Vous êtes sur la page 1sur 111
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère des postes et des technologies de l’information et de
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Ministère des postes et des
technologies de l’information et de
la communication
Ministère de l’enseignement
supérieur et de la recherche
scientifique
INSTITUT DES TELECOMMUNICATIONS
Abdelhafid BOUSSOUF
--O R A N --
Mémoire de fin d’études pour l’obtention du
diplôme d’ingénieur d’état en
télécommunications
Thème:
Présenté par :
M.
KAHAL
Kamel
M.
HARICHANE
Moustafa
Encadré par:
M. Mohammed GOURARI
Promotion : IGE26
Juin 2006

Sommaire

Sommaire

Sommaire

Liste des figures Liste des tableaux

Introduction Générale ………………………………

…………………………………1

Chapitre I : Généralités sur les antennes…………………

……………………

I.1- Introduction

I.2- Principe de propagation des ondes électromagnétiques I.2.1- Notation

I.2.2- Elaboration des équations de Maxwell

I.3- Concept d’Antenne I.3.1- Introduction I.3.2- Théorème de Réciprocité

I.3.3- Différentes Zones de Radiation d'une Antenne

Zone de Rayleigh

Zone de Fresnel

Zone de Fraunhoffer

I.4.- Types des Antennes

I.4.1- Les antennes filaires

I.4.2- Les projecteurs d’ondes I.4.3- Les antennes à fentes I.4.4- Antennes imprimées I.5- Caractéristiques d'une antenne I.5.1- Représentation en quadripôles

I.5.2- Coefficient de réflexion S

I.5.3-Densité de puissance (P r ) I.5.4- Directivité I.5.5- Gain en puissance et rendement I.5.6- Ouverture I.5.7- Impédance d’entrée I.5.8-Diagramme de rayonnement Définitions des plans principaux (E et Lobe principal Les lobes secondaires I.5.9-La Bande passante I.5.10- Polarisation de l'Onde Rayonnée

11

(ou

I.6-CONCLUSION

Γ)

Chapitre II : Les Antennes PATCH…………………………

……………

3

3

3

3

4

5

5

5

5

6

6

6

6

6

7

7

8

8

8

9

10

10

10

11

12

12

13

14

14

15

15

15

16

Sommaire

Sommaire

II.1- Introduction

16

II.2- APPLICATIONS DES ANTENNES IMPRIMEES

16

II.3- Choix de la technologie des antennes patchs

17

les avantages des antennes imprimées

18

les inconvénients

18

II.4- CARACTERISTIQUES

18

II.5- Description de l’antenne PATCH

19

II.5.1- Substrats

20

 

Sélection du substrat

20

Permittivité équivalente d’un milieu diélectrique à pertes

20

II.5.2- Éléments rayonnants

21

II.5.3- Techniques d’alimentation

22

1) Alimentation par ligne micro ruban

23

2) Alimentation par une sonde coaxiale

25

3) Alimentation couplée par fente (ouverture)

26

4) Alimentation couplée par proximité

27

Comparaison entre ces différentes techniques d’alimentations

28

5) Alimentation par guide d’ondes coplanaires

29

6) Alimentation par fibres optiques

29

II.6- Alimentations pour polarisations orthogonales ou circulaires

30

II.6.1. Polarisations orthogonales

30

II.6.2- Polarisations circulaires

31

II.7- Mécanisme de rayonnement

32

Région A

32

Région B

32

Région C

33

II.8-Analyse d’une antenne seule

33

II.8.1 Géométrie

33

II.8.2) Fréquence de résonance

36

II.8.3) Impédance d’entrée du patch

36

 

Calcul du champ rayonné

36

II.10- LA MISE EN RESEAU D'ANTENNES IMPRIMEES

38

Exemples de réseaux d'antennes a 16 éléments

38

Architecture de base des réseaux d'antennes

39

La géométrie du réseau est déterminée grâce aux étapes suivantes

39

Avantages

40

Inconvénients

40

II.11-Conclusion

41

Chapitre III : Modélisation des Antennes PATCH………………

…………

42

III.1-Introduction

42

III.2-Différentes Méthodes d'analyse

43

III.2.1- Méthodes analytiques

43

III.2.1.1-Modèle de la ligne de transmission

43

1-Introduction

43

2- Modèle et caractéristiques

44

Le rayonnement

45

L’alimentation

45

Permittivité effective

45

Phénomène de dispersion

46

Sommaire

Sommaire

Pertes

47

Longueur effective

48

Le modèle final de l’antenne

48

3- Calcul de l’impédance d’entrée

49

4- Calcul de la fréquence de résonance

50

III.2.1.2-Modèle de cavité

51

1- Modèle

51

2- calcul de la fréquence de résonance

51

3- Calcul de l’impédance d’entrée

52

III.2.1.3- Comparaison des deux modèles analytiques

53

III.2.2- Analyse par des méthodes numériques

54

III.2.2.1- La méthode des éléments Finis

55

III.2.2.2- La méthode des différences finies

55

III.2.2.3- Méthode des moments (Analyse full-wave)

57

III.3- Analyse du réseau d’antennes

62

III.3.1 Réseau rectiligne

62

Champ rayonné par un réseau rectiligne

62

III.3.2 Réseau plan

64

Champ rayonné par un réseau plan

64

III.3.3 Alimentation des réseaux d’antennes microrubans

66

III.4- CONCLUSION

66

Chapitre IV : Conception d’une antenne imprimée large bande miniaturisée………

67

IV.1 Introduction

67

IV.2- Élargissement de la bande des antennes microruban

68

IV.2.1- Définition de largeur de bande

68

 

IV.2.2

IV.2.3

Méthode d’adaptation

71

Technique d’alimentation

71

IV.3 Techniques de miniaturisation

73

IV.3.1 Antenne microruban quart-onde

73

IV.3.2 Réduction du plan de masse

74

IV.4 Étude de l’antenne

75

IV.4.1 Conception de l’antenne

75

 

IV.4.1.1

IV.4.1.2

Caractéristiques désirées

75

Structure de l’antenne

76

IV.5

Etude paramétrique de l’antenne

78

IV.6

Conclusion

81

Chapitre V : Simulation ………………………………………………………………82

V.1- INTRODUCTION

82

V.1.1 Principe général de la simulation

82

V.1.2 Objectifs de la simulation

82

V.2- DESCRIPTION DU LOGICIEL EMPLAN

83

V.2.1-

Définition

83

V.2.2- Création de nouveau circuit

84

V.3- SIMULATION DE QUELQUES STRUCTURES

84

V. 3.1- Analyse d’une antenne seule

84

V.3.1.1- Antenne imprimée rectangulaire

84

Interprétation des résultats

90

Sommaire

Sommaire

a) La distribution du courant

b) Le coefficient de réflexion

c) Le diagramme de rayonnement

S

11

(Γ )

V.3.1.2- Antenne microruban alimentée au bord V.3.1.3- Antenne microruban avec encoche V.3.1.4- Antenne microruban annulaire V.3.2- Analyse d’une antenne réseaux V.3.3- Analyse d’une antenne imprime multicouche V.4- Conclusion

90

90

91

91

94

96

98

100

102

Conclusion générale…………………………………………………………………… 103

Bibliographie ……………………………………………………………………………. Glossaire …………………………………………………………………………………. Annexe …………………………………………………………………………………

Introduction Générale

Introduction Générale

Introduction Générale

De nos jours, les antennes sont devenues les éléments de base pour une liaison radioélectrique. Les antennes sont utilisées en réseau GSM, télé localisation, radar ainsi que pour nos besoins dans la vie courante. Elles se présentent sous diverses formes selon leur but d’utilisation. Les technologies modernes s’orientent vers la miniaturisation de ces antennes tout en essayant de garder les meilleures performances. L’antenne patch est conçue pour satisfaire ces besoins, c’est un conducteur métallique de forme particulière placé sur un substrat terminé par un plan de masse ; son caractère en miniature offre la possibilité de l’intégrer facilement dans les systèmes d’émission réception. Pendant les deux dernières décennies les antennes imprimées ont évolué Comme une activité innovatrice majeure dans le domaine des antennes. Jusqu'au début des années 1990 les technologies micro ruban étaient employées spécialement pour les applications militaires. Depuis, on constate un changement rapide vers les applications commerciales. Un grand nombre de produits destinés aux technologies sans fil est apparu sur le marché. Les antennes micro-ruban ont quelques particularités qui les rendent idéales pour plusieurs applications commerciales. Basées sur la technologie des circuits imprimés, elles sont très peu coûteuses à produire. La production en grande quantité est facile. Leur profil plat leur permet d'être montées dans le même boîtier que le produit qu’elles servent. Elles peuvent souvent être intégrées sur la plaque qui contient le circuit radiofréquence ou micro- onde. La conception des microbandes rayonnantes a été proposée premièrement par Deschamps au USA en 1953 puis Gutton et Baissinot en France en 1955. Le phénomène de rayonnement provenant des discontinuités dans les lignes microrubans fut observé et étudié par Lewin en 1964. En 1970 Byron a décrit la structure planaire qui est constituée d’une plaque conductrice gravée sur un substrat diélectrique qui repose sur un plan de masse; un peu plus tard des antennes pratiques ont été développées par Howl et Munson.

Introduction Générale

Introduction Générale

Dans ces dernières années, divers types d’antennes imprimées ont été développés, et

différentes techniques d’alimentation sont mises en œuvre pour améliorer les performances

de ce type d’antennes dans plusieurs cas d’applications. La technique des circuits imprimés

a révolutionné les domaines de l’électronique, et plus récemment celui des

hyperfréquences, où elle se prête particulièrement bien à la réalisation de circuits et d’antennes [12]. Dans certaines applications, il est nécessaire d’utiliser un groupement d’antennes commandées automatiquement pour assurer un balayage électronique dans l’espace (SCAN) qui est le cas d’un radar. L’objectif de notre projet est de faire une étude des antennes imprimées tout en essayant d’améliorer leurs performances. De ce fait, notre travail est réparti en cinq chapitres :

Le premier chapitre constitue une description générale sur les antennes (principe,

types, paramètres).ainsi que certains domaines d’application.

Le deuxième chapitre présente une vue générale sur les antennes PATCH et leurs caractéristiques ainsi que certaines techniques d'alimentation et le mécanisme de rayonnement.

Le troisième chapitre énumère quelques méthodes d’analyses : des méthodes analytiques simples (modèle de la ligne de transmission, modèle de la cavité), et d’autre méthodes numériques (méthode des moments, méthode des différences finies, méthode des éléments finis)

Le quatrième chapitre définit la conception d’une antenne imprimée large bande

miniaturisée pour les communications sans fil.

Enfin, Le cinquième chapitre est consacré à la simulation de quelques formes d’éléments imprimés qui ont été proposées pour atteindre les résultats escomptés (antenne patch large bande, la miniaturisation).

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Généralités sur les antennes

I.1- Introduction :

Dans tous les systèmes faisant usage de propagation dans l’espace libre (radiodiffusion, radar, faisceau hertzien) il est nécessaire de disposer d’éléments permettant la transition entre une onde guidée (ligne de transmission ou guide d’onde) et une onde rayonnée; Ces éléments de transition sont les antennes. De part leur structure géométrique spécialement mise au point dans ce but, elles permettent le détachement des champs électromagnétiques de leur support métallique (ainsi que la transition inverse). De plus une antenne peut servir à diriger le signal dans une direction désirée et produit pour cela une concentration des champs dans une région particulière de l’espace. Une antenne est un composant qui rayonne et reçoit la puissance Radiofréquence ou la puissance micro-onde. C’est un dispositif réciproque, et la même antenne peut servir comme un dispositif de réception et d’émission. Une ligne de transmission est conçue pour avoir une très petite perte de rayonnement, tandis que l’antenne est conçue pour avoir un rayonnement maximum. Le rayonnement se produit en raison des discontinuités (qui causent la perturbation des champs ou courants), courants non équilibrés, et ainsi de suite.

I.2- Principe de propagation des ondes électromagnétiques :

I.2.1- Notation :

ρ(r,t) est la densité de charge électrique locale au point r à l'instant t.

j(r, t) le vecteur densité de courant.

E (r , t ) le vecteur champ électrique.

B (r , t ) le vecteur induction magnétique.

ε

µ

0

0

la permittivité diélectrique du vide (8,854210 -12 As/Vm).

la perméabilité magnétique du vide (4π⋅10 -7 Vs/Am).

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

I.2.2- Elaboration des équations de Maxwell :

C’est à Maxwell que l’on doit la formulation la plus complète des relations liantes entre les grandeurs électriques et magnétiques. Les équations de Maxwell spécifient que toute variation spatiale d’un champ (électrique ou magnétique) en un point de l’espace entraîne (ou est dû à) l’existence ou la variation temporelle d’un autre champ au même point. Analytiquement, voici les équations en quatre formules [1] :

(I.1) Equation de Maxwell-Gauss

(I.1)

Equation de Maxwell-Gauss

(I.1) Equation de Maxwell-Gauss
(I.2) Equation de conservation du flux de

(I.2)

Equation

de

conservation

du

flux

de

(I.2) Equation de conservation du flux de
 
 
 

(I.3)

Equation

de

Maxwell-Faraday

(phénomène

d'induction)  

d'induction)

 

Equation de Maxwell-Ampère

 
 

(I.4)

 

Les deux premières équations correspondent donc au théorème de Gauss pour l’électricité, et pour le magnétisme, la troisième est la loi de Faraday et la quatrième correspond au théorème d’Ampère modifié par Maxwell. Ces équations sont les équations fondamentales de l’électromagnétisme. Ils signifient que l’on peut séparer le traitement des champs électrique et magnétique pourvu que ceux ci ne varient pas dans le temps. Inversement, ils sont indissociables s'ils varient dans le temps.

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

I.3- Concept d’Antenne :

I.3.1- Introduction :

Les antennes sont des dispositifs qui ont pour fonction de transformer les ondes guidées en ondes se propageant dans l’espace libre et réciproquement ; de capter les ondes de l’espace pour les conduire vers les systèmes de réception.

I.3.2- Théorème de Réciprocité :

Le couplage antenne milieu extérieur est réciproque et l'on peut donc utiliser l'antenne indifféremment en émission ou en réception. Cette propriété peut s'énoncer de la façon suivante :

"Si une force électromotrice est appliquée à l'entrée d'une antenne A et si l'on mesure le courant produit par cette antenne aux bornes d'une antenne B, on trouve un courant égal à celui que l'on aurait aux bornes de l'antenne A si la force électromotrice était appliquée à l'antenne B"

I.3.3- Différentes Zones de Radiation d'une Antenne :

I.3.3- Différentes Zones de Radiation d'une Antenne : Figure I.1 : Zones de radiation d’une antenne

Figure I.1 : Zones de radiation d’une antenne

« r » correspond à la distance entre le point de référence et la frontière entre les champs proche et lointain (en mètres).

« D » le diamètre de la surface équivalente de l'antenne (en mètres).

« λ » Correspond à la longueur d'onde (en mètres).

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Zone de Rayleigh :

Dans cette zone de champ proche (ou zone de Rayleigh), il y a échange d'énergie réactive entre l'antenne et le milieu extérieur.

A courte distance (par rapport à la longueur d'onde),

quasi constante.

r <

D

2

2λ

la densité de puissance est

Zone de Fresnel :

Dans une seconde zone

D

2

2 D

2

<

r

<

2

λ

λ

Zone de Fraunhoffer :

la densité de puissance est fluctuante.

Dans la zone du champ lointain (ou de Fraunhoffer), à grande distance (par rapport à la

longueur d'onde), les champs sont rayonnés sous la forme d'onde (quasiment) plane.

Si r est la distance à l'antenne, dans cette zone

en 1/r 2 .

r

>

2 D

2

2 λ

la densité de puissance décroît

I.4.- Types d’Antennes

Les antennes hyperfréquences peuvent se classer, en gros, en quatre catégories :

Les antennes filaires.

Les projecteurs d’ondes.

Les antennes à fentes.

Antennes imprimées.

I.4.1- Les antennes filaires :

Elles sont constituées par des fils (conducteurs) ou des groupements de fils; le plus

souvent il s’agira des lignes résonnantes demi-ondes formées par des tubes compte tenu de

la longueur d’onde λ.

La figure I.2 montre une antenne demi-onde, connue sous le nom de dipôle, alimentée par une ligne coaxiale .La courbe en pointillé est la variation du courant sur l’antenne

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Chapitre I Généralités sur les antennes Figure I.2 : Dipôle électrique La partie rayonnante est un

Figure I.2 : Dipôle électrique

La partie rayonnante est un tube métallique de diamètre d, la longueur du tube est de λ/2, λ étant la longueur d’onde sur la ligne qui est un peu plus faible que la longueur d’onde dans l’air λ 0 . On utilise ces antennes comme éléments rayonnants dans des alignements ou des groupements de sources rayonnantes, leur comportement est étudié à partir du comportement du doublet qui est une antenne formée par un bout de fil rectiligne de longueur l << λ , parcouru par un courant constant.

I.4.2- Les projecteurs d’ondes :

Dont la réalisation la plus courante est le réflecteur parabolique éclairé par un dipôle ou par un cornet électromagnétique ,qui est alimenté par un guide d’onde qui agit comme un filtre passe haut pour ne laisser passer qu’un mode de propagation. Cette source d’éclairement, dite source primaire rayonne une onde sphérique qui se réfléchit sur le paraboloïde suivant un faisceau de rayons parallèles dans l’approximation de l’optique géométrique.

I.4.3- Les antennes à fentes :

L'antenne à fente se compose d'un dipôle constitué en coupant une fente étroite dans une grande surface en métal. Une telle antenne est montrée sur la figure (I.3). La longueur de la fente est la moitié de la longueur d'onde à la fréquence désirée, et la largeur est une petite fraction d'une longueur d'onde. L'antenne est généralement comparée à un dipôle à demi onde conventionnelle.

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Chapitre I Généralités sur les antennes Figure I.3 : Antenne a fente. I.4.4- Antennes imprimées :

Figure I.3 : Antenne a fente.

I.4.4- Antennes imprimées :

Se sont des antennes plaquées sur des diélectriques, elles présentent des architectures variées selon leur application. Les éléments rayonnants peuvent être de forme carré, rectangulaire, triangulaire, elliptique…etc. La sélection de forme dépend des certains paramètres comme : la fréquence de résonance, la largeur de bande, la directivité ou bien diagramme de rayonnement.

I.5- Caractéristiques d'une antenne :

Dans les communications sans fil, chaque application met en relief certaines caractéristiques des antennes. D'une manière générale, une antenne utilisée dans un type d’application ne peut pas l'être dans d’autres. Une antenne peut être caractérisée par :

I.5.1- Représentation en quadripôles :

Une antenne peut être représentée comme un quadripôle (Figure I.4), défini par les paramètres S :

quadripôle (Figure I.4), défini par les paramètres S : Figure I.4 : Représentation en quadripôle A

Figure I.4 : Représentation en quadripôle A 1 , A 2 , B 1 et B 2 sont des ondes de puissance.

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

On a les relations suivantes :

B 1 =S 11 . A 1 + S 12 . A 2

(I.5)

B 2 =S 21 . A 1 + S 22 . A 2

(I.6)

Le coefficient S 11 correspond à la réflexion en entrée des quadripôles lorsque A 2 = 0.

Le coefficient S 12 représente la transmission de la puissance entrant en sortie vers l’entrée

lorsque A 1 = 0.

Le coefficient S 21 est le gain du quadripôle lorsque A 2 = 0.

Le coefficient S 22 est la réflexion en sortie du quadripôle lorsque A 1 = 0.

I.5.2- Coefficient de réflexion

S

11

(ou Γ)

Adaptation et rapport d’onde stationnaire

:

On dit qu’une antenne est parfaitement adaptée lorsque son impédance d’entrée (Z e ) est

égale à l’impédance de la ligne d’alimentation (Z c ), sinon on démontre qu’il apparaît un

coefficient de réflexion S

11

(ou

Γ )

.

Γ =

Z

e

Z

c =

onde reflechie

Z

e

+ onde incidente

Z

c

Z

e

Z c

: Impédance d’entrée de l’antenne ( Z

e =

: Impédance caractéristique de la ligne.

R

+

jX

)

(I.7)

Le rapport d’ondes stationnaires (ROS) est défini comme suit :

ROS

=

1 + Γ 1 − Γ
1
+
Γ
1
Γ

(I.8)

Une antenne résonne si la partie imaginaire de son impédance d'entrée est nulle (Pratiquement on prend le minimum de la partie imaginaire),

Pour

Γ → 0

{

Re Z

e

}

Z

c

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Et dans la quelle la directivité de l'antenne est maximal, et le gain est plus élevé, c'est a dire le rayonnement est plus directif, et c'est la définition pour déterminer la fréquence de résonance.

I.5.3-Densité de puissance (P r ) :

La Densité de Puissance est l'expression de l'énergie disponible en réception en un point de l'espace. P r dépend de la Puissance P e fournie à l'antenne d'émission, du Gain Ge de cette

antenne et de la distance d entre l'émetteur et le point considéré .L'expression de P r est:

P

r

=

P G

e

e

4

π

d

2

[W/m 2 ]

(I.9)

I.5.4- Directivité :

La directivité (parfois appelée gain directionnel) d'une antenne est définie ainsi :

D (

θ ϕ =

,

)

(

P r

,

θ ϕ

,

)

P iso

(I.10)

On admet que P iso est la densité de puissance émise par une antenne isotrope qui aurait la même puissance émise Pe.

Avec :

P

iso

=

P

e

4

π

d

2

(I.11)

La directivité indique dans quelles directions la densité de puissance est meilleure ou moins bonne que celle de l'antenne isotrope. La directivité ne dépend pas de r, car les deux

densités décroissent en 1/r 2 .

I.5.5- Gain en puissance et rendement :

Le rendement de l’antenne est le rapport entre la puissance rayonnée et la puissance fournie à l’antenne, soit

η

=

P

E

P

F

[%]

(I.12)

Ce rapport caractérise la perte à l’intérieur de l’antenne.

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Le gain en puissance dépend de la fréquence du signal émis. Il est très faible aux basses fréquences mais atteint des valeurs de 75% à 95% pour des fréquences supérieures à 1 MHz. Le gain en puissance d'une antenne est le suivant :

G (θ, ϕ)= η⋅D(θ,ϕ)

(I.13)

On déduit de (I.10), (I.11) et (I.12) la densité de puissance d'une antenne par rapport à la puissance fournie PF :

P

(

r

,

θ

,

ϕ

)

=

G

(

θ

,

ϕ

)

P

F

4

π

R

2

(I.14)

De fait, le gain en puissance d'une antenne est un paramètre plus intéressant que sa directivité; en effet, comme le rendement η est inclus, on peut calculer la densité de puissance en introduisant directement la valeur de la puissance fournie PF dans (I.14)

I.5.6- Ouverture :

Si G m est le gain maximal d’une antenne donnée dans un plan bien déterminé, alors son

ouverture dans ce plan est l’angle qui se trouve entre deux directions de ce plan ayant la moitié du gain maximal (gain à 3 dB), soit : G m /2 .

moitié du gain maximal (gain à 3 dB), soit : G m /2 . Figure I.5

Figure I.5 : l’ouverture

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

I.5.7- Impédance d’entrée :

L’impédance

d’entrée

de

l’antenne

est

l’impédance

vue

de

la

part

de

la

ligne

d’alimentation au niveau de l’antenne. Cette impédance est donnée par la formule :

Z

e

=

Z

c

(1

+

S

11

)

(1

S

11

)

(I.15)

Z c = impédance caractéristique de la ligne d’alimentation.

I.5.8-Diagramme de rayonnement :

La répartition dans l’espace de l’énergie rayonnée par une antenne est caractérisée par son

diagramme de rayonnement.

r

Soit une source rayonnante positionnée au point O du repère (Oxyz) et soit O M

une

position quelconque, définie par les angles θ et φ (figure I.6).

x

r z u r θ M O ϕ m
r
z
u r
θ
M
O
ϕ m

y

Figure I.6 : Source élémentaire liée au repère des coordonnées sphériques.

La détermination du champ rayonné par cette source se fait à partir de la résolution des

équations de maxwell « (I.1) (I.2) (I.3) (I.4) »

Ce problème de physique mathématique n’a en général pas de solution analytique, même

pour les structures les plus simples. C’est pour cette raison que l’on fait appel à des

modèles équivalents. Ces modèles vont contribuer à la détermination du champ

électromagnétique rayonné par l’antenne. Il a été établi qu’à grande distance, ce champ

électromagnétique ne possède pas de composante radiale suivant

comporte alors comme une onde plane, par conséquent, les champs électrique et

magnétique sont transverses et perpendiculaires entre eux.

. L’onde rayonnée se

r

u

r

Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Dans le système des coordonnées sphériques, le champ électrique a pour expression :

r

E

(

r

,θ ,ϕ

)

=

W

e jkr

r

r F (θ ,ϕ )

(I.16)

r

W est un nombre complexe, et F (θ ,ϕ)

représente la caractéristique vectorielle de

rayonnement, propre à l’antenne, et k représente le nombre d’onde ( k =

2.π

λ

).

On définit le diagramme de rayonnement d’une antenne par la représentation polaire du

champ électrique ou de sa fonction caractéristique. Il est cependant plus intéressant de

r

considérer le carré de la norme de E(θ ,ϕ) , directement relié à la puissance rayonnée,

normalisé en général par rapport à son maximum : c’est le digramme de rayonnement en

puissance de l’antenne.

Les digrammes de rayonnement sont généralement mesurés dans les plans de symétrie,

s’il y en a, ou dans les plans principaux nommés plan E et plan H (figure I.7). Ceux sont

respectivement les plans pour lesquels les champs électrique et magnétique atteignent leurs

valeurs maximales [33].

Z Plan E Plan H r E Y X Figure I.7 : Définitions des plans
Z
Plan E
Plan H
r
E
Y
X
Figure I.7 : Définitions des plans principaux (E et H).
Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

Avec une source polarisée parallèlement à l’axe OX, le plan E est caractérisé par

φ = 0° et θ variable tandis que pour une source polarisée parallèlement à l’axe OY, le plan

H est caractérisé par φ = 90° et θ variable.

Les diagrammes de rayonnement sont représentés en coordonnées polaires ou en

coordonnées cartésiennes.

Lobe principal :

La quasi-totalité de la puissance est concentrée dans la direction du maximum de

rayonnement, formant ce qu’on appelle le lobe principal. La caractéristique qu’on associe à

celui-ci est sa largeur à mi-puissance, également appelée largeur a -3dB. Il arrive parfois de

mesurer la largeur à -10dB, lorsque l’antenne présente un lobe principal très étroit.

Les lobes secondaires :

En dehors du lobe principal, la puissance rayonnée est répartie dans l’espace,

formant ce qu’on appelle les lobes secondaires ou latéraux (figure 1.8). Ces derniers sont

caractérisés par leurs niveaux et leurs positions par rapport au maximum de rayonnement.

Le premier lobe secondaire est celui auquel on se réfère le plus souvent.

Intensité de L1 : largeur à mi-puissance. rayonnement L2 : largeur du lobe Lobe principal
Intensité de
L1 : largeur à mi-puissance.
rayonnement
L2 : largeur du lobe
Lobe principal
Lobes latéraux
L1
1 er lobe secondaire
L2
π
θ
Figure I.8 : Tracé du digramme de puissance et caractérisation
des lobes et de leurs largeurs
Chapitre I Généralités sur les antennes

Chapitre I

Généralités sur les antennes

I.5.9-La Bande passante :

La bande passante de l’antenne correspond à l’intervalle de fréquence d’utilisation de l’antenne en émission ou en réception avec une efficacité de 50% et plus. On obtient une large bande passante lorsque le gain de l’antenne est important. C’est un paramètre exprimé en pourcentage (%) et qui est donné par :

B

(

)

% = 100×

(

f

s

f

i

)

f

c

(Typiquement B% = 10 à 20%) où :

(I.17)

f C est la fréquence centrale d'utilisation pour laquelle l'antenne est conçue,

f S et f i

les fréquences limites supérieures et inférieures.

I.5.10- Polarisation de l'Onde Rayonnée :

La polarisation de l’antenne, décrit la forme et l’orientation du chemin que fait

l’extrémité du vecteur champ électrique E ou magnétique H lorsqu’il évolue avec le temps et ce en un point donné de l’espace. Ce chemin peut être une ligne, un cercle ou une ellipse, selon la manière dont est alimentée l’antenne. On obtient alors respectivement une polarisation rectiligne, circulaire ou elliptique.

Par convention : la polarisation de l'onde est la direction du champ électrique E .

I.6- CONCLUSION :

Dans ce chapitre on a présenté un bref aperçu sur les antennes qui sont généralement la base de propagation des ondes électromagnétiques dans l’air. Cependant, il est toutefois difficile de maîtriser le principe de rayonnement si on n’exige pas des formes particulières d’antennes comme les antennes imprimés (patch) qui sera l’objet du chapitre suivant.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Les Antennes PATCH

II.1- Introduction :

Les antennes sont devenues les éléments de base pour une liaison radioélectrique. Les technologies modernes s’orientent vers la miniaturisation de ces antennes tout en essayant de garder les meilleures performances. Dans ces dernières années, divers types d’antennes imprimées ont été développés, et différentes techniques d’alimentation sont mises en œuvre pour améliorer les performances

de ce type d’antennes dans plusieurs cas d’applications. La technique des circuits imprimés

a révolutionné les domaines de l’électronique, et plus récemment celui des

hyperfréquences, où elle se prête particulièrement bien à la réalisation de circuits et

d’antennes. L’antenne imprimée (patch) est conçue pour satisfaire à ces besoins, son caractère en miniature offre la possibilité de l’intégrer facilement dans les systèmes d’émission - réception.

II.2-Applications des antennes imprimées :

Les demandes des antennes imprimées sont au loin très nombreuses, de l’électronique grand public aux systèmes technologiques de pointe. Les antennes imprimées sont utilisées dans :

1 La télémétrie des missiles.

2 Les contrôles et les commandes a distance.

3 Les radars.

4 Les Réseaux mobiles (GSM 900, DCS 1800, UMTS,…).

5 Réseaux sans fils : (WLAN, BLUETOOTH, WIFI,

6 Les communications spatiales (GPS).

).

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Plusieurs systèmes complexes comme les radars de poursuite ont été miniaturisés à partir de la taille réduite des antennes planaires. Quelques domaines d’applications des antennes imprimées et leurs largeurs de bandes :

Applications

Fréquences

GPS

1575 MHz et 1227 MHz

Système de communication personnel

1.875-1.99 GHz et 2.18-2.20 GHz

GSM

980-915 MHZ et 935-960 MHz

Réseaux locaux sans fils

2.40-2.48 GHZ et 5.4 GHz

Satellite de radiodiffusion

11.7-12.5 GHz

Radar de poursuite

60 GHz et77 GHz

Tableau II.1 : Principaux domaines d’applications des antennes imprimées.

II.3- Choix de la technologie des antennes patchs :

Actuellement, les antennes patchs deviennent de plus en plus importantes en raison de la grande variété des formes géométriques qu'elles peuvent prendre et qui les rendent applicables aux différentes situations d'intégration. Parmi les avantages de cette technologie d'antennes, on peut citer : leur volume réduit, la conformabilité et la possibilité d'intégrer les circuits micro-ondes au niveau des antennes. Ajoutons que la simplicité de leurs structures fait que ce type d’antenne est adapté au faible coût de fabrication. Ceci est une propriété clé qui explique l’introduction des antennes patchs dans les applications de la communication mobile.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

D’une façon générale, les avantages des antennes imprimées sont :

 

1

Faible poids ;

2

Limitation du risque de panne ;

3

Faible coût de fabrication, production en masse possible ;

4

Polarisation linéaire et circulaire;

5

Antennes multi bandes, multi polarisations possibles ;

6 Simples, Robustes ;

7 non encombrants.

Cependant, elle présente les inconvénients suivants :

1. Bande passante étroite, souvent associée avec les problèmes de tolérances (géométriques et physiques) ;

2. Généralement faible gain (6 dB) ;

3. La plupart des antennes rayonnent uniquement dans le demi-plan ;

4. Supportent uniquement des faibles puissances (quelques dizaines de watts) ;

5. Rayonnement parasite de l’alimentation.

6. Circuit d’alimentation parfois très complexes.

Donc,

la

conception

des

antennes

doit

pondre

à

des

compromis

performances et de complexité de réalisation.

II.4- Caractéristiques :

Les antennes PATCH sont caractérisées par :

en

termes

de

1. Permittivité relative du diélectrique ε r (avec ε r 3).

2. Leurs épaisseurs qui doivent rester faible par rapport à la longueur d’onde transmise, et par les dimensions de l’élément rayonnant.

3. Géneralement le diagramme de rayonnement présente un lobe principal.

4. La largeur de bande varie avec la géométrie de l’antenne.

5. Les antennes plaquées rectangulaires et circulaires sont les plus favorables en raison de leur facilité d’analyse et de fabrication, ainsi que leurs caractéristiques de rayonnement.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

II.5- Description de l’antenne PATCH :

Sous sa forme la plus fondamentale, une antenne patch se compose d’une pièce métallique rayonnante de forme arbitraire sur un côté (patch ou éléments rayonnants) déposé sur un substrat diélectrique et un plan de masse de l’autre côté (figure II.1). Le patch est généralement fabriqué a base d’un matériau conducteur tel que le cuivre ou l’or, et il peut prendre n’importe quelle forme possible. L’élément rayonnant et les lignes d’alimentation sont habituellement photos gravées sur le substrat diélectrique.

photos gravées sur le subs trat diélectrique. Figure II.1 : Présentation d'une antenne patch a

Figure II.1: Présentation d'une antenne patch a élément circulaire

Présentation d'une antenne patch a élément circulaire FigureII.2 : Présentation d'une antenne patch a

FigureII.2 : Présentation d'une antenne patch a élément rectangulaire

Les paramètres physiques et géométriques liés à cette structure sont :

La permittivité relative de diélectrique (

ε

r

).

La tangente des pertes (tgδ ) dans ce même substrat, avec dominance des

pertes par effet joule. L’épaisseur du diélectrique (elle doit rester faible par rapport à la longueur d’onde à transmettre).

Les dimensions de l’élément rayonnant (L, W).

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

II.5.1- Substrats :

Les substrats exploités dans la conception des antennes patchs sont nombreux. Leurs

permittivités relatives varient de 1 à 12 (1<ε r <12). Parfois, il est préférable d’utiliser des

substrats diélectriques de grande épaisseur et de basse permittivité (ε r <3) et un faibles

pertes diélectriques (tanδ < 10 -3 ) dans le but d’avoir une grande efficacité, une large bande passante. Mais dans ce cas la perte par onde de surface augmente et l’antenne devient de plus en plus encombrante [2]. Les matériaux les plus couramment utilisés sont des composites à base de téflon

(2<ε r <3, tgδ=10 -3 ) du polypropylène (ε r =2.18, , tgδ=3.10 -4 )ainsi que des mousses

synthétiques (ε r =1.03 , tgδ=10 -3 ). Au contraire, l’utilisation de minces substrats de

permittivités élevées est conseillée pour les circuits micro-ondes parce qu’elle minimise les ondes de surfaces, les radiations non désirées et le volume de l’antenne. Toutefois, l’efficacité et la bande passante diminuent à cause de la grande perte dans le substrat.

Sélection du substrat

Les critères électriques constituent la première interrogation concernant le choix d’un

matériau. Ces critères incluent :

La constante de diélectrique. Les pertes diélectriques ou facteur de dissipation. Les résistances d’isolement et la tension de claquage.

Alumine

ε r = 9.8

tgδ= 10 - 4

Quartz

ε r = 3.78

tgδ= 10 - 4

Teflon et PTFE

ε r = 23

tgδ = 10 -3

Permittivité équivalente d’un milieu diélectrique à pertes

- Milieu sans perte (σ = 0 et ε réel)

σ : La conductivité.

rot (H )= jωε E

(II.1)

- Milieu avec pertes conductrices (σ fini et ε réel)

rot(H)

= σ

E

+

j

ωε

E

=

j

ωε

e

E

(II.2)

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

σ

ω

ε

e

=ε− j

Avec :

ε e Est la permittivité équivalente ; elle peut s’écrire également sous la forme :

2 ε ε + (σ / ω) 2 exp − ( jδ) e = ⎛
2
ε
ε
+
/
ω)
2
exp −
(
jδ)
e =
σ ⎞
Avec
δ = arctg ⎜
ωε

δ est l’angle de pertes du diélectrique et

(

tg δ

)

=

σ

ωε

tg δ est le facteur de pertes du diélectrique

II.5.2- Éléments rayonnants :

(II.3)

(II.4)

(II.5)

(II.6)

Afin de simplifier l'analyse et l'estimation des performances, le patch a généralement une forme rectangulaire, circulaire, triangulaire, elliptique ou autre forme connue comme indiqué dans la figure (II.3). Pour un patch rectangulaire, sa longueur L est généralement

0,3333λ 0 < L < 0,5λ 0 , ou λ 0 est la longueur d'onde dans l'espace libre. Le patch est

conçue de façon qu'il soit très mince (t<<λ 0 , ou t est l'épaisseur du patch) La taille h du

substrat diélectrique est habituellement 0,003λ 0 < h < 0,05λ 0 .

Ils existe une grande variété de forme que peut prendre une antenne plaque ou imprime. Il y a tout d’abord le dipôle imprime, qui attire par sa petitesse quelque applications. Cependant son exploitation reste limité à cause de sa bande passante très étroite. Les plus souvent rencontre, sons les antennes rectangulaires ou carres, circulaires et elliptiques. Elles sont simples a réaliser, et ont été étudiés et modélisées par plusieurs auteurs.

On trouve également d’autres formes plus complexes et plus difficiles à analyser. Elle résultent souvent de la combinaison de deux formes simples et sont utilisées dans certaines applications particulières. Le choix de la forme d’antenne dépendra du type d’application désiré et des paramètres qu’on cherche a optimiser (bande passante, gain et efficacité, impédance d’entré, niveaux des lobs secondaires, …etc.).

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Les divers types d’éléments rayonnants les plus simples sont :

types d’éléments rayonnants les plus simples sont : Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse Triangle

Dipôle

Carré

rayonnants les plus simples sont : Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse Triangle Pentagone Anneau

rectangle

rayonnants les plus simples sont : Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse Triangle Pentagone Anneau Anneau

Disque

Ellipse

plus simples sont : Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse Triangle Pentagone Anneau Anneau Anneau
plus simples sont : Dipôle Carré rectangle Disque Ellipse Triangle Pentagone Anneau Anneau Anneau

Triangle

Pentagone

Anneau

Anneau

Anneau

 

Rectangulaire

circulaire

elliptique

Anneau   Rectangulaire circulaire elliptique Disque à Encoche Forme de L Etoile Rectangle à fente
Anneau   Rectangulaire circulaire elliptique Disque à Encoche Forme de L Etoile Rectangle à fente

Disque à

Encoche

Forme de L

circulaire elliptique Disque à Encoche Forme de L Etoile Rectangle à fente circulaire Section d’un disque

Etoile

Rectangle à

fente circulaire Section d’un disque
fente circulaire
Section d’un disque

Disque avec

Demi-anneau

circulaire

fente angulaire

disque Disque avec D emi-anneau circulaire fente angulaire Section d’anneau Figure II.3 : Divers types

Section d’anneau

Figure II.3 : Divers types d’éléments rayonnants.

Parmi toutes ces formes, l’élément rectangulaire est sans contexte le plus facile à appréhender pour la compréhension des mécanismes de rayonnements des antennes microstrip. Mais tout d’abord se pose la question d’alimenter une telle structure.

II.5.3- Techniques d’alimentation :

L’alimentation joue un rôle très important lors de la conception des antennes imprimées. Elle peut modifier les caractéristiques de rayonnement de celles-ci. L’alimentation pourra être soit centrée soit arbitraire par rapport à la géométrie de l’élément. Par sa position (Figure II.4), elle détermine l’adaptation de l’antenne à la ligne d’alimentation. Il existe une large variété de techniques d’alimentation permettant ainsi de fournir à l’antenne, l’énergie qui lui est nécessaire pour rayonner.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Courants de

h

surface W L
surface
W
L

Points

d’alimentation

Elément

rayonnant

rectangulaire

Figure II.4 : Antenne imprimée rectangulaire alimentée en un point.

1) Alimentation par ligne micro ruban

Dans cette méthode d’alimentation, une ligne microruban (généralement de 50 ) est

connecte directement au bord du patch rayonnant (figure II.5). La longueur de la bande

conductrice est plus petite par rapport au patch. Ce genre d’alimentation a l’avantage que

l’alimentation peut être gravée sur le même substrat pour fournir une structure planaire.

sur le même substrat pour f ournir une structure planaire. C’est la technique la moins coûteuse

C’est la technique la moins coûteuse et la plus simple a réalisé.

technique la moins coûteuse et la plus simple a réalisé. Figure II.5 : Alimentation par ligne

Figure II.5 : Alimentation par ligne Micro ruban

L’alimentation par ligne micro-ruban peut se faire par connexion directe dont le point de

jonction est sur l’axe de symétrie de l’élément (figure II.6 (a)), ou décalé par rapport à cet

axe de symétrie (figure II.6 (b)), si cela permet une meilleure adaptation d’impédance ; dans

ce but, l’alimentation axiale avec une encoche donne de bons résultats (figure II.6 (c)).

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Chapitre II les antennes PATCH Figure II.6 : Différents types d’alimenta tion par ligne Micro ruban

Figure II.6 : Différents types d’alimentation par ligne Micro ruban (a) axiale, (b) décalée, (c) axiale avec encoche.

La largeur de la ligne (W L ) influe sur l’impédance d’entré, cette largeur peut
La largeur de la ligne (W L ) influe sur l’impédance d’entré, cette largeur peut être calculé
par des formules données par JAMES [21] telle que :
1
W L
=
W L
, Pour
≤ 1.3
(II.7)
h
1
1 ⎞
h
⎡ ⎢ exp ⎜ ⎛ h
⎟ −
(
8
4 exp
h 1 )
Z
2.
(
ε
+
1
)
1 ⎛
ε
− 1 ⎞ ⎛
π
1
4 ⎞
0
r
r
Avec
h
=
+
ln
+
ln
1
119,9
2
ε
+ 1
2
ε
h
⎜ ⎜ ⎝
⎟ ⎟ (II.8)
r
r
2
− 1 ⎡
ε r
0,517 ⎤
W L
=
[(
d −
1
)(
ln 2
d
1
)]
+
ln
(
d −
1
)
+
0,93
≥1.3
W L
(II.9)
h π
π ε
.
ε
, Pour
h
r
r
2
59,95.
π
Avec
d =
(II.10)
Z
0 ε
r

La ligne microruban et l’élément rayonnant doivent accomplir des rôles inverses. En effet, le rôle de la ligne et d’acheminer l’onde vers l’antenne sans qu’il y ait de pertes par rayonnement, par contre l’antenne imprimée est censée a rayonner sans générer des ondes de phénomènes sans altérer sur l’autre. Nous devons donc trouver un compromis pour améliorer au mieux les performances de l’antenne. De plus, l’élément rayonnant présente a ses bords une forte impédance d’entrée, se qui rend difficile l’adaptation. Il est donc préférable d’inséré de dispositif d’alimentation sous le plan de masse de l’élément rayonnant.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

2) Alimentation par une sonde coaxiale :

Cette méthode d’alimentation a beaucoup été étudiée dans la littérature. Elle à l’avantage de positionner l’alimentation sous l’élément rayonnant et à utiliser une ligne non rayonnant (coaxial), ce qui diminue fortement de rayonnement parasite. Le conducteur central du câble coaxial est soudé sur l’élément rayonnant après avoir traverser le plan de masse et le diélectrique. Le conducteur extérieur est quant a lui soudé au plan de masse. (Figure II.7).

Substrat diélectrique Source rayonnante W Conducteur central Point d’attache (Soudure) L h Plan de masse
Substrat diélectrique
Source rayonnante
W
Conducteur central
Point d’attache
(Soudure)
L
h
Plan de masse
Soudure gaine-plan de
Masse
Gaine extérieure

Figure II.7 : Alimentation par sonde coaxiale

Les avantages de cette technique est qu’il n y a pas de contribution au rayonnement de la part de la sonde coaxial, et qu’elle peut être placée à n’importe quel endroit désiré du patch afin d’assurer l’adaptation d’impédance. Cette méthode est facile à fabriquer et a un rayonnement de parasite faible. Cependant son inconvénient principal est qu’elle fournit une bande passante étroite et elle est difficile à modéliser puisqu’elle manifeste des problèmes technologique et des complexités mécanique (perçage du substrat, soudure, …), qui font que ce type d’alimentation devient très coûteux, particulièrement pour les grands réseaux.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

3) Alimentation couplée par fente (ouverture) :

Dans ce type d’alimentation, le patch rayonnant et la ligne micro ruban d’alimentation

sont séparés par le plan de masse (figure II.8). Le couplage entre le patch et la ligne

d’alimentation est assuré par une fente ou une ouverture dans le plan de masse.

Source rayonnante

Ouverture ou fente Plan de masse Ligne micro ruban d’alimentation
Ouverture
ou fente
Plan de
masse
Ligne micro ruban
d’alimentation

Figure II.8 : Alimentation couplée par fente

L’ouverture de couplage est habituellement centrée sous le patch. La quantité de couplage

à partir de la ligne d’alimentation au patch est déterminée par la forme, la taille et

l’emplacement de l’ouverture. Puisque le plan de masse sépare le patch et la ligne

d’alimentation, le rayonnement parasite est minimisé.

L’inconvénient de telle technique et sa complexité de fabrication. Cette complexité réside

dans : l’ouverture dans le plans de masse, La réalisation de deux couche diélectriques.

Elle reste tout de même utilisé pour certaines applications, car elle permet une

amélioration de la bande passante qui peut aller jusqu'à 25%.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

4) Alimentation couplée par proximité :

Cette technique d’alimentation est connue également sous le nom de couplage

électromagnétique. Deux substrats diélectriques sont employés tels que la ligne

d’alimentation est située entre les deux substrats et le patch est imprimé sur le substrat

supérieur (figure II.9). L’avantage principal de cette technique est quelle élimine le

rayonnement parasite due à l’alimentation et fournit une largeur de bande très élevée (plus

que 13%), en raison de l’augmentation global de l’épaisseur de l’antenne microbande. Cette

technique fournit également des choix entre deux milieux diélectrique différent, un pour le

patch et un pour la ligne d’alimentation pour optimiser les performances de l’antenne.

Source

rayonnante Ligne d’alimentation Substrats diélectrique Plan de masse
rayonnante
Ligne
d’alimentation
Substrats
diélectrique
Plan de masse

Figure II.9 : Alimentation couplée par proximité

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Comparaison entre ces différentes techniques d’alimentations :

Caractéristiques

Alimentation par Ligne microruban

Alimentation

alimentation

alimentation

Coaxiale

couplée par

couplée par

Ouverture

Proximité

rayonnement

       

parasite de

Plus

Plus

Moins

Minimum

l’alimentation

Fiabilité

Meilleur

Pauvres à cause de soudure

Bon

Bon

Facilité de

Facile

Soudure et forage requis

Alignement

Alignement

fabrication

requis

requis

adaptation

       

d’Impédance

Facile

Facile

Facile

Facile

Bande passante

       

(réalisé avec

adaptation

2-5%

2-5%

2-5%

13%

D’impédance)

Tableau II.2: Comparaison entre les différentes techniques d’alimentations

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

5) Alimentation par guide d’ondes coplanaires :

Le plan de masse et la ligne d’alimentation se trouvent sur la même face du substrat. A

cette partie est rajoutée un élément rayonnant imprimé sur un second substrat déposé au-

dessus à hauteur des fentes rayonnantes. Le pavé rayonnant est alors excité par couplage

électromagnétique.

Source rayonnante Substrat 2 Fente rayonnante h2 Ponts Conducteurs Substrat 1 h1 a b Plan
Source rayonnante
Substrat 2
Fente rayonnante
h2
Ponts Conducteurs
Substrat 1
h1
a
b
Plan de masse
Guide d’ondes
Coplanaires
Conducteur central
de masse Guide d’ondes Coplanaires Conducteur central Sonde coaxiale Figure II.10 : Alimentation par guid e

Sonde coaxiale

Figure II.10 : Alimentation par guide d’ondes coplanaires.

6) Alimentation par fibres optiques

Ce type de liaison présente plusieurs avantages, comme une large bande passante, une

forte liaison, une grande immunité au bruit, une taille et un poids réduits. Le concept est le

suivant : une diode laser est modulée à l’aide d’une fibre optique. Sur le substrat de

l’antenne une photodiode démodule le signal lumineux qui sera ensuite couplé à l’antenne

imprimée par un circuit d’adaptation.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Vers diode laser Photodiode Anode Ligne microruban - Stub quart Cathode d’adaptation d’onde en circuit
Vers diode
laser
Photodiode
Anode
Ligne microruban
-
Stub quart
Cathode
d’adaptation
d’onde en
circuit ouvert
Broche connectée au
boîtier de la
photodiode
Antenne imprimée
Plan de masse
Fils traversant les
deux substrats
Figure II.11: Alimentation par fibre optique
deux substrats Figure II.11: Alimentation par fibre optique II.6- Alimentations pour polarisati ons orthogonales ou

II.6- Alimentations pour polarisations orthogonales ou circulaires :

II.6.1. Polarisations orthogonales : E E (a) (b) Figure II.12 : Orientation du plan E
II.6.1. Polarisations orthogonales :
E
E
(a)
(b)
Figure II.12 : Orientation du plan E et des courants surfaciques sur l’élément rayonnant
a. selon la position .b. du point d’excitation
Les courants surfaciques qui sont produits sur l’élément métallique sont dirigés selon
l’axe de symétrie passant par le point d’excitation (Figure II.12 a et b) : ils sont donc à
polarisation uniforme et il en résulte que les champs E et H rayonnés pour une excitation
donnée sont à polarisations rectilignes.
Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

Si les excitations sont effectuées sur deux axes de symétrie orthogonaux, les courants et les champs produits sont à polarisations orthogonales, c’est-à-dire que le plan E lié à une excitation correspond au plan H de l’autre, et réciproquement.(figureII.13)

au plan H de l’autre, et réci proquement.(figureII.13) Figure II.13 excitation pou obtenir des polarisations

Figure II.13 excitation pou obtenir des polarisations orthogonales

II.6.2- Polarisations circulaires :

Pour avoir une polarisation circulaire, il faut que les deux excitations orthogonales dans l’espace soient, de plus, déphasées de 90° dans le temps. Pour un déphasage de + 90°la polarisation est circulaire droite (P.C.D), tandis qu’elle est circulaire gauche (P.C.G) pour un déphasage de – 90°.

circulaire gauche (P.C.G) pour un déphasage de – 90°. Points d’alimentation Points d’alimentation (a) (b)

Points d’alimentation

Points d’alimentation

(a)

(b)

FigureII.14 : Point d’alimentation pour obtenir une polarisation circulaire avec un élément a. presque carré, b. carré avec une fente en diagonale, c. carré à coins tronqués.

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

II.7- Mécanisme de rayonnement :

Pour mieux comprendre le mécanisme de rayonnement des antennes imprimées, la

littérature scientifique s’appuie généralement sur la théorie de l’optique [33].

Considérons la figure II.15 :

Elément

Rayonnant

Substrat

Source ponctuelle Espace libre (air) B a b c A C Plan de masse
Source
ponctuelle
Espace libre (air)
B
a
b
c
A
C
Plan de
masse

Diélectrique

Figure II.15 : Mécanisme de rayonnement

L’élément rayonnant est en fait une multitude de sources ponctuelles similaires a celle qui

se trouve au point a. ces sources isotropiques vont rayonnées dans toute les directions.

Une partie de celui-ci est réfléchie par le plan de masse, puis par le conducteur supérieur

et ainsi de suite. Certains de ces rayons aboutissent sur l’arrête du conducteur (point « b »)

qui les diffracte et par conséquent le champ se décompose en deux composantes normale et

tangentielle par rapport au plan de masse. On peut donc envisager trois régions :

Région A :

C’est la plus dense en rayons. Dans cette région le champ électromagnétique

s’accumule plus fortement. Cette propriété est d’ailleurs utilisée pour la propagation le long

des lignes micro rubans. Lorsque les fréquences sont basses ; le champ électromagnétique

est concentré dans cette zone. Donc il y a propagation sans rayonnement.

Région B :

Région de l’espace libre au dessus du substrat dans laquelle il y a dispersion libre du

champ. La contribution des sources ponctuelles est faible. La partie la plus grande du

rayonnement provient des rayons à l’extrémité du conducteur supérieur (point « b »), le

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

reste du champ demeure a l’intérieur du substrat et sera considéré comme perte dans le diélectrique. Nous obtenant ainsi une antenne dont le rendement en rayonnement est très limité.

Région C :

Certains rayons atteignent les surfaces de séparation (air-diélectrique) avec une incidence rasante et restent piégés à l’intérieur du diélectrique. Il peut arriver que certain de ces rayons soit difracté en atteignant le bord (point « c ») du substrat, engendrant ainsi, un rayonnement parasite. Cette dernière est a l’origine du couplage inter éléments, lorsque les

antennes imprimées sont mise en réseau. Au de la d’une certaine fréquence, ce phénomène affecte considérablement le rayonnement de l’antenne. Ce si, détériore la qualité du diagramme de rayonnement, particulièrement au niveau du lobe secondaire.

II.8-Analyse d’une antenne seule :

Cas d’une antenne imprimée rectangulaire :

II.8.1 Géométrie :

Une antenne patch rectangulaire est une antenne imprimée qui comporte une structure

rectangulaire imprimée sur substrat avec plan de masse.

3 3

t<<λ

sur s ubstrat avec plan de masse. ≤ 3 t<< λ t: petit Figure II.16 :

t: petit

Figure II.16 : Antenne alimenté par ligne microstrip Dans la région située entre le patch et le plan de masse les équations de Maxwell s’écrivent:

×

E

∇ × H

=

j ωµ

0

H

= J +

jωε E

. E

=

ρ

ε

.H = 0

Si l’alimentation est par câble coaxial on a :

J

=

J

Z

( )z

ρ

;

ρ =

X x

+

Y y.

Si l’alimentation est par ligne microruban :

(II.11)

Chapitre II les antennes PATCH

Chapitre II

les antennes PATCH

au segment de la limite de contact entre la

ligne et le patch. La distribution du courant est considérée indépendante de z car la couche du diélectrique est très mince ; l’équation de continuité donne :

Il s’agit d’un courant linéique K

= K

Z z ,

∇ × H

=

J

+

jωε E

.

(

∇ ×

H

)

= ∇

.

J

+

j

ωε

.

.

E

0

= ∇

. J

+

j

ωε

ρ

ε

(II.13)

(II.14)

.J = − jωρ = 0

(II.15)

D’où la densité de charge volumique est nulle dans cette région, par conséquent

.E=0

(II.16)

D’après l’équation de Helmholtz pour le champ de la cavité excitée par J [2]:

On a :

Avec :

( 2 2 )E ∇ + k = j ωµ J d z 0 Equation
(
2
2
)E
+
k
=
j
ωµ
J
d
z
0
Equation d’onde homogène.
k
=
ω
µ ε
d
0
Numéro d’onde dans le substrat.

(II.17)

En utilisant cette équation et les conditions aux limites on peut trouver Ez

E

=

E

Z

z

Avec :

E

Z

Z

= 0

(II.18)

Ez ne dépend que de x et de y. On commence à chercher la solution caractéristique de l’équation d’onde homogène

(

2

+

2

k

mn

)

E

Z

= 0

(II.19)

Pour un patch rectangulaire les solutions qui satisfassent les conditions aux limites sont :