Vous êtes sur la page 1sur 265

Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine

8

PLATEFORME WISDOM POUR N’DJAMÉNA
DIAGNOSTIC ET CARTOGRAPHIE DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE EN COMBUSTIBLES LIGNEUX

Développé dans le cadre du projet “Appui à la formulation d’une stratégie nationale et d’un plan d’action de foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména, République du Tchad”

Plateforme WISDOM pour N’Djaména

Développé dans le cadre du projet “Appui à la formula on d’une stratégi onale et d’un plan d’action de foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména, République du Tchad”

Rapport préparé par Rudi Drigo, consultant interna onal spécialiste en système d’analyse WISDOM n de Avec la collabo Angeline Kemsol, Hamid Taga et Charfie Doutoum Agence pour l’énergie domes que et l’environnement (AEDE), Tchad Coordonné et supervisé par Michelle Gauthier, Fonc onnaire fores Division de l'évalua on, la ges on et la conserva on des forêts Organisa on des Na ons Unies pour l’agriculture et l’alimenta on (FAO) Édité par Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis

Organisa on des Na ons Unies pour l’agriculture et l’alimenta on Rome, 2012

L’objectif de ces publications est de fournir les plus récentes informations sur les activités et les programmes en cours, afin de faciliter le dialogue et d’enrichir la discussion. Ces documents de travail ne reflètent aucunement la position officielle de la FAO. Merci de vous référer à la section forêt du site web de la FAO (www.fao.org/forestry) pour plus d’informations.
Pour plus d’informations, vous êtes prié de contacter: Eduardo Mansur Directeur Division de l'évaluation, la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO Viale delle Terme di Caracalla 00153 Rome, Italie E-mail: Eduardo.Mansur@fao.org Web site: www.fao.org/forestry Commentaires et suggestions sont appréciés.

Pour citation:

FAO. 2012. «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. Plateforme WISDOM pour N’Djaména. Diagnostic et cartographie de l’offre et de la demande en combustibles ligneux.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°8. 78 pages. Rome.

Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Tous droits réservés. Les informations ci-après peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation écrite du détenteur des droits d’auteur. Les demandes d’autorisation devront être adressées au Chef du service des publications et du multimédia, Division de l’information, FAO, Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie ou par courrier électronique à copyright@fao.org

© FAO 2012

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

AVANT-PROPOS
Au cours de ces dernières décennies, la croissance urbaine a engendré de sérieux problèmes auxquels les dirigeants des pays, particulièrement en développement, parviennent difficilement à faire face: les populations ne cessent d’augmenter sans qu’une réelle politique d’urbanisation soit adoptée, avec pour conséquences inévitables la dégradation de l’environnement physique et l’effondrement du tissu social à l’intérieur des villes et des zones environnantes. Au Tchad, le phénomène s’avère inquiétant, voire dramatique, en particulier autour de la capitale, N’Djaména. En effet, les forêts qui, autrefois, servaient de rempart contre les vents violents et de réserve nourricière pour la population disparaissent progressivement. L’occupation des terres pour les cultures et l’habitat et, surtout, la demande en bois-énergie sont ainsi responsables d’une situation de plus en plus dégradée (avancée du désert, insécurité alimentaire). Le gouvernement a déployé des efforts significatifs à travers la mise en œuvre de programmes, projets et actions sur le terrain, sans toutefois que les solutions préconisées aient eu les effets escomptés. Cette question préoccupe au premier plan les hautes autorités de l’État qui ont sollicité, en 2009, l’assistance de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour développer une approche plus appropriée d’aménagement et de gestion durables des ressources naturelles, et particulièrement forestières, en milieu urbain et périurbain de la ville de N’Djamena. La construction d’un environnement vert dans et autour de la ville a nécessité en premier lieu la création d’une plateforme de dialogue pour définir, de concert avec les autorités locales et nationales, une vision commune de ce développement. Ainsi, une très large concertation a permis de déboucher sur l’élaboration d’une stratégie et de d’un plan d’action pour la foresterie urbaine et périurbaine (FUPU) de N’Djaména 1. Afin d’étayer cette concertation, diverses études thématiques ont été au préalable réalisées, notamment une cartographie analytique du territoire et du bassin d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de N’Djaména, développée grâce à la méthodologie WISDOM (Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping ou Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux). Le but de cette «Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména» est de fournir une vision complète du bilan entre l’offre et la demande de biomasse ligneuse, ainsi qu’une définition objective et minutieuse de la zone d’approvisionnement durable de la ville.

Eduardo Mansur, Directeur Division de l'évaluation, la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO, Rome

Cf.: FAO. 2012. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5. 110 pages. Rome.

1

| iii

.

................................................................................................................. 5 Phase 1.......................................................................................................................................................................................................... 15 DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA ...........X DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE ......... 49 CONCLUSIONS PRINCIPALES............................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS ............................................................................ WISDOM Base ........................................... 49 Données et planifications ................................................................................................................. 36 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS ...................................................... 3 Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» ................................. 3 CONTEXTE GÉNÉRAL ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 19 Module «Demande» . 16 ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE ........................................................................................................................................... 52 ACTIONS PRIORITAIRES ........................................................................................................................................................................ 49 Aspects généraux ......................................................................................................... 11 Module «Offre» .. 52 Données ...... 19 Module «Offre» .......................................................................... 6 ÉVALUATION WISDOM RAPIDE .................................................................................................................................................................... VII SIGLES ET ABRÉVIATIONS ...................... 14 Module «Intégration»......................................................................................... 4 LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM ........... 6 Phase 2................. 14 Analyse du BBE .............................................................................................................................................................................................. 50 RECOMMANDATIONS .............................................................................................. 53 |v ................................................... 11 CARTOGRAPHIE ........................................................................................................................................................................................................................... 34 Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 12 Module «Demande» ....................................................................................................................................................................................................................... 32 Redéfinition du BBE ...................................................................................................................................................... 3 Le secteur bois-énergie....................................................................................................... 28 Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena ....................................................................................... III REMERCIEMENTS ....................................................................................... 4 L’approche analytique ................................... Analyse du Bassin Bois-Énergie (BBE) .......................................................................................................................................................IX FIGURES ET TABLEAUX ....................

.................................................................................... Définitions et facteurs de conversion .. 59 Annexe 1................ 73 | vi .............................................................................. La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 ............... Carte GlobCover et MODIS Tree Cover ............Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE ............................................................................... Statistiques par département et par zone d’intérêt ... 61 Annexe 3.............. 67 Annexe 4............. 71 Annexe 5..................................................................................................................................................................... 59 Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques ................................................................................................................. 57 ANNEXES ...

Monsieur Souleymane Gueye. le directeur de la Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (DFLCD). et de l’équipe des consultants nationaux du projet. nous tenons à mentionner les personnes suivantes: L’équipe nationale a été coordonnée très efficacement par Monsieur Djimramadji Alrari. Rudi Drigo. chargée du programme de FUPU à la FAO. Tchad. de l’Institut national des statistiques. lesquels ont également été associés au projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de FUPU à N’Djaména» *TCP/CHD/3203 (D)+. spécialiste en système d’analyse WISDOM. des études économiques et démographiques (INSEED). Monsieur Mouhyddine Mahamat Saleh. chef de service à la DFLCD et coordonnateur national du projet. le secrétaire général adjoint. Madame Michelle Gauthier. et Monsieur François Besse. des politiques et des produits forestiers. Monsieur Sandjima Dounia. 2 3 Projet développé par la FAO. le secrétaire général du ministère. assisté par Monsieur Djabou Guindja Sakou et Monsieur Ali Belgoto Alhadj. directeur général de l’Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (AEDE). coordonnateur et auteur du document. Tchad. Monsieur Abakar Zougoulou.  Parmi les personnes et les institutions qui ont soutenu ce projet en fournissant conseils et données. spécialiste en foresterie urbaine. la gestion et la conservation des ressources forestières.    En appui à cette équipe. consultant international principal du projet. fonctionnaire forestier. fonctionnaire forestier. Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies). Elle a compté sur la collaboration de M. de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs3 (OCHA). Tchad. Monsieur Florian Steierer. Monsieur Porgo et son prédécesseur. et Monsieur Moctar Diphane. Nous remercions par ailleurs le Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (MERH) qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de ce projet. Monsieur le docteur Robert Madjigoto. Division de l'évaluation. Division de l’économie. Djékota Christophe Ngarmari. | vii . consultant international. L’équipe d’experts chargés de la composante bois-énergie pour la conception et rédaction du présent document comprenait les personnes suivantes:    Mademoiselle Charfie Doutoum. du projet FAO «Système d’information sur la sécurité alimentaire/Système d’alerte précoce» (SISA/SAP)2. consultants nationaux au sein de l’AEDE. en particulier son ministre de tutelle.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé au processus d’élaboration de la plateforme WISDOM pour N’Djamena. Monsieur Hassan Térap et son successeur Monsieur Mahamat Béchir Okormi. Madame Angeline Kemsol et Monsieur Hamid Taga. nous souhaitons citer:    Monsieur Ngabo Guila Ngague.

de l’urbanisme et de l’habitat (MATUH). Monsieur Joseph Libar. du programme Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (SIDRAT). assistante chargée de l’administration et des finances. nous souhaitons exprimer notre reconnaissance: À l’équipe de la représentation de la FAO au Tchad. et à tout le personnel qui a apporté son appui. Monsieur Batedjim Noudjalbaye.  | viii . Messieurs Alaina Yacoub Possey. Adirdir Abdel Samat. du Centre national d’appui à la recherche (CNAR). assistant au représentant chargé du programme. Tchad. notamment son Excellence Monsieur Germain Dasylva. éditrice pour la FAO. Tchad. Tchad. à l’exécution de ce projet. de quelque nature que ce soit. Abba Mahamat Diguia et Abakar Oumar Ali. du Ministère de l’aménagement du territoire. qui s’est chargée de la correction-révision et de la mise en pages de ce document. À Madame Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis. représentant de la FAO au Tchad. Madame Wahilo Diguera.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména     Monsieur Job Andigue. Enfin.

1999-2004 (Tchad) Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (Tchad) Village exploitant rationnellement son terroir (Tchad) | ix . des études économiques et démographiques (Tchad) Ministère de l’aménagement du territoire.s. de la planification et du suivi (Tchad) Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (Tchad) Fonds forestiers pour le bassin du Congo Institut national des statistiques. OCHA ONG PNUD PREDAS Raster SIG SISA/SAP UE WCMC/UICN WDPA WISDOM Accroissement annuel disponible Accroissement annuel moyen Agence française de développement Bassin bois-énergie (woodshed) Banque mondiale Évaluation WISDOM rapide Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Foresterie urbaine et périurbaine Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres Land Cover Classification System-système de classification de l’occupation des sols (FAO) Carte internationale de la densité des arbres (Tree Cover map) basée sur les données satellitaires MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) Matière sèche (à 0% d’humidité) Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies) Organisation non-gouvernementale Programme des Nations Unies pour le développement Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel Cartes numériques au format maillages composées de cellules d’égale dimension Système d’information géographique Système d’information de sécurité alimentaire-Système d’alerte précoce (Projet FAO) Union européenne Centre mondial de surveillance de la nature/Union internationale pour la conservation de la nature World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (2009) Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping -Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux Sigles spécifiques à ce document: AEDE BAD BADEA BID CNAR COMIFAC DEEDD DEPS DFLCD FFBC INSEED MATUH MEP MERH ONDR PDA PED SIDRAT VERT Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (Tchad) Banque africaine de développement Banque arabe pour le développement en Afrique Banque islamique pour le développement Centre national d’appui à la recherche (Tchad) Commission des forêts d’Afrique centrale Direction de l’éducation environnementale et du développement durable (Tchad) Direction des études. de l’urbanisme et de l’habitat (Tch ad) Ministère de l’énergie et du pétrole (Tchad) Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (Tchad) Office national de développement rural (Tchad) Plan directeur d’approvisionnement (Tchad) Projet énergie domestique soutenu par l’AEDE.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména SIGLES ET ABRÉVIATIONS AAD AAM AFD BBE BM EWR FAO FUPU GlobCover LCCS MODIS TC m.

... 13 Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse................................................ .......... ...................................................... 21 Figure 18: carte des pentes* et réseau routier.................... 20 Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE..................... et chefs-lieux des départements... 26 Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne)................................................................... ......................... 13 Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants...................................... 8 Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre»......................................................... 30 Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs.................... 31 Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km)............................ ............... .............................................................................................................................................. dans ce cas.... . 37 Figure 32: distribution de l’offre et de la demande............................................................................................................................................ .................................. .............. ................................................ ..................... ..................... 14 Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena....................................................... .......................... .................................. 33 Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite............................................. 35 Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an....................... ......................................................................... 21 Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse............................................. avec données de population 2009................................... .................... 24 Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse................................................................................ 36 Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse............................ ........... 24 Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale.............................. 15 Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne.. ........................................................................................ .................................. 2002-2004........................................................ 20 Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré)..................................................................................................................... 20 Figure 15: carte de la végétation AEDE............................................................................ ...................... 27 Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»...................................... le bilan local)............ 28 Figure 25: carte des départements......................................................... 13 Figure 8: carte de la distribution de la population......................................................... ...... 26 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT»................................... ................ ..Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FIGURES ET TABLEAUX Figures Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM....... ....................................... 46 |x ..................................................... 30 Figure 26: carte des lieux habités ou villages......... ............ ........................... comprenant les usages énergétiques et bois de service.. .... 13 Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible. 20 Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre».... ............... 2002............... 14 Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel. ................... 12 Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées d’IUCN -WCMC.................................................................... 12 Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse........ ...................................................................... 15 Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur).. 14 Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005.....

........................... ... . ................. 42 Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement........ 45 | xi .... volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude..... .................................................................................................................................................................... .................................................................................. commercial et public en N’Ndjamena..... 44 Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement................................................................ 30 Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel...................................................................... 16 Tableau 2: valeurs de densité.......... ............... .......................... .................... 24 Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»....................................................................................................................................................... 31 Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement................................................................................................ 43 Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages)... 27 Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois.............................................................. 29 Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service......... ..........................................................................................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableaux Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12........................................................ 23 Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations «WISDOM» et celles de l’AEDE......................... ... ............................................................................... 23 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude...................................................

.

Définition et méthodologie de l’étude |1 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 1.

.

ce territoire comprend (i) la zone urbaine. Le secteur bois-énergie Comme beaucoup d’autres pays du Sahel. Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. la DFLCD et son partenaire technique et financier. Selon une étude réalisée par le Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel (PREDAS)5 en 2004. (ii) la zone périurbaine et (iii) la zone d’influence de N’Djamena pour l’approvisionnement en combustibles ligneux. terres. finalisée selon la méthodologie WISDOM. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). République du Tchad. capitale économique et administrative du pays. de N’Djaména. Il porte sur la composante bois-énergie et présente une analyse de la demande et de l’offre en combustibles ligneux. le secteur de l’énergie domestique se caractérise au Tchad par une forte dépendance en combustibles ligneux (bois et charbon de bois).-H. |3 . les populations dépendent principalement des ressources naturelles pour leur subsistance. décrit les aspects spécifiques relatifs à la demande. le surpâturage et l’agriculture itinérante sur brûlis sont à l’origine de la déforestation et la dégradation des terres forestières dans les zones périurbaines. la FAO. ont permis de quantifier les consommations spécifiques à prédominance bois-énergie par personne et par jour. Le projet vise quatre objectifs principaux:     (i) la réalisation d’un diagnostic social. (iv) le renforcement des capacités techniques des parties prenantes dans le domaine de la FUPU. Nombre d’études. la consommation en énergie domestique de la ville de N’Djamena se décompose comme suit: charbon de bois 4 AEDE. il est avant tout indispensable d’identifier le territoire concerné. 2011. assorti de propositions d’initiatives prioritaires. La situation économique du pays demeure très fragile. intitulée «Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain» 4 et conduite en collaboration avec le Projet SISA/SAP de la FAO. car la production régionale en biomasse ligneuse s’avère faible tandis que la consommation urbaine ne cesse d’augmenter. afin de les préparer à la mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action. 5 Programme soutenu par l’Union européenne (UE). présentant des zones désertiques au nord et des zones boisées au sud. Afin de bien définir l’objet de ce projet. Le présent document est une annexe technique à la stratégie et au plan d’action pour la FUPU de N’Djaména. La situation s’avère particulièrement alarmante à N’Djamena. En revanche. où la demande urbaine en bois-énergie. urbaines et périurbaines. D’un point de vue géographique. réalisées entre 1978 à 2004 sur la consommation individuelle en bois-énergie. Les deux premières zones sont circonscrites et relativement faciles à délimiter. etc. rédigé par Doutoum. les effets conjugués des facteurs climatiques (sécheresse) et des facteurs anthropiques entraînent une dégradation des ressources naturelles (forêts. ont mis en œuvre le projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action pour la FUPU de N’Djaména».).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE CONTEXTE GÉNÉRAL Le Tchad est un pays de transition. la troisième zone s’avère très étendue. (ii) l’identification et l’adoption de choix stratégiques à long terme. (iii) l’élaboration et la validation d’un plan d’action à moyen terme. Une étude séparée. Pour faire face à cette situation de façon rationnelle. C. économique et environnemental sur la gestion des ressources forestières et arborées. Or.

Il découle de cette décision que seule l’utilisation du bois mort est permise. La demande de combustibles ligneux et l'offre potentielle durable ont été estimées puis cartographiées sur la base des données géostatistiques disponibles au lancement du projet. réalisée en 2009 par le projet SISA/SAP. |4 . ainsi qu’aux artisans. c'est-à-dire de définir ce qu’on appelle le bassin bois-énergie (BBE). des mesures restrictives interdisant provisoirement la coupe du bois vert destiné à l’usage domestique ont été prises par le gouvernement. 2011. Le but de cette analyse préliminaire était de produire une première évaluation prudente de la zone d'approvisionnement durable de N’Djamena en combustibles ligneux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména (63 pour cent).  6 Ministère de l’agriculture. combustible préféré de la plupart de ménages urbains. ainsi qu’à analyser les modes de consommation et le potentiel d'offre. Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» L'objectif principal de l'activité «WISDOM N’Djamena» est de contribuer à la formulation de la stratégie pour la FUPU de N'Djamena en clarifiant le contexte énergétique et en définissant le territoire sous influence de la ville pour l’approvisionnement présent et futur en combustibles ligneux. En effet. commerçants et industriels. Rapport général. est strictement interdit dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena en bois-énergie. face à ces dommages écologiques et depuis janvier 2009. Op. 2009. 8 AEDE.cit. Le charbon de bois. 2011.cit. 230 p. Plus spécifiquement. Depuis peu. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. bois de chauffe (36 pour cent) et gaz (1 pour cent).cit. de fournir une base pour la planification stratégique de la filière bois-énergie de la ville pour un approvisionnement durable en énergies de subsistance aux populations urbaines et rurales. 7 AEDE. pour la plupart. Ces mesures ont eu pour conséquence un fort bouleversement dans l’utilisation de combustibles domestiques par les ménages aussi bien urbains que périurbains qui. ont dû s’adapter d’une manière ou d’une autre pour faire face à cette «crise» du bois-énergie8.  L’approche analytique L'analyse est fondée sur la méthodologie WISDOM. ces données ont évolué. Op. République du Tchad. Op. D’après l’Enquête de vulnérabilité structurelle au Tchad6. L'approche analytique comprend deux phases distinctes:  L’évaluation WISDOM Rapide (EWR). malgré l’existence de sources de substitution. tout en réduisant la pression sur les ressources de la région. constituent une menace pour les ressources forestières7. 2011. Ces tendances. 9 AEDE. confectionné à partir de bois vert. 75 pour cent des ménages dans les zones urbaines continuent à utiliser le bois comme principale source d’énergie de cuisson. L’analyse WISDOM N’Djamena détaillée. Elle a également servi à délimiter la zone pour la collecte de données détaillées. accompagnées de la coupe abusive et anarchique du bois vert destiné aux ménages. l’objectif de cette étude est:  d'analyser la demande et l’offre potentielles en combustibles ligneux dans la région de N’Djamena afin d’identifier l’envergure géographique d’approvisionnement. Les nouvelles données géostatistiques sur l’offre et sur la demande récoltées par le projet9 ont été utilisées pour perfectionner l'évaluation et la cartographie du bilan offre/demande et le découpage définitif du BBE de N’Djamena.

Elle utilise une approche spatiale pour déterminer les zones excédentaires ou déficitaires en combustibles ligneux. FAO. |5 . 2003. 50. London . GCP/RAS/154/NET.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM L'approche méthodologique utilisée est fondée sur trois caractéristiques principales des systèmes boisénergie:  La spécificité géographique. sont spécifiques aux conditions locales10. Bogor Barat. M. et al. et Babacar. Trossero. 11 Leach. Biofuel consumption. etc. la demande s'adapte aux caractéristiques de l'offre. C. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM.-K. La demande et l'offre s'influencent mutuellement. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. M.B. mais aussi d'autres utilisations des terres (terres agricoles. ainsi que les impacts sociaux. Les modes de production et de consommation de bois de feu. deforestation. Rome. land and trees in Africa. Bangkok. les estimations quantitatives de la demande et de son impact sur l'environnement sont très incertaines. O.) contribuent de manière substantielle à l’approvisionnement en bois de feu et. L’hétérogénéité des sources d'approvisionnement. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). Indonésie. 53. Rome. 2002. R..-R. ECO-Consult-Agritchad. et doivent êtres évitées11. français et espagnol). Rédigé par Drigo. Les forêts ne sont pas les seules sources d’approvisionnement énergétique en biomasse ligneuse. Op. Rédigé par Drigo. économiques et environnementaux qui leur sont associés.-A. 2009. La capacité d'adaptation des utilisateurs. O. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). le Service des produits forestiers de la FAO (FOEI). Résultats globaux. en collaboration avec l'Institut d'écologie de l'Université nationale du Mexique. République du Tchad..-A. R. M. 1999.-P. Ainsi. ainsi que pour identifier les zones prioritaires d’intervention et les bassins d’approvisionnement des sites ciblés. agroforesterie. Arnold. Biomass and Bioenergy. En conséquence. vergers et plantations. Projet énergie domestique (PED). Unasylva 211. 10 Mahapatra. AEDE. A. and farm level tree growing in rural India. Trossero.   Dans le but d’analyser les différents aspects des systèmes dendro-énergétiques. Regional Wood Energy Development Program in Asia. à la fourniture de matières premières pour la production de charbon de bois. EarthScan Publications. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena.cit. R. D’autres paysages naturels. Masera et M. dans une moindre mesure. ainsi qu’à la disponibilité des ressources. and Mitchell. 2002. FAO. rangées d'arbres. Beyond the woodfuel crisis: people. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. 2003. and Mearns. charbon de bois et autres biocombustibles). Field doc. a conçu et mis en œuvre la méthode WISDOM. INSEED. arbres hors forêt. La cartographie intégrée WISDOM est un outil méthodologique de planification stratégique qui repose sur les techniques de système d’information géographique (SIG) pour combiner ou intégrer des informations statistiques et spatiales sur la production (offre) et la consommation (demande) de combustibles (bois de feu. vol. 88 p. H. 1988. haies. FAO/ Pays-Bas. FAO/RWEDP. Masera et M. Rédigé par Forster. Fuelwood revisited.-R. 2003. comme les zones arbustives. 1997. 12 FAO. un outil de planification spatiale visant à indiquer et délimiter les zones prioritaires ou «points chauds» des combustibles ligneux12. 17(4): 291-303. République du Tchad. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas. pp 36-40 (publié en anglais.

leur accessibilité physique et économique. page 8. Les couches thématiques portent sur la distribution de la population. Les produits de l'analyse comprennent des cartes thématiques sur les nombreux aspects qui composent la filière bois-énergie. la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation sélectionnés (analyse des bassins bois-énergie ou Woodshed). Rome. le stock et la productivité de la biomasse ligneuse. Prepared by Drigo. la définition du bassin d’approvisionnement de la ville selon les axes d’accessibilité et les quantités excédentaires et «commerciales» de biomasse ligneuse. Elle comporte deux phases successives d'analyse et plusieurs étapes spécifiques14. for the FAO Forestry Department-Wood Energy. l'offre potentielle en biomasse ligneuse de toutes les sources directes et indirectes (forêts. Prepared by Drigo. les probables scénarios sur le bilan entre l’offre potentielle et la demande et les zones d'approvisionnement définies en conséquence. FAO. WISDOM pour les villes. Plateforme WISDOM pour Bangui.: figure 1. Rédigé par Drigo. unités de bioénergie industrielle existantes ou éventuelles. Rome. L’approche WISDOM a été mise en œuvre dans de nombreux pays à travers le monde. M. WISDOM-East Africa. M. Rédigé par Drigo. sous la supervision de Trossero. la sélection des zones prioritaires d’intervention. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. villages. la consommation de bois de feu. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. et Gauthier. Phase 1. Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. Phase 2. R. 2009. Environment and Natural Resources Working Paper n°27. Analyse du BBE Cette deuxième phase de l'analyse utilise le résultat du WISDOM Base pour délimiter la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation choisis (villes. Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. R. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015. le développement du module sur la demande.). etc. Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. le développement du module sur l’intégration. R. 13 |6 . F. 2007.13. et Salbitano. le bilan offre/demande dans un contexte local d’auto-approvisionnement en bois de feu et dans un plus large contexte commercial. for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). Son application comporte cinq étapes principales:      la définition de l’unité spatiale d’analyse (cellule des cartes raster) et du niveau administratif d’analyse.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Les caractéristiques fondamentales de l’approche WISDOM sont l'analyse spatiale de:     la demande en la biomasse ligneuse (pour l’énergie et d’autres utilisations) dans tous les secteurs d'utilisation. terres agricoles. FAO. Son emploi comporte deux étapes additionnelles:   la cartographie du potentiel productif «commercial» (adapté aux marchés urbains et périurbains). Rome. 2008. FAO. FAO. R. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. 2006. 14 Cf. le développement du module sur l’offre. WISDOM Base Le but de cette phase d'analyse est de produire la carte du bilan entre l’offre et la demande pour l'ensemble du territoire de la zone d'étude. résidus industriels).

le bilan «local» dans un contexte qui représente l'horizon d’auto-approvisionnement des ménages ruraux et périurbains. Cet ensemble de données fournit une vision globale et géographiquement détaillée de la situation dans la zone d’approvisionnement de N’Djamena et révèle des éléments objectifs pour le zonage des interventions et la planification stratégique. Dans le cas d’étude de N’Djamena.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Afin de décrire la relation dans l’espace entre l’offre et la demande en bois-énergie. qui est fondé sur la fraction économiquement accessible du surplus local. qui sert de base à toutes les autres analyses. le bilan offre/demande a été effectué à trois niveaux:    le bilan «simple» au niveau de la cellule (ou pixel). Ce bilan sert à identifier les sources potentielles des systèmes de production de combustibles ligneux pour l’approvisionnement du marché de N’Djamena et d’autres villes. le bilan «commercial». |7 . la méthodologie WISDOM a été appliquée deux fois: une première fois pour une analyse rapide sur la base des données immédiatement disponibles pour définir la zone d’étude (EWR) et une deuxième fois de façon plus approfondie. sur la base des nouvelles données récoltées dans la zone d’étude (Analyse WISDOM N’Djamena détaillée).

Données socioéconomiques. Études locales. Futurs approvisionnements. Module d’intégration Zones déficitaires en combustibles ligneux.type (b. c. Classes adaptées à la production commerciale de combustibles ligneux. 7. 1. Productivité. 3-…-…-…-…… n-…-…-…-…- 5.). Zones prioritaires Par pixel. Aires protégées. Biomasse ligneuse par classe de couvert. 6. Scénarios futurs. . Module sur la demande Consommation de combustibles ligneux par: . Zones excédentaires en combustibles ligneux. Définition des zones d’approvisionnement durable de la ville. Population urbaine/rurale.secteur (résidentiel. |8 . Données géostatistiques 1-…-…-…-…2-…-…-…-…- 4. Analyse du bilan offre/demande par zones d’accessibilité. Projections. Module sur l’offre Couvert forestier.zone (urbaine/rurale). Occupation des sols. 3.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM.d.d. industriel. Approvisionnement commercial Formations productives. . Par unités administratives.f. Potentiel productif commercial et non-commercial. Sélection de l’unité spatiale Éléments d’image Unités administratives 2.b. commercial). Accessibilité physique. Bassin d’approvisionnement Accessibilité physique autour de la ville.

Évaluation WISDOM rapide |9 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 2.

.

19 Drigo. 17 Global Ecological Zone Maps. 24 Étude WISDOM globale.1. Frascati.cit. et al. M. Édition 2009. page 13. Arino. F. or more people in year 2000. Estimated travel time to the nearest city of 50. pour éclaircir le contexte général et donner une première définition du bassin d’approvisionnement de N’Djamena. FAO.. Huddleston. P. page 12. carte globale des zones écologiques17 et carte des zones protégées du Centre mondial de surveillance de la nature (WCMC) et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN)18. Op. et al. Voir figure 6. pour les noms et descriptions des cartes thématiques produites (page 61). M. l'analyse a couvert l'ensemble du pays.Products Description and Validation Report. GlobCover . IGARSS 2007. Italy. Op.000. Voir Figure 2. Geoscience and Remote Sensing Symposium. Dans cette première phase. page 14. A. Voir figure 9.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ÉVALUATION WISDOM RAPIDE CARTOGRAPHIE15 L’EWR a servi à produire une délimitation préliminaire de la zone d’approvisionnement de N’Djaména en boisénergie où concentrer la collecte de données détaillées sur les modes de consommation et le potentiel de l'offre. 2007. IEEE International. 23-28 July 2007 Bicheron. Voir figure 7. Module «Offre»   carte GlobCover (Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres)16. Pozzi. Rome. 20 Nelson. Voir figure 5. Rapport préliminaire pour la FAO. page 13. tableau A2. 18 World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (WDPA). carte de la distribution de la population23. Ataman. carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants20.     Module «Demande»   15 16 Voir annexe 2. for FAO Poverty Mapping Project. à l’aide d’une carte d’accessibilité physique. Voir figure 4. E. R.. carte du stock de la biomasse ligneuse19. Prepared by Salvatore.cit. 21 Étude WISDOM globale. n°24. Mapping global urban and rural population distribution. Étude WISDOM globale. page 14. page 12. 2005. O. GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. Environment and Natural Resources Working Paper.. utilisée comme base du module «Offre». 2009. Ensuite. Voir figure 8. Rome. carte de la productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible22. page 13. carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 200524. 2008. il a été possible de délimiter de façon préliminaire la zone d’approvisionnement de la ville. | 11 . Op. 2007. Phase 1-Module «Offre». B. Les données cartographiques et statistiques déjà élaborées pour le Tchad dans des études précédentes ont permis de produire un premier ensemble de cartes thématiques sur l’offre et la demande en bois-énergie et sur le bilan offre/demande. carte de la productivité de la biomasse21. page 13. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. Voir Figure 3. ESA-ESRIN. 2000. Ispra..cit. 23 Mise à jour FAO. and Bloise. 22 Étude WISDOM globale.

Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. 27 Étude WISDOM globale. date de référence 2006.cit. 28 Voir légende en annexe 1. Op.cit. Étude WISDOM globale. Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées de WCMC-IUCN.cit. carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena26. Voir figure 10.2.3 ha).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration»    carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel25. Op. | 12 . Voir figure 12. carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution moyenne et basse27. page 14. page 59. Version 2. 25 26 Étude WISDOM globale. page 15. Op. page 15. Voir figure 11. Analyse BBE Module «Offre» Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre»28.

3 ha).3 ha). Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.3 ha). | 13 . Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants. Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.

3 ha). Résolution: 30 secondes d’arc (pixel de ~ 8. | 14 . 29 Note relative aux figures 8 et 9: les formes visibles dans ces cartes correspondent aux unités administratives de recensement de la population. Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005. Le fait qu’elles soient visibles indique que l’algorithme de spatialisation n’a pas été très efficace pour le Tchad. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Module «Intégration» Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel.3 ha). En t/pixel en équivalent bois anhydre.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Demande»29 Figure 8: carte de la distribution de la population. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.3 ha).

| 15 .3 ha). Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Analyse du BBE Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena.

République du Tchad. plus réaliste. la zone 2 a été choisie comme référence pour les phases suivantes de l’analyse afin d’assurer une certaine marge de sécurité. 2002. qui s’étend à 300 km ou plus. et une seconde zone.9 km2)30. Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12. si la gestion des ressources est très intensive et utilise 100 pour cent de l’AAD.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA L’analyse préliminaire a permis de proposer une définition du bassin d’approvisionnement de la ville de N’Djamena (voir figure 12. 60 p. La zone relative à 70 pour cent de l’AAD. Zone relative à 100% de l’AAD 2. Les résultats de l’EWR indiquent une première zone minimale d’approvisionnement. page 15). Zone relative à 70% de l’AAD ~ 180 km ~ 300-400 km Surface totale 2 (km ) 71 000 171 000 Population urbaine 788 800 1 073 200 Population rurale concentrée dispersée 230 500 518 900 1 209 800 3 442 500 Soulignons que la surface de la zone 1 (71 km2) coïncide quasiment avec la surface de la zone originellement définie par l’AEDE comme bassin d’approvisionnement (72. Dans la mesure où l’objectif de l’EWR était de déterminer le territoire pour la récolte de données additionnelles. Deux zones ont ainsi été délimitées:   La zone relative à la totalité de l’accroissement annuel disponible (AAD). qui peut être suffisante à condition de privilégier un aménagement moins intensif et donc plus réaliste.A. | 16 . dans un rayon d’environ 180 km autour la ville. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena. 30 AEDE. Cette zone peut être suffisante. Distance de N’Djamena 1. ECO-Consult/Agritchad.

Analyse WISDOM détaillée | 17 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 3.

.

34 Cette carte couvre la zone d’approvisionnement de N’Djamena estimée dans le PED (1999-2004). ce qui correspond. page 59. College Park. Voir figure 15. Arino et al. Données cartographiques  carte GlobCover33. Cf. sa silhouette est visible en figure 13. Cf. Op. à la latitude de N’Djamena. INSEED. Version 2. les limites de ce territoire ont été déterminées par les tuiles de la carte du modèle digital du terrain utilisées pour l’étude de l’accessibilité. Découpage administratif Le niveau administratif d’analyse est celui des départements. Op. Bicheron et al.  carte internationale de la densité des arbres35. définie dans le chapitre précédent. Hansen et al. 33 Arino et al. Op. l’analyse a été conduite sur la base de la carte GlobCover31. fondé sur la carte fournie par l’INSEED présentant les statistiques démographiques du recensement 200932.: bref description en annexe 1. page 21. 37 AEDE. Cette résolution est de 10 secondes d’arc.cit. Module «Offre» DONNÉES DISPONIBLES Certaines données. Op.cit. 36 WDPA. ont été utilisées pour l’analyse WISDOM détaillée. page 21. 200237. Elles sont présentées ci-dessous.  carte des pentes et réseau routier. 2009. en page 20. 2003. Cf.  carte vectorielle de la végétation produite par l’AEDE avec des images Landsat de 200134. Données géo-référencées d’inventaire (voir figure 16. Voir figure 18.cit. page 20. qui ont été réparés afin de permettre les élaborations thématiques relatives à la population et à la consommation.: bref description en annexe 1. 32 31 | 19 .  Inventaires détaillés des Villages «VERT»38 (données utilisées dans le processus de validation).cit. les résultats de la carte par rapport aux résultats d’inventaire (page 73). 500m MODIS Vegetation Continuous Fields.cit. qui définit par conséquence la résolution spatiale de toutes les cartes thématiques produites en format maillages (raster). page 20):  Inventaire général de l’AEDE.cit. Détail spatial d’analyse En absence d’une carte d’occupation des sols récente et plus détaillée. le territoire considéré pour l’analyse détaillée a été découpé autour de la zone 2.cit. Voir figure 3. à des cellules de 306 m x 306 m ou de 9. Voir figure 17.3 hectares.à 500m de résolution.. 38 Village exploitant rationnellement son terroir. date de référence 2006. page 12. Op.: annexe 5. 2002. page 59.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE Base cartographique d’analyse Selon le résultat de l’EWR. 35 MODIS Tree Cover map . Op. page 20. disponibles pour toute ou partie(s) de la zone d’étude. Voir figure 14.2. D’un point de vue pratique. B. Op. Maryland: The Global Land Cover Facility. Cette carte présentait des éléments cartographiques peu cohérents (des espaces vides entre les polygones). Bicheron et al.  carte internationale des aires protégées36. 2009..

Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Figure 15: carte de la végétation AEDE.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur). Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE. Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre». | 20 .3 ha). 2002-2004. 2002.

Paramètres de stock. page 20. Après ré-échantillonnage à 10 secondes d’arc. page 20). | 21 . Figure 18: carte des pentes* et réseau routier. comme montre dans le tableau 2. la classification GlobCover originelle a été réduite à 10 classes. comme expliqué en annexe 1 (page 59). Dans une première phase. L’échantillonnage comprenait 320 groupes de 4 placettes systématiquement distribuées sur la zone d’étude AEDE (voir figures 15 et 16. cartographie du stock et de la productivité sur la base (i) des classes d’occupation des sols. page 23. des paramètres moyens de stock et de productivité de biomasse ligneuse. la carte d’occupation des sols GlobCover a été choisie comme base d’analyse. Les valeurs des groupes ont ensuite permis de calculer les valeurs moyennes par classe d’occupation des sols.  Carte-base d’occupation des sols. la procédure d’analyse a suivie les étapes suivantes:   élaboration de la carte-base d’occupation des sols. les valeurs moyennes relatives aux groupes ont été calculées sur la base des placettes individuelles. Les valeurs moyennes de stock de biomasse ligneuse pour les classes d’occupation des sols sont estimées sur la base des échantillons de l’inventaire général conduit par l’AEDE en 2003-2004. estimation. * Dérivée du modèle numérique du territoire à 6 secondes d’arc.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré). Pour mieux exploiter les échantillons de l’inventaire de l’AEDE et faciliter la procédure d’estimation des ressources ligneuses. sur la base de données d’inventaire. Suite à l’analyse des convergences et divergences entre les différentes sources cartographiques et d’après les résultats d’ensemble de l’inventaire de l’AEDE 2002. La carte «réduite» à 10 classes est montrée en figure 15. (ii) des valeurs dérivées des inventaires et (iii) des valeurs de pourcentage du couvert arboré de la carte MODIS TC. à associer aux classes d’occupation des sols de la carte-base. PROCÉDURE D’ANALYSE En considérant les données disponibles.

Les valeurs moyennes de stock fournissent une idée du montant total de la ressource. La comparaison entre les valeurs de stock et la productivité produites par l'AEDE et celles produites par notre analyse est présentée dans le tableau 4.4 millions de m3) est probablement due à l'influence de la carte d’occupation des sols utilisés. des formations arborées et arbustives. Pour la plupart des pays africains. La différence du stock total (50. Notable. les valeurs de pourcentage de couverture de la carte MODIS Tree Cover41 ont été utilisées come valeur de spatialisation (proxy values). Op.cit. Les valeurs de productivité utilisées dans le rapport d'inventaire de l’AEDE font référence aux inventaires forestiers réalisés dans les régions comparables par d’autres institutions39. sont présentées dans tableau 3. Drigo. tableau A2. page 24. et la figure 19.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Paramètres de productivité. mais les valeurs locales de la biomasse varient selon les valeurs locales de couverture des arbres estimées par la carte MODIS Tree Cover. page 24. En absence de données locales. Cirad-Forêt. et la figure 20. Cartographie du stock et productivité. montre le résultat de la procédure sur l’ensemble du territoire d’étude. est la forte correspondance dans l’estimation de la productivité (pour la variante moyenne). en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. moyenne et maximale. Les valeurs de stock utilisées sont reportées dans le tableau 2.8 millions de m3 contre 55. De la sorte. qui sont les seules sources de données fiables pour l'estimation de l'accroissement annuel moyen (AAM). 2009. l’inventaire de l’AEDE 2002-2003 n'a pas évalué la productivité. la productivité durable des formations naturelles est un paramètre moins connu que le stock. qui est de 3. Or. page 23. Op. associées aux classes d’occupation des sols selon les différentes variantes. | 22 . et donc pour moduler les valeurs de stock et de productivité à l’intérieur des classes. module «Offre». mais ne représentent pas la grande variabilité de densité de la végétation qui caractérise ces formations (spécialement dans les grandes catégories de la carte-base).3 millions de m3 pour les deux études. fondées sur des observations de terrain dans le monde entier incluant des données sur l'âge des peuplements forestiers. l'estimation de l'AAM des formations ligneuses naturelles a été fondée sur les équations qui permettent de déterminer l’AAM à partir du stock (en pourcentage du stock).2. développées pour le module «Offre» de l’analyse WISDOM globale effectuée par la FAO40. Les valeurs de l’AMM pour la variante moyenne sont reportées dans le tableau 3.cit. page 23. ont permis de produire des estimes provisoires des valeurs d’AAM minimale. Ces équations. Ces valeurs de l'AAM. 39 40 CTFT. page 63. etc. la valeur totale de biomasse pour chaque classe reste la même («valeur moyenne» x «surface de la classe»). page 23. en raison de l'absence de placettes-échantillons permanentes. et en quelque sorte encourageante. ou l’AAM. page 24. ainsi que sur la biomasse (ou volume). montre le résultat de la procédure. Les étapes de l’analyse SIG et les produits intérimaires sont listés et décrits en annexe 2. 41 Hansen et al. Pour représenter cette variabilité.

8 2.675 4.970 77.504 0 0 0 0 123.710 712 98.331 33.675 4.309 3.5 1. AAM Stock m.3 0. page 20).309 3.958 24. 9.3 7.48 12.3 14.1 1.532 56.601 2.94 4.235 % 70.24 AAM total ‘000 t 1.0 0.050 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude.8 # groupes de 4 placettes 16 8 51 171 5 64 2 1 0 2 320 Volume total en 3 m /ha 15.6 79.s.861 0 0 0 0 216. Voir les formules appliquées en annexe 2.5 80.802 262.090 56 2.0 0.3 0.224 19.504 0 0 0 0 123.434 40.4 86.381 Volume total en tons/ha Stock kt m.0 1.166 624 7. Code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain .309 58.329 358 4.0 0.986 32.057 408 56.057 408 56.970 77. (Voir figure 13.1 82.986 AAM % du stock % 4.958 24.1 1.0 0.2 9. page 63.2 5.infrastructure Eau km2 32.27 9.0 17.s. page 20).3 2.532 56.802 262. m.331 33.0 Stock '000 m3 50.147 58 416 0 0 0 0 6.0 0. | 23 .0 1.0 2.0 29.7 2.050 ‘000 t 29.059 1.0 0.9 4. Carte GlobCover révisée à 10 classes (voir figure 13.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 2: valeurs de densité.62 6.0 0. volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude.5 4.329 358 4.9 79.090 56 2. simp code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain infrastructure Eau km 2 MODIS TC% 14.6 Note: l’AAM a été calculé en appliquant les fonctions aux valeurs des pixels de la carte du stock (t/ha).s. tableau A 2.434 40.7 1.224 19.2 (Module Offre).2 84.44 16.576 AAM physiquement et légalement accessible AAM % accessible Accessible ‘000 t 917 43 2.301 53 2.0 1.806 48 362 0 0 0 0 5.

Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse. | 24 . Zone AEDE (AREA km : 74.000 3.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations WISDOM et celles de l’AEDE.Moyenne MAI MAX Productivité .440 '000 m 50. (Limitée à la zone cartographiée par l’AEDE présentée dans la figure 14.Maximale Productivité «AEDE» INV AEDE production par strate production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 5 cm production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 10 cm 2 '000 t MS/ an 1.doc (depuis données Forster). page 20).Minimale MAI MED Productivité .342 4.926 3.478 3 '000 m / an 1.753 55.043 1.359 6.289) Stock Stock «WISDOM» Stock «AEDE» Productivité «WISDOM» MAI MIN Productivité . Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse.071 3.479 3 Source: Rap IFG Res 05.820 3.

Cette analyse a été fondée sur les couches de données suivantes:  la carte du réseau routier fournie par l’OCHA Tchad. Selon l'édition 2009 de la base de données WCMC-UICN des aires protégées. page 26. page 23. La carte de synthèse de l’accessibilité légale et physique est représentée par la figure 21. L’attribution de valeurs de pourcentage accessible a été définie sur la base de considérations pratiques. accessibilité estimée à 50 pour cent). il existe seulement une aire protégée internationale proche de N’Djamena: la réserve nationale de la faune de Mandelia (catégorie IUCN IV.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACCESSIBILITÉ LÉGALE ET PHYSIQUE  L'accessibilité légale. face à l’AAM total.  le modèle numérique de terrain (200 m de résolution) transformé en une carte des pentes. L'accessibilité de chaque cellule de la carte raster a été calculée en appliquant une analyse «cost-distance». L'analyse de l'accessibilité physique des ressources de la biomasse ligneuse a été fondée sur la carte des routes et autres voies de communication et sur la carte des pentes dérivée du modèle digital du terrain à 6 arc-secondes de résolution (env. Les autres aires protégées se trouvent aux extrêmes sud et sud-est de la zone d’étude et comprennent le parc national de Manda (catégorie IUCN II. L’AAM estimé accessible. accessibilité estimée à 0 pour cent). L'accessibilité physique.  la carte des lieux habités. PRODUCTIVITÉ ACCESSIBLE Appliquée à la carte de productivité annuelle de biomasse ligneuse. Le résultat brut de l’analyse «cost-distance» a ensuite été segmenté en classes d'accessibilité (en pourcentage accessible) exprimant la fraction de la ressource supposée accessible dans chaque pixel. accessibilité estimée à 50 pour cent). et les réserves nationales de la faune de Siniaka-Minia et de Binder-Léré (catégorie IUCN IV.  | 25 . 200 m). page 26. sont reportés dans le tableau 3. la carte d’accessibilité a permis d’estimer et de localiser la productivité qui peut être considérée comme accessible tant du point de vue légal que physique. montrée dans la figure 22.

VALIDATION DE L’OFFRE Les fiches de terrain d’inventaires des Villages «VERT» (2004).  Ces contraintes ne permettent pas une validation exhaustive des produits de l’analyse WISDOM.5 tonnes par hectare fourni par les inventaires. sont concentrés dans une zone relativement proche de N’Djamena et couvrent des surfaces plutôt limitées. disponibles auprès de l’AEDE. à comparer au résultat de 5. sur l’ensemble du territoire inventorié. page 28.3 pour cent.s. avec un coefficient de corrélation relativement faible de 0. page 27.6 tonnes par hectare (m. Les paramètres mesurés dans ces inventaires permettent d’estimer les volumes sur pied (et donc le stock). la comparaison village par village montre des écarts plus forts. pour la validation au moins partielle des résultats du module «Offre». et. ont été saisies et traitées pour servir de référence à toutes utilisations futures et. mais ne donnent aucun élément pour estimer l’accroissement. l’écart s’élève à seulement 2. Ces résultats montrent que. En revanche.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale. les inventaires détaillés des Villages «VERT» présentent les contraintes suivantes:  Les territoires intéressés par les inventaires.). La comparaison des valeurs de stock de biomasse ligneuse sur pied selon les inventaires des Villages «VERT» et selon la carte WISDOM (limitée aux surfaces inventoriées) est reportée dans le tableau 5. Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne). sous forme graphique dans la figure 24. | 26 . Par rapport au processus de validation. page 27. la carte WISDOM est assez précise: avec une valeur de stock moyenne de 5. dans l’immédiat. visibles dans la figure 23. une comparaison entre le stock mesuré sur le terrain en 2004 et la carte de stock de biomasse ligneuse a permis de produire des indications utiles sur la fiabilité de la carte. Cependant.48.

7.4 5.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Ces résultats confortent la validité de l’étude WISDOM pour l’estimation de la ressource en bois à petite et moyenne échelle.8 7.6 5.5 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT». Placettes WISDOM Villages «VERT» # 1 2 4 5 6 7 8 9 Tokoni Karnak Kinkrena 110 162 160 t/ha m. Ces résultats indiquent également une faible précision à grande échelle.0 2.s.6 t/ha m.8 4.1 3.6 8.5 2 8. Stock Stock AEDE inv. Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT». qui ne permet pas l’utilisation de la carte WISDOM au niveau opérationnel et local et renforce la conclusion que la création d’une nouvelle carte détaillée d’occupation des sols est absolument prioritaire. 11.1 2.8 5 1.0 6.5 3.6 4.s.6 4. Village BougoumenII 83 Torona Salamtini Amkhamsa Bougdour 16 68 54 48 97 798 14 Gourlong Total | 27 .7 5.7 6. et donc son aptitude à soutenir la formulation d’une stratégie boisénergie.

0 Stock (t/ha m. C’est pourquoi les résultats du recensement 2009 restent la référence principale. La population. données SISA-SAP sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiel. a été utilisée pour la distribution de la population à l’intérieur des départements (voir figure 26.0 8.cit. À noter que la date de cette carte et la procédure de sa création sont inconnues. La carte des lieux habités (villages)42. commercial.   recensement 2009. 2011. partiellement. Valeurs moyennes de stock par hectare Etude WISDOM contre Inventaires détaillées Villages VERT 14 Stock (t/ha m. qui contient les coordonnées et les noms des centres peuplés. présente en figure 25.0 4. constitue le paramètre le plus important. en attente des résultats définitifs (probablement en 2012). en milieu rural. page 30). données par département.  La carte des départements fournie par l’INSEED (correspondante aux données démographiques du recensement 2009).0 6. public et industriel à N’Djamena en milieu urbain et périurbain et. page 30. Les données utilisées sont les suivantes. Cette carte.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT».0 2.) selon inventaires detaillées Villages VERT Module «Demande» L‘objectif du module «Demande» en combustibles ligneux est d’analyser.43 42 43 Fournie par l’OCHA Tchad. d’estimer et de cartographier la consommation de biomasse ligneuse à finalité énergétique dans les secteurs résidentiel. seuls quelques résultats préliminaires au niveau des départements étaient disponibles au moment de l’étude.) selon WISDOM 12 10 8 6 4 2 0 R2 = 0. Cartographie. et sa distribution sur le territoire.0 10. Pour une analyse complète et détaillée.s. Op.s.4846 0.  Données démographiques et de consommation de combustibles ligneux. Cependant. | 28 . public et industriel. voir AEDE. commercial.

AEDE. Sachant qu’un kilo de charbon correspond à sept kilos de bois carbonisé44. chaque individu de N’Djaména consomme en moyenne 1. qui a été utilisée comme indicateur de spatialisation de la population à l’intérieur des unités administratives. Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois. un habitant de N’Djaména consomme en moyenne 1. associées à la carte des départements et des chefs-lieux de départements. qui était à N’Djamena le combustible principal pour près de 80 pour cent des ménages avant la mesure d’interdiction.03 kg de charbon de bois par jour. ce qui correspond à 493 kg de bois (séché à l’air) par an45. page Erreur ! Signet non défini. Op. décrite en tableau 7. 46 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE. Op. 2011..cit. est issue de ces résultats. elles ont permis de distribuer la population urbaine des départements. du gaz (avec 7 pour cent d’augmentation) et du pétrole lampant (avec 6 pour cent d’augmentation). montre les nouvelles données démographiques 2009 par département.cit. auquel nous faisons référence pour tous détails. Les résultats de l’enquête montrent que le charbon de bois. conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP46. page 29). 2002. Également fort a été l’impact sur les prix des combustibles ligneux. page 30). occupe une place assez marginale actuellement: seuls 13 pour cent des ménages l’utilisent (cf. L’incidence de l’interdiction de la coupe du bois et de la production du charbon de bois (adoptée en janvier 2009) sur la consommation des combustibles domestiques est considérable. Cet abandon du charbon de bois se fait au profit du bois. La consommation par personne relative au secteur domestique dans les différents milieux. 2011.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména CARTE DE DISTRIBUTION DE LA POPULATION La carte en figure 25. En comparant les résultats des enquêtes de l’AEDE 2010 et 2011. Utilisation des combustibles principaux avant la mesure d'interdiction % de ménages qui l’utilise 80% 57% 12% 19% Utilisation actuelle des combustibles principaux % de ménages qui l’utilise 13% 79% 19% 25% Combustible Charbon Bois Gaz Pétrole 44 45 Rapport de carbonisation. qui a vu son utilisation augmenter de 22 pour cent. CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DU SECTEUR DOMESTIQUE La distribution de la consommation du secteur domestique a été fondée sur les résultats des enquêtes sur la consommation de bois-énergie à N’Djaména et ses alentours.: tableau 6. page 30..14 kg de bois de feu par jour et 0. | 29 . Le deuxième élément est la carte des lieux habités (figure 26. AEDE. CONSOMMATION DES COMBUSTIBLES DOMESTIQUES D’après les enquêtes sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiels. Op.cit. on observe que le prix du bois de feu a été multiplié par 3 (de 3540 à 116-132 CFA/kg) et celui du charbon par 5 (de 100 à 500 CFA/kg).35 kg de bois par jour.

s. 49 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE. FAO.70 493 404 m de bois / hab. annexe 4. meubles.57 3 milieu urbain de N’Djamena 0.cit.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service. 2010./hab. auquel nous faisons référence pour tous détails. Figure 26: carte des lieux habités ou villages. et chefs-lieux des départements. Rome./an milieu périurbain de N’Djamena et chef-lieu départementales 0. 2011.2 69. : facteurs de conversion./an kg bois séché à l'aire/hab. page 31. CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DANS LE SECTEUR INDUSTRIEL COMMERCIAL ET PUBLIC La carte de la consommation dans les secteurs industriel. Ces valeurs sont résumées dans le tableau 8. Consommation par personne Combustibles ligneux 3 47 Bois de service 48 (estimation) milieu rural 0. Op. avec données de population 2009. 48 Référence à la consommation de bois de service (construction. recensement 2009. Rédigé par Drigo. commercial et public a été fondée sur les résultats des enquêtes conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP49.. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur . Source: OCHA. Environment and Natural Resources Working Paper. L’interdiction de la production de charbon de bois a pour effet que la consommation dans ces secteurs est actuellement totalement basée sur le bois de feu. 2011. en milieu rural et périurbain) 0.7 0.122 85. et Codipietro.) en milieu rural en West Darfur.90 630 516 (appliqué à la pop. | 30 . Selon l’information disponible. la consommation dans les secteurs commercial et public représente à-peu- 47 Valeurs de biomasse ligneuse incluant le bois de feu et l’équivalence en bois de charbon (cf./an kg bois m. page 71). Source: INSEED.76 535 438 Figure 25: carte des départements. R.8 Valeurs/m 1 0. P. etc.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména près 3 pour cent de la consommation domestique en milieu urbain.276 507 14. Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs. Pour estimer la consommation totale. commerce ou institution publique Préparation de boissons alcoolisées (cabarets) Grillades Restaurants Total Briqueteries Maison d’Arrêt Consommation de combustibles ligneux en tonne de bois (séché à l’air) /an 8. Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel. Op. 50 AEDE. Secteurs enquêtés Industrie. il est donc nécessaire d’augmenter la consommation domestique du milieu urbain d’environ 5 pour cent. La consommation des briqueteries représente (très approximativement) 2 pour cent supplémentaires. page 31. comprenant les usages énergétiques et bois de service. 2011.220 365 Commercial Industriel Public La carte de distribution de la consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs est disponible en figure 27. | 31 .287 12.cit. commercial et public en N’Ndjamena50.504 5.

page 33. ce fait ne présente aucun problème. qui analyse le bilan offre/demande dans un contexte local de 6 km. par département par exemple. Ce détail permet d’apercevoir l’effet de l’analyse locale par rapport au bilan «simple». l’offre potentielle est supérieure à la consommation. deux types de bilan offre/demande ont été produits en relation avec les deux contextes principaux qui caractérisent la filière bois-énergie:   le contexte «local» d‘auto-approvisionnement des ménages et des petites industries rurales. toutefois. puisque la cellule (ici 300 m) est trop petite pour représenter la relation entre la production et la consommation. BILAN LOCAL Le bilan «simple» est utilisé pour calculer le bilan «local». et. il souligne que le bilan simple ne permet pas de percevoir la réalité du terrain. Ces éléments sont: 51 Les résultats du bilan simple par département et par zone FUPU sont disponibles en annexe 3. Il convient de noter que les résultats du bilan «simple» et du bilan «local».51 Dans les phases suivantes du module «Intégration». page 69. présente ainsi le résultat du bilan «local» sur l’ensemble de la zone d’étude. une cellule est communément soit une unité de consommation. considéré comme l'horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux. En général. Le bilan simple est plus théorique que pratique. La figure 28. il est fondamental pour les phases ultérieures de l'analyse. dans le département de Mayo Lemié. et le contexte «commercial» des marchés de bois de feu et de charbon de bois qui servent les ménages et les industries en milieux urbain et. les lieux habités sont représentés par des points et. BILAN SIMPLE Le premier bilan est calculé au niveau de cellule (pixels) de la carte trame. ne montrent pas de différences significatives. Au niveau de calcul du bilan. la valeur de la cellule est positive (condition de surplus) si. périurbaines. soit une unité de production potentielle. Dans le bilan simple. le module «Intégration» a pour objectif d’analyser le bilan entre l’offre potentielle et la demande. Une contribution importante du bilan «local» est de mettre en évidence les éléments de base de la filière commerciale des combustibles ligneux. périurbain. De plus. dans notre cas d’étude. | 32 . ainsi qu’un détail du bilan «simple» et du bilan «local» sur l’entourage de Guelendeng. Néanmoins. le bilan simple représente la relation entre l'offre et la demande au niveau le plus détaillé. Pour chaque cellule de la carte. par conséquence. partiellement. et la consommation totale de biomasse ligneuse dans la cellule correspondante de la carte de la demande. la consommation d’un village entier est localisée dans une cellule unique.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena Après les modules «Offre» et «Demande». Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont vraiment déficitaires ou excédentaires.3. dans les cellules correspondantes. lorsqu'ils sont totalisés. et elle est négative (condition de déficit) si l’offre potentielle est inférieure de la consommation. partiellement.3. tableau A. le bilan (en kilogramme de biomasse ligneuse par cellule) est le résultat de la différence entre:   l'offre potentielle accessible dans la cellule correspondante de la carte de l’offre accessible.

sans limitations. Dans la carte du bilan «simple» (en haut à gauche). | 33 . des futures centrales à biomasse. L’impa ct des villages devient visible dans le bilan «local» (en bas à gauche). BILAN COMMERCIAL Les bilans «simple» et «local» impliquent l'utilisation de la productivité durable totale. où les ressources en bois dépassent la demande locale et qui pourraient ainsi alimenter une filière commerciale. ainsi qu’à des fins d'exportation. comme ceux des zones urbaines. qui ne disposent pas des ressources suffisantes et immédiatement accessibles. et les aires excédentaires. Cette hypothèse peut être raisonnable pour la collecte de bois de feu par les ménages. Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km). Note: les «x» dans les cartes à gauche localisent les villages. son but est de permettre l’estimation de la ressource en bois effectivement disponible pour l’approvisionnement de N’Djamena et de contribuer ainsi à la délimitation du BBE de N’Djamena. la présence des villages n’est pas visible parce qu’ils sont représentés par des cellules individuelles (pratiquement invisibles). Le bilan «commercial» est analysé dans le but de déterminer plus précisément la zone réelle d'approvisionnement durable des grands marchés de combustibles ligneux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména   les aires déficitaires. Dans ce cas. selon la quantité de bois consommé dans les villages et l’offre disponible dans le rayon de 6 km. mais elle ne peut pas être appliquée pour la filière commerciale.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména En fait.1. page 35. certains niveaux minimaux de déficit peuvent aussi être considérés comme non-influents pour la filière commerciale. sur une période de rotation de 15 ans. En même temps. Surplus majeur de 300 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 300 et < 200). En appliquant l'analyse BBE aux scénarios d’offre/demande décrits ci-dessus. les seuils minimaux de productivité (et de stock à la fin de la période de rotation). L’analyse BBE a été conduite à l’aide d’une nouvelle carte d’accessibilité de N’Djamena.5 tonnes ou 7. page 67. dont les résultats sont présentés en annexe 3. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 1. La difficulté réside dans la définition de ces seuils. tels que les résidus agricoles et/ou par une majeure économie de consommation du bois disponible. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 4. À noter que. Si le surplus (excédent disponible après l’approvisionnement local) apparaît en-deçà d’un certain seuil. Ces seuils devraient être évalués en consultation avec des informateurs qualifiés. | 34 .2 m3 de bois. la production commerciale de charbon de bois et de bois de feu en dessous d'une concentration minimale de tiges et les branches n’est pas économiquement viable. il ne peut être considéré économiquement accessible. conditionnent fortement la dimension du territoire d’approvisionnement et la distance des zones de prélèvement de N’Djamena. Dans ce cas. sur une période de rotation de 15 ans. À noter que. sur une période de rotation de 15 ans. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 200». qui a été produite sur la base de la carte de l’accessibilité physique déjà présentée dans le module «Offre». tandis que les statistiques des surfaces impliquées par département sont rapportées dans le tableau A3. Surplus majeur de 200 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 200 et < 200). page 36):  Surplus majeur de 100 kg et déficit majeur de 100 kg/ha/an (bilan «local» > 100 et < 100).3. qui déterminent l’accessibilité économique des ressources. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 300».8 m3 de bois. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 3 tonnes ou 5.   Redéfinition du BBE Les bassins d’approvisionnement relatifs aux bilans décrits ci-dessus ont été découpés suivant la procédure BBE qui permet de calculer le bilan dans des portions de territoire progressivement plus éloignées autour de la ville de N’Djamena. les charbonniers et les producteurs de bois de feu. dont les résultats sont présentés dans le tableau 11. les zones d'approvisionnement se référant à chacun d'eux ont été déterminées. Les contours des zones par rapport aux scénarios du bilan «local» et des deux bilans «commerciaux» sont présentés dans la figure 30.6 m3 de bois. en annexe 3. par exemple. À cause de la faible densité des formations forestières. La carte d’accessibilité de N’Djamena et la zone dans laquelle le bilan «local» devient positif sont présentées figure 29. Les conditions faiblement déficitaires peuvent être compensées par des combustibles alternatifs. jusqu’à l’achèvement d’un bilan positif.5 tonne ou 2. En attente de valeurs fiables de seuils et dans le but d'évaluer leur effet sur la définition du BBE. page 36. page 69. page 44. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 100». les seuils suivants ont été appliqués (voir aussi figure 30. tableau A3. tels que les opérateurs commerciaux de combustibles ligneux.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite. | 35 . l'accessibilité économique des ressources est un facteur déterminant pour la durabilité du système d'approvisionnement. les limites de prélèvement passent de 250 à 350 km de N’Djamena. Avec ce changement de seuil. Comme le met en évidence la figure 30. Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement. comporte une augmentation considérable du bassin d’approvisionnement. le bilan local). En outre. dans les régions du Kanem et du Lac. par rapport à 200kg/ha/an. il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena. et le seuil de 300 kg donne des garanties nettement meilleures à cet égard. Du côté de la demande. l’adoption d’un seuil minimal de productivité de 300 kg/ha/an. dans ce cas.

BBE à bilan «simple» (ou «local»). 3 . Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena DÉFINITION DES TERRITOIRES Les résultats de l’étude ont permis de découper le territoire du projet en plusieurs strates qui. 4 .BBE à bilan «commercial >300». page 37.BBE à bilan «commercial >200». Les zones considérées.Zone urbaine.s. Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km.) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an. À peu près 40 km au-delà de la zone urbaine (nouvelle définition depuis les enquêtes sur la consommation SISA/SAP). Zone délimitée par les arrondissements. Territoire dans lequel la productivité totale (accroissement annuel accessible) correspond à la consommation totale. présentées dans la figure 31. 5 . Environ 20 km au-delà de la zone urbaine (définition préliminaire adoptée par le Projet FUPU).Zone périurbaine jusqu’à 40 km du centre-ville.) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an. | 36 . Ce bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 200 kg/ha/an (m. sont: 0 – Centre-ville. Zone délimitée par les quartiers.Zone périurbaine jusqu’à 60 km du centre-ville. 1 . 2 . à partir du centre de N’Djamena.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an. représentent les différentes zones d’intérêt pour la formulation d’une stratégie de FUPU. Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km.s. 6 . Ce deuxième bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 300 kg/ha/an (m.

Par exemple. regardons le tableau des superficies A3. le total présente un déficit de -78 232 tonnes de matière sèche. nous retrouvons les valeurs de consommation (tableau 9). dans la zone 2 il est de -4 970. Dans les cases correspondantes. les valeurs en rouge signalent les zones déficitaires. à partir de la page 67. comme montré figure 31. Par exemple. Ce département s’étend de la zone 1 à la zone 4 et les valeurs sont toutes déficitaires. en noir les zones excédentaires. Les deux dernières lignes donnent les totaux du bilan dans chaque zone FUPU (total par zone) et la valeur cumulative à partir du centre-ville (zone 0). Les lignes représentent le découpage des départements et les colonnes représentent le découpage des zones FUPU. 275 km2 à la zone 1 (urbaine) et 26 km2 à la zone 2 (périurbaine jusqu’à 40 km). l’annexe 3. | 37 . dans les autres tableaux. le bilan «commercial > 300» est de -54 959 tonnes de matière sèche. dans la zone 3 il est de -14 699 et dans la zone 4 il est de -3 605. Dans le tableau 9 et suivants. et choisissons la ligne du département 701 «Ville de N’Djamena». regardons le tableau 12 sur le bilan «commercial > 300» et choisissons la ligne du département 602 «Chari». etc. les résultats de l’analyse sont présentés par zone FUPU et par département. de productivité accessible (tableau 10). Les valeurs dans les cases de la matrice font référence aux croisements entre ces deux découpages. Comment lire les tableaux de résultats: Les résultats sont présentés sous forme de matrice entre les unités administratives (départements) et les zones FUPU de 0 à 6. Pour un encadrement général de la zone d’étude. à partir de la page 42. La dernière colonne nous donne les totaux du bilan «commercial > 300» de tous les départements (ou portions de départements inclus dans la zone d’étude). en annexe 3. Dans la zone 1 (urbaine) de ce département. ci-dessus. reporte les statistiques relatives aux surfaces et à la distribution de la population.1. Dans les tableaux sur le bilan offre/demande.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse. Pour le département de Chari. Les valeurs le long de la ligne nous disent que 51 km2 de ce département appartiennent à la zone FUPU 0 (centre-ville).

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

LA DEMANDE EN BIOMASSE LIGNEUSE La distribution de la consommation par département et par zone FUPU est montrée dans le tableau 9, page 42. L’utilisation de bois de feu et de charbon de bois par les secteurs domestique, commercial, industriel et public dans la zone urbaine de N’Djamena (Zones 0 et 1) porte la consommation annuelle estimée à 427,087 tonnes de biomasse ligneuse (m.s.)52, comme indiqué dans le total des deux premières colonnes du tableau 9 (centre-ville + zone urbaine). Dans le territoire d’influence de N’Djamena, la consommation urbaine s’ajoute aux consommations de bois par les populations périurbaines et rurales pour l’énergie et d’autres usages (bois de service). Dans le territoire où la productivité potentielle et la consommation de biomasse ligneuse se contrebalancent (zone 4, bilan «simple» ou «local»), la consommation totale est de plus de 1,3 million de tonnes. Des considérations sur l’accessibilité économique de l’offre portent à augmenter encore le territoire d’approvisionnement et, par conséquence, à inclure les consommations d’autres villages. Dans un scenario plus étendu (zone 6, BBE commercial «>300»), le bassin d’approvisionnement inclue une consommation totale annuelle de quasi 2,5 millions de tonnes. En plus de N’Djamena, il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena, dans les régions du Kanem et du Lac. Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement. La demande domestique est responsable de la plus grande partie de la consommation (entre 90 et 95 pour cent). L’utilisation de bois de service est considérée très faible en milieu urbain et périurbain, mais est estimée, en milieu rural, à 7-8 pour cent du total. Les autres usages couvrent environ 5 pour cent de la consommation totale en milieu urbain et deviennent négligeables en milieu rural. L’OFFRE EN BIOMASSE LIGNEUSE  L’offre limitée au bois mort. La situation imposée par les mesures restrictives interdisant la coupe du bois vert pour la carbonisation ou pour le bois de feu, prises par le gouvernement en 2009, mérite une analyse approfondie. L’impact des dispositions sur la condition de vie des ménages urbains est certainement très fort, surtout sur la population plus pauvre qui n’a pas les moyens d’acheter des combustibles alternatifs et qui est obligée de payer un prix trois fois plus élevé qu’auparavant pour le bois de feu, ou simplement de réduire sa consommation de bois avec des conséquences probablement négatives sur la cuisson des repas, la potabilisation de l’eau, etc.53 Du point de vue environnemental, les données actuellement disponibles permettent seulement une évaluation grossière du stock en bois mort. Sur la base de l’estimation faite par l’AEDE54, le bois mort représente 4 pour cent du stock total en bois. En appliquant ce pourcentage au stock total du pays, la disponibilité de bois mort peut satisfaire la demande du pays pour une période de 4 à 8 ans seulement, période qui

52 53

Matière sèche. Cf.: annexe 4, page 71, pour les facteurs de conversion appliqués. AEDE. 2011. Op.cit., sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. 54 AEDE. 2002.Op.cit.

| 38

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

peut s’étendre à 6-10 ans en considérant le probable taux de mortalité (et donc de croissance de la ressource disponible) et la réduction de la demande conséquente aux restrictions. La situation est certainement pire dans la zone d’influence de N’Djamena, étant donnée la grande demande de la ville. Dans une perspective de durabilité, la situation ne présente aucune chance: le taux de mortalité peut couvrir entre 20 et 50 pour cent de la consommation annuelle, avec un bilan négatif (la demande dépasse l’offre) entre 2 et 3 millions de tonnes (boiséquivalent anhydre), selon le taux de mortalité adopté. Par conséquence, le développement d’une stratégie bois-énergie à moyen/longue terme doit se fonder sur l’aménagement durable de la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse, et non seulement sur le bois mort disponible. C’est pourquoi l’analyse de l’offre et toutes les conclusions de l’étude WISDOM se référent à la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse, et non seulement du bois mort.  L’offre potentielle de biomasse ligneuse. La précision de l’estimation de l’offre en biomasse ligneuse est limitée par l’absence d’une carte suffisamment détaillée de l’occupation des sols. Néanmoins, sur la base des données d’inventaire 2002-2003 et la carte GlobCover, nous pouvons produire des éléments utiles à la définition du BBE et à l’identification des départements plus prometteurs pour la production durable de bois de feu et de charbon de bois. Autrement dit, la précision de l’analyse est considérée adéquate à supporter la formulation d’une stratégie FUPU, mais elle s’avère inadéquate à supporter la planification opérationnelle de la filière bois-énergie, comme confirmé par le processus préliminaire de validation fondé sur les données des inventaires des Villages «VERT». La productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement est présentée en tableau 10, page 43. Le stock et la productivité de biomasse ligneuse dans la zone urbaine (zones 0 et 1) sont jugés très faibles (spécialement dans les arrondissements périphériques). Ces valeurs seront révisées sur la base des observations de l’étude sur la FUPU. Grâce aux données de l’inventaire général AEDE 2002, l’estimation du stock de biomasse ligneuse dans le reste du territoire est jugée plus fiable. En absence de placettes permanentes ou d’autres études spécifiques, l’estimation de la productivité reste approximative. Notable, et en quelque sorte encourageante, est la presque identité entre la productivité estimée par l’AEDE en 2004 et la variante moyenne WISDOM, en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. L'offre est limitée aux espèces d’arbres et d’arbustes pris en compte dans l'inventaire AEDE, qui couvrent sans doute la plupart de l'offre potentielle. Aucune donnée de référence n'a pu être trouvée sur la répartition et la productivité en fruits de palmiers (rônier et doum), qui sont utilisés comme combustible dans plusieurs procédés industriels pour la substitution au bois. L’impression d’un épuisement rapide de la régénération des palmiers à cause de leur utilisation est partagée par la plupart des opérateurs, mais, en l’absence de données sur leur présence dans les formations naturelles, il est difficile de mesurer la gravité de la situation.

| 39

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

BILAN LOCAL ET BILANS COMMERCIAUX Les nouvelles informations sur la demande et sur l’offre potentielle, ainsi que la nouvelle carte d'accessibilité de N’Djamena ont permis de produire la carte des bilans entre l’offre potentielle et la demande sur la zone d’étude. Afin de déterminer le BBE de N’Djamena, deux types de bilans sont considérés: le bilan «local» qui analyse l’offre et la demande dans un contexte local de 6 km (horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux) et le bilan «commercial» qui analyse les surplus et les déficits du bilan local dans le contexte d’une filière commerciale.  Bilan local Les résultats du bilan «local» par département et par zone FUPU sont présentés dans le tableau 11, page 44. Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont véritablement déficitaires ou excédentaires, et donc les éléments de base de la filière commerciale de combustibles ligneux (voir figure 28, page 33). Bilan commercial L’approvisionnement de N’Djamena doit nécessairement se baser sur une filière commerciale de production, transport et vente. Le but de l’analyse du bilan commercial est d’estimer le potentiel productif durable économiquement accessible et sa distribution. Les paramètres qui rendent la ressource économiquement accessible, ou non accessible, ne sont pas définis. Plusieurs seuils de productivités minimales ont été considérés pour évaluer leur impact sur la taille du BBE conséquente. Le tableau 12, page 45, reporte le bilan «commercial > 300» le plus conservatif parmi les scenarios considérés, qui donne les meilleures garanties de durabilité tant du point de vue environnemental qu’économique. 55 Comme mentionné ci-dessus, le seuil minimum de productivité (et autres facteurs) qui détermine l’accessibilité économique des ressources en bois doit être défini/validé avec les opérateurs de la région, avant de formaliser le schéma d’approvisionnement. Si d’autres valeurs de seuil s’imposent, il sera possible et assez facile de définir le BBE correspondant. BBE DE N’DJAMENA Le BBE de N’Djamena selon le bilan «commercial > 300» s’avère très étendu: jusqu’à 350 kms de distance de la ville. À partir du tableau 12, il est possible d'identifier les départements inclus dans la zone d'approvisionnement, ainsi que leur contribution potentielle en termes de surplus disponible pour alimenter la filière bois-énergie de N’Djamena. Les départements qui jouent un rôle important dans la filière commerciale (voir tableau 12 et figure 32) sont au nombre de six: Baguirmi et Loug Chari dans le Chari-Baguirmi, Barh Signaka dans le Guera, Mayo Lemié et Mayo Boneye dans le Mayo-Kebbi-Est et Tandjilé Est dans le Tandjilé. Selon l’analyse WISDOM N’Djamena, le BBE commercial est sensiblement plus important que celui adopté dans le Plan directeur d’approvisionnement (PDA) formulé par l’AEDE en 200256. Les raisons

Les résultats du bilan «commercial >200» qui applique un seuil plus bas de 200 kg/ha/an est reportés en annexe 3, tableau A3.4, page 70. 56 AEDE, ECO-Consult/Agritchad;A. 2002. Op.cit.

55

| 40

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

de cette augmentation du territoire ciblé reposent principalement sur l’estimation de la demande et peuvent être identifiées:  La consommation considérée dans l’analyse WISDOM inclut celle des départements situés au nord-est de N’Djamena (régions du Kanem et du Lac), qui sont importants (voir tableau 9, page 42) et qui entrent nécessairement en compétition pour les même sources d’approvisionnement. L’augmentation de la consommation due à l’accroissement de la population urbaine et totale. L’inclusion de la consommation de bois de service par les ménages ruraux, selon des estimations provisoires, qui augmente la pression sur les ressources en bois.

 

| 41

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.
Biomasse ligneuse (tonnes de m.s./an)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

Périurbain jusqu’à 40 km 2

Périurbain de 40 à 60 km 3

BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 36,368

BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 38,347 3,661 6,754 21,684

BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 11,975 35,335 61,657 7,761 3,896 62,656 18,733 16,304

Reste de la zone d’étude

Total zone d’étude

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

10,533 1,860 11,766

4,828 260,074 161,173

35,519 2,198

5,071 29,076

114,723 28,845 18,925

10,251 2,523 494

1,012

13,659

32,912

104,611 73,300 33,673 4,294 54,268 127,365 41,840

42,665 30,764 2,101 408 21,381

10,666 51,870 15,458 47,916 17,106 8,838 12,369 125,805 124,177 1,146 29,295 237,328 72,373 972,663 2,498,888 3,092 10,531 955 37,205 81,492

44,963 105,865

19,504 3,850

260,074 260,074

167,013 427,087

51,377 478,463

67,059 545,523

789,039 1,334,561

545 191,664 1,526,225

122,735 153,011 3,258 76,321 526,026 3,024,914

22,508 111,910 65,318 19,527 130,444 98,268 113,515 423,445 21,256 16,798 104,611 126,631 81,256 90,019 56,369 25,989 127,773 112,091 54,311 90,330 44,963 137,738 129,655 124,177 123,881 182,306 240,586 149,239 3,024,914

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.

| 42

324 37.469 161.727 79.595 64.780 82.064 75.102 220 3.828 23.107 104.762 7.926 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.104.416 66.037 1.554 3.662 117.678 1.998 45.507 578.297.696 171./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 14.590 7.234 1.282 14.383 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 6.738 807.734 702 0 716 44.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.893 730.424 201 377 12.715 100.811 66.766 2.699.804 111.776 32.715 79.261 2.263 2.053 233.171 Reste de la zone d’étude Total zone d’étude 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 658 3 482 10.852 130.487 311.104 7.137 43.928 15.269.088 1.059 116.597.021 41.263 110. Pour calculer le total du BBE.451 268.084 108.556 79.693 4. | 43 .697 61.875 66.325 77.322 54.227 9.774 4.286 64.685 485 14.832 215.713 44.994 63.676 42.141 4.078 299.132 3.926 4.473 71.837 61.078 171.342 115. Biomasse ligneuse (tonnes de m.279 222. il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes.730 41.406 1.126 42.628 2 128 14.s.104.792 6.333 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 3.525 73.048 22.625 24.554 220 220 7.286 38.373 239.233 0 0 9.420 28.272 193 330.659 56.111 438.113 3.369.851 609.314 225.929 716 15.330 310.944 104.679 3.933 349 3.769 4.013 16.589 2.019 4.590 108.588 2.

073.906 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 -55.363 -3.741 -18.753 106.112 60. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.972 468.860 -42.369 -4.542 128.234 Biomasse ligneuse (tonnes de m.787 1.998 -3.429 -7.s.704 -83.460 -27.153 -107.502 -87.153 -107.687 -52.565 288.516 -52.843 3.972 -375.696 60.860 -42.377 -248./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan local 4 (*) -20.044.013 89.051 288.871 -451.531 -83.251 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Périurbain jusqu’à 40 km 2 Bilan local dans le reste de la zone d’étude -19.052 -430.034 -10. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.826 -2.412 -640 8.261 65. Ce bilan a été calculé dans un contexte local de 6 km.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages).173 435.359 -375.261 161.449 -12.377 -182.280 -39.171 -262 -1.261 65.307 -27.081 50. Pour calculer le total du BBE.743 61.300 479.519 -182.082 -5.551 28.957 57.906 Totale BBE à bilan local Cumulative -20.743 497.171 -107.280 203 -499 -1.948 -4. | 44 .429 -13.175 50.487 -768 -39.713 61.377 -192.099 460.425 -39.565 288.606 -67.544 50.749 -2.689 -50.363 -3.333 -83.995 -44.155 -82.753 57.696 -182.013 89.000 -443.843 -3.606 -67.051 60.544 50.112 95.787 1.983 Bilan local dans l’ensemble de la zone d’étude -19.502 -4.399 -6.990 -52.386 288.487 -768 49.995 -44.399 -6.689 -50.542 596.333 -62.251 28.509 -18.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement.
Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de 0 à -200 kg/ha/an) et les surplus inférieurs à 300 kg/ha/an.
Biomasse ligneuse (tonnes de m.s./an)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

Périurbain jusqu’à 40 km 2

Périurbain de 40 à 60 km 3

BBE à bilan simple/ locale 4 (*) -575

BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 -13,795 0 27,213 60,544

BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 0 -299 -9,392 -789 64,146 183,536 177,360 735

Total BBE à bilan commercial «>300» Cumulative 0 -14,669 -9,392 -789 226,268 -78,232 292,060 -374,710 177,360 735 -37,611 -8,350 -11,096 -26,964 -29,017 -1,624 -94,525 -4,514 -5,948 -4,510 35,047 97,672 -55,689 -20,040 -95 206 -83,164 51,866 20,275

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

-54,959 -182,377 -191,772

-4,970 -561

0 -14,699

134,910 -3,605 47,980

0 -395 -947 -5,017

-37,611 -7,973 -4,737 -2,038 -27,663 -94,449 -4,371

-990 -12,823 -1,354 -76 0

612 -12,103 0 -1,624 -143 -5,948 -4,510 28,864 -55,735 -20,040 -95 206 -83,164 51,846 313,463 20,275

35,047 42,145

26,664 46

-182,377 -182,377

-247,125 -429,502

-6,478 -435,980

-19,716 -455,696

77,061 -378,635

20 85,448 -293,187

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes.

| 45

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Figure 32: distribution de l’offre et de la demande.
La carte du haut montre les départements inclus dans la zone d'approvisionnement et leurs contributions «commerciales» potentielles (zones vertes). La carte du bas montre la concentration de la demande «commerciale» (zones rouges).

OFFRE «commerciale» Surplus > 300 kg/ha/an (t MS /an) 292,060 226,268 177,360 51,866 97,672 35,047 941 TOTAL 881,215

Carte de l’offre « commerciale»

REGION CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI GUERA TANDJILE MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST Autres

Départ. Loug Chari Baguirmi Barh Signaka Tandjilé-Est Mayo Boneye Mayo Lemié

Carte de la demande « commerciale»

Demande «commerciale» Déficit < -200 kg/ha/an (t m.s./an) Zone urbaine NDJ Zone périurbaine
Reste de la zone d’approvisionnement

-429,502 -26,194 -405,244 TOTAL -860,940

Consommation

Bilan «commercial» (t m.s. /an) OFFRE «commerciale» - Demande «commerciale» 20,275

| 46

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Conclusions et recommandations

| 47

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS
CONCLUSIONS PRINCIPALES
Aspects généraux
INTERDICTION OU GESTION ?  La disponibilité de bois mort ne pourra satisfaire durablement tous les besoins en bois de feu. Aussi les mesures interdisant l’exploitation du bois vert ne semblent-elle pas adaptées: non seulement elles pénalisent les plus vulnérables, qui éprouvent des difficultés croissantes devant l’augmentation des combustibles ligneux57, mais encore elles pourraient s’avérer inefficaces, dans la mesure où il est difficile de contrôler les flux de bois. Pour protéger l’environnement, il est préférable d’apprendre à gérer la ressource durablement, grâce à l’élaboration de plans de gestion rationnels, à la formation des agents et à un appui à la filière. Dans cette optique, les données récoltées et les simulations rassemblées par l’étude WISDOM de N’Djaména pourront être utilisées afin de mettre en œuvre une gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses. Les résultats de l’analyse montrent que le bilan offre/demande peut être satisfait sur l’ensemble du BBE de N’Djamena, à la condition qu’un système d’aménagement durable soit mis en place et que les solutions soient adaptées aux conditions locales spécifiques, tant d’un point de vue environnemental que socioéconomique. Le BBE de N’Djamena s’avère très vaste. Selon l’hypothèse du «bilan commercial > 300», qui est la plus plausible, le BBE doit en effet couvrir un territoire qui s’étend jusqu’à 350 kilomètres de la ville de N’Djamena, pour être durable.

AMÉNAGEMENT FORESTIER DURABLE ET PARTICIPATIF  L’objectif d’impulser une politique efficace dans le secteur bois-énergie est un incontestable défi. Mais, quelle que soit l’approche choisie, le développement de programmes d’aménagement forestier durables et participatifs doit rester essentiel. L’expérience du Projet énergie domestique (PED), entre 1999 et 2004, ainsi que le modèle de gestion des Villages «VERT», doivent être soigneusement analysés et pris en compte dans un futur programme de gestion, afin de bénéficier de leurs succès tout en évitant leurs écueils. Au nombre des leçons tirées de l’expérience PED, on retiendra la nécessité de corréler la gestion des revenus générés par la filière (très élevés dans le PED) à un système efficace de suivi des conditions environnementales et à une gestion forestière durable (plutôt faibles dans le PED). Il conviendrait, à cet égard, de promouvoir une forte composante environnementale sur la base d’arguments aussi bien techniques que politiques. L’analyse WISDOM permet de bien encadrer la situation générale; toutefois, les données actuellement disponibles ne permettent pas de formuler des plans locaux d’aménagement forestier durables et participatifs. Pour atteindre cet objectif, des cartes détaillées sur l’état et sur les changements du couvert forestier, ainsi que des données fiables sur la productivité, seront absolument nécessaires.

Le prix du bois de feu a triplé, tandis que celui du charbon de bois a été multiplié par cinq, depuis l’adoption de ces mesures en 2009.

57

| 49

pour le bassin d’approvisionnement de N’Djamena.  Le Tchad ne dispose d’aucune carte d’occupation des sols.  Données et planifications CONCERNANT LES DONNÉES DISPONIBLES ET CELLES NÉCESSAIRES POUR LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES LIGNEUSE La formulation des plans de gestion pour l’approvisionnement de combustibles ligneux dans le BBE de N’Djamena et. Sur cette base. elle permet de circonscrire la récolte des données aux zones effectivement nécessaires et. Ces paramètres d’accessibilité économique doivent être utilisés pour affiner l'analyse WISDOM afin de déterminer:  la portée et les objectifs de la composante «gestion forestière» dans les zones où le bilan est positif grâce aux ressources existantes. il est par ailleurs recommandé de réaliser le suivi du couvert forestier sur la base de données satellitaires multi-temporelles. tels que les départements et les territoires où la gestion forestière doit se concentrer. fiables et récentes. électricité. gaz. de limiter au minimum les dépenses. spécifiquement. La priorité doit être donnée à la production d’une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad (ou. pastoralisme. aucune gestion n’est possible sans connaitre la quantité. selon les résultats de l’analyse WISDOM). L’analyse WISDOM N’Djamena a permis de faire le point sur les données disponibles et d’identifier les lacunes d'information les plus importantes. Données sur l’approvisionnement potentiel.). etc.  58 Système de classification de l’occupation des sols. agriculture. Cette carte devra être suffisamment détaillée et adaptable à tous usages (foresterie. il sera possible d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de bois de feu. Dans ce but. Ses lacunes concernent surtout la distribution des ressources ligneuses et leur potentiel productif durable.  la cible de stratégies énergétiques alternatives visant à réduire la demande par la diffusion des foyers améliorés et par des programmes de promotion de combustibles alternatifs au bois (i.  les zones prioritaires pour l’établissement de plantations forestières et/ou de pratiques agroforestières visant à l’augmentation de l'offre. l’actualisation du plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena nécessitent des données détaillées. | 50 . Ce travail devra couvrir les dix dernières années et pourra être efficacement intégré aux travaux de production de la carte d’occupation des sols. solaire. Une contribution importante de l’analyse WISDOM à cet égard concerne l’identification des zones prioritaires d’intervention. obtenir ces informations sur de vastes surfaces pourrait s’avérer coûteux.). Les systèmes de production de combustibles ligneux et leur viabilité économique et environnementale doivent être discutés et définis avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux. etc.e. donc.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména  Pour autant. ce qui constitue une lacune majeure. VIABILITÉ ÉCONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE  La marge entre la demande et le potentiel de croissance est très limitée et la viabilité économique des systèmes commerciaux d’approvisionnement du bois doit être soigneusement évaluée. En effet. il est conseillé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System»58 (LCCS). Pour bien comprendre les dynamiques en cours et estimer de façon fiable les taux de déforestation et de dégradation. en priorité. la nature et la distribution des ressources.

Les activités de (i) renforcement des capacités nationales de gestion des données géostatistiques et de (ii) création d’un système stable d’aide à la planification stratégique et opérationnelle doivent être accomplies en concertation. par qualité. il serait utile de réaliser des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (sur un rayon d’environ 400 km). SUR L’APPROCHE CHOISIE L’EWR s’est avérée apte à prendre la mesure de la situation. d’actualiser et. Pour permettre de maintenir. il conviendrait d’établir un réseau de placettes permanentes. les données sur la demande dans la région urbaine et périurbaine de N’Djamena sont meilleures que celles sur l’offre. Le Tchad ne dispose pas de données sur l’accroissement durable des formations forestières (l’inventaire forestier AEDE 2004 n’a pas produit de données sur l’accroissement). toutefois. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèce. | 51   . L'analyse WISDOM et sa base de données géostatistiques relèvent davantage du prototype que d’un système structuré stable.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména    L’inventaire forestier conduit en 2004 par l’AEDE. Actuellement. il est indispensable de conduire un inventaire forestier national. Données sur la demande en combustibles ligneux. peut encore être utile pour l’estimation du stock en biomasse ligneuse. Toutes contributions et critiques compétentes qui pourraient améliorer l'interprétation des données existantes ou qui fourniraient des références nouvelles et plus fiables seraient les bienvenues.) sur l’ensemble du pays. ainsi. ainsi que la productivité durable des formations ligneuses. Afin de procéder rapidement dans à la formulation du PDA de N’Djamena. d’utiliser la base des données WISDOM comme aide permanente à la planification. même s’il apparaît déjà un peu ancien. à fournir une définition préliminaire du bassin d’approvisionnement et.  Les données sur la demande en bois de feu et charbon de bois sont essentielles pour formuler des plans de gestion et des schémas directeurs d’approvisionnement. il serait nécessaire de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. et pour permettre de formuler des plans de gestion forestiers au niveau national et des PDA pour toutes les villes du Tchad. Il est donc nécessaire de recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. il sera dans un premier temps possibles de fournir une estimation préliminaire de la productivité. si les données géoréférencées de l’inventaire sont mise en relation avec une carte actualisée de la végétation/occupation des sols (premier point ci dessus). Au-delà des mesures plus immédiates et urgentes visant N’Djamena et son bassin d’approvisionnement. finalement. Néanmoins. en analysant l’accroissement accru dans des placettes dont on connait la date de la dernière exploitation. Les résultats de l’analyse détaillée sont très proches des conclusions préliminaires de l’EWR. Cela permettra d'orienter le processus de formation sur des problèmes réels et pratiques et garantira la meilleure appropriation de l’outil WISDOM. il serait souhaitable de produire de façon prioritaire et urgente la carte d’occupation des sols du bassin d’approvisionnement de la ville (selon les résultats du WISDOM) et d’exploiter les données d’inventaire. etc. Pour estimer de façon fiable cette productivité durable. APPROPRIATION DE L’OUTIL WISDOM  L’appropriation de l’outil WISDOM par les institutions nationales reste très faible car celles-ci ne disposent d’aucune unité technique capable de gérer les données géostatistiques à la base de cet outil. à proposer une délimitation de la zone où récolter les données additionnelles. Compte tenu des limites des données existantes. le développement du WISDOM N’Djamena a impliqué certaines suppositions et des attributions de valeurs provisoires.

mais dont on mesure encore mal le potentiel et les incidences de la production sur l’environnement. ainsi qu’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. l’absence de données sur l’accroissement des formations naturelles. tant d’un point de vue technique que politique. | 52 . tels que l’unité responsable de l’aménagement forestier et l’AEDE. À moyen/long terme. pour l’ensemble du pays. sur la base des données récoltées et des simulations proposées par WISDOM. Il est donc recommandé:  À court terme. Les recommandations principales sont:  Dans la mesure où la disponibilité de bois mort ne peut pas satisfaire durablement les besoins de bois de feu du pays. il est recommandé de retirer l’interdiction d’exploitation du bois vert et de lancer un programme de gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena.   DONNÉES L’absence d’une carte d’occupation des sols suffisamment détaillée et récente constitue un handicap majeur. Pour estimer de façon fiable la productivité durable. Par ailleurs. par qualité. représente un manque réel: ces observations de base sont en effet indispensables à toute action de gestion durable des ressources forestières. dans le BBE de N’Djamena: de récolter des données sur l’accroissement des formations naturelles et d’estimer leur potentiel productif durable. Dans le cadre d’une nouvelle politique du secteur bois-énergie et du développement des programmes d’aménagement forestier durables et participatifs. Afin d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de combustibles ligneux. ainsi que la productivité durable des formations ligneuses. il est aussi recommandé d’établir un réseau de placettes permanentes.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména RECOMMANDATIONS Les recommandations spécifiques et opérationnelles sont formulées sous forme d’actions prioritaires présentées en tableau (ci-après) et incluses dans le document de stratégie pour la FUPU de N’Djamena. il conviendrait donc de produire prioritairement une nouvelle carte d’occupation des sols. il est recommandé de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. il est recommandé d’ajouter une forte composante environnementale. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèces. etc. Une attention particulière sera portée aux fruits de palmiers (rônier et doum). arborées et arbustives. cette production ne saurait être recommandée si sa pratique induit un impact négatif sur la régénération des doums.  APPROPRIATION Pour pallier l’absence d’unité technique capable de gérer des données géostatistiques et de les exploiter à des fins de planification. adaptable à tous les usages. qui servira de soutien au programme. il est recommandé de concevoir des actions visant à renforcer les capacités institutionnelles de planification et la pleine appropriation de l'expérience WISDOM par les entités compétentes du gouvernement. qui constituent certes une source bioénergétique. au niveau national: de conduire un inventaire forestier national. l’adoption du système de classification LLCS est recommandée. Afin de maintenir l'analyse WISDOM «vivante» et de la rendre efficace pour la planification future. Dans cette optique. incluant les protocoles de mise à jour et de maintenance. il est recommandé d’établir des liaisons avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux de la filière bois-énergie. Ainsi.) sur l’ensemble du pays.

qui vise l’objectif global de contribuer à la préservation et la restauration des terres et des écosystèmes dégradés. Il s’agit des actions de:  L’axe 2. Cet objectif est identifié comme une alternative à la question énergétique et se propose de donner des orientations pour l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres de la zone périurbaine. 3. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména. Structure responsable DFLCD. Il est soustendu par deux objectifs spécifiques:  OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières en vue de l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres urbains du bassin. université de N’Djaména. UE. 62 63 64 65 COMIFAC . 2011. Diagnostics et collectes d’informations socio-économiques.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5. À partir de 2014.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACTIONS PRIORITAIRES La stratégie et le plan d’action pour la promotion de la FUPU à N’Djaména se déclinent selon quatre axes stratégiques. en particulier:  OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation existants dans la zone urbaine et périurbaine. Mise en place de placettes permanentes pour l’estimation de l’accroissement annuel des formations naturelles. 4. Rome. FFBC .  OS2: promouvoir les sources d’énergie de substitution au bois-énergie. DFLCD. 65 Banque africaine de développement des États arabes. 59 | 53 . BAD . BM . L’axe 4. Cartographie et inventaire des ressources forestières. 60 Banque africaine de développement. 60 61 Partenaires techniques et financiers 2013-2014. Pour rendre opérationnelle cette stratégie. CNAR. Suivi de la dynamique de la végétation et de l’occupation des sols sur données satellitaires multitemporelles. 61 Banque mondiale. ONG. Périodes 2012-2013. DFLCD. inventaires des ressources et cartographie). AFD. DFLCD. Activités 1. 2. 63 Fonds forestiers pour le bassin du Congo.  Axe 2. un certain nombre d’actions correspondant à chacun de ces axes stratégiques ont été identifiées pour la première phase de mise en œuvre59. Certaines de ces actions répondent plus spécifiquement aux problématiques soulevées dans le cadre de l’étude WISDOM. CNAR. Action 1. qui vise l’objectif global de contribuer à l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique. 2012-2013. 64 Banque islamique pour le développement. Pour prendre connaissance de l’ensemble des actions définies dans ce cadre. BADEA . FAO. lire: FAO. CNAR. 110 pages. Mise à jour des données (collecte d’information. BID . 62 Commission des forêts d’Afrique centrale. Lutte contre la déforestation et la dégradation des terres OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation exi stants dans la zone urbaine et périurbaine.

BID. 67 2012. Produire une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad qui soit adaptée à tous les usages. Activités 1. ONDR . DEPS . le suivi et le contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djamena. AEDE. Formation du personnel en planification. 2. CNAR. 3. 66 État Tchadien. MATUH. État Tchadien. PNUD . Dotation de ces services en moyens et équipements nécessaires. Périodes Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012. AEDE. BAD. AEDE. Réalisation des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (rayon d’environ 400 km). BM. Recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. Actualisation des couches informatives nécessaires à la planification et gestion durable des ressources forestières afin d’assurer l’approvisionnement durable de combustibles ligneux. MERH. UE. Périodes 2012. DEPS. 4. Action 2. FAO. Activités 1. FFBC. BAD. DFLCD. Gestion de l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières. Programme des Nations Unies pour le développement. Évaluation des besoins en moyens matériels et humains au niveau de la DFLCD et de l’AEDE. FAO. UE. PNUD. Renforcement des capacités nationales pour la gestion. MERH. 3. gestion. 2012-2013. | 54 . FFBC. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2013. BID. 68 66 67 Direction des études. DFLCD. de la planification et du suivi. 2. Il est recommandé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System» (LCCS). Évaluation du potentiel bois-mort afin de prendre des mesures à temps pour contrer l’effet de l’épuisement du stock bois-mort. 2012-2013.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Axe 4. suivi et contrôle de l’approvisionnement de la ville en énergie domestique y compris la méthodologie WISDOM. BM. Action 1. 68 Office national de développement rural. DFLCD.

2. 2013-2014. Actualisation des données sur la filière bois-énergie. Activités 1. AEDE. Périodes 2012. État Tchadien. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012. PNUD. PNUD. MATUH. Activités 1. BM. FFBC. Structuration d’un SIG à partir des modules WISDOM N’Djamena existants. UE. 69 Ministère de l’énergie et du pétrole. BM. BM. Structure responsable MERH. Élaboration des plans d’aménagement pour la restauration des zones déficitaires en ressources forestières. ONDR. État Tchadien. Périodes 2013. MERH. BAD. Structure responsable DFLCD. bureau d’études. 69 MEP . SIDRAT. Appui à l’organisation des acteurs de la filière bois-énergie. BID. MERH. FAO. 2012-2013. Réorganisation de la filière sur des bases solides. CNAR. BAD. 3. Suivi et contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie. Conversion des informations de la méthodologie WISDOM dans un SIG. DFLCD. AEDE. Partenaires techniques et financiers 2012-2013. Action 5. 4. 2013. DFLCD. MERH. FFBC. FFBC. BID. Ministère du commerce. Formulation d’un nouveau plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena sur la base des résultats WISDOM et du cadre juridique. UE. BAD. Activités 1. MERH. Partenaires techniques et financiers 2012-2013. Définition des protocoles de mise à jour des couches thématiques et de maintenance du système. | 55 . Création d’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. 2014-2016. UE. Élaboration des plans simples de gestion des zones excédentaires en ressource ligneuse pour l’approvisionnement des centres urbains. Action 4. Évaluation des expériences de l’AEDE de 2002-2004 concernant les VERT. 3. 2. Périodes 2012. FAO. État Tchadien. BID. FAO. 3.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Action 3. Priorisation et formulation des plans simples de gestion de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djaména. PNUD. 2.

Subvention des foyers améliorés de type Save80’ et initiation de la fabrication au niveau national des prototypes des foyers performants. MEP. État Tchadien. DFLCD. MEP. 70 2012-2016. 2. ONG. DFLCD. BM. et d’autres combustibles écologiquement durable (briquettes. Appui aux initiatives privées pour la mise au point et la fabrication des cuiseurs solaire. Action 6. 5. BAD. 70 Direction de l’éducation environnementale et du développement durable. puis privés. Activités 1. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2016. biogaz…). AEDE. Élaboration et mise en œuvre d’un programme d’information et de communication sur les énergies de substitution au bois de feu.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména OS2: promouvoir les énergies de substitution au bois de feu. Périodes 2012-2016. | 56 . 2013-2016. BID. DEEDD. 4. 3. Subvention massive du gaz butane pour le rendre accessible à un grand nombre de la population. Promotion des énergies de substitution au bois et vulgarisation des équipements permettant d’économiser le bois-énergie. AEDE. Vulgarisation des équipements d’économie de bois et des autres sources d’énergie écologiquement durable. DEEDD . 2012-2016.

Trossero. (Medias-France). 53. n°24. M. Durieux. Rédigé par Drigo. pp 36-40 (publié en anglais. Drigo. 2003. Rome. 2003. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM. Bicheron. et Shepherd. 2000.. (GOFC-GOLD). G. Environment and Natural Resources Working Paper.. Plateforme WISDOM pour Bangui. 2004. Projet énergie domestique (PED). Arino. Herold. AEDE. Mapping global urban and rural population distribution. (BC). R. D. P. R. Rome. Étude WISDOM globale. Achard. République du Tchad. S. Leroy. Latham.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE AEDE. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). R.-A.. J. 2007. E. L. Rome. FAO. FAO. (ESA). R. Huddleston. et Gauthier. (Medias-France). Di Gregorio.-L.. L. 2007. 2009. WISDOM-East Africa. Arino. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena. FAO. P. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur. FAO. Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. Prepared by Salvatore. M. S. H.. Prepared by Drigo. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR).. C. 2007. Prepared by Drigo. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena. Rome. Rédigé par Forster.. Ataman. Vancutsem. 2009. ECO-Consult-Agritchad. 2011. C. FAO. FAO. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. Masera et M. F.. (Medias-France). WISDOM pour les villes.. (UCL). 2006. sous la supervision de Trossero. Frascati.-H. for FAO Poverty Mapping Project. L.. F. O. C. F. Bicheron. Köhlin. Schouten. Achard. FAO. et Salbitano. Ranera. Vancutsem. O.. M. 60 p. M. F. FAO. Defourny. ECO-Consult/Agritchad. (Infram). R. Trossero. G. (JRC). rédigé par Doutoum. Masera et M. AEDE. Rome. for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. F. Ranera. GlobCover . O. Rome.. Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. Rédigé par Drigo. FAO. FAO. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. Rapport préliminaire pour la FAO. Global Ecological Zoning. P.-A. Herold. Bontemps. M. GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. Rome. Rédigé par Drigo.. R. Geoscience and Remote Sensing Symposium. J. et Codipietro.. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015. 2002.. Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. Pozzi. R. Rome. M. IEEE International. F.. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. 2005.. Rome. Gross. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. Plummer.. Bourg. Leroy. 23-28 July 2007 Arnold. R. Fuelwood revisited. M. 2011. Phase 1-Module «Offre».-R. Rédigé par Drigo. A. B. O. Sambale. vol. C. M. Indonésie.. P. | 57 . C. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas. J. (UCL). Bogor Barat.Products Description and Validation Report. M..-R. République du Tchad. P. Rédigé par Drigo. Environment and Natural Resources Working Paper n°27. Weber. Environment and Natural Resources Working Paper. Huc. Rome. Brockmann. (UCL). M. IGARSS 2007. M. 2008.. Witt. for the FAO Forestry Department-Wood Energy. 2002. ESAESRIN... Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). R. et Babacar. and Bloise. 2002. Defourny. français et espagnol). (ESA). Brockman.. Unasylva 211. République du Tchad. R. Persson.

or more people in year 2000.-P.. Biofuel consumption. C... GCP/RAS/154/NET. College Park. Field doc. A. London. 17(4): 291-303. Carroll. deforestation. 2003. 2008. Rome. 50. Préparé par Djekota. and Mitchell. R. DeFries. M.. 2009. J. Townshend. INSEED. Mahapatra. Rapport général. Biomass and Bioenergy. and farm level tree growing in rural India. M. Beyond the woodfuel crisis: people. M. Leach. Nelson.R. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). 1997. C. C. Regional Wood Energy Development Programme in Asia. 500m MODIS Vegetation Continuous Fields. République du Tchad. A.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FAO. and Sohlberg. R. | 58 . Ispra. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. 2011. Maryland: The Global Land Cover Facility. Dimiceli. Rôle et place de l’arbre en milieu urbain et périurbain. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. Hansen. A. Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. and Mearns. FAO/ Pays-Bas. 1999. Italy. Ministère de l’agriculture. R. Estimated travel time to the nearest city of 50. et Djimramadji. 88 p. 80 pages. FAO/RWEDP. Bangkok. Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°6. land and trees in Africa. République du Tchad. 230 p. Résultats globaux. EarthScan Publications.000.-K. 2009. 1988.

dirigé par MEDIAS-France. La carte GlobCover est compatible avec le système de classification LCCS des Nations unies développé par la FAO. La méthodologie VCF préserve les détails en améliorant la représentation des paysages hétérogènes par rapport aux autres méthodes de classifications. la correction atmosphérique.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANNEXES Annexe 1. voir GlobCover Portal. 2003. Les composites GlobCover sont dérivées à partir du module de prétraitement des GlobCover. Les produits VCF sont couches de la carte mondiale représentant des estimations proportionnelles des propriétés de la végétation de base. la géolocalisation et remapping). 71 72 © ESA GlobCover projet. GlobCover est la carte d’occupation des sols globale à plus haute résolution (300 mètres) jamais produit et validé de façon indépendante. Pour plus d’information:   voir Arino et al. Hansen et al. Carte GlobCover et MODIS Tree Cover CARTE GLOBALE D’OCCUPATION DES SOLS GLOBCOVER71 GlobCover est une initiative de l'European Space Agency (ESA) qui a débuté en 2005. Le projet GlobCover a développé un service capable de fournir des composites mondiales et des cartes du couvert végétal en utilisant les données à 300m de résolution du capteur MERIS à bord du satellite ENVISAT. de la strate herbacées / arbustif et de la terre nue. Actuellement. | 59 . qui comprend un ensemble de corrections (la détection des nuages. l'ESA met à disposition un ensemble de produits couvrant deux périodes: décembre 2004juin 2006 et janvier-décembre 2009. CARTE GLOBALE DE LA DENSITÉ DES ARBRES MODIS TREE COVER MAP72 La carte globale de la densité des arbres (MODIS Tree Cover map) à 500 m de résolution est un produit de l’application de l'algorithme Vegetation Continuous Fields (VCF) aux données du capteur MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer). 2007 et Bicheron et al. Les couches de base incluent le pourcentage de couverture des arbres.

decid Op Forest-woodland broadl decid Mix forest-shrub (60)/ grass (35) Mix grass(60)/ forest-shrub(35) Cl-Op Shrubs Cl-Op Shrubs decid Cl-Op Grassland Cl Grassland Op Grassland Sparse vegetation Cl-Op grass-woody swamps (fresh-brakishsaline) Urban-artificial Bare areas Consolidated bare areas Non-consolidated bare areas Water bodies Classe GlobCover (Fr) Cultures irriguées Cultures irriguées (herbacées) Cultures pluviales Mélange culture (60) / végétation naturelle (35) Mélange végétation naturelle (60) / culture (35) Foret Ouverte/Fermée Feuillue sempervirente ou semi-décidue Foret claire et savane ligneuses feuillue décidue Formation mixte foret-arbuste (60%) et herbacée (35%) Formation mixte herbacée (60%) et foret-arbuste (35%) Arbuste Ouverte/Fermée Arbuste Ouverte/Fermée decidue Formation herbacée fermée-ouverte Herbacée fermée Formation herbacée ouverte Végétation naturelle clairsemée Formations marécageuses herbacées ou ligneuses Urbain . area ('000ha) 2 1 3.1: CLASSIFICATION GLOBCOVER POUR LE TCHAD Pixel count 240 121 407323 791012 804682 148 561385 784226 14033 1300862 71 962080 16 373673 207364 39230 599 1640867 2931419 3032347 32420 13884118 Approx.947 0 3.928 365 6 15.infrastructure Improductive Improductive Improductive Eau | 60 .788 7.122 Code GlobCover 11 13 14 20 30 40 60 110 120 130 134 140 141 143 150 180 190 200 201 202 210 Classe GlobCover (Ang.201 302 129.260 27.484 1 5.) Crop irrigated Crop irrigated (herb) Crop rainfed Mix crop (60)/veg (35) Mix veg (60)/crop (35) Cl-Op Forest broadl everg-s.356 7.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU 1.098 1 8.infrastructure Improductive Improductive mobile Improductive stable Eau Code à 10 classes 6 6 6 4 4 1 1 1 1 3 3 7 7 7 5 2 9 8 8 8 10 Reclassification à 10 classes Cultures Cultures Cultures Jachères Jachères Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Savane arbustive Savane arbustive Savane herbacée Savane herbacée Savane herbacée Végétation clairsemée Savanes marécageuses Urbain .475 1.293 131 12.262 28.221 7.

Int ((50 + [maiha10_mdmd] * [area10as2]) / 100) AAM par pixel légalement accessible.shp 2eme division administrative (2006.5) = rurset05 ré-échantillonné à 10 sec.d’arc (x 10. TABLEAU A2. Les cartes raster ont la résolution de 10 secondes d’arc (pixel de 308 m à l’Équateur). Valeurs moyens (unité:10kg ). Valeurs moyens (unité:10kg ) = Int((50 + mai_10mdmd * iucn09_acc) / 100) AAM par pixel légalement et physiquement accessible.shp maiha10_mdmd mai_10_mdmd mailac10_mdmd mai_ac10_mdmd Module Demande rur05 rurset05 urb05 rur05x9_10as rur05_10as2 rs05x9_10as rurst05_10as2 urb05x9_10as Carte de la population rurale à 30 sec. Valeurs moyens par hectare (unité:10kg / ha) = Int (pow(stk_10kgha_md. sauf autres spécifications. 0.5) AAM par pixel.5) AAM (=MAI) par hectare en fonction du stock.5 + 0. d’arc Carte de la population rurale à 10 sec-arc (x 10.000) = rur05 ré-échantillonné à 10 sec. NRCE) 1ere division administrative (2006. d’arc | 61 . NRCE) version raster Accessibilité physique à 10 as (acc_50k_pcmn30 ré-échantillonné à 10 as) depuis la carte originelle travel time map à 30 Aires protégées du Tchad selon la carte IUCN_09_pol_I_VI. Valeurs moyens (unité:10kg ) Int((50 + mailac10mdmd * acc50k10as_30) / 100) v v v Format Description Combinaison des cartes GlobCover et Global Ecological Zone Carte GlobCover du Tchad Masque du Tchad à 10 seconds d’arc (value 1) Masque du Tchad à 30 seconds d’arc (value 1) 1ere division administrative (2006.d’arc (x 10. d’arc Carte de la population des villages à 10 sec. NRCE) depuis g2006_000_2.1: ÉTAPE 1: EWR TCHAD Tchad filename Base Cartographique tch_glc_eco2 tch_glc tch_1 tch_30as Tch_g2006 tch_sn1 Tch_g2006_sn2 tch_sn2 Accessibilité ac50k10as_30 tch_IUCN09_I_VI Module Offre tch_tc10 stk10kgha_md stk10kg_md Carte du couvert arboré (Tree Cover %) (valeur minimal 1 pour permettre de représenter les formations arbustives) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens par hectare (unité: 10kg / ha) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens (unité: 10kg) = int([stk_ 10kgha_md] * [area10as2] / 100 + 0.000) Carte de la population urbaine à 30 sec. NRCE) version raster 2eme division administrative (2006.5) = urb05 ré-échantillonné à 10 sec.000) Carte de la population des villages à 30 sec.000) = Int([rs05x9_10as] / 9 + 0.d’arc (x 10.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques La projection des cartes est géographique avec système de coordonnées GCS_WGS_1984.000) = Int([rur05x9_10as] / 9 + 0.d’arc (x 10.5) * 1.

5) Consommation secteur résidentiel rural 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rur05_10as2 * 0. 1+2 = 70% AAD) Masque de la zone d’analyse WISDOM N’Djamena | 62 .000) = Int([urb05x9_10as] / 9 + 0.d’arc (x 10. hhdmrset05kg.5) Balance dans un rayon de 3 km =focalmean balacmd_hhkg (circle 10 mean) * tch_1 Résultats de l’analyse COST-DISTANCE depuis N’Djamena Segmentation de cd_ndja1 en 597 classes Regroupement de classes 1-35.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména urb05_10as2 Carte de la population urbaine à 10 sec.[hhdm_05kg] + 0.0546) Consommation secteur résidentiel 2005 (kg / 10 as pixel) = merge(hhdmrur05kg. 36-65 et > 65 Zones d’approvisionnement (1= 100% AAD. hhdmurb05kg) hhdmrur05kg hhdmrset05kg hhdmurb05kg hhdm_05kg Module Intégration balacmd_hhkg balacmdhhf10 Analyse du Bassin Bois-Energie (Woodshed) cd_ndja1 ndja_597 ndja_35_65 ndj35_65 v ndj_65 Balance accessible MAI (md) – consommation secteur résidentiel 2005 (kg/pixel) = Int([mai_ac10_mdmd] * 10 .0365) Consommation secteur résidentiel des villages ruraux 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rurst05_10as2 * 0.0456) Consommation secteur résidentiel urbain 2005 (kg / 10 as pixel) = int(urb05_10as2 * 0.

shp tcd_watcrsl_rvr_ocha.shp aede_veg01 tch_glc converge glc_recl10 tch_tc10 tc10_f3 v r r Carte de la végétation AEDE 2002 . acc_factor r Carte d'accessibilité physique et légale.2: ÉTAPE 2: ANALYSE DÉTAILLÉE WISDOM N’DJAMENA Carte Base Cartographique tch_0 msk_z_etude tcd_polbnda_int_1m_ocha. Voir archive LC_glc10_INV_volumes_&_aede_map. = acc100_20 * leg_acc / 100 Module Offre VégétBassin Polygon.shp tcd_polbnda_adm2_1m_ocha. Carte qui montre les zones de convergences et de divergences entre AEDE et GlobCover Reclassification de GlobCover à 10 clases (voir détails en Annexe 5) Carte MODIS Tree Cover % 1 – 100 (valeur 0 déclassifié à 1 pour représenter les formations non arborées) ré-échantillonné à 10 arc-sec Carte MODIS TC «lissée» avec fonction GIS FOCALMEAN (circle. permet d’obtenir la carte de la distribution du stock de bois total /ha Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Carte de multiplicateurs pour bois total /ha mul2_kgtc | 63 .txt = Ficher de reclassification de la carte glc_recl10 avec les valeurs de stock de bois total /ha correspondent à la valeur unitaire de la carte tc10_f3.shp rd_1 dist0 slope6as cd_3 cd3_10as cd3_10as40 acc100_20 leg_acc Format r r v v v v v Description Masque du Tchad (valeur des pixels=0) Masque de la zone d’étude (Dérivée des cartes acc_factor. multiplié à la carte tc10_f3 . 300m) coupé sur les limites du pays.shp à raster «Distance 0» point de départ de l’analyse cost-distance. = (merge(rd_1.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A2. Valeurs en % accessible. Accessibilité légal (réf.grd) Carte administrative – Niveau 0 Carte administrative – Niveau 1 Région Carte administrative – Niveau 2 Département Carte administrative – Niveau 3 Sous-préfecture ( ?) Réseau hydrologique v r r r 6as r 6as r r r r Conversion de tcd_rdsl_ocha. Avec la reclassification on produit la carte de multiplicateurs qui.shp tcd_polbnda_adm1_1m_ocha.shp tcd_polbndl_adm3_1m_gaul. Valeurs de 100% à 20%. 3) Stock de biomasse ligneuse Cartographie du stock de biomasse ligneuse basée sur les échantillons de l'inventaire général_AEDE.xls. IUCN-WCMC) Valeurs en % accessible. recl_glc_recl10_mul_ha.version shapefile Carte de la végétation AEDE 2002 – version raster 10 arcsec Carte GlobCover (10 arc-secondes .shp Accessibilité tcd_rdsl_ocha. urb09_00)) * 0 Carte de pentes à 6 seconds d’arc Cost-distance (dist0. rur_pnt. slope6as) à 6 seconds d’arc cd_3 ré-échantillonné à 10 seconds d’arc cd3_10as reclassé à 40 classes Carte d’accessibilité physique (tentative) .grd et slope6as. feuille glc_10cl_INV_gen.

0.s.s. Commune de NDJ et Ndjamena_Buffer.) = mai2_kghamn * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock.5 + (mul2_kgtc * tc10_f3)) Stock en t de m.5) * 15) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. (kg bois m.shp p_urb60_rur urb_odkg_pers v | 64 .s.s. Valeurs maximales par pixel.) = mai2_kghamd * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock. (kg bois m.xls dep_coduniq rur_pnt dep_rurpx00 rur09_00 urb_00 urbndj00 urb09_00 Départements 2009 Pixels de villages Valeur de pop rurale (*100) associée aux départements = reclass(dep_coduniq. Valeurs en kg de biomasse ligneuse séché à l’aire par hectare = int(0.) = (pow(stk2_odtha.s. (kg bois m. Valeurs minimales par pixel. Valeurs moyens par hectare. Valeurs maximales par hectare.s.s.shp et fichier dep09_rur_urb_coduniq. (kg bois m.) = (pow(stk2_odtha.8191(facteur m.) = mai2_odkgmx * acc_factor / 100 mai2_odkgmn mai2_odkgmd mai2_odkgmx accmai2kg_mn accmai2kg_md accmai2kg_mx Module Demande Carte de la population basée sur la carte administrative dep_09_com_ndj./an) Zone périurbaine de NDJ révisé à 60 km (val 0)_et zone rural (val 1) (Tchad entier) Valeur de consommation par personne en milieu urbain.) = mai2_kghamx * tch10as_ha00 / 100 AAM accessible.) = mai2_odkgmd * acc_factor / 100 AAM accessible. recl_dep_coduniq_rur_100.) = mai2_odkgmn * acc_factor / 100 AAM accessible.txt) Carte de la distribution du stock de bois total /ha.txt) population rurale par pixel (valeurs *100) = dep_rurpx00 * rur_pnt population urbaine de chef-lieu des départements par pixel (valeurs *100) population urbaine de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) population urbaine de chef-lieu des départements et de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) = merge(urb_00. / an AAM (=MAI) en fonction du stock. (kg bois m. (kg bois m.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména = reclass(glc_recl10. qui sert pour distinguer la zone à régime de consommation périurbaine (438 od kg/pers.s. (kg bois m. Valeurs minimales par hectare. (kg bois m./an) du régime rural proprement dite (516 od kg/pers. 0.s. / séché à l’aire) / 1000 Stock en t m.6) * 7) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. (kg bois m. Valeurs moyens par pixel. = stk2_odtha * tch10as_ha00 / 100 stk2_kgha stk2_odtha stk2_odt mai2_kghamn mai2_kghamd mai2_kghamx Productivité En kg bois m.s.) = (pow(stk2_odtha.s. urbndj00) Carte de la consommation domestique Buffer de 60 km autour du centre N’Djamena. Valeurs minimales par pixel.s.s. Valeurs maximales par pixel. 0. (m. recl_glc_recl10_mul_ha.42) * 30) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs moyens par pixel.s) / ha = stk2_kgha * 0.

circle. 6 km = focalmean(bal2md_f5.5)/ 100) Carte de la consommation totale Consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service en milieu urbain. tch_0) Consommation rurale et périurbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 9 pixels (2. en kg/pixel/an) = int((50 + rur60_odkg0 * 13. en kg/pixel/an) = merge(rur_odkg. +150 Masque: 0= -200 .. tch_0) Consommation urbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 12 pixels (3. en kg/pixel/an) = int((50 + urb_odkg0 * 5. en kg/personne/an) Consommation urbaine (bois m. en kg/pixel/an) = int((50 + urb09_00 * urb_odkg_pers) / 100) Consommation urbaine (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m.7 km) (bois m. 15) * msk_acc2_1 Masque sur les valeurs de bal2mdf20 Masque: 0= -100 . en kg/personne/an) Consommation rurale (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m. estimés à 5. +300 Bilan commercial «>100» = bal2mdf20 * msk-100_100 | 65 .5% de la consommation des ménages urbains (bois m. appliqués à la population rurale et périurbaine Référence à la consommation de bois de service (construction. 1995 et WISDOM Darfur). etc. en kg/pixel/an) hh_60_odkg Total consommation du secteur domestique (bois m.s. industriel et publique.s. en kg/pixel/an) = urb_odkgf12 + rur60_odkgf9 Carte de la consommation de bois de service Tentative. +200 Masque: 0= -200 .s.s.s. en kg/pixel/an) urb_odkg urb_odkg0 urb_odkgf12 rur60odkgpers rur60_odkg0 rur60_odkgf9 Valeur de consommation par personne en milieu rural et en milieu périurbain (bois m.6 km) (bois m. Voir dep09_rur_urb_coduniq.s. périurbain et rurale (bois m.s. 5) * msk_acc2_1 Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx.) en milieu rural en West Darfur (FAO/FNC.xls Consommation dans les secteurs commercial.5 km = focalmean(bal2_md. meubles.xls Consommation de bois de service (bois m. en kg/pixel/an) = urb_odkg0 + rur60_odkg0 + b_serv_odkg + autres_odkg0 b_serv_odkg autres_odkg0 cons_odkg Module Intégration Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Balance entre offre accessible (physique et légale) et consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service = accmai2kg_md – cons_odkg bal2_md bal2md_f5 bal2mdf20 msk-100_100 msk-150_150 msk-200_200 msk-200_300 bal2md100 Balance dans un contexte locale d’approximativement 6 km Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx.s.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména autre chef-lieu de département (bois m. circle.s. 1.s. en kg/pixel/an) = merge(int((50 + rur09_00 * rur60odkgpers) / 100).s. +100 Masque: 0= -150 .5) / 100) Carte de la consommation en autres secteurs Voir dep09_rur_urb_coduniq.

grd) définie par la carte msk_acc2_1 cd_ndj3 ndj3_101 ndj4_101 Analyse Cost-distance de l’accessibilité depuis N’Djamena = cost-distance (Ndjamena pnt.grd et slope6as. Utilisé pour les sommaires par Département et par les zones du bassin BE Bilan commercial «>150» = bal2mdf20 * msk-150_150 Bilan commercial «>200» = bal2mdf20 * msk-200_200 Bilan commercial «>300» = bal2mdf20 * msk-200_300 terr_fupu terr_dept | 66 .xls Zones du territoire FUPU et du bassin BE Combinaison de code des Départements et des zones FUPU-bassin BE.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména bal2md150 bal2md200 bal2md300 Analyse du BBE (Woodshed) Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité (acc_factor. cost: cd3_10as10) Stratification en zones d’accessibilité = reclass cd_ndj3 Strates d’accessibilité depuis la ville de N’Djamena ndj3_101 * msk_acc2_1 Les calculs qui sont à la base des bassins-BE sont dans le fichier ndjamena_woodsheds3.

241 13.675 4. page 37.377 1.963 1.711 7.009 1.721 4.968 99 72 4.085 180 110 1.777 2.0 100.778 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 3.133 81 1.491 14.0 100.799 96.776 3.915 351 9.0 2.391 419 8.939 10.0 99. DANS LE BBE).705 77.359 343 2.0 100.464 70.850 232.726 2.877 2.151 22.169 5 19.192 88.497 15.491 213 15 30 808 1.360 46.0 100.314 4.292 874 1.961 10.205 4.557 232.380 7.053 1.8 100.442 27.726 3.076 12.538 2.531 4. PARTIELLEMENT OU TOTALEMENT. Surfaces (km2) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de BBE à bilan 40 à 60 km simple / local 3 4 (*) 4.760 1.340 3.809 3.254 4.0 98.: carte de référence.0 100.675 8 7.381 26 715 1.004 9.271 6.6 100.771 2. Statistiques par département et par zone d’intérêt73 TABLEAU A3.688 6.062 2.423 185.1 100.352 8.0 100.0 100.1: SUPERFICIES PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT (TABLEAU LIMITÉ AUX DÉPARTEMENTS QUI ENTRENT.0 28.0 100. figure 31.9 100.0 27.653 3.279 6.0 100. Pour calculer le total du BBE.0 100. 73 Cf.942 3. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.215 2.8 100.804 3.807 6.922 16.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 3.275 Reste de la zone d’étude 7.805 116 51 51 510 561 2.056 5.0 100.295 3.311 6.761 366 5.928 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 6.380 Total zone d’étude % de surface incluse % 37.967 205 51 275 1.345 8.015 5.1 100.294 6.342 15.187 17.963 2.0 100.241 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.323 4.960 1.340 106 19 1.7 8.669 653 1.6 36. | 67 .689 3.434 530 59 3.488 6.014 1.543 3.279 2.0 100.0 83.0 100.531 8.171 10.

341 242.002 15.157 10.994 1.313 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 20.529 157.251 6.503 4.736 216. Pour calculer le total du BBE.188 378.130 189.188 610.334 109.452 197.012 127.816 31.653 116.175 0 20.985 3.341 226.098 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 70.241 5.574 610.234 219.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.560 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.252 11.577.080 104.527 142.905 13.818 321.142 80.145 71.588 697 36.034 225.046 3.091 21.568 0 27.151 216.909 5.157 33.892 1.449 5.660.508 18.212 88.224 96.862 271.251 32.563 130.173 1.814 423.705.432 72.026 9.035 27.316 916.051 80.275 219.279 17.294 81.375.955.045 116.956 50.497 7.334 1.082 1.560 38.839 Reste de la zone d’étude 17.329 0 0 214.849 59.234 128.924 218.630 63.864 203.616.520 188.651 5.241.686 154.341 187.625 57.119 219.000.682 188.437 6.332 92. | 68 .577.627 27.588 931 338.745 49.162 216.794 5.254 2.528 160.935 28.850 72.711 993.104.490 37.201 59.712 610.447 60.151 1.803 94.090 Total zone d’étude 17. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.162 137.741 2.981 1.612 33.575 259.308 844 0 2.322 4.303 6.020 418.129 192.476 67.870 33.532 37.188 389. Habitants Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple / locale 4 (*) 62.2: POPULATION (EN 2009) PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT.511 45.432 196.

662 -15.665 -419.378 -433.797 201 -635 -831 -8.557 107.986 Bilan simple dans l’ensemble de la zone d’étude -18.431 -2.619 49.325 -6.834 -1.396 -2.344 -445.116 59.476 288.852 -46.s.945 -50.088 -83.125 -3.557 57.759 57.964 -4.273 -111.008 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -1.417 60.253 -419.711 34.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.115 65.689 857 -40.386 59.390 -69.711 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.045. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.994 -6.978 -49.115 65.633 600.297 Biomasse ligneuse (t m.341 -111.918 -40.097 -2.588 289.125 -86.431 8.964 -4.367 -31.780 1.267 -31.386 96.088 -61.289 60.689 857 49.569 463.100 435.994 -6.633 128.763 -13.116 289. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.852 -46.142 -12.598 -45.619 49. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 69 .666 -82.260 -3.430 86.552 59.197 34.552 -259.476 288.855 -159.486 480.430 86.780 1.548 -10.725 -259._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple 4 (*) -21.855 -157.986 Totale BBE à bilan simple Cumulative -21.417 496.855 -259.426 -49.390 -69.115 161.945 -50.3: BILAN «SIMPLE» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.341 -52.713 8. Ce bilan a été calculé au niveau de cellule (pixel) de 300 m.865 50.942 -12. Pour calculer le total du BBE. Bilan simple dans le reste de la zone d’étude -18.341 -111.080.908 -419.969 -805 -15.273 -280 -1.440 -25.797 -40.665 472.100 -25.598 -45.851 50.

125 -429.371 49.038 -27.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.080 7.502 -6.611 -810 -8.416 0 -395 -947 -5.069 321.959 -182.080 Biomasse ligneuse (t m.861 -1.854 41.377 -247.089 -454.s.942 -12.823 -14. Pour calculer le total du BBE.475 104.377 -182.145 59.772 -4.970 -561 1.050 402 402 0 0 0 0 142 142 139.976 -374.4: BILAN «COMMERCIAL >200» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.710 0 0 -37.525 0 -4.043 -77.699 331.354 -29.584 -2.854 62.449 -4.706 -3. Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de_0 à -200 kg /ha/an) et les surplus inferieurs à 200 kg /ha/an.980 -18.017 0 -76 -94._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain de 40 à 60 km 3 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -54.350 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.017 -37.773 83.663 -94.208 -10.611 -7.575 -182.370 0 0 0 42.371 0 0 49.719 -132.560 142.398 -4.795 -14. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes. Périurbain jusqu’à 40 km 2 BBE à bilan simple / locale 4 (*) -575 BBE à bilan Total BBE commercial» commercial >200» «>200» 5 (*) 0 0 -13.377 -191.627 -14.710 376.430 7.478 -435. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 70 .

Matériel d’origine biologique. Il est tiré directement du bois forestier par un processus mécanique. 2004. Combustible ligneux dans lequel la composition originelle du bois est préservée. Bois coupé et fendu prêt à brûler utilisé dans certains appareils ménagers comme les fourneaux. Combustible forestier Bois de feu Énergie renouvelable Systèmes dendroénergétiques Dendroénergie. bois-énergie Combustibles ligneux 74 Ces définitions sont issues de la Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). distillation. Combustible ligneux produit dans des lieux où la matière première n’a pas servi précédemment à d’autres usages. la commercialisation. les échanges commerciaux et la conversion de combustibles ligneux en énergie. Tous les processus et opérations unitaires intervenant dans la production. Énergie produite par des combustibles ligneux correspondant au pouvoir calorique net du combustible. la préparation. Définitions et facteurs de conversion DÉFINITIONS DE TERMES DE DENDROÉNERGIE CHOISIS74 Bioénergie Biocombustible Biomasse Charbon de bois Bois à brûler Énergie produite par des biocombustibles. Tous les types de biocombustibles tirés directement ou indirectement de la biomasse ligneuse. Le bois a normalement une longueur uniforme et mesure de 150 à 500 mm. Combustible tiré directement ou indirectement de la biomasse. Énergie produite par des sources se renouvelant à l’infini (hydraulique. pyrolyse et torréfaction du bois de feu. à l’exception du matériel incorporé dans des formations géologiques et transformé en fossile. le charbon de bois et la liqueur noire (cette dernière est négligeable dans le cadre de cette étude car son cycle appartient entièrement à l’industrie du papier). éolienne) ou générée par des combustibles renouvelables (biomasse produite durablement). en pouvoir calorifique net. Résidu solide dérivé de la carbonisation. Cette catégorie comprend le bois à l’état brut et les résidus des industries de transformation du bois. FAO. Appartiennent à cette catégorie le bois de feu. elle est exprimée normalement en unités d’énergie et. le transport. les cheminées et les systèmes de chauffage central.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 4. solaire. dans le cas de combustibles. | 71 .

2002. Un kg de bois séché à l’air correspond à 0.73 kg de matière sèche carbonisée. Toutes les valeurs de poids dans le document font référence à la matière sèche. ou à 5. Op. sauf spécification. 75 AEDE. Un kg de charbon de bois correspond à 10 m³ de bois. séché à l’air.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FACTEURS DE CONVERSION DE BASE Le bois de feu et le charbon de bois sont convertis dans leur équivalent en biomasse ligneuse et mesuré en kilogramme ou tonne de matière sèche (m.573 tonne de matière sèche.819 kg de matière sèche.7 tonne de biomasse ligneuse séchée à l’air (environ 12% d’humidité)75 et à 0. Les facteurs de conversion adoptés sont:     Un m3 de bois correspond à 0. carbonisé. | 72 .).cit.s. Un kg de charbon de bois correspond à 7 Kg de bois.

5 4.6 11.6 76 AEDE.000 m ) 20 201 30 303 820 613 65 52 003 3 475 0 Volume total par ha 3 (m ) 7.0 Savane arbustive Savane arborée Savane boisée Forêt claire Plantation Sous-total: Formations forestières Jachères et arbres isolés Vides Sous-total: Formations non forestières (vides et arbres isolés) TOTAL 1 901 250 2 773 125 7 290 000 7 290 000 55 478 7.0 0.2 36.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 5. La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 DISTRIBUTION DES STRATES ET VOLUME TOTAL ET PAR HECTARE PAR FORMATION FORESTIÈRE.3 18.cit.3 11. Op. 76 Formation forestière Surface (ha) interprétée sur la base des images satellites 2 148 750 1 411 875 753 750 1 068 750 5 625 5 388 750 Surface (ha) déterminée sur le terrain 2 784 375 1 659 375 50 625 16 875 5 625 4 516 875 Volume total 3 (1. | 73 . 2002.3 16.

.

org/urbanforestry . Une stratégie et un plan d’action pour la foresterie urbaine et périurbaine de N’Djaména ont ainsi été élaborés. un aggravement de la crise alimentaire et un effondrement du tissu social à l’intérieur et autour de la ville. développée grâce à la méthodologie WISDOM. avec la volonté de promouvoir une responsabilisation de tous les acteurs concernés. C’est pourquoi il a sollicité l’assistance de la FAO pour développer une approche plus appropriée d’aménagement et de gestion durables des ressources naturelles. dans un cadre participatif. Au Tchad. une cartographie analytique du territoire et du bassin d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de N’Djaména. ainsi qu’une définition objective de la zone d’approvisionnement durable de la ville. N’Djaména: avec pour corolaires une dégradation continue des ressources naturelles. Ce document complète la série des publications consacrée à la FUPU de N’Djaména: «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la FUPU de la ville de N’Djaména». le phénomène s’avère inquiétant. cet accroissement démographique préoccupe au premier plan l’État tchadien. en particulier autour de la capitale.fao. et particulièrement forestières. a permis de fournir une vision complète du bilan entre l’offre et la demande de biomasse ligneuse. «Rôle et place de l’arbre en milieu urbain et périurbain de N’Djaména» et «Synthèse des études thématiques sur la FUPU de N’Djaména» PLATEFORME WISDOM POUR N’DJAMÉNA DIAGNOSTIC ET CARTOGRAPHIE DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE EN COMBUSTIBLES LIGNEUX Des forêts et des arbres pour des villes saines Améliorer les moyens de subsistance et l’environnement de tous http://km. Afin d’étayer cette concertation.L’accélération sans précédent du développement urbain dans le monde a considérablement affecté les rapports de l'homme avec les arbres et les forêts. voire dramatique.

.

2012 . consultant international spécialiste en système d’analyse WISDOM Avec la collaboration de Angeline Kemsol. République du Tchad” Rapport préparé par Rudi Drigo.Plateforme WISDOM pour N’Djaména Diagnostic et cartographie de l’offre et de la demande en combustibles ligneux Développé dans le cadre du projet “Appui à la formula on d’une stratégi onale et d’un programme de foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. Tchad Coordonné et supervisé par Michelle Gauthier Fonctionnaire forestier Division de l'évaluation. la gestion et la conservation des forêts Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) Édité par Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation Rome. Hamid Taga et Charfie Doutoum Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (AEDE).

L’objectif de ces publications est de fournir les plus récentes informations sur les activités et les programmes en cours. villes ou zones ou de leurs autorités. ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Ces documents de travail ne reflètent aucunement la position officielle de la FAO. Merci de vous référer à la section forêt du site web de la FAO (www. «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména.fao. Les demandes d’autorisation devront être adressées au Chef du service des publications et du multimédia. Diagnostic et cartographie de l’offre et de la demande en combustibles ligneux. Italie ou par courrier électronique à copyright@fao. 00153 Rome. Division de l’information. Tous droits réservés.org/forestry Commentaires et suggestions sont appréciés.Mansur@fao.org Web site: www. territoires. la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO Viale delle Terme di Caracalla 00153 Rome. vous êtes prié de contacter: Eduardo Mansur Directeur Division de l'évaluation. Pour plus d’informations. FAO. Pour citation: FAO. 2012. Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique des pays. Italie E-mail: Eduardo.org © FAO 2012 .org/forestry) pour plus d’informations. Les informations ci-après peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°8. 78 pages. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation écrite du détenteur des droits d’auteur. Rome. Plateforme WISDOM pour N’Djaména.fao. Viale delle Terme di Caracalla. afin de faciliter le dialogue et d’enrichir la discussion.

le phénomène s’avère inquiétant. notamment une cartographie analytique du territoire et du bassin d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de N’Djaména. diverses études thématiques ont été au préalable réalisées. Le but de cette «Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména» est de fournir une vision complète du bilan entre l’offre et la demande de biomasse ligneuse. la croissance urbaine a engendré de sérieux problèmes auxquels les dirigeants des pays. sans toutefois que les solutions préconisées aient eu les effets escomptés. La construction d’un environnement vert dans et autour de la ville a nécessité en premier lieu la création d’une plateforme de dialogue pour définir. une vision commune de ce développement. 1 | iii .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména AVANT-PROPOS Au cours de ces dernières décennies. L’occupation des terres pour les cultures et l’habitat et. voire dramatique. En effet. les forêts qui. la demande en bois-énergie sont ainsi responsables d’une situation de plus en plus dégradée (avancée du désert. Eduardo Mansur. Rome Cf. insécurité alimentaire). N’Djaména.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5. 110 pages. parviennent difficilement à faire face: les populations ne cessent d’augmenter sans qu’une réelle politique d’urbanisation soit adoptée. Ainsi. développée grâce à la méthodologie WISDOM (Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping ou Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux). Au Tchad. Cette question préoccupe au premier plan les hautes autorités de l’État qui ont sollicité. 2012. l’assistance de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour développer une approche plus appropriée d’aménagement et de gestion durables des ressources naturelles. Rome. particulièrement en développement. de concert avec les autorités locales et nationales. Le gouvernement a déployé des efforts significatifs à travers la mise en œuvre de programmes. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména. avec pour conséquences inévitables la dégradation de l’environnement physique et l’effondrement du tissu social à l’intérieur des villes et des zones environnantes. autrefois. en particulier autour de la capitale. en 2009. Directeur Division de l'évaluation. la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO. projets et actions sur le terrain.: FAO. et particulièrement forestières. en milieu urbain et périurbain de la ville de N’Djamena. servaient de rempart contre les vents violents et de réserve nourricière pour la population disparaissent progressivement. Afin d’étayer cette concertation. une très large concertation a permis de déboucher sur l’élaboration d’une stratégie et de d’un plan d’action pour la foresterie urbaine et périurbaine (FUPU) de N’Djaména 1. surtout. ainsi qu’une définition objective et minutieuse de la zone d’approvisionnement durable de la ville.

.

....................... 36 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS .......................... 19 Module «Demande» . WISDOM Base ....................... 12 Module «Demande» .............................. 14 Module «Intégration»................... III REMERCIEMENTS ................. 49 CONCLUSIONS PRINCIPALES........................................................................................................................................ 50 RECOMMANDATIONS ........................................................ 3 Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» ...... 3 Le secteur bois-énergie............................................................................................................................................................ 4 LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM ..................................................................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 53 |v .................................................... 28 Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena ............................................................................ 34 Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena .................................................... 4 L’approche analytique ............................................ 14 Analyse du BBE ................................................... 11 Module «Offre» ................................X DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE ............................................................................................................ 32 Redéfinition du BBE ................. 52 Données .................................................................. 11 CARTOGRAPHIE ............ VII SIGLES ET ABRÉVIATIONS .................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 3 CONTEXTE GÉNÉRAL ................................................................................................................................................... 49 Aspects généraux ............................................................................................................................................................................................................................ Analyse du Bassin Bois-Énergie (BBE) ................................................................. 19 Module «Offre» ............................................................................................................................................................................................................. 15 DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 52 ACTIONS PRIORITAIRES ....................................................... 6 ÉVALUATION WISDOM RAPIDE ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 49 Données et planifications ................. 5 Phase 1.......... 6 Phase 2......................................... 16 ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE ....................................IX FIGURES ET TABLEAUX ...........................................................................................................................

.................. 61 Annexe 3............................. Carte GlobCover et MODIS Tree Cover ................................................................................................. La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 .................. 57 ANNEXES ..................................... Statistiques par département et par zone d’intérêt ....................................................................................................................... Définitions et facteurs de conversion ...................................................................... 67 Annexe 4........................................................ 59 Annexe 1........................................ 73 | vi .............................................. 59 Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques ............Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE ............... 71 Annexe 5........................................

Monsieur Florian Steierer. Madame Angeline Kemsol et Monsieur Hamid Taga. L’équipe d’experts chargés de la composante bois-énergie pour la conception et rédaction du présent document comprenait les personnes suivantes:    Mademoiselle Charfie Doutoum. directeur général de l’Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (AEDE). le directeur de la Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (DFLCD). de l’Institut national des statistiques. et de l’équipe des consultants nationaux du projet. consultant international principal du projet. nous souhaitons citer:    Monsieur Ngabo Guila Ngague. la gestion et la conservation des ressources forestières. nous tenons à mentionner les personnes suivantes: L’équipe nationale a été coordonnée très efficacement par Monsieur Djimramadji Alrari. consultant international. des études économiques et démographiques (INSEED). en particulier son ministre de tutelle. spécialiste en système d’analyse WISDOM. Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies). | vii . des politiques et des produits forestiers. coordonnateur et auteur du document. Monsieur le docteur Robert Madjigoto. fonctionnaire forestier. assisté par Monsieur Djabou Guindja Sakou et Monsieur Ali Belgoto Alhadj. fonctionnaire forestier. Monsieur Porgo et son prédécesseur.    En appui à cette équipe. lesquels ont également été associés au projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de FUPU à N’Djaména» *TCP/CHD/3203 (D)+. Monsieur Mouhyddine Mahamat Saleh. Elle a compté sur la collaboration de M. Monsieur Sandjima Dounia. le secrétaire général du ministère. de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs3 (OCHA). spécialiste en foresterie urbaine. Division de l'évaluation. du projet FAO «Système d’information sur la sécurité alimentaire/Système d’alerte précoce» (SISA/SAP)2. consultants nationaux au sein de l’AEDE. Division de l’économie. Monsieur Abakar Zougoulou. et Monsieur François Besse. Tchad.  Parmi les personnes et les institutions qui ont soutenu ce projet en fournissant conseils et données. Nous remercions par ailleurs le Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (MERH) qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de ce projet. Monsieur Hassan Térap et son successeur Monsieur Mahamat Béchir Okormi. chef de service à la DFLCD et coordonnateur national du projet. 2 3 Projet développé par la FAO. le secrétaire général adjoint. Rudi Drigo. Tchad. et Monsieur Moctar Diphane. Djékota Christophe Ngarmari.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé au processus d’élaboration de la plateforme WISDOM pour N’Djamena. Madame Michelle Gauthier. Tchad. chargée du programme de FUPU à la FAO. Monsieur Souleymane Gueye.

représentant de la FAO au Tchad. Monsieur Batedjim Noudjalbaye. à l’exécution de ce projet. assistante chargée de l’administration et des finances. de quelque nature que ce soit. assistant au représentant chargé du programme. Tchad. Madame Wahilo Diguera. Abba Mahamat Diguia et Abakar Oumar Ali. du Ministère de l’aménagement du territoire. du programme Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (SIDRAT). À Madame Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis. Adirdir Abdel Samat. et à tout le personnel qui a apporté son appui. qui s’est chargée de la correction-révision et de la mise en pages de ce document.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména     Monsieur Job Andigue. notamment son Excellence Monsieur Germain Dasylva. Messieurs Alaina Yacoub Possey.  | viii . nous souhaitons exprimer notre reconnaissance: À l’équipe de la représentation de la FAO au Tchad. éditrice pour la FAO. Enfin. Tchad. du Centre national d’appui à la recherche (CNAR). Tchad. de l’urbanisme et de l’habitat (MATUH). Monsieur Joseph Libar.

de l’urbanisme et de l’habitat (Tch ad) Ministère de l’énergie et du pétrole (Tchad) Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (Tchad) Office national de développement rural (Tchad) Plan directeur d’approvisionnement (Tchad) Projet énergie domestique soutenu par l’AEDE.s. de la planification et du suivi (Tchad) Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (Tchad) Fonds forestiers pour le bassin du Congo Institut national des statistiques. 1999-2004 (Tchad) Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (Tchad) Village exploitant rationnellement son terroir (Tchad) | ix .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména SIGLES ET ABRÉVIATIONS AAD AAM AFD BBE BM EWR FAO FUPU GlobCover LCCS MODIS TC m. OCHA ONG PNUD PREDAS Raster SIG SISA/SAP UE WCMC/UICN WDPA WISDOM Accroissement annuel disponible Accroissement annuel moyen Agence française de développement Bassin bois-énergie (woodshed) Banque mondiale Évaluation WISDOM rapide Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Foresterie urbaine et périurbaine Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres Land Cover Classification System-système de classification de l’occupation des sols (FAO) Carte internationale de la densité des arbres (Tree Cover map) basée sur les données satellitaires MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) Matière sèche (à 0% d’humidité) Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies) Organisation non-gouvernementale Programme des Nations Unies pour le développement Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel Cartes numériques au format maillages composées de cellules d’égale dimension Système d’information géographique Système d’information de sécurité alimentaire-Système d’alerte précoce (Projet FAO) Union européenne Centre mondial de surveillance de la nature/Union internationale pour la conservation de la nature World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (2009) Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping -Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux Sigles spécifiques à ce document: AEDE BAD BADEA BID CNAR COMIFAC DEEDD DEPS DFLCD FFBC INSEED MATUH MEP MERH ONDR PDA PED SIDRAT VERT Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (Tchad) Banque africaine de développement Banque arabe pour le développement en Afrique Banque islamique pour le développement Centre national d’appui à la recherche (Tchad) Commission des forêts d’Afrique centrale Direction de l’éducation environnementale et du développement durable (Tchad) Direction des études. des études économiques et démographiques (Tchad) Ministère de l’aménagement du territoire.

............... 30 Figure 26: carte des lieux habités ou villages................. 21 Figure 18: carte des pentes* et réseau routier................................... 13 Figure 8: carte de la distribution de la population. ..................................................... 14 Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005.......... ............................... ............................................... 24 Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse.................................. ............................ 12 Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse............... ................. ................................................................ ......................................................................................... 2002............ 15 Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne.............................................................................. 27 Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»........................................................................................ ........................................................................................... 21 Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse............................................. 20 Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre».............. ....................... ................................................................ .................... 12 Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées d’IUCN -WCMC........................................................ 8 Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre»............... ...... comprenant les usages énergétiques et bois de service.. .............................. 26 Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne)....................................... ... 36 Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse............................... .. ............................................. .................. dans ce cas..................................... 26 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT».......... 28 Figure 25: carte des départements......................................................... 13 Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible................................................ 33 Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite............ 31 Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km).......... le bilan local)................................................ 13 Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse................. .......... 24 Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale.................................................................... 46 |x ............................................ 15 Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur)......................................... ...... 20 Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré)................... 13 Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants.......................................................................................... ......................................................... 35 Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an.... .................................................................. ...... ................................................ .. .......... 37 Figure 32: distribution de l’offre et de la demande........................... 2002-2004........................................ ......................................................... 14 Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena........................... 30 Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs...................... 14 Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel............................... ............... et chefs-lieux des départements........................................................................... ........ 20 Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE............... avec données de population 2009.................... ........................................... 20 Figure 15: carte de la végétation AEDE.......................................................................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FIGURES ET TABLEAUX Figures Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM...................

.................................................................. 29 Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service............ commercial et public en N’Ndjamena............................... 24 Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»............................................................................ volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude............................. 43 Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages)........... .............................................................................................................. ....... ......................................................................................... 44 Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement...............................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableaux Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12.. ................................. .. .......... 23 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude................ .............................................. 45 | xi .. 27 Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois. .................................................. 42 Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement............................................................................ .............................................................................................. ........................................... 30 Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel........................................... 31 Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.............................................. 23 Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations «WISDOM» et celles de l’AEDE...................................................................... ..................................................................................... 16 Tableau 2: valeurs de densité.................................................................

.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 1. Définition et méthodologie de l’étude |1 .

.

Selon une étude réalisée par le Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel (PREDAS)5 en 2004. ont mis en œuvre le projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action pour la FUPU de N’Djaména». Une étude séparée. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). Afin de bien définir l’objet de ce projet. de N’Djaména. rédigé par Doutoum. 2011. décrit les aspects spécifiques relatifs à la demande. Il porte sur la composante bois-énergie et présente une analyse de la demande et de l’offre en combustibles ligneux. ont permis de quantifier les consommations spécifiques à prédominance bois-énergie par personne et par jour. Le présent document est une annexe technique à la stratégie et au plan d’action pour la FUPU de N’Djaména. (iii) l’élaboration et la validation d’un plan d’action à moyen terme. Les deux premières zones sont circonscrites et relativement faciles à délimiter. 5 Programme soutenu par l’Union européenne (UE). la DFLCD et son partenaire technique et financier. les effets conjugués des facteurs climatiques (sécheresse) et des facteurs anthropiques entraînent une dégradation des ressources naturelles (forêts. etc.). il est avant tout indispensable d’identifier le territoire concerné.-H. où la demande urbaine en bois-énergie. le secteur de l’énergie domestique se caractérise au Tchad par une forte dépendance en combustibles ligneux (bois et charbon de bois). finalisée selon la méthodologie WISDOM. (iv) le renforcement des capacités techniques des parties prenantes dans le domaine de la FUPU. (ii) l’identification et l’adoption de choix stratégiques à long terme. assorti de propositions d’initiatives prioritaires. C. présentant des zones désertiques au nord et des zones boisées au sud. La situation s’avère particulièrement alarmante à N’Djamena. la FAO. La situation économique du pays demeure très fragile. économique et environnemental sur la gestion des ressources forestières et arborées. capitale économique et administrative du pays. |3 . Le projet vise quatre objectifs principaux:     (i) la réalisation d’un diagnostic social. le surpâturage et l’agriculture itinérante sur brûlis sont à l’origine de la déforestation et la dégradation des terres forestières dans les zones périurbaines. Or. République du Tchad. terres. la troisième zone s’avère très étendue. réalisées entre 1978 à 2004 sur la consommation individuelle en bois-énergie. intitulée «Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain» 4 et conduite en collaboration avec le Projet SISA/SAP de la FAO. Pour faire face à cette situation de façon rationnelle. ce territoire comprend (i) la zone urbaine. D’un point de vue géographique. afin de les préparer à la mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action. Le secteur bois-énergie Comme beaucoup d’autres pays du Sahel. Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. car la production régionale en biomasse ligneuse s’avère faible tandis que la consommation urbaine ne cesse d’augmenter. En revanche. la consommation en énergie domestique de la ville de N’Djamena se décompose comme suit: charbon de bois 4 AEDE. (ii) la zone périurbaine et (iii) la zone d’influence de N’Djamena pour l’approvisionnement en combustibles ligneux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE CONTEXTE GÉNÉRAL Le Tchad est un pays de transition. les populations dépendent principalement des ressources naturelles pour leur subsistance. urbaines et périurbaines. Nombre d’études.

2009. D’après l’Enquête de vulnérabilité structurelle au Tchad6. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. L'approche analytique comprend deux phases distinctes:  L’évaluation WISDOM Rapide (EWR).cit. ainsi qu’aux artisans. des mesures restrictives interdisant provisoirement la coupe du bois vert destiné à l’usage domestique ont été prises par le gouvernement. Les nouvelles données géostatistiques sur l’offre et sur la demande récoltées par le projet9 ont été utilisées pour perfectionner l'évaluation et la cartographie du bilan offre/demande et le découpage définitif du BBE de N’Djamena. malgré l’existence de sources de substitution. pour la plupart. Ces tendances. 7 AEDE. Le but de cette analyse préliminaire était de produire une première évaluation prudente de la zone d'approvisionnement durable de N’Djamena en combustibles ligneux. République du Tchad. 9 AEDE. ont dû s’adapter d’une manière ou d’une autre pour faire face à cette «crise» du bois-énergie8. En effet. face à ces dommages écologiques et depuis janvier 2009. Ces mesures ont eu pour conséquence un fort bouleversement dans l’utilisation de combustibles domestiques par les ménages aussi bien urbains que périurbains qui. Le charbon de bois. est strictement interdit dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena en bois-énergie. 230 p. Op. Plus spécifiquement.  L’approche analytique L'analyse est fondée sur la méthodologie WISDOM. 8 AEDE. combustible préféré de la plupart de ménages urbains. confectionné à partir de bois vert. de fournir une base pour la planification stratégique de la filière bois-énergie de la ville pour un approvisionnement durable en énergies de subsistance aux populations urbaines et rurales. ces données ont évolué. réalisée en 2009 par le projet SISA/SAP. l’objectif de cette étude est:  d'analyser la demande et l’offre potentielles en combustibles ligneux dans la région de N’Djamena afin d’identifier l’envergure géographique d’approvisionnement. Rapport général. Op. c'est-à-dire de définir ce qu’on appelle le bassin bois-énergie (BBE). 2011. L’analyse WISDOM N’Djamena détaillée. Depuis peu. constituent une menace pour les ressources forestières7. 75 pour cent des ménages dans les zones urbaines continuent à utiliser le bois comme principale source d’énergie de cuisson. |4 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména (63 pour cent). accompagnées de la coupe abusive et anarchique du bois vert destiné aux ménages.cit. Op. bois de chauffe (36 pour cent) et gaz (1 pour cent). Elle a également servi à délimiter la zone pour la collecte de données détaillées. 2011.  6 Ministère de l’agriculture. ainsi qu’à analyser les modes de consommation et le potentiel d'offre. 2011. commerçants et industriels. Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» L'objectif principal de l'activité «WISDOM N’Djamena» est de contribuer à la formulation de la stratégie pour la FUPU de N'Djamena en clarifiant le contexte énergétique et en définissant le territoire sous influence de la ville pour l’approvisionnement présent et futur en combustibles ligneux.cit. Il découle de cette décision que seule l’utilisation du bois mort est permise. tout en réduisant la pression sur les ressources de la région. La demande de combustibles ligneux et l'offre potentielle durable ont été estimées puis cartographiées sur la base des données géostatistiques disponibles au lancement du projet.

vergers et plantations. haies. comme les zones arbustives.-A. and Mitchell.-K. Les forêts ne sont pas les seules sources d’approvisionnement énergétique en biomasse ligneuse. Rédigé par Drigo. 50. Rome. 2003. FAO. République du Tchad. Indonésie.   Dans le but d’analyser les différents aspects des systèmes dendro-énergétiques. 2002. La cartographie intégrée WISDOM est un outil méthodologique de planification stratégique qui repose sur les techniques de système d’information géographique (SIG) pour combiner ou intégrer des informations statistiques et spatiales sur la production (offre) et la consommation (demande) de combustibles (bois de feu. Arnold. Beyond the woodfuel crisis: people. 10 Mahapatra. Masera et M. L’hétérogénéité des sources d'approvisionnement. République du Tchad. Regional Wood Energy Development Program in Asia. Op. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). à la fourniture de matières premières pour la production de charbon de bois. Rédigé par Drigo. dans une moindre mesure. La demande et l'offre s'influencent mutuellement. et doivent êtres évitées11. 11 Leach. 2003.-A. FAO/RWEDP. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM. en collaboration avec l'Institut d'écologie de l'Université nationale du Mexique. Biomass and Bioenergy. les estimations quantitatives de la demande et de son impact sur l'environnement sont très incertaines. |5 . Rédigé par Forster. ainsi que pour identifier les zones prioritaires d’intervention et les bassins d’approvisionnement des sites ciblés. et al. Les modes de production et de consommation de bois de feu. Trossero. and Mearns. deforestation.-R. 1988.) contribuent de manière substantielle à l’approvisionnement en bois de feu et. 2003. Bogor Barat. C. pp 36-40 (publié en anglais. 53. En conséquence. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. a conçu et mis en œuvre la méthode WISDOM. charbon de bois et autres biocombustibles). Résultats globaux. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. Field doc.-P. La capacité d'adaptation des utilisateurs. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena. le Service des produits forestiers de la FAO (FOEI). français et espagnol).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM L'approche méthodologique utilisée est fondée sur trois caractéristiques principales des systèmes boisénergie:  La spécificité géographique. land and trees in Africa. ECO-Consult-Agritchad. INSEED. H. M. vol. Trossero. ainsi qu’à la disponibilité des ressources. agroforesterie. R. la demande s'adapte aux caractéristiques de l'offre. Bangkok. D’autres paysages naturels. sont spécifiques aux conditions locales10. EarthScan Publications. mais aussi d'autres utilisations des terres (terres agricoles. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas. Ainsi. 88 p. Masera et M.-R. Projet énergie domestique (PED). un outil de planification spatiale visant à indiquer et délimiter les zones prioritaires ou «points chauds» des combustibles ligneux12.. and farm level tree growing in rural India. 2009. Elle utilise une approche spatiale pour déterminer les zones excédentaires ou déficitaires en combustibles ligneux. Fuelwood revisited. économiques et environnementaux qui leur sont associés. ainsi que les impacts sociaux. Biofuel consumption. et Babacar. A. 1999. AEDE. FAO. R. 17(4): 291-303.cit. FAO/ Pays-Bas.. rangées d'arbres. GCP/RAS/154/NET. 2002. M. Unasylva 211. arbres hors forêt. etc. London . Rome. O. 1997. R. M.B. 12 FAO. O.

for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). Prepared by Drigo. R. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. WISDOM pour les villes. Rédigé par Drigo. leur accessibilité physique et économique. FAO. la consommation de bois de feu. Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. villages. R. Les produits de l'analyse comprennent des cartes thématiques sur les nombreux aspects qui composent la filière bois-énergie. le développement du module sur l’intégration. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015. Son emploi comporte deux étapes additionnelles:   la cartographie du potentiel productif «commercial» (adapté aux marchés urbains et périurbains). l'offre potentielle en biomasse ligneuse de toutes les sources directes et indirectes (forêts. R. et Salbitano. 2006. le développement du module sur la demande. résidus industriels). Son application comporte cinq étapes principales:      la définition de l’unité spatiale d’analyse (cellule des cartes raster) et du niveau administratif d’analyse. Rome. Phase 1. FAO. L’approche WISDOM a été mise en œuvre dans de nombreux pays à travers le monde. terres agricoles. et Gauthier. page 8. FAO. Prepared by Drigo. F. WISDOM-East Africa. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. Plateforme WISDOM pour Bangui. 13 |6 . Environment and Natural Resources Working Paper n°27. unités de bioénergie industrielle existantes ou éventuelles. WISDOM Base Le but de cette phase d'analyse est de produire la carte du bilan entre l’offre et la demande pour l'ensemble du territoire de la zone d'étude. Analyse du BBE Cette deuxième phase de l'analyse utilise le résultat du WISDOM Base pour délimiter la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation choisis (villes. la définition du bassin d’approvisionnement de la ville selon les axes d’accessibilité et les quantités excédentaires et «commerciales» de biomasse ligneuse. le bilan offre/demande dans un contexte local d’auto-approvisionnement en bois de feu et dans un plus large contexte commercial.). Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. etc. Phase 2.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Les caractéristiques fondamentales de l’approche WISDOM sont l'analyse spatiale de:     la demande en la biomasse ligneuse (pour l’énergie et d’autres utilisations) dans tous les secteurs d'utilisation. Rédigé par Drigo.13. les probables scénarios sur le bilan entre l’offre potentielle et la demande et les zones d'approvisionnement définies en conséquence. Elle comporte deux phases successives d'analyse et plusieurs étapes spécifiques14. FAO. le stock et la productivité de la biomasse ligneuse. 2008. la sélection des zones prioritaires d’intervention. for the FAO Forestry Department-Wood Energy. R. 2009. M. 14 Cf. la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation sélectionnés (analyse des bassins bois-énergie ou Woodshed). 2007.: figure 1. Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. Les couches thématiques portent sur la distribution de la population. M. le développement du module sur l’offre. Rome. sous la supervision de Trossero. Rome.

qui sert de base à toutes les autres analyses. Cet ensemble de données fournit une vision globale et géographiquement détaillée de la situation dans la zone d’approvisionnement de N’Djamena et révèle des éléments objectifs pour le zonage des interventions et la planification stratégique. le bilan «local» dans un contexte qui représente l'horizon d’auto-approvisionnement des ménages ruraux et périurbains. qui est fondé sur la fraction économiquement accessible du surplus local. Dans le cas d’étude de N’Djamena. sur la base des nouvelles données récoltées dans la zone d’étude (Analyse WISDOM N’Djamena détaillée). |7 . la méthodologie WISDOM a été appliquée deux fois: une première fois pour une analyse rapide sur la base des données immédiatement disponibles pour définir la zone d’étude (EWR) et une deuxième fois de façon plus approfondie. Ce bilan sert à identifier les sources potentielles des systèmes de production de combustibles ligneux pour l’approvisionnement du marché de N’Djamena et d’autres villes. le bilan offre/demande a été effectué à trois niveaux:    le bilan «simple» au niveau de la cellule (ou pixel). le bilan «commercial».Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Afin de décrire la relation dans l’espace entre l’offre et la demande en bois-énergie.

Module sur l’offre Couvert forestier. Population urbaine/rurale. Module d’intégration Zones déficitaires en combustibles ligneux.). . Approvisionnement commercial Formations productives.f. Bassin d’approvisionnement Accessibilité physique autour de la ville. 6. Définition des zones d’approvisionnement durable de la ville. Futurs approvisionnements. Sélection de l’unité spatiale Éléments d’image Unités administratives 2. 1. Productivité. Scénarios futurs. industriel. Classes adaptées à la production commerciale de combustibles ligneux. Occupation des sols. Zones excédentaires en combustibles ligneux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM. Accessibilité physique. Potentiel productif commercial et non-commercial. . Données géostatistiques 1-…-…-…-…2-…-…-…-…- 4. Données socioéconomiques. c. 3-…-…-…-…… n-…-…-…-…- 5. Par unités administratives.type (b. Études locales. Zones prioritaires Par pixel.b. Module sur la demande Consommation de combustibles ligneux par: . 7.secteur (résidentiel. Analyse du bilan offre/demande par zones d’accessibilité.zone (urbaine/rurale). Biomasse ligneuse par classe de couvert. Projections. commercial).d. Aires protégées.d. |8 . 3.

Évaluation WISDOM rapide |9 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 2.

.

Environment and Natural Resources Working Paper. Op. 2005. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. Voir figure 7. carte de la distribution de la population23.. or more people in year 2000. Module «Offre»   carte GlobCover (Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres)16.cit. Italy. n°24. page 12. Rome. page 13. Pozzi. 20 Nelson. Huddleston. page 12. 17 Global Ecological Zone Maps. page 13. page 13.1. 2009. 24 Étude WISDOM globale. F.. GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. Voir figure 4.Products Description and Validation Report. GlobCover . 2000. E. 23 Mise à jour FAO. ESA-ESRIN. 22 Étude WISDOM globale. 19 Drigo. l'analyse a couvert l'ensemble du pays. P. à l’aide d’une carte d’accessibilité physique. carte de la productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible22. Phase 1-Module «Offre». R.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ÉVALUATION WISDOM RAPIDE CARTOGRAPHIE15 L’EWR a servi à produire une délimitation préliminaire de la zone d’approvisionnement de N’Djaména en boisénergie où concentrer la collecte de données détaillées sur les modes de consommation et le potentiel de l'offre. Arino. 2008. et al. Rapport préliminaire pour la FAO. 21 Étude WISDOM globale. Mapping global urban and rural population distribution. Édition 2009. O. utilisée comme base du module «Offre». carte de la productivité de la biomasse21. carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants20. M. Frascati. Rome. pour éclaircir le contexte général et donner une première définition du bassin d’approvisionnement de N’Djamena. Voir Figure 2. Ispra. page 14. carte globale des zones écologiques17 et carte des zones protégées du Centre mondial de surveillance de la nature (WCMC) et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN)18. for FAO Poverty Mapping Project. Ataman. tableau A2. Voir figure 5. Étude WISDOM globale. Op. 2007. Voir figure 8. carte du stock de la biomasse ligneuse19. B. page 13. Les données cartographiques et statistiques déjà élaborées pour le Tchad dans des études précédentes ont permis de produire un premier ensemble de cartes thématiques sur l’offre et la demande en bois-énergie et sur le bilan offre/demande. Ensuite. Op.000. Voir Figure 3. M.cit. pour les noms et descriptions des cartes thématiques produites (page 61). Geoscience and Remote Sensing Symposium. Prepared by Salvatore. 2007. | 11 . 18 World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (WDPA). IGARSS 2007. carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 200524. and Bloise. A. Dans cette première phase. Estimated travel time to the nearest city of 50. Voir figure 9.cit. 23-28 July 2007 Bicheron. Voir figure 6. IEEE International.     Module «Demande»   15 16 Voir annexe 2. page 14. et al. FAO.. il a été possible de délimiter de façon préliminaire la zone d’approvisionnement de la ville..

25 26 Étude WISDOM globale. Op. Voir figure 12. Étude WISDOM globale.3 ha). Voir figure 10. 28 Voir légende en annexe 1. page 14. Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées de WCMC-IUCN. Op.cit. 27 Étude WISDOM globale. Version 2. Voir figure 11. date de référence 2006. page 15. Analyse BBE Module «Offre» Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre»28. page 15.2.cit. carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution moyenne et basse27. carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena26. | 12 .cit. page 59. Op. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration»    carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel25.

| 13 .3 ha). Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse.3 ha).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.3 ha). Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible. Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.

29 Note relative aux figures 8 et 9: les formes visibles dans ces cartes correspondent aux unités administratives de recensement de la population. Résolution: 30 secondes d’arc (pixel de ~ 8.3 ha).3 ha). Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. En t/pixel en équivalent bois anhydre. Le fait qu’elles soient visibles indique que l’algorithme de spatialisation n’a pas été très efficace pour le Tchad. | 14 . Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.3 ha).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Demande»29 Figure 8: carte de la distribution de la population. Module «Intégration» Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Analyse du BBE Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena.3 ha). Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. | 15 . Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne.

et une seconde zone. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena. République du Tchad.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA L’analyse préliminaire a permis de proposer une définition du bassin d’approvisionnement de la ville de N’Djamena (voir figure 12. 2002. La zone relative à 70 pour cent de l’AAD. Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12. la zone 2 a été choisie comme référence pour les phases suivantes de l’analyse afin d’assurer une certaine marge de sécurité. Dans la mesure où l’objectif de l’EWR était de déterminer le territoire pour la récolte de données additionnelles. si la gestion des ressources est très intensive et utilise 100 pour cent de l’AAD. Cette zone peut être suffisante. Zone relative à 70% de l’AAD ~ 180 km ~ 300-400 km Surface totale 2 (km ) 71 000 171 000 Population urbaine 788 800 1 073 200 Population rurale concentrée dispersée 230 500 518 900 1 209 800 3 442 500 Soulignons que la surface de la zone 1 (71 km2) coïncide quasiment avec la surface de la zone originellement définie par l’AEDE comme bassin d’approvisionnement (72. plus réaliste. ECO-Consult/Agritchad. Deux zones ont ainsi été délimitées:   La zone relative à la totalité de l’accroissement annuel disponible (AAD). 60 p. | 16 . Les résultats de l’EWR indiquent une première zone minimale d’approvisionnement. Distance de N’Djamena 1. Zone relative à 100% de l’AAD 2. 30 AEDE.A. dans un rayon d’environ 180 km autour la ville. qui s’étend à 300 km ou plus. qui peut être suffisante à condition de privilégier un aménagement moins intensif et donc plus réaliste. page 15).9 km2)30.

Analyse WISDOM détaillée | 17 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 3.

.

2002.cit..  Inventaires détaillés des Villages «VERT»38 (données utilisées dans le processus de validation). Voir figure 14. 2009.  carte des pentes et réseau routier. ce qui correspond.2. Op. 2009. Op. D’un point de vue pratique. l’analyse a été conduite sur la base de la carte GlobCover31. Cf. disponibles pour toute ou partie(s) de la zone d’étude. Cf. Bicheron et al.3 hectares. Voir figure 18. 2003. date de référence 2006. Voir figure 3. 37 AEDE.cit. Arino et al. Voir figure 15. page 59. Données géo-référencées d’inventaire (voir figure 16. 34 Cette carte couvre la zone d’approvisionnement de N’Djamena estimée dans le PED (1999-2004). Op. Données cartographiques  carte GlobCover33. Cf. page 20. Cette résolution est de 10 secondes d’arc. définie dans le chapitre précédent. Module «Offre» DONNÉES DISPONIBLES Certaines données. 36 WDPA.cit. page 12. les limites de ce territoire ont été déterminées par les tuiles de la carte du modèle digital du terrain utilisées pour l’étude de l’accessibilité.  carte vectorielle de la végétation produite par l’AEDE avec des images Landsat de 200134. Op. page 20):  Inventaire général de l’AEDE. Op. qui ont été réparés afin de permettre les élaborations thématiques relatives à la population et à la consommation. ont été utilisées pour l’analyse WISDOM détaillée.: bref description en annexe 1.cit. sa silhouette est visible en figure 13. en page 20. Op. à la latitude de N’Djamena. Hansen et al. page 21. à des cellules de 306 m x 306 m ou de 9.. B.: annexe 5. Maryland: The Global Land Cover Facility. 35 MODIS Tree Cover map . Version 2. 200237. Voir figure 17. qui définit par conséquence la résolution spatiale de toutes les cartes thématiques produites en format maillages (raster).cit.cit. Découpage administratif Le niveau administratif d’analyse est celui des départements. page 21. 500m MODIS Vegetation Continuous Fields. Cette carte présentait des éléments cartographiques peu cohérents (des espaces vides entre les polygones). 32 31 | 19 .cit. page 20. College Park. Bicheron et al. INSEED. le territoire considéré pour l’analyse détaillée a été découpé autour de la zone 2. Détail spatial d’analyse En absence d’une carte d’occupation des sols récente et plus détaillée. Elles sont présentées ci-dessous. les résultats de la carte par rapport aux résultats d’inventaire (page 73).  carte internationale des aires protégées36.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE Base cartographique d’analyse Selon le résultat de l’EWR. 38 Village exploitant rationnellement son terroir. 33 Arino et al. Op.: bref description en annexe 1. fondé sur la carte fournie par l’INSEED présentant les statistiques démographiques du recensement 200932.à 500m de résolution.  carte internationale de la densité des arbres35. page 59.

Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. | 20 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur). 2002.3 ha). Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre». Figure 15: carte de la végétation AEDE. Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE. 2002-2004.

La carte «réduite» à 10 classes est montrée en figure 15. Après ré-échantillonnage à 10 secondes d’arc. cartographie du stock et de la productivité sur la base (i) des classes d’occupation des sols. les valeurs moyennes relatives aux groupes ont été calculées sur la base des placettes individuelles. page 20. * Dérivée du modèle numérique du territoire à 6 secondes d’arc. comme montre dans le tableau 2. (ii) des valeurs dérivées des inventaires et (iii) des valeurs de pourcentage du couvert arboré de la carte MODIS TC. des paramètres moyens de stock et de productivité de biomasse ligneuse. Suite à l’analyse des convergences et divergences entre les différentes sources cartographiques et d’après les résultats d’ensemble de l’inventaire de l’AEDE 2002. la carte d’occupation des sols GlobCover a été choisie comme base d’analyse. page 20). Les valeurs moyennes de stock de biomasse ligneuse pour les classes d’occupation des sols sont estimées sur la base des échantillons de l’inventaire général conduit par l’AEDE en 2003-2004. à associer aux classes d’occupation des sols de la carte-base. PROCÉDURE D’ANALYSE En considérant les données disponibles. la procédure d’analyse a suivie les étapes suivantes:   élaboration de la carte-base d’occupation des sols.  Carte-base d’occupation des sols. Paramètres de stock. Dans une première phase. L’échantillonnage comprenait 320 groupes de 4 placettes systématiquement distribuées sur la zone d’étude AEDE (voir figures 15 et 16. estimation. comme expliqué en annexe 1 (page 59). Figure 18: carte des pentes* et réseau routier. Les valeurs des groupes ont ensuite permis de calculer les valeurs moyennes par classe d’occupation des sols. sur la base de données d’inventaire.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré). page 23. | 21 . la classification GlobCover originelle a été réduite à 10 classes. Pour mieux exploiter les échantillons de l’inventaire de l’AEDE et faciliter la procédure d’estimation des ressources ligneuses.

Cirad-Forêt. page 23. et la figure 19. Drigo. Les valeurs de stock utilisées sont reportées dans le tableau 2. ainsi que sur la biomasse (ou volume). La différence du stock total (50. page 24. Ces valeurs de l'AAM. Les valeurs de l’AMM pour la variante moyenne sont reportées dans le tableau 3. page 63. La comparaison entre les valeurs de stock et la productivité produites par l'AEDE et celles produites par notre analyse est présentée dans le tableau 4.2. et la figure 20.3 millions de m3 pour les deux études. page 23. Op. et en quelque sorte encourageante. page 23. moyenne et maximale. De la sorte.8 millions de m3 contre 55. sont présentées dans tableau 3. 39 40 CTFT. la productivité durable des formations naturelles est un paramètre moins connu que le stock. Pour représenter cette variabilité. Notable. Op.4 millions de m3) est probablement due à l'influence de la carte d’occupation des sols utilisés. Les valeurs de productivité utilisées dans le rapport d'inventaire de l’AEDE font référence aux inventaires forestiers réalisés dans les régions comparables par d’autres institutions39. mais les valeurs locales de la biomasse varient selon les valeurs locales de couverture des arbres estimées par la carte MODIS Tree Cover. etc. ont permis de produire des estimes provisoires des valeurs d’AAM minimale. en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. Pour la plupart des pays africains. développées pour le module «Offre» de l’analyse WISDOM globale effectuée par la FAO40. page 24. fondées sur des observations de terrain dans le monde entier incluant des données sur l'âge des peuplements forestiers. 41 Hansen et al.cit. mais ne représentent pas la grande variabilité de densité de la végétation qui caractérise ces formations (spécialement dans les grandes catégories de la carte-base). et donc pour moduler les valeurs de stock et de productivité à l’intérieur des classes. l'estimation de l'AAM des formations ligneuses naturelles a été fondée sur les équations qui permettent de déterminer l’AAM à partir du stock (en pourcentage du stock). Ces équations. module «Offre». En absence de données locales.cit. ou l’AAM. tableau A2. Cartographie du stock et productivité. Les valeurs moyennes de stock fournissent une idée du montant total de la ressource. 2009. associées aux classes d’occupation des sols selon les différentes variantes. les valeurs de pourcentage de couverture de la carte MODIS Tree Cover41 ont été utilisées come valeur de spatialisation (proxy values). est la forte correspondance dans l’estimation de la productivité (pour la variante moyenne).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Paramètres de productivité. qui sont les seules sources de données fiables pour l'estimation de l'accroissement annuel moyen (AAM). qui est de 3. | 22 . montre le résultat de la procédure. Les étapes de l’analyse SIG et les produits intérimaires sont listés et décrits en annexe 2. l’inventaire de l’AEDE 2002-2003 n'a pas évalué la productivité. montre le résultat de la procédure sur l’ensemble du territoire d’étude. des formations arborées et arbustives. Or. page 24. la valeur totale de biomasse pour chaque classe reste la même («valeur moyenne» x «surface de la classe»). en raison de l'absence de placettes-échantillons permanentes.

s.s.3 0.2 5.675 4.166 624 7.0 0.970 77. Voir les formules appliquées en annexe 2. m.090 56 2.0 0. page 63.1 82.331 33.s.309 3.434 40.504 0 0 0 0 123.8 # groupes de 4 placettes 16 8 51 171 5 64 2 1 0 2 320 Volume total en 3 m /ha 15.970 77.532 56.0 2.861 0 0 0 0 216.6 Note: l’AAM a été calculé en appliquant les fonctions aux valeurs des pixels de la carte du stock (t/ha). Code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain . tableau A 2.44 16. page 20).059 1.27 9.3 2.301 53 2.0 0.5 80.329 358 4.050 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude.94 4.309 58.147 58 416 0 0 0 0 6.057 408 56.0 29.309 3.802 262.2 9.0 Stock '000 m3 50.329 358 4.057 408 56.434 40.958 24.802 262.7 1.235 % 70.331 33.24 AAM total ‘000 t 1.5 1.090 56 2.224 19.0 1.2 84.5 4.0 1.9 4.6 79. AAM Stock m.0 0.806 48 362 0 0 0 0 5.3 0.0 0.224 19.8 2.576 AAM physiquement et légalement accessible AAM % accessible Accessible ‘000 t 917 43 2.4 86.infrastructure Eau km2 32.710 712 98. 9.532 56.958 24.3 14.62 6.986 AAM % du stock % 4.2 (Module Offre).504 0 0 0 0 123.381 Volume total en tons/ha Stock kt m. volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude. simp code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain infrastructure Eau km 2 MODIS TC% 14.1 1.1 1. page 20).986 32.0 0.9 79.48 12.3 7.050 ‘000 t 29.0 0.0 17.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 2: valeurs de densité. Carte GlobCover révisée à 10 classes (voir figure 13.0 1. | 23 .7 2. (Voir figure 13.675 4.601 2.

043 1. Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse.342 4. Zone AEDE (AREA km : 74.289) Stock Stock «WISDOM» Stock «AEDE» Productivité «WISDOM» MAI MIN Productivité .440 '000 m 50. Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse.820 3. page 20).Maximale Productivité «AEDE» INV AEDE production par strate production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 5 cm production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 10 cm 2 '000 t MS/ an 1.doc (depuis données Forster).Minimale MAI MED Productivité .478 3 '000 m / an 1. (Limitée à la zone cartographiée par l’AEDE présentée dans la figure 14.Moyenne MAI MAX Productivité .359 6.479 3 Source: Rap IFG Res 05.753 55.000 3.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations WISDOM et celles de l’AEDE. | 24 .926 3.071 3.

L’AAM estimé accessible. et les réserves nationales de la faune de Siniaka-Minia et de Binder-Léré (catégorie IUCN IV. accessibilité estimée à 0 pour cent). PRODUCTIVITÉ ACCESSIBLE Appliquée à la carte de productivité annuelle de biomasse ligneuse. Selon l'édition 2009 de la base de données WCMC-UICN des aires protégées. Le résultat brut de l’analyse «cost-distance» a ensuite été segmenté en classes d'accessibilité (en pourcentage accessible) exprimant la fraction de la ressource supposée accessible dans chaque pixel. il existe seulement une aire protégée internationale proche de N’Djamena: la réserve nationale de la faune de Mandelia (catégorie IUCN IV. page 23. accessibilité estimée à 50 pour cent). accessibilité estimée à 50 pour cent). L'analyse de l'accessibilité physique des ressources de la biomasse ligneuse a été fondée sur la carte des routes et autres voies de communication et sur la carte des pentes dérivée du modèle digital du terrain à 6 arc-secondes de résolution (env. La carte de synthèse de l’accessibilité légale et physique est représentée par la figure 21. page 26.  | 25 .  le modèle numérique de terrain (200 m de résolution) transformé en une carte des pentes. la carte d’accessibilité a permis d’estimer et de localiser la productivité qui peut être considérée comme accessible tant du point de vue légal que physique. Cette analyse a été fondée sur les couches de données suivantes:  la carte du réseau routier fournie par l’OCHA Tchad. L'accessibilité de chaque cellule de la carte raster a été calculée en appliquant une analyse «cost-distance». page 26. sont reportés dans le tableau 3. Les autres aires protégées se trouvent aux extrêmes sud et sud-est de la zone d’étude et comprennent le parc national de Manda (catégorie IUCN II.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACCESSIBILITÉ LÉGALE ET PHYSIQUE  L'accessibilité légale. L’attribution de valeurs de pourcentage accessible a été définie sur la base de considérations pratiques.  la carte des lieux habités. montrée dans la figure 22. 200 m). face à l’AAM total. L'accessibilité physique.

avec un coefficient de corrélation relativement faible de 0. Cependant. | 26 .3 pour cent. Par rapport au processus de validation. Les paramètres mesurés dans ces inventaires permettent d’estimer les volumes sur pied (et donc le stock). page 27.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale. une comparaison entre le stock mesuré sur le terrain en 2004 et la carte de stock de biomasse ligneuse a permis de produire des indications utiles sur la fiabilité de la carte. VALIDATION DE L’OFFRE Les fiches de terrain d’inventaires des Villages «VERT» (2004). pour la validation au moins partielle des résultats du module «Offre».5 tonnes par hectare fourni par les inventaires. la comparaison village par village montre des écarts plus forts. la carte WISDOM est assez précise: avec une valeur de stock moyenne de 5. à comparer au résultat de 5. Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne). disponibles auprès de l’AEDE. Ces résultats montrent que. l’écart s’élève à seulement 2.). sont concentrés dans une zone relativement proche de N’Djamena et couvrent des surfaces plutôt limitées.6 tonnes par hectare (m. mais ne donnent aucun élément pour estimer l’accroissement. page 27.s. les inventaires détaillés des Villages «VERT» présentent les contraintes suivantes:  Les territoires intéressés par les inventaires. dans l’immédiat. En revanche. sous forme graphique dans la figure 24. visibles dans la figure 23.48. ont été saisies et traitées pour servir de référence à toutes utilisations futures et. et. sur l’ensemble du territoire inventorié. La comparaison des valeurs de stock de biomasse ligneuse sur pied selon les inventaires des Villages «VERT» et selon la carte WISDOM (limitée aux surfaces inventoriées) est reportée dans le tableau 5.  Ces contraintes ne permettent pas une validation exhaustive des produits de l’analyse WISDOM. page 28.

0 6.1 3.8 4.5 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT». Ces résultats indiquent également une faible précision à grande échelle.0 2.8 7.6 4.6 8.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Ces résultats confortent la validité de l’étude WISDOM pour l’estimation de la ressource en bois à petite et moyenne échelle. Village BougoumenII 83 Torona Salamtini Amkhamsa Bougdour 16 68 54 48 97 798 14 Gourlong Total | 27 .4 5.s.7 6.5 2 8. qui ne permet pas l’utilisation de la carte WISDOM au niveau opérationnel et local et renforce la conclusion que la création d’une nouvelle carte détaillée d’occupation des sols est absolument prioritaire.6 4.8 5 1.5 3. et donc son aptitude à soutenir la formulation d’une stratégie boisénergie. Placettes WISDOM Villages «VERT» # 1 2 4 5 6 7 8 9 Tokoni Karnak Kinkrena 110 162 160 t/ha m.6 5. 7. Stock Stock AEDE inv.1 2. Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT».6 t/ha m. 11.s.7 5.

Cette carte. Op. Les données utilisées sont les suivantes.0 2.4846 0.) selon inventaires detaillées Villages VERT Module «Demande» L‘objectif du module «Demande» en combustibles ligneux est d’analyser. Cartographie.   recensement 2009. en attente des résultats définitifs (probablement en 2012). commercial. données SISA-SAP sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiel. La population. voir AEDE.s. 2011. qui contient les coordonnées et les noms des centres peuplés. page 30. d’estimer et de cartographier la consommation de biomasse ligneuse à finalité énergétique dans les secteurs résidentiel. et sa distribution sur le territoire.0 Stock (t/ha m. Valeurs moyennes de stock par hectare Etude WISDOM contre Inventaires détaillées Villages VERT 14 Stock (t/ha m. À noter que la date de cette carte et la procédure de sa création sont inconnues.cit.0 6.43 42 43 Fournie par l’OCHA Tchad. C’est pourquoi les résultats du recensement 2009 restent la référence principale. public et industriel. Pour une analyse complète et détaillée.  La carte des départements fournie par l’INSEED (correspondante aux données démographiques du recensement 2009). partiellement. constitue le paramètre le plus important. a été utilisée pour la distribution de la population à l’intérieur des départements (voir figure 26. présente en figure 25. Cependant.  Données démographiques et de consommation de combustibles ligneux. | 28 .s. La carte des lieux habités (villages)42.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT». public et industriel à N’Djamena en milieu urbain et périurbain et.0 8.) selon WISDOM 12 10 8 6 4 2 0 R2 = 0. page 30). seuls quelques résultats préliminaires au niveau des départements étaient disponibles au moment de l’étude. commercial. données par département.0 4. en milieu rural.0 10.

elles ont permis de distribuer la population urbaine des départements. page 30). montre les nouvelles données démographiques 2009 par département. AEDE. un habitant de N’Djaména consomme en moyenne 1.cit. qui a été utilisée comme indicateur de spatialisation de la population à l’intérieur des unités administratives.cit. Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois. est issue de ces résultats. on observe que le prix du bois de feu a été multiplié par 3 (de 3540 à 116-132 CFA/kg) et celui du charbon par 5 (de 100 à 500 CFA/kg). | 29 . page 30.14 kg de bois de feu par jour et 0. La consommation par personne relative au secteur domestique dans les différents milieux. page 29).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména CARTE DE DISTRIBUTION DE LA POPULATION La carte en figure 25.cit. chaque individu de N’Djaména consomme en moyenne 1. Op. Op. auquel nous faisons référence pour tous détails. Cet abandon du charbon de bois se fait au profit du bois. du gaz (avec 7 pour cent d’augmentation) et du pétrole lampant (avec 6 pour cent d’augmentation). ce qui correspond à 493 kg de bois (séché à l’air) par an45.: tableau 6.03 kg de charbon de bois par jour. 2011.. page Erreur ! Signet non défini. Op. CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DU SECTEUR DOMESTIQUE La distribution de la consommation du secteur domestique a été fondée sur les résultats des enquêtes sur la consommation de bois-énergie à N’Djaména et ses alentours.. conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP46. Le deuxième élément est la carte des lieux habités (figure 26.35 kg de bois par jour. Les résultats de l’enquête montrent que le charbon de bois. qui était à N’Djamena le combustible principal pour près de 80 pour cent des ménages avant la mesure d’interdiction. 46 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE. 2002. AEDE. associées à la carte des départements et des chefs-lieux de départements. CONSOMMATION DES COMBUSTIBLES DOMESTIQUES D’après les enquêtes sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiels. Sachant qu’un kilo de charbon correspond à sept kilos de bois carbonisé44. décrite en tableau 7. 2011. occupe une place assez marginale actuellement: seuls 13 pour cent des ménages l’utilisent (cf. En comparant les résultats des enquêtes de l’AEDE 2010 et 2011. Également fort a été l’impact sur les prix des combustibles ligneux. qui a vu son utilisation augmenter de 22 pour cent. Utilisation des combustibles principaux avant la mesure d'interdiction % de ménages qui l’utilise 80% 57% 12% 19% Utilisation actuelle des combustibles principaux % de ménages qui l’utilise 13% 79% 19% 25% Combustible Charbon Bois Gaz Pétrole 44 45 Rapport de carbonisation. L’incidence de l’interdiction de la coupe du bois et de la production du charbon de bois (adoptée en janvier 2009) sur la consommation des combustibles domestiques est considérable.

48 Référence à la consommation de bois de service (construction. meubles. la consommation dans les secteurs commercial et public représente à-peu- 47 Valeurs de biomasse ligneuse incluant le bois de feu et l’équivalence en bois de charbon (cf.122 85. : facteurs de conversion. page 71). L’interdiction de la production de charbon de bois a pour effet que la consommation dans ces secteurs est actuellement totalement basée sur le bois de feu.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service. en milieu rural et périurbain) 0. Op. Figure 26: carte des lieux habités ou villages.70 493 404 m de bois / hab. commercial et public a été fondée sur les résultats des enquêtes conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP49. recensement 2009. page 31. etc. et Codipietro./an kg bois m. FAO.90 630 516 (appliqué à la pop. et chefs-lieux des départements. Rome. auquel nous faisons référence pour tous détails. P. Source: INSEED.8 Valeurs/m 1 0. Environment and Natural Resources Working Paper. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur . CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DANS LE SECTEUR INDUSTRIEL COMMERCIAL ET PUBLIC La carte de la consommation dans les secteurs industriel./hab.2 69.57 3 milieu urbain de N’Djamena 0. 2010. Rédigé par Drigo. 2011.s. Source: OCHA. 2011. 49 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE./an kg bois séché à l'aire/hab. Consommation par personne Combustibles ligneux 3 47 Bois de service 48 (estimation) milieu rural 0. | 30 . Ces valeurs sont résumées dans le tableau 8.76 535 438 Figure 25: carte des départements./an milieu périurbain de N’Djamena et chef-lieu départementales 0. annexe 4.) en milieu rural en West Darfur. Selon l’information disponible.7 0. avec données de population 2009.. R.cit.

comprenant les usages énergétiques et bois de service. commercial et public en N’Ndjamena50. Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs. | 31 .276 507 14.287 12.cit. commerce ou institution publique Préparation de boissons alcoolisées (cabarets) Grillades Restaurants Total Briqueteries Maison d’Arrêt Consommation de combustibles ligneux en tonne de bois (séché à l’air) /an 8. La consommation des briqueteries représente (très approximativement) 2 pour cent supplémentaires. 50 AEDE. page 31.220 365 Commercial Industriel Public La carte de distribution de la consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs est disponible en figure 27. Pour estimer la consommation totale. il est donc nécessaire d’augmenter la consommation domestique du milieu urbain d’environ 5 pour cent. Secteurs enquêtés Industrie.504 5. Op.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména près 3 pour cent de la consommation domestique en milieu urbain. 2011. Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena Après les modules «Offre» et «Demande». De plus. une cellule est communément soit une unité de consommation. périurbain.3. Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont vraiment déficitaires ou excédentaires. partiellement. et le contexte «commercial» des marchés de bois de feu et de charbon de bois qui servent les ménages et les industries en milieux urbain et. toutefois. Pour chaque cellule de la carte. qui analyse le bilan offre/demande dans un contexte local de 6 km. le bilan (en kilogramme de biomasse ligneuse par cellule) est le résultat de la différence entre:   l'offre potentielle accessible dans la cellule correspondante de la carte de l’offre accessible. la consommation d’un village entier est localisée dans une cellule unique. les lieux habités sont représentés par des points et. En général. le module «Intégration» a pour objectif d’analyser le bilan entre l’offre potentielle et la demande. Il convient de noter que les résultats du bilan «simple» et du bilan «local». La figure 28. par conséquence. la valeur de la cellule est positive (condition de surplus) si. BILAN SIMPLE Le premier bilan est calculé au niveau de cellule (pixels) de la carte trame. par département par exemple. dans le département de Mayo Lemié.3. l’offre potentielle est supérieure à la consommation. soit une unité de production potentielle. partiellement. présente ainsi le résultat du bilan «local» sur l’ensemble de la zone d’étude. il souligne que le bilan simple ne permet pas de percevoir la réalité du terrain. tableau A. Au niveau de calcul du bilan. Ces éléments sont: 51 Les résultats du bilan simple par département et par zone FUPU sont disponibles en annexe 3.51 Dans les phases suivantes du module «Intégration». il est fondamental pour les phases ultérieures de l'analyse. dans les cellules correspondantes. et. | 32 . Une contribution importante du bilan «local» est de mettre en évidence les éléments de base de la filière commerciale des combustibles ligneux. page 69. ce fait ne présente aucun problème. et la consommation totale de biomasse ligneuse dans la cellule correspondante de la carte de la demande. périurbaines. ne montrent pas de différences significatives. ainsi qu’un détail du bilan «simple» et du bilan «local» sur l’entourage de Guelendeng. Le bilan simple est plus théorique que pratique. page 33. Néanmoins. Dans le bilan simple. dans notre cas d’étude. Ce détail permet d’apercevoir l’effet de l’analyse locale par rapport au bilan «simple». et elle est négative (condition de déficit) si l’offre potentielle est inférieure de la consommation. considéré comme l'horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux. BILAN LOCAL Le bilan «simple» est utilisé pour calculer le bilan «local». lorsqu'ils sont totalisés. puisque la cellule (ici 300 m) est trop petite pour représenter la relation entre la production et la consommation. deux types de bilan offre/demande ont été produits en relation avec les deux contextes principaux qui caractérisent la filière bois-énergie:   le contexte «local» d‘auto-approvisionnement des ménages et des petites industries rurales. le bilan simple représente la relation entre l'offre et la demande au niveau le plus détaillé.

selon la quantité de bois consommé dans les villages et l’offre disponible dans le rayon de 6 km. des futures centrales à biomasse. où les ressources en bois dépassent la demande locale et qui pourraient ainsi alimenter une filière commerciale. Note: les «x» dans les cartes à gauche localisent les villages. la présence des villages n’est pas visible parce qu’ils sont représentés par des cellules individuelles (pratiquement invisibles). | 33 . Dans la carte du bilan «simple» (en haut à gauche). Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km). ainsi qu’à des fins d'exportation.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména   les aires déficitaires. comme ceux des zones urbaines. BILAN COMMERCIAL Les bilans «simple» et «local» impliquent l'utilisation de la productivité durable totale. Le bilan «commercial» est analysé dans le but de déterminer plus précisément la zone réelle d'approvisionnement durable des grands marchés de combustibles ligneux. mais elle ne peut pas être appliquée pour la filière commerciale. Dans ce cas. son but est de permettre l’estimation de la ressource en bois effectivement disponible pour l’approvisionnement de N’Djamena et de contribuer ainsi à la délimitation du BBE de N’Djamena. Cette hypothèse peut être raisonnable pour la collecte de bois de feu par les ménages. L’impa ct des villages devient visible dans le bilan «local» (en bas à gauche). sans limitations. qui ne disposent pas des ressources suffisantes et immédiatement accessibles. et les aires excédentaires.

sur une période de rotation de 15 ans. la production commerciale de charbon de bois et de bois de feu en dessous d'une concentration minimale de tiges et les branches n’est pas économiquement viable.   Redéfinition du BBE Les bassins d’approvisionnement relatifs aux bilans décrits ci-dessus ont été découpés suivant la procédure BBE qui permet de calculer le bilan dans des portions de territoire progressivement plus éloignées autour de la ville de N’Djamena. La difficulté réside dans la définition de ces seuils.2 m3 de bois. tels que les résidus agricoles et/ou par une majeure économie de consommation du bois disponible. dont les résultats sont présentés dans le tableau 11. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 200». À noter que. il ne peut être considéré économiquement accessible. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 3 tonnes ou 5. Si le surplus (excédent disponible après l’approvisionnement local) apparaît en-deçà d’un certain seuil. À noter que. qui a été produite sur la base de la carte de l’accessibilité physique déjà présentée dans le module «Offre».5 tonne ou 2. jusqu’à l’achèvement d’un bilan positif. page 36):  Surplus majeur de 100 kg et déficit majeur de 100 kg/ha/an (bilan «local» > 100 et < 100). les zones d'approvisionnement se référant à chacun d'eux ont été déterminées. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 1. La carte d’accessibilité de N’Djamena et la zone dans laquelle le bilan «local» devient positif sont présentées figure 29. sur une période de rotation de 15 ans. En même temps. tableau A3. Surplus majeur de 200 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 200 et < 200). page 36. sur une période de rotation de 15 ans. | 34 . Ces seuils devraient être évalués en consultation avec des informateurs qualifiés. dont les résultats sont présentés en annexe 3.3. tels que les opérateurs commerciaux de combustibles ligneux. par exemple.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména En fait. En appliquant l'analyse BBE aux scénarios d’offre/demande décrits ci-dessus. les seuils minimaux de productivité (et de stock à la fin de la période de rotation).5 tonnes ou 7. En attente de valeurs fiables de seuils et dans le but d'évaluer leur effet sur la définition du BBE. page 67. conditionnent fortement la dimension du territoire d’approvisionnement et la distance des zones de prélèvement de N’Djamena. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 300». Surplus majeur de 300 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 300 et < 200). Les contours des zones par rapport aux scénarios du bilan «local» et des deux bilans «commerciaux» sont présentés dans la figure 30.8 m3 de bois. L’analyse BBE a été conduite à l’aide d’une nouvelle carte d’accessibilité de N’Djamena. page 69. Dans ce cas.1. Les conditions faiblement déficitaires peuvent être compensées par des combustibles alternatifs. page 44. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 4. tandis que les statistiques des surfaces impliquées par département sont rapportées dans le tableau A3. qui déterminent l’accessibilité économique des ressources. certains niveaux minimaux de déficit peuvent aussi être considérés comme non-influents pour la filière commerciale. les charbonniers et les producteurs de bois de feu.6 m3 de bois. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 100». les seuils suivants ont été appliqués (voir aussi figure 30. page 35. À cause de la faible densité des formations forestières. en annexe 3.

Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite. En outre. | 35 . Comme le met en évidence la figure 30. Du côté de la demande. l'accessibilité économique des ressources est un facteur déterminant pour la durabilité du système d'approvisionnement. dans les régions du Kanem et du Lac. le bilan local). et le seuil de 300 kg donne des garanties nettement meilleures à cet égard. comporte une augmentation considérable du bassin d’approvisionnement. il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena. dans ce cas. Avec ce changement de seuil. l’adoption d’un seuil minimal de productivité de 300 kg/ha/an. par rapport à 200kg/ha/an. les limites de prélèvement passent de 250 à 350 km de N’Djamena.

BBE à bilan «commercial >300». Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km. 3 . représentent les différentes zones d’intérêt pour la formulation d’une stratégie de FUPU. Territoire dans lequel la productivité totale (accroissement annuel accessible) correspond à la consommation totale.Zone périurbaine jusqu’à 60 km du centre-ville. | 36 . Zone délimitée par les arrondissements. 5 . Environ 20 km au-delà de la zone urbaine (définition préliminaire adoptée par le Projet FUPU). Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena DÉFINITION DES TERRITOIRES Les résultats de l’étude ont permis de découper le territoire du projet en plusieurs strates qui. À peu près 40 km au-delà de la zone urbaine (nouvelle définition depuis les enquêtes sur la consommation SISA/SAP).) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an. Ce bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 200 kg/ha/an (m.BBE à bilan «commercial >200». Ce deuxième bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 300 kg/ha/an (m.s. Zone délimitée par les quartiers. Les zones considérées. sont: 0 – Centre-ville.s.) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an. présentées dans la figure 31. 4 . Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km. 2 .Zone urbaine. à partir du centre de N’Djamena. 1 . 6 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an. page 37.BBE à bilan «simple» (ou «local»).Zone périurbaine jusqu’à 40 km du centre-ville.

de productivité accessible (tableau 10). comme montré figure 31. La dernière colonne nous donne les totaux du bilan «commercial > 300» de tous les départements (ou portions de départements inclus dans la zone d’étude). Dans le tableau 9 et suivants. Les deux dernières lignes donnent les totaux du bilan dans chaque zone FUPU (total par zone) et la valeur cumulative à partir du centre-ville (zone 0). ci-dessus.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse. regardons le tableau 12 sur le bilan «commercial > 300» et choisissons la ligne du département 602 «Chari». Pour le département de Chari. en annexe 3. Les valeurs dans les cases de la matrice font référence aux croisements entre ces deux découpages.1. en noir les zones excédentaires. reporte les statistiques relatives aux surfaces et à la distribution de la population. Les valeurs le long de la ligne nous disent que 51 km2 de ce département appartiennent à la zone FUPU 0 (centre-ville). Dans les cases correspondantes. Les lignes représentent le découpage des départements et les colonnes représentent le découpage des zones FUPU. dans la zone 2 il est de -4 970. à partir de la page 67. et choisissons la ligne du département 701 «Ville de N’Djamena». dans les autres tableaux. les résultats de l’analyse sont présentés par zone FUPU et par département. à partir de la page 42. Dans la zone 1 (urbaine) de ce département. Par exemple. Ce département s’étend de la zone 1 à la zone 4 et les valeurs sont toutes déficitaires. Pour un encadrement général de la zone d’étude. | 37 . Comment lire les tableaux de résultats: Les résultats sont présentés sous forme de matrice entre les unités administratives (départements) et les zones FUPU de 0 à 6. regardons le tableau des superficies A3. Par exemple. le total présente un déficit de -78 232 tonnes de matière sèche. les valeurs en rouge signalent les zones déficitaires. l’annexe 3. Dans les tableaux sur le bilan offre/demande. 275 km2 à la zone 1 (urbaine) et 26 km2 à la zone 2 (périurbaine jusqu’à 40 km). dans la zone 3 il est de -14 699 et dans la zone 4 il est de -3 605. le bilan «commercial > 300» est de -54 959 tonnes de matière sèche. nous retrouvons les valeurs de consommation (tableau 9). etc.

La situation imposée par les mesures restrictives interdisant la coupe du bois vert pour la carbonisation ou pour le bois de feu. Des considérations sur l’accessibilité économique de l’offre portent à augmenter encore le territoire d’approvisionnement et. La demande domestique est responsable de la plus grande partie de la consommation (entre 90 et 95 pour cent). L’utilisation de bois de service est considérée très faible en milieu urbain et périurbain. En plus de N’Djamena. mérite une analyse approfondie. pour les facteurs de conversion appliqués.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména LA DEMANDE EN BIOMASSE LIGNEUSE La distribution de la consommation par département et par zone FUPU est montrée dans le tableau 9. industriel et public dans la zone urbaine de N’Djamena (Zones 0 et 1) porte la consommation annuelle estimée à 427. le bassin d’approvisionnement inclue une consommation totale annuelle de quasi 2. L’OFFRE EN BIOMASSE LIGNEUSE  L’offre limitée au bois mort. il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena. mais est estimée. Dans un scenario plus étendu (zone 6. Les autres usages couvrent environ 5 pour cent de la consommation totale en milieu urbain et deviennent négligeables en milieu rural. L’impact des dispositions sur la condition de vie des ménages urbains est certainement très fort. Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement. la consommation totale est de plus de 1.3 million de tonnes. Dans le territoire d’influence de N’Djamena. Sur la base de l’estimation faite par l’AEDE54.cit. page 42. 2011. par conséquence.5 millions de tonnes. la disponibilité de bois mort peut satisfaire la demande du pays pour une période de 4 à 8 ans seulement. en milieu rural. à inclure les consommations d’autres villages. En appliquant ce pourcentage au stock total du pays. 2002.: annexe 4. BBE commercial «>300»).s. AEDE. bilan «simple» ou «local»). commercial. | 38 . Cf. Op. comme indiqué dans le total des deux premières colonnes du tableau 9 (centre-ville + zone urbaine). sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. etc.53 Du point de vue environnemental. ou simplement de réduire sa consommation de bois avec des conséquences probablement négatives sur la cuisson des repas. les données actuellement disponibles permettent seulement une évaluation grossière du stock en bois mort. la potabilisation de l’eau. page 71..)52. à 7-8 pour cent du total. période qui 52 53 Matière sèche. dans les régions du Kanem et du Lac. le bois mort représente 4 pour cent du stock total en bois.Op.cit.087 tonnes de biomasse ligneuse (m. 54 AEDE. prises par le gouvernement en 2009. Dans le territoire où la productivité potentielle et la consommation de biomasse ligneuse se contrebalancent (zone 4. surtout sur la population plus pauvre qui n’a pas les moyens d’acheter des combustibles alternatifs et qui est obligée de payer un prix trois fois plus élevé qu’auparavant pour le bois de feu. la consommation urbaine s’ajoute aux consommations de bois par les populations périurbaines et rurales pour l’énergie et d’autres usages (bois de service). L’utilisation de bois de feu et de charbon de bois par les secteurs domestique.

qui sont utilisés comme combustible dans plusieurs procédés industriels pour la substitution au bois. en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. en l’absence de données sur leur présence dans les formations naturelles.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména peut s’étendre à 6-10 ans en considérant le probable taux de mortalité (et donc de croissance de la ressource disponible) et la réduction de la demande conséquente aux restrictions. avec un bilan négatif (la demande dépasse l’offre) entre 2 et 3 millions de tonnes (boiséquivalent anhydre). l’estimation de la productivité reste approximative. C’est pourquoi l’analyse de l’offre et toutes les conclusions de l’étude WISDOM se référent à la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse. le développement d’une stratégie bois-énergie à moyen/longue terme doit se fonder sur l’aménagement durable de la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse. et en quelque sorte encourageante. L'offre est limitée aux espèces d’arbres et d’arbustes pris en compte dans l'inventaire AEDE. Le stock et la productivité de biomasse ligneuse dans la zone urbaine (zones 0 et 1) sont jugés très faibles (spécialement dans les arrondissements périphériques). comme confirmé par le processus préliminaire de validation fondé sur les données des inventaires des Villages «VERT». La productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement est présentée en tableau 10. Autrement dit. et non seulement sur le bois mort disponible. qui couvrent sans doute la plupart de l'offre potentielle. l’estimation du stock de biomasse ligneuse dans le reste du territoire est jugée plus fiable. Ces valeurs seront révisées sur la base des observations de l’étude sur la FUPU. | 39 . selon le taux de mortalité adopté. La situation est certainement pire dans la zone d’influence de N’Djamena. étant donnée la grande demande de la ville.  L’offre potentielle de biomasse ligneuse. mais. Notable. Par conséquence. il est difficile de mesurer la gravité de la situation. la situation ne présente aucune chance: le taux de mortalité peut couvrir entre 20 et 50 pour cent de la consommation annuelle. Aucune donnée de référence n'a pu être trouvée sur la répartition et la productivité en fruits de palmiers (rônier et doum). nous pouvons produire des éléments utiles à la définition du BBE et à l’identification des départements plus prometteurs pour la production durable de bois de feu et de charbon de bois. sur la base des données d’inventaire 2002-2003 et la carte GlobCover. mais elle s’avère inadéquate à supporter la planification opérationnelle de la filière bois-énergie. Grâce aux données de l’inventaire général AEDE 2002. L’impression d’un épuisement rapide de la régénération des palmiers à cause de leur utilisation est partagée par la plupart des opérateurs. est la presque identité entre la productivité estimée par l’AEDE en 2004 et la variante moyenne WISDOM. Néanmoins. Dans une perspective de durabilité. En absence de placettes permanentes ou d’autres études spécifiques. la précision de l’analyse est considérée adéquate à supporter la formulation d’une stratégie FUPU. page 43. et non seulement du bois mort. La précision de l’estimation de l’offre en biomasse ligneuse est limitée par l’absence d’une carte suffisamment détaillée de l’occupation des sols.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

BILAN LOCAL ET BILANS COMMERCIAUX Les nouvelles informations sur la demande et sur l’offre potentielle, ainsi que la nouvelle carte d'accessibilité de N’Djamena ont permis de produire la carte des bilans entre l’offre potentielle et la demande sur la zone d’étude. Afin de déterminer le BBE de N’Djamena, deux types de bilans sont considérés: le bilan «local» qui analyse l’offre et la demande dans un contexte local de 6 km (horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux) et le bilan «commercial» qui analyse les surplus et les déficits du bilan local dans le contexte d’une filière commerciale.  Bilan local Les résultats du bilan «local» par département et par zone FUPU sont présentés dans le tableau 11, page 44. Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont véritablement déficitaires ou excédentaires, et donc les éléments de base de la filière commerciale de combustibles ligneux (voir figure 28, page 33). Bilan commercial L’approvisionnement de N’Djamena doit nécessairement se baser sur une filière commerciale de production, transport et vente. Le but de l’analyse du bilan commercial est d’estimer le potentiel productif durable économiquement accessible et sa distribution. Les paramètres qui rendent la ressource économiquement accessible, ou non accessible, ne sont pas définis. Plusieurs seuils de productivités minimales ont été considérés pour évaluer leur impact sur la taille du BBE conséquente. Le tableau 12, page 45, reporte le bilan «commercial > 300» le plus conservatif parmi les scenarios considérés, qui donne les meilleures garanties de durabilité tant du point de vue environnemental qu’économique. 55 Comme mentionné ci-dessus, le seuil minimum de productivité (et autres facteurs) qui détermine l’accessibilité économique des ressources en bois doit être défini/validé avec les opérateurs de la région, avant de formaliser le schéma d’approvisionnement. Si d’autres valeurs de seuil s’imposent, il sera possible et assez facile de définir le BBE correspondant. BBE DE N’DJAMENA Le BBE de N’Djamena selon le bilan «commercial > 300» s’avère très étendu: jusqu’à 350 kms de distance de la ville. À partir du tableau 12, il est possible d'identifier les départements inclus dans la zone d'approvisionnement, ainsi que leur contribution potentielle en termes de surplus disponible pour alimenter la filière bois-énergie de N’Djamena. Les départements qui jouent un rôle important dans la filière commerciale (voir tableau 12 et figure 32) sont au nombre de six: Baguirmi et Loug Chari dans le Chari-Baguirmi, Barh Signaka dans le Guera, Mayo Lemié et Mayo Boneye dans le Mayo-Kebbi-Est et Tandjilé Est dans le Tandjilé. Selon l’analyse WISDOM N’Djamena, le BBE commercial est sensiblement plus important que celui adopté dans le Plan directeur d’approvisionnement (PDA) formulé par l’AEDE en 200256. Les raisons

Les résultats du bilan «commercial >200» qui applique un seuil plus bas de 200 kg/ha/an est reportés en annexe 3, tableau A3.4, page 70. 56 AEDE, ECO-Consult/Agritchad;A. 2002. Op.cit.

55

| 40

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

de cette augmentation du territoire ciblé reposent principalement sur l’estimation de la demande et peuvent être identifiées:  La consommation considérée dans l’analyse WISDOM inclut celle des départements situés au nord-est de N’Djamena (régions du Kanem et du Lac), qui sont importants (voir tableau 9, page 42) et qui entrent nécessairement en compétition pour les même sources d’approvisionnement. L’augmentation de la consommation due à l’accroissement de la population urbaine et totale. L’inclusion de la consommation de bois de service par les ménages ruraux, selon des estimations provisoires, qui augmente la pression sur les ressources en bois.

 

| 41

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.
Biomasse ligneuse (tonnes de m.s./an)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

Périurbain jusqu’à 40 km 2

Périurbain de 40 à 60 km 3

BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 36,368

BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 38,347 3,661 6,754 21,684

BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 11,975 35,335 61,657 7,761 3,896 62,656 18,733 16,304

Reste de la zone d’étude

Total zone d’étude

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

10,533 1,860 11,766

4,828 260,074 161,173

35,519 2,198

5,071 29,076

114,723 28,845 18,925

10,251 2,523 494

1,012

13,659

32,912

104,611 73,300 33,673 4,294 54,268 127,365 41,840

42,665 30,764 2,101 408 21,381

10,666 51,870 15,458 47,916 17,106 8,838 12,369 125,805 124,177 1,146 29,295 237,328 72,373 972,663 2,498,888 3,092 10,531 955 37,205 81,492

44,963 105,865

19,504 3,850

260,074 260,074

167,013 427,087

51,377 478,463

67,059 545,523

789,039 1,334,561

545 191,664 1,526,225

122,735 153,011 3,258 76,321 526,026 3,024,914

22,508 111,910 65,318 19,527 130,444 98,268 113,515 423,445 21,256 16,798 104,611 126,631 81,256 90,019 56,369 25,989 127,773 112,091 54,311 90,330 44,963 137,738 129,655 124,177 123,881 182,306 240,586 149,239 3,024,914

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.

| 42

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.
Biomasse ligneuse (tonnes de m.s./an)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

Périurbain jusqu’à 40 km 2

Périurbain de 40 à 60 km 3

BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 14,383

BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 6,590 7,659 56,263 110,333

BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 3,762 7,084 108,141 4,780 82,487 311,373 239,286 64,171

Reste de la zone d’étude

Total zone d’étude

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

658 3 482 10,113

3,102 220 3,625

24,685 485

14,013 16,507

578,048 22,556 79,590

108,473 71,589 2,424

201 377 12,828 23,994

63,852 130,730 41,933 349 3,928 15,676 42,697

61,263 2,628 2 128 14,021

41,734 702 0 716 44,792 6,588 2,837 61,525 73,342 115,261 2,137 43,469 161,279 222,088 1,597,554 3,297,233 0 0 9,776 32,126 42,107

104,078 171,416

66,774 4,554

220 220

7,104 7,324

37,998 45,322

54,715 100,037

1,269,234 1,369,272

193 330,406 1,699,678

1,766 2,064 75,314 225,227 9,832 215,738 807,693 4,104,926

4,420 28,059 116,282 14,893 730,811 66,851 609,769 4,330 310,875 66,595 64,053 233,727 79,132 3,679 3,929 716 15,804 111,286 38,713 44,944 104,078 299,715 79,662 117,325 77,451 268,696 171,111 438,019 4,104,926

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes.

| 43

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages).
Ce bilan a été calculé dans un contexte local de 6 km. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.
Périurbain jusqu’à 40 km 2 Bilan local dans le reste de la zone d’étude -19,333 -62,175 50,363 -3,542 128,173 435,386 288,544 50,280 203 -499 -1,948 -4,425 -39,957 57,843 3,369 -4,689 -50,153 -107,487 -768 -39,753 57,843 -3,502 -4,689 -50,153 -107,487 -768 49,155 -82,826 -2,307 -27,171 -262 -1,741 -18,860 -42,112 95,990 -52,399 -6,995 -44,013 89,606 -67,565 288,787 1,044,983 Bilan local dans l’ensemble de la zone d’étude -19,333 -83,081 50,363 -3,542 596,704 -83,743 497,359 -375,051 288,544 50,280 -39,753 106,998 -3,502 -87,516 -52,460 -27,171 -107,749 -2,509 -18,860 -42,112 60,261 161,687 -52,399 -6,995 -44,013 89,606 -67,565 288,787 1,073,234

Biomasse ligneuse (tonnes de m.s./an)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

Périurbain de 40 à 60 km 3

BBE à bilan local 4 (*) -20,906

Totale BBE à bilan local Cumulative -20,906

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

-55,519 -182,377 -192,034

-10,412 -640

8,449 -12,099

460,082 -5,713 61,972

468,531 -83,743 61,972 -375,051

60,261 65,696

60,261 65,696

-182,377 -182,377

-248,052 -430,429

-13,000 -443,429

-7,871 -451,300

479,551 28,251

28,251

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.

| 44

040 -95 206 -83.377 -191.959 -182.525 -4.964 -29.478 -435.047 97.047 42.350 -11.611 -8.735 -20.970 -561 0 -14.392 -789 64.510 35.268 -78.502 -6.710 177.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement.377 -247.213 60.038 -27.664 46 -182.910 -3.187 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.948 -4.360 735 -37.145 26.716 -455.449 -4.463 20.624 -143 -5.980 -19.864 -55.146 183.017 -37. Pour calculer le total du BBE.125 -429.772 -4.s.635 20 85.980 0 -395 -947 -5.737 -2.448 -293.061 -378. Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de 0 à -200 kg/ha/an) et les surplus inférieurs à 300 kg/ha/an.275 35.275 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 -54.973 -4. il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes.232 292. Biomasse ligneuse (tonnes de m.103 0 -1.672 -55. | 45 .514 -5.689 -20.544 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 0 -299 -9.360 735 Total BBE à bilan commercial «>300» Cumulative 0 -14.164 51.611 -7.354 -76 0 612 -12.040 -95 206 -83.866 20.948 -4.696 77.795 0 27.392 -789 226.663 -94.823 -1.377 -182.164 51.605 47.536 177./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple/ locale 4 (*) -575 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 -13.017 -1.060 -374.624 -94.699 134.510 28.669 -9.371 -990 -12.096 -26.846 313.

215 Carte de l’offre « commerciale» REGION CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI GUERA TANDJILE MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST Autres Départ./an) Zone urbaine NDJ Zone périurbaine Reste de la zone d’approvisionnement -429.275 | 46 . OFFRE «commerciale» Surplus > 300 kg/ha/an (t MS /an) 292.s.047 941 TOTAL 881. Loug Chari Baguirmi Barh Signaka Tandjilé-Est Mayo Boneye Mayo Lemié Carte de la demande « commerciale» Demande «commerciale» Déficit < -200 kg/ha/an (t m.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 32: distribution de l’offre et de la demande.502 -26.360 51. /an) OFFRE «commerciale» .s.194 -405.672 35. La carte du bas montre la concentration de la demande «commerciale» (zones rouges). La carte du haut montre les départements inclus dans la zone d'approvisionnement et leurs contributions «commerciales» potentielles (zones vertes).268 177.060 226.940 Consommation Bilan «commercial» (t m.Demande «commerciale» 20.866 97.244 TOTAL -860.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Conclusions et recommandations | 47 .

.

tandis que celui du charbon de bois a été multiplié par cinq. mais encore elles pourraient s’avérer inefficaces. le BBE doit en effet couvrir un territoire qui s’étend jusqu’à 350 kilomètres de la ville de N’Djamena. tant d’un point de vue environnemental que socioéconomique. de promouvoir une forte composante environnementale sur la base d’arguments aussi bien techniques que politiques. des cartes détaillées sur l’état et sur les changements du couvert forestier. pour être durable. Les résultats de l’analyse montrent que le bilan offre/demande peut être satisfait sur l’ensemble du BBE de N’Djamena. grâce à l’élaboration de plans de gestion rationnels.    AMÉNAGEMENT FORESTIER DURABLE ET PARTICIPATIF  L’objectif d’impulser une politique efficace dans le secteur bois-énergie est un incontestable défi. le développement de programmes d’aménagement forestier durables et participatifs doit rester essentiel. 57 | 49 . L’expérience du Projet énergie domestique (PED). les données actuellement disponibles ne permettent pas de formuler des plans locaux d’aménagement forestier durables et participatifs.    Le prix du bois de feu a triplé. Au nombre des leçons tirées de l’expérience PED. qui est la plus plausible. seront absolument nécessaires. L’analyse WISDOM permet de bien encadrer la situation générale. on retiendra la nécessité de corréler la gestion des revenus générés par la filière (très élevés dans le PED) à un système efficace de suivi des conditions environnementales et à une gestion forestière durable (plutôt faibles dans le PED). Dans cette optique. à cet égard. Aussi les mesures interdisant l’exploitation du bois vert ne semblent-elle pas adaptées: non seulement elles pénalisent les plus vulnérables.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONCLUSIONS PRINCIPALES Aspects généraux INTERDICTION OU GESTION ?  La disponibilité de bois mort ne pourra satisfaire durablement tous les besoins en bois de feu. Il conviendrait. afin de bénéficier de leurs succès tout en évitant leurs écueils. Mais. doivent être soigneusement analysés et pris en compte dans un futur programme de gestion. entre 1999 et 2004. dans la mesure où il est difficile de contrôler les flux de bois. il est préférable d’apprendre à gérer la ressource durablement. les données récoltées et les simulations rassemblées par l’étude WISDOM de N’Djaména pourront être utilisées afin de mettre en œuvre une gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses. ainsi que le modèle de gestion des Villages «VERT». Pour protéger l’environnement. à la formation des agents et à un appui à la filière. quelle que soit l’approche choisie. à la condition qu’un système d’aménagement durable soit mis en place et que les solutions soient adaptées aux conditions locales spécifiques. Pour atteindre cet objectif. Le BBE de N’Djamena s’avère très vaste. ainsi que des données fiables sur la productivité. depuis l’adoption de ces mesures en 2009. qui éprouvent des difficultés croissantes devant l’augmentation des combustibles ligneux57. Selon l’hypothèse du «bilan commercial > 300». toutefois.

solaire. il est conseillé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System»58 (LCCS). VIABILITÉ ÉCONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE  La marge entre la demande et le potentiel de croissance est très limitée et la viabilité économique des systèmes commerciaux d’approvisionnement du bois doit être soigneusement évaluée. il sera possible d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de bois de feu. électricité.  Données et planifications CONCERNANT LES DONNÉES DISPONIBLES ET CELLES NÉCESSAIRES POUR LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES LIGNEUSE La formulation des plans de gestion pour l’approvisionnement de combustibles ligneux dans le BBE de N’Djamena et. | 50 . agriculture.  la cible de stratégies énergétiques alternatives visant à réduire la demande par la diffusion des foyers améliorés et par des programmes de promotion de combustibles alternatifs au bois (i. Sur cette base.  58 Système de classification de l’occupation des sols. Les systèmes de production de combustibles ligneux et leur viabilité économique et environnementale doivent être discutés et définis avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux. de limiter au minimum les dépenses. gaz. Données sur l’approvisionnement potentiel.  les zones prioritaires pour l’établissement de plantations forestières et/ou de pratiques agroforestières visant à l’augmentation de l'offre. la nature et la distribution des ressources. Ces paramètres d’accessibilité économique doivent être utilisés pour affiner l'analyse WISDOM afin de déterminer:  la portée et les objectifs de la composante «gestion forestière» dans les zones où le bilan est positif grâce aux ressources existantes. Pour bien comprendre les dynamiques en cours et estimer de façon fiable les taux de déforestation et de dégradation. l’actualisation du plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena nécessitent des données détaillées. fiables et récentes. L’analyse WISDOM N’Djamena a permis de faire le point sur les données disponibles et d’identifier les lacunes d'information les plus importantes. La priorité doit être donnée à la production d’une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad (ou. il est par ailleurs recommandé de réaliser le suivi du couvert forestier sur la base de données satellitaires multi-temporelles.  Le Tchad ne dispose d’aucune carte d’occupation des sols. ce qui constitue une lacune majeure. selon les résultats de l’analyse WISDOM). En effet. pastoralisme. aucune gestion n’est possible sans connaitre la quantité. Dans ce but.). elle permet de circonscrire la récolte des données aux zones effectivement nécessaires et. etc. Ses lacunes concernent surtout la distribution des ressources ligneuses et leur potentiel productif durable. en priorité. Cette carte devra être suffisamment détaillée et adaptable à tous usages (foresterie.e. pour le bassin d’approvisionnement de N’Djamena. obtenir ces informations sur de vastes surfaces pourrait s’avérer coûteux. etc.). Une contribution importante de l’analyse WISDOM à cet égard concerne l’identification des zones prioritaires d’intervention. donc. tels que les départements et les territoires où la gestion forestière doit se concentrer. spécifiquement.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména  Pour autant. Ce travail devra couvrir les dix dernières années et pourra être efficacement intégré aux travaux de production de la carte d’occupation des sols.

Données sur la demande en combustibles ligneux. par qualité. il sera dans un premier temps possibles de fournir une estimation préliminaire de la productivité. à fournir une définition préliminaire du bassin d’approvisionnement et. il conviendrait d’établir un réseau de placettes permanentes. il serait nécessaire de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. Les résultats de l’analyse détaillée sont très proches des conclusions préliminaires de l’EWR. toutefois. | 51   . Le Tchad ne dispose pas de données sur l’accroissement durable des formations forestières (l’inventaire forestier AEDE 2004 n’a pas produit de données sur l’accroissement). Cela permettra d'orienter le processus de formation sur des problèmes réels et pratiques et garantira la meilleure appropriation de l’outil WISDOM. Néanmoins.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména    L’inventaire forestier conduit en 2004 par l’AEDE. il serait utile de réaliser des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (sur un rayon d’environ 400 km). SUR L’APPROCHE CHOISIE L’EWR s’est avérée apte à prendre la mesure de la situation. même s’il apparaît déjà un peu ancien. ainsi que la productivité durable des formations ligneuses.) sur l’ensemble du pays. si les données géoréférencées de l’inventaire sont mise en relation avec une carte actualisée de la végétation/occupation des sols (premier point ci dessus). Pour permettre de maintenir. Toutes contributions et critiques compétentes qui pourraient améliorer l'interprétation des données existantes ou qui fourniraient des références nouvelles et plus fiables seraient les bienvenues. Compte tenu des limites des données existantes. Afin de procéder rapidement dans à la formulation du PDA de N’Djamena. il serait souhaitable de produire de façon prioritaire et urgente la carte d’occupation des sols du bassin d’approvisionnement de la ville (selon les résultats du WISDOM) et d’exploiter les données d’inventaire. en analysant l’accroissement accru dans des placettes dont on connait la date de la dernière exploitation. les données sur la demande dans la région urbaine et périurbaine de N’Djamena sont meilleures que celles sur l’offre. il est indispensable de conduire un inventaire forestier national.  Les données sur la demande en bois de feu et charbon de bois sont essentielles pour formuler des plans de gestion et des schémas directeurs d’approvisionnement. à proposer une délimitation de la zone où récolter les données additionnelles. Il est donc nécessaire de recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèce. d’actualiser et. ainsi. Au-delà des mesures plus immédiates et urgentes visant N’Djamena et son bassin d’approvisionnement. peut encore être utile pour l’estimation du stock en biomasse ligneuse. d’utiliser la base des données WISDOM comme aide permanente à la planification. et pour permettre de formuler des plans de gestion forestiers au niveau national et des PDA pour toutes les villes du Tchad. APPROPRIATION DE L’OUTIL WISDOM  L’appropriation de l’outil WISDOM par les institutions nationales reste très faible car celles-ci ne disposent d’aucune unité technique capable de gérer les données géostatistiques à la base de cet outil. L'analyse WISDOM et sa base de données géostatistiques relèvent davantage du prototype que d’un système structuré stable. le développement du WISDOM N’Djamena a impliqué certaines suppositions et des attributions de valeurs provisoires. Pour estimer de façon fiable cette productivité durable. Actuellement. finalement. Les activités de (i) renforcement des capacités nationales de gestion des données géostatistiques et de (ii) création d’un système stable d’aide à la planification stratégique et opérationnelle doivent être accomplies en concertation. etc.

dans le BBE de N’Djamena: de récolter des données sur l’accroissement des formations naturelles et d’estimer leur potentiel productif durable. l’absence de données sur l’accroissement des formations naturelles.  APPROPRIATION Pour pallier l’absence d’unité technique capable de gérer des données géostatistiques et de les exploiter à des fins de planification. qui servira de soutien au programme. l’adoption du système de classification LLCS est recommandée. il est recommandé de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. il est recommandé d’ajouter une forte composante environnementale. Dans le cadre d’une nouvelle politique du secteur bois-énergie et du développement des programmes d’aménagement forestier durables et participatifs. représente un manque réel: ces observations de base sont en effet indispensables à toute action de gestion durable des ressources forestières. tant d’un point de vue technique que politique. À moyen/long terme. qui constituent certes une source bioénergétique. Dans cette optique. cette production ne saurait être recommandée si sa pratique induit un impact négatif sur la régénération des doums. il est recommandé de concevoir des actions visant à renforcer les capacités institutionnelles de planification et la pleine appropriation de l'expérience WISDOM par les entités compétentes du gouvernement. Pour estimer de façon fiable la productivité durable.   DONNÉES L’absence d’une carte d’occupation des sols suffisamment détaillée et récente constitue un handicap majeur. Afin d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de combustibles ligneux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména RECOMMANDATIONS Les recommandations spécifiques et opérationnelles sont formulées sous forme d’actions prioritaires présentées en tableau (ci-après) et incluses dans le document de stratégie pour la FUPU de N’Djamena. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèces. mais dont on mesure encore mal le potentiel et les incidences de la production sur l’environnement. incluant les protocoles de mise à jour et de maintenance. Les recommandations principales sont:  Dans la mesure où la disponibilité de bois mort ne peut pas satisfaire durablement les besoins de bois de feu du pays. Afin de maintenir l'analyse WISDOM «vivante» et de la rendre efficace pour la planification future. au niveau national: de conduire un inventaire forestier national.) sur l’ensemble du pays. Une attention particulière sera portée aux fruits de palmiers (rônier et doum). par qualité. adaptable à tous les usages. il est recommandé de retirer l’interdiction d’exploitation du bois vert et de lancer un programme de gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena. ainsi que la productivité durable des formations ligneuses. etc. pour l’ensemble du pays. | 52 . tels que l’unité responsable de l’aménagement forestier et l’AEDE. ainsi qu’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. Ainsi. sur la base des données récoltées et des simulations proposées par WISDOM. arborées et arbustives. il est recommandé d’établir des liaisons avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux de la filière bois-énergie. Par ailleurs. Il est donc recommandé:  À court terme. il est aussi recommandé d’établir un réseau de placettes permanentes. il conviendrait donc de produire prioritairement une nouvelle carte d’occupation des sols.

Mise en place de placettes permanentes pour l’estimation de l’accroissement annuel des formations naturelles. Mise à jour des données (collecte d’information. Certaines de ces actions répondent plus spécifiquement aux problématiques soulevées dans le cadre de l’étude WISDOM. CNAR. Activités 1.  OS2: promouvoir les sources d’énergie de substitution au bois-énergie.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACTIONS PRIORITAIRES La stratégie et le plan d’action pour la promotion de la FUPU à N’Djaména se déclinent selon quatre axes stratégiques. BADEA . 3. FAO. lire: FAO. BM . 2012-2013. Suivi de la dynamique de la végétation et de l’occupation des sols sur données satellitaires multitemporelles. 2011. Il est soustendu par deux objectifs spécifiques:  OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières en vue de l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres urbains du bassin. Action 1. 2. 60 61 Partenaires techniques et financiers 2013-2014. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména. FFBC . DFLCD. qui vise l’objectif global de contribuer à l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique. CNAR. CNAR. 59 | 53 . AFD. 61 Banque mondiale. Cet objectif est identifié comme une alternative à la question énergétique et se propose de donner des orientations pour l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres de la zone périurbaine. Périodes 2012-2013. DFLCD. inventaires des ressources et cartographie). Rome. 62 Commission des forêts d’Afrique centrale. qui vise l’objectif global de contribuer à la préservation et la restauration des terres et des écosystèmes dégradés. DFLCD. Diagnostics et collectes d’informations socio-économiques. 65 Banque africaine de développement des États arabes. BAD . Pour prendre connaissance de l’ensemble des actions définies dans ce cadre. L’axe 4. 63 Fonds forestiers pour le bassin du Congo. Cartographie et inventaire des ressources forestières. Pour rendre opérationnelle cette stratégie. en particulier:  OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation existants dans la zone urbaine et périurbaine. Structure responsable DFLCD. UE. 4.  Axe 2. 110 pages. Lutte contre la déforestation et la dégradation des terres OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation exi stants dans la zone urbaine et périurbaine. un certain nombre d’actions correspondant à chacun de ces axes stratégiques ont été identifiées pour la première phase de mise en œuvre59. 62 63 64 65 COMIFAC . Il s’agit des actions de:  L’axe 2. université de N’Djaména.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5. 60 Banque africaine de développement. 64 Banque islamique pour le développement. À partir de 2014. ONG. BID .

2012-2013. 2012-2013. 3. AEDE. 66 État Tchadien. 67 2012. FAO. 4. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2013. Actualisation des couches informatives nécessaires à la planification et gestion durable des ressources forestières afin d’assurer l’approvisionnement durable de combustibles ligneux. Renforcement des capacités nationales pour la gestion. BAD. FAO. DEPS . MERH. DFLCD. BM. CNAR. PNUD . Dotation de ces services en moyens et équipements nécessaires. Produire une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad qui soit adaptée à tous les usages. gestion. BID. BAD. État Tchadien. 2. 2. 68 66 67 Direction des études. Réalisation des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (rayon d’environ 400 km). PNUD. Action 2. 68 Office national de développement rural. AEDE. ONDR . le suivi et le contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djamena. UE. Recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. Programme des Nations Unies pour le développement. Gestion de l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières. BID. Il est recommandé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System» (LCCS). DFLCD. Périodes Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012. Évaluation du potentiel bois-mort afin de prendre des mesures à temps pour contrer l’effet de l’épuisement du stock bois-mort. Formation du personnel en planification. AEDE. MERH. FFBC. Périodes 2012. DFLCD. | 54 . FFBC. MATUH. de la planification et du suivi. Évaluation des besoins en moyens matériels et humains au niveau de la DFLCD et de l’AEDE. Activités 1. 3. Activités 1. Action 1.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Axe 4. BM. suivi et contrôle de l’approvisionnement de la ville en énergie domestique y compris la méthodologie WISDOM. UE. DEPS.

BID. Partenaires techniques et financiers 2012-2013.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Action 3. 3. 4. MERH. Réorganisation de la filière sur des bases solides. BAD. État Tchadien. Activités 1. Appui à l’organisation des acteurs de la filière bois-énergie. FAO. MATUH. BAD. Action 4. Structuration d’un SIG à partir des modules WISDOM N’Djamena existants. PNUD. 2. BAD. 3. | 55 . MERH. Actualisation des données sur la filière bois-énergie. SIDRAT. ONDR. Activités 1. BM. 3. 2013. FAO. Structure responsable DFLCD. Conversion des informations de la méthodologie WISDOM dans un SIG. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012. AEDE. Périodes 2012. BID. BID. Élaboration des plans simples de gestion des zones excédentaires en ressource ligneuse pour l’approvisionnement des centres urbains. Priorisation et formulation des plans simples de gestion de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djaména. 69 MEP . Évaluation des expériences de l’AEDE de 2002-2004 concernant les VERT. 69 Ministère de l’énergie et du pétrole. PNUD. État Tchadien. Ministère du commerce. FFBC. Élaboration des plans d’aménagement pour la restauration des zones déficitaires en ressources forestières. Action 5. bureau d’études. BM. Structure responsable MERH. Activités 1. FFBC. DFLCD. PNUD. Suivi et contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie. Périodes 2012. 2014-2016. Périodes 2013. UE. MERH. État Tchadien. DFLCD. UE. Définition des protocoles de mise à jour des couches thématiques et de maintenance du système. 2. BM. AEDE. 2013-2014. FAO. 2012-2013. UE. Création d’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. MERH. 2. Formulation d’un nouveau plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena sur la base des résultats WISDOM et du cadre juridique. FFBC. Partenaires techniques et financiers 2012-2013. CNAR.

MEP. ONG. puis privés. Subvention massive du gaz butane pour le rendre accessible à un grand nombre de la population. AEDE. Action 6. 70 Direction de l’éducation environnementale et du développement durable. Subvention des foyers améliorés de type Save80’ et initiation de la fabrication au niveau national des prototypes des foyers performants. Élaboration et mise en œuvre d’un programme d’information et de communication sur les énergies de substitution au bois de feu. 5. 3. et d’autres combustibles écologiquement durable (briquettes. Vulgarisation des équipements d’économie de bois et des autres sources d’énergie écologiquement durable. Appui aux initiatives privées pour la mise au point et la fabrication des cuiseurs solaire. BID. BM. biogaz…). 2. Activités 1. AEDE. DEEDD . | 56 . Promotion des énergies de substitution au bois et vulgarisation des équipements permettant d’économiser le bois-énergie. DEEDD. Périodes 2012-2016. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2016. DFLCD. 4. MEP. 2013-2016. 70 2012-2016. BAD. DFLCD.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména OS2: promouvoir les énergies de substitution au bois de feu. 2012-2016. État Tchadien.

Vancutsem. Bicheron. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. P. S. P. FAO. Bicheron. H.. Environment and Natural Resources Working Paper. Projet énergie domestique (PED). M. AEDE. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM. E. Achard. C. Indonésie. (UCL). Rédigé par Drigo. Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. 2004. Rédigé par Drigo. F. Trossero. G.. Rome. Rédigé par Drigo. 2003.. P. (Medias-France). 2005.. Prepared by Drigo. Rome. O. IEEE International. D. WISDOM pour les villes. R. for FAO Poverty Mapping Project. Bontemps. (Infram). Defourny. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. Phase 1-Module «Offre». Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). FAO. for the FAO Forestry Department-Wood Energy.. Rome. C. R. R. Rédigé par Drigo. FAO. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena. Mapping global urban and rural population distribution. 2003. Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. M. (GOFC-GOLD).. L. L. M.. Fuelwood revisited.-H. Étude WISDOM globale. C. français et espagnol). Frascati. 2009. ECO-Consult/Agritchad. M. et Babacar. 60 p. O. Geoscience and Remote Sensing Symposium. 2002. M. FAO. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas. F.. FAO. Latham. Drigo.-L. FAO... Arino. (UCL). Bogor Barat.-R. FAO. F. and Bloise. for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). et Gauthier. M. 23-28 July 2007 Arnold. FAO. F. Leroy. Persson. Prepared by Drigo. Defourny. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). Achard. G. Rome. Plateforme WISDOM pour Bangui.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE AEDE. A. vol. Arino. Unasylva 211. 2006. P. (BC). Environment and Natural Resources Working Paper. Global Ecological Zoning. Masera et M. IGARSS 2007. Rome. Rapport préliminaire pour la FAO.. J. pp 36-40 (publié en anglais. J. 2002. Vancutsem. R. Masera et M.. M. Herold. Herold. et Codipietro. (Medias-France). Di Gregorio. Ranera. 2011. Environment and Natural Resources Working Paper n°27. Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. Sambale. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015.. Ataman. (UCL).. et Shepherd. R. R. Brockmann. Rome... Rome. Brockman. (JRC). R. M. 2008. 53. République du Tchad. Plummer. 2007. FAO. J. Bourg. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). 2007.. Witt. F.Products Description and Validation Report. et Salbitano. L. AEDE. 2000. Schouten. (ESA). (ESA).. Gross. rédigé par Doutoum. Huddleston. Trossero. R. M. B. Pozzi. (Medias-France)... C. | 57 . Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. O. Huc. S.. R. 2002. R. 2007. P. République du Tchad. 2009. Köhlin. ESAESRIN.-A. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. M. F. n°24. Prepared by Salvatore. Rome.. 2011. Ranera. C. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur. sous la supervision de Trossero. GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. Leroy. Durieux.-A. O. FAO. GlobCover . WISDOM-East Africa. Rédigé par Forster.. Weber. Rome. ECO-Consult-Agritchad. Rédigé par Drigo.. Rome. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena.-R. République du Tchad. M.

-P. FAO/ Pays-Bas.. FAO/RWEDP. Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. Beyond the woodfuel crisis: people. 1999. land and trees in Africa. Carroll. République du Tchad.000. Leach. A.R. Maryland: The Global Land Cover Facility. or more people in year 2000. A. 1997. R. 2003. C. and Mitchell.. and Sohlberg. Préparé par Djekota. 88 p. République du Tchad. 500m MODIS Vegetation Continuous Fields. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°6. Bangkok. Estimated travel time to the nearest city of 50. Hansen. Nelson. GCP/RAS/154/NET. 230 p. Rome. DeFries. C. Dimiceli. | 58 . Ministère de l’agriculture. 17(4): 291-303. Italy. Rapport général. EarthScan Publications. M. London. M.-K. Mahapatra. 2009.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FAO.. Field doc. Regional Wood Energy Development Programme in Asia. C. 80 pages. J. Rôle et place de l’arbre en milieu urbain et périurbain.. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. Ispra. College Park. Biofuel consumption. and Mearns. and farm level tree growing in rural India. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). R. R. deforestation. 2009. 1988. 2011. INSEED. M. et Djimramadji. Biomass and Bioenergy. A. 50. Townshend. 2008. Résultats globaux.

| 59 . Carte GlobCover et MODIS Tree Cover CARTE GLOBALE D’OCCUPATION DES SOLS GLOBCOVER71 GlobCover est une initiative de l'European Space Agency (ESA) qui a débuté en 2005. Les composites GlobCover sont dérivées à partir du module de prétraitement des GlobCover. Hansen et al. voir GlobCover Portal. dirigé par MEDIAS-France. La méthodologie VCF préserve les détails en améliorant la représentation des paysages hétérogènes par rapport aux autres méthodes de classifications. de la strate herbacées / arbustif et de la terre nue. GlobCover est la carte d’occupation des sols globale à plus haute résolution (300 mètres) jamais produit et validé de façon indépendante. 2003. Pour plus d’information:   voir Arino et al. qui comprend un ensemble de corrections (la détection des nuages. La carte GlobCover est compatible avec le système de classification LCCS des Nations unies développé par la FAO. Les produits VCF sont couches de la carte mondiale représentant des estimations proportionnelles des propriétés de la végétation de base. CARTE GLOBALE DE LA DENSITÉ DES ARBRES MODIS TREE COVER MAP72 La carte globale de la densité des arbres (MODIS Tree Cover map) à 500 m de résolution est un produit de l’application de l'algorithme Vegetation Continuous Fields (VCF) aux données du capteur MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer). Les couches de base incluent le pourcentage de couverture des arbres. la géolocalisation et remapping). 2007 et Bicheron et al. la correction atmosphérique. Actuellement. 71 72 © ESA GlobCover projet. Le projet GlobCover a développé un service capable de fournir des composites mondiales et des cartes du couvert végétal en utilisant les données à 300m de résolution du capteur MERIS à bord du satellite ENVISAT.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANNEXES Annexe 1. l'ESA met à disposition un ensemble de produits couvrant deux périodes: décembre 2004juin 2006 et janvier-décembre 2009.

infrastructure Improductive Improductive Improductive Eau | 60 .260 27.122 Code GlobCover 11 13 14 20 30 40 60 110 120 130 134 140 141 143 150 180 190 200 201 202 210 Classe GlobCover (Ang.decid Op Forest-woodland broadl decid Mix forest-shrub (60)/ grass (35) Mix grass(60)/ forest-shrub(35) Cl-Op Shrubs Cl-Op Shrubs decid Cl-Op Grassland Cl Grassland Op Grassland Sparse vegetation Cl-Op grass-woody swamps (fresh-brakishsaline) Urban-artificial Bare areas Consolidated bare areas Non-consolidated bare areas Water bodies Classe GlobCover (Fr) Cultures irriguées Cultures irriguées (herbacées) Cultures pluviales Mélange culture (60) / végétation naturelle (35) Mélange végétation naturelle (60) / culture (35) Foret Ouverte/Fermée Feuillue sempervirente ou semi-décidue Foret claire et savane ligneuses feuillue décidue Formation mixte foret-arbuste (60%) et herbacée (35%) Formation mixte herbacée (60%) et foret-arbuste (35%) Arbuste Ouverte/Fermée Arbuste Ouverte/Fermée decidue Formation herbacée fermée-ouverte Herbacée fermée Formation herbacée ouverte Végétation naturelle clairsemée Formations marécageuses herbacées ou ligneuses Urbain .293 131 12.475 1.201 302 129.262 28.484 1 5.infrastructure Improductive Improductive mobile Improductive stable Eau Code à 10 classes 6 6 6 4 4 1 1 1 1 3 3 7 7 7 5 2 9 8 8 8 10 Reclassification à 10 classes Cultures Cultures Cultures Jachères Jachères Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Savane arbustive Savane arbustive Savane herbacée Savane herbacée Savane herbacée Végétation clairsemée Savanes marécageuses Urbain .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU 1.098 1 8.356 7.928 365 6 15.947 0 3.788 7.221 7.1: CLASSIFICATION GLOBCOVER POUR LE TCHAD Pixel count 240 121 407323 791012 804682 148 561385 784226 14033 1300862 71 962080 16 373673 207364 39230 599 1640867 2931419 3032347 32420 13884118 Approx. area ('000ha) 2 1 3.) Crop irrigated Crop irrigated (herb) Crop rainfed Mix crop (60)/veg (35) Mix veg (60)/crop (35) Cl-Op Forest broadl everg-s.

NRCE) version raster Accessibilité physique à 10 as (acc_50k_pcmn30 ré-échantillonné à 10 as) depuis la carte originelle travel time map à 30 Aires protégées du Tchad selon la carte IUCN_09_pol_I_VI. TABLEAU A2.000) Carte de la population des villages à 30 sec.d’arc (x 10. sauf autres spécifications. NRCE) 1ere division administrative (2006. d’arc Carte de la population des villages à 10 sec. d’arc Carte de la population rurale à 10 sec-arc (x 10. Valeurs moyens (unité:10kg ) = Int((50 + mai_10mdmd * iucn09_acc) / 100) AAM par pixel légalement et physiquement accessible.1: ÉTAPE 1: EWR TCHAD Tchad filename Base Cartographique tch_glc_eco2 tch_glc tch_1 tch_30as Tch_g2006 tch_sn1 Tch_g2006_sn2 tch_sn2 Accessibilité ac50k10as_30 tch_IUCN09_I_VI Module Offre tch_tc10 stk10kgha_md stk10kg_md Carte du couvert arboré (Tree Cover %) (valeur minimal 1 pour permettre de représenter les formations arbustives) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens par hectare (unité: 10kg / ha) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens (unité: 10kg) = int([stk_ 10kgha_md] * [area10as2] / 100 + 0.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques La projection des cartes est géographique avec système de coordonnées GCS_WGS_1984. Valeurs moyens (unité:10kg ).000) = Int([rs05x9_10as] / 9 + 0.000) = Int([rur05x9_10as] / 9 + 0.000) Carte de la population urbaine à 30 sec.d’arc (x 10.d’arc (x 10. d’arc | 61 . Int ((50 + [maiha10_mdmd] * [area10as2]) / 100) AAM par pixel légalement accessible. Valeurs moyens par hectare (unité:10kg / ha) = Int (pow(stk_10kgha_md.5) AAM par pixel.d’arc (x 10.5) = urb05 ré-échantillonné à 10 sec. NRCE) version raster 2eme division administrative (2006.5 + 0.shp maiha10_mdmd mai_10_mdmd mailac10_mdmd mai_ac10_mdmd Module Demande rur05 rurset05 urb05 rur05x9_10as rur05_10as2 rs05x9_10as rurst05_10as2 urb05x9_10as Carte de la population rurale à 30 sec.5) = rurset05 ré-échantillonné à 10 sec. NRCE) depuis g2006_000_2.000) = rur05 ré-échantillonné à 10 sec. 0.5) * 1.5) AAM (=MAI) par hectare en fonction du stock. Valeurs moyens (unité:10kg ) Int((50 + mailac10mdmd * acc50k10as_30) / 100) v v v Format Description Combinaison des cartes GlobCover et Global Ecological Zone Carte GlobCover du Tchad Masque du Tchad à 10 seconds d’arc (value 1) Masque du Tchad à 30 seconds d’arc (value 1) 1ere division administrative (2006. Les cartes raster ont la résolution de 10 secondes d’arc (pixel de 308 m à l’Équateur).shp 2eme division administrative (2006.

0546) Consommation secteur résidentiel 2005 (kg / 10 as pixel) = merge(hhdmrur05kg.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména urb05_10as2 Carte de la population urbaine à 10 sec.0365) Consommation secteur résidentiel des villages ruraux 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rurst05_10as2 * 0.0456) Consommation secteur résidentiel urbain 2005 (kg / 10 as pixel) = int(urb05_10as2 * 0.5) Consommation secteur résidentiel rural 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rur05_10as2 * 0. 1+2 = 70% AAD) Masque de la zone d’analyse WISDOM N’Djamena | 62 . hhdmrset05kg. 36-65 et > 65 Zones d’approvisionnement (1= 100% AAD.[hhdm_05kg] + 0.5) Balance dans un rayon de 3 km =focalmean balacmd_hhkg (circle 10 mean) * tch_1 Résultats de l’analyse COST-DISTANCE depuis N’Djamena Segmentation de cd_ndja1 en 597 classes Regroupement de classes 1-35.d’arc (x 10.000) = Int([urb05x9_10as] / 9 + 0. hhdmurb05kg) hhdmrur05kg hhdmrset05kg hhdmurb05kg hhdm_05kg Module Intégration balacmd_hhkg balacmdhhf10 Analyse du Bassin Bois-Energie (Woodshed) cd_ndja1 ndja_597 ndja_35_65 ndj35_65 v ndj_65 Balance accessible MAI (md) – consommation secteur résidentiel 2005 (kg/pixel) = Int([mai_ac10_mdmd] * 10 .

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

TABLEAU A2.2: ÉTAPE 2: ANALYSE DÉTAILLÉE WISDOM N’DJAMENA
Carte Base Cartographique tch_0 msk_z_etude tcd_polbnda_int_1m_ocha.shp tcd_polbnda_adm1_1m_ocha.shp tcd_polbnda_adm2_1m_ocha.shp tcd_polbndl_adm3_1m_gaul.shp tcd_watcrsl_rvr_ocha.shp Accessibilité tcd_rdsl_ocha.shp rd_1 dist0 slope6as cd_3 cd3_10as cd3_10as40 acc100_20 leg_acc Format r r v v v v v Description Masque du Tchad (valeur des pixels=0) Masque de la zone d’étude (Dérivée des cartes acc_factor.grd et slope6as.grd) Carte administrative – Niveau 0 Carte administrative – Niveau 1 Région Carte administrative – Niveau 2 Département Carte administrative – Niveau 3 Sous-préfecture ( ?) Réseau hydrologique

v r r r 6as r 6as r r r r

Conversion de tcd_rdsl_ocha.shp à raster «Distance 0» point de départ de l’analyse cost-distance. = (merge(rd_1, rur_pnt, urb09_00)) * 0 Carte de pentes à 6 seconds d’arc Cost-distance (dist0; slope6as) à 6 seconds d’arc cd_3 ré-échantillonné à 10 seconds d’arc cd3_10as reclassé à 40 classes Carte d’accessibilité physique (tentative) . Valeurs de 100% à 20%. Accessibilité légal (réf. IUCN-WCMC) Valeurs en % accessible.

acc_factor

r

Carte d'accessibilité physique et légale. Valeurs en % accessible. = acc100_20 * leg_acc / 100

Module Offre VégétBassin Polygon.shp aede_veg01 tch_glc converge glc_recl10 tch_tc10 tc10_f3

v r r

Carte de la végétation AEDE 2002 - version shapefile Carte de la végétation AEDE 2002 – version raster 10 arcsec Carte GlobCover (10 arc-secondes , 300m) coupé sur les limites du pays. Carte qui montre les zones de convergences et de divergences entre AEDE et GlobCover Reclassification de GlobCover à 10 clases (voir détails en Annexe 5) Carte MODIS Tree Cover % 1 – 100 (valeur 0 déclassifié à 1 pour représenter les formations non arborées) ré-échantillonné à 10 arc-sec Carte MODIS TC «lissée» avec fonction GIS FOCALMEAN (circle, 3)

Stock de biomasse ligneuse

Cartographie du stock de biomasse ligneuse basée sur les échantillons de l'inventaire général_AEDE. Voir archive LC_glc10_INV_volumes_&_aede_map.xls, feuille glc_10cl_INV_gen. recl_glc_recl10_mul_ha.txt = Ficher de reclassification de la carte glc_recl10 avec les valeurs de stock de bois total /ha correspondent à la valeur unitaire de la carte tc10_f3. Avec la reclassification on produit la carte de multiplicateurs qui, multiplié à la carte tc10_f3 , permet d’obtenir la carte de la distribution du stock de bois total /ha Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Carte de multiplicateurs pour bois total /ha

mul2_kgtc

| 63

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména
= reclass(glc_recl10, recl_glc_recl10_mul_ha.txt) Carte de la distribution du stock de bois total /ha. Valeurs en kg de biomasse ligneuse séché à l’aire par hectare = int(0.5 + (mul2_kgtc * tc10_f3)) Stock en t de m.s. (m.s) / ha = stk2_kgha * 0.8191(facteur m.s. / séché à l’aire) / 1000 Stock en t m.s. = stk2_odtha * tch10as_ha00 / 100

stk2_kgha stk2_odtha stk2_odt

mai2_kghamn mai2_kghamd mai2_kghamx

Productivité En kg bois m.s. / an AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs minimales par hectare. (kg bois m.s.) = (pow(stk2_odtha, 0.6) * 7) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs moyens par hectare. (kg bois m.s.) = (pow(stk2_odtha, 0.5) * 15) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs maximales par hectare. (kg bois m.s.) = (pow(stk2_odtha, 0.42) * 30) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs minimales par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_kghamn * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs moyens par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_kghamd * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs maximales par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_kghamx * tch10as_ha00 / 100 AAM accessible. Valeurs minimales par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_odkgmn * acc_factor / 100 AAM accessible. Valeurs moyens par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_odkgmd * acc_factor / 100 AAM accessible. Valeurs maximales par pixel. (kg bois m.s.) = mai2_odkgmx * acc_factor / 100

mai2_odkgmn mai2_odkgmd mai2_odkgmx

accmai2kg_mn accmai2kg_md accmai2kg_mx Module Demande

Carte de la population basée sur la carte administrative dep_09_com_ndj.shp et fichier dep09_rur_urb_coduniq.xls dep_coduniq rur_pnt dep_rurpx00 rur09_00 urb_00 urbndj00 urb09_00 Départements 2009 Pixels de villages Valeur de pop rurale (*100) associée aux départements = reclass(dep_coduniq, recl_dep_coduniq_rur_100.txt) population rurale par pixel (valeurs *100) = dep_rurpx00 * rur_pnt population urbaine de chef-lieu des départements par pixel (valeurs *100) population urbaine de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) population urbaine de chef-lieu des départements et de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) = merge(urb_00, urbndj00) Carte de la consommation domestique Buffer de 60 km autour du centre N’Djamena, qui sert pour distinguer la zone à régime de consommation périurbaine (438 od kg/pers./an) du régime rural proprement dite (516 od kg/pers./an) Zone périurbaine de NDJ révisé à 60 km (val 0)_et zone rural (val 1) (Tchad entier) Valeur de consommation par personne en milieu urbain. Commune de NDJ et

Ndjamena_Buffer.shp p_urb60_rur urb_odkg_pers

v

| 64

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména
autre chef-lieu de département (bois m.s. en kg/personne/an) Consommation urbaine (bois m.s. en kg/pixel/an) = int((50 + urb09_00 * urb_odkg_pers) / 100) Consommation urbaine (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m.s. en kg/pixel/an) = merge(rur_odkg, tch_0) Consommation urbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 12 pixels (3.6 km) (bois m.s. en kg/pixel/an)

urb_odkg urb_odkg0

urb_odkgf12

rur60odkgpers rur60_odkg0

rur60_odkgf9

Valeur de consommation par personne en milieu rural et en milieu périurbain (bois m.s. en kg/personne/an) Consommation rurale (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m.s. en kg/pixel/an) = merge(int((50 + rur09_00 * rur60odkgpers) / 100), tch_0) Consommation rurale et périurbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 9 pixels (2.7 km) (bois m.s. en kg/pixel/an)

hh_60_odkg

Total consommation du secteur domestique (bois m.s. en kg/pixel/an) = urb_odkgf12 + rur60_odkgf9 Carte de la consommation de bois de service Tentative, appliqués à la population rurale et périurbaine Référence à la consommation de bois de service (construction, meubles, etc..) en milieu rural en West Darfur (FAO/FNC, 1995 et WISDOM Darfur). Voir dep09_rur_urb_coduniq.xls Consommation de bois de service (bois m.s. en kg/pixel/an) = int((50 + rur60_odkg0 * 13.5) / 100) Carte de la consommation en autres secteurs Voir dep09_rur_urb_coduniq.xls Consommation dans les secteurs commercial, industriel et publique, estimés à 5.5% de la consommation des ménages urbains (bois m.s. en kg/pixel/an) = int((50 + urb_odkg0 * 5.5)/ 100) Carte de la consommation totale Consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service en milieu urbain, périurbain et rurale (bois m.s. en kg/pixel/an) = urb_odkg0 + rur60_odkg0 + b_serv_odkg + autres_odkg0

b_serv_odkg

autres_odkg0

cons_odkg

Module Intégration Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Balance entre offre accessible (physique et légale) et consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service = accmai2kg_md – cons_odkg

bal2_md

bal2md_f5 bal2mdf20 msk-100_100 msk-150_150 msk-200_200 msk-200_300 bal2md100

Balance dans un contexte locale d’approximativement 6 km Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx. 1.5 km = focalmean(bal2_md, circle, 5) * msk_acc2_1 Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx. 6 km = focalmean(bal2md_f5, circle, 15) * msk_acc2_1 Masque sur les valeurs de bal2mdf20 Masque: 0= -100 . +100 Masque: 0= -150 . +150 Masque: 0= -200 . +200 Masque: 0= -200 . +300 Bilan commercial «>100» = bal2mdf20 * msk-100_100

| 65

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména
bal2md150 bal2md200 bal2md300 Analyse du BBE (Woodshed) Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité (acc_factor.grd et slope6as.grd) définie par la carte msk_acc2_1 cd_ndj3 ndj3_101 ndj4_101 Analyse Cost-distance de l’accessibilité depuis N’Djamena = cost-distance (Ndjamena pnt, cost: cd3_10as10) Stratification en zones d’accessibilité = reclass cd_ndj3 Strates d’accessibilité depuis la ville de N’Djamena ndj3_101 * msk_acc2_1 Les calculs qui sont à la base des bassins-BE sont dans le fichier ndjamena_woodsheds3.xls Zones du territoire FUPU et du bassin BE Combinaison de code des Départements et des zones FUPU-bassin BE. Utilisé pour les sommaires par Département et par les zones du bassin BE Bilan commercial «>150» = bal2mdf20 * msk-150_150 Bilan commercial «>200» = bal2mdf20 * msk-200_200 Bilan commercial «>300» = bal2mdf20 * msk-200_300

terr_fupu terr_dept

| 66

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména

Annexe 3. Statistiques par département et par zone d’intérêt73
TABLEAU A3.1: SUPERFICIES PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT (TABLEAU LIMITÉ AUX DÉPARTEMENTS QUI ENTRENT, PARTIELLEMENT OU TOTALEMENT, DANS LE BBE).
Surfaces (km2)
Coduniq

Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0

Urbain 1

201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102

Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE

Périurbain jusqu’à 40 km 2

Périurbain de BBE à bilan 40 à 60 km simple / local 3 4 (*) 4.778

BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 3.669 653 1.877 2.967

205 51 275

1.381 26

715 1.151

22.377 1.760 1.928

BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 6.056 5.961 10.009 1.062 2.345 8.294 6.804 3.275

Reste de la zone d’étude 7.434 530 59 3.380

Total zone d’étude

% de surface incluse % 37,8 100,0 98,7 8,9 100,0 100,0 100,0 100,0 28,6 36,1 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 27,1 100,0 83,8 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 99,6 100,0 100,0 100,0

2.726 2.491 213

15 30 808 1.807

6.171 10.689 3.359 343 2.809 3.323 4.675

4.279 2.340 106 19 1.963

2.311 6.675 8 7.380 7.085 180 110 1.771 2.726 3.133 81 1.254 4.711 7.192 88.423 185.391 419 8.960 1.292 874 1.543

3.531 4.963

1.805 116

51 51

510 561

2.215 2.776

3.688 6.464

70.705 77.169

5 19.799 96.968

99 72 4.271 6.761 366 5.360 46.850 232.241

13.491 14.939 10.721 4.442 27.314 4.497 15.915 351 9.295 3.488 6.187 17.279 6.004 9.777 2.922 16.340 3.342 15.014 1.053 1.653 3.531 8.538 2.942 3.205 4.352 8.015 5.076 12.557 232.241

(*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire. Pour calculer le total du BBE, il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.

73

Cf.: carte de référence, figure 31, page 37.

| 67

905 13.625 57.201 59.090 Total zone d’étude 17.432 196.588 697 36. Pour calculer le total du BBE.745 49.162 137.497 7.816 31.341 187.251 32.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.818 321.151 1.686 154.814 423.341 242.736 216.234 219.212 88.870 33.981 1.712 610.130 189.741 2.224 96.2: POPULATION (EN 2009) PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT.616.503 4.568 0 27.035 27.341 226.511 45.588 931 338.000.175 0 20.254 2.162 216.334 109.490 37.119 219.449 5.104.322 4.313 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 20.452 197.375.575 259.188 378.892 1.279 17.091 21.241 5.630 63.157 10.985 3.026 9.560 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.909 5.157 33.316 916.447 60.935 28. Habitants Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple / locale 4 (*) 62.034 225.308 844 0 2.711 993.528 160.529 157.002 15.849 59.924 218.839 Reste de la zone d’étude 17.803 94.173 1.251 6.329 0 0 214.294 81.563 130.241.275 219.660.682 188. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.334 1.956 50.627 27.188 389.850 72.332 92.577.234 128.794 5.560 38. | 68 .151 216.432 72.437 6.046 3.020 418.955.532 37.303 6.577.527 142.508 18.653 116.080 104.188 610.520 188.145 71.651 5.045 116.612 33.864 203.142 80.129 192.994 1.082 1.098 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 70.705.051 80.574 610.252 11.012 127.476 67.862 271.

665 -419. Bilan simple dans le reste de la zone d’étude -18.662 -15.097 -2.142 -12.045.476 288.852 -46.865 50.633 600.942 -12.852 -46.797 201 -635 -831 -8.430 86.253 -419.619 49.s.855 -159.3: BILAN «SIMPLE» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.797 -40.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.426 -49.711 34.378 -433.557 57.341 -52.855 -157.725 -259. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.386 96.945 -50.978 -49.548 -10.994 -6.598 -45.918 -40.115 161.986 Bilan simple dans l’ensemble de la zone d’étude -18.598 -45.711 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.417 60.665 472.689 857 49.834 -1.430 86.855 -259.633 128.008 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -1.273 -111.390 -69.297 Biomasse ligneuse (t m.125 -86.666 -82.115 65.344 -445.289 60.431 -2.386 59.945 -50.260 -3.080.100 -25.552 -259.780 1. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.390 -69.964 -4.125 -3.431 8.759 57.969 -805 -15.557 107.986 Totale BBE à bilan simple Cumulative -21.367 -31.440 -25.197 34.116 289.341 -111.780 1.396 -2.569 463. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 69 ._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple 4 (*) -21.994 -6.552 59.964 -4.476 288.273 -280 -1.341 -111.417 496.689 857 -40. Pour calculer le total du BBE. Ce bilan a été calculé au niveau de cellule (pixel) de 300 m.115 65.763 -13.908 -419.619 49.325 -6.713 8.116 59.100 435.267 -31.088 -83.088 -61.588 289.851 50.486 480.

080 Biomasse ligneuse (t m.370 0 0 0 42.350 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain de 40 à 60 km 3 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -54.970 -561 1.584 -2.772 -4.377 -247.038 -27.377 -191.4: BILAN «COMMERCIAL >200» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.017 -37.976 -374. Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de_0 à -200 kg /ha/an) et les surplus inferieurs à 200 kg /ha/an.942 -12.854 41.377 -182.795 -14.398 -4.475 104.854 62.080 7.611 -7.663 -94.371 49.478 -435.502 -6.627 -14. Périurbain jusqu’à 40 km 2 BBE à bilan simple / locale 4 (*) -575 BBE à bilan Total BBE commercial» commercial >200» «>200» 5 (*) 0 0 -13.710 0 0 -37.125 -429.050 402 402 0 0 0 0 142 142 139. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.823 -14.371 0 0 49.525 0 -4. Pour calculer le total du BBE.710 376.861 -1. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 70 .089 -454.959 -182.069 321.719 -132.575 -182.773 83.611 -810 -8.017 0 -76 -94.430 7.449 -4.416 0 -395 -947 -5.560 142.208 -10.980 -18.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.699 331.s.145 59.354 -29.706 -3.043 -77.

la commercialisation. Énergie produite par des combustibles ligneux correspondant au pouvoir calorique net du combustible. en pouvoir calorifique net. FAO. Appartiennent à cette catégorie le bois de feu. Combustible tiré directement ou indirectement de la biomasse. Énergie produite par des sources se renouvelant à l’infini (hydraulique. pyrolyse et torréfaction du bois de feu. le transport. Définitions et facteurs de conversion DÉFINITIONS DE TERMES DE DENDROÉNERGIE CHOISIS74 Bioénergie Biocombustible Biomasse Charbon de bois Bois à brûler Énergie produite par des biocombustibles. la préparation. bois-énergie Combustibles ligneux 74 Ces définitions sont issues de la Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). Cette catégorie comprend le bois à l’état brut et les résidus des industries de transformation du bois. les échanges commerciaux et la conversion de combustibles ligneux en énergie. Bois coupé et fendu prêt à brûler utilisé dans certains appareils ménagers comme les fourneaux. Résidu solide dérivé de la carbonisation. Combustible forestier Bois de feu Énergie renouvelable Systèmes dendroénergétiques Dendroénergie. à l’exception du matériel incorporé dans des formations géologiques et transformé en fossile. distillation. | 71 . Combustible ligneux dans lequel la composition originelle du bois est préservée. dans le cas de combustibles. Le bois a normalement une longueur uniforme et mesure de 150 à 500 mm. solaire. Tous les types de biocombustibles tirés directement ou indirectement de la biomasse ligneuse. Combustible ligneux produit dans des lieux où la matière première n’a pas servi précédemment à d’autres usages. 2004.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 4. éolienne) ou générée par des combustibles renouvelables (biomasse produite durablement). Tous les processus et opérations unitaires intervenant dans la production. Il est tiré directement du bois forestier par un processus mécanique. le charbon de bois et la liqueur noire (cette dernière est négligeable dans le cadre de cette étude car son cycle appartient entièrement à l’industrie du papier). Matériel d’origine biologique. les cheminées et les systèmes de chauffage central. elle est exprimée normalement en unités d’énergie et.

Toutes les valeurs de poids dans le document font référence à la matière sèche. sauf spécification. Un kg de bois séché à l’air correspond à 0.cit.7 tonne de biomasse ligneuse séchée à l’air (environ 12% d’humidité)75 et à 0. | 72 .73 kg de matière sèche carbonisée.573 tonne de matière sèche.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FACTEURS DE CONVERSION DE BASE Le bois de feu et le charbon de bois sont convertis dans leur équivalent en biomasse ligneuse et mesuré en kilogramme ou tonne de matière sèche (m.819 kg de matière sèche. Un kg de charbon de bois correspond à 7 Kg de bois.).s. carbonisé. Op. 75 AEDE. ou à 5. Un kg de charbon de bois correspond à 10 m³ de bois. séché à l’air. Les facteurs de conversion adoptés sont:     Un m3 de bois correspond à 0. 2002.

Op.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 5.5 4.6 11.000 m ) 20 201 30 303 820 613 65 52 003 3 475 0 Volume total par ha 3 (m ) 7.3 18.3 16.cit.6 76 AEDE.0 Savane arbustive Savane arborée Savane boisée Forêt claire Plantation Sous-total: Formations forestières Jachères et arbres isolés Vides Sous-total: Formations non forestières (vides et arbres isolés) TOTAL 1 901 250 2 773 125 7 290 000 7 290 000 55 478 7. | 73 .2 36.3 11.0 0. La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 DISTRIBUTION DES STRATES ET VOLUME TOTAL ET PAR HECTARE PAR FORMATION FORESTIÈRE. 76 Formation forestière Surface (ha) interprétée sur la base des images satellites 2 148 750 1 411 875 753 750 1 068 750 5 625 5 388 750 Surface (ha) déterminée sur le terrain 2 784 375 1 659 375 50 625 16 875 5 625 4 516 875 Volume total 3 (1. 2002.

.

République du Tchad” .Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine 8 PLATEFORME WISDOM POUR N’DJAMÉNA DIAGNOSTIC ET CARTOGRAPHIE DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE EN COMBUSTIBLES LIGNEUX Développé dans le cadre du projet “Appui à la formulation d’une stratégie nationale et d’un plan d’action de foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména.

.

2012 . consultant interna onal spécialiste en système d’analyse WISDOM n de Avec la collabo Angeline Kemsol. Hamid Taga et Charfie Doutoum Agence pour l’énergie domes que et l’environnement (AEDE). la ges on et la conserva on des forêts Organisa on des Na ons Unies pour l’agriculture et l’alimenta on (FAO) Édité par Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis Organisa on des Na ons Unies pour l’agriculture et l’alimenta on Rome. Fonc onnaire fores Division de l'évalua on. Tchad Coordonné et supervisé par Michelle Gauthier. République du Tchad” Rapport préparé par Rudi Drigo.Plateforme WISDOM pour N’Djaména Développé dans le cadre du projet “Appui à la formula on d’une stratégi onale et d’un plan d’action de foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména.

org/forestry Commentaires et suggestions sont appréciés. FAO. afin de faciliter le dialogue et d’enrichir la discussion.org © FAO 2012 . 00153 Rome. «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. villes ou zones ou de leurs autorités. vous êtes prié de contacter: Eduardo Mansur Directeur Division de l'évaluation. ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. 78 pages. Merci de vous référer à la section forêt du site web de la FAO (www. Rome. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation écrite du détenteur des droits d’auteur. Pour plus d’informations. Diagnostic et cartographie de l’offre et de la demande en combustibles ligneux. Italie E-mail: Eduardo. Les informations ci-après peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée.L’objectif de ces publications est de fournir les plus récentes informations sur les activités et les programmes en cours. Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique des pays. la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO Viale delle Terme di Caracalla 00153 Rome.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°8. Division de l’information.org Web site: www. Ces documents de travail ne reflètent aucunement la position officielle de la FAO. Pour citation: FAO.fao. 2012. Plateforme WISDOM pour N’Djaména. Tous droits réservés. Les demandes d’autorisation devront être adressées au Chef du service des publications et du multimédia. Viale delle Terme di Caracalla. territoires.fao.Mansur@fao.org/forestry) pour plus d’informations. Italie ou par courrier électronique à copyright@fao.

Rome Cf. la gestion et la conservation des forêts Département des forêts FAO. L’occupation des terres pour les cultures et l’habitat et. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména. particulièrement en développement. Le but de cette «Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména» est de fournir une vision complète du bilan entre l’offre et la demande de biomasse ligneuse. Cette question préoccupe au premier plan les hautes autorités de l’État qui ont sollicité. autrefois. 110 pages. N’Djaména. 1 | iii . et particulièrement forestières. La construction d’un environnement vert dans et autour de la ville a nécessité en premier lieu la création d’une plateforme de dialogue pour définir. sans toutefois que les solutions préconisées aient eu les effets escomptés. diverses études thématiques ont été au préalable réalisées. le phénomène s’avère inquiétant. 2012. servaient de rempart contre les vents violents et de réserve nourricière pour la population disparaissent progressivement. de concert avec les autorités locales et nationales. Directeur Division de l'évaluation. voire dramatique. une très large concertation a permis de déboucher sur l’élaboration d’une stratégie et de d’un plan d’action pour la foresterie urbaine et périurbaine (FUPU) de N’Djaména1. la croissance urbaine a engendré de sérieux problèmes auxquels les dirigeants des pays. surtout. ainsi qu’une définition objective et minutieuse de la zone d’approvisionnement durable de la ville. une vision commune de ce développement. projets et actions sur le terrain. Ainsi. Le gouvernement a déployé des efforts significatifs à travers la mise en œuvre de programmes.: FAO.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména AVANT-PROPOS Au cours de ces dernières décennies. Eduardo Mansur. En effet. Au Tchad. en 2009. insécurité alimentaire). parviennent difficilement à faire face: les populations ne cessent d’augmenter sans qu’une réelle politique d’urbanisation soit adoptée. Rome. avec pour conséquences inévitables la dégradation de l’environnement physique et l’effondrement du tissu social à l’intérieur des villes et des zones environnantes. Afin d’étayer cette concertation. développée grâce à la méthodologie WISDOM (Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping ou Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux). l’assistance de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour développer une approche plus appropriée d’aménagement et de gestion durables des ressources naturelles. notamment une cartographie analytique du territoire et du bassin d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de N’Djaména. la demande en bois-énergie sont ainsi responsables d’une situation de plus en plus dégradée (avancée du désert. en milieu urbain et périurbain de la ville de N’Djamena. les forêts qui. en particulier autour de la capitale.

.

........................................................................................... 15 DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA .....................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS .......... 3 Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» ....................................................................................... 5 Phase 1........................................................................................................................................................................................... 53 |v ................................................. 6 Phase 2................................ 36 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS ....................................................................................................... 52 Données .............................................................................................................................................. 19 Module «Offre» ....................................................................................... 3 CONTEXTE GÉNÉRAL ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................X DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE ............... 50 RECOMMANDATIONS ................................................................................................... 12 Module «Demande» .............................................................................................................................................................. 49 Données et planifications .................................................................................................................................. III REMERCIEMENTS .............................................. 14 Module «Intégration»........................................................................................................................................ Analyse du Bassin Bois-Énergie (BBE) ....................................................................................................................................................................................................................................... 6 ÉVALUATION WISDOM RAPIDE ......................................... 34 Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena .................................. 52 ACTIONS PRIORITAIRES ....................... 32 Redéfinition du BBE ............................................................................................................................................................................ WISDOM Base .............................................. 11 CARTOGRAPHIE ....................................................................... 49 CONCLUSIONS PRINCIPALES.................. 49 Aspects généraux ... 14 Analyse du BBE ...................................................................................................................................................................................................................................................................................... 3 Le secteur bois-énergie.................................................................................................................................... 16 ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE ................................................................................................................................................. 19 Module «Demande» ..................... VII SIGLES ET ABRÉVIATIONS ............................................................................... 4 LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM ..........................................................................................................................................IX FIGURES ET TABLEAUX .................................................................. 4 L’approche analytique ........................................... 11 Module «Offre» ............................................... 28 Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena .................................................................................................................................................................................................................................................

............................................................................... 67 Annexe 4..... Définitions et facteurs de conversion ...... Carte GlobCover et MODIS Tree Cover .................... 73 | vi ................................................................................................................. 71 Annexe 5...................................................................................................... 59 Annexe 1..................................................................................... La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 ..................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE ........................... 61 Annexe 3........................ 59 Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques ............................................................................... Statistiques par département et par zone d’intérêt .... 57 ANNEXES ...................................

le secrétaire général adjoint. Djékota Christophe Ngarmari. et de l’équipe des consultants nationaux du projet. 2 3 Projet développé par la FAO.    En appui à cette équipe. Nous remercions par ailleurs le Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (MERH) qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de ce projet. Monsieur Hassan Térap et son successeur Monsieur Mahamat Béchir Okormi. le directeur de la Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (DFLCD). de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs3 (OCHA). Madame Michelle Gauthier. consultant international. Tchad. nous tenons à mentionner les personnes suivantes: L’équipe nationale a été coordonnée très efficacement par Monsieur Djimramadji Alrari. Tchad. le secrétaire général du ministère. | vii . Division de l’économie. la gestion et la conservation des ressources forestières. consultant international principal du projet. du projet FAO «Système d’information sur la sécurité alimentaire/Système d’alerte précoce» (SISA/SAP)2. Tchad. et Monsieur Moctar Diphane. Monsieur Porgo et son prédécesseur. coordonnateur et auteur du document. de l’Institut national des statistiques. des politiques et des produits forestiers. en particulier son ministre de tutelle. lesquels ont également été associés au projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de FUPU à N’Djaména» *TCP/CHD/3203 (D)+. chef de service à la DFLCD et coordonnateur national du projet. et Monsieur François Besse. assisté par Monsieur Djabou Guindja Sakou et Monsieur Ali Belgoto Alhadj. spécialiste en foresterie urbaine. Division de l'évaluation. consultants nationaux au sein de l’AEDE. chargée du programme de FUPU à la FAO. L’équipe d’experts chargés de la composante bois-énergie pour la conception et rédaction du présent document comprenait les personnes suivantes:    Mademoiselle Charfie Doutoum.  Parmi les personnes et les institutions qui ont soutenu ce projet en fournissant conseils et données. Monsieur Abakar Zougoulou. Elle a compté sur la collaboration de M. Monsieur Mouhyddine Mahamat Saleh. fonctionnaire forestier. des études économiques et démographiques (INSEED). directeur général de l’Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (AEDE).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé au processus d’élaboration de la plateforme WISDOM pour N’Djamena. Monsieur Souleymane Gueye. nous souhaitons citer:    Monsieur Ngabo Guila Ngague. spécialiste en système d’analyse WISDOM. Madame Angeline Kemsol et Monsieur Hamid Taga. Monsieur Sandjima Dounia. Rudi Drigo. fonctionnaire forestier. Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies). Monsieur Florian Steierer. Monsieur le docteur Robert Madjigoto.

Tchad. assistant au représentant chargé du programme. Messieurs Alaina Yacoub Possey. à l’exécution de ce projet. nous souhaitons exprimer notre reconnaissance: À l’équipe de la représentation de la FAO au Tchad. notamment son Excellence Monsieur Germain Dasylva. du programme Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (SIDRAT). qui s’est chargée de la correction-révision et de la mise en pages de ce document. représentant de la FAO au Tchad. Tchad. À Madame Anne-Gaëlle Abhervé-Quinquis. de quelque nature que ce soit. éditrice pour la FAO. Tchad. du Ministère de l’aménagement du territoire. Monsieur Batedjim Noudjalbaye.  | viii . et à tout le personnel qui a apporté son appui. du Centre national d’appui à la recherche (CNAR). assistante chargée de l’administration et des finances. de l’urbanisme et de l’habitat (MATUH).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména     Monsieur Job Andigue. Adirdir Abdel Samat. Abba Mahamat Diguia et Abakar Oumar Ali. Monsieur Joseph Libar. Madame Wahilo Diguera. Enfin.

1999-2004 (Tchad) Système d’information géographique pour le développement rural et l’aménagement du territoire (Tchad) Village exploitant rationnellement son terroir (Tchad) | ix . des études économiques et démographiques (Tchad) Ministère de l’aménagement du territoire.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména SIGLES ET ABRÉVIATIONS AAD AAM AFD BBE BM EWR FAO FUPU GlobCover LCCS MODIS TC m. OCHA ONG PNUD PREDAS Raster SIG SISA/SAP UE WCMC/UICN WDPA WISDOM Accroissement annuel disponible Accroissement annuel moyen Agence française de développement Bassin bois-énergie (woodshed) Banque mondiale Évaluation WISDOM rapide Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Foresterie urbaine et périurbaine Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres Land Cover Classification System-système de classification de l’occupation des sols (FAO) Carte internationale de la densité des arbres (Tree Cover map) basée sur les données satellitaires MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) Matière sèche (à 0% d’humidité) Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Organisation des Nations Unies) Organisation non-gouvernementale Programme des Nations Unies pour le développement Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel Cartes numériques au format maillages composées de cellules d’égale dimension Système d’information géographique Système d’information de sécurité alimentaire-Système d’alerte précoce (Projet FAO) Union européenne Centre mondial de surveillance de la nature/Union internationale pour la conservation de la nature World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (2009) Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping -Cartographie intégrée de l’offre et de la demande en combustibles ligneux Sigles spécifiques à ce document: AEDE BAD BADEA BID CNAR COMIFAC DEEDD DEPS DFLCD FFBC INSEED MATUH MEP MERH ONDR PDA PED SIDRAT VERT Agence pour l’énergie domestique et l’environnement (Tchad) Banque africaine de développement Banque arabe pour le développement en Afrique Banque islamique pour le développement Centre national d’appui à la recherche (Tchad) Commission des forêts d’Afrique centrale Direction de l’éducation environnementale et du développement durable (Tchad) Direction des études. de l’urbanisme et de l’habitat (Tch ad) Ministère de l’énergie et du pétrole (Tchad) Ministère de l’environnement et des ressources halieutiques (Tchad) Office national de développement rural (Tchad) Plan directeur d’approvisionnement (Tchad) Projet énergie domestique soutenu par l’AEDE.s. de la planification et du suivi (Tchad) Direction des forêts et de la lutte contre la désertification (Tchad) Fonds forestiers pour le bassin du Congo Institut national des statistiques.

............................................................................................................... 31 Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km)........................................ 30 Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs.............. 21 Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse.................................. 30 Figure 26: carte des lieux habités ou villages....................................................................... .......... .............................................................................................................................. ..................................... ............... 12 Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées d’IUCN -WCMC. . ...... ............................................................................. 35 Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an.... dans ce cas.............................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FIGURES ET TABLEAUX Figures Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM............................ ...................................... 37 Figure 32: distribution de l’offre et de la demande................................................................................ 14 Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena..................................... ....... 13 Figure 8: carte de la distribution de la population...................... 26 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT»...................... le bilan local).. ...... 27 Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»................................ ................................... .................................... ................................. ..... ............................ ............................................................................... ......... 15 Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne....... ... .............................. 24 Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse.............................. 20 Figure 15: carte de la végétation AEDE.................................. 8 Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre».................................................................. 13 Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants.............. 14 Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel............................................................................ 36 Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse...................................................... comprenant les usages énergétiques et bois de service......... 13 Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible..... ........................................................................................... 14 Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005.......................................... 13 Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse.................................... ............................ 2002-2004................... 26 Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne)............................................................................... avec données de population 2009....... 21 Figure 18: carte des pentes* et réseau routier................................................ ........... ............ 24 Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale........... 33 Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite.... 20 Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre»..... 2002............... 20 Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE........................................................................................... 46 |x ................. 20 Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré)............................ .................................................................... 12 Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse...................... 28 Figure 25: carte des départements............... ............................................................. .. ............. 15 Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur)................................... ...................................... ... et chefs-lieux des départements..................................................................................................................

.................... ......................................................................................... .................................................................. 29 Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service............................. ......................................................... 27 Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois............................................................ ................................................................................ 42 Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement......... ..... .................................................................. volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude................ 44 Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement............ 30 Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel...........................Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableaux Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12................. commercial et public en N’Ndjamena.... 23 Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations «WISDOM» et celles de l’AEDE............................................................................................... ................................................................................. ........................................................................................................................................................................ 31 Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement......................................................... ................................................................................ 24 Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT»..... 43 Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages)............. 45 | xi ............................................ 23 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude......... ......... ...... 16 Tableau 2: valeurs de densité......................

.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 1. Définition et méthodologie de l’étude |1 .

.

où la demande urbaine en bois-énergie. terres. de N’Djaména. il est avant tout indispensable d’identifier le territoire concerné. 5 Programme soutenu par l’Union européenne (UE). Pour faire face à cette situation de façon rationnelle. Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. le secteur de l’énergie domestique se caractérise au Tchad par une forte dépendance en combustibles ligneux (bois et charbon de bois). (ii) la zone périurbaine et (iii) la zone d’influence de N’Djamena pour l’approvisionnement en combustibles ligneux. urbaines et périurbaines. Une étude séparée. les populations dépendent principalement des ressources naturelles pour leur subsistance. décrit les aspects spécifiques relatifs à la demande. assorti de propositions d’initiatives prioritaires. Le présent document est une annexe technique à la stratégie et au plan d’action pour la FUPU de N’Djaména. La situation s’avère particulièrement alarmante à N’Djamena.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉFINITION ET MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE CONTEXTE GÉNÉRAL Le Tchad est un pays de transition. la FAO. les effets conjugués des facteurs climatiques (sécheresse) et des facteurs anthropiques entraînent une dégradation des ressources naturelles (forêts. Le projet vise quatre objectifs principaux:     (i) la réalisation d’un diagnostic social. présentant des zones désertiques au nord et des zones boisées au sud. Afin de bien définir l’objet de ce projet. ont mis en œuvre le projet «Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action pour la FUPU de N’Djaména». finalisée selon la méthodologie WISDOM. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). intitulée «Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain» 4 et conduite en collaboration avec le Projet SISA/SAP de la FAO. La situation économique du pays demeure très fragile. (iv) le renforcement des capacités techniques des parties prenantes dans le domaine de la FUPU. la DFLCD et son partenaire technique et financier. Le secteur bois-énergie Comme beaucoup d’autres pays du Sahel. la consommation en énergie domestique de la ville de N’Djamena se décompose comme suit: charbon de bois 4 AEDE. En revanche. 2011. réalisées entre 1978 à 2004 sur la consommation individuelle en bois-énergie. Les deux premières zones sont circonscrites et relativement faciles à délimiter. rédigé par Doutoum. ont permis de quantifier les consommations spécifiques à prédominance bois-énergie par personne et par jour. économique et environnemental sur la gestion des ressources forestières et arborées. C.-H. le surpâturage et l’agriculture itinérante sur brûlis sont à l’origine de la déforestation et la dégradation des terres forestières dans les zones périurbaines. etc. Selon une étude réalisée par le Programme régional de promotion des énergies domestiques et alternatives au Sahel (PREDAS)5 en 2004. Or. Nombre d’études. afin de les préparer à la mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action. (iii) l’élaboration et la validation d’un plan d’action à moyen terme.). capitale économique et administrative du pays. ce territoire comprend (i) la zone urbaine. République du Tchad. (ii) l’identification et l’adoption de choix stratégiques à long terme. Il porte sur la composante bois-énergie et présente une analyse de la demande et de l’offre en combustibles ligneux. |3 . D’un point de vue géographique. car la production régionale en biomasse ligneuse s’avère faible tandis que la consommation urbaine ne cesse d’augmenter. la troisième zone s’avère très étendue.

cit. Les nouvelles données géostatistiques sur l’offre et sur la demande récoltées par le projet9 ont été utilisées pour perfectionner l'évaluation et la cartographie du bilan offre/demande et le découpage définitif du BBE de N’Djamena. accompagnées de la coupe abusive et anarchique du bois vert destiné aux ménages. commerçants et industriels. réalisée en 2009 par le projet SISA/SAP. Les objectifs de l'activité «WISDOM N’Djamena» L'objectif principal de l'activité «WISDOM N’Djamena» est de contribuer à la formulation de la stratégie pour la FUPU de N'Djamena en clarifiant le contexte énergétique et en définissant le territoire sous influence de la ville pour l’approvisionnement présent et futur en combustibles ligneux. ainsi qu’à analyser les modes de consommation et le potentiel d'offre. 9 AEDE. constituent une menace pour les ressources forestières7. 2011. La demande de combustibles ligneux et l'offre potentielle durable ont été estimées puis cartographiées sur la base des données géostatistiques disponibles au lancement du projet. L’analyse WISDOM N’Djamena détaillée. L'approche analytique comprend deux phases distinctes:  L’évaluation WISDOM Rapide (EWR). Plus spécifiquement. D’après l’Enquête de vulnérabilité structurelle au Tchad6. ont dû s’adapter d’une manière ou d’une autre pour faire face à cette «crise» du bois-énergie8. Le charbon de bois. Il découle de cette décision que seule l’utilisation du bois mort est permise. 7 AEDE.cit. Depuis peu. ainsi qu’aux artisans. En effet. ces données ont évolué. Ces tendances. République du Tchad. 230 p.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména (63 pour cent). tout en réduisant la pression sur les ressources de la région. Op. |4 . face à ces dommages écologiques et depuis janvier 2009.  6 Ministère de l’agriculture. Ces mesures ont eu pour conséquence un fort bouleversement dans l’utilisation de combustibles domestiques par les ménages aussi bien urbains que périurbains qui. bois de chauffe (36 pour cent) et gaz (1 pour cent). 75 pour cent des ménages dans les zones urbaines continuent à utiliser le bois comme principale source d’énergie de cuisson. 2011. 2009. Op. Le but de cette analyse préliminaire était de produire une première évaluation prudente de la zone d'approvisionnement durable de N’Djamena en combustibles ligneux. malgré l’existence de sources de substitution. 2011. confectionné à partir de bois vert. Op. Rapport général. l’objectif de cette étude est:  d'analyser la demande et l’offre potentielles en combustibles ligneux dans la région de N’Djamena afin d’identifier l’envergure géographique d’approvisionnement. des mesures restrictives interdisant provisoirement la coupe du bois vert destiné à l’usage domestique ont été prises par le gouvernement. c'est-à-dire de définir ce qu’on appelle le bassin bois-énergie (BBE).cit.  L’approche analytique L'analyse est fondée sur la méthodologie WISDOM. 8 AEDE. de fournir une base pour la planification stratégique de la filière bois-énergie de la ville pour un approvisionnement durable en énergies de subsistance aux populations urbaines et rurales. est strictement interdit dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena en bois-énergie. Elle a également servi à délimiter la zone pour la collecte de données détaillées. combustible préféré de la plupart de ménages urbains. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. pour la plupart.

ainsi que pour identifier les zones prioritaires d’intervention et les bassins d’approvisionnement des sites ciblés. 17(4): 291-303. 1988. économiques et environnementaux qui leur sont associés. et Babacar. République du Tchad. Masera et M. |5 ..) contribuent de manière substantielle à l’approvisionnement en bois de feu et. M. Biomass and Bioenergy.   Dans le but d’analyser les différents aspects des systèmes dendro-énergétiques. Rédigé par Forster. un outil de planification spatiale visant à indiquer et délimiter les zones prioritaires ou «points chauds» des combustibles ligneux12. La cartographie intégrée WISDOM est un outil méthodologique de planification stratégique qui repose sur les techniques de système d’information géographique (SIG) pour combiner ou intégrer des informations statistiques et spatiales sur la production (offre) et la consommation (demande) de combustibles (bois de feu. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM. A. haies. Les forêts ne sont pas les seules sources d’approvisionnement énergétique en biomasse ligneuse. H. comme les zones arbustives.-A. charbon de bois et autres biocombustibles). le Service des produits forestiers de la FAO (FOEI). rangées d'arbres. GCP/RAS/154/NET. O. mais aussi d'autres utilisations des terres (terres agricoles. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena.-R. 2002. EarthScan Publications. FAO/RWEDP. sont spécifiques aux conditions locales10. pp 36-40 (publié en anglais. Masera et M. Unasylva 211. 10 Mahapatra.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA MÉTHODE WISDOM L'approche méthodologique utilisée est fondée sur trois caractéristiques principales des systèmes boisénergie:  La spécificité géographique.-R. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas.cit. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). AEDE. and Mearns. O. Rédigé par Drigo. Rédigé par Drigo. and Mitchell.. français et espagnol). Regional Wood Energy Development Program in Asia.-P.-K. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. Les modes de production et de consommation de bois de feu. la demande s'adapte aux caractéristiques de l'offre. et doivent êtres évitées11. Résultats globaux. 53. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. à la fourniture de matières premières pour la production de charbon de bois.B. Biofuel consumption. Bogor Barat. Fuelwood revisited. La capacité d'adaptation des utilisateurs. 2003. etc. Projet énergie domestique (PED). M. D’autres paysages naturels. vol. Arnold. 1997. a conçu et mis en œuvre la méthode WISDOM. deforestation. London . L’hétérogénéité des sources d'approvisionnement. Bangkok. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). M. FAO/ Pays-Bas. 2009. 2003.-A. 50. R. les estimations quantitatives de la demande et de son impact sur l'environnement sont très incertaines. dans une moindre mesure. ECO-Consult-Agritchad. ainsi que les impacts sociaux. 12 FAO. Indonésie. FAO. land and trees in Africa. 11 Leach. 1999. arbres hors forêt. Op. 2002. Field doc. et al. agroforesterie. en collaboration avec l'Institut d'écologie de l'Université nationale du Mexique. Elle utilise une approche spatiale pour déterminer les zones excédentaires ou déficitaires en combustibles ligneux. and farm level tree growing in rural India. vergers et plantations. INSEED. 2003. République du Tchad. Trossero. La demande et l'offre s'influencent mutuellement. R. FAO. ainsi qu’à la disponibilité des ressources. R. C. Rome. Rome. En conséquence. 88 p. Trossero. Ainsi. Beyond the woodfuel crisis: people.

FAO. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. la définition du bassin d’approvisionnement de la ville selon les axes d’accessibilité et les quantités excédentaires et «commerciales» de biomasse ligneuse. FAO. Rome. Rédigé par Drigo. Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. Phase 2. WISDOM-East Africa. for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). WISDOM pour les villes. Son application comporte cinq étapes principales:      la définition de l’unité spatiale d’analyse (cellule des cartes raster) et du niveau administratif d’analyse. Les couches thématiques portent sur la distribution de la population. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015. villages. Rome. R. 2006. Les produits de l'analyse comprennent des cartes thématiques sur les nombreux aspects qui composent la filière bois-énergie. Elle comporte deux phases successives d'analyse et plusieurs étapes spécifiques14. Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. Prepared by Drigo. M. 14 Cf. la sélection des zones prioritaires d’intervention. etc. unités de bioénergie industrielle existantes ou éventuelles. Analyse du BBE Cette deuxième phase de l'analyse utilise le résultat du WISDOM Base pour délimiter la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation choisis (villes. Plateforme WISDOM pour Bangui. FAO. Prepared by Drigo. le développement du module sur l’offre. Rome. 13 |6 . Environment and Natural Resources Working Paper n°27. for the FAO Forestry Department-Wood Energy. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. le développement du module sur la demande. leur accessibilité physique et économique. M. et Gauthier. le développement du module sur l’intégration.13. R. Rédigé par Drigo. le bilan offre/demande dans un contexte local d’auto-approvisionnement en bois de feu et dans un plus large contexte commercial. la consommation de bois de feu. sous la supervision de Trossero. et Salbitano. résidus industriels). L’approche WISDOM a été mise en œuvre dans de nombreux pays à travers le monde. 2008. FAO. la zone d'approvisionnement durable des sites de consommation sélectionnés (analyse des bassins bois-énergie ou Woodshed). terres agricoles. Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. R. page 8. WISDOM Base Le but de cette phase d'analyse est de produire la carte du bilan entre l’offre et la demande pour l'ensemble du territoire de la zone d'étude. 2007. Son emploi comporte deux étapes additionnelles:   la cartographie du potentiel productif «commercial» (adapté aux marchés urbains et périurbains).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Les caractéristiques fondamentales de l’approche WISDOM sont l'analyse spatiale de:     la demande en la biomasse ligneuse (pour l’énergie et d’autres utilisations) dans tous les secteurs d'utilisation. les probables scénarios sur le bilan entre l’offre potentielle et la demande et les zones d'approvisionnement définies en conséquence.). 2009.: figure 1. l'offre potentielle en biomasse ligneuse de toutes les sources directes et indirectes (forêts. R. F. Phase 1. le stock et la productivité de la biomasse ligneuse.

Ce bilan sert à identifier les sources potentielles des systèmes de production de combustibles ligneux pour l’approvisionnement du marché de N’Djamena et d’autres villes. le bilan «local» dans un contexte qui représente l'horizon d’auto-approvisionnement des ménages ruraux et périurbains. |7 . sur la base des nouvelles données récoltées dans la zone d’étude (Analyse WISDOM N’Djamena détaillée). qui sert de base à toutes les autres analyses. Dans le cas d’étude de N’Djamena. le bilan offre/demande a été effectué à trois niveaux:    le bilan «simple» au niveau de la cellule (ou pixel). qui est fondé sur la fraction économiquement accessible du surplus local. le bilan «commercial». Cet ensemble de données fournit une vision globale et géographiquement détaillée de la situation dans la zone d’approvisionnement de N’Djamena et révèle des éléments objectifs pour le zonage des interventions et la planification stratégique.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Afin de décrire la relation dans l’espace entre l’offre et la demande en bois-énergie. la méthodologie WISDOM a été appliquée deux fois: une première fois pour une analyse rapide sur la base des données immédiatement disponibles pour définir la zone d’étude (EWR) et une deuxième fois de façon plus approfondie.

|8 . Études locales.d. Futurs approvisionnements.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 1: étapes de base de l’analyse WISDOM. commercial). Zones excédentaires en combustibles ligneux. Scénarios futurs. Par unités administratives. Productivité. Bassin d’approvisionnement Accessibilité physique autour de la ville. Définition des zones d’approvisionnement durable de la ville. 1. 3. Occupation des sols.d. Population urbaine/rurale. Module sur l’offre Couvert forestier. Potentiel productif commercial et non-commercial.type (b. Approvisionnement commercial Formations productives. 7. Données géostatistiques 1-…-…-…-…2-…-…-…-…- 4.zone (urbaine/rurale). Zones prioritaires Par pixel.f. Classes adaptées à la production commerciale de combustibles ligneux. Données socioéconomiques. Aires protégées. 3-…-…-…-…… n-…-…-…-…- 5. Accessibilité physique. Analyse du bilan offre/demande par zones d’accessibilité. Module sur la demande Consommation de combustibles ligneux par: . c. Module d’intégration Zones déficitaires en combustibles ligneux.b. industriel. Biomasse ligneuse par classe de couvert. Projections.). 6. . Sélection de l’unité spatiale Éléments d’image Unités administratives 2. .secteur (résidentiel.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 2. Évaluation WISDOM rapide |9 .

.

il a été possible de délimiter de façon préliminaire la zone d’approvisionnement de la ville. | 11 . Voir figure 8. page 13. utilisée comme base du module «Offre». Phase 1-Module «Offre». 23 Mise à jour FAO. tableau A2. Op. Étude WISDOM globale. F. carte de la productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible22. Pozzi. à l’aide d’une carte d’accessibilité physique. or more people in year 2000. page 12. Ataman. Voir figure 4. M. carte globale des zones écologiques17 et carte des zones protégées du Centre mondial de surveillance de la nature (WCMC) et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN)18. Voir figure 9. 2007. page 13. Frascati.. Dans cette première phase. 20 Nelson. carte de la distribution de la population23. E. GlobCover . Voir figure 5. A. Environment and Natural Resources Working Paper. page 13.. Estimated travel time to the nearest city of 50.000. carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 200524. 23-28 July 2007 Bicheron. Rome. Édition 2009. 2007. Voir figure 7.. IGARSS 2007. et al. page 12. Rome. page 14. 2000. Rapport préliminaire pour la FAO. carte de la productivité de la biomasse21. P. Ensuite. FAO.cit. Voir Figure 2.cit. 2009. ESA-ESRIN. Ispra. M. R. 22 Étude WISDOM globale. 2005. pour les noms et descriptions des cartes thématiques produites (page 61). IEEE International. 17 Global Ecological Zone Maps.1.     Module «Demande»   15 16 Voir annexe 2. GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. for FAO Poverty Mapping Project. Huddleston. 19 Drigo. Prepared by Salvatore. Les données cartographiques et statistiques déjà élaborées pour le Tchad dans des études précédentes ont permis de produire un premier ensemble de cartes thématiques sur l’offre et la demande en bois-énergie et sur le bilan offre/demande. pour éclaircir le contexte général et donner une première définition du bassin d’approvisionnement de N’Djamena. et al. carte du stock de la biomasse ligneuse19. Module «Offre»   carte GlobCover (Carte globale d’occupation des sols/utilisation des terres)16. Op.. page 13. O. Voir Figure 3. 21 Étude WISDOM globale. 2008. page 14. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. 18 World Database on Protected Areas-Base de données mondiale sur les aires protégées (WDPA).Products Description and Validation Report. Op. Arino.cit. Geoscience and Remote Sensing Symposium. and Bloise. B. Mapping global urban and rural population distribution. l'analyse a couvert l'ensemble du pays. n°24. 24 Étude WISDOM globale.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ÉVALUATION WISDOM RAPIDE CARTOGRAPHIE15 L’EWR a servi à produire une délimitation préliminaire de la zone d’approvisionnement de N’Djaména en boisénergie où concentrer la collecte de données détaillées sur les modes de consommation et le potentiel de l'offre. Voir figure 6. Italy. carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants20.

Analyse BBE Module «Offre» Figure 2: carte GlobCover utilisée comme base du module «Offre»28. 27 Étude WISDOM globale. Op. page 14. 28 Voir légende en annexe 1.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration»    carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel25. page 15. carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena26. Op. Op. Version 2. Voir figure 12. Figure 3: carte des zones écologiques et des zones protégées de WCMC-IUCN. Voir figure 10.cit. page 15. date de référence 2006. Étude WISDOM globale. Voir figure 11. page 59.cit. 25 26 Étude WISDOM globale. | 12 . Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution moyenne et basse27.3 ha).cit.2.

3 ha).3 ha).3 ha). Figure 5: carte de l’accessibilité des villes de plus de 50 000 habitants. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 4: carte du stock de biomasse ligneuse. Figure 6: carte de productivité de la biomasse ligneuse. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Figure 7: carte de productivité de la biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible. | 13 .

Résolution: 30 secondes d’arc (pixel de ~ 8. | 14 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Demande»29 Figure 8: carte de la distribution de la population.3 ha). 29 Note relative aux figures 8 et 9: les formes visibles dans ces cartes correspondent aux unités administratives de recensement de la population. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. Module «Intégration» Figure 10: carte du bilan entre offre et demande par le secteur résidentiel.3 ha). Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.3 ha). Le fait qu’elles soient visibles indique que l’algorithme de spatialisation n’a pas été très efficace pour le Tchad. Figure 9: carte de la consommation de bois de feu et charbon de bois en 2005. En t/pixel en équivalent bois anhydre.

Figure 12: carte préliminaire du bassin d’approvisionnement de N’Djamena selon les données de l’offre et de la demande à résolution basse et moyenne. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9. | 15 .3 ha).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Analyse du BBE Figure 11: carte d’accessibilité de la ville de N’Djamena.

Deux zones ont ainsi été délimitées:   La zone relative à la totalité de l’accroissement annuel disponible (AAD).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména DÉLIMITATION PRÉLIMINAIRE DU BASSIN D’APPROVISIONNEMENT DE N’DJAMENA L’analyse préliminaire a permis de proposer une définition du bassin d’approvisionnement de la ville de N’Djamena (voir figure 12. | 16 . Dans la mesure où l’objectif de l’EWR était de déterminer le territoire pour la récolte de données additionnelles. plus réaliste. qui s’étend à 300 km ou plus. Tableau 1: éléments constitutifs des deux zones d’approvisionnement montrées en figure 12. Zone relative à 100% de l’AAD 2. la zone 2 a été choisie comme référence pour les phases suivantes de l’analyse afin d’assurer une certaine marge de sécurité. Les résultats de l’EWR indiquent une première zone minimale d’approvisionnement. Cette zone peut être suffisante. si la gestion des ressources est très intensive et utilise 100 pour cent de l’AAD. 2002. Zone relative à 70% de l’AAD ~ 180 km ~ 300-400 km Surface totale 2 (km ) 71 000 171 000 Population urbaine 788 800 1 073 200 Population rurale concentrée dispersée 230 500 518 900 1 209 800 3 442 500 Soulignons que la surface de la zone 1 (71 km2) coïncide quasiment avec la surface de la zone originellement définie par l’AEDE comme bassin d’approvisionnement (72.9 km2)30. 60 p. qui peut être suffisante à condition de privilégier un aménagement moins intensif et donc plus réaliste. ECO-Consult/Agritchad. page 15). La zone relative à 70 pour cent de l’AAD. dans un rayon d’environ 180 km autour la ville. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena. et une seconde zone. Distance de N’Djamena 1. 30 AEDE.A. République du Tchad.

Analyse WISDOM détaillée | 17 .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Partie 3.

.

38 Village exploitant rationnellement son terroir.cit. le territoire considéré pour l’analyse détaillée a été découpé autour de la zone 2. page 20):  Inventaire général de l’AEDE. Module «Offre» DONNÉES DISPONIBLES Certaines données.: bref description en annexe 1. 34 Cette carte couvre la zone d’approvisionnement de N’Djamena estimée dans le PED (1999-2004). Version 2. les limites de ce territoire ont été déterminées par les tuiles de la carte du modèle digital du terrain utilisées pour l’étude de l’accessibilité. College Park.cit. définie dans le chapitre précédent. Cf. 37 AEDE. Voir figure 15. Bicheron et al.cit. Cette carte présentait des éléments cartographiques peu cohérents (des espaces vides entre les polygones). Bicheron et al. Op. qui définit par conséquence la résolution spatiale de toutes les cartes thématiques produites en format maillages (raster). date de référence 2006. Elles sont présentées ci-dessous. Découpage administratif Le niveau administratif d’analyse est celui des départements. 2009.cit. Détail spatial d’analyse En absence d’une carte d’occupation des sols récente et plus détaillée. 2009. 2003. D’un point de vue pratique. Op. disponibles pour toute ou partie(s) de la zone d’étude.: bref description en annexe 1. Op. Voir figure 18.  carte des pentes et réseau routier. sa silhouette est visible en figure 13. Données géo-référencées d’inventaire (voir figure 16. à des cellules de 306 m x 306 m ou de 9. page 12. Op.  Inventaires détaillés des Villages «VERT»38 (données utilisées dans le processus de validation).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANALYSE WISDOM DÉTAILLÉE Base cartographique d’analyse Selon le résultat de l’EWR. en page 20. Données cartographiques  carte GlobCover33. B.: annexe 5. Hansen et al. Cette résolution est de 10 secondes d’arc. Op. qui ont été réparés afin de permettre les élaborations thématiques relatives à la population et à la consommation.  carte internationale de la densité des arbres35.à 500m de résolution. 2002. Cf. 200237.2. page 20.. fondé sur la carte fournie par l’INSEED présentant les statistiques démographiques du recensement 200932.. Op. Maryland: The Global Land Cover Facility. page 59. Voir figure 14. Voir figure 3. page 21.  carte vectorielle de la végétation produite par l’AEDE avec des images Landsat de 200134.cit. les résultats de la carte par rapport aux résultats d’inventaire (page 73). page 21. Op. 32 31 | 19 . ce qui correspond.cit.3 hectares. à la latitude de N’Djamena.  carte internationale des aires protégées36. Arino et al.cit. 36 WDPA. 33 Arino et al. 500m MODIS Vegetation Continuous Fields. l’analyse a été conduite sur la base de la carte GlobCover31. INSEED. Cf. page 59. ont été utilisées pour l’analyse WISDOM détaillée. page 20. 35 MODIS Tree Cover map . Voir figure 17.

3 ha). 2002-2004. 2002. | 20 . Figure 15: carte de la végétation AEDE. Résolution: 10 secondes d’arc (pixel de ~9.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 13: territoire couvert par l’analyse WISDOM détaillée (en couleur). Figure 14: carte GlobCover (révisée à 10 classes) utilisée comme base du module «Offre». Figure 16: échantillons de l’inventaire général AEDE.

L’échantillonnage comprenait 320 groupes de 4 placettes systématiquement distribuées sur la zone d’étude AEDE (voir figures 15 et 16. les valeurs moyennes relatives aux groupes ont été calculées sur la base des placettes individuelles. la carte d’occupation des sols GlobCover a été choisie comme base d’analyse. comme expliqué en annexe 1 (page 59). Paramètres de stock. page 23. page 20. la classification GlobCover originelle a été réduite à 10 classes. Dans une première phase. Figure 18: carte des pentes* et réseau routier. * Dérivée du modèle numérique du territoire à 6 secondes d’arc. à associer aux classes d’occupation des sols de la carte-base. la procédure d’analyse a suivie les étapes suivantes:   élaboration de la carte-base d’occupation des sols. La carte «réduite» à 10 classes est montrée en figure 15. sur la base de données d’inventaire.  Carte-base d’occupation des sols. Après ré-échantillonnage à 10 secondes d’arc. estimation. cartographie du stock et de la productivité sur la base (i) des classes d’occupation des sols. Les valeurs des groupes ont ensuite permis de calculer les valeurs moyennes par classe d’occupation des sols. PROCÉDURE D’ANALYSE En considérant les données disponibles. | 21 . des paramètres moyens de stock et de productivité de biomasse ligneuse. Suite à l’analyse des convergences et divergences entre les différentes sources cartographiques et d’après les résultats d’ensemble de l’inventaire de l’AEDE 2002.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 17: carte MODIS Percent Tree Cover (pourcentage du couvert arboré). Les valeurs moyennes de stock de biomasse ligneuse pour les classes d’occupation des sols sont estimées sur la base des échantillons de l’inventaire général conduit par l’AEDE en 2003-2004. page 20). comme montre dans le tableau 2. Pour mieux exploiter les échantillons de l’inventaire de l’AEDE et faciliter la procédure d’estimation des ressources ligneuses. (ii) des valeurs dérivées des inventaires et (iii) des valeurs de pourcentage du couvert arboré de la carte MODIS TC.

Notable. moyenne et maximale. montre le résultat de la procédure sur l’ensemble du territoire d’étude. etc. les valeurs de pourcentage de couverture de la carte MODIS Tree Cover41 ont été utilisées come valeur de spatialisation (proxy values). ainsi que sur la biomasse (ou volume). De la sorte. Les valeurs de stock utilisées sont reportées dans le tableau 2. Cartographie du stock et productivité. qui sont les seules sources de données fiables pour l'estimation de l'accroissement annuel moyen (AAM).2. associées aux classes d’occupation des sols selon les différentes variantes. page 23.4 millions de m3) est probablement due à l'influence de la carte d’occupation des sols utilisés. La différence du stock total (50.3 millions de m3 pour les deux études. en raison de l'absence de placettes-échantillons permanentes. et en quelque sorte encourageante. est la forte correspondance dans l’estimation de la productivité (pour la variante moyenne). Les valeurs moyennes de stock fournissent une idée du montant total de la ressource. Pour représenter cette variabilité. mais ne représentent pas la grande variabilité de densité de la végétation qui caractérise ces formations (spécialement dans les grandes catégories de la carte-base). Les étapes de l’analyse SIG et les produits intérimaires sont listés et décrits en annexe 2. page 24. Les valeurs de l’AMM pour la variante moyenne sont reportées dans le tableau 3. l’inventaire de l’AEDE 2002-2003 n'a pas évalué la productivité. et donc pour moduler les valeurs de stock et de productivité à l’intérieur des classes.8 millions de m3 contre 55. 39 40 CTFT. Cirad-Forêt. sont présentées dans tableau 3. tableau A2. la productivité durable des formations naturelles est un paramètre moins connu que le stock. Op. Or. l'estimation de l'AAM des formations ligneuses naturelles a été fondée sur les équations qui permettent de déterminer l’AAM à partir du stock (en pourcentage du stock). et la figure 19.cit. page 24. module «Offre». La comparaison entre les valeurs de stock et la productivité produites par l'AEDE et celles produites par notre analyse est présentée dans le tableau 4. En absence de données locales. développées pour le module «Offre» de l’analyse WISDOM globale effectuée par la FAO40. Op. Pour la plupart des pays africains. montre le résultat de la procédure. Les valeurs de productivité utilisées dans le rapport d'inventaire de l’AEDE font référence aux inventaires forestiers réalisés dans les régions comparables par d’autres institutions39. en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. page 24. et la figure 20. page 23. Ces équations. fondées sur des observations de terrain dans le monde entier incluant des données sur l'âge des peuplements forestiers. des formations arborées et arbustives. 2009. Drigo.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Paramètres de productivité. ont permis de produire des estimes provisoires des valeurs d’AAM minimale. page 63. | 22 . qui est de 3. 41 Hansen et al. mais les valeurs locales de la biomasse varient selon les valeurs locales de couverture des arbres estimées par la carte MODIS Tree Cover. page 23.cit. Ces valeurs de l'AAM. la valeur totale de biomasse pour chaque classe reste la même («valeur moyenne» x «surface de la classe»). ou l’AAM.

532 56.532 56.4 86.2 5.050 Tableau 3: valeurs de productivité en biomasse ligneuse (variante moyenne) par classe d’occupation de classe d’occupation des sols dans la zone d’étude.057 408 56.5 80.2 84.329 358 4.3 0.309 3.6 Note: l’AAM a été calculé en appliquant les fonctions aux valeurs des pixels de la carte du stock (t/ha).059 1.48 12.434 40.802 262.3 14.235 % 70.0 0.329 358 4.434 40.958 24.1 1. m.s.7 2.0 29.3 0.224 19.090 56 2.8 2.958 24.050 ‘000 t 29.057 408 56.090 56 2.0 17.2 (Module Offre).s.309 3.2 9. Voir les formules appliquées en annexe 2.301 53 2. 9. page 63. tableau A 2.s. page 20).0 0.147 58 416 0 0 0 0 6.0 0.0 0. page 20).504 0 0 0 0 123.94 4.0 Stock '000 m3 50.0 0.3 7.675 4.710 712 98.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 2: valeurs de densité.9 79. Code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain .62 6.6 79.27 9.0 2.986 AAM % du stock % 4.1 82.970 77.44 16.infrastructure Eau km2 32.7 1. AAM Stock m.5 4. | 23 .861 0 0 0 0 216. Carte GlobCover révisée à 10 classes (voir figure 13.802 262.806 48 362 0 0 0 0 5.970 77.3 2.601 2.309 58.224 19.24 AAM total ‘000 t 1.986 32.0 1.1 1.9 4. volumes et biomasse ligneuse par classe d’occupation de sols dans la zone d’étude.0 0.5 1.0 0.0 1.0 1.166 624 7.331 33.8 # groupes de 4 placettes 16 8 51 171 5 64 2 1 0 2 320 Volume total en 3 m /ha 15. simp code 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Classes d’occupation des sols Formations ligneuses Savanes marécageuses Savane arbustive Jachères Végétation clairsemée Cultures Savane herbacée Improductive Urbain infrastructure Eau km 2 MODIS TC% 14.331 33. (Voir figure 13.504 0 0 0 0 123.381 Volume total en tons/ha Stock kt m.675 4.576 AAM physiquement et légalement accessible AAM % accessible Accessible ‘000 t 917 43 2.

479 3 Source: Rap IFG Res 05.doc (depuis données Forster). Zone AEDE (AREA km : 74.Minimale MAI MED Productivité .Maximale Productivité «AEDE» INV AEDE production par strate production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 5 cm production du bois sur la base de la rotation INV AEDE diamètre minimal = 10 cm 2 '000 t MS/ an 1.478 3 '000 m / an 1.043 1.359 6. Figure 20: carte de l’AAM de biomasse ligneuse.820 3.289) Stock Stock «WISDOM» Stock «AEDE» Productivité «WISDOM» MAI MIN Productivité .753 55. (Limitée à la zone cartographiée par l’AEDE présentée dans la figure 14.342 4. Figure 19: carte du stock de biomasse ligneuse.Moyenne MAI MAX Productivité . page 20).926 3. | 24 .440 '000 m 50.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 4: comparaison des valeurs de stock et de productivité entre les estimations WISDOM et celles de l’AEDE.000 3.071 3.

 le modèle numérique de terrain (200 m de résolution) transformé en une carte des pentes. Cette analyse a été fondée sur les couches de données suivantes:  la carte du réseau routier fournie par l’OCHA Tchad. Le résultat brut de l’analyse «cost-distance» a ensuite été segmenté en classes d'accessibilité (en pourcentage accessible) exprimant la fraction de la ressource supposée accessible dans chaque pixel.  | 25 . L'accessibilité physique. 200 m).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACCESSIBILITÉ LÉGALE ET PHYSIQUE  L'accessibilité légale. Les autres aires protégées se trouvent aux extrêmes sud et sud-est de la zone d’étude et comprennent le parc national de Manda (catégorie IUCN II. page 26. Selon l'édition 2009 de la base de données WCMC-UICN des aires protégées. sont reportés dans le tableau 3. L'analyse de l'accessibilité physique des ressources de la biomasse ligneuse a été fondée sur la carte des routes et autres voies de communication et sur la carte des pentes dérivée du modèle digital du terrain à 6 arc-secondes de résolution (env. L’AAM estimé accessible. accessibilité estimée à 0 pour cent). et les réserves nationales de la faune de Siniaka-Minia et de Binder-Léré (catégorie IUCN IV. L'accessibilité de chaque cellule de la carte raster a été calculée en appliquant une analyse «cost-distance». la carte d’accessibilité a permis d’estimer et de localiser la productivité qui peut être considérée comme accessible tant du point de vue légal que physique. L’attribution de valeurs de pourcentage accessible a été définie sur la base de considérations pratiques. il existe seulement une aire protégée internationale proche de N’Djamena: la réserve nationale de la faune de Mandelia (catégorie IUCN IV. accessibilité estimée à 50 pour cent). montrée dans la figure 22. face à l’AAM total. page 23.  la carte des lieux habités. PRODUCTIVITÉ ACCESSIBLE Appliquée à la carte de productivité annuelle de biomasse ligneuse. page 26. accessibilité estimée à 50 pour cent). La carte de synthèse de l’accessibilité légale et physique est représentée par la figure 21.

dans l’immédiat. | 26 . pour la validation au moins partielle des résultats du module «Offre». page 27. la comparaison village par village montre des écarts plus forts. La comparaison des valeurs de stock de biomasse ligneuse sur pied selon les inventaires des Villages «VERT» et selon la carte WISDOM (limitée aux surfaces inventoriées) est reportée dans le tableau 5. disponibles auprès de l’AEDE. la carte WISDOM est assez précise: avec une valeur de stock moyenne de 5. page 28.5 tonnes par hectare fourni par les inventaires.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 21: carte d’accessibilité physique et légale.6 tonnes par hectare (m. page 27. mais ne donnent aucun élément pour estimer l’accroissement. Ces résultats montrent que. Figure 22: carte de l’AAM de biomasse ligneuse physiquement et légalement accessible (variante moyenne). ont été saisies et traitées pour servir de référence à toutes utilisations futures et. sur l’ensemble du territoire inventorié.48.  Ces contraintes ne permettent pas une validation exhaustive des produits de l’analyse WISDOM. sous forme graphique dans la figure 24. l’écart s’élève à seulement 2. Les paramètres mesurés dans ces inventaires permettent d’estimer les volumes sur pied (et donc le stock).s. à comparer au résultat de 5. Cependant. et. avec un coefficient de corrélation relativement faible de 0. visibles dans la figure 23.). VALIDATION DE L’OFFRE Les fiches de terrain d’inventaires des Villages «VERT» (2004). En revanche. une comparaison entre le stock mesuré sur le terrain en 2004 et la carte de stock de biomasse ligneuse a permis de produire des indications utiles sur la fiabilité de la carte.3 pour cent. les inventaires détaillés des Villages «VERT» présentent les contraintes suivantes:  Les territoires intéressés par les inventaires. Par rapport au processus de validation. sont concentrés dans une zone relativement proche de N’Djamena et couvrent des surfaces plutôt limitées.

Village BougoumenII 83 Torona Salamtini Amkhamsa Bougdour 16 68 54 48 97 798 14 Gourlong Total | 27 .6 4. 11. qui ne permet pas l’utilisation de la carte WISDOM au niveau opérationnel et local et renforce la conclusion que la création d’une nouvelle carte détaillée d’occupation des sols est absolument prioritaire. 7.5 Figure 23: les territoires intéressés par les inventaires détaillés des Villages «VERT».6 5.4 5.6 4.s.0 6.6 8.8 7.5 3. Tableau 5: valeurs moyennes de stock par hectare selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT». Ces résultats indiquent également une faible précision à grande échelle.8 5 1.s.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Ces résultats confortent la validité de l’étude WISDOM pour l’estimation de la ressource en bois à petite et moyenne échelle.7 6. Stock Stock AEDE inv.0 2.8 4. Placettes WISDOM Villages «VERT» # 1 2 4 5 6 7 8 9 Tokoni Karnak Kinkrena 110 162 160 t/ha m.7 5. et donc son aptitude à soutenir la formulation d’une stratégie boisénergie.6 t/ha m.5 2 8.1 2.1 3.

0 10. en attente des résultats définitifs (probablement en 2012). Cette carte.) selon inventaires detaillées Villages VERT Module «Demande» L‘objectif du module «Demande» en combustibles ligneux est d’analyser. qui contient les coordonnées et les noms des centres peuplés.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 24: relation entre les valeurs de stock de biomasse ligneuse selon la carte du stock WISDOM et selon les inventaires détaillés Villages «VERT».) selon WISDOM 12 10 8 6 4 2 0 R2 = 0.4846 0. Les données utilisées sont les suivantes. commercial.0 6. partiellement. page 30. et sa distribution sur le territoire. Valeurs moyennes de stock par hectare Etude WISDOM contre Inventaires détaillées Villages VERT 14 Stock (t/ha m. en milieu rural. La population.s.0 2. | 28 .s. C’est pourquoi les résultats du recensement 2009 restent la référence principale. Pour une analyse complète et détaillée. présente en figure 25. constitue le paramètre le plus important. À noter que la date de cette carte et la procédure de sa création sont inconnues. données SISA-SAP sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiel. public et industriel. 2011. public et industriel à N’Djamena en milieu urbain et périurbain et. voir AEDE. page 30). commercial.0 8. seuls quelques résultats préliminaires au niveau des départements étaient disponibles au moment de l’étude. d’estimer et de cartographier la consommation de biomasse ligneuse à finalité énergétique dans les secteurs résidentiel. a été utilisée pour la distribution de la population à l’intérieur des départements (voir figure 26.43 42 43 Fournie par l’OCHA Tchad. Cartographie. Cependant. La carte des lieux habités (villages)42.  La carte des départements fournie par l’INSEED (correspondante aux données démographiques du recensement 2009). Op. données par département.   recensement 2009.0 4.  Données démographiques et de consommation de combustibles ligneux.cit.0 Stock (t/ha m.

03 kg de charbon de bois par jour. page Erreur ! Signet non défini.. du gaz (avec 7 pour cent d’augmentation) et du pétrole lampant (avec 6 pour cent d’augmentation). L’incidence de l’interdiction de la coupe du bois et de la production du charbon de bois (adoptée en janvier 2009) sur la consommation des combustibles domestiques est considérable. qui a été utilisée comme indicateur de spatialisation de la population à l’intérieur des unités administratives. 2002. 2011. page 29)..Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména CARTE DE DISTRIBUTION DE LA POPULATION La carte en figure 25. Tableau 6: utilisation des principaux combustibles domestiques avant et depuis la mesure d’interdiction de la coupe du bois vert et de la fabrication du charbon de bois. page 30). qui était à N’Djamena le combustible principal pour près de 80 pour cent des ménages avant la mesure d’interdiction. CONSOMMATION DES COMBUSTIBLES DOMESTIQUES D’après les enquêtes sur la consommation de combustibles ligneux dans les secteurs résidentiels. on observe que le prix du bois de feu a été multiplié par 3 (de 3540 à 116-132 CFA/kg) et celui du charbon par 5 (de 100 à 500 CFA/kg). conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP46. CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DU SECTEUR DOMESTIQUE La distribution de la consommation du secteur domestique a été fondée sur les résultats des enquêtes sur la consommation de bois-énergie à N’Djaména et ses alentours.: tableau 6. est issue de ces résultats. Op. montre les nouvelles données démographiques 2009 par département. décrite en tableau 7.cit. 46 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE. En comparant les résultats des enquêtes de l’AEDE 2010 et 2011. AEDE. Également fort a été l’impact sur les prix des combustibles ligneux. auquel nous faisons référence pour tous détails. Les résultats de l’enquête montrent que le charbon de bois. Le deuxième élément est la carte des lieux habités (figure 26. Utilisation des combustibles principaux avant la mesure d'interdiction % de ménages qui l’utilise 80% 57% 12% 19% Utilisation actuelle des combustibles principaux % de ménages qui l’utilise 13% 79% 19% 25% Combustible Charbon Bois Gaz Pétrole 44 45 Rapport de carbonisation. ce qui correspond à 493 kg de bois (séché à l’air) par an45. qui a vu son utilisation augmenter de 22 pour cent.cit.14 kg de bois de feu par jour et 0. Op. 2011.cit.35 kg de bois par jour. elles ont permis de distribuer la population urbaine des départements. Op. AEDE. associées à la carte des départements et des chefs-lieux de départements. occupe une place assez marginale actuellement: seuls 13 pour cent des ménages l’utilisent (cf. page 30. | 29 . Sachant qu’un kilo de charbon correspond à sept kilos de bois carbonisé44. chaque individu de N’Djaména consomme en moyenne 1. Cet abandon du charbon de bois se fait au profit du bois. La consommation par personne relative au secteur domestique dans les différents milieux. un habitant de N’Djaména consomme en moyenne 1.

et chefs-lieux des départements.) en milieu rural en West Darfur. la consommation dans les secteurs commercial et public représente à-peu- 47 Valeurs de biomasse ligneuse incluant le bois de feu et l’équivalence en bois de charbon (cf. Consommation par personne Combustibles ligneux 3 47 Bois de service 48 (estimation) milieu rural 0. page 71). : facteurs de conversion.8 Valeurs/m 1 0. 2011. 49 Ces résultats dont décrits dans le rapport AEDE. | 30 . R.. Figure 26: carte des lieux habités ou villages. Environment and Natural Resources Working Paper./an kg bois séché à l'aire/hab. Ces valeurs sont résumées dans le tableau 8.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 7: valeurs de consommation de biomasse ligneuse par personne dans le secteur domestique incluant les combustibles ligneux et le bois de service./hab. L’interdiction de la production de charbon de bois a pour effet que la consommation dans ces secteurs est actuellement totalement basée sur le bois de feu. etc. auquel nous faisons référence pour tous détails. annexe 4./an milieu périurbain de N’Djamena et chef-lieu départementales 0. et Codipietro. meubles. FAO. Source: OCHA./an kg bois m. P. Source: INSEED. 48 Référence à la consommation de bois de service (construction. en milieu rural et périurbain) 0.122 85.76 535 438 Figure 25: carte des départements.s. 2011. commercial et public a été fondée sur les résultats des enquêtes conduites en collaboration avec le Projet SISA-SAP49. Op. 2010.90 630 516 (appliqué à la pop.57 3 milieu urbain de N’Djamena 0. Rédigé par Drigo.70 493 404 m de bois / hab. CARTE DE DISTRIBUTION DE LA CONSOMMATION DANS LE SECTEUR INDUSTRIEL COMMERCIAL ET PUBLIC La carte de la consommation dans les secteurs industriel. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur .cit. Rome. Selon l’information disponible.7 0.2 69. avec données de population 2009. recensement 2009. page 31.

276 507 14. Figure 27: consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs. commerce ou institution publique Préparation de boissons alcoolisées (cabarets) Grillades Restaurants Total Briqueteries Maison d’Arrêt Consommation de combustibles ligneux en tonne de bois (séché à l’air) /an 8. il est donc nécessaire d’augmenter la consommation domestique du milieu urbain d’environ 5 pour cent.504 5. | 31 . comprenant les usages énergétiques et bois de service. commercial et public en N’Ndjamena50. Tableau 8: consommation moyenne en tonnes de bois par an par les secteurs industriel. Secteurs enquêtés Industrie.287 12.220 365 Commercial Industriel Public La carte de distribution de la consommation annuelle totale de biomasse ligneuse dans tous les secteurs est disponible en figure 27. Op. page 31. 50 AEDE. Pour estimer la consommation totale.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména près 3 pour cent de la consommation domestique en milieu urbain. 2011.cit. La consommation des briqueteries représente (très approximativement) 2 pour cent supplémentaires.

Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont vraiment déficitaires ou excédentaires. | 32 . lorsqu'ils sont totalisés. par département par exemple. Le bilan simple est plus théorique que pratique. La figure 28. Il convient de noter que les résultats du bilan «simple» et du bilan «local». et le contexte «commercial» des marchés de bois de feu et de charbon de bois qui servent les ménages et les industries en milieux urbain et.51 Dans les phases suivantes du module «Intégration». présente ainsi le résultat du bilan «local» sur l’ensemble de la zone d’étude. deux types de bilan offre/demande ont été produits en relation avec les deux contextes principaux qui caractérisent la filière bois-énergie:   le contexte «local» d‘auto-approvisionnement des ménages et des petites industries rurales. BILAN LOCAL Le bilan «simple» est utilisé pour calculer le bilan «local». ce fait ne présente aucun problème. l’offre potentielle est supérieure à la consommation. dans les cellules correspondantes. ainsi qu’un détail du bilan «simple» et du bilan «local» sur l’entourage de Guelendeng. la consommation d’un village entier est localisée dans une cellule unique. le bilan simple représente la relation entre l'offre et la demande au niveau le plus détaillé. Une contribution importante du bilan «local» est de mettre en évidence les éléments de base de la filière commerciale des combustibles ligneux. toutefois. soit une unité de production potentielle. une cellule est communément soit une unité de consommation.3. considéré comme l'horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux. il est fondamental pour les phases ultérieures de l'analyse. Dans le bilan simple. page 33. Néanmoins. périurbain. les lieux habités sont représentés par des points et. Au niveau de calcul du bilan. par conséquence. page 69. Ce détail permet d’apercevoir l’effet de l’analyse locale par rapport au bilan «simple». Ces éléments sont: 51 Les résultats du bilan simple par département et par zone FUPU sont disponibles en annexe 3. En général. le bilan (en kilogramme de biomasse ligneuse par cellule) est le résultat de la différence entre:   l'offre potentielle accessible dans la cellule correspondante de la carte de l’offre accessible. BILAN SIMPLE Le premier bilan est calculé au niveau de cellule (pixels) de la carte trame. et. périurbaines. et la consommation totale de biomasse ligneuse dans la cellule correspondante de la carte de la demande. qui analyse le bilan offre/demande dans un contexte local de 6 km. il souligne que le bilan simple ne permet pas de percevoir la réalité du terrain. dans notre cas d’étude. tableau A. partiellement. et elle est négative (condition de déficit) si l’offre potentielle est inférieure de la consommation. dans le département de Mayo Lemié. le module «Intégration» a pour objectif d’analyser le bilan entre l’offre potentielle et la demande. partiellement.3. puisque la cellule (ici 300 m) est trop petite pour représenter la relation entre la production et la consommation. Pour chaque cellule de la carte. la valeur de la cellule est positive (condition de surplus) si. ne montrent pas de différences significatives. De plus.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Module «Intégration» et redéfinition du BBE de N’Djamena Après les modules «Offre» et «Demande».

où les ressources en bois dépassent la demande locale et qui pourraient ainsi alimenter une filière commerciale. mais elle ne peut pas être appliquée pour la filière commerciale. Note: les «x» dans les cartes à gauche localisent les villages. la présence des villages n’est pas visible parce qu’ils sont représentés par des cellules individuelles (pratiquement invisibles). Figure 28: bilan local sur l’ensemble de la zone d’étude et détail comparatif du bilan «simple» et du bilan «local» (dans un rayon de 6 km). | 33 . Dans la carte du bilan «simple» (en haut à gauche). sans limitations.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména   les aires déficitaires. ainsi qu’à des fins d'exportation. Dans ce cas. selon la quantité de bois consommé dans les villages et l’offre disponible dans le rayon de 6 km. BILAN COMMERCIAL Les bilans «simple» et «local» impliquent l'utilisation de la productivité durable totale. qui ne disposent pas des ressources suffisantes et immédiatement accessibles. L’impa ct des villages devient visible dans le bilan «local» (en bas à gauche). des futures centrales à biomasse. comme ceux des zones urbaines. Cette hypothèse peut être raisonnable pour la collecte de bois de feu par les ménages. Le bilan «commercial» est analysé dans le but de déterminer plus précisément la zone réelle d'approvisionnement durable des grands marchés de combustibles ligneux. et les aires excédentaires. son but est de permettre l’estimation de la ressource en bois effectivement disponible pour l’approvisionnement de N’Djamena et de contribuer ainsi à la délimitation du BBE de N’Djamena.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména En fait.2 m3 de bois. La difficulté réside dans la définition de ces seuils. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 3 tonnes ou 5. Surplus majeur de 300 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 300 et < 200). En même temps. tels que les opérateurs commerciaux de combustibles ligneux. En appliquant l'analyse BBE aux scénarios d’offre/demande décrits ci-dessus. il ne peut être considéré économiquement accessible. la production commerciale de charbon de bois et de bois de feu en dessous d'une concentration minimale de tiges et les branches n’est pas économiquement viable. Surplus majeur de 200 kg et déficit majeur de 200 kg/ha/an (bilan «local» > 200 et < 200).5 tonnes ou 7. tableau A3. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 100». les seuils suivants ont été appliqués (voir aussi figure 30. page 67. sur une période de rotation de 15 ans. page 35. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 300».5 tonne ou 2. les zones d'approvisionnement se référant à chacun d'eux ont été déterminées. sur une période de rotation de 15 ans. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 4. L’analyse BBE a été conduite à l’aide d’une nouvelle carte d’accessibilité de N’Djamena. Si le surplus (excédent disponible après l’approvisionnement local) apparaît en-deçà d’un certain seuil. La carte d’accessibilité de N’Djamena et la zone dans laquelle le bilan «local» devient positif sont présentées figure 29. Les conditions faiblement déficitaires peuvent être compensées par des combustibles alternatifs. page 36):  Surplus majeur de 100 kg et déficit majeur de 100 kg/ha/an (bilan «local» > 100 et < 100). À noter que. À noter que.   Redéfinition du BBE Les bassins d’approvisionnement relatifs aux bilans décrits ci-dessus ont été découpés suivant la procédure BBE qui permet de calculer le bilan dans des portions de territoire progressivement plus éloignées autour de la ville de N’Djamena.3. les seuils minimaux de productivité (et de stock à la fin de la période de rotation). page 44. tels que les résidus agricoles et/ou par une majeure économie de consommation du bois disponible. Ces seuils ont été appliqués pour produire le bilan «commercial > 200». certains niveaux minimaux de déficit peuvent aussi être considérés comme non-influents pour la filière commerciale. les charbonniers et les producteurs de bois de feu. dont les résultats sont présentés en annexe 3. dont les résultats sont présentés dans le tableau 11. sur une période de rotation de 15 ans. par exemple. tandis que les statistiques des surfaces impliquées par département sont rapportées dans le tableau A3. Ces seuils devraient être évalués en consultation avec des informateurs qualifiés.6 m3 de bois. Les contours des zones par rapport aux scénarios du bilan «local» et des deux bilans «commerciaux» sont présentés dans la figure 30. jusqu’à l’achèvement d’un bilan positif. | 34 . En attente de valeurs fiables de seuils et dans le but d'évaluer leur effet sur la définition du BBE. en annexe 3. qui déterminent l’accessibilité économique des ressources. page 36.8 m3 de bois. Dans ce cas. la biomasse minimale par hectare effectivement disponible sera de 1. À cause de la faible densité des formations forestières. qui a été produite sur la base de la carte de l’accessibilité physique déjà présentée dans le module «Offre». conditionnent fortement la dimension du territoire d’approvisionnement et la distance des zones de prélèvement de N’Djamena.1. page 69.

l'accessibilité économique des ressources est un facteur déterminant pour la durabilité du système d'approvisionnement. Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement. l’adoption d’un seuil minimal de productivité de 300 kg/ha/an. En outre. dans les régions du Kanem et du Lac. dans ce cas. par rapport à 200kg/ha/an. Du côté de la demande. les limites de prélèvement passent de 250 à 350 km de N’Djamena. et le seuil de 300 kg donne des garanties nettement meilleures à cet égard. le bilan local). comporte une augmentation considérable du bassin d’approvisionnement. il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena. Avec ce changement de seuil. Comme le met en évidence la figure 30.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 29: accessibilité de N’Djamena (gauche) et analyse progressive du territoire jusqu'à l’achèvement de l’équilibre du bilan offre/demande (droite. | 35 .

sont: 0 – Centre-ville. 6 . représentent les différentes zones d’intérêt pour la formulation d’une stratégie de FUPU.Zone périurbaine jusqu’à 60 km du centre-ville. Environ 20 km au-delà de la zone urbaine (définition préliminaire adoptée par le Projet FUPU).BBE à bilan «commercial >200». 1 .Zone périurbaine jusqu’à 40 km du centre-ville. Ce deuxième bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 300 kg/ha/an (m. Résultats et conclusions de l’analyse WISDOM N’Djamena DÉFINITION DES TERRITOIRES Les résultats de l’étude ont permis de découper le territoire du projet en plusieurs strates qui.s.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 30: BBE relatifs au bilan «local» et aux bilans «commerciaux» avec seuils de 200 et 300 kg/ha/an. 4 . Les zones considérées. page 37.BBE à bilan «simple» (ou «local»). Ce bilan «commercial» considère seulement les zones avec un surplus majeur de 200 kg/ha/an (m. Zone délimitée par les quartiers.s.) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an.Zone urbaine. Territoire dans lequel la productivité totale (accroissement annuel accessible) correspond à la consommation totale. Zone délimitée par les arrondissements. Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km. 5 . Territoire déterminé par le surplus et les déficits après un premier bilan «local» calculé dans un rayon de 6 km. À peu près 40 km au-delà de la zone urbaine (nouvelle définition depuis les enquêtes sur la consommation SISA/SAP).BBE à bilan «commercial >300».) et les zones avec un déficit majeur de 200 kg/ha/an. présentées dans la figure 31. | 36 . 2 . 3 . à partir du centre de N’Djamena.

les valeurs en rouge signalent les zones déficitaires. dans la zone 3 il est de -14 699 et dans la zone 4 il est de -3 605. Pour le département de Chari. Les valeurs dans les cases de la matrice font référence aux croisements entre ces deux découpages. Dans la zone 1 (urbaine) de ce département. reporte les statistiques relatives aux surfaces et à la distribution de la population. Les lignes représentent le découpage des départements et les colonnes représentent le découpage des zones FUPU. Les deux dernières lignes donnent les totaux du bilan dans chaque zone FUPU (total par zone) et la valeur cumulative à partir du centre-ville (zone 0). dans la zone 2 il est de -4 970. Ce département s’étend de la zone 1 à la zone 4 et les valeurs sont toutes déficitaires. Les valeurs le long de la ligne nous disent que 51 km2 de ce département appartiennent à la zone FUPU 0 (centre-ville). en annexe 3. Pour un encadrement général de la zone d’étude. Par exemple. et choisissons la ligne du département 701 «Ville de N’Djamena». le bilan «commercial > 300» est de -54 959 tonnes de matière sèche. l’annexe 3. à partir de la page 42. Comment lire les tableaux de résultats: Les résultats sont présentés sous forme de matrice entre les unités administratives (départements) et les zones FUPU de 0 à 6. en noir les zones excédentaires. Dans les tableaux sur le bilan offre/demande. regardons le tableau des superficies A3. regardons le tableau 12 sur le bilan «commercial > 300» et choisissons la ligne du département 602 «Chari». Par exemple. ci-dessus. Dans le tableau 9 et suivants. | 37 . à partir de la page 67. nous retrouvons les valeurs de consommation (tableau 9). etc. les résultats de l’analyse sont présentés par zone FUPU et par département.1. La dernière colonne nous donne les totaux du bilan «commercial > 300» de tous les départements (ou portions de départements inclus dans la zone d’étude). comme montré figure 31. dans les autres tableaux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 31: Les zones considérées dans l’analyse. 275 km2 à la zone 1 (urbaine) et 26 km2 à la zone 2 (périurbaine jusqu’à 40 km). Dans les cases correspondantes. le total présente un déficit de -78 232 tonnes de matière sèche. de productivité accessible (tableau 10).

mérite une analyse approfondie. L’impact des dispositions sur la condition de vie des ménages urbains est certainement très fort. le bassin d’approvisionnement inclue une consommation totale annuelle de quasi 2. il convient de remarquer la présence de zones importantes de consommation au nord-est de N’Djamena. Dans un scenario plus étendu (zone 6. commercial. L’utilisation de bois de feu et de charbon de bois par les secteurs domestique. 54 AEDE.5 millions de tonnes. la consommation totale est de plus de 1. dans les régions du Kanem et du Lac. L’utilisation de bois de service est considérée très faible en milieu urbain et périurbain. BBE commercial «>300»). surtout sur la population plus pauvre qui n’a pas les moyens d’acheter des combustibles alternatifs et qui est obligée de payer un prix trois fois plus élevé qu’auparavant pour le bois de feu. page 42. En appliquant ce pourcentage au stock total du pays.3 million de tonnes. la consommation urbaine s’ajoute aux consommations de bois par les populations périurbaines et rurales pour l’énergie et d’autres usages (bois de service).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména LA DEMANDE EN BIOMASSE LIGNEUSE La distribution de la consommation par département et par zone FUPU est montrée dans le tableau 9. | 38 . la potabilisation de l’eau. pour les facteurs de conversion appliqués. mais est estimée. Cf. à 7-8 pour cent du total. en milieu rural. ou simplement de réduire sa consommation de bois avec des conséquences probablement négatives sur la cuisson des repas.cit.)52.53 Du point de vue environnemental.s. La situation imposée par les mesures restrictives interdisant la coupe du bois vert pour la carbonisation ou pour le bois de feu. Des considérations sur l’accessibilité économique de l’offre portent à augmenter encore le territoire d’approvisionnement et. Ces zones ne disposent pas de formations productives à proximité et entrent en compétition avec N’Djamena pour les mêmes sources d’approvisionnement. le bois mort représente 4 pour cent du stock total en bois. L’OFFRE EN BIOMASSE LIGNEUSE  L’offre limitée au bois mort. 2011. la disponibilité de bois mort peut satisfaire la demande du pays pour une période de 4 à 8 ans seulement. En plus de N’Djamena.. AEDE. Op. Sur la base de l’estimation faite par l’AEDE54. La demande domestique est responsable de la plus grande partie de la consommation (entre 90 et 95 pour cent). 2002.Op. prises par le gouvernement en 2009. sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain. période qui 52 53 Matière sèche.087 tonnes de biomasse ligneuse (m.cit. Les autres usages couvrent environ 5 pour cent de la consommation totale en milieu urbain et deviennent négligeables en milieu rural. par conséquence. industriel et public dans la zone urbaine de N’Djamena (Zones 0 et 1) porte la consommation annuelle estimée à 427. comme indiqué dans le total des deux premières colonnes du tableau 9 (centre-ville + zone urbaine).: annexe 4. les données actuellement disponibles permettent seulement une évaluation grossière du stock en bois mort. Dans le territoire d’influence de N’Djamena. Dans le territoire où la productivité potentielle et la consommation de biomasse ligneuse se contrebalancent (zone 4. à inclure les consommations d’autres villages. page 71. bilan «simple» ou «local»). etc.

Par conséquence. | 39 . il est difficile de mesurer la gravité de la situation. mais elle s’avère inadéquate à supporter la planification opérationnelle de la filière bois-énergie. Autrement dit. Néanmoins. et non seulement du bois mort. Ces valeurs seront révisées sur la base des observations de l’étude sur la FUPU. est la presque identité entre la productivité estimée par l’AEDE en 2004 et la variante moyenne WISDOM. C’est pourquoi l’analyse de l’offre et toutes les conclusions de l’étude WISDOM se référent à la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse. et non seulement sur le bois mort disponible. avec un bilan négatif (la demande dépasse l’offre) entre 2 et 3 millions de tonnes (boiséquivalent anhydre). comme confirmé par le processus préliminaire de validation fondé sur les données des inventaires des Villages «VERT». La situation est certainement pire dans la zone d’influence de N’Djamena. mais. selon le taux de mortalité adopté. l’estimation de la productivité reste approximative. page 43. La productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement est présentée en tableau 10. L’impression d’un épuisement rapide de la régénération des palmiers à cause de leur utilisation est partagée par la plupart des opérateurs. en dépit de l'indépendance totale des procédures d'estimation. l’estimation du stock de biomasse ligneuse dans le reste du territoire est jugée plus fiable. nous pouvons produire des éléments utiles à la définition du BBE et à l’identification des départements plus prometteurs pour la production durable de bois de feu et de charbon de bois.  L’offre potentielle de biomasse ligneuse. Grâce aux données de l’inventaire général AEDE 2002. En absence de placettes permanentes ou d’autres études spécifiques. Le stock et la productivité de biomasse ligneuse dans la zone urbaine (zones 0 et 1) sont jugés très faibles (spécialement dans les arrondissements périphériques). et en quelque sorte encourageante. Dans une perspective de durabilité. sur la base des données d’inventaire 2002-2003 et la carte GlobCover. étant donnée la grande demande de la ville. La précision de l’estimation de l’offre en biomasse ligneuse est limitée par l’absence d’une carte suffisamment détaillée de l’occupation des sols. la précision de l’analyse est considérée adéquate à supporter la formulation d’une stratégie FUPU. L'offre est limitée aux espèces d’arbres et d’arbustes pris en compte dans l'inventaire AEDE. en l’absence de données sur leur présence dans les formations naturelles. qui couvrent sans doute la plupart de l'offre potentielle. Aucune donnée de référence n'a pu être trouvée sur la répartition et la productivité en fruits de palmiers (rônier et doum). Notable. la situation ne présente aucune chance: le taux de mortalité peut couvrir entre 20 et 50 pour cent de la consommation annuelle. qui sont utilisés comme combustible dans plusieurs procédés industriels pour la substitution au bois. le développement d’une stratégie bois-énergie à moyen/longue terme doit se fonder sur l’aménagement durable de la totalité du potentiel productif de biomasse ligneuse.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména peut s’étendre à 6-10 ans en considérant le probable taux de mortalité (et donc de croissance de la ressource disponible) et la réduction de la demande conséquente aux restrictions.

reporte le bilan «commercial > 300» le plus conservatif parmi les scenarios considérés. ainsi que la nouvelle carte d'accessibilité de N’Djamena ont permis de produire la carte des bilans entre l’offre potentielle et la demande sur la zone d’étude. Le but de l’analyse du bilan commercial est d’estimer le potentiel productif durable économiquement accessible et sa distribution. transport et vente. page 45. Afin de déterminer le BBE de N’Djamena. il est possible d'identifier les départements inclus dans la zone d'approvisionnement. ainsi que leur contribution potentielle en termes de surplus disponible pour alimenter la filière bois-énergie de N’Djamena. Plusieurs seuils de productivités minimales ont été considérés pour évaluer leur impact sur la taille du BBE conséquente. ou non accessible. 2002.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BILAN LOCAL ET BILANS COMMERCIAUX Les nouvelles informations sur la demande et sur l’offre potentielle. 55 | 40 . il sera possible et assez facile de définir le BBE correspondant. page 33). Bilan commercial L’approvisionnement de N’Djamena doit nécessairement se baser sur une filière commerciale de production. ne sont pas définis. et donc les éléments de base de la filière commerciale de combustibles ligneux (voir figure 28. Barh Signaka dans le Guera. Les départements qui jouent un rôle important dans la filière commerciale (voir tableau 12 et figure 32) sont au nombre de six: Baguirmi et Loug Chari dans le Chari-Baguirmi. Selon l’analyse WISDOM N’Djamena. BBE DE N’DJAMENA Le BBE de N’Djamena selon le bilan «commercial > 300» s’avère très étendu: jusqu’à 350 kms de distance de la ville. qui donne les meilleures garanties de durabilité tant du point de vue environnemental qu’économique. Op. deux types de bilans sont considérés: le bilan «local» qui analyse l’offre et la demande dans un contexte local de 6 km (horizon de collecte de la plupart des ménages ruraux) et le bilan «commercial» qui analyse les surplus et les déficits du bilan local dans le contexte d’une filière commerciale. le seuil minimum de productivité (et autres facteurs) qui détermine l’accessibilité économique des ressources en bois doit être défini/validé avec les opérateurs de la région. Si d’autres valeurs de seuil s’imposent. Le tableau 12. 56 AEDE. le BBE commercial est sensiblement plus important que celui adopté dans le Plan directeur d’approvisionnement (PDA) formulé par l’AEDE en 200256. ECO-Consult/Agritchad. Le résultat du bilan «local» nous permet de visualiser et d’identifier les zones qui sont véritablement déficitaires ou excédentaires. page 70. avant de formaliser le schéma d’approvisionnement.  Bilan local Les résultats du bilan «local» par département et par zone FUPU sont présentés dans le tableau 11. tableau A3. 55 Comme mentionné ci-dessus. Les raisons  Les résultats du bilan «commercial >200» qui applique un seuil plus bas de 200 kg/ha/an est reportés en annexe 3.A.cit. À partir du tableau 12. Les paramètres qui rendent la ressource économiquement accessible.4. page 44. Mayo Lemié et Mayo Boneye dans le Mayo-Kebbi-Est et Tandjilé Est dans le Tandjilé.

qui sont importants (voir tableau 9.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména de cette augmentation du territoire ciblé reposent principalement sur l’estimation de la demande et peuvent être identifiées:  La consommation considérée dans l’analyse WISDOM inclut celle des départements situés au nord-est de N’Djamena (régions du Kanem et du Lac). qui augmente la pression sur les ressources en bois. page 42) et qui entrent nécessairement en compétition pour les même sources d’approvisionnement. L’augmentation de la consommation due à l’accroissement de la population urbaine et totale. L’inclusion de la consommation de bois de service par les ménages ruraux. selon des estimations provisoires.   | 41 .

/an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 36.586 149.321 526. Pour calculer le total du BBE.798 104.914 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.445 21.733 16.526.527 130.369 25.773 112. | 42 .738 129.101 408 21.071 29.850 260.663 2.146 29.177 1.294 54.173 35.377 478.881 182.761 3.611 73.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 9: consommation de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.381 10.013 427.091 54.300 33.888 3.766 4.087 51.523 494 1.531 955 37.s.330 44.177 123.659 32.504 3.498.306 240.655 124.011 3.673 4.989 127.661 6.039 1.925 10. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.256 90.311 90.074 167.805 124.225 122.515 423.860 11.444 98.318 19.334.519 2.656 18. Biomasse ligneuse (tonnes de m.910 65.304 Reste de la zone d’étude Total zone d’étude 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 10.508 111.754 21.975 35.631 81.914 22.368 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 38.074 161.963 105.328 72.684 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 11.092 10.657 7.840 42.019 56.106 8.074 260.845 18.258 76.347 3.735 153.365 41.295 237.373 972.458 47.335 61.024.764 2.723 28.251 2.523 789.664 1.963 137.912 104.896 62.076 114.026 3.024.268 113.463 67.268 127.828 260.059 545.870 15.205 81.665 30.838 12.239 3.666 51.369 125.865 19.492 44.533 1.012 13.256 16.198 5.561 545 191.611 126.916 17.

762 7.261 2.451 268.037 1.064 75.487 311.078 171. | 43 .373 239.314 225.297.727 79.104.141 4.696 171.734 702 0 716 44.227 9.420 28.893 730.944 104.769 4.369.406 1.263 2.507 578.556 79.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 10: productivité accessible de biomasse ligneuse par département et par zone d’approvisionnement.269.263 110.697 61.780 82.324 37.104.994 63.279 222.699.088 1.628 2 128 14.738 807.851 609.597.286 38.234 1.473 71.693 4.715 100.132 3.662 117.659 56.342 115.792 6.554 220 220 7.013 16.679 3.828 23.078 299.416 66.330 310.588 2.554 3.590 108.776 32.589 2.322 54.811 66.053 233.137 43.837 61.111 438.102 220 3.926 4.774 4.469 161.852 130.928 15.525 73.333 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 3.804 111.104 7.933 349 3.685 485 14. il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes.325 77.595 64.929 716 15.730 41.282 14.059 116.s.625 24.048 22.286 64.021 41.875 66.113 3.832 215. Pour calculer le total du BBE.126 42.715 79.676 42.233 0 0 9. Biomasse ligneuse (tonnes de m.713 44./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple/ locale 4 (*) 14.019 4.171 Reste de la zone d’étude Total zone d’étude 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 658 3 482 10.998 45.926 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.590 7.272 193 330.678 1.424 201 377 12.107 104.766 2.084 108.383 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 6.

171 -262 -1.606 -67.112 95.000 -443.333 -83.429 -13. Pour calculer le total du BBE.487 -768 -39.696 -182.034 -10.906 Totale BBE à bilan local Cumulative -20.234 Biomasse ligneuse (tonnes de m.369 -4.689 -50.261 65.860 -42. Ce bilan a été calculé dans un contexte local de 6 km.502 -4.826 -2.013 89.743 497.906 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 -55.412 -640 8.280 -39.544 50.948 -4.843 3.112 60.051 60.251 28.606 -67.551 28.051 288.990 -52.787 1.429 -7.261 161.261 65.542 596.082 -5.155 -82.363 -3.741 -18.957 57.542 128.377 -182.753 57.013 89.363 -3.713 61.377 -248.696 60.153 -107.704 -83.251 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.565 288.081 50.860 -42.153 -107.995 -44.995 -44.516 -52.871 -451.425 -39.843 -3.307 -27.753 106. | 44 .749 -2.519 -182.565 288.449 -12.052 -430.460 -27.173 435.487 -768 49.099 460.689 -50.280 203 -499 -1.171 -107. Périurbain jusqu’à 40 km 2 Bilan local dans le reste de la zone d’étude -19. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.787 1.544 50.531 -83.743 61.687 -52.300 479.073.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 11: bilan «local» offre/demande par département et par zone d’approvisionnement (6 km autour des villages).509 -18.s.399 -6.983 Bilan local dans l’ensemble de la zone d’étude -19.044.998 -3.972 468. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.377 -192.359 -375.333 -62./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan local 4 (*) -20.386 288.399 -6.972 -375.175 50.502 -87.

710 177.823 -1.611 -8.187 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.038 -27.502 -6.663 -94.664 46 -182.605 47.047 97.060 -374.017 -37.360 735 -37.213 60.959 -182. il est nécessaire d’additionne r toutes les zones précédentes. Pour calculer le total du BBE.525 -4.510 35.980 0 -395 -947 -5.514 -5.699 134.040 -95 206 -83.371 -990 -12. Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de 0 à -200 kg/ha/an) et les surplus inférieurs à 300 kg/ha/an.463 20.544 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 0 -299 -9.478 -435.146 183.964 -29.735 -20.716 -455.970 -561 0 -14.980 -19.795 0 27.392 -789 64.737 -2.360 735 Total BBE à bilan commercial «>300» Cumulative 0 -14.047 42.354 -76 0 612 -12.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Tableau 12: bilan «commercial >300» par département et par zone d’approvisionnement.125 -429./an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de N’Djamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple/ locale 4 (*) -575 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 -13.689 -20.448 -293.061 -378.669 -9.s.275 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 -54.624 -94.449 -4.377 -247.948 -4.611 -7. | 45 .696 77.096 -26.624 -143 -5.772 -4.672 -55. Biomasse ligneuse (tonnes de m.268 -78.846 313.232 292.635 20 85.910 -3.164 51.103 0 -1.275 35.164 51.536 177.510 28.392 -789 226.866 20.145 26.973 -4.017 -1.377 -182.350 -11.864 -55.040 -95 206 -83.377 -191.948 -4.

Demande «commerciale» 20. /an) OFFRE «commerciale» . La carte du bas montre la concentration de la demande «commerciale» (zones rouges).275 | 46 .502 -26. Loug Chari Baguirmi Barh Signaka Tandjilé-Est Mayo Boneye Mayo Lemié Carte de la demande « commerciale» Demande «commerciale» Déficit < -200 kg/ha/an (t m.268 177. La carte du haut montre les départements inclus dans la zone d'approvisionnement et leurs contributions «commerciales» potentielles (zones vertes).Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Figure 32: distribution de l’offre et de la demande./an) Zone urbaine NDJ Zone périurbaine Reste de la zone d’approvisionnement -429.244 TOTAL -860.s.672 35.s.360 51.215 Carte de l’offre « commerciale» REGION CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI GUERA TANDJILE MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST Autres Départ.940 Consommation Bilan «commercial» (t m.866 97.194 -405. OFFRE «commerciale» Surplus > 300 kg/ha/an (t MS /an) 292.047 941 TOTAL 881.060 226.

Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Conclusions et recommandations | 47 .

.

tandis que celui du charbon de bois a été multiplié par cinq.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONCLUSIONS PRINCIPALES Aspects généraux INTERDICTION OU GESTION ?  La disponibilité de bois mort ne pourra satisfaire durablement tous les besoins en bois de feu. seront absolument nécessaires. Le BBE de N’Djamena s’avère très vaste. L’expérience du Projet énergie domestique (PED). des cartes détaillées sur l’état et sur les changements du couvert forestier. de promouvoir une forte composante environnementale sur la base d’arguments aussi bien techniques que politiques. Pour protéger l’environnement. le développement de programmes d’aménagement forestier durables et participatifs doit rester essentiel. à la formation des agents et à un appui à la filière. Selon l’hypothèse du «bilan commercial > 300». on retiendra la nécessité de corréler la gestion des revenus générés par la filière (très élevés dans le PED) à un système efficace de suivi des conditions environnementales et à une gestion forestière durable (plutôt faibles dans le PED). entre 1999 et 2004. L’analyse WISDOM permet de bien encadrer la situation générale. Aussi les mesures interdisant l’exploitation du bois vert ne semblent-elle pas adaptées: non seulement elles pénalisent les plus vulnérables. 57 | 49 . ainsi que le modèle de gestion des Villages «VERT». à cet égard. pour être durable. ainsi que des données fiables sur la productivité. Mais. dans la mesure où il est difficile de contrôler les flux de bois. grâce à l’élaboration de plans de gestion rationnels. Au nombre des leçons tirées de l’expérience PED. Les résultats de l’analyse montrent que le bilan offre/demande peut être satisfait sur l’ensemble du BBE de N’Djamena. tant d’un point de vue environnemental que socioéconomique. mais encore elles pourraient s’avérer inefficaces. doivent être soigneusement analysés et pris en compte dans un futur programme de gestion. qui éprouvent des difficultés croissantes devant l’augmentation des combustibles ligneux57. qui est la plus plausible. les données actuellement disponibles ne permettent pas de formuler des plans locaux d’aménagement forestier durables et participatifs. depuis l’adoption de ces mesures en 2009.    Le prix du bois de feu a triplé. quelle que soit l’approche choisie. toutefois. afin de bénéficier de leurs succès tout en évitant leurs écueils. Dans cette optique. il est préférable d’apprendre à gérer la ressource durablement. les données récoltées et les simulations rassemblées par l’étude WISDOM de N’Djaména pourront être utilisées afin de mettre en œuvre une gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses. le BBE doit en effet couvrir un territoire qui s’étend jusqu’à 350 kilomètres de la ville de N’Djamena. Il conviendrait.    AMÉNAGEMENT FORESTIER DURABLE ET PARTICIPATIF  L’objectif d’impulser une politique efficace dans le secteur bois-énergie est un incontestable défi. à la condition qu’un système d’aménagement durable soit mis en place et que les solutions soient adaptées aux conditions locales spécifiques. Pour atteindre cet objectif.

La priorité doit être donnée à la production d’une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad (ou. | 50 . en priorité. En effet. il est par ailleurs recommandé de réaliser le suivi du couvert forestier sur la base de données satellitaires multi-temporelles. Une contribution importante de l’analyse WISDOM à cet égard concerne l’identification des zones prioritaires d’intervention. L’analyse WISDOM N’Djamena a permis de faire le point sur les données disponibles et d’identifier les lacunes d'information les plus importantes. Ses lacunes concernent surtout la distribution des ressources ligneuses et leur potentiel productif durable.  les zones prioritaires pour l’établissement de plantations forestières et/ou de pratiques agroforestières visant à l’augmentation de l'offre. fiables et récentes. il sera possible d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de bois de feu. pour le bassin d’approvisionnement de N’Djamena. de limiter au minimum les dépenses. selon les résultats de l’analyse WISDOM). il est conseillé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System»58 (LCCS). électricité. spécifiquement.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména  Pour autant. tels que les départements et les territoires où la gestion forestière doit se concentrer. Données sur l’approvisionnement potentiel. donc. Dans ce but.  la cible de stratégies énergétiques alternatives visant à réduire la demande par la diffusion des foyers améliorés et par des programmes de promotion de combustibles alternatifs au bois (i. elle permet de circonscrire la récolte des données aux zones effectivement nécessaires et.). obtenir ces informations sur de vastes surfaces pourrait s’avérer coûteux. etc. Pour bien comprendre les dynamiques en cours et estimer de façon fiable les taux de déforestation et de dégradation.). la nature et la distribution des ressources. gaz. Sur cette base. Ce travail devra couvrir les dix dernières années et pourra être efficacement intégré aux travaux de production de la carte d’occupation des sols.  58 Système de classification de l’occupation des sols. ce qui constitue une lacune majeure. Ces paramètres d’accessibilité économique doivent être utilisés pour affiner l'analyse WISDOM afin de déterminer:  la portée et les objectifs de la composante «gestion forestière» dans les zones où le bilan est positif grâce aux ressources existantes.  Données et planifications CONCERNANT LES DONNÉES DISPONIBLES ET CELLES NÉCESSAIRES POUR LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES LIGNEUSE La formulation des plans de gestion pour l’approvisionnement de combustibles ligneux dans le BBE de N’Djamena et. VIABILITÉ ÉCONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE  La marge entre la demande et le potentiel de croissance est très limitée et la viabilité économique des systèmes commerciaux d’approvisionnement du bois doit être soigneusement évaluée. Cette carte devra être suffisamment détaillée et adaptable à tous usages (foresterie.  Le Tchad ne dispose d’aucune carte d’occupation des sols. aucune gestion n’est possible sans connaitre la quantité. pastoralisme.e. etc. Les systèmes de production de combustibles ligneux et leur viabilité économique et environnementale doivent être discutés et définis avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux. solaire. l’actualisation du plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena nécessitent des données détaillées. agriculture.

Le Tchad ne dispose pas de données sur l’accroissement durable des formations forestières (l’inventaire forestier AEDE 2004 n’a pas produit de données sur l’accroissement). SUR L’APPROCHE CHOISIE L’EWR s’est avérée apte à prendre la mesure de la situation. il conviendrait d’établir un réseau de placettes permanentes. même s’il apparaît déjà un peu ancien.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména    L’inventaire forestier conduit en 2004 par l’AEDE. ainsi. d’utiliser la base des données WISDOM comme aide permanente à la planification. APPROPRIATION DE L’OUTIL WISDOM  L’appropriation de l’outil WISDOM par les institutions nationales reste très faible car celles-ci ne disposent d’aucune unité technique capable de gérer les données géostatistiques à la base de cet outil. Pour permettre de maintenir. si les données géoréférencées de l’inventaire sont mise en relation avec une carte actualisée de la végétation/occupation des sols (premier point ci dessus). toutefois. Les activités de (i) renforcement des capacités nationales de gestion des données géostatistiques et de (ii) création d’un système stable d’aide à la planification stratégique et opérationnelle doivent être accomplies en concertation. par qualité. Compte tenu des limites des données existantes. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèce. il serait souhaitable de produire de façon prioritaire et urgente la carte d’occupation des sols du bassin d’approvisionnement de la ville (selon les résultats du WISDOM) et d’exploiter les données d’inventaire. il sera dans un premier temps possibles de fournir une estimation préliminaire de la productivité. Toutes contributions et critiques compétentes qui pourraient améliorer l'interprétation des données existantes ou qui fourniraient des références nouvelles et plus fiables seraient les bienvenues. Données sur la demande en combustibles ligneux. il serait nécessaire de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. Les résultats de l’analyse détaillée sont très proches des conclusions préliminaires de l’EWR. Néanmoins. peut encore être utile pour l’estimation du stock en biomasse ligneuse. Actuellement. Au-delà des mesures plus immédiates et urgentes visant N’Djamena et son bassin d’approvisionnement. finalement. etc. Cela permettra d'orienter le processus de formation sur des problèmes réels et pratiques et garantira la meilleure appropriation de l’outil WISDOM. et pour permettre de formuler des plans de gestion forestiers au niveau national et des PDA pour toutes les villes du Tchad. le développement du WISDOM N’Djamena a impliqué certaines suppositions et des attributions de valeurs provisoires. en analysant l’accroissement accru dans des placettes dont on connait la date de la dernière exploitation. | 51   . ainsi que la productivité durable des formations ligneuses. les données sur la demande dans la région urbaine et périurbaine de N’Djamena sont meilleures que celles sur l’offre. L'analyse WISDOM et sa base de données géostatistiques relèvent davantage du prototype que d’un système structuré stable. d’actualiser et. à proposer une délimitation de la zone où récolter les données additionnelles. Il est donc nécessaire de recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. Pour estimer de façon fiable cette productivité durable. il est indispensable de conduire un inventaire forestier national. à fournir une définition préliminaire du bassin d’approvisionnement et. il serait utile de réaliser des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (sur un rayon d’environ 400 km). Afin de procéder rapidement dans à la formulation du PDA de N’Djamena.) sur l’ensemble du pays.  Les données sur la demande en bois de feu et charbon de bois sont essentielles pour formuler des plans de gestion et des schémas directeurs d’approvisionnement.

ainsi qu’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. Dans le cadre d’une nouvelle politique du secteur bois-énergie et du développement des programmes d’aménagement forestier durables et participatifs. tels que l’unité responsable de l’aménagement forestier et l’AEDE. etc. Ainsi. Cet inventaire devra estimer les volumes de bois sur pied (par espèces. incluant les protocoles de mise à jour et de maintenance. l’adoption du système de classification LLCS est recommandée.   DONNÉES L’absence d’une carte d’occupation des sols suffisamment détaillée et récente constitue un handicap majeur. représente un manque réel: ces observations de base sont en effet indispensables à toute action de gestion durable des ressources forestières.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména RECOMMANDATIONS Les recommandations spécifiques et opérationnelles sont formulées sous forme d’actions prioritaires présentées en tableau (ci-après) et incluses dans le document de stratégie pour la FUPU de N’Djamena. il est recommandé de retirer l’interdiction d’exploitation du bois vert et de lancer un programme de gestion rationnelle et durable des ressources ligneuses dans le bassin d’approvisionnement de N’Djamena. Les recommandations principales sont:  Dans la mesure où la disponibilité de bois mort ne peut pas satisfaire durablement les besoins de bois de feu du pays. mais dont on mesure encore mal le potentiel et les incidences de la production sur l’environnement. tant d’un point de vue technique que politique.) sur l’ensemble du pays. il est recommandé de concevoir des actions visant à renforcer les capacités institutionnelles de planification et la pleine appropriation de l'expérience WISDOM par les entités compétentes du gouvernement. Dans cette optique. ainsi que la productivité durable des formations ligneuses. | 52 . par qualité. dans le BBE de N’Djamena: de récolter des données sur l’accroissement des formations naturelles et d’estimer leur potentiel productif durable. il est recommandé d’établir des liaisons avec les gestionnaires forestiers et les opérateurs locaux de la filière bois-énergie. pour l’ensemble du pays. Il est donc recommandé:  À court terme. arborées et arbustives. qui servira de soutien au programme. il conviendrait donc de produire prioritairement une nouvelle carte d’occupation des sols. il est aussi recommandé d’établir un réseau de placettes permanentes.  APPROPRIATION Pour pallier l’absence d’unité technique capable de gérer des données géostatistiques et de les exploiter à des fins de planification. Afin d’évaluer l'accessibilité économique réelle des ressources ligneuses et les exigences de base des systèmes de production durable de combustibles ligneux. À moyen/long terme. Une attention particulière sera portée aux fruits de palmiers (rônier et doum). Pour estimer de façon fiable la productivité durable. Afin de maintenir l'analyse WISDOM «vivante» et de la rendre efficace pour la planification future. cette production ne saurait être recommandée si sa pratique induit un impact négatif sur la régénération des doums. qui constituent certes une source bioénergétique. Par ailleurs. sur la base des données récoltées et des simulations proposées par WISDOM. au niveau national: de conduire un inventaire forestier national. adaptable à tous les usages. l’absence de données sur l’accroissement des formations naturelles. il est recommandé de convertir le prototype actuel en un système d'information structuré. il est recommandé d’ajouter une forte composante environnementale.

110 pages. université de N’Djaména.  OS2: promouvoir les sources d’énergie de substitution au bois-énergie. Rome. UE. 59 | 53 . 62 63 64 65 COMIFAC . 64 Banque islamique pour le développement. Certaines de ces actions répondent plus spécifiquement aux problématiques soulevées dans le cadre de l’étude WISDOM. Pour prendre connaissance de l’ensemble des actions définies dans ce cadre. 61 Banque mondiale. Activités 1. BM . BID . Pour rendre opérationnelle cette stratégie. BADEA . qui vise l’objectif global de contribuer à l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique. L’axe 4. ONG. qui vise l’objectif global de contribuer à la préservation et la restauration des terres et des écosystèmes dégradés. DFLCD. AFD. BAD . 60 Banque africaine de développement. Mise en place de placettes permanentes pour l’estimation de l’accroissement annuel des formations naturelles. À partir de 2014. Il s’agit des actions de:  L’axe 2. lire: FAO. Périodes 2012-2013.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ACTIONS PRIORITAIRES La stratégie et le plan d’action pour la promotion de la FUPU à N’Djaména se déclinent selon quatre axes stratégiques. CNAR. 2011. Il est soustendu par deux objectifs spécifiques:  OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières en vue de l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres urbains du bassin. Mise à jour des données (collecte d’information. 2012-2013. 3. Lutte contre la déforestation et la dégradation des terres OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation exi stants dans la zone urbaine et périurbaine. Cet objectif est identifié comme une alternative à la question énergétique et se propose de donner des orientations pour l’approvisionnement durable en bois-énergie de la ville de N’Djaména et des autres centres de la zone périurbaine.  Axe 2. Action 1. un certain nombre d’actions correspondant à chacun de ces axes stratégiques ont été identifiées pour la première phase de mise en œuvre59. 62 Commission des forêts d’Afrique centrale. 63 Fonds forestiers pour le bassin du Congo. Diagnostics et collectes d’informations socio-économiques. Structure responsable DFLCD. FAO. DFLCD. en particulier:  OS1: connaitre les ressources disponibles et les systèmes d’exploitation existants dans la zone urbaine et périurbaine. DFLCD. Suivi de la dynamique de la végétation et de l’occupation des sols sur données satellitaires multitemporelles.» Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°5. 65 Banque africaine de développement des États arabes. 2. Cartographie et inventaire des ressources forestières. «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la foresterie urbaine et périurbaine de la ville de N’Djaména. CNAR. 4. 60 61 Partenaires techniques et financiers 2013-2014. inventaires des ressources et cartographie). FFBC . CNAR.

Actualisation des couches informatives nécessaires à la planification et gestion durable des ressources forestières afin d’assurer l’approvisionnement durable de combustibles ligneux. BM. FAO. 3. de la planification et du suivi. Dotation de ces services en moyens et équipements nécessaires. gestion. BAD. FAO. PNUD. MERH. BAD. FFBC. UE. BM. Périodes 2012. 4. 2012-2013. 68 66 67 Direction des études. Recueillir des données sur l’accroissement des formations naturelles pour estimer leur potentiel productif durable. suivi et contrôle de l’approvisionnement de la ville en énergie domestique y compris la méthodologie WISDOM. 3. DEPS . DFLCD. DFLCD. | 54 . Formation du personnel en planification. ONDR . DFLCD. 2. État Tchadien. Il est recommandé d’adopter le système de classification développé par la FAO «Land Cover Classification System» (LCCS). Renforcement des capacités nationales pour la gestion. MATUH. 2012-2013. Activités 1. Évaluation des besoins en moyens matériels et humains au niveau de la DFLCD et de l’AEDE. UE. Programme des Nations Unies pour le développement. BID. le suivi et le contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djamena. 68 Office national de développement rural. AEDE. Périodes Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Axe 4. AEDE. Gestion de l’approvisionnement durable des centres urbains en énergie domestique OS1: rationnaliser l’exploitation des ressources forestières. PNUD . FFBC. Activités 1. 67 2012. BID. Produire une nouvelle carte d’occupation des sols pour le Tchad qui soit adaptée à tous les usages. DEPS. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2013. AEDE. Réalisation des enquêtes complémentaires sur la consommation dans la zone d’influence de N’Djaména (rayon d’environ 400 km). Action 2. CNAR. 66 État Tchadien. MERH. Évaluation du potentiel bois-mort afin de prendre des mesures à temps pour contrer l’effet de l’épuisement du stock bois-mort. 2. Action 1.

MERH. SIDRAT. Actualisation des données sur la filière bois-énergie. Activités 1. Définition des protocoles de mise à jour des couches thématiques et de maintenance du système. 3. FFBC. BID. Activités 1. BAD. Périodes 2012. bureau d’études. UE. BID. | 55 . Création d’une interface accessible pour la consultation et l'interrogation par des utilisateurs non-techniques. MATUH. État Tchadien. PNUD. Périodes 2013. 2013. 69 Ministère de l’énergie et du pétrole. MERH. UE. Ministère du commerce. BAD. PNUD. Appui à l’organisation des acteurs de la filière bois-énergie. Structure responsable MERH. BM. BM. UE. BAD. Conversion des informations de la méthodologie WISDOM dans un SIG. Évaluation des expériences de l’AEDE de 2002-2004 concernant les VERT. FAO. Action 5. FFBC. Partenaires techniques et financiers 2012-2013. Élaboration des plans d’aménagement pour la restauration des zones déficitaires en ressources forestières. 2.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Action 3. MERH. DFLCD. Activités 1. Structuration d’un SIG à partir des modules WISDOM N’Djamena existants. 4. 2014-2016. Suivi et contrôle de l’approvisionnement en bois-énergie. État Tchadien. Partenaires techniques et financiers 2012-2013. AEDE. État Tchadien. PNUD. 2. CNAR. Réorganisation de la filière sur des bases solides. 3. ONDR. 3. Priorisation et formulation des plans simples de gestion de l’approvisionnement en bois-énergie de N’Djaména. Élaboration des plans simples de gestion des zones excédentaires en ressource ligneuse pour l’approvisionnement des centres urbains. Action 4. BM. MERH. FFBC. DFLCD. AEDE. Périodes 2012. Structure responsable DFLCD. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012. FAO. 2012-2013. 2. FAO. Formulation d’un nouveau plan directeur d’approvisionnement de N’Djamena sur la base des résultats WISDOM et du cadre juridique. 2013-2014. BID. 69 MEP .

DFLCD. 2013-2016. MEP. Périodes 2012-2016. DEEDD. 70 2012-2016. 4. 2012-2016. BID. Appui aux initiatives privées pour la mise au point et la fabrication des cuiseurs solaire. Activités 1. AEDE. Élaboration et mise en œuvre d’un programme d’information et de communication sur les énergies de substitution au bois de feu.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména OS2: promouvoir les énergies de substitution au bois de feu. puis privés. MEP. Structure responsable Partenaires techniques et financiers 2012-2016. Subvention massive du gaz butane pour le rendre accessible à un grand nombre de la population. Action 6. 5. Promotion des énergies de substitution au bois et vulgarisation des équipements permettant d’économiser le bois-énergie. 3. Vulgarisation des équipements d’économie de bois et des autres sources d’énergie écologiquement durable. DEEDD . DFLCD. 70 Direction de l’éducation environnementale et du développement durable. biogaz…). et d’autres combustibles écologiquement durable (briquettes. Subvention des foyers améliorés de type Save80’ et initiation de la fabrication au niveau national des prototypes des foyers performants. État Tchadien. | 56 . 2. AEDE. ONG. BAD. BM.

(ESA). (ESA). Plateforme WISDOM pour Bangui. Herold. Rédigé par Drigo. Rédigé par Drigo. Phase 1-Module «Offre». 2009. P. Rome. (BC). Arino. Achard. J. Defourny. Rédigé par Drigo. Rome.-R. Plummer. H. S. F. Bogor Barat. M.. Rome. Bicheron.. Rédigé par Drigo. Brockman. GlobCover .Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména BIBLIOGRAPHIE AEDE. B.. Résultats d'inventaire forestier général dans le bassin de N’Djamena. J. M. Rome. Huddleston. Département des forêts-Foresterie urbaine et Dendroénergie. FAO. for FAO Poverty Mapping Project. M. 2007. O. Geoscience and Remote Sensing Symposium. 2004.. 2000. R. Huc. et Shepherd. (JRC). (UCL). et Babacar.. Indonésie. R. Vancutsem. P. AEDE. Rome. Sambale.Products Description and Validation Report. AEDE. Environment and Natural Resources Working Paper. C. FAO. République du Tchad. and Bloise. WISDOM-East Africa. IGARSS 2007. 2011. (Medias-France). C.. Unasylva 211. 53. M.-A. Prepared by Salvatore. ECO-Consult/Agritchad. C... Spatial woodfuel production and consumption analysis of selected African countries. (Medias-France). P. 2005. S. Rome. Bontemps. FAO. Rome. Witt. G. 2011. Masera et M. C. Leroy. sous la supervision de Trossero.-A. O. Wood-energy supply/demand scenarios in the context of poverty mapping. 2007. Global Ecological Zoning. Environment and Natural Resources Working Paper. R. 2003. Durieux. République du Tchad. Mapping global urban and rural population distribution. (Medias-France). Gross. Prepared by Drigo. Bicheron. Köhlin. Frascati. Fuelwood revisited. Diagnostic et cartographie du territoire et de la société pour le bois-énergie. Pozzi. What has changed in the last decade? Occasional Paper 39. M. Achard. 60 p. 2006.. R. F. Rome. A WISDOM case study in Southeast Asia for the years 2000 and 2015. C. A.... Weber. (Infram). L. Defourny. Trossero. 2002. Arino. ECO-Consult-Agritchad. vol. R. et Gauthier. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping-WISDOM: a geographic representation of woodfuel priority areas. R. pp 36-40 (publié en anglais. (UCL). O. M. Drigo.. F.. Rédigé par Forster. | 57 . Rome.. Persson. Environment and Natural Resources Working Paper n°27.. FAO. FAO. Schouten. 2002. Di Gregorio. G. 2003. Woodfuel Integrated Supply/Demand Overview Mapping (WISDOM) Methodology. et Codipietro. Document de Projet TCP/ CHD/ 3203/ (D). GlobCover: ESA service for global land cover from MERIS. rédigé par Doutoum.-L. Étude WISDOM globale. FAO. for the FAO Forestry Department-Wood Energy. Brockmann. Rome. Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). Bourg. WISDOM Darfur-Land Cover mapping and WISDOM analysis for emergency and rehabilitation planning in Darfur. for FAO Environment and Natural Resources Service (SDRN) and Forest Product Service (FOPP). O. R. Rédigé par Drigo. FAO. J.. Ataman. Carte globale intégrée de l’offre et de la demande de bois de feu-WISDOM. F. L. P. ESAESRIN. L.-R.. Plan directeur d’approvisionnement en énergie domestique de Ndjamena. Ranera. Ranera. FAO. M. D.. M. M.. Rapport préliminaire pour la FAO. M. Analyse de la dendroénergie et de l'urbanisation grâce à la méthode WISDOM. n°24. Masera et M. Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). Vancutsem.. R. Trossero.. WISDOM pour les villes. 2002. Étude sur la consommation des combustibles domestiques à N’Djamena et en milieu rural périurbain.. 2009. IEEE International. M. Leroy. Prepared by Drigo. FAO. F. (GOFC-GOLD). R. Latham. FAO. P. République du Tchad. R. Herold. E. F.. 23-28 July 2007 Arnold. (UCL). et Salbitano. français et espagnol).-H. 2007. 2008. Projet énergie domestique (PED).

INSEED. R. Townshend. Regional Wood Energy Development Programme in Asia. Regional study on wood energy today and tomorrow in Asia. Estimated travel time to the nearest city of 50. et Djimramadji. Italy. and Mitchell. 1997. Dimiceli. and Sohlberg. C. 88 p. 500m MODIS Vegetation Continuous Fields. 1999. Enquête de sécurité alimentaire et de vulnérabilité structurelle. 80 pages. R. Hansen.-K. Rome. 2009. A. 2009. EarthScan Publications. Ispra.R. 17(4): 291-303. Nelson. Carroll. Rapport général. Deuxième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH2). Appui à la formulation d’une stratégie et d’un plan d’action de la foresterie urbaine et périurbaine à N’Djaména. College Park.. M. République du Tchad. Biofuel consumption. Préparé par Djekota..-P. R.. deforestation. | 58 . Résultats globaux. 2011. A.. Mahapatra. M. Field doc. GCP/RAS/154/NET. London. 1988. Leach. and Mearns. Biomass and Bioenergy. FAO/RWEDP. J. Bangkok. Ministère de l’agriculture. Maryland: The Global Land Cover Facility. DeFries. or more people in year 2000. Rôle et place de l’arbre en milieu urbain et périurbain. 2003. A. land and trees in Africa.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FAO.000. Global Environment Monitoring Unit-Joint Research Centre of the European Commission. 230 p. 2008. 50. and farm level tree growing in rural India. M. C. C. FAO/ Pays-Bas. Beyond the woodfuel crisis: people. Document de travail sur la foresterie urbaine et périurbaine n°6. République du Tchad.

GlobCover est la carte d’occupation des sols globale à plus haute résolution (300 mètres) jamais produit et validé de façon indépendante. la géolocalisation et remapping). Carte GlobCover et MODIS Tree Cover CARTE GLOBALE D’OCCUPATION DES SOLS GLOBCOVER71 GlobCover est une initiative de l'European Space Agency (ESA) qui a débuté en 2005. Actuellement. La méthodologie VCF préserve les détails en améliorant la représentation des paysages hétérogènes par rapport aux autres méthodes de classifications. Hansen et al. Les composites GlobCover sont dérivées à partir du module de prétraitement des GlobCover. 2007 et Bicheron et al. Le projet GlobCover a développé un service capable de fournir des composites mondiales et des cartes du couvert végétal en utilisant les données à 300m de résolution du capteur MERIS à bord du satellite ENVISAT. CARTE GLOBALE DE LA DENSITÉ DES ARBRES MODIS TREE COVER MAP72 La carte globale de la densité des arbres (MODIS Tree Cover map) à 500 m de résolution est un produit de l’application de l'algorithme Vegetation Continuous Fields (VCF) aux données du capteur MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer). 71 72 © ESA GlobCover projet. Pour plus d’information:   voir Arino et al. dirigé par MEDIAS-France. qui comprend un ensemble de corrections (la détection des nuages. | 59 . 2003. voir GlobCover Portal. La carte GlobCover est compatible avec le système de classification LCCS des Nations unies développé par la FAO. Les produits VCF sont couches de la carte mondiale représentant des estimations proportionnelles des propriétés de la végétation de base.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména ANNEXES Annexe 1. Les couches de base incluent le pourcentage de couverture des arbres. l'ESA met à disposition un ensemble de produits couvrant deux périodes: décembre 2004juin 2006 et janvier-décembre 2009. la correction atmosphérique. de la strate herbacées / arbustif et de la terre nue.

098 1 8.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU 1.221 7.262 28. area ('000ha) 2 1 3.928 365 6 15.356 7.260 27.201 302 129.475 1.decid Op Forest-woodland broadl decid Mix forest-shrub (60)/ grass (35) Mix grass(60)/ forest-shrub(35) Cl-Op Shrubs Cl-Op Shrubs decid Cl-Op Grassland Cl Grassland Op Grassland Sparse vegetation Cl-Op grass-woody swamps (fresh-brakishsaline) Urban-artificial Bare areas Consolidated bare areas Non-consolidated bare areas Water bodies Classe GlobCover (Fr) Cultures irriguées Cultures irriguées (herbacées) Cultures pluviales Mélange culture (60) / végétation naturelle (35) Mélange végétation naturelle (60) / culture (35) Foret Ouverte/Fermée Feuillue sempervirente ou semi-décidue Foret claire et savane ligneuses feuillue décidue Formation mixte foret-arbuste (60%) et herbacée (35%) Formation mixte herbacée (60%) et foret-arbuste (35%) Arbuste Ouverte/Fermée Arbuste Ouverte/Fermée decidue Formation herbacée fermée-ouverte Herbacée fermée Formation herbacée ouverte Végétation naturelle clairsemée Formations marécageuses herbacées ou ligneuses Urbain .484 1 5.infrastructure Improductive Improductive Improductive Eau | 60 .infrastructure Improductive Improductive mobile Improductive stable Eau Code à 10 classes 6 6 6 4 4 1 1 1 1 3 3 7 7 7 5 2 9 8 8 8 10 Reclassification à 10 classes Cultures Cultures Cultures Jachères Jachères Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Formations ligneuses Savane arbustive Savane arbustive Savane herbacée Savane herbacée Savane herbacée Végétation clairsemée Savanes marécageuses Urbain .122 Code GlobCover 11 13 14 20 30 40 60 110 120 130 134 140 141 143 150 180 190 200 201 202 210 Classe GlobCover (Ang.788 7.) Crop irrigated Crop irrigated (herb) Crop rainfed Mix crop (60)/veg (35) Mix veg (60)/crop (35) Cl-Op Forest broadl everg-s.1: CLASSIFICATION GLOBCOVER POUR LE TCHAD Pixel count 240 121 407323 791012 804682 148 561385 784226 14033 1300862 71 962080 16 373673 207364 39230 599 1640867 2931419 3032347 32420 13884118 Approx.947 0 3.293 131 12.

d’arc Carte de la population des villages à 10 sec. NRCE) 1ere division administrative (2006. 0.000) = Int([rur05x9_10as] / 9 + 0.5) = rurset05 ré-échantillonné à 10 sec.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 2: Nom et description des cartes thématiques La projection des cartes est géographique avec système de coordonnées GCS_WGS_1984. sauf autres spécifications.5) * 1.d’arc (x 10.000) Carte de la population des villages à 30 sec. TABLEAU A2. Int ((50 + [maiha10_mdmd] * [area10as2]) / 100) AAM par pixel légalement accessible. Valeurs moyens (unité:10kg ) = Int((50 + mai_10mdmd * iucn09_acc) / 100) AAM par pixel légalement et physiquement accessible.5) = urb05 ré-échantillonné à 10 sec.d’arc (x 10.shp 2eme division administrative (2006.d’arc (x 10.5) AAM par pixel. NRCE) version raster Accessibilité physique à 10 as (acc_50k_pcmn30 ré-échantillonné à 10 as) depuis la carte originelle travel time map à 30 Aires protégées du Tchad selon la carte IUCN_09_pol_I_VI.000) = Int([rs05x9_10as] / 9 + 0.1: ÉTAPE 1: EWR TCHAD Tchad filename Base Cartographique tch_glc_eco2 tch_glc tch_1 tch_30as Tch_g2006 tch_sn1 Tch_g2006_sn2 tch_sn2 Accessibilité ac50k10as_30 tch_IUCN09_I_VI Module Offre tch_tc10 stk10kgha_md stk10kg_md Carte du couvert arboré (Tree Cover %) (valeur minimal 1 pour permettre de représenter les formations arbustives) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens par hectare (unité: 10kg / ha) Stock de biomasse ligneuse –valeurs moyens (unité: 10kg) = int([stk_ 10kgha_md] * [area10as2] / 100 + 0. Valeurs moyens (unité:10kg ).000) Carte de la population urbaine à 30 sec. NRCE) depuis g2006_000_2. d’arc | 61 .5 + 0.d’arc (x 10. Valeurs moyens (unité:10kg ) Int((50 + mailac10mdmd * acc50k10as_30) / 100) v v v Format Description Combinaison des cartes GlobCover et Global Ecological Zone Carte GlobCover du Tchad Masque du Tchad à 10 seconds d’arc (value 1) Masque du Tchad à 30 seconds d’arc (value 1) 1ere division administrative (2006.000) = rur05 ré-échantillonné à 10 sec. NRCE) version raster 2eme division administrative (2006. Valeurs moyens par hectare (unité:10kg / ha) = Int (pow(stk_10kgha_md.shp maiha10_mdmd mai_10_mdmd mailac10_mdmd mai_ac10_mdmd Module Demande rur05 rurset05 urb05 rur05x9_10as rur05_10as2 rs05x9_10as rurst05_10as2 urb05x9_10as Carte de la population rurale à 30 sec. d’arc Carte de la population rurale à 10 sec-arc (x 10.5) AAM (=MAI) par hectare en fonction du stock. Les cartes raster ont la résolution de 10 secondes d’arc (pixel de 308 m à l’Équateur).

[hhdm_05kg] + 0.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména urb05_10as2 Carte de la population urbaine à 10 sec.5) Balance dans un rayon de 3 km =focalmean balacmd_hhkg (circle 10 mean) * tch_1 Résultats de l’analyse COST-DISTANCE depuis N’Djamena Segmentation de cd_ndja1 en 597 classes Regroupement de classes 1-35.5) Consommation secteur résidentiel rural 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rur05_10as2 * 0.0546) Consommation secteur résidentiel 2005 (kg / 10 as pixel) = merge(hhdmrur05kg.d’arc (x 10.0365) Consommation secteur résidentiel des villages ruraux 2005 (kg / 10 as pixel) = int(rurst05_10as2 * 0. hhdmrset05kg. 36-65 et > 65 Zones d’approvisionnement (1= 100% AAD.000) = Int([urb05x9_10as] / 9 + 0.0456) Consommation secteur résidentiel urbain 2005 (kg / 10 as pixel) = int(urb05_10as2 * 0. hhdmurb05kg) hhdmrur05kg hhdmrset05kg hhdmurb05kg hhdm_05kg Module Intégration balacmd_hhkg balacmdhhf10 Analyse du Bassin Bois-Energie (Woodshed) cd_ndja1 ndja_597 ndja_35_65 ndj35_65 v ndj_65 Balance accessible MAI (md) – consommation secteur résidentiel 2005 (kg/pixel) = Int([mai_ac10_mdmd] * 10 . 1+2 = 70% AAD) Masque de la zone d’analyse WISDOM N’Djamena | 62 .

shp tcd_polbnda_adm2_1m_ocha. Voir archive LC_glc10_INV_volumes_&_aede_map.shp aede_veg01 tch_glc converge glc_recl10 tch_tc10 tc10_f3 v r r Carte de la végétation AEDE 2002 .grd et slope6as. IUCN-WCMC) Valeurs en % accessible. = (merge(rd_1. 3) Stock de biomasse ligneuse Cartographie du stock de biomasse ligneuse basée sur les échantillons de l'inventaire général_AEDE.shp tcd_polbndl_adm3_1m_gaul.xls.shp rd_1 dist0 slope6as cd_3 cd3_10as cd3_10as40 acc100_20 leg_acc Format r r v v v v v Description Masque du Tchad (valeur des pixels=0) Masque de la zone d’étude (Dérivée des cartes acc_factor. permet d’obtenir la carte de la distribution du stock de bois total /ha Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Carte de multiplicateurs pour bois total /ha mul2_kgtc | 63 . Accessibilité légal (réf. rur_pnt. slope6as) à 6 seconds d’arc cd_3 ré-échantillonné à 10 seconds d’arc cd3_10as reclassé à 40 classes Carte d’accessibilité physique (tentative) . Avec la reclassification on produit la carte de multiplicateurs qui.shp Accessibilité tcd_rdsl_ocha. multiplié à la carte tc10_f3 . Carte qui montre les zones de convergences et de divergences entre AEDE et GlobCover Reclassification de GlobCover à 10 clases (voir détails en Annexe 5) Carte MODIS Tree Cover % 1 – 100 (valeur 0 déclassifié à 1 pour représenter les formations non arborées) ré-échantillonné à 10 arc-sec Carte MODIS TC «lissée» avec fonction GIS FOCALMEAN (circle.shp à raster «Distance 0» point de départ de l’analyse cost-distance.shp tcd_watcrsl_rvr_ocha. acc_factor r Carte d'accessibilité physique et légale. 300m) coupé sur les limites du pays. Valeurs en % accessible.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A2.grd) Carte administrative – Niveau 0 Carte administrative – Niveau 1 Région Carte administrative – Niveau 2 Département Carte administrative – Niveau 3 Sous-préfecture ( ?) Réseau hydrologique v r r r 6as r 6as r r r r Conversion de tcd_rdsl_ocha.shp tcd_polbnda_adm1_1m_ocha. Valeurs de 100% à 20%.version shapefile Carte de la végétation AEDE 2002 – version raster 10 arcsec Carte GlobCover (10 arc-secondes . recl_glc_recl10_mul_ha. feuille glc_10cl_INV_gen. = acc100_20 * leg_acc / 100 Module Offre VégétBassin Polygon.txt = Ficher de reclassification de la carte glc_recl10 avec les valeurs de stock de bois total /ha correspondent à la valeur unitaire de la carte tc10_f3.2: ÉTAPE 2: ANALYSE DÉTAILLÉE WISDOM N’DJAMENA Carte Base Cartographique tch_0 msk_z_etude tcd_polbnda_int_1m_ocha. urb09_00)) * 0 Carte de pentes à 6 seconds d’arc Cost-distance (dist0.

) = mai2_kghamx * tch10as_ha00 / 100 AAM accessible.s. Valeurs minimales par pixel. Valeurs maximales par hectare. (kg bois m. Valeurs en kg de biomasse ligneuse séché à l’aire par hectare = int(0. (kg bois m. (kg bois m. / séché à l’aire) / 1000 Stock en t m.) = mai2_odkgmn * acc_factor / 100 AAM accessible.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména = reclass(glc_recl10. 0.shp p_urb60_rur urb_odkg_pers v | 64 .s.s.) = (pow(stk2_odtha./an) Zone périurbaine de NDJ révisé à 60 km (val 0)_et zone rural (val 1) (Tchad entier) Valeur de consommation par personne en milieu urbain. Valeurs maximales par pixel. urbndj00) Carte de la consommation domestique Buffer de 60 km autour du centre N’Djamena. Valeurs moyens par pixel.s. (kg bois m.txt) population rurale par pixel (valeurs *100) = dep_rurpx00 * rur_pnt population urbaine de chef-lieu des départements par pixel (valeurs *100) population urbaine de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) population urbaine de chef-lieu des départements et de la commune de N’Djamena par pixel (valeurs *100) = merge(urb_00.) = mai2_kghamd * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock.) = mai2_odkgmx * acc_factor / 100 mai2_odkgmn mai2_odkgmd mai2_odkgmx accmai2kg_mn accmai2kg_md accmai2kg_mx Module Demande Carte de la population basée sur la carte administrative dep_09_com_ndj.xls dep_coduniq rur_pnt dep_rurpx00 rur09_00 urb_00 urbndj00 urb09_00 Départements 2009 Pixels de villages Valeur de pop rurale (*100) associée aux départements = reclass(dep_coduniq.s.8191(facteur m. (kg bois m. Commune de NDJ et Ndjamena_Buffer.5) * 15) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock.6) * 7) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock./an) du régime rural proprement dite (516 od kg/pers. / an AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs minimales par pixel.s. 0.s.s.42) * 30) * 10 AAM (=MAI) en fonction du stock. Valeurs maximales par pixel.s.s. Valeurs minimales par hectare. recl_dep_coduniq_rur_100.shp et fichier dep09_rur_urb_coduniq. (kg bois m. 0.) = (pow(stk2_odtha.) = (pow(stk2_odtha. recl_glc_recl10_mul_ha. (kg bois m.txt) Carte de la distribution du stock de bois total /ha.s. qui sert pour distinguer la zone à régime de consommation périurbaine (438 od kg/pers. = stk2_odtha * tch10as_ha00 / 100 stk2_kgha stk2_odtha stk2_odt mai2_kghamn mai2_kghamd mai2_kghamx Productivité En kg bois m.s. (kg bois m. (kg bois m. (m.s) / ha = stk2_kgha * 0.s. Valeurs moyens par hectare.5 + (mul2_kgtc * tc10_f3)) Stock en t de m.) = mai2_odkgmd * acc_factor / 100 AAM accessible. Valeurs moyens par pixel.) = mai2_kghamn * tch10as_ha00 / 100 AAM (=MAI) en fonction du stock.

en kg/pixel/an) = merge(int((50 + rur09_00 * rur60odkgpers) / 100). tch_0) Consommation urbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 12 pixels (3.s.s. +150 Masque: 0= -200 .s.s.s. circle. +300 Bilan commercial «>100» = bal2mdf20 * msk-100_100 | 65 . circle. en kg/pixel/an) hh_60_odkg Total consommation du secteur domestique (bois m. 5) * msk_acc2_1 Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx.s.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména autre chef-lieu de département (bois m. +200 Masque: 0= -200 . en kg/pixel/an) = merge(rur_odkg. appliqués à la population rurale et périurbaine Référence à la consommation de bois de service (construction. en kg/pixel/an) = urb_odkgf12 + rur60_odkgf9 Carte de la consommation de bois de service Tentative.xls Consommation de bois de service (bois m. en kg/pixel/an) urb_odkg urb_odkg0 urb_odkgf12 rur60odkgpers rur60_odkg0 rur60_odkgf9 Valeur de consommation par personne en milieu rural et en milieu périurbain (bois m.. en kg/pixel/an) = int((50 + rur60_odkg0 * 13. en kg/pixel/an) = int((50 + urb_odkg0 * 5.s.5)/ 100) Carte de la consommation totale Consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service en milieu urbain. meubles. 1.5) / 100) Carte de la consommation en autres secteurs Voir dep09_rur_urb_coduniq.s.s. en kg/pixel/an) = urb_odkg0 + rur60_odkg0 + b_serv_odkg + autres_odkg0 b_serv_odkg autres_odkg0 cons_odkg Module Intégration Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité définie par la carte msk_z_etude Balance entre offre accessible (physique et légale) et consommation totale de combustibles ligneux et de bois de service = accmai2kg_md – cons_odkg bal2_md bal2md_f5 bal2mdf20 msk-100_100 msk-150_150 msk-200_200 msk-200_300 bal2md100 Balance dans un contexte locale d’approximativement 6 km Balance (md) «lissée» sur un rayon d’approx. industriel et publique. 6 km = focalmean(bal2md_f5. en kg/pixel/an) = int((50 + urb09_00 * urb_odkg_pers) / 100) Consommation urbaine (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m.7 km) (bois m. 1995 et WISDOM Darfur). 15) * msk_acc2_1 Masque sur les valeurs de bal2mdf20 Masque: 0= -100 .s.xls Consommation dans les secteurs commercial.) en milieu rural en West Darfur (FAO/FNC. tch_0) Consommation rurale et périurbaine «lissée» sur l’alentour des points peuplés jusqu’à 9 pixels (2. etc. estimés à 5.5% de la consommation des ménages urbains (bois m. Voir dep09_rur_urb_coduniq.s.5 km = focalmean(bal2_md. périurbain et rurale (bois m.6 km) (bois m. en kg/personne/an) Consommation urbaine (bois m. +100 Masque: 0= -150 . en kg/personne/an) Consommation rurale (avec valeur 0 au lieu de NoData) (bois m.

grd) définie par la carte msk_acc2_1 cd_ndj3 ndj3_101 ndj4_101 Analyse Cost-distance de l’accessibilité depuis N’Djamena = cost-distance (Ndjamena pnt.xls Zones du territoire FUPU et du bassin BE Combinaison de code des Départements et des zones FUPU-bassin BE. cost: cd3_10as10) Stratification en zones d’accessibilité = reclass cd_ndj3 Strates d’accessibilité depuis la ville de N’Djamena ndj3_101 * msk_acc2_1 Les calculs qui sont à la base des bassins-BE sont dans le fichier ndjamena_woodsheds3.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména bal2md150 bal2md200 bal2md300 Analyse du BBE (Woodshed) Résultats étendues à la zone couverte par la carte d’accessibilité (acc_factor.grd et slope6as. Utilisé pour les sommaires par Département et par les zones du bassin BE Bilan commercial «>150» = bal2mdf20 * msk-150_150 Bilan commercial «>200» = bal2mdf20 * msk-200_200 Bilan commercial «>300» = bal2mdf20 * msk-200_300 terr_fupu terr_dept | 66 .

342 15.377 1.0 2.0 100. | 67 . page 37.323 4.922 16.187 17.776 3.442 27.491 213 15 30 808 1.340 3.777 2.0 100.538 2.381 26 715 1.004 9.804 3.669 653 1.961 10. PARTIELLEMENT OU TOTALEMENT.6 36. Pour calculer le total du BBE. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes. figure 31.771 2.675 4.0 98.169 5 19.7 8.0 100.0 27.0 83. DANS LE BBE).0 100.877 2.275 Reste de la zone d’étude 7.279 2.056 5.850 232.6 100.711 7.271 6.960 1.942 3.171 10.705 77.0 100.314 4.761 366 5.0 28.8 100.254 4.807 6.0 100.015 5.0 100.311 6.689 3.726 2.391 419 8.0 100.1 100.778 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 3.0 100.968 99 72 4.360 46.726 3.963 1.0 100.0 100.292 874 1.464 70.295 3.497 15.939 10.543 3.279 6.491 14.928 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 6.: carte de référence.192 88.009 1.805 116 51 51 510 561 2.294 6.1 100.8 100.380 Total zone d’étude % de surface incluse % 37.531 8.352 8.062 2.9 100.967 205 51 275 1.531 4.205 4.241 13.809 3.0 100. 73 Cf.915 351 9.799 96.215 2.0 99.675 8 7.488 6.434 530 59 3.557 232.340 106 19 1. Statistiques par département et par zone d’intérêt73 TABLEAU A3.085 180 110 1.423 185. Surfaces (km2) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de BBE à bilan 40 à 60 km simple / local 3 4 (*) 4.653 3.151 22.241 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.721 4.963 2.133 81 1.688 6.0 100.1: SUPERFICIES PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT (TABLEAU LIMITÉ AUX DÉPARTEMENTS QUI ENTRENT.359 343 2.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 3.053 1.076 12.380 7.345 8.014 1.760 1.0 100.

241.909 5.588 697 36.145 71.020 418.035 27.660.955.935 28.188 389.375.736 216.447 60.322 4.503 4.449 5.981 1.560 38.432 72.332 92.818 321.162 137.994 1.985 3.157 10.130 189.234 128.651 5.045 116. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.532 37.577.212 88.476 67.251 6.560 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.082 1.862 271.341 187.234 219.563 130.051 80.275 219.080 104.303 6.577.175 0 20.627 27.188 610.091 21.850 72.129 192.151 1.098 BBE à bilan commercial «>200» 5 (*) 0 70.252 11.575 259.924 218.745 49.625 57.682 188.956 50.741 2.849 59.329 0 0 214.588 931 338.630 63.497 7.254 2.188 378.612 33. Pour calculer le total du BBE.616.568 0 27.341 226.511 45.341 242.794 5.711 993.527 142.142 80.816 31.046 3.316 916.157 33.334 109.574 610.712 610.705.090 Total zone d’étude 17.2: POPULATION (EN 2009) PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’INTÉRÊT.528 160.162 216.308 844 0 2.012 127.508 18.653 116.119 219.104.313 BBE à bilan commercial «>300» 6 (*) 20.803 94.151 216.026 9.490 37.224 96.520 188.437 6.864 203.201 59.452 197.034 225.905 13.294 81. | 68 .000.334 1.814 423.892 1.870 33.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.241 5.686 154.839 Reste de la zone d’étude 17.251 32.173 1.529 157.279 17. Habitants Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple / locale 4 (*) 62.432 196.002 15.

476 288. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.552 -259.964 -4.080.390 -69.341 -52.908 -419._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain jusqu’à 40 km 2 Périurbain de 40 à 60 km 3 BBE à bilan simple 4 (*) -21.142 -12.088 -83.797 -40.557 107.430 86.440 -25.115 161.855 -159.097 -2.476 288.945 -50.689 857 49.588 289.964 -4.273 -111.569 463.865 50.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.125 -86.994 -6.417 60.289 60.598 -45.763 -13.619 49.417 496.725 -259.s.552 59.945 -50.297 Biomasse ligneuse (t m.325 -6.008 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -1. Ce bilan a été calculé au niveau de cellule (pixel) de 300 m.100 -25. Dans ce bilan sont incluses toutes les valeurs de déficit et de surplus.197 34.390 -69.855 -259.378 -433.557 57.260 -3.713 8.253 -419.942 -12.344 -445.3: BILAN «SIMPLE» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.834 -1.115 65.267 -31.759 57.665 -419.115 65.994 -6.548 -10.780 1.918 -40.116 289.619 49.386 59.986 Bilan simple dans l’ensemble de la zone d’étude -18.598 -45.273 -280 -1.100 435. Bilan simple dans le reste de la zone d’étude -18.486 480.969 -805 -15.711 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.797 201 -635 -831 -8.852 -46.125 -3.851 50.780 1.633 600.341 -111.666 -82.431 -2.662 -15.431 8.689 857 -40.633 128.386 96.978 -49.426 -49. Pour calculer le total du BBE.045.396 -2.430 86.855 -157.986 Totale BBE à bilan simple Cumulative -21.116 59. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 69 .367 -31.711 34.341 -111.665 472.852 -46.088 -61.

584 -2.145 59.525 0 -4.980 -18.080 7.699 331.970 -561 1.354 -29.663 -94.038 -27.475 104.377 -247.710 0 0 -37.478 -435.449 -4.772 -4.017 0 -76 -94.430 7.208 -10.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména TABLEAU A3.398 -4.377 -182.017 -37.959 -182.976 -374.s.125 -429.611 -7.371 49.710 376.719 -132. Périurbain jusqu’à 40 km 2 BBE à bilan simple / locale 4 (*) -575 BBE à bilan Total BBE commercial» commercial >200» «>200» 5 (*) 0 0 -13. Pour calculer le total du BBE.416 0 -395 -947 -5.502 -6.823 -14.854 41.377 -191.069 321.043 -77. Dans ce bilan sont exclus les déficits faibles (de_0 à -200 kg /ha/an) et les surplus inferieurs à 200 kg /ha/an.575 -182.089 -454.371 0 0 49.861 -1. il est nécessaire d’additionner toutes les zones précédentes.706 -3.370 0 0 0 42.560 142.942 -12. Voir tableaux 10 et 11 pour les statistiques relatives aux BBE à bilan «simple» ou «local» et au BBE «commercial >300» pages 43 et 44) | 70 .627 -14.080 Biomasse ligneuse (t m.611 -810 -8.795 -14.4: BILAN «COMMERCIAL >200» OFFRE/DEMANDE PAR DÉPARTEMENT ET PAR ZONE D’APPROVISIONNEMENT.773 83._/ an) Coduniq Centre-ville Département Barh-El-Gazal Nord Barh-El-Gazal Sud Fitri Batha-Ouest Baguirmi Chari Loug Chari Ville de Ndjamena Barh Signaka Abtouyour Dagana Dababa Haraze-Al-Biar Kanem Wadi Bissam Nord Kanem Wayi Mamdi Gueni Ngourkosso Mayo Lemié Mayo Boneye Mont Illi Kabbia Lac Léré Mayo Dallah Tandjilé-Ouest Tandjilé-Est Total par Zone Valeur cumulative 0 Urbain 1 Périurbain de 40 à 60 km 3 201 202 302 303 601 602 603 701 801 803 901 902 903 1001 1002 1003 1101 1102 1201 1202 1501 1502 1503 1504 1601 1602 2101 2102 Région BARH-EL-GAZAL BARH-EL-GAZAL BATHA BATHA CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI CHARI-BAGUIRMI COMMUNE NDJAMENA GUERA GUERA HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS HADJER-LAMIS KANEM KANEM KANEM LAC LAC LOGONE OCCIDENTAL LOGONE OCCIDENTAL MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI-EST MAYO-KEBBI OUEST MAYO-KEBBI OUEST TANDJILE TANDJILE -54.050 402 402 0 0 0 0 142 142 139.854 62.350 (*): Les valeurs ci-dessus font référence à la portion additionnelle de territoire.

les cheminées et les systèmes de chauffage central. 2004. Il est tiré directement du bois forestier par un processus mécanique. Combustible ligneux produit dans des lieux où la matière première n’a pas servi précédemment à d’autres usages. Le bois a normalement une longueur uniforme et mesure de 150 à 500 mm. Tous les processus et opérations unitaires intervenant dans la production. Tous les types de biocombustibles tirés directement ou indirectement de la biomasse ligneuse. | 71 . Appartiennent à cette catégorie le bois de feu. le transport. Matériel d’origine biologique. bois-énergie Combustibles ligneux 74 Ces définitions sont issues de la Terminologie unifiée de la bioénergie (TUB). Énergie produite par des combustibles ligneux correspondant au pouvoir calorique net du combustible. Résidu solide dérivé de la carbonisation. elle est exprimée normalement en unités d’énergie et. Énergie produite par des sources se renouvelant à l’infini (hydraulique. Combustible forestier Bois de feu Énergie renouvelable Systèmes dendroénergétiques Dendroénergie. FAO. le charbon de bois et la liqueur noire (cette dernière est négligeable dans le cadre de cette étude car son cycle appartient entièrement à l’industrie du papier). distillation. la commercialisation. Cette catégorie comprend le bois à l’état brut et les résidus des industries de transformation du bois. en pouvoir calorifique net. dans le cas de combustibles. Combustible tiré directement ou indirectement de la biomasse. Bois coupé et fendu prêt à brûler utilisé dans certains appareils ménagers comme les fourneaux.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 4. Combustible ligneux dans lequel la composition originelle du bois est préservée. la préparation. pyrolyse et torréfaction du bois de feu. à l’exception du matériel incorporé dans des formations géologiques et transformé en fossile. les échanges commerciaux et la conversion de combustibles ligneux en énergie. éolienne) ou générée par des combustibles renouvelables (biomasse produite durablement). Définitions et facteurs de conversion DÉFINITIONS DE TERMES DE DENDROÉNERGIE CHOISIS74 Bioénergie Biocombustible Biomasse Charbon de bois Bois à brûler Énergie produite par des biocombustibles. solaire.

ou à 5.cit.573 tonne de matière sèche. Un kg de charbon de bois correspond à 7 Kg de bois. 75 AEDE.819 kg de matière sèche. séché à l’air. carbonisé. | 72 .). Un kg de charbon de bois correspond à 10 m³ de bois.7 tonne de biomasse ligneuse séchée à l’air (environ 12% d’humidité)75 et à 0. Un kg de bois séché à l’air correspond à 0. 2002. Op.s. Les facteurs de conversion adoptés sont:     Un m3 de bois correspond à 0.73 kg de matière sèche carbonisée. sauf spécification.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména FACTEURS DE CONVERSION DE BASE Le bois de feu et le charbon de bois sont convertis dans leur équivalent en biomasse ligneuse et mesuré en kilogramme ou tonne de matière sèche (m. Toutes les valeurs de poids dans le document font référence à la matière sèche.

2002.Plateforme WISDOM pour la ville de N’Djaména Annexe 5. La surface du bassin et ses ressources en bois selon l’étude AEDE 2002 DISTRIBUTION DES STRATES ET VOLUME TOTAL ET PAR HECTARE PAR FORMATION FORESTIÈRE.3 18.2 36.3 16.6 11. Op.3 11.cit.5 4.000 m ) 20 201 30 303 820 613 65 52 003 3 475 0 Volume total par ha 3 (m ) 7. 76 Formation forestière Surface (ha) interprétée sur la base des images satellites 2 148 750 1 411 875 753 750 1 068 750 5 625 5 388 750 Surface (ha) déterminée sur le terrain 2 784 375 1 659 375 50 625 16 875 5 625 4 516 875 Volume total 3 (1.6 76 AEDE.0 0.0 Savane arbustive Savane arborée Savane boisée Forêt claire Plantation Sous-total: Formations forestières Jachères et arbres isolés Vides Sous-total: Formations non forestières (vides et arbres isolés) TOTAL 1 901 250 2 773 125 7 290 000 7 290 000 55 478 7. | 73 .

.

Afin d’étayer cette concertation. a permis de fournir une vision complète du bilan entre l’offre et la demande de biomasse ligneuse. une cartographie analytique du territoire et du bassin d’approvisionnement en bois-énergie de la ville de N’Djaména. un aggravement de la crise alimentaire et un effondrement du tissu social à l’intérieur et autour de la ville. Ce document complète la série des publications consacrée à la FUPU de N’Djaména: «Stratégie de développement et plan d’action pour la promotion de la FUPU de la ville de N’Djaména». C’est pourquoi il a sollicité l’assistance de la FAO pour développer une approche plus appropriée d’aménagement et de gestion durables des ressources naturelles. développée grâce à la méthodologie WISDOM.org/urbanforestry . dans un cadre participatif.L’accélération sans précédent du développement urbain dans le monde a considérablement affecté les rapports de l'homme avec les arbres et les forêts. Au Tchad. «Rôle et place de l’arbre en milieu urbain et périurbain de N’Djaména» et «Synthèse des études thématiques sur la FUPU de N’Djaména» PLATEFORME WISDOM POUR N’DJAMÉNA DIAGNOSTIC ET CARTOGRAPHIE DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE EN COMBUSTIBLES LIGNEUX Des forêts et des arbres pour des villes saines Améliorer les moyens de subsistance et l’environnement de tous http://km. en particulier autour de la capitale. ainsi qu’une définition objective de la zone d’approvisionnement durable de la ville. le phénomène s’avère inquiétant. Une stratégie et un plan d’action pour la foresterie urbaine et périurbaine de N’Djaména ont ainsi été élaborés. N’Djaména: avec pour corolaires une dégradation continue des ressources naturelles. avec la volonté de promouvoir une responsabilisation de tous les acteurs concernés. voire dramatique. et particulièrement forestières. cet accroissement démographique préoccupe au premier plan l’État tchadien.fao.