Vous êtes sur la page 1sur 8

Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

Fiche de synthèse de la visioconférence du lundi 19 mai 2008


Plage horaire : 10h -12h (heure de Paris)

Participants
 Le Caire, Egypte (salle de la visioconférence à El Shourouq, UFE):
Anne-Charlotte CHAPUT
Dina EL KASSAS
Mahmoud Abd El Azim (technicien)

 Paris, France (salle Las Vergnas 366 à Censier, Paris III) :


Bruno CONTE (professeur et modérateur)
Claudine MUHLSTEIN-JOLIETTE (responsable de la formation AIGEME et
professeur responsable du module Techniques de la visioconférence)
Olivier POURSAC (ingénieur responsable de la visioconférence à Paris 3)

 Burkina Faso
Michel Ilboudo (étudiant AIGEME)

1. Contexte

1.1. La visioconférence en Egypte (performance de l'infrastructure,


acquisition du matériel, accessibilité au matériel, les problèmes
administratifs et la maintenance)
Selon nos connaissances, la visioconférence à usage éducatif dans l'enseignement
supérieur n'est pas répandue en Egypte. Même si le développement de campus
numériques et la mise en place de dispositif FOAD fait partie des stratégies de
développement et de contrôle de qualité du Ministère de l'enseignement supérieur,
un plan d'action n'est pas encore en vigueur. Le nombre de salles de visioconférence
est très limité, et nous ne pensons pas que la situation changera prochainement. Les
aspects financiers, l'absence de plan d'action et le manque de conscience de
l'importance du dispositif présentent les facteurs influents. (En cas d'existence de
matériel, il n'est jamais en libre service. Même si le matériel existe, il y a un problème
d'accessibilité non seulement pour les étudiants mais aussi pour les professeurs qui
voudraient en profiter).
Nous n'avons pas mené d'enquête incluant le secteur éducatif privé mais nous
sommes sûres que le manque de connaissances des TIC fait qu'une mise en place
d'un dispositif FOAD n'inclut pas nécessairement l'installation d'un dispositif de
visioconférence. Le dispositif de Télé-enseignement de l'université du Caire ne doit
pas être incluse.
L'AUF ou plutôt l'Université de Senghor possède une salle de visioconférence dont
l'usage est plutôt limité aux réunions et aux séminaires. Nous ne pensons pas qu'il
existe un suivi de l'évolution des outils sur le marché. Les aspects financiers jouent
encore un rôle.
Il ne faut pas non plus oublier que l'infrastructure numérique de tout le pays ne
favorise pas la communication synchrone. Le débit assez limité rend aussi inefficace
le streaming (direct ou différé). Par conséquent, l'acquisition d'un matériel performant
et d'une ligne internet ne résoudra pas totalement le problème tant qu'une
infrastructure numérique puissante n'est pas mise en place.

Malgré un discours ouvert et encourageant, les politiques en vigueur ne favorisent


pas une progression des technologies de l'enseignement. Il n’y a pas de réel
engagement à long terme. Ainsi, le Ministère de l’Education bien qu’équipé de salles
de visioconférence très performantes, ne permet pas aux universités ni au ministère
de la Recherche de profiter du dispositif. Il est quasi-impossible d’obtenir une
autorisation d’utilisation d'une salle de visioconférence. Les procédures

Fiche de synthese.doc Page 1 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

administratives lourdes ne permettent pas un recours permanent à la


visioconférence. Aussi, l’achat de matériel ne suffit pas pour permettre le
développement de nouvelles approches et pratiques dans l’enseignement et
l’utilisation des TIC. En effet, il faut également que des personnes en charge d’une
cellule TICE ou rattachées au service informatique puissent accompagner ce
changement.
Les propos de l’ancien détaché en Egypte Bernard Platel dans un article tout récent
publié sur le magazine électronique francophone d’Egypte Alif, illustre notamment la
tendance actuelle de restrictions des budgets alloués à la coopération franco-
égyptienne : http://magalif.info/articles/2008/03/16/le-cfcc-se-met-en-gr/

Enfin, la visioconférence est également utilisée par les grandes organisations


internationales et dans les grandes entreprises.

1.2. La visioconférence à l'UFE (Université Française d'Egypte)

La visioconférence du 19 mai 2008 a eu lieu dans la salle de visioconférence de


l’UFE, financée en 2007 par la faculté d’Ingénierie dans le cadre du Master ACSI
(Architecture et Conception des Systèmes Intégrés) délivré par l’Université Paris 6
Jussieu. En effet, les étudiants égyptiens de l’UFE inscrits à ce Master suivent tous
les enseignements au 1er semestre par visioconférence et partent effectuer un stage
à Paris pour le 2nd semestre ; ils sont encadrés par Paris 6.

L’UFE a équipé une salle de classe d’une caméra Polycom Viewstation (H.323) et
d’un moniteur LCD Sony depuis la rentrée 2007-2008. Un PC équipé du logiciel
Microsoft Netmeeting est également utilisé pour le partage de documents et le chat
pendant la visioconférence. À noter que ce logiciel client est désormais remplacé par
Microsoft Live Meeting.

Une ligne Internet dédiée à la visioconférence a été mise en place pour éviter la
surcharge.

Depuis son installation en septembre 2007, cette salle de visionconférence a été


utilisée :
 Quotidiennement au 1er semestre pour le Master ACSI
 À une ou deux reprises pour des soutenances de thèse entre la France et
l’Egypte
 À l’occasion de la visioconférence sur le thème « Propriété intellectuelle et droits
d’auteur » donnée par M. Conte, le 19 mai au matin

Il est possible de l’utiliser en adressant une demande écrite et en rencontrant


quelques personnes.

Solution actuelle :

 Aujourd’hui, l’UFE peut émettre et recevoir des appels de visioconférence avec


un site distant selon le protocole H.323.
 Elle ne peut pas gérer les appels multipoints.
 Aucun système de gestion du streaming des appels (ni en direct, ni en différé).

Solution à envisager :

Si l’acquisition d’un pont soft pour la visioconférence en multipoint ne paraît pas


encore indispensable dans la mesure où les échanges se font toujours entre deux
sites, elle devrait s’équiper d’un système permettant le partage de documents (chat,

Fiche de synthese.doc Page 2 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

documents, whiteboard, etc.) et le streaming pour permettre la diffusion et l’archivage


des visioconférences (avec la permission des auteurs).

1.3. Autres exemples d’utilisation de la visioconférence en Egypte (hors


FOAD)

Une recherche ciblée sur Internet nous a permis de repérer d’autres contextes
d’utilisation de la visioconférence en Egypte, en dehors de cursus de FOAD.

Nous vous livrons ici quelques exemples pour illustrer le contexte égyptien.

Un article publié le 15/08/2001 sur le site Thot fait état de l’avancée de l’Egypte en
matière d’équipements informatiques pour l’enseignement (TIC) et parle de formation
à distance en FLE. Je cite : « Un pays bien équipé. » et « Les dispositifs
audiovisuels, les ordinateurs et l'accès à l'Internet sont donc disponibles. » Lire
l’article : http://thot.cursus.edu/rubrique.asp?no=9334

Le programme FORMEDIA (2004-2007), qui s’adressait aux enseignants de français


des cycles primaire et secondaire dans le secteur gouvernemental, avait été mis en
place et développé sous la direction de Mr Bernard Platel, ancien détaché en Egypte
du ministère de l’Education français, pour le développement de l’enseignement du
français dans les écoles publiques égyptiennes. Ce programme, qui a duré trois ans
et a récemment cessé d’exister sans qu’aucun programme équivalent le remplace,
était proposé à travers l’Egypte, via un site Internet et des cours donnés par
visioconférence. Pour plus d’information sur FORMEDIA : http://www.formedia-
egypte.net

Dans le cadre de projets FORMDER (Formation multipôle et pluridisciplinaire en


développement rural), l’Université du Caire participe à des projets interuniversitaires
et pluridisciplinaires; projets mis en avant par le bureau national Tempus Egypte
comme moteurs de la stratégie d’amélioration de l’enseignement supérieur en
Egypte. Pour plus d’information :
http://formder.iamm.fr/francais/4actualite/default.html

L’Université Numérique Francophone Mondiale, projet visant à "contribuer à


l’enseignement et à la formation d’agents de terrain, tout d’abord dans les domaines
de la santé, puis de l’éducation, de l’informatique et de la gestion". Il s’appuie
notamment sur la visioconférence pour le partage et la diffusion de savoirs dans le
domaine de la santé avec un objectif de terrain. Si l’Egypte ne fait pas partie des
partenaires de l’UNFM à part entière, le pays a participé à la Journée Mondiale du
diabète en 2007, et le programme des cours dispensés par l’UNFM est reconnu par
l’université d’Alexandrie. L’existence d’un tel projet nous a paru être un contexte
d’utilisation de la visioconférence et du e-learning tout à fait intéressant dans le
contexte des échanges Nord-Sud et de la diffusion de savoirs dans des domaines de
pointe.
o http://www.unfm.org/
o http://www.edusud.org/spip.php?article91

Dans le secteur des entreprises privées, notons le développement de GSC (ou


Centres de Solutions Globales) en Egypte et notamment celui du GSC de l’entreprise
conjointe du Gouvernement égyptien et de la société Satyam Computer Services Ltd.
au technocentre Smart Village au Caire :
http://www.generation-nt.com/s-e-dr-tarek-kamel-inaugure-le-centre-de-
solutions-globales-gsc-de-satyam-en-egypte-newswire-69530.html

Fiche de synthese.doc Page 3 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

2. Organisation

2.1. Aspects financiers


L'organisation de la visioconférence n'a pas été accompagnée de coût financier pour
la location du matériel (salle et équipement), ni pour l’aide du technicien.

2.2. Aspect administratif et organisationnel


Une demande écrite a été faite auprès du Vice président, du secrétaire général, du
responsable du département TIC de la faculté d’Ingénierie et du responsable IT de
l’UFE. La demande a été remise au responsable IT après signature par les trois
autres responsables précédemment cités.
Le bordereau fourni par l’Université Paris 3 a été complété avec l’aide du technicien,
puis numérisé et envoyé par email à Mme Muhlstein et M. Poursac, mais aussi par
fax au bureau du Master AIGEME.

2.3. Aspect technique


Nous avons ensuite effectué un premier test visant à vérifier les paramètres et à
établir la connexion entre les deux sites distants. Tout s’est bien passé.

Paramètres techniques enregistrés :

 Adresse IP de notre machine : 213.131.76.222


 Adresse IP du système à Paris 3 : 194.199.124.245
 Appels LAN/Internet (utilise le protocole de communication H.323) : c’est la
norme conçue par l’UITT (Union Internationale des Télécommunications) et
utilisée pour la visioconférence sur IP.
 Débit Internet utilisé (UFE) :
 Débit d’appel utilisé : IPx56 ou IPx64 ?
 Bande passante disponible (UFE) :

Le jour de la visioconférence, M. Mahmoud Abd El Azim nous a montré le


fonctionnement du matériel. En revanche, nous n’avons pas eu l’occasion d’utiliser le
logiciel Netmeeting.

Dispositif technique utilisé

Système de visioconférence de groupe en multipoint (Paris 3, salle Las Vergnas) :

Principaux éléments :
 PC
 Unité audio
 Télécommande
 Codec (codeur-décodeur)
 Pont multipoint
 Caméra (plusieurs ?)
 Micro
 Moniteur

Sur le site récepteur (UFE, Egypte) :

 Caméra Polycom Viewstation H.323

Fiche de synthese.doc Page 4 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

 Moniteur LCD Sony


 Micro Polycom
 Télécommande
 Connexion de type LAN
 PC (pour utiliser NetMeeting) : n’a pas servi pour cette visioconférence

2.4. Déroulement de la visioconférence

- 9h30 heure de Paris : les techniciens respectifs de Paris 3 et de l'UFE testent


le matériel et la connexion. On note un problème technique lié au son,
probablement dû au réglage de la bande passante (débit d’appel). D’un côté,
Mahmoud émet l’hypothèse que la bande passante à Paris 3 est insuffisante
et que le système subit probablement une surchage liée au nombre
d’utilisateurs au moment où nous nous connectons. De l’autre, Olivier nous
conseille de réduire le débit d’appel. Nous nous déconnectons donc pour
modifier la configuration d’appel (rapport de la bande passante). Cependant,
la qualité de la connexion demeure assez mauvaise tout au long de la
visioconférence.
- Olivier Poursac nous montre les deux options d’affichage des sites à l’écran :
le mode multi-écran (tous les sites sont visibles simultanément) et le mode
plein écran (seul le site qui a la parole est à l’écran).
- Arrivée de Mme Claudine Muhlstein. Olivier Poursac nous montre la salle de
visioconférence à Paris III. Il s’agit d’une salle avec une table en forme de U
avec plusieurs écrans au centre, permettant aux participants de suivre
l’intervenant sur l’écran le plus proche de lui. La salle Las Vergnas peut
accueillir XX personnes.
- La discussion se poursuit avec Olivier sur la question du pont multipoint :
nous lui demandons en effet quel est le matériel nécessaire à l’animation de
visioconférences en multipoints. L’achat d’un pont soft très coûteux est
nécessaire, mais d’autres solutions plus abordables peuvent faire l’affaire,
permettant de conduire une visioconférence avec 3 sites maximums.
- Mme Muhlstein précise que certains professeurs ne sont pas encore tout à
fait familiarisés avec la visioconférence comme outil de communication à
distance, la gestion de la prise de parole et les interactions.
- Mme Muhlstein nous rappelle qu'il faut toujours penser à couper notre micro
(son) à chaque fois que notre intervention prend fin. Nous nous mettons
également d'accord sur un geste conventionnel pour signaler tout problème
de son lors de la conférence de façon claire et univoque.

Fiche de synthese.doc Page 5 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

- Nous décidons de garder les interventions et les questions pour la fin du


cours.
- Monsieur Poursac précise que le professeur joue lui-même le rôle de
modérateur lors de la conférence.
- Arrivée du Professeur Bruno Conte et démarrage du cours.

3. Évaluation technique

- Son : bruit, retour, voix entrecoupée


- Support Power Point : image parfois floue (un certain temps était nécessaire
avant de pouvoir lire le support à l’écran)
- Qualité de l’image : moyenne

Nous n’avons pas su déterminer l’origine du problème de netteté à l’écran. Quant


aux micro-coupures de son et d’image, elles étaient peut-être dues au fait que les
paramètres de la visioconférence étaient prévus au départ pour une utilisation
entre deux sites, alors que la visioconférence s’est avérée être en multipoint.

4. Évaluation pédagogique

Le cours portait sur le droit des marques, la contrefaçon ainsi que le droit des
dessins et des modèles. Il s'agissait d'un cours magistral. Le professeur a recours à
quelques diapositives au format Power Point (noir et blanc ; polices de moyennes à
grandes). Le professeur parlait avec une voix claire avec un débit constant, ni trop
lent ni trop rapide, pour un suivi agréable en dehors des problèmes liées à la qualité
de la connexion.

La séance est assurée en français dans un registre soutenu et de spécialité. Le


cours exige un niveau avancé en langue française, ce qui est tout à fait normal pour
un cours de droit. ¨Nous n'avons pas eu de problème de compréhension linguistique,
en dehors des moments où il y avait des coupures au niveau de la connexion. On
peut se demander si c’est le cas de tous les étudiants d’une formation qui s’adresse
certes à des francophones, mais pas seulement à des natifs. Il se peut que le niveau
de français soit hétérogène. La maquette AIGEME elle-même n’inclut-elle pas un
module de remise à niveau en français ?

Pour notre formation, ne serait-il pas envisageable de proposer un cours à visée plus
technique et permettant davantage d’interactions entre les différents acteurs,
professeur et étudiants ? Cela donnerait l’occasion notamment aux étudiants du
Master d’expérimenter davantage la prise de parole à distance. De plus, n’ayant que
très peu de contacts de type synchrone avec nos professeurs, cela serait un moyen
de combler ce manque.

Quelques exemples pour illustrer la gestion des interventions de la part du


professeur :
- Pour marquer la fin de l'intervention et enchaîner avec des questions : « voilà,
avez-vous des questions ? »
- Pour s'assurer que le message passe au niveau technique et pédagogique :
« Est-ce que ma réponse vous satisfait ? », « Vous m'entendez ? »
- Pour enchaîner sur une nouvelle partie du cours ou faire une transition :
« Avez-vous d’autres questions ? »

Répartition entre la conférence et les échanges :

Fiche de synthese.doc Page 6 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

Le professeur alterne entre présentation théorique et moments d'échange, mais le


temps d'interactivité est fortement réduit (environ 20 minutes) sans doute en raison
de la nature du cours lui-même.

Fiche de synthese.doc Page 7 of 8


Auteurs : Dina El Kassas et Anne-Charlotte Chaput

Webographie

o Polycom ViewStation User Guide :


http://www.polycom.com/emea/en/support/video/viewstation_series/other_
viewstation/viewstation_h323.html#document

o Guide de l’administrateur pour ViewStation EX, ViewStation FX, et VS


4000 : :
http://www.polycom.com/common/pw_item_show_doc/1,1276,2769,00.pdf

o Videoconferencing user guide RINET :


http://www.ri.net/RINET/products/ivid/polycomuserguide.html

o Site de CBI-Technologies : http://www.cbi-


technologies.com/visioconference.html

o Portail de ressources numériques de Paris 3 :


http://www.isorbonne.univ-paris3.fr

o Article « Polycom : Visioconférence » (ReadiManager SE200 Version


2.0) : http://www.presse-fr.com/20073715/polycom-visioconference/

o Visioconférence dans l’enseignement scolaire (dossier du 07/02/08) :


http://www.educnet.education.fr/dossier/visioconference/default.htm

o Introduction aux télécommunications : http://www.mines.inpl-


nancy.fr/~tisseran/cours/telecom/printable.html#video

o Le protocole H.323 et la visioconférence : http://pagesperso-


orange.fr/wallu/pag-h323.htm

o Article Wikipedia sur le protocole H.323 : http://fr.wikipedia.org/wiki/H.323

Fiche de synthese.doc Page 8 of 8