Vous êtes sur la page 1sur 4

12èmes Journées Internationales de Thermique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CARACTERISTIQUES DE FONCTIONNEMENT D’UN DISTILLATEUR SOLAIRE

Abla.CHAKER ; Nassima. BOUKERZAZA

Laboratoire de Physique Energétique Université Mentouri Constantine

e-mail CHAKABL@ yahoo.fr

Résumé

L’objectif essentiel de ce présent travail est l’étude de deux types de distillateurs solaires ; le distillateur plan et le distillateur sphérique. Nous nous sommes particulièrement attachés à la détermination des caractéristiques de fonctionnement, production, efficacités globale et interne dont dépend essentiellement le choix de tout distillateur. Les équations régissant le fonctionnement d’un distillateur solaire de forme quelconque sont résolues par une approche numérique basée sur la méthode de Gauss –Seidel d’itération. La confrontation des résultats numériques avec ceux obtenus dans le cadre d’une étude expérimentale menée en parallèle, montre une bonne fiabilité du code de calcul élaboré.

1- Introduction

Les besoins en eau potable dans le monde augmentent d’une manière continue, alors que les réserves souterraines s’épuisent rapidement. Il s’avère que les régions où l’eau potable est un bien rare et l’énergie électrique nécessaire au dessalement des eaux saumâtres et ou salées, souvent inexistante, soient les zones les plus ensoleillées du globe. Aussi l’homme de ces régions déshéritées pourra pallier aux contraintes de ravitaillement et fourniture énergétique en s’intéressant à l’utilisation de l’énergie solaire pour le dessalement. L’objectif de ce travail est une étude comparative de deux types de distillateurs afin de choisir celui dont les caractéristiques de fonctionnement seraient les plus performantes, et dont les pertes thermiques seraient les moins élevées; par conséquent celui qui répond le mieux aux besoins en eau potable.

2-

distillateurs

Description

et

principe

de

fonctionnement

des

2.1- Le distillateur plan Ce système de distillation (figure1) est essentiellement constitué d'une capacité étanche surmontée d'une vitre. La partie inférieure est recouverte d'un plan d'eau (eau saumâtre ou eau de mer). Sous l'action du flux solaire G, transmis par la couverture transparente, l’eau s’echauffe et une partie de celle ci s’évapore. La vapeur produite se condense sur la face interieure de la vitre et le condensat est récupéré par un recepteur. Un appoint d'eau compense le debit de distillat.

Afin de réduire les pertes de chaleur vers l'extérieur, les parois latérales et inférieure sont isolées [1], [2], [3].

G vitre
G
vitre
Distillat Isolant L'absorbeur Figure 1: Le distillateur solaire plan G Moteur Essuie Glace Eau à
Distillat
Isolant
L'absorbeur
Figure 1: Le distillateur solaire plan
G
Moteur
Essuie Glace
Eau à Distiller
Alimentation
Trop plein
Absorbeur
Eau Distillée

2.2- Le distillateur sphérique C'est un distillateur en plexiglas (figure 2), composé de trois parties principales ; une demi sphère supérieure qui sert à transmettre le rayonnement solaire G d'une part et joue le rôle de surface de condensation d'autre part, une demi sphère inférieure qui récupére le distillat et un bac horizontal en métal noirci contenant l'eau à distiller où se trouve dans le plan médian [4].

à distiller où se trouve dans le plan médian [4]. Figure 2: Le distillateur solaire sphérique

Figure 2: Le distillateur solaire sphérique

Un essuie-glace entraîné par un moteur électrique, permet de maintenir la surface de condensation constamment transparente au rayonnement, et d’assurer un drainage rapide des gouttelettes [1], [4]. Le principe de fonctionnement est similaire à celui du distillateur plan.

3- Caractéristiques de fonctionnement

distillateur solaire dépend

essentiellement de grandeurs, appelées caractéristiques de fonctionnement. On distingue :

- Le débit de distillat ou production du distillateur m d .

- L'efficacité globale

Le

choix

d'un

η

g

(%)

donnée par la relation:

η =

g

q

e

/

GA

(1)

12èmes Journées Internationales de Thermique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

- L'efficacité interne

η

i

η

i

= q / q

e

eau

(%

) définie par l'expression:

(2)

q

q

e : flux de chaleur utilisé pour l'évaporation de l'eau

eau : flux de chaleur effectivement reçu par la masse d’eau.

q

eau =(

τ α +τ τ α

v

E

v

E

f

) G.A=

α .

t

G

A

(3)

α , étant le coefficient d'absorption fictif de la masse

t

d'eau.

α ,α

E

τ ,τ

E

f

v

, respectivement les facteurs d'absorption de l'eau

et du fond du distillateur.

, respectivement les facteurs de transmission de

l'eau et de la vitre.

A : la surface du bac

4- Etude numérique

4.1- Modélisation mathématique La figure 3 illustre les différents échanges de chaleur qui

se produisent dans un distillateur solaire [4].

L'ambiance

La couverture

Le

air

mélange

vapeur

La saumure

L'absorbeur

L'isolation

L'ambiance

La saumure L'absorbeur L'isolation L'ambiance Conduction Convection Rayonnement Evaporation q q ca ra q

Conduction

Convection

Rayonnement

Evaporation

q q ca ra
q
q ca
ra
q e q ri q ci q eb
q e
q ri
q ci
q eb

q bis

q ris q cis
q ris
q cis

Figure 3: Les différents transferts thermiques dans un distillateur solaire

En nous plaçant en régime permanant, les équations régissant le bilan thermique au niveau de chaque partie du distillateur, s’écrivent comme suit:

Bilan thermique de la masse d'eau

q

ri

+

q

ci

+

q

e

+

m

d

c

e

(T

e

T

a

)

+

q

b

=

q

eau

(4)

q , q et qe sont respectivement, les flux de chaleur

ri

ci

échangés par rayonnement, par convection et par évaporation à l'intérieur du distillateur.

q

b : flux de conduction à travers le bac.

m d .c e. (T e -T a ): flux de chaleur perdu par l'apport d'eau d'appoint.

Bilan thermique de la vitre

q

ri

+

q

ci

q ra

+

q

e

=

λ

v

e v

(

T

+ q =

ca

λ

v

e

v

(

vi

T

vi

T

ve

T

)

ve

A

)

v

A

v

(5)

(6)

étant les flux de chaleur échangés par

rayonnement et par convection entre la vitre et le milieu ambiant T vi et T ve, respectivement les températures intérieure et extérieure de la vitre.

e v : épaisseur de la vitre, et

q

ra

, q

ca

,

λ

v

, sa conductivité thermique.

Bilan thermique de l'absorbeur

q

eb

+ q

bis

=

τ . A .G

(7)

τ : coefficient de transmission global de l'eau et la vitre.

q

eb

, q

bis

: respectivement les flux de chaleur cédés à la

masse d'eau et à l'isolant.

Bilan thermique de l'isolant Pour réduire les pertes de chaleur à travers la base, nous utilisons un isolant, qui du coté intérieur reçoit q bis de l’absorbeur et du coté extérieur cède par rayonnement et par convection respectivement les flux de chaleur q ris et q ci d’où les équations:

et

q bis =

λ is

e is

(

T

isi

q ris +q cis =

λ is

e

is

T

ise

(

T

isi

)

T

ise

 

(8)

)

(9)

4.2- Résolution numérique Les équations régissant le bilan thermique d’un distillateur solaire sont résolues par une approche numérique basée sur la méthode de Gauss-Seidel d’itération [5]. Pour cela, nous remplaçons les différents flux par leurs expressions explicites [6], puis nous écrivons les équations des bilans thermiques au niveau de chaque partie composant le distillateur, en fonction des températures comme suit:

-

-

-

Au niveau de la vitre (côté extérieur)

(

h

ca

+

h

ra

+

λ

).

v

T

ve

λ

v

e

v

e

v

.

T

vi

=

h T

ca

a

+

h T

ra

c

+

α

v

G

A

Au niveau de la vitre ( côté intérieur)

λ

v

e

v

ve +(h ci +h ri +h e +

T

λ

v

e

v

)

(h +h +h )T

T

vi

ci

ri

e

E

=0

- Au niveau de la masse d’eau

(10)

(11)

12èmes Journées Internationales de Thermique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

( +

h

ci

h

ri

+ ). +( +

e

vi

ci

h T

h

h

ri

h

+ +

e

h

be

).

T

e

h T

be

.

b

t

GA

- Au niveau de l’absorbeur

h

be

.T

e

+

(h

be

+

λ

b

λ

b

). T

b

e

b

e

b

.

T

isi

=

τ .

G A

.

v

(12)

(13)

- Au niveau de l’isolant (côté intérieur)

λ

b

e

b

.T +(

b

λ

b

λ

is

).

T

isi

λ

is

+

e

b

e

is

e

is

.

T

isi

= 0

(14)

- Au niveau de l’isolant (côté extérieur)

e

ise

(h

c

+ h +

ise

λ

is

).

λ

is

T

ise

e

is

e

is

.

T

isi

=

r

h

ise

.

T

sol

+

c

ise

h

.

T

a

(15)

h ca , h ci respectivement les coefficients d’échange par convection extérieur, et intérieur h ra , h ri respectivement les coefficients d’échange par rayonnement extérieur, et intérieur h e : coefficient d’échange par évaporation h ise : coefficient d’échange par convection extérieur de l’isolant h be : coefficient d’échange par convection entre l’eau et l’absorbeur T isi , T ise : respectivement températures des faces intérieure et extérieure de l'isolant.

Le système ainsi obtenu est constitué de 6 équations dont les inconnues sont les températures.

6- Résultats et interprétation

Il évident que l’énergie solaire incidente est le paramètre le plus influant sur le fonctionnement du système de distillation, par conséquent nous nous sommes particulièrement intéressés à l’effet de ce paramètre sur les caractéristiques de fonctionnement.

6-1- La production La variation de la production m d en fonction de l'irradiation globale G, pour une vitesse du vent à peu prés constante, d'un distillateur solaire de forme plane ou sphérique, a une allure linéaire croissante (figure 4). Nous remarquons néanmoins que la production du distillateur sphérique (DS) est plus importante que celle du distillateur plan (DP), du fait des pertes thermiques, qui sont plus importantes dans le cas d’un distillateur plan.

8 DS 7 6 DP 5 4 3 2 1 md (Kg/m 2 .jour)
8
DS
7
6
DP
5
4
3
2
1
md
(Kg/m 2 .jour)

2345678

G (kwh/m 2 .jour)

Figure 4: Variation de la production en fonction de l'irradiation pour les deux types de distillateurs

6.2- L'efficacité globale

Il apparaît nettement, sur la figure 5 que l'efficacité globale d'un distillateur solaire est une fonction croissante de l'irradiation globale ; cependant cette croissance

s'atténue pour des valeurs élevées de l'irradiation. En

outre, nous pouvons également remarquer que l'efficacité globale du distillateur sphérique, DS est nettement supérieure à celle du distillateur plan, DP qui du fait de sa plus grande inertie thermique suit moins rapidement les

variations de l'energie solaire incidente.

0.475 DS 0.470 0.465 0.460 DP 0.455 η g 0.450 0.445 0.440 0.435 0.430
0.475
DS
0.470
0.465
0.460
DP
0.455
η
g
0.450
0.445
0.440
0.435
0.430

123456

G (kwh/m 2 .jour)

Figure 5: Variation de l'efficacité globale en fonction de l'irradiation pour les deux types de distillateurs. (V=cte)

6.3- L'efficacité interne Nous remarquons, comme précédemment, que l'efficacité interne du distillateur sphérique, DS est supérieure à celle dû distillateur plan DP (figure 6). Ce qui est du également, comme pour la production, au fait que les pertes thermiques sont moins importantes dans le distillateur sphérique (figure 7)

η

i

0.55

0.54

0.53

0.52

0.51

0.50

0.49

DS DP 123456
DS
DP
123456

G (kwh/m 2 .jour)

Figure 6: Variation de l'efficacité interne en fonction de G (à V=cte) pour les deux type de distillateurs

12èmes Journées Internationales de Thermique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 ap: appoint DP d: distillat DS b: bac 8 pa: paroi 6 4 2
10
ap: appoint
DP
d: distillat
DS
b: bac
8
pa: paroi
6
4
2
0
qap
qd
qb
qpa
--
--
Pertes thermiques (%)

Figure 7: Pertes thermiques dans les distillateurs plan et sphérique

Pour valider les résultats numériques obtenus dans le cadre de ce travail, nous avons entrepris des essais sur le distillateur sphérique. Les figures 8 et 9 illustrant la variation des efficacités globale et interne, permettent de remarquer un accord satisfaisant entre les résultats expérimentaux et numériques.

48 44 40 36 η Exp % g The 32 28 24 160 180 200
48
44
40
36
η
Exp
%
g
The
32
28
24
160
180
200
220
240
260
280
300
320

G (w/m 2 )

Figure 8: Variation de l'efficacité globale en fonction de l'irradiation globale

60 55 50 η % i 45 Exp 40 The 35 30 160 200 240
60
55
50
η
%
i
45
Exp
40
The
35
30
160
200
240
280
320

G (w/m 2 )

Figure 9: Variation de l'efficacité interne

en fonction de l'irradiation globale

Conclusion

Dans le cadre de ce travail nous avons entrepris une étude comparative de deux types de distillateurs. Notre intérêt a porté particulièrement sur les caractéristiques de fonctionnement, dont dépend le choix de tout distillateur solaire. Les résultats obtenus montre que les caractéristiques de fonctionnement du distillateur sphérique sont plus performantes que celles du distillateur solaire plan.

En outre, il s’avère que les pertes thermiques qui se produisent dans le distillateur plan soient plus importants que celles du distillateur sphérique, Par conséquent nous recommandons l’implantation d’un champ de ce dernier type de distillateurs, afin de répondre le mieux aux besoins en eau potable des régions arides et semi arides, isolées ou éloignées, où l’eau est un bien rare et l’énergie solaire généralement largement disponible.

Bibliographie

BERNARD R., MENGUY G., et SCHWARTZ M., « Le rayonnement solaire, Conversion thermique et applications ». Technique et documentation; 2 ième Edition

(1980).

SFEIR A.A., GUARRACINO G. «Ingénierie des systèmes solaires. Application à l'habitat ». Technique et documentation. Paris-(1981).

KHEDIM A., « Mesure et Caractérisation Thermodynamique d’un Nouveau Système Solaire de Dessalement de l’Eau de Mer avec Récupération de Chaleur ». Rev. Energ. Ren.: 11 èmes Journées Internationales de Thermique, (2003)

CHAKER A., BELLEL N., et MENGUY G., « Pertes thermiques dans un distillateur sphérique ». Revue Internationale D’Héliothermie, N°28, 46-49 (2003).

GOURDIN A., BOUMAHRAT M., « Méthodes numériques appliquées, avec de nombreux problèmes résolus en Fortran 77 ». Office de publication universitaire, Alger (1993).

CHAKER A., MENGUY G., « Efficacité interne d'un distillateur solaire sphérique ». Rev. Energ. Ren.: numéro spécial 10 ème Journée International de Thermique, 53-28

(2001).