Vous êtes sur la page 1sur 59

SPECIFICATION TECHNIQUE EDF

OCTOBRE 2001

HN 46-S-58

Régime de neutre compensé Spécification du système d’accord automatique pour l’impédance de compensation

ELECTRICITE DE FRANCE / CENTRE DE NORMALISATION

EDF

HN 46-S-58

SPECIFICATION TECHNIQUE

Octobre 2001

Titre

Régime de neutre compensé Spécification du système d’accord automatique pour l’impédance de compensation

Nombre de pages

59 (y compris annexes)

Type

Spécification technique

Document(s) associé(s)

HM-63/02/002/A - HR-44/01/001/A

Résumé

L’industrialisation du nouveau régime de neutre compensé nécessite le développement de nouveaux matériels. Ce document est la spécification du système d’accord automatique pour les impédances de compensation.

Auteurs

Cette spécification a été rédigée par :

Classe AFNOR / UTE

Direction responsable

- M. Clément (DEGS/CETE)

- J. Raymongue (R&D/ER/FCR)

- A. Pinget (R&D/ERMEL/CIMA)

- S. Vivier (R&D/ERMEL)

- R. Jeanjean (R&D/Centre de Normalisation)

C 46

EDF - GDF SERVICES

Délégation Réseaux Electricité - Mission Expertise Réseaux 20 Place de la Défense

92050 PARIS La Défense Cedex

Editeur

Direction de la Stratégie et du Développement EDF R&D Centre de Normalisation 1, avenue du Général de Gaulle

92141

Clamart Cedex

Tél. : 01 47 65 55 30

Fax : 01 47 65 53 33

Distributeur

Direction de la Stratégie et du Développement EDF R&D Centre de Normalisation 1, avenue du Général de Gaulle

92141

Clamart Cedex

Tél. : 01 47 65 55 30

Fax : 01 47 65 53 33

adresse site internet : norm.edf.fr

 

Accessibilité

Libre

© EDF - 2001

- 3 -

HN 46-S-58

 

Octobre 2001

SOMMAIRE

1. Domaine d'application

5

2. Références normatives

5

2.1 Documents EDF

5

2.2 Normes françaises homologuées

5

2.3 Documents de normalisation de la CEI

5

2.4 Autres documents de normalisation

6

3. Définitions, symboles et abréviations

6

3.1 Grandeurs électriques

6

3.2 Terminologie complémentaire

8

4. Caractéristiques fonctionnelles

9

4.1 Contexte d'utilisation du système

9

4.2 Types d'impédance de compensation

9

4.3 Impédances additionnelles

9

4.4 Tension nominale de service

10

4.5 Fonctions du système

10

4.6 Grandeurs d'entrée

10

4.7 Circuit d'injection homopolaire

11

4.8 Autres Matériels

12

4.9 Fréquence du signal utile

13

4.10 Considérations générales sur le système

13

4.11 Déclenchement d'une procédure de calcul

13

4.12 Paramètres du réseau à déterminer

14

4.13 Mémorisation des paramètres

15

4.14 Durée de la procédure de calcul

16

4.15 Procédure d'accord

16

4.16 Nombre de tentatives d'accord

16

4.17 Conditions d'inhibition et de désinhibition

17

4.18 Traitement des alarmes

18

4.19 Commandes émises et reçues par le système d'accord automatique

19

4.20 Signalisations échangées

19

4.21 Conservation des paramètres du système

20

4.22 Compteurs

20

4.23 Mode de configuration du S.A.A

20

4.24 Mise en exploitation du S.A.A

21

5. Caractéristiques assignées

21

5.1 Conditions de service

21

5.2 Découplage des entrées/sorties du boîtier

22

5.3 Rigidité diélectrique

22

5.4 Alimentations auxiliaires

22

5.5 Protection des circuits

22

5.6 Caractéristiques associées aux entrées/sorties

23

5.7 Caractéristiques des relais pour transmission d'information logique

23

5.8 Compatibilité électromagnétique

23

5.9 Autotests

24

6. Caractéristiques constructives

24

6.1 Choix des composants

24

6.2 Câblage interne au boîtier

25

6.3 Visserie

26

6.4 Connecteurs

26

6.5 Présentation - Boîtier

26

6.6 Tension d'alimentation - Consommation

26

6.7 Interface opérateur

26

6.8 Caractéristiques des matériaux - Protection contre les agents d'environnement

27

6.9 Indice de protection

27

HN 46-S-58

- 4

Octobre 2001

7. Essais

28

7.1 Généralités

28

7.2 Conditions générales pour les essais

28

7.3 Essais initiaux et fonctionnels

30

7.4 Essais aux limites d'emploi fonctionnel

47

7.5 Comportement dans le temps

52

7.6 Essais finaux

53

8. Paramètres par défaut configurables chez le constructeur

54

9. Règles pour le transport et le stockage

54

9.1 Transport

54

9.2 Stockage

54

10. Maintenance

54

11. Fiabilité

55

12. Durée de vie

55

13. Documentation à fournir

55

14. Étiquetages et identifications

55

ANNEXE A (normative) ECHANGES DES ORDRES ET DES SIGNALISATIONS ENTRE LE SYSTEME D'ACCORD AUTOMATIQUE ET L'IMPEDANCE DE COMPENSATION

56

- 5 -

HN 46-S-58

Introduction

Octobre 2001

La mise à la terre du neutre des réseaux mixtes HTA peut être réalisée par l'intermédiaire d'une impédance de compensation. Ce mode de mise à la terre, en compensant le courant capacitif résiduel des réseaux, permet de limiter le courant qui circule au lieu des défauts et ainsi de réduire les montées en potentiel à l'endroit du défaut. Il permet aussi d'assurer une bonne autoextinction des défauts. Afin d'assurer une compensation adaptée aux besoins, il est nécessaire de mettre en œuvre un système automatique qui assure cette fonction. Le présent document est la spécification de ce système d'accord automatique.

1. Domaine d'application

La présente spécification est applicable aux systèmes d'accord automatique (S.A.A) pour impédance de compensation servant à la mise à la terre du neutre des réseaux HTA aériens et mixtes.

2.

Références normatives

2.1

Documents EDF

HN 46-R-01 (Juin 1993) "Directives générales de conception et de construction des matériels de contrôle commande et de télécommunication des réseaux électriques (DICOT)" §2.2 (A 2200) Documents de normalisation française (UTE) §2.3 (A 2100) Documents de normalisation française (AFNOR) §2.1 (A 2400) Documents de normalisation de la CEI Directives techniques pour l'étude et la construction des postes « d » 90/20 kV et 63/20 kV. Carnet de Prescriptions au Personnel, édition janvier 1991 Note HM-24/96/050/B (1997) « Impédance de compensation pour la mise à la terre du neutre des réseaux HTA aériens et mixtes HN 45 S 25 (Juillet 1977) « Relais électriques à courant continu de tout ou rien instantanés à contacts ».

2.2 Normes françaises homologuées

NF C 46-101 (1984) « Mesure et commande dans les processus industriels - Signaux analogiques à courant continu » NF EN 50102 (1999) « Degrés de protection procurés par les enveloppes de matériels électriques contre les impacts mécaniques externes (code IK)

2.3 Documents de normalisation de la CEI

CEI 60068-2-1 (1990) « Essais A : froid » CEI 60068-2-2 (1974) « Essais B : chaleur sèche » CEI 60068-2-6 (1995) « Vibrations (sinusoïdales) » CEI 60068-2-14 (1984) « Essai N : variations de température » CEI 60068-2-30 (1980) « Essai Db et guide : Essai cyclique de chaleur humide (cycle de 12 + 12 heures) » CEI 60529 (2001) « Degré de protection procurés par les enveloppes (code IP) » CEI 61131-2 (1992) « Automates programmables : Spécifications et essais des équipements » CEI 61000-4-2 (1995) « Essai d'immunité aux décharges électrostatiques » CEI 61000-4-3 (1995) « Essai d'immunité aux champs électromagnétiques rayonnés aux fréquences radioélectriques » CEI 61000-4-4 (1995) « Essais d'immunité aux transitoires rapides en salves » CEI 61000-4-5 (2001) « "Essai d'immunité aux ondes de choc »

champs

CEI 61000-4-6

radioélectriques » CEI 61000-4-12 (2001) « Essai d'immunité aux ondes oscillatoires »

(2001)

« Immunité

aux

perturbations

conduites,

induites

par

les

HN 46-S-58

- 6

Octobre 2001

CEI 61069-5 (1994) « Appréciation des propriétés d'un système en vue de son évaluation - Partie 5 :

évaluation de la Sûreté de Fonctionnement »

2.4 Autres documents de normalisation

ENV 50204 (1995) « Essais d’immunité aux champs électromagnétiques rayonnés par les radiotéléphones numériques » EN 55022 (2001) « Limites et méthodes de mesure des caractéristiques de perturbations radioélectriques produites par les appareils de traitement de l'information »

3.

Définitions, symboles et abréviations

3.1

Grandeurs électriques

3.1.1

Tension résiduelle et tension homopolaire

On appelle tension résiduelle Vr d'un système triphasé de tensions phases terre V 1 , V 2 , V 3, la somme vectorielle de ces trois tensions. On appelle tension homopolaire Vo d'un système triphasé de tensions phases terre V 1 , V 2 , V 3 , la somme vectorielle de ces trois tensions divisée par 3. Elle correspond à la tension entre le neutre du réseau et la terre.

3.1.2 Courant résiduel et courant homopolaire

On appelle courant résiduel Ir d'un système triphasé de courant I 1 , I 2 , I 3 (courant de phases) la somme vectorielle de ces trois courants. On appelle courant homopolaire Io d'un système triphasé de courant I 1 , I 2 , I 3 (courant de phases) la somme vectorielle de ces trois courants divisée par 3.

3.1.3 Tension composée U, tension simple V.

La tension composée U d'un réseau est la tension qui existe entre deux phases quelconques du réseau. Elle s'exprime en kilovolts ( kV ). La tension simple V d'un réseau est la tension qui existe entre une phase quelconque et le neutre du réseau. Elle s'exprime en kilovolts ( kV ).

3.1.4 Tension composée d'utilisation Uu, tension simple d'utilisation Vu

La tension composée d'utilisation U u est la tension composée pour laquelle le système est utilisé. Pour un réseau de tension nominale 20 kV, cette tension correspond à une tension de 21,4 kV. Pour un réseau de tension nominale 15 kV, cette tension correspond à une tension de 16,05 kV. La tension simple d'utilisation V u est la tension simple sous laquelle le système est utilisé. Pour un réseau de tension nominale 20 kV, cette tension correspond à une tension de 21,4 / ÷3 kV. Pour un réseau de tension nominale 15 kV, cette tension correspond à une tension de 16,05 / ÷3 kV. Dans la suite du document on définit (sauf cas particuliers) le système d'accord automatique pour une tension nominale de 20 kV. Pour un réseau 15 kV la transposition des valeurs indiquées est à assurer par le constructeur.

3.1.5 Courant bobine I L

Le courant bobine I L est caractéristique de la valeur de l'inductance L de l'impédance de compensation. C'est le module du courant circulant dans l'inductance de neutre si la tension simple d'utilisation du réseau V u est appliquée à ses bornes. Il s'exprime en ampères ( A ). Sa définition est :

I

=

V

U

L L w

(1)

(ww est la pulsation du réseau. Elle est égale à 2 x p x f, f fréquence du réseau).

3.1.6 Capacité phase terre C 0

C'est la capacité C 0 existant entre une phase du réseau et la terre. Cette capacité phase - terre peut varier d'une phase à l'autre du réseau. Dans ce cas on représente la capacité phase - terre de chacune des phases du réseau par le symbole C 01 pour la phase 1, C 02 pour la phase 2, et C 03 pour la phase 3.

- 7 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

3.1.7 Courant capacitif résiduel I C

Le courant capacitif résiduel I C du réseau est caractéristique de la capacité totale à la terre du réseau ( 3C o ). C'est le module du courant dans cette capacité si la tension simple d'utilisation du réseau est appliquée à ses bornes. Il s'exprime en ampères ( A ). Sa définition est:

I

C

= 3

C

O

w

V

U

(2)

si les trois phases sont identiques et

I

C

=

(

C

01

+

C

02

+

C

03

) w

V

U

(2bis)

si les trois phases sont différentes.

3.1.8 Courant actif du réseau Iw

Le courant actif I W du réseau est caractéristique de l'ensemble des résistances à la terre R T du réseau. R T tient compte de la résistance neutre terre R N et des résistances phase terre du réseau R nP (ou l'indice n est le numéro de la phase concernée : 1, 2 ou 3). La résistance équivalente à la terre du réseau est définie de la manière suivante:

1

1

1

1

1

1

1

 

=

+

=

+

+

+

= Y +Y

 

+Y

+Y

RT

RN

RP

RN

R1P

R2P

R3P

N

1

P

2

P

3

P

(3)

(R 1P , R 2P et R 3P sont les expressions des résistances entre les phases 1, 2 et 3 et la terre). (Y 1P , Y 2P et Y 3P sont les expressions des admittances entre les phases 1, 2 et 3 et la terre).

Le courant actif du réseau est exprimé en ampères ( A ). Sa définition est :

I

W

=

V

U

R

T

(4)

3.1.9 Amortissement d

L'amortissement d est un paramètre sans dimension défini pour un réseau à partir de la résistance équivalente à la terre R T et de la capacité totale phase terre du réseau 3C O .

d

=

1

3

C

O

w

R

T

(5)

Note : Le courant de bobine I L , le courant actif I W et le courant capacitif I C du réseau sont des grandeurs scalaires.

3.1.10 Désaccord - Sur compensation - Sous compensation

Il y a deux manières d'exprimer le désaccord : la valeur en ampères ( A ) et la valeur réduite. Le désaccord "en ampères ( A )" I DD est la différence entre le courant bobine et le courant capacitif résiduel tel que définis ci-dessus :

I

D

=

I

L

-

I

C

(6)

Le désaccord m en valeur réduite est la différence réduite entre le courant inductif et le courant capacitif du réseau définis dans le paragraphe précédent. Le désaccord m est un paramètre sans dimension. La définition du désaccord m est :

m =

I

L

-

I

C

I

C

(7)

Si I L < I C , le désaccord en ampères I D et le désaccord m sont inférieurs à 0 (négatifs) et le réseau est dit sous compensé. Si I L =I C , le désaccord en ampères I D et le désaccord m sont égaux à 0 et le réseau est dit compensé ou accordé. Si I L > I C , le désaccord en ampères I D et le désaccord m sont supérieurs à 0 (positifs) et le réseau est dit sur compensé.

HN 46-S-58

- 8

Octobre 2001

3.1.11 Asymétrie du réseau

L'asymétrie du réseau est la grandeur qui caractérise les différences qui existent entre les admittances phases terre des différentes phases du réseau. Il y a deux manières d'exprimer l'asymétrie : la valeur I k en ampères ( A ) et la valeur réduite k.

La définition de l'asymétrie I k en ampères ( A ) est :

I

k

=

j

3

C

O

w

V

U

k

=

jkI

C

La définition de l'asymétrie réduite est :

k =

Y

1 P

+

a

2

Y

2

P

+

aY

3

P

 

j

3

C

O

w

(9)

(8)

"a" est l'opérateur de rotation de 120°. L'asymétrie k est un paramètre complexe, sans dimension.

3.1.12 Paramètres du réseau

On appelle paramètres du réseau l'ensemble des éléments suivants :

le courant bobine I L ;

le courant capacitif résiduel I C ;

le courant actif du réseau I w ;

l'amortissement d ;

le désaccord I D et m ;

l'asymétrie du réseau I k et k.

3.2

Terminologie complémentaire

3.2.1

Mise En ou Hors service

Le système d'accord automatique est mis hors service dans certains cas particuliers. La mise hors service est l'opération qui permet de couper l'alimentation des circuits internes de l'appareil. Elle est réalisée par une action volontaire d'un opérateur sur le matériel. Toutes les fonctions du système sont interrompues. La mise en service est l'opération inverse.

3.2.2 Inhibition du système

On inhibe le système d'accord automatique dans certaines opérations d'exploitation : parallèle entre transformateurs, conditions particulières d'exploitation, action volontaire d'un opérateur… Lorsque le système est inhibé :

les sorties restent dans l'état(sauf la signalisation « Inhibition SAA » - voir4.18.1) ;

si une procédure d'accord est en cours, elle est interrompue ;

le système ne procède à aucune action de manière automatique.

3.2.3 Initialisation du système

C'est l'ensemble des opérations internes que le S.A.A effectue, de manière automatique, pour se mettre en position de remplir les fonctions pour lesquelles il est prévu.

3.2.4 Configuration du système

La configuration du système est l'ensemble des opérations qui permettent de lui donner les données externes nécessaires pour fonctionner.

Exemples :tension nominale du réseau, type d'impédance de compensation (à réglage discret ou continu), différents paramètres et temporisations, etc.

3.2.5 Acquisition des données de l'impédance de compensation

Les impédances de compensation peuvent avoir des caractéristiques différentes d'un constructeur à l'autre : valeurs maximale et minimale différentes, valeurs différentes suivant les positions en cas d'impédance de compensation à réglage discret… L'opération d'acquisition des données de l'impédance de compensation est celle qui permet au système d'acquérir ces caractéristiques. Elle est de préférence automatique ou éventuellement manuelle.

- 9 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

3.2.6 Procédure de calcul

On appelle procédure de calcul l'ensemble des opérations que le système d'accord effectue pour calculer les paramètres du réseau.

3.2.7 Procédure d'accord

On appelle procédure d’accord l’ensemble des opérations que le système d’accord effectue pour positionner l’impédance de compensation sur une nouvelle position, afin d’atteindre l’accord. Cette procédure d’accord fait suite à la procédure de calcul initiale décrite ci-dessus. Pour ce faire, le SAA effectue une tentative d’accord, notamment par un changement de position de l’IC. Une fois atteint la nouvelle position, une nouvelle procédure de calcul est lancée afin de mesurer l’accord. Si l’accord est atteint, la procédure d’accord est terminée. Si ce n’est pas le cas, une nouvelle procédure de calcul est lancée et ainsi de suite. Le nombre de tentatives d’accord est limité (§ 4.16).

3.2.8 Cycle d’accord

On appelle cycle d’accord l’ensemble des opérations que le système d’accord effectue :

- pour calculer les paramètres de réseau (procédure de calcul),

- pour positionner l’impédance sur une nouvelle position (procédure d’accord) et

- pour faire les calculs de confirmation d’atteinte de l’accord (en exécutant une nouvelle procédure de calcul). L’accord peut être atteint au bout de plusieurs cycles d’accord. Le nombre maximal de cycles d’accord est limité par le nombre maximal de tentatives d’accord (voir définition au § 4.16).

4.

Caractéristiques fonctionnelles

4.1

Contexte d'utilisation du système

Le S.A.A est associé à une Impédance de Compensation (I.C.) raccordée aux bornes HTA d'un transformateur HTB/HTA. Il permet de réaliser un accord automatique entre le courant capacitif résiduel du réseau HTA, (sur un réseau 20 kV variation de 100 à 1000 A) et le courant inductif de l'I.C.

4.2 Types d'impédance de compensation

Les impédances de compensation commandées par le S.A.A sont de deux types :

à réglage continu;

à réglage discret.

Un même système d'accord automatique peut fonctionner indifféremment avec les deux types ci- dessus. Le type d'impédance est paramètré dans le système.

 

Valeurs possibles

Type d'impédance de compensation

à réglage continu

à réglage discret

4.3 Impédances additionnelles

La compensation du courant capacitif résiduel peut être réalisé par une impédance de compensation fixe et une impédance de compensation réglable. La valeur de l'impédance de compensation fixe est paramètrée dans le S.A.A.

Valeurs possibles

Impédance de compensation fixe

de 100 à 600 A (valeurs données pour la tension d'utilisation V u ) par pas de 10 A maximum

Les valeurs fournies par le S.A.A tiennent compte de la valeur de cette impédance de compensation fixe.

HN 46-S-58

- 10

Octobre 2001

4.4 Tension nominale de service

Le S.A.A peut être utilisé sur des réseaux de différentes tensions nominales. Cette tension nominale est paramètrée dans le système.

Valeurs possibles

Tension nominale

15 kV

20 kV

Les valeurs entrées en paramètres dans le S.A.A et les valeurs calculées tiennent compte de la tension nominale indiquée.

4.5

Fonctions du système

4.5.1

Fonction de base

Le S.A.A détermine la position de l'impédance de compensation qui maintient l'accord entre le courant capacitif résiduel ( I C ) et le courant bobine ( I L ) en cohérence avec les contraintes fixées. Il génère les actions qui permettent à l'I.C. de prendre la position voulue. Pour ce faire, il peut agir sur des matériels électrotechniques qui lui sont propres ou qui sont présents dans le poste.

4.5.2 Fonctions complémentaires

Le S.A.A détermine aussi les différents paramètres du réseau:

la tension résiduelle en Volts ( V r ) et en % de la tension simple d'utilisation ( % de V u ) et son angle de déphasage a par rapport à une tension composée de référence du réseau (U 12 ) ; le courant bobine ( I L ) en ampères ( A ) ; le courant capacitif résiduel ( I C ) ; le courant actif ( I W ) en ampères ( A ) et l'amortissement du réseau ( d ) ; le désaccord du réseau ( I D ) en ampères ( A ), et en valeur réduite m ; l'asymétrie du réseau ( I k ) en ampères ( A )et son angle de déphasage b par rapport à une tension composée de référence du réseau (U 12 ), et en valeur réduite k et son angle de déphasage g par rapport à une tension composée de référence du réseau (U 12 ).

4.6 Grandeurs d'entrée

Les grandeurs d'entrée sont fournies :

par des capteurs appairés sur l'initiative du constructeur

et / ou par les capteurs présents dans le poste source

4.6.1 Capteurs appairés

Ces capteurs font partie de la fourniture du constructeur du système d'accord. Ils sont conformes aux normes en vigueur applicables aux types de capteurs considérés.

4.6.2 Capteurs du poste source

Les capteurs installés dans le poste source sont des transformateurs de tension. Ce sont des appareils de classe 1.

Le schéma de raccordement de ces transformateurs de tension est indiqué dans la figure 1. Leur rapport de transformation est :

pour un réseau de tension nominale 20kV de 20000V / ÷3 / 100V / ÷3;

pour un réseau de tension nominale 15kV de 15000V / ÷3 / 100V / ÷3.

Ils alimentent certains équipements (comptage, régulation de tension, capteurs de télémesures, protections, etc.).

Ils permettent d'acquérir si nécessaire :

les 3 tensions simples du réseau;

une tension composée (tension U 12 , en phase et en module) pour servir de référence de phase.

Ils ne fournissent pas la tension homopolaire ou la tension résiduelle. La reconstitution de cette tension (homopolaire ou résiduelle) est à la charge du constructeur du système d'accord automatique.

- 11 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

Phases du réseau HTA 1 2 3 Transformateurs de Tension Autres équipements Système d'accord automatique
Phases du réseau HTA
1
2
3
Transformateurs
de
Tension
Autres
équipements
Système d'accord automatique

Figure 1- Schéma de principe du raccordement des transformateurs de tension.

4.6.3

Caractéristiques des entrées tension

4.6.3.1

Consommation

La puissance nominale maximale du S.A.A sur l'entrée tension est inférieure à 0,3 VA par phase.

4.6.3.2 Tenue thermique

Les entrées tensions supportent en permanence une tension de 74 Volts. Partant de cette situation, elles supportent sur deux quelconques de leurs entrées simultanément une tension de120 Volts, la troisième ayant une tension nulle et ceci pendant 2 heures toutes les 3 heures. Elles retrouvent au bout des 2 heures la situation permanente décrite au début de ce paragraphe.

4.7

Circuit d'injection homopolaire

4.7.1

Transformateur d'accord

Pour rendre possible l’utilisation des systèmes d’accord effectuant une injection homopolaire, l'impédance de compensation possède un transformateur monophasé permettant d'injecter dans le réseau un courant homopolaire. On appellera ce transformateur "transformateur d'accord" (TA).

4.7.2 Caractéristiques du transformateur d’accord

Ce transformateur est défini dans la norme HN 52 S 52. Il est connecté au primaire entre la première borne de ligne (phase A) et la borne de terre. Le secondaire est en circuit ouvert, sauf lors des cycles d'injection. La borne secondaire I2 est reliée à la masse de l’IC (voir Figure 3). Les bornes de raccordement BT peuvent recevoir deux fils de section 6 mm².

Les caractéristiques du transformateur d’accord sont les suivantes :

Rapport de transformation : 12.000/480 V(avec une tolérance conforme à la norme NF C 52-

100) ; Courant magnétisant maximum: 100 mA au primaire ;

Impédance de court-circuit (ramenée à la température de référence de 75°C) : 4% au

maximum ; Facteur de surtension : 1,9 V N , pour une durée de 10 secondes.

Le circuit BT du transformateur est interrompu et protégé par un interrupteur sectionneur fusible bipolaire. Les caractéristiques électriques du dispositif d’interruption sont les suivantes :

Courant assigné en service continu : 10 A ;

Pouvoir de coupure assigné en fonctionnement manuel : 10 A ;

Courant de courte durée admissible assigné : 80 kA.

HN 46-S-58

- 12

Octobre 2001

Le cycle maximal d'injection que doit tenir le transformateur est le suivant :

Courant de 10 A injecté dans le transformateur pendant 10 s ;

Trois créneaux successifs de courant sont injectés, espacés de 10 s ;

Ce cycle complet peut être répété toutes les 5 min.

I injecté côté BT de l'enroulement d'injection 10 A 0 A t 10 s 10
I injecté côté BT de l'enroulement d'injection
10 A
0 A
t
10 s
10 s
10 s
10 s
10 s

Figure 2 : Cycle maximal d'injection du circuit d'injection

Un défaut HTA en réseau doit pouvoir se produire pendant un cycle d’injection de courant, sans détérioration du transformateur d’accord, ni fonctionnement de sa protection.

4.7.3 Schéma du transformateur d'accord

Réseau HTA

A B C A B C L1 Contrôle Création de point L2 commande neutre de
A
B
C
A
B C
L1
Contrôle
Création de point
L2
commande
neutre
de l'IC
T

Bornes de lignes de l'IC

Enveloppe de l'IC

Transformateur d’accord (TA)

Protection du TA (interrupteur sectionneur fusible)

Impédance variable

Borne de terre de l'IC

Mise à la terre de la masse de l'IC

et protection masse cuve

(de la fourniture d'EDF)

et protection masse cuve (de la fourniture d'EDF) Terre du poste source Figure 3 : Schéma

Terre du poste source

Figure 3 : Schéma de principe de l’IC avec le transformateur d’accord

4.7.4 Injection d'un courant pendant un défaut

Si le S.A.A procède à une injection pendant un défaut, il ne doit pas être endommagé. Il est admis qu'une protection fonctionne et mette hors service le S.A.A ou une partie de celui-ci. Le fonctionnement de cette protection doit provoquer une alarme "Défaut équipement" (voir § 4.18.4).

4.8 Autres Matériels

Tout autre matériel nécessaire et son installation pour faire fonctionner S.A.A est de la fourniture du constructeur, de même que le matériel nécessaire aux liaisons entre les différents constituants du système (câbles, boîtier, etc.). La méthode de mise en oeuvre est décrite dans le guide d'installateur

- 13 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

(voir HN 46-R-01-1, §4.2.4.1). Elle précise les équipements complémentaires à prévoir pour installer le matériel : génie civil, mise à la terre, support particulier, protection mécanique ou électrique à mettre en place, etc.

4.9 Fréquence du signal utile

L'accord entre le courant capacitif résiduel et le courant bobine est à réaliser pour la fréquence fondamentale du réseau (50 Hz).

4.10 Considérations générales sur le système

Le S.A.A est réalisé dans les règles de l'art notamment en ce qui concerne les logiciels. Les règles à appliquer sont celles qui sont définies dans la norme HN 46-R-01-3 §2. Chacune des actions provoquées par le S.A.A doit être suivies de l'effet attendu, notamment par la vérification de la variation des valeurs mesurées sur le réseau ou des réactions des matériels environnants (impédance de compensation par exemple).

4.11

Déclenchement d'une procédure de calcul

4.11.1

Déclenchement automatique de la procédure de calcul

Il préexiste sur le réseau une tension résiduelle permanente. Elle est due à l'asymétrie du réseau et à l'état du circuit résonnant tel qu'il résulte de la dernière procédure d'accord. Cette tension résiduelle peut varier suite :

à une modification de la topologie du réseau (qui entraîne une modification du courant capacitif

résiduel I c et de l'asymétrie du réseau); à une variation des conditions d'environnement (humidité, température…) qui entraîne une

variation de l'amortissement du réseau; à l'apparition d'un défaut d'isolement à la terre sur le réseau…

Les variations de la tension résiduelle consécutives à un changement de topologie du réseau ou à un défaut sont instantanées. On considère qu’une variation est « instantanée » si elle a lieu en moins de quelques dizaines de ms. Celles dues aux variations des conditions climatiques sont lentes (plusieurs dizaines de minutes): elles ne doivent pas provoquer de procédure de calcul.

Condition de déclenchement d’une procédure de calcul :

Si la tension résiduelle Vr passe « instantanément » (moins de quelques dizaines de ms) de Vr1 à Vr2 (en vecteurs) de telle sorte que ||Vr2-Vr1|| (module de la différence des vecteurs) soit supérieur à un seuil paramétré dVr, alors le S.A.A lance une temporisation de mise en route (temporisation paramétrable). A l’issue de cette temporisation, si la nouvelle valeur courante de la tension résiduelle Vr3 est telle que ||Vr3-Vr1|| est supérieur au seuil dVr (confirmation de la variation par rapport à Vr1), alors le S.A.A lance une procédure de calcul, sinon il ne fait rien.

Note : Avec ce principe, en cas de réenclenchement rapide ou lent sur un départ dû à un défaut, le SAA "constate" le dépassement du seuil dVr à l'ouverture du départ en faisant la différence entre la tension résiduelle VR1 avant l'apparition du défaut et VR2 après l'ouverture du départ. En fin de temporisation (réglée supérieure à la durée des cycles de réenclenchement), il compare la valeur de VR3 à ce moment à la valeur VR1 et vérifie que le seuil dVr est toujours franchi. Si c'est le cas, il lance alors une procédure de calcul.

 

Plage de réglages

Tolérances sur le réglage

Seuil de déclenchement d'une procédure de calcul dV r

30 à 600V HTA par pas de 10V maximum

± 5 %

Temporisation de mise en route de la procédure de calcul

de 20s à 5 mn par pas de 5s maximum

± 5 %

HN 46-S-58

- 14

Octobre 2001

4.11.2 Procédure de calcul périodique

Le S.A.A démarre toutes les t heures une procédure de calcul suivie éventuellement d'une procédure d'accord si nécessaire.

 

Plage de réglages

Tolérances sur le réglage

Temporisation t de calcul périodique

de 0 h à 24 h par pas de 1h maximum

± 5 %

Note : La valeur 0 veut dire que le SAA ne procède à aucune procédure de calcul périodique.

4.11.3 Procédure de calcul provoquée

Le S.A.A comporte une entrée qui permet de déclencher une procédure de calcul suivie éventuellement d'une procédure d'accord si nécessaire (voir ANNEXE).

4.11.4 Déroulement de la procédure de calcul

Pour effectuer une procédure de calcul le S.A.A peut agir sur la valeur de l'impédance de compensation ou utiliser tout autre moyen à l'initiative du constructeur. Dans le cas de l’utilisation d’un système d’accord effectuant une injection homopolaire, le courant d’injection dans le circuit BT est compris entre 7 et 10 A, la valeur de 7 A étant considérée pour une température ambiante de 40°C.

La procédure de calcul n'induit pas de désaccord supplémentaire supérieur à 40 A (en plus ou en moins). Ce désaccord est d'une durée inférieure à 5 s ± 20 %(temps entre le début de la procédure de calcul et soit le début de la procédure d'accord, soit, s'il n'y a pas de nécessité de procédure d'accord, le retour à la position initiale).

 

Valeur

Durée maximale

Désaccord max. induit par la procédure de calcul

40 A (Tension de référence V u )

5 s ± 20 %

4.11.5 Calcul impossible et position de repli

Si, par la procédure de calcul normale, le S.A.A n'a pu déterminer le désaccord et les paramètres du réseau, il envoie les ordres nécessaires à l'impédance de compensation pour la positionner sur une position de repli. Il génère une signalisation "Calcul impossible" à destination du système de conduite local et distant. Cette position de repli est entrée en paramètre dans le S.A.A . Pour les impédances de compensation à réglage continu, le système commande l'impédance de compensation pour la mettre sur la position exacte indiquée. Pour les impédances de compensation à réglage discret, le système commande l'impédance de compensation pour la mettre sur la position la plus proche de la position indiquée.

Plage de réglages

Position de repli

de 100 à 1000 A (en 20 kV) par pas de 10 A maximum

4.12 Paramètres du réseau à déterminer

Le S.A.A détermine les paramètres du réseau après chaque procédure de calcul (voir 3.1.12 - Paramètres du réseau). On peut accéder en permanence à la composante 50Hz de la tension résiduelle courante (V r en module, et en phase, par rapport à la tension U 12 de référence) et à la valeur courante du courant bobine (I L ).

- 15 -

HN 46-S-58

Liste des paramètres à fournir :

Octobre 2001

 

Unités

Précision de la valeur fournie

Remarques

Composante 50Hz de la tension résiduelle courante V r

1 - En volts 2 - En % de V u

±

10 % (au dessus de 30V de V r )

 

Angle a (déphasage entre la composante 50 Hz de la tension résiduelle courante et U 12 )

En degrés

± 10° (au dessus de 30V de V r )

 
 

Courant capacitif résiduel I C (calculé)

En ampères

 

±

15 A

 
 

Courant bobine I L (valeur courante)

En ampères

±

1 % de la valeur

 

fournie par la boucle

 

4-20mA

 

Courant actif du réseau I W (calculé)

En ampères

 

±

3 A

 
 

Désaccord I D (calculé)

En ampères

 

±

10 A

 
 

Module de l'asymétrie I k :

(calculé) Argument de l'asymétrie b par rapport à U 12 (calculé)

En ampères

± 0,025A

Le module peut être exprimé en

En degrés

 

±

5 °

sous multiple de l'ampère

 

(mA par exemple)

Notes :

 

1 Les valeurs réduites sont également fournies (d, m et k) et leurs précisions découlent des précisions sur les valeurs indiquées dans le tableau.

-

2 Les précisions indiquées ne prennent pas en compte les erreurs dues :

-

 

aux transformateurs de tension du poste source. Si le constructeur n'utilise pas les transformateurs de tension du poste source, le capteur fourni n'induit pas d'erreur supplémentaire supérieure à 1%; à la boucle de courant 4-20 mA de retour de position de l'impédance de compensation.

3

-

La précision demandée est relative à un calcul effectué lorsque l'impédance de compensation est dans une position qui assure le meilleur accord possible en fonction des critères définis et pour un courant actif I W de 20 A (courant actif minimal tel qu'il résulte de la spécification de l'impédance de compensation).

4

-

Il existe du fait de la définition de k et de I k un déphasage de 90° entre les 2 arguments g et b

( b = g + 90°)

4.13 Mémorisation des paramètres

Le S.A.A mémorise les paramètres des 50 dernières procédures de calcul et les paramètres mesurés à la fin de la procédure d'accord. Il mémorise tous les éléments du calcul permettant à posteriori de les vérifier. Ces données sont lues et imprimées par l'intermédiaire d'un micro ordinateur de type PC raccordé alors au système (voir § 4.23 ). En cas de coupure de l'alimentation à courant continu, il est admis que ces valeurs ainsi que l'heure du système soient perdues. Ces données sont datées à la seconde près (date et heure) avec une précision minimale de 2 mn par mois et sont présentées sous un format utilisable à partir de logiciel type base de données ou tableur. Ces logiciels doivent être de distribution courante. EDF se réserve le droit d'accepter ou non le format proposé.

HN 46-S-58

- 16

Octobre 2001

4.14 Durée de la procédure de calcul

Le temps nécessaire au S.A.A pour trouver l'accord est limité à 5 s maximum. Ce temps est relatif à l'écart entre la fin de la temporisation de mise en route de la procédure de calcul et l'envoi des ordres de réglages à l'impédance de compensation.

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Durée de la procédure de calcul

5 s

± 20 %

4.15

Procédure d'accord

4.15.1

Conditions d'exécution

Lorsque la procédure de calcul est terminée, le S.A.A envoie les ordres de réglages à l'impédance de compensation (Voir ANNEXE) si les conditions suivantes sont remplies (et sauf exception prévue dans ce document ) :

Pour les impédances à réglage discret, et afin d'éviter d'éventuels problèmes de "pompage", l'envoi des ordres de réglages ne se fait que si la nouvelle valeur calculée est supérieure aux 2/3 de la valeur de la prise adjacente considérée (voir un exemple sur la figure 4).

Position N-1 Position N Position N+1 Position N+2 2/3 de prise 2/3 de prise 2/3
Position N-1
Position N
Position N+1
Position N+2
2/3 de prise
2/3 de prise
2/3 de prise
2/3 de prise
2/3 de prise
2/3 de prise

Commentaire : Si 'impédance de compensation est réglée sur la position N, le S.A.A ne commande le passage à la position N+1 que si la procédure de calcul détermine que l'accord se situe à plus de 2/3 de la valeur de la prise (on appelle "valeur de la prise" la différence de réactance qui existe entre 2 positions adjacentes).

Figure 4 - Conditions de changement de position de l'impédance de compensation

Pour les impédances à réglage continu, l'envoi d'un ordre de changement de position n'est émis que si la nouvelle valeur calculée est supérieure ou inférieure à une valeur fournie au système en paramètre.

Plage de réglages

Valeur d'autorisation de changement de prise

de 5 à 50 A par pas de 5 A maximum

4.15.2 Fin de la procédure d'accord

Lorsque le S.A.A constate que la position d'accord est atteinte, il procède à une nouvelle détermination des paramètres du réseau.

4.16 Nombre de tentatives d'accord

Lorsque le réseau est très désaccordé, le SAA peut faire des erreurs importantes de calcul. Il est admis qu’il fasse plusieurs procédures d’accord successives avant d’atteindre la position d’accord. Le nombre maximal de ces procédures d’accord successives pour atteindre l’accord est limité et il est paramétrable.

Plage de 1 à 5

Nombre maximal de procédures d’accord successives

Si à l'issue du nombre de tentatives d'accord prévu, le SAA n'a pas réussi à atteindre l'accord, il reste en l'état et la signalisation “désaccord hors limites “ est émise. Il est alors possible de demander une nouvelle procédure d'accord. Si l'accord peut alors être atteint, la signalisation “désaccord hors limites“ disparaît.

- 17 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

4.17

Conditions d'inhibition et de désinhibition

4.17.1

Conditions d'inhibition

Le S.A.A s'inhibe dans les cas suivants :

[1]

en cas d'absence de tension composée 1 . On considère que la tension composée a disparu si sa valeur est inférieure à :

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Seuil de détection d'absence de tension composée

30 % de U u

±

5 %

et ce après un temps maximal de :

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Temporisation de passage en inhibition par détection d'absence tension

de 0s à 60s par pas de 5s maximum

±

5 %

[2]

pour une tension résiduelle supérieure à un seuil donné

 

Plage de réglage

Tolérances sur les réglages

Seuil de tension résiduelle pour inhibition

de 5 à 20 % de 3 x V u par pas de 1% maximum

± 5 %

Pourcentage de retour

90% du seuil

± 2 %

durant un temps :

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Temporisation de passage en inhibition par dépassement de seuil de tension résiduelle

de 0s à 60s par pas de 5s maximum

±

5 %

[3]

lorsque l'impédance de compensation émet la signalisation "Réglage manuel IC".

[4]

sur réception d'un ordre d'inhibition par commande.

Dans ces deux derniers cas, le passage en inhibition doit se faire en moins de :

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Temps de passage en inhibition par ordre externe

500 ms

±

5 %

4.17.2 Conditions de désinhibition

A la disparition des conditions ayant provoqué l'inhibition, le S.A.A se désinhibe immédiatement et, après un temps donné paramètrable, effectue une procédure de calcul et si besoin une procédure d'accord.

 

Plage de réglage

Tolérances sur le réglage

Temporisation de calcul après désinhibition

de 0 s à 120 s par pas de 10 s maximum

± 5 %

1 Cette situation est significative (entre autres) d'une absence de tension au primaire du transformateur HTB / HTA. Si le système n'utilise pas la tension composée, l'entrée "Inhibition par commande externe" sera utilisée pour remplir cette fonction.

HN 46-S-58

- 18

Octobre 2001

4.18 Traitement des alarmes

Les alarmes définies ci-dessous engendrent la fermeture des contacts tels que définis en ANNEXE.

4.18.1 Alarme "Inhibition SAA"

En cas d'inhibition le S.A.A émet une signalisation en fermant le contact de sortie "SAA inhibé" et en

ouvrant simultanément le contact de sortie « SAA actif », ces deux contacts étant toujours en positions

complémentaires

sorties restent en l'état et les procédures de calcul sont interrompues. L'injection, si elle est en cours est arrêtée. L'alarme est maintenue tout le temps ou le S.A.A est inhibé. A la fin de l'alarme, le S.A.A effectue une procédure de calcul et un accord éventuel de l'impédance de compensation.

4.18.2 Alarme "Calcul impossible"

En cas d'impossibilité par le S.A.A de trouver l'accord et de calculer les paramètres, il émet une signalisation "Calcul impossible". Lors de cette alarme, le S.A.A reste en l'état. Il place l'impédance de compensation sur la position de repli. Il continue à faire des procédures de calcul sur variations de la tension résiduelle. L'alarme est maintenue jusqu'à la prochaine procédure de calcul réussie.

4.18.3 Alarme "Blocage de l'impédance de compensation"

Si l'impédance de compensation n'exécute pas correctement un ordre émis par le S.A.A, ce dernier émet une signalisation "Blocage de l'impédance de compensation".

Cette signalisation est émise en même temps que le passage en inhibition. Les

 

Valeur

Tolérances sur la valeur

Temps entre la fin de l'envoi de l'ordre par le S.A.A et l'émission de la signalisation "Blocage de l'impédance de compensation"

5 mn 30 s pour une IC à réglage continue20 s pour une IC à réglage discret (temps maximum autorisé pour la manoeuvre en fonction du type d'impédance de compensation)

± 5 %

Cette alarme est maintenue jusqu'à la prochaine exécution correcte d'un ordre par l'impédance de compensation. Durant l'alarme, on peut demander une procédure d'accord. L'alarme est supprimée lorsqu'un ordre émis par le SAA est correctement exécuté par l'impédance de compensation.

4.18.4 Alarme "Défaut équipement"

Le S.A.A émet une signalisation "Défaut équipement" :

en cas de défaut interne au système (chien de garde, );

en cas de fonctionnement de ses protections de l'enroulement d'injection;

en cas de perte de l'alimentation en courant continu ;

en cas de rupture de la boucle de courant 4-20 mA entraînant une impossibilité pour le SAA d’effectuer une procédure de calcul.

Le défaut équipement suspend le fonctionnement du S.A.A ; si une procédure de calcul est en cours, elle est interrompue, l'injection est arrêtée. Les autres sorties du S.A.A restent dans l'état, et l’opérateur a accès à la cause ayant provoqué le défaut équipement.Cette signalisation est émise en moins de 30 secondes après l'apparition du défaut. Elle est maintenue jusqu'à la fin du défaut équipement. Lorsque le défaut équipement disparaît, les S.A.A fait une procédure de calcul et un accord de l'impédance de compensation si besoin.

Le contact "Défaut équipement" est :

fermé en cas d'absence d'alimentation du SAA

fermé en cas de défaut interne à l'équipement

ouvert si l'alimentation du SAA est présente et qu'il n'y a pas de défaut interne au système.

4.18.5

Alarme "Désaccord hors limites"

Le S.A.A émet une signalisation "Désaccord hors limites" lorsque le désaccord calculé à la fin d'un cycle d'accord est supérieur en valeur absolue à une valeur donnée paramètrée dans le système.

Plage de réglage

Valeur limite de désaccord

de 0 à 100 A par pas de 5 A maximum

Cette alarme est maintenue jusqu'à ce qu'une procédure de calcul ait trouvé un désaccord dans les limites choisies.

- 19 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

Le fonctionnement du S.A.A n'est pas affecté par cette alarme.

4.18.6 Alarme "Courant actif anormal "

Le S.A.A émet une signalisation " Courant actif anormal " lorsque le courant actif I w calculé à la fin d'un cycle d'accord est inférieur ou supérieur à une valeur donnée paramètrée dans le système.

Plage de réglage (par pas de 5A maximum) de 0 à 20 A de 40 à 100 A

Valeur limite du courant actif minimal Valeur limite du courant actif maximal

Cette alarme est maintenue jusqu'à ce qu'une procédure de calcul trouve un courant actif dans les limites choisies. Le fonctionnement du S.A.A n'est pas affecté par cette alarme.

4.18.7 Alarme "Température SAA"

Le SAA émet une signalisation " Alarme température SAA " lorsque la température en surface du capot du circuit d’accord est supérieure à une valeur de 60 ° C. Cette valeur peut être modifiée ultérieurement par une action de maintenance. Le fonctionnement du SAA n'est pas affecté par cette alarme.

4.18.8 Autres alarmes ou signalisations

Le constructeur peut prévoir, à son initiative, d'autres signalisations ou alarmes à destination du contrôle commande.

4.19

Commandes émises et reçues par le système d'accord automatique

4.19.1

Commandes reçues par le système

Le système reçoit les commandes suivantes du contrôle commande du poste :

"Inhibition externe" (polarité permanente);

" Lancement procédure d’accord " (émises durant 300 ms).

Ces commandes sont constituées par des polarités + 125 V ou +48 V suivant le cas.

4.19.2 Commandes émises par le système

Le système émet des commandes en direction de l'impédance de compensation :

commande "Augmente" (voir la forme de cet ordre en ANNEXE)

commande "Diminue" (voir la forme de cet ordre en ANNEXE)

Un ordre "Augmente" provoque un changement de la position de l'IC dans le sens de l'augmentation du courant inductif Un ordre "Diminue" provoque un changement de la position de l'IC dans le sens de la diminution du courant inductif

4.20 Signalisations échangées

(Voir ANNEXE)

Les signalisations indiquées ci dessous sont les signalisations minimales exigées. Toutes autres signalisations jugées utiles par le constructeur peuvent être proposées et font l'objet d'un échange avec EDF.

Important : sur le circuit d’injection, et conformément à la politique EDF sur les circuits tension, le S2 du TA est mis à la terre dans l’IC en sortie du TA en un seul point. Le raccordement du SAA sur le TA ne doit donc pas comporter d’autre mise à la terre.

4.20.1 Signalisations échangées entre le système d'accord automatique et l'impédance de compensation

Le système reçoit de l'impédance de compensation les signalisations :

"Réglage en cours" qui indique que l'impédance de compensation est en cours de modification de sa position;

"Position haute" qui indique que l'impédance de compensation est dans sa position maximum (courant inductif maximal). Lorsque le système reçoit cette signalisation, il n'envoie plus d'ordre "Augmente" à l'impédance de compensation;

HN 46-S-58

- 20

Octobre 2001

"Position basse" qui indique que l'impédance de compensation est dans sa position minimum

(courant inductif minimal). Lorsque le système reçoit cette signalisation, il n'envoie plus d'ordre "Diminue" à l'impédance de compensation; "IC commande sur place" qui indique que l'impédance de compensation est en commande sur place (voir comportement du S.A.A en § 4.17).

4.20.2

Retour de position de l'impédance de compensation

Ce retour de position est fourni en permanence par l'impédance de compensation au S.A.A par une boucle de courant 4-20 mA conforme à la norme NF C 46-101 d'octobre 1984. Cette boucle de courant permet de donner une image de la position de l'impédance de compensation. Sa plage de fonctionnement est définie comme suit :

4 mA pour une compensation de 0 A ;

20 mA pour une compensation de 1000 A.

Les caractéristiques de cette boucle de courant sont définies dans la norme EDF HN 52 S 52.

La continuité de cette boucle est surveillée par le SAA et est indiquée en local par une signalisation en face avant (voir § 6.7.2). Si le SAA n’est plus en mesure d’effectuer une procédure d’accord en cas de perte de continuité de la boucle, alors cette impossibilité est alarmée via le contact de sortie « défaut équipement ». Cette dernière signalisation conserve son appellation et son traitement est décrit au § 4.18.4.

4.20.3 Signalisation Cycle d’accord en cours

Le S.A.A émet une signalisation " Cycle d’accord en cours ” lors d’une procédure de calcul et d’accord. Cette signalisation reste active pendant ces procédures. Elle correspond à la signalisation en face avant “ Cycle d’accord en cours ” (voir § 6.7.2).

4.20.4 Autres signalisations

Voir notamment § 6.7.2

4.21 Conservation des paramètres du système

Après configuration, que ce soit à partir du clavier du système ou à partir d'un PC, le S.A.A conserve les paramètres, même en cas de coupure de l'alimentation.

4.22 Compteurs

Le S.A.A possède les 2 compteurs décrits ci dessous. Ces derniers sont consultables à la demande. Ils peuvent être remis à zéro par action de l'opérateur. La valeur des compteurs n'est pas perdue en cas de coupure de l'alimentation ou en cas de mise En ou Hors Service du système.

4.22.1 Compteur de procédure de calcul

Ce compteur s'incrémente de 1 chaque fois que le système effectue une procédure de calcul. Il compte de 0 à 4000 minimum.

4.22.2 Compteur de manoeuvres de l'impédance de compensation

Ce compteur s'incrémente de 1 chaque fois que le système passe d'une position à une autre c'est à dire :

pour les impédances à réglage continu, chaque fois que le système envoie un ordre

"Augmente " ou "Diminue"; pour les impédances à réglage discret, chaque fois ou le système demande un changement de position (quel que soit le nombre de prises).

Il compte de 0 à 4000 minimum.

4.23 Mode de configuration du S.A.A

Le S.A.A est paramètré par un clavier inclus au système et à partir d'un micro ordinateur type compatible PC. Le système d'exploitation du PC peut être :

MS DOS Version 3.0 et ultérieure de MicroSoft ®;

WINDOWS 3.10, 3.11 ou WINDOWS 95 de MicroSoft ®.

Si le logiciel fonctionne sous DOS, il doit être compatible avec toutes les versions postérieures à DOS 3.0. Pour un logiciel fonctionnant sous WINDOWS, il doit fonctionner sous les différentes versions de ce logiciel.

- 21 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

La liaison entre le PC et le S.A.A est réalisée par un port série du PC.

Le logiciel de configuration fait partie de la fourniture du système, de même que le câble de liaison entre le PC et le S.A.A.

Le logiciel de configuration est en français.

L'ergonomie de ce logiciel est conforme aux pratiques en cours et permet à l'utilisateur de configurer le S.A.A (après une prise en main) sans avoir recours à un manuel d'utilisation. Les termes et les abréviations utilisés dans le logiciel de configuration sont conformes à ceux données dans ce document.

4.24 Mise en exploitation du S.A.A

Pour mettre en exploitation le S.A.A, plusieurs opérations sont effectuées. Ce sont:

la mise en service du système (voir § 3.2.1);

l'initialisation du système (voir § 3.2.3);

la configuration du système (voir § 3.2.4) ;

l'acquisition des données de l'impédance de compensation (voir § 3.2.5).

Pour sa mise en service, le SAA est tout d'abord positionné en mode manuel par l'opérateur pour éviter toute action ou manoeuvre intempestive de l'impédance de compensation lors de l'initialisation.

A la mise sous tension, le SAA s'initialise. Les valeurs courantes de Vr, l'angle a, et IL sont

accessibles. Après une configuration par l'opérateur, l'opérateur passe le SAA en "S.A.A en

automatique " (voir § 6.7.1) pour lui permettre d'acquérir éventuellement les données de l'impédance

de compensation. Après cette acquisition, le S.A.A démarre une procédure de calcul si les conditions

le permettent, suivie d'une procédure d'accord si nécessaire. Le système devient alors opérationnel.

Cet enchaînement d'opérations est nécessaire pour garantir la sécurité des intervenants.

En cas de remise sous tension suite à une coupure de l'alimentation ou de remise en service ultérieure après que le SAA ait déjà été en exploitation, ce dernier conserve la position “ manuel ” ou “ automatique ” dans laquelle il se trouvait avant la perte d'alimentation, ainsi que ses données de configuration et celles de l'impédance de compensation.

Le cas échéant, à la demande de l’opérateur, une nouvelle acquisition des données de l'impédance de

compensation peut être réalisée. Cette nouvelle acquisition peut s’avérer nécessaire notamment lors d’un changement d’IC.

Note: Il est admis qu'en cas de coupure de l'alimentation, l'heure et la date du système soient perdues. En conséquence, lors de toute mise en service du SAA, il est demandé à l'opérateur la remise à l'heure du système. Cette demande d'heure n'est pas bloquante sur le fonctionnement du SAA. Le fait que le SAA n'ait pas été remis à l'heure est indiqué en face avant de l'appareil. Le cas échéant, un dispositif de sauvegarde de l'heure pendant au moins 24 h utilisant ni piles ni batteries peut être proposé par le fournisseur.

5. Caractéristiques assignées

Toutes les caractéristiques des éléments constitutifs du système sont définies de manière générale dans la norme HN 46-R-01-5 - Directives générales de conception et de construction des matériels de commande, de protection et de télécommunication des réseaux électriques (DICOT) - Partie 5 :

Éléments constitutifs des matériels.

5.1 Conditions de service

La présente spécification s'applique au SAA qui est prévu pour être installé dans les bâtiments de commande des postes-sources, dans les conditions de service suivantes (classe 3 de la spécification HN-46-R-01) :

a) températures :

domaine nominal de fonctionnement : de - 5 °C à + 45 °C,

domaine limite de fonctionnement : de - 10 °C à + 55 °C,

domaine limite de stockage : de - 25 °C à + 70 °C,

b) humidité relative de fonctionnement : comprise entre 5 % et 95 %,

HN 46-S-58

- 22

Octobre 2001

d) pression atmosphérique de fonctionnement : comprise entre 86 kPa et 106 kPa.

5.2 Découplage des entrées/sorties du boîtier

Les circuits d'entrées/sorties du système d'accord, précisées ci-dessous, sont découplées entre eux ainsi que des autres circuits du matériel :

entrées de mesures pour la tension résiduelle et la tension composée ;

entrée(s) de mesure relative(s) à une injection de courant ;

entrées/sorties TOR ;

entrées de l’alimentation auxiliaire.

5.3 Rigidité diélectrique

Le système d'accord supporte sur les circuits d’alimentation d’entrée, d’alimentation auxiliaire, de commande, de sortie et de signalisation, les contraintes diélectriques suivantes :

Contrainte

Mode commun

 

Mode différentiel

Entre circuits galvaniquement indépendants Entre circuits et masse

Entre bornes d’un même circuit

Entre bornes d’un contact ouvert

Résistance d’isolement

500 V CC, 1 min

Non appliqué

500 V CC, 1 min

Tenue 50 Hz

2

kV

Non appliqué

500 V

Onde de choc (1.2 /50 ms)

5

kV

5

kV(*)

1 kV

 

3

kV(**)

Tableau 1

(*) uniquement pour les circuits alimentés directement par des transformateurs de mesure. (**) uniquement sur le circuit d'alimentation. Sanction : bon fonctionnement à l'issue de l'essai.

5.4 Alimentations auxiliaires

La constitution et les règles définissant les installations à basse tension des postes, qui permettent de préciser l'environnement dans lequel est utilisé le système sont décrites dans le document "Directives techniques pour l'étude et la construction des postes "d" 90/20 kV et 63/20 kV" - Chapitre 8 et 9.

5.4.1 Alimentation auxiliaire à courant continu

La source d'énergie à courant continu est constituée par les ensembles batterie/chargeur du poste source. Les caractéristiques de cette alimentation sont définies dans la norme HN 46-R-01-4 §2 .1.1.

tension nominale U an : 48 V ou 125 V continu,

domaine nominal de variation : de - 20% à + 15% de U an en 48 V de - 20% à + 10% de U an en 125 V

ondulation résiduelle : 3 % de U an (crête à crête, f ³ 100 Hz),

coupures brèves : 20 ms.

5.4.2 Alimentation auxiliaire à courant alternatif

La source d'énergie à courant alternatif provient d'une source de tension triphasée. Les caractéristiques de cette alimentation sont définies dans la norme HN 46-R-01-4 §2.1.2. Si le système utilise l'alimentation auxiliaire à courant alternatif la puissance moyenne absorbée n'est jamais supérieure à 4kW. L'intensité maximale transitoire appelée ne dépasse jamais 30 A. Une protection garantit qu'un d'incident sur le système n'aura aucune conséquence sur le reste des circuits auxiliaires à courant alternatif. Cette protection est alarmée et envoyée au contrôle commande du poste.

5.5

Protection des circuits

5.5.1

Protection des circuits de sortie

Un court-circuit sur une sortie ne provoque pas de détérioration dans le système.

- 23 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

Le système d'accord doit être apte à tenir un courant de court-circuit de 100 A pendant 30 ms pour les circuits de sortie réalisés par des contacts de relais.

5.5.2 Protection contre les inversions de polarité

(voir HN 46-R-01-4 § 2.1.1) Si par erreur, le système est alimenté par des polarités inversées, aucun composant n'est détérioré à l'exception de la fusion éventuelle d'un fusible.

5.5.3 Protection du circuit d’accord

Le circuit de mesure 480 V issu du transformateur d'accord doit être protégé contre une injection prolongée accidentelle. Cette protection doit permettre de préserver l'environnement du SAA et être compatible avec la tenue thermique du TA.

En cas de fonctionnement de la protection, l’alarme ‘’Défaut équipement’’ est émise. Avant toute remise en service éventuelle, un ‘réarmement’ sur place est nécessaire, dans les conditions définies par le constructeur.

Les bornes de raccordement BT du circuit d'injection sont IP3X. La nature du circuit est repérée et les bornes sont repérées L1 et L2 (L2 étant la borne mise à la terre dans l'Impédance de compensation).

5.5.4 Protection de l’environnement du SAA

Afin de protéger l’environnement du SAA, sa température est surveillée. Sur dépassement d’un seuil de température en surface du capot du circuit d’accord, une signalisation ‘’Alarme température SAA’’ est émise. Cette information TOR est rendue disponible conformément aux schémas B331-2 et V-02-02 de la Brochure Bleue en vigueur. Elle ne provoque pas la montée de la signalisation “ défaut équipement ”. Elle est accessible en face avant du SAA.

5.6 Caractéristiques associées aux entrées/sorties

Les informations d'entrées logiques sont traitées conformément aux schémas B331-2 et V-02-02 de la Brochure Bleue en vigueur (annexe au chapitre B74-2 du Guide Technique de la Distribution d’Electricité).

5.7 Caractéristiques des relais pour transmission d'information logique

Les relais utilisés pour la transmission des informations logique vers le contrôle commande ou l'impédance de compensation , y compris leurs contacts, sont conformes à la norme HN 45 S 25 et de classe C.

5.8 Compatibilité électromagnétique

Le système doit présenter les niveaux d'insensibilité suivants :

onde oscillatoire amortie (CEI 61000-4-12) : 2,5 kV mode commun, 1 kV mode différentiel ;

transitoires électriques rapides (CEI 61000-4-4) : capteurs et alimentation auxiliaire 4 kV,

circuits de commande et de signalisation 2 kV ; décharges électrostatiques (CEI 61000-4-2) : 8 kV au contact, 15 kV dans l'air ;

champ électromagnétique rayonné (CEI 61000-4-3) : 10 V/m.

Il doit en outre présenter un niveau d'émissivité qui respecte la classe A de la norme EN 55022 (40 dB mV/m dans la bande 30 à 230 MHz, et 47 dB mV/m dans la bande 230 à 1000 MHz).

HN 46-S-58

- 24

Octobre 2001

Contrainte

Mode commun Entre circuits Entre circuits et masse

Mode différentiel

Entre borne d’un même circuit

Entre bornes d’un contact ouvert

Immunité aux ondes oscillatoires amorties (CEI 61000-4-12)

2.5 kV

1 kV

Non appliqué

Immunité aux transitoires électriques rapides en salves (CEI 61000-4-4)

Alimentation d’entrée et auxiliaire : 4 kV Autres entrées/sorties : 2 kV

Non appliqué

Non appliqué

Immunité aux ondes de choc (CEI 61000-4-5)

Voir paragraphe correspondant

 

Immunité aux perturbations conduites, induites par les champs radioélectriques (CEI 61000-4-6)

10 V de 150 kHz à 80 MHz

 

Immunité aux décharges électrostatiques (CEI 61000-

8 kV au contact, 15 kV dans l’air

 

4-2)

 

Immunité au champ électromagnétique rayonné (CEI 61000-4-3)

10 V / m de 80 MHz à 1 GHz

 

Perturbations radioélectriques produites (EN 55022)

Classe A : à 10 m, 40 mV/m entre 30 et 230 MHz, 47 mV/m entre 230 et 1 GHz

Tableau 2

5.9 Autotests

Le système peut disposer d'autotests effectués régulièrement, et couvrant un pourcentage aussi large que possible des fonctions du système. Les défauts de connectique présentent un taux de couverture supérieur à 90 %. Les pertes de liaison filaire sont détectées et signalées chaque fois que possible.

Les résultats de ces autotests sont regroupés et transcrits sur un contact de sortie « défaut équipement » à manque de tension, et recopiés sur une signalisation en face avant de l'équipement. Les causes de fonctionnement de la signalisation « défaut équipement » sont clairement indiquées dans la documentation constructeur.

6. Caractéristiques constructives

Toutes les caractéristiques des éléments constitutifs du système sont définies de manière générale dans la norme HN 46-R-01-5 - Directives générales de conception et de construction des matériels de commande, de protection et de télécommunication des réseaux électriques (DICOT) - Partie 5 :

Eléments constitutifs des matériels.

6.1 Choix des composants

Dès que possible, mais de toute façon avant les essais d'acceptation de type, les plans et la nomenclature des composants du matériel doivent être soumis à EDF.

En règle générale, il doit être possible de se procurer tous les composants auprès de plus d'une source d'approvisionnement. Dans le cas contraire, l'accord d'EDF doit être requis.

Les composants électroniques standard dont l'ancienneté de fabrication est inférieure à 1 an ne sont pas utilisés sauf cas dûment justifié.

Pour les produits spécifiques tels que les ASIC, c'est l'ancienneté de l'utilisation en production de la filière technologique dont est issu le composant qui est prise en compte.

Note :

Une filière technologique est définie comme la succession d'étapes technologiques élémentaires à

réaliser pour obtenir le composant. Elle est souvent caractérisée par une finesse de gravure donnée en microns.

Le constructeur doit joindre les références et caractéristiques techniques des composants employés dans son matériel, avec pour chaque composant :

- 25 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

··

la référence complète du composant chez le fabricant ;

··

les fournisseurs principaux et secondaires sélectionnés ;

··

les composants homologués 2 par un organisme français, européen ou étranger ;

··

le taux de fiabilité du composant à 25°C.

EDF réalise une analyse de liste de ces composants et vérifie notamment que les composants sont aptes à supporter les contraintes diélectriques et thermiques requises. On portera en outre jugement sur la pérennité des composants (filière technologique, sources multiples d'approvisionnement Cette étude pourra être complétée d'une visite chez le constructeur au cours de laquelle sera évoquée sa politique en matière de composants électroniques.

Condensateurs :

Les condensateurs électrolytiques aluminium à électrolyte non solide sont du type à longue durée de vie tel que défini dans la norme CECC 30-300 : durée de vie garantie au moins égale à 5 000 h à

85°C.

L'emploi des condensateurs électrolytiques aluminium à électrolyte non solide doit être limité aux seules fonctions pour lesquelles aucun autre type de condensateur ne répond au besoin.

Supports pour circuits intégrés :

Leur emploi doit se limiter :

au montage des composants du type reprogrammable lorsque leur effacement et leur

programmation nécessitent par principe une extraction du circuit imprimé ; à certains composants dont l'extraction s'avère nécessaire pour la testabilité des cartes.

Dans tous les autres cas, l'usage des supports est à justifier.

Sauvegarde mémoire :

En cas de coupure d'alimentation prolongée, le système doit conserver ses paramètres. Etant donnée la durée de vie de 15 ans du système (sans maintenance préventive), l'usage de piles ou batteries au sein du système est exclu.

Fusibles :

L'usage de fusibles est interdit sur les circuits d’entrées/sorties.

6.2 Câblage interne au boîtier

Groupes galvaniques indépendants :

Au minimum, le système doit comporter les groupes galvaniquement indépendants suivants :

masse mécanique du système ;

circuits raccordés au circuit d’alimentation auxiliaire ;

circuits raccordés aux polarités de signalisation ;

circuits raccordés aux polarités d’échanges entre équipements.

Sous-ensembles :

La fixation des éventuels sous-ensembles doit permettre le débrochage et l'embrochage des connecteurs sans difficulté particulière, et sans contrainte mécanique excessive pour les sous- ensembles.

Supports :

L'emploi de support se limite au montage des composants du type reprogrammable lorsque leur effacement et leur reprogrammation nécessitent par principe une extraction du circuit imprimé et si leur emploi s'avère indispensable à celui des microprocesseurs et microcontrôleurs (par exemple pour la testabilité des cartes).

Les circuits intégrés pour montage en surface présentés en boîtier céramique sont montés sur support, excepté dans le cas où le circuit imprimé est réalisé en stratifié dont les caractéristiques thermiques sont adaptées à celles de la céramique.

2 Les listes ou systèmes officiels utilisables sont notamment l'IECQ (liste QC 00 1005) au niveau internatinal, la marque européenne CECC (liste CECC 00-200), la marque française NF (liste UTE C 00-191). Les listes militaires ou des organismes de télécommunication (liste LNZ pour la France) sont aussi utilisables.

HN 46-S-58

- 26

Octobre 2001

Dans tous les autres cas, l'usage des supports est à justifier.

6.3 Visserie

Toute la visserie doit être inaltérable par nature ou protégée contre les agents atmosphériques. Les vis de serrage doivent être munies obligatoirement de dispositifs empêchant le desserrage.

6.4 Connecteurs

Les connecteurs sont munis d'un dispositif de détrompage.

6.5 Présentation - Boîtier

Le S.A.A est présenté dans un boîtier installable sur un châssis de protection de poste source ou dans un (ou plusieurs) rack de type "19 pouces".

Les types de raccordement (connecteurs et laisses) utilisés sont conformes aux schémas B331-2 et V-02-02 de la Brochure Bleue en vigueur (annexe au chapitre B74-2 du Guide Technique de la Distribution d’Electricité).

Note : La connectique du S.A.A. est identique quel que soit le palier technique.

Les caractéristiques des bornes des circuits d’alimentation et d’accord sont définies ci-dessous.

Type de circuit

Nombre maximum de conducteurs par borne / section fils

Alimentation

2 / 1,5mm²

Circuit d’accord du SAA

1 / 6mm²

Aucune boîte d’essai n’est demandée pour les circuits analogiques du SAA.

6.6 Tension d'alimentation - Consommation

Le S.A.A est alimenté soit en 48 V cc soit en 125 V cc. La tension d'alimentation est précisée lors de la commande. En veille, sa consommation sur l'alimentation continue est inférieure à 20 W.

6.7

Interface opérateur

6.7.1

Commandes en face avant

Le système comporte en face avant :

une commande mise en ou hors service;

une commande "S.A.A en manuel" / "S.A.A en automatique";

une commande "Déclenchement d'une procédure d'accord";

une commande "Augmente" en direction de l'impédance de compensation;

une commande "Diminue" en direction de l'impédance de compensation.

Les commandes lancement procédure d’accord, augmente, diminue ne sont actives que si le SAA est en mode manuel. Cependant :

le lancement d’une procédure d’accord n’est possible que si le SAA n’est pas inhibé;

les commandes augmente et diminue restent actives même si le SAA est inhibé;

si l’IC est en mode commande sur place, ces trois commandes ne sont pas opérationnelles.

Pour une impédance à réglage continu, les ordres "Augmente" ou "Diminue" sont maintenus tout le temps que la commande est activée par l'opérateur. Pour une impédance à réglage discret, une action sur ces commandes fait varier l'impédance de compensation d'une seule prise. Pour passer une seconde prise, il est nécessaire de relâcher la commande correspondante, puis de relancer une nouvelle fois cette commande, après le passage de la première prise.

6.7.2 Signalisations en face avant

On retrouve sur la face avant les signalisations suivantes :

présence alimentation auxiliaire;

défaut équipement;

alarme température SAA ;

- 27 -

HN 46-S-58

Octobre 2001

cycle d’accord en cours (couvre la procédure de calcul suivi le cas échéant d’une procédure

d’accord, puis d’une nouvelle procédure de calcul, le tout pouvant se répéter); calcul impossible;

désaccord hors limites;

I actif anormal ;

S.A.A en manuel;

S.A.A en automatique;

S.A.A inhibé;

IC en commande sur place;

ordre augmente émis;

ordre diminue émis;

blocage impédance de compensation;

coupure de la boucle de courant 4-20mA.

Ces signalisations sont visibles en face avant en permanence (signalisations lumineuses).

6.7.3 Entrée et affichage des paramètres

Le S.A.A comporte :

un clavier permettant d'entrer de manière simple les paramètres notamment ceux du § 8 ;

un afficheur permettant de visualiser les paramètres du réseau.

Voir également § 4.23.

6.8 Caractéristiques des matériaux - Protection contre les agents d'environnement

Les différents matériaux (métaux, matériaux synthétiques ou organiques) ou leur revêtement de surface et leur mise en oeuvre sont conformes aux prescriptions des normes en vigueur et utilisés suivant les règles de l'art. Le constructeur apporte tous les éléments lui permettant de garantir leur bon comportement pendant toute la durée de vie utile du matériel. Les matériaux synthétiques, thermoplastiques ou thermodurcissables utilisés pour le boîtier ont une réaction au feu correspondant à la classe M0 et M1 définie dans l'arrêté du 4 juin 1973. Ils satisfont aux caractéristiques des enveloppes extérieures appartenant à la famille de branchement de la spécification d'entreprise HN 60-S-02. Pour faciliter le traitement du matériel en fin de vie, le constructeur remet une liste de tous les éléments toxiques ou nocifs contenus dans le matériel.

6.9 Indice de protection

Le système d'accord répond à l'IP30 et à l'IK 07 (choc de 2 joules).

6.10 Matériel complémentaire

Pour réaliser le système le constructeur peut être amené à développer des matériels complémentaires. Ces matériels sont réalisés suivant les règles de l'art et dans le respect des normes afférentes au matériel proposé. EDF définit en fonction des matériels les contrôles et essais à réaliser et les normes applicables. Le constructeur porte une attention toute particulière aux problèmes de sécurité liés à ce matériel. Il veille à ce que son utilisation soit conforme au "Carnet de Prescription au personnel" qui est l'application à EDF de la publication UTE C 18-510 de l'Union Technique de l'Electricité. Il veille en particulier à mettre en place tout système nécessaire pour pouvoir verrouiller mécaniquement toute possibilité d'action de ce matériel. Ce verrouillage mécanique est cadenassable. Les règles concernant la sécurité des personnels définies dans la norme HN 46-R-01-5 § 5.4 sont intégralement appliquées. Si ce matériel utilise l'enroulement d'injection inclus dans l'impédance de compensation, il comporte des systèmes de protections adaptés pour que, en cas d'incident affectant le système, aucun dégât ne soit causé au transformateur d'injection. Le fonctionnement de cette protection est alarmé et envoyé au système de conduite (local et distant). Elle entraîne l'inhibition du système et l'émission de la signalisation "Défaut équipement".

HN 46-S-58

- 28

Octobre 2001

7.

Essais

7.1

Généralités

Injection des signaux d'entrée :

Il est particulièrement difficile, pour les essais fonctionnels, de simuler en entrée du système les trois tensions de phase V1, V2 et V3, et de maîtriser par ailleurs les amplitudes et les phases relatives de la tension résiduelle et de la tension composée pour conserver une simulation réaliste du réseau HTA. Il est plus aisé d’effectuer ces essais en injectant sur le système un signal tension Vr représentant la tension résiduelle, et un signal tension U12 représentant la tension composée.

Le constructeur prend donc toutes dispositions pour permettre, lors des essais, de simuler les signaux de tension par injection en entrée du système d'accord d'un signal tension représentant la tension composée, et d'un signal tension représentant la tension simple, ces deux signaux étant indépendants l'un de l'autre. Ces dispositions peuvent être provisoires et propres aux essais d’acceptation de type. Elles ne doivent pas modifier sensiblement les précisions de mesure. Une reprise provisoire du câblage des entrées tension, pour la durée de ces essais, est par exemple admise.

Alimentation :

Si le constructeur fournit deux matériels différents suivant le niveau de tension d'alimentation (un matériel alimenté en 48 V, un matériel alimenté en 125 V), et sauf dérogation accordée par EDF en début de qualification, chaque type de matériel subit l'ensemble des essais.

Si le constructeur fournit un seul et même matériel s'adaptant aux deux tensions d'alimentation, alors on n'effectue les essais que pour la tension d'alimentation 48 V, excepté pour l'essai de variation de la tension d'alimentation (l'essai est effectué pour les deux niveaux de tension) et pour l'essai de fonctionnement prolongé (effectué à 125 V).

7.2 Conditions générales pour les essais

Les conditions atmosphériques et les conditions de référence sont celles préconisées par la norme CEI 61131-2.

7.2.1 Conditions de référence

Sauf indication contraire, les essais sont effectués dans les conditions de référence dont les valeurs, pour chaque grandeur ou facteur d'influence, sont données ci-après :

Grandeur d'influence

Tolérances pour les essais

module de Vr

précision de 1 V primaire à la génération, précision de 1% à la lecture

modules des grandeurs analogiques d’entrée

précision de 1%

phase entre signaux

précision de 0,05 degrés

plage de température

15 à 35°C.

humidité relative

45% à 75%

pression atmosphérique

86 à 106 kPa.

alimentation

tension et fréquence nominales.

sorties

sorties avec charge nominale.

7.2.2 Conditions normales d’essais CEM

Le matériel est alimenté pendant les essais et raccordé selon les modalités d’installation (connexions

de terre

utilisés en exploitation.

Note : Par défaut, les essais sont réalisés avec des câbles non blindées.

Les essais sont réalisés pour chacun des circuits, avec des câbles identiques à ceux

).

- 29 -

HN 46-S-58

7.2.3 Classification des essais

Les essais sont regroupés de la façon suivante :

Octobre 2001

essais initiaux (dont essais fonctionnels) ;

essais d’influence ;

essais permettant l'appréciation du comportement dans le temps ;

essais finaux.

But des essais initiaux :

Ces essais ont pour objet de mesurer les principales caractéristiques constructives et fonctionnelles du matériel à l'état neuf, en particulier celles retenues comme critères de comportement dans le temps dont le contrôle est repris au cours de la séquence des essais.

But des essais aux limites d'emploi fonctionnel :

Ces essais ont pour objet de vérifier certaines composantes de l'intégrité et la sûreté du matériel, c'est- à-dire que :

dans le domaine nominal de chaque grandeur d'influence variant seule, les caractéristiques

fonctionnelles restent à l'intérieur des valeurs limites spécifiées ; dans le domaine limite de chaque grandeur d'influence variant seule, le matériel alimenté est apte à en supporter les contraintes et que les caractéristiques fonctionnelles contrôlées après retour dans le domaine nominal restent à l'intérieur des valeurs limites spécifiées.

But des essais d'appréciation du comportement dans le temps :

Ces essais ont pour objet de vérifier une autre composante de la sûreté du matériel. Ils permettent d'une part d'estimer la robustesse, la qualité de fabrication et de mettre en évidence les points faibles du matériel en effectuant des essais conventionnels et d'autre part d'appréhender le vieillissement du matériel par le cumul des essais conventionnels et en réalisant un essai de mise sous tension prolongée.

But des essais finaux :

Ces essais ont pour objet de vérifier certaines caractéristiques du matériel à l'issue de la séquence d'essais d'appréciation du comportement dans le temps.

7.2.4 Planification et ordre de succession des essais

Pour permettre la mise en parallèle de certains essais, les essais sont menés sur deux spécimens, suivant la répartition présentée dans le tableau page suivante. Toute dérogation fait l'objet d'un accord entre EDF et le constructeur. La règle suivante doit être respectée :

Les essais de variation rapide de température, de vibration, et de chaleur humide cyclique sont réalisés dans l'ordre indiqué sur un seul et même spécimen. A l'issue, ce spécimen subit les essais finaux.

Essais à réaliser

Paragraphe

Spécimens

n°1

n°2

Essais initiaux et fonctionnels

   

··

Analyse de liste, examen visuel et conformité avec le DI

7.3.1 et

 
 

7.3.2

Continuité des masses

7.3.3.1

X

X

Résistance d'isolement

7.3.3.2

x

x

Rigidité diélectrique à 50 Hz

7.3.3.3

x

x

Tenue diélectrique à la tension de choc

7.3.3.4

x

x

Degré de protection des enveloppes

7.3.4

(1)

 

Court-circuit sur les sorties

7.3.5

x

 

Vérification des caractéristiques fonctionnelles

7.3.6

x

 

Essais aux limites d'emploi fonctionnelles

   

Essai d'Intégrité

7.4.1

x

 

Influence de la température ambiante

7.4.2

x

 

Influence de l'alimentation auxiliaire

   
 

.

variation de tension dans le domaine nominal

7.4.4.1

x

 
 

.

insensibilité à une ondulation résiduelle

7.4.4.2

x

 

HN 46-S-58

- 30

Octobre 2001

Essais à réaliser

Paragraphe

Spécimens

n°1

n°2

 

.

inversion de polarité

7.4.4.3

x

 
 

.

insensibilité aux coupures brèves

7.4.4.4

x

 
 

.

variation graduelle de l’alimentation

7.4.4.5

x

 

Influence de perturbations électriques conduites

     
 

.

onde oscillatoire amortie

7.4.5.4

x

 
 

.

transitoires électriques rapides

7.4.5.3

x

 
 

.

ondes de choc

7.4.5.5

x

 
 

perturbations induites par les champs radioélectriques

.

7.4.5.6

x

 

Influence de décharges électrostatiques

7.4.5.1

x

 

Influence de champs électromagnétiques rayonnés

7.4.5.2

   

Perturbations électriques rayonnées par le matériel

7.4.5.7

x

 

Essais d'appréciation du comportement dans le temps

   

Essai de variations rapides de température (VRT)

7.5.1

 

x(*)

Essai de vibrations mécaniques

7.5.2

 

x(*)

Essai cyclique de chaleur humide

7.5.3

 

x(*)

Essais finaux

     

Continuité des masses

7.3.3.1

 

X

Résistance d'isolement

7.3.3.2

 

x

Rigidité diélectrique à 50 Hz

7.3.3.3

 

x

Tenue diélectrique au choc

7.3.3.4

 

x

Vérification finale du fonctionnement

7.6.3

x

x

(1) rapports d'essais fournis par le constructeur.

(*) essais effectués dans l’ordre indiqué.

7.3

Essais initiaux et fonctionnels

7.3.1

Analyse de la liste des composants électroniques utilisés

Une analyse de la liste des composants électroniques utilisés est effectuée selon deux axes d'investigation :

analyse de la qualité et de la fiabilité des composants électroniques utilisés,

analyse de la fiabilité et de la pérennité des sources d'approvisionnements.

Cette analyse de liste pourra être complétée par une visite chez le constructeur au cours de laquelle sera évoquée sa politique dans le domaine des composants électroniques.

Note : Cette analyse doit être menée au plus tôt, de préférence avant la réception du matériel pour essais de qualification.

7.3.2 Examen visuel et examen des documents constructeur

Références :

HN 46-R-01-6 § 2.

Ce contrôle est fait sur le matériel à neuf, ainsi qu'à l'issue des essais d'évaluation du comportement dans le temps. En cas de défaillance au cours des essais, on réalise aussi un examen visuel.

Modalités :

Sur le matériel à l'état neuf, on vérifie la conformité des cartes électroniques au Dossier d'Identification, ainsi que la qualité générale de fabrication :

présence éventuelle de défauts majeurs (au sens de la norme NFC 93-713) au niveau de la

gravure, les éventuelles réparations et retouches effectuées,

la qualité de la mise en oeuvre et du repérage.

A l'issue des essais d'évaluation du comportement dans le temps, on observe :

les éventuelles dégradations mécaniques (chute de composants, fissuration des isolants,

changement d'aspect au niveau des cartes à circuit imprimé), le brunissement éventuel du circuit imprimé dû à la dissipation thermique d'un composant.

),

la présence éventuelle de trace de corrosion (trace de rouille au niveau des soudures,

- 31 -

HN 46-S-58

Sanctions :

Sur le matériel à l'état neuf :

Octobre 2001

schéma de la carte conforme au Dossier d'Identification,

aucun défaut majeur n'est admis,

les réparations et retouches doivent respecter le guide UTE C 93-723.

A l'issue des essais d'évaluation du comportement dans le temps :

en cas de changement d'aspect au niveau des cartes à circuit imprimé, il pourra être procédé à une analyse chimique afin de vérifier l'absence sur la carte de composés chimiques susceptibles de corroder les circuits, la soudure ou la carte (la responsabilité de cette analyse incombe à EDF),

aucune dégradation mécanique,

si un brunissement est observé à l'issue de l'essai de mise sous tension prolongée, celui-ci pourra être poursuivi pour investigations complémentaires.

7.3.3

Essais relatifs à la sécurité des personnes et des biens

7.3.3.1

Continuité des masses

Cet essai est effectué en préalable aux essais de rigidité diélectrique.

Références :

CEI 61131-2

Modalités :

L'intensité du courant de défaillance, d'une amplitude de 30 A DC, est appliqué entre tous points de la masse métallique du matériel et l’extrémité de la connexion rigide ou de la tresse métallique de raccordement à la terre de protection, prise sur une longueur de 2 m. (On pourra se limiter aux quelques points de la masse métallique les plus éloignés en terme de résistance du raccordement à la terre.)

Sanctions :

La résistance maximale mesurée ne doit pas excéder 0,1 W.

7.3.3.2 Résistance d'isolement

Références :

HN 46-R-01-6 § 3.1 (voir CEI 60664 et CEI 60255-5).

Modalités :

Le matériel est non alimenté. Les points d'application de la tension sont les mêmes que ceux définis pour l'épreuve de rigidité diélectrique 50 Hz. La mesure de la résistance d'isolement est effectuée sous une tension continue de 500 V, après une durée d'application de la tension égale à 1 minute.

Sanctions :

La résistance d'isolement doit être supérieure ou égale à 100 MW en mode commun, et supérieure ou égale à 100 kW en mode différentiel aux bornes des contacts ouverts.

7.3.3.3 Rigidité diélectrique à 50 Hz

Références :

HN 46-R-01-6 § 3.1, CEI 60664 (voir aussi CEI 60255-5).

Modalités :

Le matériel est non alimenté. La tension d'essai est appliquée pendant une minute successivement :

en mode commun, avec une valeur de 2 kV efficace :

w

entre chaque circuit galvaniquement indépendant et l'ensemble des autres circuits reliés entre eux et à la masse,

w

entre tous les circuits reliés entre eux et la masse.

en mode différentiel, avec une valeur de 500 V efficace, entre les bornes de chaque contact de sortie (contact ouvert).

HN 46-S-58

- 32

Octobre 2001

Pour l'entrée de connexion PC, si ce circuit constitue un circuit galvanique indépendant, l'essai est effectué en mode commun uniquement avec une valeur de 500 V seulement, les autres circuits étant reliés entre eux et à la masse.

Note : Dans le cas de circuits équipés de filtres d'antiparasitage entre les conducteurs et la masse, ceux-ci ne doivent pas être débranchés pendant l'essai. Si en ce qui concerne ces condensateurs, il est pratiquement impossible d'effectuer l'essai avec une tension alternative, on utilisera une tension continue égale à Ö2 fois la valeur efficace spécifiée, l'intensité de la source étant limitée à 5 mA.

Sanctions :

On ne doit constater aucun amorçage, ni perforation, ni contournement, ni courant de fuite d'intensité 5 mA efficace.

A l'issue de l'épreuve, le fonctionnement du matériel doit être correct. Pour cela, on effectue un

contrôle de bon fonctionnement.

7.3.3.4 Tenue diélectrique à la tension de choc

Références :

HN 46-R-01-6 § 3.1, CEI 60664 (voir aussi CEI 60255-5).

Modalités :

Le matériel est non alimenté. L’essai consiste à appliquer au matériel, l’onde de choc normalisée 1.2 ms / 50 ms.

On applique 3 chocs positifs et 3 chocs négatifs successivement :

en mode commun :

 

w

5 kV, entre chaque circuit galvaniquement indépendant et l'ensemble des autres circuits reliés entre eux et à la masse,

w

5 kV, entre tous les circuits reliés entre eux et la masse.

en mode différentiel :

 

w

5 kV entre les bornes des circuits issus des capteurs de mesure (TC, TT),

w

3 kV entre les bornes des circuits d'alimentation auxiliaire

w

1 kV entre les bornes des contacts ouverts.

Pour l'entrée de connexion PC, si ce circuit constitue un circuit galvanique indépendant, l'essai est effectué en mode commun uniquement avec une valeur de 500 V seulement, les autres circuits étant reliés entre eux et à la masse.

Deux chocs successifs sont séparés par un intervalle d’au moins 5 s.

Sanctions :

On examine la forme d'onde de chaque choc afin de mettre en évidence un amorçage éventuel : si aucune décharge disruptive ne se produit, l'essai est satisfaisant, si l'on constate plus d'une décharge disruptive, l'essai est non satisfaisant. Si l'on constate une seule décharge disruptive, on applique 6 chocs supplémentaires ne devant donner lieu à aucune décharge disruptive.

A l'issue de l'épreuve, le fonctionnement du matériel doit être correct. Pour cela, on effectue un

contrôle de bon fonctionnement.

En mode différentiel, on admet une tenue limitée à 1 kV pour les entrées de mesure de courant et de tension si ces entrées sont protégées par des circuits de protection. Dans ce cas : 1°) on vérifie qu'il n'y a pas amorçage à 1 kV (3 chocs positifs, 3 chocs négatifs), 2°) on effectue un essai pour une tension préréglée de 5 kV (3 chocs positifs, 3 chocs négatifs) et on vérifie à l'issue de l'essai le bon fonctionnement du matériel.

En mode différentiel, pour les circuits reliés aux alimentations auxiliaires, on effectue un essai pour une tension préréglée de 3 kV (3 chocs positifs, 3 chocs négatifs) et on vérifie à l'issue de l'essai le bon fonctionnement du matériel (les claquages sont admis si les circuits sont protégés).

Dans tous les cas, à l'issue de l'épreuve le fonctionnement du matériel doit être correct.

7.3.4 Degré de protection des enveloppes

Le constructeur doit fournir les rapports d'essais visant à vérifier les indices de protection contre les corps solides et liquides, les indices de protection mécanique, selon les prescriptions des normes CEI 60529 (IP 30) et NF EN 50102 (C 20-015) édition de 06/1995 (IK 07, choc de 2 joules).

- 33 -

HN 46-S-58

7.3.5 Court-circuit sur les sorties

Références :

Octobre 2001

HN 46-R-01-6 (la CEI 61131-2 propose au § 6.3.8.3.2 un essai proche).

Modalités :

On applique sur les sorties les contraintes suivantes :

100 A pendant 30 ms.

Les relais de sortie sont positionnés fermés pour ces essais.

Sanctions :

Aucune détérioration consécutive à l'essai, autre que celle d'un fusible éventuel, ne doit être constaté, ni en phase de repos, ni en phase de fonctionnement.

7.3.6

Vérification des caractéristiques fonctionnelles

7.3.6.1

Généralités

7.3.6.1.1

Paramètres du SAA préréglés par défaut pour l'ensemble des essais

Sauf lorsque des valeurs contraires sont précisées pour l'essai, le système d'accord automatique est paramétré avec les valeurs suivantes :

impédance de compensation 100-600 A,

impédance de compensation fixe = 0 A,

type d'impédance = impédance discrète,

tension nominale = 20 kV,

seuil de déclenchement d'une procédure de calcul = 30 V,

temporisation de mise en route de la procédure de calcul = 30 s,

temporisation de calcul périodique = infinie ; le paramètre correspondant est réglé à zéro,

position de repli = 300 A,

valeur d'autorisation de changement de prise = 25 A (bobine continue),

nombre de tentatives de réglages = 3,

temporisation de passage en inhibition sur absence tension = 30 s,

seuil de tension résiduelle pour inhibition = 10%,

temporisation de passage en inhibition sur dépassement de seuil de tension = 30 s,

temporisation de procédure de calcul après désinhibition = 30 s,

valeur limite de désaccord = 40 A,

valeur limite du courant actif = 15 A.

Seul le paramètre "temporisation de calcul périodique" diffère des paramètres par défaut configurés chez le constructeur, ceci afin d'éviter en cours d'essai un lancement intempestif de procédure de calcul.

7.3.6.1.2 Simulation de l'environnement du système

Au cours des essais, on simule en laboratoire l'environnement du système (nécessaire au minimum pour éviter l’inhibition du SAA).

Deux types de simulation sont réalisés en fonction de l'essai à mener : une simulation statique de l'environnement et une simulation dynamique, qui couvre la simulation statique.

Pour chaque essai, on indique si on effectue une simulation statique ou dynamique.

7.3.6.1.2.1 Simulation statique de l'environnement

Pour cette simulation, on alimente le système avec des valeurs d'entrée fixes, certaines d'entre elles pouvant toutefois être modifiées manuellement pour provoquer une réaction du système.

Sauf lorsque des valeurs contraires sont précisées pour l'essai, on applique en simulation statique les valeurs d'entrée retenues pour le contrôle de bon fonctionnement.

Remarque : en simulation statique, après variation manuelle d'une grandeur d'entrée, le système constate que l'environnement ne réagit pas correctement et émet une alarme.

La simulation statique est généralement employée en plaçant le système en mode "surveillance de la tension résiduelle".

HN 46-S-58

- 34

Octobre 2001

7.3.6.1.2.2 Simulation dynamique de l'environnement

On souhaite cette fois simuler l’environnement externe du système.

Pour cela on simule de manière dynamique l'impédance de compensation et ses réactions, ainsi que les grandeurs du réseau et leurs variations suite à toute action sur l'impédance de compensation ou sur un système électrotechnique complémentaire (injection de courant par exemple).

Le réseau HTA est simulé avec les caractéristiques fixes suivantes :

fréquence des signaux,

amplitude de tension composée,

courant capacitif,

courant actif,

asymétrie,

et la caractéristique modifiable par le système d’accord :

courant de bobine.

Tous ces paramètres sont indépendants. Ils suffisent à déterminer l'état du réseau.

Il doit aussi être possible d'amener le système à réaliser plusieurs tentatives de mise à l'accord. Pour cela, on peut modifier en cours de procédure d'accord une des caractéristiques du réseau (par exemple le courant capacitif, pendant la commande de bobine) de sorte à ce que la position d'accord calculée initialement par le système ne soit plus valide à l'issue de la procédure.

7.3.6.1.2.3 Etat "surveillance tension résiduelle"

Pour effectuer les essais de l'automate d'accord, il est nécessaire 3 de pouvoir le positionner

lancement

directement

dans

l’état

"surveillance

tension

résiduelle"

et

d'inhiber

tout

automatique d'une procédure d'accord. Dans cette situation, l'automate n'est pas nécessairement à l'accord, mais se tient prêt à lancer une procédure d'accord en cas de variation suffisante de tension résiduelle.

Pour cela, le constructeur prend toutes dispositions pour positionner le système d’accord dans cet état.

7.3.6.1.2.4 Observation du comportement du système

Quel que soit le type de simulation, et quel que soit l'essai, on surveille systématiquement l'ensemble des sorties du système tout au long de l'essai. En effet il faut s’assurer que le système n'émet à aucun moment d'ordres ou d'alarmes intempestives, auquel cas l’essai est considéré comme non satisfaisant.

7.3.6.1.2.5 Conditions d'environnement standard à appliquer

Lorsque l'essai ne précise pas les conditions d'environnement à appliquer, on simule l'environnement suivant :

bobine discrète, espacement entre prises de 20 A,