur la notion de masochisme sont sans doute utiles. Que de telles personnalités existent et se retrouvent effectivement parmi les hyperactifs est incontestable.199. Il est facile de montrer aussi que. Vient alors.06/12/2012 13h41. plus fondamentalement peut-être que d’autres. débarrassés de la surcharge de travail imposée.cairn.cairn. la question des relations entre liberté et contrainte. Donc une plainte qui s’énonce dans un contexte où la « normalité » psychique et somatique est conservée. © Martin Média Si l’on tient compte de ces discordances que la clinique ordinaire du travail oppose aux thèses de la capture managinaire et des procédés autocalmants. Les autres en seraient protégés. © Martin Média Document téléchargé depuis www. pour rendre compte de la complaisance supposée de nombreux geignards à leur martyr.Christophe Dejours La thèse des procédés autocalmants suppose que seuls les sujets prédisposés cèdent à l’hyperactivité.194. L’augmentation de l’excitation dans l’appareil psychique entraîne un régime économique qui s’oppose au principe de plaisir.54 . la question posée par le masochisme. Mais la clinique du travail montre que. l’hyperactivité est source de souffrance et de maladies somatiques qui auraient sûrement été évitées s’il avait été possible de soustraire ces sujets à la surcharge de travail.90.info . Le masochisme primaire rend compte du plaisir paradoxal éprouvé 30 ..Université d'Evry . de nombreux sujets retrouvent un fonctionnement psychique qui n’a rien « d’opératoire » (Boyadjian . si souvent invoqué. c’està-dire au principe suivant lequel le plaisir accompagne la réduction de la tension à l’intérieur de l’appareil psychique (principe de Nirvâna – Freud.90.199.. On distingue théoriquement deux niveaux où se déploie le masochisme.Université d'Evry .06/12/2012 13h41. Le masochisme primaire érogène et le masochisme secondaire. La principale discussion lorsqu’on envisage l’hyperactivité sans pathologie associée et sans décompensation concerne l’interprétation qu’il convient de donner à la plainte formulée par une masse de travailleurs qui dénoncent la surcharge de travail et la souffrance qu’elle leur occasionne. inévitablement. 1920). en particulier par les psychopathologues. loin de calmer et de protéger tous les sujets de décompensation somatique.info . La question du masochisme Document téléchargé depuis www. Le masochisme primaire érogène correspond à une érotisation primitive de l’augmentation de tension ou d’excitation survenant chez l’enfant du fait d’un retard à la satisfaction d’un besoin ou à l’apaisement d’un mouvement pulsionnel.1978).54 . il faut admettre que le déterminisme de l’hyperactivité n’est pas simple et qu’il soulève.

Ainsi compris. Elle connaîtrait dans les diverses constitutions sexuelles une extension diversement grande.Université d'Evry . 1997).info . se tarit. d’autre part. l’environnement. 2004. Cette coexcitation libidinale lors de la tension de douleur et de déplaisir serait un mécanisme infantile physiologique qui. Même si l’on admet la connotation de l’endurance. ne sont pas en cause dans ce que désigne le concept de masochisme primaire érogène. © Martin Média .194. Et cette dernière n’est pas non plus directement visée lorsque. Et même qu’« il ne survient peut-être rien de plus ou moins significatif dans l’organisme.. on l’invoque pour rendre compte de la complaisance du sujet qui se plaint. c’est-à-dire de la pulsion et de l’inconscient. à propos de la surcharge de travail.06/12/2012 13h41. il s’agit d’une disposition quasi universelle qu’il avait déjà décrite en 1905 dans Les trois essais sur la théorie sexuelle. 1924) concerne plus largement le processus par lequel la douleur peut bénéficier d’une érotisation directe. Cette aptitude à l’attente.199.194.90.cairn. de l’aptitude à mettre en attente la décharge de l’excitation.199. ce masochisme est donné pour la plaque tournante de la transformation de la quantité (l’excitation) en qualité (la représentation ou le fantasme). « même l’excitation de douleur et de déplaisir devrait nécessairement avoir cette conséquence. dès lors que l’intensité de ce processus a dépassé certaines limites quantitatives ».54 .Université d'Evry .Travailler. 2000). Le masochisme secondaire ne renvoie pas qu’à la perversion sexuelle communément désignée sous ce nom.90. plus tard. j’ai posé l’affirmation que « l’excitation sexuelle apparaît comme effet marginal dans une grande série de processus internes. Le masochisme secondaire décrit par Freud dans « le problème économique du masochisme » (Freud. conférée par le masochisme primaire érogène. D’après cela. Se citant lui-même.06/12/2012 13h41.cairn. Daniel Rosé synthétise cette aptitude sous le nom « d’endurance primaire » (Rosé. Il est dit érogène parce qu’il est considéré par certains auteurs comme le point de départ de toute l’économie érotique d’une part (Michel Fain..info . © Martin Média Document téléchargé depuis www. L’extérieur. 11 : 25-40 corrélativement au maintien d’une tension psychique élevée. Pour Freud. qui constitue plutôt un chaînon intermédiaire sur lequel repose le développement psychique tout entier. il faudra remarquer que le masochisme primaire ne concerne que des processus rigoureusement intrapsychiques où la subjectivité est mise à l’épreuve de sa capacité d’endurer ce qui vient à elle de l’intérieur. stricto sensu. en tout cas elle fournirait le fondement physiologique qui ensuite est 31 Document téléchargé depuis www. qui n’ait à fournir sa composante à l’excitation de la pulsion sexuelle ».54 . Freud écrit : « Dans les trois traités sur la théorie sexuelle » dans la section sur les sources de la sexualité infantile. a été interprétée par certains comme la condition sine qua non de l’avènement du fantasme.

voire en la transformant en source de jouissance. 1924). c’est sur la part qui revient à ce masochisme dans l’hyperactivité.06/12/2012 13h41. page 16. par l’hyperactivité et la surcharge imposées par l’organisation du travail. – que le masochisme peut être interprété comme une ressource protectrice contre les effets potentiellement dévastateurs de la souffrance et de la douleur occasionnées. C’est seulement ultérieurement que cette base peut servir à former un masochisme secondaire organisé et autonome : « Nous ne serons pas étonnés d’apprendre que. Freud se réfère surtout au masochisme primaire. n’est pas une conception erronée. ayant de la sorte régressé à sa situation antérieure. Le masochisme. à savoir : – que le masochisme est ubiquitaire .info . peut être de nouveau introjecté. Pour les psychopathologues qui ignorent ou dénient les questions spécifiques de l’organisation du travail.54 . dans le cas qui nous préoccupe.194. dépression.Christophe Dejours pourvu de cette superstructure psychique. projeté.194. le masochisme est considéré comme le primum movens de la surcharge de travail : c’est pour jouir de cette souffrance que le travailleur devient hyperactif.54 ... Pour le clinicien du travail. faire une place particulière au masochisme moral. tourné vers l’intérieur.cairn.199. L’imputation de la tolérance à la surcharge de travail. cette imputation est souvent récusable.199. » (Ibid. il y a donc le sadisme tenu par Freud pour le mouvement pulsionnel premier. Il donne alors le masochisme secondaire qui vient s’ajouter au masochisme originel.Université d'Evry . protège le sujet du risque de décompensation : maladie somatique. grâce à la coexcitation sexuelle. À l’origine du masochisme secondaire. dans la souffrance au travail.cairn.06/12/2012 13h41. Il faudrait. le masochisme est presque toujours au rendez-vous et qu’il se forme à partir de la souffrance. en rendant la souffrance tolérable. L’origine de la surcharge de travail ne serait pas dans le masochisme.Université d'Evry . © Martin Média Document téléchargé depuis www.90. tourné vers l’extérieur. pour compléter ce résumé schématique. au masochisme.90. crise clastique.) Il n’y a. Là où les interprétations divergent. à proprement parler. Mais ces éléments suffisent pour tirer deux points essentiels à notre discussion . le sadisme ou pulsion de destruction. le masochisme érogène » (Freud. de masochisme secondaire (de masochisme commun) que lorsque le masochisme bénéficie de l’appoint du sadisme retourné contre la personne propre ou transformé en son contraire.info . © Martin Média . Nous admettrons que. Dans ce fragment. dans des circonstances déterminées. mais dans l’organisation du travail et dans la mise en œuvre d’une stratégie 32 Document téléchargé depuis www.

Travailler. même lorsqu’il engendre une surcharge de travail et fait courir des risques pour la santé. lorsque ce dernier conduit à l’excès d’effort et à la surcharge. © Martin Média 33 . hommes.06/12/2012 13h41.info .90. L’inégalité des partenaires dans le contrat de travail. comme toute défense. et c’est cela même qui constitue la cause principale de la surcharge de travail. 1840).06/12/2012 13h41. Document téléchargé depuis www. est limitée par des contraintes d’une part.54 . Si le masochisme est une défense contre la souffrance de la surcharge de travail.199. mais des névrosés ordinaires ? Travailler bon gré mal gré (ou l’engagement dans le travail entre contrainte et liberté) La liberté de s’extraire du travail. comme y ont insisté récemment certains auteurs (Castel. par des conflits internes d’autre part. d’abord ! L’emploi est aussi.194. accéder à un emploi et le conserver.info . un moyen essentiel d’affiliation sociale et une condition pour accéder à certains droits. Le travail est un gagne-pain. permet de contraindre le salarié. il contribue effectivement à la pérennisation de la situation. Et. résultent de la « discipline de la faim ».cairn. en particulier le droit à la protection sociale et aux soins en cas de maladie pour soi-même et pour sa famille. © Martin Média Document téléchargé depuis www.90. quel serait alors le primum movens de l’hyperactivité.cairn.54 .Université d'Evry . Des contraintes Pour la plupart des gens ordinaires.Université d'Evry . en tant qu’elle résulte des rapports de domination. Si le masochisme est au rendezvous de la souffrance.. dûment orchestrée et utilisant des méthodes spécifiques de management. lorsqu’elle est le fait de sujets qui ne sont ni des pervers ni des « esclaves de la quantité » . ce serait secondairement comme défense et non comme primum movens. 2004. fût-elle délétère pour la subjectivité et la santé de l’intéressé.199. femmes et enfants souffraient et mouraient souvent de surcharge de travail (Villermé.. L’érosion actuelle du droit du travail et les multiples dérogations et contournements de la loi depuis le tournant néolibéral menacent aujourd’hui une part croissante des travailleurs de pathologies de surcharge. 11 : 25-40 d’assujettissement des travailleurs.194. 1995). Le masochisme n’était sûrement pas le primum movens de cet état de choses. Avant que le mouvement ouvrier ne se soit construit à la fin du XIXe siècle et que les lois sociales sur la réduction de la journée de travail aient été arrachées par la lutte.

194. L’accès à un emploi est. qui ont été thématisées sous le nom de « centralité du travail ». Lorsqu’un compromis a été établi. Sainsaulieu. il n’est pas facile de se dégager de ce rapport au travail. Les recherches interdisciplinaires entre psychodynamique du travail et sciences sociales ont montré que. un enjeu de la reconnaissance sociale. Le travail en outre. © Martin Média Document téléchargé depuis www. 1977).Christophe Dejours Des conflits Le terme de conflits ne renvoie pas ici à sa signification sociale (les conflits de travail et les grèves). mais aux conflits intrapsychiques. De ce fait. la constitution d’un ajustement viable et évolutif entre subjectivité et travail n’est pas aisée.54 . En raison des multiples dimensions psychodynamiques impliquées par le travail.Université d'Evry . conférée de l’extérieur à un sujet par son statut professionnel (Dubar. Le travail est aussi un médiateur essentiel de la construction de l’identité psychologique (psychodynamique de la reconnaissance avec ses deux volets : l’appartenance et l’identité proprement dite).199.06/12/2012 13h41. ce qui provient pour une part de la chance. Lorsque la situation se dégrade sous l’effet de la surcharge de travail.90.194. 1996 .54 . » .Université d'Evry . « On sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagnera. il est un moyen d’émancipation (l’émancipation des femmes par rapport à la domination des hommes passe par le travail). pour une autre du talent du sujet à tirer le meilleur parti des situations. dans le rapport au travail. est une épreuve pour la subjectivité dont l’accroissement de la subjectivité est l’enjeu. c’est-à-dire qu’il est un médiateur de l’action. Enfin.info .06/12/2012 13h41.. au contraire. on le sait. qu’il est facile de distinguer d’une addiction (le commentaire sur le rapport subjectif au travail n’est pas du tout semblable dans les deux cas).. Dans certaines conditions. Mais le travail est aussi un moyen puissant pour apporter une contribution à l’évolution de la société.199.cairn. via l’identité attribuée.info . il constitue une véritable conquête qui a le prix des efforts qui y ont été consacrés.90. le travail peut jouer un rôle majeur dans l’accomplissement de soi. © Martin Média . » Le dégagement n’offre en effet aucune 34 Document téléchargé depuis www.cairn. se jouent plusieurs dynamiques essentielles tant pour la subjectivité que pour la société. Dans ce cas se constitue un véritable attachement à son travail. s’y heurte à un refus qui la disqualifie. ce par quoi chaque subjectivité est aussi responsable de la conservation de ladite Kultur : « Kulturarbeit » pour reprendre le terme de Freud qui a été bien commenté par Nathalie Zaltzman (1999). le travail est une épreuve où la Kultur se réitère dans chaque subjectivité ou. par le truchement de l’intelligence de la pratique qui engage le corps. car il y a beaucoup à y perdre : « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras.

199. cette pensée opératoire peut tout aussi bien être le terme d’un processus qui part d’une personnalité psychonévrotique. on est fortement tenté d’en attribuer l’étiologie à une structure de personnalité sous-jacente.90. © Martin Média . de type névrose de caractère ou de comportement. en quête de procédé autocalmant. Est-il alors possible de faire entre chaque configuration étiopathogénique un diagnostic différentiel ? Sans doute. dans la mesure où il faut tenir compte de trois pièges cliniques et de contraintes théoriques lourdes.Université d'Evry .54 .Université d'Evry ..194.199. Trois pièges cliniques • Lorsque l’hyperactivité entraîne une surcharge psychique.Travailler. sans réflexion. n’est pas toujours opératoire. Et si l’on en reste à ce premier diagnostic clinique. finalement vaincue par l’intensité du travail et l’autoaccélération défensive contre la souffrance résultant de la contrainte productive.194. on retrouve toujours au premier plan un engourdissement de la pensée qui en impose pour une pensée opératoire au sens qu’a ce terme en psychosomatique (Marty. Réfutation et vérification du diagnostic étiologique de l’hyperactivité Ce rappel schématique des enjeux du rapport subjectif au travail pour la protection et l’accomplissement de soi est surtout destiné à montrer que l’activisme ne peut pas être facilement l’effet d’une capture directe par l’imaginaire social ni d’une compulsivité sans contrepartie.06/12/2012 13h41. Il peut parfois être organisé par des stéréotypes proposés 35 Document téléchargé depuis www..info .cairn.info . © Martin Média Document téléchargé depuis www. • Le discours manifeste. les situations décrites sous la rubrique du système managinaire et des procédés autocalmants existent. en cas de surcharge psychique. Pourtant. 2004.06/12/2012 13h41. 11 : 25-40 assurance d’un compromis ou d’un devenir meilleur.90. En fait.54 . mais cela passe par une investigation difficile. sans angoisse. sans hésitation.cairn. L’hésitation est le pendant conscient d’un conflit d’investissements qui engage toute la subjectivité. c’est-à-dire sans perplexité. L’ajustement personnel à une situation de travail suppose trop d’étapes complexes pour que des déterminismes directs puissent s’exercer sur les conduites humaines sans conflit. sans effort sur soi. de M’Uzan – 1963). Mais elle ne sauraient rendre compte de l’ensemble des situations d’hyperactivité.

La façon dont les concepts d’idéal du moi et de narcissisme sont utilisés dans cette conception mérite une discussion théorique. au sens psychiatrique du terme. 2.90.info .90. Mais. mais elle n’est pas indispensable pour l’analyse étiologique ici présentée. © Martin Média .cairn. des rapports sociaux de travail et de genre.. Le diagnostic étiologique du masochisme. n’est recevable que lorsque le masochisme comme effet secondaire a été dûment réfuté par une argumentation clinique. il faut en passer par un syncrétisme. Si pour tenir ensemble les références aux trois corpus théoriques évoqués.06/12/2012 13h41. Remettre en cause la congruence simple entre le diagnostic de surface et l’étiologie sous-jacente (entre les symptômes et la « structure » de personnalité) suppose une expérience approfondie du maniement coordonné de trois corpus théoriques .199..info .cairn. si l’on en reste à ce discours manifeste. Le discours manifeste répercute alors l’idéologie triomphaliste.54 . c’est-à-dire comme une justification paralogique de la conduite d’hyperactivité permettant de se défendre contre l’ambivalence idéo-affective qu’entraîne la souffrance au travail. Le psychologisme consiste à méconnaître les contraintes de la domination. La psychodynamique 1.Université d'Evry . le masochisme est souvent un effet secondaire de la souffrance et non son primum movens.Université d'Evry . la théorie psychanalytique du sujet. il n’y a aucun avantage à en attendre par rapport au psychologisme ou au sociologisme 2. Pourquoi ? Parce que le dosage entre les trois séries de déterminismes dans l’étiologie de l’hyperactivité est alors arbitraire et dépend des préférences de chaque clinicien. Le sociologisme consiste à méconnaître le fonctionnement des défenses psychiques et ce qu’il oppose à la domination comme ressources défensives. la théorie du travail et de l’activité. comme on l’a vu plus haut. Le discours manifeste fait passer le sujet pour un champion de l’idéologie managériale.54 .194. Là. comme dans le cas précédent. 36 Document téléchargé depuis www. on retrouve une part de masochisme dans la parole du patient qui se plaint de surcharge de travail. la théorie des rapports sociaux de domination et de genre.199. Le syncrétisme ruine le pouvoir discriminateur de la théorie pour confirmer ou récuser une interprétation étiologique. • Le masochisme : dans presque tous les cas de figure. Il est tentant pour certains cliniciens de se saisir de cette donnée pour expliquer l’activisme professionnel et de la considérer comme étant suffisante. © Martin Média Document téléchargé depuis www. c’est-à-dire de confondre la rationalisation défensive avec un désir ou des aspirations authentiques du sujet 1.06/12/2012 13h41. on risque de tenir la capture managinaire pour le primum movens de l’hyperactivité. mais fonctionne surtout comme une rationalisation.194.Christophe Dejours massivement par la culture d’entreprise et la célébration du prestige et de la grandeur de l’excellence et de la performance. comme cause de l’hyperactivité.

La perlaboration de la souffrance fonctionne en effet simultanément comme une réappropriation qui permet au patient de reprendre la main sur sa situation. Lorsqu’on laisse au patient le temps nécessaire à l’élaboration de son expérience de l’hyperactivité. dépression. après un délai. © Martin Média . qui constituent la vérification de l’interprétation étiologique.194. pour assumer des contraintes croissantes imposées par l’organisation du travail tout en continuant de produire un travail de qualité. et non le diagnostic de l’expert. Pour le dire en d’autres termes. on constate en effet que l’hésitation diagnostique n’est pas que du côté du clinicien. TMS.199.54 .194. © Martin Média du travail propose une théorie non-syncrétique du rapport subjectif au travail. Car. auparavant déployés par le sujet.info . on parvient toujours. il faut pour pouvoir récuser ou confirmer l’analyse en passer par la parole de celui qui se plaint de surcharge. Mais son maniement. l’approfondissement de ce travail. c’est-à-dire à faire consciencieusement son travail. Et cela est vrai pour tout travailleur. En général. c’est le travail psychique du patient lui-même et l’évolution.Université d'Evry . 2004. la validation est fournie par le réaménagement du rapport au travail (voire à l’emploi) que le patient parvient à faire. pathologies cardio-vasculaires.90. il devient en contrepartie vulnérable au risque de l’hyperactivité.Université d'Evry . Dans l’investigation étiologique.Travailler. Document téléchargé depuis www. quelle que soit sa structure mentale et quelle que soit l’idéologie managériale de l’entreprise ou du service par lesquels il est employé.cairn. Si l’on donne au patient les conditions de ce travail psychique.06/12/2012 13h41.cairn. à chaque fois qu’un travailleur réussit à s’impliquer subjectivement dans son travail.199. 37 Document téléchargé depuis www. elle est aussi chez le patient luimême.info . à une délimitation précise de ce qui revient aux contraintes organisationnelles dans l’hyperactivité et éventuellement dans la pathologie de surcharge qui en est la conséquence (burn-out.90. Conclusion L’investigation clinique de l’hyperactivité réalisée auprès de patients venus en consultation pour des symptômes de surcharge de travail montre dans tous les cas que l’hyperactivité est la conséquence évolutive des efforts considérables. en dernier ressort..06/12/2012 13h41. il faut bien le reconnaître. 11 : 25-40 Le diagnostic étiologique est fermement établi lorsque le patient est parvenu à saisir le processus par lequel il s’est fait entraîner d’une part.. les raisons pour lesquelles il ne peut pas se dégager de sa soumission à l’organisation du travail et à l’hyperactivité d’autre part.54 . Mais il est douteux que l’on parvienne à la validation d’une interprétation à partir d’un seul entretien. est difficile. tentative de suicide).

Lorsque cette évaluation est couplée à la menace de licenciement. en particulier l’évaluation individualisée des performances et les contrats d’objectif. de sa conscience professionnelle : s’il veut moins souffrir. celle du salaire horaire ou mensualisé fixe. on n’aurait jamais évoqué à son propos un quelconque « workaholism ».. ou des primes au rendement. L’évaluation individualisée des performances fonctionne sur d’autres ressorts psychologiques et peut être mise en œuvre dans presque toutes les formes de production et pas seulement dans le travail répétitif sous contrainte de temps.06/12/2012 13h41.199.54 . Gallimard. 328. du travail « aux pièces ». 1991. CNAM.. se percevait facilement la différence entre deux types de situation : celle du travail « à la tâche ».54 . BOYADJIAN C. Bien que la première fût nettement plus pénible et entraînât souvent des pathologies de surcharge. 2001. Les Presses d’aujourd’hui. CASTEL R.90. Renvoyer la responsabilité de l’hyperactivité uniquement au travailleur. 2003). au moins. dans le travail répétitif sous contrainte de temps. DEJOURS C.. Christophe Dejours Directeur du laboratoire Psychologie du Travail et de l’action. d’une part . © Martin Média Document téléchargé depuis www. 352 pages. Quant à la seconde. 3. « Vom Handrad zum Bildschirm ». Le Coût de l’excellence. (Dejours.194. travail et action ».info . CAMPUS.cairn.Université d'Evry . « La Névrose des téléphonistes et des mécanographes ».90. les nouvelles formes d’organisation du travail intègrent progressivement dans leurs techniques des moyens spécifiques de manipulation de la conscience professionnelle. BEGOIN J. © Martin Média .. Beaucoup de travailleurs. BÖHLE F. d’autre part.Christophe Dejours Or. La Nuit des machines. de gestion et de management. 1978..06/12/2012 13h41. elle n’excluait pas les phénomènes d’autoaccélération défensive. Seuil. Autrefois. Paris.v. 1957.info . Mais on ne parlait pas non plus à ce propos de « workaholism »... « Subjectivité. ne resteront bientôt « normaux » (c’est-à-dire capables d’échapper à l’hyperactivité) que ceux qui auront délibérément. 38 Document téléchargé depuis www. sont des victimes de ces techniques 3. Les Métamorphoses de la question sociale. Paris. qu’il tienne les objectifs quantitatifs quitte à dissimuler les manquements sur la qualité ! Ceux qui ironisent sur les hyperactifs ou qui les qualifient facilement de « workaholics » feraient bien de se rendre compte qu’avec la généralisation des nouvelles formes d’organisation du travail. décidé de céder sur leur conscience professionnelle. MILKAU B.cairn. Paris.Université d'Evry . 7-19. pp. souffrant de surcharge de travail. ISF München. Institut für Sozialwissenschaftliche Forschung e. en particulier les pathologies de la solitude et la dégradation de la qualité. Bibliographie AUBERT N. de la sécurité et de la sûreté.199.. Faculté de Médecine. c’est lui prescrire de facto. 1995.. DE GAULEJAC V. 1991.. elle est capable de produire des ravages qui vont bien au-delà de la surcharge de travail. Thèse. de céder sur une part.194. La Pensée. voire rationnellement.

. 273-338. PUF. Rigorous clinical analysis of professional activism leads to a clearly more qualified point of view. in La Bouche de l’inconscient. Paris. 1977. Paris.. XV. PUF. pp. 15. Jenseits des Lustprinzips. « Usages sociaux et sociologiques de la notion d’identité »..194. française : Le Problème économique du masochisme. 1980.. p. pp.. in Aisenstein M. other times comparative. 1 vol. dialogue imaginaire avec Benno Rosenberg ». vol. Plaidoyer pour une certaine anormalité. Gallimard. vol. PUF. MARTY P. De l’état physique et moral des ouvriers.info . SZWEC G. Revue française de Psychanalyse. Document téléchargé depuis www. « Expérience de la vie d’usine ». The aetiology of this « behaviour » doesn’t seem obvious and requires a discussion which will be the subject of this article. Paris. Paris. Le Stress. 1924.199. 1984. VILLERMÉ L. « La pensée opératoire ».199.. Psychopathologie du travail. Presses universitaires de Montréal. Paris. Coll. Critique des fondements de l’évaluation. pp. 1998. pp.54 . « L’endurance primaire ».06/12/2012 13h41.. De la clinique psychosomatique de l’excitation à la théorie de la clinique psychanalytique de l’excès. 1963. La Guérison psychanalytique.. Paris. workaholism . Paris.Travailler.. FAIN M. Education permanente. ROSÉ D.. © Martin Média . DE M’UZAN M. 39 Document téléchargé depuis www. PUF.info . 1971. Wisner A. Those are often condescending or ironic and imply silliness or alienation of the supposed incompetent subject. L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel. to resist to social pressure he’s going under. Gallimard..90. in La Condition ouvrière.06/12/2012 13h41.. in Dejours C. 1996.. Gallimard. 1985. ARSENAULT A. Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. DOLAN S. Veil C.54 . 128.... santé et rendement au travail. KALSBEEK J. Summary : Professional activism is a badly defined notion. Paris. 345-356. 1999. 2000. pp. Entreprise moderne d’édition. 27. 167-173. ZALTZMAN N.cairn. 1920.. OCF. MCDOUGALL. DE M’UZAN M.-B. Les Galériens volontaires. Das ökonomische Problem des Masochismus. 11 : 25-40 Mots clés : activisme professionnel . 2003. aliénation . FREUD S. Paris. PUF. « Que sais-je ? ». française : Au-delà du principe de plaisir..Université d'Evry . 1840. psychodynamique du travail. pp. FREUD S... STORA J. L’Identité au travail.90. 155-168. 37-44. « À propos du masochisme érogène primaire. 1997. Trad..Université d'Evry . OCF. 241-259. DUBAR C. « Les esclaves de la quantité ». 1941-1942.cairn. Paris. 2004. Union générale d’Édition. INRA Éditions. it especially provides an excuse for standard judgments.. PUF. travail . 1997. © Martin Média DEJOURS C. Sometimes descriptive. . SAINSAULIEU R. XVII.. Trad. PUF. 2000. Stress. Michel Fain. 1985. WEIL S. 1978. « Étude de la surcharge informatique sur le comportement et l’état émotionnel ». 1951.194.

90. psychodynamics of work.Christophe Dejours Keywords : professional activism. © Martin Média Palabras claves : activismo profesional.06/12/2012 13h41. La etiología de este « comportamiento» no es evidente e implica una discusión que es. trabajo.. work.cairn. el objeto de este artículo. Document téléchargé depuis www. a veces comparativa.194.199.194.Université d'Evry . workaholism.info . como pretexto para juicios normativos que son a menudo condescendientes o irónicos y se aprecian como el sobrentendido de la tontería o de la alienación de un sujeto supuestamente incapaz de resistir a las presiones sociales que se ejercen sobre él.info .cairn. A veces descriptiva. © Martin Média 40 .54 . Resumen : El activismo profesional es una noción mal definida.90. alienación.. El análisis clínico riguroso del activismo profesional conduce a un punto de vista evidentemente más matizado. workoholism. sirve. alienation.06/12/2012 13h41.54 .199. psicodinámica del trabajo.Université d'Evry . Document téléchargé depuis www. en últimas. sobretodo.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful