Vous êtes sur la page 1sur 4

PIXELS ET FORMATS DU

Pour savoir comment l’APN va coder numériquement l’information


NUMÉRIQUE (JPEG et RAW). lumineuse reçue il faut s’intéresser à la
ATELIER PHOTO CONVERSION ANALOGIQUE-NUMÉRIQUE (C.A.N) :
NUMERIQUE
P.BELLANCA-PENEL, M. REDOUX 1010101
Principe de 0011010
1011010
QU’EST-CE QUE C’EST ? 1100011
0101010
la numérisation 0101101
0110010
Au départ, il y a le « PIXEL »(« picture element ») , élément de surface du
capteur. La lumière, c’est essentiellement de l’information analogique qu’il va
La taille d’un pixel va falloir coder numériquement. Or la base de l’information numérique est
CAPTEUR donc dépendre du le « Bit »("binary digit") qui ne peut prendre que 2 valeurs : 0 ou 1.
nombre de pixels
dont dispose l’APN (sa - Coder chaque pixel sur 1 bit permet 2 possibilités 0 ou 1 : pas de
« DÉFINITION ») quoi coder autre chose qu’une image en noir et blanc sans aucune
PIXEL
et de la surface du nuance de gris :
©Anne Laure
capteur. Ainsi, les - Coder sur 8 bits (soit 1 Octet) permet 28 = 256 possibilités. C’est Jacquard
capteurs d’APN compacts auront des pixels minuscules (moins de 1 à 2 micromètres de déjà mieux car cela autorise 256 niveaux de gris. C’est le cas de l’image
côté pour les APN de 10 à 12 Mpix, c’est à dire que 10 à 12 Millions de pixels) ce qui les ci-contre par
rend très sensibles à la diffraction de la lumière. Du « bruit numérique sera notamment exemple :
très vite présent lorsque l’on augmentera la sensibilité (ISO) du capteur (dès 200 ISO !). C’est le codage
« Pour une même exposition
lumineuse, un photosite de petite
associé au format « GIF »(Graphic Interchange Format).Nb : Le
taille sera rapidement saturé, alors codage sur 8 bits permet aussi coder de la couleur, mais pauvrement. On
qu’un photosite de grande taille dit que l’on dispose d’une « palette de 256 couleurs ».
aura une large marge pour accept
er des expositions plus - Coder sur 24 bits ou 3 octets permet 224 = 16 777 216 possibilités (plus
importantes. » de 16 millions). On peut alors coder efficacement la couleur puisque l’on
(http://www.blog-couleur.com). peut coder chaque couleur primaire (Rouge, Bleu et Vert) sur 8 bits et
Le D80 de Nikon propose lui donc offrir 256 niveaux de chacune d’elle ! On parle de codage associant
3872 pixels en longueur par 2592 8 bits par couche (de couleur). Le principe repose sur la synthèse
en largeur et dispose donc d’une définition d’un peu plus de 10 Mpix. À noter que la additive des couleurs : on peut obtenir une couleur quelconque par addition
définition équivalente de l’argentique correspond à celle obtenue par les reflex de de ces 3 couleurs primaires en proportions convenables.
dernière génération (24 Mpix). C’est le codage associé au format « JPEG »(Joint Photographic
Experts Group). L’image occupe trois fois plus de place mémoire. Elle
est trois fois plus « lourde ».

- Coder sur 36 bits (soit 12 bits par couche de couleur) permet d’associer plus
de 4096 variations à chaque couleur primaire. Le résultat est évidemment
beaucoup plus « piqué ».
Pentax : 10 Mpix Nikon D90 : 12 Mpix Nikon D3X : 24 Mpix C’est le codage associé au format « Raw »(« brut »).

Atelier. Fiche n° 10
AVANTAGES-INCONVÉNIENTS RÉSOLUTION DE L’IMAGE
?
Le format Raw est le seul format « brut » de capteur (en principe). Son C’est le nombre de pixels par unité de longueur". C’est
énorme avantage est qu’aucun traitement n’est appliqué à l’image. Les données sont la résolution et non la définition (nombre de pixels) qui va définir la qualité
enregistrées telles qu’elles et les paramètres associées (Exposition, balances des blancs, de votre image affichée, sur un écran ou sur un papier.
netteté, contraste…) ne sont que « taguées » dans les métadonnées du fichier. Pourquoi et Par unité de longueur, oui mais laquelle ?? le pouce !
en quoi cela constitue-t-il un avantage ? Comme le dit très simplement Benoît Marchal On exprime cette valeur par pixels par pouces (ou PPP). Plus la résolution est
dans l’épisode de déclencheur traitant du sujet en 1 min 30 élevée et plus l'image restitue les fins détails. Les anglo-saxons parlent eux de D.P.I
(http://www.declencheur.com/photo/emission/note/mini-raw/), le format Raw nécessite
un « développement » numérique comparable au développement (analogio-chimique) que
(« dot per inch » point par pouce).
À noter que 1 pouce = 2,54 centimètres.
nécessitait une pellicule. Autrement dit, Le Raw présente une souplesse immense en ce
qu’il permet une infinité de développements possibles !! Benoît Marchal va même plus
Calculez la résolution de l’image 1 dont la dimension réelle est de 7x4,35 cm.
loin en arguant que ce format permet de retourner la logique (insidieuse) née avec l’ère
numérique : Image 1 Image 2 Image 3

Avec l’argentique la photo « correcte » n’était pas (totalement) dans l’appareil. Une
partie essentielle se déroulait au tirage. L’art des bains, celui du tireur était essentiel.
D’ailleurs, les plus grands photographes ont tous eu leur tireur attitré.
Avec l’avènement du numérique et le format universel des appareils compacts
le format jpeg, la photo « correcte » est dans la boite… ou n’est pas.
En effet, le format Jpeg est certes un format « prêt à l’emploi » (les réglages
s’appliquent directement au fichier image, contrairement au raw), mais le
post traitement y est destructif et donc doit rester limité.
L’usage du Format Raw permet donc, d’avoir les innombrables
avantages du numérique tout en conservant la souplesse de
développement de l’argentique !! Plus besoin de peaufiner des heures une
exposition ou une température de couleur…le « labo numérique » permettra
d’exposer et de balancer à loisir son image.
Pour autant, l'utilisation du format Raw ne dispense pas de réaliser une bonne
exposition !! En effet, l'exposition peut être correctement corrigée dans la mesure de +/-2
EV. Point négatif, une image RAW occupe deux à trois plus d'espace sur disque qu'une
image JPEG ! ? dpi ? dpi ? dpi

Autre inconvénient du format jpeg, son caractère destructif : C'est un format


de compression destructeur et à niveau de compression variable.
La compression regroupe les pixels par "pavés" qui affaiblissent
sensiblement la qualité de l'image. ATTENTION : L'image est
décompressée à l'ouverture et re-compressée à chaque nouvel
enregistrement. Il existe donc une perte liée à chaque
enregistrement.
21
RÉSOLUTION ET « POIDS ». cm

Quels sont les standards de résolution et quels sont les poids numériques des RÉSOLUTION:
30
images associées ? cm
A4 300 dpi
ÉCRAN IMPRESSIONS IMPRESSIONS
D’ORDINATEUR PERSONNELLES PROFESSIONELLES

Taille
image

72 dpi 150 dpi 300 dpi

Pourquoi un tel standard pour l’impression professionnelle ?

L’oeil humain est capable de distinguer (de “résoudre”)


100 à 120 lignes par centimètre. Au dela, il à DÉFINITION:
l’impression du continu. Cette résolution équivaut à 100 à Codage
120 points par cm et donc à 254 ou 304 pixel par pouce ! image
On retrouve le standard de l’impression pro : 300 dpi.

VOUS L’AVEZ COMPRIS, DÉFINITION, RÉSOLUTION ET TAILLE DE


L’IMAGE ET POIDS NUMÉRIQUE SONT INTIMEMENT LIÉS.

APPLICATION PRATIQUE :

Si vous désirez une impression de qualité pro dans un format A4 (21x30 cm), quel
devra être au minimum (en Mo)le poids numérique de votre image ?
Notez bien que les multiples de l’octet (8 bits) sont particuliers :
POIDS
 On parle de kilooctet : 1 ko = 210 octets = 1024 octets (et non pas 1000…) NUMÉRIQUE :
 Mégaoctet : 1Mo = 220 octets
 Gigaoctet : 1Go = 230 octets
Deux exemples pour résumer :
18 pixels par pouce soit environ 7 pixels par cm dans ce cas on observe l'effet de
pixelisation

72 pixels par pouce soit environ 30 pixels par cm. Cette dernière résolution correspond
approximativement à celle d'un écran d'ordinateur, elle est donc idéale pour visualiser une
image sur l'écran

source : http://www.crdp.ac-grenoble.fr/image/general/resolut.htm