Vous êtes sur la page 1sur 51

REVUE DE PRESSE SEMAINE DU 6 AU 13 AVRIL 2009

LA VIE DU MODEM............................................................................................................................................................................. 4
TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU .......................................................................................................................................... 4
La Montagne – 10 Avril 2009 – MONTPEYROUX : Bayrou et le Modem au coeur de la ruralité................................................................. 4
Le Figaro – 10 Avril 2009 - Bayrou défend l'équilibre des territoires.............................................................................................................. 4
AGENDA ............................................................................................................................................................................................... 5
Marielle de Sarnez......................................................................................................................................................................... 5
Paris Première – « La Blonde et moi »............................................................................................................................................................. 5
Réunion publique de Marielle de Sarnez avec le Général Philippe Morillon, à Chelles (77), le 24 Avril 2009............................................... 5
Corinne Lepage.............................................................................................................................................................................. 6
La Voix du Nord – 12 Avril 2009 - Corinne Lepage, tête de liste du Modem, à Boulogne (Nord) le 14 mai.................................................. 6
3eme convention thématique européenne à Bouin mercredi 15 avril (Pays de la Loire) ........................................................ 6
Elections européennes : rendez-vous à venir avec les partis politiques .................................................................................... 6
VIE INTERNE ........................................................................................................................................................................................ 6
Evelyne Biausser nommée déléguée départementale du Mouvement démocrate des Alpes-Maritimes........................................................... 6
REACTIONS ET INTERVENTIONS ......................................................................................................................................................... 7
François Bayrou ............................................................................................................................................................................ 7
10 avril 2009 - Université et recherche: le Mouvement Démocrate demande des états généraux.................................................................... 7
9 avril 2009 - François Bayrou : les européennes seront un "nécessaire message" au pouvoir, l'élection "de bons députés" et la défense
"d'une certaine idée de l'Europe"...................................................................................................................................................................... 7
Jean-François Kahn ...................................................................................................................................................................... 8
7 avril 2009 - Jean-François Kahn : les proches de Sarkozy cherchent à "diaboliser" François Bayrou .......................................................... 8
Jacqueline Gourault ...................................................................................................................................................................... 8
Délits d’opinion - 7 avril 2009 - “Il faut reconnaître le rôle que doivent jouer les collectivités locales dans le contexte de crise actuel” ....... 8
INTERVIEW MODEM DE LA SEMAINE : OLIVIER HENNO SUR L’IMMIGRATION ET BESSON ........................................................... 10
LE MODEM DANS LES MEDIAS..................................................................................................................................................... 10
PRESSE ............................................................................................................................................................................................... 10
Aujourd’hui le Maroc ................................................................................................................................................................. 10
12 Avril 2009 - La séquestration des patrons fait polémique ......................................................................................................................... 10
AFP ............................................................................................................................................................................................... 11
11 Avril 2009 - Bayrou: René Monory, "la liberté de penser" et "la force de l'action" .................................................................................. 11
Le Figaro ...................................................................................................................................................................................... 11
10 avril 2009 - Bayrou défend l'équilibre des territoires ................................................................................................................................ 11
9 Avril 2009 - Européennes : Bayrou nationalise le vote ............................................................................................................................... 12
6 avril 2009 - PS et Modem ont "incité à la violence" (UMP) ....................................................................................................................... 12
6 avril 2009 - Pour Guéant, Bayrou doit «arrêter de mentir» ......................................................................................................................... 13
Le Journal du Dimanche............................................................................................................................................................. 14
10 Avril 2009 - Bennahmias: "Face à la crise, la nécessité de l'UE".............................................................................................................. 14
Actu-environnement.................................................................................................................................................................... 15
8 avril 2009 - Vivre autrement : Corinne Lepage.......................................................................................................................................... 15
7 avril 2009 – Corinne Lepage : Le développement soutenable est-il le grand perdant du G20 ?.................................................................. 16
Rue89............................................................................................................................................................................................ 18
3 avril 2009 - OGM : "Le gouvernement a fait un bras d'honneur" à Lepage ................................................................................................ 18
Le Nouvel Observateur ............................................................................................................................................................... 19
7 avril 2009 - Violences à Strasbourg : "Où était la police?", s'interroge le Modem...................................................................................... 19
France soir ................................................................................................................................................................................... 19
7 avril 2009 - Europe - Bras de fer politique autour de la Turquie................................................................................................................. 19
Libération..................................................................................................................................................................................... 20
9 Avril 2009 - Cohn-Bendit: Bayrou «a été touché par la Vierge» ................................................................................................................ 20
6 avril 2009 - Bayrou, roi du surf................................................................................................................................................................... 20
Le Monde ..................................................................................................................................................................................... 21
8 avril 2009 - MM. de Villepin et Bayrou se courtisent mais le mariage n'est pas pour demain................................................................... 21
20 minutes .................................................................................................................................................................................... 22
9 Avril 2009 - Bayrou appelle au vote sanction contre Sarkozy, pour Cohn-Bendit il a été «touché par la Vierge» ..................................... 22
9 avril 2009 - Les radicaux de gauche renoncent aux européennes et ne donnent pas de consigne de vote ................................................... 22
Les Indiscrets ............................................................................................................................................................................... 23

1
10 avril 2009 - Confidentiels - Le livre «anti-Bayrou» de Paillé est prêt ....................................................................................................... 23
Les Echos...................................................................................................................................................................................... 23
7 avril 2009 - Surendettement: un texte commun NC-UC déposé mercredi au Parlement............................................................................. 23
Euractiv ........................................................................................................................................................................................ 23
6 avril 2009 - Les européennes relancent le débat sur une clarification juridique des SSIG .......................................................................... 23
L’Union ........................................................................................................................................................................................ 24
11 Avril 2009 - MoDem Vive la crise ! ......................................................................................................................................................... 24
AUDIOVISUEL..................................................................................................................................................................................... 25
Clip Expression directe 4 mn...................................................................................................................................................... 25
Marielle de Sarnez....................................................................................................................................................................... 25
On refait le monde ? RTL - 7 avril 2009 ........................................................................................................................................................ 25
Le Téléphone sonne - France Inter - 6 avril 2009 .......................................................................................................................................... 25
Corinne Lepage............................................................................................................................................................................ 25
Canal plus le 8 avril 2009 (entre 21’11 et 33’52)........................................................................................................................................... 25
Revu et Corrigé .............................................................................................................................................................................................. 25
Parlons net - 3 avril 2009 ............................................................................................................................................................................... 25
Corinne Lepage à Amiens .............................................................................................................................................................................. 25
Européennes : Réunion publique 6 avril à Asnières pour la liste Ile-de-France.................................................................... 25
Robert Rochefort......................................................................................................................................................................... 25
TV7 - 7 avril 2009.......................................................................................................................................................................................... 25
Jean-Luc Bennahmias................................................................................................................................................................. 25
Sylvie Goulard ............................................................................................................................................................................. 25
Jean-Marie Beaupuy ................................................................................................................................................................... 26
France 3 - 7 avril 2009 ................................................................................................................................................................................... 26
Jean-François Kahn .................................................................................................................................................................... 26
RCF - 6 avril 2009 ......................................................................................................................................................................................... 26
Jean Peyrelevade ......................................................................................................................................................................... 26
Déplacement à Besançon ............................................................................................................................................................................... 26
Université populaire 2eme session : panne de transmission, panne d’éducation................................................................... 26
Université populaire 1ere session : liberté numérique ............................................................................................................. 26
LE MODEM EN REGIONS ................................................................................................................................................................ 26
NORD.................................................................................................................................................................................................. 26
La Voix du Nord – 11 Avril 2009 - La même volonté de rompre avec une époque....................................................................................... 26
La Voix du Nord - 9 avril 2009 - La R’humeur. Delebarre satisfait Yana ..................................................................................................... 27
La Voix du Nord - 8 avril 2009 - Martine Beuraert défendra les couleurs du Dunkerquois et du MoDem.................................................... 27
La Voix du Nord - 7 avril 2009 - Le numéro deux du MoDem en soutien à Anzin ....................................................................................... 28
Nord Eclair - 6 avril 2009 - Olivier Gacquerre promeut son site comme « un outil de vérité » ..................................................................... 28
La Voix du Nord - 6 avril 2009 - Le changement de centre de Patrice Adjibi ............................................................................................... 29
La Voix du Nord - 5 avril 2009 - MoDem-PS, on se rapproche à Wattrelos.................................................................................................. 30
SUD ..................................................................................................................................................................................................... 30
Midi Libre – 11 Avril 2009 - Européennes Le MoDem espère 3 députés pour le Sud-Ouest ........................................................................ 30
Dernières Nouvelles d’Alsace - 9 avril 2009 - Perpignan / Elections municipales ........................................................................................ 30
Midi-Libre - 9 avril 2009 - Jean-Paul Alduy (UMP)...................................................................................................................................... 31
Midi-Libre - 8 avril 2009 - Municipales : Cl. Ripoull (Modem) prend déjà date ........................................................................................... 31
Rivierabiz.com - 7 avril 2009 - Nouvelle ligne de Tramway à Nice : les propositions du Modem azuréen................................................... 32
Nice premium - 7 avril 2009 - Christophe Tukov, magistrat niçois et candidat aux Européennes : "Ce scrutin est important pour le
MoDem"......................................................................................................................................................................................................... 32
EST ..................................................................................................................................................................................................... 33
Dernières Nouvelles d’Alsace – 11 Avril 2009 - La 5e section est en place .................................................................................................. 33
Le Progrès – 12 Avril 2009 – Jura : Régionales : Gérard Faivre se verrait bien tête de liste ......................................................................... 34
Le Progrès - 7 avril 2009 - Jean-François Kahn à Saint-Claude et Lons-le-Saunier ...................................................................................... 34
Vivre-à-Chalons - 5 avril 2009 - Eurpéennes : un seul bourguignon sur la liste de J.F. Kahn ....................................................................... 34
Dernières Nouvelles d’Alsace - 6 avril 2009 - Déconnexion temporaire ...................................................................................................... 35
OUEST ................................................................................................................................................................................................ 35
Ouest France - 7 avril 2009 - Arthuis veut rassembler le centre dans les urnes ............................................................................................. 35
Maville.com - 6 avril 2009 - Européennes : la liste MoDem pour le Grand Ouest ........................................................................................ 35
Ouest France - 6 avril 2009 - Deux mairies, trop pour un seul homme ? ....................................................................................................... 35
LYON ET SA REGION .......................................................................................................................................................................... 36
Le Progrès de Lyon - 8 avril 2009 - MoDem : résoudre les crises « économique, financière, ...................................................................... 36

2
climatique ».................................................................................................................................................................................................... 36
SUD-OUEST ........................................................................................................................................................................................ 37
Sud-Ouest - 10 avril 2009 - CUB : le Modem tousse..................................................................................................................................... 37
Sud-Ouest - 9 avril 2009 - Un Modem conquérant ........................................................................................................................................ 37
Sud-Ouest - 7 avril 2009 - Bayrou sur le tard................................................................................................................................................. 37
Sud-Ouest - 7 avril 2009 - Pour une Europe « plus proche des gens ».......................................................................................................... 38
Sud-Ouest - 6 avril 2009 - Le Modem se veut « très conquérant » ................................................................................................................ 39
Sud-Ouest - 6 avril 2009 - Les Celanese girls ................................................................................................................................................ 40
Sud-Ouest - 5 avril 2009 - Plus de 1 000 pour que vive la « langue d'ici » .................................................................................................... 40

ACTUALITES ...................................................................................................................................................................................... 41
EUROPEENNES ................................................................................................................................................................................... 41
Le Monde - 8 avril 2009 - Européennes : les partis français tardent à s'organiser.......................................................................................... 41
CRISE ................................................................................................................................................................................................. 43
Le Télégramme - 10 avril 2009 - Sarkozy se recadre à droite........................................................................................................................ 43
Le Figaro - 8 avril 2009 - Des 18 juin à la pelle............................................................................................................................................. 43
Le Parisien - 8 avril 2009 - L’axe du mal ! .................................................................................................................................................... 44
REMUNERATIONS DES PATRONS ....................................................................................................................................................... 44
Développement durable - 3 avril 2009 - Rémunérations des patrons : Le Sénat désavoue le gouvernement ................................................. 44
HADOPI .............................................................................................................................................................................................. 45
Numerama – 10 Avril 2009 - Hadopi : 5 idées d'actions pour amplifier la mobilisation (MAJ) .................................................................... 45
4. Envoyer en masse des modems à François Bayrou :............................................................................................................................. 46
Le Figaro - 9 avril 2009 - Téléchargement : la loi de retour à l'Assemblée fin avril ..................................................................................... 47
TRAVAIL DOMINICAL ........................................................................................................................................................................ 48
Le Point - 8 avril 2009 - Sénat - Les amendements sur le travail dominical finalement retirés...................................................................... 48
TEMPS DE PAROLE DES PARTIS ......................................................................................................................................................... 48
Le Monde - 9 avril 2009 - Le temps de parole présidentiel devra être décompté dans l’audiovisuel ............................................................. 48
AFFAIRE TAPIE .................................................................................................................................................................................. 50
AFP - 7 avril 2009 - Recours dans l'affaire Tapie: le tribunal administratif se dit incompétent..................................................................... 50
Mediapart - 6 avril 2009 - Affaire Tapie: la bataille judiciaire reprend sur deux fronts................................................................................. 50
REMANIEMENT MINISTERIEL ........................................................................................................................................................... 50
Le Figaro – 10 Avril 2009 - Comment se prépare le prochain remaniement.................................................................................................. 50
Mag2lyon - 7 avril 2009 - Mercier à l’agriculture ? ....................................................................................................................................... 51

3
LA VIE DU MODEM

TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU

LA MONTAGNE – 10 AVRIL 2009 – MONTPEYROUX : BAYROU ET LE MODEM AU COEUR DE LA RURALITE

C'est au coeur de la ruralité, à Montpeyroux, que le MoDem a planché jeudi sur l'aménagement du territoire.
Une thématique au centre des enjeux européens.
Plus de deux heures et demi durant, il a écouté les intervenants, s'est nourri de leurs propositions pour bâtir le
projet européen du MoDem qu'il porte sans renoncement.
À Montpeyroux, hier, son président François Bayrou, a pris le pouls de la France rurale, chère à cet enfant du
Béarn.
Convaincu, devant l'« effondrement » du modèle capitaliste, que la France et l'Europe sont « au basculement
d'un siècle », le candidat à la Présidentielle de 2007 a cueilli dans cette convention européenne, les fruits du
programme qu'auront à défendre ses candidats. Dans la perspective des Européennes le 7 juin.
À commencer par la tête de liste Jean-Marie Beaupuy, hier au côté du Clermontois Michel Fanget.
Toutes les générations étaient là pour plancher sur la désertification, sur les transports, sur l'avenir des services
publics? Un laboratoire d'idées (*).
« Dans 20 ans, quel pays voulons-nous ? C'est cette question qui est posée », a affirmé François Bayrou,
persuadé que la France et l'Europe doivent « retrouver une inspiration, une vocation ». En héritier de Maurice
Schumann et de Jean Monnet, inventeurs de l'idéal européen, le président du MoDem a vigoureusement
défendu un « modèle de société humaniste », renvoyant dos-à-dos UMP et PS qui « se présentent à cette
élection comme adversaires, mais votent ensemble à Strasbourg pour soutenir les mêmes politiques ».
Une raison supplémentaire, assure-t-il, pour « élire de bons députés européens », « envoyer un message au
pouvoir » et porter un « projet pour l'Europe ».
(*) Les restitutions sont mises en ligne sur le site Internet www.mouvementdemocrate.fr
Cédric Gourin
cedric.gourin@centrefrance.com

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/clermont_ferrand/elections_europeennes_bayrou_et_le_modem_au_
coeur_de_la_ruralite@CARGNjFdJSsEHxkACho-.html

LE FIGARO – 10 AVRIL 2009 - BAYROU DEFEND L'EQUILIBRE DES TERRITOIRES


De notre envoyé spécial à Montpeyroux (Puy-de-Dôme), Rodolphe Geisler

Le président du MoDem participait jeudi à une convention thématique de son parti en Auvergne.
Grande ordinatrice de la campagne du MoDem pour les élections européennes, Marielle de Sarnez a bien failli
se faire prendre à son propre piège. Jeudi, pour sa deuxième convention européenne thématique, cette fois
consacrée à «l'égalité des chances entre les territoires», la numéro deux du parti centriste avait choisi non pas
une salle climatisée d'un hôtel, mais le cadre champêtre de Montpeyroux, un petit village classé, à quinze
kilomètres de Clermont-Ferrand. «Pour parler d'aménagement, ça me paraissait mieux», dit-elle. Mais voilà !
C'était sous-estimer la capacité de François Bayrou à s'émerveiller devant les paysages du parc des volcans
d'Auvergne.
Malgré un timing serré, le président du MoDem n'a pu en effet résister à la tentation d'une petite balade dans les
ruelles ensoleillées de la petite cité médiévale. L'occasion de retrouver ses vieux réflexes de campagne : aller
saluer les habitants attablés aux terrasses des deux restaurants, ou encore demander aux gamins leur niveau
scolaire. À chaque fois, la même phrase : «Ça m'a fait plaisir de vous voir.»
Marielle de Sarnez, elle, lui rappelle l'heure qui tourne. Près de trois cents militants «orange» l'attendent dans
une salle municipale pour notamment débattre des «services publics en France et en Europe» en présence de
Jean-Marie Beaupuy, eurodéputé sortant, tête de liste dans la circonscription Centre (régions Auvergne, Centre,
Limousin). Finalement, après un dernier regard sur un massif enneigé, le député du Béarn n'aura qu'un petit
quart d'heure de retard.
4
D'ici à la mi-mai, le MoDem a prévu huit conventions décentralisées du même genre. «Notre souci, explique
François Bayrou, c'est d'associer contenu et terrain pour recréer de la proximité avec les gens.»«Nous voulons
être ceux qui les écoutent», ajoute Marielle de Sarnez, qui rappelle que, depuis le 15 octobre, quelque 3 500
adhérents ont participé au projet du MoDem.
«Énergies»
François Bayrou, qui a déjà effectué une première tournée dans les régions, s'étonne presque du
«renouvellement extraordinaire des énergies» des militants. «C'est surprenamment actif», confie-t-il même,
maniant un néologisme. Après le week-end de Pâques, la campagne du MoDem devrait encore monter en
puissance. Quatre mille délégués cantonaux devraient à partir de cette échéance effectuer des tractages chaque
week-end jusqu'au 7 juin.
Mais en attendant, jeudi, après que son ami Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques comme lui, eut
défendu «plus de pouvoirs aux maires», François Bayrou a déploré «ces projets politiques, fondés sur la seule
rentabilité». «Nous avons un modèle de société à défendre en Europe et par l'Europe, qui est notre modèle
français d'équilibre des territoires et des services publics qui assurent l'égalité», a-t-il lancé devant une
assemblée acquise. Le leader centriste a encore dénoncé «cette gestion, non seulement inhumaine, mais
stupide» des campagnes, qui aboutirait, selon lui, «au désespoir et au découragement». Il faisait alors référence
à la disparition des médecins de campagne.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/10/01002-20090410ARTFIG00315-bayrou-defend-l-equilibre-des-
territoires-.php

AGENDA

MARIELLE DE SARNEZ

PARIS PREMIERE – « LA BLONDE ET MOI »

Tête de liste européenne, vice-présidente du Mouvement Démocrate, elle était l'invitée de l'émission "La
Blonde et moi" présentée par Alexandra Golovanoff sur la chaîne câblée Paris Première dimanche 12 avril à
12h50.
L'émission sera rediffusée le 14 avril à 7h15, le 15 avril à 00h55 et 7h30, le 18 avril à 7h55.

REUNION PUBLIQUE DE MARIELLE DE SARNEZ AVEC LE GENERAL PHILIPPE MORILLON, A CHELLES (77), LE 24
AVRIL 2009

Marielle de Sarnez, Bernard Lehideux, Fadila Mehalet les membres de la liste du Mouvement Démocrate
vous invitent à participer au débat « Quelle Europe pour quel monde ? »avec la participation du Général
Philippe Morillon le Vendredi 24 avril à 19h30au Centre culturel - Théâtre de Chelles
Place des Martyrs de Châteaubriant 77500 Chelles
(près de la rue du 11 novembre)
Accès :
- Par la route : RN34 jusqu’à Chelles / A104 Francilienne, sortie Chelles / A4 sortie Champs-sur-Marne, puis
suivre Gournay et Chelles (dans Chelles suivre Centre culturel).
- Train transilien Gare de l’Est - Meaux descendre à Chelles-Gournay
- Ligne RER E - Eole - depuis Haussmann / St Lazare ou Magenta : descendre à Chelles-Gournay
Inscrivez-vous par mail à : europeennes.iledefrance@gmail.com ou par téléphone au 01 53 59 20 00.
Et surtout ne pas oublier, que le 16 avril, sera présentée la liste francilienne en présence de François Bayrou à
11h à La Bellevilloise - 19,21 rue Boyer, 75020 Paris.

5
CORINNE LEPAGE

LA VOIX DU NORD – 12 AVRIL 2009 - CORINNE LEPAGE, TETE DE LISTE DU MODEM, A BOULOGNE (NORD) LE
14 MAI

Les élections européennes du 7 juin prochain se profilent. Le Mouvement démocrate prépare sa campagne.
Corinne Lepage sera la tête de liste du Mouvement démocrate (Modem) pour la région Nord-Ouest qui
regroupe le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Normandie. Localement, les démocrates s'organisent pour
soutenir sa campagne. Un « lieu ressources » est ouvert au 6, rue des Pipots à Boulogne le mercredi et le samedi
matin. « Les Boulonnais sont invités à y passer pour discuter et réagir aux propositions du Modem », explique
Grégory Suslamare. Un cahier d'expression est ouvert. « Il sera remis à Corinne Lepage lors de sa venue sur le
littoral. » « Ce sera le 14 mai », annonce Frédéric Leturque, 4e sur la liste. Elle se rendra à Boulogne pour
suivre les problèmes de la pêche et à Calais pour celui des migrants.
> Contact par canton Boulogne Sud, Thierry Ansel Boulogne Nord-Ouest, Claude Omnes Boulogne Nord-Est,
Dimitri Quiquet Outreau, Hervé Chatelain Le Portel, Denis Chadebec Samer, Luc Vanroekeghem. • F. V.
Site.- http://democrate62200.free.fr
Un comité de soutien a été lancé sur Facebook.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2009/04/13/articl
e_corinne-lepage-tete-de-liste-du-modem-a.shtml

3EME CONVENTION THEMATIQUE EUROPEENNE A BOUIN MERCREDI 15 AVRIL (PAYS DE LA LOIRE)

Sylvie Goulard, Bruno Joncour et les candidats du Mouvement Démocrate aux élections européennes pour les
régions Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes vous invitent à participer à la Convention européenne sur
le thème "Politique agricole, politique de la mer : pour une approche nouvelle" en présence de François Bayrou
qui clôturera cette convention. Elle aura lieu : Mercredi 15 avril de 14h30 à à 18h00 à l'Étoile du Marais - La
Primaudière, route des Lins, 85 230 BOUIN. De Bouin, prendre la D21 direction Les Brochets, puis la D118 et
à droite la route des Lins.Inscription souhaitée : conventioneurope@lesdemocrates.fr ou par téléphone au 01 53
59 20 00.
Les prochaines conventions thématiques européennes seront :
« Social » samedi 25 avril à Hérouville-Saint-Clair (Calvados)
« Développement durable » mercredi 29 avril à Grenoble (Isère)
« Liberté, justice, sécurité » samedi 9 mai à Metz (Moselle)
« Politique étrangère, défense et coopération » mercredi 13 mai à Paris
« Le modèle européen », mi-mai à Montpellier (Hérault)

ELECTIONS EUROPEENNES : RENDEZ-VOUS A VENIR AVEC LES PARTIS POLITIQUES

Dans le cadre de sa mobilisation "Votons pour une Europe responsable et solidaire dans le monde !",
Coordination SUD rencontrera le Modem, le vendredi 17 avril, au siège du parti. Seront présents à cette réunion
du côté du Modem, Bernard Lehideux, tête de liste pour la région Ile-de-France, Axel de la Maisonneuve et
Archippe Yepmou.

VIE INTERNE

EVELYNE BIAUSSER NOMMEE DELEGUEE DEPARTEMENTALE DU MOUVEMENT DEMOCRATE DES ALPES-MARITIMES

Le bureau exécutif national du Mouvement Démocrate a validé la nomination d'Evelyne Biausser en tant que
déléguée départementale du Modem 06.
Rappelons que le Délégué départemental fait partie du Bureau départemental. Il est « responsable avec la
Présidence de l’organisation du mouvement départemental et chargé de la mise en œuvre des orientations et
6
directives du mouvement national. » Il est également « responsable et destinataire du fichier départemental des
adhérents dont il veille à sa sécurité comme à sa confidentialité »*
Evelyne Biausser est consultante en Ressources humaines auprès des collectivités et des entreprises, et élue
Modem au conseil municipal du Cannet-Rocheville. Elle est également l’auteur de nombreuses publications sur
les modèles de projets participatifs.
François Bayrou lui a notifé sa confiance lors de sa nomination au poste de Déléguée départementale : "je sais
pouvoir compter sur tes qualités pour remplir les fonctions qui t'ont été ainsi confiées" lui a-t-il écrit.
Pour contacter Evelyne Biausser : evelyne.biausser@laposte.net
* art. 8 du Règlement Intérieur Départemental

http://www.mouvement-democrate06.org/index.php?post/2009/04/04/Evelyne-Biausser-nomm%C3%A9e-
d%C3%A9l%C3%A9gu%C3%A9e-d%C3%A9partementale-du-Mouvement-d%C3%A9mocrate-des-Alpes-
Maritimes

REACTIONS ET INTERVENTIONS

FRANÇOIS BAYROU

10 AVRIL 2009 - UNIVERSITE ET RECHERCHE: LE MOUVEMENT DEMOCRATE DEMANDE DES ETATS GENERAUX

Le Mouvement Démocrate a demandé vendredi 10 avril la tenue d'"états généraux de l'université et de la


recherche", accompagnés d'un "moratoire d'une année" sur les réformes dans ces secteurs.
Il propose la tenue, "vers la fin 2009", d'états généraux de l'université et de la recherche, "conduits en
coresponsabilité des acteurs concernés et du gouvernement", pour "donner aux ministres concernés la
possibilité de mettre en oeuvre des réformes consensuelles".
"Ce processus devra être accompagné d'un moratoire d'une année sur toutes les réformes afin de rétablir
l’élément indispensable de confiance entre les parties", préconise le Mouvement Démocrate, qui a mis en place
des commissions thématiques sous l'autorité de Corinne Lepage, sa vice-présidente.
"Un dispositif de suivi des réalisations sera mis en place afin de vérifier l'application des lois et décrets (si
nécessaire) pour la rentrée 2011", propose-t-il.
Le Mouvement Démocrate a regretté une "volonté idéologique, à peine voilée", de Nicolas Sarkozy et sa
majorité, "de plaquer sur l'enseignement supérieur et la recherche un modèle libéral débridé anglo-saxon", en
instaurant "le principe de concurrence entre établissements".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/modem-universite-recherche-etats-generaux-100409.html

9 AVRIL 2009 - FRANÇOIS BAYROU : LES EUROPEENNES SERONT UN "NECESSAIRE MESSAGE" AU POUVOIR,
L'ELECTION "DE BONS DEPUTES" ET LA DEFENSE "D'UNE CERTAINE IDEE DE L'
EUROPE"

François Bayrou a affirmé jeudi à Montpeyroux (Puy-de-Dôme) que les élections européennes du 7 juin seront
un "nécessaire message" au pouvoir : "il y aura un message national pour dire au pouvoir que le modèle de
société qu'il essaye de nous imposer, la France n'en veut pas". Ce "message" sera l'un des trois enjeux de la
campagne avec le fait "d'élire de bons députés européens" et "la défense d'une certaine idée de l'Europe".
"L'Europe de Nicolas Sarkozy, c'est l'Europe des marchés", a-t-il dit. "Il y a nécessité pour un pays comme la
France de rappeler que les valeurs de service public ne sont pas des valeurs marchandes. Il y a des zones
entières du pays qui se sentent abandonnées. J'appelle de mes voeux un budget européen plus conséquent que
celui que nous avons actuellement, 1% du PIB, ainsi qu'une harmonisation fiscale en Europe pour rompre avec
la pratique du dumping fiscal entre Etats et un emprunt européen face à la crise d'environ 3% du PIB, soit à peu
près 300 milliards d'euros pour l'ensemble des pays européens."
Ces propos ont été tenus à l'occasion de la seconde convention thématique européenne sur "l'égalité des chances
entre les territoires" en Auvergne.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/bayrou-europeennes-message-pouvoir-090409.html
7
JEAN-FRANÇOIS KAHN

7 AVRIL 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : LES PROCHES DE SARKOZY CHERCHENT A "DIABOLISER" FRANÇOIS
BAYROU

Jean-François Kahn, tête de liste du Mouvement Démocrate pour les élections européennes dans l'Est, a affirmé
lundi soir que les proches de Nicolas Sarkozy essayaient de "diaboliser" François Bayrou, lors d'une réunion
publique à Asnières-sur-Seine devant plus de 500 personnes. "Il y a quelques jours, le président de la
République a réuni un aréopage, et selon ce que m'a raconté un des participants, Nicolas Sarkozy a expliqué
qu'il y avait un problème avec François Bayrou, qu'il fallait absolument régler ce problème, surtout pour une
élection présidentielle". Il participait à la première réunion publique de campagne de Marielle de Sarnez, tête de
liste du Mouvement Démocrate en Ile-de-France.
Il déclare également que Nicolas Sarkozy "a ajouté : d'ailleurs il faut absolument que la gauche arrive au second
tour". Il a expliqué qu'il fallait - je cite ce qu'on m'a rapporté - soit l'acheter soit le tuer. Et tout à coup, après, on
a vu M. Frédéric Lefebvre nous expliquer que François Bayrou c'était Besancenot, et Alain Minc nous
expliquer que c'était le Pen. S'il y a quelque chose qui a fait un mal à ce pays, qui a fait un mal à la République,
à notre conception ouverte et tolérante de la démocratie, venant de la droite ou venant de la gauche, c'est cette
tendance, qui nous est spécifique il faut le reconnaitre, à diaboliser l'adversaire", a regretté Jean-François Kahn.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/kahn-reaction-diabolisation-bayrou-060409.html

JACQUELINE GOURAULT

DELITS D’OPINION - 7 AVRIL 2009 - “IL FAUT RECONNAITRE LE ROLE QUE DOIVENT JOUER LES COLLECTIVITES
LOCALES DANS LE CONTEXTE DE CRISE ACTUEL”

Quelques jours après la remise du rapport Balladur sur la réforme des collectivités locales, Jacqueline Gourault,
sénatrice de Loir-et-Cher (Modem) et Vice-Présidente de l’Association des Maires de France (Présidente de la
commission Intercommunalité), revient pour Délits d’Opinion sur les enjeux de ce texte mais également sur le
rôle que vont jouer les acteurs locaux face à la crise.
Délits d’Opinion : D’après les enquêtes d’opinion réalisées depuis plusieurs années, les Français font
preuve d’un attachement très fort à deux échelons identitaires différents : la commune et la France. La
région ressort également des sondages comme un échelon politique autour duquel les Français se
retrouvent fortement. Doit-on y voir de la part de nos concitoyens un attachement aux différents
pouvoirs et contre-pouvoirs que représentent ces niveaux institutionnels ou est-ce l’expression d’une
réalité culturelle ancrée ?
Jacqueline Gourault: « C’est surtout l’expression d’une réalité culturelle mais aussi institutionnelle. Le fait
d’élire depuis 1962 le Président de la République française au suffrage universel a permis de renforcer, dans un
pays de tradition jacobine, le rôle de l’Etat, sa mission et donc la nature du lien qui unit l’Etat en tant
qu’institution et les concitoyens. Pour ce qui est de la mairie et de l’attachement à la commune c’est la
proximité qui l’explique. Ce lien entre les Français et leurs communes provient aussi d’un héritage historique.
En effet, les communes sont le prolongement révolutionnaire des anciennes paroisses. La continuité de
l’histoire de France est visible et réelle au travers des mairies, qui sont les lieux où « l’intérêt politique » naît
pour beaucoup de Français. Les scores de participation aux différentes élections témoignent bien de ce double
attachement car c’est lors de l’élection du maire et du Président de la République que les Français se déplacent
le plus massivement aux urnes. Pour les Français, ces deux instants démocratiques sont les moments où ils ont
l’impression de peser le plus dans le jeu politique.
Délits d’Opinion : À l’inverse, l’attachement des Français aux départements est en net retrait. Les
Français se sont-ils faits à l’idée d’un sacrifice de l’échelon départemental ou est-ce lié plutôt à des
perceptions négatives des pouvoirs politiques qui lui sont attribués ?

8
Jacqueline Gourault: Je pense que les départements ont un peu vieilli au cours de leur existence. La réforme
des collectivités est aujourd’hui nécessaire, mais la suppression de cet échelon institutionnel et politique n’est
pourtant pas une obligation. C’est sans doute le conseil général en tant qu’institution qui doit être modernisé et
cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que le mode de scrutin cantonal fait apparaître des bassins de
population souvent déséquilibrés démographiquement et qui ne sont plus représentatifs de la réalité sociale,
économique, culturelle et politique. De plus, le rapide succès de l’intercommunalité a contribué à brouiller
l’image du canton. Enfin, la raison la plus forte selon moi tient au rôle même de ces institutions. Les conseils
généraux sont devenus des services déconcentrés de l’Etat et plus de 50% des dépenses des conseils généraux
sont directement dictées par l’Etat lui-même. Ils sont devenus des exécutants malgré eux. Aujourd’hui, on peut
dire que le conseil général est moins l’expression de la décentralisation que de la déconcentration de l’Etat.
Délits d’Opinion : La réforme des collectivités, qui pourrait à première vue sembler un sujet assez
technique, interpelle beaucoup les Français. Comment les institutions de la République peuvent-elles
travailler et faire les choix qui s’imposent face à une opinion mobilisée ?
Jacqueline Gourault: Tout d’abord il faut se rendre compte que de nombreux élus n’ont pas saisi l’attente des
citoyens sur le sujet des collectivités ; un thème qui leur tient particulièrement à cœur comme le démontrent les
enquêtes d’opinion. La modernisation qui doit être apportée doit permettre une simplification des attributions et
des missions non seulement des collectivités mais aussi de l’Etat. Les Français demeurent fortement attachés à
leurs territoires. Ce ressenti est quelque chose qu’il ne faut pas sous-estimer, surtout dans une période troublée
comme aujourd’hui. Les collectivités locales doivent à ce titre rester des remparts et des repères de ce que doit
être la bonne gestion de l’économie mais également de la société. La mobilisation de l’opinion ne doit pas
constituer un frein mais plutôt un soutien pour mieux réformer et accompagner les changements dans les
territoires.
Délits d’Opinion : Nous sommes actuellement en période de crise et la réforme des collectivités ne fait pas
partie des priorités politiques des Français selon les enquêtes d’opinion. Est-ce le bon moment pour
mettre en oeuvre cette réforme alors que l’on parle crise, pouvoir d’achat et licenciements ?
Jacqueline Gourault: Je pense qu’au contraire il est crucial d’associer et de reconnaître le rôle que doivent
jouer les collectivités locales dans le contexte de crise actuel. Les Français doivent prendre conscience du
travail réalisé par les collectivités dans l’effort de relance prévu par le Président. Ainsi, elles assument près des
trois quarts de l’investissement public en France et jouent à ce titre un rôle majeur. Finalement, si la réforme de
nos collectivités pouvait participer d’une manière générale à la restructuration d’un Etat qui a besoin de se
moderniser alors, elle aura joué son rôle dans cette crise. De plus, la question du modèle économique pourrait
venir des territoires et des collectivités locales qui, au niveau de la gestion, pourraient être un exemple à suivre
et à méditer. Ce qui est mal vécu par certains élus c’est l’impression d’êtres tenus responsables, au travers des
discours du Président, de la dégradation de la situation économique actuelle. Pourtant, les collectivités ne
représentent que 10% du déficit de la France et lorsque leurs responsables travaillent à la réduction de ce
déficit, ils ont parfois l’impression qu’on leur demande de réparer les pots cassés par les autres. Aujourd’hui,
l’Etat, les territoires et les Français sont dans le même bateau et il est important de bien définir le rôle de chacun
pour traverser sans trop de dégât cette crise.
Délits d’Opinion : Les élections européennes approchent. L’Europe est un enjeu important dans
l’organisation des territoires. Comment prendre en compte les exigences européennes, jugées parfois
lointaines, sur des questions qui concernent la proximité des citoyens avec leurs institutions ?
Jacqueline Gourault: La première chose qu’il est nécessaire de dire c’est qu’il faut arrêter d’accuser l’Europe
de tous nos problèmes. Cette pratique s’est répétée depuis 50 ans par tous nos gouvernements et au final, cela a
participé à créer ce mythe d’une Europe qui ralentit et handicape la France. Sur de trop nombreux sujets, les
réussites ont été attribuées aux gouvernements et les échecs à l’Europe. Il est également important de faire
comprendre aux citoyens le fonctionnement de l’Europe que cela soit au niveau des contributions, des aides,
des fonds européens ou des lois plus globalement. Ce déficit d’intérêt pour la chose européenne est, à mon avis,
une conséquence de la trop grande complexité du langage de l’Union Européenne. La pédagogie est
indispensable pour que les Européens puissent mieux appréhender le fonctionnement de l’Union et sur ce sujet
ce sont sans doute les élus locaux qui peuvent le plus. Leur proximité avec la population et leur connaissance
des problématiques de financement et de régulation des politiques communautaires représentent un véritable
atout. L’Europe et la réforme des collectivités répondent aux mêmes problématiques et je fais partie de ceux qui
réclament une gestion des fonds distribués par l’Europe non par les préfets de régions mais par les exécutifs
régionaux, comme c’est le cas aujourd’hui en Alsace, pour offrir plus de visibilité à la population et renforcer la
9
connaissance de ce que l’Europe fait chaque jour pour les citoyens. Face à cette crise, je demeure persuadée
qu’il y a une réponse européenne à donner et à partager. Enfin, il faut revenir aux fondamentaux de l’Europe
tels qu’ils ont été pensés après la guerre : la paix, la défense commune européenne et le « vouloir vivre
ensemble ». À ce sujet, la décision de réintégrer l’OTAN apparaît comme un élément paradoxal à quelques
semaines des élections européennes…
Propos recueillis par Raphaël Leclerc et Mayeul l’Huillier.

http://www.delitsdopinion.com/3politiques/il-faut-reconnaitre-le-role-que-doivent-jouer-les-collectivites-
locales-dans-le-contexte-de-crise-actuel-707/

INTERVIEW MODEM DE LA SEMAINE : OLIVIER HENNO SUR L’IMMIGRATION ET BESSON


http://www.dailymotion.com/video/x8x2pf_olivier-henno-benevoles-inquiets-de_news

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE

AUJOURD’HUI LE MAROC

12 AVRIL 2009 - LA SEQUESTRATION DES PATRONS FAIT POLEMIQUE

Il ne se passe pas une semaine sans que des ouvriers ne se jettent dans un acte de désespoir sur leurs patrons
pour obtenir l’abandon d’un plan social ou le maintien d’un site de production.

Les Français sont en train de se distinguer par un nouveau trait de caractère, ou plutôt en temps de crise, par un
nouveau style de comportement: la séquestration des patrons qui licencient en masse ou qui délocalisent en
catimini. Le comportement est tellement original que la presse anglo-saxonne lui a déjà trouvé un nom à sa
mesure «Le Bossnapping», en référence au kidnapping. Au rythme où vont les choses, le «Bossnapping» sera
bientôt un signe distinctif typiquement français. Il ne se passe donc pas une semaine sans que des ouvriers en
colère ne se jettent dans un acte de désespoir sur leurs patrons pour essayer d’obtenir l’abandon d’un plan social
ou le maintien d’un site de production. Au début de ce phénomène, la tendance générale était de l’apprécier
comme un fait divers, un acte isolé sans grande importance que celle d’exprimer une montée d’adrénaline
éphémère. Mais sa multiplication régulière a poussé le monde politique à s’exprimer sur le sujet.
La première à avoir lancé le débat fut Ségolène Royal avec ses propos sur les salariés qui «doivent forcer le
barrage de l’injustice absolue». L’ensemble du Parti socialiste s’est engouffré à sa poursuite. Le patron du
Modem, François Bayrou, n’a pas dit autre chose lorsqu’il avait affirmé que «toute violence doit être
condamnée (…) mais il faut mesurer ce que cela révèle du climat social dans notre pays, d’inquiétude, de colère
et souvent de sentiment d’injustice». Si les opposants à Nicolas Sarkozy ont donné l’impression de comprendre
ces nouveaux comportements ,fait de violence sociale, un des puissants responsables syndicaux, le secrétaire
général de la CGT, n’a pas peur de l’ériger en méthode d’expression : «Force est de constater qu'il faut parfois
avoir recours à des initiatives spectaculaires pour qu'on entende parler de soi». Pendant longtemps, Nicolas
Sarkozy n’a pas commenté ce débat. Il semble avoir plutôt chargé ses porte-parole à l’UMP, Xavier Bertrand et
Fréderic Lefebvre pour pointer la bienveillance de la gauche avec ceux qui jouent aux pyromanes sociaux et
jettent l’huile sur le feu de la crise. Pendant de nombreuses émissions, la stratégie de l’UMP a été de
criminaliser l’approche de la gauche en mettant ses leaders au même niveau que n’importe quel agitateur social,
irresponsable par nature.
Mais ne pouvant rester à l’écart d’un tel débat, Nicolas Sarkozy s’est enfin exprimé : «il y a des comportements
d'un certain nombre de patrons qui sont inadmissibles mais l'immense majorité des chefs d'entreprise souffre de
la crise et se comporte formidablement bien (…) qu'est-ce que c'est que cette histoire d'aller séquestrer les gens
(…) On est dans un Etat de droit. Je ne laisserai pas faire les choses comme ça». Nicolas Sarkozy répondait
directement à une inquiétude plus grande exprimée par des organisation patronales comme le Medef, la
CGPME et l’UPA qui dans un communiqué commun, affirment : «quelle que soit la gravité des situations
10
rencontrées, il ne peut pas être accepté que l'on déroge à la loi».
Le Premier ministre François Fillon, qui lui aussi se cantonnait dans un prudent silence, est sorti de sa réserve
sur le sujet pour appeler à l’unité nationale : «face à une extrême gauche qui souffle sur les braises de
l’affrontement sociale» avec à la clef cet appel révélateur : «face aux socialistes qui tentent de dévitaliser notre
victoire de 2007, nous devons faire bloc autour du président de la République».
La séquestration des patrons est un sujet extrêmement sensible. Gouvernement et opposition s’échangent des
accusations d’une gravité inédite sur fond de crise sociale. Le premier, pour discréditer la seconde, l’accuse de
courir derrière les idées de l’extrême gauche animées par Olivier Besancenot, tandis que l’opposition exploite
ces faits pour dire toute l’impuissance et l’incompétence de l’exécutif et des solutions qu’ils proposent pour
sortir de l’impasse. A mesure que les échéances électorales approchent, le discours n’en devient que plus
radical.

Par Mustapha Tossa


DNCP à Paris

http://www.aujourdhui.ma/international-details68274.html

AFP

11 AVRIL 2009 - BAYROU: RENE MONORY, "LA LIBERTE DE PENSER" ET "LA FORCE DE L'ACTION"
PARIS (AFP) — Le président du MoDem François Bayrou a rendu hommage samedi à René Monory, en
soulignant que chez l'ancien président centriste du Sénat "la liberté de penser se mariait avec la force de
l'action".
"Il n'était pas prisonnier des moules habituels. Il s'était forgé lui-même une vision du monde et avait le courage
et l'audace de la mettre en oeuvre contre bien des réticences", a déclaré M. Bayrou à l'AFP.
Rappelant que M. Monory avait "imposé la liberté des prix en France", M. Bayrou a souligné qu'"il a été de ce
fait un grand ministre de l'Economie, qu'il avait appris dans la réalité et non dans les livres".
"C'était un élu local d'une trempe exceptionnelle, osant des innovations qui, sans lui, n'auraient jamais été
imaginées, en premier lieu le Futuroscope, mais aussi l'insertion des Rmistes", a poursuivi le président du
MoDem.
Pour lui, René Monory était aussi "un homme de fidélité" ainsi qu'il l'avait "manifesté au Sénat et dans sa
famille." C'était "un homme qui allait et ne se laissait détourner par rien de superficiel".
Faisant part de "son affectation" pour ce membre éminent de la famille centriste, François Bayrou a également
exprimé son "respect" et son "admiration" pour l'épouse de René Monory.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hQD9vj1Ta4pK1mYC24IN8-c4WhNA

LE FIGARO

10 AVRIL 2009 - BAYROU DEFEND L'EQUILIBRE DES TERRITOIRES

Le président du MoDem participait jeudi à une convention thématique de son parti en Auvergne.
Grande ordinatrice de la campagne du MoDem pour les élections européennes, Marielle de Sarnez a bien failli
se faire prendre à son propre piège. Jeudi, pour sa deuxième convention européenne thématique, cette fois
consacrée à «l'égalité des chances entre les territoires», la numéro deux du parti centriste avait choisi non pas
une salle climatisée d'un hôtel, mais le cadre champêtre de Montpeyroux, un petit village classé, à quinze
kilomètres de Clermont-Ferrand. «Pour parler d'aménagement, ça me paraissait mieux», dit-elle. Mais voilà !
C'était sous-estimer la capacité de François Bayrou à s'émerveiller devant les paysages du parc des volcans
d'Auvergne.
Malgré un timing serré, le président du MoDem n'a pu en effet résister à la tentation d'une petite balade dans les
ruelles ensoleillées de la petite cité médiévale. L'occasion de retrouver ses vieux réflexes de campagne : aller
saluer les habitants attablés aux terrasses des deux restaurants, ou encore demander aux gamins leur niveau
scolaire. À chaque fois, la même phrase : «Ça m'a fait plaisir de vous voir.»

11
Marielle de Sarnez, elle, lui rappelle l'heure qui tourne. Près de trois cents militants «orange» l'attendent dans
une salle municipale pour notamment débattre des «services publics en France et en Europe» en présence de
Jean-Marie Beaupuy, eurodéputé sortant, tête de liste dans la circonscription Centre (régions Auvergne, Centre,
Limousin). Finalement, après un dernier regard sur un massif enneigé, le député du Béarn n'aura qu'un petit
quart d'heure de retard. D'ici à la mi-mai, le MoDem a prévu huit conventions décentralisées du même genre.
«Notre souci, explique François Bayrou, c'est d'associer contenu et terrain pour recréer de la proximité avec les
gens.»«Nous voulons être ceux qui les écoutent», ajoute Marielle de Sarnez, qui rappelle que, depuis le
15 octobre, quelque 3 500 adhérents ont participé au projet du MoDem.
«Énergies»
François Bayrou, qui a déjà effectué une première tournée dans les régions, s'étonne presque du
«renouvellement extraordinaire des énergies» des militants. «C'est surprenamment actif», confie-t-il même,
maniant un néologisme. Après le week-end de Pâques, la campagne du MoDem devrait encore monter en
puissance. Quatre mille délégués cantonaux devraient à partir de cette échéance effectuer des tractages chaque
week-end jusqu'au 7 juin. Mais en attendant, jeudi, après que son ami Jean Lassalle, député des Pyrénées-
Atlantiques comme lui, eut défendu «plus de pouvoirs aux maires», François Bayrou a déploré «ces projets
politiques, fondés sur la seule rentabilité». «Nous avons un modèle de société à défendre en Europe et par
l'Europe, qui est notre modèle français d'équilibre des territoires et des services publics qui assurent l'égalité»,
a-t-il lancé devant une assemblée acquise. Le leader centriste a encore dénoncé «cette gestion, non seulement
inhumaine, mais stupide» des campagnes, qui aboutirait, selon lui, «au désespoir et au découragement». Il
faisait alors référence à la disparition des médecins de campagne.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/10/01002-20090410ARTFIG00315-bayrou-defend-l-equilibre-des-
territoires-.php

9 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : BAYROU NATIONALISE LE VOTE


AFP
Le président du MoDem, François Bayrou, a affirmé aujourd'hui à Montpeyroux (Puy-de-Dôme) que les
élections européennes du 7 juin seront un "nécessaire message" au pouvoir.

"Il y aura un message national pour dire au pouvoir que le modèle de société qu'il essaye de nous imposer, la
France n'en veut pas", a dit M. Bayrou venu participer à une convention de son parti sur "l'égalité des chances
entre les territoires".

Selon lui, ce "message" sera l'un des trois enjeux de la campagne. Les deux autres étant "d'abord d'élire de bons
députés européens" et l'autre portant sur "la défense d'une certaine idée de l'Europe".

"L'Europe de Nicolas Sarkozy, c'est l'Europe des marchés", a-t-il dit. Il y a, selon lui "nécessité pour un pays
comme la France de rappeler que les valeurs de service public ne sont pas des valeurs marchandes".

"Il y a des zones entières du pays qui se sentent abandonnées", a poursuivi le président du MoDem, avant
d'appeler de ses voeux "un budget européen plus conséquent que celui que nous avons actuellement, 1% du
PIB", ainsi qu'une "harmonisation fiscale en Europe pour rompre avec la pratique du dumping fiscal entre
Etats" et "un emprunt européen face à la crise d'environ 3% du PIB, soit à peu près 300 milliards d'euros pour
l'ensemble des pays européens".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/09/01011-20090409FILWWW00529-europeennes-bayrou-
nationalise-le-vote.php

6 AVRIL 2009 - PS ET MODEM ONT "INCITE A LA VIOLENCE" (UMP)

Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a adressé aujourd'hui un "carton rouge" aux responsables du PS et
du MoDem, les accusant d'avoir "incité à la violence" après les heurts de ce week-end à Strasbourg et en Corse.
"L'UMP sort un carton rouge aux responsables politiques du Parti socialiste, du MoDem, qui, à force de courir
12
derrière M. Besancenot, qui n'est autre que la vitrine légale des casseurs, sont en train d'inciter matin, midi et
soir à la violence dans notre pays", a-t-il déclaré lors de son point presse hebdomadaire. "On ne peut pas
excuser l'inexcusable comme ils le font chaque jour", a-t-il ajouté. Il a accusé le PS et François Bayrou
"d'essayer de faire passer Nicolas Sarkozy comme un anti-Républicain"."Quand on a une crise de cette ampleur
dans notre pays, on travaille à l'unité nationale, on ne travaille pas à la division nationale. Aujourd'hui pour des
raisons de pure politique politicienne, Mme Aubry, M. Bayrou, Mme Royal passent leurs journées à essayer de
surfer sur les angoisses des Français pour essayer de se refaire une santé", a poursuivi le porte-parole de l'UMP.
"Les Républicains doivent se rassembler contre la violence. C'est le moment pour eux de montrer qu'ils ont
encore un peu d'attachement aux principes républicains", a lancé M. Lefebvre. Le porte-parole de l'UMP a
notamment fustigé les déclarations de Ségolène Royal dans le "Journal du dimanche", qui semblait comprendre
la "révolte" des salariés face à "la violence" qui s'exerce contre eux. "A force de voir les partis politiques
démocratiques avoir des attitudes non républicaines et tout excuser, on a cette montée de la violence chez un
certain nombre d'individus généralement d'extrême gauche ou anarcho-libertaires qui profitent du climat
d'excuse que ces partis politiques font régner aujourd'hui dans notre pays", a estimé M. Lefebvre. "Nous
sommes le seul pays où les partis démocratiques, au lieu de condamner cette violence, ces actes de révolte,
passent leur temps à les excuser". Plusieurs responsables socialistes, ainsi que François Bayrou, ont condamné
les violences du week-end dernier. "Les violences, d'où qu'elles viennent, sont inacceptables", a notamment
déclaré le président du MoDem. Pour le PS, Vincent Peillon a lui aussi dénoncé des violences "inacceptables".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/06/01011-20090406FILWWW00429-ps-et-modem-ont-incite-a-la-
violence-ump.php

6 AVRIL 2009 - POUR GUEANT, BAYROU DOIT «ARRETER DE MENTIR»

Le secrétaire général de l'Élysée s'est enflammé , dimanche sur Europe 1, contre le président du MoDem.
Décidément, rien ne va plus entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou. Alors que le président du MoDem
s'apprête à publier, fin avril chez Plon, un livre au titre accusateur, Abus de pouvoir, Claude Guéant lui a
vertement reproché, lors du «Grand Rendez-vous» sur Europe 1, de «mentir» aux Français.
«Qu'il arrête de mentir», a lancé le secrétaire général de l'Élysée à l'adresse de François Bayrou. Cause de ce
coup de colère inédit de Claude Guéant, des propos du président du MoDem qui, selon lui, aurait affirmé que le
bouclier fiscal coûterait 16 milliards d'euros. Pourtant, selon Bercy, cette disposition, qui permet aux
contribuables fortunés de ne pas reverser plus de 50 % de leurs revenus à l'État, n'a coûté que 450 millions
d'euros en 2008. François Bayrou «parle souvent de mépris. Est-ce que ce n'est pas le mépris des Français que
de leur mentir ? Ou alors il ne sait pas et c'est tout aussi grave», a poursuivi avec flamme Claude Guéant.
«Invectives révélatrices»
Dimanche, François Bayrou n'a pas souhaité répondre lui-même à cette mise en cause, préférant laisser à sa
numéro deux, Marielle de Sarnez, le soin de répliquer au principal lieutenant de Nicolas Sarkozy. «Les
invectives du secrétaire général sont révélatrices. D'abord elles montrent que l'impartialité de l'État est
constamment foulée aux pieds. M. Guéant est le plus haut fonctionnaire de l'exécutif, on attend de lui autre
chose que des injures», a affirmé la vice-présidente du MoDem.
Pour Marielle de Sarnez, il faut voir dans cette attaque de Claude Guéant la preuve que François Bayrou frappe
juste «lorsqu'il dénonce la montée des inégalités dans notre pays». «L'augmentation des injustices symbolisée
par le bouclier fiscal, en temps de crise, est insupportable pour les Français et aucune invective ne pourra les
empêcher d'en prendre conscience et de s'en indigner», a-t-elle ajouté.
Il est vrai que François Bayrou a encore durci le ton contre Nicolas Sarkozy. Dans une interview au Monde daté
de dimanche, il reproche au président de la République de mener «une politique d'inégalités» depuis qu'il a été
élu. «C'est son choix initial : concentrer les avantages sur les privilégiés et multiplier les charges sur les classes
moyennes», déclare le député des Pyrénées-Atlantiques. Pour lui, Nicolas Sarkozy a, par ses choix, «porté
atteinte» au projet républicain français. «On conduit la France vers un modèle qui n'est pas le sien et qui minera
notre pays.» Dimanche, Claude Guéant a également répondu à Ségolène Royal qui, dans LeJDD, dénonçait un
retour de la France «sous l'Ancien Régime». «Je ne vois pas en quoi», a répliqué le secrétaire général.

13
Pour lui, au contraire, Nicolas Sarkozy a mis en œuvre «une révolution constitutionnelle» grâce à laquelle le
régime est «sans cesse davantage» plus démocratique.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/06/01002-20090406ARTFIG00332-pour-gueant-bayrou-doit-arreter-
de-mentir-.php

LE JOURNAL DU DIMANCHE

10 AVRIL 2009 - BENNAHMIAS: "FACE A LA CRISE, LA NECESSITE DE L'UE"


Propos recueillis par Maud PIERRON

Tête de liste dans le Sud-Est pour le Modem, Jean-Luc Bennahmias craint une campagne européenne "difficile"
du fait du climat social. Malgré tout, l'ancien Vert espère pour son parti, un excellent résultat, autour de 18% en
axant sa campagne sur une Europe qui peut protéger face à la crise. Tous les plans de sauvetage ou relance,
Etats par Etats, c'est du "baratin", explique-t-il au JDD.fr.
Comment sentez-vous cette campagne?
Difficile. Je ne parle pas du Modem en particulier mais du climat général. Nos concitoyens ont bien d'autres
problèmes que celui de l'Europe. Il y a une grande révolte dans notre pays, des enseignants aux salariés, les
Français sont désabusés. Ils entendent parler de milliards d'euros qui passent au dessus de leur tête mais on leur
dit qu'il n'y a rien pour eux.

Vous craignez donc une faible mobilisation en juin...


Certains estiment, notamment à l'UMP, que les gens vont se déplacer pour voter car ils ont compris que
l'Europe pouvait les aider. Si ce dernier argument est vrai, je doute qu'il suffise à convaincre les Français. Si on
avait autant de votants qu'en 2004, ce serait déjà bien. Ce n'est pas du pessimisme mais du pragmatisme. Ceci
dit, nous espérons atteindre lors de ces élections le score réalisé par François Bayrou à la présidentielle, autour
de 18%.

Face à vous, dans le Sud-Est, le PS a parachuté une tête d'affiche, Vincent Peillon ça va être compliqué?
Le Parti socialiste a envoyé Vincent Peillon, il fait ce qu'il veut. Mais je vous dit clairement que je ne me sens
pas une seule seconde moins tête d'affiche que M. Peillon. Je sais que dans les médias, un responsable socialiste
pèse plus qu'un vice-président du Modem, mais je ne comprends toujours pas pourquoi.

François Bayrou a dit que ces élections allaient servir à envoyer un message politique mais aussi à
défendre une certaine idée de l'Europe, vous pouvez nous expliquer un peu?
Il faut envoyer un message politique à Nicolas Sarkozy, car il y quand même une rupture dans les valeurs
fondamentales, démocratiques et républicaines de l'Etat. Quant à l'Europe que nous défendons, c'est une Union
où la construction serait relancée. Il n'existe pas de possibilité d'Etat-nation puissants sans une Europe forte. Il
n'y a pas de plan B. A titre personnel, j'explique lors des réunions publiques la nécessité de l'Europe. Face à la
crise, on ne peut pas s'en sortir hors du cadre européen. Il faut agir ensemble plutôt que pays par pays.

Pourtant la crise a montré que l'Etat restait le dernier rempart au niveau économique. Par exemple, le
plan de sauvetage du secteur automobile...
Mais pas du tout, on n'a déjà pas un rond! Les milliards qu'on injecterait en France c'est du baratin total!
Généralement quand on gratte un peu, il faut ensuite diviser par trois ou quatre les sommes annoncées par le
gouvernement. Le plan auto, je l'affirme, c'est de l'argent à fonds perdu. Le seul plan auto valable serait un plan
européen, qui prendrait en compte les problématiques de développement durable. Prendre des mesures Etat par
Etat, marque par marque est une aberration.

"Faire voter le traité de Lisbonne par référendum, c'est se foutre de la gueule des gens"

Rapprocher l'Union européenne, n'est-ce pas aussi l'un des enjeux de cette élection?
Evidemment. Mais ma petite personne ne suffira pas à rattraper le gouffre énorme qui s'est crée entre l'UE et la
14
population depuis des années. Notamment à cause du manque de pédagogie des gouvernements successifs, qui,
dès qu'il y a un problème, accusent Bruxelles. Pour réduire ce fossé, il faut que l'Europe soit plus lisible.
Notamment dans le chemin de prise de décision. Le conseil européen des chefs d'Etats et de gouvernement est
obscur. On ne sait jamais qui propose quoi, ni comment telle décision est prise, et sur quelle base. Et
aujourd'hui, nous n'avons pas les outils politiques pour prendre des décisions à 27. S'il faut attendre le
consensus, ce n'est pas la peine. Il faut partir avec un groupe de pays volontaires et se mettre d'accord sur
certains sujets, l'harmonisation fiscale, les politiques ferroviaire, maritime, d'infrastructure.

Faire revoter un pays l'Irlande sur le traité de Lisbonne, parce qu'on estime qu'il a mal voté, cela
participe à éloigner l'UE des citoyens...
Je pense surtout qu'il ne fallait pas les faire voter. Si on veut faire adopter par référendum un texte sur la
construction européenne, il faut que ce soit texte lisible, simple de quelques pages. Vous l'avez lu? Moi-même,
je n'ai pas réussi! C'est un traité de juriste. Faire voter un traité encore plus illisible que la constitution, même
s'il est indispensable, je pense que c'est se foutre de la gueule des gens.

"Troisième voie"

Soutenez-vous, comme le PPE et le PSE une nouvelle candidature de José Manuel Barroso à la tête de la
Commission européenne?
Ha non, Barroso c'est le plus petit dénominateur commun pour l'Europe. Vous l'avez vu pendant le G20 ?
Personne ne l'a vu! Il était là pourtant. Sur le plan de relance européen, il n'a rien fait. Barroso, c'est le pire qui
puisse arriver à l'Europe. Il n'y aurait aucune avancée conséquente pour la relance de la construction
européenne. Le PPE et le PSE se sont déjà mis d'accords sur son nom... Donc on aura un parlement européen
pendant cinq ans, où la droite et la gauche vont se partager le pouvoir comme lors de la précédente mandature?
Il y a une troisième voie, c'est la nôtre. Nous soutenons soit le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, ou le
Belge Guy Verhofstadt. Ce sont des vrais Européens, de vrais démocrates

Les écologistes ont enfin réussi à se mettre d'accord sur des listes communes, cela ne vous rend un peu
jaloux?
Mais il ne vous a pas échappé qu'il y avait une autre liste écologiste, celle d'Antoine Waetcher? Je ne vois pas
où est l'union des écologistes. Alors, certes, Daniel Cohn-Bendit est très fort pour vendre cette idée aux médias,
mais cette union est surestimée. José Bové, Dany, Cécile Duflot, certes, ce sont des figures, mais nous avons
aussi plein de figures écologistes sur les listes du Modem, avec Corinne Lepage, tête de liste dans l'Est, Yann
Wehrling, 3e sur cette liste ou moi-même. Et beaucoup d'autres, moins connus. Les gens doivent réfléchir à
ceux qui seront en capacité, au parlement d'initier le processus. Le plus utile c'est d'être dans un groupe Vert au
parlement, plein d'idée mais extrêmement minoritaire, ou dans un groupe démocrate, social, écologique, pesant
réellement sur les politiques?

Et voir François Bayrou se rapprocher de Dominique de Villepin, ça ne défrise pas l'ancien Vert que
vous êtes?
Je n'ai vu qu'un rapprochement au niveau du langage, mais je ne crois pas que ça aille plus loin. C'est plutôt
rassurant que des gens de droite s'aperçoivent que nos institutions républicaines sont mises à mal, qu'ils aient le
courage d'ouvrir les yeux et de le dire. Après, il y a aussi le petit jeu entre Nicolas Sarkozy et Dominique de
Villepin, qui se connaissent très bien, et s'apprécient peu.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200915/bennahmias-face-a-la-crise-la-necessite-de-l-ue_201389.html

ACTU-ENVIRONNEMENT

8 AVRIL 2009 - VIVRE AUTREMENT : CORINNE LEPAGE

Dans le contexte actuel de crise économique mondiale majeur, et à deux mois des élections européennes,
Corinne Lepage, présidente de Cap21 et Vice Présidente du Modem, publie Vivre autrement, paru aux éditions
Grasset. Son projet politique ?
15
AE : Qu'est ce qui vous a encouragé à écrire ce livre ?
CL : Certes pas la proximité des élections européennes, mais le besoin d'expliquer que la crise actuelle est celle
du système, de notre mode de développement, et qu'elle peut déboucher sur le meilleur comme sur le pire. Il
faut veiller sur la désespérance et le sentiment justifié d'injustice en intégrant la dimension sociale à tout niveau.
Mais la crise est une chance de changer de braquet. Le combat est entre ceux qui veulent revenir en arrière et
effacer cette crise au plus vite sans changement notable - en renflouant les banques et les constructeurs
automobiles - et les autres, l'immense majorité, qui veulent utiliser la crise comme levier pour changer de
système et de modèle économique. Avec au milieu de tout cela, la réalité : un blocage politique et économique.
AE : Dans votre livre, vous appuyez votre réflexion sur divers courants de pensée et des « success stories
» pour inciter au développement d'une écolonomie. De quoi s'agit-il ?
CL : L'écolonomie est une économie écologique, au-delà du clivage croissance/décroissance mais autour d'une
évolution soutenable. C'est la soutenabilité qui doit déterminer le sens du changement. L'agriculture durable, les
énergies renouvelables…, il en faut beaucoup ; de plus. Le pétrole, les pesticides, l'utilisation de l'espace, de
l'eau… il faut les réduire ; du moins. C'est en se demandant à quoi la durabilité nous contraint qu'on va dans un
sens ou dans l'autre. Cela oblige aussi à « compter autrement » : dans une économie de flux, la comptabilité
considère que du moins, c'est du plus ; il y a tout un pan de la destruction qu'elle ne veut pas connaître. Mais
parler de soutenabilité implique aussi globalité : ne pas s'attaquer au climat en perdant en matière de santé.
AE : Vous insistez sur l'importance de la décentralisation énergétique. Pourquoi ?
CL : Dans ce projet politique, je présente différents scénarios et les types de sociétés associés, dont un où les
multinationales n'existeraient plus et où il n'y aurait que PME et PMI. La question est de savoir si la production
énergétique est centralisée ou pas. Si elle est centralisée, on a de grandes centrales de production
(électronucléaires en France), les gens sont dépendants, l'industrie d'efficacité énergétique n'a pas de place, et
les collectivités locales ne sont que le réceptacle de décisions prises ailleurs et non la première brique d'une
économie planétaire. Avec la décentralisation énergétique, les particuliers, les industries et les collectivités sont
auto-producteurs en énergie et en mesure d'adapter les usages aux besoins. L'expérience montre que la richesse
énergétique peut être à l'origine d'un développement économique. Or l'orientation actuelle que prend la France
va interdire toute décentralisation énergétique. Et cette énergie supplémentaire produite, il faudra l'utiliser, car
l'électricité ne se stocke pas. Pour des raisons d'endettement des producteurs et de concurrence, cela entraînera
une réduction inévitable du tarif de rachat du renouvelable. Je pense que la plupart de nos choix industriels
actuels sont en rapport avec le nucléaire. C'est dramatique, nous sommes en train de nous couper de la
possibilité d'une véritable relance économique industrielle.
AE : Dans votre ouvrage, vous faites deux propositions majeures, l'une relative aux générations futures
et l'autre à la justice.
CL : Nous sommes dans une crise globale, car identique partout, mais avec des facettes différentes, où le
rapport au temps est fondamental. C'est la question du temps long qui se pose, et ceux qui ont intérêt à ce qu'il
soit pris en compte, ce sont les générations futures. C'est pourquoi je souhaite la création d'une instance ayant
pour objectif de s'intéresser uniquement à l'impact des choix pour les générations futures, tant au niveau
national qu'international. En matière de justice, il y a ni droit ni réglementation s'il n'y a pas un juge pour les
appliquer. L'affaire des déchets d'Abidjan, c'est un scandale. La suprématie des règles du commerce
international sur les instances environnementales, il faut y mettre un terme. Nous avons besoin d'une véritable
justice environnementale internationale, au même titre que le TPI. En écrivant ce livre, j'ai voulu être porteur
d'espoir et montrer que tous ces sujets qui ont souvent été classés dans la catégorie « problème », c'est dans la
catégorie « solution » qu'ils se trouvent. La bonne nouvelle, c'est qu'on peut faire, ce qui ne signifie pas qu'il
existe une volonté de faire étant donnés les rapports de force actuels.
Propos recueillis par Camille Saïsset

http://www.actu-environnement.com/ae/news/vivre_autrement_7134.php4

7 AVRIL 2009 – CORINNE LEPAGE : LE DEVELOPPEMENT SOUTENABLE EST-IL LE GRAND PERDANT DU G20 ?

Préoccupant ! Le fait qu'à aucun moment du G20 il n'ait été question de l'aggravation de la crise écologique et
énergétique du fait du dumping environnemental, ni même de l'ébauche de nouvelles règles du jeu pour
favoriser l'actionnariat stable est préoccupant. Plus généralement, on regrettera que c'est encore le court terme
qui a été privilégié au G20.
16
Le G20 aura incontestablement marqué les esprits en termes de communication.
En effet, les portes des avions des chefs d'Etat n'étaient pas refermées que la presse européenne et la presse
française, en particulier, se réjouissaient de l'immense succès du G20.
Il est incontestable que les chefs d'Etat réunis à Londres n'avaient pas le droit d'échouer, c'est-à-dire de ne pas
trouver d'accord. Ils ont donc réussi. Reste à savoir la valeur réelle et l'efficacité future de l'accord. Cette
efficacité s'appréciera dans le temps, mais elle peut d'ores et déjà s'évaluer en fonction des sujets traités et de
l'ampleur des réformes proposées.
Mais, comme le rappelle très justement Paul Jorion (contreinfo du 7 avril 2009) « ceux qui sont responsables de
la crise font partie du problème, pas de sa solution » en pensant d'abord aux représentants du monde de la
finance mais aussi aux régulateurs et aux politiques qui leur avaient signé un chèque en blanc. Or, ils ne sont
pas sortis du système ; ils l'ont prolongé en essayant simplement de réduire les effets trop pervers qui se sont
manifestés à l'origine de la crise.
Dès lors, si on peut se réjouir que le G20 ait succédé au G8 et qu'il ait été enfin question officiellement des
paradis fiscaux ou encore que les fonds du FMI aient été accrus, on ne peut que regretter la timidité des mesures
tant dans les sujets traités que dans l'ampleur des réformes engagées.
D'une part, certains sujets ont été totalement évacués comme celui de la monnaie qui est pourtant central. Il va
de soi que la mise en chantier, comme l'avait proposé la Chine (et très modestement comme je l'ai écrit dans
mon dernier ouvrage) d'une devise mondiale, construite à partir d'un panier de monnaies, aurait été de nature à
réduire la spéculation sur les changes et à rééquilibrer les économies. S'agissant du sujet phare du G20 - les
paradis fiscaux - la liste arrêtée prête plus qu'à sourire dans la mesure où les principaux ne figurent pas sur la
liste noire, ni même du reste sur la liste grise. Cela signifie que Jersey, Guernesey, Delaware par exemple
pourront continuer comme par le passé.
De plus, force est de constater qu'il ne s'agit que d'inscrire les paradis fiscaux non coopératifs sur une liste pour
réduire les transactions. Il s'agit incontestablement d'un grand progrès à condition que les mesures rigoureuses
suivent et que la liste corresponde à la réalité. L'efficacité de la mesure est conditionnée à cette réalité. Mais, en
revanche, il n'est question ni de dumping fiscal ni de dumping social et environnemental ni de compétition entre
États qui sont précisément à l'origine de l'intérêt des paradis fiscaux. Il n'est pas davantage question de la
faculté de réaliser des opérations fictives ou des opérations de surfacturation dans ces paradis fiscaux.
De plus, si l'on vise à assurer une meilleure transparence pour les hedge funds, ils ne sont pas interdits voire, ils
sont aidés pour pouvoir acheter dans de meilleures conditions les créances pourries.
Ainsi, sur la question purement financière malheureusement, la déception apparaît grande même si les esprits
optimistes pourraient penser qu'il ne s'agit que d'une étape vers une réelle transformation du système financier.
Au moins, ces mesures s'inscrivent-elles dans une perspective d'économie soutenable ? une réponse négative est
inévitable.
D'une part, le fait qu'à aucun moment il n'ait été question de l'aggravation de la crise écologique et énergétique
du fait du dumping environnemental, ni de l'ébauche de nouvelles règles du jeu pour favoriser l'actionnariat
stable est très préoccupant. Pour favoriser en effet l'intérêt économique et le développement dans la durée de
l'entreprise, il est indispensable de privilégier les actionnaires stables au détriment des actionnaires de passage
comme les fonds spéculatifs ou les fonds de pension. Plus généralement, la faveur donnée au long terme sur le
court terme est absente du G20. Tout d'abord, des sommes colossales, pour reprendre le terme de Paul Jorion,
ont été avancées dans ce G20 sans qu'elles viennent s'inclure dans une vision de long terme de l'économie, il
s'agit toujours de sauver le système financier, ce qui est certes nécessaire, mais pour quoi faire ?
Cette question fondamentale n'a pas été posée de telle sorte que les immenses sommes qui ont été mobilisées
notamment par l'intermédiaire du FMI dont il convient de rappeler qu'il n'est ni le PNUD, ni le PNUE,
pourraient très bien s'enliser dans les sables mouvants ou puits sans fonds que sont devenues certaines banques.
Dans le même temps, on observera que malgré le rapport du Programme des Nations Unies pour
l'Environnement (PNUE) proposant un new deal vert qui ne coûterait que 750 milliards de dollars, rien n'a été
prévu à cet égard. Pourtant, le Secrétaire Général de l'ONU, Ban Ki-Moon, avait rappelé au mois de mars,
l'importance pour l'économie mondiale de prendre en compte, à côté de la question financière, la question
sociale et environnementale. Mais ce rapport du PNUE préparé dans l'optique du G20, il n'en a guère été
question ! Pourtant, 750 milliards de dollars par rapport aux sommes colossales mobilisées dans le cadre du
G20, auraient été peu de chose. Le rapport du PNUE prévoyait d'investir dans cinq secteurs, l'efficacité
énergétique des bâtiments, les énergies renouvelables, le transport durable, l'infrastructure écologique et
hydrologique et enfin l'agriculture durable.
17
Malheureusement, ce volet restait totalement absent même si à Prague le Président de la République américaine
a pris soin de souligner que les Etats-Unis entendaient être la tête de file pour lutter contre le changement
climatique. Mais les ambitions affichées par les Etats-Unis, à savoir revenir en 2020 au niveau de 1990, voire
un peu mieux, sont hors de proportion bien entendu avec l'effort à réaliser un facteur 4.
Or, dans un article récent, James K. Galbraith, soulignait que la crise devait précisément être mise à profit pour
entreprendre la tâche de la reconversion énergétique et de la lutte contre les émissions de CO2. Il terminait son
article en soulignant : « il est déterminant de mettre en œuvre des politiques cohérentes… et de reconnaître que
désormais il n' y a pas de solution miracle par de retours aisés à la normale, ni à un monde dirigé par des
banquiers et pas d' autre solution que d'
adopter une vision à long terme. Un des paradoxes de cette vision tient
au fait qu'il faille l'
adopter maintenant. Nous devons nous engager sur cette voie avant d' avoir commis de
désastreuses erreurs politiques y compris ce fatal renflouement des banquiers, les coupes dans les budgets des
programmes sociaux ». Or, le G20 a totalement manqué ce but. En définitive, il est bien possible que l'immense
espoir soulevé par la possibilité de changer le système pour inscrire l'évolution soutenable comme l'objectif
commun de l'Humanité doive encore attendre pour se concrétiser.
Corinne LEPAGE Avocate, ancien Ministre de l'Environnement, Présidente de Cap21.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/developpement_soutenable_G20_7130.php4

RUE89

3 AVRIL 2009 - OGM : "LE GOUVERNEMENT A FAIT UN BRAS D'HONNEUR" A LEPAGE

Parlons Net, le Club de la presse Internet de France Info, dont Rue89 est partenaire, était délocalisé ce vendredi
au salon Planète Durable porte de Versailles, à Paris. Trois écologistes d'horizons différents étaient
invités,Yannick Jadot, ancien porte-parole de Greenpeace et tête de liste sur la liste Europe Ecologie dans
l'Ouest pour les européennes, Corinne Lepage, qui mène la liste Modem dans le Nord-Ouest, et Gilles Lemaire,
membre du bureau national d'Attac.
Un événement imprévu a animé l'émission, la visite de Jacques Chirac sur le salon. L'ancien président de la
République, discret sur ses apparitions médiatiques, a fait une halte sur le stand de Radio France, pour saluer
son ancienne ministre Corinne Lepage. Il a eu cette unique phrase, captée par la caméra de Rue89.(voir la vidéo
Corinne Lepage a dû quitter le plateau en avance : le ministre de l'Agriculture Michel Barnier l'attendait pour
recevoir la pétition (signée par 50000 personnes) qu'elle a lancée pour réclamer « la transparence sur les signes
de toxicité des OGM ». Un sujet consensuel parmi les trois invités. D'après Corinne Lepage :
Au nom du secret industriel, « le gouvernement français refuse de rendre publiques les études menées sur les
rats concernant le MON810, il m'a fait un grand bras d'honneur alors qu'en Allemagne ces études sont
communiquées. Monsanto interdit aux agriculteurs de vendre aux fins de recherche les semences, c'est bloqué
dès le départ ».
Yannick Jadot -qui a confessé n'avoir pas eu l'occasion de signer la pétition- remarque que « les seules
évaluations sont faites par les semenciers, personne n'est habilité à faire des contre-expertises, il manque des
études impartiales au niveau européen ».
Gilles Lemaire, ancien faucheur volontaire ajoute qu'« au nom du brevetage du vivant, les industriels ont la
main mise sur la manipulation génétique. On ne maîtrise pas tout, d'autant qu'il y a déjà eu des plantes
génétiquement modifiées qui ont eu des effets nocifs sur la santé. »
« Le G20, un immense bluff »
Avis plus contrastés sur les conclusions du G20. La réunion de Londres fut « un immense bluff » pour Yannick
Jadot, qui en veut pour preuve que , sur la liste des paradis fiscaux, « Monaco est considéré comme un demi
paradis fiscal. D'ailleurs, il en manque beaucoup, comme Jersey ».
Pour Corinne Lepage au contraire, « il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, passer du G8 au G20 c'est
bien et il y a eu une ébauche de régulation financière ». Le représentant d'Attac déplore que « le G20 soit resté
au niveau du discours ». Pour Gilles Lemaire : « Le FMI, la Banque Mondiale et l'OMC ne sont pas des
organisations démocratiques, et toutes les crises financière, économique, sociale climatique sont une seule et
même crise, interpénétrée, c'est une crise globale d'organisation de la société. Les instances internationales
devraient dépendre de l'ONU ».
http://www.rue89.com/2009/04/03/ogm-le-gouvernement-a-fait-un-bras-dhonneur-a-lepage
18
LE NOUVEL OBSERVATEUR

7 AVRIL 2009 - VIOLENCES A STRASBOURG : "OU ETAIT LA POLICE?", S'INTERROGE LE MODEM

Marielle de Sarnez, tête de liste du MoDem pour les élections européennes en Ile-de-France, s'interroge sur la
stratégie policière lors du "déchainement de violence" qu'a connu Strasbourg en marge du sommet de l'Otan.
Je me pose une question: où était, dans les quartiers en difficultés, la police? (...) Parce c'est toujours, au fond,
les mêmes qui trinquent. C'est toujours dans les quartiers difficiles que les services de l'Etat sont absents", a
déclaré, lundi 6 avril, Marielle de Sarnez, lors d'une réunion publique à Asnières dans les Hauts-de-Seine.
"Présents dans les centre-villes - 25.000 policiers -, présents aux alentours des palais des Congrès, absents dans
les quartiers difficiles", a-t-elle dit devant plusieurs centaines de personnes (entre 400 et 500 selon le MoDem).
"Deux poids deux mesures"

"Il y a là deux poids deux mesures d'une République qui ne va pas bien", a ajouté la vice-présidente du
Mouvement Démocrate. "Probablement, si la police avait été là, ça ne se serait pas passé de la même façon", a-
t-elle affirmé. Entourée de ses co-listiers en Ile-de-France et de l'ancien journaliste Jean-François Kahn, tête de
liste du MoDem dans l'est, l'eurodéputée a souligné les "trois enjeux" du scrutin du 7 juin : "envoyer les
meilleurs députés possibles à Strasbourg", "envoyer un message au pouvoir (....) qui n'entend pas, qui n'écoute
pas", et "faire de ces élections un levier pour changer la politique en Europe".
"Formuler un nouveau projet européen"
"Nous devons travailler à formuler un nouveau projet européen, dans lequel c'est l'homme qui est au centre,
dans lequel la finalité n'est pas le marché, la concurrence", a-t-elle dit. Elle a souligné le besoin d'un "plan de
convergence des politiques sociales en Europe", d'une "harmonisation fiscale" et de "repenser les règles du
commerce international". Face à la crise, "l'addition des plans nationaux n'équivaudra jamais à un vrai plan de
relance européen", a-t-elle estimé. Elle a rappelé la proposition du MoDem d'un "grand emprunt européen" pour
"relancer l'investissement", financer des grands projets, soutenir les PME et les "ménages les plus en
difficultés".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090407.OBS2365/violences_a_strasbourg__ou_etait_la_po
lice.html

FRANCE SOIR

7 AVRIL 2009 - EUROPE - BRAS DE FER POLITIQUE AUTOUR DE LA TURQUIE

Barack Obama a réaffirmé lundi à Ankara son soutien à l’entrée de la Turquie dans l’UE, quitte à s’opposer
frontalement à Nicolas Sarkozy. Des propos qui remettent sur la table un sujet qui divise les Européens et sur
lequel pourrait se focaliser la campagne européenne.
Barack Obama persiste et signe. « Les Etats-Unis soutiennent fermement la candidature de la Turquie à l’UE »,
a-t-il lancé lundi devant le Parlement turc. Ces propos sonnent comme un camouflet pour Nicolas Sarkozy qui
avait réaffirmé la veille son opposition à l’adhésion de la Turquie. Signe de l’importance qu’il accorde à cet
allié stratégique, Barack Obama a achevé sa tournée européenne à Ankara, pour sa première visite dans un pays
musulman depuis son élection. Le président français n’a pas apprécié cette intrusion américaine dans les
affaires européennes : « J’ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. » La chancelière allemande Angela
Merkel a également exprimé ses réserves, alors que la Commission européenne et la Grande-Bretagne ont
applaudi les propos du président américain. Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, la France freine le processus
d’adhésion d’Ankara, même si elle n’a pas osé y mettre un veto définitif. Deux chapitres de négociation sur les
35 prévus ont été ainsi ouverts sous la présidence française en 2008. Mais Paris bloque l’ouverture des chapitres
les plus importants, sur l’union monétaire notamment. Résultat : les discussions piétinent.
Une arme pour l’UMP
En France, la fermeté de Nicolas Sarkozy sur ce sujet fournit une arme à l’UMP, à quelques semaines des
élections européennes. Car l’adhésion de la Turquie est impopulaire. Le parti majoritaire entend donc en faire
un thème de campagne, qui pourrait se transformer en piège pour le Parti socialiste. « Nos adversaires
19
politiques ne sont pas clairs sur ce sujet : le Modem est hésitant, le PS est divisé, les Verts ne se sont pas
prononcés », assure le porte-parole adjoint de l’UMP, Dominique Paillé. Pour le parti majoritaire, c’est sûr, «
c’est la population française qui tranchera » in fine par référendum, « Nicolas Sarkozy l’a dit et redit ».
Pourtant, la réforme constitutionnelle de juillet 2008 a justement fait passer à la trappe l’article de la
Constitution qui rendait obligatoire une consultation populaire avant toute nouvelle adhésion à l’UE.
« Electorat islamophobe »
Lorsque Nicolas Sarkozy a participé à son premier Conseil européen, en 2007, « il aurait pu mettre son veto et
il ne l’a pas fait », rappelle pour le Modem la députée européenne Marielle de Sarnez. « Donc on a du mal à le
suivre. » Le parti de François Bayrou est hostile à l’adhésion de la Turquie, mais « ce n’est pas en agitant des
chiffons rouges contre certains peuples qu’on fait avancer les choses », souligne-t-elle. Pour le député socialiste
Jean-Marie Le Guen, membre du groupe d’amitié France-Turquie, Nicolas Sarkozy « fait ça pour plaire à un
électorat assez largement islamophobe ». « C’est une façon de récupérer le vote d’extrême droite », accuse-t-il,
alors que « la vraie question de l’UE aujourd’hui, c’est évidemment la question sociale ».

http://www.francesoir.fr/politique/2009/04/07/europe-bras-de-fer-politique-autour-de-la-turquie.html

LIBERATION

9 AVRIL 2009 - COHN-BENDIT: BAYROU «A ETE TOUCHE PAR LA VIERGE»

Le tête de liste du rassemblement Europe-Ecologie en Ile-de-France pour les européennes estime que le
président du Modem François Bayrou «ne pense qu’à la présidentielle».
Daniel Cohn-Bendit, tête de liste du rassemblement Europe-Ecologie en Ile-de-France pour les européennes de
juin, a estimé mercredi soir que le président du Modem François Bayrou qui «ne pense qu’à la présidentielle»,
avait «été touché par la Vierge».

«Mon enfant, la première fois que tu seras candidat à l’élection présidentielle, tu feras un score à un chiffre, la
deuxième fois, tu feras un score à deux chiffres. Mon enfant, la troisième fois, ce sera la bonne et depuis il ne
pense qu’à ça», a déclaré Cohn-Bendit devant plus de 1.500 personnes réunies pour le premier meeting national
d’Europe-Ecologie à Toulouse.

Mais «les élections européennes, ce ne sont pas les élections présidentielles», a-t-il poursuivi. «C’est pas un
tremplin pour construire un parti» mais des élections pour «envoyer des députés» au Parlement européen afin
que ce dernier «sorte de la logique libérale des politiques européennes», a-t-il lancé à l’adresse de Bayrou.
Selon un sondage Ipsos (19 mars), Europe-Ecologie ferait jeu égal (9%) avec le NPA d’Olivier Besancenot,
juste derrière le MoDem (10%).
(Source AFP)

http://www.liberation.fr/politiques/0101561126-cohn-bendit-bayrou-a-ete-touche-par-la-vierge

6 AVRIL 2009 - BAYROU, ROI DU SURF

Droite . Le chef du Modem fait mine de condamner le capitalisme dont il est l’un des artisans.
Défenseur acharné du système, en France et en Europe, le président du Mouvement démocrate (Modem) ne
rechigne cependant pas au double langage. Sa perspective est celle du leadership anti-Sarkozy qu’il dispute au
PS, en particulier à l’approche des élections européennes. Dans un entretien publié samedi dans le Monde,
François Bayrou n’hésite pas à condamner « le capitalisme », qui, selon lui, « ne peut pas être un projet de
société ». Il dit récuser le concept de « capitalisme moral » cher au président de la République, affirmant sans
barguigner que « le capitalisme est amoral par nature, son but étant de faire de l’argent, sa loi étant celle du
profit ». Un positionnement qui en dit long sur la nature de la contestation en germe dans les mouvements
sociaux. Il reste que le leader de droite ne va cependant pas jusqu’à proposer une alternative progressiste : il
oppose seulement au capitalisme « des règles de transparence et de stabilité ».

http://www.humanite.fr/2009-04-06_Politique_Bayrou-roi-du-surf
20
LE MONDE

8 AVRIL 2009 - MM. DE VILLEPIN ET BAYROU SE COURTISENT MAIS LE MARIAGE N'EST PAS POUR DEMAIN

Villepin-Bayrou, même combat ? Le dialogue entre les deux hommes a commencé par médias interposés. "Je
n' ai pas eu de contacts avec Dominique de Villepin depuis deux ans. Mais je parlerai volontiers avec lui. Le
jour où l' on voudra construire une politique différente en France, il faudra qu' acceptent de travailler ensemble
des courants républicains différents, démocrates, socialistes, gaullistes", déclarait François Bayrou dans son
entretien au Monde daté 5-6 avril. Lundi, sur Canal +, l'ancien premier ministre lui renvoyait la politesse.
Affirmant partager avec le président du Mouvement démocrate (MoDem) "un certain nombre de valeurs
communes", il indiquait qu'il le verrait avec "beaucoup de plaisir".
Officiellement, aucun rendez-vous n'a encore été fixé. Mais, au-delà de la rencontre permettant d'échanger des
points de vue, un rapprochement plus formel est-il pensable ? Jusqu'à envisager, par exemple, de former un
groupe autonome à l'Assemblée nationale. "Pour l' instant, on n'y est pas", reconnaît M. Bayrou. Les députés
proches de M. de Villepin ne l'imaginent pas plus. "Ce serait suicidaire", clame sans ambages Jean-Pierre
Grand (UMP, Hérault).
Ni l'un ni l'autre, au demeurant, n'y ont intérêt. Certes, M. Bayrou, siégeant parmi les non-inscrits au côté de
deux autres élus du MoDem, et M. de Villepin, non élu et ne pouvant compter à l'Assemblée que sur une
poignée de fidèles, apparaissent bien isolés. Cette situation leur offre cependant une liberté de parole dont il
n'est pas certain qu'ils pourraient user de la même manière s'ils liaient leurs destins.
Occupant une position excentrée - y compris géographiquement sur les bancs du Palais-Bourbon -, M. Bayrou
joue une double stratégie de critique violente de Nicolas Sarkozy tout en misant sur l'incapacité du PS à
proposer une alternative. Mais son choix de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle le conduit à demeurer
en dehors de la majorité.
M. de Villepin, tout en cultivant sa singularité, reste d'abord et avant tout une figure politique de l'UMP,
prétendant, s'il parvient à être débarrassé de l'"affaire Clearstream", à incarner un éventuel recours pour la
droite. Ses amis appartiennent au groupe UMP. Ils peuvent, comme ils l'ont fait à l'occasion du débat sur
l'OTAN, y faire entendre une voix différente et, même, y gagner quelques soutiens. S'en détachant, ils
courraient le risque de la marginalisation. "Mieux vaut travailler par agrégation", insiste M. Grand, pour qui le
cercle des villepinistes a plus de chances de s'élargir dans le cadre d'"une structure souple" plutôt que dans celui
d'un groupe parlementaire.
Le refus de voir la France réintégrer pleinement les structures militaires de l'OTAN a cependant marqué une
nouvelle étape des convergences entre M. Bayrou et M. de Villepin. Ils avaient déjà, par le passé, signé un
appel de Marianne sur les libertés publiques - au bas duquel figurait également la signature de Ségolène Royal.
Les unit une même détestation du "style" de M. Sarkozy, dont l'un et l'autre considèrent qu'il "ne convient pas à
la France". Cela ne suffit pas à jeter les bases d'un "programme commun".
L'Elysée, cependant, ne détesterait pas pouvoir aligner les deux hommes dans sa ligne de mire. Si, pour l'heure,
M. Sarkozy ne voit pas en M. de Villepin un rival potentiel, il s'inquiète de la popularité persistante de l'ancien
candidat à l'élection présidentielle et redoute un score du MoDem aux élections européennes qui placerait son
leader en orbite pour 2012. "Il ne faudrait pas que la gauche s'effondre trop et que Bayrou arrive en deuxième
position", aurait récemment répété le chef de l'Etat en cercle restreint, donnant pour consigne de concentrer le
tir sur lui. Coup sur coup, le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, puis le porte-parole de l'UMP,
Frédéric Lefebvre, ont accusé M. Bayrou de "mentir" ou d'"encourager les violences".
François Goulard, député (UMP) du Morbihan, ancien ministre de M. de Villepin ayant soutenu M. Bayrou à
l'élection présidentielle, doute qu'il y ait "rien de concret entre les deux". D'autant que, au-delà de certaines
convergences de vues, beaucoup les sépare. "Bayrou fait partie de ces hommes atteints de priapisme
présidentiel, M. Goulard. Il est obsédé par cette fonction, ce qui n' est pas le cas de Villepin."
Patrick Roger

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/08/mm-de-villepin-et-bayrou-se-courtisent-mais-le-mariage-n-
est-pas-pour-demain_1178179_823448.html

21
20 MINUTES

9 AVRIL 2009 - BAYROU APPELLE AU VOTE SANCTION CONTRE SARKOZY, POUR COHN-BENDIT IL A ETE «TOUCHE
PAR LA VIERGE»

POLITIQUE - Le ton commence à monter dans la campagne européenne...


En déplacement dans le Puy-de-Dôme, le président du MoDem estime que les européennes du 7 juin seront un
«nécessaire message» au pouvoir. Quant à la teneur du message, il a son idée: «dire au pouvoir que le modèle
de société qu'il essaye de nous imposer, la France n'en veut pas», a-t-il lors d'une convention de son parti sur
«l'égalité des chances entre les territoires». Mais ce message ne sera selon lui qu'un des trois enjeux de la
campagne. Les deux autres étant «d'abord d'élire de bons députés européens» et l'autre portant sur «la défense
d'une certaine idée de l'Europe».

Il a profité de la réunion pour affirmer que «l'Europe de Nicolas Sarkozy, c'est l'Europe des marchés». Il y a,
selon lui, «nécessité pour un pays comme la France de rappeler que les valeurs de service public ne sont pas des
valeurs marchandes».

Mercredi, Daniel Cohn-Bendit, tête de liste du rassemblement Europe-Ecologie en Ile-de-France avait estimé
que François Bayrou avait «été touché par la Vierge». Selon lui, elle lui serait apparue en lui disant «Mon
enfant, la première fois que tu seras candidat à l'élection présidentielle, tu feras un score à un chiffre, la
deuxième fois, tu feras un score à deux chiffres. Mon enfant, la troisième fois, ce sera la bonne», a déclaré
Cohn-Bendit devant plus de 1.500 personnes réunies pour le premier meeting national d'Europe-Ecologie à
Toulouse.
E.J., avec agence

http://www.20minutes.fr/article/319133/Politique-Bayrou-appelle-au-vote-sanction-contre-Sarkozy-pour-Cohn-
Bendit-il-a-ete-touche-par-la-Vierge.php

9 AVRIL 2009 - LES RADICAUX DE GAUCHE RENONCENT AUX EUROPEENNES ET NE DONNENT PAS DE CONSIGNE DE
VOTE

EUROPEENNES - Ils avaient discuté avec le PS et le Modem d'une éventuelle alliance...


Pas de radicaux, ni sur les listes PS, ni sur celles du Modem. Le Parti radical de gauche (PRG) a annoncé jeudi
qu'il ne constituerait pas de listes pour les élections européennes. Son président Jean-Michel Baylet estime que
le mode de scrutin «prive injustement le PRG de ce rendez-vous électoral majeur» selon lui. La décision a été
entérinée par la direction du parti mercredi.

Ces derniers mois, le PRG avait discuté avec le MoDem et le PS de la question d'une alliance aux européennes.
Mais le PRG ne donne pour le moment pas de consigne de vote: «les militants voteront pour les candidats de
leur choix en leur âme et conscience», déclare Jean-Michel Baylet dans un communiqué.

«La loi du 11 avril 2003 qui a "régionalisé" le mode de scrutin pour rapprocher les élus des électeurs a en
réalité défavorisé les petits partis, les privant ainsi d'une tribune nationale et des élus que le scrutin
proportionnel leur permettait d’obtenir», juge le président du PRG. L'actuel scrutin européen prévoit, pour
accéder à un siège, de recueillir environ 5% des inscrits, soit environ 8-10% des votants. Jean-Miche Baylet
aimerait un mode de scrutin «plus démocratique», qui serait selon lui, «des listes uniques nationales».

http://www.20minutes.fr/article/319143/Politique-Les-radicaux-de-gauche-renoncent-aux-europeennes-et-ne-
donnent-pas-de-consigne-de-vote.php

22
LES INDISCRETS

10 AVRIL 2009 - CONFIDENTIELS - LE LIVRE «ANTI-BAYROU» DE PAILLE EST PRET

"Je vais remettre les pendules à l'heure et expliquer que Bayrou a pris en otage le centre" affirme Dominique
Paillé, ex-ami de François Bayrou, porte-parole adjoint de l'UMP et conseiller de la présidence de la
République au Figaro.
Dans quelques semaines, "Abus de pouvoir", brûlot contre Nicolas Sarkozy et signé par François Bayrou sera
disponible.

http://www.lesindiscrets.com/article-1919-indiscret-le-livre-anti-bayrou-est-pret-a-sortir.html

LES ECHOS

7 AVRIL 2009 - SURENDETTEMENT: UN TEXTE COMMUN NC-UC DEPOSE MERCREDI AU PARLEMENT


François Sauvadet, chef de file des députés Nouveau Centre (NC), a annoncé mardi que "pour la première fois"
une proposition de loi sur le surendettement serait déposée en commun mercredi par les groupe Union Centriste
(UC) au Sénat et NC à l'Assemblée nationale.
"Nous avons des liens de plus en plus forts entre le groupe Union Centriste et le groupe Nouveau Centre et
demain, pour la première fois, nous aurons le dépôt en commun d'une proposition de loi à l'Assemblée nationale
et au Sénat sur le surendettement", a déclaré M. Sauvadet lors d'un point de presse. "Prévenir les risques de
surendettement, être au côté de ceux qui sont en situation de fragilité, c'est une des préoccupations majeures.
Nous proposerons la création d'un répertoire national du crédit qui permettra d'engager la responsabilité de ceux
qui prêteraient à des personnes qui sont déjà en situation de très grande fragilité", a-t-il ajouté, en référence au
texte élaboré notamment par Jean-Christophe Lagarde, député-maire NC de Drancy (Seine-Saint-Denis).

http://www.lesechos.fr/depeches/politique/afp_00136742.htm?xtor=RSS-2094

EURACTIV

6 AVRIL 2009 - LES EUROPEENNES RELANCENT LE DEBAT SUR UNE CLARIFICATION JURIDIQUE DES SSIG

A l’Assemblée nationale et au Parlement européen certains députés français se battent pour rouvrir le dossier de
la clarification juridique des services sociaux d’intérêt général (SSIG). A gauche et au centre, cette demande
figure également dans les manifestes de campagne des partis.
Alors que la directive services est en pleine transposition en France, le « front de soutien » français à une
clarification juridique des services sociaux d’intérêt général au niveau européen refait surface. (Lire le dossier
d’EurActiv.fr) La perspective de la ratification du traité de Lisbonne à l’automne prochain ravive en outre ce
débat. Un protocole sur les services publics, soulignant l’importance des services d’intérêt général et
mentionnant "le rôle essentiel et la grande marge de manœuvre des autorités nationales, régionales et locales"
ayant en effet été adossé au texte.
Le 31 mars 2009, le député européen Bernard Lehideux (ALDE) a réussi à faire inclure un amendement dans le
rapport sur l’agenda social renouvelé de la députée Silva Peneda (PPE-DE). Il incite la Commission européenne
à proposer une législation « tendant à garantir la sécurité juridique des SSIG ».
Deux jours plus tard, la commission pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale a voté une résolution
au cours de sa séance du mercredi 1er avril 2009 dans laquelle elle juge « indispensable de prévoir, dans le
cadre d’une démarche politique, une clarification du droit européen aux SSIG ».
Dans le même sens, le PS, le Modem, les Verts et la gauche, appellent à une protection de nos services publics
à la française qui doit passer par une clarification juridique de ces fameux SSIG.
Réunis au Conseil économique et social et environnementale (CESE) à l’occasion d’une conférence sur les
« perspectives nouvelles offertes par la prochaine mandature » organisée par le Collectif SSIG, tous les
candidats présents excepté Jacques Toubon ont été dans le même sens, avec plus ou moins d’exigences.

23
Pour la plupart des participants la nouvelle mandature doit en effet relancer l’idée d’une législation
communautaire sur les SSIG pour leur assurer une plus grande sécurité juridique. En 2007, le Commissaire
européenne à l’Emploi et aux affaires sociales, Vladimir Spidla, n’était pas opposé à une initiative législative
dans le domaine. Bruxelles avait cependant fini par se résigner, lui préférant une communication globale
publiée en novembre 2007.
Mais pour Bernard Lehideux, depuis l’apparition de la crise économique « le climat social général » est plus
favorable à une négociation pour une directive transversale sur les SSIG. « La solidarité » est « un mot qui fait
davantage mouche », ironise-t-il.
Le parti socialiste européen (PSE) « est convaincu depuis longtemps qu’il faut un cadre spécifique » aux SSIG,
déclare Harlem Désir. Son manifeste réaffirme la volonté du parti de voir adopter un cadre européen sur les
services publics durant la prochaine mandature. Et selon le député européen socialiste, les Etats membres sont
prêts à reconnaître la spécificité des SSIG, puisqu’ils ont acceptés que le Traité de Lisbonne y face référence.
Selon le député européen Alain Lipietz (Verts européens), « il faut une loi spéciale sur tous les SSIG qui les
exclue du cadre de la concurrence » et reprenne « le principe d’universalité, et de qualité » de ces services.
De son côté le candidat en Ile-de-France pour le front de gauche, Patrick Le Hyaric, estime sans surprise
« indispensable qu’il y ait une directive sur les services publiques durant la prochaine mandature ».
Le seul à n’être pas convaincu de l’importance de ce combat semblait être Jacques Toubon. Selon lui, une
nouvelle directive sur les SSIG « n’est pas la priorité ». « Si on travail au niveau européen », on se mettra
d’accord « sur un texte a minima », ce « qui pourrait être une catastrophe », explique-t-il. De plus, il ne croit
pas que les Etats européens soient prêts à « transférer à l’UE des compétences » dans ce domaine. « Vous ne
nous mettrez jamais d’accord », poursuit-il. « Nos modèles sociaux nous appartiennent », invoque-t-il en
soulignant leur trop grande disparité.

http://www.euractiv.fr/europe-
sociale/article/leseurop%C3%A9ennesrelancentled%C3%A9batsuruneclarificationjuridiquedesssig-001554

L’UNION

11 AVRIL 2009 - MODEM VIVE LA CRISE !

François Bayrou auquel le Mouvement démocrate est totalement dévoué, voit dans les européennes
l'opportunité d'engager le premier acte d'une palingénésie qui devrait le conduire à tenter une nouvelle fois sa
chance aux présidentielles, en 2012. En dépit d'une profession de foi « unioniste » impeccable, sur fond de
credo supposément « humaniste », il paraît évident que le gentleman-farmer centriste, grand amateur de
chevaux de course, poursuit des visées on ne peut plus nationales. Un lapsus commis par M. Bayrou, le 29 mars
dernier, en plein meeting européen, ne permet pas d'en douter : « Ça commence maintenant », a clamé M.
Bayrou, « cet autre choix que nous allons défendre pendant l'élection présidentielle ! » D'où un argumentaire de
campagne fondé sur un réquisitoire de la présidence de Nicolas Sarkozy avec des envolées anticapitalistes qui
ne dépareilleraient pas la rhétorique du Front de gauche ou du NPA (la chose du facteur Besancenot) : « Il faut
être dur pour faire la guerre à l'argent. »
Bayrou concurrence même la prose du Vatican, « un autre monde est possible »… Dans le collimateur de M.
Bayrou, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, « son idéologie est trop ultra-libérale
». Le MoDem lui préfère, entre autres, Jean-Claude Juncker, Premier ministre d'un Luxembourg qui figure sur
la liste grise des paradis fiscaux. La crise pose un décor social suffisamment apocalyptique pour que Bayrou
joue les Savonarole, ce qui ne l'empêche pas d'être des plus cyniques en plaçant un J.-F. Khan qui a mangé à
tous les râteliers idéologiques au cours de sa longue carrière journalistique à la tête de la liste grand Est, et de
délocaliser le pauvre Jean-Marie Beaupuy, qui n'avait pas démérité, vers le Centre… Sa conception de la
démocratie, très poussée quand il s'agit de la France ou de l'Europe, est nettement moins éclairée en interne, où
la renommée est une valeur pour ainsi dire marchande : « Chez nous les têtes de liste sont des gens en grâce »,
a-t-il expliqué en présentant ses cadres aux militants.
Néanmoins, le MoDem n'a pas intérêt à se rater, après ses échecs des législatives (2007) et municipales (2008).
Pour se maintenir à 11 élus il lui faudra ramer et se montrer rudement convaincant. Il n'est pas évident que
l'influence du Parti démocrate européen (PDE), la fougue de Marielle de Sarnez, le sens du mimétisme de Jean-
24
Luc Bennahmias et la fibre verte de Corinne Lepage permettent de capter un électorat contestataire français qui
n'a que l'embarras du choix… plus à gauche.

http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/280202/MoDem_Vive_la_crise__

AUDIOVISUEL

CLIP EXPRESSION DIRECTE 4 MN


http://www.dailymotion.com/video/x8wo2y_expression-directe-modem-4mn-0409_news

MARIELLE DE SARNEZ
ON REFAIT LE MONDE ? RTL - 7 AVRIL 2009
Téléchargez l'émission en mp3
LE TELEPHONE SONNE - FRANCE INTER - 6 AVRIL 2009
http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/sarnez-france-inter-telephone-sonne-060409.html

CORINNE LEPAGE

CANAL PLUS LE 8 AVRIL 2009 (ENTRE 21’11 ET 33’52)


http://player.canalplus.fr/#/230514

REVU ET CORRIGE
Elle était l’invitée de "Revu et corrigé" de Paul Amar, samedi 11 avril à 19 heures.

PARLONS NET - 3 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x8v4ug_parlons-net-au-salon-de-la-planete_news

CORINNE LEPAGE A AMIENS


http://www.dailymotion.com/video/x8t9yf_corrine-lepage-a-amiens_news

EUROPEENNES : REUNION PUBLIQUE 6 AVRIL A ASNIERES POUR LA LISTE ILE-DE-FRANCE


http://www.dailymotion.com/video/x8wyse_fadila-mehal-reunion-publique-6-avr_news
http://www.dailymotion.com/video/x8wuhu_marielle-de-sarnez-reunion-publique_news
http://www.dailymotion.com/video/x8wza6_bernard-lehideux-reunion-publique-6_news
http://www.dailymotion.com/video/x8ws82_jeanfrancois-kahn-reunion-publique_news

ROBERT ROCHEFORT

TV7 - 7 AVRIL 2009


http://www.tv7.com/index.php?id_video=3266&id_fiche=3115

JEAN-LUC BENNAHMIAS
http://www.dailymotion.com/video/x8wyw6_elections-europeennes-les-tetes-de_news?from=rss

SYLVIE GOULARD
http://www.youtube.com/watch?v=9mBu3box7X4&eurl=http%3A%2F%2Fwww.lepost.fr%2Farticle%2F2008
%2F12%2F09%2F1489133_europeennes-s-goulard-tete-de-liste-modem-grand-
ouest.html&feature=player_embedded

25
JEAN-MARIE BEAUPUY

FRANCE 3 - 7 AVRIL 2009


http://www.dailymotion.com/video/x8wlr5_jeanmarie-beaupuy-sur-france3_news?from=rss

JEAN-FRANÇOIS KAHN

RCF - 6 AVRIL 2009


http://www.rcf.fr/diffusion.php3?id_article=321732&id_locale=27

JEAN PEYRELEVADE

DEPLACEMENT A BESANÇON
http://www.dailymotion.com/video/x8v6h1_jean-peyrelevade-modem-de-passage-a_news

UNIVERSITE POPULAIRE 2EME SESSION : PANNE DE TRANSMISSION, PANNE D’EDUCATION

http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/universite-populaire/universite-populaire-2/universite-
populaire-2eme-session-presentation-rioux-040409.html
http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/universite-populaire/universite-populaire-2/universite-
populaire-2eme-session-intervention-sarthou-040409.html
http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/universite-populaire/universite-populaire-2/universite-
populaire-2eme-session-intervention-chauvel-040409.html
http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/universite-populaire/universite-populaire-2/universite-
populaire-2eme-session-intervention-blais-040409.html

UNIVERSITE POPULAIRE 1ERE SESSION : LIBERTE NUMERIQUE

http://www.dailymotion.com/video/x8smtn_universite-populaire-christophe-gin_news
http://www.dailymotion.com/video/x8so6e_universite-populaire-edwy-plenel_news
http://www.dailymotion.com/video/x8sono_universite-populaire-francois-bayro_news

LE MODEM EN REGIONS

NORD

LA VOIX DU NORD – 11 AVRIL 2009 - LA MEME VOLONTE DE ROMPRE AVEC UNE EPOQUE

Les élus réagissent à la mise en examen de Gérard Dalongeville. Ils appellent à écrire une nouvelle page de
l'histoire de la ville. Évidemment, pas tous de la même manière. > Pierre Ferrari (MJS) :
« Mes premières pensées vont à la population héninoise trahie et bernée par un maire sans scrupules. Il est
temps de faire un grand ménage à Hénin-Beaumont. Si la politique héninoise veut retrouver une légitimité, il
faut des élections complètes.
Nous appelons à la démission du conseil municipal. » > Daniel Duquenne (Alliance républicaine) : « L'AR n'a
pas attendu des événements judiciaires pour dénoncer et condamner la politique et les pratiques de
Dalongeville. L'AR saura prendre ses responsabilités et rassembler les républicains voulant le nouveau départ
d'Hénin-Beaumont. En attendant, il importe que celles et ceux qui démontrent leur incompétence en disant
qu'ils ne savaient pas, démissionnent immédiatement. Ils sont complètement discrédités. » > David Noël (PCF)
: « Je respecte la présomption d'innocence tout en étant extrêmement choqué par ce qu'on a entendu, les chefs

26
d'accusation sont gravissimes. Il est clair que les Héninois et les Beaumontois ont été trahis. Je n'appelle pas à
une démission immédiate du conseil municipal pour ne pas rajouter de la crise à la crise. Si des élections
avaient lieu maintenant, la menace du FN apparaîtrait crédible.
» > Christine Coget (MODEM) : « Les faits reprochés à Gérard Dalongeville dépassent ce qu'on pouvait
imaginer. Le MODEM entend s'engager clairement vis à vis des Héninois. Le MODEM affiche sa
détermination sans faille de lutter contre le Front national mais aussi de répondre à une population qui en a
assez de subir. C'est un contrat moral pour lequel j'en appelle à implication de tous les démocrates et de tous les
républicains intègres, loyaux et préoccupés de l'intérêt général. » > Marine Le Pen (FN) : « ... pense que le
début de cette saga judiciaire, durant laquelle de nombreux scandales politico-financiers seront révélés, verra la
mise en cause du système socialiste municipal dans le bassin minier. Marine Le Pen et Steeve Briois engagent,
dès demain matin (hier), une procédure devant le tribunal administratif pour obliger la ville à se constituer
partie civile pour rendre aux habitants d'Hénin-Beaumont l'argent des détournements présumés. » > Marie-
Noëlle Lienemann (PS) : « Je respecte la présomption d'innocence mais je suis scandalisée qu'un élu de la
République puisse avoir un tel comportement. Cela me fait comprendre pourquoi il m'a privé d'accès aux
informations et de possibilité d'agir. Les élus qui l'ont soutenu coûte que coûte sont complices de cette situation,
leur éthique devrait les amener à démissionner. Il faut un rassemblement des forces de gauche pour sortir la
ville du chaos. Savoir qui va la mener n'est pas mon sujet. Il va falloir reconstituer une section PS. Je vais
revenir dès que je peux à Hénin-Beaumont. » •

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lens/actualite/Autour_de_Lens/Henin_et_Alentours/2009/04/11/article_la-
meme-volonte-de-rompre-avec-une-epoqu.shtml

LA VOIX DU NORD - 9 AVRIL 2009 - LA R’HUMEUR. DELEBARRE SATISFAIT YANA

Il l'écrit presque sans ironie. Pierre Yana (MoDem) a apprécié de lire, dans nos colonnes, Michel Delebarre
s'exprimer à la fois sur l'avenir du Môle 1 ( notre édition de mardi) et l'idée de voir le tramway belge « faire 10
kilomètres de plus » (édition d' hier). « Monsieur Delebarre reprend deux idées importantes défendues par le
MoDem pendant la dernière campagne municipale.
L' aménagement du Môle 1 est un projet tertiaire essentiel et Dunkerque devrait en définir vraiment le contenu
artistique, en faisant appel à de vrais professionnels culturels européens. Pour le tramway, il s' agit de la
métamorphose de toute l' agglomération, qui mérite un projet débattu au grand jour par les Dunkerquois (...) »
Pour Yana, pas de doute, « le maire est sur la bonne voie ».

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2009/04/09/article_la-r-
humeur.shtml

LA VOIX DU NORD - 8 AVRIL 2009 - MARTINE BEURAERT DEFENDRA LES COULEURS DU DUNKERQUOIS ET DU
MODEM

Rendez-vous aux urnes, le 7 juin, pour les élections européennes. Le Mouvement démocrate de François
Bayrou vient de boucler ses listes. Pour la grande circonscription Nord-Ouest emmenée par Corinne Lepage,
une Dunkerquoise apparaît en 11e position : Martine Beuraert.
« Nous sommes "le" parti européen par excellence. Personne, dans nos rangs, n'a voté contre le projet de
constitution. » Logique, donc, pour Pierre Yana, de se lancer sous la bannière du MoDem à bras-le-corps dans
la campagne pour les élections européennes (à un tour) du 7 juin. Le coordinateur de la section dunkerquoise se
félicite de la présence de Martine Beuraert sur la liste emmenée par Corinne Lepage et Olivier Henno dans la
circonscription Nord-Ouest. « Elle est la première suppléante », ajoute-t-il. Les partis ou formations politiques
doivent en effet présenter dix titulaires et dix suppléants pour chaque liste.
Dunkerquoise de 56 ans, adhérente au MoDem depuis 2007 après être restée chez les Verts de 1995 à 2007,
celle qui se présente comme une écologiste convaincue a déjà été candidate aux Européennes sur la liste de
Daniel Cohn-Bendit. En mars 2008, elle était présente en 4e position sur la liste MoDem aux municipales (1).
« Aujourd' hui, je me sens pleinement à ma place pour inscrire Dunkerque au coeur de l' Europe et remettre
plus d' Europe dans le coeur des Dunkerquois », souligne l'ancienne adjointe de Michel Delebarre, chargée de
l'Égalité des droits hommes-femmes.
27
Le programme.- Localement, le MoDem entend réfléchir à l'avenir du port, du transport maritime. « Il faut
que l'on s'
allie, la complémentarité est nécessaire avec des places comme Rotterdam ou Zeebruge, qui sont à
saturation, enchaîne Martine Beuraert. Développons le fluvial et rêvons un peu : pourquoi ne pas remettre en
place une école de bateliers ? Favorisons l' installation d' entreprises de rénovation de péniches, comme celle de
Watten. Le canal Seine-Nord, dont on parle depuis longtemps, doit s' accélérer.
Sur la question des transports en général, allons plus loin. Pourquoi ne pas imaginer une ligne TGV
Dunkerque-Bruxelles ? D' autant que dans les faits, il ne manque que le tronçon Dunkerque-Ostende.
Dunkerque doit retrouver sa place stratégique en Europe. » La candidate du MoDem axera sa campagne aussi
sur la question des migrants. « Une question hautement européenne ! L' Europe doit cesser de faire semblant de
ne pas voir ces hommes et ces femmes traverser les frontières. Soit on les accepte, et on le fait dans des
conditions humaines, soit on les refuse et on les bloque aux frontières. L' Europe que nous voulons, est, certes,
sociale, mais elle est aussi et surtout une Europe des peuples. »

> (1) Martine Beuraert est aussi présidente d'une association de solidarité européenne et euro-méditéranéenne,
ainsi qu'adhérente de nombreuses autres structures solidaires.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2009/04/08/article_martine-
beuraert-defendra-les-couleurs-d.shtml

LA VOIX DU NORD - 7 AVRIL 2009 - LE NUMERO DEUX DU MODEM EN SOUTIEN A ANZIN

Jean-Luc Bennhamias est venu soutenir la liste conduite par Corinne Lepage pour les européennes. Invité à un
café-débat, le député européen a exprimé son point de vue sur le dossier de l'immigration et de la démographie.
De Bruxelles (où il siège) à Anzin, il y une grosse heure de route. C'est donc pour ainsi dire en voisin que le
député européen est venu prendre part au débat provoqué par Françoise Mascotto, adjointe au maire. Une
participation pas vraiment innocente. « Je suis venu soutenir Corinne Lepage », a déclaré celui qui se représente
dans la circonscription du sud-est.
A deux mois des élections européennes, le MoDem compte plus que jamais sur ses cadres et place au coeur de
sa campagne le problème de l'immigration. « Le plus gros mensonge, c'est la fermeture de nos frontières »,
s'insurge Jean-Luc Bennhamias qui estime que « des centaines d'immigrés rentrent clandestinement dans le
pays ».
La politique d'immigration ? « On ne peut plus l'appliquer à une échelle nationale », affirme Olivier Henno,
deuxième sur la liste de Corinne Lepage. Le vice président du MoDem approuve : « Non, ce n'est pas possible
de laisser chaque pays limitrophe régler le problème de l'immigration ». Il admet cependant « qu'il n'y a pas de
solution miracle ». Juste quelques remèdes comme « aider le développement des pays africains ».
Il prévoit aussi des mesures à prendre pour lutter contre le déclin démographique : « Dans 10-15 ans, nous
aurons besoin de 30 à 40 millions de travailleurs immigrés ».

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2009/04/07/article_le-numero-deux-
du-modem-en-soutien-a-anz.shtml

NORD ECLAIR - 6 AVRIL 2009 - OLIVIER GACQUERRE PROMEUT SON SITE COMME « UN OUTIL DE VERITE »

Le premier adjoint lance son site Internet personnel. Et l'assume. Malgré la surprise que cette initiative peut
susciter au sein de la majorité municipale, certes plurielle. Olivier Gacquerre y parle de lui, de ses valeurs, de
ses engagements à la ville et au MoDem.
« Pendant la campagne, Internet a été un outil important », se rappelle non sans émotion Olivier Gacquerre.
Peut-être parce qu'il était alors tête de liste ? Mais aussi parce que le site de campagne de Béthune notre ville
avait enregistré 20 000 connexions. « Ça a amené la jeune génération à voter pour moi. » Si l'orange est
toujours présent dans ce nouveau site, cette couleur qui symbolise le MoDem n'est plus omniprésente comme
dans celui de campagne. Parce qu'entre-temps, ce Béthunois pure souche a intégré une majorité plurielle ? « Ce
n'est pas un site MoDem, précise-t-il. Avant d'être un homme d'étiquettes, je suis un homme avec ses valeurs. Je
28
ne suis pas soumis à une doctrine politique. » On y trouve ses engagements à la ville (sport, jeunesse, santé,
sécurité publique), au parti centriste et ses avis personnels (sur les engagements européens du parti de François
Bayrou) ainsi qu'un sondage qui doit changer régulièrement. En ce moment, sur les libertés individuelles.
Également un formulaire pour le contacter : demande de rendez-vous, commentaires, propositions... À ceux qui
pourraient lui reprocher de ne présenter que les élus MoDem au conseil municipal et d'oublier tous les autres, y
compris les UMPistes qui étaient pourtant sur sa liste originelle, il répond que l'action de ce groupe d'origine
sera présentée « à terme ».
« Un homme libre »
Un site personnel du premier adjoint marque-t-il une volonté de la jouer perso ? « Je reste un homme libre
même si j'appartiens à une famille que je respecte. Même si je joue collectif au conseil. Mais c'est le site du
premier adjoint, je l'assume. » Ce qu'il n'assume pas, et réfute, c'est le côté autopromotion qu'on pourrait lui
prêter. « C'est plutôt un outil de vérité.
Aujourd'hui, je dois rendre des comptes par rapport à ce que j'ai annoncé pendant la campagne et qui est
consultable sur ce site. J'attends des visiteurs qu'ils nous envoient des signaux aussi. L'écoute, ce n'est pas à
chaque élection, c'est surtout entre deux. » En espérant donner de la visibilité à l'action, Olivier Gacquerre
risque, peut-être, de brouiller des cartes déjà bien dispersées. E. L. L.Vwww.oliviergacquerre.com

http://www.nordeclair.fr/Locales/Bethune/2009/04/06/olivier-gacquerre-promeut-son-site-comme.shtml

LA VOIX DU NORD - 6 AVRIL 2009 - LE CHANGEMENT DE CENTRE DE PATRICE ADJIBI


PAR PHILIPPE LEROUX

Le conseil municipal de Marcq avait une singularité : un adhérent du Mouvement démocrate (MoDem), Patrice
Adjibi, siégeait dans la majorité, deux autres, André Boutry et Ophélie Spanneut, siégeaient dans l'opposition.
Pour les deux derniers cités, pas de changement. Pour le premier, non plus, mais la situation est devenue plus
traditionnelle : Patrice Adjibi a quitté le MoDem et a pris sa carte au Nouveau Centre.
Rien ne change, évidemment dans l'équilibre entre les différents groupes : au sein de l'assemblée communale,
l'opposition, c'est toujours trois PS, deux MoDem et une PC. Le groupe majoritaire, en revanche voit l'un de ses
membres, Patrice Adjibi, passer au Nouveau Centre. Voilà qui met fin à une étonnante situation qui voyait un
même parti représenté dans l'opposition et la majorité. Ajoutons que dans cette même majorité, le Nouveau
Centre compte désormais deux personnes issues de ses rangs : Françoise Eurly, trésorière de la fédération du
Nord du NC, et, donc, Patrice Adjibi, que nous avons rencontré.
> « La Voix du Nord » : que s'est-il produit chez les centristes, au moment des municipales de 2008 ?
P. Adjibi : « Au MoDem, nous avions une liste en préparation. Il y a eu une primaire, en novembre 2007. pour
la conduite du projet.
D'un côté André Boutry, de l'autre moi-même. J'ai ressenti une certaine défiance à mon égard. André Boutry a
été désigné et je n'ai pas voulu soutenir le projet concurrent. »
> Alors, vous êtes allé voir Bernard Gérard ?
« Ce n'est pas de cette façon que ça s'est passé. Bernard Gérard a appris ce qui était arrivé au sein du MoDem. Il
a demandé à me rencontrer. Il m'a parlé de mon implication dans mon comité de quartier depuis 1999 et m'a
proposé de venir enrichir sa liste. »
> Et vous avez accepté...
« Si j'avais été investi par le MoDem, j'aurais de toute façon rencontré Bernard Gérard, pour déterminer les
points de convergence entre nos projets respectifs et voir s'il était possible de se mettre d'accord. Il y avait bien
une convergence avec le projet de Bernard Gérard et j'ai accepté, modestement, d'y participer. »
> Le MoDem a lancé une procédure pour votre exclusion après les municipales...
« Je n'ai jamais été informé de cette procédure, ni par le parti ni par son représentant départemental. Le 15 mai
2008, j'ai même reçu ma nouvelle carte du MoDem. Bon, j'ai payé ma cotisation. Cette fois, bien sûr, je ne
renouvellerai pas. »
> Comment est-ce venu, pour le Nouveau Centre ?
« On se connaît tous entre centristes. On vient tous de l'UDF. J'ai pris le temps de la réflexion, je n'ai pas décidé
à la légère, et ça n'a pas été facile car je conserve de l'estime pour l'homme François Bayrou. »
> Y aura-t-il une section du NC à Marcq ?
29
« Disons qu'elle est en voie de création. »

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Marcq_en_Baroeul/actualite/Secteur_Marcq_en_Baroeul/2009/04/06/articl
e_le-changement-de-centre-de-patrice-adjib.shtml

LA VOIX DU NORD - 5 AVRIL 2009 - MODEM-PS, ON SE RAPPROCHE A WATTRELOS

Guillaume Castre, élu MoDem sur la liste d'opposition au maire semble de plus en plus réticent à l'idée de
critiquer systématiquement Dominique Baert. C'est même pour souligner son « esprit d' ouverture » qu'il nous a
écrit dernièrement : « Le groupe Modem de Wattrelos a présenté un amendement pour que Jean Monnet ait une
rue à son nom. Jean Monnet est un homme d'État français, artisan de la victoire des alliés durant la Seconde
Guerre mondiale, père de la planification à la française et l'un des fondateurs de l'Union européenne. Il est mort
il y a trente ans. Je voulais profiter d'une délibération pour proposer qu'une rue porte son nom. Bien que
l'amendement n'ait pas été retenu, le maire a promis qu'une future rue porterait le nom de Jean Monnet. Je salue
ici l'ouverture d'esprit de la majorité. »

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Tourcoing/actualite/Secteur_Tourcoing/2009/04/05/article_la-rumeur-de-
la-ville.shtml
SUD

MIDI LIBRE – 11 AVRIL 2009 - EUROPEENNES LE MODEM ESPERE 3 DEPUTES POUR LE SUD-OUEST

Robert Rochefort, directeur du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie ),
Anne Laperrouze, député européenne sortante, Marc Dufour, adjoint au maire de Montpellier, sont les trois
premiers d'une liste de 20 noms du MoDem, pour les élections européennes des 6 et 7 juin prochains.
Hier, à Montpellier, Robert Rochefort, tête de liste, a rappelé qu'actuellement, le MoDem a 7 députés français
au Parlement européen. Optimiste, il espère « deux ou trois députés » sur le quota de 10 réservés à la grande
région Sud-Ouest (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine). Dans ce cas, Marc Dufour serait éligible.
Si le programme du MoDem sera défini lors de conventions, a déjà été retenue la proposition de création d'un
fonds monétaire européen, sur le modèle du FMI. « Pour certains pays européens, 60 % des solutions apportées
passent par le FMI ! » Anne Laperrouze a précisé que le groupe auquel est affilié le MoDem (Alliance des
démocrates et libéraux pour l'Europe) « fait souvent la balance entre droite et gauche . Le Parlement européen
est l'assemblée la plus démocratique au monde. On a beau être 785 députés, chaque groupe a son mot à dire » .
Olivier SCHLAMA

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/11/20090411-Grand-sud-Europeennes-Le-MoDem-espere-3-
deputes-pour-le-Sud-Ouest.php5

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 9 AVRIL 2009 - PERPIGNAN / ELECTIONS MUNICIPALES

Le Conseil d'Etat invité à confirmer l'annulation


Le rapporteur public devant le Conseil d'Etat a invité hier cette juridiction à confirmer l'annulation des élections
municipales de Perpignan à la suite de la «fraude à la chaussette». La plus haute juridiction administrative a mis
sa décision en délibéré. Chargé de dire le droit, le rapporteur a préconisé de rejeter la requête déposée le 7
novembre 2008 par le sénateur-maire UMP Jean-Paul Alduy, après l'annulation de l'élection en octobre pour
fraude par le tribunal administratif de Montpellier. Cette instance avait annulé l'élection, estimant que la fraude
était avérée et que le faible écart de voix entre les candidats (574 voix) pouvait altérer la sincérité du résultat.
Le recours au Conseil d'Etat suspendait la décision du tribunal de Montpellier. Le 16 mars, la liste de M. Alduy
avait obtenu 45,48% des suffrages exprimés, contre 44,11% à celle de l'union de la gauche et du Modem et
10,42% à Louis Aliot (FN).

http://www.dna.fr/france/20090409_DNA009693.html

30
MIDI-LIBRE - 9 AVRIL 2009 - JEAN-PAUL ALDUY (UMP)

"Le rapporteur public n'a fait que reprendre la décision du tribunal administratif de Montpellier. On peut
s'étonner de son raisonnement. A savoir que tous les électeurs du bureau n°4 auraient pu voter pour Jacqueline
Amiel-Donat. On peut aussi regretter qu'il n'ait pas voulu analyser ce qu'il ressort de l'instruction pénale. Ainsi,
on sait très bien que l'histoire des 40 voix ne signifie rien. Il y avait bien 365 voix en faveur de la liste que je
conduis. Personnellement, je considère, comme mon avocat M e Briard, que la vraie question est : doit-on
annuler le bureau n°4, où manifestement un certain nombre d'irrégularités ont été commises, et respecter les 41
000 électeurs des 65 autres bureaux de vote, ou doit-on nier les 565 voix acquises sur ces 65 bureaux et
renvoyer tous les électeurs aux élections ? Je prends acte quand même que le rapporteur public, et c'est une
satisfaction, a bien souligné que ni moi-même, ni mon équipe n'avons fraudé. Ni de près, ni de loin. C'est donc
une petite satisfaction dans cet argumentaire qui n'est qu'un copier-coller de Montpellier.

Maintenant, il y a un délibéré. Neuf conseillers d'Etat vont débattre entre la position défendue par M e Briard et
celle défendue par le rapporteur public. (...) Je suis bien placé pour savoir que les conclusions du commissaire
du gouvernement ne sont pas toujours suivies. A Montpellier, n'avait-il pas demandé que les élections soient
validées ? Aussi, quand vous êtes solides sur vos convictions et sur vos valeurs, il est clair que vous espérez que
la justice tôt ou tard rende compte de votre attitude et de votre rigueur. Maintenant, on verra la suite".

Clotilde Ripoull (MoDem)

"Le Conseil d'État est en train de tourner une page judiciaire et j'en suis ravie. D'autant que les préconisations
du rapporteur public sont sans appel. Je suis d'ailleurs surprise qu'elles soient allées plus loin que les
conclusions du tribunal administratif en évoquant une fraude massive. Mais surtout, je suis contente que le
match judiciaire arrive enfin à son terme et très heureuse de voir que la démocratie soit respectée. Il reste
maintenant aux Perpignanais à écrire un nouveau chapitre sur Perpignan. Et dans ce contexte, il est important
qu'ils prennent conscience que ce n'est pas parce qu'il y aura décision de justice que tout sera réglé. Il faut
maintenant faire attention que la ville ne tombe pas dans les mains d'un autre clan et d'un seul parti. Et je pense
que dans cette optique, les valeurs centristes que porte le MoDem sont au coeur de cette démarche. Une
démarche axée autour du rassemblement et de l'ouverture. Mardi, j'ai rencontré Jean Codognès. Rien n'est
encore complètement décidé mais le MoDem est en ordre de marche aux côtés de Jean Codognès en vue d'un
rassemblement. Nous travaillons ensemble et nous nous retrouvons sur trois principes qui sont la compétence,
l'honnêteté et le fait d'être porteur de projet".

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/09/20090409-PERPIGNAN-Jean-Paul-Alduy-UMP.php5

MIDI-LIBRE - 8 AVRIL 2009 - MUNICIPALES : CL. RIPOULL (MODEM) PREND DEJA DATE

Clotilde Ripoull en est certaine. Les élections vont être annulées. Alors sans perdre de temps, elle tire le bilan
d'une année de travail du Modem et prend acte pour la suite qui, selon elle donc, ne va pas tarder à arriver.
"Avant les municipales, on nous créditait de 5 à 6 %. Aujourd'hui, un an après, nous avons deux élus au conseil
municipal. Deux élus qui sont très présents dans la municipalité, mais aussi sur le terrain. Deux élus en contact
avec les Perpignanais" , pose-t-elle avant d'enchaîner sur sa ronde des quartiers. Durant tout le mois de mars, au
nom du groupe Union pour Perpignan qu'elle copréside avec Jean Codognès (DvG), elle a arpenté les quartiers
de la ville. "Nous avons rencontré les commerçants, fait le tour des écoles et des marchés. En 11 sorties, nous
avons rencontré
1 000 personnes. Nous leur avons, à toutes, distribué un questionnaire et nous avons recueilli plus de 500
réponses dont 412 ont été épluchées." Forts de cette enquête, Clotilde Ripoull et le Modem perpignanais
prennent date pour d'éventuelles échéances électorales. "Le mandat sera court. Il faut des propositions qui
collent aux souhaits des Perpignanais et qui soient immédiatement applicables." Sera-t-elle candidate seule ou
accompagnée ? "Il faut une équipe pluridisciplinaire dans laquelle le Modem doit figurer fortement et à laquelle
il apportera renouvellement, diversité et valeurs centristes." Elle entend se reposer sur trois piliers : "La probité,

31
remplacer le béton par l'homme et favoriser l'initiative." Seule ou avec Jean Codognès ? "Il faut une synergie et
une dynamique pour Perpignan, pas une liste partisane." On attendra tout de même le Conseil d'Etat. G.C.

http://www.midilibre.com/articles/2009/04/07/20090407-PERPIGNAN-Municipales-Cl-Ripoull-Modem-
prend-deja-date.php5

RIVIERABIZ.COM - 7 AVRIL 2009 - NOUVELLE LIGNE DE TRAMWAY A NICE : LES PROPOSITIONS DU MODEM
AZUREEN

Le Mouvement Démocrate est convaincu que le projet de la nouvelle ligne de tramway doit adopter une vision
nouvelle, créative et globale de Nice en tant que ville ouverte sur son territoire, " en choisissant une démarche
raisonnée qui replacera les niçois au centre de leur environnement" Dans un communiqué le Modem fait en ce
sens cinq propositions, estimant que le projet actuel de l'équipe municipale, c'est "toujours plus de la même
chose", sous peine d’avoir encore 10 ans de retard sur la réalité. Le Modem propose ainsi :.
1. de scinder le tracé de la ligne 2 passant par la Promenade des Anglais :
- un premier tronçon classique de l'Aéroport au boulevard Gambetta ;
- un deuxième tronçon du boulevard Gambetta jusqu'à Masséna sans voiture avec le seul tramway, passant au
milieu de 16 hectares de jardin, créant un espace piétonnier de qualité et de partage de vie ;
2. d'équiper les jonctions vers Cagnes-sur-Mer et La Trinité de "Busway", bus de grande capacité (140 places)
fonctionnant au gaz naturel (énergie propre) ;
3. de réorganiser efficacement les déplacements départementaux en raccordant la voie Matisse à l'autoroute par
un tunnel, en créant côté Villefranche-sur-Mer un tunnel de sortie de l'autoroute au niveau des Ponts Jumeaux,
et en prônant la gratuité pour le contournement autoroutier de Nice ;
4. d'offrir progressivement une solution globale de remplacement des moyens de transports polluants à des
coûts économiquement raisonnables, avec de petits véhicules en libre service (à air comprimé ou électriques),
des solutions de co-voiturages, de taxis collectifs et de navettes maritimes ;
5. de financer des travaux forcément très onéreux en utilisant le cadre du plan banlieues du Gouvernement et en
vendant une partie du patrimoine surnuméraire de la commune.

http://www.rivierabiz.com/wtm_article50793.fr.htm

NICE PREMIUM - 7 AVRIL 2009 - CHRISTOPHE TUKOV, MAGISTRAT NIÇOIS ET CANDIDAT AUX EUROPEENNES : "CE
SCRUTIN EST IMPORTANT POUR LE MODEM".

De la même promotion que la Garde des Sceaux Rachida Dati, Christophe Tukov, vice-Président du TGI de
Nice, se présente en position non éligible sur la liste Sud-Est du MoDem. Portrait à charge et à décharge ! Et
réaction du Procureur de Nice, Eric de Montgolfier.
2009
Le sang d’un officier de l’Armée rouge coule dans ses veines niçoises mais il n’a rien d’un Vychinski de la
justice. Il aime son métier mais n’y trouve apparemment pas la possibilité de changer suffisamment le cours des
choses. A côté du législatif et de l’exécutif, « le judiciaire, explique Christophe Tukov, juge d’instruction au
TGI de Nice et candidat du MoDem aux élections européennes du 7 juin prochain, n’est pas un pouvoir mais
une autorité ». Tout au plus une série « d’outils juridiques pour faire appliquer le droit et la procédure ». Ce
jeune magistrat de 38 ans serait-il frustré du pouvoir de faire ? Dès sa licence, il a éprouvé le sentiment qu’il
« n’était pas fait pour le droit » sauf dans la position où il pourrait « le dire, pas le subir ». Le justiciable
compatira.
S’il « ne s’interdit rien » dans ses ambitions, il assure que la « réflexion politique l’attirait dès l’adolescence »,
période à laquelle il allait déjà coller quelques affiches pour des mouvements proches des Verts ou, plus tard,
prendre part aux manifestations contre le projet de Loi Devaquet. Quant à la prétendue recherche de pouvoir, il
tire argument de sa situation dans la région Nice Côte d’Azur pour rejeter cette idée : « Dans le 06, région
plutôt bleu foncé, explique-t-il en souriant, je n’ai aucune chance ». En ce sens, sa position de 25e sur la liste
Sud-Est du MoDem se veut surtout symbolique.

32
Le déclic ? C’est à François Bayrou qu’il le doit. Et d’énumérer les raisons pour lesquelles il a adhéré au
MoDem avant même sa constitution officielle : « Le rejet du bipartisme primaire et de la critique
systématique », « le choix d’une position constructive et de conceptions humanistes de la politique », ce
« mélange d’arbitrage et de modération qui caractérise ce troisième Parti de gouvernement possible ». L’ombre
du juste milieu de la balance judiciaire, la culture du compromis planeraient-elles au-dessus de son
raisonnement ? Christophe Tukov s’en défend : « Lorsqu’on est magistrat, on n’est pas un doux rêveur ». Même
si elle « tranche », la justice, explique-t-il sur un ton passionné, ne « consiste pas à donner raison à une
personne contre une autre » mais à faire en sorte qu’il « n’y ait plus de litige ». Et de reprendre à son compte le
dicton populaire : « mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès ».
L’échéance européenne du 7 juin prochain « sera importante pour le MoDem », lance Christophe Tukov, car les
enjeux de ces élections « correspondent aux thèmes traditionnels du Parti et de François Bayrou ». Ses idées sur
la question européenne ? Il « soutient » la démarche du Député européen Philippe de Villiers visant à réduire
les indemnités des Commissaires européens. « De manière générale, je suis favorable, explique le magistrat
niçois, à la limitation des gains lorsqu’ils dépassent le raisonnable » : il serait ainsi en faveur de la « limitation
des salaires des dirigeants de sociétés comme ceux des joueurs de foot ».
Ses conceptions de l’Europe ? « Une unité territoriale, culturelle ainsi que la confiance entre les peuples
européens ». Cette culture n’intègre pas, selon lui, la dimension religieuse chrétienne. Celle-ci ne doit pas, en
conséquence, figurer dans le préambule d’une Constitution européenne. Il se réclame plutôt de la philosophie
d’Ernest Renan : « l’Europe, une volonté de vivre ensemble ». Partisan d’un renforcement des pouvoirs du
Parlement européen, il exige, en outre, plus de transparence dans les travaux de la Commission européenne : le
« citoyen européen doit pouvoir être informé au préalable des travaux en cours au sein de la Commission » et le
« Parlement pouvoir en débattre ». Et de citer l’exemple absurde, selon lui, de la réglementation bruxelloise sur
le vin rosé : « ça sort d’où ? » s’interroge-t-il à haute voix.
Christophe Tukov se dit par ailleurs favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, une position
« personnelle » qui n’est pas celle du Parti de François Bayrou : « ce serait un signal fort donné au monde
musulman qu’on peut vivre ensemble dans un cadre politique et juridique commun ». Son net rejet du retour de
la France dans le Commandement militaire intégré de l’Otan se veut, en revanche, plus conforme à l’esprit du
Parti : « Un geste peu important de fait mais symboliquement désastreux ». Cela va être « perçu comme la fin
de la tradition volontariste et indépendante de la France », analyse-t-il.
Décidemment plus à l’aise dans la stratégie et la diplomatie, Christophe Tukov semble marcher sur des œufs
lorsqu’on aborde l’image laissée dans le public par le procès d’Yvan Colonna. Un procès qu’il refuse de
commenter, arguant du fait qu’il n’a « pas toutes les pièces du dossier ». La prudence du magistrat indépendant
du « Siège » l’emporte encore beaucoup sur le volontarisme de l’homme politique.

http://www.nice-premium.com/article/christophe-tukov-magistrat-nicois-et-candidat-aux-europeennes-ce-
scrutin-est-important-pour-le-modem-..4498.html

EST

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE – 11 AVRIL 2009 - LA 5E SECTION EST EN PLACE

Malgré le départ des « historiques »Bernard Stoessel et Bernard Klein, le Mouvement démocrate a pu se
constituer au sein de la 5e section, qui épouse les contours du pays de la Région mulhousienne, derrière Xavier
Paillocher. La section mulhousienne du Modem revendique une centaine d'adhérents et sa présence au sein de
la majorité municipale UMP-Gauche Moderne de Mulhouse avec la conseillère Emmaneulle Suarez, par
ailleurs déléguée au bureau départemental et déléguée dans les cantons ouest et sud. ... (suite payante)

http://www.dna.fr/articles/200904/11/la-5e-section-est-en-place,mulhouse,000006216.php

33
LE PROGRES – 12 AVRIL 2009 – JURA : REGIONALES : GERARD FAIVRE SE VERRAIT BIEN TETE DE LISTE

Le délégué régional du Modem, patron de la fédération centriste dans le Doubs, a « bien l'intention de repartir
aux régionales. Certes, il me faut l'investiture mais ceux qui ont mouillé la chemise, doivent avoir leur place »,
explique celui qui est aussi directeur de campagne de Jean-François Kahn, la tête de liste Modem aux
Européennes pour la région Est.
Jean-Marie Sermier n'apprécie pas la méthode Gaillard
Le dernier conseil d'administration du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) a tourné court pour
le député Jean-Marie Sermier.
L'élu a quitté la réunion plus tôt que prévu pour signifier son désaccord avec la méthode du président (et
conseiller général de Poligny) Jean-François Gaillard (UMP) qui lui avait reproché avec insistance de ne pas
avoir répondu à un questionnaire adressé aux parlementaires du Jura.

http://www.leprogres.fr/fr/region/le-jura/jura/article/487788,181/Regionales-Gerard-Faivre-se-verrait-bien-tete-
de-liste.html

LE PROGRES - 7 AVRIL 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN A SAINT-CLAUDE ET LONS-LE-SAUNIER

Après Dole, la tête de liste du Modem pour la région Est aux Européennes est de retour dans le Jura. Il sera à
Saint-Claude demain soir à 20 h 15 pour un café citoyen au Petit Mâchon. Le journaliste animera un débat sur
le thème de la crise. Le lendemain, jeudi, Jean-François Kahn visitera à partir de 10 h 15, l'entreprise
sanclaudienne de chasse-neige Sicométal, et se rendra à 16 heures à la Fromagerie Arnaud à Poligny. Il animera
une réunion publique, toujours sur le thème de la crise, à la salle du Puits salé à Lons à partir de 20 heures. Le
candidat devrait revenir en Franche-Comté le 6 mai à Pontarlier pour un meeting au cours duquel il dévoilera
ses propositions pour l'Europe. Puis il animera une dernière réunion à Besançon, le 3 juin avec l'ensemble de
ses colistiers. François Bayrou, le leader du Mouvement Démocrate pourrait lui faire une visite « pour aller à la
rencontre des Français » en Bourgogne et en Franche-Comté dans une quinzaine de jours.

http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article.html?iurweb=419633

VIVRE-A-CHALONS - 5 AVRIL 2009 - EURPEENNES : UN SEUL BOURGUIGNON SUR LA LISTE DE J.F. KAHN

Un seul bourguignon figure sur la liste de M.jean François Kahn, qui conduit la liste du Modem dans le grand
est. Il s'agit du dijonais, François Deseille, maire adjoint de Dijon, président du Modem en Côte d'or en 5éme
position.
Cet élu dijonnais avait scellé une alliance pour les dernières municipales avec le socialiste M.françois
Rebsamen. A noter, pour la petite histoire régionale, que M.marc Frot, élu conseiller général (modem) de
Baigneux les Juifs, avait lui efectué une alliance avec M.François Sauvadet, permettant au député nouveau
centre d'accéder aux fonctions de Président du conseil général de Côte d'or. Il se murmure que M.Marc Frot
serait candidat nouveau centre pour les européenes sur la liste UMP.
UNE JURASSIENE SUR LA LISTE :
Mme Agnès Chambaret, présidente du Modem dans le département voisin du Jura figure en douziéme position
sur cette liste. Professeur de lettres classiques, Mme Chambaret a été élue conseillère municipale en mars 2008
sur la liste conduite part M.Jacques Pelissard, Député-maire ump sortant. Elle occupe également les fonctions
d'adjointe au maire chargé de la formation, de l'enseignement universitaire et de l'éducation dans la ville
préfecture du Jura.
La liste de l'ex journaliste Jean François Kahn est donc à géométrie variable, comme le sont les listes soutenues
par M. François Bayrou. Rappelons que le fondateur de "Marianne" était venu écouter Mme Ségolène Royal en
Aôut 2007 à Frangy en Bresse, pour la fête des socialistes de Bresse... Daniel DERIOT

http://www.vivre-a-chalon.com/lire_EUROPENNES-_-UN-SEUL-BOURGUIGNON-SUR-LA-LISTE-DE-
J.F-KAHN-MODEM_BAYROU,230318e279f56e5e3e0e999b3c139f225838d41f.html

34
DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE - 6 AVRIL 2009 - DECONNEXION TEMPORAIRE

MoDem tous les deux, l'adjointe Odile Uhlrich-Mallet et son collègue Yves Baumuller sont les seuls élus de la
majorité d'ouverture colmarienne à avoir publiquement « désapprouvé » la sanction « disproportionnée et
injuste » décidée par Gilbert Meyer consistant à suspendre les aides de la Ville aux voyages scolaires du lycée
Camille-Sée après avoir constaté des « débordements » lors de la manifestation du 19 mars. Jean-François
Kahn, la tête de liste MoDem dans le Grand Est, n'en espérait pas moins ... (reste de l’article payant)

http://www.dna.fr/articles/200904/06/deconnexion-temporaire,mulhouse,000003377.php

OUEST

OUEST FRANCE - 7 AVRIL 2009 - ARTHUIS VEUT RASSEMBLER LE CENTRE DANS LES URNES

On savait que Jean Arthuis, sénateur centriste de Mayenne, voulait fédérer les centres. Une tâche gigantesque
quand on sait les rivalités entre Nouveau Centre, MoDem, Union centriste, Gauche Moderne, centristes de
l’UMP… Qu’à cela ne tienne, Jean Arthuis veut maintenant présenter des candidats aux prochaines élections
cantonales, régionales et sénatoriales. Président de la commission des Finances du Sénat, Jean Arthuis est le
chantre de la TVA sociale pour rendre de la compétitivité au « made in France ».

http://www.ouest-france.fr/actu/politique_confidentiel_-Arthuis-veut-rassembler-le-centre-dans-les-
urnes_41770-888776_actu.Htm

MAVILLE.COM - 6 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : LA LISTE MODEM POUR LE GRAND OUEST

Vendredi, à Saint-Malo, le Mouvement Démocrate a dévoilé sa liste aux élections européennes de juin
prochain, avec dix-huit candidats.
Vendredi, à Saint-Malo, le Mouvement Démocrate a dévoilé sa liste aux européennes, pour la région Grand
Ouest. Sylvie Goulard est tête de liste, à la suite du général Philippe Morillon, qui n'a pas souhaité se
représenter après deux mandats au Parlement européen. « Je ne voulais pas faire le mandat de trop, je passe le
relais à une bonne équipe, qui défendra une vision positive de l'Europe. »
Le parti centriste présente dix-huit candidats (1), dont six pour la Bretagne, six pour les Pays-de-Loire et cinq
pour la région Poitou-Charentes. Quatre étaient déjà candidats lors des précédentes élections européennes.
Comme la parité l'exige, la liste comprend neuf hommes et neuf femmes.
Dans les semaines à venir, la campagne va monter en puissance jusqu'aux élections du 7 juin, avec des réunions
publiques et des rencontres sur le terrain. « Notre programme est élaboré au sein de seize groupes de travail
thématiques. »
Celui sur l'agriculture et la pêche se réunira, le 15 avril, en Vendée ou en Loire-Atlantique. François Bayrou, le
chef de file du MoDem, tiendra meeting fin mai ou début juin, dans l'une des grandes villes de l'Ouest.
Olivier BERREZAI.

http://www.pontivy.maville.com/actu/actudet_-Europeennes-la-liste-MoDem-pour-le-Grand-Ouest-_dep-
887071_actu.Htm

OUEST FRANCE - 6 AVRIL 2009 - DEUX MAIRIES, TROP POUR UN SEUL HOMME ?

Ayant quitté sa mairie pour celle de Caen, l'ancien maire s'est-il, en mars 2008, trop mêlé de la campagne
municipale à Sallenelles (Calvados) ? À la clé, deux procédures.
Connue pour son environnement préservé au bord de la baie de l'Orne, Sallenelles, village (294 habitants) mi-
côtier, mi-rural du Calvados fait, en 2008, une entrée en fanfare dans la rubrique municipale. Les sortants réunis
35
sous la bannière « Sallenelles de coeur et d'action pour demain » affrontent la liste « À la recherche de la
convivialité perdue. »
La veille du scrutin, un document anonyme distribué dans les boîtes aux lettres suggère qu'une candidate de la
liste « conviviale » est alcoolique. Un médecin, chef de service psychiatrie en milieu pénitentiaire, appartenant
à la même liste, est caricaturé en étant accusé d'avoir prescrit du Viagra à un détenu de la prison de Caen. Ce
prisonnier a été interpellé peu après sa libération à l'été 2007 pour rapt et viol d'un enfant.
Le tribunal administratif de Caen annule, en mai 2008, l'élection, compte tenu du « caractère particulièrement
sensible du tract et de l'impossibilité d'y répondre. » La liste « Coeur et action », qui l'avait déjà emporté en
mars 2008, est cependant largement réélue en septembre.
« Impossible d'y répondre »
e tract diffamatoire passe entre-temps du tribunal administratif au bureau d'un juge d'instruction. Pour retrouver
l'origine de ce document, 12 gendarmes interviennent au domicile d'un couple âgé dont le mari se retrouve en
garde à vue. (« O.-F. » du 25 mars).
Le couple a été mis hors de cause, mais les moyens mis en oeuvre dans cette paisible commune ont frappé les
esprits. L'auteur du tract s'est fait connaître auprès des services du procureur : il s'agit de... l'ancien maire de
Sallenelles, Frédéric Chazal, 39 ans, assureur, qui ne s'était pas représenté dans sa commune.
Cette bouffonnerie villageoise a pris de l'ampleur : des médecins se sont émus. Sans compter l'émoi du
microcosme politique de Caen, où Frédéric Chazal est conseiller municipal depuis mars 2008.
« Dream team »
Maire de Sallenelles (294 habitants) et président de la communauté de communes Campagne et baie de l'Orne
(Cabalor) depuis 2001, Frédéric Chazal voyait vraisemblablement plus grand et plus loin. Sans doute après sa
candidature aux législatives de juin 2007 dans la circonscription de Deauville-Pont-l'Évêque sous l'étiquette
MoDem.
Au printemps 2008, il quitte sa mairie pour être candidat sur la liste du maire UMP sortant, à Caen. « Brigitte
Le Brethon veut réunir une « dream team » pour Caen. Elle a pensé que j'étais parmi les meilleurs », déclarait
simplement à l'époque Frédéric Chazal. Il doit alors renoncer à son poste de « porte-parole » du MoDem du
Calvados.
Élu à Caen, Frédéric Chazal est aujourd'hui réduit au rôle de conseiller d'opposition : le PS a battu Brigitte le
Brethon, qui pilote le groupe d'opposition « Caen 2014 ». Le transfuge de Sallenelles sera-t-il encore présent à
cette échéance ? Des voix s'élèvent pour réclamer sa démission.
Jean-Pierre BEUVE.

http://www.ouest-france.fr/actu/actu_BN_-Deux-mairies-trop-pour-un-seul-homme-_8618-886992_actu.Htm

LYON ET SA REGION

LE PROGRES DE LYON - 8 AVRIL 2009 - MODEM : RESOUDRE LES CRISES « ECONOMIQUE, FINANCIERE,
CLIMATIQUE »

Dans le cadre de la campagne des élections européennes, Jean-Marie Beaupuy, député européen et tête de liste,
a rendu visite aux forces vives du MoDem altiligérien.
Ex-conseiller général de la Marne, conseiller municipal et conseiller communautaire à Reims, Jean-Marie
Beaupuy a fait part de sa longue expérience dans les domaines la culture, l'environnement, les affaires sociales,
ainsi que de son activité à Strasbourg, où il est, entre autres, président de l'intergroupe Urban logement.
L'occasion de dire ce que l'Europe apporte en argent frais dans le domaine du logement.
Côté programme, le Mouvement démocrate insiste sur l'urgence à remédier « aux différentes crises :
économique, financière, climatique », en prônant une action renforcée et tout azimuts au niveau européen.
« Nos conditions de vie sont conditionnées par les politiques européennes. Il y a deux points clés pour réussir. Il
faut agir vite et manière coordonnée, à l'image des sapeurs-pompiers ».

36
Deux Auvergnats sont présents dans la liste qu'il conduit, Michel Fanget, conseiller municipal de Clermont-
Ferrand, et Bernard Coulon, maire de Saint-Pourcain-sur-Sioule.

http://www.leprogres.fr/fr/region/la-haute-loire/haute-loire/article/426448,183/MoDem-resoudre-les-crises-
economique-financiere-climatique.html

SUD-OUEST

SUD-OUEST - 10 AVRIL 2009 - CUB : LE MODEM TOUSSE

La séance publique du conseil de Communauté urbaine ce matin sera a priori moins passionnante que celle de
cet après-midi, qui concernera les répercussions éventuelles du comité Balladur. Pourtant, l'Association
communautaire des élus démocrates (Aced), qui regroupe les élus du MoDem et autres centristes (entre 17 et 20
élus) profitera d'un vote pour manifester un commencement de mauvaise humeur.
L'Aced, créée pour se distinguer de l'UMP sans pour autant s'affranchir totalement du groupe Communauté
d'avenir (distinguo subtil), trouve que les troupes d'Alain Juppé (à commencer par leur leader) ont fait trop peu
de cas de ses positions dans les deux gros dossiers des 12 derniers mois : l'Arena et le transport public. Dossiers
sur lesquels les centristes se sont abstenus ou ont voté contre, selon les cas. Aussi le président de l'Aced, Alain
Cazabonne, et ses amis vont-ils profiter de l'annulation d'un avenant sur le transport public pour manifester à
nouveau leur indépendance. Ils verraient par exemple d'un bon oeil que le contrat avec Veolia soit clôturé, non
le 30 avril comme le souhaite Vincent Feltesse, mais à la rentrée de septembre, histoire de mettre de l'huile dans
les rouages. Et peut-être aussi de permettre à l'entreprise déchue de ne pas partir avec un trop mauvais souvenir
de Bordeaux.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/bordeaux/article/556446/mil/4392860.html

SUD-OUEST - 9 AVRIL 2009 - UN MODEM CONQUERANT

EUROPÉENNES. Jérôme Sourisseau sera le référent charentais lors de la campagne centriste


Le p’tit jeune qui monte dans la politique charentaise sera en 14e position (notre édition d’hier) dans la liste
Modem des élections européennes de juin prochain. C’est ce qu’a expliqué l’intéressé, Jérôme Sourisseau,
responsable départemental du mouvement mené par François Bayrou, hier, dans sa mairie de Bourg-Charente,
disant avoir voulu, par cette présence, prendre date : « D’ores et déjà, je sais que les candidats auront un rythme
de réunions après les élections et que je serai le référent charentais pour faire remonter les dossiers du
département. »
Heureux de participer à cette liste « jeune et variée », menée par Sylvie Goulard – un symbole, son père est un
député UMP critique à l’égard de Sarkozy – il promet une campagne tonique dans laquelle devrait peser la «
portée humaniste » de son parti.
Diverses initiatives vont être arrêtées dans le secteur, à commencer par la venue prochaine de Sylvie Goulard.
Nous aurons l’occasion d’en reparler…

http ://www.sudouest.com/charente/actualite/article/555701/mil/4389296.html

SUD-OUEST - 7 AVRIL 2009 - BAYROU SUR LE TARD

CELANESE À PARDIES. Le député des Pyrénées-Atlantiques est venu hier soutenir les ouvriers de l'usine
A peine François Bayrou pose-t-il le pied sur le parking de Celanese, à Pardies, qu'Hervé, employé à l'usine,
l'interpelle en béarnais. « Je lui ai demandé pourquoi, lui, si attaché au Béarn, n'était pas venu nous voir
dimanche alors qu'il était à la manifestation pour l'occitan, à Pau, la veille ! »

37
Réponse de l'intéressé : « Dimanche, j'avais envoyé Jean Lassalle pour me représenter car j'étais empêché. Par
ailleurs, depuis le début, je me suis informé dans la presse. Et puis je ne veux pas marcher sur les plates-bandes
de David Habid. Ici, ce n'est pas ma circonscription. »
Colles sur colles
Passé cet accueil un peu rude, le député Modem s'inquiète des pistes de reprises auprès d'Alain Masse,
représentant CGT des salariés, qui tente de répondre. « Nous avons vu dans la presse les noms de Rhodia et
BASF. Rhodia semble en difficulté, BASF peut être la piste la plus sérieuse dans la mesure où on a eu des
productions et des brevets ensemble. C'est vrai que nous avons besoin de savoir », répond le secrétaire du CE.
Apparemment, François Bayrou, ancien prof de lettres, n'a pas bien révisé. « Quelle est votre production ? Que
vous disent les dirigeants du groupe ? Combien de fabricants d'acide acétique en France ? »
Les salariés répondent, conscients que l'homme à l'envergure présidentielle ne peut pas tout savoir et,
visiblement, ne peut pas tout lire.
Un salarié, le casque sur la tête, lui demande quelles solutions il peut apporter. « Il n'y a pas de solution
baguette magique. J'en ai trop entendu des voeux pieux, des paroles... Moi, j'ai une idée. Une entreprise ne
devrait pas s'opposer à la reprise d'une unité. Quand vous fermez une usine, elle doit pouvoir être reprise sans
que vous vous y opposiez. Je suis en train de travailler sur une proposition de loi. On ne peut pas faire cela par
un décret. »
L'association capital-travail
Par ailleurs, le député de Pau estime qu'il faut « soutenir l'idée d'un repreneur auprès du préfet, des élus locaux,
pour une reprise envisagée, mettre toute l'assistance qu'il faut pour y arriver. »
Pierre Cangrand, de la CFDT Celanese, veut aller plus loin : « Va-t-on trouver des hommes politiques
courageux pour mettre un coup de canif dans le privé. Mettre un minimum de règles ! »
François Bayrou affirme, dans un rire, qu'il ne supprimera pas la propriété privée, mais qu'effectivement « une
entreprise n'est pas que le capital. C'est l'association capital-travail, c'est l'intérêt général de l'entreprise, c'est
pour cela que je suis contre les stock-options. »
Le député s'intéresse ensuite aux grévistes de la faim tournante, allongés dans le local CGT, après avoir botté en
touche quand on lui a demandé de payer de sa personne dans cette grève de la faim.
Cette visite du député, accompagné de la conseillère générale Josy Poeyto et de deux représentants locaux du
Modem, aura de toute façon été utile. C'est l'avis d'Alain Masse. « On est favorable à la venue d'hommes
politiques majeurs pour intervenir sur notre situation. Tous ces gens peuvent nous aider. »
Quant à Jérôme, jeune mécanicien à Celanese, qui cumule déjà neuf ans d'ancienneté, il l'apostrophe : « Je vous
remercie. Battez-vous pour nous, mais il ne faut pas que ce soit des paroles en l'air ! »

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/552873/mil/4375496.html

SUD-OUEST - 7 AVRIL 2009 - POUR UNE EUROPE « PLUS PROCHE DES GENS »

POLITIQUE. Robert Rochefort, tête de liste MOdem pour les élections européennes, était de passage dans la
ville vendredi
Vendredi dernier, le conseiller général Xavier Loriaud et sa suppléante, Annick Bousselet, accueillaient Robert
Rochefort (1), tête de liste du MOdem pour notre circonscription (2) aux élections européennes qui auront lieu
le 7 juin prochain. Robert Rochefort était accompagné de son directeur de campagne, Philippe Meynard, maire
de Barsac et de Muriel de Portbail, vice-présidente du MOdem 33 et élue de Saint-André de Cubzac.
Robert Rochefort est d'abord allé visiter la citadelle avant de se rendre au Syndicat Viticole pour y rencontrer
les responsables puis il a rendu visite à Denis Baldès à la mairie.
Le social d' abord
Dans une conférence de presse, le candidat a précisé « je ne suis ici qu'en pré-campagne. Je rencontre les
électeurs afin de mieux connaître leurs problèmes ». Avant tout, Robert Rochefort, suivant en cela François
Bayrou, veut mettre « les questions sociales au centre des discussions au sein de l'Europe. Avancer, ce sera
harmoniser les sociétés par le haut »
Robert Rochefort a déclaré également qu'après la sortie de la crise, « il faudra réfléchir à un autre type de
société. Il faudra définir un modèle social européen. »

38
« Changer l'Europe, ce sera donner aux gens des réponses pour résoudre concrètement leurs difficultés. Bref,
les députés devront construire une Europe plus sociale et moins financière ». S'il est élu, Robert Rochefort
appartiendra au Parlement au Parti Démocrate Européen (PDE), « un groupe charnière. Nous proposons le seul
projet réaliste ».
La culture du vin
Reçus à la Maison du Vin par le président Christophe Terrigeol et le directeur du Syndicat Viticole, Jean
Lissague, les élus ont posé des questions sur les problèmes rencontrés par les viticulteurs. Robert Rochefort,
très au fait des questions de consommation a interrogé les responsables viticoles sur les marchés, intérieur et
extérieur. Christophe Terrigeol a mis l'accent sur l'importance de la nouvelle dénomination « Blaye, Côtes de
Bordeaux ». Robert Rochefort a demandé des précisions sur les différences entre viticulture « bio » et «
raisonnée ».
Pour le candidat, « il ne faut pas faire du vin une question à part. Il est lié à l'alimentation. Il fait partie d'un
combat culturel à mener sur la façon que nous avons de manger. Il y a un double aspect culturel du vin : c'est
une affaire de terroir, d'histoire et de façon de vivre ».
(1) Robert Rochefort, né en 1955 est directeur du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des
conditions de vie) depuis 1987, il en est le directeur général depuis 1995, il a auparavant travaillé au sein de la
direction des statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie puis au Centre d'études et d'économie de la
santé. Il a été maître de conférence à l'ÉNA. Il est également membre de plusieurs comités et conseils dont le
Conseil scientifique des statistiques du Haut Conseil à l'intégration et le Conseil d'éthique publicitaire du BVP
et président de la formation Démographie, conditions de vie du Conseil national de l'information statistique.
(2) La circonscription Sud-Ouest regroupe trois régions : Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

http://www.sudouest.com/gironde/actualite/blayais/article/553260/mil/4377778.html

SUD-OUEST - 6 AVRIL 2009 - LE MODEM SE VEUT « TRES CONQUERANT »

POLITIQUE. Le pôle d'Orthez, né il y a deux mois, profite des élections européennes pour créer une
dynamique d'implantation
Il y a de l'offensive dans l'air. En ces temps où les échéances électorales pointent à l'horizon, le Modem profite
de cette émulation pour créer une dynamique d'implantation plus forte. Le parti, qui a structuré son bureau
départemental le 31 janvier dernier, a, dans ses séances du 20 février et du 7 mars, consacré la mise en place de
pôles d'animation et de coordination.
Le pôle d'Orthez - qui regroupe les cantons d'Arthez-de-Béarn, Arzacq, Lagor, Lasseube, Monein, Orthez et
Salies-de-Béarn - s'est réuni pour la première fois, vendredi soir, à l'initiative de Bernard Cazenave, son
coordinateur, par ailleurs élu d'opposition à Orthez.
Une voix singulière
Un taux de participation « de 30 à 35 % », une moyenne d'âge plutôt jeune avec notamment deux recrues de 16
et 20 ans... Bernard Cazenave voit là le premier pas d'une « démarche très conquérante » par laquelle le parti
compte gommer un peu de ce rose omniprésent en Ouest Béarn.
Première arme à affûter : la communication. En projet, un local pour organiser les réunions d'animation (« si les
ressources financières le permettent ») mais aussi un plan de bataille qui passera par le Net. Dès cette semaine,
le pôle d'Orthez activera son blog avant de se doter d'un site Internet. Il créera enfin un véritable « bureau
politique » où chacun sera investi de missions particulières.
Un appel à Thierry Issartel ?
Bernard Cazenave n'exclut d'ailleurs pas d'aller taper à la porte de Thierry Issartel, pour le solliciter « en tant
qu'expert. C'est une dimension dont nous avons besoin et ce serait une richesse pour nous de l'avoir dans le
groupe. »
L'objectif pour le Modem : se développer « comme entité », s'affirmer comme « une voix singulière », se
défaire des alliances dans lesquelles on l'englue volontiers.
Un challenge, pour le pôle d'Orthez, qui fait un peu office de dernier de la classe, comparé aux trois autres pôles
« très représentés » dans le département. Mais les combats difficiles n'en sont que plus stimulants.
« Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration mais pour développer nos idées, donner notre avis, essayer
de convaincre les gens de nous mettre aux manettes », confirme Bernard Cazenave. Certes, il manque, pour le
moment, au pôle d'Orthez « une grosse locomotive », « un député à la dimension de tribun... »
39
Mais Bernard Cazenave est confiant. « Il va falloir que l'on crée notre propre style. On va y arriver. J'ai trouvé
des gens plutôt bien disposés. »

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/orthez/article/551999/mil/4370333.html

SUD-OUEST - 6 AVRIL 2009 - LES CELANESE GIRLS

PARDIES. 315 épouses, mères, belles-mères et filles ont déposé une fleur pour les employés
Henriette, Bernadette, Linda, Cathy, Camille et 310 autres représentantes de la gent féminine se sont
rassemblées hier, une fleur à la main, devant l'usine toute fumante de Celanese, à Pardies. En signe de solidarité
pour leur époux, leur père, leur frère, leur fils ou leur gendre, employés à Celanese, Yara, Air liquide et même
Amoniaque agricole.
« Je suis venue pour soutenir mon fils Alain qui travaille chez Celanese. Je me fais du souci ; il a tout à payer
avec sa femme, un crédit, une baraque... et ils ont une petite-fille à élever », confie Henriette, la soixantaine.
Henriette a donné la main à sa voisine, qui a donné la main à une autre, et les 315 femmes, reliées dans la
douleur et dans la lutte, ont formé une immense chaîne humaine sous les fenêtres de la direction de l'usine.
Certaines avaient les yeux embués de larmes.
Une stèle pour les ouvriers
Sandrine, 27 ans, des taches de rousseur plein le visage, est venue pour son père, employé chez le géant
chimique. « La chaîne humaine, c'est montrer que tout le monde est solidaire, c'est important. Moi, mon père,
ça va pour l'instant. Il est beaucoup dans la lutte, mais il se pose des questions. Je me fais du souci pour lui. »
C'était la manifestation des femmes (une idée soufflée aux syndicalistes par André Cazetien) qui a ému plus
d'un homme. « La fermeture, ça secoue, c'est dur », confie Pascal, frère d'une employée qui regarde passer ces
dames.
Alain Masse, lui-même, est ébranlé. Le représentant CGT des salariés a livré un discours lyrique, des trémolos
dans la voix. « Elles subissent dans l'ombre, comme nous, l'angoisse, la peur du lendemain, le devenir de leur
famille. Mais en plus, elles nous écoutent, elles nous épaulent, elles pansent nos blessures intimes. Elles sont la
clé de voûte de l'édifice que nous avons construit avec elles. »
Les femmes ont ensuite dévoilé un monument en marbre - « le premier monument dédié à la résistance des
salariés » - sur lequel sont gravés ces mots de Victor Hugo : « Ceux qui luttent, ce sont ceux qui vivent. »
Pascal Diozaide, compagnon syndical d'Alain Masse, précise que « ce monument n'est pas fait pour enterrer
Acetex-Celanese. C'est un monument pour les salariés du monde entier. »
De nombreux maires et conseillers généraux et régionaux de gauche s'étaient joints au mouvement ainsi que le
député Modem, Jean Lassalle (1). David Habib, député PS de la circonscription, a serré des centaines de mains.
« Il y a une mobilisation énorme autour de Celanese. Une grande sensibilité. C'est bien la preuve qu'aujourd'hui,
il faut que la question du repreneur soit réglée dans les quinze jours. Il faut faire pression sur Celanese et sur
ceux qui ont une part de pouvoir dans ce dossier. »
Les organisations syndicales de Celanese espèrent pouvoir rencontrer le préfet cette semaine pour « savoir si
l'État a des repreneurs », explique Alain Masse.
Cette journée de printemps exceptionnelle, où les gendarmes avaient même barré la départementale, s'est
naturellement terminée par un vin... d'honneur, offert par les vignerons de Monein.
(1) François Bayrou a prévu de se rendre ce matin, à 9 heures, à l'usine Celanese de Pardies.

http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/552037/mil/4369964.html

SUD-OUEST - 5 AVRIL 2009 - PLUS DE 1 000 POUR QUE VIVE LA « LANGUE D'ICI »

PAU. Un millier de personnes réclamait, hier, la pleine reconnaissance de l'occitan du Béarn


En caractères blancs sur fond noir, la banderole tenue par des jeunettes en fleur proclame sur toute la largeur de
la rue Henri-IV : « Perdèr la lenga qu'ei perdèr lo país ». Sur le trottoir, une dame pincée qui fait les boutiques
chics lâche à sa fille : « Je ne parle pas le béarnais, mais ça, je comprends ce que ça veut dire... »
Quelques instants plus tôt, rue Foch, Jean-François Tisner s'était fait alpaguer affectueusement par une mamie :
« Tè ! C'est pour le patois ? », tirant un sourire au chef de file du collectif (50 associations), appelé La Crida.
40
C'était plus difficile que de se faire entendre : le gros millier de manifestants en faveur de l'occitan du Béarn a
su se faire comprendre, hier après-midi, dans les rues de Pau. À la faveur d'un parcours que jalonnaient cinq
courtes prises de parole chacune suivie d'un « calhavari » (charivari).
Devant les institutions
À l'Inspection d'académie : « C'est ici que tout marche au ralenti pour l'enseignement de notre langue ». Devant
la Caisse d'allocations familiales : « Quand on parle de créer [...] des crèches bilingues où notre langue aura sa
place, la CAF fait tout pour décourager ceux qui portent ces projets ».
Préfecture, Parlement de Navarre, « où sont les panneaux bilingues promis sur les routes ? ». Mais c'est devant
la mairie de Pau, « est-ce que la capitale du Béarn aurait honte de son pays et de sa langue ? », qu'a tambouriné
le « calhavari » le plus retentissant.
Annoncée un temps à la manif, la députée-maire Martine Lignières-Cassou, aura finalement préféré « recevoir à
sa demande » une délégation.
François Bayrou, lui, était bien présent parmi le cortège. Tout comme Jo Labazée, le patron du groupe de la
gauche au Conseil général, ainsi que René Ricarrère (PS), l'infatigable animateur de l'Amassada au Conseil
régional. Aussi discrètement, d'autres élus s'étaient joints aux protestataires. Tels Jean-Yves Lalanne, maire de
Billère, Margot Triep, conseillère générale de Billère, Hélène Lerou-Pourqué, adjointe communiste à la culture,
à Pau, etc.
« Que volem, que podem »
« Ce qui me surprend, notait l'écrivain Sèrgi Javaloyes, c'est le nombre de jeunes. » Les « générations
Calandreta » montées en graine. Le mouvement des écoles bilingues aura aussi puissamment mobilisé ses
jeunes parents, et moins jeunes bénévoles.
Mille manifestants occitanistes, c'était comme un gros village en marche. Une quête du pays où tout le monde
reconnaissait un Joan de Nadau à béret, sans lui bouffer l'oxygène comme à une pop star. Pêle-mêle, des
associatifs rangés, des créatifs aux longs tifs, des cautions de la langue et ceux qui lui donnent des ailes... par
leur plume ou en chansons. Aux escales, ils scandaient « que volem, que podem » (nous voulons, nous
pouvons). Mille hirondelles pour le printemps de la langue... Bèth monde que n'i avè, totun !

http://www.sudouest.com/pays-basque/actualite/article/551185/mil/4368758.html

ACTUALITES

EUROPEENNES

LE MONDE - 8 AVRIL 2009 - EUROPEENNES : LES PARTIS FRANÇAIS TARDENT A S'ORGANISER

Deux mois avant les élections européennes du 7 juin, les partis français tardent à se mettre en ordre de bataille.
Le point sur les enjeux, les stratégies, l'état d'avancement des listes, des programmes et de la campagne.
Toujours pas de listes définitives à l'UMP. Le parti au pouvoir, qui moquait début mars le "rififi" au sein du
Parti socialiste, est lui-même bien en peine de boucler ses listes. S'il a choisi ses têtes de liste, il a renoncé au
meeting du 27 mars qui devait détailler les candidats. Le président de la commission des investitures de l'UMP,
Jean-Claude Gaudin, parle désormais de "fin avril". Le parti est en effet confronté aux revendications locales et
à celles de ses alliés du Nouveau centre et du Parti radical de Jean-Louis Borloo, qui demandent chacun trois
candidats en position éligible, sans compter les amis d'Eric Besson... Sur le site de l'UMP, aucune ébauche de
programme ou de pages Web n'ont encore vu le jour (mais la liste de Michel Barnier en Ile-de-France dispose
d'un site et d'un blog). A l'agenda du parti, seul figure, jeudi 9, un "point-presse" de lancement du siège de
campagne francilien. Si Nicolas Sarkozy "s'exprimera" mais "ne fera pas campagne", selon Claude Guéant,
François Fillon devrait participer à un meeting, le 28 avril. Le parti compte capitaliser sur la présidence
française de l'Union européenne et le sommet du G20. Alors que le scrutin européen est souvent un vote
sanction contre le parti au pouvoir, les derniers sondages donnent les listes UMP en tête des intentions de vote,
avec 26 à 27 % (contre 16,6 % obtenus en 2004).
Le PS en ordre de marche. La désignation des listes a beaucoup agité le PS : le maire de Lyon, Gérard
Collomb, a conduit une fronde contre les choix du bureau national, les militants de la circonscription Centre ont
41
rejeté une première liste conduite par le fabiusien Henri Weber. Mais le Parti socialiste dispose depuis mi-mars
de listes validées. Il a aussi lancé un site Internet dédié, et enrichi le projet contenu dans le manifeste du Parti
socialiste européen, prévoyant notamment "un vrai plan de relance de l' activité, à l'
échelle continentale, en
agissant à la fois sur l' investissement mais aussi la consommation". Sont prévus, à compter du 24 avril, huit
grands meetings nationaux avec Martine Aubry, mille "initiatives" et autant de réunions. Au niveau national, ce
scrutin test pour la nouvelle première secrétaire devra montrer si le principal parti d'opposition parvient à
capitaliser sur le mécontentement à l'égard du gouvernement. Il est crédité de 23 à 24 % des voix (contre 28,9
% en 2004).
Le MoDem veut y croire. Après l'échec des législatives et des municipales, ce scrutin est très important pour
le très euro-enthousiaste parti de François Bayrou, dans la perspective de la présidentielle de 2012. Les listes
viennent d'être bouclées, sauf pour l'outre-mer. Un site dédié a été lancé, deux des huit conventions thématiques
européennes se sont déjà tenues, dénonçant notamment le "modèle inégalitaire" de Nicolas Sarkozy, et douze
engagements ont été pris, notamment d'"un grand emprunt européen, de 3 % du PIB", pour "une réponse
coordonnée face à la crise". Les intentions de vote oscillent entre 10 et 14,5 % (12 % à l'UDF en 2004), mais
François Bayrou mise sur la parution de son livre "de combat", fin avril.
Les écologistes partis tôt. Les listes de rassemblement Europe Ecologie, lancées par Daniel Cohn-Bendit et les
Verts, sont précocément parties en campagne via un site et un manifeste qui prône notamment une "fiscalité
intégrant le juste prix écologique et réorientant les comportements et les investissements". Mais le choix du
"débat de fond" plutôt que d'un discours orienté sur la crise et contre Nicolas Sarkozy ne paraît pas faire effet
sur les sondages (passés de 11 % en décembre à 7 ou 9 %, contre 7,7 % pour les seuls Verts en 2004). Le
premier grand meeting a lieu jeudi, à Toulouse.
La gauche de la gauche, en ordre dispersé. Le Front de gauche, qui réunit essentiellement le Parti
communiste français et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, est entré de plain pied dans la campagne,
mardi 7 avril, en présentant ses têtes de liste à la presse. Il propose, sur son site, une déclaration de principe
"pour changer d' Europe", et est crédité de 4 à 6 % des voix (5,3 % en 2004). Le Nouveau parti anticapitaliste
s'est contenté de présenter la majorité de ses têtes de liste, pour la plupart inconnues, Olivier Besancenot
prévoyant de ne figurer qu'en 3e position sur la liste en Ile-de-France. Le parti, qui caracole à 9 % d'intentions
de vote, mise sur un démarrage de la campagne en mai. Enfin, Lutte ouvrière, qui avait fait listes communes
avec la LCR en 1999 et 2004, est cette fois partie seule, devenant l'un des premiers partis à publier l'intégralité
de ses listes (sans Arlette Laguiller). Il juge toutefois "peu vraisemblable" d'atteindre les 5 % nécessaires pour
avoir des élus. Les sondages lui accordent 2 à 3 %.
Le FN tente de se relancer. Le parti d'extrême droite a choisi de remuscler son discours pour enrayer les
revers enregistrés depuis l'élection présidentielle et contrer la liste dissidente de Carl Lang face à Marine Le
Pen. Au lancement de la campagne, mi-mars, ses leaders, largement investis têtes de liste, ont fustigé
"l'immigration-invasion", et accusé l'Europe de tous les maux, avant de décliner diverses affiches provocatrices
(affirmant que Jaurès et Salengro auraient voté FN). Les listes complètes sont toujours attendues, mais un site
dédié renvoie vers les blogs des candidats. Le Front national obtiendrait 6 % des voix (9,4 % en 2004).
Les souverainistes en embuscade. le MPF de Philippe de Villiers et Chasse, nature, pêche et traditions de
Frédéric Nihous ont cette fois fait alliance, sous la bannière et le projet du mouvement euro-sceptique Libertas,
mais n'ont désigné leurs têtes de liste que le 31 mars et ne présentent pas d'agenda. Ils sont crédités de 5 à 6 %
des voix (8,84 % au MPF en 2004). Debout la République, de Nicolas Dupont-Aignan, a présenté ses
principaux candidats plus tôt, mais le député de l'Essonne a depuis renoncé à la deuxième place sur la liste en
Ile-de-France. Son site de campagne est en revanche très développé, de même que le projet et l'agenda.
Claire Ané

http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/04/08/europeennes-les-partis-francais-tardent-a-s-
organiser_1177630_1168667.html

Aussi sur :
Les Echos : http://www.lesechos.fr/info/france/4851139-a-deux-mois-des-europeennes-la-campagne-peine-a-
demarrer.htm
Le Point : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-05/modem-ump-ps-veillee-d-armes-en-vue-des-
europeennes/917/0/332420

42
CRISE

LE TELEGRAMME - 10 AVRIL 2009 - SARKOZY SE RECADRE A DROITE

Comme toujours dans les périodes difficiles, la droite au pouvoir est confrontée à ses propres divisions qui
menacent son équilibre, plus que la gauche écartée du pouvoir national depuis quatorze ans. La proximité des
élections européennes, suivies dans un an par les régionales, font déjà figure de galops d'essai avant la
présidentielle de 2012.
Qui sait ce que peut donner l'affichage d'une convergence entre François Bayrou et Dominique de Villepin sur
des valeurs communes? C'est un peu l'alliance de la carpe et du lapin. Le premier, qui s'apprête à publier début
mai un livre intitulé «Abus de pouvoir», capitalise incontestablement sur son score au premier tour de la
présidentielle de 2002. Il entend défendre un certain humanisme à la française que l'actuel président aurait mis
en péril, et se battre sur le thème des libertés publiques, menacées selon lui, quoi que le PS n'ait pas réussi à se
faire entendre sur le sujet. Le second reste suspendu à l'épée de Damoclès judiciaire de l'affaire Clearstream et
n'a pas encore affronté l'épreuve du suffrage universel, même si personne ne conteste sa carrure.
Mais il monte en puissance dans sa contestation du sarkozysme comme système de gouvernement et élargit peu
à peu son audience. L'Elysée, qui ne le juge pas encore trop menaçant se concentre sur Bayrou. Le secrétaire
général, Claude Guéant, le traitait de «menteur» sur les ondes dimanche dernier, au prétexte qu'il confond le
paquet fiscal de 16milliards d'euros et le bouclier fiscal dont le coût n'excède pas 450millions d'euros. Ce climat
a conduit Nicolas Sarkozy, qui, comme tous les présidents français, cède aux délices de la politique étrangère, à
recadrer son discours en ayant recours à des marqueurs idéologiques clairement identifiés à droite. Le chef de
l'Etat entend donc sévir contre les bandes de délinquants, les séquestrations de patrons implicitement
encouragées par le PS, favoriser le relèvement du plafond de déductibilité de l'impôt sur la fortune (ISF), tout
en signalant qu'il ne reviendra jamais sur l'autonomie des universités. Au passage, il a réitéré son opposition à
l'adhésion de la Turquie à l'Europe sur laquelle il semblait plus conciliant. Mais deux ans après son élection et
malgré la crise, les Français attendent des résultats.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/commentaires/point-de-vue-sarkozy-se-recadre-a-
droite-09-04-2009-328001.php

LE FIGARO - 8 AVRIL 2009 - DES 18 JUIN A LA PELLE

L'éditorial de Paul-Henri du Limbert :

Avec eux, c'est le 18 Juin tous les jours. Dominique de Villepin, François Bayrou ou Ségolène Royal sont en
train de bâtir contre Nicolas Sarkozy une coalition hétéroclite fondée sur une idée simple : le président trahit les
valeurs de la France et celles de la République. Il fait du «cher et vieux pays» un pays comme les autres, un
pays parmi d'autres, qui perdrait sa vocation universelle et son âme singulière. «Vaste programme !», aurait dit
de Gaulle. Cela tombe bien parce que, précisément, ils appellent le Général à la rescousse. Dominique de
Villepin n'a pas à se forcer puisqu'il était gaulliste avant même de savoir parler et que l'exceptionnel destin du
chef de la France libre est de ceux qui, légitimement, le font frénétiquement rêver. François Bayrou, lui,
admirait jadis Jean Lecanuet, mais désormais, c'est au père de la Ve République qu'il fait appel pour nourrir son
argumentaire contre Nicolas Sarkozy. Fille spirituelle de François Mitterrand, Ségolène Royal cite parfois le
Général, toujours pour les mêmes raisons. Quand elle stigmatise le discours prononcé en 2007 à Dakar par
Nicolas Sarkozy, on croit entendre les mots du de Gaulle de 1958 quand il s'exclamait : «C'est beau, c'est grand,
c'est généreux, la France !»
Chacun des trois se livre à cet exercice avec talent, parce qu'ils en ont. Il y a de la passion, de la fureur, des
mots qui s'entrechoquent, bref de l'éloquence. Mais quand on les entend, on se demande si la critique n'est pas
surdimensionnée. Les valeurs qui fondent la République ont-elles été sévèrement mises à mal depuis deux ans ?
Si l'on répond par l'affirmative à cette question, on arrive bien vite à la conclusion vertigineuse que réformer la
France, c'est nécessairement trahir la République. Instaurer le service minimum dans les transports, c'est trahir
la République. Prendre en main le dossier des retraites, c'est trahir la République. Réformer l'Université, c'est
43
trahir la République. Accorder de nouveaux droits au Parlement, c'est trahir la République. Entrer dans le 39e
comité militaire de l'Otan alors qu'on est déjà présent dans les 38 autres, c'est trahir la République. Et ainsi de
suite. Qui peut raisonnablement croire à tout ça ?
La critique est d'autant plus excessive que dans les six mois qui viennent de s'écouler, Nicolas Sarkozy a
défendu une vision très française de la réforme du capitalisme. La régulation, la dénonciation du laisser-faire et
du chacun pour soi, c'est une petite musique française à laquelle les Américains ont fait un peu plus que prêter
une oreille attentive le week-end dernier à Londres.
Villepin, Bayrou et Royal font de la politique. Ils savent qu'en France, pour être entendu, il faut forcer le trait, et
pas un petit peu. Chacun prépare son appel dans la perspective de 2012. Sans doute l'appel à la «fraternité» pour
Royal, peut-être l'appel au «dépassement» pour Villepin, sûrement l'appel «aux hommes de bonne volonté»
pour Bayrou. Ils ont leur trame, chacun se prépare. Il faudra juste que les Français se persuadent que la
République est en danger…
http://www.lefigaro.fr/debats/2009/04/08/01005-20090408ARTFIG00294-des-18juin-a-la-pelle-.php

LE PARISIEN - 8 AVRIL 2009 - L’AXE DU MAL !

L’ancien président américain George Bush avait inventé la formule pour dénoncer les Etats voyous de la
planète : l’axe du mal ! Le vocable maintes fois répété ne fit pas grand mal aux Etats concernés, de l’Iran à la
Corée du Nord. On peut par contre s’interroger sur l’avenir et l’efficacité du nouvel axe qui lentement mais
sûrement se dessine dans le paysage politique français.
A petits pas, par petites touches, on voit en effet se construire un axe anti-Sarkozy autour de trois personnalités
fortes, Ségolène Royal, François Bayrou et Dominique de Villepin. Tous trois avaient déjà dénoncé ensemble la
politique du gouvernement sur les tests ADN ou les libertés en signant des pétitions. Désormais ils multiplient
les pas de deux, deux par deux en attendant mieux.
Par exemple, lorsque Ségolène Royal est critiquée par les UMP Xavier Bertrand ou Frédéric Lefebvre pour ses
propos compréhensifs à l’égard des violences sociales, Dominique de Villepin lui donne raison et se fait son
avocat.
Ces deux anciens condisciples de l’ENA avaient d’ailleurs déjeuné récemment ensemble pour discuter de
politique étrangère.
Après le rapprochement Villepin-Royal, voici le petit ballet Villepin-Bayrou : Villepin a tendu carrément la
main à Bayrou après que le président du Modem a fait part de son intention de le rencontrer. Bayrou évoque le
jour où, pour construire une politique différente en France, « il faudra qu’acceptent de travailler ensemble des
courants républicains différents, démocrates, socialistes, gaullistes ».
Le président du Modem a vendu la mèche, l’axe Royal-Bayrou-Villepin prend corps et ces trois grands
donneurs de leçons de morale politique se préparent à se battre ensemble contre Nicolas Sarkozy en 2012.
Ceux qui continuent de soutenir le président de la République auraient tort de sous-estimer ces rapprochements
d’allure incestueuse.
Je me permets de leur rappeler l’élection présidentielle de 1981, lorsque, au deuxième tour, les électeurs
socialistes, une partie des électeurs gaullistes et les nostalgiques de Pompidou se rassemblèrent pour battre
Giscard au profit de Mitterrand.
Trente ans après, Ségolène Royal dans le rôle de François Mitterrand, François Bayrou dans le rôle de Jacques
Chirac et Dominique de Villepin dans celui de Marie-France Garaud, quel remake et quel casting !

http://www.francesoir.fr/politique/2009/04/08/l-axe-du-mal.html

REMUNERATIONS DES PATRONS

DEVELOPPEMENT DURABLE - 3 AVRIL 2009 - REMUNERATIONS DES PATRONS : LE SENAT DESAVOUE LE


GOUVERNEMENT

La fronde contre la rémunération des patrons est venue du Parlement.

44
Le décret de François Fillon sur la rémunération des patrons a tenté de prendre de cours les députés et
sénateurs. En vain. Hier à une heure du matin, les sénateurs ont adopté un amendement bien plus contraignant
déposé par Jean Arthuis. Et dix députés de tous bords se sont prononcés pour une loi. Juste après l’annonce des
retraites dorées des dirigeants de BNP Paribas et la publication des salaires des patrons des entreprises du CAC
40.
Quelques heures avant que le magazine Challenge publie la liste des salaires des patrons des entreprises du
CAC 40 pour 2008 et les formidables augmentations que certains se sont octroyés, et quelques heures après que
soient révélées les retraites supplémentaires faramineuses des dirigeants de BNP Paribas, les sénateurs ont
infligé un camouflet au gouvernement en adoptant un amendement au deuxième collectif budgétaire. Déposé
par le président de la commission des finances, le centriste Jean Arthuis qui a par ailleurs inspiré le programme
économique du candidat Bayrou, le texte a été voté par des centristes, les radicaux, les socialistes et les
communistes, réunissant ainsi 183 voix contre 153 seulement à la majorité.
Le texte stipule qu’un « décret en Conseil d’Etat précise les conditions dans lesquelles des actions gratuites,
stock-options, « bonus » et indemnités de départ ne sont plus attribués, pendant la durée de la crise aux
dirigeants et mandataires sociaux de toute entreprise financièrement aidée par l’Etat, directement ou
indirectement ». La limitation à 2010 est donc remplacée par « la durée de la crise » et surtout les sénateurs
obligent à un décret en Conseil d’Etat.
Parallèlement, dix députés (UMP, PS et PCF) de la commission des affaires économiques chargés de réfléchir à
de nouvelles régulations de l’économie ont préconisé, mercredi l’adoption d’une loi face aux « excès
inacceptables en matière de rémunération des dirigeants mandataires sociaux et d’opérateurs financiers » a
indiqué l’UMP Philippe Houillon, dénonçant la « consanguinité » entre les patrons et les commissions de
rémunération.

Retraites supplémentaires et salaires en forte augmentation

La veille donc, on apprenait qu’après la Société générale qui avait décidé de doter six de ses dirigeants de sur-
retraites pour un montant de 33 millions d’euros, BNP Paribas, pour l’année 2008, provisionnait 28,6 millions
d’euros pour les retraites supplémentaires du président, Michel Pébereau, du directeur général, Beaudoin Prot,
et du directeur général délégué, Georges Chodron de Courcel. On apprenait également qu’en 2007 cette
provision s’était élevée à 30,5 millions d’euros. Plus tard dans la matinée, le magazine économique Challenge
publiait sur son site le montant des salaires des patrons des entreprises du CAC 40. On apprenait ainsi que
certains patrons, à l’exception cette fois de ceux des banques durement sermonés, continuaient à s’offrir des
augmentations salariales importantes. Plus 15,4% pour Gérard Mestrellet, le patron de GDF-Suez dont l’Etat est
actionnaire avec un total annuel de 3,171 millions d’euros. Plus 10,1% pour Didier Lombard de France
Télécom qui, il est vrai, n’a eu qu’un petit salaire de 1,65 millions d’euros. Et plus 6,9% avec un salaire record
de 4,279 millions d’euros pour Franck Riboud de Danone. De quoi persuader les élus de mettre en minorité le
ministre du budget Eric Woerth qui s’est battu en vain contre les sénateurs.

http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article4378

HADOPI

NUMERAMA – 10 AVRIL 2009 - HADOPI : 5 IDEES D'ACTIONS POUR AMPLIFIER LA MOBILISATION (MAJ)
Guillaume Champeau

Mise à jour : une manifestation organisée avec sérieux est prévue le samedi 25 avril, et coordonnée sur le site
manifestation-contre-hadopi.com. Elle réunira les manifestations à 14 heures, place Edouard Herriot à Paris.
Pour organiser au mieux l'encadrement, il est demandé aux participants de s'inscrire sur le site. A partir de
2.000 participants, un défilé sera organisé.
C'est une claque sans précédent depuis 26 ans qu'a reçu le gouvernement, jeudi, lorsque les députés ont rejeté le
projet de loi Création et Internet modifié par la Commission Mixte Paritaire. Mais même si l'on a pu croire dans
l'euphorie du moment à une guerre gagnée, ça n'est qu'une bataille qui a été remportée pour les opposants à la
45
riposte graduée. Sous les ordres de Nicolas Sarkozy, la majorité a immédiatement fait part de son intention de
présenter à nouveau le texte devant l'Assemblée Nationale, en promettant qu'on ne l'y reprendrait plus. La
guerre continue donc.
Mais la majorité est divisée, le pouvoir fragilisé, les lobbys sidérés... c'est le moment ou jamais de porter
l'estocade. Si l'opposition se laisse endormir par ce parfum de victoire, elle perdra. L'attitude du Parti Socialiste
est encore trop aléatoire pour se reposer uniquement sur les centaines de députés qui n'étaient pas présents au
moment du vote.
C'est le moment ou jamais de porter l'action en dehors du net, pour ne pas laisser la pression retomber, mais au
contraire de l'accentuer. Voici donc 5 idées d'actions lancées par Numerama. Dites-nous si vous souhaitez
organiser l'une ou l'autre, ou en proposer d'autres (en évitant une trop grande dispersion, qui sera contre-
productive).
1. Informer tous les habitants de Coulommiers : connue pour son fromage, la commune de Coulommiers a
comme maire M. Frank Riester, député UMP et rapporteur du projet de loi Création et Internet. Malgré son
jeune âge, le député-maire a défendu avec un talent incontestable la riposte graduée, en se faisant le plus
efficace des soldats de Christine Albanel. Mais s'il l'a fait, c'est sans doute moins par conviction chevillée au
corps que par ambition politique. Il a sans nul doute marqué des points pour entrer dans un futur gouvernement
ou dans de hautes responsabilités à l'UMP. Mais sans électeur, pas d'avenir politique. Or les électeurs de
Coulommiers savent-ils que leur maire Frank Riester souhaite condamner les internautes sans respecter la
présomption d'innocence, et les obliger à installer un logiciel espion sur chacun de leurs ordinateurs ? Situé à 60
km de Paris, Coulommiers compte environ 15.000 habitants. Pourquoi ne pas organiser d'ici la fin du mois une
journée d'informations où les internautes volontaires se répartiraient quelques quartiers de la commune pour
distribuer des tracts sur le contenu du projet de loi défendu par leur maire ?
2. Déposer des centaines de disques dur devant le ministère de la Culture : beaucoup d'entre nous ont un ou
plusieurs vieux disques durs qui trainent dans un placard, qui ne serviront jamais plus. Pourquoi ne pas les
utiliser pour la bonne cause ? Christine Albanel a assuré que les personnes sanctionnées par l'Hadopi pourront
déposer leur disque dur pour prouver leur bonne foi. Il faut anticiper pour aller jusqu'à l'absurde et pointer le
véritable problème du texte : la présomption irréfragable de culpabilité. Les médias, qui aiment les images
fortes et symboliques, pourraient enfin s'intéresser à ce problème si une foule d'une centaine d'internautes vient
déposer chacun un disque dur devant les portes du ministère de la rue de Valois. Si la presse est convoquée, des
images seront prises. Et si des documents concis et précis leurs sont distribués à cette occasion, ils pourront
prendre conscience des enjeux du projet de loi, dissimulés par les discours de propagande des lobbys et du
gouvernement.
3. Organiser une réunion publique avec les artistes favorables à l'Hadopi : ils sont soit-disant 10.000 signataires
de la pétition de la Sacem à s'être engagés en faveur de la loi Création et Internet. Ils sont aussi 37 cinéastes à
s'être engagés à l'Odéon. S'ils sont fiers de leurs idées, ils ne devraient pas avoir peur de les défendre devant
ceux qu'ils accusent de piratage. Mais sont-ils vraiment conscients des raisons qui poussent les internautes à
s'opposer fondamentalement à la loi Création et Internet ? Il serait possible (en sollicitant l'aide d'associations
comme l'UFC-Que Choisir, du Parti Socialiste, de la Quadrature du Net, ...) de convoquer certains des grands
noms cités par le ministère de la Culture dans une salle parisienne, et d'exposer calmement les raisons
fondamentales de notre opposition. Chacun devrait alors confirmer son engagement pour l'Hadopi, sans ignorer
cette fois les problèmes que pose le texte au regard des droits de la défense ou de la présomption d'innocence.
Jusqu'où oseront-ils maintenir leur soutien ?
4. Envoyer en masse des modems à François Bayrou :
Opposé à la loi DADVSI à quelques mois des élections présidentielles, ce qui l'a aidé à assoir son aura auprès
des internautes, François Bayrou a timidement déclaré s'opposer au projet de loi Création et Internet sans jamais
l'affirmer avec conviction dans les médias à une heure de grande écoute ni, surtout, se présenter une seule fois à
l'Hémicycle pour apporter son poids politique à la bataille des anti-Hadopi. Le leader du MoDem a semble-t-il
été déconnecté. Lui qui s'apprête à publier son livre "Abus de pouvoir" (présenté comme un brûlot comparabe
au "Coup d'Etat permanent" de Mitterrand) a pourtant tout à gagner dans le combat contre la loi, s'il sait la
placer sous l'angle des valeurs républicaines qu'il aime à défendre. A quelques semaines des Européennes,
retrouver le soutien des internautes pourrait lui être précieux. Pour l'aider à retrouver la mémoire et à se
reconnecter à la communauté des internautes qui ont fait sa base médiatique en 2007, pourquoi ne pas lui
envoyer des modems à son bureau parisien ? Pour ceux qui n'en ont pas dans leur grenier, il s'en trouve encore à
peu cher sur Internet.
46
5. Déployer une banderole anti-Hadopi au Stade de France : Nicolas Sarkozy aime le foot. Il était encore au
Parc des Princes jeudi soir pour le quart de finale joué par le PSG, après avoir déjà assisté au match de
dimanche soir. De son côté, la télévision manipule l'opinion publique en minimisant l'opposition, pourtant réelle
et argumentée, au projet de loi Création et Internet. Or le 9 mai, Nicolas Sarkozy devrait être au Stade de
France pour assister à la finale de la Coupe de France, retransmise en direct sur France Télévisions. L'occasion
rêvée pour faire d'une pierre deux coups avec une banderole anti-Hadopi qui serait vue par le Président, et peut-
être diffusée à la TV. Il est également possible d'anticiper sans la présence du chef de l'Etat, au Stade des Alpes
lors de la demi-finale Grenoble - Rennes, le 21 avril, retransmise sur France 2.

http://www.numerama.com/magazine/12606-Hadopi-5-idees-d-actions-pour-amplifier-la-mobilisation.html

LE FIGARO - 9 AVRIL 2009 - TELECHARGEMENT : LA LOI DE RETOUR A L'ASSEMBLEE FIN AVRIL

Après le rejet surprise de la loi Création et Internet du fait de l'opposition, majoritaire au moment du vote, le
gouvernement représentera son texte le 28 avril prochain, à la rentrée parlementaire.
Le projet de loi Création et Internet reviendra devant l'Assemblée le 28 avril prochain. Jean-François Copé, le
chef de file des députés UMP, a fait cette annonce quelques heures à peine après le rejet-suprise de cette loi
controversée par les députés. Alors que la loi Hadopi avait été adoptée mardi en commission mixte paritaire,
dans une version plus dure que celle issue des débats à l'Assemblée, elle n'a pas passé le vote du parlement, qui
ne devait être qu'une formalité.
Le Sénat ayant déjà ratifié la loi de la ministre de la Culture Christine Albanel jeudi matin, il ne manquait qu'un
vote des députés pour que celle-ci soit adoptée. Mais l'UMP avait apparemment mal anticipé la présence de
l'opposition. Les députés de la majorité ont peut-être également choisi de «voter avec leurs pieds» ce texte, en
ne se mobilisant pas en masse pour le vote. Toujours est-il qu'au moment du scrutin à main levée, à 13h10, les
députés socialistes se sont retrouvés majoritaires dans l'Hémicycle. Ils ont donc pu rejeter la loi par 21 voix
contre 15.
Sarkozy regrette «des manoeuvres dérisoires»
Le président Nicolas Sarkozy a dénoncé jeudi soir des «manoeuvres dérisoires» à l'origine de ce rejet. «Le
président de la République réaffirme son attachement aux droits des créateurs et sa volonté de voir appliquée au
plus vite la loi création et internet», indique un communiqué de l'Elysée. Nicolas Sarkozy n'entend pas renoncer
au texte, «quelles que soient les manoeuvres dérisoires qui n'ont comme seul effet que de nuire à la diversité de
la création».
Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le parlement, Roger Karoutchi, a quant à lui dénoncé «des actes de
flibuste» de la gauche, qui auraient consisté à «cacher des parlementaires et à ne les faire entrer dans
l'hémicycle qu'une fois le vote appelé pour dénaturer la réalité d'un débat et d'un vote». «Dorénavant, il va
falloir que l'on vérifie dans les antichambres de l'Assemblée quels sont les éléments cachés d'un côté ou de
l'autre pour faire des majorités ? C'est quoi ce jeu ?», s'est-il emporté.
Deux députés de la majorité, le centriste Jean Dionis du Séjour et le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, se
sont joints à l'opposition pour voter contre le texte, qui a provoqué de nombreux remous au sein de la majorité,
notamment car le Sénat avait durci les sanctions lors de la commission mixte paritaire.
Les sénateurs avaient notamment rétabli la «double peine», qui prévoit qu'un internaute sanctionné par une
coupure de sa connexion devra continuer de payer son abonnement, alors même qu'il ne peut pas en bénéficier.
Ce principe avait été supprimé lors de l'examen du projet de loi par l'Assemblée.
Un cas rarissime
De source parlementaire, c'est la première fois qu'un texte issu d'une commission mixte paritaire est rejeté
depuis pas moins de 26 ans. Il y a eu, avec celui-ci, quatre cas au total sous la Ve République, en 1963, 1977 et
1983.
Pour le député PS de Paris, Patrick Bloche, ce rejet est une «immense joie». Pour la majorité, et surtout le
gouvernement, c'est un camouflet Il est en effet extrêmement rare qu'un texte soit repoussé après son passage en
commission mixte paritaire.
Jean-François Copé, chef de file des députés UMP, en a pris acte. «On n'avait qu'à être beaucoup plus
nombreux qu'eux en séance. Le rôle d'un président de groupe, c'est d'assumer la responsabilités pour l'ensemble
de ses amis députés. Vous voyez, j'assume, c'est la moindre des choses». Et d'ajouter : ««Un coup de pied au
derrière, ça fait toujours avancer. Je l'ai parfaitement reçu comme un nouvel avertissement», a insisté M. Copé.
47
«Si on n'est pas plus vigilants sur la présence, on aura de nouveaux soucis. Il y a eu ce loupé. On va en tirer les
conséquences en mobilisant nos troupes».
Le gouvernement, quant à lui, a tenté de minimiser ce rejet en dénonçant l'action des socialistes. Christine
Albanel, qui a porté cette loi, parle de «manoeuvre cynique de l'opposition» et annonce qu'elle est prête à «se
battre pour la défense des créateurs». Mais même si le texte est finalement adopté en force, il aura perdu une
grande partie de son assise politique avec ce revers.
Nouvel examen le 28 avril
Le second passage du texte se fera donc le 28 avril. Le calendrier parlementaire sera aménagé. Cette semaine,
les députés avaient la maitrise de l'ordre du jour. Ils en abandonneront une partie au gouvernement. Le texte qui
sera examiné ne portera pas sur la version «durçie» issue de la commission mixte paritaire, mais sur le projet de
loi tel qu'il a été amendé par les députés. Exit, donc, la «double peine».
La procédure devrait se passer en deux temps : d'abord un passage en commission des Lois, où les
parlementaires pourront proposer des amendements, puis un vote par l'Assemblée et enfin un passage au Sénat,
qui devra voter la même version que celle des députés, sous peine de voire le texte refaire une navette entre les
deux chambres.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/09/01002-20090409ARTFIG00460-le-parlement-rejette-la-loi-sur-le-
telechargement-.php

TRAVAIL DOMINICAL

LE POINT - 8 AVRIL 2009 - SENAT - LES AMENDEMENTS SUR LE TRAVAIL DOMINICAL FINALEMENT RETIRES

Il aura suffi de deux amendements au projet de loi Tourisme mercredi pour comprendre que la question du
travail dominical est aussi sensible au Sénat qu'à l'Assemblée nationale. Sur demande du secrétaire d'État au
tourisme Hervé Novelli, le sénateur centriste de l'Eure Hervé Maurey a finalement retiré l'un des deux
amendements. Ce dernier prévoyait une légalisation du travail dominical dans les "zones touristiques
d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente". La levée de boucliers des sénateurs de gauche
et la prudence du gouvernement sur le sujet aura eu raison de l'initiative.

Un peu plus tôt, le sénateur centriste parisien Yves Pozzo di Borgo avait retiré l'autre amendement controversé.
Celui-ci allait plus loin, élargissant la possibilité d'une légalisation du travail dominical "dans un périmètre
d'usage de consommation exceptionnel caractérisé par des habitudes de consommation de fin de semaine". Soit
une reprise en bonne et due forme de la proposition de loi Mallié. Proposition qui reste d'actualité, puisque c'est
dans le cadre d'une "réforme globale que le gouvernement soutiendra" que se posera la question d'une telle
légalisation, a promis Hervé Novelli.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-09/senat-les-amendements-sur-le-travail-dominical-
finalement-retires/917/0/333362

TEMPS DE PAROLE DES PARTIS

LE MONDE - 9 AVRIL 2009 - LE TEMPS DE PAROLE PRESIDENTIEL DEVRA ETRE DECOMPTE DANS L’AUDIOVISUEL

Le Conseil d’Etat a ordonné, mercredi 8 avril, au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de prendre en
compte le temps de parole du président de la République à la radio et à la télévision. Cette décision, prise par la
plus haute formation de la juridiction administrative, rappelle son devoir au CSA : celui-ci doit garantir le
pluralisme des opinions. Elle exprime aussi une évidence que refusait d’admettre le CSA : le chef de l’Etat est à
la fois au-dessus des partis et acteur politique majeur.
L’autorité présidée par Michel Boyon va devoir réviser ses règles après ce camouflet. Dans sa décision, le
Conseil d’Etat estime que le CSA "ne peut exclure toute forme de prise en compte" des interventions du
président et de ses collaborateurs "dans l’appréciation du respect du pluralisme politique". L’Elysée se refuse à
commenter la décision, tandis que l’opposition, qui va récupérer un temps de parole supplémentaire, crie
48
victoire. "Il y a des moments où il faut savoir goûter son plaisir", a déclaré le député socialiste François
Hollande. Le CSA a renvoyé l’élaboration de nouvelles règles après les élections européennes du 7 juin, ce qui
agace M. Hollande: "On peut aussi attendre la fin du mandat de Nicolas Sarkozy."

En octobre 2007, le CSA avait refusé de prendre en compte le temps de parole du président. Il avait été saisi
dans la foulée de l’élection de Nicolas Sarkozy par M. Hollande et le député Didier Mathus (PS, Saône-et-
Loire). Car le nouveau locataire de l’Elysée s’était revendiqué comme chef de l’exécutif et avait invité ses
proches collaborateurs à défendre son action dans les médias.

Du jamais vu. Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, Henri Guaino, conseiller spécial, Raymond
Soubie, conseiller social, sont allés vendre de manière partisane la politique de l’Elysée. Le temps de parole de
Nicolas Sarkozy s’était envolé à plus de 20 % de juillet 2007 à juin2008, contre 7 % pour ses prédécesseurs
entre1989 et 2005. Sa part a beau être retombée à environ 12 % au second semestre 2008, la prise de parole
reste considérable. Selon le CSA, en novembre 2008, M. Sarkozy et ses collaborateurs se sont exprimés
pendant 7 h 43 dans les journaux télévisés heures des chaînes hertziennes et d’information.

Cette situation rendait intenables les règles de comptabilisation du temps de parole dans l’audiovisuel, qui
ignorent le chef de l’Etat depuis la première réglementation de 1969. L’ORTF avait reparti en trois tiers
l’équilibre du temps de parole sur les télévisions publiques, entre le gouvernement, la majorité et l’opposition.
En 2000, le CSA avait confirmé cette règle, en ajoutant qu’"un temps d’intervention équitable" devait être
accordé aux formations non représentées au Parlement. Mais rien sur le président de la République.

Saisi pour la première fois par MM. Hollande et Mathus, le Conseil d’Etat force le CSA à réviser sa
délibération de l’an 2000. Il précise que le chef de l'Etat, conformément à la tradition Républicaine, "ne
s’exprime pas au nom d’un parti ou d’un gouvernement politique". Mais il n’est pas possible de considérer,
"compte tenu du rôle qu’il assume depuis l’entrée en vigueur de la Constitution du 4octobre 1958", que ses
interventions sont "étrangères, par principe et sans aucune distinction selon leur contenu et leur contexte, au
débat politique national". Les juges du Palais Royal ont veillé à n’évoquer que la Ve République et à ne pas
explicitement désigner la pratique du pouvoir de M.Sarkozy. "Le Conseil d’Etat prend acte du présidentialisme,
vérité de la Ve République depuis son origine. Ce n’est pas Sarkozy uniquement. Sous Pompidou, Giscard,
Mitterrand, Chirac, on aurait eu la même décision", estime le constitutionnaliste Olivier Duhamel.

Les juges ont aussi choisi de ne pas reprendre à leur compte une partie de l’argumentaire de Catherine de
Salins, rapporteur public au Conseil d’Etat, qui invoquait le quinquennat et l’inflation des prises de parole
présidentielle. Mais ils savent qu’ils ont pris une décision politique après de nombreuses occasions manquées
par le législateur pour s’ajuster : comité Balladur sur la réforme de la Constitution, promesse de Nicolas
Sarkozy dans un entretien au Monde en juillet 2008 juste avant la révision constitutionnelle, loi sur
l’audiovisuel de mars 2009. "C’est par le moyen du droit que nous avons obtenu gain de cause", a estimé mi-
soulagé, mi-déçu M.Hollande. Le CSA a prévu mi-juin une réunion avec les responsables de l’audiovisuel pour
se mettre en conformité avec le droit.

L’affaire pourrait compliquer la répartition du temps de parole dans les télévisions et les radios. "Ce n’était déjà
pas simple mais maintenant on va s’arracher les cheveux", redoute-t-on dans plusieurs rédactions. L’instance
de régulation ne précise pas si la règle des "quatre quarts" (gouvernement, majorité, opposition et présidence de
la République) se substituera à celle des "trois tiers". "Nous avons un large pouvoir d’appréciation dans ce
domaine", explique le CSA. Le Conseil d’Etat n’exige pas de répartition précise du temps de parole ou une
assimilation du président de la République au gouvernement. Mais il l’invite à distinguer le contenu et le
contexte des propos tenus par le président pour savoir s’il convient de les comptabiliser. A court terme, il va
falloir gérer la campagne des européennes, régie par des règles spécifiques. "Si Nicolas Sarkozy s’exprime en
faveur d’une liste ou d’un parti, son temps de parole sera ' neutralisé'par la réponse donnée à l’opposition",
explique-t-on au CSA. Les interventions des collaborateurs de M. Sarkozy seront comptabilisées dans le temps
de parole de l’UMP.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/09/le-temps-de-parole-presidentiel-devra-etre-decompte-dans-
l-audiovisuel_1178594_823448.html
49
AFFAIRE TAPIE

AFP - 7 AVRIL 2009 - RECOURS DANS L'AFFAIRE TAPIE: LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF SE DIT INCOMPETENT

PARIS (AFP) — Le tribunal administratif (TA) de Paris estime être incompétent sur les recours contre la
sentence arbitrale rendue en faveur de l'homme d'affaires Bernard Tapie dans le dossier Adidas, a-t-on appris
lundi auprès d'un des plaignants, confirmant une information de Mediapart.
Dans un courrier du 17 mars, dont l'AFP a eu une copie, la présidente de section du TA écrit que "le juge
administratif n'est pas compétent pour connaître du litige" ayant donné lieu à la décision arbitrale du 7 juillet
2008, qui a accordé 285 millions d'euros (près de 400 millions avec les intérêts) aux liquidateurs du Groupe
Bernard Tapie.
"Il n'appartient pas au juge administratif de s'immiscer dans le déroulement d'une procédure judiciaire", a ajouté
la magistrate, saisie de plusieurs recours, déposés par le président du Modem François Bayrou, le député
Nouveau Centre Charles de Courson ou encore deux contribuables avocats de profession.
D'autre part, selon la magistrate, "les requérants ne justifient pas d'un intérêt suffisant pour (...) contester" la
décision du gouvernement de saisir le tribunal arbitral dans le litige opposant Bernard Tapie au Consortium de
réalisation (CDR), l'héritier du Crédit Lyonnais.
En réponse à ce courrier, l'avocate Geneviève Sroussi, qui avait déposé un recours en tant que contribuable, a
au contraire estimé qu'à ce titre elle avait intérêt à agir.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ic3lS9Vw1ZnN3eWU-VNCYmMLyOoA

MEDIAPART - 6 AVRIL 2009 - AFFAIRE TAPIE: LA BATAILLE JUDICIAIRE REPREND SUR DEUX FRONTS

Nouveaux rebondissements dans l'affaire Tapie: plusieurs personnalités, parmi lesquelles François Bayrou,
président du Modem, le député (Nouveau centre) Charles de Courson et deux avocats, dont Me Geneviève
Sroussi, ont écrit à la présidente du tribunal administratif de Paris, la pressant d'examiner les différents recours
qu'ils ont introduits, ce que la juridiction rechigne à faire. Mediapart publie en exclusivité ces trois
correspondances. Par ailleurs, selon les informations de Mediapart, Bernard Tapie a introduit une demande de
révision de sa mise en liquidation, prononcée en 1994. Le tribunal de commerce y consacre une audience, mardi
7 avril. L'enjeu est important, car l'ex-homme d'affaires espère éloigner la menace d'une condamnation pour
banqueroute qui pèse toujours sur lui.

http://www.mediapart.fr/journal/france/060409/affaire-tapie-la-bataille-judiciaire-reprend-sur-deux-fronts

REMANIEMENT MINISTERIEL

LE FIGARO – 10 AVRIL 2009 - COMMENT SE PREPARE LE PROCHAIN REMANIEMENT


Charles Jaigu

Les départs annoncés de Michel Barnier et Rachida Dati constituent un casse-tête pour Nicolas Sarkozy.
« ILS NE PENSENT plus qu'à ça ! Ils sont tétanisés ! », soupire un conseiller élyséen à propos des ministres du
gouvernement. Le remaniement gouvernemental annoncé est dans toutes les têtes, bien sûr. Dans un mois, le 6
ou le 7 mai, Michel Barnier aura quitté le ministère de l'Agriculture pour animer à plein-temps la campagne de
l'UMP pour les européennes. La date de départ de Rachida Dati, qui sera son numéro deux sur la liste en Ile-de-
France, est plus incertaine. L'intéressée, qui a lancé une grande campagne d'adieux dans les médias, aurait fait
part de son souhait de quitter le plus vite possible la Chancellerie. Mais Nicolas Sarkozy veut encore se donner
du temps avant de trouver un successeur à la ministre de la Justice. « Une chose après l'autre », répète le chef de
l'État ces jours-ci à ses visiteurs. Outre qu'il ne dit rien de ses intentions, il laisse entendre que rien n'est arrêté
et que le remaniement est loin d'être sa priorité du moment.

50
La piste centriste semble privilégiée pour remplacer Michel Barnier. En premier choix, on évoque le nom de
Michel Mercier, président du groupe centriste au Sénat, et toujours trésorier du MoDem de François Bayrou. Si
le choix est fait d'une promotion à l'intérieur du gouvernement, c'est le secrétaire d'État Luc Chatel qui tient la
corde. D'autres ministres sont candidats : Hubert Falco, Alain Marleix, et Nadine Morano - qui est, de son
propre aveu, candidate à tous les postes ministériels.
L'ouverture restera de saison
Les choses se compliquent pour la Place Vendôme. Xavier Darcos est le plus motivé, mais cela oblige le
président à lui trouver un remplaçant au ministère de l'Éducation nationale, poste ô combien sensible.
L'hypothèse d'une nomination de Christine Lagarde n'est plus d'actualité. Jean-Louis Borloo, qui nie
officiellement toute candidature, pourrait être partant pour un « superministère de l'Intelligence », dit-on de
source gouvernementale.
Nicolas Sarkozy pourrait aussi puiser dans le vivier des poids lourds de la majorité, et demander à Alain Juppé,
qui s'est déclaré disponible pour « aider » le président, de revenir au ministère du Développement durable qu'il
a occupé un mois, en mai 2007. Le retour de Philippe Séguin semble plus compliqué (lire ci-dessous). Pour
calmer les spéculations, le premier ministre confie à propos du remaniement qu'il « ne faut pas s'attendre à
quelque chose de spectaculaire ».
Le chef de l'État pourrait profiter de ce remaniement pour introduire du sang neuf dans un gouvernement dont
les ministres disent qu'ils sont « fatigués » après deux ans de réformes menées tambour battant. Certains sont
fragilisés : Christine Albanel, Christine Boutin, Yves Jégo, Roger Karoutchi.
L'ouverture restera de saison. Le nom de l'ancien ministre socialiste Claude Allègre revient souvent. Le
directeur de Sciences Po Richard Descoings, à qui le président a déjà confié une mission sur les lycées, pourrait
être promu. L'Élysée songe aussi à remercier les Radicaux de gauche pour leur soutien à la réforme
constitutionnelle. Le député corse Paul Giacobbi fait partie des possibles entrants. Sa nomination permettrait de
préparer un changement d'alliance dans l'île de Beauté.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/04/11/01002-20090411ARTFIG00008-comment-se-prepare-le-prochain-
remaniement-.php

MAG2LYON - 7 AVRIL 2009 - MERCIER A L’AGRICULTURE ?

Alors qu'un remaniement du gouvernement devrait intervenir en juin, le président du conseil général pourrait
devenir ministre de l'Agriculture.
C'est toujours la même rengaine : à chaque remaniement ministériel, la rumeur envoie Michel Mercier au
gouvernement. Et si c'était le cas, le président centriste du conseil général du Rhône aurait déjà une grande
carrière politique nationale. Mais à chaque fois, Michel Mercier ne fait pas partie des nouveaux ministres. Cette
fois, il se murmure que le sénateur Mercier, qui s’intéresse de très près à l’agriculture ces derniers temps,
pourrait remplacer Michel Barnier, qui va quitter le ministère de l'Agriculture pour mener la liste UMP en Ile de
France aux européennes de juin.

http://www.mag2lyon.com/article/9752/Mercier-a-lagriculture

51