Vous êtes sur la page 1sur 111

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des postes et des Ministère de l’enseignement


technologies de l’information et de
supérieur et de la recherche
la communication
scientifique

INSTITUT DES TELECOMMUNICATIONS


Abdelhafid BOUSSOUF
--O R A N --

Mémoire de fin d’études pour l’obtention du


diplôme d’ingénieur d’état en
télécommunications

Thème:

Présenté par :
M. KAHAL Kamel
M. HARICHANE Moustafa
Encadré par:
M. Mohammed GOURARI

Promotion : IGE26
Juin 2006
Sommaire

Sommaire

Liste des figures


Liste des tableaux

Introduction Générale ………………………………..…………………………………1

Chapitre I : Généralités sur les antennes…………………..……………………......3

I.1- Introduction ................................................................................................................................. 3


I.2- Principe de propagation des ondes électromagnétiques .............................................................. 3
I.2.1- Notation ................................................................................................................................ 3
I.2.2- Elaboration des équations de Maxwell ............................................................................... 4
I.3- Concept d’Antenne ...................................................................................................................... 5
I.3.1- Introduction .......................................................................................................................... 5
I.3.2- Théorème de Réciprocité ..................................................................................................... 5
I.3.3- Différentes Zones de Radiation d'une Antenne .................................................................... 5
Zone de Rayleigh .............................................................................................................. 6
Zone de Fresnel ................................................................................................................. 6
Zone de Fraunhoffer ......................................................................................................... 6
I.4.- Types des Antennes ..................................................................................................................... 6
I.4.1- Les antennes filaires ........................................................................................................... 6
I.4.2- Les projecteurs d’ondes ........................................................................................................ 7
I.4.3- Les antennes à fentes ............................................................................................................ 7
I.4.4- Antennes imprimées ............................................................................................................. 8
I.5- Caractéristiques d'une antenne ..................................................................................................... 8
I.5.1- Représentation en quadripôles ............................................................................................. 8
( )
I.5.2- Coefficient de réflexion S 11 ou Γ ............................................................................. 9
I.5.3-Densité de puissance (Pr) ..................................................................................................... 10
I.5.4- Directivité ........................................................................................................................... 10
I.5.5- Gain en puissance et rendement ......................................................................................... 10
I.5.6- Ouverture ............................................................................................................................ 11
I.5.7- Impédance d’entrée ............................................................................................................ 12
I.5.8-Diagramme de rayonnement ................................................................................................ 12
Définitions des plans principaux (E et H). .............................................................................. 13
Lobe principal ......................................................................................................................... 14
Les lobes secondaires ............................................................................................................. 14
I.5.9-La Bande passante ............................................................................................................... 15
I.5.10- Polarisation de l'Onde Rayonnée ...................................................................................... 15
I.6-CONCLUSION .......................................................................................................................... 15

Chapitre II : Les Antennes PATCH…………………………..……………............16

Modélisation des antennes PATCH


Sommaire

II.1- Introduction .............................................................................................................................. 16


II.2- APPLICATIONS DES ANTENNES IMPRIMEES ................................................................ 16
II.3- Choix de la technologie des antennes patchs ........................................................................... 17
les avantages des antennes imprimées ................................................................................. 18
les inconvénients ................................................................................................................. 18
II.4- CARACTERISTIQUES ........................................................................................................... 18
II.5- Description de l’antenne PATCH ............................................................................................ 19
II.5.1- Substrats ............................................................................................................................ 20
Sélection du substrat ........................................................................................................ 20
Permittivité équivalente d’un milieu diélectrique à pertes............................................... 20
II.5.2- Éléments rayonnants ......................................................................................................... 21
II.5.3- Techniques d’alimentation ................................................................................................ 22
1) Alimentation par ligne micro ruban ..................................................................................... 23
2) Alimentation par une sonde coaxiale .................................................................................. 25
3) Alimentation couplée par fente (ouverture) ........................................................................ 26
4) Alimentation couplée par proximité .................................................................................... 27
Comparaison entre ces différentes techniques d’alimentations ............................................... 28
5) Alimentation par guide d’ondes coplanaires ....................................................................... 29
6) Alimentation par fibres optiques .......................................................................................... 29
II.6- Alimentations pour polarisations orthogonales ou circulaires ................................................. 30
II.6.1. Polarisations orthogonales ................................................................................................. 30
II.6.2- Polarisations circulaires ..................................................................................................... 31
II.7- Mécanisme de rayonnement ..................................................................................................... 32
Région A ...................................................................................................................................... 32
Région B ...................................................................................................................................... 32
Région C ...................................................................................................................................... 33
II.8-Analyse d’une antenne seule ..................................................................................................... 33
II.8.1 Géométrie ........................................................................................................................... 33
II.8.2) Fréquence de résonance .................................................................................................... 36
II.8.3) Impédance d’entrée du patch ............................................................................................. 36
• Calcul du champ rayonné ............................................................................................... 36
II.10- LA MISE EN RESEAU D'ANTENNES IMPRIMEES ........................................................ 38
Exemples de réseaux d'antennes a 16 éléments ............................................................................ 38
Architecture de base des réseaux d'antennes ............................................................................... 39
La géométrie du réseau est déterminée grâce aux étapes suivantes ............................................. 39
• Avantages............................................................................................................................. 40
• Inconvénients ....................................................................................................................... 40
II.11-Conclusion ............................................................................................................................... 41

Chapitre III : Modélisation des Antennes PATCH………………..…………....42

III.1-Introduction .............................................................................................................................. 42
III.2-Différentes Méthodes d'analyse ............................................................................................... 43
III.2.1- Méthodes analytiques ...................................................................................................... 43
III.2.1.1-Modèle de la ligne de transmission ........................................................................... 43
1-Introduction ...................................................................................................................... 43
2- Modèle et caractéristiques ............................................................................................... 44
Le rayonnement ..................................................................................................... 45
L’alimentation . ................................................................................................. 45
Permittivité effective . ........................................................................................ 45
Phénomène de dispersion ................................................................................... 46

Modélisation des antennes PATCH


Sommaire

Pertes ............................................................................................................... 47
Longueur effective ............................................................................................ 48
Le modèle final de l’antenne ................................................................................... 48
3- Calcul de l’impédance d’entrée ...................................................................................... 49
4- Calcul de la fréquence de résonance ............................................................................... 50
III.2.1.2-Modèle de cavité ....................................................................................................... 51
1- Modèle ............................................................................................................................ 51
2- calcul de la fréquence de résonance ................................................................................ 51
3- Calcul de l’impédance d’entrée ...................................................................................... 52
III.2.1.3- Comparaison des deux modèles analytiques ............................................................ 53
III.2.2- Analyse par des méthodes numériques ............................................................................ 54
III.2.2.1- La méthode des éléments Finis ................................................................................ 55
III.2.2.2- La méthode des différences finies ............................................................................ 55
III.2.2.3- Méthode des moments (Analyse full-wave) ............................................................. 57
III.3- Analyse du réseau d’antennes ................................................................................................. 62
III.3.1 Réseau rectiligne ............................................................................................................... 62
Champ rayonné par un réseau rectiligne ......................................................................... 62
III.3.2 Réseau plan ....................................................................................................................... 64
Champ rayonné par un réseau plan ................................................................................. 64
III.3.3 Alimentation des réseaux d’antennes microrubans .......................................................... 66
III.4- CONCLUSION ....................................................................................................................... 66

Chapitre IV : Conception d’une antenne imprimée large bande miniaturisée………...67

IV.1 Introduction .............................................................................................................................. 67


IV.2- Élargissement de la bande des antennes microruban .............................................................. 68
IV.2.1- Définition de largeur de bande ......................................................................................... 68
IV.2.2 Méthode d’adaptation ...................................................................................................... 71
IV.2.3 Technique d’alimentation ................................................................................................ 71
IV.3 Techniques de miniaturisation ............................................................................................... 73
IV.3.1 Antenne microruban quart-onde ...................................................................................... 73
IV.3.2 Réduction du plan de masse ............................................................................................. 74
IV.4 Étude de l’antenne .................................................................................................................. 75
IV.4.1 Conception de l’antenne .................................................................................................. 75
IV.4.1.1 Caractéristiques désirées ........................................................................................... 75
IV.4.1.2 Structure de l’antenne................................................................................................ 76
IV.5 Etude paramétrique de l’antenne ............................................................................................ 78
IV.6 Conclusion ............................................................................................................................. 81

Chapitre V : Simulation ………………………………………………………………82

V.1- INTRODUCTION ................................................................................................................... 82


V.1.1 Principe général de la simulation ....................................................................................... 82
V.1.2 Objectifs de la simulation .................................................................................................. 82
V.2- DESCRIPTION DU LOGICIEL EMPLAN ............................................................................ 83
V.2.1- Définition ......................................................................................................................... 83
V.2.2- Création de nouveau circuit .............................................................................................. 84
V.3- SIMULATION DE QUELQUES STRUCTURES .................................................................. 84
V. 3.1- Analyse d’une antenne seule ........................................................................................... 84
V.3.1.1- Antenne imprimée rectangulaire ............................................................................... 84
Interprétation des résultats .............................................................................................. 90

Modélisation des antennes PATCH


Sommaire

a) La distribution du courant ................................................................................................ 90


b) Le coefficient de réflexion S 11 Γ ( ) ......................................................................... 90
c) Le diagramme de rayonnement ....................................................................................... 91
V.3.1.2- Antenne microruban alimentée au bord .................................................................... 91
V.3.1.3- Antenne microruban avec encoche ............................................................................ 94
V.3.1.4- Antenne microruban annulaire .................................................................................. 96
V.3.2- Analyse d’une antenne réseaux ......................................................................................... 98
V.3.3- Analyse d’une antenne imprime multicouche ................................................................ 100
V.4- Conclusion ............................................................................................................................. 102

Conclusion générale……………………………………………………………………..103

Bibliographie …………………………………………………………………………….
Glossaire ………………………………………………………………………………….
Annexe …………………………………………………………………………………..

Modélisation des antennes PATCH


Introduction Générale

Introduction Générale
De nos jours, les antennes sont devenues les éléments de base pour une liaison
radioélectrique.
Les antennes sont utilisées en réseau GSM, télé localisation, radar ainsi que pour nos
besoins dans la vie courante. Elles se présentent sous diverses formes selon leur but
d’utilisation.
Les technologies modernes s’orientent vers la miniaturisation de ces antennes tout en
essayant de garder les meilleures performances.
L’antenne patch est conçue pour satisfaire ces besoins, c’est un conducteur métallique
de forme particulière placé sur un substrat terminé par un plan de masse ; son caractère en
miniature offre la possibilité de l’intégrer facilement dans les systèmes d’émission
réception.
Pendant les deux dernières décennies les antennes imprimées ont évolué Comme une
activité innovatrice majeure dans le domaine des antennes. Jusqu'au début des années 1990
les technologies micro ruban étaient employées spécialement pour les applications
militaires. Depuis, on constate un changement rapide vers les applications commerciales.
Un grand nombre de produits destinés aux technologies sans fil est apparu sur le marché.
Les antennes micro-ruban ont quelques particularités qui les rendent idéales pour
plusieurs applications commerciales. Basées sur la technologie des circuits imprimés, elles
sont très peu coûteuses à produire. La production en grande quantité est facile. Leur profil
plat leur permet d'être montées dans le même boîtier que le produit qu’elles servent. Elles
peuvent souvent être intégrées sur la plaque qui contient le circuit radiofréquence ou micro-
onde.
La conception des microbandes rayonnantes a été proposée premièrement par
Deschamps au USA en 1953 puis Gutton et Baissinot en France en 1955. Le phénomène
de rayonnement provenant des discontinuités dans les lignes microrubans fut observé et
étudié par Lewin en 1964.
En 1970 Byron a décrit la structure planaire qui est constituée d’une plaque conductrice
gravée sur un substrat diélectrique qui repose sur un plan de masse; un peu plus tard des
antennes pratiques ont été développées par Howl et Munson.

Modélisation des antennes PATCH 1


Introduction Générale

Dans ces dernières années, divers types d’antennes imprimées ont été développés, et
différentes techniques d’alimentation sont mises en œuvre pour améliorer les performances
de ce type d’antennes dans plusieurs cas d’applications. La technique des circuits imprimés
a révolutionné les domaines de l’électronique, et plus récemment celui des
hyperfréquences, où elle se prête particulièrement bien à la réalisation de circuits et
d’antennes [12].
Dans certaines applications, il est nécessaire d’utiliser un groupement d’antennes
commandées automatiquement pour assurer un balayage électronique dans l’espace
(SCAN) qui est le cas d’un radar.
L’objectif de notre projet est de faire une étude des antennes imprimées tout en essayant
d’améliorer leurs performances. De ce fait, notre travail est réparti en cinq chapitres :

Le premier chapitre constitue une description générale sur les antennes (principe,
types, paramètres).ainsi que certains domaines d’application.

Le deuxième chapitre présente une vue générale sur les antennes PATCH et leurs
caractéristiques ainsi que certaines techniques d'alimentation et le mécanisme de
rayonnement.

Le troisième chapitre énumère quelques méthodes d’analyses : des méthodes


analytiques simples (modèle de la ligne de transmission, modèle de la cavité), et d’autre
méthodes numériques (méthode des moments, méthode des différences finies, méthode
des éléments finis)

Le quatrième chapitre définit la conception d’une antenne imprimée large bande


miniaturisée pour les communications sans fil.

Enfin, Le cinquième chapitre est consacré à la simulation de quelques formes


d’éléments imprimés qui ont été proposées pour atteindre les résultats escomptés
(antenne patch large bande, la miniaturisation).

Modélisation des antennes PATCH 2


Chapitre I Généralités sur les antennes

Généralités sur les antennes

I.1- Introduction :
Dans tous les systèmes faisant usage de propagation dans l’espace libre (radiodiffusion,
radar, faisceau hertzien) il est nécessaire de disposer d’éléments permettant la transition
entre une onde guidée (ligne de transmission ou guide d’onde) et une onde rayonnée; Ces
éléments de transition sont les antennes. De part leur structure géométrique spécialement
mise au point dans ce but, elles permettent le détachement des champs électromagnétiques
de leur support métallique (ainsi que la transition inverse).
De plus une antenne peut servir à diriger le signal dans une direction désirée et produit
pour cela une concentration des champs dans une région particulière de l’espace.
Une antenne est un composant qui rayonne et reçoit la puissance Radiofréquence ou la
puissance micro-onde. C’est un dispositif réciproque, et la même antenne peut servir
comme un dispositif de réception et d’émission. Une ligne de transmission est conçue pour
avoir une très petite perte de rayonnement, tandis que l’antenne est conçue pour avoir un
rayonnement maximum. Le rayonnement se produit en raison des discontinuités (qui
causent la perturbation des champs ou courants), courants non équilibrés, et ainsi de suite.

I.2- Principe de propagation des ondes électromagnétiques :


I.2.1- Notation :

• ( )
ρ r, t est la densité de charge électrique locale au point r à l'instant t.

• ( )
j r, t le vecteur densité de courant.

• ( ) le vecteur champ électrique.


E r,t

• B (r , t ) le vecteur induction magnétique.

• ε0 la permittivité diélectrique du vide (8,8542⋅10-12 A⋅s/V⋅m).

• µ0 la perméabilité magnétique du vide (4π⋅10-7 V⋅s/A⋅m).

Modélisation des antennes PATCH 3


Chapitre I Généralités sur les antennes

I.2.2- Elaboration des équations de Maxwell :


C’est à Maxwell que l’on doit la formulation la plus complète des relations liantes entre
les grandeurs électriques et magnétiques.
Les équations de Maxwell spécifient que toute variation spatiale d’un champ (électrique
ou magnétique) en un point de l’espace entraîne (ou est dû à) l’existence ou la variation
temporelle d’un autre champ au même point. Analytiquement, voici les équations en quatre
formules [1] :

(I.1) Equation de Maxwell-Gauss

(I.2) Equation de conservation du flux de

(I.3) Equation de Maxwell-Faraday (phénomène


d'induction)

Equation de Maxwell-Ampère
(I.4)

Les deux premières équations correspondent donc au théorème de Gauss pour


l’électricité, et pour le magnétisme, la troisième est la loi de Faraday et la quatrième
correspond au théorème d’Ampère modifié par Maxwell.
Ces équations sont les équations fondamentales de l’électromagnétisme.
Ils signifient que l’on peut séparer le traitement des champs électrique et magnétique
pourvu que ceux ci ne varient pas dans le temps. Inversement, ils sont indissociables s'ils
varient dans le temps.

Modélisation des antennes PATCH 4


Chapitre I Généralités sur les antennes

I.3- Concept d’Antenne :


I.3.1- Introduction :
Les antennes sont des dispositifs qui ont pour fonction de transformer les ondes guidées
en ondes se propageant dans l’espace libre et réciproquement ; de capter les ondes de
l’espace pour les conduire vers les systèmes de réception.

I.3.2- Théorème de Réciprocité :


Le couplage antenne milieu extérieur est réciproque et l'on peut donc utiliser l'antenne
indifféremment en émission ou en réception. Cette propriété peut s'énoncer de la façon
suivante :
"Si une force électromotrice est appliquée à l'entrée d'une antenne A et si l'on mesure le
courant produit par cette antenne aux bornes d'une antenne B, on trouve un courant égal à
celui que l'on aurait aux bornes de l'antenne A si la force électromotrice était appliquée à
l'antenne B"

I.3.3- Différentes Zones de Radiation d'une Antenne :

Figure I.1 : Zones de radiation d’une antenne

« r » correspond à la distance entre le point de référence et la frontière entre les champs


proche et lointain (en mètres).

« D » le diamètre de la surface équivalente de l'antenne (en mètres).

« λ » Correspond à la longueur d'onde (en mètres).

Modélisation des antennes PATCH 5


Chapitre I Généralités sur les antennes

Zone de Rayleigh :
Dans cette zone de champ proche (ou zone de Rayleigh), il y a échange d'énergie réactive
entre l'antenne et le milieu extérieur.
D2
A courte distance (par rapport à la longueur d'onde), r < la densité de puissance est

quasi constante.

Zone de Fresnel :
D2 2D 2
Dans une seconde zone <r< la densité de puissance est fluctuante.
2λ λ
Zone de Fraunhoffer :
Dans la zone du champ lointain (ou de Fraunhoffer), à grande distance (par rapport à la
longueur d'onde), les champs sont rayonnés sous la forme d'onde (quasiment) plane.

2D 2
Si r est la distance à l'antenne, dans cette zone r > la densité de puissance décroît

en 1/r2.

I.4.- Types d’Antennes


Les antennes hyperfréquences peuvent se classer, en gros, en quatre catégories :
Les antennes filaires.
Les projecteurs d’ondes.
Les antennes à fentes.
Antennes imprimées.

I.4.1- Les antennes filaires :


Elles sont constituées par des fils (conducteurs) ou des groupements de fils; le plus
souvent il s’agira des lignes résonnantes demi-ondes formées par des tubes compte tenu de
la longueur d’onde λ.
La figure I.2 montre une antenne demi-onde, connue sous le nom de dipôle, alimentée
par une ligne coaxiale .La courbe en pointillé est la variation du courant sur l’antenne

Modélisation des antennes PATCH 6


Chapitre I Généralités sur les antennes

Figure I.2 : Dipôle électrique

La partie rayonnante est un tube métallique de diamètre d, la longueur du tube est de λ/2,
λ étant la longueur d’onde sur la ligne qui est un peu plus faible que la longueur d’onde
dans l’air λ0. On utilise ces antennes comme éléments rayonnants dans des alignements ou
des groupements de sources rayonnantes, leur comportement est étudié à partir du
comportement du doublet qui est une antenne formée par un bout de fil rectiligne de
longueur l << λ , parcouru par un courant constant.

I.4.2- Les projecteurs d’ondes :

Dont la réalisation la plus courante est le réflecteur parabolique éclairé par un dipôle ou
par un cornet électromagnétique ,qui est alimenté par un guide d’onde qui agit comme un
filtre passe haut pour ne laisser passer qu’un mode de propagation.
Cette source d’éclairement, dite source primaire rayonne une onde sphérique qui se
réfléchit sur le paraboloïde suivant un faisceau de rayons parallèles dans l’approximation de
l’optique géométrique.

I.4.3- Les antennes à fentes :


L'antenne à fente se compose d'un dipôle constitué en coupant une fente étroite dans une
grande surface en métal. Une telle antenne est montrée sur la figure (I.3). La longueur de la
fente est la moitié de la longueur d'onde à la fréquence désirée, et la largeur est une petite
fraction d'une longueur d'onde. L'antenne est généralement comparée à un dipôle à demi
onde conventionnelle.

Modélisation des antennes PATCH 7


Chapitre I Généralités sur les antennes

Figure I.3 : Antenne a fente.

I.4.4- Antennes imprimées :


Se sont des antennes plaquées sur des diélectriques, elles présentent des architectures
variées selon leur application. Les éléments rayonnants peuvent être de forme carré,
rectangulaire, triangulaire, elliptique…etc. La sélection de forme dépend des certains
paramètres comme : la fréquence de résonance, la largeur de bande, la directivité ou bien
diagramme de rayonnement.

I.5- Caractéristiques d'une antenne :


Dans les communications sans fil, chaque application met en relief certaines
caractéristiques des antennes. D'une manière générale, une antenne utilisée dans un type
d’application ne peut pas l'être dans d’autres.
Une antenne peut être caractérisée par :

I.5.1- Représentation en quadripôles :


Une antenne peut être représentée comme un quadripôle (Figure I.4), défini par les
paramètres S :

Figure I.4 : Représentation en quadripôle


A , A , B et B sont des ondes de puissance.
1 2 1 2

Modélisation des antennes PATCH 8


Chapitre I Généralités sur les antennes

On a les relations suivantes :

B1=S11. A1 + S12. A2 (I.5)

B2=S21. A1 + S22. A2 (I.6)


Le coefficient S correspond à la réflexion en entrée des quadripôles lorsque A = 0.
11 2

Le coefficient S représente la transmission de la puissance entrant en sortie vers l’entrée


12

lorsque A = 0.
1

Le coefficient S est le gain du quadripôle lorsque A = 0.


21 2

Le coefficient S est la réflexion en sortie du quadripôle lorsque A = 0.


22 1

I.5.2- Coefficient de réflexion S11(ou Γ) :


Adaptation et rapport d’onde stationnaire

On dit qu’une antenne est parfaitement adaptée lorsque son impédance d’entrée (Ze) est

égale à l’impédance de la ligne d’alimentation (Zc), sinon on démontre qu’il apparaît un

coefficient de réflexion S 11 (ou Γ ).

Z e − Z c onde reflechie
Γ= = (I.7)
Z e + Z c onde incidente

Z e : Impédance d’entrée de l’antenne ( Z e = R + jX )

Z c : Impédance caractéristique de la ligne.

Le rapport d’ondes stationnaires (ROS) est défini comme suit :

1+ Γ
ROS = (I.8)
1− Γ

Une antenne résonne si la partie imaginaire de son impédance d'entrée est nulle
(Pratiquement on prend le minimum de la partie imaginaire),

Pour Γ → 0 ⇒ Re{Z e } ≈ Z c

Modélisation des antennes PATCH 9


Chapitre I Généralités sur les antennes

Et dans la quelle la directivité de l'antenne est maximal, et le gain est plus élevé, c'est a
dire le rayonnement est plus directif, et c'est la définition pour déterminer la fréquence de
résonance.

I.5.3-Densité de puissance (Pr) :


La Densité de Puissance est l'expression de l'énergie disponible en réception en un point
de l'espace. Pr dépend de la Puissance Pe fournie à l'antenne d'émission, du Gain Ge de cette
antenne et de la distance d entre l'émetteur et le point considéré .L'expression de Pr est:

Pe G e
Pr = [W/m2] (I.9)
4π d 2

I.5.4- Directivité :
La directivité (parfois appelée gain directionnel) d'une antenne est définie ainsi :

P( r , θ , ϕ )
D(θ ,ϕ ) = (I.10)
Piso
On admet que Piso est la densité de puissance émise par une antenne isotrope qui aurait la
même puissance émise Pe.

Pe
Avec : Piso = (I.11)
4π d 2

La directivité indique dans quelles directions la densité de puissance est meilleure ou


moins bonne que celle de l'antenne isotrope. La directivité ne dépend pas de r, car les deux
2
densités décroissent en 1/r .

I.5.5- Gain en puissance et rendement :


Le rendement de l’antenne est le rapport entre la puissance rayonnée et la puissance
fournie à l’antenne, soit
PE
η = [%] (I.12)
PF
Ce rapport caractérise la perte à l’intérieur de l’antenne.

Modélisation des antennes PATCH 10


Chapitre I Généralités sur les antennes

Le gain en puissance dépend de la fréquence du signal émis. Il est très faible aux basses
fréquences mais atteint des valeurs de 75% à 95% pour des fréquences supérieures
à 1 MHz.
Le gain en puissance d'une antenne est le suivant :
G (θ, ϕ)= η⋅D(θ,ϕ) (I.13)
On déduit de (I.10), (I.11) et (I.12) la densité de puissance d'une antenne par rapport à la
puissance fournie PF :
PF
P ( r , θ , ϕ ) = G (θ , ϕ ) (I.14)
4π R 2

De fait, le gain en puissance d'une antenne est un paramètre plus intéressant que sa
directivité; en effet, comme le rendement η est inclus, on peut calculer la densité de
puissance en introduisant directement la valeur de la puissance fournie PF dans (I.14)

I.5.6- Ouverture :
Si G est le gain maximal d’une antenne donnée dans un plan bien déterminé, alors son
m

ouverture dans ce plan est l’angle qui se trouve entre deux directions de ce plan ayant la
moitié du gain maximal (gain à 3 dB), soit : Gm/2 .

Figure I.5 : l’ouverture

Modélisation des antennes PATCH 11


Chapitre I Généralités sur les antennes

I.5.7- Impédance d’entrée :


L’impédance d’entrée de l’antenne est l’impédance vue de la part de la ligne
d’alimentation au niveau de l’antenne. Cette impédance est donnée par la formule :
( 1 + S 11 )
Z e = Z c (I.15)
( 1 − S 11 )
Z = impédance caractéristique de la ligne d’alimentation.
c

I.5.8-Diagramme de rayonnement :

La répartition dans l’espace de l’énergie rayonnée par une antenne est caractérisée par son
diagramme de rayonnement.
r
Soit une source rayonnante positionnée au point O du repère (Oxyz) et soit O M une
position quelconque, définie par les angles θ et φ (figure I.6).
r
z ur
θ M

y
O

ϕ m

x
Figure I.6 : Source élémentaire liée au repère des coordonnées sphériques.

La détermination du champ rayonné par cette source se fait à partir de la résolution des
équations de maxwell « (I.1) (I.2) (I.3) (I.4) »
Ce problème de physique mathématique n’a en général pas de solution analytique, même
pour les structures les plus simples. C’est pour cette raison que l’on fait appel à des
modèles équivalents. Ces modèles vont contribuer à la détermination du champ
électromagnétique rayonné par l’antenne. Il a été établi qu’à grande distance, ce champ
r
électromagnétique ne possède pas de composante radiale suivant u r . L’onde rayonnée se
comporte alors comme une onde plane, par conséquent, les champs électrique et
magnétique sont transverses et perpendiculaires entre eux.

Modélisation des antennes PATCH 12


Chapitre I Généralités sur les antennes

Dans le système des coordonnées sphériques, le champ électrique a pour expression :

r e − jkr r
E (r , θ , ϕ ) = W F (θ , ϕ ) (I.16)
r
r
Où W est un nombre complexe, et F (θ , ϕ ) représente la caractéristique vectorielle de
2.π
rayonnement, propre à l’antenne, et k représente le nombre d’onde ( k = ).
λ

On définit le diagramme de rayonnement d’une antenne par la représentation polaire du


champ électrique ou de sa fonction caractéristique. Il est cependant plus intéressant de
r
considérer le carré de la norme de E (θ , ϕ ) , directement relié à la puissance rayonnée,
normalisé en général par rapport à son maximum : c’est le digramme de rayonnement en
puissance de l’antenne.

Les digrammes de rayonnement sont généralement mesurés dans les plans de symétrie,
s’il y en a, ou dans les plans principaux nommés plan E et plan H (figure I.7). Ceux sont
respectivement les plans pour lesquels les champs électrique et magnétique atteignent leurs
valeurs maximales [33].

Plan E

Plan H
r
E

X
Figure I.7 : Définitions des plans principaux (E et H).

Modélisation des antennes PATCH 13


Chapitre I Généralités sur les antennes

Avec une source polarisée parallèlement à l’axe OX, le plan E est caractérisé par
φ = 0° et θ variable tandis que pour une source polarisée parallèlement à l’axe OY, le plan
H est caractérisé par φ = 90° et θ variable.
Les diagrammes de rayonnement sont représentés en coordonnées polaires ou en
coordonnées cartésiennes.

Lobe principal :

La quasi-totalité de la puissance est concentrée dans la direction du maximum de


rayonnement, formant ce qu’on appelle le lobe principal. La caractéristique qu’on associe à
celui-ci est sa largeur à mi-puissance, également appelée largeur a -3dB. Il arrive parfois de
mesurer la largeur à -10dB, lorsque l’antenne présente un lobe principal très étroit.

Les lobes secondaires :

En dehors du lobe principal, la puissance rayonnée est répartie dans l’espace,


formant ce qu’on appelle les lobes secondaires ou latéraux (figure 1.8). Ces derniers sont
caractérisés par leurs niveaux et leurs positions par rapport au maximum de rayonnement.
Le premier lobe secondaire est celui auquel on se réfère le plus souvent.

L1 : largeur à mi-puissance. Intensité de


rayonnement
L2 : largeur du lobe
Lobe principal

Lobes latéraux
L1 1er lobe secondaire

L2

-π π θ
Figure I.8 : Tracé du digramme de puissance et caractérisation
des lobes et de leurs largeurs

Modélisation des antennes PATCH 14


Chapitre I Généralités sur les antennes

I.5.9-La Bande passante :

La bande passante de l’antenne correspond à l’intervalle de fréquence d’utilisation de


l’antenne en émission ou en réception avec une efficacité de 50% et plus. On obtient une
large bande passante lorsque le gain de l’antenne est important. C’est un paramètre exprimé
en pourcentage (%) et qui est donné par :

B(%) = 100 ×
( f s − fi )
(I.17)
fc
(Typiquement B% = 10 à 20%) où :

fC est la fréquence centrale d'utilisation pour laquelle l'antenne est conçue,


fS et fi les fréquences limites supérieures et inférieures.

I.5.10- Polarisation de l'Onde Rayonnée :

La polarisation de l’antenne, décrit la forme et l’orientation du chemin que fait

l’extrémité du vecteur champ électrique E ou magnétique H lorsqu’il évolue avec le


temps et ce en un point donné de l’espace. Ce chemin peut être une ligne, un cercle ou une
ellipse, selon la manière dont est alimentée l’antenne. On obtient alors respectivement une
polarisation rectiligne, circulaire ou elliptique.

Par convention : la polarisation de l'onde est la direction du champ électrique E .

I.6- CONCLUSION :
Dans ce chapitre on a présenté un bref aperçu sur les antennes qui sont généralement la
base de propagation des ondes électromagnétiques dans l’air. Cependant, il est toutefois
difficile de maîtriser le principe de rayonnement si on n’exige pas des formes particulières
d’antennes comme les antennes imprimés (patch) qui sera l’objet du chapitre suivant.

Modélisation des antennes PATCH 15


Chapitre II les antennes PATCH

Les Antennes PATCH

II.1- Introduction :

Les antennes sont devenues les éléments de base pour une liaison radioélectrique. Les
technologies modernes s’orientent vers la miniaturisation de ces antennes tout en essayant
de garder les meilleures performances.
Dans ces dernières années, divers types d’antennes imprimées ont été développés, et
différentes techniques d’alimentation sont mises en œuvre pour améliorer les performances
de ce type d’antennes dans plusieurs cas d’applications. La technique des circuits imprimés
a révolutionné les domaines de l’électronique, et plus récemment celui des
hyperfréquences, où elle se prête particulièrement bien à la réalisation de circuits et
d’antennes.
L’antenne imprimée (patch) est conçue pour satisfaire à ces besoins, son caractère en
miniature offre la possibilité de l’intégrer facilement dans les systèmes d’émission -
réception.

II.2-Applications des antennes imprimées :

Les demandes des antennes imprimées sont au loin très nombreuses, de l’électronique
grand public aux systèmes technologiques de pointe. Les antennes imprimées sont utilisées
dans :

1 La télémétrie des missiles.


2 Les contrôles et les commandes a distance.
3 Les radars.
4 Les Réseaux mobiles (GSM 900, DCS 1800, UMTS,…).
5 Réseaux sans fils : (WLAN, BLUETOOTH, WIFI, ...).
6 Les communications spatiales (GPS).

Modélisation des antennes PATCH 16


Chapitre II les antennes PATCH

Plusieurs systèmes complexes comme les radars de poursuite ont été miniaturisés à partir
de la taille réduite des antennes planaires.
Quelques domaines d’applications des antennes imprimées et leurs largeurs de bandes :

Applications Fréquences
GPS 1575 MHz et 1227 MHz
Système de communication personnel 1.875-1.99 GHz et 2.18-2.20 GHz
GSM 980-915 MHZ et 935-960 MHz
Réseaux locaux sans fils 2.40-2.48 GHZ et 5.4 GHz
Satellite de radiodiffusion 11.7-12.5 GHz
Radar de poursuite 60 GHz et77 GHz

Tableau II.1 : Principaux domaines d’applications des antennes imprimées.

II.3- Choix de la technologie des antennes patchs :

Actuellement, les antennes patchs deviennent de plus en plus importantes en raison de la


grande variété des formes géométriques qu'elles peuvent prendre et qui les rendent
applicables aux différentes situations d'intégration.
Parmi les avantages de cette technologie d'antennes, on peut citer : leur volume réduit, la
conformabilité et la possibilité d'intégrer les circuits micro-ondes au niveau des antennes.
Ajoutons que la simplicité de leurs structures fait que ce type d’antenne est adapté au faible
coût de fabrication. Ceci est une propriété clé qui explique l’introduction des antennes
patchs dans les applications de la communication mobile.

Modélisation des antennes PATCH 17


Chapitre II les antennes PATCH

D’une façon générale, les avantages des antennes imprimées sont :

1 Faible poids ;
2 Limitation du risque de panne ;
3 Faible coût de fabrication, production en masse possible ;
4 Polarisation linéaire et circulaire;
5 Antennes multi bandes, multi polarisations possibles ;
6 Simples, Robustes ;
7 non encombrants.

Cependant, elle présente les inconvénients suivants :

1. Bande passante étroite, souvent associée avec les problèmes de tolérances


(géométriques et physiques) ;
2. Généralement faible gain (6 dB) ;
3. La plupart des antennes rayonnent uniquement dans le demi-plan ;
4. Supportent uniquement des faibles puissances (quelques dizaines de watts) ;
5. Rayonnement parasite de l’alimentation.
6. Circuit d’alimentation parfois très complexes.

Donc, la conception des antennes doit répondre à des compromis en termes de


performances et de complexité de réalisation.

II.4- Caractéristiques :
Les antennes PATCH sont caractérisées par :
1. Permittivité relative du diélectrique εr (avec εr ≤ 3).
2. Leurs épaisseurs qui doivent rester faible par rapport à la longueur d’onde
transmise, et par les dimensions de l’élément rayonnant.
3. Géneralement le diagramme de rayonnement présente un lobe principal.
4. La largeur de bande varie avec la géométrie de l’antenne.
5. Les antennes plaquées rectangulaires et circulaires sont les plus favorables en raison
de leur facilité d’analyse et de fabrication, ainsi que leurs caractéristiques de
rayonnement.

Modélisation des antennes PATCH 18


Chapitre II les antennes PATCH

II.5- Description de l’antenne PATCH :

Sous sa forme la plus fondamentale, une antenne patch se compose d’une pièce
métallique rayonnante de forme arbitraire sur un côté (patch ou éléments rayonnants)
déposé sur un substrat diélectrique et un plan de masse de l’autre côté (figure II.1). Le
patch est généralement fabriqué a base d’un matériau conducteur tel que le cuivre ou l’or,
et il peut prendre n’importe quelle forme possible. L’élément rayonnant et les lignes
d’alimentation sont habituellement photos gravées sur le substrat diélectrique.

Figure II.1: Présentation d'une antenne patch a élément circulaire

FigureII.2 : Présentation d'une antenne patch a élément rectangulaire

Les paramètres physiques et géométriques liés à cette structure sont :


La permittivité relative de diélectrique ( ε r ).

La tangente des pertes ( tgδ ) dans ce même substrat, avec dominance des
pertes par effet joule.
L’épaisseur du diélectrique (elle doit rester faible par rapport à la longueur
d’onde à transmettre).
Les dimensions de l’élément rayonnant (L, W).

Modélisation des antennes PATCH 19


Chapitre II les antennes PATCH

II.5.1- Substrats :
Les substrats exploités dans la conception des antennes patchs sont nombreux. Leurs
permittivités relatives varient de 1 à 12 (1<εr<12). Parfois, il est préférable d’utiliser des

substrats diélectriques de grande épaisseur et de basse permittivité (εr<3) et un faibles


pertes diélectriques (tanδ < 10-3) dans le but d’avoir une grande efficacité, une large bande
passante. Mais dans ce cas la perte par onde de surface augmente et l’antenne devient de
plus en plus encombrante [2].
Les matériaux les plus couramment utilisés sont des composites à base de téflon
-3 -4
(2<εr<3, tgδ=10 ) du polypropylène (εr=2.18, , tgδ=3.10 )ainsi que des mousses
-3
synthétiques (εr=1.03 , tgδ=10 ). Au contraire, l’utilisation de minces substrats de
permittivités élevées est conseillée pour les circuits micro-ondes parce qu’elle minimise les
ondes de surfaces, les radiations non désirées et le volume de l’antenne. Toutefois,
l’efficacité et la bande passante diminuent à cause de la grande perte dans le substrat.

Sélection du substrat
Les critères électriques constituent la première interrogation concernant le choix d’un
matériau. Ces critères incluent :
La constante de diélectrique.
Les pertes diélectriques ou facteur de dissipation.
Les résistances d’isolement et la tension de claquage.
Alumine εr = 9.8 tgδ= 10- 4
Quartz εr = 3.78 tgδ= 10- 4
Teflon et PTFE εr = 2→3 tgδ = 10-3

Permittivité équivalente d’un milieu diélectrique à pertes

- Milieu sans perte (σ = 0 et ε réel) ( )


rot H = jωε E (II.1)

σ : La conductivité.
- Milieu avec pertes conductrices (σ fini et ε réel)

()
rot H = σ E + jωε E = jωε e E
(II.2)

Modélisation des antennes PATCH 20


Chapitre II les antennes PATCH

σ
εe = ε − j
Avec : ω (II.3)
εe Est la permittivité équivalente ; elle peut s’écrire également sous la forme :

ε e = ε 2 + (σ / ω )2 exp(− jδ ) (II.4)

⎛ σ ⎞
Avec δ = arctg ⎜ ⎟ (II.5)
⎝ ωε ⎠
δ est l’angle de pertes du diélectrique et

σ
tg (δ ) =
ωε (II.6)
tg δ est le facteur de pertes du diélectrique

II.5.2- Éléments rayonnants :


Afin de simplifier l'analyse et l'estimation des performances, le patch a généralement une
forme rectangulaire, circulaire, triangulaire, elliptique ou autre forme connue comme
indiqué dans la figure (II.3). Pour un patch rectangulaire, sa longueur L est généralement
0,3333λ0 < L < 0,5λ0, ou λ0 est la longueur d'onde dans l'espace libre. Le patch est
conçue de façon qu'il soit très mince (t<<λ0, ou t est l'épaisseur du patch) La taille h du

substrat diélectrique est habituellement 0,003λ0 < h < 0,05λ0.


Ils existe une grande variété de forme que peut prendre une antenne plaque ou imprime. Il
y a tout d’abord le dipôle imprime, qui attire par sa petitesse quelque applications.
Cependant son exploitation reste limité à cause de sa bande passante très étroite. Les plus
souvent rencontre, sons les antennes rectangulaires ou carres, circulaires et elliptiques. Elles
sont simples a réaliser, et ont été étudiés et modélisées par plusieurs auteurs.

On trouve également d’autres formes plus complexes et plus difficiles à analyser. Elle
résultent souvent de la combinaison de deux formes simples et sont utilisées dans certaines
applications particulières.
Le choix de la forme d’antenne dépendra du type d’application désiré et des paramètres
qu’on cherche a optimiser (bande passante, gain et efficacité, impédance d’entré, niveaux
des lobs secondaires, …etc.).

Modélisation des antennes PATCH 21


Chapitre II les antennes PATCH

Les divers types d’éléments rayonnants les plus simples sont :

Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse

Triangle Pentagone Anneau Anneau Anneau


Rectangulaire circulaire elliptique

Disque à Forme de L Rectangle à Disque avec Demi-anneau


Encoche fente circulaire fente angulaire circulaire

Etoile Section d’un disque Section d’anneau

Figure II.3 : Divers types d’éléments rayonnants.

Parmi toutes ces formes, l’élément rectangulaire est sans contexte le plus facile à
appréhender pour la compréhension des mécanismes de rayonnements des antennes
microstrip. Mais tout d’abord se pose la question d’alimenter une telle structure.

II.5.3- Techniques d’alimentation :


L’alimentation joue un rôle très important lors de la conception des antennes imprimées.
Elle peut modifier les caractéristiques de rayonnement de celles-ci. L’alimentation pourra
être soit centrée soit arbitraire par rapport à la géométrie de l’élément. Par sa position
(Figure II.4), elle détermine l’adaptation de l’antenne à la ligne d’alimentation.
Il existe une large variété de techniques d’alimentation permettant ainsi de fournir
à l’antenne, l’énergie qui lui est nécessaire pour rayonner.

Modélisation des antennes PATCH 22


Chapitre II les antennes PATCH

Courants de Points
surface d’alimentation

Elément
W rayonnant
rectangulaire
L

Figure II.4 : Antenne imprimée rectangulaire alimentée en un point.

1) Alimentation par ligne micro ruban

Dans cette méthode d’alimentation, une ligne microruban (généralement de 50 ) est


connecte directement au bord du patch rayonnant (figure II.5). La longueur de la bande
conductrice est plus petite par rapport au patch. Ce genre d’alimentation a l’avantage que
l’alimentation peut être gravée sur le même substrat pour fournir une structure planaire.
C’est la technique la moins coûteuse et la plus simple a réalisé.

Figure II.5 : Alimentation par ligne Micro ruban

L’alimentation par ligne micro-ruban peut se faire par connexion directe dont le point de
jonction est sur l’axe de symétrie de l’élément (figure II.6 (a)), ou décalé par rapport à cet
axe de symétrie (figure II.6 (b)), si cela permet une meilleure adaptation d’impédance ; dans
ce but, l’alimentation axiale avec une encoche donne de bons résultats (figure II.6 (c)).

Modélisation des antennes PATCH 23


Chapitre II les antennes PATCH

Figure II.6 : Différents types d’alimentation par ligne Micro ruban


(a) axiale, (b) décalée, (c) axiale avec encoche.

La largeur de la ligne (WL ) influe sur l’impédance d’entré, cette largeur peut être calculé
par des formules données par JAMES [21] telle que :

WL 1 WL
= , Pour ≤ 1 .3 (II.7)
h ⎡ ⎛ h1 ⎞ 1 ⎤ h
⎢ exp ⎜ ⎟ − ⎥
⎣ ⎝ 8 ⎠ 4 exp (h1 ) ⎦

Z 0 2.(ε r + 1) 1 ⎛ ε r − 1 ⎞⎛ π 1 4⎞
Avec h1 = + ⎜⎜ ⎟⎟⎜⎜ ln + ln ⎟⎟ (II.8)
119 ,9 2 ⎝ ε r + 1 ⎠⎝ 2 ε r h⎠

WL 2 ε −1 ⎡ 0,517 ⎤ WL
= [(d − 1) − ln(2d − 1)] + r ln(d − 1) + 0,93 − ≥ 1.3
π .ε r ⎢⎣ ε r ⎥⎦
, Pour (II.9)
h π h

59,95.π 2
Avec d= (II.10)
Z0 ε r

La ligne microruban et l’élément rayonnant doivent accomplir des rôles inverses. En


effet, le rôle de la ligne et d’acheminer l’onde vers l’antenne sans qu’il y ait de pertes par
rayonnement, par contre l’antenne imprimée est censée a rayonner sans générer des ondes
de phénomènes sans altérer sur l’autre. Nous devons donc trouver un compromis pour
améliorer au mieux les performances de l’antenne. De plus, l’élément rayonnant présente a
ses bords une forte impédance d’entrée, se qui rend difficile l’adaptation. Il est donc
préférable d’inséré de dispositif d’alimentation sous le plan de masse de l’élément
rayonnant.

Modélisation des antennes PATCH 24


Chapitre II les antennes PATCH

2) Alimentation par une sonde coaxiale :

Cette méthode d’alimentation a beaucoup été étudiée dans la littérature. Elle à l’avantage
de positionner l’alimentation sous l’élément rayonnant et à utiliser une ligne non rayonnant
(coaxial), ce qui diminue fortement de rayonnement parasite. Le conducteur central du
câble coaxial est soudé sur l’élément rayonnant après avoir traverser le plan de masse et le
diélectrique. Le conducteur extérieur est quant a lui soudé au plan de masse. (Figure II.7).

Substrat diélectrique
Source rayonnante

Conducteur central W
Point d’attache
(Soudure)
L

h
Plan de masse

Soudure gaine-plan de
Gaine extérieure Masse

Figure II.7 : Alimentation par sonde coaxiale

Les avantages de cette technique est qu’il n y a pas de contribution au rayonnement de la


part de la sonde coaxial, et qu’elle peut être placée à n’importe quel endroit désiré du patch
afin d’assurer l’adaptation d’impédance. Cette méthode est facile à fabriquer et a un
rayonnement de parasite faible. Cependant son inconvénient principal est qu’elle fournit
une bande passante étroite et elle est difficile à modéliser puisqu’elle manifeste des
problèmes technologique et des complexités mécanique (perçage du substrat, soudure, …),
qui font que ce type d’alimentation devient très coûteux, particulièrement pour les grands
réseaux.

Modélisation des antennes PATCH 25


Chapitre II les antennes PATCH

3) Alimentation couplée par fente (ouverture) :

Dans ce type d’alimentation, le patch rayonnant et la ligne micro ruban d’alimentation


sont séparés par le plan de masse (figure II.8). Le couplage entre le patch et la ligne
d’alimentation est assuré par une fente ou une ouverture dans le plan de masse.

Source rayonnante

Ouverture
ou fente
Plan de
masse

Ligne micro ruban


d’alimentation

Figure II.8 : Alimentation couplée par fente

L’ouverture de couplage est habituellement centrée sous le patch. La quantité de couplage


à partir de la ligne d’alimentation au patch est déterminée par la forme, la taille et
l’emplacement de l’ouverture. Puisque le plan de masse sépare le patch et la ligne
d’alimentation, le rayonnement parasite est minimisé.
L’inconvénient de telle technique et sa complexité de fabrication. Cette complexité réside
dans : l’ouverture dans le plans de masse, La réalisation de deux couche diélectriques.

Elle reste tout de même utilisé pour certaines applications, car elle permet une
amélioration de la bande passante qui peut aller jusqu'à 25%.

Modélisation des antennes PATCH 26


Chapitre II les antennes PATCH

4) Alimentation couplée par proximité :

Cette technique d’alimentation est connue également sous le nom de couplage


électromagnétique. Deux substrats diélectriques sont employés tels que la ligne
d’alimentation est située entre les deux substrats et le patch est imprimé sur le substrat
supérieur (figure II.9). L’avantage principal de cette technique est quelle élimine le
rayonnement parasite due à l’alimentation et fournit une largeur de bande très élevée (plus
que 13%), en raison de l’augmentation global de l’épaisseur de l’antenne microbande. Cette
technique fournit également des choix entre deux milieux diélectrique différent, un pour le
patch et un pour la ligne d’alimentation pour optimiser les performances de l’antenne.

Source
rayonnante

Ligne
d’alimentation
Substrats
diélectrique

Plan de masse

Figure II.9 : Alimentation couplée par proximité

Modélisation des antennes PATCH 27


Chapitre II les antennes PATCH

Comparaison entre ces différentes techniques d’alimentations :

Caractéristiques Alimentation par Alimentation alimentation alimentation


Ligne Coaxiale couplée par couplée par
microruban Ouverture Proximité
rayonnement
parasite de Plus Plus Moins Minimum
l’alimentation

Fiabilité Meilleur Pauvres à cause Bon Bon


de soudure

Facilité de Facile Soudure et forage Alignement Alignement


fabrication requis requis requis
adaptation
d’Impédance Facile Facile Facile Facile

Bande passante
(réalisé avec
adaptation 2-5% 2-5% 2-5% 13%
D’impédance)

Tableau II.2: Comparaison entre les différentes techniques d’alimentations

Modélisation des antennes PATCH 28


Chapitre II les antennes PATCH

5) Alimentation par guide d’ondes coplanaires :

Le plan de masse et la ligne d’alimentation se trouvent sur la même face du substrat. A


cette partie est rajoutée un élément rayonnant imprimé sur un second substrat déposé au-
dessus à hauteur des fentes rayonnantes. Le pavé rayonnant est alors excité par couplage
électromagnétique.

Source rayonnante
Substrat 2
Fente rayonnante h2
Ponts Conducteurs
Substrat 1 h1
a
b

Plan de masse
Guide d’ondes
Coplanaires

Conducteur central

Sonde coaxiale

Figure II.10 : Alimentation par guide d’ondes coplanaires.

6) Alimentation par fibres optiques

Ce type de liaison présente plusieurs avantages, comme une large bande passante, une
forte liaison, une grande immunité au bruit, une taille et un poids réduits. Le concept est le
suivant : une diode laser est modulée à l’aide d’une fibre optique. Sur le substrat de
l’antenne une photodiode démodule le signal lumineux qui sera ensuite couplé à l’antenne
imprimée par un circuit d’adaptation.

Modélisation des antennes PATCH 29


Chapitre II les antennes PATCH

Vers diode
laser
Photodiode

Anode -
Ligne microruban
Stub quart Cathode d’adaptation
d’onde en
circuit ouvert

Broche connectée au
boîtier de la
photodiode Antenne imprimée

Plan de masse

Fils traversant les


deux substrats

Figure II.11: Alimentation par fibre optique

II.6- Alimentations pour polarisations orthogonales ou circulaires :


II.6.1. Polarisations orthogonales :

(a) (b)
Figure II.12 : Orientation du plan E et des courants surfaciques sur l’élément rayonnant
a. selon la position .b. du point d’excitation

Les courants surfaciques qui sont produits sur l’élément métallique sont dirigés selon
l’axe de symétrie passant par le point d’excitation (Figure II.12 a et b) : ils sont donc à
polarisation uniforme et il en résulte que les champs E et H rayonnés pour une excitation
donnée sont à polarisations rectilignes.

Modélisation des antennes PATCH 30


Chapitre II les antennes PATCH

Si les excitations sont effectuées sur deux axes de symétrie orthogonaux, les courants et
les champs produits sont à polarisations orthogonales, c’est-à-dire que le plan E lié à une
excitation correspond au plan H de l’autre, et réciproquement.(figureII.13)

Figure II.13 excitation pou obtenir des polarisations orthogonales

II.6.2- Polarisations circulaires :

Pour avoir une polarisation circulaire, il faut que les deux excitations orthogonales dans
l’espace soient, de plus, déphasées de 90° dans le temps. Pour un déphasage de + 90°la
polarisation est circulaire droite (P.C.D), tandis qu’elle est circulaire gauche (P.C.G) pour
un déphasage de – 90°.

Points d’alimentation
Points d’alimentation

(a) (b)

FigureII.14 : Point d’alimentation pour obtenir une polarisation circulaire avec un élément
a. presque carré, b. carré avec une fente en diagonale, c. carré à coins tronqués.

Modélisation des antennes PATCH 31


Chapitre II les antennes PATCH

II.7- Mécanisme de rayonnement :


Pour mieux comprendre le mécanisme de rayonnement des antennes imprimées, la
littérature scientifique s’appuie généralement sur la théorie de l’optique [33].

Considérons la figure II.15 :

Source
Elément ponctuelle Espace libre (air)
Rayonnant
B
a b c

A C

Plan de
Substrat masse
Diélectrique

Figure II.15 : Mécanisme de rayonnement

L’élément rayonnant est en fait une multitude de sources ponctuelles similaires a celle qui
se trouve au point a. ces sources isotropiques vont rayonnées dans toute les directions.
Une partie de celui-ci est réfléchie par le plan de masse, puis par le conducteur supérieur
et ainsi de suite. Certains de ces rayons aboutissent sur l’arrête du conducteur (point « b »)
qui les diffracte et par conséquent le champ se décompose en deux composantes normale et
tangentielle par rapport au plan de masse. On peut donc envisager trois régions :

Région A :

C’est la plus dense en rayons. Dans cette région le champ électromagnétique


s’accumule plus fortement. Cette propriété est d’ailleurs utilisée pour la propagation le long
des lignes micro rubans. Lorsque les fréquences sont basses ; le champ électromagnétique
est concentré dans cette zone. Donc il y a propagation sans rayonnement.

Région B :
Région de l’espace libre au dessus du substrat dans laquelle il y a dispersion libre du
champ. La contribution des sources ponctuelles est faible. La partie la plus grande du
rayonnement provient des rayons à l’extrémité du conducteur supérieur (point « b »), le

Modélisation des antennes PATCH 32


Chapitre II les antennes PATCH

reste du champ demeure a l’intérieur du substrat et sera considéré comme perte dans le
diélectrique. Nous obtenant ainsi une antenne dont le rendement en rayonnement est très
limité.
Région C :
Certains rayons atteignent les surfaces de séparation (air-diélectrique) avec une
incidence rasante et restent piégés à l’intérieur du diélectrique. Il peut arriver que certain de
ces rayons soit difracté en atteignant le bord (point « c ») du substrat, engendrant ainsi, un
rayonnement parasite. Cette dernière est a l’origine du couplage inter éléments, lorsque les
antennes imprimées sont mise en réseau. Au de la d’une certaine fréquence, ce phénomène
affecte considérablement le rayonnement de l’antenne. Ce si, détériore la qualité du
diagramme de rayonnement, particulièrement au niveau du lobe secondaire.

II.8-Analyse d’une antenne seule :


Cas d’une antenne imprimée rectangulaire :

II.8.1 Géométrie :
Une antenne patch rectangulaire est une antenne imprimée qui comporte une structure
rectangulaire imprimée sur substrat avec plan de masse.

ε
ε0 ≤ 3

t: petit t<<λ
Figure II.16 : Antenne alimenté par ligne microstrip
Dans la région située entre le patch et le plan de masse les équations de Maxwell s’écrivent:
ρ
∇ × E = − j ωµ H ∇ .E =
ε
0

∇ × H = J + jωε E ∇ .H = 0
Si l’alimentation est par câble coaxial on a :

J = JZ ρ z;() ρ = X x + Y y. (II.11)
Si l’alimentation est par ligne microruban :

Modélisation des antennes PATCH 33


Chapitre II les antennes PATCH

Il s’agit d’un courant linéique K = KZ z , au segment de la limite de contact entre la


ligne et le patch.
La distribution du courant est considérée indépendante de z car la couche du diélectrique
est très mince ; l’équation de continuité donne :

∇ × H = J + j ωε E (II.13)

( )
∇ . ∇ × H = ∇ . J + j ωε .∇ .E
ρ
0 = ∇ . J + j ωε (II.14)
ε

∇.J = − jωρ = 0 (II.15)


D’où la densité de charge volumique est nulle dans cette région, par conséquent

∇E
. =0 (II.16)
D’après l’équation de Helmholtz pour le champ de la cavité excitée par J [2]:

On a : (∇ 2
)
+ k d2 E z = j ωµ 0 J Equation d’onde homogène.

Avec : k d = ω µ 0ε Numéro d’onde dans le substrat. (II.17)

En utilisant cette équation et les conditions aux limites on peut trouver Ez

∂EZ
E = EZ z Avec : =0 (II.18)
∂Z
Ez ne dépend que de x et de y.
On commence à chercher la solution caractéristique de l’équation d’onde homogène

(∇ 2 2
)
+ kmn EZ = 0 (II.19)
Pour un patch rectangulaire les solutions qui satisfassent les conditions aux limites sont :
m πx nπy
EZ =ψ mn = cos cos (II.20)
a b
2 2
⎛ mπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
kmn = ⎜ ⎟ +⎜ ⎟ (II.21)
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

Modélisation des antennes PATCH 34


Chapitre II les antennes PATCH

* le champ magnétique H :

On a : ∇ × E = − jωµ0 H (II.22)

nπ m πx n πy m a
π
nπy m πx
H = b cos sin x cos sin y (II.23)
j ωµ 0 a b j ωµ 0 b a

Cette solution donne :


Hx=0 pour y=0 ou y=b
Hy=0 pour x=0 ou x=a
La solution générale peut être représentée comme suit :

EZ = ∑∑ Amnψ mn
m n

Le coefficient constant Amn peut être déterminé comme suit

∑ ∑ (k
m n
2
d − k mn
2
)
Amnψ mn = jωµ 0 J Z (II.24)

*
Si on multiplie par ψ rs et on intègre sur la surface du patch, on obtient :

j ω 0 ∫ J Z ψ rs* ds
A mn = S

∑ ∑ (k
m n
2
d − k mn
2
)∫ ψ mn ψ *
rS ds (II.25)
S

Puisque ψ mn et ψ rs sont orthogonales, les termes ψ mn ψ*rs s’annulent pour : mn # rs ;

J Z ,ψ = ∫J ψ rs* ds
*
jω 0 J Z ,ψ *
rs
rs Z

Ars = S
d’où
k −k 2
d
2
mn ψ rs ,ψ *
rs
Avec :
ψ rs ,ψ *
rs = ∫ψ rs ψ rs* ds (II.26)
S

En remplaçant Amn, on trouve l’expression générale du champ E dans la région en


dessous du patch :

1 J Zψ mn
*

EZ = jωµ0 ∑∑
m n kd2 − kmn
2
ψ rsψ rs* (II.27)

Modélisation des antennes PATCH 35


Chapitre II les antennes PATCH

On peut écrire Ez comme suit [22]:


⎡ (d − c ) ∞ 2 (d − c ) n πy ∞
4 m π (d + c ) m π (d − c )
E Z = jωµ 0 ⎢ 2
+ ∑ (
n =1 ab k d − k 0 n
2 2
cos
) b
+ ∑ (
2 2
)
m =1 m πb k d − k m 0
cos
2a
sin
2a
⎣ abk d
m πx ∞ ∞
8 m π (d + c ) m π (d − c ) m πx n πx
cos + ∑∑ cos sin cos cos
a (
m =1 n =1 m πb k d − k m 0
2 2
) 2a 2a a b
(II.28)

II.8.2) Fréquence de résonance :

Pour une fréquence donnée : k d = ω µ0ε est constante.

La fréquence de résonance est alors donnée par :


2 2
1 ⎛ mπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
f mn = ⎜ ⎟ +⎜ ⎟ m, n entiers (II.29)
2π µ 0 ε ⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

II.8.3) Impédance d’entrée du patch :

L’expression de l’impédance d’entrée est [22]:

1 1 J Zψ mn
*

Z e = − jωµ 0 t ∑∑ 2 ψ mn (x, y ) (II.30)


I m n k eff − k mn
2
ψ mnψ mn
*

Calcul du champ rayonné :

L’antenne imprimée de forme rectangulaire repérée par le système de coordonnées


sphériques, est représentée par la figure suivante [33] :

r
z ur
θ M

O . y

ϕ m

x
Figure II.17 : Antenne rectangulaire liée au repère des coordonnées sphérique.

Modélisation des antennes PATCH 36


Chapitre II les antennes PATCH

L’objectif est de déterminer les courants de surfaces sur le conducteur rayonnant pour
pouvoir calculer les champs rayonnés par celui-ci. Partant des équations de Maxwell, et
des transformations dans l’espace de Fourier, le problème revient à résoudre une équation
intégrale, dont l’inconnue est la densité de courant surfacique. Une des méthodes utilisées
pour traiter cette équation est d’appliquer la méthode des moments, qui permet de formuler
les courant.
Les courants de surface se décomposent suivant :

⎡ Ly ⎤ ⎡ L ⎤
sin⎢ K 0 sinθ cosϕ ⎥ 2π cos⎢ K 0 x sinθ cosϕ ⎥
2 ⎣ 2 ⎦
J x (θ , ϕ ) = Lx Ly I1 ⎣ ⎦
(II.31)
⎤⎡ 2 ⎛ ⎞ ⎤
2
⎡ Ly Lx
⎢ K 0 2 sinθ cosϕ ⎥ ⎢π − ⎜ K 0 2 sinθ cosϕ ⎟ ⎥
⎣ ⎦ ⎣⎢ ⎝ ⎠ ⎦⎥

⎡ L ⎤ ⎡ Ly ⎤
sin ⎢ K 0 x sin θ cos ϕ ⎥ 2π cos ⎢ K 0 sin θ cos ϕ ⎥
⎣ 2 ⎦ ⎣ 2 ⎦
J y (θ , ϕ ) = Lx Ly I 2 (II.32)
⎤⎡ 2 ⎛ ⎞ ⎤
2
⎡ Lx Ly
K
⎢ 0 2 sin θ cos ϕ ⎥ ⎢π − ⎜ K
⎜ 0 2 sin θ cos ϕ ⎟⎟ ⎥
⎣ ⎦ ⎢⎣ ⎝ ⎠ ⎥⎦

Les courants I1 et I2 sont des grandeurs complexes qui permettent de définir les plans E
et H. Si on choisit I1=1 (purement réel) et I2=0 alors l’élément est polarisé linéairement
selon Ox. Ainsi le plan E est le plan xOz alors que le plan H sera le plan yOz. Ceux-ci
seront inversés si I2 =1 et I1 =0.
A grande distance, au point M de l’espace, le champ induit par la source est situé dans le
plan (Uθ, Uφ), s’il s’exprime par :
r r r
E ( M ) = Eθ (θ , ϕ ) U θ + Eϕ (θ , ϕ ) U ϕ (II.33)

La composante radiale du champ est considérée comme nulle, les deux autres
composantes s’expriment par les relations suivantes :

[
Eθ (θ ,ϕ ) = F (θ ) cos ϕ J x (θ ,ϕ ) + sin ϕ J y (θ ,ϕ ) ] (II.34)

[
Eϕ (θ , ϕ ) = G (θ ) − sin ϕ J x (θ , ϕ ) + cos ϕ J y (θ , ϕ ) ] (II.35)

Avec :

Modélisation des antennes PATCH 37


Chapitre II les antennes PATCH

− jwµ 0T cos ϕ
F (θ ) = (II.36)
T − jε r cos θ cot g ( K 0Th)

− jwµ 0T cos ϕ
G (θ ) = (II.37)
cosθ − jT cosθ cot g ( K 0Th)

T = ε r (1 − j tan δ ) − sin 2 θ II.38)


Où :
- µ0 perméabilité du vide.
- K0 nombre d’onde.
-Lx longueur de l’antenne.
- Ly largeur de l’antenne.
-tan δ pertes du substrat diélectrique.

II.10- La mise en réseau d’antennes imprimées :

L'utilisation d'une antenne unitaire s'avère souvent insuffisante pour répondre aux
contraintes de rayonnement imposées. Des caractéristiques spécifiques, un gain élevé, un
lobe conformé ne peuvent généralement être obtenus que par le regroupement de plusieurs
sources rayonnantes pour former un réseau d'antennes.

Figure II.18- Exemples de réseaux d'antennes a 16 éléments

Le groupement en réseau le plus simple est obtenu avec des sources identiques qui se
déduisent les unes des autres par translation pour former des réseaux linéaires et plans.

Modélisation des antennes PATCH 38


Chapitre II les antennes PATCH

Réseaux linéaires Réseaux plans


FigureII.19 : Architecture de base des réseaux d'antennes

Pour le réseau linéaire, on cherche à conformer le diagramme de rayonnement seulement


dans le plan contenant les sources. Lors d'une modification du diagramme de rayonnement
sur l'ensemble de l'hémisphère, les sources élémentaires doivent être disposées suivant le
réseau bidimensionnel.
Dans une antenne réseau, l'énergie est distribuée entre les diverses sources rayonnantes
selon une loi donnée : les caractéristiques de rayonnement du système dépendent à la fois
du diagramme de rayonnement de l'élément de base, des coefficients de réflexion en
amplitude et en phase sur chaque source et de la distance entre éléments.

La géométrie du réseau est déterminée grâce aux étapes suivantes :

Le gain, la taille maximale de l'antenne, le nombre d'éléments rayonnants nécessaires.


La distance entre deux éléments rayonnants successifs peut varier de 0,6 à 0,75 λ0 pour
que la directivité du réseau soit maximale. Si les éléments sont trop rapprochés, le
phénomène de couplage qui se crée fait diminuer la valeur maximale de la directivité.
S'ils sont trop éloignés, des lobes de réseau apparaissent.
Ensuite, à partir de la théorie des lignes, il faut élaborer le circuit des lignes micro
rubans alimentant les différents éléments rayonnants. L'objectif de cette étape est : il
faut réaliser l'adaptation 50 Ω de l'antenne au niveau du point d'excitation.
La dernière étape consiste à faire l'analyse du réseau et des lignes d'alimentation.

Modélisation des antennes PATCH 39


Chapitre II les antennes PATCH

Avantages :
La mise en réseau permet d’augmenter le gain.
De larges bandes passantes peuvent par ailleurs être obtenues sur des réseaux conçus à cet
effet pour assurer le haut débit. On a alors recours de préférence à des antennes
multicouches ou éventuellement à l’insertion d’élément parasite. Par ces solutions, on
atteint 40 à 50 % de largeur de bande sur un élément de base et près de 10 % sur le réseau
global.
Le fait que l’on puisse conformer le diagramme de rayonnement à souhait en fonction
de l’application envisagée est un avantage indiscutable des réseaux d’antennes imprimées
par rapport aux autres types d’antennes.
La possibilité de générer de la polarisation circulaire est également très intéressant pour
un grand nombre d’applications telles que les communications, la navigation, les systèmes
radar…
Enfin, le faible poids et l’encombrement réduit (en particulier en épaisseur) sont des
derniers avantages des réseaux de patchs.

Inconvénients :
Les niveaux de gain obtenus avec des réseaux, tout en étant corrects en s’approchant des
30 dBi. La raison principale en est les pertes (Les couplages), de l’ordre de plusieurs dB,
générées tout au long du circuit de distribution.
Un autre inconvénient est la complexité de réalisation compte tenu des précisions à tenir
sur les faibles largeurs des différentes lignes aux fréquences de travail élevées. Ceci est
d’autant plus vrai lorsque l’on a à fabriquer des réseaux multicouches nécessitant des
réalisations très délicates et des coûts de fabrication plus conséquents.
On peut citer des applications dans les systèmes mobiles et satellitaires, réseaux
conformés sur surfaces coniques (ailes d’avions, missiles…) mais ces antennes trouvent
leurs réalisations utilisées dans absolument tous les secteurs du millimétrique

Modélisation des antennes PATCH 40


Chapitre II les antennes PATCH

Cette mise en réseau des sources crée des rayonnements parasites (Figure II.20) qui
sont dus au débordement des champs magnétiques, à l'épaisseur de substrat utilisé, à
l'orientation et à la distance entre les sources.

Figure II.20 : Mécanisme des rayonnements parasites

II.11-Conclusion :

La technologie microbande en générale, et les antennes patch en particulier connaissent


un succès croissant aux prés des industriels et des professionnels de télécommunication,
qu’elle soit spatiale ou terrestre. Il est nécessaire de bien définir l’intégralité des paramètres
des antennes, afin de prévoir son comportement avant même la réalisation d’une parte, et de
s’assurer qu’elle se conformera aux exigences des systèmes.
Nous avons essayé à travers ce chapitre de présenter de façon concise, l’essentiel de la
théorie des antennes imprimées dont aurait besoin tout ingénieur ou chercheur s’intéressant
à ce type d’antenne.
En commençant tout d’abord de citer quelques applications de ce type d’antennes ,
l’étude du fonctionnement d’une antenne imprimée, on s’est intéressé par la suite aux plus
importantes techniques utilisées pour son alimentation, mécanisme de rayonnement ainsi
qu’aux différentes caractéristiques de son rayonnement. A la fin, mise en réseaux
d’antennes imprimées.

Modélisation des antennes PATCH 41


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Modélisation des Antennes PATCH

III.1-Introduction :

Etant donné la complexité de la modélisation des antennes imprimées et la grande variété


des formes de l'élément rayonnant (rectangulaire, circulaire, triangulaire…etc.), plusieurs
méthodes basées sur des modèles approchés ont été mises au point.

Les antennes en technologie micro ruban ont généralement un rayonnement


bidimensionnel sur un substrat diélectrique et peuvent donc être classées comme
composants planaires. Les objectifs de l'analyse d'antenne sont de prévoir les
caractéristiques de rayonnement telles que des modèles de rayonnement, le gain, et la
polarisation aussi bien que des caractéristiques des champs proches, telles que l'impédance
d'entrée, la largeur de bande, le couplage, et l'efficacité de l’antenne.

La présence de l'inhomogénéité diélectrique rend l'analyse des antennes micro ruban plus
complexe. De plus, les conditions de frontière non homogènes, les caractéristiques étroites
de bande de fréquence, la grande variété d'alimentation et de la forme des plaques
compliquées donne l’avantage à ce type d’analyse. Parmi les méthodes analytiques
principales: le modèle de ligne de transmission et le modèle de cavité ont été utilisés. Ces
méthodes maintiennent la simplicité. Les modèles analytiques emploient des suppositions
simplifiées, mais ils offrent généralement des solutions simples.

Modélisation des antennes PATCH 42


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.2-Différentes Méthodes d'analyse :

Les méthodes d’analyse les plus populaires des antennes imprimées sont :
Des méthodes analytiques simples tel que : Modèle de ligne de transmission, modèle de
cavité, ainsi que des méthodes numériques rigoureuses tel que : La méthode des moments
(MoM), La méthode des éléments finis (FEM), La méthode de différence du domaine
temporel fini (FDTD).
Le modèle de la ligne de transmission est le plus simple de tous et il donne une bonne
perspicacité physique mais il est moins précis. Le modèle de cavité est plus précis et donne
une bonne perspicacité physique mais il est complexe dans sa nature. Le modèle full-wave
(méthode des moments) est extrêmement précis, souples et capable de traiter les éléments
uniques, les réseaux finis et infinis, les éléments empilés, les éléments de forme arbitraire et
le couplage. Ceux-ci donnent moins de perspicacité par rapport aux deux modèles
analytiques mentionnés ci-dessus et il est beaucoup plus complexe.

III.2.1- Méthodes analytiques :


III.2.1.1-Modèle de la ligne de transmission :

1-Introduction :
L’antenne est considérée comme une ligne de transmission dont les deux extrémités
sont des ouvertures (fentes) rayonnantes (Figure III.1); ce modèle est complété en tenant
compte des pertes dans le diélectrique, dans les conducteurs et du couplage entre les deux
ouvertures.
Pour arriver au modèle final, il faut tenir compte de certains phénomènes tel que :
L’alimentation.
Le rayonnement.
La permittivité effective du substrat.
Les pertes diélectriques et de conductions.
Les dimensions effectives de l'élément.

Modélisation des antennes PATCH 43


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Fentes rayonnantes Plan de masse

Elément rayonnant

Figure III.1 : Modélisation de l’antenne patch rectangulaire par deux fentes couplées

2- Modèle et caractéristiques :
Dans une première étape l'élément rayonnant est modélisé par une ligne de transmission
de longueur L chargé à ses deux extrémités par une admittance qui caractérise les
discontinuités dues aux bords de l’élément (figure III.2).

Figure III.2 : schéma équivalent de l’antenne

Modélisation des antennes PATCH 44


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Le rayonnement est le facteur le plus important .il est modéliser par Les grandeurs
G et B, obtenues à partir des formules suivantes:

W ⎡ 1 2⎤
G=
120.λ0 ⎢1 − 24 (K0 h) ⎥ (III.1)
⎣ ⎦
W
B= [1 − 0.636ln(K0 h)] pour
h

1
(III.2)
120.λ0 λ0 10

Où λ 0 est la longueur d’onde dans le vide.

2.π
et : k 0 = , le nombre d’onde.
λ0
W : la largeur de l’élément rayonnant.
L’alimentation : l’excitation est ramenée a l’antenne par une sonde coaxial ; les
mesures de l’impédance s’effectuent au niveau de la sonde.

Permittivité effective : du fait que la propagation se fait a la fois dans le diélectrique


et dans l’aire on introduit une constante diélectrique effective εe relative à la discontinuité
a l’interface air-diélectrique.
Pour w>>h : εe est donnée par JAMES-HALL [21] :
t
εr +1 εr −1⎛ 10 .h ⎞
− 0 .5 (ε r − 1)
εe = + ⎜1 + ⎟ − h
(III.3)
2 2 ⎝ W ⎠ W
4 ,6
h
Avec :
ε e : Permittivité effective.
ε r : Permittivité relative.
h : la hauteur du substrat.
W : la largeur du substrat.
t : l’épaisseur de l’élément rayonnant.
Ou, par HAMMERSTADE [21] :
− 0 .5
εr +1 ε r −1⎛ 12 .h ⎞
εe = + ⎜1 + ⎟ (III.4)
2 2 ⎝ W ⎠

Modélisation des antennes PATCH 45


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Ainsi, les champs rayonnés par l’antenne microruban modélisée par le modèle de la ligne
de transmission sont définis par les relations [22] :
• Plan E :
⎡ ⎛k W ⎞⎤
− jk 0 r ⎢ sin ⎜ 0 sin θ ⎟ ⎥
hWk E0e ⎝ 2 ⎠⎥
Eϕ = j 0 ⎢ cos θ (III.5)
2 .π .r ⎢ k W ⎥

0
sin θ ⎥
⎣ 2 ⎦
• Plan H :
⎡ ⎛k W ⎞⎤
− jk 0 r ⎢ sin ⎜ 0 sin θ ⎟⎥
Eϕ = 2 j
hWk 0 E 0 e
⎢ cos θ ⎝ 2 ⎠ ⎥ . cos ⎛ k 0 L e sin θ ⎞
⎜ ⎟ (III.6)
2 .π .r ⎢ k 0W ⎥ ⎝ 2 ⎠
sin θ
⎢ 2 ⎥
⎣ ⎦
Phénomène de dispersion : pour les fréquences élevées, la permittivité du
diélectrique varie avec la fréquence. Cette variation est donnée par [23] :
ε− εe
ε e (f )= ε r − r
(III.7)
⎛ f ⎞
1+ G⎜ ⎟
⎜ f ⎟
⎝ p ⎠
Z
Avec : fp = c
(III.8)
2 . µ 0 .h
Zc : impédance caractéristique. G : facteur empirique.
La figure ci-dessous donne la variation de εe en fonction de la fréquence.

⎧ε quand f ⎯ ⎯→0
Avec: εe ( f ) = ⎨ e (III.9)
⎩ε r quand f ⎯
⎯→∞
εe(f)

εr

εe
f
Figure III.3: variation de εe en fonction de la fréquence

Modélisation des antennes PATCH 46


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Pertes :
Les signaux qui se propagent sur une ligne microruban connaissent une atténuation
causée par la conductivité finie du conducteur et du plan de masse, et par les pertes dans le
diélectrique. Cette atténuation est exprimée par le coefficient d'atténuation qui à deux
composantes, l'une correspondant aux pertes dans le conducteur, α c, et l'autre
correspondant aux pertes dans le diélectrique, α d. Les expressions pour ces coefficients
sont [39]:

f εr ⎛ ε e ( f )− 1 ⎞
α = 27 , 3 . tg δ ⎜ ⎟ (III.10)
ε e ( f ) ⎜⎝ ε r − 1 ⎟⎠
d
c

tgδ : tangente de perte.


Pour W/h ≥1 :

⎡ ⎤
W
0,667 e
ε e .Z c .RS ⎢We h ⎥.⎡1 + h ⎡1 + 1,25 ln⎛ 2.h ⎞⎤⎤
α C = 6,1.10 . −5
+ ⎜ ⎟⎥⎥
h ⎢ h We ⎥ ⎢ We ⎢⎣ π ⎝ t ⎠⎦⎦
(III.11)
⎢⎣ + 1,44⎥ ⎣
h ⎦
Pour W/h ≤ 1 :
2
⎡ We ⎤
RS ⎢ 32 − h ⎥ ⎡ h ⎡ 1,25 ⎛ 2.π .W ⎞⎤⎤
α C = 1,38. ⎢1 + ⎢1 + π ln⎜ t ⎟⎥⎥
Z c .h ⎢ 32 + We ⎥ ⎣ We ⎣ ⎝ ⎠⎦⎦
(III.12)
⎢⎣ h ⎥⎦
π . f .µ 0
Avec : R S = (III.13)
σ
σ : la conductivité des conducteurs.
We : la largeur effective donnée par [23]:
1,25.t ⎛ ⎛ 2.h ⎞ ⎞ W
We = W + .⎜⎜1 + ln⎜ ⎟ ⎟⎟ pour : ≥ 1 / 2π (III.14)
π ⎝ ⎝ t ⎠⎠ h

1,25.t ⎛ ⎛ 4.π .W ⎞ ⎞ W
We = W + .⎜⎜1 + ln⎜ ⎟ ⎟⎟ pour : ≤ 1 / 2π (III.15)
π ⎝ ⎝ t ⎠⎠ h

Modélisation des antennes PATCH 47


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Longueur effective :
Le = L +2 ∆L
Les deux extrémités de l’élément se comportent comme des continuités de type circuit
ouvert équivalent à deux capacités ; chaque capacité peut être remplacé par une extension
équivalente ∆L [25] [26].
- Selon LIER :

(ε e + 0 ,3).(W + 0 , 264 )
∆ L = 0 , 412 .h. h
(III.16)
(ε e − 0 , 258 ).(W + 0 ,8 )
h
- Selon GARG :

⎛ W + 0,366 ⎞ ⎛
∆L =
h ⎜ h ⎟.⎜ 0,28 + ε + 1 ⎛⎜ 0,274 + ln ⎛ W + 2,518 ⎞ ⎞⎟ ⎞⎟
⎜⎜ W + 0,556 ⎟⎟ ⎜ ⎜ ⎜ ⎟⎟⎟ (III.17)
2.π ε ⎝ ⎝ h ⎠⎠⎠
⎝ h ⎠⎝ r

Le modèle final de l’antenne est représente par la figure (III.4)

∆L X ∆L
Point d’excitation

L
L2 L1
L

R XL R

Figure III.4 : schéma équivalent final de l’antenne

Modélisation des antennes PATCH 48


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

3- calcul de l’impédance d’entrée :

Le modèle de l’antenne est une ligne de transmission chargé à ces deux extrémités par
une résistance de rayonnement R, cette ligne est caractérisée par son impédance Zc et ses
pertes diélectriques et métalliques.

L’impédance caractéristique est donnée par [24] :


−1
120 .π ⎛ W e ⎛W ⎞⎞
Zc = .⎜⎜ + 1,393 + 0 , 667 ln ⎜ e + 1, 444 ⎟ ⎟⎟ (III.18)
εe ⎝ h ⎝ h ⎠⎠
L’impédance d’entrée est calculée en ramenant les deux résistances R au niveau du plan
de la sonde d’une distance L1 et L2.

Le schéma équivalent devient :


XL
Ze Z1 Z2

Zi : l’impédance ramenée au niveau de la sonde

Z c (R + Z c th (δ . L i ))
Zi =
Z c + R .th (δ . L i ) (III.19)

Avec :
δ = α + j.β : Constante de propagation.

α = αd + αc : Coefficient d’affaiblissement.
2.π . f
β =k= ε e ( f ) : Nombre d’onde.
c
On pose :

Zc 1 + z .th ((α + j . β ). L i )
yi = =
Zi z + th ((α + j . β ). L i ) - (III.20)

ye=y1+y2 (sans tenir compte de XL).

Modélisation des antennes PATCH 49


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

On a donc :

(1 + z .th α .Li )(. z + th α .Li ).(1 + (tg β .Li ) )


2 2
Re ( y e ) = ∑ = Ry
i =1 ( z + th α . Li ) + (tg β . Li ) .(1 + z .th α . Li )
2 2 2 (III.21)

Im ( y e ) =
(
tg β . L i . ( z + th α . L i ) − (1 + z .th α . L i )
2 2
)
= Iy
(z + th α . Li ) + (tg β .Li )2 .(1 + z .th α . Li )2 (III.22)

⎧ R
⎪ z =
Zc

⎨ L1 = x + ∆L
Avec : ⎪
L = L + 2.∆L − L1
⎪ 2

L’impédance d’entré est donné par :

⎡ Ry .Z0 ⎛ I y .Z0 ⎞⎤
Ze = ⎢ 2 ⎜
+ j. X L − 2 ⎟⎥
⎢⎣ Ry + I y
2 ⎜ 2⎟
Ry + I y ⎠⎥⎦ (III.23)

4- Calcul de la fréquence de résonance :

La fréquence de résonnasse est définie comme étant celle pour laquelle la partie réelle de
l’impédance d’entrée est maximal.

Pour trouver la fréquence de résonance on cherche le MAX (Re(Z e )) .

Modélisation des antennes PATCH 50


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.2.1.2-Modèle de cavité :

Dans ce modèle, l’antenne est considérée comme une cavité où la fréquence de résonance
de l’antenne est celle de la cavité.
Le modèle de cavité convient aux différentes géométries de plaques telles que des
anneaux, des rectangles, des triangles et des ellipses.

1- Modèle :

Pour ce type de modélisation, l’antenne est traitée comme une cavité résonante : la
région limitée par le plan de masse et l’élément rayonnant est considéré comme une cavité
résonnante limitée par des murs magnétique sur les bords de l’élément et des murs
électrique au dessus de l’élément et au dessous du plan de masse.
Le modèle de l’antenne est représenté dans la figure suivante :

Elément rayonnant
Substrat électrique

Mur électrique
Mur magnétique
L
W
Figure III.5: Modèle de la cavité.

2- calcul de la fréquence de résonance :


La fréquence de résonance est formulée par GARG [26] et WOLF [27]
2 2
c ⎛ m ⎞ ⎛ ⎞
f m ,n = . ⎜ ⎟ +⎜ n ⎟
2 . ε r ⎜⎝ π .W eff ⎟

⎜ π .L
⎝ eff


m, n=0, 1, 2,3… (III.24)

m : nombre de mode suivant X.


n : nombre de mode suivant Y.

Modélisation des antennes PATCH 51


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

εr : permittivité relative.
Les dimensions effectives sont calculées en tenant compte des effets de bords, Leff et Weff
sont données par :
wequi − w ε eff (w) + 0,8
Leff = L + . (III.25)
2 ε eff (w) − 0,258
Avec :
120 .π
w equi =
ε eff (w ).Z a (w )
(III.26)

εeff(W) : est la permittivité effective donné par [28]

−0,5
ε r + 1 ε r −1 ⎛ W⎞
ε eff = + .⎜1 + 10 ⎟ (III.27)
2 2 ⎝ h⎠
Za(w) : est l’impédance d’une ligne remplie d’un diélectrique de permittivité εr.

−1
60.π ⎧ w ε −1 ε + 1 ⎡ ⎛w ⎞⎤⎫
Za (w) = .⎨ + 0,441+ 0,082. r 2 + r 2 .⎢1,45 + ln⎜ + 0,94⎟⎥⎬ (III.28)
ε r ⎩2.h εr 2.π.ε r ⎣ ⎝ 2.h ⎠⎦⎭

De la même manière on obtient Weff en remplaçant W par l et Weq par Leq.

3- Calcul de l’impédance d’entrée :

Dans ce modèle l’antenne peut être considérée comme des circuits résonants parallèles
montés en série. Chaque circuit présente un mode de propagation donné, la contribution de
la sonde est modélisée par une inductance XL (figureIII.6).
Pour le mode fondamentale, l’antenne est équivalente à un circuit résonant parallèle
R.L.C (figure III.7).

Modélisation des antennes PATCH 52


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Figure III.6: circuit équivalent de l’antenne pour tous les modes.

Figure III.7 : circuit équivalent de l’antenne pour le mode fondamental.

L’impédance d’entrée de l’antenne est donne par [11] :


2
ε r2 ⎛ L ⎞
Z in = 90 ⎜ ⎟ (III.29)
εr −1⎝W ⎠
Considérant une cavité ayant des parois conductrices parfaites mais un substrat
diélectrique avec des pertes, le facteur de qualité du diélectrique Qd est donné par:
1
Qd = (III.30)
tg δ
Comme dans une cavité, l’antenne rayonne à des modes liés aux dimensions de l’élément
rayonnant. Dans l’analyse élémentaire, on considère un mode résonnant unique. La cavité
est alors équivalente à un circuit RLC parallèle.

III.2.1.3- Comparaison des deux modèles analytiques :

Nous avons abordé les deux principaux modèles analytiques des antennes microruban, à
savoir le modèle de ligne de transmission et le modèle de cavité. La comparaison des deux
modèles est donnée au tableau suivant:

Modélisation des antennes PATCH 53


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Application Modèle de linge de Modèle de cavité


transmission

Forme des plaques Rectangulaire seulement formes régulières


analysées

Épaisseur du substrat mince épais

Application au réseau oui non

Tableau III.1: Comparaison des deux modèles analytiques

III.2.2- Analyse par des méthodes numériques :

Le modèle de la ligne de transmission est simple, mais il a plusieurs inconvénients : il est


seulement utile pour les antennes imprimées de formes rectangulaires, il ignore les
variations du champ le long des bords rayonnants, et les corrections pour les champs de
bords doivent être empiriquement déterminées. Dans le Modèle de Cavité, le champ entre
l’élément rayonnant et le plan de masse augmente en termes des modes résonnants de
cavité. L'effet du rayonnement est expliqué par l’augmentation artificielle des pertes dans le
diélectrique ou par une condition d'impédance aux limites sur les murs. Cependant, en
considérant ces modèles simples, il reste besoin à utiliser des méthodes numériques
rigoureuses pour déterminer le rayonnement, les couplages électromagnétiques, et les
champs des bords.
Parmi les méthodes numériques les plus utilisées pour analyser les antennes en
technologie microruban, on note:
La méthode des éléments finis (FEM).
La méthode de différence du domaine temporel fini (FDTD).
La méthode des moments (MoM).

Modélisation des antennes PATCH 54


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.2.2.1- La méthode des éléments Finis :

Considérons le cas simplifié d'un espace à une dimension. Soit une fonction f(x) dont on
connaît la valeur en certains points (x1, x2, …, xN) de l'ensemble de définition. Cette

fonction est approchée par une fonction fa(x) qui prend les valeurs de la fonction f aux

points (x1, x2, …, xN). fa(x) peut être recherchée comme une fonction polynomiale [13]:

fa(x) = α0 + α1x + α2x2 + … + αnxn (III.31)


La valeur de la fonction fa est imposée pour l'ensemble des points (x1, x2, …, xN). On

obtient donc N équations par rapport aux paramètres (α0, α1, …, αn).
Ces paramètres sont donc calculables si l'ordre des polynômes est n=N-1.

La méthode des Éléments Finis consiste à restreindre (limité) l'intervalle de définition de


la fonction à des intervalles plus petits, appelés éléments, sur lesquels il est plus facile
d'appliquer la définition de la fonction d'approximation. Dans un espace à une dimension,
ces éléments sont des segments alors que dans un espace à trois dimensions, sont
généralement des tétraèdres. De nombreux logiciels existent dans le commerce (Ansoft
HFSS…) et permettent le calcul des structures complexes en trois dimensions notamment
grâce à un maillage adaptatif. Les fonctions utilisées sont des fonctionnelles construites par
rapport aux potentiels ou aux champs électromagnétiques. La méthode est robuste mais
nécessite des moyens informatiques importants.

III.2.2.2- La méthode des différences finies :

Parmi les méthodes de résolution numérique, nous avons la méthode des différences
finies qui résout les équations de champs en des points discrets, définis d'une façon
ordonnée dans le domaine complet de la structure. Elle résout directement les équations de
Maxwell sous leur forme différentielle, réalisant ainsi une approximation par discrétisation
[13].

La méthode des Différences Finies a été développée par A. Thom [13]. Elle nécessite de
discrétiser et de mailler le système physique à modéliser (chaque cellule du maillage
contient alors les constantes physiques du matériau mis en jeu).

Modélisation des antennes PATCH 55


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

On résout les équations en chaque point du maillage en prenant en compte les conditions
initiales ainsi que les conditions aux limites du système.
Les points essentiels à assurer pour cette méthode sont la précision des calculs et la
stabilité de l’algorithme (un algorithme est stable lorsque une erreur survenant à une étape
donnée produit à l’étape suivante une erreur de plus petite importance).
Trois types d’erreurs vont apparaître : les erreurs dans le modèle du système, les erreurs
dues à la discrétisation de l’espace et les erreurs d’arrondis des nombres dans le calculateur.
Il faut noter qu’un maillage plus fin utilisé pour réduire le second type d’erreurs va
augmenter le nombre d’opérations et ainsi les erreurs du troisième type.

Un développement des différences finies a été effectué dans le domaine temporel par
YEE [13], nous en reparlerons dans la suite.
Dans la famille des méthodes de différences finies, on trouve la FDTD (Finite
Différence Time Domaine) :

La FDTD : est une méthode numérique de modélisation électromagnétique utilisant


une discrétisation temporelle des équations de Maxwell (transformation des dérivées
partielles en différences finies). Cette méthode agit dans le domaine temporel et permet une
visualisation directe des champs électriques et magnétiques. La FDTD est indépendante de
la géométrie du système à modéliser et permet de couvrir un large spectre de fréquences
avec une seule simulation.
La FDTD a été appliquée à de nombreux domaines d’applications :
simulation d’antennes (antennes micro rubans, réseau d’antennes…).
étude de composants électroniques actifs et passifs.
propagation optique.
fonctionnement des satellites artificiels…
La FDTD utilise une implémentation directe des équations de maxwell dans un calculateur.

Modélisation des antennes PATCH 56


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.2.2.3- Méthode des moments (Analyse full-wave) :

C'est une méthode d'analyse basée sur la résolution des équations intégrales des courants.
Dans le domaine cartésien, l’élément rayonnant est découpé en cellules rectangulaires
supportant chacune un courant de forme triangulaire (méthode MPIE: "Mixed Potential
Integral Equation"). Cette discrétisation permet de modéliser des formes complexes, à
angle droit (dipôle replié, crois, encoche,…).

Dans le domaine spectral, les fonctions inconnues sont développées sur un ensemble de
fonctions de base généralement globales. Cela permet d'obtenir un grand nombre
d'équations algébriques que l'on peut intégrer numériquement. Elles permettent d'arriver
rapidement au résultat mais nécessitent une étude numérique délicate (choix automatique
des fonctions, intégrations,...) [31].

Une des méthodes, qui fournie l'analyse full-wave des antennes microbandes, est la
méthode de moments (methode of Moments, MOM). Dans cette méthode, les courants de
surface sont employés pour modéliser le patch et les courants de polarisation de volume
sont employés pour modéliser les champs dans le substrat diélectrique. Il a été montré par
Newman et Ulyathan [14] où une équation intégrale est obtenue pour ces courants
inconnus et l'usage de la méthode de moments, cette équation intégrale est convertie en
équations matricielle, ce qui peut alors être résolu par des diverses techniques algébriques
pour fournir le résultat.
Une vue générale de la méthode des moments décrite par Harrington [15] et Balanis [7]
est donnée ci-dessous. La méthode des moments est une technique numérique qui permet
de résoudre efficacement le système d'équations intégrales en le transformant en un système
matriciel résolu par calculateur [16] [17].
Elle est basée sur le critère de nullité d'une fonctionnelle constituée à partir d'une
intégrale des résidus, générée par la différence entre la solution approximative (fonction
d'essai) et la solution exacte, pondérée par des fonctions de poids (fonctions de test).
La fonction d'essai est exprimée sous forme de série de fonctions de base connues dont
les coefficients de pondération sont déterminés en résolvant le système linéaire.

La forme de base de l'équation à résoudre par la méthode de moment est:

F (g ) = h (III.32)

Modélisation des antennes PATCH 57


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Où F est un opérateur linéaire connu, g est une fonction inconnue, et h est la source ou
fonction d'excitation. Le but ici est de trouver g lorsque F et h sont connus. La fonction
Inconnue g peut être développée comme une combinaison linéaire de N termes pour
donner:
N
g = ∑an gn = a1g1 + a2 g2 +.....+ aN gN (III.33)
n=1

Où an est un constant inconnu et gN est une fonction connue appelée fonction de base.

Substituant l'équation (III.33) dans (III.32) et en utilisant la propriété de linéarités du


l’opérateur F nous pouvons écrire:

∑ a n f (g n )= h (III.34)
n =1

Les fonctions de base g n doivent être sélectionnées d'une telle manière, que chaque f( g n )

Peut être calculé. Les constantes inconnues an ne peuvent pas être déterminées directement
parce qu’il y a N inconnus et seulement une équation. Une des méthodes utiliser pour
trouver ces constantes est la méthode des résiduels pondérés. Dans cette méthode, un
ensemble de solutions initiales est établi avec une ou plusieurs variables. Les résiduels sont
une mesure de la différence entre la solution initiale et la solution vraie. Les variables sont
choisis d'une manière à garantir un meilleur ajustement des fonctions initiale basées sur la
minimisation des résiduels. Ceci est effectué en définissant un ensemble de N fonction
pondérée (ou examinant) {wm } = w1 , w2 ,..... w N dans le domaine du l’opérateur F, prenant
le produit de ces fonctions, l'équation (III.34) devient:
N

∑ a n w m , f (g n ) = wm ,h (III.35)
n =1

Où m = 1,2,…, N

En écrivant sous forme matricielle comme indiquée dans [7], nous obtenons:

[ f mn ][a n ] = [h m ] (III.36)

Modélisation des antennes PATCH 58


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

⎡ a1 ⎤ ⎡ w1 , h ⎤
⎡ w1 , f (g1 ) w1 , f (g 2 ) ...... ⎤ ⎢a ⎥ ⎢ ⎥
⎢ w , f (g ) w2 , h ⎥
w2 , f (g 2 ) ......⎥ ⎢ 2⎥ ⎢
⎢ 2 1
⎥ ⎢a ⎥ ⎢ w3 , h ⎥
[f ]=
Où mn ⎢ ⎥ [an ] = ⎢ 3 ⎥ [hm ] = ⎢ ⎥ (III.37)
⎢ ⎥ ⎢ . ⎥ ⎢ . ⎥
.
⎢ ⎥ ⎢ . ⎥ ⎢ . ⎥
⎢⎣ wN , f (g1 ) wN , f (g 2 ) ......⎥⎦ ⎢ ⎥ ⎢ ⎥
⎣⎢aN ⎦⎥ ⎢⎣ wN , h ⎥⎦

Les constantes inconnues peuvent maintenant résolue en utilisant des techniques


Algébriques telles que la décomposition LU ou l’élimination gaussienne. On doit se
rappeler que la fonction calculé doit être choisi convenablement de sorte que les éléments
Wm soient non seulement linéairement indépendants mais également réduisent au minimum
les calculs requis pour évaluer le produit . Un choix possible des fonctions d’essais calculé

est de considérer ces dernières identiques aux fonctions de bases, c à d, Wm= g n ceci est
connu sous le nom de méthode du Galerkin comme décrit par Kantorovich et Akilov [18].
Ainsi, la méthode de moment a été brièvement expliquée.

r r
Le but de cette méthode est de déterminer les courants de surface inconnus. ( J s et M s ),
présent sur l’élément rayonnant, le plan de masse et les murs magnétiques.
D’après L’équation de Richmond [33] se présente sous la forme suivante:

r r r r r r r r
∫∫ s t s t
S
( J ⋅ E − M ⋅ H ) dS = − ∫∫∫ a t a ⋅ H t )dτ
( J ⋅ E − M
V
(III.38)

Où S est la surface de l’élément rayonnant, V est le volume entourant la source


r r
d’alimentation, E t et H t sont les champs « test » relatifs à une source électrique test
r r
J
quelconque placée sur l’élément rayonnant, a et M a sont les densités de courant

électrique et magnétique d’excitation.


On considère que les plans conducteurs sont parfaits, par conséquent la densité de courant
r
magnétique M s sur ces plans est nulle.
L’équation de Richmond [33] se réduit à :

r r r r
∫∫
S
J s ⋅ E t dS = − ∫∫∫ J a ⋅ E t
V
dτ (III.39)

Modélisation des antennes PATCH 59


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

La méthode des moments consiste à décomposer la densité de courant surfacique

{ }
r r r r
inconnue J s , en la projetant sur la base J 1 , J 2 ,.............., J N , de sorte à pouvoir écrire :

r N r
Js = ∑
n =1
InJn (III.40)

Si on considère le cas de N sources test à l’intérieur de la surface S, chacune d’elles va


r
E
créer un champ m qui doit satisfaire l’équation de réaction de Richmond et qui s’écrit
sous cette forme :

N r r r r
∫∫ ( ∑ I n J n ) ⋅E m dS = − ∫∫∫ J a ⋅ E m d τ (III.41)
S n =1 V

Ou encore :

N ⎡ r r ⎤ r r
∑ I n ⎢ ∫∫ J n ⋅ E m dS n ⎥ = − ∫∫∫ J a ⋅ Emdτ (III.42)
n =1 ⎢⎣ S n ⎥⎦ V

Où :
Sn est la surface du niéme mode de décomposition.
r r
Les fonctions J n , n = 1,…, N, sont alors appelées Fonctions de base, et les champs E m ,
m = 1,……, N, sont appelés Fonctions de test.
On peut formuler cette dernière équation de la manière suivante :
N

∑I
n =1
n Z mn = Vm (III.43)

r r
Avec : Vm = ∫∫∫
V
J a ⋅ E m dτ (III.44)

r r
Et :
Z mn = − ∫∫ J n ⋅ Em dS n (III.45)
Sn

Les N sources forment ainsi un système de N équations linéaires, qui s’exprime sous la
forme matricielle suivante :
[Z][I] = [V] (III.46)
Dont les inconnus sont les coefficients In du vecteur [I], avec n=1,2,…,N.

Modélisation des antennes PATCH 60


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

La difficulté réside dans le choix des fonctions de base et des fonctions de test, ainsi que
le choix de la valeur de N.
Cette méthode est utilisée pour la détermination rigoureuse des grandeurs physiques
suivantes :
- Les courants superficiels présents sur l’élément rayonnant, nécessaire pour
l’évaluation des champs rayonnés par celui-ci ;
- L’impédance d’entrée de l’antenne ;
- La fréquence de résonance.
Cette méthode se place dans le domaine temporel aussi bien que dans le domaine spectral,
dans le quel l’étude s’effectue dans l’espace transformé de Fourier. C’est une technique
qui est très adaptée aux structures multicouches constituées d’éléments rayonnants de
formes simples. Un cas particulier de cette méthode consiste à prendre les fonctions de
bases égales aux fonctions test, ce cas particulier est appelé méthode de Galerkin [32].

Méthode de Green :

Cette méthode est utilisée en général en association avec la méthode des moments, ou
avec celle de Galerkin.
En premier lieu, on cherche à déterminer la fonction de Green pour un courant unité
localisé sur le plan de l’antenne microruban. Donc, pour déterminer les champs électriques
r r
et magnétiques E et H rayonnés à grande distance par l’antenne il suffit de connaître le
r
vecteur potentiel A . Ce potentiel doit cependant vérifier l’équation d’onde qui dirige son
comportement.
La méthode de Green exprime ce vecteur potentiel sous forme d’intégrale d’une fonction
r
de Green G A calculé par la densité de courant inconnue J s .
Ceci se formule mathématiquement par :
r r
A ( x , y , z ) = ∫∫ J s ( x ′, y ′, z ′ ) ⋅ G A ( x ′, y ′, z ′ ) d x ′ d y ′ (III.47)
S
Ainsi, le champ électromagnétique rayonné est déterminé pour n’importe quel point à
l’intérieur du diélectrique. On obtient ainsi une équation intégro-différentielle dont
l’inconnue est la densité de courant superficielle, qui est résolue en forçant le champ
électrique tangentiel total à être nul sur la surface de l’antenne microruban.

Modélisation des antennes PATCH 61


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

Pour se faire, la méthode des moments ou de Galerkin est utilisée en choisissant les
fonctions de base et de test adéquates, afin de réduire le problème à une équation
matricielle linéaire dont l’inconnue est la distribution du courant sur l’antenne. La
connaissance de cette dernière permet de déterminer les autres propriétés de l’antenne
microruban.
Cette méthode ne demande pas une très grande précision dans le calcul numérique des
éléments de la matrice du système. La convergence vers la solution dépend uniquement du
choix des fonctions de base et de test. Cette technique d’analyse est parfaitement applicable
pour les antennes de forme circulaire, triangulaire, elliptique,…etc. On peut facilement
l’introduire dans la résolution de problèmes plus complexes comme l’étude du phénomène
de couplage entre élément adjacents du réseau et l’analyse des antennes multicouches [32].

III.3- Analyse du réseau d’antennes :


Afin de palier aux inconvénients de l’élément seul (faible gain,…), les antennes
imprimées sont associées en réseaux. Suivant la répartition spatiale des antennes
microruban, on distingue deux types de réseaux : le réseau rectiligne et le réseau plan.

III.3.1 Réseau rectiligne :


C’est le réseau le plus élémentaire où les éléments rayonnants sont disposés sur le même
axe, d’une distance appelée pas de réseau.

Champ rayonné par un réseau rectiligne :

Soit un ensemble de N éléments identiques alignés régulièrement sur un axe OX, figure
(III.8) et équidistances d’une distance d appelée pas du réseau.
Nous admettons qu’il n’existe pas de couplage entre les éléments et que chaque élément
en présence des autres rayonnes le même diagramme de rayonnement f(θ) .
L’expression du diagramme de rayonnement total est :
N −1
F (θ ) = f (θ ) ∑ W i exp ( jk 0 ⋅ i ⋅ d ⋅ sin (θ )) (III.48)
i=0

Wi : les coefficients d’excitation.

F (θ )= f (θ )⋅ F R (III.49)
Avec :

Modélisation des antennes PATCH 62


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

N −1
FR = ∑ Wi exp ( jk 0 ⋅ i ⋅ d ⋅ sin (θ )) (III.50)
i =0

FR est une fonction propre au réseau appelée facteur du réseau. Il ne dépend que du pas
du réseau et de sa loi d’excitation (Wi). Physiquement, il représente le gain apporté par
l’association en réseau [33].
Posons :

⎧sin (θ ) = τ Paramètre angulaire.



⎨ d (III.51)
⎪⎩ ∆V = Pas réduit.
λ
Alors :
N −1
F R (τ ) = ∑W i exp ( j 2π i ⋅ ∆ V ⋅) (III.52)
i=0

Z
M

r
Ur
d Y
S0
d
S1 φ
d
S2
d
S3 m
S4

X
Figure III.8 : Réseau linéaire à 4 éléments rayonnants dans
un système de coordonnées Oxyz.

Modélisation des antennes PATCH 63


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.3.2 Réseau plan :


Il est constitué des sources placées dans le plan, l’étude des réseaux plans est similaire
aux réseaux linéaires, c’est une étude sur deux axes.

Champ rayonné par un réseau plan :

Considérons un réseau à M X N éléments régulièrement répartis dans chaque direction


(OX, OY) comme l’indique la figure (III.9).
Le réseau possède M rangées d’éléments parallèles à l’axe OY dont les centres de phase
sont espacés d’un pas ∆y et N rangées d’éléments parallèles à l’axe OX dont les centres de
phase sont espacés d’un pas ∆x. On suppose que chaque élément en présence des autres,
possède le même diagramme de rayonnement f(θ, φ ), chaque élément rayonnant est
alimenté par une excitation complexe :

Wmn = Amn ⋅ e( jΨmn ) (III.53)


Le diagramme de rayonnement total d’un tel réseau est :
M N
F (θ ,φ ) = f (θ ,φ ) ⋅ ∑∑Wmn exp( jk0 .sinθ ⋅ (m∆x cosφ + n∆y sin φ )) (III.54)
m=1 n =1

F (θ , φ ) = f (θ , φ ) ⋅ FR (θ , φ ) (III.55)

Où FR (θ,φ) est le facteur de réseau qui ne dépend que de la distribution spatiale des
éléments rayonnants et de leur loi d’alimentation.
L’expression de FR(θ,φ) est valable pour un champ total rayonné en zone lointaine.
On peut mettre le facteur de réseau sous forme d’un produit de deux facteurs de réseau,
soit :

FR (θ ,φ ) = FR x (θ ,φ ) ⋅ FR y (θ ,φ ) (III.56)

M
FR x (θ , φ ) = ∑ Wm ⋅ exp( jk 0 ⋅ m∆x sin θ ⋅ cos φ ) (III.57)
m=1

M
FR y (θ ,φ) = ∑Wn ⋅ exp( jk0 ⋅ m∆x sinθ ⋅ sinφ ) (III.58)
n=1

Le diagramme de rayonnement d’un réseau plan s’écrit alors :

Modélisation des antennes PATCH 64


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

F(θ,φ) = f (θ,φ) ⋅ FRx (θ,φ) ⋅ FR y (θ,φ) (III.59)

Posons :

H s (θ , φ ) = f (θ , φ ) ⋅ FR x (θ , φ ) (III.60)
D’où :

F(θ,φ) = Hs (θ,φ) ⋅ FRy (θ,φ) (III.59)

H s (θ , φ ) : représente le diagramme de rayonnement d’un réseau rectiligne.

F (θ , φ ) représente donc le diagramme de rayonnement d’une association en réseau


rectiligne de sous réseaux rectilignes. On peut alors considérer le réseau plan périodique et
régulier comme un ensemble de sous réseaux linéaires. Le facteur de réseau étant le produit
de deux facteurs de réseaux rectilignes, l’un dirigé selon OX et l’autre selon OY, toutes les
propriétés établies pour un réseau linéaire peuvent être facilement extrapolées à ce type de
réseau plan [33].

dy

Y
dx φ

dx

dy dy dy dy
X

Figure III.9 : Réseau plan à 4 X 5 éléments rayonnants dans


un système de coordonnées Oxyz.

Modélisation des antennes PATCH 65


Chapitre III Modélisation des antennes PATCH

III.3.3 Alimentation des réseaux d’antennes micro rubans :

Le réseau d’alimentation permet d’exciter les éléments rayonnants d’une structure donnée
de réseau d’antennes, il réalise aussi la pondération complexe d’alimentation des sources.
La précision suivant laquelle est réalisée cette pondération influe directement sur les
performances et les caractéristiques du réseau d’antennes. On peut prévoir à l’avance la
complexité du problème. En effet, on est confronté à des problèmes d’encombrement
lorsque le nombre des sources devient important, et cela peut même engendrer le problème
de couplage entre les éléments rayonnants.
Dans le cas d’un réseau à grand nombre d’éléments, l’alimentation par lignes coaxiales
devient très coûteuse, par ce que chaque source rayonnante doit être alimentée séparément
par une sonde coaxiale.

Il existe deux géométries d’alimentation :


L’alimentation en série ;
L’alimentation en parallèle.

III.4- CONCLUSION :

Dans ce troisième chapitre nous avons présenté de façon générale les déférents méthodes
et modèles pour l’analyse d’une antenne imprimée, il y a des modèles analytiques simples
tel que (TLM, cavité) et d’autre méthodes (techniques) numériques rigoureuses tel que
(FDTD, FE, FI, MOM,…).

Modélisation des antennes PATCH 66


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

Conception d’une antenne imprimée large


bande miniaturisée
IV.1 Introduction :

Les antennes de petite taille pour les communications sans fil au niveau du mobile ont
récemment provoqué une attention considérable. En effet, le mobile devrait être de profil
bas, léger, et compact. On sait qu’à la bande de fréquence moins de 3 GHz, les antennes
microruban conventionnelles sont trop grandes pour des applications de communications
sans fil. Plusieurs techniques ont été proposées pour réduire la taille de l'antenne
microruban, et l'une d'entre elles est basée sur la technique du court-circuit [34] Cependant,
ce type d’antenne a une largeur de bande étroite qui est seulement de l’ordre de 1% à 2%.
Pour surmonter ce problème, on a proposé dans ce chapitre, une nouvelle antenne
microruban employant à la fois la technique d’alimentation de ligne microruban en forme
de L [35] et la technique du court-circuit. Avec cette combinaison, on vise à concevoir une
antenne compacte large bande.
Les antennes en forme de L permettent d’obtenir des largeurs de bande assez
importantes. Cependant, la taille de ce type d'antenne reste très grande et n’accomplit pas
la condition que le mobile moderne doit être compact. Pour résoudre cette situation, on
propose dans ce chapitre une nouvelle conception d’antenne alimentée par une ligne
microruban en forme de L et miniaturisée par la méthode du court-circuit. Cette approche
combine les deux techniques précédentes. La première est pour élargir la largeur de bande
en employant la technique d'alimentation en forme de L et la seconde doit réduire la largeur
de l'antenne en utilisant la technique du court-circuit. Avec cette approche, la réduction de
80% de l'antenne originale a pu être réalisée.
L’objectif de ce chapitre est de développer une antenne compacte large bande. Pour ce
faire, on a fait l’étude des techniques d’élargissement de la bande et de miniaturisation.
D’ailleurs, la plupart des antennes imprimées ont deux principaux types d’inconvénient, à
savoir: dimensions trop grandes et bande passante trop faible. L’antenne reste l’un des
éléments les plus encombrants des dispositifs électroniques utilisés dans les systèmes de
communications. Dans ce chapitre, on présente les techniques pour remédier à ces
inconvénients.

Modélisation des antennes PATCH 67


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

IV.2- Élargissement de la bande des antennes microruban :

La plus sérieuse limitation des antennes microruban est leur largeur de bande qui est de
l’ordre de 1 à 2%. La largeur de bande peut être définie en fonction de son coefficient de
réflexion, de son impédance d’entrée ou de ses paramètres de rayonnement. Avant de
décrire les diverses méthodes pour augmenter la largeur de bande (LB), on présente les
diverses définitions de LB utilisées pour caractériser une antenne imprimée.

IV.2.1- Définition de largeur de bande

Une antenne a un certain nombre de caractéristiques associées telles que le taux d’onde
stationnaire (TOS), la largeur de faisceau, le niveau des lobes arrières, le gain, la
polarisation, et la puissance. Chacune de ces caractéristiques, alternativement, peut changer
avec la fréquence. Pour une antenne plaque en technologie microruban, le modèle de
rayonnement est similaire à celui d'un dipôle. Par conséquent, la largeur de faisceau, le
niveau des lobes arrière et le gain ne changent pas sensiblement avec la fréquence.
Cependant, l'impédance d'entrée d'une antenne microruban change avec la fréquence.

En général, la largeur de bande est définie comme un domaine de fréquence dans lequel le
taux d’onde stationnaire TOS (VSWR) est plus petit ou égal à une valeur donnée. Soit S
cette valeur. Supposons que le TOS ≤ S, à partir de fb (fréquence basse) jusqu'à fh
(fréquence haute) où fb ≤ fh. La fréquence de résonance de la plaque est notée fr, la largeur
de bande LB est donnée en valeur relative par:
fh− fb
LB = (IV.1)
fr

À la résonance, l’impédance d’entrée de la plaque est réelle, soit R0 quand on la connecte


à une ligne d’impédance caractéristique Zc. La largeur de bande s’écrit :

1 (TS − 1)( S − T )
LB = (IV.2)
Q S

où T = R0/Zc et Q est le facteur de qualité définie comme suit:

Q = Energie stockée / Energie dissipée.

Modélisation des antennes PATCH 68


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

La largeur de bande est généralement spécifiée comme une gamme de fréquence pour
laquelle le TOS est plus petit ou égal à 2 (c à d S = 2), ce qui correspond à des pertes de
retour de l’ordre de 10 dB ou encore à 11% de la puissance réfléchie. Parfois, pour des
applications rigoureuses, le TOS requis peut être spécifié moins que 1.5, ce qui
correspondre à une perte de retour de 14 dB ou de 4% de la puissance réfléchie.

Puissance réfléchie :

( )
Pref = S112 × 100 [%]

Perte de retour (return loss) :

Rl = 20 log(S11 ) [dB]

Le changement de l’impédance avec la fréquence est le facteur déterminant dans la


largeur de bande d’une plaque microruban. On dit plutôt que le comportement de la plaque
ressemble à celui d’un circuit R L C parallèle. Comme dans tout résonateur, l’impédance
est étroitement liée au facteur de qualité dont la valeur typique est d’environ 60 à 70.

Puisque la largeur de bande dépend de la dimension physique de la plaque, une façon de


l’augmenter est d’agrandir les dimensions de l’antenne. Pour un seul élément, la dimension
peut être augmentée en rendant l’antenne plus longue, plus large ou plus épaisse. La
longueur de la plaque est dictée par l’exigence qu’elle soit résonnante. Elle peut être
allongée seulement en décroissant la constante diélectrique du substrat, ce qui n’est pas
souhaitable, car un substrat de grande constante diélectrique favorise l’excitation des ondes
de surface. La largeur de la plaque peut être augmentée jusqu'à la limite d’une longueur
d’onde dans le diélectrique, plus loin que ça, des modes de transmission d’ordres supérieurs
peuvent être excités.

La façon la plus facile pour augmenter la largeur de bande est d’utiliser des substrats
épais. L’épaisseur maximale recommandée devrait respecter la relation :

h
= 0.0324 (IV.3)
λ0
Où h est l’épaisseur du diélectrique pour qu’on ne dépasse pas la limite de 10% de
l’onde de surface par rapport au total de l’onde spatiale. Ce rapport donne aussi le meilleur
compromis entre la largeur de bande et l’efficacité de l’antenne.

Modélisation des antennes PATCH 69


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

Selon une étude récente [36], une étude paramétrique a été effectuée pour analyser
l’impact de cette variable sur la largeur de bande. La figure IV.1 montre la largeur de
bande en fonction du paramètre h/λ0 pour différents substrats. À partir de ces résultats, on
peut conclure que la largeur de bande de l’antenne plaque décroît quand la constante
diélectrique εr croît, et elle augmente quand l’épaisseur du substrat augmente.
14
εr = 2.2
12 εr = 6.15
εr = 10.2
10

8
LB (%)
6

0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
Epaisseur du substrat h/λ0

Figure IV.1 : Largeur de bande LB (%) d’une antenne plaque rectangulaire en fonction de
l’épaisseur du substrat pour plusieurs constantes diélectriques du substrat.

En analysant la figure IV.1, on peut dire que l’augmentation de l’épaisseur du substrat et


la réduction de la constante diélectrique peut être utilisé pour augmenter la largeur de bande
de l’antenne plaque rectangulaire en technologie microruban. Dans la conception de notre
antenne, on retient la valeur de la constante diélectrique εr = 2.2 et une épaisseur du

diélectrique par rapport à la longueur d’onde à l’espace libre λ0, de l’ordre de 0,1.
L'augmentation de la largeur de bande peut être réalisée aussi par un choix approprié de la

Modélisation des antennes PATCH 70


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

technique d'alimentation ou du réseau d'impédances d’adaptation. Plus précisément, dans ce


chapitre, deux méthodes, soit l’adaptation et la technique d’alimentation ont été utilisées.

IV.2.2 Méthode d’adaptation :

Une première méthode d’adaptation est d’alimenter l’antenne avec une ligne quart d’onde
connectée au bord de la plaque. Cette méthode est très utilisée dans le cas d’une antenne
alimentée par une ligne microruban et l’impédance du transformateur quart d’onde
λ0 ε ef est la constante diélectrique
s’obtient par R 0 Zc . Sa longueur d’onde est où
4 ε ef

effective de la ligne. Une deuxième méthode s’applique aux plaques alimentées par des
lignes coaxiales. La source est mise à l’intérieur de la plaque dans un point où elle produit
la même impédance que celle du câble. Une source microruban peut être aussi insérée.
Dans ce cas, l’équation (IV.2) devient:
1 S -1
LB = (IV.4)
Q S
Aucune des deux méthodes ne produit la largeur de bande maximale pour ce type
d’adaptation. La largeur maximale est obtenue quand :

T = 1 (S + 1 ) (IV.5)
2 S
Pour réaliser cette valeur de T, la plaque est adaptée à R0/T. Ceci crée une désadaptation
dans la ligne dont l’impédance est Zc. Quand les méthodes d’adaptation présentées ci-
dessus sont utilisées, la plaque devient parfaitement adaptée à une seule fréquence, soit la
fréquence de résonance. Le TOS est très bon à cette fréquence et autour d’elle, mais il se
dégrade en s’éloignant. Avec la condition précédente, l’adaptation est moins bonne que
dans le cas de la fréquence de résonance, mais elle s’étend sur une plage plus large. La
largeur de bande obtenue est donnée par :

S −1
4
LB = 1 (IV.6)
2Q S

IV.2.3 Technique d’alimentation


Pour obtenir une bonne largeur de bande, il faut augmenter la largeur du substrat
diélectrique. Afin de tenir les ondes de surface à un niveau faible, la constante diélectrique
du substrat en question doit être la plus basse possible. Les plaques sur un substrat épais

Modélisation des antennes PATCH 71


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

peuvent être alimentées par une ligne microruban. Pour tenir l’impédance constante, les
largeurs des lignes doivent être en concordance avec l’augmentation du substrat. Une ligne
trop large va rayonner et son rayonnement va interférer avec le rayonnement de la plaque.
L’inductance introduite par ce type d’alimentation donne un caractère inductif à
l’impédance d’entrée. La façon de compenser cet effet inductif est d’additionner une
capacité en série. Ceci peut se faire à l’extérieur, dans le réseau d’alimentation, ou dans la
plaque elle même. À la résonance l’inductance équivalente est une résistance pure. La
capacité est choisie de sorte que sa réactance soit suffisante pour annuler la réactance
inductive de la source. Cette capacité est donnée par la relation suivante:

1
C = (IV.6)
ω r L s

Où ω r est la pulsation a la résonance et L s est l’inductance de la source.

Parmi les techniques d’alimentation on trouve, l’alimentation par sonde, l’alimentation


par le bord, le couplage de proximité à une ligne microruban, le couplage d’ouverture par
une alimentation en ligne microruban, et l’alimentation coplanaire de guide d’onde.
L’alimentation par ligne microruban en forme de L est une nouvelle technique utilisée
récemment pour élargir la bande de l’antenne plaque en technologie microruban [37]. Une
augmentation davantage de la largeur de bande est obtenue en utilisant cette méthode
d'alimentation améliorée.

L’alimentation par couplage électromagnétique en forme de L est différente des autres


techniques d’alimentation, offrant l’avantage d’avoir une large bande sans aucun circuit
d’adaptation. La figure suivante montre la structure d’une alimentation en forme de L:

Plaque plaque
alimentation alimentation
ligne microruban en L coaxiale en L
plan de masse plan de masse
(a) (b)
Figure IV.2 : (a) alimentation ligne microruban en forme de L [37],
(b) alimentation coaxiale en forme de L [38].

Modélisation des antennes PATCH 72


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

La structure d’alimentation en forme de L agit comme un circuit résonant LC série


connecté au circuit composé des éléments résonnants RLC parallèle de la plaque. La partie
horizontale de l’alimentation en L fournit une capacité qui compense l’inductance
introduite par la partie verticale de cette alimentation
Une alimentation conventionnelle d’une plaque introduit seulement une inductance qui
dégrade la largeur de bande de l’antenne plaque. Dans le nouveau type d’alimentation en
forme de L, le mécanisme de couplage est de prédominance capacitive. Afin d’avoir une
bonne largeur de bande, ce type d’alimentation, à savoir l’alimentation microruban en
forme de L a été choisi pour la conception et la réalisation de notre antenne. Dans notre
travail, l’alimentation en ligne microruban en forme de L a été appliquée à une plaque
rectangulaire. L'antenne plaque conçue à une caractéristique large bande, lui permettant de
fonctionner dans la bande de fréquence IMT-2000 (International Mobile
Telecommunications for the year 2000), définissent les caractéristiques de la 3G (troisième
génération de téléphonie mobile) : 1885-2025 MHz et 2110-2200 MHz.

IV.3 Techniques de miniaturisation :


Les techniques pour diminuer la taille des antennes micro ruban sont basées sur la
perturbation des courants sur les éléments rayonnants. Les méthodes habituelles pour
réduire la grandeur d'une antenne microruban comprennent l'utilisation de substrats de
haute permittivité. Cependant, cette technique réduit l'efficacité du rayonnement et la
largeur de bande. Une autre technique est celle des plaques court-circuitées [34] qui consiste
à réaliser un court-circuit entre la plaque rayonnante et le plan de masse à l’emplacement où
le champ électrique est nul de sorte que la longueur résonante soit divisée par deux, ayant
pour résultat une antenne quart-onde. Dans ce chapitre, la deuxième technique est utilisée et
son principe sera décrit dans la section suivante.

IV.3.1 Antenne microruban quart-onde :

L’antenne microruban rectangulaire quart-onde est basée sur le principe suivant:


La distribution du champ électrique dans celle-ci est de la forme E0 cos(πx/L), avec un
maximum du champ électrique à un des bords de la plaque, nul au milieu de la plaque pour
x = L/2, devenant maximum encore à l’autre bord avec une phase inversée de 180˚.
Puisque le champ électrique est nul au plan x = L/2, on peut construire un mur électrique
sans perturber la distribution du champ sous la plaque. Ainsi, la moitié de la plaque peut

Modélisation des antennes PATCH 73


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

être enlevée et la demi plaque restante résonnera à la fréquence demi-onde de la plaque


entière. Ce type de géométrie de plaque rectangulaire est appelé plaque quart-onde, car la
λg λ0
séparation entre le bord et le mur électrique est de l’ordre de (avec : λ g = )
4 εe
comme le montre la figure (IV.3).

Puisque cette géométrie de plaque est dérivée de la plaque demi-onde, ses caractéristiques
peuvent être facilement dérivées de ceux de la plaque demi-onde. Une antenne plaque
quart-onde peut être employée dans des applications où les antennes de petite taille sont
nécessaires.

λg λ0
L≈ =
2 2 εe

λg λ0
L’ ≈ =
4 4 εe
Figure IV.3 : (a) Antenne plaque rectangulaire conventionnelle (demi-onde),
(b) Antenne plaque rectangulaire miniaturisée par court circuit (quart-onde).
La différence principale entre l’antenne plaque demi-onde et quart-onde est que la
plaque quart-onde à un bord de rayonnement contre deux pour la plaque à demi-onde.

IV.3.2 Réduction du plan de masse :

Le problème est que la réduction de la taille de la plaque doit également se concentrer sur
la réduction du plan de masse de support [35]. La troncature du plan de masse a des effets
nuisibles sur l'antenne: sa réduction a deux effets néfastes principaux. Le premier est une
augmentation du rayonnement arrière des lobes due à la diffraction, le second est un
changement de l'impédance d’entrée de l'antenne, qui se traduit par une augmentation des
pertes de retour. Un ajustement des paramètres de l’antenne s’avère alors nécessaire pour
réduire ces effets.

Modélisation des antennes PATCH 74


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

IV.4 Étude de l’antenne :

On essaie de réduire d’une part la taille de notre antenne plaque en technologie


microruban, et d’autre part augmenter la bande passante. L’originalité de notre structure
proposée réside dans la combinaison de la technique d’alimentation en forme de L et de la
technique de miniaturisation par la méthode du court circuit placé a un endroit bien précis
avec des paramètres géométriques de l’antenne judicieusement choisis, permettant une
résonance à 2 GHz et répondant aux exigences des applications des systèmes de
communication sans fil 3emegénération. Les études ont été faites par le logiciel de
conception électromagnétique ADS, Momentum.

IV.4.1 Conception de l’antenne

IV.4.1.1 Caractéristiques désirées

Lors de la conception de notre antenne, on cherche à optimiser les caractéristiques


électriques de l’antenne en diminuant son volume. L’antenne est conçue pour atteindre les
caractéristiques données au tableau suivant:

DESCRIPTION SPECIFICATION

Fréquence de résonance 2 GHz


Gain à la fréquence de > 5 dBi
résonance
Coefficient de réflexion S11 < -10 dB
à l’entrée
Largeur de la bande à taux
d’onde stationnaire (TOS) ≤ 2 > 13%

Tableau VI.1 : Caractéristiques de conception souhaitées

Modélisation des antennes PATCH 75


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

IV.4.1.2 Structure de l’antenne :


Un modèle de premier ordre pour dimensionner l’antenne consiste à utiliser la théorie des
lignes de transmission. Cette première analyse permet de faire un premier dimensionnement
de l’antenne qui est ensuite améliorée par une étude spécifique sur le simulateur
électromagnétique ADS. On peut noter à ce niveau que d’autres possibilités de
configurations de l’antenne ont été testées (au niveau du simulateur ADS momentum)
comme la configuration circulaire, triangulaire et sous forme d’anneau, mais les résultats
les plus significatifs, du point de vue réduction de taille et de largeur de bande, a été
obtenus avec le modèle rectangulaire dont la structure est illustré à la figure IV.4:

COURT CIRCUIT
PLAQUE

SUBSTRAT 1

DIELECTRIQUE
Z SUBSTRAT 2
x
y LIGNE D’ALIMENTATION

PLAN DE MASSE

CONNECTEUR SMA
Figure IV.4 : Configuration géométrique de l’antenne proposée.

Plaque ↔b
z h1
l
h alimentation en L
h2 Ød
y

Figure IV.5 : Vue de côté de l’antenne.

A l’aide du logiciel de conception et de simulation ADS, l'antenne proposée a été conçue


et analysée. Pour analyser la structure de l’antenne proposée, trois cas différents ont été
considérés dans ce chapitre. Le tableau IV.2 donne les paramètres de conception pour trois
cas et leurs performances prévues en termes de largeur de bande. La fréquence de

Modélisation des antennes PATCH 76


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

résonance fondamentale de la plaque dépend fortement de la position du court circuit. Pour


des applications sans fil dans la bande de 2 GHz, le deuxième cas a été choisi comme
configuration optimale pour l'antenne proposée parce qu'elle fournit la bonne fréquence
centrale et offre la plus grande largeur de bande.

DIMENSION DE POSITION DU FRÉQUENCE DE LARGEUR


LA PLAQUE COURT CIRCUIT RÉSONANCE (GHz) DE BANDE
L x W (mm) b (mm) (%)

27,12 x 12,56 1,79 1,86 10,55

22,84 x 10,52 2,38 2,02 15,2

20,79 x 9,48 2,54 2,12 14,19

Tableau VI.2: Paramètres détaillés de trois configurations proposées d'antenne.

La configuration de la géométrie de l'antenne proposée est montrée dans les Figures IV.4
et IV.5. Cette antenne se compose de deux couches de substrat séparées par une couche de
mousse isolante. Comme illustrée à la Figure IV.4, l'antenne se compose d'un plan de
masse, un élément supérieur, une plaque microruban avec un court-circuit, une ligne
d'alimentation microruban en forme de L, et une couche de mousse qui sépare la plaque et
le plan de masse. La première et dernière couche emploient le même substrat : 0.787mm,
avec une constante diélectrique relative εr = 2.2. Il y a une ligne d'alimentation d'impédance
caractéristique 50Ω. C’est une ligne microruban en forme de L. Elle est connectée à
l’extrémité à un connecteur SMA 50 Ω, celle-ci excite le mode TM01 de l'antenne plaque.
La plaque rectangulaire a une largeur W = 10.52 mm, et une longueur L = 22.84 mm. Pour
court-circuiter la plaque, un fil de cuivre de diamètre d = 0.643 mm est utilisé et placé à une
distance b = 2.38 mm de l’extrémité de la plaque. Le court-circuit et la ligne d'alimentation
sont placés le long de la ligne centrale de la plaque microruban. La distance entre la plaque
rayonnante et le plan de masse (épaisseur du substrat de la mouse) est choisie pour être de
12.7 mm, ce qui correspond approximativement à 10% de la longueur d'onde de
fonctionnement dans l’espace libre.

Modélisation des antennes PATCH 77


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

IV.5 Etude paramétrique de l’antenne :

Le but est de simplifier si possible la structure de l’antenne et d’obtenir un compromis


entre réduction de taille et une bande large, d’après une étude paramétrique sur la variation
de la hauteur de la ligne d’alimentation h, sa longueur horizontale l, et le diamètre du court-
circuit d. Les autres paramètres étant maintenus fixes [38].
Tout d'abord, l'effet de la hauteur de la ligne d’alimentation h, sur l'adaptation d'impédance
(les autres paramètres sont fixes), comme montre la Figure IV.6. Les autres paramètres
fixes pour cette première étude sont: la longueur horizontale de la ligne d’alimentation l =
16.5 mm, le diamètre du court-circuit d = 0.643 mm, la longueur de la plaque L = 22.84
mm, sa largeur W = 10.52 mm, l’espacement entre le court-circuit et l’extrémité de la
plaque dans la ligne centrale de la plaque b = 2.38 mm, l’épaisseur du substrat de la mousse
de 12.7 mm et la dimension du plan de masse qui est de 7.5 x 7.5 cm².

S11
0
Magnitude en dB

-10

-20

-30

-40
1.7 1.8 1.9 2.0 2.1 2.2 2.3
Fréquence en GHz

++++++++++ h =12,7 mm
h = 9 mm
h = 8,5 mm
h = 7 mm

Figure IV.6 : Effet de la hauteur h du bras vertical de l’alimentation en forme de L sur le


coefficient de réflexion, S11(dB) versus la fréquence (GHz).

Modélisation des antennes PATCH 78


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

L’analyse de la Figure IV.6 indique qu’avec une augmentation de la hauteur de la ligne


d’alimentation de 7 mm à 12.7 mm, la largeur de bande pour laquelle le TOS est plus petit
ou égal à 2 (c à d S11 = –10 dB) augmente de 10 MHz à 320 MHz. En outre, la fréquence
de résonance semble diminuer avec l'augmentation de la hauteur. Cependant, dans notre
conception, la hauteur de la ligne ne peut dépasser la hauteur de 12,7 mm qui correspond à
l’épaisseur du substrat du mouse. Donc on retient la valeur de 12,7 mm pour la hauteur de
la ligne d’alimentation dans nos prochaines études des autres paramètres.

L'effet de variation de la longueur horizontale de la ligne d’alimentation l, sur


l'adaptation d'impédance tout en maintenant les autres paramètres fixes est illustré à la
Figure IV.7:

S11
0
Magnitude en dB

-10

-20

-30

-40
1.7 1.8 1.9 2.0 2.1 2.2 2.3
Fréquence en GHz

++++++++++ l = 16,5 mm
l = 15,5 mm

l = 11 mm

l = 5 mm

l = 17 mm

Figure IV.7 Effet de la longueur horizontale l de la ligne d’alimentation en forme de L


sur le coefficient de réflexion, S11(dB) versus la fréquence (GHz).

Modélisation des antennes PATCH 79


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

En analysant les courbes données à la Figure IV.7, on peut constater que pour des
variations de la longueur d’alimentation (partie horizontale de la ligne) allant de 5mm à
18mm, tout en gardant les autres paramètres fixes, l’optimum pour la largeur de bande
(à S11 = –10 dB) est obtenu quand l = 16,5 mm et il est d’environ 16%. Pour cette valeur de
la longueur d’alimentation, on a une forte adaptation à une fréquence de résonance de 2,02
GHz. Cette valeur de la longueur d’alimentation sera maintenue lors des prochaines études
paramétriques.

L'effet de varier le diamètre du fil de court-circuit, sur l'adaptation d'impédance tout en


maintenant les autres paramètres fixes est donné à la Figure IV.8:

S11
0

-10
Magnitude en dB

-20

-30

-40
1.7 1.8 1.9 2.0 2.1 2.2 2.3
Fréqence en GHz

++++++++++ d = 0,643mm

d = 0,9mm
d = 1,67mm

d = 0,7mm

d = 0,3mm

Figure IV.8 :Effet de varier le diamètre d du court-circuit sur le coefficient de réflexion,


S11(dB) versus la fréquence (GHz).

Modélisation des antennes PATCH 80


Chapitre IV Conception d’une antenne imprimée
large bande miniaturisée .

À partir de ces courbes, on constate que seul le diamètre aux alentour de 0,7 mm répond
assez bien à nos exigences en termes de largeur de bande. Comme les fils en cuivre ont des
diamètres standard, le fil de diamètre 0,643 mm a été utilisé lors de la simulation et la
réalisation de notre antenne.

IV.6 Conclusion :

Dans la première partie de ce chapitre, nous avons présenté les différentes techniques
utilisées dans la conception de l’antenne miniaturisée à large bande proposée. Dans La
deuxième partie, on a présenté les résultats des simulations, la description de l’antenne
proposée, et une étude paramétrique afin d’améliorer ces résultats. Ces résultats prouvent
que, après réduction de la dimension de l’antenne alimentée par une alimentation en forme
de L par un court-circuit, la largeur de bande de l'antenne résultante reste au-dessus de
15%, ce qui répond à l'exigence des téléphones portables de 3ème génération (IMT-2000).

Modélisation des antennes PATCH 81


Chapitre V Simulation

SIMULATION
V.1- INTRODUCTION :
V.1.1 Principe général de la simulation :

La réalisation pratique de tout objet (circuit, carte imprimée, composants, etc…) passe
certainement par 3 étapes fondamentales :
La modélisation de l’objet (par des programmes et des formulations).
La simulation.
La réalisation.
La modélisation est le fait de créer un modèle efficace de l’objet à simuler par des
formulations mathématiques et physiques, résolus par un logiciel (EMPLAN dans notre
cas), de préciser les points d’accès (les entrés sorties) du système à modéliser et de prévoir
son comportement conditionnel à toute excitation externe.
La simulation est une étape indispensable pour la réalisation réelle d’un objet, puisqu’elle
nous guide et nous oriente vers la bonne sélection des paramètres statiques et des conditions
de fonctionnement selon l’objectif fixé par la réalisation.

V.1.2 Objectifs de la simulation :

Pour une antenne patch, l’objectif est de voir la variation des paramètres dynamiques en
fonction de leur variation statique et selon le domaine d’application de l’antenne, on doit
chercher le bon ajustement de ces paramètres pour accéder à la bonne fréquence de
résonance choisie [33].
Pour un réseau d’antennes, le but est d’optimiser le positionnement correct des antennes
ou l’alimentation dans le plan pour avoir un diagramme de rayonnement optimum et un
gain maximum dans une direction souhaitée.
Dans le cadre de notre travail, nous nous sommes intéressés à l’analyse des antennes
imprimées dans leurs différentes formes. Dans cette partie, nous avons mis en évidence les
possibilités du logiciel EMPLAN dans l’analyse de quelques structures imprimées
(rectangulaires, anneaux, réseaux, …).

Modélisation des antennes PATCH 82


Chapitre V Simulation

V.2- Description du logiciel EMPLAN


V.2.1- Définition :

EMPLAN (ElecroMagnétic analysis of printed structures in PLANerly layered media)


est un programme d’analyse électromagnétique des structures imprimées, mais il est limité
au cas des antennes imprimées alimenté par ligne microruban. C’est une approche à plein
vague (full-wave), l’algorithme est basé sur La méthode des moments (MoM) en
conjonction avec les fonctions de Green. Pour l’exécution d’EMPLAN, il est nécessaire
d’avoir un autre programme (éditeur graphique) qui est capable de convertir les dessins en
format de fichier GEO (logiciel Sonnet).

Les possibilités du logiciel sont comme suit :


1-Les circuits imprimés multicouches et les lignes microrubans ou d’autres
arbitraires peuvent être simulés, grâce à la méthode des moments dans le domaine
spatial.
3- La distribution surfacique de courant électrique sur les conducteurs.
5-Un maillage uniforme ou non uniforme peut être exécuté.
6-Le nombre d’inconnus (c'est-à-dire: les fonctions de base) est limité seulement par
l’espace mémoire d’ordinateur.

Figure V.1:Interface du logiciel EMPLAN.

Modélisation des antennes PATCH 83


Chapitre V Simulation

V.2.2- Création de nouveaux circuits :


Pour créer un nouveau circuit on dessine la géométrie du circuit dans l’éditeur graphique
SONNET.
Pour changer les paramètres de simulation, on suit les étapes suivantes:
♦ Appuyer sur le bouton d’édition (EDIT) pour ouvrir le fichier de données.
♦ Faire les changements nécessaires du dossier de données. Par exemple, on peut changer
la fréquence de simulation.
♦ Mettre à jour le fichier (UPDATE), le rédacteur sera automatiquement fermé.
♦ Appuyer sur le bouton RUN pour lancer la simulation du nouveau circuit.

FigureV.2 : L’éditeur de l’EMPLAN.

V.3- SIMULATION DE QUELQUES STRUCTURES :


V. 3.1- Analyse d’une antenne seule :

V.3.1.1- Antenne imprimée rectangulaire :

Une antenne imprimée rectangulaire montrée sur le figure (V.3), est analysée comme un
premier exemple et les résultats de simulation sont : coefficient de réflexion en amplitude et
en phase, la configuration de la distribution des courants surfaciques sur l’antenne, le
diagramme de rayonnement.

Modélisation des antennes PATCH 84


Chapitre V Simulation

Les caractéristiques de l’antenne rectangulaire sont :

• Type du métal : cuivre (Conductivité = 5.8.107 s/m).

• Epaisseur de l’élément = 10-5 mm

• Élément : Lx=40mm ; Ly=40mm.

• La ligne : L=28.21mm ; T=2.548mm

Gamme de fréquences

f : 1GHz :3GHz ,0.1GHz

Figure V.3 : Géométrie de l’antenne

1er cas :

εr =2.55 ; h=1.59 mm

Coefficient de réflexion S11

-0.5
Amplitude (dB)

-1.0

-1.5 Set 0: S(1,1)

-2.0

-2.5

-3.0
1000 1500 2000 2500 3000 3500
La fréquence (MHz)

Figure V.4 : Amplitude du S11 en dB

• La Fréquence de résonance est : fr=2.3GHz.

Modélisation des antennes PATCH 85


Chapitre V Simulation

XY Polarization - All Layers X Polarization - All Layers - Frequency: 2300.000 MHz - Excitation: Port 1

(0 dB = 0.3 A/mm)

-25
-23
-21
-20
-18
-16
-15
-13
-12
-10
-8
1 -7
1
-5
-3
-2
0

Figure V.5 : Le maillage de l’antenne Figure V.6 : Distribution du courant

Diagramme de rayonnement - E-phi - phi=0.0 plan E Diagramme de rayonnement - E-theta - phi=0.0 plan E
0 0

-30 -3 30 -30 30
-3

-15 -10

-60 60 -60 60
-30 -20

-45 -30

-90 -270 -90 -270

f =2300.000 MHz f =2300.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.7: Diagramme de rayonnement de l'antenne dans le plan E

2eme cas :
On change maintenant la permittivité εr, les autres paramètres restent constants. Pour ce
cas, les résultats du coefficient de réflexion en amplitude et en phase sont présentés dans la
figure ci-dessus :
εr =3.50 ; h=1.59 mm

Modélisation des antennes PATCH 86


Chapitre V Simulation

X Polarization - All Layers - Frequency: 2000.000 MHz - Excitation: Port 1


Coefficient de réflexion S11
(0 dB = 0.3 A/mm)

-26
0 -25
-23
-21
-0.5 Set 0: S(1,1)
-19
-18
Amplitude (dB)

-16
-1.0 -14
-12
-11
-9
-1.5
1 -7
-5
-4
-2.0 -2
0

-2.5

-3.0
1000 1500 2000 2500 3000
La fréquence (MHz)

Figure V.8 : Amplitude du S11 en dB Figure V.9 : distribution du courant

Diagramme de rayonnement - E-theta - phi=0.0 plan E Diagramme de rayonnement - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-10 -16

-60 60 -60 60
-20 -32

-30 -48

-90 -270 -90 -270

f =2000.000 MHz f =2000.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.10: Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

3eme cas :

On change maintenant l’épaisseur du substrat h, les autres paramètres restent constants.


Pour ce cas, les résultats du coefficient de réflexion en amplitude et en phase sont présentés
dans la figure ci-dessus :
εr =2.55 ; h=3.0 mm

Modélisation des antennes PATCH 87


Chapitre V Simulation

X Polarization - All Layers - Frequency: 2300.000 MHz - Excitation: Port 1


Coefficient de réflexion S11
(0 dB = 0.3 A/mm)

-29
0 -27
-25
-23
-21
-19
-1
Amplitude (dB)

-17
-15
-13
-11
-10
-2 Set 0: S(1,1) -8
1
-6
-4
-2
0
-3

-4
1000 1500 2000 2500 3000 3500
La fréquence (MHz)

Figure V.11:Amplitude du S11 en dB Figure V.12 : distribution du courant

D iagramme de rayonnement - E-theta - phi=0.0 plan E Diagramme de rayonnement - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-10 -15

-60 60 -60 60
-20 -30

-30 -45

-90 -270 -90 -270

f =2300.000 MHz f =2300.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.13: Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

4eme cas :

Maintenant on change la forme de l’élément :


-Cas d’un dipôle
Lx=30mm ; Ly=18mm

Modélisation des antennes PATCH 88


Chapitre V Simulation

X Polarization - All Layers - Frequency: 3100.000 MHz - Excitation: Port 1


coefficient de reflexion S11
(0 dB = 1.2 A/mm)

-25
0 -23
-22
-20
-0.2 -18
-17
Amplitude (dB)

-15
-0.4 -13
-12
-10
-8
-0.6 Set 0: S(1,1) 1 -7
-5
-3
-0.8 -2
0

-1.0

-1.2
2000 2500 3000 3500 4000 4500
Frequence (MHz)

Figure V.14:Amplitude du S11 en dB Figure V.15 : distribution du courant

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-10 -17

-60 60 -60 60
-20 -34

-30 -51

-90 -270 -90 -270

f =3100.000 MHz f =3100.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.16: Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

Modélisation des antennes PATCH 89


Chapitre V Simulation

Interprétation des résultats :

a) La distribution du courant :

Notons qu'aux bords de l’antenne, parallèles à l'axe des X, les composants parallèles de la
densité du courant électrique montrent des maximums (figure : V.6) dues au phénomène
appelé la "singularité du bord". La raison de ce comportement est que le champ électrique
tangentiel sur la surface de l’antenne devrait être nul et cette nécessité exige une forte
densité de charges aux bords pour annuler le champ produit par les charges déposées dans
les régions intérieures de l’élément rayonnant. Notons aussi que pour la formulation, cette
singularité n'est pas dictée par le choix des fonctions singulières de base aux bords; elle
résulte automatiquement de la solution du système de matrice. Un autre point intéressant
mentionné est que le courant dans la direction Y n'est pas excité autant que le courant dans
la direction X, qui est une indication d'un modèle du champ lointain polarisé linéairement.
Cependant, il y a des techniques qui peuvent exciter le courant dans la direction Y aussi
bien que le courant dans la direction X pour produire la polarisation circulaire [33].
b) Le coefficient de réflexion S11 (ou Γ) :

Toujours on cherche la valeur de la fréquence de résonance de l’antenne imprime a partir


du graphe d’Amplitude du S11 (coefficient de réflexion) en fonction de la fréquence

D’après les quatre cas qu’on a simulé :


On calcule la largeur de bande (LB) on utilisant la formule (IV.1) du chapitre IV :
Pour TOS=8,5 ⇒ S11=-1dB

1er cas : εr =2.55 ; h=1.59 mm, (Lx=40 mm, Ly=40 mm)


2.5 − 2.2
fr=2.3GHz. LB = × 100 = 13.04 %
2.3
2eme cas :εr =3.50 ; h=1.59 mm, (Lx=40 mm, Ly=40 mm)
2,1 − 1,9
fr=2.0GHz, LB = × 100 = 10 %
2.0
3eme cas : εr =2.55 ; h=3.0 mm, (Lx=40 mm, Ly=40 mm)
2,55 − 2,0
fr=2.3GHz. LB = × 100 = 23,91 %
2.3

Modélisation des antennes PATCH 90


Chapitre V Simulation

4eme cas : εr =2.55 ; h=1.59 mm, (Lx=30 mm, Ly=18 mm)


3,0 − 3,25
fr=3,1GHz. LB = × 100 = 8,06 %
3.1
Donc on conclu que le substrat le mieux approprié est celui possédant une constante
diélectrique faible, une épaisseur grande (par rapport à la longueur d’onde d’opération) et
peu de pertes (tan δ). Un substrat épais augmente la puissance rayonnée par l’antenne,
réduit les pertes par effet Joules et améliore la bande passante de l’antenne. En contrepartie,
le poids est augmenté. Une faible valeur de la constante diélectrique (typiquement εr «
2.5 ») favorise l’extension des champs autour de la ligne et donc la puissance rayonnée.

c) Le diagramme de rayonnement :

Les diagrammes de rayonnement dans le plan E sont illustrés par les figures (V.7, V.10
V.13, V.21, V.26). La plage de la fréquence d’excitation est [1,0 :3,0GHz] avec un pas de
0,1 GHz. on remarque qu’ils présentent un lobe principal avec une grande ouverture,
l’antenne est donc directive. En général, pour un élément rectangulaire simple, le
diagramme présente un seul lobe principal de grande ouverture.

V.3.1.2- Antenne microruban alimentée au bord :

Le concept d’impédance d’entrée est très utile à la compréhension et la conception des


antennes. Il permet de répondre à des problèmes pratiques comme l’adaptation. Quand il est
applicable, il autorise la représentation symbolique de l’antenne physique par un circuit à
deux bornes d’entrée. En modifiant la position de l’alimentation (Figure V.17), l’adaptation
peut être réalisée. L’impédance est élevée sur le bord de l’élément. Si on se rapproche du
centre de l’antenne, cette impédance diminue et tend vers zéro. Il y a, donc, un point
particulier où l’on a une adaptation à 50 Ω [33]. Ce concept d’adaptation peut être illustré
en terme du coefficient de réflexion (FiguresV.1). Les diagrammes de rayonnement
correspondants sont donnés par les figures (V.21)

Modélisation des antennes PATCH 91


Chapitre V Simulation

Figure V.17 : La géométrie de l’antenne alimentée au bord.

εr =2.55 ; h=1.59 mm
coeficient de réflexion S11

-0.5
Amplitude(dB)

-1.0

Set 0: S(1,1)
-1.5

-2.0

-2.5
1000 1500 2000 2500 3000 3500
Frequence (MHz)

Figure V.18 : Amplitude du S11 en dB

Modélisation des antennes PATCH 92


Chapitre V Simulation

XY Polarization - All Layers X Polarization - All Layers - Frequency: 2200.000 MHz - Excitation: Port 1

(0 dB = 0.4 A/mm)

-27
-26
-24
-22
-20
-18
-16
1 -15
1 -13
-11
-9
-7
-5
-4
-2
0

Figure V.19 : Le maillage de l’antenne Figure V.20 Distribution du courant

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-10 -16

-60 60 -60 60
-20 -32

-30 -48

-90 -270 -90 -270

f =2400.000 MHz f =2400.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.21: Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

Calcul de la largeur de bande (LB) :


fr=2,2GHz.
2.4 − 2.05
LB = × 100 = 15.90 %
2.2

Modélisation des antennes PATCH 93


Chapitre V Simulation

V.3.1.3- Antenne microruban avec encoche :

La principale méthode a été de modifier des éléments rayonnants de formes classiques


(carrée, disque…) afin d’obtenir plusieurs fréquences de résonance.
Nous donnons ci-après un exemple d’antenne de forme particulière appelée antenne à
encoche.
La double résonance peut être obtenue en taillant une encoche rectangulaire dans une
antenne microruban rectangulaire (figure V.22). La variation de la dimension de cette
encoche entraîne une variation de l’écart entre les fréquences de résonance.
Gamme de fréquence : f : 1GHz :3GHz ,0.1GHz

Figure V.22 La géométrie de l’antenne avec encoche.


εr =2.55 ; h=1.59 mm
Coefficient de réflexion S11

0
Amplitude (dB)

-1

-2 Set 0: S(1,1)

-3

-4

-5
1500 2000 2500 3000 3500 4000
Frequence (MHz)

Figure V.23 Amplitude du S11 en dB

Fréquence de résonance : fr =2,8GHz

Modélisation des antennes PATCH 94


Chapitre V Simulation

XY Polarization - All Layers X Polarization - All Layers - Frequency: 2800.000 MHz - Excitation: Port 1

(0 dB = 0.5 A/mm)

-19
-18
-17
-15
-14
-13
-12
-10
-9
-8
-6
1 1 -5
-4
-3
-1
0

Figure V.24 : Le maillage de l’antenne Figure V.25 : Distribution du courant

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0
-30 30 -30 30
-3 -3

-11 -15

-60 60 -60 60
-22 -30

-33 -45

-90 -270 -90 -270

f =2800.000 MHz f =2800.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210


-180 -180

Figure V.26 : Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

Calcul de la largeur de bande (LB) :

fr=2,8GHz.
2.9 − 2.6
LB = × 100 = 10.71 %
2.8
A partir des paragraphes (4.1.1, 4.1.2 et 4.1.3) on conclu que le patch alimenté au
bord nous donne une largeur de bande plus importante.

Modélisation des antennes PATCH 95


Chapitre V Simulation

V.3.1.4- Antenne microruban annulaire :

Le choix de la forme de l’élément rayonnant dépend de certains facteurs tel que :


La puissance rayonnée, la fréquence d’utilisation, le type de polarisation, le gain, ainsi
que la bande passante de l’élément rayonnant.

Les caractéristiques de l’antenne annulaire sont :

εr = 2.55 ; h= 0,159 cm ; r1 = 3,5 cm ; r2= 7 cm ; a= r2/r1=2

XY Polarization - All Layers


Coefficient de réflexion S11

0
-1
-2
Amplitude (dB)

-3
-4
-5 Set 0: S(1,1) 1
-6
-7
-8
-9
-10
1500 2000 2500 3000 3500
Frequence (MHz)

Figure V.27 Amplitude du S11 en dB Figure V.28 Le maillage de l’antenne

Modélisation des antennes PATCH 96


Chapitre V Simulation

X Polarization - All Layers - Frequency: 2900.000 MHz - Excitation: Port 1

(0 dB = 3.1 A/cm)

-34
-32
-29
-27
-25
-23
-20
-18
-16
-14
-11
1 -9
-7
-5
-2
0

Figure V.29 : distribution du courant

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-11 -16

-60 60 -60 60
-22 -32

-33 -48

-90 -270 -90 -270

f =2800.000 MHz f =2800.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.30 : Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

• Calcul de la largeur de bande (LB) :

fr=2,75GHz.
3.0 − 2.1
LB = × 100 = 32.72 %
2.75
Donc on remarque que le patch de forme anneau nous a donné une LB plus
importante qu’un patch rectangulaire. Mais l’apparition des lobes secondaires dans le
diagramme de rayonnement, influe sur la directivité de notre antenne, c’est un
inconvénient pour lui.

Modélisation des antennes PATCH 97


Chapitre V Simulation

V.3.2- Analyse d’une antenne réseaux :

Introduction :
Le rayonnement d’une source rayonnante unique, même de structure compliquée,
présente un gain faible et une bande passante très réduite, et il ne permet pas d’obtenir une
directivité désirée. En disposant plusieurs antennes en réseaux, le gain et la directivité
seront alors plus élevés.
Les caractéristiques de l’antenne sont :
Élément : Lx=4mm ; Ly=4mm ; pou chaque élément.
Ligne: d (pas du réseaux)=6.0 mm ; T=0.94 mm pour chaque ligne.
Gamme de fréquence : f : 1GHz :3GHz ,0.1GHz
Pour : εr =2.55 ; h=1.59 mm

Figure V.31 : géométrie de l’antenne

Coefficient de réflexion S11

-0.5
Amplitude (dB)

-1.0 Set 0: S(1,1)

-1.5

-2.0
1000 1500 2000 2500 3000 3500
Frequence (MHz)

Figure V.32 : Amplitude du S11 en dB

Modélisation des antennes PATCH 98


Chapitre V Simulation

XY Polarization - All Layers

Figure V.33 : le maillage de l’antenne


X Polarization - All Layers - Frequency: 2600.000 MHz - Excitation: Port 1

(0 dB = 15.2 A/cm)

-43
-41
-38
-35
-32
-29
-26
-23
-20
-17
-14
1 -12
-9
-6
-3
0

Figure V.34 : distribution du courant

Calcul de la largeur de bande (LB) :

fr=2,6GHz.
2.85 − 2.4
LB = × 100 = 17,30 %.
2.6

Modélisation des antennes PATCH 99


Chapitre V Simulation

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-12 -14

-60 60 -60 60
-24 -28

-36 -42

-90 -270 -90 -270

f =2600.000 MHz f =2600.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.35 : Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

Diagramme de rayonnement :

A partir de la figure (V.35) on remarque que lorsque le nombre d’éléments rayonnants


dans le réseau augmente, l’effet des rayonnements parasites représentés par des lobes
secondaires diminue et les lobes principaux deviennent plus directifs.

V.3.3- Analyse d’une antenne imprime multicouche :


La bande passante peut être augmentée on utilisant une configuration multicouche.

Figure V.36 Géométrie de l’antenne


Caractéristiques de l’antenne :

Epaisseur du substrat (même permittivité : 2,55) =1.59mm

Élément : Lx=40mm ; Ly=40mm. Pour les deux éléments


La ligne : L=28.21mm ; T=2.548mm. Pour les deux lignes.

Modélisation des antennes PATCH 100


Chapitre V Simulation

X Polarization - All Layers - Frequency: 2400.000 MHz - Excitation: Port 1


Coefficient de réflexion S11
(0 dB = 2.0 A/mm)

-45
0 -42
-39
-36
-2 -33
-30
Amplitude (dB)

-27
-4 -24
-21
-18
-15
-6 Set 0: S(1,1) -12
2
1 -9
-6
-8 -3
0

-10

-12
1800 2000 2200 2400 2600 2800
Frequence (MHz)

Figure V.37 : Amplitude du S11 en dB Figure V.38 : La distribution du courant

Diagram m e de rayonne m e nt - E-the ta - phi=0.0 plan E Diagram m e de rayonne m e nt - E-phi - phi=0.0 plan E
0 0

-30 30 -30 -3 30
-3

-11 -16

-60 60 -60 60
-22 -32

-33 -48

-90 -270 -90 -270

f =2300.000 MHz f =2300.000 MHz

-120 -240 -120 -240

-150 -210 -150 -210

-180 -180

Figure V.39 : Diagramme de rayonnement de l'antenne Plan E

Calcul de la largeur de bande (LB) :

fr = 2,3GHz.
2.64 − 2.1
LB = × 100 = 23.48 %
2.3
Grâce a la configuration multicouche, on a augmenter la LB de 13 a 23%.
Dans la fréquence de résonance, le diagramme de rayonnement représente un seul lobe
avec une grande ouverture.

Modélisation des antennes PATCH 101


Chapitre V Simulation

V.4- Conclusion :

À partir des résultats de notre simulation on remarque que la variation des différentes
caractéristiques influe sur la largeur de bande (LB)

On a choisie en premier lieu la forme rectangulaire de l’élément, puis sous forme


d’anneau. On a choisie L’alimentation par ligne microruban, dont leurs différentes
positions d’excitation (au centre, au bord et avec encoche). On a varié l’épaisseur du
substrat et sa permittivité relative. Une des techniques d’élargissement de la bande passante
est l’utilisation de deux éléments rayonnants.

Donc on peut conclure que la largeur de bande (LB) de l’antenne plaque décroît quand la
constante diélectrique εr croît, et elle augmente quand l’épaisseur (h) du substrat augmente.
D’autre part on peut augmenter LB on utilisant :
Un patch sous forme d’anneau, (mais il a une faible directivité).
Une configuration multicouche.
Mise en réseau.

Modélisation des antennes PATCH 102


.

Conclusion Générale
Ces dernières années, l'augmentation du nombre de standards de communications
(GSM 900, DCS 1800, UMTS, WLAN, BLUETOOTH...), a fortement encouragé les
chercheurs à trouver des modèles d'antennes patch de plus en plus complexes faisant
généralement appel à des structures plus complique (court-circuitées, éléments avec fentes
rayonnantes) qui permettent d’obtenir les caractéristiques de rayonnement désirables, une
large bande passante et une antenne de plus petite taille possible.

Afin d’améliorer les performances de notre antenne, on a proposé dans la première


partie du projet (chapitre I, II, III) une étude générale sur les antennes et particulièrement
l’antenne imprimée, ainsi que les différentes méthodes d’analyse existante, et dans la
deuxième partie (chapitre IV, V), on a présenté les résultats des simulations, afin d’élargir
la bande passante (par une alimentation en forme de L) et minimiser la taille de l’antenne
(par un court-circuit).

Pour atteindre notre objectif, des simulations numériques avec le logiciel EMPLAN,
ce logiciel nous a permis de nous rapprocher du meilleur cas pratique. Avec simulation,
nous avons étudié le comportement des éléments d’antenne (la fréquence de résonance, la
largeur de bande, diagramme de rayonnement,…) en fonction de chaque paramètre qui
intervient dans la conception (les dimensions, permittivité,…).

Il nous a été permis de conclure qu’on a atteint les objectifs de notre antenne en
termes de largeur de bande. La largeur de bande de l'antenne fabriquée reste au dessus de
13%, ce qui répond à l'exigence des systèmes IMT-2000 de la troisième-génération. Une
réduction de 80% de la taille de l’antenne originale a pu être obtenue. Le coefficient de
réflexion et les diagrammes de rayonnement mesurés sont conformes à la prédiction.

Modélisation des antennes PATCH 103


.

Bibliographie
[2] Thèse de Institut Supérieur des Etudes Technologiques en Communications de Tunis
(2001-2002) « Étude, Conception et réalisation d’un réseau d’antennes PATCHS »
[3] Antenne – Cours Universitaire Préparé par Dr Youssef DAHER
[5] Traité d'électricité – Systèmes de télécommunications (F. G. Fontolliet)
[6] Rapport de projet de fin d’études, Soutenu le 9 juillet 2001 par Alaeddine AL-FAWAL
en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur en Eléctricité et Eléctronique Option
Télécommunication et Informatique De L’INSA de Rennes, France « Conception et
Réalisation de Réseaux d’Antennes pour les Mesures de Propagation et de
Transmission »
[7] C. A. Balanis,” Antenna Theory—Analysis and Design,” 2eme edition, John Wiley &
Sons, 1997.
[8] F.T. Ulaby, “Fundamentals of Applied Electromagnetic,” Prentice Hall, 1999.
[9] R. M. Nelson, D. A. Rogers and A. G. D’assunçao, “resonant frequency of a
rectangular microstrip patch on several uniaxial substrates,”IEEE Trans. Antennas
Propagat. ,vol.38, 1990.
[10] Cours d’antennes, Denis Prêtre, dernière révision : 23/09/2004, HE-Arc, ingénierie
[11] TP Simulation Hyperfréquence De la ligne microbande à l’antenne patch.
[12] THESE pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L’université de LIMOGES
Discipline : "Electronique des Hautes Fréquences, Optoélectronique", présentée et
soutenue par David BIDOU le 28 Mai 2003. Thème : CONTRIBUTION A L’ETUDE
D’ANTENNES FORT GAIN. APPLICATIONS DANS LE DOMAINE
MILLIMETRIQUE.
[13] Thèse Pour obtenir Le grade de Docteur, Soutenue le 10 juillet 2002 par Gwénaël
Poitau. « Contribution au développement d'un isolateur coplanaire à résonance par la
méthode des Différences Finies dans le Domaine Temporel »

[14] E. H. Newman, and P. Tylyathan, “Analysis of Microstrip Antennas Using Moment


Methods,” IEEE Trans. Antennas Propagat., Vol. AP-29, No. 1, January 1981.
[15] R. F. Harrington,” Field Computation by Moment Methods, Macmillan,” New York,
1968.

[16] F.T. Ulaby, “Fundamentals of Applied Electromagnetics,” Prentice Hall, 1999.


[17] F. L. Mesa, R. Marqués and M. Horno, “A general algorithme for computing the
bidemensional spectral Green’s dyad in multilayered complex bianisotropic media:
the equivalent boundary method,” IEEE Trans. Microwave Theory. Thec., Vol. 39,
Sept. 1991.

Modélisation des antennes PATCH 104


.

[18] L. Kantorovich, and G. Akilov, “Functional Analysis in Normed Spaces, Pergamon,”


Oxford, pp. 586-587, 1964.
[19] S.MORANDI.expérimentation sur les antennes plaquées .rapport de stage, université
de NICE , laboratoire d’électronique ,1986.
[20] F.ABBOUD, J.P.DAMIANO, A.PAPIERNIK. Simple model for the input impedance
of coax-feed rectangular microstrip patch antenna for cad .IEE proceeding on MAP,
vol 135 . octobre 1988.
[21] KEITH, R.CARVER. Microstrip antenna technology. IEEE trans on AP, vol. AP-29,
n°1, January 1981.
[22] Modélisation de Réseaux Plans d’Antennes Microrubans par des Circuits Equivalents
N. Hassaine, F. T. Bendimerad, N. Boukli-Hacène. Laboratoire de
Télécommunications, Département d’Electronique Faculté des Sciences de
l’Ingénieur, Université Abou-Bakr Belkaïd–Tlemcen.
[23] T.C.EDWARDS. Conception des circuits micro-ondes micro-éléctroniques.
[24] S.MORAND. Expérimentation sur les antennes plaquées. Rapport de stage, université
de NICE, laboratoire d’électronique, 1986.
[25] E.LIER, M.S improved formulas for input impedance of coax-fed microstrip patch
antennas. IEE trans on AP, vol.129, août 1982.
[26] R.GARG, S.A.LONG. Resonant frequency of electrically thick rectangular microstrip
antenna. Electronics letters, 1987, vol.23, n°21.
[27] I.WOLFF, N. KNOPPIK. Rectangular and curcular microstrip disk capacitors and
resonators, 1974.
[28] N.DAVID, POZAR. Input impedance and mutual coupling of rectangular microstrip
antennas. vol 30, n°6, novembre 1982.
[29] D.L.SENGUPTA. approximate expression for the resonant frequency patch antenna.
Electronics letters, 1983, vol.19, n°20.
[30] Rapport de travail d’étude et de recherche. Conception et réalisation d’antenne
imprimé microstrip rectangulaires, ELABORE PAR Mohamed EL Khaldi, Maîtrise
E.E.A option : télécommunication
[31] J.M. RIBERO. « Antennes imprimées multifréquences étudiées à l’aide de modèles
équivalents ».
Thèse de Doctorat, Université de Nice- Sophia Antipolis, Octobre 1996.
[32] HASSAINE NAWEL. « Conception de modèles équivalents pour analyse et synthèse
d’antennes microrubans en réseaux périodiques ». Thèse de Magister, Université de
Tlemcen, Juin 2001.
[33] Application de l’EMPLAN dans l’analyse de quelques structures imprimées
rayonnantes. Mémoire de Fin d’Etudes pour l’Obtention du Diplôme d’Ingénieur
d’Etat en Télécommunications. Soutenu en Juin 2004

Modélisation des antennes PATCH 105


.

[34] D. McNeil, T. A. Denidni, and G. Y. Delisle, Miniaturized shorting post microstrip


antenna for mobile handsets, Antenna Applications Symposium, , Allerton Park,
Septembre. 2000.

[35] M. Sahli, T. A. Denidni, L. Talbi, A new miniaturized patch antenna for wireless
systems, Radio and Wireless Conference, 2003. RAWCON '03. Proceedings. Aout
2003.
[36] P. Bhartia, Inder Bahl, R. and Garg, A. Ittipiboon, Microstrip Antenna Design
Handbook, Artech House, 2001.
[37] K. F. Lee, K. M. Luk, C. L. Mak, Microstrip line-fed L-strip patch antenna, IEEE
Proceedings on Microwaves, Ant. and Propag., Vol. 146, Aout. 1999.
[38] C. L. Mak, K. M. Luk, K. F. Lee, Y. L. Chow, Experimental study of a microstrip
patch antenna with an L-shaped probe, IEEE Transactions on , Ant. and propag.
Vol. 48, Mai. 2000.
[39] Conception d’une antenne a bande élargie en technologie microruban pour une
antenne réseau a balayage électronique. Mémoire présenté à la Faculté des études
supérieures de l'Université Laval pour l'obtention du grade de doctorat. OCTOBRE
1998.

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Equations_de_Maxwell
[4] http://www-mo.enst-bretagne.fr/~duflot/courstel/antennes/anten0_f.html

Modélisation des antennes PATCH 106