Vous êtes sur la page 1sur 2

Union Pétrolière belge

Schaarbeeklei, 600
1800 VILVOORDE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L'essence et le diesel bientôt plus chers à cause de l'addition de biocarburants

Le consommateur fera les frais de prises de décisions politiques précipitées

Bruxelles, le 20 avril 2009 – Le gouvernement fédéral a trouvé le 3 avril dernier un


accord de principe sur l'obligation légale pour les pétroliers de mélanger au minimum
4% de biocarburant au diesel ou à l’essence. Cette initiative, qui devrait entrer en
application le 1ier juillet 2009, a d'importantes conséquences néfastes, tant pour le
pouvoir d’achat des consommateurs que pour la position concurrentielle des
importateurs et distributeurs indépendants de produits pétroliers. L’Union Pétrolière
Belge ne s'oppose pas à des mesures visant à protéger l’environnement, mais bien au
fait que le coût de ces mesures soit répercuté de façon unilatérale sur le
consommateur et que la décision ait été prise de façon insidieuse.

Depuis plusieurs semaines ou mois, les producteurs de biocarburants ont attiré l'attention de
l'opinion publique sur les difficultés qu’ils éprouvent à écouler leurs produits sur le marché
belge. C'est suite à ces efforts que le gouvernement fédéral a décidé de soutenir les
producteurs de biocarburants en obligeant de mélanger 4% de fame au diesel et 4%
d’éthanol à l'essence.

Le consommateur paiera plus cher

Contrairement aux affirmations du Ministre Van Quickenborne, le consommateur paiera plus


lorsqu'il fera le plein de son véhicule après le 1er juillet En se basant sur la situation actuelle
du marché, le diesel coûtera jusqu’à 3 cent de plus au litre. Le prix de l’essence subira une
hausse équivalente. La raison est la différence du prix du biodiesel et des essences bio
produits avec les bio composants provenant des 7 producteurs agréés et des prix courant du
marché libre.

Les importateurs belges hors jeu

Les importateurs belges indépendants desservent 30% du marché intérieure belge. Lorsque
le mélange de 4% de biocarburant sera rendu obligatoire, ils ne pourront plus être
compétitifs sur le marché belge des biocarburants. Les grands opérateurs internationaux
ajoutent de 4% à 5% de bio composants dans le diesel. L’approvisionnement des
importateurs se fait sur le marché international où le produit détient déjà une fraction
importante de bio composants. De ce fait le produit importé en Belgique a un taux de bio
composants d’environ 2% et ceci avant même de pouvoir mélanger ce qui restreint
fortement les opérateurs indépendants belges – ces 15 entreprises (qui affichent ensemble
un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euro). En effet, ils ne peuvent pas profiter de la déduction
fiscale qui impose 5% en provenance des producteurs agréés, ce qui conduirait de facto à
un produit hors normes. (2% résiduaire + 5% déductible = 7% de mélange, ce qui est hors
norme !)
Pour les essences un problème vient s’ajouter. C’est l’augmentation de la tension vapeur.

Alternatives

L’Union Pétrolière belge, l’association professionnelle des importateurs et distributeurs


indépendants, n'est bien entendu pas opposée à l'ajout de biocarburants à l'essence et au
diesel. L'UPB partage le même souci de la protection de l'environnement. Et elle estime bien
entendu que l'emploi créé par le secteur des biocarburants en Belgique est une bonne
chose.
Seulement, on peut s’y prendre autrement : une obligation de mélange de 2% avec
déduction fiscale, dès que 4% sont atteints.

Importateurs belges K.O.

“Les importateurs indépendants belges sont mis sur le tapis, en conséquence un oligopole
de fait. Voici la gestion de la Belgique en matière de biocarburants », ainsi s’exprime un
Thierry De Meulder désabusé, le Secrétaire-Général de l’UPB. « Bien entendu que nous
sommes en faveur des biocarburants, mais est-ce que cela peut se faire sans défavoriser les
importateurs indépendants et les clients ? Nous voulons être concernés par les autorités
pour mettre les règlements au point », ajoute encore De Meulder

### FIN ###

Pour plus d’informations concernant ce communiqué de presse, contactez Thierry De


Meulder, Secrétaire général de l’UPB au 0475 / 46 64 73.

Au sujet de l’Union Pétrolière Belge

L’Union Pétrolière belge est une association rassemblant 15 entreprises spécialisées dans
l’importation et la distribution de produits pétroliers en Belgique. Elles représentent ensemble
un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euro et prennent 30 % de l’importation de
produits pétroliers, ou 6,250 million de tonnes annuellement pour leurs comptes. Les
membres de l’UPB pourvoient 44 % de la distribution du pays ce qui représente plus de 9
million de tonnes.