Vous êtes sur la page 1sur 75
OCP AVANT PROPPOT………………………………………………………………2

OCP

OCP AVANT PROPPOT………………………………………………………………2
OCP AVANT PROPPOT………………………………………………………………2

AVANT PROPPOT………………………………………………………………2 DEDICACE……………………………………………………………………… 3 PRESENTATION DU COMPLEXE MAROC PHOSPHORE

8

II

.1-STRUCTURE:

8

II.1.2.2. MANOMÈTRE DIFFÉRENTIELLE À

26

II.

1.2.3. MANOMÈTRE À TUBE DE TORSION

27

II.

1.2.4. CAPTEUR DE PRESSION À JAUGE

27

II.2.2. MESURE DE NIVEAU PAR PLONGEUR:

30

II

4.1.

45

LE DÉBITMÈTRE VOLUMIQUE:

45

III- LES DIFFERENTS CONSTITUANTS DU S.N .C.C DE LATELIER

SULFURIQUE ………………………………………………………………….

III.1. ARCHITECTUR DU SNCC

51

III. 1.1.Introduction…………………………………………………51

III-1.2.Discription ……………………………………………………………55

III.1.3.Les types de communications utilisées par le système………….62

III.1.4.LES AVANTAGES DE LA S.N.C.C……………………………… 63

III.2.LES PRINCIPEAUX ELEMENT DE LA SNCC………………………64

CONCLUSION……………………………………………………………… 69

SNCC………………………64 CONCLUSION ……………………………………………………………… 69
OCP En ce qui concerne ma formation à la fac des sciences et technique qui

OCP

OCP En ce qui concerne ma formation à la fac des sciences et technique qui organise

En ce qui concerne ma formation à la fac des sciences et technique qui organise à la fin d’année un stage pratique pour ses étudiants dont l’objectif est de compléter leurs connaissances professionnelles.

Au cours de cette période, j’ai constaté que les stages sont nécessaires, car grâce à eux que le stagiaire devient de plus en plus capable de maîtriser son geste opérationnel ses capacités et de mettre en pratique ses connaissances théoriques.

Dans ce but que j’effectue un stage au sein au service -PCJ/PI/MR qui m’a permis de confronter le monde de travail qui était jusqu'à présent abstrait pour moi. Je dois perfectionner et approfondir mes connaissances théoriques et assimiler des applications pratiques

pour moi. Je dois perfectionner et approfondir mes connaissances théoriques et assimiler des applications pratiques 2

2

OCP J'ai J'ai le le plaisir plaisir de de dédier dédier l'ensemble l'ensemble de de

OCP

OCP J'ai J'ai le le plaisir plaisir de de dédier dédier l'ensemble l'ensemble de de ce

J'aiJ'ai lele plaisirplaisir dede dédierdédier l'ensemblel'ensemble dede cece modestemodeste travailtravail à:à:

MesMes adorablesadorables parentsparents pourpour leurleur senssens dede sacrifice,sacrifice, dede tolérancetolérance etet dede courage.courage.

MesMes frères.frères.

MesMes professeurs.professeurs.

AA toustous mesmes amisamis dede FSTFST DEDE SETTATSETTAT

TousTous lesles responsablesresponsables dede l’OCPl’OCP

3

OCP J J ’ ’ a a d d r r e e s s

OCP

OCP J J ’ ’ a a d d r r e e s s s
OCP J J ’ ’ a a d d r r e e s s s

JJaaddrreessssee eenn pprreemmiieerr lliieeuu mmeess rreemmeerrcciieemmeennttss àà llaa DDiirreeccttiioonn ddeess iinndduussttrriieess cchhiimmiiqquueess ddee JJoorrff LLaassffaarr,, ppoouurr mmaavvooiirr ppeerrmmiiss ddee ppaasssseerr ccee ssttaaggee aauu sseeiinn dduu ccoommpplleexxee

EEnn ddeeuuxxiièèmmee lliieeuu jjee ttiieennss àà rreemmeerrcciieerr aavveecc uunn ggrraanndd rreessppeecctt ttoouutt llee ppeerrssoonnnneell dduu sseerrvviiccee PPCCJJ//PPII//MMRR qquuii mmaa ééttéé dduunnee ggrraannddee aaiiddee dduurraanntt llaa ppéérriiooddee dduu ssttaaggee,, eenn ccoommmmeennççaanntt ppaarr llee cchheeff ddee sseerrvviiccee

llee cchheeff ddaatteelliieerr MM AAHHBBAABB,, llee ccoonnttrree

mmaaîîttrree MM ZZAAIIMMII,, aaiinnssii qquuàà,, MM SSAARRKKOOUUHH,, MM

MM BBEENNZZIIDDIIYYAA,,

JJaaddrreessssee aauussssii mmeess vviiffss rreemmeerrcciieemmeennttss àà ttoouuss cceeuuxx,, qquuii ddee pprrèèss oouu ddee llooiinn,, oonntt ppaarrttiicciippéé aauu bboonn ddéérroouulleemmeenntt ddee mmoonn ssttaaggee

4

׃

OCP
OCP
OCP Le groupe Office Chérifien des Phosphates a décidé de réaliser le complexe industriel de JORF

Le groupe Office Chérifien des Phosphates a décidé de réaliser le complexe industriel de JORF LASFAR pour doubler la capacité de valorisation des .phosphates

Le site de JORF LASFAR a été retenu pour l’implantation de cet important : ensemble industriel, compte tenu des avantages suivants

Proximité des zones minières permettant son alimentation en

phosphate (Khouribga).

Existence d’un port à tirant d’eau important.

Disponibilité de l’eau de mer et de l’eau douce à proximité.

Capacité

industrielles.

du site à recevoir d’importantes installations

Ce complexe a démarré en 1986 et dénommé Maroc Phosphorique III et IV, s’étend sur une superficie de 17 km², et son activité principale est, jusqu’à aujourd’hui, la production de l’acide phosphorique et des engrais destinés .essentiellement à l’exportation

Le présent document fait l’objet du rapport de stage que j’ai l’occasion d’effectuer au sein de ce complexe et plus précisément à division des produits intermédiaires, .au lot sulfurique

: Il traite deux grandes parties

La première présente une description générale des différents

ateliers d’entretient et de production du pôle chimique de JORF, et du

réseau électrique du complexe.

La deuxième partie est consacrée à l’étude du sujet proposé au

stage

5

OCP I. HISTORIQUE DU GROUPE Vers l’année 1917, la présence du phosphate a été .(confirmée

OCP

I. HISTORIQUE DU GROUPE

OCP I. HISTORIQUE DU GROUPE Vers l’année 1917, la présence du phosphate a été .(confirmée dans

Vers l’année 1917, la présence du phosphate a été .(confirmée dans la région du OUED ZEM (zone de Khouribga Le dahir du 27/01/1920 réserve à l’état marocain le droit exclusif de la richesse et de l’exploitation du phosphate dans tout le territoire. Le dahir du 07/08/1920 porte sur la création de l’office chérifien des phosphates (OCP), établissement public devant fonctionner dans les mêmes conditions qu’une entreprise privée à caractère industriel et commercial et soumis par conséquent aux même obligations telles que : impôts taxes – .droits de douane

Ce statut avantageux par rapport aux autres établissements publics devra permettre à l’office d’agir avec la même dynamique et la même souplesse que les entreprises .privées

Février 1921, ouverture de l’exploitation des gisements OULED ABDOUNE (zone de Khouribga) et évacuation des gisements de minerai vers le port de CASABLANCA. En 1928 .(découverte des gisements de GANTOUR (zone de YOUSSOUFIA

En 1931, ouverture de l’exploitation des gisements de YOUSSOUFIA. En 1979 au moment de la récupération du Sahara .occidentale, l’OCP pris possession des gisements OUED EDAHAB

6

OCP En 1979, l’ouverture de l’exploitation des gisements de BENGUERIR, actuellement le groupe OCP prépare

OCP

OCP En 1979, l’ouverture de l’exploitation des gisements de BENGUERIR, actuellement le groupe OCP prépare

En 1979, l’ouverture de l’exploitation des gisements de BENGUERIR, actuellement le groupe OCP prépare l’exploitation prochaine des gisements MESKALA (zone de ESSAOUIRA) et SIDI .HAJJAJ

Le groupe OCP contribue dans l’amélioration socio- économique du MAROC avec un personnel de 27400 agents dont .710 ingénieurs et assimilée

Grâce à ses ¾ des réserves mondiales de phosphate, élément n’ayant pas de substitut dans la fertilisation, le MAROC :est dans le marché mondial

Le premier exportateur mondial de phosphate brut.

Le premier exportateur mondial d’acide phosphorique.

Le premier exportateur mondial de phosphate sous toutes forme

7

OCP PRESENTATION DU COMPLEXE MAROC PHOSPHORE II .1-Structure : Les organigrammes qui suivent présentent la

OCP

OCP PRESENTATION DU COMPLEXE MAROC PHOSPHORE II .1-Structure : Les organigrammes qui suivent présentent la structure

PRESENTATION DU COMPLEXE

MAROC PHOSPHORE

II .1-Structure :

PRESENTATION DU COMPLEXE MAROC PHOSPHORE II .1-Structure : Les organigrammes qui suivent présentent la structure du

Les organigrammes qui suivent présentent la structure du Pôle Chimie de JORF LASFAR : PCJ ORGANIGRAMME DU POLE CHIMIE JORF – LASFAR

Organigramme du service :

Responsable du service : Adil BENZIDIYA SECTION SULFURIQUE SECTION SECTION PREPARATION UTILITE SECRETARIAT
Responsable du
service :
Adil BENZIDIYA
SECTION
SULFURIQUE
SECTION
SECTION
PREPARATION
UTILITE
SECRETARIAT

8

OCP : Service régulation : Le service régulation est une partie intégrante de la section

OCP

: Service régulation :

OCP : Service régulation : Le service régulation est une partie intégrante de la section utilité.

Le service régulation est une partie intégrante de la section utilité. Il a pour but l’entretien de toutes les installations de l’usine : Les machines et les appareils de régulation soient électroniques soient pneumatiques, Ainsi il est chargé de la réparation du montage et remontage de toutes les installations de production, il comprend :

Un atelier pneumatique :

Il est destiné pour réparer les vannes pneumatiques, les appareils tels que dosimètre, moteur électrique, bascules,…. Dans cet atelier on trouve une équipe qui assure le bon fonctionnement

des appareils de régulations installés. Ainsi qu’une équipe d’intervention

qui fait le roulement pour assurer

régulation au chantier.

la marche des appareils de

la

Son

but

est

de

convertisseur,…)

réparer

les

appareils

électroniques

(régulateur,

La régulation est nécessaire lorsqu’on désire :

● Avoir une quantité ou une qualité bien déterminer.

● Economiser de l’énergie.

9

OCP ● Maintenir une grandeur physique à une valeur bien déterminée. ● Assurer la bonne

OCP

OCP ● Maintenir une grandeur physique à une valeur bien déterminée. ● Assurer la bonne marche

● Maintenir une grandeur physique à une valeur bien déterminée.

● Assurer la bonne marche des installations en tient compte des

Sécurité et asservi.

Principe de fonctionnement d’une chaîne de régulation :

Une chaîne de régulation doit effectuer les fonctions suivantes :

- Le capteur.

- La transmission.

- La détection de l’écart entre la valeur réelle et la consigne.

- La commande.

II .2. Description du complexe :

L’usine

10

OCP Atelier sulfurique :Il produit l’acide sulfurique et il est constitué de ∑ 6 lignes

OCP

OCP Atelier sulfurique :Il produit l’acide sulfurique et il est constitué de ∑ 6 lignes (A,
OCP Atelier sulfurique :Il produit l’acide sulfurique et il est constitué de ∑ 6 lignes (A,

Atelier sulfurique

:Il produit l’acide sulfurique et il est constitué de

6 lignes (A, B, C, X, Y et Z) de production d’une

capacité de 2700t/J d’acide sulfurique.

Une unité de stockage et de transfert de soufre liquide.

(unité 11)

Une unité de stockage et de transfert d’acide sulfurique.

(unité 12)

: L’alimentation du lot sulfurique se fait à l’aide de

5 Transformateurs de 2500 KVA (10KV / 380 – 220V)

pour la force motrice.

1 Transformateur de 630 KVA (10KV / 380 – 220V) pour

l’éclairage.

11

OCP ∑ Une salle basse tension qui constitue des tableaux 660V et de tableau 380V

OCP

OCP ∑ Une salle basse tension qui constitue des tableaux 660V et de tableau 380V destiné

Une salle basse tension qui constitue des tableaux 660V et

de tableau 380V destiné à l’alimentation des moteurs de différente puissance, ainsi qu’à l’éclairage et la climatisation.

2 chargeurs 220V CC alimentant la commande des

commutateurs d’échange et l’éclairage d’urgence.

2 Chargeurs 24V CC pour la signalisation et les

enregistreurs de la salle de contrôle.

1 Onduleur 15 KVA alimentant la commande des pompes

de lubrification des turbines, les pompes d’acide (1, 2, 3) et les vannes motorisées 601, 608 des 3 lignes (B, C, Z) et quelques enregistreurs.

Atelier phosphorique :

L’atelier phosphorique est composé de 8 lignes de production d’acide

:

phosphorique (P O

2

5 à 29% et à 54%) Dont

4 lignes de capacité 700t/J.

4 lignes de capacité 500t/J.

Les postes de distribution 10KV de l’atelier phosphorique sont

Équipés de :

26 cellules MT.

16 Transformateurs MT/BT pour la force motrice.

4 Transformateurs d’éclairage.

Lot utilités

Il alimente les unités de production citées ci-dessus en énergie et en

fluides nécessaires à leur fonctionnement. Cet atelier est composé de :

Unité de traitement d’eau douce et air comprimé TED (Unité 25).

12

OCP ∑ Station de reprise eau de mer REM (Unité 26). ∑ Centrale stage). 

OCP

Station de reprise eau de mer REM (Unité 26).

Centrale

stage).

La station de pompage d'eau de mer :

thermoélectrique

de

production

d’énergie

de mer : thermoélectrique de production d’énergie (lieu de Cette station est conçue pour pomper l'eau

(lieu

de

Cette station est conçue pour pomper l'eau de mer et l'envoyer vers le bassin de reprise dans le but de produire l'eau de mer filtrée et décantée qui va servir au :

- Refroidissement de l'acide sulfurique.

- Condensation de la vapeur d'eau. Elle est constituée:

02 Tableaux 10KV avec 16 cellules MT.

02 Tableaux 660V pour la force motrice.

03 Tableaux 380V et 220V de commande, éclairage et automatisme etc.

02 Transformateurs MT/BT 400KVA.

01 Transformateur 160 KVA.

01 Station de chloration avec vannes motorisées.

01 salle des pompes est composée de 6 moteurs 10KV-3650KW pour chaque moteur et 3 moteurs 10KV.

03 Tableaux pour les filtres.

L'arrêt de la station risque de provoquer l'arrêt général de l'usine.

La station de reprise d'eau de mer :

13

OCP Cette station est reliée à la station de pompage pour un de forme trapézoïdale

OCP

OCP Cette station est reliée à la station de pompage pour un de forme trapézoïdale vers

Cette station est reliée à la station de pompage pour un de forme trapézoïdale vers l'eau de mer dans un grand bassin dit bassin de reprise.

Elle est composée de:

02 Tableaux 10 KV composés de 17 cellules moyenne tension alimentant 7 moteurs 700KW, 2 moteurs 1200 KW et 2 moteurs 2100 KW.

04 Tableaux 380/220V alternatif pour l'automatisme, le contrôle, la commande et les protections.

04 Chargeurs 220et 24V pour la commande et le secours de la station en cas de panne.

02 Transformateurs MT/BT de 500 KVA et 1 transformateur de 100 KVA.

02 Tableaux 660V alimentant les auxiliaires de la station de reprise d'eau de mer et de la station de chloration.

La station de traitement d'eau douce (TED)

La station TED joue un rôle très important dans plusieurs activités industrielles dans le complexe. L'eau qui provient de l'ONE est Rassemblée dans un grand bassin, puis elle subit deux opérations consécutives: la filtration et la désiliciage.

La centrale thermoélectriq

Elle est constituée de :

03 Groupes turboalternateurs de 36,5 MW/11 KV chacun.

14

OCP ∑ 02 Chaudières auxiliaires qui produisent de la vapeur à 58 bars et 490°c

OCP

OCP ∑ 02 Chaudières auxiliaires qui produisent de la vapeur à 58 bars et 490°c pour

02 Chaudières auxiliaires qui produisent de la vapeur à 58 bars et 490°c pour le démarrage des alternateurs.

01 Groupe électrogène de secours.

01 Poste 60 KV composé de 130 cellules équipées du matériel HT.

01 Poste 10 KV composé de 90 cellules MT.

Les postes basses tensions courant alternatif destinés à alimenter la force motrice de la centrale.

Une salle pour redresseur et onduleur.

Une salle des batteries 24 V, 48V, 127V et 220V.

Une salle de reliage.

Atelier engrais :

L’atelier des engrais est composé de 4 lignes de production ayant une capacité de 60 T/h de DAP ou ASP. Deux lignes sont destinées à produire le TSP à une capacité de 48 T/h chacune. Les installations nécessitent une .quantité très faible en eau de mer en cas de lavage de TSP : La production des engrais se fait suivant la réaction suivante

.Acide phosphorique à 54 % + Ammoniac Acide phosphorique à 54 % + Ammoniac .espace tubulaire

DAP ou ASP MAP ou TSP. Ceci réacteur

.espace tubulaire DAP ou ASP MAP ou TSP. Ceci réacteur Stock principal : L’installation de stockage

Stock principal : L’installation de stockage se représente ainsi

15

: Phosphate OCP Une nef de déchargement de phosphate et à bulles de stockage .d’une

: Phosphate

OCP

: Phosphate OCP Une nef de déchargement de phosphate et à bulles de stockage .d’une capacité

Une nef de déchargement de phosphate et à bulles de stockage .d’une capacité unitaire de 50 000 T

: Souffre liquide

Bacs calorifugés d’une capacité de 18000 tonnes chacun le 12

.souffre est maintenu chaud dans ces bacs

: Acide phosphorique

Bacs d’acide phosphorique 54 % clarifié d’une capacité unitaire de 16 . 9000 T de P 2 O 5 : Engrais Hangars de 60 000 tonnes chacun et d’une installation pouvant ensacher 07 jusqu’à 40 % de la production destinés à l’exploitation. Une station de chargement .pour le marché national

16

OCP ∑ Une tourner d’information dans l’Atelier sulfurique ∑ Les différents capteurs existant à l’atelier

OCP

OCP ∑ Une tourner d’information dans l’Atelier sulfurique ∑ Les différents capteurs existant à l’atelier
OCP ∑ Une tourner d’information dans l’Atelier sulfurique ∑ Les différents capteurs existant à l’atelier

Une tourner d’information dans l’Atelier sulfurique

Les différents capteurs existant à l’atelier SULFURIQUE

1. Pression

2. Température

3. Niveau

4. Débit

Les différents constituants du S.N.C.C de l’atelier sulfurique.

17

OCP I. L’ATELIER SULURIQUE L’atelier sulfurique est compose de trois unités : l’unité 01j, L’unité

OCP

I. L’ATELIER SULURIQUE

OCP I. L’ATELIER SULURIQUE L’atelier sulfurique est compose de trois unités : l’unité 01j, L’unité 11

L’atelier sulfurique est compose de trois unités : l’unité 01j,

L’unité 11 et

l’unité 12.Il est destiné a la production de l’acide sulfurique

H2SO4 à 98.5% à partir du souffre emmagasiné dans l’unité 11

L’UNITE 11

Le souffre liquide est achemine de l’unité 51 vers l’unité 11.

Cette unité comporte

- 2 bacs à souffre liquide

- 9pompes dont 6principales et 3pompes de réserve

- chacune pour 2 ligne

- 2 fosses

- 2 vannes régulatrices au niveau des fosses

- Les utilités et divers

L’UNITE 0J

Cette unité est compose de 6 lignes identiques au point de vue

matériel

et production :

*ligne A

*ligne X

*ligne B

*ligne Y

18

*ligne C OCP *ligne Z Chaque ligne produit 2650 t /j d’acide sulfurique et comprend

*ligne C

OCP

*ligne Z

*ligne C OCP *ligne Z Chaque ligne produit 2650 t /j d’acide sulfurique et comprend :

Chaque ligne produit 2650 t /j d’acide sulfurique et comprend :

- 1 turbine

- 1 soufflante

- 1 four à souffre

- 1 chaudière de récupération

- 1 ballon de purge

- 1 filtre à aire

- 1filtre à gaze chaude 1 tour de séchage

- 1toure d’absorption intermédiaire

- 1 tour d’absorption finale

- Les pompes

- 5 refroidisseurs d’acide

- 1 échangeur

- 1 économiseur surchauffeur

- 2bacs de l’acide

- 1 convertisseur

Un système numérique de contrôle commande (SNCC) permet de commander chaque ligne.

Les trois principaux circuits d’une même ligne sont :

circuit gaze

circuit acide

circuit vapeur

L’UNITE 12

L’unité 12 permet le stockage de l’acide sulfurique et

Comprend principalement :

19

OCP - 6 bacs de stockage d’acide - 6 bacs de transfert 1 pour chaque

OCP

- 6 bacs de stockage d’acide

OCP - 6 bacs de stockage d’acide - 6 bacs de transfert 1 pour chaque bac

- 6 bacs de transfert 1 pour chaque bac d’acide

- 6 pompes

Les utilités et divers…

I. 1 PROCESSUS DE PRODUCTION DE L’ACIDE SULFIRIQUE

I. 1.1. CIRCUIT GAZE

La combustion :

Le

souffre liquide

ou

est achemine de l’unité 11 vers le four à travers des

du souffre

tubes

circule de

la vapeur

à fin d’éviter la solidification

.dans ce four qui contient de l’air filtre et sèche (l’aire est

Aspire par une turbosoufflante puis il est à travers un filtre a air pour éliminer les poussier, puis il est arrose par l’acide dans la tour séchage

Pour éliminer réaction :

l’humidité), on injecte le souffre qui est brûle suivant

S+O 2

on injecte le souffre qui est brûle suivant S+O 2 SO 2 +Energie la Cette énergie

SO 2 +Energie

la

Cette énergie est récupérée au niveau de la chaudière pour, d’une part, abaisse la température du gaze à 420°C (car la conversion de so2 en so3

20

OCP doit se faire aune température qui est au voisinage de 420°C) et d’autre part

OCP

OCP doit se faire aune température qui est au voisinage de 420°C) et d’autre part pour

doit se faire aune température qui est au voisinage de 420°C) et d’autre part pour transformer l’eau decilisse en vapeur.

.La conversion :

A la sortie de la chaudière de récupération, le gaz traverse le convertisseur qui contient 4 couches et le pentoxyde de vanadium v2o2 comme catalyseur pour accélérer la réaction :

SO 2 +O 2

catalyseur pour accélérer la réaction : SO 2 +O 2 SO 3 +Energie A la sortie

SO 3 +Energie

A la sortie de chaque couche, la température du gaz augmente puis ce gaz est fait passe dans des échangeurs pour rabaisser la température aux

Environs de 420C pour augmenter la conception de SO 3 et diminuer celle du SO 2.

L’absorption :

A

intermédiaire ou il est arrose de l’eau contenant de l’acide suivant la réaction :

couche le gaz est achemine vers la tour

la sortie

de

la

3eme

SO 3 +H 2 O

H 2 SO 4

tour la sortie de la 3eme SO 3 +H 2 O H 2 SO 4 Pour

Pour éliminer ce qui reste de SO2 et SO3 le gaz est achemine vers le convertisseur passent tout d’abord par les échangeurs gaz gaz pour passe de 71° à 380°C puis il passe à la tour d’absorption finale là aussi il est arrose par la cheminée.

I. 1.2. CIRCUIT ACIDE :

Ce circuit est compos de 2 bacs :

21

OCP ∑ R01 : bac de circulation des tours de séchage et d’absorption intermédiaire qui

OCP

OCP ∑ R01 : bac de circulation des tours de séchage et d’absorption intermédiaire qui contiennent

R01 : bac de circulation des tours de séchage et d’absorption

intermédiaire qui contiennent 2 pompes, il permet l’alimentation de ces deux tours à travers 4 refroidisseurs

R02 : bac de circulation de la tour d’absorption finale qui contient 1 pompes et permet d’alimenter cette tour à travers 1 refroidisseur

I. 1.3. CIRCUIT VAPEUR :

Ce circuit permet la production de 3 types de vapeur (HP, MP et BP)

vapeur haute pression :

L’eau vient de la centrale a 78 bar et 120°C avec un débit de 145m 3 /h, on le

surchauffe par le gaz il sort alors à 165° C du économiseur/ surchauffeur

puis il passe par une autre surchauffeur. Puis elle passe par le ballon purge

de la chaudière ou il récupère l’énergie dégagée lors

de la combustion de SO 2 ou elle se transforme en vapeur. Cette vapeur

subit une élévation de température au niveau d’économiseur/surchauffeur

est en sort à 500°C et à60 bar.

Une partie de cette vapeur est soutirée pour faire tourner la turbosoufflante

à 4150tr/min et le majeur partie est envoyé à la centrale qui sert

essentiellement à faire tourner les 3 groupes turboalternateurs.

I. 3.2. vapeur moyen pression :

22

OCP A la sortie de la turbosoufflante on récupère la vapeur MP à 8,5bars et

OCP

OCP A la sortie de la turbosoufflante on récupère la vapeur MP à 8,5bars et à

A la sortie de la turbosoufflante on récupère la vapeur MP à 8,5bars et à

300°C

Vapeur basse pression :

Cette vapeur est obtenue au niveau du ballon de détente qui permet la

transformation de la vapeur sortante du ballon de la chaudière en vapeur

BP à une température de 150°C et une pression de 405 bar . Cette vapeur

est d’une part utilisée pour maintenir à chaud la tuyauterie du souffre a

l’intérieure des conduites et d’autre part elle est utilisée pour les travaux

d’entretien.

II. LES CAPTEURS

II -.1. Mesure de la pression

II.1.1. Définitions C'est la force exercée par un corps solide, liquide ou gazeux

sur une surface. Il en existe plusieurs types, dont (la pression

atmosphérique, relative, absolue, vide

La pression est souvent exprimée en bar ( 1 bar = 10 5 Pa) :

relative, absolue, vide La pression est souvent exprimée en bar ( 1 bar = 10 5

La pression atmosphérique

23

OCP La pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer, à 15 °C, est de

OCP

OCP La pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer, à 15 °C, est de 1013

La pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer, à

15 °C, est de 1013 mbar. Elle peut varier, de ± 25 mbar, avec la

pluie ou le beau

Temps. Elle est fonction de l’altitude (hydrostatique)

La pression relative

C’est la différence de pression par rapport à la pression

atmosphérique. C’est la plus souvent utilisée, car la plupart des

capteurs, soumis à la pression atmosphérique, mesurent en

relatif. Pour mesurer en absolu, il leur faut un vide poussé dans

une chambre xdite de référence.

Exemple : La pression de gonflage d’un pneu de voiture.

La pression absolue

C’est la pression réelle, dont on tient compte dans les calculs sur

les gaz.

Le vide

Il correspond théoriquement à une pression absolue nulle. Il

ne peut être atteint, ni dépassé. Quand on s’en approche, on parle

alors de vide poussé.

II.1.2. Mesure de la pression Il existe plusieurs méthodes pour mesurer la pression. Ci-

dessous, nous décrivons les principales techniques de mesure

utilisées :

24

OCP II. 1.2.1. Manomètres hydrostatiques La mesure de la pression peut se faire par des

OCP

II. 1.2.1. Manomètres hydrostatiques

OCP II. 1.2.1. Manomètres hydrostatiques La mesure de la pression peut se faire par des manomètres

La mesure de la pression peut se faire par des manomètres

hydrostatiques. La sensibilité de ces derniers dépend

essentiellement de la masse volumique

ces appareils. La figure 11 de

de la masse volumique ces appareils. La figure 11 de du liquide utilisé dans Gauche ci-dessous

du liquide utilisé dans

Gauche ci-dessous montre le cas d'un manomètre à tube en U

placé verticalement où la sensibilité S s'exprime par la relation :

où la sensibilité S s'exprime par la relation : Où Manomètres hydrostatiques : à gauche tube

où la sensibilité S s'exprime par la relation : Où Manomètres hydrostatiques : à gauche tube
où la sensibilité S s'exprime par la relation : Où Manomètres hydrostatiques : à gauche tube

Manomètres hydrostatiques : à gauche tube en U ; à droite tube incliné

25

. I I . 1 . 2 . 2 . M a n o m

.I I . 1 . 2 . 2 .

M a n o m è t r e

OCP

d i f f é r e n t i e l l e

à

. 2 . M a n o m è t r e OCP d i f

m e m b r a n e

La pression peut être mesurée à l'aide de capteurs de pression différentielle. Le principe de fonctionnement de ce capteur est basé sur la différence de pression appliquée de part et d'autre d'une membrane. Ce gradient de pression induit une déformation de la membrane qui est

proportionnelle à une tension donnée par le capteur. Généralement, cette tension est comprise entre 0 et 10 volts. Les membranes sont interchangeables, et chacune est destinée à une gamme de pression bien précise.

La différence de pression mesurée est alors exprimée en fonction

de la tension délivrée par

est alors exprimée en fonction de la tension délivrée par où pesanteur, « k » une

pesanteur, « k » une constante déterminée par étalonnage et « U » la tension en volts.

déterminée par étalonnage et « U » la tension en volts. est la masse volumique du

est la masse volumique du liquide, « g » l'accélération de la

26

OCP Exemples de capteurs de pression I I . 1 . 2 . 3 .

OCP

OCP Exemples de capteurs de pression I I . 1 . 2 . 3 . M
OCP Exemples de capteurs de pression I I . 1 . 2 . 3 . M

Exemples de capteurs de pression

I I .

1 . 2 . 3 .

M a n o m è t r e

à

t u b e

d e

t o r s i o n

Principe de la mesure: une pression appliquée sur l'ouverture d'un tube dont l'autre extrémité est fermée tend à déformer ce tube recourbé. On mesure le déplacement de la déformation à l'aide d'un ensemble

Mécanique. L'étalonnage se fait en déplaçant les différents points de levier.Ces appareils peuvent mesurer les pressions des gaz ou des liquides.

MANOMÈTRE À TUBE DE BOURDON

Le

capteur

ou des liquides. M ANOMÈTRE À TUBE DE BOURDON Le capteur 27 I I . 1

27

I I .

1 . 2 . 4 .

C a p t e u r

d e

p r e s s i o

n

à

j a u g e

OCP telle la jauge de contrainte utilisé pour mesurer des grandeurs variées. La déformation d'un

OCP

OCP telle la jauge de contrainte utilisé pour mesurer des grandeurs variées. La déformation d'un élément

telle la jauge de contrainte utilisé pour mesurer des grandeurs variées. La déformation d'un élément résistif (jauge de contrainte) nous informe électriquement de la pression exercée.

On organise quatre jauges de contrainte en pont pour mesurer la déformation. Il suffit d'obtenir un déplacement de quelques micromètres pour que cette déformation puisse être convertie en signal électrique.

Les jauges de contrainte sont des éléments résistifs qui, subissant une déformation, font varier la valeur de leur résistivité.

déformation, font varier la valeur de leur résistivité. C APTEUR DE PRESSION À JAUGES Ces appareils

CAPTEUR DE PRESSION À JAUGES

Ces appareils peuvent mesurer les pressions des gaz ou des liquides.

II 2. Mesure de niveau

28

OCP (…C'est la mesure de la hauteur d'une enceinte comme (bac, bassin, réservoir II.2. 1.

OCP

OCP (…C'est la mesure de la hauteur d'une enceinte comme (bac, bassin, réservoir II.2. 1. Mesure

(…C'est la mesure de la hauteur d'une enceinte comme (bac, bassin, réservoir

II.2.1. Mesure de niveau par flotteur

Un flotteur est un corps, de densité apparente inférieure à celle du liquide, et dont le poids apparent est nul lorsqu'il s'immerge partiellement dans le liquide. Le poids Pr du flotteur s'exerce au centre de gravité; la poussée du liquide s'exerce au centre de poussée. La stabilité du flotteur est assurée malgré les oscillation de surface, lorsque le Centre de gravité est en dessous du centre de la poussée; le choix de la forme du flotteur

dépend de la tension superficielle du liquide: sphérique ou cylindrique avec des calottes sphériques; dans le cas ou le liquide peut être sujet à des variations de masse volumique, on atténue leurs effets par l'immersion minimale du flotteur, obtenue par un volume de large section et une faible hauteur pour une masse réelle donné

29

OCP Mesure de niveau par flotteur : I I . 2 . 2 . M

OCP

OCP Mesure de niveau par flotteur : I I . 2 . 2 . M e
OCP Mesure de niveau par flotteur : I I . 2 . 2 . M e

Mesure de niveau par flotteur

:I I . 2 . 2 .

M e s u r e

d e

n i v e a u

p a r

p l o n g e u r

Le flotteur est ici trop lourd pour que son poids soit entièrement équilibré par la poussée d'Archimède quand le réservoir est plein. Le plongeur est articulé sur un levier dont l'extrémité est obturée et soudée à un tube de torsion. Le tube est fixé à la paroi du réservoir et à l'intérieur

de celui-ci, lorsque le niveau baisse, la poussée d'Archimède diminue et par la suite, le poids apparent augmente. Il en résulte une torsion du tube. Cette torsion est transmise à l'intérieur par la rotation de l'axe à l'extrémité

obturée du tube. Les rotations étant très faible, un système .amplificateur est nécessaire

30

OCP Mesure de niveau par plongeur II 2.3. Mesure de niveau par radar ce système

OCP

OCP Mesure de niveau par plongeur II 2.3. Mesure de niveau par radar ce système est
OCP Mesure de niveau par plongeur II 2.3. Mesure de niveau par radar ce système est

Mesure de niveau par plongeur

II 2.3. Mesure de niveau par radar

ce système est basé sur la réflexion d'ondes électromagnétique , pour déterminer le niveau d'un matériau (liquide ou solide), dans un bassin, à

condition que la surface soit réfléchissante. Un train d'ondes

périodiques est envoyé par un émetteur, elles sont réfléchies par

Niveau à plongeur

la substance, et l'écho est détecté par un récepteur. La vitesse de

propagation étant connue , on mesure le temps écoulé entre

31

OCP l'émission et la réception pour déterminer la distance séparant la substance réfléchissante et

OCP

OCP l'émission et la réception pour déterminer la distance séparant la substance réfléchissante et

l'émission et la réception pour déterminer la distance séparant la substance réfléchissante et l'ensemble émetteur-récepteur.

Cette méthode fournit une précision de l'ordre de 1% ou mieux. Toutefois, les caractéristiques environnantes (température, humidité, poussière) influencent le résultat de la mesure.

poussière) influencent le résultat de la mesure. Mesure de niveau par radar II 2.4. Mesure du

Mesure de niveau par radar

II 2.4. Mesure du niveau par bulle à bulle

La mesure de niveau par le bulle à bulle est relativement précise, soit de l'ordre de 1%, et permet la mesure de colonnes

32

OCP très hautes. En effet, pour des barrages par exemple, des colonnes d'au delà de

OCP

OCP très hautes. En effet, pour des barrages par exemple, des colonnes d'au delà de 200

très hautes. En effet, pour des barrages par exemple, des colonnes d'au delà de 200 mètres peuvent être mesurées.

Le principe est assez simple. La variation de la pression d'un gaz injecté, à débit constant, dans un liquide est proportionnelle à la variation du niveau de ce liquide

On pousse de l'air dans un tube qui descend tout au fond du bassin. Lorsque le bassin est au niveau maximal, la pression d'air doit être telle que les bulles qui sortent par l'extrémité inférieur du bassin et qui sont visibles en surface. La pression exercée par la colonne sur la sortie en air du tube sera mesurée par un capteur de pression qui indique la pression d'air requise pour vaincre la pression exercée par la colonne. Les variations de pression sont directement proportionnelles aux variations de niveau et convertie en signal électrique par le transducteur. La Figure ci-dessous illustre un exemple complet.

33

OCP Mesure du niveau par bulle à bulle II 2.3 Mesure de température II. 3.1.

OCP

OCP Mesure du niveau par bulle à bulle II 2.3 Mesure de température II. 3.1. GENERALITE
OCP Mesure du niveau par bulle à bulle II 2.3 Mesure de température II. 3.1. GENERALITE

Mesure du niveau par bulle à bulle

II 2.3 Mesure de température

II. 3.1. GENERALITE :

La température a origine des variations de sensibilité de froid et de chaud, dont la mesure de température nous informe sur la .quantité de chaleur environnement

Cette mesure peut être lue à l’aide de la dilatation d’un liquide par thermomètre, thermocouple ou par un thermomètre à (résistance (pt100

UNITE DE MESURE :

34

OCP Echelles T° la plus basse Glace fondant Vapeur d’eau bouillante Celsius -273°C 0°C 100°C

OCP

OCP Echelles T° la plus basse Glace fondant Vapeur d’eau bouillante Celsius -273°C 0°C 100°C

Echelles

T° la plus basse

Glace fondant

Vapeur d’eau bouillante

Celsius

-273°C

0°C

100°C

Kelvin

0

273°K

373°K

Fahrenheit

-459°F

-32°F

212°F

II.3.2. Thermomètre à dilatation :

Dilatation de gaze : une variation de température entraîne

(une variation de volume et de pression P*V = n*R*T (Q= V/T

Dilatation de liquide : la variation de température entraîne la

.variation de volume

Dilatation de solide : si le détecteur est une tige la variation de

température entraîne une variation de la longueur, si le détecteur

.bilame la variation de la température entraîne un comblement

(Thermomètre à résistance (PT100

On utilise le thermomètre à résistance a fin d’obtenir une très

.bonne précision dans les mesures des équilibre thermique

La résistance d’un conducteur varie en fonction de la température

. (selon la relation R= f(t

Il existe une relation liant la résistance R et la longueur « l », la

: section « s » et la résistivité « p » qui est

R= p*l/s

La variation de R dépend de la température, selon la relation

(R=R0 (1+At+ Bt²

Avec A=3090784.10k

B=0.578408.10k

35

OCP On trouve trois types de thermomètres à résistance ∑ platine ∑ Nickel ∑ Cuivre

OCP

OCP On trouve trois types de thermomètres à résistance ∑ platine ∑ Nickel ∑ Cuivre :

On trouve trois types de thermomètres à résistance

platine

Nickel

Cuivre

: Le plus utilisé est le platine pour les raisons suivantes

L'utilisation d’une longue durée de vie

Entendue de mesure de –190°c à 550°c parfois a 1000°c

Sensibilité : un thermomètre a résistance

100° c à 0° présente une variation de 0.4°c par degré

de platine

36

OCP ∑ Précision : dépend pour la plus grand part des appareils récepteurs Thermomètre à

OCP

OCP ∑ Précision : dépend pour la plus grand part des appareils récepteurs Thermomètre à bulbe

Précision : dépend pour la plus grand part des appareils récepteurs

: dépend pour la plus grand part des appareils récepteurs Thermomètre à bulbe II 3.3. Les

Thermomètre à bulbe

II 3.3. Les thermocouples

En 1826 Thomas, J. Seebeck observe que, lorsque deux conducteurs de matériaux différents, sont reliés ensemble et que leurs points de jonction sont maintenus à des températures différentes, une force

37

OCP Électromotrice est développée. Le thermocouple est constitué par deux fils de métaux différents réunis

OCP

OCP Électromotrice est développée. Le thermocouple est constitué par deux fils de métaux différents réunis à

Électromotrice est développée. Le thermocouple est constitué par deux fils de métaux différents réunis à une extrémité. Cette jonction est appelée « soudure chaude ». L'autre extrémité, appelée « soudure froide », est utilisée comme référence. Lorsque chauffée, une tension proportionnelle à la différence de température entre la soudure chaude et la soudure froide est générée).

Les tensions disponibles à la sortie du thermocouple sont de l'ordre du millivolt.

Si

la

température

de

référence

(jonction

froide)

est

maintenue constante, la variation de la tension de sortie dépendra

uniquement de la température à la jonction chaude.

38

S ym b o le (+ ) ja u n e (-) ro u g

S ym b o le

(+ ) ja u n e (-) ro u g e T h e rm
(+ ) ja u n e
(-) ro u g e
T h e rm o co u p le
ty p e
K
S o u
d u re
c h
a u
d e
T
1
(+ )
M illiv o ltm è tre
f.é .m
(-)
S o
u d u re
fro id e
T
2
d e
ré fé re n c e
D iffé re n c e
d e
(T 1
te m p é ra tu re
-
T
2
)
f.é.m.
(millivolts)

OCP

J o in t d e th + s o u (P b , d
J
o in t
d e
th +
s o u
(P b ,
d u re
)
S
n
C h ro m
e
l
A lu m
e
l

d u

u (P b , d u re ) S n C h ro m e l
1 0 0 8 0 E T J 6 0 4 0 K 2 0
1
0 0
8
0
E
T
J
6
0
4
0
K
2
0
R
S
-5 0 0 °C
0 °C
+ 5 0 0 °C
1 0 0 0 °C
1 5 0 0 °C
2 0 0 0 °C
CoefficientSeebeck
µV/°C

T e m p é ra tu re

C o e ffic ie n t te m p é ra tu re

S

e

e

b

e c k

v s

LE THERMOCOUPLE: SYMBOLES ET PRINCIPES

Pour obtenir une tension de sortie exempte des fluctuations de la température ambiante, la jonction froide (référence) est maintenue

Artificiellement stable. Plusieurs techniques sont utilisées par les manufacturiers pour compenser la variation de la température ambiante. Citons quelques exemples:

maintien de la température de référence (jonction

froide) à 0C;

39

OCP ∑ ∑ maintien de la température de référence (jonction froide) à la température

OCP

OCP ∑ ∑ maintien de la température de référence (jonction froide) à la température

maintien

de

la

température

de

référence

(jonction

froide) à la température ambiante;

compensation thermique de la tension de sortie en

fonction des fluctuations de la température ambiante.

Toutes ces techniques donnent la même conclusion: obtenir une tension de sortie proportionnelle à la température mesurée à la jonction chaude.

tube

protecteur. La FIGURE

Le

thermocouple

est

souvent

enfermé

dans

un

Ci-dessous, illustre quelques boîtiers protecteurs.

40

OCP E XEMPLE DE BOÎTIER PROTECTEUR DE THERMOCOUPLE II 3.4. Les thermomètres à résistances RTD
OCP E XEMPLE DE BOÎTIER PROTECTEUR DE THERMOCOUPLE II 3.4. Les thermomètres à résistances RTD

OCP

OCP E XEMPLE DE BOÎTIER PROTECTEUR DE THERMOCOUPLE II 3.4. Les thermomètres à résistances RTD Sous
OCP E XEMPLE DE BOÎTIER PROTECTEUR DE THERMOCOUPLE II 3.4. Les thermomètres à résistances RTD Sous

EXEMPLE DE BOÎTIER PROTECTEUR DE THERMOCOUPLE

II 3.4. Les thermomètres à résistances RTD

Sous l'action de la chaleur, la résistance de métaux tels le cuivre, le platine et le nickel varie de sorte que l'on peut avoir une indication de la valeur de la température en mesurant cette résistance. Quoique travaillant sur le même principe, les manufacturiers ont développé des thermomètres à résistances de bien meilleure précision que les thermistances: il s'agit des RTD, « résistance température detector ». Ce capteur comporte des fils de platine, de cuivre ou de nickel, enfermés dans un boîtier

41

OCP étanche en matériau non corrosif (figure ci-dessous). De tous les métaux utilisés, on Retrouve

OCP

OCP étanche en matériau non corrosif (figure ci-dessous). De tous les métaux utilisés, on Retrouve surtout

étanche en matériau non corrosif (figure ci-dessous). De tous les métaux utilisés, on

Retrouve surtout des thermomètres à fil de platine. Ces thermomètres sont habituellement plongés dans les liquides dont on veut connaître la température.

Le RTD platine 100 normalisé est devenu une norme en

instrumentation. Celui-ci offre une résistance de 100 pour une

température de 0,0C et il peut mesurer des températures allant

de (-180C jusqu'à +650C).

pour une température de 0,0 ∞ C et il peut mesurer des températures allant de (-180

42

OCP T ° R T D S ym b o le d u R T

OCP

T ° R T D S ym b o le d u R T D
T °
R T D
S ym b o le
d u
R T D
F il F il F il b la n c b la n c ro
F
il
F
il
F
il
b la n c
b la n c
ro u g e
R TD
3 fils
T
°
T
°
R
T
R
T
D
D
R T D
2
fils
R T D
3
fils
° T ° R T R T D D R T D 2 fils R T
T ° R T D R T D 4 fils
T
°
R
T
D
R T D
4
fils

THERMOMÈTRE À RÉSISTANCE RTD

.

Le RTD est placé dans un pont de résistance de précision. Pour

compenser la longueur des fils de cuivre dont le coefficient de

température est

supérieur au platine et qui influencerait la mesure, on utilise un

RTD trois fils.

Pour éviter l'imprécision de la fonction de transfert du pont résistif

et rendre l'influence des longueurs de fil négligeable, on utilise

aussi le RTD à quatre fils alimentés par une source de courant. (La

Figure ci-dessous) illustre divers circuits de branchement du RTD.

43

( -) (+ ) T ° R T D OCP (- ) (+ ) T
( -) (+ ) T ° R T D
( -)
(+ )
T
°
R
T D

OCP

( -) (+ ) T ° R T D OCP (- ) (+ ) T °
(- ) (+ ) T ° R T D
(- )
(+ )
T
°
R
T D
(+ ) T ° R T D I (-)
(+ )
T
°
R
T D
I
(-)

BRANCHEMENT DU RTD

a) RTD 2 fils

b) RTD 3 fils

c) RTD 4 fils

La valeur de la résistance équivalente du RTD peut être calculée approximativement à l'aide de la formule empirique suivante (Équation 0-1):

R

tx

=

R

0

C

(

1

+

t

x

)

ÉQUATION 0-1 : CALCUL DE LA VALEUR RÉSISTIVE À UNE TEMPÉRATURE

DONNÉE

donnée;

R tx

R 0C

= la valeur de la résistance pour une température t x

= la valeur de référence du RTD à 0C;

= la valeur du coefficient de température du matériau (

/C).

44

II 4. Mesure de débit . : I I 4 . 1 . G E

II 4. Mesure de débit

. :I I

4 . 1 .

G E N E R A L I T E S

OCP

Mesure de débit . : I I 4 . 1 . G E N E R

On appelle débit d'un fluide (liquide ou gaz) s'écoulant dans

une canalisation, la quantité de fluide traversant une section

droite de l'écoulement pendant l'unité de temps. Cette quantité

peut s'exprimer soit par le volume soit par la masse, on obtient

:donc suivant le cas

:L e

d é b i t m è t r e

v o l u m i q u e

C'est le volume de fluide écoulé dans l'unité de temps, il se

mesure en mètre cube par heure ou par seconde

Q v = m/s

Le débit massique

C'est la masse de fluide écoulé dans l'unité de temps et se

mesure généralement en kilogramme par seconde

Q m = Kg/s

En désignant par ρ la masse volumique du fluide, il est

évident que Q m = ρQ v

II. 4.2. Systèmes déprimogènes :

Dans ces systèmes, on applique le théorème de Bernoulli

entre deux sections de la conduite. En effet, on pratique

45

OCP localement dans cette conduite une réduction de la section de passage de l'écoulement; ce

OCP

OCP localement dans cette conduite une réduction de la section de passage de l'écoulement; ce qui

localement dans cette conduite une réduction de la section de passage de l'écoulement; ce qui provoque une perte de charge singulière. Ainsi, un resserrement de la

Conduire ou un changement de direction créent entre amont et aval une différence de pression P liée au débit par une relation de la forme :

 P liée au débit par une relation de la forme : Où K est un

K est un coefficient qui s'obtient par étalonnage et masse volumique du fluide.

s'obtient par étalonnage et masse volumique du fluide. la Cette équation est vérifiée dans une certaine

la

Cette équation est vérifiée dans une certaine gamme du nombre de Reynolds.

Cette équation est vérifiée dans une certaine gamme du nombre de Reynolds.

La figure ci-dessous donne les principaux organes déprimogènes utilisés en débitmètre. En effet, le diaphragme est l'organe déprimogènes le plus utilisé.

46

OCP Exemple de systèmes déprimogènes II 4.3. Rota mètres : C'est un système déprimogènes à

OCP

OCP Exemple de systèmes déprimogènes II 4.3. Rota mètres : C'est un système déprimogènes à flotteur
OCP Exemple de systèmes déprimogènes II 4.3. Rota mètres : C'est un système déprimogènes à flotteur

Exemple de systèmes déprimogènes

II 4.3. Rota mètres :

C'est un système déprimogènes à flotteur monté verticalement. Sa section est continûment variable et l'équilibre est atteint pour un débit donné lorsque le poids apparent du flotteur équilibre les forces tangentielles de frottement et de pression.

a figure ci-dessous représente un rota mètre menu de son petit flotteur placé dans un conduit vertical conique :

47

OCP :A gauche, le schéma d'un rota mètre ; à droite, une photo en illustration

OCP

OCP :A gauche, le schéma d'un rota mètre ; à droite, une photo en illustration Caractéristiques
OCP :A gauche, le schéma d'un rota mètre ; à droite, une photo en illustration Caractéristiques

:A gauche, le schéma d'un rota mètre ; à droite, une photo en illustration

Caractéristiques techniques

La gamme de mesure va :

gaz ;

liquides.

de 0,5 litre/h à 200 000 litres/h pour les

de 0,2 litre/h à 20 000 litres/h pour les

La précision est de 3 à 10% de l'étendue de la mesure. La

température du fluide peut approcher 400°C sous 25 bars. Le

rotamètre introduit une perte de charge.

II. 4.4. Débitmètre électromagnétique

48

OCP Le principe de fonctionnement de cet appareil est fondé sur la loi d'induction de

OCP

OCP Le principe de fonctionnement de cet appareil est fondé sur la loi d'induction de Faraday.

Le principe de fonctionnement de cet appareil est fondé sur la loi d'induction de Faraday. Le liquide qui traverse le débitmètre constitue un

élément conducteur qui génère une tension induite par le champ magnétique créé par les bobines d'induction de cet appareil

électromagnétique. Cette tension:

de cet appareil électromagnétique. Cette tension: est linéairement proportionnelle à la vitesse de passage

est

linéairement proportionnelle à la vitesse de passage du liquide

Où :

Le facteur de proportionnalité du capteur,proportionnelle à la vitesse de passage du liquide Où : L’intensité du champ magnétique , Le

L’intensité du champ magnétique, ,

Le diamètre du tube,du capteur, L’intensité du champ magnétique , La vitesse débitante de l'écoulement dans le tube. La

La vitesse débitante de l'écoulement dans le tube.L’intensité du champ magnétique , Le diamètre du tube, La tension ainsi générée est recueillie par

La tension ainsi générée est recueillie par les deux électrodes du débitmètre qui la transmettent à un convertisseur approprié. L'intensité du champ magnétique et la distance entre les électrodes étant constantes, la tension induite est donc fonction de la vitesse du liquide seulement et indépendante des variations de température (viscosité), de pression ou de conductivité.

49

OCP Si on considère un conducteur se déplaçant dans un , on peut alors relier

OCP

OCP Si on considère un conducteur se déplaçant dans un , on peut alors relier linéairement

Si on considère un conducteur

OCP Si on considère un conducteur se déplaçant dans un , on peut alors relier linéairement

se déplaçant dans unOCP Si on considère un conducteur , on peut alors relier linéairement champ magnétique uniforme la

, on peut alors relier linéairement

champ magnétique uniforme

la tension

relier linéairement champ magnétique uniforme la tension à la vitesse débitante . Principe de fonctionnement du

à la vitesse débitante

.
.
magnétique uniforme la tension à la vitesse débitante . Principe de fonctionnement du débitmètre

Principe de fonctionnement du débitmètre électromagnétique

50

OCP Schéma électrique du capteur du débitmètre électromagnétique L'induction magnétique, de l'ordre de 10

OCP

OCP Schéma électrique du capteur du débitmètre électromagnétique L'induction magnétique, de l'ordre de 10
OCP Schéma électrique du capteur du débitmètre électromagnétique L'induction magnétique, de l'ordre de 10

Schéma électrique du capteur du débitmètre électromagnétique

L'induction magnétique, de l'ordre de 10 -3 à 10 -2 T, est produite par deux bobines placées de part et d'autre de la conduite de mesure. La conduite est en matériaux amagnétique et est revêtue sur sa surface

intérieure d'une couche isolante. Deux électrodes de mesure sont placées aux extrémités du diamètre perpendiculaire au champ B. Les bobines sont

alimentées par une tension alternative (30 Hz par exemple), afin d'éviter une polarisation des électrodes.

51

OCP Exemples de débitmètres électromagnétiques II . 4.5. Systèmes rotatifs Le débit peut être mesuré

OCP

OCP Exemples de débitmètres électromagnétiques II . 4.5. Systèmes rotatifs Le débit peut être mesuré par
OCP Exemples de débitmètres électromagnétiques II . 4.5. Systèmes rotatifs Le débit peut être mesuré par

Exemples de débitmètres électromagnétiques

II .4.5. Systèmes rotatifs Le débit peut être mesuré par un système rotatif. Cette

technique est utilisée dans la plupart des compteurs industriels.

Le volume total qui transite dans ce système est directement

proportionnel au nombre de tours effectué par le rotor de la

turbine. Si l'étanchéité entre l'hélice et le tube est correct et la

mécanique est de qualité, alors la vitesse de rotation de la turbine

donne directement le débit sans avoir recours à un étalonnage

préalable. En effet, une turbine à pales profilées, placée

axialement dans un écoulement, tourne à une fréquence liée à la

vitesse de l'écoulement. En général, cette correspondance est

obtenue par un étalonnage. La fréquence ainsi obtenue est

recueillie par un capteur, puis envoyée vers un

52

OCP préamplificateur qui transforme les impulsions en tension (ou en courant). La tension U ainsi

OCP

OCP préamplificateur qui transforme les impulsions en tension (ou en courant). La tension U ainsi recueillie,

préamplificateur qui transforme les impulsions en tension (ou en courant). La tension U ainsi recueillie, varie linéairement avec

le débit volumique :

recueillie, varie linéairement avec le débit volumique : où K et b sont des constantes déterminées

K et b sont des constantes déterminées par un étalonnage approprié.

des constantes déterminées par un étalonnage approprié. Exemples de débitmètres à système rotatif (ou à

Exemples de débitmètres à système rotatif (ou à turbine).

II.4.6. Débitmètre ultrasonique

Un émetteur ultrasonique émet des trains d'ondes, la mesure du temps mis par le signal pour parcourir la distance D nous permet de connaître la vitesse du fluide.

53

OCP Principe de fonctionnement du débitmètre ultrasonique Le temps mis par l'onde ultrasonore pour aller

OCP

OCP Principe de fonctionnement du débitmètre ultrasonique Le temps mis par l'onde ultrasonore pour aller de
OCP Principe de fonctionnement du débitmètre ultrasonique Le temps mis par l'onde ultrasonore pour aller de

Principe de fonctionnement du débitmètre ultrasonique

Le temps mis par l'onde ultrasonore pour aller de l'émetteur

vers le récepteur est :

Avec :

fluide

vers le récepteur est : Avec : ∑ fluide ∑ ∑ : vitesse de propagation du

: vitesse de propagation du son dans levers le récepteur est : Avec : ∑ fluide ∑ ∑ : vitesse débitante du fluide

: vitesse débitante du fluide ;: ∑ fluide ∑ ∑ : vitesse de propagation du son dans le : angle entre

: angle entrepropagation du son dans le : vitesse débitante du fluide ; et la direction définie par

son dans le : vitesse débitante du fluide ; : angle entre et la direction définie

et la direction définie par

le couple émetteur / récepteur.

54

OCP III- LES DIFFERENTS CONSTITUANTS DU S.N .C.C DE LATELIER SULFURIQUE III-1. ARCHITECTUR DU SNCC

OCP

OCP III- LES DIFFERENTS CONSTITUANTS DU S.N .C.C DE LATELIER SULFURIQUE III-1. ARCHITECTUR DU SNCC III

III- LES DIFFERENTS CONSTITUANTS DU S.N .C.C DE

LATELIER SULFURIQUE

III-1. ARCHITECTUR DU SNCC

III 1.1.INTRODUCTION

Acculement, la technologie analogique se trouve de plus en plus abandonnée à cause de plusieurs inconvénients :

- manque de précision

- temps de réponse longue

- intégration limite

- la maintenance accrue …ext.

Pour la rénovation de l’atelier sulfurique, on a adapte un système numérique de contrôle commande (SNCC) de constructeur YOKOGAWA et de modèle CENTUM CS3000 .ce système de supervision au niveau des lignes d’acide sulfurique a permis la remise en état du tableau droit de la salle de contrôle en présence de plusieurs fonctionnalité :

la supervision des différents paramètres de marche par la possibilité d’affichage des différentes vues :

- vue générale de l’unité

- vue de groupe

- vue d’alarme

- et

55

OCP ∑ la gestion des alarmes ∑ l’affichage des synoptique en dimension 3, anime en

OCP

la gestion des alarmes

OCP ∑ la gestion des alarmes ∑ l’affichage des synoptique en dimension 3, anime en temps

l’affichage des synoptique en dimension 3, anime en temps réel

l’enregistrement et la consultation d’historique

l’édition sur imprimante de plusieurs donne :

- alarmes.

- Evénement

- Historique

- Vues d’écrans

- Rapport, bilan et journaux d’exploitation

Le command des différents paramètres de marche

56

Schéma 57 OCP

Schéma

57

OCP

Schéma 57 OCP
OCP S S A LDL EEC O N T A LDL EEC O N T

OCP

OCP S S A LDL EEC O N T A LDL EEC O N T U
S S A LDL EEC O N T A LDL EEC O N T U
S
S
A LDL EEC O N T
A LDL EEC O N T
U
U
1 1
1 1

58

III-1.2. DISCRIPTION OCP ∑ Interface homme machine (HIS) : Compose de essentiellement d’un écran et

III-1.2.DISCRIPTION

OCP

Interface homme machine (HIS) :

DISCRIPTION OCP ∑ Interface homme machine (HIS) : Compose de essentiellement d’un écran et d’un clavier

Compose de essentiellement d’un écran et d’un clavier .le HIS regroupe toutes les fonctions d’exploitation et de control, avec la possibilité d’afficher tous les paramètre et les alarmes en cas d’anomalie.

Clavier opérateur :

C’est un clavier à membrane flexible, il est muni des touches programmable .il est associe au HIS

Station de configuration :

C’est une station qui dispose d’une fonction de programmation de l’ensemble des équipements du SNCC

Station de contrôle :

Elle gère des fonctions de régulation et de contrôle. Elle est composée de :

- Des cartes d’alimentation

- Des unités de traitement

- Une interface de communication avec le réseau V-Net

- Une interface de communication Avec le bus E /Set les nœuds

Passerelle micro Z (ACZ) :

Elle raccorde un système CENTUM CS à un système Micro Z.

59

OCP ∑ Convertisseur de bus (ABC) : Elle raccorde un système CENTUM CS type. à

OCP

OCP ∑ Convertisseur de bus (ABC) : Elle raccorde un système CENTUM CS type. à un

Convertisseur de bus (ABC) :

Elle raccorde un système CENTUM CS type.

à un autre système du même

Bus Rio :

C’est la liaison entre l’unité centrale la station de contrôle et les nœuds

NTU :

L’Unité d’entrée sortie est compose d’une carte de communication et d’une carte d’alimentation

IOU :

L’unité d’entrée sortie constitue de racks d’entre sortie contenant des modules d’E /S raccordes au procède

Les réseaux de communication :

60

OCP - V-Net : c’est un réseau de contrôle en temps réel qui relie une

OCP

OCP - V-Net : c’est un réseau de contrôle en temps réel qui relie une station

-

V-Net : c’est un réseau de contrôle en temps réel qui relie une station de contrôle à une autre station. Il utilise un système de communication point par point et par message.

-

-

Ethernet : c’est un réseau local d’information. Il assure la communication entre la station d’information et de conduite et une station de travail ou entre ICS et un calculateur de supervision.

-

Enet : il relie une station ICS et les stations et les stations ICS pour assurer l’affichage de données, l’impression et le chargement sur d’autres stations de données d’ingénierie .les caractéristiques d’Enet sont identiques à celles du Ethernet

LA REDONDANCE :

Pour éviter toute défaillance et augmente la disponibilité du CS3000, une redondance est assurée à tous les niveaux afin de garantir une performance et une fiabilité :

- Station opérateur ICS :

Chaque ICS est indépendante de l’autre, ainsi la défaillance de l’une n’altère pas les autres.

61

- V-Net : OCP La redondance comprend les câbles, les cartes de communication et les

- V-Net :

OCP

- V-Net : OCP La redondance comprend les câbles, les cartes de communication et les coupleurs

La redondance comprend les câbles, les cartes de communication et les coupleurs

- CPU :

2CPU chacune effectue ses calculs les résultat sont identifies, ils sont transmet à la mémoire si non la CPU qui était en attente devient active.

- RIO :

Les bus RIO double redondant sont utilise alternativement, en cas d’anomalie sur un bus, c’est l’autre qui est active.

- Nœuds d’E/S :

Ils sont composes à des cartes qui peuvent être doubles.

- Alimentation :

Il y a 2 sources, une partie des cartes est alimentée par une source et les cartes redondantes sont alimentées par l’autre source.

62

OCP PARTIE LOGICIELLEDU SYSTEME Programmes d’exploitation Le système CENTUM CS3000 tourne sous Windows NT s’intègre

OCP

OCP PARTIE LOGICIELLEDU SYSTEME Programmes d’exploitation Le système CENTUM CS3000 tourne sous Windows NT s’intègre

PARTIE LOGICIELLEDU SYSTEME

Programmes d’exploitation

Le système CENTUM CS3000 tourne sous Windows NT s’intègre ans un environnement informatique standard à savoir :

- SGBD

:

ACCESS, ORACLE

- TABLEUR

;

EXCEL, LOTUS

- FORMAT GRAPHIQUE

 

:

DXF, GES, BMP

- FORMAT

TEXTE

:

CODE ASCII

Au niveau de l’unité centrale , il est nécessaire d’utilise un système d’exploitation en temps réel multitâches pour réaliser les différents traitements de plus décharger l’unité centrale d’un certain nombre de traitement , les modules d’E /Set de communication peuvent être équipes de leurs propres microprocesseurs

Les taches élémentaires à réaliser par le CPU :

- acquisition

63

- traitement - command - communication - autoteste OCP Ces taches sont reparties entre les

- traitement

- command

- communication

- autoteste

OCP

- traitement - command - communication - autoteste OCP Ces taches sont reparties entre les modules

Ces taches sont reparties entre les modules d’acquisition de command et de communication qui seront considères comme des périphériques de l’unité centrale cette dernière conservant à sa charge le traitement des fonction de régulation et d’automatisme séquentiel et la fonction d’autoteste

Le programme correspondant aux fonctions associées par les modules d’E/S et de communication est stocke sur chaque module en mémoire EEPROM.et d’automatisme séquentiel et la fonction d’autoteste Le programme correspondant aux fonctions de régulation et

Le programme correspondant aux fonctions de régulation et d’automatisme séquentiel sont conçus sur une console de programmation spécifique et télécharges dans la RAM de l’unité centrale, les programmes d’autoteste sont généralement charges en ROMest stocke sur chaque module en mémoire EEPROM. INTERFACE UTILISATEUR L’interface utilisateur répond à

INTERFACE UTILISATEUR

L’interface utilisateur répond à l’exigence ci-après :

- Environnement graphique

64

OCP - Meilleure convivialité - Assistance interactive - Fenêtre des messages système Cette fenêtre best

OCP

- Meilleure convivialité

- Assistance interactive

- Fenêtre des messages système

- Assistance interactive - Fenêtre des messages système Cette fenêtre best toujours présente en haut de

Cette fenêtre best toujours présente en haut de l’écran et ne peut être recouverte une fenêtre.

SECURITE

La gestion de la sécurité d’accès au système est fondée sur la notion et mots de passes hiérarchises De même la définition de différents types de profil limitent les accès aux fonctions du système à la gestion de certaines parties des installations, est indispensable.

ADMINISTRATION

Les principales fonctions demandées pour l’administration du système peuvent se résumer comme suit :

configuration du système

gestion des profils et des mots de passes

initialisation des taches

archivage

Devoloppement

65

OCP La solution CENTUM CS3000 dispose d’un ensemble d’outils de développement schémas

OCP

OCP La solution CENTUM CS3000 dispose d’un ensemble d’outils de développement schémas

La

solution

CENTUM

CS3000

dispose

d’un

ensemble

d’outils

de

développement schémas etc.)

d’application

(optimisation,

simulation,

élaboration

de

Les outils répondent aux contraintes suivantes :

facilite d’utilisation

disponibilité d’une riche bibliothèque graphique adaptée aux industries chimiques Maroc phosphore III et IV

possibilité de simulation d déroulement des applications

disponibilité des bibliothèques des fonctions programmes touchant tous les aspects nécessaires à une conduite, configuration et développement aie

Elle contient au minimum :

Les fonctions de calcule. Les fonctions de calcule. Les fonctions de régulation les identifications du procédée.
Les fonctions de calcule. Les fonctions de calcule. Les fonctions de régulation les identifications du procédée.
Les fonctions de régulation les identifications du procédée.Les fonctions de calcule. Les fonctions de calcule.

Outils de développement des synoptiques.fonctions de régulation les identifications du procédée. III.1.3. Les types de communications utilisées par le

III.1.3.Les types de communications utilisées par le système

Communication point à point

C’est un système de correspondance point à point, la station HIS demande la station FCS de lui communiquer certains données et la station

66

OCP FCS les renvoie en retour , ce système est utilise dans l’ écriture des

OCP

OCP FCS les renvoie en retour , ce système est utilise dans l’ écriture des données

FCS les renvoie en retour , ce système est utilise dans l’ écriture des

données générales ou des procédées

Communication par message

Système de communication par lequel des donnes sont envoyées

simultanément à un ensemble de stations.

Emission en diffusion sur le réseau V NET

Système de communication par lequel une station envoi des données à

toutes les autres stations FCS simultanément, le temps de communication

peut être fixe entre 100ms et 2s selon l’application , il est particulièrement

adapte aux applications suivantes :

basculement électrique nécessitant une transmission de donnes très

rapide

communication de signaux de synchronisation entre de contrôle FCS

dans le cadre d’un contrôle séquentiel

III.1.4.LES AVANTAGE DE LA S.N.C.C

contrôle séquentiel III.1.4. LES AVANTAGE DE LA S.N.C.C Respect continu des consignes de qualités : Vu

Respect continu des consignes de qualités :

Vu la grande précision du SNCC, toute consigne programme est automatiquement respecte, ceci est du à la performance éminente des processeurs et à l’homogénéité entre les composants du système

et à l’homogénéité entre les composants du système Stabilité de la marche d’intervention et du matériel

Stabilité

de

la

marche

d’intervention et du matériel

et

réduction

du

coût,

des

délais

67

OCP Souplesse d’adaptation à des nouvelles conditions : Dans le cas ou on veut modifier

OCP

OCP Souplesse d’adaptation à des nouvelles conditions : Dans le cas ou on veut modifier une

Souplesse d’adaptation à des nouvelles conditions :OCP Dans le cas ou on veut modifier une boucle de régulation, réaliser facilement, il suffit

Dans le cas ou on veut modifier une boucle de régulation,

réaliser facilement, il suffit de changer les repères des instruments

la SNCC peut

Archivage fiable :suffit de changer les repères des instruments la SNCC peut L’opération d’archivage est très importante pour

L’opération d’archivage est très importante pour un contrôle permettent des paramètres de marche

pour un contrôle permettent des paramètres de marche Augmentation de la sécurité de l’installation : Dans

Augmentation de la sécurité de l’installation :

Dans le cas de présence d’une anomalie, le système signale une alarme pour permettre à l’utilisateur de prendre les mesures nécessaires

Optimisation du personnelà l’utilisateur de prendre les mesures nécessaires III.1 . LES PRINCIPEAUX ELEMENT DE LA SNCC Le

III.1.LES PRINCIPEAUX ELEMENT DE LA SNCC

Le système CS3000 de YOKOGAWA France est composé de :

Unité

DESIGNATION

Qté

U11

Armoire FCS0101 réf : AFS20D-H4221

1

Nœud avant réf : /NDF4

1

Terminaison bus RIO réf :YCB 128

2

Câble bus RIO de 2 m réf : YCB121-M002

2

Boîtier E/S logiques réf : AMN 32

1

Boîtier E/S analogiques réf : AMN 11

2

68

OCP   Boîtier E/S multiplexées réf : AMN 31 1 Carte de 16 entrées logiques

OCP

OCP   Boîtier E/S multiplexées réf : AMN 31 1 Carte de 16 entrées logiques réf
 

Boîtier E/S multiplexées réf : AMN 31

1

Carte de 16 entrées logiques réf : ADM11C

2

Carte de 32 sorties logiques réf : ADM52C

2

Carte d’entrée analogique réf : AAM10

10

Carte de sortie analogique réf : AAM50

6

Carte d’entrées analogiques PT100 réf : AAM21/RJ

8

Carte de 16 entrées multiplexées réf : AMM12C

1

 

Armoire EXT0101A réf : ACB21

1

Nœud arrière réf : /NDR4

3

Câble bus RIO de 2 m réf : YCB121-M002

2

Boîtier E/S logiques réf : AMN 32

2

Boîtier E/S analogiques réf : AMN 11

3

Boîtier E/S multiplexées réf : AMN 31

8

Carte de 16 entrées logiques réf : ADM11C

3

U01A

Carte de 32 sorties logiques réf : ADM52C

3

Carte d’entrée analogique réf : AAM10

12

Carte de sortie analogique réf : AAM50

17

Carte d’entrée analogique PT100 réf : AAM21/RJ

5

Carte de 16 entrées multiplexées réf : AMM12C

5

Carte de 16 entrées multiplexées thermocouple

réf :

6

AMM22T

Carte de 16 entrées multiplexéesPT100 réf : AMM32T

2

 

Armoire EXT0101B réf : ACB21

1

Nœud arrière réf: /NDR4

3

Terminaison bus RIO réf : YCB128

2

Boîtier E/S logiques réf : AMN 32

2

Boîtier E/S analogiques réf : AMN 11

3

Boîtier E/S multiplexées réf : AMN 31

8

Carte de 16 entrées logiques réf : ADM11C

3

U01B

Carte de 32 sorties logiques réf : ADM52C

3

Carte d’entrée analogique réf : AAM10

12

Carte de sortie analogique réf : AAM50

17

Carte d’entrée analogique PT100 réf : AAM21/RJ

5

Carte de 16 entrées multiplexées réf : AMM12C

5

Carte de 16 entrées multiplexées thermocouple

réf :

6

AMM22T

Carte de 16 entrées multiplexées réf : AMM32T

2

69

OCP Unité DESIGNATION Qté   Armoire FCS0102 réf : AFS20D-H4221 1 Câble bus RIO de

OCP

OCP Unité DESIGNATION Qté   Armoire FCS0102 réf : AFS20D-H4221 1 Câble bus RIO de 2

Unité

DESIGNATION

Qté

 

Armoire FCS0102 réf : AFS20D-H4221

1

Câble bus RIO de 2 m réf : YCB121-M002

2

Terminaison bus RIO réf : YCB128

2