Vous êtes sur la page 1sur 1

La Direction Générale de la Modernisation de l’Etat (DGME) est un des nombreux acteurs de la

performance, rattachée au ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique.

Crée par le décret du 30 décembre 2005, elle regroupe 4 structures qui disparaissent : la délégation à la
modernisation de la gestion publique et des structures de l’Etat, la délégation aux usagers et aux
simplifications administratives, l’agence pour le développement de l’administration électronique et la
direction de la réforme budgétaire. Elle conduit aujourd’hui son action dans le nouveau cadre de la
modernisation de l’Etat que constitue la révision générale des politiques publiques (RGPP).

Administration de mission, elle a pour but de coordonner, aider et inciter, au niveau ministériel,
les administrations en vue de moderniser les modes de fonctionnement et de gestion de l’Etat
pour améliorer le service rendu aux usagers, contribuer à une utilisation plus performante des
deniers publics et mobiliser les agents publics.
L’enjeu est de transformer l’Etat pour maîtriser et rationnaliser les dépenses publiques tout en
améliorant la qualité des politiques publiques et le service rendu aux usagers.

Les 4 piliers de la modernisation


1. Adapter les missions de l’Etat
La RGPP est l’occasion de clarifier l’organisation de l’Etat à tous les niveaux, de recentrer les
administrations sur le cœur de leurs missions et de remédier à l’émiettement des structures en
recherchant les synergies. Cette transformation de l’organisation de tous les ministères s’accompagne
d’un grand chantier de modernisation de la gestion des ressources humaines destiné à améliorer
les conditions de travail, de formation, de rémunération et de mobilité des fonctionnaires.
Fonction publique 2012 : Le Livre Blanc, par le conseiller d’Etat Jean-Ludovic Silicani, propose 40
mesures et 6 orientations stratégiques pour moderniser la Fonction Publique, favoriser l’évolution de
carrière des agents et rendre plus efficace la gestion des ressources humaines.
2. Simplifier la relation avec l’usager
Faciliter les actes de la vie quotidienne, simplifier les démarches et les procédures administratives,
améliorer la qualité réglementaire sont des objectifs essentiels de la modernisation de l'Etat. Cette
rationalisation des procédures administratives et des règles de droit a un impact décisif en termes
d’économies et de qualité de service, pour l'Etat comme pour les usagers.
3. Améliorer la qualité des services
Mieux prendre en compte les besoins des usagers, s’adapter à leurs nouveaux rythmes de vie et à leurs
exigences. Elargissement des horaires d’accès, amélioration des conditions d’accueil, meilleure
orientation des demandes, garantie d’une réponse adaptée dans des délais raisonnables,
développement d’une offre cohérente de services accessibles à distance par Internet ou par téléphone
constituent autant de chantiers ouverts pour améliorer la qualité des services.
4. Optimiser la gestion des administrations
Pour devenir plus efficaces et plus économes, les administrations doivent se réorganiser, rationnaliser
leurs procédures internes et leurs dépenses, améliorer la qualité de leur gestion afin de pouvoir réaliser
des économies et faire des gains de productivité. Mutualiser les moyens et réaliser des économies
d’échelle, tout en externalisant certaines fonctions quand elles ne sont pas au cœur de ses
missions. Travail de « lean administration» pour faire la chasse aux doublons, aux gaspillages, aux
procédures redondantes ou inutiles. Objectif : améliorer la qualité du service tout en rénovant la
gestion publique et en offrant aux fonctionnaires de meilleures conditions de travail.

La démarche de révision générale des politiques publiques


Du diagnostic ... les audits sur la base d’une grille de 7 questions : Que faisons-nous ? Quels sont les
besoins et les attentes collectives ? Faut-il continuer à faire de la sorte ? Qui doit le faire ? Qui doit
payer ? Comment faire mieux et moins cher ? Quel doit être le scénario de transformation ?
A la décision … Plus de 300 mesures décidées avec pour chaque une feuille de route comprenant la
désignation d’un chef de projet, la présentation d’un calendrier et la définition d’indicateurs de suivi
de réformes (avancement, moyen, impact)

Ecouter pour agir


Enquêtes auprès des citoyens, des entreprises, des collectivités et des associations pour recueillir les
attentes et dégager les priorités de simplification.
Sondages en ligne : « Ensemble simplifions"

Centres d'intérêt liés