Vous êtes sur la page 1sur 12

Cours de grammaire tibétaine Notions de base Padmakara 2008 - 2009

Les exemples de phrase sont extraits de:

ÉÊ Ê{:-r<-:#-:è,-<ë-/¸¥,-0-/º¥#<-<ëÊÊ Ékk;1-bo#=-<m-#$-7#-;=-+$-.}-.-;-/,-.8m-0[{+-Q}#=-<m-#,+-0&+q -0bo#=-=}kk kk

Traductions en français:

Les trente sept pratiques de bodhisattvas – Gyalse Thogme – Editions Padmakara ; et les cahiers de Tib'étude (tome 3) de Dominique Thomas -Editions Dzambala Le Tonnerre du Mantra – Djamgoeun Kongtrul – Editions Marpa

Le cours s'appuie principalement sur le manuel de Dominique Thomas cahiers de Tib'étude (tome 2) mais inclut des précisions et des exemples nouveaux.

Nous utilisons aussi la grammaire: « Le Clair Miroir » de Kesang Gyurme, éditions Clair Miroir (épuisé).

Bases essentielles – Leçon 1 - La structure d'une phrase tibétaine

Le tsheg est le signe en forme de point (avec une léger allongement vers le bas en écriture « dbu can* ») qui se trouve entre les « unités » d'expression ou « tsheg bar ».

Le shad est un trait vertical qui se trouve à la fin d'un vers en poésie ou à la fin d'une partie de phrase mais il ne représente pas forcément la fin d'une phrase. La fin d'une phrase est en général marquée par une syllabe. On trouve le « gcig shad », le « gnyis shad » et le « bzhi shad ».

La stucture usuelle d'une phrase:

Nom + adjectif qualificatif + adjectif numéral + adjectif démonstratif , article + pluriel une facultatif

8ë,-),- &è,-ýë-

Qualité

grand-grande

0$-ýë-

beaucoup

7+Ü-

ce-cette

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

2ì-

marque de pluriel

Module 1-

8ë,-),-&è,-ýë-#%Ü#-

8ë,-),-&è,-ýë-5Ü#-

(Une grande qualité ; « gcig ou zhig » facultatif)

8ë,-),-&è,-ýë-0$-ýë-7+Ü-2ì- (Ces nombreuses grandes qualités)

Une particule grammaticale agit toujours sur ce qui précède et non sur ce qui suit

Le verbe est toujours à la fin de la proposition qu'il anime

+0-ý7Ü-&ë<-`Ü<-8ë,-),-&è,-ýë-0$-ýë-7+Ü-2ì-\è:Ê

+0-ý7Ü-&ë<-`Ü<-8ë,-),-&è,-ýë-0$-ýë-7+Ü-2ì-8/{;Ê

dam pa : supérieur, éminent, traduit parfois Noble; 'i : particule de liaison reliant dam pa et chos; chos – Dharma (de nombreuses autres significations aussi); kyis : particule que nous verrons plus tard – qui indique « l'agent « c'est à dire le sujet où ce qui permet au verbe de s'accomplir; chen po : grand; yon tan : qualité; mang po : beaucoup; 'di : ce (démonstratif équivalent à ceci – autre démonstratif : « de » équivalent à cela) tsho: marque de pluriel (il en existe d'autres) spel : pour spel ba - verbe transitif – augmenter, accroître, développer 'phel : pour 'phel ba - verbe intransitif – augmenter, s'accroître, se développer

;

;

Lorsqu'une particule est située immédiatement après un verbe, elle agit sur toute la proposition animée par ce verbe (exemple Tib'études 3 - page 15).

+:-/-/{+-+$-7eë9-/-/%°-2$-/7Ü-:ß<-7+Ü-iá/-&è,-P-/ß-Cè+-ý9-+!7-/-*ë/-ý7Ü-¸¥<-7+Ü9-/+#-#5,-7"ë9-/7Ü-

02ì-:<-/…:-e7Ü-dÜ9Ê

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

Bases essentielles – Leçon 2 - La particule de liaison

Les différentes appelations:

7oè:-…- drel dra (Wylie: 'brel sgra)

La particule de liaison ( & Tib'Etudes II, page 8) – Le Génitif - Relatif ( & Clair Miroir, page 5)

La marque de la particule de liaison:

En fonction de la lettre du mot qui précède:

#Ü-`Ü-bÜ-7Ü-8Ü-

Ses fonctions:

1. Permet d'associer à un nom une information complémentaire le concernant.

Le déterminant + le déterminé

2. La particule peut lorsqu'elle est placée à la fin d'une proposition après le verbe introduit une opposition avec la proposition qui suit: mais, tandis que

Remarques:

L'information associée au nom est situé avant la particule de liaison (Rappel: Une particule grammaticale agit toujours sur ce qui précède et non sur ce qui suit)

La particule de liaison n'associe des informations qu'à des noms, pas aux verbes.

Les emplois de la particule:

1. L'information peut être un nom, ou un nom suivi d'un adjectif;

La roue du Dhrama

&ë<-`Ü-7"ë9-:ëÊ

2. L'information peut être un adjectif ou assimilé – établir une relation qualitative;

La fleur odorante

lÜ-5Ü0-bÜ-0è-)ë#

3. La particule peut marquer la possession;

Mon ami

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

$7Ü-ië#<-ýëÊ

4. La particule peut marquer l'appartenance;

Les branches de l'arbre

;Ü$-Zë$-#Ü-8,-:#

5. Le drel dra peut établir une relation entre le lieu et l'objet qui s'y trouve;

Les oiseaux sur les arbres

;Ü$-Zë$-Yè$-#Ü-eè7ß

6. Le drel dra peut établir une relation entre un déterminant et un déterminé dont la nature est

identique; Le signifiant (le mot qui signifie) et le signifié (le sens à exprimer) – (Remarque; byed et bya qui sont

respectivement la forme présente et la forme futur du verbe « byed pa » expriment respectivement: l'agent et et l'action à réaliser, mais nous verrons ça plus tard en détail)

Bë+-eè+-`Ü-2Ý# /Bë+-e7Ü-+ë,Ê

7. L'information peut consister en une proposition entière (donc placé après un verbe suivit dans certains cas de pa ou ba – nominalisateur);

Des personnes qui pratiquent le Dharma

&}=- ] }+-.8m- [ {-0vÊ

Rappelons que la particule peut lorsqu'elle est placée à la fin d'une proposition après le verbe introduit une opposition avec la proposition qui suit: mais, tandis que Une action peut être utile pour l'un, mais s'avérer nuisible pour l'autre.

#%Ü#-:-.,-ý9-7b²9-/-8ÜÊ e-/-#5,-:-#,ë+-ý-rÜ+Ê

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

Bases essentielles – Leçon 3 - La particule de liaison

Rappels sur la particule de liaison

Correction de la leçon 2

7. L'information peut consister en une proposition entière (la particule est donc placée après un verbe souvent suivit de pa ou ba – nominalisateur); Des personnes qui pratiquent le Dharma; ou plus littéralement: des personnes, pratiquantes du Dharma

&}=- ] }+-.8m- [ {-0vÊ

D'autres exemples d'une particule de liaison après un verbe (sans pa ou ba):

Tant que l'on n'a pas obtenu/atteint

0-*ë/-`Ü-/9-¸¥-

L'apparence de rigpa arrivant à la plénitude

:m#-.-3+-;--/{0=-< m- ' $-0-

Un exemple de deux particules de liaison se succédant:

Tant qu'on n'a pas atteint la première terre de bodhisattva

7.#<-ý7Ü-<-0-*ë/-`Ü-/9-¸¥-

Les différentes appelations:

A {+-…- (Wylie: byed sgra)

La particule agentive

La particule agentive ( & Tib'Etudes II, page 32) ou l'ergatif-instrumental ( & Clair Miroir, page 12)

La marque de la particule de liaison:

En fonction de la lettre du mot qui précède:

#m=-< m=->m=-=-9m=-

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

Ses fonctions:

La particule agentive ou ergatif-instrumental a trois fonctions:

l'agent, l'instrumental ou la cause.

Exemples d'utilisation:

1. L'agent – Le bucheron coupe du bois

<m$-1",-> m=-<m$-#%}+-.:- A {+-

2. L'instrumental – Le bucheron coupe du bois avec sa hache

<m,-1",->m=- % -:{=-<m$-#%}+-.:- A{+-

3. La cause – Puisque, bonnes ou mauvaises toutes les pensées/apparences sont éphémères

7.#<-ý7Ü-<-0-*ë/-`Ü-/9-¸¥-/6$-$,-bÜ-[$-/-:-D#-ý-0è+-ý<Ê ¸¥<-D#-·â-7&Ü-/-0Ü-D#-ý-/Vë0Ê

Puisque, bonnes ou mauvaises toutes les pensées/apparences sont éphémères tant qu'on n'a pas atteint la première terre de bodhisattva, méditons sans cesse sur la mort et l'impermanence.

(extrait du Chemin de la Grande perfection page 91)

4. La manière

exemple: par étapes, graduellement :m1-> m=-

Bases essentielles – Leçon 4 - La particule de direction

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

Les différentes appelations:

:-+ë,-bÜ-…-- (Wylie: la don gyi sgra)

La particule de direction ( & Tib'Etudes II, page 22) ou particule LA ( & Clair Miroir, page 21) - distinguée en fonction casuelle et fonction non- casuelle

La marque de la particule de liaison:

En fonction de la lettre du mot qui précède:

<ß-9-9ß-¸¥-,-:-·â-

Ses fonctions:

La particule ladeun donne globalement une information quant à la direction du verbe :

où, vers où, vers qui, dans quel contexte, dans quel but?

Exemples d'utilisation:

1. :-9-

Objet cible

eÜ<-ý-+#-:-…å$-0<{+Ê

Raconter une histoire aux enfants

Faites la différence entre les deux phrases suivantes:

;-:-<ë-/{/Ê

;-6Ê

Mordre dans la viande

Manger de la viande

2. :-9- Marque de possesseur

$-:-/ß-0ë-8ë+Ê J'ai une fille

8ß0-:-r<-;Ü#-7há$<Ê

La mère a donné naissance à un fils [un fils est né à la femme]

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

3.

<ß-9-9ß-¸¥-,-:-·â-

Indicateur de lieu et de temps, où se passe l'action vers quoi se dirige

l'action

.-8ß:-:-:ë#

&±7Ü-Yè$-,-7dëÊ

Revenir au pays

Flotter sur l'eau

(Ü-;9-¸¥-89-:$<Ê Se lever à l'aube

4. <ß-9-9ß-¸¥-,-:-·â-

La finalité, le but de l'action

ië$-#<è/-·â-$:-Ië:-eè+-:-7iëÊ Aller au village pour travailler

5. Dans la construction d'adverbes. La manière.

]o=-.:-

respectueusement

6. Sert de lien entre les verbes

*}0-.:-8+}+-.- Vouloir obtenir

Nous verrons dans une prochaine leçon : La marque d'incorporation et les significations de la particule en fin de proposition

Bases essentielles – Leçon 5 - La particule de provenance

Les différentes appelations:

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

7e³$-"ß$<-`Ü-…-

(Wylie: 'byung khungs kyi sgra )

La particule de provenance ( & Tib'Etudes II, page 40) – La marque de l'ablatif ( & Clair Miroir, page 44)

La marque de la particule de liaison:

,<- :<-

Ses fonctions:

1. ,<-:<-

Indicateur de l'origine ou de la source, on distingue une source réelle générant

l'objet d'une source causale ou spatio-temporelle. La première emploit :< et la deuxième

,= mais cette distinction n'est pas toujours faite dans la pratique.

/-:<-7ë-0-7'ë-

7'ë-

W -13~-,=-(-8 Ap $-

Cas particulier de l'indicateur de citation:

0+ë-:<-

2. :<- ,<-

Construction du comparatif et du superlatif

Exemple avec chen po, grand

u$-ýë-&è-&è,-ýë-9è+-

aè+-9$-$-:<-&è-/-9è+-

&è-/- Forme comparative de &è,-ýë-

e-+è-2ì-,$-,<-H-e-&è-;ë<-9è+-

&è-;ë<- Forme superlative de &è,-ýë-

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

3.

,<-

indique une délimimitation avec /9-

4.

w-/-+$-ýë-,<-/%°-ý7Ü-/9-¸¥-

,<-

indique l'agent

Fonction que l'on trouve dans les textes anciens bien qu'elle ne soit pas mentionnée dans les grammaires. Elle est similaire à la fonction de la particule agentive. On peut la comprendre ainsi: c'est de ce sujet dont provient l'action.

5. ,<-

indique une circonstance de manière

Fonction similaire à l'instrumental dans l'idée: « de la vient » naturellement par exemple on a:

$$-#Ü<- naturellement, voir les trente sept pratiques stance 3.

$$-,<- en état de. Exemple: <è0<-þë-/7Ü-$$-,<-

6. indique un rapport d'antériorité

,<-

þè<-,<-7&Ü-/-

dans un état de tristesse

:<- indique aussi une opposition et une fonction de connecteur temporel (nous verrons cela en

niveau II) En attendant voici deux exemples si vous voulez vous entraîner (solutions Clair miroir pages 49 et

50): Vë-$-0"7-:-7.$<-b²9-,Ê &#-ý-(Ü+-:<-#5,-%Ü-7e³$-Ê ;Ü$-#Ü-Iè-0ë-,-‡è7ß-+è-7¸¥#-ý-:<Ê +e9-bÜ-¸¥<-<ß-&9-e³$-,<-‡è7ß-#;è9Ê

Bases essentielles – Leçon 6 - La marque d'incorporation Complément à la leçon 4: la particule de direction

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

L'appelation:

+{-(m+-;-8'v#-.- (Wylie: de nyid la 'jug pa)

Le sens d'identification ( & Tib'Etudes II, page 27) La marque d'incorporation ( & Clair Miroir, page 35 )

La marque de la particule de liaison:

En fonction de la lettre du mot qui précède:

<ß-9-9ß-¸¥-:-·â-

Fonction

Quel que soit la nature du verbe, différentiatif ou indifférentiatif, l'objet et l'action, bien qu'étant distincts sont considérés comme étant unis. La fonction de la particule LA est dans ce cas appelée « cela même ».

Exemples

{-8Ü#-#Ü-8Ü#-&-F0<-/ë+-8Ü#-¸¥-/€ç9Ê Traduire les textes chinois en tibétain

yë/-8ß,-*ß$-¸¥-/)$-Ê

Raccourcir le temps des études

*ß$-¸¥-#)ë$-Ê

Raccourcir

0è-9ß-7/9Ê

S'enflammer

Différent de: Le feu brûle 0è-7/9-

{:-/7Ü-/Y,-ý-"-#(Ü+-<ß-bè<-)è-Ië+-ý9-7b²9Ê L'enseignement du Vainqueur se trouva divisée en

deux voies, et des querelles commencèrent;

8ë-7"ë#-7¸¥#-,-l$-ýë9-/r$-Ê

S'il y a sournoiserie, comportez-vous honnêtement

Bases essentielles – Leçon 7 - les citations ou le discours rapporté

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-

Nous avons déjà vu que la particule « las » peut être utilisée pour indiquer une citation. Par exemple:

0+ë-:<- Dans (d'après) les soutras

Remarquons aussi qu'un verbe de citation ou de discours rapporté peut être lié à la proposition

précédente par ý9-

ou /9-

(Clair Miroir page 84)

Etudions les phrases suivantes:

Ê7ë,-`$-+è<-8ß,-¸¥-+/è,-ý-/Yè,-5Ü$-020<-:-#,<-ý-+$-Ê v-0-:-0ë<-µ¥<-/þè+-%Ü$-#<ë:-7+è/<-l#-·â- e<-,<-XÜ$-9ß<-/þè+-+è-/Vë0<-,-Dë#<-ý-/D,-ýë-*ë/-ý9-#<ß$<-:Ê #:-)è-Vë0-8ß,-*ß$-,<-2é-7+Ü9-Dë#<-

ý-0-/D,-`$-Dë#<-ý-#;7-0-/9-+ë9-7&9-/9-/5è+-+ëÊ

$,-<ë$-#<ß0-bÜ-Z¨#-/W:-+è-F0<-,Ü-0Ü-+#è-/-/%°-<ë#<-ZÜ#-ý7Ü-:<-`Ü-7o<-/ß-8Ü,-ý9-*ß/-ý<-#<ß$<Ê

Dans les soutras le Bouddha dit que tous les phénomènes sont sans essence

0+ë-F0<-:<-&ë<-*0<-%+-$ë-/ë-(Ü+-0è+-ý9-*ß/-ý<-#<ß$<Ê

Faire la différence avec les phrases suivantes:

Les phénomènes dépendants sont appelés des bases d'attribution / Plus littéralement: Bases d'attributions est le nom donné aux phénomènes dépendants

7+ë#<-ý7Ü-#5Ü-#5,-+/$-:-#<ß$<Ê

L'on donne au troisième le nom de « roue de parfaite distinction »

#<ß0-ý-:-:è#<-ý9-F0-ý9-dè-/7Ü-7"ë9-:ë-5è<-e7ë-

Cours de grammaire tibétaine – Notions de base – Gwénola Le Serrec 2008-2009

Module 1-