Vous êtes sur la page 1sur 113

a a a a

a
a a a a a a

a
a a a a a a

a
a m m

Paul Horowitz & Winfield HiIl
I

a a
a

a
a

l

a

,

m a a

a a
a a a

VOLUME

1 TECHNIQUES ANALOGIQUES

a
a m

a
a a m

/

a
a

l

a a m m a a
a a a

a
a a a

a a m m
a a a a

a
a a

a m m
a

a a m a a a a a
a a

a a m
a a

a
a a

a
a a a a

ELEKTO R

a a
a a

a
a a a a

a

TABLE DES MATIÈREiS
PRÉFACE XVII

1

LES BASES
1
1 3 7 8 9 13 15 16 17 19 19 20 23 25 26 27 28 30 35 39 40 41 42 42 42 44 45 46 48 48 52 53 56 57

INTRODUCTION TENSION. COURANT ET RÉSISTANCE 1.1 Tension et courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.2 Relation entre tension et courant : la résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.3 Diviseurs de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.4 Sources de tension et sources de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.5 Circuits équivalents de Thévenin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.6 Résistance dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SIGNAUX 1.7 Signaux sinusoïdaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.8 Amplitudes des signaux et décibels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.9 Autressignaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.10 Niveaux logiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.11 Sources de signaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONDENSATEURS ET CIRCUITS ALTERNATIFS 1.12 Condensateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.13 Circuits RC : tension et courant en fonction du temps . . . . . . . . . . . . . . . 1.14 Différentiateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.15 Intégrateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

..... ..... ..... .....

INDUCTANCES ET TRANSFORMATEURS 1.16 Inductances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.17 Transformateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.18 Analyse en fréquence de circuits réactifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.19 Filtres RC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.20 0 Diagramme de phase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.21 Pôles et décibels par octave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.22 Circuits résonants et filtres actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.23 Autres applicationsdes condensateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.24 Généralisationdu théorème de Thévenin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DIODES ET CIRCUITS À DIODES 1.25 Diodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.26 Redressement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.27 Filtrage d'alimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.28 Configurationsde redresseurs pour alimentations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.29 Régulateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.30 Applications pratiques des diodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.31 Charges inductives et protection par diode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRES COMPOSANTS PASSIFS 1.32 Composants électro-mécaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.33 Indicateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.34 Composants variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
EXERCICES COMPLÉMENTAIRES

. 4. . . . . . . . .2 Régulateur positif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CIRCUITSQUI S’EXPLIQUENT D’EUX-MÊMES 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . 268 269 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 O Réponse en fréquence du réseau de rétroaction . .9 O Filtre de réjection en double T . . . . . . . .8 Filtres programmables . . . . . . . . . . . . . .14 Circuit temporisateur classique : le 555 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . .1 Le régulateur 723 . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHALEUR ET SC&MAS DE PUISSANCE 6. . . . . . . . . . . 5. .13 Oscillateurs à relaxation . . . . . . 245 245 4. .37 Mauvais circuits . 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 O Limitation de courant par repliement . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Types de filtres . . . . . . . . 246 247 248 250 254 254 254 254 EXERCICES COMPLÉMEWAIRES 5 FILTRES ACTIFS ET OSCILLATEURS FILTRES ACTIFS 267 267 5. 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X . . . . . . . . . . . . . 271 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 Méthodes de compensation d’un amplificateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Transistors de puissance et évacuation de la chaleur .32 O Circuit de lecture du courant de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Introduction aux oscillateurs . . . . . . . . . . . 4. . . . . . 5. . . . . . . . . . . . . CIRCUITS QUI S’EXPLIQUENT D’EUX-MÊMES 4. .7 Notre tableau simplifié pour le calcul des filtres à VCVS . . . 5. . . . . . . . . 5. . . . . COMPENSATIONDE FRÉQUENCE D’UN AMPLIFICATEUR À RÉTROACTION 4. . . . . . . . 5. 6.19 Oscillateurs à quartz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. . . . . . 284 5. . . . . .30 O Commutateur linéaire JFET avec compensation de RON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Introduction aux filtres actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283 5. . . . . . . . . .4 Principaux critères de qualité des filtres. . . . . . . . . . . . .17 O Oscillateur à pont de Wien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Filtres à commutation de condensateur . . . . . . . . . . . . . .15 Oscillateurs commandés en tension . . . . . .16 Oscillateurs en quadrature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 PFotection contre les surtensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278 280 5. . . . .TABLE DES MATIÈRES 4. . . . . . . . . 5. . . . . . . CIRCUITS DE FILTRES ACTIFS 276 277 5. 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES 288 288 290 295 297 301 302 305 308 308 6 RÉGULATEURS DE TENSION ET CIRCUITS DE PUISSANCE 313 315 317 318 321 323 325 RÉGULATEURS DE BASE AVEC LE CLASSIQUE 723 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 4. . . .33 Gain et déphasage en fonction de la fréquence .36 Idéesdecircuit . . . . . . . .3 1 O Détecteur de passage à zéro ‘ITL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 O Filtres à gyrateur . . . . . . . . . . .20 Idées de circuit . .1 Réponse en fréquence des filtres RC . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Caractéristiquesidéales des filtres LC . . . .18 O OscillateursLC . . . . . . .7 0Considérationsannexes sur la conception des alimentations à fort courant . . .6 Circuits à source commandée . 5. . . . . . . . . . .3 Régulateur à fort courant . 5. . 285 OSCILLATEURS 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . .21 O Alimentations à faible bruit et à faible dérive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 425 7. . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . O Bruit des amplificateursdifférentielset des amplificateursà rétroaction . . . . . . . . . 449 XI . . . . . . . . . . . .24 Alimentations à courant constant . . . . . . . . . . . . . . . 407 7. . . . . . . . . . . . 379 381 6. . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 O Alimentations programmables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Amplificateur de mesure standard à trois amplificateursopérationnels . . . . . . . . . . . . . . .4 Budget d’erreur d’un circuit de précision . . . .16 Régulateurs à trois bornes . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 O Références à barrière de potentiel (VBE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 448 449 Choix des transistors à faible bruit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. .10 Autres circuits intégrés régulateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Mauvaises idées . . . . . . . . . . . 400 7. . . . . . . . . 434 Rapport signal-bruit et facteur de bruit . . . . . . .22 O Régulateurs à micropuissance . . . 6. . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . .2 Budget d’erreur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 Idées de circuits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . .3 Exemple de circuit : amplificateurde précision avec compensation automatique du décalage 396 7. . . . . . . . . . . . . . . . . .23 Convertisseursdetensionàcondensateursflottants(pompesdecharge) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 Régulateurs à découpage et convertisseurscontinu-continu . . . . . . . . . 418 AMPLIFICATEURS DIFFÉRENTIELS ET AMPLIFICATEURS DE MESURE 424 7. . . . 6. . . .18 Commentaires sur les régulateurs tripodes . . . . . . . .25 Modules d’alimentation du commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 Amplificateurs à zéro automatique (à découpage) . 6. .15 7. . . . . . . . . . . .9 O Exemple de circuit d’alimentation . . RÉFÉRENCES DE TENSION 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328 328 330 ALIMENTATION NON RÉGULÉE 6. . . . .13 Composants en continu . . . 382 384 6. . . . . . . .6 Erreurs d’entrée de l’amplificateur . 387 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . RÉGULATEURS À TROIS BORNES ET À QUATRE BORNES 6. . . . . . . . . . . . 442 Bruit des FET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Régulateurs tripodes ajustables .5 Erreurs des composants . .13 7. . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . .12 Transformateur . . . . . . . . . . . . . 6. . . .16 7. . . . . . . . . 429 BRUIT INTRINSÈQUE DES AMPLIFICATEURS 7. . . .14 O Diodes Zener . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 7. . . . . EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES 389 389 389 7 CIRCUITS DE PRÉCISION ET CIRCUITS À FAIBLE BRUIT TECHNIQUES DE CONCEPTION DE CIRCUITS DE PRÉCISION À AMPLIFICATEURS OPÉRATIONNELS 7. . . . . 437 Tension et courant de bruit de l’amplificateurà transistors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 432 Origines et sortes de bruit . 397 398 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 440 0 Montages à faible bruit à transistors . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 1 7. .7 Erreurs de sortie de l’amplificateur . . . . . . . 330 331 333 334 336 342 348 349 352 360 ALIMENTATIONS À USAGE SPÉCIAL 373 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .TABLE DES MATIÈRES 6. . . .1 Précision et plage dynamique . . 395 396 7. . 6. . . . .12 7. . . . . . .9 Amplificateur de différence . . . . . .20 O Régulateurs à haute tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Composants côté secteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . . . CIRCUITS QUI S’EXPLIQUENT-D’EUX-MÊMES 6. . . . . .

21 7. . 497 APPENDICE 1 : PRÉFTXES DES RÉFÉWNCES DE CIRCUITS INTÉGRÉS . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . .. . . .. . . . 527 XII . .25 O Raccordement de la masse entre les appareils . Pot pourri de bruit . . . . 7. . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . .23 Parasites . . . . .. . .. . . . . . . APPENDICE F : DROITE DE CHARGE . . . . . . . .. .487 . . .. . . . .. .19 7. . . . . APPENDICE G : TRANSISTOR EN SATURATION . . . . . .. . . 486 . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . INTERFÉRENCES :BLINDAGE ET MISE À LA TERRE 7... . .. . . . . . .. . . APPENDICE E: COMMENT DESSINER LES SCHÉMAS . . . 457 459 459 462 462 470 470 O Mesures avec une source de bruit . . . . . . .18 0Mesure sans source de bruit .. . . . 7.. . . . . . . . . . .. ... EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES APPENDICES APPENDICE A: L‘OSCILLOSCOPE . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . ... .. . . . . 492 . . . . . . . . . .. . . . . . . APPENDICE B: RAPPEL DE MATHÉMATIQUES . . . .22 453 454 456 . . . . . . .. .. CIRCUITS QUI S’EXPLIQUENT-D’EUX-MÊmS 7. 483 . . . . . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . .. . .. . . . O Sources de bruit et de signaux . . . . 501 APPENDICE J : FEUILLES DE CARACTÉRISTIQUES . .. . . . .. . . . . . . . .. O Limitation de la bande passante et mesure de tensions efficaces . .. 504 INDEX . . . . . . . . . . . .20 7.24 Masses de signal .... . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . .. . . . . .. . . . APPENDICEc : CODE DE COULEURS DES &SISTANCES À 5% APPENDICED : &SISTANCES DE PRÉCISION À I % .TABLE DES MATIÈRES 0MESURES DE BRUIT ET SOURCES DE BRUIT 7.. .. . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . .. . . .. . . 477 . . . . .26 Idées de circuits . .. . . . .. . . . . . . 489 . . .. . . . .. . . .495 APPENDICE H : LES FILTRES LC BUïTERWORTH . .. . . . . . . . . . . . . . . .

12 Opérations logiques 8.24 Verrous et registres 8.7 Comparateurs 9.29 Compteur modulo n 8.3 Interfaçage entre les familles 9.37 Mauvais circuits s ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE ET LOGIQUE EXERCICES COMPLÉMENTAIRES l NOTIONS DE BASE 8.4 Commander des entrées CMOS et 7TL 9.22 Précautions avec les monostables 8.3 1 Quelques applications de boucles à phase asservie SÉQUENCES BINAIRES PSEUDO-ALÉATOIRES ET GÉNÉRATEURS DE BRUIT 9.36 Idées de circuits 8.21 Exemples de monostables 8.1 1 Interconnexions sur une même carte 9.23 Temporiser avec des compteurs FONCTIONS SÉQUENTIELLES INTÉGRÉES 8.7 Notation assertorique ïTL ET CMOS 8.29 Un exemple : multiplicateur de fréquence 9.15 Introduction à la conversion A/N 9.TABLE DES mTIÈRES DU DEUXIÈME VOLUME: (sous réserve de rnodijkations) CIRCUITS-QUI-s’ E X P L I Q U E N T E U X N S 8.34 Bruit analogique à partir de séquences très longues Xlll .35 Faiblesses congénitales CONVERSIONANALOGIQWNUMÉRIQUE 9.18 Mémoire et opérateurs : logique séquentielle 8.1 Chronologie familiale 9.3 Codes numériques 8.19 Synchronisation MONOSTABLESET MULTIVIBRATEURS 8.9 Opérateurs logiques intégrés 8.28 Conception de boucles à phase asservie 9.26 Registres à décalage 8.33 Problèmes de courant continu 8.13 Minimisation et diagrammes de Kamaugh 8.19 Choisir un convertisseur N/A 9.21 Techniques d’approximationssuccessives 9.9 Interfacer les circuits LSZen NMOS 9.17 Bascules cadencées 8.5 Comparateurs et circuits logiques 9.25 Un voltmètre à 3 chiffres 9.18 Convertisseurs multiplicateurs 9.24 Acquisition de données PJN sur 16 canaux 9.26 Coulomb-mètre BOUCLES À PHASE ASSERVIE 9.14 Combinaisons logiques intégrées 8.20 Convertisseurs analogique-numériques 9.32 Bruit numérique 9.31 Pilote de téléscope 8.3O Asservissement 9.15 Tables de vérité arbitraires LOGIQUE SÉQUENTIELLE 8.23 Choisir un convertisseurA/N QUELQUES EXEMPLES DE CONVERSION A/N 9.4 Opérateurs logiques et tables de vérité 8.33 Séquences bouclées de registres à décalage 9.13 Bus de données 9.16 Circuits à mémoire : bascules 8.32 Générateur de n impulsions PATHOLOGIE DES CIRCUITS LOGIQUES 8.17 Conversion dans le domaine temporel 9.14 Câbles de commande LOGIQUE COMBINATOIRE 8.22 Convertisseurs A/N et N/A peu usuels 9.34 Problèmes de commutation 8.10 Opto-électronique CIRCUITS LOGIQUES ET FILS LONGS 9.27 PALséquentieiies 8.2 Niveaux logiques 8.30 Afficheur à LED multiplex6 8.2 Caractéristiques d’entrée et de sortie 9.8 Opérateurs courants 8.28 Diverses fonctions séquentielles QUELQUES CIRCUITS LOGIQUES TYPIQUES 8.l Logique contre analogique 8.1 1 Logique 3 états et circuits à collecteur ouvert 9 NUMÉRIQUE ET ANALOGIQUE : LA RENCONTRE INTERFAÇAGE EN LOGIQUE CMOS ET T ï L 9.6 Remarques sur les entrées logiques 9.16 Convertisseur numérique/analogique 9.5 Opérateurs logiques en circuits discrets 8.12 Interconnexions entre cartes 9.25 Compteurs 8.10 Caractéristiques7TL et CMOS 8.8 Circuits CMOS et irTLetchargesnumériques 9.27 Introduction aux boucles à phase asservie 9.20 Caractéristiquesdu monostable 8.6 Exemples d’opérateurs logiques 8.

7 11.2 Amplificateurshmtes-fréquences : le modèle alternatif 13.8 Amplificateursmodulaires ÉLÉMENTS DES CIRCUITS HAUTES-FRÉQUENCES 13.9 interruptions 10.14 Communication de bus synchrone ou asynchrone 10.4 Registres.8 11. SCSI P I .19 Communication sérielle et ASCII 10.fichiers.12 Eléments de circuits radioélectriques 13.11 Interruptions en général 10.23 Formats numériques 13 HAUTES-FRÉQUENCES ET VITESSES ÉLEVÉES : LES TECHNIQUES AMPLIFICATEURS HAUTES-FRÉQUENCES 13.9 Assemblage des platines 12.37 9.7 Amplificateur à paire à rétro-action série 13.7 12.1 Circuits d’essai 12.2 11.38 Spectre des séquences de registres à décalage Filtrage passe-bas Plus ou moins aléatoire Filtres numériques CIRCUITS AUXILIAIRES DES MICROPROCESSEURS 11.14 Quelques principes de communication XIV .10 Traitement des interruptions 10. l l Périphériques à forte densité d’intégration 1 1.14 Où trouver des composants PRINCIPES DU LOGICIEL 10.13 Astuces électriques 12.21 Réseaux locaux 10.4 Configurationsd’amplificateurshautes-fréquences 13.3 Circuits à connexions enroulées (wire-wrupped) SIGNAUX DE BUS ET JNTERFAÇAGE 10. commandes 10.14 Emulateurs.5 12.3 Exemple de calcul hautes-fréquences 13. mémoire et entrées/sorties Jeu d’instructions et adressage Représentation du langage machine Signaux de bus EXEMPLE DE CONCEPTION COMPLET : UN MOYENNEUR DE SIGNAL ANALOGIQUE 11.8 Entréeslsorties programmées : registres d’état 10.10 intégration à densité moyenne 1 1 .10 Adaptateurs à ligne.11 Amplificateurs accordés 13.9 Programmation : cahier de charges Programmation : détails Résultats Réflexions tardives COMMUNICATION AUX RADIOFRÉQUENCES 13.2 Langage assembleur et langage machine 10.5 Signaux de bus fondamentaux : données.36 9.6 Entrées/sorties programmées : sorties de données 10. mémoire PRINCIPEDE COMMUNICATIONDE DONNÉES 10. systèmes de développement.13 Mesure d’amplitude ou de puissance 11 MICROPROCESSEURS LE 68008 EN DÉTAIL 11. GPIB (488) 10.5 Exemple de circuit à large bande 13.18 Systèmes d’exploitation.2 Circuits imprimés d’essai 1 2.1 Amplificateursà transistors aux fréquences élevées : premier examen 13.22 Exemple d’interface 10.1 1 1.3 1 1.13 Autres microprocesseurs 1 1.12 Accès direct à la mémoire 10.12 Refroidissement 12.6 12. symétriseur et transformateurs 13.4 12.3 Jeu d’instructions simplifiédu 8086/8 10.35 9.10 Coffrets 12.11 Astuces de construction 12.MICRO-ORDINATEURS ET MICROPROCESSEURS 10.5 Conception du circuit 11. analyseurs logiques et cartes d’évaluation 10 MICRO-ORDINATEURS MINI-ORDINATEURS.4 Exemple de programmation 12 TECHNIQUES DE CONSTRUCTION EN ÉLECTRONIQUE PROTOTYPES 12. adresses.15 Autres bus de micro-ordinateurs 10.7 Entrées/sorties programmées : entrées de données 10.6 11.8 Fabrication des circuits imprimés Conception des dessins de circuits imprimés Circuits imprimés compacts Réflexions complémentaires sur les platines Techniques élaborées CONSTRUCTIOND’APPAREILS 12.9 Lignes de transmission 13.16 Relier des périphériques à l’ordinateur CIRCUITS IMPRMÉS 12.1 Architecture de l’ordinateur UN JEUD’INSTRUCTIONS D’ORDINATEUR 10.13 Résumé des signaux de bus du PC IBM 10.TABLE DES MATIÈRES DU DEUXIÈME VOLUME 9.12 Mémoire 1 1. 17 Programmation 10.20 Communication parallèle : Centronics.6 Améliorations du modèle alternatif 13.

3 Alimentation par le secteur 14.15 Modulation d’amplitude 13.9 Étalons de fréquence 15.10 Problèmes de conception de circuits linéaires à très faible consommation 14.22 Amplificateurs radioélectriques exotiques COMMUTATION RAPIDE 13.18 Modulation de fréquence 13.TABLE DES MATIÈRES DU DEUXIÈME VOLUME 13.17 Microprocesseurs et périphériques à très faible consommation 14.6 Jauges à vide 15.12 Problème du rapport signalbruit 15.5 Champ magnétique EXERCICES COMPLÉMENTAIRES 15.3 Contrainte et déplacement 15.8 Référence de masse 14.28 Idées de circuits 15.23 Modèle à transistor et équations 13.19 Idées de circuits ~ ~ 15 MESURE ET TRAITEMENT DE SIGNAUX VUE D’ENSEMBLE TRANSDUCTEURS DE MESURE 15.21 Techniques de construction spéciales 13.4 Accélération.16 Analyse d’amplitude d’impulsion 15.11 Exemple de circuit linéaire discret 14.18 Exemple de circuit à microprocesseur : enregistreur de températures CIRCUITS-QUI-s7 14.7 Régulateurs pour très faibles puissances 14.8 Sondes de tension biologiques et chimiques ÉTALONS ET MESURES DE PRÉCISION 15. vélocité 13.11 Etalons de tension et de résistance.26 Pilote de bus à collecteur ouvert 13.17 Bande latérale unique 13. de période et d’intervalle de temps 15.12 Amplificateurs opérationnels à très faible consommation 14.15 Détection d’asservissement 15.14 Temporisateurs et oscillateurs à très faible consommation TECHNIQUE DE RÉDUCTION DE LA BANDE PASSANTE 15.16 Récepteur superhétérodyne MÉTHODES DE MODULATION ÉLABORÉES 13.14 Rendre un signal périodique 15.19 Modulation par déplacementde fréquence 13.13 Comparateurs à très faible consommation 14.25 Étage de commande à haute tension 13.2 Luminosité CIRCUITS-QUI-s ~EXPLIQUENT-EUX-MÊMES 15.13 Moyennage de signal et moyennage de plusieurs canaux 15.17 Convertisseur temps-amplitude ANALYSE DE SPECTRE ET F’RANSFORMATIONS DE FOURIER 15.4 Cellules solaires 14. et mesures 14 CONCEVOIR DES CIRCUITS À FAIBLE CONSOMMATION INTRODUCTION 14.18 Analyseurs de spectre 1 5.9 Tensions de référence en très faible puissance et capteurs de température CONCEPTION DE CIRCUITS LINÉAIRES À TRÈS FAIBLE CONSOMMATION 14.2 Types de batteries 14.24 Outils de modélisation analogique EXEMPLES DE COMMUTATION RAPIDE 13.1 Applications à faible puissance SOURCES DE PUISSANCE 14.19 Analyse de spectre en différé CIRCV~TS-QVI-S’EXPLIQUENT-EUX-NLÊMES 15. force.16 Maintenir une consommation faible en CMOS 14.20 Idées de circuits xv .15 Familles CMOS 14.20 Modulation d’impulsion ASTUCES DES CIRCUITS RADIOÉLECTFUQUES 13.6 Commutation de puissance 14.1 Température 15.7 Détecteurs de particules 15.5 Courant prélevé sur le signal COMMUTATION DE PUISSANCE ET RÉGULATEURS POUR TRÈS FAIBLES PUISSANCES 14.27 Exemple : préamplificateur photomultiplicateur CONCEPTION DE CIRCUITS LOGIQUES À TRÈS FAIBLE CONSOMMATION 14. pression.10 Fréquence.

écrits pour les études d’ingénieur ou pour l’ingénieur en activité. il y a une tendance. + une méthode graphique originale pour l’analyse rationnelle des amplificateurs à faible bruit. + un large exposé de sous-ensembles utiles. en fait. une combinaison de quelques lois fondamentales avec des règles empiriques et un grand sac d’astuces. de même que nous avons réduit au minimum l’allusion aux lignes de charge et au plan s. + une section sur le bruit. [dans l’éditionfran~ais ce point et XVli . avec une forte incitation au remue-méninges et au calcul mental (ou au moins << sur le dos d’une enveloppe D)des valeurs et du fonctionnement des circuits. les boucles à verrouillage de phase et la conception de circuits linéaires de précision. le traitement de l’électronique dans ce livre reflète notre philosophie selon laquelle l’électronique. + la conception de circuits à amplificateurs opérationnels à alimentation simple. parmi les auteurs de manuels.PRÉFACE Cet ouvrage est conçu comme manuel et comme livre de référence pour la conception de circuits électroniques . + un chapitre sur les régulateurs et les références de tension. L‘exposé est largement exempt de mathématiques. nous avons inclus : + un modèle de transistor facile à utiliser. Ce livre est né d’une collection de notes écrites comme support pour un semestre de cours d’électronique à Harvard. qui cherche à calculer chaque détail lors de la conception d’un circuit. qui s’attaquent à la totalité du domaine de l’électronique mais semblent souffrir d’un excès de détail (le syndrome du manuel scolaire). il commence à un niveau accessible sans connaissance préalable de l’électronique et mène le lecteur à un degré raisonnable de maîtrise de la conception des circuits électroniques. avec un traitement en profondeur de sujets sélectionnés. + un exposé des multivibrateurs monostables et de leurs particularités. C’est pour toutes ces raisons que nous avons passé sous silence l’exposé habituel de la physique des semiconducteurs. + des exposés faciles à comprendre de sujets sur lesquels les informations pratiques de conception sont difficiles à trouver : + la compensation en fréquence des amplificateurs opérationnels. Les circuits utiles et les méthodes d’analyse d’usage quotidien restent trop souvent cachés. Ainsi. l’art de l’électronique. En plus des sujets abordés habituellement dans les livres d’électronique. Il est vite devenu évident que les manuels scolaires ne convenaient pas à un cours de ce genre. Le recrutement de ce cours est disparate . Nous avons tenté de combiner la vision pragmatique du physicien versé dans la pratique avec la méthode quantitative de 1’ingénieur. en revanche. les magazines professionnels et des recueils de caractéristiques difficiles à obtenir. aux techniciens versés dans la pratique. le modèle des paramètres h des transistors et la théorie compliquée des réseaux. est avant tout un artisanat. les blindages et la mise à la masse. + la conception simplifiée de filtres actifs par des tableaux et des graphes. étudiants en doctorat qui envisagent un domaine précis de recherche. plutôt que la pratique. y compris les sources de courant constant. Nous avons abordé d’une façon directe les idées essentielles de la conception des circuits. ou d’un piètre équilibre du contenu. Une grande partie de la pédagogie fréquente dans le début des manuels scolaires ne sert à rien. Il existe d’excellents traités de chaque spécialité de l’électronique. En d’autres termes. telle qu’elle est pratiquée habituellement. En écrivant ce livre nous avons collaboré dans le but précis de combiner la discipline de l’ingénieur concepteur de circuits avec la perspective du physicien expérimentateur et celle de l’enseignant de l’électronique. les circuits à faible bruit. dans les notes d’application.étudiants de maîtrise qui amassent des connaissances pour travailler finalement dans l’industrie ou la recherche. d’un excès de simplification (le syndrome du livre de recettes). à exposer la théorie de l’électronique. ou chercheurs patentés soudain handicapés par leur incapacité à << faire >> de l’électronique. comme les sources de courant et les miroirs de courant.

références de tension. + un exposé des mini-ordinateurset de l’interface avec leurs bus. peut-être plus que toute autre branche de la technologie. qui reprennent en général les caractéristiquesdes meilleurs types et des types les plus répandus. transistors. sur les amplificateurs XVlll . et que faire des données. avec l’accent sur les nouveaux circuits intégrés à grande échelleNMOS et PMOS. + des tableaux des diodes.pour l’utilisation dans un circuit donné. régulateurs. elles sont la meilleure méthode de conception de bons circuits.Par art. une partie essentielle de cette deuxième édition fait état de composants et de méthodes améliorés. avec quelle précision. mise à l’échelle multi-voies.. l’oscilloscope. des types de circuits intégrés standard. pas des boîtes noires. nous avons signalé au lecteur.a connu un développementexplosif dans les quatre dernières décennies. les sections qu’il peut sauter sans risque lors d’une lecture rapide. amplificateurssynchrones et analyse de hauteur d’impulsions. + des collections amusantes de << mauvais circuits ».certains des suivants apparaissent dans le deuxième volume] une recensement des pathologies de la logique numérique et des remèdes adaptés. les caractéristiquesde composants concurrents et les avantages de configurations différentes.) Pour l’aider dans sa navigation. des collections d’idées de circuits. De classiques. + un chapitre sur les mesures scientifiqueset le traitement des données : ce qui est mesurable. telle qu’elle se rencontre souvent dans les manuels scolaires d’électronique. cette perspective des détails pratiques comporte des risques. L‘utilisation de techniques de conception de schémas largement débarrassées des mathématiques ne donne pas lieu à des impasses dans les circuits et + ne compromet ni les performances ni la fiabilité. elles sont devenues antiques et introuvables. Naturellement. Au contraire. les valeurs de résistances. + des appendices utiles sur le dessin de schéma. dans un domaine qui évolue aussi vite. le calcul de filtresLC. C’est donc avec une certaine inquiétude que nous avons entrepris en 1980 d’écrire une somme définitive qui aurait enseigné l’art de l’électronique. dont le plus évident est une obsolescence cruellement précoce. microprocesseurs et autres composants. remplacées qu’elles sont par des EPROM de capacité soixante-quatre fois plus grande pour moins de la moitié du prix ! Ainsi. plutôt que la façon abstraite d’aborder le sujet. en l’occurrence une certaine connaissance de la trigonométrie. 4 un exposé détaillé des techniques de conversion analogique/numériqueet numérique/analogique + une section sur la naissance du bruit numérique. 4 un moyen simplifié d’évaluer les circuits de commutation rapide. avec une initiation au langage assembleur. un précis de mathématiqueset d’autres. + des éclaircissements sur la réduction de la bande passante : moyennage du signal. Les schémas des exemples sont dessinés avec des composants réels. avec un bagage mathématique minimal.du calcul exponentiel et si possible du calcul différentiel. souvent en comparant. par un losange.comparateurs. au prix de 25 dollars ». (Un résumé des nombres complexes et des dérivées est inclus dans un appendice. etc. + un exposé détaillé des interfaces avec la logique.. les types de composants et leurs valeurs. des composants courants. ces techniques améliorent la compréhension des choix et des compromis que suppose la conception d’un schéma. L‘intention générale est d’amener le lecteur jusqu’à la compréhension claire des choix qui déterminent la conception d’un schéma . [extraitde la préface de la première édition anglaise 19801 L‘électronique.comment choisir la configuration du circuit. Ce livre peut être utilisé pour un cours de conception de circuits électroniques. Le rythme de la technologie électronique ne nous a pas déçus ! L‘encre de notre première édition était à peine sèche que nous étions affolés à la lecture de nos propos au sujet de << I’EPROM classique 2716 (2 Koctets).FET. Nous avons toujours pris le parti d’appeler les choses par leur nom.nous entendons la sorte de maîtrise qui résulte de la connaissance parfaite des circuits réels. avec des chapitres complètement ré-écrits sur les microcontrôleurs et les microordinateurs (l’utilisationde 1’IBMPC et du 68008) et des chapitres grandement enrichis sur les techniques numériques (y compris les PLD et les nouvelles familles logiques HC et AC). amplificateurs opérationnels.

5 V). Ainsi vous avez échappé aspects particuliers des techniques analogiques pas. le plus grand soin a été accordé à trop poétique pour la prosaïque électronique franl’établissement d’un index français fiable. d’introduire des erreurs quasi Préface de l’éditionfrançaise indécelables par la suite. c’est pour ne pas courir le risque.1 (amplificateurs opérationnels). Il n’y a là aucune intention malicieuse.avec ou sans majuscules. du magasinier au directeur. Si nous avons préféré égratigner les Winjield Hill convenances plutôt que de nous y conformer. dans l’espritde lajurisprudence moderne. certains de façon substantielle . selon le Robert qui en donne chaque fois qu’il aura une recherche à faire à partir une définition parfaite. mais pour arbitraire. consacrés essentiellement aux techniques séances de remue-méninges. d’un mot-clé. S’il subsiste des XIX . c’est àdessein. Dans tous les tableaux. Cependant dans les schémas. auront anglais. l’usage typographique français de la virPour cette première édition en français. noblement artisanale de ses auteurs américains. parce qu’en recommandons vivement au lecteur de s’y reporter français ce mot désigne.. attention également soutenue. par exemple. Nous çaise. a été divisé en deux volumes. dans l’un ou l’autre schéma. nous vous rappelons à la lecture de la notice légale de la page suivante. alors que cent trente-cinq nouvelles ont été ajoutées. circuits à très L’électronique >> et autres << Évangiles selon faible puissance. a apporté sa informatique (chapitres 8 à 11). Nous remercions d’ores et déjà nos lecteurs de bien vouloir nous signaler celles qu’ils auront relevées. Le plus simple eût été «L’art de les inconvénients de ce démembrement un peu 1 ’électronique». [exirait de la préface de la seconde édition anglaise 19891 coquilles. c’est parce qu’elles ont échappé à notre vigilancepourtant redoublée. en revanche. et les amateurs autodid’étaler ses investissements. Pour compenser Horowitz». pour en est un événement dont les étudiants en électronique faciliter la manipulation et permettre au lecteur autant que leurs professeurs. soixante-cinq pour cent seulement des cent vingt références ont survécu. lors d’une modification d’une telle envergure. Enfin. circuits imprimés. l’imposant gule décimale a été respecté. ouvrage de Horowitz et Hill. C’est donc devenu un «traité».5 V) n’ont pas été remplacés par des Paul Horowitz virgules (1. mais Par ailleurs. consacrés exclusivement aux techniques désormais l’avantage d’apprécier toute la portée. La analogiques. le cas échéant. par souci de compatibilité avec la littérature d’usage courant.chacun. est exposé d’une manière systématique un sujet ou Le reste de la traduction a bien sûr bénéficié d’une un ensemble de sujets concernant une matière ». dans le tableau 4. Chaque tableau a été mis à jour.auxquelles chez Elektor numériques et logiques ainsi qu’à la micro. un «ouvrage didactique où d’une idée. fidèle certes à l’approche intuitive et matières du second et vice versa. S’il subsiste. mais aussi à certains contribution passionnée.circuits de précision.. Le second reprend les huit derniers traduction de son titre est le fruit de mémorables chapitres.notamment à << Électronique : mode(s) d’emploi ».des termes anglais. sés sous silence dans la première partie: circuits «Ars Electronica >> ou encore à «la Bible de hautes-fréquences. Le premier volume dactes autant que les professionnels en mal de français comporte les sept premiers chapitres du livre raffraîchissement de leurs connaissances. connu des spécialistes anglophones sous son titre original anglais The Art of La parution en français d’une somme comme celle-ci Electronics.opérationnelset la conception de circuits de précision (grâce à la disponibilité d’excellents amplificateurs opérationnels à entrée par FET) et sur les techniques de production (avec la conception et la fabrication assistées par ordinateur). Tous ces mots anglais sont traduits et expliqués dans le texte. les points décimaux (par exemple 1. le premier volume comporte une table des un livre aussi complet et aussi précis. traduits pour l’édition française. c’est un titre trop vague. Le premier volume du Traité de l’Électronique Analogique et Numérique compte plus de mille illustrations dont les textes ont été.

La Vérification et les tests indépendantssont particulièrement importants dans toute application où un fonctionnement incorrect risquerait de causer des dommages aux personnes ou aux biens. Cependant les exemples. et même si un projet déterminé est mentionné dans le livre. Les auteurs et l’éditeur récusent aussi toute responsabilitépour les dommages directs. Pour ces raisons. données et autres informations ne sont considérés que comme des aides à l’enseignement et ne sauraient être utilisés dans une application particulière sans une vérification et des tests indépendants par la personnequi conçoit l’application. nous ne garantissons ni expressément ni implicitement que les exemples.NOTICE LÉGALE Dans ce livre nous nous sommes efforcés d’enseigner les techniques de la conception de circuits électroniques. . accidentels ou consécutifs qui pourraient résulter d’une utilisation quelconque des exemples. au moyen d’exemples de circuits et de données que nous pensons exactes.même si les auteurs ont eu connaissance d’un projet déterminé. ou autres informations dans ce volume ne comportent aucune erreur ou conviennent a une application particulière. données. données ou autres informations contenues dans ce livre. LES AUTEURS ET L‘ÉDITEUR RÉCUSENT EXPRESSÉMENT LES GARANTIES IMPLICITES D’ADAPTATION À LA COMMERCIALISATIONOU À UN USAGE PARTICULIER. indirects.

de calculatrices.) qui font de l’électronique le domaine passionnant qu’elle est. La tension s’appelle aussi dzfél’art de l’électroniquetel que nous le concevons. L‘unité de mesure est le volt. d’ordinateurs et même de machines parlantes avec un vocabulaire de plusieurs centaines de mots. sur une même puce de silicium. malgré nos efforts pour maintenir les mathématiques au niveau minimal et favoriser une bonne compréhensionintuitive de la conception et du comportement des circuits. Si vous avez cette impresle plus négatif (potentiel le plus bas) jusqu’au point sion. Ordinairement. oscillateurs. Une fois que nous aurons envisagé les bases de l’électronique.1 LESBASES INTRODUCTION Les développements dans le domaine de l’électronique ont constitué une des grandes épopées de ce siècle.elles varient sans que vous êtes à même de construire de petits gadgets cesse.Il est rence de potentiel ou force électromotrice (f. transmettre à travers lui un certain savoir-faireet une c’est la quantité d’énergie libérée par le déplacement passion pour l’électronique. La technologie d’intégration à gïande échelle LSI ( U Z Large . d’une unité de charge << en descendant >> depuis le Nous commencerons dans ce chapitre par l’étudedes point de potentiel le plus élevé jusqu’au point de lois. Une quantité de travail de un 1 . dans laquelle le déferlement d’avancées stupéfiantes ne semble pas se ralentir. aussi allons-nous plonger directel’augmentationconstante du rapport prestations/prix. élégants. coûte plus cher que Il existe deux grandeurs dont nous voulons avoir l’électronique qu’il abrite. Nous avons tenté de le plus positif (potentiel le plus élevé). ou quelquefois E). ce livre est fait pour vous. nous avons traversé la période des tubes à vide. circuits logiques. faute de quoi rien d’intéressant ne se produit. Very Large Seule Integration) promet des composants encore plus étonnants. de courant. Le premier chapitre est aussi le plus mathématique.avec 1. Parallèlement.vous pourriez croire tension et le courant. Le coût d’un micro-circuit électronique décroît régulièrement jusqu’à une fraction de son coût initial du fait du perfectionnement des procédés de fabrication TENSION. Seule Zntegrution)rend banale la fabrication. En lisant toutes ces choses connaissance dans les circuits électroniques : la passionnantes sur l’électronique. En fait. ni voir. 1 0 VI. ni volts (1 pV = 1O4 V). puisqu’il ne suppose aucune connaissance préalable du sujet. il arrive souvent que le coffret d’un appareil. indispensable de commencer par le commencement. nous passerons rapidement aux circuits << actifs >> (amplificateurs. notre propos contiendra donc une certaine part d’abstraction (en particulier dans ce premier chapitre)et s’appuierasur des instruments de visualisation. L‘évolution de la technique d’intégration à très grande échelle (VUZ. pour accomplir Tension (symbole : V. sauter ce chapitre. comme des oscilloscopes ou des voltmètres. sympathique.m.pour arriver à l’ère du semiconducteur. Après les émetteurs rudimentaires à arc et les détecteurs à galène du début du siècle. La tension quasiment toutes les tâches imaginables. COURANT ET RÉSISTANCE (voir la figure 8. etc. s’il le veut. et des mées couramment en volts (V). ou en microComme vous ne pouvez ni toucher. à la seule entre deux points est le coût en énergie (travail fourni) condition de savoir comment fonctionnent tous ces du déplacementd’une unité de charge depuis le point composants miraculeux. Le lecteur qui possède un certain bagage électronique peut. en kilovolts (1 kV = composants qui constituent les circuits électroniques. de puissance. mais bon marché. par exemple). les tensions sont exprien parlant de tension.1 Tension et courant ses organes de commande. ~ en millivolts (1 mV = 10-~ VI. ment dans le vif du sujet. Tout autre propos général Il faut peut-être relever la tendance. dans le tome 2. entendre l’électricité. puissants. des règles empiriques et des trucs qui constituent potentiel le plus bas.e. à serait superflu ici.87. avec leur complexité considérable.).

bientôt. ce n’est pas tout à fait vrai .. Cette propriété peut loscope. Cependant. que dans un montage en série (une série d’objets à deux bornes connectés bout à bout). nous aurons charges électriques qui passent par un point. Le courant circule hoff. rarement ma. des alternateurs (forces magnétiques). des cellules Figure 1. 2 . en microampères (1 pA = circuit réel ne ressemble pas nécessairement au sché104 A). vous êtes en droit de vous demander du circuit est égale à la somme des chutes de comment on << voit >> les tensions et les courants. On obtient un courant en appliquant 2. Un courant de un modifiée. Le courant est le débit des dances. mais pour l’instant de mesure est l’ampère (A). Des objets connectés en parallèle (figure 1. le courant est Dire quelque chose comme << la tension à travers une le même partout. tension par n’importe quelle autre voie. elle est L‘instrument électronique le plus utile est l’oscilégale à la tension entre A et B. Nous traiterons de l’oscilloscope et des voltdes tensions de Kirchhoff. etc. sur l’oscilloscope (appendice A) et l’encadré sur le multimètre plus loin dans ce chapitre. Cette propriété Important : la tension règne toujours entre deux est quelquefois appelée loi des courants de Kirchpoints ou par rapport à un point. il est égal à la charge de 6 x 101* électrons.maintenant pour que vous sachiez au départ qu’un pères (1 mA = 10-3 A). même si le flux réel des électrons 1. >> n’a aucun sens. pour vous faire une première idée. les intensités de courant c’est une approximation acceptable.1) sont une tension aux bornes d’un objet.nous tirons la conclusion circuit. mètres au moment de parler brièvement des signaux .on considère que le courant courants et aux tensions : dans un circuit circule du point le plus positif vers un point plus négatif. soumis à la même tension. De cette loi simple. les occasions de parler de nanovolts (1 nV = 10-9V) ou de mégavolts (1 MV = 106V) sont plutôt rares. voyez l’appendice joule est nécessaire pour déplacer une charge de un coulomb à travers une différence de potentiel de un volt. La somme des courants qui entrent en un point est égale à la somme des courants qui sortent de ce se déplace du pôle négatif vers le pôle positif.. Par convention. nous parlons souvent de la tension sur un point d’un circuit . qui vous permet de voir dans un circuit des être exprimée autrement : la somme des chutes de tensions (et quelquefois des courants) en fonction du tension dans un circuit fermé est nulle. un conducteur présente la même tension en tous ses points (oui. L‘unité l’occasion d’en reparler plus loin. nous connectons les objets les uns aux autres par des fils. (Le coulomb est l’unité de charge électrique.1 solaires (conversionphoto-voltaïquede l’énergie des photons). point (conservation de la charge). Dans le domaine des hautes fréquences ou des basses impéCourant (symbole : Z ) . Les techniciens appellent un tel point un toujours d travers un composant ou un point du nœud.1. en nanoampères (1 nA = 10-9A).) Pour des raisons qui s’éclaircirontplus loin. des conducteurs métalliques . résistance. On crée une tension en déplaçant des charges dans des appareils comme des piles (électro-chimiques). LESBASES ~~ ~ ~ Dans les circuits réels.un point commun du circuit que tout le monde semble connaître. par rapport à la masse). ou à peu près. Répétons que la somme des chutes de tension de A à B par une des voies Arrivés ici. il est toujours sous-entendu qu’il s’agit de la tension entre ce point et la << masse ». que la disposition des conducteurs peut être en picoampères (1 pA = 10-l2A).en milliam. Vous aussi. C’est la loi temps.Nous en parlons sont couramment expriméesen ampères. ampère est égal à un flux de un coulomb en une Voici quelques règles simples qui s’appliquent aux seconde.

ou bien elle est stockée (accumulateurs. Pour la tension V en volts et l’intensité 1 en ampères. watt. même tuellement une section suffisamment forte pour que 3 . Nous aurons bientôt à traiter de tensions et de courants soumis à des variations périodiques . mégahertz. milliwatt et mégawatt. est un million de hertz. Les résisteurs (isimplement proportionnelleà V). aussi bien pour le préfixe que pour teur). condensateurs). les diodes (Zcirculedans une seule direction). émetteurs radio).2 Relation entre tension et courant : la résistance Voilà une histoire longue et intéressante.2 Relation entre tension et courant : la résistance 3. la résistance ou résisteur (figure 1. ou un millième de bornes.2). les unités s’écrivent en minuscules. le cœur de l’électronique. le courant est proportionnel à la tension aux l’unité : 1 mW est un milliwatt. Ainsi : hertz et kilohertz. en travail mécanique (moteurs). Figure 1. mais l’expressionest correcte. telle qu’elle est. quand il s’agit des initiales de noms propres. le symbole de l’unité suit le préfixe sans Il convient de noter que dans un conducteur métalliespace. La majuscule ne s’utilise que dans les abréviations. les thermistances (résistance variable en fonction de la température). Nous aborderons progressivement quelques-uns de ces composants curieux. Parlez d’intensité. mais de tension. le but du jeu est de fabriquer et de mettre en œuvre des gadgets qui présentent des caractéristiques tension-courant intéressantes et utiles.il nous faudra alors généraliserl’équation simpleP = Vipour prendre en compte la puissance moyenne. Dans le cas des fils conducteurs utilisés dans watt . Les watts sont des joules par seconde (1 W = 1J/s). La puissance (quantité de travail par unité de temps) consommée par un circuit est P = VI Cela correspond au produit du rapport travaiVcharge par le rapport charge/temps. La puissance est transformée en chaleur (le plus souvent). pour définir la puissance instantanée. Pour l’instant nous commençons par le composant le plus banal (et le plus utilisé). ne parlez pas d’ampérage . les photo-résistances (résistance dépendant de la lumière). mW et M W . mais Hz et kHz . les jauges de contrainte (résistance variable en fonction de la pression) sont quelques exemples. les condensateurs(1proportionnelle à la variation de V). en énergie rayonnée (lampes. La gestion de la chaleur dégagée par un système compliqué (par exemple un gros ordinateur qui convertit en chaleur quelques centaines de watts d’énergieélectrique avec un rendement énergétique insignifiant pour quelques pages de résultats de calcul) peut être une partie essentielle de la conception d’un système. Pour en finir avec la terminologie.1. 1.2 Dans les abréviations d’unités qui comportent un Lu résistance et le résisteur préfixe. 1 MHz. Attention aux majuscules et minuscules (sur. c’est carrément vulgaire. la puissance est exprimée en watts.Ne parlez pas de voltage. Pour simplifier.que (ou tout autre matériau partiellement conductout m et M). En les circuits électroniques. mais W. nous choisissons habigénéral.

vous trouverez mieux. Les résisteurs peuvent être faits d’un agglomérat de carbone. Ils sont disponibles en valeurs standard de 1 ohm à 100 mégohms. de couches métalliques. Le type courant au carbone aggloméré à 5%’ en particulier. Les résisteurs sont utilisés dans les circuits de puissance pour diminuer la tension en dissipant de la puissance. La proportionnalité entre le courant et la tension n’est nullement une loi universelle applicable à tous les objets. les puissances admissibles standard vont de 1/8 W à 250 W. Les résisteurs sont utilisés dans les amplificateurscomme charges pour les composants actifs. Il y en a presque autant de types que d’applications. Dans les circuits à haute tension. Les résisteurs se trouvent avec des résistances de 0. LESBASES les chutes de tension soient négligeables. Les résisteurs sont aussi caractérisés par la quantité de chaleur qu’ils peuvent dissiper (les modèles courants sont donnés pour 1/4 W) et d’autres paramètres comme la tolérance (précision). la tenue dans le temps. Les caractéristiques qui suivent sont les valeurs du cas le plus défavorable . etc.4 et 4. le bruit. l’inductance. Ils sont utilisés dans les circuits de précision pour déterminer des courants. Les principaux défauts sont des variations de résistance avec la température. s’ilconvient pour presque tous les circuits non critiques. ou encore d’éléments semi-conducteurs comparables à des transistors à effet de champ (PET). Il en va de même pour une foule d’autres composants intéressants. les ampoules d’éclairage. de fil bobiné sur un mandrin. pour mesurer des courants. ils définissent des constantes de temps et agissent comme filtres. l’apparition de points chauds dans les applications de puissance. reportez-vous aux sections 4. mais ne vous y fiez pas. Dans les circuits à fréquence radio. Il est caractérisé par sa résistance. A R=Vd La valeur de R s’exprime en ohms. Ils ne le sont pas. Par exemple.5 du Berkeley Physics Course. ont des résistances comprises entre 1 ohm (1 Cl) et quelque 22 mégohms (22 Ma). n’est pas assez stable pour les applications de précision. 4 . etc. le temps et l’humidité. dans les réseaux de polarisation. les diodes. RÉSISTEURS Les résisteurs sont véritablement omniprésents. ou la production de bruit électrique dans les amplificateurs à haute fidélité. la tension. ils servent souvent de mandrins pour le bobinage d’inductances. le coefficient de température. voir bibliographie). à cause de leur marquage clair. Les résisteurs sont si faciles à utiliser qu’on les considère souvent comme parfaits. Les résisteurs typiques. Vol. Les autres défauts sont relatifs à l’inductance (ce qui peut être gênant 2 haute fréquence).en général. Le modèle le plus répandu est de loin le résisteur au carbone aggloméré de 1/4 W ou 1/2 W. du modèle le plus utilisé (au carbone aggloméré. Ils sont utilisés pour régler des courants de fonctionnement et le niveau de signaux. en aucune façon. ils servent à mesurer les tensions et à équilibrer les courants de fuite entre des condensateurs ou des diodes connectés en série. (Si vous vous intéressez à la raison pour laquelle les conducteurs métalliques se comportent de cette façon. Il est bon de connaître ces limitations pour ne pas s’exposer à quelques surprises un jour ou l’autre. La relation entre ces trois grandeurs s’appelle la loi d’Ohm.1. le courant qui traverse un tube fluorescent n’est. les transistors. comme éléments de contre-réaction. pour établir des rapports de tension exacts et pour fixer des valeurs de gain précises. Voir l’encadré sur les résisteurs et les appendices C et D. puis il croît de façon spectaculaire.Ol ohm à 10’2 ohms . Nous préférons les résistances Allen-Bradley type AB (1/4 W 5%) pour l’usage général. ou à couche de carbone). et il est bon de considérer quelques-uns de leurs défauts. et pour décharger les condensateurs quand l’alimentation est coupée. Un résisteur est constitué d’un quelconque matériau conducteur (du carbone aggloméré ou une couche mince de métal ou de carbone) et d’un fil à chaque extrémité. la tenue en tension (dans quelle mesure la résistance varie en fonction de la tension appliquée). avec des tolérances de 0’005% à 20%. II. il est nul jusqu’à une certaine tension. de la fixation sûre de leur fils de connexion et de leur stabilité. Associés à des condensateurs. La série standardisée comporte deux fois plus de valeurs à 5% qu’à 10% (voir l’appendice C). proportionnel à la tension appliquée aux bornes . pour la tension V en volts et l’intensité Z en ampères.

de ce fait.25R)ln.9% non non non Pour les applications qui réclament vraiment de la précision ou de la stabilité.Pour la dissipation de puissances supérieures à O. Cette caractéristique est importante ! (Voir la figure 6.53.3% +4.25 W. suivant la << masse thermique >> du composant). de la conduction thermique par les fils de connexion et de la densité du circuit . Notez aussi que la puissance d’un résisteur est une valeur moyenne. ~ Réskteurs en série et en parallèle Quelques résultats simples découlent de la définition deR: 1. et qu’elle peut être largement dépassée pendant des temps courts (quelques secondesou plus. ce qui correspond à une température interne de 150°C. Cela peut paraître affreusement banal.5% +5. Figure 1.) Une simple surtension de cinq secondes sous 400 V peut provoquer un changement définitif de 2% de la résistance. 1 W. Les résisteurs au carbone aggloméré existent jusqu’à une puissance de 2 W. le type à refroidissement par convection donne les meilleurs résultats. 5 .il convient d’utiliser des résisteurs à film métallique à 1% (voir l’appendiceD). la dissipation de puissance annoncéeest donnée à titre indicatif. et inversement. Les résistances bobinées de précision existentpour la plupart des applications exigeantes. 1% en usage normal et meilleure que 1% dans les conditions extrêmes. La tenue en tension est la plus faible de deux valeurs : (0.1. La dissipation de puissance admissible dépend de la circulation de l’air.ou 250 V. Ces résisteurs conçus avec soin existent en tolérance de 1% et peuvent être utilisés de façon fiable à des températures de 250°C. les résistances bobinées de puissance sont destinées aux puissances supérieures.La résistance de deux résisteurs en série (figure 1. On peut en attendre une stabilité meilleure que O.2 Relation entre tension et courant :la résistance En parlant simplement.3 CARACTÉRISTIQUES DES RÉSISTEURSALLEN-BRADLEY SÉRIE AB TYPE CB La tolérancestandard est de fi% dans les conditions normales. mais vous comprendrez bientôt ce que nous voulons dire. on peut dire que les résisteurs sont utilisés pour convertir une tension en courant.3) est égale à La connexion de plusieurs résisteurs en série donne toujours une résistance plus grande. Pour les applications de puissanceimportante. un modèle de puissance supérieure est conseillé. La puissance maximale à 70°C de température ambiante est de 0. oui oui oui +10% non 4.

en gros. la réponse à la question du début est 10W3. Exercice 1. à apprendre l’intuition Ri R2 et les raccourcis.2 composants . Qa Exercice 1. tout simplement.. au -+-+-+. quelle puissance a deux raisons de vouloir éviter de tomber dans ce va-t-il dissiper ? travers : (a) les composants eux-mêmes ont une précision limitée (habituellement5% pour les résisteurs . La résistance se mesure en ohms (a). mais en pratique nous omettons souvent le symbole oméga quand les valeurs sont supérieures à 1 O O OR (1 WZ). ce qui est rigoureusement exact.3 les paramètres qui caractérisent les transistors varient Démontrez les formules de calcul de la résistance fréquemment du simple au double pour un même équivalente de résiskurs en série et en parallèle. (b) une des caractéristiques d’un circuit bien Q Exercice 1. Figure 1. fl2 1-4 Raccourcin’l Le montage en série d’un grand résisteur avec un petit présente la résistance du plus grand. sans vous laisser distraire par les chiffres. car il vous permet d’analyser les circuits mentalement. La résistance de deux résisteurs en parallèle Un truc pour les résisteurs en parallèle : les débutants ont tendance à se laisser embrouiller par une algèbre (figure 1. Il est temps de 1 1 Ri +R2 -+commencer. 6 Raccourci n 2 Supposez que vous vouliez connaître la résistance équivalente de 5 kL2 en parallèle avec 10ki2. trois résistances de 10 ki2 en parallèle. nous désignerons souvent un résisteur de 10 WZ par 10 k. bien sûr). Ri R2 R3 lieu de regarder des chiffres sans signification s’aligner sur l’afficheur d’une calculette. type) . rapidement. le symbole C l est même omis fréquemment pour les valeurs inférieures au kilohm. LESBASES 2. Vous parallèle est avez une chance d’acquérir plus rapidement une pera ception intuitivedes circuits si vous prenez l’habitude R= 1 1 1 d’exécuter mentalement des calculs approchés. Ce truc est très pratique. Ainsi. un résisteur de 1 MR par 1 M. dès maintenant. Q . Si tout cela vous ennuie. soit 3’33 WZ. nous allons arriver bientôt à de nombreuses applications amusantes. prenez patience.. Quelle est leur résistance s’ils sont combinés ont tendance à vouloir calculer avec trop de chiffres en série (a) et en parallèle (b) ? significatifs les valeurs de résisteurs et d’autres Qa Exercice 1. ou au moins << sur le dos d’une enveloppe >> pour favoriser le remue-méninges.RiR2 OU R = comprendre un montage électronique. Comme la résistance de n résisteurs identiques en parallèle est lln fois la valeur commune. . en gros.1 Vous avez cinq résisteurs de 5 k et un résisteur de Encore un peu de philosophie maison : les débutants 10 k.4) est égale à compliquée quand ils conçoivent ou essaient de 1 R = .4 conçu est son insensibilité à la valeur précise des Montrez que la résistance de plusieursrésisteurs en composants (il y a des exceptions. Dans les schémas de principe. Le montage en parallèle d’un grand résisteur avec un petit présente la résistance du plus petit.4 La connexion de plusieurs résisteurs en parallèle donne toujours une résistance plus faible. Nous essaierons d’encourager la conception mentale des circuits. Vous avez donc.1. Il y d’une batterie de voiture de 12 V. Considérez que la résistance de 5 ki2 est celle de deux résisteurs de 10 WZ en parallèle. la disponibilité de calculettes puisSi vous placez un résiskur de 1 ohm aux bornes santes à bas prix n’a fait qu’aggraver les choses.

le rapport entre la tension de sortie (mesurée) et la tension d’entrée (choisie) . quelle que soit la façon de le connecter.Vent& Ri +R2 de 0. En attendant. avec une forte intensité sous l’effet d’une tension. Calculez : Exercice 1. Le courant qui traverse un composant de conductance G soumis à une tension V est donné par I = GV (loi d’Ohm). Pour décrire un tel amplificateur. Les techniciens se régalent à définir des unités réciproques. G = UR. Si vos calculs sont justes. Q Entrée et sortie Presque tous les circuits électroniques reçoivent un signal d’entrée (habituellement une tension) et produisent un signal de sortie (habituellement une tension aussi). le courant (identique trique peut avoir un pouce de diamètre [25.connu aussi comme mho (ohm écrit à l’envers. elle n’est pas très utilisée . qu’on pourrait appeler un << désamplificateur ». Par exemple. la formule du calcul des résistances en parallèle est évidente : quand plusieurs résisteurs sont connectés à la même source de tension. avec seulement les résisteurs.3 Diviseurs de tension Nous arrivons maintenant au diviseur de tension. le courant total est la somme des courants individuels. 7 . (b) la longueur du câble qui dissiperaitla totalité des 10’O w .. produit une tension de sortie égale de 10” W d’énergie électrique. Nous aborderons les amplificateurs dans le prochain chapitre. avec le symbole a). Vue à la lumière de la notion de conductance. Montrez-nous un circuit pratique et nous vous montrerons une demi-douzaine de diviseurs de tension. Sarésistanceest I=. aussi ont-ils désigné l’unité de conductance parsiemens (S = l/Q. (a) la puissance perdue en effetjoule (12R)par pied de longueur du câble .6 diviseur de tension est un circuit qui. nous imaginons de mesurer la tension de sortie correspondant à une tension d’entrée donnée. H est simplement une constante (H = 100).. Si la notion de conductance est utile pour développer l’intuition. pour une tension Exercice facultatif : la ville de New York a besoin d’entrée donnée. le diviseur de tension. les résultats doivent être absurdes.dans un circuitalimentésous une tension de 15V. consommant chacune 1 kw).30479 m] de diamètre.1. nous pouvons déjà envisager un élément important des circuits. 1.4 mm partout.5.sous une tension de à une fraction déterminée de la tension d’entrée. cette formule est identique à celle du calcul des résistancesen parallèle. Un gros câble élecQu’est-ce que Vsode? D’abord. Une faible résistance correspond à une forte conductance.5 Montrez qu’il est impossible de dépasser la puissance nominale de 1/4 W d’un résisteur de valeur supérieure à 1 WZ. Quelle est la solution de cette énigme ? Puissance dans les résisteurs La puissance dissipée par un résisteur (ou tout autre composant) est P = IV. un des éléments les plus répandus des circuits électroniques. Pour dire les choses très simplement. un amplificateur audio peut produire une tension de sortie qui est cent fois plus forte qu’une tension d’entrée (qui varie de façon similaire). (c) la températureatteinte par le câble.. Le 110 V (c’est plausible : 10 millions de personnes diviseur le plus simple est montré à la figure 1. un Q Exercice 1.En appliquant la loi d’Ohm. si vous avez les connaissancesphysiques nécessaires (O= 6 x 10-12W/K4cm2). Les techniciens parlent de la fonction de transfert H. Ainsi. certains trouvent utile la notion de conductance.G = G1+ G 2+G 3 +. la conductance équivalente est la somme des conductances individuelles. en supposant qu’il n’y a pas de << charge >> en NDT]. Calculons ce qui se passe si nous essayons sortie) est de fournir l’énergieà travers un câble en cuivre pur de 1 pied [0.05 jA2 (5 x 10-8C l ) par pied. vous pouvez trouver les formes équivalentesP = 12R et P = V2/R.pour l’amplificateuraudio envisagé ici. la plupart des gens préfèrent parler de résistance.3 Diviseurs de tension Pour développer l’intuition en ce qui concerne les résistances.

Ce n’est pas aussi insensé qu’il y paraît .) Il en résulte. 1. Il reste que ces applications sont plutôt spécialisées et ne devraient pas vous préoccuper pour l’instant. de plus. vous obtenez un réglage de << volume >> . c’est pourquoi le montage s’appelle un diviseur de tension. plus simplement. la sortie d’un amplificateur. volume > ] 2 sortie signal (Nous utilisons la définition de la résistance et la loi d’Ohm.Diviseur de tension.Un diviseur de tension variable peut être construit avec une résistance fixe et une résistance variable. En attendant. Par exemple.4 Sources de tension et sources de courant Une source de tension idéale est une boîte noire à deux bornes entre lesquelles elle maintient une tension constante quelle que soit la résistance de la charge connectée. pour R2. la résistance inférieure pourrait représenter l’entrée de l’étage suivant.6 . la combinaison RlR2 peut être constituée par un potentiomètre (figure 1.plus cette résistance . nous faisons un petit crochet par les sources de tension et les sources de courant. C’est-à-direqu’elle doit fournir un courant Z = V/R si une résistance R est connectée à ses bornes.il est possible de fabriquer des composants à résistance << différentielleB négative (comme les diodes tunnel) et même de véritables résistances négatives (comme le convertisseurà impédancenégative que nous étudierons plus loin dans ce livre). A Notez que la tension de sortie est toujours inférieure (ou au plus égale) à la tension d’entrée . 8 h W entrée signal “ z p sortie signal B 1-5 Figure 1. si Ven& est une tension variable. Une source de tension réelle ne peut fournir qu’un courant limité .6A). I entrée signal Figure 1.1.6B).5 . ou avec un Potentiomètre. R:! une résistance ajustable (figure 1. Évidemment. elle se comporte comme une source de tension idéale avec une faible résistance en série. par exemple. Dans ce cas. LESBASES Tout cela vous paraîtra plus clair quand nous aurons étudié un fait remarquable (le théorème de Thévenin). l’équation du diviseur de tension vous montre quelle fraction du signal parvient à l’entrée du dernier étage. Les diviseurs de tension sont souvent utilisés dans les circuits pour produire une tension donnée à partir d’une tension plus forte ou variable. Une tension Ventrée appliquée à l’entrée donne un tension de sortie Vsortie inférieure. Le diviseur de tension tout simple est encore plus utile comme moyen de concevoir un circuit : la résistance supérieure et la tension d’entrée pourraient représenter. Vous pourriez obtenir une amplification (une tension de sortie supérieure à la tension d’entrée) si l’une des résistances était négative.

elle doit être capable de produire n’importe quelle tension entre ses bornes.9 Figure 1. à la fin de la vie de la pile. Pour (figure 1. de tension qui présentent de meilleures caractéristiques. Une pile bâton gros modèle (D ou R14). 1-7 1. avec une résistance interne de plusieurs une résistance série de 3 ohms et peut débiter (en ohms). Vol. C’est deux bornes qui maintient un courant constant à remarquable. figure 1. de plus. a une tension de 1.1. morceau de fil qui relie les deux bornes de la sortie. 2. 9 .25 ohm et renferme une énergie totale de lûûûû wattsseconde Figure 1.5 Circuits équivalents de Thévenin Le théorème de Thévenin établit que tout réseau à deux bornes constitué de résisteurs et de sources de tension est équivalent à une résistance unique R en Une source de courant parfaite est une boîte noire à série avec une source de tension unique V. par exemple. la tension est de comporte comme une source de tension parfaite avec quelque 1 V.détruira la pile en quelques minutes). meilleure est la source de tension. un court-circuit est un dans le chapitre 14. Il est facile de construire des sources de court-circuit) un maximum de 3 ampères (ce qui. elles ne fournissent pas un courant absolument constant. Par (ces caractéristiques se dégradent progressivement à exemple.5 Circuits équivalents de Thévenin est faible.Nous traiterons de la conception << court-circuit >> ont un sens évident : un circuit des appareils à faible puissance (alimentés par piles) ouvert n’est connecté à rien. toute façon. N’importe quel fouillis de piles et de travers le circuit extérieur.7. quelles que soient la résisteurs peut être simulé avec une pile et un résisteur résistance de la charge et la tension appliquée. Les sources de courant réelles (un sujet trop négligé par la littérature) ne peuvent adapter leur tension de sortie que dans certaines limites et. Les termes << circuit ouvert >> et rare en électronique.8 1-9 Une pile est une approximation de la source de tension dans la vie réelle (il n’y a pas d’analogie pour les sources de courant). Les symboles usuels de la source de courant sont ceux de la ”’ v. une pile alcaline standard de 9 V se l’usage .pour conçus pour être portables.7 .Les sources de tension peuvent être soit constantes (courant continu) soit variables (courant alternatif).8 Symboles de sources de courant.Une comme vous le verrez quand nous aborderons le sujet source de tension << aime >> les charges en circuit de la contre-réaction. v. 1-8 & & Figure 1. Les symboles utilisés pour représenter une source de tension sont ceux de la figure 1. Exception faite des appareils ouvert et G déteste >> les charges en court-circuit.9) s’acquitter de cette tâche. l’utilisation des piles est des raisons évidentes.5V. Une source de courant << aime >> les courts-circuits et << déteste >> les charges en circuit ouvert. une résistance série équivalente d’environ 0.

puisque sa résistance est plus élevée (considérez le voltmètre commela branche inférieure d’un diviseur de tension. avec la résistance de Thévenin du circuit mesuré comme branche supérieure). Lisez soigneusement les caractéristiques ! Pour les mesures sur la plupart des circuits à transistors. FET (transistors à effet de champ. dans les livres de vulgarisation moins orientés vers la conception. C’est la cause principale de décès des multimètres. Les calibres de plus forte tension sont obtenus avec des résistances plus importantes. le fabricantdu multimètre choisit la valeur du shunt de telle façon que l’intensité de pleine échelle produise la même chute de tension dans la combinaison de la résistance du galvanomètre en parallèle avec la résistance de mesure (il ne vous reste qu’à choisir le calibre adéquat). LESBASES MULTIMÈTRES Il existe de nombreux instruments qui vous permettent de mesurer des tensions et des courants dans un circuit. L‘intensité de pleine échelle de chaque calibre est 1/2ûûûû. Les calibres usuels vont de 50 pA (ou moins) à 1 A (ou plus) à pleine échelle. Un multimètre de ce genre est caractérisé par les 2oooO ohms par volt. 2oooO W conviennent.un instmment de mesure de l’intensitédevrait avoir une résistance nulle puisqu’ildoit être monté en sériedans le circuit.1. Le multimètre standard (volts. Par exemple. 10 . il suffit de savoir qu’il utilise des bobines et des aimants. c’est-à-dire qu’il apparail dans chaque calibre comme une résistance de 20 kl2 multipliés par la valeur de la pleine échelle en volts.même chose pour l’ohmmètre. Ils déterminent la résistance en fournissant un faible courant et en mesurant la chute de tension produite . ohms. et ceux qui affichent une valeur numérique.cependant il répond lentement et ne peut pas remplacer l’oscilloscope quand vous vous intéressez aux variations de la tension. les belles illustrations des entrailles du galvanomètre . souvent avec une grande précision . les différents calibres vont de 1 R (ou moins) à 10 M a (ou plus). C’est le cas de la plupart des multimètres numériques et de certains multimètres analogiques dotés d‘étages d’entrée à Important : n’essayez pas de mesurer l’intensité d‘une source de tension. mais de 107 R pour tous les calibres supérieurs. en calibre 50 pA. le multimètre insère une résistance en série avec le galvanomètre. par exemple en plantant l’ampèremètredans la prise de courant .Les sondeslogiques et les analyseurs logiques sont des instrumentsspécialisés pour la recherche de pannes dans les circuits numériques. Les calibres typiques des multimètres vont de 1 V (quelquefois moins) à 1ooO V (quelquefois plus) pleine échelle.Dans l’idéal. vous subirez une chute de tension de quelques dixièmesde volt. il n’est pas rare de rencontrer une résistance de 109Q pour les calibres2 V et 0’2V. ou shunté par une résistance de faible valeur (en parallèle).ou 50 p4. Un multimètre peut être utilisé pour mesurer l’intensité avec le galvanomètre seul. pour notre propos. il vous permet de << voir >> les tensions en fonction du temps à un ou plusieurs points d’un circuit. En pratique. l’intensité et la résistance. ils chargerontpeu le circuit mesuré. De nos jours il existe divers voltmètres dotés d’un amplificateur électronique qui présentent une résistance d’entrée de 109 ohms. milliampères) utilise un galvanomètre qui mesure un courant (habituellement 50 pA pleine échelle). Le multimètre simple est un bon moyen de mesurer la tension. voir le chapitre 3).Il apparait clairement qu’un tel voltmètre perturbe moins le circuit soumis à la mesure pour les plus forts calibres. il est facile de calculer l’incidence de la mesure en appliquant l’équation du diviseur de tension. Par exemple. Les multimètres contiennent aussi une ou plusieurs piles pour permettre la mesure des résistances. aussi bien avec les multimètres analogiques qu’avec les multimètres numériques. un voltmètre devrait avoir une résistance d’entrée infinie. Dans l’idéal. mais elle tombe à des valeurs inférieures pour les autres calibres. un multimètre standard peut mesurer une tension de 1 V pleine échelle en insérant une résistance de 20 WZ en série avec le galvanomètrede 50 pA. Les multimètres sont de deux sortes :ceux qui indiquent la mesure par le déplacement d’une aiguille sur une échelle graduée. L‘oscilloscope (voir appendiceA) est le plus souple . Dans tous les cas. Pour mesurer les tensions. Attention :la résistanced’entréede certainsmultimètres à FETest quelquefois très élevée pour les calibres les plus sensibles. Comme le galvanomètre lui-même produit une faible chute de tension (typiquement 0’25 V) pour la déviation à pleine échelle. Voyez.

avec R2 et la charge de 10 WZ combinées en une seule résistance) . dans la mesure où sa tension de sortie s’effondre quand une charge est connectée.(e) la puissance dissipée dans chacun des résisteurs. qui doit forcément avoir un équivalent de Thévenin : 1. venin R n et V n pour un circuit donné ? Facile ! Lz tension Vm est la tension en circuit ouvert de l’équivalent de Thévenin . Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir pour calculerprécisément la chute de Dans le même ordre d’idées.(c) le circuit équivalentde Thévenin .1. la tension doit être aussi celle du circuit réel.9. voyez l’exercice 1. le résultat devrait concorder avec celui de la question (b)) . notant que le nouveau circuit n’est rien d’autre qu’un Comment déterminerez-vousles équivalentsde Thé.7 Quelle sera l’indication d’un multimètre de 2oooOsuV. 11 . il existe un théorème tension en sortie pour une charge de résistance doncelui de Norton. en calibre 1 V.(d) la même chose que dans la question (b).10 d’autres termes V n = V (circuit ouvert) R’Th = V (circuit ouvert) I (court-circuit) % a Exercice 1.5 Circuits équivalents de Thévenin Q.9 Appliquons cette méthode au diviseur de tension.8 Un galvanomètre de 50 pA présente une résistance interne de 5 kn.(b) la tension de sortie avec une charge de lOwZ (calculez comme pour un diviseur de tension. Ce n’est pas par hasard que cette résistance se trouve être celle de Ri et R2 en parallèle.10. Quelle valeur de shunt est nécessaire pour en faire un ampèremètre O à 1 A ? Quelle résistance en série en ferait un voltmètre O à 10 V ? Ainsi l’équivalent de Thévenin est une source de tension en série avec une résistance Q . avec Va& = 30 V et Ri = R2 = 10 kQ. vous pouvez la calculez si vous connaissez le circuit. Le courant de court-circuit est Pour le circuit représenté par la figure 1. Il est facile de voir par cet exemple qu’un diviseur de tension n’est pas une très bonne source de tension. en résisteur.diviseur de tension (figure 1. selon lequel la même chose s’applinée : utilisez l’équivalentde Thévenin. Comme exemple. mais en utilisantle circuit équivalentde Thévenin (vous revenez encore à un diviseur de tension. Vous trouverez R n en considérant que le courant de court-circuit équivalent est VTh/Rn. ainsi. si les deux circuits se comportent de façon identique. La raison apparaîtra plus loin. trouvez (a) la tension de sortie sans charge (la tension en circuit ouvert) .1O). Exercice 1. connecté à une source de 1 V dont la résistance interne est de 10 WZ ? Quelle sera son indication s’il est raccordé à un diviseur de tension 10 W 1 0 WZ alimenté par une source de tension << solide >> (résistance interne nulle) de 1 V ? Exercice 1. La tension en circuit ouvert est 2. En Figure 1.connectez une que à une source de courant en parallèle avec ur charge et calculez la nouvelle valeur de la sortie. ou la mesurer dans le cas contraire.

en fait c’est un bon moyen de désigner sans équivoque la résistance dont vous parlez. due à la résistance de source non nulle (la résistance équivalente de Thévenin de la sortie du diviseur de tension. les bornes de sortie d’un diviseur de tension 10 kCl-10 kC2 alimenté par une pile parfaite de 30 V sont l’équivalentexact d’une pile parfaite de 15 V montée en série avec une résistance de 5 lul (figure 1. par exemple.Cettehaute résistancecaractérise dans l’idéal les instruments de mesure comme les voltmètres et les oscilloscopes. Ce phénomène est souvent indésirable.1. Cependant. sans pénaliser les caractéristiques de puissance par les forts courants et la forte dissipation d’un diviseur de tension similaire. La notion de résistance interne équivalentes’applique à toutes sortes de sources. La connexion d’un résisteur comme charge provoque une chute de la tension de sortie du diviseur de tension.12). Une note sémantique : vous entendrez fréquemment des expressions telles que : la résistance vue par le diviseur de tension ». Il existe des exceptions à ce principe général .comme nous en étudierons dans les chapitres 2 à 4. aux amplificateurs ou aux capteurs). vous pouvez obtenir facilementune source de tension dont la résistance interne (ou son équivalent de Thévenin) se mesure en milliohms. Vous verrez de nombreux exemples dans les circuits des prochains chapitres.11 Résisistance équivalente de l a source et charge du circuit Comme vous venez de le voir.11). il est facile de rendre variable la tension de sortie d’une alimentation active.ou << la sortie voit une charge de tant d’ohms ». un diviseur de tension alimenté par une tension fixe est équivalent à une source de tension inférieure en série avec une résistance . Vous devez donc vous efforcer de rendre RchXge très supérieur à Rineme parce qu’une forte résistance de charge influe peu sur la source (figure 1. De cette façon. .par exemple. nous parlerons des lignes de transmission et de la technique des radio-fréquences. pas seulement aux piles et diviseurs de tension (par exemple aux oscillateurs.comrne si les circuits avaientdes yeux. Une des solutions à retenir pour fabriquer une source de tension << solide D (le terme << solide >> qualifiera une source dont la tension ne s’effondre pas sous la charge) serait d’utiliser des résisteurs de valeur beaucoup faible dans le diviseur de tension. Ce recours à la force brutale peut être utile à l’occasion. C’est une bonne façon de dire quelle partie du circuit << voit >> . Cette réduction indésirable de la tension en circuit ouvert (ou du signal) par la charge s’appelle << charge du circuit ». De 12 plus. considéré comme une source de tension). où les impédances doivent être adaptées pour éviter les réflexions et la perte de puissance. il est préférable habituellement de construire une source de tension -ou alimentation. LESBASES I i 5k I I 1 I I 1 I 30V I I I I IE\I I 1 - I I I O Ii L i _____________ J réel Thévenin I I 1 o 1-11 Figure 1. transistors ou amplificateurs opérationnels. La connexion d’une charge dont la résistance est inférieure ou même comparable à la résistance interne de la source affecte considérablement la sortie. pour l’appelerpar son nom usuel -qui mette en œuvre des composants actifs.

) Il est facile de voir que Rcharge = 0 et Rcharge = 00 donnent tous deux un transfert de PuisSanCe nul. Le maximum doit se situer entre les deux extrêmes. considérons la diode Zener.dans ces tension prise dans le circuit. résistance interne et résistance équivalente de Thévenin désignent tous la même chose.6 Résistance dynamique Nous traitons souvent de composants électroniques peu près constant) issu d'une source à plus forte pour lesquels Z n'est pas proportionnel à V . au lieu d'être une belle constante.Courbes tension-courant. la diode cas. B. en d'autres termes le rapport entre une petite variation de tension et la variation d'intensité à travers le composant qui en résulte. indépendante de V. qui Z de la grande que celle de la source du signal qui pilote la présente la courbe de caractéristique V figure 1.. A. est vraie. donc Pcharge = o. Diode Zener (non linéaire). il n'est pas très à propos de parler de résistance. ou dV/dI. donc Pcharge = Vcharge Zcharge = o.12 Figure 1.12 . Note : sautez cet exercice si vous ne savez pas faire le calcul. Par exemple. 0 L .1. une tension constante à un point quelconque d'un circuit. I 1 I A conduction de diode 1 Exercice 1. sur le fait que les circuits sont conçus en général de telle façon Diodes Zener que la résistance de la charge soit beaucoup plus Comme exemple. AV/AI. Vcharge = O.13 convertira un courant.10 Montrez que Rchge = Rwm détermine un transfert de puissance maximal pour une valeur donnée de la résistance.Pour éviter l'effondrement d'une source de signal en-dessous de sa tension de circuit ouvert.13.13 . simplement en leur fournissant un courant (à 1. vcharge = vsource mais Zcharge = O. Résisteur (linéaire).mais retenez que la réponse Figure 1. On l'appelle résistance en petits signaux. maintenez la résistance de la charge importante par rapport à la résistance interne de la sortie.L i i " " ' i 1 l ' i t 5Rsortie 1ORsortie ORsortie résistance de charge (unité = RsOrtle) Y 1 5Rsortie 1. Pour ces composants. 1-13 De crainte que cet exercice ne laisse une fausse impression. s i Rcharge = O. s i Rcharge = O0. pris 13 . encore une fois. Zener de la figure 1. 1' Transfertde puissance Voici un problème intéressant : quelle résistance de charge aura pour effet un transfert de puissance maximal à la charge pour une résistance de source donnée ? (Les termes résistance de source. il est utile de connaître la pente de la courbe V-1.Les diodes Zener sont utilisées pour créer charge. Ce rapport s'exprime en ohms comme la résistance et remplace la résistance dans de nombreux calculs. résistance << différentielle >> ou résistance dynamique. nous insistons. % .6 Résistance dynamique puisque le rapport V/Z dépendra de la tension.

Nous choisissons R = 300 R. Les caractéristiques d’une diode Zener comportent sa résistance dynamique pour un courant donné. Le courant de Zener varie de 50 mA à 30 mA dans la plage de tension d’alimentation .14.12 V. Dans la vie courante.15.4 et 6. Il est important de savoir dans quelle mesure la tension de Zener varie en fonction d’une variation du courant . A V = RdP A Z = 10 x 0. qui a par définition une résistance dynamique infinie (courant constant quelle que soit la tension).O R à 50 mA.l V. Par exemple. vous tirez souvent le courant à travers un résisteur d’une source de tension disponible quelque part dans le circuit. une diode Zener procure une meilleure régulation si elle est alimentée par une source de courant.l x 0. Supposons que nous avons une tension d’entrée variable entre 15 V et 30 V et que nous avons recours à une diode 1N4733 (Zener 5. pour un courant de Zener maximal de 50 mA : (20 .Régulateur a diode Zener. Dans ce genre d’application.002 = 0. Voilà l’utilité de la notion de résistance dynamique.14 .3 0. le circuit se comporte comme un diviseur de tension dans lequel la diode Zener est remplacée par sa résistance dynamique pour le courant de fonctionnement donné.Ol = 10 mV ou AV/V = 0. en sachant que cette diode Zener particulière présente une résistance dynamique de 7. Cela entraîne une conséquence remarquable : un diviseur de tension 14 . LESBASES dans la plage représentée.4 0. olm:k& 5mA Dans ce cas. R + + Diodes tunnel 1-14 Figure 1.. Sa courbe tension-courant est celle de la figure 1.5 1-15 v. comme dans la figure 1. nous nous rabattons le plus souvent sur le résisteur tout simple. sa résistance dynamique est négative.1)/300. vis à vis des variations de tension.14. En appliquant la définition de la résistance dynamique. Dans la zone de A à B.1. Comme les sources de courant sont plus complexes.15 LL1-1--1+ 0. Constatation pratique : la résistance dynamique d’une diode Zener varie en gros comme l’inverse du courant. .2% ce qui représente une bonne caractéristique de régulation. Nous pouvons maintenant évaluer la régulation de la tension de sortie (variations de la tension de sortie). volts si bien aue et finalement Une autre application intéressante de la résistance dynamique se trouve dans la diode tunnel.en une tension inscrite dans une plage plus étroite. une diode Zener peut avoir une résistance dynamique de 10 R à 10 mA. c’est une mesure de sa capacité de régulation vis à vis des variations du courant fourni. Vous en trouverez davantage sur les diodes Zener dans les sections 2.l V/1 W) pour produire une tension d’alimentation stable de 5.5.Vsortie 1 R et Figure 1. quelquefois appelée diode Esaki. à sa tension de Zener de 5 V.Ventrée . nous trouvons qu’une variation de 10% de l’intensité du courant provoquera une variation de tension de Ainsi. cette fluctuation de l’intensité provoque une fluctuationde tension à la sortie AV = ou 0.2 0.

Il est tension ondulée vsig. en relation avec les filtres actifs.16). Le sujet de la résistance négative reviendra à l’ordre Figure 1.a 1-17 déjà rendu les diodes tunnel obsolètes. Pour une ment une résistance dynamique négative). etc. changent dans le temps d’une façon particulière. ou de polarisation. le Une prochaine section de ce chapitre traitera des symbole vsig en minuscules représente la variation du condensateurs. il est utile d’avoir présents à l’esprit la valeur absolue de Yt(dyn) est peu différente de R. nécessaire pour porter le 1. auquel cas vous pouvez voir la Une épitaphe pour ces composants fascinants :quand phase <p dans l’expression : les diodes tunnel firent leur apparition à la fin des V =A sin(27cft + cp) années cinquante. elles ont été saluées comme la solution de toutes sortes de problèmes. l’équation du diviseurde tension construit autour d’un amplificateur opérationnel et possède de nombreuses propriétés utiles. de fréquence f. Vous verrez alors un circuit appelé convertisseur ù immittance négative qui peut produire (entre autres 15 . des tensions qui dénominateur est proche de zéro et le circuit amplifie. La source de tension vbatt fournit le courant permanent. Mathématiquement.c’est négative (il est évident qu’il faut toujours une source ce que vous trouvez à la prise de courant domestique. que nous avons appelée jusqu’ici AKig dépendent de la façon dont les tensions et les courants (nous adoptons à partir de maintenant la convention varient.17. Si quelqu’un dit quelque chose comme : << prenez un d’énergie dans les circuits qui amplifient). nous donne R Vsortie = R + rt dans laquelle rt est la résistance dynamique de la SIGNAUX diode tunnel au courant de fonctionnement donné.il parle d’un signa1 sinusoïdal. C’est-à-direque les courants changent dans le temps.Une onde sinusoïdale d’amplitude A et du jour plus tard. Une onde sinusoïdale 1-16 ressemble au dessin de la figure 1.7 Signaux sinusoïdaux constitué d’un résisteur et d’une diode tunnel peut choses) une résistance purement négative (pas seuledevenir un amplificateur (figure 1.1. le certains types usuels de signaux. même si les tensions et dynamique rf(dp)< O.7 Signaux sinusoïdaux point de fonctionnement dans la zone de résistance Les signaux sinusoïdaux sont les plus répandus .le signal sinusoïdal est décrit par la formule dans laquelle A s’appelle l’amplitude.17 . Malheureusement. Cependant. ce sont des composants difficiles à utiliser .f la fréquence en cycles par seconde ou hertz. des composants dont les propriétés petit signal. par exemple.Si alternatif (CA). Quelquefois il Figure 1. La diode tunnel présente une résistance équivalents de Thévenin.) reste valable telle que nous l’avons faite jusqu’ici. Comme elles étaient très rapides. elles étaient censées révolutionner les ordinateurs. ajouté aux améliorations étonnantes des transistors.16 est important de connaître la valeur du signal à un instant arbitraire t = O. signal de 10 microvolts à 1 mégahertz ».pour AV/AZ ( o u v / i ) < O comprendre correctement les circuits en courant dans la zone de A à B de la courbe caractéristique. L‘analyse des circuits (loi d’Ohm. circuits générale). ce fait.

comme un signal sinusoïdal et du place des guides d’ondes insolites ou des lignes bruit. vous avez affaire à des microondes. S(A+B) = . que circuit est linéaire à la condition que le signal X est deux fois plus grand que le signal Y.jusqu’à 2000 MHz. peuvent être produites par des P2 dB = 10 loglocircuits construits judicieusement. L‘amplitudeest de 3 11 V. comme vous Ici. vous trouvez à la d’ondesdifférentes.8 Amplitudes des signaux et décibels de la fréquence angulaire ou pulsation. Un amplificateur à haute fidélité. par exemple. il est plus commode modifiées. ondes sinusoïdales .L‘autre Rappelez-vous simplement la relation importante méthode consiste à donner l’amplitude ejicace.les deux définitionsdonnent accordées. un deux signaux ? Vous pourriez dire. est : d’une onde sinusoïdale appliquée à son entrée. que personne le comportement d’un circuit par sa réponse en fién’utilise jamais). et utile dans de nombreuses occasions.le rapport de cc à eflest différent Le grand intérêt des ondes sinusoïdales (et la raison pour toute autre forme de signal). avec Ai et A2 qui représentent les deux amplitudes. c’est-à-dire la façon dont il altère l’amplitude grandeurs. Ainsi. c’est la définition en termes de puissance qu’il faut utiliser (ou bien la définition en termes d’ampliaccordées. mais elles font appel à des tech. il existe différentes façons de caractériser la taille d’une onde sinusoïdale ou de tout à ceci : autre signal.3010. qui est. tude. pouviez le supposer.puisque log102= 0. Il est utile aussi d’exprimer mégahertz. niques particulières de lignes de transmission sinusoïdale par exemple. jusqu’à le rapport entre deux signaux en termes de puissance : 0. Un circuit linéaire piloté par C’est correct. Au delà. le rapport de deux quence. par exemple. un signal sinusoïdal répond par un signal sinusoïdal.cela puisse paraître. parce tent la solution de certaines équations linéaires diffé. Les fréquences d’ondes sinusoïdales que vous pou. en fait. Nous disposons mation. peu2 qui représentent les deux puissances.S’(A) + S(B). Aucun autre signal ne permet cette a f f i r d’utiliser un échelle logarithmique. Des Pi fréquences les plus élevées. mais avec les amplitudes efficaces). de décrire pour cela du décibel (un dixième du bel.707A (valable seulement pour les O) = 2nfet vous ne pourrez guère vous tromper. c’est-à-dire que si S(A) Comment comparez-vous l’amplitude relative de représente la sortie du circuit piloté par le signal A. Veff = ( l / d ) A= 0.avec Pl et P Tant que les deux signaux sont de même forme. comme nous manipulons souvent des même si en général la phase et l’amplitude sont rapports de l’ordre du million. Aussi étrange que de leur utilisation constante) est le fait qu’elles appor.le même résultat.que seule l’amplitudeefficace permet le calcul de la rentielles qui se trouvent décrire de nombreux puissance. Pour la comparaison de formes sants discrets ne fonctionnent plus. La tension entre les bornes d’une prise phénomènes naturels.oOOl Hz ou plus bas.le doublede 1’amplitude. c’est la méthode usuelle. C’est la pratique courante. Les fréquences les plus basses. Un signal dix fois plus &and vez rencontrer vont de quelques hertz à quelques est supérieur de +20 dB. Vous pouvez trouver la notion d’ampliV = A sino t tude crête à crête (amplitude cc). propriété d’être égale à la somme des sorties individuelles quand le circuit est piloté tour à tour par Décibels chaque signal d’entrée . vent être produites. LESBASES L‘autre variation sur ce thème simple est l’utilisation 1. 16 1 1 . Par définition. celle d’un autre est supérieur de +6 dB à cet aytre. Cependant. aussi bien que les propriétés de secteur (en Europe) est de 220 V efficaces. en décibels.pour lesquelles les circuits courantsen compo. la frécircuits linéaires. La sortie d’un circuit linéaire piloté quence de 50 Hz. o est la pulsation en radians par seconde. 622 V de par la somme de deux signaux d’entrée présente la crête à crête. par exemple.~ 1. en fonction de sa fréquence. qui ressemble En plus de l’amplitude. un signal d’amplitudedouble de au moins. devrait avoir une courbe de réponse << plate >> dans la plage de 20 Hz à 2oooO Hz. si nécessaire.

ils sont utilisés quelquefois comme une unité absolue d’amplitude. Il existe plusieurs amplitudes standard (qui ne sont pas exprimées mais sous-entendues) utilisées de cette façon .21). les niveaux peuvent être exprimés en dBC (par rapport à un niveau de bruit de référence pondéré suivant une courbe dite C). % v4 t 1-18 Figure 1. 1. O dBA (outre-Atlantique : dBSPL pour Sound Pressure Level) est l’amplitude d’un son dont la pression efficace est de 0.il s’agit d’un signal dont la 17 . Figure 1. Exercice 1.Tension en dent de scie Triangle L‘onde triangulaire est une proche cousine de la rampe . dites quelque chose comme << une amplitude de 27 décibels par rapport à 1 V efficace ». il existe des amplitudes de référence utiliséespour les mesures dans d’autres domaines. Il s’agit simplement d’une tension croissant (ou décroissant) à vitesse constante. BnCit Les signaux intéressants sont souvent mélangés à du bruit . elle n’est autre qu’une rampe symétrique (figure 1.naturellement.1.11).11 Déterminez les rapports de tensions et de puissances de paires de signaux caractérisés par les rapports en décibels suivants : (a) 3 dB. Quand vous énoncez une amplitude de cette façon. Une des sortes de bruit les plus courantes est le bruit blanc gaussien ù spectre limité . ceci est une affirmation à large spectre qui s’applique généralement au bruit aléatoire d’origine thermique. approximativement1’ancienne unité.0002 pbar (le bar vaut 106dynes par centimètre carré. Cela ne va pas durer indéfiniment.20). (c) 10 dB.(b) le dBm pour 1 mW dans une charge d’impédance sous-entendue.En plus de celles-là. dans les communications. habituellement 50 R pour les radio-fréquences. (c) la faible tension de bruit produite par un résisteur à la température ambiante (ce phénomène surprenant sera étudié dans la section 1. les références les plus usuelles sont (a) le dBV pour 1 V efficace .18 . Les tensions de bruit peuvent être caractérisées par leur spectre de fréquence (puissance par hertz) ou par la répartition de leur amplitude. ou définissez un terme comme << dBV ».19 .9 Autres signaux Bien que les décibels soient destinés à l’origine à exprimer le rapport entre deux signaux. Vf t 1-19 Figure 1. En acoustique. il vaut mieux préciser la valeur de référence O dB . (d) 20 dB.9 Autressigrraux La rampe est un signal qui présente l’aspect de la figure 1. On trouve souvent des approximations commeune rampe finie (figure 1. une atmosphère) . On prend dans ce cas une référence d’amplitude de signal et on exprime toute autre amplitude en décibels par rapport à cette référence. 600 R pour l’audio et la téléphonie (les amplitudes correspondantes sont 0’22 V efficaces et 0’78 V efficaces) .19)ou une rampe périodique dite dent de scie (figure 1.Rampe de tension. “t t 1-20 Figure 1.18.20 .Onde triangulaire.même dans les films de science-fiction.Rampe finie. par exemple. (b) 6 d8.21 .

ou largeur d’impulsion. Il est caractérisé par son amplitude et sa durée.24 .32 à 9. de durée très brève.23 . cyclique ».de plus. Le temps de montée se définit comme le temps nécessaire pour que le signal passe de 10%à 90% de son excursion totale. Ils permettent de donner une bonne description de ce qui se passe dans un circuit.Figure 1.le rapport entre la durée de l’impulsipn et la période de répétition (les rapports cycliques peuOndes carrées vent varier de O à 100%). “t fi lo%Jr I 1-25 Figure 1.23. Impulsions Une impulsion est un signal qui ressemble à ceux de V4 la figue 1. Vol.La polarité des impulsions Une onde carrée est un signal qui varie en fonction du peut être positive ou négative . Sur un oscilloscopeil apparaît comme à la figure 1. Par exemple. Un circuit linéaire piloté par une onde impulsion descendante de polarité positive.Bruit. elle est caractérisée par son amplitude et sa la deuxième impulsion de la figure 1. Échelons et pics Les échelons et les pics sont des signaux dont on parle beaucoup mais qu’on utilise peu. traitent des techniques de production du bruit. Les sections 9.25.25 est une fréquence.Nous étudieronsen détail le bruit et les techniques à faible bruit dans le chapi. Comme l’onde sinu. le pic est simplement un saut fugitif. 2. L‘amplitude efficace d’une onde carrée est égale à son amplitude. ils prendraient l’aspect des exemples de la figure 1. tre 7.24 montre le genre de phénomène observé en général.22 . La fonction d’échelon est une partie d’une onde carrée .impulsions positives et négatives de deux polarités. 18 .1. elles peuvent temps comme sur la figure 1.Onde carrée. et dont la répartition des amplitudes 100% prend la forme en cloche d’une courbe de Gauss si on go%-------fait un grand nombre de mesures instantanées de l’amplitude.22. carrée répond rarement par une onde carrée. et du << rapport Figure 1. dans les circuits électroniques typiques le temps de montée tm varie entre quelques nanosecondes et quelques microsecondes. Vous pouvez créer un train d’impulsions périodiques (espacées également 1-22 dans le temps).36. soïdale. Dans ce cas. Ce genre de bruit est produit par les O I O % & résisteurs (bruit Johnson) et il affecte les mesures -4 t. Les fronts d’une onde carrée ne sont pas parfaitement carrés . LESBASES puissance par hertz est constante sur une bande de fréquences. La figure 1.26. S’il était possible de les dessiner. vous pourrez parler de la fréquence ou vitesse de répétition.Temps de montée d’un échelon d’onde carrée.être << montantes >> ou << descendantes ». Figure 1. t1-24 précises de toutes sortes.25 .

La Générateursd’impulsions tension réelle des sorties peut être décalée de 1 V par Les générateurs d’impulsions ne produisent que des rapport au zéro ou à la tension +5 V sans anomalie du impulsions. citons le générateur à balayage (ou vobulateur). être fixée précisément. mais quelles impulsions ! La largeur fonctionnement. Comme les générateurs de signaux.1. moduler le signal de sortie (voir le chapitre 13.La plupart tests. avec un dispositif de réglage fin de Ils vous permettent de produire des ondes sinusoïl’amplitude (un réseau diviseur résistif appelé atté. le synthétitension d’alimentation unique de +5 V.Ol Hz à 10MHz).3 1. existent en versions qui permettent de programmer la fréquence.les générateurs de fonctions une large bande de fréquences (typiquement 50 kHz sont les plus souples de toutes les sources de signaux. àpartir d’un ordinateur ou d’un autre instrument numérique. 2). avec un réglage de l’amplitude et du décalage en 19 .5 V. Si vous avez sérieusement besoin famille logique 74HC fonctionne à partir d’une d’un générateur de fréquences précises. Ces états sont appelés simpleUne autre variation sur le thème du générateur de ment BAS et HAUT. de nombreux appareils vous permettent de produire des paires d’impulsions.Générateursde fonctions soïdaux. elle est synthétisée à partir d’une référence besoin de distinguer qu’entre deux états possibles. avec un 1.Vol. avec des seur est incontournable. Vol. ils correspondent aux états signaux : le synthétiseurde fréquence. un appareil qui logique O (faux) et 1 (vrai) de la logique booléenne produit des ondes sinusoïdales dont la fréquence peut (l’algèbre de Boole décrit des systèmes à deux états). précise (un oscillateur à quartz) par des méthodes Chaque famille de composants logiques spécifie des numériques que nous étudierons plus loin (sections niveaux HAUT et BAS normalisés. partie du circuit sur lequel vous travaillez.Nous aurons beaucoup plus àen dire d’impulsion. Générateurs de signaux Les générateurs de signaux sont des oscillateurs sinu. l’amplitude. réglables. souvent avec huit chiffies significatifs ou pensables en électronique numérique.La fréquence est réglée numéDes niveaux de tension précis ne sont pas indis. le temps de montée. où des niveaux de tension prédéfinis représentent un des deux états possibles de tout point du circuit. etc. une source de signaux variables est des générateurs d’impulsions modernes sont munis d’une utilité inestimable. De plus. la polarité. version programmable par ordinateur.26 1. Comme variation sur ce thème. comme les << circuits accordés >> ou les filtres. 2. triangulaires et carrées dans une plage de frénuateur). l’amplitude.dales. habituellement équipés de façon à couvrir Par beaucoup d’aspects. à 50 MHz). ces appareils. Vous n’avez plus. la 9.etc. De nos jours. les générateurs d’impulsions existent en d’impulsionset générateurs de fonctions. générateurs ment de circuits numériques.10 Niveaux logiques Les impulsions et les signaux carrés sont très utilisés en électronique numérique. Nous en avons de trois de sorties à niveau logique pour faciliter le raccordesortes à la carte : générateurs de signaux. Ces appareils sont pratiques pour le test de circuits dont les propriétés varient de façon déterminée en fonction de la fréquence.11 Sources de signaux La source d’un signal se trouve souvent dans une espacement et une fréquence de récurrence réglables. comme beaucoup d’autres instruments de test et de mesure.10 Sources de signaux Vol. en revanche. niveaux de sortie typiques de O V (BAS) et +5 V (HAUT). 2). le seuil d’indétermination est à 2.riquement. peuvent tous être dans les chapitres 8 et 9. Par exemple. Certains appareils vous permettent de quence immense (le plus souvent 0. échelon pic 1-26 Figure 1.27 à 9. Pour les ou même de coder des trains d’impulsions.un générateur de signaux dont la fréquence de sortie peut balayer périodiquement une plage donnée. la fréquencede récurrence.

les applicationsde blocage et de découplage (bypass). vous obtenez : tion de formes d’ondes. les condenteurs et les inductances. sont essentiels dans presque En prenant la dérivée de l’équation de définition toutes les applications. et avec un affichage numérique de la fréquence (quelquefois de l’amplitude aussi). avec des ondes sinusoïdales.001Hz à 50 MHz. découplage). Poursuivons. est la base de presque tous les circuits. Ils sont disponibles avec des sorties d’impulsions (sans la souplesse. ET CIRCUITS ALTERNATIFS Pour certaines applications (couplage. La fréquence et l’amplitude (de 10 mV à 16 V de crête à crête) sont programmables. aux inductances. En première approximation. I k 1-27 Figure 1. la compréhension des détails est moins importante à long terme que la compréhension des résultats. Beaucoup d’entre eux prévoient un système de balayage.plus poussée est nécessaire. ou signaux. les générateurs de fonctions existent en versions programmables. Cet appareil offre aussi le déclenchement. les condensateurs sont des composants qui pourraient être considérés comme de simples résisteurs dépendants de la fréquence. Le dernier-né de la famille des générateurs de fonctions est le générateur de fonctions synthétisées. si un courant les traverse.une porte. des générateurs d’impulsions). ils rendent possibles des filtres très étroits pour séparerdu bruit de fond les signaux utiles. même composants simples. souvent en plusieurs modes (variation de fréquence linéaire ou logarithmiqueen fonction du temps). stockage éléments de circuit très intéressants qui sont inutiles d’énergie.27) est un composant à deux bornes qui présente la propriété suivante : Q=CV Un condensateurde C farads soumis à une tension de V volts entre ses bornes contient une charge de Q coulombs stockée sur une armature. des sinusoïdes partielles.un oscillateur commandé par une tension. si vous ne pouvez vous offrir qu’un générateur de signaux. Par exemple. Les condensateurs. de -Q sur l’autre armature.Ils sont utilisés dans les intégrateurs et les différentiateurs. des périodes uniques.12 Condensateurs Un condensateur (figure 1. Une fois entrés dans le monde des tensions et des c’est tout ce que vous avez besoin de savoir . parce que le courant est forment l’accord parfait des composants passifs qui déphasé de 90” par rapport à la tension. nous rencontrons des d’autres applications en revanche (filtrage. des rampes. combinés avec des résisteurs. le générateur de fonctions est fait pour vous.Symbole d’un condensateur.) de 0. ces sateurs ne peuvent pas dissiper de puissance.Associés dV I=Cdt 20 . Comme exemple. etc. des salves. Ils vous permettentpar exemple de construire CONDENSATEURS des diviseurs de tension dépendants de la fréquence. LESBASES courant continu (une tension continue ajoutée au signal). Comme les autres générateurs de signaux. en particulier. avec l’examen détaillé des condensateurs. pour courants variables. la modulation de fréquenceet d’amplitude. Pour l’usage général. Certains passages de l’étude qui suit sont nécessairement de nature mathématique . certains permettent aussi la modulation. citons le HP 8116A. tout comme les balayages linéaire et logarithmique. et il y aura de nombreux exemples intéressants dans les prochains chapitres.le lecteur peu porté sur les mathématiques pourra trouver utile l’appendice B. maintenant.1.27 . un appareil qui combine toute la souplesse d’un générateur de fonctions avec la stabilité et la précision d’un générateur de fréquences. Dans tous les cas. circuits résonnants) une compréhension dans les circuits en courant continu : les condensa. le filtrage. 1. carrées et triangulaires (de même que des impulsions. Ils sont utilisés pour la créa. toutefois. Comme vous le verrez.ci-dessus (voir l’appendice B). Vous verrez quelques applications dans le cours de ce chapitre.

3+ .. Exercice 1. mais plutôt à la variation de tension. 21 .. Réciproquement. vous fournissez un courant de un ampère. Pour augmenter la capacité. ’t t Condensateursen parallèle et en série La capacité de plusieurs condensateurs en parallèle est la somme de leur capacitéindividuelle..? ou (pour deux condensateurs seulement) Ctotai Figure 1. ils doivent contenir des charges égales. le courant n’est pas simplement proportionnel à la tension.12 Condensateurs Ainsi un condensateur est plus compliqué qu’un résisteur .par exemple de l’aluminium sur un film de polyester enroulé sous la forme d’un petit cylindre.) v ou “t Pour les condensateursen série. vous avez besoin d’une surface plus grande et d’un espacement moin- % . Ci c 2 c. si vous fournissez un courant de 1mA à un condensateurde 1pF. En général. = (Ci + c + c. avec le temps. la solution usuelle consiste à plaquer d’un matériau conducteur un matériau isolant fin (appelé diélectrique).. C’est à vous de les deviner en fonction du contexte. pour une revue rapide. La construction élémentaire consiste en deux conducteurs proches l’un de l’autre (mais sans contact) .. en fait. D’autres types répandus sont les disques en céramique.les condensateurs au tantale sont utilisés lorsqu’une plus grande capacité est nécessaire. =- ci c 2 ci + c 2 Les condensateurs offrent une étonnante variété de formes et de tailles . dre . Si vous faites varier la tension de un volt en une seconde aux bornes d’un condensateur de un farad. Le courant qui traverse un condensateur pendant la charge présente des caractéristiques inhabituelles. voyez l’encadré sur les condensateurs... la variation de tension est de 1volt par seconde. Une impulsion de 10 ms de ce courant augmentera de 10 V la tension aux bornes du condensateur (figure 1. les unités des condensateurs sont souvent omises dans les schémas.C’est facile à voir : appliquez une tension V aux bornes de l’assemblage en parallèle . les types céramique et Mylar (marque déposée de Du Pont de Nemours pour le polyester) sont utilisés pour toutes les applications non critiques . les condensateurs les plus simples ne sont que cela. la tension s’élèvera avec une pente de 1 O O OV par seconde.1. Le farad est une unité énorme. =c i v + c2v+ c3v+ 2 .28). vous rencontrerez habituellement des microfarads (pF) ou des picofarads (pF). alors : CtotaiV=Qtotai=Qi +Q2+Q3+ . vous arriverez à reconnaître leurs avatars les plus courants.28 . (Pour rendre les choses difficiles au profane.La tension aux bornes d’un condensateur varie quand un courant le traverse. Chacun de ces types a des propriétés particulières .) Par exemple. la formule ressemble à celle des résisteurs en parallèle : 1 ctotal = 1 1 -+-+-+ 1 . si vous fournissez 1 ampère. les électrolytiques servent au filtrage des tensions d’alimentation. les feuilles métalliques avec des oxydes isolants (électrolytiques)et le mica métallisé. Astuce : comme il n’y a pas de connexion avec l’extérieur du point commun des deux condensateurs..12 Établissezla formulede la capacitéde deux condensateurs en série.

faible encombrement Haute qualité.l F à l O F 1.6 F Double couche 3Và600V Affreuse Épouvantable Hombles 0.mais stockée en énergie dans le champ électrique interne du condensateur. il n’est pas proportionnel à la tension.l pF 0.001 pF à 50 pF 50Và600V Polystyrène Polycarbonate 100pF à 30pF 100V à 600 V 50V à 800 V Excellente Faible ~~ Hautequalité. petit. Modérées très répandu Faibles Bon marché.18. CONDENSATEURS Les types de condensateurs disponibles sont extrêmementvariés. bon. longue durée de vie Électrolytique 0. Voici un petit guide qui résume les avantages et inconvénients de chacun. contrairement à ce qui se passe avec les résisteurs. Nous verrons une autre façon d’envisager ces propriétés curieuses quand nous parlerons de réactance. répandu 0.l pF à 1.l pF à 500 pF 50Và400V 6Và100V Très faibles Stabilité a long terme Faibles Stabilité a long terme Forte capacité. volumineux.4 pF à 100 pF 100Và600V 50 V à 30 kV 10pFà1 pF 0.Ol pF 1O 0 V à 600 V Bonne Possibilitéde choix Faible Bonne Faible Faible Faibles Excellent . durée de vie courte Sauvegarde de mémoires. faible absorption par le diélectrique Haute ualité. polarisé.1. forte résistance série Filtresa haute tension. Nos jugements peuvent être considérés comme quelque peu subjectifs : P Commentaire Mica Tube céramique Disque céramique Polyester (MYW 1 pFà0. la pluslaible absorption par le diélectrique Excellente Excellente Polypropylène 100pFà50pF 100Và800V Excellente Excellente Faibles Les plus faibles Téflon Verre Porcelaine Tantale 1 O O O pF à pF 50Và200V Excellente La meilleure Bonne Bonne Faible Bonne Faible 10pFàlOOOpF 100Và600V 100pFà0. Vous récupérez toute cette énergie lorsque vous déchargez le condensateur. volumineux. bon marché. polarisé. mais à la vitesse de variation de la tension (<< la dérivée par rapport au temps >>).5 V à 6 V Faible Faible Faibles Huile Vide 0. LESBASES Contrairement au courant des résisteurs. bon en fréquences radio Plusieurs coefficients de température (y compris zéro) Petit.l pF à 20 pF 1 pFà5000pF 2WVà36 kV 2 kV a 36 kV Faibles Très faibles Émetteurs 22 . la puissance (V x Z) liée au courant capacitif n’est pas transforméeen chaleur. faible inductance Filtrage d’alimentation. En outre. au début de la section 1. Très faibles filtrage de signaux Faibles Haute qualité.

) La constante A est déter- 23 .18. nous attaquerons le domaine des fréquences. suivant que l’une ou l’autre convient mieux à la situation.29 L‘application des lois des condensateurs donne dV V C--=I=-dt R Il s’agit d’une équation différentielle. Pour R en ohms et C en farads.32 t 1-30 Figure 1. Les deux méthodes ont leurs mérites.La forme d’onde de la décharge d’un condensateur. (Ne vous inquiétez pas si vous ne suivez pas les mathématiques. commençons par le circuit RC simple (figure 1. Citez quelques propriétés des circuits qui comportent des condensateurs. plus généralement. Constante de temps Le produit RC s’appelle la constante de temps du circuit. sans recours à la méthode mathématique qui permet de les obtenir. l’unité du produit RC est la seconde. Un microfarad en parallèle avec 1 WZ a une constante de temps de 1 ms . ou bien d’amplitude en fonction de la fréquence. et vous constaterez que vous passez de l’une à l’autre description. le courant initial est de 1.1. Au temps t = O.0mA. si le condensateur est chargé initialement à 1.30 . tension = Vi 1-31 - n 1-29 La figure 1.13 Circuits RC : tension et courant en fonction du temm 1. L‘essentiel est que nous obtenions quelques résultats importants. L‘équation du circuit est alors Figure 1. À partir de la section 1. sa solution est avec la solution V = Ae- “t t/RC “t OI t=RC t 1-32 Figure 1. Pour répondre à cette question.30. que vous devrez vous rappeler. Vous pouvez parler de tension en fonction du temps. les circuits dans lesquels les tensions et les courants changent.0 V.13 Circuits RC :tension et courant en fonction du temps Il existe deux façons d’aborder les circuits en courant alternatif ou.29). Nous commencerons notre étude des circuits en courant alternatif dans le domaine du temps. quelqu’un connecte la pile. Figure 1. Plus tard nous utiliserons ces résultats fréquemment.31 montre un circuit un peu différent.31 Ainsi un condensateur chargé connecté à une résistance se décharge suivant la courbe de la figure 1.

mais ments passés à son entrée. cependant.At/RC e tion 1. LESBASES minée par les conditions initiales (figure 1. Ce tampon fournit un état de sortie HAUT si l’entrée est à l’état HAUT (plus de la moitié de la tension continue qui sert à l’alimenter) et inversement. Au lieu de cela. % a SimpliJicationpar les équivalents de Thévenin Nous pourrions continuer et analyser des circuits plus compliqués avec les mêmes méthodes.32) : V = O au temps t = O . cela n’en vaut pas la peine.l pF dans le circuit de la figure 1.de ce fait. Figure 1. beaucoup d’autres circuits peuvent être ramenés à celui-là (par exemple celui de la figure 1. vous vous poserez rarement cette question.tampon délivre une copie du signal d’entrée. nous trouvons quelques autres circuits intéressants à étudier dans le domaine du temps. avec un facteur de sous une faible impédance de sortie . . Nous passerons bientôt à ce sujet important (section 1. A = -Vi.13 Montrez que le temps de montée (le temps nécessaire pour passer de 10% à 90% de la valeur finale) de ce signal est 2.34).5).33. Exercice 1. V atteint Vi.35 montre une utilisation des condensateurs pour retarder une impulsion. les tensions sur lesquelles reposent les circuits numériques. Ce circuit RC a juste la complexité qui nous convient. vous pouvez trouver la tension de sortie V(t)produite par un échelon de tension VO. % Exemple : circuit retardateur Nous avons déjà cité les niveaux logiques. et En pratique. la tension V va décroître jusqu’à cette nouvelle valeur suivant I’exponentielle edRC. Auparavant. Le symbole triangulaireest celui d’un << tampon CMOS ». Pour la plupart des applications.La tension (courbe du haut) aux bornes d’un condensateur soumis à des signaux carrés (courbe inférieure). En utilisant simplement l’équivalent de Thévenin du diviseur de tension formé par Ri et R2.18). par exemple.33 . si VO est une onde carrée.1. écrire leurs équations différentielles et chercher les solutions.2 RC. VI v.34. La sortie du circuit RC présente la décrois24 Vous pourriez poser cette question pertinente : qu’en est-il de V(t)pour une valeur arbitraire de K(t) ? La solution fait appel à une équation différentielle non homogène et peut être trouvée par les méthodes standard (lesquelles sortent. l’onde de sortie sera celle de la figure 1.34 Déchrge jusqu ’a l’équilibre Finalement (quand t est beaucoup plus grand que RC).il évite ainsi que pondération le circuit RC soit chargé (rappelez-vous notre propos précédent sur la charge des circuits dans la sec. Trouvez la tension V(t)et dessinez-la. C = 0. Le premier C’est-à-dire que le circuit fait la moyenne des événe. (Notez la règle empirique des 5RC : un condensateur se charge ou se déchargejusqu’à 1% de la valeur finale en cinq constantes de temps. La figure 1.) Si à ce moment nous portons Vo à une autre valeur (par exemple O). I T T (fréquence plus basse) 1-33 Figure 1. vous vous placerez dans le domaine des fréquences et vous vous demanderez quelle fraction de chaque fréquence présente à l’entrée se retrouve à la sortie. du cadre de cet ouvrage). Nous trouverions : Exercice 1.14 Ri = R2 = 10 WZ.

En pratique. A -entrée + I I I 6 . mais elles sont pratiques à l’occasion.36.Conde de sortie (en haut) d’un circuit différentiateur attaqué par une onde carrée. le tampon de sortie convertit les pics en brèves impulsions rectangulaires.La tension aux bornes de C est Ven& .14 Différentiateurs sance caractéristiqueet elle provoque le basculement du tampon de sortie 10 ps après la transition de l’entrée (un circuit RC atteint 50%de la valeur finale après 0. Si vous pilotez ce circuit par une onde carrée. Figure 1.37 . en prenant soin de ne pas charger l’entrée par une valeur de R trop petite (lors de la transition.Introductiond’un retard dans un signal numérique à l’aide d’un circuit RC. le pic négatif sera de faible amplitude grâce à une diode (un composant pratique dont nous parlerons dans la section 1.39. la sortie sera celle de la figure 1.35 . Quand vous concevrez des circuits. dans des situations où ils ne sont pas bienvenus. Un circuit de ce genre est utilisé quelquefois pour retarder une impulsion et permettre à autre chose de se produire d’abord. Vous pourrez voir des signaux comme ceux de la figure 1.V) -y I=C dt R Si nous choisissons R et C suffkmrnent petits pour que dV/dt <dVentkJdt.Le différentiateur RC délivre des pics lors des transitions du signal d’entrée. la variation de tension sur C est nulle. w 1-37 Figure 1. dans les circuits numériques vous rencontrerez parfois des choses comme celles de la figure 1.V. si bien que la charge vue par l’entrée est R). Nous aurons un meilleur jugement sur la question quand nous examinerons les choses dans le domaine des fréquences.37. lequel écart modifie le retard et change la durée de l’impulsion de sortie.38. Les différentiateurs sont pratiques pour détecter les fronts montants et les fronts descendants .RC “entrée C -sortie 1fli I I I I I 1ops 1o p 135 Figure 1. Le premier cas est dû à une onde carrée 25 .7 RC). ou V(t)= RC dventrée ( t ) dt Couplage capacitif involontaire Les différentiateursse créent parfois de façon inattendue. vous devriez prendre en considération l’effet des écarts entre la valeur du seuil du tampon et la moitié de la tension d’alimentation. nous faisons en sorte que le produit RC soit petit. vous essayerez de ne pas recourir à des astuces de ce genre.14 Différenüateurs Considérez le circuit de la figure 1.1. 1.25) incorporée dans le tampon. de sorte que Wentrée . tampons CMOS C’est-à-direque nous obtenons une sortie proportionnelle à la vitesse de variation de l’onde de sortie. Dans une application réelle.36 Pour maintenir dV/dt < dVentke/dt.

de Ventrée Figure 1. il vous faut soit réduire l’impédance interne de la source du signal.40 T g 1-40 I. ” Ventrée * t 10% d’erreur : 1-39 aux environs de 10.40. de sorte que dV Ventrée .41). c’est-à-dire que nous avons une meilleure approximation de la rampe parfaite.V I=C----= dt R Si nous nous arrangeons pour maintenir V « Venpk et le produit RC grand. quelque part dans le circuit. LESBASES Lok A.ée.entrée constante de temps = 1 us 1. Le deuxième cas est typique de ce que vous pouvez voir quand vous observezun signal carré mais que vous avez une liaison interrompue quelque part.1. La première partie de l’exponentielle est une rampe.38 . La très faible capacité de la liaison interrompue se combine avec la forte résistance d’entrée de l’oscilloscope pour former un différentiateur. cela pourrait signifier qu’il manque une résistance de bouclage sur la ligne de votre signal. f Figure 1. La tension aux bornes de R est Venh. habituellement dans la sonde de l’oscilloscope. comme nous augmentons la constante de temps.sortie n 1 38 Ventrée Figure 1.15 Intiigrateurs Jetez un coup d’œil au circuit de la figure 1. dV Ventree C-zdt R ou V(t ) = RC ‘Ven& ( t )dt + constante R O O B-RC C .V. soit trouver un moyen de réduire le couplage capacitif du signal carré perturbateur. l’intégrale d’une constante . nous récupérons une plus petite fraction de l’exponentielle.39 droite t 1-41 26 Figure -41 . Sinon. Savoir que vous avez <( quelque chose de coupé >> peut vous aider à trouver le défaut et à 1’diminel: Nous avons un circuit qui réalise l’intégration dans le temps d’un signal d’entrée ! Vous pouvez voir comment fonctionne l’approximation pour un signal carré : V(t)est alors la courbe de charge exponentielle que nous avons vue plus haut (figure 1. couplée capacitivement au signal que vous observez .Détecteur de front montant.

44).16 Inductances Si vous comprenez les condensateurs. de larges gammes de fréquenceet de tension avec une erreur négligeable. À partir de A V=Ldt l’équation du condensateur Z =C(dV/dt). alors que la vitesse de variation de la tension tions. Elles sont très proches des condensafonctionne un générateur de rampe.43. si bien que la comparaison est réaliste). v4 L‘intégrateur est très utilisé dans le calcul analogique. 27 Figure 1. la conversion analogique-numérique et la t 1-43 production de formes d’ondes. qui traite des transistors. Ce circuit est teurs : la vitesse de variation du courant dans une extrêmement utile. la courbe constant produit une rampe de tension) . qui se mesure représentée à la figure 1. les circuits de balayage des oscilloscopes.c’est. nous dessinerons quelques Plus tard. Dans le chapitre suivant.bornes.). Une tension appliquée la source de courant << est à court de tension ».une tension d’un circuit RC simple. les aux bornes d’un condensateur dépend du courant qui circuits de conversion analogique-numérique.aux bornes d’une inductance fait croître le courant à-dire quand elle atteint sa limite de tension. L‘équation qui définit une inductance est générateur de rampe utilise un courant constant pour dZ charger un condensateur (figure 1. par exemple dans les circuits tem. Une forte tension aux bornes d’une grande résistance est proche d’une source de courant.un courant avons dessiné aussi.43 Notez que la condition V « Ven& revient exactement à dire que Z est proportionnel à Venbk.Une source de courant qui charge un condensateur produit une rampe de tension. Le le traverse. et la remplace souvent en pratique. mais patientez. . il est facile de comprendre comment (figure 1. Nous suivant une rampe (pour un condensateur. Ils fonctionnerontdans ( F E T ) .42 .15 Un courant de 1 mA charge un condensateur de 1 pF. Figure 1. La forme d’onde de sortie est Le symbole L représente l’inductance. quand nous arriverons aux amplificateurs sources de courant. la contreva‘im réaction. nous aurions un intégrateur parfait. les générateurs de signaux et de fonc.Des choses intéressantes. pH. avec quelques raffinements qui opérationnels et à la contre-réaction. Au bout de combien de temps la rampe atteint-elle 10V ? INDUCTANCES ET TRANSFORMATEURS 1. L E - Généraîeurs de rampes Q Exercice 1. La rampe s’arrête quand en henrys (ou mH. avec R choisi de telle façon que le courant pour une tension de sortie nulle soit égal au courant constant de la source de courant (les sources de courant réelles ont habituellement une limite de tension fixée par leur alimentation.42).inductance dépend de la tension qui règne à ses porisateurs.Si nous avions comme signal d’entrée un courant Z(t). etc.16 Inductances courant. vous n’aurez aucun mal à comprendre les inductances À ce point. pour comparaison. nous pourrons suivront dans les chapitres sur les amplificateurs construire des intégrateurs qui ne seront plus soumis opérationnels et les transistors à effet de champ à la condition Vsode« Venek . vous obtenez V(t) = (Z/C)t.1. ”IC” C’est un sous-ensemble utile qui trouve des applications dans les systèmes automatiques. connecté à une source de de 1 V aux bornes d’une inductance de 1 H produit tension égale à la limite de tension de la source de un courant qui augmente de 1 ampère par seconde.

1. LESBASES 1.17 ‘Ii.ansformateurs Un transformateur est un appareil composé de deux bobinages étroitement couplés (appelés primaire et secondaire). Une tension alternative appliquée au primaire apparaît aux bornes du secondaire, affectée d’un coefficient multiplicateur proportionnel au rapport des nombres de spires des enroulements, le courant est multiplié par l’inverse de ce rapport ; la puissance est conservée. La figure 1.45 montre le symbole d’un transformateur à noyau feuilleté (du genre utilisé pour convertir la tension du secteur à 50 Hz).

Tyyy\
1-44

Figure 1.44 - Inductance.

Comme le courant capacitif, le courant inductif n’est pas simplement proportionnel à la tension. De plus, contrairement au cas de la résistance, la puissance liée au courant inductif (V x Z) n’est pas transformée en chaleur, mais l’énergie est stockée dans le champ magnétique de l’inductance. Vous récupérez toute cette énergie quand vous interrompez le courant qui traverse l’inductance. Le symbole de l’inductance ressemble à une bobine de fil ;c’est parce que, sous sa forme la plus simple, une inductance est une bobine de fil. Les différents types sont des bobinages de fil autour de noyaux en matériaux divers, le plus usuel étant le fer (ou des alliages, feuilletés ou en poudre) et le ferrite,un oxyde magnétique de fer fiitté,noir, non conducteur.Il s’agit dans tous les cas de stratagèmes pour multiplier l’inductance d’une bobine donnée par la << perméabilité >> du noyau. Le noyau peut avoir la forme d’un barreau, d’un tore (une sorte de beignet de pomme), ou des formes encore plus bizarres, comme le << pot >> (il faut en voir un pour comprendre ;la meilleure description serait celle d’un moule à beignets de pomme coupé en deux horizontalement, si les beignets de pommes se faisaient dans des moules).

3°C
1-45

Figure 1.45 - Transformateur,

Les transformateurs ont un bon rendement (la puissance en sortie est très proche de la puissance en entrée) ; ainsi, un transformateur élévateur délivre une tension supérieure et un courant inférieur. Un petit saut en avant : un transformateur de rapport n multiplie l’impédancepar n2.Le courant primaire est minime si le secondaire n’est pas chargé.

Les transformateurs ont deux fonctions importantes dans les appareils électroniques : ils convertissent la tension du secteur à une valeur utilisable (habituellement inférieure) par le circuit, ils << isolent >> le Les inductances sont très utilisées dans les circuits à circuit électronique du secteur parce que les enroulefréquence radio, où elles servent à << bloquer >> les ments sont isolés électriquement l’un de l’autre. Les hautes fréquences et comme éléments de circuits transformateurs d’alimentation (prévus pour le secaccordés (voir le chapitre 13, Vol. 2). Une paire d’in- teur 220 V) présentent une immense variété de ductances étroitement couplées forme un objet inté- tensions et de courants secondaires : des tensions de ressant, connu sous le nom de transformateur. Nous sortie allant de un volt jusqu’à plusieurs milliers de parlerons brièvement des uns et des autres dans la volts, des courants allant de quelques milliampères à prochaine section. plusieurs centaines d’ampères. Les transformateurs Une inductance est, littéralement, le contraire d’un usuels en électronique peuvent avoir une tension condensateur.Vous verrez comment cela se manifeste secondairede 10à 50 V, avec des intensités nominales dans les prochaines sections de ce chapitre, qui trai- allant d’un dixième d’ampère à quelque cinq ampères. tent du sujet très important qu’est l’impédance. On trouve aussi des transformateurs destinés aux fréquences audio et radio. Aux fréquences radio, ils sont souvent utilisés comme transformateurs accordés, pour traiter seulement une bande de fréquence 28

1.17 Transformateurs

l
l

l

l

\

\

\
filtre de compensation

\

‘.

, haut-oarleur

I

I /

I

I

I I I

I

I

L ’plus o t e passe ia du piano
1

DO 4
I

note la plus haute du piano
2kHz 20kHz

20Hz

200Hz

fréquences audibles infra-sons fréquence (échelle logarithmique) --+
1-46

Figure 1.46 - Exemple d’analyse en fréquence : l’égalisation d’un haut-parleurd’enceinte acoustique.

étroite. Il existe aussi une classe intéressantede transformateurs pour lignes de transmission, que nous étudierons dans la section 13.10, Vol. 2. En général, les transformateurs utilisables à haute fréquence comportent des noyaux en matériaux spéciaux, ou sont conçus spécialement pour minimiser les pertes, alors que les transformateurs à basse fréquence (comme les transformateurs d’alimentation)trimballent des noyaux encombrants et lourds. Normalement, les deux sortes de transformateurs ne sont pas interchangeables.

résistifs que nous avons étudiés au début, en ce que leur comportement dépend de la fréquence : un << diviseur de tension >> contenant un condensateur ou une inductance présentera un rapport de division lié à la fréquence. De plus, nous venons de le voir, les circuits qui contiennent ces composants (dits composants << réactifs >>) altèrent la forme d’onde de signaux d’entrée comme les carrés. Il n’en reste pas moins que les condensateurs et les inductances sont des composants linéaires, c’est-àdire que l’amplitude de l’onde de sortie, quelle que soit sa forme, varie proportionnellement à celle de l’onde d’entrée. Cette linéarité a beaucoup de conséquences, dont la plus importante est sans doute celleci : la sortie d’un circuit linéaire, attaqué par une onde sinusoïdale à une fréquence quelconque J est elle-même une onde sinusoïdale de même fréquence (avec, au plus, un changement d’amplitude et de phase).

IMPÉDANCEET RÉACTANCE
Avertissement : voici une des sections un peu mathématiques ;vous pouvez aussi bien sauter les développements mathématiques, mais il faut porter la plus grande attention aux résultats et aux graphes. Les circuits qui comportent des condensateurs et des inductances sont plus compliqués que les circuits

29

1. LESBASES
Grâce à cette propriété remarquable des circuits contenant des résisteurs, des condensateurs et des inductances (et plus tard des amplificateurslinéaires), il est particulièrement facile d’analyser ces circuits en se demandant comment la tension de sortie (amplitude et phase) est liée à la tension d’entrée, pour un signal d’entrée sinusoïiial à une seule fréquence, même si ce n’est pas l’utilisation envisagée. Un graphe de la courbe de réponse en fréquence - sur lequel est reporté le rapport entre la sortie et l’entrée pour chaque fréquence de l’onde sinusoïdale - est utile pour envisager de nombreuses formes d’ondes. Par exemple, un haut parleur pour une enceinte acoustique donnée devrait avoir la courbe de réponse de la figure 1.46, où la grandeur de << sortie B est une pression acoustique, naturellement, et non une tension. Il est souhaitable que le haut-parleur ait une réponse << plate », autrement dit que la graphe de la pression acoustique en fonction de la fréquence soit constant d’un bout à 1’autre de la plage des fréquences audibles. En pratique, les imperfections du hautparleur peuvent être corrigées par l’introductiondans l’amplificateur d’un filtre passif qui présente une courbe de réponse inverse (en pointillés). la résistance équivalente de Thévenin d’une source quelconque. La même chose est valable pour << l’impédance d’entrée ». Dans tout ce qui suit, nous parlerons de circuits pilotés par des ondes sinusoïdales à une seule fréquence. L‘analyse de circuits pilotés par des formes d’ondes plus compliquées est plus laborieuse, elle met en œuvre les méthodes que nous avons utilisées précédemment (équations différentielles) ou la décomposition de la forme d’ondes en ondes sinusoïdales (analyse de Fourier). Heureusement, ces méthodes sont rarement nécessaires.
Iit)
t

Figure 1.47

1-47

30

Comme nous le verrons, il est possible de généraliser la loi d’Ohm, en remplaçant le mot << résistance >> par le mot << impédance »,pour décrire tout circuit contenant ces composants passifs linéaires (résisteurs, condensateurs et inductances).Vous pouvez considérer la question des impédances et des réactances comme la loi d’Ohm des circuits qui comportent des condensateurs et des inductances. Un peu de terminologie importante : l’impédance est la << résistance généralisée >> ; les inductances et les condensateurs possèdent une << réactance >> (ils sont << réactifs D) ;les résisteurs présentent une résistance (ils sont << résistifs B ) . En d’autres termes, impédance = résistance + réactance (nous développerons cela plus loin). Cependant, vous trouverez des &mations comme << l’impédance du condensateur à cette fréquence est ... >> . Si vous n’avez pas à parler de la réactance, c’est parce que la notion d’impédance recouvre le tout. En fait, vous utiliserez fréquemment le mot << impédance >> même en sachant que vous parlez d’un résistance pure ; vous direz << l’impédance de la Note : il est nécessaire à ce point de se plonger dans source D ou << l’impédance de sortie >> pour désigner une algèbre assez complexe ; vous pouvez passer

1.18 Analyse en fréquence de circuits réac& Commençonspar considérerun condensateurattaqué par une source de tension sinusoïdale (figure 1.47). Le courant est dv z(t)=C-=CoV~cosot dt c’est-à-dire un courant d’amplitude 1, déphasé en avant de 90” par rapport à la tension. Si nous ne considérons que les amplitudes, en négligeant les phases, le courant est I=- V l/oC (Rappelez-vous que o = 27$) Le condensateur se comporte comme s’iI présentait une résistance R = I/oC, mais en plus de cela le courant est déphasé de 90” par rapport à la tension (figure 1.48). Par exemple, un condensateur de 1 FF soumis à une tension de 1 10 V (efficaces) à 60 Hz consomme un courant efficace de 110 I= =41,5 mA (rms) 1/(2n x 60 x 104)

pour décrire une onde sinusoïdale o de fréquenceunique. nous pouvons espérer trouver une sorte de généralisation de la tension. il complexe est apparaît cependant que nos exigences peuvent être V = 5j satisfaites plus simplement par le recours à l’algèbre 31 . condensateurs. mais en prenant bonne note des résultats que nous obtenons. La tension Vo cos (ot + Q) est représentée par le nombre complexe Vo ej? Retenez que eje = cos O +j sin O. tant que le circuit ne comporte que des éléments linéaires (résisteurs. reste proportionnel au module de la tension d’attaque .38) .Zm (1) sinot tudes et les décalages de phase des tensions et des courants à un point donné en les écrivant explicite. le symbolej est utilisé à la place de i dans les exponentielles pour éviter les confusions avec le symbole i qui représente le courant. dans le cas général. avecj = G.7 sin (377t + 0. v o cos (ot+ $) & Voe@ =a i jb \ représentation en nombres complexes multiplier par ejor et prendre la partie réelle (En électronique. la tension et le courant réels sont donnés par = Re ( V )cosot .48 1. 2. Comme les tensions et les courants réels sont des grandeurs qui varient dans le temps. nous devons élaborer une règle pour la conversion des grandeurs réelles en une représentation et vice versa. le module des courants. du courant et de la résistance pour venir au secours de laloi d’Ohm. Une connaissance détaillée des mathématiques n’est pas indispensable à la compréhension du reste du livre : les mathématiques seront très peu utilisées dans les autres chapitres. On obtient les tensions et courants réels en multipliant leur représentation complexe par . La section qui suit est de loin la plus difficile pour le lecteur peu préparé aux mathématiques. par exemple V(t)= 23.18 Analyse en fréquence de circuits réactifs par-dessus les mathématiques dans les quelques sections qui suivent. puisque nous avons besoin. ( t=)Re (Iejar). Il est évident qu’un simple nombre ne suffira pas à caractériser le courant à un point donné du circuit. d’une façon ou d’une autre. Les tensions et les courants sont représentés par les grandeurs complexes V et 1. il peut se produire des décalages de phase entre la tension et le courant dans un circuit alternatif attaqué par une onde sinusoïdale à une certaine fréquence.Im (V) sinot I(t) = Re (Iej”‘) Nous pourrions imaginer de caractériser les ampli= Re (1) cosot . Cette algèbre nous permet d’additionner et de soustraire simplement les représentations complexes.Par exemple. d’informationsqui décrivent à la fois le module et le décalage de phase.jar.) Ainsi. Nous convenons. ainsi. d’appliquer les règles suivantes : 1-48 Figure 1. une tension dont la représentation ment.1. En d’autres termes. puis en prenant la partie réelle (Re) : ~ ( t=)Re ( v e J a f )~ . au lieu d’additionner et de soustraire laborieusementles valeurs réelles des fonctions sinusoïdales du temps. inductances). la tension en fonction du temps Tensions et courants sous l aforme de nombres compkxes Comme vous venez de le voir. Ne vous découragez pas ! des nombres complexespour représenter les tensions et les courants. partout dans le circuit. Néanmoins.

Dans les réseaux à connexions multiples. LESBASES correspond à une tension réelle en fonction du temps de V(t)= Re [5j cos mt + 5jO) sin ut] = -5 sin 03t volts Généralkationde la loi d’Ohm Avec ces conventions pour la représentation des tensions et des courants. nous pouvons avoir à utiliser les lois de Kirchhoff. de mise en parallèle et la loi d’Ohm. une fois que nous connaissons la réactance du condensateur ou de l’inductance. exactement comme pour les résisteurs.. y produit un courant représenté par 1. Comme exemple. un condensateur de 1 pF a une réactance de -2653j ohms à 60 Hz et une réactance de -0. qu’il est purement réactif. Pour un condensateur. que le courant (complexe) dans un circuit série est le même partout. la loi d’Ohm prend une forme simple. la somme des courants (complexes) dans un point est nulle. 32 Exercice 1. Le terme << réactance >> dans ce cas ne représente que la partie imaginaire. L‘impédance complexe de composants en série ou en parallèle obéit aux mêmes règles que la résistance. pour être complets. nous résumons les formules de l’impédance des résisteurs. Si nous faisions une analyse similairepour une inductance.. Un circuit qui contient seulement des condensateurs et des inductances a toujours une impédance purement imaginaire. c’est-à-dire que le courant est toujours déphasé de 90°. exactement comme pour le courant continu. Quand le circuit présente une résistance. Cette dernière règle implique. Aussi simple que : I = V / Z et V = I Z La tension représentée par V. nous trouverions X L =j03L. Les résultats que nous obtiendrons pour des circuits comme les diviseurs de tension seront à peu près les mêmes qu’avant.16j ohms à 1 MHz. à l’aide de 1= C(dV/dt).. c’est-à-dire avec les formules de mise en série..nous obtenons i(t)= -VO C 03 sin 03t =Re [g] Enfin. l’impédance comporte une partie réelle. relatives à l’impédance des composants en parallèle et en série pour en tirer les formules (section 1. comme pour les circuits en courant continu. Réactance de condensateurs et d’inductances Avec cette convention nous pouvons appliquer la loi d’Ohm aux circuits qui comportent des condensateurs et des inductances. appliquée à un circuit d’impédance Z.16 Mettez en pratique les règles précédentes. des condensateurs et des inductances : ZR = R (résisteur) Q = +OC = l / j o C (condensateur) ZL = j o L (inductance) c’est-à-dire Ces règles nous permettent d’analyser beaucoup de circuits en courant alternatif avec les mêmes méthodes générales que celles que nous utilisons pour analyser les circuits en courant continu. Nous avons Z = Z i + Z 2 + Z 3 + .12) de la capacité de deux condensateurs en parallèle (a) et . (en série) & z= 1 1 1 -+-+-+ Zl z 2 1 z 3 (en parallèle) . % X C = -j/oC Le symboleXc est celui de la réactance du condensateur à la fréquence 03.Voyons ce qu’est cette réactance. Nous utiliserons alors la représentation complexe de V et de i : la somme des chutes de tension (complexes) dans une boucle fermée est nulle. Sa réactance en courant continu est infinie.1.

nous analyserons quelques circuits de filtres RC simples mais très importants. le courant qui traverse un condensateur A = 110 *volts. une tension alternative appliquée à un condensateur comme nous l’envisagions précédemment. ce qui augmente sa charge . dans cet exemple. il se décharge. Des choses amusantes peuvent se produire . c’est-à-direA =Ae ie . L‘expérience ne gonflera pas votre facture d’électricité .18 Analyse en fréquence de circuits réactifs en série (b). le courant est donné par 1 = v/z La phase de la tension est arbitraire. avec l’amplitude Figure 1. donnez aux deux condensateurs les capacités Cl et C2.Quand il est produit par une tension sinusoïdale.1.choisissons donc V = A. c’est valable pour la multiplication aussi (voir l’exercice 1.5 mA efficaces) et précède la tension de 90”. dans ce cas I= v/z=ocv Cette astuce est souvent utile. vous ne pouvez pas vous contenter de les multiplier. la puissance fournie au condensateur est négative . La puissance moyenne d’une période entière. ensuite rendez-la égale à l’impédance d’un condensateur unique de capacité C. Donc. une affirmation qui est toujours vraie pour tout circuit purement réactif 33 . c’est-à-dire V(t) = Acosot. Expérimentons ces techniques sur le circuit le plus simple qu’on puisse imaginer. dans les circuits réactifs où V et I ne sont pas tout simplement proportionnels. vous verrez pourquoi dans la section suivante. Z=-j/oC de ce fait. nous aurions pu éviter tout calcul algébrique complexe : si la relation A = BIC est vraie.49montre un exemple. la puissance est fournie au condensateur(fût-ce avec un débit variable). Ce résultat concorde avec nos calculs précédents. Trouvez C. B et C sont les modules des nombres complexes respectifs . alors A = BC. alors A = BIC est vrai si A. Puissance dans les circuits réactifs La puissance instantanée fournie à tout élément du circuit est toujours donnée par le produit P = VI. Q Exercice 1. le signe du produit peut changer d’une période à l’autre du signal alternatif. après un bref coup d’œil à la puissance dans les circuits réactifs (pour finir de poser les fondations). Ensuite. Pendant les intervallesB et D. Notez que si nous avions voulu connaître seulement l’intensité. Astuce : représentez chaque nombre complexe sous forme polaire. Alors est en avance de 90” sur la tension. nous avons Vous pouvez être surpris par le fait que le condensateur ne dissipe aucune puissance dans cet exemple.17 Montrez que si A = BC. Pendant les intervallesde tempsA et C. l’énergie stockée augmente (la puissance est la vitesse de variation de l’énergie). Imaginez que vous appliquez une tension alternative de 110V (efficaces)à 60 Hz aux bornes d’un condensateur de 1 pF. B et C qui représentent les modules.par exemple.17).49 . avec A. 1 =j 03 CA = 0. est en fait exactement nulle. Astuce : dans chaque cas. Cependant. Ensuite nous continuerons en examinant à la lumière de notre loi d’Ohm complexe des circuits qui comportent des résisteurs et des condensateurs. sans nous soucier des phases relatives. Quel courant circule ? En appliquant la loi d’Ohm complexe.La figure 1. Écrivez l’impédance des combinaisons en parallèle et en série .059 sin ot Le courant résultant a une intensité de 59 mA (41.

puissance P = Re (VI*) = Re (V*I) dans laquelle V et 1 sont les amplitudes efficaces complexes.18 V vo .1.Quelle est cette puissance. la Vn R P = Re (VI*)= moyenne étant faite sur une période entière.joC) = O Le facteur de puissance est le cosinus de l’angle de phase entre la tension et le courant (cos (p). % Comme autre exemple. sa valeur est comprise entre O (circuit purement réactif) et 1 (circuit purement résistif). R2 + ( l/02C2) (Dans la troisième ligne. le prochain exercice vous montrera comment en établir la preuve.) Le résultat est inférieurau produit des modules de V et 1.(j/oC). nous pouvons imaginer d’ajouter de petites fractions du produit VI.50.50 34 Le facteur de puissance est un problème sérieux dans la distribution d’énergie électrique à grande échelle. Dans ce cas : facteur de puissance . Prenons un exemple. ce n’est presque jamais nécessaire.19 Montrez que la puissance moyenne fournie au circuit précédent se développe dans le résisteur. l T P = . Si vous connaissez vos intégrales trigonométriques. Un facteur de puissance inférieur à 1 indique que le courant comporte une composante réactive. puis de diviser la somme par le temps écoulé.V(t)I(t) dt TO avec T qui représente le temps que dure une période complète. pour un circuit en série d’un condensateur de 1 pF et d’un résisteur de 1. mais ils coûtent cher à la compagnie en termes d’échauffement par effet Joule (12R) dans la résistance des alternateurs.0 kL2 soumis à une tension de 110V efficaces à 60 Hz ? Figure 1.R2 + (1/co2C2) courant est déphasé de 90”par rapport à la tension qui le produit ne consomme aucune puissance. Bien que les utilisateursdomes- . Calculez pour cela la valeur de V. ou toute combinaison des deux). Nous avons I V 1 III R [R + ( 1/o2C2lv2 V=l I=-.pour simplifier. considérons le circuit de la figure 1. parce que les courants réactifs ne fournissent pas de puissance utile à la charge. condensateurs.pour rendre le dénominateurréel. nous avons multiplié le numérateur et le dénominateur par l’expression complexe conjuguée du dénominateur. Exercice 1. avec une tension de un volt (efficace) appliquée à un condensateur. en watts. En d’autres termes.’ /R. % C’est-à-dire que la puissance moyenne est nulle.Nous effectueronstous les calculs avec des amplitudes efficaces. le rapport s’appelle le facteur de puissance : IV1 III = Comment trouvons-nous la puissance moyenne consommée par un circuit quelconque ? En général. comme nous l’avons a f f ï i é précédemment. Heureusement.V -j o C -j /OC P = Re (VI*)= Re (. des transformateurs et des câbles. En fait. Au lieu de cela.= R . LESBASES (inductances.Vo [R+ o/oc] Exercice facultatif : montrez qu’un circuit dont le I = . Nos calculs se présentent ainsi : Exercice 1. il est facile de montrer que la puissance moyenne est donnée par la formule j [R2+ (1/02C2)] v2 v. Soit le circuit précédent.

52montre un diviseurde tension constitué Ventrée 1 d’un condensateur et d’un résisteur.5) est constitué d’une paire de résisteurs en série connectée à la masse. dans un circuit . d’un condensateur de valeur C = i/cù2L intéressante de laisser passer les fréquences utiles rend le facteur de puissance égal à 1. que nous utiliserons fréquemment tout au long du livre.Ensuite. où 35 . multipliez le haut et le bas par l’expression conjuguée complexe du dénominateur. Notre diviseur de tension original (figure 1. Filtres passe-haut La figure 1. figure 1.19 Filtres RC tiques ne paient que la puissance << réelle >> [Re(VI*)]. mais seulement de son amplitude : I=-V e n t . Ztotal R- O’WC) 1-51 Figure 1. La généralisation de ce diviseur résistif simple est un circuit similaire dans lequel un résisteur ou les deux sont remplacés par un condensateur ou une inductance (ou un circuit plus compliqué composé de R.19 FiitresRC En combinant des résisteurs et des condensateurs.Filtre passe-haut. mais très importants. L‘analyse est toute simple : Le plus souvent. faites d’un signal tout en rejetant les fréquences indésila même chose en remplaçant le mot série par rables.série. il est possible de construire des diviseurs de tension dépendants de la fréquence. mais il dépend de la fréquence. le rapport de division Vsode/ Vent.Diviseur de tension généralisé : une paire d’impédances quelconques. C’est pourquoi vous voyez dans les cours d’usines des batteries de condensateurs destinés à annuler la composante réactive du courant consommé par les moteurs électrique (en jargon : << redresser le cosinus cp D ) . Le chapitre 5 et Généralisationdes diviseurs de tension l’appendice H décrivent des filtres plus élaborés. d’un tel diviseur n’est pas constant. grâce au rôle de la fré% A Exercice 1.j / d . Plutôt que de nous attacher à ce résultat général. comme dans la Figure 1. L et C). Zc = Montrez que l’adjonction en série.1.20 quence dans l’impédance d’un condensateur. La loi d’Ohm complexe donne Q- Vsortie Ventrée I=-- Vent.52 . voyons quelques exemples simples. nous ne nous soucions pas de la phase de Vsode.51. (Pour la dernière égalité. le distributeurd’électricitéétablit la facture des industriels en fonction du facteur de puissance.) Ainsi la tension aux bornes de R est simplement En général.51 . de ces filtresRC les plus simples. z z total = Zl + 22 total Notez l’analogie avec le diviseur résistif. 1. De tels circuits peuvent avoir la propriété RL. avec l’entrée en haut et la sortie à la jonction des deux résisteurs. Dans cette section vous verrez des exemples parailèle.

1-55 Figure 1. pour des raisons évidentes.53 Figure 1.55.56 fournit un abaque très utile qui donne. vous aurez presque invariablementrecours Ventlée [1 + (2 . de 20 Hz à 1 w 3dB = 20 kHz) soient transmises sans perte (atténuation).55 . Vous utiliserez le couplage alternatif si vous voulez observer un faible signal alternatif superposé à une forte tension continue.54 Ici l’impédance de la combinaison série RC (figure 1. f3dB = 1/2 ît RC Ainsi la << réponse >> du circuit.17 et l’exemple qui le précède immédiatement . C’est un résultat très important. par exemple. Dans le cas du filtre passe-haut. le numérateur est le module de l’impédance de la branche inférieure du diviseur (R). pour de larges gammes de capacité et de fréquence.nfRC à un autre. 36 .53) est telle que la montre la figure 1.1. Vous pouvez voir que la sortie est approximativement égale à l’entrée pour les fréquences hautes (quelle hauteur ? 2 1IRC) et approche de zéro pour les fréquences basses. Nous aurions pu obtenir ce résultat directement en prenant Vous aurez souvent besoin de connaître l’impédance d’un condensateur à une fréquence donnée (par exemple pour le calcul de filtres). LESBASES le rapport des modules des impédances. tout amplificateur à haute fidélité a toutes ses entrées couplées par des condensateurs. Un tel circuit s’appelle filtre passe-haut. Cet usage du condensateur complexes. l’entrée d’un oscilloscope (appendice A) peut être commutée sur un couplage alternatif.P a r exemple. si on ignore les déphasages en prenant le module des amplitudes Notez que le condensateur ne laisse pas passer de courant permanent (f=O). la valeur de IZI= 1/2îtfC. Il s’agit simplement d’un filtre RC passe-haut avec le coude aux environs de 10 Hz. comme dans l’exercice 1. Les techniciens appellent << fréquence de coupure >> le point à -3 dB de la courbe d’un filtre (ou de tout circuit qui se comporte comme un filtre). n f R C)’lY2 à un condensateur. et ressemble à la courbe de la figure 1. parce qu’on ne sait pas quelle tension continue peut se trouver superposée au signal d’entrée. La figure 1. le point de coupure à -3dB correspond à la fréquence C “k 1 53 Figure 1. vous choisirez R et C de telle façon que toutes les fréquences intéressantes (dans ce cas. Il est très utilisé . Dans des applications de couplage de ce genre. est donnée par pour le blocage du courant continu est une de ses applicationsles plus fréquentes.le dénominateur est le module de l’impédancede la combinaison en série de R et C.54.Chaquefois que vous avez besoin de coupler un signal d’un amplificateur 2.Réponse en fréquence d’un filtre passe-haut.

toutes les décades sont identiques. lOHz 1OOHz 1kHz l&Hz lOOkHz lMHz lOMHz 1OOMHz A fréquence TL Figure 1.Ok P a r exemple un filtre passe-bas peut être utilisé pour éliminer les interférences de stations de radio ou de télévision proches (550 kHz à 800 MHz). Ce circuit s’appelle un filtre passe-bas.19 Filtres RC Comme exemple. -L 1-57 Figure 1. considérons le filtre de la figure 1. 1 1 s’agit d’un filtre passe-bas avec une fréquence de coupure de 15’0 kHz. Réactance d’inductances et de condensateurs en fonction de la fréquence . Filtres passe-bas Vous pouvez obtenir d’un filtre un comportement en fréquence opposé en intervertissantles positions de R et de C (figure 1S8). Le point à 3dB est encore à la fréquence 0.59 Figure 1.OlpF --il--?- + f=1/2n. B.57.59. un problème qui affecte les amplificateursaudio et d’autres matériels électroniques sensibles.A. Une décade de la partie A détaillée. Vous trouverez 1 Vsortie = Vene (1 + O R C )1’2 comme le montre la figure 1. la source de signal devrait pouvoir piloter une charge de 1’0WZ sans atténuation (perte d’amplitude du signal) pour éviter que le filtre perturbe la source de signal par sa charge.1. a l’échelle près. L‘impédance d’une charge pilotée par ce filtre devrait être supérieure à 1’0WZ pour éviter que la charge de la source agisse sur la sortie du filtre.57 37 . avec les valeurs de composants standard a 20%.58 1 w Figure 1.56 .RC 1.

Notez aussi que le déphasage varie doucement de O" (aux fréquences très inférieures à la fréquence de coupure)jusqu' à 90" (bien au-delà). c'est-à-dire par son impédance de source en petits signaux.60 . suivant un axe vertical linéaire et le même axe logarithmique de fréquences. tracée sur un repère logarithmique.001 I I I 1 Figure 1.o 0.dans les calculs d'impédance). Nous avons représenté aussi le déphasage.Réponse en phase et en fréquence d'un filtre passe-bas. La règle empirique pour les filtres à une 1. LESBASES Q Exercice 1. Vous pouvez considérer l'axe vertical comme des décibels.1 Vsortie Vent rée - 0. des distances égales correspondent à des rapports égaux.21 Montrez que l'expression précédente pour la réponse d'un filtre RC passe-bas est exacte. la sortie du filtre apparaît comme R aux basses fréquences (la source de signal parfaite peut être remplacée par un court-circuit. avec une valeur de 45" précisément au point -3 dB. Notez que la courbe de filtre tracée ici devient une droite pour les fortes atténuations.1. ce qui est la façon usuelle. égale à R seulement à haute fréquence. nous avons tracé la courbe de réponse du même filtre passe-bas suivant des échelles logarithmiques.Ol - 0. L'impédance de sortie tombe à zéro pour les hautes fréquences. Sur un tel tracé. Notez que le déphasage est de 45" a la fréquence de coupure et proche 38 . quand la part du condensateur domine dans l'impédance de sortie. Cette sorte de graphe convient pour représenter la réponse en détail. Le signal qui pilote le filtre voit une charge égale à R plus la résistance de la charge à basse fréquence. La sortie du filtre passe-bas peut être considérée comme une source de signal par elle-même. avec une pente de -20 dB par décade (les techniciens préfèrent parler de -6 dB par octave). même quand elle est fortement atténuée (comme à droite) . quand nous étudierons les filtres actifs. Quand il est attaqué par une tension alternativeparfaite (impédance de source nulle). Dans la figure 1. nous verrons de nombreux graphes de ce genre dans le chapitre 5. l'axe horizontalcomme des octaves (ou des décades).60.

Inductancesface aux condensateurs Les inductancespourraient être utilisées à la place des Exercice 1. Enfilez simplement quelques perles ici et là dans le circuit . et non la précéder) condensateur. par un raisonnement similaire.et de bobines d’arrêt dans les circuits à haute frésables par des moyens analogiques (connue offciel. utilisée aux mêmes considéré comme l’un ou comme l’autre.c’est-à-dire que RC que 6 dB signifient la moitié de la tension). les interconnexionspar fils. elles rendent légèrement inductives lement comme la relation de Kramers-Kronig). En fait.19. vous pourriez donc vous attendre à une pour la sortie du différentiateur nous donne atténuation de 6 dB. utilisez un réponse doit suivre la cause.1. Si vous avez le choix. vous envisagez des formes d’ondes dans le domaine du temps ou la réponse dans le domaine des fréquences. Une exception. à cette déimposent une relation entre la réponse en phase et la claration générale : l’utilisation de perles de ferrites réponse en amplitude. en combinaison avec des résisteurs Prouvez la dernière affirmation. on trouve rarement des filtres RL. les axes représentent aussi la 39 .15) est identique au filtre représentent les composantesréelle (résistive)et imapasse-bas . suivant que fins dans les circuits HF. la fréquence du exemple : un filtre RC atténue de 3 dB à la fréquence signal doit être très inférieure à la fréquence de couf = 1/27cRC.14 est exactement identique au filtre est une inductance.61). dixième de la fréquence de coupure.sans ajouter la résistance dans le domine des fiéquences Le différentiateurRC que nous avons rencontré dans d’un filtre RC. Supposez que nous ayons tion 1. Dans un circuit d’une bonne intégration est que la fréquence la plus série comme celui-ci. il peut être bobinées sur un noyau de ferrite. Prenons un sortie soit très inférieure à l’entrée. En Question intéressante que la suivante : est-il possible pratique. dix fois la fréquence de coupure). dans le cas des filtres réali. ce qui augmente l’impédance aux très hautes fréquences et empêche les Différentiateurs et intégrateurs RC << oscillations spontanées ». La confu< < 10. le critère ginaire (réactive) de l’impédance. fréquences. d sin o t par exemple. ce résultat est valable pour la plus haute mais la situation est éclaircie par un diagramme de des fréquences présentes. Si le signal d’entrée contient une gamme de sion se produit parce que le condensateur est réactif. parce qu’à cette fréquence la réactance du condensateur est égale à la résistance L‘équation que nous avons obtenue antérieurement du résisteur . et à fonctionner moins bien elle aussi arbitrairement ? Surprise ! La réponse est (c’est-à-dire qu’elles s’écartent plus de l’idéal) que non : les exigences de la causalité (c’est-à-direque la les condensateurs. C’est vrai aussi bien pour le filtre passele signal d’entrée haut que pour le passe-bas. pour construiredes filtrespasse-haut ou passe-bas.o RC cos o t dt une résistance de même impédance (rappelez-vous ainsi Vsofiie< < Venpée si oRC<< 1 . Nous pouvons reformuler en termes de fré1.lf3d~et 1Of3dB (le de coupure.20 O Diagramme de phase seule section RC est que le déphasage est d’environ basse du signal doit être très supérieure à la fréquence 6” aux points asymptotiques O. Un bobine d’arrêt ou << selfde choc >> la section 1. cependant.20 O Diagramme de phase quence la première condition de fonctionnementdans Il existe une méthode élégante qui peut être très utile le domaine du temps (Vsohe < Va&) : pour que la à la compréhension de circuits réactifs. que nous avons déterminée à la secpure.22 condensateurs. en général quelques spires de fils passe-haut de cette section-ci.quence. C’est ce que vous obtiendriez. Il est facile de s’embrouiller un peu ici. C’est facile à vérifier. phase ou vecteur de Fresnel (figure 1. plus chères. si vous remplaciez le condensateur par Vsohe = RC . La raison de faire un filtre avec une réponse en amplitude est que les inductances ont tendance à être plus enchoisie arbitrairementet une réponse en phase choisie combrantes. Les axes L‘intégrateurRC (section 1.

Une autre manière courante consiste à dire (-6dB) << un filtre à trois pôles ». ou -3 dB. En une octave (ici comme en musique une octave correspond au doublement de la fréquence). réponse d’un filtre RC passe-haut : Rappelez-vous que la courbe de réponse que nous R avons établie pour le filtre RC simple supposait une Vsortie = Ventrée source d’impédance nulle et une charge d’impédance [R2+ (1 + w2c2)]v2 infinie. Une réserve sur les filtres à plusieurs étages : vous ne Par exemple. soit -6 dB .rieure à celle du précédent. comme tampons entre fréquence ? les étages. Ainsi pour ce circuit (pensez que c’est un diviseur de tension R-C) la tension d’entrée (appliquée aux bornes du circuit série) est proportionnelle à la longueurde l’hypoténuse.24 chaque étage du filtre ait une impédance très supéÀ quelle fréquenceun circuitRC passe-basatténue. Le diagramme représente la situation à la fréquence pour laquelle le module de la réactance du condensateur est égal à la résistanceR. et montre que le rapport de la tension de sortie à la tension d’entrée est l/*. ou un filtre Figure 1.59). (Le mot pôle provient d’une méthode d’analyse qui dépasse le L’angle entre les vecteurs indique le déphasage entre cadre de ce livre et qui fait appel à des fonctions de l’entrée et la sortie.1. Vous pouvez faire des filtres composés de plusieurs sections RC . LESBASES tension (complexe). et elle est en avance de 45”. vous pouvez obtenir la réponse du filtre pouvez pas simplement mettre en cascade plusieurs passe-haut que nous avons établie algébriquement sections de filtre identiques pour obtenir une réponse en fréquence qui serait la concaténation des réponses auparavant. etc. individuelles. Dans le prochain chapitre (section 2. par exemple.8) vous verrez un bel exemple de vecteurs de Fresnel en relation avec un circuit déphaseur à amplitude constante.23 le précédent de façon non négligeable(puisqu’ilssont Utilisez un vecteur de Fresnel pour établir la identiques). 18 dB/octave (trois sections). Loin à droite du << coude D l’amplitude de sortie décroît proportionnellement à 1lf.La raison est que chaque étage chargera % Exercice 1.la tension de sortie (aux bornes de R) est proportionnelleà la longueur du côté R du triangle. ce qui altèrera la réponse globale. transfert complexes dans le plan des fréquences l’amplitude de sortie est égale à l’amplitude d’entrée complexes. ou encore des filtres actifs.) Cette méthode graphique facilite la lecture des relations de phase et d’amplitudedans les circuits RLC. pour désigner A B 1-61 un filtre qui comporte trois sections RC.25 Utilisez un vecteur de Fresnel pour obtenir la réponse du filtre passe-bas établie algébriquement précédemment.21 Pôles et décibelspar octave Regardez à nouveau la courbe de réponse du filtre passe-bas (figure 1. l’amplitude de sortie est réduite de moitié. = R coupure. C’est la façon usuelle de décrire le comportement d’un filtre au-delà de la fréquence de filtre RC au point 3 dB diviseur résistif: R . 40 . = R. Au point 3 dB.61 qui se comporte de la même façon. ainsi un simple filtre RC a une pente de 6 dB par octave. << plan s >>. 1. vous obtiendrez alors des pentes de 12 dB/octave (deux sections RC). c’est-à-dire f= 27cRC.Une solution peut consister à faire en sorte que % Exercice 1. Une meilleure solution t-il de 6 dB (tension de sortie égale à la moitié de la met en œuvre des circuits actifs à transistors ou à tension d’entrée) ? Quel est le déphasage à cette amplificateurs opérationnels. % Exercice 1. Ces sujets seront traités dans les chapitres 2 à 5. connu des techniciens sous le nom de divisée par racine de deux. parce que le courant est le même partout.par exemple.

pour accorder le circuit résonnant sur la fréquence). voyez le circuit de la figure 1. Il est utilisé très souvent en fréquences radio pour sélecVsortie Ventrée tionner une fréquence donnée à amplifier (la valeur de Let celle de Cpeuventêtre variables. plus le pic est raide . vous pouvez vous convaincre que l’impédance du LC tombe à zéro pour la fré] . ristique progressive des filtresRCque nous avons vus En pratique. il est possible de faire des circuits dotés circuit parallèle LC tend vers l’infini à lafréquence d’une courbe de réponse en fréquence très << pointue >> de résonance& = 1/2‘TC d Ù ?(c’est-à-direo o = l/-.réponse générale est celle de la figure 1. La une fréquence particulière). passe-bande. (c’est-à-dire avec un grand pic dans la courbe pour ce qui donne un pic dans la réponse à cet endroit. Ces circuits trouvent des applications dans condensateur altèrent la raideur du pic.63. ou de qualité) de la bobine est quelquefois chapitre 5 et l’appendice H).un tel circuit quence de résonance = 1/27~(LC)”~ est un << piège >> pour les signaux de fréquence égale à la fréquence de résonance ou proche d’elle.22 Circuits résonantset filtresactifs En combinaison avec R.quotient de la fréquence de résonance par la largeur tance de la combinaison LC à la fréquencefest : de bande à -3 dB. il les court-circuite à la masse. ajoutée à dessein pour atténuer la raideur du pic de résonance. Invertenant jetons un coup d’œil rapide aux circuits LC sement. comparée à la caracté. Mainbonne conception peut les limiter fortement. Il est égal au D’abord. une résistance qui réduit le facteur Q (facteur (nous en parlerons plus. avec les filtres actifs. comme vous le verrez plus loin. l’impédance du filtres actifs. = 1/27r(LC)2 Figure 1. ---.-) C Ù L c’est-à-dire j Z L C= (l/oL) .du fait du comportement opposé des inductances ou montés dans des circuits spéciaux dits condensateurs et des inductances. Ce circuit est connu sous le nom de circuit résonnant parallèle ou << circuit bouchon ».64).Filtre LC coupe-bande (notch).62.Circuit résonnant LC : filtre quelque chose qui ressemble à une source de courant.64 . il n’est pas rare d’attaquer les circuits résonnants par Figure 1.62 .63 Une autre sorte de circuit LC est le circuit LC série (figure 1. le circuit LC forme un diviPar l’utilisation de condensateurs combinés à des seur de tension . En écrivant les formules correspondantes de l’impédance.loRC. Lefacteur de qualité Q est une mesure de la raideur du pic. dans le de mérite.22 Circuits résonants et filtres actifs 1. mais une différents appareils à fréquence audio ou radio. 1 1 1 1 o c Q = 0. les pertes dans l’inductance et dans le jusqu’ici. I < 1 3 d6 t f 1-63 f . Ce circuit aussi trouve des 41 . La réac. Plus l’impédance de source est élevée.cl>c Vsoriie 1-64 Figure 1.+-=-+ZLC ZL Zc j o L J 1 = j ( o C . Pour un circuit parallèle RLC.1.

Figure 1. d’inductances et de sources de signaux est équivalent à une impédance complexe unique en série avec une source de signal unique. DIODES ET CIRCUITS À DIODES 1. les différentiateurset les intégrateurs.la base des générateurs de rampes et de dents de scie.65 Découplage L‘impédance d’un condensateur diminue quand la fréquence augmente. les chapitres 3 et 5 (Vol.26 Trouvez la courbe de réponse (Vsode/Vene en fonc. vous déduirez l’impédance et la source de signal à partir de la tension en circuit ouvert et de la tension en court-circuit.les numériques (multivibrateurs monostables). analogique-numériqueet les circuits temporisateurs.24 Généralisation du théorème de Thévenin Si des condensateurset des inductancesentrent enjeu. de condensateurs. le balayage des oscilloscopes. quelques résidus de tension alternative à 50 Hz subsistent. ce sont les gros objets ronds et brillants que vous voyez dans la plupart des appareils électroniques. Ces condensateurssont réellement gros. Nous les traiterons temporisation sont importantes dans de nombreux en détail plus loin dans ce livre. Le fait de placer un condensateur en parallèle sur ce composant (habituellement un résisteur) contribuera à éliminer tout signal à ce point. Vous choisirez la valeur du condensateur de telle façon que son impédance à la fréquence du signal soit faible par rapport à celle du composant à découpler.Ees tensions continues utilisées en électronique sont produites habituellement à partir du secteur alternatif par un processus appelé redressement (qui sera traité plus loin dans ce chapitre) . C’est la base d’une autre application importante : le découplage. le théorème de Thévenin doit être re-formulé : tout réseau à deux bornes composé de résisteurs. les convertisseurs de la figure 1. il est possible de les atténuer à volonté par un découplage à l’aide de gros condensateurs. ou composants. Les circuits RC sont utilisés aussi pour la temporisa1. C’est Exercice 1.23 Autres applications des condensateurs En plus de leurs utilisationsdans les filtres. LESBASES applications principalement dans les circuits à fréquence radio. Temporisationet création de formes d’ondes Un condensateur alimenté par un courant constant se charge suivant une courbe en forme de rampe. La figure 1. condensateurs découplage. bien que nous le concevions en général et inductances) sont tous linéaires. Il existe des points d’un circuit dans lesquels vous autorisez une tension continue (ou à variation lente) mais où vous ne voulez aucun signal. elles ne sont citées domaines de l’électronique. 1.65montre à quoi ressemble la courbe de réponse. La facteur de qualité Q d’un circuit résonnant série est Q = woL/R. 8 et 9 (Vol. que nous Le filtrage d’alimentation est en fait une forme de avons envisagés jusqu’ici (résisteurs. comme un stockaged’énergie. Ces condensateurs sont indispensables pour plusieurs applications à la création de formes d’ondes et à la autres applications importantes. Nous verrons comment concevoirles alimentationset les filtres plus loin dans ce chapitre et à nouveau dans le chapitre 6. tion de la fréquence) pour le filtre coupe-bandeLC tels qu’on les utilise dans les générateursde fonctions. ils forment la base des circuits de retard résonnants. Nous en verrons plus sur ce sujet dans les chapitres à venir. 1).elles seront étudiées dans que brièvement ici.64.25 Diodes Fibage d’alimentdion Les éléments de circuits.les circuits tion.1. Comme précédemment. 2). c’est-à-dire qu’un 42 .

pour une fuite de 1O pA.03 0 1 2 3 O00 4 O 150 75 3 5 10 017 0. petits signaux 1 5 VF contrôlée 15 redresseur 1 A 10 50 Schottky de puissance 75 1O 0 1 O00 3 500 5 O00 standard .OI 60 75 50 50 50 50 019 1 O00 1 O00 2 4 25 25 20 50 50 0.45 50 1. double 30 10pAà10V 1 10 10 0.05 1. a 25"C. petits signaux 1.8 très faible IR 1 pAà5V110pAà15V Intersil.6 faible capacité.3 usage général. identique à 1N4148 1 pFàOV 011 0.redresseur fort courant 1N1183RA inverse (a) VR(ma)o désigne la tension inverse répétitive de crête. O faible IR 1.1 3 O00 5 O00 180 Schottky de puissance 2 500 45 redresseur 5 A 50 1 O00 Ill 40 O00 1O 0 .001 018 0. IR(^.) désigne le courant de fuite sous VR à 100°C de température ambiante.75 8 .2 très faible IR 0. famille de 7 types sorties par fils sorties par fils sorties par fils 40 40 400 10 O00 014 20 O00 0.Siliconix FJTI1O 0 ID1O 1 1N3595 1N914 1N6263 1N3062 1N4305 1N4002 1N4007 1N5819 1N5822 1N5625 1N1183A (b) 30 0. VF = tension de seuil en sens direct (forward) IF= courant direct (forward) P O .O Schottky : faible VF 1 nAà 125V standard .

passif et non linéaire. n’a presque jamais de conséquence jusqu’à ce qu’il atteigne la tension de claquage inverse ( P N . nous ne décrirons pas la physique des semi-conducteurs qui rend possible la fabrication de tels composants).Redresseur demi-onde ou simple alternance.) Souvent aussi. 2 p A i- 1-67 Figure l . vous ne soumettrez jamais une diode à une tension suffisamment importante pour produire un claquage inverse .(Normalement.68. la tension ressemblera à celle de la figure 1. dont la mesure se situe dans la gamme des nanoampères pour une diode d’usage général (remarquezles échelles du graphe. Pour une entrée sinusoïdale beaucoup plus grande que la tension de seuil (ou chute de tension directe. différentes pour le courant direct et pour le courant inverse).68. Si vous considérez la diode comme un 44 . La flèche de la diode (l’anode) est dirigée dans le sens du passage du courant direct. comme le courant direct maximal. C’est vrai même pour les composants réac. environ 0’6 V pour les diodes courantes au silicium).ques diodes typiques). la capacité. Deux remarques avant de passer à quelques circuits à diodes : (a) une diode n’a pas de résistance (elle n’obéit pas à la loi d’Ohm) . Tous ces compo20mA r sants sont aussi passifs. Le symbole G alternatif >> représente la source de tension alternative . pour Peak Inverse Voltage).26 Redressement Un redresseur transforme le courant alternatif en courant continu . LESBASES doublement du signal appliqué (disons une tension) le courant de fuite.66. I anode cathode n 1-66 Figure 1.67 (pour rester en accord avec la philosophie générale de ce livre.cette tension s’appelle la << chute de tension directe ». très important et très utile.Diode. (b) si vous introduisez des diodes dans un circuit. c’est une des applications les plus simples et les plus importantes des diodes (les diodes sont quelquefois appelées redresseurs). 1. ce qui se passe d’explication. le graphe montre que la tension de l’anode est supérieure de 0’5 V environ à celle de la cathode . la seule exception est la diode Zener dont nous avons parlé plus tôt. et la diode peut être considéréecomme une bonne approximation d’un conducteur à sens unique. le temps de rétablissement inverse détermine le doublement de la réponse (disons un (voir le tableau 1.1 pour les caractéristiques de quelcourant). rc*c----: Figure 1. Le courant inverse.66) est un composant à deux bornes. la chute de tension directe de 0’5 V à 0. d’écKelle ! La diode (figure 1. tifs (condensateurs et inductances).La tension de claquage inverse est de 75 V pour une diode d’usage général comme la 1N914(ou 1N4148).67 . Il existe d’autres caractéristiquesimportantes qui distinguent les centainesde types de diodes disponibles. Le circuit le plus simple est celui de la figure 1.8 V a peu d’importance.1. si la diode est dans un circuit parcouru par un courant de 10 mA de l’anode vers la cathode. dans les circuits électroniques. vous n’aurez pas d’équivalent de Thévenin.69. c’est-à-dire qu’ils ne comportent pas de source d’énergie incorporée.Courbe courant-tensiond’une diode. Par exemple. il s’agit habituellement d’un transformateur alimenté par le secteur alternatif. Elle présente la caractéristiquecourant-tension de la figure 1. Ce sont aussi des composants à deux bornes.

Figure 1.27 Filtrage d’alimentation Les formes d’ondes précédentes ne sont pas bonnes à grand-chose telles qu’elles se présentent. Si vous supposez que le courant de la charge reste constant (ce sera le cas pour les faibles ondulations). Une tension ondulée doit être lissée Calcul de la tension d’ondulation Il est facile de calculer la valeur approximative de la tension d’ondulation. Dans ce circuit. Ce circuit que nous ferons en ajoutant un filtre passe-bas s’appelle un redresseur simple alternance. . En fait. trouvent toujours en série avec l’entrée . C’est ce à comprendre le fonctionnementdu circuit. L‘énergie stockée dans un condensateur est U = (CV2)/2.72). 1-70 Figure 1. faible tension. parce qu’il (figure 1. vous n’aurez pas de peine pour devenir une véritable tension continue.71 montre la tension RchargeC aux bornes de la charge.27 Filtrage d’alimentation conducteur à sens unique. La figure 1.Redresseur double alternance. vous avez dV I AV=zAt (de I=C--) dt 45 . La raison Vload l est que les diodes empêchent le courant de << ressortir D des condensateurs. cette affirmation un peu vague. U s’exprimeen joules (wattS. ici forme d’onde. Pour C en farads et V en volts.69 sique. un La capacité est choisie de telle façon que redresseur en pont. deux diodes se plus longue que la durée qui sépare deux recharges. dans la section suivante. La charge provoque une certaine décharge du condensateur entre les périodes (ou demi-périodes pour le redressement à deux alternances). qui utilise la totalité de la (avecf qui représente la fréquence d’ondulation.73). lesquels fonctionnent alors 1 plus comme des réservoirspour le stockage d’énergie 1-69 que comme les composants d’un filtre passe-bas clasFigure 1. le résisteur en série n’est pas n’utilise que la moitié de la forme d’onde. tenez-en compte quand vous concevrez des alimentations à Nous allons éclaircir. mais elles présentent une forte ondulation (variation périodique de la tension autour de la valeur fixe).71 1.seconde).72 La figure 1. en particulier si elle est faible par rapport à la tension continue (voyez la figure 1.1. Les trous à tension nulle résultent du 1OOHz) pour garantir une ondulation faible. en rendant la constante de temps de la décharge beaucoup seuil des diodes. t 1-71 Figure 1. nécessaire et se trouve toujours omis (même si vous voyez quelquefois une faible résistance en série pour limiter le courant de crête du redresseur). Les tensions sont continues dans le sens qu’elles ne changent pas de polarité.70 montre un autre circuit redresseur.70 .

Redresseur à deux alternances àpoint milieu Le circuit de la figure 1.27 Dessinez un circuit redresseur à deux alternances capable de fournir une tension de 10 V continus. En fait. ou même 1 O O O V. surtout si l’ondulation est très petite. Les alimentations sont construites avec des condensateurs dont la tolérance est habituellement de 20% ou plus. La polarité repérée et l’électrode incurvée indiquent un condensateur polarisé. en prenant 0’6 V comme tension de seuil des diodes. 1 V (de crête à crête) d’ondulation. considérer le début de la décharge comme une rampe est en fait parfaitement exact. puisque le condensateur recommence à se charger en moins d’une demi-période). Ce n’est pas le circuit le plus . apprenez plutôt à les reconstituer. un régulateur de tension. la charge la plus commune. vous calculerez avec pessimisme. avec moins de O. AV=AV=- fC Icharge (simple alternance) (double alternance) 2f c (Nous avons remarqué en enseignant l’électronique que les étudiants adorent retenir ces équations ! Un sondage informel des auteurs a montré que deux ingénieurs sur deux ne s’en souviennentpas. En pratique.74 . beaucoup de charges n’en sont pas. Les ponts redresseurs géants sont disponibles pour des courants de 25 A ou plus. il vous faudrait appliquer la formule exacte de la décharge exponentielle. sortie sans condensateur Exercice 1. qui ne doit pas être chargé avec la polarité opposée. avec des tensions de claquage de 100 V à 600 V. ressemble à une charge à courant constant. Figure 1. en comptant avec les valeurs du cas le plus défavorable. Voyez les quelques types du tableau 6. Les plus petits supportent un courant maximal de 1 A. Si vous vouliez effectuer les calculs sans aucune approximation. Assurezvous que vous utilisez la fréquence d’ondulation correcte dans votre calcul.Vous seriez mal inspiré de persévérer dans cette voie.) ondulation de crête à crête sortie du filtre. LESBASES ~~ Utilisez simplement llf(ou 112f pour le redressement àdeux alternances)pour At (cetteestimationest plutôt prudente. pour deux raisons : 1.Circuit redresseur en pont.1. 2.75s’appelleredresseur à deux alternances à point milieu. La tension de sortie est la moitié de ce que vous obtiendriez en utilisant un redresseur en pont. et dans tous les 46 1. La décharge n’est une exponentielle que si la charge est une résistance . à une charge qui consommejusqu’à 10 mA. Dans ce cas. Choisissez la tension alternative adéquate.74. elle surestime 1’ondulation.4. Au lieu de gaspiller vos neurones à apprendre des formules. Pour prendre en compte les dispersions. vous achèterez généralement le pont sous la forme d’un composant unique.28 Configurations de redresseurs pour alimentations Pont à deux alternumes Une alimentation continue utilisant le circuit en pont que nous venons d’étudier ressemble au circuit de la figure 1. Vous obtenez Icharge cas l’erreur va dans le sens du calcul pessimiste. r 1-73 Figure 1 -73 Calcul de l’ondulation d’une alimentation. % .

2.O l l l f ~ charge & 1-78 Figure 1.selon la loi d’Ohm. Il< w - I 175 entrée Figure 1. non seulement l’alimentation coûterait plus cher.Considérezpour tripleur.73 . parce que les deux moitiés de l’onde d’entrée sont utilisées dans chaque section des enroulements. Quel deux alternances de l’onde d’entrée sont utilisées . comme de nombreux circuits en réclament.76 % O Multiplicateursde tension Le circuit de la figure 1.76. est égal àZ2R .Redresseur à deux alternances avec un transformateur à point milieu. Vous devriez avoir recours à un transformateurprévu pour un courant 1’4 (racine de deux) fois plus important que celui du circuit en pont .raccorder à la masse une des extrémités de l’enrouteur fusibleest beaucoupplus longue que la période lement secondaire du transformateur. Figure 1. c’est-à-direque le fusible réagit à la moyenne de Z sur un grand nombre de périodes. Figure 1. b -p L masse I I -V O 1-77 efficace en termes de conception du transformateur.1.78 s’appelle un doubleur de Exercice 1. Il fournit une alimentation symétrique (tensions positive et négative égales).nous avons donc quatre fois plus d’échauffement. Ce circuit a un bon rendement. 47 . en doubleur.28 tension. puisque les nients du circuit redresseur à point milieu.OA ‘ t.78 .28 Configurations de redresseurs pour alimentations de l’onde carrée. C’est effecti(Z2R) peut vous aider à comprendre les inconvévement un redresseur à deux alternances. Considérez-le comme 1’assemblage en série Cette illustration de l’échauffementpar effet joule de deux redresseurs mono-alternance.la moitié du temps. sous l’effet d’un courant Il existe des versions de ce circuit.77 montre une variante répandue du redresseur à deux alternancesà point milieu.Doubleur de tension. le courant qui parcourt le bobinage est le double de ce qu’il serait pour un vrai redresseur en pont. un fusible << saute >> par la fusion d’un conducteur métallique (effet Joule).77 . Alimentation symétrùpe La figure 1. De ce fait. ou en moyenne deux fois l’échauffement du circuit en pont équivalent.Alimentation symétrique (deux polarités). mais elle serait aussi plus encombrante et plus lourde. quadrupleur de tension qui permettent de ce problème que la constante de temps du conduc. L‘échauffement des enroulements.la fusible (au minimum) serait nécessairepour passer fréquence d’ondulation est le double de la fréquence un courant de la forme représentée à la figure 1. permanent supérieur à son calibre. du secteur (120 Hz pour les 60 Hz du secteur aux qui a une intensité moyenne de 1 ampère ? Astuce : États Unis d’Amérique). parce que chaque moitié du secondaire n’est en service que la moitié du temps.

Nous traiterons en détail des alimentations continues régulées dans le chapitre 6.6 V 48 . à cause des résistances internes du transformateur. De nos jours. Une alimentation à circuit intégré régulateur peut être rendue facilement réglable. de la diode. 2. troniques. Même si les ondulations sont ramenées à un niveau négligeable. En d’autres termes. Le (figure 1. Si la forme de réaction pour éliminer l’ondulationrésiduelle.Alimentation continue régulée. forme de circuits intégrés. une résistance interne qui se mesure en milliohms). moyen le plus simple consiste à redresser l’onde Ces régulateurs de tension sont utilisés quasi univer. Pensez toujours à la chute sellement comme alimentationspour les circuitsélec. par exemple. l’équivalent de Thévenin de l’alimentation a une résistance supérieure à zéro. 1. des régulateurs de tension Ce circuit. vous aurez toujours des variations de tension dues à d’autres causes. auto-protégée contre les surcharges et les courtscircuits. Ce recours à la force brutale a deux inconvénients : 1 . De plus. Figure 1.80). ces configurations n’ont pas besoin d’une source de tension f 1ottante. ne délivre pas de signal de complets se trouvent pour quelques francs sous la sortie pour une onde carrée d’entréeinférieure à 0.79 . des variations du courant de la charge provoqueront des variations de tension. résisteur variable en série (en fait un transistor) de vous pourriez rechercher un train d’impulsions façon à maintenir constante la tension de sortie correspondant au front montant d’un signal carré. avec d’excellentes caractéristiques comme source de tension (par exemple. 1. etc.30 Appiications pratiques des diodes Une meilleure conception des alimentationsconsiste à utiliser assez de condensateurs pour ramener l’onRedresseur de signal ou détecteur dulation à un niveau assez bas (environ 10% de la Il y a d’autres occasions d’utiliser une diode pour tension) et à utiliser ensuite un circuit actif ù contredonner à une onde une polarité unique.Par exemple.6 V (environ) dans la diode. LESBASES entrée C A 3 - doubleur A - % ! I l tripleur B - quadrupleur C 1-79 Figure 1.81).différentiée (figure 1. Les condensateurs nécessaires peuvent atteindre des dimensions et un prix prohibitifs. par exemple la tension continue de sortie sera à peu près proportionnelle à la tension alternative d’entrée.1.de tension directe de 0. vous ne parlerez pas de circuit << surveille >> la tension de sortie et agit sur un redressement au sens de l’alimentation.80 . Un tel l’onde n’est pas sinusoïdale.Multiplicateursde tension . ce qui laissera passer des fluctuations en fonction des fluctuations de la tension du secteur.29 Régulateur Le choix de condensateurs de capacité suffisamment forte vous permet de ramener les ondulations au niveau souhaité.

par des couples de composants appariés. +12Và+15V Figure 1. L’une des possibilités consiste à utiliser des diodes d porteurs chauds (diodes Schottky).81 alimentation continue (filtrée) C sortie 1. présente un seuil quasi nul. Si cela pose un problème.82 montre une solution pratique possible. - batterie 12 V 1-83 + O + % - & 4 1-82 Figure 1. c’est une astuce simple et puissante. La figure 1.30 Applications pratiques des diodes de crête à crête. avec une tension de seuil de quelque 0.L‘utilisation d’unediode pour fixer la tension de polarisation (au lieu d’un diviseur de tension.25 V (un autre composant. dit back diode. L‘accumulateur ne fait rien jusqu’à ce que la tension du secteur disparaisse .Porte OU a diode . par exemple) présente plusieurs avantages : il n’y a rien à régler. Ici.82 .84 s’en chargera. Il s’agit d’une méthode pour maintenir en marche quelque chose (par exemple une horloge électronique) qui ne doit pas s’arrêter en cas de coupure de courant. il prend alors le relais sans interruption. la seule limitation est que la tension négative de l’entrée ne doit pas atteindre la 49 . Efect Transistor) . des chutes de tension directes dans les diodes. Le circuit de la figure 1. Un tel dispositifest nécessairepour entretenirla charge de l’accumulateur. les variations de la tension directe (avec la température) seront compensées correctement. Porîes à diodes Nous reconnaîtrons plus tard. bien sûr). il existe différentes astuces pour contourner cette limitation. les transistors.1.6 V environ. Figure 1.Compensation de la tension de seuil d’un redresseur de signal a diode. la diode D i compense la chute de tension directe de D2 en fournissant une polarisation de 0’6 V qui la porte au seuil de conduction.83 . mais son utilité pratique est limitée par une tension de claquage inverse très faible).les transistors àeffet de champ (FEZ Field Exercice 1. La figure 1. sauvegarde par accumulateur.29 Apportez une modification simple à ce circuit de façon à charger l’accumulateursous un courant de 10 mA (quand le secteur est présent.Ok A1 % . sous le nom générique de logique. une autre application des diodes qui consiste à transmettre la plus élevée de deux tensions sans affecter la plus faible.83 montre un circuit qui s’acquitte de cette tâche. La sauvegarde par accunzuluteur en est un bon exemple. sans agir sur les tensions inférieures (y compris les tensions négatives) . Nous verrons plus loin d’autres exemples de compensation. La diode empêche la tension de sortie de dépasser +5. Diodes d’écrêtage Il est parfois souhaitable de limiter l’excursion d’un signal (c’est-à-dire l’empêcher de dépasser certaines limites de tension) à un endroit donné du circuit. la compensation sera presque parfaite.

Le problème est que le diviseur de tension ne fournit pas une référence de tension << solide ». la sortie est en réalité celle d’un diviseur de tension. au moins pour les signaux à huutepéquence.88.86 si le diviseur est remplacé par son équivalent de Thévenin. % . standard de toutes les entrées des circuits intégrés entrée R logiques CMOS. Nous verrons ces méthodes dans le chapitre 4. Par exemple. tout en présentant une impédance de quelques ohms ou moins.87 sortie . le problème de l’impédancedéfinie de la référence de tension à diviseur peut être résolu facilement à l’aide d’un transistor ou d’un amplificateur opérationnel. Cette solution est préférable à l’utilisation de très faibles résistances.82). avec les valeurs indiquées. Naturellement.6V 1-87 Figure 1. entrée signal +5.86 +5v 1-84 e n t r u sortie Figure 1. jusqu’à s’annuler pour le courant continu. ressemblerait à la figure 1.Diode d’écrêtage de tension. les circuits d’entrée fras i g n a l e ? sortie giles seraient détniits facilement par les décharges d’électricité statique pendant la manipulation. ne ploie pas sous la charge. En effet. est faible par rapport à R. avec comme branche inférieure l’équivalent de Thévenin de la référence de tension (figure 1. l’efficacité de cette astuce diminue à basse fréquence. il existe d’autres façons de construire des écrêteurs.84 .6V à +5.Ok T 1N914 sortie +5v 1-86 Figure 1. 50 . la sortie de l’écrêteur. Ainsi. Sans elles. + y 1-85 +15v Figure 1. c’est-à-dire qu’elle préLes diodes d’écrêtage font partie de l’équipement sente une impédance (Thévenin) faible.85). vue par l’écrêteur.87).30 Dessinez un écrêteur symétrique. un condensateur de 15 pF réduit l’impédance du diviseur à moins de 10 R pour les fréquences supérieures à 1 kHz (vous pourriez ajouter de la même façon un condensateur en parallèle sur la diode Dl de la figure 1.85 La tension de référence d’un écrêteurpeut être fournie par un diviseur de tension (figure 1. en incorporant un amplificateur opérationnel dans le circuit. le circuit équivalent est celui de la figure 1. entrée 1. Dans ce cas. Quand la diode conduit (tension d’entrée supérieure à la tension d’écrêtage).Une source << solide >> L‘additiond’u condensateurde découplageen parallèle sur la résistance de 1 WZ permet de stabiliser simplement le circuit écrêteur. LESBASES tension de claquage inverse (-70 V pour une 1N914). Exercice 1. vous devez vous assurer que l’impédancedu diviseur. parce qu’elle ne consomme pas un courant important. c’est-à-dire qui limite la tension d’un signal à la plage de -5.6 V. pour un signal d’entrée triangulaire. En pratique. De plus.1.

avec une assez bonne approximation. sans cela un signal à couplage alternatif sera supprimé. Figure 1.90. environ 0. à une température donnée (voyez la description complète de cette loi dans la section 2. Diodes comme composants non linéaires Le courant direct à travers une diode est.sans cela.93).Reconstitution d’une tension continue. Le résisteur R i rend D2 conductrice. Ainsi vous pouvez utiliser une diode pour produire une tension de sortie proportionnelle au logarithme d’un courant (figure 1. Ce circuit écrêteur est souvent utilisé comme protection de l’entrée des amplificateurs à grand gain.6 V.89. t Figure 1. proportionnel à une fonction exponentielle de la tension à ses bornes. Cela peut paraître affreusementfaible.10). avec seulement de petites variations qui reflètent les variations du courant d’entrée. C’est très important pour les circuits dont les entrées se comportent comme des diodes (par exemple un transistor avec l’émetteur raccordé à la masse) . 1-89 Figure l .88 Q i I - Vsortie 1-91 t Figure 1. 1-90 Figure 1.Ce circuit limite l’excursion de sortie (encore un terme courant en électronique) à un seuil de diode. si l’étage suivant a un gain de 1ooO et fonctionne avec une alimentation de f15 V. son entrée sera toujours proche de zéro volt .92 1-92 Limiteur Le dernier circuit est celui de la figure 1.6 V. vous pouvez produire le courant d’entrée avec un résisteur si la tension d’entrée est beaucoup plus grande que la tension de seuil de la diode (figure 1.6 V.Utilisation de la caractéristique V-/ non linéaire de la diode : convertisseur logarithmique. Le principe est celui de la figure 1. En pratique.91 .1.91). il serait intéressant d’avoir un circuit insensible aux variations de température. en 51 . Une application intéressante des écrêteurs : la << reconstitution >> de la tension continue d’un signal couplé en alternatif (par un condensateur).Limiteur a diodes.30 Applications pratiques des diodes son entrée doit rester dans la plage de r115 mV pour éviter la saturation). vous pouvez avoir besoin d’une tension de sortie qui ne soit pas décalée du seuil de 0. mais si l’étage suivantest un amplificateurà fort gain. Comme la tension plafonne dans la région de 0. La méthode de compensation du seuil de diode est utile ici (figure 1.90. En plus. la sortie serait saturée (par exemple.89.92).

95). tel qu’il était.c’est peu de dire que sa vie sera abrégée . qui est égal au courant établi précément. Ce qui se 1N4004 convient parfaitement dans presque tous les produit. I Nous examinerons dans ce chapitre de meilleures conceptions de convertisseurs logarithmiques. Les composants qui commandent des charges inductives seront facilement endommagés.pour la différence due au courant d’entrée à travers Di. qu’elle force un courant à passer. Figure 1. la diode devient conductrice. une diode comme la tension aux bornes deviendrait infinie. au lieu de cela.Surtension inductive. L‘interrupteur est fermé au départ. ce qui fixe le propriété des inductances est potentiel de la borne de l’interrupteur au niveau d’un dl seuil de diode au-dessus de la tension d’alimentation V=Ldt positive. Quand l’interrupteur est fermé.31 Charges inductives et protection par diode la chute de tension continue aux bornes de la Que se passe-t-il si vous ouvrez un interrupteur qui résistance de la bobine).Voyez le circuit de la figure 1. la tension pourrait atteindre lûûû V avant que l’interrupteur << amorce ». la compensation des chutes de tension directes est bonne. est que la tension augmente Cas. la résistance de R i doit être choisie de telle façon que le courant à travers D2 soit beaucoup plus fort que le courant d’entrée maximal. Quand l’interrupteur est ouvert. avec les méthodes précises de compensation en température.94 . ladiode est polarisée en inverse (par 1. 1. sauf. La diode doit être capable de conduire le il n’est pas possible d’interrompre le courant brutalecourant initial. De telles méthodes rendent possible la construction de convertisseurslogarithmiquesprécis à quelques pour cent sur une plage de six décades (ou plus) de courant d’entrée.94. qui produit la sortie désirée. brusquement et continue à augmenter jusqu’à ce . LESBASES maintenant le point A aux environs de 0’6 V. pour maintenir D2 en conduction. Une meilleure compréhension des caractéristiques de la diode et du transistor. l’inductance << s’efforce D de maintenir la circulation du courant de A à B. comme nous en décrirons plus loin).93 . rend I e n e exactement proportionnel à V e n e ) . est nécessaire d’abord. de même qu’une compréhension des amplificateurs opérationnels. sa vie est finie ! +20 v A +Dl -0.Compensation des seuils de diode dans le convertisseur logarithmique. Tant que les deux diodes (identiques) sont à la même température. Dans ce circuit. spécialement ceux qui finissent par << claquer >> pour offrir un chemin au courant que l’inductances’obstine à faire circuler. Cette section La meilleure solution est de placer une diode en n’entend être qu’une introduction aux sujets à venir. Cela signifie que la borne B deviendra positive par rapport à la borne A. puisque la formule elle-même induit que la demment à travers la bobine . le courant circule à travers l’inductance (qui pourrait être la bobine d’un relais. Le point B est alors proche de la masse (ce qui. au passage. Dans un tel cas.1.6V -V 1 1-93 Figure 1.Ces amorçages réduisent la durée de vie de l’interrupteur et produisent des interférences qui peuvent perturber d’autres circuits proches. S’il se trouve que l’interrupteur est un transistor. parallèle sur l’inductance (fig. naturellement. Au moment de la commufournit du courant à une inductance ? Comme la tation.

de pôles . (Pour une décroissance rapide du courant sous une tension donnée. la figure 1.05pF 1-96 Interrupteurs Ces composants ordinairesmais importantssemblent Pour des inductances pilotées en courant alternatif fleurir dans la plupart des appareils électroniques.96 .95 . la protection par méritent quelques sections. L‘interrupteur à bascule simdes condensateurs << disque >> en céramique et se ple existe sous différentes formes.) Figure 1. ou résistances métaioxyde . Il existe une autre méthode de protection : les vuristances. etc. non seulement pour éviter les interférences inductives avec les autres appareils.Suppression de la surtension inductive. ces composants peu coûteux ressemblent à Interrupteur à bascule. Ils existent en tensions nominales de 10 à circuit. il vaut mieux connecter un résisteur en parallèle sur l’inductance. mais aussi pour empêcher les fortes surtensions accidentelles d’endommager l’appareil lui-même. Dans ce cas.32 Composants électro-mécaniques de plusieurs milliers d’ampères (voir la section 6.98 montre les plus courants (un nelles. tout quelques types communs d’interrupteurs. h 0 1-95 1oos2 Figure 1. puisque les transfor.interrupteurs de façade. rien ne vous empêche de passer au chapitre suivant. puisque la vitesse de variation du courant dans une inductance est proportionnelle à la tension à ses bornes.1. il est possible d’utiliser une diode Zener. simplement parce que la diode court-circuitera une alternance sur deux quand l’interrupteur sera fermé. Les interrupteurs à bascule 1ûûûV et peuvent supporter des courants transitoires existent aussi avec une position centrale << neutre >> et 53 Le seul inconvénient de ce circuit de protection est qu’il allonge le délai de décroissancedu courant dans la bobine. Ils (transformateurs.).32 Composants électro-mécaniques . La figure 1. une bonne solution est le réseau << absorbeur >> RC (figure 1.2). AUTRES COMPOSANTS PASSIFS Dans les sections qui suivent.Figure 1. Il est recommandé de placer un suppresseur de transitoires en parallèle sur tout appareil électronique.Réseau << absorbeur >> RC pour la suppression de la surtension inductive. nous souhaitons présenter brièvement un assortiment de composants électroniquesdivers mais essentiels.97 . Les valeurs indiquées sont typiques pour de petites charges inductives alimentées par le secteur alternatif. U$ réseau de ce genre à bascule bouton-poussoir rotatif 1-97 devrait être incorporé dans tous les appareils qui fonctionnent à partir du secteur. qui produira une rampe descendante du courant au lieu de la décroissance exponentielle. relais rapides.97 montre diode décrite ci-dessus ne fonctionnera pas. 1. deux positions). relais alternatifs). Pour les applications dans lesquelles le courant doit décroître rapidement (imprimantes à impact rapides. en choisissant sa résistance de telle façon que Vaiim+ IR soit inférieure à la tension maximale supportéepar l’interrupteur.96). Si vous avez une expérience de la construction électronique.1 1 et le tableau 6. suivant le nombre comportent comme des diodes Zener bidirection. mateurs sont inductifs. 0.

Le siège. Si l’une OU l’autre porte est ouverte (interrupteur fermé) ET que l’interrupteur du siège est fermé. comme les portières. ils n’ont de sens que pour les interrupteurs à deux positions.En plus de ces types de teurs extrêmes d’un inverseur à un circuit et deux base. Comme exemple de ce qui peut être fait avec des interrupteurs simples. comme les interrupteurs à effet Hall. et Normalement Fermé) sont souvent remplacés par les équivalents anglo-saxons NO et NC ( N o r m l l y Open et N o r m l l y Closed) . 1 0 montre un circuit qui réalise ce que vous voulez. Les mots OU et ET sont utilisés ici au sens logique. mobile ne connectejamais entre eux les deux conducAutres types d’interrupteurs. 1) et 8 (Vol. Interrupteurs r o a r s . l’avertisseur est alimenté. et nous verrons cet exemple dans les chapitres 2 (Vol.99.Les interrupteursà bouton-poussoir sont utilisés pour les applications à contact momentané .100 Exemples d’interrupteurs. Les repères conventionnelsNO et NF (Normalement Ouvert. 2) quand nous parlerons des transistors et de la logique numérique.99 .Types fondamentaux d’interrupteurs.ligne commune ne peuvent pas être connectées entre ture >> (break before mke). les contacts magnétiques reed. Le fonctionnement avec des inverseur bipolaire charges inductives réduit fortement la durée de vie de 1-98 l’interrupteur à cause des arcs lors de l’ouverture.on les représente comme sur la figure l .les différenteslignes qui doivent être connectées àune cule effectuent toujours 1’« ouverture avant la ferme.98 . voyons le problème suivant : supposez que vous vouliez actionner un avertisseur sonore si le conducteur d’une voiture est assis et que l’une des portières est ouverte. Tous les interrupteurs sont prévus pour supporter une tension maximale et un courant maximal .La figure 1 . LESBASES en versions à plusieurs circuits (jusqu’à quatre) l’air. . Les interrupteurs à bas. les interrupteurs existent sous des formes positions.Interrupteursa contact fugitif (bouton-poussoir). etc. vibreur siège NO NF 1-99 Figure 1. Les types << non court-circuitants >> sont utiles si commutés simultanément. c’est-à-direque le contact elles. bizarres. avec des axes et des galettes disponibles séparément. les détecteurs de proximité. 1-100 Boutons-poussoirs. Ils existent en versions << courtcircuitantes >> et << non-court-circuitantes». Les interrupteurs rotatifs ou commutateurs comportent de nombreux circuits et de nombreuses positions. On les trouve souvent sous forme de kits.1.qui peuvent être mélangées sur le même mécanisme. Les versions << court-circuitantes >> sont utiles dans de nombreuses applications pour éviter le circuit ouvert entre les positions . certains circuits risquent de 54 << s’affoler D si l’une ou l’autre connexion reste en Figure 1. un petit interrupteur à bascule peut être prévu Ointerrupteur inverseur unipolaire pour 150 V et 5 A. Y - Figure 1. est muni d’interrupteursnormalement ouverts.

pour commuter le courant alternatif. dit va-et-vient. Dans leur forme usuelle.des tensions de bobine de (signal).31 connecteurs.32 Composants électro-mécaniques La figure 1. etc. IamDe 220 V CA composants à semi-conducteurs dits << relais statiques ».2 inverseurs à deux mètres. O Connecteurs Conduire les signaux qui entrent dans un appareil ou en sortent.La forme la plus simple du Elle nécessite deux inverseurs à un circuit et deux connecteur est la fiche banane utilisée sur les multipositions (unipolaires) et N . y compris le relais bistable et le relais pas-àappareil à l’autre par un câble coaxial blindé. on trouve des mais avec la douille extérieure filetée). La borne à écrou est un d’un inverseur à deux circuits et deux positions. remarquable par la maladresse qu’elle provoque chez ceux qui Relais essaient de l’utiliser. Les relais sont des interrupteurs à commande électriConnecteurs pour câble blindé. mais pas aussi utile que les connecteurs pour triciens appellentpermutateur).1O1 .marché. Pour éviter le cou-. fichage (ou le remplacement) de modules dans un appareil.1. moins fiable) de tout équipement électronique. une bobine traversée plage capacitif. Les relais << mouillés au accoupler un câble à un appareil. Comme tous les connecteurs utilisés pour 5 V à 220 V sont courantes.utilisé pour allumer et éteindre une lampe depuis les deux extrémités d’un couloir. que. ce dernier était la pierre angulaire des centraux connecteur le plus répandu est le type BNC (“baby téléphoniques. mutent des milliers d’ampères dans les installations de distribution d’électricité. le type N.101. sistors.Les relais peuappareils. bipolaires ou à effet de champ . toutes ces fonctions sont celles des ( % A Exercice 1. à 55 . les relais sont utiles pour commuter les charges tout en gardant les signaux de commande isolés électriquement. Les usages premiers des relais se trouventdans la commutation à distance et la commutationde hautes tensions ou de forts courants.Beaucoup d’applications Parmi les autres connecteurs utilisables avec le câble des relais sont maintenant exécutées par des tran. 2. un élément essentiel (et souvent le Bien que peu d’électroniciens sachent comment.) autre exemple de connecteur monopoint. Elle est pratique et bon circuits et deux positions (bipolaires. il existe en version mercure >> et les relais reed sont destinés à des appli<< châssis >> et en version << prolongateur D cations rapides (environ 1 ms). que nous par un courant suffisant attire une armature solidaire détaillerons dans le chapitre 13. et a eu de beaux jours comme N” connector)qui adorne la façade de la plupart des compteur dans les billards électriques. Le pas . Voyez si vous pouvez imaginer cette généralisation de la figure 1. Vol. Il en existe une grande table habituellement de véhiculer les signaux d’un variété. il est souhaimécaniquement du contact. que les élec. Il se verrouille en un quart de tour et vent être prévus pour une excitation en courant conticonnecte simultanément le blindage (masse) et l’âme nu ou en courant alternatif. des relais géants com(figure 1.coaxial. offrir la souplesse en permettant l’enFigure 1.102). (Astuce : cherchez câbles blindés ou les connecteurs multi-points dont d’abordcomment intervertirdeux lignes au moyen vous avez souvent besoin. Les tout électricien est capable de câbler un système connecteurs existent dans une profusion de formes et d’éclairagede telle façon que N interrupteurspuisde tailles. sent l’allumer et l’éteindre. Comme il est essentiel de maintenir les circuits électroniques isolés du secteur alternatif.101 montre un circuit à interrupteurs classique. on trouve le TNC (un proche cousin du BNC. les alimentations.Câblage du va-et-vient d’électricien. amener les signaux et la tension continue d’alimentation. Connecteursmono-point. et pour d’autres raisons.

une version à haute tension du connecteur BNC standard. qui affiverrouillage sûr. des gammes étalées de tension munément utilisée pour raccorder des circuits impri.103). une Connecteurs encartables. Parmi les Pour lire la valeur d’une tension ou d’un courant. Figure 1. le vénérable connecteur de type MS. des appareils de façade particuliers. chent des choses comme VU (Volume Unit. un connecteur pour circuit imprimé.102 . De gauche à droite : type D subminiature. parce que le conducteur central est toujours connecté avant la masse .1. qui utilise le conducteur central du câble. avec son pendant femelle pour câble plat (HE10).Les connecteurs BNC sont les plus répandus pour le raccordement de câbles blindés (coaxiaux). littéralement.le type miniature SMA. comme broche du connecteur mâle.33 Indicateurs connecteurs multi-points. à 9. Vous pouvez aussi utiliserdes connecteursencartables avec des œillets à souder standard. Les connecteurs encartables peuvent avoir de 15 à 100 points.103 . la avez le choix entre les instruments à aiguille mobile. Vous pouvez les souder sur une carte-mère ou une carte de fond de panier. L‘exemple le plus Instruments de mesure simple est une fiche secteur à trois points. l’industrie de la télévision a inventé son propre standard. le vénérable type MS. deux sortes d’embases femelles isolées pour châssis. 2). est un bel exemple de mauvaise conception. Vous avez sans doute entendu les résultats ! Pour ne pas être en reste. ils existent avec différentes sortes de picots suivant la méthode de connexion. LESBASES Figure 1. de plus la conception de la fiche est telle qu’autant l’âme que le blindage ont tendance à faire de mauvais contacts. 37 ou 50 broches . Les appareils électroniques font souvent appel à des câbles et des 1.Une sélection de connecteurs multi-points répandus. vous types les plus répandus figurent l’excellent sub-D. un autre circuit imprimé qui ne comporte que les interconnexionsentre les différentes cartes. et un << T >> BNC. ou CZNCH ou RCA. le connecteur >> coaxial type F. les subminiatures LEM0 et SMC. 25. y compris les versions pour câble blindé . hautes performances mais encombrant. Les deux types existent dans une grande Méfiez-vous des connecteurs qui ne supportent pas variété de gammes de tension et de courant. Il y en a. disponible en différentes tailles . un connecteur miniature rectangulaire (type Winchester MRA) avec vis de verrouillage incorporées. 56 Connecteurs multi-points. De gauche à droite : un connecteur mâle au bout d’un câble. més est le connecteur encartable. 15. et plus chers. Il existe.échelle en dB audio). et les instruments à affichage numérique. un accessoire pratique pour le laboratoire. existe en de (trop !) nombreuses versions de nombre de broches et de montage. et un bidouillage pour le raccordement du blindage. La fiche dite phono. un embase femelle standard pour châssis. des douzaines de sortes différentes. de tomber sur le sol ou qui n’ont pas de système de de plus. en particulier dans un système qui comporte peu de cartes (voir quelques photographies dans le chapitre 12. sans support. la température (àpartir .(par exemple de 105 à 130V). existe en versions châssis et câble. et le MHV. Vol. série Winchester MRA. La méthode la plus com. qui correspond à une rangée de contacts dorés sur le bord de la carte. Ces derniers sont plus précis connecteurs pour câble plat HE10 (figure 1. et les qui continuent leur longue carrière.

le pourcentage de charge d’un moteur. avec des caractéristiques supérieures. Les petites lampes à incandescence ont été longtemps le standard pour les indicateurs de façade. Les types multitours (3. avec ou sans bouton compte-tours. ou comme réglage interne des circuits.34 Composants variables tiomètres ne sont pas aussi stables que les bons résisteurs (à 1%) et qu’ils peuvent ne pas avoir une Réskteurs bonne résolution (ils ne peuvent pas être réglés à une Les composants à résistance variable.104.elles s’illuminent quand le courant circule en sens direct. Le tiomètre. 1-104 Figure 1. Lampes et LED Les lumières qui clignotent. Quelquefois les numériques. voilà la matière des films de science-fiction . les afficheurs à cristaux liquides cement d’un résisteur de précision à un endroit donné sont supérieurs. utilisez une combinaiutilisés comme organes de commande en façade des son de résisteurs à 1% (ou mieux) et d’un potenappareils. Ils sont utiles pour les réglages et les calibrationsà faire une fois pour toutes.il utilise le même matériau besoin d’une valeur de 23. La symbole d’une résistance variable. potentiomètres. sont résistance précise et réglable. Si vous devez avoir quelque part une volume. résistances ajustables. la plupart destinés à être montés sur circuit imprimé. avec les résisteurs qui représenteront la plus modèle de façade le plus commun est le poten. un courant de 5 mA à 20 mA donne une brillance suffisante. les derniers mis à part.4 WZ. offrent une meilleure linéarité et une résolution plus fine. elles durent indéfiniment. d’un circuit. les sons à donner le frisson. Un point important au sujet des résistances variables : Pour les applications à faible puissance ou l’utili. vertes. jaunes.Potentiomètre (résistance variable à trois points). réglage de valeur précise). Les LED sont moins chères que les lampes à incandescence.au lieu de la façade. ou potenLes LED sont utilisées aussi pour les affichages tiomètre est celui de la figure 1.n’essayez pas d’utiliser un potentiomètre en remplasation à l’extérieur.5à 2. pour des applications particulières. mais elles ont été remplacées par les diodes électro-luminescentes(LED).104 . le bleu est encore rare). D’autres types ont une piste tiomètre de 2 ki2.1. il existe des contraire). Les potentiomètres couplés (plusieurs potentiomètres indépendants sur un même axe) existent aussi. Autre possibilité :utiliser une corn57 . Un bon conseil : résistez à la tentation de recourir à une foule de réglages dans vos circuits. 2). avec fixe de 22. C’est tentant parce que vous pouvez lui donner la valeur voulue. L‘ennui est que les poten1. elles existent en trois couleurs (rouges. utilisez un résisteur de base que le résisteur au carbone aggloméré. Pour l’utilisationà l’intérieurd’un appareil. afficheurs à seize segments ou à matrices de points. Recherchez plutôt une conception rigoureuse. Vol. Par exemple.Pour (Clock Wise = sens horaire. en nombre de versions plus limité.10. Elles existent en montures prêtes à poser sur un panneau . pour l’usage interne de l’appareil. etc.certaines ont même une limitation de courant incorporée. il s’agit de lampes et d’afficheurs (voir la section 9. Typiquement.34 Composants variables d’un thermocouple). le plus souvent sous la forme familière symboles CW et CCW indiquent le sens de rotation des afficheurs à sept segments des calculatrices. Counter Clock Wise = le l’affichage de lettres.6 WZ (valeur à 1%) en série avec un potenun curseur mobile. les écrans pleins de chiffres et de lettres. comme de chiffres.5 V . la fréquence. résistante en plastique ou en céramique. voire un circuit intégré clignotant. 5 ou 10 tours). les potentiomètres ujustubles existent en monotour et en multitours.grande part de la résistance. si vous avez tiomètre de 2 W type AB . mais avec une chute de tension directe de 1. en plus de l’affichage visible.Ces dernières se comportent électriquement comme des diodes. Les afficheurs numériques de façade offrent souvent en option des sorties à niveau logique.

(2) Trouvez l’équivalentde Thévenin du circuit de la figure 1. elles existent avec des valeurs d’inductance qui vont de quelques microhenrys à quelques henrys. 1-105 Attention :n’oubliez pas que la sortie n’est pas isolée électriquement du secteur.106.107. mais il existe d’autres fabricants.diodes vuricap ou epicap. Il existe aussi des bobines sans noyau avec un contact mobile. Est-ce le même que l’équivalent de Thévenin du circuit de l’exercice 1 ? -t 1-106 Figure 1. Trans fomateurs en choisissantla dernière valeur (et la plus petite) pour Les transformateurs variables sont des appareils très obtenir la résistance totale souhaitée. pratiques. avec une plage d’accord de 2 à 1 pour une inductance donnée. les courants peuvent aller de 1 A à 20 A ou méninges de la conception d’un circuit. (3) Dessinez un filtre anti-ronflement >> i i usage audio. on les appelle varactors. Les condensateurs ajustables permettent le réglage des circuits terminés. Condensateurs Les condensateurs variables sont limités aux plus petites capacités (jusqu’à 1OoO pF environ) . particulièrement la commande automatique de fréquence (CAF). Dans cette forme. et pour vérifier leur fonctionnement dans le cas d’alimentation le plus défavorable. Les diodes soumises à une tension inverse peuvent être utilisées comme condensateurs variables commandés par une tension . dites << selfs à roulette ». plus. il est possible d’utilitransformateurs >>. Ils sont pratiques pour tester des appareils qui semblent être affectés par les fluctuations de la tension du secteur.106 58 Inductances Les inductances variables sont obtenues habituellement par la mobilité d’un morceau de noyau magnétique dans une bobine fixe.Condensateur variable. surtout ceux qui fonctionnent à partir de la tension du secteur.105 montre le symbole d’un condensateur variable.Des Vuriuc. Ce sont habituellementdes t<autoComme vous le verrez plus loin.105 . Montrez que l’équivalent de Norton donne la même tension de sortie que le circuit réel chargé par une résistance de 5 m. dans cette application.1. . Gardez l’esprit ouvert pendant le remueprimaire. ils sont utilisés couramment dans les circuits à fréquence radio (RF). LESBASES binaison en série de plusieurs résisteurs de précision. La figure 1. + Figure 1. comme elle le serait avec un transformateur. les modulateurs et les amplificateurs paramétriques. alors que le condensateur variable accessible en façade permet l’accord par l’utilisateur. avec un contact mobile. commandés aussi par une secondaire comprise entre O et 130% de la tension tension. Supposez nulle l’impédance de la source (source de tension parfaite) et prenez 10 ki2 comme impédance minimale de la charge (c’est importantpour que vous puissiez choisir R et C de telle façon que la charge n’influe pas notablement sur le fonctionnement du filtre). ce qui signifie qu’ils n’ont qu’un ser des FET comme résistances variables commanenroulement. EXERCICES COMPLÉMENTAIRES (1) Trouvez le circuit équivalent de Norton (une source de courant en parallèle avec un résisteur) du diviseur de tension de la figure 1. On les appelle dées par une tension dans certaines applications. Il devra passer les fréquences supérieures 2 20 Hz (placez la coupure à 10 Hz). Elles sont très importantes dans les applications radio. Ces autotransistors peuvent être utilisés comme amplifitransformateurs variables fournissent une tension cateurs à gain variable.

34 Composants variables 10k { T 1-107 **oq.109) . (8) Dessinez une sonde << un dixième >> pour un oscilloscope (voir l’appendice A) dont l’impédance d’entrée est de 1 Mi2 en parallèle avec 20 pF. quand elle est utilisée avec l’oscilloscope ? Figure 1.110 Figure 1. y compris le courant continu.1 11 1-109 Figure 1.108 (5)Comment feriez-vous un filtre avec Rs et Cs pour obtenir la réponse de la figure 1.1. sez que le câble ajoute une capacité de 100 pF et que les composants sont placés dans la sonde et non du côté de l’oscilloscope(figure 1. Utilisez les mêmes impédances de source et de charge que dans l’exercice 3.3 V (efficaces) / lk - - - 1.111).110 Figure 1. Le réseau résultant devrait introduire une atténuationde 20 dB (x10) à toutes les fréquences.107 (4) Dessinez un filtre << anti-crachements >> à usage audio (coupure à 10 kHz).110.108 ? (6) Dessinez un filtre passe-bande RC (comme dans la figure . ~ amplificateur vertical Z entrée = o3 pointe de sonde lOOpF Figure 1.1. ce qui réduit la charge.< 6.fi et f2 sont les points à 3 dB. Choisissez les impédances de telle façon que le premier étage ne soit que peu affecté par la charge du second étage. Quelle impédance d’entrée (R en parallèle avec C ) présente votre sonde au circuit à tester. Suppo- 59 .109 (7) Schématisez la sortie du circuit de la figure 1. Le but de l’utilisationd’une sonde x10 est d’augmenter l’impédancevue par le circuit à tester.

) a mode d’entrée [canal 1. II existe par ailleurs des oscilloscopes adaptés à des applications particulières comme la télévision ou des modèles plus anciens qui ne possèdent pas toutes les caractéristiques nécessaires à l’étude des circuits en général. add] entrée horizontale externe (du canal 2) écran ac 1 1 ~~.~~~ l / +-iixy balayage entrée canal 1 +entrée de déclenchement externe I1 1l (50Hz) 1 déclenchement canai. alterné. quand on souhaite représenter un signal donné par un certain nombre de graduations. c’est très utile parce qu’il faut souvent observer la relation qui existe entre deux signaux. à balayage déclenché.APPENDICE A L‘OSCILLOSCOPE L‘oscilloscope (I’oscillo comme on dit au labo) est l’instrument de mesure électronique le plus utile et le plus souple qui soit. canal 2 filtre de rampe A I f . dans un circuit. en le déclenchant en un point particulier de la forme d’onde pour l’immobiliser sur écran. Nous avons dessiné le schéma synoptique (figure Al) et la face avant (figure A2) d’un oscilloscope pour aider à comprendre son fonctionnement. Chaque canal dispose d’un commutateur de gain calibré. l’évolution dans le temps des tensions électriques. canal 2. découpé. double trace. Attention : assurez-vous que ce bouton est sur la position : G calibré >> lorsque vous effectuez des mesures de tension ! On l’oublie facilement.) entrée canal 2 atténuateur de gain (V/div. Le modèle que nous décrivons est couplé en continu. A. Il y a aussi un ATIÉNUATEUR PROGRESSIF du gain (concentrique au premier). On l’emploie habituellement pour visualiser. Les meilleurs oscilloscopes ont d’ailleurs un témoin atténuateur de gain (V/div. VERTICAL Si on commence l’examen par les entrées de signal. qui détermine l’échelle en VOLTSDIVISION sur Z’écran. on remarque que la plupart des oscilloscopes possèdent deux canaux .1 Figure A l 477 .

c’est là une caractéristique importante. on peut commuter sur le couplage alternatif de l’entrée.de relier directement l’entrée à type 123 oscilloscope INTENS POWER FOCUS m W CALlû BEAM FINDER (pushl TRIGGER VlEW (pushl 1 NPUT COUPLING f”q 0 1 POSITION vol ts/D I V 9 NPUT 2 COUPLlNG MS2 20pF a c u R D Y PUSH b Figure A2 478 . c’est l’évolution de la tension complète.APPENDICE A lumineux qui rappelle que le bouton de réglage du gain n’est plus sur son repère. Parfois. formant une constante de temps voisine du dixième de seconde. sur beauobserver un faible signal perché sur une tension conti. Dans ce cas. nue élevée.coup d’oscilloscopes. ce qui revient à intercaler un condensateur en série avec la résistance d’entrée. on souhaite Le même commutateur permet en outre. composante continue comprise. L‘oscilloscope est à couplage continu. Ce qu’on aperçoit sur l’écran.

c’est le minimum trices à haute impédance (nous allons y revenir).de science fiction. le dessin sera raté. En cours du même balayage. Dans cette position (repérée souvent chères aux manuels élémentaires et aux animations GND pour ground) le signal d’entrée n’est pas court. un INVERSEUR phases différentes. Le mode alterné est AUTOmatique. sur la face avant. comme tout bon voltmètre. C’est lui qui VOUS permet NIVEAU et l’ALTERNANCE (dope + ou -) de voir un canal ou l’autre. il est simplement déconnecté de l’entrée qui. il en ALTERNANCE. sauf pour des signaux lents. un choix de sources et de ensemble. auquel cas la trace saute choisie. ce qui permet l’utilisation de sondes atténua. On emploie les entrées de déclenchement ficateur vertical. leur somme (leur difféauxquels vous voulez voir commencer le tracé. Comme pour l’amplicircuit. En mode NORMAL. vous laissant croire que c’est d’interprétation. Les entrées des oscilloscopes présentent normalement une haute impédance (un mégohm en dérivation sur environ DÉCLENCHEMENT 20 pF). Malheureusement. dans la forme d’onde. on ajuste la commande du rapidement (0’1 à 1 MHz) d’un signal à l’autre au déclencheur pour obtenir une image stable.caux et une déflexion horizontale. le signal de du secteur et c’est pratique quand vous recherchez du déflexion horizontale assure une déviation ronflement ou de l’ondulation résiduelle dans un proportionnelle au temps. elle seule. Le système de déclenchement sur l’un au moins des canaux et un inverseur du vous permet de choisir. se voit relier à la masse.déclencheur (trigger). L‘impédance Nous en venons à la partie la plus subtile : le d’entrée de 1. parce qu’alors modes. périodique. les signaux sont ainsi affichés n’y a de balayage que lorsque le signal sélectionné l’un apres l’autre pendant deux balayages consécutifs franchit le seuil que vous avez réglé dans la direction ou DÉCOUPÉS (chopped).le balayage continue à fonctionner en d’habitude préférable. Il s’agit du mode le plus pratique si vous examinez différents signaux et que vous ne voulez pas vous tracasser à retoucher le HORIZONTAL réglage du déclencheur chaque fois. c’est bien utile s’il lui arrive de Mais il est souvent de mise de regarder dans les deux descendre à de faibles niveaux. Le mode SECTEUR (Zine) neux vers le haut et le bas de l’écran. La plupart qu’on se sert d’un signal de commande ou. dans les des oscilloscopes sont dotés d’une LOUPE qui circuits numériques. le MODE D’ENTRÉE. pour s’assurer qu’on ne commet pas d’erreur l’imagene disparaît pas. la POSITION de la trace. utilité. absence de signal . Ils vous permettent également de opérations. mais qui n’ont plus guère d’autre circuité. du zéro volts. C’est la méthode favorite chaque fois même mise en garde que précédemment. pour tracer un graphede tension en fonction du temps. Vous rence si l’un des deux est inversé) ou les deux apercevez. Il y a deux manières de les voir ensemble : modes de déclenchement.O MC2 est une valeur précise et univer.L’OSCILLOSCOPE la masse pour vérifier rapidement où se situe la ligne zontale pour tracer les célèbres figures de Lissajous. Les différentes possibilités de couplage brancher un des canaux d’entrée à la déviation hori479 . Le balayage Le signal vertical est envoyé à l’électronique de MONOCOURSE (single sweep) s’utilise pour les déviation verticale qui fait se mouvoir le point lumisignaux non récurrents. en supposant que le signal soit bien quelque difficulté. parce que les difféL‘amplificateurvertical comporte une commande de rentes traces vont se mélanger l’une sur l’autre à des cadrage. En pratique. rappelons à ce sujet la embrouillé. quand une horloge cadence les grossit dix fois. on dispose d’un commutateur étaEXTERNE quand on peut trouver un signal de synlonné en ïEMPS/DNISION et d’un réglage chronisation bien net pour en observer un autre plus progressif concentrique . le signal qui s’est échappé. la capacité en parallèle n’est pas Seulement si la déviation horizontale ne saisit pas le normaliséeet un changement de sonde cause toujours signal d’entrée au même endroit de la forme d’onde à chaque cycle. Produit par provoque le déclenchement au rythme de la tension un générateur de rampe de tension.Nous avons des signaux vertiselle.

allant même jusqu’à l’oscillation ! Dans ces cas là. reste le chercheur de impédance de 10 MC2 en parallèle sur quelques picotrace. Il suffit de régler sent. ce 480 sont utiles pour analyser des signaux composites.d’étalonnage (calib ou probe ajust). 100 pF) est souvent trop basse pour des circuits senc’est même le bouton préféré des débutants. le circuit divise aussi par (position verticale) pour faire apparaître une ligne dix à toutes les fréquences. sans dépassement. Si l’on ajuste Cl à 1/9e de la l’intensité et jouez sur la commande de cadrage capacité résultante C2+C3. Familiarisez-vous avec la manière dont les choses se présentent quand le gain vertical est beaucoup trop grand ou trop petit.poussez tiométrique par dix. l’oscilloscope peut CONSEILS AUX DÉBUTANTS devenir l’éléphant dans le magasin de porcelaine. À pré. La position HF REJ (réjection radiofréquence) intercale un filtre passe-bas avant le déclencheurpour l’empêcher de réagir aux pointes.Mettez à lamasse les entrées verticales. une charge non négligeable. SQNDES . En balayage 1 ms/div. Une vue sibles et dérive un courant appréciable. elle se résume à un simple diviseur poten(x 1). bien en observant l’onde carrée d’à peu près 1 kHz que connus. Pire encore. tout en présentant une horizontale. si ce sont les pointes qui vous intéressent. au lieu de d’être un observateur discret et impartial. Il est parfois pénible d’obtenir quoi que ce soit sur l’écran. À l’inverse. onde carrée bien nette. pour le circuit examiné. comportements répréhensibles. n’exécutent le balayage en position AUTO l’on trouve sur tous les oscilloscopes à la borne que si le déclencheur est correctement réglé. Parfois. vous voulez vérifier une onde audio de quelques kilohertz qui présente des pointes.APPENDICE A compensation en fréquence corps de sonde câble blindé à faible capacité (1 m) amplificateur de l’oscilloscope pince de masse C . En pratique. Méfiez-vous : certains oscilloscopes comme farads à peine. couplage continu nuatrices à haute impédance. Par exemple. Beaucoup d’oscilloscopes actuels offrent un spécialementquand on y inclut la capacité répartie du CHERCHEUR de trace (beamfinder) et un affichage câble de mesure. La sonde x 10 bien (DC) et sur le canal 1. cal et coupez la loupe électronique continu. du signal de synchronisation est intéressante la capacité peut entraîner certains montages à des lorsqu’on déclenche sur une source extérieure. nécessairement blindé. découpler le condensateur variable de la sonde pour obtenir une l’entrée de la masse et agir sur le déclencheur. quand la vitesse de balayage est trop faible ou trop rapide et quand le déclencheur est mal réglé. L‘impédu signal de déclenchement (trigger view). on règle la sonde par exemple les Tektronix de la série 400. -3OpF (capacité répartie du câble) - - A-3 Figure A3 La capacité d’entréede l’oscilloscopepeut constituer. vous pouvez forcer le déclenchement sur elles en position REJ BF (réjection audiofréquence). En cas d’échec. La solution habituelle. Le dance résultante (un mégohm shuntée par quelque chercheur est utile si vous ne trouvez plus la trace. Commencez par allumer l’oscilloscope . Sélectionnezcomme vitesse de connue fonctionne comme l’illustre la figure A3. vous pouvez brancher le signal. c’est l’usage de sondes attéplacez le déclenchement en AUTO.

on trouve d’ailleurs des modules accessoires qui autorisent les mesures différentiellesdirectes. vous montre la forme d’onde complète à la vitesse de balayage primitive. MISE À LA MASSE Comme pour la plupart des instruments de mesure. à moins que vous ne sachiez exactement ce que vous faites. La conséquence en est que vous ne pouvez pas mesurerde différence de potentiel entre deux points quelconques d’un circuit. Voilà qui peut laisser des traces désastreuses dans le circuit en cours de test. est raccordée à la prise de terre du secteur via le cordon à trois conducteurs. Ce retard. Mieux vaut. dans la forme d’onde. l’entrée de l’oscilloscopeest considérée par rapport à la masse de l’appareil (la borne extérieure de la prise BNC). vous pouvez l’adapter avec précision grâce à un réglage multitours et un second commutateur de la vitesse de balayage.branchée en permanence sur l’appareil. Tous les bons oscilloscopes possèdent une ligne à retard dans le trajet du signal . mieux vaut utiliser la sonde x 1. Il existe des modèles combinés qui offrent la commodité de l’alternative x 10 ou x 1 sur le manche lui-même. Une autre option consiste à commencer la trace retardée soit immédiatementaprès le délai choisi. qui est normalement renvoyée à la masse du châssis. Le meilleur moyen de le vérifier. en mettant en surbrillancele segmentretardé. Celle-ci. il y a possibilitéde laisser << flotter D l’oscilloscope en interrompant le retour à la terre. après le retard fixé. vous permettent d’observer. AUTRES PARTICULARITÉS DES OSCILLOSCOPES Certains oscilloscopes. sur certaines sondes. Certains de ces appareils disposent également d’un balayage mixte. une aide précieuse pendant le réglage. puis passe sur l’autre. Une autre mise en garde à propos des masses quand vous mesurez des signaux faibles ou des fréquences élevées : assurez-vous que la masse de l’oscilloscope est la même que celle du circuit à contrôler.elle vous permet de visionner le phénomène qui a produit le déclenchement et tout se passe alors comme si vous pouviez regarder un peu << en arrière >> dans le temps !) Beaucoup d’oscilloscopesrécents sont dotés d’une commande de BLOCAGE du déclencheur (trigger holdofl. par un dispositif de BALAYAGE RETARDÉ (delayed sweep). (Ne confondez pas le balayage retardé et le retard du signal. c’est de relier le petit fil de masse de la sonde à la masse du circuit et d’observer le signal sur la << masse ». La difficulté la plus courante avec ce genre de montage. mais en outre vous faire courir un sérieux danger si vous travaillez sur un montage à haute tension.d’une prise de masse et d’un manche annelé maniable. sans transformateur d’isolement. (dans les limites permises par l’appareil). il faut tourner le corps de la sonde et le bloquer ensuite par un contre-écrou. Il y a de ce fait deux séries de commandesde retard pour régler séparément ces deux points de déclenchement. Un mode particulier d’affichage. qui n’est rien d’autre qu’un morceau de câble coaxial à faibles pertes terminé par la traditionnelle pince composée d’un << grippe-fil ». Une précaution obligatoire en découle aussi : si vous branchez la pince de masse de l’oscilloscope en un point qui présente une certaine tension par rapport à la masse. qu’on appelle A INTENSIFIÉ PAR B.L’OSCILLOSCOPE réglage est bien caché . S’il est impératif de visualiser le signal entre deux points. dans ces cas-là. à son tour. C’est la sonde x 10 qu’on devrait utiliser systématiquement. c’est qu’on ne retrouve jamais ce malheureux petit fil de masse quand on en a besoin ! À moins que vous ne soyiez bien ordonné et que vous rangiez systématiquementces accessoires à leur place. soit à partir du point de déclenchement qui suit. C’est très utile quand on 481 . vous n’arriverez qu’à le court-circuiter à la masse. en ce sens que la trace commence à une vitesse.effectuerune mesure différentielle (mode ADD) en inversant une des entrées . mais uniquement la grandeur des signaux par rapport à la masse commune. Un seul inconvénient : les signaux de quelques millivolts deviennent difficiles à observer . qui empêche tout redéclenchement durant une période réglable. un segment qui cornmence un certain temps après le déclenchement. comme certaines parties des téléviseurs grand public.il devrait être nul. mais c’est potentiellement dangereux et nous ne le recommandons pas. et n’avoir recours à la sonde x 1 qu’en cas de besoin. généralement plus rapide.

huit traces simultanées. qui n’ont pas la périodicité simple d’une sinusoïde.APPENDICE A observe des formes d’ondes compliquées. en quelque sorte). des mesures de temps sur les formes d’ondes. . l’analyse du spectre. les valeurs numériques précises des tensions. qui conservent l’affichage d’un phénomène non répétitif et d’autres encore qui acceptent des modules enfichables. auquel cas la trace n’est plus calibrée. Les oscilloscopes analogiques à mémoire numérique deviennent très répandus . etc. Le cas classique. c’est le signal numérique composé d’une suite alambiquée de uns et de zéros. Il existe aussi des oscilloscopes à mémoire. avec lesquels vous pouvez observer ce que vous voulez. ils permettent l’acquisition de la forme d’onde d’un monostable et même de retracer ce qui s’est passé avant le déclenchement (de remonter le temps. à moins de toucher au vernier de balayage. Sans blocage. vous n’en obtiendriez pas une image stable.

i ) 1réel ’ tFigure B1 L Toutes ces opérations sont naturelles dans le sens qu’elles s’effectuent simplement en considérant i comme un facteur de la partie imaginaire et en appliquant pour le reste les règles normales de l’arithmé- 483 .db) + (bc + ad)i a + bi (a + bi) (c . La grandeur du produit (ou du quotient) de deux nombres complexes est simplement le produit (ou le quotient) de leurs modules. Cet appendice est destiné à vous donner l’aperçu le plus sommaire possible sur les nombres complexes et les dérivées. soustraire. L‘intention n’est pas de se substituer à un manuel qui traite de ces questions. c’est à vous de les reconnaître ! On peut additionner. le nombre obtenu en changeant de signe la partie imaginaire.2i) ( a + bi) + ( c + di) = (a + c ) + (b + d)i ( a + bi) . elle vaut la racine carrée de -1 .c ) + ( b . mais parfois. imaginaire 2. mais de remettre en mémoire des notions parfois négligées.exactementde lamême façon que les réels : IN1 = la + bil = [(a+ bi) ( a . Remarquez que i2=-1 (on l’a utilisé dans l’exemple de multiplication) et qu’on simplifie les divisions en multipliant haut et bas par le complexe conjugué.bi)Iy2 c’est-à-dire IN1 = (NN*)% obtenu simplement en multipliant par le complexe conjugué et en prenant la racine carrée. Si N=a+bi alors N*=a-bi La valeur absolue (le module) d’un nombre complexe vaut : NOMBRES COMPLEXES Un nombre complexe se présente sous la forme N=a+bi expression dans laquellea et b sont des nombres réels et i (on utilisej dans le reste du livre pour éviter la confusion avec des courants de faible valeur) est l’unité imaginaire.d)i ( a + bi) (c + di) = (ac . +-bc c2+ d2 F r r 1 te (1 . il est utile de pouvoir travailler en nombres complexes et de connaître les dérivées des fonctions (cela fait partie du calcul infinitésimal).di) -ac + bd -c + di ( c +di) ( c .(c + di) = ( a . bien que ce ne soit pas indispensable.APPENDICE B RAPPEL DE MKI’HÉ~TIQUES Pour tirer profit de ce livre. tique.On utilise parfois des caractères gras ou des barres arrondies pour repérer les nombres complexes.8 + O 1. multiplier et ainsi de suite des nombres complexes. Le complexe conjugué se note parfois par un astérisque. a s’appellela partie réelle et b la partie imaginaire.di) c2+ d2 -ad.5i (2. En outre. il faut une certaine connaissance de l’algèbre et de la trigonométrie.

effectuez simplement les multiplications nécessaires. On l'écrit d'habitude d'une autre façon. y : Im(aeib)= a sin b Si vous devez multiplier un nombre complexe par une exponentielle complexe. b ) Toujours à la manière des couples x. y ordinaire. pour convertir de coordonnées polaires en opération peut nécessiter certaines multiplicationset cartésiennes. il n'y a qu'à utiliser la formule d'Euler : divisions. sin x 484 .il suffit de multiplier ou diviser leurs modules et d'additionner ou de soustraire leurs angles : (ae'h) (ceid) = aCe'(b + 4 Vous les obtenez en écrivant le nombre sous la forme a + bi. sa pente vaut d y / h en ce point. La dérivée de y par rapport à x. La notation polaire est pratique quand on doit multiplier ou diviser des nombres complexes . du fait que certains nombres complexes aeih = a cos b + ia sin b peuvent l'être au propre comme au figuré. les nombres complexes se convertissenten coordonnées polaires. suivant la figure B2 CALCULDIFFÉRENTIEL Imaginons une fonction f ( x ) .b sin x) + i(b cos x + a sin x) a + bi H (a. on peut trouver des nombres complexes écrits simplement sous la forme de coordonnées x. Si vous dessinez la tangente à la courbe en un point quelconque.û) où R = (a2+ b2)"2et 8 = tan-'(b/a). simplement on a pris l'axe des x pour la partie réelle et l'axe des y pour la partie imaginaire de chaque nombre complexe. le nombre a + bi peut s'écrire. Il ressemble exactement à un graphi. il n'existe qu'une seule valeur de y . Le graphe représente donc la partie imaginaire (y) en fonction de la partie réelle (x) comme on le voit à la figure B 1. La fonctionf(x) doit être univoque.APPENDICE B imaginaire Cette formule qui porte le nom d'Euler. Cette Enfin. c'est-à-dire que pour tout x. Par exemple.Re(ae") = a cos b que x. La dérivée est elle-même une a + bi = (R. Si l'on va plus loin dans cette analogie. y ordinaires. Si N=a+bi N e'= (a + bi) (cos x + i sin x) = (a cos x . Vous pouvez imaginer y = f ( x ) comme étant un graphe tel que celui représenté en figure B3. puis en considérant séparément a et b. vous pouvez la retrouver en développant l'exponentielle en série de Taylor. ou encore On peut représenter les nombres complexes dans le plan complexe. que l'on note dy/& est la pente de la courbe y par rapport à x. la représentation par un angle et un rayon polaire. soit une relation qui fournit une valeur de y pour chaque valeur de x. en se servant du fait que elx = cos x + 1. On trouve donc les équivalences suivantes : N = a + bi = Re" I 6-2 Figure B2 On écrit parfois la partie réelle (ou imaginaire) d'un nombre complexe : partie réelle de N = Re(N) partie imaginaire de N = Im(N) c'est-à-dire que le module R et l'angle 8 sont simplement les coordonnéespolaires du point qui représente le nombre dans le plan complexe.

il suffit donc de poser que la dérivée vaut zéro et de résoudre par rapport à x. alors que celle de l'origine vaut zéro (nous allons voir brièvement comment calculer une dérivée). Voici quelques exemples : d . Il est souvent intéressant de trouver le minimum et le maximum de la fonction. puisqu'elle a une valeur en chaque point. Ils correspondent précisément aux valeurs qui annulent la dérivée. Voici quelques règles qui permettent de trouver la dérivée (u et v sont des fonctions quelconques de x) : Quelques dérivées . Pour les trouver. la pente au point de coordonnées (1.*-2x (B3:pente=2àx=l.u(x) d d d dx dx (a = constante) -( u dx du dv + v) =+dxdx 485 . Dans la figure B3.pente=Oàx=O) dxx d -x ex = x ex + d" dx d . la valeur de y va s'accroître de Ay. pour A x tendant vers zéro. la dérivée est la limite. En langage mathématique.sin d dx x = cos x -au(x) = a . Une fois trouvée la dérivée d'une fonction. on voudrait l'évaluer en différents points.RAPPEL DE MATHÉMATIQUES fonction.sin dx ( a = ) a cos (ux) Figure B3 Supposons que l'on donne à x un minuscule accroissement hx. Y La dernière est particulièrementutile. du rapport A y / k .l) vaut 2. La dérivation est une technique directe et il existe des tables de dérivées de toutes les fonctions courantes. c'est la formule qui permet de dériver une fonction de fonction.

tification commencent toujours à une extrémité du corps de la résistance (figure Ci). soit 24 k n a 5% c-1 Figure CI 486 . tels que certains distributeurs valeur de la résistance et les anneaux colorés d’iden. Bien que caractères gras ne s’utilisent que pour les modèles à cela puisse sembler diabolique aux débutants. indiquant la tolérance et parfois une cinquième bande s’y ajoutent parfois pour préciser d’autres paramètres (tels qu’un anneau jaune ou chiffre couleur multiplicateur O . qu’elles soient montées dans les circuits 11 33 51 82 20 ou entassées dans les tiroirs. parce qu’il n’est pas 12 nécessaire de chercher d’éventuellesétiquettesimpri. en pratique. 4.ce code 2% et à 5% de tolérance : de marquage.O 1 argent or O. il n’existent pas dans la pratique. mais qui pièces). suivi de 3 zéros. Les valeurs normalisées sont choisies de façon 15 39 62 1O 0 24 telle que les valeurs successives de la série se suivent espacées de 10% pour les séries à 2% et 5 % de tolérance et de 20% pour les modèles à 10% et Les résistances au carbone coûtent de 3 cents (pour 20% de tolérance. II existe donc une quantité de une quantité de mille pièces) à 15 cents (par 25 valeurs que le code de couleurs peut décrire. dans ce cas. les valeurs qui ne sont pas en marquage unique à anneaux de couleurs.en proposent. Une quatrième bande colorée. 1 O noir 1 1 brun 10 2 rouge 100 3 orange lk 4 jaune 10k 5 vert lOOk 6 bleu 1 M 7 violet 10 M 8 gris 9 blanc nombre de zéros -2 -1 O 1 2 3 4 5 6 7 or 5% argent 10% rien 20% exemple : rouge-jaune-orange-or signifie 2. 20% se répartissent suivant un ensemble de valeurs Voici la suite normalisée des valeurs des deux normalisées et sont caractérisées par un système de premiers chiffres. est donc indiqué.APPENDICE C CODE DE COULEURS DES RÉSISTANCES À 5% Les résistances au carbone aggloméré et à couche de orange pour signifier qu’elle répond aux spécificacarbone dont la tolérance est comprise entre 2% et tions militaires). de commander des Deux chiffres et un multiplicateur déterminent la assortiments standard.13 36 56 91 22 mées. Certains revendeurs ne livrent pas de quantités inférieures à 25 ou 50 pièces par valeur. simplifie grandement les 27 43 68 16 choses quand on veut reconnaître les valeurs de 10 30 47 75 18 résistances.

alors que les RNGOD sont des résistances composites à 1/2 W. le quatrième le multiplicateur qui indique le nombre de zéros qui suivent. alors que 1000 représente une résistance de 100 Q. Les variations de la résistance en fonction de la température. Les valeurs habituelles s’échelonnent de 10. Les modèles RN55D présentent un coefficient de température de 100 ppm/”C tandis que les RN55C (de mêmes dimensions) ne font que 50 ppm/”C. les Mepco 50232). Par exemple. spécialement à proximité de sa puissance maximale. 49R9 codifie une résistance de 49. Vous aussi. on utilise souvent des résistances à 1% . résistez. La remarque s’applique également aux résistances moulées. 1% ou mieux) doivent utiliser des résistances bobinées de précision ou des résistances à couche métallique spécialement conçues pour ces applications (par exemple. Les montages extrêmement précis et stables (nous parlons ici de O. (Remarquez que les anneaux de couleurs fonctionnent de la même façon.APPENDICE D RÉSISTANCES DE PRÉCISION À 1 % Les résistances de précision à couche métallique à 1/2% et 1% de tolérance ont connu un tel développement dans l’industrie qu’elles sont à présent disponibles à des prix compétitifs. une petite résistance variable en série pourrait encore approcher davantage la valeur 487 souhaitée. de grâce. une de 10 Q. à la place du traditionnel code à anneaux. de l’hygrométrie ou de la puissance dissipée peuvent dépasser le pour-cent.O Q à 301 ki2 au pas de 2%. Cependant. La liste qui suit en donne les valeurs normalisées. à la tentation de prendre pour exagérément pessimistes les spécifications du constructeur. 1693 signifie que la résistance vaut 169 k a .99 a à 2. 1O0 140 196 200 205 21O 215 221 226 232 237 243 249 255 261 267 274 280 287 294 301 309 316 324 332 340 348 357 365 374 383 392 402 412 422 432 442 453 464 475 487 499 511 523 536 549 562 576 590 604 619 634 649 665 681 698 750 768 787 806 825 845 866 887 909 931 953 976 102 105 107 110 143 147 150 154 158 113 115 118 121 124 127 130 133 137 162 165 169 174 178 182 187 191 715 732 . Beaucoup de condensateurs utilisent d’ailleurs le même système de marquage). Si la valeur de la résistance est trop petite pour se traduire de cette manière. elles ne sont spécifiées qu’à 1/10e ou 1/8e de watt à 70°C de température ambiante).OO MQ. mais certaines f m e s proposent des résistances similaires (bien que non conformes aux spécifications militaires) dont les valeurs s’étendent de 4. Le vieillissement peut entraîner une dérive de 0. Les résistances de précision à couche métallique ont parfois le corps marqué d’un code à quatre chiffres.5%. dans le cas limite. Dans les circuits qui demandent une très bonne stabilité et une grande précision.9 0 et IORO. on utilise la lettre R pour figurer la virgule . comme 5 cents par cent pièces et elles peuvent aussi s’acquérir en assortiment à bon prix. mais sur trois chiffres en tout. Les trois premiers chiffres représentent la valeur. il faut bien se rendre compte que. Les résistances RN55D ont les mêmes dimensions que les modèles moulés ordinaires de 1/4 W (aux normes militaires. une résistance à 1% n’est garantie dans cette fourchette de tolérance que sous des conditions données de fonctionnement.par exemple.

25% 0.01% 0.Z% 0.Ol Y0 0.25% 0.04% O.25% 2% 2% 0.O25% à 1Yo 5à25 011 P P W 170.Ol Y0 0.OlY 0 O.APPENDICE D vieillissement en charge (1 OOOh a 85°C) humidité (norme mil 202) cycle de température (-65°C à +150"C) fonctionnement à basse température (-65°C) surcharge brève soudage (à 350°C) choc (50 G.X% O.%% O.1% à 1% O.Ol Y 0 0.25% 0.5% 0.OO3% 0.25% 5%.OO5% 0.OlY 0 0.5% 0.25% 0.25% 0.15% 1Y0 4% 3% 2. 11ms) vibrations (1O à 2000 Hz) stockage (1 an) tolérances disponibles coefficient de température (PPm/"C> coefficient de tension Fém thermoélectrique résistance d'isolement 10% 15% 0. 5% 5000 25 à 100 5P P N 1O 0 2 pVPC 10 O00 MR 1 O00 MQ 488 .25% 0. 10% 0.5% 3% O.25% 0.

à moins d’avoir une bonne raison de s’y prendre autrement. avez voulu faire. les polarités. Ainsi. des règles et des trucs. séparez bien les fonctions les unes des autres. Quatre fils ne peuvent jamais se rencontrer en un seul point. Dans cet appendice. par-dessus les autres conducteurs. Aussi. Une excepsans se toucher n’ont pas de point. 2. un amplificateur différentiel comme à la V C C figure E 1. la mise à zéro en bas et les sorties à droite. nous vous soumettons des conseils de trois ordres : des généralités. Un bon schéma explicite le fonctionnement du montage. Il sortie existe des dispositions conventionnelles pour représenter les éléments . personne ne comprendrait ce que vous à ne pas faire E-.APPENDICE E COMMENT DESSINER LES SCHÉMAS Un mauvais dessin n’amène que des erreurs.V€€ numéros de broches. parce qu’il serait impossible de déterminer lesquels se croisent et lesquels se soudent. par exemple. n’essayez pas de couvrir la feuille. la mise à un au-dessus. RÈGLES 3. cependant : les portes de logique combinadessiner des petits ponts arrondis pour << sauter D toire ont deux représentations équivalentes. les valeurs des composants. +r + vcc sortie vcc + GÉNÉRALITÉS 1. Aussi. c’est une mode 4. ne dessinez pas. on a coutume de représenter un bistable en plaçant les entrées et l’horloge Figure E l à gauche. les . par exemple n’employez pas deux par un bon gros point noir . sans avoir peur de laisser des surfaces blanches. Pas d’ambigui‘tés dans les schémas. 2. entre autres doivent y figurer claireà ne pas faire ment pour éviter toute confusion. Les connexions sur les conducteurs se représentent même symbole. les fils qui se croisent dessins différents pour des bistables. Il suffit de respecter quelques règles et suggestions pour tracer un bon schéma et cela ne prend pas plus de temps que d’en produire un mauvais. Représentez toujours le même élément par le 1. Nul besoin de tion. un schéma bien dessiné est toujours simple à comprendre et représente une aide inestimable dans la recherche de pannes. Nous avons aussi émaillé notre propos de quelques extraits du bêtisier universel pour vous montrer ce qu’il ne faut pas faire. En revanche. Conducteurs et composants s’alignent horizontaqui a été abandonnée depuis les années cinquante ! lement et verticalement. 0 I 7-t + 489 .

C’est rapide. la clarté passe avant tout. la dénomination de l’appareil. un trouver comment le signal est commuté. Y 1 490 . Le trajet des signaux vers un commutateur doit à ce sujet. en formant un groupe bien délimité qui comprend le symbole. rester clair. Par exemple. bole. par des symboles avant de placer les points de exemple. Prenez un à faire E-2 crayon gras ou travaillez à l’encre. du concepteur. Ne placez pas les conducteurs ou les composants trop près d’un amplificateur opérationnel. etc. Baptisez toutes les figures dont la signification n’est pas évidente : distinguez un comparateur d’un amplificateur opérationnel. Mais si le raccordement 4. un registre à TRUCS décalage d’un compteur. Normalement. 5. tout en donnant des résultats satisfaisants. Mieux vaut écarter suffisamment les conducteurs des broches à relier à Vcc et à la masse. droite. utilisez plutôt le opérationnel qui serait alimenté par une tension symbole de masse ou une étiquette telle que +Vcc unique.APPENDICE E 7. en prenant V. toutes sortes. Ne vous escrimez pas à relier tous les conducteurs n’est pas habituel. in-extenso. nom du circuit. plutôt qu’au Figure E2 stylo à bille. 6. des ovales ou des cercles pour repérer les bornes de connecteurs de valeur. d’ondes. restez conséquent avec 2. On numérote les broches à l’extérieur du symbole. Tous les composants doivent recevoir une identification et mieux vaut leur donner aussi une étiquette. mais il ne faut pas se montrer dogmatique 10. Laissez de l’espace autour des symboles. Les conducteurs d’alimentation des amplificateurs opérationnels et des circuits logiques sont vers le haut. l’étiquette. Placez la ligne d’alimentation positive en haut de trace des conducteurs tout autour de la page pour la page. la date. par exemple un amplificateur jusqu’aux lignes d’alimentation. la négative en bas. les noms de signaux s’inscrivent à l’intérieur. 14. Vous aurez un dessin plus clair et toute la place pour les étiquettes. tels que la mise 12. Il est toujours utile d’inclure un tableau reprenant les identifications des circuits intégrés et leurs à zéro ou l’horloge. 8. N’obligez pas le lecteur à suivre à la 3. 13. De cette façon. le type ou la 9.de même que le branchement à prévoir 5. dans les circuits logiques. par exemple R7 ou IC3. leur date et leur objet. il est capital d’identifier les lignes de signaux. etc. la référence de l’ensemble. les numéros 6.comme masse. Marquez chaque élément tout près de son symd’inventer un nouveau symbole. Prévoyez aussi une place pour y enregistrer les modifications. connexion ou les croisements. Nous recommandons de dessiner les schémas à main levée sur un épais papier quadrillé à 2’5 ou 5 mm d’intervalle (à lignes bleues invisibles à la reproduction) ou sur un papier ordinaire en glissant une grille par-dessous. l’identité du dessinateur. Surtout. Pensez à composer un cartouche qui reprend le dessinez les transistors comme sur la figure E2. Ne craignez pas 1. Utilisez de petits rectangles. raccordements aux alimentations. S’il est pratique de marquer les signaux et les pour toutes les broches non utilisées d’un circuit blocs fonctionnels et de montrer les formes intégré. dessinez-le pour indiquer les tensions là où c’est nécessaire. les signaux vont de gauche à vous-même. généralement implicites. le brochage. transistor NPN tourne généralement la flèche de son émetteur vers le bas. alors qu’un PNP l’aura 11.

2 +20. Couplage par fiches cinch 50-1OA-20. Vous pensez peut-être que nous avons exagéré ? Alors. dans l’hilarité générale. courant de court-circuit 600 mA) 2.+30V 2N3055 avec radiateur A limitation de courant “entrée lecture sortie +20V. sur un unique dessin.lV 3. Q2 monte sur radiateur Wakefield 421AX (18 W. nous avons dessiné un circuit sans prétention (figure E3) pour vous montrer. B E-3 Figure E3 491 ..0 a. sachez que toutes ces bévues sont extraites de schémas dessinés par des professionnels. . notre rôle s’est limité à les rassembler.. sur le même circuit.+30V Notes : 1. Ce fut une mémorable partie de plaisir ! PS-l54Entrée 1.COMMENT DESSINER LES SCHÉMAS Pour illustrer le propos. Régler R5 pour Vsortie = +15. comment s’y prendre et ce qu’il ne faut surtout pas faire..

6 mA. tandis qu’à la tension V+correspond un courant nul. devrait ressembler à la courbe représentée. V boîte noire graphe V l I de la boîte noire (ici une diode) +1 .Comment trouver le point d’équilibre ? La méthode graphique dite de la droite de charge fait d’habitude son apparition beaucoup plus tôt dans les manuels d’électronique. outil indiscutable au temps des tubes à vide. on obtiendrait bien une réponse. mais on peut légitimement souhaiter une méthode plus directe. Sur le même graphe. quand on met en œuvre des éléments non linéaires. Voilà qui n’est pas difficile : à zéro volts. cette valeur indiquerait un nouveau courant (ici 0. comme on dépendance à la température ambiante. la résistance de 1 kQ reste comme charge. Commençons par un exemple.comme la diode tunnel.Nous n’en avons pas encore parlé parce que. de certaines tolérances de fabrication et d’une les deux courbes. entachée. Le cela de sa caractéristiquetensiodcourant. Après quelques récurrences.ov ( v+) F-2 Figure F2 Figure F1 492 . la courbe du courant dans la résistance en fonction de la tension aux bornes de la boîte noire. la reporter sur la courbe et en déduire la chute de tension dans la résistance . donc à leur intersection. On peut décider d’une valeur arbitraire du courant.APPENDICE F DROITE DE CHARGE C’est ici que la droite de charge G rempile >> et vous livre son expérience dans la résolution de ce genre de problèmes.OmA point de fonctionnement Vsortie droite de charge (fixée par V+ et R) 1N914 1 .48 mA) que l’on peut utiliser pour recommencer la manœuvre comme le suggère la figure F 1. bornes de la diode de la figure F1. Supposons que nous Tous les points intermédiairesse trouvent sur la droite voulions connaître la différence de potentiel aux passant par ces deux points. sur le graphe VU. Pourtant. Traçons à présent. mais elle peut le voir sur la figure F2.ov lmAL l 1 . il point de fonctionnement se situe nécessairement sur est vrai. la droite de charge peut reprendre du service avec bonheur. On dispose pour reportons la courbe caractéristique de l’élément. Imaginez un élément quelconquebranché à la place de la diode . il n’a pas connu les mêmes faveurs dans la conception de circuits à transistors. disons 0. le courant vaut VJR (toute la tension est présente aux bornes de la résistance).

etc. Une montée du signal va donc déterminer une famille de droites de charge parallèles qui croisent la caractéristique VI1 (la courbe est unique) de l’élément (figure 5A). la série de courbes est choisie en prenant la tension porte-source comme paramètre. une droite de charge. la tension de sortie varie le plus vite lorsque le signal d’entrée pousse la droite de charge dans la partie à résistance négative de la caractéristique de la diode tunnel. L‘exemple de la diode tunnel en illustre quelques aspects intéressants. elle repousse de la même façon le point d’intersection 493 . à condition de représenter une série de courbes de l’élément. Comme on peut le voir. ce circuit-ci présente un certain gain en tension. L‘exemple vous montre la tension de drain (sortie) pour une excursion de la tension de source (entrée) entre la masse et -2 V. en revanche. La première.etc. plutôt que sur d’autres FE. sont mieux adaptées aux semi-conducteurs. en tout état de cause. vous obtenez la caractéristique de transfert représentée. comme sur la figure F6. droite de charge ‘ G S i-’ - Figure F3 Aussi attirante qu’elle puisse paraître.). C’est ce qui arrive quand la résistance de charge est plus grande que la résistance négative. Imaginez un instant ce qui se passerait si toutes les courbes se rapetissaient d’un facteur quatre ! La seconde raison. les méthodes exposées se basent sur des paramètres fiables (Te. tube ou transistor. Quand la tension d’entrée monte. Z c / VBE. Vous pouvez alors trouver deux points d’intersection. que donner un faux sentiment de sécurité. parce que la dispersion des caractéristiques n’y est pas mentionnée. en valeur absolue. T.2 V. Si vous reprenez les valeurs de Vsofiie (la projection sur l’axe des x) pour différentes valeurs de Ventr& (les droites de charge prises séparément). charge que l’on pourrait tracer sur les courbes des transistors publiées par les constructeurs ne peuvent.DROITE DE CHARGE On peut utiliser les droites de charge pour des composants à trois bornes. Vous pouvez lire la tension de sortie correspondant à une certaine tension d’entrée en vous promenant le long de la droite de charge sur les différentes lignes qui reflètent le signal d’entrée et en projetant ces points sur l’axe des tensions. pour des tensions d’entrée proches de 0. Au retour. Remarquez que cette fois. elle intercepte des droites de charge jusqu’à ce qu’elle n’ait plus d’autre choix que de sauter sur une valeur plus élevée de tension de sortie. Les droites de diode tunnel -L - F-4 Figure F4 Il se produit un phénomène intéressant quand la droite de charge s’incline moins que la caractéristique de la diode dans sa partie centrale. ne sera jamais précise que dans une région très limitée du graphe. Les valeurs indiquées se rapportent à une résistance série de 100 Q. par définition. c’est que les courbes publiées pour les transistors sont des valeurs moyennes. En particulier. +VDD ?t. alors que la dispersion des caractéristiques peut atteindre un facteur 5.) qui sont fort inconstants. VP. La figure F3 montre à quoi cela peut ressembler dans le cas d’un transistor à effet de champ (FET) à appauvrissement. de la diode. qui ne font pas appel aux graphiques. Elle indique que. En fin de compte. c’est que pour un élément essentiellement logarithmique comme une diode à jonction. les méthodes que nous avons utilisées dans ce livre. est bien utile pour comprendre le comportement de circuits qui font usage d’éléments à forte non-linéarité. cette méthode trouve peu d’applications dans le calcul des circuits à transistors ou à FETpour deux raisons. Analysons le circuit de la figure F4. La droite de charge. Ven& remplace la tension d’alimentation de l’exemple précédent.

comme on l’a indiqué. Les diodes tunnel servent ainsi à commuter très rapidement (comme déclencheur). Ventrée ( V ) F-5 Figure F5 Vsortie ( V ) Ventrée ( V ) F-6 Figure F6 494 .APPENDICE F jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau forcée de sauter en arrière. La caractéristique globale de transfert présente de ce fait une hystérèse.

voire plus.25 V. la jonction d'un transistor de puissance moyenne.ce qui fait que. Il s'ensuit qu'aux faibles tensions collecteur-émetteur. 495 . 2N2219 r G-1 Figure G1 O L L ' L i -50 O +50 +100 +150 G-3 La tension de saturation de collecteur Vo(sat) à une valeur particulière des courants de base et de collecteur. puisque les transistors saturés sont généralement parcourus par des courants importants et peuvent s'échauffer très fort . Un modèle simple peut montrer la cause de la tension de saturation. comme on le voit à la figure G2. pour un courant donné. une partie du courant de base est << détournée >> par la conduction de la diode collecteur-base (figure G1) Ceci réduit le h F E réel et oblige à pousser le courant de base si l'on veut amener la tension de collecteurplus près de celle de l'émetteur.par exemple 10Apour une température de jonction (OC) Figure G3 tension de saturation de 0. Le problème vient de ce que la jonction collecteur-baseest une grosse diode dont le IS (équation d'Ebers-Moll) est important.de l'ordre de 0.5 V correspondent à 5 W. puissance suffisante pour entraîner à lOO"C. la différence de potentiel à ses bornes est moindre que celle de la diode baseémetteur. est aussi relativement indépendante de la température. cette limite imposée par les transistors bipolaires.C'est un avantage.APPENDICE G TRANSISTOR EN SATURATION Le sous-titre de cet appendice pourrait être : le brave transistor vaincu par la diode collecteur-base.parce que les coefficientsde température des deux diodes se compensent (figure G3).

APPENDICE G En régime de saturation. le transistor risque de sortir de la saturation. on est souvent amené à fournir de généreux courants de base ( 1/10e ou 1/20e du courant de collecteur) pour maintenir le VcE(sat) entre 0. On utilise alors un critère arbitraire comme ZC = 10 ZB. l active 5 : 0 : 0.6 5 1 20.05 V et 0. avec l’énorme augmentation de dissipation qui en résulte.2 V.4 l . Si par hasard la charge vient à réclamer un courant supérieur.IO I B I IJ 1000 G-4 1 10 1O0 Ic imA) Figure G4 496 . Les résultats de mesures reproduits à la figure G4 montrent qu’il est bien difficile de déterminer précisément quand un transistor est vraiment saturé.

5529 1. Aux fréquences de 100kHz et plus (et parfois moins aussi) la meilleure solution est de calculer un filtre passif au moyen d’inductanceset de condensateurs.2016 2.1111 0. ces filtres encombrants sont remplacés par des lignes triplaques (stripline)et des cavités accordées.2225 1.2588 1.8019 1.4142 0. en UHF et en micro-ondes.7287 1.4450 1.8478 1. nous recommandons l’excellent manuel de Zverev cité en bibliographie.APPENDICE H LES FILTRES LC BUTTERWORTH Les filtres actifs que nous avons vus dans le chapitre 4 sont très pratiques aux fréquences basses.2470 1.7071 290 1. Bien sûr.4142 .4142 190 195 0.7654 1. Il se trouve que le filtre de Butterworth est particulièrement facile à calculer.6629 0.5176 0.2470 .6560 1.O 1.7579 1.9319 1.8246 1.6180 0. O3 RL passe-haut ou coupe-bande.8478 1. accompagnées de quelques exemples.3972 1. informations nécessaires à la réalisation de filtres LC passe-bas et passe-haut de Butterworth.7988 1. dans lesquelles RL est l’impédance de charge et 03 la aussi proposons-nous. Vous pouvez O3 construire les classiques Butterworth.5576 0.3090 1.9319 1.6180 0.5529 0.5307 0.5607 1.9371 0.6629 0.6588 1. passe-bande.5 1. en quelques pages.5776 1.1951 1.6180 .4450 1 Ca 1 Ca n=5 n=6 1 00 1 00 n=7 n=8 1 00 0.7593 .8019 1. mais deviennent inutilisables aux radiofréquences en raison des exigences imposées aux amplificateurs opérationnels. (réel) = Bessel.5283 * Les valeurs de Ln et Cnsont données pour une résistance de charge de 1 R et une fréquence de coupure (-3dB) de 1 rads. (réel) = réaliser au moyen de cellules LC.6180 1.O 1.9616 0. (tableau) L.3902 1 00 0.1111 1.6944 . Les valeurs réelles se déduisent des règles de proportionnalité suivantes : Pour un filtre pusse-bus : Comme pour les filtres actifs.8944 1.5772 .9616 0.7654 0.2588 1.3820 1.0550 1. Tchebychev et Cn (tableau) C. Pour d’autres informations.5451 03176 1.O 0. Le tableau H1 donne les valeurs normalisées d’impédance et de capacité pour les filtres passe-bas de différents ordres.3333 1. toutes les fréquence angulaire (CO = 2n f).4142 1. il y a quantité de méthodes et de caractéristiquesde filtres que l’on peut RL L.4142 0.3827 1.3902 1. 497 . chacun comme passe-bas.0824 2. n=2 n=3 n=4 1 0 0 1. Voir le texte pour adapter l’échelle.

c’est-à-dire (a) pour ration.n x 106x 75 = 1310 pF 498 . Ensuite. Les relations d’échelle nous permettent de déterminer : p - + L (réel) passe-haut réel L (réel) = C (tableau) passe-bas normalisé R . voir la figure H1) et les valeurs des composants. W C(tableau) H-2 Figure H2 Cl = c 5= 2. Il s’agit tout entre eux les condensateurs et les inductances.formules données à la figure H2. tions précédentes permettent de déduire la Facteurs d’échelle pour un passe-haut : configuration (en Tou en .n est préférable du fait 1 Cn (réel) = qu’elle demande moins de bobines. r I C (réel) C (réel) = RL I wL(tableau) EXEMPLE 1 Calculez un filtre passe-bas à 5 pôles.n ..sant les valeurs normalisées du tableau H1 dans les sentés dans les sections 5.n pour réduire le nombre d’inductances. on effectue les transformations unides impédances de source et de charge égales et verselles de passe-bas vers passe-haut données à la (b) lorsque l’impédance de la source ou de la charge figure H2. Si la source et la charge ont RL L. les deux configurations sont cù Cn (tableau) bonnes . Nous allons utiliser une configuration en .5 et 5. il suffit de suivre la filtres passe-bas de deux à huit pôles dans les confi. Si l’impédance RL w Ln (tableau) de source est beaucoup plus grande. un n.APPENDICE H n pair n impair n pair H-1 Figure H1 L (tableau) + . la configuration en . -+ d . les équa. mieux vaut utiliser un T et si elle est plus petite. Ensuite.pour une fréquence de coupure (-3dB) de 1MHz. Les d’abord de décider du nombre de pôles (l’ordre du valeurs réelles des éléments se déterminent en utilifiltre) en se basant sur les graphes de réponses pré. Elles consistent simplement à permuter est nettement plus grande que l’autre. Le tableau H1 donne les valeurs normalisées des Pour construire un passe-haut. lorsque les impédances de source et de charge valent 75 a.même procédure pour déterminer ordre et configugurations les plus classiques. (réel) = même impédance.7.

! = 1’3333 = 212 pF 27~ los 104 Figure H5 Le filtre complet se trouve à la figure H4.0225 pF 104 10’ L2 = Figure H4 10’ x 0. Pour RL =10 WZ. 499 . c 2= 27~ 107 75 1’5772 = 335 pF Figure H3 c 4= = 81. l’impédance de source vaut 50 Q et la charge 10 WZ.3 mH 2 7 104 ~ ~ Le filtre résultant fait l’objet de la figure H6. nous utilisons une configurationen T. parce que Rs < <RL. pour une fréquence de coupure de 100 kHz.83uH L3 1. nous utilisons un filtre en 7 ~ parce Les relations d’échelle fournissent : C l= TC 194142 = 0. Dans ce cas-ci. puisque Rs < < RL. [ci. Nous choisissonsune configurationen Tcomme dans l’exemple qui précède.2 pF EXEMPLE II 27~ 107 75 Calculez un filtre passe-bas du troisième ordre. EXEMPLE IV Calculez un passe-bas à deux pôles adapté à une sourcede courant et une impédance de charge de 1kC2 pour une fréquence de coupure de 10 kHz.LES FILTRES LC BUTTERWORTH EXEMPLE III Calculez un filtre passe-bas du quatrième ordre. que RS »RL. Remarquez la symétrie de tous les filtres pour lesquels les impédances de source et de charge sont égales. pour une impédance de source nulle (une source de tension pure) et une charge de 75 Q. les relations d’échelle donnent : RS=o L1 1.29uH c.7071 = 11. Le filtre dans sa totalité est à la figure H5. dont la fréquence de coupure est à 10 MHz. Les équations d’échelle donnent : 2 =4240 pF c 3=2 7 T x 106x 75 La figure H3 représente le filtre complet. .

APPENDICE H EXEMPLE V
Calculez un passe-haut à trois pôles, les impédances de source et de charge font 52 a, la fréquence de coupure, 6 MHz. Nous commençons par la configuration en T, puis nous transformons les capacités en inductances et réciproquement, ce qui donne :
Cl = c 3=
L2

R,

= a

11.3 mH

1 = 510 pF 52 x 2n x 6 x 106x 1,0
J L

Figure H6

c3

L2

=

2n x 6 x 106x 2,O

= 0,690 pH

Le filtre au complet se trouve en figure H7 Nous souhaitons insister sur le fait que le domaine des filtres passifs est riche et varié et que le tableau tout simple que nous avons donné des filtres de ButterWorth n’est qu’un mince reflet de tout ce qui existe sur la question.

Figure H7

500

APPENDICE 1 P R É ~DES S RÉFÉRENCES DE CIRCUITS INTEGRES
Tranche de vie : Vous devez remplacer un circuit intégré, ou au moins trouver quelques données à son sujet. Vous lisez : DM8095N 7410 NS sur le boîtier à DIP à seize broches. Qu’est-ce que cela ? Le << 7410 >> a une bonne tête de logique ?TL, vous en commandez quelques-uns. Ils arrivent une semaine plus tard, en boîtiers DIP à quatorze broches ! Vous vous tapez la tête au mur (bon sang, mais c’est bien sûr !) quand vous vous voyez ramené une semaine en arrière, à ceci près que vous êtes maintenant à la tête d’un petit stock de portes NAND à trois entrées, à titre de consolation. Il vous manquait une liste des préfixes des circuits intégrés qui vous eût permis d’identifier rapidement le fabricant. Elle ne vous manquera plus. Cet appendice est notre contribution à la mise en ordre du chaos. Il n’a pas la prétention d’être rigoureux ni complet, surtout parce que la liste s’allonge tous les jours. (Épilogue : le circuit mystère est un 8095, triple tampon TTL trois états de National Semiconductor, fabriqué pendant la dixième semaine de 1974.)
Préfixes
ACF, AY, GIC, GP, SPR AD, CAV, HAS, HDM ADC, DM, DS, LF, L K , LH, LM, NH AH Am AM AN Bt BX, CX C, 1, i CA, CD, CDP CA, TDC, MPY, THC, TMC CM, HV CLC CMP, DAC, MAT, OP, PM, REF, SSS CY D, DF, DG, SI DS EF, ET, MK, SFC, TDF, TS EP, EPM, PL
F, A, L, Unx

Fabricant General Instrument (GU Analog Devices National Semiconductor (NSC)
Optical Electronics Inc. Advanced Micro Devices (AMD) Datel Panasonic BrooMree Sony lntel GE/RCA TRW Supettex Comlinear Monolithics Cypress Siliconix Dallas Semiconductor ThomsodMostek Altera Fairchild/NSC Ferranti Gazelle Lattice GE Harris Hitachi HoneywelI Motorola GE/lntersil

PRÉFMES Les différents fabricants de circuits intégrés utilisent des distincts (habituellement) au début des références de leurs circuits intégrés, même si un circuit identique est produit par plusieurs fabricants. Le << DM >> de l’exemple précédent caractérise un circuit logique fabriqué par National Semiconductor (ce que rappelle aussi le sigle << NS D). Voici une liste de la plupart des préfixes courants (et moins courants).

FSS, ZLD GA GAL GEL HA, HI HA, HD, HG, HL, HM, HN HAD, HDAC HEP, MC, MCC, MCM, MEC, MM, MWM ICH, ICL, ICM, IM

501

APPENDICE 1
I DT
IMS INA, ISO, OPA, PWR IR
i n , MIC

lntegrated Device Technology Siemens lnmos Burr-Brown Sharp
I n

OM, PCD, PCF, SAA, SAB, SAF, SCB, SCN, TAA, TBA, TCA, TDA, TEA, U TML TP TPQ, UCN, UCS, UDN, UDS, UHP, ULN, ULS

AEG, Amperex, SGS, Siemens, Signetics, Telefunken Telmos Teledyne Philbrick Sprague Teledyne Semiconductor NEC Amtel VTC VLSl Technology Inc. (VTI) Xicor Xilinx Exar Zilog Ferranti Hewlett-Packard (HP)

KA L L, LD L, uc

Samsung SGS Siliconix, Siltronics Unitrode Sanyo LSI Computer Systems Linear Technology corp. Mitsubishi Analog Systems, Marconi Maxim Fujitsu MOS Technology Microsystems International Plessy Mitel Teledyne-Amelco, Monolithic Memories Micro Networks Micro Power Systems
Oki

TSC
PB, PC, PD V VA, VC

LA, LC
LS LT, LTC, LTZ M MA MAX MB MCS MIL ML, MN, SL, SP, TAB ML, MT MM MN MP MSM
N, NE, PLS, S, SE, SP

VT
X

xc
XR Z ZN
5082-nnnn

Signetics Gigabit Logic Nitron Apex AMDAAMI Rockwell Raytheon EG&G Reticon AMI ESMF Silicon General Texas Instruments (TI) Silicon Systems Toshiba

nnG
NC PA PAL

SUFFIXES Les lettres utilisées comme suffixes indiquent le type de boîtier et la gamme de température. Les gammes de température standard sont au nombre de trois : << militaire >> (-55°C à +125"C), << industriel >> (-25°C à +SOC), << commercial >> (OOC à +70"C). La gamme commerciale convient pour toutes les applications normales destinées à fonctionner à l'intérieur. Naturellement, chaque fabricant a ses propres suffixes, sujets à des modifications fréquentes. Assurezvous d'avoir choisi le bon suffixe au moment de passer une commande, au besoin demandez de 1' aide au distributeur.

R
R, Ray, RC, RM RD, RF, RM, RT, RU

S
SFC SG SN, TL, TLC, TMS

ss
T, TA, TC, TD, TMM, TMP

CODES DE DATE La plupart des circuits intégrés et des transistors, comme beaucoup d'autres composants électroniques, portent un code à quatre chiffres qui indique la date de fabrication : les deux premiers chiffres indiquent l'année, les deux derniers la semaine, << 7410 >> indique la dixième semaine de 1974 (la deuxième semaine de mars). Cette indication est utile quelquefois, par exemple pour évaluer l'âge des

502

Si vous trouvez un taux de défaillance anormalement élevé dans un lot de circuits intégrés (les fabricants ne testent que des échantillons de chaque lot .PRÉFIXES DES RÉFÉRENCES DE CIRCUITS INTÉGRÉS composants qui ont une durée de vie déterminée (les condensateurs électrolytiques.malheureusement.entre autres) . O. Comme les circuits intégrés ne sont pas des denrées périssables. il n’y a pas de raison d’en refuser à cause d’une date de fabrication ancienne. 503 . ne les remplacez pas avec des composants qui portent le même code de date. les composants dont la durée de vie est la plus courte (les piles ou accumulateurs) portent un code volontairementimpénétrable. 1% seulement des circuits intégrés que vous achetez ne satisfont pas les spécifications). Les codes de date des composants peuvent aussi vous aider à évaluer la date de fabrication d’un appareil électronique du commerce.O1% à O.si bien que la date de fabrication reste inconnue.

1988. un régulateur de tension positive ajustable à trois broches (extrait du Recueil de caractéristiques 2N4400-644012. 504 . Nous avons choisi des composants répandus ou typiques. nous avons reproduit trois feuilles de caractéristiques. LM3 17. un transistor pour petits des circuits linéaires National Semiconductor. 1978. Vous trouverez dans les pages suivantes les caractéristiques de : LF4 11-412. autorisation de Motorola Products Inc. en recherchant spécialement des feuilles de caractéristiques complètes et claires. 1974. signaux répandu (extrait de la Bibliothèque de semi. avec l’aimable conductor Corp.telles qu’elles sont imprimées par le fabricant. Vol 1. 1.APPENDICE J FEUILLES DE CARACTÉRISTIQUES Dans cet appendice. une série répandue d’amplificateurs opérationnels à JFET (extrait du Recueil de caractéristiques National Semiconductor.). Vol.). avec 1’aimable autorisation de National Semiconductor Corp.avec l’aimable autorisation de National Semiconducteurs Motorola.).

395 37 1 175 178.INDEX A absorption diélectrique accélérateur.102 87 91 157 140 396 d’annulation d’isolement de compensation de différence de laboratoire de mesure de précision différentiel différentiel à haute tension émetteur commun en alternatif en continu FET gain commutable gain variable haute tension inverseur loganthmique magnétique non linéaire non-inverseur paire à rétroaction série piézo pseudo-différentiel pUSh-pUIl RIAA sommateur stabilité thermique tension tension continue transconductance transimpédance transrésistance vidéo zéro automatique amplificateurdifférentiel àFET annulation de VBE asymétrique chemin de retour déphaseur effet Miller gain mode commun paire à longue queue source de courant amplificateurinverseur.237 24 1 169 464 67.425 427 76.82 179 179 129 151 139 169 177.238 175.105.238 79.184 453 41 8 131 101 100 1O0 101 102 1O 0 98 100 1O 0 178 527 . système optique affaissement affkhage multiplexé alimentation à découpage amplificateur auto-élévateur auxiliaire bloc secteur courant constant de laboratoire découplage faible bruit faible dérive haute tension lecture à distance modulaire non régulée ondulation précision programmable push-pull régisseur régulée réjecti on symétrique alimentation régulée contre-réaction dans discret alimentation simple amplificateur opérationnel amplificateur à découpage à gain fini alimentation atténuation audio avec rétroaction négative base commune bruit cascode charge active classe A CMOS linéaire commande par tension continu 222 63 169 133 305 366 25 1 43 1 366 387 384 328 46 1 379 379 373 326 387 330 334 379 328 323 354 187 406 47.466 175 425 24 1 405.424 395 98.condensateur adaptatif.217.322 185 185 93 76 1O0 79 79.185. impédance d’entrée amplificateuropérationnel 419 464.422 235 25 1 71 91 239 103 432 79.420.354 104 104 187 227 418.

191.213.410 246 400 403 210 177.193 191.134.400 190 194 395 250 192 192.249 191 191 191 191.195 196.400 191.407 400 16 16 16 33 1 171 113 367.194.195 403 182 412 223.215 403 192.372 301 19 91 94.213. amplificateur auto-élévateur impédance auto-transformateur B 3ack diode Jalayage.417 193 190 190 191 191 192 intégrateur inverseur-suiveur inversion de phase le 741 et ses amis logarithmique non compensé output impedance output swing plage d’entrée différentielle plage de tensions d’entrée de mode commun posemètre programmable redresseur règles d’or répandu rétroaction en continu saturation slew rate source de courant stabilisé par découpage suiveur suiveur avec auto-élévateur surcompensé symbole tampon de puissance temps d’établissement tension d’entrée différentielle tension de décalage tension de décalage à l’entrée vitesse de montée zéro automatique amplitude crête à crête efficace anti-traction antistatique appauvrissement appel de courant arbitraire.224. bruit à faible puissance ajustage au laser alimentation simple amplificateur différentiel amplificateur inverseur amplificateur non-inverseur amplificateur sommateur annulation de la tension de décalage auto-échauffement avertissements bande passante charge capacitive collecteur ouvert common-mode input range compensation compensation de fréquence compensation de polarisation compensation du décalage compromis courant d’entrée courant de décalage courant de décalage à l’entrée courant de polarisation courant de polarisation moyen courant de sortie de précision dé-compensé déphasage dérive de la tension de décalage diflerential input range différentiateur distorsion distorsion de croisement écrêteur actif erreur de gain erreurs d’entrée erreurs de sortie excursion de sortie faible bruit gain gain en boucle fermée idéal impédance d’entrée impédance de sortie influence de la température input bias current input current input impedance input offset current input oflset voltage 196 183 191 212 217 246.317 300 457 528 .215 188 177 21 1 183 182 192 180.402 191 227 193 416 223 415 400 407 191 452 192.181 403. phase atténuateur audio.405 179 183 25 1 176 186 412 183 195 192 192.183 96 58 49 19 313.227 230 21 1.INDEX 176.96. générateur nllast lande latérale unique lande passante.190.225 21 1.417 233 191 246.194 236 190.401 191 195.227 185 177 178 185 192.

420 52 149 333 333 354 87 88 137 41 61 87 9 2 42 2 64 68 160.400.INDEX barrière de potentiel capteur de température référence base commune Black Harold Blackmann. collecteur-émetteur claquage. filtre CAZ (commutating auto-zero) CEI.236 239 46 1 246 94 147 17. diagramme bootstrap break-before-make bruit amplificateur à découpage amplificateurdifférentiel bande passante courant de courant de grenaille de popcom de scintillement densité facteur FET gaussien haute fréquence Johnson Johnson.336 103 175.448 437 438 448 458 448 434 455 453 457 344 444 436. charge de collecteur circuit ouvert circuit parallèle circuit résonnant circuit série claquage. 89 128 274 424 33 1 308 12 132 223. base-émetteur claquage secondaire classe A.432 420 449 457 440 441 435. cordon césium. étalon de fréquence charge active capacitive de grille inductive injection chatterton choc électrique chute de tension circuit accordé 56 68 267 79. amplificateur CMOS commutateur commutateur analogique courant de repos linéaire protection verrouillage coaxial.417 162. comme source de test mesure pseudo-aléatoire référence de tension résistance rose source température tension transistor Zener budget d’erreur carte-mère cas le plus défavorable cascade. 128.456 453 439 440 440 344 396 Q comme charge de transistor circuit bouchon circuit intégré circuit LC. RC en cascode miroir de courant source de courant à JFET Cauer.relation d’impédance blindage magnétique Bode.171 150 56 159 159 121 135 342 97 64 302 220.441 45 1 436. oscillateur commutateur amplificateuropérationnel C Canal canal N canal P capacité de grille MOSFET des FET câble blindé charge contre-réaction des FET jonction Miller capteur de température 113 113 113 161 141 135 223 102 146 102 102 345 529 .244 187 345 330. connecteur coefficient de température courant de collecteur courant de drain des FET fuite de grille référence collecteur auto-élévateur claquage Colpitts.326 91 142 142 154 156 149.

232.146 147 220.181 9 69 147 530 .424 396 33 30 37 42 21 58 7 156 connecteur BNC broche coaxial encartable fiche banane LEM0 MHV multi-points phono SMA TNC type D type F type N constante de Boltzmann contre-réaction par l’émetteur alimentation régulée effet sur l’impédance d’entrée parallèle résiteur d’émetteur convertisseurcontinu-continu convertisseur courant-tension convertisseurtensiodfréquence coude coupe-bande couplage capacitif croisé de charge magnétique courant condensateur d’ionisation par impact de fuite de grille de grille dynamique de polarisation de repos de repos.64.220.382.384 156 107 166.244 244 153 154.435 86.INDEX analogique CMOS compensation RON défaut de linéarité diaphonie FET JFET logique MOSFET puissance transfert de charge transistor transitoires vidéo commutation de puissance comparateur amplificateur différentiel compensation amplificateur amplificateur à rétroaction amplificateur opérationnel annulation de pôle pôle dominant surcompensation complexe condensateur accélérateur amplificateur d’isolement compensation de fuite d’accélération de blocage de compensation de découplage décharge découplage domaine des fréquences domaine du temps effet mémoire équation différentielle faibles fuites filtrage filtrage d’alimentation filtre flottant mémoire puissance réactance réactance (abaque) temporisation types variable conductance conduction en classe A 124 119.233 101 175 175 246 250 248 25 1 31 63 469 399 234 36 410 42 23 50.168 148 220.371 24 24 222 23 396 334 42 42 152.220.244 244 141.316 384 383 180.316.364. choix du définition diode régulatrice dynamique gain limitation régulateur shunt source Zourt-circuit protection :ourt-circuitant 55 56 55 56 55 56 56 56 56 56 55 56 56 55 79.459 412 420 460 23 136 135 135 137 135 154 21 1 2 294.141.148.244 153.244 148 144 124 101.94 84 104 87 158 84 336 184 295 273 280 26.158.

128 294.284 227 39 98 336. condensateur déformable. variation d’impédance distorsion de croisement distribution gaussienne diviseur de tension écrêteur équivalent de Thévenin généralisation DMOS double alternance. 135.88 61. claquage !metteur-suiveur alimentation symétrique avec amplificateuropérationnel 74.413 133 245 157 39 304 147 236 25.90 61 133. effet Ebers-Mol1 équation modèle échantillonneur-bloqueur échelon écrêtage CMOS linéaire diode diviseur de tension écrêteur actif dfet mémoire.374 338 Zener programmable dissipateur distorsion.amplificateur diode à faible fuite amortissement circuit de collecteur compensation de seuil de roue libre écrêtage non linéaire palliatif pour la fuite de diode polarisation de bases porte réglable régulateur de courant régulatrice de courant rétablissement rapide Schottky signal suppression tunnel varicap Zener Zener compensée 95.416 435 7 50 Il 35 158 45 47 104 114 156 68 137 E Early.182 157 50 50 325 223 222 128. miroir démarrage en douceur démultiplexeur analogique densité de bruit dépassement détecteur de crête détecteur de passage à zéro détecteur de proximité diagramme de phase diapason.159 84 84 81 81 82 72 84 68 65 71 186 L-- 531 .105.336. filtre :mballement thermique Smetteur contre-réaction découplage du résisteur impédance résistance intrinsèque Smetteur à la masse Smetteur commun amplificateur polarisation Smetteur-base.163 333 170 274 121. condensateur zffet Miller zficace vrai jlectrostatique.338 219 378 63 52 362 50 51 220 93 49 94 124. redresseur doubleur de tension drain FET dynamique courant impédance dynamique.INDEX D Darlington complémentaire fuite saturation seuil super-bêta dé-sensibilité décalage thermique décharge condensateur électrostatique RC décibel (dB) découplage. oscillateur diaphonie différence de retour différentiateur amplificateur opérationnel domaine de fréquence différentiel.385 95 95 95 95 95 236 422 23 170 24 16 42.336.50 169 372 143 437 272.221 18 70. 151.384 370 49. courant 343 317 65 92.370 48 64 15 302 14.décharge :lliptique.

267 150 144 36.462 73 impédance de sortie jonction linéarisation multiplexeur oscillateur polarisation automatique polarités région infraseuil région linéaire remplacement des transistors bipolaires résistance commandée ROFF RON 133 114.287 275.273 37.141 commutateur analogique 124.38.82 67 82 67 70. oscillateur faible seuil.82 69 67 68 56 113 23 161 155 150 308 325.138 appariés 113 appauvrissement 115 applications 141. commutable passe-bas.158 commutateur de puissance 396 compensation des fuites 115 conduction de grille 113 courant de grille 135 courant de grille dynamique 114 courbes V-1 143 démultiplexeur 133 détecteur de crête 122 dispersion 143 échantillonneur-bloqueur 135.158 FET 129 amplificateur 132 amplificateur différentiel 123.302.306 125 113 122 121 113 138 141 141 138 124 134 124 120 114. condensateur équilibrage d’émetteur ET.40.126.124 139 143 125.INDEX couplage alternatif gain impédance impédance de sortie isolement polarisation protection court-circuit push-pull régulateur de tension encartable.126.277 42 41 59 283 272 38.124.132.225 commutateur 124. auto-élévateurcomme bande passante de bruit Bessel biquad Butterworth Cauer commutation de condensateur comparaison dans le domaine temporel condensateur coupe-bande crachement de réjection dépassement déphasage double T elliptique Gauss largeur de bande constante LC marche d’escalier multi-étages paramètre passe-bande passe-bas passe-bas.71 F 438 458 455 289 161 352 104.275 282 273 274 285.137 effet Miller enrichissement 113 117 grille isolée facteur de bruit facteur de crête facteur Y faible bruit.146 capacité 119 caractéristiques universelles 132 charge active 124 circuits de base 115. commutateur à FET passe-haut - 532 .272 284 274 275 280 302 457 40 27 1 269.120 113. porte établissement.113. source de courant 70 68. connecteur enrichissement équation différentielle. temps étalon atomique étoile de masse excursion. MOSFET faible tension de déchet saturation source de courant suiveur tampon tension de pincement tension de seuil transconductance types filtre actif actif.129 113 276 184 457 273.

364 435 m équation programmable puissance uni taire gaine thermorétractile garde Gauss. source de courant hystérésis 1 IDSS 302 102 169 182 234 120 32 32 237 238 14.76. FET gain amplificateur à transconductance commande automatique émetteur-suveur en boucle en boucle fermée en boucle ouverte en courant en courant. effet Miller haute tension.68 14.281 280 457 267 458 278 59 270 269 33 1 269 273 275 274 152. détecteur 269 272. petits signaux en tension 119 78 138 82 236 236 236 61.275 268 300 274 280. filtre générateur d’impulsions générateur de rampe grille charge CMOS couplage de charge maillée gyrateur 235 151 61 180 333 135. vecteur front.87 178 178 237 76’84 65 Jr fuite. non-inverseur dans l’amplificateur à rétroaction émetteur commun émetteur-suiveur mpédance de sortie dans un amplificateur à rétroaction émetteur commun mpulsion ndicateur nductance comme charge 238 84 18 57 27 52 533 .268 39 308 104 16 19 39 25 104 150 47. pilote piézo Howland.passe-tout phase linéaire pôles décalés polyphasé premier ordre programmable Q constant RC. bande passante de bruit RC en cascade RLC.469 275 19 27 148. condensateur fluctuation-dissipation fonction de transfert fonction trigonométrique fréquence angulaire compensation de coupure domaine étalon gain unitaire réponse synthétiseur Fresnel.107 66 61 impédance circuit parallèle circuit série d’entrée de sortie dynamique négative petits signaux source tampon à FET Thévenin impédance d’entrée d’un amplificateurinverseur d’un amplif. oscillateur haute fréquence.83.431. commutateur à FET fusible calibre retardé G GaAs.331 33 1 332 H Hartley. bande passante de bruit réponse aux impulsions ronflement Sallen et Key sans inductance secteur sensibilité Tchebychev Thomson tolérance flottant.162 171 148 446 270 299 16 246 104.255 13 13 133 13 65.318.

221.amplificateur nœud 155 178 2 534 .244 27 1 K Kirchhoff complexe loi 32 2 L lampe. 196.283 196.INDEX face au condensateur réactance réactance (abaque) variable intégrateur amplificateur opérationnel commutation de condensateur domaine de fréquence inter-régulation interférence interrupteur effet Hall logique transistor va-et-vient inverseur amplificateur CMOS condensateur flottant de tension inverseur-suiveur isolement. régulation d’amplitude LC.405 326 376. défaut de logarithmique amplificateur convertisseur logique intermpteur niveaux LSI (intégration à grande échelle) 302 41 326.105 101 89 88 89 89 \98 464 405 362 170 158 396 169 162 135. coup de MOS vertical MOSFET capacité de grille charge de grille claquage commutateur de puissance commutateur logique dérive du décalage en parallèle en série faible seuil impédance de grille série substrat zone de sécurité mu1timètres (encadré) multiplexeur analogique multiplicateur.396 161 162 142.316.462 141 437 354 354. effet miroir de courant charge active effet Early imperfections rapports Wilson mode commun annulation taux de réjection modulation 1argeur d’impulsion moquette.158 153 401. circuit lecture LED limitation de courant LinCMOS linéaire.167 153. tension multiplieur 37 1 46 1 460 457 308 459 325.224.381 249 88.381 333 166.321 405 121 130 217 52 54 19 1 N NON-ET.243. amplificateur 39 32 37 58 26. porte non-inverseur.225 286 39 37 1 436 53 54 54 63 55 177 153 152 382 183 464 M magnétique amplificateur blindage captation marche d’escalier maser masse étoile mélangeur équilibré microphonie microprocesseur régulateur de tension micropuissance régulateur Miller.225 117 327 10 143 47 140 J JFET commutateur jupe 113 225. FET linéarité.

redresseur polarisation amplificateur CMOS linéaire amplificateur en émetteur commun automatique JFET courant émetteur à la masse résisteur source de courant tension polarisation défectueuse pôle pôles décalés pont. loi onde carrée onde triangulaire ondulation passe-bande réjection opto-coupleur oscillateur atomique circuit intégré Colpitts commandé par tension compensé en température dent de scie diapason ECL faible bruit faible distorsion FE.296. 294. filtre 1O0 24 1 464 158 436 305 37.299 132.288.312 308 307 302 243.375.306.368.464 267.376 324 3 33 33 158 158 336.32 4 18 17 45.324. différentiateur pont de Wien porte diode ET NON-ET potentiomètre tension de décalage de 1’ amplificateuropérationnel potentiomètre ajustable préamplificateur.371.O Ohm.268. généralisation Ohm.290.334 27 1 68 367.295 307 288 304 306 289 301 132.38 36 535 .292. MOSFET programmable amplificateuropérationnel protection. sonde 31.170 21 1. dopage photo-multiplicateurs pic pic de commutation Pierce.270. filtre passe-haut. composant phase.302. 284.305 289 307 30 1 295 299 288.286.280.300.323.306 307 302 305 302 302 307 305 306 297. déphasage phosphore.276.376 169 PUSh-PUll 67 amplificateur tampon à amplificateuropérationnel 186 P paire à longue queue paire à rétroaction série paire torsadée parallèle. faible bruit précautions de manipulation.310.278. résisteur 61 38 405 373 18 299 306 395 40 237 47 70 158 84 125 135 82 161 73 70 70 40 268 284 301 49 155 155 8.282.298.295 59 passif. oscillateur plage dynamique plan s point de sommation point milieu.T harmonique Hartley haute fréquence JFET LC modulaire parasite Pierce quadrature quartz relaxation salve couleur saturation sinusoïde tableau de valeurs triangulaire oscilloscope.58 192 57 447 149. 274.215 318. 304. surtension protection modulaire puissance circuit réactif condensateur FET MOSFET purge. contre-réaction parasite oscillation passe-bas.272.213.302.308.

compensation rondelle isolante rubidium.376 6 5 8.449 372 3 19 374 5 379 377 399 93 121.233 237 233 237 185 144 142 321 308 104 289 287. 161 233 6 58 7 233 336.128 352 352 384 68 352 376 ’ 373 ’ 362 362 354 354 68 FET intrinsèque de base négative thermique résisteur caractéristiques coefficient de température coefficient de tension couche métallique d’émetteur. impédance de sortie 22 1 183 30 1 49 160 15 16 19 15 160 74 185 77 . étalon de fréquence 138 440.237 183 175.336 336 336 48 3 13. oscillateur quartz.58 336 24 175 235 236. oscillateur repliement réseau absorbeur RC réseau beta réseau de protection réseau en T résistance charge de commutateur à FET 17 29 48 336 188.429 142 S sample-and-hold saturation amplificateuropérationnel oscillateur Schottky. alimentation régulée discrète relaxation.225.336 182 349 349 318 378 362 355 318 348 124.321 53 236 171 179. stabilité thermique d’équilibrage de polarisation parallèle précision puissance pull-up purge raccourcis série variable rétablissementrapide retardateur rétroaction avec amplificateur à gain fini effets sur les amplificateurs en continu négative parallèle positive série RIAA.INDEX Q quadrature.223 45 47 47. diode régulateur de tension à quatre bornes à trois bornes comme source de courant émetteur-suiveur faible tension de déchet flottant haute tension indirect inverseur micropuissance pour microprocesseur Zener régulé. onde carrée quadrature. limites régulateur double faible tension de déchet fort courant indirect inverseur suiveur tension de déchet tripode régulateur de courant. diode sécurité.299 158 R rampe réactance redressement redresseur actif double alternance point milieu pont rétablissement rapide Schottky signal référence de tension règles d’or. zone de signal amplitude générateur sinusoïdal SOA voir zone de sécurité sommateur sortie. oscillateur à 300 297.399. amplificateur RON RON.

bande latérale unique substrat MOSFET suiveur àFET à FET appariés amplificateur opérationnel avec auto-élévateur impédance de sortie tension de décalage suppresseur de transitoires surtension.384 175 100 180.INDEX source de courant améliorée avec rétroaction amplificateur digérentiel amplificateur opérationnel excursion Howland impédance imperfections plage de tension de sortie polarisation programmable référence VBE résisteur transistor source de tension source. suiveur à FET de déchet 180.79 78 78 79 400 28. théorème thyristor tolérance. alimentation synthétiseur Sziklai. 129.370 274 120.448 78.129 8 114 300 117 163 134 134 179 183 133 134 33 1 280 53 78 47 19 95 d’entrée différentielle de pincement de seuil définition diviseur doubleur électrostatique multiplicateur nombre complexe polarisation source thermistance Thévenin.50.466 334 447 47.333. 102 107 104 87 68 64 74 95 T tampon. facteur surtension inductive susceptance symétrique. 89.418 186 273 64 192 360 318 74 23 150 272 76 51 134 318 537 . filtre télécommande tempco de la tension de décalage température capteur jonction transistor de compensation temps.58 318. filtres transconductance amplificateur de transistor définition modèle transfert de charge transformateur caractéristiques de ligne de transmission échauffement indirect pour minimiser le bruit torique variable transimpédance.359. FET SSB.464. domaine temps d’établissement temps de montée tension amplificateur continue. configuration 9.181 73 182 126 74 182 73 72.334 378 447 46 1 58 79 62 76 96. généralisation Thévenin.79.88 75 72 72. 10. reconstitution de décalage.123.35.132 94 321 103 66 61 69 102 75. gain unitaire tampon de puissance Tchebychev.amplificateur transistor amplificateurde courant amplificateur en émetteur commun appariés auto-élévateur(bootstrap) ballast base commune bêta bipolaire bloqué capacité cascode charge inductive charge stockée circuit LC comme charge de collecteur claquage base-émetteur collecteur comme source de courant compensation de température configuration Darlington 183 120 120 1 7.70 47 170 47 31 70 8 367 42 8.

diode 15 gain inductance résistance résisteur transformateur Variac vanstance vco vcxo ventilateur verrouillage.128 super-bêta 95 tension de claquage collecteur-émetteur 74 transconductance 78.81.336 68 343 68 69 337 74.234. 89.326. CMOS vidéo.376 301 89 Z Zener à trois bornes avec émetteur-suiveur coefficient de température diode dissipation programmable puissance réduction des ondulations compensée en température zone de sécurité 370 68 313 13. intégration à très grande échelle VMOS vobulateur.129 unijonction 382 zone active 64 transitoire commutateur analogique 148 commutation 299 transrésistance 184. commutateur vieillissement. miroir 313. (voir balayage) 139 58 138 58 58 58 53 295.373 U unijonction 289 V valeur absolue valeur efficace variable condensateur 224 456. 110 effet Miller 101 émetteur-suiveur 64 en série 376 faible bruit 442. filtres vitesse de montée redresseur actif VLSI.114 saturé 69 sensibilité à la température 81 source de courant 72.238 amplificateur 79 trigger de Schmitt 232.243.289 tunnel.INDEX de puissance 318 dissipation 318 écrêtage 70 effet de champ 113 effet Early 74.299 307 320 150 144 308 188 1 158 19 W Widlar Wien.68. pont Wilson.448 interrupteur 63 mauvaise polarisation 71 modèle d’Ebers-Mol1 61 NPN 62 parallèle 326 paramètres h 61 PNP 62 point de fonctionnement au repos 70 polarisation 66 polarisation appairée 86 polarisation par diodes 93 puissance 159 push-pull 322 règle empirique 85 règles pratiques 80 résistance intrinsèque d’émetteur 82 saturation 63.458 58 .160.

Centres d'intérêt liés