Vous êtes sur la page 1sur 4

CHAPITRE

CHAPITRE C HIMIE 29 Les piles : transformations spontanées 1- Exemple de pile : la pile

CHIMIE 29

CHAPITRE C HIMIE 29 Les piles : transformations spontanées 1- Exemple de pile : la pile
CHAPITRE C HIMIE 29 Les piles : transformations spontanées 1- Exemple de pile : la pile

Les piles : transformations spontanées

1- Exemple de pile : la pile Daniell

1.1 Transfert d’électrons entre deux couples

Exemple :

Le zinc métallique réduit les ions cuivre II, selon l'équation:

Zn(s) + Cu 2+ (aq) =

Zn 2+ (aq) + Cu(s)

(K = 10 37 )

Les deux demi-équations d'échange sont :

Zn(s)

Cu 2+ (aq) + 2 e - = Cu(s)

=

Zn 2+ (aq)

+ 2 e -

1.2 La pile Daniell

Cu 2+ (aq)

Un bécher comprend une lame de cuivre plongeant dans une solution de sulfate de cuivre II

L'autre bécher comprend une lame de zinc plongeant dans une solution de sulfate de zinc

Les

deux

béchers

sont

reliées

électrolytique ou pont salin.

par

un

pont

de

jonction

dit

pont

On mesure la tension aux bornes de l’ensemble : 1,1 V . On a donc constitué une pile.

2- Description d'une pile

2.1 Les constituants d'une pile

Une pile comprend :

électrodes, constituent les pôles ou les bornes de la pile.

constituent les pôles ou les bornes de la pile. 07 Zn(s) Zn Cu Pont salin Zn

07

Zn(s) Zn Cu Pont salin Zn 2+ Cu 2+ Les piles
Zn(s)
Zn
Cu
Pont salin
Zn 2+
Cu 2+
Les piles

Une pile est un générateur de courant électrique. Les réactions chimiques mettant en jeu un transfert d'électrons sont les réactions d'oxydoréduction.

Les métaux ayant tendance à perdre facilement un ou plusieurs électrons sont des réducteurs.

On peut mélanger les espèces réactives. Le transfert spontané d'électrons a lieu directement entre Zn et Cu 2+ à la surface de Zn.

On réalise les deux demi-réactions séparément dans deux compartiments réunis électriquement.

Deux demi-piles formées chacune des deux espèces d’un même couple. Les deux métaux M 1 et M 2 appelés

CHIMIE 30

C HIMIE 30 Un pont salin : solution aqueuse ionique concentrée, sur un support solide. Cette

Un pont salin : solution aqueuse ionique concentrée, sur un support solide. Cette solution peut être du chlorure de

potassium, du nitrate de potassium ou du nitrate d'ammonium.

2.2 Détermination expérimentale des caractéristiques d'une pile

Mesure de la f.é.m. E

C’est la valeur absolue de la tension à vide. (I = 0)

Pôles de la pile On branche M 1 a la borne COM et M 2 a la borne V On mesure alors U M2M1

- si la tension est > 0, alors M 1 est la borne -, et M 2 la borne +.

- si la tension est < 0, alors M 1 est la borne +, et M 2 la borne -.

Résistance interne

La tension est donnée par :

(Borne + : P, borne - : N)

U PN = E –rI, r : résistance interne

COM V M2 M1
COM
V
M2
M1

3- Étude qualitative du fonctionnement d’une pile

3.1 Réactions aux électrodes

a) Exemple : pile zinc – plomb

On relie le zinc à la borne COM, le plomb à la borne V.

On obtient U Pb,Zn = 0,61 V :

La f.é.m. E vaut 0,61 V.

La lame de Zinc est la borne (-) , la lame de Plomb est la borne (+) ,

Réactions aux électrodes .

Borne +

Borne -

Pb 2+ + 2e-

Zn

=

=

Pb

Zn 2+ +2e -

Réaction qui se produit spontanément dans la pile

RéduCtion

OxydAtion Anode (perte d’électrons)

Cathode (gain d’électrons)

Zn + Pb 2+

= Zn 2+ +Pb

b) généralisation :

Lorsqu'une pile débite, il s'effectue toujours:

o

l'oxydAtion du métal au pole – de la pile, l'Anode;

o

la réduCtion du cation métallique au pole + de la pile, la Cathode.

3.2 Le pont salin

Le pont salin a trois rôles :

- fermer le circuit, pour permettre le passage d'un courant;

- apporter les porteurs de charge (les ions) nécessaires;

- assurer l'électroneutralité des deux solutions électrolytiques,

grâce à la migration, d'une solution à l'autre, des ions contenus

dans le pont.

+ K Cl - Pb 2+
+
K
Cl -
Pb 2+

Pb

Les piles

CHIMIE 31

C HIMIE 31 3.3 La réaction est-elle la réaction spontanée? Soit l'équilibre chimique : Zn +

3.3 La réaction est-elle la réaction spontanée?

Soit l'équilibre chimique :

Zn + Pb 2+

= Zn 2+ +Pb

dont la constante de réaction est: K = 2.10 21 .

Calculons le quotient de réaction à l'état initial :

On a : [Zn 2+ ]i = 0,10 mol.L -1

et [Pb 2+ ]i = 0,10 mol.L -1

Q r,i = 1. Donc Qri < K, le sens spontané de la transformation qui a lieu lorsque la pile débite est le sens direct.

Une pile est un système chimique hors-équilibre au cours de son fonctionnement.

Son bilan chimique correspond toujours au bilan de la réaction d'oxydoréduction qui peut avoir lieu spontanément

pour tendre vers un état d’équilibre.

3.4 Schéma conventionnel d'une pile

Exemple :

-

Zn/ Zn 2+ // Cu 2+ /Cu +

Soit la pile constituée des deux couples M 1 n+ /M 1 et M 2 m+ /M 2 dont M 1 est le pôle négatif et M 2 le pôle positif.

Le schéma conventionnel de cette pile est :

-

M 1 / M 1 n+ // M2 m+ /M 2 +

4- Étude quantitative du fonctionnement d’une pile

4.1 Quantité d'électricité et charge de l’électron

La quantité d'électricité Q (>0) mise en jeu lors d'une réaction d'oxydoréduction est égale à la valeur absolue de la charge totale des électrons échangés.

Le faraday, de symbole F

est la valeur absolue de la charge portée par une mole d'électrons :

F = 96 500 C. mol -1 .

Relation

Q =

n(e-). F

4.2 Quantité d'électricité et intensité

La quantité d'électricité mise en jeu par la pile pendant la durée t est :

Q en coulomb (C) ;

t en seconde (s) ;

I en ampère (A), courant constant

Q = I.t

4.3 Relation entre quantités de matière, intensité et durée de fonctionnement

Q =

n(e-). F

=

I.t

Pour utiliser cette relation il faut considérer les demi-équations électroniques, pour trouver n(e-).

4.4 Capacité d'une pile

Au cours de son fonctionnement, une pile est un système chimique hors équilibre qui évolue dans le sens spontané.

Quand l'équilibre est atteint, alors Qr,éq = K, ce qui signifie que la pile est «usée» : sa f.é.m. s'annule, la quantité d'électricité mise en jeu a atteint la valeur maximale Q max pendant la durée t max .

La capacité d'une pile C est la quantité d'électricité maximale qu'elle peut fournir avant d'être usée.

C = Q max = I.t max

Les piles

CHIMIE 32

C HIMIE 32 avec: Q m a x en coulomb (C) ;I en ampère (A) ;

avec: Q max en coulomb (C) ;I en ampère (A) ; t max en seconde (s) ;

avec: Q max en ampère heure (A . h). ;I en ampère (A) ; t max en heure (h) ;

En pratique, la pile est usée lorsque le réactif limitant a été complètement consommé

5- Autres piles

5.1 La pile Leclanché, pile saline :

Les deux couples redox de cette pile sont : MnO 2 /Mn 2+ et Zn 2+ /Zn

C

Zn
Zn

MnO 2 + graphite +ZnO

NH 4 Cl + ZnCl 2

Borne positive (cathode), une réaction de réduction se fait : la réduction de MnO 2 en Mn 2+ suivant l'équation ci-

dessous :

MnO 2 (s) + 4 H + (aq) + 2e -

=

Mn 2+ (aq) + 2 H 2 O (l)

Borne négative (anode), c'est une réaction d'oxydation qui s'effectue :

Zn (s)

=

Zn 2+ (aq) + 2e -

l'enveloppe de Zinc s'amincit au cours du temps et finit par percer. La pile finit par se trouer et la solution qu'elle contient s'écoule dans l'appareil.

5.2 La pile Alcaline :

Il s'agit d'une variante de la pile Leclanché. Cette pile est appelée alcaline car elle fonctionne en milieu basique

(KOH).

En fonctionnement, à la borne positive (cathode), une réaction de réduction se fait : la réduction de MnO 2 en Mn 2+

suivant l'équation ci-dessous :

MnO 2

+ 2 H 2 O

+ 2e -

= Mn(OH) 2

+ 2 OH -

A la borne négative, anode, c'est une réaction d'oxydation qui s'effectue :

Zn + 2 OH -

=

Zn(OH) 2

+ 2e -

Avantages de cette pile : Elle est plus étanche que la pile Leclanché car le zinc ne constitue plus le boîtier extérieur. Elle a une durée de vie plus longue .

Les piles