Vous êtes sur la page 1sur 3

ThÈorie des Jeux Correction Examen 2 nde Session: Rattrapage Master 1 MIF, 2 e trimestre, 2010/11

JÈrÙme MATHIS

UniversitÈ Paris 8

DurÈe 1h. Aucun document, aucune calculatrice autorisÈs.

Question de cours (4 pts)

1. (0,5 pts) Faux. Le dilemme consiste prÈcisÈment dans le fait que, du point de vue individuel, il est rationnel de ne pas coopÈrer.

(a)

(b)

(0,5 pts) Vrai. Les situations stratÈgiques se caractÈrisent par ce genre díinterdÈpendance.

(c)

(0,5 pts) Vrai et Faux acceptÈs si convenablement expliquÈs.

(d)

(0,5 pts) Vrai. Cependant, pour chaque individu en particulier, il est plus avan- tageux encore que les autres personnes coopËrent entre elles, mais que lui-mÍme ne coopËre pas.

2. Le succËs díune coopÈration rÈside dans les ÈlÈments suivants:

(a)

(0,5 pts) dÈtecter toute dÈviation;

(b)

(0,5 pts) si possible, en limiter les gains; et

(c)

(0,5 pts) garantir la punition.

3. (0,5 pts) Un point focal est un Èquilibre sur lequel les joueurs vont spontanÈment se coordonner en líabsence de communication. Cette coordination rÈsulte de rÈfÈrences communes (díordre culturelle, ou autre).

1

Exercice 1 (9 pts)

(2 pts) Dans sa forme normale le jeu síÈcrit:

 

1n 2

C

D

A

2; 0

2; 0

B,E

1; 1

3; 0

B,F

1; 1

0; 2

(1 pt) Les correspondances de meilleures rÈponses síÈcrivent:

MR 1 (C ) =

MR 2 (A ) = fC; D g ; MR 2 (B; E ) = f C g ; MR 2 (B; F ) = fD g:

fA g; MR 1 (D ) = f (B; E )g ;

(1 pt) Le jeu possËde donc un seul Èquilibre de Nash en stratÈgies pures: fA; C g .

A prÈsent, caractÈrisons les Èquilibres mixtes. (1 pt) On remarque que (B; F ) est strictement dominÈes par A . (B; F ) ne peut donc Ítre jouÈ ‡ líÈquilibre.

(1 pt) Soit p 2 [0; 1] la probabilitÈ que le joueur 1 joue A . La valeur de p qui rend le joueur 2 indi§Èrent entre les actions C et D satisfait:

0 p + 1 (1 p ) = 0 p + 0 (1 p )

Ce qui Èquivaut ‡

p = 1:

(1 pt) De p = 1, on dÈduit que le joueur 1 joue toujours líaction A ‡ líÈquilibre (que celui-ci soit soutenu par une stratÈgie pure ou mixte du joueur 2). Le joueur 2 nía donc pas besoin de rendre le joueur 1 indi§Èrent entre les actions A et (B; E ). La seule contrainte que doit satisfaire la stratÈgie mixte du joueur 2 est que le paiement espÈrÈ du joueur 1 lorsquíil joue A est supÈrieur ou Ègal ‡ son paiement espÈrÈ lorsquíil joue (B; E ).

(1 pt) Soit q 2 [0; 1] la probabilitÈ que le joueur 2 joue C . q doit satisfaire:

2 q + 2 (1 q ) 1 q + 3 (1 q )

Ce qui Èquivaut ‡

q

1

2 :

(1 pt) Il y a donc un continuum díÈquilibres mixtes donnÈs par p = 1 et q

2

1

2 .

Exercice 2. Vente díun actif Önancier (7 pts)

1. (3 pts) Notons L líaction qui consiste ‡ liquider et C líaction qui consiste ‡ continuer. Dans sa forme extensive pour K = 4 le jeu síÈcrit:

m 1 k = 1, v 1 = 300 L C m (200;100) 2 k
m
1
k = 1, v 1 = 300
L C
m
(200;100)
2
k = 2, v 2 = 330
L
C
(110;220)
m
1
k = 3, v 3 = 363
L C
(242;121)
m
2
k = K = 4, v 4 = 399; 3
L

(133,1;266,2)

2. (3 pts) On procËde par induction ‡ rebours.

Si la derniËre pÈriode, K = 4 , est atteinte, le joueur 2 nía pas le choix et doit liquider líactif ; il gagne 266; 2 et le joueur 1 a 133; 1.

En K = 3, le joueur 1 peut liquider líactif et recevoir 242 ou laisser líactif fructiÖer jusquíen K = 4, date ‡ laquelle le joueur 2 devra liquider líactif, avec un proÖt de 133; 1 pour le joueur 1. Le joueur 1 choisit donc de liquider líactif en K = 3.

Ce raisonnement se poursuit: en K = 2, le joueur 2 prÈfÈre liquider et avoir 220 que díattendre, car la liquidation anticipÈe en K = 3 lui donne 121.

Finalement, le joueur 1 liquide en K = 1. LíÈquilibre par induction ‡ rebours consiste, pour chaque joueur, ‡ liquider líactif ‡ chaque pÈriode.

3. (1 pt) La solution donnÈe par induction ‡ rebours mËnent ‡ des paiements sous- optimaux. On a une situation comparable ‡ celle du dilemme du prisonnier.

3