Vous êtes sur la page 1sur 77

MINISTERE DE LA SANTE *********** SECRETARIAT GENERAL *********** DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE ************ DIVISION NUTRITION *************

LA SANTE ************ DIVISION NUTRITION ************* Mai 2008 REPUBLIQUE DU MALI ************ U n Peuple –

Mai 2008

REPUBLIQUE DU MALI ************ Un Peuple – Un But – Une Foi

DIVISION NUTRITION ************* Mai 2008 REPUBLIQUE DU MALI ************ U n Peuple – U n But

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

TABLE DES MATIERES

Remerciements

4

Préface

5

Abréviations

6

Définition des termes

10

Introduction

13

Volets de la nutrition

15

POLITIQUES PAR VOLETS

18

A. Communication pour le changement de comportement en nutrition

19

B. Actions Essentiels en Nutrition

22

C. L’allaitement et la promotion des bonnes pratiques alimentaires du nouveau-né et l’enfant de

24

D. Alimentation de la femme

24

E. Déséquilibres nutritionnels

29

1. Les carences en micronutriments, la malnutrition aiguë et des maladies de maladies hygiéno- diététiques et de surcharge alimentaire

29

2. La prise en charge des urgences alimentaires et nutritionnelles

32

F. La promotion d’un bon état nutritionnel chez les groupes spécifiques

34

G. La gestion en nutrition

36

1. Gestion des services de nutrition

36

2. Formation en nutrition

37

3. Supervision / suivi évaluation des services

39

4. Recherche opérationnelle

41

5. Assurance qualité des services de nutrition

43

NORMES

45

A. La communication pour le changement de comportement en nutrition

45

1.

Activités par catégories de prestataires

2.

3.

Activités par niveau de structures

4.

B. Actions Essentiels en Nutrition

 

C. L’allaitement et la promotion des bonnes pratiques alimentaires du nouveau-né et l’enfant de

48

1.

Activités par niveaux de structures

 

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

2.

Activités par catégories de prestataires

 

D. Alimentation de la femme

 

51

1. Activités par niveaux de structures

   

2. Activités par catégories de prestataires

 

E. Déséquilibres nutritionnels

 

54

1. Activités par niveaux de structures

   

2. Activités par catégories de prestataires

 

F. La promotion d’un bon état nutritionnel chez les groupes spécifiques

60

1. Activités par niveaux de structures

   

2. Activités par catégories de prestataires

 

G. La gestion des activités de nutrition

 

61

1. Activités par niveaux de structures

   

2. Responsables / organes de la gestion du personnel

 

3. Activités par catégories de prestataires

 

4. Equipements, Matériels et intrants de nutrition

69

5. Normes assurance qualité

 

6. Activités par niveaux de structure……………………………………….70

 

5.2

Activités par catégories de prestataires

 

ANNEXES

 

74

Code de commercialisation des substituts du lait maternel

 

Indicateurs de nutrition ………………………………

 

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

REMERCIEMENTS

Le Ministère de la Santé remercie les partenaires au développement :

USAID

USAID/ATN

UNICEF

OMS

HKI

de leur appui technique, financier et matériel pour l'élaboration et l'utilisation des premiers documents de Normes et Procédures en nutrition des services socio sanitaires du Mali et pour leur révision.

Il remercie le programme santé USAID/Assistance Technique Nationale (ATN), Helen Keller International HKI pour l'assistance technique et financière apportées lors des révisions des documents de Normes et Procédures en Nutrition intégrant toutes les nouvelles approches et initiatives en matière de Nutrition retenues par le Mali.

Ces remerciements vont également à toutes les personnes ressources du secteur public et des ONG pour les efforts fournis lors des révisions des dits documents.

Ces remerciements vont aussi aux personnels de soutien (Secrétaire, chauffeurs) pour leurs apports inestimables.

Le ministère de la santé serait reconnaissant à tous ceux qui voudront bien faire des commentaires pour l’amélioration de la qualité de ces documents.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

PREFACE

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

ABREVIATIONS

ADM

Administrateur

AM

Assistant Médical

A.S

Aide Soignant

ASACO

Association de Santé Communautaire

ATRS

Accoucheuse Traditionnelle Recyclée et Suivie

CESAC

Centre d’Ecoute, de Soins, d’Appui et de Conseil

CCC

Communication pour le Changement de Comportement

CIP

Communication Interpersonnelle

CMIE

Centre Médical Inter Entreprise

CNI

Centre National d’Immunisation

CNIECS

Centre National d'Information, d'Education, de Communication pour la Santé

CPM

Chef de Poste Médical

CPN

Consultation Prénatale

CPS

Cellule de Planification et de statistiques Sanitaires

CSCOM

Centre de Santé Communautaire

CSREF

Centre de Santé de Référence

DAF

Direction Administrative et Financière

DBC

Distribution à Base Communautaire

DESR

Division Etablissements Sanitaires et Réglementation

DPLM

Division Prévention et Lutte contre la Maladie

DPM

Direction de la Pharmacie et du Médicament

DN

Division Nutrition

DNAFLA

Direction Nationale de l'Alphabétisation Fonctionnelle et de la Linguistique Appliquée

DNDS

Direction Nationale du Développement Social

DNS

Direction Nationale de la Santé

DNSI

Direction Nationale des Statistiques et de l'Informatique

DRAE

Direction Régionale de l'Académie d’Enseignement

DRDSES

Direction Régionale du Développement Social et de l’Economie Solidaire

DRS

Direction Régionale de la Santé

DS

Division Santé

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

DSR EDS EMP EPH 2 ème Réf EPH 3 ème Réf EVF FMPOS GER GIF HKI IDE IHAB IMAARV INFIR IO INFSS INFTS INRSP I.S. IST LHS MAMA MAM MAS Mat. Med. MS OMD OMS ONG

Division Santé de la reproduction Enquête Démographique et de Santé Education en Matière de Population Etablissement Public Hospitalier de 2 ème référence Etablissement Public Hospitalier de 3 ème référence Education à la Vie Familiale Faculté de Médecine et d’Odonto Stomatologie Gérant Groupement Inter- institutionnel de Formation Helen Keller International Infirmier Diplômé d'Etat Initiative des Hôpitaux Amis de Bébés Initiative Malienne d’Accès aux Anti Rétro Viraux Infirmier Infirmière Obstétricienne Institut National de Formation en Sciences de la Santé Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux Institut National de Recherche en Santé Publique Infirmier de Santé Infections Sexuellement Transmises Lait Huile Sucre Méthode de l'Allaitement Maternel et de l'Aménorrhée Malnutrition Aigue Modérée Malnutrition Aigue Sévère Matrone Médecin Ministère de la Santé Objectifs du Millénaire pour le Développement Organisation Mondiale de la Santé Organismes Non Gouvernementaux

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

PASAOP

Programme d’Appui au Secteur Agricole et aux organisations Paysannes

PEC

Prise En Charge

Pers. Social

Personnel Social

PF

Planification Familiale

Pharm.

Pharmacien

PNLS

Programme National de Lutte contre le SIDA

PPN

Petit Poids de Naissance

PMA

Paquet Minimum d’Activités

PCIME

Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant

PTME

Prévention de la Transmission Mère- Enfant du VIH/SIDA

PEV

Programme Elargi de Vaccination

PB

Périmètre Brachial

PC

Périmètre Crânien

REMANUT

Réseau Malien de Nutrition

R.D.V.

Rendez-vous

RUFT/ATPE

Aliment Thérapeutique Prêt à l’Emploi

SAP

Système d’Alerte Précoce

SF

Sage- Femme

SMI

Santé Maternelle et Infantile

SIDA

Syndrome d'Immuno Déficience Acquise

SIS

Système d'Information Sanitaire

SPE

Surveillance Préventive des Enfants

SR

Santé de la Reproduction

SRO

Solution de Réhydratation Orale

TIAC

Toxi Infection Alimentaire Collective

TS

Technicien de Santé

TSS

Technicien Supérieur de Santé

TRO

Thérapie de Réhydratation Orale

TDC

Technicien de Développement Communautaire

TDCI

Troubles Dus à la Carence en Iode

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

U.I.

Unités Internationales

VAT

Vaccination Antitétanique

VIH

Virus de l'Immunodéficience Humaine

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Définition des termes de nutrition

L’aliment est un produit du règne animal ou végétal pouvant être utilisé pour nourrir l’organisme

Le nutriment est une substance constitutive des aliments dont l’organisme a besoin pour son développement et son bon fonctionnement

Les micronutriments:ce sont les vitamines( A,D,E,K, B,C,) et les oligo éléments (fer, iode, fluor, zinc, chrome, cuivre etc…)qui existent en toute petite dose chez l’homme.

L’alimentation est la production, la préparation, la distribution des denrées et l’ingestion des produits alimentaires

La nutrition est l’étude des besoins alimentaires de l’organisme, de la transformation, de l’utilisation des aliments en vue de fournir à l’organisme les nutriments lui permettant de se développer, de croître et de s’épanouir.

La malnutrition: c’est une maladie qui résulte de l’insuffisance ou de l’exces d’un ou de plusieurs nutriments essentiels

L’allaitement maternel exclusif consiste à donner uniquement le lait maternel à l’enfant jusqu’à 6 mois.

L’alimentation de complément est une combinaison de pratiques pour maintenir les apports de lait maternel et améliorer parallèlement la quantité et la qualité des aliments que l’enfant consomme.

Intervenants : prestataires de santé, des responsables d'associations de PVVIH, et des autres acteurs

L’alimentation de remplacement : Cela concerne les femmes infectées par le VIH qui optent pour l’alimentation de remplacement (substituts de lait ou le lait animal modifié à domicile en cas de rupture: chèvre, vache, mouton, chameau).

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

INTRODUCTION

La situation sanitaire du Mali demeure préoccupante au vue des différents indicateurs. Le paludisme, les infections respiratoires aiguës, les maladies diarrhéiques, la rougeole et la malnutrition constituent 63% des causes de consultation des enfants et 46% des causes de décès. La malnutrition contribue à elle seule directement ou indirectement à plus de 51 % des cas de décès.

Cet état de fait est essentiellement lié à :

L’insuffisance de la couverture sanitaire

L’insuffisance des ressources allouées au secteur de la santé

L’existence d’un grand nombre de facteurs propices à la

transmission des

maladies

L’accès difficile à l’eau potable pour la majorité des populations

Les coutumes et pratiques socio-culturelles néfastes à la santé surtout des groupes vulnérables.

L’insuffisance de supports et de documents permettant de renforcer les compétences du personnel socio sanitaire en matière de prises en charge préventive et curatives des malades nutritionnelles.

En outre, durant les 30-40 dernières années, les interventions de nutrition n’étaient pas souvent intégrées , car :

considérées comme des programmes verticaux distincts

en concurrence les unes avec les autres

non orientées sur l’action (non spécifiques et confuses)

centrées sur les programmes de S/P de la croissance

Pour améliorer cette situation, le département de la santé à travers la Division Familiale et Communautaire avait élaboré des Politiques Normes et Procédures des Services de Santé maternelle et infantile, incluant la nutrition.

L’évolution de la situation nutritionnelle des groupes vulnérables a nécessité dans le cadre de la mise en œuvre du PRODESS, des reformes importantes au sein du département de la santé. C’est ainsi qu’une division chargée du suivi de la situation alimentaire et nutritionnelle a été créée au niveau de la CPS/Santé. Une Division Nutrition et Pratiques Alimentaires a aussi été créée en 1999 au sein de la Direction Nationale de la Santé permettant ainsi un rassemblement des programmes de nutrition et leur renforcement sur le plan institutionnel.

Malgré la disponibilité des documents Politiques Normes et procédures en santé de la reproduction et toutes les formations réalisées avec ces documents, l’analyse de la situation et l’évolution des connaissances ont révélé un besoin important en matière de formation du personnel en nutrition et le développement d’un paquet d’activités de nutrition à intégrer au PMA offert dans les formations sanitaires.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

La Direction Nationale de la Santé à travers la Division Nutrition a élaboré en 2003 un premier document de Normes et Procédures en Nutrition qui vient préciser et renforcer les aspects de nutrition du PMA tels que enseignés par les normes et procédures en santé de la reproduction.

L’existence aujourd’hui d’un plan stratégique national pour l’alimentation et la nutrition (PSNAN), l’adoption de nouvelles approches et stratégies, l’absence de politiques opérationnelles dans l’ancien document de Normes et Procédures en nutrition et la nécessité de la relance des activités de nutrition exigent que le document soit actualisé en prenant en compte tous ces aspects.

Ce document est une référence et doit être largement diffusé et appliqué. Les décideurs prendront les mesures adaptées pour leur réalisation. Il est aussi destiné aux gestionnaires de services de santé, aux écoles de santé, aux responsables des ONG et associations. Il a pour but de garantir l’offre et la qualité des services de nutrition jusqu'au niveau opérationnel.

Ce document de politiques, normes et procédures en nutrition doit être accompagné d’un curriculum de dissémination.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

I. VOLETS DE LA NUTRITION

Les objectifs en matière de nutrition au Mali sont en corrélation avec les objectifs 1, 4, 5 et 6 du Millénaire pour le Développement (OMD). Les interventions spécifiques à mener pour l’atteinte de ces objectifs sont fonction du niveau d’offre de service et des catégories de prestataires.

A- Les volets de nutrition par niveau de prestation sont :

1 Interventions ciblées sur les communautés/ménages

Paquet du nouveau-né

Paquet de l’enfant

Paquet de la mère/femme enceinte

Paquet ménage

2 Paquet en stratégie avancée et mobile

Paquet du Nouveau-né

Paquet de l’enfant

Paquet de la mère/femme enceinte

3 Paquet en centre fixe (CSCom)

Paquet du Nouveau-né

Paquet de l’enfant

Paquet de la mère/femme enceinte

Paquet des groupes spécifiques

4 Paquet dans les CSRef et hôpitaux

Paquet du Nouveau-né

Paquet de l’enfant

Paquet de la mère/femme enceinte

Paquet des groupes spécifiques

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

B- Les volets de nutrition par catégories de prestation sont :

1.

Communication pour un Changement de Comportement Mobilisation sociale, CIP : causerie, VAD, Counseling

2.

Actions Essentielles en Nutrition : AEN Importance de la Nutrition Eléments clés des Actions Essentielles en Nutrition Points de contacts et intégration

3. Allaitement et promotion des bonnes pratiques alimentaires du Nouveau Né et de l’enfant (AEN 2) Allaitement Promotion de l’alimentation de complément Surveillance préventive de l’enfant SPE de 0 à 59 mois et déparasitage Prévention et prise en charge nutritionnelle des petits poids de naissance Prise en charge nutritionnelle de l’enfant malade de moins de 5 ans Prise en charge de la malnutrition chez l’enfant

4. Promotion de la nutrition de la femme : AEN 4 Nutrition de la femme enceinte (promotion et surveillance du gain de poids pendant la grossesse, hygiène de vie de la femme enceinte) Nutrition de la femme allaitante

5. Déséquilibres nutritionnels : AEN 5

Prévention et lutte contre les Troubles dus à la carence en Iode TDCI

Prévention et lutte contre l’anémie par carence en fer

Prévention et lutte contre l’avitaminose A

Prévention et lutte contre les les maladies hygiéno-diététiques et de

surcharge alimentaires

alimentaires

Récupération nutritionnelle

Prise en charge nutritionnelle lors des catastrophes et calamités

Prise en charge intégrée de l’anémie

La Toxi Infection Alimentaire Collective (TIAC)

6. Promotion d’un bon état nutritionnel

Promotion de la nutrition des adolescents

Promotion de la nutrition des personnes âgées

Nutrition de la femme séropositive (promotion du dépistage volontaire et d’une nutrition adéquate des PVVIH) et Promotion de des orphelins et des tuberculeux

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

7. Gestion en nutrition

Gestion des activités

Formation

Renforcement de la collaboration

Recherche opérationnelle

Suivi / Evaluation des services

Les volets correspondent aux différents programmes de santé y afférents. Il existe des programmes qui se font à tous les niveaux de façon transversale. Ces derniers peuvent être exécutés soit par les services de santé : volets communs tels queCommunication pour un Changement de Comportement (CCC) ou par des services ne relevant pas du domaine de la santé : volets connexes ou d’appui

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

POLITIQUES PAR VOLET
POLITIQUES PAR VOLET

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

II. POLITIQUES DES VOLETS DE LA NUTRITION

Définition :

La politique définit la raison d’être des services, les bénéficiaires, les activités, les prestataires et les responsables pour l’offre de service en matière de Nutrition.

A. La Communication nutrition

Définition :

La communication est un processus qui consiste à échanger des idées ou des informations avec soi-même ou avec une ou plusieurs personnes, afin d’apporter le savoir, le savoir-faire et le savoir être nécessaires pour consolider ou apporter un changement de comportement en matière de nutrition.

pour le Changement de Comportement en

Objectifs :

Le rôle de laCommunication pour un Changement de Comportement (CCC) en nutrition est d’amener les individus et les communautés à adopter des comportements individuels et collectifs qui concourent à leur bien-être nutritionnel.

Dans ce volet les objectifs sont les suivants :

Promouvoir l’allaitement et les bonnes pratiques alimentaires du nouveau-né et des enfants.

Promouvoir l’alimentation de la femme

Assurer la prise en charge des déséquilibres nutritionnels

Assurer la promotion du bon état nutritionnel des adolescents, adultes,

personnes âgées et gérer les situations spécifiques

Bénéficiaires :

adilescents

Femmes et Hommes de tout âge surtout les personnes âgées

Femmes enceintes/allaitantes

Mères d’enfants de 0 à 59 mois

Chefs de familles

Les personnes vivant avec le VIH et les tuberculeux

Communautés

Stratégies / Approches :

La communication de masse

La communication interpersonnelle

La mobilisation sociale

Le plaidoyer

Le renforcement des capacités des structures sanitaires et communautaires

La recherche opérationnelle

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

La supervision, le suivi ét évaluation

La formation

Activités :

Le plaidoyer ;

Les activités de sensibilisation

La communication de masse ;

Le counseling, la causerie éducative, la visite à domicile ;

La mobilisation sociale ;

La démonstration nutritionnelle ;

L’organisation des sessions de formation ;

La dotation des structures en supports éducatifs ;

La recherche opérationnelle.

L’évaluation des activités deCommunication pour un Changement de Comportement (CCC)

Prestataires :

Le personnel sanitaire et social : public, privé, parapublic, armée,

confessionnel et communautaire ; Les agents des ONG ;

Les communicateurs ;

Les relais ou les pairs éducateurs ;

Les membres des associations et ménages ;

Les leaders d’opinion.

Canaux/Supports :

La radio ;

La télévision/vidéo ;

Les canaux traditionnels (théâtres, chants, danses, crieurs publics

sketches…) ;

Les affiches ;

Les dépliants ;

Les panneaux ;

La presse écrite ;

Les brochures ;

La boîte à images ;

Les cartes conseils ;

Les supports promotionnels ;

Les supports de formation.

Responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

des Finances ;

de la Communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

de la solidarité et des personnes âgées

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce.

Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

Intervenants :

Les intervenants en matière deCommunication pour un Changement de Comportement (CCC) en nutrition sont :

les agents socio sanitaires

les agents communautaires

les leaders communautaires

les ONGs

les organismes de coopération

les partenaires techniques et financiers

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

B. Actions Essentielles en Nutrition : AEN

Définition C’est une approche ou une stratégie pour renforcer les actions clés de nutrition d’une manière intégrée et non un programme. Sept (7) actions Essentielles en Nutrition (AEN) ont été retenues :

1. Promotion de l’allaitement maternel

2. Promotion de l’alimentation de complément

3. Soins nutritionnels des enfants malades et malnutris

4. Promotion de la nutrition des femmes

5. Lutte contre la carence en vitamine A

6. Lutte contre l’anémie

7. Lutte contre les TDCI

Objectifs

Améliorer la qualité de délivrance des services de nutrition Atteindre une couverture de 80% à travers l’intégration des 7AEN

une couverture de 80% à travers l’intégration des 7AEN Bénéficiaires Femmes enceintes Femmes allaitanteses

Bénéficiaires

de 80% à travers l’intégration des 7AEN Bénéficiaires Femmes enceintes Femmes allaitanteses Enfants sains et

Femmes enceintes Femmes allaitanteses Enfants sains et maladesde moins de 24 mois

des 7AEN Bénéficiaires Femmes enceintes Femmes allaitanteses Enfants sains et maladesde moins de 24 mois
des 7AEN Bénéficiaires Femmes enceintes Femmes allaitanteses Enfants sains et maladesde moins de 24 mois

Stratégies/approches

intégration de la nutrition dans les services de santé et autres secteurs

participation et mobilisation des communautés pour la promotion de la

nutrition plan multimédia de communication pour la nutrition

Activités

Promotion de l’allaitement maternel

Promotion de l’alimentation de complément

Soins nutritionnels des enfants malades et malnutris

Promotion de la nutrition des femmes

Lutte contre la carence en vitamine A

Lutte contre l’anémie

Lutte contre les TDCI

Prestataires

Le personnel sanitaire et social : public, privé, parapublic, armée, confessionnel et communautaire ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Les agents des ONG ;

Les communicateurs ;

Les relais ou les pairs éducateurs ;

Les membres des associations et ménages ;

Les leaders d’opinion.

Canaux/Supports :

La radio ;

La télévision/vidéo ;

Les canaux traditionnels (théâtres, chants, danses, crieurs publics

sketches…) ;

Les affiches ;

Les dépliants ;

Les panneaux ;

La presse écrite ;

Les brochures ;

La boîte à images ;

Les cartes conseils ;

Les supports promotionnels ;

Les supports de formation.

Responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social ;

des Finances ;

de la Communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce. Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

Intervenants :

Les intervenants en matière deCommunication pour un Changement de Comportement (CCC) en nutrition sont :

les agents socio sanitaires

les agents communautaires

les ONG

les organismes de coopération

les partenaires techniques et financiers

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

C. L’allaitement et la Promotion des bonnes pratiques alimentaires du nouveau né et de l’enfant de moins de 5 ans

Définition :

a) La promotion de l’allaitement est l’ensemble des activités qui concourent à l’acceptabilité, au soutien et aux pratiques efficaces de l’allaitement.

b) La promotion des bonnes pratiques alimentaires suppose une combinaison d’actions pour maintenir les apports de lait maternel et améliorer parallèlement la quantité et la qualité des aliments que l’enfant doit consommer.

Cette promotion consiste à faire comprendre et pratiquer:

L’allaitement précoce

L’allaitement exclusif

L’allaitement optimal

L’allaitement de l’enfant né de mère séropositive

L’alimentation de complément

L’alimentation de l’enfant malade.

Objectifs :

Amener les individus et les communautés à adopter des comportements individuels et collectifs qui concourent au bien-être du nouveau-né et de l’enfant ; Contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans ; Contribuer à réduire la mortalité néonatale et infanto-juvénile liée à la malnutrition.

Renforcer la pratique des actions essentielles en nutrition ;

Bénéficiaires :

Femmes enceintes ;

Accouchées ;

Femmes allaitantes

Nouveau-nés ;

Mères d’enfants de 0 à 59 mois ;

Hommes ;

Familles ;

ATRS, Relais, Animateurs ONG ;

Personnes en charge des enfants.

Stratégies :

Communication pour un Changement de Comportement ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Prestations dans les centres de santé ;

Prestations à domicile ;

Stratégie avancée au niveau village ;

Stratégie en équipe mobile ;

Renforcement des compétences ;

supervision ;

Recherche opérationnelle ;

Suivi / évaluation.

Activités :

Les activités de promotion de l’allaitement et des bonnes pratiques alimentaires du nouveau-né et de l’enfant de 0 à 59 mois sont :

La communication pour le Changement de Comportement ;

La surveillance préventive de l’enfant de 0 à 59 mois ;

La promotion des pratiques familiales essentielles ;

La prise en charge nutritionnelle de l’enfant malade de 0 à 59 mois ;

L’alimentation de complément chez l’enfant à partir de 7 mois ;

La Supplémentation en Vit A chez les enfants de 6 à 59 mois ;

La Supplémentation en Fer chez les femmes enceintes ;

La promotion de la consommation du sel iodé par les ménages ;

La prévention et prise en charge des petits poids de naissance ;

Le déparasitage systématique des enfants de 12 à 59 mois ;

La prise en charge de la malnutrition aigue de l’enfant de 0 à 59 mois ;

La gestion de la lactation.

Prestataires :

Les Médecins, les Assistants Médicaux, les Techniciens supérieurs de santé TSS (les infirmiers diplômés d’Etat, les Sages-femmes d’Etat) les Techniciens de santé TS (les infirmiers de santé, les infirmières obstétriciennes) ;

Le personnel social (Administrateur social, Technicien supérieur de l’action sociale) ;

Les accoucheuses traditionnelles recyclées suivies, les relais communautaires, les pairs éducateurs, les animateurs d’ONG.

Les matrones, les aides-soignants ;

Structures :

CSCOM, CSREF, EPH 2 ème et 3 ème référence, structures privées, confessionnelles, militaires et CMIE ;

Services du développement social et de l’économie solidaire ;

Ecoles / Facultés ;

Communauté (ménage, famille, village, fraction, quartier).

Responsables :

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social ;

des finances ;

de la communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ;

Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire à travers le suivi du SAP

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

D. Promotion de la Nutrition de la femme : AEN 4

Définition :

L’alimentation de la femme consiste à lui assurer un apport alimentaire suffisant en quantité et en qualité pour satisfaire ses besoins quotidiens en énergie et en nutriments selon son état physiologique.

Objectifs :

Assurer à la femme une alimentation saine, équilibrée et variée selon son état ; Contribuer à la promotion d’une bonne l’hygiène de vie de la femme enceinte et allaitante Renforcer les capacités de défense de l’organisme à lutter contre les infections opportunistes Réduire les parasitoses intestinales chez les femmes en âge de procréer

Bénéficiaires :

Les femmes en âge de procréer

Les femmes enceintes

Les femmes allaitantes

Les femmes vivant avec le VIH

Les femmes tuberculeuses

La communauté

Stratégies :

CCC

Prestations dans les centres de santé

Prestations à domicile

Stratégie avancée au niveau village / fraction

Stratégie en équipe mobile

Renforcement des compétences

Supervision

Recherche opérationnelle

Suivi/évaluation

Activités :

VAD, Causeries éducatives, Counseling sur la nutrition adéquate de la

Prise en charge de la malnutrition aigue chez la femme

femme vivant avec le VIH Supplémentation en FAF des femmes enceintes

Supplémentation en vitamine A des femmes en post-partum immédiat

Suivi du gain de poids pendant la grossesse

Déparasitage systématique après le premier trimestre de la grossesse

La référence en cas de complication

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Prestataires :

Les Médecins, les Assistants Médicaux,

les Techniciens supérieurs de santé TSS (les infirmiers diplômés d’Etat, les Sages-femmes d’Etat) les Techniciens de santé TS (les infirmiers de santé, les infirmières obstétriciennes) ; Le personnel social (Administrateur social, Technicien supérieur de l’action sociale) ;

Les accoucheuses traditionnelles recyclées suivies, les relais

Les matrones, les aides-soignants ;

communautaires, les pairs éducateurs, les animateurs d’ONG.

les Communicateurs,

Les structures :

Les EPH, les DRS, les CSRéf, les CSCOM, CMIE, les structures privées et confessionnelles et les infirmeries de garnisons,

Ecoles/Facultés Communauté (ménage, famille, village fraction, quartier)

Services du développement social et de l’économie solidaire.

Les responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social et de l’Economie Solidaire;

des Finances ;

de la Communication et des Nouvelles Technologies;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

E. Les déséquilibres nutritionnels

1. Lutte contre les carences en micronutriments, la malnutrition aiguë et les maladies hygiéno- diététiques et de surcharge alimentaire

Définition :

C’est l’ensemble de solutions mis en oeuvre pour faire face aux problèmes d’ordre nutritionnel affectant l’organisme et résultant de l’insuffisance ou de l’excès relatif ou absolu d’un ou de plusieurs nutriments et micronutriments essentiels. Il s’agit de :

Lutte contre la carence en vitamine A (AEN5)

Lutte contre la carence en vitamines B et vitamine C,

Lutte contre l’anémie par la supplémentation en fer/acide folique (AEN 6)

Lutte contre les TDCI (AEN 7)

Lutte contre la malnutrition aigue ;

La prise en charge des maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ; liées à l’hygiène dont celles de la surcharge (obésité, diabète, Hypertension artérielle…).

Objectifs :

Dépister les carences en micronutriments, les cas de malnutrition aiguë et les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ; Prendre en charge les carences en micronutriments, les cas de malnutrition aiguë et les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ;

Assurer la prise en charge intégrée de l’anémie ;

Assurer la prévention des carences nutritionnelles en micronutriments

Assurer la prévention de la malnutrition aiguë et des maladies hygiéno- diététiques et de surcharge alimentaire.

Bénéficiaires :

Enfants de 0 à 59 mois Femmes enceintes et allaitantes

Enfants de 0 à 59 mois Femmes enceintes et allaitantes Femmes en âge de procréer Adolescents

Femmes en âge de procréer Adolescents et personnes âgées

59 mois Femmes enceintes et allaitantes Femmes en âge de procréer Adolescents et personnes âgées Stratégies

Stratégies :

59 mois Femmes enceintes et allaitantes Femmes en âge de procréer Adolescents et personnes âgées Stratégies

CCC

Approvisionnement régulier en intrants des structures sanitaires et communautaires

Prise en charge des cas de déséquilibres nutritionnels Réhabilitation nutritionnelle Organisation des SIAN avec intégration du déparasitage Supplémentation en micronutriments Déparasitage systématique

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Prévention du paludisme Renforcement des capacités des structures sanitaires et communautaires supervision Recherche opérationnelle Suivi/évaluation

Activités :

Mobilisation sociale, causerie éducative, VAD, counseling etc.

Distribution des micronutriments lors des activités de routine et de SIAN

Déparasitage systématique lors des activités de routine et de SIAN

Distribution de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide (MII)

Traitement Préventif Intermittent à la Sulfadoxine Pyriméthamine (SP)

Dépistage des cas

Prise en charge des cas

Référence / évacuation

Monitorage des activités / micro planification des activités

Formation

Dotation des structures sanitaires et communautaires en matériels

spécifiques de nutrition Recherche opérationnelle Supervision formative

spécifiques de nutrition Recherche opérationnelle Supervision formative

Prestataires :

Les Médecins, les Assistants Médicaux,

les Techniciens supérieurs de santé TSS (les infirmiers diplômés d’Etat, les Sages-femmes d’Etat) les Techniciens de santé TS (les infirmiers de santé, les infirmières obstétriciennes) ; Le personnel social (Administrateur social, Technicien supérieur de l’action sociale) ;

Les accoucheuses traditionnelles recyclées suivies, les relais

Les matrones, les aides-soignants ;

communautaires, les pairs éducateurs, les animateurs d’ONG.

les Communicateurs,

Structures :

Les EPH, les DRS, les CSRéf, les CSCOM, CMIE, les structures privées et confessionnelles et les infirmeries de garnisons, les structures du développement social et de l’économie solidaire Les prestations de services dans la communauté (ménage, famille, village fraction)

Responsables/Partenaires :

Les Ministères en charge :

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social et de l’Economie Solidaire;

des Finances ;

de la Communication et des Nouvelles Technologies;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

2. La prise en charge des urgences alimentaires et nutritionnelles

Définition :

Les urgences nutritionnelles sont des désordres nutritionnels créés suite aux catastrophes naturelles, guerres, conflits, épidémies, invasions acridiennes etc.

La surveillance de la situation alimentaire est nécessaire et peut permettre de déceler les situations d'urgence. Dès que le seuil de 10% de malnutrition aiguë globale est atteint chez les enfants de moins de 5 ans, des mesures appropriées doivent suivre pour faire face aux urgences.

Objectifs :

Contribuer à l’amélioration du le dispositif de prévention et de gestion des urgences nutritionnelles.

Lutter contre les toxi-infections alimentaires collectives.

Sécuriser la qualité des aides alimentaires.

Bénéficiaires :

Toutes personnes touchées par les catastrophes naturelles, les guerres, les conflits, les épidémies, les invasions acridiennes etc.

Stratégies :

CCC ;

Intégration des dispositifs de gestion des urgences nutritionnelles ;

Mobilisation sociale ;

Renforcement des dispositifs de gestion des urgences nutritionnelles ;

Renforcement du contrôle de qualité des produits alimentaires ;

mise en place d’un plan de riposte.

Activités :

Dynamisation ou mise en place des comités de crise pour la gestion de l'urgence et la mobilisation sociale ;

Mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières ;

Contrôle de qualité des aides alimentaires ;

Prise en charge des victimes ;

Distribution des vivres aux familles les plus vulnérables dans les zones exposées en fonction de la gravité de la situation et des stratégies de résilience des ménages ;

Mise en place des Unités de Récupération Nutritionnelle (UREN) ;

Renforcement de la surveillance nutritionnelle ;

Transmission journalière des données ;

Prévention des toxi-infections alimentaires collectives ;

Prise en charge des toxi-infections alimentaires collectives.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Prestataires :

Les Médecins, les Assistants Médicaux, les Techniciens supérieurs de santé TSS (les infirmiers diplômés d’Etat, les Sages-femmes d’Etat) les Techniciens de santé TS (les infirmiers de santé, les infirmières obstétriciennes) ; Le personnel social (Administrateur social, Technicien supérieur de l’action sociale) ;

Les accoucheuses traditionnelles recyclées suivies, les relais communautaires, les pairs éducateurs,

Les matrones, les aides-soignants ;

les animateurs d’ONG.

les Communicateurs,

les leaders d’opinion,

les élus locaux,

les partenaires techniques et financiers.

Les structures :

EPH, les DRS, les CSRéf, les CSCOM, CMIE,

les structures privées et confessionnelles et les infirmeries de garnisons ;

Les prestations de services dans la communauté (ménage, famille, village fraction).

Les responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social ;

des finances ;

de la communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

F. La promotion d’un bon état nutritionnel chez les groupes spécifiques

Définition :

La promotion d’un bon état nutritionnel est l’ensemble des actions qui concourent à l’atteinte d’un bon état nutritionnel chez les groupes spécifiques : adolescents, adultes, personnes âgées, PVVIH, tuberculeux, orphelins et enfants vulnérables (OEV).

Objectifs :

Contribuer à la promotion des régimes alimentaires appropriés et d’un

mode de vie sain chez les adolescents, les adultes et les personnes

âgées ; Réduire l’incidence des affections liées aux alimentations et modes de vie

malsains chez les adolescents, les adultes et les personnes âgées ; Améliorer l’état nutritionnel des PVVIH, des tuberculeux et des orphelins

enfants vulnérables (OEV) ; Promouvoir la diversification des aliments auprès des populations ;

Promouvoir une bonne hygiène des aliments dans les ménages, les restaurants, les écoles, les gargotes et les cantines etc ;

Promouvoir la consommation des aliments fortifiés.

Bénéficiaires :

Les adolescents ;

Les parents d’adolescents

Les adultes

les personnes âgées ;

Les malades (PVVIH, tuberculeux)

Les élèves

les enseignants

Les orphelins

Les restaurateurs

Les familles

La communauté

Stratégies :

La Communication pour un Changement de Comportement (CCC) pour

un mode de vie sain envers : les adolescents et leurs parents ; restaurateurs ; adultes et personnes âgées ; Le renforcement des capacités des structures de santé et des associations pour la prise en charge des personnes malades et des personnes âgées ; La prise en charge alimentaire et nutritionnelle des PVVIH, tuberculeux et orphelins (orphelins enfants vulnérables) ;

La prise en charge alimentaire et nutritionnelle des PVVIH, tuberculeux et orphelins (orphelins enfants vulnérables) ;

La supervision.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Activités

Sensibilisation des populations à l’aide des masses médias ;

Counselling, la visite à domicile, et les causeries éducatives ;

Mobilisation sociale ;

Formation des prestataires à la prise en charge des groupes spécifiques ;

Appui alimentaire aux PVVIH, tuberculeux et orphelins ;

Prestataires :

Les Médecins, les Assistants Médicaux, les Techniciens supérieurs de santé TSS (les infirmiers diplômés d’Etat, les Sages-femmes d’Etat) les Techniciens de santé TS (les infirmiers de santé, les infirmières obstétriciennes) ;

Les accoucheuses traditionnelles recyclées suivies, les relais

Les matrones, les aides-soignants ;

communautaires, les pairs éducateurs, les animateurs d’ONG.

les Communicateurs,

le Personnel Social.(administrateurs sociaux, Technicien supérieur de l’action sociale, socio anthropologue) ; Les associations / ONG.

Les structures :

EPH, les DRS, les CSRéf, les CSCOM, CMIE, les structures privées et confessionnelles et les infirmeries de garnisons ; Les prestations de services dans la communauté (ménage, famille, village fraction).

Les responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social et des Personnes Agées

des finances ;

de la communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

G. La gestion en nutrition 1. La gestion des services de nutrition

Définition :

C’est l’ensemble des mesures de planification, mise en œuvre, coordination, suivi/évaluation qui visant à améliorer l’accessibilité, l’acceptabilité et la qualité des services de nutrition.

Objectifs :

Déterminer les priorités en matière de nutrition ;

Utiliser les ressources disponibles de façon rationnelle ;

Adapter les services aux besoins ;

Améliorer la qualité et l'accessibilité des services de nutrition;

Créer les conditions de motivation du personnel.

Domaines :

Les domaines de gestion des services en nutrition comprennent :

La gestion des ressources humaines, matérielles (infrastructures,

équipements,

logistiques) et financières ;

La gestion des intrants (médicaments, compléments alimentaires,

micronutriments et consommables) ; La gestion du système d'information sanitaire.

Responsables :

Le Ministère de la Santé en collaboration avec tous ses partenaires en la matière.

La coordination des activités en matière de nutrition au Mali sera assurée par le Ministère de la Santé.

De part le caractère multi - sectoriel, transversal et multidisciplinaire de la nutrition, toutes les interventions doivent être conformes à la politique et aux normes établies. Une collaboration étroite est nécessaire entre :

Le Ministère de la Santé et ceux en charge de :

la Santé,

l’Agriculture,

l’Elevage et de la Pêche,

l’Economie, l’Industrie et du Commerce,

l’Environnement et de l’Assainissement,

l’Education de Base et de l’Alphabétisation,

l’Enseignement Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique,

’Energie et des Mines,

la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant,

Développement Social et des Personnes Agées, ) le Commissariat a la Sécurité Alimentaire.

La coordination des activités de nutrition se fait à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

2. Formation en nutrition

Définition :

La formation en nutrition est l’ensemble des mesures et activités de developpement et renforcement de compétences en la matière.

Objectifs :

Améliorer les compétences des prestataires

Assurer le suivi et l’évaluation des agents formés

Bénéficiaires :

les médecins/pharmaciens/ chercheurs;

les assistants médicaux ;

les techniciens supérieurs de santé;

les techniciens de santé

les techniciens supérieurs d’hygiène et d’assainissement ;

les matrones ;

les accoucheuses traditionnelles recyclées et suivies ;

les pairs éducateurs ;

le personnel social ;

les leaders communautaires ;

les relais communautaires ;

les enseignants ;

les étudiants et les élèves des écoles de formation de base ;

les associations et ONG ;

autres.

Activités

Evaluer les besoins en formation

Elaborer et mettre en place un plan de formation

Assurer la supervision et le suivi régulier des agents formés

Domaines :

Les

comprennent :

domaines

de

formation

pour

les

prestataires

de

services

en

nutrition

Les Actions essentiels en Nutrition

la formation en techniques de formation (compétences pédagogiques) ;

la gestion des programmes de santé / nutrition;

la conception et élaboration du matériel de formation ;

la gestion des médicaments

essentiels,

des

consommables,

de

la

logistique et du matériel ; la Communication pour un Changement de Comportement (CCC) ; le plaidoyer la supervision et l'évaluation ; les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ;

le plaidoyer la supervision et l'évaluation ; les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ;
le plaidoyer la supervision et l'évaluation ; les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ;
le plaidoyer la supervision et l'évaluation ; les les maladies hygiéno-diététiques et de surcharge alimentaire ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

l'approche communautaire ;

la gestion de la lactation ;

la prise en charge de la malnutrition aiguë ;

Nutrition et VIH/SIDA ;

La prise en charge intégrée de l’anémie ;

Formation en diététique nutrition ;

la recherche opérationnelle

supervision, suivi et évaluation.

Structures :

Les institutions ou organismes suivants apportent leur appui aux programmes de formation :

DNS : unité de planification et autres divisions ;

Cellule de coordination de la lutte contre le SIDA ;

Cellule de Planification et Statistique (CPS) ;

Institut National de Formation en Sciences de la Santé (INFSS) ;

Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux (INFTS);

Projet d’Education à la Vie Familiale, Education en matière de Population

(EVF/EMP) ; Centre National des Ressources de l’Education non Formelle (CNREF) ; Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto - Stomatologie (FMPOST);

de l’Education non Formelle (CNREF) ; Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto - Stomatologie (FMPOST);

Centre National d’Information, d’Education et de Communication en Santé

(CNIECS) ; Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) ;

Centre de Recherche, d’Etudes et de Documentation sur la Survie de l’Enfant

(CREDOS) ; Agence Nationale pour la Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSAA) ;

Système d’Alerte Précoce (SAP) ;

Partenaires Techniques et Financiers (PTF);

Associations et ONG ;

les structures privées, parapubliques, confessionnelles et les infirmeries de garnisons ;

Domaines :

Les programmes et modules de formation concernent les formations de base et continue. Ils doivent être élaborés pour chaque domaine de formation et être adaptés à tous les niveaux.

Stratégies de formation :

Les formations se feront formation et sous forme de :

selon les directives du

document de standard en

Formations de courte et longue durée (l’extérieur ou à l’intérieur)

Ateliers de formation,

Formations sur le site (Apprentissage à distance)

Formations initiales et sessions de recyclage,

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Formations de formateurs

Supervisions formatives.

Conception et élaboration des programmes et matériels de formation

.Durée et méthodologie:

La durée de la formation sera fonction des programmes et modules et le principe de la formation axée sur la compétence des adultes.

Formateurs :

Les formations seront dispensées par des formateurs ayant des compétences techniques et pédagogiques dans le domaine de la nutrition. Elles doivent être réalisées dans des conditions permettant d’atteindre les objectifs de la formation de la formation axée sur la compétence.

Les responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social ;

des finances ;

de la communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

3. Supervision, Suivi / Evaluation des services

Définitions :

Supervision :

La supervision est un appui et encadrement régulier du niveau supérieur (y compris

in – situ), sous forme de formation continue sur le lieu de travail, visant à contribuer

à résoudre les problèmes de manière intégrée dans l’ensemble des tâches dévolues

à la structure supervisée.

Suivi :

Le suivi consiste à vérifier le déroulement des activités depuis le début en tenant compte du processus, des services et de la périodicité. C’est le contrôle de la performance et du progrès des activités réalisées pour atteindre les objectifs des programmes.

Evaluation :

L’évaluation est un jugement de valeur, sur un programme ou un projet en vue de formuler des recommandations sur les objectifs, les stratégies et l’allocation des ressources.

Elle consiste également à vérifier l’impact de la résolution des problèmes, à détecter les contraintes et à mesurer l’efficacité et l’efficience en vue de prendre une décision.

But / Objectifs :

a) La supervision a pour but d’:

apprécier l’exécution adéquate des tâches confiées aux prestataires,

identifier les problèmes, et d’apporter des solutions.

La supervision se fait avec des instruments standardisés basés sur les tâches des

prestataires.

b) Le Suivi/Evaluation a pour but d’ :

apprécier le niveau d’atteinte des objectifs fixés, l’utilisation rationnelle des ressources, la performance des programmes, l’impact des services en matière de nutrition sur la santé générale de la population.

c) Le but ultime du suivi/évaluation est de s’assurer que les activités se déroulent conformément aux prévisions.

Bénéficiaires :

Les médecins ;

Les assistants médicaux ;

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Les techniciens supérieurs en santé :

Les techniciens de santé

Les matrones ;

Les ATRS ;

Aides soignants ;

Le personnel social ;

Les relais communautaires ;

Les animateurs.

Prestataires :

Les catégories professionnelles chargées de la supervision des services de nutrition sont :

Les médecins/pharmaciens et odonto - stomatologues ;

Les techniciens de santé

Les nutritionnistes ;

Les assistants médicaux ;

Les techniciens supérieurs en santé :

Les gérants des Dépôts de vente des médicaments ;

Les matrones ;

Les aides soignants ;

Le personnel social.

Responsables :

Les Ministères en charge :

de la Santé ;

de la Jeunesse et des Sports ;

du Développement Social et des Personnes Agées

des finances ;

de la communication ;

de l’Education ;

de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille;

du Plan et de l’Aménagement du Territoire ;

de la Culture ;

de l’Agriculture ;

de l’Elevage et de la Pêche ;

de l’Industrie et du Commerce ;

L’Environnement ;

L’Administration Territoriale et des Collectivités Décentralisées ; Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

4. Recherche opérationnelle

But / Objectifs :

La recherche opérationnelle en nutrition permet d’identifier les problèmes et de proposer des solutions acceptables et réalisables afin d’améliorer la qualité et l’accessibilité des services de santé en matière de nutrition. La recherche opérationnelle peut se faire sous forme de recherche action.

Domaines :

Les domaines de la recherche opérationnelle comprennent :

les maladies provoquées par un déséquilibre nutritionnel (surcharge

pondérale et les carences en micro nutriments, malnutrition) responsables de la morbidité et la mortalité chez les groupes cibles, la qualité des services en nutrition, l’alimentation de complément, Aliments thérapeutiques, les pratiques nutritionnelles néfastes à la santé (gavages, diètes ….),

de complément, Aliments thérapeutiques, les pratiques nutritionnelles néfastes à la santé (gavages, diètes ….),
de complément, Aliments thérapeutiques, les pratiques nutritionnelles néfastes à la santé (gavages, diètes ….),
de complément, Aliments thérapeutiques, les pratiques nutritionnelles néfastes à la santé (gavages, diètes ….),

les stratégies d’offres des services en matière de nutrition, etc.

Responsables :

La coordination des activités de recherche opérationnelle en nutrition est assurée par le Ministère de la Santé à travers la Direction Nationale de la Santé / DN et ses services déconcentrés : Direction Régionale de la Santé et les centres de santé de Cercles avec l’appui des institutions de recherche (Institut National de Recherche en Santé Publique, Faculté de Médecine, INFSS, CNAM, CNIECS, CREDOS, CPS, comité national d’éthique)

Les partenaires nationaux et internationaux apportent un appui à l’exécution des activités de recherche.

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

5. L’assurance qualité des services de nutrition

Définition :

L’assurance qualité est définie comme « toutes les activités visant à sauvegarder et à promouvoir la qualité des services de nutrition offerts ».

La qualité des services consiste à appliquer les sciences et technologies médicales de manière à arriver au maximum de bénéfices pour la santé sans augmenter pour autant les risques.

Objectifs :

Promouvoir l’offre des services de qualité en nutrition

Contribuer à l’augmentation du taux d’utilisation des services de nutrition.

Minimiser les risques de transmission des maladies non seulement aux utilisateurs, mais aussi au personnel de santé et le personnel de soutien.

Bénéficiaires :

La communauté ; Le personnel de santé, les administrateurs et les décideurs ; La sociéte civile

Stratégies :

La Communication pour un Changement de Comportement (CCC) envers la communauté, les gestionnaires des activités de nutrition ; Le plaidoyer auprès des décideurs ; Le renforcement des capacités des structures ;

Le respect des principes de la prévention des infections dans les

structures au cours des activités de nutrition ;

Activités :

Organisation de journées de concertations entre prestataires ; communautés, collectivités et utilisateurs des services de nutrition ;

Organisation des services de santé ;

Plaidoyer au près des décideurs ;

Application des mesures de prévention des infections ;

Approvisionnement adéquat en intrants ;

Formation du personnel en Nutrition;

Equipement des structures en matériels de Nutrition;

Supervision des agents formes ;

Suivi/évaluation des activités .

Prestataires :

Le personnel de santé : médecins, assistants médicaux, techniciens supérieurs de santé, technicien de santé, Matrones, Accoucheuses Traditionnelles Recyclées et Relais ; Le personnel social

POLITIQUES, NORMES ET PROCEDURES EN NUTRITION

Le personnel des associations et ONG

Les ingénieurs sanitaires

Les structu