Vous êtes sur la page 1sur 19
COURSE A PIED ET MARATHON: de la physiologie à la biomécanique
COURSE A PIED ET MARATHON:
de la physiologie à la biomécanique

Genève Marathon 2007

COURSE A PIED ET MARATHON: de la physiologie à la biomécanique Genève Marathon 2007
COURSE A PIED ET MARATHON: de la physiologie à la biomécanique Genève Marathon 2007
COURSE A PIED ET MARATHON: de la physiologie à la biomécanique Genève Marathon 2007
COURSE A PIED ET MARATHON: de la physiologie à la biomécanique Genève Marathon 2007
PRODUCTION D ’ENERGIE
PRODUCTION
D ’ENERGIE
O2 O2 AEROBIE ANAEROBIE PC Sucres PR Sucres Alactique Lactique ATP
O2
O2
AEROBIE
ANAEROBIE
PC
Sucres
PR
Sucres
Alactique
Lactique
ATP
Paramètres de la performance aérobie
Paramètres de la performance
aérobie
  • - VO2 max

  • - % de la VO2 max que

Paramètres de la performance aérobie - VO2 max - % de la VO2 max que l’on

l’on

peut soutenir pendant temps donné

un

  • - technique (coût énergétique économie course)

Consommation d’oxygène (l.min -1 )

VO2 MAX index des capacités d’endurance
VO2 MAX
index
des capacités d’endurance

effort maximal VO 2 max effort supra-maximal

effort sous-maximal
effort sous-maximal
VO2 max dépend: a) Génétique b) Entraînement
VO2 max dépend:
a)
Génétique
b)
Entraînement

Intensité de l’effort (Watt ou km/h)

VMA ou PMA

% utilisation VO2 max
% utilisation VO2 max

%VO2 max

Dépend: a) de l’entraînement b) de la diète
Dépend:
a) de l’entraînement
b) de la diète

100

Temps

Protocole de mesure de VO 2 max repos
Protocole de mesure de
VO 2 max
repos

VO 2

Protocole de mesure de VO 2 max repos VO Temps (min) Mesure possible de lactatémi à

Temps (min)

Mesure possible de lactatémi

à la fin de chaque palier

Analyse de la fréquence cardiaque Relation Vitesse - Fréquence cardiaque 220 200 180 174 167 160
Analyse de la fréquence
cardiaque
Relation Vitesse - Fréquence cardiaque
220
200
180
174
167
160
155
144
140
135
129
120
117
100
80
5.4
7.2
9
10.8
12.6
14.4
16.2
18
19.8
21.6
Vitesse (km/h)
FC en batt./min.

Analyse de la consommation d’O2

VO2max

Relation consommation d'O2 - Vitesse 70 66.71 60.58 60 54.14 50.79 50 43.8 40 39.05 33.53
Relation consommation d'O2 - Vitesse
70
66.71
60.58
60
54.14
50.79
50
43.8
40
39.05
33.53
30
20
10
5.4
7.2
9
10.8
12.6
14.4
16.2
18
19.8
21.6
Vitesse (km/h)
Consommation d'O2 ml/(kg.min)

VMA

Analyse du lactate durant l’effort Relation lactate - Vitesse Seuil anaérobie 10 8 .7 8 6
Analyse du lactate durant
l’effort
Relation lactate - Vitesse
Seuil anaérobie
10
8 .7
8
6
4
3 .3
2 .0
2
1.2
1.0 0
1.0
.9
0
5.4
7.2
9
10.8
12.6
14.4
16.2
18
19.8
21.6
Vitesse (km/h)
Lactate en mmol/l.

Seuil anaérobie et entraînement

seuil VO 2 max
seuil
VO 2 max
sédentaire 0% 60% 100% VO2max athlète
sédentaire
0%
60%
100% VO2max
athlète
Marche et coût énergétique
Marche et coût énergétique

Marche possible 4 m/sec

Marche et coût énergétique • Marche possible 4 m/sec • ↑ linéaire CE avec la puissance

linéaire CE avec la puissance fournie dès 2 m/sec

Vitesse marche optimale pour un CE moindre

Marche et coût énergétique • Marche possible 4 m/sec • ↑ linéaire CE avec la puissance
Course à pied et coût énergétique
Course à pied et coût
énergétique

Quasi constant et indépendant de la

vitesse

20 km/h

De l’ordre de 4.8 kj/kg x

m

5 – 8% chez l’enfant et le coureur non entraîné

(Monod, 2000)

Course à pied et coût énergétique • Quasi constant et indépendant de la vitesse 20 km/h

Marche ou course:

différences biomécaniques
différences biomécaniques
Biomécanique de la foulée
Biomécanique de la foulée

APPUI:

  • - Amortissement: phase frénatrice centre gravité à l’arrière

  • - Soutien: centre gravité aplomb

Biomécanique de la foulée • APPUI: - Amortissement: phase frénatrice centre gravité à l’arrière - Soutien:
  • - Poussée: phase motrice vers l’avant

SUSPENSION:

  • - Phase aérienne, aucune

Biomécanique de la foulée • APPUI: - Amortissement: phase frénatrice centre gravité à l’arrière - Soutien:

modification possible du mouvement

  • - Influencée par vitesse initiale

et angle d’envol

Contact pied - sol

Amortissement: dissipation de l’énergie par les

parties molles du talon, les muscles de la loge ant et

les fléchisseurs du genou

Equilibration - pivotement: bord externe du pied

Contact pied - sol • Amortissement: dissipation de l’énergie par les parties molles du talon, les

métacarpes

Contact pied - sol • Amortissement: dissipation de l’énergie par les parties molles du talon, les

1er rayon

Propulsion: bord externe du pied, région MP, puis gros orteil

Contact pied - sol • Amortissement: dissipation de l’énergie par les parties molles du talon, les
Equilibre du pied…
Equilibre du pied…
Stress biomécanique
Stress biomécanique

Impact vertical au sol: 200-300% PC Cisaillement-stabilisation latérale: 10% PC • Propulsion vers l’avant: 50% PC Pour un marathon:

  • - entre 35 et 40’000

  • - charge amortie totale:

minimum 7’000 tonnes

impacts

au

Epidémiologie des lésions
Epidémiologie des lésions
Epidémiologie des lésions
Facteurs favorisants les lésions
Facteurs favorisants les lésions

Augmentation trop rapide du kilométrage « Interval training » trop fréquent Mauvaises chaussures Mauvaise technique de course

Troubles statiques (genu varum, valgum ou recurvatum, patelle alta ou baja, pieds plats ou

creux, etc)

Eventuellement, course prolongée sur surface trop dure